Vous êtes sur la page 1sur 26

FINANCEMENT

UNION EUROPEENNE
UE

PROJET DE CONSTRUCTION D’UN BATIMENT A NEKRIF


dans le Gouvernorat de Tataouine

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

Lot Fluides

Août 2018

GROUPEMENT « TEC »:
Architectes : Lounissi Omar & Maïz Noureddine
Bureau d’Etudes GC : Tunisie Engineering &Conseils « TEC »
Ingénieur Conseil Electricité & Sécurité incendie : Ali HAMROUNI
Ingénieur Conseil Fluides : Mohamed Ben HAMMADI
Adresse : Appartement n°1 Bloc 9 Cité Olympique 1003 Tunis – Tunisie
Tél : +216 71 770 801 - +216 71 805 601 Fax : +216 71 805 582
SOMMAIRE

I- GENERALITE ....................................................................................................................................................... 1
I.1 OBJET DU MARCHE : ......................................................................................................................................... 1
I.2 NATURE DES TRAVAUX : ................................................................................................................................... 1
I.3 DEFINITION DES TRAVAUX : .............................................................................................................................. 1
I.4 LIMITES DES PRESTATIONS : .............................................................................................................................. 1
I.5 DOCUMENTS A FOURNIR PAR L’ENTREPRENEUR : ............................................................................................. 2
I.6 PRECISIONS IMPORTANTES & DISPOSITIONS DIVERSES : ................................................................................... 2
I.7 REGLES GENERALES POUR TOUS LES LOTS : ..................................................................................................... 2
II- CHAPITRE I : CHAUFFAGE .............................................................................................................................. 7
II.1- GENERALITES. ................................................................................................................................................... 7
II.2- BESOINS CALORIFIQUES. ................................................................................................................................... 7
II.3- EQUIPEMENTS DE CHAUFFAGE .......................................................................................................................... 8
II.4- DISTRIBUTION ET CIRCUITS............................................................................................................................... 9
II.5- REGULATION. ................................................................................................................................................... 9
II.6- EQUIPEMENTS DIVERS. ..................................................................................................................................... 9
II.7- TRAVAUX ELECTRIQUES. ................................................................................................................................ 10
II.8- ESSAIS DES INSTALLATIONS. ........................................................................................................................... 11
CHAPITRE III : PLOMBERIE SANITAIRE .......................................................................................................... 12
III.1- OBJET : .............................................................................................................................................................. 12
III.2- TRAVAUX PREVUS. ............................................................................................................................................. 12
III.3- LIMITES DE PRESTATIONS. ................................................................................................................................. 12
III.4- TEXTES REGLEMENTAIRES. ................................................................................................................................ 12
III.5.- CHOIX DE L’APPAREILLAGE. .............................................................................................................................. 12
III.6- PRESCRIPTIONS DE MISE EN ŒUVRE. .................................................................................................................. 13
III.7- DISTRIBUTION D’EAU FROIDE SANITAIRE. ........................................................................................................... 15
III.8.- APPAREILS SANITAIRES. .................................................................................................................................... 15
III.9.- EVACUATION DES EAUX USEES ET DES EAUX VANNES. ...................................................................................... 17
III.10.- ESSAIS DES INSTALLATIONS............................................................................................................................. 18
CHAPITRE IV : ENSEMBLE DE SURPRESSION D’EAU ................................................................................... 19
IV.1 LA ROBINETTERIE NECESSAIRE SUR L’ENSEMBLE DE SURPRESSION COMPRENANT: ........................................ 19
IV.2 ARMOIRE DE CONTROLE ET DE COMMANDE ................................................................................................... 19
IV.3 ROBINETTERIES ET TUYAUTERIE DANS LA BACHE A EAU ET LOCAL DE SURPRESSION: .................................... 19
IV.4 LES EQUIPEMENTS A INSTALLER SUR LA BACHE : ............................................................................................ 19
CHAPITRE V : CAPTEURS SOLAIRES ................................................................................................................. 21
V.1- DEFINITION DU PROJET : ...................................................................................................................................... 21
V.2- CAPTEURS SOLAIRES :......................................................................................................................................... 21
V.3– REGULATION : .................................................................................................................................................... 22
CHAPITRE VI : RECEPTION, RESPONSABILITE ET GARANTIES. .............................................................. 23
VI.1.- RECEPTION PROVISOIRE : ............................................................................................................................ 23
VI.2.- RECEPTION DEFINITIVE : ............................................................................................................................. 23
VI.3.- MISE EN ROUTE DE L’INSTALLATION........................................................................................................... 23
VI.4.- DELAIS DE GARANTIE : ............................................................................................................................... 23
VI.5.- RESPONSABILITE EN COURS DES TRAVAUX : .............................................................................................. 23
VI.6.- GARANTIE DE FOURNITURE :....................................................................................................................... 23
VI.7.- GARANTIE DE L’INSTALLATION : ................................................................................................................. 23
VI.8.- GARANTIE DE FONCTIONNEMENT : ............................................................................................................. 23
PROJET DE CONSTRUCTION D’UN BATIMENT A NEKRIF DANS LE GOUVERNORAT DE
TATAOUINE
Lot Fluides
CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

I- GENERALITE

I.1 OBJET DU MARCHE :


Les travaux, objet du présent lot, consistent en la réalisation des installations du lot fluides relatif
au projet de CONSTRUCTION D’UN BATIMENT A LA LOCALITE DE NEKRIF DANS LE GOUVERNORAT DE TATAOUINE.

I.2 NATURE DES TRAVAUX :


Les présents lots comprennent tous les ouvrages nécessaires, matériaux, équipements et services d’entreprises
nécessaires pour la mise en place, des installations en complet état de finition présentant toutes garanties de sécurité et
entièrement conforme aux règles de l’art, aux spécifications des plans joints aux dossiers aux descriptions et
spécifications qui suivent.

I.3 DEFINITION DES TRAVAUX :


Sont dus au titre du présent lot, l’ensemble des ouvrages suivants :
- Distribution de l’eau froide sanitaire.
- Distribution de l’eau chaude sanitaire.
- Les équipements sanitaires.
- Les évacuations des eaux usées et vannes à un mètre du bâtiment sur regard siphoïdal.
- La production des calories nécessaires pour le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire,
- Le chauffage conformément aux plans, par radiateurs.
- La climatisation des bureaux conformément aux plans, par des splits system.
- Le traitement d’eau, nécessaire pour la production d’eau chaude sanitaire et le remplissage des installations de
chauffage.
- L’installation électrique à l’intérieur de la chaufferie, raccordement, liaisons, commandes, asservissement, alarmes,
sécurités, mise à la terre.
- Peinture antirouille de tous les éléments et de la tuyauterie en quatre couches dont deux selon choix du service
affectataire.
- Les dispositifs permettant la vidange complète de toutes les parties de l’installation avec raccordement de ces
vidanges aux réseaux d’évacuation.
- Les dispositifs de purge et de dégazage en tout point haut de l’installation, toutes précautions étant prises pour
qu’en cas de dégazage automatique, une défaillance de dégazage ou du purgeur n’entraîne de risque d’inondations.
- La fourniture de toutes les charges nécessaires à la mise en route de l’installation.
- Les fourreaux pour passage des canalisations qui seront fournis et posés par l’entreprise de chauffage.
- Le percement, le rebouchage et la remise en état qui a procédé l’intervention.
- Les évacuations des condensats.
- Les Travaux de nettoyage de lieu.
- La mise en marche de toute l’installation en bon état.

I.4 LIMITES DES PRESTATIONS :


Sont exclus du présent marché les travaux suivants qui seront exécutés par les titulaires des lots :

Gros Œuvre :
- Les réservations pour le passage des tuyauteries quand elles sont fournies suffisamment à l’avance par l’entreprise
titulaire de ce lot.
- L’enlèvement de tous les gravois, emballage divers à la fin des travaux.
- Les socles en béton.
- Les trémies et les percements.
- La construction de la bâche à eau
- Tous les locaux techniques

CCTP- Lot Fluides UNOPS –Bâtiment Nekrif- TATAOUINE Page 1


I.5 DOCUMENTS A FOURNIR PAR L’ENTREPRENEUR :
A la remise de l’offre :
- Le cadre de décomposition du prix global, entièrement rempli, faisant apparaître les prix unitaires et qualités prévues.
- Une notice descriptive succincte précisant, en particulier, les matériels essentiels proposés, les dispositions
constructives envisagées, les observations éventuelles sur le planning.
En cours de travaux :
- Les plans d’exécution de l’installation projetée.
- La documentation technique complète sur le matériel proposé faisant apparaître, en particulier, les points de
fonctionnement prévus sur les courbes caractéristiques des appareils, et matériel divers.
- La copie des certificats d’agréments, de classement vis à vis de la résistance au feu de matériaux aux équipements
soumis à ces formalités.
- Les notes de calcul établies par l’entrepreneur.
Depuis la signature de son marché, l’entrepreneur s’engage à fournir, en temps voulu, les documents ci-dessus et à
répondre à toute demande d’information complémentaire pouvant lui être notifiée par le Maître d’œuvre.
En fin de travaux :
Les plans complets conformes à l’exécution précisant, en particulier les marques et types de tous les équipements et
matériels installés avec la position exacte de tous les organes susceptibles d’être manœuvrés en cours d’exploitation.
La documentation technique des appareils installés faisant, en particulier, apparaître l’adresse de constructeur et de ses
magasins où il est possible de s’approvisionner en pièces de rechange, le type et référence de chaque matériel, les
consignes d’entretien et donnant toutes informations nécessaires pour permettre une prise en charge de l’installation
sans aléas.
- Une notice complète d’exploitation rappelant les différents points de consigne, précisant les manœuvres à effectuer,
spécifiant la périodicité des visites d’entretien et donnant toutes informations nécessaires pour permettre une prise en
charge de l’installation sans aléas.
- La copie des certificats de garantie donnés par les constructeurs.
- Schémas de fonctionnement.

I.6 PRECISIONS IMPORTANTES & DISPOSITIONS DIVERSES :


1/ Plans d’exécutions :
- Les plans d’exécution doivent être au minimum à l’échelle 1/50. A l’exception des détails techniques divers et des
plans d’aménagement des locaux techniques et de cheminement des tuyauteries, chaufferies, locaux surpresseurs et
autres qui doivent être représenté à l’échelle 1/20.
2/ Le dossier de plans doit comprendre :
- Toutes les vues en plans,
- tous les détails techniques,
- tous les plans d’aménagement du ou des locaux techniques,
- tous les schémas unifilaires relatifs aux différents tableaux électriques,
- tous les plans de cheminement des tuyauteries dans les locaux techniques chaque mur avec ses tuyauteries et
accessoires doit être dessiné séparément, tous détails jugés indispensables pour la bonne description des
ouvrages à exécuter.
Documentation technique (explication) :
La documentation technique doit comprendre :
a) Une copie du catalogue faisant montrer une photo clair de l’équipement à installer les coupes nécessaires et
les schémas de principes,
b) Une description très détaillée de l’ensemble avec tous ces sous-ensembles éventuels que l’entreprise
compte installer,
c) Les points de fonctionnement appropriés au matériel proposé.

I.7 REGLES GENERALES POUR TOUS LES LOTS :

I.7.1 TEXTES REGLEMENTAIRES :


Les matériels et équipements seront sélectionnés et l’installation sera exécutée conformément aux textes
réglementaires suivants :
- Lois, décrets et circulaires ministérielles, vigueur à la date de la signature du Marché et concernant les installations
thermiques, les installations de ventilation et conditionnement d’air, la lutte antipollution, les installations électriques,
les règles d’hygiène et de salubrité, les établissements recevant du public, les établissements classés protection de
l’environnement économe d’énergie.
- Les normes internationales, européennes et à défaut les normes du pays d’origine du matériel.
- Les documents techniques unifiés (D.T.U.).
• D.T.U No 61.1 avril 1982 relatif aux installations de gaz.
• D.T.U No 60.1 et additifs au cahier des charges applicable aux travaux de canalisation en chlorure de

CCTP- Lot Fluides UNOPS –Bâtiment Nekrif- TATAOUINE Page 2


polyvinyle non plastifié, eau froide avec pression, descentes d’eaux pluviales et évacuations d’eaux usées.
• D.T.U No 60.31, 32 et 33 relatives aux cahiers des charges applicables aux travaux de canalisations en
polychlorure de vinyle chloré (P.V.C) : évacuation d’eaux usées.
• D.T.U No 65 relatif au cahier des charges provisoires des installations de chauffage central concernant le
bâtiment.
- Nomes et directives de la SONEDE
- Normes et directives de la STEG
En cas de contradiction entre ces divers documents, les prescriptions du document cité en premier ci-dessus faisant foi
; pour les textes législatifs ou réglementaires, les prescriptions du texte les plus récentes seront applicables.
A défaut des normes précitées ci-dessus, les normes suivantes seront à respecter :
- Normes NF A 48, relatives aux travaux et éléments de canalisation en fonte.
- Normes NF A 49, relatives aux tubes et raccords à souder en acier.
- Normes NF A 51 120, A 53 501 et A 68 201 relatives aux tubes en cuivre.
- Normes NF A 55 411, relative aux tuyaux en plomb.
- Normes NF 15 100 et additifs relatifs aux installations électriques.
- Normes NF C 51 100, relative aux moteurs électriques.
- Normes NF D 10, 11, 12 et 14, relatives aux appareils sanitaires.
- Normes N.F. D. 18, relatives à la robinetterie sanitaire.
- Normes NF E 29, relatives aux raccords, à la robinetterie, bâtiment et industries.
- Normes NF E 44 et N.F. E. 48 350, relatives aux pompes hydrauliques.
- Normes NF P 16, relatives aux tuyaux et raccords d’évacuation, en gros en polychlorure de vinyle non
plastifié (assainissement).
- Normes NF P 40 201 (D. T. U. N° 60 1 et additifs), relatifs au cahier des charges applicables aux travaux de
plomberie sanitaire.
- Normes NF P 41 211 (Normes N. F. P. 41 201 à 204), relative au code des conditions minimales d’exécution
des travaux de plomberie et installations sanitaires urbaines.
- Normes NF P 41 211 à 213 (D.T.U. N° 60.31, 32 et 33) relatives aux cahiers des charges applicables aux
travaux de canalisations en chlorure de polyvinyle non plastifié, eau froide avec pression descentes d’eau
pluviale et évacuation d’eaux usées.
- Normes NF P 41 214 (DTU N° 60.41), relative au cahier des charges applicables aux travaux de canalisations
en polychlorure de vinyle chloré (PVCC): évacuation d’eaux usées.
- Normes NF P 42 201 (D.T.U. N° 90.1), relative au cahier des charges applicables aux travaux d’équipement
de cuisine.
- Normes NF P 45 204 (D.T.U. N° 61.1 et additif), relative au cahier des charges des installations de gaz.
- Normes NF S 61 201, et 62 201, relatives aux robinets d’incendie armés.
- Normes NF T 54, 002, 003, 016 à 019 et 090, relatives aux tubes en polychlorure et vinyle non plastifié.
I.7.2 CHOIX DE L’APPAREILLAGE :
L’ensemble de l’appareillage mis en œuvre devra être conforme aux spécifications fixées par le présent devis
descriptif.
En l’absence de spécification particulière, la conformité des matériaux aux dernières normes citées dans les textes
réglementaires.
Le Maître d’Œuvre se réserve le droit de procéder à la réception des matériels spécifiques et des éléments
d’installation préfabriqués en usine.
L’entreprise prendra donc toutes dispositions pour lui permettre d’assurer en temps voulu, cette réception.
Les accords donnés en cours de travaux sur les matériaux et fournitures ne préjugent pas de la réception des ouvrages.
Les marques et les références des appareils proposés devront être précisées par l’entreprise avant exécution, sous
forme de fiches techniques.
I.7.3 PRESCRIPTIONS DE MISE EN OEUVRE :

Tuyauteries :
- Tous les réseaux sous pression devront être désolidarisés de la structure par interposition, entre tuyauteries et colliers
ou supports de fixation, de bagues plastiques d’isolation (modèle à soumettre à l’agrément du Maître d’Œuvre).
- L’Ensemble des supports, suspentes et supports nécessaires au maintien et à la bonne tenue des canalisations seront à
la charge du présent lot.
- Tout ou partie de canalisation enterrée devront être prémunies contre la corrosion et tous agents extérieurs.
- Il devra être prévu en quantité suffisante, tous dispositifs propres à assurer la bonne tenue et la bonne conservation :
des tuyauteries, des joints, des brides, des vannes et appareillages divers sous les effets des dilatations des vibrations
ou des chocs dus aux travaux d’exploitation ou d’entretien.
- Des raccords de démontage et des vannes d’isolement seront installés sur les tuyauteries, de façon à permettre le
démontage de tout appareil spécifique isolé ou raccordé par ces éléments.
- Tous les réseaux d’alimentation ou d’évacuation devront être prémunis contre les effets de la dilatation ou du retrait à

CCTP- Lot Fluides UNOPS –Bâtiment Nekrif- TATAOUINE Page 3


l’aide de dispositifs appropriés aux caractéristiques physiques et chimiques des fluides transportés et à la nature des
canalisations utilisées.
- Toute canalisation d’eau froide ou d’eau chaude installée dans une gaine, galerie technique ou caniveau non ventilé,
ou derrière un faux-plafond, non ventilé ou dans un vide sanitaire non ventilé, devra recevoir un calorifuge ou une
protection équivalente.
Fourreaux :
- Dans toutes les traversées de structure et maçonnerie, les canalisations seront munies de fourreaux.
- La mise en place des fourreaux sera à la charge du présent lot, leur scellement sera assuré conformément aux normes
en vigueur.
- Les fourreaux devront dépasser de part et d’autre de la paroi traversée à l’autre, au minimum de 1,5 cm, et permettre
la libre dilatation des tuyauteries protégées.
- Dans le cas de traversée de parois entre locaux devront être isolée l’un par rapport à l’autre, ou murs extérieurs, les
extrémités des fourreaux seront colmatées au moyen de mastic souple, permettant la libre dilatation et garantissant
l’étanchéité de part et d’autre de la paroi.
- Les parcours de canalisations encastrées en maçonnerie seront protégés par fourreau souple ou par bande «Denso »,
aux caractéristiques appropriées ou équivalent.
- En aucun cas, un joint sur tuyauterie ne pourra être situé sous fourreau.
Robinetterie :
- La robinetterie utilisée devra être normalisée et adaptée aux fluides véhiculés.
- Toutes les vannes motorisées devront être débrayables et manœuvrables à la main.
Vidanges et purges d’air :
- Sur les réseaux d’eau sous pression, une vidange sera installée à chaque point bas, et une purge d’air à chaque point
haut correspondant, pour faciliter la vidange du tronçon de tuyauterie intéressé. Le volume en eau des vidanges et
purges d’air, sera réduit au minimum indispensable.
- En point haut des colonnes montantes ou des réseaux d’eau chaude sanitaire, des purgeurs d’air seront prévus.
Toutes les dispositions seront prises pour assurer l’évacuation de l’eau provenant des purgeurs d’air.
- Les robinets de vidange installés en pied des colonnes montantes seront indépendants des vannes d’isolement pied de
colonnes.
- Ces vidanges et purges devront être aisément accessibles et manœuvrables. Ils seront protégés contre les chocs.
Section de passage minimum : 15 mm.
Peinture :
Tuyauterie :
- Toutes les tuyauteries en acier non galvanisé ou non inoxydable de l’ensemble de l’installation seront protégées par
deux couches de peinture antirouille au minimum de plomb à 20% d’huile de lin pure (mise en œuvre conforme à la
norme NF P 70 201).
En cas de préfabrication, cette protection sera réalisée en usine ou en atelier, et les raccords de peinture après mise en
œuvre des tuyauteries.
- Dans les locaux, galeries, gaines techniques et en règle générale, dans tous les locaux où l’identification des fluides
est nécessaire, les tuyauteries apparentes et non calorifugé recevons deux couches de peinture hydrofuge de finition et
de repérage.
- Les canalisations d’évacuation d’eau usées ou d’eaux pluviales en P.V.C. type assainissement.
- La protection extérieure des tuyauteries métallique devra être enterrée, sera assurée par enrobage de bande
«DENSO » ou équivalent, au caractéristiques appropriées ou par protection type « C », réalisée en usine.
Appareils et Vannes :
- Tous les appareils en métal autre qu’aluminium ou acier inoxydable, seront protégés par deux couches de peinture
antirouille et de deux couches de peinture hydrofuge de finition, couleur identique à la teinte de fond de la tuyauterie
correspondante, à savoir : Vannes et Robinets.
Supports et éléments métalliques :
- Tout support ou élément métallique, apparent ou caché après mise en œuvre, sera préalablement enduit après
brossage et dégraissage, de deux couches de peinture antirouille au minimum de plomb à 20% d’huile de lin pure.
- Les supports seront, suivant les cas :
* Peints ou laqués bruts d’usine, les raccords de peinture après mise en œuvre seront à la charge du présent lot (cas des
supports du commerce) et enduits de deux couches de peinture hydrofuge de finition, couleur identique, à la teinte de
fond de la tuyauterie supportée.
* Dégraissés, brossés, enduits de deux couches de peinture antirouille et de deux couches de peinture hydrofuge de
finition, couleur identique à la teinte de fond de la tuyauterie supportée (cas supports fabriqués sur place).
Repérages :
Repérage sur tuyauteries, vannes et appareils :
- Tuyauterie, teintes conventionnelles et sens de circulation des fluides suivant norme NP x 08 100 à 105

CCTP- Lot Fluides UNOPS –Bâtiment Nekrif- TATAOUINE Page 4


- Vannes et robinetterie : plaquettes gravées ou équivalent, vissées ou fixées par colliers ou chaînettes (colle prohibée).
Les repérages sont prohibés.
Les plaquettes porteront nettement lisibles et compréhensibles :
* d’une part, le numéro de la robinetterie ou de l’appareil.
* d’autre part, le type du réseau et la fonction de l’appareil.
- Les appareils tournants, pompes : tous ces appareils seront repérés de la même manière que ci-dessus.
- Appareils de sécurité et de régulation : tous ces appareils seront repérés de la même manière que ci-dessus.
Schémas de principe :
L’Entreprise devra l’affichage, sous verre ou plastifiés, dans chaque local technique, des schémas de principe suivants:
* Schémas de principe de distribution des fluides.
* Schémas de principe d’évacuation.
Sur chaque schéma, les appareils seront repérés par leur numéro.
En marge des schémas, une nomenclature précise des matériels et appareils figurés sur les schémas sera donnée, avec
rappel de :
* Numéro de l’appareil
* Nom et marque de l’appareil.
* Fonction de l’appareil.
Calorifuge :
L’ensemble des réseaux eau chaude colonnes montantes aller et retour d’eau chaude, sauf les raccordements aux
appareils sanitaires, seront calorifugés à l’aide de coquilles de mousse phénolique dont le coefficient de conductibilité
thermique sera inférieur à 0,035 Kcal/h.m.°C
- épaisseurs minimales à respecter :
* 3 cm pour 0 < 50 mm
* 4 cm pour 0 > 50 mm
- Le calorifuge mis en œuvre devra avoir reçu l’agrément Maître d’Œuvre et comporter une protection para-vapeur.
L’ensemble sera continu, même au droit des supports et parfaitement étanche.
- Les réseaux calorifugés apparents recevront une protection mécanique par coquilles d’aluminium aisément
démontables.
- Les vannes et appareils sur tuyauteries ne seront pas calorifugés. Les arrêts aux droits de ces appareils seront réalisés
par manchettes en aluminium.
Essais :
Principe :
Les essais sur tuyauteries (pression, étanchéité) auront lieu au cours de l’exécution des travaux par tronçons posés
séparés, puis enfin de travaux pour l’ensemble de chaque réseau, conformément à la norme NF P 40 201.
Les essais seront faits obligatoirement avant application de la peinture de finition et de repérage, et avant la mise en
œuvre du calorifuge.
Essais de pression d’étanchéité :
Les essais de pression sur les réseaux de distribution d’eau ou sur les réseaux d’eau recyclée seront réalisés pour une
pression égale à 1,5 fois la pression normale de service, dans les limites admises par la nature des tuyauteries utilisées
à la pompe d’épreuve par palier de 1 bar appliqué successivement de ¼ d’heure en ¼ d’heure, jusqu’à l’obtention de la
pression d’essai. Les pressions d’essais seront maintenues pendant 24 heures, aucune baisse des manomètres de
contrôle ne devra être constatée.
Essais de température :
Les essais de température seront réalisés comme suit :
- Mise en température progressive des réseaux primaires de chauffage avec les températures prévus et réglages des
températures de sortie secondaire des ballons de production d’eau chaude sanitaire.
- Mise en circulation des réseaux d’eau chaude sanitaire, pour contrôle des températures aller et retour dans les limites
des tolérances indiquées.
Essais divers :
A la demande du Maître d’Œuvre, certains contrôles et enregistrements pourront être exigés, tels que :
- analyse de l’eau distribuée ou recyclée après traitement d’eau
- enregistrements de pression des réseaux de distribution en service
- débits des réseaux de distribution,
Les tolérances seront généralement de :
* 5% sur les pressions
* 5% sur les débits
Les frais d’analyse, ainsi que la fourniture et la mise en place des appareils de mesure et d’enregistrement
pendant la période des essais demandés, seront à la charge du présent lot.
Niveau sonore :
- Essais :
En cours d’essais, les niveaux sonores seront vérifiés suivant les spécifications ISO/R 495

CCTP- Lot Fluides UNOPS –Bâtiment Nekrif- TATAOUINE Page 5


- Traitements acoustiques :
En cas de dépassement de + 5 db en pondération A constaté en cours d’essais, l’entreprise aura la charge de réaliser un
traitement acoustique des appareils ou du local considéré (caisson insonorisant, piège à son, flocage, etc...)
- Bruits sur canalisations :
Tous bruits de sifflement dans les canalisations devront être évités, en particulier toutes précautions seront prises pour
éviter :
* les coups de bélier
* les vibrations

CCTP- Lot Fluides UNOPS –Bâtiment Nekrif- TATAOUINE Page 6


II- CHAPITRE I : CHAUFFAGE

II.1- GENERALITES.

II.1.1 Objet
Le présent chapitre a pour but de définir l’ensemble des travaux du chauffage relatif au projet de Construction d’un
Bâtiment à la localité de Nekrif dans le Gouvernorat de Tataouine.
II.1.2 Définition des ouvrages.
Sont dus au titre du présent lot, l’ensemble des ouvrages nécessaires à :
- la production de chaleur nécessaire au chauffage du bâtiment ;
- la fourniture et pose des radiateurs ;
- l’alimentation des radiateurs ;
- la fourniture et pose des tuyauteries de circulation ;
- l’alimentation en eau froide de l’installation de chauffage ;
- au traitement des eaux nécessaires au remplissage des circuits de chauffage ;
- la distribution et à l’alimentation de la chaudière en gaz GPL ;
- l’évacuation des eaux de vidange de l’installation ;
- l’évacuation des fumées de la chaudière à installer.
II.1.3 Prescriptions et règlements.
Les fournitures et travaux de ce lot devront être conformes aux textes officiels réglementaires en vigueur dans la
République Tunisienne, relatifs aux installations de chauffage ; aux normes et règles appliquées dans la République
Française, en particulier les normes Françaises REEF; les règlements du CSTB (DTU de juin 1963 et ses mises à
jour) ; le guide de l’A.I.C.V.F. ; les normes de l’UTE (et en particulier NCF 1500 concernant les installations
électriques) et au cahier des charges du distributeur de l’énergie électrique (STEG).
En cas de modification de la réglementation ou des normes, les textes en vigueur à la date de la signature du marché
feront foi.
II.1.4 Limites de prestations.
Sont exclus du présent lot, les travaux suivants, qui seront exécutés par les titulaires des lots les travaux de gros
œuvres tels le socle en maçonnerie pour la chaudière, les équipements de traitement des eaux, la vase d’expansion, ... ;
réservations, scellement, percement, saignées et rebouchage. L’entreprise adjudicataire du présent lot sera responsable
de la conception de ces ouvrages.
II.1.5 Dérogations et divergences.
Il appartient à l ‘entrepreneur de présenter avant sa remise des prix toutes observations ou suggestions qu’il jugera
utiles quant aux prescriptions techniques et aux prévisions du bordereau des prix ou des plans. Des dérogations aux
stipulations du présent cahier ne pourront être supportées que par ordre écrit et signé du client ou de son représentant.
En cas de divergence entre les spécifications techniques et le bordereau des prix, ce sont ces premières qui
prévaudront.
II.1.6 Vérification des côtes.
L’entrepreneur vérifiera l’exactitude des côtes portées sur les plans et restera seul responsable des erreurs et omissions
qu’il n’aura pas signalées à l’ingénieur conseil avent exécution des travaux.

II.2- BESOINS CALORIFIQUES.

II.2.1 Conditions climatiques.


La température extérieure de base est fixée à 4°C. La température intérieure de base est fixée à 20 °C. Hypothèse des
locaux non chauffés : température intérieure 10°C.
II.2.2 Base de calcul des déperditions.
Les coefficients de transmission des parois à prendre en considération sont récapitulés ci-dessous :
Désignation k kcal/hm²°C Désignation k kcal/hm²°C
Mur extérieur 35 cm 1,15 Plancher terrasse 2,49
Cloison 15 cm 2,15 Baie vitrée 4,3
Cloison 25 cm 1,62 Plancher sur terre pleine 1,50 kcal/h/m°C

CCTP- Lot Fluides UNOPS –Bâtiment Nekrif- TATAOUINE Page 7


II.2.3 Besoins calorifiques.
La puissance totale nécessaire pour couvrir le besoin calorifique pour le chauffage est de : 80000w avec ; Perte en
ligne 15% ; Rendement chaudière : 85% ; d’où Total 104 000 w.
La puissance totale nécessaire pour couvrir le besoin en eau chaude sanitaire (ballon de 3000 litres, temps de
chauffage 2h) est de : 80 000 w avec ; Perte en ligne 5% ; Rendement chaudière : 85% ; d’où Total 96 000 w.
La puissance totale nécessaire est de : 200 000 W répartie en deux chaudières dont la puissance unitaire supporte 2/3
de la puissance totale PU = 135 000 w.
Les besoins en eau chaude sanitaire sont calculés avec les hypothèses suivantes :

DOUCHES CUISUINE
Nombre de douches Nombre de douches 23 Nombre de repas 150
Besoin en ECS 23X30=690 litres 150x5l/repas=750 litres
Besoin en ECS pour 1h de 690 litresx4=2760 litres
fonctionnement

Stockage Ballon = 2760+750=3510 litres

Il y a lieu de remarquer aussi qu’on a choisi un temps de chauffage pour le ballon de 2h et que les besoins pour la
cuisine seront pendant la journée tandis que les besoins pour les douches seront normalement la nuit, on choisira donc
un ballon de 3000 litres.

II.3- EQUIPEMENTS DE CHAUFFAGE

II.3.1.- Chaudière.
La chaudière sera en fonte d’une puissance calorifique de 135 000 w et sera conçue pour fonctionner à tirage naturel
avec brûleur à gaz GPL entièrement automatique et adaptés à la puissance de la chaudière prévue. Elle produira de
l’eau chaude à 90/70°C avec une pression de service de 4 bars.
II.3.2. - Brûleur.
Le brûleur sera pour fonctionnement à gaz GPL, d’un type adapté à la puissance de la chaudière entièrement
automatique et à double allure. L’alimentation du brûleur sera assurée par une conduite en cuivre.
II.3.3.- Evacuation des fumées - fumivorité.
- Evacuation de fumées.
L’évacuation des fumées sera réalisée par une traînasse circulaire en tôle d’acier inoxydable 18% chrome et 10%
Nickel stabilisé au Titane ou Molybdène d’épaisseur 10/10ème calorifugée en laine minérale d’épaisseur 5 mm avec une
protection mécanique en tôle d’aluminium d’une épaisseur 6/10ème pour raccordement de la chaudière au conduit de
fumées. La hauteur totale de la cheminée doit dépasser l’acrotère ou la construction adjacente de 1,00 m. Il est à
prévoir sur la traînasse un manchon pour prise et d’analyse des fumées avec un bouchon d’obturation, un modérateur
de tirage, un clapet anti explosion et une trappe de ramonage.
II.3.4.- Vase d’expansion.
Pour le maintien de la pression et l’expansion, il sera prévu deux vases fermées à membrane sur socle, équipées de
soupape de sécurité et manomètre. Elles seront placées dans la chaufferie et seront d’une capacité de 150 litres
minimum. Pression de service 4 bars. Pression de gonflage 2 bars.
II.3.5.- Groupe électropompes.
Elles seront à fonctionnement silencieux, montées sur la tuyauterie. Il sera prévu à l’aspiration et au refoulement des
pompes des cônes de transformation de section, dont la longueur sera égale à trois fois la différence des diamètres au
refoulement. Prévoir sur chaque pompe des vannes d’isolement en amont et en aval, clapet anti-retour en aval, filtre et
manchette anti-vibratile en amont.
3.5.1. Pompes de recyclage chaudières.
Pour maintenir la température de retour à 70°C minimum et assurer l’irrigation complète de la chaudière, quel que soit
les positions des vannes de régulation, il sera prévu une pompe de recyclage, arbre en acier inoxydable, roue en
matière composite, corps en fonte à orifices à brides pour montage directe sur tuyauterie et raccordement à
l’installation avec contre bride.
3.5.2. Pompe de circulation d’eau de chauffage.

CCTP- Lot Fluides UNOPS –Bâtiment Nekrif- TATAOUINE Page 8


Le circuit principal de chauffage sera doté de groupe électropompe composé de deux simples pompes, dont une de
secours comme l’indique le schéma de principe, avec protection isothermique intégrée, protection IP42, sélecteur de
vitesse, arbre en acier inoxydable, roue en matière composite, corps en fonte à orifices à brides pour montage directe
sur tuyauterie et raccordement à l’installation avec contre bride
II.3.6.- Traitement des eaux.
Pour protéger l’installation contre le tartre et la corrosion, l’alimentation d’eau de ville à la chaufferie sera passée par
un adoucisseur automatique, qui sera muni de vannes de réglage et de vannes d’isolement. Il sera prévu des prises
d’échantillons en amont et en aval de l’équipement de traitement d’eau. Toute fois une analyse chimique de l’eau sera
effectuée par l’Entreprise du présent lot et devra garantir un TH de zéro et un PH de 8,3 à 8,5, l’entreprise devra
inclure dans ses prix toutes les possibilités de changement ou d’augmentation de la résine et de toute autre substance
nécessaire au bon fonctionnement du cycle de traitement. Un PV de l’analyse de l’eau sera exigé conformément au
bulletin d’analyse des directives de la norme NF T 90-000, modèle de l’annexe 1 ci-joint.
II.3.7.- Remplissage de l’installation.
A partir de l’arrivée d’eau dans la chaufferie, le remplissage de l’installation sera effectué par l’installation d’un
adoucisseur, d’un filtre à cartouche de 25 µm, d’une vase d’introduction et d’un disconnecteur de remplissage
conformément au schéma de principe.
II.3.8.- Equipements divers.
Conformément au schéma de principe. Il est à prévoir sur les chaudières : thermomètre, manomètre, aquastat pilote,
vanne trois voies de décharge à écoulement visible et soupape de sécurité. Sur collecteur départ : hydromètre,
manomètre et thermomètre et Sur collecteur retour : manomètre et thermomètre.

II.4- DISTRIBUTION ET CIRCUITS.

II.4.1.- Distribution et circuits


L’eau chaude sera mise en circulation par un groupe électropompes, dont une de secours, montés sur la tuyauterie. Un
seul circuit d’eau chaude 90/70°C partira de la chaufferie et alimentera les radiateurs.
II.4.2.- Tuyauterie et équipements.
Toute la tuyauterie sera en acier noir étiré qualité chauffage tarif 3. Les diamètres seront calculés de façon à limiter les
pertes de charge réparties à 10 mmCE par mètre linéaire. Les accélérateurs seront montés entre une nourrice
d’aspiration et une nourrice de refoulement. Les retours primaires seront regroupés sur une nourrice « retour ». Sont à
prévoir, conformément au schéma de principe, des thermomètres et manomètres sur les nourrices ; robinet à soupape
d’équilibrage sur le retour ; sur chaque départ de la nourrice de refoulement des vannes d’isolement ; en amont et en
aval des pompes et les accélérateurs des vannes d’isolement ; En aval des pompes des clapets anti retour ; aux points
bas de l’installation des robinets de vidange avec écoulement visible repris par un collecteur ; aux points hauts de
l’installation des purgeurs automatiques limités en nombre minimum ; fuite de presse étoupe des pompes ramenée sur
un écoulement visible. Les tuyauteries à l’intérieur du bâtiment seront nues et celles placées à l’extérieur du bâtiment
et dans le local chaufferie seront calorifugées par de l’armaflex épaisseur 13 mm pour les diamètres inférieurs à 50 mm
et de 19 mm pour les diamètres supérieurs et protégés par une coquille en aluminium.

II.5- REGULATION.

II.5.1.- Régulation cascade chaudières


Fourniture, pose, raccordement et toutes sujétions d’une régulation numérique se température avec affichage digitale et
à paramètres préprogrammés à 2 ou 3 sorties TOR. Une sonde de température à plongeur avec doigt de gant à placer
sur le collecteur de retour eau chaude des chaudières.
II.5.2.- Régulation départ radiateur
Fourniture, pose, raccordement et toutes sujétions d’une régulation numérique de température avec affichage digitale
et à paramètres préprogrammés. Une sonde de température à plongeur avec doigt de gant à placer sur le collecteur de
départ vers les radiateurs. Une sonde de température extérieure à placer sur la façade nord du bâtiment. Une vanne 3
voies motorisé PN16 à placer sur la conduite de départ radiateur conformément au schéma de principe.

II.6- EQUIPEMENTS DIVERS.

II.6.1.- Signalisation et alarme.


La surveillance de tous les circuits des installations (chaudière, pompes, dispositifs de régulation, etc...) sera assurée
par voyants lumineux regroupés dans l’armoire électrique de la chaufferie. Pour chaque appareil, il sera indiqué l’état

CCTP- Lot Fluides UNOPS –Bâtiment Nekrif- TATAOUINE Page 9


de fonctionnement : marche, arrêt, panne. Voyant d’alarme pour dépassement de la température sur les départs
chaudière et les départs radiateurs. Voyant d’alarme pour manque d’eau dans la chaudière. Le fonctionnement de ces
voyants met sous tension une sonnerie installée dans la chaufferie.
II.6.2.- Peinture, repérage et schémas.

7.2.1.- Peinture.
Toutes les tuyauteries ou partie métallique de l’installation, qui devront être cachés après pose, seront recouvertes
d’une couche de peinture au minium de plomb à 20% d’huile de lin pure. L ‘ensemble des tuyauteries, en chaufferie,
seront cerclées sur 10% au moins de la surface du calorifuge à l’aide d’anneaux peints aux couleurs conventionnelles.
Tous les moteurs et appareils, tels que pompes... installés dans la chaufferie seront revêtus d’une couche de peinture
pour une protection contre la corrosion.
7.2.2.- Repérage.
Tous les équipements installés dans la chaufferie devront être repérés avec des repères identiques à ceux portés sur le
schéma de principe de l’installation. Les pompes, chaudières seront repérées par des plaquettes gravées, posées sur un
élément fixe. Les vannes, robinets d’isolement ou d’équilibrage seront repérés par médaillons fixés par chaîne. Les
robinets de purge et vidange seront repérés par des médaillons et plaque précisant le circuit intéressé. Les collecteurs
principaux seront repérés par étiquette portant mention du circuit. L’appareillage électrique en ventail de l’armoire
sera repéré par étiquettes gravées et vissées à l’intérieur de l’armoire. Les conducteurs électriques seront repérés par
des numéros collés.
7.2.3.- Schéma de principe.
En chaufferie seront affichés : le schéma de principe du fluide, le schéma de raccordement électrique, les notes
d’entretien et de fonctionnement chaud et traitement des eaux. Ces schémas seront plastifiés et affichés sous verre.
II.6.3.- Evacuation des eaux de vidange.
L’évacuation des eaux de vidange des différents circuits et des équipements de la chaufferie, sera collectée avec le
réseau d’évacuation existant.

II.7- TRAVAUX ELECTRIQUES.

II.7.1.- Principe.
L’entreprise doit l’alimentation, la protection et la mise à la terre de toutes les installations électriques de son lot. Elle
doit également toute la câblerie d’asservissement et en particulier les conducteurs d’alarme.
II.7.2.- Armoire électrique.
NB : Il sera prévu une réserve d’espace de 20 % devant contenir du matériel supplémentaire, en plus de l’espace
réservé à la régulation.
L’armoire électrique sera en tôle d’acier, peinte à la peinture cuite au four et conforme aux normes de l’U.T.E. Elle
sera installée sur consoles et l’entrée des câbles se fera par presse étoupe, les câbles étant eux même fixés sur les
chemins de câble. Il sera prévu une réserve d’espace de 20 % devant contenir du matériel supplémentaire, en plus de
l’espace réservé à la régulation.
Elle devra comporter :
- Un disjoncteur général avec relais différentiel 300 mA/ 0 seconde, bobine MX, un arrêt d’urgence sur la façade de
l’armoire et un arrêt d’urgence étanche à placer à l’extérieur de la chaufferie dans un coffret.
- Une alarme sonore et lumineuse avec contacteur auxiliaire, porte fusible, fusible et commutateur d’acquittement
d’alarme.
- Tous les circuits des boucles de régulation, des commandes et des signalisations seront en 24 V
- Pour chaque départ, il sera prévu un disjoncteur moteur de calibre approprié, un contacteur, des relais
d’asservissement, un voyant marche, un voyant défaut et un commutateur de sélection et de commande.
- Les répartiteurs, une barrette de raccordement pour mise à la terre.
- Les plants, les repères et les étiquettes gravées.
- Un schéma unifilaire devra être présenté pour approbation au préalable.
II.7.3.- Mise à la terre.
L’Entreprise doit la mise à la terre de toutes les masses métalliques et les équipements, dont elle assurera l’installation.

CCTP- Lot Fluides UNOPS –Bâtiment Nekrif- TATAOUINE Page 10


II.8- ESSAIS DES INSTALLATIONS.

II.8.1.- Essais.
Lors des essais et contrôles, l’installateur devra fournir tout le matériel nécessaire, les installations provisoires
éventuelles, les instruments de mesure et de contrôle. Les essais ne pourront être effectués qu’après la remise des
notices de conduite et d’entretien des installations.
II.8.2.- Essais en cours des travaux.
Il sera procédé à la vérification de la mise en œuvre du matériel ; de la conformité des installations en fonction des
prestations figurantes au cahier des charges et selon les modifications approuvées en cours de chantier ; tous les essais
pourront être différés tant qu’une partie quelconque des fournitures ou de leur mise en œuvre ne sera pas acceptée. Les
conséquences découlantes restent à la charge de l’entreprise.
II.8.3.- Essais des températures.
En principe, ces essais auront lieu au cours des saisons de fonctionnement dans les conditions suivantes :
- toutes les fenêtres seront fermées, les locaux clos et meubles suivant leurs destinations.
- les températures intérieures constatées au milieu des pièces à 1,50 m au-dessus du sol.
- les températures extérieures servant de base aux essais devront être celles enregistrées au poste météorologique.

CCTP- Lot Fluides UNOPS –Bâtiment Nekrif- TATAOUINE Page 11


CHAPITRE III : PLOMBERIE SANITAIRE

III.1- OBJET :
Le présent chapitre a pour but de définir l’ensemble des travaux de plomberie sanitaire relatif au projet de
Construction d’un Bâtiment à la localité de Nekrif dans le Gouvernorat de Tataouine.

III.2- TRAVAUX PREVUS.


Sont dus au titre du présent lot l’ensemble des ouvrages suivants :
- Fourniture, pose et raccordement des réseaux d’alimentation EFS, ECS et chasse d’eau.
- Fourniture, pose et raccordement du réseau gaz.
- Fourniture, pose et raccordement des conduites d’évacuation eaux usées et eaux vannes apparentes et
enterrées.
- Fourniture et pose des appareils sanitaires y compris la robinetterie.
- Les travaux divers : percements, rebouchage et autres, nécessaires pour la parfaite installation.

III.3- LIMITES DE PRESTATIONS.

III.3.1- Distribution d’eau froide.


Branchement à partir du réseau SONEDE vers bâche à eau. Réseau d’alimentation d’eau froide. Fin d’alimentation du
réseau d’alimentation des eaux froides aux raccordements des différents équipements et appareils sanitaires.
III.3.2- Equipements sanitaires.
La définition et la localisation des équipements sanitaires seront précisés au paragraphe 8 ci-dessous.
III.3.3- Evacuation des eaux vannes et des eaux usées.
Début du réseau aux raccordements de vidange de tous les appareils et équipements sanitaires, y compris les différents
dispositifs d’évacuation. Chutes jusqu’aux regards, avec raccordement au réseau d’assainissement. Collecteurs enterrés
à la charge du titulaire du présent lot.

III.4- TEXTES REGLEMENTAIRES.


L’ensemble de l’installation devra répondre aux prescriptions et spécifications des textes réglementaires en vigueur :
- Lois, décrets, arrêtés et en particulier les règlements sanitaires nationaux ;
- les règlements des sociétés concessionnaires de distribution d’eau et de gaz ;
- le décret du 14 novembre 1962 et additifs concernant la protection des travailleurs ;
- les normes de l’AFNOR et de l’UTE et en particulier les normes NF A 49 relatives aux tubes et raccords à
souder en acier ;
- les normes NF A 51 120, 53 501 et 68 201 relatives aux tubes de cuivre ; les normes NF P 40 201 (DTU 60.1
et additifs) relatives aux cahiers des charges applicables aux travaux de plomberie sanitaire et les normes NF P
41 211 à 213 (DTU 60.31, 32 et 33) relatives aux cahiers de charges applicables aux travaux de canalisations
en poly chlorure de vinyle non plastifié, pour eau froide avec pression, descentes d’eau pluviales et évacuation
d’eaux usées.
En cas de modification de la réglementation ou des normes, les textes en vigueur à la date de la signature du marché
feront foi.

III.5.- CHOIX DE L’APPAREILLAGE.


L’ensemble de l’appareillage mis en œuvre devra être conforme aux spécifications fixées par le présent devis
descriptif.
En l’absence de spécifications particulières, la conformité des matériaux aux dernières normes de l’A.F.N.O.R. et de
l’U.T.E. sera exigée. Le maître d’œuvre se réserve le droit de procéder à la réception des matériels spécifiques et des
éléments d’installations préfabriqués en usine. L’entreprise prendra donc toutes dispositions pour lui permettre
d’assurer en temps voulu cette réception. Les accords donnés en cours des travaux sur les matériaux et fournitures ne
préjugent pas de la réception des ouvrages. Les marques et les références des appareils proposés devront être précisées
par l’entreprise avant exécution, sous forme de fiches techniques.

CCTP- Lot Fluides UNOPS –Bâtiment Nekrif- TATAOUINE Page 12


III.6- PRESCRIPTIONS DE MISE EN ŒUVRE.

III.6.1- Tuyauterie.
Tous les réseaux sous pression devront être désolidarisés de la structure par interposition, entre tuyauteries et colliers
ou supports de fixation, de bagues plastiques d’isolation (modèle à soumettre à l’agrément du maître d’œuvre).
L’ensemble des supports, suspendes et supports nécessaires au maintien et à la bonne tenue des canalisations sera à la
charge de l’entreprise titulaire du présent lot. Les canalisations enterrées devront être prémunies contre la corrosion et
tout agent extérieur. Il devra être prévu en quantité suffisante, tous les dispositifs propres à assurer la bonne tenue et la
bonne conservation des tuyauteries, des joints, des brides, des vannes et appareillage divers sous les effets de
dilatation, des vibrations ou des chocs dus aux travaux d’exploitation ou d’entretien. Les raccords de démontage et les
vannes de d’isolement seront installés sur les tuyauteries, de façon à permettre le démontage de tout appareil
spécifique isolé ou raccordé à ces éléments. Tous les réseaux d’alimentation ou d’évacuation devront être prémunis
contre les effets de dilatation ou de retrait ou de retrait à l’aide de dispositifs appropriés aux caractéristiques physiques
et chimiques des fluides véhiculés et à la nature des canalisations utilisées. Toute canalisation d’eau froide ou de l’eau
chaude installée dans une gaine, galerie technique ou caniveau non ventilé, ou derrière un faux plafond non ventilé ou
dans un vide sanitaire non ventilé devra recevoir un calorifuge ou une protection équivalente. L’entreprise
adjudicataire du présent lot doit les percements, saignés et rebouchage de trous pour le passage des tuyauteries.
III.6.2- Fourreaux.
Dans toutes les traversées de structure et maçonnerie, les canalisations seront munies de fourreaux. La mise en place
des fourreaux sera à la charge du titulaire du présent lot, leur scellement sera assuré conformément aux règles de l’art.
Les fourreaux devront dépasser de part et d’autre de la paroi traversée au minimum de 1,5 cm et permettre la libre
dilatation des tuyauteries protégées. Dans le cas de traversée de paroi entre locaux devant être isolés l’un par rapport à
l’autre, ou de murs extérieurs, les extrémités des fourreaux seront colmatées au moyen de mastic souple, permettant la
libre dilatation et garantissant l’étanchéité de part et d’autre de la paroi. Les parcours des canalisations encastrées en
maçonnerie seront par fourreaux souples type « cintroplast » ou équivalent, ou par bande « Denso » aux
caractéristiques appropriées ou équivalents. En aucun cas un joint sur tuyauterie ne pourra être situé sous fourreau.
III.6.3- Robinetterie.
La robinetterie utilisée devra être normalisée et adaptée aux fluides véhiculés.
III.6.4- Prescriptions générales.
- Nettoyage. Avant la mise en œuvre, les canalisations seront nettoyées de tout corps étranger : ébarbure de coupe,
bouchons, etc.
- Joints de raccordement. Aucun joint de tuyauterie ou nœud de soudure ne doit être placé dans la traversée des murs,
cloisons et planchers à l’exception des joints de pièces de raccordement des cuvettes WC. La liaison des cuvettes WC
avec les chutes E.V. se fera à l’aide de manchettes en PVC munies de joint coulissant. Les joints en fibre, cuir,
caoutchouc, etc. seront découpé régulièrement d’un seul morceau et leur diamètre intérieur correspondra, après
serrage, au diamètre intérieur de la canalisation. Les diamètres utilisés pour assurer l’étanchéité des joints filetés ou
des pièces de raccord en laiton sur les appareils sanitaires doivent permettre un démontage facile.
- Pose des canalisations. Les canalisations doivent être bien alignées dans les parties droites et correctement façonnées
pour éviter les flexions ou torsions à la pose. Le ceinturage à chaud des tubes en acier galvanisé est interdit. Les
canalisations d’eau forcée seront posées avec une légère pente d’environ 0,002 m/m et les canalisations d’eaux usées
avec une pente minimale de 0,02 m/m.
- Dispositions générales. Les percements, scellements et saignées seront faits le plus soigneusement possible et aux
dimensions strictement nécessaires. Les conduites, sauf celles en plomb, doivent être fixées par des supports
permettant leur démontage. L’écartement maximum de ces supports est fixé comme suit :

NATURE DE TUYAUTERIE DIAMETRE ECARTEMENT MAXIMUM

Tuyauterie en cuivre Diamètre intérieur


inférieur ou égal à 20 mm 1,25 m

Tuyauterie en P.V.C. Diamètre extérieur


40 et 50 mm 0,70 m
Allure horizontale 63 et 75 mm 0,80 m
90 et 110 mm 0,80 m
40 et 50 mm 1,00 m
63 et 75 mm 1,30 m
Allure verticale
90 et 110 mm 2,00 m
125 et 160 mm 2,00 m

CCTP- Lot Fluides UNOPS –Bâtiment Nekrif- TATAOUINE Page 13


Toutes les canalisations traversant les murs, cloisons ou plancher seront protégées par des fourreaux en tôle ou en
tuyau plastique rigide (meulé ou rugueux extérieurement) avec collet de fermeture. Le diamètre intérieur des fourreaux
doit être supérieur d’au moins 1 cm au diamètre extérieur de la canalisation qu’il protège. La longueur du fourreau doit
permettre une saillie de 1,5 cm au moins sur le parement du mur traversé ou du plafond et de 5 cm sur le niveau de
revêtement de sol, carrelage, dallage, conformément au D.T.U. 60.1 additif n°1. Le collet de fermeture sera en ciment
lorsqu’il s’agira de canalisation en fer, en cuivre ou en matière plastique.
Il sera obligatoirement en plâtre ou mastic, lorsqu’il s’agira de canalisation en plomb. L’installation de la plomberie
sanitaire ne doit pas être la cause de la production et de la propagation de bruits dans le bâtiment.
- Ossature en béton armé. En aucun cas il sera fait de percements, de scellements ou de saignées dans un éléments
porteur (poteau, poutre ou nervure de plancher) sans l’avis du maître d’œuvre. L’utilisation du spitrok est
recommandée pour les fixations dans le béton. Tous les travaux de percements, saignées, encastrements,
fixations, supports, rebouchage, raccords aux ouvrages existants sont à la charge de l’entreprise du présent lot,
qui doit assurer l’étanchéité. Toutefois, l’entrepreneur adjudicataire du présent lot est obligé de présenter les
plans de réservations dans un délai de 20 jours. Passé ce délai, tous les travaux de réservations seront à sa charge.
- Canalisation encastrée. Lorsque les canalisations d’eau sous pression et les évacuations seront posées dans une
engravure, elles seront obligatoirement protégées efficacement contre la corrosion des matériaux de contact. Les
canalisations véhiculant des fluides chauds doivent être établies en vue de ménager les effets de la dilatations. La
pose est interdite dans les murs en béton armé, vide extérieur des parois composites, murs extérieurs des
bâtiments d’épaisseur inférieure à 20 cm.
- Evacuation. Les canalisations d’évacuation auront les diamètres fixées aux plans et en aucun cas le remplacement
d’un matériau par un autre ne justifiera une réduction de ces diamètres. Des bouchons de dégorgement seront
placés en bout des collecteurs aux coudes et changement de direction. L’évacuation des appareils se fera par des
branchements ou par des culottes suivant diamètres.
- Canalisation en acier fileté. Les canalisations en tube acier posées en tranchée ou hérisson, seront obligatoirement
protégées extérieurement contre la corrosion par deux couches de peinture au minium de plomb et une bande
adhésive agrée (bande « Denso » ou similaire). La jonction des tubes galvanisés avec les tubes en cuivre se fera
au moyen des brides ou de raccords démontables. La coupe des tubes et l’ajustage des empattements doivent se
faire au coupe tubes, à la scie et la lime. Toutes les précautions doivent être prises pour la galvanisation ne soit
pas détériorée à la mise en œuvre. Tous les joints et raccords devront rester facilement accessibles. Les
canalisations apparentes seront montées sur colliers à double serrage galvanisé. Ecartement suivant la norme NF
P 41.201.
- Canalisation en tube de cuivre. Les tubes de cuivre devront avoir une section circulaire, même après mise en
œuvre. Le cintrage se fera à l’aide de la machine à cintrer, au ressort ou à chaud sur calibre avec bourrage de
sable sec. Pour la soudure et la brasure par capillarité, on utilisera exclusivement les métaux d’apport et les flux
recommandés par les fabricants spécialisés. Les raccords à souder par capillarité seront calibrés et lisses. Les
canalisations apparentes seront montées sur colliers démontables en cuivre ou en laiton. Ecartement suivant
norme NF P 41.203.
- Canalisation en tube de chlorure de polyvinyle. Les mises en forme seront exécutées à chaud. L’emploi de la
lampe à souder ou du chalumeau à propane ou oxy-acétylénique est interdit. Le soudage à froid ou collage, après
une préparation des surfaces destinées à être en contact, sera réalisé par l’emploi d’adhésifs à solvants forts. Les
adhésifs à solvants faibles et les adhésifs chargées sont interdits. Les colliers de fixation seront montés sans
serrage à force pour permettre un léger glissement. Ils doivent être à contre partie démontables.
III.6.5- Peinture.
- Tuyauterie. Toutes les tuyauteries en acier non galvanisé ou non inoxydable de l’ensemble de l’installation seront
protégées par deux couches de peinture antirouille au minium de plomb à 20% d’huile de lin pure (mise en œuvre
conforme à la norme NF P 70.201). En cas de préfabrication, cette protection sera réalisée en usine ou en
atelier et les raccords de peinture après mise en œuvre des tuyauteries. Les tuyauteries en cuivre devront recevoir
une couche de protection, peinture en vernis. La protection extérieure des tuyauteries métalliques devant être
enterrées sera assurée par enrobage de bande « Denso » ou équivalent, aux caractéristiques appropriées ou par
protection type « C » réalisée en usine.
- Appareils et vannes. Tous les appareils en métal autre qu’aluminium ou acier inoxydable seront protégés par deux
couches de peinture antirouille et de deux couches de peinture hydrofuge de finition, couleur identique à la teinte
de fond de la tuyauterie correspondante, à savoir : vannes et robinets.
- Supports et éléments métalliques. Tout support ou élément métallique apparent ou caché après mise en œuvre
sera préalablement enduit après brossage et dégraissage de deux couches de peinture antirouille au minium de
plomb à 20% d’huile de lin pure. Les supports seront suivant les cas soit peints ou laqués bruts d’usine, les
raccords de peinture après mise en œuvre, seront à la charge du titulaire du présent lot et enduit de deux couches
de peinture hydrofuge de finition couleur identique à la tente de fond de la tuyauterie supportée soit dégraissés,
brossés, enduits de deux couches de peinture antirouille et de deux couches de peinture hydrofuge de finition
couleur identique à la teinte de fond de la tuyauterie supportée ( cas des supports fabriqués sur place ).

CCTP- Lot Fluides UNOPS –Bâtiment Nekrif- TATAOUINE Page 14


III.6.6- Essais.
- Principe : les essais sur tuyauteries (pression, étanchéité) auront lieu au cour de l’exécution des travaux par
tronçons posés, séparés, puis en fin de travaux pour l’ensemble de chaque réseau conformément à la norme NF P
40.201. Les essais seront faits obligatoirement avant application de la peinture de finition et de repérage.
- Essais de pression d’étanchéité : les essais de pression sur les réseaux de distribution d’eau seront réalisés pour
une pression égale à 1,5 fois la pression normale de service, dans les limites admises par la nature des tuyauteries
utilisées et des appareillages montés sur ces réseaux. Les essais seront réalisés à la pompe d’épreuve par pallier
de 1,0 bar appliqué successivement de ¼ d’heure en ¼ d’heure jusqu'à l’obtention de la pression d’essai. Les
pressions d’essais seront maintenues pendant 24 heures, aucune baisse des manomètres de contrôle ne devra être
constatée.

III.7- DISTRIBUTION D’EAU FROIDE SANITAIRE.

III.7.1.- Nature des canalisations.


A partir du local technique surpresseur (alimenté depuis réseau SONEDE), les réseaux extérieurs enterrés d’eau froide
sanitaire seront exécutés en conduit en polyéthylène. Le réseau d’eau froide sanitaire alimentant les différentes
installations sera exécuté en tube de cuivre (pour les sanitaires type temporisés) et en multicouche encastré pour les
autres sanitaires.
Les tuyauteries en cuivre seront assemblées par emboîtures soudées par capillarité.
Les raccordements encastrés seront protégés par fourreaux type « CINTROPLAST » ou équivalent ou protégés par
bande « Denso » aux caractéristiques appropriées ou réalisés en tube de cuivre protégé.
Les raccordements entre tubes de natures différentes seront exécutés au moyen de raccords mixtes démontables, avec
interposition de joints isolants en polyéthylène, P.T.F.E. ou équivalent, suivant la nature des fluides véhiculés.
III.7.2.- Calculs.
Les réseaux d’eau froide seront dimensionnés selon les conditions de la norme NF P 41.201 à 204, le débit de base
sera de 0,1 l/s pour les lavabos et 1 l/s les cuvettes WC.
Les diamètres des canalisations seront calculés pour que les vitesses de circulation de l’eau ne dépassent pas les
valeurs de 2,00 m/s pour les canalisations dans les locaux techniques ; 1,50 m/s pour les circuits principaux et
colonnes montantes ; 1,00 m/s pour les branchements d’étages et d’appareils.
III.7.3.- Tracé.
Le tracé des réseaux, colonnes montantes et alimentation à prévoir seront conformes aux plans techniques.

III.8.- APPAREILS SANITAIRES.


Les lavabos type vasque, cuvettes WC etc. seront soumis au choix du maitre d’ouvrage et du bureau d’études avant
toute commande ferme. Les appareils sanitaires seront de premier choix.
III.8.1.- Pose des appareils sanitaires.
Les appareils sanitaires sont toujours posés de niveau. Le niveau étant constaté pour les lavabos type vasque par
l’horizontalité du bord extérieur de la cuve et pour les cuvettes WC par l’horizontalité des gorges latérales de la cuve.
Robinetterie.
Les modèles seront choisis sur catalogue par le M.D.O. Sur position de l’entrepreneur.
La robinetterie sera conforme à la norme française suivante : NFD 18.201.
Tous les équipements seront de 1 er choix. Il sera commandé 10% de plus pour parer au cas de pertes et
endommagement lors du montage. A pose, l’entrepreneur sera responsable des traces, stries, incrustation, discontinuité
ou autres défauts qui résulteraient des opérations de montage.
Il devra remplacer à sa charge les parties défectueuses ou endommagées.
Cuvette de WC.
Les cuvettes de WC seront du type suspendu siège à l’Anglaise, de couleur branche avec robinet de chasse.
Temporisé, robinet équerre chromée. Les sorties seront en PVC et joint en Néoprène.
Les WC seront équipés d’abattant en PVC rigide, fermé double.
La chasse temporise doit être composée d’un robinet de chasse temporisée à fermeture temporisée (environ
7secondes), d’un tube de chasse chromé et d’un robinet d’arrêt et de réglage droit ou équerre. Le réglage de débit doit
être fait facilement sans démontage du robinet.
Tous les équipements de la chasse temporisée doivent avoir une haute résistance ou vandalisme : corps en laiton
massif chromé et mécanisme anti-choc, indéréglable par les usagers, conception aux matériaux anti-tartre et anti-
corrosion

CCTP- Lot Fluides UNOPS –Bâtiment Nekrif- TATAOUINE Page 15


Les cuvettes de WC devront être conformes à la norme NFD12. Tous les essais de vérification de qualité des
matériaux, de fonctionnement et d’emploi devront être effectués.
Lavabos type vasque
La hauteur du bord supérieur des lavabos sera de 80 cm au-dessus du niveau du plancher et la distance des lavabos par
rapport au mur sera de 5 cm au minimum.
Les vasques seront équipées de robinetterie temporisé à bouton poussoir (temporisation environ 15 secondes) et à
débit réglable.
Les collections des lavabos, vasques et receveurs de douche devront être équipés d’un siphon spécial chromé, placé
immédiatement au-dessous de chaque appareil.
Le branchement du manchon dans le plancher devra être exécuté avec un réducteur dans le manchon lui-même, sur la
surface du plancher définitif.
Les siphons doivent présenter une garde d’eau d ‘au moins 50 mm. Les dimensions des bondes pour les lavabos
doivent être conformes à la norme NFD 18.201 avec orifice de 30 mm.
Les lavabos doivent être conformes à la norme NFD11.
Siphons
Les siphons de planchers sur sol font partie des prestations à fournir dans le cadre du présent lot. Sauf indication
contraire, le dessus des grilles de siphon devra se trouver à 1,5 mm au-dessous du niveau de finition des planchers.
Les siphons de sol doivent être conformes à la norme NFP 98-321. Ils seront du type à cloche et seront moulés en
fonte ou en aluminium. La garde d’eau sera d’au moins de 60 mm.
Les essais de mesure du débit conventionnel et résistance à la charge de rupture seront réalisés conformément aux
prescriptions de la norme NFT 98-321.
Les siphons du sol seront fournis éventuellement plastifiés ou inox quand ils seront à poser l’intérieur des bâtiments.
Accessoires sanitaires.
Les accessoires sanitaires tels que : miroirs, crochets, porte savon etc., devront être inclus dans l’offre présentée et
devront être conforme à la tradition tunisienne. Toute fois tous les accessoires quelques soit leurs natures devront être
présentés à l’ingénieur conseil avant toute commande.
III.8.2 – Séparateur à graisse:
Les eaux usées issues de la préparation de mets sont chargées de matières grasses et huileuses, d’origine animale ou
végétale. Elles sont également à l’ origine de dépôts important dans les canalisations. Ces dépôts perturbent le bon
fonctionnement des réseaux d’évacuation des eaux et des stations.
L’installation d’un séparateur de graisses permet de retenir à la source les macro-déchets et les graisses et évite ainsi
toute atteinte aux eaux et aux équipements publics d’assainissement.
Le dimensionnement de séparateur à graisse sera comme suit :
DN=Qs.ft .fd.fr
Qs= V.F/3600 t
DN est la dimension nominale du séparateur
Ft est le facteur relatif à la température d’eaux usées en entrée du séparateur
Fd est le facteur de densité des graisses
Fr est la facteur relatif à l’influence des produits de nettoyage
Qs est le débit maximum d’eaux usées à l’entrée du séparateur
V est le volume moyen d’eaux usées par jour
F est le pic de débit (extrait d’un tableau suivant type d’établissement
V=M.Vm
M est le nombre de repas par jour
Vm est le volume d’eau utilisé par repas (extrait d’un tableau suivant type d’établissement)
Dans notre cas, M=600 repas, Vm=50 litres, F=8.5 et t=8 heures
ft=1, fd=1 et fr=1.3
V=600x50=30000 litres
Qs= 30000x8.5/3600x8=8.85 l/s
DN=8.85x1.3=11.50
D’où DN sera pris égal à 11
Le volume du piège à huile sera de DNx100= 11x100=1100 litres
Le volume minimale de la zone de séparation des graisses sera de 240xDN=2640 litres
Le volume minimale de la zone de stockage des graisses sera de 40xDN=440 litres
La surface minimale de la zone de séparation des graisses sera de 0.25xDN=2.75m2

CCTP- Lot Fluides UNOPS –Bâtiment Nekrif- TATAOUINE Page 16


III.8.3.- Essais de salubrité.
Ces essais ont pour but de vérifier que l’eau contenue dans un appareil sanitaire ne peut remonter dans la canalisation
qui l’alimente, dans le cas où cette dernière serait en dépression et que le vidange d’un appareil ou celle de plusieurs
appareils pouvant se produire simultanément dans les conditions de la NF P 41.04 ne provoque pas l’entraînement de
la garde d’eau du siphon d’un autre appareil.
III.8.4.- Essais relatifs aux bruits.
Ces essais seront effectués sur tous les appareils nécessaires et robinetteries. Pendant le puisage ou l’évacuation de
l’eau, aucun bruit tel que : vibration, sifflement, coup de bélier, etc. ne devra être entendu. En cas de constatation
d’appareils ou robinets défectueux, l’entrepreneur devra le remplacement de celles-ci par d’autres du même type,
répondant aux conditions stipulées ci-dessus.

III.9.- EVACUATION DES EAUX USEES ET DES EAUX VANNES.

En général, toutes les évacuations des appareils sanitaires et des descentes d’eaux pluviales seront en P.V.C.
conformément au D.T.U. 60.33. Les tubes seront conformes aux prescriptions des normes NF T 54.003 et NF T
54.017 des types de fabrication « ISOPLAST » ou équivalent. Les raccords seront conformes aux prescriptions des
normes NF T 54.028, NF T 54.030 à NF T 54.032 et de type de fabrication « NICOLL » ou équivalent. Les
assemblages des tubes et des raccords en P.V.C. apparent doivent être réalisés à l’aide d’adhésifs à solvant fort
conformes aux prescriptions des normes NF T 54. Les assemblages des tubes et raccords enterrés seront fait par
emboîtement et joint en élastomère. Les tubes et raccords ne doivent présenter ni rayures, ni entailles profondes, ni
traces de carbonisation ou choc ou d’effort en flexion ou torsion. Les mouvements propres aux tubes devront être pris
en compte lors de la pose des canalisations et les restrictions du D.T.U. n° 60.33 relatives à ces éléments devront être
appliquées.

III.9.1.- principe.
Les eaux usées et les eaux vannes provenant des appareils et équipements sanitaires des niveaux en superstructure
seront normalement collectées jusqu’au réseau d’assainissement extérieur.
III.9.2 - Nature des canalisations.
Les raccordements des cuvettes WC se feront par pipe droite ou coudée d’usine en P.V.C. ou polyéthylène φ 100 mm
à joint à lèvre caoutchouc. A défaut du P.V.C. prescrit, l’entreprise devra utiliser les pipes en plomb sans plus-value.
Les raccordements de vidange des appareils et équipements sanitaires autres que les cuvettes WC seront exécutées en
P.V.C. et répondant aux conditions suivantes : diamètre intérieur 32 mm ( φ extérieur 40 mm) pour les lavabos.
III.9.3.- Pose en enterré.
Les canalisations enterrées auront disposé sur un lit de sable. Le fond des tranchées sera dressé ou corrigé à l’aide de
terre fine damée, de façon à ce que les canalisations reposent sur le sol sur toute leur longueur. Le remblayage de la
fouille sera en éléments fins et homogènes (terre épierrée sable) jusqu'à 0,80 m au-dessus de la tuyauterie. Au-delà, le
remblayage sera effectué en tout venant par couches successives et damées.
III.9.4.- Dispositifs de dégorgement et de visite sur réseau d’évacuation.
Tampon de dégorgement hermétique en extrémité des collecteurs rampants d’appareils, d’équipements sanitaires et
des antennes des collecteurs en élévation. Té avec tampon de dégorgement hermétique tous les 10 m maximum sur les
dévouements et collecteurs principaux en élévation. Prévoir en règle, tous les tampons de dégorgements et de visite
nécessaire au bon entretien des réseaux d’évacuation EU et EV leur nombre et leur disposition devront être soumis et
approuvés par le maître d’œuvre.
III.9.5.- Tracé - implantation.
Le tracé des réseaux, les attentes à prévoir et les implantations des équipements seront conformes aux plans
techniques.
III.9.6.- Calculs.
Les collecteurs en élévation seront calculés, remplis au 5/10ème et auront une pente minimale de 2 cm/m. La vitesse
d’écoulement sera comprise entre 0,6 m/s et 3 m/s pour satisfaire l’auto curage. Les réseaux d’évacuation seront
dimensionnés selon les conditions de la norme NF P 41.201 à 204, le débit de base sera de 0,75 l/s pour les lavabos et
1,5 l/s les cuvettes WC.

CCTP- Lot Fluides UNOPS –Bâtiment Nekrif- TATAOUINE Page 17


III.10.- ESSAIS DES INSTALLATIONS.

III.10.1.- Essais.
Lors des essais et contrôles, l’installateur devra fournir tout le matériel nécessaire, les installations provisoires
éventuelles, les instruments de mesure et de contrôle. Les essais ne pourront être effectués qu’après la remise des
notices de conduite et d’entretien des installations.
III.10.2.- Essais en cours des travaux.
Il sera procédé à la vérification de :
- la mise en œuvre du matériel.
- la conformité des installations en fonction des prestations figurantes au cahier des charges et selon les
modifications approuvées en cours de chantier.
- tous les essais pourront être différés tant qu’une partie quelconque des fournitures ou de leur mise en œuvre ne
sera pas acceptée.
Les conséquences découlantes restent à la charge de l’entreprise.

CCTP- Lot Fluides UNOPS –Bâtiment Nekrif- TATAOUINE Page 18


CHAPITRE IV : ENSEMBLE DE SURPRESSION D’EAU

Le surpresseur sera monobloc de type préfabriqué en usine et devra tenir compte de toutes les caractéristiques
demandées dans les pièces du marché.
Il comprendra:
- Les groupes électropompes seront de type multicellulaire.
- un ou des accumulateurs hydropneumatiques de maintien de pression et ayant pour rôle d’éviter les marches arrêts
fréquents qui pourraient entraîner une usure rapide des électropompes.
- Toute la tuyauterie nécessaire
- Les collecteurs nécessaires pour l’alimentation et le refoulement des eaux.

IV.1 LA ROBINETTERIE NECESSAIRE SUR L’ENSEMBLE DE SURPRESSION COMPRENANT:


* Manchettes anti-vibratiles (aspiration et refoulement)
* Vannes d’isolement et robinetteries diverses.
* Clapets anti-retour (un clapet par pompe)
* Contacteurs manométriques
* Robinets flotteurs
- Un châssis sur lequel seront montés tous les équipements

IV.2 ARMOIRE DE CONTROLE ET DE COMMANDE


L’armoire de contrôle et de commande sera du type étanche degré de protection IP 44. Toutes les pénétrations de
câbles se feront par presse étoupes. Toute la tôle sera convenablement traitée et peinte à la peinture émail cuite au four
et permettant la commande des électropompes du surpresseur en cascade et la possibilité de permutation de l’ordre de
fonctionnement des élecro-pompes.
Comprenant :
* Un interrupteur général
* Un répartiteur de phases neutre et terre
* Un ensemble de régulation permettant d’assurer la marche en cascade et la possibilité de permutation des pompes.
* Les coupes circuits HPC type accompagnement moteur à calibre approprié en amont des discontacteurs.
* Le câblage nécessaire
* Les discontacteurs de protection et de commande des moteurs électriques.
* Voyants lumineux (marche-arrêt-panne) pour chaque moteur
* Les commutateurs (marche-arrêt-panne) pour chaque moteur
* Un voyant lumineux d’alarme mis sous tension dès l’allumage d’un voyant rouge (panne) des moteurs et actionnant
un avertisseur sonore (Klaxon)
* Le commutateur de sélection de l’ordre de démarrage des pompes à 4 positions.
* Une prise de sécurité de 24 V avec protection
* Un voyant d’armoire sous-tension
* Un bouton poussoir d’essai lampe.
* Ampèremètres du type encastré avec fusibles de protection
* Voltmètre du type encastré avec commutateur de phase à 7 positions et fusible de protection.
* Un voyant manque d’eau avec avertissement sonore.

IV.3 ROBINETTERIES ET TUYAUTERIE DANS LA BACHE A EAU ET LOCAL DE SURPRESSION:


Ensemble de tuyauterie et de robinetterie assurant la circulation de l’eau depuis l’aspiration de l’eau de la bâche
jusqu’au refoulement de l’eau à partir du local technique et comprenant :
- Un lot de tuyauterie en PPR tout diamètre conformément au plan
- Un lot de robinetterie et de vanne et clapets
- Un contacteur électrique à flotteur pour manque d’eau
- Une crépine d’aspiration avec clapet.
- Les trop pleins
- Une échelle en inox
- Les évents nécessaires.
- Un robinet à flotteur à l’aspiration de l’eau.

IV.4 LES EQUIPEMENTS A INSTALLER SUR LA BACHE :


Le stockage d’eau sera effectué dans 1 bâche en béton armé (dimension et forme voir plan) avec étanchéité
équivalente à sika.

CCTP- Lot Fluides UNOPS –Bâtiment Nekrif- TATAOUINE Page 19


La bâche sera équipée d’échelle inox à l’intérieur et échelle en acier à l’extérieur ainsi qu’une trappe de visite de 80
cm x 80 cm avec portillons métallique cadre, contre cadre et fermeture par cadenas ainsi que la robinetterie nécessaire
déjà citée.
Ces équipements seront à la charge du titulaire du présent lot ;
(Crépines d’aspiration, robinets flotteurs, contacteurs à flotteur, vidange, trop plein, évent, échelle en inox etc. °
- Toutes les pièces à sceller sur la bâche.
- La tuyauterie d’arrivée d’eau depuis le compteur jusqu’aux bâches.
- Les travaux électriques à l’intérieur du local technique y compris
- Un interrupteur de coupure sous baie vitré étanche répondant au caractéristique de surpresseur.
- Un câble de section appropriée reliant l’interrupteur et l’armoire de surpresseur.
Fonctionnement :
Les ordres de commande de démarrage des pompes sont donnés par les contacteurs manométriques.
Tous relais auxiliaires et les bobines seront alimentés en 24 volts par l’intermédiaire d’un transformateur d’isolement
220 ou 280/24v.
Ils seront tous protégés par des CC
Les voyants (Panne) seront alimentés par des auxiliaires d’alarme mis sous tension par les contacts auxiliaires des
relais thermiques des discontacteurs correspondants.

CARACTERISTIQUES SPECIFIQUES DES EQUIPEMENTS POUR SURPRESSEUR

*Débit par éléctropompe : 15 m3/h


*Hauteur manométrique : 60 MCE
* Nombre de groupe éléctropompe par surpresseur : 2 minimums
*Nombre de vase de maintien de pression : 1, Capacité Unitaire 300 Litres
*Nombre de surpresseurs 1
*Alimentation Bâches : SONEDE
*Schéma de principe : (Voir schéma)

CCTP- Lot Fluides UNOPS –Bâtiment Nekrif- TATAOUINE Page 20


CHAPITRE V : CAPTEURS SOLAIRES

V.1- DEFINITION DU PROJET :


Le présent rapport a pour objet de définir l’ensemble des équipements de production de l’eau chaude par l’énergie
solaire entrant dans la cadre du projet de Construction d’un Bâtiment à la localité de Nekrif dans le Gouvernorat de
Tataouine.

V.2- CAPTEURS SOLAIRES :

Les capteurs solaires et leurs parties constitutives seront conformes aux normes et règles en vigueur.
Ils seront implantés de sorte que leur visite, nettoyage, entretien et l’accès à leurs parties annexes seront aisés.
Ils devront répondre, ainsi que tous leurs accessoires, aux conditions définies par les règlements locaux en ce qui
concerne l’implantation, l’orientation, la sécurité et la rentabilité énergétique, en cas d’absence de dispositions
locales ; la marque des capteurs devra faire l’objet d’un avis technique délivré par le CSTB ou organisme agrée.
L’assemblage et le montage des différents éléments formant l’ensemble capteur et des équipements de contrôle et
régulation, devront être réalisés avec le plus grand soin afin d’éviter toutes détérioration nuisant à la bonne captation
de l’énergie solaire par les capteurs.
Les tuyauteries d’alimentation en eau des capteurs ainsi que les tuyauterie de retour au ballon de stockage seront
calorifugées. Le calorifuge ne devra être mis en place qu’après protection des tuyauteries contre la corrosion par la
peinture adéquate et après les essais d’étanchéité de l’installation.
Le calorifuge sera protégé par une couche de produit d’étanchéité du type SP4. Chaque capteur ou ensemble de
capteurs (batterie) sera livré avec tout le matériel nécessaire au raccordement des différents tronçons, à la pose et à
l’entretien.
Chaque capteur comportera nécessairement des robinets d’isolement de manière à rendre facile le démontage de celui–
ci sans gêner l’ensemble de l’installation. Chaque groupe de capteurs comportera un thermomètre à l’entrée et un
thermomètre à la sortie de dimension convenable, visible et dont l’exactitude sera bonne dans la bande de température
et de pression de service. Les capteurs seront de montage parallèle et raccordés à des collecteurs de départ et de retour.
Les collecteurs ne devront pas prendre appui ou exercer des contraintes mécaniques sur les capteurs.
Le tracé des collecteurs et la détermination des pertes de charges correspondantes devront être soigneusement étudiés.
Les types de capteurs choisis par l’entrepreneur devront permettre une organisation rationnelle de la terrasse afin de
minimiser au mieux l’espace occupé par ceux-ci.
L’espace entre deux capteurs, s’il existe, doit être tel qu’une intervention humaine pour démontage d’un capteur sera
rendue facile. Toutes dispositions seront prises pour permettre un accès aisé à la zone capteurs.
Capteurs solaires plans, simple vitrage 4mm résistant aux chocs thermiques calorifugés livrés avec toutes sujétions de
pose conformément aux normes et règles en vigueur et prévus pour fonctionnement à eau adoucie comme fluide
caloporteur.
Orientation : sud, inclinaison 40° par rapport à l’horizontal.
Le choix de l’absorbeur est très important.
Les capteurs doivent faire l'objet d'un avis technique avec essais de performances établis par un organisme agrée. Cet
avis technique sera obligatoirement fourni à l'appui du dossier, y figureront les coefficients caractérisant les
performances du capteur. L'entrepreneur s'efforcera de fournir les valeurs des coefficients B (facteur optique) et K
(pertes thermiques globales) de son capteur. Les capteurs possèdent une isolation afin de retenir le maximum de
chaleur d’où un meilleur rendement et une transmissivité > =94%.

Les capteurs bénéficieront obligatoirement d'une garantie "bonne tenue" minimum de dix ans. Un certificat de garantie
sera joint au dossier.

Disposition des capteurs : L'orientation optimale des capteurs doit être plein sud. L'inclinaison optimale, pour une
utilisation annuelle de l’énergie solaire. La préparation de la surface destinée aux capteurs et la réalisation du
supportage des capteurs sont à la charge de l'entrepreneur. Le mode de fixation des capteurs devra tenir compte de
l'ensemble des contraintes qui peuvent être réparties comme suit :

• Contraintes climatiques (tenue au vent et aux intempéries),

CCTP- Lot Fluides UNOPS –Bâtiment Nekrif- TATAOUINE Page 21


• Contraintes de dilatation

• Contraintes d'ombres portées.

V.3– REGULATION :

Régulation de l’eau chaude sanitaire sur le collecteur de départ


La régulation consiste à poser une sonde dans le capteur solaire, une autre en bas du ballon solaire, dès que le capteur
est plus chaud que le ballon de quelques degrés, la pompe de circulation est mise en service, dès que les températures
s’équilibrent, la pompe s’arrête, un simple régulateur différentiel suffit pour ces opérations.

CCTP- Lot Fluides UNOPS –Bâtiment Nekrif- TATAOUINE Page 22


CHAPITRE VI : RECEPTION, RESPONSABILITE ET GARANTIES.

VI.1.- RECEPTION PROVISOIRE :


Si les essais donnent satisfaction, la réception provisoire peut être prononcée. Dans le cas contraire, elle ne pourra être
prononcée que si les réserves faites au cours des essais seraient levées.

VI.2.- RECEPTION DEFINITIVE :


La réception définitive ne peut être prononcée que si :
- les réserves faites au cours de la réception provisoire sont levées.
- les conditions de conforts contractuels sont satisfaites.
Dans tous les cas, la réception définitive devra être subordonnée à la présentation par l’installateur des plans de
recollement complets dans un support informatique (CD-ROM), un jeu de contre calque et cinq jeux des plans de
l’installation qu’il aura réalisée.

VI.3.- MISE EN ROUTE DE L’INSTALLATION.


La mise en route de l’installation intervient normalement après réception. Pendant cette période, l’entrepreneur doit
procéder aux réglages définitifs avant essais et informer le personnel d’exploitation fournis à la réception.

VI.4.- DELAIS DE GARANTIE :


En général, la durée de garantie est d’une année à compter de la date de la réception provisoire. Toutefois cette durée
peut être prorogée si la réception définitive n’est pas prononcée au bout de ce délai. Pendant toute cette période de
garantie, l’installateur doit remédier à tout défaut, procéder à tout réglage, modifier ou remplacer toute partie
d’installation reconnue défectueuse. Dans un délai maximal de trois mois après la réception, l’entreprise complétera
les plans d’exécution pour les remettre en conformité avec les travaux réellement exécutés. Après approbation, ces
plans seront fournis en cinq exemplaires au bureau d’études qui les diffusera auprès des intéressés en complément du
dossier des ouvrages exécutés.

VI.5.- RESPONSABILITE EN COURS DES TRAVAUX :


L’entrepreneur a la responsabilité de la conservation de ses approvisionnements (en usine, en atelier ou sur le chantier)
de ses travaux. Il garde cette responsabilité jusqu'à la réception provisoire. Cette responsabilité n’est en rien diminuée
par le fait que ses approvisionnements ou travaux lui sont payés au fur et à mesure qu’il les fait apparaître sur les
demandes d’acompte.
Cette responsabilité porte sur tous les dégâts qui pourraient subir l’installation pendant qu’il en a sa charge et quelques
soit la cause des dégâts. L’entrepreneur est notamment responsable des dégâts qui seraient causés par le vol ou toutes
autres formes de dégradations. L’entrepreneur est en outre pleinement responsable à l’égard des tiers, tout dommage
matériels ou corporels susceptibles d’être provoqués par l’installation.

VI.6.- GARANTIE DE FOURNITURE :


Tout le matériel fourni par l’Entrepreneur sera garanti contre tous vices de construction ou de matière. Cette garantie
ne s’applique pas aux conséquences de l’usure normale déclarée au niveau du projet d’exécution comme telle, ni à
celles qui pourraient résulter de la mauvaise utilisation des appareils, ou la non observation des instructions.
L’entrepreneur devra fournir à l’Ingénieur Conseil avant la commande du matériel une liste complète du matériel
proposé par lui ainsi qu’une notice technique par type de matériel. L’Entrepreneur doit fournir après réception
provisoire, le recollement de l’exécution dans un support informatique (CD-ROM), un jeu de contre calque et cinq
jeux des plans.

VI.7.- GARANTIE DE L’INSTALLATION :


Toutes les installations faites par l’Entrepreneur seront garanties conformes aux règles d’art et conformes au projet
d’exécution. En cas d’anomalie constatée, l’Entreprise du présent lot devra à ses frais remplacer les organes et
appareils défectueux.

VI.8.- GARANTIE DE FONCTIONNEMENT :


Indépendamment des garanties biennale et décennale, l’installation sera garantie en bon état de fonctionnement
pendant une durée d’un an à dater de la réception provisoire de toutes les installations. Au cours de cette période,
l’entrepreneur sera tenu de rectifier tous les défauts de fonctionnement qui apparaissent qu’elle qu’en soit la nature,
fourniture, mise en œuvre, démolition et réfection d’ouvrages en génie civil incluses. L’Entrepreneur est le seul

CCTP- Lot Fluides UNOPS –Bâtiment Nekrif- TATAOUINE Page 23


responsable à l’égard du client. Sa responsabilité n’est en rien diminuée par la présentation d’un projet établi par
l’Ingénieur Conseil.
Que ses approvisionnements ou travaux lui sont payés au fur et à mesure qu’il les fait apparaître sur les demandes
d’acompte.
Cette responsabilité porte sur tous les dégâts qui pourrait subir l’installation pendant qu’il en a sa charge et quelque
soit la cause des dégâts. L’entrepreneur est notamment responsable des dégâts qui seraient causés par le vol ou toutes
autres formes de dégradations. L’entrepreneur est en outre pleinement responsable à l’égard des tiers, tout dommage
matériels ou corporels susceptibles d’être provoqués par l’installation.

Dressé par : Lu et Accepté par:


Le Groupement d’Etudes L’Entrepreneur Soussigné
Tunisie Engineering & Conseil
« TEC »

Tunis, le ............................ ………………, le ........................

Proposé par :
Vérifié par:

Tunis, le .................................
Tunis, le .................................

Vu et Approuvé :

Tunis, le .................................

CCTP- Lot Fluides UNOPS –Bâtiment Nekrif- TATAOUINE Page 24

Vous aimerez peut-être aussi