Vous êtes sur la page 1sur 97

AGENCE L A RAC H E

T R AVAU X D ' A M E N A G E M E N T D ' U N


SAS - AGENCE LARACHE

MARCHÉ

N° /HB/DTN/DAG/CL/2010

1
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
REUNIS :

D’une part,
CENTRALE LAITIERE, Société anonyme de droit Marocain, au capital de
94.200.000 dhs, sise à Twin Center - 3éme étage – Tour A - Casablanca,
RC 26977 Casablanca, Patente 31400660, IF 1620058 et CNSS
1978850.

Et d’autre part,
La Société ……………., au capital de……………, RC………….,
Patente……………, IF…………….., CNSS……………, sis à………………….,
représentée par son Gérant Mr………………, CIN………….., désignée ci-
après par l’Entreprise.

Les parties selon la participation reconnaissent mutuellement la


capacité légale suffisante pour s’obliger dans les termes du présent
document à respecter librement cet accord.

2
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
SOMMAIRE

SOMMAIRE........................................................................................................................ 3
ACTE D’ENGAGEMENT................................................................................................... 8
CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES CCAP.................... 10
CHAPITRE1 - DISPOSITIONS GENERALES............................................................... 10
Article 1 - Objet du Marché ...................................................................................... 10
Article 2 - Intervenants Dans le projet.................................................................... 11
Article 3 - Consistance du Marché .......................................................................... 11
Article 4 - Désignation des lots de l’operation..................................................... 11
Article 5 - Description sommaire des travaux....................................................... 12
Article 6 - Pièces constitutives du Marché .......................................................... 12
Article 7 - Validité du Marché .................................................................................. 13
Article 8 - Langue utilisee ......................................................................................... 13
Article 9 - Loi applicable ........................................................................................... 13
Article 10 - Visite des lieux....................................................................................... 13
Article 11 - Cautionnement définitif.......................................................................... 13
Article 12 - Retenue de garantie................................................................................. 14
Article 13 - Sous-traitance ........................................................................................ 14
Article 14 - Subrogation.............................................................................................. 15
Article 15 - Litiges ....................................................................................................... 15
Article 16 - Ajournement ou cessation des travaux ............................................ 16
Article 17 - Cession..................................................................................................... 16
Article 18 - Résiliation du Marché et ses conséquences................................... 16
Section 18.1 - Cas de résiliation................................................................................................16
Section 18.2 - Conséquences de la résiliation...........................................................................17
Article 19 - Prise de possession anticipée................................................................ 18
Article 20 - Réception provisoire............................................................................... 18
Article 21 - Période de garantie................................................................................ 18
Article 22 - Réception définitive ................................................................................ 19
Article 23 - Garantie décennale ................................................................................. 19
Article 24 - Taxes......................................................................................................... 19
Article 25 - Frais de timbres et d'enregistrement..................................................... 19
CHAPITRE2 - OBLIGATIONS GENERALES DE L’ENTREPRENEUR...................... 20
Article 1 - Domicile de l’entrepreneur et représentation...................................... 20
Section 1.1 - Domicile de l’Entrepreneur..................................................................................20
Section 1.2 - Représentation......................................................................................................20
Article 2 - Personnel de l’Entreprise......................................................................... 21
Section 2.1 - Personnel d’Encadrement.....................................................................................21
Section 2.2 - Main d’œuvre.......................................................................................................21
Article 3 - Organisation, Sécurité et Hygiène du chantier .................................. 22
Section 3.1 - Aux conditions de logement du personnel de chantier.........................................22
Section 3.2 - Au service médical...............................................................................................22
Section 3.3 - Au gardiennage de chantier et à la police de chantier..........................................23
3
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
Section 3.4 - Aux conditions de sécurité et de protection du personnel du chantier et des tiers
....................................................................................................................................................23
Section 3.5 - Au nettoyage du chantier......................................................................................24
Article 4 - Signalisation de Chantier........................................................................ 24
Article 5 - Règlement de police et de voirie ............................................................. 24
Article 6 - Sujétions de Chantier.............................................................................. 25
Section 6.1 - Travaux exécutés simultanément.........................................................................25
Section 6.2 - Travaux exécutés en site occupée........................................................................25
Section 6.3 - Matériel de l’Entreprise........................................................................................25
Section 6.4 - Travail de nuit......................................................................................................25
Article 7 - Journal de Chantier................................................................................ 26
Article 8 - Tenue des documents............................................................................... 26
Article 9 - Réunions de chantier............................................................................... 27
Article 10 - Connaissance du dossier ..................................................................... 27
Article 11 - Risques et perils...................................................................................... 28
Article 12 - Assurances .............................................................................................. 28
Article 13 - Responsabilités de l’Entreprise............................................................ 29
Article 14 - Malfaçons.................................................................................................. 31
Article 15 - Repliement des installations de chantier et remise en état des
lieux................................................................................................................................ 31
Article 16 - Plans de recollement .............................................................................. 31
Article 17 - Obligations en matière d’essais............................................................ 31
Article 18 - Documents à fournir par l’Entreprise................................................ 32
Article 19 - Délai d’exécution - Planning enveloppe ............................................. 33
Section 19.1 - Délai d’exécution...............................................................................................33
Section 19.2 - Prolongation du délai .........................................................................................34
Article 20 - Pénalités ................................................................................................... 34
Section 20.1 - Non respect du délai d’exécution objet de la section 18.1 ................................34
Section 20.2 - Pénalités provisoires...........................................................................................35
Section 20.3 - Pénalités de fonctionnement ..............................................................................35
Article 21 - Ordres de service – lettres – instructions ............................................ 36
CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES GENERALES CCTG.................................... 37
CHAPITRE3 - PREPARATION ET EXECTION DES TRAVAUX.............................. 38
Article 1 - Documents.................................................................................................. 38
Article 2 - Mémoire technique d’exécution des travaux...................................... 38
Article 3 - Ordonnancement et planning des travaux.......................................... 39
Article 4 - Echantillonnage..........................................................................................40
Article 5 - Installation et organisation du chantier .............................................. 40
Article 6 - Implantation des ouvrages et levés topographiques........................ 41
Article 7 - Mode d’exécution...................................................................................... 42
Article 8 - Essais des matériaux et matériel ........................................................ 42
Article 9 - Commande de matériel ........................................................................... 42
Article 10 - Qualité des travaux ou fournitures diverses ...................................43
Article 11 - Contrôle technique des travaux.......................................................... 43
Article 12 - Mesure de l’avancement des travaux................................................ 43
4
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
CHAPITRE4 - CLAUSES TECHNIQUES GENERALES............................................. 44
Article 1 - Conditions générales d’exécution......................................................... 44
Section 1.1 - Préparation du terrain...........................................................................................44
Section 1.2 - Travaux topographiques et essais de laboratoire.................................................44
CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CCTP.............................. 47
CHAPITRE5 - CLAUSES RELATIVES AUX PHASE S ETUDES ET DE
PREPARATION................................................................................................................. 48
Article 1 - consistance DES TRAVAUX......................................................................48
Section 1.1 - Terrassements, gros - œuvre :...............................................................................48
Section 1.2 - Electricité..............................................................................................................48
Article 2 - ORGANISATION DU CHANTIER............................................................... 48
Section 2.1 - Opération à exécuter par l'Entrepreneur...............................................................48
Article 3 - APPROVISIONNEMENT EN EAU.............................................................. 50
Article 4 - Provenance des matériaux .......................................................................50
Article 5 - Mode d’exécution des travaux ................................................................. 51
Article 6 - Prescriptions techniques genérales ....................................................... 51
Article 7 - Consistances des études d’exécution..................................................... 51
Article 8 - documents d’exécution à remettre au maître d’oeuvre......................... 52
CHAPITRE6 - PRESCRIPTIONS TECHNIQUES CONCERNANT LES
TERRASSEMENTS, GROS -OEUVRE ............................................................................ 53
Article 1 - Etendue des travaux.................................................................................. 53
Article 2 - Documents techniques de reference....................................................... 53
Article 3 - Terrassement.............................................................................................. 54
Article 4 - Mortiers et bétons...................................................................................... 55
Section 4.1 - Composition des mortiers et des bétons...............................................................55
Section 4.2 - Contrôle................................................................................................................57
Section 4.3 - Fabrication des bétons..........................................................................................57
Section 4.4 - Mise en oeuvre des reprises de bétonnage...........................................................58
Section 4.5 - Prescriptions concernant l’exécution des bétons armés.......................................58
Poteaux ................................................................................................................................58
Poutres et chaînages.............................................................................................................59
Prescriptions concernant les parements lisses de béton.......................................................59
Section 4.6 - Aspect des bétons.................................................................................................60
Béton devant rester brut de décoffrage non parementé.......................................................60
Béton destiné à recevoir un enduit.......................................................................................60
Béton lisse brut de décoffrage à peindre..............................................................................60
Arêtes et cueillie..................................................................................................................60
Section 4.7 - Tolérance d’exécution..........................................................................................60
pour les plafonds dalle pleine, les tolérances maximales admissibles seront les suivantes :
..............................................................................................................................................60
Tolérances maximales:........................................................................................................60
Section 4.8 - Préfabrication d'éléments.....................................................................................61
Article 5 - Prescriptions concernant le façonnage des aciers............................... 61
Article 6 - Spécifications particulieres concernant les briques et les agglomeres
........................................................................................................................................ 62
Article 7 - Prescriptions concernant les enduits...................................................... 62
5
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
Article 8 - Assainissement.......................................................................................... 63
Section 8.1 - Terrassement........................................................................................................63
Section 8.2 - Buses en béton vibré.............................................................................................63
Section 8.3 - Buses en béton comprimé ou vibré......................................................................63
Section 8.4 - Essais concernant les canalisations......................................................................64
Section 8.5 - Regards de visite sur égouts circulaires...............................................................64
CHAPITRE7 - PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES A L'ELECTRICITE
ET A LA LUSTRERIE........................................................................................................ 64
Article 1 - Etendue des travaux.................................................................................. 64
Article 2 - Documents techniques de réference....................................................... 65
Article 3 - Documents a fournir par l'entrepreneur................................................. 66
Article 4 - Dimensionnement des ouvrages – Bases de calcul............................. 67
Article 5 - Réseau de terre et conducteurs de protection :.................................... 68
Section 5.1 - Réseau de terre ....................................................................................................68
Section 5.2 - Nature et mise en oeuvre du conducteur de protection .......................................68
Section 5.3 - Sortie de terre ......................................................................................................69
Section 5.4 - Mise à la terre des masses métalliques ................................................................69
Article 6 - Armoires - Tableaux et coffrets BT......................................................... 69
Article 7 - Chemins de cables et cables ................................................................... 70
Section 7.1 - Type .....................................................................................................................70
Section 7.2 - Pose des câbles ....................................................................................................70
Section 7.3 - Traversée de parois et planchers .........................................................................70
Section 7.4 - Contraintes dues au fonctionnement des câbles ..................................................70
Section 7.5 - Identification et localisation des câbles ...............................................................71
Section 7.6 - Confection des extrémités et jonctions ................................................................71
Section 7.7 - Mise à la terre ......................................................................................................71
Section 7.8 - Connexions ..........................................................................................................71
Article 8 - Canalisations enterrées............................................................................. 71
Section 8.1 - Proximité d'autres canalisations électriques d'énergie ........................................71
Section 8.2 - Passage en fourreau ou buses .............................................................................72
Section 8.3 - Préparation des tranchées et remblaiement .........................................................72
Section 8.4 - Pose des câbles ....................................................................................................72
Article 9 - Déroulage des câbles enterrés ................................................................ 73
Section 9.1 - Profondeur de pose ..............................................................................................73
Section 9.2 - Regards de tirage et de visite ...............................................................................73
Article 10 - Canalisations électriques ....................................................................... 74
Section 10.1 - Nature.................................................................................................................74
Section 10.2 - Appareils de coupure et de protection ...............................................................74
Section 10.3 - Appareils d’éclairage .........................................................................................75
Section 10.4 - Niveaux d’éclairement moyens recommandés ..................................................75
Section 10.5 - Protection des personnes contre les dangers électriques ...................................75
Section 10.6 - Mise en œuvre des fournitures ..........................................................................76
Section 10.7 - Essais, contrôles et réceptions ...........................................................................77
CHAPITRE8 - PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES A LA PEINTURE
............................................................................................................................................ 77
Article 1 - Etendue des travaux.................................................................................. 77
Article 2 - Documents technques de référence........................................................ 78
6
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
Article 3 - Provenance des matériaux........................................................................78
Article 4 - Impressions................................................................................................ 79
Section 4.1 - Ciment ou béton...................................................................................................79
Section 4.2 - Bois.......................................................................................................................79
Section 4.3 - Métaux ferreux.....................................................................................................80
Section 4.4 - Autre métaux........................................................................................................80
Article 5 - Prescriptions particulières à la peinture................................................. 80
Section 5.1 - Généralités............................................................................................................80
Section 5.2 - Echantillonnage et teintes.....................................................................................81
Article 6 - Travaux preparatoires et de finition en élévation................................... 81
Article 7 - Vérification et contrôle des peintures......................................................82
Article 8 - Prescriptions particulières à la vitrerie....................................................82
CAHIER DES CLAUSES FINANCIERES PARTICULIERES CCFP............................. 85
CHAPITRE9 - PAIEMENT.............................................................................................. 86
Article 1 - Prix............................................................................................................... 86
Article 2 - Sous détail des prix................................................................................... 87
Article 3 - Variation des prix ...................................................................................... 87
Article 4 - Modifications – travaux supplémentaires.............................................. 87
Article 5 - Nature du Marché....................................................................................... 88
Article 6 - Contenu des prix........................................................................................ 88
Article 7 - Situations mensuelles............................................................................... 89
Article 8 - Approvisionnement .................................................................................. 89
Article 9 - Déductions.................................................................................................. 90
CHAPITRE10 - DEFINITION DES PRIX...................................................................... 91

7
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
ACTE D’ENGAGEMENT
Je soussigné ……………………………………………..
………………………………….
CIN N°……………………………………………..………………………………….
Agissant en qualité de .………………………………….....…………..
……………………..
Au nom et pour le compte de ....................................
………………………………………….
En vertu des pouvoirs qui m’ont été conférés par décision du..
………………………………
En date ....................
…………………………………………………………………………..
Patente……………..RC………………
IF………………….CNSS…………………………
Faisant élection de domicile ...............................
……………………………………………….
Après avoir apprécié à mon point de vue et sous ma responsabilité la
nature et les difficultés des travaux, et après avoir pris parfaite
connaissance de toutes les pièces du Marché relatif aux travaux de
« génie civil » d’extension de la Chambre Froide et création d’une
nouvelle porte d’expédition à l’usine d’El Jadida
Me soumets et m’engage envers la Société CENTRALE LAITIERE, à
exécuter les dits travaux conformément aux conditions stipulées dans
les pièces contractuelles énumérées au Cahier des Prescriptions
8
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
Spéciales, applicables à ces travaux moyennant le prix global toutes
taxes
comprises…………………………………………………………………………….
Je m’engage à exécuter les travaux de ce lot dans les délais prescrits
au Cahier des charges faute de quoi, je subirai les pénalités prévues à
ce même document.
J’atteste que la Société que je représente a satisfait, pour la totalité des
impôts et cotisations sociales dus aux adresses de ses divers
établissements et à l’ensemble de ses obligations.
J’atteste que la Société que je représente est hautement qualifié et
possède une bonne expérience des techniques à mettre en œuvre au
titre de ce Marché.
Le Maître d’Ouvrage, se libérera des sommes dues par lui en vertu du
présent Marché, dans les formes prévues au CPS.
En foi de quoi, j’ai apposé ma signature.
Fait à ..............., le ..........………….
L’Entreprise
Signature (précédée de la mention « Lu et Approuvé »).

9
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
CAHIER DES CLAUSES
ADMINISTRATIVES
PARTICULIERES CCAP

CHAPITRE1 - DISPOSITIONS GENERALES

ARTICLE 1 - OBJET DU MARCHÉ


Le présent Marché a pour objet de définir les conditions et les termes
selon lesquels les travaux relatifs au travaux d’aménagement d’un SAS
à l’usine de LARACHE seront réalisés.

10
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
ARTICLE 2 - INTERVENANTS DANS LE PROJET

Ils sont les suivants :


• Les services techniques du Maître d’Ouvrage ;
• Le Bureau des Etudes Techniques ;
• Le Cabinet-Architecte ;
• Le Bureau de Contrôle ;
• Le Laboratoire ;
• Le Cabinet-Géomètre ;
• Les gestionnaires des réseaux ;
• La Commune Urbaine ;
• La Wilaya ;
• Toutes les autres administrations compétentes ;
• Tous les autres organismes de contrôle désignés par le Maître
d’Ouvrage.

ARTICLE 3 - CONSISTANCE DU MARCHÉ


Le Marché comprend l’exécution et l’achèvement des travaux dans les
conditions spécifiées dans le présent Cahier des Prescriptions Spéciales
CPS et dans tous les documents contractuels et annexes constitutifs
des présents tels que spécifiés en article 6 ci-après, ainsi que
l’entretien des ouvrages tel que défini dans les Cahiers des
Prescriptions Communes CPC jusqu’à la date de la réception définitive.
A cet effet, L’Entreprise effectuera toutes les tâches nécessaires à la
bonne exécution des travaux, dans les règles de l’art, tels que définis
dans les documents contractuels et annexes. Les prix sont établis en
considérant qu’aucune prestation n’est à fournir par le Maître
d’Ouvrage (sauf stipulation explicite contraire dans le présent CPS).
Par ailleurs, l’Entreprise doit notamment remplir les obligations
suivantes :
• Vérifier, avant toute exécution, la présence et la cohérence des
documents techniques contractuels qui définissent de façon
précise et sans équivoque les travaux à réaliser ;
• Procéder aux études complémentaires et à l’établissement de
tous les documents techniques (topographie, implantation,
notes de calculs, métré, plans d’adaptation,…) qui sont
nécessaires à la bonne réalisation des travaux.

ARTICLE 4 - DÉSIGNATION DES LOTS DE L’OPERATION

Les travaux objet de cette opération sont répartis en lots comme suit :
• Génie civil ;
• Revêtement-Peinture ;
11
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
• Electricité;
• Panneaux sandwichs ;
• ….
Certains lots peuvent être regroupés ou scindés.

ARTICLE 5 - DESCRIPTION SOMMAIRE DES TRAVAUX

Les travaux du présent Marché portent notamment sur l’exécution des


prestations ci-après :
• La fourniture de la main d’œuvre et son encadrement ;
• La fourniture de tous les matériaux nécessaires à la
construction ;
• La fourniture et l’exploitation durant le chantier de tout le
matériel des travaux publics et autre si nécessaire ;
• L’évacuation des excédents à la décharge publique ;
• Les mesures d’hygiène, de nettoyage, de sécurité, de
signalisation et de gardiennage ;
• L’approvisionnement en eau, en électricité, en énergie,… ;
• La construction d’ouvrages et d’installations provisoires et
d’une manière générale, toutes les prestations à caractère
provisoire ou définitif nécessaires à la réalisation et à
l’achèvement des travaux et à l’entretien des ouvrages ;
• Les études d’exécution et leur approbation par les services
administratifs compétents ;
• Toutes les opérations topographiques à faire par un géomètre
agréé ;
• Tous les contrôles et essais à faire par un laboratoire agréé ;
• L’obtention des autorisations nécessaires auprès des
administrations.
Cette liste est donnée à titre indicatif. L’Entreprise aura toute la
responsabilité pour réaliser dans les règles de l’art et dans les délais
les travaux objet du présent Marché.

ARTICLE 6 - PIÈCES CONSTITUTIVES DU MARCHÉ


Les documents constitutifs du présent Marché sont énumérés ci-après :
1 - Les conditions générales du Maître d’Ouvrage ;
2 - L’acte d’engagement ;
3 - Les plans techniques d’exécution ;
4 - Le cahier des clauses administratives particulières CCAP ;
5 - Le cahier des clauses financières particulières CCFP (Définition des
prix, bordereau des
prix - détail estimatif,…) ;
6 - Le cahier des clauses techniques particulières CCTP ;
7 - Le mémoire technique ;
12
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
8 - Les textes réglementaires, les normes et les règles d’art en
vigueur ;
9 - la liste des moyens humains, matériels et logistiques à mettre sur le
chantier.
Ces documents sont complémentaires et « mutuellement explicatifs ».
En cas de contradiction entre ces documents, les prescriptions du
document portant le numéro le moins élevé primeront.
Les obligations de l’Entreprise pour l’exécution des travaux, objet du
Marché résultent de l’ensemble des documents suivants et par ordre
de priorité :
Par ailleurs, l’Entreprise atteste avoir lu le Marché, la définition des prix
des prestations demandées et tous les documents afférents aux
travaux et renonce à toute demande de dommages dus à la
méconnaissance des documents et annexes se rapportant à ces
travaux.
L’Entreprise demeure redevable au titre du Marché de toutes les
prestations nécessaires à la parfaite et complète réalisation des
travaux qui lui sont confiés. En conséquence, il soumettra en temps
opportun, toute divergence entre les documents contractuels au Maître
d’Ouvrage, qui définira alors les obligations devant s’appliquer.

ARTICLE 7 - VALIDITÉ DU MARCHÉ


Le présent Marché ne sera valable, définitif et exécutoire, qu’après son
approbation et signature par le Maître d’Ouvrage.

ARTICLE 8 - LANGUE UTILISEE

Le français sera la langue utilisée dans les rapports entre le Maître


d’Ouvrage et l’Entreprise.

ARTICLE 9 - LOI APPLICABLE

Le présent Marché est régi par la loi marocaine.

ARTICLE 10 - VISITE DES LIEUX

L’Entreprise déclare avoir visité les lieux, objet des travaux du Marché,
et avoir pris connaissance des contraintes du projet.

ARTICLE 11 - CAUTIONNEMENT DÉFINITIF

Le montant du cautionnement définitif est fixé à trois pour cent (3%)


du montant initial du Marché. Ce cautionnement devra être constitué
dans les conditions fixées par la réglementation en vigueur.

13
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
Le cautionnement définitif sera restitué ou la mainlevée des cautions
correspondantes sera délivrée dans les trois (03) mois suivant le
prononcé de la réception provisoire de tous les travaux.

ARTICLE 12 - RETENUE DE GARANTIE


Une retenue de dix pour cent (10%) sera effectuée sur le montant des
acomptes.
Le paiement de la retenue de garantie est effectué ou les cautions qui
la remplacent (en cas d’acceptation par le Maître d’Ouvrage) sont
libérées à la suite d’une main levée délivrée par le Maître d’Ouvrage,
dans les trois (03) mois suivant le prononcé de la réception définitive
des travaux.

ARTICLE 13 - SOUS-TRAITANCE
L’Entreprise ne peut faire apport ou cession de son Marché à une
Société ou un Groupement sans autorisation écrite du Maître
d’Ouvrage.
L’Entreprise doit, pour toute sous-traitance, notifier au Maître
d’Ouvrage la nature des prestations qu’elle envisage de sous-traiter,
l’identité, la raison ou la dénomination sociale, l’adresse des sous-
traitants, leurs références techniques et financières, la liste des
moyens humains, matériels et logistiques qu’ils comptent mettre en
place ainsi que le montant sous-traité exprimé en prix du Marché.
En cas de sous-traitance après la signature du Marché, cette
notification doit intervenir 30 jours au moins avant l’exécution des
travaux y afférents afin de permettre au Maître d’Ouvrage d’exercer
son droit de récusation.
La sous-traitance ne peut en aucun cas dépasser 20% du montant
global du Marché ni porter sur le lot ou le corps d’état principal du
Marché.
Les travaux énumérés ci-après ne peuvent faire l’objet de sous-
traitance :
• …………. ;
• …………..;
• ………….
L’Entreprise supporte l’entière responsabilité des conséquences, quelle
qu’en soit la nature, d’une éventuelle récusation ou de l’utilisation de
sous-traitants non acceptés par le Maître d’Ouvrage ou les organismes
de contrôle.
Avant tout commencement des travaux, l’Entreprise doit adresser au
Maître d’Ouvrage, les copies des polices d’assurances qu’elle doit
souscrire et qui doivent couvrir les risques inhérents à l’exécution du
14
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
Marché en matière de véhicules automobiles, d’accidents du travail, de
responsabilité civile et de dommages à l’ouvrage tels qu’ils sont définis
à l’article 24 du CCAG-T.
Aucun règlement ne sera effectué tant que l’Entreprise n’aura pas
adressé au Maître d’Ouvrage, les copies certifiées conformes des
polices, avec justifications du paiement des primes, contractées pour la
couverture des risques énumérés dans le présent article.
Ces polices doivent toutes comporter une clause interdisant leur
résiliation sans un avis préalable de la compagnie d’assurance au
Maître d’Ouvrage.
Ces polices doivent être souscrites auprès d’une ou plusieurs
compagnies d’assurances autorisées au Maroc.
Les dispositions contenues dans le présent article s’appliquent aux
sous-traitants éventuels.
En complément à l’article 24 du CCAG-T, l’Entreprise prendra toutes les
mesures utiles pour éviter les dommages aux tiers.
En outre, elle aura à sa charge, les indemnités à régler éventuellement
aux tiers notamment pour tout trouble de jouissance ou préjudice.
Dans tous les cas, l’Entreprise demeure personnellement responsable
tant envers le Maître d’Ouvrage que vis-à-vis des ouvriers et des tiers.
Le Maître d’Ouvrage se réserve le droit en cas de défaillance de
l’Entreprise ou incapacité à régler les sous-traitants de les régler à son
lieu et place s’il le juge utile et pour parfaire l’achèvement des travaux.
Les sommes réglées par le Maître d’Ouvrage seront en déduction des
situations de l’Entreprise.

ARTICLE 14 - SUBROGATION
En cas de défaillance de l’Entreprise et constatée par le Maître
d’Ouvrage, celui-ci se réserve le droit de substituer à tout moment et
sous quelque forme que ce soit une autre Société pour l’exécution des
travaux sans aucune formalité ni mise en demeure préalable. Cette
dernière reprendrait purement et simplement tous droits et obligations
découlant des présentes, ce que l’Entreprise accepte déjà
formellement sans réserve.

ARTICLE 15 - LITIGES
A défaut de règlement à l’amiable, toutes les difficultés qui pourraient
naître à l’occasion de la signature, de l’interprétation ou l’exécution du
présent Marché, seront portées exclusivement devant les tribunaux de
commerce de Casablanca.

15
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
ARTICLE 16 - AJOURNEMENT OU CESSATION DES TRAVAUX

Si les travaux auxquels l’Entreprise prend part sont interrompus, ce


Marché restera en suspens jusqu’à ce qu’ils soient repris. L’Entreprise
ne pourra prétendre à aucune indemnisation.

ARTICLE 17 - CESSION
Le Maître d’Ouvrage se réserve le droit de céder les droits et les
obligations qui découlent de ce Marché à une autre Société du même
Groupe. Pour ce faire, il suffit de le notifier à l’Entreprise pour
l’émission des factures.

ARTICLE 18 - RÉSILIATION DU MARCHÉ ET SES CONSÉQUENCES

Section 18.1 - Cas de résiliation

Le Marché peut-être résilié de plein droit, au gré du Maître d’Ouvrage


et sans que l’Entreprise ou ses ayant droits puissent prétendre à une
indemnité quelconque :
• En cas de décès de l’Entrepreneur, le Maître d’Ouvrage se
réserve le droit d’accepter les offres des héritiers ou des
successeurs de l’Entrepreneur ;
• En cas de dissolution de l’Entreprise si celle-ci est constituée en
Société ;
• En cas de règlement judiciaire ou de liquidation des biens, à
moins que le Maître d’Ouvrage ne préfère accepter les offres du
liquidateur ou syndic représentant la masse des créanciers pour
la continuation des travaux ;
• En cas d’incapacité, de fraude, de tromperie grave, constatée
par le Maître d’Ouvrage ou ses représentants sur la qualité des
matériaux ou la qualité d’exécution des travaux ;
• En cas d’abandon de chantier, ou de réduction d’activité
provoquant des perturbations dans le déroulement normal du
chantier, dûment constatées par le Maître d’Ouvrage si la
reprise n’en est pas effectuée huit jours après réception d’une
lettre recommandée valant mise en demeure, le cachet de la
poste faisant foi de cet envoi ;
• En cas de sous-traitance, cession, transfert ou apport du
Marché sans autorisation du Maître d’Ouvrage ;
• Si l’Entreprise ne s’exécute pas dans le délai de huit (08) jours
à compter du jour de la mise en demeure qui lui est signifiée
par acte extrajudiciaire. Ce délai peut-être ramené à deux (02)
jours en cas d’urgence. L’urgence est appréciée
souverainement par le Maître d’Ouvrage.

16
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
• Enfin, dans tous les autres cas où l’Entreprise ne s’est pas
conformée aux stipulations du Marché, ou aux ordres écrits qui
lui ont été donnés.
Dans tous les cas, la résiliation est notifiée par lettre recommandée
avec avis de réception adressée à l’Entreprise défaillante ou à ses
ayant droits à la dernière adresse officiellement connue du Maître
d’Ouvrage.
La lettre de résiliation doit contenir, outre la décision du Maître
d’Ouvrage de résilier le Marché, la date à laquelle il sera procédé aux
constats des lieux. Cette lettre de résiliation vaut en même temps la
convocation aux fins d’assister à cette opération.

Section 18.2 - Conséquences de la résiliation

Dans tous les cas de résiliation du Marché, il est procédé par le Maître
d’Ouvrage et l’Entreprise ou ses ayant droit présents ou dûment
appelés, à la constatation des ouvrages exécutés et de leur qualité.
Les opérations de constat feront l’objet d’un procès-verbal signé par les
parties, auquel sont annexés les attachements figurés et dessins
d’exécution des ouvrages réalisés, ainsi que leur évaluation.
Le procès-verbal établi en l’absence de l’Entrepreneur, de ses ayant
droit ou de leur représentant convoqués par lettre recommandée
envoyée à leur dernière adresse connue du Maître d’Ouvrage, leur sera
opposable. Sera opposable également à l’Entrepreneur ou à ses ayant
droit le procès-verbal des opérations de constat effectuées en présence
de l’Entrepreneur, de ses ayant droits ou de leur représentant dûment
mandaté, signé par le Maître d’Ouvrage, même non approuvé par
l’Entrepreneur, ses ayant droits ou leurs représentants.
L’Entrepreneur ou ses ayant droit ne peuvent refuser de céder au
Maître d’Ouvrage, les ouvrages provisoires dont les dispositions ont été
agréés par ce dernier, et le matériel construit spécialement pour le
chantier en cause. La cession est faite aux prix convenus au Marché ou
à défaut à ceux fixés à dire d’experts.
Si la résiliation intervenait pour un motif imputable à l’Entreprise, celle-
ci perdrait en faveur du Maître d’Ouvrage les retenues de garantie ainsi
que la valeur des factures en instance de paiement, qui seront
considérées comme indemnisation partielle pour non accomplissement
des stipulations du Marché.
Si la résiliation du Marché interviendrait pour un fait imputable au
Maître d’Ouvrage, tels que la cessation de paiement, liquidation…,
l’Entreprise aura droit à la liquidation immédiate de l’ensemble des
paiements en instance relatif aux travaux réalisés.
Si la résiliation est due à un fait indépendant de la volonté des deux
parties, celles-ci procéderont à solder et à liquider leurs comptes.

17
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
ARTICLE 19 - PRISE DE POSSESSION ANTICIPÉE
Le Maître d’Ouvrage pourra prendre possession anticipée de certains
ouvrages avant l’achèvement de la totalité des travaux.
La prise de possession anticipée donnera lieu à un constat
d’achèvement partiel.

ARTICLE 20 - RÉCEPTION PROVISOIRE


La réception provisoire ne pourra être prononcée qu’à l’achèvement de
l’ensemble des travaux et de la remise en état des lieux, et après la
remise effective par l’Entreprise du dossier complet des plans de
recollement et des mémoires techniques ainsi que tous les documents
techniques qui ont servi à la conception et réalisation des travaux.
Cette réception sera sanctionnée par l’établissement d’un procès
verbal de réception provisoire.
La réception provisoire sera précédée d’une pré-réception partielle
technique comportant des essais divers des installations, pour la
vérification de la conformité avec les prescriptions du présent Marché.
La réception provisoire ne sera prononcée que si la vérification ne
donne lieu à aucune observation importante de la part du Maître
d’Ouvrage. Dans le cas contraire, l’Entreprise sera tenue de réparer
dans un délai à convenir les défauts qui lui auraient été signalés et la
réception provisoire ne sera prononcée ultérieurement que lorsqu’une
nouvelle vérification aura permis de constater que toutes les mises au
point signalées à la première visite ont été effectuées. A défaut, la
réception provisoire partielle sera refusée et le délai d’exécution ne
sera pas prorogé pour autant.

ARTICLE 21 - PÉRIODE DE GARANTIE

La période de garantie de tous les travaux est fixée à douze (12) mois
à partir de la date de réception provisoire (sauf délai de garantie
supérieur fixé par la réglementation ou les règles d’art).
Pendant la durée du délai de garantie, l’Entreprise demeure
responsable de ses ouvrages et est tenue de les entretenir à ses frais.
Elle reste de même responsable des actions ou indemnités formulées
par les tiers pour dommages résultant de l’exécution des travaux.
La garantie relative au matériel fourni par l’Entreprise est celle fixée
par les normes en vigueur (qui ne peut pas être inférieure au délai de
garantie globale).
Si, au moment de la réception définitive, il est reconnu que certains
ouvrages ne sont pas en bon état, le Maître d’Ouvrage peut prolonger
le délai de garantie jusqu’à ce que les travaux nécessaires aient été

18
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
exécutés par l’Entreprise, ou faire exécuter les travaux aux frais de
celui-ci.

ARTICLE 22 - RÉCEPTION DÉFINITIVE


Le délai de garantie commencera à courir le lendemain du jour de la
réception provisoire.
La réception définitive sera faite par le Maître d’Ouvrage à l’expiration
du délai de garantie.
Pendant toute la durée de ce délai de garantie, l’Entreprise sera tenue
d’entretenir les ouvrages et de réparer à ses frais les parties qui
seraient reconnues défectueuses par suite de vices de matière ou
défauts de construction.
La réception définitive sera prononcée à la suite d’une visite
contradictoire.
Après cette réception, l’Entreprise restera soumise à la responsabilité
de droit commun défini par les lois en vigueur.
Dans le cas où l’Entreprise ne remédierait pas aux défauts constatés
lors de la visite faite pour la réception définitive, le Maître d’Ouvrage
aurait le droit de faire exécuter immédiatement, aux frais, risques et
périls de l’Entreprise, les opérations nécessaires.

ARTICLE 23 - GARANTIE DÉCENNALE


L’Entreprise est tenue de présenter, à ses frais et au plus tard à la
réception définitive des travaux, une police d’assurance couvrant la
responsabilité décennale telle que celle-ci est définie par l’article 769
du Dahir du 12 Août 1913 formant code des Obligation set des
Marchés.
Les termes et l’étendue de cette police d’assurance sont soumis à
l’accord du Maître d’Ouvrage.

ARTICLE 24 - TAXES
Tous les prix du présent Marché seront établis en tenant compte de
toutes les taxes et charges diverses, y compris la taxe sur la valeur
ajoutée "TVA", justifiée par le Dahir n°1.85.347 du 17 Rabii II 1406 (30
décembre 1985) portant prolongation de la loi n°30.85 relative à la
TVA. BO n°3818 du 19 Rabii II (1er janvier 1986).

ARTICLE 25 - FRAIS DE TIMBRES ET D'ENREGISTREMENT


L’Entreprise devra supporter les frais de timbres et les frais
d’enregistrement des différentes pièces du Marché.

19
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
CHAPITRE2 - OBLIGATIONS GENERALES DE
L’ENTREPRENEUR

ARTICLE 1 - DOMICILE DE L’ENTREPRENEUR ET REPRÉSENTATION

Section 1.1 - Domicile de l’Entrepreneur

L’Entrepreneur est tenu d’élire domicile au Maroc qu’il doit indiquer


dans l’acte d’engagement ou le faire connaître au Maître d’Ouvrage
dans le délai de quinze (15) jours à partir de la notification de la
décision prise de commencer l’exécution du Marché.
Faute par lui d’avoir satisfait à cette obligation, toutes les notifications
qui se rapportent à son Marché sont valables lorsqu’elles ont été faites
au siège de l’Entreprise dont l’adresse est indiquée dans le cahier des
prescriptions spéciales et dans son acte d’engagement.
En cas de changement de domicile, l’Entreprise est tenu d’en aviser le
Maître d’Ouvrage par lettre recommandée avec accusé de réception,
dans les quinze (15) jours suivant la date d’intervention de ce
changement.

Section 1.2 - Représentation

L’Entrepreneur sera tenu d’assister personnellement aux rendez-vous


de chantier qui seront fixés dès la première réunion. Il doit être
représenté en permanence sur les lieux de l’exécution des travaux par
un directeur de chantier préalablement agréé par le Maître d’Ouvrage.
Le directeur de chantier doit présenter des références personnelles
attestant qu’il a déjà dirigé des travaux de nature et d’une importance
équivalente au cours des deux (02) dernières années. Il doit être doté
20
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
des pouvoirs de décision même financière nécessaires à la bonne
marche du chantier. Cette délégation de pouvoir devra accompagner la
demande de son agrément.
Sauf demande écrite du Maître d’Ouvrage, le directeur de chantier ainsi
que l’ensemble du personnel d’encadrement doivent être strictement
conformes à ce qui figure dans le mémoire technique.
Le directeur du chantier doit rejoindre le chantier immédiatement après
la date de notification de l’ordre de service de commencer les travaux.
En cas de retard, les pénalités prévues par l’article 19 seront
appliquées.

ARTICLE 2 - PERSONNEL DE L’ENTREPRISE

Section 2.1 - Personnel d’Encadrement

L’Entreprise doit avoir sur le chantier tout le personnel nécessaire


possédant les qualifications techniques requises pour mener à bonne
fin l’exécution des travaux.
Notamment, l’Entreprise devra, en plus du directeur de chantier
résidant jusqu’à la réception provisoire du Marché, mettre en place sur
le chantier le personnel d’encadrement conforme aux dispositions
contractuelles et réglementaires.
Si le Maître d’Ouvrage considère que, pour incompétence constatée au
cours de l’exercice de la fonction, insubordination, défaut de probité,
incapacité ou comportement incompatible avec la responsabilité ou la
tâche qui lui est confiée, ou s’il en juge la présence sur le chantier
indésirable pour d’autres raisons, un agent d’encadrement, de maîtrise
ou d’exécution parmi le personnel de l’Entreprise ne doit plus faire
partie du personnel du chantier, la notification doit en être faite à
l’Entreprise qui doit procéder à son remplacement dans un délai d’une
semaine au maximum.
Quel que soit le motif de remplacement du personnel, l’agrément des
nouveaux candidats proposés s’effectuera sur la base des curriculum
vitae, lesquels devront faire valoir une expérience et une compétence
au moins équivalentes à celles des profils initiaux.
Toute modification du personnel d’encadrement et de maîtrise en cours
des travaux, à l’initiative de l’Entreprise, devra être soumise au moins
une semaine à l’avance à l’agrément du Maître d’Ouvrage.

Section 2.2 - Main d’œuvre

La main d’œuvre nécessaire à l’exécution des travaux est recrutée par


l’Entreprise, sous sa responsabilité, suivant les règlements en vigueur
et notamment l’article 20 du CCAG-T.

21
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
L’Entreprise doit respecter la législation en vigueur ou à venir portant
réglementation du travail et des salaires au Maroc.
L’Entreprise doit prévoir l’emploi du maximum de main d’œuvre
ordinaire compatible avec ses obligations. Cette main d’œuvre sera
exclusivement marocaine. L’Entreprise doit en tout état de cause
demander au bureau de placement local de lui fournir 70% des ouvriers
non permanents nécessaires pour compléter l’effectif indispensable au
fonctionnement des chantiers.
L’embauche du personnel doit être effectuée en accord avec les
services de l’inspection du travail.
L’Entreprise doit avoir sur le chantier la liste constamment tenue à jour
des ouvriers employés. Les ouvriers présentés par le bureau de
placement local dans les conditions prévues ci-dessus doivent être
portés sur une liste à part.

ARTICLE 3 - ORGANISATION, SÉCURITÉ ET HYGIÈNE DU CHANTIER

L’Entreprise est tenue d’appliquer l’ensemble de la législation et de la


réglementation relative à l’hygiène et à la sécurité des travailleurs ainsi
qu’à la sécurité des usagers des voies publiques aux abords du
chantier.
Il doit prendre sur son chantier toutes les mesures d’ordre et de
sécurité propres à éviter des accidents, tant à l’égard du personnel
qu’à l’égard des tiers. Il est tenu d’observer tous les règlements et
consignes de l’autorité compétente.
Toutes les mesures d’ordre, de sécurité et d’hygiène sont à la charge
de l’Entreprise. Elles sont réputées comprises dans les prix unitaires du
Marché.
Ces mesures se rapportent notamment :

Section 3.1 - Aux conditions de logement du personnel de


chantier

L’Entreprise fait son affaire du logement de son personnel. L’usage des


tentes est interdit.

Section 3.2 - Au service médical

L’Entreprise est tenue d’organiser à ses frais le service médical du


chantier dans les conditions prévues par les lois et règlements en
vigueur et d’assurer à ses frais les soins médicaux et les fournitures
pharmaceutiques aux ouvriers et employés victimes d’accidents ou de
maladies survenus du fait des travaux. Ces prestations sont réputées
comprises dans le prix du Marché.

22
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
L’évacuation sanitaire des cas graves est assurée par l’Entreprise qui
devra passer des conventions d’assistance avec un ambulancier, un
médecin, une clinique ou un hôpital de la région.

Section 3.3 - Au gardiennage de chantier et à la police de


chantier

L’Entreprise doit assurer, à ses frais, le gardiennage du chantier


notamment durant les jours de repos.
En conséquence, il n’est du à l’Entreprise aucune indemnité en raison
des vols du matériel ou de matériaux dont il serait victime de jour et de
nuit.
L’Entreprise a la charge :
• De maintenir, à ses frais, son chantier en bon état de propreté ;
• De se conformer aux ordres et consignes qui lui sont donnés
par le Maître d’Ouvrage concernant l’ordre et la discipline sur le
chantier.

Section 3.4 - Aux conditions de sécurité et de protection


du personnel du chantier et des tiers

Pendant toute la durée du chantier, l’Entreprise sera tenue de prendre,


sous sa responsabilité et à ses frais, toutes les mesures particulières de
sécurité qui seront nécessaires eu égard à la nature de ses propres
travaux, des matières qu’elle emploie et aux dangers que celles-ci
comportent ainsi que toutes les mesures communes de sécurité
(hygiène, prévention des accidents, médecine du travail, premiers
secours ou soins aux accidentés et malades, protection contre
l’incendie, danger d’origine électrique,…, etc).
En conséquence, il appartient à l’Entreprise de prescrire les consignes
à observer et d’assurer des formations nécessaires pour leur
application.
Elle doit efficacement assurer la sécurité de son propre personnel, des
agents du Maître d’Ouvrage et des tiers en :
• Prenant toutes les mesures utiles et efficaces concernant la
circulation et le stationnement sur l’ensemble du chantier, les
sorties d’engins, les dispositifs d’alarme, la protection contre les
chutes de matériaux ou autres ;
• Fournissant à son personnel les éléments de protection
individuelle (casque de protection, bottes cirés, gants, lunettes,
…, etc) et en rendant le port du casque obligatoire ;
• Equipant les passages dangereux, le long et à la traversée des
voies de communications par des garde corps provisoires ou
par tout autre dispositif approprié qui est au besoin éclairé et
gardé.

23
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
Section 3.5 - Au nettoyage du chantier

L’Entreprise devra évacuer régulièrement des locaux où elle travaille


les gravois ou débris qui sont le fait de ses activités.
Les gravois et débris seront déposés au voisinage du chantier en un ou
plusieurs endroits désignés par le Maître d’Ouvrage et seront évacués
aux décharges publiques aux frais de l’Entreprise avec l’accord écrit du
Maître d’Ouvrage.

ARTICLE 4 - SIGNALISATION DE CHANTIER


Il est précisé que les travaux se feront sous circulation et en site
occupé et en exploitation. L’Entreprise mettra en place de jour comme
de nuit, pendant toute la durée des travaux, une signalisation adéquate
de chantier. Pour cela, elle établira les plans de signalisation qui seront
soumis à l’approbation du Maître d’Ouvrage pendant la période de
préparation des travaux.
L’ensemble des équipements de signalisation nécessaires est à la
charge de l’Entreprise qui se chargera de la mise en place de la
signalisation et de son gardiennage. Il s’agit essentiellement des
panneaux, des cônes, des balises B12 et des feux flaches.
Les panneaux standard de la signalisation provisoire seront de type
grande gamme avec un film rétro réfléchissant de classe 2. Les cônes
auront une hauteur de 750 mm et seront munis de deux bandes d’un
film rétro réfléchissant de classe 2.
L’Entreprise est tenue de maintenir en permanence la signalisation
durant toute la durée des travaux et qu’aucune défaillance ne sera
tolérée.
Il est précisé en outre qu’en cas de carence de la part de l’Entreprise
dans la gestion de cette signalisation, le Maître d’Ouvrage assurera la
signalisation de chantier par une autre Société. Dans ce dernier cas, les
frais de cette signalisation, majoré de 5% pour peines et soins, seront
facturés à l’Entreprise. Le montant correspondant sera directement
déduit des acomptes dus à l’Entreprise.

ARTICLE 5 - RÈGLEMENT DE POLICE ET DE VOIRIE


L’Entreprise devra obligatoirement se soumettre à tous les règlements
de police et de voirie en vigueur de la ville de la construction.
L’Entreprise sera responsable de tous les dégâts ou détournements
commis par son personnel ou par des tiers sur son chantier ou dans les
bâtiments avoisinants mis à sa disposition.
L’Entreprise est tenue de se conformer aux dispositions du Dahir du 3
Joumad I 1372 (19 Janvier 1953) et de l’arrêté viziriel du 8 Joumada I
1372 (24 Janvier 1953), à leurs textes d’application ainsi qu’aux
mesures édictées par les autorités compétentes prises pour assurer la
24
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
commodité ou la sécurité de la circulation ou éviter les dégradations
anormales des itinéraires d’accès au chantier et des itinéraires de
transport de ses matériaux.

ARTICLE 6 - SUJÉTIONS DE CHANTIER


Section 6.1 - Travaux exécutés simultanément

L’Entreprise ne pourra pas se prévaloir ni pour éluder les obligations de


son Marché, ni pour élever une réclamation, des sujétions qui pourront
lui être occasionnées du fait :
• Que d’autres chantiers soient ouverts dans l’emprise des
travaux, à leurs proximités ou dans la région ;
• De l’utilisation par d’autres intervenants des pistes de chantier
et des ouvrages construits ou en cours de construction dans les
même conditions de sécurité que celles imposées à l’Entreprise.

Section 6.2 - Travaux exécutés en site occupée

L’attention de l’Entreprise est attirée sur le fait que les travaux seront
réalisés en site occupé et qui est en en exploitation. A cet effet,
l’Entreprise doit prendre toutes les dispositions pour :
• Assurer la signalisation, le balisage, la propreté,… du chantier
en tout instant ;
• Garantir la sécurité et équiper son personnel des EPI et son
chantier des EPC ;
• Ne pas perturber l’exploitation du site ;
• Respecter les instructions concernant la sécurité et la propreté
émanant du responsable du site.

Section 6.3 - Matériel de l’Entreprise

L’Entreprise sera responsable du matériel qu’il aura déposé sur les


lieux de son chantier à l’occasion des travaux concernant son
entreprise. Elle aura la charge de tous les transports, manutentions et
gardiennage de ce matériel, pour lequel il prendra toutes les
précautions utiles, notamment à l’encontre des vols, des pertes et des
autres dommages. Enfin, elle sera de même responsable des
dégradations occasionnées par lui-même aux ouvrages existants.

Section 6.4 - Travail de nuit

Le travail de nuit est interdit. Toutefois le Maître d’Ouvrage pourra


accorder des dérogations à cette interdiction. L’Entreprise mettra en
place un éclairage de chantier. Le niveau d’éclairement à obtenir est de
100 LUX.

25
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
L’ensemble des frais est supporté par l’Entreprise. Ils couvrent toutes
les sujétions nécessaires dont les dispositifs de sécurité nécessaires à
la protection de son personnel et des usagers.
Le travail de nuit n’est pas considéré comme une mesure
d’accélération des travaux et il ne peut donner lieu au paiement
d’aucune indemnité de quelque nature que se soit.

ARTICLE 7 - JOURNAL DE CHANTIER


Il sera tenu par l’Entreprise et sous sa garde, un journal de chantier sur
lequel seront consignés, chaque jour :
• Les consistances et la localisation des travaux exécutés dans la
journée ;
• Les opérations de recette des matériaux et produits ;
• Les contrôles effectués ;
• Les moyens en matériel mis en œuvre par l’Entreprise pour
chaque poste de travail, avec mention du matériel en panne ;
• Les conditions atmosphériques constatées (précipitations, vent,
température, niveau des eaux,…, etc) ;
• La durée et la cause des arrêts de travaux ;
• Les incidents ou détails présentant un intérêt du point de vue
de la tenue ultérieure des ouvrages ou de la durée réelle des
travaux ;
• Les observations faites et les prescriptions imposées à
l’Entreprise ;
• Toutes les demandes, les suggestions et les remarques faites
par le Maître d’Ouvrage ou l’Entreprise au cours des visites.
D’une façon générale, toutes les observations ayant une incidence sur
le déroulement des travaux.
Les mentions portées dans le journal de chantier sont recevables dans
la limite des attributions des signataires et ne peuvent se substituer
aux ordres de service.
Le journal de chantier est réputé établi contradictoirement. A cet effet il
sera signé, chaque jour, par les représentants du Maître d’Ouvrage et
de l’Entreprise désignés nommément par chaque partie qui pourront y
inscrire leur(s) commentaire (s) sur les mentions qui y figurent.

ARTICLE 8 - TENUE DES DOCUMENTS


L’Entreprise tiendra à jour, pendant toute la durée du Marché, la liste
des instructions, des spécifications, des plans et des documents pour
s’assurer qu’il a bien été tenu compte des modifications ou
changements convenus.

26
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
L’Entreprise doit s’assurer que le chantier dispose des dernières
révisions des plans, d’un exemplaire du Marché et d’un manuel des
procédures de sécurité.
L’Entreprise doit établir un tableau de diffusion des plans avec les
dates de remise aux différents intervenants et tenir à jour la liste des
modifications des plans.
L’Entreprise doit procéder à l’affichage des plannings et de la liste des
adresses utiles au cours des travaux.

ARTICLE 9 - RÉUNIONS DE CHANTIER

L’Entrepreneur ou son représentant est tenu de se rendre


personnellement aux convocations du Maître d’Ouvrage et
d’accompagner ses représentants sur le chantier lors des visites
périodiques et de leur donner les explications sur les travaux. La
périodicité des visites est fixée par le Maître d’Ouvrage qui pourra dans
les même conditions fixer toute visite exceptionnelle sous préavis de
vingt quatre heures.
Il sera dressé, pour chaque réunion ou visite, un procès verbal qui sera
contresigné par le Maître d’Ouvrage et l’Entreprise en fin de séance.
Dans le cas ou l’Entreprise est absente ou refuse de contresigner le
procès verbal, celui-ci lui est notifié par ordre de service. Ces procès
verbaux étant appelés à remplacer autant que possible les échanges
de correspondance entre le Maître d’Ouvrage et l’Entreprise. Ce dernier
veillera à y faire inscrire au fur et à mesure du déroulement des
travaux, ses observations, ses réclamations ou ses réserves.
Lors des visites de chantier, l’Entreprise est tenue de prendre toutes
les dispositions pour rendre accessible la totalité des lieux d’opérations
dans des conditions de sécurité totale.

ARTICLE 10 - CONNAISSANCE DU DOSSIER

Une série complète des plans est remise en même temps que le
présent dossier des pièces contractuelles à l’Entreprise
soumissionnaire, celle-ci déclare :
• Avoir apprécié toutes les difficultés résultant du terrain, de
l’emplacement des constructions, des accès, des alimentations
en eau et en électricité et toutes les difficultés qui pourraient se
présenter en cours des travaux pour lesquels aucune
réclamation ne sera prise en considération ;
• Avoir pris pleine connaissance de l’ensemble des travaux ;
• Avoir fait préciser tous les points susceptibles de contestation ;
• Avoir fait tous les calculs et tous les détails ;

27
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
• N’avoir rien laissé au hasard pour déterminer le prix de chaque
nature d’ouvrage présenté par lui et de nature à donner lieu à
discussion.
Le Maître d’Ouvrage se réserve le droit d’apporter les modifications
qu’elle juge utiles aux plans du projet. Ces modifications seront traitées
au même titre que le reste des travaux sur la base du bordereau des
prix sans que cela donne lieu à une quelconque plus value.

ARTICLE 11 - RISQUES ET PERILS


L’exécution des travaux se fera aux risques et périls de l’Entreprise. Par
conséquent, elle demeure la seule responsable vis-à-vis des tiers pour
tout préjudice de quelle que nature que ce soit qu’ils subiraient du fait
du personnel et des matériaux ou matériels lui appartenant.

ARTICLE 12 - ASSURANCES
1 – Avant tout commencement des travaux, l’Entreprise doit adresser
au Maître dOuvrage, les copies des polices d’assurances qu’elle doit
souscrire et qui doivent couvrir les risques inhérents à l’exécution du
Marché, à savoir celles se rapportant :
a) Aux véhicules automobiles utilisés sur le chantier qui doivent être
assurés conformément à la législation et à la réglementation en
vigueur.
b) Aux accidents du travail pouvant survenir au personnel de
l’Entreprise qui doit être couvert par une assurance conformément à la
législation et la réglementation en vigueur.
Le Maître d’Ouvrage ne peut être tenu pour responsable des
dommages ou indemnités légales à payer en cas d’accidents survenus
aux ouvriers ou employés de l’Entreprise.
A ce titre, l’Entreprise garantira le Maître d’Ouvrage contre toute
demande de dommages intérêts et contre toute réclamation, plainte,
poursuite, frais, charge et dépense de toute nature relative à ces
accidents.
L’Entreprise est tenue d’informer par écrit le Maître d’Ouvrage sur tout
accident survenu sur son chantier et le consigner sur le cahier de
chantier prévu par le cahier des prescriptions communes ou le cahier
des prescriptions spéciales.
c) A la responsabilité civile incombant :
A l’Entreprise, en raison des dommages causés aux tiers par les
ouvrages objet du Marché, jusqu’à la réception définitive, les
matériaux, le matériel, les installations, le personnel de l’Entreprise,…,
etc quand il est démontré que ces dommages résultent d’un fait de

28
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
l’Entreprise, de ses agents ou d’un défaut de ses installations ou de ses
matériels.
A l’Entreprise, en raison des dommages causés sur le chantier et ses
dépendances aux agents du Maître d’Ouvrage ou de ses représentants
ainsi qu’aux tiers autorisés par le Maître d’Ouvrage à accéder au
chantier, jusqu’à la réception définitive.
Au Maître d’Ouvrage en raison des dommages causés au tiers sur le
chantier et ses dépendances par ses ouvrages, ses matériels, ses
marchandises, ses installations, ses agents,…, etc. Le Marché
d’assurance correspondant à cette responsabilité doit contenir une
clause de renonciation de recours contre le Maître d’Ouvrage.
Au Maître d’Ouvrage, en raison des dommages causés au personnel de
l’Entreprise et provenant, soit du fait de ses agents, soit du matériel ou
des tiers dont il serait responsable, et qui entraîneraient un recours de
la victime ou de l’assurance « Accident du travail ».
d) Aux dommages à l’ouvrage : à ce titre doivent être garantis par
l’Entreprise, pendant, la durée des travaux et jusqu’à la réception
provisoire, les ouvrages provisoires objet du Marché, les ouvrages et
installations fixes ou mobiles du chantier, les matériels, matériaux et
approvisionnements divers contre les risques d’incendie, vol,
détérioration pour quelque cause que ce soit, sauf cataclysmes
naturels.
L’Entreprise est tenue de présenter, sur demande du Maître d’Ouvrage,
la justification du paiement régulier des primes d’assurance prévues ci-
dessus.
2 – En outre, l’Entreprise devra garantir le Maître d’Ouvrage contre les
conséquences de tout autre dommage ou préjudice causés par lui à
l’occasion des travaux à toute personne et à toute propriété.
3 – Toutes les polices d’assurance mentionnées au paragraphe 1 du
présent article doivent comporter une clause interdisant leur résiliation
sans aviser au préalable le Maître d’Ouvrage.
4 – Les dispositions du paragraphe 1 ci-dessus s’appliquent également
aux sous-traitants.

ARTICLE 13 - RESPONSABILITÉS DE L’ENTREPRISE

En plus de la réalisation des prestations à sa charge, l’Entreprise a une


obligation de conseil, d’assistance et de mise en garde dans le cadre
de l’exécution du Marché.
La responsabilité de l’Entreprise n’est nullement diminuée par :
• Le contrôle ou la réception des plans et documents ;
• Les inspections, les contrôles et les essais durant la fabrication
auxquels le Maître d’Ouvrage prendrait part ou assisterait ;

29
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
• ni non plus par le paiement par le Maître d’Ouvrage de chacune
des factures contractuelles ;
• Ni par les avis d’approbations donnés par le Maître d’Ouvrage.
L’Entreprise, de part sa signature, reconnaît qu’elle est seule
responsable de tous les accidents ou les dommages, matériels ou
corporels, du fait direct ou indirect des travaux ou fournitures objet du
Marché ou causés par son personnel ou son matériel.
Cette responsabilité s’étend aussi bien pendant l’exécution des travaux
qu’après leur achèvement, pendant la période de responsabilité légale
et à la complète décharge du Maître d’Ouvrage.
Elle devra soumettre à l’approbation du Maître d’Ouvrage le
programme d’exécution assorti des plans de sécurité et d'hygiène. Ces
plans seront tenus à jours par le titulaire qui en signalera les
modifications au Maître d’Ouvrage.
En conséquence, elle est en particulier responsable :
• De la conformité des installations effectuées par lui aux
règlements en vigueur et en particulier à ceux concernant la
sécurité ;
• Du respect de toutes les obligations résultant des lois et décrets
en vigueur, des règlements de police, de voirie, d’hygiène, de
sécurité,…, etc dans l’organisation du chantier, de même que
des obligations relatives à la législation de la sécurité sociale ;
• De tous les accidents qui pourraient survenir à lui-même, à son
personnel, aux agents du Maître d’Ouvrage, du Maître
d’Ouvrage et des agents de contrôle ou à tous tiers présents
sur les lieux des travaux ;
• Des études, des fournitures et des travaux faits par lui. Il
supporterait les dépenses supplémentaires auxquelles la
correction de ses erreurs ou de ses omissions pourrait donner
lieu, y compris les réfections ou transformations qui seraient
imposées à la suite d’une inspection par un organisme agréé,
pour mise en conformité des installations avec les règlements
en vigueur ;
• Des conséquences qu’entraînent la nature de l’eau et la nature
des terrains traversés sur la tenue des matériaux employés et
la résistance de ces matériaux à la corrosion interne ;
• De toute action intentée contre l’administration, y compris les
revendications des titulaires de brevets, licences, marques de
fabrique ou autres, relatives aux travaux ou fournitures faisant
l’objet du Marché ;
• Des frais de réparation de tous les dommages résultant des
avaries qu’auraient subies au cours de l’exécution des travaux
ou à la suite de ceux-ci, les ouvrages et les installations publics
ou privés, apparents ou souterrains, que ces ouvrages et

30
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
installations soient ou non indiqués sur les plans établis par le
BET.
Ces responsabilités ne seront atténuées en rien par les vérifications et
les approbations données par le Maître d’Ouvrage et ses représentants
sur les dispositions d’ensemble ou de détail ou sur les plans des
travaux ou fournitures à effectuer par l’Entreprise.

ARTICLE 14 - MALFAÇONS
Si les malfaçons viennent à être décelées, les ouvrages seront démolis
et refaits à la charge de l’Entreprise. Si ces réfections entraînent des
dépenses supplémentaires, ces dépenses seront également à la charge
de l’Entreprise.

ARTICLE 15 - REPLIEMENT DES INSTALLATIONS DE CHANTIER ET


REMISE EN ÉTAT DES LIEUX

A la fin des travaux, l’Entreprise devra avoir fini de procéder au


dégagement, nettoiement et remise en état des emplacements qui
auront été occupés par le chantier, exception faites des installations
qui peuvent gêner la circulation ou d’autres travaux qui seront dégagés
auparavant.
En cas de retard, ces opérations seront faites aux frais de l’Entreprise
après mise en demeure par ordre de service, sans préjudice d’une
pénalité de cinq mille dirhams (5000.00 DH) par jour de retard. Cette
pénalité est cumulable avec les pénalités de retard prévues à l’article
19 mais n’est pas soumise à plafonnement.

ARTICLE 16 - PLANS DE RECOLLEMENT


Au fur et à mesure de l’avancement des travaux, l’Entreprise remettra
au Maître d’Ouvrage, 2 CD et 4 tirages (pliés au format 21 x 31) des
dessins côtés des ouvrages non visibles, comme les fondations, les
conduites d’évacuation des eaux pluviales et usées dont la réalisation
peut être différente des dessins primitifs tels que ces ouvrages ont été
réellement exécutés.
L’Entreprise demeure responsable des conséquences que peuvent
entraîner la non correspondance des documents de recollement aux
réalisations.
Aucun décompte définitif ne sera réglé à l’Entreprise avant la remise
du dossier de recollement.

ARTICLE 17 - OBLIGATIONS EN MATIÈRE D’ESSAIS

En matière d’essais sur les matériaux, on distingue :

31
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
• Les essais nécessaires à l’agrément par le Maître d’Ouvrage et
le Maître d’Ouvrage des matériaux livrés sur le chantier ;
• Les essais de contrôle des matériaux mis en œuvre.
Il appartient à l’Entreprise de fournir au Maître d’Ouvrage tous les
documents d’homologation nécessaires à l’agrément ainsi que les
essais d’études et de convenance.
A défaut de ces documents, le Maître d’Ouvrage exigera des essais qui
seront exécutés aux frais de l’Entreprise, dans un laboratoire agréé
avant l’acceptation des matériaux par le Maître d’Ouvrage.
L’Entreprise devra engager à sa charge un laboratoire agréé pour
effectuer les contrôles selon des fréquences qui seront définies par le
Maître d’Ouvrage avant et pendant le démarrage des travaux :
Ces contrôles sont réputés couverts par les prix du bordereau des prix -
détail estimatif.
N.B : La convention passée avec le laboratoire devra être approuvée
par le Maître d’Ouvrage.
L’Entreprise devra engager à sa charge un géomètre agréé pour
effectuer les implantations et les contrôles selon des fréquences qui
seront définies par le Maître d’Ouvrage avant et pendant le démarrage
des travaux :
Ces contrôles sont réputés couverts par les prix du bordereau des prix -
détail estimatif.
N.B : La convention passée avec le géomètre devra être approuvée
par le Maître d’Ouvrage.
Autres obligations de l’Entreprise
L’Entreprise sera tenue de provoquer elle-même les instructions écrites
et figurées qui pourraient lui manquer. Dans ces conditions, il ne pourra
se prévaloir du manque de renseignements pour justifier une exécution
contraire à la volonté du Maître d’Ouvrage.
Le délai fixé pour le dégagement, le nettoiement et la remise en état
des emplacements mis à la disposition de l’Entreprise est fixé à Sept
(07) jours calendaires avant la date de réception provisoire.

ARTICLE 18 - DOCUMENTS À FOURNIR PAR L’ENTREPRISE

L’Entreprise devra fournir les documents suivants :

DESIGNATION DES DELAIS


DOCUMENTS

32
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
Mémoire technique
Cinq (05) jours calendaires à
d’exécution des travaux
dater du lendemain du jour de
(Plans d’exécution, planning,
la notification de l’ordre de
moyens humains et matériels,
service prescrivant le
plans d’installation de
commencement des travaux.
chantier,…)

Cinq (05) jours après la


notification de l’ordre de
Dossier administratif
service de commencer les
travaux.

Cinq (05) jours avant la


Plans de recollement notification de la réception
provisoire.

ARTICLE 19 - DÉLAI D’EXÉCUTION - PLANNING ENVELOPPE


Section 19.1 - Délai d’exécution

Le délai global de la réalisation de l’ensemble des travaux du présent


Marché est fixé à trente (trente) jours de calendrier grégorien sans
déduction des jours non ouvrables.
Ce délai sera compté à partir du lendemain du jour de la notification de
l’ordre de service de commencer les travaux, sans déduction des jours
non ouvrables.
Ce délai comprend :
• La période d’organisation et d’installation du chantier ;
• La période d’exécution des travaux proprement dit, qui tient
compte des jours chômés et fériés légaux, des journées
d’intempéries prises en compte forfaitairement à trente (30)
jours par an ;
• Les essais, contrôles et réceptions ;
• La période du repliement de l’installation du chantier et la
remise en état des lieux.
Ce délai est absolument impératif. Il est dès à présent précisé qu’il ne
pourra être procédé à aucune modification de planning pour quelque
cause que ce soit, à l’exception de cas de force majeure.
Enfin, pour éviter toutes contestations sur la date d’achèvement des
travaux, l’Entreprise sera tenue d’en aviser le Maître d’Ouvrage par
lettre recommandée postée quinze (15) jours avant la date prévue.
Faute par lui de se conformer à cette prescription, il ne pourra élever
aucune réclamation sur la date de constatation par le Maître d’Ouvrage
de la fin des travaux.

33
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
Section 19.2 - Prolongation du délai

Le délai global d’exécution ne pourra être prolongé que dans les cas
suivants :
• Cas de force majeur : Phénomènes naturels imprévisibles
(séisme, fortes pluies, vent à vitesse excessive, gelée,
émeutes, guerres,…, etc). Pour pouvoir être pris en
considération, les arrêts de chantier dus à un cas de force
majeur devront être signalés dans les quarante huit (48) heures
au Maître d’Ouvrage. Pour ce cas, le délai sera prolongé d’un
nombre égal de jours durant lesquels les événements se sont
produits ;
• Ordres de service d’arrêt des travaux ordonnés par le Maître
d’Ouvrage en raison de faits qui ne sont ni de la faute ni
imputables à l’Entreprise et indépendants de sa volonté ;
• Augmentation des travaux ou travaux supplémentaires. Dans
ce cas, le délai sera prolongé d’au maximum quinze (15) jours.

ARTICLE 20 - PÉNALITÉS
Section 20.1 - Non respect du délai d’exécution objet de la
section 18.1

Le Marché comprend deux phases :


Phase 1 = Etudes : cette phase comprend les études techniques
effectués par un BET agrée et visé par un BCT
Cette phase a un délai partiel de sept (7) jours.
Phase 2 = travaux: Cette phase comprend l’exécution des travaux
conformément aux plans et CCTP
Le délai global pour l’achèvement des phases 1 et 2 est de trente (30)
jours.
A défaut par l’Entreprise d’avoir terminé les travaux de la phase 1 à la
date prescrite, il lui sera appliqué une pénalité non récupérable (P1) de
trois pour mille (3‰) par jour calendaire de retard du montant du
Marché initial augmenté des éventuels avenants.
A défaut par l’Entreprise d’avoir terminé tous les travaux à la date
prescrite, il lui sera appliqué une pénalité (P) = max (P1, P2) avec P2 =
trois pour mille (3‰) x montant initial du Marché augmenté des
éventuels avenants x nombre de jours de retard d’achèvement de tous
les travaux.
Ces pénalités sont cumulables et leur montant global est plafonné à
vingt cinq pour cent (25%) du montant total du Marché augmenté des
éventuels avenants toutes taxes comprises. Lorsque le plafond des
pénalités est atteint, le Maître d’Ouvrage est en droit de résilier le
Marché sans mise en demeure préalable et sans préjudices de
34
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
l’application des autres mesures coercitives prévues par les textes
réglementaires.
Le délai s’applique à l’achèvement des travaux de l’ensemble des lots
énumérés ci-dessus y compris le repliement des installations des
chantiers et la remise en état des lieux.

Section 20.2 - Pénalités provisoires

Le respect de la date contractuelle de fin des travaux est subordonné


au respect d’un planning détaillé des travaux, établi par l’Entreprise et
approuvé par le Maître d’Ouvrage.
Lorsqu’en cours des travaux, il sera constaté par rapport à ce planning
un retard, il sera appliqué en fin du mois, une pénalité provisoire de
deux mille (2.000,00) DH par jour calendaire de retard, sur toutes les
tâches qui ont connu des retards.
Le mois suivant, cette pénalité sera supprimée, diminuée, augmentée
ou maintenue suivant l’évolution du nombre de jours de retard
imputable à l’Entreprise.
A cet effet, le Maître d’Ouvrage établira chaque mois une situation,
accompagnée éventuellement de propositions de pénalités ou de
remboursement des retenues déjà effectuées à ce titre.
Le montant des amendes cumulées, sera pris en compte au titre de
pénalités visées au paragraphe 19.1 du présent Article.

Section 20.3 - Pénalités de fonctionnement

Des pénalités aux montants indiqués ci-après seront automatiquement


appliquées dans les cas suivants :
• Dépôt de matériaux, matériels, gravois, en dehors des zones
prescrites : mille (1.000,00) DH par infraction et par jour
calendaire ;
• Retard dans la remise ou la diffusion de documents nécessaires
à l’ordonnancement, à la coordination des travaux ou aux
études d’exécution, à leur synthèse et vérification par le Maître
d’Ouvrage et le contrôleur technique (plan d’installation de
chantier, plans d’exécution, notes de calcul, études de détail,
procès verbaux d’essais, attestations d’assurance,…etc) : mille
(1.000,00) DH par infraction et par jour calendaire ;
• Retard dans la présentation des échantillons de matériaux et
matériels : mille (1.000,00) DH par infraction et par jour
calendaire ;
• Retard dans le nettoyage du chantier et/ou de ses abords : mille
(1.000,00) DH par infraction et par jour calendaire ;
• Absence non excusée à l’avance, à une réunion de chantier ou
à une réunion de coordination, ou représentation par une
personne insuffisamment qualifiée ou ne pouvant valablement
35
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
engager l’Entreprise : deux mille (2.000,00) DH par absence à
une réunion ;
• Retard à une réunion de chantier ou à réunion de coordination :
deux cents (200,00) DH par quart d’heure de retard ;
• Au cas où l’Entreprise ne donnerait pas suite aux réclamations
émanant du Maître d’Ouvrage ou de la Maîtrise d’œuvre, et
figurant sur les comptes rendus, elle sera pénalisée de mille
(1.000,00) DH au premier rappel hebdomadaire et de deux
mille (2.000,00) DH au deuxième rappel et par rappel
supplémentaire.

Infraction Unité de Barème Pénalité


comptage (Dh)

Port du casque Nombre de 100,00


personnes

Port de chaussures Nombre de 100,00


fermées personnes

Moyens d’accès Nombre de blocs 500,00


conformes

Utilisation d’échelle Nombre de blocs 200,00


ou échafaudage
conforme

Signalisation des Nombre d’unités 200,00


zones de travail

Ces amendes ne sont pas récupérables.

ARTICLE 21 - ORDRES DE SERVICE – LETTRES – INSTRUCTIONS


L’Entreprise se conformera strictement aux plans, tracés, dessins de
détails ainsi qu’aux ordres de services, lettres et instructions qui lui
seront adressés par le Maître d’Ouvrage.
L’Entreprise sera tenue de provoquer elle-même les instructions écrites
ou figurées qui pourraient lui manquer. Dans ces conditions, elle ne
pourra jamais se prévaloir du manque de renseignements pour une
exécution contraire à la volonté du Maître d’Ouvrage ou pour justifier
un retard dans l’exécution.

36
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
CAHIER DES CLAUSES
TECHNIQUES GENERALES
CCTG

37
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
CHAPITRE3 - PREPARATION ET EXECTION DES TRAVAUX

ARTICLE 1 - DOCUMENTS
Avant la mise en route et en cours des travaux, l’Entreprise doit
appeler l’attention du Maître d’Ouvrage sur les inconvénients, les vices
ou malfaçons qui pourraient résulter des erreurs ou omissions qu’elle
est amenée à constater dans les documents qui lui ont été remis et les
ordres qu’elle a reçus.
L’Entreprise est tenue de vérifier les côtes, de signaler en temps voulu
toutes les erreurs matérielles qui auraient pu se glisser dans les plans
ou pièces écrites qui lui seraient notifiés. Aucune côte ne sera prise à
l’échelle sur les plans pour l’exécution des travaux.
L’Entreprise devra s’assurer sur place avant toute mise en œuvre, de la
possibilité de suivre les côtes et indications des plans et des dessins de
détails. Dans le cas de doute, elle se référera immédiatement au Maître
d’Ouvrage.
Si les désignations des différentes pièces du Marché ou des plans ne
sont pas jugées suffisantes, il demeure bien entendu que la signature
du Marché implique que les renseignements complémentaires ont été
obtenus par l’Entreprise avant la remise de son offre de prix.

ARTICLE 2 - MÉMOIRE TECHNIQUE D’EXÉCUTION DES TRAVAUX

Dans un délai de cinq (5) jours à partir de la notification de l’ordre de


service de commencer les travaux, l’Entreprise remettra au Maître
d’Ouvrage un mémoire technique détaillé en trois exemplaires
décrivant
• Le plan d’installation de chantier avec indication du panneau de
chantier, chemins de circulations et voies carrossables, tracé du
réseau d’alimentation provisoire de chantier en eau et
électricité, l’implantation des locaux techniques et d’hygiène,…,
etc ;
• La liste des moyens humains, matériels et logistiques à mettre
en place ;
• L’organisation du chantier et la conduite des travaux :
encadrement, exécution, contrôle,… ;
• Les procédés d’exécution des travaux et de réalisation des
ouvrages ;
• Les procédures de vérification et d’assurance qualité ;
• La composition des ateliers de production, leurs rendements,
…;

38
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
• Le planning d’exécution des travaux selon lequel il s’engage à
conduire le chantier, comportant tous les renseignements et les
justifications utiles.
Avant le démarrage de certaines phases des travaux, le Maître
d’Ouvrage ou la Maîtrise d’oeuvre pourront demander des notes
d’information particulières complétant ce mémoire technique.
L’Entreprise devra y répondre dans les délais requis.

ARTICLE 3 - ORDONNANCEMENT ET PLANNING DES TRAVAUX

L’Entreprise sera tenue de soumettre à l’agrément du Maître d’Ouvrage


le planning des opérations selon lequel il compte conduire les travaux
dans le respect du délai global et les jalons du planning enveloppe.
Ce planning sera présenté sous forme d’un planning à barres (GANTT)
et fera ressortir les délais d’exécution par lot.
En vue de son approbation par le Maître d’Ouvrage, l’Entreprise sera
tenue de fournir tous les renseignements nécessaires qui ont conduit à
son établissement et notamment :
• La décomposition des travaux en tâches élémentaires ;
• Les relations d’interdépendance entres les différentes tâches ;
• Les besoins en main d’œuvre et matériels par tâche ;
• Les délais d’approvisionnement ;
• Les dates de repliement des matériels.
Après son approbation par le Maître d’Ouvrage, le planning deviendra
contractuel. L’Entreprise est tenue de le respecter strictement et de
résorber tout retard constaté sur les différentes tâches.
Ce planning fait obligation à l’Entreprise :
• De commencer les travaux aux dates prévues ;
• De prendre toutes les mesures pour réaliser ses études en
approvisionnements, de telle sorte qu’il n’en résulte pas de
retard sur le déroulement des travaux ;
• De terminer chaque tâche aux dates portées sur ce planning.
Au cas où la cadence d’exécution des travaux deviendrait inférieure à
celle prévue au dit planning, le Maître d’Ouvrage fera application des
mêmes pénalités prévues à l’article 19.2 même pour les délais partiels
portés au planning.
Le planning sera obligatoirement affiché au bureau de chantier et
constamment tenu à jour sous la surveillance du Maître d’Ouvrage et
du Maître d’oeuvre. L’Entreprise est tenue de vérifier cette mise à jour.
Le Maître d’Ouvrage se réserve toutefois le droit sans que l’Entreprise
puisse prétendre à une indemnité, de faire exécuter les travaux par
tranches successives qui seront définies par instruction du Maître
d’Ouvrage.
39
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
En cours d’exécution, il sera procédé périodiquement à un examen
commun avec le Maître d’Ouvrage de la situation des travaux et des
prévisions de l’Entreprise qui, à cette occasion, remettra au Maître
d’Ouvrage un programme des travaux.
En cas de désaccord sur les instructions qui lui sont données, il doit
aviser immédiatement le Maître d’Ouvrage.
L’Entreprise s’engage à signaler en temps utile, toute circonstance ou
difficulté de quelque nature qu’elle soit, pouvant avoir des
répercussions sur le déroulement normal des travaux.. Elle est en
particulier tenue de vérifier à tout moment, la situation de ses
commandes et approvisionnements et d’en tenir informé le Maître
d’Ouvrage.

ARTICLE 4 - ECHANTILLONNAGE
L’Entreprise devra soumettre à l’agrément du Maître d’Ouvrage un
échantillon de chaque espèce de matériau ou de fourniture qu’il se
propose d’employer. Il ne pourra mettre en œuvre des matériaux
qu’après acceptation donnée par ordre délivré par le Maître d’Ouvrage
et la Maîtrise d’œuvre.
Les échantillons seront déposés au bureau de chantier et serviront de
base de vérification pour la réception des travaux.
L’Entreprise devra présenter à toute réquisition les certificats et
attestations prouvant l’origine et la qualité des matériaux proposés.

ARTICLE 5 - INSTALLATION ET ORGANISATION DU CHANTIER

Les frais d’installation de chantier seront à la charge de l’Entreprise et


sont réputés couverts par les prix du bordereau des prix - détail
estimatif.
Il est spécifié que tous les locaux nécessaires pour le stockage des
matériaux ou matériels de toutes les entreprises seront établis en
dehors des constructions et à des emplacements soumis pour
approbation du Maître d’Ouvrage avant tout stockage de matériaux. Il
sera de même pour les baraquements de chantier dont l’implantation
et l’aspect sera soumis au Maître d’Ouvrage avant tout commencement
de travaux.
L’hébergement du personnel de chantier est formellement interdit à
l’intérieur des constructions. Il en est même pour les installations de
réfectoires et sanitaires qui devront être implantés en dehors de toute
construction à des emplacements soumis à l’approbation du Maître
d’Ouvrage .
L’Entreprise devra effectuer les démarches nécessaires pour obtenir
l’autorisation d’occupation du domaine public (trottoir,…, etc). Tous les

40
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
frais concernant cette occupation seront payés par l’Entreprise et sont
réputés couverts par les prix du bordereau des prix - détail estimatif.
L’Entreprise est réputée avoir une entière connaissance des
dispositions d’ensemble de l’importance et de la situation des ouvrages
à exécuter, de la nature et de l’état des terrains, des emplacements de
voies et moyens d’accès ou de circulation, ainsi que des conditions
climatiques de la région.
L’Entreprise se procure, à ses frais et risques, les terrains nécessaires
à l’installation de son chantier. Dans le cas où des terrains ou
bâtiments appartenant au Maître d’Ouvrage conviennent à l’installation
du chantier, l’Entreprise peut demander leur mise à sa disposition.
Dans ce cas, celle-ci reste soumise à la réglementation locale pour
l’usage des dépendances publiques et tenue d’entretenir ses
installations et remettre en état en fin de chantier les installations
mises à sa disposition.

ARTICLE 6 - IMPLANTATION DES OUVRAGES ET LEVÉS


TOPOGRAPHIQUES

L’Entreprise sera tenue d’effectuer à ses frais et sous sa responsabilité


par un géomètre topographe inscrit à l’ordre national des ingénieurs
géomètres topographes ONIGT les tracés d’implantation de l’ensemble
des travaux selon un plan d’implantation remis au préalable par
l’Entreprise, suivant les plans qui lui sont remis et les instructions qui
lui sont données par la Maîtrise d’œuvre.
L’implantation sera matérialisée par :
- Des bornes en béton, faces vues lissées, de hauteur suffisante pour
ne pas être enfoncées lors des travaux de remblaiement ultérieurs, de
section 20 cm x 20 cm en tête et parfaitement stables.
Elles seront placées sur les axes principaux des tranchées en nombre
suffisant et à une distance convenable. Il est gravé des encoches
soulignées au minimum qui définissent les axes ainsi que le niveau (+
-0,00) rattaché au nivellement général du Maroc.
- L’Entreprise peut utiliser tout autre système de marquage présentant
des garanties équivalentes après accord de la Maîtrise d’œuvre.
Avant de commencer le travail, l’Entreprise doit signaler par écrit à la
Maîtrise d’œuvre toute erreur qui aurait pu être commise sur les plans
et elle est tenue de demander toutes les vérifications qu’elle juge
nécessaires.
Aucune réclamation ne sera admise une fois le piquetage effectué.
Il sera reporté et entretenu par lui pendant toute la durée des travaux.
Pour les autres corps d’état, les spécialistes devront contrôler la
concordance des cotes portées aux plans et celles réalisées.

41
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
Après implantation définitive par le Géomètre agréé, et avant tout
commencement d’exécution des fouilles, l’Entreprise est tenue de
demander la vérification de l’implantation à la Maîtrise d’œuvre, qui
réceptionnera la conformité de celle-ci avec les documents du Marché.
Il sera établi un procès-verbal de réception de l’implantation. Toute
erreur constatée après vérification ne déchargera pas l’Entreprise de sa
responsabilité pleine et entière.

ARTICLE 7 - MODE D’EXÉCUTION

D’une manière générale, les travaux seront exécutés suivant les règles
de l’art, conformément aux dessins et plans visés « Bon pour
exécution » qui seront notifiés à l’Entreprise par le Maître d’Ouvrage et
la Maîtrise d’œuvre.

ARTICLE 8 - ESSAIS DES MATÉRIAUX ET MATÉRIEL

Conformément aux stipulations de l’article 4, paragraphe 3 du devis


général d’architecture, les frais des essais des matériaux seront à la
charge de l’Entreprise pour tous les travaux et les fournitures qui
n’auront pas satisfait aux conditions imposées par le D.G.A.
Les essais seront effectués conformément aux normes marocaines en
vigueur. Ils seront faits obligatoirement par un laboratoire agréé.
L’Entreprise devra tenir en permanence sur le chantier des récipients
ou éléments de matériaux disponibles à des prises de prélèvement
pour études, essais ou analyses.
Les essais de matériaux installés par l’Entreprise sont à sa charge, ainsi
que tous les ingrédients ou fluides nécessaires à ces essais.
Sont aussi à sa charge toute main d’œuvre nécessaire à ces essais,
échafaudage, branchements et toutes sujétions, à la demande du
Maître d’Ouvrage.

ARTICLE 9 - COMMANDE DE MATÉRIEL

Dans un délai de Cinq (05) jours à dater du jour de la notification de


l’ordre de service lui prescrivant de commencer les travaux,
l’Entreprise devra faire agréer par le Maître d’Ouvrage, les dispositions
détaillées qu’il compte adopter et le matériel qu’il compte utiliser.
Le Maître d’Ouvrage peut exiger qu’elles soient modifiées ou
complétées si elles ne donnent pas satisfaction.
Après approbation des dispositions définitives et après le choix définitif
du matériel proposé, l’Entreprise aura à passer commande ferme de
tout le matériel quelle qu'en soit l’origine. Le matériel reçu sera livré
sur le chantier. Dans le cas où l’avancement des travaux ne permettrait

42
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
pas son installation immédiate, le matériel sera entreposé dans un
local parfaitement clos et sous la responsabilité de l’Entreprise.
Il est spécifié que l’agrément du matériel par le Maître d’Ouvrage ne
diminue en rien la responsabilité de l’Entreprise quant au respect des
délais et aux conséquences dommageables que son utilisation pourrait
avoir à l’égard des tiers.
Si à un moment quelconque en cours d’exécution, le Maître d’Ouvrage
constate que le programme n’est pas respecté, l’Entreprise devra dans
un délais de cinq jours (5) à partir de l’invitation qui lui sera faite par
ordre de service, proposer un nouveau programme accompagné d’une
note explicative des moyens à mettre en œuvre permettant de
rattraper le retard et de respecter le délai contractuel.
Dans le cas où il serait impossible d’établir un nouveau programme
respectant le délai contractuel, l’acceptation éventuelle du nouveau
programme par le Maître d’Ouvrage ne modifie en rien le calcul des
pénalités stipulées au présent C.P.S.

ARTICLE 10 - QUALITÉ DES TRAVAUX OU FOURNITURES DIVERSES

Nonobstant les travaux décrits, l’Entreprise devra effectuer tous les


travaux nécessaires ou les fournitures, pour une parfaite finition de
fonctionnement de ses ouvrages.
Aucune réclamation ne sera admise pour une omission quelconque qui
pourrait se glisser dans les plans ou pièces écrites concernant le
présent projet et qui serait contraire aux règles de l’art et à la volonté
du Maître d’Ouvrage.

ARTICLE 11 - CONTRÔLE TECHNIQUE DES TRAVAUX

Le contrôle technique des travaux sera assuré par le Maître d’Ouvrage


et la Maîtrise d’œuvre qui est désignée à cet effet par le Maître
d’Ouvrage.
Pendant toute la durée des travaux, les agents du Maître d’Ouvrage et
de la Maîtrise d’œuvre auront libre accès au chantier, et pourront
prélever aussi souvent que nécessaire pour examen, les échantillons
de matériaux et de matériel à mettre en œuvre. Le Bureau des Etudes
Technique vérifiera éventuellement que les ouvrages sont réalisés
conformément aux plans revêtus du visa, il assistera à la réception des
fouilles, de ferraillage, aux réceptions provisoire et définitive.

ARTICLE 12 - MESURE DE L’AVANCEMENT DES TRAVAUX

A chaque réunion de chantier, l’Entreprise sera tenue de produire et


d’afficher un tableau d’avancement hebdomadaire des travaux
indiquant les quantités de travaux réalisés.

43
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
Ce tableau d’avancement des travaux devra être communiqué la veille
de la réunion de chantier par fax au Maître d’Ouvrage.

CHAPITRE4 - CLAUSES TECHNIQUES GENERALES

ARTICLE 1 - CONDITIONS GÉNÉRALES D’EXÉCUTION

L’Entreprise est réputée avoir connaissance, pour s’en être


personnellement rendue compte, de toutes les conditions de
l’établissement du projet et de l’exécution des travaux susceptibles
d’influer sur l’exécution des ouvrages et notamment:
• De la situation des lieux ;
• De la qualité des terrains ;
• De la profondeur de la nappe phréatique ;
• De la situation et de la nature des carrières ainsi que de la
qualité et des conditions d’extraction des sables, des pierres à
concasser et des tout-venant ;
• Des conditions d’approvisionnement de tous les matériaux
nécessaires à l’exécution des travaux ;
• Des possibilités de recrutement de la main-d’œuvre locale ;
• Des conditions et des possibilités de transport, d’accès au
chantier et de dépôt ;
• D’une façon générale, de toutes les sujétions et de tous les
aléas imposés par les circonstances locales (géologie du site,
régime des eaux de pluies,…, etc).

Section 1.1 - Préparation du terrain

Le débroussaillage, l’arrachage ou l’abattage des végétaux de toutes


natures donneront lieu à des travaux tels que dessouchage, rebou-
chage et compactage éventuel.
Les végétaux seront transportés, brûlés ou stockés en des lieux
désignés par le Maître d’Ouvrage.

Section 1.2 - Travaux topographiques et essais de


laboratoire

Tous les travaux topographiques et les essais de laboratoire sont à la


charge entière de l’Entreprise.
Pour les essais de laboratoire, l’Entreprise présentera un programme
détaillé des essais de contrôle de conformité des différents ouvrages
au Maître d’Ouvrage Cinq (05) jours après réception de l’ordre de
service. Le laboratoire devra être agréé par le Maître d’Ouvrage.
44
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
Pour les travaux topographiques, L’Entreprise fera exécuter dans le
meilleur délai, par un géomètre agréé par le Maître d’Ouvrage
l’implantation en coordonnées des axes généraux des voies. Il fixera
sur l’ensemble du terrain un certain nombre de repères de nivellement.
Il appartiendra à l’Entreprise de réaliser tous les piquetages
complémentaires qu’il jugera indispensables à la réalisation de ses
travaux.
Tous les repères principaux doivent alors être scellés par les soins de
l’Entreprise et soigneusement rattachés de façon à pouvoir être
rétablis en cas de destruction. Les rattachements des repères doivent
faire l’objet de procès-verbal.
L’Entreprise est tenue de veiller à la conservation des bornes repères
et de les rétablir ou les remplacer à ses frais si nécessaire. En cas
d’erreur d’implantation ou de nivellement provenant d’une faute ou
d’une négligence de l’Entreprise, celle-ci est tenue d’exécuter à ses
frais, et quelque soit leur importance, tous les travaux nécessaires au
rétablissement des ouvrages dans la position prévue. Tous les frais
d’implantation et de rétablissement sont à sa charge.
Le Maître d’Ouvrage se réserve le droit de procéder à des vérifications
périodiques des différents axes et des éléments d’implantation ;
L’Entreprise étant tenue de lui faciliter cette tâche. A cette fin,
l’Entreprise doit maintenir sur le chantier le matériel topographique
nécessaire et le mettre à la disposition du Maître d’Ouvrage ou de son
représentant. De convention expresse, ces vérifications ne diminuent
en rien la responsabilité de l’Entreprise.
Les côtes indiquées sur les plans d’exécution doivent être rattachées
au repère local utilisé dans les plans d’exécution, et les coordonnées au
système LAMBERT.

45
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
46
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
CAHIER DES CLAUSES
TECHNIQUES PARTICULIERES
CCTP

47
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
CHAPITRE5 - CLAUSES RELATIVES AUX PHASE S ETUDES
ET DE PREPARATION

ARTICLE 1 - CONSISTANCE DES TRAVAUX


Les travaux faisant l'objet du présent marché comprennent les travaux
suivants, tous corps d'Etat.

Section 1.1 - Terrassements, gros - œuvre :

• Les terrassements en puits, rigoles, évacuation des déblais aux


décharges publiques autorisées ou mise en remblai sur place.
• Les bétons non armés.
• Les bétons armés, aciers H.L.E., les hourdis pour ossature.
• Les cloisons en agglos creux.
• Les enduits intérieurs et extérieurs.
• Les poses et scellements d'ouvrages divers.
• L'assainissement intérieur comprenant : regards, canalisations,
et branchement au réseau extérieur.

Section 1.2 - Electricité

• Le câble de branchement,
• Les câbles,
• Les tableaux électriques,
• Les points lumineux,
• L’appareillage,
• La lustrerie,

ARTICLE 2 - ORGANISATION DU CHANTIER


Les tableaux ci-dessous comportent une liste, non limitative des
opérations à effectuer par le par l'Entrepreneur avant, pendant et à la
fin de l'exécution des travaux du présent marché. Les travaux ne
pourront commencer que lorsque l’entrepreneur aura satisfait
l’ensemble des opérations prévues à sa charge durant la période de
préparation.

Section 2.1 - Opération à exécuter par l'Entrepreneur

• Opérations à Exécuter Pendant la Période de Préparation


No Opérations Documents à établir Délai au plus
tard

48
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
1 Programme Mémoire explicatif 2 jours
d'exécution des
travaux
2 Plans d'exécution Programme de remise des 7 jours
plans d'exécution
3 Etude de formulation Note technique et résultats des 7 jours
du béton essais du Laboratoire
4 Programme financier Etat prévisionnel des dépenses 8 jours
des travaux hebdomadaires
Le délai est décompté à dater de la notification par le Maître d’Ouvrage
de l’ordre de service de commencement de la période de préparation.
• Opérations à Exécuter Pendant le Déroulement des Travaux

No Opérations Documents à Délai au plus tard


établir
5 Mise à jour du Planning Tous les 07 jours
programme
d'exécution
6 Proposition pour Mémoire, Pendant la phase
origine et nature des documentation, étude technique
matériaux échantillons, PV d’exécution
d'essais
Plans
7 Plans d’exécution 1 semaine avant le
complémentaire démarrage des
d’exécution travaux
correspondant

• Opérations à Exécuter à la Fin des Travaux


No Opérations Documents à établir Délai au plus tard
8 Dessins et notes Tous les plans Au fur et à mesure
de calcul d'exécution établis de l'exécution des
conformes à par l'Entreprise. ouvrages et au plus
l'exécution Calques - Tirages - tard 3 mois après la
Notes - Réductions date de réception
provisoire des
travaux

49
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
9 Remise en état du PV du Maître après achèvement
site de d’Ouvrage des travaux
l’installation de
chantier

ARTICLE 3 - APPROVISIONNEMENT EN EAU


Dans le cas où le branchement d'eau pour l'alimentation générale du
chantier n'était pas encore réalisé lors du démarrage des travaux,
l'Entrepreneur devra assurer son approvisionnement à l'aide de
citernes qui devront être en nombre suffisant afin de ne pas freiner la
cadence normale dans l'exécution des travaux de son lot.

ARTICLE 4 - PROVENANCE DES MATÉRIAUX


Les matériaux destinés à l'exécution des travaux seront d'origine
marocaine. Il ne sera fait appel aux matériaux d'origine étrangère
qu'en cas d'impossibilité de se les procurer sur le marché marocain.
Les matériaux proviendront, en principe, des lieux d'exécution, de
production ou des dépôts suivants :

Désignation des Qualité et Provenance


matériaux
SABLE De mer ou de concassage de calcaire
dur
GRAVETTE POUR BETON Des Oueds de la région ou de
ORDINAIRE concassage de calcaire dur
GRAVETTE POUR BETON De concassage de calcaire dur
ARME
CIMENT C.P.J.45
ACIERS A HAUTE Tor ou Caron ou similaire des dépôts du
RESISTANCE Maroc
CABLERIE et FILERIE Des usines du MAROC
FIL CUIVRE - TUBE Du commerce local
ORANGE
APPAREILLAGE LEGRAND
LUSTRERIE EUROPHANE ou LEGRAND des dépôts
du MAROC

50
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
Par le fait même du dépôt de son offre, l'Entrepreneur sera réputé
connaître les ressources des carrières ou dépôts indiqués ci-dessus,
ainsi que leurs conditions d'accès, d'exploitations et de vente. Aucune
réclamation ne sera recevable concernant le prix de revient à pied
d'oeuvre de ces matériaux.
L'attention de l'entrepreneur est attirée sur le fait qu'il devra faire
agréer par l'Administration, les carrières, et ballastières qu'il se
propose d'exploiter.

ARTICLE 5 - MODE D’EXÉCUTION DES TRAVAUX


Les ouvrages seront exécutés d'après les plans d’exécution établis par
l’entreprise sur la base des plans de principe remis par le Maître
d’Ouvrage.
Les obligations de l'Entreprise comportent non seulement l'observation
des prescriptions des textes énumérés ci-dessous, mais aussi
l'observation de tout autre décret, arrêté, réglementation ou normes en
vigueur à la date de la remise de l'offre et applicable aux travaux du
présent lot.

ARTICLE 6 - PRESCRIPTIONS TECHNIQUES GENÉRALES


Les dimensions, dispositions et descriptions des ouvrages sont
indiquées par les plans et par les termes de la présente description.
Les plans de principe seront fournis par le Maître d'Ouvrage pour le
besoin des études d’exécution à établir par l’entrepreneur. Au cas où
l'Entrepreneur constaterait des omissions ou anomalies dans ces
dessins, il devra en avertir le Maître d’Ouvrage et obtenir son agrément
avant d'adopter une solution différente.

ARTICLE 7 - CONSISTANCES DES ÉTUDES D’EXÉCUTION


Les dossiers d’exécution à fournir comprendront:

51
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
• Le dimensionnement des éléments de structure;
• Tous les plans de détails de l’interface avec le reste des
ouvrages , , de distribution électrique, des réservations pour
câbles, etc.. ;
• Coupes à l'échelle 1/20;
• Les détails à l'échelle 1/10;
Les dossiers d’exécution comprendront aussi:
• Les notes de calcul suffisamment détaillées et facilement
exploitables par le Maître d’Ouvrage. Elles feront ressortir le
taux de travail dans les sections les plus sollicitées et
préciseront :
• Les références aux textes et normes techniques utilisés;
• La définition de toutes les hypothèses de calcul (descente de
charges, etc...);
• La méthode de calcul adoptée en précisant la démarche de
cette méthode et le principe de calcul;
• Les résultats obtenus.
o Les plans d’exécution des travaux d’électricité établis suivant les
plans de principes annexés au dossier de consultation comprenant
les études techniques, l’établissement des plans de détails, des
plans de réservations, et des plans de distribution électrique.
• Les plans d’exécution de fondation et de structure (coffrage,
ferraillage…);
• Les spécifications des matériaux et matériels à utiliser.
• Un avant métré détaillé par nature d’ouvrage.
D’une manière générale, le dossier doit comprendre tous les détails
d’exécution nécessaires à la bonne compréhension du projet

ARTICLE 8 - DOCUMENTS D’EXÉCUTION À REMETTRE AU MAÎTRE D’OEUVRE

L’entrepreneur doit remettre au maître d’ouvre, dans leurs formes


définitives, les documents suivants :
• Rapport justificatif et explicatif bien détaillé et facilement
exploitable par le Maître d’Ouvrage comportant les notes de
calcul définitives en 3 exemplaires reliés;
• Les plans et détails précisés 3 exemplaires;
• Calques originaux de toutes les pièces dessinées sous
fourreaux répertoriés;
• L’avant métré détaillé en 3 exemplaires;
Toutes pièces écrites et les plans sur support informatique agréé par le
Maître d’Ouvrage

52
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
CHAPITRE6 - PRESCRIPTIONS TECHNIQUES CONCERNANT
LES TERRASSEMENTS, GROS -OEUVRE

ARTICLE 1 - ETENDUE DES TRAVAUX


Les travaux de terrassement, gros œuvre sont définis comme suit (sans
que cette liste soit limitative):
Terrassement :
• Exécution de tous terrassement en rigoles, tranchées ou en
puits nécessaires aux fondations des bâtiments et à tous les
ouvrages intérieurs et extérieurs, dans les conditions définies
dans le devis descriptif.
b. Ouvrage en fondations :
• Bétons de propreté ou gros béton
• Béton armé pour semelles, poteaux, longrines, voiles et tous
autres ouvrages en béton armé suivant plans.
• Regards.
c. Ouvrages en infrastructure et superstructure :
• Structure de béton armé en élévation
• Maçonneries
• Enduits
• Dallages
d. Assainissement
• Terrassement en tranchées
• Remblai des tranchées,

ARTICLE 2 - DOCUMENTS TECHNIQUES DE REFERENCE


L'Entrepreneur devra exécuter tous ses travaux ou installations
conformément aux normes et règlements suivants :
• Les règles pour le calcul et l'exécution des constructions en
béton armé dites "règles CCBA 68" (révisées en 1972).
• Les règles dites "N. V 65" (révisées en 1967 et 1970).
• Les règles pour le calcul et l’exécution des constructions en
béton armé (BAEL 83).
• Les règles dites NV 65 révisés en 67 et 70
• NM 10.01.008 : bétons et ciments usuels
• NM 10.1004 : liants hydrauliques
• NM 10.013 : Produits sidérurgiques-barres à haute adhérence
pour béton armé de qualité.
• NM 10.012 : Barres rondes et lisses.

53
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
ARTICLE 3 - TERRASSEMENT
Les fouilles seront descendues aux côtes reconnues et acceptées par la
Maîtrise d'Oeuvre. La reconnaissance du bon sol sera effectuée par un
Laboratoire agrée en présence de la Maîtrise d'Oeuvre. Elles seront
payées aux largeurs strictement nécessaires et feront l'objet d'un
procès-verbal de réception. Aucun ouvrage de béton ou de maçonnerie
ne sera entrepris avant l'accord de la Maîtrise d'Oeuvre.
Avant l'exécution des terrassements, l'Entrepreneur devra nettoyer le
terrain, des ordures et débris de toutes natures.
Les fouilles seront exécutées aux engins mécaniques.
Mode d’exécution des travaux
Les déblais et remblais seront effectués à la main ou par emploi
d’engins mécaniques en prenant toutes les précautions pour éviter
toutes dégradations aux ouvrages.
Déblais
Les déblais seront exécutés aux engins mécaniques. Les fonds de
fouilles seront rigoureusement damés. Il sera procédé avec le Maître
d’Ouvrage à la reconnaissance des fonds de fouilles.
L'Entrepreneur devra faire réceptionner les fouilles par le
Maître d’Ouvrage et le Laboratoire
Les travaux comprennent :
• Les étaiements et blindages de toutes natures nécessités par
les mouvements possibles des terres ou pour la protection
d’ouvrages existant ou en cours d’exécution ou pour éviter les
accidents dont l’entrepreneur sera responsable et toutes
sujétions de travaux par tranches alternées.
• Le matériel d’épuisement et travaux annexes tels que puisards,
drainages complémentaires soit pour les venues d’eaux
souterraines soit en cas de pénétration dans les fouilles d’eau
de ruissellement.
• Le dressage des parois pour l’encaissement des fondations.
• La manutention des terres pour mise en dépôt ou évacuation,
aux décharges publiques.
L'usage de tout explosif est strictement prohibé sauf
autorisation des autorités compétentes.

Remblais
Les remblais seront exécutés soit avec les terres provenant des fouilles
soit par apport de terre complémentaire. Les remblais seront
soigneusement compactés par couches de 0,20 m et arrosés (95 % du
Proctor modifié).
L’emploi pour les remblais de déchets impropres tels que gravois,
argiles, plâtres etc... sera rigoureusement proscrit.
54
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
ARTICLE 4 - MORTIERS ET BÉTONS
Section 4.1 - Composition des mortiers et des bétons

Par dérogation à l’Article 31 et 32 du D.G.A, la composition des


mortiers et bétons sera la suivante :

MORTIERS
Chaux
Désignatio Cimen Eteinte ou Sabl Grain EMPLOI
n t CPJ hydrauliqu e de riz
45 e
Mortier n°1 550 - - 1000 Gobetis ou dégrossi
d'enduit
Mortier n°2 450 - 550 550 Corps de l'enduit de
ciment
Mortier n°3 300 150 500 500 Corps de l'enduit bâtard
Mortier n°4 350 - 1000 - Couche de finition ciment
(fino)
Mortier n°5 225 200 1000 - Couche de finition bâtard
(fino)
Mortier n°6 300 - 660 340 Hourdage de maçonnerie
Mortier n°7 450 - 500 500 Mortier de reprise de
béton
Mortier n°8 300 - 1000 - Enduit lisse, chape
scellement, support de
revêtement

BETONS
Pierre
Désignatio Ciment Gravette s moell
n CPJ 45 Sable cassé ons EMPLOI
es <= <= 30
60 mm
mm
8/15 15/2
5
Béton n°1 200 450 100 - - - Béton de
0 propreté
Béton n°2 250 450 - 650 - 450 Béton cyclopéen
Béton n°3 300 450 - 400 600 - Béton de forme,
béton banché et
gros béton

55
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
Béton n°4 350(mi 350 300 700 - - Béton Armé
n)
Béton n°5 350(mi 350 700 300 - - Béton Armé
n)
Béton n°6 400 350 700 300 - - Béton Armé

Les quantités d'agrégats, entrant dans la composition des bétons N° 4,


5 et 6 sont données à titre indicatif pour permettre à l'Entrepreneur
d'établir ses prix.
Elles n'ont aucune valeur contractuelle, les quantités réelles et la
teneur en eau seront déterminées par un laboratoire agrée.
Les frais d'études de granulométrie et dosage sont à la charge de
l'Entrepreneur.
Les résistances Résistance à la Résistance à la
minima exigées à 28 compression traction
jours
N° 4 et N° 5 270 Bar 23 Bar
N° 6 300 Bar 25 Bar

Le béton N°4 sera employé de préférence au béton N°5 chaque fois


que les dispositions du coffrage et ferraillage le permettront.
Chaque type de béton fera l'objet d'essais par le Laboratoire agrée et
aux frais de l'Entrepreneur.
Les résultats de ces essais seront consignés dans des procès-verbaux
qui comporteront les renseignements suivants :
• Nature des granulats et carrière d'origine
• Granulométrie des granulats
• Coefficient DEVAL des pierres à partir desquelles sera fabriqué
le granulat
• Caractéristiques du ciment et usine d'origine
• Résultat d'analyse de l'eau dont l'emploi est prévu
• Composition du béton (granulat, ciment, sable)
• Nature, marque et dosage des adjuvants éventuellement
proposés avec copies obligatoires de l'agrément C.S.T.B.
• Résultats des essais à la compression et à la traction à 7 et 28
jours sur 18 éprouvettes au total.
• Temps de malaxage préconisé pour le béton proposé.
Il sera également joint des échantillons de granulats proposés. Leur
grosseur et leur nature devront tenir compte de l'aspect de parement
fini obtenu après coffrage.
Enfin, l'Entrepreneur devra fournir d'une façon détaillée pour chaque
partie d'ouvrage, le type de béton qu'il propose d'employer.

56
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
Section 4.2 - Contrôle

Au cours du chantier, l'Entrepreneur sera tenu d'utiliser des matériaux


ayant les mêmes qualités et les mêmes dosages. Au cas, où pour des
raisons diverses, l'Entrepreneur sera amené à modifier l'origine de ces
matériaux, il serait tenu d'effectué une nouvelle série d'essais
identiques à ceux décrits précédemment pour justifier les
caractéristiques des nouveaux types de bétons proposés.
L'Entrepreneur devra toujours pouvoir fournir la preuve de l'origine des
matériaux approvisionnés, et de leur qualité.
Des essais de résistance seront exécutés en cours de chantier pour
chaque type de béton, et tous les 50 m3 mis en oeuvre.
Ces essais, conduits suivant les normes en vigueur et sous la
vérification du Laboratoire agrée, porteront sur la détermination des
résistances à la compression sur cylindre à 7 et 28 jours sur 9
éprouvettes au sol et par essai. Les prélèvements seront exécutés
inopinément par le Laboratoire agréé à la demande de la Maîtrise
d'Oeuvre dans la limite de fréquence fixée plus haut, qui est bien
entendu une fréquence moyenne qui peut être soit augmentée, soit
diminuée.
La fourniture des moules pour éprouvettes, les essais, les transports et
les frais de laboratoire agrée seront à la charge de l'Entrepreneur.
Au cas où les caractéristiques résultant des essais de contrôle seraient
inférieures aux caractéristiques exigibles, les mesures imposées
pourront aller jusqu'à la destruction et la reconstruction de ces
ouvrages.
Cependant, il pourrait être exigé que des essais de contrôle non
destructifs soient exécutés aux frais de l'Entrepreneur. Dans ce cas, et
si les essais confirment la mauvaise qualité des ouvrages,
l'Entrepreneur pourra proposer des mesures propres à remédier à la
situation. Le Maître d’Ouvrage restera cependant seul juge et sa
décision finale sera sans appel.
Les frais de tous les essais sont à la charge de l'Entrepreneur. Le Maître
d’Ouvrage se réserve le droit de payer directement le Laboratoire en
retenant sur chaque décompte de l'entreprise le montant
correspondant aux essais effectués.

Section 4.3 - Fabrication des bétons

Les bétons seront obligatoirement fabriqués par des centrales à béton


ou bétonnières. Les divers dosages en agrégats devront être
automatisés ainsi que le dosage en eau ou à défaut par dosage
pondéral ou volumétrique.
"EN AUCUN CAS IL NE SERA ADMIS DE BETON FABRIQUE À LA
MAIN"
57
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
La composition des bétons (qui aura été déterminée en Laboratoire et
approuvée par la Maîtrise d'Oeuvre) sera tenue affichée sous verre en
permanence pour un contrôle aisé et inopiné.
Le matériel mis en chantier devra correspondre à celui qui sera indiqué
dans la note sur le matériel que l'Entreprise doit remettre en même
temps que son offre.

Section 4.4 - Mise en oeuvre des reprises de bétonnage

Avant les reprises de bétonnage, la surface précédemment coulée, est


nettoyée à l'air comprimé s'il s'agit d'un béton jeune, ou s'il s'agit d'un
béton durci la surface de reprise doit soit être lavée au jet d'eau sous
pression, soit piquée nettoyée et humidifiée à refus.
Lors de la reprise de bétonnage :

• Préparer un mortier gâché à consistance plastique (incorporation


d'un produit de collage type SIKALATEX suivant les indications du
fabricant).
• Répandre le mortier sur la surface humide en couche de 2 ou 3
centimètres,
• Couler aussitôt le béton,
• Vibrer soigneusement la zone de reprise pour une bonne
interpénétration du mortier et du béton,
• Utiliser une hauteur de banches compatibles avec les moyens de
serrages utilisés sur le chantier.

Section 4.5 - Prescriptions concernant l’exécution des


bétons armés

Pour l'enrobage des armatures dans le béton l'Entrepreneur doit prévoir


des cales de 2,5 cm pour toutes les structures en B.A. Ces cales doivent
être préparées en nombres suffisants, bien visibles à tous avant les
coffrages.
Avant le début des travaux, l'Entrepreneur doit prévoir des bois de
coffrage neufs. Ces éléments devront être fournis en nombre suffisant et
seront réceptionnés par la Maîtrise d'Oeuvre.
Les éventuelles huiles de décoffrage devront être soumises à l'agrément
de la Maîtrise d'Oeuvre.
Lors du coulage, le béton doit obligatoirement être vibré.
Poteaux
Des bases de 0,15 de hauteur environ seront coulées avant le coffrage
des poteaux. Ces bases sont destinées à assurer un traçage parfait, à
permettre le serrage des coffrages et à éviter la ségrégation du béton
en pied du poteau.
Les coulages des poteaux se feront en une seule fois, mais les coffrages
devront permettre le coulage d'une hauteur maximale de 1,50 m.

58
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
Pour cela, une face de coffrage devra rester libre et devra pouvoir
recevoir un panneau supplémentaire pour la finition du coulage.
Aucun ragréage ne sera toléré avant réception par les représentants du
Maître d’Ouvrage et du Maître d’Oeuvre. Dans le cas où certaines parties
représenteraient des cavités importantes, le poteau incriminé sera
démoli.
En aucun cas, les attentes des poteaux ne seront dévissées, pour
rattraper un défaut éventuel de traçage.
"TOUT BETON COULE AVEC UN EXCES D'EAU SERA DEMOLI"
Le plus grand soin devra être observé lors du coulage des éléments de
faible section, par temps chaud, les coffrages seront abondamment
trempés avant coulage et maintenus humides pendant 48 heures.
"AUCUN DECOFFRAGE NE SERA ADMIS AVANT 48 HEURES"
Après le décoffrage, le béton devra rester humide par arrosage
abondant pendant trois jours minimum.
Tous les poteaux intégrés dans les maçonneries, soit de moellons, soit
d'agglos, seront coulés après le montage de ces maçonneries. Le
nettoyage des pieds de poteaux avant coulage devra être exécuté avec
soin afin de débarrasser le mortier de maçonnerie de ces pieds de
poteaux.
Poutres et chaînages
Les étaiements des poutres devront être exécutés de manière à
empêcher toute flèche. Les étais sont posés sur une semelle de
répartition en madrier, et en aucun cas, les cales ne seront exécutées
par des éléments tels que briques, agglos, cailloux, etc. Dans le cas
d'emploi d'étais en bois, les cales seront en forme de coin et en bois dur.
Le décoffrage de la sous face avant 28 jours ne sera toléré qu'après
l'avis du Maître d’Ouvrage et du Maître d’Ouvrage pour certains
éléments le permettant. Le décoffrage des côtés des poutres pourra se
faire après 2 jours.
Les prescriptions du paragraphe ci-dessus restent valables pour les
précautions à prendre lors du coulage par températures élevées. De plus
le début de coulage par forte chaleur sera fait à partir de 16 heures. Dès
le lendemain, à l'ouverture du chantier, le béton coulé la veille sera
arrosé en permanence, et cela pendant 7 jours au moins.
Prescriptions concernant les parements lisses de béton
Les parements lisses de béton devront être obtenus directement au
coffrage par l'utilisation de coffrages métalliques ou en contreplaque
"ETANCHES et INDEFORMABLES". Il ne sera toléré "AUCUN" ragréage, ni
enduit pour un rattrapage quelconque. Après décoffrage, les balèvres
devront être arasées et meulées.
Les surfaces devront être d'une planimétrie telle qu'une règle de 2 m
appliquée dans n'importe quel sens ne laisse apparaître une flèche
supérieure à 3 mm.
Le Maître d’Ouvrage se réserve le droit de faire démolir tout ouvrage
non conforme aux prescriptions ci-dessus.

59
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
Section 4.6 - Aspect des bétons

Béton devant rester brut de décoffrage non parementé


Le béton sera soigneusement ragrée, les arêtes seront nettes et bien
droites. Toute coulure ou balèvre sera enlevée au ciseau et à la brosse
métallique. Les papiers et couvre joints divers devront être enlevés.

Béton destiné à recevoir un enduit


Le béton présentera un parement approprié au bon accrochage de
l’enduit. Il devra être rugueux, sans toutefois comporter de balèvre.
Béton lisse brut de décoffrage à peindre
L’Entrepreneur devra livrer des bétons bruts de décoffrage lisses et
plans, prêts à recevoir l’application de la peinture.
Il devra remédier aux défauts de planimétrie :
• soit par meulage sur les parties saillantes et les aspérités (en
particulier pour les cueillies) ;
• soit par une surcharge pour le manque de matière. L’Entrepreneur
devra obtenir une surface présentant les mêmes caractéristiques au
toucher que les bétons bruts de décoffrage non parementés. Cette surcharge
pourra être exécutée à l’aide d’un mortier de ciment ou produit de ragréage.
L’entreprise de gros œuvre s’assurera auprès de l’entreprise de peinture
que les produits employés ne présente pas d’incompatibilité avec les
peintures appliquées.
Le béton brut de décoffrage étant obtenu par des banches métalliques
ou en contre-plaqué, le bullage de surface sera repris dans les
conditions suivantes :
L’Entrepreneur se charge de la réfection des surfaces ayant un bullage
supérieur à 3 ou 4 mm de diamètre.
Arêtes et cueillie
L’Entrepreneur livrera des arêtes et des cueillies nettes et tranches
exemptes de balèvres et épaufrures. Il devra remédier à tous les
défauts.

Section 4.7 - Tolérance d’exécution

pour les plafonds dalle pleine, les tolérances maximales


admissibles seront les suivantes :
• Niveau + 5 mm - 5 mm amplitude maximum sur pièce.
• Planéité : flèche inférieur à 3 mm pour une règle de 2 ml passée
en tous sens.
• Joint : dénivelés maximum à 2 mm à reprendre par ponçage
soigné.
• Surfaçage des planchers destinés à recevoir un revêtement de sol
mince et collé.
Tolérances maximales:
• Niveau : + 4 mm
• Planéité : 3 mm sous règle de 3 ml
• Surfaçage : Talochage fin.
60
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
Pour les voiles verticaux livrés finis (voiles et refends porteurs prévus
pour recevoir un enduit garnissant mince) les tolérances maximales
admissibles sont les suivantes :
• Implantation : + 5 mm
• Amplitude et tout sens : 5 mm
• Verticalité : 3 mm sur la hauteur d’étage
• Planéité : Flèche inférieure à 2 mm pour une règle
de 2 ml passée en tous sens.
• Joints : dito plafonds
• Bullage : léger bullage toléré
• - Niveau et dimension des ouvrages réservés : + 5 mm
ou incorporés.
• Arêtes : parfaitement dressées.

Section 4.8 - Préfabrication d'éléments

L'entrepreneur est autorisé à procéder à certaines préfabrications. Ces


préfabrications devront obligatoirement avoir obtenu l'accord du Maître
d'Ouvrage et de la Maîtrise d'Oeuvre.
L'Entrepreneur aura à sa charge tous les problèmes de pose,
raccordements, scellements, calfeutrements, et demeurera responsable
de l'étanchéité des ouvrages.

ARTICLE 5 - PRESCRIPTIONS CONCERNANT LE FAÇONNAGE DES ACIERS

Les armatures son coupées et cintrées à froid. Les appareils à cintrer


sont munis de jeux de tous les mandrins permettant de réaliser les
courbures prévues ou prescrites. Aucune tolérance en moins ne peut
être accordée sur les diamètres des mandrins.
Les diamètres minimaux des mandrins sont de :

• Barres de diamètre au plus égal à 12 mm : 3 fois le diamètre de la


barre.
• Barres de diamètre supérieur à 12 mm : 5 fois le diamètre de la
barre.
• Barres de diamètre supérieur à 25 mm : 8 fois le diamètre de la
barre.
Pour les aciers à haute adhérence (TOR, CARON ou Similaire)
• Le cintrage aux appareils manuels est interdit pour les barres d'un
diamètre supérieur à 14 mm.
• Le raccrochement même partiel, d'une barre cintrée, la pliure et la
dépliure des barres laissées en attente sont interdits

61
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
ARTICLE 6 - SPÉCIFICATIONS PARTICULIERES CONCERNANT LES BRIQUES ET
LES AGGLOMERES

Les briques devront répondre aux Normes N.F.P. 13.301 et 13.401 et


aux prescriptions du D.G.A., Article 18. Elles seront de première qualité
et sans fêlure.
Les agglomérés seront conformes au Normes N.F.P. 14.301 et 14.302 et
aux prescriptions du D.G.A., Article 74. Ils seront vibrés mécaniquement
et mis en oeuvre après un séchage dans une ambiance humide de 45
jours.
Tous les murs et cloisons définis sur les plans d’Architecture sont côtés
finis. Ceux définis sur les plans de béton sont côtés bruts.
Les murs et cloisons seront hourdés au mortier n° 6 suivant le tableau
des dosages et comprendront toutes sujétions de feuillures, trous
réservation etc...
Les bavures de mortier seront enlevées.
Les cloisons au droit des gaines seront réalisées après la pose complète
des tuyaux.
Pour les maçonneries en petits éléments, il sera prévu toutes les façons
nécessaires pour le logement des linteaux, chaînages etc... dans les
angles et croisements, les éléments seront toujours harpés. Dans la
maçonnerie de parpaings l’emploi de demi-parpaings et d’éléments à
feuillure est recommandé. Il aura toujours des éléments pleins pour
former appui des linteaux.
L’Entrepreneur devra effectuer le scellement de tous les taquets
nécessaires à la pose des ouvrages, les réservations et trous divers pour
l’ensemble des corps d’état.
Les doubles cloisons seront exécutées comme suit :
• Montage d'une paroi d'abord, l'extérieur dans le sens des façades.
• Nettoyage du mortier qui aurait pu se déposer en pied de cloison
et essuyage de joints.
• Montage de la deuxième paroi en prenant soin de ne pas faire
tomber du mortier au fond du vide entre les deux parois et
essuyage des joints lors du montage des briques.
La dernière rangée de briques devra être parfaitement garnie au mortier
sous le plancher.

ARTICLE 7 - PRESCRIPTIONS CONCERNANT LES ENDUITS


Les enduits seront exécutés conformément aux stipulations du
Bordereau des prix. Le plus grand soin devra être apporté à la mise en
place du grillage galvanisé destiné à éviter les fissures entre les
éléments de béton et le remplissage. Il sera posé par pointes d'acier
galvanisé.
La couche de dressage sera exécutée en 2 Phases :
• La première après arrosage abondant du support, au mortier clair
sous forme de gobetis dosés à 550 kg de ciment (M1).

62
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
• La deuxième, exécutée 24 heures après la première au mortier
parfaitement dressé et serré (M2 pour l'enduit de ciment ou M3
pour le mortier bâtard).
La couche de finition suivant modèle agréé par le Maître d’Ouvrage (M4 pour
l'enduit de ciment ou M5 pour le mortier bâtard).
Le respect de ces prescriptions reste impératif.
Toute partie d'enduit n'ayant pas satisfait à ces prescriptions sera
démolie.

ARTICLE 8 - ASSAINISSEMENT
Section 8.1 - Terrassement

Les fouilles pour ouverture des tranchées en tout terrain, sauf rocher,
seront exécutées conformément aux prescriptions suivantes :
Les parois seront verticales et boisées s'il y a lieu en vue de prévenir les
éboulements ; les fouilles obligatoirement étayées à partir de 2,00
mètres de profondeur.

Les largeurs des tranchées pour la pose de canalisations circulaires


seront prises égales au diamètre extérieur de la canalisation augmenté
de:
• 0,50 m jusqu'au diamètre 1000 mm.
• 0,60 m au delà du diamètre 1000 mm.
Les déblais excédentaires seront évacués à l'emplacement désigné par
le Maître d'Oeuvre.
Les terrassements dans le rocher en tranchées, à ciel ouvert seront
exécutés exclusivement au marteau pneumatique. Une dérogation
pourra être accordée par la Maîtrise d'Oeuvre, par ordre de service, pour
l'emploi de l'explosif. Dans le cas d'emploi d'explosifs, l'Entrepreneur
devra respecter, scrupuleusement la réglementation en vigueur.
Les remblaiements des fouilles seront exécutés conformément aux
prescriptions de l'article 34 du D.G.T.A. la hauteur du remblai primaire
sera de 0,40 m minimum au dessus de la génératrice supérieure.

Section 8.2 - Buses en béton vibré

Les canalisations seront en béton vibré posées sur un lit de sable ou de


terre non végétale criblée de 0,10 m d'épaisseur.
Les tuyaux en béton vibré seront du type égout provenant des usines
nationales exclusivement.
Les joints seront lissés, exécutés par un lutage au mortier gras de
ciment. Ils seront bien remplis et lissés avec soin à l'intérieur.

Section 8.3 - Buses en béton comprimé ou vibré

Pour traversées eau, électricité ou téléphone, les buses seront posées


sur lit de sable, raccordées sur le pourtour au mortier riche de ciment,

63
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
calées à l'aide de patins de ciment. Le remblaiement de la tranchée ne
sera fait qu'après réception par la maîtrise de chantier.

Section 8.4 - Essais concernant les canalisations

Des essais d'étanchéité et d'écrasement seront exécutés aux frais de


l'Entrepreneur conformément à la Norme Marocaine NM n° 10-01-F-040.

Section 8.5 - Regards de visite sur égouts circulaires

Les cheminées de regards de visite sur canalisations circulaires de tous


diamètres seront exécutées en béton vibré avec enduit intérieur
étanche sur toute la hauteur et constituées par parois de 0,15 m
d'épaisseur en béton n° 2, conformément aux plans d'exécution, soit en
éléments préfabriqués, lorsque la profondeur sera supérieure à 3,00 m,
les parois auront une épaisseur de 0,20 m.
Les coffrages intérieurs devront être métalliques. Si au décoffrage, il est
constaté des défectuosités, l'entrepreneur est tenu d'exécuter un enduit
intérieur, complet à ses frais.

CHAPITRE7 - PRESCRIPTIONS TECHNIQUES


PARTICULIERES A L'ELECTRICITE ET A LA LUSTRERIE

ARTICLE 1 - ETENDUE DES TRAVAUX


Les travaux d’électricité sont définis comme suit (sans que cette liste
soit limitative):
• Fabrication en usine.
• Fourniture des différents équipements et composants.
• Fourniture, pose, raccordement et mise en service des tableaux de
distribution des bâtiments des gares de péage.
• Fourniture, pose, raccordement et mise en service des appareils
électriques des bâtiments des gares de péage.
• Fourniture, pose, raccordement des câbles d’énergie nécessaire
aux travaux d’électricité de ces bâtiments et à la liaison électrique
entre les différents bâtiments.
• Transport à pied d'oeuvre des éléments, manutention, répartition,
stock, etc...
• Essais de mise en service des installations
• Les échantillons et prototypes qui pourront être demandés par le
Maître d’Ouvrage ou le BET.
• La protection et la conservation des approvisionnements et
ouvrages pendant la durée des travaux et jusqu'à la réception des
installations.
• La protection contre la corrosion de tous les éléments métalliques.

64
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
• Les scellements et rebouchages des trous, s’ils n'étaient pas
exécutés correctement, ils seraient refaits par l'entreprise
spécialisée aux frais de l'entreprise d'électricité.
• La protection des ouvrages existants, la remise en état des
ouvrages détériorés au cours des travaux, les nettoyages en fin
des travaux.
En aucun cas, l'entrepreneur ne pourra arguer de l'imprécision des
plans, descriptifs et documents annexes ou d'omissions, s'il y a lieu pour
refuser d'exécuter, dans le cadre et les conditions du marché, tout ou
partie des ouvrages nécessaires au bon achèvement des travaux à
effectuer, et devra suppléer par ses connaissances professionnelles aux
détails ou omissions éventuels.
Les installations mises en œuvre et en ordre de marche par
l'Entrepreneur auront comme point d’origine le départ basse tension à
partir du Tableau Général Basse Tension (TGBT) installé au niveau du
local de surveillance de chaque gare.
Les travaux de réalisation des TGBT, des postes de transformation, des
groupes électrogène et d’éclairage Public ne font pas partie des travaux
du présent marché.

ARTICLE 2 - DOCUMENTS TECHNIQUES DE RÉFERENCE


L'Entrepreneur devra exécuter tous ses travaux ou installations
conformément aux normes et règlements suivants :
• - Les Normes Marocaines 7.11 CL 006, éditées par le Ministère des
Travaux Publics et des Communications concernant les règles
techniques des installations de branchement de première
catégorie comprise entre le réseau de distribution et l'origine des
installations intérieures.
• - Les Normes Marocaines 7.11 CL 005, éditées par le Ministère des
Travaux Publics et des Communications concernant l'exécution et
l'entretien des installations de première catégorie.
• - Le cahier des charges applicables aux installations électriques
des bâtiments édités par le C.S.T.B. du D.T.U. cahier n° 70.1 et 2.
• - Les règles de construction et d'installation de postes de livraison
ou de transformation raccordées à un réseau de distribution
publique ou privée de deuxième catégorie, éditées par le Ministère
des Travaux Publics et des Communications (suivant arrêté n°
556-70 du 2 Octobre 1971).
• - Les prescriptions de la Norme française U.T.E.C. 15-100 traitant
de l'exécution et de l'entretien des installations électriques de
première catégorie et de ses additifs, en vigueur au jour de
l'adjudication.
• - Les prescriptions de la Norme U.T.E.C. 14.100 d'Octobre 1969 et
ses additifs, traitant de l'exécution des installations électriques
comprises entre la distribution publique d'énergie électrique et
l'installation intérieure de première catégorie, règles.

65
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
• - Les prescriptions de la Norme U.T.E.C. 15.201 Juin 1980 traitant
l'exécution des installations électriques des grandes cuisines.
• - Les prescriptions de la Norme U.T.E.C. 13.100 relative à
l'établissement des postes d'abonnés établis dans un bâtiment et
raccordés à un réseau de distribution de deuxième catégorie.
• - Les prescriptions des textes officiels relatifs aux conditions
techniques auxquelles doivent satisfaire les distributions d'énergie
électrique U.T.E.C. 11.000 (1970).
• - Les prescriptions des textes officiels à la protection contre les
risques d'incendie et de panique dans les établissements recevant
du public U.T.E.
• - Les prescriptions imposées par le secteur local de distribution
(O.N.E.).
• - Les prescriptions du décret du 14 Novembre 1962 et ses additifs
relatifs à la protection des travailleurs dans les établissements qui
mettent en oeuvre des courant électriques pour tous les cas où le
dit décret est applicable ( U.T.E.C. 12.100).
• - Les normalisations spécifications et règles techniques établies
par l'U.T.E. (dernière édition en vigueur concernant notamment
l'appareillage général, les conducteurs, les moulures et conduites,
les mesures de protection contre la mise sous tension accidentelle
des masses métallique, etc... les normes et publication auxquelles
il est fait référence dans l'annexe de la norme U.T.E.C. 15.100.
• - Les normalisations, spécifications, règles techniques concernant
les installations téléphoniques et télégraphiques.
• - Les décrets circulaires ministérielles et règlements divers en
vigueur du Maroc, en particulier à l'arrêté du Ministère des
Travaux Publics n° 350-67 du 15 Juillet 1967 et à l'arrêté viziriel du
28 Juin 1938.
• - Les prescriptions du devis descriptif technique.
• - Arrêté du 11 Février 1963 fixant les conditions d'essais de
résistance au feu des conducteurs et câbles électriques isolés pour
l'éclairage de sécurité.
• - Arrêté du 28 Février 1968 fixant les prescriptions et essais
auxquels doivent satisfaire les blocs autonomes d'éclairage de
sécurité à lampes incandescentes utilisées dans les
établissements recevant du Public.

ARTICLE 3 - DOCUMENTS A FOURNIR PAR L'ENTREPRENEUR

Les plans à remettre par l’Entrepreneur dans les 20 jours à dater du


lendemain du jour de la notification de l'acceptation du marché sont
notamment :
• Les plans de canalisation composés des plans d'Architecte et
établis suivant les plans guides annexés au présent cahier, où
seront portés avec le maximum de précision le passage des
canalisations interrupteurs, prises de courant et postes
téléphoniques.
66
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
• On donnera le détail des canalisations nature (câbles conduits),
section et nombre de conducteurs.
• Les schémas développés avec repérage des appareils.
• Les notes de calculs indiquant les chutes de tension entre l'origine
et les extrémités de l'installation et la charge de chaque phase, les
bilans de puissances etc...
• Les plans d'ensemble et de serrurerie des armoires.
• Les fiches techniques des produits choisis.
• Les échantillons correspondant exactement aux produits choisis
(aspect, couleur, dimensions)
Tous les documents sont édités en français. Le système de mesure est le
système S.I., les formats des plans sont tous en A4 ou multiples de A4
jusqu'à A0. Chaque plan ou notice comporte un cartouche avec numéro
de plan et sa désignation.
Chaque envoi de documents doit être accompagné d'un bordereau
d'expédition en trois (3) exemplaires portant le numéro et la désignation
précise et complète de chacun des documents adressés.
A la réception provisoire, l'entrepreneur est tenu de fournir en trois (3)
exemplaires sous forme de calques ou contrecalques les plans et profils
des ouvrages réellement exécutés, certifiés par lui conforme à
l'exécution. Ils seront accompagnés de toutes les notices de
constructions et d'équipements concernant le démontage et l'entretien
de ceux-ci, ainsi que la liste de pièces de rechanges indispensables. Ces
pièces constituent un préalable au paiement du décompte définitif à la
réception définitive.
L'Entrepreneur devra faire approuvés, par la Société Distributrice (ONE.),
les plans d'exécution relatifs à la distribution du placard de branchement
jusqu'aux tableaux de protections individuels.

ARTICLE 4 - DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES – BASES DE CALCUL


Toutes les dimensions ou sections d'ouvrages décrits au cours du
présent document et les clauses particulières sont à considérer comme
des minima et devront être augmentées, si le résultat des calculs ou la
réglementation le justifie, sans possibilité de modification du prix de
l'entrepreneur.
Si l'Entrepreneur estime que les appareils ou certaines de leurs
caractéristiques ne sont pas en rapport avec les besoins à assurer, il doit
exprimer ses réserves dans une note annexe en exposant clairement les
raisons et proposer en variante chiffrée, le matériel et les
caractéristiques qu'il préconise. Dans le cas contraire, l'Entrepreneur est
réputé admettre la consistance du présent programme.
Les calculs sont à réaliser sur la base des données suivantes :
• Chute de tension
La chute de tension sera limitée, entre l'origine de l'installation (définie
dans les clauses particulières) et tout point d'utilisation aux valeurs ci-
après :

67
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
Installations alimentées par un réseau de distribution publique basse
tension :
• Eclairage : 3%
• Autres usages : 5%
Installations alimentées par un poste abonné HT/BT :
• Eclairage : 6%
• Autres usages : 8%
Indépendances des installations :
Les installations électriques seront mises en œuvre de manière que soit
exclues toute influence matérielle dommageable entre celles-ci et les
installations non électriques du bâtiment.
Division des installations :
Les installations électriques seront divisées en plusieurs circuits,
afin notamment :
• de limiter les conséquences d'un défaut.
• de localiser facilement les défauts d'isolement.
• de faciliter les vérifications, les essais et l'entretien.

ARTICLE 5 - RÉSEAU DE TERRE ET CONDUCTEURS DE PROTECTION :


Section 5.1 - Réseau de terre

La prise de terre générale de l'installation sera réalisée par un


ceinturage à fond de fouille d'un câble en cuivre nu de 28mm²
intéressant le périmètre du bâtiment et en bon contact avec le sol.
Seront reliés à ce conducteur les armatures métalliques des fondations,
à raison d'une liaison environ tous les 20 mètres, les descentes
éventuelles des paratonnerres, tous les tableaux électriques
divisionnaires de puissance ainsi, que les profilés de charpente
métallique éventuelle (1 poteau sur deux). Ces liaisons permettant d'une
part, de diminuer la valeur de la résistance globale de mise à la terre
des masses et d'autre part, d'assurer l'équipotentialité de toutes les
masses.

Section 5.2 - Nature et mise en oeuvre du conducteur de


protection

Lorsque la protection est assurée par des dispositifs à maximum de


courant (par exemple disjoncteur), il est indispensable d'incorporer le
conducteur de protection dans la même canalisation que les
conducteurs actifs du circuit correspondant ou de le placer à proximité
immédiate.
Si les canalisations sont constituées de conducteurs isolés ou de câbles
unipolaires, il est recommandé de permuter la position du conducteur
de protection par rapport aux conducteurs actifs régulièrement et tous
les 25m approximativement afin de ne pas augmenter l'impédance de la
boucle de défaut.

68
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
Dans tous les cas où des incertitudes existeraient sur le fonctionnement
des protections du fait d'une trop forte impédance de la boucle de
défaut, l'entrepreneur devra prévoir le renforcement des liaisons
équipotentielles à cet endroit, dans le but d'augmenter la valeur du
courant de défaut présumé.

Section 5.3 - Sortie de terre

• Le circuit de terre ceinturant l'ensemble des fouilles de l'opération


sera ressorti au niveau de chaque poste, ainsi qu'au niveau du
local du groupe électrogène s'il est prévu et au niveau du local du
T.G.B.T.
• Ces remontées seront raccordées chacune sur une barrette de
cuivre montée sur isolateurs et équipée d'une barrette mobile
pour mesure. L’ensemble aboutissant dans des coffrets prévus à
cet effet.
Les coffrets de terre seront interconnectés par un câble de cuivre nu de
28mm².
Il est prévu pour le local groupe électrogène et le local courants faibles,
une barre de cuivre où le titulaire du lot concerné viendra raccorder ces
équipements.
Depuis les différents coffrets de terre, seront raccordés toutes les mises
à la terre des différents équipements ainsi que les liaisons
équipotentielles.

Section 5.4 - Mise à la terre des masses métalliques

Tous les départs de terre en partance de ces barrettes seront


obligatoirement repérés à l'aide d'étiquettes DILOPHANE gravées, avec
la mention des "départs" ou "arrivées".
L'entrepreneur aura à sa charge, la mise à la terre de toutes les masses
métalliques susceptibles d'être mises accidentellement sous tension,
suivant les prescriptions du décret du 14 Novembre 1988.

ARTICLE 6 - ARMOIRES - TABLEAUX ET COFFRETS BT


Les tableaux seront préfabriqués, étanches I.P. 549 pour les armoires
métalliques, I.P. 305 pour les tableaux secondaires conformes à la
norme U.T.E. 20.010, en tôle électrozinguée peinte à laque
glycérophtalique, ou en polyester, équipés de portes fermant par
poignée avec serrure.
• Ils comprendront l'appareillage nécessaire pour la protection, le
sectionnement et la commande des circuits. Ils seront réalisés
conformément aux prescriptions ci-dessous :
• Appareils fixés sur barreau DIN ou OMEGA.
• Câblage en H 07 V.R.
• Appareillage prise avant ou arrière.
• Repérage de tous les appareils par étiquette gravée sur barreau.
• Sortie de câble par presse-étoupe.
69
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
• Pour les tableaux concernés, télécommande ramenée sur borniers
avec repérage et contacts O.F. de report d'alarme et signalisation;
• Barres de terre et de neutre pour les départs.
• Les tableaux doivent s'ouvrir côté circulation.
• Dimensionnés pour recevoir 30% d'équipements supplémentaires.

ARTICLE 7 - CHEMINS DE CABLES ET CABLES


Section 7.1 - Type

Sauf condition externe particulière, les chemins de câbles seront du type


métallique galvanisé à chaud.

Section 7.2 - Pose des câbles

Lors de la pose, il faut éviter soigneusement d'écraser ou de déchirer la


gaine, il faut éviter aussi de cintrer les conducteurs de câbles dans un
trop faible rayon. Le rayon intérieur de courbure ne doit pas être
inférieur à la valeur indiquée par la norme ou les constructeurs.
Les câbles sont disposés en général en une seule couche. Les câbles
unipolaires d'une liaison tripolaire doivent être disposés de manière à
équilibrer les impédances par rapport à la terre (par exemple en
triangle).
Pour réduire les impédances de boucles et assurer la répartition correcte
des courants dans les conducteurs en parallèle, les câbles unipolaires et
les conducteurs isolés appartenant à un même circuit, doivent être
posés à proximité immédiate les uns des autres. Cette règle s'applique
également au conducteur de protection correspondant.
Cette hypothèse a été retenue pour le calcul des sections prévues dans
le dossier technique en ce qui concerne le choix du coefficient réducteur
spécifié dans la norme C15.100. Toute autre disposition prise à
l'initiative de l'entrepreneur et entraînant une augmentation de section
sera imputée financièrement à celui-ci et ce, quel que soit l'instant dans
le déroulement des travaux, auquel l'observation lui aura été notifiée.

Section 7.3 - Traversée de parois et planchers

Aucun câble ne peut être encastré directement en traversée de parois


ou de planchers, il doit comporter une protection constituée par un
fourreau ou un conduit de degré de protection au moins égal à XX5. Les
traversées de parois et de planchers par les canalisations doivent être
obturées afin qu'elles s'opposent à toute propagation d'incendie de part
et d'autre.

Section 7.4 - Contraintes dues au fonctionnement des


câbles

Par suite des dilatations résultant des différents régimes de charge et


notamment pour éviter qu'ils soient soumis du fait de ces mouvements à
70
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
des efforts anormaux les câbles seront posés avec une légère ondulation
et particulièrement aux changements de direction et aux traversées des
joints de dilatation.

Section 7.5 - Identification et localisation des câbles

A chaque extrémité, dans les parcours horizontaux et verticaux et en


particulier aux points où interviennent des changements dans la
composition des nappes des câbles (croisement etc....). Ces derniers
porteront un moyen de repérage qui peut consister en un bracelet ou
une médaille portant toutes les indications utiles permettant
l'identification.
Pour un exemple, un numéro d'ordre portant le numéro de circuit et la
référence du circuit à alimenter.

Section 7.6 - Confection des extrémités et jonctions

A toute discontinuité, une protection mécanique et un isolement


équivalent à ceux du câble doivent être reconstitués et la continuité de
la mise à la terre assurée. La continuité de la gaine, de l'écran ou du
feuillard doit être assurée au droit des boites de jonctions ou de
dérivation. La liaison assurant cette continuité doit être protégée
mécaniquement et contre la corrosion.

Section 7.7 - Mise à la terre

Lorsqu'il est utilisé des câbles à double isolation, il est recommandé


d'assurer la continuité de terre et de mettre à la terre ce chemin de
câbles au niveau du tableau. Dans le cas contraire, le chemin de câbles
est considéré comme une masse métallique et la continuité électrique
de cette masse doit être assurée.

Section 7.8 - Connexions

Sauf cas particulier à soumettre pour approbation, aucune boite de


connexion ne sera admise entre la cellule de départ haute ou moyenne
tension et le point d'alimentation. Les câbles doivent être installés en un
seul tenant, sans aucune boite de jonction intermédiaire.

ARTICLE 8 - CANALISATIONS ENTERRÉES


Section 8.1 - Proximité d'autres canalisations électriques
d'énergie

Lorsque 2 câbles électriques se croisent, ils doivent être distants d'au


moins 20cm, à moins d'interposition d'une séparation efficace.
Lorsque plusieurs câbles électriques d'énergie ont un tracé parallèle, il
est souhaitable de les espacer d'au moins 20cm.S'ils se cottoient sur

71
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
une grande distance, il y a lieu d'appliquer aux intensités admissibles, le
facteur correcteur de proximité prévu par la C.15.100.
Lorsqu'un câble moyenne tension cottoie un câble basse tension, il y lieu
de placer le câble MT à environ 20cm en contre-bas latéral du câble BT.
Lorsque accidentellement des câbles de tension différente sont
superposés, un dispositif avertisseur doit être placé au dessus de
chacun d'eux.
Lorsque des câbles d'énergie et de télécommande suivent des parcours
parallèles une distance de 40cm doit séparer les 2 groupes de câbles.
Un groupement de câbles de télécommande pourra être posé côte à
côte.

Section 8.2 - Passage en fourreau ou buses

Quelle que soit la nature des fourreaux, il ne doit être placé en principe
qu'un seul câble multipolaire d'énergie par conduit ou plusieurs câbles
unipolaires faisant partie d'un même circuit sauf si le calcul des sections
tient compte des facteurs de réduction dus à la pose jointive. Il est
formellement interdit de poser un seul câble unipolaire dans un fourreau
métallique ou blindé.
La section totale des câbles, toutes protections comprises, ne doit pas
être supérieure à 40% de la section du conduit s'il s'agit d'un câble et à
30% s'il s'agit de plusieurs câbles unipolaires.
Sous conditions de compatibilité de fonctionnement des réseaux, il
pourra être admis de passer plusieurs câbles de télécommande et
télésignalisation dans la même buse ou le même conduit.
Le passage de plusieurs câbles appartenant à des circuits différents
dans une même buse peut être autorisée sous réserve que
simultanément :
• Tous les conducteurs sont isolés pour la même tension.
• Tous les circuits intéressés sont issus d'un même appareil général
de commande et de protection.
• Chaque circuit est protégé séparément contre les surintensités.

Section 8.3 - Préparation des tranchées et remblaiement

Le fond de la tranchée doit être dépourvu de toutes aspérités pouvant


détériorer la gaine extérieure des câbles.
Mise en place des couches de terre fine tamisée ou de sable (le sable de
mer est interdit) de 10cm d'épaisseur.

Section 8.4 - Pose des câbles

Les câbles seront recouverts d'une nouvelle couche de terre fine


tamisée ou de sable de 20cm d'épaisseur.
Pose d'un grillage avertisseur constitué par un grillage métallique
protégé contre la corrosion ou un grillage en plastique (ce dispositif
avertisseur est destiné à signaler, en cas d'ouverture de fouilles, la
proximité d'un câble ou d'un ensemble de câbles).
72
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
Il est rappelé que lorsque des câbles ou des ensembles de câbles
appartenant à des catégories de tension différentes sont posés à des
niveaux différents, il sera posé un premier grillage à 10cm de la
première nappe puis à 20cm de la deuxième nappe.
Le comblement de la tranchée jusqu'à 10cm au moins au dessus du
dispositif avertisseur est effectué avec des éléments les plus nobles des
déblais, éventuellement débarrassés au préalable par criblage de tous
matériaux susceptible d'endommager le câble.
Sauf règle particulière, le remblaiement sera poursuivi par couche de
15cm d'épaisseur maximum et soigneusement damé de façon à donner
au sol une consistance équivalente à celle qu'il présentait
antérieurement à la création de la tranchée (lorsque la pose est
effectuée dans un terrain de résistivité thermique trop élevée, les
déblais seront remplacés par de la terre fine).

ARTICLE 9 - DÉROULAGE DES CÂBLES ENTERRÉS


Le déroulage des câbles s'effectuera suivant les recommandations des
constructeurs.
La préparation pourra s'effectuer de la façon suivante :
• .Enlever du parcours tous les objets, cailloux, obstacles qui
pourraient endommager le câble pendant le tirage.
• .Bien nettoyer les fourreaux et enterrés des fourreaux.
• .Répartir les galets afin que le câble ne frotte pas sur le sol.
• .Aménager les angles et particulièrement les entrées de fourreaux
à l'aide de galets guidant le câble horizontalement et
verticalement (le câble ne doit pas frotter sur l'arrêté des entrées
de fourreaux.
• Faire des courbes les plus grandes possibles, ne jamais "casser" le
câble pour lui faire prendre la courbe.
Lorsque les câbles sont posés en tranchée ou sous fourreaux, un
repérage du parcours serait obligatoire. Les repères seront constitués
par des bornes indestructibles, placées sur les parcours des câbles, à
chaque changement de direction et à chaque pénétration.
La distance maximale entre deux repères ne dépassera pas 75m.

Section 9.1 - Profondeur de pose

Pour parer aux effets de tassement des terres, les câbles MT et BT


seront enfouis à une profondeur minimale de :
• 0,80m en terrain normal pour les câbles basse tension.
• 1m en terrain normal pour les câbles moyenne tension.
• 1m à la traversée des voies accessibles en voiture et dans une
zone de 50cm des voies accessibles.

Section 9.2 - Regards de tirage et de visite

Lorsque les câbles enterrés sont posés sous buses, des regards en béton
doivent être précis à chaque entrée de bâtiment, à chaque changement
73
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
de direction et tous les 40m environ pour les tracés rectilignes. Les
dimensions des regards doivent permettre la visite et le remplacement
éventuellement des câbles. Les entrées des buses au niveau des regards
doivent être obturés pour éviter les infiltrations des rongeurs.

ARTICLE 10 - CANALISATIONS ÉLECTRIQUES


Section 10.1 - Nature

Les liaisons moyenne tension seront en câble unipolaire polyéthylène


haute densité, champs radial, posés avec protection mécanique.
Distribution générale basse tension :
A l'intérieur du bâtiment et à partir du tableau général basse tension et
jusqu'aux tableaux de distribution secondaires, la distribution se fera
soit par câble U 1000 RO 2V posé sur chemin de câble ou sous tube
rigide inflammable ou protégée par buse, soit par canalisation
préfabriquée.
Section des conducteurs
La section des conducteurs actifs sera déterminée en fonction des
intensités admissibles (tableau 35 Normes CL 005) et des limites de
chutes de tension entre le transformateur et les circuits terminaux (3 %
pour les circuits lumière, 5 % pour les circuits forces) sans être inférieur
à 2,5 mm² pour les circuits prises de courant et 1,5 mm² pour les circuits
d'éclairage.
Pour les lignes principales, la section du conducteur neutre pourra être
réduite dans la mesure où le pôle correspondant de l'appareil de
protection sera réglé à l'intensité nominale de cette section.
La section des conducteurs de terre sera déterminée conformément à
l'annexe II du Chapitre 6, Norme CL 005.
Repérage
Pour les conducteurs H 07 V.U. on respectera dans toute l'installation
des continuités de couleur d'isolant pour :
• Les conducteurs de phase (de préférence rouge ou jaune). Si la
même couleur est utilisée pour les trois phases, on numérotera
chacune d'elle par abréviations sur bande "Sterling" type P.H.I.
• Le conducteur neutre (obligatoirement bleu clair).
• Le conducteur de terre (obligatoirement jaune torsadé vert ou à
défaut noir).
• Pour les câbles on repérera les conducteurs par abréviation sur
bande "Sterling" type P.H.I.

Section 10.2 - Appareils de coupure et de protection

Cet appareillage devra porter la marque de conformité N.F. - U.S.E.


Les disjoncteurs seront conformes au descriptif, ceux du type différentiel
auront une plage de déclenchement 300 à 500 mA pour les appareils à
moyenne sensibilité et 30 mA pour les appareil à haute sensibilité.

74
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
Les coupe-circuits seront tous du type disjoncteurs déterminés
conformément au tableau de la norme C 15.100 ou CL005.
Les commandes "normal" d'éclairage seront réalisées par interrupteurs
unipolaires calibre 10A et à contacts argent.
Les circuits issus du tableau de répartition devront satisfaire aux règles
suivantes :
• Les foyers lumineux fixes devront être répartis sur un ou plusieurs
circuits exclusivement affectés à cette fonction.
• Les socles et prises devront être alimentés par un ou plusieurs
circuits distincts de ceux alimentant les foyers lumineux fixes.
• Un circuit ne pourra desservir plus de huit (8) points d'utilisation.
Les modèles d'interrupteurs et de télérupteurs encastrés seront fixés par
vis ou par griffes.
Les prises de courant normales seront du type calibrées à 16A. Au-
dessus des sols granito, carrelés ou ciments et comprendront une fiche
de terre reliée au circuit général de terre.
Elles seront du type étanche, plexo ou similaire dans les locaux
techniques.
Les modèles encastrés seront fixés par vis sur le boîtier à l'exclusion de
tout système à griffes.

Section 10.3 - Appareils d’éclairage

Des douilles de lampes à incandescence seront en laiton sauf dans les


locaux humides où elles seront en matière isolante, elles seront du type
à baïonnette jusqu'à 150 W et à vis au delà.
Les douilles à interrupteur seront interdites, tout repiquage de
conducteurs sera proscrit.
Les appareils fluorescents seront tous du type compensé. Les ballasts
seront noyés dans la résine polyester, et du type à allumage instantané.

Section 10.4 - Niveaux d’éclairement moyens


recommandés

Chaque type d'appareil d'éclairage est choisi suivant le type du local,


conformément à la norme U.T.E.C. 71.110 et la norme U.T.E.C. 12.200.
Les calculs de niveaux d'éclairement et le choix des appareils devront
être établis en fonction des critères qualitatifs et décoratifs pour
l'éclairage intérieur artificiel.
Le niveau d'éclairement demandé devra être obtenu après une période
minimum de 150 heures de fonctionnement.

Section 10.5 - Protection des personnes contre les dangers


électriques

D'une manière générale, les mesures de protection des personnes


contre les dangers présentés par les courants électriques seront
réalisées conformément aux indications du Chapitre 6 de la Norme CL
005.
75
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
Toutes mesures devront être prises contre les contacts directs en
particulier dans les tableaux électriques qui seront fermés à clé et ne
contiendront aucun interrupteur d'éclairage ou prises de courant dont
l'accès nécessite l'ouverture de tableau.
Contre les contacts indirects, on procédera :
• D'une part, à la mise à la terre de toutes les masses susceptibles
d'être mises sous tension, des liaisons équipotentielles des salles
d'eau, des fiches de terre des prises de courant, à travers un
circuit de terre.
• D'autre part, à l'installation de disjoncteurs différentiels haute et
moyenne sensibilité avec sélectivité de déclenchement et qui
devront ouvrir les circuits.

Section 10.6 - Mise en œuvre des fournitures

Percements, scellements et fixations diverses


Tous les percements, scellements et fixations diverses sont à la charge
de l'Entrepreneur du présent lot. Les réservations importantes sont
réalisées par l'Entrepreneur du lot gros-oeuvre suivant les indications
fournies par l'Entrepreneur du présent lot.
Pour l'exécution des scellements que l'Entrepreneur est amené à
effectuer, l'emploi du ciment doit être du type à prise rapide, le plâtre
étant interdit.
Pour les fixations éventuelles prévues sur des parties métalliques,
l'Entrepreneur doit exécuter des raccords anti-rouille dans le cas où des
soudures ou des percements doivent être réalisés.
Toutes les fixations métalliques sont peintes, galvanisées ou cadmiées.
Traversée des parois
Elles doivent répondre aux Normes U.T.E.C. 15.100 et P.N.M. 7.11 C.
1005. Tous les fourreaux ainsi que les percements et scellements
nécessaires à leur pose sont effectués par l'Entrepreneur du présent lot.
Ils doivent être d'un diamètre approprié à celui des câbles dont ils
assurent le passage et dépasser sur chaque face la paroi qu'ils
traversent d'un centimètre.
Repérages des câbles
Les câbles spécifiques aux appareils sont relevés tous les 3 mètres à
leurs points de départs, changements de direction et d'aboutissement
par une bague dont l'indication doit correspondre aux schémas fournis.
Visseries et boulonneries
Seul l'emploi de boulonnerie et de visseries cadmiées est admis.
Tôles
Les tôles sont de qualité double décapage, traitées au chromate de zinc,
soigneusement mastiquées et poncées avant peinture.
Peintures
Toutes les parties métalliques sont recouvertes d'une couche de minium
de plomb contenant au minimum 20 % d'huile de lin.
Câbles

76
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
Les câbles utilisés sont du U. 500 V. ou U. 500 SV dans les coffrets : pour
la distribution secondaire U 1000 RO 2V.

Section 10.7 - Essais, contrôles et réceptions

Essais des matériaux


Les modalités spécifiques d'exécution des essais sont définies par les
Normes U.T.E.
Conditions de réception des travaux
Réception provisoire
La réception provisoire est prononcée lorsque les conditions ci-après
auront été réunies :
• Remise des documents prévus dans au paragraphe 1°) du présent
article (documents à fournir par l'Entrepreneur).
• Essais de réception ci-après concernant :
• Vérification de l'isolement des différents éléments : R > 400.000
ohms.
• Chutes de tension telles qu'elles sont définies au paragraphe 3°)
du présent article.
• Equilibrage des phases sur les arrivées des armoires.
• Essais de fonctionnement.
• Essais de rigidité diélectrique de tous les circuits à 2U + 1000 V U
étant la tension de service.
• De continuité des circuits de protection;
• Essais sur les appareils d'éclairage prévue par les normes
françaises U.T.E.C. 71.200 et 71.210.

CHAPITRE8 - PRESCRIPTIONS TECHNIQUES


PARTICULIERES A LA PEINTURE

ARTICLE 1 - ETENDUE DES TRAVAUX


Les travaux de faux plafond sont définis comme suit (sans que cette liste
soit limitative) :
• La fourniture, le transport et la mise en oeuvre de tous les enduits
préparatoires des peintures et des matériaux nécessaires au
parfait achèvement des travaux conformément aux dispositions
du devis descriptif.
• La fourniture, la mise en place et le repli tous les échafaudages
nécessaires à l'exécution des travaux.
• L'exécution d'échantillons suivant les choix des produits et les
nuances retenues par la Maîtrise d'Oeuvre sur les surfaces
témoins.
• L'examen des supports des subjectiles, leur brossage et
époussetage.

77
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
• La protection des ouvrages non peints, les sols, revêtements
divers, menuiserie métallique en métal inoxydable, quincaillerie,
appareillages électriques et autres etc....
• Les raccords et reprises après intervention des autres corps d'état,
notamment après les mises en jeu.
• La réfection des travaux défectueux ou abîmés, soit en cours de
travaux, soit à la réception, avec toutes sujétions en découlant.
• La protection de toutes les surfaces peintes par l'Entreprise
jusqu'à réception des travaux etc., et tous les matériels utilisés
pour la mise en oeuvre des ouvrages.
L'Entrepreneur a à sa charge l'exécution de tous les travaux définis par
le présent Cahier des charges. Il devra livrer les ouvrages parfaitement
terminés et suppléer par ses connaissances professionnelles aux détails
qui pourraient avoir été omis dans les prescriptions et qui seraient
nécessaires au parfait achèvement des ouvrages suivant les règles de
l'Art, il devra en outre :
Tous les travaux de préparation, époussetage, égrenage, brossage,
décalaminage, rebouchage, et l'exécution d'enduit garnissant.

ARTICLE 2 - DOCUMENTS TECHNQUES DE RÉFÉRENCE.


L'entrepreneur devra exécuter tous ses travaux ou installations
conformément aux normes et règlements en vigueur au Maroc à la date
de la remise de son offre, ou à défaut, aux normes et règlements
français
Les normes marocaines et les normes AFNOR concernant la peinture
auxquelles l'entrepreneur est tenu de se conformer sont :
• NF T 30.001 - Terminologie et défauts divers.
• NF T 30.002 - Classification des pigments minéraux.
• NF T 30.003 - Classification des familles de peintures, vernis
et produits Annexes.
• NF T 30.015 - Peintures - Essai de résistance à l'abrasion.
• NF T 31.001 - Blancs broyés à l'huile de lin.
• NF T 78.331 - Mastic à l'huile de lin.
• NF T 32.500 - Classification et épaisseur.

ARTICLE 3 - PROVENANCE DES MATÉRIAUX


D'une façon générale, les matériaux, devront être agrées par la Maîtrise
d'Oeuvre.
Les conditions générales et les qualités sont définies par le devis
descriptif.
Les préparations des surfaces en particulier devront répondre
strictement aux prescriptions ci-après et du devis descriptif.
NATURE DES MATERIAUX PROVENANCE OBSERVATIONS
Huile de lin. De production locale. Article 69 du D.G.A.
Blanc de zinc broyé à Des dépôts agrées. Du choix de la Maîtrise
l'huile. d'Oeuvre.
78
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
Couleurs Teintes fines des Du choix de la Maîtrise
dépôts agrées. d'Oeuvre.
Peintures latex vinylique Des dépôts agrées. Marque et qualité à faire
glycéro - apprêts - vernis. agréer par la Maîtrise
d'Oeuvre.

Peinture antirouille. Plombium. Marque et qualité à faire


agréer par la Maîtrise
d'Oeuvre.

NOTA : La Maîtrise d'Oeuvre pourra exiger des analyses de peinture par


un laboratoire agréé. préalablement à tout agrément. Les frais seront à
la charge de l'Entreprise.
L'Entrepreneur devra soumettre à la Maîtrise d'Oeuvre un échantillon de
chaque espèce de matériaux ou fournitures qu'il se propose d'employer.
Il ne pourra mettre en oeuvre des matériaux ou des fournitures qu'après
acceptation donnée à l'Entrepreneur par ordre de service délivré par la
Maîtrise d'Oeuvre.
Les références et procès verbaux d'analyses des peintures seront à
fournir à la Maîtrise d'Oeuvre.
L'Entrepreneur devra pouvoir présenter à toute réquisition, des
attestations et certificats prouvant l'origine et qualité des matériaux
proposés. Les peintures en particulier seront livrées en bidons d'origine
plombés par le fournisseur.
Par le seul fait du dépôt de son offre, l'Entrepreneur sera réputé
connaître, pour s'en être personnellement rendu compte, les ressources
des dépôts désignés ci-dessus, aucune réclamation ne sera recevable
concernant le prix de revient à pied d'oeuvre de ces matériaux.

ARTICLE 4 - IMPRESSIONS
Section 4.1 - Ciment ou béton

Sur les ouvrages en ciment ou en béton, toute impression isolante devra


être prévue sans qu'il soit besoin de la signaler dans la "désignation des
ouvrages".

Section 4.2 - Bois

Les nœuds des résineux devront être isolés à la gomme laque.


Sur les bois destinés à être peints, il sera prévu une couche de peinture
d'impression réalisée avant pose.
Les bois devront subir un traitement insecticide et fongicide.
Les bois devant recevoir un traitement spécial seront préparés suivant
indications du fabricant du traitement et indications du devis descriptif.
Les bois destinés à être vernis recevront une couche de vernis coupé
avant pose.

79
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
Section 4.3 - Métaux ferreux

Les éléments en métaux ferreux seront livrés sur le chantier préservés


d'une couche d'antirouille appliquée par les entrepreneurs des lots
spéciaux, toutefois, l'Entrepreneur du présent lot devra, même si cela
n'est pas spécifié dans la désignation des ouvrages un dérouillage
éventuel, un dégraissage et une couche primaire de peinture antirouille.

Section 4.4 - Autre métaux

Ils seront soigneusement dégraissés avant mise en peinture.

ARTICLE 5 - PRESCRIPTIONS PARTICULIÈRES À LA PEINTURE


Section 5.1 - Généralités

Les travaux de peinture comprendront obligatoirement les phases


suivantes :
• Apprêt, nettoyage des fonds, brûlage pour les menuiseries bois,
rebouchages, impression, enduit général etc...
• La première couche de peinture.
• La deuxième couche de peinture après séchage parfait de la
première.
• Le nettoyage parfait de toutes les pièces de quincaillerie ou
appareillage électrique.
Tous les sols devront être efficacement protégés afin de ne pas être
tachés.
Chaque opération terminée pourra faire l'objet d'un constat, les deux
couches de peinture devront se différencier par une légère nuance de
teinte, la deuxième couche étant bien entendu, au ton exact défini par la
Maîtrise d'Oeuvre.
L'attention de l'Entrepreneur est attirée sur le fait que les menuiseries et
quincailleries posées avec une couche d'impression n'implique pas
obligatoirement que cette impression est destinée à protéger les
fournitures pendant la durée des travaux.
Les travaux tels que le nettoyage final des lieux sont à la charge de
l'Entrepreneur et devront être exécutés de façon parfaite, les sols, les
plinthes et le retour horizontal des plinthes devront être lessivés à
plusieurs reprises au savon noir de première qualité, l'esprit de sel étant
formellement interdit.
Les hauts et bas de portes hors vue devront être peints, ou vernis, les
serrures des portes bloquées devront être nettoyées avec précaution à
l'essence et huilées ainsi que toutes les autres quincailleries, crémones,
targettes, paumelles etc.... toutes les paumelles et charnières perforées
devront être huilées.
Le blanc de zinc devra être obligatoirement composé d'un minimum de
99,6 % d'oxyde de zinc pour label de qualité "cachet vert".

80
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
Section 5.2 - Echantillonnage et teintes

L'Entrepreneur devra exécuter à ses frais et sur les indications de la


Maîtrise d'Oeuvre, tous les échantillons de teintes demandées.
Après accord du Maître d’oeuvre, l'Entrepreneur réalisera des
échantillons témoins mobiles exécutés sur objet mobiles acier, béton,
enduit.
La surface de ces échantillons mobiles est d'au moins 0,25 m2 (0,50 x
0,50).

ARTICLE 6 - TRAVAUX PREPARATOIRES ET DE FINITION EN ÉLÉVATION


Après préparation de ces surfaces témoins mobiles et avant tout
commencement d'exécution sur le chantier, le Maître d’Ouvrage
désignera à l'Entrepreneur les locaux où seront exécutés sur des
surfaces témoins fixes, des essais d'enduit pelliculaire garnissant et de
finition de peinture.
Avant l'application des peintures proprement dites, les surfaces seront
apprêtées et devront être reconnues par le Maître d’Ouvrage prêtes à
recevoir les couches protectrices.
Les travaux préparatoires et de finition seront exécutés avec le plus
grand soin, conformément aux ordres donnés et aux prescriptions
techniques générales, applicables aux travaux de peinture, prévus au
cahier n° 139, édité par le centre scientifique et technique du Bâtiment.
(C.S.T.B.)
Les rechampissage nécessaires ne donneront lieu à aucune plus value.
L'Entrepreneur sera soumis sans restriction aux dispositions des articles
28, 70, 71, 173 et 174 du devis général d'Architecture.
Les peintures seront suivant le subjectile, exécutées soit par
pulvérisation au pistolet, soit à la brosse soit au rouleau, tout séchage
artificiel est interdit.
En outre, il est précisé :
• Qu'il peut être prescrit des teintes différentes dans chaque local.
• Que dans un même local, il pourra être prescrit l'exécution de
teintes différentes.
Au cas où, après application des couches prescrites, certaines surfaces
ne présenteraient pas une teinte uniforme (parties mâtes ou traces de
pinceau) l'Entrepreneur devra, à ses frais, exécuter après nouveau
ponçage les couches supplémentaires nécessaires à la finition parfaite
des surfaces peintes.
L'Entrepreneur devra assurer une protection parfaite des ouvrages qui
pourraient être tachés par des produits qui seront notamment compris
dans la protection, les enduits préalables sur les quincailleries, les
appareils électriques etc...
Sont compris dans le prix, le nettoyage, l'enlèvement de toutes les
protections appliquées sur les différents ouvrages pendant l'exécution
des peintures.
81
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
A défaut d'avoir pris des précautions suffisantes ou effectué un
nettoyage correct, le Maître d’Ouvrage fera procéder aux nettoyages
nécessaires aux frais de l'Entrepreneur.
Les dépenses correspondantes seront induites, sans autre préavis, sur le
décompte des sommes qui seront dues au titre de la présente
entreprise.
Le Maître d’Ouvrage exigera également la réfection aux frais de
l'Entrepreneur des parties peintes et non réceptionnées qui auraient été
endommagées sans que ce dernier puisse opposer une recherche de
responsabilité.

ARTICLE 7 - VÉRIFICATION ET CONTRÔLE DES PEINTURES


Des vérifications de conformité auront lieu à la diligence du Maître
d’oeuvre.
Ces prélèvements seront faits contradictoirement, si l'Entrepreneur ou
son représentant dûment convoqué fait défaut, les prélèvements seront
valablement faits en son absence.
Les échantillons destinés aux analyses de conformité pourront être
prélevés immédiatement et de nouveaux essais seront effectués aux
frais de l'Entrepreneur sur les lots de remplacement.
L'Analyse qui fera apparaître, pour un échantillon déterminé, une
qualité différente de celle présentée par le fabricant, entraînera le non
paiement de la surface peinte à l'aide de la peinture échantillonnée.
ESSAIS DE VIEILLISSEMENT
Quatre essais de vieillissement seront effectués sur des peintures au
choix de la Maîtrise d'Oeuvre au Laboratoire agréé.
Au cas où les résultats des essais ne donnent pas satisfactions, les frais
de ces derniers seront à la charge de l'Entrepreneur.
En outre, une réduction de prix de 50 % sera appliquée sur la zone
incriminée.
En tout état de cause, l'Entrepreneur aura la faculté de demander la
réfection, mais la Maîtrise d'Oeuvre se réserve le droit de la lui refuser et
lui imposer la réfection totale de la zone considérée.

ARTICLE 8 - PRESCRIPTIONS PARTICULIÈRES À LA VITRERIE


Les vitrages auront une épaisseur minimale conforme aux normes,
épaisseur déterminée par les dimensions des volumes à mettre en
place. Ces vitrages seront de premier choix, clairs ou teintés suivant
descriptif et non déformants.
La vitrerie devra être coupée de manière à s'ajuster avec un jeu de 2
mm minimum dans le fond des feuillures et occuper les deux tiers au
moins de la largeur de la feuillure.
Avant la pose d'une vitre, les feuillures seront nettoyées à vif, elles
recevront une couche de peinture à l'huile pour les menuiseries bois.
Les vitres seront posées à bain de mastic extérieur et intérieur au
moyen de parcloses fournis par l'Entrepreneur de menuiserie.
82
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
Les vitrages seront nettoyés à la fin des travaux avant la réception
provisoire.
L'Entrepreneur devra s'assurer que les feuillures ont été imprimées
avant tout commencement d'exécution.
Le mastic à l'huile de lin devra être de première qualité dans les
meilleures marques.
Les bandes de mastic bien rectilignes, et le recouvrement sera exécuté
suivant les règles de l'Art.
Tolérances d'épaisseur : (verres de 1ère qualité).
• Verre normal
clair..................................................................................... 3,6 à
4,0 mm.
• Glace ................................................................................................
........... 6,0 à 8,0 mm.
Tous les travaux de vitrerie comportant le risque de casse sont à la
charge exclusive de l'Entrepreneur.
Le prix du mètre superficiel comportera, chargement et déchargement,
coupes enlèvement des déchets, le nettoyage des verres à l'achèvement
du chantier.
Les verres seront du choix vitrerie.
Les verres seront posés en feuillures et par des pointes à vitrer.
L'Entrepreneur ne pourra se servir du pistolet à vitrer qu'après en avoir
reçu l'autorisation de la Maîtrise d'Oeuvre.
Il appartient à l'Entrepreneur du présent lot de respecter toutes les
prescriptions définies pour les travaux de ce genre, en aucun cas il ne
pourra prétendre à un supplément de prix quelconque pour quelque
cause que ce soit pour le non respect des conformités d'exécution.
Sitôt la mise en oeuvre, l'Entrepreneur sera tenu de rendre visibles les
vitres et glaces par une application partielle de produit de ton blanc.
Les dimensions des volumes seront relevées en accord avec le
fournisseur des menuiseries qui doit fournir à l'entreprise de vitrerie, sur
sa demande, un relevé des dimensions fond de feuillures à vitrer de
chaque élément. L'entreprise restera après accord, sur les dimensions
définies, responsable.
La vitrerie sera mesurée au mètre carré quelque soit la spécification du
verre posé conformément à l'article 238 du D.G.A.
SABLAGE
Le sablage par projection de silices permettra d'obtenir un dépolissage
du vitrage.
La pénétration du jet de silice ne sera pas supérieure à 15 microns.
Aspect : Possibilité d'incorporation de motifs suivant choix et calepinage
architecte.
Le dépolissage devra être uni, sans nuances et d'une parfaite régularité.

83
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
84
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
CAHIER DES CLAUSES
FINANCIERES PARTICULIERES
CCFP

85
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
CHAPITRE9 - PAIEMENT

ARTICLE 1 - PRIX
Il est formellement stipulé que l’Entreprise est réputée avoir une
parfaite connaissance de la nature, des conditions et difficultés
d’exécution du projet établi par le Maître d’Ouvrage, avoir visité
l’emplacement de la future construction, s’être rendue sur place et
s’être entouré de tous les renseignements nécessaires à la composition
des prix et avoir toutes les précisions désirables pour que l’ouvrage fini
soit conforme à toutes les règles de l’art et aux prescriptions du
Marché.
Les prix établis par l’Entreprise correspondent à des ouvrages en
parfait état d’achèvement et de fonctionnement. Il comprend
également tous percements, saignées, rebouchages, raccords de tous
corps d'état et en général toutes les sujétions nécessaires pour une
meilleure réalisation des ouvrages.
En supplément des moyens à mettre en œuvre pour réaliser les
ouvrages (main d’œuvre, matériaux, matériel,…, etc), sont compris
notamment dans les prix les charges suivantes :
• Les études supplémentaires, l’exécution des plans de détail,
leur validation par un BET agréé et leur visa par les services
compétents ;
• L’organisation du chantier des travaux et les installations y
afférentes ;
• L’implantation des ouvrages ;
• Les contrôles des matériaux tels que définis par les normes, les
règlements en vigueur et les spécifications particulières du
Marché ;
• La totalité de la main d’œuvre de direction, de surveillance,
d’exécution des ouvrages, appointements, salaires, frais de
voyage et de séjour, charges annexes, primes et indemnités de
toute nature,…, etc ;
• Les ouvrages permettant d’accéder aux différents points de
travail et aux différentes installations de l’Entreprise y compris
l’entretien en parfait état de viabilité des dits ouvrages et
éventuellement des voies publiques ou privées empruntées par
les engins de l’Entreprise durant les travaux ;
• L’enlèvement de toutes les installations de l’Entreprise en fin de
chantier, fondations comprises, et de tous les dépôts de
matériaux, terres, gravats,…, etc y compris l’enlèvement des
terres, déchets et autres matières provenant de l’exécution des
travaux, la remise en état des lieux et le nettoyage de tous les
ouvrages avant réception.

86
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
ARTICLE 2 - SOUS DÉTAIL DES PRIX
Le Maître d’Ouvrage peut demander à tout moment à l’Entreprise de
fournir les sous détails de prix justificatifs. Ils feront apparaître
nettement :
• Pour les matériaux : leurs caractéristiques, leurs origines ou
l’usine d’où ils proviennent, le prix des fournitures départ usine
ou carrière, les frais d’amenée à pied d’œuvre, non compris les
majorations pour frais généraux, impôts, TVA et bénéfice ;
• Pour les dépenses de main-d’œuvre : les prix pratiqués pour les
différentes catégories d’ouvriers, y compris les taxes, les frais
généraux, impôt et bénéfices ;
• Les pourcentages de majoration globaux appliqués, d’une part
aux dépenses de main d’œuvre et d’autre part, aux dépenses
de matériaux. Ces éléments justifieront les prix de main
d’œuvre et de matériaux figurant dans les sous détails. Pour
chaque prix il y aura lieu de faire apparaître les heures de
travail, les quantités de matériaux utilisés, les dépenses de gros
outillages,…, etc et tous les autres éléments entrant dans la
composition des prix considérés.

ARTICLE 3 - VARIATION DES PRIX


Les prix sont fermes et non révisables et non actualisables

ARTICLE 4 - MODIFICATIONS – TRAVAUX SUPPLÉMENTAIRES

Les travaux seront exécutés conformément aux règles de l’art et aux


documents contractuels à savoir : le présent CPS et les plans
techniques.
Aucune plus value ne sera accordée à l’Entreprise en cas de
modification à la suite d’une remarque justifiée et formulées par le
Maître d’Ouvrage ou ses représentants.
Il est précisé que seuls seront considérés comme travaux modifiés et
par suite réglés ou retenus à l’Entreprise, les travaux dus à des
changements dans le programme et ordonnés par ordre de service du
Maître d’Ouvrage.
Le Maître d’Ouvrage se réserve le droit de modifier à tout moment telle
ou telle partie d’ouvrage qu’il jugera nécessaire pour une meilleure
réalisation du projet.
Dans ce cas, les travaux modificatifs seront réglés aux mêmes prix
unitaires figurant dans le bordereau des prix détail estimatif.
Par ailleurs, il est à noter que :

87
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
• Les travaux supplémentaires, les modifications ou le volume
des travaux réduits ne modifient pas les engagements
contractuels de l’Entreprise, en particulier en ce qui concerne
les délais de réalisation ;
• L’Entreprise ne pourra pas se prévaloir de ces changements
dans l’importance du volume des travaux pour revendiquer une
quelconque indemnité, à condition que la demande de tous les
travaux qu’ils soient modifiés, en supplément, ou en réduction
soit établie par écrit à l’attention de l’Entreprise et ce, avant la
date de la réception provisoire.

ARTICLE 5 - NATURE DU MARCHÉ


Le règlement sera effectué par application des prix unitaires du
bordereau des prix, aux quantités réalisées et acceptées par le Maître
d’Ouvrage.

ARTICLE 6 - CONTENU DES PRIX


Les prix du bordereau ont un caractère forfaitaire et comprennent
notamment :
• Tous les frais de main-d’œuvre, de matériaux et fournitures, de
transport, de matériel, d’énergie et carburants,…;
• Tous les frais d’installation de chantier, d’amenée et de repli du
matériel, d’hébergement, de montage et de démontage,… ;
• Tous les frais des sujétions de sécurité, de nettoyage, de
gardiennage, de signalisation et de fonctionnement du chantier,
…;
• Tous les frais des ouvrages provisoires, déviations, accès,… ;
• Tous les frais résultant du maintien de la circulation sur les
voies de raccordement ou traversant les chantiers, ainsi que les
frais résultant de l’occupation temporaire de la chaussée ou des
domaines publics ou privés ;
• Tous les frais d’épuisement et de blindage s’il y a lieu ;
• Tous les frais d’études, d’essais, de contrôle, de suivi,… ;
• Les frais de casse, de chute, de foisonnement, de pertes, de
reprises,… ;
• Les frais généraux et bénéfices de l’Entreprise, dont les faux-
frais, les taxes et impôts existants, y compris la taxe sur la
valeur ajoutée (TVA) ;
• Les frais des garanties bancaires, les frais financiers, les frais
de douanes, les primes d’assurances ;
• Etc.
Les prix sont établis en considérant qu’aucune prestation n’est à
fournir par le Maître d’Ouvrage.

88
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
Les plans et descriptifs se complètent entre eux et l’Entreprise, en cas
de doute, devra la totalité des travaux inhérents à son corps d’état
qu’ils résultent de l’un des documents du dossier de l’opération ou
qu’ils soient nécessaires à la bonne finition des travaux et au
fonctionnement parfait de l’ensemble des installations.
L’Entreprise reconnaît que ce prix s’entend comme sa seule
rémunération pour toutes les prestations dues au titre du présent
Marché.

ARTICLE 7 - SITUATIONS MENSUELLES


Les ouvrages seront payés sur la base des prix unitaires du bordereau
des prix établi par l’Entreprise et d’après les quantités réellement
exécutées et régulièrement constatées.
Les attachements seront pris sur le chantier au 20 de chaque mois, par
un représentant du Maître d’Ouvrage en présence de l’Entrepreneur
(ou de son représentant) convoqué à cet effet et contradictoirement
avec lui. Toutefois, si l’Entrepreneur ne répond pas à la convocation et
ne se fait pas représenter, les attachements pourront ne pas être pris.
Seuls les travaux réalisés, figurant dans le bordereau des prix
et dont la conformité aux spécifications est entièrement
justifiée (qualité, topographie, validation des organismes de
contrôle,…, etc), pourront être pris en attachement.
Chaque attachement mensuel donnera lieu à l’établissement d’une
facture sur les travaux terminés à déposer avant la fin de chaque mois.
La facture correspondant aux travaux sera réglée au plus tard dans un
délai de 30 jours à partir de la fin du mois de sa réception par le Maître
d’Ouvrage à moins que le Maître d’Ouvrage conteste la proportion du
métré ou la qualité des travaux réalisés.
Lorsque certaines parties d’ouvrages doivent être ultérieurement
cachées et que par suite les quantités exécutées ne seront plus
susceptibles de vérifications, l’Entreprise doit en assurer le relevé
contradictoirement avec les représentants du Maître d’Ouvrage afin de
les inclure ensuite dans le prochain attachement mensuel.
Aucun attachement ne pourra être opéré pour les ouvrages dont
l’exécution ne sera pas conforme au plan correspondant signé par
l’Ingénieur avec la mention « Bon pour exécution » ainsi qu’aux
spécifications du présent C.P.S.
Ces attachements ont un caractère provisoire et doivent
obligatoirement être joints aux situations mensuelles de règlement.

ARTICLE 8 - APPROVISIONNEMENT
Les acomptes sur approvisionnements ne sont pas prévus dans le
présent Marché.
89
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
ARTICLE 9 - DÉDUCTIONS
Outre les variations dues à des travaux supplémentaires, supprimés ou
modifiés, le prix indiqué à l’article précédent pourra subir les
déductions suivantes : pénalités, frais de remplacement ou de
substitution en cas de défaillance de l’Entreprise, reprise de malfaçons,
prestations interentreprises, primes d’assurance exigées et que
l’Entreprise n’aurait pas acquitté, dettes que l’Entreprise aurait
contractées et pour lesquelles le Maître d’Ouvrage serait recherchée
sur demande des autorités locales ou suite à une action judiciaire, et
d’une manière générale, toute somme dues par l’Entreprise au Maître
d’Ouvrage ou toute somme que celui-ci serait amené à payer pour le
compte de l’Entreprise dans le cadre de sous-traitance ou autre Marché
passé entre le Maître d’Ouvrage et l’Entreprise.
Ces déductions feront l’objet d’une notification adressée par le Maître
d’Ouvrage à l’Entreprise par lettre recommandée avec accusé de
réception et seront pratiqués par retenues sur situations quinze jours
après la date de leur notification.

90
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
CHAPITRE10 - DEFINITION DES PRIX

Nota : - L’exécution des ouvrages doit être réalisée suivant les


prescriptions techniques du CCTP.
- Les prix remis par l'Entrepreneur comprendront toutes
fournitures nécessaires, poses, scellements, encastrements,
ajustages et d'une façon générale toutes sujétions d'exécution
concernant les travaux ci-après ;
- Il est rappelé à l’Entreprise les restrictions importantes
concernant les percements, saignées et scellements, il est
strictement spécifié que les éléments de structure en B.A ne
doivent pas être touchés, il importe donc que les différents
corps de métier, précisent dès le début des travaux, leurs plans
de montage ou de percements afin de prévoir initialement la
pose de tampons de bois et panneaux dans les coffrages pour
permettre les scellements et passages sans destructions. Les
saignées dans les cloisons sont également rigoureusement
interdites sauf spécifications pour plomberie et électricité. La
pose des receveurs de douches ne se fera qu’après l’exécution
de l’étanchéité si celle-ci est prévue.
LES OUVRAGES EXECUTES CONFORMEMENT AUX DONNEES CI-APRES SERONT
LIVRES COMPLETEMENT EQUIPES ET EN PARFAIT ETAT DE FONCTIONNEMENT.

L’ENTREPRENEUR EST INVITE A SE RENDRE PERSONNELLEMENT SUR PLACE POUR


APPRECIER A SON POINT DE VUE ET SOUS SA SEULE RESPONSABILITE, LE VOLUME,
LA NATURE ET LA DIFFICULTE DES TRAVAUX DE DEMOLITION ET DEVIATION, ET
TOUTES LES DIFFICULTES D’EXECUTION EN MAIN D’ŒUVRE OU EN MATERIEL QU’IL
POURRAIT RENCONTRER.

PRIX n° 101 : DEMOLITION :

Le prix comprend :
* La démolition des murs et cloisons, tous genre y compris chainages et linteaux suivant indications
B.E.T
* La démolition de tous éléments en béton armé suivant indications B.E.T
* Les appareils et matériaux récupérables resteront la propriété et à la charge de l’administration.
* y compris le nettoyage et l’évacuation des gravats à la décharge publique.

Ouvrage payé au Forfait au.............................................. PRIX n° 101

PRIX n° 102 : BORDURE EN BETON ARME DE 0.50 m :

Ce prix comprend :
La fourniture et la mise en œuvre de béton B2 soigneusement vibré à une hauteur de 0.50m et 0.20 de
Largeur, avec ancrage minimum de 0.30 au sol.
Y compris fouilles, évacuation à la décharge des gravois, coffrage, décoffrage, recoupement des
balèvres, ainsi fourniture , pose et mise en place de tous acier suivant plan de détail B.E.T.
Y compris toutes les sujétions nécessaires

91
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
Ouvrage payé au mètre Linéaire au .............................................. PRIX n° 102

92
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
PRIX N° 103 : MACONNERIE EN AGGLOS DE 20 CM :

Les maçonneries en agglos creux de 0,20 seront hourdis au mortier de ciment n°2.
Les joints seront soigneusement croisés, les joints verticaux passeront par le milieu de l’agglo inférieur.
Les agglos seront arrosées avant la pose.
Les arases seront réglées à joints croisés et auront une épaisseur de 1,5 cm; Les joints verticaux
auront une épaisseur de 1,5 cm et seront refoulés en montant, l’aplomb des parements aura une
tolérance de 1 cm / m .
La résistance moyenne à l'écrasement supérieure à 40 Kgs /cm²
Le prix comprend La réalisation des raidisseurs, linteaux et chainages en béton armé suivant détail
B.E.T.
Le prix comprend toutes sujétions de pose et de fournitures.

Ouvrage payé au mètre carré au prix suivant : PRIX n° 103

PRIX N°104 : PORTE ISOTHERME PIVOTANT :

De conception robuste, cette porte pivotante isolée en tôle laquée, convient pour l'accès aux chambres
froides des personnes et des petits chariots.
Huisserie :
profil en U inox 304L, venant se coiffer sur les cloisons.
Vantail :
épaisseur 60 mm, tôle laquée (standard blanc RAL 9010),
renforcé par rebordage inox des chants,
isolé par injection de mousse polyuréthane densité 40kg/m3,
joint périphérique interchangeable.
Ferrage :
charnières en composite à rampe, serrure décondamnable de l'intérieur.
barre anti-panique,
Le prix comprend toutes sujétions de pose et de fournitures.
Approbation d’échantillon par B.E.T et Maître d’ouvrage.

Ouvrage payé au mètre carré au prix suivant : PRIX n°104

ENDUITS
GENERALITES:
Par temps sec, les enduits seront arrosé durant le séchage. Au raccordement entre les maçonneries,
enduits et béton, il sera placé sous l’enduit, une bande de grillage galvanisée de 0,25 de largeur tenue
par des cavaliers galvanisées, y compris arêtes métalliques en tôles galvanisées, déployées sur une
hauteur de 2,00 m .
La première couche devra être réceptionnée par le BET avant exécution de la seconde couche.
A exécuter conformément au DTU 26.1

PRIX n° 105 : ENDUIT EXTERIEUR AU MORTIER BATARD :

Sur murs, il sera de type lisse, d’une épaisseur totale finie de 1,5 cm et sera exécuté en trois couches
de la manière suivante :
a) Imbibition complète du support et passage d’une barbotine liquide afin d’améliorer l’accrochage.
b) Exécution d’une couche d’enduit exécutée en un ou plusieurs passages d’épaisseur ne dépassant 0,01
m au mortier n°1.
c) Exécution d’une couche de finition passée au bouclier dite FINO de 0,005 m d’épaisseur au mortier
n°5. Le tout parfaitement dressé.
A exécuter conformément au DTU 26.1. Le prix comprends Arêtes, cueillies, larmiers, façons de joints
creux, grillage galvanisé à la jonction des briques et béton, Baguettes d’angles et toutes sujétions, sans
plus-value pour petites parties ou faibles largeurs.

Ouvrage payé au mètre carré au prix suivant : PRIX n° 105

93
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
PRIX n°106 : LUMINAIRES 2 x 58 W :

Fourniture et pose de LUMINAIRES 2 x 58 W, comprenant un caisson en tôle d’acier traitée et émaillée


au four en résine époxy par procédé électrostatique; Appareillage fixé à l’extérieur et barrette de
raccordement avec prise de terre et lampes halogène, et seront équipées au lieu des vitres de plexiglas
incassable couleur au choix du maître d’ouvrage, ainsi que toutes sujétions de fourniture, pose et
raccordement .
Echantillon à remettre à de la maîtrise d’œuvre pour approbation.

Ouvrage payé à l’unité y compris toutes sujétions au prix suivant : PRIX n°106

PRIX n° 107 : PEINTURE EXTRALITE SUR FACADES FINITION SOLVANT MATE :


Comprenant :
Travaux préparatoires : - Brossage énergétique à la brosse à chiendent des enduits ciment afin
d’enlever toutes les parties non adhérentes
- époussetage ou lavage à l’eau avec ragréage sur béton,
- ponçage général du support
Impression: - 1 couche d’impression
Finition : - Application de 2 couches de la peinture mate à solvant « EXTRALITE » à trois
heures d’intervalles; Teinte au choix du maître d’ouvrage.

Ouvrage payé au mètre carré au prix suivant : PRIX n°107

PRIX n° 108 : PANNEAUX SANDWICHS

Le prix rémunère la fourniture, le transport au pied d’œuvre la coupe, la découpe, les réservations pour
les lots techniques (Eclairage et Froid), la fixation des panneaux sandwichs anti-feu sur la charpente
métallique et le gros œuvre, les cornières, les tés pour les grandes portées en faux plafond et toute
sujétions d’exécution.

Les panneaux sandwichs d’épaisseur 80 mm en polyisocyanurate (PIR) injecté à 40 kg/m3 épaisseur


100 mm, entre deux parements en tôle 5/10 galvanisée et revêtue de PET 55 microns, ou de PVDF 35
microns, aspect des parements légèrement nervuré.

Ils auront une résistance au feu : B, s2, d0 suivant Euro classes (ancien classement M1 suivant normes
Françaises).

La conductivité thermique des mousses (lambda) étant de 0,026 w/m.k le coefficient K pour le 100 mm
est de : 0,254 w/m2.k.

Ouvrage fourni et posé, y compris toutes sujétions de percement et de fixation,

Ouvrage payé au mètre carré au prix suivant : PRIX n°108

94
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
Bordereau des Prix – Détail Estimatif

95
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
Unit Quantit
N° Désignation é é PU HT PT HT

101 - DEMOLITION : F 1.00

- BORDURE EN BETON
102 ML 20.00
ARME DE 0.50 m :

- MACONNERIE EN AGGLOS
103 M² 46.00
DE 20 cm :

- PORTE ISOTHERME
104 M² 7.00
PIVOTANTE :

- ENDUIT EXTERIEUR AU
105 M² 46.00
MORTIER BATARD :

106 - LUMINAIRES 2 x 36 W : U 4.00

- PEINTURE EXTRALITE
107 SUR FACADES FINITION M² 46.00
SOLVANT MATE :
- PANNEAUX SANDWICHS
108 POUR PAROIS ET PLAFOND M² 163.00
TYPE (PIR):

Total HT

TVA20%

Total TTC

96
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE
Arrêté le montant du présent bordereau des prix détail estimatif à la somme
TTC
de…………………………………………………………………………………………………….

Etabli par le Chef de projet Lu et approuvé par l’Entreprise

Prénom et Nom : Prénom et Nom :


Date : Date :
Signature et cachet : Signature et cachet :

Validé par le Directeur du DTN-CL

Prénom et Nom :
Date :
Signature :

Approuvé par le DAG-CL

Prénom et Nom :
Date :
Signature et cachet :

97
TRAVAUX D'AMENAGEMENT D'UN SAS -– AGENCE LARACHE
DTN – DAG - CENTRALE LAITIERE

Centres d'intérêt liés