Vous êtes sur la page 1sur 64

REPUBLIQUE DE MADAGASCAR GLOBAL ENVIRONMENTAL FUNDS

BANQUE MONDIALE
Tanindrazana – Fahafahana - Fandrosoana

MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT, DES EAUX ET FÖRETS

DIRECTION GENERALE DE L’ENVIRONNEMENT

PLAN D’ACTION NATIONAL D’ADAPTATION AUX


CHANGEMENTS CLIMATIQUES
- MADAGASCAR -

MADAGASCAR

JUIN 2006
SOMMAIRE
======
Avant-propos.................................................................................................................................................................................. i
Remerciements............................................................................................................................................................................. ii
Acronyme......................................................................................................................................................................................iii
Résumé exécutif .......................................................................................................................................................................... iv
I.- Introduction et cadrage .......................................................................................................................................................1
I.1- Situation géographique ................................................................................................................................................1
I.2- Situation économique...................................................................................................................................................1
I.3- Vulnérabilité aux changements climatiques.................................................................................................................1
I.4- Raison d’élaboration du document PANA....................................................................................................................2
I.5- Objectifs du document PANA.......................................................................................................................................2
II.- Cadrage d'adaptation..........................................................................................................................................................3
II.1- Vision nationale ............................................................................................................................................................3
II.2- Plan d’action environnemental .....................................................................................................................................3
II.3- Evaluation des principales vulnérabilités .....................................................................................................................4
II.3.1- Les principaux risques climatiques ......................................................................................................................4
II.3.2- Les groupes les plus vulnérables.........................................................................................................................4
II.3.3- Les impacts dans les différents secteurs prioritaires...........................................................................................4
II.4- Barrière potentielle de la mise en œuvre .....................................................................................................................5
III.- Identification des besoins essentiels d’adaptation...........................................................................................................5
IV.- Critères de sélection des activités prioritaires .................................................................................................................8
IV.1- Sélection des options ...........................................................................................................................................8
IV.2- Méthodologie ........................................................................................................................................................9
IV.2.1- Approche méthodologique de l’élaboration du document PANA ...................................................................9
IV.2.2- Notation des 5critères retenus par rapport aux projets ..................................................................................9
IV.2.2.1- Grilles de notation et Pondération..............................................................................................................9
IV.2.2.2- Standardisation des points et priorisation des projets (AMC1) ...............................................................10
IV.2.2.3- Priorisation des projets par l’AMC2..........................................................................................................10
IV.3- Analyse de sensibilité [Analyse multicritère 3 (AMC 3)] ....................................................................................10
IV.4- Analyse des tendances ......................................................................................................................................11
V.- Liste des projets ................................................................................................................................................................13
V.1- Identification des besoins urgents et prioritaires en matière d’adaptation ........................................................13
V.2- Stratégie de mise en œuvre...............................................................................................................................14
V.3- Localisation des projets......................................................................................................................................34
V.4- Récapitulation des budgets par projets (en $)...................................................................................................34
VI.- Processus de préparation PANA ...................................................................................................................................35
VI.1- Processus consultatif .........................................................................................................................................35
VI.2- Approche pays....................................................................................................................................................35
VI.3- Contribution aux objectifs et stratégies de développement durable .................................................................35
VI.4- Engagement du Gouvernement.........................................................................................................................35
VII.- Conclusion ......................................................................................................................................................................35
VIII.- Bibliographie ...............................................................................................................................................................36
IX.- Annexes ..........................................................................................................................................................................37

ANNEXE 1 : Taux de croissance du PIB (en %)........................................................................................................................37


ANNEXE 2 : Economie et le secteur privé .................................................................................................................................37
ANNEXE 3 : Les principaux risques climatiques .......................................................................................................................37
ANNEXE 4 : Signification des notations.....................................................................................................................................38
ANNEXE 5 : CRITÈRE « Réduction de la pauvret » .................................................................................................................38
ANNEXE 6 : CRITÈRE « Synergie avec les autres Accords Multilatéraux sur l’Environnement » (AME) ...............................39
ANNEXE 7 : CRITÈRE « ÉVALUATION DES CRITERES ».....................................................................................................40
ANNEXE 8 : ANALYSE MULTICRITÈRES (AMC) ....................................................................................................................41
ANNEXE 9 : ANALYSE DE SENSIBILITÉ .................................................................................................................................48
ANNEXE 10 LOCALISATION DES PROJETS ..........................................................................................................................51
Avant-propos

Madagascar a mis parmi ses priorités la recherche de solutions aux questions environnementales qui préoccupent les
autres nations du monde. C’est ainsi qu’il fait partie à la plupart des conventions internationales y afférentes et en
particulier, la convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques qu’il a ratifiée le 18 décembre 1988.
L’élaboration du Plan d’Action National d’Adaptation aux changements climatiques, marque, entre autres son
engagement vis-à-vis de la dite convention.

Conscient des effets néfastes générés par les variabilités climatiques vécus dans le passé, en particulier de ses impacts
sur les politiques et stratégies de développement durable associant la trilogie de croissance économique, d’équité
sociale, et de préservation et valorisation des ressources environnementales, Madagascar a décidé d’intégrer la prise en
compte des dimensions climatiques dans ses documents référentiels de développement, ses processus de planification
tant au niveau national qu’au niveau régional et local.

Cette stratégie n’est pas un nouveau cadrage des documents référentiels de développement durable de Madagascar
(Madagascar Action Plan, Plan National de développement rural, Plan National des Actions Environnementales…), elle
vient en complémentarité et en renforcement des principales orientations définies.

Certes, l’adoption de cette stratégie requiert des activités de long terme et à tous les niveaux, mais l’essentiel est de
pouvoir démarrer des mesures urgentes et hautement prioritaires au risque de subir toutes les conséquences d’un
changement climatique devenant de plus en plus fréquente et intense selon les diverses projections contenus dans la
communication nationale de Madagascar.

Le présent document est donc élaboré dans un premier objectif d’adresser des mesures d’adaptation aux changements
climatiques urgentes et prioritaires,relatives au cinq secteurs prioritaires : l’agriculture et l’élevage, les ressources en
eau, la santé, la foresterie, les zones côtières et marines. Les résultats sont obtenus à partir d’une large échelle de
concertation et de participation : du public, des instances décentralisées et déconcentrées des régions, des experts,
d’un comité national regroupant des représentants des administrations et de la société civile.

Page i
Remerciements

Le Gouvernement de Madagascar adresse ses vifs remerciements au Fonds Environnemental Mondial/Banque


Mondiale pour l’appui technique et financier des différentes étapes d’élaboration de ce document et sollicite de nouveau
leur contribution pour le financement des projets prioritaires y présentés. Nous espérons ainsi que vos efforts
contribueront à la sauvegarde de notre planète

Enfin, toute notre gratitude s’adresse à la population, aux experts, à l’équipe de coordination PANA, au Comité national
de la Convention, ainsi qu’à toutes les personnes et entités qui de près ou de loin, ont contribué à l’élaboration du
présent document

Page ii
Acronyme
AME : Accords Multilatéraux sur l’Environnement
CARP : Crédit d’Appui à la Réduction de la Pauvreté
CRS : Catholique Relief Service
DSRP : Document de Stratégie pour la Réduction de la Pauvreté
DINA : Pacte social au sein de la communauté
FID : Fonds d’Intervention pour le Développement
GELOSE : Gestion Locale Sécurisée
GCF : Gestion Contractualisée des Forêts
INSTAT : Institut National des Statistiques
MCA : Millennium Challenge Account
MICDSP : Ministère de l’industrialisation, du Commerce et du Développement des Secteurs Privés
PAM : Programme Alimentaire Mondial
PANA : Plan d’Action National d’Adaptation au changement climatique
PARP : Programme d’Appui à la réduction de la pauvreté
PEV : Programme élargi de Vaccination
PIC : Projets Pôles Intégrés de Croissance
PRE/COI-UE : Programme Environnemental/ Commission de l’Océan Indien/ Union Européenne
PRD : Plan régional de Développement
SSD : Services de Santé des Districts
IEC : Information Education Communication
GCES : Gestion Conservatoire de l’Eau et des Sols
Tavy : Culture sur brullie
COSAN : Communauté Sanitaire

Page iii
Résumé exécutif
Introduction

Madagascar a connu plusieurs bouleversements climatiques durant ces dix dernières années. Les plus importants sont
les cyclones, les inondations et les sécheresses. Ces perturbations deviennent de plus en plus fréquentes et intenses et
génèrent des impacts importants notamment en matière de pertes de vie humaine,d’agriculture et d’élevage rendant
ainsi précaire la sécurité alimentaire, des ressources en eau, de santé publique et de régression de ses côtes. Cette
situation entraîne d’importantes répercutions dans les différentes planifications et plans de mise en œuvre de
développement préconisées dans les documents référentiels national et régional.

Madagascar a élaboré le présent document en accordant une importance particulière aux cinq secteurs économiques
prioritaires. Des travaux documentaires et des consultations des experts ont permis d’identifier les principales risques
climatiques/vulnérabilités et mesures potentielles d’adaptation. Ces résultats ont été ensuite infirmer ou confirmer au
niveau des 12 régions de Madagascar classés les plus victimes, en vue d’avoir un résultat compilé et complémentaire
des actions à entreprendre dans le cadre du PANA. Les différentes mesures identifiées ont été ensuite regroupés en
projets selon des résultats attendus des actions A l’issue d’une analyse à critères multiples, et des analyses de
sensibilité et de tendance, 17 projets ont été retenus et classifiés par ordre de priorité.

Les principaux risques climatiques

Les principaux risques climatiques, leur fréquence, les zones, les groupes ainsi que les secteurs les plus vulnérables
sont résumés dans le tableau ci-après :
CYCLONE INONDATION SECHERESSE
8 à 9 perturbations dans
1968 à 1999, 4 épisodes de
FRÉQUENCE l’Océan Indien 1968 à 1999, 7 inondations
sécheresse
3 à 4 passent à Madagascar
ZONES EST, SUD-EST et NORD-EST Hauts - Plateaux Région Sud et Sud Ouest
Petits exploitants agricoles,
Petits exploitants agricoles
GROUPES pauvres vivants au dessous Petits exploitants agricoles
Petits éleveurs
du seuil de la pauvreté
Infrastructures : route, santé et
SECTEURS éducation. Agriculture Agriculture et Elevage
Secteur agricole

Les groupes les plus vulnérables


85% des Malgaches vivent en milieu rural et ayant leurs principaux moyens d’existence dans le secteur de l’agriculture
et d’élevage. Ainsi, les impacts des changements et variabilités climatiques sont beaucoup plus importants aux groupes
des petits exploitants agricoles et des petits éleveurs rendant leurs moyens d’existence plus vulnérables par rapport aux
autres groupes socioéconomiques
Les petits exploitants agricoles sont les agriculteurs disposant une surface de moins de 12 ares, victime de sécheresse,
de l’ensablement des rizières ;
Les petits éleveurs sont des éleveurs contemplatifs dont les bétails manquent d’intrants phytosanitaires et d’alimentation

Page iv
Les impacts dans les différents secteurs prioritaires.
Les changements climatiques sont importants à Madagascar en terme des pertes de vies humaines, des effets sur les
investissements, sur l’économie en générale. Les impacts suivants sont constatés dans les différents secteurs
prioritaires :
Secteur agriculture et élevage : Non maîtrise de l’eau dans la plupart des surfaces enclavées ; Bouleversement de
l’agro climat ; Perte en fertilité des sols, diminution de la productivité agricole, appauvrissement de la diversité
biologique, insuffisance de la sécurité alimentaire, migration et insécurité en général.
Secteur foresterie : Réduction des surfaces forestières entraînant la diminution de la fonction chlorophyllienne, et par
conséquent le taux du gaz carbonique dans l’atmosphère ; Disparition des forêts de basse altitude, des forêts littorales
et forêts marécageuses.
Secteur ressources en eau : Régime hydro pluviométrique rendant la maîtrise de l’eau plus difficile ;
Changement de la qualité biophysique des eaux.
Secteur zone côtière : Recul des côtes de Madagascar ; Inondation de toutes les zones basses côtières et réduction
de la superficie des récifs marginaux ; Perturbations des systèmes des courants océaniques ; Augmentation du niveau
de la mer entraînant une érosion côtière et une intrusion d’eau salée.
Secteur santé : Apparition des maladies liées aux climats (Paludisme, maladies diarrhéiques, infections respiratoires
aiguës, etc.…

Les projets prioritaires d’adaptation


Des mesures d’adaptation potentielles ont été obtenues à l’issu de consultation des experts au niveau national et du
public des douze régions choisies de Madagascar. Le regroupement des mesures en projets poursuivant les mêmes
objectifs a été effectué pour être ensuite priorisé à l’aide de la méthode multicritère et des analyses de sensibilité et de
tendance des premiers résultats obtenus. Les 17 projets suivant ont été finalement retenus et classifiés par ordre de
priorité :
RANG PROJET D’ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES
1 Adaptation des techniques culturales et d’élevage aux changements climatiques
2 Gestion durable des ressources en eau
3 Mise en œuvre de la politique de gestion efficace et durable des zones côtières
4 Gestion Conservatoire de l’eau et des sols
5 Gestion durable des Ressources Naturelles
6 Intensification de reboisement
7 Transformation de l’économie de subsistance en économie de marché
8 Réparation et protection des côtes endommagées
9 Application des lois et réglementations forestières
10 Développement et intensification des moyens de communication
11 Intensification de l’éducation, de la sensibilisation de la population sur la protection de leur santé
12 Renforcement des capacités des services de santé de base
13 Sécurisation des Agriculteurs et de leurs espaces de production
14 Sécurisation alimentaire
15 Mesures d’accompagnement pour l’amélioration de la santé de la population
16 Amélioration et protection des infrastructures
17 Normalisation, Construction et modernisation des infrastructures

Le coût total de ces projets étalés sur 3 ans est estimé à 10,461,470 USD

Page v
Conclusion
Le processus d’intégration des dimensions climatiques dans le processus de planification de développement durable de
Madagascar est un travail à long terme et continu. Néanmoins, la présentation pour financement des 17 projets
prioritaires et urgents énumérés infra revêtent une importance particulière au moins pour les deux principales raisons
suivantes :
1. Un complément indispensable aux efforts du gouvernement actuel à la lutte contre la pauvreté et à la
préservation de l’environnement ;
2. Des projets servant d’instrument de sensibilisation de la population à l’importance des effets néfastes
du changement climatique et la nécessité d’adopter en conséquence des comportements rationnels de
préservation de l’environnement dans la lutte contre la pauvreté.

Page vi
I.- Introduction et cadrage

I.1- Situation géographique


Madagascar fait partie du continent africain. Elle est localisée au sud-ouest de l’océan indien entre 11°57’-25°35’S et
43°14’-50°27’E. A l’ouest, le canal de Mozambique la sépare de l’Afrique, et à l’Est, l’océan indien du continent
Asiatique. Elle a une longueur de 1600Km du Nord au Sud, une largeur de 580Km et une superficie de 587 041 Km2
avec des côtes de 5 063Km.
Le relief de Madagascar est très varié et souvent accidenté bien qu’aucun sommet ne dépasse 3000 m. L’axe principal
de l’île s’étend dans la direction Nord-Nord Est – Sud-Sud Ouest et le relief suit cette direction malgré le fait qu’il y ait
une forte asymétrie dans la région du centre.
Dans l’ensemble, Madagascar est caractérisé par des climats tropicaux à deux saisons nettement tranchées : l’été et
l’hiver.
La température moyenne annuelle, varie entre 23°C à 27°C avec une amplitude thermique moyenne annuelle passant
d’environ 3°C au Nord à 7,5°C dans les régions sèches du Sud-Ouest. L’altitude a un effet significatif sur les
températures. Ce qui fait que sur le plateau central, la moyenne annuelle des températures se situe entre 16°C à 19°C
Concernant les précipitations, il se trouve que la quantité annuelle diminue d’Est en Ouest et du Nord au Sud, tandis que
la saisonnalité augmente dans les mêmes directions. De l’Ouest vers le Sud, la saison sèche devient plus longue et plus
marquée. Là où la saisonnalité est marquée, les saisons sèches et fraîches coïncident et elles se situent entre juin et
octobre. Ainsi, à l’extrême Sud-Ouest, le climat est de type semi désertique, tandis que dans la région de la côte Est, le
climat est du type tropical humide.

I.2- Situation économique


En 2005, le taux de croissance du PIB de Madagascar est de 5.1 % malgré la conjoncture difficile traversée
actuellement par le pays. Le PIB par habitat est de $285 ainsi Le revenu annuel moyen national est de $496.
La stabilité de la monnaie nationale et des agrégats monétaires a conduit à une stabilisation relative du niveau des prix
à la consommation et à la stabilité de l’Ariary par rapport aux principales devises de référence.

Concernant les finances publiques, une baisse des recettes par rapport aux prévisions du début de l’année et un
surcroît des dépenses par rapport à l’année dernière sur la même période est constatée.
La forte influence des visiteurs non observés à travers le transport aérien reflète une amélioration des certains secteurs.
D’un autre côté, ces facteurs propices ont été pénalisés par la hausse incessante des prix des carburants sur le marché
mondiale, par l’insuffisance et par la cherté de l’énergie obligeant les producteurs à réduire leur offre, en d’autre terme, à
diminuer leur activité.

En glissement annuel, la variation des prix à la consommation est de 15.1% en moyenne depuis juillet 2004.
Selon les fonctions, les produits alimentaires ont les plus contribué à cette tendance avec une variation de 22.9%.

En ce qui concerne, le problème de chômage, 85 % de la population Malgache se trouve au seuil de pauvreté c’est-à-
dire en dessous de $2 par jour. L’incidence de la pauvreté est de 68.7%. Le taux de chômage est de 2.8%. Dans
l’ensemble, l’incidence de chômage suivant le sexe est de 68.8% dont 69% pour les hommes et 67.5% pour les femmes
Le phénomène de pauvreté est plus marqué en milieu rural qu’en milieu urbain. En effet, le taux de pauvreté en milieu
urbain est de 52,0% contre 73,5% en milieu rural.

D’après la FAO « la dégradation de l’environnement est étroitement liée à la pauvreté et elle est provoquée par la
surpopulation ». L’insuffisance de produits alimentaires et le manque d’argent pour les familles paysannes se traduisent
par des pressions considérables sur les ressources naturelles. Ces ressources sont souvent utilisées et considérées
comme des solutions d’urgence.

I.3- Vulnérabilité aux changements climatiques


L’économie de Madagascar est en majeure partie basée sur l’agriculture aussi bien pour la consommation nationale que
pour l’exportation. Mais il faut reconnaître que, partout dans le monde, l’agriculture est une spéculation économique à
haut risque. Elle dépend de facteurs naturels incertains et imprévisibles comme le climat et le cataclysme naturel causé
par l’effet néfaste du changement climatique.

Page 1
On constate ces derniers temps, une baisse considérable de la productivité agricole due au déséquilibre de
l’écosystème et de la disponibilité en ressources en eau d’une région à une autre, à la dégradation des bassins
versants, aux phénomènes d’érosion des sols qui aggravent la pauvreté de la population.

Par ailleurs, le changement climatique a bouleversé la situation économique, sociale et écologique du pays et par
conséquent de limiter sa capacité à réduire la pauvreté et à réaliser les objectifs en matière de développement.
Il devient de plus en plus difficile de prédire par exemple, la venue de la saison des pluies et les catastrophes
météorologiques comme les inondations, les cyclones, et la sécheresse.

L’insuffisance des ressources financières de la Grande Ile empêche Madagascar d’affronter et de palier dans l’immédiat
les dommages engendrés par les changements climatiques,pour faire face aux besoins des victimes et des sinistrés à la
reconstruction des infrastructures économiques nationales, régionales, et communales.

Ainsi, Madagascar est vulnérable aux catastrophes étant donné la faiblesse et l’instabilité de ses économies, leur plus
grande dépendance sur l’utilisation des ressources naturelles et la portée limitée de ses services sociaux. Les
populations pauvres sont les plus vulnérables aux impacts des changements climatiques.

I.4- Raison d’élaboration du document PANA


La vulnérabilité aux changements climatiques à Madagascar exige l’adoption d’une politique et des stratégies
d’adaptation qui consistent à intégrer les dimensions climatiques dans les différents processus de planification et de
programmation de développement durable. La mise en œuvre requiert de l’étalement des actions dans le temps et dans
l’espace et certains résultats attendus pourront se manifester que dans une période à long terme.

L’élaboration du présent document PANA répond à une certaine urgence et priorité des actions à mener au niveau des
cinq secteurs prioritaires et marque le début du processus de cette stratégie. Les projets retenus sont destinés à donner
plus de protection aux populations pauvres qui sont les plus vulnérables.

I.5- Objectifs du document PANA


Les objectifs du document PANA consistent entre autres à :
- Identifier et prévoir le programme d’intervention pour faire face aux besoins et préoccupations urgents et immédiats
des effets néfastes du changement climatique ;
- Intégrer les dimensions climatiques dans le programme de développement national et régional

Les différentes étapes de développement rationnel de document PANA a suivi les démarches suivantes :

- La détermination des activités prioritaires pour répondre aux besoins immédiats ;


- La formulation des options d’adaptation prioritaires ;
- La hiérarchisation des activités ;
- L’établissement des profils de projets sélectionnés.

Page 2
II.- Cadrage d'adaptation

II.1- Vision nationale


Le PANA n’est pas un nouvel cadrage de politique de développement de Madagascar. Il doit être en complémentarité
avec les principaux documents référentiels de développement de Madagascar. Il doit renforcer à ce titre, les
programmes de développement perturbés par les risques climatiques et accroître la capacité d’adaptation des plus
vulnérables aux changements climatiques.
Ces grandes orientations de politique et de stratégies de développement du pays sont consignées dans les principaux
documents référentiels suivants :
- Madagascar Action Plan (MAP).
- Les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD)
- La vision Durban
- La Politique Générale de l’Etat
- Le Programme National de Développement Rural (PNDR)
- La Politique Nationale de la décentralisation et de la déconcentration (PN2D)
- La nouvelle politique foncière
- Et les Plans Régionaux de Développement (PRD) …

Ces documents permettront entre autres de servir de cadrage des profils de projets PANA, autrement dit, les priorités
des actions à entreprendre en matière de mitigation des vulnérabilités climatiques et à l’appui à leur réalisation.

La politique de développement durable Malgache, fondée sur l’assurance de la lutte contre la pauvreté et la préservation
et la valorisation des ressources environnementales, est définie dans son Plan d’Action Environnemental

II.2- Plan d’action environnemental


Le programme environnemental malgache défini en 1990 est composé de trois programmes s’étalant sur 15 ans et dont
on est actuellement à mi-parcours de la dernière phase. Ce programme trouve ses racines dans les constats suivants :

Madagascar est un pays très riche en biodiversité, classé parmi les plus riches en diversité des espèces. A cela s’ajoute
un taux d’endémisme très élevé, concentré dans des aires de répartition très faible. La conservation de la biodiversité
est ainsi un problème crucial, car la destruction de l’habitat à Madagascar a une portée plus grave que nul part ailleurs.

La plus grave menace sur la biodiversité est d’origine anthropique. En milieu rural, elle résulte d’un comportement
destructeur observé auprès d’une frange importante de la population pour des questions de survie. En milieu urbain, la
détérioration du cadre de vie est une conséquence, entre autres, de la destruction du milieu par la pollution industrielle

Le programme vise l’adoption par les populations de modes de gestion durable des ressources naturelles renouvelables
et de conservation de la biodiversité et la pérennisation au niveau national de la gestion des ressources naturelles et
environnementales.
Plus particulièrement, la gestion durable des forêts et la protection des habitats sensibles, comme l’utilisation des
évaluations environnementales font partie des activités prévues pour le Programme Environnemental phase III.

Page 3
II.3- Evaluation des principales vulnérabilités

II.3.1- Les principaux risques climatiques

Madagascar est vulnérable aux changements climatiques. Ces principaux risques, leur fréquence, les zones, les
groupes ainsi que les secteurs les plus vulnérables sont résumés dans le tableau ci-après :

CYCLONE INONDATION SECHERESSE


8 à 9 perturbations dans
1968 à 1999, 4 épisodes de
FRÉQUENCE l’Océan Indien 1968 à 1999, 7 inondations
sécheresse
3 à 4 passent à Madagascar
ZONES EST, SUD-EST et NORD-EST Hauts - Plateaux Région Sud et Sud Ouest
Petits exploitants agricoles,
Petits exploitants agricoles
GROUPES pauvres vivants au dessous Petits exploitants agricoles
Petits éleveurs
du seuil de la pauvreté
Infrastructures : route, santé et
SECTEURS éducation. Agriculture Agriculture et Elevage
Secteur agricole

II.3.2- Les groupes les plus vulnérables


85% des Malgaches vivent en milieu rural et ayant leurs principaux moyens d’existence dans le secteur de l’agriculture
et d’élevage. Ainsi, les impacts des changements et variabilités climatiques sont beaucoup plus importants aux groupes
des petits exploitants agricoles et des petits éleveurs rendant leurs moyens d’existence plus vulnérables par rapport aux
autres groupes socioéconomiques
Les petits exploitants agricoles sont les agriculteurs disposant une surface de moins de 12 ares, victime de sécheresse,
de l’ensablement des rizières ;
Les petits éleveurs sont des éleveurs contemplatifs dont les bétails manquent d’intrants phytosanitaires et d’alimentation

II.3.3- Les impacts dans les différents secteurs prioritaires


Les changements climatiques sont importants à Madagascar en terme des pertes de vies humaines, des effets sur les
investissements, sur l’économie en générale. Les impacts suivants sont constatés dans les différents secteurs
prioritaires :
Secteur agriculture et élevage : Non maîtrise de l’eau sur la plupart des surfaces enclavées ; Bouleversement de
l’agro climat ; Perte de fertilité des sols, diminution de la productivité agricole, appauvrissement de la diversité
biologique, insuffisance de la sécurité alimentaire, migration et insécurité en général.
Secteur foresterie : Réduction des surfaces forestières de tous types, mangroves comprises, entraînant la diminution
de la fonction chlorophyllienne, et par conséquent augmentant le CO2 dans l’atmosphère ; Disparition des forêts de
basse altitude, des forêts littorales et forêts marécageuses.
Secteur ressource en eau : Régime hydro pluviométrique rendant la maîtrise de l’eau plus difficile ;
Changement de la qualité biophysique des eaux.
Secteur zone côtière : Recul des côtes de Madagascar ; Inondation de toutes les zones basses côtières et réduction
de la superficie des récifs marginaux ; Perturbations des systèmes des courants océaniques ; Augmentation du niveau
de la mer entraînant une érosion côtière et une intrusion d’eau salée.
Secteur santé : Apparition des maladies liées aux climats (Paludisme, maladies diarrhéiques, infections respiratoires
aiguës, etc.…)

Page 4
II.4- Barrière potentielle de la mise en œuvre
Comme tous les pays en voie de développement, Madagascar est confronté depuis des années à des problèmes
économiques et financiers persistants.
L’intégration des dimensions climatiques dans les politiques de développement et dans les processus de planification
est une activité à long terme. L’appropriation par les décideurs de cette stratégie dans le cadre de la mise en œuvre de
la politique de la réduction de la pauvreté peut être un facteur de blocage et mérite une attention particulière.

Le faible niveau d’instruction de la population rurale pourrait aussi constituer une barrière potentielle de la mise en
œuvre des programmes identifiés notamment sur l’encadrement technique des groupements des paysans relatifs aux
changements de comportement pour l’adoption et l’appropriation des technologies modernes.

III.- Identification des besoins essentiels d’adaptation


D’une manière générale, les mesures d’adaptation aux changements climatiques sont des outils de prise en compte
des dimensions climatiques dans les politiques de développement économique et social. Ainsi, elles peuvent concerner
des efforts à long terme dont les réalisations se font progressivement dans le temps. Toujours est-il qu’il existe des
mesures urgentes, dont la non réalisation handicape sérieusement les programmes de lutte contre la pauvreté. Ces
mesures regroupés en projets constituent le PANA de Madagascar.

La synthèse des résultats obtenus à travers une large démarche participative de la population, des experts et du comité
national de la convention cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques, se présente comme suit :

Secteur 1 : AGRICULTURE ET ELEVAGE


MESURES PROJETS
Mise en place et/ou renforcement du Service Météo décentralisé
Encadrement des paysans pour l’adaptation du calendrier cultural en Adaptation des techniques
fonction de la prévision climatique du service Météo ; culturales et d’élevage aux
Recherche, vulgarisation et promotion des variétés culturales adaptées changements climatiques
aux conditions édapho-climatiques de la région
Eradication des espèces envahissantes et nuisibles notamment les cactus
rouges dans les régions du sud
Vulgarisation et appui à l’adoption des pratiques culturales respectant
l’environnement et la valorisation des bassins versants par restauration de
la fertilité des sols.
Exploitation intensive des pâturages laquelle nécessiterait l’utilisation
rationnelle des fourrages verts pendant la saison de pluie et
la pratique des techniques de conservation et stockage des fourrages
(foin, ensilage) pendant la saison sèche.

Elaboration, communication et application des normes en matière de Normalisation, Construction


conception et de construction couvrant l’ensemble des infrastructures pour et modernisation des
s’assurer qu’elles peuvent résister à d’importants bouleversements infrastructures
météorologiques
Amélioration et protection des infrastructures de production (réseaux
hydrauliques, bassins versants, périmètres irrigués)
Aménagement des bassins de rétention d’eau ; Promotion de construction
des silos communaux et régionaux

Renforcement de la sécurité rurale Sécurisation des


Planification de l’espace de manière à orienter le développement humain Agriculteurs et de leurs
à l’écart des zones à risques élevés ; espaces de production
Promotion de la sécurisation foncière permettant de résoudre les
nombreux problèmes fonciers ; obstacle au travail de la terre
Révision des lois et réglementations

Page 5
Extension aux 22 Régions du Programme Filet de Sécurité Sécurisation alimentaire
Sensibilisation et éducation nutritionnelle des agriculteurs et des éleveurs

Désenclavement des zones de production potentielle, par la réhabilitation Développement et


des réseaux de communication et de télécommunication pour favoriser les intensification des moyens
échanges et la commercialisation. de communication
Développement de l’IEC par des supports appropriés (opération radio ;
système d’information)

Appui à l’intensification de la production végétale et animale à travers Transformation de


notamment l’acquisition de matériels agricoles, la distribution d’intrants, le l’économie de subsistance
développement des activités génératrices de revenus dans les différentes en économie de marché
filières porteuses régionales, Appui à la promotion de la campagne de
vaccination bovine.
Transformation de l’économie de subsistance en économie de marché et
l’intégration agriculture – industrie et service par :
ƒ L’élargissement de la base de production (diversification des
secteurs d’activités, mise en valeur des potentialités existantes,
promotion des exportations),
ƒ la création de structures institutionnelles en vue de faciliter l’accès
des producteurs aux crédits et aux intrants,
ƒ la pratique de prix rémunérateurs à travers l’amélioration du système
de commerce et de distribution,
ƒ l’adoption de technologies appropriées et la mise à contribution d’un
plus grand nombre d’acteurs, en particulier les opérateurs privés.

Secteur 2 : FORESTERIE
MESURES PROJETS
Promotion des transferts de gestion des forêts aux communautés locales Gestion durable des
de base (GELOSE, GCF) Ressources Naturelles
IEC et développement des solutions alternatives à la pratique du tavy
Augmentation de la superficie des sites de conservation
Renforcement de Comités locaux en charge de la lutte contre les feux de
brousse et l’application des DINA,

Renforcement des mesures d’accompagnement et des cadres légaux Gestion Conservatoire de


soutenant les projets participatifs de Gestion Conservatoire de l’Eau et des l’eau et des sols
Sols (GCES).
Protection des bassins versants

Elaboration des plans de reforestation pour les zones rurales, et Intensification de


reboisement professionnel avec des espèces adaptées reboisement
Adoption de la lutte anti-érosive par les techniques de défense et de
restauration du sol ainsi que la stabilisation des dunes.
Fixation des dunes contre l’érosion éolienne

Application effective des législations et réglementations forestières Application des lois et


réglementations forestières

Page 6
Secteur 3 : RESSOURCES EN EAU
MESURES PROJETS
Construction et Amélioration des infrastructures de production Amélioration et protection
(réseaux hydrauliques, protection des bassins versants, périmètres des infrastructures
irrigués)
Construction des barrages et digues de protection

Coordination de toutes les activités menées dans tous les secteurs ; Gestion durable des
protection du bassin versant ; prise de responsabilité des citoyens et ressources en eau
civisme ; protection des sources ; réservoir/ Barrage de rétention
Adduction et amélioration de l’accès à l’eau potable en milieu rural
intéressant notamment les régions sud de Madagascar
Gestion durable des ressources en eau (irrigation, pluie artificielle,
Traitement des eaux, IEC Information Education Communication
préservation des sources
Mise en place et promotion des associations de gestion de l’eau

Secteur 4 : SANTE
MESURES PROJETS
Renforcer, consolider la capacité des services de santé de base par Renforcement des
la décentralisation du personnel, le renforcement des équipements, capacités des services de
des médicaments pharmaceutiques communautaires appropriés, santé de base
par la valorisation du COSAN (communauté sanitaire), par les
mesures préventives de constitution de stocks, intensification de la
surveillance Epidémiologique

Réduction des prix des médicaments pour être à la portée des Mesures
couches les plus vulnérables d’accompagnement pour
Amélioration et extension des opérations « sur eau » l’amélioration de la santé
Dotation des ressources nécessaires pour la prévention et la lutte de la population
contre les vecteurs des maladies
Renforcement des projets de sécurité alimentaire existante
(Secaline, PAM, CRS, etc)

Information, éducation, communication de la population sur Intensification de


• les causes de la maladie et les mesures adéquates à l’éducation, de la
entreprendre pendant la période propice à sa transmission, sensibilisation de la
• la nécessité de rejoindre les centres de soins population sur la
• la construction des latrines protection de leur santé
• la nutrition
• la nécessité des moustiquaires imprégnées
• la médecine catastrophique

Page 7
Secteur 5 : ZONES COTIERES
MESURES PROJETS
Remise en état des secteurs dégradés par la déflation au reprofilage Réparation et protection
du bourrelet littoral, pose de brise vent par les reboisements des des côtes endommagées
filaos, des plantations des mangroves, enrochement des bords de
la mer/ façade de la côte et installation des Brises vagues
Mise en place des infrastructures tels que les digues, les épis au fur
et à mesure que le niveau de la mer s’élève

Adoption et application d’une politique de gestion efficace et de Mise en œuvre de la


protection du littoral et du milieu marin par les collectivités politique de gestion
territoriales efficace et durable des
Elaboration de plan d’aménagement des zones récifales zones côtières
• Acquisition foncière du domaine littoral par la communauté
de base
• Application des textes législatifs et réglementaires existant en
levant les contraintes de manque de ressources et
d’adéquation
• Pratiquer la pisciculture, pour atténuer les retombées
économiques des bouleversements des chaînes trophiques
marins, relatifs à l’augmentation de la température en mer.
• Recherche des techniques de pêche alternatives

IV.- Critères de sélection des activités prioritaires

IV.1- Sélection des options


05 critères sont retenus pour la priorisation des projets retenus en se basant sur les Directives PANA et les critères
définis dans les 12 régions ciblées de Madagascar :
1. Groupes et ressources Vulnérables
2. Réduction de la pauvreté
3. Actif/ capital de la communauté
4. les critères coût/efficacité
5. La synergie avec les autres Accords multilatéraux sur l’Environnement

Le critère sur la gravité des effets néfastes des changements climatiques est explicité davantage sur les impacts des
mesures sur « les groupes et les ressources vulnérables » et pour accroître la capacité d’adaptation ;
« la réduction de la pauvreté » constitue une des stratégies politiques à adopter afin de permettre à la population
vulnérable d’affronter les changements climatiques ;
Le critère « Actif / capital de la communauté » est utilisé pour tenir compte du capital social notamment dans le cadre
de l’implication des groupements ou communauté au niveau des régions ;
Le « critère coût –efficacité » est utilisé pour rendre efficientes les options de mesures retenues face à l’optimisation
des ressources rares devant les besoins urgents de prévention des impacts de plus en plus importants des risques
climatiques sur le développement durable ;
Le critère « synergie avec les autres Accords Multilatéraux sur l’Environnement » tels que les Conventions sur les
Diversités Biologiques, les Conventions sur la Désertification… est retenu pour tenir compte de l’efficacité des actions,
éviter les redondances , les duplications des efforts et réaliser ainsi une économie d’échelle.

Page 8
IV.2- Méthodologie

IV.2.1- Approche méthodologique de l’élaboration du document PANA


L’approche méthodologique adoptée sera la prise en compte de tous les paramètres et l’analyse en profondeur suivant
la directive PANA des résultats des démarches participatives et complémentaires réalisées à travers la consultation des
experts, les consultations du public des 12 sur 22 régions de Madagascar, les avis du Comité national de la Convention
Cadre des Nations Unies aux Changements Climatiques.
La démarche méthodologique est constituée principalement par :
Etape 1 : Travaux documentaires.
Etape 2 : Analyses techniques des options d’adaptation par des instruments de prise de décision en l’occurrence :
l’Analyse à critères multiples.
Etape 3 : Regroupement des mesures homogènes en projets ou options
Etape 4 : Analyse multicritères
Etape 5 : Simulation des résultats obtenus par des tests de sensibilité.
Etape 6 : Analyse des tendances de stabilité des classements obtenus
Etape 7 : Classement définitif des projets
Etape 8 : La consultation des experts et les membres du comité national PANA pour infirmer ou confirmer les résultats
théoriques obtenus jusqu’à l’obtention des consensus sur les mesures sélectionnées.

IV.2.2- Notation des 5critères retenus par rapport aux projets


Avant de passer à la notation proprement dite des projets par rapport aux 5 critères, deux priorisations intermédiaires
par une méthode de croisement dynamique des projets par rapport au critère « Réduction de la pauvreté » et « Groupes
et ressources vulnérable » ont été effectués. Le résultat de ces priorisations et le rang des projets sont donnés au
tableau A1en annexe

IV.2.2.1- Grilles de notation et Pondération


Le tableau ci-après montre l’unité de notation des critères retenus et de leur hiérarchisation à partir des coefficients de
pondération.

Tableau 1 : Grilles de notation et coefficient de Pondération


CRITÈRES
Synergie avec les
Importance Groupes et Réduction de Rapport coût Actif/ capital de autres Accords
des critères Ressources la pauvreté efficacité la communauté Multilatéraux sur
vulnérables l’Environnement
Unité 1à5 % 0 à 100 0 à 100 1à5
Taux de
croissance
économique
C1 C2 C3 C4 C5
Coefficient de
pondération
4 3 2 3 3

L’identification et la priorisation des critères de sélection des activités PANA revêt une importance particulière dans la
mesure où elle constitue la base des prises de décision sur les options à retenir dans les plans d’actions aux activités
d’adaptation aux changements climatiques.
D’après ce tableau, la gravité des effets néfastes des changements climatiques aux groupes et ressources les plus
vulnérables constitue le premier critère prioritaire de sélection des activités. En effet, le projet PANA accorde de
l’importance particulière à la corrélation de trilogie « Risques climatiques/Vulnérabilités/Adaptations ».
La seconde place est accordée aux actions et mesures destinées à diminuer la pauvreté des groupes bénéficiaires les
plus vulnérables, pour accroître leur capacité de résistance aux risques climatiques. Par ailleurs, ce critère traduit

Page 9
fidèlement les priorités de politiques de développement actuels au niveau national et les potentielles de mesures
identifiées au niveau régional.
La même valeur de pondération est accordée au critère « Actif/Capital de la communauté » du fait de l’importance
accordée à la participation de la communauté ou leur appropriation des mesures d’adaptation proposées.
Les synergies avec les Accords Multilatéraux sur l’Environnement (AME) occupent également le second rang. La
justification réside non seulement à la préoccupation accordée sur ce sujet par les instances internationales mais aussi
par les avantages d’une meilleure efficience des actions proposées en évitant les redondances d’utilisation des fonds et
l’économie d’échelle induite par la mise en synergie des actions à entreprendre ;
Le rapport coût/efficacité, est pondéré d’une note inférieure par rapport aux autres critères proposés. Cette
considération traduit l’importance relative des mesures urgentes face aux vulnérabilités induites par le changement
climatique par rapport à la préoccupation d’ordre monétaire.

Suivant la grille de notation du tableau 01, les 17 projets sont notés par rapport aux 5 critères retenus
Le résultat de notation des 17 projets retenus est donné au tableau A1 en annexe

IV.2.2.2- Standardisation des points et priorisation des projets


(AMC1)
Les notes correspondantes aux différents critères pour chaque projet sont ensuite standardisées, c'est-à-dire toutes les
valeurs du tableau A2 sont exprimées dans une unité commune, sur une échelle commune. Cette standardisation est
effectuée par interpolation linéaire de toutes les valeurs de chaque critère sur un axe allant de 0 à 1
La note moyenne pour chaque projet correspond à la somme des points standardisés pour chaque critère divisée par 5
(Nombre de critère)
Le résultat de l’Analyse Multicritère 1 (AMC1) avec pondération identique (C = 1) pour tous les 17 projets retenus et le
classement initial de ces projets sont donnés au tableau A1 en annexe.
Le projet dont la moyenne est la plus élevée est classé au premier rang.
IV.2.2.3- Priorisation des projets par l’AMC2
Cette priorisation est basé sur une Analyse multicritère avec 5 coefficients de pondération pour les critères de sélection
(C.f. tableau 1).
Les cinq critères seront pondérés comme suit C1=4 points, C2=3 points, C3=2 points, C4=3 points et C5=3 points ; ou
des coefficients de pondérations relatives (CR= C / Σ C) CR1=0,27 ; CR2=0,20 ; CR3=0,13 ; CR4=0,20 et CR5=0,20
La valeur attribuée à chaque projet est égale à la multiplication de coefficient de pondération relative (CR) et la valeur
standardisée correspondante. La note est égale à la somme des valeurs de chaque projet (Somme horizontale)
Le résultat de cette analyse et le rang de chaque projet sont donnés au tableau A4 en annexe.

IV.3- Analyse de sensibilité [Analyse multicritère 3 (AMC 3)]


L’analyse de sensibilité est basée sur la variation des coefficients de pondération correspondant à chaque projet. Cette
variation donne une importance au critère « Rapport coût efficacité » C3=4 ; ainsi les trois critères « Réduction de la
pauvreté ; Actif / Capital de la communauté ; Synergie avec les autres AME » ont une importance moyenne avec C2=
C4 = C5 = 3 ; tandis que le critère « Groupes et ressource vulnérables » a un coefficient C=2
Les coefficients de pondération relative correspondant à chaque critère sont : CR1=0,13 ; CR2=0,20 ; CR3=0,20 ;
CR4=0,20 et CR5=0,20
Le résultat de cette analyse suit la même démarche que l’Analyse multicritère 1, et est présenté dans le tableau A5 en
annexe

Page 10
IV.4- Analyse des tendances
La tendance générale de la priorisation de chaque projet est obtenue par la comparaison de la variation des rangs des
projets issus des différentes analyses multicritères (AMC1 ; AMC2 et AMC3). Cette analyse permet de voir l’influence de
la variation des coefficients de pondération correspondant à chaque projet au rang des projets c'est-à-dire la priorisation
de chaque projet
La synthèse des résultats de simulation des 3 analyses multicritères est donnée dans le tableau suivant

Tableau 2 : Synthèse des résultats de simulation des analyses multicritères 1, 2 et 3


Option d’adaptation AMC 1 RANG AMC 2 RANG AMC 3 RANG
Adaptation des techniques culturales et d’élevage aux
0,81 1 0,81 1 0,79 1
changements climatique
Normalisation, Construction et modernisation des infrastructures 0,40 17 0,42 17 0,39 17
Sécurisation des Agriculteurs et de leurs espaces de production 0,53 13 0,56 13 0,51 13
Sécurisation alimentaire 0,51 14 0,55 14 0,49 14
Développement et intensification des moyens de communication 0,56 10 0,59 10 0,56 10
Transformation de l’économie de subsistance en économie de
0,68 7 0,69 7 0,64 7
marché
Gestion durable des Ressources Naturelles 0,75 5 0,75 5 0,74 6
Gestion Conservatoire de l’eau et des sols 0,77 4 0,77 4 0,76 3
Intensification de reboisement 0,73 6 0,71 6 0,74 5
Application des lois et réglementations forestières 0,58 9 0,63 9 0,58 9
Amélioration et protection des infrastructures 0,47 15 0,49 16 0,47 15
Gestion durable des ressources en eau 0,78 2 0,80 2 0,75 4
Renforcement des capacités des services de santé de base 0,53 12 0,57 12 0,52 12
Mesures d’accompagnement pour l’amélioration de la santé de la
0,45 16 0,50 15 0,46 16
population
Intensification de l’éducation, de la sensibilisation de la population
0,54 11 0,58 11 0,54 11
sur la protection de leur santé
Réparation et protection des côtes endommagées 0,64 8 0,67 8 0,62 8
Mise en œuvre de la politique de gestion efficace et durable des
0,77 3 0,77 3 0,76 2
zones côtières

Page 11
0,85
0,83
0,80
0,78
0,75
0,73
0,70
0,68
0,65
0,63
0,60
0,58
0,55
0,53
0,50
0,48
0,45
0,43
0,40
0,38
0,35

SIMILATION AMC 1 SIMILATION AMC 2 SIMILATION AMC 3

Adaptation des techniques culturales et d’élevage aux changements climatique Normalisation, Construction et modernisation des infrastructures

Sécurisation des Agriculteurs et de leurs espaces de production Sécurisation alimentaire

Développement et intensification des moyens de communication Transformation de l’économie de subsistance en économie de marché
Gestion durable des Ressources Naturelles Gestion Conservatoire de l’eau et des sols

Intensification de reboisement Application des lois et réglementations forestières

Amélioration et protection des infrastructures Gestion durable des ressources en eau

Renforcement des capacités des services de santé de base Mesures d’accompagnement pour l’amélioration de la santé de la population

Intensification de l’éducation, de la sensibilisation de la population sur la protection de leur santé Réparation et protection des côtes endommagées

Mise en œuvre de la politique de gestion efficace et durable des zones côtières

Figure 1 : Courbe représentative de la variation des rangs des projets

Page 12
Quel que soit le changement des coefficients de pondération attribués à chaque critère, à titre de test de sensibilité, on
observe une certaine régularité de tendance des courbes.
Le changement de la valeur des coefficients n’a pas beaucoup d’influence sur le rang des projets sauf pour les trois derniers
à savoir : Amélioration et protection des infrastructures ; Mesures d’accompagnement pour l’amélioration de la santé de la
population, et la Normalisation, construction et modernisation des infrastructures
Ce qui démontre la fiabilité de la priorité des projets présentés

V.- Liste des projets

V.1- Identification des besoins urgents et prioritaires en matière d’adaptation


A l’issue des analyses multicritères effectuées ci-dessus, les projets d’adaptation aux changements climatiques sont
priorisées comme suit :

RANG PROJET D’ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES

1 Adaptation des techniques culturales et d’élevage aux changements climatique


2 Gestion durable des ressources en eau
3 Mise en œuvre de la politique de gestion efficace et durable des zones côtières
4 Gestion Conservatoire de l’eau et des sols
5 Gestion durable des Ressources Naturelles
6 Intensification de reboisement
7 Transformation de l’économie de subsistance en économie de marché
8 Réparation et protection des côtes endommagées
9 Application des lois et réglementations forestières
10 Développement et intensification des moyens de communication
11 Intensification de l’éducation, de la sensibilisation de la population sur la protection de leur santé
12 Renforcement des capacités des services de santé de base
13 Sécurisation des Agriculteurs et de leurs espaces de production
14 Sécurisation alimentaire
15 Mesures d’accompagnement pour l’amélioration de la santé de la population
16 Amélioration et protection des infrastructures
17 Normalisation, Construction et modernisation des infrastructures

Page 13
V.2- Stratégie de mise en œuvre
Profil des projets
La description du profil des 17 projets sélectionnés sont présentés comme suit :

Projet 1 : Adaptation des techniques culturales et d’élevage aux changements climatiques

L’impact de changement climatique est très marqué dans les derniers temps par la chute de rendement de l’activité Agricole
due à l’agro climat. Ceci a un impact négatif surtout dans la vie de la population rurale qui est le groupe le plus vulnérable
dans cette situation. Donc pour faire face à ce problème, l’adaptation des techniques culturales et d’élevage aux
changements climatiques est une option ou projet prioritaire à faire à court terme.

DESCRIPTION

Objectif :
L’objectif de ce projet est de trouver des variétés de semence qui s’adapte à la situation actuelle ainsi que de mettre en
place pour chaque région un service météorologique pour prévoir et communiquer à la population les prévisions
météorologiques

Activités :

1. Mise en place et/ou renforcement du Service Météo décentralisé ;


2. Encadrement des paysans pour l’adaptation du calendrier cultural en fonction de la prévision climatique du
service Météo ;
3. Recherche, vulgarisation et promotion des variétés culturales adaptées aux conditions édapho-climatiques
de la région
4. Eradication des espèces envahissantes et nuisibles notamment les cactus rouges dans les régions du sud,
Striga
5. Vulgarisation et appui à l’adoption des pratiques culturales respectant l’environnement et la valorisation
des bassins versants par restauration de la fertilité des sols.
6. Exploitation intensive des pâturages laquelle nécessiterait l’utilisation rationnelle des fourrages verts
pendant la saison de pluie
7. La pratique des techniques de conservation et stockage des fourrages (foin, ensilage) pendant la saison
sèche.

Intrants :
Les intrants principaux sont : les chercheurs et laboratoire de recherche ; les techniciens agricoles ainsi que des matériels
et des personnels pour le renforcement des stations météorologiques…

Extrants à court terme :


- Stations météorologiques opérationnelles ;
- Information diffusée à temps sur la prévision météorologique ;
- Techniques améliorées adoptés par les paysans

Résultats potentiels à long terme


- Augmentation des rendements de production
- Maîtrise de l’impact de changement climatique sur l’économie national
- Réduction de la pauvreté

MISE EN ŒUVRE

Arrangements institutionnels

MAEP ; Ministère de l’Environnement des Eaux et Forets ; Direction de la météorologie, Autorités régionales et locales, les
maîtres d’œuvre délégué

Page 14
Risques et obstacles
- Adoption des techniques nouvelles par les paysans ;
- Disponibilité des moyens de la mise en œuvre ;
- Adéquation entre le résultat de recherche et le besoin sur terrain.

Evaluation, suivi et ressources financières

Montant
Activités Indicateur de réussite OV
(US$)
ANNEE 1 ANNEE 2 ANNEE 3
Mise en place et/ou renforcement du Service Météo Service Météo opérationnelle
décentralisé par régions 45 500 68 120
Encadrement des paysans pour l’adaptation du
Nombre des informations
calendrier cultural en fonction de la prévision 45 000 45 000 45 000
diffusées, fréquence
climatique du service Météo ;
Recherche, vulgarisation et promotion des variétés Variété culturale adaptée aux
culturales adaptées aux conditions édapho- conditions édapho-
climatiques de la région climatiques disponible par 145 000
région
Eradication des espèces envahissantes et nuisibles
Réduction des surfaces
notamment les cactus rouges dans les régions du 148 330 148 330 148 330
envahies
sud, Striga
Vulgarisation et appui à l’adoption des pratiques Hausse de taux d'adoption
culturales respectant l’environnement et la de la technique culturale
valorisation des bassins versants par restauration nouvelle sur la préservation 45 000 45 000 45 000
de la fertilité des sols. de l'environnement
Exploitation intensive des pâturages laquelle
Réduction des surfaces de
nécessiterait l’utilisation rationnelle des fourrages 45 000 45 000 45 000
pâturage surexploitée
verts pendant la saison de pluie
La pratique des techniques de conservation et
Fourrages disponibles
stockage des fourrages (foin, ensilage) pendant la 45 000 45 000
pendant la saison sèche
saison sèche.

TOTAL 518 830 396 450 283 330

Projet 2 : Gestion durable des ressources en eau

DESCRIPTION

L’eau tient une place importante dans la vie de la population et leurs activités de production. Actuellement, la population
rencontre divers problèmes liés au non maîtrise de l’eau. C’est pour cette raison que la gestion durable des ressources en
eau occupe la deuxième place dans les projets d’adaptation aux changements climatiques.

Objectif :

L’objectif de ce projet est la mise en place des infrastructures qui permettent à la population déficitaire d’accéder à l’eau
potable et à l’eau de l’irrigation pour la production. Ainsi, la responsabilisation des bénéficiaires à la gestion durable des
ressources en eau tient une place importante dans ce projet

Page 15
Activités :
1. Adduction et amélioration de l’accès à l’eau potable en milieu rural intéressant notamment les régions sud de
Madagascar
2. Gestion durable des ressources en eau (irrigation, pluie artificielle, Traitement des eaux, IEC Information Education
Communication sur la préservation des sources)
3. Mise en place et promotion des associations de gestion de l’eau

Intrants :
Des chercheurs spécialistes en AEP ; Des formateurs communicateurs; des ingénieurs agronomes et hydrauliques ; des
ONGs spécialiste en organisation du monde rural, des ressources financières pour la réalisation des ouvrages dans des
régions ciblées…
Extrants à court terme :

- Zone cible identifiée ;


- Population desservie et consciente de l’importance de la préservation des ressources en eau ;
- Techniques améliorées sur la protection des sources et la préservation de l’eau.

Résultats potentiels à long terme

- Disponibilité en eau potable dans toutes les régions


- Les associations des bénéficiaires en eau potable maîtrise la gestion durable des ressources en eau
- Réduction du taux des maladies due à l’utilisation de l’eau non potable

MISE EN ŒUVRE

Arrangements institutionnels

MINISTERE DE LA SANTE ; MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT DES EAUX ET FÖRETS ; ANDEA ; ONG Autorités
régionales et les maîtres d’œuvre délégué

Risques et obstacles
- Coût élevé de la mise en place des infrastructures
- Capacité d’assimilation de la population cible sur la gestion durable des ressources en eau

Evaluation, suivi et ressources financières

Activités Indicateur de réussite OV Montant (US$)


ANNEE 1 ANNEE 2 ANNEE 3
Adduction et amélioration de l’accès à l’eau potable
Nombre de population
en milieu rural intéressant notamment les régions 50 000 33 330
desservie en eau potable
sud de Madagascar
Gestion durable des ressources en eau d'irrigation,
pluie artificielle, Traitement des eaux, IEC( Eau disponible et maîtrisée
45 000 45 000
Information Education Communication) pendant toute l'année
préservation des sources
Mise en place et promotion des associations de
Nombre des AUE formé 30 000
gestion de l’eau
TOTAL 125 000 78 330 0

Page 16
Projet 3 : Mise en œuvre de la politique de gestion efficace et durable des zones côtières

DESCRIPTION

L’effet du changement climatique est très remarquable surtout dans la zone côtière à savoir : le recul des côtes de
Madagascar ; l’inondation de toutes les zones basses côtières et la réduction de la superficie des récifs marginaux ; la
perturbations des systèmes des courants océaniques et l’augmentation du niveau de la mer entraînant une érosion côtière
et une intrusion d’eau salée qui représentent une danger imminente pour les populations du côte de Madagascar
C’est pour cette raison que le projet de la mise en œuvre de la politique de gestion efficace et durable des zones côtières
tient une place importante dans les projets d’adaptation aux changements climatiques

Objectif :
- Limiter les dégâts causés par la non application des textes législatifs et réglementaires en vigueur sur la protection des
côtes Malagasy.
- Trouver une solution alternative sur la baisse de rendement des fruits de mer et d’accroître en conséquence les revenus
des pêcheurs ; groupe vulnérable aux changements climatiques

Activités :
1. Application des textes législatifs et réglementaires existant en levant les contraintes de manque de ressources;
2. Pratiquer la pisciculture, pour atténuer les retombées économiques des bouleversements des chaînes trophiques
marins, relatifs à l’augmentation de la température en mer
3. Recherche et vulgarisation des techniques de pêche alternatives

Intrants :
Des chercheurs spécialistes en pêche maritime ; Des formateurs communicateurs; Spécialiste en environnement marin et
côtier ; Agents assermentés pour l’élaboration des procès verbaux de constat de délit ; Moyens matériels et financiers pour
l’encadrement technique et le contrôle et suivi de l’effectivité d’application des lois et réglémentations

Extrants à court terme :


- Résultats de la recherche sur technique de pêche alternative disponible ;
- Vulgarisation des techniques moderne en pisciculture ;
- Population côtière consciente du danger causé par le bouleversement du milieu marin notamment les reculs des
côtes et l’érosion marine

Résultats potentiels à long terme


- Dégradation de la zone côtière maîtrisée
- Nouvelle technique de pêche maîtrisée par les pécheurs
- Augmentation de la production aquacole
- Dimunition des nombres de délits

MISE EN ŒUVRE

Arrangements institutionnels

MAEP ; MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT DES EAUX ET FÖRETS ; Ministère de la justice ; Autorités régionale et les
maîtres d’œuvre délégué

Risques et obstacles
- Capacité d’assimilation de la population cible ;
- Faible niveau d’instruction des pêcheurs.

Page 17
Evaluation, suivi et ressources financières

Activités Indicateur de réussite OV Montant (US$)


ANNEE 1 ANNEE 2 ANNEE 3
Application des textes législatifs et réglementaires Nombre de délits en matière de
existant en levant les contraintes de manque de gestion durable des zones 140 000 140 000 140 000
ressources et d’adéquation côtières
Pratiquer la pisciculture, pour atténuer les
retombées économiques des bouleversements des Nombre de pisciculteurs et
46 660 46 660 46 660
chaînes trophiques marins, relatifs à produits aquacoles en hausse
l’augmentation de la température en mer.
Nombre de Techniques de pêche
Recherche et vulgarisation des techniques de
alternatives disponibles et 42 500 42 500 42 500
pêche alternatives
opérationnelles
TOTAL 229 160 229 160 229 160

Projet 4 : Gestion Conservatoire de l’eau et des sols

DESCRIPTION

Le changement climatique entraîne la difficulté de gestion de l’eau (crues importantes, sécheresses ou aridité
sévère), le changement du régime hydro pluviométrique rendant la maîtrise de l’eau plus difficile et le
changement de la qualité biophysique des eaux. Ce problème est rencontré dans la plupart des régions de l’Ile.
Ceci répercute sur la diminution de la surface et le rendement agricole

Objectif :
- Participation de toutes les parties concernées sur l’effectivité des techniques en matière de Gestion Conservatoire de l’Eau
et du Sol (GCES)
- Exploitation normalisée des bassins versants

Activités :
1. Renforcement des mesures d’accompagnement des cadres légaux soutenant les projets participatifs de Gestion
Conservatoire de l’Eau et des Sols (GCES).
2. Protection des bassins versants

Intrants :
Spécialistes en DRS ; Des formateurs communicateurs; Spécialiste en protection de l’environnement, Ministère de la justice
Moyens financiers pour le renforcement des textes

Extrants à court terme :


- Mesures d’accompagnement des cadres légaux soutenant les projets participatifs de Gestion Conservatoire de l’Eau
et des Sols (GCES) mise à jour et répond au besoin de la situation actuelle.
- Vulgarisation des techniques de GCES au niveau régional

- Résultats potentiels à long terme de la production Agricole traduite par l’autosuffisance alimentaire de la population.

MISE EN ŒUVRE

Arrangements institutionnels

MAEP ; MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT DES EAUX ET FÖRETS ; Autorités régionales et les maîtres d’œuvre
délégué

Page 18
Risques et obstacles

- Coût élevé des matériaux modernes de pêche


- Capacité d’assimilation de la population cible des techniques préconisées

Evaluation, suivi et ressources financières


Activités Indicateur de réussite OV Montant (US$)
ANNEE 1 ANNEE 2 ANNEE 3
Nombre de mesures
Renforcement des mesures d’accompagnement
d'accompagnement des
des cadres légaux soutenant les projets
cadres légaux relatifs à la 33 750 33 750 33 750
participatifs de Gestion Conservatoire de l’Eau et
gestion conservatoire de
des Sols (GCES).
l'eau et de sol
Nombre des bassins
Protection des bassins versants 43 750 43 750 43 750
versants protégés
TOTAL 77 500 77 500 77 500

Projet 5 : Gestion durable des Ressources Naturelles

DESCRIPTION
Ce projet fait partie de la politique générale de l’Etat Malagasy en matière de gestion durable des ressources naturelles à
travers leur transfert de gestion aux communautés de base suivie de sécurisation foncière. La dégradation de l’état de
l’environnement est actuellement relativement alarmante dus aux feux de brousse et aux cultures sur brûlis ou TAVY. La
destruction du capital naturel génère des conséquences importantes sur l’économie nationale. Cette situation est aggravée
par les effets du changement climatique par l’augmentation de l’érosion. Ainsi, la gestion durale des ressources naturelles
est l’une des mesures importantes à mettre en œuvre pour pallier à ces problèmes.

Objectif :
- Gestion et conservation des forêts par des comités locales de proximité ;
- Réduction des surfaces ravagées par les feux de brousse et l’application du « tavy » ou culture sur brûlis

Activités :
1. Promotion des transferts de gestion des forêts aux communautés locales de base (GELOSE, GCF)
2. Information, Education, Communication et développement des solutions alternatives à la pratique du « tavy »
3. Augmentation de la superficie des sites de conservation ;
4. Renforcement de Comités locaux en charge de la lutte contre les feux de brousse et l’application des DINA.

Intrants :
Formateurs communicateurs; Spécialiste en protection de l’environnement, Technicien agricole, Sociologue, moyens
financiers pour les encadrements en techniques rationnelles d’exploitation des ressources naturelles ;

Extrants à court terme :


- Gestion rationnelle des écosystèmes forestiers par les communautés locales ;
- Diminution de la pratique des cultures sur brûlis ou TAVY ;
- Diminution des nombres de délits de feux de brousse ;
- Sortie des décrets d’application des DINA ou Pacte social.

Résultats potentiels à long terme


- Bonne maîtrise de la gestion rationnelle des ressources naturelles en particulier forestières
- Augmentation des sites de conservation des ressources naturelles ;

Page 19
MISE EN ŒUVRE

Arrangements institutionnels

MAEP ; MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT DES EAUX ET FÖRETS ; Autorités régionales et les maîtres d’œuvre
délégué, Autorités communales des zones d’action, Communauté de base…

Risques et obstacles
- Capacité d’assimilation de la population cible en matière de nouvelles techniques alternatives au TAVY
- Problème foncier surtout dans le monde rural
- Faiblesse des moyens de contrôle de l’application des lois et DINA ou Pacte social

Evaluation, suivi et ressources financières


Activités Indicateur de réussite OV Montant (US$)
ANNEE 1 ANNEE 2 ANNEE 3
Promotion des transferts de gestion des forêts
Nombre de transfert réalisé 31 660 31 660 31 660
aux communautés locales de base (GELOSE, GCF)
Nombre de solution
IEC et développement des solutions alternatives à
alternative à la pratique de 37 500 37 500
la pratique du tavy
tavy identifiée et vulgarisée
Superficie et nombre des
Augmentation de la superficie des sites de
sites de conservation en 33 330 33 330 33 330
conservation
hausse
Opérationnalité de Comités
Renforcement de Comités locaux en charge de la
locaux en charge de la lutte
lutte contre les feux de brousse et l’application 37 500 37 500
contre les feux de brousse
des DINA,
et l’application des DINA
TOTAL 139 990 139 990 64 990

Projet 6 : Intensification de reboisement

DESCRIPTION
Face aux problématiques de dégradation des ressources forestières Malgache par les feux de brousse et de la pratique de
techniques traditionnelles de cultures sur brûlis, situation favorisée entre autres par la libre accès aux ressources, la
promotion du reboisement est une solution très importante pour la restauration des bassins versants et de la dégradation
avancée des écosystèmes forestiers. La stratégie préconisée est la responsabilisation de la population locale à la gestion
rationnelle des forêts restantes, à l’intensification et à la promotion du reboisement professionnel sur la base des schémas
des aménagements des espaces, la restauration de couverture végétale afin de se protéger contre l’érosion hydrique et
éolienne.
Objectif :
- Gestion et conservation des forêts par des comités locales de proximité

Activités :
- Elaboration des plans de reforestation pour les zones rurales, et reboisement professionnel avec des espèces
adaptées
- Adoption de la lutte anti-érosive par les techniques de défense et de restauration du sol
- Fixation des dunes contre l’érosion éolienne

Page 20
Intrants :
ONGs spécialisés en Environnement, Forestiers, Formateurs communicateurs; Spécialiste en protection de
l’environnement, Technicien agricole, Autorités communales des zones d’action, Groupement communautaire, moyens
financiers pour l’élaboration des plans d’aménagement forestier…

Extrants à court terme :

- Disponibilité des plans de reforestation rurale notamment dans la région Sud de Madagascar
- Gestion rationnelle progressive des écosystèmes forestiers par les communautés locales

Résultats potentiels à long terme


- Bonne maîtrise de la gestion rationnelle des ressources forestières ;
- Augmentation des professionnels dans la filière reboisement ;
- Augmentation des superficies reboisées ;
- Dunes stabilisés
MISE EN ŒUVRE

Arrangements institutionnels

MAEP ; MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT DES EAUX ET FÖRETS ; Autorités régionales et communales,


Groupements communautaires et les maîtres d’œuvre délégué…

Risques et obstacles
- Capacité d’assimilation de la population cible en matière de nouvelles techniques de reboisement, de défense et
restauration du sol
- Rentabilité à long terme du reboisement professionnel au détriment des besoins à court terme

Evaluation, suivi et ressources financières

Activités Indicateur de réussite OV Montant (US$)


ANNEE 1 ANNEE 2 ANNEE 3
Elaboration des plans de reforestation pour les Nombre de plans
zones rurales, et reboisement professionnel avec d'aménagement forestier 24 750 24 750 24 750
des espèces adaptées par région
Adoption de la lutte anti-érosive par les Taux d'adoption de la
45 000 45 000 45 000
techniques de défense et de restauration du sol technique de DRS
Fixation des dunes contre l’érosion éolienne Dunes stabilisées 25 000 25 000
TOTAL 94 750 94 750 69 750

Projet 7 : Transformation de l’économie de subsistance en économie de marché

DESCRIPTION
.Les pauvres sont les couches les plus vulnérables aux changements climatiques. Afin de les rendre plus résistants et
d’accroître leur capacité d’adaptation aux chocs climatiques, ce projet vise l’augmentation de la production dépassant le
stade de l’autoconsommation et d’en dégager des surplus commercialisable pour l’amélioration du revenu et du bien être
social

Objectif :

- Augmentation de la production animale et végétale, dégagement de surplus commercialisé pour l’amélioration de revenu
et du bien être social

Page 21
Activités :
1. Appui à l’intensification de la production végétale et animale à travers notamment l’acquisition des matériels agricoles,
la distribution d’intrants
2. Appui au développement des activités génératrices de revenus dans les différentes filières porteuses régionales
3. Appui à la promotion de la campagne de vaccination bovine
4. Transformation de l’économie de subsistance en économie de marché et l’intégration agriculture – industrie et service
par :
- L’élargissement de la base de production (diversification des secteurs d’activités, mise en valeur des
potentialités existantes, promotion des exportations),
- La création de structures institutionnelles en vue de faciliter l’accès des producteurs aux crédits et aux intrants
5. Amélioration du système de commerce et de distribution des produits
6. L’adoption de technologies appropriées par des groupements paysans et l'implication des opérateurs privés à leurs
vulgarisations

Intrants :
Agronomes, Economistes, ONGs, MAEP, Autorités décentralisées et déconcentrées au niveau régional et communal,
matériels et intrants agricoles et d’élevage, moyens financiers pour les encadrements techniques….

Extrants à court terme :


- Groupement des paysans formés et encadrés en techniques modernes de production ;
- Augmentation de la production agricole et d’élevage ;
- Augmentation des activités génératrices de revenu dans les différentes filières porteuses régionales ;
- Augmentation des bovins vaccinés ;
- Diversification de la production ;
- Augmentation des producteurs bénéficiant des crédits Agricoles ;
- Techniques vulgarisées et diffusées au niveau des producteurs.

Résultats potentiels à long terme


- Développement de l’économie du marché dans le monde rural

MISE EN ŒUVRE

Arrangements institutionnels
MAEP, Autorités Régionales et Communales, organismes d’encadrement paysanne, Organisme de crédit, Techniciens
agricoles

Risques et obstacles
- Capacité d’assimilation de la population cible en matière de nouvelles techniques agricoles
- Manque d’esprit d’entreprises
- Faiblesses des moyens matériels

Page 22
Evaluation, suivi et ressources financières

Activités Indicateur de réussite OV Montant (US$)


ANNEE 1 ANNEE 2 ANNEE 3
Appui à l’intensification de la production Nombre de formation
végétale et animale à travers notamment dispensée et adoptée
l’acquisition des matériels agricoles, la Nombre de matériels
distribution d’intrants, dotés 90 000 90 000 90 000
Nombre de centre
d'approvisionnement en
intrants agricoles
Appui au développement des activités Nombre des filières
génératrices de revenus dans les porteuses identifiés et 60 000 60 000 60 000
différentes filières porteuses régionales développés
Appui à la promotion de la campagne de Effectif des bovins
46 660 46 660 46 660
vaccination bovine vaccinés
Transformation de l’économie de
subsistance en économie de marché et
l’intégration agriculture – industrie et
service par :
L’élargissement de la base de production
(diversification des secteurs d’activités mise en Quantité et qualité des
60 000 60 000 60 000
valeur des potentialités existantes, promotion produits
des exportations),
La création de structures institutionnelles
Nombre de prêt contracté
en vue de faciliter l’accès des producteurs 55 000
au niveau des IMF
aux crédits et aux intrants
Amélioration du système de commerce et de Augmentation du système
distribution, de commerce et de 110 000 110 000 110 000
distribution,
L’adoption de technologies appropriées par Taux d'adoption des
des groupements paysans et l'implication groupements paysans des
des opérateurs privés à leurs vulgarisations techniques appropriés.
Nombre d'acteurs privés
22 500 22 500 22 500
impliqués dans
l'encadrement et la
vulgarisation de ce
technique
TOTAL 444 160 389 160 389 160

Projet 8 : Réparation et protection des côtes endommagées

DESCRIPTION
A l’échelle nationale et de façon globale, la zone côtière et le milieu marin malgache sont relativement préservés car
plusieurs milliers de kilomètres de côte ne sont ni habités, ni exploités. Seules les zones proches des agglomérations
côtières sont les plus touchées par une dégradation suite au caractère démographique et au développement économique
de ces zones, à la considération socio-économique et culturelle attribuée par la population à la zone côtière et au milieu
marin,
En 1997 le recul des côtes de Madagascar a été estimé entre 5,71 m et 6,54 m. Les mesures urgentes à entreprendre sont
donc la réparation des dommages et la protection des cotes endommagées

Page 23
Objectif :
Gestion durable du milieu marin et côtier de Madagascar

Activités :
1. Remise en état des secteurs dégradés par la déflation au reprofilage du bourrelet littoral, pose de brise vent par les
reboisements des filaos, des plantations des mangroves
2. Mise en place des infrastructures tels que les digues, les épis au fur et à mesure que le niveau de la mer s’élève

Intrants :
Moyens financiers pour la remise état des secteurs dégradés, les matériels requis, les entrepreneurs Maître d’œuvre du
chantier

Extrants à court terme :


Cotes réparées et protection du milieu par l’application de la stratégie nationale, régionale et locale pour la préservation de
la zone côtière.
Population locale sensibilisée aux causes et aux techniques de protection du milieu marin
Résultats potentiels à long terme
- Gestion rationnelle du milieu marin et côtier par les communautés locales

MISE EN ŒUVRE

Arrangements institutionnels

MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT DES EAUX ET FÖRETS ; Autorités régionales et locales,

Risques et obstacles
- Faiblesse des moyens financiers
- Efficacité des techniques utilisées pour la remise en état des secteurs dégradés

Evaluation, suivi et ressources financières

Indicateur de réussite
Activités Montant (US$)
OV
ANNEE 1 ANNEE 2 ANNEE 3
Remise en état des secteurs dégradés par la Nombre des pieds plantés
déflation au reprofilage du bourrelet littoral, Longueur des côtes
32 500
pose de brise vent par les reboisements des protégées
filaos, des plantations des mangroves
Mise en place des infrastructures tels que les Nombre des digues ou des
digues, les épis au fur et à mesure que le épis construits 75 000 75 000
niveau de la mer s’élève
TOTAL 107 500 75 000 0

Projet 9 : Application des lois et réglementations forestières

DESCRIPTION
La mauvaise gouvernance en matière de gestion forestière est une des causes de l’exploitation illicite et irrationnelle des
ressources forestières. Ainsi, l’application de lois et réglementations forestières contribue à la préservation de ces
ressources, le présent projet consiste à veiller à l’application des lois, suivi et contrôle d’effectivité des cahiers de charges
accompagnant la délivrance des permis d’exploitation.

Page 24
Objectif :
- Gestion et conservation des forêts

Activités :
Application effective des législations et réglementations forestières par le développement de stratégies visant la
collaboration des diverses puissances publiques pour le contrôle et le suivi des cahiers de charges accompagnant la
délivrance des permis d’exploitation
Intrants :
Conjugaison des efforts des Agents forestiers, des gendarmeries, de la commune pour le contrôle des exploitations des forets, du
transport des bois et dérivés, moyens matériels et financiers pour assurer leur responsabilité respective.
Extrants à court terme :
- Gestion rationnelle des écosystèmes forestiers par les communautés locales
- Effectivité des cahiers de charges contenant les prescriptions de gestion durable des ressources forestières

Résultats potentiels à long terme

Inexistence des délits forestiers

MISE EN ŒUVRE

Arrangements institutionnels

MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT DES EAUX ET FÖRETS ; Ministères de la défense, Autorités communales et


régionales

Risques et obstacles
- Faiblesse de coopération entre les organismes de contrôle des délits forestiers
- Faiblesse des moyens matériels et financiers
- Corruption

Evaluation, suivi et ressources financières


Indicateur de réussite
Activités Montant (US$)
OV
ANNEE 1 ANNEE 2 ANNEE 3
Application effective des législations et Nombre et
réglementations forestières opérationnalité des 235 000 235 000 235 000
organes de contrôle
TOTAL 235 000 235 000 235 000

Projet 10 : Développement et intensification des moyens de communication

DESCRIPTION
Le développement et intensification de la communication permet de prévenir suffisamment la population des prévisions
météorologiques. Elle pourrait en conséquence adapter entre autres leur calendrier de production, les espèces pouvant
résister au climat. La mise en place des infrastructures permet en outre de développer les échanges et la
commercialisation, la sensibilisation et l’éducation de la population.
Le projet consiste à mettre en place ou réhabiliter les infrastructures du réseau de communication et de télécommunication.

Objectif :
Une meilleure communication des prévisions météorologiques afin que la population puisse adapter leur calendrier cultural,
les espèces compatible avec le climat, favoriser les échanges et la commercialisation.

Activités :
1. Désenclavement des zones de production potentielle, par la réhabilitation des réseaux de communication et de
télécommunication pour favoriser les échanges et la commercialisation ;
2. Développement de l’IEC par des supports appropriés (opération radio ; système d’information)

Page 25
Intrants :
Matériels de communication et de télécommunication, moyens financiers pour la mise en place du réseau, des supports
d’information…

Extrants à court terme :


- Population bien informée des prévisions météorologiques ;
- La majorité de la population dotée des supports de communication
- Réseau de communication et de télécommunication mise en place

Résultats potentiels à long terme


- Toute la population dotée des supports de communication (radio, télévision)
MISE EN ŒUVRE

Arrangements institutionnels

Direction de la Météorologie, Autorité Régionale et locale, Chaîne de télévision et radio privée

Risques et obstacles

Faiblesse des moyens financiers pour l’acquisition des matériels

Evaluation, suivi et ressources financières

Indicateur de réussite
Activités Montant (US$)
OV
ANNEE 1 ANNEE 2 ANNEE 3
Désenclavement des zones de production
potentielle, par la réhabilitation des
Nombre de Commune
réseaux de communication et de 666 660 666 660 666 660
accessible toute l'année
télécommunication pour favoriser les
échanges et la commercialisation.
Développement de l’IEC par des supports Fréquence de
appropriés (opération radio ; système l'intervention et taux de 90 000 90 000 90 000
d’information) participation
TOTAL 756 660 756 660 756 660

Projet 11 : Intensification de l’éducation, de la sensibilisation de la population sur la protection de leur


santé

DESCRIPTION
.Les risques climatiques influent sur la santé de la population par la résistance des vecteurs de maladie. Aussi, leur
éducation, sensibilisation à la protection de leur santé s’avèrent importantes pour accroître leur capacité d’adaptation aux
effets néfastes des risques climatiques. Le projet consiste à mener à une campagne de sensibilisation, d’éducation et de
communication sur les mesures à prendre pour la protection de leur santé contre les maladies notamment liées au climat.

Objectif :
Population sensibilisée, modifiant leur comportement pour la protection de leur santé

Activités :
Information, éducation, communication de la population sur : Les causes de la maladie et les mesures adéquates à
entreprendre pendant la période propice à sa transmission, la nécessité de rejoindre les centres de soins, La construction
des latrines, la nutrition, la nécessité de se prémunir des moustiquaires imprégnées ...

Page 26
Intrants :
Moyens matériels et financiers pour le déplacement des sensibilisateurs, dotation de quelques ouvrages et matériels pour la
population

Extrants à court terme :

Population appliquant progressivement les mesures de protection de leur santé

Résultats potentiels à long terme

Les mesures de protection de la santé sont appliquées par toute la population

MISE EN ŒUVRE
Arrangements institutionnels

Ministère de la santé, Autorité locale et régionale, ONGs spécialisées en matière de la santé humaine

Risques et obstacles

Non appropriation par la population des messages transmis ;


Conflits avec certaines traditions notamment à l’utilisation des latrines ;
Faiblesse des pouvoirs d’achat de certaines franges de la population pour l’acquisition de certains matériels recommandés
(moustiquaires imprégnées…).

Evaluation, suivi et ressources financières

Indicateur de réussite
Activités Montant (US$)
OV
ANNEE 1 ANNEE 2 ANNEE 3
Information, éducation, communication de
la population sur : Les causes de la maladie
et les mesures adéquates à entreprendre
Fréquence de
pendant la période propice à sa
l'intervention et taux de 45 000 45 000 45 000
transmission, la nécessité de rejoindre les
participation
centres de soins, La construction des
latrines, la nutrition, la nécessité des
moustiquaires imprégnées ...
TOTAL 45 000 45 000 45 000

Projet 12 : Renforcement des capacités des services de santé de base

DESCRIPTION
Pour prévenir contre les effets des risques climatiques sur la santé, les centres de santé de base doivent se doter des
personnels médicaux ainsi que des médicaments suffisants pour faire face aux épidémies

Objectif :
Les centres de santé de base sont prets à affronter les épidémies générées par les risques climatiques
Activités :
Renforcer, consolider la capacité des services de santé de base par la décentralisation du personnel, le renforcement des
équipements, des médicaments pharmaceutiques communautaires appropriés, par la valorisation du COSAN (communauté
sanitaire), par les mesures préventives de constitution de stocks, intensification de la surveillance Epidémiologique

Page 27
Intrants :
Formateurs communicateurs; Spécialiste en protection de l’environnement, Technicien agricole, Sociologue, moyens
financiers pour le renforcement en personnel et en médicaments des centres de santé de base

Extrants à court terme :

Centre de santé de base apte à faire face aux épidémies générées par les risques climatiques

Résultats potentiels à long terme

Tous les centres de santé de base de Madagascar sont suffisamment équipés en matériels et médicaments
MISE EN ŒUVRE

Arrangements institutionnels

Ministère de la santé, Autorité régional et communal, COSAN

Risques et obstacles
- Faiblesse des moyens financiers pour subvenir aux besoins
Evaluation, suivi et ressources financières
Indicateur de réussite
Activités Montant (US$)
OV
ANNEE 1 ANNEE 2 ANNEE 3
Renforcer, consolider la capacité des
services de santé de base par la
décentralisation du personnel, le
renforcement des équipements, des Nombre de personnel
médicaments pharmaceutiques médical
45 000 45 000 45 000
communautaires appropriés, par la Disponibilité des
valorisation du COSAN (communauté médicaments
sanitaire), par les mesures préventives de
constitution de stocks, intensification de la
surveillance Epidémiologique
TOTAL 45 000 45 000 45 000

Projet 13 : Sécurisation des Agriculteurs et de leurs espaces de production

DESCRIPTION

La sécurisation des agriculteurs et de leurs espaces de production est l’une des facteurs clés de développement de
l’économie de Madagascar. Ceci nécessite la révision des lois et réglementation de le domaine foncier et le renforcement
de la sécurité rurale.
Objectif :
- Les agriculteurs travaillent dans une condition sereine ;
- La situation foncière des surfaces agricoles est sécurisée

Page 28
Activités :
1. Renforcement de la sécurité rurale ;
2. Planification de l’espace de manière à orienter le développement humain à l’écart des zones à risques élevés ;
3. Promotion de la sécurisation foncière permettant de résoudre les nombreux problèmes fonciers ; obstacle au travail de
la terre ;
4. Révision des lois et réglementations.

Intrants :
MAEP ; MINDEF ; Formateurs communicateurs; Technicien agricole, moyens financiers et matériels pour la réalisation de la
sécurité foncière

Extrants à court terme :


- Sécurité rurale renforcée
- Schéma d’aménagement des espaces de production disponible

Résultats potentiels à long terme


- Diminution de nombre des infractions dans le monde rural
- Réduction de nombre des litiges fonciers enregistré au niveau du tribunal
- Lois et règlementation mise à jour

MISE EN ŒUVRE

Arrangements institutionnels
MAEP ; MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT DES EAUX ET FÖRETS ; Autorités régionales et les maîtres d’œuvre
délégué

Risques et obstacles
- Coût de la mise en œuvre du renforcement de la sécurité rurale et la sécurisation foncière (Opération cadastrale)
- Niveau d’instruction des paysans pour l’application de la planification des espaces de production

Evaluation, suivi et ressources financières


Activités Indicateur de réussite OV Montant (US$)
ANNEE 1 ANNEE 2 ANNEE 3
Renforcement de la sécurité rurale Existence d'une géstion coordonnée
36 250 36 250
de la sécurité rurale
Planification de l’espace de manière à Existence de plans d'aménagement
orienter le développement humain à l’écart 13 330
des zones à risques élevés ;
Promotion de la sécurisation foncière Nombre de conflit foncier
permettant de résoudre les nombreux
290 000 290 000 290 000
problèmes fonciers ; obstacle au travail de
la terre
Révision des lois et réglementations Date de mise à jour 11 250
TOTAL 350 830 326 250 290 000

Projet 14 : Sécurisation alimentaire

DESCRIPTION
Malgré l’effort mené par l’Etat Malagasy sur le renforcement de la productivité agricole dans le monde rural, la plupart des
régions n’arrivent pas à satisfaire leurs besoins alimentaires qui nécessitent l’extension du programme « filet de sécurité »
suivi d’une IEC sur l’éducation nutritionnelle des agriculteurs.

Page 29
Objectif :
- Amélioration de la qualité alimentaire surtout dans le monde rural
- Réduire la période de soudure

Activités :
1. Extension du Programme "Filet de Sécurité"
2. Sensibilisation et éducation nutritionnelle des agriculteurs et des éleveurs

Intrants :
Formateurs communicateurs spécialiste en éduction nutritionnelle ; Sociologue ; moyens financires nécessaire pour les
dotations

Extrants à court terme :


- Réduction du nombre des régions touchées par la famine

Résultats potentiels à long terme


- Autosuffisance alimentaire de toutes les 22 régions
- Les agriculteurs et les éleveurs sont capables d’améliorer la qualité de leurs aliments

MISE EN ŒUVRE

Arrangements institutionnels

MAEP ; Ministère de la population ; Autorités régionales et les maîtres d’œuvre délégué

Risques et obstacles
- La dépendance des agriculteurs et les éleveurs aux aides apportés par le programme
- Faiblesse niveau d’instruction des paysans pour l’application de la formation et éducation nutritionnelle

Evaluation, suivi et ressources financières


Indicateur de réussite
Activités Montant (US$)
OV
ANNEE 1 ANNEE 2 ANNEE 3
Extension du Programme "Filet de Nombre de région
Sécurité" bénéficiaire de
46 660 46 660 46 660
programme "filet de
sécurité"
Sensibilisation et éducation nutritionnelle Fréquence de
des agriculteurs et des éleveurs l'intervention et taux de 30 000 30 000 30 000
participation
TOTAL 76 660 76 660 76 660

Projet 15 : Amélioration et protection des infrastructures

DESCRIPTION
Les secteurs de production dans le monde rural Malagasy rencontre actuellement des problèmes de vétusté et l’insuffisance
des infrastructure. Ceux-ci deviennent un facteur de blocage, surtout aggravé par les facteurs climatiques, pour le
développement de l’économie nationale. L’amélioration et la protection des infrastructures sont une solution adéquate pour
résoudre ce problème

Objectif :
- Infrastructure de production suffisante et opérationnelle à chaque étape culturale ;
- Bonne corrélation des activités menés dans tous les secteurs de productions et les milieux environnants

Page 30
Activités :
1. Construction et amélioration des infrastructures de production (réseaux hydrauliques, protection des bassins versants,
périmètres irrigués)
2. Coordination des activités menées dans tous les secteurs ; protection du bassin versant ; prise de responsabilité des
citoyens et civisme ; protection des sources ; réservoir/ barrage de rétention

Intrants :

Spécialiste en barrage micro hydraulique, Socio Organisateur, Matériel de construction ; Environnementaliste, moyens
financiers pour la construction et la réhabilitation de certains ouvrages stratégiques

Extrants à court terme :


- Réhabilitation des infrastructures déjà sur place ;
- Protection des sources par le reboisement ;
- Instruction civique de la population concernée.

Résultats potentiels à long terme


- Infrastructure de production construite et entretenue suivant les normes requises renforcées en prévision des
risques climatiques ;
- Les bénéficiaires de la mise en place de cette infrastructure sont capables de coordonner leurs activités pour
préserver l’environnement avoisinant.

MISE EN ŒUVRE

Arrangements institutionnels
MAEP ; MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT DES EAUX ET FÖRETS ; Ministère de travaux publique ; ONG ; Autorités
régionales et les maîtres d’œuvre délégué

Risques et obstacles
- Coût élevé de la réalisation de ces infrastructures

Evaluation, suivi et ressources financières


Indicateur de réussite
Activités Montant (US$)
OV
ANNEE 1 ANNEE 2 ANNEE 3
Construction et amélioration des Nombre des
infrastructures de production (réseaux infrastructures
29 440 29 440 29 440
hydrauliques, protection des bassins construits et réhabilités
versants, périmètres irrigués)
Coordination des activités menées dans Opérationnalité des
tous les secteurs ; protection du bassin organes de coordination
versant ; prise de responsabilité des de toutes les activités
30 000 30 000 30 000
citoyens et civisme ; protection des sur l'amélioration et
sources ; réservoir/ barrage de rétention protection des
infrastructures
TOTAL 59 440 59 440 59 440
Page 31
Projet 16 : Mesures d’accompagnement pour l’amélioration de la santé de la population

DESCRIPTION
Le taux de couverture sanitaire à Madagascar est encore faible et nécessite l’application des mesures d’accompagnement
pour l’amélioration de la santé de la population surtout dans les zones enclavées

Objectif :
- Population en bonne santé
- Médicament à la portée de tout le monde

Activités :
1. Réduction des prix des médicaments pour être à la portée des couches les plus vulnérables
2. Amélioration et extension des opérations « sur eau »
3. Dotation des ressources nécessaires pour la prévention et la lutte contre les vecteurs des maladies
4. Renforcement des projets de sécurité alimentaire existante (Secaline, PAM, CRS, etc)

Intrants :
Moyens financiers et matériels pour les besoins des opérations, pour la préservation contre les maladies, le renforcement
de la sécurité alimentaire

Extrants à court terme :


- Augmentation des régions bénéficiaires de l’opération sur eau ou moustiquaire imprégné
- Augmentation de la zone couverte par les projets de sécurité alimentaire

Résultats potentiels à long terme


- Population en bonne santé apte à travailler
- Les projets de sécurité alimentaire couvrent toutes les zones nécessiteuses

MISE EN ŒUVRE

Arrangements institutionnels
Ministère de la santé ; Autorités régionales et les maîtres d’œuvre délégué ; Bailleurs de fonds ;

Risques et obstacles
- L’éloignement et l’état de la route dans les zones enclavés
- Réticence des paysans sur l’utilisation des produits pharmaceutiques

Evaluation, suivi et ressources financières


Indicateur de réussite
Activités Montant (US$)
OV
ANNEE 1 ANNEE 2 ANNEE 3
Réduction des prix des médicaments pour Taux de fréquentation de
être à la portée des couches les plus la population à la 100 000 100 000 100 000
vulnérables pharmacie
Amélioration et extension des opérations Nombre de zone touchée
50 000 50 000 50 000
« sur eau » par l'opération
Dotation des ressources nécessaires pour Nombre et type de
la prévention et la lutte contre les ressource distribuée 50 000 50 000 50 000
vecteurs des maladies
Renforcement des projets de sécurité Nombre des actions
alimentaire existante (Secaline, PAM, CRS, menées par les projets 50 000 50 000 50 000
etc) de sécurité alimentaire
TOTAL 250 000 250 000 250 000

Page 32
Projet 17 : Normalisation, Construction et modernisation des infrastructures

DESCRIPTION
La reconstruction des infrastructures ravagées après le passage des cyclones reste encore l’une des problèmes du pays en
voie de développement comme Madagascar. Pour faire face à ce problème la normalisation, la construction et la
modernisation des infrastructures sont nécessaires

Objectif :
- Toutes les infrastructures sont construites suivant des normes renforcées en prévision des risques climatiques ;
- Des silos et des greniers communautaires villageoises sont disponibles

Activités :
1. Elaboration, communication et application des normes en matière de conception et de construction couvrant l’ensemble
des infrastructures pour s’assurer qu’elles peuvent résister à d’importants bouleversements météorologiques
2. Aménagement des bassins de rétention d’eau
3. Promotion de construction des silos communaux et régionaux

Intrants :
Ingénieur en Bâtiments et Travaux publics ; spécialiste en micro hydraulique ; Moyens financiers pour la mise à disposition
de certains ouvrages

Extrants à court terme :


- Norme en matière de conception et de construction disponible et appliqué par des entrepreneurs

Résultats potentiels à long terme


- Toutes les infrastructures résistent aux risques climatiques

MISE EN ŒUVRE

Arrangements institutionnels

Ministère de TP ; MAEP ; MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT DES EAUX ET FÖRETS ; Autorités régionales et les
maîtres d’œuvre délégué

Risques et obstacles
- Coût élevé de la construction
- Disponibilité des matériaux nécessaires

Evaluation, suivi et ressources financières


Indicateur de réussite
Activités Montant (US$)
OV
ANNEE 1 ANNEE 2 ANNEE 3
Elaboration, communication et application Norme disponible,
des normes en matière de conception et de Nombre des entreprises
construction couvrant l’ensemble des pratiquantes la norme
60 000
infrastructures pour s’assurer qu’elles
peuvent résister à d’importants
bouleversements météorologiques
Aménagement des bassins de rétention Nombre des bassins de
d’eau ; rétention d'eau 200 000 200 000 200 000
aménagée
Promotion de construction des silos Nombre des silos
33 330 33 330 33 330
communaux et régionaux construits par région
TOTAL 293 330 233 330 233 330

Page 33
V.3- Localisation des projets

La répartition spatiale des projets et les activités y afférentes est déterminée suivant les besoins spécifiques des 12 régions
concernées
La localisation des régions de mise en œuvre est présentée en annexe 10

V.4- Récapitulation des budgets par projets (en $)


ANNEE 1 ANNEE 2 ANNEE 3 TOTAL
Adaptation des techniques culturales et d’élevage aux
PROJET 1 518 830 396 450 283 330 1 198 610
changements climatique

PROJET 2 Gestion durable des ressources en eau 125 000 78 330 0 203 330

Mise en œuvre de la politique de gestion efficace et durable des


PROJET 3 229 160 229 160 229 160 687 480
zones côtières

PROJET 4 Gestion Conservatoire de l’eau et des sols 77 500 77 500 77 500 232 500

PROJET 5 Gestion durable des Ressources Naturelles 139 990 139 990 64 990 344 970

PROJET 6 Intensification de reboisement 94 750 94 750 69 750 259 250

Transformation de l’économie de subsistance en économie de


PROJET 7 444 160 389 160 389 160 1 222 480
marché

PROJET 8 Réparation et protection des côtes endommagées 107 500 75 000 0 182 500

PROJET 9 Application des lois et réglementations forestières 235 000 235 000 235 000 705 000

PROJET 10 Développement et intensification des moyens de communication 756 660 756 660 756 660 2 269 980

Intensification de l’éducation, de la sensibilisation de la


PROJET 11 45 000 45 000 45 000 135 000
population sur la protection de leur santé

PROJET 12 Renforcement des capacités des services de santé de base 45 000 45 000 45 000 135 000

PROJET 13 Sécurisation des Agriculteurs et de leurs espaces de production 350 830 326 250 290 000 967 080

PROJET 14 Sécurisation alimentaire 76 660 76 660 76 660 229 980

PROJET 15 Amélioration et protection des infrastructures 59 440 59 440 59 440 178 320

Mesures d’accompagnement pour l’amélioration de la santé de la


PROJET 16 250 000 250 000 250 000 750 000
population

PROJET 17 Normalisation, Construction et modernisation des infrastructures 293 330 233 330 233 330 759 990

TOTAL 3 848 810 3 507 680 3 104 980 10 461 470

Page 34
VI.- Processus de préparation PANA

VI.1- Processus consultatif


Pendant l’élaboration de document PANA Madagascar, la méthode par processus consultatif est adopté. Cette méthode
permet à toutes les parties prenantes de participer à l’établissement de ce programme à savoir : les membres de comité de
pilotage de la convention cadre sur les changements climatiques ; les fonctionnaires responsables des bases de données et
d’informations de chaque secteur ciblé par l’étude ; les collectivités locales (Régions)
L’objectif du présent projet est de faire connaître à tous les acteurs le contenu des actions à mettre en œuvre et de solliciter
leurs points de vue respectif.

VI.2- Approche pays


Le Comité national de convention cadre des Nations Unies de changement climatique regroupant tous les ministères
concentrés et les représentants des sociétés civiles orientent l’élaboration et la validation des documents relatifs aux
engagements pris par le pays sur les changements climatiques. Parallèlement, un comité d’experts a été mis en place pour
procéder à l’expertise scientifique des secteurs suivant leurs spécialités dans le domaine des changements climatiques, de
la vulnérabilité et de l’adaptation.
Ces structures ainsi mises en place interviennent essentiellement à l’échelle régionale.

VI.3- Contribution aux objectifs et stratégies de développement durable

Le PANA Madagascar est un ensemble de 17 projets regroupés dans 5 secteurs principaux, notamment l’agriculture -
élevage, la foresterie, les ressources en eau, les zones côtières et la santé.
Le processus d’élaboration du document PANA ne se limite pas uniquement à la prévention de l’effet néfaste des
changements climatiques, mais prévoit également le développement durable sur le plan social et économique lié à ce
problème. La mise en œuvre de ce document PANA contribue ainsi à l’atteinte des objectifs généraux de l’Etat, entre autre
la réduction de la pauvreté, préservation de l’environnement et l’amélioration de la santé de la population, matérialisés dans
des documents de référence.

VI.4- Engagement du Gouvernement

L’élaboration du document PANA est initiée par le gouvernement malgache, représenté par le ministère de l’environnement
et des eaux et forêts. Par le biais du ministère de tutelle, l’Etat Malagasy joue un rôle important dans l’élaboration et la
réalisation de ce document PANA :
- facilitateur de toute action de négociation avec les partenaires et bailleurs de fonds
- garant de la mise en œuvre de la politique de déconcentration des services techniques concernés au niveau régional
- planification et organisation de la mise en œuvre des actions / projets identifiés
- interface entre les organismes d’appui (bailleurs de fonds, ONG) et les acteurs sur place

VII.- Conclusion
Le processus d’intégration des dimensions climatiques dans le processus de planification de développement durable de
Madagascar est un travail à long terme et continu. Néanmoins, la présentation pour financement des 17 projets prioritaires
et urgents énumérés infra revêtent une importance particulière au moins pour les deux principales raisons suivantes :
1. Un complément indispensable aux efforts du gouvernement actuel à la lutte contre la pauvreté et à la préservation
de l’environnement ;
2. Des projets servant d’instrument de sensibilisation de la population à l’importance des effets néfastes du
changement climatique et la nécessité d’adopter en conséquence des comportements rationnels de préservation de
l’environnement dans la lutte contre la pauvreté.

Page 35
VIII.- Bibliographie
1 - Lignes directrices pour l’établissement de programmes d’action nationaux aux fins de l’adaptation- Groupe d’experts
pour les pays les moins avancés- UNFCCC – Juillet 2002
2 - Programmes d’Action Nationaux d’Adaptation – Ateliers Régionaux de préparation aux PANA- PNUD/PNUE/UNITAR-
Genève- Juillet 2004
3 - Synthèse sur les méfaits des changements climatiques, vulnérabilités et adaptations RAKOTOBE HENRI Janvier 2006
4 - Evaluation concertée des vulnérabilités et des mesures d’adaptation ; Consortium des consultants ANAE/CEFR Mars
2006
5 - Résultats des consultations publics sur les 12 régions de Madagascar ; Equipe PANA du Ministère de
l’Environnement, des Eaux et Forêts Avril 2006
6 - Documents référentiels de développement de Madagascar :
- Document de Stratégie pour la Réduction de la Pauvreté (Mise à jour Juin 2005)
- Document de Stratégie pour la Réduction de la Pauvreté : rapport annuel de mise en œuvre janv-déc
2004 (tome 2)
- Vision Madagascar Naturellement,
- Politique Générale de l’Etat 2005
- Déclaration de Durban
- Plan d’Action National Environnemental : Programme environnemental 1,2 et 3
7 - Documents référentiels de développement Régional : PRD 2005
- Alaotra Mangoro
- Analamanga
- Menabe
- Androy
- Amoron’i Mania
- Vakinankaratra
- Atsinanana
- Boeny
- DIANA
- Bongolava
- Haute Matsiatra
- SOFIA
8 - Programme ILO Cornell University/ Fofifa/ INSTAT recencement des communes 2001
9 - Situation actuelle des catastrophes naturelles à Madagascar : réponses et priorité concernant les urgences sanitaires
(Dr Robinson Rolland, Dr Christopher Manuela, Dr Manjakamanana Sylvain)
10 - La vulnérabilité des aires protégées aux changements climatiques (25 et 26 déc 2000 par Randrianandianina Baptiste
Noël, Directeur de l’ANGAP)
11 - Le partenariat Madagascar banque mondiale 2001/2002 (Banque Mondiale, Direction des opérations pour
Madagascar, Comores, Maurice et Seychelles)
12 - Stratégie Nationale pour la gestion durable de la biodiversité
13 - L’érosion pluviale et éolienne des sols des écosystèmes forestiers dans trois régions sensibles (RANDRIANJAFY
Honore et RAHARIMANIRAKA Lydie)
14 - Tableau de Bord Environnemental 2003 (National, Provincial, Régional) O.N.E.
15 - Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques : Communication Nationale Initiale (Ministère
de l’Environnement et des Eaux et Forêts)
16 - Programme Environnemental phase 3 (O.N.E.)
17 - Troisième rapport national relatif à la mise en œuvre de la convention sur la lutte contre la désertification (Ministère de
l’Environnement des Eaux et Forêt / Convention des Nations Unies pour la Lutte Contre la Désertification)
18 - Plan d’action national contre la désertification (Ministère de l’Environnement des Eaux et Forêt)
19 - Monographie de 16 zones de Madagascar (O.N.E)
20 - OMD (objectif du millénaire pour le développement) P.N.UD.
21 - Programme national contre le paludisme (Ministère de la Santé)
22 - Stratégie sur la catastrophe naturelle sur le secteur santé (Ministère de la Santé)
23 - Gestion des Cyclones Tropicaux A Madagascar (METEO)

Page 36
IX.- Annexes

ANNEXE 1 : Taux de croissance du PIB (en %)

Secteurs 2004 2005


PIB 5.3 5.1
Primaire 3.1 3.9
Secondaire 6.6 6.0
Tertiaire 6.0 7.2

ANNEXE 2 : Economie et le secteur privé


Réalité en 2005
Croissance économique 4.6%
Seuil de pauvreté 85% au dessus de $ 2 par jour
PIB $ 5 Milliards
PIB par habitat $ 285
Investissement direct Etranger US $ 84 Millions
Classement climat des investissements par la banque mondiale 133

Les principaux risques climatiques, leur fréquence, les zones, les groupes ainsi que les secteurs les plus vulnérables sont
résumés dans le tableau ci-après :

ANNEXE 3 : Les principaux risques climatiques


CYCLONE INONDATION SECHERESSE

FRÉQUENCE 8 à 9 perturbations dans


1968 à 1999, 4 épisodes de
l’Océan Indien 1968 à 1999, 7 inondations
sécheresse
3 à 4 passent à Madagascar
ZONES
EST, SUD-EST et NORD-
Hauts - Plateaux Région Sud et Sud Ouest
EST
GROUPES Petits exploitants agricoles,
Petits exploitants agricoles
pauvres vivants au dessous Petits exploitants agricoles
Petits éleveurs
du seuil de la pauvreté
SECTEURS Infrastructures : route, santé
et éducation. Agriculture Agriculture et Elevage
Secteur agricole

Les petits exploitants agricoles sont les agriculteurs disposant une surface de moins de 12 ares, victime de sécheresse, de
l’ensablement des rizières ;
Les petits éleveurs sont des éleveurs contemplatifs dont les bétails manquent d’intrants phytosanitaires et d’alimentation

Page 37
ANNEXE 4 : Signification des notations

¾ L’unité des mesures des critères « Groupes et ressources vulnérables » est notée sur une échelle de 1 à 5. La
note maximum 5 attribuée au critère signifie le fort impact de l’option des mesures d’adaptation sur le critère
considéré.
¾ Le rapport coût efficacité est notée sur une échelle de 0 à 100 et dont la note maximum signifie que le coût de
l’option des mesures est le plus bas. Les activités du PANA doivent mettre en lumière la responsabilité fiscale.
Elles doivent être adaptées au niveau du risque. Pour être capable d’intégrer une mesure dans la liste des
priorités, il faudra au minimum se faire une idée globale des coûts (investissements et dépenses ordinaires). Bien
que les avantages ne soient pas toujours quantifiables et ne puissent être exprimés en valeur monétaire, il est
généralement possible d’établir le coût des mesures. L’utilisation non financière des ressources rares, comme
l’utilisation des capacités du gouvernement déjà en place doit également entrer en ligne de compte. La meilleure
façon d’amorcer une estimation des coûts à l’aide de coûts financiers (coûts du marché), est de tenir compte de
l’inflation prévue. Le résultat peut d’emblée être utilisé comme un intrant dans l’estimation budgétaire de la
stratégie d’adaptation.
¾ L’Actif/Capital de la communauté est notée de 0 à 100 et dont la note maximum indique le plus grand nombre de
participation directement impliqué dans le projet.
¾ La synergie avec les autres AME est notée de 1 à 5. La note maximum indique le degré d’importance de synergie
dans les options des mesures d’adaptation.
¾ La réduction de la pauvreté est évaluée en taux de croissance économique exprimé en pourcentage. Un fort taux
de croissance signifie que les problèmes abordés pour faire face aux changements climatiques sont favorables aux
pauvres si les répartitions de ces taux de croissance sont équitables.

ANNEXE 5 : CRITÈRE « Réduction de la pauvret »

RÉSULTAT
Tableau 3 : Résultat Priorisation des projets par rapport au critère « réduction de la pauvreté »

PROJET POINT RANG


Gestion Conservatoire de l’eau et des sols 11 1
Réparation et protection des côtes endommagées 11 2
Sécurisation des Agriculteurs et de leurs espaces de production 10 3
Sécurisation alimentaire 10 4
Renforcement des capacités des services de santé de base 10 5
Mise en œuvre de la politique de gestion efficace et durable des zones côtières 10 6
Transformation de l’économie de subsistance en économie de marché 9 7
Amélioration et protection des infrastructures 9 8
Intensification de l’éducation, de la sensibilisation de la population sur la 8
9
protection de leur santé
Adaptation des techniques culturales et d’élevage aux changements climatique 7 10
Gestion durable des Ressources Naturelles 7 11
Intensification de reboisement 7 12
Gestion durable des ressources en eau 7 13
Développement et intensification des moyens de communication 6 14
Normalisation, Construction et modernisation des infrastructures 5 15
Mesures d’accompagnement pour l’amélioration de la santé de la population 5 16
Application des lois et réglementations forestières 4 17

Page 38
ANNEXE 6 : CRITÈRE « Synergie avec les autres Accords Multilatéraux sur l’Environnement »
(AME)
MÉTHODE : Classification des projets suivant leurs synergies avec les autres Accords
Multilatéraux sur l’Environnement (AME) : diversité biologique, changement climatique
et désertification.
La cotation de chaque projet est donnée par rapport à son implication aux trois critères AME ; P=3 s’il est fortement lié ; P=2
s’il est moyennement lié et P=1 si le projet est faiblement lié aux critères AME.
Le total de point issu de cette cotation permet de prioriser les 17 projets selon leurs importances

RÉSULTAT
En considérant la grille de notation ci-dessus, le résultat du criblage (total des points obtenus) des 17 projets retenus est
présenté dans le tableau suivant :

Tableau 4 : Priorisation des projets par rapport au critère « synergie avec les autres AME »

DIVERSITE CHANGEMENT TOTAL


DESERTIFICATION RANG
BIOLOGIQUE CLIMATIQUE POINT
Gestion durable des Ressources
3 3 3 9 1
Naturelles
Intensification de reboisement 3 3 3 9 2
Application des lois et réglementations
3 3 3 9 3
forestières
Gestion durable des ressources en eau 3 3 3 9 4
Adaptation des techniques culturales et
1 3 3 7 5
d’élevage aux changements climatique
Gestion Conservatoire de l’eau et des
1 3 3 7 6
sols
Réparation et protection des côtes
3 3 1 7 7
endommagées
Mise en œuvre de la politique de gestion
3 3 1 7 8
efficace et durable des zones côtières
Développement et intensification des
2 2 2 6 9
moyens de communication
Normalisation, Construction et
1 3 1 5 10
modernisation des infrastructures
Sécurisation alimentaire 1 1 3 5 11
Transformation de l’économie de
1 1 2 4 12
subsistance en économie de marché
Amélioration et protection des
1 1 2 4 13
infrastructures
Intensification de l’éducation et
sensibilisation de la population sur la 2 1 1 4 14
protection de leur santé
Sécurisation des Agriculteurs et de leurs
espaces de production 1 1 1 3 15
Renforcement des capacités des
1 1 1 3 16
services de santé de base
Mesures d’accompagnement pour
1 1 1 3 17
l’amélioration de la santé de la population

Page 39
ANNEXE 7 : CRITÈRE « ÉVALUATION DES CRITERES »
Le premier résultat de la notation des projets par rapport aux 5 critères retenus est présenté dans le tableau
suivant :
Tableau 5 : Evaluation des critères pour chaque option
CRITERES
SYNERGIE AVEC
GROUPES ET REDUCTION ACTIF CAPITAL LES AUTRES
COUT /
RESSOURCES DE LA DE LA ACCORDS
OPTIONS EFFICACITE
VULNERABLES PAUVRETE COMMUNAUTE MULTILATERAUX
SUR
L’ENVIRONNEMENT
Grille de notation 1à5 Pourcentage 0 à 100 0 à 100 1à5
Adaptation des techniques culturales
et d’élevage aux changements 5 64 100 30 4
climatique
Normalisation, Construction et
modernisation des infrastructures
3 45 20 60 3
Sécurisation des Agriculteurs et de
4 91 30 50 2
leurs espaces de production
Sécurisation alimentaire 4 91 10 65 3
Développement et intensification des
4 55 20 30 3
moyens de communication
Transformation de l’économie de
5 82 75 50 2
subsistance en économie de marché
Gestion durable des Ressources
4 64 75 40 5
Naturelles
Gestion Conservatoire de l’eau et des
sols
4 100 75 40 4
Intensification de reboisement 3 64 80 30 5
Application des lois et réglementations
forestières
4 36 10 30 5
Amélioration et protection des
infrastructures
3 82 20 50 2
Gestion durable des ressources en
5 64 75 50 5
eau
Renforcement des capacités des
services de santé de base
4 91 10 30 2
Mesures d’accompagnement pour
l’amélioration de la santé de la 4 45 10 20 2
population
Intensification de l’éducation, de la
sensibilisation de la population sur la 4 73 10 20 2
protection de leur santé
Réparation et protection des côtes
endommagées
4 100 20 50 4
Mise en œuvre de la politique de
gestion efficace et durable des zones 4 91 75 30 4
côtières

Page 40
ANNEXE 8 : ANALYSE MULTICRITÈRES (AMC)

Analyse multicritère 1 (AMC1)


HYPOTHÈSE D’ANALYSE : Analyse multicritère avec pondération identique (C = 1) pour tous les 17 projets retenus
Les notes correspondantes aux différents critères pour chaque projet sont standardisées, c'est-à-dire toutes les valeurs du
tableau 4 sont exprimées dans une unité commune, sur une échelle commune. Cette standardisation est effectuée par
interpolation linéaire de toutes les valeurs de chaque critère sur un axe allant de 0 à 1
La note moyenne pour chaque projet correspond à la somme des points standardisés pour chaque critère divisée par 5
(Nombre de critère)
Le projet dont la moyenne est la plus élevée est classé au premier rang.

Page 41
RESULTATS
Les notes standardisées de 0 à 1 et le classement initial appliqué aux 17 projets sont donnés dans le tableau suivant :
Tableau 6 : Notes standardisées et classement initial appliqué aux 17 projets
Groupes et
Réduction de la Actif capital de la Synergie avec les
ressources Coût / Efficacité NOTE MOYENNE RANG
pauvreté communauté autres AME
vulnérables
Adaptation des techniques culturales et d’élevage aux
1 0,64 1 0,71 0,72 0,81 1
changements climatique
Normalisation, Construction et modernisation des
0,5 0,45 0,2 0,40 0,44 0,40 17
infrastructures
Sécurisation des Agriculteurs et de leurs espaces de
0,75 0,91 0,3 0,51 0,17 0,53 13
production
Sécurisation alimentaire 0,75 0,91 0,1 0,35 0,44 0,51 14
Développement et intensification des moyens de
0,75 0,55 0,2 0,71 0,58 0,56 10
communication
Transformation de l’économie de subsistance en économie de
1 0,82 0,75 0,51 0,31 0,68 7
marché
Gestion durable des Ressources Naturelles 0,75 0,64 0,75 0,61 1,00 0,75 5
Gestion Conservatoire de l’eau et des sols 0,75 1 0,75 0,61 0,72 0,77 4
Intensification de reboisement 0,5 0,64 0,8 0,71 1,00 0,73 6
Application des lois et réglementations forestières 0,75 0,36 0,1 0,71 1,00 0,58 9
Amélioration et protection des infrastructures 0,5 0,82 0,2 0,51 0,31 0,47 15
Gestion durable des ressources en eau 1 0,64 0,75 0,51 1,00 0,78 2
Renforcement des capacités des services de santé de base 0,75 0,91 0,1 0,71 0,17 0,53 12
Mesures d’accompagnement pour l’amélioration de la santé de
0,75 0,45 0,1 0,81 0,17 0,45 16
la population
Intensification de l’éducation, de la sensibilisation de la
0,75 0,73 0,1 0,81 0,31 0,54 11
population sur la protection de leur santé
Réparation et protection des côtes endommagées 0,75 1 0,2 0,51 0,72 0,64 8
Mise en œuvre de la politique de gestion efficace et durable des
0,75 0,91 0,75 0,71 0,72 0,77 3
zones côtières

Page 42
Figure 2 : Résultas d’une simulation d’analyse multicritère (avec pondération identique C=1)

RESULTATS D'UNE SIMULATION D'ANALYSE MULTICRITERE AVEC 17 OPTIONS (Pondération identique)

1,00

0,80

0,60

0,40

0,20

0,00
Adaptation des techniques culturales et d’élevage aux changements climatique Gestion durable des ressources en eau
Mise en œuvre de la politique de gestion efficace et durable des zones côtières Gestion Conservatoire de l’eau et des sols
Gestion durable des Ressources Naturelles Intensification de reboisement
T ransformation de l’économie de subsistance en économie de marché Réparation et protection des côtes endommagées
Application des lois et réglementations forestières Développement et intensification des moyens de communication
Intensification de l’éducation, de la sensibilisation de la population sur la protection de leur santé Renforcement des capacités des services de santé de base
Sécurisation des Agriculteurs et de leurs espaces de production Sécurisation alimentaire
Amélioration et protection des infrastructures Mesures d’accompagnement pour l’amélioration de la santé de la population
Normalisation, Construction et modernisation des infrastructures

Page 43
La priorisation des options d’adaptations sont données dans le tableau suivant :
Tableau 7 : Priorisation des 17 projets par AMC 1

RANG OPTIONS D'ADAPTATION OU PROJETS POINTS


1 Adaptation des techniques culturales et d’élevage aux changements climatique 0,81
2 Gestion durable des ressources en eau 0,78
3 Mise en œuvre de la politique de gestion efficace et durable des zones côtières 0,77
4 Gestion Conservatoire de l’eau et des sols 0,77
5 Gestion durable des Ressources Naturelles 0,75
6 Intensification de reboisement 0,73
7 Transformation de l’économie de subsistance en économie de marché 0,68
8 Réparation et protection des côtes endommagées 0,64
9 Application des lois et réglementations forestières 0,58
10 Développement et intensification des moyens de communication 0,56
11 Intensification de l’éducation, de la sensibilisation de la population sur la protection de leur santé 0,54
12 Renforcement des capacités des services de santé de base 0,53
13 Sécurisation des Agriculteurs et de leurs espaces de production 0,53
14 Sécurisation alimentaire 0,51
15 Amélioration et protection des infrastructures 0,47
16 Mesures d’accompagnement pour l’amélioration de la santé de la population 0,45
17 Normalisation, Construction et modernisation des infrastructures 0,40

Analyse multicritère 2 (AMC 2)


HYPOTHESE D’ANALYSE :
Analyse multicritère avec 5 coefficients de pondération pour les critères de sélection.
Les cinq critères seront pondérés comme suit C1=4 points, C2=3 points, C3=2 points, C4=3 points et C5=3 points ;
ou des pondérations relatives (CR= C / Σ C) CR1=0,27 ; CR2=0,20 ; CR3=0,13 ; CR4=0,20 et CR5=0,20
La valeur attribuée à chaque projet est égale à la multiplication de coefficient de pondération relative (CR) et la
valeur standardisée correspondante
La note est égale à la somme des valeurs de chaque projet.

Page 44
RESULTATS
Le résultat de L’analyse Multicritère 2 avec les coefficients de pondération variables est donné dans le tableau et la figure ci dessous
Tableau 8 : Résultat de la priorisation des 17 projets par l’AMC 2
Synergie avec les
Groupes et
Réduction de la Actif capital de la autres Accords
ressources Coût / Efficacité NOTE
pauvreté communauté Multilatéraux sur
vulnérables
l’Environnement
Coefficient de Pondération 4 3 2 3 3 15
Pondération relative 0,27 0,20 0,13 0,20 0,20 1
Adaptation des techniques culturales et d’élevage aux changements
0,27 0,13 0,13 0,14 0,14 0,81
climatique
Normalisation, Construction et modernisation des infrastructures 0,13 0,09 0,03 0,08 0,09 0,42
Sécurisation des Agriculteurs et de leurs espaces de production 0,20 0,18 0,04 0,10 0,03 0,56
Sécurisation alimentaire 0,20 0,18 0,01 0,07 0,09 0,55
Développement et intensification des moyens de communication 0,20 0,11 0,03 0,14 0,12 0,59
Transformation de l’économie de subsistance en économie de marché 0,27 0,16 0,10 0,10 0,06 0,69
Gestion durable des Ressources Naturelles 0,20 0,13 0,10 0,12 0,20 0,75
Gestion Conservatoire de l’eau et des sols 0,20 0,20 0,10 0,12 0,14 0,77
Intensification de reboisement 0,13 0,13 0,11 0,14 0,20 0,71
Application des lois et réglementations forestières 0,20 0,07 0,01 0,14 0,20 0,63
Amélioration et protection des infrastructures 0,13 0,16 0,03 0,10 0,06 0,49
Gestion durable des ressources en eau 0,27 0,13 0,10 0,10 0,20 0,80
Renforcement des capacités des services de santé de base 0,20 0,18 0,01 0,14 0,03 0,57
Mesures d’accompagnement pour l’amélioration de la santé de la
0,20 0,09 0,01 0,16 0,03 0,50
population
Intensification de l’éducation, de la sensibilisation de la population sur
0,20 0,15 0,01 0,16 0,06 0,58
la protection de leur santé
Réparation et protection des côtes endommagées 0,20 0,20 0,03 0,10 0,14 0,67
Mise en œuvre de la politique de gestion efficace et durable des zones
0,20 0,18 0,10 0,14 0,14 0,77
côtières
Page 45
Figure 3 : Résultas du classement des 17 projets (avec pondération différente)

RESULTATS DE L'ANALYSE MULTICRITERE AVEC 17 OPTIONS (AVEC PONDERATION)

0,90
0,80
0,70
0,60
0,50
0,40
0,30
0,20
0,10
0,00

Adaptation des techniques culturales et d’élevage aux changements climatique Gestion durable des ressources en eau

Mise en œuvre de la politique de gestion efficace et durable des zones côtières Gestion Conservatoire de l’eau et des sols

Gestion durable des Ressources Naturelles Intensification de reboisement

Transformation de l’économie de subsistance en économie de marché Réparation et protection des côtes endommagées

Application des lois et réglementations forestières Développement et intensification des moyens de communication

Intensification de l’éducation, de la sensibilisation de la population sur la protection de leur santé Renforcement des capacités des services de santé de base

Sécurisation des Agriculteurs et de leurs espaces de production Sécurisation alimentaire

Mesures d’accompagnement pour l’amélioration de la santé de la population Amélioration et protection des infrastructures

Normalisation, Construction et modernisation des infrastructures

Page 46
La priorisation des options d’adaptations sont données dans le tableau suivant :
Tableau 9 : Classement des 17 projets par AMC 2
RANG OPTIONS D'ADAPTATION OU PROJETS POINTS
1 Adaptation des techniques culturales et d’élevage aux changements climatique 0,81
2 Gestion durable des ressources en eau 0,80
3 Mise en œuvre de la politique de gestion efficace et durable des zones côtières 0,77
4 Gestion Conservatoire de l’eau et des sols 0,77
5 Gestion durable des Ressources Naturelles 0,75
6 Intensification de reboisement 0,71
7 Transformation de l’économie de subsistance en économie de marché 0,69
8 Réparation et protection des côtes endommagées 0,67
9 Application des lois et réglementations forestières 0,63
10 Développement et intensification des moyens de communication 0,59
11 Intensification de l’éducation, de la sensibilisation de la population sur la protection de leur santé 0,58
12 Renforcement des capacités des services de santé de base 0,57
13 Sécurisation des Agriculteurs et de leurs espaces de production 0,56
14 Sécurisation alimentaire 0,55
15 Mesures d’accompagnement pour l’amélioration de la santé de la population 0,50
16 Amélioration et protection des infrastructures 0,49
17 Normalisation, Construction et modernisation des infrastructures 0,42

Page 47
ANNEXE 9 : ANALYSE DE SENSIBILITÉ
Analyse multicritère 3 (AMC 3)
HYPOTHÈSE D’ANALYSE : Test de sensibilité basé sur le changement des valeurs de coefficient des critères : C1=2 ; C2=3 ; C3=3 ; C4=4 et C5=3. Les coefficients de
pondération relative correspondant à chaque critère sont : CR1=0,13 ; CR2=0,20 ; CR3=0,20 ; CR4=0,20 et CR5=0,20
RESULTATS
Tableau 10 : Résultat de la priorisation des 17 projets par AMC 3
Synergie avec les
Groupes et
Réduction de la Actif capital de la Coût / autres Accords
ressources NOTE
pauvreté communauté Efficacité Multilatéraux sur
vulnérables
l’Environnement
Coefficient de Pondération 2 3 3 4 3 15
Pondération relative 0,13 0,20 0,20 0,27 0,20 1
Adaptation des techniques culturales et d’élevage aux changements climatique 0,13 0,13 0,20 0,19 0,14 0,79
Normalisation, Construction et modernisation des infrastructures 0,07 0,09 0,04 0,11 0,09 0,39
Sécurisation des Agriculteurs et de leurs espaces de production 0,10 0,18 0,06 0,13 0,03 0,51
Sécurisation alimentaire 0,10 0,18 0,02 0,09 0,09 0,49
Développement et intensification des moyens de communication 0,10 0,11 0,04 0,19 0,12 0,56
Transformation de l’économie de subsistance en économie de marché 0,13 0,16 0,15 0,13 0,06 0,64
Gestion durable des Ressources Naturelles 0,10 0,13 0,15 0,16 0,20 0,74
Gestion Conservatoire de l’eau et des sols 0,10 0,20 0,15 0,16 0,14 0,76
Intensification de reboisement 0,07 0,13 0,16 0,19 0,20 0,74
Application des lois et réglementations forestières 0,10 0,07 0,02 0,19 0,20 0,58
Amélioration et protection des infrastructures 0,07 0,16 0,04 0,13 0,06 0,47
Gestion durable des ressources en eau 0,13 0,13 0,15 0,13 0,20 0,75
Renforcement des capacités des services de santé de base 0,10 0,18 0,02 0,19 0,03 0,52
Mesures d’accompagnement pour l’amélioration de la santé de la population 0,10 0,09 0,02 0,22 0,03 0,46
Intensification de l’éducation, de la sensibilisation de la population sur la protection de
0,10 0,15 0,02 0,22 0,06 0,54
leur santé
Réparation et protection des côtes endommagées 0,10 0,20 0,04 0,13 0,14 0,62
Mise en œuvre de la politique de gestion efficace et durable des zones côtières 0,10 0,18 0,15 0,19 0,14 0,76
Page 48
0,80
0,70
0,60
0,50
0,40
0,30
0,20
0,10
0,00
1

Adaptation des techniques culturales et d’élevage aux changements climatique Mise en œuvre de la politique de gestion efficace et durable des zones côtières

Gestion Conservatoire de l’eau et des sols Gestion durable des ressources en eau

Intensification de reboisement Gestion durable des Ressources Naturelles

Transformation de l’économie de subsistance en économie de marché Réparation et protection des côtes endommagées

Application des lois et réglementations forestières Développement et intensification des moyens de communication

Intensification de l’éducation, de la sensibilisation de la population sur la protection de leur santé Renforcement des capacités des services de santé de base

Sécurisation des A griculteurs et de leurs espaces de production Sécurisation alimentaire

Amélioration et protection des infrastructures Mesures d’accompagnement pour l’amélioration de la santé de la population

Normalisation, Construction et modernisation des infrastructures

Page 49
Tableau 11 : Classement des 17 projets par AMC 3

RANG OPTIONS D'ADAPTATION OU PROJETS POINTS


1 Adaptation des techniques culturales et d’élevage aux changements climatique 0,79
2 Mise en œuvre de la politique de gestion efficace et durable des zones côtières 0,76
3 Gestion Conservatoire de l’eau et des sols 0,76
4 Gestion durable des ressources en eau 0,75
5 Intensification de reboisement 0,74
6 Gestion durable des Ressources Naturelles 0,74
7 Transformation de l’économie de subsistance en économie de marché 0,64
8 Réparation et protection des côtes endommagées 0,62
9 Application des lois et réglementations forestières 0,58
10 Développement et intensification des moyens de communication 0,56
11 Intensification de l’éducation, de la sensibilisation de la population sur la protection de leur santé 0,54
12 Renforcement des capacités des services de santé de base 0,52
13 Sécurisation des Agriculteurs et de leurs espaces de production 0,51
14 Sécurisation alimentaire 0,49
15 Amélioration et protection des infrastructures 0,47
16 Mesures d’accompagnement pour l’amélioration de la santé de la population 0,46
17 Normalisation, Construction et modernisation des infrastructures 0,39

Page 50
ANNEXE 10 LOCALISATION DES PROJETS
REGION
PROJETS / ACTIONS 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Adaptation des techniques culturales et d’élevage aux changements climatique
Mise en place et/ou renforcement du Service Météo décentralisé
Encadrement des paysans pour l’adaptation du calendrier cultural
en fonction de la prévision climatique du service Météo
Recherche, vulgarisation et promotion des variétés culturales
adaptées aux conditions édapho-climatiques de la région
Eradication des espèces envahissantes et nuisibles notamment les
cactus rouges dans les régions du sud, Striga
Vulgarisation et appui à l’adoption des pratiques culturales
respectant l’environnement et la valorisation des bassins versants
par restauration de la fertilité des sols.
Exploitation intensive des pâturages laquelle nécessiterait
l’utilisation rationnelle des fourrages verts pendant la saison de
pluie
La pratique des techniques de conservation et stockage des
fourrages (foin, ensilage) pendant la saison sèche.

Gestion durable des ressources en eau


Adduction et amélioration de l’accès à l’eau potable en milieu rural
intéressant notamment les régions sud de Madagascar
Gestion durable des ressources en eau d'irrigation, pluie artificielle,
Traitement des eaux, IEC( Information Education Communication)
préservation des sources
Mise en place et promotion des associations de gestion de l’eau

Page 51
Mise en œuvre de la politique de gestion efficace et durable des zones côtières

Application des textes législatifs et réglementaires existant en


levant les contraintes de manque de ressources et d’adéquation
Pratiquer la pisciculture, pour atténuer les retombées économiques
des bouleversements des chaînes trophiques marins, relatifs à
l’augmentation de la température en mer.
Recherche et vulgarisation des techniques de pêche alternatives

Gestion Conservatoire de l’eau et des sols


Renforcement des mesures d’accompagnement des cadres légaux
soutenant les projets participatifs de Gestion Conservatoire de
l’Eau et des Sols (GCES).
Protection des bassins versants

Gestion durable des Ressources Naturelles


Promotion des transferts de gestion des forêts aux communautés
locales de base (GELOSE, GCF)
IEC et développement des solutions alternatives à la pratique du
tavy
Augmentation de la superficie des sites de conservation
Renforcement de Comités locaux en charge de la lutte contre les
feux de brousse et l’application des DINA,

Intensification de reboisement
Elaboration des plans de reforestation pour les zones rurales, et
reboisement professionnel avec des espèces adaptées
Adoption de la lutte anti-érosive par les techniques de défense et
de restauration du sol
Fixation des dunes contre l’érosion éolienne

Page 52
Transformation de l’économie de subsistance en économie de marché

Appui à l’intensification de la production végétale et animale à


travers notamment l’acquisition des matériels agricoles, la
distribution d’intrants,
Appui au développement des activités génératrices de revenus
dans les différentes filières porteuses régionales
Appui à la promotion de la campagne de vaccination bovine
Transformation de l’économie de subsistance en économie de
marché et l’intégration agriculture – industrie et service par :
L’élargissement de la base de production (diversification des
secteurs d’activités mise en valeur des potentialités existantes,
promotion des exportations),
La création de structures institutionnelles en vue de faciliter l’accès
des producteurs aux crédits et aux intrants
La pratique de prix rémunérateurs à travers l’amélioration du
système de commerce et de distribution,
L’adoption de technologies appropriées par des groupements
paysans et l’implication des opérateurs privés à leurs
vulgarisations

Réparation et protection des côtes endommagées


Remise en état des secteurs dégradés par la déflation au
reprofilage du bourrelet littoral, pose de brise vent par les
reboisements des filaos, des plantations des mangroves
Mise en place des infrastructures tels que les digues, les épis au
fur et à mesure que le niveau de la mer s’élève

Application des lois et réglementations forestières


Application effective des législations et réglementations forestières

Page 53
Développement et intensification des moyens de communication
Désenclavement des zones de production potentielle, par la
réhabilitation des réseaux de communication et de
télécommunication pour favoriser les échanges et la
commercialisation.
Développement de l’IEC par des supports appropriés (opération
radio ; système d’information)

Intensification de l’éducation, de la sensibilisation de la population sur la protection de leur santé

Information, éducation, communication de la population sur : Les


causes de la maladie et les mesures adéquates à entreprendre
pendant la période propice à sa transmission, la nécessité de
rejoindre les centres de soins, La construction des latrine, la
nutrition, la nécessité des moustiquaires imprégnées ...

Renforcement des capacités des services de santé de base


Renforcer, consolider la capacité des services de santé de base
par la décentralisation du personnel, le renforcement des
équipements, des médicaments pharmaceutiques communautaires
appropriés, par la valorisation du COSAN (communauté sanitaire),
par les mesures préventives de constitution de stocks,
intensification de la surveillance Epidémiologique

Sécurisation des Agriculteurs et de leurs espaces de production

Renforcement de la sécurité rurale


Planification de l’espace de manière à orienter le développement
humain à l’écart des zones à risques élevés ;
Promotion de la sécurisation foncière permettant de résoudre les
nombreux problèmes fonciers ; obstacle au travail de la terre
Révision des lois et règlementations

Page 54
Sécurisation alimentaire
Extension du Programme "Filet de Sécurité"
Sensibilisation et éducation nutritionnelle des agriculteurs et des
éleveurs

Amélioration et protection des infrastructures


Construction et amélioration des infrastructures de production
(réseaux hydrauliques, protection des bassins versants, périmètres
irrigués)
Coordination de toutes les activités menées dans tous les
secteurs ; protection du bassin versant ; prise de responsabilité
des citoyens et civisme ; protection des sources ; réservoir/
barrage de rétention

Mesures d’accompagnement pour l’amélioration de la santé de la population

Réduction des prix des médicaments pour être à la portée des


couches les plus vulnérables
Amélioration et extension des opérations « sur eau »
Dotation des ressources nécessaires pour la prévention et la lutte
contre les vecteurs des maladies
Renforcement des projets de sécurité alimentaire existante
(Secaline, PAM, CRS, etc)

Normalisation, Construction et modernisation des infrastructures

Elaboration, communication et application des normes en matière


de conception et de construction couvrant l’ensemble des
infrastructures pour s’assurer qu’elles peuvent résister à
d’importants bouleversements météorologiques
Aménagement des bassins de rétention d’eau ;
Promotion de construction des silos communaux et régionaux

Page 55
REGION

1 Boeny
2 Alaotra Mangoro
3 Androy
4 Menabe
5 Analamanga
6 Bongolava
7 Vakinankaratra
8 Matsiatra ambony
9 SAVA
10 Amoron'i Mania
11 SOFIA
12 Atasinanana

Page 56