Vous êtes sur la page 1sur 65

UNIVERSITÉ NOUVEAUX HORIZONS

FACULTÉ DES SCIENCES


TECHNOLOGIQUES
FILIÈRE : GÉNIE CIVIL

CONCEPTION ET
DIMENSIONNEMENT D’UNE
MAISON R+2 EN BOIS

Présenté par : SAMBA MUKANYA NEPHTALIE


Mémoire présenté et défendu en vue
de l’obtention du grade de Licencié en
Génie civil

Année académique 2019-2020


UNIVERSITÉ NOUVEAUX HORIZONS
FACULTÉ DES SCIENCES
TECHNOLOGIQUES
FILIÈRE : GÉNIE CIVIL

CONCEPTION ET
DIMENSIONNEMENT D’UNE
MAISON R+2 EN BOIS

Présenté par : SAMBA MUKANYA NEPHTALIE


Mémoire présenté et défendu en vue
de l’obtention du grade de Licencié en
Génie civil
Dirigé par : Professeur Rufin Mutondo

Novembre 2020
EPIGRAPHE

«Les détails font la perfection, et la perfection n’est pas un détail»

Leonard De Vinci
DEDICACE

A vous mes chers admirables parents, Albert MUKANYA et Charlotte TSHIMENGA


REMERCIEMENT

Nos remerciements s’adressent en premier lieu à l’ÉTERNEL DIEU TOUT PUISSANT, pour
sa grâce, son amour et sa bonté manifestés dans notre vie.
Nous remercions chaleureusement notre bien-aimée université, l’Université Nouveaux Horizons,
pour le cadre mis à notre disposition ainsi que la formation nous dispensée. Nous remercions les
corps professoral et administratif pour leurs précieux conseils.
Nous remercions de tout cœur notre directeur, le Professeur Ruffin MUTONDO ainsi que notre
co-directeur, Monsieur MWILA David pour avoir mis à notre disposition leur temps ainsi que
leur connaissance, en dépit de la grandeur de leurs responsabilités. Nous remercions également
Monsieur KIMPAY KALEM Richard, l’ingénieur Grâce NTUMBA pour leurs orientations.
A nos chers parents, Albert et Charlotte MUKANYA, nous exprimons notre profonde grati-
tude pour les innombrables sacrifices consentis, afin de nous former une personnalité digne.
A MAFOLE LOEMELAH Stephen, à MUDENLEGOLO MUBARAK Zidane, à MALAMBA
MPINGA Nathan, à Zas ZEMBELE, à Dad MUKANYA, à Raïssa NSEYA à Manuella MU-
LANGA, à Délices MUKANYA, à tous nos frères et sœurs, à nos membres de famille, à nos
collègues affectueusement appelés « Les douze » : KIGNIANGA Laura, MALAMBA Nathan,
KIPUNGU Phares, KALENGA Paul, NYEMBO Fidel, AMSINI Romain, MWEMBO Péniel,
FEZA Virginie, YAV Hervé, NGOY Samuel, KABEYA Hagion, à nos amis et connaissances,
nous adressons nos sincères remerciements pour le soutien, l’assistance et les conseils dont la
valeur ne peut être estimée.
Nos sincères remerciements s’adressent également à toute personne nous ayant aidée d’une ma-
nière ou d’une autre le long de notre cursus académique.
Table des matières

Listes des figures i

Listes des tableaux ii

Listes des symboles et abréviations iii

INTRODUCTION 1

1 PRESENTATION DE L’OUVRAGE 4
1.1 Caractéristiques géométriques de l’ouvrage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.1.1 Dimensions en élévation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.1.2 Dimensions en plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.1.3 Dimensions des pièces intérieures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.2 Fonctionnalité du bâtiment : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1.3 Solution constructive du bâtiment . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1.3.1 Le plancher . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1.3.2 Les murs en bois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1.3.3 Les escaliers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.3.4 La sécurité au feu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.3.5 Le revêtement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
1.3.6 La fondation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
1.4 Matériaux utilisés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
1.4.1 Le bois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
1.4.2 Le béton armé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
1.5 Règlements utilisés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
1.6 Variété de bois utilisé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
2 CALCUL DU VENT 13
2.1 Action du vent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
2.1.1 Calcul de la pression statique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
2.1.2 Les données de calcul de la pression statique . . . . . . . . . . . . . . . . 14
2.1.3 Les actions résultantes Cr . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
2.1.4 La pression dynamique qh . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
2.1.5 Le coefficient de réduction (δ) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16

3 CALCUL DES PANNES 18


3.1 Détermination des sollicitations : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
3.1.1 Charges permanentes ou poids mort : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
3.1.2 Charge d’exploitation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
3.1.3 Charge climatique de vent : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
3.2 Combinaison des charges à l’ELU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
3.2.1 Calcul des moments sollicitant à l’ELU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
3.3 Condition de résistance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
3.4 Vérification des conditions de flèche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
3.4.1 Application des formules . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
3.4.2 Détermination du poids de la panne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22

4 CALCUL DES ELEMENTS DE L’OSSATURE 23


4.1 Calcul de la ferme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
4.1.1 Détermination de la descente des charges . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
4.1.2 Combinaison des charges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
4.1.3 Détermination des efforts dans les barres de la ferme . . . . . . . . . . . 25
4.1.4 Calcul des barres de la ferme : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
4.1.5 Dimensions finales des éléments de la ferme . . . . . . . . . . . . . . . . 29
4.2 Calcul du plancher . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
4.2.1 Combinaison des charges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
4.2.2 Calcul des éléments du plancher . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
4.2.3 Calcul des solives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
4.2.4 Calcul des poutres porteuses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
4.2.5 Plancher du premier étage : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
4.3 Calcul des poteaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
4.3.1 Détermination des sollicitation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
4.3.2 Dimensionnement des poteaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
4.4 Calcul de la fondation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38

5 CALCUL DES ASSEMBLAGES 41


5.1 Calcul des assemblages par boulon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
5.1.1 Calcul de l’assemblage entre éléments de la ferme : . . . . . . . . . . . . 42
5.1.2 Calcul de l’assemblage entre pied de poteaux et semelle isolée . . . . . . 43

6 DEVIS 44

7 CONCLUSION 46

bibliographie 47

Annexes I 48

Annexes II 49

Annexes III 50

Annexes IV 51

Annexes V 52

Annexes VI 53
Table des figures

1.1 géolocalisation du terrain où sera construite la maison . . . . . . . . . . . . . . 4


1.2 escalier en bois à deux quart tournant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8

2.1 versants de la toiture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15

3.1 moments dus à la charge d’exploitation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19

4.1 Schéma de la ferme de la maison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23


4.2 Schéma statique de la ferme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
4.3 plancher de la maison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
4.4 plancher mixte bois béton . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
4.5 répartition de la charge des solives sur la poutre principale . . . . . . . . . . . . 33
4.6 Surface d’influence de la colonne la plus chargée . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
4.7 poteau encastré à la base soumis à une charge P . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
4.8 Fondation de la maison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39

5.1 Assemblage par boulon en simple cisaillement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42

i
Liste des tableaux

2.1 Valeur Ks pour la RD congo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14


2.2 Valeur de q10 pour la RD congo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
2.3 Actions résultantes des parois verticales et des versant des toitures . . . . . . . . 16
2.4 Coefficient de réduction des surfaces offertes au vent revenant à chaque élément
de l’ossature . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16

4.1 efforts normaux dans les barres du treillis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26


4.2 sections des éléments de la ferme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
4.3 surchage surfacique du plancher . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31

ii
Listes des symboles et abréviations

e : entraxe
E0,05 : module d’élasticité caractéristique à 5 % d’exclusion en flexion axiale
fadm : flèche admissible
fc,0,k : résistance à la compression axiale
fc,90,k : résistance à la compression transversale
fc,0,d : la résistance de calcul à la compression axiale
fmax : flèche maximale
fm,k : résistance à la flexion
fm,d : la résistance de calcul à la flexion
ft,0,d : la résistance de calcul à la traction axiale
ft,0,k : résistance à la traction axiale
ft,90,k : résistance à la traction transversale
fv,k : résistance au cisaillement
FT : effort de traction
G : charge permanente
γm : coefficient partiel de sécurité sur les résistances
IG : moment quadratique
Kcy : coefficient de flambement
kmod : coefficient de modification des résistances
Lf : longueur de flambement
λ : élancement mécanique
λrel : élancement relatif
Mmax : moment maximal
MY : moment maximal selon l’axe des Y
MZ : moment maximal selon l’axe des Z

iii
Psurf.tot : charge surfacique totale
Rbk : résistance caractéristique du béton sur cube
σad,sol : contrainte admissible du sol
σc,0,d : la contrainte de calcul due à l’effort de compression
σe : limite élastique du boulon
σm,d : la contrainte de flexion maximale
σm,y,d : contrainte de flexion de calcul par rapport à l’axe y
σm,z,d : contrainte de flexion de calcul par rapport à l’axe z
σsol : contrainte du sol
σt,0,d : la contrainte de calcul due à l’effort de traction
Tmax : effort tranchant maximal
τ : la contrainte de cisaillement
Vn1 : vent normal 1
Vn2 : vent normal 2
Ve1 : vent extrême 1
Ve2 : vent extrême 2
R + 2 : rez-de-chaussée plus deux étages.
ELU : Etat Limite Ultime
cm : Centimètre
mm : Millimètre
m : Mètre
daN : Deca-Newton
N : Newton
INTRODUCTION

A. Présentation du sujet
Les conditions humanitaires actuelles poussent ou même obligent l’homme à réduire le taux de
pollution. Par ses efforts (construction, innovation, invention, etc.), l’humanité connait aujour-
d’hui un progrès sans précédent. Avec ce progrès, s’accompagne la pollution atmosphérique. Ces
diverses avancées quoi que lui étant utiles, ont impacté de façon sévère l’environnement dans
lequel il se retrouve.
Parmi les domaines qui ont connu une grande avancée, nous retrouvons la construction. Pour
construire des immeubles solides, durables, et de taille phénoménale, l’homme a principalement
fait recours au béton. Le béton, principalement composé de ciment, est l’une des sources pal-
pables du réchauffement climatique. L’homme, dans sa course vers un progrès insatiable, se
retrouve donc pris au piège par le fruit de sa propre intelligence, de sa propre conception, de sa
propre abstraction.
Que lui faut-il faire ? Détruire ce qu’il a déjà bâti afin de reconstruire autre chose de non pol-
luant ? Quelle que soit la réponse à cette question, ce dernier se voit dans l’obligation de changer
sa façon de construire dans le présent ainsi que dans l’avenir. Ce changement implique le choix
d’un matériau de construction moins polluant : le bois.
Nous reconnaissant comme partisante engagée dans la construction écologique ainsi que la pro-
tection de l’environnement, nous avons choisi d’orienter notre sujet vers ce type de construction
salvateur : la construction en bois.
Nous allons donc, dans ce travail, présenter (de façon non-exhaustive) les différents aspects à
prendre en compte afin de construire une maison en bois.

1
B. Problématique
En vue de justifier l’importance du bois dans la construction moderne, nous avons ressorti les
problèmes sources de son adoption. Ci-dessous la liste détaillée :
- Pollution : le ciment, l’un des principaux constituants du béton, est un grand conducteur
de dioxyde de carbone, un gaz à effet de serre, qui est à la base de bien de maladies
respiratoires.
- Consommation excessive de l’eau : de tous les matériaux utilisés en construction, le béton
est celui qui absorbe le plus d’eau. Environ un dixième de l’eau utilisée dans l’industrie
mondiale lui est dédiée.
- Rigueur excessive dans les délais : quoi qu’étant un détail peu connu de la plupart,
les constructions en béton sont moins agiles face aux aléas temporels et circonstanciels,
lorsque ceux-ci ont un impact direct sur la durée de réalisation du projet.
Les points énumérés ci-dessus nous poussent à nous poser la question suivante :
Quel matériau de construction peut être adopté et utilisé en vue de préserver l’humanité, ce
sans perdre la plupart des avantages du béton ?

C. Hypothèse
Dans le but de répondre à la question posée dans notre problématique, nous avons abouti à
l’hypothèse suivante : concevoir une maison à ossature en bois R+2. La dite maison servira
d’habitat pour une famille constituée de 8 personnes.

D. Objectifs
L’objectif de ce sujet est de concevoir et dimensionner une maison en bois R+2. Cela nous
permettra d’aiguiser et approfondir nos connaissances dans le dimensionnement.

E. Méthodes et Techniques
De façon globale, la méthodologie de dimensionnement consiste à :
1. déterminer toutes les actions agissant sur la structure : Charges permanentes, charges
variables, charges climatiques.

2
2. Procéder aux combinaisons possibles de ces charges en tenant compte des calculs aux états
limites ultimes (dans le calcul des structures, état limite correspondant à la résistance de
calcul du matériau, à l’équilibre statique de l’ouvrage ou à la stabilité de forme de l’un de
ses éléments 1 ) et aux états limites de service ( dans le calcul des structures, état limite
associé à l’empêchement des conditions normales d’exploitation de l’ouvrage 2 .) afin d’en
tirer celle qui sera la plus défavorable.
3. calculer les sollicitations qui en résultent.
4. dimensionner les différentes composantes de la structure en tenant compte les conditions
de résistance, de flèche, de flambement etc.
Tous les calculs ont été faits à la main.
La conception de notre ouvrage s’est fait en utilisant deux logiciels : Autocad et Sketchup.

F. Subdivision du travail
Outre l’Introduction Générale et la Conclusion Générale, notre travail est subdivisé comme
suit :
- Chapitre I : Présentation de l’ouvrage
Ce chapitre présente le bâtiment à concevoir de façon sommaire : sa fonctionnalité, le
type de structure, sa géométrie et les matériaux utilisés.
- Chapitre II : Calcul du vent
Ce chapitre présente le rapport action/réaction entre le vent et la structure de la maison.
- Chapitre III : Calcule des pannes
Ce chapitre concerne le dimensionnement des pannes
- Chapitre IV : Dimensionnent
Ce chapitre concerne le calcul des éléments porteurs de l’ouvrage : charpente, plancher,
poteaux et fonctions.
- Chapitre V : Calcul des assemblages
Ce chapitre concerne les différents calculs lies à l’assemblage
- Chapitre VI : Devis total
Celui-ci contient le cadre de devis quantitatif et estimatif. Il s’agit du cadre qui précise
la quantité de chaque ouvrage élémentaire.

1. https ://www.editions-eyrolles.com/Dico-BTP/definition.html ?id=4026


2. https ://www.editions-eyrolles.com/Dico-BTP/definition.html ?id=4026

3
Chapitre 1

PRESENTATION DE L’OUVRAGE

Dans ce chapitre, nous présentons le bâtiment conçu et dimensionné, en se focalisant sur sa


fonctionnalité, le type de sa structure, ses éléments structurants, ainsi que sa géométrie. L’ou-
vrage concerné est un bâtiment à ossature en bois ayant une fondation en béton armé. Il est
constitué d’un rez-de-chaussée et de deux étages. Le bâtiment en question sera construit sur un
terrain de 900 m2 (30mx30m).
La maison sera implantée en République Démocratique du Congo, dans la Province du Haut-
Katanga, dans la ville de Lubumbashi, dans le Quartier Kabulameshi, au numéro 8026 de
l’avenue Kapolowe après démolition du bâtiment s’y trouvant.

Figure 1.1 – géolocalisation du terrain où sera construite la maison

4
1.1 Caractéristiques géométriques de l’ouvrage
1.1.1 Dimensions en élévation

- Hauteur du rez-de-chaussée : 3.50 m


- Hauteur de l’étage courant : 3.50 m
- Hauteur total du bâtiment : 13.1 m

1.1.2 Dimensions en plan

- - La longueur du bâtiment : 17.70 m


- - La largeur du bâtiment : 12.40 m

1.1.3 Dimensions des pièces intérieures

- Salon : 21,5 m2
- Salle à manger : 12,9 m2
- Cuisine : 15m2
- Chambre visiteur : 12,9 m2
- Salle de bain visiteur : 3,5 m2
- Bureau : 7,6 m2
- Garage : 32 m2
- Cellier : 12,6 m2
- Chambre enfant 1 : 13 m2
- Salle de bain chambre 1 : 7,1 m2
- Chambre enfant 2 : 16,7 m2
- Salle de bain chambre enfant 2 : 7 ,5 m2
- Chambre enfant 3 : 14,2 m2
- Salle de bain chambre enfant 3 : 7,7 m2
- Suite parentale : 25,8 m2
- Salle de bain suite parental : 10,3 m2
- Dressing suite parental : 10,3 m2
- Débarras : 7,6 m2
- Salle de sport : 27, 9 m2
- Salle d’étude : 14,2 m2

5
- Salle de prière : 7,6 m2
- Toilette du 2e étage : 7.6 m2
- Terrasse : 8 m2
- Cage de l’escalier : 9,9 m2

1.2 Fonctionnalité du bâtiment :


La maison est accessible par la porte principale, situé à la terrasse. L’entrée donne sur le séjour à
partir duquel on accède à la salle à manger. Le séjour débouche vers un hall d’accueil qui donne
également accès la cuisine. La cuisine possède une porte de service et un passe-repas vers la salle
à manger et vers un autre hall, ce dernier donnant accès à un bureau, une chambre visiteur et
le garage. Par le garage on accède au cellier qui, lui, possède une porte de secours. On se rend
au premier étage par un escalier à quart tournant. On aboutit à un hall de nuit qui conduit
vers les 3 chambres d’enfants, la chambre des parents, ainsi que le débarras. L’escalier conduit
jusqu’au troisième étage dans lequel se trouve une salle de sport à côté d’une salle d’étude. On
y trouve également une salle de prière et une toilette. Les vues en plan dans les annexes A, B et
C nous donnent plus de détails sur la fonctionnalité du bâtiment. les annexes IV,V et VI nous
donnent plus de détails.

1.3 Solution constructive du bâtiment


1.3.1 Le plancher

Les planchers sont des éléments horizontaux qui assurent la fonctionnalité de l’ouvrage et per-
mettent la transmission des efforts aux éléments de contreventement. Pour ce qui est du type
de plancher, nous avons opté pour le plancher mixte bois-béton. Ce dernier a pour avantage
d’avoir une bonne résistance mécanique, d’être un très bon isolant phonique et thermique, et il
a une facilité et une rapidité de pose.

1.3.2 Les murs en bois


1
Les murs sont réalisés sur la base d’une structure constituée de montants et traverses en bois
spécifiques à la construction des maisons à ossature en bois. Le mur sera composé de :
1. http ://kitmaisonbois.com/composition-mur-a-ossature-bois

6
- La membrane pare-vapeur : elle limite la transmission de la vapeur de l’eau à travers la
paroi.
- L’ossature bois : fait avec le même bois que celui de la charpente et d’ossature
- La laine de verre ou de bois pour l’isolation
- La lisse basse et la semelle : la lisse basse est la partie plus basse du mur. Elle sera fixée
à la semelle sur le chantier. La semelle fera la liaison entre les fondations et la structure
de la maison. Elles reposent toutes les deux sur une bande d’arase qui est posée entre la
maçonnerie et la semelle dite autoclave.
- Le contreventement OSB
- La membrane pare-pluie ; elle a pour fonction de protéger la paroi extérieure des possibles
pénétrations d’eau. Elle renforce également l’étanchéité à l’air de la construction.
- Les tasseaux ou le grillage : ils permettent de fixer le bardage extérieur de la maison à
ossature en bois.

1.3.3 Les escaliers

Les escaliers sont des éléments secondaires dans la structure. Ils facilitent les déplacements
verticaux entre les étages. Le bâtiment présente un seul type d’escalier : l’escalier à double
quart tournant intermédiaire en bois.

7
Figure 1.2 – escalier en bois à deux quart tournant

Les dimensions des éléments constituant notre escalier sont :


- Contre marche : 15 Cm
- Balustre : 120 Cm
- Emmarchement : 108 Cm
- Encombrement : 230 Cm
- Giron : 30 Cm
- Hauteur de l’escalier à monter : 350 Cm
- Reculement : 390 Cm

1.3.4 La sécurité au feu

Bien que le bois se comporte généralement bien en situation d’incendie, il existe des situations
ou la résistance naturelle du bois n’est pas suffisante pour atteindre le degré de résistance au feu
requis pour un bâtiment. Pour ce faire, le concepteur peut opter pour différentes solutions, telles

8
que 2 3 : augmenter la taille de la structure, ajouter un revêtement de protection en utilisant un
matériau isolant incombustible, améliorer la résistance au feu de la structure en bois par un
traitement ignifuge. La solution que nous avons adoptée est celle qui consiste à améliorer la
résistance au feu de la structure en bois par un traitement ignifuge.

1.3.5 Le revêtement

Les revêtements sont comme suit :


- Peinture ignifuges pour les parois extérieures et le gyproc pour les parois intérieures.
- Gyproc revêtu d’une peinture ignifuge pour les cloisons et les plafonds
- Un carrelage céramique de 60×60
- Bardage bois en pin sylvestre
Nous utiliserons la fibre de bois pour l’isolation thermique et acoustique.

1.3.6 La fondation

Nous distinguons plusieurs types de fondations. La nature du terrain détermine en grande partie
le type de fondation à utiliser.
- Les fondations sur semelles : utilisées lorsque sol sur lequel doit être posée la fondation
n’est pas en profondeur.
- Les fondations profondes (sur pieux ou puits) : elles sont utilisées lorsque le sol d’assise
est trop profond 4 .
- Le radier (dalle flottante) : appliqué dans des zones gorgées d’eau tout comme les fonda-
tions profondes lorsque le sol d’assise est trop profond.
Etant donné sol d’assise n’est pas à une grande profondeur (+/- 1, 5 m), la fondation sera en
semelle isolée et les longrines en moellons.

1.4 Matériaux utilisés


1.4.1 Le bois

a) Définition
- Le bois est un matériau naturel d’origine végétale.
2. https ://cecobois.com/details-de-conception-durabilite-et-proctection/la-resistance-au-feu-du-bois
3. https ://www.nordthreat.com/fr/ressources/protection-du-bois-contre-l-incendie
4. https ://www.livios.be/fr/info-construction/gros-oeuvre/fondations-et-cave/fondations/ ?authId=ceada384-
3e7d-4432-aaa1-e70cccadf153

9
- Une construction en bois et une construction réalisée en bois de construction (massif
ou non).

b) Avantages dans la construction


Une construction en bois présente plusieurs avantages, dont (de manière non-exhaustive)[1] :
- Le respect des délais : la possibilité de préfabrication qu’offre la construction d’une
maison à ossature en bois permet de défier à la fois le temps calendrier et météorolo-
gique.
- L’architecture sur mesure : La construction en bois permet de nombreuses possibilités
architecturales du fait de sa légèreté, de sa souplesse et de sa résistance.
- Le confort et le bien-être : une maison en bois est chaleureuse et accueillante. Sa
faible inertie permet une chauffe rapide de la maison.
- La légèreté : une poutre de 3 mètres de portée capable de supporter 20 tonnes pèse
60 Kg en bois résineux, 80 Kg en acier et 300 Kg en béton armé.
- La réduction du taux de pollution 5 : les émissions de gaz à effet de serre du bois sont
largement inférieures à celles des autres matériaux tels que le béton ou l’acier. En
effet, 1m3 de bois permet d’éviter l’émission de 1,1 tonne de CO2 .

c) Inconvénient dans la construction


- Entretien couteux : le plus grand désavantage du bois reste sa vulnérabilité aux ter-
mites.
- Faible inertie thermique : la chaleur entre vite dans la maison et s’infiltre partout car
le bois emmagasine la chaleur.
- Faible isolation acoustique : contrairement à la pierre, le bois n’étouffe pas les bruits

1.4.2 Le béton armé

a) Définition
Le béton est un agglomérat artificiel des cailloux, des graviers et de sable réunis entre eux
au moyen d’un liant hydraulique : le ciment. Les armatures métalliques lui sont ajoutées
afin de le renforcer.

b) Avantages 6
5. https ://www.terrain-construction.com/content/construction-maison/construire-maison-bois
6. https ://docplayer.fr/52254425-I-generalites-ii-avantages-et-inconvenients-du-beton-arme-avantages-les-
inconvenients-du-beton-arme-14.html

10
- L’intérêt économique : Le béton est le moins coûteux des matériaux résistant à la
compression et susceptible d’être associé à d’autres éléments. De nos jours, l’acier est
le matériau le plus utilisé dans la fabrication des armatures.
- La souplesse d’utilisation : le béton étant mis en place (dans des moules : coffrage) à
l’état pâteux, il est possible de réaliser des constructions aux formes les plus variées.
- Economie d’entretien : les constructions en béton armé ne nécessitent aucun entretien
tandis que les constructions métalliques ont besoins d’être peintes régulièrement
- Résistance au feu : les constructions en béton armé se comportent beaucoup mieux
en cas d’incendie que les constructions métalliques ou en bois. Le béton, grâce à sa
mauvaise conductibilité thermique retarde les effets de la chaleur sur les armatures, il
est possible de remettre en service la construction après les réparations superficielles
ce qui est impossible pour les constructions métalliques. Cette propriété a permis
d’utiliser le béton armé dans certaines parties des fours.
- Durabilité : le béton armé résiste bien à l’action de l’eau et de l’air à la seule condition
de l’observation et de la protection des armatures.
c) Les inconvénients du béton armé :
- Le poids : les ouvrages en béton armé sont plus lourds que les autres types de construc-
tions.
- Difficulté de modification d’un ouvrage déjà réalisé : il est difficile de modifier un
élément déjà réalisé.

1.5 Règlements utilisés


- NV 65/67 : Cette règle permet de prendre en compte les efforts extérieurs de neige et
de vent pouvant s’exercer sur une structure en bois lors de son dimensionnement. Ces
efforts sont calculés par rapport à la situation géographique ainsi que la morphologie de
la structure ; ils ajoutent une charge maximale pour être le plus défavorable possible lors
de la vérification de la stabilité.
- EUROCODE 5 : Cet ouvrage s’applique au calcul des bâtiments et des ouvrages de génie
civil en bois. Il concerne les exigences de résistance, d’aptitude au service, de durabilité
et de résistance au feu des structures en bois.

11
1.6 Variété de bois utilisé
Le bois que nous utiliserons pour la construction de notre ouvrage est le pin sylvestre de classe
C18 et C30. Bien qu’étant vendu localement, ces bois sont d’origine zambienne.
Leurs caractéristiques sont reprises dans l’article Evaluation of stress grades for Zambian Pine
Timber[2].

12
Chapitre 2

CALCUL DU VENT

Dans ce chapitre, nous allons définir les différentes charges agissant sur notre structure, qui se
résume dans l’action des charges permanentes (poids propre des éléments permanent) et des
effets climatiques (vent).

2.1 Action du vent


L’étude du vent s’est fait d’après le règlement NV65

2.1.1 Calcul de la pression statique

La pression statique du vent Ph qui s’exerce sur une construction est exprimée par la formule
suivante :

P = qH .Ks .Km .δ.CR (2.1)

où :
- qH : pression dynamique du vent agissant à la hauteur h, avec : qH = 2.5 × h+18
h+60
× q10
- Ks : coefficient du site
- Km : coefficient de masque
- δ : coefficient de réduction de pression
- CR : coefficient résultant

a) Effet Site
La norme NV65 utilisée considère trois types de sites à savoir[1] :
- Site protégé : au fond d’une cuvette bordée de collines de toutes parts ou un site
urbain très dense.

13
- Site normal : Plaine ou plateau de grande étendue pouvant présenter des dénivellations
peu importantes, des pentes inférieures à 10% (vallonnement, ondulations).
- Site exposé : Au voisinage de la mer, le littoral en général sur une profondeur d’environ
6 km,
le sommet des falaises, les iles ou presqu’iles étroites. Pour la République Démocratique
du Congo, les différents coefficients sont donnés dans le tableau ci-dessous :

Ks
Région Site protégé Site normal Site exposé
1 0.80 1 1.35
2 0.80 1 1.30
3 0.80 1 1.20

Table 2.1 – Valeur Ks pour la RD congo

b) Effet Masque
Lorsque la construction envisagée est masquée par d’autres d’une grande probabilité de
durée, il y a « effet masque » parce que les constructions avoisinantes protègent l’ouvrage
des effets du vent. Dans ce cas, les pressions dynamiques de base et extrêmes peuvent
être réduites de 25%. Pour des raisons de sécurité[1], nous prendrons km = 1.

c) Valeurs de q10 pour la RD Congo :

Q10 (daN/m2 ) Q10 (daN/m2 )


Zones de la RDC
Valeur normale Valeur extrême
1 50 87.5
2 70 122.5
3 90 157.5

Table 2.2 – Valeur de q10 pour la RD congo

2.1.2 Les données de calcul de la pression statique

a) Sur la maison
- Longueur : 17,70 m

14
- Largeur : 12,40 m
- Hauteur : 13 m
- Lieu d’implantation : Haut-Katanga (Zone 3)

b) Sur le site
- Nature du site : normale
- Construction : non masquée
- Ks = 1
- Km = 1
- q10 = 10 (daN/m2)

2.1.3 Les actions résultantes Cr

Figure 2.1 – versants de la toiture

Il est à noter que :


la parois AB correspond à la façade avant de la maison,
la parois BC correspond à la façade droite de la maison,
la parois CD correspond à la façade arrière de la maison,

15
la parois AD correspond à la façade gauche de la maison,

PAROIS VERTICALES VERSANTS DE TOITURE

AD AB,BC et CD EF FG HI IK IJ IE

Pression +1 +0.98 - - - - - -

Dépression -0.8 -0.71 -0.62 -0.62 -0.68 -1.4 -0.7 -0.56

Table 2.3 – Actions résultantes des parois verticales et des versant des toitures

- Cr retenus pour les versants des toitures Pour le cas de pression on prendra : Cr = +0.15
Pour le cas de dépression, on prendra : Cr = -0.7
- Cr retenus pour les parois Pour le cas de pression, on prendra : Cr = +1 Pour le cas de
dépression, on prendra : Cr = -0.8

2.1.4 La pression dynamique qh

h + 18
qH = 2.5 × × q10 = 95.55 daN/m2
h + 60

2.1.5 Le coefficient de réduction (δ)

Le coefficient de réduction est donné en fonction de la plus grande dimension horizontale et


verticale de la surface offerte au vent revenant à chaque élément[1].

Elément Dimension δ

Panne 2.0 0.92

Ferme 7.9 0.84

Poteau 3.5 0.89

Élément de fa- 13.0 0.82


çades

Table 2.4 – Coefficient de réduction des surfaces offertes au vent revenant à chaque élément
de l’ossature

16
Pression dynamique du vent revenant à chaque élément (vn) :
En appliquant la formule 2.1 nous obtenons les valeurs suivantes :
- Panne : 95.55 x 1 x 1 x 0.98 x (-0.78) = −65.55 daN/m2 ↑
- Panne : 95.55 x 1 x 1 x 0.98 x (+0.15) = 14 daN/m2 ↓
- Ferme : 95.55x* 1 x 1 x 0.84 x (-0.7) = −56.18 daN/m2 ↑
- Ferme : 95.55 x 1 x 1 x 0.84 x (+0.15) = 12.04 daN/m2 ↓
- Poteau : 95.55 x 1 x 1 x 0.89 x (+1.3) = 110.55 daN/m2 −→
- Eléments de façade : 95.55 x 1 x 1 x 0.82 x (+1.3) = 101.86 daN/m2 −→

17
Chapitre 3

CALCUL DES PANNES

Les pannes sont des pièces posées horizontalement sur les fermes d’une charpente. Elles sont
destinées à transmettre les charges et surcharges s’appliquant à la ferme ou la traverse. Elles sont
calculées en flexion déviée, sous l’effet des charges permanentes d’exploitation et climatiques.
Le dimensionnement des pannes se fera par rapport aux formules relatives à la flexion déviée
en construction en bois. Il existe un angle de 26o entre la pente de la toiture et l’horizontale. Le
type de bois choisi pour le dimensionnement des pannes est le C18.
Les pannes sont soumises à :
- Des charges verticales, dont le poids propre de la panne, le poids de la couverture et des
accessoires, et la surcharge d’entretien.
- Une charge oblique V due au vent appliqué perpendiculairement au versant de toiture.

3.1 Détermination des sollicitations :


3.1.1 Charges permanentes ou poids mort :

- Poids propre de la Charpente en bois traditionnelle : 25 daN/m2


- Poids propre de la tôle et des bacs en acier nervurés et accessoires : 5.8 daN/m2
- Poids propre panne estimé : 5 daN/m2
G = Poids propre des pannes + (poids couvertures + accessoires) × e
e : espacement entre panne (e=1.47 m)
G = 5 + (5.8×1.47) = 13.52 daN/m

18
3.1.2 Charge d’exploitation

Surcharge d’entretien P : elle est égale au poids d’un ouvrier. Ce poids est équivalent à une
charge de 80 Kg situé au milieu de la portée de la panne. La charge uniformément P est obtenue
en égalisant les deux moments maximums dues à la charge P’.

Figure 3.1 – moments dus à la charge d’exploitation

de la figure 3.1 nous déduisons la formule suivante :


P ×l2
Mmax = P 0×L
4
= 8
= 80daN/m

3.1.3 Charge climatique de vent :

- V1 = 95, 55 × 1 × 1 × 0, 98 × −0, 7 = −65, 55 daN/m2 (soulèvement)↑


- V1 = 95, 55 × 1 × 1 × 0, 98 × 0, 15 = 14, 05 daN/m2 (dépression)↓
- Vn1 = −65, 55 × 1, 47 = −96, 34 daN/m
- Ve1 = 1.75 × V n1 = −168, 5 daN/m
- Vn2 = +14, 05 × 1, 47 = 20, 65 daN/m
- Ve2 = 1.75 × V n2 = 37, 14 daN/m

3.2 Combinaison des charges à l’ELU


a) 1.3G + 1.5P = 1.3(13.52) + 1.5(80) = 137.58 daN/m
b) 1.3G + 1.5Vn = 1.3(13.52) + 1.5(−96.34) = −162.09 daN/m
c) 1.3G + Ve = 1.3(13.52) + 1.5(20.65) = 48.55 daN/m
La combinaison la plus défavorable est la combinaison (b)

19
3.2.1 Calcul des moments sollicitant à l’ELU

Soit N la somme de ces charges et elle se décompose en une charge Qx et Qz


- N = 1.3(13.52) + 1.5(−96.34) = −162.09 daN/m
- α = 26o
- Qy = N cos α = 162.09 × cos 26o = 145.69 daN/m
Qy ×L2
- My = 8
= 145.69×22
8
= 72.8 daN m
- Qz = N sin α = 162.09 × sin 26o = 71.1 daN/
Qz ×L2
- Mz = 8
= 71.1×1
8
= 9 daN m

3.3 Condition de résistance


La condition de résistance est remplie si et seulement si les deux équations suivantes sont vérifiées
ensemble[1].

σm,y,d σm,z,d
Km + ≤1 (3.1)
Kh,y fm,y,d Kh,z fm,z,d
σm,y,d σm,z,d
+ Km ≤1 (3.2)
Kh,y fm,y,d Kh,z fm,z,d

KM = 0.7 (section rectangulaire)


(150/h)0.2
(
KH = min P renons KH = 1.
1.3
bh3
σm,y,d = 1.3×My
(IGY Y /vz )
, où IGY Y = 12
vz = h
2

hb3
σm,z,d = 1.3×Mz
(IGZZ /vY )
, où IGZZ = 12
vy = b
2

fm,k
Fm,y,d = fm,z,d = γm
= 18×0.6
1.3
= 8.3N/mm2
Sections commerciales pour les pannes en bois
Parmi les sections commerciales pour les pannes en bois, notamment 5x5, 5x7, 4x11, 5x15, 7x15.
Seules les sections 5x15 et 7x15 vérifient la condition de résistance. Pour notre gouverne, nous
prendrons la section 5x15.

1.3×72.8×104
σm,y,d = (1.3×M y)
bh2 /6
= 187500
= 5.05 N/mm2

σm,z,d = (1.3×M z)
hb2 /6
= 1.3×90000
62500
= 1.87 N/mm2

20
Vérifions les formules (3.1) et (3.2) :
On a : 0.7 × 5.05
8.3
+ 1.87
8.3
= 0.65 ≤ 1
5.05
8.3
+ 0.7 × 1.87
8.3
= 0.77 ≤ 1
La condition de résistance est vérifiée pour le bois de section 5x15

3.4 Vérification des conditions de flèche


Le calcul de flèche se fait par combinaison des charges et des surcharges des services non pon-
dérés.
Soit Q la résultante de ces charges :

- Q = G + Vn = 13.51 + (-96.34) = | − 82.82| daN/m

- Qy = Q. cos α = Q. cos 26o = 74.44 daN/m

- Qx = Q. sin α = Q. sin2 6o = 36.31 daN/m

- fadm ≤ L/200 = 200/200 = 1 cm = 10 mm

5 Qy (Lx )4 L
- fx = 384 EIy 200
= 200
200
= 1 cm

5 Qx (Lx )4 L
- fy = 384 EIx 200
= 100
200
= 0.5 cm

- Section : (5 x 15) cm :

3.4.1 Application des formules


b3 .h 50.1503
E = 9000 N/mm2 IY = 12
= 12
= 14062500 mm4
Fleche suivant l’axe x :
5 Qy (Lx )4
fy =
384 EIy
5 363.1 × 10−3 × (1000)4
=
384 9000 × 14062500
= 0.34 mm0.034 cm ≤ 0.5 cm

21
Fleche suivant l’axe y :
E = 9000 N/mm2
b3 .h 503 .150
Ix = 12
= 12
= 1562500 mm4

5 Qx (Lx )4
fx =
384 EIx
5 74.44 × 10−2 × (2000)4
=
384 1562500
= 1.2 mm0.12 cm ≤ 1 cm

Compte tenu des valeurs trouvées dans l’application des formules, nous déduisons donc que la
section 5 × 15 vérifie les conditions de flèche.

3.4.2 Détermination du poids de la panne

- Masse volumique du bois (Pin sylvestre) : 550 kg/m3


- Section de panne : (5 x 15) cm
- Pour un mètre on a : V = 0.05 x 0.15 x 1(m) = 7.5 x 10−3 m3
M
V
= 550 Kg/m3 où m = (7.5 × 10−3 ) × 550 = 4.1 kg
- P = m.g = 4.1 kg x 9.8 m/s2 = 40.18 N = 4 daN/m
Les calculs des poids des pannes nous donnent 4 daN/m. Notre estimation de départ ayant été
de 5 daN/m, nous retenons la valeur de 4 daN/m, puisqu’inferieure au poids estimé.

22
Chapitre 4

CALCUL DES ELEMENTS DE


L’OSSATURE

Dans ce chapitre se trouve le calcul des éléments porteurs de l’ouvrage : la ferme, la charpente,
le plancher, les poteaux et les fonctions.

4.1 Calcul de la ferme


Nous retiendrons ici les fermes en M pour un plafond lourd

Figure 4.1 – Schéma de la ferme de la maison

Vérifions que le treillis ci-haut est isostatique par la formule :


B+r=2N
Où :
- B = nombre des barres

23
- r = nombre des réactions
- N = nombre des nœuds
21 + 3 = 24, le treillis est isostatique.
- α = 26o
- Distance entre pannes : 1.47 m
- Distance entre ferme : 2 m

4.1.1 Détermination de la descente des charges

Charges agissant sur la ferme (aux nœuds) :


- Action du vent : −56.18 daN/m2 et12.04 daN/m2
- Poids de la couverture (tôle en bac acier) et accessoires : 5.8 daN/2
- Poids des pannes : 4 daN/m
- Poids propre de la ferme : 25 daN/m2
- Faux plafond : bois et plâtre : 51 daN/m2
Le vent a une direction d’ensemble perpendiculaire aux versants de la toiture et sa composante
verticale dont nous avons besoin dans la combinaison des charges est donnée par :
V = Vn / cos α
Avec :
- α = 26o
- Vn1 = (−56.18)/ cos 26 = −62.51 daN/m2 → Vn1 × 1.47 m × 2 m = −183.78 daN
- Vn2 = 12.04/ cos 26 = 13.39 daN/m2 → Vn2 × 1.47m × 2 m = 39.37 daN
- Poids de la couverture et accessoires : 5.8 daN/m2 → 5.8 × 1.47 × 2 = 17.1 daN
- Poids des pannes : 4 daN/m → 4 × 2 = 8 daN
- Poids propre de la ferme : 25 daN/m2 → 25 × 1.47 × 2 = 73.5daN
- Poids faux plafond : 51 x 1.47 x 2= 150 daN

4.1.2 Combinaison des charges

Aux ELU :
1. 1.3 G + 1.5Vn1 = 1.3 (36.75 + 8 + 17.1) + 1.5 (-183.78) = -195.2 daN
2. 1.3 G + 1.5Vn2 = 1.3 (36.75 + 8 + 17.1) + 1.5 (39.37) = 13.46 daN
→ La combinaison no 1 est le cas le plus défavorable.

24
4.1.3 Détermination des efforts dans les barres de la ferme

Figure 4.2 – Schéma statique de la ferme

- V : vent : -183.78 daN


- TA : tôle et accessoires : 17.1daN
- P : panne : 8 daN
- Pp : poids propre de la ferme (Pp /2) : 73.5/2= 36.75 daN (Pp/2) agit en chaque nœuds
- Pf p : poids faux plafond : 150 daN
- R : Pp +TA + P = 61.85 daN
- Q : TA /2+ (P/2) + (Pp /2) = 49.3 daN
- T : Pf p +Pp /2 = 186.75 daN
- S :Pf p/2+ Pp /2=111.75 daN
Le calcul des réactions par la statique nous donnes les valeurs suivantes : RA = RB = 170 daN.
Par symétrie, on trouve les efforts normaux suivants dans les barres du treillis de la figure 4.1 :

25
BARRES EFFORTS (daN)
N1 = N21 -230
N2 = N20 207
N3 = N19 180
N4 = N16 207
N5 = N17 -156
N6 = N18 -74.23
N7 = N15 219.29
N8 = N12 140.28
N9 = N13 -45.28
N10 = N14 -111
N11 283

Table 4.1 – efforts normaux dans les barres du treillis

4.1.4 Calcul des barres de la ferme :

Nous disposons du pin sylvestre. Pour la ferme, nous utiliserons le bois de type C18.

a) Section de la diagonale la plus tendue :


Il s’agit de la barre N10 = -111 daN = 1110 N
Condition de traction parallèle aux fibres :

N kmod.ft,0,k
σt,0,k = ≤ ft,0,d = (4.1)
A γm
- γm = 1.3
- kmod :0.60 de la formule 4.1 nous trouvons la valeur de la section A
- σ= 1110
A
≤ ft,0,d = 0.60×11
1.3

- On obtient : A = 218.6 mm2


pour les diagonales, on retient une section de 5 x 7 Cm

b) Section du montant le plus comprimé


(1) Section du montant le plus comprimé en négligeant le flambement
Il s’agit de la barre N11 = 283 daN = 2830 N

26
- Condition de compression parallèle
N kmod.ft,0,k
σ= ≤ fc,0,d = (4.2)
A γm
de la formule 4.2 nous trouvons la valeur de la section A :

2830 0.60 × 11
σ= ≤ ft,0,d = ⇒ On obtient : A = 218.6 mm2
A 1.3
(2)Section du montant le plus comprimé en considérant le flambement :

N
σ= ≤ kc .fc,0,d (4.3)
A
Kc = √ 1
(Ky+ (Ky)2 +(λrel)2
Avec :
- Ky = 0.5(1 + βc (λrel − 0.3) + (λrel )2 )
- βc = 0.2 (pour le bois massif)
q
fc,0,k
- λrel = λ
π E0.05
q
- λ = LF A
I

avec Lf : longueur de flambement


Si on considere une section carree de 5x7cm :
→ A = 10000 mm2 , I = b × h3 /12 = 1429166.67mm4

LF = L = 1.9 m = 1900 mm
q
λ = 1900 3500
1429166.67
= 94
q
λrel = 94
π
18
6000
= 1.6

Ky = 0.5(1 + 0.2(1.6 − 0.3) + (1.6)2 ) = 1.91

Kc = √ 1
= 0.23
(1.91+ (1.91)2 +(1.6)2

⇒ σc,0,d = 2830/3500 = 0.8 M P a ≥ kc .fc,0,d = 0.23 × (0.60×18)


1.3
= 1.9

⇒ σc,0,d ≤ kc .fc,0,d (OK)

on retient la section de 5x7 cm pour les montant

c) Section de l’arbalétrier
(1) Section de l’arbalétrier le plus comprimé en négligeant le flambement
Il s’agit de la barre N1 = 230 daN = 2300 N

27
- Condition de compression parallèle
voir la formule 4.2
de la formule 4.2 nous trouvons la valeur de la section A :

2300 0.60 × 11
σ=
≤ ft,0,d = ⇒ On obtient : A = 277 mm2
A 1.3
(2)Section de l’arbalétrier le plus comprimé en considérant le flambement :
voir la formule 4.3
Kc = √ 1
(Ky+ (Ky)2 +(λrel)2
Avec :
- Ky = 0.5(1 + βc (λrel − 0.3) + (λrel )2 )
- βc = 0.2 (pour le bois massif)
q
fc,0,k
- λrel = λ
π E0.05
q
- λ = LF A
I

avec Lf : longueur de flambement


Si on considere une section carrée de 5x15cm :
→ A = 75000 mm2 , I = b × h3 /12 = 14062500mm4

LF = L = 1.47 m = 1470 mm
q
λ = 1470 7500
14062500
= 34
q
λrel = 34
π
18
6000
= 0.59

Ky = 0.5(1 + 0.2(0.59 − 0.3) + (0.59)2 ) = 0.7

Kc = √ 1
= 0.6
(0.7+ (0.7)2 +(0.59)2

⇒ σc,0,d = 2300/7500 = 0.31 M P a ≥ kc .fc,0,d = 0.6 × (0.60×18)


1.3
= 4.98 M P a

⇒ σc,0,d ≤ kc .fc,0,d (OK)

on retient la section de 5x15 cm pour les arbalétriers

d) Section de l’entrait :
La barre la plus tendue N14 = 207 daN = 2070 N
Condition de traction parallèle aux fibres :
voir la formule 4.1

28
- γm = 1.3
- kmod :0.60 de la formule 4.1 nous trouvons la valeur de la section A
- σ= 2070
A
≤ ft,0,d = 0.60×11
1.3

- On obtient : A = 408 mm2


pour les diagonales, on retient une section de 5 x 15 Cm

4.1.5 Dimensions finales des éléments de la ferme

On garde les valeurs suivantes :

Section diagonale en traction 5 x 7 cm


Section diagonale en compression 5 x 7 cm
Section arbalétrier 5 x 15 cm
Section entrait 5 x 15 cm

Table 4.2 – sections des éléments de la ferme

4.2 Calcul du plancher


Ouvrage de charpente, de menuiserie ou de maçonnerie formant une surface plane qui constitue
le sol d’un local et l’élément séparatif des étages d’une construction. La partie inférieure est
appelé plafond. Le plancher porte généralement un revêtement de décoration et d’isolation de
type parquet, carrelage ou moquette 1 . Nous avons opté pour un plancher mixte bois-béton. Le
plancher est composé des poutres principales sur lesquelles reposent des solives, qui à leur tour
supportent des panneaux OSB qui serviront de coffrage pour un béton armé de 5 cm. Sous le
béton, sera posé un film polyane. Le revêtement est fait des carreaux en céramique de 12 mm,
posés sur un mortier de 10 mm.
1. https ://www.batiproduits.com/batiwiki/plancher/definition/B7213543-7E2A-4BAF-B4DF-
E656EA77A594

29
Figure 4.3 – plancher de la maison

Figure 4.4 – plancher mixte bois béton

plancher du second étage :

30
Désignation Epaisseur (mm) Densité (Kg/m2 ) Poids surfacique (daN/m2 )
carrelage 12 2200 2.64
Mortier de pose 10 2000 20
Béton 50 2500 12.5
planche OSB/3 12 600 7.2
Solive - - 25
Plâtre 20 1000 20
Total - - 111.1

Table 4.3 – surchage surfacique du plancher

- Surcharge d’exploitation : 4000 N/m2


- Surcharge surfacique : 1111 N /m2

4.2.1 Combinaison des charges

1.3G + 1.5S = 1.3(1111) + 1.5(4000) = 74444 N/m2

⇒ Poids surfacique total :Psurf aciquetotal = 7444N/m2


- Les poutres centrales du plancher reprendront comme charge uniformément repartie tout
au long de la poutre :
P = (2 × L2 ) × Psurf aciquetotal =L × Psurf aciquetotal
- Les poutres le long des murs reprennent la moitié de la charge surfacique :
P= L
2
× Psurf aciquetotal

4.2.2 Calcul des éléments du plancher

le type de bois choisi pour la construction du plancher est le C30

4.2.3 Calcul des solives

les poutres précisément appelées solives dans notre cas,sont soumises a un chargement perpen-
diculaire à la fibre (axe) neutre.
En effet le chargement perpendiculaire à la fibre (axe) neutre entraine une flexion simple des

31
poutres.
on doit vérifié que :

σm,d M bh3
≤ 1 Avec σm,d = I ; I = ; v = h/2
Kh.fm,d V
12

fm,d = f m,k
γm
Mf max = P l2 /8
e = 0.1 m
P = e.Psurf = 0.1m × 7444N/m2 = 744.43N/m ⇒ Mf max = 744.43 × 3.52 /8 = 1140 N m
I/v à avoir :

M
≤ Kh.fm,d
(I/V )
(1140 × 1000)
⇒ I/v ≥ Mf max /Kh.fm,d = = 49400 mm3 = 49 cm3
1 × 30/1.3
I bh2
=
v 6

Prenons une section de :

- (4 × 11)cm, bh2 /6 = 4 × (11)2 /6 = 81cm3


- (5 × 15)cm ⇒ bh2 /6 = 5 × (15)2 /6 = 188cm3
- (7 × 15)cm ⇒ bh2 /6 = 262.5cm3

Vérification de la flèche

Le calcul de la flèche se fait avec les charges non pondérées :


P = 0.1 x (1111 + 4000) = 511.1 N/m = 0.5 N/mm
P L4
fmax = 5
384
× E.I

fadm = l
250
= 3500
250
= 14mm
E = 12000 N/mm2
I= I
v
×V V = h
2
l = 3.5m = 3500mm

• Pour la section de (4 x 11) cm :


I= I
v
× V = 81 × 11
2
= 446cm4

32
P L4 0.5×35004
fmax = 5
384
× E.I
= 5
384
× 12000×446×104
= 18.2 mm
fmax = 18.2mm ≤ fadm = l
250
= 3500
250
= 14mm (Pas Ok)
• Pour une section de (5 x 15) cm :
I= I
v
× V = 188 × 15
2
= 1410cm4
P L4 0.5×35004
fmax = 5
384
× E.I
= 5
384
× 12000×1410×104
= 6 mm

fmax = 6 mm ≤ fadm = l
250
= 3500
250
= 14 mm (Ok)

=⇒ pour les solives bois nous prenons la section de : (5 x 15) cm

4.2.4 Calcul des poutres porteuses

les solives sont des poutres sur deux appuis et supportant une charge uniformément repartie,
soit P=744.4 N/m
Après résolution par la statique,nous obtenons les réactions d’appuis suivantes :

PL
RB = = 1303N
2
RA = P.L − RB = 1303N

Figure 4.5 – répartition de la charge des solives sur la poutre principale

Les réactions d’appuis des solives sont des charges ponctuelles sur la poutre principale. Consi-
dérons ces charges comme étant reparties :

P L2 13030×4.52
P = 1303
0.1
= 13030N/m ⇒ M = 8
= 8
= 32982 N.m
On vérifie que :

σm,d /Kh .fm,d ≤ 1

33
M fm,k
Avec σm,d = I ; I = bh3 /12 ; v = h/2 ; fm,d =
V
γm

Recherche du I
v
à avoir :

M
I ≤ Kh .fm,d
V

I 329822 × 1000
⇒ ≥ Mf max /Kh × fm,d = = 1429228mm3 = 1429cm3
v 1 × 1.3
30

Prenons une section de :

• (25 x 25) cm ⇒ I
v
= bh2 /6 = 25 × 252 /6 = 2604.2cm3 ok
• (20 x 25) cm ⇒ I
v
= bh2 /6 = 2083.3cm3 ok

Vérification de la flèche :

Le calcul de la flèche se fait avec les charges non pondérées P = 51111×3


2
= 7666.5
L = 4.5 m
⇒ Prepartie = 7666.5
0.1
= 766650N/m = 7.7daN/mm
P L4
fmax = 5
384
× E.I

fadm = l
250
= 4500
250
= 18mm
E = 12000 N/mm2
I= I
v
×V V = h
2

• Pour la section de (20 x 25) cm :


I= I
v
× V = 20083.3 × 25
2
= 26041.25cm4

P L4 7.7×45004
fmax = 5
384
× E.I
= 5
384
× 12000×26041.25×104
= 13mm

fmax = 13mm ≤ fa dm = l
250
= 4500
250
= 18 mm (Ok)
On adopte comme section de nos poutres porteuses : (20 x 25) cm

4.2.5 Plancher du premier étage :

- Les deux planchers ont la même charge surfacique soit 111.1 daN/m2 .
- La charge d’exploitation est de 200 daN /m2 .

34
- En adoptant la même démarche, on aboutit aux résultats suivants :
. Solives : (5 x 15) Cm
. Poutres porteuse : (20 x 25) cm

4.3 Calcul des poteaux


Un poteau est un organe de structure d’un ouvrage sur lequel se concentrent de façon ponctuelle
les charges de la superstructure (par exemple via un réseau de poutres ou de dalles d’un niveau
supérieure) et par lequel ces charges se répartissent vers les infrastructures de cet ouvrage (par
exemple les fondations) 2 .
Un poteau de section rectangulaire ou carré sera appelé pilier et un poteau de section circulaire
ou approchante sera appelé colonne.

Un poteau est un organe de structure d’un ouvrage sur lequel se concentrent de façon ponctuelle
les charges de la superstructure (par exemple via un réseau de poutres ou de dalles d’un niveau
supérieure) et par lequel ces charges se répartissent vers les infrastructures de cet ouvrage (par
exemple les fondations).
Un poteau de section rectangulaire ou carré sera appelé pilier et un poteau de section circulaire
ou approchante sera appelé colonne.

4.3.1 Détermination des sollicitation

Le poteau le plus sollicité de cet ouvrage, c’est celui qui supporte des charges réparties sur une
surface S comme la montre la figure ci-dessous.
S est la surface supportée par le poteau le plus défavorable. On considère une charge de 1111
daN/m2 par étage.
Les poteaux sont sollicités en compression avec flexion, c’est pour cela qu’on doit faire le calcul
au flambement.
2. www.mordane.com/poteau.php

35
Figure 4.6 – Surface d’influence de la colonne la plus chargée

N est la charge verticale a l’ELU.


- N= P × S × n
- P : charge du plancher P=111.1 daN/m2
- S : surface supporté par le poteau le plus sollicité
- S = 2.5 x 3.25 = 8.125 m2
- n : nombre d’étage.
- N = 111.1 × 8.125 × 2 = 180.375 daN

36
4.3.2 Dimensionnement des poteaux

Figure 4.7 – poteau encastré à la base soumis à une charge P

- N = 111,1 × 8,125 × 2 = 1805,375daN = 18053,75 N


- Type de bois (classe) : C30
Calcul de la section en négligeant le flambement :
Considérons une section circulaire :
kmod.ft,0,k
σc,0,k = N
A
≤ fc,0,k = γm

σc,0,k = 18053,75
A
≤ fc,0,k = 0.60×23
1.3

⇒ A = 1700.7 mm2 = 17 cm2


Calcul de la section en considérant le flambement :

N
σ= ≤ kc .fc,0,d
A
1
AvecKcy = q
(Ky + (Ky )2 + (λrel )2

Avec :
- Ky = 0.5(1 + βc (λrel − 0.3) + (λrel )2 )

37
- βc = 0.2 (pour le bois massif)
q
fc,0,k
- λrel = λ
π E0.05
q
- et λ = LF A
I

Considérons un rectangle de (15 x 20)cm


A = 30 000mm2
b×h3
I= 12
= 108 mm4
Lf lambement = 2.5L = 2.5 × 3.5 m = 8.75 m = 8750 mm (encastré − libre)
q
λ = 8750 30000
108
= 151.5
q
λrel = 151.5
π
23
8000
= 2.5
Ky = 0.5(1 + 0.2(2.5 − 0.3) + (2.5)2 ) = 3.8
Kc = √ 1
= 0.15
(3.8+ (3.8)2 +(2.5)2 )

σc,0,d = 18053.75/30000 = 0.6M P a ≥ kc .fc,0,d = 0.15 × (0.60×23)


1.3
= 1.6M P a

σc,0,d ≤ kc .fc,0,d (ok)

On retient une section de (15 x 20)cm

4.4 Calcul de la fondation


Les fondations d’une construction sont les parties de l’ouvrage qui sont en contact directe avec
le sol. Elles transmettent les charges de la structure au sol, c’est pourquoi elles constituent une
partie très importante puisque de leur bonne conception et réalisation découle la bonne tenue
de l’ensemble de l’ouvrage[3].

38
Figure 4.8 – Fondation de la maison

On calcule nos semelles en fonction de la charge à reprendre et de la portance du sol :

P
σsol = ≤ σad,sol
a×b

Avec 0.1N/mm2 ≤ σad,sol ≤ 0.3 N/mm2 .


Prenons σad,sol = 0.2 N/mm2
Calcul de la section de la semelle :

- P : charge de compression : 3627 daN = 36270 N


- T : hauteur totale de la semelle = h + a
Avec a = enrobage : 3 – 5 cm.
Prenons a = 5 cm. ⇒ a × b = P
σad,sol
= 2049N
0.2N/mm2
= 102450mm2 Pour une section carrée : a = b

a2 = 102450mm2

⇒ a = b = 320mm = 32cm

a
C
Tmax = σsol × ×a−
2 2
320 200 
= 0.2 × ( − × 320 = 3840N
2 2

τ= Tmax
a×h×0.75
≤ 0.016 × Rbk

39
Avec Rbk : résistance caractéristique du béton (dosé à 350 kg/m3 ) = 27 N/mm2 .
supposons h=400 mm
On a : τ = 3840
320×h×0.75
≤ 0.016 × 27

3840
320×400×0.75
≤ 0.432

⇒ 0.04 ≤ 0.432cm
⇒ t = h + a = 40cm + 5cm = 45cm
pour h=40 cm ,la condition est vérifiée et donc les armatures de semelle ne sont pas requises.
Poinçonnement :

P
τ= ≤ 0.016 × Rbk
2(a + h + b + h)h
h =450 mm
a = b = 320 mm
P = N = Rbk =27 N
Rbk = 27 N/mm2
⇒τ = 20490
2×(320+450+320+450)×450
≤ 0.016 × 27

⇒ τ = 0.0148N/mm2 ≤ 0.432N/mm2

40
Chapitre 5

CALCUL DES ASSEMBLAGES

En construction en bois, la conception des assemblages revêt une importance primordiale car
d’eux, peuvent dépendre les dimensions des éléments à assembler, le cout final de la structure,
et sa pérennité. Le choix du type d’assemblage à mettre en œuvre dépend du type d’effort à
transmettre (traction, compression, effort tranchant ou moment de flexion) et de la possibilité
de garder les pièces dans le même plan ou de les placer dans des plans décalés[1].
Parmi les moyens d’assemblages les plus courants, on peut citer :
. Assemblages traditionnels : embrèvements, assemblages par contact, assemblages par
tenon et mortaise, etc.
. Assemblages mécaniques de type tige : pointes, vis, boulons, broches, etc.
L’assemblage par boulon est celui que nous retenons pour la ferme, les pieds de poteaux et les
différents éléments de l’ouvrage
Généralités sur les assemblages par boulon
Les boulons peuvent être utilisés en atelier ou sur le chantier. Ils sont assez couramment mis
en œuvre. Un boulon comporte une tête hexagonale, un corps cylindrique fileté qui constitue
la vis et un écrou également hexagonal. Les rondelles, freins d’écrou, contre-écrou font partie
des accessoires des assemblages. Les jeux dans les trous sont de 1 à 2 mm. Ils travaillent soit en
traction soit en cisaillement 1 .
Il existe deux types de boulons : les boulons ordinaires qui travaillent en cisaillement, et les
boulons HR (haute résistance) précontraints qui transmettent les efforts par frottement mutuel
entre les pièces. Pour notre travail, nous utiliserons les boulons ordinaires. Ainsi le dimensionnent
des boulons portera sur :
- la vérification au cisaillement du boulon
1. https ://www.construiracier.fr/technique/solutions-constructives/structures/assemblages.

41
- et la vérification à la pression diamétrale.

5.1 Calcul des assemblages par boulon


5.1.1 Calcul de l’assemblage entre éléments de la ferme :

Il s’agit essentiellement d’un simple cisaillement :

Figure 5.1 – Assemblage par boulon en simple cisaillement

Avec :
N : plus grand effort de traction dans les barres
E : épaisseur de la pièce la plus petite

1) Résistance au cisaillement :

N
τm = ≤ 0.85σe
A
Avec A : section du boulon = (πd2 )/4
Pour l’acier Fe 510 : σe = 240N/mm2
N = 2070 N
Coefficient de pondération de la charge : 1.5
le diamètre du boulon est obtenu de la manière suivante :

1.5 × 2070
≤ 0.85(240)
2×A
A ≥ 15mm2 (πd2 )/4 ≥ 15mm2 ⇒ d = 4mm

2) Vérification de la pression diamétrale :


Pm = N
e×d
≤ 2 × R1,e (boulon brute)

42
d = 4 mm
e = 5 cm = 50 mm (entrait)
R1,e = 0.85σe
Avec σe = 240N/mm2

On a : 2070
50×4
≤ 1.6 × (0.85 × 240)

10.35 N/mm2 ≤ 326.4N/mm2 (condition vérif iée)

5.1.2 Calcul de l’assemblage entre pied de poteaux et semelle isolée

- Calcul du diamètre du goujon :


FT
σa
= Aacier

σa = (140N/mm2 )
FT = N = (1805.375 + 170) = 1975.4daN = 19754N
Coefficient de pondération : 1.5
⇒ Aacier = 1.5 × 19754/140 = 211.65mm2
πD2 /4 = 211.65mm2
D = 16 mm

- Longueur d’ancrage :
Contrainte admissible des aciers à adhérence améliorée :
τa,adh = 0.6 + 0.0375Rbk (Selon NBN B15-103)
Formule simplifiée : τa,adh = 1/12Rbk ou 4 N/mm2 (valeur à ne pas dépasser)
Prenons τa,adh = 4N/mm2
Calcul de la longueur de la barre :
τa,adh = Ft1 /(πD × l)

⇒ l = Ft1 /(πD × τa,adh )

= (1.5 × 19754)/(π × 16 × 4)

= 147, 4mm = 14 cm.

43
Chapitre 6

DEVIS

Un devis est un document présentant les prix des ouvrages à réaliser.


Le tableau ci-dessous nous donne le cout total de notre maison.

44
45
Chapitre 7

CONCLUSION

Le présent travail a porté sur la conception et le dimensionnement d’une maison R+2 en bois. Ce
modeste travail nous a donné l’occasion d’appliquer et approfondir la plupart de connaissances
acquises durant notre cursus licence en génie civil.
Le long de ce travail, nous avons compris que la conception d’une structure en bois repose sur
le dimensionnement aux états limites ultimes en tenant compte des actions environnantes telles
que les surcharges d’exploitation et le vent dans notre cas. Les pannes, les fermes, les planchers
et les poteaux comme éléments de la structure ont été dimensionnés après avoir défini les charges
agissantes sur la structure.
En guise de conclusion, nous espérons que le présent travail servira de fondement solide à toute
personne désireuse de se lancer dans la construction en bois, et sert en même temps de sonnette
d’alarme face aux divers méfaits (avenirs) causés par les constructions en béton.

46
Bibliographie

[1] Professeur RUFIN MUTONDO. construction en bois. Technical report, université nouveaux
horizons, 2019.

[2] Gilson NGOMA, Nathan CHILUKWA, and Katongo MWANSA. Evaluation of stress grades
for zambian pine timber. zambia.

[3] A. I. Younesse DJELTI. Etude technique-economique d’un batiment « 2 sous – sol, rdc
+ 16 etages » d’une forme irreguliere en plan a usage multiple. Technical report, Alger :
Université Abou Bekr Belkaid – Tlemcen, 2014.

[4] Professeur RUFIN MUTONDO. élasticité et résistance des matériaux. Technical report,
université nouveaux horizons, 2018.

[5] Professeur RUFIN MUTONDO. statique appliquée. Technical report, université nouveaux
horizons, 2016.

[6] B. L. V. T. Yves Benoit. Calcul des structures en bois, 2008.

47
Annexes I

48
Annexes II
Plan d’exécution :
-Plancher ,fondation et ferme

49
Annexes III
-Coupe longitudinale de la maison

50
Annexes IV
-Plan aménagé du rez-de-chaussée

51
Annexes V
-Plan aménagé du premier étage

52
Annexes VI
-Plan aménagé du second étage

53