Vous êtes sur la page 1sur 3

Ⅰ C’est quoi GPS 

La navigation GPS signifie « Global Positioning System » a été


développée par les Américains pour fournir des services de
positionnement, de navigation et de guidage par satellite. Bien que destiné
à un usage militaire, tous les civils peuvent désormais accéder au GPS
grâce à des appareils équipés de récepteurs GPS. Par conséquent, toute
personne possédant un GPS de voiture, de vélo ou de marche peut savoir
où il se trouve à partir des coordonnées géographiques communiquées par
l'appareil. Combiné avec un logiciel de cartographie, le GPS devient un
moyen d'atteindre la destination, que ce soit en voiture ou en randonnée,
vous ne vous perdrez pas.
Ⅱ L’histoire du GPS 
1. Comment tout a commencé 
En 1957, l'ex-Union soviétique a lancé le premier satellite artificiel :
Spoutnik 1. Les scientifiques ont rapidement appris qu'en utilisant l'effet
Doppler, l'orbite d'un satellite peut être calculée. De là, par inversion, on
peut utiliser des satellites pour calculer la position du récepteur sur la
terre. La base du GPS actuel a été posée par l'armée américaine au début
des années 1960 et est devenue plus tard NAVSTAR. Le premier satellite
du nouveau GPS NAVSTAR a été lancé en 1974, et 11 satellites ont été
lancés pour des tests entre 1978 et 1985. La constellation complète de 24
satellites a été achevée en 1993 et votre système de navigation peut
désormais bénéficier d'une couverture GPS mondiale.
2. Le GPS pour tous 
Initialement, le GPS a été conçu spécifiquement pour un usage militaire.
Mais une catastrophe s'est produite. Le 1er septembre 1983, Korian
Airlines KAL007 volant d'Anchorage à Séoul a dévié de sa route et est
entré dans l'espace aérien soviétique, et a été abattu par des avions de
chasse soviétiques Su-15. Les 269 passagers et membres d'équipage ont
été tués.
Deux semaines plus tard, le président américain Ronald Reagan a proposé
de rendre le GPS disponible pour un usage civil afin que les erreurs de
navigation ne provoquent plus un tel désastre. Bien que ce ne soit pas la
seule raison, la catastrophe de « Korean Air » est sans aucun doute un
catalyseur important pour que les civils utilisent le GPS.
3. Accessibilité sélective 
Le gouvernement américain a dépensé environ 12 milliards de dollars
pour développer le système de navigation le plus précis au monde et a
introduit une fonctionnalité appelée Accessibilité sélective dans
NAVSTAR pour limiter sa précision aux utilisateurs civils et garantir qu'il
n'y a pas d'ennemis ou d'organisations terroristes Capacité à développer
des armes de précision en utilisant GPS.

Cela inclut l'introduction d'erreurs délibérées dans la transmission du


signal de chaque satellite. Les utilisateurs militaires peuvent accéder à un
système entièrement précis en déchiffrant la deuxième fréquence sécurisée
qui est transmise en même temps. Puis, pendant la guerre du Golfe,
l'armée américaine avait besoin de plus de récepteurs GPS qu'elle n'en
avait. Ce problème est résolu en utilisant un récepteur GPS civil.
Cependant, afin d'améliorer la précision de ces appareils, l'accessibilité
sélective a été temporairement désactivée.

En 2000, le président américain Bill Clinton a annoncé que les


fonctionnalités d'accessibilité sélective seraient complètement fermées.
Cette décision a été facilitée par l'évaluation de la menace du
gouvernement américain, qui a conclu que la désactivation de l'accès
sélectif a le moins d'impact sur la sécurité nationale. Cependant, dans le
même commentaire, il a précisé que si la sécurité nationale est menacée,
les États-Unis peuvent toujours « refuser sélectivement » d'envoyer des
signaux GPS à des zones spécifiques.

4. Les derniers développements de GPS : 

Aujourd'hui, le GPS s'est beaucoup développé, car il couvre des distances


bien plus grandes, a atteint le summum de la précision, et est devenu
l'élément le plus important de la recherche spatiale et la mission
‘mars2020’ est le meilleur exemple de ce développement.

5. La mission ‘mars2020’ et le robot « perseverance »

Mars 2020 est une mission spatiale d'exploration de la planète Mars


développée par le JPL, établissement de l'agence spatiale américaine. La
mission consiste à déployer l'astromobile Perseverance sur le sol martien
pour étudier sa surface et collecter des échantillons du sol martien lancé le
30 juillet 2020 après six mois et demi de voyage environ et un voyage de
470 millions de kilomètres depuis la Terre, le vaisseau spatial a traversé
l'atmosphère martienne. Pendant cette étape, son bouclier thermique a dû
supporter des températures allant jusqu'à 2 100 °C (3 800 °F). À environ
11 km au-dessus du sol, l'engin spatial a déployé un parachute,
ralentissant la charge utile la plus lourde de l'histoire de l'exploration de
Mars, passant d'une vitesse de Mach 1,7 (2 099 km/h) à environ 320 km/h
(200 mph), le rover s'est posé sans encombre sur Mars le 18 février 2021.
La phase d'atterrissage, entièrement programmée à l'avance en raison de la
dizaine de minutes que met le signal du rover pour nous parvenir, était le
moment fatidique de cette première partie de l’aventure. À tel point que la
Nasa l'appelle "les sept minutes de terreur". À l'occasion de cette
manœuvre, l'agence américaine a testé le « Range Trigger », une
technique permettant de poser l'appareil au plus près du point de chute
déterminé, à condition d'avoir le bon timing.

« Si le vaisseau spatial devait dépasser la cible d'atterrissage, le parachute


se serait déployé plus tôt », commentait la Nasa.

« Si le vaisseau spatial devait se poser avant la cible, le parachute se serait


déployé plus tard, après qu’il se soit un peu rapproché. » Donc une petite
erreur de précision au niveau du GPS (en trajectoire ou en atterrissage)
aurait conduit à l'échec de toute l’opération. (Marc. Z. Karyl. A. K. A,
2021)

(NASA)

Vous aimerez peut-être aussi