Vous êtes sur la page 1sur 7

Universidad Industrial de Santander

Escuela de Idiomas
Licenciatura en Español y Literatura
Literatura Francófona – Danilo Rey
Christian Camilo Ortiz Salazar
2150861
Dissertation Finale – Molière et le classicisme

Le théâtre de Molière comme critique de la société.

Introduction

Jean-Baptiste Poquelin, plus connu sous le nom de Molière, se démarque et impressionne la


société de son temps par son travail. Cet auteur français était l'un des meilleurs scénaristes
de tous les temps. La critique sociale à Molière portait sur un sujet controversé car le rôle
des femmes dans la société et la promotion du changement à partir de cela étaient les
principales caractéristiques de son travail. De cette façon, l'auteur passe par les différentes
manières de faire du théâtre. Le développement du travail de l'auteur est essentiel pour
trouver le sens de sa critique sociale. Dans la comédie Molière trouve le genre précis pour
rendre visibles les problèmes de son temps.
L'œuvre qui aboutit à une grande œuvre est L’école des femmes, là le style de l'auteur est
évident, puisqu'elle représente en quelque sorte sa vie mais éloignée des personnages qui la
représentent. Et le plus important, c'est qu'il donne à ses personnages une prise de
conscience qui leur permet de réfléchir aux changements forts de la société du XVIIe
siècle.
Théâtre

Le metteur en scène Declan Donnellan définit et démontre l'importance du théâtre dans


l'histoire humaine. « Jouer est un mystère, tout comme le théâtre. Nous nous réunissons
dans un espace et le divisons en deux moitiés, dont l'une fait office d'histoires pour l'autre.
Nous ne connaissons aucune société où ces rites ne se produisent jamais ». En ce sens,
raconte l'histoire d'une manière qui semble avoir également ignoré les faits. Dans le théâtre
français, trois règles sont fondamentales dans la construction d'une œuvre : Unité de temps,
unité d'action et unité d'espace. L'auteur prend en compte les trois unités pour le
développement de son œuvre.
La Farce étaient des représentations théâtrales qui se déroulaient dans les classes populaires
de France à l'époque. C'est là que Molière a commencé sa carrière de scénariste. Les
moqueries de la bourgeoisie étaient l'âme de ces représentations théâtrales. La Farce s'est
déroulée dans les lieux publics afin de toucher les téléspectateurs qui n'avaient pas d'argent
pour payer un billet, c'est ainsi que La Farce a gagné une place particulière dans la culture.
L'écrivain Raymond Labège l'affirme: "" Comme les romans de Rabelais, les farces
intéressent partie de cette littérature populaire, dont on se souciait fort peu de conserver les
livrets ».

Théâtre de Molière

Sur l'influence de Molière, il y a une forte présence de l'âge d'or espagnol. De grands
écrivains et écrivains tels que Pardo Bazán, Lope de Vega, Cervantes et bien sûr Calderón
de la Barca ont enrichi la création de Molière. Et sans aucun doute aux pionniers du théâtre,
les Grecs. En ce sens, des tragédies comme celle de Sophocle qui posent une vision
philosophique de l'être humain intéressent également Molière. Le rythme rapide du
développement culturel dans les villes européennes a influencé le succès de Molière, car
son style semblait en avance sur son temps. Pour cette raison, la vision de la société à
Molière était fondamentale dans son travail, car c'était une perception que peu avaient et a
contribué à forger de nouveaux aspects culturels en France.
Un espace privilégié pour la critique et la satire sociale
Une satire sociale est une critique du société utilisant la caricature et la moquerie
représentées dans la comédie, on peut donc dire que c'est parfait pour dénoncer et critiquer
sur un ton burlesque et exagéré.

L'école des femmes.


Un aspect qui exalte l'œuvre de Molière contrairement aux autres auteurs de son époque est
qu'elle rompt avec l'unification qui existe entre l'œuvre et l'auteur. Ses histoires provoquent
plus que des rires chez le spectateur, parviennent à générer de la réflexion. Ses histoires
provoquent plus que des rires chez le spectateur, parviennent à générer de la réflexion.
D'une part, le personnage qui traverse tout le travail de l'école des femmes est Agnès. Ce
personnage créé par le poète est transversal dans son œuvre, il a pour fonction d'unifier
l'histoire. D'autre part, le personnage qui remplit une fonction antagoniste dans l'œuvre est
Arnolphe ou également connu sous le nom de M. de la Souche. Ce personnage qui a détenu
Agnès et dont la plus grande crainte était de la perdre, subit ses propres conséquences. Pour
la solitude dans laquelle elle a tenu sa bien-aimée prisonnière, elle l'a dotée d'une naïveté
qui représente une épée à double tranchant pour la réalisation de ses plans. Comme le
montre le fragment suivant où Agnès révèle à Arnolphe qu'elle préfère Horace:

Oui, mais à vous parler franchement entre nous, Il est plus pour cela, selon
mon goût, que vous, Chez vous le mariage est fâcheux et pénible, Et vos
discours en font une image terrible: Mais las! il le fait lui si rempli de plaisirs,
Que de se marier il donne des désirs.

Quelques rusés à l'école des femmes.

Au théâtre, il existe certains "ruses" que les écrivains utilisent souvent pour développer leur
travail. Un exemple peut être que les personnages qui fuient vers le destin dans une pièce
leur viennent inévitablement. De plus, dans le travail de poésie, certaines idées développées
par les Grecs sont reprises. Pour Molière, il est important que tout au long de la pièce,
chaque scène soit crédible.
La vraisemblance joue un rôle clé dans le travail est la capacité de l'auteur à prévoir chaque
détail aussi minime qu'il puisse paraître. Pour que le spectateur remplisse ce pacte qui
existe entre la fonction et le public. Qu'il consiste pendant le temps que la scène théâtrale se
développe, le spectateur croit que ce qui se passe fait partie de la réalité.

La confusion.
Un élément important par Molière est la "confusion" de l'auteur pour expliquer les faits.
Cette idée est très importante dans le théâtre de l'époque. Les personnages qui sont
impliqués dans une situation déroutante et que peu importe à quel point les acteurs pensent
en sortir, ils entrent dans des paradigmes de plus en plus mystérieux. C'est une idée tirée de
la culture grecque et des tragédies racontées par Sophocle comme Œdipes Rex. Ainsi, à
l'école des femmes, une situation de confusion est présentée où les deux personnages
amoureux du protagoniste sont impliqués et leurs différences se reflètent dans la manière de
concevoir l'amour. Comme en témoigne le dialogue dans lequel Arnolphe profite de l'état
confus et naïf d'Horace:
Mais comment ferons-nous? car il fait un peu jour; Si je la prends ici, l'on me
verra, peut-être, Et s'il faut que chez moi vous veniez à paraître, Des valets
causeront. Pour jouer au plus sûr, Il faut me l'amener dans un lieu plus obscur,
Mon allée est commode, et je l'y vais attendre. (Vers : 1450).

La perception critique de Molière restreint la société.


Il est considéré en avance sur son temps, son humanité et son éloquence le placent comme
l'un des meilleurs critiques de l'histoire, avec le théâtre comme une ressource efficace pour
cela. D'autre part, on peut voir la différenciation auteur-œuvre qui permet à Molière de
critiquer durement la vision des femmes de ce siècle. Pour Molière, le traitement qu'il traite
des femmes est ridicule, il leur reconnaît d'autres qualités. Ce rôle critique que le poète a
assumé lui a valu des opposants chargés de souligner l'œuvre de l'auteur sans hésitation.
Comme le mentionne George Forestier dans son ouvrage: L'Impromptu de Versailles ou
Molière réécrit Molière:
La coutume était alors, chez les adversaires de Molière, de
l'accuser d'être incapable de se renouveler, comme Robinet
s'en était fait l'écho et comme Doneau de Visé l'affirme en
plusieurs endroits, lui reprochant de "faire voir les mêmes
pièces de dix manières différentes" en se donnant
simplement la peine de les "retourner" comme l'on retourne
des habits.
Le rôle des femmes dans la société. (Agnès-Madame Bovary)

Ainsi, une relation peut être établie entre Agnès et l'un des personnages les plus
représentatifs de la littérature française comme Madame Bovary de Flaubert. En ce sens,
Agnès est conçue comme l'archétype d'un personnage féminin qui revendique ses droits et
qui rêve d'être libre. L’isolement retentissant dans lequel elle devait vivre peut être une
métaphore de la façon dont la femme se sentait victime de ne pas avoir le droit de se
développer librement dans la société. C'est sans aucun doute une référence dans la
littérature pour l'émergence de personnages féminins autonomes et un développement
profond du caractère psychologique, comme c'est le cas d'Emma Bovary.

La malade imaginaire

C'est une comédie. C'est une pièce de théâtre qui, comme mentionné ci-dessus, basée sur
des situations comiques, des moqueries et des exagérations, dans ce cas, c'est aussi une
comédie de ballet. Dans le deuxième et le troisième acte, il y a des pauses musicales où les
personnages dansent. L'œuvre se situe au temps de Molière, au XVIIe siècle sous le règne
de Louis XIV. Ce roi avait de nombreux médecins, environ quatre-vingts. On raconte que
Louis XIV, alors qu'il assistait à la représentation théâtrale, disait: «Les médecins font assez
souvent pleurer pour qu'ils fassent quelque fois rire. »
Ensuite, on peut constater qu'au début de la pièce le dramaturge se moque de la peur de la
mort du personnage d'Argan, un hypocondriaque. Ce personnage représente la perception
de la maladie de manière exagérée et absurde, portée à la folie. En ce sens, ce personnage
est prêt à faire quelque chose comme engager les médecins les meilleurs et les plus chers
pour guérir les maladies qu'il pense avoir. Dans le développement de la pièce, Molière
utilise le rire pour se moquer de la mort. Comme à la 1.4-5: "Voilà le vrai moyen de vos
guérir bientôt: et il n'y a point de maladie si osée, que de se jouer à la personne d'un
médecin."
De plus, Molière décrit le médecin et la maladie d'une manière satirique, mentionnant
l'incapacité des médecins à jouer avec les malades. Comme dans 1 15: "L’on a qu'à parler
avec une robe et un bonnet, tout galimatias devient savant, et toute sottise devient raison".

La Malade Imaginaire représente donc clairement une critique sociale de la satire et de la


perception de la maladie.

Conclusion

Pour conclure, on peut affirmer que le parcours de Molière dans les différents genres de
théâtre parle d'un processus d'évolution de l'auteur. Mais cela ne signifie pas
nécessairement que chaque genre que Molière travaille opaque au précédent. Au contraire,
l'auteur se nourrit de chacun. Cette tournée est aussi une exploration qu'il mène pour
découvrir son propre style, perfectionner son travail. Être capable de s'imprégner de
différents styles parle de la capacité caméléonique de l'auteur. Il serait très intéressant
d'étudier le travail d'un auteur comme Stendhal qui développe son travail post-Molière et
qui confère également à ses personnages un caractère psychologique et interroge également
certains aspects de la société.
Références bibliographiques:
Dupuy Ernest. La poésie de Molière. In: Revue internationale de l'enseignement, tome
69,1915.
Molière. L'école Des Femmes.
Molière. Le Malade Imaginaire
Molinié Georges. Un style de Molière ?. In: L'Information Grammaticale, N. 56, 1993.
Lebègue Raymond. Molière et la farce. In: Cahiers de l'Association internationale des
études francaises, 1964.

Vous aimerez peut-être aussi