Vous êtes sur la page 1sur 3

Consignes 

:
Recherchez dans ces
documents des
explications /
exemples, qui illustrent
l’expression du Hard
Power militaire russe à
l’échelle régionale et
internationale.

Les nouvelles stratégies de la puissance russe.


« Depuis 1991, Moscou se positionne comme l'un des grands centres de pouvoir d'un monde
multipolaire dont elle s'emploie à affirmer l'existence. Entre 1991 et une date qu'on peut
situer au milieu des années 2000, sa stratégie est en rupture avec celle de l'URSS. Le rôle
du facteur militaire dans la vie internationale a été revu à la baisse : tout en continuant à
attacher une grande importance au statut de puissance nucléaire de leur pays, les dirigeants
russes ont voulu sortir du carcan dans lequel la priorité accordée pendant des décennies à
l'outil militaire avait enfermé l'URSS. L'économie fait désormais l'objet d'une plus grande
attention. L'arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine a coïncidé avec la hausse du prix des
hydrocarbures, qui a redonné au pays les moyens financiers qui lui faisaient défaut pendant
les années 1990. À partir du milieu des années 2000, La Russie tente par ailleurs de se
doter de nouveaux instruments relevant de la diplomatie publique et du soft Power.
Moscou a aujourd'hui une stratégie d'influence bien différente. L'outil militaire occupe à
nouveau une place centrale dans sa vie politique extérieure. On l'a vu en 2008 en Géorgie,
on le voit depuis 2014 en Ukraine ou aujourd'hui en Syrie où la Russie mène sa première
opération militaire en dehors des frontières de l'ex-URSS depuis 1991. Ukraine, Syrie, deux
théâtres d'opération distincts, deux dossiers sur lesquels bute la redéfinition de la relation
Russo-occidentale, qui mêle tensions, divergences, conflits, intérêts communs,
interdépendance et coopération, dans un contexte stratégique que les événements de ces
deux dernières années ont encore complexifié.
A. de Tinguy, « Ambitions et stratégies d’influence de la Russie », sciencespo.fr,
2016.
« La Russie et la Chine veulent renforcer
la coopération des BRICS », Bilan, 26
Juillet 2018.
Les présidents chinois Xi Jinping et russe
Vladimir Poutine ont insisté jeudi sur la
nécessité de "renforcer" la coopération entre
pays des Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine
et Afrique du Sud), dans un climat de guerre
commerciale avec les Etats-Unis. « Les
conflits géopolitiques et l'escalade du
protectionnisme et de l'unilatéralisme
affectent directement le développement des
marchés émergents et des marchés en voie
de développement », a estimé M. Xi au
deuxième jour du sommet des Brics à
Johannesburg. « Nous devons rester
engagés dans le multilatéralisme », a-t-il
insisté. Dans ce contexte, « il est nécessaire
que les BRICS renforcent leur partenariat Consignes :
stratégique » pour faire « de la prochaine
décennie une autre décennie en or ». M. Xi
Recherchez dans ces
a appelé le forum des cinq pays émergents, documents des
lancé en 2009, à "déverrouiller le potentiel explications /
énorme de [leur] coopération économique". exemples, qui illustrent
Son homologue russe Vladimir Poutine l'a
suivi, estimant que les Brics jouaient "un rôle
l’expression du Hard
unique dans l'économie mondiale". « Ils Power économique
contribuent à hauteur de 42% au PIB russe à l’échelle
mondial et cette part ne cesse de croître", régionale et
s'est-il félicité.« En 2017, le commerce entre
les Brics a augmenté de 30% et nous
internationale.
comptons développer encore plus ce
partenariat", a assuré M. Poutine, un pin's
des Brics épinglé à son costume. Ces
appels à la coopération interviennent alors
que le président américain Donald Trump a
déclenché ces derniers mois les hostilités
commerciales contre Pékin, Bruxelles et
Moscou.
Entretien donné par Cyril Bret, spécialiste
de la Russie, à la chaine de radio FranceInfo,
(18 mars 2018).

Vladimir Poutine a resserré ces dernières années les


liens avec l'Eglise orthodoxe. Dans quel but ?
Cyrille Bret : C'est un levier d'influence intérieur et
extérieur qui a été utilisé par Vladimir Poutine, mais
aussi par son mentor, Boris Eltsine, dès les années
1990, notamment avec la décision, hautement
symbolique, de reconstruire en 1994 le temple du Christ-
Sauveur qui avait été détruit par Staline et remplacé par
une piscine municipale. Il y a plusieurs relais de pouvoir
via l'Église orthodoxe pour Vladimir Poutine. Il y a
d'abord une grande proximité entre lui, Dimitri Medvedev
et le patriarcat. Actuellement, le patriarche Cyrille [de
Moscou] a largement appuyé la politique russe en Syrie,
Consignes : Recherchez notamment en déclarant la nécessité de défendre les
chrétiens d'Orient. À l'intérieur du pays, l'Église
dans ces documents des orthodoxe a fait passer des messages pour mobiliser
explications / exemples, l'électorat en faveur du régime de Vladimir Poutine.
qui illustrent l’expression
Quel écho peuvent avoir ces messages ?
du Soft Power russe à Un écho assez large. Il faut bien voir que dans la
l’échelle régionale et tradition russe, l'orthodoxie est un marqueur de
internationale. différenciation avec l'Occident, et donc, un marqueur de
la capacité d'indépendance du pouvoir. On sait, depuis le
discours de Vladimir Poutine sur les missiles et on a vu
aussi au fil de l'affaire Skripal, que la différenciation par
rapport à l'Occident et la farouche volonté
d'indépendance par rapport aux Occidentaux est un des
principaux arguments de Vladimir Poutine dans cette
campagne.

Est-ce que l'Église orthodoxe est une composante


de l'identité russe pour Vladimir Poutine ?
Exactement. L'Église lui sert notamment dans toutes les
stratégies de réimplantation en Europe pour faire pièce à
l'influence de l'Union européenne. Je vous donne deux
exemples : l'un au pied de la Tour Eiffel avec le centre
culturel russe. Il est en symbiose avec la nouvelle église
orthodoxe qui a été inaugurée l'an dernier. Autre
exemple : la cathédrale Saint-Sava à Belgrade, en
Serbie. Elle a été largement financée par Gazprom et
sert d'exemple et d'argument publicitaire pour les
initiatives que prend la Serbie dans les Balkans, qui sont
candidats à l'adhésion à l'Union européenne. Le relais
orthodoxe est donc un véritable levier d'influence aux
portes de l'Europe pour jouer une stratégie de division
de l'Europe. Pour revenir à cette élection présidentielle,
l'Église orthodoxe est l'un des facteurs de mobilisation
sociale en faveur de l'affirmation de l'identité russe.

Vous aimerez peut-être aussi