Vous êtes sur la page 1sur 70

SOMMAIRE :

DEDICACE :............................................................................................................. I
REMERCIEMENTS .............................................................................................. II
AVANT – PROPOS ............................................................................................... III
SYNTHESE ............................................................................................................ IV
SIGLES ET ABREVIATIONS ............................................................................ VI

INTRODUCTION ....................................................................................................1
PREMIERE PARTIE : ............................................................................................7
PRESENTATION DU CADRE DE L’ETUDE .....................................................7
CHAPITRE I : CADRE INSTITUTIONNEL DE L’ETUDE .............................9
I.Historique de FORATEC LOITIO ..........................................................................9
II.Organisation et fonctionnement de l’entreprise .................................................. 10
CHAPITRE II : PRESENTATION DU CADRE CONCEPTUEL .................. 15
I.L’oranisation comptable au regard du droit ohada ............................................... 15
II.Le systeme comptable et les documents comptables.......................................... 22

DEUXIEME PARTIE : ANALYSE DE L’ORGANISATION COMPTABLE


................................................................................................................................. 29
CHAPITRE I : DESCRIPTION DE L’ORGANISATION COMPTABLE .... 31
I.Les documents comptables et commerciaux......................................................... 31
II.Evaluation de l'organisation comptable............................................................... 35
CHAPITRE II : AMELIORATION DE L’ORGANISATION COMPTABLE
................................................................................................................................. 39
I.Les travaux d’amelioration de l’organisation ....................................................... 39
II.La mise en place d’un manuel de procedure ....................................................... 41

CONCLUSION ...................................................................................................... 47
BIBLIOGRAPHIE ................................................................................................ 50
ANNEXES .............................................................................................................. 52
TABLE DES MATIERES .................................................................................... 59
DEDICACE :

Notre mère SANOGO Zeynab ;

Notre tante TOURE Mariama ;

Et notre oncle KONE Brahima .

I
REMERCIEMENTS
Ce mémoire est la finalité d’un travail que nous avons accompli avec l’aide et le
soutien de personnes de valeur que nous nous devons de remercier.

Nos vifs remerciements vont à l’endroit notamment de :

Monsieur OUATTARA Amadou, professeur de comptabilité, notre Directeur de


mémoire, par ailleurs Directeur de l’Institut Supérieure de Comptabilité et
Finances (ISCF) du Groupe Ecoles d’Ingénieurs Agitel-Formation pour son
entière disponibilité ;

Monsieur Kanadji Brehima, notre maître de stage pour ses connaissances et ses
remarques qui nous ont beaucoup apporté tant au niveau personnel que
professionnel ;

Tout le personnel de FORATEC LOITIO pour son accueil, son appui et sa


disponibilité dans l’accomplissement du travail qui nous a été confié tout au long
de notre stage ;

Tous nos professeurs d’Agitel-Formation pour la qualité des enseignements


dispensés ;

Toute la famille LP3 ACG de la promotion 2018-2019 ;

Toutes les personnes qui, de loin ou de près, nous ont apporté soutien moral,
matériel et financier et dont les noms n’ont pas été cités à cette page. Puisse Dieu
vous combler au-delà de vos espérances.

II
AVANT – PROPOS
La fin de tout cycle de formation au Groupe Ecoles d’Ingénieurs AGITEL-
FORMATION est sanctionnée par un diplôme dont l’obtention est conditionnée
par la rédaction d’un mémoire de fin de cycle après l’admissibilité.

Ce mémoire résulte d’un stage d’une durée de trois (3) mois minimum qui permet
de mettre en pratique toutes les notions théoriques acquises tout au long de notre
formation.

Dans cette optique la SARL FORATEC LOITIO nous a accueilli et offert


l’opportunité de travailler sur le thème suivant : « amélioration de l’organisation
comptable de FORATEC LOITIO. »

III
SYNTHESE
La conjoncture économique mondial actuel est marqué par une hausse au niveau
des échanges notamment au niveau des flux économiques. Pour cela, tout
dirigeant doit avoir la bonne information et surtout à temps. Il est généralement
préoccupé par ce défi de l’information car celle-ci conditionne la qualité de la
prise de décision en entreprise. Il dispose pour ce faire de source d’information
variée. Un constat est cependant effectué : le développement des besoins en
informations économiques et financière a donné au système comptable une place
centrale de plus en plus stratégique. Par conséquent il est impératif d’avoir une
bonne organisation comptable.

Conscient de cet état des choses, l’Acte Uniforme OHADA relatif au Droit
Comptable (AUDC), dans son article 69, offre à chaque entreprise la latitude de
déterminer la procédure nécessaire à la mise en place d’une organisation
comptable permettant aussi bien un contrôle interne fiable que le contrôle externe
par l’intermédiaire, le cas échéant, le commissaire aux comptes, de la réalité des
opérations et de la qualité des comptes, tout en favorisant la collecte des
informations » 1.

Pour faire face à ces enjeux, nous avons effectué pendant la durée de notre stage
a FORATEC LOITIO une étude permettant de vérifier la stabilité de son
organisation comptable. Nous avons observé de nombreuses anomalies dans son
organisation qui risque de causer des défaillances au niveau des performances de
ses activités. Pour mieux appréhender notre étude, nous avons scindé note thème
en deux grandes parties, la première partie est consacrée à la présentation de
FORATEC LOITIO et la théorie concernant l’organisation comptable selon l’acte
uniforme OHADA. Cela nous permettra de mieux cerner l’organisation
comptable et son fonctionnement.

1
SYSCOA, Plan Comptable des Entreprises, Edition FOURCHER, PARIS, p39

IV
La seconde partie de cette étude met l’accent sur l’analyse de l’organisation
comptable en place à FORATEC LOITIO, de ses forces et des faiblesses, ce qui
permet de faire des propositions de solution aux problèmes rentrés. Dans le second
chapitre de cette seconde partie nous mettons l’accent sur les choix qui ont été
effectués pour aider à l’amélioration de l’organisation comptable de FORATEC
LOITIO et rédiger également une proposition de manuel de procédures.

A termes de la rédaction de ce mémoire nous nous sommes rendus compte qu’il


faut à la fois de bonne ressources humaine, financière et technique pour qu’une
entreprise soit à la fois productive et conforme aux normes de l’OHADA.

V
SIGLES ET ABREVIATIONS

OHADA : Organisation pour l’Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires


SYSCOHADA : Système Comptable OHADA
SARL : Société A Responsabilité Limitée
BTP : Bâtiments et Tavaux Publics
HVA : Hydraulique Villageoise Améliorée
CNPS : Caisse Nationale de Prévoyance Sociale
CEMAC : Communauté Économique et Monétaire de l’Afrique Centrale
UEMOA : Union Economique et Monétaire Ouest Africaine
TVA : Taxe sur la Valeur Ajoutée

VI
INTRODUCTION

1
I. CONTEXTE ET JUSTIICATION DE L’ETUDE

La comptabilité est une discipline pratique consistant à répertorier et enregistrer les


données chiffrées permettant de refléter et de qualifier, pour un agent ou une entité,
aussi bien l’ampleur de son activité économique que ses conséquences sur
l’inventaire de son patrimoine. Aussi elle évolue dans un système marqué par la
globalisation et l’internationalisation des espaces économiques. Cette mutation a
engendré une forte concurrence entre les sociétés tant en Afrique qu’en Côte
d’Ivoire. Ainsi pour atteindre ses objectifs, les entreprises doivent prendre en
compte tous les paramètres susceptibles d’agir sur son fonctionnement afin de
garantir son efficacité.

A cet effet, il s’avère nécessaire, pour assurer convenablement la gestion de la


comptabilité, que la direction de l’entreprise mette en place des méthodes,
procédures et systèmes de contrôle efficaces, structurés, ordonnées et formalisées,
qui seront appliquées par les intervenants.

Pour atteindre tous ses objectifs, nous avons jugé nécessaire de mener notre étude
sur « l’amélioration de l’organisation comptable dans une entreprise de
prestation de service ».

II. PROBLEMATIQUE

Pour faire face à la mondialisation et l’évolution perpétuelle du monde, les


dirigeants d’entreprise pour s’adapter doivent veiller sur ses évolutions afin de
prévoir et même contrôler l’impact qu’elle aura sur son marché.

Pour ce faire, des systèmes d’aide à la décision sont mise en place. Echangeant de
différentes natures de flux dont l’information, l’organisation est ouverte sur son
environnement. Afin d’assurer l’efficience de cette activité, des systèmes de
communication et inter organisationnels y sont introduits.

2
La SARL FORATEC LOITIO est une entreprise spécialisée dans le domaine du
forage d’eau et système HVA. Pour mener à bien ses activités, FORATEC LOITIO
se doit de disposer d’outils de gestion efficace en l’occurrence un système
comptable fiable qui traduit une image réelle de la structure. C’est en cela que nous
avons porté notre choix de thème sur l’amélioration de l’organisation comptable
de FORATEC LOITIO, ce choix s’explique par notre volonté de résoudre un
problème crucial qu’est le respect des règles de l’OHADA à savoir mettre à la
disposition de toutes les parties prenantes des informations financières et
comptables juste et régulières. Par conséquent, nos travaux tournent autour de la
question principale suivante : comment améliorer l’organisation comptable de
FORATEC LOITIO ? De cette question principale, découlent les interrogations
secondaires suivantes :

- quelles est l’organisation comptable actuelle de FORATEC LOITIO ?


- quelles sont les forces et les faiblesses de cette organisation comptable ?
- quelles recommandations mettre en œuvre pour pallier les insuffisances
décelées et parvenir à la mise en place d’un outil efficient ?
III. OBJECTIFS DE L’ETUDE

Les objectifs de notre étude se déclinent en un objectif principal et un objectif


spécifique.

III.1. L’objectif principal

L’objectif générale de notre étude est d’améliorer l’organisation comptable de


FORATEC LOITIO.

III.2. L’objectif spécifiques

Les objectifs spécifiques qui découlent de cet objectif principal sont les suivants :

- Décrire le mode d’organisation comptable en vigueur ;


- Identifier les forces et faiblesses de l’organisation comptable ;
3
- Apporter des corrections et proposer organisation plus appropriée pour
l’entreprise.
IV. HYPOTHESE DE L’ETUDE

L’hypothèse représente la projection que l’on se fait quant à leurs réalisations et a


l’atteinte des différents objectifs.

IV.1. Hypothèse principale

L’amélioration du système comptable actuel de FORATEC LOITIO permettra son


bon fonctionnement.

IV.2. Hypothèse spécifique

De cette hypothèse principale, se dégagent les hypothèses spécifiques suivantes :

- Hypothèse 1 : la description du mode de l’organisation comptable nous


conduira à la compréhension de son activité ;
- Hypothèse 2 : comprendre l’organisation comptable en vigueur nous
permettra de déceler ses limites ;
- Hypothèse 3 : mettre en évidence les limites de l’organisation comptable
permettra de proposer un système en vue de son amélioration.
V. METHODOLOGIE

Dans le cadre de nos travaux, nous avons eu recours aux techniques de collecte
d’information suivantes : la technique d’interview, l’internet et la revue littéraire.

V.1. La collecte des données

La collecte de données se fait en trois étapes à savoir : la consultation de document,


la technique d’interview et l’internet.

4
V.1.1. La consultation de document

Nous avons pris connaissance des documents de l’entreprise (statut et règlements,


déclaration fiscale d’existence, etc..) relatant le régime fiscal d’imposition, la date
de création de l’entreprise, le type d’activité ainsi que d’autres informations qui lui
sont propres. Nous nous sommes intéressées aux ouvrages se rapportant à la
comptabilité générale à travers le manuel du SYSCOHADA.

V.1.2. La technique d’interview

Lors de nos interviews, les questions suivantes ont été abordées :

- La prise de connaissance de l’entreprise à travers ses missions et ses


objectifs ;
- L’identification des besoins réels de l’entreprise ;
- L’identification de l’organisation comptable approprié pour l’entreprise.

V.1.3. Internet

Nous avons utilisé des sites de recherches tel que GOOGLE, WIKI. Ils nous ont
facilité la tâche car ils nous ont offert toute une multitude d’information et de
documents utiles à la réalisation de ce mémoire.

V.2. Intérêt de l’étude

L’étude revêt quatre centres d’intérêts d’une grande importance que sont l’intérêt
personnel, l’intérêt pour l’entreprise, l’intérêt scientifique et intérêt professionnel.

V.2.1. L’intérêt pour l’entreprise

L’amélioration de son organisation comptable profitera avant tout pour FORATEC


LOITIO, dans la mesure où elle lui permet de se conformer aux différents principes
de la comptabilité des pays membre de l’OHADA, aussi dans la mesure elle lui

5
permet d’améliorer la qualité des informations pour prendre des décisions en vue
d’atteindre le profit optimal pourra ainsi déceler ses insuffisances et y remédier.

V.2.2. Intérêt personnel

Cette étude nous permet de mettre en pratique notre formation théorique et


d’enrichir nos connaissances par la pratique en milieu professionnel. L’élaboration
comptable nous permet d’accroitre notre capitale d’expérience.

V.2.3. Intérêt scientifique et professionnel

Les membres du personnel pourront grâce à ce document cerner d’avantage


certaines nécessité organisationnelles indispensables à la production
d’informations financières conformes en tous point à la réalité de l’entreprise.

VI. ANNONCE DU PLAN

Cette étude comporte deux parties qui sont :

La première traitera de la présentation du cadre de l’étude ;

La seconde partie sera consacrée sur l’amélioration de l’organisation comptable


de FORATEC LOITIO.

6
PREMIERE PARTIE :
PRESENTATION DU CADRE DE
L’ETUDE

7
La première partie de notre mémoire porte sur la présentation du cadre général de
notre étude. Cette partie comporte deux chapitres. Dans le premier, nous
présenterons particulièrement FORATEC LOITIO dans son entièreté et dans le
second chapitre, le cadre conceptuel de l’organisation comptable.

8
CHAPITRE I : CADRE INSTITUTIONNEL DE L’ETUDE

Le présent chapitre sera destiné à une prise de connaissance grosso modo de notre
environnement de travail. A cet effet, nous nous intéresserons à l’historique, à la
mission pour enfin déboucher sur la politique organisationnelle de notre entreprise
d’accueil.

I. HISTORIQUE DE FORATEC LOITIO


Nous nous étalerons dans cette partie sur la progression chronologique de
l’entreprise en parcourant ses fondements juridiques jusqu’aux missions qu’elle
s’est assignée.

I.1 Historique

La présentation de FORATEC LOITIO s’étend essentiellement en deux étapes que


sont sa création et son évolution.

I.1.1 La création

Dans l’optique d’apporter sa part contributive au développement de la Cote d’ivoire


pays en pleine croissance, M. DIARASSOUBA Yaya, ingénieur en BTP crée en
janvier 2008 FORATEC Sarl qui devient par la suite FORATEC –LOITIO SARL
en Juin 2017, elle est spécialisée dans le forage d’eau et système HVA.

I.1.2 L’évolution

Partant de sa création jusqu’à ce jour, l’entreprise se localise dans la commune de


YOPOUGON plus précisément dans la zone industrielle.

Comme toute entreprise à sa phase de création, elle a rencontré dans les premières
années des moments difficiles mais arrive tout de même à sortir de cette période et
se révèle sous de meilleurs jours ces trois dernières années.

9
Cette évolution se constate tant au niveau de sa capacité financière que de son
personnel.

De plus grandes entrées financières parviennent suite à l’accroissement de la


sollicitation de l’entreprise sur plusieurs marchés, cela débouche inévitablement
sur l’augmentation du personnel. En outre l’entreprise passe d’un nombre de
personnel déclaré à la CNPS de l’ordre de cinq personnes à onze personnes
aujourd’hui. Avec par ailleurs une meilleure capacité de réception de stagiaires sans
toutes fois exclure le nombre grandissant des manœuvres temporaires pratiquement
nul au départ mais aujourd’hui de l’ordre d’une quarantaine de personnes et des
sous-traitants.

L’entreprise est référencée au registre du commerce et du crédit mobilier en qualité


de SARL.

II. ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DE L’ENTREPRISE


Pour effectuer avec efficacité ses activités, elle s’est dotée d’une direction
administrative et financière et d’une direction technique. Toute fois précise que le
gérant de l’entreprise qui est le représentant légal de celle-ci est au-dessus de ces
deux directions.

II.1 La direction administrative et financière

Nous présenterons cette direction en parlant de la fonction de directeur


administratif et financier ainsi des services qui se rattachent directement à sa
fonction à savoir le secrétariat et le service comptable et financier.

II.1.1 Le directeur administratif et financier

Le métier de directeur administratif et financier implique généralement de faire


partie, selon la position hiérarchique, du Comité de Direction, d'agir au service de
la politique de développement de l'entreprise, de représenter l'entreprise lors des
négociations avec les administrations, les banques. L'activité nécessite de gérer le
10
temps entre les réunions internes et externes et la réalisation du travail personnel
(rapports, projets...), tout en respectant des délais incompressibles. Par sa position
hiérarchique, son degré d'implication et sa polyvalence, le métier de directeur
administratif et financier impose de se tenir constamment informé sur
l'environnement économique et de s'adapter en permanence aux évolutions de
l’entreprise.

II.1.2 le secrétariat

De façon générale, le secrétariat est le service qui se charge de coordonner et


d’organiser les emplois du temps, par ricochet prendre des notes ou des rendez-
vous téléphoniques. Certes, classer des documents, saisir des lettres commerciales,
des rapports ou encore des comptes rendus font encore partie des tâches qui lui
incombent.

Cependant, il ne s'y cantonne pas, loin de là !

Souvent chargé de l'accueil des personnes, des contacts téléphoniques et de l'envoi


de courriels, le secrétariat doit, à travers ces interventions, fournir des informations
sur l'entreprise et en donner une bonne image.

Mais il est aussi généralement le premier service assurant un rôle d’interlocuteur


entre collaborateurs au sein de l’entreprise. A quel service l’on s’adresse d’emblée
pour une éventuelle préoccupation ou une question ? Le secrétariat, bien sûr ! Ce
service a très souvent les réponses pour toutes questions. Il connait au mieux
l’entreprise.

II.1.3 Le service comptable et financier

La mission principale du service comptable et financier est d’assurer la


comptabilisation des flux financiers et de produire les documents comptables
obligatoires : bilan, compte de résultat, annexe. La saisie des opérations est assurée

11
par les collaborateurs et le chef comptable où les responsables de service doivent
contrôler et valider les travaux. La comptabilisation des flux concerne :

- Les flux entrants : factures d’achats et de frais généraux,


- Les flux sortants : facturation clients,
- Les opérations de trésorerie.

Souvent, le service comptable assure également la gestion des clients et des


fournisseurs en assurant le suivi des paiements, des relances et des litiges. Les
relations avec les banques et les services fiscaux sont aussi à la charge du service
comptable.

II.1.4 La caisse

La tenue de la caisse consiste à l’enregistrement et la totalisation des versements


de la clientèle. Aussi de décaisser l’argent pour le paiement des fournisseurs, salarie
et autres charges de l’entreprise. Le responsable de la caisse est en charge de tous
les décaissements effectués par la société, non seulement il joue un rôle important
pour l’administration de la caisse mais aussi pour assurer la satisfaction de la
clientèle du point de vue des services reçus. Le responsable de la caisse doit donc
être prêt à gérer les éventuelles plaintes et à résoudre les problèmes qui pourraient
survenir au moment du paiement.

II.2 La direction technique

Au niveau de cette direction, nous parlerons de la fonction du directeur technique


ainsi du bureau d’études et de l’équipe exécutive.

II.2.1 Le directeur technique

Le directeur technique étudie les demandes fonctionnelles des clients et leur


propose des offres de services optimales. En accompagnant les grands projets sur
le long terme, il constitue l’interface avec les autres fonctions clés de l’entreprise.

12
Il doit donc faire preuve de pédagogie et avoir une aisance relationnelle. Des
qualités indispensables pour superviser des équipes dans le domaine de l’entretien,
de la maintenance et du bureau d’études.

II.2.2 Le bureau d’études

Comme son nom l’indique, le bureau d’études est de prime abord le service où se
fait l’étude de la réalisation d’un projet. Il s’agit en claire de la structure où sont
réalisées les expertises à caractère technique pour la rénovation ou la réalisation de
travaux neufs, généralement sous la direction d’un ingénieur. Le bureau d'études
joue un rôle d’assistance et de conseil auprès de l’entreprise. Son activité dans notre
cas relève exclusivement du domaine du bâtiment et des travaux publics.

Il est le premier maillon dans la réalisation d’un projet car tout projet pour sa bonne
réalisation a besoin d’une étude sérieuse. Le bureau d'études ne réalise pas
directement de travaux ou de fourniture, bien qu'il intervienne en général en amont
afin d'effectuer des recommandations préalables, ou en aval pour vérifier la qualité
des réalisations.

II.2.3 L’équipe exécutive

L’équipe exécutive de l’entreprise qui se résume particulièrement en la main


d’œuvre ouvrière, se charge de la réalisation du projet ayant au préalable fait objet
d’étude, sur les différents chantiers ou sites relatifs à la demande du client. L’étude
de l’organisation et du fonctionnement de l’entreprise nous permet de constater que
l’entreprise a opté pour un style de management Directif en séparant toutefois le
volet technique du volet administratif et financier.

Ce chapitre nous a permis de comprendre l’environnement interne et le


fonctionnement de FORATEC LOITIO dans son ensemble.

13
Dans son ensemble, le premier chapitre nous a permis de découvrir
l’environnement interne de FORATEC LOITIO aussi bien que son historique, que
sa structure organisationnelle. Dans la même vision, présentons le cadre conceptuel
de notre étude.

14
CHAPITRE II : PRESENTATION DU CADRE CONCEPTUEL

L’objectif de ce chapitre est d’avoir des connaissances sur les règles qui régissent
l’organisation comptable en générale. De ce fait, nous ferons ressortir dans un
premier temps l’organisation comptable au regard du droit OHADA puis nous
parlerons du système comptable et des documents utilisés.

I. L’ORANISATION COMPTABLE AU REGARD DU DROIT


OHADA
Selon le droit OHADA, l’organisation comptable doit être faites de sorte a ce
qu’elle puisse permettre à la comptabilité de répondre aux obligations qui
incombent aux comptables. Ces obligations sont fonctions de la forme juridique de
la société, de la nature de l’activité, de la taille de l’entreprise, du secteur d’activité
et de son régime fiscal.

I.1 les obligations au regard du SYSCOHADA

Pour le bon fonctionnement de l’organisation d’une entreprise, le SYSCOHADA a


établi des règles ou conditions à respecter.

I.1.1 les obligations légales du SYSCOHADA

Toutes entreprise opérant dans l’espace OHADA, est tenue de souscrire au plan
institué par le système comptable OHADA avant de mettre en place son propre
plan comptable. La fiabilité de l’information comptable et financière et donc, des
états financiers, est fonction du cadre dans lequel est traitée l’information de base.
Ce cadre est défini par les articles 1 et 15 du système comptable OHADA. 2

Toutes entreprise qui évolue dans le périmètre du système OHADA doit mettre en
place une comptabilité destinée à l’information externe comme à son propre usage.
A cet effet, elle classe, saisit, enregistre dans sa comptabilité toutes les opérations

2
Comptabilité OHADA, Tome 1, DOBILL Marcel, KARTHALA Paris 2013, Pages 100 - 105

15
entrainant les mouvements de valeur qui sont traitées avec des tiers ou qui sont
contractées ou effectuées dans le cadre de sa gestion interne.

Elle fournit, après traitement approprié de ces opérations, les redditions de comptes
auxquels elle est assujettie légalement ou de par ses statuts ainsi que les
informations nécessaires aux besoins de divers utilisateurs.

I.1.2 Conditions impératives de l'organisation comptable

L'organisation comptable mise en place par l'entreprise doit respecter une somme
des conditions impératives. Ces conditions sont jugées impératives parce que
l'entreprise ne peut pas y déroger et sont les suivantes :

I.1.2.1 La langue officielle

La tenue de la comptabilité doit être faite en langue officielle du pays et en unité


monétaire légale (Le F CFA pour les pays membres de l’UEMOA et ceux de la
CEMAC. Il n'est pas d'obligation que l'Etat qui adhère à l'OHADA adopte le Franc
CFA). Cet élément est indispensable dans la conduite et la mise en place d'une
comptabilité.3

I.1.2.2 La partie double

La comptabilité d'engagement est un système de comptabilisation fondée sur


l'enregistrement des engagements dès lors que cet engagement est matérialisé par
une pièce comptable avant toutes opérations de trésorerie (encaissements ou
décaissements). Elle fonde l'utilisation de comptes de charges, de produits ou de
patrimoine la contrepartie de comptes de tiers.

Le système comptable OHADA est basé sur le principe de comptabilisation à partie


double. Cela implique que l'enregistrement de toute transaction comptable en

3
HENRY MAHE, dictionnaire de gestion Ed. Economie, Paris 1998

16
entrée ou en sortie entraine nécessairement une contrepartie en sens inverse d'égale
valeur : un débit est une image inverse d'un crédit et vice versa.

I.1.2.3 L'enregistrement chronologique

La justification des écritures comptables doit être faite par des dates, pouvant servir
de preuve et portant les références de leur enregistrement en comptabilité. Aussi, il
faut que le respect de l'enregistrement chronologique des opérations ainsi que la
mise place d'une procédure destinée à garantir le caractère définitif de
l'enregistrement soif instaurée.

I.I.2.4 Un plan de comptes

Le contrôle par inventaire de l'existence et de la valeur des biens, créances et dettes


de l'entreprise doit être mise en œuvre ainsi que l'utilisation d'un plan de comptes
normalisé pour la tenue de la comptabilité Dans la zone UEMOA et CEMAC, c'est
le plan des comptes OHADA qui est utilisé.

Ce plan des comptes est structuré de telle manière qu'il comporte des désignations
représentant de transactions (compte) pouvant survenir au cours de la gestion d'une
société Ces différentes désignations sont codifiées par numéro (numéro de compte).
Ces comptes sont différenciés par nature homogène (classe). Ces comptes sont
répartis en comptes de patrimoine actif ou passif, comptes d'exploitation des
activités ordinaires, comptes d'exploitation, hors activités ordinaires (HAO).4

I.1.2.5 La publicité légale des comptes

Il est fait obligations aux sociétés de la zone OHADA de tenir des livres ou autres
documents autorisés ainsi que de procéder à la mise en œuvre de procédures de
traitement agréées, permettant d'établir des états financiers annuels. Ensuite, ils

4
MICHELLE MARCOUX, organisation et activités comptables édition Breal, France 2003

17
doivent mettre en œuvre des procédures de contrôle interne et externe, de contrôle
des comptes et la publicité léga de leurs comptes.

I.1.3 Les livres et autres supports obligatoires

A l'article 19 du droit comptable OHADA, il est précisé que les livres et autres
supports dont la tenue est obligatoire sont :

- le livre -journal ;
- le grand -livre ;
- la balance générale des comptes ;
- le livre d'inventaire.

I.1.3.1 Le livre journal

C'est un document comptable rendu obligatoire par la loi. Il est constitué d'articles,
un article étant considéré comme une opération réalisée au sein de l'entreprise.
L'entreprise peut procéder au regroupement au même lieu, au cours d'une même
journée et ce, sur la base d'une pièce justificative unique. Un article est composé
de :

- la date ;
- l’imputation comptable : comptes débités et comptes crédites ;
- la référence de la pièce justificative ou de la pièce qui sous-tend l'opération
(facture, chèque, pièce de caisse, avis de crédit ou de débit…).

A la fin de chaque page du journal apparaissent le total débit et le total crédit dont
les montants sont égaux. Les totaux précédents sont reportés au début de la page
suivante.

Les comptabilités automatisées utilisent des feuilles ou grilles d’imputation tenant


lieu de l'analyse comptable préalable.

18
Le livre - journal tenu sans blanc ni altération d'aucune sorte est coté paraphé par
les autorités compétentes, c'est-à-dire que chaque page est numérotée et signée par
le greffier du Tribunal de commerce sauf pour les comptabilités informatisées. Le
livre- journal est conservé 10 ans après la dernière opération inscrite avec toutes
les pièces justificatives correspondantes.

I.1.3.2 Le grand livre

Le grand livre est un document comptable regroupant l’ensemble des comptes de I


‘entreprise avec les différents mouvements. Il se présente sous plusieurs formes :
listing pour les entreprises informatisées, bac à fiches, feuilles mobiles classées et
registres à feuilles. C'est un document rendu obligatoire par la loi.

L'établissement du livre - journal et du grand - livre peut être facilite par la tenue
des journaux et livres auxiliaires, ou supports en tenant lieu, en fonction de
l'importance et des besoins de l'entreprise. Dans ce cas, les totaux sont
périodiquement et au moins respectivement centralisés dans le livre - journal et
dans le grand - livre.

Dans les entreprises qui ont recours à la technique de l'informatique pour la tenue
de leur comptabilité, des documents informatiques écrits peuvent tenir lieu de
journal et de livre d’inventaire ; dans ce cas, ils doivent être identifies, numérotés
et datés, dès leur établissement, par des moyens légaux, offrant toute garantie de
respect de la chronologie des opérations, de l'irréversibilité des entreprises et de la
durabilité des enregistrements comptables.

I.1.3.3 La balance générale des comptes

Tous les comptes du grand livre général sont présentés, après sommation de
chacun, dans un document comptable récapitulatif appelé balance générale des
comptes. II existe des balances à plusieurs colonnes (2. 4, 6 ou plus).

19
Dans ce document, les comptes et leurs numéros sont présentes dans l'ordre du plan
comptable OHADA (classe 1 à 8) Cependant, la balance à 8 colonnes reste la plus
recommandée par les professionnels.

I.1.3.4 Le livre d'inventaire

L'article 17, alinéa 6 du droit comptable OHADA définit l'inventaire comme


l'opération qui consiste à relever tous les éléments du patrimoine de l’entreprise en
mentionnant la nature, la qualité et la valeur comptable net de chacun d'eux a la
date ou cette opération a lieu. Autrement, c'est un recensement exhaustif des biens
(actif) et des dettes (passif) de l'entreprise, généralement à la clôture de l'exercice.
5

Les données d’inventaire sont regroupées dans le livre d'inventaire et distinguées


selon la nature et le mode d'évaluation des éléments qu'elles représentent. Le livre
d'inventaire est suffisamment détaillé pour justifier le contenu de chacun des postes
du bilan. Par ailleurs, il existe trois niveaux de présentation des états financiers avec
respect des principes comptables relatifs à la présentation : le système normal, le
système allégé et le système minimal de trésorerie.

I.2 Présentation des états financiers

La présentation des états financiers visés à l'article 8, se fait selon trois systèmes :
le système normal (articles 11 et 26), le système allégé (articles Il et 27) et le
système minimal de trésorerie (articles 28).

5
Système comptable OHADA (SYSCOA) : comptabilité générale David KAMDEM, Dianoia Paris 15 décembre 2004,
pages 85-86

20
I.2.1 Le système normal

Sauf exception liée à la taille, toute entreprise est soumise au système normal de
présentation des états financiers et de tenue des comptes bilan, compte de résultat,
TAFIRE et état annexé.

Toutefois si le chiffre d'affaires annuel ne dépasse pas 100 000 000 F CFA,
l’entreprise peut opter pour le système allégé.

I.2.2 Le système allégé

Il est facultatif et s'applique aux entreprises de taille moyenne celles dont le chiffre
d'affaires annuel est inférieur ou égale à 100 000 000 F CFA. Les états comprennent
le bilan, le compte de résultat et l'état annexé Tous ces trois documents sont allégés
aussi bien dans la forme que dans le fond.

I.2.3 Le système minimal de trésorerie

C'est un système de caractère dérogatoire aux dispositions générales. Il s'applique


aux entreprises de très petite taille dont les recettes annuelles ne sont pas
supérieures à :

- 30 000 000 F CFA pour les entreprises de négoces ;


- 20 000 000 F CFA pour les entreprises artisanales ;
- 10 000 000 F CFA pour les entreprises de service ;

Ses états financiers comprennent le bilan de fin d’exercice, le compte de résultat et


la variation de l'avoir net au cours de l'exercice. Tous ces documents sont très
succincts. 6

6
Ndene Martin, le référentiel comptable OHADA révisé avec les normes IFRS : Les missions des professionnels du
chiffre.

21
II. LE SYSTEME COMPTABLE ET LES DOCUMENTS
COMPTABLES
Le traitement comptable de l'information au sein d'une entreprise est fonction du
choix opéré par l'entreprise et ses dirigeants. Deux systèmes sont connus et ont fait
leur preuve dans le temps et dans l'espace.

II.1 Le système comptable

Le système comptable est un ensemble qui permet d'atteindre les objectifs fixés par
la comptabilité. Nous avons : le système classique et le système centralisateur.

II.1.1 Le système classique

Le système d'organisation comptable généralement baptisé système classique est le


plus ancien des systèmes comptables.7 Il est calqué sur les objectifs de base de la
comptabilité. Ce système est adapté aux entreprises de petite taille. Il utilise un
journal général classique, tenu par une personne, enregistrant au jour le jour et de
façon chronologique toutes les opérations comptables. Mais il est évident que si
T'entreprise a de nombreux enregistrements, s'avère très vite insuffisant. Il s'ensuit
un travail énorme et fastidieux au niveau des reports du grand livre.

Le système est décrit de la manière ci-après à partir des pièces comptables classées
chronologiquement :

- Enregistrement au journal, au jour le jour, des opérations comptables ;


- Report dans le compte de chaque opération ;
- Calcul périodique du solde des comptes et établissement de la balance
générale ;
- Etablissement des documents de synthèse à partir de la balance.

7
Manuel du système comptable OHADA : Théorie et pratique 1ère édition, Daniel Ngoma-Ya-Nzuzi, Bruylant Paris
2015, Pages 20-22

22
II.1.2 Le système centralisateur

Le système centralisateur est apparu pour répondre au besoin des grandes


entreprises que la lourdeur du système classique ne permet pas de satisfaire. Le
système centralisateur pour répondre à ce besoin, repose sur une véritable division
du travail en tenant deux comptabilités complémentaires :

II.1.2.1 La comptabilité auxiliaire

La saisie quotidienne des documents de base est réalisée dans plusieurs journaux
auxiliaires spécialisés (journal de vente. Journal d'achat, journal de banque, journal
de caisse, journal OD) selon la nature des opérations (dépenses, recettes, payement
opérations diverses). Le nombre de journaux auxiliaires est une décision de gestion
L'emploi de comptes de virements internes est alors nécessaire pour éviter le double
enregistrement d'opérations qui plusieurs journaux auxiliaires.

II.I.2.2 La comptabilité générale


Périodiquement (au moins une fois par mois) chacun des journaux auxiliaires est
totalisé et centralisé par une écriture unique dans un journal général. La
centralisation dans le journal général et le grand-livre général permet ensuite
l'élaboration des documents de synthèse. En effet, CARBOGREEN INDUSTRIES
utilise le système centralisateur, en particulier la comptabilité générale.8

II.2 Les documents comptables

II.2.1 Les documents comptables justificatifs

Lorsqu’une entreprise tient elle- même sa comptabilité, elle procède à


l'enregistrement des pièces comptables. Nous disposons de plusieurs pièces
justificatives.

8
FAYEL et Daniel Pernot, comptabilité générale a l'entreprise, Ed Dunot, Paris 2002.

23
II.2.1.1 Les factures

Une facture est un écrit par lequel le vendeur fait connaitre à l'acheteur le détail et
le prix des marchandises vendues et précise les conditions de livraison et de
paiement.

Une facture porte des informations obligatoires tels que :

- l'identification de la facture (numéro et date de la facture) ;


- l’identification du fournisseur (nom ou raison sociale, forme juridique,
adresse. Numéro du RCCM) ;
- l'identification du client (nom ou raison sociale, adresse) ;
- la date de la vente ou de la prestation de service ;
- le détail des produits vendus (nature, quantité, prix unitaire, montant) ;
- les déductions consenties
- les taux de TVA appliqués
- les acomptes perçus
- le mode de paiement (chèque, virement, espèce)
- le détail des produits vendus ou achetés, la quantité, le prix unitaire, le total,
Etc.

Les factures ainsi établies doivent être conservées pendant 10ans au moins, car elles
peuvent servir de preuve en cas de litige.

II.2.1.2 Les pièces de caisse

Ce sont des documents comptables qui justifient une entrée ou une sortie d'argent
dans la caisse de l'entreprise Dans le fonctionnement normal de l'entreprise, seul le
caissier doit être habilité à percevoir et à verser de l'argent pour le compte de
l’entreprise afin de limiter les risques de détournements.

24
II.2.1.3 Les pièces de banque

A l'inverse des pièces de caisse, ce sont des documents qui concernent la trésorerie
mais qui sont destinés à nos partenaires banquiers Il existe plusieurs documents de
caisse comme les bordereaux de versement espèces, les bordereaux de remise
chèques. Les avis de débit, les avis de crédit, etc. Tous ces documents permettent
à un moment ou à un autre de justifier des écarts éventuels entre le solde de la
comptabilité entreprise et le solde du compte à la banque.

II.2.1.4 Les bulletins de paie

Le bulletin de salaire ou fiche de paie est un document fourmi par l'employeur


attestant du salaire versé au salarié. L’émission d'un bulletin de paie est obligatoire
pour tous les salaires conformément à 'Article L3243-2 du code du travail Il est bon
de noter que ce bulletin doit être obligatoirement adossé à un contrat de travail.

II.2.1.5 Les déclarations fiscales et sociales

Les obligations fiscales et sociales sont celles qui démontrent la régularité de


l'entreprise au regard des cotisations aux services fiscaux et sociaux. Ces
déclarations concernent la Taxe sur la Valeur Ajoutée qui est un impôt collecté par
l'entreprise pour le compte de l'Etat. Ensuite, il y a les Impôts sur les Traitements
des Salaires (ITS) qui comprennent l'Impôt sur le Salaire (IS) et l'Impôt Général
sur les Revenus (IGR). Enfin, concernant les cotisations fiscales, on a la Taxe
Spéciale d'Equipement. Pour ce qui est des cotisations sociales, c’est la Caisse
Nationale de Prévoyance Sociale (CNPS) qui s'en charge Elle couvre notamment
les accidents de travail professionnel (AT), la cotisation retraite (CR et les
prestations familiales (PF).

25
Les cotisations FDFP sont reversées à ladite structure pour des programmations de
formations des salaries en fonction de plans préalablement approuves Ces
cotisations sont collectées par les services des impôts et reversés à cette structure.9

II.2.1.6 Les fiches d'imputations

Les imputations sur les fiches consistent à l’enregistrement des opérations


provenant des pièces comptables, afin de faciliter la saisi sur le logiciel SAARI
Comptabilité. Chaque fiche d'imputation représente un code journal Notamment la
Global Trade Limited a décrit ses codes journaux comme suit :

- journal Achat (ACH) ;


- journal Vente (VTE) ;
- journal Caisse (CAI) ;
- journal Banque (BQE) ;
- journal des Opérations Diverses (OD).

L’organisation de la comptabilité ainsi que le classement des pièces comptables


constituent le fondement de la présentation d’Etats Financiers en fin d'année. La
manière de tenir sa comptabilité a un impact significatif sur la bonne gestion de
l’entreprise. Il permet un gain de temps considérable en permettant, par exemple, a
une entreprise de retrouver très rapidement une facture fournisseurs / clients.

II.2.2 Manuel comptable de l’entreprise

Le manuel comptable de l’entreprise décrit particulièrement l’organisation


comptable de l’entreprise, les méthodes de saisie et de traitement des informations,
les politiques comptables et les supports utilisés. Il comprend notamment les
informations ayant trait :

9
Bernard Colasse, les fondements de la comptabilité, collection repères, éditions la découverte, Paris
2012

26
- à l'organisation générale de l'entreprise ;
- à l'organisation comptable de l'entreprise ;
- au plan des comptes et à la description du contenu des comptes et un guide
des imputations comptables ;
- à la description des procédures de collecte, de saisie, de traitement et de
contrôle des informations ;
- au système de classement et d’archivage ;
- aux livres comptables obligatoires et aux liens entre ces livres et autres
documents et pièces comptables ;
- au modèle retenu de présentation des états financiers ;
- au guide de justification des comptes et des travaux d’inventaires avec des
modèles de rapprochement et d’état de justification pour les travaux
récurrents ;
- au modèle d’instruction d’inventaire ;
- à l’organisation des travaux d’élaboration et de présentation des états
financiers.

Dans son ensemble, le deuxième chapitre nous a permis de faire ressortir


l’organisation comptable au regard du droit OHADA, aussi le système comptable et
les documents utilisés.

27
La première partie de notre étude notamment le chapitre I a été consacré à la
présentation de FORATEC LOTTIO SARL.

Le chapitre suivant a mis l’accent sur le processus d’organisation du droit


comptable OHADA et des différents documents comptables utilisé, nous
remarquons que plusieurs éléments tel que : les obligations aux regards du
SYSCOHADA, la présentation des états financiers, le système comptable ainsi que
les documents comptables, ont été pris en compte.

28
DEUXIEME PARTIE :
ANALYSE DE
L’ORGANISATION
COMPTABLE

29
La deuxième partie de notre mémoire, axée sur l’analyse et l’amélioration de
l’organisation comptable de FORATEC LOITIO, renferme deux (02) chapitres.

Dans le premier chapitre nous ferons la description de l’organisation comptable de


l’entreprise pour faire ressortir ses forces et faiblesse, dans le second chapitre nous
apporterons des solutions au différentes faiblesses détecté dans le but d’améliorer
l’organisation.

30
CHAPITRE I : DESCRIPTION DE L’ORGANISATION
COMPTABLE

Dans ce premier chapitre, il sera question pour nous d'expliquer comment


FORATEC LOITIO s'organise en matière de comptabilité, c’est pourquoi nous
ressortirons les différents documents comptable, commerciaux qu’elle utilise pour
retracer l’ensemble des opérations qui affectent son activité.

I. LES DOCUMENTS COMPTABLES ET COMMERCIAUX


Les documents comptables et commerciaux sont des pièces justificatives
permettant l’enregistrement des opérations comptable. Elle matérialise les faits et
actes de la société vis-à-vis des tiers, Il est donc conseillé que ces documents soient
bien rangés, classés afin qu'on puisse les retrouver plus facilement en cas de besoin.
A FORATEC LOITIO, nous avons pu noter les documents suivants :

I.1. Les documents comptables

Les documents utilisés comme pièces comptables justificative par FORATEC


LOITIO sont généralement les mêmes que celles utilisées dans toutes les structures
privées de taille identique. Elles vont des factures normalisées aux pièces de caisse
en passant par les bordereaux de banque.

I.1.1. Les factures normalisées

Ces factures sont différentes d’une facture ordinaire car elles comportent un sticker
rouge sur lequel est marqué « TVA ». La fonction du sticker est d'identifier, de
tracer et d'authentifier chaque facture émise de façon individuelle.

I.1.1.1. Les factures normalisées d'achat

Dans le cadre de son activité, FORATEC LOITIO a des relations d'affaires avec
plusieurs fournisseurs. Pour suivre les différents mouvements qui lient les deux
parties, plusieurs documents comptables sont exploités. La facture normalisée
31
d'achat représente un de ces documents. Ce sont des factures émises par les
fournisseurs de FORATEC LOITIO après chaque achat de marchandises. Ces
factures sont remises au service courrier de FORATEC LOITIO.

I.1.1.2. Les factures normalisées de prestation de service

Autant FORATEC LOITIO travaille avec des fournisseurs pour bénéficier de leurs
services, autant elle représente le fournisseur de certaines personnes. Les factures
émises donc par FORATEC LOITIO dans ce cas, sont des factures de prestation de
service. Elles sont émises après chaque prestation de service effectuée à ses
différents clients.

I.1.2. Les pièces de caisse

Au niveau de FORATEC LOITIO, les pièces de caisse sont établies et conservées


chez la caissière. En effet, elles servent de pièces comptables et justifient les entrées
et sorties de liquidités de la caisse. Les décaissements supérieurs à 250.000 Francs
pour le règlement de facture sont effectués par chèque. Lorsque le solde en caisse
atteint 100.000 Francs, une demande d'approvisionnement est remplie par la
caissière et soumis au responsable administratif et financier.

I.1.3. Les pièces de banque

Les relations avec la banque sont suivies par l’agent comptable. Aussi toutes les
opérations sont retracées grâce aux différents bordereaux. Nous avons plusieurs
instruments.

I.1.3.1. Les bordereaux de remise chèque

Ce sont des documents de banque disponibles à l'accueil. Le coursier de FORATEC


LOITIO les remplit à chaque fois qu'il doit effectuer des remises de chèques. On y
trouve comme références les mentions suivantes :

- la date du jour ;

32
- le numéro du chèque à déposer ;
- le numéro du compte à créditer ;
- le montant mentionné sur le chèque ;
- la banque sur laquelle le chèque est tiré ;
- le nom du déposant du chèque ;
- la signature.

Une fois que le bordereau est renseigné et déposé avec le chèque, une copie est
ramenée au bureau pour suivi et archivage.

I.1.3.2. Les bordereaux de versement espèces

Certains fournisseurs, qui paient au comptant, font les dépôts à la caisse. Lorsque
ce montant atteint un plafond indique, il est reversé à la banque sur le compte de
FORATEC LOITIO. Lors du versement, le coursier renseigne un bordereau sur
lequel il mentionne les informations suivantes :

- la date du jour ;
- le montant de l'espèce à déposer ;
- le numéro du compte à créditer ;
- le nom du déposant de l'espèce ;
- la signature.

Une copie du bordereau est ramenée au bureau pour servir de preuve de versement
et pour être archivée.

I.1.3.3. Les ordres de virement

Dans le cadre de certains règlements des fournisseurs, FORATEC LOITIO émet


des ordres de virement à leur endroit. C’est un document qui donne l'ordre à sa
banque de prélever un montant indiqué sur son compte et le transférer à un tiers.

33
I.1.3.4. Les chèques

Ce sont les documents de banque par excellence. Ils sont regroupés dans un
chéquier et renseignés à chaque fois que le besoin se fait sentir. Il peut s'agir de
règlements de fournisseurs, de paiement de salaires, etc. Pour chaque sortie de
cheque, une copie est établie pour garder les traces de l'opération. Le seul signataire
sur les deux comptes est le gérant.

I.2. Les documents commerciaux

Pour réduire les risques de litige et d'impayé, l'entreprise doit prêter une attention
particulière aux documents qu'elle émet. Elle doit particulièrement être attentive à
la rédaction des bons de commande ou de livraison.

I.2.1. Les bons de commande

Le bon de commande matérialise l'accord avec le client, il mentionne les conditions


générales de vente, les droits et les obligations de l'entreprise et de son client et
peut confirmer ou modifier certaines clauses ou éléments de la proposition
commerciale. II comprend les articles, les références, la date, les noms des Sociétés.
Le bon de commande est émis à la suite de l'accord entre les deux parties à savoir
FORATEC LOITIO et le fournisseur.

I.2.2. Les bons de livraison

Ils confirment l'exécution de la commande. En général, ils accompagnent le bien


livré et doivent être signés par le client afin d'attester de la bonne livraison et
réception du bien ou du service. Les bons de livraison réceptionnés à FORATEC
LOITIO, le sont par le responsable des stocks. Ceux-ci font les entrées en magasin
et les bons de livraison serviront de pièces d’inventaire au moment opportun.

34
II. EVALUATION DE L'ORGANISATION COMPTABLE
Le système de gestion de la comptabilité de FORATEC LOITIO est organisé de
façon à répondre à un certain nombre de critères. Ceux-ci sont plus ou moins fondés
au regard de l'esprit OHADA. En nous basant sur des textes qui régissent la
comptabilité dans notre zone économique et monétaire, nous allons faire ressortir
les points forts et les points faibles que nous avons pu recenser.

II.1 Les forces décelées dans l'organisation comptable

Dans toute entreprise, il existe un minimum d'organisation, C'est cette organisation


qui est préalable à tout contrôle ou évaluation. Au cours de notre revue, nous avons
souligné quelques bons points que nous avons jugés utile de mettre en exergue.

II.1.1 Existence de factures normalisées

Les factures délivrées et reçues par FORATEC LOITIO sont toutes conformes aux
prescriptions exigées par la loi. Que ce soit dans le cadre des achats ou des ventes,
FORATEC LOITIO prend le soin de se conformer aux obligations légales. Cet état
d'esprit lui permet d'éviter des redressements fiscaux en cas de contrôle des agents
des impôts.

II.1.2 Existence d'une caisse

Le fait pour FORATEC LOITIO de disposer d'une caisse qui enregistre les entrées
et les sorties d'espèces pourrait constituer un signe de gestion saine de ses
ressources. De plus, le fait de disposer d'outils tels que les pièces de caisse, un
registre d'entrées et de sorties, lui permet de prévenir la fraude.

II.1.3 Existence de bons de commande

Le niveau de performance d'une unité comptable est étroitement lié aux différents
documents justificatifs dont elle dispose. En ce qui concerne les preuves d'un achat,
le bon de commande vient manifester la volonté d'acquérir un bien en respectant

35
une certaine procédure, aussi permet de déjà tenir compte des futures factures
d’achat et de mieux suivre les dépenses engagées. Le fait pour FORATEC LOITIO
de mettre en application cette procédure laisse transparaitre un bon niveau de
sécurité.

II.1.4 Existence de bons de livraison

Associé au bon de commande, le bon de livraison vient attester de la véracité de la


livraison du bien commandé, Le fait pour FORATEC LOITIO d'exiger cet
instrument de gestion est un gage de transparence.

II.1.5 Existence d'un logiciel de comptabilité

L’une des forces majeures de FORATEC LOITIO est le fait que toutes ses
opérations comptables sont enregistrées dans un logiciel de comptabilité. En effet
celui-ci lui permet de sécuriser le processus de gestion de la comptabilité, faire
gagner du temps et même simplifier les échanges avec les experts comptables.

II.2 Les faiblesses décelées dans l'organisation comptable

Après avoir retracé les forces de l'organisation comptable de FORATEC LOITIO,


il est opportun de parler des faiblesses dans le but de les corriger et ainsi optimiser
la gestion au quotidien.

II.2.1 Mauvaise conservation des pièces comptables

Les factures d'achat, de vente et autres documents comptables ne sont pas conservés
de façon adéquate par les responsables de la comptabilité. Les sites de
rassemblement des factures sont éparpillés, ce qui constitue un risque de perte.
Lorsque le coursier les rassemble et à les achemine au bureau, ils sont rangés sans
aucune mesure dans des armoires non conventionnelles.

36
II.2.2 Absence de rapport d'arrêté de caisse

Dans la gestion au quotidien de sa caisse, la caissière de FORATEC LOITTIO fait


face à de nombreuses transactions. En fin de journée, aucun arrêté de cette caisse
n’est fait pour s'assurer de sa tenue correcte. Toute chose qui pourrait s'avérer
inquiétante dans la mesure où le solde réel et le solde théorique peuvent ne pas
concorder. Si l'état d'arrêté de caisse n'est pas établi, la comptabilité peut se
retrouver avec un montant dans son compte 571 qui n'est pas juste. Il va donc se
poser une question de sincérité des états financiers qui seront produits à la suite de
ces saisies.

II.2.3 Absence de rapport d'inventaire des produits

Nous n'avons eu accès à aucun document d'inventaire durant notre période de stage
à FORATEC LOITIO. Nous n'avons assisté non plus à aucun inventaire des
produits finis durant nos 3 mois de stage Cette réalité constitue un manquement
grave aux dispositions du système comptable OHADA. L'absence d'inventaires des
produits nous conduit à utiliser un fichier des produits fini obsolète mais toujours
présent dans notre base de données. Ce qui nous conduit inéluctablement à la
production de documents de synthèse ne traduisant pas une image fidèle de nos
comptes

II.2.4 Insuffisance d’information

L’agent comptable n’est souvent pas en possession de toutes les pièces comptables
qui retracent l'activité de l'entreprise. L'insuffisance d'information est un frein à
l'organisation comptable de l'entreprise. L'entretient avec la FORATEC LOITIO
de même révélé que l'information ne circule pas bien au sein de l'entreprise, et il
n'y a pas de respect des postes.

37
II.2.5 Absence de manuel de procédure comptable

Le manuel de procédure est une documentation descriptive qui doit permettre une
meilleure compréhension des systèmes d’informations et une amélioration de la
gestion de l’entreprise en tant que guide opératoire qui indique le circuit de
traitement des différentes opérations. Son absence risque de freiner l’entreprise
dans l’atteinte de ses objectifs ainsi que de corrompre la qualité de son système
d’information.

Dans ce chapitre, il était question d’évaluer l’organisation comptable de


FORATEC LOITIO. Nous l’avons quelques peut décrire et cela nous a permis de
relever certaines forces mais aussi des faiblesses auxquels elles seraient
confrontées.

38
CHAPITRE II : AMELIORATION DE L’ORGANISATION
COMPTABLE

Au précèdent chapitre, nous avons fait ressortir des faiblesses rencontrées au


niveau de l’organisation comptable de FORATEC LOITIO. Ici, il sera question
d’apporter des pistes de solution aux différentes faiblesses recensés.

I. LES TRAVAUX D’AMELIORATION DE L’ORGANISATION


Avant d’aborder la mise en place d’un manuel de procédure qui constitue le point
culminant de ce chapitre, il est indispensable de mener quelques travaux
représentant des solutions aux problèmes rencontres dans l’organisation comptable
de FORAETEC LOITIO.

I.1 Les travaux préliminaires

Ces travaux représentent la première partie de l’étape d’amélioration de


l’organisation comptable, il consiste à apporter des recommandations sur les
faiblesses primaires constaté au cours de notre étude.

I.1.1 La prise en compte des arrêtés de caisse

Pour le bon suivi de ses opérations au niveau de la caisse, nous avons fortement
recommandé à l’agent comptable de mener les arrêtés quotidiens de la caisse
chaque jour. Nous lui avons proposé une fiche de contrôle qu’il peut utiliser pour
mener cette tâche. C’est un document qui reprend les soldes antérieurs et qui tient
compte des mouvements du jour pour dégager le solde théorique disponible. C’est
ce solde qui sera confronté au comptage physique qui sera ait et qui sera mentionné
sur une autre fiche dite de « comptage ».

I.1.2 La prise en compte de l’inventaire des immobilisations

L’étude de la prise en compte de l’inventaire des immobilisations se fera en


inventaire théorique et en inventaire réel des immobilisations.

39
I.1.2.1 L’inventaire théorique des immobilisations

Nous avons constaté lors de notre stage que FORATEC LOITIO avait un inventaire
déjà informatisé. Cependant, les inventaires physiques ne se faisaient pas afin de
procéder à une comparaison à la clôture d’un exercice comptable. Nous avons donc
recommandé à l’agent comptable que cela soit fait afin d’éviter qu’il y ait des
erreurs dans les états de l’exercice comptable.

I.1.2.2 L’inventaire réel des immobilisations

En notre présence, il n’a pas eu d’inventaire physique des immobilisations. Nous


avons donc recommandé au comptable de tenir un fichier extra comptable sur le
logiciel Excel pour suivre l’évolution des différentes immobilisations dont dispose
FORATEC LOITIO. Ce suivi ne sera possible que grâce aux inventaires physiques
de fin d’année par lui-même pour s’assurer de la réalité de chaque bien. Une fois
qu’il sera convaincu de cette réalité, il pourra alors débiter ou créditer son compte
de classe 2. Il pourra aussi passer les amortissements qui s’imposent.

I.1.3 La prise en compte de l’archivage des pièces comptables

Nous avons constaté lors de notre stage que la conservation des pièces
comptables étaient mal effectués par FORATEC LOITIO, ce qui par conséquent
entrainait souvent la disparition de certaines pièces. Nous avons donc
recommandé à l’agent comptable de faire appel à un archiviste afin de classer, et
archivée toutes les pièces comptables dans un local défini pour.

I.1.4 La prise en compte de la gestion des ressources humaines

Nous avons également constaté que l’information ne circulai pas correctement dans
l’entreprise, des difficultés au niveau de la récupération de certaines pièces
comptable essentielle à l’enregistrement. Nous avons suggéré au comptable de
sensibiliser le personnel quant à la fourniture de preuve plus pertinente justifiant
leurs différentes dépenses.
40
II. LA MISE EN PLACE D’UN MANUEL DE PROCEDURE
Nous présenterons sont importance puis les différents éléments constitutifs.

II.1 Importance

Le système comptable utilisé est le système OHADA, ce qui nous amène donc a
faire ressortir a la suite son importance au regard de l’OHADA.
II.1.1 Au regard de l’OHADA

L'objectif de la procédure est donc se positionner sur le référentiel. Le manuel de


procédures comptables doit répondre aux exigences de ce référentiel. L'objectif de
la comptabilité est donc de constater les flux financiers, de les analyser, les
regrouper selon des critères bien déterminés, les enregistrés et en faire la synthèse
sous forme d'états financiers qui puissent renseigner les responsables et les
partenaires (clients, fournisseurs, banques, Etat, etc.).

Dans le but de faciliter la compréhension, nous proposons de scinder le manuel en


deux parties :

- Le cycle des recettes ;


- Le cycle des dépenses.

II.2 Le cycle des recettes

Nous parlerons dans cette partie des différents moyens d’entrée des recettes et la
gestion des clients.

II.2.1 La procédure des prestations(ventes)

La procédure des prestations consiste à décrire tout le processus par lequel un client
obtient de l’entreprise la prestation dont il a besoin :

- le suivi des commandes ;


- la facturation des prestations ;

41
- le recouvrement des créances ;
- livraison des prestations.

Toutefois, la livraison des prestations est fonction des conditions consenties entre
l'entreprise et ses clients. Ainsi, les livraisons peuvent intervenir : après le
règlement total de la facture, avant le règlement total de la facture ou après le
règlement partiel du montant total de la facture.

II.2.2 la gestion des recettes

Nous parlerons dans cette partie de la gestion de la caisse et de la banque.

II.2.2.1 Les procédures comptables et financières de caisse

La procédure doit permettre la gestion de la menue caisse. Elle décrit les différents
intervenants et les documents de base.

Les approvisionnements de la caisse faits à partir des banques sont réduits pour
plus d’assuré. La caissière est chargée d'assurer la tenue de la caisse dont le contrôle
mensuel est assuré par elle et le l’agent comptable qui établit un contrôle avec le
solde CAISSE qui se trouve dans son logiciel. Les opérations de recettes ou débit
de caisse font l'objet d'une pièce de recette établie avec les pièces justificatives
(factures clients, pièce de virement de fonds internes). Un second contrôle en fin
de mois est effectué par le responsable administratif et financier qui pointe le
brouillard avec les pièces justificatives conservées sur classeur « caisse » et les
enregistrements comptables effectués par le l’agent comptable. Il approuve le
brouillard de caisse en recettes, dépenses et solde par apposition de sa signature.

II.2.2.2 La procédure comptable et financière de la banque

La procédure permet d'identifier le circuit des règlements effectués par la banque.


La procédure doit donner l'assurance que :

42
- les opérations relatives à la banque sont rapidement et correctement
enregistrées par le l’agent comptable ;
- les mouvements non autorisés sont rapidement portés à l'attention du
directeur.

Cette procédure reprend les opérations surtout de comptabilisation des règlements


et mise à jour des comptes concernés.

Les procédures doivent donner la garantie que les règlements font l'objet d'une
comptabilisation rapide dans les comptes concernés.

II.2.2.3 Les autres sous procédure recettes

Hormis les recettes récoltées par la caisse et la banque, d'autres procédures sont
également prévues tels que le virement bancaire qui est une transaction de banque
en banque qui permet le suivi du compte client en liaison avec la banque.

II.2.3 La gestion des clients

Le processus de gestion des clients qui incombe à la partie administrative et


comptable de La société FORATEC LOITIO vise les points suivants :

- les bons de commande ;


- l’ouverture d’un compte client ;
- la facturation ;
- le recouvrement.

II.3 Le cycle des dépenses

Nous parlerons dans ce cycle des différentes procédures liées à la gestion des
fournisseurs et du personnel.

43
II.3.1 La gestion des fournisseurs

Nous ferons ressortir deux grands points dans la gestion des fournisseurs à savoir
la procédure d’achat et celle des règlements.

II.3.1.1 La procédure des achats

La procédure des achats consiste à décrire le processus consistant à mettre à la


disposition des services de l'entreprise ceux dont ils ont besoin pour mener à bien
leur activité de commercialisation ou de prestations de service. La procédure
d'achat comprendra les tâches suivantes :

- réception des besoins d'achat ou de service ;


- vérification de l'existence de ces besoins d'achat ou de service ;
- validation des besoins par le responsable de service ;
- évaluation et la sélection des fournisseurs ;
- passation de la commande à travers un bon de commande ;
- suivi de la commande réception de la commande et de la facture.

Nous avons observé que FORATEC LOITIO acquiert les marchandises à crédit
auprès de certains fournisseurs dans un délai de 15 à 30 jours, tandis que d'autres
exigent le paiement au comptant.

II.3.1.2 La procédure des règlements

Pour la bonne gestion de la trésorerie le RAF doit établir un plan de trésorerie, le


plan de trésorerie permet de situer les périodes des règlements. A titre d'exemples
on aura :

- Chaque 08 du mois pour les impôts directs et indirects à échéance le 10 ;


- Chaque 13 du mois pour les cotisations sociales à l'échéance le 15 ;
- Chaque 20 du mois pour les fournisseurs locaux dont les factures sont
échues.

44
II.3.2 La gestion du Personnel

La gestion du personnel est d'une importance primordiale, non seulement à cause


des implications sociales et légales, mais aussi parce que les ressources humaines
constituent un facteur indispensable à l'accomplissement des objectifs de
FORATEC LOITIO. Le contrôle interne sur les opérations relatives au personnel
doit notamment donner l'assurance que :

- La rémunération est conforme au contrat et conformément au texte


réglementaire ;
- L’entreprise s'acquitte normalement des charges sociales ;
- L’entreprise s'acquitte normalement des impôts sur salaire.

Le traitement de la paie dans une entreprise est un point sensible non seulement à
cause de ses implications sociales, mais aussi parce que c'est un domaine où les
erreurs et les fraudes sont fréquente.

Aussi notons qu’avec l’absence d’intégration du logiciel de paie au logiciel


comptable, le reversement automatique des éléments de salaire n’est pas effectué.
Les écritures de comptabilisation sont imputées manuellement. Les éléments des
salaires tirés par le logiciel et une photocopie de la lettre de virement restent avec
le l’agent comptable pour la comptabilisation. Il faut noter que FORATEC LOITIO
utilise un journal de fiche individuel pour chaque employé. Le journal des
opérations diverses permet de récapituler les éléments de salaire de chaque mois
ainsi que les charges sociales.

45
Pour cette deuxième partie, retenons que FORATEC LOITIO a son organisation
comptable bien établi par lui. Cependant, celui-ci présenterait certaines faiblesses,
pour ce fait des critiques et suggestions ont été apportées en vue de l’amélioration
de l’organisation comptable de l’entreprise.

46
CONCLUSION

47
Cette présente étude nous a permis d’évaluer nos connaissances théoriques avec les
réalités rencontré dans le monde professionnel. Grace a une méthodologie assez
rigoureuse, nous avons mené une démarche qui a conduit en l’amélioration de
l’organisation comptable de FORATEC LOITIO. Le bien fondé de certains
enseignement reçu durant notre formation a Agitel Formation a été bien justifié
dans les différentes étapes de cette étude, effet notre formation basée sur la
comptabilité, la gestion en générale nous a été bénéfique car elle nous a permis de
palier a de nombreuses faiblesses rencontrées.

Notre thème d’étude qui s’articule autour de l’amélioration de l’organisation


comptable de FORATEC LOITIO a été enrichissant sur plusieurs points. Dans un
premier temps nous avons effectué une prise de connaissance générale à travers la
présentation de FORATEC LOITIO de son historique, son fonctionnement a son
organisation comptable, cette prise de connaissance constitue pour nous la phase
ultime de lancement de notre mission de diagnostic. Au travers de cette phase
préliminaire, nous nous sommes familiarisés avec l’entreprise et sur certains
éléments indispensables.

Aussi, nous avons posé les bases de notre travail en menant une étude théorique sur
notre sujet. Cette étude se devait d’être assise sur un fondement solide. Ce
fondement a été par la suite développé dans notre cadre conceptuel, à savoir
« l’organisation comptable au regard de normes généralement admises ». Pour
mener à bien cette étape, des ouvrages généraux et spécifiques ont orienté notre
étude. Nous avons aussi effectué des recherches sur internet. Tout ce travail en
grosso modo, nous a permis de fixer un ensemble d’objectif à atteindre si nous
voulons asseoir une bonne organisation comptable a FORATEC LOITIO tout aux
regards du droit comptable OHADA.

Dès lors que nos bases ont été fixées, nous parcourons le 3ème chapitre consacré à
la description de l’organisation comptable de FORATEC LOITIO. Cette prise de
connaissance spécifique nous a permis de comprendre son environnement
48
comptable. Et au regard des bonnes pratiques, nous avons mené un diagnostic pour
dégager les forces et faiblesses de l’organisation tel qu’il est conçu. De nombreux
point fort ont été relevés, notamment, la disponibilité de documents comptable,
commercial important pour la justification des opérations de FORATEC LOITIO
et, l’existence de logiciel comptable pour l’enregistrement périodique de ses
opérations.

Aussi de nombreux point faible ont été également détectés. Ils vont de l’absence
d’un manuel comptable a une organisation comptable approximative. Nous avons
aussi la disparition de certaines pièces comptable entrainé par le manque de suivi
au niveau de leur archivage.

De toute évidence, nous avons pu constater que la comptabilité n’est que le reflet
de l’organisation du contrôle interne. En fonction des solutions que nous aurons à
mettre en place, nos états financiers seront plus fiables.

Notre dernière partie a été consacré exclusivement en l’amélioration de


l’organisation comptable de FORATEC LOITIO, nous avons procéder par
quelques suggestions afin de palier a ses faiblesses pour finir par la mise en place
d’un manuel de procédure. Tout cela a été fait en respectant harmonieusement les
droit et obligations aux regards du droit OHADA.

49
BIBLIOGRAPHIE

50
OUVRAGES GENERAUX :
▪ Collasse Bernard, Encyclopédie de la comptabilité, contrôle de gestion et
audit, Paris, édition 2000, 1472p.
▪ HENRY Alain & MONKAN – DAVERAT Ignace, Rédiger les procédures
de l’entreprises, 3eme édition de PARIS, Edition d’organisation-PARIS,
2001, P 184 Comptabilité pour les nuls.

OUVRAGES SPECIFIQUES :
▪ DOBILL Marcel, Comptabilité OHADA, Tome 1, Paris Karthala 2013, 432p.
▪ Kamdem David, Système comptable OHADA (SYSCO) : comptabilité
générale, Dianoia 15 décembre 2004, 254p.
▪ NDENE Martin, le référentiel comptable OHADA révisé avec les normes
IFRS : Les missions des professionnels du chiffre, 254p.
▪ Daniel Ngoma-Ya-Nzuzi, Manuel du système comptable OHADA : Théorie
et pratique, 1ère édition, Paris, Bruylant, 2015, 1088 p.

WEBOGRAPIE :

▪ http://ohada.org 20/01/2020
▪ http://fr.wikipedia.org 17/03/2020
▪ http://procomptable.com 05/05/2020

51
ANNEXES

52
Liste des annexes :
Annexe 1 : Organigramme de FORATEC LOITIO
Annexe 2 : Facture d’achat
Annexe 3 : Bon de commande
Annexe 4 : Piece de caisse
Annexe 5 : Exemplaire de devis forage

53
Annexe 1 : Organigramme de FORATEC LOITIO

54
Annexe 2 : Exemplaire de facture d’achat

55
Annexe 3 : Bon de commande

56
Annexe 4 : Piece de caisse

57
Annexe 5 : Exemplaire de devis forage

58
TABLE DES MATIERES

DEDICACE : ........................................................................................................I
REMERCIEMENTS .......................................................................................... II
AVANT – PROPOS ......................................................................................... III
SYNTHESE........................................................................................................ IV
SIGLES ET ABREVIATIONS ........................................................................ VI

INTRODUCTION ............................................................................................... 1

PREMIERE PARTIE : ....................................................................................... 7


PRESENTATION DU CADRE DE L’ETUDE ................................................ 7
CHAPITRE I : CADRE INSTITUTIONNEL DE L’ETUDE ........................ 9
I.HISTORIQUE DE FORATEC LOITIO........................................................ 9
I.1 Historique ....................................................................................................... 9
I.1.1 La création ................................................................................................... 9
I.1.2 L’évolution .................................................................................................. 9
II.ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DE L’ENTREPRISE ..... 10
II.1 La direction administrative et financière .................................................... 10
II.1.1 Le directeur administratif et financier...................................................... 10
II.1.2 le secrétariat ............................................................................................. 11
II.1.3 Le service comptable et financier ............................................................ 11
II.1.4 La caisse ................................................................................................... 12
II.2 La direction technique ................................................................................. 12
II.2.1 Le directeur technique .............................................................................. 12
II.2.2 Le bureau d’études ................................................................................... 13
II.2.3 L’équipe exécutive ................................................................................... 13

CHAPITRE II : PRESENTATION DU CADRE CONCEPTUEL.............. 15


I. L’ORANISATION COMPTABLE AU REGARD DU DROIT OHADA15

59
I.1 les obligations au regard du SYSCOHADA ................................................ 15
I.1.1 les obligations légales du SYSCOHADA ................................................. 15
I.1.2 Conditions impératives de l'organisation comptable ................................. 16
I.1.2.1 La langue officielle ................................................................................. 16
I.1.2.2 La partie double ...................................................................................... 16
I.1.2.3 L'enregistrement chronologique ............................................................. 17
I.I.2.4 Un plan de comptes ................................................................................. 17
I.1.2.5 La publicité légale des comptes .............................................................. 17
I.1.3 Les livres et autres supports obligatoires .................................................. 18
I.1.3.1 Le livre journal ....................................................................................... 18
I.1.3.2 Le grand livre.......................................................................................... 19
I.1.3.3 La balance générale des comptes ........................................................... 19
I.1.3.4 Le livre d'inventaire ................................................................................ 20
I.2 Présentation des états financiers ................................................................... 20
I.2.1 Le système normal ..................................................................................... 21
I.2.2 Le système allégé....................................................................................... 21
I.2.3 Le système minimal de trésorerie .............................................................. 21
II. LE SYSTEME COMPTABLE ET LES DOCUMENTS
COMPTABLES ................................................................................................. 22
II.1 Le système comptable ................................................................................. 22
II.1.1 Le système classique ................................................................................ 22
II.1.2 Le système centralisateur ......................................................................... 23
II.1.2.1 La comptabilité auxiliaire ..................................................................... 23
II.2 Les documents comptables ......................................................................... 23
II.2.1 Les documents comptables justificatifs ................................................... 23
II.2.1.1 Les factures ........................................................................................... 24
II.2.1.2 Les pièces de caisse............................................................................... 24
II.2.1.3 Les pièces de banque............................................................................. 25
II.2.1.4 Les bulletins de paie.............................................................................. 25
II.2.1.5 Les déclarations fiscales et sociales (déclarations de T.V.A, d'IS, de
FDFP, de TSE, de l’IGR.) .................................................................................. 25

60
II.2.1.6 Les fiches d'imputations ........................................................................ 26
II.2.2 Manuel comptable de l’entreprise ............................................................ 26

DEUXIEME PARTIE : ANALYSE DE L’ORGANISATION COMPTABLE


............................................................................................................................. 29
CHAPITRE I : DESCRIPTION DE L’ORGANISATION COMPTABLE 31
I. LES DOCUMENTS COMPTABLES ET COMMERCIAUX ............... 31
I.1. Les documents comptables .......................................................................... 31
I.1.1. Les factures normalisées........................................................................... 31
I.1.1.1. Les factures normalisées d'achat ........................................................... 31
I.1.1.2. Les factures normalisées de prestation de service ................................. 32
I.1.2. Les pièces de caisse .................................................................................. 32
I.1.3. Les pièces de banque ................................................................................ 32
I.1.3.1. Les bordereaux de remise chèque.......................................................... 32
I.1.3.2. Les bordereaux de versement espèces ................................................... 33
I.1.3.3. Les ordres de virement .......................................................................... 33
I.1.3.4. Les chèques............................................................................................ 34
I.2. Les documents commerciaux ...................................................................... 34
I.2.1. Les bons de commande............................................................................. 34
I.2.2. Les bons de livraison ................................................................................ 34
II. EVALUATION DE L'ORGANISATION COMPTABLE .................. 35
II.1 Les forces décelées dans l'organisation comptable ..................................... 35
II.1.1 Existence de factures normalisées ........................................................... 35
II.1.2 Existence d'une caisse .............................................................................. 35
II.1.3 Existence de bons de commande ............................................................. 35
II.1.4 Existence de bons de livraison ................................................................. 36
II.1.5 Existence d'un logiciel de comptabilité ................................................... 36
II.2 Les faiblesses décelées dans l'organisation comptable ............................... 36
II.2.1 Mauvaise conservation des pièces comptables ........................................ 36
II.2.2 Absence de rapport d'arrêté de caisse ...................................................... 37
II.2.3 Absence de rapport d'inventaire des produits .......................................... 37

61
II.2.4 Insuffisance d’information ....................................................................... 37
II.2.5 Absence de manuel de procédure comptable ........................................... 38

CHAPITRE II : AMELIORATION DE L’ORGANISATION COMPTABLE


............................................................................................................................. 39
I. LES TRAVAUX D’AMELIORATION DE L’ORGANISATION ........ 39
I.1 Les travaux préliminaires ............................................................................. 39
I.1.1 La prise en compte des arrêtés de caisse ................................................... 39
I.1.2 La prise en compte de l’inventaire des immobilisations ........................... 39
I.1.2.1 L’inventaire théorique des immobilisations ........................................... 40
I.1.2.2 L’inventaire réel des immobilisations .................................................... 40
I.1.3 La prise en compte de l’archivage des pièces comptables ........................ 40
I.1.4 La prise en compte de la gestion des ressources humaines ....................... 40
II. LA MISE EN PLACE D’UN MANUEL DE PROCEDURE .............. 41
II.1 Importance................................................................................................... 41
II.1.1 Au regard de l’OHADA ........................................................................... 41
II.2 Le cycle des recettes ................................................................................... 41
II.2.1 La procédure des prestations(ventes) ....................................................... 41
II.2.2 la gestion des recettes ............................................................................... 42
II.2.2.1 Les procédures comptables et financières de caisse ............................. 42
II.2.2.2 La procédure comptable et financière de la banque ............................. 42
II.2.2.3 Les autres sous procédure recettes ........................................................ 43
II.2.3 La gestion des clients ............................................................................... 43
II.3 Le cycle des dépenses ................................................................................. 43
II.3.1 La gestion des fournisseurs ...................................................................... 44
II.3.1.1 La procédure des achats ........................................................................ 44
II.3.1.2 La procédure des règlements ................................................................ 44
II.3.2 La gestion du Personnel ........................................................................... 45

CONCLUSION .................................................................................................. 47
BIBLIOGRAPHIE ............................................................................................ 50

62
ANNEXES .......................................................................................................... 52
TABLE DES MATIERES ................................................................................ 59

63

Vous aimerez peut-être aussi