Vous êtes sur la page 1sur 93

Maîtrise d’Ouvrage

Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

Tronçon Saint-Lazare - Nanterre la Folie

GARE PORTE MAILLOT

LIVRET N°15 CHARPENTE METALLIQUE

DCE GC-TUN
Etabli par : Vérifié par : Validé par : Approuvé par :

APPROUVE par Philippe


TOURAINE Benjamin GENEVEY Daniel LEGRAND Vincent SENECHAL
DAUMASMarianne
le 26/08/2014

Visé le : 13/08/2014 Visé le : 13/08/2014 Visé le : 13/08/2014 Visé le : 31/07/2014

Indice Date Modifications


A 15/07/2014 Création du document

B 13/08/2014 Prise en compte remarques internes MOe

Entité émettrice Nbdepages

Elioth 93

Emetteur Type de Doc Id_RFF Phase Code Géographique Discipline Numéro Doc Encartage Indice

402 ENT INF DCE MAI GCV 05045 006 B


MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

SOMMAIRE

1.  DISPOSITIONS GENERALES ............................................................................. 5 


1.1 OBJET DU PRESENT LOT ....................................................................................... 5 
1.2 ÉTENDUE DES PRESTATIONS ET TRAVAUX ...................................................................... 5 
1.3 DOSSIER DE CONCEPTION ...................................................................................... 7 
1.4 DOCUMENTS A FOURNIR ....................................................................................... 7 
1.5 VARIANTES .................................................................................................... 8 
1.6 OPTIONS ...................................................................................................... 8 
1.7 RAPPEL DU CCTC .............................................................................................. 8 
1.7.1  PROTECTION ET PREVENTION DES ACCIDENTS ............................................................................................ 8 
1.7.2  RESPONSABILITE .......................................................................................................................................... 9 
1.7.3  LEVAGE ET STABILITE EN PHASE PROVISOIRE ............................................................................................ 10 
1.7.4  FINITION ...................................................................................................................................................... 10 
1.7.5  METRES ...................................................................................................................................................... 11 
1.7.6  GESTION DE LA QUALITE ............................................................................................................................. 11 
1.7.7  GARANTIES ................................................................................................................................................. 12 
1.7.8  LIMITES DE PRESTATIONS ........................................................................................................................... 12 

2.  HYPOTHESES DE CONCEPTION - BASES DE CALCUL ............................................. 16 


2.1 DESTINATION DES OUVRAGES ................................................................................ 16 
2.2 CLASSEMENT DU CHANTIER .................................................................................. 16 
2.3 CORROSIVITE DE L’ATMOSPHERE ............................................................................. 17 
2.4 MATERIAUX.................................................................................................. 17 
2.5 CHARGES .................................................................................................... 18 
2.5.1  BUTONS ...................................................................................................................................................... 18 
2.5.2  PASSERELLES ............................................................................................................................................. 19 
2.5.3  ESCALIERS MECANIQUES ........................................................................................................................... 20 
2.5.4  ESCALIERS FIXES ....................................................................................................................................... 21 
2.5.5  EMERGENCE ............................................................................................................................................... 22 
2.5.6  GRILLE DE VENTILATION ............................................................................................................................. 22 
2.5.7  VOILES INCLINES......................................................................................................................................... 23 
2.6 COMPORTEMENT DYNAMIQUE ................................................................................ 24 
2.7 RIGIDITE ET TASSEMENTS DIFFERENTIELS .................................................................... 24 
2.8 STABILITE AU FEU ........................................................................................... 24 
2.9 DEFORMATIONS ADMISSIBLES................................................................................. 25 
2.10  MODELISATION D’ENSEMBLE ET PRINCIPES CONSTRUCTIFS............................................... 25 
2.10.1  GENERALITES ......................................................................................................................................... 25 

2 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

2.10.2  CALCULS DE DETAILS ET MODELISATION LOCALES ................................................................................ 26 

3.  DESCRIPTION DES OUVRAGES EN BASE ............................................................ 27 


3.1  GENERALITE ................................................................................................. 27 
3.1.1  PRESENTATION ........................................................................................................................................... 27 
3.1.2  PRINCIPE GENERAUX DE CONCEPTION ....................................................................................................... 27 
3.1.3  MODE DE CONSTRUCTION DE L’OUVRAGE – PRINCIPES GENERAUX........................................................... 27 
3.1.4  PEINTURE ................................................................................................................................................... 28 
3.1.5  PROTECTION ELECTRIQUE .......................................................................................................................... 28 
3.2 BUTONS ..................................................................................................... 29 
3.2.1  DESCRIPTION GENERALE ............................................................................................................................ 29 
3.2.2  PRINCIPE STATIQUE ................................................................................................................................... 29 
3.2.3  PRINCIPE DE CONSTRUCTION – MISE EN ŒUVRE ...................................................................................... 30 
3.2.4  DESCRIPTION DETAILLEE ............................................................................................................................ 31 
3.3 PASSERELLES ................................................................................................ 33 
3.3.1  DESCRIPTION GENERALE ............................................................................................................................ 33 
3.3.2  PRINCIPE STATIQUE ................................................................................................................................... 34 
3.3.3  PRINCIPE DE CONSTRUCTION – MISE EN ŒUVRE ...................................................................................... 35 
3.3.4  DESCRIPTION DETAILLEE ............................................................................................................................ 35 
3.4 ESCALIERS MECANIQUES ..................................................................................... 38 
3.4.1  DESCRIPTION GENERALE ............................................................................................................................ 38 
3.4.2  PRINCIPE STATIQUE ................................................................................................................................... 40 
3.4.3  PRINCIPE DE CONSTRUCTION – MISE EN ŒUVRE ...................................................................................... 40 
3.4.4  DESCRIPTION DETAILLEE ............................................................................................................................ 41 
3.5 ESCALIER FIXES .............................................................................................. 45 
3.5.1  DESCRIPTION GENERALE ............................................................................................................................ 45 
3.5.2  PRINCIPE STATIQUE ................................................................................................................................... 46 
3.5.3  PRINCIPE DE MONTAGE .............................................................................................................................. 46 
3.5.4  DESCRIPTION DETAILLEE ............................................................................................................................ 47 
3.6 EMERGENCES ................................................................................................ 51 
3.6.1  DESCRIPTION GENERALE ............................................................................................................................ 51 
3.6.2  PRINCIPE STATIQUE ................................................................................................................................... 53 
3.6.3  PRINCIPE DE MONTAGE .............................................................................................................................. 53 
3.6.4  DESCRIPTION DETAILLEE ............................................................................................................................ 53 
3.7 GILLES DE VENTILATION ..................................................................................... 55 
3.7.1  DESCRIPTION GENERALE ............................................................................................................................ 55 
3.7.2  PRINCIPE STATIQUE ................................................................................................................................... 55 
3.7.3  PRINCIPE DE MONTAGE .............................................................................................................................. 56 
3.7.4  DESCRIPTION DETAILLEE ............................................................................................................................ 56 
3.8 VOILES INCLINES............................................................................................. 58 
3.8.1  DESCRIPTION GENERALE ............................................................................................................................ 58 
3.8.2  PRINCIPE STATIQUE ................................................................................................................................... 58 
3.8.3  PRINCIPE DE MONTAGE .............................................................................................................................. 59 
3.8.4  DESCRIPTION DETAILLEE ............................................................................................................................ 59 

3 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

4.  DESCRIPTION DES OUVRAGES EN OPTION ......................................................... 60 


4.1 VOILES INCLINES............................................................................................. 60 
4.1.1  DESCRIPTION GENERALE ............................................................................................................................ 60 
4.1.2  DESCRIPTION DETAILLEE ............................................................................................................................ 61 

5.  SPECIFICATIONS TECHNIQUES DETAILLEES (STD) ................................................ 62 


5.1 INTRODUCTION .............................................................................................. 62 
5.2 DOMAINE D’APPLICATION .................................................................................... 62 
5.3 REFERENCES NORMATIVES ................................................................................... 62 
5.4 TERMES ET DEFINITIONS ..................................................................................... 63 
5.5 PRODUITS CONSTITUTIFS .................................................................................... 63 
5.5.1  GENERALITES ............................................................................................................................................. 63 
5.5.2  IDENTIFICATION, DOCUMENTS DE CONTROLE ET TRAÇABILITE .................................................................. 64 
5.5.3  ACIERS DE CONSTRUCTION ........................................................................................................................ 64 
5.5.4  ACIER MOULE ............................................................................................................................................. 64 
5.5.5  PRODUITS CONSOMMABLES POUR LE SOUDAGE ........................................................................................ 68 
5.5.6  ELEMENTS DE FIXATION MECANIQUE.......................................................................................................... 68 
5.6 PREPARATION ET ASSEMBLAGES.............................................................................. 69 
5.7 SOUDAGE.................................................................................................... 69 
5.8 FIXATIONS MECANIQUES ..................................................................................... 70 
5.9 MONTAGE ................................................................................................... 70 
5.10  PROTECTION CONTRE LA CORROSION ................................................................... 72 
5.10.1  GENERALITES ......................................................................................................................................... 72 
5.10.2  PROTECTION PAR PEINTURE SUR PRODUITS LAMINES NOIRS ................................................................ 73 
5.10.3  PROTECTION PAR PEINTURE SUR PRODUITS LAMINES NOIRS, APRES GRENAILLAGE ............................ 73 
5.10.4  PROTECTION PAR PEINTURE SUR PRODUITS LAMINES PREPEINTS ........................................................ 75 
5.10.5  PROTECTION PAR GALVANISATION ......................................................................................................... 76 
5.10.6  PROTECTION PAR SHERARDISATION ...................................................................................................... 79 
5.11  TOLERANCES GEOMETRIQUES ........................................................................... 79 
5.11.1  GENERALITES ......................................................................................................................................... 79 
5.11.2  TOLERANCES DE FABRICATION ............................................................................................................... 79 
5.11.3  TOLERANCES PREALABLES AU MONTAGE .............................................................................................. 79 
5.11.4  TOLERANCES DE MONTAGE .................................................................................................................... 79 
5.12  CONTROLES, ESSAIS ET REPARATIONS .................................................................. 80 
5.13  ELEMENTS NON INCLUS DANS NF EN 1090-2 ........................................................... 80 
5.13.1  CABLES ACIER INOXYDABLE ................................................................................................................... 81 
5.13.2  CABLES GALVANISES .............................................................................................................................. 84 
5.13.3  APPUI ELASTOMERE ............................................................................................................................... 88 
5.13.4  PROTECTION ELECTRIQUE ...................................................................................................................... 89 
5.13.5  PROTECTION CONTRE LE FEU................................................................................................................. 90 
5.13.6  STRUCTURES MIXTES ACIER BETON ....................................................................................................... 92 

4 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

1. DISPOSITIONS GENERALES

Ce document doit être lu en confrontation avec les plans et le carnet de détail du présent lot
ainsi que les plans architectes et des autres lots en interface.

1.1 OBJET DU PRESENT LOT

L’objet du présent lot concerne la réalisation des travaux de charpente métallique relatifs à :

En base :

 Les butons des niveaux N-4, N-3, N-2, N-1, Niveau Dalle de Couverture et les butons
inclinées
 La structure porteuse et l’ossature d’encoffrement des passerelles des niveaux N-4 et N-
2.
 La structure porteuse et l’ossature d’encoffrement des escaliers mécaniques EM03 à
EM12
 La structure des escaliers fixes Est et Ouest.
 La structure et les caillebottis des grilles de ventilation au niveau Voirie.
 La structure de l’émergence coté hall Pereire.
 Les poteaux des voiles inclinées du niveau N-2.

En option :

 Les poteaux acier des voiles inclinés tous niveau (sauf N-2 inclus en base).

1.2 ÉTENDUE DES PRESTATIONS ET TRAVAUX

L’Entreprise est réputée avoir pris connaissance de la totalité du dossier DCE définissant les
prescriptions particulières de chaque lot et notamment des obligations dues par les entreprises.

Les prestations et travaux prévus au présent lot comprennent :

 l'établissement des calendriers pour les études d'exécution et pour les travaux
 les installations de chantier suivant le Cahier des Clauses Techniques Communes.
 les prototypes,
 l'implantation in situ de l'ensemble des ouvrages,
 les calculs, plans, fourniture, fabrication et mise en œuvre (assemblage et montage) de
tous les ouvrages concernés,
 les travaux préparatoires,

5 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

 la mise à la terre,
 la protection des existants,
 Les chargements, le transport, ainsi que tous les ouvrages de sécurités nécessaires à la
réalisation
 La fourniture, le transport, le stockage, le levage, la mise en place, le réglage et le
scellement des structures et charpentes ainsi que les assemblages de tous les éléments
de charpente métalliques.
 les prestations de protection contre la corrosion,
 les prestations de protection requises pour la stabilité au feu,
 les inserts, connecteurs, etc., nécessaires à toutes les interfaces avec le béton,
 les essais et contrôles ainsi que la mise en place d’un contrôle qualité,
 en particulier, la mise en œuvre des procédures d’ATEx requises dans le présent Livret
ou rendues nécessaires.
 les demandes d'autorisations préalables.
En outre, sont dues par l'Entrepreneur, sans que cette liste soit limitative, les dispositions
suivantes, avant, en cours et après exécution des travaux :

 toute sujétion d'échafaudage et plate-forme permettant l'accès nécessaire à l'installation


des ouvrages ainsi que la sécurité des lieux d'installation (voir Note d'organisation de
Chantier et Notice Hygiène et Sécurité et/ou Notice PGCSPS),
 le nettoyage général des salissures dues à l'exécution des travaux,
 le nettoyage final et l'enlèvement des gravats, déchets, emballages, etc.,
 les réparations des dommages éventuels causés aux installations enfouies dans le sol ou
encourus par celles qui n'auraient pu être décelées avant le commencement des travaux
ou qui auraient été décelées avec une précision insuffisante.
L'Entrepreneur est chargé d'assurer la réalisation complète des ouvrages du présent lot, et ses
prestations comprennent les travaux accessoires nécessaires découlant des études détaillées,
même si ces travaux ne figurent pas sur les plans et documents.

Au cours de la période de préparation, l’entreprise devra soumettre à l’approbation du maître


d’œuvre et du bureau de contrôle les plans de fabrication et de réservations des différents
ouvrages du présent lot.

Les plans respecteront obligatoirement les plans, détails et pièces écrites du dossier architecte,
toute modification devra être faite en concertation avec le maître d’œuvre.

Dans les prix unitaires, l'Entreprise doit tenir compte de l'incidence des poids des éléments
secondaires tels que goussets, raidisseurs, système d'assemblage, et fixations, etc., ainsi que
des peintures et protections à disposer sur les éléments métalliques tels que stipulés dans les
spécifications.

La densité de l'acier à prendre en compte pour les métrés est de 7.85 T/m3.

6 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

1.3 DOSSIER DE CONCEPTION

Les documents projets sur lesquels sont basés les calculs de dimensionnement des ouvrages
de charpente acier et les documents utiles pour la compréhension de cette note comprennent
l’ensemble des livrables des dossiers DCE et PRO. En particulier et sans être exhaustif, les
documents principaux nécessaires à la compréhension de cette note sont :

 Plans fonctionnels architectes


 Doc généraux et livret de gros œuvre
 Plans gros œuvre
 Livret n° 15, Charpente acier
 Plans de charpente :
 Livret n° 16, Charpente acier
 Plans verrière

1.4 DOCUMENTS A FOURNIR

Compte tenu de la mission d'ingénierie, les plans et détails de structure figurant dans les
documents Marché ne sont pas des plans d'exécution des ouvrages [PEO] et ne doivent pas
être considérés comme tels. Les dimensions sont fournies à titre indicatif, sous réserve de
celles obligatoires pour des raisons architecturales.

L'Entrepreneur devra dresser lui-même tous les plans d'exécution, de détail, d'atelier et de
chantier nécessaire à la parfaite définition et exécution des ouvrages.

Ces plans seront soumis au visa du Maître d'Œuvre et du contrôleur technique avant le début
de toute réalisation, accompagnés de toutes les notes de calculs justificatifs.

L’entrepreneur fournira un programme des études d’exécution comprenant la liste


prévisionnelle des documents à fournir ainsi que le calendrier prévisionnel de production de ces
documents, avant et après synthèse. Cette étude d’exécution doit comprendre les documents
suivants (liste non limitative) :

 hypothèses de calculs avec la liste des textes normatifs et la date de la dernière édition,
 descentes de charges,
 justification des effets du vent étayée, le cas échéant, par des essais en soufflerie sous la
responsabilité et à la charge de l'Entreprise,
 justification des effets du séisme ;
 justification de la classe de service de l’ouvrage ;
 notes de calculs de dimensionnements,
 notes de calculs de tous les assemblages (les plus compliqués étant, si nécessaire,
vérifiés avec des calculs aux éléments finis),
 plans d'exécution des ouvrages,
 plans d'atelier et de chantier,

7 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

 fiches techniques des matériaux et agrément,


 échantillons représentatifs nécessaires aux prises de décision du Maître d'Œuvre.
Avant la réception des travaux, l'Entrepreneur doit fournir à la Maîtrise d'Ouvrage l'ensemble
des plans réellement exécutés avec la mention DOE conformément au CCAP ou CCTC.

Si nécessaire, les points de prise pour la manutention, les points d'élingage pour le levage et
les précisions relatives à la nature, aux modes de fixation et à la programmation de la mise en
place des contreventements provisoires et du retrait de ces derniers pourront être précisés.

Toutes les attestations concernant la qualification de l’entreprise (Qualibat, certification de


produit ou d’entreprise, etc...) seront systématiquement jointes à l’offre de l’entreprise.

Toutes les demandes complémentaires ou modifications demandées par l’entreprise seront à la


charge financière de l’entreprise.

1.5 VARIANTES

Si l'Entreprise propose des modifications, celles-ci doivent recevoir l'accord du Maître d'Œuvre
et du contrôleur technique. Cette solution variante inclut le coût des incidences éventuelles sur
les autres corps d'état ainsi que tous les frais d'études consécutifs.

En tout état de cause, elles ne doivent pas remettre en cause la définition architecturale tant au
niveau de l’aspect fini que des fonctionnalités.

Les variantes doivent se limiter aux choix des méthodes de réalisation, sans incidence sur les
autres corps d’états.

1.6 OPTIONS

Le marché du lot Charpente comprend une seule option concernant les poteaux acier des
voiles inclinés tous niveau (sauf N-2 inclus en base) qui correspondent à une variante aux
voiles béton en base.

L’arbitrage entre solution de base béton ou variante acier n’a pas encore réalisé à la date de
rédaction de ce document.

1.7 RAPPELS GENERAUX

1.7.1 PROTECTION ET PREVENTION DES ACCIDENTS

Le chantier est soumis aux dispositions du décret n°94-1159 du 26/12/94 pris en application de
la loi n°93-1418 du 31/12/93.

8 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

Est joint au dossier de consultation, le PGC rédigé par le coordonnateur chargé de l’opération;
ce document est contractuel et défini les principes à mettre en œuvre pour assurer la sécurité
du travail.

L'Entreprise devra se conformer aux règlements de sécurité en vigueur et notamment à la loi du


6 décembre 1976 et à ses décrets d'application du 9 juin et 13 août 1977. Elle doit en particulier
:

 Mettre en place tous les dispositifs assurant la sécurité du chantier, des voies publiques
et des voies privées.
 Mettre en place des gardiens pour toutes interventions sur la voie publique.
 Ne pas charger les camions sur la voie publique sauf autorisations particulières obtenues.
 Fournir et poser des panneaux de sécurité en voirie, aux sorties de chantier, après avoir
obtenu l'autorisation de l'Administration compétente.
L'Entrepreneur sera exclusivement responsable de tous les accidents de quelque nature qu'ils
soient à dater de l'ordre de service de commencer les travaux. Il doit être titulaire d'une Police
d'Assurance couvrant sa responsabilité civile.

Il doit également se conformer au texte approuvé le 11 juin 1980, par le COMITÉ TECHNIQUE
NATIONAL DES INDUSTRIES DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS, concernant les
mesures de prévention des accidents et mesures d'hygiène, ainsi qu'aux mesures
réglementaires du titre VI du décret du 8 janvier 1965.

L’entreprise, pour limiter les risques liés à la mise en œuvre du présent lot, se référera à l’aide-
mémoire PPSPS 6 du guide pratique de l’OPPBTP. Elle indiquera notamment les dispositions
prises pour éviter les accidents et assurer la sécurité des personnes et des biens aux abords du
chantier lors des principales opérations de préparation, de levage et de stabilisation de l’édifice.

L’entreprise indiquera les dispositions prises pour éviter les accidents lors des opérations
suivantes :

 implantation - piquetage
 aménagement des abords
 aménagement des zones de stockage et de circulation au sol
 approvisionnement du chantier
 opérations de levage
 assemblages en élévation
 travaux divers

1.7.2 RESPONSABILITE

L'Entreprise sera entièrement et exclusivement responsable de la protection et de la bonne


tenue des immeubles voisins. Elle devra être titulaire d'une assurance spéciale, couvrant les
risques aux existants pendant toute la durée du chantier et qui garantira, avec renonciation aux
recours, le Maître d'Ouvrage et le Maître d'Œuvre contre tous recours des voisins.

Par ailleurs, l'Entreprise devra réparer à ses frais, toutes dégradations de son fait causées aux
ouvrages de la voie publique ainsi qu'aux propriétés privées voisines, affectées par les travaux
et garantira le Maître d’Ouvrage et le Maître d’Œuvre de tout recours à ce sujet.

9 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

1.7.3 LEVAGE ET STABILITE EN PHASE PROVISOIRE

La manutention et le levage des éléments de charpente doivent être effectués conformément


aux indications portées sur les plans d’exécution.

Toutes les précautions devront être prises pour assurer la stabilité en phase provisoire.

Les fermes et poutre treillis sont conçues pour reprendre des efforts dans leur propre plan. Il est
donc recommandé de les maintenir verticales au cours de toute manutention manuelle ou
mécanique.

Les haubans qui servent au montage et au levage de la charpente peuvent servir à assurer la
stabilité provisoire de cette charpente. Le nombre, la section, l’amarrage, l’ancrage ainsi que la
capacité du sol à assurer cet amarrage doivent être suffisants.

Des contreventements provisoires peuvent être disposés.

Une parfaite coordination des opérations est nécessaire. Les haubans ne peuvent pas être
enlevés avant la pose du contreventement définitif.

Lors du levage l’entrepreneur veillera à ne pas endommager les éléments, tant dans leurs
qualités structurelles que visuelles.

Dans le cas d’une mise en œuvre différée de la couverture sur la charpente, aucune altération
d’aspect ou structurelle (brunissement grisaillement ou bleuissement isolés, choc, délamination)
ne sera tolérée sur les éléments de charpente. Si l’un des éléments de charpente est jugé
dégradé par le Maitre d’Œuvre, il sera repris suivant des prescriptions visés par le Maitre
d’Œuvre ou changé.

Une réception des éléments aura lieu :

 A la livraison des pièces sur site ;


 Au montage ;
 A la réception finale.

1.7.4 FINITION

1.7.4.1 Avant réception

L'Entreprise est tenue d'assurer d'elle-même, avant la réception, le bon achèvement de ses
travaux et de procéder pour sa part aux finitions et mises au point qui s'y rapportent.

A cette fin, l'entreprise désignera nommément au Maître d'Oeuvre le ou les compagnons mis à
la disposition d'un agent choisi parmi le personnel de l'entreprise pour terminer les travaux en
temps voulu.

10 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

En cas de défaillance ou de négligence caractérisée de l'entreprise, le Maître d'Oeuvre pourra


la mettre en demeure par simple lettre recommandée, d'avoir dans un délai de 48 heures, à
entreprendre, poursuivre et achever les travaux de finition de ses ouvrages. Passé ce délai
sans que la mise en demeure ait reçu effet, le Maître de l'Ouvrage pourra confier ces travaux à
toutes autres entreprises de son choix, aux frais, risques et pour le compte de l'entreprise
considérée défaillante, sans préjudice de tous les dommages intérêts qui pourraient lui être
réclamés.

1.7.4.2 Après réception

La réception une fois prononcée et pendant la période de garantie contractuelle, l'entreprise


doit réparer les imperfections de construction révélées par la mise en fonction de l'ouvrage.

1.7.5 METRES

Dans les prix unitaires, l'entreprise doit tenir compte de l'incidence des poids des éléments
secondaires tels que goussets, système d'assemblage, et fixations etc., ainsi que des
peintures, produits de traitement et finition à disposer sur les éléments métalliques tels que
stipulés dans les spécifications.

1.7.6 GESTION DE LA QUALITE

L'Entrepreneur, pouvant justifier au sein de ses établissements de l'existence d'une


organisation permanente de la Qualité conforme à la norme ISO 9001, est rendu autonome en
matière de Qualité, il doit toutefois pouvoir justifier à tout moment et sur simple demande du
Maître d'Œuvre ou de l'un de ses représentants, de la réalité de la mise en œuvre du plan
qualité établi pour l'exécution du Marché et approuvé préalablement à sa mise en vigueur.

Ce plan d'assurance qualité, soumis au Maître d'Œuvre pendant la période de préparation


contient notamment :

 l'organigramme détaillé et nominatif du chantier,


 l'organisation du contrôle interne,
 la description des méthodes de mise en œuvre et des matériaux et matériels utilisés,
 la description des contrôles et de l'organisation de ceux-ci,
 les points critiques et les points d'arrêt,
 le traitement des non- conformités.

Les documents Afnor de la sous-classe X50, intitulée « Relations fournisseurs-utilisateurs,


durée de vie, qualité, analyse de la valeur », seront utilement consultés, notamment

 X 50-109. Gestion de la qualité, vocabulaire ;


 X 50-110. Recommandations pour un système de gestion de la qualité à l´usage des
entreprises ;

11 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

 NF X 50-111. Guide pour la sélection des dispositions pour l´assurance de la qualité dans
les relations client-fournisseur ;
 NF X 50-112. Audit qualité dans les relations client-fournisseur ;
 NF X 50-113. Gestion de la qualité, guide pour l´établissement d´un manuel qualité ;
 X 50-114. Manuel qualité, questionnaire guide pour la rédaction d´un manuel qualité.

Par ailleurs, l’entreprise respectera en termes de qualité le cadre de la norme EN1090 régissant
l’exécution des structures en acier et aluminium.

1.7.7 GARANTIES

Les garanties de l'Entrepreneur prennent effet à la mise à disposition de l’ouvrage complet.

Avant l'intervention en garantie, l'entreprise devra assurer :

 La révision de ses ouvrages dans le cadre de la garantie d'un an dite « de parfait


achèvement » par application de l'article 1792 de la loi 78.12 du 4 janvier 1978.
 La réparation des désordres de toutes natures qui pourraient mettre en cause la garantie
biennale dite de « bon fonctionnement ».
 La réparation des désordres atteignant les fonctions majeures, principalement l'étanchéité
à l’eau, couvertes par la garantie décennale au titre du clos et couvert du bâtiment.
 L’intégrité structurelle, l’aspect et l’étanchéité contre les effets du vieillissement ou les
phénomènes extérieurs prévisibles lors de la conception et hors vandalisme, pour la
durée de vie de l’ouvrage.
Les joints extrudés, les joints profilés, les joints en produits pâteux et les bandes d'étanchéité
devront avoir la garantie décennale au minimum.

L’entrepreneur aura à sa charge les travaux des autres corps d'états consécutifs à la révision,
la réparation ou le remplacement des ouvrages défectueux.

1.7.8 LIMITES DE PRESTATIONS

1.7.8.1 Généralités

Le présent chapitre définit les limites de prestations et des ouvrages compris dans le cadre de
ce livret. Il appartient à l'Entrepreneur de préciser ces limites avec les entreprises et sous-
traitants en charge des ouvrages en interface.

Les interfaces font l’objet de plans de synthèse, réalisés conjointement par les entreprises
concernées et représentant l’intégralité des pièces et éléments composant l’interface.

12 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

1.7.8.2 Gros œuvre béton

DESCENTE DE CHARGES ET CONCEPTION DES APPUIS

L'Entrepreneur transmet en temps utiles aux intervenants concernés les descentes de charges
des ouvrages de charpente sur les ouvrages servant d'appuis. Ces derniers sont dimensionnés,
renforcés et stabilisés, par les intervenants qui en ont la charge, pour résister à ces efforts.

Pour la conception de ses ouvrages et des détails d'ancrage, les ouvrages de charpente
doivent tenir compte des tolérances et des déformations permanentes et variables attendues
aux appuis.

RESERVATIONS, PERCEMENTS, CHEVILLAGES, REBOUCHAGES DANS LES OUVRAGES EN BETON


Réservations : sont compris sous ce vocable les trémies, baies, fourrures, feuillures, encoches
définies avant l'exécution des ouvrages en béton et à réserver lors de la réalisation de ceux-ci.

Les réservations devront être notifiées sur les plans d'exécution du gros œuvre béton.

Percements : sont compris sous ce vocable les mêmes travaux que ci-dessus, mais qui sont
exécutés après les ouvrages en béton, et à l'exclusion des chevillages.

Les percements sont exécutés par l’Entreprise réalisant les ouvrages en béton.

Chevillages : les chevillages sont exécutés directement par l’intervenant en charge des
ouvrages de charpente acier, après accord du Maître d'Œuvre et du Génie Civil en
respectant les zones et profondeurs autorisées par ceux-ci.

Rebouchages : sont compris sous ce vocable les travaux de rebouchage ou calfeutrement


des réservations ou percements dans le béton. Les rebouchages sont exécutés
directement par l’intervenant en charge des ouvrages de charpente acier.

Coulis et mortier de calage : les coulis et mortier de calage sont dans le périmètre des
ouvrages de charpente acier.

FIXATIONS DES ELEMENTS DE CHARPENTE DANS LE GROS-ŒUVRE BETON

Sont compris comme faisant partie des ouvrages de charpente :

 L’établissement au stade de l’exécution des efforts à reprendre par le gros œuvre et de


leur localisation ainsi que le principe de détail d’assemblage pour reprendre les
tolérances du gros œuvre.

13 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

 La fourniture, les plans d’implantation, puis la réception des platines d’ancrage et de leurs
percements.
Ne sont pas compris comme faisant partie des ouvrages de charpente :

 La pose des ancrages fournis par l’entreprise de charpentes conformément à ses


spécifications et le calfeutrement des réservations dans le gros œuvre.

PROTECTION FEU DES CHARPENTES

La protection feu de l’ensemble des charpentes est à la charge de l’entrepreneur réalisant les
ouvrages de charpente.

L’entrepreneur doit la mise au point, la justification de toutes les protections assurant la stabilité
feu des charpentes requise par la notice incendie. (Peinture intumescente, flocage, plaque de
plâtre, remplissage béton).

L’entrepreneur devra la fourniture des protections incendies par peinture intumescente,


flocages et en coffrage plâtre ou peinture.

1.7.8.3 Electricité et Courants Faibles

D’une manière générale, sont inclus dans les ouvrages de charpente les attaches ou
réservations pour le passage des fourreaux ou appareils électriques ainsi que les attente des
suspentes et accroches nécessaires aux équipements électriques

Ces éléments seront réalisés conformément aux demandes du Maître d'Œuvre et/ou des
spécifications des livrets « Electricité » et « Courants Faibles »

Ne sont pas compris comme faisant partie des ouvrages de charpente :

 Les plans d’implantation, puis la réception des perçages et réservations avant application
de la protection anti-corrosion.
 La fourniture et la pose des éléments support d’équipement électrique.

Mise à la terre

L'entrepreneur relie tout ouvrage métallique aux bornes en attente du circuit de terre (à
coordonner avec le lot Electricité).

1.7.8.4 Peinture

L'entrepreneur prévoit la mise en peinture – qu’il s’agisse d’une protection standard ou


intumescente – de tous ses ouvrages. Autant que faire se peut, les éléments de charpente, les
tôleries… seront livrés peints sur site.

L’entrepreneur doit également prévoir une campagne de raccords et retouches sur site pour
finition homogène.

14 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

1.7.8.5 Verrière

L'Entrepreneur en charge des ouvrages de charpente acier met au point les détails d’appuis
des éléments de charpente de la verrière sur les butons du niveau Hall Pereire.

L’entrepreneur a à sa charge la mise en place des toute les pièces de fixation en attente sur les
butons nécessaires à la mise en place sur site des bracons de la verrière.

1.7.8.6 Menuiseries

Les titulaires des lots Charpente et Façade définiront conjointement, dès le démarrage des
études, les points d’interface suivants :

 Définition des charges (implantation, valeur, concomitance) appliquées par les façades
sur la structure.
 Tolérance d'exécution des ouvrages aux points d'interface.
Sont compris au présent lot :

 Les perçages et réservations sur la charpente primaire avant application de la protection


anti-corrosion, en attente des accroches nécessaire aux façades.
Ne sont pas compris au présent lot :

 Les plans d’implantation, puis la réception des perçages et réservations avant application
de la protection anti-corrosion (au lot Façades).

1.7.8.7 CVC

D’une manière générale, les ouvrages de charpente acier comprennent les attaches ou
réservations pour le passage des gaines de fluides, conformément aux plans du Maître d'Œuvre
et des lots concernés.

Les points d’interface suivants entre corps d’état seront définis conjointement, dès le
démarrage des études par chacun des intervenant/sous-traitant de l’Entreprise :

 Définition des charges (implantation, valeur, concomitance) appliquées par les gaines de
ventilation.
Sont compris comme faisant partie des ouvrages de charpente :

 Les perçages et réservations sur la charpente primaire avant application de la protection


anti-corrosion, en attente des suspentes et accroches nécessaires aux gaines de
ventilation.
Ne sont pas compris au présent lot :

 Les plans d’implantation, puis la réception des perçages et réservations avant application
de la protection anti-corrosion.
 La fourniture et la pose des éléments support des gaines de ventilation.

15 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

2. HYPOTHESES DE CONCEPTION - BASES DE CALCUL

Les structures en acier de la Gare Porte Maillot sont conçues dans le cadre des textes
réglementaires, de l’état de l’art et des exigences et performances spécifiques définies dans la
suite de ce document.

2.1 DESTINATION DES OUVRAGES

L’ensemble des ouvrages en acier de la Gare Porte Maillot sont de deux natures distinctes.
D’une part les butons et les poteaux des voiles inclinés sont des ouvrages qui participent aux
structures du génie civil de la gare et sont nécessaires pour la résistance structurelle de la gare
à ciel ouvert. Ils doivent donc être réalisés et mis en œuvre en concertation avec les ouvrages
de Gros Œuvre Génie Civil. En particulier, une synthèse en étude et en réalisation entre ces
ouvrages est à prévoir. Par ailleurs, les butons sont également en interface avec de nombreux
ouvrages de la gare (passerelles, verrière, escaliers mécaniques et escaliers fixes) car servant
d’appuis à ces derniers.

Les autres ouvrages (passerelles, escaliers mécaniques, escaliers fixes, grilles et émergence)
sont nécessaires pour le fonctionnement de la gare en exploitation. Il s’agit d’ouvrages
structurellement indépendants du Génie Civil de la Gare Porte Maillot. Ils devront néanmoins
être réalisés en tenant compte des contraintes de mise en œuvre et du phasage général du
chantier.

2.2 CLASSEMENT DU CHANTIER

Deux catégories d’utilisations (au sens de l’Eurocode 0 Tableau 2.1 Chapitre 2.3 (NF EN 1990
mars 2003 sont retenues pour les ouvrages de charpente de la gare :

 Catégorie 4 (50 ans. Structures de bâtiments et autres structures courantes) pour les
ouvrages de structure secondaire tels que escaliers fixes, ossatures d’encoffrement,
émergence, structure des grilles.
 Catégorie 5 (100 ans. Structures monumentales de bâtiments, ponts, et autres ouvrages
de génie civil) pour les ouvrages de structure primaire : butons, voiles inclinés et
structures porteuses des passerelles et escaliers mécaniques.

En application de l’EN1990 ey en référence à l’article 2.2(3) les différentes parties des


structures sont classées comme suit :

 Classe CC2 (Conséquence moyenne en termes de vie humaine ou conséquences


économiques, sociales ou d’environnements considérables.) pour les ouvrages de
structure secondaire tels que escaliers fixes, ossatures d’encoffrement, émergence,
structure des grilles.
 Classe CC3 (Conséquence élevée en termes de vie humaine ou conséquences
économiques, sociales ou d’environnements très importante) pour les ouvrages de
structure primaire : butons, voiles inclinés et structures porteuses des passerelles et
escaliers mécaniques.

16 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

L’ensemble des ouvrages de charpente sont en catégorie de service SC1 (pas de calcul en
fatigue ni sismique). En application de l’EN1090-2 (l’article 4.1.2 et à l’annexe B de l’EN1090-2),
les classes de production retenues sont:

 Classe EXC2 pour les ouvrages de structure secondaire tels que escaliers fixe, ossature
d’encoffrement, émergence, structure des grilles.
 Classe EXC3 pour les ouvrages de structure primaire : butons, voiles inclinés et
structures porteuses des passerelles et escaliers mécaniques.

2.3 CORROSIVITE DE L’ATMOSPHERE

Au sens de la norme EN ISO 12944-2, l’environnement du projet entre dans la classe C3


« Atmosphère aérienne et corrosivité moyenne » applicable aux charpentes acier extérieures
en zone courante.

2.4 MATERIAUX

 Caractéristiques mécaniques des aciers


 Module d’élasticité longitudinale : E = 210 000 MPa
 Coefficient de poisson : ν = 0.3
 Masse volumique : ρ = 7850 kg/m3
 Coefficient de dilatation : λ = 1.2. 10-5 /°C
 Tableau des propriétés de l’acier :
Désignatio
fy N/mm² fu N/mm²
n
S460 460 530
S420 420 500
S355 355 490
S275 275 410
S235 235 340
Avec :
fy : Limite d’élasticité (limite conventionnelle à 0.2%)
fu : Resistance à la traction

Dans la vérification, la valeur de fy est adaptée à l’épaisseur conformément à


la norme produit.

 Caractéristiques mécaniques des câbles


 Module d’élasticité longitudinale : E = 163 000 MPa
 Masse volumique : ρ = 8320 kg/m3
 Coefficient de dilatation : λ = 1.2. 10-5 /°C

17 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

2.5 CHARGES

Les hypothèses de charges sont définies suivant les normes en vigueur. L’entreprise en charge
du présent lot devra à minima considérer pour le dimensionnement des ouvrages les
hypothèses de charges définies ci dessous.

Ces définition de charges ne sont pas exhaustives et ne sont pas à considérer sans vérification
pour les études d’exécution. L’entreprise devra vérifier ces charges pendant les études
d’exécution afin de définir les cas de charges qui pourraient être plus défavorables que ceux
décrits dans ces documents annexes.

2.5.1 BUTONS

2.5.1.1 Efforts de soutènement

Les efforts de soutènement transférés sur les butons par les liernes sont reportés dans le
tableau ci-dessous. Le titulaire du marché devra réévaluer ces efforts à partir de ses propores
études d’éxécution.

Pour le dimensionnement des butons, l’enveloppe de ces deux jeux de résultats sera prise en
compte (valeur encadrée en rouge dans le tableau).

2.5.1.2 Charges permanentes – hors efforts de soutènement

Les charges permanentes retenues pour le dimensionnement des butons sont les suivantes :

 Poids propre des profilés .


 Butons support de la verrière (niveau hall): selon les descentes de charges (DDC).

18 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

 Butons support des passerelles (niveau N-2 et N-4): selon les descentes de charges (voir
2.5.2 pour les hypothèses associées).

2.5.1.3 Charges d’exploitation – hors efforts de soutènement

Les charges d’exploitation retenues pour le dimensionnement des passerelles sont les
suivantes :

 Butons support de la structure de la verrière : selon DDC


 Butons support de la structure des passerelles : selon DDC (voir pour les hypothèses
associées).
 Charge de maintenance : à ce stade il n’y a pas de notice détaillant les interventions
ultérieure lourde pouvant nécessiter de suspendre des charges aux butons. Néanmoins
dans le cadre des études sur les butons les cas de charge suivants seront pris en
compte :
 Butons des niveaux N-4 et N-3 : suspension d’une charge de 10t (au-dessus
des quais ou au-dessus des voies).
 Butons des niveaux RDC, N-1 et N-2 : pas de charge prise en compte.

2.5.1.4 Autres charges

 Charges climatiques : non applicables.


 Charges thermiques : non significatives. Les déformées et réactions seront néanmoins
fournies dans le cadre de la DDC des butons.

2.5.2 PASSERELLES

2.5.2.1 Charges permanentes

Les charges permanentes retenues pour le dimensionnement des passerelles sont les
suivantes :

 Poids propre des profilés : selon calculs.


 Réaction des escaliers mécaniques ou fixes : selon DDC (voir 2.5.3 pour les hypothèses
associées).
 Charges diverses (réseaux, éclairage, signalisation, etc) : 20 kg/m2.
 Revêtement en marbre - épaisseur de chape + dalle 10cm (option conservatrice –
variante en platelage bois possible) : 260 kg/m2.
 Passerelles N-2 ; habillage en façade, sous face et toiture : vêture acier intérieure et
extérieure + complexe CF1/2H : 30 kg/m2.
 Passerelle N-4 ; cloisons vitrées et menuiseries aluminium : 75 kg/m2.

19 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

2.5.2.2 Charges d’exploitation

Les charges d’exploitation retenues pour le dimensionnement des passerelles sont les
suivantes :

 Charge d’exploitation sur le plancher : Q = 500 kg/m2. Cette charge sera appliquée sur la
zone la plus défavorable. Notamment, des cas de chargement dissymétriques seront
définis pour maximiser la torsion de la passerelle.
 Charge d’exploitation – réaction des escaliers mécaniques ou fixes : selon DDC (voir
2.5.4 pour les hypothèses associées).
 Charge d’entretien en toiture : Q = 80 kg/m2 appliquée sur une surface de 10m2 et
supposée non cumulable avec les charges d’exploitation.
 Charge de garde-corps sur les menuiseries/habillages : force horizontale de 300kg/ml
appliquée à 1m du sol.

2.5.2.3 Autres charges

 Charges climatiques : non applicables.


 Charges thermiques : non significatives. Les déformées et réactions sur les voiles
inclinés seront néanmoins fournies dans le cadre de la DDC des butons.

2.5.3 ESCALIERS MECANIQUES

2.5.3.1 Charges permanentes

Les charges permanentes des escaliers mécaniques prévues sont les suivantes :

 Escalators EM11 à EM12 :


 Appui bas (niveau N-4) : 24kN – interface GO béton / lot ascenseur
 Appuis haut (niveau N-2) : 21kN
 Appuis intermédiaires : 47 kN pour l’appui intermédiaire en bas et 44 kN pour
l’appui intermédiaire en haut.

 Escalators EM03 à EM10 :


 Appui bas (niveau N-6) : 16kN – interface GO béton / lot ascenseur
 Appuis intermédiaires : 40 kN – 50 kN – 50kN – 40 kN
 Appuis haut (niveau N-2) : 17,5 kN
Ces charges sont à appliquer au droit de chaque appuis sur chaque poutre longitudinale.

20 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

Les autres charges permanentes retenues pour le dimensionnement des structures porteuses
des escaliers mécaniques ou des ossatures des encoffrement sont les suivantes :

 Poids propre des profilés : selon calculs en cours.


 Charges diverses (réseaux, éclairage, signalisation, etc) : 10 kg/m2.
 Passerelle N-2 ; habillage en façade, sous face et toiture : vêture acier intérieure et
extérieure + complexe CF1/2H : 30 kg/m2.

2.5.3.2 Charges d’exploitation

Les charges d’exploitation retenues pour le dimensionnement des structures escaliers


mécaniques sont les suivantes :

 Charge d’exploitation sur l’escalier : Q = 500 kg/m2. Cette charge sera appliquée sur la
zone la plus défavorable. Notamment, des cas avec une seule travée chargée seront
définis.
 Charge d’entretien en toiture : Q = 80 kg/m2 appliquée sur une surface de 10m2 et
supposée non cumulable avec les charges d’exploitation.
 Fonction garde-corps assurée l’escalier mécanique. Pas de charge de garde-corps sur
l‘encoffrement à prendre en compte.

2.5.3.3 Autres charges

 Charges climatiques : non applicables.


 Charges thermiques : non significatives. (Les structures porteuses seront conçues pour
éviter les bridages)

2.5.4 ESCALIERS FIXES

2.5.4.1 Charges permanentes

Les charges permanentes retenues pour le dimensionnement des escaliers fixes sont les
suivantes :

 Poids propre des profilés : selon calculs.


 Charges diverses (réseaux, éclairage, signalisation, etc) : 10 kg/m2.
 Marches et revêtement des paliers (lames de bois Ep 5cm) : 40 kg/m2.
 Paliers toute largeur (revêtement en marbre - épaisseur de chape + dalle 10cm (option
conservatrice – variante en platelage bois possible) : 260 kg/m2.
 Garde-corps : 50 kg/ml.

21 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

2.5.4.2 Charges d’exploitation

Les charges d’exploitation retenues pour le dimensionnement des escaliers fixes sont les
suivantes :

 Charge d’exploitation sur le plancher : Q = 500 kg/m2. Cette charge sera appliquée sur la
zone la plus défavorable. Notamment, des cas de chargement dissymétriques seront
définis pour maximiser la torsion des escaliers fixes.
 Charge de garde-corps : force horizontale de 300kg/ml appliquée à 1m du sol.

2.5.5 EMERGENCE

2.5.5.1 Charges permanentes

Les charges permanentes retenues pour le dimensionnement des structures de l’émergence


sont les suivantes :

 Poids propre des profilés : selon calculs.


 Habillage en panneaux de verre pareclosés : non pris en compte (ossature aluminium
posée au sol).
 Complexe de toiture : 150 kg/m2
 Charge ascenseur : 2t/point de levage (3 points au-dessus de chaque cabine).

2.5.5.2 Charges d’exploitation

Les charges d’exploitation retenues pour le dimensionnement des structures de l’émergence


sont les suivantes :

 Charge d’exploitation en toiture : Q = 80 kg/m2.


 Charge type garde-corps : force horizontale de 300kg/ml appliquée à 1m du sol.

2.5.5.3 Autres charges

 Charges climatiques : selon Eurocodes.


 Charges thermiques : selon Eurocodes.

2.5.6 GRILLE DE VENTILATION

2.5.6.1 Charges permanentes

Les charges permanentes retenues pour le dimensionnement des structures des grilles de
ventilation sont les suivantes :

 Poids propre des profilés : selon calculs.


 Grilles caillebottis lourd : 100 kg/m2

22 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

2.5.6.2 Charges d’exploitation

Les charges d’exploitation retenues pour le dimensionnement des structures des grilles de
ventilation sont les suivantes :

 Charge d’exploitation sur le plancher : Q = 500 kg/m2. Cette charge sera appliquée sur la
zone la plus défavorable. Notamment, des cas de chargement dissymétriques seront pris
en compte.
 Charge roulante : Charges définies par analogie avec la catégorie G de l’EC1-1-1 (Aire de
circulation et de stationnement de véhicules de poids moyen – Ex voie d’accès, voie de
livraison et zones accessible aux véhicules de lutte incendie). Charge par essieu Qk =
160kN appliquée selon le schéma ci-dessous.

 Charge spécifique en cas d’entretien/maintenance ou pour le remplacement d’un


équipement (notamment local dry cooler) : à préciser après étude de la maintenance.

2.5.7 VOILES INCLINES

2.5.7.1 Efforts de soutènement

Les voiles inclinés participant aux structures d’ensemble de génie civil de la gare, ils sont donc
sollicités sous les charges de soutènement permanentes. Le titulaire du marché devra évaluer ces
efforts à partir de ses propores études d’éxécution.

2.5.7.2 Charges permanentes

Les charges permanentes retenues pour le dimensionnement des poteaux des voiles inclinés
sont les suivantes :

 Poids propre des profilés : selon calculs.


 Habillage en panneaux béton préfa (Ep 15cm) : 390 kg/m2
 Menuiseries et vitrages du déambulatoire niveau N-2 : non pris en compte (menuiseries
supposées posées sur la dalle du N-2).

23 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

2.5.7.3 Charges d’exploitation

Les charges d’exploitation retenues pour le dimensionnement des poteaux des voiles inclinés
sont les suivantes :

 Charge type garde-corps : force horizontale de 300kg/ml appliquée à 1m du sol.


 Charges d’exploitation appliquées sur les différents planchers à l’intérieur de la gare :
selon calcul d’exécution de l’entreprise.
 Charges d’exploitation appliquées sur le sol à l’extérieur de la gare et transitant dans les
voiles inclinées : selon calcul d’exécution de l’entreprise.

2.6 COMPORTEMENT DYNAMIQUE

Le comportement dynamique de des ouvrages susceptibles d’être mis en vibration par la


marche des piétons sera assuré par un contrôle des fréquences propres qui devront se situer
en dehors des plages d’excitation par une foule.

Conformément au guide du Setra – Passerelles piétonnes ; évaluation du comportement


vibratoire sous l’action des piétons – les structures porteuses de la verrière présenteront des
fréquences supérieures ou égales à (risque de mise en résonance négligeable) :

 5 Hz pour les modes vibratoires verticaux.


 1Hz pour les modes vibratoires horizontaux.

2.7 RIGIDITE ET TASSEMENTS DIFFERENTIELS

La charpente s’appuie sur des ouvrages de gros œuvre distincts.

Les raideurs propres à chaque appui et les mouvements différentiels devront être pris en
compte au plus proche de la réalité. L’Entreprise se rapprochera en ce sens du responsable
des études d’exécution génie civil béton.

2.8 STABILITE AU FEU

Se reporter aux exigences mentionnées dans la notice de sécurité.

Pour mémoire les tenues au feu suivantes sont prévues :

 R30 pour les structures des escaliers fixes et les ossatures d’encoffrement des
passerelles et des escaliers mécaniques.
 R120 pour les butons et les structure porteuses des passerelles et escalier mécaniques.

24 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

2.9 DEFORMATIONS ADMISSIBLES

La portée de calcul est prise entre point d’épure. Pour les porte-à-faux, la portée de calcul est
prise égale au double de la portée.

Dans tous les cas, les flèches des structures acier respecteront les recommandations du §1-1-
7.2 de l’Eurocode 3, la NF EN 1993-1-1 d’octobre 2005 et son Annexe Nationale (mai 2007) qui
reportées pour mémoire ci-dessous.

Compte tenu de la nature des ouvrages de charpente prévus, on évitera dans la mesure du
possible les contre-flèches.

Tableau 1 de la NF EN 1993-1-1/NA (mai 2007)

2.10 MODELISATION D’ENSEMBLE ET PRINCIPES CONSTRUCTIFS

2.10.1 GENERALITES

Le logiciel utilisé par l’entreprise pour la modélisation devra être agréé par le bureau de
contrôle.

Les notes de modélisation doivent présenter (liste non exhaustive) :

 les principes de modélisation adoptés ;


 les différents types d’analyse, et les méthodes utilisées ;
 le traitement des singularités ;
 les conditions d’appuis ;

25 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

 les vues d’ensemble et vues détaillées des modèles (vues en plan de chaque niveau et
élévation des files et des voiles), avec numérotation des nœuds, des éléments et
caractérisation des types d’éléments ;
 les bilans des masses détaillés en dissociant les masses propres modélisées, les masses
propres ajoutées et les masses d’exploitation ;
 la description détaillée des chargements ;
 la description détaillée des combinaisons ;
 la description détaillée des matériaux et de leurs propriétés selon les combinaisons ;

2.10.2 CALCULS DE DETAILS ET MODELISATION LOCALES

Une attention particulière doit être portée sur les points suivants (liste non exhaustive) :

 analyse du cheminement des efforts dans l’ensemble du système ancrage dans les
ouvrages béton.
 conception des liaisons pour assurer le transfert des efforts entre éléments. Les
assemblages tridimensionnels feront l’objet de modélisation volumique 3D ;
 Prise en compte des jeux ;
 Impact de la prétention et précontrainte des éléments ;
 traitement des singularités, non linéarité...

26 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

3. DESCRIPTION DES OUVRAGES EN BASE

3.1 GENERALITE

3.1.1 PRESENTATION

Dans suite de cette section sont décrits tous les ouvrages de charpente compris et détaillé dans
ce livret. Ces ouvrages sont regroupés par famille en fonction de leur destination.

Pour chaque type d’ouvrage une présentation générale donne les exigences de conception, de
réalisation ainsi que les points de vigilance communs à l’ensemble des éléments de l’ouvrage.
Cette description générale est complétée par une description détaillée systématique de tous les
éléments de l’ouvrage.

3.1.2 PRINCIPE GENERAUX DE CONCEPTION

L’ensemble des éléments définis dans cette section sont répertoriés en position selon les
éléments du dossier de conception et plans architecte. La description des éléments renvoie aux
spécifications techniques détaillées pour la qualité et les performances des matériaux, des
produits et systèmes employés, et pour leur mise en œuvre sur l’ouvrage.

Les dimensions des profils incluses dans les descriptions détaillées, dans la note de calcul sont
données à titre informatif (et non contractuel) et issues d’un calcul de pré-dimensionnement, ne
contredisent pas la nature forfaitaire des ouvrages de charpente métalliques. Dans tous les cas
les dimensions extérieures des profils devront être respectées.

En général, les axes neutres des éléments composant un assemblage sont épurés sur le
nœud, sauf spécification contraire dans le dossier marché. En cas d’excentrement, les efforts
engendrés sont pris en compte dans le dimensionnement.

3.1.3 MODE DE CONSTRUCTION DE L’OUVRAGE – PRINCIPES GENERAUX

3.1.3.1 Généralité

L’Entrepreneur doit établir dans le cadre du PAQ une note détaillant le mode de construction de
la structure métallique en indiquant notamment le phasage et les méthodes de fabrication en
atelier, les modes de transports, de manutention et de levage, et la séquence de montage sur le
chantier.

Le mode de construction doit être fixé en tenant compte des principes explicités ci-dessous.

3.1.3.2 Préfabrication

La préfabrication en atelier et/ou sur site d’éléments ou de tronçons de l’ouvrage est à


privilégier, afin de minimiser les opérations de soudage et d’assemblage en place.

27 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

Les dimensions des tronçons préfabriqués sont de préférence compatibles avec les gabarits
routiers.

3.1.3.3 Assemblages

Les assemblages doivent être réalisés en tenant compte des types de connexions retenues
pour les calculs de justification (encastrement, articulation, degré de liberté,..).

D’une manière générale, les assemblages réalisés en atelier sont des assemblages soudés et
les assemblages sur site seront boulonnés sauf exigence spécifique mentionnée par le présent
document.

Les ouvrages seront exécutés de façon que tous les éléments soient, dans toute la mesure du
possible, accessibles pour la visite, le nettoyage, la peinture et la réparation.

La précision de fabrication de tout élément doit permettre l'exécution des opérations


d'assemblage avec les tolérances exigées sans entraîner des contraintes permanentes dans la
structure.

3.1.4 PEINTURE

L’Entrepreneur doit prévoir toutes les dispositions nécessaires à la protection anticorrosion des
métaux présents dans les charpentes. Tous les éléments métalliques doivent recevoir une
protection anticorrosion durable.

L’Entrepreneur doit prévoir toutes les dispositions permettant d’éviter les corrosions
galvaniques dans le cas d’assemblages multi-métaux, en particulier dans le cas des interfaces
entre acier inoxydable et acier noir.

Ces dispositions sont à concevoir de façon à ne pas entraver le fonctionnement structurel et ne


pas provoquer de salissures sur les revêtements et façades ainsi que, par coulure, sur les
ouvrages connexes du bâtiment. Elles sont prises conformément au chapitre 5 du présent
document.

Les systèmes de peinture envisagés pour la protection des éléments de charpente sont des
systèmes conformes aux règles ACQPA et mis en œuvre selon les règles établis par l’ACQPA

Les systèmes de garantie retenus sont :

 Garantie anti corrosion 7 ans Ri3


 Garantie d’aspect 5ans

3.1.5 PROTECTION ELECTRIQUE

L’entreprise a à sa charge toutes les sujétions de raccordement à la terre de l’ensemble des


éléments métalliques intégrés aux ouvrages.

Voir Livret Electricité.

28 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

3.2 BUTONS

3.2.1 DESCRIPTION GENERALE

Les butons sont des ouvrages en acier mis en place dans le volume de la gare selon un
calepinage régulier et destinés à limiter les déformations des parois moulées qui sont
contraintes en déplacement par les voutes avoisinantes de la ligne de métro 1.

Les butons acier prévus dans la Gare Porte Maillot et tels que représentés sur les plans
architecte et technique sont listés ci-dessous:

 Niveau Dalle de couverture : 11 butons (files 05 à 15).


 Niveau N-1 : 6 butons (files 05, 07, 09, 11, 13, 15).
 Niveau N-2 : 4 butons (files 06, 08, 10, 12).
 Entre les niveaux N-2 et N-4 : 4 butons inclinés (files 06, 08, 10, 12).
 Niveau N-3 : 6 butons (files 05, 07, 09, 11, 13, 15).
 Niveau N-4 : 7 butons (files 02, 04, 06, 08, 10, 12, 14).

Coupe longitudinale de la gare - Repérage des butons dans l’enceinte de la gare

3.2.2 PRINCIPE STATIQUE

Les butons sont des structures isostatiques encastrées à leur deux extrémités sur les lièrnes
béton. Ces ouvrages sont essentiellement sollicités en compression sous les efforts de
soutènement transférés par les parois moulées. Ils sont également sollicités en flexion sous leur
poids propre et sous des charges spécifiques pour les butons servant de support aux
équipements de la gare (verrière, passerelles, escaliers mécaniques et fixes)

Deux types de butons sont envisagés :

 Butons passifs dimensionnés en contraction axiale (contraction limitée à 3mm) à partir


des efforts de soutènement.
 Butons actifs dimensionnés en ELU sous efforts de soutènement intégrant une
précontrainte relâchée au fur et à mesure de la réalisation de la tranchée et permettant
de contrôler leur contraction axiale sous la limite des 3mm.

29 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

La mise en place d’une précontrainte par câble (butons actifs) permet de réduire le poids des
butons mais engendre une complexité de mise en œuvre plus importante.

Afin de limiter la complexité de phasage associée au relâchement progressif de la précontrainte


des butons actifs, ces deniers sont limités aux butons du N-4, aux butons inclinés et aux butons
du N-3. Les butons des niveaux N-2, N-1 et du niveau Hall Pereire sont prévus en butons
passifs (A la pose une pré-charge initiale pourra leur être appliqués afin de garantir un bon
contact aux appuis).

3.2.3 PRINCIPE DE CONSTRUCTION – MISE EN ŒUVRE

Les butons seront mis en place au fur et à mesure de l’avancement des travaux de terrassement
de la gare de la tranchée selon le phasage général de l’opération. La complexité de leur mise en
œuvre est liée à trois facteurs :

 La superposition verticale des butons.


 L’inclinaison rentrante des voiles inclinés.
 Le contrôle de déformation et le phasage du relâchement de la précontrainte pour les
butons actifs.

Les deux premiers points rendent impossible une mise en œuvre des butons directement par
levage avec une grue mobile positionnée en rive de la gare. En effet, une fois la première rangée
de butons mise en place, il ne sera plus possible de positionner les autres butons en face des
platines d’ancrage par levage.

Les butons des niveaux N-1 et inférieurs seront mis en place selon le phasage suivant :

 Préparation du buton en rive de la gare


 Levage du buton (Compte tenu des dimensions respectives des butons et de l’espace en
partie haute entre buton et entre parois inclinées, les butons devront être descendus
dans la tranchée en diagonale et inclinés vers le bas).
 Dépose des butons sur des transporteurs modulaires autopropulsés repositionnés en
fond de fouille.
 Ripage des butons par les transporteurs modulaires autopropulsés jusqu’à leur position
finale.
 Assemblage des butons sur les platines d’ancrage après calage et mise en charge par
vérins plats.si nécessaire

Les étapes de relâche de la pré-contrainte des butons actifs devront être anticipées et incluses
dans le phasage général de construction de la gare. Le nombre d’étapes prévu devra être
confirmé par les études d’exécution.

De plus, pour les butons actifs, leur déformation axiale devra être contrôlée avant la mise en
charge de la précontrainte et pendant toute la durée des travaux.

30 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

3.2.4 DESCRIPTION DETAILLEE

3.2.4.1 Butons du N-4 – Buton actif

 Fonction : Profilés PRS en acier servant d’appui aux liernes bétons et reprenant les efforts de
soutènement appliqués sur les parois moulées. En file 04, le buton sert de poutre primaire à la
passerelle assurant le franchissement au-dessus des voies.
 Localisation : Les butons sont axés sur les liernes béton du niveau N-4 et sont positionnés aux files 02,
04, 06, 08, 10, 12 et 14.
 Matériau/fabrication/section : Butons réalisés en profilés PRS de section carrée 1250mm1250mm
avec un débord des semelles inférieures et supérieures. En extrémité, les butons comporteront des
goussets permanents pour la diffusion des efforts dans la lierne béton.
En extrémité les butons comporteront également des goussets et attaches provisoires nécessaires
pour la mise en place des câbles de précontrainte et la mise en charge des butons par vérins plats.
Ces goussets/attaches provisoires seront découpés (découpes meulées à ras) en fin de chantier
avant reprise de peinture.
 Connexion : Les butons seront connectés aux liernes du niveau N-4 par l’intermédiaire d’une platine de
pré-scellement ancrée dans les liernes. La platine sera positionnée sur un bossage béton. La platine
d’ancrage sera couplée à des platines d’ancrage ou des renforts locaux de ferraillage pour la mise en
charge initial des butons par vérins plats.
 Protection anticorrosion : protection anticorrosion par peinture pour une classe d’exposition C3.
 Tenue au feu : Tenue au feu SF2H par peinture intumescente.
 Spécificités : Les butons du Niveau N-4 servent de support au caténaires des voies et incluent les
pièces de fixation des caténaires.

3.2.4.2 Butons inclinés - Buton actif

 Fonction : Profilés PRS en acier mis en place pour renforcer les parois moulées de la gare. Ils relient la
lierne Sud du niveau N-2 à la lierne nord du niveau N-4.
 Localisation : Les butons inclinés sont axés et positionnés sur les files 06, 08, 10 et 12.
 Matériau/fabrication/section : Butons réalisés en profilés PRS de section carrée 1000mm1000mm
avec un débord des semelles inférieures et supérieures.
En extrémité, les butons comporteront les attaches provisoires nécessaires pour la mise en place des
câbles de précontrainte. Ces goussets/attaches provisoires seront découpés (découpes meulées à
ras) en fin de chantier avant reprise de peinture.
 Connexion : Les butons inclinés seront soudés aux butons des niveaux N-4 et N-2.
 Protection anticorrosion : protection anticorrosion par peinture pour une classe d’exposition C3.
 Tenue au feu : Tenue au feu SF2H par peinture intumescente.

3.2.4.3 Butons du N-3 - Buton actif

 Fonction : Profilés PRS en acier servant d’appui aux liernes bétons et reprenant les efforts de
soutènement appliqués sur les parois moulées.
 Localisation : Les butons sont axés sur les liernes béton du niveau N-3 et sont positionnés aux files 05,
07, 09, 11, 13, et 15.
 Matériau/fabrication/section : Butons réalisés en profilés PRS de section carrée 900mm900mm avec
un débort des semelles inférieures et supérieures.

31 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

En extrémité, les butons comporteront les goussets et attaches provisoires nécessaires pour la mise
en place des câbles de précontrainte et la mise en charge des butons par vérins plats. Ces
goussets/attaches provisoires seront découpés (découpes meulées à ras) en fin de chantier avant
reprise de peinture.
 Connexion : Les butons seront connectés aux liernes du niveau N-3 par l’intermédiaire d’une platine de
pré-scellement ancrée dans les liernes. La platine sera positionnée sur un bossage béton. Les
goussets provisoires seront couplés à des platines d’ancrage ou des renforts locaux de ferraillage
pour la mise en charge initiale du buton par vérins plats.
 Protection anticorrosion : protection anticorrosion par peinture pour une classe d’exposition C3.
 Tenue au feu : Tenue au feu SF2H par peinture intumescente.

3.2.4.4 Butons du N-2 - Buton passif

 Fonction : Profilés PRS en acier servant d’appui aux liernes bétons et reprenant les efforts de
soutènement appliqués sur les parois moulées. En files 08, 10 et12 les butons servent de poutre
primaire aux passerelles du niveau N-2.
 Localisation : Les butons sont axés sur les liernes béton du niveau N-2 et sont positionnés aux files 06,
08, 10 et 12.
 Matériau/fabrication/section : Butons réalisés en profilés PRS de section carrée 700mm700mm
(1000mm1000mm pour le buton file 12) avec un débord des semelles inférieures et supérieures.
En extrémité les butons comporteront les goussets provisoires nécessaires pour la mise en charge
des butons par vérins plats. Ces goussets provisoires seront découpés (découpes meulées à ras) en
fin de chantier avant reprise de peinture.
 Connexion : Les butons seront connectés aux liernes du niveau N-2 par l’intermédiaire d’une platine de
pré-scellement ancrée dans les liernes. La platine sera positionnée sur un bossage béton. Les
goussets provisoires seront couplés à des platines d’ancrage ou des renforts locaux de ferraillage
pour la mise en charge initiale du buton par vérins plats.
 Protection anticorrosion : protection anticorrosion par peinture pour une classe d’exposition C3.
 Tenue au feu : Tenue au feu SF2H par peinture intumescente.
 Spécificités : Les butons du Niveau N-2 comportent les pièces d’assemblages en attente pour la
connexion des poutres transversales des passerelles de ce niveau.

3.2.4.5 Butons du N-1 - Buton passif

 Fonction : Profilés PRS en acier servant d’appui aux liernes bétons et reprenant les efforts de
soutènement appliqués sur les parois moulées. En file 13 le buton sert de support aux escaliers
mécaniques EM11 et EM12 par l’intermédiaire des suspentes fixées en sous face.
 Localisation : Les butons sont axés sur les liernes béton du niveau N-1 et sont positionnés aux files 05,
07, 09, 11, 13, et 15.
 Matériau/fabrication/section : Butons réalisés en profilés PRS de section carrée 600mm600mm avec
un débord des semelles inférieures et supérieures.
En extrémité les butons comporteront les goussets provisoires nécessaires pour la mise en charge
des butons par vérins plats. Ces goussets provisoires seront découpés (découpes meulées à ras) en
fin de chantier avant reprise de peinture.
 Connexion : Les butons seront connectés aux liernes du niveau N-1 par l’intermédiaire d’une platine de
pré-scellement ancrée dans les liernes. La platine sera positionnée sur un bossage béton. Les
goussets provisoires seront couplés à des platines d’ancrage ou des renforts locaux de ferraillage
pour la mise en charge initiale du buton par vérins plats.

32 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

 Protection anticorrosion : protection anticorrosion par peinture pour une classe d’exposition C3.
 Tenue au feu : Tenue au feu SF2H par peinture intumescente.

3.2.4.6 Butons du Niveau Dalle de couverture - Buton passif

 Fonction : Profilés PRS en acier servant d’appui aux liernes bétons et reprenant les efforts de
soutènement appliqués sur les parois moulées et servant d’appui intermédiaire pour la verrière.
 Localisation : Les butons sont axés sur les liernes béton du niveau Hall Pereire et sont positionnés sur
toutes les files de la file 05 à la file 15.
 Matériau/fabrication/section : Butons réalisés en profilés PRS de section carrée 500mm500mm avec
un débord des semelles inférieures et supérieures.
En extrémité, les butons comporteront les goussets provisoires nécessaires pour la mise en charge
des butons par vérins plats. Ces goussets provisoires seront découpés (découpes meulées à ras) en
fin de chantier avant reprise de peinture.
 Connexion : Les butons seront connectés aux liernes du niveau du niveau hall Pereire par
l’intermédiaire d’une platine de pré-scellement ancrée dans les liernes. La platine sera positionnée sur
un bossage béton. Les goussets provisoires seront couplés à des platines d’ancrage ou des renforts
locaux de ferraillage pour la mise en charge initiale du buton par vérins plats.
 Protection anticorrosion : protection anticorrosion par peinture pour une classe d’exposition C3.
 Tenue au feu : Tenue au feu SF2H par peinture intumescente.
 Spécificités : Les butons du Hall Pereire comportent les pièces d’assemblages en attente pour la
connexion des bracons de la verrière.

3.3 PASSERELLES

3.3.1 DESCRIPTION GENERALE

Les passerelles de la Gare Porte Maillot sont des ouvrages de franchissement au-dessus des
voies nécessaires pour le fonctionnement et les flux de la gare. Il s’agit d’ouvrages en acier qui
comprennent une structure porteuse et une ossature d’encoffrement (pour les passerelles du
niveau N-2 seulement).

Les passerelles prévues dans le volume de la gare et objet de cette section correspondent aux
ouvrages suivants :

 3 passerelles au niveau N-2 (files 8, 10 et 12).


 1 passerelle au niveau N-4 formant un pontage au-dessus des voies et reliant les
escaliers fixes côté Ouest.

33 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

Coupe longitudinale de la gare - Repérage des passerelles dans l’enceinte de la gare

Vue 3D de la structure des passerelles du niveau N-2

3.3.2 PRINCIPE STATIQUE

La structure porteuse des passerelles est isostatique et repose sur les butons du niveau N-4 et
respectivement N-2 qui sont encastrés dans les liernes bétons. Sur ces butons sont fixées les
poutres transversales qui assurent le support du plancher ; ces poutres sont encastrées sur les
butons par boulonnage sur des platines soudées sur le butons.

La stabilité horizontale du plancher est assurée par le plancher collaborant qui fonctionne en
diaphragme. La stabilité horizontale de l’encoffrement est assurée par la trame centrale
contreventée.

34 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

3.3.3 PRINCIPE DE CONSTRUCTION – MISE EN ŒUVRE

La structure porteuse des passerelles repose sur les butons (voir 3.2.3 pour les principes de
montages de ces éléments) qui seront en place dès les premières phases de construction de la
gare. Les autres éléments des passerelles seront construits après réalisation du génie civil de la
gare.

En fonction des l’avancement des travaux à la date de pose et des problématiques de


superposition verticale entre butons, les éléments de passerelles seront amenées à poste soit par
levage avec une grue positionnée rive de la gare soit par une grue mobile positionnée en fond de
tranchée. En fonction de la méthode de pose retenue, les éléments de la structure des passerelles
pourront être posés soit individuellement soit par tronçons.

Pour l’encoffrement, la travée contreventée centrale devra être posée en premier, les autres arcs
et liernes étant posés à l’avancement à partir de cette travée.

3.3.4 DESCRIPTION DETAILLEE

3.3.4.1 Nomenclature

Ossature d’encoffrement - Liernes

Ossature d’encoffrement - Arcs

Ossature d’encoffrement - Contreventements

Traverses

Poutres de rive

Butons voir 3.2

Vue 3D éclatée de la structure des passerelles du niveau N-2 – repérage des éléments

3.3.4.2 Poutre transversale de support

 Fonction : Les poutres transversales servent de support aux planchers des passerelles et assurent le
transfert des charges de l’encoffrement au butons support.
 Localisation : Les poutres transversales sont fixées sur les butons support des passerelles selon une
trame d’environ 1m.

35 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

 Matériau/fabrication/section : Les poutres transversales sont réalisées en profilés acier de type HEA.
Elles sont continues sur toute la largeur des passerelles.
 Connexion : Les poutres transversales sont connectés aux butons par l’intermédiaire de potelets
mécano-soudés soudés sur les butons support. Les boulons de connexion entre les potelets et les
poutres transversale seront les plus espacés possibles pour limiter les efforts à transferer.
 Protection anticorrosion : Protection anticorrosion par peinture pour une classe d’exposition C3.
 Tenue au feu : Les poutres transversales des passerelles seront stables au feu SF2H. Protection par
flocage.
 Spécificités : La réalisation des poutres transversale comprend toutes les sujétions nécessaires la
fixation des bacs.

3.3.4.3 Poutre de rive

 Fonction : Les poutres de rives situées à l’intersection du plancher et de l’encoffrement combinent


plusieurs rôles : liernes pour support de l’habillage, poutre rive pour le plancher collaborant. Pour la
passerelle du niveau N-4, les poutres de rive servent d’appui aux menuiseries vitrées. Séparant le
volume de la gare de la sortie de secours.
 Localisation : Les poutres de rive sont situées en rive des passerelles dans l’épaisseur de
l’encoffrement.
 Matériau/fabrication/section : Les poutres de rives sont réalisées en profilés acier de type HEA ou IPE.
 Connexion : Les poutres de rives sont connectées aux poutres transversales par assemblage soudé ou
boulonné. Le nu de leur semelle supérieure sera identique à celui des poutres transversales.
 Protection anticorrosion : Protection anticorrosion par peinture pour une classe d’exposition C3.
 Tenue au feu : Les poutres de rive des passerelles seront stables au feu SF2H. Protection par flocage.

3.3.4.4 Ossature d’encoffrement - Arcs

 Fonction : Les arcs forment l’ossature de l’encoffrement des passerelles. Ils assurent le support du
complexe d’encoffrement et reprennent les efforts de garde-corps appliqués sur passerelles.
 Localisation : Les arcs sont positionnés sur une trame de 1m. Leur trame est calée sur celle des
poutres transversales.
 Matériau/fabrication/section : Les arcs sont réalisés en profilés acier de type IPE80 ou équivalent.
(hauteur maximale de 80mm). Dans les angles, les arcs sont cintrés selon la courbe de l’encoffrement
définie par les architectes.
 Connexion : Les arcs sont connectés (par boulonnage ou soudure) en face supérieure et inférieure des
poutres transversales
 Protection anticorrosion : Protection anticorrosion par peinture pour une classe d’exposition C3.
 Tenue au feu : Les arcs des ossatures d’encoffrement seront stables au feu SF1/2H. Protection par
flocage.

3.3.4.5 Ossature d’encoffrement - Liernes

 Fonction : Les liernes forment avec les arcs l’ossature de l’encoffrement.

36 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

 Localisation : Les liernes sont réparties régulièrement sur les développés de l’encoffrement selon une
trame d’environ 1m. Elles sont positionnées dans l’épaisseur des arcs. Toutes les liernes sont
alignées selon un axe horizontal ; elles sont orientées perpendiculairement à la tangente local de
l’encoffrement.
 Matériau/fabrication/section : Les liernes sont réalisés en profilés acier IPE80 ou équivalent (hauteur
maximale de 80mm).
 Connexion : Les liernes sont connectées par boulonnage aux arcs. Assemblage articulé.
 Protection anticorrosion : Protection anticorrosion par peinture pour une classe d’exposition C3.
 Tenue au feu : Les arcs des ossatures d’encoffrement seront stables au feu SF1/2H. Protection par
flocage.

3.3.4.6 Ossature d’encoffrement - Contreventements

 Fonction : Les contreventements assurent la stabilité de l’ossature d’encoffrement dans le sens


longitudinal des passerelles.
 Localisation : La structure des passerelles prévoit une trame contreventée au centre sur laquelle seront
positionnés les contreventements. Cette trame sera mise en place au début de la construction de
l’ossature d’encoffrement.
 Matériau/fabrication/section : Les liernes sont réalisés en profilés acier IPE80 ou équivalent (hauteur
maximale de 80mm) .Dans les angles les contreventements seront cintrés afin de rester dans
l’épaisseur prévue pour les encoffrements.
 Connexion : Les contreventements sont connectés par boulonnage aux arcs au droit des assemblages
avec les liernes. Assemblage articulé.
 Protection anticorrosion : Protection anticorrosion par peinture pour une classe d’exposition C3.
 Tenue au feu : Les arcs des ossatures d’encoffrement seront stables au feu SF1/2H. Protection par
flocage.

3.3.4.7 Plancher collaborant

 Fonction : Le plancher collaborant assure la fonction de dalle pour les passerelles du niveau N-2.
 Localisation : Les plancher collaborant sont prévus sur l’ensemble de la surface des passerelles du
niveau N-2.
 Matériau/fabrication/section : La réalisation du plancher collaborant, comprends la fourniture et pose
d’un bac acier (type Cofrastra 60 ou équivalent) et de l’ensemble des pièces accastillage (pièce de
rive, réservation,…) d’armature acier et du béton coulé sur site.
 Connexion: fixation sur les poutres transverses et les poutres de rive selon le système et la
documentation technique fournisseur.
 Protection anticorrosion : Protection anticorrosion par galvanisation pour le bac acier.
 Tenue au feu : Pas de tenue au feu requise.

37 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

3.4 ESCALIERS MECANIQUES

3.4.1 DESCRIPTION GENERALE

Les escaliers mécaniques Porte Maillot sont des ouvrages permettant l’accès des voyageurs
aux quais depuis les déambulatoires du N-2. Les ouvrages acier à la charge du présent lot pour
les escaliers mécaniques comprennent la structure porteuse de support (hors structure interne
des escalators) et l’ossature de l’encoffrement.

Les escaliers prévus dans le volume de la gare et objet de cette section couvrent les ouvrages
suivants :

 2 escaliers mécaniques (EM11 et EM12) reliant le palier Est au niveau N-4 et la


passerelle au niveau N-2 en file 12.
 8 escaliers mécaniques (EM03 à EM10) reliant les quais aux passerelles du niveau N-2.

Coupe longitudinale de la gare - Repérage des escaliers mécaniques dans l’enceinte de la gare

38 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

Vue 3D de la structure des escaliers mécaniques EM03 à EM10

Vue 3D de la structure des escaliers mécaniques EM11 à EM12

39 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

3.4.2 PRINCIPE STATIQUE

Les escaliers mécaniques reposeront sur les poutres longitudinales qui reprendront les poids des
escalators en configuration courante et pendant les phases de maintenance et de remplacement
des escalators.

En configuration courante, les escalators s’appuieront sur les poutres longitudinales au droit des
appuis intermédiaires. En période de maintenance les poutres longitudinales pourront être utilisées
pour servir de guide aux tronçons des escalators.

La portée des poutres longitudinales sera limitée par des appuis intermédiaires formés par des
consoles encastrées dans les liernes pour les EM03 à EM10 et par des traverses suspendues aux
structures du niveau N-2 pour les EM11 et EM12. Au niveau N-2, les poutres longitudinales seront
connectées aux butons support des passerelles du niveau N-2.

Les structures porteuses des escaliers mécaniques seront réalisées sans bridages sous charges
thermiques. Pour ce faire, les connections entre les poutres longitudinales et les consoles ainsi
que les connections entre les poutres longitudinales et les butons seront réalisée par boulonnage
avec des trous oblongs (jeux selon déplacements attendus sous charges thermiques).

Pour les EM11 et ME12, les supports intermédiaires par suspente engendrant une liberté de
mouvement selon l’axe des escaliers, la connexion par trous oblongs sera limitée à l’assemblage
des poutres longitudinales sur le buton du niveau N-2.

La stabilité latérale des structures porteuses sera assurée, pour les EM03 à EM10 par les
consoles créant des appuis latéraux et pour les EM11 et EM12 par des contreventements dans le
plan des poutres longitudinales créant avec ces dernières des poutres au vent horizontales.

La stabilité horizontale des encoffrements sera assurée par les trames contreventée.

3.4.3 PRINCIPE DE CONSTRUCTION – MISE EN ŒUVRE

La structure des escaliers mécaniques sera mise en place après réalisation du génie civil de la
gare.

En fonction de l’avancement des travaux à la date de pose des escaliers mécaniques et des
problématiques de superposition verticale entre butons, les éléments de la charpente des
escaliers mécaniques passerelles seront amenées à poste soit par levage par avec une grue
positionnée rive de la gare soit par une grue mobile en fond de gare. En fonction de la méthode de
pose retenue les éléments de la structure des escaliers mécaniques pourront être posés soit
individuellement soit par tronçons.

Pour la réalisation de l’encoffrement, les travées contreventées devront dans tous les cas être
posées en début de construction les autres trames étant construites après à l’avancement à partir
des trames contreventées.

40 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

3.4.4 DESCRIPTION DETAILLEE

3.4.4.1 Nomenclature

Ossature d’encoffrement - Liernes

Ossature d’encoffrement - Arcs

Ossature d’encoffrement - Contreventements

Poutre longitudinale

Console de support

Poteau

Vue 3D éclatée de la structure des escaliers mécaniques EM03 à EM10 – Repérage des différents éléments.

41 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

Ossature d’encoffrement - Liernes

Ossature d’encoffrement - Arcs

Ossature d’encoffrement - Contreventements

Suspente

Poutre transversale

Poutre longitudinale

Vue 3D éclatée de la structure des escaliers mécaniques EM11 et EM12 – Repérage des différents éléments.

3.4.4.2 Ossature de support des EM03 à EM10– Consoles

 Fonction : Les consoles constituent un appui intermédiaire pour les poutres longitudinales
 Localisation : Les consoles des escaliers EM03 à EM10 sont en sous face des poutres longitudinales.
Elles sont positionnées à l’axe des liernes béton des niveaux N-4, N-3 et N-2.
 Matériau/fabrication/section : Les consoles sont réalisées en profilés acier de type HEB.
 Connexion : Les consoles sont ancrées dans les liernes béton par l’intermédiaire d’une platine
mécanosoudée pré-scellée.
 Protection anticorrosion : Protection anticorrosion par peinture pour une classe d’exposition C3.
 Tenue au feu : Les consoles des escaliers mécaniques seront stables au feu SF2H. Protection par
flocage.
 Spécificités : Les consoles incluent également les percements requis pour les passages de réseaux
filant en sous face des escaliers mécaniques.

3.4.4.3 Ossature de support des EM03 à EM10– Poteaux

 Fonction : Les poteaux constituent un appui intermédiaire pour les poutres longitudinales et assurent le
transfert des charges des escalators dans les liernes béton. Ils sont reliés aux poutres longitudinales
par l’intermédiaire d’une traverse positionnée dans le plan de ces dernières.

42 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

 Localisation : Les poteaux sont positionnés entre le niveau des quais (N-5) et les poutres longitudinales
à environ 7m de la fosse des escaliers mécaniques. Les poutres de liaison sont positionnées au droit
des poteaux et dans le plan des poutres longitudinales.
 Matériau/fabrication/section : Les poteaux et les traverses de liaison aux poutres longitudinales sont
réalisés en profilés acier de type HE.
 Connexion : Les poteaux sont connectés en pieds à la dalle des quais par l’intermédiaire de platines
pré-scellées (appui articulé). Les traverses de liaison avec les poutres longitudinales sont connectées
à ces dernières par soudure ou boulonnage sur site. La connexion entre les poteaux et les poutres de
liaisons est réalisée par soudure ou boulonnage (assemblage encastré)
 Protection anticorrosion : Protection anticorrosion par peinture pour une classe d’exposition C3.
 Tenue au feu : Les poteaux des escaliers mécaniques seront stables au feu SF2H. Protection par
peinture intumescente.

3.4.4.4 Ossature de support des EM03 à EM10– Poutres longitudinale

 Fonction : Les poutres longitudinales ont deux rôles : en configuration courante elles servent de support
aux ossatures de l’encoffrement et dans le cas de remplacement ou de maintenance lourde sur un
escalier mécanique, elles peuvent servir de support et guidage pour la mise en place des colis des
escaliers mécaniques.
 Localisation : Les poutres longitudinales sont positionnées dans l’axe des escaliers en sous-face de
ces derniers. Leur espacement est calé sur celui des appuis des escaliers mécaniques et est
d’environ 0.80m.
 Matériau/fabrication/section : Les poutres longitudinales sont réalisées en profilées acier de type HE.
Dimensions selon calculs d’exécution et synthèse avec la géométrie de l’encoffrement.
 Connexion : En pieds les poutres longitudinales sont ancrées dans la dalle des quais par l’intermédiaire
de platines pré-scéllées. En tête, les poutres longitudinales sont connectées aux butons support des
passerelles du niveau N-2 (connexion articulé avec liberté de mouvement selon l’axe des poutres
longitudinales pour éviter les bridages sous charges thermiques). Au niveau des consoles la
connexion devra permettre un déplacement dans l’axe des poutres longitudinales (assemblage par
axes avec trous oblongs ou par grains sans butée longitudinale).
 Protection anticorrosion : Protection anticorrosion par peinture pour une classe d’exposition C3.
 Tenue au feu : Les poutres longitudinales des escaliers mécaniques seront stables au feu SF2H.
Protection par flocage.
 Spécificités : La réalisation des poutres longitudinales comprend également toutes les sujétions (rails,
butés,..) nécessaires pour le fonctionnement, le remplacement et la maintenance des escaliers
mécaniques.

3.4.4.5 Ossature de support de EM11 et EM12 – Poutres transversales

 Fonction : Les poutres transversales des escaliers mécaniques EM11 et EM12 assurent un appui
intermédiaire poutres les poutres longitudinales.
 Localisation : Les poutres transversales sont positionnées dans le plan des poutres longitudinales. La
première poutre transversale est axée sur la file 13, la deuxième poutre est positionnée à mi-distance
entre la file 13 et l’appui des poutres longitudinales sur les dalles du palier Est.
 Matériau/fabrication/section : Les poutres transversales sont réalisées en tubes creux circulaires en
acier. Diamètre maximum Φ193.7.

43 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

 Connexion : Les poutres transversales sont réalisées par segment et soudées sur les poutres
longitudinales. Les connexions avec les suspentes sont réalisées par l’intermédiaire d’un anneau
extérieur faisant également office de chape pour l’axe de connexion avec la suspente.
 Protection anticorrosion : Protection anticorrosion par peinture pour une classe d’exposition C3.
 Tenue au feu : Les poutres transversales des escaliers mécaniques seront stables au feu SF2H.
Protection par peinture intumescente.

3.4.4.6 Ossature de support de EM11 et EM12 – Suspentes

 Fonction : Les suspentes forment avec les poutres transversales des appuis intermédiaires pour les
poutres longitudinales
 Localisation : Elles sont localisées en extrémité des poutres transversales et sont axées sur les files 13
et à mi-distance entre file 13 et l’appui des poutres longitudinales sur les dalles du palier Est.
 Matériau/fabrication/section : Les suspentes sont réalisées en ronds plein acier.
 Connexion : Assemblage par axes et accastillage pour rond plein sur une chape soudée sur les poutres
transversales en partie basse et en partie haute sur une chape soudée au buton du N-2 ou ancrée
dans la dalle béton du palier Est.
 Protection anticorrosion : Protection anticorrosion par peinture pour une classe d’exposition C3.
 Tenue au feu : Les suspentes des escaliers mécaniques seront stables au feu SF2H. Protection par
peinture intumescente.

3.4.4.7 Ossature de support des EM11 à EM12– Poutres longitudinales

 Fonction : cf 3.4.4.4
 Localisation : cf 3.4.4.4
 Matériau/fabrication/section : cf 3.4.4.4
 Connexion : cf 3.4.4.4
 Protection anticorrosion : Protection anticorrosion par peinture pour une classe d’exposition C3.
 Tenue au feu : Les poutres longitudinales seront stables au feu SF2H. Protection par flocage.

3.4.4.8 Ossature d’encoffrement - Arcs

 Fonction : Les arcs forment l’ossature de l’encoffrement des escaliers mécaniques. Ils assurent le
support du complexe d’encoffrement.
 Localisation : Les arcs sont perpendiculaires à l’axe des escaliers mécaniques et sont positionnées
selon une trame de 1m.
 Matériau/fabrication/section : Les arcs sont réalisés en profilés acier de type IPE80 ou équivalent
éventuellement renforcée sur les trames contreventées. Dans les angles, les arcs sont cintrés selon la
courbe de l’encoffrement définies par les architectes.
 Connexion : Les arcs sont connectés (par boulonnage ou soudure) sur les poutres longitudinales par
boulonnage. La partie supérieure des arcs devra pouvoir être démontée en cas de nécessité de
dépose de l’encoffrement pour une maintenance lourde sur les escaliers mécaniques ; assemblages
boulonnés à prévoir.
 Protection anticorrosion : Protection anticorrosion par peinture pour une classe d’exposition C3.

44 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

 Tenue au feu : Les arcs seront stables au feu SF1/2H. Protection par flocage.

3.4.4.9 Ossature d’encoffrement - Liernes

 Fonction : Les liernes forment avec les arcs l’ossature de l’encoffrement des escaliers mécaniques
 Localisation : Les liernes sont réparties régulièrement sur les développés de l’encoffrement selon une
trame d’environ 1m. Elles sont positionnées dans l’épaisseur des arcs. Toutes les liernes sont
alignées selon un axe horizontal ; elles sont orientées perpendiculairement à la tangente locale de
l’encoffrement.
 Matériau/fabrication/section : Les liernes sont réalisés en profilés acier IPE80 ou équivalent (hauteur
maximale de 80mm).
 Connexion : Les liernes sont connectées par boulonnage aux arcs. Assemblage articulé.
 Protection anticorrosion : Protection anticorrosion par peinture pour une classe d’exposition C3.
 Tenue au feu : Les liernes seront stables au feu SF1/2H. Protection par flocage.

3.4.4.10 Ossature d’encoffrement - Contreventements

 Fonction : Les contreventements assurent la stabilité de l’ossature d’encoffrement dans le sens


longitudinal des escaliers mécaniques
 Localisation : Les trames contreventés sont situées au droit des consoles d’appuis pour les escaliers
EM03 à EM10 et au droit des poutres transversales pour les escaliers M11 et EM12.
 Matériau/fabrication/section : Les contreventements sont réalisés profilés acier IPE80 ou équivalent
(hauteur maximale de 80mm). Dans les angles les contreventements seront cintrés afin de rester
dans l’épaisseur prévue pour les encoffrements
 Connexion : Les contreventements sont connectés par boulonnage aux arcs au droit des assemblages
aves les liernes. Assemblage articulé.
 Protection anticorrosion : Protection anticorrosion par peinture pour une classe d’exposition C3.
 Tenue au feu : Les contreventements seront stables au feu SF1/2H. Protection par flocage.

3.5 ESCALIER FIXES

3.5.1 DESCRIPTION GENERALE

Les escaliers fixes de la gare sont des ouvrages situés en extrémité Est et Ouest de la gare
créant des sorties de secours pour l’évacuation des quais en cas de danger. Les ouvrages
acier à la charge du présent lot pour les escaliers fixes comprennent seulement la structure
porteuse acier de ces escaliers.

Les escaliers fixes prévus dans le volume de la gare et objet de cette section comprennent les
ouvrages suivants :

 Escaliers fixes côté Ouest incluant un escalier entre chaque quai et la passerelle du N-4
file 04 puis des volés simples ou avec retournement jusqu’à la surface de la place.

45 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

 Escalier fixe coté Est incluant un escalier entre chaque quai et le palier Est puis des volés
simples ou avec retournement jusqu’à la surface de la place.

Coupe longitudinale de la gare - Repérage des escaliers fixes dans l’enceinte de la gare

3.5.2 PRINCIPE STATIQUE

Le fonctionnement structurel des escaliers fixes est isostatique et est assuré par les limons qui
portent d’une manière générale de dalle à dalle. Au niveau des paliers intermédiaires ou des
paliers de retournement des traverses sont prévues et permettent de lier entre eux les limons pour
assurer leur stabilité.

Pour les escaliers entre les quais et le niveau N-4, des suspentes à mi portée sont prévues pour
réduire la portée des limons. De la même manière des suspentes sont prévues pour les escaliers
avec retournement à l’Est entre les niveaux N-4 et N-2.

D’une manière générale, les connexions des limons sur les dalles béton ou sur le buton du niveau
N-4 sont des assemblages articulés. L’assemblage en pieds des limons est fixe et l’assemblage en
tête est réalisé avec des trous oblongs pour éviter les bridages sous charges thermiques.

3.5.3 PRINCIPE DE MONTAGE

La structure des escaliers fixes sera mise en œuvre après réalisation du génie civil de la gare.

En fonction de l’avancement des travaux à la date de pose des escaliers fixes et des
problématiques de superposition verticale entre butons, les éléments de la charpente des escaliers
fixes seront amenés à poste soit par levage par avec une grue positionnée rive de la gare soit par
une grue mobile positionnée en fond de gare.

Le raboutage des éléments de grande longueur (typiquement les limons) sera réalisé par soudure
sur site ou en pieds d’ouvrage. Les autres assemblages tels que les connexions entre les limons
et les traverses pourront être réalisés par boulonnage.

46 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

3.5.4 DESCRIPTION DETAILLEE

3.5.4.1 Nomenclature

Escaliers N-4 → RDC - Traverses

Escalier N-4 → RDC - Limons

Passerelle N-4 - voir 3.3

Escalier N-5 → N-4 - Limons

Escalier N-5 → N-4 - Suspentes

Escalier N-5 → N-4 - Traverses

Vue 3D de la structure de l’escalier fixe Ouest – Repérage des différents éléments.

47 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

Escaliers N-4 → RDC - Limons

Escalier N-4 → RDC - Traverses

Escalier N-4 → N-2 - Contreventements

Escalier N-4 → N-2 - Traverses

Escalier N-4 → N-2 - Suspentes

Escalier N-4 → N-2 - Limons

Escalier N-5 → N-4 - Limons

Escalier N-5 → N-4 - Suspentes

Escalier N-5 → N-4 - Traverses

Vue 3D de la structure de l’escalier fixe Est – Repérage des différents éléments.

Escalier N-4 → N-2 - Contreventements

Escalier N-4 → N-2 - Traverses

Escalier N-4 → N-2 - Suspentes

Escalier N-4 → N-2 - Limons

Vue 3D de la structure de l’escalier fixe Est entre le N-4 et le N-2 – Repérage des différents éléments.

48 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

3.5.4.2 Escalier Ouest – N-5→N-4 - Limons

 Fonction : Les limons des escaliers Ouest assurent le support des charges des escaliers fixes et des
charges d’exploitation s’appliquant dessus.
 Localisation : Les limons sont situés en sous face des escaliers fixes et sont positionnés en rive de ces
derniers selon les plans de détail architectes.
 Matériau/fabrication/section : Les limons sont réalisés en profilées acier de type HEB. Dimensions
selon études d’exécution. Les limons comprennent toutes les sujétions (crémaillère, platine,...) pour la
mise en place des platelages bois et des garde-corps.
 Connexion : En pieds les limons sont ancrés dans la dalle des quais par l’intermédiaire de platines pré-
scéllées. En tête, les limons sont connectées aux butons support de passerelle du niveau N-4
(connexion articulée avec liberté de mouvement selon l’axe des limons).
 Protection anticorrosion : Protection anticorrosion par peinture pour une classe d’exposition C3.
 Tenue au feu : Les limons seront stables au feu SF1/2H. Protection par peinture intumescente.

3.5.4.3 Escalier Ouest – N-5→N-4 - Traverses

 Fonction : Les traverses connectent les limons des escaliers au niveau des cassures (paliers) et au
droit de l’appui intermédiaire.
 Localisation : Les traverses des escaliers Ouest sont situées dans le plan des limons et positionnées
au droit des paliers et au niveau de l’appui intermédiaire formé par les suspentes.
 Matériau/fabrication/section : Les traverses sont réalisées en profilés acier de même section que les
limons.
 Connexion : Les traverses sont connectées aux limons par des assemblages soudés.
 Protection anticorrosion : Protection anticorrosion par peinture pour une classe d’exposition C3.
 Tenue au feu : Les traverses seront stables au feu SF1/2H. Protection par peinture intumescente.

3.5.4.4 Escalier Ouest – N-5→N-4 - Suspentes

 Fonction : Les suspentes forment avec les poutres transversales un appui intermédiaire pour les
limons.
 Localisation : Les suspentes sont positionnées à mi portée des limons et sont localisées à l’extérieur
des escaliers fixes.
 Matériau/fabrication/section : Les suspentes sont réalisées en ronds plein acier.
 Connexion : Assemblage par axes et accastillage pour rond plein sur une chape soudée sur les
traverses en partie basse et en partie haute sur une chape ancrée dans la dalle béton du palier Ouest
du niveau N-3.
 Protection anticorrosion : Protection anticorrosion par peinture pour une classe d’exposition C3.
 Tenue au feu : Les suspentes seront stables au feu SF1/2H. Protection par peinture intumescente.

3.5.4.5 Escalier Ouest – N-4→RDC - Limons

 Fonction : Les limons des escaliers Ouest assurent le support des charges des escaliers fixes et des
charges d’exploitation s’appliquant dessus. Entre le niveau N-4 et RDC ils fonctionnent selon un
schéma isostatique et portent de dalle à dalle.

49 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

 Localisation : Les limons sont situés en sous face des escaliers fixes et sont positionnés en rive de ces
derniers selon les plans de détail architectes.
 Matériau/fabrication/section : Les limons sont réalisés en profilées acier de type HEB. Dimensions
selon études d’exécution. Les limons comprennent toutes les sujétions (crémaillère, platine,...) pour la
mise en place des platelages bois et des garde-corps.
 Connexion : Les limons des escaliers entre le niveau N-4 et le RDC sont connectées aux liernes béton
par l’intermédiaire de platines d’ancrage pré-scellées (excepté au niveau N-4 assemblage sur une
traverse de la passerelle). Les platines d’ancrages seront positionnées soit sur la face verticale des
liernes soit en sous-face de ces dernières. Les connections en tête des limons seront réalisées avec
des trous oblongs (pas de bridage sous charges thermiques).
 Protection anticorrosion : Protection anticorrosion par peinture pour une classe d’exposition C3.
 Tenue au feu : Les limons seront stables au feu SF1/2H. Protection par peinture intumescente.

3.5.4.6 Escalier Ouest – N-4→RDC - Traverses

 Fonction : Les traverses connectent les limons des escaliers au niveau des cassures (paliers
intermédiaires) et des paliers de retournement.
 Localisation : Les traverses sont situées dans le plan des limons et positionnées au droit des paliers
intermédiaires et des paliers de retournement.
 Matériau/fabrication/section : Les traverses sont réalisées en profilés acier de même section que les
limons.
 Connexion : Les traverses sont connectées aux limons par des assemblages soudés ou boulonnées
 Protection anticorrosion : Protection anticorrosion par peinture pour une classe d’exposition C3.
 Tenue au feu : Les traverses seront stables au feu SF1/2H. Protection par peinture intumescente.

3.5.4.7 Escalier Est – N-5→N-4 - Limons

Cf 3.5.4.2

3.5.4.8 Escalier Est – N-5→N-4 - Traverses

Cf 3.5.4.3

3.5.4.9 Escalier Est – N-5→N-4 - Suspentes

Cf 3.5.4.4

3.5.4.10 Escalier Est – N-4→N-2 - Limons

Cf 3.5.4.5

3.5.4.11 Escalier Est – N-4→N-2 - Traverses

Cf 3.5.4.6

50 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

3.5.4.12 Escalier Est – N-4→N-2 - Contreventements

 Fonction : Pour les escaliers fixes Est entre les niveaux N-4 et N-2, les contreventements ont pour rôle
d’augmenter la rigidité transversale des escaliers afin d’améliorer leur comportement dynamique.
 Localisation : Les contreventements sont positionnés en sous face des escaliers fixes dans le plan des
axes neutre des limons.
 Matériau/fabrication/section : Les contreventements sont réalisés en ronds plein acier. Ils seront
réalisés de manière à ne pas présenter de flèches visibles sous poids propre (système de mise en
tension à prévoir ou contreventement réalisé en sous longueur et mise en œuvre avec tire-fort)
 Connexion : Connexion sur les limons par assemblage articulé par axe.
 Protection anticorrosion : Protection anticorrosion par peinture pour une classe d’exposition C3.
 Tenue au feu : Les contreventements seront stables au feu SF1/2H. Protection par peinture
intumescente.

3.5.4.13 Escalier Ouest – N-4→RDC - Suspentes

 Fonction : Les suspentes forment des appuis intermédiaires pour les limons et reportent les charges
des escaliers fixes sur le dalle du palier Est du niveau N-2.
 Localisation : Les suspentes sont positionnées en extrémité des limons au niveau des paliers de
retournement entre les niveaux N-4 et N-2.
 Matériau/fabrication/section : Les suspentes sont réalisées en ronds plein acier.
 Connexion : Assemblage par axes et accastillage pour rond plein sur une chape soudée sur les limons
partie basse et en partie haute sur une chape ancrée en sous face de la dalle béton du palier Est du
niveau N-2.
 Protection anticorrosion : Protection anticorrosion par peinture pour une classe d’exposition C3.
 Tenue au feu : Les suspentes seront stables au feu SF1/2H. Protection par peinture intumescente.

3.5.4.14 Escalier Est – N-2→RDC - Limons

Cf 3.5.4.5

3.5.4.15 Escalier Est – N-2→RDC - Traverses

Cf 3.5.4.6

3.6 EMERGENCES

3.6.1 DESCRIPTION GENERALE

L’émergence de la station est un ouvrage d’environ 3.6m par 6.6m et de 4.2m de haut situé au
droit du Hall Pereire et qui a pour fonction d’abriter des ascenseurs et des gaines de ventilation.
Cet ouvrage comporte une gaine en béton dans sa partie sud et une structure en acier sur le
reste de sa surface.

51 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

Les ouvrages à la charge du présent lot pour l’émergence correspondent sur cet ouvrage à la
structure acier porteuse.

Vue en plan niveau rue - Repérage de l’émergence ascenseur/ventilation

Vue 3D de la structure de l’émergence

52 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

3.6.2 PRINCIPE STATIQUE

La structure de l’émergence est réalisée selon un système simple : la toiture et les charges s’y
appliquant sont reprises par les poutres secondaires qui support également les anneaux de levage
requis pour la maintenance des ascenseurs. Ces poutres sont ensuite supportées par les poutres
de toiture transversales qui reposent sur la gaine béton ou sur les poteaux.

Enfin la reprise des efforts horizontaux et la stabilité de la structure sont assurées par deux palées
de contreventement : une sur la face nord de l’émergence et une en toiture. Ces palées sont
formées par des croix en rond plein acier et les poteaux ou poutres de toiture.

3.6.3 PRINCIPE DE MONTAGE

L’ossature acier de l’émergence ne pose pas de question particulière pour sa mise en œuvre. Les
éléments ou tronçons d’éléments seront usinés en atelier et assemblés sur site avec une grue
mobile positionnée en rive de l’ouvrage.

3.6.4 DESCRIPTION DETAILLEE

3.6.4.1 Nomenclature

Contreventement en toiture

Poutres de toiture – Poutres transversales

Poutres de toiture – Poutres secondaires

Contreventements

Poteaux

Vue 3D explosée de la structure de l’émergence – Repérage des différents éléments.

53 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

3.6.4.2 Poteaux

 Fonction : Les poteaux servent de support aux poutres de toiture. Avec les contreventements, ils
constituent également des palées de contreventement.
 Localisation : Les poteaux sont situés aux angles des ascenseurs selon les plans de synthèse
architecte.
 Matériau/fabrication/section : Les poteaux sont réalisés en profilés acier en tubes carrés.
 Connexion : En pieds, les poteaux sont connectés dans la dalle du RDC (sur des plots béton pour
permettre la réalisation d’un relevé d’étanchéité) ou dans le muret de protection par l’intermédiaire de
platines pré-scéllées (assemblages articulés). En tête, les poteaux sont connectés aux poutres de
toiture (poutre transversale et poutre de rive) par des assemblages articulés.
 Protection anticorrosion : Protection anticorrosion par peinture pour une classe d’exposition C3.
 Tenue au feu : Pas de tenue au feu requise.

3.6.4.3 Poutres de toiture

 Fonction : Les poutres de toiture constituent un support pour le complexe de couverture et sont
également sollicités en cas de maintenance des ascenseurs par l’intermédiaire des anneaux de
levages fixés sur leur sous face.
 Localisation : Les poutres transversales de toiture sont positionnées au droit des poteaux et reportent
ces derniers les charges ramenées par les poutres secondaires.
Les poutres secondaires sont orientées perpendiculairement aux poutres transversales et sont
positionnées sur une trame d’environ 0.85m.
Les poutres de toiture (transversales et secondaires) sont positionnées dans le même plan.
 Matériau/fabrication/section : Les poutres de toiture sont réalisées en tubes acier carrés ou
rectangulaires.
 Connexion : Les poutres de toiture sont connectées entre elles et aux poteaux par des assemblages
boulonnées (assemblages articulés).
 Protection anticorrosion : Protection anticorrosion par peinture pour une classe d’exposition C3.
 Tenue au feu : Pas de tenue au feu requise.

3.6.4.4 Contreventement

 Fonction : Les contreventements assurent la stabilité transversale de la structure de l’émergence sous


charges de vent.
 Localisation : Les contreventements de sont situés dans le plan de la toiture et sur la face Nord de
l’émergence.
 Matériau/fabrication/section : Les contreventements sont réalisés en ronds plein acier.
 Connexion : Connexion sur les poteaux ou les poutres de toiture par assemblage articulé.
 Protection anticorrosion : Protection anticorrosion par peinture pour une classe d’exposition C3.
 Tenue au feu : Pas de tenue au feu requise.

54 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

3.7 GRILLES DE VENTILATION

3.7.1 DESCRIPTION GENERALE

Les grilles de ventilation sont un ensemble d’ouvrages situés au niveau de la place de la porte
Maillot et utilisés pour les amenées/sorties d’air nécessaires à la ventilation de la gare et au
fonctionnement des différents équipements.

Les ouvrages à la charge du présent lot pour les grilles de ventilation correspondent aux
caillebottis et à leur structure de support.

Les grilles prévues sont les suivantes :

 Grille au-dessus du local dry cooler : carré de 9.6m par 9.7m.


 GV1 à GV5 : gilles contiguës de 2m de large et de longueur égale à 2.75m ou 5.5m
 GV6 à GV8 : gilles contiguës de 2m de large et de longueur égale à 2.75m ou 5.5m
 GV9 : grilles de ventilation/désenfumage du parking de 2.5m par 2m
 GV rampe parking : grille triangulaire coté hall Pereire de 3m par 3.4m.
 GV usine de ventilation : grille trapézoïdale de 2.5m par 4m.

Vue en plan niveau rue - Repérage de grilles de ventilation

3.7.2 PRINCIPE STATIQUE

Pour le cas de la grille du local dry cooler, les dimensions de la trémie à couvrir imposent de
recourir à une hiérarchie d’élément avec des poutres primaires portant sur la largeur de la trémie
et des poutres secondaires portant entre ces poutres et servant de support direct aux caillebottis.

55 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

Pour les autres grilles, les caillebottis sont simplement supportés par des profilés acier positionnés
en travers des ouvertures et ancrés dans les voiles béton.

3.7.3 PRINCIPE DE MONTAGE

Les grilles de ventilation ne posent pas de question particulière pour sa mise en œuvre. Les
éléments ou tronçons d’éléments seront usinés en atelier et assemblés sur site avec une grue
mobile positionnée en rive de l’ouvrage.

3.7.4 DESCRIPTION DETAILLEE

3.7.4.1 Grille dry cooler – Poutre primaire

 Fonction : Les poutres primaires font partie de l’ossature des grilles du local dry cooler et constituent un
support pour les poutres secondaires.
 Localisation : Les poutres primaires sont positionnées dans le sens Nord-Sud du local dry cooler et
sont disposées selon une trame d’environ 2.50m.
 Matériau/fabrication/section : Les poutres primaires sont réalisés en profilé acier de type HE. Section
selon études d’exécutions et études de synthèse (hauteur libre).
 Connexion : En extrémité, les poutres primaires sont appuyées sur les voiles béton en périphérie du
local dry cooler. Une réservation non débouchante sera réalisée dans le voile béton pour réaliser
l’appui des poutres primaires.
 Protection anticorrosion : Protection anticorrosion par galvanisation pour une classe d’exposition C3.
 Tenue au feu : Pas de tenue au feu requise.
 Spécificités : Les poutres primaires incluent également les plats soudé, cornière, percements, etc..
requis pour la pose et la fixation de grilles.

3.7.4.2 Grille dry cooler – Poutres secondaires

 Fonction : Les poutres secondaires font partie de l’ossature des grilles du local dry cooler et servent
d’appuis au caillebottis.
 Localisation : Les poutres secondaires sont positionnées perpendiculairement aux poutres primaires
selon une trame d’environ 1.45m. Les poutres secondaires seront situées dans l’épaisseur des
poutres primaires; leurs semelles supérieures seront au même nue.
 Matériau/fabrication/section : Les poutres primaires sont réalisées en profilés acier de type HE.
 Connexion : Connexion sur les poutres primaires par assemblages boulonnés (assemblage articulé).
 Protection anticorrosion : Protection anticorrosion par galvanisation pour une classe d’exposition C3.
 Tenue au feu : Pas de tenue au feu requise.
 Spécificités : Les poutres secondaires incluent également les plats soudés, cornières, percements, etc..
requis pour la pose et la fixation de grilles

3.7.4.3 Grille GV1 à GV9 – Poutres supports

 Fonction : Les poutres support forment l’ossature des grilles de ventilation GV1 à Gv9 et servent
d’appuis aux caillebottis.

56 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

 Localisation : Les poutres support sont orientées dans le sens nord sud (sens transversal des trémies)
 Matériau/fabrication/section : Les poutres support sont réalisées en profilés acier de type HE.
 Connexion : En extrémité, les poutres support sont appuyées sur les voiles béton en périphérie du local
dry cooler. Une réservation non débouchante sera réalisée dans le voile béton pour réaliser l’appui
des poutres de support.
 Protection anticorrosion : Protection anticorrosion par galvanisation pour une classe d’exposition C3.
 Tenue au feu : Pas de tenue au feu requise.
 Spécificités : Les poutres support incluent également les plats soudés, cornières, percements, etc..
requis pour la pose et la fixation de grilles

3.7.4.4 Grille GV1 à GV9 – Cornières en rive

 Fonction : Les cornières des rives servent d’appuis en rive pour les caillebottis.
 Localisation : Les cornières de rives sont situées en rive nord et sud des grilles GV1 à GV9.
 Matériau/fabrication/section : Eléments réalisés en cornière à ailes égales en acier galvanisé.
 Connexion : Les cornières de rive seront connectées aux voiles béton par des scellements mécaniques
ou chimiques.
 Protection anticorrosion : Protection anticorrosion par galvanisation pour une classe d’exposition C3.
 Tenue au feu : Pas de tenue au feu requise.
 Spécificités : Les cornières de rive incluent également les plats soudés, cornières, percements, etc..
requis pour la pose et la fixation de grilles

3.7.4.5 Grille Rampe parking et usine de ventilation – Poutre support

 Cf 3.7.4.3.

3.7.4.6 Grille GV1 à GV9 – Cornières en rive

 Cf 3.7.4.4.

3.7.4.7 Caillebottis lourd

 Fonction : Les caillebottis constituent le plancher de l’ensemble des grilles de ventilation prévues en
voirie et décrites ci-dessus.
 Localisation : Les caillebottis sont prévus sur l’ensemble des grilles de ventilation décrites
précédemment. Ils sont positionnés en altimétrie en continuité de la voirie en rive des grilles.
 Matériau/fabrication/section : Les caillebottis seront réalisés en acier électroforgé et seront galvanisés
 Connexion: connexion sur les poutres support et les cornières de rive selon principe de fixation et
documentation technique du fournisseur.
 Protection anticorrosion : Protection anticorrosion par galvanisation pour une classe d’exposition C3.
 Tenue au feu : Pas de tenue au feu requise.

57 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

3.8 VOILES INCLINES

3.8.1 DESCRIPTION GENERALE

Les voiles inclinés constituent les parois visibles de la gare. Il s’agit de parois réalisées en
béton qui sont complétement ouvertes au niveau N-2 pour permettre des vues entre leq
déambulatoires de ce niveau et le volume de la gare. Dans ce niveau le transfert des efforts est
assuré par des poteaux régulièrement espacés.

Les ouvrages en base à la charge du présent lot sur les voiles inclinés correspondent à la
fourniture et pose de l’ensemble des poteaux du niveau N-2.

Coupe transversale de la gare - Repérage des positions des profilés acier des voiles inclinés – ouvrage en base

3.8.2 PRINCIPE STATIQUE

Les poteaux prévus sont isostatiques et présente un comportement assimilable à une bielle bi-
articulée. Ils sont essentiellement sollicités en compression sous les charges permanentes et
d’exploitations issues du comportement général des structures de la Gare Porte maillot.

58 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

3.8.3 PRINCIPE DE MONTAGE

Les poteaux des voiles inclinés seront mis en place dès que les liernes béton des niveaux N-2 et
N-1 seront construites. Les poteaux pourront être mis en place depuis le déambulatoire du niveau
N-2.

3.8.4 DESCRIPTION DETAILLEE

3.8.4.1 Poteaux du niveau N-2

 Fonction : Les poteaux du niveau N-2 participent aux voiles inclinés et assurent le transfert des efforts
(charges permanentes –effort de soutènement- et charges d’exploitations) entre les liernes des
niveaux N-2 et N-1.
 Localisation : Les poteaux sont localisés entre les liernes de niveau N-1 et N-2 dans le plan des voiles
inclinées selon une trame de 3.13m
 Matériau/fabrication/section : Ces poteaux sont réalisés en profilés acier de type HEA, HEB ou HEM en
fonction des efforts à reprendre (dimension maximale 220). Ils seront noyés dans du béton avec un
enrobage de 40mm de la section d’acier. L’enrobage béton ne sera pas pris en compte dans la
justification des sections de poteaux.
 Connexion: Les poteaux du niveau N-2 sont connectés à la face supérieure de la lierne niveau N-2 et
en sous-face de la lierne béton au niveau N-1. Les ancrages sont réalisés par l’intermédiaire de
platines de pré scellement ancrées dans les liernes béton.
 Protection anticorrosion : Protection anticorrosion par peinture pour une classe d’exposition C3.
 Tenue au feu : Tenue au feu SF2H assurée un enrobage béton.
 Point spécifique : Le béton d’enrobage sera réalisé avec les encoches, fourrures, réservation, etc.
nécessaires pour la mise en place des menuiseries vitrées entre les déambulatoires du niveau N-2 et
le volume de la gare.

59 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

4. DESCRIPTION DES OUVRAGES EN OPTION

4.1 VOILES INCLINES

4.1.1 DESCRIPTION GENERALE

Les voiles inclinés constituent les parois visibles de la gare. Ils sont prévus en béton excepté au
niveau N-2 ou ils sont constitués de poteaux acier (voir 3.8). Une variante avec des profilés
acier entre liernes et des éléments d’habillage sur toute la hauteur des voiles est également
envisagée. Les profilés acier entre niveaux, prévus dans le cadre de cette variante, sont l’objet
de cette section.

Les ouvrages en option à la charge du présent lot sur les voiles inclinées correspondent à la
fourniture et pose de l’ensemble des poteaux entre les niveaux N-5 et N-4, N-4 et N-3, N-3 et N-
2, N-1 et Niv Hall Pereire.

Coupe transversale de la gare - Repérage des positions de profilés acier des voiles inclinés – ouvrages en option

60 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

Les principes de réalisation, de comportement statique et de montage pour ces poteaux en option
sont similaires aux poteaux prévus en base ; se reporter au 3.8.

4.1.2 DESCRIPTION DETAILLEE

4.1.2.1 Poteaux hors niveau N-2

 Fonction : Les poteaux des voiles inclinées ont deux roles, d’une part ils participent aux voiles inclinés
et assurent le transfert des efforts entre les liernes et d’autre part ils servent de support aux panneaux
d’habillage en béton.
 Localisation : Les poteaux sont localisés à chaque niveau entre les liernes béton et sont positionnés
dans le plan des voiles inclinés selon une trame de 3.13m
 Matériau/fabrication/section : Ces poteaux sont réalisés en profilés acier de type HEA, HEB ou HEM en
fonction des efforts à reprendre Ils seront noyés dans du béton avec un enrobage de 40mm de la
section d’acier. L’enrobage béton ne sera pas pris en compte dans la justification des sections de
poteaux.
 Connexion: Les poteaux des voiles inclinés sont connectés à la face supérieure de la lierne du niveau
bas et en sous-face de la lierne béton au niveau haut. Les ancrages sont réalisés par l’intermédiaire
de platines de pré scellement ancrées dans les liernes béton.
 Protection anticorrosion : Protection anticorrosion par peinture pour une classe d’exposition C3.
 Tenue au feu : Tenue au feu SF2H assurée un enrobage béton.

61 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

5. SPECIFICATIONS TECHNIQUES DETAILLEES (STD)

Le présent chapitre définit les spécifications techniques détaillées s’appliquant aux matériaux,
ouvrages et équipements objets du présent lot.

5.1 INTRODUCTION

La structure métallique de l’ouvrage est exécutée conformément à la norme NF EN 1090-2 :


Exécution des structures en acier et des structures en aluminium complétée par son
complément national NF P 22-101-2/CN.

Les prescriptions ci-dessous complètent celles de ces normes, afin de les adapter au projet en
suivant la trame du document de base.

Les termes ci-dessous sont utilisés :

 Ajout : signifie que le texte s’applique en plus de l’article ou du paragraphe correspondant


à la norme NF EN 1090-2 sans aucun amendement au texte.
 Modification : signifie que le texte modifie le texte de la norme NF EN 1090-2 le cas
échéant.

5.2 DOMAINE D’APPLICATION

L’article de la norme NF EN 1090-2 s’applique.

5.3 REFERENCES NORMATIVES

Ajout :

L'ensemble des ouvrages prévus au présent lot doit être conforme aux normes françaises et
textes réglementaires concernant la construction, dans leur édition la plus récente. Les
matériaux ou ensembles non traditionnels doivent faire l'objet d'un Avis Technique Européen ou
accepté par l'AFAC ou d'un avis favorable de la part du Bureau de Contrôle agréé.

Les ouvrages doivent être calculés et exécutés conformément aux règlements, normes et
recommandations françaises en vigueur, pris dans leur dernière édition (dates non précisés
dans le présent document), et notamment en référence aux documents ci-après.

62 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

Normes ou projets de normes AFNOR applicables aux travaux de bâtiment en ce qu'elles ne


sont pas contraires au Cahier des Charges ci-dessous :

 Cahier des Charges des constructions métalliques DTU 32-1 ou DTU P22-201, en
complément des normes NF EN 1090-2 et NF P 22-101-2/CN auxquels il se réfère
 L’ensemble des Eurocodes structuraux et leur Annexes Nationales notamment :
 Eurocode 0 NF EN 1990 : Base de calcul des structures ;
 Eurocode 1 NF EN 1991 : Action sur les structures
 Eurocode 3 NF EN 1993 : Calcul des structures en acier
 Eurocode 4 NF EN 1994 : Calcul des structures mixtes acier-béton
 Eurocode 8 NF EN 1998 : Calcul des structures pour leur résistance aux séismes
 Eurocode 9 NF EN 1999 : Calcul des structures en aluminium
 Règles pour le calcul des appareils de levage (Règles FEM 1.001 édition 87 rev. 98),
 Guides de dimensionnement du CIDECT (Comité International pour le Développement et
l'Étude de la Construction Tubulaire), distribués par le CTICM :
 assemblages de sections creuses circulaires (CHS) sous chargement statique
prédominant,
 stabilité des structures en profils creux,
 assemblages de sections creuses rectangulaires (RHS) sous chargement statique
prédominant,
 fabrication, assemblage et montage des structures en profils creux.,
 poteaux en profils creux soumis à l'incendie.

5.4 TERMES ET DEFINITIONS

L’article de la norme NF EN 1090-2 s’applique.

5.5 PRODUITS CONSTITUTIFS

5.5.1 GENERALITES

Ajout : L'Entreprise doit employer impérativement des aciers ayant des caractéristiques
chimiques et physiques, au moins équivalentes à celles qui sont imposées; les origines de ces
aciers et leurs caractéristiques sont à préciser clairement dans la proposition.

Tous les produits de construction mis en œuvre doivent être conformes aux normes EN en
vigueur. Les sections utilisées pour le calcul doivent être celles réellement mises en œuvre
compte tenu des tolérances admissibles.

63 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

Chaque composant structurel de la construction classé et mis sur le marché au sein de l’Europe
devra avoir une attestation de conformité, selon la directive communautaire sur les produits de
la construction (DPC n°89-106), et qui sera matérialisée par le marque CE.

5.5.2 IDENTIFICATION, DOCUMENTS DE CONTROLE ET TRAÇABILITE

L’article de la norme NF EN 1090-2 s’applique.

5.5.3 ACIERS DE CONSTRUCTION

Ajout :

Les qualités des aciers seront déterminées par l'application de la norme NF.EN.1993. partie
1.10.

Les poutrelles laminées et les tôles seront de qualité minimale J0. Les tubes seront réalisés
sans soudure hélicoïdale par profils creux de qualité minimale J0.

Les aciers susceptibles de décollements lamellaires et sollicités dans le sens travers à leur
direction principale de laminage même partiellement, présenteront une classe de qualité Z
conforme aux exigences de la norme NF.EN.1993. partie 1.10.

La définition des aciers retenus pour les structures, lors de l'établissement du projet, est
précisée explicitement au chapitre décrivant les matériaux.
Dans l'hypothèse où l'Entreprise envisage l'emploi d'acier de nuances et qualités différentes de
celles qui sont proposées dans le projet, cette dernière doit justifier dans sa proposition les
raisons de son choix et obtenir l'accord du Maître d'Œuvre, étant entendu que, dans l'hypothèse
d'un accord favorable, la remise à jour du projet dans son ensemble est à sa charge.
Ajout : En complément de l’article 4.2.2 de NF P 22-101-2/CN, dans le cas ou la protection par galvanisation par
immersion à chaud est prévue, les aciers doivent être aptes à la galvanisation selon les prescriptions du paragraphe
Galvanisation.

5.5.4 ACIER MOULE

Les exigences définies dans la suite de ce paragraphe sont à respecter en complément des
normes EN 1090-2 et de la norme EN 10340 :2007 Aciers Moulés pour la construction.

5.5.4.1 Acier pour pièces moulées

Un acier ayant les caractéristiques de résistance mécanique de qualité 20 M6-M de la norme


NF EN10293 sera le seul utilisé dans la construction. Une analyse complète d'un échantillon
d'acier utilisé dans chaque coulée de pièces moulées sera soumise au Maître d'Œuvre.

L'acier aura un faible contenu en souffre et oxygène et sera inerte et normalisé.

L'Entrepreneur doit assurer que le carbone équivalent de l'acier est compatible avec la
procédure de soudure qu'il prévoit. Le carbone équivalent est déterminé par la formule :
Mn Cr  Mo  V Ni  Cu
CE  C   
6 5 15 64 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

Pour la compatibilité soudure, CE doit être inférieur à 0.50

Les pièces moulées auront une tolérance dimensionnelle qui sera conforme à la catégorie A de
la norme NF EN ISO 8062, sauf stipulations contraires plus sévères dans ce Livret. La
tolérance dimensionnelle des pièces moulées sera telle que la distance maximum entre les
lignes d'épure des bancs qui se coupent au centre des pièces moulées ne dépassera par 3
mm. L'Entrepreneur doit démontrer la méthode qu'il propose afin d'obtenir cette précision avant
de commencer la fabrication des pièces moulées.

Les défauts de surface et autres défauts qui ne peuvent pas être corrigés par meulage peuvent
être réparés par un procédé de soudage qui aura reçu l'approbation préalable du Maître
d'Œuvre.

Tout procédé de soudage sera conforme aux prescriptions du présent Livret. Les travaux de
réparation seront effectués par une main-d’œuvre spécialisée en la matière.

5.5.4.2 Essais sur les pièces moulées en acier

Tous les essais indiqués ci-après sont à la charge de l'Entreprise.

ANALYSE :

L'analyse de chaque coulée d'acier sera effectuée par des moyens spectrographiques. Ces
analyses seront mises à la disposition du Maître d'Œuvre ou de son représentant pour être
examinées.

ESSAIS DE TRACTION, DE LIMITE ELASTIQUE ET D'ALLONGEMENT :

Les essais de traction seront effectués en conformité avec la norme NF EN 10002-11.

ESSAIS DE RESISTANCE AU CHOC :

Les essais de résistance au choc seront effectués selon la norme NF EN 10045-1.

ESSAIS DE PLIAGE :

Les essais de pliage seront effectués selon les normes. L'Entrepreneur informera le Maître
d'Œuvre de la méthode qu'il prévoit. L'angle de pliage sera de 120° au tour d'un gabarit dont le
diamètre est de deux fois l'épaisseur de l'éprouvette.

65 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

CONTROLE VISUEL :

Toutes les pièces moulées seront examinées à l'œil nu une fois après le moulage et une autre
fois avant l'expédition à l'atelier d'assemblage, pour s'assurer de l'absence de fissures,
déchirures, piqûres ou inclusions non métalliques qui pourraient constituer des sources de
corrosion et/ou de fatigue.

La finition de surface de nœuds sera contrôlée au moment de l'expédition à l'atelier


d'assemblage pour s'assurer qu'elle correspond bien aux échantillons préalablement
approuvés.

CONTROLE PAR MAGNETOSCOPIE :

Toutes les surfaces usinées dans les zones de préparation de la soudure des pièces moulées
ainsi que les surépaisseurs où des changements abrupts dans l'épaisseur de la pièce seront
contrôlés par la méthode de magnétoscopie.

Le but de ce contrôle est de s'assurer :

 qu'il n'existe aucune fissure, déchirure ou autre défaut linéaire,


que les indications qui résultent d'une microporosité éventuelle ou bien d'autres défauts
n'excèdent pas celles définies dans le document n°342.05 du Centre Technique des Industries
de la Fonderie.

Critère à respecter :

 linéaire : LM 1 (sévère) à 5 (tolérant)


 surfacique : SM 1 (sévère) à 5 (tolérant)

CONTROLE RADIOGRAPHIQUE :

Le contrôle radiographique sera effectué en conformité avec le document n°341.02 édité par le
BNIF.

Les prototypes des nœuds moulés de chaque série subiront un contrôle radiographique
complet par les techniques des rayons X ou des rayons Gamma. Ces techniques produiront
une qualité radiographique d'une sensibilité de 2 % sur un Indicateur de Qualité d'Image (IQI).

Les défauts acceptés seront les suivants :

 Les zones de préparations de soudure, les trous taraudés et les surfaces assujetties à
des efforts importants correspondront à la norme :
 ASTM.E446 classe 1 pour les défauts linéaires
 ASTM.E446 classe 2 pour les autres défauts
 ASTM.E446 classe 3, pour les pièces inférieures à 50 mm d'épaisseur

66 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

 ASTM.E186 classe 4, pour les pièces de 50 mm d'épaisseur et plus


Par ailleurs, une radiographie sera effectuée au hasard sur les zones de préparation de la
soudure de chaque série de nœud coulé, de façon à ce que l'examen porte au moins sur 10 %
de ces zones, et celles-ci correspondant aux caractéristiques indiquées précédemment ainsi
que des morceaux des pièces moulées qui, d'après les essais sur les prototypes, sont
susceptibles à défaut, seront vérifiées.

CONTROLE DE SOUDURE DE REPARATION

Toutes les soudures de réparation seront contrôlées par magnétoscopie après le meulage.
Toutes les pièces qui présenteront des anomalies seront refusées.

Dans le cas où, un défaut aura entraîné l'enlèvement de plus de 25 % de l'épaisseur minimale
saine de la paroi, la soudure sera, de plus radiographiée.

Les soudures de réparation défectueuses seront ressoudées seulement si le Maître d'Œuvre a


donné son accord.

ESSAIS DES PROTOTYPES :

Un modèle en bois de chaque pièce moulée sera réalisé et soumis au Maître d'Œuvre pour
valider la forme définitive des pièces.

Des prototypes de pièces moulées seront soumis à des essais de surcharge. Pendant les
essais, les surcharges seront appliquées en six directions. Quatre charges différentes seront
appliquées à chaque prototype. Le niveau de surcharge appliqué sera jusqu'à deux fois les
charges de service. Les essais seront enregistrés par des jauges électriques de résistance de
contraintes. La direction des charges ; la valeur de la surcharge et la position des jauges sont à
déterminer avec le Maître d'Œuvre.

En plus des prototypes destinés à être soumis à des essais, un exemple de chaque modèle de
pièce moulée sera fabriqué. Trois échantillons seront découpés dans chacun de tous ces
prototypes et modèles. L'emplacement exact de ces découpes sera déterminé après
soumission des calculs détaillés des pièces moulée. A partir de ces trois découpes, un
échantillon sera assujetti à l'essai 2) cité au-dessus et trois échantillons seront assujettis à
l'essai 3) cité au-dessus. Ces essais seront effectués avant le début de la production des
pièces moulées. Sous l'hypothèse que les résultats sur les premiers prototypes soient
satisfaisants, les prototypes des autres formes de pièces moulées pourront être soumis aux
essais pendant la production.

ETAT DE SURFACE :

Etat de surface : La qualité de l'état de surface des surfaces visibles des pièces moulées
correspond au minimum à la classe 2S2 des recommandations 341-02 du BNIF, et est au
moins égale à la qualité des pièces prototypes retenues comme références dans le dossier
d'exécution.

67 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

Les surfaces apparentes ne comportent pas de coupe de masselotte.

Les surfaces apparentes ne sont pas meulées.

La position des joints de moule doit recevoir l'approbation préalable du Maître d'Œuvre.

5.5.5 PRODUITS CONSOMMABLES POUR LE SOUDAGE

Ajout : Le métal d'apport de soudure présente des propriétés mécaniques, dans sa condition
après traitement thermique/recuit de détente, égales ou supérieures aux minima spécifiés pour
l'élément à souder dans sa condition finale.

5.5.6 ELEMENTS DE FIXATION MECANIQUE

(1) Ajout : Sauf disposition particulière, toute boulonnerie autre que la boulonnerie inoxydable
est galvanisée, shérardisée, ou soumise à un autre traitement de surface agréé par le Maître
d'Œuvre et le Contrôleur technique. Pour toute boulonnerie galvanisée ou shérardisée de
qualité supérieure à 8.8, la méthodologie de shérardisation, y compris détails de tout traitement
chimique et thermique qu'elle aura subi, doit être soumise au Maître d'Œuvre pour approbation
avant acceptation (cf. §F.2.2 de l’EN 1090-2, un décapage mécanique et/ou l’utilisation de
boulonnerie label NF permet de se prémunir des risques de fragilisation par l’hydrogène).

(2) Ajout : Les boulons de qualité 5.8 et 6.8 sont à éviter (allongement à la rupture trop faible)
sauf dispositions spéciales suivantes :

 Le perçage des trous est ramené à d + 1 mm.


 La majoration du nombre des boulons.
 (3) Ajout : Les boulons non précontraints devront comporter le marquage « SB CE »
conformément à la norme NF EN 15048.
(4) Ajout : Boulonnerie à serrage contrôlé : la boulonnerie est de qualité 8,8 au minimum, label
NF. Les boulons doivent être conformes à la norme NF EN 14399 et de type HR.

(5) Ajout : Assemblages par boulons à sertir (genre rivelons), l'emploi de ces boulons doit être
préalablement soumis à l'accord du Maître d'Œuvre. En règle générale, leur utilisation est
réservée aux éléments secondaires en treillis exécutés en atelier. Deux catégories de boulons
peuvent être utilisées, d'une part les boulons en acier à 60 kg/mm² de limite élastique travaillant
au cisaillement, d'autre part, les boulons en acier à 80 kg/mm² de limite élastique (dits HR),
faisant intervenir dans la résistance des assemblages le frottement des pièces en contact. Les
boulons doivent être protégés contre la corrosion (cadmiage ou zingage). Par ailleurs, le
dimensionnement, la pose et le contrôle de ces boulons doivent être effectués conformément
aux spécifications du Cahier des Charges de mise en œuvre du fabricant.

68 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

5.6 PREPARATION ET ASSEMBLAGES

(1) Ajout : Pour les opérations sur site, en extérieur, la géométrie de fabrication est
constamment adaptée, pour chaque partie d’ouvrage, en fonction des températures ambiante
de travail.

(3) Ajout : L'oxycoupage manuel est proscrit, sauf autorisation écrite du Maître d'Œuvre. En
particulier, l'oxycoupage manuel des chanfreins à souder n'est pas autorisé.
Le transport, la manutention et le stockage sur le chantier, de tous les éléments de la charpente sont à
exécuter avec toutes les précautions nécessaires afin d'éviter les détériorations de toute nature.

 Les éléments sont stockés de manière à ne subir aucune déformation.


 Pendant le stockage, on prend soin d’éviter tout contact avec le sol, et les bois sont
protégés des intempéries. L’entreprise doit assurer la protection des éléments de
structure ou d’ossature durant la phase chantier si ceux-ci comportent des matériaux
isolants.
Les éléments assemblés par connecteurs métalliques ou goussets sont manipulés de façon
telle que leur plan moyen soit maintenu sensiblement vertical.

Dans le cas de détérioration accidentelle de certains éléments au cours de ces différentes


opérations, l'Entreprise a l'obligation d'effectuer à sa charge les réparations nécessaires avant
montage ; ces interventions en atelier ou sur chantier ne doivent en aucun cas modifier les
capacités initiales de résistance des éléments considérés.

L'Entreprise est tenue de régler les problèmes des aires de stockage sur chantier l'utilisation
des engins de levage et le programme de montage dans le cadre du planning d'ensemble avec
les autres intervenants.

5.7 SOUDAGE

(1) Ajout : L'agrément des soudeurs appelés à travailler sur les ossatures, ainsi que le contrôle
et la réception des soudures, en atelier et sur le chantier, doivent être effectués suivant les
directives et par les soins d'un organisme qualifié agréé par le Maître d'Œuvre.

Les soudures devront être acceptées par le Maître d'Œuvre sur le plan esthétique.

Pour tout joint dont la performance ne peut pas être clairement prévue par les normes
acceptées, l'Entrepreneur effectuera une série d'essais de prototypes pour vérifier la
performance.

L'entrepreneur a à sa charge le calcul et la conception détaillée de toutes les soudures,


notamment le profil aux joints, le type d'électrodes, le voltage, le débit, etc.

(2) Ajout : Programme de soudage et dossier de contrôle.

L'Entreprise doit fournir au Maître d'Œuvre et au Bureau de Contrôle, les documents suivants :
(pour les classes d’exécution EXC2, EXC3 et EXC4)

 les qualifications des soudeurs et des opérateurs en cours de validité,

69 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

 le programme de soudage,
 qualification du mode opératoire de soudage,
 les fiches de vérification prévues par la norme NF EN 12062
 les procès-verbaux d'essais effectués par l'organisme agréé,
 les frais correspondant à ces diverses prestations sont à prendre en compte par
l'Entreprise,
 Le système de soudure sur les pièces en acier moulé devrait prendre en compte la
composition de la pièce moulée (plus particulièrement le carbone équivalent).
(3) Modification : D’autre procédés de soudage ne sont pas autorisés sauf autorisation écrite de
la Maîtrise d’Œuvre.

(5.6) Ajout : L'entrepreneur n'effectue aucune soudure qui n'est pas indiquée sur les plans,
même pour réaliser un assemblage provisoire à moins qu'il n'en ait soumis la proposition du
Maître d'Œuvre et obtenu son autorisation.

(5.9) Ajout : Sauf mention particulière ou approbation préalable particulière du Maître d'Oeuvre,
les soudures bout à bout à pénétration partielle ne sont pas utilisées.

5.8 FIXATIONS MECANIQUES

Les jeux d’assemblages respecteront la NF EN 1090, sauf spécifications plus contraignantes.

(1) Ajout :

L'entrepreneur a à sa charge le calcul et la conception détaillée de tous les assemblages.

Le boulonnage est réalisé conformément aux plans. En particulier la position relative des têtes
de boulons et écrous est scrupuleusement respectée. Pour un même assemblage, les têtes de
boulons doivent se trouver d'un même côté. Les boulons sont disposés bien en ligne.

(9) Ajout :

Tous les assemblages qui pourront être assujettis à la vibration ou l'inversion des contraintes
sont bloqués pour empêcher le desserrage. Le blocage est assuré par serrage, collage contre
les écrous ou autre moyen agréé par le Maître d'Œuvre.

Des pièces d’assemblages pourront être réalisées par moulage. Les nuances d’acier seront les
mêmes que les pièces assemblées. Chaque pièce moulée devra être réceptionnée par la
Maitre d’Œuvre.

5.9 MONTAGE

(1) Ajout : La conception de l'ouvrage et les contraintes qui s'y rattachent imposent à
l'Entreprise une analyse complète de toutes les sujétions inhérentes au montage et au réglage
de l'ossature.

70 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

En conséquence, la prestation relative au présent lot doit comprendre, outre les moyens de
levage adaptés au chantier, la fourniture, le montage et le démontage de tous les dispositifs
complémentaires nécessaires à la bonne exécution des travaux, et notamment
contreventements, étaiements, haubanages, échafaudages, filets de protection, etc., de
caractère provisoire, qui ne sont pas indiqués explicitement dans le présent marché, car
considérés comme du ressort exclusif de l'Entreprise.

Il en est de même pour tous les travaux de renforcements localisés de l'ossature, pouvant
résulter des solutions de montage retenues par l'Entreprise, ainsi que de l'étude d'exécution
relative à ces choix.

Le marché de l'Entreprise du présent lot est réputé tenir compte de la totalité de ces sujétions.

(4) Ajout : L'implantation des ouvrages s'effectue à partir des repères fixes de référence dont
l'Entrepreneur du présent lot assure sous sa responsabilité la mise en place et l'entretien ; ces
repères disposés en dehors de l'emprise des ouvrages servent de base pour l'implantation et le
nivellement de la charpente métallique.

(5) Ajout :

L'Entrepreneur titulaire du présent lot doit avant livraison de la charpente suivant le planning
d'exécution :

 soit fournir les platines avec tiges d'ancrages (platine pré scellée),
 soit indiquer les réservations pour boulons d'ancrage.
La fourniture des clefs d'ancrage est à la charge du lot Gros Œuvre.La fourniture et la mise en
place des tiges ou boulons d'ancrage, ainsi que le bétonnage des boîtes d'ancrages sont à la
charge du présent lot.

Le calage fin des appuis est à la charge du présent lot.

(6) Ajout :

La remise en conformité des éléments détériorés en atelier ou sur chantier ne doit en aucun cas
modifier les capacités initiales de résistance des éléments considérés.

L'Entreprise est tenue de régler les problèmes suivants dans le cadre du planning d'ensemble
avec les autres intervenants :

 aires de stockage sur chantier,


 utilisation des engins de levage,
 programme de montage.
(7) Ajout :

Le transport, la manutention et le stockage sur le chantier, de tous les éléments de l'ossature


métallique, sont à exécuter avec toutes les précautions nécessaires afin d'éviter les
détériorations de toute nature.

Dans le cas de détérioration accidentelle de certains éléments au cours de ces différentes


opérations, l'Entreprise a l'obligation d'effectuer à sa charge les réparations nécessaires avant
montage ; ces interventions en atelier ou sur chantier ne doivent en aucun cas modifier les
capacités initiales de résistance des éléments considérés.

71 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

L'Entreprise est tenue de régler les problèmes :

 des aires de stockage sur chantier,


 d'utilisation des engins de levage,
 du programme de montage.
Dans le cadre du planning d'ensemble avec les autres intervenants.

5.10 PROTECTION CONTRE LA CORROSION

5.10.1 GENERALITES

L'Entreprise doit respecter les normes, règlements, décrets et règles de l'art, applicables à la
profession, et notamment :

 Les normes NF EN10-238 et FD35-512 relatives aux produits grenaillés pré peints et leur
mise en œuvre.
 La norme NF EN ISO 12944-5 anticorrosion des structures en acier par systèmes de
peinture.
 La norme NF EN ISO 12944-2 détermination des classes de corrosivité
 La norme NF EN ISO 12 944-3 dispositions constructives
 Règlement particulier de la marque « ACQPA » systèmes anticorrosion par peintures.
 La norme ISO 8501-1 degré de préparation de surface
 La norme ISO 8501-3 degré de préparation des imperfections d’acier avant décapage
 La norme ISO 8503-1 et 2 rugosité de surface
 Le Fascicule 56
 La norme NFT 30124 mesure des épaisseurs sèches pour réception
 La norme ISO 19840 mesure des épaisseurs sèches pour réception
 Les Normes NF EN ISO 4628-1 à -5 et -7 de septembre 2003 concernant les peintures.

Par ailleurs, toutes précautions doivent être prises pour faciliter l'application de la protection
antirouille, à savoir :

 Toutes les surfaces doivent être aisément accessibles.


 Les dispositions constructives créant des réceptacles d'eaux ou de poussières sont à
éviter dans la mesure du possible.
 Les structures tubulaires ou en caisson doivent être parfaitement obturées.

72 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

5.10.2 PROTECTION PAR PEINTURE SUR PRODUITS LAMINES NOIRS

Tous les éléments de l'ossature métallique doivent être préalablement brossés, dégraissés, et
nettoyés de toutes salissures.

Après exécution des éléments d'ossature en atelier (soudage, assemblage, etc.), les éléments
de l'ossature métallique doivent être, après décapage par projection d’abrasif au degré Sa 2 ½
suivant ISO 8501-1 avec une rugosité moyen G suivant ISO 8503-1&2 suivi d’un dépoussiérage
soigné, protégés contre la corrosion, par application en atelier, d'une couche de primaire époxy
zinc silicate complexe à séchage rapide. (Épaisseur 40 à 50 microns par couche film sec).
Après séchage, application d'une couche intermédiaire époxy vinylique à séchage rapide
(Épaisseur 110 microns film sec).

Après montage et réglage de l'ossature, il est procédé au nettoyage, à une préparation de


surface adaptée aux désordres et à toutes les retouches nécessaires pour reconstituer à
l’identique la protection réalisée en atelier, y compris sur les boulons

Toutes les surfaces destinées à être enrobées de béton ou à assurer un contact électrique
entre les pièces, ou qui sont assujetties à une recherche d'adhérence béton sur métal ou métal
sur métal ne sont pas peintes et la couche primaire doit être décapée à la brosse métallique.

Dans le cas de soudure sur chantier, il est procédé au meulage de la zone concernée avant
soudage, puis au décapage par projection d’abrasif au degré Sa 2 ½ du cordon de soudure et
de la surface avoisinante, avant l’application de la peinture de protection nécessaire pour
reconstituer à l’identique la protection réalisée en atelier.

Enfin, application sur site d'une couche de finition polyuréthanne aliphatique non jaunissante.
(Épaisseur 40 microns film sec).

L'Entrepreneur devra garantir l'application «7 Ans Ri3» suivant « OHGPI ». .A cet effet elle
remettra impérativement l’attestation d’homologation de garantie anticorrosion délivrée par
l’OHGPI

Les travaux seront effectués par une Entreprise spécialisée dans l'application de produits
suivant la description précédente. Cette Entreprise doit être agréée par le Maître d'Œuvre.

La peinture définitive des ouvrages est à la charge du présent lot.

La couleur sera selon le choix de l’Architecte.

5.10.3 PROTECTION PAR PEINTURE SUR PRODUITS LAMINES NOIRS, APRES GRENAILLAGE

Ce chapitre 1.1.3 ne devrait faire qu’un avec le 1.1.2 sauf si cela concerne des ouvrages
particuliers effectués sous fascicule 56 type ouvrage d’art, ou fait l’objet de garanties
particulières et dans ce cas il faut développer différemment.

PREPARATION DES SURFACES EN ATELIER :

Les éléments peints de l'ossature métallique, réalisés à l'aide de tôle et de profilés laminés à
chaud, doivent être dégraissés puis grenaillés ou sablés, conformément aux normes ci-après :

73 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

 norme NF EN 10-238 "Produits grenaillés et peints fabriqués de façon automatique",


 norme NF A35-512 "Recommandations quant à la mise en œuvre et à l'emploi des
produits grenaillés et peints de façon automatique".
 norme NF EN ISO 8501 "Préparation des subjectiles d'acier avant application de
peintures et de produits assimilés — Évaluation visuelle de la propreté d'un subjectile."
 norme NF EN ISO 8503 "Préparation des subjectiles d'acier avant application de
peintures et de produits assimilés. Caractéristiques de rugosité des subjectiles d'acier
décapés".
Le grenaillage se fera par projection d’abrasifs au degré de soin Sa 2 ½ selon la norme
NF EN ISO 8501-1.

Il devra être pratiqué un dépoussiérage soigné.

Il est demandé à l’Entreprise du présent lot de ne pas stocker l’acier grenaillé sans protection
contre la corrosion.

COUCHE PRIMAIRE EN ATELIER :

Après exécution des éléments d'ossature en atelier (soudage, assemblage, etc.), les éléments
de l'ossature métallique doivent être protégés contre la corrosion, par application en atelier,
d'une couche de primaire époxy zinc silicate complexe à séchage rapide. (Épaisseur 50
microns par couche film sec).

COUCHE INTERMEDIAIRE EN ATELIER :

Après séchage, application au pistolet d'une couche intermédiaire avant peinture de finition
époxy vinylique à séchage rapide, avec délai de recouvrement de 18 mois (Épaisseur 110
microns film sec).

TRAVAUX PRELIMINAIRES CHANTIER :

Nettoyage par tous moyens appropriés des polluants.

Dans le cas de soudure sur chantier, il est procédé au meulage de la zone concernée avant
soudage ou décapage Sa 2 ½ de la soudure, avant l’application de la peinture de protection
nécessaire pour reconstituer à l’identique la protection réalisée en atelier.

Pour les zones dégradées au transport et manutention, préparation identique et reconstitution


dans ces zones de la protection d’atelier.

COUCHE DE FINITION CHANTIER :

La peinture définitive des ouvrages est à la charge du présent lot.

74 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

Application au pistolet sur site d'une couche de finition polyuréthane acrylique à durcisseur
aliphatique non jaunissante 40µ.

AGREMENT ET GARANTIES :

Les travaux seront effectués par une Entreprise spécialisée dans l'application de produits
suivant la description précédente. Cette Entreprise doit être agréée l’OHGPI.

L'Entrepreneur devra obtenir de l’OHGPI la garantie « 7 ans Ri3 ».

Le système doit être certifié ACQPA et il doit être appliqué dans les conditions fixées par
l’ACQPA.

La réception du revêtement ne sera prononcée que si les épaisseurs contrôlées répondent aux
exigences du niveau A du DRC-2 (document OHGPI sur la base de la NF EN ISO 19840,
"Peintures et vernis — Anticorrosion des structures en acier par systèmes de peinture —
Mesure et critères d'acceptation de l'épaisseur d'un feuil sec sur des surfaces rugueuses).

5.10.4 PROTECTION PAR PEINTURE SUR PRODUITS LAMINES PREPEINTS

Le prépeint normalisé n’est plus que rarement utilisé aujourd’hui et ne devrait pas faire l’objet
d’un chapitre particulier. L’OHGPI n’en tient pas compte dans les garanties, il le considère
comme une protection provisoire

Tous les éléments de l'ossature métallique, réalisés à l'aide de tôle et de profilés laminés à
chaud, doivent être grenaillés ou sablés et pré peints, conformément aux normes ci-après :

 Norme NF EN ISO 8501-1 « degrés de rouille et de préparation des subjectiles d’acier


non recouvert et des subjectiles d’acier après décapage sur toute la surface des
revêtements précédents ».
 Norme NF EN ISO 8503-2 « méthode pour caractériser un profil de surface en acier
décapé par projection d’abrasif… ».
 Norme NF EN 10-238 "Produits grenaillés et pré peints par traitement automatique".
 Norme NF A35-512 "Recommandations quant à la mise en œuvre et à l'emploi des
produits grenaillés et peints de façon automatique".
Dans le cadre des travaux sur l’ossature métallique en atelier (soudage, assemblage, etc.), il
est procédé au meulage de la zone concerné avant soudage, puis au brossage et au nettoyage
de la soudure, avant l’application de retouche de peinture de protection.

Après exécution des éléments d'ossature en atelier (soudage, assemblage, etc.), les éléments
de l'ossature métallique doivent recevoir, par application en atelier, d'une couche définitive
époxy à haut extrait sec chargé d'oxyde de fer micacé. (Épaisseur 125 microns film sec).

Après montage et réglage de l'ossature, il est procédé au nettoyage et à toutes les retouches, y
compris sur les boulons.

75 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

Toutes les surfaces destinées à être enrobées de béton ou à assurer un contact électrique
entre les pièces, ou qui sont assujetties à une recherche d'adhérence béton sur métal ou métal
sur métal ne sont pas peintes et la couche primaire doit être décapée à la brosse métallique.

Dans le cas de soudure sur chantier, il est procédé au meulage de la zone concerné avant
soudage, puis au brossage et nettoyage de la soudure, avant l’application de la peinture de
protection.

Enfin, application sur site d'une couche de finition polyuréthane aliphatique non jaunissante.

Les travaux seront effectués par une Entreprise spécialisée dans l'application de produits
suivant la description précédente. Cette Entreprise doit être agréée par le Maître d'Œuvre.

La peinture définitive des ouvrages est à la charge du présent lot.

L'Entrepreneur devra garantir l'application «7 Ans cliché 7, Re3 » suivant « OHGPI ».

La couleur sera selon le choix de l’Architecte.

5.10.5 PROTECTION PAR GALVANISATION

5.10.5.1 Généralités

Tous les éléments de l'ossature métallique doivent être préalablement brossés, dégraissés et
nettoyés de toutes salissures.

Après exécution des éléments d'ossature en atelier (soudage, assemblage, etc.), les éléments
de l'ossature métallique doivent être protégés contre la corrosion par galvanisation à chaud
(hors boulonnerie, pour la boulonnerie se référer au chapitre 5.1.10.5.3.4), par immersion des
pièces (après décapage) dans un bain de zinc fondu (environ 450°) ; l'épaisseur du revêtement
de zinc est conforme à la norme NF EN ISO 1461 (de juillet 2009). Une attestation de
conformité aux prescriptions de la norme NF EN ISO 1461 devra être fournie.

La conception et la réalisation des pièces métalliques, destinées à la galvanisation, et


l’opération de galvanisation devront être conforme à la norme NF EN ISO 14713 (de mars
2010) qui précise les précautions nécessaires pour satisfaire une bonne qualité de
galvanisation.

Tous les ensembles métalliques pré façonnés sont exécutés en tenant compte des diverses
sujétions inhérentes au procédé de galvanisation à chaud ; leur conception doit permettre
d'éviter les risques de déformation permanente, de limiter les phénomènes de dilatation
différentielle entre les composants de masse différente, d'assurer une bonne circulation des
acides et du zinc sur toutes les surfaces, etc. Le repérage des pièces est réalisé par
poinçonnage à froid ou par étiquetage, à l'aide de témoins en tôle d'acier fixés sur les éléments
d'ossature.

Les aciers étant destinés à la galvanisation, les teneurs en silicium et phosphore devront être
conformes aux catégories de composition chimiques des aciers définies par la norme NF A35-
503 (de juin 2008). Ils seront du type non effervescent de catégories B ou C (soumis à
l’approbation de la maîtrise d’œuvre dans le cas d’une catégorie C), et l’épaisseur de zinc devra
être de 100µm minimum et garantir une durée de vie de 12 ans à partir de la date de livraison
de l’ouvrage.

76 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

Pour les aciers type mécanique, les teneurs en silicium et phosphore seront vérifiées afin qu’ils
soient galvanisables.

Un certificat de réception 3.1A ou 3.1B selon la norme NF EN 10204, lors de la livraison des
aciers, confirmera le respect de la présente exigence particulière.

L'Entreprise doit tenir à la disposition du Bureau de Contrôle et du Maître d'Œuvre, les fiches
attestant de la conformité de la galvanisation aux spécifications mentionnées.

5.10.5.2 Retouches

L'entrepreneur présente au Maître d’œuvre une proposition complète et justifiée pour toute
procédure et matériau de réparation, et obtient son approbation, préalablement à tous travaux.
Les retouches sont effectuées conformément à la fiche technique jointe au dossier d'exécution
et approuvée par le Maître d’œuvre et le Contrôleur technique.

En cas d'endommagement de la galvanisation, la reconstitution de la protection est effectuée


conformément au présent document, soit par la re-protection intégrale, soit par une procédure
de réparation. La retouche sur site est à éviter formellement. En cas de retouche indispensable,
préférer une peinture riche en zinc de minimum 100µm.

Avec autorisation de la Maîtrise d’Œuvre, les zones où la galvanisation est légèrement


endommagée sont décapée à blanc et réparées avec une peinture riche en zinc (90% de zinc
sur film sec) et dont l’épaisseur n’est pas inférieure à 100microns. La surface endommagée ne
peut excéder 0,5% de la surface totale de l’élément. Le type de peinture est à soumettre à
l’approbation de la Maîtrise d’Œuvre.

Les retouches ne sont admises que pour des détériorations superficielles et localisées,
lorsqu'elles permettront de reconstituer correctement le complexe de protection prévu. En cas
d'impossibilité des retouches conformes, l'élément dégradé est intégralement re-protégé en
atelier.

Si nécessaire, l’entrepreneur redresse les éléments de charpente qui ont subit des
déformations suite à l’immersion dans le bain de zinc.

L'Entreprise doit tenir à la disposition du Bureau de Contrôle et du Maître d'Œuvre, les fiches
attestant de la conformité de la galvanisation aux spécifications mentionnées.

5.10.5.3 Finition sur galvanisation

En cas de peinture sur galvanisation, une préparation de surface et un système de peinture


adaptés devront être déterminés avec le galvanisateur qui attestera de son assurance.

Le thermolaquage de l'acier galvanisé, aussi appelé "traitement duplex", s’il est mis en œuvre,
sera conforme au paragraphe «thermolaquage ».

5.10.5.4 Assemblages

COMPATIBILITE GALVANIQUE

77 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

Le titulaire du présent lot s’assurera de la non corrosion bi-métallique avec les éléments
notamment Inox ou autres. Pour ce, il mettra en place une protection par intercalaire, bague
dure de type Repkot ou équivalent ou autre dispositif, si nécessaire et suivant les efforts à
reprendre, ayant reçu l’accord de la MOE.

ASSEMBLAGES TRAVAILLANT AU FROTTEMENT

Pour les assemblages travaillant au frottement, le coefficient de frottement étant diminué suite à
la galvanisation, un grenaillage de surface sera appliqué afin d’obtenir un meilleur coefficient de
frottement.

Une alternative de protection anticorrosion est sinon l’application de peinture à coefficient de


frottement.

SOUDURE

Au droit des assemblages soudés après galvanisation des éléments d'ossature, les zones
affectées par l'opération de soudure sont soigneusement décalaminées et reconditionnées par
application de plusieurs couches de peinture riche en zinc.

La préparation de surface sera, soit un décapage par projection d'abrasifs, soit un meulage au
disque abrasif.

L'élimination du laitier de soudage avec un marteau à piquer, complétée par un brossage ST2 à
la brosse métallique peuvent également être utilisés.

La peinture riche en zinc qu'il faut ensuite appliquer répond à la définition suivante : peinture
dont la pigmentation inhibitrice est constituée exclusivement par de la poussière de zinc en
quantité suffisante dans le feuil sec pour lui permettre de jouer un rôle de protection cathodique
à l'égard du subjectile en acier avec lequel il est en contact. Selon la norme NF EN ISO 12944-
5 la teneur en pigment de poussière de zinc dans l'extrait sec de la peinture est égale ou
supérieure à 80 % en masse.

La peinture riche en zinc utilisée sera certifiée par l’ACQPA.

L'épaisseur à appliquer est d'au moins 100 microns, mesurée sur film sec.

BOULONNERIE

La boulonnerie sera en acier galvanisé à l'exclusion de l'acier électro-zingué.

Sur les pièces filetées, créer un jeu supplémentaire égal à 4 fois l’épaisseur du revêtement.

78 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

5.10.6 PROTECTION PAR SHERARDISATION

La shérardisation des pièces sera effectuée conformément à la norme NF EN ISO 14713-3.

Tous les boulons d'usage général doivent être shérardisés selon la norme NF EN A91-460,
Classe 20. Les boulons vus doivent recevoir une couche de finition, la même que celle exigée
pour la charpente.

5.11 TOLERANCES GEOMETRIQUES

5.11.1 GENERALITES

L’article de la norme NF EN 1090-2 s’applique.

(1) Ajout :

Le montage et le réglage de l'ossature métallique doivent être effectués sur le chantier, selon
les règles de l'art, en observant soigneusement les aplombs, les alignements et les niveaux. Il
s’assurera de la compatibilité de ces tolérances avec l’exécution des opérations d’assemblages
sans entrainer de contraintes permanentes dans la structure.

L'Entreprise sera responsable et supportera les frais occasionnés lors de la mise en œuvre des
autres corps d'état par le non-respect des tolérances maximales indiquées ci-après :

5.11.2 TOLERANCES DE FABRICATION

Les tolérances de fabrication respecteront l’annexe D de l’EN1090 en classe 2, classe la plus


restrictive, sauf spécifications supplémentaires.

5.11.3 TOLERANCES PREALABLES AU MONTAGE

Les tolérances de fabrication respecteront l’annexe D de l’EN1090 en classe 2, classe la plus


restrictive sauf spécifications supplémentaires.

5.11.4 TOLERANCES DE MONTAGE

Les tolérances de fabrication respecteront l’annexe D de l’EN1090 en classe 2, classe la plus


restrictive sauf spécifications supplémentaires.

En général, les tolérances devront être compatibles avec la mise en œuvre des planchers et
revtements prévus. Les tolérances minimales et maximales devront être définies et validées en
interface avec ces lots.

79 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

TOLERANCES D'IMPLANTATION

L'écart entre les axes réels d'un poteau et les axes théoriques d'implantation est limité à + ou -
5 mm.

TOLERANCES DE NIVELLEMENT

L'écart entre le niveau réel d'un appui (poteaux, poutres, etc.) et le niveau théorique imposé est
limité à + ou - 5 mm.

TOLERANCES DE VERTICALITE

Le faux aplomb d'un poteau est limité à H/1000 avec maximum de 15 mm. (Tolérances non
cumulables d'un tronçon à l'autre).

5.12 CONTROLES, ESSAIS ET REPARATIONS

(1) Ajout :

L'Entrepreneur effectuera des essais sur les plaques d'assise avant et après soudage en vue
du risque de défauts dans la plaque qui peuvent provoquer sa déchirure sous les efforts de
traction.

Aux positions où des platines ou tubes sont soudés sur la paroi d'un plus grand tube, les efforts
dans le plus grand tube seront contrôlés selon la norme appropriée ou, à défaut, selon une
norme acceptée par le bureau de contrôle ou, à défaut, les essais seront effectués.

(2) Ajout :

L'Entreprise doit communiquer au Maître d'Œuvre et au Bureau de Contrôle, les fiches de


vérification concernant le serrage des boulons établis conformément à l’article 12.5.2 de la
norme NF EN 1090-2

5.13 ELEMENTS NON INCLUS DANS NF EN 1090-2

Les paragraphes suivants traitent du sujet dont NF NE 1090-2 ne traite pas.

80 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

5.13.1 CABLES ACIER INOXYDABLE

5.13.1.1 Matériaux

NUANCES ET NORMES

Les normes de la série A 47-200 (ou EN 12xxx et EN 13xxx) sont appliquées, ainsi que la
norme ISO 2408.

Les câbles et accessoires sont en acier inoxydable de type austénitique au chrome nickel
molybdène de nuance X5CrNiMo17-12-2 d’après la NF EN 10264-4 (équivalent « 316 » dans la
désignation américaine).

Les embouts sont conformes à la norme NF ISO 4558.

COMPOSITION DES CABLES

Les câbles sont de type rigide monotoron. Le pas de l'hélice des brins est choisi par
l'entrepreneur en fonction des besoins de rigidité spécifiés et en garantissant l'intégralité des
câbles aux points de courbure.

Le rayon de cintrage minimal admissible du câble est de 10 fois son diamètre.

L'entrepreneur précise les caractéristiques suivantes pour chaque câble :

 diamètre du câble
 section d'acier
 composition
 Propriétés mécaniques
Les efforts pondérés ou extrêmes dans les câbles sont inférieur à la valeur FRd de calcul de
résistance à la traction conformément aux spécifications de L’EC3 partie 1-11 §6.2.

L'ouvrage a été conçu avec les câbles de module de Young 130kN/mm² avec résistance
nominale à la rupture de 1770N/mm².

Les câbles et équipements ont les caractéristiques nécessaires pour répondre aux
performances calculées.

L'entrepreneur précise la résistance à la rupture minimum garantie.

5.13.1.2 Contrôles

Les câbles sont contrôlés pour toute imperfection. Ils ne doivent pas comporter d'imperfections
ou de fils non tendus au tissage, ou sortant du corps du câble.

Les câbles sont réceptionnés par l'entrepreneur conformément à la norme NF X 51 001.

81 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

5.13.1.3 Fabrication

Les câbles ne sont coupés que par disque Carborundum ou autre outil mécanique approuvé.
L'oxycoupage n'est pas permis.

Aucun jointoiement ou éclissage des brins ou des câbles n'est permis. Des soudures faites
avant étirage du fil sont permises. Le jointoiement par soudure des fils uniques est permis à
condition que l'entrepreneur démontre par essais que les câbles jointoyés atteignent la charge
minimale de rupture d'un câble non jointoyé.

5.13.1.4 Equipements (accastillage)

On comprend dans les équipements de câbles les embouts, les sertissages intermédiaires et
les ridoirs.

EMBOUTS

Sauf disposition particulière, les embouts sont fixés par sertissage.

Afin de réduire les risques de fatigue, les embouts sertis sont proscrits sur les câbles de
diamètre supérieur à 25 mm.

MANCHONS INTERMEDIAIRES

Les manchons intermédiaires sertis ont une résistance minimale au glissement de 25% de la
charge de rupture du câble.

Le coefficient de sécurité minimal contre la rupture sous charge statique des bagues serties, est
égal à 2,1 sur les efforts pondérés ou extrêmes.

SPREADER BENDS

Les Spreader Bends doivent assurer le support du câble avec un rayon de courbure du câble
supérieur à 20 fois le diamètre du câble.

Ils sont sertis sur le câble. Le plan de la courbure et l'angle de la courbe doivent être clairement
marqués sur la pièce.

L'entrepreneur doit démontrer par essais que la résistance de l'assemblage entre câble et
Spreader Bend excède la différence maximale d'effort pondéré dans le câble à travers le
Spreader Bend par un coefficient égal ou supérieur à 4.0.

ASSEMBLAGES FILETES

82 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

Tout assemblage par filetage est effectué de manière à empêcher un desserrement accidentel.
Les rondelles freins sont utilisées en conséquence lorsque possible. Un blocage chimique
(Loctite ou similaire) non définitif est utilisé dans les autres cas.

Les assemblages filetés entre éléments en acier inoxydable qui doivent être réglable,
(notamment les ridoirs), sont munis d’une bague intercalaire en cuivre ou autre métal plus doux
que l'acier, afin d'empêcher le blocage des filets.

RIDOIRS ET CHAPES

Les chapes et axes sont en acier inox avec intercalaire ou autre dispositif agréé par la MOE
permettant la protection contre la corrosion bimétallique.

5.13.1.5 Corrosion

Tous détails d'équipements et d'assemblage des câbles sont conçus pour éviter la rétention
d'eau en contact avec les surfaces inoxydables.

5.13.1.6 Fatigue

Tous détails d'équipements et d'assemblage des câbles sont conçus pour éviter les
excentricités résultant en des flexions susceptibles à engendrer des problèmes de fatigue dans
le câble.

5.13.1.7 Pré-étirage et marquage

Chaque câble est pré étiré et marqué en usine.

Chaque câble est soumis à des cycles de charges entre 10% et 45% de sa charge minimale de
rupture. A la fin du cinquième cycle, la charge est ajustée jusqu'à la charge de précontrainte
spécifiée, et le marquage du câble effectué à cette précontrainte.

Si pour n'importe quelle raison le câble s'est détendu après les cycles de charge mais avant
marquage, tous les cycles de charge doivent être répétés.

Si la précontrainte varie de façon importante le long d'un câble, les points de marquage doivent
être déterminés par calcul, basé sur les propriétés mesurées du câble.

Dans le cas des ridoirs filetés, la longueur spécifiée est au "point nul" de l'ajustement.

Le marquage doit assurer le positionnement correct, dans le sens de la longueur du câble ainsi
que dans le sens rotationnel, des embouts et de toutes attaches serties, selon les tolérances
définies dans le présent document ou par la norme DIN. L'orientation angulaire relative des
axes des deux embouts d'un câble est calculée et spécifiée lorsqu'il s'avère nécessaire afin
d'éviter la torsion du câble pendant la pose.

83 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

5.13.1.8 Essais préalables

Une série complète d'essais mécaniques touchant aux paramètres de spécification est
effectuée avant toute production.

Un échantillon représentatif de chaque type de câbles fait l'objet d'essais visant à déterminer
les principales caractéristiques mécaniques des câbles.

En particulier, sont fournies les courbes d'allongement des câbles.

Ces essais sont réalisés sur des échantillons pré étirés.

5.13.1.9 Précision et tolérances

La tolérance sur la longueur des câbles, mesurée entre épures des axes de chapes, et entre
attaches intermédiaires serties, sous charge de précontrainte, est de :

 ± 0.05% de la longueur théorique pour toute longueur de câble inférieure à 10m;


 ± 5 mm pour toute longueur de câble supérieure à 10m.
La tolérance sur le module de Young, représentatif de la rigidité longitudinale des câbles, doit
être inférieure à 5%.

5.13.2 CABLES GALVANISES

5.13.2.1 Matériaux

NUANCES ET NORMES

Les normes de la série A 47-200 sont appliquées, ainsi que la norme ISO 2408.

Les embouts sont conformes aux normes en vigueur.

Les câbles sont constitués de fils d'acier galvanisés à chaud. Ils sont conformes aux normes
NFA 91121 et NFA 91122.

Ils sont conformes à la norme NF.A.91.131, dans la mesure de sa compatibilité avec les câbles
concernés.

Le traitement externe des câbles est compatible avec les prescriptions de peinture.

COMPOSITION DES CABLES

Les câbles sont de type rigide monotoron. Le pas de l'hélice des brins est choisi par
l'entrepreneur en fonction des besoins de rigidité spécifiés et en garantissant l'intégralité des
câbles aux points de courbure.

Le rayon de cintrage minimal admissible du câble est 20 fois son diamètre.

84 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

L'entrepreneur précise les caractéristiques suivantes pour chaque câble :

 diamètre du câble
 section d'acier
 composition
 propriétés mécaniques

PROPRIETES MECANIQUES

Les efforts pondérés ou extrêmes dans les câbles sont inférieur à 0,56 fois leurs charges de
rupture.

L'ouvrage a été conçu avec les câbles de module de Young 160kN/mm² avec résistance
nominale à la rupture de 1570N/mm².

Les câbles et équipements ont les caractéristiques nécessaires pour répondre aux
performances calculées.

L'entrepreneur précise la résistance à la rupture minimum garantie.


5.13.2.2 Contrôles

Les câbles sont contrôlés pour toute imperfection. Ils ne doivent pas comporter d'imperfections
ou de fils non tendus au tissage, ou sortant du corps du câble.

Les câbles sont réceptionnés par l'entrepreneur conformément à la norme NF X 51 001.

5.13.2.3 Fabrication

Les câbles ne sont coupés que par disque Carborundum ou autre outil mécanique approuvé.

L'oxycoupage n'est pas permis.

Aucun jointoiement ou éclissage des brins ou des câbles n'est permis. Des soudures faites
avant étirage du fil sont permises. Le jointoiement par soudure des fils uniques est permis à
condition que l'entrepreneur démontre par essais que les câbles jointoyés atteignent la charge
minimale de rupture d'un câble non jointoyé.

5.13.2.4 Equipements

On comprend dans les équipements de câbles les embouts, les sertissages intermédiaires et
les ridoirs.

Les assemblages particuliers au culot de zinc sont conformes à la norme DIN.

EMBOUTS

Sauf disposition particulière, les embouts sont fixés par sertissage.

85 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

Afin de réduire les risques de fatigue, les embouts sertis sont proscrits sur les câbles de
diamètre supérieur à 25 mm.

MANCHONS INTERMEDIAIRES

Les manchons intermédiaires sertis ont une résistance minimale au glissement de 25% de la
charge de rupture du câble.

Le coefficient de sécurité minimale contre la rupture sous charge statique des bagues serties,
est égal à 2,1 sur les efforts pondérés ou extrêmes.

SPREADER BENDS

Les Spreader Bends sont référence SPB-48 de Riggarna Ltd, (adresse Unit 3, Somerford
Business park, Wilverley Road, Christchurch, Dorset BH23 3RU, Angleterre, no. de tél. 0202
480481), ou alternatif équivalent ayant reçu l'approbation préalable du Maître d'Œuvre.

Ils doivent assurer le support du câble avec un rayon de courbure du câble supérieur à 20 fois
le diamètre du câble.

Ils sont sertis sur le câble. Le plan de la courbure et l'angle de la courbe doivent être clairement
marqués sur la pièce.

L'entrepreneur doit démontrer par essais que la résistance de l'assemblage entre câble et
Spreader Bend excède la différence maximale d'effort pondéré dans le câble à travers le
Spreader Bend par un coefficient égal ou supérieur à 4.0.

ASSEMBLAGES FILETES

Tout assemblage par filetage est effectué de manière à empêcher un desserrement accidentel.
Les rondelles freins sont utilisées en conséquence lorsque possible. Un blocage chimique
(Loctite ou similaire) non définitif est utilisé dans les autres cas.

5.13.2.5 Corrosion

Tous détails d'équipements et d'assemblage des câbles sont conçus pour éviter la frottement
entre surfaces qui pourrait résulter en l'endommagement de la galvanisation du câble. Dans le
cas où le mouvement relatif des surfaces est inévitable, l'assemblage est muni avec un appui
ou intercalaire pour empêcher l'endommagement de la galvanisation.

Tous détails d'équipements et d'assemblage des câbles sont conçus pour éviter la rétention
d'eau.

86 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

5.13.2.6 Fatigue

Tous détails d'équipements et d'assemblage des câbles sont conçus pour éviter les
excentricités résultant en des flexions susceptibles à engendrer des problèmes de fatigue dans
le câble.

5.13.2.7 Préétirage et marquage

Chaque câble est pré-étiré et marqué en usine.

Chaque câble est soumis à des cycles de charges entre 10% et 45% de sa charge minimale de
rupture. A la fin du cinquième cycle, la charge est ajustée jusqu'à la charge de précontrainte
spécifiée, et le marquage du câble effectué à cette précontrainte.

Si pour n'importe quelle raison le câble s'est détendu après les cycles de charge mais avant
marquage, tous les cycles de charge doivent être répétés.

Si la précontrainte varie de façon importante le long d'un câble, les points de marquage doivent
être déterminés par calcul, basé sur les propriétés mesurées du câble.

Dans le cas des ridoirs filetés, la longueur spécifiée est au "point nul" de l'ajustement.

Le marquage doit assurer le positionnement correct, dans le sens de la longueur du câble ainsi
que dans le sens rotationnel, des embouts et de toutes attaches serties, selon les tolérances
définies dans le présent document ou par la norme DIN. L'orientation angulaire relatif des axes
des deux embouts d'un câble est calculée et spécifié lorsqu'il s'avère nécessaire afin d'éviter la
torsion du câble pendant la pose.

5.13.2.8 Essais préalables

Une série complète d'essais mécaniques touchant aux paramètres de spécification est
effectuée avant toute production.

Un échantillon représentatif de chaque type de câbles fait l'objet d'essais visant à déterminer
les principales caractéristiques mécaniques des câbles.

En particulier, sont fournies les courbes d'allongement des câbles.

Ces essais sont réalisés sur des échantillons pré-étirés.

5.13.2.9 Précision et tolérances

La tolérance sur la longueur des câbles, mesurée entre épures des axes de chapes, et entre
attaches intermédiaires serties, sous charge de précontrainte, est de

± 0.05% de la longueur théorique pour toute longueur de câble inférieure à 10m;

± 5 mm pour toute longueur de câble supérieure à 10m.

87 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

La tolérance sur le module de Young, représentatif de la rigidité longitudinale des câbles, doit
être inférieure à 5%.

5.13.3 APPUI ELASTOMERE

5.13.3.1 Qualité des matériaux

Les appareils d'appui en élastomère fretté seront conformes à la norme NF EN 15129 en ce qui
concerne le comportement aux actions sismiques. Cette conformité est attestée par un
marquage CE.

Les appuis seront de Type C au sens de la norme NF EN 1337-3, avec des frettes extérieures
en acier permettant la fixation à la superstructure en charpente mixte bois-métal et l’ancrage sur
le béton.

Les appareils d’appuis sont des ensembles montés en usine.

Les frettes internes et d'extrémité utilisées dans la fabrication des isolateurs en élastomère
doivent satisfaire aux exigences indiquées en 4.4.3 de l'EN 1337-3.

L’élastomère utilisé doit satisfaire aux exigences indiquées en 8.2.2.1 de l'EN 15129.

Le Type et la forme de l’isolateur seront conformes au § 8.2.3.2 de l'EN 15129.

Afin de protéger les frettes extérieures contre la corrosion, leurs surfaces seront traitées en
atelier comme suit :

 sablage au degré de soin Sa 3 ;


 application d’une couche de primaire époxy riche en zinc d’épaisseur 50 m ;
 application d’une couche de finition époxy polyamide d’épaisseur 160 m.

5.13.3.2 Principe de calcul

Les appareils d'appui en élastomère fretté seront justifiés comme indiqué aux § 5.1, 5.2 et 5.3.3
de la norme NF EN 1337-3 pour les combinaisons sans action sismique, ainsi que au § 8.2.3
de la norme NF EN 15129 en ce qui concerne le comportement aux actions sismiques.

 La valeur du coefficient de comportement à prendre en compte pour le dimensionnement


ces dispositifs est q = 1.
Conformément au § 5.3.3.a de la norme NF EN 1337-3, la valeur de γm = 1 est applicable dans
le cadre du présent Livret.

Conformément àla norme NF EN 1337-3 et à l’Annexe Nationale de l’EN 1998-1, la valeur de γx


= 1.2 est applicable dans le cadre du présent Livret.

 Les rotations αa et αb à prendre en compte dans la vérification de la condition limite en


rotation doivent inclure les défauts de pose d'une valeur égale à 310-3 radians.

88 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

 Le mode de fixation des frettes extérieures sur la superstructure en charpente métallique


et d’ancrage sur béton sera soumis à l'agrément du Maître d'œuvre.

5.13.3.3 Essais

Les exigences de performance pour les isolateurs sont figées par le § 8.2.3.2 de l'EN 15129.

Les essais de type et de contrôle de la production en usine à effectuer seront conformes au §


8.2.4.1 de l'EN 15129.

5.13.3.4 Mise en Œuvre

Liste des points d'arrêt fixés par la Maitrise d’œuvre :

 Contrôle du respect des tolérances d'exécution des bossages avant la pose des appareils
d'appui.
 Acceptation à la livraison des appareils d'appui.
 Acceptation de la pose des appareils d'appui (réglage et implantation).

5.13.4 PROTECTION ELECTRIQUE

Toutes les masses métalliques entrant dans la composition de l'ouvrage, sont connectées entre
elles pour assurer une liaison équipotentielle et sont reliées à la terre suivant les normes
françaises en vigueur (Norme NF C15-100 concernant la protection des ouvrages par mise à la
terre et autres normes de sécurité), en vue d'assurer l'écoulement des charges statiques et des
courants induits ou ceux dus à des connexions accidentelles.

En conséquence, au droit des jonctions entre les éléments de l'ossature, les surfaces en
contact ne sont pas peintes et devront être dégagées de toutes calamines ou salissures
éventuelles (terre, ciment, graisses, etc.).

Si ces conditions ne sont pas respectées, les pièces doivent être alors connectées entre elles
par un câble en cuivre de 30 mm2 de section au minimum, ou par un cordon de soudure d'au
moins 200 mm² de section (cordons a = 4 mm longueur = 50 mm) ; dans cette éventualité, la
fourniture et la mise en œuvre de ces éléments de jonction est à considérer à la charge de
l'Entreprise.

Il sera prévu des trous en pied de poteaux pour fixation des câbles de terre.

A noter que la mise à la terre proprement dite est définie dans le CCTC. Le cas échéant, le
présent lot le prévoira dans son offre.

89 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

5.13.5 PROTECTION CONTRE LE FEU

5.13.5.1 Généralités

Les produits proposés pour la protection contre le feu de l'ossature métallique doivent être
garantis, avoir fait l'objet d'essais par un laboratoire officiellement agréé et donné lieu à
l'établissement de procès-verbaux ; ces produits sont appliqués par projection, selon les
directives et prescriptions des Fabricants.

L'offre de l'Entreprise doit comporter les justifications de convenance du produit retenu, préciser
les conditions de préparation des fonds (acier brossé ou grenaillé, nu ou revêtu d'un primaire
antirouille) et définir les épaisseurs nécessaires à l'obtention des performances requises, en
fonction de la nature des éléments d'ossature (poteaux, poutres, solives, etc.) de la température
critique forfaitaire ou calculée et de la massivité des sections de profilés à traiter.

Les procès verbaux de classement de résistance au feu des produits mis en œuvre (PV
d'essais spécifiques ou méthodologie d'essais de caractérisation des produits), ainsi que les
fiches de vérification établies par l'Entreprise attestant de la conformité de mise en œuvre selon
les prescriptions du fabricant doivent être communiqués au Maître d'Œuvre et au Bureau de
Contrôle.

Dans le cas où le produit doit être appliqué sur des surfaces d'acier brossées ou grenaillées,
mais non peintes, le produit lui-même, ou la couche adhésive d'accrochage doivent assurer la
protection de l'acier contre la corrosion à l'identique d'une protection par peinture antirouille
classique ; à ce sujet, l'Entreprise est tenue d'apporter toutes justifications et garanties dans sa
proposition.

Dans le cas où le produit doit être appliqué sur des surfaces d'acier revêtu d'un primaire
antirouille, ce dernier doit avoir été appliqué sur une surface préalablement décapée par
projection d’abrasif au degré Sa 2 ½ et être chimiquement compatible avec le produit de
protection retenu, et être mis en œuvre selon les directives et prescriptions du Fabricant.

La mise en œuvre de cette protection ne peut intervenir sur le chantier qu'après soudage et
boulonnage sur l'ossature métallique, de tous les éléments de fixation nécessaires aux autres
corps d'état (gaines, canalisations, chemins de câbles, faux plafonds, capotages, etc.), afin
d'assurer la réalisation d'une protection continue sur toutes les surfaces métalliques
intéressées.

Le marché de l'Entreprise du présent lot comprend toutes sujétions de mise en œuvre


(échafaudages fixes ou mobiles, bâches de protection, reconnaissance et nettoyage éventuel
des fonds, etc.).

5.13.5.2 Protection par peinture ou enduit intumescent

Préparation de surface en atelier :

 dégraissage
 décapage par projection d’abrasifs au degré de soin Sa 2 ½ de la norme NF EN ISO
8501-1
 après décapage, la surface présentera une rugosité profil moyen G selon la norme NF EN
ISO 8503-1

90 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

 dépoussiérage soigné

Couche primaire en atelier :

 application d’une couche époxy zinc silicate complexe d’épaisseur 50 microns film sec,

Travaux préliminaires sur chantier :

 nettoyage des ossatures afin d’éliminer les éventuelles graisses et pollutions


 brossage, grattage au degré St 3 dans les zones dégradées
 reconstitution du primaire d’atelier

Revêtement intumescent sur chantier :

Il est fait emploi d'un produit retardateur d'échauffement du type peinture ou enduit intumescent
qui ont la propriété de s'expanser sous l'action de la chaleur et de former une mousse cellulaire
carbonée, agissant comme isolant thermique.

Application au pistolet airless pour des raisons esthétiques, du revêtement intumescent pour
intérieur ou extérieur selon le cas dans le nombre de couches nécessaire afin d’obtenir
l’épaisseur requise en fonction de la durée de stabilité au feu souhaitée, du coefficient de
massivité des aciers à traiter, et de la température critique retenue. Épaisseur de chaque
couche selon fiche technique.

Vérification des épaisseurs qui doivent être au minimum égales à celles définies au moyen du
procès verbal de caractérisation du revêtement intumescent appliqué

Couches de finition sur chantier :

Après vérification de l’épaisseur du revêtement intumescent et complément si nécessaire,


application de deux couches de finition mono composant de teinte claire d’épaisseur 50
microns/couche film sec.

5.13.5.3 Protection par produit réfractaire projeté

Il est fait emploi d'un produit retardateur d'échauffement du type mélange réfractaire, dont les
composants constituent une barrière thermique, soit par leur faculté de déshydratation et leur
pouvoir isolant, soit par leur résistance pyroscopique élevée pour une faible conductivité
thermique.

Le produit ne doit pas être à base de laine minérale mais à base par exemple de vermiculite ou
de plâtre.

Le produit est projeté directement sur les surfaces à protéger ou éventuellement sur un treillis
métallique fixé aux profilés, lorsque cela est nécessaire.

91 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

Les finitions de surface sont laissées brutes d'application ou légèrement talochées.

5.13.6 STRUCTURES MIXTES ACIER BETON

5.13.6.1 Planchers bac acier collaborant

Ces planchers sont constitués de bacs acier nervurés type Cofraplus ou équivalent. Ils sont
titulaires d'un Avis Technique.

Le crantage des nervures permet de solidariser le béton et l'acier qui constitue l'armature
inférieure des dalles associées. Le calcul du complexe acier béton doit être fait par le présent
lot pour assurer la cohérence de la conception, de la résistance globale aux charges
permanentes et d'exploitation, ainsi que de la stabilité au feu.

Le présent lot a à sa charge la fourniture et la mise en place des bacs.

Le béton et les aciers complémentaires étant à la charge du lot Gros Œuvre.

Les caractéristiques et la note de calcul des planchers sont à transmettre au lot Gros Œuvre.

5.13.6.2 Poutres mixtes

Cette structure associe une poutre métallique à une dalle béton coulée soit sur coffrage, soit sur
bacs acier. Les calculs globaux de cet ouvrage seront établis par le présent lot conformément
au document suivant :

« Eurocode EC4 ».

« Instruction technique du 21 juillet 1981 relative au règlement de calcul des Ponts Mixtes
Acier-Béton » (ancienne référence en l’absence d’eurocodes)

Ces poutres comporteront une contre flèche de telle sorte qu’après coulage et enlèvement des
étais éventuels l'extrados de la dalle soit horizontal. Si les poutres ne sont pas étayées avant
coulage, il y aura lieu de vérifier la stabilité au déversement et de prévoir si nécessaire les
éléments complémentaires.

Les connecteurs de liaisons poutre dalle (goujons, ou cornières soudées) font partie des
prestations du présent lot.

Avant mise en œuvre des connecteurs, le parement supérieur de la membrure supérieure doit
être exempt de calamine et de peinture.

L'Entreprise est responsable des connecteurs jusqu'au coulage du béton qui doit intervenir au
plus tard 10 jours après la mise en place de ceux-ci.

92 / 93
MOA Maîtrise d'Œuvre des infrastructures souterraines

5.13.6.3 Poteaux mixtes

Le chapitre concerne les sections constituées de profils en acier laminés à chaud, entourées
totalement ou partiellement de béton, ou de profils creux en acier remplis de béton avec ou
sans armature.

Le calcul ou la mise en œuvre de ces poteaux sont effectués suivant le DTU P92-704, Règles
FPM 88 - Méthode de Prévision par le Calcul du Comportement au Feu des Poteaux Mixtes
(acier + béton) - Septembre 88.

L'acier utilisé pour les profils est de type S235 .

L'acier des armatures est de type Fe E 500.

La quantité d'armatures à mettre en œuvre est déterminée par application du DTU et par
référence au degré de stabilité au feu requis.

93 / 93

Vous aimerez peut-être aussi