Vous êtes sur la page 1sur 72

Présenté en vue de l’obtention du titre 

Ingénieur d’état

Génie Energétique et Electrique

Réalisé par :
PROJET DE FIN D’ETUDES
Karim FAKKAR

Titre :

Etude & Conception d’une installation de


Climatisation d’un hôpital d’oncologie

Soutenu devant le Jury :

M. A. BOUTAHAR Encadrant Académique


M. F. ALAOUI Rapporteur
M. Chhiti Président du jury

Année universitaire :
2019/2020
Dédicace
A mes chers parents,

Aucun mot ne pourrait exprimer ma reconnaissance et


ma gratitude pour le soutien et l'amour que vous n’avez cessé
de me présenter. Sans vous, je ne serai jamais arrivé à ce que
je suis aujourd’hui.
A mes frères et sœurs,

Vous êtes la source de mon bonheur et ma joie de vivre.


Votre souci pour moi et votre amour m’a toujours ranimé et
renforcé pour être à la hauteur de vos attentes.
A ma cher grande mère, et mes tantes,

Sans vous, je ne saurai comment j’aurai vécu mes six


années à l’ENSA. Vous m’avez soutenu, aidé, et renforcé lors
de mes plus durs moments de faiblesse.
A tous mes proches,
A mes professeurs,
A mes camarades,
Aux personnels de la société VENTEC-MAROC :
« Je dédie ce travail en témoignage de mon profond amour et mon
immense gratitude. »
Remerciement
La réalisation de ce mémoire a été possible grâce au concours de plusieurs personnes à qui on
voudrait témoigner toute notre reconnaissance.

Je tiens à remercier dans un premier temps, toute l’équipe pédagogique de l’école Nationale
Des Sciences Appliquée et les intervenants professionnels responsables de la filière
Energétique et Electrique, pour avoir assuré une formation prodigieuse.

Je tiens à exprimer mes respectueuses reconnaissances particulièrement à Mr Abderrahim


BOUTAHAR, mon encadrant académique, pour le temps précieux qu’il m’a accordé, pour
son encouragement et son suivi continuel de la progression de notre travail, et qui a mis son
honorable expérience et ses connaissances polyvalentes à ma disposition, malgré les
contraintes de temps qui l’entourent.

J’adresse aussi mes sincères remerciements à mon parrain de stage, Mr Ibrahim NASSAH,
qui m’a guidé minutieusement tout au long de mon projet, qui ne m’a pas privée de ses
conseils pertinents et ses orientations judicieuses, et qui a accordé un grand intérêt à
l’aboutissement de ce travail.

Mes remerciements s’adressent également à l’équipe du service Installation, avec vous, j’ai
partagé des moments agréables. Que vous trouviez ici, l’expression de mes profondes
reconnaissances.

Que tous ceux qui ont contribué d’une façon directe ou indirecte à la réussite de ce stage, de
près ou de loin, trouvent ici l’expression de nos sentiments les plus distingués.
Résumé
Le présent rapport détaille notre travail sur le projet de fin d’études réalisé au sein de la
société Ventec-Maroc, le leader du traitement d’air au Maroc. Ce projet a comme objectif de
mener une étude de conception et optimisation d’une installation de climatisation dans le
centre régional d’oncologie à OUJDA.

Ce travail a commencé par une analyse de besoin pour répondre aux cahier des charges,
établi par la norme française NF S90-351 qui précise les exigences de sécurité sanitaire pour
la conception des installations de traitement de l’air dans les établissements de santé.

La première phase de dimensionnement est d’effectuer un bilan thermique, ce bilan est réalisé
par le logiciel numérique Block Load après sa validation.

La deuxième phase de dimensionnement a porté sur la détermination de différentes


paramètres thermodynamiques (Températures, pressions, débits d'air…) de la centrale de
traitement d’air pour chaque zone traitée. Nous nous sommes basés dans notre étude sur un
calcul manuel, ainsi que des logiciels numériques pour simplifier quelques tâches.

Une étude technico-économique a été ensuite engagée pour évaluer les coûts d’acquisition de
matériels, ainsi que la consommation électrique de notre installation. Pour optimiser cette
consommation, nous avons étudié l’investissement dans des récupérateurs de chaleur à
l’extraction. Cette étude a montré un résultat positif qui est un temps de retour inférieur à une
année.

Mots clés : Salle propre, Bilan thermique, Climatisation, Filtration, Block Load, CTA.
Glossaire
Contaminants :

Toute entité particulaire, moléculaire, non-particulaire ou biologique susceptible de produire


un effet indésirable sur le produit ou procédé.

Flux d'air unidirectionnel :

Flux d’air maîtrisé traversant l’ensemble d’un plan de coupe d’une zone propre, possédant
une vitesse régulière et des filets à peu près parallèles.

Mise en fonctionnement :

Acte de préparer une installation et de la mettre en service effectif, en tenant compte de tous
les systèmes, par exemple des procédures, des exigences de formation, des infrastructures, des
services de support, et du respect des exigences réglementaires.

Propreté :

Condition d'un produit, d'une surface, d'un appareil, d'un gaz ou d'un fluide, etc. possédant un
niveau défini de contamination.

Taux de renouvellement de l’air ou taux de brassage de l’air :

Taux de renouvellement d’un volume d’air exprimé par unité de temps. Ce taux est calculé en
divisant le débit d’air soufflé dans cette unité de temps par le volume de l’espace.

Zone propre :

Espace dédié dans lequel la concentration des particules en suspension dans l’air est maîtrisée
et qui est construit et utilisé de façon à minimiser l’introduction, la production et la rétention
des particules à l’intérieur de la pièce, et dans lequel d’autres paramètres pertinents, tels que la
température, l’humidité et la pression sont maîtrisés comme il convient.

Zones à risques :

Espace défini et délimité, où des individus, des produits ou des matériaux (ou une
combinaison quelconque de cet ensemble) présentent une vulnérabilité particulière à la
contamination.
Abréviations
CRO : Centre Régionale D’oncologie

BC : Batterie chaude

BF : Batterie froide

CPS : Cahier des charges

CTA : Centrale de traitement d’air

FF : Fluide frigorigène

HR : Humidité relative

ISO : Organisation internationale de normalisation

PAC : Pompe à chaleur

PDC : Perte des charges

𝑆𝐻𝐹 : Facteur de chaleur sensible

TBH : Température de bulbe humide

TBS : Température de bulbe sec

USM : Unité solutés massifs

VC : Ventilo-convecteur

ASHRAE : American Society of Heating, Refrigerating and Air-Conditioning Engineers


Table des matières
Dédicace..................................................................................................................................................i
Remerciement........................................................................................................................................ii
Résumé.................................................................................................................................................iii
Glossaire...............................................................................................................................................iv
Abréviations...........................................................................................................................................v
Liste des figures....................................................................................................................................vi
Liste des Tableaux................................................................................................................................vii
Introduction générale..............................................................................................................................1
Chapitre 1 : Contexte Général et Problématique du Projet.....................................................................2
I. Présentation de l’organisme d’accueil [1] :.................................................................................3
II. Contexte du projet......................................................................................................................8
III. Conclusion............................................................................................................................13
Chapitre 2: Généralités sur la climatisation..........................................................................................14
I. Définition [3]............................................................................................................................15
II. Différentes technologies de climatisations................................................................................15
III. Production d’eau...................................................................................................................19
IV. Centrale de traitement d’air..................................................................................................21
V. Conclusion................................................................................................................................22
Chapitre 3 : Elaboration du bilan thermique.........................................................................................23
I. Définition :...............................................................................................................................24
II. Analyse et traitement des données :..........................................................................................24
III. Elaboration de bilan thermique :...........................................................................................24
IV. Calcul des charges pour chaque local...................................................................................32
V. Conclusion................................................................................................................................33
Chapitre 4 : Climatisation des salles blanches et dimensionnement d’équipements de climatisation.. 34
I. Différentes salles blanches du projet :......................................................................................35
II. Rôles du traitement d’air..........................................................................................................36
III. Traitement d’air hygiénique des salles de réanimations :......................................................36
IV. Etude de la zone :..................................................................................................................38
V. Calcul des caractéristiques des éléments pour la saison Eté......................................................39
VI. Traitement d’air :..................................................................................................................45
VII. Traitement d’air pour chaque local :.....................................................................................48
VIII. Dimensionnement du réseau aéraulique :..............................................................................48
IX. Distribution de l’air dans le local :........................................................................................48
X. Les pertes de charges dans les réseaux aérauliques :................................................................48
XI. Choix des ventilateurs :........................................................................................................51
XII. La sélection des CTA :.........................................................................................................52
XIII. Conclusion :..........................................................................................................................52
Chapitre 4 : Etude technico-économique..............................................................................................53
I. Coût d’acquisition du matériel :................................................................................................54
II. Consommation électrique :.......................................................................................................54
III. Intérêt d'un récupérateur :.....................................................................................................55
IV. Investissement :....................................................................................................................58
V. Conclusion :..............................................................................................................................59
Conclusion & Perspectives :.................................................................................................................60
Références............................................................................................................................................61
Liste des figures
Figure 1: Composants du groupe de production du froid........................................................26
Figure 2: Principe de la détente directe...................................................................................27
Figure 3: Détente directe réversible.........................................................................................27
Figure 4: Installation de climatisation à eau.............................................................................28
Figure 5: Principe d’une machine thermodynamique..............................................................29
Figure 6: Pompe à chaleur et réfrigérateur..............................................................................30
Figure 7: Composants de CTA...................................................................................................31
Figure 8: CTA simple flux...........................................................................................................32
Figure 9: CTA double flux..........................................................................................................32
Figure 10 : Caractéristiques du local.........................................................................................35
Figure 11: Systéme de centrale................................................................................................48
Figure 12: Diagramme psychrométrique..................................................................................49
Figure 13: Caractéristiques des points connus.........................................................................50
Figure 14: Caractéristiques des points connus sur le diagramme............................................50
Figure 15: Caractéristiques du point de soufflage dans le diagramme....................................54
Figure 16: Débit d'air neuf de chaque salle..............................................................................54
Figure 17: Caractéristique de point de mélanges dans le diagramme.....................................55
Figure 18 : Chaine de filtration de l'air.....................................................................................58
Figure 19: Dimensionnement des gaines..................................................................................59
Figure 20: Schéma des gaines d'ensembles des salles.............................................................60
Figure 21: Note de calcul des pertes de charges......................................................................61
Figure 22 :Courbes caractéristiques du ventilateur choisi pour la CTA....................................62
Liste des Tableaux
Tableau 1:Fiche signalétique de l'entreprise..............................................................................3
Tableau 2:l’historique de l’entreprise Ventec............................................................................4
Tableau 3: L’équipe du projet.....................................................................................................9
Tableau 4: Condition climatique extérieure...............................................................................9
Tableau 5: Description des zones.............................................................................................10
Tableau 6: Conditions Intérieures selon la norme NF S90-351................................................11
Tableau 7: Conditions extérieures de Oujda............................................................................24
Tableau 8: Condition intérieures des locaux du projet............................................................24
Tableau 9: Coefficients de transmission thermique.................................................................27
Tableau 10: Différence de température équivalente...............................................................27
Tableau 11: les apports de transmission par les parois............................................................28
Tableau 12: Apport de chaleur par rayonnement solaire à travers les parois.........................29
Tableau 13: Apport de chaleur par rayonnement solaire sur les vitrages...............................29
Tableau 14: Comparaison entre calculs manuelle et le logiciel...............................................33
Tableau 15: Les zones des risques............................................................................................35
Tableau 16: L'ensemble des locaux avec leurs risque selon la norme NF S 90-351.................35
Tableau 17 : Débit de soufflage de chaque salle......................................................................41
Tableau 18: Caractéristiques du point de soufflage.................................................................43
Tableau 19: Caractéristique de point melange.........................................................................45
Tableau 20: caractéristiques d'ensembles des points de CTA..................................................46
Tableau 21: Perte de charge disponible...................................................................................50
Tableau 22: Coûts d'acquisition des CTA..................................................................................54
Tableau 23: Consommation électrique liée à la climatisation..................................................54
Tableau 24 : Consommation électrique des groupes d'eau glacée..........................................55
Tableau 25: Consommation électrique des pompes................................................................55
Tableau 26: Consommation d'électrique globale.....................................................................55
Tableau 27 : L’énergie récupérée en été..................................................................................57
Tableau 28: L’énergie récupérée en hiver................................................................................57
Tableau 29: III.3. La récupération d’énergie annuelle............................................................58
Tableau 30: Le temps de retour de l’investissemen
58

Introduction générale
L’environnement et les conditions dans lesquels les individus se trouvent ont une influence
directe sur leur moral, leur sécurité et donc sur leur efficacité en matière de travail.

Outre le bruit et la lumière, un des facteurs d’environnement non moins important est l’état de
l’air, car pour fonctionner de manière efficace, le corps humain a besoin d’une atmosphère
spécifique. Cette atmosphère dépend de plusieurs facteurs qui sont la température, l’humidité
et le taux de renouvellement de l’air.

Dans les installations industrielles, les blocs opératoires, la notion de ‘propreté’ obéit à des
normes technologiques et de conforts, précis et rigoureux. Des organismes officiels sont, à cet
égard, chargés de contrôler la conformité de ces lieux à ces normes.

Le présent projet s’inscrit dans cette démarche. Il s’agit, en effet, de concevoir et de réaliser
au sein d’un hôpital, des installations de climatisation et de ventilation pour une unité solutés
massifs (USM). Ce mémoire comporte cinq chapitres, présentant le détail des travaux qui ont
été menés pour répondre à cette problématique :

Le premier chapitre dressera une présentation générale de Ventec Maroc en tant qu’organisme
d’accueil, et du site de Casablanca dans un premier temps. Dans un deuxième temps, nous
effectuons une mise en situation générale du projet, en élaborant son cahier des charges et ses
finalités attendues ainsi qu'une planification du projet.

Dans le deuxième chapitre, nous allons présenter des généralités sur la climatisation, ses
différentes technologies, et la production du froid.

Le troisième chapitre sera consacré pour l’élaboration du bilan thermique pour l’ensemble des
locaux à traiter avec le logiciel Block Load après sa validation.

Le quatrième chapitre portera sur le dimensionnement de tous les éléments de notre


installation, commençant par le calcul de différents débits (soufflage, reprise et de l’air neuf)
et ses conditions pour chaque centrale de traitement d’air, puis le dimensionnement des
réseaux aérauliques, pour finir par la sélection des CTA.

Le dernier chapitre fera l’objet d’une étude technico-économique de notre projet et la


possibilité de l’intégration des récupérateurs de chaleur à l’extraction.

Et finalement, nous clôturons ce rapport par une conclusion générale faisant synthèse des
travaux effectués et dressant le bilan des résultats obtenus.

Chapitre 1 : Contexte Général et Problématique du Projet

Dans le présent chapitre, nous allons exposer le contexte général dans


lequel s’est déroulé notre projet de fin d’études en présentant VENTEC
Maroc, ses pôles d’activités, ses métiers, ses agences, son organigramme et
ses filiales. Ensuite, nous allons procéder à une mise en situation générale
du projet en détaillant ses objectifs principaux, son cahier des charges et
les étapes nécessaires à sa réalisation
I. Présentation de l’organisme d’accueil [1] :
I.1. Présentation générale

Ventec Maroc reconnue pour accompagner ses clients dans divers projets, au niveau de la
CLIMATISATION, REFRIGERATION et VENTILATION. Ventec Maroc assure une
prestation complète comprenant l’ingénierie, la réalisation et la maintenance des installations.

L’obtention des trois certifications ISO 9001 V2008, ISO 14001 et OHSAS 18001,
démontrent la position de Ventec Maroc entant que leadership du marché de la climatisation
au Maroc, et son engagement pour veiller à la satisfaction de ses clients.

Ventec Maroc aujourd’hui, c’est plus de 400 personnes et un chiffre d’affaires de 435MDH
(environ 40,6 Millions d´euros).

Le siège de Casablanca s’étend sur une superficie de 18 200 m² dont 12 400 m² de surface
couverte avec un atelier de 5 000 m² et une puissance électrique installée de 260 KVA.

Les agences basées à Agadir, Fès, Marrakech et Tanger disposent d’une superficie globale de
7 800 m² dont 2 900 m² de surface couverte.

I.3. Fiche signalétique de l'entreprise

Le tableau suivent représente la fiche signalétique du site de Ventec Maroc Casablanca:

Raison sociale Ventec Maroc Casablanca


Directeur général M. Mohamed ETTALALI

Adresse Route de Rabat, BP.2578 – 20253 Aïn Sebaâ Casablanca

Activités Climatisation, réfrigération et ventilation

Forme juridique Société anonyme

Téléphone 05 22 67 74 00

Fax 0522.35.18.08

E-mail ventec@ventec.ma

Site web www.ventec.ma

Capital social 435 MDH (environ 40.6 Millions d’euros).


Tableau 1:Fiche signalétique de l'entreprise
I.4. Historique :

Le tableau suivent représente l’historique de l’entreprise Ventec Maroc:

Date Evénement
1949 Création de Ventec Maroc
1960 Représentation de la prestigieuse marque Carrier au Maroc
1975 Ouverture de l’agence d’Agadir.
1989 Ouverture de l’agence d’Agadir.
1990 Création de la filiale INDUSPARC, dédiée à la location de bâtiments
industriels et plateaux de bureaux.
1992 Ouverture de l’agence de Fès et création de la filiale VM Sécurité,
spécialisée dans la Sécurité Electronique du bâtiment.
2000 Certification ISO 9001 V1996 : première entreprise certifiée dans son
domaine d’activité.
2002 Ouverture de l’agence de Marrakech.
2006 Regroupement de Climshop et de Frigoland sous l’enseigne VM
Distribution
2009 Ouverture de l’agence de Tanger.
Création de la filiale Ecowell.
2013 Ventec Maroc est certifié ISO 9001 V2008, ISO 14001 et OHSAS 18001.
2014 Création de la filiale MCS (Maroc Climate & Security) joint-venture
Ventec& Carrier UTC
Tableau 2:l’historique de l’entreprise Ventec

I.5. Organisation :

VENTEC Maroc recouvre les trois pôles suivants :

 Distribution
 Installation
 Service

Avec le support du :

 Département Qualité, Formation, Sécurité et Environnement


 Département Marketing, Communication et Prescription
 Département Administratif et Contrôle de Gestion
 Département des Ressources Humaines
 Département Comptable et Financier
 Département Achats et Import
 Département Logistique et Moyens Généraux
 Département Informatique
I.6. Les pôles d’activités

I.6.1. Pôle Distribution


VM Distribution regroupe les activités de vente de matériels et composants pour la
Climatisation, la Ventilation, la Réfrigération et le Transport Frigorifique pour véhicules
utilitaires et camions. Grâce aux quatre agences de Tanger, Fès, Marrakech, Agadir et de ses
nombreux revendeurs, VM Distribution couvre le territoire marocain.

I.6.2. Pôle Installation


Le pôle Installation assure la conception, l’étude et la réalisation des installations dans les
domaines de la climatisation, de la ventilation industrielle, du désenfumage, de la réfrigération
et des fluides. Ce dernier, comprend cinq entités complémentaires :

ii. Direction Ingénierie et Commerciale

Composée d’une équipe d’Ingénieurs et de Chargés d’études, cette Direction assure le


traitement rigoureux des appels d’offres publiques ou privés. Après une analyse approfondie
des documents, elle s’engage à présenter des soumissions claires conformément aux
spécifications des cahiers des charges et exigences des donneurs d’ordre. En outre, grâce à
son expertise, la Direction Ingénierie et Commerciale est en mesure de prendre en charge les
consultations directes des clients. Elle dispose en effet d’outils progiciels de pointe pour
assurer la conception des installations, le dimensionnement des systèmes et proposer les
différentes solutions techniques adaptées aux budgets financiers des clients. La direction
veille au respect des réglementations et normes en vigueur tout en conseillant la clientèle sur
les systèmes les plus innovants.

iii. Direction Travaux

Composée d’une équipe d’Ingénieurs et de Chargés d’études, cette Direction assure le


traitement rigoureux des appels d’offres publiques ou privés. Après une analyse approfondie
des documents, elle s’engage à présenter des soumissions claires conformément aux
spécifications des cahiers des charges et exigences des donneurs d’ordre. En outre, grâce à
son expertise, la Direction Ingénierie et Commerciale est en mesure de prendre en charge les
consultations directes des clients. Elle dispose en effet d’outils progiciels de pointe pour
assurer la conception des installations, le dimensionnement des systèmes et proposer les
différentes solutions techniques adaptées aux budgets financiers des clients. La direction
veille au respect des réglementations et normes en vigueur tout en conseillant la clientèle sur
les systèmes les plus innovants.
Dotée d’une équipe d’ingénieurs, de chargés d’affaires, d’autocadistes et de techniciens,
l’entité technique a pour mission, l’élaboration des études d’exécution, la préparation et
contrôle des notes de calcul et l’établissement des plans d’exécution pour approbation,
permettant la réalisation des installations suivant les règles de l’art et conformément au délai
contractuel.

iv. Département Systèmes Industriels

Fort de collaborateurs hautement qualifiés, il assure les prestations de conseil, d’étude et de


réalisation des installations de ventilation industrielle, filtration, dépoussiérage, lavage de gaz,
transport pneumatique, aéroréfrigération atmosphérique ainsi que des prestations diverses
telles que l’équilibrage statique et dynamique de ventilateurs.

v. Département Froid Industriel et Commercial


Ce département assure l’étude, la conception, la réalisation et le service après-vente de tous
types d’installations frigorifiques (chambres froides, vitrines réfrigérées, …) liées au secteur
agroalimentaire, à savoir, les industries laitières, fruits et légumes, boulangerie, pâtisserie
industrielle, industrie de la viande, ainsi que le secteur de la pêche et ses produits de
transformation.

vi. Atelier de fabrication

Opérant dans un cadre qui veille au respect des normes de qualité et de sécurité, l’atelier de
fabrication est doté de collaborateurs polyvalents pour assurer la fabrication de tours de
refroidissement d’eau, de ventilateurs industriels, de gaines circulaires ou rectangulaires et
d’accessoires en acier galvanisé, noir ou inoxydable.

I.6.3. Pôle Service


Le Pôle Service de Ventec Maroc, a pu développer ses activités de service avec l’appui
technique et logistique de Carrier, notamment ses références en Global Service Bâtiment,
maintenance, astreinte 24h/24h – 7j/7j et garantie. Ceci s’accompagne par la mise en œuvre
d’outils modernes, tels que la GMAO et la télésurveillance permettant de mieux conseiller le
client et de l’accompagner pour atteindre ses objectifs d’efficacité, flexibilité et économie
d’énergie.

I.7. Les Métiers de VENTEC Maroc

Traitement d’air et fluides

Leader sur le marché du traitement de l'air au Maroc, Ventec Maroc a su s’imposer sur un
marché en expansion continue, grâce à des partenaires et des contrats d’exclusivité avec des
leaders mondiaux tels que CARRIER représenté depuis 1960. Au fil des années, Ventec
Maroc a élargi ses champs d'action dans le traitement de l'air, pour devenir aujourd'hui un
acteur incontournable dans la Climatisation, la ventilation résidentielle, la plomberie sanitaire,
le désenfumage, le sprinklage, l'air comprimé et les fluides médicaux.

I.7.1. Réfrigération
Ventec Maroc propose des solutions adaptées aux besoins de ses clients dans divers secteurs
tels que l’Agro-alimentaire (industrie laitière, stockage et distribution de fruits et légumes,
industrie de la viande, boulangerie, pâtisserie industrielle) ainsi que le secteur de la grande
distribution, de la pêche et ses produits de transformation.

I.7.2. Ventilation industrielle


Spécialiste du traitement de l’air depuis 1949, Ventec Maroc couvre l'ensemble des domaines
de la ventilation industrielle, du dépoussiérage, du transport pneumatique, du lavage des gaz,
et propose à ses clients une gamme complète de produits répondant à tous types
d’applications.

I.8. Les filiales de VENTEC Maroc

I.8.1. Indusparc
Situé à la périphérie de Casablanca, très proche de l’axe autoroutier
Casablanca-Rabat et des zones industrielles d’Aïn Sebaâ,
INDUSPARC propose la location de bâtiments pour activités industrielles et de stockage.

I.8.2. VM Sécurité
Filiale fondée en 1992, VM SECURITE s'est spécialisée dans la
sécurité électronique du bâtiment, en tant que fournisseur,
installateur et intégrateur, afin de proposer à ses clients une
solution complète, en assurant la Gestion Technique du

Bâtiment, le Contrôle d’Accès, la Vidéo Surveillance, la Détection Incendie, l’Electricité,


l’Anti-intrusion, l’Extinction Automatique, la Régulation et l’Automatisme Industriel.
I.8.3. Ecowell
Distribue en exclusivité les systèmes de conditionnement d’air écologiques de marque
Toshiba, connus par leur vocation d’économie d’énergie, de confort et
d’écologie.

Dans cette même perspective de préservation de l’environnement,


ECOWELL a développé les activités de :

 Distribution et installation de chauffe-eau solaires et électriques de


marque Nobel ;
 Etude et conception d’installations de climatiseurs fonctionnant avec de
l’électricité issue de panneaux photovoltaïques.

I.8.4. Maroc Climat & Security


Filiale créée en 2014, MCS est le fruit d’une joint-venture signée entre
Ventec Maroc et Carrier UTC.

MCS assure les prestations de service à distance pour le compte des


différentes entités du groupe UTC, tels que Carrier France, Carrier
Espagne, Otis France, Chubb France et autres.

II. Contexte du projet


Mon projet se déroule dans le pole installation précisément la direction travaux, dotée d’une
équipe d’ingénieurs, de chargés d’affaires, d’autocadistes et de techniciens, l’entité technique
a pour mission, l’élaboration des études d’exécution, la préparation et contrôle des notes de
calcul et l’établissement des plans d’exécution pour approbation, permettant la réalisation des
installations. Suite à ces qualités, la direction a pu décrocher un appel d’offre concernant la
climatisation et la ventilation mécanique contrôlée dans le cadre de la construction d’un centre
régional d’oncologie (CRO) à Oujda.

I.3. Problématique de projet

Notre projet a comme mission l’élaboration d’une étude technique complète et le suivi de
l’installation de climatisation et de VMC pour le marché cité précédemment. Les installations
de climatisation auront pour but d'assurer les conditions thermiques déterminées par les
normes (NF S90-351). Ces installations traitent d'une manière appropriée les propriétés
physiques de l'air, afin de maintenir dans les locaux les conditions imposées.
III.2. L’équipe du projet

La constitution d’une équipe est une étape particulièrement indispensable dans un projet vu
qu’elle conduit à un accroissement des moyens financiers propres et une réunion de
compétences, autant que possible complémentaires. En entamant notre projet, j’ai intégré mon
équipe constituée des membres suivants :

Membre d’équipe Profession Rôle


FAKKAR Karim Ingénieur stagiaire Etude technique du projet
NASSAH Ibrahim Responsable d’étude Parain industriel.
Supervision du projet
MARWAN Eddaifi Ingénieure chargé Etude technique du projet
d’affaires
ENNAJI Laila Dessinatrice Dessin des plans
ABOUTAHAR Professeur à l’ENSAJ Parain académique
ELANSARI Abdelhakim Directeur travaux et service Validation de l’étude et
la
gestion du pôle
Tableau 3: L’équipe du projet

II.3. Elaboration du Cahier des Charges

II.3.1. Conditions climatiques


Les conditions climatiques extérieures devant servir de base pour les calculs de la
climatisation sont fixées par la météorologie nationale.

Le tableau suivant résume les données climatiques à Oujda :

Eté Hiver
Température BS 40°C 0°C
Température BH 23°C 0°C
Tableau 4: Condition climatique extérieure

II.3.2. Description des zones :


Notre centre d'oncologie est un hôpital responsable de la prise en charge des patients atteints
de cancer. Ses locaux principaux sont les suivants :
Appareil de
climatisation selon Unité
Les locaux
le cahier de charge extérieure

Les salles d'opérations, les chambres Centrale de traitement Groupe d’eau glacé
de réanimations, la salle de réveil, la d’air
salle des soins intensifs, leur
circulation du 3ème étage.

Les chambres, les bureaux et les locaux Des ventilo-convecteur Pompes à chaleur
autres que ceux cités ci-dessus. air/eau

Le hall d’entrée et la salle de des centrales d’air


formation monobloc (roof-top) air/air -

L’imagerie (radiologie, Bunkers, Armoire de Groupe d’eau glacé


Irm …..) climatisation
Tableau 5: Description des zones

Afin de déterminer les conditions intérieures de chaque local, il faut établir un programme
technique. Le programme technique est généralement basé sur des normes et réglementations,
pour cela nous avons utilisé la norme NF S90-351 pour extraire les conditions internes de
chaque local (annexe 1) [2]. Les conditions intérieures de l’air sont résumées dans les
tableaux suivants :

Class Cl Températu Humidit Taux Pressio


e de asse re [°C] é de n
Local risqu ISO relative brassag relative
e [%] e [Pa]
[Vol.h-
1]
Salle opératoire 1 4 Iso 5 19 à 21 50 5 50 15  5
Salle opératoire 2 4 Iso 5 19 à 21 50 5 50 15  5
Salle opératoire 3 4 Iso 5 19 à 21 50 5 50 15  5
Salle opératoire 4 4 Iso 5 19 à 21 50 5 50 15  5
Chambre de réanimation 1 2 Iso 8 21 à 23 55  5 30 15  5
Chambre de réanimation 2 2 Iso 8 21 à 23 55  5 30 15  5
Chambre de réanimation 3 2 Iso 8 21 à 23 55  5 30 15  5
Chambre de réanimation 4 2 Iso 8 21 à 23 55  5 30 15  5
Chambre de réanimation 5 2 Iso 8 21 à 23 55  5 30 15  5
Chambre de réanimation 8 2 Iso 8 21 à 23 55 ± 5 30 15 ± 5
Chambre de réanimation 7 2 Iso 8 21 à 23 55 ± 5 30 15 ± 5
Chambre de réanimation 6 2 Iso 8 21 à 23 55 ± 5 30 15 ± 5
CIRCULTION DE REANIMATION 2 Iso 8 21 à 23 55 ± 5 30 15 ± 5
Salle surveillance et post 2 Iso 8 21 à 23 55 ± 5 30 15 ± 5
interventionnelle
CLR salle de surveillance 2 Iso 8 21 à 23 55 ± 5 30 15 ± 5
CIRCULATION BLOC 2 Iso 8 21 à 23 55 ± 5 30 15 ± 5
OPERATOIRES
Stockage Matériel stérile 2 Iso 8 21 à 23 55 ± 5 30 15 ± 5
SAS 2 Iso 8 21 à 23 55 ± 5 30 15 ± 5
SAS 2 Iso 8 21 à 23 55 ± 5 30 15 ± 5
Stockage Matériel stérile 2 Iso 8 21 à 23 55 ± 5 30 15 ± 5
Stockage Matériel stérile 2 Iso 8 21 à 23 55 ± 5 30 15 ± 5
SAS 2 Iso 8 21 à 23 55 ± 5 30 15 ± 5
SAS 2 Iso 8 21 à 23 55 ± 5 30 15 ± 5
Stockage Matériel stérile 2 Iso 8 21 à 23 55 ± 5 30 15 ± 5
Lavage Chariots 2 Iso 8 21 à 23 55 ± 5 30 15 ± 5
Vérification et contrôle 2 Iso 8 21 à 23 55 ± 5 30 15 ± 5
Stockage 2 Iso 8 21 à 23 55 ± 5 30 15 ± 5
Stérilisation 2 Iso 8 21 à 23 55 ± 5 30 15 ± 5
Conditionnement 2 Iso 8 21 à 23 55 ± 5 30 15 ± 5
SAS 2 Iso 8 21 à 23 55 ± 5 30 15 ± 5
SAS 2 Iso 8 21 à 23 55 ± 5 30 15 ± 5
Tableau 6: Conditions Intérieures selon la norme NF S90-351

Le taux d’air neuf sera de 20% du débit total de soufflage d'air.

Le terme « taux renouvellement d’air » de la norme signifie le taux de brassage dans le


domaine. Pourtant le vrai taux de renouvellement d’air représente 30 à 40% du taux de
brassage.

Les vestiaires et les locaux techniques seront traités en tout air neuf (100%).

II.3.3. Description de l’installation de climatisation


i. Production d’eau glacée
La production d'eau glacée sera assurée par deux groupes de refroidissement d'eau à
condensation par air. Ces groupes devront assurer le refroidissement pour la climatisation de
l'ensemble des locaux.
ii. Distribution d’eau glacée

La distribution d'eau glacée comportera des réseaux qui desserviront les batteries froides des
différentes centrales de traitement d'air.

La tuyauterie d'eau glacée sera en acier noir isolée par des manchons isolants.

iii. Traitement d’air

L'air sera traité par les centrales de traitement d'air constituées des sections modulaires
suivantes:

 Section d'entrée ou de mélange d'air.


 Section pré filtres.
 Section ventilateur de reprise.
 Section batterie froide à eau glacée.
 Section batterie électrique.
 Section ventilateur de soufflage.
 Section filtration finale.

Il sera prévu une centrale d'air neuf par zone pour la distribution d’air neuf vers les centrales
de traitement d’air des zones. Les CTA seront installés sur la terrasse de l'extension.

iv. Extraction d’air

Il sera prévu un caisson d'extraction par zone.

L'air vicié extrait des zones de conditionnement et des locaux sanitaires sera rejeté par des
caissons d'extraction d'air installés sur la terrasse de l'extension.

L'extraction d'air des locaux de production sera utilisée pour ventiler le local EPPI qui dégage
beaucoup de chaleur.

v. Distribution d’air
Les gaines seront en tôle d'acier galvanisé. Elles seront à spirales jointives.
La diffusion et l'extraction d'air seront assurées par des grilles ou des diffuseurs avec ou sans
filtration.
L’isolation des gaines sera réalisée par matelas en laine de verre et en plaques de mousse
caoutchouc pour les gaines d’air neuf dont la température est très basse (10 à 12°C).

Les grilles seront raccordées au réseau avec des gaines flexibles.


II.4. Démarche générale de résolution

Le présent paragraphe décrit la démarche adoptée pour réaliser l’étude technique et


l’installation de notre projet. Cette démarche peut être décrite sous forme d’étapes, permettant
de valider les contraintes du cahier des charges, comme suit :

 Préparation : Etablir l’équipe, communiquer le lancement du projet, analyser et traiter


le cahier des charges ;
 Elaboration du bilan thermique :
 Théoriquement avec des notes de calculs;
 Calcul numérique par le logiciel Block-load ;
 Dimensionnement et sélection de tous les composants du marché ;
 Proposition pour l’amélioration de l’installation ;
 L’intégration d’un récupérateur de chaleur à l’extraction ;
 Demande et consultation sur matériel ;
 Elaboration de l’étude financière ;
 Commande et livraison du matériel ;
 Suivi de l’exécution du chantier

III. Conclusion

L’objectif de ce chapitre était d’une part d’annoncer le groupe VENTEC Maroc et


particulièrement le site de Casablanca et d’autre part de décortiquer les différentes valeurs et
missions de l’entreprise afin de cadrer le lecteur et lui donner une idée claire sur l’organisme
d’accueil. Nous avons présenté le projet, relatif aux travaux du traitement d’air pour un centre
régional d’oncologie, sur lequel nous allons travailler, en présentant la problématique posée
par le projet, son cahier des charges et la démarche de travail ainsi que l’équipe avec laquelle
j’ai travaillé.

Dans le chapitre suivant, nous allons donner des généralités sur la climatisation, ses
technologies, ses installations et sa régulation.
Chapitre 2: Généralités sur la climatisation

Dans ce chapitre on va présenter des généralités sur la climatisation, en


détaillant ses différentes technologies, le groupe frigorifique et la
production d’eau. Aussi on va décrire la centrale de traitement d’air (CTA)
en citant ces composants, ces classifications et ces technologies avec les
modes de régulation et de sécurité.
Le rôle d’une installation de climatisation est de maintenir la température et l’humidité de
l’air à des valeurs prévues et désirées. Elle assure l’ensemble des quatre traitements d’air :
chauffage, refroidissement, humidification et déshumidification. En règle générale, elle est
aussi équipée d’un système automatique de régulation de la température et de l’humidité.

I. Définition [3]
La climatisation est la technique qui consiste à modifier, contrôler et réguler les conditions
climatiques (température, humidité, niveau de poussières, etc.) d’un local pour des raisons de
confort (bureaux, maisons individuelles) ou pour des raisons techniques (laboratoires
médicaux, locaux de fabrication de composants électroniques, blocs opératoires, salles
informatiques).

Les principales caractéristiques modifiées, contrôlées ou régulées sont :

 Le degré de pollution de l'air ambiant (local à traiter) : renouvellement, soit par


extraction forcée de l’air hors du local, soit par introduction forcée d'air neuf (air
extérieur) dans le local, soit par renouvellement partiel de l'air ambiant pollué
(ajout d'un caisson de mélange), ou tout simplement un filtre à poussière ;

 La température de l'air : modification en fonction des saisons (chauffage ou


refroidissement) ;

 Le degré d'hygrométrie de l’air traité : humidification ou déshumidification ;


 La teneur en poussières de l’air : traitement par filtration de l'air soufflé ou repris ;
 Le maintien permanent des conditions intérieures (la régulation).

IV. Différentes technologies de climatisations

Souvent on distingue trois grandes familles de systèmes de climatisation en fonction du mode


de transport de l’énergie frigorifique ou calorifique. Le rafraîchissement ou le chauffage des
locaux peut se faire :

 Par contact direct entre l’air et l’échangeur de la machine frigorifique « Détente Directe ».

 Par l’intermédiaire d’un réseau d’eau ;

 Par l’intermédiaire d’un réseau d’air ;


II.1. Climatisation à détente directe

IV.3.1. Définition
Le système à détente directe utilise le phénomène de changement d’état du fluide frigorigène.
Pour se vaporiser, un liquide absorbe de la chaleur. Pour se condenser, un gaz doit céder de la
chaleur (être refroidi).

IV.3.2. Groupe de production


A la notion de détente directe s’attache le concept de groupe de production.

Le système à détente directe couvre tous les types d’installation qui utilisent directement un
groupe de production pour traiter l’air d’un local :

 Climatiseurs monobloc de toiture ou unité autonome de toiture ;


 Armoires autonomes de climatisation ;
 Armoires pour les salles informatiques ;
 Climatiseurs autonomes ;
 Système à volume de réfrigérant variable (VRV).

Outre les accessoires, le groupe de production se compose de quatre éléments dont les rôles
sont bien définis :

Figure 1: Composants du groupe de production du froid.

On s’aperçoit qu’un groupe de production de froid engendre automatiquement la production


de chaud. Cette chaleur est récupérable et il n’est pas impensable de voir un condenseur
utilisé comme batterie chaude.

Figure 2: Principe de la détente directe.

Un groupe frigorifique produit du froid au niveau de l’évaporateur. Il assure le


refroidissement de l’air du local (climatisation en période estivale).

L’inversion du cycle frigorifique consiste à faire fonctionner l’évaporateur en condenseur. Il


assure ainsi le réchauffage de l’air (chauffage en période hivernale).

C’est le rôle de la vanne d’inversion de cycle appelée « vanne 4 voies » Le groupe et alors
appelé « climatiseur réversible »

Figure 3: Détente directe réversible.

1) Batterie intérieure fonctionnant en évaporateur l’été, et en condenseur l’hiver ;


2) Compresseur ;
3) Batterie extérieure fonctionnant en condenseur l’été, et en évaporateur l’hiver ;
4) Détendeur thermostatique.
IV.4. Les installations à eau [5]

Le système dit à « Eau » est un mode de production de


froid ou de chaud qui utilise l’eau pour diffuser les
frigories/ calories vers les unités intérieures depuis un
groupe frigorifique. Son utilisation concerne plus
particulièrement les grandes installations où les
systèmes en détente directe de type VRV trouvent
leurs limites. L’avantage de l’eau est que le fluide
caloporteur (l’eau) est sans danger et facile à
manipuler contrairement aux fluides frigorigènes
d’une installation de climatisation VRV.
Figure 4: Installation de climatisation à eau.

Il en existe également différents types :

- Ventilo-convecteur ;
- Ejecto-convecteur ;
- Les poutres froides ;
- Les plafonds froids ;
- La dalle active ;

L’air neuf hygiénique est apporté dans les locaux au moyens d’un réseau de conduits. Ensuite,
la chaleur et le froid sont apportés vers les unités terminales situées dans les locaux, via une
boucle d’eau chaude et une boucle d’eau froide ou d’eau glacée.

IV.5. Les installations à air

Ces systèmes préparent, transportent et distribuent l’air froid directement dans les pièces via
un réseau au sens du bâtiment. Un mélange d’air neuf et d’air repris en provenance des locaux
climatisés est traité (filtré, rafraîchi, réchauffé et humidifié en mode hiver) dans une centrale
de traitement d’air (CTA). Ces équipements prennent donc en charge le renouvellement de
l’air dans le bâtiment en introduisant un mélange d’airs neuf et repris nécessaire à l’obtention
des conditions d’hygiène requises.

Gros avantage du « tout air » sur le plan énergétique : pour les locaux qui doivent être
refroidis en mi- saison et éventuellement même en hiver, de l’air frais extérieur gratuit est
disponible. On parle alors de « free cooling ».
V. Production d’eau
L’air, l’eau et le sol sont des sources d’énergie thermique gratuites et renouvelables
(régénérées par le soleil), mais présentent un niveau de température inférieur à ce dont nous
avons besoin pour nous chauffer. L’utilisation d’une pompe à chaleur réversible, permet de
valoriser cette énergie naturelle pour produire de la chaleur à l’intérieur d’un bâtiment.

III.1. Machine thermodynamique [6]

Une pompe à chaleur est, comme un réfrigérateur, une machine thermodynamique constituée
d’un circuit fermé dans lequel circule un fluide de travail (fluide frigorigène). Ce circuit est
composé de quatre éléments principaux ; un compresseur, un détendeur et deux échangeurs de
chaleur (le condenseur et l’évaporateur). Le but de cette machine thermodynamique est de
transférer l’énergie d’un milieu froid (source froide) à un milieu chaud (source chaude).

Figure 5: Principe d’une machine thermodynamique

Le fluide frigorigène circulant dans ce circuit fermé parcourt un cycle composé de quatre
étapes. Lors de ces étapes, le fluide frigorigène va changer d’état (liquide ou vapeur) et va se
trouver à différentes pressions et températures. Les détails de ces étapes sont présentés ci-
dessous :

V.3. Compression :

A l’entrée du compresseur, le fluide frigorigène est à l’état vapeur et à basse pression. Le


compresseur comprime le fluide frigorigène (à l’état vapeur) pour augmenter sa pression et sa
température. De plus, il permet de faire circuler le fluide frigorigène dans le circuit fermé.

V.4. Condensation :

A l’entrée du condenseur, le fluide frigorigène est à l’état vapeur et à haute pression. En


passant dans le condenseur, le fluide frigorigène (à haute température) cède son énergie
thermique. De ce fait, le fluide frigorigène se condense et passe à l’état liquide.

A la sortie du condenseur, le fluide frigorigène est à l’état liquide et à haute pression. Dans le
cas d’une pompe à chaleur, l’énergie récupérée au condenseur est utilisée pour la production
d’eau chaude. Dans le cas d’un réfrigérateur, cette énergie est envoyée à l’extérieur du
réfrigérateur.

V.5. Détente :

A l’entrée du détendeur, le fluide frigorigène est à l’état liquide et à haute pression. Lorsque le
fluide frigorigène traverse le détendeur, sa pression ainsi que sa température diminuent. Le
détendeur permet également de régler le débit de fluide frigorigène parcourant le circuit
fermé.

V.6. Evaporation :

A l’entrée de l’évaporateur, le fluide frigorigène est à l’état liquide et à basse pression. En


passant dans l’évaporateur, le fluide frigorigène (à basse température) capte l’énergie
thermique. De ce fait, le fluide frigorigène s’évapore et passe à l’état vapeur.

A la sortie de l’évaporateur, le fluide est à l’état vapeur et à basse pression. Dans le cas d’une
pompe à chaleur, l’énergie thermique est envoyée à l’extérieur du groupe. Dans le cas d’un
réfrigérateur, cette énergie est utilisée pour produire de l’eau froide ou glacée selon le régime
de l’évaporateur.

Figure 6: Pompe à chaleur et réfrigérateur.


V.7. Les Avantages de l’eau

o L’eau est une solution écologique en comparaison avec le fluide frigorigène (détente
directe) : limite la circulation et la fuite du FF.

o Simplicité d’installation : l’eau est connue de la plupart des installateurs.


o L’échange thermique entre le FF et l’eau est meilleur, à puissance égale,
l’encombrement d’un groupe d’eau est réduit.

o La régulation est facile à gérer avec le fluide « eau » qu’avec le FF.

VI. Centrale de traitement d’air

Le rôle d’une centrale de traitement d’air est de maintenir la température et l’humidité de l’air
à des valeurs prévues et désirées. Elle assure l’ensemble des quatre traitements d’air :
chauffage, refroidissement, humidification et déshumidification. En règle générale, elle est
aussi équipée d’un système automatique de régulation de la température et de l’humidité.

IV.1. Les composantes d’une CTA

Les débits, vitesses et températures sont réglés au moyen de registres et de batteries qui font
partie intégrante de ce système. Les centrales de traitement d’air récentes sont la plupart du
temps réglées par des automates de régulation. Le niveau de purification de l’air est quant à
lui défini par le niveau de performance des filtres installés.

Une CTA peut comporter :

Figure 7: Composants de CTA


On distingue entre deux types de CTA :

IV.1. CTA simple flux

La centrale de traitement d’air à simple flux ne traite qu’un seul flux d’air : en extraction d’air
vicié, en recyclage ou en soufflage d’air neuf comme le montre la figure suivante :

Figure 8: CTA simple flux

VI.3. CTA double flux

La centrale de traitement d’air à double flux traite à la fois l’extraction et le soufflage et qui
permet toutes les combinaisons possibles entre les 2 flux d’air comme le montre la figure
suivante :

Figure 9: CTA double flux

VII. Conclusion

Dans ce chapitre, on a présenté quelques généralités sur la climatisation, ses technologies,


ainsi que les différents principes et outils que nous aurons besoin après pour l’étude technique
de notre installation.

Dans le chapitre suivant, nous allons entamer l’étude technique du projet, commençant par
l’élaboration du bilan thermique de l’ensemble des locaux par le logiciel Block Load après sa
validation.
Chapitre 3 : Elaboration du bilan thermique 

Dans ce chapitre, nous allons entamer l’étude technique du projet, en


commençant par l’élaboration de bilan thermique de l’ensemble des
locaux, dans un premier temps nous allons effectuer le bilan manuellement
puis avec le logiciel block load puis on va traiter le reste avec le logiciel
pour simplifier le travail.
I. Définition :
Le bilan thermique est à la base de tout projet de climatisation, Pour déterminer l’installation
la plus économique et la plus sûre, il est nécessaire de faire un bilan thermique qui est
fonction des différents:
– Apports ou gains
– Déperditions ou pertes de chaleur tentent à modifier l’équilibre thermique du local.

VIII. Analyse et traitement des données :


Déterminer les conditions de températures et d’hygrométrie de l’environnement intérieur et
extérieur constitue le point de départ d’un projet de climatisation ou de conditionnement d’air
ces conditions sont précisées dans le cahier des charges et les documents ressources de la
météorologie.

II.1. Conditions extérieures :

Elles dépendent de la saison et du lieu où est implanté le local à climatiser. Les données
météorologiques ont permis de fixer les températures sèches et les hygrométries. Elles
représentent la moyenne des valeurs maximales enregistrées. Elles conduisent au calcul des
charges maximales.

La ville Oujda Hiver Eté


Température BH 0°C 24°C
Température BS 0°C 37°C
Tableau 7: Conditions extérieures d’Oujda

VIII.3. Conditions intérieures :

Les conditions climatiques intérieures des locaux traités:

Zones Hiver Eté


Chambres, locaux de soins, imagerie, bureaux 20°C 24°C
Salles d’opération 20°C 20°C
salle de réveil et salle de stérilisation 20°C 22°C
Tableau 8: Condition intérieures des locaux du projet

IX. Elaboration de bilan thermique :

Les charges thermiques d’un local donné doivent être compensées pour que les conditions
climatiques du local soient conservées. Pour le calcul de ces charges, il faut se mettre dans les
conditions de base qui donnent le maximum. Dans ce cas, nous aurons besoin d’un système de
régulation qui permettra d’ajuster la puissance fournie à la demande.
Il faut distinguer entre le bilan thermique en « été » où on compte le maximum de la somme
de tous les apports et le bilan thermique en « hiver » où on ne compte que les déperditions par
les parois, car les autres charges sont favorables pour le calcul.

Calcule :

Apports internes :
 Apportes due aux occupants.
 Apportes due à l’éclairage.
 Apportes due aux équipements

Apports externes :

 Apports par transmission des parois


 Apports par infiltration et ventilation
 Apports par ensoleillement des vitres

IX.3. Calcul des charges du local :

Dans cette partie nous allons détailler le calcul des charges dans les locaux à climatiser, et
nous allons choisir un local pour appliquer cette étude sur ce dernier.

ii. Caractéristique du local :

La figure ci-dessous illustre le local choisi pour cette étude dont les caractéristiques
suivantes :

 Local : Salle de réunion


 Largeur : 4m
 Longueur : 7m
 Hauteur : 2,8m
 Fenêtre : deux de 3×1,6 m 2
 Porte : deux Porte simple de 1,4×2,2 m 2
 Occupation : 10 personnes

Estimation de différentes charges thermiques Figure 10 : Caractéristiques du local

Les différents paramètres qui s’intègrent dans la construction du bâtiment, son architecture,
les éléments intérieurs tels que les appareils, l’occupation et le type d’activité exécuté dans le
bâtiment, donnent un aspect thermiques et physique à l’ambiance. Dans cette partie on va
spécifier les charges internes et externes contribuant au changement du climat intérieur d’un
local.
iii. Charges externes :

La température des surfaces opaques (toits, mur, etc.) d’un bâtiment peut augmenter au-dessus
de la température de l’air ambiant extérieur dû à l’effet du rayonnement direct. L’écoulement
de chaleur, par conséquent, sera augmenté dans l’espace conditionné.

Indépendamment du rayonnement solaire direct, cette température est également affectée par
la couleur et le poids extérieur (densité) des matériaux.

A. Transmission par parois :


Les échanges de chaleur à travers l’enveloppe sont proportionnels au coefficient “U”. Il
correspond au taux d’écoulement de chaleur en régime permanent divisé par mètre carré de
surface et par la différence de température entre les environnements de chaque côté de la
paroi. Ce coefficient est exprimé en W/m².K. Il est défini comme suit [8]

1
U=
1 1 ei
+ +∑ +∑ R j
hii he λi

λ i  : Conductivité thermique du matériau « i » constituant la paroi (W/m.K)

e i  : L’épaisseur du matériau « i » constituant la paroi (m)

R j  : Résistance thermique (m².K/ W)


1 1
+  : La résistance thermique superficielle d’échange d’une paroi sur les faces intérieure
hii he
Et extérieure par convection et rayonnement (m².K/ W).

Les apports de chaleur par transmission à travers les parois extérieures (murs, toit, plafond et
plancher) et les vitrages sont définis par la relation suivante :

QT =U . S . ΔT

U : Coefficient de transmission thermique.


S : Surface de la paroi ou de la fenêtre considérée (surface totale de la baie correspondant à la
réservation dans le mur) (m²).
ΔT  : Différence de température entre les deux faces de la paroi considérée [°C]
→ La précision dans la détermination des paramètres de construction des parois est très
importante, la différence entre une paroi calorifugée et non calorifugé peut affecter le bilan
thermique. Les coefficients de transmission thermique de différentes parois (Murs, toiture,
vitrage) sont spécifiés dans le CPS :
Coefficient de transmission thermique en W/m 2.K

Murs extérieurs 1.4


Cloison 2
Terrasse 1
Vitrage 5.8
Tableau 9: Coefficients de transmission thermique

B. Différence de température équivalente


L’étape suivante consiste à déterminer la différence de température équivalente (Annexe 4).
ΔT e ( T i=25 C0 ) selon ΔT e ;Θ avec la
Paroi
l’annexe correction
Sud 14 18
Murs extérieur Est 7,2 11,2
West 10,6 14,2
Cloison 0 0
Plafond 10 14
Plancher 0 0
Vitrage 20 24
Porte 0 0
Tableau 10: Différence de température équivalente

→Le tableau dans l’annexe 4 est établis pour une température intérieure des locaux climatise
de 25C 0 , alors que la température intérieure dans notre cas est différente de 25C 0, donc on va
appliquer la formule de correction suivante :

ΔT e ;Θ = Δ T e ,25 + (25 - T i )
ΔT e ;Θ  : Ecart température équivalant selon la température intérieure du local
ΔT e ,25: Ecart température équivalant selon la température intérieure de 25 C 0 .
T i  : Température intérieure du local.

Alors, la quantité de chaleur pénétrant le local à travers chaque paroi est calculée facilement
par la formule dictée précédemment :
QT =U . S . ΔT
Paroi S (m 2 ¿ Q tr (W)
Sud 23 579,6
Est 9 141,12
Murs extérieur West 8 159,04
Cloison - 0
Plafond 28 392
Plancher - 0
Vitrage 4,8 668,16
Porte 6,2 0
Tableau 11: les apports de transmission par les parois

Qtr ,TOTAL = 1939.92 W

C. Apport de chaleur par rayonnement solaire à travers les parois


L’énergie solaire est un facteur climatique dont nous devons tirer de manière passive, via les
ouvertures vitrées, et/ou de manière active pour produire de l’énergie, mais dont nous devons
aussi parfois se protéger pour éviter les surchauffes en été.

La quantité de chaleur traversant la paroi [Q m] :

QSRm=α . F . S . Rm
α : coefficient d’absorption de la paroi recevant le rayonnement, Le coefficient d’absorption
«α» dépend de la couleur et de la nature du mur.
F : Facteur de rayonnement solaire.
S : surface des parois en m²
Rm : Rayonnement solaire absorbé sur la surface du mur en W/m², elle dépend de:

– De la latitude sous laquelle le local se trouve,


– De l’orientation du mur,
– D’heure pour laquelle le calcul sera effectué.
Application :
Le coefficient d’absorption α dépend de la couleur et de la nature du mur (voir annexe 5).
Tant dis que le facteur de rayonnement F indique la part du chaleur absorbée par la surface et
transmise à travers le mur du local (voir annexe 6). La valeur du rayonnement solaire Rmsur
un mur (voir annexe 7) dépend de la latitude sous laquelle le local se trouve, l’orientation du
mur et de l’heure pour laquelle le calcul sera effectué, on va choisir 12h.

Orientation de α F S en (m 2 ¿ Rm en (W/m 2 ¿ Q rsmen (W)


mur
Mur sud 0.4 0.07 23 231 148
Mur Est 0.4 0.07 9 160 40
Mur West 0.4 0.07 8 120 26
Apport par rayonnement solaire sur les murs 214
Tableau 12: Apport de chaleur par rayonnement solaire à travers les parois

D. Apport de chaleur par rayonnement solaire sur les vitrages


L’apport est calculé à partir de la formule suivante :

Q rsv ¿ α. g. S. R v [W]
Avec :
 α = coefficient d’absorption du vitrage (voir annexe 5),
 g = facteur de réduction (voir annexe 8) est fonction du mode de protection de la
fenêtre contre le rayonnement solaire,
 S = surface vitrée (m²),
 R v = intensité du rayonnement solaire sur les vitrages W/m² (voir annexe 7).

Les vitres sont doubles et nous lisons dans l’annexe 5, α =1. Elles sont protégées à l’intérieur
par un store en toile en aluminium et nous lisons g=0.22 dans l’annexe 8.

Orientation de α g S en (m 2 ¿ R ven (W/m 2 ¿ Q rsv en (W)


mur
Mur sud 1 0.22 4.8 290 306
Mur Est - - 0 - -
Mur West - 0 - -
Apport par rayonnement solaire sur les murs 306
Tableau 13: Apport de chaleur par rayonnement solaire sur les vitrages

TOTAL :
Qrs =Qrsm +Qrsv=520 W

E. Renouvellement d’air
Le renouvellement d’air dans un local climatisé est nécessaire pour des problèmes
hygiéniques. Il se fait en règle générale par la ventilation (naturelle ou mécanique) des locaux
ainsi que par infiltration, introduisant de l’air extérieur dans le local climatisé. Il est source
d’apport de chaleur sensible et latente dans le local à conditionner.
Gains par renouvellement d’air :

Q m =0.34 ×q v ×(T e −T i)
0.34 = chaleur volumique de l’air Wh/m3.K
q v = débit d’air extérieur de renouvellement [m3/h]
T e = température extérieure de base
T i = température intérieure de base

- si la ventilation est naturelle, on peut considérer que le renouvellement d’air est égal à un
volume de la pièce par heure (1vol/h).

- si la ventilation est mécanique, on relèvera les valeurs dans le tableau en annexe.


Le débit d’air de renouvellement est donné par le CPS : 25 m3/h/pers.
Application :
Q m =0.34 ×25 ×10 × 17=1445 W

iv. Charges interne

L’environnement intérieur s’influence par les conditions climatiques extérieures, que par les
spécifications intérieures qu’on spécifiera par suite.

A. Apports par éclairage


Les appareils d’éclairage constituent une source de chaleur sensible. Cette chaleur est dégagée
par rayonnement, et convection avec l’air ambiant. Un certain pourcentage de la chaleur
émise sous forme de rayonnement est absorbé et puis emmagasinée par les matériaux
environnants, et toute la chaleur emmagasinée est restituée au local, après l’arrêt de
l’éclairage, pour constituer un apport retardé. La chaleur

o Lampe fluorescente : Q = 1,25 P [W]


o Lampe incandescente Q = P [W]

Avec P = puissance de la lampe [W]

Dans le cas de la lampe fluorescente, les 25% supplémentaires représentent la chaleur


dégagée par le ballast électromagnétique.

Le CPS donne le facteur d’éclairage : 20 W/m2

Application :
Q=F × S=20× 28=560 W

A. Dégagement des occupants


Le corps humain est le siège de transformations exothermiques dont l’intensité est variable
suivant l’individu et l’activité déployée. La température interne la plus favorable à ces
transformations est de 37°C, le corps humain est capable de maintenir cette température pour
une plage assez étendue de la température ambiante, grâce à sa faculté de rejeter vers
l’extérieur une quantité importante de chaleur dégagée.

L’expression des apports thermique de l’occupation est donnée en fonction de la température


intérieure et du degré d’activités. On distingue deux sortes de gains générés par les occupants:

– Gains sensibles occupants : [W] : Qs =n .C s .


– Gains latents occupants [W] : Q L=n. C L

Avec n = nombre d’occupants.


C s: Chaleur sensible des occupants (W).
C L: Chaleur latente des occupants (W).

Les valeurs de la table en annexe 9 représentent les dégagements pour un homme adulte. On
devra minorer les valeurs de ce tableau par les coefficients suivants :

– Pour les femmes : -20%


– Pour les enfants : -20 à -40%
– Pour un public mixte : -10%

Application :

D’après l’annexe 9 la chaleur sensible et latente sont le suivant :

90 W 80W
C s=  ;C L =
Pers Pers
Q=90× 10+80 ×10=1700 W

B. Appareils électriques
L’apport thermique par les équipements d’un local concerne tous les machines et appareils
électriques existants à l’intérieur de celui-ci, en particulier les équipements bureautiques
(Unités centrales, écrans, scanners, imprimantes, etc.). Vue l’activité principale de la chaine,
les appareils des régies de tournage comme en figure ci-dessous, les stations de montage
qu’on appelle les AVID dégagent une quantité de chaleur importante dont on estimera de 50%
de sa puissance absorbée selon le CPS. Cet apport est également sous forme d’apport sensible
seulement puisque les équipements électriques ne créent pas d’apport latent. La puissance
dégagée des appareils destinés à fonctionner dans un local climatisé doit être connue ou
estimée et généralement déterminée par les fabricants, et affectée d’une durée de
fonctionnement.

Selon le CPS :

Q=100 W
La charge totale qu’il faut extraire du local est :

Q Total =Q Parois +Q rayonnement + Q Infiltration +Q Ventilation +Q Eclairage +Q Occupants


Application :

QTotal =6264 W
X. Calcul des charges pour chaque local
IV.1. Présentation du calculateur Block Load
ii. Présentation

Block Load est un progiciel de calcul des charges été/hiver pour les bâtiments tertiaires.
Simple ou multiple zones peuvent être facilement calculées. Ce progiciel utilise la méthode
des facteurs de réponse pour calculer les charges. Cette méthode est approuvée par
l’ASHRAE comme méthode adaptée pour le calcul des charges horaires. La méthode des
facteurs de réponse ou Transfert Function Methodology for load calculations en anglais
décrite dans l’ASHRAE Handbook of fundamentals de 1993.

Block Load 4.15 compte les fonctions suivantes :

 Les conditions climatiques des villes : il contient une base de données climatique de
500 villes du monde, y compris certaines villes du Maroc. Si une ville ne fait pas
partie de la base de données, alors on saisit ses données climatiques.
 Les critères d’utilisation : les variations d’occupation, de l’éclairage et de
fonctionnement des machines.
 La saisie des données des zones regroupant les espaces de même caractéristiques.
 L’analyse des charges thermiques.

iii. Etapes de calcul par le progiciel

Afin de calculer les charges thermiques de refroidissement et de chauffage par le progiciel


Block Load, il faut suivre les étapes suivantes :

 Après l’installation du progiciel, on clique sur son icone qui se trouve dans le bureau,
une nouvelle fenêtre s’ouvre, on clique sur OK et ensuite sur NEW.
 On clique sur « Weather », on définit la région : latitude, longitude, les données
climatiques…
 Après la saisie des données climatiques, on clique sur « Unattached Zones », et on
clique sur « New », on remplit les fenêtres de saisie pour chaque zone, en respectant
les termes à introduire (Charges internes, les murs, les orientations …)
 Ensuite, on clique sur « Systems », on introduit les caractéristiques du système de
climatisation et à la fin on clique sur « Print Results » pour générer les résultats.
X.4. La validation de Block Load

Afin de se baser sur le progiciel Block Load pour calculer les charges thermiques de chaque
local, nous devons comparer en premier lieu, les résultats manuels du local traité par rapport
aux résultats du progiciel, la variation entre ces deux résultats ne doit pas dépasser 10 %. Le
tableau suivant résume cette comparaison.

Charge de climatisation (W)


Calcul manuel 6264 W
Calcul par Block Load 6290 W
Tableau 14: Comparaison entre calculs manuelle et le logiciel

La comparaison des résultats manuels et celles obtenus par Block load donne des variations
négligeable Donc puisque on a plus de 400 locaux on va traiter les restes avec ce logiciel ?

X.5. Calcul des charges des différents locaux

Après la validation de la comparaison entre le calcul manuel et les résultats obtenus par Block
Load pour La salle de réanimation, on effectue la même procédure pour le reste des locaux.

XI. Conclusion

Dans le chapitre présent, nous avons établir le bilan thermique de notre chantier, utilisant le
progiciel Block load.

Dans ce qui suit, nous allons traiter les salles blanches avec des notes de calcul spécial
puisque ils soumises à des normes très exigeantes puis on va dimensionner tous les éléments
de notre installation, commençant par le calcul de différents débits (soufflage, reprise,
extraction et l’air neuf) est pour chaque centrale de traitement de l’air, puis les composants de
ces dernières pour passer au dimensionnement des réseaux aérauliques
Chapitre 4 : Climatisation des salles blanches et
dimensionnement d’équipements de climatisation.

Dans ce chapitre, nous allons traiter le système de climatisation des


salles blanches en respectant les normes puis nous allons dimensionner
tous les éléments de notre installation, commençant par le calcul de
différents débits (soufflage, reprise, extraction et l’air neuf) pour
chaque centrale de traitement de l’air, ainsi la détermination de ses
conditions, puis les composants de ces dernières pour passer au
dimensionnement des réseaux aérauliques et finalement la sélection des
centrales de traitement d’air.
I. Différentes salles blanches du projet :
Notre projet contient plusieurs salles blanches avec des niveaux des risques différents, ces
risque sont donne par le CPS ou la norme NFS 90-351 afin de respecter certain exigences leur
de la conception de système de climatisation :

I.1. Les zones des risques :

Un concept important mis en avant par cette norme NF S 90-351 est celui des zones à risques.
Par définition, une zone à risque de bio contamination est un lieu défini et délimité dans
lequel les sujets et/ou les produits sont particulièrement vulnérables aux particules viables ou
inertes. [10]
Ainsi, nous trouvons 4 niveaux de zones à risques en fonction du risque d’infection :

Zone à risque 4 très haut risque infectieux


Zone à risque 3 haut risque infectieux
Zone à risque 2 risque infectieux moyen
Zone à risque 1 risque nul
Tableau 15: Les zones des risques

Dans la pratique, pour chaque projet en conception (neuf ou rénovation), une analyse des
risques pour chaque zone doit être effectuée afin d’attribuer à chacune un niveau de risque en
fonction de critères que seul l’utilisateur maîtrise (type d’actes médicaux pratiqués, sensibilité
du patient ou du produit exposé...), dans notre cas les risques sont donnée par le CPS :

L'emplacement Risque Désignation

Salle d'opération 01 4 CTA 9

Salle d'opération 02 4 CTA 8

Salle d'opération 03 4 CTA 7

Salle d'opération 04 4 CTA 5

Les salles réanimations (6 à 10) 2 CTA 2

Les salles réanimation (1 à 5) 2 CTA 1

Circulation Réanimation 2 CTA 3

Salle surveillance et post interventionnelle 2 CTA4

CIRCULATION BLOC OPERERATION+SAS+STOCKAGE M.STERILE 2 CTA 6

Lavage Chariots, Vérification et Contrôle, Stockage, Stérilisation, Conditionnement 2 CTA 10


et SAS
Tableau 16: L'ensemble des locaux avec leurs risque selon la norme NF S 90-351
XII. Rôles du traitement d’air
Les trois principaux rôles du traitement d’air sont :
 La gestion de la température
 La gestion de l’hygrométrie,
 la gestion de l’empoussièrement et des contaminations ainsi que le confinement des
locaux.

Dans notre étude nous allons traiter les salles de réanimation et les autres vont suivre les
mêmes démarches.

XIII. Traitement d’air hygiénique des salles de réanimations :


Ces systèmes de traitement d'air doivent contrer les charges thermiques et hydriques d'un
local :
 Charges thermiques : Apports ou déperditions de chaleur externes et internes en
[kW]
 Charges hydriques : Apports internes d'humidité en [kW] ou kg eau /h].

En plus des charges thermiques et hydriques, le système doit assurer la qualité de l'air :
 le renouvellement d'air neuf hygiénique (maintien de la teneur en CO2 et des odeurs à
un niveau acceptable défini par la législation)
 la filtration de l'air soufflé (contrôle de la teneur en poussières suivant la classe
d'empoussièrement)

XIII.3.  Différents systèmes :

Il existe plusieurs types de système que l’on peut classer en trois catégories :
 centralisés (caisson unique pour l’ensemble des locaux)
 décentralisés (un système par local)
 multizone (une C.T.A.N pour l'ensemble des traitements secondaires et différents pour
les locaux ou groupe de locaux)

Dans notre cas, On a un système centralisée, une seule CTA qui alimente 5 salles de
réanimations

XIII.4. Renouvellement d'air neuf : (air hygiénique) :

L’air neuf hygiénique dans les salles de réanimations, aux conditions extérieures, est mélangé
à l'air recyclé par l'intermédiaire d'un caisson de mélange, il existe plusieurs système mais
notre système a l’avantage de récupération d’énergie grâce a le mélangeur.
i. Système tout air avec caisson de mélange :

Figure 11: Systéme de centrale

Pour éviter les entrées d'air extérieur, la pression intérieure doit être légèrement supérieure à
la pression atmosphérique
L’air extérieur ne peut s'infiltrer dans le local :
 Pas de pollution par l'air extérieur puisqu’il ne peut y entrer (local équipé de
portes étanches, sas)
 Les fuites d'air sont préférables aux infiltrations d’air extérieur (énergie,
confort).

Dans ce cas, on a : q mAs >q mArp (débit As supérieur à débit Arp de 3 à 10 %)


 Le système devra combattre les charges du local et celles de l’air neuf.
 Le recyclage d'une partie de l'air du local permet d’effectuer une importante économie
d'énergie c'est pourquoi on appelle le caisson de mélange un "économiseur"
Au préalable à l’étude des différents outils qui permettront de déterminer les conditions de
soufflage (paramètres de l’air soufflé dans le local), il convient de rappeler que :

 Les charges thermiques, hydriques et enthalpiques (somme algébrique des


précédentes) sont connues et calculées à partir des caractéristiques du site et des
caractéristiques géométriques de ce local (bilan thermique).
 Les conditions intérieures sont connues et dépendent soit des critères de confort ou du
processus industriel définis dans le cahier des charges.
 l’air soufflé est le vecteur utilisé pour maintenir l’équilibre thermohydrique du local
étudié.
Pour mieux appréhender cette étude, on utilise le diagramme psychrométrique sur lequel on
représente les points qui déterminent l’état de l’air à chaque étape de son circuit.

ii. Diagramme psychrométrique

Pour faciliter la représentation des transformations de l’air et le calcul des différents éléments
de l’installation de climatisation on utilise le « diagramme psychrométrique » de l’air humide.
Pour déterminer exactement l’état dans
Figure 12:lequel se trouve
Diagramme un air humide considéré pris à une
psychrométrique
pression barométrique donnée, il suffit d’en connaitre deux grandeurs physiques. Les autres
peuvent être déterminées à l’aide du diagramme psychrométrique.

XIV. Etude de la zone :


XIV.3. Extrait du cahier des charges :

Conditions extérieures de base :

Été : BS= 37°C / BH= 24°C ;


Hiver : BS= 0°C / HR= 90% ;
 Conditions intérieures : TBS=22 °C ±1 / HR=50 % ± 5 % ;
 Renouvellement d'air hygiénique : 15 Vol/h ;
 Salle en légère surpression (+ 15 Pa) pour éviter les infiltrations d'air extérieur ;

XIV.4. Caractéristiques des points connus

Les points caractéristiques de l'air neuf sont connus ainsi que du local.

On connaît donc les quatre points de base du projet :


Saison Situation Repère Θ(BS) [° C ] Θ(BH) [ HR h r [eau/kgas]
° C] [%] [kJ/kgas]

Été Extérieure EE 37 24 34 71,31 13,28

Intérieure LE 22 14,72 45 40,95 7,4

Hiver Extérieure EH 0 -0,56 90 8,48 3,4

Intérieure LH 22 14,72 45 40,95 7,4

Figure 13: Caractéristiques des points connus

Figure 14: Caractéristiques des points connus sur le diagramme

XV. Calcul des caractéristiques des éléments pour la saison Eté


XV.3. Conditions de soufflage

Pour calculer les conditions de soufflage, c'est à dire déterminer les coordonnées du point de
soufflage et le débit massique d'air sec au soufflage, on ne dispose pas au départ de
paramètres en nombre suffisant pour effectuer le calcul. Donc il faut :

 Soit connaître ou s'imposer un taux de brassage ou un débit volumique d'air au soufflage.


 Soit s'imposer un écart de température au soufflage.

XV.4. Calcul d’écart de soufflage :

Pour notre projet, le taux de brassage est imposé par la norme NF S9 305, comme nous avons
imposé un écart de température au soufflage de 6°C.
On sait l’écarte de température on peut déterminer la température au point de soufflage :

ΔΘ=ΘL −ΘS
Θ L : Température de local.
Θ S : Température de soufflage.
Donc la température au point de soufflage est 16 °C +/-, donc Il reste de déterminer
l’humidité absolue au soufflage à partir de relation de bilan d’enthalpie total suivant :

ՓT =qmas× (h L −hS ¿

ՓT  : La charge totale.

qmas : La masse volumique.

h L : Enthalpie du local

h S : Enthalpie au point de soufflage.

Donc la charge totale est inclus la charge des local (les chambre de réanimations)

-La charge des locaux est donnée par le logiciel Block Load qu’on a expliqué dans le chapitre
précédent, donc la charge est estimée à 6 KW

-La charge de ventilation on peut la fixer par expérience ou par une manipulation sur le
logiciel de sélection des CTA, donc il est estimé à 5 KW.

Donc :

 La puissance totale est ՓTotzl =¿ 11 KW

Donc maintenant il nous reste seulement de déterminer le débit massique de soufflage pour
déterminer l’enthalpie eu point de soufflage avec la relation qu’on a indiqué :

ՓT =qmas× (h L −hS ¿

Avec qmas =q V × ρair

XV.5. Définition du taux de brassage :

Le taux de brassage représente le nombre de volume d’air traité renouvelé dans le local
pendant une heure :

τ =q v /V Ou q v =τ × V
Avec :
τ  : Taux de brassage en [vol.h-1]
q v  : Débit volumique de soufflage en [m3/h]
V : Volume du local en [m3]

XV.6. Le débit volumique d'air sec au soufflage :

Pour déterminer le débit de soufflage, on a deux débits à calculer :

– Le débit de soufflage recommandé : q v (m3/h) ¿ Volume × taux de brassage ;


ՓTE
– Le débit de soufflage charge : q sc (m3/h) [Delta 6°C] ¿
ρ× C p × ΔΘ
D’où le débit de soufflage retenu : Qs (m3/h= Max (q v ; q sc ).
Le tableau suivant résume ces débits de la zone traitée :

Débit de soufflage charge (m3/h)

Débit de soufflage charge (m3/h


Débit de soufflage recommandé
Taux de brassage mini
Volume (m3)

delta 6°C
(m3/h)
Désignation

Chambre de réanimation 10 47,4 15 710 606 710


Chambre de réanimation 9 47,4 15 710 606 710
Chambre de réanimation 8 40,9 15 613 599 613
Chambre de réanimation 7 40,9 15 613 599 613
Chambre de réanimation 6 40,9 15 613 599 613
TOTAL 217,4   3260 3009 3260
Tableau 17 : Débit de soufflage de chaque salle

On sait le débit volumique de soufflage on peut facilement déterminer le débit massique de


soufflage en multipliant par la masse volumique de l’air :

ρair =1,225 kg /m 3
Donc le débit massique est :
qmas =3993 Kg/h=1.11 Kg /s

XV.7. Calcul des coordonnées du point de soufflage :

La température sèche est connue : ΘSe =16 ° C , l’enthalpie est déterminée par la relation :

ՓT 11
h S=h L − =40 , 95− =31 KJ / Kg
qm as 1 ,11
Saison Situation Repère Θ(BS) [ Θ(BH) [ HR h r
° C] ° C] [%] [kJ/kgas] [geau/kas]

É té Point de SE 16 8 52 31 6
soufflage
Tableau 18: Caractéristiques du point de soufflage

Figure 15: Caractéristiques du point de soufflage dans le diagramme

XV.8. Coordonnées et caractéristiques du point de mélange :

Pour déterminer le débit d’air neuf et de reprise, on tient en compte les infiltrations, les fuites
(les infiltrations et fuites sont en fonction de la pression du local et de ces ouvertures voir
annexe 10) et les débits d’extraction qui sont imposés par les procès.

– Le débit d’air neuf (m3/h) est imposé par la norme.


– Le débit de reprise retenu : Q rp (m3/h) ¿ Q s + infiltrations – fuites – Q ex ;

Les tableaux suivant résument ces débits de la zone traitée :

 le taux de renouvellement d’air neuf est fixé à (9 v/ h) par la norme NF S9 305 :

Désignation Volume (m 3 ¿ Débit air neuf (m3/h)

Chambre de réanimation 10 47,4 426

Chambre de réanimation 9 47,4 426

Chambre de réanimation 8 40,9 368


Chambre de réanimation 7 40,9 368

Chambre de réanimation 6 40,9 368

Total 1956
Figure 16: Débit d'air neuf de chaque salle

3
On a Qan=1956 m /h donc Qman=0.65 kg/ s
Q rp =1304 m3 /h donc Qmrpan =0.43 kg /s

Le mélange de l’air neuf avec l’air recyclé du local se fait dans le caisson de mélange à
l’entrée de la centrale de soufflage.

h an ×Qm an +h ¿ ×Qmrp
Enthalpie du mélange : h ME= =57 kJ /kg
Qmasan

débit de reprise retenu au niveau de

débit de reprise retenu au niveau de


Débit de soufflage retenu (m3/h)

Débit air neuf (m3/h) 9V/H


débit d'air rejeté (m3/h)
infiltration (m3/h)

local (m3/h)

CTA (m3/h)
fuite (m3/h)

Désignation

Chambre de réanimation 1 710 0 260 450 166 284 426


Chambre de réanimation 2 710 0 260 450 166 284 426
Chambre de réanimation 3 613 0 260 353 108 245 368
Chambre de réanimation 4 613 0 260 353 108 245 368
Chambre de réanimation 5 613 0 260 353 108 245 368
TOTAL 3260 0 1300 1960 656 1304 1956
T an × Qman+ T ¿ × Qmrp
Température de mélange : T ME = =30° C
Qm asan
Figure 17: Caractéristique de point de mélanges dans le diagramme

Saison Situation Repère Θ(BS) [ Θ(BH) HR h r


° C] [° C ] [%] [kJ/kgas [geau/kga
] s]

É té Point de ME 30 20 43 57 10,5
MELANGE
Tableau 19: Caractéristique de point melange

XVI. Traitement d’air :


Il faut maintenant déterminer le type de traitement à installer dans les centrales pour respecter
le cahier des charges. Nous avons installé notre centrales double flux l’ensemble des locaux :

L’enthalpie du point ME est supérieure à l’enthalpie du point SE. Pour l’humidité en remarque
il est proche de point de soufflage et il respect la norme donc on n’a pas besoin d’un
humidificateur ou déshumidificateur. Il faut seulement refroidir l’air à la sortie du caisson de
mélange à l’aide d’une batterie froide.

On choisit une batterie à eau glacée dans l’éventualité d’une production centralisée d’eau
glacée. Il reste maintenant à choisir judicieusement le régime de températures d’eau glacée
pour optimiser le fonctionnement lorsque le bilan thermohydrique est le plus défavorable. Il
faudra donc joindre les points ME.SE le long d’une droite de « refroidissement humide » qui
coupera la courbe de saturation au point représentatif de la température moyenne de surface
de la batterie froide à eau glacé (adp).

XVI.3. Régime de températures d’eau glacée

Le régime de température est 7/12°C. Ce régime est courant pour les groupes de production
d'eau glacée.
XVI.4. Puissance frigorifique de la batterie froide :

Puissance frigorifique à fournir par la batterie froide à eau glacée de la CTA est:

Փ BF=qm Se × ( h ME −hSE ) =29 kW

XVI.5. Masse d'eau piégée par la batterie froide à eau glacée :

Le fluide frigorifique utiliser est Gaz R410a, et le régime de température est 7/12°C en
utilisant la relation suivant pour déterminer la masse d’eau piégée par la batterie :

Փ BF=qm b ,eau ×C R 410a × ( Θ E−Θ S )


ou avec
qmb , eau=qm se × ( r ME −r SE ) =5 kg eau /h

XVI.6. Caractéristiques de la CTA :

Caractère. Air neuf Air soufflé Air Air Air rejeté


(An) (SE) mélangée recyclé (RJ)
(ME) (RP)
Θ (°C) 37 16 30 22 22
HR (%) 34 52 43 45 45
q v ( m3 / h ¿ 1956 3260 3260 1304 656
Tableau 20: caractéristiques d'ensembles des points de CTA

XVI.7. La filtration d’air des locaux :

La filtration est un procédé mécanique, optique ou électrostatique permettant l'épuration de


l'air neuf ou de l'air repris à l'intérieur des locaux. Dans le cas présent, outre la protection des
personnes et des machines, la filtration a pour but de protéger les processus de fabrication des
"Dispositifs Médicaux" et de garantir ainsi la "propreté" des zones sensibles.

Pour sélectionner les filtres correspondant à ces caractéristiques d'empoussièrement, il faut


ajuster leur efficacité à ces caractéristiques. Une chaine de filtration doit être élaborée en
prenant en compte l'efficacité des différents éléments filtrants.

C amount −C aval
L'efficacité de filtrage est définie par le rapport: E= ou C est : est la
C amount
concentration particulaire.

Les filtres sont répertoriés en fonction de leur efficacité selon une classification normalisée

EN779, indiquant la méthode de filtrage correspondant à l'un des trois modes suivants :
 Filtration gravimétrique ;
 Filtration opacimétrique ;
 Filtration absolue.
La filtration gravimétrique correspond aux classes de moyenne efficacité pour lesquelles une
efficacité de 95% filtre les particules supérieures à 5μm. Ce filtrage se fait par une
discrimination pondérale : Classification G.

La filtration opacimétrie est une méthode à haute efficacité de filtrage. En effet pour 95%
d'efficacité le filtre piège les particules supérieures à 0,5 μm : Classification F.

La filtration absolue permet d'obtenir une efficacité de 99,99% pour un filtrage des particules
supérieures à 0,3 μm : Classification H.

G4-F7

F9

H13

Figure 18 : Chaine de filtration de l'air

Le choix des filtres est fait suivant la norme NF S90-351, en fonction de la classe de risque de
chaque local (annexe 10). Ce choix est récapitulé dans les tableaux de l’annexe 3.
XVII. Traitement d’air pour chaque local :
Le traitement des autres zones se fait de la même manière.

Les différents débits de chaque local ainsi pour les CTA sont illustrés dans l’annexe 3

Les résultats de cette étude sont regroupés dans les tableaux de l’annexe 3.

XVIII. Dimensionnement du réseau


aéraulique :

L’objectif du système de distribution est de délivrer


une quantité spécifique d’air traité à chaque
diffuseur dans l’espace conditionné à une pression
déterminée. Ceci permettre une absorption de la
charge de l’espace et un mouvement de l’air
adéquat.

XIX. Distribution de l’air dans le local :


La diffusion d’air et le confort thermique sont également définis par la norme ISO 7730. Cette
norme détermine des critères qualitatifs qui mesurent et évaluent les ambiances thermiques
modérées. Il convient donc de se préoccuper du système utilisé pour diffuser l’air préparé en
centrale ou sur une unité terminale de climatisation.

Le confort de diffusion dans la zone d’occupation est caractérisé par les critères suivants :

- Absence de stratification de température dans la zone d’occupation.


- Une bonne qualité de l’air intérieur.
- Absence de courants d’air dans la zone d’occupation.
Figure 19: Dimensionnement des gaines
Après la détermination du débit de soufflage, de reprise et d’extraction pour chaque local, on
doit sélectionner les diffuseurs, les grilles de soufflage et de reprise. Pour réaliser cette tâche,
on tient en compte les exigences du programme technique (le débit qu’ils peuvent livrer, la
distribution et le montage des grilles, Le niveau de bruit et la vitesse).

XX. Les pertes de charges dans les réseaux aérauliques :


La perte de charge désigne la perte irréversible d'énergie de pression que subit un liquide ou
un gaz lors de son passage dans un conduit, un tuyau ou un autre élément de réseau de fluide.

On a deux types des pertes de charge à calculer pour chaque tronçon :


 les pertes de charge linéaires : ΔPl =j∗L
Avec :
 L : longueur en [m]
 j : la perte de charge unitaire en [Pa/m]
V2
 j=λ ×
2×g×D
 λ : est le coefficient de pertes de charge régulières
 D : est le diamètre de l’écoulement

 les pertes de charges singulières : ΔPs


V2
ΔPs = ζ ρ
2
Avec :
 ζ : est le coefficient de perte de charge singulier
 ρ : la masse volumique de l'air
 v : vitesse de l'air en [m/s]

A partir des pertes de charges ainsi obtenues, on dispose de la pression qui devra être
disponible à la sortie des armoires; ce qui permet de fixer les caractéristiques aérauliques qui
sont communiquées au fournisseur avec une marge de performance

Pour le calcul des pertes de charge, on utilise une table de calcul, l’objectif principal de cet
outil est d’estimer les pertes de charge linéaire et singulière de notre réseau.

Dans la figure suivante le réseau aéraulique de soufflage. Le calcul des pertes des charges se
fait sur le réseau le plus défavorable.

Figure 20: Schéma des gaines d'ensembles des salles

Le calcul s’effectue pour les différents tronçons de notre réseau en tenant compte tous les
singularités et les appareils installés dans les gaines. D’après cet exercice on a obtenu comme
pertes de charge au soufflage les résultats suivants :
Figure 21: Note de calcul des pertes de charges

Perte de charge disponible (mmce) Perte de charge disponible (Pa)


40.44 396.63
Tableau 21: Perte de charge disponible

De la même manière, on a calculé les pertes de charge pour chaque centrale de traitement
d’air (Soufflage, Reprise et Extraction).

Ce calcul de perte de charge permet de déterminer la pression disponible du ventilateur de


l’armoire de climatisation. Cette pression disponible doit être au moins égale ou supérieure à
cette perte de charge.
XXI. Choix des ventilateurs :
Le dimensionnement du système de ventilation définit le débit à fournir par le ventilateur et la
perte de charge du réseau que celui-ci doit vaincre.

Les courbes caractéristiques des ventilateurs donnent, en fonction du débit, la pression


dynamique à fournir par le ventilateur pour mettre l'air en vitesse dans le réseau de
distribution. Cette pression dynamique ajoutée à la perte de charge du réseau indique la
hauteur manométrique du ventilateur.

On sélectionne donc d'abord les ventilateurs pouvant délivrer le débit et la perte de charge
souhaitée. On sélectionnera ensuite, à partir des courbes caractéristiques, le ventilateur dont la
pression dynamique est minimum au débit voulu, de manière à minimiser la hauteur
manométrique totale à fournir. En fait, plus le ventilateur a une taille importante pour les
performances voulues, plus sa pression dynamique sera faible. Ensuite on repère le ventilateur
dont le rendement est maximum au point de fonctionnement.

Figure 22 :Courbes caractéristiques du ventilateur choisi pour la CTA


Donc pour dimensionner les ventilateurs de chaque CTA, on aura besoin de :

 Débit d’air voulu ;


 La pression statique disponible dans le réseau.

Les débits sont calculés dans le bilan thermique et les pertes de charge sont calculées après la
conception du réseau de distribution) en se basant sur le réseau le plus défavorable.

Pour notre cas, les ventilateurs sont sélectionnés avec les CTA par un logiciel de sélection de
Carrier (Aérovision).

XXII. La sélection des CTA :


La sélection des CTA se fait par un logiciel de la marque Carrier (Aérovision), dans cette
sélection on se base sur les caractéristiques déterminées précédemment (données climatiques,
filtration, débits, puissances, pertes de charge, régulation…).

XXIII. Conclusion :

Dans ce chapitre, nous avons achevé le dimensionnement de tous les éléments de notre
installation (reste quelques détails étudiés et non figurés). Maintenant on passe à la commande
du matériel avec le choix des meilleurs fournisseurs, en respectant le triangle des contraintes :
qualité, coûts, délais.

Avant de passer à la commande, on doit faire une étude technico-économique pour toute
l’installation, dans laquelle nous allons donner le coût d’acquisition des différents éléments de
l’installation, la consommation des équipements et la possibilité de les optimiser.
Chapitre 4 : Etude technico-économique 

Après avoir dimensionné les différentes composantes des systèmes de


climatisation et de chauffage, on passe à l’évaluation du bilan
économique des systèmes sélectionnés. Pour ce faire, on va établir les
couts d’acquisition des éléments principaux et ses consommations
électriques.

Pour optimiser la consommation électrique de notre installation nous


allons étudier la possibilité d’intégrer des récupérateurs de chaleur
entre l’air extrait et l’air neuf.
I. Coût d’acquisition du matériel :
A partir de l'étude technique réalisée dans les chapitres précédents, et compte tenu des
performances requises en termes de "qualité, coûts et délais" de l'installation, il est possible, à
présent d'examiner les aspects financiers du projet par une évaluation des coûts liés aux
matériels.

Le tableau suivant représente les coûts d’acquisition des CTA :

Référence de l'unité Modèle Qte Prix unitaire (DH)


CTA double flux (Salle d'opération) 39HQ 07.06 4 66.499
CTA (Chambre de réanimation) 39HQ 06.06 2 63.796
CTA (Circulation réanimation) 39HQ 08.06 1 63.703
CTA (Salle de réveil) 39HQ 08.06 1 70.226
CTA (Circulation plateau technique) 39HQ 07.06 1 65.166
CTA (Stérilisation) 39HQ 09.06 1 38.491
Tableau 22: Coûts d'acquisition des CTA

Ainsi, le coût total (HT) d’acquisition des CTA est : 634.465,03 DH

NB :
- Les référentiels de prix utilisés, ont été obtenus après la consultation sur le matériel chez les
fournisseurs.
- Ces coût ne prend pas en compte ni les frais de dépose ni les frais d’implantation de
chantier, ni les frais de suivi et contrôle.

XXIV. Consommation électrique :

Référence de l'unité Modèle Qte P. Abs. P. Abs. Tension


unitaire unitaire
(kw) (kw)
CTA DOUBLE FLUX 39HQ 07.06 4 20.23 80.92 400V-3PH-
(Salle d'opération)
50HZ
CTA (Chambre de 39HQ 06.06 2 9.95 19.9 400V-3PH-
réanimation)
50HZ
CTA (Circulation 39HQ 08.06 1 33.34 33.34 400V-3PH-
réanimation)
50HZ
CTA (Salle de réveil) 39HQ 08.06 1 7.4 7.4 400V-3PH-
50HZ
CTA (Circulation plateau 39HQ 07.06 1 8.6 8.6 400V-3PH-
technique)
50HZ
CTA (Stérilisation) 39HQ 09.06 1 3.7 3.7 400V-3PH-
50HZ
Total 153.86
Tableau 23: Consommation électrique liée à la climatisation
Référence de Qt P. Abs. P. Abs.
Modèle Tension
l'unité e unitaire (kw) unitaire (kw)
Refroidisseur d'eau à 30XA-0402-A 400V-3PH-
condensation par air 1 145.69 145.69
50HZ
Refroidisseur d'eau à 0XW-0402 400V-3PH-
condensation par air 1 87.57 87.57
50HZ
Total (KW) 233.26
Tableau 24 : Consommation électrique des groupes d'eau glacée

P. Abs.
P. Abs.
désignation Modèle Qte unitaire Tension
unitaire (kw)
(kw)
Pompe IPE 40/160-4/ 2
PN10 2 5.6 11.2 400V-3PH-50HZ

Tableau 25: Consommation électrique des pompes

On considère que ces unités fonctionnent 24 heures/24, donc 8760 heures par an, et que le
prix du KWh est de 1,0022 dirham. Les résultats sont illustrés dans le tableau suivant :

Consommation Facture électrique par Facture électrique


désignation électrique en (KW) heure (DHs) mensuelle (DHs)
CTA 153.86 154.19 111016.8
Les groupes de
refroidissement 233.26 233.77 168314.4
Les pompes 11.2 11.22 8078.4
Divers (5%) 19.9 19.94 14356.8
Total 418.22 419.14 301780.8
Tableau 26: Consommation d'électrique globale

La facture électrique totale (annuelle) liée au traitement d’air sera donc :

- La consommation électrique : 3 613 420.07 kwh.

- La facture électrique : 3 621 369.9 Dhs.

XXV. Intérêt d'un récupérateur :


Pour améliorer encore les performances de l'installation, il est économiquement intéressant
d'installer, entre l'air neuf et l'air rejeté, un échangeur de chaleur à plaques et courants croisés
pour récupérer une partie de la chaleur contenue dans l’air rejeté du local.
III.1. La récupération d’énergie EN ETE :

L'air neuf de ventilation, après avoir été porté à la température de confort à l'intérieur du
bâtiment, est rejeté à l'extérieur alors qu'il possède un niveau énergétique supérieur à l'air
extérieur que l'on introduit. On parle d'une enthalpie (un contenu en chaleur) plus importante
que l'air extérieur.

L'idée est de transférer cette chaleur de l'air extrait vers l'air neuf. On peut ainsi arriver à une
récupération de 50 à 95 % du budget de chauffage de l'air de ventilation.

Pour estimer le gain réalisable par le placement d’un récupérateur de chaleur, nous allons
calculer la récupération possible pour notre installation.

On se propose de calculer l’énergie contenue dans 1 m3 d’air rejeté à l’extérieur.

Soit de l’air à 22°C rejeté à l’extérieur ou il fait 37°C.

La quantité de chaleur Q contenue dans ce m 3 d’air rejeté est égale au produit du volume d’air
par la chaleur volumique de l’air qui est de (0.34 Wh/m 3°C) et par l’écart de température entre
l’air rejeté et l’air à l’extérieur (ΔT).

Q=0.34∗V∗ΔT
=0.34*1*15
=5.1 Kwh
En fait, l’énergie perdue est proportionnelle à l’écart de température et au taux d’humidité :

 Plus l’air rejeté est froid (perte de chaleur sensible)


 Plus l’air rejeté est humide (perte de chaleur latente)
 Plus la température extérieure est importante

Plus l’énergie contenue dans l’air rejeté est grande.

Supposons que air neuf doit être simplement refroidi, et qu’il n’y a pas de contrôle
d’humidité.

Un récupérateur de gamme moyenne a une efficacité d'échange voisine de 70 %, dans notre


cas les CTA fonctionnent 24heures/24 tout, et donc une durée de fonctionnement de 2160
heures/an.

D’où : Economie = ε · Energie rejetée .2160


Référence de l'unité Qte Débit Débit Energie Energie Economie
d’air d’air total rejetée récupéré (Dhs)
rejeté rejeté par heure e par
(m3/h) (m3/h) (kwh) heure
(kwh)
CTA DOUBLE FLUX (Salle 4 1086 4344 22.154 15.508 33570
d'opération)
CTA (Chambre de réanimation) 2 656 1312 6.691 4.683 10137

CTA (Circulation réanimation) 1 1729 1729 8.817 6.172 13361


CTA (Salle de réveil) 1 2774 2774 14.147 9.903 21437
CTA (Circulation plateau 1 2722,8 2722,8 13.886 9.720 21041
technique)
CTA (Stérilisation) 1 2902,4 2902,4 14.802 10.361 22429
Tableau 27 : L’énergie récupérée en été

XXV.3. La récupération d’énergie en Hiver :

Le calcule pour la saison d’Hiver se fait de la même manière que la précédente.

La température de l’air extérieur est 0°C, donc la différence de température est ΔT= 22°C.

La quantité de chaleur Q contenue dans 1 m3 d’air rejeté est : Q=0.34∗V∗ΔT =7.42 Wh.

Le tableau suivant résume les gains de récupération d’énergie pour la saison d’Hiver :

Référence de l'unité Qte Débit Débit Energie Energie Economie


d’air d’air total rejetée récupéré (Dhs)
rejetée rejeté par heure e par
(m3/h) (m3/h) (kwh) heure
(kwh)
CTA DOUBLE FLUX (Salle 4 1086 4344 32.232 22.562 48841.13
d'opération)
CTA (Chambre de 2 656 1312 9.735 6.814 14750.62
réanimation)
CTA (Circulation réanimation) 1 1729 1729 12.829 8.98 19439.47
CTA (Salle de réveil) 1 2774 2774 20.583 14.137 30603.09
CTA (Circulation plateau 1 2722,8 2722,8 20.197 14.137 30603.09
technique)
CTA (Stérilisation) 1 2902,4 2902,4 21.532 15.0724 32628
Tableau 28: L’énergie récupérée en hiver

XXV.4. La récupération d’énergie annuelle :


Référence de l'unité Débit d’air rejeté (m3/h) Economie annuelle
(Dhs)
CTA DOUBLE FLUX (Salle d'opération) 1086*4 82411
CTA (Chambre de réanimation) 656*2 24887
CTA (Circulation réanimation) 1729 32800
CTA (Salle de réveil) 2774 52040
CTA (Circulation plateau technique) 2722,8 51644
CTA (Stérilisation) 2902,4 55057
Tableau 29: III.3. La récupération d’énergie annuelle

XXVI. Investissement :

Si on ne tient compte que du récupérateur et de son placement, on peut estimer.


L’investissement pour chaque récupérateur et on calcule le temps de retour comme il est
indiqué dans le tableau ci-dessous :

Débit d’air rejeté L’investissemen Temps de


Référence de l'unité
(m3/h)) t (Dhs retour (ans)

CTA DOUBLE FLUX (Salle


d'opération) 1086*4 42260 0,512

CTA (Chambre de réanimation) 656*2 21356 0,858

CTA (Circulation réanimation) 1729 10 564 0,322


CTA (Salle de réveil) 2774 23 701.6 0,455
CTA (Circulation plateau
technique)
2722,8 23 701.6 0,458
CTA (Stérilisation) 2902,4 23 701.6 0,430
Tableau 30: Le temps de retour de l’investissement

 On observe que l’investissement dans ces récupérateurs est récupéré en moins d’un an.
XXVII. Conclusion :

Dans ce chapitre nous avons donné une vision claire sur le prix des principaux éléments de
notre installation sans prendre en compte ni les frais de l’implantation, ni les frais de dépose,
ni les frais de suivi et contrôle. Ainsi nous avons donné la consommation électrique de ces
éléments.

Dans le sens de l’optimisation de la consommation électrique et de l’amélioration de notre


installation, nous avons traité la possibilité de l’intégration d’un récupérateur de chaleur à
l’extraction.
Conclusion & Perspectives :
Ce projet de fin d’étude consistait à étudier et réaliser la climatisation d’un centre régional
d’oncologie qui est en construction. La climatisation centrale est étudiée en collaboration avec
les architectes pour que l’installation puisse se faire correctement sans contraintes.

En premier lieu, la mise aux normes de l'installation a été effectuée en remédiant à ses
défaillances aussi bien au niveau de la structure du bâtiment qui l'abrite que des équipements
qui gèrent son fonctionnement. A cet égard, des progrès très importants ont été apportés au
système de traitement de l'air, à la climatisation des locaux et aux conditions de confort et de
sécurité des personnels.

Par ailleurs, notre intervention a permis d'introduire de nouvelles pratiques pour la prévention
des risques de pollution et la maîtrise des paramètres conditionnant " l'état de propreté" requis
dans la fabrication des dispositifs médicaux qui nécessite une extrême vigilance.

Enfin, l’étude de notre projet est faite via les outils théoriques et informatiques disponibles.
Après la validation du logiciel Block Load, on a pu élaborer rapidement le bilan thermique
des locaux concernés. Le dimensionnement des différents composants de l’installation est
basé sur ce bilan thermique. Aussi, nous avons réalisés une étude économique pour avoir une
estimation du coût globale d’une telle installation en dehors du coût de la main d’œuvre. Cette
étude comporte le bilan électrique qui résume les caractéristiques et la consommation
électriques des différents éléments de l’installation.

En guise de perspectives, nous proposons d’intégrer des échangeurs à plaques, contre-courant,


à l’extraction pour récupérer les calories/ frigories de l’air extrait du locaux climatisés. D’où
l’optimisation de la consommation des centrales de traitement d’air neuf. Le temps de retours
de ces récupérateurs ne dépasse pas un an.

Il est à souligner également les bénéfices qui ont été obtenus dans une démarche de
développement durable avec la prise en compte des économies d'énergie et la minimisation de
l'impact environnemental.

En définitive nous avons grand plaisir à exprimer ici notre satisfaction personnelle en ce qui
concerne la bonne conduite du présent projet, et pour l'expérience que j’ai acquis, à cette
occasion, dans une spécialité dont nous mesurons mieux, à présent, les progrès qu'elle permet
de réaliser plus généralement dans l'évolution de l'industrie moderne
Références

Références
[1] «Ventec Maroc,» [En ligne]. Available: http://www.ventec.ma. [Accès le 12 03
2019].

[2] Norme, NF S90-351, Juin 2019.

[3] «Wikipedia,» [En ligne]. Available: https://fr.wikipedia.org/. [Accès le 26 03 2019].

[4] «Zebreak,» [En ligne]. Available: http://zebreak.free.fr/. [Accès le 20 03 2019].

[5] «EnergiePlus,» [En ligne]. Available: http://www.energieplus-lesite.be/. [Accès le


22 03 2019].

[6] «Ef4,» [En ligne]. Available: http://www.ef4.be/. [Accès le 22 03 2019].

[7] [En ligne]. Available: https://cours.etsmtl.ca/. [Accès le 15 03 2019].

[8] [En ligne]. Available: http://tmsec.pagesperso-orange.fr/. [Accès le 01 04 2019].

[9] F. ALAOUI, «Cours : Climatisation, Froid industriel, chauffage et traitement d’air,»


Université Bouchaib Doukkali, ENSAJ, 2018.

[10] «DimClim,» [En ligne]. Available: http://www.dimclim.fr/. [Accès le 15 04 2019].

[11] J.-M. L. A. M. L. P. P. DAL ZOTTO, Mémotech genie énergétique, ISBN, 2000.

Rapport du Projet de Fin d’Etudes-ENSA-El-Jadida/ VENTEC Maroc

Vous aimerez peut-être aussi