Vous êtes sur la page 1sur 3

E-Tourisme : Le Maroc traîne le pas

ITMaroc.com toute
l'actualité des NTIC au
Maroc
-- Internet --

Internet E-Tourisme : Le
Maroc traîne le pas
admin
mardi 9 septembre 2003

ITMaroc.com toute l'actualité des NTIC au Maroc Page 1/{nb}


E-Tourisme : Le Maroc traîne le pas

• Les sites Web des opérateurs du tourisme manquent d'interactivitéet


d'attractivité« Le tourisme est en phase de devenir le secteur leader
inamovible ducommerce électronique. Mais le Maroc est encore au niveau des
sitesWeb cartes de visite ». Yassine El Bahlouli, Chef de projet e-tourismeà
Excel tours, ne mâche pas ses mots pour décrire la réalité dessites Web des
agences de tourisme marocaines.

En effet, ces dernièresmettent en ligne des sites Internet très limités. La


présentation del'entreprise et les différents packages qu'elles proposent
sontgénéralement sans aucune interactivité. "Les sites sont statiques etne reposent
pas sur une base de données exploitable en ligne", ajouteYassine El Bahlouli. Dans
d'autres pays comme la France, les ventesen ligne représentent 1,3 milliard d'euros
pour l'année 2002, grâce àdes sites interactifs proposant des offres de réservations
etd'achats "on line".

Mieux encore, aux Etats-Unis, l'e-tourisme areprésenté 22,79 milliards d'euros en


2001 avec une progression de39,2% par rapport à 2000. Les prévisions pour 2002
tablent sur 29,83milliards d'euros, pour atteindre 38,27 en 2004. Pourquoi un
telengouement pour cette forme virtuelle du tourisme ?Dans un rapport effectué par
Guy Raffour pour le compte du Conseilnational du tourisme français (CNT), le
rapporteur explique la grandeforme du tourisme virtuel par l'avènement des
Nouvelles technologies d'information et de communication (NTIC).

"Le secteur du tourisme ausens large est le leader sur Internet". Et pour cause, les
offres debillets et de forfaits vendus sur le web sont bien adaptées à
descomportements de clients qui recherchent un effet d'aubaine. Ainsi,les
consommateurs deviennent "consommacteurs" d'une offrepersonnalisée et
prennent de plus en plus en charge eux-mêmes letravail dévolu exclusivement aux
agences de voyages. "L'enjeu dedisposer d'informations pertinentes et
ergonomiquement accessiblesest donc primordial", explique le rapport.

Le consommateur possède ainsi davantage de moyens d'informations, il devient


plusentreprenant, plus comparateur, en un mot plus acteur. Et ceci lui permet de
s'informer autant qu'un agent de voyages en ayant notammentaccès aux prix
pratiqués par différents concurrents et ce, sansperdre de temps à se déplacer.
Ainsi, ajoute le rapport, le nouveauconsommateur peut à la fois préparer par des
multiples visitesvirtuelles son futur voyage mais aussi décider lors d'une
enchère,par exemple, de partir très rapidement. C'est justement ce deuxièmechoix
qui caractérise le grand avantage qu'offre l'e-tourisme : lagestion d'opportunité. En
effet, les compagnies "low-cost", quivendent essentiellement à distance créent des
listes de diffusiond'offres à prix cassés de dernière minute et informent les

ITMaroc.com toute l'actualité des NTIC au Maroc Page 2/{nb}


E-Tourisme : Le Maroc traîne le pas

prospectstrès rapidement (des sites comme, www.degriftour.com).

A titre d'exemple, la compagnie Ryanair a vendu 91% de ses billets viaInternet et


ce, grâce aux prix de dernière minute.Par ailleurs, le rapport prévoit que dans les
cinq prochaines années,les transactions sur le Net représenteront 25% de la totalité
desventes des produits touristiques dans les principaux marchés générateurs. Au
regard de tout ce qui précède, il est tout à faitpermis de se poser des questions sur
la pertinence des différentsprojets "e-Maroc" dont le "e-tourisme" destinés à
accompagner le Royaume dans le monde virtuel.

Il est vrai que les entraves à cepassage sont légion. Le taux d'informatisation (qui
ne dépasse pas2%), l'absence d'une mise à jour des sites Web ainsi que
l'absenced'une législation sur le paiement en ligne, en constituent la preuve.Quoi
qu'il en soit, l'importance de ce secteur au Maroc implique defacto les efforts à
déployer afin non seulement de développer un e-tourisme capable de rivaliser avec
les autres pays, mais aussi et surtout, de toucher les objectifs fixés (10 millions de
touristes àl'horizon 2010). Sur ce point, les opérateurs privés du tourisme sont
unanimes, "le développement d'un e-tourisme interactif est indispensable à
l'évolution de ce secteur clé de l'économie nationale".

Source : Leconomiste.com

ITMaroc.com toute l'actualité des NTIC au Maroc Page 3/{nb}