Vous êtes sur la page 1sur 13

Module : introduction à la linguistique

Niveau : L 2

Cours du deuxième semestre

I. Les domaines de la linguistique

1. La phonétique
La phonétique est l'étude scientifique de l'émission et de la réception des sons
qui composent le langage humain. Elle s'intéresse d'une part à l'étude physique
des sons et d'autre part à l'étude de leur production par l'appareil phonatoire,
sans tenir compte de leur appartenance à une langue. La phonétique utilise en
particulier les données de la physique et de la physiologie. Elle ressortit du
domaine de la parole.
La phonétique se divise en cinq parties:
1. La phonétique générale qui est l'étude de l'ensemble des possibilités
acoustiques et du fonctionnement de l'appareil phonatoire.
2. La phonétique descriptive qui est l'étude des particularités
phonétiques d'une langue donnée.
3. La phonétique historique qui est l'étude de l'évolution du système
phonétique d'une langue.
4. La phonétique corrective qui essaie de corriger les difficultés
d'expression.
5. La phonétique comparative qui consiste à comparer les systèmes
phonétiques des différentes langues.

2. La phonologie
La phonologie est l'étude des sons d'une langue donnée et de leurs rapports les
uns avec les autres. Elle vise à identifier les éléments phoniques d'une langue et
à les classer selon leur fonction dans cette langue, en dégageant des oppositions.
La phonologie détermine les distinctions phonétiques qui, dans une langue
donnée, ont une valeur différentielle. Elle appartient au domaine de la langue.
En effet, les éléments phoniques ne peuvent se définir uniquement en termes
physiques ou physiologiques. Ils n'ont de réalité linguistique qu'envisagés à
l'intérieur d'un système phonologique qui varie d'une langue à l'autre et ils se
définissent par l'ensemble des relations qu'ils entretiennent avec les éléments du
système.
Le phonème est l'élément sonore minimal produit par les organes de la parole et
qui a une valeur distinctive dans une langue. Les phonèmes (voyelles,
consonnes, semi-consonnes) sont caractérisés les uns par rapport aux autres par
des traits pertinents (sonorité, nasalité, etc.).
Remarque : La différence entre la phonétique et la phonologie
La phonétique détermine la nature physiologique des sons. Ses unités sont : les
voyelles, les consonnes et les semi-voyelles.
La phonologie fait partie de la phonétique et envisage les sons du point de vue
de leur fonction dans une langue. Ses unités sont les phonèmes.
Il est sans importance que nous prononcions »chèvre » avec une voyelle longue
ou brève, si bien que les deux sons ne constituent pas deux phonèmes parce que
le mot reste lui-même en dépit de deux prononciations différentes. En revanche
prononcer « pas » et « bas » avec une consonne du même type (occlusive, orales,
labiales) sauf que la première est sourde et la seconde est sonore change le
mot. « P » et « b » constituent donc deux phonèmes, les fautes dans l’emploi des
phonèmes détruisent le sens, ce sont des fautes dites phonologiques.

3. La morphologie
La morphologie est l'étude de la forme des mots et des groupes de mots. Elle
vise à définir chaque catégorie ou classe de mots par un ensemble de
caractéristiques formelles. La morphologie comprend notamment l'étude du
nombre, du genre, des déclinaisons, des conjugaisons, etc., aussi bien que l'étude
des procédés de formation des mots.
Le morphème est la plus petite unité linguistique dotée d'un sens. Le plus
souvent, il ne coïncide pas avec le mot.

4. La syntaxe
La syntaxe est l'étude des rapports qui existent entre les groupes de mots
constituant la phrase (syntagmes), les membres de ces groupes (mots) ou les
relations entre les phrases dans le discours.
Un syntagme est un groupe de morphèmes ou de mots qui se suivent, qui a une
certaine autonomie, et qui forme une unité dans une organisation hiérarchisée de
la phrase. Le noyau de la phrase est constitué du syntagme nominal et du
syntagme verbal.
Ex.: Les crayons rouges tombent.
[syntagme nominal] [syntagme verbal]

5. La sémantique
La sémantique est l'étude du langage considéré du point de vue du sens. Elle
vise à rendre compte des phénomènes signifiants dans le langage. La sémantique
s'intéresse à l'étude du sens des mots et des énoncés, par opposition à l'étude des
formes (morphologie) et à celle des rapports entre les éléments qui constituent la
phrase (syntaxe). Elle comprend l'étude des relations entre le signifié et le
signifiant, des causes et des formes des changements de sens (extension,
restriction, spécialisation, vieillissement, affaiblissement, néologisme,
métaphore, analogie, emprunt, etc.), de la synonymie, de la polysémie, des
structures du vocabulaire, etc.

6. L’étude du lexique
Le lexique est l'ensemble des mots appartenant à la langue d'une communauté,
d'une activité humaine ou d'un auteur.
La lexicologie est la partie de la sémantique qui a pour objet l'étude du sens des
unités lexicales. Elle vise à comprendre les structures et le fonctionnement du
lexique. La lexicologie étudie les ensembles formés par les mots du lexique. Elle
comprend l'étude de l'étymologie, de la composition, de la dérivation, de la
néologie, etc., ainsi que les études de statistiques lexicales.
La lexicographie est le travail et la technique consistant à recenser et étudier
les unités lexicales d'une langue déterminée, considérées dans leurs formes et
leurs significations, et aboutissant à l'élaboration de dictionnaires de langue.
La lexicographie a aussi pour objet d'étudier les méthodes utilisées par cette
technique.
L'étymologie est l'étude de l'origine et de l'évolution des unités lexicales.

II. Relations sémantiques


1. Monosémie

Le terme monosémie, qui vient des mots grec monos « seul, unique » et
sêmeion

« signe, sens », exprime le fait d’avoir qu’une seule signification. En d’autres


termes un signifiant n’a qu’un seul signifié. En effet, la relation entre le signifiant
et le signifié dans la monosémie est univoque.
2. Polysémie
Le terme polysémie, qui vient des mots grec polus « nombreux, abondant »
et sêmeion

« signe, sens », exprime le fait d’avoir plusieurs significations, alors on deux ou


plus que deux signifiés pour un seul signifiant. Par ailleurs, tous les différents sens
donnés à un terme doivent partager certains éléments communs, du fait que toutes
ces significations viennent du même terme (même origine lexicale).
3. Synonymie
La synonymie exprime une relation entre deux ou plusieurs termes de forme
lexicale différente, qui ont une signification quasi-identique. Elle n’a qu’un seul
signifié pour plusieurs signifiants. Une équivalence syntaxique est obligatoire
entre synonymes. C’est pourquoi un verbe ne peut être synonyme d’un nom.
Lorsque on remplace un mot par un notre sans que le sens initial de la phrase
change, on peut dire que ces deux mots sont des synonymes. Ainsi, «lancer une
balle» peut être remplacé par «envoyer une balle», les deux mots sont synonymes,
ils sont interchangeables (exprime l’action de déplacer une chose d’un endroit à un
autre) mais « lancer une entreprise» ne peut pas être remplacé par « envoyer une
entreprise » car dans ce cas la phrase n’a plus aucun sens. En revanche lancer est
d’un synonyme de promouvoir (exprime le fait de tout faire pour faire connaitre et
marcher une affaire commerciale).
4. Antonymie
L’antonymie relie deux terme de formes différentes, c’est-à-dire deux
signifiants, dont le signifié a un sens opposé. Les antonymes sont définis comme
des mots de sens contraires, comme les synonymes, ils doivent être
syntaxiquement équivalents. C’est pourquoi le nom mâle ne peut pas être l’adjectif
féminin mais de femelle. (Mâle/ femelle ; féminin/ masculin).

* Les différents types d’antonymie


1. Les complémentaires ou les contradictoires
L’antonymie complémentaire, qui comprend des couple antonymique tel
que : vivre/ mourir, mobile/immobile, féminin/ masculin,… La négation d’un
terme entraine obligatoirement l’affirmation de son antonyme.
* Mort /Vivant : X est mort >X n’est pas vivant.
2. Les scalaires ou les gradables
Ces mots définissent les extrêmes d’une échelle de gradation implicite et
autorisent l’existence de degrés intermédiaires.
Ex: Grand / petit ; large/étroit ; riche/pauvre ; beau/laid ; bon/mauvais ;
chaud/froid ; amour/haine ; ils se distinguent des complémentaires par :
a. Ils sont sujets à la gradation : il est assez, moins, plus, très petit.
b. La négation de l’un n’entraîne pas forcément l’affirmation de l’autre : X

n’est pas grand n’implique pas forcément que X est petit.


c. Glacial>froid>frais>tiède>chaud>brûlant
3. Les réciproques
La relation d’opposition dans ces couples de mots (mari/femme ; posséder/
appartenir ; donner/ recevoir) se révèle par une permutation d’arguments.
Ex: * Jean est le mari de Julie >Julie est la femme de Jean
* Jean possède une maison>cette maison appartient à Jean.
5.Homonymie
Les homonymes sont des mots qui s’écrivent ou se prononcent de la même
façon, mais dont le sens est différent. En matière de signifiant et signifié les
homonymes entretiennent une relation entre plusieurs formes linguistiques ayant
le même signifiant, tout en ayant des signifiés totalement différents.
1. Homophones homographes : ils s’écrivent et se prononcent de la même

manière. Ex: Être (v)/ être (n)


Boucher (v)/ boucher (n)
2. Homophones non homographes : ils se prononcent de la même manière, mais

ils s’écrivent différemment.


Ex: Maire/ mer/ mère
Ver/ verre/ vert/ vers/ vair.
3. Homographes non homophones : ils s’écrivent de la même manière et se

prononcent différemment
Ex: Fils (enfant)/ fils (à coudre)

III. L’analyse sémique ou componentielle


Il s’agit d’une conception, selon laquelle le sens d’un mot dépend de ses relations
avec d’autres termes

L’’analyse sémique s’est développée à la fin des années 1960


- période du structuralisme, les linguistes ont songé à appliquer au sens les méthodes

de l’analyse phonologique :
- de la même manière que le phonologue décrit le système (structural) des

oppositions phonologiques, le sémanticien est conduit à différencier, au sein d’un


ensemble lexical donné, les sens des mots les uns par rapport aux autres en
procédant à l’analyse du signifié en traits distinctifs
- diverses appellations pour ces traits :
- sèmes (de là, le terme d’analyse sémique),

- composants (en anglais components, ce qui explique le terme d’analyse


componentielle)
- ou traits sémantiques

- les dénominations analyse sémique et analyse componentielle sont équivalentes –

seulement leur origine est différente :


- l’analyse sémique – européenne (pratiquée par B. Pottier, A.-J. Greimas, E.

Coseriu), -
l’analyse componentielle – américaine (représentée par J.-J. Katz et J.-A. Fodor).

Les concepts et les méthodes de l’analyse sémique

• Sème et sémème
- la substance sémantique d’un mot est comparable à la substance phonologique

d’un phonème (principe de l’isomorphisme)


- elle est constituée d’un « faisceau » de traits distinctifs de signification appelés
sèmes
- le sémème est l’ensemble de sèmes caractérisant un mot (ou, dans le cas d’un

terme polysémique, une acception d’un mot)


=> le sémème peut être représenter
ainsi : sémème = {sème1,
sème2..., sèmen}.

- exemple : - le sémème de femme est composé des sèmes /humain/, /non mâle/,
/adulte/
- il s’oppose au sémème de fille comportant les sèmes / humain/, /non mâle/, /non
adulte/
- le sème /adulte/ est un trait distinctif dans ce couple de mots.
-

IV. Le champ lexical et le champ sémantique

Le champ lexical :

Le champ lexical est un ensemble de mots qui recouvrent la même idée, la même notion ou
qui évoque un même domaine de réalité

Ex : tracteur, récolte, blé, sillons, semailles, champ, engrais… appartiennent au champ lexical
de l’agriculture.
Un même mot peut appartenir à plusieurs champs lexicaux. Mer appartient au champ lexical
de la géographie et à celui de la navigation.

Le champ sémantique :

Le champ sémantique d’un mot est l’ensemble des combinaisons dans lesquelles peut entrer
ce mot et des significations qu’il prend dans ces combinaisons.

Ex : Patricia aime beaucoup les fleurs des champs.

L’armée française a gardé la maitrise du champ de bataille

Le champ des connaissances humaines augmente constamment

Le champ sémantique du mot champ est varié

NB : Dans un champ lexical, il s’agit de mots différents se rapportant à la même notion.

Dans un champ sémantique il s’agit du même mot dans des emplois différents.

V. La dénotation et la connotation

La dénotation (le sens dénoté) est le sens premier du mot. C’est le sens objectif du
mot, tel qu’il est donné par le dictionnaire. Le sens dénoté est exploité surtout dans un
texte qui présente des informations d’une façon neutre. Il s’agit des entrées dans le
dictionnaire, guides touristiques, modes d’emploi, articles scientifiques, etc.

La connotation (le sens connoté) est le sens second du mot. C’est le sens variable,
subjectif et suggéré. Ce sens dépend de l’individu et/ou du contexte. Le texte connotatif
par excellence est le texte littéraire.

Exemples

Mot Denotation connotation

Mer milieu naturel auquatique Imensité/infini


Pluie perturbation météorologique tristesse
Blanc couleur pureté

Soleil Aster chaleur

Printemps saison (re}naissance


Lys fleur royauté
Rouge Couleur Passion,sang
-

Vous aimerez peut-être aussi