Vous êtes sur la page 1sur 25

COMPTABILITE GENERALE

MENTION : GESTION

NIVEAU : Licence 2

Professeur : RAMIARAMANANA Ravoarimefa

Année Académique 2019-2020


Chapitre 1 : LA COMPTABILITE

1. DEFINITION

Selon le PCG 2005, la comptabilité est ‘un système d’organisation de l’information


financière permettant de saisir, classer, évaluer, enregistrer des données des bases chiffrées
non correspondant aux opérations de l’entité et de présenter des états financiers donnant une
image fidele la situation financière de la performance et des variations de la situation
financière de l’entité a la date de clôture des comptes.

ENTITE OBLIGE POUR LA TENU DE LA COMPTABILITE

Sont astreintes à la tenue d'une comptabilité :


• les entreprises soumises au Code de Commerce ;
• les entreprises publiques, parapubliques ou d'économie mixte ;
• les coopératives, associations, organismes non
gouvernementaux (ONG) ;
• et plus généralement les entités produisant des biens ou des services marchands ou non
marchands, dans la mesure où elles exercent des activités économiques qui se fondent sur des
actes répétitifs
2. OBJECTIF

OBJECTIF SPECIFIQUES

Toute entreprise de par la loi, se doit de tenir une comptabilité.


En dehors du caractère obligatoire de cette pratique, la comptabilisation de
ses opérations quotidiennes par une entreprise poursuit deux objectifs principaux :
 décrire, évaluer et présenter le patrimoine de l’entreprise, c’est à dire la répartition de
ses avoirs et de ses dettes à un moment donné
 Ensuite, permettre à l’entreprise d’évaluer l’efficacité de son mode de
production à partir de sa capacité à faire des bénéfices, c’est à dire à dégager
un résultat positif.
OBJECTIF GENERALES
La comptabilité répond ainsi aux finalités principales suivantes:
 Elle mesure la richesse créée par l’entité et contrôle le partage de cette richesse
 Elle peut être utilisée comme moyen de preuve dans la vie des affaires
 Elle fournit un outil d’aide à la décision mais aussi permet de mesurer et d’analyser a
posteriori le résultat de ces décisions
 Elle fournit une base pour la synthèse et la prévision macro-économique
 Elle remplit implicitement une fonction de régulation sociale car les acteurs
économiques croient fortement en la capacité des chiffres a présenter le réel.
3. ROLE DE LA COMPTABILITE
La comptabilite, un outil essentiellement dedie a la fourniture d’informations

L’objectif d’information externe :


Les différents partenaires de l’entreprise vont s’intéresser à sa comptabilité pour des raisons
variées.
Les fournisseurs de l’entreprise : ils veulent avant tout savoir si l’entreprise est à même
d’honorer les dettes contractées auprès d’eux.
Ils veulent s’assurer que l’entreprise à une situation financière suffisamment solide pour
honorer ses engagements à long terme.
L’Etat : il veut pouvoir contrôler la régularité des comptes pour s’assurer que l’entreprise
déclare bien le bénéfice réel qu’elle a réalisé.
Les banques : elles veulent entre autre vérifier la capacité de l’entreprise à rembourser ces
dettes financières.
Les actionnaires : veulent avoir des éléments d’information pour contrôler la situation
patrimoniale de l’entreprise, et donc se faire une idée de la juste valorisation des actions de
cette dernière.
Chaque partenaire de l’entreprise poursuit donc des objectifs différents et utilisera donc des
outils différents en fonction des informations qu’il souhaite obtenir.
L’objectif d’information interne :
La comptabilité fournit des éléments clés d’aide à la décision pour la direction d’une
entreprise.
à partir du bilan : faire le point sur l’ensemble des avoirs et des dettes de l’entreprise, établir
sa capacité d’endettement, sa capacité à honorer ses dettes…
à partir de son compte de résultat : expliquer et analyser l’origine du résultat
LES ETATS FINANCIERS
Les états financiers sont une représentation financière structurée de la situation financière et
des transactions conduites par une entité. L'objectif des états financiers à usage général est de
fournir des informations sur la situation financière, la performance et les flux de trésorerie de
l'entité qui soient utiles à une large éventail d'utilisateurs. Ils sont :
 un bilan
 un compte de resultat
 un tableau des variations des capitaux propres
 un tableau des flux de trésorerie
 une annexe
UTILISATEURS ETATS FINANCIERS
 les dirigeants de l’entreprise
 les fournisseurs de capitaux
 l’administration fiscale, statistiques,
 assurance, salaries, clients
 les groupes d’intérêt

4. PRINCIPES COMPTABLES
Principes comptables fondamentaux
1 Principe d'indépendance des exercices
Le résultat de chaque exercice est indépendant de celui qui le précède et de celui qui le suit.
Pour sa détermination, il convient donc de lui imputer les transactions et les événements qui
lui sont propres, et ceux-là seulement.
Un exercice comptable a normalement une durée de 12 mois. Dans des cas exceptionnels où
l'exercice est inférieur ou supérieur à 12 mois et notamment en cas de création ou de
cessation de l'entité en cours d'année ou de mois ou en cas de modification de la date de
clôture, la durée retenue doit être
précisée et justifiée.
2 Principe d'importance relative (seuil de signification)
Les états financiers doivent mettre en évidence toute information significative, c'est à dire
toute information pouvant avoir une influence sur le jugement que les utilisateurs de
l'information
peuvent porter sur l'entité.
.
3 Principe de prudence
La prudence est l'appréciation raisonnable des faits dans des conditions d'incertitude afin
d'éviter le risque de transfert, sur l'avenir, d'incertitudes présentes susceptibles de grever le
patrimoine ou le résultat de l'entité.
Les actifs et les produits ne doivent pas être surévalués, et les passifs et les charges ne doivent
pas être sous-évalués.
.
4 Principe de permanence des méthodes
La cohérence et la comparabilité des informations comptables au cours des périodes
successives impliquent une permanence dans l'application des règles et procédures relatives à
l'évaluation des éléments et à la présentation des informations.
5 Principe du coût historique
Sous réserve de dispositions particulières, les éléments d'actifs, de passifs, de charges et de
produits sont enregistrés en comptabilité et présentés dans les états financiers au coût
historique, c'est à dire sur la base de leur valeur à la date de leur constatation, sans tenir
compte des effets de variations de prix ou d'évolution du pouvoir d'achat de la monnaie.
6 Principe d'intangibilité du bilan d'ouverture
Le bilan d'ouverture d'un exercice doit correspondre au bilan de clôture de l'exercice
précédent.
7 Principe de prééminence de la réalité sur l'apparence
Les opérations doivent être enregistrées en comptabilité et présentées dans les états financiers
conformément à leur nature et à leur réalité financière et économique, sans s'en tenir
uniquement à leur apparence juridique.
8 Principe de non compensation
La compensation, entre éléments d'actif et éléments de passif au bilan ou entre éléments de
charges et éléments de produits dans le compte de résultat, n'est pas autorisée, sauf dans les
cas où elle est imposée ou prévue par la réglementation comptable. Des charges et produits
liés résultant de transactions et d'événements similaires et ne présentant pas de caractère
significatif peuvent être compensés.
Chapitre 2- PLAN DES COMPTES
1- Définition
On appelle PCG, la liste des comptes à utiliser dans toutes les entreprises installee à
Madagascar et même à l’international. Cette liste varie selon les entreprises ; et il a
pour but de placer et organiser les comptes pour fournir une liste que l’entreprise va
s’en servir.

Le PCG a fait l’objet du décret 2004 – 272 du 18 février 2004.

2-CARACTERISTIQUES DU PCG :

Le PCG se caractérise par le mode de codification décimal. Il est divisé en 7


numéroté de 1 à 7 classes :

Classe 1-) Comptes des capitaux

Classe 2-) Comptes d’immobilisation

Classe 3-) Comptes de stock et encours

Classe 4-) Comptes des tiers

Classe 5-) Comptes financières

Classe 6-) Comptes de charges

Classe 7-) Comptes de produits

Compte d’un bilan

L'établissement du bilan est soumis à cette norme. A chaque poste de l'actif et du passif doit
correspondre un compte défini par le Plan Comptable Général. Celui-ci donne la liste et le
contenu des comptes nécessaires pour la tenue de la comptabilité. Les entreprises choisissent
dans cette liste les comptes dont elles ont besoin.
COMPTES SIGNIFICATIONS EXEMPLES

COMPTE DES CAPITAUX Apports personnels et Capital et emprunts


emprunts

COMPTE DES Biens durables dont dispose Terrain, fonds commercial,


IMMOBILISATION l’entreprise meubles

COMPTE DES STOKS Marchandises, produits, Stocks des matières


encours en stocks dont premières
dispose l’entreprise

COMPTE DES TIERS Personnes ou Sociétés qui Clients, Fournisseurs


doivent de l’argent à
l’entreprise ou à qui
l’entreprise doit de l’argent

COMPTE FINANCIERS Valeur monétaire dont Caisse et banque


dispose l’entreprise, soit en
en caisse ou à la banque

b) compte de gestion

COMPTES SIGNIFICATIONS EXEMPLES

COMPTE DES CHARGES Consommation, dépenses de Divers paiements et achats


l’entreprise

COMPTES DES Produits vendus ou services Vente des marchandises, …


PRODUITS rendus ou cession d’actifs
3 CODIFICATION D’UN COMPTE

2182 : Matériel de transport

2 : COMPTE « compte »

1 : IMMOBILISTATION CORPORELLE « principal »

8 : MATERIEL « divisionnaire »

2 : TRANSPORT « sous –divisionnaire »

EXERCICE

Donnez les numéros des comptes des opérations suivantes : Banques, Clients, achat
des matériels de bureau, matériel informatique, vente des marchandises, achat des
marchandises, vente des matières premières, bâtiments, fournisseurs, prets.
Chapitre 3- BILAN
1- Définition
a) Le PCG 2005 définit le bilan comme un tableau récapitulatif des actifs, des
passifs et des capitaux propres de l’entité à la date de clôture des comptes.
b) Le bilan montre la Photographie du patrimoine de l'entreprise à un moment
donné. Il présente à une date donnée l'ensemble des dettes de l'entreprise et
l'ensemble des biens possédés par l'entreprise.
c) Il est un document chiffre qui résume a une date donnée la situation du
patrimoine de l’entité.

ACTIF PASSIF
Ce que l’entreprise possède Situation nette
Ce qu’elle emploi dettes

A l' ACTIF du bilan (colonne de gauche), on trouve tout ce que l'entreprise possede =
total des emplois.
Au PASSIF du bilan (colonne de droite), on trouve tout ce que l'entreprise doit =
total des ressources
2- Structure d’un Bilan
à l'actif

• ACTIF IMMOBILISE Ce sont tous les biens et les services conservés dans l ‘entreprise
pendant plus d’un an. On appelle aussi ACTIF NON COURANT ou l’on trouve l’utilisation
peu fréquente des ressources mises a la disposition de l’entité.
• ACTIF CIRCULANT ou ACTIF COURANT: Regroupe tous les emplois intermediaires
dont l’utilisation est lie au cycle d’exploitation.
Exemple: Les marchandises sont transformes en creances puis en disponibilites. Puis les
disponibilites•se sont leur tour transformes en marchandises .
L’actif courant comprend les éléments d’actif:
- Que l’entité s’attend a pouvoir réaliser (vendre ou consommer) a l’occasion de
l’exploitation normal (stock des matières premières, de marchandise,…)
- Qui sont détenus essentiellement a des fins de transactions ou pour une durée courte et
que l’entité s’attend a réaliser dans les 12 mois au plus tard
- Qui constituent de la trésorerie ou un équivalent de trésorerie dont l’utilisation n’est
pas soumise a des restrictions (fonds en caisse, dépôt en a vue,….
Au passif
—Les capitaux propres comprennent
Le capital apport• par l‘exploitant ou les actionnaires . l ‘origine ou au cours de la
vie de la societe•. Les reserves, part des benefices qui restent dans l’entreprise.

Les dettes elles sont consideres a long-terme si elles doivent etre rembourses dans plus
d’un an.
3) présentation d’un bilan
(voir PCG 2005)
APPLICATION 1 (présentation d’un bilan)
LE 1 MAI 2020 Un huissier veut créer sa propre cabinet, il possede 1 000 000Ar d’espèces
déposer la banque et 300 000 Ar dans sa propre caisse. Ses parents lui offre une maison de
valeur de 20 000 000 Ar et des fournitures de bureau de valeur 250 000 Ar.
Présenter son bilan de départ.
ACTIF MONTANTS PASSIF MONTANTS
ACTIF NON COURANT CAPITAUX PROPRES 21 550 000
Bâtiment 20 000 000
ACTIF COURANT
Stocks fournitures de bureau 250 000
Banque 1000000
Caisse 300 000
TOTAL 21 550 000 TOTAL 21 550 000
APPLICATION 2 ( VARIATION D’UN BILAN)
Ensuite le 15 MAI 2020, l’huissier veut faire une expansion de son cabinet.
Il fait un prêt de 2 000 000 Ar pour acheter un ordinateur portable de 1 000 000 d’ar et des
Materiel de bureau de 800 000 Ar et le reste déposé dans la caisse.
Représentons la variation de son bilan du 15 Mai 2020
ACTIF MONTANTS PASSIF MONTANTS
ACTIF NON COURANT CAPITAUX PROPRES 21 550 000
Bâtiment 20 000 000
Matériel de bureau 800 000 PASSIF NON COURANTS
Materile informatique 1000 000 Emprunts 2000 000
ACTIF COURANT
Stocks fournitures de bureau 250 000
Banque 1000000
Caisse + 200 000 500 000
TOTAL 23 550 000 TOTAL 23 550 000
6) notion résultat
La comptabilité générale a pur objet de déterminer, a la fin d’une période, le résultat de
l’activité de l’entité pendant une période.
Le résultat de l’exercice est calcule une fois par an.
A partir d’un bilan, il est possible de connaitre le résultat sur
ACTIF= CAPITAUX PROPRES + PASSIF
Or, le résultat fait partie de la rubrique capitaux propres , le formule devient :
ACTIF = RESULTAT+ CPR( SANS RESULTAT)+PASSIF
RESULTAT= ACTIF- (CPR+ PASSIF)
OU R= ( ANC+AC)- ( P+CPR+P)
Le résultat est bénéficiaire si ( ANC+AC)>(P+CPR)
Le résultat est déficitaire si ( ANC+AC)<(P+CPR)
APPLICATION NUM 3
Le 31 dec 2020, la sitiation chiffre de ce Huissier est comme suit :

Bâtiment 20 000 000


Matériel de bureau 800 000
Materile informatique 1000 000
Clients 400 000
Stocks fournitures de bureau 350 000
Banque 1000000
Caisse 400 000
Présenter le bilan fin d’exercice
ACTIF MONTANTS PASSIF MONTANTS
ACTIF NON COURANT CAPITAUX PROPRES 21 550 000
Bâtiment 20 000 000 RESULTATS 400 000
Matériel de bureau 800 000 PASSIF NON COURANTS
Materile informatique 1000 000 Emprunts 2000 000
ACTIF COURANT
Clients 400 000
Stocks fournitures de bureau 350 000
Banque 1000000
Caisse + 200 000 400 000
TOTAL 23 950 000 TOTAL 23 550 000
Chapitre v-LES COMPTES
I. Définitions du compte
Les compte est un tableau servant a enregistré tous les mouvements de valeur soit à
l’augmentation ou à la diminution qui se rapportant à un élément pour l’élaboration des états
financiers.
Il est un tableau divis en deux partis.
Par convention, la partie gauche est appelle DEBIT, la partie droit est appelle CREDIT
II. Présentations du compte

Il est présenté a partir d’un tableau simplifie sous forme de T. Il est dit compte
schématique ou compte en T

DEBIT Num et intitule CREDIT

a. 1ere présentation ‘colonne séparée’


DEBIT CREDIT
Date Libellé Montants Date Libellé Montants

b. 2eme présentation ‘colonne marries’


Date Libellé Montants
débit crédit
III. Fonctionnement du compte
a) Les comptes des actifs (classe 2, 3, 41 ,5)
Ils enregistrent les emplois. Ils augmentent a cote du débit et ils se diminuent à
coté du crédit [classe 2,3,4,5]
D [2,3,4,5] C

Exemple : Enregistre dans le compte caisse les opérations suivantes

1) Dépôt 20000 ar

2) Achat de crédit 1000 ar en espèce

3) Paiement frais de transport 3000ar

4) Versement 5000ar d’espèce pour alimenter le compte banque

b) compte de passif (Classe 1 ; 40 ; 44)

Ils enregistrement les ressources de l’entreprise. Les comptes passifs augmentent du côté de
crédit et ils se diminuent du coté du débit.

D C

c) Compte de charge (classe 6)

Elles enregistrent les consommations, les dépenses et les frais à payer par
l’entreprise, On distingue en générales :

 60 : achat consommes

 61 : Services extérieurs

 62 : Autres services extérieurs

 63 : Impôts taxe et versements assimiles

 64 : Charge personnel
 65 : Charges sur les gestions courantes

 66 : Charges financières

 67 : charge exceptionnelles

 68 : Dotation des amortissements et Perte de Valeur

 69 : Impôt sur les Revenus

Le compte de charge est enregistré dans le débit.

D 6 C

SOMME

d) Compte de produits (classe 7)

Ils enregistrent les ressources représentant un enrichissement pour l’entreprise


(ventes ou services rendus). On distingue (voir PCG 2005):

D 7
C

SOMME

IV- NOTION des SOLDES D’UN COMPTE

Le solde d’u compte est égal à la différence entre le total des sommes
inscrites au débit et le total des sommes inscrites au crédit. C’est la
SITUATION ou POSITION du compte.

 Le SOLDE est Débiteur si le montant du débit est supérieur au


crédit

 Le SOLDE est Créditeur si le montant du crédit est supérieur


au débit

 Si le Total du Débit est égale au Crédit, le solde du compte est


créditeur.
V- LE COMPTE ET LE PRINCIPE DE LA COMPTABILITE A LA
PARTIE DOUBLE

Il consiste à enregistrer au moins deux comptes avec égalité des débits et des crédits. Il
permet de contrôler l’erreur sur la comptabilité.

Si plus de deux comptes interviennent pour l’enregistrement d’une opération, le total des
sommes inscrites au débit d’une ou plusieurs comptes doit être égale au total des inscrites
au crédit d’une ou plusieurs au crédit au crédit d’une ou plusieurs autres comptes.

EXERCICE

EXERCICE 1
Enregistrer dans le compte caisse les opérations suivantes et arrêter les comptes
caisses (montants en Ariary ):
- 01/06 : avoir a la caisse 800 000
- 2/06 : paiement frais de transport en espèce 20 000
- 3/06 : vente de marchandise en espèce 350 000
- 5/06 : règlement compte fournisseur en espèce 45000
- 8/06 : achat matériel de transport 290 000, le 50% est paye en espèce.
- 12/06 : retrait de 200 000 a la caisse pour alimenter la banque
- 15/06 : achat matière premières paye par cheque 24000 et en espèce 30 000.
CHAPITRE VI- LE JOURNAL

1- Définitions

Le journal est un document comptable qui enregistre journalière ment les opérations de
l’entreprise. Il se présente sous forme d’un tableau à deux colonnes qui sert à enregistrer
toutes les opérations comptables, autant au crédit qu’au débit.

2- Le contenu du journal comptable

Parmi les éléments à faire figurer au journal comptable, on trouve :

 la date pour chaque opération enregistrée ;


 le libellé de l’écriture comptable ;
 le montant de l’opération comptabilisée ;
 et enfin le compte mouvementé par la ligne.

3- Présentation

NUM DEBIT NUM DATE MONTANTS MONTANTS


CREDIT DEBIT
CREDIT

TOTAL

4-Annulation journal en cas d’erreur

Logiciels comptabilité :

- Mister compta

- Quicks Books

- Sage100 comptabilité

- Sinao
EXERCICE 2

Presenter le journal de M Mbola, les opérations de la première semaine du mois


janvier 2016 sont les suivantes :

- 2 janvier : apport de Mbola déposé a la banque pour financier son entreprise 1200
000
- 3 janvier : achat de marchandises régler par chèque de 80 000 Ar
- 4 janvier : payer par chèque le loyer du magasin 85000 Ar
- 5 janvier : achat a crédit des fournitures de bureau 15000 Ar
- 06 janvier : Versement de 30 000 en espèce pour alimenter le compte banque
- 07 janvier : achat carburant 10 l dont 3290 le litre paye en espece
CHAPITRE VI : BALANCE DES COMPTES

1- Définitions

La balance permet de contrôler la comptabilité d'une entreprise et de s'assurer de


l'exactitude du bilan et du compte de résultat de la société. Il s'agit d'un document
comptable qui reprend tous les comptes de la société.

Il fait apparaître les soldes créditeurs et débiteurs sur la période de l'exercice. La


balance comptable reproduit l'état de l'exercice à partir du grand livre en regroupant
tous les totaux sur les soldes créditeurs et débiteurs. À partir de la balance, on peut
s'assurer de l'exactitude de la comptabilité et du bilan

2- Présentation

NUMERO LIBELLES MONTANTS MONTANTS DES


DES SOLDES
COMPTES

DEBIT CREDIT DEBIT CREDIT

Classe 1 Capitaux

Classe 2 Immobilisations

Classe 3 stocks

Classe 4 tiers

Classe 5 financiers

Classe 6 charges

Classe 7 produits

REMARQUE :

Les montants Débit et Crédit doivent être égaux au Crédit


DEUXIEME PARTIE: OPERATIONS COURANTES

Cette partie consiste a l’enregistrement des opérations courantes de l’entreprise. Les


opérations courantes sont les opérations effectuées quotidiennement au sein d’une entité,
surtout au sein d’une entreprise commerciale. Par exemple les achats et les vente sou divers
paiements,….

1- DOCUMENTS COMPTABLES
a) Cheque
C’est un document par lequel le tireur ou émetteur donne l’ordre au tire ou le
banquier de payer a vue une somme a un bénéficiaire qui peut être le tireur lui-
même ou tierce personne.
b) Facture
b-1 : facture normale ou doit
C’est un écrit dresse par le fournisseur, constatant les conditions auxquelles la
vente a été réalisée, et indiquant le montant de la somme due au fournisseur.
Elle est une pièce ou document comptable justifiant la vente effective des
marchandises e contient un certain nombre de renseignements concernant la
quantité, le prix unitaire, le prix total, les taxes, les réductions y afférant et les
montants à payer
b-2 facture d’avoir
La facture d’avoir appelée NOTE DE CREDIT, elle une facture dressée par le
fournisseur en cas de :
 Une erreur sur une facture antérieure
 Un retour de marchandise ou produits non conformes
 Des réductions a caractère commercial : RABAIS, REMISES, RISTOURNES
accordes hors factures
c) Lettre de change
C’est un document par lequel une personne (le créancier) appelée TIREUR donne
l’ordre a une autre personne le DEBITEUR appelée ‘trie’ de payer une certaine
somme a une certaine date ECHEANCE, a un bénéficiaire qui peut être le tireur
lui-même ou une tierce personne.
d) Billet à ordre

C’est document par lequel un débiteur appelé souscripteur s’engage a payer une certaine
somme a une certaine date au profit d’un bénéficiaire

2- MODES DE PAIEMENT
a) Règlement en espèces
Le paiement en espèce concerne le règlement de faible montant.
Le numéro de compte est de 53

b) Règlement par cheque


Mode de paiement par chèque bancaire sous le compte de 512, le reglement par
chèque est enregistré au crédit
c) Règlement par virement
Le virement réunit deux acteurs : le donneur d’ordre et le bénéficiaire.
Le donneur d’ordre donne l’ordre a son banquier de virer des fonds sur le
compte
Les virements reçus s’enregistrent au débit du compte banque au moment de
la réception d’un avis de crédit.
Le virement émis s’enregistrent au crédit du compte 512 : banque, comptes
courants

d) Règlement par effet de commerce


Les effets de commerce sont les moyens de paiements propres au monde des
affaires, il s’agit en fait à la fois d’instruments de paiement et d’instruments de
crédit.
EXEMPLE : lettre de change et le billet à ordre
3- LES ACHATS ET LES VENTES
3-1 LES OPERTIONS D’ACHATS
Elles sont justifiées par une facture établi par le fournisseur ‘ une facture DOIT ou
facture normale’
a- Achat des matériels
Il est enregistré au débit sous le compte d’immobilisation 2, avec la contrepartie au
crédit de 53 en espèce, 512 par chèque OU 404 a crédit.
D C DATE DEBIT CREDIT

2 Immobilisations

53/512/404 Mode de
paiement

Il pourrait avoir une réduction commerciale ou financière et aussi les


immobilisations sont taxables.

b- Achat consommes
Les comptes d’achats consommes sont classes en :
 601 ; achat des matières premières
 602 : achat d’autres approvisionnements
 607 : Achat de marchandises

Ils sont enregistrés au débit sous le compte des charges sous le compte 60, avec la
contrepartie au crédit de 53 en espèce, 512 par chèque OU 401 a crédit.

D C DATE DEBIT CREDIT

2 Immobilisations

53/512/401 Mode de
paiement

 Ils pourront avoir une réduction commerciale ou financière et aussi les


achats consommes sont taxables.
3-2 LES OPERATIONS DE VENTE
Comme pour les achats, on distingue les ventes selon la nature des biens et services dont
elles font l’objet et selon aussi les modes de paiement : au compte ou à crédit.

a) Nature des comptes


Pour les entreprises industrielles, on trouve :
Compte 701 : vente de produits finis
Compte 702 : Ventes de produits intermédiaires
Compte 703 : Ventes de produits résiduels
Pour les entreprises de travaux ‘ comme les entreprises de bâtiments’
Compte 704 : vente de travaux
Pour les cabinets d’études, on trouve :
Compte 705 : ventes d’études
Pour les entreprises de service
Compte 706 : Vente de prestations
Pour les entreprises commerciales
Compte 707 : vente des marchandises
Compte 708 : Produits des activités annexes

b) Comptabilisation

DEBIT CREDIT DATE DEBIT CREDIT

53/512/411 Mode de paiement

7 Vente des
marchandises

TOTAL
EXEMPLE

3-3 LES AUTRES ELEMENTS SUR LES FACTURES

b) LES REDUCTIONS ACCORDEES SUR FACTURE

Les réductions commerciales

Rabais : réduction accordée pour compenser un défaut de qualité, un retard ou une erreur sur
la marchandise livrée ou pour écouler des fins de séries. C'est-à-dire la réduction de la facture
est exceptionnelle, elle est due à un défaut de qualité ou de conformité du produit. La
réduction compense un préjudice.

Remise : réduction accordée en raison de l’importance des quantités achetés et ou de la


qualité de client. D’une manière, la réduction sur facture est liée à l’importance des quantités
achetées ou du montant des achats

Ristourne : réduction accordée en fonction d’un niveau de chiffre d’affaires net réalisé avec
un client au cours d’un période de référence, elle a pour objet de fidéliser le client. La
réduction est calculée sur l’ensemble des opérations réalisées par le client au cours d’une
période (mois, trimestre, année). Elle récompense la fidélité du client.

Les réductions financières

Il s’agit de l’escompte. Un fournisseur peut accorder un délai de paiement à ses clients, et on


peut nous même accorder un délai de paiement à nos clients. Dans les deux cas, on peut avoir
un besoin de liquidité immédiate pour payer nos opérations courantes (achat de matières
premières, électricité). La réduction est accordée pour le paiement anticipé au comptant, c’est
à dire avant la date de l’échéance.

Les taxes sur valeur ajoutée

C’est un impôt qui frappe non pas les revenus des agents économiques mais les opérations
effectuées entres ces agents économiques. Elle est calculée en appliquant au prix de vente net
prix d’achat le taux prévu par la loi. On dit prix de vente hors taxe ou prix d’achat hors taxe.

La TVA est ajoutée au prix de ventre hors taxe pour obtenir prix de vente TTC, ‘tout TAXE
COMPRISE’

Vous aimerez peut-être aussi