Vous êtes sur la page 1sur 81

N° d’ordre : Année Universitaire : 2010/ 2011

UNIVERSITE D’ANTANANARIVO
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE
DEPARTEMENT : GENIE MECANIQUE ET PRODUCTIQUE
GENIE ELECTRIQUE
UFR : GENIE INDUSTRIEL

MEMOIRE DE FIN D’ETUDES

en vue de l’obtention

du DIPLOME d’INGENIEUR

par : MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine

ETUDE DE L’ADAPTATION DU GROUPE


ELECTROGENE AU BIOGAZ ET
REMISE EN ETAT D’UNE UNITE
DE METHANISATION

Soutenu le 20 Décembre 2014

Directeur de mémoire :

Monsieur RANARIJAONA Jean Désiré


Maitre de Conférences à l’Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo
N° d’ordre : Année Universitaire : 2010/ 2011

UNIVERSITE D’ANTANANARIVO
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE
DEPARTEMENT : GENIE MECANIQUE ET PRODUCTIQUE
GENIE ELECTRIQUE
UFR : GENIE INDUSTRIEL

MEMOIRE DE FIN D’ETUDES

en vue de l’obtention

du DIPLOME d’INGENIEUR

par : MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine

ETUDE DE L’ADAPTATION DU GROUPE


ELECTROGENE AU BIOGAZ ET
REMISE EN ETAT D’UNE UNITE
DE METHANISATION

Soutenu le 20 Décembre 2014 devant la Commission d’Examen composée :

Du Directeur de mémoire :
 Monsieur RANARIJAONA Jean Désiré — Maitre de Conférences à l’ESPA
Président du jury:
 Monsieur RAKOTOMANANA Charles Rodin — Maitre de Conférences à l’ESPA
Des Examinateurs :
 Monsieur ANDRIAMANALINA William — Enseignant Chercheur à l’ESPA
 Monsieur JOELIHARITAHAKA Rabeatoandro — Enseignant Chercheur à l’ESPA
 Monsieur RAKOTONINDRINA Tahiry — Enseignant Chercheur à l’ESPA
REMERCIEMENTS

Que toute la grâce soit rendue au Seigneur tout puissant, c’est uniquement par sa volonté si j’ai
réussi à venir à bout de ces années d’études universitaires.
Un vif remerciement est dédié à la Direction des Energies Alternatives au sein du Ministère de
l’Energie, pour la proposition du thème de ce mémoire, mais aussi pour avoir mis à ma disposition l’unité
de méthanisation.
Mes respectueux remerciements ne pourront être omis envers les personnes suivantes qui m’ont
donné l’autorisation de soutenir ce présent mémoire :
- Monsieur ANDRIANARY Philipe, Directeur de l’Ecole Supérieure Polytechnique
d’Antananarivo,
- Monsieur RAKOTOMANANA Charles Rodin, Chef du Département Génie Mécanique et
Productique de la filière Génie Industriel et qui en même temps m’a fait l’honneur de présider les membres
du jury,
- Monsieur RAKOTONIAINA Solofo Hery, Chef du Département Génie Electrique de la
filière Génie Industriel.
Mes profondes gratitudes et reconnaissances sont destinées à :
- Monsieur RANARIJAONA Jean Désiré – Maitre de Conférences à l’Ecole Supérieure
Polytechnique d’Antananarivo
- Monsieur RAKOTOFIRINGA Jean Marc - Chef de Service de l’Energie Domestique au sein
de la Direction des Energies Alternatives du Ministère de l’Energie
Pour avoir accepté de me diriger dans la réalisation de ce travail et surtout pour tous les conseils,
les connaissances qu’ils ont bien voulu partager, le temps qu’ils m’ont consacré malgré leurs lourdes
responsabilités.
Mes sincères remerciements sont aussi adressés aux membres respectifs du jury :
- Monsieur ANDRIAMANALINA William - Enseignant chercheur à l’Ecole Supérieure
Polytechnique d’Antananarivo
- Monsieur JOELIHARITAHAKA Rabeatoandro - Enseignant chercheur à l’Ecole Supérieure
Polytechnique d’Antananarivo
- Monsieur RAKOTONINDRINA Tahiry Fanantenana - Enseignant chercheur à l’Ecole
Supérieure Polytechnique d’Antananarivo
REMERCIEMENTS

Toute mon affection est offerte à mes parents qui n’ont jamais cessé de me soutenir autant
moralement que financièrement durant ce projet. Enfin, à tous ceux qui ont bien voulu apporter leurs aides
durant l’exécution de ce mémoire, mes chaleureux remerciements vous sont réservés.

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


1
Sommaire
REMERCIEMENTS ....................................................................................................................................... 1 

INTRODUCTION ........................................................................................................................................... 8 

Généralités....................................................................................................................................................... 9 

Chapitre I.  Mise en contexte du projet ................................................................................................... 9 

I.1  Motivations du projet .................................................................................................................. 9 

I.2  Caractéristiques du projet .......................................................................................................... 15 

Chapitre II.  La fermentation méthanique ............................................................................................... 18 

II.1  Introduction ............................................................................................................................... 18 

II.2  Historique de la digestion anaérobie .......................................................................................... 18 

II.3  Les critères initiaux de la fermentation méthanique ................................................................. 21 

II.4  Mécanisme de la fermentation méthanique ................................................................................ 23 

II.5  Caractéristiques de la fermentation méthanique ....................................................................... 24 

II.6  L’unité de méthanisation ............................................................................................................ 29 

II.7  Les produits de la méthanisation ................................................................................................ 32 

Chapitre III.  Les moteurs à combustion interne (MCI) ....................................................................... 35 

III.1  Principes généraux ..................................................................................................................... 35 

III.2  Notions de cycles et rappels de technologie............................................................................... 35 

III.3  Thermodynamique des moteurs à combustion interne ............................................................... 41 

Méthodologie et calcul .................................................................................................................................. 44 

Chapitre IV.  Production de gaz .......................................................................................................... 44 

IV.1  Etude expérimentale du substrat ............................................................................................... 44 

IV.2  Dimensionnement de l’unité de méthanisation ......................................................................... 46 

Chapitre V.  Utilisation du gaz comme carburant des moteurs à essence ............................................... 51 

V.1  La combustion ........................................................................................................................... 51 

V.2  Dynamique des fluides .............................................................................................................. 57 


REMERCIEMENTS

Simulation - Résultats et Interprétation ......................................................................................................... 59 

Chapitre VI.  Remise en état d’une unité de méthanisation ................................................................. 59 

VI.1  Caractéristiques du digesteur .................................................................................................... 59 

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


2
VI.2  Rendement prévisionnel de l’unité ............................................................................................ 60 

VI.3  Résultats et interprétation .......................................................................................................... 61 

Chapitre VII.  Adaptation du groupe électrogène au biogaz ................................................................. 62 

VII.1  Bilan thermique du cycle ........................................................................................................ 62 

VII.2  Résultats et Interprétations .................................................................................................... 65 

Etudes d’impacts environnementaux ............................................................................................................ 66 

Chapitre VIII.  Notion d’environnement ................................................................................................. 66 

VIII.1  Définition ............................................................................................................................... 66 

VIII.2  Contexte légal ......................................................................................................................... 66 

VIII.3  Normes régissant l’environnement ........................................................................................ 66 

Chapitre IX.  Etude d’Impact Environnemental du projet .................................................................... 67 

IX.1  Contexte du projet ..................................................................................................................... 67 

IX.2  Description du milieu récepteur ................................................................................................. 70 

IX.3  Identifications des impacts ......................................................................................................... 70 

IX.4  Evaluation de l’importance des impacts : .................................................................................. 72 

IX.5  Analyse des impacts : ................................................................................................................. 73 

IX.6  Mesures d’atténuation des impacts négatifs – Mesures de capitalisation des impacts positifs .. 75 

CONCLUSION ............................................................................................................................................. 77 

Bibliographies ............................................................................................................................................... 78 

REMERCIEMENTS

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


3
Table des illustrations
Liste des Figures

Figure 1 : Contribution des différentes sources dans la fourniture d’énergie en 2011 - [12].......................... 9 

Figure 2 : Part des différents types de produits pétroliers par rapport à l’importation totale en 2012 - [12] .. 9 

Figure 3 : Les sources et les différentes utilisations de l’énergie à Madagascar - [12]................................. 10 

Figure 4 : Part de la production en Electricité entre JIRAMA et les sociétés privées [12] ........................... 13 

Figure 5 : Place du biogaz dans la vie quotidienne - [8] ............................................................................... 16 

Figure 6 : Etape de la fermentation méthanique [8] ...................................................................................... 24 

Figure 7 : Digesteur à dôme fixe - [3] ........................................................................................................... 30 

Figure 8 : Digesteur à cloche flottante - [3] .................................................................................................. 30 

Figure 9 : Digesteur Hybride - [10] - Figure 10 : Digesteur à plug-flow - [10] ............................................ 31 

Figure 11 : Coupe transversale d’un moteur à essence [1]............................................................................ 35 

Figure 12 : temps dans un moteur à allumage commandé – [5] ............................................................ 38 

Figure 13 : è temps dans un moteur à allumage commandé – [5] ............................................................. 38 

Figure 14 : è temps dans un moteur à allumage commandé – [5] .............................................................. 39 

Figure 15 : è temps dans un moteur à allumage commandé – [5] .............................................................. 39 

Figure 16 : Cycle 2 temps dans un moteur Diesel – [5] ................................................................................ 40 

Figure 17 : Cycle 2 temps dans un moteur à allumage commandée – [5] .................................................... 40 

Figure 18 : Cycle Beau de Rochas – [1]........................................................................................................ 41 

Figure 19 : Cycle réel – [1] ........................................................................................................................... 42 

Figure 20 : Transformation énergétique dans un moteur à combustion interne [1] ...................................... 43 

Figure 21 : Diamètre des canalisations pour une pression de 10 cm de colonne d’eau -[10] ....................... 49 

Figure 22 : Tube de venturi [Auteur] ............................................................................................................ 58 

Figure 23 : Digesteur à cloche flottante réparé [Auteur]............................................................................... 59 

Figure 24 : Alimentation - Figure 25 : Vidange - Figure 26 : Guide du gazomètre [Auteur] ....................... 60 
REMERCIEMENTS

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


4
Liste des Tableaux

Tableau 1 : Evolution mensuelle de la production et consommation d’électricité - [4]................................ 11 

Tableau 2 : Evolution du taux d’accès à l’électricité - [6] ............................................................................ 11 

Tableau 3 : Evolution des importations en Produits Pétroliers (m3) - [12] .................................................. 14 

Tableau 4 : Prix moyens mensuels pondérés des produits pétroliers - [4] .................................................... 15 

Tableau 5 : Sites des installations de biogaz du projet avec la FAO à Madagascar - [6].............................. 20 

Tableau 6 : Production de biogaz en litres par kg de M.S. de divers végétaux- [8]..................................... 21 

Tableau 7 : Production de gaz prévisible dans des conditions difficiles d’élevage (collecte totale des
déjections ) -[8] ............................................................................................................................................ 22 

Tableau 8 : Composition des substrats - [8] .................................................................................................. 28 

Tableau 9 : Fourchettes du temps de rétention du substrat - [8] ................................................................... 29 

Tableau 10 : Pouvoir calorifique du biogaz – [8] .......................................................................................... 32 

Tableau 11 : Tableau d’équivalence du biogaz avec d’autres sources - [8] .................................................. 34 

Tableau 12 : Consommation en biogaz brut des quelques appareils [8] ....................................................... 46 

Tableau 13 : Tableau comparatif des deux procédés de fermentation [9]..................................................... 47 

Tableau 14 : Tableau comparatif des types de tuyauteries dans une unité de methanisation [9] .................. 48 

Tableau 15 : Caractéristiques du substrat à digérer [Auteur] ........................................................................ 61 

Tableau 16 : Tableau des normes régissant l’environnement [Auteur]......................................................... 66 

Tableau 17 : Consommation en charbon de bois par région [12] ................................................................. 68 

Tableau 18 : Taux de déforestation de différentes régions entre 2000-2005 [12]......................................... 68 

Tableau 19 : Tableau d’Identification des Impacts [Auteur] ........................................................................ 71 

Tableau 20 : Barème des notes pour chaque impact [Auteur] ...................................................................... 72 

Tableau 21 : Analyse des impacts sur les milieux Eau – Air – Sol [Auteur] ................................................ 73 

Tableau 22 : Analyse des impacts sur les milieux Flore – Santé- Social [Auteur] ....................................... 74 

Tableau 23 : Mesures d’atténuation des impacts négatifs [Auteur] .............................................................. 76 

Tableau 24 : Mesures de capitalisation des impacts positifs [Auteur] .......................................................... 76 


REMERCIEMENTS

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


5
Liste des Abréviations
ADER : Agence pour le Développement de l’Electrification Rurale
GES : Gaz à Effet de Serre
FAO : Food and Agriculture Organization
JIRAMA: Jiro sy RAno Malagasy
MCI : Moteurs à Combustion Interne
MRSTD : Ministère de la Recherche Scientifique et Technologique pour le Développement
MS : Matière Sèche
MO : Matière Organique
ORE : Office de Régulation de l’Electricité
PNUD : Programme des Nations Unies pour le Développement
PVC : Polychlorure de Vinyle
PCI: Pouvoir Calorifique Inférieur
PCS: Pouvoir Calorifique Supérieur
PMH : Point Mort Haut
PMB : Point Mort Bas

Liste des Symboles - Unités


Ar: Ariary
a: Fraction volumétrique
°C : Degré Celsius
c : Course du piston
C : Carbone
Cal : Calorie
Cd: Teneur en cendre
CH4 : Méthane
C/N : Rapport carbone-azote
CO : Monoxyde de carbone
CO2 : Dioxyde de carbone
dW : Travail des forces de pression
Ɛ : Taux de compression
Fe: Fer
H : Teneur en eau
REMERCIEMENTS

H : Dihydrogène
H S : Hydrogène sulfuré
К : potassium

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


6
Kg: Kilogramme
KWh : Kilo Watt heure
I: Pouvoir calorifique
L : Litre
λ : Taux d'excès d'air
γ : Richesse du mélange
ρ: Masse volumique
M: masse
m² : Mètre carré
m : Mètre cube
m/s : Mètre par seconde
N : Azote
 : Rendement théorique du gazogène
 é
: Rendement du moteur du groupe électrogène
 : Rendement thermique
 : Rendement de l’installation
NH3: Ammoniac
P : Phosphore
P: Pression
pH : Potentiel hydrogène
P - P - P - P : Pression du gaz aux différentes phases du cycle moteur
Q: Quantité de chaleur fournie
S: Souffre
T - T - T - T : Temperatures du gaz aux différentes phases du cycle moteur
Tr : Temps de retention
V - V - V - V : Volumes du gaz aux différentes phases du cycle moteur
V : Volume
Va : Pouvoir comburivore
Vair: Volume d'air
Vgaz: Volume de gaz
Vs: Volume stœchiométrique
V : Volume chambre de combustion
REMERCIEMENTS

V : Cylindrée unitaire
W : Watt
Wh : Watt Heure

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


7
INTRODUCTION

L’ essor économique d’une nation est sans conteste indissociable à sa situation énergétique. Il est
évident qu’un pays ayant un système d’électrification normalisé et accessible à tous ses
habitants connait un développement socio-économiques nettement plus avancé qu’un autre
n’en disposant pas. Pour de nombreuses raisons actuellement, presque partout dans le monde l’énergie est
devenue de plus en plus difficile à se procurer mais dans les pays en voie de développement comme
Madagascar, les problèmes environnementaux, agronomiques et sanitaires viennent s’ajouter au tableau.

En effet, d’un côté à cause de sa structure géographique et socio-économique, un


approvisionnement en électricité totalement décentralisé (besoins familiaux, développement de petites
industries locales, …) reste encore un défi à relever pour Madagascar étant donné l’isolation de la plupart
de ses communautés rurales d’autant plus souvent que c’est l’électricité à distribuer elle-même qui est
absente. D’un autre côté, la pollution issue : de la décomposition aérobie de ses tonnes d’ordures et de
déjections, de la combustion des énergies fossiles utilisées, des déchets déversés par ses grandes industries ;
puis l’appauvrissement excessif de ses terres cultivables à cause de la déforestation et finalement un niveau
d’hygiène particulièrement faible de ses habitants nuisent non seulement à son environnement mais ne font
que rapprocher encore d’avantage Madagascar du seuil de la pauvreté.

Certes, face aux problèmes énergétiques, Madagascar est relativement assez bien pourvu en
ressources énergétiques aussi bien renouvelables que non renouvelables due à la fois sa position
géographique, à son relief et à la richesse de son sous-sol (énergie hydraulique, énergie solaire, énergie
éolienne, présence de bitume résiduel…) cependant leur exploitation n’est pas toujours évidente étant
donné les nombreuses contraintes budgétaires et techniques associées aux projets de réalisation. On peut
toujours aussi faire appel aux moyens des sources d’énergie fossile, mais vu le budget exorbitant consacré
annuellement par l’état afin d’importer une quantité à peine suffisante pour couvrir ses besoins actuels,
Madagascar ne peut encore en abuser.

De ces faits, ce travail avait été élaboré dans l’objectif de trouver une autre alternative de
production d’électricité : celle de la valorisation du gaz combustible issu de la décomposition organique de
la biomasse. Le projet sera donc rapporté dans cet ouvrage qui va se diviser en quatre parties dont la
première une généralité dans laquelle seront mentionnés la motivation et les intérêts du projet ajoutés d’une
étude bibliographique sur la notion de méthanisation et sur la technologie des moteurs thermiques. La
deuxième partie relate la méthodologie optée durant l’étude du projet, elle se consacre aux divers calculs et
dimensionnement. La troisième partie passe ensuite au rapport de réalisation et de mise en œuvre afin
INTRODUCTION

d’aboutir à la discussion des différents résultats obtenus. Et la quatrième partie finalise l’ouvrage avec une
étude d’impacts environnementale.

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


8
Généralités

Chapitre I. Mise en contexte du projet

I.1 Motivations du projet :

I.1.1 Les contraintes socio-économiques à Madagascar dues à sa situation


énergétique :

Madagascar pour couvrir ses besoins se sert actuellement comme sources principales d’énergies :

 De bois et de ses dérivées, 


 Des produits fossiles, 
 Des sources d’énergie renouvelable. 

Reparties selon la figue ci-dessous suivant leur taux d’utilisation par rapport à la demande globale en
énergie :

7% 1%

Bois énergie
Produits pétroliers
92% Energies renouvelables

Figure 1 : Contribution des différentes sources dans la fourniture d’énergie en 2011 - [12]

Les produits pétroliers assurent à eux seuls 7,3% des offres énergétiques à Madagascar, le pays en
importe 7 types différents depuis 2011 repartis en pourcentage dans la figure suivante par rapport au
volume total importé.

1%
13% Gasoil
15% JET/DPK
54%
Super carburant
17%
Fuel oil
Gaz, essence aviation
Généralités

Figure 2 : Part des différents types de produits pétroliers par rapport à l’importation totale en 2012 - [12]

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


9
Quant à leur exploitation, la figure suivante nous illustre la répartition des différentes formes
d’énergies issues des sources précédentes vers les différentes catégories d’usagers.

Figure 3 : Les sources et les différentes utilisations de l’énergie à Madagascar - [12]

Nous pouvons constater ainsi que l’énergie constitue un pilier pour les efforts de développement dans
presque tous les secteurs : urbanisme, industriel, touristique, agricole etc. Madagascar ne cesse pourtant de
rencontrer des désagréments au niveau de ce secteur si bien qu’il est devenu un handicap pour son plan de
développement durable, le classifiant encore parmi les pays sous-développés.

Les difficultés énergétiques en majeure partie causes de la faiblesse de l’essor socio-économique de


Madagascar sont en général engendrées par:

I.1.1.1 Une insatisfaction au niveau de l’offre et de la demande énergétique:

La production d’électricité à Madagascar est assurée en majeure partie par une seule compagnie
nationale : la JIRAMA qui rencontre en ce moment de sérieuses difficultés à satisfaire une demande qui ne
cesse de croitre comme le montre le tableau ci-dessous :
Généralités

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


10
Production (MWh) Prix Consommation d'électricité (MWh)
Période moyen
Total Hydraulique Thermique (Ar/KWh) Total Ménages Industries et services Eclairage public
Production (MWh) 89 897 64 837 25 059 408 52 620 28 283 23 858 479

Hydraulique 98 224 63 374 34 850 377 63 143 34 038 28 575 530

Thermique 92 366 55 660 36 706 355 67 683 38 434 28 660 589

Cumul jan-fev 11 192 967 111 684 81 282 354 139 168 78 824 59 010 1 334

Cumul jan-fev 10 182 849 121 191 61 658 318 171 924 73 264 97 563 1 097

Variation 2 premiers mois 5.5% -7.8% 31.8% 11.4% -19.1% 7.6% -39.5% 21.6%

Tableau 1 : Evolution mensuelle de la production et consommation d’électricité - [4]

Ci-dessous un autre tableau qui récapitule le taux d’accès à l’électricité à Madagascar à partir de 2003 jusqu’à 2005.

Année 2003 2004 2005


Nombre d'habitants [Millions] 15,86 16,22 17,71

Population urbaine [Millions] 4,76 4,87 4,98

Population rurale [Millions] 11,10 11,35 11,62

Taux d'accès à l'électricité [%] 14,80 15,5 16

Taux d'accès urbain [%] 68,20 71 72

Taux d'accès rural [%] 3,20 3,9 5

Tableau 2 : Evolution du taux d’accès à l’électricité - [6]

Généralités
MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011 11
En considérant une augmentation du nombre de ménage total suivant le taux d’accroissement
démographique actuel ( 3%), avec le maintien du niveau de consommation électrique, la demande serait
alors estimé à plus de 1 Million MWh en 2015, à 1,5 Millions MWh en 2030 et à 2,3 Millions MWh en
2050.

Ses centrales hydroélectriques à elles seules fournissent pourtant 54% de l’énergie électrique du
pays en 2011. Un parc hydroélectrique qui ne s’était pas développé depuis 1982, date de la mise en œuvre
de la centrale d’Andekaleka. Et dans les centres autonomes, la production est constituée majoritairement
de centrales thermiques. De plus, ses réseaux de distribution sont vétustes, de ces faits le système n’arrive
plus à satisfaire la demande en pointe et des délestages tournants interviennent régulièrement. [6]

Ensuite, le prix du kWh est relativement cher et ne cesse d’augmenter à Madagascar, en raison
notamment de la part devenue de plus en plus importante du parc thermique utilisant du gasoil comme
combustible : le prix ( 0 , 1 $ / k W h ) est près du double de celui de l’île Maurice et l’Afrique du
Sud. De plus, le tarif n’est pas totalement unifié : le coût de l’énergie dans les zones qui ne sont pas
interconnectées est plus élevé que dans le centre (0,2 $/ kWh à 0,3 $ kWh). Les petites agglomérations, les
zones périurbaines et rurales sont les plus touchées par cette situation alors qu’elles sont les plus
nombreuses à Madagascar. En plus elles sont handicapées par leur éloignement géographique, la faible
densité de la population, le relief accidenté rendant difficile leur connexion à un grand réseau. Donc si
l’augmentation du nombre des abonnés résidentiels n’est pas accompagnée par une croissance de la
consommation au niveau des industries, le coût de production restera toujours élevé et les producteurs
d’électricité devront toujours investir dans l’augmentation des capacités même sans avoir rentabilisé les
installations existantes. [12]

De ces faits, l’accès de la population à l’électricité donc parallèlement l’accès au développement est
ralentit. Le taux national de couverture en électricité ainsi que le taux d’accès dans le milieu rural restent
extrêmement faibles.

Or Madagascar dispose d’un potentiel hydroélectrique considérable. De très nombreux sites pour la
production d’énergie électrique ont été identifiés et ces sites qui sont très diversifiés par leur taille
(depuis la micro-hydraulique aux sites de plusieurs centaines de MW) sont repartis sur l’ile. Mais le pays
n’exploite actuellement que 127 MW sur les 7 800 MW des ressources hydroélectriques théoriquement
disponibles du fait :

 Des cycles d’investissements en hydroélectricité trop longs, chaque projet exige des études
techniques préalables et spécifiques pour chaque site (études de faisabilité financière, environnementale,
hydrologique, géologique,…) assez longues ;
Généralités

 Des prises de décisions d’investissement, la durée de réalisation des travaux, des ouvrages,
et le moment de mise en service qui mettent un certain temps ;

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


12
 Des investissements qui sont lourds et exigent une mobilisation financière assez
conséquente ;
 Du remboursement de la dette liée aux investissements qui s’effectue sur le long terme et
est aggravé par les pertes de changes à cause des dévaluations successives de notre monnaie.

Le secteur privé prend part au développement du sous-secteur électricité à Madagascar même si les
opérateurs ne sont pas encore nombreux.

Figure 4 : Part de la production en Electricité entre JIRAMA et les sociétés privées [12]

De leur côté, la part des énergies renouvelables représente encore une petite partie de la production.
Le pays dispose d’importantes potentialités en termes de ressources pour la production d’énergie solaire,
d’énergie éolienne et de bioénergie qui ne demandent qu’à être exploitées. Madagascar possède un fort
potentiel en énergie solaire avec une énergie incidente de l’ordre de 2 000 kWh/ /an. Presque toutes les
régions du pays ont plus de 2 800 heures d’ensoleillement annuel. Par ailleurs, en matière de production
d’énergie éolienne, globalement les régions Nord, Sud et les côtes Est constituent les zones qui disposent
de vitesse de vent intéressante, atteignant 7,5 à 9 m/s dans le nord, 6 à 9 m/s dans le sud. En considérant les
zones du Nord au Sud longeant la côte Est, ayant une vitesse de vent aux environs de 6,5 m/s, Madagascar
dispose d’un potentiel de 2 000 MW d’énergie éolienne.

La commercialisation et l’utilisation des équipements valorisant l’énergie solaire et éolienne restent


encore modestes à Madagascar. Les installations photovoltaïques les plus significatives se trouvent au
niveau des 1 112 antennes relais des opérateurs dans la télécommunication, ainsi qu’au niveau des postes
de gendarmerie, des centres de santé de base répartis à travers l’île à part celles utilisées par les
particuliers.
Généralités

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


13
Il est alors primordial dans les perspectives d’un fort taux de croissance économique de valoriser
les différentes ressources naturelles à vocation énergétique tel que le biogaz afin de satisfaire les demandes
énergétiques futures. Car nous avons pu constater, que si les besoins en énergie ne cessent de connaitre
une hausse, les ressources disponibles vont dans le sens d’une diminution puisque la majorité d’entre
elles ne sont pas renouvelables. Afin de permettre au secteur de l’énergie d’intégrer pleinement le
concept du développement grâce à la durabilité dans la production et la satisfaction des besoins
énergétiques à Madagascar, il est important de vulgariser la contribution des énergies renouvelables.

Le premier et principal objectif de ce projet est donc le développement de la filière bioénergie.

I.1.1.2 Une économie fortement tributaire des produits pétroliers

Le gasoil constitue le produit pétrolier le plus consommé à Madagascar avec 430 000 en 2011.
L’un des plus importants utilisateurs est le secteur du transport terrestre, sa part de consommation en
moyenne est de 75%, notamment les professionnels du transport en commun et des marchandises. Mais
l’on note aussi l’utilisation des produits pétroliers dans la production d’énergie avec 13% de la
consommation en gasoil et la quasi-totalité du fuel oil. En effet avec la détérioration des parcs de
production d’électricité vétustes à 75% et avec une insuffisance de l’offre pour faire face à une demande
croissante , il est obligé de faire recours dans l’urgence à des centrales thermiques pour satisfaire la
demande. La puissance installée dans les centrales est passée de 288 MW à 429 MW soit une augmentation
presque de 50% entre 2005 et 2009. Au final, le parc de production est constitué majoritairement par des
centrales thermiques actuellement.

Les tableaux suivants nous donnent un aperçu sur l’évolution de l’importation des produits pétroliers
ainsi que leur prix à Madagascar :

2006 2007 2008 2009 2010 2011


GAZ 8 129 6 934 7 6 900 5 952 8 077
Essence Aviation 699 764 936 160 512 688
JET/DPK* 97 394 113 988 123 164 80 049 107 908 129 151
Super Carburant 13 333 23 012 33 44 621 98 067 116 447
Essence Tourisme 91 253 88 671 77 59 052 - -
Gasoil 403 710 425 349 427 800 382 471 376 645 417 832
Fuel Oil 35 913 27 071 67 61 468 77 295 105 707
Produits Finis 650 430 685 789 737 634 722 666 378 777 902
Pétrole Brute - - - - - -
TOTAL 650 430 685 789 737 634 722 666 378 777 902

Tableau 3 : Evolution des importations en Produits Pétroliers ( ) - [12]


Généralités

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


14
Prix moyens pondérés des produits pétroliers (en Ar/litre)
Période
Supercarburant Essence tourisme Pétrole lampant Gasoil

mai 09 2 450 2 372 1 541 2 102


mai 10 2 990 2 970 1 750 2 480
avr 11 3 071 3 055 1 831 2 561

Moyenne jan-avr 11 3 034 3 023 1 797 2 531


Moyenne jan-avr 10 2 974 2 953 1 719 2 451
2.0% 2.4% 4.5% 3.3%
Variation 4 premiers mois

Tableau 4 : Prix moyens mensuels pondérés des produits pétroliers - [4]

Nous pouvons constater que Madagascar vit une forte dépendance vis-à-vis de l’extérieur en produits
pétroliers affectant lourdement son développement économique, sans parler de la fuite de devises dans la
balance car le prix des produits pétroliers n’a cessé de suivre le chemin de la hausse depuis 2001.

Cette dépendance constitue une menace permanente pour la satisfaction de nos besoins et a de fort
impact sur la vie sociale et les activités économiques.

La perspective de ce travail actuel est donc l’exploitation à grande échelle du projet visant à réduire
cette menace sans compromettre les activités économiques qui dépendent largement des produits pétroliers.

I.2 Caractéristiques du projet :

I.2.1 Zone d’intervention cible du projet :

Ce projet vise surtout les milieux ruraux et les zones enclavées dépourvus d’électricité. Il
est favorisé dans les régions où :

 Les sources énergétiques sont absentes ou leurs coûts sont trop élevés,
 Aucunes ressources naturelles (forets, bois…) ne sont à portée de mains,
 Il existe une pression importante sur la forêt c’est-à-dire qu’une exploitation à outrance se
présente, de ce fait l’équilibre naturel est compromis puisqu’on tire plus du sol qu’on ne lui apporte et que
plus d’arbres sont abattus qu’il n’en pousse naturellement ou qu’on ne peut en replanter,
 Les sols sont minés par l’érosion à cause de la déforestation,
 Les épidémies ou endémies favorisées par un manque d’hygiène sont répandues,
 Les déchets sont répandus partout,
 Les sols sont pauvres entrainant la diminution des ressources alimentaires menant jusqu’à
une sous-alimentation,
 Le chômage et l’exode rural sont prédominants.
Généralités

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


15
La figure suivante nous montre la place que va occuper l’utilisation du biogaz si nous l’intégrons
dans le cycle quotidien de la vie en milieu rural.

Figure 5 : Place du biogaz dans la vie quotidienne - [8]

I.2.2 Avantages du projet :

Ce projet offre de nombreux avantages puisqu’il regroupe les caractéristiques suivantes :

 Ses techniques de mise en œuvre sont assez aisées et adéquates aux savoirs faire des
artisans locaux rendant ainsi facile le transfert de technologie,
 Ses moyens techniques de production d’énergie sont plus appropriés aux milieux ruraux : il
offre la possibilité de construire une unité de production d’énergie de moyenne puissance avec des
matériaux de constructions facile à se procurer et dont les coûts sur les marchés locaux sont moyennement
abordables,
 Il permet d’utiliser de nombreuses variétés de biomasses rendant l’accès à la source
d’énergie beaucoup plus souple
 Son intégration dans les milieux cibles est déjà facilitée par la vulgarisation de la méthode
de la méthanisation dans plusieurs milieux ruraux et urbains à Madagascar
Généralités

 Il offre la possibilité d’effectuer un usage multiple du gaz obtenu

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


16
 Il contribue grandement à la protection de l’environnement et offre de très nombreux
impacts positifs sur le développement socio-économique.
 L’inexistence de concurrent direct concernant l’utilisation du biogaz et de ses résidus

I.2.3 Intérêts d’utilisation du projet :

Nous estimons que les diverses applications résultant de ce projet auront autant d’effets indirects que
directs sur de nombreux domaines (social, sanitaire, environnemental, économique) tels que :

 L’amélioration des conditions de vie en milieux ruraux et isolés grâce aux conforts apportés
par l’électrification privée et public (sécurité, télécommunication, éducation, soins médicaux…),
 L’amélioration de la productivité agricole annuelle grâce aux possibilités d’insérer l’énergie
motrice (mécanisation, utilisations engins…), de monter un système de pompage et d’irrigation, d’effectuer
les diverses activités de transformation (décortiqueuse, atelier…),
 Le remplacement des ressources énergétiques fossiles conventionnelles.
 La réduction de la nuisance causée par la fumée des foyers traditionnels grâce à l’utilisation
des cuisinières usant directement le biogaz comme combustible.
 La réduction des émissions de méthane et de gaz carbonique dans l’atmosphère.
 La baisse du taux de matière organique usée déposé directement dans l’environnement (sol
et sources d’eau)

Ces effets s’étendent aussi bien au niveau macro-économique que micro-économique.

I.2.4 Limites et contraintes du projet :

La mise en œuvre de ce projet est souvent pénalisé par :

 L’acceptation sociale de ses nouveaux outils et de ses nouvelles pratiques,


 Le manque de connaissances suffisantes sur les technicités du projet,
 La nécessité d’une intégration de ses innovations techniques dans un plan large contexte de
développement rural. Généralités

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


17
Chapitre II. La fermentation méthanique

II.1 Introduction :
La fermentation méthanique connue aussi sous le nom de méthanisation ou encore la digestion
anaérobie est un procédé biologique de dégradation en milieu exempt d’oxygène sous l’action de
population microbienne complexe de la matière organique conduisant ainsi à la formation d’un effluent et
d’un mélange gazeux composé essentiellement de méthane (CH4) et de dioxyde de carbone (CO2),
communément appelé biogaz.

II.2 Historique de la digestion anaérobie

II.2.1 La découverte de la méthanisation :

Les premières grandes découvertes sur le biogaz furent en 1630 où Jan Baptist Van Helmont,
découvre que la fermentation de la matière organique produit un gaz inflammable. Il faudra ensuite
attendre les vacances d’Alessandro Volta sur les rives du Lac Majeur pour que soit identifié le
méthane qu’il appela gaz des marais ; durant lesquels il remarqua qu’en remuant le fond du lac avec un
bâton au cours d’une promenade en bateau, des bulles de gaz remontaient à la surface. Il collecta une partie
de ce gaz et constata qu’il est combustible. Il conclut également que le volume de gaz était proportionnel à
la masse de matière en décomposition.

En parallèle de ces avancées sur la méthanisation, en microbiologie, survinrent les travaux de Pasteur
sur la période 1857-1876 qui mirent fin à la polémique opposant durant la première partie du 19e siècle
Jöns Jacob Berzelius et Theodor Schwann, qui affirmaient respectivement, que la fermentation était
purement chimique pour l’un, et uniquement microbienne pour l’autre lorsqu’il démontra qu’à chaque
fermentation correspondait un ferment particulier.

De nombreux pays ont très tôt saisi l’intérêt de produire du biogaz pour prévenir une trop forte
dépendance aux hydrocarbures chers. Ainsi l’Inde commença dès le début du 19e siècle à produire du
biogaz; la première unité de traitement de déchets pour produire du biogaz aurait été construite en 1859
dans une colonie de lépreux à Bombay (Meynell, 1976). Vers 1890-1895, Donald Cameron construisit une
fosse septique pour la ville d’Exeter au Royaume-Uni. Le gaz produit était alors collecté et servait à
l’éclairage public. Vienne ensuite le tour de la Chine où le programme de développement de la filière
biogaz avait été considéré comme un succès puisqu’ en 1978, 7 millions d’installations familiales ou
collectives ont été dénombrées. Actuellement, en Europe, tout comme dans les pays Américains, la
Généralités

recherche et l’application de la technique de méthanisation se concentrent désormais sur le traitement les


déchets solides et liquides industriels.

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


18
II.2.2 Le biogaz à Madagascar

A Madagascar l a première réalisation en matière de biogaz est celle du Docteur METZEGER,


chef de la circonscription vétérinaire d’Antsirabe, en 1949. Il s’agissait de deux fosses en briques servant
de cuve de fermentation et qui avaient été alimentées avec du fumier de bœufs. Le gaz produit avait été
utilisé pour la cuisine. D’autres pionniers comme RASOLOFOARIMANANA ont construit plus tard
d’autres réalisations, comme le digesteur en tôle métallique de la ferme d’Etat de la Sakay en 1972,
l’installation d’Antsahasoa près d’Iavoloha en 1980, l’unité de biogaz du Juvénat de Saint Gabriel
à Mahajanga, les deux digesteurs en béton du centre Notre Dame de Clairvaux à Ivato en 1984, le
digesteur à dôme métallique du Centre d’Apprentissage Rural de Bevalala en 1984. Même si beaucoup
d’autres projets de construction de digesteurs ont été élaborés pour des fermes se trouvant à Mahajanga, à
Sakay et Ambanja, il existe encore très peu d’installation de méthanisation à Madagascar, et la plupart de
celles qui ont existé sont déjà toutes hors d’usage actuellement.

D’autres projets ont été instaurés avec la collaboration de la FAO, du PNUD et du ministère
chargé de l’Energie comme la mission de consultance sur les possibilités de développer un programme sur
la technologie du biogaz réalisée en 1984. Puis en janvier 1985, une commission technique
interministérielle avait été créée sur l’initiative du Ministère de la Recherche Scientifique et Technologique
pour le Développement (MRSTD) pour assurer des échanges d’information et de coordination entre les
services techniques intéressés par la maîtrise et l’extension de cette technique. C’est ainsi qu’une autre
commission a permis d’élaborer le projet unique qui a été soumis à la FAO. Le projet avait été fondé pour
une durée de deux ans à compter du mois de septembre 1986 jusqu’en juin 1988.

Les sites d’installation sont récapitulés dans le tableau suivant :

Généralités

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


19
Localisation du site Volume du réacteur (m3) Type du réacteur Date de démarrage Substrats utilisés

Amboasarikely 10 A ballon de stockage en bâche oct-87 Déchets porcins

Antsoantany 10 A cloche flottante nov-87 Bouse de vache

Ampitilina 15 Borda à cloche métallique déc-87 Bouse de vache

Androtra 15 GTZ à dôme fixe janv-88 Bouse de zébus

Ambohimirary 8 GTZ à ballon de stockage janv-88 Latrine et déchets porcins

Ampizazantany 15 Borda à cloche flottante en FRP févr-88 Bouse de zébus et de vaches

Faratsiho 15 A cloche flottante juin-88 Bouse de zébus

Tsinjoarivo 130 Plug-flow de couverture en ballon en PVC sept-88 Bouse de zébus, de purin de porc

Tableau 5 : Sites des installations de biogaz du projet avec la FAO à Madagascar - [6]

Au cours de l’élaboration de notre projet, nous avons pu visiter l’un de ses sites, celui d’Antsoatany. Bien qu’utilisé très rarement pour la cuisson, le digesteur
est encore opérationnel et la majorité du gaz recueilli sert uniquement à l’éclairage des occupants. Les paysans n’alimentent le digesteur que tous les 2 ou 3 mois
avec de la bouse de vache.

Généralités
MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011 20
II.3 Les critères initiaux de la fermentation méthanique :

II.3.1 La nature et les caractéristiques du substrat

Les matières organiques peuvent être classées de deux manières différentes suivant qu’elles sont
solides ou liquides:

 solides c’est-à-dire qu’elles peuvent être maniées avec une pelle : les fèces animaux et
fumiers, déchets domestiques, résidus de récolte, les déchets de tanneries … ; 
 liquides c’est-à-dire qu’elles peuvent être maniées par écoulement gravitaire ou par
pompage (Avec un taux minimum en matières sèches de 2%) : eaux usées, les effluents des usines… 

D’une manière générale, même si certains substrats sont plus digestibles que d’autres, la
fermentation méthanique permet de traiter presque toutes les matières organiques. La production de biogaz
dépend surtout de la teneur en matière organique biodégradable contenu dans le substrat. Cette teneur est
reliée à la teneur en matière sèche qui représente un élément important au calcul du bilan énergétique des
digesteurs, comme le montre le tableau suivant :

Production de gaz (l)/jour/ (kg) de MS


Paille de blé tendre 300
Paille de blé dur 318
Paille d’avoine 368
Paille d’orge 380
Paille de riz 360
Paille de seigle 315
Tiges de maïs 295
Tiges de sorgho 278
Poussières de minoterie 345
Graines de coton 357
Sisal 358
Fanes d’arachides 298
Fanes de lentilles 292
Fanes de pois chiches 297
Farine de feuillus 222
Farine de carton 385
Tiges de roseaux 315
Farine de sarments de vigne 350
Feuille de betterave à sucre 500
Algues 320
Généralités

Marc de raisins 139

Tableau 6 : Production de biogaz en litres par kg de M.S. de divers végétaux - [8]

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


21
Fumier humide (kg) /jour/animal Production de gaz (l)/jour/animal
Bovidés 10 360
Buffle 15 540
Porc (50 kg) 2,25 180
Poule (2 kg) 0,18 11,2
Homme 0,4 28

Tableau 7 : Production de gaz prévisible dans des conditions difficiles d’élevage (collecte totale des déjections) -[8]

L’obtention d’un meilleur rendement dans la production de méthane revient à utiliser des substrats
riches en graisses, en protéines et en hydrates de carbone du fait de l’importance des acides gras volatils ;
principaux précurseurs du méthane ; formés pendant leur dégradation.

Théoriquement, les lipides, les glucides et les protéines peuvent servir de substrat mais étant donné
que la matière produisant le plus de gaz par unité de poids est la cellulose, dans les cas pratiques, les
substrats les plus utilisés sont les déjections issus des élevages et les déchets végétaux peu ligneux.

II.3.2 Le type de procédé à utiliser

II.3.2.1 Le procédé continu

L’alimentation en substrat se fait sans interruption ou d’une manière périodique. Dans ce cas, le
substrat est introduit de manière continue, le volume contenu dans la cuve de fermentation reste constant et
la partie digérée est évacuée au fur et à mesure de l’introduction du substrat dans le digesteur. Il est destiné
à des substrats de concentration en matière sèche inférieure à 10 %. Le temps de séjour optimal du substrat
est de 10 jours dans la zone mésophile.

II.3.2.2 Le procédé discontinu

L’alimentation du digesteur en substrat se fait en une seule fois à un moment donné. Le substrat est
introduit dans le digesteur et y reste jusqu’à la fin de la fermentation. La production dans ce système ne
peut être régulière, elle commence après le chargement du digesteur et s’arrête ou est arrêtée lorsque la
production de gaz baisse jusqu’à en devenir nulle.

Il est adopté pour les substrats ayant une concentration en matière sèche supérieure à 15 %. Ce
procédé est limité aux petites installations. Le temps de séjour du substrat varie de 30 à 60 jours.
Généralités

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


22
II.4 Mécanisme de la fermentation méthanique
Le processus de la fermentation mécanique prévoit un processus biochimique basé sur une symbiose
assez complexe entre les différents microorganismes dans le substrat. Plusieurs phases encadrent alors ce
processus dont chacune met en jeu non pas une bactérie spécifique mais une communauté de bactéries
traitant chacune le substrat au cours de ses différentes étapes de transformation. On distingue alors les
étapes suivantes:

 L’hydrolyse
 L’acidogénèse
 L’acétogénèse
 La méthanogénèse

II.4.1 Hydrolyse

Cette phase fait intervenir à la fois un processus mécanique et physique de solubilisation de la


matière organique brute qui va dépolymériser les molécules complexes (polysaccharides, protéines,
lipides,…) qu’elle contient pour les transformer ensuite en de molécules plus simples. Les polymères sont
en effet attaqués par un premier groupe de bactéries dites hydrolytiques (les cellulolytiques, amylolitiques,
pectinolytiques, lipolitiques…) qui les cassent et les décomposent en des monomères d’acides aminés,
d’acides gras et de sucres simples.

II.4.2 Acidogénèse

Cette deuxième étape consiste à convertir les monomères obtenus précédemment, en acides gras
volatils (acides acétiques, acides priopioniques, acides butyriques…), en alcools (butanol, éthanol…), avec
un dégagement de gaz carbonique CO et de dihydrogène H .

II.4.3 Acétogénèse

La troisième étape de la fermentation est une phase transitoire appelée acétogénèse. Les produits
issus de l’acidogénèse sont progressivement transformés en acétates et formates. Les bactéries acétogènes
sont également productrices d’hydrogène.

II.4.4 Méthanogénèse

Cette dernière phase est assurée par une population de bactéries anaérobies strictes à croissance
lente appelée archaebactéries méthanogène qui utilisent uniquement les composés simples issus de
l’acétogenèse pour former du méthane :
Généralités

 l’acide acétique est transformé en méthane et en gaz carbonique,


 le gaz carbonique et l’hydrogène sont transformés en méthane.

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


23
D’une manière générale, ces différentes phases sont produites simultanément ou séparément suivant
le procédé anaérobie utilisé, mais seulement à des vitesses différentes.

La figure suivante résume schématiquement le déroulement de la digestion :

Figure 6 : Etape de la fermentation méthanique [8]

II.5 Caractéristiques de la fermentation méthanique :

La stabilité de la fermentation dépend de l’équilibre des différentes phases du processus ainsi que des
activités des différentes espèces bactériennes. Ces dernières étant des micro-organismes variés, la
fermentation doit se dérouler dans des conditions relativement précises.

Les paramètres sont donc assez stricts et une bonne progression de la fermentation dépend de leur
contrôle.
Généralités

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


24
II.5.1 Conditions favorables à la fermentation méthaniques

La digestion anaérobie est conditionnée par l’anaérobiose, la teneur en eau, l’agitation et si


nécessaire par un prétraitement aérobie et d’un ensemencement en micro-organismes.

II.5.1.1 L’anaérobiose

Les bactéries méthanogènes se développent et se reproduisent uniquement à l’abri de l’oxygène de


l’air. La cuve de fermentation devrait être étanche à l’air, à l’eau de pluie fortement oxygénée ainsi qu’à la
lumière. La lumière n’est pas un facteur bactéricide pour la population bactérienne intervenant dans la
digestion, pourtant elle fait diminuer leur métabolisme. Seul le milieu anaérobie permet donc la production
optimale de méthane.

II.5.1.2 La teneur en eau

La fermentation nécessitant une absence totale d’oxygène, une saturation en eau à 50% d’humidité
au minimum est donc exigée afin que les bactéries puissent se multiplier correctement. L’humidité au-
dessus de 94-95% présuppose une basse efficacité de la constitution du méthane. Avec un taux de 2% de
matière sèche, la méthanisation n’est pas rentable. La teneur en matière sèche entre 8 à 12% est considérée
optimale et garantit une haute qualité du biogaz produit. Une production maximale de biogaz est obtenue
avec un taux de 12-16% de matière sèche mais ce dernier nécessite particulièrement un contrôle très sévère
des paramètres. Le taux de dilution intervient également dans la rapidité de la digestion et influe sur la
taille du digesteur. La production de gaz n’augmente pas avec le taux de dilution mais elle est conditionnée
par une meilleure digestion de la matière organique.

II.5.1.3 L’agitation

Un système d’agitation du mélange à digérer aide la désagrégation complémentaire des précipités et


permet d’éviter la formation des croutes a la surface due aux particules fibreuses qui ont tendance à flotter
ainsi que d’éliminer le gaz se formant autour des matières solides en cours de fermentation.

II.5.1.4 Ensemencement en micro-organismes :

Les déchets animaux contiennent déjà des micro-organismes méthanogènes qui proviennent de la
flore digestive. Le démarrage de la fermentation se trouve néanmoins facilité si l’on ensemence le substrat
avec un liquide en pleine phase de fermentation. La quantité de liquide en pleine fermentation qui semble
nécessaire est d’environ 15 à 20 % du substrat à fermenter. Cet ensemencement permet de réduire le temps
de latence du départ qui sinon, peut durer plusieurs semaines.
Généralités

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


25
II.5.1.5 Le prétraitement aérobie :

Pour les substrats riches en matières végétales surtout, il est préférable, lorsque c’est possible, de
faire, avant le démarrage du cycle, un prétraitement aérobie, c’est-à-dire de laisser fermenter le substrat à
l’air libre. Le prétraitement facilitera la pasteurisation du substrat et assurera un bon démarrage de la
fermentation pour permettre une production rapide de gaz.

II.5.2 Paramètres physico-chimiques intervenant dans la méthanisation

La digestion anaérobie est influencée par de nombreux facteurs environnementaux tel que :

II.5.2.1 La température :

La température agit directement sur la cinétique de croissance bactérienne, en effet les activités
enzymatique des bactéries dépendent étroitement d’elle. De ce fait chaque population bactérienne ne
survive que lorsqu’elle se trouve dans des conditions de température qui lui sont adéquates. Il y a donc trois
plages typiques de température dans lesquelles les cultures de microorganismes manifestent le métabolisme
le plus élevé :

 La zone psychrophile : où s’évoluent des microorganismes nécessitant une température au-


dessous de 20°C
 La zone mésophile : où s’évoluent des microorganismes nécessitant une température entre
30°C et 35°C (optimum à 37°C)
 La zone thermophile : où s’évoluent des microorganismes nécessitant une température entre
50°C et 55°C

Entre ces limites, la vitesse de production augmente régulièrement mais au-delà, soit les bactéries
sont tuées, soit on assiste à une inactivation enzymatique ou à un arrêt de croissance bactérienne.

Durant la digestion, plus la température est élevée, moins long est le temps de rétention, et plus
intensif est le processus de décomposition avec un taux de gaz dégagé important, cependant la teneur
relative en méthane dans le biogaz décline nettement (au profit du dioxyde de carbone). De plus, sous un
régime à haute température, les bactéries sont très sensibles à des variations thermiques bien que de courte
durée. En effet, dans la zone mésophile, des variations journalières de 2 à3С n’influencent presque pas le
métabolisme bactérien, tandis que dans la zone thermophile, des variations journalières supérieures à 1С
peuvent directement stopper de manière brusque le processus de fermentation.

Il est fondamental de maintenir une température bien régulière pendant toute la fermentation, même
si elle n’est pas très élevée, pour permettre à une même famille adaptée de bactéries de traiter le substrat.
L’idéal est de travailler dans une zone correcte de température d’où la préférence pour la zone mésophile.
Généralités

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


26
II.5.2.2 Le potentiel hydrogène (pH) :

Le pH caractérise l’acidité ou l’alcalinité d’une solution. Il est compris entre 0 et 14.

 0 à 7 : milieu acide
 7 : milieu neutre (on considère en fait la neutralité de 6,5 à 7,5)
 7 à 14 : milieu basique ou alcalin 

Comme pour la température, les bactéries exigent de travailler dans une zone optimale de pH. La
fermentation idéale se situe entre 6,6 et 7,6. L’optimum étant de 7,2.

En milieu acide : il y a accumulation d’acides organiques qui inhibent le métabolisme des bactéries.
La fermentation s’arrête au-dessous de 6.

En milieu basique : la fermentation provoque la formation de H S et H , ce qui « pollue » le biogaz.


Un pH élevé persistant peut être dû à un excès d’azote dans le substrat.

II.5.2.3 Le rapport carbone-azote (C/N) :

Le rapport C/N donne la proportion de carbone (C) par rapport à l’azote (N) dans le substrat. La
source principale d’azote se trouve dans les déjections animales, celle de carbone dans la cellulose des
végétaux. Le carbone est une source d’énergie et, comme l’azote, un élément de l’édification des structures
cellulaires. Les bactéries consommant environ 30 fois plus de carbone que d’azote, le rapport C/N optimum
est donc de 30. Ce rapport diminue au cours de la fermentation en raison d’un départ de carbone
(CH , CO plus important que celui de l’azote.

En général, un rapport C/N élevé témoigne de la présence de substances difficilement dégradables


par les micro-organismes (composés ligno-cellulosiques) comme des végétaux âgés par exemple. Si le
rapport C/N est trop bas, c’est que est donc en présence d’une accumulation d’ammoniac qui peut être
toxique cependant l’excès d’azote, si l’on reste en dehors des limites de toxicité, n’est pas un problème.

Les matériaux utilisés dans la fermentation présentent rarement le rapport C/N adéquat; de ce fait le
mélange de matières est un facteur de réussite. Généralités

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


27
Le tableau suivant nous indique les rapports C/N de quelques types de substrats:

M.O. C N
SUBSTRATS (% M.S.) % % C/N

A- ANIMAL
. porc 80,7 38,3 2,8 13,7
. Vache 77 35,8 1,8 19,9
. Poulet 77,4 35,7 3,7 9,65
. Canard 23,6 21,9 0,8 27,4
. Excréments humains 90 47,7 7,1 6,72
B- VEGETAL
. Cuisine 92 54,3 1,9 28,6
. Tige de maïs 92 43,9 1,2 56,6
. Paille de riz 79 35,7 0,7 51
. Rafles de maïs 96 49,9 0,1 49,9
. Coque d'arachide 95,5 52,7 1,7 31
. Bagasse 95,5 - 0,4 -
. Jacinthe d'eau 77 33 2,9 11,4
. Coupes d'herbe 87 39,2 2,5 15,7
Tableau 8 : Composition des substrats - [8]

II.5.2.4 La pression :

Ce n’est pas un critère déterminant de la production. Mentionnons simplement le fait que la


production n’est pas entravée par une surpression allant jusqu’à 4 bars.

En outre une légère surpression du digesteur permet :

 De donner une pression au gaz nécessaire à son acheminement à travers les canalisations ;
 D’éviter les entrées d’air en cas de fuite ;
 D’éviter l’explosion.

II.5.2.5 Matières toxiques pour les bactéries :

Quelques matières présentes à forte concentration dans le substrat sont toxiques pour les bactéries
dont quelques-unes :

 Les engrais chimiques, pesticides, antibiotiques de l’alimentation des animaux ;


 Les sels de métaux, ions minéraux (sodium, potassium, calcium, magnésium, ammonium) ;
 Les détergents, savon, organochlorés,
 Les métaux lourds qui forment des précipites insolubles de sels avec les sulfures.
Généralités

Ces substances risquent à la fois de perturber le processus bactérien mais et d’altérer la qualité de
l’effluent.

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


28
II.5.2.6 Le temps de rétention :

Le temps de rétention est le temps de séjour du substrat dans le digesteur. Il dépend :

 De la température : plus la température est élevée plus la digestion est rapide ;


 Du taux de matière sèche : plus le substrat est riche en eau et en particules fines, plus la digestion
est rapide ;
 De la qualité requise de l’effluent : plus le substrat reste dans le digesteur, plus il est épuré, moins
l’effluent sera polluant à la sortie ;
 Du type de digesteur ;
 De considérations économiques : adéquation entre la masse à digérer et la dimension de la cuve.

Voici quelques fourchettes de temps de rétention suivant le type de digesteur employé et le type de
substrat fermenté.

25 à 30 jours en climat tropical


Digesteur discontinu Fumier pailleux
30 à 60 jours en climat tempéré chaud

Fumier dilué 25 à 35 jours

Digesteur continu Lisier dilué 10 à 20 jours

Boues très diluées 10 à 15 jours

Tableau 9 : Fourchettes du temps de rétention du substrat - [8]

II.6 L’unité de méthanisation


Le digesteur est l’élément principal d’une installation de biogaz. C’est à l’intérieur de ce dernier que
les processus biochimiques et microbiens de fermentation ont lieu lors de la formation du biogaz.

D’une manière générale, l’unité de méthanisation est constituée d’un réacteur où se déroule la
transformation et d’un réservoir de stockage pour contenir le gaz obtenu. Suivant leur formes, les matériaux
de construction employés ou le type de procède adopté, il existe plusieurs sortes de digesteurs :

II.6.1 Le digesteur à dôme fixe :

Il est formé d’une partie inférieure cylindrique et d’une partie supérieure sous forme de voûte
sphérique ou hémisphérique pour le stockage du gaz. En béton ou en brique cuite induite, ce type de
digesteur présente les avantages d’avoir une durée de vie assez longue puisque les problèmes de corrosion
Généralités

sont remédiés et d’offrir un coût initial modéré. Le plus souvent il est enterré remédiant ainsi aux
problèmes rencontrés avec les variations de température.

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


29
Sa productivité est de l’ordre de 0,1 à 0,2 de biogaz par du digesteur par jour.

Figure 7 : Digesteur à dôme fixe - [3]

II.6.2 Le digesteur à cloche flottante :

Il est composé d’une partie cylindrique en brique ou en béton, placé verticalement et enterré. Au-
dessus flotte un gazomètre métallique ou fabriqué à partir d’autres matériaux (fibre de verre, plastique
renforcé de fibre de verre, ferrociment…) pour stocker le gaz. Le mouvement ascendant descendant de la
cloche témoigne de l’existence du gaz dans la cloche permettant ainsi le mélange du substrat. Il est plus
facile à utiliser par rapport au dôme fixe à cause :

 de la simple gestion du gaz par repérage de la hauteur de la cloche,


 d’une pression moyenne quasi-constante,
 d’une maintenance et un déchargement faciles à manier,
 de sa bonne qualité d’étanchéité assurant une meilleure productivité.

Généralités

Figure 8 : Digesteur à cloche flottante - [3]

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


30
II.6.3 Le digesteur à Plug-flow :

Pour surmonter les problèmes de haute pression avec le digesteur à dôme fixe, le digesteur Plug-
flow est un digesteur à basse pression du fait de sa conception : une fosse de diamètre normalement large et
assez profonde, couverte d’une membrane en plastique ou en caoutchouc et quelque fois munie à la partie
supérieure d’un ballon souple en bâche plastifiée pour récupérer et stocker le gaz. Il est parfois très
volumineux (jusqu’à des milliers de mètres cube), et alimenté de façon continue ou semi continue, il digère
des substrats liquides à teneur en matière sèche élevée comme les substrats pailleux, les ordures ménagères,
les déchets urbains….Une ouverture hydraulique d’entrée et de sortie assez grande est construite sous le
réacteur.

II.6.4 Le digesteur hybride :

C’est un modèle qui combine les avantages des installations à dôme fixe et à cloche flottante. La
cuve est à dôme fixe avec un gazomètre cylindrique séparé dans une autre fosse en ferrociment ou en
matières synthétiques et munie d’un joint d’eau.

Grace à ce système, la cuve peut digérer davantage de substrat sans que la surface de son dôme soit
exposée à la forte pression du gaz. De plus, cette pression du gaz est maintenue constante mais peut être
aussi réglée par le biais d’un système de contrepoids sur le gazomètre. Les risques de pertes de gaz au
niveau du dôme sont fortement réduits. Cependant, le fait d’avoir une pression constante maintient le
substrat dans la cuve immobile, favorisant ainsi les accumulations de croute sur la partie supérieure. Un
système de brassage est donc essentiel pour ce type de digesteur. Sa productivité est de l’ordre de 0,3
m /m de digesteur par jour.

Figure 9 : Digesteur Hybride - [10] Figure 10 : Digesteur à plug-flow - [10]


Généralités

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


31
II.7 Les produits de la méthanisation

II.7.1 Le biogaz

Issu de la fermentation anaérobie des substrats fermentescibles, le biogaz est un des produits
générés par la méthanisation, c’est un mélange gazeux biologique combustible.

II.7.1.1 Composition du biogaz :

Théoriquement le biogaz est composé de :

 Méthane : 50 à 80 %
 Gaz carbonique : 20 à 40%
 Hydrogène : 1 à 3%
 Azote : 0,5 à 2%
 Hydrogène sulfuré : 0,1 à 0,5%
 Monoxyde de carbone : 0 à 0,1%
 Autres : traces

Cette composition varie en fonction de la nature des substrats traités, des différents paramètres cités
précédemment, et du processus de fermentation utilisé. Aussi on a tendance à classifier le biogaz selon le
pourcentage de méthane qu’il contient :

 biogaz pauvre : une teneur en CH 50%


 biogaz moyen : une teneur en 50 % CH 65%
 biogaz riche : une teneur en CH 80%

II.7.1.2 Caractéristiques du gaz :

Pouvoir calorifique supérieur et inférieur du biogaz en Mcal :

% PCS / PCI /

50 4,8 4,3
60 5,7 5,1
70 6,7 6
80 7,6 6,9

Tableau 10 : Pouvoir calorifique du biogaz – [8]


Généralités

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


32
Le mélange gazeux:

 Est incolore,
 Est combustible à partir de 25% de méthane avec un pouvoir Calorifique estimé à 5250
Kcal/m et une vitesse de combustion au environ de 0,3 m/s, ce qui est peu par rapport aux autres gaz,
 Est plus léger que l’air, ce qui écarte les risques d’accumulation dans les recoins de local et
d’explosion,
 Est odorant : les odeurs sont dues aux impuretés du gaz, surtout H S (œuf pourri), qui
disparaissent avec un traitement d’épuration. La fermentation des litières de volailles ou des lisiers de porc
donne un gaz souvent riche en H S. Le gaz ne dégage cependant pas de mauvaises odeurs lorsqu’il brûle,
 Présente des composants toxiques comme le monoxyde de carbone et l’hydrogène sulfuré,
d’où la nécessité d’un traitement, surtout pour H S,
 Est explosif avec un mélange air-méthane contenant 7 à 14% de méthane. La présence
d’autres gaz ne change pas ce pourcentage, son intervalle d’inflammation est de 6 à 12% en volume dans
l’air avec une température d’inflammation au environ de 600°C,
 Est corrosif en raison de la présence de H S, 
 Sa pression critique est de 75 à 89 Bars,
 Sa température critique est de : - 82,5°C.

II.7.1.3 Possibilité d’utilisation du biogaz :

Le choix de valorisation du biogaz dépend du besoin priori de l’utilisateur mais aussi des conditions
locales, techniques et socio-économiques. Le biogaz étant une forme d’énergie disponible sous forme de
combustible souple, il peut être utilisé à différentes fins comme :

 Energie domestique utilisée pour la cuisson, le chauffage, l’éclairage


 Carburant des divers moteurs : pompes, groupes électrogènes, véhicules… pour la
production d’énergie mécanique et électrique,
 Source de production de vapeur utilisée dans les chaudières (en application industrielle)
 Source d’air chaud pour les séchoirs et d’air froid pour les appareils frigorifiques et les
chambres froides
Généralités

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


33
Combustibles 1 m de gaz

Fuel domestique 0,7 L


Essence 0,8 L
Alcool 1,1 L
Bois 2,5 kg
Charbon de bois 1,240 kg
Gaz naturel 0,7 m
Gaz de ville 1,5 m
Propane 0,3 m
Butane 0,2 m
Carbure de calcium 2 kg
Energie électrique 2 kWh

Tableau 11 : Tableau d’équivalence du biogaz avec d’autres sources - [8]

II.7.2 L’effluent

L’effluent est l’ensemble des résidus solides et liquides issus de la digestion, la transformation de la
matière organique n’étant pas complète, la perte d’éléments minéraux reste négligeable c’est pourquoi
restitué au sol il pourra jouer le rôle d’amendement et de fertilisant très efficace.

Au cours du processus de constitution du biogaz, le substrat organique subit des changements


biochimiques et microbiens importants, après lesquels sa composition chimique change et se transforme en
compost. Suite aux processus de minéralisation donc :

 le compost n’a plus d’odeur nauséabonde, typique pour les résidus organiques, et sa
consistance est similaire à celle des engrais minéraux car le substrat digéré ne contient plus d’humus
stable mais des précurseurs de celui-ci ;
 on assiste à des pertes en matières organiques (-15 à 25% selon l’intensité de la
fermentation) ;
 Les pertes en éléments minéraux sont minimes et le substrat digéré a une concentration
plus forte qu’au départ en éléments minéraux (70% du substrat d’origine se transforme en minerais)
ainsi qu’en protéines, on constate seulement une baisse en poids de 5 à 10%.

La composition chimique du compost se caractérise par une teneur élevée en éléments biogènes
chimiques principaux С (carbone), К (potassium), P (phosphore) et N (azote) et par un rapport optimal
entre le carbone et l’azote. La contamination bactérienne cocci s’élève à 10 par gramme de matière sèche
Généralités

(la norme permet jusqu’à 1000 pour les engrais organiques), tandis qu’il n’y a plus de contamination
streptocoque de salmonelle et fécale.

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


34
Chapitre III. Les moteurs à combustion interne (MCI)

III.1 Principes généraux


Les moteurs thermiques transforment, en travail mécanique, l’énergie calorifique dégagée par la
combustion de corps combustibles. La dénomination de moteurs à combustion interne vient du fait que la
combustion du carburant ou du combustible se fait à l’intérieur d’eux même par opposition à d’autres types
de moteurs où la combustion se déroule à l’extérieur (ex : machines à vapeur).

La combustion du carburant se fait en présence de l’oxygène de l’air. Un mélange intime d’air et de


combustible s’enflamme, alors qu’il est comprimé, dans un cylindre à piston. La combustion de ce mélange
provoque une dilatation de son volume, déplaçant le piston dans le cylindre. Un mouvement rectiligne qui
de plus alternatif est donc créé, et est ensuite transformé en un mouvement rotatif par un système bielle
manivelle. Les divers types de moteurs diffèrent essentiellement sur la nature de l’inflammation de leur
carburant, qui peut être :

 spontanée (auto-inflammation ou auto-allumage), si la température régnant dans le cylindre


est supérieure à celle d’inflammation du mélange, au moment où celle–ci doit se produire. C’est le cas des
moteurs Diesel,
 provoquée, si la condition précédente n’est pas réalisée, par un arc électrique. C’est le cas
des moteurs à essence, appelés aussi de ce fait moteurs à allumage commandé.

III.2 Notions de cycles et rappels de technologie

III.2.1 Technologie des moteurs à combustion interne

Ci-dessous une figure représentant d’une manière générale le schéma d’une coupe transversale d’un
moteur à allumage commandée :

Généralités

Figure 11 : Coupe transversale d’un moteur à essence [1]

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


35
III.2.1.1 Les pièces fixes :

Constituées par :

 Le bloc- moteur ou bloc –cylindres : il est constitué, à la fois, par les cylindres, en nombres
variables mais tous identiques et une partie du système de refroidissement.
 La culasse : elle joue un double rôle d’obturation de la partie supérieure des cylindres et
d’intermédiaire dans le refroidissement du moteur.
 Le joint de culasse : il assure l’étanchéité entre le bloc moteur et la culasse.
 Le carter : il assure plusieurs fonctions, dans les moteurs à refroidissement par eau, il est
constitué par un demi-carter supérieur ou carter proprement dit, confondu avec le bloc moteur et qui
supporte les différents paliers du moteur, et par un demi-carter inférieur ou carter d’huile, simple couvercle
en tôle d’acier, qui sert de réservoir d’huile. Ces deux demi-carters sont séparés par un joint d’étanchéité, le
joint de carter. Dans les moteurs à refroidissement par air, le carter joue en plus le rôle de bâti.

III.2.1.2 Les pièces mobiles

Ces pièces mobiles sont plus largement dimensionnées dans un moteur Diesel que dans un moteur à
essence où les contraintes sont moins élevées.

 Les pistons : ils se déplacent, chacun dans son cylindre, entre deux positions extrêmes :
- une position extrême supérieure ou point mort haut P. M. H
- une position extrême inferieure ou point mort bas P. M. B

La distance les séparant étant la course c du piston. L’espace mort avec V comme volume,
compris entre le point mort haut et la culasse, constitue la chambre de combustion. Le volume V compris
entre les deux points morts représente le cylindrée unitaire dont le volume est égal au produit :
π
V c a
4
a étant l’alésage, c'est-à-dire non pas le diamètre du piston, mais celui du cylindre ; l’étanchéité est
assurée par des segments dits d’étanchéité.

On appelle rapport volumétrique, ou taux de compression Ɛ le rapport du volume délimité par la


culasse et le point mort bas à celui de la chambre de combustion.

Ɛ (valeur variant entre 5 et 23.5 selon les moteurs)

 Les bielles : leur tête s’articule sur un maneton du vilebrequin ; avec interposition de deux
demi-coussinets en métal antifriction ; et leur pied, sur l’axe d’un piston. Tête et pied de bielle sont reliés
Généralités

par le corps de bielle.


 Le vilebrequin : il transforme le mouvement rectiligne du piston en mouvement rotatif.

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


36
III.2.1.3 Les systèmes annexes :

Ils sont indispensables au fonctionnement du moteur. Ce sont :

 Le système d’alimentation : il est constitué par l’ensemble du réservoir, des canalisations et


de la pompe qui conduisent vers les cylindres le mélange carburé ou le combustible seul.
 Le système de distribution : il aura pour rôle d’assurer l’introduction au moment opportun
dans le cylindre le mélange carburé ou le combustible, il est formé par l’ensemble des différents types de
collecteurs et de tubulures ainsi que les soupapes avec leurs organes de commande.
 Le système d’échappement
III.2.1.4 Les organes spéciaux :

Dans un moteur à essence, le carburant est, préalablement à son entrée dans les cylindres,
intimement mélangé à de l’air frais venant du filtre à air. Dans un moteur Diesel, au contraire, le
combustible n’est mélangé à l’air frais qu’après son arrivée dans le cylindre, alors que l’air est déjà
comprimé.

Certains organes n’existent alors que dans les moteur à allumage commandé :

 Le carburateur : il est destiné à réaliser le mélange air + essence dans les proportions
convenables pour une bonne combustion. Il doit assurer un dosage correct et une bonne homogénéisation
du mélange, de même qu’une bonne vaporisation de l’essence, conditions indispensables à une bonne
combustion. Lorsque le régime du moteur varie, le carburateur doit corriger les débits relatifs d’air et
d’essence.
 Le système d’injection : il remplace le carburateur dans l’homogénéisation du mélange air-
essence, ce dernier est réalisé dans la pipe d'admission, l'air est acheminé par voie classique tandis que
l'essence est injectée sous pression par des injecteurs.
 Le système d’allumage : théoriquement au moment où la pression dans le cylindre est
maximale, les divers constituants du système d’allumage servent à conduire jusqu’à une bougie un courant
à haute tension destiné à faire jaillir entre les électrodes de la bougie une étincelle enflammant le mélange
carburé comprimé dans la chambre de combustion.

III.2.2 Cycles :

Le cycle est une période entière de fonctionnement du moteur, la plus courte possible, à l’issue de
laquelle celui-ci, revenu à son point de fonctionnement initial, recommence à parcourir un nouveau cycle
identique au précédent. Le cycle d’un moteur thermique comprend toujours les phases suivantes :
admission, compression, combustion, détente et échappement. Ces différentes phases peuvent s’effectuer
Généralités

successivement ou de façon combinée selon le type de cycle (à 4 temps ou à 2 temps) et se reproduisent


indéfiniment.

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


37
III.2.2.1 Cycle 4 temps :
 1er temps : ADMISSION du mélange air + essence dans un moteur à allumage commandé et
air uniquement dans un moteur Diesel.

Figure 12 : temps dans un moteur à allumage commandé – [5]

Le piston, entrainé par le vilebrequin descend dans le cylindre, du jusqu’au


effectuant une course, dite d’admission. La soupape d’admission est ouverte, le mélange carburé ou l’air
est aspiré dans le cylindre.

 2è temps : COMPRESSION du mélange air + essence dans un moteur à allumage


commandé et air uniquement dans un moteur Diesel.
Poursuivant son mouvement de rotation, le vilebrequin fait remonter le piston jusqu’au ,
la soupape d’admission s’étant fermé au départ. Le mélange ou l’air est comprimé et le vilebrequin vient
déjà d’effectuer un tour, à la fin de la compression se produit l’injection du combustible dans un moteur
Diesel.

Généralités

è
Figure 13 : temps dans un moteur à allumage commandé – [5]

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


38
 3è temps : COMBUSTION suivie de la DETENTE
Dans le moteur à essence une étincelle jaillit entre les électrodes de la bougie, enflammant le
mélange comprimé. Dans le moteur Diesel par contre le combustible injecté à forte pression vient se
mélanger à l’air préalablement comprimé et le mélange s’enflamme spontanément. La dilatation violente
des gaz qui s’ensuit chasse le piston vers le . C’est le seul temps moteur, le piston entraîne le
vilebrequin.

è
Figure 14 : temps dans un moteur à allumage commandé – [5]

 4è temps : ECHAPPEMENT des gaz brûlés


A nouveau, le piston est entrainé par le vilebrequin, il remonte jusqu’au et chasse les gaz
brûlés par la lumière d’échappement.

Dans un moteur à 4 temps, sur les quatre courses du piston, correspondant à deux tours de
vilebrequin, une seule course est motrice, les trois autres absorbent de l’énergie sans en fournir

 
 
Généralités

è
Figure 15 : temps dans un moteur à allumage commandé – [5]

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


39
III.2.2.2 Cycle 2 temps :
 Moteurs Diesel :

Dans un cylindre de moteur à 2 temps, la combustion et la détente se produisent exactement comme


dans un moteur à 4 temps. Cependant, un peu avant que le piston n’atteigne le , l’ouverture d’un
orifice permet aux gaz brûlés de s’échapper à l’extérieur. Dès que la pression dans le cylindre est tombée,
le piston découvre une série d’ouvertures, ou lumières, qui mettent en communication l’intérieur du
cylindre avec une chambre d’air alimentée par une pompe : l’air fourni « balaie » les gaz brûlés. Lorsque
ces gaz sont remplacés par de l’air frais, l’orifice d’échappement se ferme. Le piston remonte, obsturant les
lumières d’admission et comprimant l’air frais. En fin de compression, le combustible est injecté, la
combustion a lieu et le cycle recommence.

Figure 16 : Cycle 2 temps dans un moteur Diesel – [5]

 Moteurs à allumage commandé :

Les moteurs à 2 temps à essence, à trois lumières très peu, dans leur principe des moteurs Diesel à
lumières contrôlées par le piston et à balayage par carter-pompe. Dans leur cas, le balayage est assuré par
un mélange air + essence, ce qui entraîne des pertes de carburant à l’échappement. Généralités

Figure 17 : Cycle 2 temps dans un moteur à allumage commandée – [5]

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


40
III.3 Thermodynamique des moteurs à combustion interne
Dans cette partie, nous allons nous intéresser particulièrement au moteur à allumage commandée :

III.3.1 Cycle beau de rochas :

En général, c’est le cycle thermodynamique théorique réalisé par les moteurs à essence à quatre
temps. Les quatre temps du cycle correspondent à 4 courses du piston, les différentes phases associées à
chaque temps du cycle sont définies par des transformations thermodynamiques.

III.3.1.1 Cycle théorique :

Figure 18 : Cycle Beau de Rochas – [1]

La figure précédente illustre le diagramme du cycle qui se déroulé comme suit:

 1er temps du cycle - Phase Admission A – B :

Aspiration d’un volume de gaz à la pression atmospherique 1

 2è temps du cycle - Phase Compression B – C:

Compression adiabatique du gaz aspiré jusqu’ à un volume minimal pour atteindre une pression
à l’intérieure de la chambre de combustion
Généralités

 3è temps du cycle - Phase Combustion C – D et Détente D – E:

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


41
La combustion du volume de gaz compressé crée un réchauffement isochore pour atteindre une
température et ensuite suivie d’une détente adiabatique ramenant le volume le volume de gaz compressé
à son volume initial mais à une pression supérieure à celle initialement.

 4è temps du cycle - Phase Echappement E – B:

Se traduit pat un refroidissement isochore ramenant la température à

III.3.1.2 Cycle réel :

Le diagramme théorique du cycle Beau de Rochas est le diagramme idéal pour le fonctionnement
d’un moteur à 4 temps à allumage commandée, cependant il ne tient pas compte des facteurs suivants:

 Temps mis par les soupapes à s'ouvrir.


 Délai d'inflammation du mélange.
 Inertie des gaz.
 Echanges de chaleur avec l'extérieur.

Dans le diagramme théorique :

 Le travail moteur est représenté par l'aire ADEBA,


 Les temps résistants sont représentés par l'aire ABCA,
 Le travail utile est égal a l'aire CDEBC.

Dans la pratique, le diagramme théorique prend l’allure suivante :

Figure 19 : Cycle réel – [1]


Généralités

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


42
III.3.2 Rendement thermique :

Le processus de transformation d’énergie dans un MCI est représenté par l’organigramme suivant :

Figure 20 : Transformation énergétique dans un moteur à combustion interne [1]

Le travail des forces de pression au sein d’un moteur thermique est donné par la relation :

dW PdV → W PdV

Si dV 0 alors dW 0, le système gagne de l’énergie.

Si dV 0 alors dW 0, le système cède de l’énergie.

En se référant au diagramme réel du cycle, S représente le travail fourni par le moteur tandis
que S le travail nécessaire au moteur pour introduire le mélange frais d’air et de combustible dans le
cylindre.

Par définition on sait que rendement aussi dans un moteur à combustion

interne, le rendement thermique équivaut à :

W
η
∑Q 0

Où W représente l’énergie utilisable et Q la quantité de chaleur fournie au système. D’une


manière générale nous avons toujours :

η 1
Généralités

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


43
Méthodologie et calcul

Chapitre IV. Production de gaz :

IV.1 Etude expérimentale du substrat :


Elle consiste à effectuer des analyses physico-chimiques sur le substrat afin de déterminer :

IV.1.1 La teneur en matières sèches :

IV.1.1.1 Principe et appareillage

Le principe consiste en un séchage d’une masse échantillon (environ 5-10g) de biomasse jusqu’à
l’obtention d’un poids constant. Les appareillages utilisés sont :

 capsule à peser,
 étuve à chauffage électrique,
 dessiccateur,
 balance analytique.

IV.1.1.2 Mode opératoire :

Maintenir la capsule contenant l’échantillon pendant une heure dans l’étuve chauffée à 103 °C
2°C . Laisser ensuite refroidir la capsule dans le dessiccateur puis peser. Répéter la même opération sur le
même échantillon jusqu’à ce que la perte de masse entre deux pesées successives n’excède plus 2 mg.

IV.1.1.3 Mode de calcul :

La teneur en eau de l’échantillon est égale a :

M M
H % 100
M M

Où :
M : est la masse en g de la capsule

M : est la masse en g de la capsule et de l’échantillon avant le séchage

M : est la masse en g de la capsule et de l’échantillon après chauffage dans l’étuve.


Méthodologie et calcul

Une fois la teneur en eau déterminée, la teneur en matière sèche (MS) est obtenue par la formule
suivante :
MS % 100 % H%

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


44
IV.1.2 La teneur en cendre et en matière organique :

IV.1.2.1 Principe et appareillages:

Dans la quantité de matière sèche contenue dans la biomasse, toutes les substances organiques
subissent une combustion complète suite à un processus de calcination pour être ensuite transformées en
gaz carbonique et en eau. Seules les matières minérales se convertissent en cendres. De ce fait le principe
est de traiter la matière sèche dans un four à moufle à 850°C. A la sortie du four la cendre obtenue est mise
au dessiccateur. Les matériels utilisés sont :

 Capsule,
 Four à moufle,
 Dessiccateur,
 Balance analytique.

IV.1.2.2 Mode opératoire :

La capsule contenant l’échantillon de matière sèche est introduite dans le four à moufle à une
température de 850°C durant deux heures. Apres la combustion de l’échantillon, on retire la capsule et on
la place immédiatement dans le dessiccateur pour qu’elle refroidisse pendant 30mn puis on la pèse.

IV.1.2.3 Mode de calcul :

La teneur en cendre est obtenue à partir de la formule :

M M
Cd % 100
M M

M : est la masse en g de la capsule vide,


M : est la masse en g de la capsule contenant la matière sèche de l’échantillon,
M : est la masse en g de la capsule contenant les cendres après calcination.

La teneur en matières organiques s’obtient par la différence entre la teneur en matière sèche et la
teneur en cendre :

MO % MS % Cd %

IV.1.3 Le rapport C/N :


Méthodologie et calcul

Les teneurs réelles en carbone et en azote contenues dans la biomasse ne s’obtiennent qu’à partir
des résultats d’expérimentations réalisées en laboratoire, une de ses méthodes d’expérimentations est celle
de WALKEY et BLACK qui se base sur les résultats des rections chimiques effectuées sur la biomasse.
Cependant nous pouvons toujours exploiter les résultats d’analyses déjà effectuées et appliquer la formule :
%
(C/N)
%

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


45
Le tableau N°8 du sous paragraphe II.5.2.3. nous montre déjà les teneurs en carbone et azote de quelques
types de substrat.

IV.2 Dimensionnement de l’unité de méthanisation :

IV.2.1 Principe :

Le dimensionnement de l’unité de méthanisation est le résultat d’un compromis entre trois


approches différentes:

 une approche « amont » : elle s’appuie sur la source de biomasse disponible


régulièrement dont on déduit le volume de la cuve de fermentation maximale, 
 une approche « aval » : elle s’appuie sur un recensement des besoins qualitatifs et
quantitatifs en gaz dont on déduit le volume de la cuve minimum souhaité pour couvrir
ses besoins, 
 une approche « conjoncturelle » : qui englobe l’ensemble des moyens dont on dispose
du point de vue financier et technique. 

De ce fait il convient de suivre les étapes suivantes :

 Identifier les différents éléments du système énergétique : la démarche la plus intéressante


est de choisir les besoins de base qu’il sera primordial de satisfaire, ensuite on peut recenser les besoins
supplémentaires qui joueront leur rôles dans la synthèse des trois approches. Ci-dessous un tableau
présentant quelques ordres de grandeur sur la consommation en biogaz :

Utilisation Besoin de biogaz (6000 à 7000 Kcal/m )

0,22 à 0,45 m /h/brûleur de 5 à 10 cm de diamètre


Cuisson 0,25 m /personne/jour (individuelle)
0,15 m /personne/jour (famille)
0,1 m /h/bec à incandescence
Eclairage
0,04 m /h/manchon (40W)
0,15 m à 0,2 m /h/100L de capacité
Réfrigération
8 dm /dm de paroi /j
Méthodologie et calcul

0,45 m /CV/h pour un moteur de rendement moyen de


Moteurs
25%
Couveuse 0,615 m /h pour un appareil de 30L

Tableau 12 : Consommation en biogaz brut des quelques appareils - [8]

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


46
 Retenir le volume de cuverie utile : Lorsque la consommation en biogaz est évaluée le
volume de la cuve de fermentation va se dimensionner suivant le compromis entre le minimum qui pourra
fournir le volume de gaz satisfaisant tous les besoins et le maximum qui pourra contenir le volume de gaz
que l’on peut attendre du substrat.

IV.2.2 Choix du type de digesteur à employer :

Suivant la biomasse disponible à servir de substrat, le tableau suivant va permettre d’identifier le


procédé à adopter et le type de digesteur à concevoir :

Procédé Continu Procédé Discontinu


S Substrat liquide ou semi-liquide avec un taux en matière
Substrat solide
U sèche (M.S) inférieur à 15 %
(déchets végétaux et déchets animaux)
B (principalement les déjections animales)
S Il permet de traiter toutes les matières
Il n’accepte pas les pailles et les déchets
T cellulosiques mélangées avec des déjections
végétaux courants
R animales
A Il exige une dilution pour les substrats non convenables Bien adapté aux régions semi-arides ou
T (exigence en eau considérable) sèches dû à la consommation faible en eau
P
Travail court mais fréquent Travail espacé mais important
R
O Peu de manipulations, peu de main Importance de manipulations au chargement
C d’œuvre nécessaire mais plus ou moins et au déchargement nécessitant un bon
E disponible en permanence ; peu de nombre de main d’œuvre travaillant par
S matériels mécanisés utilisés intermittence ou de matériels mécanisés
S Temps de rétention plus court 20 à 40
U jours
Temps de rétention plus long (45jours)
S Sensible à la régularité quantitative du
substrat de départ
D Exigence d’une alimentation très Chargement et déchargement se font en une
E régulière (un apport quotidien est seule opération durant un cycle
généralement préconisé) fonctionnement
P Fonctionnement plus délicat exigeant Possibilité de traiter aisément les matières
R une surveillance : végétales jusqu’à 60 %
O
Risque de bouchages fréquents au niveau des tuyauteries
D
U Risque d’acidification et d’apparition de
C mousse
T Risque d'apparition de croûte en cas
I d’insuffisance de brassage
O Possibilité de formation de sédiments au
fond du digesteur gaspillant inutilement de
N place
Production stable et régulière de gaz Production irrégulière de gaz (0,8 m3/ m3 de
(0,3 à 0,8 m3/ m3 de digesteur/jour) digesteur/jour)
Fonctionnement en continu nécessite Une production régulière nécessite plusieurs
Méthodologie et calcul

une seule cuve cuves en série

Tableau 13 : Tableau comparatif des deux procédés de fermentation – [9]

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


47
IV.2.3 Construction du digesteur :

IV.2.3.1 La cuve et le gazomètre :

Le système étant choisi, le calcul du volume de la cuve du digesteur se fait comme suit :

V V t

Avec

V = le volume de la cuve

V = volume initial de substrat

t temps de rétention

Il est cependant toujours utile de prévoir une marge de 25% le dessin du digesteur, si l'on ne choisit
pas exactement les plans classiques, doit être fait de manière à ce qu’il soit le plus adéquat possible au lieu
d’implantation. En ce qui concerne la forme de la cuve, il convient de rechercher celle qui à volume donné
est la plus économe en surface de parois ceci dans le souci évident d’économiser les matériaux et de limiter
les surfaces d’échanges thermiques avec le milieu extérieur (pertes de chaleur) , le plus souvent, la forme
cylindrique est le compromis idéal. Nous pouvons dès lors utiliser le ciment, ou le béton ou la chaux argile
pour construire la cuve. Quant aux couvercles ou les cloches gazométriques, on peut recourir soit à du
métal, soit à des bâches souples.

IV.2.3.2 Les canalisations de gaz

Plusieurs paramètres sont à considérer lors du choix des matériaux pour les canalisations non
seulement afin d’assurer la sécurité mais pour garantir un bon fonctionnement de l’unité. Le tableau ci-
dessous définit les avantages ainsi que les inconvénients rencontrés avec plusieurs types de canalisation :

Type de tuyau Avantages Inconvénients


Simple
Disponible en plusieurs dimensions
Métal galvanisé Compatible avec de nombreux matériaux Favorise la condensation de l’eau acide
Offre des pentes satisfaisantes
Résiste au gaz
Présente des phénomènes de corrosion
Peut être utilisé comme tuyau de distribution du cathodique
Cuivre
gaz dans les maisons
Méthodologie et calcul

Cher
PVC Intéressant pour le transport du gaz Faible résistance au soleil

Tableau 14 : Tableau comparatif des types de tuyauteries dans une unité de méthanisation - [9]

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


48
La qualité des raccords nécessitent l’utilisation des joints d’étanchéité vis-à-vis au gaz. Le choix
des dimensions des canalisations dépend de la pression désirée pour le gaz ainsi que de la distance sur
laquelle sera transportée le gaz comme le montre la figure suivante :

1/2'' = 12,5 mm

3/4'' = 18,75 mm

1" = 25,4 mm

Figure 21 : Diamètre des canalisations pour une pression de 10 cm de colonne d’eau -[10]

IV.2.3.3 Les équipements d’épuration

Le méthane du biogaz est pratiquement le seul composant du mélange à être intéressant. En effet, le gaz
carbonique limite le pouvoir de combustion et prend de la place lors du stockage ; l’hydrogène sulfureux et
l’ammoniac sont toxiques corrosifs et malodorants. Si, souvent, on ne choisit pas d’enlever le CO , il est
Méthodologie et calcul

impératif d’extraire le H S et le NH .

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


49
 Elimination du :

Plusieurs moyens peuvent être employés pour débarrasser le biogaz du gaz carbonique qu’il
contient :

- Par barbotage du mélange dans l’eau suivant la réaction : 

H O CO → H CO

Cependant ce procédé nécessite un volume d’eau important qui a besoin d’être renouvelé
fréquemment ;

- Par passage du gaz sur de la chaux suivant les réactions: 


CaO chaux vive H O → Ca OH chaux éteinte  

Ca OH CO → CaCO H O

Mais le chaux n’est pas facile à régénérer. La consommation théorique est de l’ordre de 2,5 kg de
chaux vive par mètre cube de CO .

 Elimination du :

L’hydrogène sulfuré peut être éliminé en faisant passage du gaz sur de la limaille de fer qui noircit
de plus en plus mais pourra être peut être régénérée à l’air libre. La réaction d’élimination est la suivante :

Fe H S → FeS H

Théoriquement, il faut 0,0352 de limaille de fer pour retirer 3,7 kg de H S. pour un gaz à 0.2%
de H S, 1 l de limaille de fer pourra traiter 70 de biogaz.

 Elimination de la vapeur d’eau :

La vapeur d’eau constitue un frein à la valorisation du biogaz à plusieurs niveaux ; elle peut réagir avec
le H S et former un acide corrosif, mais elle risque également de se condenser, voire de geler si le gaz est
compressé pour être stocké. De nombreux procédés peuvent aussi être utilisés pour épurer le gaz de cet
élément :

 Procédés mécaniques : par condensation c’est-à-dire concevoir les conduites de manière à créer des
points bas de rupture de pentes qui seront aménagés avec des trappes à eau
 Par absorption au glycol ou aux chaux vive :
CaO H O → Ca OH  
Méthodologie et calcul

 Par réfrigération : en la condensant sur un échangeur (point de rosée 0,5 à 1°C à pression
atmosphérique)

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


50
Chapitre V. Utilisation du gaz comme carburant des moteurs à
essence
L’essence possède un pouvoir calorifique beaucoup plus grand que le biogaz, de ce fait les proportions
air-combustible dosées initialement au niveau du carburateur doivent être modifiées si l’on veut remplacer
l’essence par du biogaz. Il convient donc d’apporter quelques modifications au niveau du système
d’alimentation en air et en combustible du moteur en insérant en amont du carburateur un mélangeur
dimensionné préalablement dans le but d’apporter les proportions adéquates en biogaz et en air au moteur.

Il est cependant aussi judicieux de régler l’avance à l’allumage sur une valeur qui optimise la puissance
délivrée par le moteur. Plus le pouvoir calorifique du biogaz diminue (en fonction de la teneur en méthane
qu’il contient), plus l’avance devrait être augmentée.

V.1 La combustion :
La combustion est une réaction chimique exothermique entre deux corps : le combustible et le
comburant. Le combustible est la substance qui brûle, il est formé d’éléments oxydables c’est-à-dire des
éléments pouvant se combiner avec l’oxygène et peut être de nature solide, liquide ou gazeux. Le
comburant est le gaz qui va permettre au combustible de bruler, il est constitué d’oxygène mélangé avec
l’azote pour donner de l’air ou pur comme dans les chalumeaux.

Une combustion est dite complète si tous ses produits ne contiennent plus aucun éléments
combustibles, dans le cas contraire, elle sera qualifiée d’incomplète. Pour qu’une combustion soit
complète, la quantité de comburant amenée ne devrait pas être inférieure à la quantité théorique calculée à
partir des équations de combustion.

Les seuls éléments qui peuvent brulés sont le :

 Le carbone :
- C O → CO 97,6 kcal 
- C O → CO 29,4 kcal 
- CO O → CO 68,2 kcal 
 L’hydrogène :
- H O → H O 58,2 kcal
- H O → H O 69,0 kcal
Méthodologie et calcul

 Le souffre :
- S O → S0 69,2 kcal

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


51
V.1.1 Pouvoir calorifique :

Il désigne la quantité de chaleur que peut dégager la combustion complète d’une quantité
déterminée d’un combustible (1kg pour les combustibles solides ou liquides, 1m normal pour les
combustibles gazeux). Pour les combustibles gazeux, le pouvoir calorifique inferieur I peut se déterminer à
partir de la relation suivante :

I 2580h 3500w 8530 CH 17000 Cmh

Où h, w, CH , Cmh représentent les proportions respectives en hydrogène, eau, ainsi que des
composés hydrocarbures dans une quantité déterminée du combustible.

Pour un volume de 1 de biogaz avec la composition suivante :

 ch 0,544 m /m  
 co 0,4 m /m  
 h 0,03 m /m  
 n 0,02 m /m  
 h s 0,005 m /m  
 co 0,001 m /m  

son pouvoir calorifique serait de I 2580 0,03 8530 0,544

I 4717,72 kcal. m

V.1.2 Pouvoir comburivore :

Le pouvoir comburivore d’un combustible donné est le volume V d’air nécessaire à la combustion
théorique de l’unité de quantité de combustible. La combustion théorique consiste en principe à faire brûler
tous les constituants combustibles conformément aux équations stœchiométriques.

Le volume V étant constitué en volume de 79% d’azote N et de 21% d’oxygène 0 .

Déterminer le pouvoir comburivore d’un combustible revient donc à déterminer le volume


V d’oxygène nécessaire pour faire bruler tous ses composants. Nous rappelons que théoriquement le
biogaz est composé de :
 Méthane : 50 à 80 %
 Gaz carbonique : 20 à 40%
 Hydrogène : 1 à 3%
Méthodologie et calcul

 Azote : 0,5 à 2%
 Hydrogène sulfuré : 0,1 à 0,5%
 Monoxyde de carbone : 0 à 0,1%
 Autres : traces

Parmi ses constituants, seuls le méthane, l’hydrogène et le monoxyde de carbone sont combustibles.
Et leurs équations de combustion sont les suivantes :

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


52
 CH 2O → CO 2H 0 195,5 kcal 
 H O → H O 58,2 kcal 
 CO O → CO 68,2 kcal 

Supposons que le biogaz est un gaz parfait, le pouvoir comburivore s’obtient par la formule
suivante :
.
V 4,76V (5-1)
, .

Où :

V 2ch m c h o (5-2)

Dans laquelle , , , , les proportions respectives en / nor des constituants


combustibles dans le mélange gazeux.

Donc si on prenait 1 m de biogaz avec la teneur en méthane la plus faible on aura:

 ch 0,544 m /m  
 co 0,4 m /m  
 h 0,03 m /m  
 n 0,02 m /m  
 h s 0,005 m /m  
 co 0,001 m /m  

Aussi en introduisant ces valeurs dans (5-2) on a :


0,001 0,03
V 2 0,544
2 2
V 1,1035

De ce fait de (5-1) nous avons : V 1,1035 4,76

V 5,25 m

Théoriquement donc, le rapport de volume d’air et de gaz dans un mélange pour une combustion
stœchiométrique est de V 5,25V (5-3).

V.1.3 Combustion réelle :


Méthodologie et calcul

Dans les combustions réelles, les proportions de combustible et d’air s’écartent toujours des valeurs
stœchiométriques. De sorte que la composition des fumées devient différente de celle qui correspond à la
combustion théorique.

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


53
Une combustion réelle est caractérisée par le rapport λ appelé le coefficient d’excès d’air

ou rapport d’air, avec V le volume d’air effectivement amené durant pour faire bruler la même quantité
de combustible et V le pouvoir comburivore.
 Si 1 on a une combustion avec excès d’air
 Si 1 on a une combustion stœchiométrique
 Si 1 on a une combustion avec défaut d’air
En théorie il faut toujours un excès d’air pour obtenir une combustion complète. On appelle excès

d’air le rapport e 100 [%] (5-4) et de cette relation on obtient λ 1 (5-5).

L’excès d’air peut être déterminé à partir de l’analyse de la fumée sèche résultant d’une combustion
théorique. En effet si on connait la teneur de co so dans la fumée nous pouvons tirer de la relation
suivante la valeur de e :

100 V V
co so
V V

Où :

V : le volume stœchiométrique de fumée

V : le volume de O non combiné, il est égal à 0 dans une combustion complète

V V dans laquelle V 22,414 avec c et s les

proportions en carbone et en souffre dans les fumées.

V.1.3.1 Taux d’excès d’air :

Le dimensionnement du mélangeur dans l’adaptation du groupe électrogène au biogaz nécessite la


prise en compte de l’excès d’air dans le mélange, dans notre étude nous allons imposer plusieurs valeurs
d’excès d’air et tirer de chaque valeur le bilan thermique du moteur. L’interprétation des résultats permettra
de déterminer ensuite le taux d’excès d’air qui se rapproche le plus d’une combustion complète permettant
de tirer le meilleur rendement du moteur. Aussi nous allons prendre la valeur de λ 1,1 → e 10%

V.1.3.2 Richesse du mélange :


Méthodologie et calcul

La richesse est le rapport entre la quantité de combustible présent dans une quantité déterminée de
mélange et la quantité de combustible que pourrait théoriquement être brulée par la quantité d’air présente

dans le mélange considéré : γ (5-6) Le calcul de la richesse du mélange ce trouve ci-dessous.


MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


54
D’abord on sait que les fractions volumétriques dans le mélange se définissent comme suit :

a et a

Si on brule un volume de V 1m on aurait a et a


Et nous pouvons ainsi tirer la relation : V (5-7)


Ensuite la masse volumique du mélange est égal à : ∑


(5-8)avec
 ρ 1,293 kg. m   
 ρ 1,1149 kg. m  
 ρ 1,19 kg. m
Et comme la somme des fractions volumétriques est égale à 1, nous avons donc :

a 1 a (5-9)

Nous pouvons tirer des relations (5-8) et (5-9) la valeur des fractions volumétriques respectives
dans le mélange :

ρ 1 a ρ a ρ
ρ ρ
a
ρ ρ

a 0,578 et a 0,422

En ramenant ces valeurs dans (5-7) on obtient la valeur de V 0,73 m correspondant à


V 1m , le volume du mélange serait donc égal à V V 1,73 m

Cependant, théoriquement, nous avons vu de (5-3) que V 5,25V donc V le


,

volume de gaz qui aurait dû être brulé par les V 0,73 m devrait être donc : V 0,4 3

D’où la richesse du mélange

= 2,5 (5-10).
,
Méthodologie et calcul

Pour le calcul de
 , si on prend V 1 m , M sera donc la somme des
masses de chacun composant constituant cette unité de volume de gaz, d’où
M 0,544ρ 0,4ρ 0,03ρ 0,02ρ 0,005ρ 0,001ρ

Comme :

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


55
 ρ 0,6709 kg. m 3  
 ρ 1,87 kg. m 3  
 ρ 0,08988 kg. m 3  
 ρ 1,24982 kg. m 3  
 ρ 1,539 kg. m 3  
 ρ 1,145 kg. m 3  
 Nous avons M 1,1149 kg d’où ρ 1,1149 kg. m  
 Pour le calcul de , on sait que ρ et comme on a déjà

vu précédemment que V 5,25V on peut donc écrire que :
ρ V ρ V
ρ
V 0,75V V
,

Et obtenir la relation suivante : ρ 0,429ρ 0,57ρ pour obtenir la valeur de

ρ 1,19 . (5-11)

V.1.3.3 Constante relative du mélange :

Nous savons que l’équation d’état pour un gaz parfait s’écrit comme suit :

PV mrT

Avec r P v β (5-12) où : et

Dans lesquelles

 = 1,19 .  
 T 273 K 
 P 101325 Pa  

Ainsi de (5-12) on obtient la valeur : r 101325


1,19

r 311,9 J. Kg . K

V.1.3.4 Chaleur spécifique :

Pour un mélange de gaz parfaits, nous savons que :

C ∑ b C (5-13)
Méthodologie et calcul

Où ∑ c’est-à-dire donc que pour un volume de gaz V 1 3 on a

0,544ρCH
4
 b 0,33 
Mgaz Mgaz
0,03ρH
2
 b  = 0,0024  
Mgaz Mgaz

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


56
0,001ρCO
 b  = 0,001 
Mgaz Mgaz

Et (5-13) devient : C b C b C b C

Avec :

 C 2 248 J/kg. K
 C 14 266 J/kg. K
 C 1 038 J/kg. K

Et ainsi nous avons la chaleur spécifique du mélange:

C = 777,12 . K 0,186 kcal. kg . degré

V.2 Dynamique des fluides :

V.2.1 Théorème de Bernoulli :

D’après le principe de Bernoulli, l'énergie mécanique totale d'un écoulement de fluide


incompressible et sans frottement est constante le long d'une ligne de courant de cet écoulement.

On a donc la formule suivante le long d'une ligne de courant:

1
p ρv ρgz constante
2
Cette relation exprime la conservation de l'énergie mécanique, le premier terme correspond à
l’énergie liée à la pression par unité de volume, le deuxième à l’énergie cinétique par unité de volume, le
troisième à l’énergie reliée à la position z des particules par unité de volume.

V.2.2 Application du théorème de Bernoulli :

Le théorème de Bernoulli est appliqué dans de nombreux phénomènes, mais ici on va étudier son
application sur le tube de Venturi.

On considère un volume V de fluide de masse m, ce fluide étant par hypothèse incompressible, en


régime permanent, et occupe toujours le même volume.
Méthodologie et calcul

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


57
Figure 22 : Tube de venturi [Auteur]
Dans la partie 1 du tube, cet échantillon s’écoule à la vitesse et dans la partie 2 à la vitesse
.Deux enceintes latérales permettent la prise des pressions statiques et .

Pour chaque section S telle que S S on a :


1
P 2 ρv2 ρgz constante

La conservation du débit (écoulement conservatif) impose que:

Q S v S v

S
v v v
S

Or d’après la relation de Bernoulli on a l’équation suivante :


1 1
Ps ρv ρgz Ps ρv ρgz
2 2
Venturi a prolongé le travail de Bernoulli en transformant le modèle vertical de Bernoulli (faisant
intervenir une variation de l'énergie potentielle due à la hauteur) en un système linéaire. Il reprend
l'équation de Bernoulli en annulant le terme d'énergie potentielle (puisqu'il n'y a plus de variation de

hauteur).On a: Ps ρv Ps ρv

Ps Ps ρ v v 0

Alors Ps Ps

On peut en conclure que si le débit de fluide est constant et que le diamètre diminue, la vitesse
Méthodologie et calcul

augmente nécessairement ; du fait de la conservation de l'énergie, l'augmentation d'énergie cinétique se


traduit par une diminution d'énergie élastique, c’est la dépression. C’est-à-dire que la pression est la plus
forte dans la section la plus large de la conduite contrairement à sa vitesse. La conception du mélangeur se
base donc sur le concept du tube de Venturi.

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


58
Simulation - Résultats et Interprétation

Chapitre VI. Remise en état d’une unité de méthanisation

VI.1 Caractéristiques du digesteur :


Il s’agit d’un digesteur e type continu à cloche flottante utilisé auparavant à titre d’unité
expérimentale au sein du ministère de l’énergie mais qui avait cependant nécessité de nombreuses
réparations puisqu’il est resté trop longtemps inutilisé.

Simulation - Résultats et Interprétation


Figure 23 : Digesteur à cloche flottante réparé [Auteur]
La cuve de fermentation du digesteur fait 0,2m , fabriquée à partir d’un bidon métallique, elle est
dotée de système de vidange à plusieurs niveaux permettant ainsi dégager le substrat digéré pendant
l’alimentation en substrat frais qui se fait par le biais d’un système d’alimentation en haut de la cuve.

Le gaz produit est stocké dans un gazomètre à cloche en plastique, rattaché à la partie supérieure de
la cuve et dont l’étanchéité est assurée par un joint d’eau.

Trois guides permettent de stabiliser la montée de la cloche et de maintenir de cette façon la


pression constante au sein du gazomètre.

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


59
Le digesteur ne possède pas de système d’isolation ni de système de chauffage.

Figure 24 : Alimentation Figure 25 : Vidange Figure 26 : Guide du gazomètre


[Auteur] [Auteur] [Auteur]

VI.2 Rendement prévisionnel de l’unité :

VI.2.1 Le substrat à utiliser :

Avec ses caractéristiques ci-dessous :

 Teneur en MS : 53 %
 Teneur en Carbone : 45,11 %
 Teneur en Azote : 0,595 %
 Rapport C/N : 75,815
 PH : 6,8
 DCO : 131000 mg d’O2/l
 DBO5 : 41000 mgd’O2/l
 Masse volumique : 0,821 kg/L.

Le lisier de porc se présente comme une source de substrat adéquat au système.


Simulation - Résultats et Interprétation
VI.2.2 Procédé à suivre :

Pour assurer une saturation en eau du substrat, le mélange devrait se faire dans les proportions
suivantes :

 Eau de puits : 60%


 Lisier de porc : 40%
 Tampon de Bicarbonate de soude : 5g/L du substrat
 Ferment à base de chyme stomacal de vache: 20% en volume du substrat fermenté

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


60
Après avoir été pesés, la biomasse, le ferment et le tampon seront mélangés avec de l’eau du puits à
l’air libre dans une cuve. Lorsque le mélange est bien homogène et que le lisier est parfaitement dilué, on
introduit le mélange dans le digesteur jusqu’à ce qu’il occupe 75% du volume de la cuve.

Le tableau ci-dessous résume donc les quantités de substrat introduites :

Digesteur Continu

Volume de la cuve de fermentation 220L


Volume occupé par le substrat 134L
Quantité de biomasse introduite 42,2 kg
Quantité d’eau introduite 51,4 L
Quantité de ferment introduite 1,2 kg
Quantité de tampon introduite -
Système de chauffage Serre
Date de début de fermentation -
Volume du gazomètre 50L
Quantité prévisionnelle de gaz produit 13 000 L

Tableau 15 : Caractéristiques du substrat à digérer [Auteur]


Une lecture hebdomadaire de la production de biogaz devrait été effectuée pour assurer le bon
fonctionnement de l’unité. Les paramètres physico-chimies devront être relevés d’une façon régulière. La
production de gaz dans le digesteur continu est mise en évidence par la montée de la cloche.

VI.3 Résultats et interprétation :


En l’absence des matériels de laboratoires nécessaires au suivi de la production du biogaz, nous
nous sommes arrêtés aux travaux de remise en état du digesteur. Les résultats se sont donc limités aux
valeurs théoriques obtenus à partir des données bibliographiques.

Simulation - Résultats et Interprétation

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


61
Chapitre VII. Adaptation du groupe électrogène au biogaz :
Dans ce système, le gaz qui entre par aspiration dans le tube est accéléré dans celui-ci, et atteint sa
vitesse maximale à l'endroit de la petite section pour après décroître et avoir une vitesse stable en sortie du
tube. Dans le mélangeur, c'est dans le col du venturi qu'il a été choisi de placer l'arrivée de l’air afin de
produire le mélange gazeux. Sous l'effet de la vitesse de l'air qui entre et s'accélère dans le col du venturi, il
se produit une dépression. Cette forte dépression aspire le carburant qui se mélange finement avec l'air et
produit le mélange gazeux propre à une bonne carburation.

VII.1 Bilan thermique du cycle

VII.1.1 Paramètres (P, V, T) durant le cycle :

Par hypothèse considérant un mélange de biogaz et air dont le rapport en volume pour une
combustion stœchiométrique est de 5,25 avec un pouvoir calorifique de I 4717,72 kcal. m dans les
conditions normales.

Ce mélange sera introduit dans le moteur sous une pression atmosphérique et à une température
équivalente à la température ambiante de l’air 25°C. Supposons que le taux de compression du moteur est
de 10. La richesse du mélange est égale à 2,5.

Nous allons déterminer les paramètres sur chaque sommet du cycle pour ce moteur et essayer d’en
déduire le rendement thermique :

On sait que 5,25 d’air est capable de bruler 1 de combustible, or nous avons un excès d’air
de 10% ce qui fait donc que pour un volume d’air V λ5,25 V le volume de combustible brulé sera de
,
V
,

, ,
D’où 1,1
,

Comme nous avons une richesse de γ = 2,5 le volume de gaz réellement présent dans le mélange
Simulation - Résultats et Interprétation
devrait donc être égal à :

V γV

V 2,75

Ainsi le rapport air-combustible devient donc :

V 1,1 5,25
2,1
V 2,75

Ce rapport indique que dans un mélange contenant 1 m de gaz combustible il y a 2,1 m d’air et le
volume total du mélange serait de 3,1 .

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


62
Les fractions volumétriques initiales du mélange deviennent alors :

2,1
a 0,677
3,1
1
a 0,323
3,1

La masse volumique du mélange change aussi :

ρ 0,677 1,293 0,323 1,1149

ρ 1,234 kg. m

Par conséquence la constante relative du gaz change également et devient :

1 1
r 101325
1,234 273

r 300,77 J. Kg . K

 Au sommet 1 du cycle :

Nous avons :

- 1
- 25° 298
- r 300,77 J. Kg . K  

Pour une masse de m = 1 kg de mélange introduit donc nous avons :

PV mrT

On tire la valeur de V 300,77

V 0,88 m

 Au sommet 2 du cycle :
TV TV Simulation - Résultats et Interprétation
V
T T
V

Avec = 10 taux de compression du moteur et δ = 1, 34

On a donc :
,
T 298 10

T 652 K

,
Et P P = 101325 10

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


63
P 2216749,5 Pa 
Puis
V 0,088  

 Au sommet 3 du cycle :
On sait que V V
V 0,088
Puis Q C T T
Mais on a également la relation : Q

,
De ce fait : Q 3822,7 Kcal/kg
,


Et comme δ on a T T

, ,
D’où la valeur : T 652
,

T 658,5 K
, ,
Puis P  

P 2238849 Pa

 Au sommet 4 du cycle :
On a V V

V 0,88 m

, ,
Et T T 658,5
,

T 300,1 K
,
V 0,088
P P 2238849
V 0,88 Simulation - Résultats et Interprétation

P 102335 Pa

VII.1.2 Bilan des quantités de chaleur échangées :


 Quantité de chaleur reçue :
Q 3822,7 Kcal.
 Quantité de chaleur fournie :
Q C T T = T T
777,12
Q 298 300,1
1,34

Q 1217,9 Kcal.

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


64
VII.1.3 Rendement thermique pour un taux d’excès d’air de λ = 1,1:

On sait que :
W
η
∑Q 0

D’après le premier principe de la thermodynamique : 0

Donc Q Q 0

Q Q

De ce fait :
Q2 3
Q4 1
η
Q2 3

Q4 1 1217,9
η 1 1
Q2 3
3822,7

η 0,68

VII.2 Résultats et Interprétations :


Nous pouvons constater que théoriquement le rendement thermique d’un moteur à essence adapté au
biogaz se trouve dans la moyenne. Toutefois ce rendement va varier en fonction des valeurs réelles des
proportions en air et combustible administrés. Avec le taux d’excès d’air choisi (10%) le rapport des
sections d’entrée de l’air et du combustible dans le mélangeur sera :

5,775

Et la section sera identique à celle de l’entrée d’air menant vers le carburateur. Dans le cas
pratique, les résultats vont s’écarter de ce rapport, il faudrait procéder à des séries successives d’essais en
procédant à des réglages différents au niveau du volume d’excès d’air utilisé afin d’obtenir le résultat idéal.

Simulation - Résultats et Interprétation

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


65
Etudes d’impacts environnementaux

Chapitre VIII. Notion d’environnement

VIII.1 Définition
Selon la charte de l’environnement malgache, l’environnement est l’ensemble des milieux
naturels et artificiels, y compris les milieux humains et les facteurs sociaux et culturels qui intéressent le
développement.

VIII.2 Contexte légal


La loi n° 90-033 du 21 décembre 1990 modifiée par les lois n° 97-012 du 06 juin 1997 et n° 2004-
015 du 19 août 2004 constitue la Charte de l’Environnement Malagasy. Elle fixe le cadre général
d’exécution de la politique de l’environnement.

Les principes fondamentaux de cette loi mentionnent que l’environnement constitue une
préoccupation prioritaire de l’Etat (Article 3), de ce fait sa mise en œuvre stipule que les projets
d’investissements publics ou privés susceptibles de porter atteinte à l’environnement doivent faire l’objet
d’une Etude d’Impact Environnemental (EIE), compte tenu de la nature technique de l’ampleur des dits
projets ainsi que de la sensibilité du milieu d’implantation (Article 10).

En application de ce dernier article, le décret n° 99-954 du 15 décembre 1999 modifié par le décret
n° 2004-167 du 03 février 2004 relatif à la Mise en Compatibilité des Investissements avec
l’Environnement (Décret MECIE) fixe les règles et procédures à suivre par les promoteurs pour
l’élaboration de l’EIE.

L’étude consiste en l’analyse scientifique et préalable des impacts potentiels prévisibles d’une
activité donnée sur l’environnement, et en l’examen de l’acceptabilité de leur niveau et des mesures
d’atténuation permettant d’assurer l’intégrité de l’environnement dans les limites des meilleures
Etudes d’impacts environnementaux
technologies disponibles à un coût économiquement acceptable.

VIII.3 Normes régissant l’environnement :


Référence de la norme
Objectif de la norme Référence de la norme qualité
environnement

Vocabulaires ISO 9000 ISO 14000


Exigences ISO 9001 ISO 14001
Lignes directrices ISO 9004 ISO 14004
Audit ISO 9011 ISO 19011

Tableau 16 : Tableau des normes régissant l’environnement [Auteur]

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


66
Chapitre IX. Etude d’Impact Environnemental du projet :

IX.1 Contexte du projet :

IX.1.1 Les problèmes environnementaux à Madagascar:

IX.1.1.1 La pollution et la déforestation :

La fourniture d’énergie est assurée en majeure partie par le bois, principalement utilisé pour assurer
la cuisson, 82,2% des ménages à Madagascar l’utilisent directement comme bois de chauffe tandis que
17% le consomment sous la forme de charbon de bois.

Le bois constitue la source d’énergie la plus prisée en raison de

 son coût le moins élevé par rapport aux autres énergies ;


 sa facilité d’accessibilité, sa multiplicité et sa simultanéité d’usage (cuisson, repassage,
chauffage, séchage des produits, fertilisation par l’usage des cendres…) ;
 sa possibilité d’approvisionnement adapté aux besoins des consommateurs : ménages
pouvant acheter en fonction des besoins quotidiens.

Pourtant, l’utilisation directe des ressources naturelles (bois, charbon,…) n’est pas optimisée, car les
cuiseurs traditionnels entrainent d’importantes pertes à cause de leur très faible rendement énergétique,
mais développe en plus des maladies respiratoires et oculaires.

Par ailleurs, l’augmentation de la consommation en charbon de bois par les ménages urbains et
suburbains constitue le principal facteur d’augmentation de la pression sur les ressources forestières, rien
que pour le charbon de bois, la consommation en 2012 était estimée à 402 000 T, ce dernier provient de 3
sources principales : les plantations forestières paysannes, l’exploitation des formations naturelles, les
plantations industrielles.

Les forêts naturelles qui assurent l’approvisionnement des grands centres de consommation sont les
plus menacées en termes de diminution de ressources. De plus les mauvais traitements (feux de brousses, Etudes d’impacts environnementaux
défrichements, pratiques agricoles intempestives…) attribués continuellement aux sols les usent et les
latérisent en leur privant de tous leurs éléments minéraux nécessaires entrainant par conséquent une baisse
progressive des récoltes, du coup les besoins alimentaires ne sont plus satisfaits tant au niveau local que
national,

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


67
Population Consommation Charbon équivalent
Ressources Région
consommateur 2012 charbon (t) en bois sec (m3)
ANALAMANGA 1 523 290 167 562 1407 520
Plantation AMORON’I MANIA 44 677 4 915 41 282
VAKINAKARATRA 563 800 62 018 520 951
ALAOTRA MANGORO 108 222 11 904 99 997
HAUTE MATSIATRA 605 568 66 612 559 545
ANOSY 39 874 4 386 47 370
Mixte

ATSINANANA 187 355 20 609 222 578


DIANA 75 849 8 343 90 109
VATOVAVY 61 765 6 794 73 376
MENABE 32 653 3 592 38 792
MELAKY 9 637 1 060 11 448
Forêts Naturelles

BOENY 140 921 15 501 167 414


ATSIMO ANDREFANA 105 270 11 580 125 060
IHOROMBE 16 625 1 829 19 751
ATSIMO ATSINANANA 47 357 5 209 56 260
SAVA 77 889 8 568 92 532
SOFIA 18 748 2 062 22 272
Tableau 17 : Consommation en charbon de bois par région [12]

Régions Taux de déforestation (% par an)


Alaotra Mangoro 0,37
Amoron’i Mania 1,49
Analamanga 0,50
Analanjirofo 0,11
Androy 0,66
Anosy 1,02
Atsimo Andrefana 0,98
Atsimo Atsinanana 0,54
Atsinanana 0,55
Betsiboka 0,29
Boeny 0,40
Bongolava 0,05
Diana 0,52
Etudes d’impacts environnementaux
Haute Matsiatra 0,07
Ihorombe 0,21
Itasy 5,70
Melaky 0,20
Menabe 0,60
Sava 0,11
Sofia 0,25
Vakinankaratra 4,07
Vatovavy Fitovinany 0,24
Total 0,53
Tableau 18 : Taux de déforestation de différentes régions entre 2000-2005 [12]

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


68
En ce qui concerne l’activité de production, l’exploitation du bois énergie est pratiquée par une
multitude de micro-entreprises. L’étude de la tendance de l’offre et de la demande montre que si aucune
mesure n’est prise, l’offre en charbon de bois ne suffira pas à satisfaire la demande dans plusieurs régions
de Madagascar à partir de 2030, en effet l’accroissement démographique entraine une perpétuelle
augmentation des ménages aggravée par la pratique non économe au niveau des usagers.

La substitution de ce type d’énergie pour la masse populaire n’est pas envisageable à court et à
moyen terme, mais une conversion pas à pas d’une partie des consommateurs vers d’autres sources
d’énergie comme le biogaz et une utilisation de foyers économes permettront de faire fléchir la croissance
de la demande d’où l’importance du présent projet.

IX.1.1.2 L’effet de serre anthropique

Quotidiennement des milliers de tonnes de matières organiques s’accumulent sous forme d’ordures,
de restes, de masses fécales, de litières, d’eaux usées, etc. Ces substrats subissent alors une fermentation
naturelle et deviennent l’origine d’un très fort dégagement de chaleur, de milliers de mètres cubes de gaz
carbonique et de méthane qui sont des gaz « à effet de serre» considérablement puissants et responsables au
niveau actuel de leur concentration (3 à 5% de la quantité totale de toutes les émissions de gaz à effet de
serre mondiale) de 18% de l’effet de serre total à l’œuvre dans l’atmosphère.

Le méthane particulièrement jusqu’à présent avait été peu connu, pourtant il est largement plus nocif
que le dioxyde de carbone , à titre comparatif, sur un horizon de 100 ans, relâcher une certaine
quantité de méthane dans l'atmosphère a un effet sur le réchauffement climatique environ 9 fois plus
important que de brûler cette même quantité de méthane en .

L’effet de serre que l’on rappelle est un processus naturel de réchauffement de la terre, sans lui la
température moyenne sur Terre chuterait à -18 °C. L’effet de serre anthropique n’est autre que ce même
processus mais cette fois ci causé par des activités humaines avec un rythme largement accéléré ce qui fait
qu’au lieu de maintenir les conditions climatiques sur terre vivables, il les perturbe et risque de provoquer
par la suite de graves anomalies et cataclysmes environnementaux divers. Etudes d’impacts environnementaux
Or, toutes ces biomasses sont une importante source potentielle d’énergie renouvelable. D’où la
nécessité de recourir à la méthode de la digestion anaérobie qui n’est autre que l’exploitation d’un
processus naturel « la fermentation méthanogène de la matière organique » puisque d’une manière générale
toute les matières organiques sont digestibles (lisiers, fumiers, végétaux, déchets agroalimentaire et de
cuisine, boues, graisses…), la différence se situe simplement au niveau des caractéristiques et des
conditions de dégradations étant donné que certains corps se détériorent plus facilement et rapidement par
rapport à d’autres qui eux par exemple ont besoin d’accélérateurs spécifiques pour amorcer leurs digestions
ou requièrent un temps de rétention beaucoup plus long.

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


69
IX.1.1.3 Les difficultés sanitaires

Au niveau de l’hygiène, l’habitude de déposer un peu partout les excréments des bêtes d’élevage
ainsi que les détritus vecteurs de germes pathogènes fautes de latrines ou de traitement particulier amenant
à un contact direct entre les déjections et la population exposant cette dernière à de forts risques sanitaires
surtout les enfants.

Un des objectifs de ce recherche est donc de minimiser autant que possible la manipulation directe
des déchets organiques n’ayant pas subi de traitements préalables avec la population, réduisant ainsi les
risques de contaminations.

IX.2 Description du milieu récepteur


Ce volet est déjà relaté dans le paragraphe I.2.

IX.3 Identifications des impacts


L’objet de cette étude est d’identifier tous les impacts probables sur l’environnement physique,
biologique et humain associés à la réalisation du projet. Le tableau suivant indique pour chaque phase du
projet les milieux susceptibles d’être influencés par les activités de la méthanisation.

Etudes d’impacts environnementaux

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


70
Milieu Physique Milieu Biologique Milieu Humain
Eau Air Sol Faune Flore Santé Social Economie
I. Phase Préparatoire
1- Formation de la population locale x

2- Construction de l'unité de méthanisation X x x x x

II. Phase de mise en œuvre


1. Collecte du substrat x x x x

2. Préparation du substrat x

3. Digestion du substrat X x

III. Phase d'exploitation


1. Exploitation du biogaz x x x x x x

2. Exploitation de l'effluent x x x

Etudes d’impacts environnementaux


3. Entretien des unités de production et d'exploitation

Tableau 19 : Tableau d’Identification des Impacts [Auteur]

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011 71


IX.4 Evaluation de l’importance des impacts :
Le but de l’évaluation est de déterminer si les changements prédits sont suffisamment significatifs
pour justifier l’application des mesures d’atténuation, de surveillance et de suivi. L’importance de chaque
impact sera évaluée à partir :

 De la classification des impacts :

- Négatifs si ils sont nuisibles à l’environnement et positifs dans le cas contraire

- Directs ou indirects selon l’ampleur du changement

- Cumulatifs

 Des notes qui lui seront attribuées en fonction :

- De la durée de l’impact : qui peut être peut être courte selon que l’impact se fait ressentir
pendant une phase du projet seulement, moyenne si elle peut se faire ressentir pendant les
phases de réalisation et au-delà de ces phases, elle sera permanente.
- De l’intensité de l’impact qui décrit l’ampleur des changements au sein du milieu touché. Elle
peut être faible, moyenne ou forte selon l’importance des modifications que subit le milieu.
- De l’étendue de l’impact qui est l’extension spatiale dans laquelle l’impact se fait ressentir.
Elle est dite locale si la zone d’influence ne dépasse pas la zone d’étude, régionale si la zone
d’influence ne dépasse pas la Commune concernée, et générale quand elle concerne le pays
tout entier.

les notes seront réparties sur une échelle de 1 à 3 pour chacun des paramètres mentionnés ci-dessus et sont
définies selon le tableau suivant :

Note Durée Intensité Etendue


1 Courte Faible Locale
2 Moyenne Moyenne Régionale
Etudes d’impacts environnementaux
3 Permanente Forte Générale

Tableau 20 : Barème des notes pour chaque impact [Auteur]

La note totale de chaque impact déterminera l’importance de son impact sur le milieu cible :

 4 : l’impact sera d’une importance faible


 Entre 4 et 7 : l’impact sera d’une importance moyenne
 7 : l’impact sera d’une forte importance

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


72
IX.5 Analyse des impacts :
Milieu Phase du
Source de l'impact Identification de l'impact Classification Intensité Durée Etendue Note Importance
récepteur projet

Fuite de substrats au niveau


Eau II.3 Pollution des sources d'eaux souterraines ND 3 3 1 7 Forte
de la cuve de fermentation

Digestion anaérobie des déchets Diminue l'effet de serre en réduisant


II.2 PD 3 3 1 7 Forte
organiques le taux de CH4 rejeté dans l'atmosphère

Dégagement de mauvaises odeurs aux


Air II.3 Fuite de gaz au niveau du gazomètre ND 3 3 1 7 Forte
alentours immédiats

Substitution du biogaz au carburant des Diminue l'effet de serre en réduisant le


III.1 PD 3 3 1 7 Forte
moteurs thermiques taux de CO2 rejeté dans l'atmosphère

Modification de la topologie du terrain et


I.2 Excavation de la fosse ND 1 3 1 5 Moyenne
destruction de la couverture végétale

Sol
III.1 Réduction du taux de déforestation Evite l'érosion du sol PI 2 3 1 6 Moyenne

Etudes d’impacts environnementaux


III.2 Utilisation de l'effluent comme fertilisant Enrichissement du sol PI 2 3 1 6 Moyenne

Tableau 21 : Analyse des impacts sur les milieux Eau – Air – Sol [Auteur]

Milieu Phase du
Source de l'impact Identification de l'impact Classification Intensité Durée Etendue Note Importance
récepteur projet

Utilisation du biogaz comme combustible direct sur


Flore III.1 des bruleurs et abandon des foyers traditionnels Limite la déforestation PD 3 3 1 7 Forte
utilisant du bois de chauffe ou du charbon

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011 73


Milieu Phase
Source de l'impact Identification de l'impact Classification Intensité Durée Etendue Note Importance
récepteur du projet

Elimination du contact direct


Evite la contamination de la part des
II.1 entre les déjections et la population PD 3 3 1 7 Forte
vecteurs de germes pathogènes
sauf après digestion

Utilisation du biogaz comme combustible


Santé Elimine les risques de maladies
direct sur des bruleurs et abandon des
III.1 oculaires et respiratoires causés par les PD 3 3 1 7 Forte
foyers traditionnels utilisant du bois de
fumées des foyers traditionnels
chauffe ou du charbon

Manipulation de matière assainie et


III.2 Utilisation de l'effluent comme fertilisant PD 3 3 1 7 Forte
épurée

Intégration du procédé de méthanisation Nécessite une acceptation sociale du


I.1 ND 2 2 1 5 Moyenne
dans la société projet

I.2 Construction du digesteur Création d'emploi ND 3 2 1 6 Moyenne

Etudes d’impacts environnementaux


Restructuration du planning des
II.2 Création de travail supplémentaire NI 2 3 1 6 Moyenne
activités journalières

Accès au confort et sécurité du à


Social III.1 Amélioration le niveau de vie PD 3 3 1 7 Forte
l’électricité

Amélioration le niveau d'éducation


III.1 Accès au réseau de télécommunication PD 3 3 1 7 Forte
et de culture

III.1 Utilisation de groupe électrogène Nuisance sonore NI 2 3 1 6 Moyenne

Restructuration du planning des


III.3 Création de travail supplémentaire NI 2 3 1 6 Moyenne
activités journalières

Tableau 22 : Analyse des impacts sur les milieux Flore – Santé- Social [Auteur]

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011 74


IX.6 Mesures d’atténuation des impacts négatifs – Mesures de capitalisation des impacts positifs
Pour que le projet puisse obtenir son permis environnemental, chaque impact négatif devrait être accompagné d’actions de compensation ou des mesures
d’atténuation qui visent à supprimer, réduire et prévenir ses effets négatifs. Par ailleurs une optimisation des impacts positifs devrait se faire aussi dans le but de
toujours améliorer le système.

Les tableaux suivants nous résument donc ses diverses mesures :

Etudes d’impacts environnementaux


MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011 75
Milieu récepteur Impacts Mesure Impacts Résiduels

Prévoir une étude géophysique du sol pour identifier les


emplacements d'éventuelles nappes phréatiques. Installer les cuves
Eau Pollution des sources d'eaux au moins à 20m des puits d'eau potable, puis mettre un espace Néant
tampon de sable et de galets entre la cuve et le fond du trou qui va
contenir la cuve

Dégagement de mauvaises odeurs aux Prendre en compte l'orientation des vents dominants et choisir
Air Néant
alentours immédiats l'emplacement de la cuve en conséquence

Tableau 23 : Mesures d’atténuation des impacts négatifs [Auteur]

Milieu récepteur Impacts Mesure

Diminue l'effet de serre en réduisant le taux de CH4 rejeté dans l'atmosphère Promouvoir la collecte des déchets
Air
Diminue l'effet de serre en réduisant le taux de CO2 rejeté dans l'atmosphère Subvention de la fourniture du groupe électrogène

Flore Limite la déforestation Subvention de la fourniture des bruleurs à gaz

Evite la contamination de la part des vecteurs de germes pathogènes Promouvoir la construction de latrine

Etudes d’impacts environnementaux


Elimine les risques de maladies oculaires et respiratoires causés par les fumées
Sante Subvention de la fourniture des bruleurs à gaz
des foyers traditionnels

Manipulation de matière assainie et épurée

Améliore le niveau de vie grâce à la sécurité et au confort apportés par


l'éclairage
Social
Vulgarisation à grande échelle du projet
Amélioration le niveau d'éducation et de culture

Augmente le rendement agricole


Economie
Développement des micro-industries et des activités locales

Tableau 24 : Mesures de capitalisation des impacts positifs [Auteur]

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011 76


CONCLUSION

Madagascar dispose de nombreuses ressources énergétiques renouvelables dont une gestion


cohérente devrait permettre de mieux les protéger et de les valoriser pour qu’elles puissent satisfaire les
besoins énergétiques du pays. L’application et la vulgarisation de ce projet ne peuvent être que bénéfiques
pour Madagascar. Non seulement il va propulser le développement socio-économique du pays en
permettant aux zones périurbaines et enclavées d’accéder à l’énergie mais il va apporter aussi une part de
contribution considérable dans la protection de l’environnement en réduisant le taux de méthane et de gaz
carbonique rejeté dans l’atmosphère.

En effet, l’étude sur la substitution de l’essence au biogaz s’avère être prometteuse. Le moteur, bien
qu’il présente un rendement assez faible par rapport à l’utilisation de l’essence, s’adapte parfaitement à ce
type de combustible. Les résultats nous ont amenés à un rendement théorique de par rapport au
fonctionnement classique.

Toutefois, le déploiement à grande échelle de ce projet nécessite une étude plus approfondie sur la
technicité du projet en prenant en compte tous les facteurs favorables mais aussi les limites et contraintes
relevées des expériences et réalisations surtout au niveau de la production du biogaz, permettant ainsi
l’optimisation des moyens mis en œuvre en vue d’obtenir de meilleur rendement sur son exploitation.

CONCLUSION

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


77
Bibliographies

[1] ALEXANDRE HERLEA Les Moteurs Presses Universitaires de France 1985- 127 pages,

[2] A PUPPO Les Carburateurs E.T.A.I (Editions Techniques pour Automobile et Industrie) 1993 - 72
pages,

[3] Ch. COUTURIER – SOLAGRO - Techniques de production d’électricité à partir de biogaz et de gaz de
synthèse – 2009 254 pages
[4 ] INSTAT Tableau de Bord de l’Economie de Madagascar Avril – 2011, 22 pages ,

[5] LE QUINIO- HERBLOT Manuel de motorisation des cultures tropicales C.E.E.M.A.T,

[6] MISSION ECONOMIQUE Fiche de synthèse : L’électricité à Madagascar 2007 - 4 pages,

[7] ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L’ALIMENTATION ET L’AGRICULTURE Le


biogaz 2 Série FAO (Apprentissage agricole) – Rome 1987,47 pages,

[8] V BILLAUD - F VARAGNAT Les dossiers du biogaz : Dossier A (Est-il possible de faire une
installation ? La fermentation méthanique) – 1983, 109 pages,

[9] V BILLAUD-F VARAGNAT Les dossiers du biogaz : Dossier B (Le choix d’un système La
construction du digesteur) – 1983, 72 pages,

[10] V BILLAUD - F VARAGNAT Les dossiers du biogaz : Dossier C (Utilisation et maintenance d’une
unité de fermentation méthanique ; Les équipements périphériques et la maintenance de l’installation) –
1983, 85 pages,

[11] V RODITCHEV- J RODITCHEVA Les Tracteurs et les Automobiles

[12] WWF En partenariat avec le Ministère de l’Energie : Rapport Diagnostic du Secteur Energie
Septembre 2012 – 197 pages

Bibliographies

MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine Promotion 2011


78
Auteur: MAHANDRIMALALA Noelisoa Elmondine
Adresse: Lot IVN 52 A Ankaditapka Nord Antananarivo - 101-
Téléphone : (+261) 32 97 790 63
Filière: Génie Industriel
Titre: ETUDE DE L’ADAPTATION DU GROUPE ELECTROGENE AU BIOGAZ
ET REMISE EN ETAT D’UNE UNITE DE METHANISATION
Nombres de pages: 78
Nombres de figures: 24
Nombres de tableaux: 25
Résumé:
L’objectif de ce travail est d’étudier l’adaptation du moteur à essence pour qu’il
puisse fonctionner au biogaz. Pour cela la remise en état d’une unité de méthanisation avait
été faite et fut accompagnée de diverses hypothèses et calculs relatifs aux éventuelles modi-
fications à apporter sur le moteur. Les études se sont surtout focalisées sur le calcul des pro-
portions idéales dans la composition air-combustible permettant au moteur de fonctionner.
correctement. Les résultats des calculs ont permis d’obtenir une plage de section idéale
pour les conduites d’air et de biogaz à adopter sur le mélangeur afin qu’il puisse approvi-
sionner le carburateur d’un mélange dosé convenablement suivant les proportions idéales à
un rendement thermique optimal. Le rendement du moteur à essence utilisant du biogaz
comme carburant est assez faible par rapport à son utilisation avec l’essence cependant
l’idée de substituer l’essence au biogaz est faisable. Ce genre de projet aura un grand impact
non seulement sur l'environnement étant donné que la réduction des émissions de gaz à effet
de serre est au cœur de tous les débats aujourd'hui, mais cela pourrait également influer sur
l'économie nationale qui est dépendante en grande majorité du cours du pétrole.

Abstract:
The intent of this work is to study the changes needed on a gasoline engine for it to
operate with biogas. The main focuses were to refurbish a biogas system and proceed on
various hypothesis and calculations on possible modifications to the engine. Primarily cal-
culations of the ideal proportions in the air-fuel composition to operate the engine were
made; these results have yielded a great section of beach to the air ducts and biogas to be
adopted on the mixer so that it can supply the carburetter with a well-balanced mixture for
an optimized thermal efficiency. The gasoline engine efficiency using biogas as fuel is quite
low compared to its use with gasoline; however the idea of substituting gasoline biogas is
feasible. This kind of project will have a great impact not only on the environment since the
reduction of greenhouse gas emissions is at the heart of all debates today, but it could also
affect the economy that is dependent mostly in oil prices.

Mots Clés:
Biogaz — Méthanisation— Digesteur — Moteur à Essence—Biocarburant