Vous êtes sur la page 1sur 32

INTRODUCTION

De nos jours, la technologie devient de plus en plus importante, elle réalise un progrès
remarquable qui intervient dans tous les domaines, elle exploite les recherches mécaniques,
l’automatisme, les sciences informatiques, la génie électrique, etc. pour faire des études très
développées afin de réaliser des projets applicables dans la vie industrielle et satisfaire les
besoins des fournisseurs et des consommateurs. Pour cela, les études théoriques d’ingénierie
nécessitent plusieurs expériences pour pratiquer les nouvelles notions et apprendre d’autres
astuces et méthodes de travail par l’assistance au stage.

Les stages présentent une fenêtre pour l’élève ingénieur en lui permettant de découvrir
la vie industrielle et s’intégrer avec les experts du domaine et les ouvriers. La société
tunisienne d’industrie de carrossage des automobiles ICAR nous a offert l’occasion de
connaître différentes activités, sa méthode de fabrication et de construction des automobiles
pendant quatre semaines.

1
1. Présentation de l’entreprise  : 

1.1. Historique  :

Crée en 1961, sous la forme juridique d’une société anonyme résultante d’un accord
entre le gouvernement tunisien et le groupe RENAULT- SAVIEM, la société Tunisienne
d’Industrie Automobile (STIA) avait pour vacation l’assemblage des véhicules utilitaires, le
carrossage d’Autobus – Autocars et le montage des véhicules industriels. Elle a eu ca nouvelle
forme juridique Industrie de Carrossage d’Automobile ICAR à partir de 2009.

L’ICAR (STIA) avait pour objectifs d’employé un personnel qualifié et de répondre au


besoin du pays en matière de véhicules automobiles allant de la voiture légère aux camions,
autocars et autobus. A l’instar de toutes les entreprises publiques, l’ICAR (STIA) s’est vue
d’une série de missions :

Développer l’embryon de l’industrie tunisienne en assurant la meilleure intégration


possible au niveau de la production. Assurer au pays par la double opération de montage et
d’intégration le maximum d’économie en devise. Embaucher une main d’œuvre importante.

Aujourd’hui, avec un outil de fabrication rénové et une meilleure intégration locale,


l’ICAR (STIA) s’est spécialisée exclusivement dans le carrossage d’Autobus- Autocars et le
montage des véhicules industriels.

Elle est également partenaire du programme de mise à niveau depuis décembre 1998 et
certifiée ISO 9002 depuis l’an 2000 et ISO 9001 en juillet 2003.

1.2. Production :

Depuis sa création, l‘industrie de carrossage automobile n'a cessé de se


développer et d'évoluer ses compétences afin de garantir sa survie.

Et comme toute entreprise, elle tende à améliorer son enchainement, assurer le bon
déroulement de ses activités, vise à atteindre ses objectifs à court et à long terme et par suite
contribuer au forte concurrence du marché.

2
1.2.1. L'activité de fabrication Autobus - Autocars :

Elle remonte à plus de 40 ans. En effet, elle est passée par trois phases, enregistrant des
acquis technologiques au niveau de la conception, du développement et de l'intégration :

- 1ere phase (1964 - 1973) : Assemblage à partir de collections CKD (Completly Knoked
Down ) importés, à la peinture et le garnissage intérieur.

- 2ème phase (1974 - 1986) : L’ICAR (STIA) a produit deux types de carrosseries sous licence
VAN HOOL. L'une pour Autobus Urbains et l'autre pour Autocars Interurbains, l'outillage
spécifique étant fourni par le donneur de la licence.

- 3ème phase (A partir de 1987) : L’ICAR (STIA) a développé ses propres carrosseries et s'est
insérée définitivement dans le créneau de carrossage d'Autocars de luxe.

L’ICAR (STIA) a signé courant 1998 des nouveaux contrats d'achat de châssis
roulants et/ou "CKD", de montage, de carrossage et de coopération industrielle avec ses
Partenaires Etrangers Habituels :

IVECO (Italie) pour les Autobus, Autocars Standards et Conforts et Minicars.

RVI (France) pour les Minicars 35 - 40 places.

IKARUS (Hongrie) pour les Autobus-Autocars Standards et les Autobus-Autocars Articulés.

MERCEDES (Allemagne) pour les Autocars Touristiques.

1.2.2. Les principaux partenaires de l’ICAR :

Les principaux partenaires et fournisseurs de l’ICAR sont :

3
IRISBUS
(ESPAGNE)

IVECO
(ITALIE)

MERCEDES
(ALLEMAGNE)

RENAULT
(FRANCE)

SCANIA
(SUEDE)

4
2. Présentation du stage  :

Il est indéniable que le métier d’un ingénieur s’apprend tout d’abord en accumulant
des connaissances théoriques indispensable .Cependant, il est souhaitable que l’étudiant ait
un contact préalable avec la vie professionnelle avant qu’il n’y soit impliqué.

Dans cet esprit est situé ce stage au sein de la Société ICAR Industrie des Carrossages
Automobiles qui m’a fournit une idée assez claire sur la vie professionnelle.

Au cours de mon stage, je me suis intéressé aux aspects techniques et sociaux au sein de
cette entreprise. Ainsi, je vais tout d’abord présenter la camionnette MITSUBISHI L200
ensuite, les différents unités de production et d’avant production.

3. MITSUBISHI L200  :

3.1. Présentation des caractéristiques de la MITSUBISHI L200 :

Ce fut en 1870 à Tokyo que Yataro Iwasaki créa Mitsubishi Motors corporation, une
firme automobile spécialisée en motorisation diesel.
C’est seulement trois ans après que la firme fut baptisée Mitsubishi Shokai et devint plus tard,
après une certaine période difficile, l’un des plus puissants constructeurs au Japon.
Les services offerts par Mitsubishi sont jusqu’à nos jours considérés comme bons et qualifiés
de haut de gamme. La marque a toujours tenu à son image de marque.

Dimentions :

5
Le freinage de MITSUBISHI L200

 Le frein arrière

C’est un frein à tambour

 le frein avant

6
Composé de deux disques ventilés

Disque ventilé

3.2. Gamme de montage MITSUBISHI L200 :

La gamme de montage MITSUBISHI comporte trois lignes qui sont :

 Ligne mécanique.
 Ligne garnissage.
 Ligne finition.

En ajoutant le travail hors chaîne qui consiste l’alimentation du moteur, des pneus et des ponts
arrière.

3.2 .1- Travail hors chaîne :

 Poste moteur:

7
Il est en fait composé de deux ouvriers, l’un chargé par la préparation du bloc moteur et
l’autre par le montage de la boite vitesse.

 Poser le moteur sur le support de préparation.


 Préparer et monter le levier de vitesse.
 Fixer le câble de masse et le faisceau électrique.
 Nettoyer et monter le plateau et le disque embrayage (CS=20Nm).
 Fixer l’ensemble boite de vitesse au moteur (CS=25Nm / 50Nm).
 Fixer l’ensemble démarreur.
 Fixer le tube échappement côté collecteur (CS=40-50Nm).
 Fixer le flexible pompe a huile direct (CS=50Nm).
 Fixer le câble de masse moteur (désassemblage support).
 Monter la durit de refroidissement de l’alternateur.
 Remplir l’huile de la boîte à vitesse.
 Fixer le support pompe direction.
 Fixer la pompe a huile direction.
 Fixer le flexible d’huile (CS=35Nm).
 Fixer la poulie pompe à eau.
 Fixer la poulie de l’embrayage ventilateur.
 Monter la courroie de direction assistée.

 Monter la courroie de l’alternateur.


 Cheminer le faisceau électrique batterie (+).

8
 Fixer le câble de masse batterie (-).
 Remplir l’huile du moteur 15W40.

 Fixer l’ensemble ventilateur.

 Monter le Mano d’huile du moteur.


 Remplir l’huile du moteur 15W40.

9
Moteur de MITSUBISHI L200 après le montage.

Outillage :
Visseuse : B314 clé dynamométrique : C155 douilles 10-12-14-17-19-27, clé fourche
10/12,12/14 ,17/19,27/29, tube10, rallonge, tournevis, marteau.

Poste préparation des roues :

 Monter le lapse avec le disque.


 Fixation du tubeless dans le disque dans cette opération on utilise la graisse pour
facilité l’assemblage.
 Gonflage de la roue.
 S’assure que la masse est également répartie sur toute la roue si non on fixe des
masses en fonte sur le disque dans le but d’éviter le phénomène de balourd.

Poste préparation des ponts arrière :

 Fixation du ressort à lames

10
 Remplissage d’huile

Pont arrière préparé

Outillage :

Visseuse : B 148 clé dynamométrique : C150 douilles 14-17-19-22, clé fourche 22/24.

11
3.2.2. Travail à la chaîne:

 Chaîne mécanique :

Le rôle de cette chaîne se consiste dans le montage des pièces mécaniques par l'ordre suivant :

Poste 1 :

• Frappage châssis à froid

LE FRAPPAGE A FROID EST HORIZONTAL SUR LONGERON DROIT AU NIVEAU SUSPENSION AR EST
COMME SUIT :
C L M P U K 64 T 7 S . . . . . .
Avec l’hauteur du caractère est 8mm

• Cheminement faisceau électrique du châssis

• Fixation ensemble fusée cotée bas

12
• Fixation bras sup. moyeu cotée DR\GH

• Fixation bras inf. châssis


• Fixation écroue liaison bras moyeu AV
• Fixation ressort à boudin
• Fixation amortisseur AV Haut "Bas
• Fixation bras d'accouplement
• Fixation support bras d'accouplement
• Fixation bras d'accouplement +bute anti choc
• Fixation ensemble tube de frein et carburant sur le châssis

13
• Fixation correcteur de frein

Outillage :
Visseuse : B 056, clé dynamométrique : C148 Douillesl0-12-14-17-22-24, clé
Fourche 6/10 12\14,17\19, marteau, Presse L54 force 2,5T, Clique 151.

Poste 2 :

Au niveau de ce poste on réalise les opérations suivantes :

• Poser le pont arrière sur le support.


• Fixer la lame à ressort côtés droite et gauche + serrer au couple.

• Retourner le pont arrière sur le support.


• Fixer le tube de frein côtés droite et gauche pont arrière.

14
• Serrer les tubes de frein (CS=15Nm, avec CS est le couple de serrage).
• Fixer le flexible de frein.
• Fixer le boulon et le support correcteur de frein.
• Remplissage de l’huile du pont arrière.
• Fixer le bouchon de niveau du pont arrière.
• Transférer le pont arrière vers le chariot.
• Réparer la jumelle fixation arrière pont.
• Fixer le pont arrière au châssis cotes gauche et droite parties avant et arrière.

• Fixer l’amortisseur arrière et le châssis

• Vérifier les couples de serrage 160Nm / 50Nm / 25Nm.

Outillage :
Visseuse : B 056, clé dynamométrique : C148, douilles 14-17-19-22, clé
Fourche 22/24.

Poste 3

15
• Fixation boîtier de direction
• Montage et ajustement Bras direction
• Montage durite huile direction
• Connections flexible frein AV
• Fixation levier frein à main
• Fixation câble frein à main
• Fixation support et roue de secours
• Montage et Serrage des roues
• Montage réservoir carburant
• Montage durite remplissage gasoil

Outillage
Visseuse : B 3140, clé dynamométrique: C074, Douilles 10-12-14-17-2 1, clé
fourche 12\14,16/17,22\24 rallonge, tournevis, Pince

Poste 4

• Préparer l’ensemble échappement.


• Fixer le support moteur côtés gauche et droite (CS=35Nm).
• Fixer le support moteur.
• Fixer les supports échappement.
• Poser l’ensemble moteur.
• Fixer l’arbre de transmission et le pallier.
• Fixer l’élément échappement arrière au châssis.
• Fixer l’élément échappement centrale au châssis.
• Connecter l’élément échappement Av/Ar/Cen (CS=25Nm).
• Fixer la protection bloc moteur coté gauche.
• Connecter la durit d’huile direction serrage (CS=35Nm).
• Fixer le support pare-choc côtés gauche et droite.
• Fixer la protection faisceau transmission coté gauche châssis.
Outillage :
Visseuse : B 314 clé dynamométrique: C155, C086, C159, C053,
douilles 12-14-17-19, clé fourche 10\12 12\14, 1719,27\29, tube 10, rallonge,
tournevis, marteau, pince.
16
Poste 5 
Les dernières tâches dans la ligne mécanique sont les suivantes :

 Préparer le bloc fixation cabine avant et central.


 Monter le joint tube remplissage du gasoil.
 Fixer la colonne direction inter cabines.
 Fixer la colonne de direction au couple.
 Préparer la fixation du plateau central.
 Préparer la fixation du plateau avant.
 Fixer la bavette de protection avec colliers cote gauche et droite.
 Connecter les tubes circuit de frein avant droite et gauche.
 Fixer le flexible d'embrayage.
 Préparer et fixer cache levier vitesse.
 Fixer la poignée levier de vitesse.
 Fixer le tube de remplissage gasoil plateau arrière.
 Fixer l’agrafe fermeture porte gasoil.
 Fixer le bouchon de remplissage gasoil.
 Fixer le garnissage pare-brise intérieure côtés gauche et droite.

 Chaîne garnissage :

Le garnissage de la cabine c'est l'esthétique de l'ensemble carrosserie, exemple : les tapis, les
panneaux de porte, les poignets, le tableau de bord, les chauffages, freins main, levier de
vitesse. ..etc. Ils sont alimentés par l'ordre suivant :

Poste G1:

 Montage antenne cabine


 Cheminement faisceau électrique

17
s

 Montage protection moteur


 Montage support capot moteur
 Montage serrure et fermeture du capot moteur
 Fixation des protections faisceau électrique inter câble
 Fixation moteur bras essuie glace
 Fixation câble accélérateur
 Montage câble compteur
 Fixation tuyau eau essuie glace
 Fixation cab le antichoc capot moteur
 Fixation tubes de frein
 Montage réservoir eau essuie glace
 Montage faisceau électrique planché
 Fixation contacteur et faisceau de porte
 Montage feu clignotant latéral
 Fixation de vis de masse cabine

Poste G2:

 Montage joint des portes


 Fixation arrêts des portes
 Fixation poignée Int/Ext. De porte
 Montage levé vitre Dr/GH
 Montage mécanisme de levé vitre manuel
 Préparation des vitres

18
 Fixation élément gâche portes
 Montage moulure vitre porte
 Fixation pédale d'embrayage
 Collage pavillon

 Préparation et montage de la lunette arrière


 Montage porte remplissage gasoil
 Fixation protection des portes
 Montage para soleil
 Montage lampe plafonnier

Poste G3:

 Fixation cerveau embrayage


 Fixation tube de frein
 Préparation cerveau de frein

19
 Fixation pédale d'accélérateur
 Fixation pédale de frein
 Fixation durite moteur
 Fixation triangle de frein a main
 Cheminement et fixation câble de frein coté avant
 Fixation ensemble chauffage
 Fixation ventilateur chauffage
 Fixation unité de chauffage
 Fixation circuit de chauffage
 Fixation ensemble relais
 Fixation unité électrique de contrôle
 Fixation avertisseuse sonore
 Montage réservoir d'huile
 Fixation réservoir de condensation
 Montage faisceau électrique avant coté boîtier relais
 Montage relais
 Montage des diodes et des résistances
 Montage bouchons circuit climatiseur
 Connexion durit et tubes refroidisseur d'huile
 Montage support câble accélérateur
 Montage central clignotant
 Fixation de masse faisceau électrique

Poste G4:

 Montage distributeur chauffage


 Montage renforcement tableau de bord
 Montage faisceau électrique tableau de bord
20
 Préparation et montage tableau de bord
 Préparation distributeur air de chauffage
 Montage couvercle de ventilation unité de chauffage
 Montage haut parleur du tableau de bord
 Montage et fixation couvercle tab de bord
 Fixation contacteurs planche de bord
 Fixation relais de démarrage
 Fixation commande unité de chauffage
 Connexion électrique de l'unité de chauffage
 Montage câble compteur
 Montage et fixation ensemble radio
 Montage filtre à air
 Préparation et montage ensemble coffre
 Montage allume cigare
 Fixation ceinture de sécurité

Poste G 5:

 Fixer la plaque « L200 ».


 Fixer le pare-brise.
 Fixer les essuies glasses.
Poste G6:

 Montage gardes boue plateau arrière


 Montage lampe plaque police arrière plateau
 Préparation ensemble cabine
 Montage bavette garde boue cabine
 Cheminement câble frein à main
 Fixation protection sous cabine
 Fixation câble compteur cotée boite de vitesse

21
Image finale de Chaîne garnissage

 Chaîne finition :

Cette chaîne a comme mission la finition :

Poste 1
 Fixer l’ensemble de refroidissement d’huile.
 Monter la durit du radiateur.
 Monter le filtre d’huile.
 Monter le radiateur.
 Monter la durit du condenseur.
 Monter la durit du gasoil.
 Monter le ressort de la pédale du frein.
 Fixer la batterie et le volant.

Poste 2 

 Préparer le pare choc.

22
 Fixer le support pare choc.
 Fixer la grille du radiateur.

 Fixer le support de la ceinture de sécurité.


 Monter les feux avant et arrière et les rétroviseurs.

Poste3

 Fixer le tapis du plancher de la cabine.


 Fixer le couvercle cote direction.
 Fixer les joints des portes.
 Monter les couvercles du tableau de bord.
 Monter les protections du coin intérieur de la cabine.
 Régler la géométrie des roues (chasse - carrossage et parallélisme).
 Ajuster le câble du frein à main et de la pédale de frein.
 Ajuster le balais essuie glace (zone de balayage).
 Réglage des feux avant phare et code.

Poste 4

 Contrôler le niveau d'huile du pont arrière.

23
 Contrôler le niveau d'huile de la boite a vitesses.
 Contrôler le niveau d'huile du moteur.
 Remplir de l’eau du radiateur (à peu prés 7L).
 Remplir eau des essuies glace.
 Serrer du boulon correcteur de frein.
 Faire la purge du frein avant et arrière.
 Faire la purge du circuit d’embrayage.
 Remplir du gasoil (10l).
 Mettre en marche le moteur.
 Remplir l’huile de direction.
 Coller l’autocollant Mitsubishi L200 en arrière plateau.
 Coller l’autocollant gasoil / pressions des roues.
 Fixer l’anti choc du capot moteur.

Parallélisme

 Le parallélisme est une opération qui englobe les carrossages, le Châsse et le


parallélisme.
Avec :
Chasse :
Est l’angle formé par la verticale et l’axe du pivot.

24
Carrossage :

Est l’angle formé par la verticale et le plan de la roue.

Parallélisme :

25
La différence de distance entre l’avant et l’arrière des bords de jante, à la hauteur des
fusées.

Contrôle :

Après la sortie du véhicule de la dernière poste de la finition c’est le rôle d’un dernier
contrôleur de la tester une autre fois. Et ce teste comporte deux étapes :

 Avant la mise en marche 

-Contrôle parallélisme.
-Contrôle angle de carrossage.
-Contrôle couple de serrage fixation cabine/châssis.
-Contrôle serrage colonne de direction.
-Contrôle liaison câble frein à main.
-Contrôle liaison flexible embrayage.
-Contrôle liaison flexible boitier direction.
-Contrôle liaison flexible et tube de frein.

-Contrôle durites de refroidissement moteur.


-Contrôle pliage des goupilles (fusée & bielle direction).
-Contrôle circuit de carburant.
26
-Contrôle niveau huile moteur.
-Contrôle niveau liquide refroidissement (radiateur & réservoir).
-Contrôle niveau liquide frein.
-Contrôle niveau huile boite de vitesse.
-Contrôle niveau huile pont AR.

 Après mise en marche 

-Contrôle niveau assistance direction.

-Contrôle des fuites :


• Huile moteur.
• Liquide de refroidissement.
• Huile d’embrayage.
• Huile de frein.
• Huile de direction.
• Carburant.
• Fumée d’échappement.

-Contrôle électrique :

• Clignotant.
• Feu de stop.
• Feu (veilleuses, route, croisement)
• Fonctionnement essuie glace.
• Voyants sur tableau de bord.
• Fonctionnement chauffage.
• Allume cigare.

-Contrôle passage de vitesses.


-Contrôle glissière banquette.
-Contrôle jeu pédale de frein.
-Contrôle de freinage (frein service, frein à main).

27
 Essai sur route 

- Centrage volant.
- Passages de vitesses.
- Fonctionnement d’embrayage.
- Vibrations et bruits.
- Fonctionnement essuie glace.
- Fonctionnement compteur de vitesses.
- Contrôle voyant température moteur.
- Fonctionnement jet d’eau lave glace.
- Fonctionnement chauffage.
- Contrôle d’étanchéité cabine (sous douche).
• Etanchéité cabine.
• Etanchéité projecteur AV.
• Etanchéité feux AR.
- Contrôle sous fosses des fuites.
- Contrôle tirage des véhicules.

 Mise à disposition 

- Contrôle de la plaque constructeur.


- Correspondance entre plaque constructeur et frappage châssis.
- Contrôle aspect générale :
• Peinture (rayures, écaillage).
• Ajustement de la porte gauche.

• Ajustement de porte droite.


• Ajustement capot moteur.
• Ajustement portillon caisse.
• Ajustement caisse/cabine.

28
- Contrôle des clés (ouverture, fermeture) :
• Portes.
• Réservoir gasoil.
• Boite à gant

- Contrôle étiquettes d’instruction.

- Contrôle fixation volant de direction.


- Contrôle équipement électriques

29
s

Observation

En plus des activités de production, la STIA assure l’encadrement technique nécessaire de ces
membres suivant un contrat de deux ans en moyenne, ceci en collaboration avec des
organismes de formation étatique. Ex : le centre national de soudure…

Egalement le STIA contribue à la mise à niveau de ces cadres à travers des stages et des
séminaires appropriés.

La moyenne d’âge des ouvriers est environ 50 ans, c'est-à-dire que dans 2 ans, environ 30%
de l’effectif passeront à la retraite. Ces derniers n’ont pas reçu de formation professionnelle
que les responsables jugent indispensables pour le travail, ainsi les dirigeants de la STIA
envisagent une période transitoire qui consiste à former les nouveaux recrus par les futurs
retraités pour qu’ils puissent acquérir une certaine expérience professionnelle indispensable
au travail à la STIA.

Le recrutement des nouveaux employés se base sur un test psychotechnique.

Les conditions de travail à la STIA sont spécifiques au type de production.

Certes, un tel processus a tendance à exposer l’ouvrier à la routine, mais il lui permet de
perfectionner ses tâches et d’acquérir plus d’expérience.

L’ouvrier est exposé aussi à plusieurs dangers (produits chimiques, bruit géant, poussières,
pont élévateur, machines de presses…). Il est donc indispensable de s’appliquer à la mesure
de sécurité (masque à gaz, combinaison de penture, chaussure, appareil antibruit, tablier…).
Dans ce cadre, la direction de la société est soucieuse de mettre à la disposition du personnel
le matériel de sécurité le plus performant et de sensibiliser l’ouvrier aux consignes de sécurité.

Les ouvriers sont également exposé, à long terme, à certaine maladies, surtout ceux des
sections peinture, polyester et tôlerie (maladies de l’ouïe, maladie pneumonique…). Une
visite médicale est programmée, semestrielle pour les ouvriers de la section peinture et
annuelle pour les autres ouvriers.

30
Conclusion 

Les stages dans les entreprises industrielles sont vraiment une occasion au stagiaire pour bien
comprendre la vie professionnelle et approfondir ses connaissances en matière industrie et
gestion.

31
Dans mon rapport, j’ai essayé de vous donner une idée plus ou moins détaillé sur les
différentes activités dans la STIA, et même si la durée de ce stage été moyennement courte et
limité je peux dire qu’il m’a été très bénéfique et rentable sur le plan professionnelle.

D’une part, le stage m’a permis de vivre et de subir pendant un mois les contraintes et les
obligations imposées aux personnels de la STIA. D’autre part, je me suis intégré facilement
dans l’ambiance et la discipline de travail.

Je me suis enrichi par des nouvelles connaissances technologiques surtout celles que je ne l’ai
pas vécu au cours de mes études…

En effet, le stage m’a permis de découvrir pour la première fois le travail de l’ingénieur,
malgré qu’il s’agit d’un stage d’initiation à l’entreprise, qui été un peut flou pour moi puisque
on ne connaît que la partie théorique de cette profession.

32