Vous êtes sur la page 1sur 218

© Copyright 2020–Tony Cooke

Imprimé aux États-Unis d'Amérique. Tous les droits sont réservés. Aucune partie de ce livre ne peut être reproduite,
stockée dans un système de recherche documentaire ou transmise sous quelque forme ou par quelque moyen que ce soit -
électronique, mécanique, photocopie, enregistrement, numérisation ou autre - à l'exception de brèves citations dans des
revues ou des articles critiques, sans autorisation écrite préalable de l'éditeur. Sauf indication contraire, les citations des
Écritures sont tirées de la New King James Version. Copyright © 1982 par Thomas Nelson, Inc. Utilisé avec autorisation.
Tous les droits sont réservés. Les citations bibliques marquées NLT sont tirées de la Holy Bible, New Living Translation,
copyright 1996, 2004, 2015. Utilisées avec l'autorisation de Tyndale House Publishers., Wheaton, Illinois 60189. Tous
droits réservés. Toute l'emphase dans les citations de l'Écriture est celle de l'auteur.

Les citations de Billy Graham au chapitre 15 sont tirées de The Holy Spirit: Activating God's Power in Your Life, Copyright
© 1988 par Billy Graham. Utilisé avec la permission de Thomas Nelson.www.thomasnelson.com.

Publié par Harrison House Publishers


Shippensbourg, PA 17257

Conception de la couverture par Eileen Rockwell

ISBN 13 TP : 978-1-6803-1489-2

ISBN 13 eBook : 978-1-6803-1490-8

ISBN 13 HC : 978-1-6803-1492-2

ISBN 13 LP : 978-1-6803-1491-5

Pour une distribution mondiale, imprimé aux États-Unis

1 2 3 4 5 6 7 8 / 24 23 22 21 20
RÉCOMPENSES

Tony Cooke offre un récit émouvant des œuvres extraordinaires de Dieu à travers
l'histoire de son église avec une sagesse encourageante et équilibrée pour nous
aujourd'hui alors que nous cherchons à apprendre de ceux qui nous ont précédés.
—Craig S. Keener, Ph.D.
Auteur de Miracles : La crédibilité des récits du Nouveau Testament
FM et Ada Thompson Professeur d'études bibliques, Asbury Theological Seminary

Mon ami, Tony Cooke, nous emmène dans une plongée profonde dans l'histoire et nous
amène au présent d'une manière qui rend non seulement la Bible vivante, mais le
Dieu de la Bible prend vie pour nous ! Son livre met en évidence comment Dieu est
intervenu surnaturellement dans les affaires des êtres humains pendant de
nombreuses générations. Cela informera votre tête et suscitera la foi dans votre
cœur !
—Évêque Dale C. Bronner, DMin
Fondateur et pasteur principal
Parole de Foi Culte Familial Cathédrale
Atlanta, Géorgie

Je recommande fortement le livre de Tony Cooke, Les miracles et le surnaturel à


travers l'histoire de l'Église. Je suis aussi un étudiant en histoire, et il y a beaucoup à
glaner de nos pères de l'Église primitive et moderne. Ce livre est une étude
fantastique des miracles et du surnaturel. C'est un excellent ajout à la bibliothèque
de n'importe qui.
—Kenneth W. Hagin
Président, Kenneth Hagin Ministries & Rhema Bible Training College
Pasteur, Rhema Bible Church

Tony Cooke a fait un excellent travail en montrant comment le Saint-Esprit a continué à


travailler dans l'église après la mort des douze apôtres et comment il continue à
travailler puissamment aujourd'hui.
Il a également fait un excellent travail en montrant par l'exemple l'importance de
maintenir un équilibre sain entre la Parole et l'Esprit. Quiconque veut en savoir plus sur
le Saint-Esprit voudra donner la priorité à la lecture de ce volume.
—Eddie Hyatt, DMin
Hyatt International Ministries, Grapevine, Texas
Auteur de 2000 ans de christianisme charismatique : un regard du 21e siècle sur
l'histoire de l'Église d'un point de vue pentecôtiste/charismatique et 1726 : l'année
qui a défini l'Amérique

5
Tony Cooke a écrit un livre incroyable sur notre Dieu qui fait des miracles. Les miracles
et le surnaturel Tout au long de l'histoire de l'Église précise pour le croyant
d'aujourd'hui que nous servons non seulement un Dieu qui a fait des miracles dans
l'église primitive, mais que notre même Seigneur confirme sa Parole avec des signes
qui suivent dans l'église d'aujourd'hui. L'étude détaillée de Tony de l'œuvre de
l'Esprit, par le biais de miracles et d'autres manifestations surnaturelles à travers
l'histoire, le positionne stratégiquement pour conseiller à l'église d'aujourd'hui
d'attendre le miraculeux de nos jours. Ce livre renforcera votre foi et vous vous
surprendrez à dire : « Oh Seigneur, recommence dans ma génération ! »
— Bradley Trask, DMin
Pasteur principal, Brighton Assembly of God
Presbytère Exécutif du Conseil Général, Assemblées de Dieu

Ce que Tony Cooke nous donne dans son livre, Les miracles et le surnaturel à travers
l'histoire de l'Église, est magistral. La recherche d'individus, depuis les premiers
pères de l'église jusqu'à nos jours, qui ont expérimenté et cru en la puissance
miraculeuse de Dieu est à la fois instructive et inspirante. En plus d'être une
ressource brillante sur le sujet, Miracles and the Supernatural fournit également
une instruction solide à quiconque de nos jours qui désire comprendre et être
utilisé par Dieu dans le miraculeux.
—Patsy Cameneti
Pasteur, Enseignant, Auteur
Logan, Australie

Il est clair que nous avons vu une grande augmentation de la manifestation de la


puissance et des dons de l'Esprit depuis le début des années 1900, mais il est
également clair que l'Esprit n'a jamais cessé de guérir et de faire des miracles tout
au long de l'histoire de l'Église. Ici, avec une recherche minutieuse mais sous une
forme très lisible et équilibrée, Tony Cooke présente une étude de renforcement de
la foi sur l'œuvre de l'Esprit au cours des 2000 dernières années, en utilisant
également les récits miraculeux comme moments d'enseignement. En lisant ces
pages, culminant avec la puissante effusion mondiale de l'Esprit d'aujourd'hui,
votre cœur sera poussé à la prière et à l'action. Tout est possible avec Lui !
-Dr. Michael L. Brown, PhD
Animateur de l'émission Ligne de tir
Président de l'École du Ministère FIRE

Mon beau-père, John Osteen, qui a passé près de deux décennies en tant que ministre
baptiste, a vu sa vie et son ministère radicalement modifiés en recherchant et en
expérimentant personnellement la puissance du Saint-Esprit. Des guérisons, des
miracles et des œuvres surnaturelles ont permis à sa famille, son église et son
ministère de servir dans des pays étrangers. Il aimait dire aux gens que toute sa vie
avait été révolutionnée lorsqu'il s'est rendu compte : « Il n'y a jamais eu de jour de

6
miracles ; il y a un Dieu des miracles. Puissent les idées merveilleusement
documentées du livre de Tony Cooke, Les miracles et le surnaturel à travers
l'histoire de l'Église, vous introduire dans cette même réalité transformatrice.
—Jim Graff
Pasteur de la Foi Église Familiale
Président du Réseau des Églises Significatives

En tant qu'enseignant prolifique de la Parole, Tony Cooke a béni des milliers de vies
dans le monde entier à travers ses écrits, ses sermons et sa vie. Ce livre décrit
l'effusion remarquable du Saint-Esprit depuis le premier siècle jusqu'à aujourd'hui
grâce à des recherches encourageantes et précises. Ce contexte riche et historique
nous éveille à l'œuvre magnifique que Dieu a accomplie à travers les âges, renforce
nos convictions d'être des acteurs de la Parole et nous encourage à l'espérance
vivante et glorieuse préparée pour le Corps du Christ.
—Guto Emery
Apôtre et président des ministères Verbo da Vida
Campina Grande, Brésil

Grâce à des recherches bien documentées et captivantes, Tony Cooke emmène son
lecteur dans un voyage perspicace à travers l'histoire de l'Église retraçant l'activité
surnaturelle du Saint-Esprit telle qu'elle est reflétée dans une variété de miracles et
de manifestations relatés. Son exploration approfondie révèle des récits de
première main inspirants et même surprenants des charismes depuis la rédaction
du Nouveau Testament. Je recommande vivement ce livre à tous ceux qui
souhaitent en savoir plus sur le riche héritage de l'œuvre de l'Esprit dont nous
sommes non seulement des bénéficiaires reconnaissants mais aussi des
participants privilégiés.
—Bill Buker, DMin, PhD, LPC
Doyen associé et professeur de conseil
École supérieure de théologie et de ministère
Université Oral Roberts

C'est un livre des plus rafraîchissants et une lecture essentielle pour chaque croyant.
C'est à la fois de l'histoire et du matériel didactique. Cela nous montre qu'après
Jésus et ses apôtres, les œuvres miraculeuses de Jésus se sont poursuivies dans et à
travers son Église pendant les 2000 dernières années, et elles se poursuivent
encore aujourd'hui. Ayant prêché dans plus de soixante-quinze pays depuis 1976,
j'ai vu des morts ressuscités, des boiteux marcher, des aveugles voir. C'est parce
que le miraculeux fait partie intégrante de l'Évangile de Jésus. Mon expérience est
qu'il est normal que des signes miraculeux accompagnent toujours la prédication de
la Parole de Dieu.
—Christophe Alam
Évangéliste et fondateur de Dynamis World Ministries

7
Le dernier livre de Tony Cooke offre aux lecteurs un aperçu compréhensible et
équilibré du ministère surnaturel du Saint-Esprit dans l'Église depuis le premier
siècle qui inspirera, corrigera et instruira les chrétiens alors qu'ils s'apprêtent à
faire les œuvres de Jésus au 21e siècle. . Pour ceux qui, comme le psalmiste
d'autrefois, ont la conviction profonde que « les œuvres du Seigneur [doivent] être
étudiées par tous ceux qui s'y complairent » (Psaume 111 : 2 Version standard
anglaise), le temps passé à méditer sur la les joyaux historiques et les idées que
Tony propose dans ce volume seront bien récompensés.
—Joseph Purcell, MABTS, JD
Missionnaire en Asie du Sud-Est

Ce livre est un chef-d'œuvre, un classique et une lecture incontournable pour tout


étudiant sérieux de la Bible et/ou de l'histoire de l'Église. Il est complet, bien
documenté, éducatif et très instructif. Cela suscitera chez n'importe qui une soif de
marcher plus étroitement avec Dieu et une passion de voir sa puissance
miraculeuse agir à nouveau aujourd'hui pour bénir les gens et glorifier Jésus.
—Toks Adejuwon
Prédicateur, enseignant, conférencier international, auteur
Directeur national du Centre de formation biblique Rhema, Nigéria

Tony a une passion divine pour les dirigeants de laisser le pouvoir surnaturel de Dieu
briller à travers leur travail. Son livre, Les miracles et le surnaturel à travers
l'histoire de l'Église, est un livre extrêmement opportun qui démontre la puissance
de Dieu. Je le recommande fortement à tous ceux qui désirent diriger dans le
ministère.
—Benson M. Karanja, EdD, HSC
Président, Université Beulah Heights

Tony Cooke l'a encore fait ! Je crois que Miracles et le surnaturel à travers l'histoire de
l'Église sont de loin son œuvre la plus importante à ce jour. Les grands hommes et
femmes de Dieu à travers l'histoire avaient une chose en commun : ils ont étudié les
miracles de la vie de Jésus et la vie des saints, et ce livre fait les deux ! Savoir ce que
Dieu a fait à travers l'histoire vous incitera à croire et à vous attendre à ce que Dieu
fasse de même à travers vous aujourd'hui. La documentation de Tony sur les
miracles d'aujourd'hui et les plats à emporter vaut tout le livre !
—Jeff Olivier
Auteur de La Pentecôte à nos jours : l'œuvre durable du Saint-Esprit dans l'Église

8
DÉVOUEMENT

C'est avec un souvenir très chaleureux et le plus grand respect que je dédie ce livre à mon
premier professeur d'histoire de l'Église, Cooper Beaty. En référence à son style
d'enseignement à tir rapide, les étudiants l'appelaient affectueusement « Machine Gun
Beaty ». Son zèle et son enthousiasme contagieux pour l'histoire de l'Église
transparaissaient dans chaque leçon. Ancien pasteur quaker pendant vingt-neuf ans et
évangéliste pendant sept ans, Cooper a également enseigné l'histoire de l'Église et d'autres
matières au Rhema Bible Training College pendant vingt-six ans. Ayant été son élève, j'ai
ensuite eu le privilège de devenir le collègue et collègue instructeur de Cooper. J'ai toujours
été étonné de son appétit vorace d'étudier continuellement et de sa discipline pour mettre
régulièrement à jour ses notes - il cherchait toujours à apprendre, à s'améliorer et à
grandir. Il n'a jamais manqué de donner à ses étudiants le meilleur de lui-même.

Aucune grande œuvre n'a jamais été accomplie si ce n'est par la puissance du Saint-Esprit,
qui est le grand Exécutif de Dieu, accomplissant la volonté de Dieu en toutes choses.
–James Gilchrist Lawson

Il n'y a jamais eu un moment dans l'histoire de l'église chrétienne où certains des


dons n'étaient pas présents et efficaces…. Maillon sur maillon, une chaîne de
christianisme spirituel a été façonnée par le Saint-Esprit.
-AW Tozer

Je ne vois pas pourquoi nous n'aurions pas une Pentecôte plus grande que Pierre
n'en a vu et une Réforme plus profonde dans ses fondements, et plus vraie dans
son édification que toutes les réformes que Luther ou Calvin ont accomplies ! Nous
avons le même Christ, souvenez-vous-en ! Les temps ont changé, mais Jésus est
l'Éternel et le temps ne le touche pas.
–Charles H. Spurgeon

9
Autres livres de la maison Harrison par Tony Cooke

Ascenseur : expérimenter la vie élevée


Le livre de travail : ce que nous faisons compte pour Dieu
La grâce : l'ADN de Dieu
Votre place dans l'équipe de rêve de Dieu : la création de champions
À travers les tempêtes : l'aide du ciel quand tout l'enfer se déchaîne
Qualifié : Servir Dieu avec intégrité et terminer votre parcours avec honneur
Livres supplémentaires de Tony Cooke
La vie après la mort : redécouvrir la vie après la perte d'un être cher
À la recherche de Timothée : découvrir et développer la grandeur du personnel et
des bénévoles de l'Église

www.tonycooke.org

10
Table des matières

RÉCOMPENSES ........................................................................................................................................ 5
DÉVOUEMENT ......................................................................................................................................... 9
AVANT-PROPOS .................................................................................................................................... 14
PRÉFACE .................................................................................................................................................. 16
Histoire et similitudes actuelles ....................................................................................................... 17
INTRODUCTION .................................................................................................................................... 19
CHAPITRE 1 : UNE FOI SURNATURELLE ....................................................................................... 22
Ce que fait le Saint-Esprit .................................................................................................................... 23
CHAPITRE 2 : LE REGISTRE BIBLIQUE .......................................................................................... 28
Oeuvres surnaturelles de Dieu dans l'Ancien Testament ....................................................... 28
Tenter de minimiser les miracles .................................................................................................... 30
Workinguvres surnaturelles de Dieu dans le Nouveau Testament .................................... 32
CHAPITRE 3 : LE FLUX CONTINUE .................................................................................................. 38
Ignace d'Antioche (?-117)................................................................................................................... 38
Polycarpe de Smyrne (69-156) après JC ....................................................................................... 39
Irénée de Lyon (125-202)................................................................................................................... 40
CHAPITRE 4 : TRAVAUX SURNATURELS À ROME...................................................................... 43
Clément de Rome (35-99 après JC) ................................................................................................. 43
Justin Martyr (AD 100-165) ............................................................................................................... 44
Novatien (200-258) après JC ............................................................................................................. 45
Grégoire le Grand (540-604) après JC ........................................................................................... 46
Benoît (480-547 après JC) .................................................................................................................. 47
CHAPITRE 5 : LE SAINT-ESPRIT À L'OEUVRE EN AFRIQUE DU NORD ................................ 50
Tertullien (160-220 ap. J.-C.) ............................................................................................................. 51
Origène (184-253) après JC ............................................................................................................... 52
Athanase (296-373) et Antoine (251-356) .................................................................................. 53
Augustin d'Hippone (354-430 après JC) ....................................................................................... 55
CHAPITRE 6 : ÉPUDÉES À L'EST (ASIE MINEURE) ..................................................................... 59
Les montanistes (fin du IIe siècle) ................................................................................................... 59
Deux grands chefs d'église pèsent ................................................................................................... 62

11
Grégoire Thaumaturge (213-270 après JC) ................................................................................. 63
Basile de Césarée (329-379 après JC) ............................................................................................ 64
Jean Chrysostome (349-407) ............................................................................................................ 66
CHAPITRE 7 : DIEU EN GAULE (FRANCE) ..................................................................................... 73
Hilaire de Poitiers (310-367) après JC ........................................................................................... 73
Martin de Tours (316-397) ................................................................................................................ 74
Bernard de Clairvaux (1090-1153)................................................................................................. 75
Pierre Waldo (1140-1218) ................................................................................................................. 77
CHAPITRE 8 : LA FLAMME DE L'ESPRIT DANS LA RÉFORME ................................................ 80
Martin Luther (1483-1546) ............................................................................................................... 80
Les anabaptistes ..................................................................................................................................... 84
CHAPITRE 9 : LA FOI DEVIENT PERSONNELLE ET PUISSANTE............................................. 88
George Fox (1624-1691) ..................................................................................................................... 88
Philipp Jacob Spener (1635-1705) .................................................................................................. 91
Nikolaus Zinzendorf (1700-1760) .................................................................................................. 93
Un siècle de prière ................................................................................................................................. 96
Dans la moisson ...................................................................................................................................... 96
CHAPITRE 10 : JOHN WESLEY ET LES MÉTHODISTES .......................................................... 100
Comptes de guérison .......................................................................................................................... 103
Décemment et dans l'ordre .............................................................................................................. 105
Pourquoi les cadeaux ont-ils diminué ?....................................................................................... 107
Organisation et influence durable ................................................................................................. 107
Un avertissement prophétique ....................................................................................................... 108
CHAPITRE 11 : GRANDS REVEILS EN AMÉRIQUE ................................................................... 112
Jonathan Edwards (1703-1758) .................................................................................................... 112
Charles Finney (1792-1875) ........................................................................................................... 118
CHAPITRE 12 : L'ÉVANGÉLISATION PAR L'ESPRIT................................................................ 129
Charles Spurgeon (1834-1892) ...................................................................................................... 129
DL Moody (1837-1899) ..................................................................................................................... 138
CHAPITRE 13 : SPÉCIALISTES DE LA GUÉRISON..................................................................... 146
Johann Christoph Blumhardt (1805-1880) ............................................................................... 146
Dorothée Trudel (1813-1862) ........................................................................................................ 149
Dr Charles Cullis (1833-1892) ........................................................................................................ 151

12
L'effet domino (William Boardman et Andrew Murray) ...................................................... 154
AJ Gordon (1836-1895) ..................................................................................................................... 155
CHAPITRE 14 : L'EXPLOSION DU XXE SIÈCLE .......................................................................... 162
Rue Azuza ................................................................................................................................................ 163
Les femmes dans le ministère ......................................................................................................... 165
Lilian B. Yeomans (1861-1942) ...................................................................................................... 165
Fred Francis Bosworth (1877-1958) ........................................................................................... 166
Tommy Lee Osborn (1923-2013) .................................................................................................. 167
Une relève de la garde ........................................................................................................................ 168
CHAPITRE 15 : EXPANSION, RECONNAISSANCE ET INTÉGRATION ................................. 173
Le mouvement charismatique......................................................................................................... 175
Pendant ce temps à Corinthe ........................................................................................................... 176
Vers une plus grande unité............................................................................................................... 176
Une histoire de deux hommes ......................................................................................................... 177
CHAPITRE 16 : LES PIÈGES SURNATURELS ET ASSOCIÉS .................................................... 186
Fuyez l'ego et le sensationnalisme ................................................................................................ 186
Évitez les gadgets et les « appels prophétiques » .................................................................... 188
Refuser de manipuler les gens ........................................................................................................ 189
N'abusez pas d'un « point de contact » ........................................................................................ 190
Ne limitez pas Dieu .............................................................................................................................. 191
Quand Jésus a dit « non » aux miracles ........................................................................................ 192
Ne faites pas des manifestations physiques le but du ministère ....................................... 193
Ne négligez pas les domaines vitaux du ministère ................................................................. 198
CHAPITRE 17 : QUAND LE MIRACULEUX NE SE PRODUIT PAS .......................................... 200
CHAPITRE 18 : A EMPORTER PRATIQUES ................................................................................ 206
Maintenir la directive principale.................................................................................................... 206
Rappelez-vous, l'amour n'échoue jamais.................................................................................... 206
Ne négligez pas ou ne dévaluez pas les œuvres ordinaires de l'Esprit ........................... 207
Comprendre « Extrémisme légitime et équilibre essentiel » .............................................. 209
Si Dieu vous utilise de manière extraordinaire, restez humble ......................................... 211
LECTURE RECOMMANDÉE ............................................................................................................. 212
A PROPOS DE L'AUTEUR ................................................................................................................. 214

13
AVANT-PROPOS

par Rick Renner

ENFIN… le livre que j'attendais depuis de nombreuses années ! Enfin, un livre sur les
miracles et le surnaturel à travers l'histoire de l'Église qui démystifie totalement les
opposants qui prétendent que l'œuvre miraculeuse du Saint-Esprit a pris fin avec l'âge
apostolique !
Je voudrais vous donner un morceau de ma propre histoire pour vous dire pourquoi je
pense que ce livre est si important. J'ai été élevé dans une dénomination qui croyait
sincèrement que l'âge des miracles avait cessé. Nous étions des « cessationistes »—nous
avions la position théologique que les dons et manifestations spirituels, tels que la
guérison, le parler en langues et la prophétie, ont cessé avec l'âge apostolique. Peut-être
avez-vous été élevé dans une église traditionnelle similaire et avez-vous été instruit comme
moi.
Parce que notre dénomination croyait que l'âge des miracles et des dons spirituels avait
cessé, nous pensions généralement que les pentecôtistes et les charismatiques - et les
personnes confessionnelles capricieuses qui avaient été prises dans ces groupes - étaient
doctrinaux hors de la base et que quoi que rien de plus que des œuvres de la chair
inventées, basées sur une mauvaise doctrine et une mauvaise gestion des Écritures.
Il est important de n'avoir aucun jugement pour ceux qui embrassent ce point de vue du
Cessationnisme. Sur la base d'une doctrine défectueuse, d'une ignorance de l'histoire de
l'Église ou d'une vision intellectuellement malhonnête de l'histoire de l'Église qui a été
perpétuée par des professeurs de théologie dans les séminaires, ils peuvent sincèrement
croire au mensonge selon lequel l'âge des miracles a cessé. Moi aussi, j'ai déjà fait partie de
ceux qui y croient sincèrement.
Il est prudent de supposer que quelque part au cours de votre cheminement personnel,
vous avez rencontré ou rencontrerez des personnes qui ne croient pas que les miracles ou
les dons surnaturels du Saint-Esprit sont pour nous aujourd'hui. « Ces gens » ont peut-être
déjà été vous. Parce qu'il est probable que vous rencontrerez ceux qui croient de cette
façon, il est essentiel de savoir ce que vous croyez et comment répondre à ceux qui ne
croient pas. Peut-être que leur questionnement vous a affecté et vous a fait vous demander
s'il y a du vrai dans l'allégation selon laquelle l'âge des miracles a cessé.
Est-il vrai que nous assistons aujourd'hui à moins de miracles qu'auparavant ? Les
miracles et les dons du Saint-Esprit ont-ils diminué tout au long de l'histoire de l'Église ? Le
livre que vous tenez dans votre main en ce moment répondra à ces questions. L'auteur
parcourt systématiquement 2000 ans d'histoire de l'Église pour analyser les faits sur les
miracles et les dons du Saint-Esprit. Pour faire de telles recherches, il faut un esprit
honnête et brillant. Je ne connais personne de plus qualifié pour un tel exploit que Tony
Cooke, qui a une vision équilibrée du monde charismatique, sans illusions, et a été disposé

14
à examiner honnêtement l'ensemble de l'histoire de l'Église pour obtenir un compte rendu
factuel de la vérité. .
L'honnêteté est nécessaire pour produire une analyse correcte - et une analyse honnête
et correcte est ce que vous avez dans ce livre merveilleux. J'en suis très reconnaissant et je
suis certain que cela renforcera, sur la base de preuves historiques, votre croyance aux
miracles et aux dons du Saint-Esprit. De plus, cela vous encouragera à vous lancer dans le
royaume du miraculeux dans votre propre vie !
Ce livre est un trésor produit par l'esprit d'une personne bien informée qui a été prête à
consacrer des années à trouver la preuve historique que les miracles n'ont jamais cessé et
qu'ils ont, en fait, abondé au cours des siècles. Son approche académique comprend de
véritables premiers écrits qui ont survécu depuis les premiers siècles de l'Église et sont
remplis de merveilleux commentaires, idées et témoignages qui prouvent l'œuvre
miraculeuse ininterrompue de Dieu à travers les âges.
Les miracles et le surnaturel à travers l'histoire de l'Égliseest divisé en régions
géographiques pour vous permettre d'observer plus facilement comment le Saint-Esprit
s'est déplacé de manière cohérente dans chaque endroit. Il vous conduira dans les œuvres
surnaturelles du Saint-Esprit à Rome, en Afrique du Nord, en Asie Mineure et en Europe, le
tout dans les premiers siècles de l'Église. Ensuite, l'auteur vous emmène dans la preuve
historique des œuvres surnaturelles du Saint-Esprit qui se sont produites dans la Réforme,
dans le ministère de John Wesley, dans le Grand Réveil, et même dans les ministères de
Spurgeon et Moody (oui, même dans leurs ministères !). Enfin, vous entrez dans le
mouvement miraculeux sans précédent du Saint-Esprit du vingtième siècle à nos jours. Au
moment où vous aurez fini de lire ce livre, vous aurez toutes les preuves nécessaires pour
prouver sans équivoque à vous-même et aux autres que l'ère des miracles n'a jamais cessé.
Je suis particulièrement reconnaissant pour les derniers chapitres dans lesquels Tony
scrute sincèrement les pièges qui ont malheureusement accompagné certains de ces
mouvements du surnaturel à travers l'histoire. Il ne le fait pas avec un œil critique ou
négatif, mais avec un esprit pour nous aider à apprendre ce qu'il faut éviter et à faire
avancer l'œuvre miraculeuse du Saint-Esprit dans la forme la plus pure possible. Enfin,
Tony donne des conseils judicieux sur ce qu'il faut faire lorsqu'il semble que le miraculeux
ne se produise pas.
Ce livre est la défaite de la mauvaise doctrine et une correction des mauvaises
interprétations de l'histoire de l'Église qui ont été perpétrées dans l'esprit du peuple de
Dieu depuis des générations. En lisant, vous vous retrouverez sur des bases solides si vous
faites partie de ceux qui croient que l'âge des miracles n'a jamais cessé ! Alors préparez-
vous à vivre une expérience merveilleuse en plongeant dans les pages de ce trésor
d'informations.
Je suis reconnaissant à Tony d'avoir écrit ce livre, et je considère personnellement que
c'est un privilège d'être invité à écrire l'avant-propos d'un travail aussi respectable !
—Rick Renner
Moscou, Russie
Auteur, animateur, pasteur, enseignant

15
PRÉFACE

Le surnaturel? Histoire de l'Église ? Pourquoi ce livre ?


J'ai fait l'expérience du pouvoir surnaturel de Dieu pour la première fois en 1977,
quelques semaines après avoir obtenu mon diplôme d'études secondaires. John Fenn, un
ami que je connaissais depuis le début de l'école primaire, m'a emmené à une réunion qui
était radicalement différente des services religieux traditionnels que j'avais vécus en
grandissant dans une congrégation confessionnelle principale. J'ai vu la spontanéité et le
dynamisme au lieu du formalisme et du rituel auxquels j'étais habitué. Les gens n'étaient
pas excessivement émotifs – leur adoration était sincère et sincère. Leur dévotion se
reflétait dans leurs visages joyeux et radieux, leurs mains levées très haut vers le ciel et
leurs chants jaillissant de leur cœur avec jubilation et sens.
Je ne pouvais pas m'attendre à ce qui s'est passé ensuite. Le ministre a demandé aux
personnes ayant des problèmes de dos de se lever. J'avais des douleurs dans le bas du dos
droit pendant environ deux ans. Cela avait été un défi chronique pour moi, et cela rendait
particulièrement inconfortable et stimulant le tennis, quelque chose que j'adorais faire. Mes
parents m'avaient envoyé chez trois médecins différents à la recherche d'une solution, mais
rien n'avait aidé.
Un homme du nom de Charles Hunter a prié pour moi ce soir-là, et j'ai senti une
puissance tangible couler dans mon corps. La seule façon que je connaisse de le décrire est
que c'était comme une combinaison d'électricité et de miel chaud. Cela ressemble à un
mélange étrange, mais c'est la meilleure façon que je connaisse d'illustrer ce qui m'est
arrivé. Il n'y avait aucune douleur ou inconfort associé à un choc électrique. Au contraire,
c'était la sensation la plus agréable que j'aie jamais ressentie dans ma vie.
Après avoir reçu la prière, j'ai découvert que Dieu avait totalement guéri mon dos. J'ai
pu me pencher et mettre les deux paumes sur le sol sans aucune douleur, un changement
radical par rapport à la façon dont mon dos avait été. Je pourrais me rapporter à
l'expérience de la femme qui toucha le bord du vêtement de Jésus, « elle sentit dans son
corps qu'elle était guérie de l'affliction » (Marc 5:29). Dire que j'ai été impressionné que
Dieu ait fait cela pour moi est un grand euphémisme ; quelque chose que je supposais
n'arriver qu'à l'époque biblique venait de se produire dans ma vie !
Plus tard dans la nuit, chez mon ami, il m'a demandé si j'avais reçu le Saint-Esprit.
D'aussi loin que je me souvienne, j'avais entendu parler du Saint-Esprit. Il avait été
mentionné dans mon église tous les dimanches avec révérence dans le Symbole des
Apôtres et dans la Doxologie, mais je n'avais jamais pensé à l'idée de « Le recevoir » d'une
manière personnelle. On ne m'avait jamais dit qu'il voulait me combler et me donner du
pouvoir.
Mon ami m'a montré plusieurs passages du livre des Actes démontrant que le Saint-
Esprit est une personne qui a eu un impact dynamique sur la vie des premiers croyants. 1
C'était révolutionnaire de penser que le même Saint-Esprit dont j'avais entendu parler

16
toute ma vie dans les services religieux voulait réellement travailler dans ma vie et me
donner du pouvoir, mais c'est ce que je lisais maintenant dans la Bible.
John a prié avec moi ce soir-là pour recevoir le Saint-Esprit remplissant, et ma vie n'a
jamais été la même. Avec l'aide du Saint-Esprit, j'ai commencé à comprendre la Bible, et le
Livre qui m'avait toujours semblé incompréhensible et déroutant semblait maintenant
imprégner de vie, de puissance et de sens. J'ai rapidement remarqué que l'influence du
Saint-Esprit dirigeait toujours mon attention sur Jésus et sur ce que Jésus avait fait pour
moi. Alors que le Saint-Esprit continuait d'agir dans ma vie, j'ai commencé à ressentir un
appel à servir Dieu et j'ai commencé à remarquer certains dons spirituels qui faisaient
surface et travaillaient dans ma vie.
Peu de temps avant cette expérience, j'avais refusé l'opportunité de prendre la parole
lors de mon diplôme d'études secondaires en tant que président de la classe de terminale.
Je n'avais tout simplement aucun intérêt à parler en public. Après avoir été rempli du Saint-
Esprit, un nouveau désir est né dans mon cœur. Je voulais communiquer les vérités de Dieu
aux autres. Ce que Dieu a fait dans mon cœur m'a finalement conduit à un ministère
d'enseignement qui m'a permis d'enseigner la Bible à des groupes et des foules de toutes
tailles dans plus de trente nations et dans presque tous les États de l'Union. Depuis cette
expérience en 1977, j'ai apprécié sa présence continue et son habilitation dans ma vie. Le
Saint-Esprit m'a aidé à servir Dieu et à servir les autres. Je l'ai vu faire des choses que lui
seul pouvait faire, des choses bien au-delà de mes capacités.

Histoire et similitudes actuelles


Du côté historique de l'équation, j'ai longtemps apprécié les aspects historiques des
évangiles et du livre des Actes. J'ai été élevé pour croire que la Bible était vraie, et j'ai
toujours cru que Dieu, à travers Moïse, a divisé la mer Rouge. J'ai toujours cru que Jésus
marchait sur l'eau, multipliait les pains et les poissons pour nourrir une multitude, et qu'il
était ressuscité des morts. J'ai toujours cru que les miracles mentionnés dans le livre des
Actes étaient vrais.
Cependant, toutes ces choses étaient de l'histoire ancienne. Les miracles, dans mon
esprit, n'étaient pas un événement actuel. Parce que la guérison divine, les miracles et les
dons spirituels n'ont jamais été mentionnés dans mon église en grandissant, j'ai
simplement supposé que Dieu avait cessé de faire ces choses des siècles auparavant. Bien
sûr, pensai-je, Dieu pouvait encore faire un miracle s'Il le voulait vraiment, mais je n'avais
certainement jamais entendu parler d'un événement, et je n'ai jamais vu personne
exprimer la moindre attente que quelque chose de surnaturel se produise.
Mon expérience de guérison en 1977, et de nombreuses expériences ultérieures, m'ont
amené à tout repenser. Si je L'ai vu travailler de façon surnaturelle à la fin de mon
adolescence et plusieurs fois depuis, peut-être qu'Il l'a fait depuis toujours, et je ne le savais
tout simplement pas. Comme beaucoup de chrétiens, je ne connaissais pas grand-chose à
l'histoire de l'Église. Quelques années plus tard, à l'école biblique, j'ai eu un excellent cours
d'histoire de l'Église avec un professeur exceptionnel, mais beaucoup d'apprentissages
étaient encore à venir.

17
Enseigner la Bible et travailler dans le ministère m'a donné le privilège de voyager dans
de nombreux endroits dans le monde, y compris les pays mentionnés dans la Bible. J'ai été
partout en Israël, en Égypte, en Grèce (Corinthe, Athènes, Philippes, Thessalonique, Patmos,
etc.), en Turquie (Éphèse, Colosse, Laodicée, Milet, etc.), à Rome, au Liban, à Chypre, à Malte
et en Crète. . Marcher dans les pas de Jésus, Paul, Pierre, Jean et d'autres m'a vraiment aidé
à prendre vie dans l'histoire biblique.
De plus, j'ai également eu la joie de visiter de nombreux endroits liés à de grands
dirigeants d'église à travers l'histoire. Il s'agit notamment de sites (églises, maisons et/ou
lieux de sépulture) de personnes telles que Jan Hus, Martin Luther, Ulrich Zwingli, John
Calvin, John Wesley, George Whitefield, Charles Finney, Billy Sunday, CS Lewis et Billy
Graham. La visite de ces divers sites m'a donné une profonde appréciation pour nos
ancêtres spirituels, pour ceux qui nous ont précédés et qui ont été si puissamment utilisés
par Dieu.
Après avoir visité plusieurs sites de Luther en Allemagne il y a quelques années, j'ai eu
l'idée de me lancer dans une étude plus formelle de l'histoire de l'Église et j'ai obtenu une
maîtrise en études théologiques avec une connaissance de l'histoire de l'Église. Grâce à
cette étude intensive, je suis devenu d'autant plus impressionné par un grand nombre
d'hommes et de femmes qui ont été utilisés par Dieu à travers les siècles, qui ont prêché
l'évangile et ont été oints par le Saint-Esprit.
Au fil des années, j'avais entendu des histoires sur le Saint-Esprit se manifestant
puissamment à différents moments de l'histoire de l'Église, mais grâce à une étude formelle
et personnelle, j'ai été absolument étonné d'apprendre beaucoup plus de détails sur les
merveilleuses effusions de l'Esprit, les réveils et les manifestations de dons spirituels qui
ont eu lieu au cours des siècles.
Je suis convaincu d'après les Écritures—et d'abondantes preuves à travers l'histoire,
même dans les temps modernes—que Dieu n'a jamais voulu que son peuple soit dépourvu
de la puissance ou des dons du Saint-Esprit. Je vous invite, dans les pages suivantes, à
voyager avec moi à travers les Écritures et à travers l'histoire, à la découverte des œuvres
merveilleuses et surnaturelles de Dieu dans et à travers la vie de son peuple.

Note de fin
1.
Voici quelques-unes des références dans le livre des Actes, et une d'Ephésiens au sujet de « recevoir » ou
d'être rempli du Saint-Esprit : Actes 2:4 ; 4:8,31; 6:3,5,8; 7h55 ; 8 :14-17 ; 9:17 ; 10 : 44-46 ; 11h24 ;
13:9,52 ; 19 : 1-6 ; Ephésiens 5:18.

18
INTRODUCTION

Dans la Préface, j'ai décrit mon parcours personnel. Dans cette introduction, je partage des
réflexions utiles sur ce livre qui, j'espère, vous permettra de tirer le meilleur parti de son
contenu. Tenter d'aborder n'importe quel sujet sur près de 2000 ans d'histoire de l'Église
est une tâche ardue, et encore moins aborder les œuvres surnaturelles de Dieu qui ont eu
lieu pour et à travers son peuple. En conséquence, je devais être très sélectif dans ce que je
couvrais. À certains moments, au cours du processus de recherche et d'écriture, j'avais
l'impression d'essayer de faire entrer l'océan dans un conteneur d'un gallon. Ce volume
n'est ni exhaustif ni exhaustif ; c'est plus comme un rocher qui saute à travers un étang ; J'ai
juste pu frapper quelques points saillants.
Vous vous demandez peut-être pourquoi j'ai inclus des chiffres notables mais pas
d'autres. Il y a beaucoup de gens qui ont été puissamment utilisés par Dieu que je n'ai pas
inclus dans les chapitres suivants. C'est pourquoi j'ai inclus une section de lecture
recommandée à la toute fin du livre. J'ai grandement bénéficié des études et des écrits des
autres. Grâce à ces types d'ouvrages, les lecteurs intéressés peuvent en apprendre
davantage sur certains des autres merveilleux serviteurs de Dieu qui n'étaient pas inclus
dans cet ouvrage.
J'utilise les mots pentecôtiste et charismatique de manière quelque peu interchangeable
tout au long de ce livre. Ces termes peuvent évoquer de nombreuses idées et images
différentes dans l'esprit de différents lecteurs. Je ne parle pas d'une dénomination en soi,
ou d'une congrégation en particulier. Je ne fais pas non plus référence à l'une des
nombreuses idées fausses ou stéréotypes parfois associés aux surnoms pentecôtistes et
charismatiques, tels que les styles de prédication, la musique ou le type de robe. Je ne fais
pas non plus référence à un statut socio-économique particulier ou à un degré d'émotivité
affiché pendant le culte. Lorsque j'utilise ces termes, je me réfère aux croyants qui
s'identifient et embrassent les types de croyances, de pratiques et d'expériences qui sont
vus tout au long du livre des Actes.
Ce livre est organisé en trois sections.
La première section ne comprend que deux chapitres et s'intitule La base biblique des
œuvres surnaturelles. J'espère que la plupart des lecteurs sont au moins assez familiers
avec les récits bibliques des miracles et des œuvres surnaturelles, en particulier dans les
quatre évangiles et dans le livre des Actes. Ce n'était pas mon intention de couvrir en détail
tout ce qui s'est passé dans ces cinq livres de la Bible, mais de donner un bref aperçu et de
donner un sens à ce contenu par rapport à ce qui s'est passé après l'ère du Nouveau
Testament.
La deuxième section constitue la majeure partie du livre, et ce matériel traite des récits
historiques d'œuvres surnaturelles commençant après la mort de l'apôtre Jean et
remontant vers les temps modernes. Plus j'étudiais les personnes qui sont couvertes, plus
j'admirais et respectais leur foi et leur amour pour le Seigneur Jésus-Christ. Ils étaient tous

19
humains, et certains d'entre eux avaient des défauts flagrants dans leur vie. Comme nous
tous, chacun d'eux était un travail en cours. Aucun d'eux n'était infaillible ou omniscient ;
ils grandissaient et apprenaient tout au long de leurs voyages. Certains d'entre eux ont
changé d'avis sur différents sujets au fur et à mesure que leur foi évoluait et mûrissait.
Par exemple, au cours des deux dernières années de sa vie, Augustine (couvert dans le
chapitre cinq) a revisité ses œuvres littéraires massives et a écrit sur des choses qu'il dirait
différemment à ce stade ultérieur de sa vie. Un autre écrivain prolifique, Thomas d'Aquin
(non couvert dans ce livre) a été demandé quelques mois avant sa mort s'il allait continuer
à écrire ; il a dit : « Je ne peux plus écrire. Tout ce que j'ai écrit ressemble à de la paille.
Qu'est-ce qu'il a vu dans ses derniers jours qui l'a amené à décrire ses anciens écrits de
cette façon ?
Avec tout cela à l'esprit, nous sommes humiliés par notre humanité, et nous réalisons
que seule l'Écriture est infaillible. Pourtant, « nous savons en partie et nous prophétisons
en partie », et nous « voyons toujours dans un miroir, vaguement » (1 Corinthiens 13 :9,12).
Mais Dieu merci pour ce que nous savons ! Nous croyons fermement aux Écritures et nous
écoutons avec respect et discernement les enseignements et les histoires de nos
prédécesseurs spirituels qui ont vécu à l'époque des croyants du premier siècle. La Bible
est la base de notre foi et nous pouvons tirer tellement d'encouragements et de sagesse des
expériences de tant de croyants dynamiques des siècles passés.
La troisième et dernière section du livre traite des réalités et des applications actuelles.
Aussi importants que soient les aspects bibliques et historiques de ce livre, si nous ne
recevons pas d'intuitions spirituelles et pratiques que nous pouvons mettre en pratique
dans nos vies et nos ministères, nous ne pouvons que nous éloigner de ce livre avec plus de
connaissances de tête. Comme c'était dans les premiers jours de l'église, c'est ainsi
aujourd'hui ; il reste un grand besoin de personnes « de bonne réputation, pleines du Saint-
Esprit et de sagesse » (Actes 6 :3). Étienne était l'un de ceux qui remplissaient ce critère, et
il était aussi « plein de foi » (Actes 6 :5,8). C'est le besoin de l'heure ! Nous n'avons pas
seulement besoin d'individus qui ont des informations, mais de personnes qui ont été
transformées, qui sont pleines de sagesse et prêtes à agir avec l'habilitation et
l'autonomisation de Dieu.
Le but de ce livre est simple et se résume dans le titre et le sous-titre : je veux vous
présenter les miracles et le surnaturel à travers l'histoire de l'Église. J'espère que vous
serez impressionnés par la bonté et la miséricorde de Dieu alors que vous considérez les
remarquables manifestations du Saint-Esprit du premier siècle à nos jours.
Quand j'étais jeune et que j'ai découvert les choses de l'Esprit il y a plus de quatre
décennies, j'étais immature et imprudent. Je voulais argumenter la théologie pour prouver
que j'avais raison. Aujourd'hui, je suis beaucoup plus intéressé à participer à la plénitude
de l'amour, de la miséricorde et de la puissance de Dieu, afin de pouvoir l'exprimer aux
autres. Je veux être tout ce que Dieu veut que je sois et faire tout ce que Dieu veut que je
fasse. C'est aussi ma prière pour vous et pour tous ceux qui prendront ce livre.

20
21
CHAPITRE 1 :

UNE FOI SURNATURELLE

La religion de la Bible est entièrement surnaturelle.


—AB Simpson

L'idée de la capacité surnaturelle de Dieu ne devrait guère sembler inhabituelle aux


disciples de Jésus-Christ. Sans la toute-puissance de Dieu, nous n'existerions pas, ni notre
univers. L'auteur d'Hébreux nous dit : « Par la foi, nous comprenons que les mondes ont été
conçus par la parole de Dieu, de sorte que les choses qui sont vues n'ont pas été faites de
choses qui sont visibles » (Hébreux 11 :3). Les Écritures enseignent que Jésus, le Fils
éternel de Dieu, est né d'une vierge (Matthieu 1:18-25) et a été ressuscité des morts après
qu'il soit mort pour nos péchés (1 Corinthiens 15:3-4). De plus, ceux qui font confiance au
Seigneur Jésus-Christ sont nés de nouveau—la Parole et l'Esprit de Dieu les ont amenés à
devenir de nouvelles créations (Jean 3:6-8; 2 Corinthiens 5:17; 1 Pierre 1:23). La raison
pour laquelle nous avons une Bible d'inspiration divine est que « de saints hommes de Dieu
ont parlé comme ils étaient poussés par le Saint-Esprit » (2 Pierre 1 : 21). Tout cela est
surnaturel.
Si vous retirez le surnaturel de la Bible, il n'y a vraiment plus de Bible. Reinhard
Bonnke, le célèbre évangéliste allemand dont le ministère a si puissamment touché
l'Afrique, a tout à fait raison lorsqu'il déclare :

Pour être franc, le christianisme est soit surnaturel, soit rien du tout. Nous
avions – et avons toujours – un Jésus surnaturel avec un ministère surnaturel,
créant une église surnaturelle, avec un évangile surnaturel et une Bible
surnaturelle. Enlevez le miraculeux, et vous avez emporté la vie du
christianisme. L'église devient une société éthique, ou un club social, lorsqu'elle
est destinée à être le système de grille pour transmettre la puissance de Dieu
dans ce monde impuissant. Vous et moi sommes les conducteurs de la
puissance de Dieu dans le monde !1

Il y a des éléments historiques, factuels et informatifs du christianisme, et ceux-ci ne


doivent pas être écartés ou pris à la légère, mais le christianisme ne devrait jamais être
réduit à une simple proposition intellectuelle ou éthique. Alors que nous sommes très
reconnaissants des implications pédagogiques et morales de l'Évangile, suivre Jésus
implique plus que cela. C'est pourquoi Paul déclare : « Mon discours et ma prédication
n'étaient pas des paroles persuasives de la sagesse humaine, mais une démonstration de
l'Esprit et de la puissance. Il désirait que leur « foi ne soit pas dans la sagesse des hommes,
mais dans la puissance de Dieu » (1 Corinthiens 2:4-5).

22
On voit le Saint-Esprit opérer de manière dynamique de la première page de la Bible à
la dernière. Dans Genèse 1:2, le Saint-Esprit est décrit comme « planant au-dessus des eaux
». À la dernière page de la Bible, on entend le Saint-Esprit lancer l'invitation : « Quiconque
le désire, qu'il prenne l'eau de la vie gratuitement » (Apocalypse 22 :17). Il est important de
se rappeler que tout ce que fait le Saint-Esprit est en parfaite harmonie avec le Père et le
Fils. J. Oswald Sanders décrit ainsi leur partenariat sans faille :

Les Personnes de la Trinité ont coopéré à notre rédemption en parfaite


harmonie et réciprocité. Le Père a planifié. Le Fils a rendu possible la
réalisation du plan en livrant sa vie à la mort sur la croix. L'Esprit dirigea ses
énergies ardentes vers la mise en œuvre du plan.2

En raison du travail coopératif du Père, du Fils et du Saint-Esprit dans


l'accomplissement de notre rédemption, il n'est pas surprenant que la présence et l'œuvre
du Saint-Esprit soient vues de manière omniprésente et puissante dans toute la Bible.

Ce que fait le Saint-Esprit


Il y a des descriptions dans le Nouveau Testament de la façon dont le Saint-Esprit agit
dans la vie des croyants – une œuvre qui commence en fait avant même que nous entrions
dans la foi. Ce qui suit est une liste de certaines des actions du Saint-Esprit :

Il apporte la conviction: « Néanmoins je vous dis la vérité. C'est à votre
avantage que je m'en aille ; car si je ne m'en vais pas, l'Aide ne viendra pas à vous
; mais si je pars, je vous l'enverrai. Et quand Il sera venu, Il convaincra le monde
de péché, et de justice, et de jugement : de péché, parce qu'ils ne croient pas en
Moi ; de justice, parce que je vais à mon Père et que vous ne me voyez plus; de
jugement, parce que le chef de ce monde est jugé » (Jean 16 :7-11).

Il apporte la nouvelle naissance: « Bien sûr, je vous le dis, si quelqu'un n'est pas
né d'eau et d'Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu. Ce qui est né de la
chair est chair, et ce qui est né de l'Esprit est esprit » (Jean 3:5-6).

Il fournit l'assurance: « L'Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que
nous sommes enfants de Dieu » (Romains 8 :16).

Il apporte l'illumination et nous guide dans la vérité : « Il vous guidera
dans toute la vérité » (Jean 16 :13).

Il assure la sanctification (purification, séparation): "Dieu vous a choisi dès
le commencement pour le salut par la sanctification par l'Esprit et la croyance en
la vérité" (2 Thessaloniciens 2:13).

23

Il habite et demeure avec nous: « Et je prierai le Père, et il vous donnera un
autre consolateur, afin qu'il demeure éternellement avec vous, l'Esprit de vérité,
que le monde ne peut recevoir, parce qu'il ne le voit ni ne le connaît ; mais vous le
connaissez, car il habite avec vous et sera en vous » (Jean 14 :16-17).

Il nous enseigne: « Mais le consolateur, le Saint-Esprit, que le Père enverra en
mon nom, il vous enseignera toutes choses et vous rappellera tout ce que je vous
ai dit » (Jean 14 :26).

Il glorifie Jésus: « Il me glorifiera, car il prendra de ce qui est à moi et vous le
déclarera » (Jean 16 :14).

Il nous place dans le corps du Christ: « Nous avons tous été baptisés en un seul
corps par un seul Esprit, et nous partageons tous le même Esprit » (1 Corinthiens
12 :13 NLT).

Il responsabilise les croyants pour le service: « Vous recevrez la puissance
lorsque le Saint-Esprit sera venu sur vous ; et vous serez mes témoins… » (Actes
1:8).

Il remplit les croyants: « Et ils furent tous remplis du Saint-Esprit et se mirent à
parler en d'autres langues, selon que l'Esprit leur donnait de s'exprimer » (Actes
2:4). « Et les croyants étaient remplis de joie et du Saint-Esprit » (Actes 13 :52
NLT).
Lorsque nous accueillons et permettons au Saint-Esprit d'être impliqué dans nos vies,
tout ce qu'il fait est en parfaite conformité avec la volonté de Dieu. Rien de ce qu'il fait n'est
étrange ou incompatible avec la vie chrétienne normale, telle que Dieu l'a voulu. La vie d'un
croyant est censée être une vie surnaturelle, mais gardez à l'esprit que la moitié du mot
surnaturel est naturelle. Son travail peut sembler inhabituel à l'esprit charnel, mais le
connaître et l'expérimenter devrait devenir très normal pour nous ; cela ne doit pas
sembler étrange ou aberrant.
En ce qui concerne ce que le Saint-Esprit fournit à l'Église, l'apôtre Paul fournit quatre
listes principales qui peuvent être largement classées comme des dons spirituels. Certains
éléments de la liste suivante font référence à des cabinets ministériels, mais ceux-ci ne sont
pas tous réservés exclusivement à ce que nous appelons le « clergé ». Plusieurs d'entre eux
peuvent opérer dans la vie de tout croyant qui est soumis au Saint-Esprit. Ceux-ci inclus:

Romains 12:6-8 : Prophétie, Ministère (Servir), Enseigner, Exhortation,
Donner, Diriger, Miséricorde

24

1 Corinthiens 12:8-10 : Parole de Sagesse, Parole de Connaissance, Foi, Dons de
Guérison, Opération de Miracles, Prophétie, Discernement des Esprits,
Différents Types de Langues, Interprétation des Langues

1 Corinthiens 12 :28-30 : Apôtres, prophètes, enseignants, miracles, dons de
guérison, aides, administrations, variétés de langues

Éphésiens 4:11 : Apôtres, prophètes, évangélistes, pasteurs, enseignants
Bien que ces listes varient en fonction de ce à quoi Paul s'adresse, les Écritures
indiquent que ces divers dons sont distribués et fonctionnent sous la direction et la
supervision du Saint-Esprit. Par exemple, Paul déclare : « Dans sa grâce, Dieu nous a donné
différents dons pour bien faire certaines choses » (Romains 12 :6 NLT). Il écrit aussi : «
C'est le seul et unique Esprit qui distribue tous ces dons. Lui seul décide quel don chacun
doit avoir » (1 Corinthiens 12 :11 NLT). Si Dieu juge que tout cela est nécessaire à l'Église,
qui sommes-nous pour dire qu'ils ne le sont pas ? Qui sommes-nous pour dire que certains
se sont retirés alors qu'« il n'y a qu'un seul corps et qu'un seul Esprit » (Éphésiens 4:4) ?
Le Saint-Esprit donne ces dons dans un but très distinct. Par exemple, concernant ce
que nous appelons souvent les cinq dons du ministère (apôtre, prophète, évangéliste,
pasteur et enseignant) énumérés dans Ephésiens 4, Paul déclare : « Leur responsabilité est
d'équiper le peuple de Dieu pour faire son travail et édifier l'église, le corps de Christ »
(Éphésiens 4:12 NLT). S'adressant aux Corinthiens, Paul écrit : « Mais la manifestation de
l'Esprit est donnée à chacun pour le profit de tous » (1 Corinthiens 12 :7). Ce n'est pas
seulement l'église du premier siècle qui a reconnu cela. Plus tard, les dirigeants de l'église
parlaient des œuvres du Saint-Esprit qui étaient également actives à leur époque. Par
exemple:

Tertullien (160-220 ap. J.-C.) fait référence aux « pouvoirs du Saint-Esprit en
tant qu'agent de l'Église ».3

Origène (184-253) déclare : « Le nom de Jésus peut encore éliminer les
distractions de l'esprit des hommes, expulser les démons et aussi éliminer les
maladies.4

Augustin (354-430 après JC) écrit : « Je ne peux pas enregistrer tous les
miracles que je connais.5
Comme nous devrions être désireux de tout ce que Dieu a pour nous !
L'initiative gracieuse de Dieu dans ces domaines est renforcée dans Hébreux 2:4 (NLT).
Faisant référence au salut qui accompagne la prédication de l'évangile, nous lisons : « Et
Dieu confirma le message en donnant des signes et des prodiges et divers miracles et dons
du Saint-Esprit quand il le désirait. Cela correspond parfaitement au modèle et à l'activité
décrits dans la Grande Commission.

25
Et Il leur dit : « Allez par tout le monde et prêchez l'évangile à toute créature.
Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé ; mais celui qui ne croira pas sera
condamné. Et ces signes accompagneront ceux qui croient : En mon nom, ils
chasseront les démons ; ils parleront de nouvelles langues ; ils prendront des
serpents ; et s'ils boivent quelque chose de mortel, cela ne leur fera aucun mal ; ils
imposeront les mains aux malades et ils guériront. Ainsi donc, après que le
Seigneur leur eut parlé, il fut reçu au ciel et s'assit à la droite de Dieu. Et ils
sortirent et prêchèrent partout, le Seigneur travaillant avec eux et confirmant la
parole par les signes qui les accompagnaient. Amen (Marc 16:15-20).

Notez que ces panneaux n'ont pas été conçus pour se tenir seuls. Au contraire, ils
accompagnaient la prédication de l'évangile et confirmaient la parole de Dieu telle qu'elle
était proclamée.
Ces dons et confirmations ne se limitaient pas à la prédication des apôtres originaux,
mais se produisaient également lorsque d'autres administraient la parole de Dieu. Par
exemple, nous lisons que « Etienne, plein de foi et de puissance, fit de grands prodiges et
des signes parmi le peuple » (Actes 6 :8). Nous lisons à propos du ministère d'un autre non-
apôtre qui prêchait en Samarie, « les multitudes d'un commun accord ont tenu compte des
choses dites par Philippe, entendant et voyant les miracles qu'il faisait » (Actes 8 :6). De
même, Ananias, un laïc pour autant que nous puissions le dire, a reçu une direction divine à
travers une vision et a été utilisé pour transmettre la guérison et prier pour que Saul de
Tarse (Paul) soit rempli du Saint-Esprit (Actes 9:10-20) .
Il est très facile, en lisant le livre des Actes, de se laisser entraîner dans les opérations
les plus sensationnelles du Saint-Esprit, telles que les guérisons, les miracles et les formes
spectaculaires de direction - visions, rêves, apparitions angéliques, etc. important de se
souvenir et d'apprécier toutes les œuvres du Saint-Esprit, même lorsque ses œuvres sont
de nature moins dramatique. Parlant de la direction divine, Kenneth E. Hagin écrit : « Le
témoignage intérieur est tout aussi surnaturel que la direction par des visions et ainsi de
suite ; ce n'est tout simplement pas aussi spectaculaire. Beaucoup de gens recherchent le
spectaculaire et manquent le surnaturel qui est là tout le temps. »6 Tout comme nous
devrions recevoir tout ce que l'Écriture enseigne, pas seulement des parties sélectionnées,
il est également important que les croyants apprécient et accueillent tout ce que fait le
Saint-Esprit.
Parfois les gens se demandent, Si Dieu a tout cela disponible pour Son peuple, et Il
désire que Son peuple reçoive les bénéfices de Ses dons et les bénédictions de Sa
puissance, pourquoi ne voyons-nous pas plus de choses surnaturelles se produire ?
Quelle belle question !
Comme toujours, nous regardons les Écritures pour obtenir des réponses. Dans Galates
3:5, Paul pose une question sur la source et le fondement des bénédictions de Dieu : « Celui
qui vous donne l'Esprit et fait des miracles parmi vous, le fait-il par les œuvres de la loi ou
par l'écoute de la foi. ?" L'Esprit est fourni et des miracles sont accomplis lorsque la foi est
impliquée ! Cela ne devrait donc pas être une surprise si nous voyons peu de choses de
l'Esprit à l'œuvre si personne ne croit activement en Dieu, ne fait confiance à Dieu ou
s'attend à ce qu'il agisse puissamment.

26
Dieu est le même aujourd'hui qu'il l'était dans le livre des Actes. Cependant, les croyants
d'aujourd'hui ont souvent un état d'esprit différent de ce que nous voyons au premier
siècle. Ils avaient une espérance complète et totale que Dieu allait faire des choses
étonnantes au milieu d'eux. Alors que l'église primitive priait, sa foi et son sens de l'attente
sont clairement visibles et exprimés :

Et maintenant, Seigneur, écoute leurs menaces, et donne-nous, tes serviteurs, une


grande hardiesse pour prêcher ta parole. Tendez votre main avec un pouvoir de
guérison; que des signes et des prodiges miraculeux soient accomplis par le nom
de votre saint serviteur Jésus (Actes 4:29-30 NLT).

Personne n'avait dit à ces premiers croyants que Dieu ne faisait plus de miracles. Ils
savaient mieux. Personne ne leur avait dit que l'âge des miracles était révolu. En fait, ils
avaient entendu Jésus dire que des signes accompagneraient la prédication de l'évangile
(Marc 16:17). Ils avaient entendu Jésus dire : « …celui qui croit en moi, les œuvres que je
fais, il les fera aussi ; et il fera des œuvres plus grandes que celles-ci, parce que je vais à
mon Père » (Jean 14 :12). Ils ont pris Dieu au mot; c'est ça la foi !

Notes de fin
1.
Reinhard Bonnke, Daily Fire Devotional: 365 Days in God's Word (New Kensington, PA: Whitaker House,
2015), entrée du 14 juin, loc. 4591, Kindle.
2.
J. Oswald Sanders, Le Christ incomparable : la personne et l'œuvre de Jésus-Christ (Chicago : Moody Press,
1971), 10.
3.
Tertullien, La Passion des saints martyrs Perpétue et Félicité, dans Les uvres complètes de Tertullien, éd.
Sir James Donaldson et Arthur Cleveland Coxe (Seattle, WA : Amazon Digital Services, 1885), loc. 45514,
Kindle.
4.
Origène, Origène contre Celse, Les uvres d'Origène, éd. Alexander Roberts, Sir James Donaldson et Arthur
Cleveland Coxe (Seattle, WA : Amazon Digital Services, 1885), loc 10133, Kindle.
5.
Augustin, La Cité de Dieu, trad. Marcus Dods (Peabody, MA : Hendrickson
Publishers,www.hendrickson.com, 2009), loc. 19006, Kindle.
6.
Kenneth E. Hagin, Comment vous pouvez être guidé par l'Esprit de Dieu (Tulsa, OK : Faith Library
Publications, www.rhema.org, 1989), 34.

27
CHAPITRE 2 :

LE REGISTRE BIBLIQUE

La Bible est la Parole de Dieu : surnaturelle d'origine, éternelle en durée, inexprimable en valeur, infinie en portée,
régénératrice en puissance, infaillible en autorité, universelle en intérêt, personnelle en application, inspirée en totalité.
Lisez-le, écrivez-le, priez-le, élaborez-le, puis transmettez-le. C'est vraiment la Parole de Dieu.
— Smith Wigglesworth

DIEU est un Dieu surnaturel, et la Bible est un livre surnaturel. Dieu a créé ce monde
naturel dans lequel nous vivons, et il reste impliqué et continue de tendre la main aux
personnes qu'il aime. La Parole de Dieu contient de multiples récits de Dieu exprimant son
attention et sa compassion envers l'humanité. Que ce soit Dieu visitant Adam et Eve dans la
fraîcheur de la journée (Genèse 3:8), le Fils de Dieu venant sur terre par l'Incarnation (Jean
1:14), ou l'effusion du Saint-Esprit le jour de la Pentecôte (Actes 2:1-4), Dieu vient et se
révèle à l'humanité. Deux passages dans lesquels nous pouvons être très réconfortés, un de
chacun des deux testaments, sont :

Je suis le Seigneur et je ne change pas (Malachie 3:6 NLT).


Jésus-Christ est le même hier, aujourd'hui et éternellement (Hébreux 13 :8).

L'apôtre Jacques décrit même Dieu comme « le Père des lumières, avec qui il n'y a
aucune variation ou le moindre soupçon de changement » (Jacques 1:17 New English
Translation). Ainsi, l'examen des œuvres de Dieu à travers les Écritures peut apporter de
grandes idées sur la nature de Dieu et comment Il opère.

Oeuvres surnaturelles de Dieu dans l'Ancien Testament


Alors que la Bible contient une abondance de récits miraculeux, certaines personnes ont
une perception irréaliste de la prévalence des miracles dans l'ensemble des choses. L'une
des idées fausses que les gens ont concernant l'Ancien Testament est que des miracles
extraordinaires et spectaculaires se produisaient constamment, quotidiennement.
Alors que de nombreux événements surnaturels sont enregistrés dans les Écritures, il y
a eu des moments où le peuple de Dieu n'avait entendu parler que de miracles s'étant
produits dans le passé. Par exemple, lorsque les Madianites avaient pillé les Israélites
pendant sept ans, l'Ange du Seigneur est apparu à un Gédéon incertain qui s'est rapidement
plaint de l'absence apparente de la puissance miraculeuse de Dieu.

Gédéon lui dit : « mon seigneur, si le Seigneur est avec nous, pourquoi donc tout
cela nous est-il arrivé ? Et où sont tous ses miracles dont nos pères nous ont parlé
en disant : « L'Éternel ne nous a-t-il pas fait monter d'Égypte ? Mais maintenant,

28
le Seigneur nous a abandonnés et nous a livrés entre les mains des Madianites »
(Juges 6 :13).

Jusqu'à ce point de sa vie, Gideon n'avait jamais vu de miracle, mais il était sur le point
de le faire ! Dieu n'avait pas changé, diminué en puissance, ou perdu tout intérêt à aider son
peuple ; Gideon n'avait tout simplement pas personnellement vu Dieu travailler de cette
façon auparavant. Les fonctionnements surnaturels n'étaient pas nouveaux pour Dieu, mais
ils l'étaient pour Gédéon, au moins à un niveau expérientiel.
Il y a eu d'autres moments où les personnages de l'Ancien Testament se sont souvenus
avec nostalgie du « bon vieux temps » où Dieu faisait des choses puissantes. Considérez ces
déclarations des fils de Koré, Asaph et Ethan respectivement :

Nous avons entendu de nos oreilles, ô Dieu, nos pères nous ont dit, les actions que
tu as faites en leurs jours, dans les jours d'autrefois (Psaume 44:1).
Nous ne voyons plus vos signes miraculeux. Tous les prophètes sont partis, et
personne ne peut nous dire quand cela se terminera (Psaume 74:9 NLT).
Seigneur, où sont tes anciennes bontés que tu as jurées à David dans ta vérité ?
(Psaume 89:49)

Même le prophète Habacuc a crié à Dieu : « En cette période de grand besoin, aidez-
nous à nouveau comme vous l'avez fait dans les années passées » (Habakuk 3:2 NLT).
Cela vous décourage-t-il en quelque sorte? J'espère que non. En fait, cela m'encourage
vraiment. Dans certaines de ces situations, les gens peuvent ne pas avoir été témoins de la
puissance de Dieu parce qu'ils s'étaient collectivement détournés de Dieu, mais lorsqu'ils se
sont retournés vers Lui, Il a manifesté Sa puissance.
Par exemple, dans Juges 6:1, menant à l'histoire de Gédéon, nous lisons : « Alors les
enfants d'Israël firent le mal aux yeux de l'Éternel. Alors le Seigneur les livra entre les
mains de Madian pendant sept ans. La délivrance n'a été envoyée que lorsque « les enfants
d'Israël ont crié au Seigneur à cause des Madianites (Juges 6:7).
Je me suis souvent demandé si nous avions expérimenté beaucoup moins la présence de
Dieu que nous n'aurions dû. Le psalmiste écrit :

Je suis l'Éternel, votre Dieu, qui vous ai fait sortir du pays d'Égypte; ouvre grand
ta bouche, et je la remplirai. Mais mon peuple n'écouterait pas ma voix, et Israël
ne voulait pas de moi. Je les ai donc livrés à leur cœur obstiné, pour marcher selon
leurs propres conseils (Psaume 81 :10-12).

Il y a des temps et des saisons dans la vie, et il a été noté que les réveils et les effusions
de l'Esprit de Dieu ont tendance à se produire par cycles. Le fait que certaines personnes
aujourd'hui n'aient pas vu les grandes œuvres de Dieu auparavant ne signifie pas qu'elles
ne le feront pas, et cela s'applique peut-être à vous aussi.

29
Les enfants d'Israël ont subi la servitude égyptienne pendant une longue période ;
aucun d'eux n'avait vu les œuvres miraculeuses de Dieu. Mais c était sur le point de
changer.
Dieu entendit leur cri, et ils finirent par assister aux fléaux qui s'abattaient sur les
Égyptiens, la division de la mer Rouge, la guérison des eaux amères de Marah, la nuée le
jour et le feu la nuit, l'eau venant du rocher, et même la provision de manne qui a été
fournie du Ciel. La génération suivante d'Israélites verrait la séparation du Jourdain et la
chute du puissant Jéricho. Avant que Dieu n'envoie Moïse, le peuple d'Israël n'avait été
témoin d'aucun miracle, mais cela a changé ! Ce n'est pas parce que quelqu'un n'a jamais vu
de miracle auparavant qu'il ou elle ne le fera pas.
Une autre considération est que tous les miracles de l'Ancien Testament n'impliquaient
pas un grand nombre de personnes. Ce n'étaient pas nécessairement des « miracles de
masse » comme lorsque les enfants d'Israël ont tous traversé la mer Rouge sur un sol sec.
Élie et Élisée ont tous deux eu plusieurs miracles au cours de leurs ministères respectifs, et
Jésus a souligné un miracle de chacun d'eux qui impliquait des destinataires individuels
lorsqu'il a dit :

Certes, il y avait beaucoup de veuves nécessiteuses en Israël à l'époque d'Élie,


lorsque les cieux ont été fermés pendant trois ans et demi et qu'une grave famine
a dévasté le pays. Pourtant Elie n'a été envoyé à aucun d'entre eux. Il a été envoyé
à la place chez un étranger, une veuve de Sarepta dans le pays de Sidon. Et il y
avait beaucoup de lépreux en Israël au temps du prophète Elisée, mais le seul
guéri était Naaman, un Syrien (Luc 4:25-27 NLT).

Même avec Jésus, certains de ses miracles étaient accomplis publiquement,


impliquaient de nombreux bénéficiaires et étaient connus par des multitudes. Mais dans
d'autres cas, Jésus a exercé son ministère auprès d'individus en privé et leur a même dit de
ne pas parler aux autres du miracle qu'ils avaient vécu.

Tenter de minimiser les miracles


Certains ont déclaré que les miracles bibliques étaient principalement « regroupés »
autour de Moïse, d'Élie et d'Élisée, et de Jésus et des apôtres, et qu'il y avait très peu
d'autres miracles en dehors de ces trois fenêtres temporelles. Les faits, cependant, ne
soutiennent pas une telle théorie. Alors qu'il s'agissait de trois périodes à fort impact pour
le surnaturel, il y a encore une grande abondance de miracles supplémentaires qui se sont
produits à divers autres moments tout au long de l'Ancien Testament.
Par exemple:

La création de l'univers, de la terre et de l'humanité (Genèse 1-2)

La traduction d'Enoch (Genèse 5:24)

30

Le déluge et le salut de la famille de Noé (Genèse 6-8)

La délivrance de Lot de Sodome et Gomorrhe (Genèse 19 :15-25)

Sarah concevant Isaac (Genèse 21:1-3)

Joseph interprète les rêves par la capacité de Dieu (Genèse 40-41)

L'âne de Balaam parle (Nombres 22:20-30)

La conquête de Jéricho (Josué 6)

Le soleil s'arrête (Josué 10:12-15)

La force surnaturelle de Samson (Juges 14-16)

Le renversement de la stérilité d'Anne et la conception de Samuel (1 Samuel
1:8-20)

Dagon tombant devant l'Arche d'Alliance (1 Samuel 5:4-6)

David battant Goliath (1 Samuel 17)

La gloire de Dieu remplit le temple (1 Rois 8 :10-11)

La délivrance de Jonas du grand poisson (Jonas 2:1-10)

La guérison d'Ézéchias (Isaïe 38:1-6)

Le cadran solaire recule de dix degrés (2 Rois 20:9-11)

Les trois Hébreux délivrés de la fournaise ardente (Daniel 3:19-27)

Daniel délivré de la fosse aux lions (Daniel 6 :16-23)
Cette liste n'est qu'un échantillon des nombreux miracles qui sont enregistrés dans
l'Ancien Testament. Il existe de nombreuses autres œuvres surnaturelles de Dieu dans
lesquelles Dieu se révèle, inspire les paroles des prophètes, pourvoit et protège Son peuple,

31
etc. Bien que les miracles n'aient pas été vus tous les jours dans l'Ancien Testament, ils
étaient assez fréquents pour que les gens pouvait savoir que Dieu était un Dieu surnaturel
qui faisait des miracles.

Workinguvres surnaturelles de Dieu dans le Nouveau Testament


Alors que l'Ancien Testament couvre environ 4000 ans d'histoire humaine, le Nouveau
Testament couvre à peine un siècle. L'Ancien Testament enregistre un grand nombre
d'œuvres surnaturelles de Dieu, mais celles du Nouveau Testament – la fenêtre temporelle
beaucoup plus courte – sont plus concentrées. Cela ne devrait pas être surprenant compte
tenu des questions d'une importance infinie qui se sont produites au cours de cette courte
période : la venue de Jésus en tant que Sauveur du monde ; l'effusion du Saint-Esprit à la
Pentecôte ; et le lancement de l'Église.
Personne qui croit que la Bible est la Parole de Dieu inspirée et faisant autorité ne nie
que des expressions surnaturelles de la puissance de Dieu aient opéré dans et à travers la
vie de Jésus et de l'Église tout au long du premier siècle. Jean conclut son évangile en
déclarant que les œuvres et les miracles enregistrés de Jésus ne sont pas exhaustifs. Jean
écrit :

Ce disciple est celui qui témoigne de ces événements et les a enregistrés ici. Et
nous savons que son récit de ces choses est exact. Jésus a également fait beaucoup
d'autres choses. S'ils étaient tous écrits, je suppose que le monde entier ne
pourrait pas contenir les livres qui seraient écrits (Jean 21:24-25 NLT).

Luc, qui a écrit à la fois l'Évangile portant son nom ainsi que le livre des Actes,
commence sa suite en déclarant : « Dans mon premier livre, je vous ai dit, Théophile, tout ce
que Jésus a commencé à faire et à enseigner jusqu'au jour où il a été élevé. au ciel… » (Actes
1:1-2 NLT). Il semble que Luc implique que dans le livre des Actes, il va écrire sur ce que
Jésus a continué à faire à travers Son église par la puissance du Saint-Esprit.
Le livre des Actes contient des récits écrits de puissantes effusions du Saint-Esprit, de
puissantes prédications qui ont amené des milliers de personnes à la repentance et à la
régénération, et des guérisons et des miracles qui ont confirmé la Parole qui a été prêchée.
Nous lisons aussi des interventions angéliques et des personnes recevant la direction
divine du Saint-Esprit. Quand Etienne fut martyrisé, il voit Jésus et proclame : « Regarde, je
vois les cieux ouverts et le Fils de l'homme debout à la place d'honneur à la droite de Dieu !
(Actes 7:56 NLT). Jésus apparaît également à Saul de Tarse et demande : « Saul ! Saül !
Pourquoi me persécutes-tu ? (Actes 9:4 NLT). Il apparaît plus tard à Paul en prison, lui
donnant un grand encouragement avec ces mots : « Sois encouragé, Paul. Tout comme vous
m'avez été témoin ici à Jérusalem, vous devez aussi prêcher la Bonne Nouvelle à Rome »
(Actes 23 :11 NLT).
Le Saint-Esprit imprègne tellement le contenu des Actes que plusieurs ont suggéré au fil
des ans qu'un meilleur titre pour le livre pourrait être Les Actes du Saint-Esprit, plutôt que
Les Actes des Apôtres. Ce qui suit ne sont que quelques exemples de l'implication du Saint-
Esprit dans l'église du premier siècle :

32

Le Saint-Esprit est répandu le jour de la Pentecôte. Les disciples sont« tous
remplis du Saint-Esprit et se mirent à parler en d'autres langues, selon que
l'Esprit leur donnait de s'exprimer » (Actes 2:4).

Le Saint-Esprit parle à Philippe et lui donne des directives concernant son
ministère (Actes 8:29). Par la suite, le Saint-Esprit attrape Philippe et il se
retrouve dans un endroit différent (Actes 8:39-40).

Dans Actes 11 :12, le Saint-Esprit parle à Pierre et lui dit d'aller chez Corneille.
Là, Pierre prêche le tout premier sermon évangélique à un auditoire des
Gentils.

Agabus fait une prédiction « par l'Esprit qu'une grande famine allait s'abattre
sur tout le monde romain » (Actes 11 :28 NLT). Agabus prophétise plus tard à
Paul par l'Esprit (Actes 21:11).

Le Saint-Esprit parle à Antioche et dit : "Désignez Barnabas et Saul pour
l'œuvre spéciale à laquelle je les ai appelés" (Actes 13:2 NLT). Le Saint-Esprit
envoie alors ces deux hommes dans leur premier voyage missionnaire (Actes
13:4). Paul et Barnabas sont plus tard dirigés concernant leur ministère par le
Saint-Esprit (Actes 16:6-7).

Paul est « contraint par l'Esprit » de se rendre en Macédoine, en Achaïe, à
Jérusalem et à Rome (Actes 19 :21 ; 20 :22).

Paul dit aux anciens d'Éphèse que c'est le Saint-Esprit qui les a nommés à leurs
postes ministériels (Actes 20:28).

Paul dit à l'église corinthienne, « Mon message et ma prédication étaient très
clairs. Plutôt que d'utiliser des discours intelligents et persuasifs, je me suis
appuyé uniquement sur la puissance du Saint-Esprit » (1 Corinthiens 2:4 NLT).
Vers la toute fin du premier siècle, nous voyons Jésus apparaître à Jean dans les trois
premiers chapitres du livre de l'Apocalypse. Jésus est intimement conscient de ce qui se
passe dans les sept congrégations locales d'Asie Mineure (Turquie d'aujourd'hui), et Il est
même décrit comme Celui qui marche au milieu des sept églises (Apocalypse 2:1). À
chacune des congrégations locales, Jésus fait la déclaration : « Quiconque a des oreilles
pour entendre doit écouter l'Esprit et comprendre ce qu'il dit aux églises » (Apocalypse
2:7,11,17,29 ; 3:6 ,13,22 NLT). L'Église n'a jamais été censée opérer sans l'influence et la
présence du Saint-Esprit.

33
Jean était le dernier de la bande originale des apôtres à mourir, et il était le seul à
mourir de causes naturelles. J'ai visité plusieurs fois son lieu de sépulture parmi les ruines
de l'ancienne Éphèse. Les autres apôtres, à l'exception de Judas Iscariote, ont tous donné
leur vie en martyrs pour la cause du Christ. Ils ont choisi la mort plutôt que de renier Jésus,
le Sauveur ressuscité des morts et à qui ils avaient promis leur vie.
Malheureusement, en raison des traditions humaines, c'est là qu'intervient une certaine
confusion. Certains prétendent que « lorsque le dernier apôtre est mort », Dieu d'une
manière ou d'une autre a retiré au moins certains dons de l'Esprit de l'Église.
Premièrement, rien dans les Écritures n'indique que certains dons de l'Esprit n'étaient
censés être que temporaires. La seule Écriture que je peux voir s'appliquer ici même à
distance doit être arrachée de son contexte et sa signification simple et évidente doit être
ignorée pour arriver à une telle conclusion. Je fais référence à l'exposé phénoménal de Paul
sur l'amour :

L'amour ne manque jamais. Mais s'il y a des prophéties, elles échoueront ; s'il y a
des langues, elles cesseront ; s'il y a de la connaissance, elle disparaîtra. Car nous
savons en partie et nous prophétisons en partie. Mais quand ce qui est parfait sera
venu, alors ce qui est en partie sera aboli. Quand j'étais enfant, je parlais enfant, je
comprenais enfant, je pensais enfant ; mais quand je suis devenu un homme, j'ai
rangé les choses enfantines. Pour l'instant, nous voyons dans un miroir,
faiblement, mais ensuite face à face. Maintenant je sais en partie, mais alors je
saurai tout comme je suis connu (1 Corinthiens 13:8-12).

Nous en déduisons que les prophéties, les langues et la connaissance ne sont pas
éternelles, mais temporelles. Il apparaît dans le contexte que la connaissance dont parle
Paul se rapporte à des fragments de connaissance «partiels» qui sont transmis ou
communiqués au fur et à mesure que nous mûrissons en Christ. Nous ne serons
certainement pas ignorants au Ciel ; nous en saurons alors bien plus qu'aujourd'hui.
La question n'est pas de savoir si ces dons tels que la prophétie, les langues et la
connaissance passeront - les Écritures disent clairement qu'ils passeront - mais quand
passeront-ils. Certains soutiennent que lorsque le canon des Écritures – l'établissement de
la collection des écrits du Nouveau Testament – s'est réuni, ces dons particuliers ont été
retirés de l'Église. Après tout, raisonnent-ils, la Bible est parfaite, alors maintenant nous
n'avons plus besoin de ces dons.
Cependant, il y a un grave défaut dans cette ligne de pensée. Paul conclut cette section
en disant : « Maintenant je sais en partie, mais alors je saurai comme moi aussi je suis
connu » (1 Corinthiens 13 :12). Autant je remercie Dieu pour la Bible, autant nous « savons
en partie » même si nous avons la Bible. Paul a écrit une grande partie du Nouveau
Testament, et pourtant il le savait encore en partie. Autant j'aime, respecte et apprécie la
Parole écrite de Dieu, aucun de nous ne le sait encore comme nous sommes connus.

Maintenant, nous voyons les choses imparfaitement, comme des reflets déroutants
dans un miroir, mais alors nous verrons tout avec une clarté parfaite. Tout ce que
je sais maintenant est partiel et incomplet, mais alors je saurai tout

34
complètement, tout comme Dieu me connaît maintenant complètement (1
Corinthiens 13:12 NLT).

Autant certains semblent vouloir abolir les langues et les prophéties pour aujourd'hui
sur la base des paroles de Paul ici, il ne peut pas se référer au Canon du Nouveau Testament
comme étant parfait. La seule chose à laquelle il pourrait faire référence, c'est quand nous
atteignons la perfection, et je suppose que ce sera quand nous arriverons au paradis. C'est
au Ciel que « je saurai tout complètement, comme Dieu me connaît maintenant
complètement ». Remerciez Dieu pour la Bible et sa révélation impressionnante, mais nous
ne saurons pas tout jusqu'à ce que nous arrivions au paradis. Vous n'aurez pas besoin de
parler en langues là-bas, de prophétiser là-bas, ou de donner à quelqu'un une parole de
connaissance là-bas. Le ciel sera plein d'amour, car l'amour est éternel !
D'un point de vue pratique, aucune « prophétie » ou « connaissance » moderne qui nous
parvient n'est jamais supérieure ou même égale à ce qui est révélé dans les Écritures ; elle
est subordonnée et doit être jugée par l'Écriture. Si quelqu'un vous prophétise ou prétend
avoir une « parole » pour vous et qu'elle n'est pas d'accord avec la Bible ou la contredit,
faites-vous plaisir et ne la tenez pas compte !
Lorsque Paul énumère les dons surnaturels du ministère d'apôtre, de prophète,
d'évangéliste, de pasteur et d'enseignant, il nous indique leur objectif exact et la durée de
leur mission :

Leur responsabilité est d'équiper le peuple de Dieu pour faire son travail et édifier
l'église, le corps de Christ. Cela continuera jusqu'à ce que nous parvenions tous à
une telle unité dans notre foi et notre connaissance du Fils de Dieu que nous
serons mûrs dans le Seigneur, mesurant jusqu'à la norme pleine et entière de
Christ (Éphésiens 4:12-13 NLT).

Je prêche l'évangile et travaille avec les églises et les croyants depuis 1980. Je peux vous
assurer que l'église n'a pas encore atteint le type d'unité, de connaissance et de maturité
que Paul décrit ici, et nous n'avons pas encore mesuré et la norme complète du Christ.
Par conséquent, il semble clair et évident que Dieu n'a retiré aucun de ses dons, y
compris ceux des apôtres et des prophètes. Cela ne veut pas dire que quiconque prétend
être un apôtre ou un prophète, ou prétend être un évangéliste, un pasteur ou un enseignant
d'ailleurs, est vraiment un - ni qu'ils sont infaillibles ou toujours exacts - mais Dieu n'a pas
retiré ces dons de l'Église.
Ainsi, la Bible ne soutient pas la suppression des dons surnaturels de Dieu. Nous avons
certainement besoin de toute l'aide que Dieu a à offrir, et nous avons besoin de Sa grâce et
de la puissance du Saint-Esprit tout comme les premiers croyants.
Mais quel est le témoignage de l'histoire de l'Église ? L'histoire soutient-elle la
continuation ou la cessation des dons du Saint-Esprit décrits dans le Nouveau Testament ?
Dans le chapitre suivant, je commencerai à vous présenter quelques-unes des personnes
qui ont exercé leur ministère après la mort de l'apôtre Jean.

35
Le livre des Actes se termine brusquement avec Paul toujours à Rome vers l'an 62 après
JC. Il a été libéré, a voyagé en prêchant et a ensuite été martyrisé à Rome vers l'an 67 de
notre ère. Plusieurs des épîtres ont été écrites avant la conclusion des Actes, et certains ont
été écrits après. Le livre de l'Apocalypse a probablement été écrit par Jean vers l'an 95
après JC.
Si vous êtes comme beaucoup de chrétiens, vous n'avez pas beaucoup entendu parler
des ministres pieux qui ont travaillé au deuxième siècle et au-delà ; et certains chrétiens
auraient même du mal à nommer un chrétien qui a exercé son ministère entre l'époque de
l'apôtre Jean et de Martin Luther. Je crois que vous allez apprécier de « rencontrer »
certains des grands serviteurs de Dieu de cette vaste période de temps et d'apprendre leurs
expériences avec le Seigneur. Je pense que vous serez ravi d'en apprendre davantage sur le
flux continu de l'Esprit de Dieu à travers l'histoire.

36
37
CHAPITRE 3 :

LE FLUX CONTINUE

Il n'est pas possible de nommer le nombre des dons que l'Église, dispersée dans le monde entier, a reçus de Dieu.
—Irénée de Lyon

L'œuvre de Dieu et le flux du Saint-Esprit ne se sont pas arrêtés à la fin du livre des Actes, ni
lorsque Jean, le plus ancien des apôtres originaux, a disparu de la scène vers la fin du
premier siècle. L'histoire enregistre des récits étonnamment vivants de ce qui s'est passé
dans la vie et les ministères de ceux que Jean a influencés et formés. Ignace d'Antioche et
Polycarpe de Smyrne étaient des disciples directs de Jean, et Irénée de Lyon était un
disciple de Polycarpe. Leurs histoires sont incroyables, et Dieu était avec eux de manière
très puissante.

Ignace d'Antioche (?-117)


Dans Actes 13, les apôtres Paul et Barnabas se sont lancés dans leur premier voyage
missionnaire depuis Antioche, la ville où les croyants ont d'abord été appelés chrétiens
(Actes 11:26). Cela s'est produit vers 47 après JC. Aujourd'hui, la ville moderne d'Antakya
(Antioche à l'époque biblique) se trouve dans le sud de la Turquie, à environ treize miles de
la frontière syrienne. Après que Paul et Barnabas aient quitté Antioche pour entreprendre
leur travail apostolique, l'église y a continué à prospérer, et elle restera l'une des plus
grandes églises des premiers siècles. À la fin du quatrième siècle, l'évêque d'Antioche, ainsi
que ceux de Rome, Constantinople, Alexandrie et Jérusalem ont reçu un honneur spécial
parmi toutes les églises et les évêques.1
En 83 après JC, quelques décennies après la mission inaugurale de Paul et Barnabas,
Ignace, un disciple de l'apôtre Jean, devint l'évêque de l'église d'Antioche - cela s'est produit
alors que Jean vivait encore. C'était un homme si fervent que Jean Chrysostome, plus tard
évêque de Constantinople, le décrivit comme « une âme bouillonnant d'un amour divin
passionné ». Ignace portait même le surnom de Théophorus, qui signifie Porteur de Dieu.
Après avoir dirigé la congrégation à Antioche pendant de nombreuses années, Ignace a
été condamné à mort vers 115 après JC par l'empereur romain Trajan. Ignace a écrit sept
lettres alors qu'il était escorté sous garde d'Antioche à Rome pour affronter le martyre.
Dans sa lettre à l'église de Smyrne, Ignace les décrit comme une église qui « a reçu
miséricorde dans chaque don de grâce, accomplie dans la foi et l'amour, ne manquant
d'aucun don ».2Une autre lettre d'Ignace était adressée à Polycarpe, évêque de l'église de
Smyrne. Polycarpe avait également connu et été un disciple de l'apôtre Jean. Dans cette
lettre particulière, Ignace encourage Polycarpe à « s'attarder constamment dans les prières.
Cherchez une plus grande compréhension que vous n'en avez.3 Il poursuit son exhortation :

38
Soyez sage comme un serpent en tout et toujours inoffensif comme une
colombe. C'est la raison pour laquelle vous êtes physique et spirituel que vous
pouvez gérer avec douceur les choses telles qu'elles vous apparaissent.
Demandez que les choses invisibles vous soient montrées afin que vous ne
manquiez de rien et que vous abondiez en tous les dons [spirituels].4

Remarquez qu'Ignace reconnaît que l'église de Smyrne « ne manque d'aucun don » et


qu'il souhaite que leur pasteur, Polycarpe, « ne manque de rien et abonde de tous les dons
spirituels ». Sans aucun doute, Ignace impliquait fortement le rôle du Saint-Esprit dans ces
questions. Les paroles d'Ignace rappellent la reconnaissance de Paul aux Corinthiens, «
vous ne manquez d'aucun don » (1 Corinthiens 1:7, version anglaise standard), et son
avertissement qu'ils « désirent sincèrement des dons spirituels » (1 Corinthiens 14:1
Nouvelle Bible standard américaine).

Polycarpe de Smyrne (69-156) après JC


Polycarpe était un disciple de l'apôtre Jean et avait été ordonné par lui à son poste de
direction à Smyrne. Quelque vingt ans avant de recevoir la lettre d'Ignace, vers 95 après JC,
alors que Polycarpe avait environ vingt-sept ans, une autre lettre était parvenue à l'église
de Smyrne. Cette lettre précédente était le message de Jésus à la congrégation de Smyrne
qui se trouve dans Apocalypse 2:8-11. La décision de Polycarpe bien des années plus tard
d'abandonner sa vie de martyr a peut-être été influencée par les paroles de Jésus à l'église
de Smyrne : « Soyez fidèles jusqu'à la mort, et je vous donnerai la couronne de vie »
(Apocalypse 2:10).
En plus de ses relations avec Jean et Ignace, Polycarpe tenait également l'apôtre Paul en
très haute estime. En tant qu'évêque, Polycarpe a écrit les paroles gracieuses et perspicaces
suivantes à l'église de Philippes, une congrégation que Paul lui-même a établie et nourrie :

Ni moi ni personne comme moi ne pouvons imiter la sagesse du


bienheureux et glorieux Paul qui, lorsqu'il est venu parmi vous en personne, a
enseigné le message de la vérité avec précision et fermeté. En son absence, il
vous a écrit des lettres par lesquelles, si vous étudiez de près, vous pouvez vous
édifier davantage dans la foi qui vous est donnée. Cette foi est notre mère à tous
car l'espérance l'accompagne d'amour en guidant le chemin vers Dieu, le Christ
et le prochain. Si quelqu'un est centré sur ceux-ci, il a accompli le
commandement de la justice. Car celui qui a l'amour est loin de tout péché.5

Profondément affecté par les ministères de Paul et de Jean, la vie de Polycarpe le révèle
comme un disciple intensément dévoué du Christ, plein de foi et hautement consacré à
Dieu.
Ignace avait exhorté Polycarpe à demander des choses invisibles afin qu'il ne manque
de rien et qu'il abonde en tous les dons spirituels. Il est courant que les gens ne pensent
qu'à la guérison ou à quelques autres « cadeaux » choisis dans ce sens. Bien que Polycarpe
en ait probablement connu beaucoup au cours de sa vie, nous savons pertinemment qu'il a

39
fait l'expérience, par le Saint-Esprit, de la prescience et d'une grâce surnaturelle pour
endurer la souffrance dans ses derniers jours.
En 156 après JC, lorsque Polycarpe avait quatre-vingt-six ans et était vénéré comme
l'évêque de Smyrne (aujourd'hui Izmir dans la nation turque), des ordres furent donnés
pour son arrestation. Au début, Polycarpe n'avait pas l'intention de fuir, mais des amis le
persuadèrent de se réfugier dans une maison non loin de la ville. Pendant qu'il priait là-bas,
Polycarpe eut une vision d'un oreiller brûlant sous sa tête, et il dit à ceux qui
l'accompagnaient qu'il devait être brûlé vif. Lorsque les autorités sont venues l'arrêter,
Polycarpe a fait preuve d'hospitalité et de gentillesse, demandant qu'on leur donne à
manger et qu'on lui permette de prier un peu plus. Afin d'obtenir sa libération, il a été
conseillé à Polycarpe de simplement faire la déclaration « César est Seigneur » et d'offrir un
sacrifice aux dieux romains, mais Polycarpe était ferme et inébranlable dans sa foi.
Alors qu'il entrait dans le stade, une voix se fit entendre du ciel encourageant Polycarpe
à être fort et à « jouer l'homme ». Il refusa les offres continues d'être libéré en offrant des
sacrifices à César, et quand ils le menacèrent de feu, il répondit : « Ton feu brûle pendant
une heure et s'éteint, mais le feu du jugement à venir est éternel. En fin de compte,
Polycarpe a démontré sa détermination absolue avec les mots : « Quatre-vingt-six ans que
je l'ai servi, et il ne m'a fait aucun mal. Comment puis-je blasphémer mon roi qui m'a sauvé
?
Bien avant cet événement, Jésus a parlé à Pierre du genre de mort par laquelle Pierre
glorifierait Dieu (Jean 21 :19), et Polycarpe a suivi le même type de chemin. De toute
évidence, Polycarpe a reçu beaucoup de grâce et d'aide surnaturelle lorsqu'il a offert sa vie
pour le Seigneur Jésus-Christ. Les incroyants ont été profondément émus par la grâce avec
laquelle il a affronté la mort, et les croyants ont également été énormément encouragés.
Polycarpe correspond à la description d'une classe honorée de croyants dans Hébreux
11 :35 (NLT) qui, par la foi, « ont été torturés, refusant de se détourner de Dieu pour être
libérés. Ils ont placé leur espoir dans une vie meilleure après la résurrection. Polycarpe a
en effet vu des choses invisibles, et il a abondé puissamment dans la puissance du Saint-
Esprit.

Irénée de Lyon (125-202)


Environ six ans avant sa mort en 150 après JC, Polycarpe a envoyé un de ses disciples
nommé Irénée à la ville de Lyon, située en Gaule, la nation moderne de la France. À cette
époque, de fausses doctrines attaquaient l'église de l'intérieur et de graves persécutions
menaçaient l'église de l'extérieur. L'auteur Bryan M. Liftin note : « Irénée a été le premier à
utiliser le terme 'Nouveau Testament' en relation avec un corpus d'écrits.6
Alors qu'Irénée est principalement connu pour ses écrits théologiques contre le
gnosticisme, il affirme clairement la continuation et les manifestations actives d'une variété
de dons spirituels qui opéraient dans l'Église à la fin du deuxième siècle :

Ses disciples, recevant de lui la grâce, accomplissent en son nom des


[miracles], afin de favoriser le bien-être des autres hommes, selon le don que
chacun a reçu de lui. Car certains chassent certainement et vraiment les

40
démons, de sorte que ceux qui ont été ainsi purifiés des mauvais esprits croient
à la fois [au Christ] et se joignent à l'Église. D'autres ont une prescience des
choses à venir : ils voient des visions et prononcent des expressions
prophétiques. D'autres encore guérissent les malades en leur imposant les
mains, et ils sont guéris. Oui, d'ailleurs, comme je l'ai dit, les morts même sont
ressuscités et sont restés parmi nous pendant de nombreuses années. Et que
dire de plus ? Il n'est pas possible de nommer le nombre des dons que l'Église,
[éparpillée] dans le monde entier, a reçu de Dieu, au nom de Jésus-Christ, qui a
été crucifiée sous Ponce Pilate, et qu'elle exerce jour après jour pour le bien des
Gentils, sans tromper personne, ni prendre aucune récompense d'eux [à cause
de telles interpositions miraculeuses]. Car, de même qu'elle a reçu gratuitement
de Dieu, elle exerce également gratuitement son ministère [aux autres].7

Après avoir fait une déclaration si puissante sur la nature charismatique de l'Église,
Irénée continue de délimiter l'œuvre surnaturelle de Dieu à partir des pratiques païennes
ou magiques. Les croyants en Jésus-Christ, déclare-t-il, opèrent de manière totalement
différente des contrefaçons :

Mais, dirigeant ses prières vers le Seigneur, qui a fait toutes choses, dans un
esprit pur, sincère et droit, et invoquant le nom de notre Seigneur Jésus-Christ,
elle a été habituée à faire des miracles pour le bien de l'humanité, et non pour
les induire en erreur. Si, par conséquent, le nom de notre Seigneur Jésus-Christ,
même maintenant, confère des avantages [aux hommes] et guérit
complètement et efficacement tous ceux qui croient en Lui.8

En plus de ces déclarations dynamiques, Irénée communique également la prévalence


du parler en langues qui se produisait encore à la fin du deuxième siècle.

C'est pourquoi l'apôtre déclare : « Nous parlons de sagesse parmi ceux qui
sont parfaits », qualifiant ces personnes de « parfaites » qui ont reçu l'Esprit de
Dieu et qui, par l'Esprit de Dieu, parlent dans toutes les langues, comme il s'en
est servi lui-même. aussi parler. De la même manière, nous entendons aussi de
nombreux frères dans l'Église, qui possèdent des dons prophétiques, et qui par
l'Esprit parlent toutes sortes de langues, et mettent en lumière pour le bien
commun les choses cachées des hommes, et déclarent les mystères de Dieu… .9

De toute évidence, Irénée considère les œuvres surnaturelles de Dieu comme


normatives pour l'Église. Il reconnaît, affirme et apprécie les dons du Saint-Esprit.
En examinant ces trois dirigeants, l'implication du Saint-Esprit dans leur vie et leur
ministère est prononcée. Ignace a encouragé Polycarpe à demander des choses invisibles,
des choses de l'Esprit, afin qu'il abonde en dons spirituels. Polycarpe a reçu une prescience
surnaturelle du Saint-Esprit qui l'a aidé à se préparer à ce qu'il était sur le point d'affronter
et a également reçu la grâce et la force surnaturelles pour endurer sa souffrance.

41
Le disciple de Polycarpe, Irénée, a décrit les expressions prolifiques des dons de l'Esprit,
y compris les miracles, les exorcismes, la prescience, les visions, les prophéties, la guérison
par l'imposition des mains, la résurrection des morts et les langues.
L'histoire démontre clairement que les dons de l'Esprit décrits dans le Nouveau
Testament ont coulé librement après la mort de Jean, le dernier des apôtres originaux.

Notes de fin
1.
Robert C. Walton, Chronological and Background Charts of Church History (Grand Rapids, MI : Zondervan,
2005), Graphique 22. Utilisé avec la permission de Zondervan. www.zondervan.com
2.
Kenneth J. Howell, Ignace d'Antioche et Polycarpe de Smyrne (Zanesville, OH : CHResources, 2009), loc.
2289, Kindle.
3.
Ibid., loc. 2448, Kindle.
4.
Ibid., loc. 2458, Kindle.
5.
Ibid., loc. 2600, Kindle.
6.
Bryan M. Liftin, Apprendre à connaître les pères de l'Église : une introduction évangélique (Grand Rapids,
MI : Brazos Press, 2007), loc. 1634, Kindle.
7.
Irénée de Lyon, Contre les hérésies et les fragments, vol. 1 des Pères Ante-Nicène, trad. A. Roberts & J.
Donaldson avec A. Cleveland Coxe (Grand Rapids, MI : CCEL, 2012), loc. 3669, Kindle.
8.
Ibid., loc. 3678, Kindle.
9.
Ibid., loc. 8309, Kindle.

42
CHAPITRE 4 :

TRAVAUX SURNATURELS À ROME

Nous nous en tenons à des doctrines qui sont remplies de l'Esprit de Dieu. Ils jaillissent de puissance et regorgent de grâce.
—Justin martyr

À l'époque du Nouveau Testament, Rome était la capitale du monde des Gentils, et pourtant
elle abritait de nombreux Juifs. Le jour de la Pentecôte dans Actes 2, vers 30 après JC, des
pèlerins juifs de nombreuses nations visitaient Jérusalem pour célébrer cette fête spéciale.
Luc énumère les pays d'origine de plusieurs qui visitaient la ville et déclare qu'il y avait «
des visiteurs de Rome, à la fois juifs et prosélytes » (Actes 2:10). Il est très probable que
certains de ces Juifs romains faisaient partie des 3 000 qui ont été sauvés en écoutant la
prédication de Pierre ce jour-là après que le Saint-Esprit a été répandu ; et il est possible
que certains d'entre eux soient retournés à Rome après la Pentecôte et aient formé une
communauté chrétienne primitive.
En 49 après JC, l'empereur romain Claudius a expulsé tous les Juifs de Rome - cela
aurait inclus les chrétiens juifs - et l'un des couples menacés d'expulsion était Aquila et
Priscille (Actes 18:2). Paul les a rencontrés lorsqu'il est venu à Corinthe. Il a vécu et
travaillé avec eux, et ils sont devenus ses fidèles partenaires dans le ministère. C'est lors
d'une visite ultérieure à Corinthe que Paul écrivit son épître à l'église de Rome en 56 ou 57
après JC. À ce moment-là, l'édit de Claude avait été levé et Aquila et Priscille étaient de
retour à Rome. Paul a non seulement salué ses anciens amis et collègues, mais a également
exprimé ses sentiments à «l'église qui est dans leur maison» (Romains 16:4-5).
Le livre des Actes se termine avec Paul en résidence surveillée à Rome pendant deux
ans (Actes 28). Il a été libéré vers l'an 62 après JC, a continué à voyager pendant quelques
années et est retourné à Rome. Paul a été de nouveau arrêté, a écrit sa deuxième épître à
Timothée de la prison Mamertine à Rome et a été martyrisé sous la persécution de Néron
contre l'Église en 67 après JC. On pense que Pierre a également été martyrisé à Rome à la
même époque.

Clément de Rome (35-99 après JC)


Après les turbulences de la persécution néronienne, Clément a fourni la stabilité et la
direction aux chrétiens romains, peut-être le même Clément que Paul mentionne dans
Philippiens 4:3. Irénée de Lyon décrit Clément comme quelqu'un qui « avait vu les apôtres
bienheureux et avait été au courant avec eux, on pourrait dire que la prédication des
apôtres résonnait encore [à ses oreilles] et leurs traditions devant ses yeux ».1 Dans une
lettre que Clément a écrite à l'église de Corinthe, il les a encouragés à éliminer les conflits
de la congrégation, ce que Paul les avait encouragés à faire beaucoup plus tôt.

43
Dans le cinquième chapitre de sa lettre, Clément fait référence à Pierre et Paul comme
« les athlètes, les nobles exemples, les piliers les plus grands et les plus justes, et les bons
apôtres ».2 Il a parlé de leur endurance à travers les épreuves et a dit de Pierre : « Une fois
qu'il a rendu son témoignage, il est allé au lieu de gloire qui lui était dû. 3 De Paul, Clément
était encore plus effusif :

Paul a montré un prix d'endurance. Emprisonné sept fois, banni et lapidé, il


devint héraut en Orient et en Occident et reçut la noble renommée de sa foi.
Ayant enseigné la justice au monde entier et étant arrivé à la limite la plus
éloignée de l'Occident, il a rendu son témoignage devant les dirigeants ; alors il
a échangé ce monde et est arrivé au lieu saint, après être devenu un grand
exemple d'endurance.4

Clément disparut de la scène vers 100 après JC, mais d'autres viendraient exercer un
puissant ministère à Rome. L'un d'eux était un homme qui serait connu après sa mort sous
le nom de Justin Martyr.

Justin Martyr (AD 100-165)


Justin est né en Samarie vers 100 après JC, proche de la mort de Clément. Justin avait un
grand intérêt pour la philosophie et l'étudia avec ferveur à Éphèse. Là-bas, il a fait une
expérience de salut et il a développé un immense désir de présenter l'Évangile à ceux dont
l'esprit avait été façonné par la pensée grecque. Justin décrit son expérience de salut :

Aussitôt une flamme s'alluma dans mon âme ; et l'amour des prophètes, et
de ces hommes qui sont amis du Christ, me possédait ; et tout en faisant
tourner ses paroles dans mon esprit, j'ai trouvé que cette philosophie
[chrétienne] seule était sûre et profitable. Ainsi, et pour cette raison, je suis
philosophe. De plus, je souhaite que tous ceux qui prennent une résolution
similaire à la mienne ne se tiennent pas à l'écart des paroles du Sauveur.5

Peut-être pouvons-nous mieux comprendre l'état d'esprit de Justin à travers une


analogie moderne. Un banquier qui est sauvé peut avoir un grand fardeau de voir d'autres
banquiers sauvés, et parce qu'ils viennent tous du monde bancaire, il ou elle peut savoir
comment communiquer au mieux avec d'autres banquiers. On pourrait en dire autant des
athlètes ou des musiciens. Le partage de parcours et d'expériences similaires peut aider à
établir un terrain d'entente dans la compréhension et la communication.
Alors que Justin est principalement connu pour son travail révolutionnaire en tant que
penseur, philosophe et apologiste chrétien, il fait également référence au fonctionnement
surnaturel de Dieu dans ses écrits. Dans le Dialogue de Justin avec Trypho, il déclare :

Sachant que chaque jour certains [d'entre vous] deviennent des disciples au
nom du Christ et quittent le chemin de l'erreur ; qui reçoivent aussi des dons,
chacun selon ses mérites, illuminés par le nom de ce Christ. Car l'un reçoit

44
l'esprit de compréhension, l'autre le conseil, l'autre la force, l'autre la guérison,
l'autre la prescience, l'autre l'enseignement et l'autre la crainte de Dieu.6

Plus tard, dans la même communication, il affirme que « les dons prophétiques
demeurent avec nous, même à l'heure actuelle »,7 et que « Maintenant, il est possible de voir
parmi nous des femmes et des hommes qui possèdent les dons de l'Esprit de Dieu ».8
Justin donne également un aperçu de la prévalence du ministère surnaturel dans l'église
du deuxième siècle dans sa deuxième excuse. Il ne s'agit pas d'excuses dans l'usage
moderne du terme « Je suis désolé », mais plutôt d'une défense raisonnée et d'un éloge
persuasif de la foi chrétienne. Justin décrit les exploits et l'efficacité des chrétiens qui ont
servi les besoins des gens :

D'innombrables démoniaques dans le monde entier et dans votre ville,


beaucoup de nos hommes chrétiens les exorcisant au nom de Jésus-Christ, qui a
été crucifié sous Ponce Pilate, ont guéri et guérissent, rendant impuissants et
chassant les démons possesseurs des hommes , bien qu'ils ne puissent pas être
guéris par tous les autres exorcistes, et ceux qui utilisaient des incantations et
des drogues.9

Ces descriptions de Justin donnent une indication claire que les dons du Saint-Esprit
opéraient à un degré notable dans l'église de Rome au milieu du deuxième siècle.
Justin a finalement été mis à mort pour sa foi et était par la suite connu sous le nom de
Justin Martyr. D'autres viendraient, cependant, et feraient également référence à l'œuvre
surnaturelle de Dieu à Rome. L'un d'eux est un ancien de l'église de Rome du nom de
Novatien.

Novatien (200-258) après JC


Novatien, un ancien de l'église de Rome, a écrit une pièce intitulée Concernant la
Trinité. La majorité de son traité traite de la nature de Dieu et de la divinité du Christ, mais
il partage également des idées puissantes sur le rôle et l'œuvre du Saint-Esprit dans la vie
de l'église.

C'est Lui qui place les prophètes dans l'Église, instruit les enseignants, dirige
les langues, donne des pouvoirs et des guérisons, fait des œuvres merveilleuses,
offre la discrimination des esprits, donne des pouvoirs de gouvernement,
suggère des conseils, et ordonne et organise tous les autres dons de charismes ;
et ainsi rendre l'Église du Seigneur partout et en tous parfaite et achevée.dix

Novatien a également déclaré que les disciples du Christ étaient « armés et fortifiés par
le même Esprit, ayant en eux les dons que ce même Esprit distribue et s'approprie
l'Église ».11

45
En plus de reconnaître le rôle du Saint-Esprit par rapport à ses dons, Novatien
remarque également sur l'influence sanctifiante du Saint-Esprit dans la vie des croyants et
de l'église :

C'est Lui qui retient les désirs insatiables, contrôle les convoitises
immodérées, éteint les feux illégaux, conquiert les pulsions insouciantes,
repousse l'ivresse, réprime l'avarice, chasse les réjouissances luxueuses, lie
l'amour, lie les affections, maintient les sectes, ordonne la règle de la vérité,
triomphe des hérétiques , s'avère les méchants, garde l'Evangile….12

Grégoire le Grand (540-604) après JC


Quelques centaines d'années après Novatien, Rome avait subi des changements
inimaginables. L'empereur Constantin avait déplacé le siège de l'Empire à Byzance—
Constantinople, maintenant appelé Istanbul—en 330, laissant un vide de pouvoir
important à Rome que l'église et ses dirigeants ont finalement comblé. Rome avait connu
de nombreux revers et de nombreuses invasions de tribus européennes, entraînant sa
disparition et sa chute ultime en 476.
L'historien John Moorhead écrit : « Il n'y avait plus de sénat à Rome et son peuple était
en train de périr ; les quelques personnes qui restaient ont dû endurer de plus grandes
souffrances.13En parlant de cette même période, l'auteur Bruce L. Shelley explique : « Rome
était à l'agonie. La ville a subi les tragédies des inondations et les atrocités de la guerre
pour être frappée par la propagation incessante de la peste.14 C'est dans ce scénario lugubre
en l'an 590 qu'un moine nommé Grégoire, l'ancien maire de Rome, fut élu évêque de Rome,
son nouveau pape.
Réticent à assumer un rôle d'autorité, Grégoire a fait preuve d'une grande humilité.
Rejetant les titres élevés, Grégoire ne se référait à lui-même qu'en tant que « serviteur des
serviteurs de Dieu ». Le réformateur protestant John Calvin, qui a formulé de nombreuses
critiques acerbes à la fois de la doctrine et de la hiérarchie de l'Église romaine, a respecté
l'humilité de Grégoire et a fait référence à « Grégoire, que vous pouvez à juste titre appeler
le dernier évêque de Rome ».15 L'affirmation de Calvin de Grégoire et son accusation
cinglante de l'église ont été faites, selon la perspective de Calvin, « alors qu'une goutte
d'intégrité restait dans l'église » par opposition à « quatre cents ans après sa mort, quand
tout avait déjà dégénéré ».16
Lorsque Grégoire dirigeait l'église à Rome, c'était une ville très différente de ce qu'elle
était dans le livre des Actes, ou même à l'époque de Clément, Justin ou Novatien, et
pourtant Grégoire donne des indications sur les miracles et les œuvres du Saint-Esprit dans
sa journée. Moorhead déclare que le livre de Gregory, Dialogues, « regorge d'histoires
d'hommes saints accomplissant des miracles, au nombre d'environ 200. Son contenu donne
à l'œuvre un sentiment populaire et folklorique.17 Dans un cas, Gregory écrit : « Moi, votre
indigne serviteur, je sais combien de soldats qui sont devenus moines à mon époque ont
fait des miracles, ont accompli des signes et des actes puissants.18
Dans ses Homélies sur Ézéchiel, Grégoire écrit :

46
Maintenant, généralement, nous voyons des hommes saints faire des choses
merveilleuses, accomplir de nombreux miracles, purifier les lépreux, chasser
les démons, dissiper les maladies corporelles par le toucher, [et] prédire les
choses à venir par l'esprit de prophétie.19

Grégoire était particulièrement prolifique en écrivant à Augustin de Cantorbéry, le chef


d'une équipe missionnaire que Grégoire avait envoyée pour évangéliser l'Angleterre.
Saluant le travail des missionnaires, Grégoire parle des « œuvres puissantes dans la nation
des Angli » et « que Dieu Tout-Puissant a fait de grands miracles » à travers l'amour
d'Augustin et de ses compagnons de travail. Il note en outre que « les âmes des Angli sont
attirées par des miracles extérieurs vers la grâce intérieure ».20
Puis, reconnaissant qu'Augustin avait reçu « le don de faire des signes », Grégoire
l'encouragea à rester humble et à ne pas s'élever dans l'orgueil à cause des miracles qui
s'étaient produits. Grégoire exprime une grande sagesse en rappelant à Augustin (ma
paraphrase) : « Quels que soient les dons que vous avez reçus pour faire des signes,
rappelez-vous que ces pouvoirs ne vous ont pas été accordés, mais afin que d'autres
puissent recevoir le salut. »21

Benoît (480-547 après JC)


En plus de ses autres écrits, Grégoire a également enregistré divers détails sur la vie et
le ministère de Benoît. Né en Nursie, mais éduqué à Rome, Benoît est souvent désigné
comme le père du monachisme occidental. Déçu par son expérience à Rome, Benoît a vécu
en ermite pendant une saison avant d'établir plusieurs monastères, le plus célèbre étant
Monte Cassino, à plus de quatre-vingt-cinq milles de Rome. Les histoires écrites par
Grégoire révèlent certains événements surnaturels qui se sont produits tout au long de la
vie de Benoît.
L'un d'eux implique que Benoît reçoive ce qui pourrait être considéré comme une
parole de connaissance. L'un des jeunes gens nommé Placidus était allé chercher de l'eau
au lac et, ce faisant, est tombé dedans. Étant à une certaine distance, Benoît s'en aperçoit et
raconte à l'un des autres jeunes hommes, Maurus, ce qui lui a été révélé. Il ordonne à
Maurus de courir aussi vite qu'il le peut pour aider Placidus. Obéissant aux instructions de
Benoît, Maurus court vers le lac et voit Placidus loin du rivage, se débattant. Sans vraiment
se rendre compte de ce qui se passe, Maurus sauve Placidus, mais se rend compte ensuite
qu'il a couru sur l'eau en le faisant. Benedict écrit à propos de l'expérience du jeune homme
:

…le saisissant fermement par les cheveux de sa tête, en toute hâte il revint
de nouveau : et si tôt il fut à terre, revenant à lui-même, il regarda derrière lui,
et sut alors très bien qu'il avait auparavant couru sur l'eau … il était à la fois
émerveillé et effrayé par ce qu'il avait fait.22

Lorsqu'ils sont revenus sains et saufs et ont partagé l'histoire du sauvetage miraculeux,
Benedict et Maurus ont refusé de s'attribuer le moindre mérite pour ce qui s'était passé.

47
Dans une autre situation, certains moines construisaient un mur lorsqu'il s'est effondré,
tuant un jeune garçon. Benoît a ordonné que le corps sans vie de l'enfant lui soit apporté, et
après un temps de prière, le garçon a été relevé et complètement guéri. Gregory enregistre
d'autres événements surnaturels dans la vie de Benoît, y compris les guérisons, les
prophéties et le discernement des esprits.

Notes de fin
1.
Irénée, Contre les hérésies, loc. 3882, Kindle.
2.
Clément de Rome, Lettre aux Corinthiens, Clément de Rome et la Didache, trad. Kenneth J. Howell
(Zanesville, OH : CHResources, 2012), loc. 1416, Kindle.
3.
Idem.
4.
Idem.
5.
Litfin,Apprendre à connaître les Pères de l'Église, 58.
6.
Justin Martyr, Saint Justin Martyr : Collection, Dialogue de Justin avec un juif, trad. A. Roberts et J.
Donaldson avec A. Cleveland Coxe (Seattle, WA : Aeterna Press, 2016), loc. 1067, Kindle
7.
Ibid., loc. 1993, Kindle.
8.
Ibid., loc. 2117, Kindle.
9.
Justin Martyr, Saint Justin Martyr: Collection, The Second Apology of Justin, trad. A. Roberts et J.
Donaldson avec A. Cleveland Coxe (Seattle, WA : Aeterna Press, 2016), loc. 1331, Kindle.
dix.
Novatien, Concernant la Trinité, dans Les Theuvres complètes des Pères de l'Église, éd. Phillip Schaff
(Seattle, WA : Amazon Digital Services, 2016), loc. 442326, Kindle.
11.
Idem.
12.
Ibid., loc. 492423, Kindle.
13.
John Moorhead, Grégoire le Grand, dans The Early Church Fathers (New York : Routledge, 2005), 6,
Kindle.
14.
Bruce L. Shelley, Histoire de l'Église en langage clair (Nashville, TN : Thomas Nelson,
www.thomasnelson.com, 2008), 163, Kindle. Utilisé avec la permission de Thomas Nelson.

48
15.
John Calvin, Les Instituts de la religion chrétienne, vol. 2, trad. Ford Lewis Battles, éd. John T. McNeill
(Philadelphie, Pennsylvanie : Westminster Press, 1960), 1427.
16.
Idem.
17.
Moorhead, Grégoire le Grand, 14 ans, Kindle.
18.
Grégoire le Grand, Le Livre de la Règle Pastorale et des Épîtres choisies, Livre III, Épître LXV, trad. James
Barmby (Veritatis Splendor Publications, 2012), 239, Kindle.
19.
Grégoire le Grand, Homilies on Ezekiel, cité par Stanley M. Burgess, The Holy Spirit: Medieval Roman
Catholic and Reformation (Peabody, MA: Hendrickson Publishers, www.hendrickson.com, 1984), loc. 418,
Kindle.
20.
Grégoire le Grand, Le Livre de la Règle Pastorale et des Épîtres choisies, Livre X, Épître XXVIII, trad. James
Barmby, éd. Paul A. Boer Sr. (Veritas Splendor Publications, 2012), 515-516, Kindle.
21.
Ibid., 516.
22.
Grégoire le Grand, Dialogues (Seattle, WA : Amazon Digital Services, 593), loc. 1073, Kindle.

49
CHAPITRE 5 :

LE SAINT-ESPRIT À L'OEUVRE EN AFRIQUE DU NORD

Je ne peux pas enregistrer tous les miracles que je connais.


—Augustin

Quand le Saint-Esprit fut répandu à Jérusalem le jour de la Pentecôte, le christianisme était


sur le point de se répandre rapidement dans le monde méditerranéen. Des pèlerins juifs de
trois continents – Asie, Afrique et Europe – se trouvaient dans la capitale juive lorsque
Pierre a prêché et 3 000 sont venus au Seigneur.
Luc nous dit que parmi les personnes présentes se trouvaient des Juifs de « l'Égypte et
des régions de la Libye autour de Cyrène » (Actes 2:10 NLT). Cyrène était une ancienne ville
de la Libye d'aujourd'hui et est située à proximité de l'actuelle Benghazi. Il est très probable
qu'un bon nombre de ceux qui ont répondu au message de Pierre ce jour-là étaient des
Africains.
Considérez ces autres références du Nouveau Testament à l'Afrique :

L'Égypte était la nation de refuge pour Joseph, Marie et Jésus lorsque le roi
Hérode cherchait à tuer l'enfant Jésus (Matthieu 2:13-20).

Alors que Jésus était conduit au Golgotha pour la crucifixion, c'était un Africain
– Simon de Cyrène – qui fut contraint de porter la croix du Sauveur (Marc
15 :21). Fait intéressant, Marc note que l'un des fils de Simon était Rufus, et
Paul salue un Rufus dans Romains 16:13. Paul dit même que la mère de Rufus
était comme une mère pour lui aussi. Il est probable que le Simon, qui a porté
la croix du Christ, est devenu une partie de la communauté chrétienne
primitive, et que toute sa famille est devenue très chère à Paul et aux autres
premiers croyants.

Philippe l'évangéliste a reçu la direction divine de partager l'évangile avec un
haut fonctionnaire du gouvernement qui a servi dans l'administration de
Candace, la reine des Éthiopiens (Actes 8:26-39). Il reçut Jésus, fut baptisé et
retourna en Éthiopie.

Antioche, dans la Turquie d'aujourd'hui, est devenue un centre très important
du christianisme au premier siècle et au-delà, et Actes 11 :20 nous dit que les
croyants de Cyrène (Libye moderne) ont été parmi les tout premiers à
apporter l'évangile à ce lieu stratégique. ville.

50

Les étudiants de la Bible savent que Paul et Barnabas faisaient partie des cinq
« prophètes et enseignants » répertoriés comme ouvriers dans l'église
d'Antioche, mais beaucoup oublient que deux des autres étaient « Siméon
(appelé « l'homme noir »), Lucius (de Cyrène) ” (Actes 13:1 NLT).
Eusèbe, l'historien de l'Église, écrit que Marc « aurait été le premier envoyé en Égypte
pour prêcher l'Évangile qu'il avait également écrit et le premier à fonder des églises à
Alexandrie même ».1Alors qu'il n'était pas l'un des disciples originaux de Jésus, Marc était
une aide de confiance à la fois pour Paul et Pierre. Paul a dit que Marc lui avait été utile
dans le ministère (2 Timothée 4:11 NLT), et Pierre a qualifié Marc de son fils (1 Pierre
5:13). Alexandrie était la deuxième plus grande ville de l'empire derrière Rome, et l'église
d'Alexandrie est devenue l'une des églises les plus influentes des premiers siècles.

Tertullien (160-220 ap. J.-C.)


Ce grand père de l'église a exercé son ministère dans l'ancienne Carthage, près de
l'actuelle Tunis en Tunisie, située entre la Libye et l'Algérie. Un puissant partisan et
défenseur de la foi, Tertullien a été la première personne à utiliser le terme «Trinité» pour
décrire le Dieu unique qui existe en trois personnes : Père, Fils et Saint-Esprit. Il a
également déclaré de manière célèbre, à une époque de persécution importante contre les
chrétiens, que le sang des martyrs est la semence de l'Église. Sa déclaration spécifique était
: « Plus nous sommes souvent fauchés par des persécuteurs, plus nous grandissons en
nombre ; le sang des chrétiens est une semence.2
Alors qu'une grande partie des écrits de Tertullien se concentrait sur la promotion de la
doctrine biblique orthodoxe et sur l'opposition aux enseignants hérétiques, tels que
Marcion, Tertullien parla également avec force et clarté en faveur du fonctionnement
surnaturel du Saint-Esprit. Tertullien affirme que « beaucoup d'hommes de rang (pour ne
rien dire des gens du commun) ont été délivrés des démons et guéris des maladies »3 et
déclare que les sécheresses avaient « été réprimées par nos genoux et nos jeûnes ». 4Il écrit
également que « nous reconnaissons les charismes spirituels, ou dons », se référait
spécifiquement à la prophétie, puis parlait d'une dame de sa congrégation, « favorisée par
divers dons de révélation, qu'elle expérimente dans l'Esprit ». Tertullian a également
déclaré que cette dame avait parfois un aperçu spirituel du cœur et de la vie des personnes
dans le besoin, et comme elle l'a fait, "elle distribue des remèdes".5
En plus de ces déclarations, Tertullien a également écrit :

Et ainsi, nous qui reconnaissons et révérons, tout comme nous le faisons les
prophéties, les visions modernes qui nous sont également promises, et
considérons les autres puissances du Saint-Esprit comme une agence de l'Église
pour laquelle il a également été envoyé, administrant tous les dons. en tous,
comme le Seigneur a distribué à chacun.6
Quoi de plus noble que de fouler aux pieds les dieux des nations, d'exorciser les
mauvais esprits, d'opérer des guérisons, de rechercher des révélations

51
divines et de vivre pour Dieu ? Ce sont les plaisirs - ce sont les spectacles -
qui sied aux hommes chrétiens - saints, éternels, gratuits.7

Tertullien a donné des instructions aux nouveaux croyants, ayant été baptisés, de
désirer et de demander les dons de l'Esprit. Il écrit:

Lorsque vous montez de cette source la plus sacrée [bain] de votre nouvelle
naissance, et que vous étendez vos mains pour la première fois dans la maison
de votre mère [l'église], avec vos frères, demandez au Père, demandez au
Seigneur, que Ses propres spécialités de grâce et de distribution de dons vous
soient fournies.8

Tertullien considérait la prévalence des dons spirituels parmi les croyants comme une
preuve de la présence de l'Esprit. En écrivant contre son antagoniste théologique, il indique
que Marcion, avec ses doctrines gnostiques, n'avait aucune manifestation de l'Esprit de
Dieu parce que sa vie et son ministère étaient vides de vérité. En revanche, Tertullien
affirme que la prévalence des dons de l'Esprit parmi les croyants reflétait la vérité de leurs
propres croyances :

Maintenant, tous ces signes (de dons spirituels) viennent de mon côté sans
aucune difficulté, et ils sont aussi en accord avec les règles, et les dispenses, et
les instructions du Créateur ; c'est pourquoi sans aucun doute le Christ, et
l'Esprit, et l'apôtre appartiennent séparément à mon Dieu.9

De plus, Tertullien parle de la puissance du Saint-Esprit relative à tout notre être.


Il écrit:

Notre naissance Il se reforme de la mort par une seconde naissance du ciel ;


il restaure notre chair de toute maladie harassante; quand il est lépreux, il la
nettoie de la souillure ; aveugle, il ravive sa lumière ; lorsqu'il est paralysé, il
renouvelle sa force; possédé de démons, il l'exorcise ; mort, il le ranime.dix

Origène (184-253) après JC


Élevé à Alexandrie, en Égypte, Origène a exercé une influence considérable dans l'église
à travers ses écrits et son ministère. Son père, Léonidas, a été martyrisé pour sa foi quand
Origène avait seize ou dix-sept ans, et cet adolescent, partageant la foi de son père, était
résolu à se rendre et à être mis à mort avec son père. Sa mère, cependant, a caché ses
vêtements et l'a empêché de quitter la maison, lui épargnant ainsi la vie.
Deux ans plus tard, Origène a été nommé à la tête d'une école qui enseignait la doctrine
chrétienne, une école qui était auparavant dirigée par Clément d'Alexandrie. Un auteur
décrit Origène comme « l'érudit le plus prolifique de son époque (avec des centaines
d'ouvrages à son actif), un philosophe chrétien de premier ordre et un étudiant approfondi
de la Bible ».11Plus tard, Origène s'est rendu et a basé son ministère à Césarée en Palestine.

52
Il subirait également l'emprisonnement et la torture sous l'empereur romain Decius. Sa
ténacité lui a valu le surnom d'Adamanatius, signifiant Incassable ou Homme d'acier.
Ayant été personnellement témoin de miracles, Origène a fait plusieurs déclarations
profondes sur les œuvres surnaturelles de Dieu. Par exemple, il déclare : « Le nom de Jésus
peut encore éliminer les distractions de l'esprit des hommes, expulser les démons, et aussi
éliminer les maladies ; et produire une merveilleuse douceur d'esprit et un changement
complet de caractère.12 Origène note également l'énorme croissance du christianisme et
écrit : « Pas quelques guérisons sont opérées au nom de Jésus, et certaines autres
manifestations d'un grand moment [significatif] ont eu lieu. »13
Notant des conversions significatives à la foi chrétienne, Origène écrit qu'il peut
présenter :

une multitude innombrable de Grecs et de barbares qui reconnaissent


l'existence de Jésus. Et certains témoignent d'avoir reçu par cette foi une
puissance merveilleuse par les guérisons qu'ils opèrent, n'invoquant d'autre
nom sur ceux qui ont besoin de leur aide que celui du Dieu de toutes choses, et
de Jésus, accompagné d'une mention de son l'histoire. Car, par ces moyens,
nous avons aussi vu beaucoup de personnes libérées de graves calamités, des
distractions de l'esprit, de la folie et d'innombrables autres maux, qui ne
pouvaient être guéris ni par les hommes ni par les démons.14

Origène n'a pas seulement été témoin et a rapporté ces opérations surnaturelles du
Saint-Esprit, mais il en avait aussi clairement pensé la base théologique. Il écrit:

Je considère que le Saint-Esprit fournit à ceux qui, par Lui et par


participation en Lui, sont appelés saints, la matière des dons, qui viennent de
Dieu ; de sorte que ladite matière des dons est rendue puissante par Dieu, est
administrée par Christ, et doit son existence actuelle dans les hommes au Saint-
Esprit. Je suis conduit à cette vision des charismes par la parole de Paul qu'il
écrit quelque part : « Il y a des diversités de dons mais le même Esprit, et des
diversités de ministères, et le même Seigneur. Et il y a des diversités de
fonctionnements, mais c'est le même Dieu qui opère tout en tous.15

Athanase (296-373) et Antoine (251-356)


En tant que défenseur implacable des doctrines de la Divinité de Jésus et de la Trinité au
Concile de Nicée (325 après JC), Athanase est l'une des figures les plus importantes de
l'histoire de l'Église. Il s'est opposé sans crainte au faux enseignement d'Arius, qui
présentait Jésus comme moins que divin. Les ennemis d'Athanase l'appelaient le « nain noir
», mais cet évêque égyptien a résisté à toute opposition et s'est tenu fermement à la vérité
malgré son exil cinq fois de son Alexandrie natale pour un total de dix-sept ans.
En plus d'être un géant théologique et intellectuel, Athanase a également reconnu
l'importance de la puissance du Saint-Esprit. Cela se voit surtout dans son récit écrit du
célèbre moine Antoine. Vers l'âge de dix-huit ans, les parents d'Antoine, de riches

53
Egyptiens, décèdent. Le jeune homme a donné son héritage substantiel aux pauvres et a
embrassé un style de vie monastique. Athanase précise que sa connaissance d'Antoine n'est
pas une information de seconde main ou de ouï-dire. Son récit est plutôt basé sur : « Ce que
je sais moi-même, l'ayant vu plusieurs fois, et ce que j'ai pu apprendre de lui, car j'ai été son
serviteur pendant longtemps, et j'ai versé de l'eau sur ses mains.16
Athanase n'était pas seulement impressionné par les dons spirituels d'Antoine, mais
était également admiratif de son caractère pieux, le décrivant comme une personne
d'humilité, de tolérance, de sérénité, de pureté, de joie et possédant un visage joyeux. Il a en
outre décrit Antoine comme un homme dont «l'âme était exempte de perturbations» 17 et
qui a été « initié aux mystères et rempli de l'Esprit de Dieu ».18La réputation d'Antoine pour
la guérison était profonde, et beaucoup lui ont demandé de l'aide. Athanase fournit
certaines des descriptions vivantes suivantes des guérisons et des miracles qui ont eu lieu
grâce au ministère d'Antoine :

Par lui [Antoine] le Seigneur a guéri les maux corporels de beaucoup de
personnes présentes et a purifié les autres des mauvais esprits. Et il fit grâce à
Antoine en parlant, de sorte qu'il consola beaucoup de ceux qui étaient tristes,
et mit tous ceux qui étaient en désaccord, exhortant tous à préférer l'amour de
Christ à tout ce qui est dans le monde.19

Et avec ceux qui ont souffert, il [Antony] a sympathisé et prié. Et souvent, le
Seigneur l'a entendu au nom de beaucoup ; pourtant il ne se glorifiait pas parce
qu'il était entendu, et il ne murmurait pas s'il ne l'était pas. Mais toujours il
remerciait le Seigneur et suppliait celui qui souffrait d'être patient et de savoir
que la guérison n'appartenait ni à lui ni à l'homme, mais seulement au
Seigneur, qui fait le bien quand et à qui il veut. Les malades recevaient donc les
paroles du vieil homme comme s'il s'agissait d'un remède, apprenant à ne pas
se décourager mais plutôt à endurer. Et ceux qui ont été guéris ont appris à ne
pas remercier Antoine mais à Dieu seul.20

Car en ce lieu aussi le Seigneur purifia beaucoup de démons et guérit les fous.
Et beaucoup de Grecs ont demandé qu'ils ne pouvaient même que toucher le
vieil homme, croyant qu'ils devraient en profiter. Assurément, autant de
personnes sont devenues chrétiennes en ces quelques jours qu'on aurait pu en
voir faire en un an.21

Antoine, en tout cas, guérit non pas en commandant, mais en priant et en
prononçant le nom du Christ. De sorte qu'il était clair pour tous que ce n'était
pas lui-même qui travaillait, mais le Seigneur qui faisait miséricorde par ses
moyens et guérissait les souffrants.22
L'un des traits les plus admirables d'Antoine était son insistance à donner à Dieu toute
gloire et tout crédit pour tout ce que sa miséricorde et sa puissance produisaient. Chaque

54
enfant de Dieu doit se rendre compte que tous les dons ministériels qu'il a reçus ont été
donnés pour le bien des autres, et non pour l'exaltation de celui qui gère ce don. Comme
Paul le déclare : « Qu'avez-vous que Dieu ne vous ait pas donné ? Et si tout ce que tu as
vient de Dieu, pourquoi te vanter comme si ce n'était pas un don ? (1 Corinthiens 4:7 NLT).
Exprimant cette même ligne de pensée, Antony donne cet avertissement :

Et il ne convient pas de se vanter du rejet des démons, ni d'être exalté par la


guérison des maladies ; il ne convient pas non plus que celui qui chasse les
démons soit seul en haute estime, tandis que celui qui ne les chasse pas doit
être considéré comme nul…. Car l'œuvre des signes n'est pas la nôtre, mais
l'œuvre du Sauveur : c'est pourquoi il dit à ses disciples : Ne vous réjouissez pas
que les démons vous soient soumis, mais que vos noms soient écrits dans les
cieux (Luc 10 :20).23

En plus d'enregistrer des récits de la vie d'Antoine, Athanase aborde également certains
stéréotypes qui existaient à son époque. D'après ce qu'il écrit, il semble que les gens
croyaient généralement que les moines, avec leur style de vie ascétique, étaient plus
spirituels et disciplinés que les évêques. Athanase s'oppose à cette présupposition.

Car nous connaissons à la fois des évêques qui jeûnent et des moines qui
mangent. Nous connaissons des évêques qui ne boivent pas de vin, ainsi que
des moines qui en boivent. Nous connaissons des évêques qui font des
merveilles, ainsi que des moines qui n'en font pas. Beaucoup aussi d'évêques ne
se sont même pas mariés, tandis que les moines ont été pères d'enfants ; de
même qu'on connaît à l'inverse des évêques pères d'enfants et des moines de
l'espèce la plus complète.24

En faisant ce contraste, Athanase souligne que ce n'était pas seulement Antoine, ou des
moines comme lui, qui ont vu des miracles et des guérisons. D'autres l'ont fait aussi, y
compris les pasteurs des congrégations locales. Reconnaissant que différentes personnes
ont différents types de dons, Athanase conclut par une déclaration sage et perspicace : «
Mais qu'un homme, où qu'il soit, s'efforce sérieusement ; car la couronne est donnée non
selon la position, mais selon l'action.25

Augustin d'Hippone (354-430 après JC)


Né dans l'ancienne ville nord-africaine de Tagaste dans l'Algérie d'aujourd'hui, Augustin
a fait ses études à Carthage, la même ville où Tertullien avait exercé son ministère près de
200 ans auparavant. En tant que professeur à Milan, Augustin, qui n'était pas encore
chrétien, a commencé à fréquenter la cathédrale de Milan sous le célèbre évêque Ambroise.
Ayant vécu une vie sensuelle, Augustin a vécu un moment de transformation de la part du
Saint-Esprit en lisant : « Marchons correctement, comme au jour, pas dans les réjouissances
et l'ivresse, pas dans la luxure et la luxure, pas dans les querelles et l'envie. Mais revêtez-
vous du Seigneur Jésus-Christ et ne prenez pas soin de la chair pour satisfaire ses

55
convoitises » (Romains 13 :13-14). La description d'Augustin de ce qui s'est passé dans son
cœur à ce moment-là est puissante. Il écrit : « Car instantanément, à la fin de la phrase,26
Augustin est finalement retourné chez lui en Afrique du Nord en tant que moine et a fini
par s'installer dans la ville côtière d'Hippone (aujourd'hui Annaba, la quatrième plus
grande ville d'Algérie aujourd'hui) où il a servi comme prêtre et finalement comme évêque.
Les controverses théologiques abondaient à l'époque d'Augustin, et il était à l'avant-garde
de la confrontation et de la résolution de problèmes doctrinaux vitaux. Augustin était un
écrivain prolifique, un grand penseur et un théologien articulé et franc. Bien que
principalement connu pour ses prouesses intellectuelles et doctrinales, Augustin parle
aussi librement des miracles et des œuvres surnaturelles de Dieu.
Dans son ouvrage classique La Cité de Dieu, Augustin écrit : « Même maintenant, par
conséquent, de nombreux miracles sont accomplis, le même Dieu qui a accompli ceux que
nous lisons encore les accomplissant, par qui Il veut et comme Il le veut. 27 Il précise en
outre :

Je ne peux pas enregistrer tous les miracles que je connais ; et sans doute
plusieurs de nos adhérents, quand ils liront ce que j'ai raconté, regretteront que
j'en ai omis tant qu'ils connaissent, aussi bien que moi, certainement.
Aujourd'hui encore, je prie ces personnes de m'excuser et de considérer
combien de temps il me faudrait pour raconter tous ces miracles que la
nécessité d'achever l'œuvre que j'ai entreprise m'oblige à omettre.28

Augustin note également que les miracles de son époque ne semblaient pas aussi
«célèbres» que ceux décrits dans la Bible. Il déclare:

Ces miracles modernes sont à peine connus même de toute la population au


milieu de laquelle ils sont accomplis, et au mieux sont confinés à un seul
endroit. Car souvent ils ne sont connus que d'un très petit nombre de
personnes, tandis que tous les autres les ignorent, surtout si l'État est grand ; et
quand ils sont rapportés à d'autres personnes dans d'autres localités, il n'y a
pas d'autorité suffisante pour leur donner une crédibilité prompte et
inébranlable, bien qu'ils soient rapportés aux fidèles par les fidèles.29

Même si les miracles qu'Augustin connaissait autour d'Hippone étaient moins


prononcés ou médiatisés que ceux autour de la mer de Galilée, Augustin croyait
certainement en leur validité. Il a également affirmé l'efficacité de l'intégration de la foi et
de la médecine : « Le Saint-Esprit, aussi, travaille à l'intérieur, afin que la médecine
appliquée à l'extérieur puisse avoir de bons résultats.30

Notes de fin
1.
Tiré de L'histoire de l'Église © Copyright 2007 par Eusèbe, trad. Paul L. Meier. Publié par Kregel
Publications, Grand Rapids, MI. Utilisé avec l'autorisation de l'éditeur. Tous les droits sont réservés.

56
2.
Tertullien, L'Apologie, éd. Alexander Roberts, trad. Sir James Donaldson et Arthur Cleveland Coxe (Seattle,
WA : Amazon Digital Services, 1885), loc. 83, Kindle.
3.
Tertullien, À l'omoplate, dans Les uvres complètes de Tertullien, éd. Alexander Roberts, trad. Sir James
Donaldson et Arthur Cleveland Coxe (Seattle, WA : Amazon Digital Services, 1885), loc. 49417, Kindle.
4.
Idem.
5.
Tertullien, De l'âme, dans Les uvres complètes de Tertullien, éd. Alexander Roberts, trad. Sir James
Donaldson et Arthur Cleveland Coxe (Seattle, WA : Amazon Digital Services, 1885), loc. 25610, Kindle.
6.
Tertullien, La Passion des saints martyrs Perpétue et Félicité, dans Les uvres complètes de Tertullien, éd.
Alexander Roberts, trad. Sir James Donaldson et Arthur Cleveland Coxe (Seattle, WA : Amazon Digital
Services, 1885), loc. 45514, Kindle.
7.
Tertullien, Les Spectacles, dans Les uvres complètes de Tertullien, éd. Alexander Roberts, trad. Sir James
Donaldson et Arthur Cleveland Coxe (Seattle, WA : Amazon Digital Services, 1885), loc. 48234, Kindle.
8.
Tertullien, Sur le baptême, dans Les uvres complètes de Tertullien, éd. Alexander Roberts, trad. Sir James
Donaldson et Arthur Cleveland Coxe (Seattle, WA : Amazon Digital Services, 1885), loc. 48234, Kindle.
9.
Tertullien, Les cinq livres contre Marcion, dans Les uvres complètes de Tertullien, éd. Alexander Roberts,
trad. par Sir James Donaldson et Arthur Cleveland Coxe (Seattle, WA : Amazon Digital Services, 1885), loc.
43531, Kindle.
dix.
Tertullien, De la chair du Christ, dans Les uvres complètes de Tertullien, éd. Alexander Roberts, trad. Sir
James Donaldson et Arthur Cleveland Coxe (Seattle, WA : Amazon Digital Services, 1885), loc. 20637,
Kindle.
11.
Mark Galli et Ted Olsen, éd., 131 Chrétiens que tout le monde devrait savoir (Nashville, TN : Christianisme
aujourd'hui, 2000), loc. 6756, Kindle.
12.
Origène, Origène contre Celse, Les uvres d'Origène, éd. Alexander Roberts, Sir James Donaldson et Arthur
Cleveland Coxe (Seattle, WA : Amazon Digital Services, 1885), loc. 10133, Kindle.
13.
Ibid., loc. 13020, Kindle.
14.
Ibid., loc. 12910, Kindle.
15.
Origène, Commentaire sur John (Pickerington, OH : Beloved Publishing, 2014), 58.

57
16.
Athanase, Vie de saint Antoine, dans Les uvres complètes de saint Athanase, trad. Philip Schaff (Seattle,
WA : Amazon Digital Services, 2016), loc. 4984, Kindle.
17.
Ibid., loc. 5664, Kindle.
18.
Ibid., loc. 5140, Kindle.
19.
Ibid., loc. 5145, Kindle.
20.
Ibid., loc. 5560, Kindle.
21.
Ibid., loc. 5588, Kindle.
22.
Ibid., loc. 5808, Kindle.
23.
Ibid., loc. 5373, Kindle.
24.
Athanase, Vie de saint Antoine, Lettre 49, loc. 15421, Kindle.
25.
Ibid., loc. 15426, Kindle.
26.
Augustin, La Cité de Dieu, trad. Marcus Dods (Peabody, MA : Hendrickson
Publishers,www.hendrickson.com, 2009), loc. 82, Kindle.
27.
Ibid., loc. 19032, Kindle.
28.
Ibid., loc. 19006, Kindle.
29.
Ibid., loc. 18851, Kindle.
30.
Ibid., loc. 11046, Kindle.

58
CHAPITRE 6 :

ÉPUDÉES À L'EST (ASIE MINEURE)

Et quand le courant de la doctrine jaillit dans l'Église et qu'un cœur pieux déborde des dons du Saint-Esprit, n'y prêtez-vous
pas volontiers votre attention ? Ne recevez-vous pas cette faveur avec action de grâces ?
—Basile de Césarée

La première épître de PIERRE s'adressait aux croyants qui vivaient dans l'actuelle Turquie.
À l'époque du Nouveau Testament, l'ensemble de la région était appelé l'Asie Mineure. Il
salue les chrétiens qui ont fui les persécutions par ces mots : « Cette lettre est de Pierre,
apôtre de Jésus-Christ. J'écris au peuple élu de Dieu qui vit en tant qu'étranger dans les
provinces du Pont, de la Galatie, de la Cappadoce, de l'Asie et de la Bithynie” (1 Pierre 1:1
NLT).
L'un des amis de Paul, Aquila, est né à Pontus—il a travaillé avec Paul à la fois à
Corinthe et à Éphèse, et Paul l'a salué dans son épître aux Romains. La Galatie, près
d'Ankara, la capitale de la Turquie, est la région où Paul et Barnabas ont voyagé lors de leur
premier voyage missionnaire, et ils ont établi des églises dans les villes de Lystre, Derbe,
Iconium et Antioche Pisidie. L'Asie est la plus fréquemment mentionnée de ces provinces –
dix-huit fois dans le Nouveau Testament – et est le plus souvent associée à Éphèse, sa
principale ville, ainsi que les autres églises mentionnées dans la vision de Jean de Jésus sur
l'île de Patmos (Apocalypse 2-3 ).
Dans le chapitre trois, Le flux continue, nous avons examiné deux des premiers
dirigeants qui vivaient dans cette région : Polycarpe de Smyrne et Ignace d'Antioche. Dans
ce chapitre, nous explorerons quelques-uns des derniers individus qui ont eu un impact sur
cette région et au-delà.

Les montanistes (fin du IIe siècle)


L'une des principales leçons de l'histoire est que les gens ont tendance à répéter les
mêmes schémas encore et encore, même lorsqu'il s'agit de faire des erreurs. Par rapport au
réveil et aux effusions spirituelles, il n'est pas rare qu'un mouvement émerge de l'influence
d'un leader vibrant, doué et dynamique. Un cadre organisationnel se forme alors ; et même
si l'élan spirituel peut grandement diminuer avec le temps, la structure et l'institution
demeurent souvent.
L'organisation n'est pas une mauvaise chose, mais lorsque la puissance et la ferveur
initiales d'un mouvement sont perdues, elles sont souvent remplacées par le formalisme,
l'intellectualisme et le ritualisme. Parfois, les valeurs fondamentales et les pratiques qui
étaient présentes au début s'érodent et sont compromises. C'est probablement le scénario
qui s'est produit lorsque Montanus a lancé son ministère vers l'an 156 en Phrygie, une
région située aujourd'hui dans le centre-est de la Turquie. Montanus et ses disciples,

59
connus sous le nom de montanistes, ont mis fortement l'accent sur les éléments
prophétiques du christianisme. Cela contrastait avec l'accent croissant mis sur la hiérarchie
qui avait lieu ailleurs dans une grande partie de la chrétienté.
Selon le récit historique que l'on lit, il n'est pas rare de voir le montanisme décrit
comme hérétique. Cependant, il y a des questions quant à la possibilité que certaines des
charges aient été au moins exagérées, sinon portées de manière vicieuse et calomnieuse. Il
y a plusieurs historiens de l'église respectés qui sont réticents à apposer l'étiquette «
hérétique » aux montanistes.
Le célèbre érudit FF Bruce déclare que, bien qu'ils se soient concentrés excessivement
sur le côté inspirant du christianisme, "les montanistes pour la plupart ne se sont pas
éloignés de la fondation apostolique de l'Église".1 De même, Philip Schaff écrit que « En
doctrine, le montanisme était d'accord sur tous les points essentiels avec l'Église catholique
et s'en tenait très fermement à la règle traditionnelle de la foi ».2 Bruce reconnaît également
un modèle récurrent sur de nombreux siècles lorsqu'il note « des manifestations qui se
sont répétées maintes et maintes fois dans l'histoire du christianisme lorsque le vin
nouveau d'un mouvement spirituel s'est avéré trop puissant pour être retenu dans les
vieilles outres d'une organisation trop rigide. "3
En plus de mettre l'accent sur le don de prophétie, Montanus et ses disciples ont promu
un niveau élevé de sainteté, proclamé le retour imminent du Seigneur et défié le sentiment
de mondanité qui infectait de nombreuses églises. L'historien de l'Église Bruce L. Shelley
décrit l'atmosphère qui régnait dans le monde de l'Église lorsque le montanisme s'est
épanoui :

Dans la seconde moitié du IIe siècle, un changement se produisait dans


l'église. Les jours de l'enthousiasme passaient et les jours de l'ecclésiastique
arrivaient. L'église n'était plus un lieu où l'Esprit de prophétie pouvait être
entendu. De plus en plus de gens rejoignaient les églises, mais la distinction
entre l'église et le monde s'estompait. L'église se sécularisait.4

Il est tout à fait possible que les montanistes aient été extrêmes sur certaines questions.
Mais il est également possible que certaines critiques aient été hautement préjudiciables,
injustifiées et basées sur de fausses informations. Par exemple, certains ont accusé
Montanus de prétendre qu'il était en fait le Saint-Esprit. Cependant, l'éminent historien de
l'Église Philip Schaff réfute cela. Il déclare: «Ses adversaires ont déduit à tort de l'utilisation
de la première personne pour le Saint-Esprit dans ses oracles, qu'il s'est fait directement le
Paraclet, ou, selon Épiphane, même Dieu le Père.»5
Une allégation rapportée par l'historien de l'Église primitive Eusebius est que « Certains
de ces sectaires se sont glissés comme des reptiles venimeux sur l'Asie et la Phrygie, se
vantant que Montanus était le Paraclet et que ses disciples féminins Priscilla et Maximilla
étaient ses prophétesses.6Il a également été rapporté que Montanus avait un comportement
bizarre lorsqu'il exerçait son ministère, qu'il « est devenu obsédé et, dans sa frénésie, est
tombé en transe. Il a commencé à délirer, à bavarder et à dire des bêtises, prophétisant
contrairement à la tradition et à la coutume de l'église depuis le début.7

60
Honnêtement, je n'étais pas là, donc je ne sais pas si c'est une évaluation juste ou non.
Ce que je sais, c'est que des accusations similaires ont été portées contre de merveilleux
croyants au cours de nombreux réveils et effusions à travers l'histoire, y compris les
premiers disciples à la Pentecôte (Actes 2:13), au réveil de Cane Ridge dans le Kentucky en
1801 et pendant la rue Azusa. effusion à Los Angeles au début du XXe siècle.
Je me souviens quand je suis entré pour la première fois dans le mouvement
charismatique en 1977. Plusieurs jeunes qui avaient tous fait l'expérience du remplissage
du Saint-Esprit se sont réunis pour la communion, l'enseignement et l'adoration. Nous nous
sommes rencontrés dans différentes maisons, sous-sols d'églises et même dans un garage.
Nous étions pleins de zèle et d'enthousiasme, mais nous manquions d'expérience, de
sagesse et de maturité. Une partie de ce qui a été dit et fait au cours de ces premières
réunions aurait été considéré comme extrême ou déséquilibré, et pourtant Dieu nous a
encore puissamment bénis. Nous étions sincères et nos cœurs avaient raison, même si nous
avons parfois agi ou parlé de manière imprudente.
Quand j'ai lu que Montanus prétendait être le Saint-Esprit ou même Dieu le Père, cela
m'a rappelé des prophéties qui ont été données lors de certaines de nos premières
réunions. Beaucoup de jeunes de nos groupes ont été véritablement inspirés par le Saint-
Esprit pour donner des paroles d'encouragement et d'exhortation. Parce que les jeunes
sentaient une inspiration et une direction, ils attachaient fréquemment « Ainsi parle le
Seigneur… » à leur message et parlaient à la première personne du singulier, comme si Dieu
parlait au groupe. Si quelqu'un venait à une réunion et n'était pas familier avec cela, il
pourrait penser que la personne prétendait être Dieu, mais rien ne pourrait être plus
éloigné de la vérité.
Tous ceux qui faisaient partie du groupe comprenaient que la personne transmettait
une nouvelle parole qu'elle croyait que Dieu exprimait au groupe à travers la prophétie.
Personne ne croyait que la personne qui transmettait le message était Dieu ou prétendait
être Dieu ; personne ne croyait que le message ou le messager était infaillible ; et personne
ne croyait que la prophétie était à égalité avec l'autorité de l'Écriture. C'est pourquoi Paul a
dit : « N'étouffez pas le Saint-Esprit. Ne vous moquez pas des prophéties, mais testez tout ce
qui est dit. Accrochez-vous à ce qui est bon » (1 Thessaloniciens 5:19-21 NLT).
Ce que le Saint-Esprit exprime aujourd'hui est parfait à sa source, mais il s'exprime à
travers des personnes imparfaites et faillibles. Si les prophéties dans les services religieux
étaient infaillibles ou portaient la même autorité de l'Écriture, elles devraient être reçues
sans aucun doute, mais ce n'est pas ce que le Nouveau Testament enseigne. C'est pourquoi
Paul enseigne aux Corinthiens – qui avaient tendance à être indisciplinés dans leurs
réunions et excessifs dans leur pratique des dons spirituels – à faire juger ou évaluer les
prophéties par les dirigeants de la congrégation (1 Corinthiens 14 :29).
Il est très important de reconnaître que même si les Corinthiens ont mal utilisé et mal
géré les dons spirituels, Paul n'a pas essayé d'éradiquer tous ces dons ; au contraire, il leur
a appris à utiliser correctement les dons afin que tous puissent être édifiés. Paul ne croyait
pas que les expressions immatures des dons spirituels invalidaient la réalité ou le bénéfice
des dons spirituels. Les dons devaient être utilisés à bon escient et correctement, et non
purgés de l'église.

61
Si je dis : « Je suis inspiré pour dire quelque chose », je n'assimile pas cela à ma croyance
selon laquelle la Bible est inspirée ; l'inspiration de l'Écriture est à un niveau totalement
différent. Paul communique : « Toute Écriture est inspirée de Dieu » (2 Timothée 3:16).
J'apprécie la définition de Paul Enns de ce beau mot :

L'inspiration peut être définie comme la surveillance du Saint-Esprit sur les


écrivains de sorte qu'en écrivant selon leurs propres styles et personnalités, le
résultat était la Parole de Dieu écrite - faisant autorité, digne de confiance et
exempte d'erreur dans les autographes originaux.8

Dans cet esprit, quoi que l'on puisse dire, que ce soit par l'enseignement, la prédication,
l'exhortation ou la prophétie, cela doit être évalué à la lumière de la Parole écrite de Dieu –
la Bible. Si les déclarations de quelqu'un contredisent les Écritures, en particulier
l'enseignement du Nouveau Testament, elles devraient être rejetées.
Une autre accusation contre les montanistes est qu'ils ont donné leurs prophéties alors
qu'ils étaient dans un état d'extase ou de frénésie. Il est difficile de dire exactement ce que
cette accusation impliquait, mais une source potentiellement riche d'informations sur cette
question nous a été perdue. En défendant les montanistes, Tertullien a écrit sept livres
intitulés Ecstasy, mais malheureusement, ceux-ci ont été perdus ou détruits par des
opposants théologiques. Il convient de noter, cependant, qu'accuser quelqu'un d'avoir
prononcé des paroles extatiques pourrait être une allégation très subjective.
De plus, la personnalité des gens peut varier considérablement. Ce qui n'est que de
l'excitation pour une personne peut être considéré comme de la frénésie pour une autre.
Même si certains montanistes étaient parfois trop chargés émotionnellement, est-ce
vraiment une raison pour rejeter tout un mouvement ? Trop souvent, les gens ont «jeté le
bébé avec l'eau du bain» et, ce faisant, ont manqué une grande bénédiction.
Ce qui a pu être une source majeure de conflit entre les montanistes et l'église
institutionnelle établie était l'accent mis par les montanistes sur le fait d'être dirigés par le
Saint-Esprit par opposition à la hiérarchie rigide de l'église. Philip Schaff écrit :

Les montanistes trouvèrent la véritable qualification et nomination pour la


fonction d'enseignant dans la dotation directe de l'Esprit de Dieu, à la différence
de l'ordination extérieure et de la succession épiscopale. Ils proposaient
partout l'élément surnaturel et le libre mouvement de l'Esprit contre le
mécanisme d'un ordre ecclésiastique fixe.9

Deux grands chefs d'église pèsent


L'une des raisons pour lesquelles je suis enclin à croire que certaines des allégations
contre les montanistes étaient exagérées est que Tertullien, le grand père de l'église
mentionné au chapitre cinq, a apporté son soutien aux montanistes. Il croyait que leurs
expériences et expressions spirituelles avaient de la valeur et du mérite. Le brillant
théologien Tertullien souligne que Montanus, Priscilla et Maximilla n'ont pas été rejetés à
cause de points doctrinaux essentiels, disant qu'ils n'ont pas « prêché un autre Dieu, ni

62
qu'ils ont disjoint Jésus-Christ (de Dieu), ni qu'ils ont renversé une règle particulière. de foi
ou d'espérance.dix Au contraire, Tertullien insiste sur le fait qu'ils ont été rejetés, du moins
par certains, sur des questions de moindre importance, telles que leurs points de vue sur le
jeûne et le mariage.
De même, John Wesley, un grand étudiant en histoire, a écrit qu'il était devenu
pleinement convaincu :

Que les montanistes, aux deuxième et troisième siècles, étaient de vrais


chrétiens scripturaires ; et que la grande raison pour laquelle les dons
miraculeux ont été retirés si tôt, n'était pas seulement que la foi et la sainteté
étaient presque perdues ; mais que des hommes secs, formels et orthodoxes
commencèrent même alors à ridiculiser tous les dons qu'ils n'avaient pas eux-
mêmes, et à les décrier tous comme de la folie ou de l'imposture.11

Wesley a fait face aux mêmes types de critiques que Montanus et ses disciples, et son
travail sera examiné au chapitre dix. D'autres ministères dotés d'un pouvoir surnaturel
devaient suivre ceux des montanistes.

Grégoire Thaumaturge (213-270 après JC)


Gregory est né dans une famille aisée de Néocésarée dans la province du Pont
(aujourd'hui Niksar dans la nation turque). Quittant son pays d'origine pour poursuivre ses
études, Grégoire a étudié sous et a été conduit à la foi salvatrice en Christ par Origène, que
nous avons étudié au chapitre cinq. L'éminent spécialiste du Nouveau Testament FF Bruce
a qualifié Gregory de « l'un des élèves les plus illustres et les plus dévoués d'Origène ».12
Dans un langage vivant et dramatique, Grégoire témoigne de sa propre expérience de
conversion :

Et ainsi, comme une étincelle éclairant notre âme intime, l'amour s'est
allumé et s'est enflammé en nous - un amour à la fois pour la Sainte Parole, le
plus bel objet de tous, qui attire tout irrésistiblement vers Lui par Son ineffable
beauté… Et étant le plus puissamment frappé par cet amour, j'ai été persuadé
d'abandonner tous ces objets ou poursuites qui nous semblent convenables….13

L'historien de l'Église Justo Gonzalez note que « le grand succès évangélique de


Grégoire n'était pas dû à ses arguments théologiques, mais aux miracles qu'il aurait
accomplis ». Gonzalez remarque également que Grégoire a été innovant en introduisant
une méthode qui sera répétée par beaucoup d'autres plus tard, "il a substitué les fêtes
chrétiennes aux anciennes païennes et s'est assuré que les célébrations chrétiennes
surpassaient les autres".14
Aussi appelé Grégoire le Wonderworker, son impact et son influence sur Neocaesarea
étaient tout simplement remarquables. Basile, que nous verrons plus loin dans ce chapitre,
écrit à propos de Grégoire :

63
Mais où rangerai-je le grand Grégoire, et les paroles qu'il a prononcées ? Ne
placerons-nous pas parmi les apôtres et les prophètes un homme qui a marché
par le même Esprit qu'eux ; [2 Corinthiens 12:18] qui, de tous ses jours, ne s'est
jamais éloigné des empreintes des saints ; qui a maintenu, tant qu'il a vécu, les
principes exacts de la citoyenneté évangélique ? Je suis sûr que nous ferons un
tort à la vérité si nous refusons de compter cette âme avec le peuple de Dieu,
brillant comme elle l'a fait comme un phare dans l'Église de Dieu ; car par la
collaboration de l'Esprit, le pouvoir qu'il avait sur les démons était immense, et
il était tellement doué de la grâce de la parole pour l'obéissance à la foi parmi…
les nations, [Romains 1:5] que, bien que seulement dix-sept chrétiens lui ont
été livrés, il a amené tout le peuple à la ville et à la campagne par la
connaissance à Dieu…. De plus, ses prédictions sur les choses à venir étaient de
nature à ne pas être en deçà de celles des grands prophètes. Raconter en détail
toutes ses merveilles serait une tâche trop longue. Par la surabondance de dons
opérés en lui par l'Esprit en toute puissance et en signes et en merveilles, il fut
appelé un second Moïse par les ennemis mêmes de l'Église. Ainsi, dans tout ce
qu'il accomplissait par grâce, aussi bien en paroles qu'en actes, une lumière
semblait toujours briller, signe de la puissance céleste de l'invisible qui le
suivait.15

Le frère de Basile, Grégoire de Nysse, parle aussi admirablement de Grégoire


Thaumaturge, reconnaissant l'impact significatif de son ministère :

Le matin, les gens du commun étaient de nouveau aux portes, les mêmes
plus les femmes et les enfants et les personnes âgées et certains de ceux dont le
corps était en proie à des démons ou à quelque autre affliction ; et il était au
milieu d'eux, partageant par la puissance de l'Esprit selon les besoins de chacun
dans la foule ; proclamer, discerner, diriger, enseigner, guérir. Surtout, il gagna
la multitude par la proclamation, car la vision coïncidait avec l'ouïe et les signes
de la puissance divine l'illuminaient à travers les deux. Car sa parole
émerveillait les auditeurs comme ses actions puissantes avec les malades
émerveillaient les yeux.16

Grégoire de Nysse a en outre remarqué que Grégoire « a accompli les types de guérison
des miracles sans aucun problème particulier » et a noté le nombre de miracles en disant : «
Pour parcourir dans l'ordre toutes les merveilles qu'il a opérées, il faudrait un long livre et
un discours dépassant le temps que nous avons maintenant.17
Jérôme a qualifié Grégoire de « homme doté de miracles apostoliques ainsi que de
vertus apostoliques ».18

Basile de Césarée (329-379 après JC)


L'historien de l'Église Stanley Burgess déclare que « la compréhension par Basil de
toute la gamme de l'œuvre du Saint-Esprit dans la vie du croyant est peut-être la plus
exceptionnelle du monde antique ».19La ville moderne de Kayseri, dans le centre de la

64
Turquie, était autrefois connue sous le nom de Césarée en Cappadoce ; c'était le lieu de
naissance de Basile. Souvent appelé « Basile le Grand », ce père de l'église est connu pour
avoir écrit des directives pour la vie communautaire monastique, combattant l'arianisme
(l'enseignement selon lequel Jésus est moins que divin), et était également un puissant
défenseur de la divinité du Saint-Esprit.
Dans ses écrits, Basile présente une vision très équilibrée de la bonne doctrine, des
opérations du Saint-Esprit et de la nécessité du bénéfice collectif de tous les croyants de la
congrégation locale. Par exemple, il déclare : « Et quand le courant de la doctrine jaillit dans
l'Église et qu'un cœur pieux déborde des dons du Saint-Esprit, n'accordez-vous pas
volontiers votre attention ? Ne recevez-vous pas cette faveur avec action de grâce ?20
Dans un autre endroit, Basile fait référence à de nombreux dons spirituels auxquels
Paul se réfère – parole de sagesse, parole de connaissance, foi, prophétie et « la grâce de
guérison » – et remarque : « Celui qui reçoit l'un de ces dons ne la posséder pour lui-même
mais plutôt pour les autres, afin que, dans la vie passée en communauté, l'opération de
l'Esprit Saint dans l'individu soit en même temps nécessairement transmise à tous.21
Basile était très clair en reconnaissant les dons du Saint-Esprit qui opéraient dans
l'église à son époque. Il affirme que « les miracles et les dons de guérison se font par le
Saint-Esprit ».22 Sa perspicacité dans la présence et l'opération du Saint-Esprit est
également visible dans cette déclaration :

Et comme l'art en celui qui l'a acquis, de même la grâce de l'Esprit dans le
destinataire est toujours présente, bien qu'elle ne soit pas continuellement en
action. Car de même que l'art est en puissance dans l'artiste, mais seulement à
l'œuvre lorsqu'il travaille conformément à lui, de même l'Esprit est toujours
présent avec ceux qui en sont dignes, mais œuvre, selon les besoins, dans les
prophéties, ou dans les guérisons, ou dans quelque autre mise en œuvre
effective de Son action potentielle.23

Basile a également embrassé le principe de Jésus de « vous avez reçu gratuitement,


donnez gratuitement » (Matthieu 10 :8) en ce qui concerne le fait d'opérer dans les dons du
Saint-Esprit. Après avoir fait référence aux différentes manifestations énumérées dans 1
Corinthiens 12 :7-10, Basile écrit : « Puisque le don de Dieu est reçu comme un don gratuit,
il est de notre devoir de le partager librement et de ne pas en faire un moyen de profit pour
nous-mêmes. -gratification."24 Aucune de ces déclarations de Basile n'aurait de sens si les
dons du Saint-Esprit n'étaient pas à l'œuvre à son époque.
Alors que Basile parlait fréquemment du Saint-Esprit, il ne le faisait pas à l'exclusion du
Père et du Fils ; il a aussi magnifiquement parlé du travail coopératif de la Trinité. Dans
cette déclaration, il parle avec éloquence de l'œuvre du Fils :

Ceux qui sont tombés des hauteurs élevées de la vie dans le péché, il les
relève de leur chute : c'est pourquoi il est la résurrection (Jean 11:25).
Travaillant efficacement par le toucher de sa puissance et la volonté de sa
bonté, il fait toutes choses. Il bergers; Il éclaire ; Il nourrit ; Il guérit ; Il guide ; Il
se lève ; Il appelle à l'existence des choses qui n'étaient pas ; Il soutient ce qui a

65
été créé. Ainsi, les bonnes choses qui viennent de Dieu nous parviennent par le
Fils, qui travaille dans chaque cas avec une plus grande rapidité que la parole
ne peut le dire.25

Ces types d'affirmations de Basil indiquent sa profonde appréciation pour les œuvres
surnaturelles personnelles et présentes de Dieu dans la vie des individus et dans la vie de
l'église.

Jean Chrysostome (349-407)


Jean Chrysostome est né, a grandi et a fait ses études à Antioche, où les croyants ont
d'abord été appelés chrétiens (Actes 11:26). Il a servi à la fois comme diacre et comme
prédicateur dans l'église d'Antioche, et a développé une réputation d'orateur doué qui a
courageusement et sans crainte affronté le péché à la fois dans la société et dans l'église,
parfois à ses risques et périls. « Chrysostome » n'était pas son nom de famille, mais plutôt
un surnom signifiant « bouche d'or » en grec. En 398 après JC, l'empereur Arcadius nomma
Chrysostome évêque de Constantinople, un poste qu'il ne désirait pas, mais accepta le
poste, croyant que c'était la volonté de Dieu.
Le moment choisi pour que Chrysostome devienne évêque de Constantinople est très
significatif à la lumière de trois événements majeurs de l'histoire de l'Empire romain :

En 313, l'empereur Constantin signa l'édit de Milan qui prévoyait la tolérance
de toutes les religions et interdisait les persécutions fondées sur la foi, en
particulier pour les chrétiens.

En 330, Constantin éloigne la capitale de Rome et la transfère à Byzance. Elle
fut plus tard nommée Constantinople. C'est la ville d'Istanbul en Turquie
aujourd'hui.

En 380, l'empereur Théodose décréta que le christianisme orthodoxe serait la
religion officielle de l'empire romain. Cela a élevé le christianisme au-dessus de
toutes les autres confessions et a eu des ramifications négatives pour ceux des
autres confessions.
Beaucoup ont noté qu'avec le «succès» du christianisme, il y a eu un déclin significatif
de la spiritualité globale de l'église. Jérôme (347-420 après JC), mieux connu pour avoir
traduit les Écritures en latin, oppose l'église persécutée à l'église qui a acquis un statut
social privilégié et une reconnaissance. À ses débuts, « [L'église] alors qu'elle gagnait en
force, grandissait par la persécution et était couronnée par le martyre », poursuit Jérôme, «
puis, après avoir atteint les empereurs chrétiens, comment elle augmentait en influence et
en richesse mais diminuait en vertus chrétiennes. "26
Plus récemment, l'auteur et historien de l'église Eddie Hyatt décrit l'effet paralysant qui
s'est produit lorsque le gouvernement a fait du christianisme la religion officielle de
l'empire :

66
En conséquence, des hordes de païens non convertis ont rempli les églises,
apportant avec elles des idées et des pratiques païennes. Le laxisme moral, qui
avait déjà brisé la nature vierge de l'église, dominait désormais une grande
partie de sa vie.27

C'est dans ce type de scénario, dans la ville impériale elle-même, que le prédicateur à la
« gueule d'or » s'est retrouvé, et il n'était pas de ceux qui compromettraient avec le mal et
l'injustice.
Chrysostome n'a pas perdu de temps à chercher à introduire la réforme et la piété dans
l'église et la ville. Il était un ardent défenseur de la justice et prêchait même contre le péché
parmi le clergé, y compris la pratique décadente des prêtres célibataires cohabitant avec
des « soeurs spirituelles ». Alors que certains étaient satisfaits de sa prédication
audacieuse, beaucoup parmi l'élite lui en voulaient, y compris Eudoxie, l'épouse ambitieuse
et indulgente de l'empereur. Les tensions existantes ont éclaté lorsque l'impératrice a fait
placer une statue d'elle-même à côté de Sainte-Sophie, l'élégante cathédrale où
Chrysostome a prêché. Il a répondu en la comparant à Hérodias dans un sermon.
Chrysostome fut alors banni de Constantinople et mourut plus tard en exil.
Chrysostome a parlé de beaucoup de ceux qui « ont éradiqué les maladies en s'oignant
d'huile dans la foi et en temps voulu ».28Cependant, contrairement à la plupart des
personnes mentionnées dans ce livre, Chrysostome a fait certaines déclarations qui
semblent impliquer sa croyance que les miracles et les dons de l'Esprit avaient cessé. Par
exemple, en enseignant sur 1 Corinthiens 12:1, il déclare :

Concernant les dons spirituels, frères, je ne voudrais pas que vous soyez
ignorants…. Tout cet endroit est très obscur : mais l'obscurité est produite par
notre ignorance des faits auxquels nous nous référons et par leur cessation,
étant tels qu'ils se produisaient alors mais n'ont plus lieu maintenant.29

Naturellement, ceux qui croient que le Saint-Esprit a retiré ses dons miraculeux et
extraordinaires à un moment donné dans les premières années de l'église citeront ceci et
quelques autres déclarations de Chrysostome pour soutenir leur point de vue.
Il est important de poser une question de clarification ici. La cessation des dons
spirituels dont parle Chrysostome s'est-elle produite parce que Dieu a souverainement
retiré les dons de l'Esprit à l'Église en général, ou cette cessation s'est-elle produite parce
que les chrétiens de Constantinople, peut-être certains de nom seulement, avaient
gravement négligé le Saint L'Esprit et Son œuvre ? En d'autres termes, Chrysostome faisait-
il une déclaration doctrinale absolue concernant un décret souverain de Dieu, ou était-il en
deuil d'une église qui avait constamment ignoré le Saint-Esprit et avait constamment refusé
de permettre à l'Esprit d'agir comme il le souhaitait ?
Sur la base du fait que d'autres ministres du monde méditerranéen, tels que Basile de
Césarée, Martin de Tours et Augustin d'Hippone, rapportaient des miracles et des œuvres
surnaturelles de Dieu à la même époque, je suis fortement enclin à suivre cette dernière
explication. - que les membres de l'église étaient si éloignés de Dieu dans leur communion
qu'ils n'accueillaient plus le Saint-Esprit, d'où la base des déclarations de Chrysostome.

67
Considérez les descriptions de Chrysostome de la condition spirituelle à Constantinople
et demandez-vous si c'était le genre d'environnement où le Saint-Esprit était le bienvenu
pour se déplacer, ou si c'était un endroit où l'Esprit aurait été éteint, résisté et attristé. Il
parle de son ministère : « Mon travail est comme celui d'un homme qui essaie de nettoyer
un terrain dans lequel coule constamment un ruisseau boueux.30
Chrysostome réfléchit à l'unité de l'église dans les temps précédents, quand il y avait
«une âme et un cœur», mais souligne ensuite le contraste frappant, en disant «maintenant,
pas dans une seule âme ne peut voir cette unanimité, plutôt grande est la guerre
partout."31Il parle aussi de l'attitude irrespectueuse et irrévérencieuse de l'église en disant :
« Ici grand est le tumulte, grande la confusion, et nos assemblées ne diffèrent en rien de la
boutique d'un vigneron, tant les rires sont forts, tant le trouble est grand. ; comme dans les
bains, comme dans les marchés, le cri et le tumulte sont universels.32
Contrairement à cette sombre description de la façon dont l'église était, Chrysostome
peint également une image de ce que l'église était censée être : « Car l'église n'est pas un
salon de coiffure ou de parfumerie, ni aucun autre entrepôt de marchand sur le marché,
mais un lieu des anges, un lieu d'archanges, un palais de Dieu, le ciel lui-même.
Chrysostome décrit également le mépris que les gens avaient pour la parole de Dieu qui
était prêchée : « Quand Dieu parle du ciel… nous nous comportons avec plus d'impudence
que des chiens, et même envers les prostituées, nous accordons plus de respect qu'à Dieu.33
Dans un autre endroit encore, après avoir décrit l'habillement provocateur des femmes
dans l'église et de celles qui ont été ainsi séduites, Chrysostome dénonce l'influence de la
mondanité et de la corruption charnelle qui prévalait dans l'église :

Si quelqu'un essaie ou a l'intention de corrompre une femme, il n'y a aucun


endroit, je suppose, qui lui semble plus approprié que l'église. Et si quelque
chose doit être vendu ou acheté, l'église semble plus commode que le marché.
Car sur de tels sujets aussi on parle plus ici que dans les magasins eux-mêmes.
Ou si quelqu'un souhaite dire ou entendre un scandale, vous constaterez que
cela aussi est à avoir ici plus que dans le forum [marché] sans. Et si vous voulez
entendre quoi que ce soit sur des affaires politiques, ou sur les affaires des
familles privées, ou sur le camp, n'allez pas au tribunal, ne vous asseyez pas
chez l'apothicaire ; car ici, ici je dis sont ceux qui rapportent toutes ces choses
avec plus de précision ; et nos assemblées sont quelque chose plutôt qu'une
église.34

Quel acte d'accusation ! Chrysostome a même utilisé l'analogie de la destruction causée


par d'horribles tempêtes en mer pour décrire ce qui se passait dans l'église de son époque :
"35
La déclaration la plus révélatrice de Chrysostome se trouve peut-être dans son
commentaire sur 1 Corinthiens 14, un chapitre qui traite en détail des dons vocaux de
l'Esprit : prophétie, langues et interprétation. Bien que le contexte de ses remarques se
rapporte aux dons de l'Esprit, il indique clairement qu'il fait également référence à la vie et
à la vertu de l'église, et il met en contraste la façon dont l'église était comparée à la façon
dont elle avait décliné dans son journées:

68
Qu'est-ce qui peut être plus affreux que ces choses ? Car en vérité l'Église
était alors un ciel, l'Esprit gouvernant toutes choses, et mouvant chacun des
dirigeants et le rendant inspiré. Mais maintenant, nous ne retenons que les
symboles de ces cadeaux…. Mais l'Église actuelle est comme une femme qui est
tombée de ses anciens jours prospères, et à bien des égards ne conserve que les
symboles de cette ancienne prospérité... mais privée de sa richesse : l'Église
actuelle ressemble à une telle... maintenant elle est désolée. et nul, et les jetons
ne restent que.36

Plus que tout, il semble que Chrysostome déplorait à quel point l'église de son époque
était éloignée du plan de Dieu, à quel point elle était éloignée de son propre potentiel.
Reconnaissant que tant de personnes n'avaient pas cédé et n'avaient pas aligné leur vie sur
la volonté de Dieu, il écrit : « Si nous avions tous participé à l'Esprit, comme nous devrions
l'être, alors devrions-nous contempler le ciel et l'ordre des choses qui s'y trouvent.37
Plus de treize siècles plus tard, John Wesley exprimerait son opinion sur les raisons
pour lesquelles les dons extraordinaires de l'Esprit avaient diminué. Parlant de la
diminution des dons de l'Esprit dans l'église en général, Wesley écrit sur le déclin
significatif qui s'est produit :

… après cette période fatale où l'empereur Constantin se disait chrétien ; et,


par une vaine imagination de promouvoir ainsi la cause chrétienne, entassa
richesses, pouvoir et honneur sur les chrétiens en général, mais en particulier
sur le clergé chrétien. A partir de ce moment, ils cessèrent presque totalement ;
très peu d'exemples de ce genre ont été trouvés. La cause de ceci n'était pas,
(comme on l'a vulgairement supposé), « parce qu'il n'y avait plus d'occasion
pour eux », parce que tout le monde était devenu chrétien. C'est une erreur
malheureuse ; pas un vingtième n'était alors nominalement chrétien. La vraie
cause était que « l'amour de beaucoup », presque tous les chrétiens, ainsi
appelés, était « glacé ». Les chrétiens n'avaient pas plus de l'Esprit du Christ que
les autres païens. Le Fils de l'homme, lorsqu'il vint examiner son Église, put à
peine « trouver la foi sur la terre ». » C'était la vraie cause pour laquelle les dons
extraordinaires du Saint-Esprit ne se trouvaient plus dans l'Église chrétienne ;
parce que les chrétiens étaient redevenus païens et n'avaient plus qu'une forme
morte.38

Wesley a vu la puissance et les œuvres surnaturelles de Dieu dans sa vie et son


ministère, et ces événements seront explorés plus tard dans le chapitre dix.
Dans le cas de Chrysostome, il a clairement fait diverses déclarations sur l'absence des
dons de l'Esprit à son époque. Cependant, la condition de l'église qu'il décrit de manière
vivante et douloureuse est une condition qui était très résistante à la fois au Saint-Esprit et
à ses œuvres. Heureusement, dans de nombreux autres endroits du monde, les gens
accueilleraient le Saint-Esprit et ses dons. Dans ces endroits, nous voyons de puissants
signes et prodiges accompagnant la prédication du glorieux évangile, avant, pendant et
après l'époque de Jean Chrysostome.

69
Notes de fin
1.
FF Bruce, The Spreading Flame: The Rise and Progress of Christians From its First Beginnings to Eighth-Century
England (Nashville, TN: Kingsley Books, 1981), loc. 4949, Kindle.
2.
Philip Schaff, L'histoire de l'Église chrétienne, vol. II (Grand Rapids, MI : Eerdmans, 1910), 421.
3.
Bruce, La propagation de la flamme, loc. 5049, Kindle.
4.
Bruce L. Shelley, Histoire de l'Église en langage clair (Nashville, TN : Thomas Nelson Publishers,
www.thomasnelson.com, 2008), 64, Kindle. Utilisé avec la permission de Thomas Nelson.
5.
Schaff, Histoire de l'Église chrétienne, vol. II, 418.
6.
Eusèbe, L'histoire de l'Église, 169.
7.
Ibid., 170.
8.
Paul Enns, The Moody Handbook of Theology (Chicago : Moody Publishers, 2014), 163, Kindle.
9.
Schaff, Histoire de l'Église chrétienne, vol. II, 424.
dix.
Tertullien, Sur le jeûne, en opposition aux médiums, dans Les uvres de Tertullien, éd. Alexander Roberts,
trad. Sir James Donaldson et Arthur Cleveland Coxe (Seattle, WA : Amazon Digital Services, 1885), loc.
13622.
11.
John Wesley, Journal, 15 août 1750, The Works of John Wesley, vol. II (Grand Rapids, MI : Baker Book
House, 1986), 204.
12.
Bruce, La propagation de la flamme, loc. 7234, Kindle.
13.
Gregory Thaumaturgus, Oraison et panégyrique adressés à Origène, argument 6, dans The Complete
Works of Gregory Thaumaturgus (Seattle, WA : Amazon Digital Services, 2016), loc 727, Kindle.
14.
Justo L. Gonzalez, L'histoire du christianisme, vol. I (New York : livres électroniques HarperCollins, 2014),
115-116.
15.
Basil, De Spiritu Sancto, chapitre 29, dans The Complete Works of Saint Basil (Seattle, WA : Amazon
Digital Services, 2016), loc. 3453, Kindle.
16.
Grégoire de Nysse, Sur la vie et les merveilles de notre Père parmi les saints, Grégoire le Wonderworker, in St.

70
Gregory Thaumaturgus: Life and Works, trad. Michael Slusser (Washington, DC : The Catholic University of
America Press, 1998), 61.
17.
Ibid., 75.
18.
Jerome, The Complete Works of Saint Jerome, Letter 70 (Seattle, WA : Amazon Digital Services, 2016), Loc.
5819, Kindle.
19.
Stanley Burgess, éd. Christian Peoples of the Spirit: A Documentary History of Pentecostal Spirituality from the
Early Church to the Present (New York: New York University Press, 2011), 63.
20.
Basil, Ascetical Works, Homélie 11, Concerning Envy, in The Complete Works of Saint Basil (Seattle, WA :
Amazon Digital Services, 2016), loc. 17693, Kindle.
21.
Basil, Ascetical Works, The Long Rules, in The Complete Works of Saint Basil (Seattle, WA : Amazon
Digital Services, 2016), loc. 14787, Kindle.
22.
Basil, De Spiritu Sancto, dans The Complete Works of Saint Basil (Seattle, WA : Amazon Digital Services,
2016), loc. 2960, Kindle.
23.
Basil, De Spiritu Sancto, dans The Complete Works of Saint Basil (Seattle, WA : Amazon Digital Services,
2016), loc. 3206, Kindle.
24.
Basil, Ascetical Works, The Morals, in The Complete Works of Saint Basil (Seattle, WA : Amazon Digital
Services, 2016), loc. 13428, Kindle.
25.
Basil, De Spiritu Sancto, dans The Complete Works of Saint Basil (Seattle, WA : Amazon Digital Services,
2016), loc. 2377, Kindle.
26.
Jerome, Life of Malchus, in The Complete Works of Saint Jerome (Seattle, WA : Amazon Digital Services,
2016), Loc. 14817, Kindle.
27.
Eddie L. Hyatt, 2000 ans d'histoire de l'Église charismatique : un regard du 21e siècle sur l'histoire de l'Église
d'un point de vue pentecôtiste/charismatique (Lake Mary, FL : Charisma House, 2002), 34, Kindle.
28.
Jean Chrysostome, Homélie XXXII, Matthieu 9:27-30, dans Les uvres Complètes de Saint Jean
Chrysostome, trad. Philip Schaff (Seattle, WA : Amazon Digital Services, 2011), loc. 33650, Kindle.
29.
Jean Chrysostome, Homélie XXIX, 1 Corinthiens 12 :1-2, dans Les uvres complètes de saint Jean
Chrysostome, trad. Philip Schaff (Seattle, WA : Amazon Digital Services, 2011), loc. 68597, Kindle.

71
30.
Kevin Dale Miller, Savais-tu? Faits peu connus et remarquables sur Jean Chrysostome, Histoire chrétienne,
numéro 44 (1994), 2.
31.
Jean Chrysostome, Homélie XXXVI, 1 Corinthiens 14:20, dans Les uvres Complètes de Saint Jean
Chrysostome, trad. Philip Schaff (Seattle, WA : Amazon Digital Services, 2011), loc. 71285, Kindle.
32.
Ibid., loc. 71292, Kindle.
33.
Ibid., loc. 71295, Kindle.
34.
Ibid., loc. 71325, Kindle.
35.
Jean Chrysostome, Traité du sacerdoce, dans Les uvres complètes de saint Jean Chrysostome, trad. Philip
Schaff en 1886 (Seattle, WA : Amazon Digital Services, 2011), loc. 154064, Kindle.
36.
Chrysostome, Homélie XXXVI, loc. 71254, Kindle.
37.
Jean Chrysostome, Homélie II, Ephésiens 1:11-14, dans Les uvres complètes de Saint Jean Chrysostome,
trad. Philip Schaff (Seattle, WA : Amazon Digital Services, 2011), loc. 115746, Kindle.
38.
John Wesley, The More Excellent Way, Sermon 89, dans The Works of John Wesley, vol. 7, (Grand Rapids,
MI : Baker Book House, 1986), 26-27.

72
CHAPITRE 7 :

DIEU EN GAULE (FRANCE)

Combien la manifestation de l'Esprit est-elle vraiment vue dans l'octroi de dons aussi utiles !
—Hilaire de Poitiers

Nous avons discuté au chapitre trois d'un grand chef spirituel, Irénée de Lyon, qui a exercé
son ministère puissamment en Gaule, qui est la France d'aujourd'hui. Polycarpe de Smyrne,
disciple de l'apôtre Jean, envoya Irénée assumer la direction spirituelle à Lyon. Mais ce
pays devait aussi connaître d'autres grands ministres qui porteraient et exerceraient la
puissance de l'Esprit de Dieu.

Hilaire de Poitiers (310-367) après JC


La ville de Poitiers, située dans le centre-ouest de la France, était la demeure d'un
évêque influent nommé Hilaire au IVe siècle. Ce chef d'église était surtout connu comme
défenseur de l'orthodoxie de Nicée, ce qui signifie qu'il était en faveur de la divinité du
Christ contrairement aux ariens qui croyaient que Jésus n'était pas égal ou de la même
substance que le Père. Sa défense de la vérité était si forte qu'on l'appelait souvent
« Athanase de l'Occident ».
Sa défense inflexible de la foi lui a valu d'être exilé en Phrygie (Turquie moderne)
pendant près de quatre ans, et pourtant il est resté une influence puissante à travers ses
écrits. Même si Hilary est principalement connu pour sa compréhension et sa défense d'une
doctrine solide, il a également parlé avec force de l'œuvre du Saint-Esprit. Hilary a honoré
le rôle du Saint-Esprit dans l'illumination de l'esprit du croyant quant à la signification des
Écritures, lui faisant confiance pour dévoiler et révéler même les significations nuancées de
la Parole de Dieu.
En priant le Seigneur Dieu Tout-Puissant, Hilary écrit : « Nous comptons sur vous pour
nous donner cette communion de cet Esprit qui a guidé les prophètes et les apôtres, afin
que nous puissions prendre leurs paroles dans le bon sens dans lequel ils ont parlé et
attribuer son droit nuance de sens à chaque énoncé.1
Hilaire a également parlé de l'opération et de l'action des dons du Saint-Esprit ; et ce
faisant, il a utilisé à plusieurs reprises le mot « nous », signifiant que lui et ceux de sa
génération faisaient l'expérience de ces dons et de leurs avantages. Dans son ouvrage
classique, On the Trinity, Hilary écrit :

C'est par ces opérations miraculeuses que s'accomplit la manifestation de


l'Esprit. Car le don de l'Esprit est manifeste, là où la sagesse s'exprime et les
paroles de vie sont entendues, et là où il y a la connaissance qui vient de la
perspicacité donnée par Dieu… ou par la foi en Dieu, de peur qu'en ne croyant

73
pas à l'Evangile de Dieu, nous devrions être en dehors de son évangile ; ou par
le don des guérisons, afin que par la guérison des maladies nous rendions
témoignage à sa grâce qui accorde ces choses ; ou par l'accomplissement de
miracles, afin que ce que nous faisons puisse être compris comme étant la
puissance de Dieu, ou par prophétie, afin que, par notre compréhension de la
doctrine, nous soyons connus pour être enseignés de Dieu ; ou en discernant les
esprits, que nous ne serions pas incapables de dire si quelqu'un parle avec un
esprit saint ou perverti ; ou par des sortes de langues, afin que le parler en
langues soit accordé comme signe du don du Saint-Esprit ; ou par
l'interprétation des langues, afin que la foi de ceux qui entendent ne soit pas
mise en péril par l'ignorance, puisque l'interprète d'une langue explique la
langue à ceux qui l'ignorent. Ainsi dans toutes ces choses distribuées à chacun
pour le profit de tous, il y a la manifestation de l'Esprit, le don de l'Esprit se
manifestant par ces merveilleux avantages accordés à chacun.2

Puis, après avoir énuméré les dons de l'Esprit trouvés dans 1 Corinthiens 12 :8-10,
Hilaire déclare : « Ce sont clairement les agents du ministère et de l'œuvre de l'Église dont
se compose le corps de Christ ; et Dieu les a ordonnés.3 Il remarque également : « Comment
la manifestation de l'Esprit se voit-elle vraiment dans l'octroi de dons aussi utiles ! »4

Martin de Tours (316-397)


Originaire de Pannonie dans l'actuelle Hongrie et l'ouest de l'Autriche, Martin est
devenu chrétien dès son plus jeune âge ; et après un passage dans l'armée romaine, il est
parti et a étudié sous Hilaire à Poitiers. Il fut finalement nommé curé de l'église de Tours, à
environ soixante-quatre milles de Poitiers ; mais même avant cela, Martin avait acquis la
réputation d'être puissamment utilisé dans la guérison et l'exorcisme. Même s'il était
moine avant d'assumer son rôle pastoral, Martin ne s'est pas isolé du monde. L'érudit FF
Bruce observe :

Martin n'a pas utilisé ses préférences monastiques comme prétexte pour se
retirer complètement du monde. Au contraire, il fit de Tours le centre d'une
intense campagne d'évangélisation des Gaulois païens, à la suite de laquelle les
frontières de son évêché furent considérablement étendues.5

En tant que proche collaborateur de Martin, Sulpicius Severus a relaté de nombreux


événements de la vie de Martin, parlant admirablement à la fois de son caractère et de son
travail.
Severus parle de Martin « affichant une sorte de bonheur céleste sur son visage »,6 et a
dit : « aucune langue ne peut jamais être capable de décrire sa vie intérieure et sa conduite
quotidienne, et son esprit toujours concentré sur les choses du ciel. »7En plus de décrire le
comportement paisible et la diligence de Martin dans la prière, Severus a souligné le
pouvoir surnaturel qui a été exprimé à travers le ministère de Martin. Par exemple, il écrit :

74
Le don de guérir était si largement possédé par Martin, que presque aucun
malade ne venait lui demander de l'aide sans être aussitôt rétabli.8
Ce fait, non plus, ne doit pas être passé sous silence, que les fils du vêtement de
Martin, ou ceux qui avaient été arrachés du sac qu'il portait, faisaient de
fréquents miracles sur les malades. Car, soit en étant attachés autour des
doigts, soit placés autour du cou, ils chassaient très souvent les maladies des
affligés.9

Dans cette biographie, de nombreuses guérisons et délivrances sont documentées, et


Severus note également que Martin percevait souvent les choses avant qu'elles ne se
produisent et « révélait aux frères les choses qui lui avaient été révélées ».dix Comme il cite
diverses œuvres surnaturelles que Dieu a faites à travers Martin, il déclare qu'il ne
communique que "quelques-unes parmi une multitude"11 et indique qu'il a choisi de ne
rapporter qu'un nombre limité d'interventions divines car il ne voulait pas fatiguer ses
lecteurs avec trop d'exemples.
Le biographe de Martin note également l'efficacité du ministère de Martin dans la
communication de l'évangile du Christ et l'établissement d'églises. Il écrit:

Certes, avant l'époque de Martin, très peu, voire presque aucun, dans ces
régions n'avait reçu le nom de Christ ; mais par ses vertus et son exemple, ce
nom a tellement prévalu, que maintenant il n'y a pas d'endroit dans les
environs qui ne soit rempli ni d'églises ni de monastères très encombrés. Car
partout où il détruisait des temples païens, il y construisait immédiatement des
églises ou des monastères.12

Bernard de Clairvaux (1090-1153)


Né dans l'Est de la France, Bernard était un écrivain prolifique et éloquent. C'était un
abbé (chef d'un monastère cistercien) qui exerçait une grande influence. L'un des collègues
de Bernard a déclaré : « Sa vie est pleine de choses admirables et dignes d'éloges. Certains
admirent son enseignement, d'autres son caractère, d'autres ses miracles, et je rends
honneur à tous ceux-là.13Lorsqu'un ministre a des œuvres surnaturelles à l'œuvre tout au
long de sa vie, il peut devenir fier, mais Bernard a maintenu une grande humilité et un
caractère pieux tout au long de sa vie. Un contemporain de Bernard écrit :

Et quand ses actes et ses paroles étaient soutenus même par des miracles,
ce qui est une chose encore plus glorieuse, il n'a jamais été déséquilibré, n'a
jamais pensé à lui-même plus haut qu'il ne devrait. Au contraire, il s'est
toujours considéré humblement, ne se considérait pas comme l'auteur, mais
comme l'instrument d'œuvres puissantes ; et quand, dans le jugement
universel, il fut élevé au-dessus de tout, il était le plus bas de tous les siens.14

Des œuvres miraculeuses de Bernard, il est dit : « les possédés, les aveugles, les sourds-
muets, les fiévreux et même les mourants, il guérit par l'imposition des mains ». Il a

75
également été noté qu'il aurait effectué une fois trente-six guérisons miraculeuses en une
seule journée; et on a calculé que pendant cette mission rhénane, il guérissait en moyenne
trente personnes par jour.15
Bernard a démontré une vision très développée de la personne et de l'œuvre du Saint-
Esprit. Dans un sermon, « Sur les deux opérations du Saint-Esprit », il écrit :

Car non seulement il nous fortifie intérieurement de vertus, pour notre


propre salut, mais il nous orne aussi extérieurement de ses dons, pour le salut
des autres. Les premiers nous sont accordés pour notre propre bien, les
seconds en vue de l'avantage de notre prochain. Par exemple, nous obtenons
pour nous-mêmes la foi, l'espérance et la charité, car sans elles le salut est
impossible. D'autre part, la parole de sagesse et de connaissance, la grâce de
guérison, le don de prophétie, etc., qui ne sont en aucun cas nécessaires au salut
de nos propres âmes, sont sans aucun doute communiqués pour être employés
à promouvoir les intérêts spirituels des autres. Ces opérations ou grâces du
Saint-Esprit, vécues en nous-mêmes ou dans les autres, je les appellerai, si vous
me le permettez, respectivement Infusion et Effusion, dérivant les noms des
fins pour lesquelles elles sont accordées.16

À la fin de ce même message, Bernard affirme : « Voici maintenant tout ce qu'il faut
verser en nous pour que nous puissions nous aventurer à verser ».17 En tant que jeune
étudiant à l'école biblique, j'ai entendu des enseignements sur « l'Esprit à l'intérieur » et
« l'Esprit sur », et bien que de tels messages soient dérivés des Écritures, je ne me rendais
pas compte que les chefs d'église médiévaux comme Bernard exprimaient avec force et
clarté les mêmes idées. plusieurs siècles auparavant.
La présence de dons spirituels opérant dans l'ordre cistercien, dont Bernard était un
influenceur clé, se reflète dans les remarques qui leur sont faites dans une lettre du pape
Eugène. Se référant aux saints historiques et bibliques, il écrit :

En vérité, ils ont reçu les prémices de l'Esprit, et leur parfum agréable est
descendu jusqu'à nous. Si vous avez reçu des diversités de langues, la grâce
pour des guérisons opérantes, la connaissance de la prophétie, si vos paroles
sont plus parfumées que les onguents les plus coûteux, si le monde vous honore
et prend plaisir à courir dans l'odeur de vos onguents, ce n'est rien. mais
l'œuvre de Celui qui dit : « Mon Père a œuvré jusqu'à présent, et j'ai œuvré »
(Jean 5 :17).18

Une telle déclaration reflète une compréhension très mûre de la raison pour laquelle les
dons ont été donnés et un engagement à s'en tenir à leur dessein divin. C'étaient les œuvres
gracieuses du Saint-Esprit et n'étaient pas destinées à exalter une personne ou un groupe.
Bernard a également reconnu que les opérations les plus subtiles du Saint-Esprit
doivent être appréciées, pas seulement les opérations les plus dramatiques ou
sensationnelles. Il écrit sagement :

76
Ne soyez ni lent ni lâche à exprimer votre gratitude ; apprendre à rendre
grâce pour chaque faveur accordée. « Considérez avec diligence ce qui vous est
présenté », afin qu'aucun des dons de Dieu, l'ordinaire pas plus que
l'extraordinaire, le plus petit pas plus que le plus grand, ne puisse manquer
d'être dûment et avec reconnaissance reconnu. Souvenez-vous qu'il nous est
ordonné de « rassembler les fragments, de peur qu'ils ne soient perdus ». C'est-
à-dire que nous sommes tenus de rendre grâce pour même la plus petite des
faveurs de Dieu. Car nous perdons toujours le bénéfice des grâces divines
lorsque nous négligeons de les récompenser par des actions de grâces.
L'ingratitude est l'ennemie de l'âme, l'extincteur des mérites, le destructeur des
vertus, le gaspilleur des bienfaits. L'ingratitude est un vent brûlant qui tarit les
fontaines de la piété, et les rosées de la miséricorde, et les sources de la grâce.19

Bernard a clairement préconisé de glorifier Dieu et d'avoir un cœur plein de gratitude


pour tout ce que Dieu fait. Il ne dédaignait pas les expressions nuancées de la bonté de
Dieu.

Pierre Waldo (1140-1218)


Né juste treize ans avant la mort de Bernard de Clairvaux, Peter Waldo était un riche
marchand de la ville de Lyon, en France, la même ville où Irénée avait exercé son ministère
environ mille ans plus tôt. Profondément ému par une présentation de l'évangile dans la
rue, Waldo a liquidé ses biens terrestres, a donné de façon extravagante aux pauvres et a
financé la traduction des Écritures dans la langue de son peuple.
Waldo et ses disciples – connus sous le nom de Vaudois – croyaient non seulement que
la Bible devrait être disponible dans sa langue maternelle, mais que l'Écriture devrait être
la norme d'autorité pour déterminer la vérité. Alors que Waldo étudiait la Bible, il
s'étonnait que beaucoup des croyances enseignées par l'église institutionnelle ne soient pas
soutenues par les Écritures. Notant l'excommunication et la persécution éventuelle des
Vaudois par l'église établie, le théologien Gregg Allison explique :

Parmi les croyances et pratiques pour lesquelles les Vaudois étaient


condamnés, il y avait le refus de se soumettre aux évêques et d'obéir au pape,
qu'ils niaient être le chef de l'Église catholique à cause de sa corruption ; le
refus des messes pour les morts, la prière des saints pour les chrétiens de la
terre et la doctrine du purgatoire ; l'établissement de leur propre hiérarchie ; et
un ministère dans lequel même les laïcs pouvaient prier, entendre des
confessions de péché et administrer les sacrements.20

Peter Waldo n'était pas le premier à trouver à redire aux enseignements et aux
pratiques de l'église institutionnelle. Bernard avant lui a exprimé son désaccord avec
l'Immaculée Conception ; il croyait que seul Jésus, et non Marie, était né sans péché. Après
Waldo, d'autres voix dissidentes s'élèveront telles que Jan Hus, John Wycliffe, Girolamo
Savonarola et Martin Luther.

77
Waldo était également un fervent partisan de la pauvreté volontaire et de la prédication
de la Parole de Dieu en public. Avec l'engagement des Vaudois envers l'autorité des
Écritures, il n'est pas surprenant que lorsqu'ils ont publié une confession de foi en 1431,
celle-ci comprenait une référence forte et distincte à la guérison divine par l'onction
d'huile.

Par conséquent, concernant cette onction des malades, nous la considérons


comme un article de foi, et professons sincèrement du fond du cœur, que les
malades, lorsqu'ils le demandent, peuvent légitimement être oints de l'huile
d'onction, par celui qui se joint à eux dans priant pour qu'elle soit efficace pour
la guérison du corps, selon le dessein, la fin et l'effet mentionnés par les
Apôtres, et nous professons qu'une telle onction, effectuée selon le dessein et la
pratique apostoliques, sera guérissant et profitable.21

Notes de fin
1.
Hilaire, Sur la Trinité, dans Les Workuvres complètes des Pères de l'Église, éd. Philip Schaff (Seattle, WA :
Amazon Digital Services, 2016), loc. 307025, Kindle.
2.
Ibid., loc. 310322, Kindle.
3.
Ibid., loc. 310359, Kindle.
4.
Ibid., loc. 310374, Kindle.
5.
Bruce, La propagation de la flamme, loc. 8030, Kindle.
6.
Sulpicius Sévère,La vie de saint Martin, dans The Complete Ante-Nicene, Nicene and Post-Nicene Collection of
Early Church Fathers, éd. Philip Schaff (Seattle, WA : Amazon Digital Services), loc. 479623, Kindle.
7.
Ibid., loc. 479613, Kindle.
8.
Ibid., loc. 479439, Kindle.
9.
Ibid., loc. 479479, Kindle.
dix.
Ibid., loc. 479530, Kindle.
11.
Ibid., loc. 479492, Kindle.
12.
Ibid., loc. 479407, Kindle.

78
13.
Bernard, Vie et uvres de Saint Bernard, vol. 1, dans The Saint Bernard of Clairvaux Collection (New York :
Aeterna Press, 2016), loc. 2694, Kindle.
14.
Ibid., loc. 2701, Kindle.
15.
Idem.
16.
Bernard, Sermons sur le Cantique des Cantiques, vol. 1, Sermon XVIII, Sur les deux opérations du Saint-
Esprit, in The Saint Bernard of Clairvaux Collection (New York : Aeterna Press, 2016), loc. 25482, Kindle.
17.
Ibid., loc. 22570, Kindle.
18.
Eugène, A Letter of Pope Eugenius to the Cistercian Chapter, in The Saint Bernard of Clairvaux Collection (New
York: Aeterna Press, 2016), loc. 12927 et 12936, Kindle.
19.
Bernard, Sermons sur le Cantique des Cantiques, vol. 1, Sermon LI in, The Saint Bernard of Clairvaux
Collection (New York : Aeterna Press, 2016), loc. 30013, Kindle.
20.
Gregg Allison, Historical Theology: An Introduction to Christian Doctrine (Grand Rapids, MI: Zondervan,
2011), loc. 17502, Kindle. Utilisé avec l'autorisation de Zondervan.www.zondervan.com
21.
Thomas Boys, The Suppressed Evidence: Proofs of the Miraculous Faith and Experience of the Church of Christ
in All Ages (Londres : Hamilton, Adams, and Company, 1832), 56.

79
CHAPITRE 8 :

LA FLAMME DE L'ESPRIT DANS LA RÉFORME

Le Saint-Esprit m'a appelé par l'Évangile, m'a éclairé de ses dons, m'a sanctifié et préservé dans la vraie foi, tout comme il
appelle, rassemble, éclaire et sanctifie toute l'Église chrétienne sur terre et la préserve en union avec Jésus-Christ dans la
seule vraie foi.
-Martin Luther

Martin Luther (1483-1546)


Peut-être aucun autre nom n'est aussi connu dans l'histoire de l'Église que celui
du réformateur bruyant et perturbateur, Martin Luther. Brillant étudiant en
droit, Luther a vécu une expérience terrifiante lors d'un orage et, jurant de
devenir moine, il a rejoint les Augustins. Perpétuellement troublé par la
culpabilité et craignant le jugement de Dieu, Luther s'appliqua le plus
rigoureusement à réaliser le salut par les œuvres religieuses, la confession des
péchés accompagnée d'actes de pénitence, et en recevant les sacrements. Tout
cela représentait sa tentative de gagner la faveur de Dieu ; et Luther a dit que si
quelqu'un avait pu gagner le ciel par la vie d'un moine, ce serait lui.
Ses pratiques ascétiques rigoureuses comprenaient l'auto-flagellation, la privation de
sommeil auto-imposée, le jeûne extrême et le fait de se priver de confort personnel, comme
dormir délibérément dans le froid sans couverture. Luther a eu de graves problèmes
internes plus tard dans sa vie, et cela aurait pu être dû aux dommages qu'il a causés à son
propre système au cours de cette période de sa vie. Il a dit : « Si j'avais continué plus
longtemps, je me serais tué avec des veillées, des prières, des lectures et d'autres bonnes
œuvres.1
Après des années de lutte spirituelle, Luther a finalement trouvé dans les Écritures la
paix et l'assurance du salut qu'il avait désespérément recherché. Alors qu'il était professeur
de théologie à l'Université de Wittenberg, il en est venu à comprendre le salut et le pardon
d'une manière radicalement différente qu'à travers le prisme des œuvres religieuses. Le
verset clé de la transformation personnelle de Luther était Romains 1:17, qui dit : « Car en
lui [l'évangile] la justice de Dieu est révélée de foi en foi ; comme il est écrit : 'Le juste vivra
par la foi.' » Luther avait toujours été affligé par la justice de Dieu, parce qu'il savait qu'il en
était loin de l'atteindre. Mais maintenant, une nouvelle compréhension est venue. Luther
écrit :

Enfin, par la miséricorde de Dieu méditant jour et nuit… j'ai commencé à


comprendre que la justice de Dieu est celle par laquelle le juste vit par un don
de Dieu, à savoir par la foi. Ici, j'ai senti que j'étais entièrement né de nouveau et
que j'étais entré au paradis lui-même par des portes ouvertes.2

80
Cette intuition scripturaire allait bientôt alimenter un mouvement qui allait
radicalement changer le monde.
Les choses sont devenues publiques le 31 octobre 1517. Luther était devenu de plus en
plus affligé par une forme de collecte de fonds de l'église qui impliquait la vente
d'indulgences, et Luther a affiché ce qu'on appelle les 95 thèses sur la porte de l'église de
Wittenberg. Dans ces propositions, Luther s'opposait à la pratique de l'église vendant ces
documents qui autorisaient prétendument la libération d'individus – l'acheteur, ou
quelqu'un désigné par l'acheteur – du temps du purgatoire.
Même si Luther a écrit ces griefs en latin pour inviter à la discussion et au débat entre
les érudits, les 95 thèses ont rapidement été traduites en allemand et dans d'autres langues
européennes et ont été diffusées sur tout le continent. Luther a remis en question l'autorité
du pape pour vendre des indulgences et a fait valoir que si le pape avait réellement une
telle autorité, pourquoi n'avait-il pas accordé ce pardon basé sur l'amour plutôt que de le
faire pour de l'argent.
Finalement, Luther, le prêtre, pasteur et professeur allemand, a été condamné et
excommunié de l'église, mais l'influence de Luther s'est fait sentir partout. Ses écrits ont
inspiré de nombreux autres réformateurs qui prêchaient les mêmes types de vérité dans
toute l'Europe.

LES CINQ SOLAS

Les critiques de Luther peuvent à juste titre citer ses défauts, mais il a rendu un service
incalculablement bénéfique en ramenant l'église à ses racines bibliques. Les effets du
ministère de Luther et de celui d'autres réformateurs peuvent être résumés par les cinq
solas :

Sola Scriptura :La Bible seule est notre plus haute autorité—les Écritures
seules sont le guide infaillible en matière de révélation de Dieu à l'homme.
Tout ce qui est enseigné par l'homme qui contredit l'Écriture doit être rejeté.

Sola Gratia :Nous sommes sauvés par la grâce de Dieu seul—le salut est donné
par la grâce de Dieu et n'est pas gagné par les mérites ou les œuvres de
l'homme. Le salut est entièrement initié par Dieu et ce qu'Il a fait en envoyant
Jésus.

Sola Fide :Nous sommes sauvés par la foi seule en Jésus-Christ. Le salut de Dieu
basé sur la grâce n'est reçu que par la foi et non par les œuvres. Le salut ne
peut être gagné par les activités religieuses de l'homme.

Solus Christus :Nous faisons confiance au Seigneur Jésus-Christ seul pour notre
salut – Lui seul est le médiateur entre Dieu et l'homme – il n'y a de salut en
personne d'autre. Le salut vient de Christ seul, pas d'un autre homme.

81

Soli Deo Gloria :Nous devons vivre pour la gloire de Dieu seulement—chaque
partie de la vie chrétienne doit exprimer la gloire de Dieu. Glorifier Dieu, ne pas
rechercher l'approbation de l'homme, est le but de notre existence.
Alors que Luther est principalement connu pour le message de justification par la foi -
que l'homme entre en droit avec Dieu par la foi et non par les œuvres - le moine allemand
devenu réformateur a eu diverses expériences de nature surnaturelle.
Théologiquement, Luther et d'autres réformateurs avaient un problème avec les
prétendues guérisons et miracles à leur époque parce que, du moins en partie, tant de ces
affirmations étaient liées à ce qu'ils croyaient être de graves erreurs de l'église
institutionnelle. De nombreuses guérisons, légitimes ou non, étaient liées à des reliques,
elles-mêmes généralement liées à des offrandes financières. Les miracles étaient souvent
liés à des superstitions non bibliques et à des prières aux saints. En outre, des miracles ont
été utilisés pour défendre la véracité de l'église institutionnelle et de ses doctrines.
Craig Keener prend note du fouillis religieux qui existait à l'époque de Luther :

Certaines pratiques médiévales omniprésentes à l'époque de la Réforme


protestante, comme le trafic de reliques authentiques à des fins pécuniaires
[financières]…. Les reliques médiévales de diverses sortes incluent un morceau
du pain avec lequel Jésus a nourri les cinq mille ; les prétentions des sites
concurrents à détenir la robe de Jésus ; les restes (étrangement multipliés) de
la « vraie croix » ses clous qui se multiplient en quelque sorte ; la couronne
d'épines ; plusieurs versions de la sainte lance qui a percé le côté de Jésus; ses
saintes larmes ; certains de ses cheveux; une partie du sang éponge du Sauveur
; plus splendide encore, l'une des dents de lait de Jésus ; son cordon ombilical
nouveau-né; et last but not least, huit sites prétendent posséder le saint
prépuce laissé par sa circoncision.3

Un contemporain de Luther nommé Erasmus a dit de manière satirique qu'il y avait


suffisamment de morceaux de la vraie croix en Europe pour reconstruire l'arche de Noé.
Luther lui-même a dit :

Que de mensonges sur les reliques ! L'un prétend avoir une plume de l'aile
de l'ange Gabriel, et l'évêque de Mayence a une flamme du buisson ardent de
Moïse. Et comment se fait-il que dix-huit apôtres soient enterrés en Allemagne
alors que le Christ n'en avait que douze ?4

Malgré le dédain de Luther pour les allégations contrefaites, en tant que pasteur, il était
souvent poussé avec compassion et foi à prier pour que les gens soient guéris et guéris.
Dans un cas, Luther a rendu visite à une femme qui souffrait depuis longtemps de graves
crises. Table Talk rapporte : « Luther soupira et dit : 'Dieu te réprimande, Satan, et te
recommande que tu souffres que sa divine créature soit en paix.' »5 Après une prière
supplémentaire, il est noté : « La nuit suivante, elle se reposa et le lendemain fut
gracieusement délivrée de sa maladie et de sa maladie.6

82
Dans un cas, Luther écrit à un pasteur d'une ville voisine et lui donne des conseils sur la
façon de servir un homme de sa congrégation qui souffrait de ce que Luther a dit n'être
«pas un cas de mélancolie ordinaire». Il dit au pasteur :

Cela doit être contrecarré par la puissance du Christ et par la prière de la foi.
C'est ce que nous faisons — et nous y sommes habitués, car un ébéniste d'ici
était pareillement atteint de folie, et nous l'avons guéri par la prière au nom du
Christ.7

En outre, de puissants témoignages subsistent de la guérison dramatique et


remarquable de deux des associés de Luther, Philip Melanchthon et Friedrich Myconius,
tous deux gravement malades lorsque Luther a prié pour leur rétablissement.
Le biographe de Melanchthon écrit sur sa grave maladie, alors que la mort semblait
certaine. Luther fut appelé et se rendit immédiatement au chevet de son ami où il trouva
Melanchthon en très mauvais état. « Ses yeux étaient déjà obscurcis, sa raison avait disparu,
il ne pouvait ni parler ni entendre, et son visage était lâche et déchu. » 8 De plus, « Il ne
reconnaissait personne et ne pouvait ni manger ni boire. 9 Choqué par l'état dans lequel il
trouva Melanchthon, Luther pria, puis le prit par la main en disant : « Repose-toi bien,
Philippe, tu ne mourras pas !dix
Après avoir exhorté son ami, Melanchthon se réveilla un peu, mais dit à Luther de ne
pas intervenir ; qu'il était prêt et désireux de mourir. Luther a répondu : « En aucun cas
Philippe ; vous devez servir le Seigneur encore plus longtemps.11Alors qu'il devenait de plus
en plus alerte, Luther ordonna de préparer de la nourriture, mais Melanchthon refusa de
manger. Luther lui a dit que s'il ne mangeait pas, il serait excommunié, et Melanchthon a
mangé et a repris des forces. Il a dit plus tard de Luther : « S'il n'était pas venu, je serais
mort »12 Luther a également écrit : « Maître Philippe a été ramené à la vie, comme s'il sortait
de la tombe. »13
Friedrich Myconius était un autre collègue et co-ouvrier de Luther. Myconius était sur le
point de mourir à cause de la tuberculose, et il écrivit à son ami, lui annonçant sa mort
imminente. Voici ce qui s'est passé :

Myconius était dans la dernière étape de la consommation, et déjà sans voix.


Luther lui écrit qu'il ne doit pas mourir : « Que Dieu ne me laisse pas entendre,
tant que je vivrai, que tu es mort, mais qu'il te fasse survivre. Je prie cela avec
ferveur, et je le ferai exaucer, et ma volonté sera faite ici. Amen." « J'ai été si
horrifié », a déclaré Myconius après, « quand j'ai lu ce que le bon homme avait
écrit, il m'a semblé que j'avais entendu le Christ dire : Lazare, sors. » Et à partir
de ce moment-là, Myconius était, pour ainsi dire, préservé de la tombe par la
puissance de la prière de Luther, et ne mourut qu'après la mort de Luther.14

Dans un sermon de 1523, Luther parlait de signes et fit quelques remarques


intéressantes. D'une part, il indique que tous les chrétiens ne feront pas des signes, mais
que l'accomplissement des signes est basé sur la nécessité. Puis il déclare : « Si cela était
nécessaire et propice à la diffusion de l'Evangile, nous pourrions faire facilement les

83
signes… ».15Bien que Luther n'ait pas particulièrement vu la nécessité des signes à son
époque, il se réfère à Jean 14 :12 : « … celui qui croit en moi, les œuvres que je fais, il les fera
aussi ; et des œuvres plus grandes que celles-ci, il en fera », et affirme :

Par conséquent, nous devons permettre à ces paroles de rester et de ne pas


les occulter, comme l'ont fait certains qui ont dit que ces signes étaient des
manifestations de l'Esprit au début de l'ère chrétienne et qu'ils ont maintenant
cessé. Ce n'est pas correct; car la même puissance est toujours dans l'église. Et
bien qu'il ne soit pas exercé, cela n'a pas d'importance ; nous avons encore le
pouvoir de faire de tels signes.16

Martin Luther a également honoré le Saint-Esprit dans la quatrième strophe de son


grand hymne, « Une puissante forteresse est notre Dieu », qui contient la phrase : « L'Esprit
et les dons sont à nous par celui qui est avec nous.

Les anabaptistes
Pendant que Luther dirigeait la Réforme en Allemagne, Ulrich Zwingli (1484-1531)
faisait de même à Genève, en Suisse. Peu de temps après, Jean Calvin (1509-1564) a fait
avancer l'œuvre de la Réforme à Genève, en Suisse, tout comme John Knox (1513-1572) en
Écosse. Ceux-ci étaient connus comme les réformateurs magistraux parce qu'ils croyaient
et cultivaient une relation étroite entre l'église et le gouvernement civil - les magistrats. Le
terme magistral peut également se référer à l'élément d'enseignement qui existait dans le
mouvement de la Réforme.
D'autres croyants, cependant, pensaient que l'église devrait être entièrement séparée
de l'implication et du contrôle du gouvernement. Ces réformateurs radicaux étaient
appelés anabaptistes par les réformateurs magistraux. Le nom anabaptiste fait référence au
fait d'être rebaptisé, parce qu'ils ont rejeté le baptême des enfants, que les réformateurs
magistraux ont adopté. Ces réformateurs radicaux croyaient que seuls ceux qui avaient
atteint l'âge de la responsabilité devaient être baptisés et uniquement sur une profession
de foi. Ils ont rejeté l'idée qu'ils baptisaient à nouveau, parce qu'ils croyaient que baptiser
des enfants n'était pas valable pour commencer. Malheureusement, il y avait un grand
conflit entre ces deux groupes, et diverses entités gouvernementales et les réformateurs
magistraux ont souvent persécuté brutalement les anabaptistes. Entre quatre et cinq mille
anabaptistes ont été exécutés pendant la Réforme.
L'un des disciples de Martin Luther, Thomas Müntzer, a estimé que Luther n'allait pas
assez loin dans certains aspects de la réforme de l'église et s'est plutôt aligné sur des
éléments plus radicaux du mouvement. Stanley Burgess note : « Müntzer soutient que les
chrétiens doivent faire l'expérience du Saint-Esprit aussi puissamment à l'époque post-
biblique qu'ils l'ont fait à l'époque des prophètes et des apôtres. Il insiste sur un baptême
du Saint-Esprit.17 D'autres premiers anabaptistes ont également estimé que les
réformateurs magistraux ne sont pas allés assez loin en ce qui concerne l'accent mis sur le
Saint-Esprit.

84
Pilgram Marpeck a écrit que les Écritures n'excluent pas les miracles et les signes divins
et déclare : « Dieu a les mains libres même en ces derniers jours. Il a déjà accompli des
miracles et des signes, et le fait encore aujourd'hui pour celui qui a des yeux pour voir. 18
Marpeck a ensuite parlé des personnes de son époque qui étaient ressuscitées des morts :

De plus, on s'émerveille aussi quand on voit comment le Dieu fidèle (qui,


après tout, déborde de bonté) ressuscite des morts plusieurs de ces frères et
sœurs du Christ après qu'ils aient été pendus, noyés ou tués d'une autre
manière. Aujourd'hui encore, ils sont retrouvés vivants et nous pouvons
entendre leur propre témoignage. Ici et là, on peut voir la même chose se
produire, même aujourd'hui, cela se passe parmi ceux qui sont puissamment
émus et poussés par la Parole vivante de Dieu et l'Esprit du Christ.19

Marpeck a fortement souligné la communauté des croyants dans ses écrits et a vu les
dons du Saint-Esprit opérer dans le contexte du corps global. Il écrit : « Ainsi, les dons de
l'Esprit se manifestent non seulement pour le privé, mais aussi pour le bien commun, le
service et l'amélioration.20
Marpeck a également reconnu la diversité des cadeaux qui ont été accordés à
différentes personnes. « Tous ne sont pas des apôtres, ni des prophètes, tous ne font pas de
miracles, tous ne sont pas des enseignants (1 Corinthiens 12 :29). « Mais aucun de ces dons
de la foi ne manquera aux croyants dans leur besoin. »21 Il a également déclaré que les
croyants devaient cultiver de manière proactive les dons de Dieu : « La diversité des dons
de la grâce que chacun doit, dans la crainte de Dieu, découvrir intensément et avec zèle et
en tenir compte… ».22
Les différences entre les anabaptistes et les réformateurs magistraux ont été mises en
évidence dans une dispute qui a eu lieu à Zofingen, en Suisse, en 1532. Les théologiens qui
ont suivi Luther et Zwingli ont défié les anabaptistes pour savoir pourquoi ils refusaient
d'assister aux services religieux réformés. Les ministres anabaptistes ont cité 1 Corinthiens
14 – le chapitre qui traite des dons spirituels des langues, de l'interprétation des langues et
de la prophétie – et ont dit : « Un auditeur est lié par l'amour chrétien (si quelque chose à
édifier lui est donné ou révélé) que il doit et peut en parler aussi dans la congrégation… » 23
Un dialogue similaire impliquait Marpeck, et lorsqu'un prédicateur réformé lui a posé une
question similaire pour savoir pourquoi les anabaptistes n'assistaient pas aux services
réformés, Marpeck a répondu qu'ils n'y assistaient pas parce que « les membres individuels
ne sont pas autorisés à exercer leurs dons pour l'édification de la congrégation.24
Chaque mouvement semble avoir ses aberrations, et les anabaptistes n'étaient pas
différents. Il y avait divers courants ou branches d'anabaptistes au XVIe siècle, et différents
groupes avaient des opinions divergentes sur un certain nombre de sujets, y compris les
dons et les opérations du Saint-Esprit. Malheureusement, certains considéraient que la
révélation directe et personnelle était plus importante que les Écritures. Il y avait aussi un
groupe radical et militant d'anabaptistes qui tentaient d'établir de force le royaume
terrestre de Dieu – la Nouvelle Jérusalem – dans la ville allemande de Münster.
Les visions et les révélations qui ont motivé cette entreprise se sont avérées fausses et
les anabaptistes au pouvoir ont été renversés en 1535. Lorsque la ville est tombée, les chefs

85
de la rébellion ont été exécutés. Même si les actions et les croyances de ces quelques
personnes ne représentaient pas la majorité, cela ternissait tout de même gravement la
réputation anabaptiste. Bruce Shelley note : « Pendant des siècles par la suite, les
Européens, en entendant les 'anabaptistes', pensèrent à la rébellion de Munster. Cela
représentait un fanatisme religieux fou. »25
Les anabaptistes modérés trouveraient un leadership stable auprès de Menno Simons
(1496-1561), un ancien prêtre catholique néerlandais pour lequel ses disciples seraient
finalement nommés – des mennonites. Simons croyait que la Bible faisait autorité et
honorait également la personne et l'œuvre du Saint-Esprit. Il écrit : « Recevoir le Saint-
Esprit, c'est participer à ses dons et à son pouvoir, être enseigné, assuré et influencé par lui,
comme l'enseignent les Écritures.

Notes de fin
1.
Walther von Loewenich, Martin Luther : The Man and His Work (Minneapolis, MN : Augsburg Publishing
House, 1982), 72.
2.
Ibid., 84.
3.
Craig S. Keener, Miracles: The Credibility of the New Testament Accounts, Volumes 1 and 2 (Grand Rapids,
MI: Baker Academic, 2011), loc. 7476, Kindle.
4.
Martin Luther cité dans Roland H. Bainton, Here I Stand : A Life of Martin Luther (Nashville, TN :
Abingdon Press, 1978), loc. 4117, Kindle.
5.
Martin Luther, The Table Talk de Martin Luther, trad. William Hazlitt, éd. Thomas S. Kepler (Mineola, NY :
Dover Publications, 1566), loc. 2032, Kindle.
6.
Ibid., loc. 2037, Kindle.
7.
Martin Luther cité dans Bengt R. Hoffman, Luther and the Mystics (Minneapolis, MN : Augsburg
Publishing House, 1976), 199.
8.
Karl Friederich Ledderhose, La vie de Philip Melanchthon, trad. GF Krotel (Philadelphie : Lindsay et
Blakiston, 1855), loc. 2081, Kindle.
9.
Idem.
dix.
Idem.
11.
Ibid., loc. 2088, Kindle.

86
12.
Ibid., loc. 2096, Kindle.
13.
Ibid., loc. 2103, Kindle.
14.
Christoph Ernest Luthardt, Leçons apologétiques sur les vérités morales du christianisme, trad. Sophia
Taylor (Édimbourg ; T. et T. Clark, 1873), loc. 3764, Kindle.
15.
Martin Luther, « Jour de l'ascension du Christ au ciel », dans Sermons of Martin Luther, vol. III, éd. et trans.
John Nicholas Lenker (Grand Rapids, MI : Baker Book House, 1983), 190.
16.
Idem.
17.
Stanley Burgess, éd. Christian Peoples of the Spirit: A Documentary History of Pentecostal Spirituality from the
Early Church to the Present (New York: New York University Press, 2011), 142.
18.
Pilgram Marpeck, Une réfutation claire, dans Les Écrits de Pilgram Marpeck, trad. et éd. William Klassen
et Walter Klaassen (Walden, NY : Plough Publishing House, 1531), loc. 891, Kindle.
19.
Ibid., loc. 900, Kindle.
20.
Ibid., loc. 1312, Kindle.
21.
Idem.
22.
Ibid., loc. 1248, Kindle.
23.
Charles Hannon Byrd II, Aspects pentecôtistes de l'anabaptisme du début du XVIe siècle (Eugene, OR :
Wipf and Stock Publishers, 2019), loc. 5389, Kindle.
24.
Ibid., loc. 5372, Kindle.
25.
Bruce L. Shelley, Histoire de l'Église en langage clair (Nashville, TN : Thomas Nelson Publishers,
www.thomasnelson.com, 2008), 252, Kindle. Utilisé avec la permission de Thomas Nelson.

87
CHAPITRE 9 :

LA FOI DEVIENT PERSONNELLE ET PUISSANTE

(Fox, Spener et Zinzendorf)


Il ne suffit pas que nous entendions la Parole avec notre oreille extérieure, mais nous devons la laisser pénétrer jusqu'à
notre cœur, afin que nous puissions entendre le Saint-Esprit y parler, c'est-à-dire avec une émotion vibrante et un confort,
sentir le scellement de l'Esprit et la puissance de la Parole.1
—Philippe Jacob Spener

Tandis que la Réforme protestante se concentrait fortement sur l'exactitude de la doctrine


et de la théologie, d'autres viendraient plus tard et mettaient davantage l'accent sur le côté
sincère de la foi – le côté expérientiel de la relation avec Dieu. Bien qu'une bonne doctrine
soit très importante, il est également important de « goûter et de voir que le Seigneur est
bon » (Psaume 34 :8). L'assentiment intellectuel à une doctrine appropriée n'est pas la
même chose qu'avoir une relation vivante, vibrante et personnelle avec Dieu.

George Fox (1624-1691)


Dans son autobiographie, George Fox parle à plusieurs reprises de la puissance du
Seigneur. Il décrit la puissance de Dieu étant sur lui, éclatant dans les réunions et affectant
dramatiquement les gens qui ont entendu la prédication de la Parole de Dieu. Dans certains
cas, les œuvres de Dieu ont même déjoué les artifices de ses ennemis. Né dans le petit
village anglais du Leicestershire en 1624, les disciples de Fox sont devenus connus sous le
nom de Quakers, mais il préférait simplement appeler ses adhérents Friends. Certains
disent que le nom de Quaker vient de personnes tremblant sous la puissance de Dieu lors
de leurs réunions, mais d'autres l'attribuent à Fox disant à un magistrat qu'il devrait
trembler, trembler, avant le jugement de Dieu.
Fox croyait que l'implication de Dieu dans la vie de chaque croyant devait être si
personnelle – quelque chose qu'il appelait la « lumière intérieure » – qu'il rejetait fortement
les formalités externes d'adoration, y compris le baptême et la communion. Au lieu
d'hymnes, de credo et de sermons pré-planifiés, Fox a promu des rassemblements où le
peuple s'attendait à Dieu et ne parlait que lorsque l'Esprit les animait.
Une fois, il a écrit : « Amis, maintenez vos réunions dans la puissance du Seigneur Dieu,
qui vous a rassemblés ; et nul n'éteint l'esprit, ni ne méprise la prophétie.2 Dans un autre
endroit, il a exhorté les croyants à ne pas éteindre le moindrement les mouvements de
l'Esprit, mais à ne pas les dépasser.3 Clairement, Fox s'est engagé à l'implication et à
l'influence du Saint-Esprit dans tous les aspects du ministère.
L'un des biographes de Fox a noté à la fois sa ténacité inébranlable et l'élément
surnaturel de son ministère. Rufus M. Jones écrit que Fox « prêchait dans les cathédrales,
sur les meules de foin, sur les falaises rocheuses, au sommet des collines, sous les

88
pommiers et les ormes, dans les granges et sur les places des villes, tandis qu'il envoyait
des épîtres de chaque prison dans laquelle il était tais-toi."4Il déclare en outre que « les
maladies ont été guéries grâce à lui ; il a prédit les événements à venir ; il pénétrait souvent
les états et les conditions de l'esprit et du cœur ; il avait parfois une idée de ce qui se passait
dans des régions éloignées.5
Les descriptions que Fox donne de l'œuvre du Seigneur à travers son ministère sont des
plus impressionnantes. Il décrit de nombreuses guérisons et délivrances, donnant souvent
de nombreux détails. Il rapporte que des gens sont extrêmement convaincus de leur péché
par la prédication de la Parole de Dieu. Dans un cas, il déclare : « La puissance du Seigneur
était si forte qu'elle a semé une grande terreur parmi le peuple. 6 Interrogé sur une guérison
spécifique qui avait eu lieu sous son ministère, Fox a répondu : « Je lui ai dit que nous ne
nous glorifiions pas de telles choses, mais beaucoup de telles choses avaient été faites par la
puissance de Christ.7Dans une autre situation encore, lorsque Fox défiait un fonctionnaire
civil de se repentir et de venir à la Lumière, il écrit : « Pendant que je l'exhorte, j'ai posé ma
main sur lui, et il a été abattu par la puissance du Seigneur ; et tous les gardiens restèrent
stupéfaits.8
Fox fournit de nombreux récits de fonctionnements surnaturels, mais en voici quatre
notables :

Un rapport est allé à l'étranger de moi, que j'étais un jeune homme qui avait un
esprit de discernement; sur quoi beaucoup vinrent à moi, de loin et de près,
des professeurs, des prêtres et des gens. La puissance du Seigneur éclata, et
j'eus de grandes ouvertures et prophéties, et je leur parlai des choses de Dieu,
qu'ils entendirent avec attention et silence, et je m'en allai et en répandis la
renommée.9

Le Seigneur ouvrit ma bouche, et la vérité éternelle fut déclarée parmi eux, et la
puissance du Seigneur était sur eux tous. Car en ce jour-là, la puissance du
Seigneur commença à jaillir, et j'avais de grandes ouvertures dans les
Écritures. Plusieurs ont été convaincus dans ces régions et sont passés des
ténèbres à la lumière, de la puissance de Satan à Dieu, et beaucoup ont été
élevés pour louer Dieu.dix

Beaucoup de choses grandes et merveilleuses furent accomplies par la
puissance céleste en ces jours-là ; car le Seigneur a mis à nu son bras tout-
puissant et a manifesté sa puissance, à l'étonnement de beaucoup, par la vertu
guérissante par laquelle beaucoup ont été délivrés de grandes infirmités. Et les
démons ont été soumis par son nom ; dont des exemples particuliers
pourraient être donnés, au-delà de ce que cet âge incrédule est capable de
recevoir ou de supporter.11

Après un certain temps, je suis allé à une réunion à Arnside, où se trouvait

89
Richard Myer, qui était depuis longtemps boiteux d'un de ses bras. J'ai été
poussé par le Seigneur à lui dire parmi tout le peuple : « Tiens-toi sur tes
jambes », car il était assis. Et il se leva, étendit son bras qui était boiteux depuis
longtemps, et dit : « Que vous sachiez, tout le monde, qu'aujourd'hui je suis
guéri.12
Ces types de descriptions montrent clairement pourquoi Fox fait référence à plusieurs
reprises à la puissance de Dieu dans ses écrits. Dans un cas, il parle d'une réunion de prière
particulière à Mansfield. « La puissance du Seigneur était si grande, écrit-il, que la maison
semblait ébranlée… certains professeurs disaient que c'était maintenant comme au temps
des apôtres, lorsque la maison était ébranlée là où ils se trouvaient.13
Fox ne croyait pas que ce pouvoir lui appartenait – il savait que c'était le pouvoir de
Dieu, et que c'était pour confirmer la prédication de l'évangile. Fox a dit à ses collègues
ministres : « Ainsi, dans la puissance du Seigneur Jésus-Christ, prêchez l'Évangile éternel,
afin que par sa puissance les malades soient guéris, les lépreux purifiés, les morts
ressuscités, les yeux aveugles ouverts et les démons chassés. . "14
Edward Burrough, un autre évangéliste Quaker qui a connu et travaillé avec Fox, parle
de la nature puissante de certaines des premières réunions Quakers. Burrough écrit :

En attendant le Seigneur en silence, comme nous l'avons souvent fait


pendant de nombreuses heures ensemble, avec nos cœurs tournés vers Lui,
étant restés dans la lumière du Christ de tous les mouvements et désirs
charnels, nous avons souvent reçu le déversement de Son Esprit sur nous, et
nos cœurs se sont réjouis, et nos langues se sont déliées, et nos bouches
s'ouvrirent, et nous avons parlé de nouvelles langues, comme le Seigneur nous
a donné de s'exprimer et que son Esprit nous a conduits, qui s'est déversé sur
les fils et les filles. Ainsi des choses inexprimables ont été rendues manifestes,
et la gloire du Père a été révélée. Alors nous avons commencé à chanter des
louanges au Seigneur Dieu Tout-Puissant, et à l'Agneau, qui nous avait rachetés
à Dieu, et nous avait fait sortir de l'esclavage du monde, et mis fin au péché et à
la mort.15

Alors que la majeure partie du ministère de Fox a eu lieu en Angleterre, il a également


voyagé et exercé son ministère en Écosse, en Irlande, au Pays de Galles, aux Pays-Bas, dans
les Caraïbes et en Amérique du Nord. William Penn, le fondateur de l'État de Pennsylvanie,
était lui-même un quaker et a été très impressionné par le caractère et le ministère de
George Fox. Penn écrit que Fox était « un discernement de l'esprit des autres » et qu'il avait
« un don extraordinaire pour ouvrir les Écritures ». Penn a également dit à propos de Fox :
« Par-dessus tout, il excellait dans la prière. »16
La croissance et l'expansion des premiers Quakers étaient remarquables. Eddie Hyatt
note :

En une génération, le peuple appelé Quakers est devenu le mouvement à la


croissance la plus rapide du monde occidental. En 1656, Fox comptait au moins
cinquante-six associés qui étaient des prédicateurs itinérants, et en 1660, le

90
mouvement pouvait se vanter de quarante mille à soixante mille adhérents. Cet
impressionnant mouvement du XVIe siècle était, en effet, un mouvement
charismatique. Leur opposition aux extérieurs dans la religion et leur insistance
sur la vie intérieure sont des caractéristiques d'un tel mouvement. Leur propre
témoignage confirme l'importance qu'ils attachaient aux guérisons
miraculeuses et autres dons charismatiques.17

Philipp Jacob Spener (1635-1705)


Alors que le controversé George Fox faisait bouger les choses en Angleterre, une autre
voix parlait en Allemagne, appelant à la poursuite des réformes dans l'Église. Philipp Jacob
Spener était appelé « le conseiller spirituel de toute l'Allemagne », et aujourd'hui, il est
souvent appelé le père du piétisme allemand. Spener était différent de Fox à bien des
égards, mais il affirmait fermement que la foi n'était pas simplement un exercice
intellectuel, académique ou théologique. Au contraire, la foi doit être une question de cœur,
une question de dévotion, et doit aboutir à une véritable fécondité et à une application
pratique dans la vie quotidienne.
Spener avait vu la ferveur et la spiritualité décliner dans l'église, et il avait vu la
formalité et le ritualisme augmenter. Il était essentiellement d'accord avec les doctrines
issues de la Réforme protestante, mais croyait que le clergé et les croyants devaient faire
l'expérience d'une profonde action intérieure du Saint-Esprit dans leur vie ; l'assentiment
mental à la doctrine ne remplace pas la vraie spiritualité. Les déclarations suivantes de
Spener révèlent ses observations et perspectives :

Le plus affligeant de tous, cependant, est le fait que la vie de beaucoup de ces
prédicateurs et l'absence en eux des fruits de la foi indiquent qu'ils manquent
eux-mêmes de foi. Ce qu'ils considèrent comme la foi et ce qui est le fondement
de leur enseignement n'est en aucun cas cette vraie foi qui est éveillée par la
Parole de Dieu, par l'illumination, le témoignage et le scellement du Saint-
Esprit, mais c'est une fantaisie humaine. Certes, comme d'autres ont acquis des
connaissances dans leurs domaines d'études, ces prédicateurs, avec leurs
propres efforts humains et sans l'intervention du Saint-Esprit, ont appris
quelque chose de la lettre des Écritures, ont compris et approuvé la vraie
doctrine. , et ont même su le prêcher aux autres, mais ils ne connaissent
absolument pas la vraie lumière céleste et la vie de la foi.18

Il est certain qu'un jeune homme qui aime Dieu avec ferveur, bien qu'orné de
dons limités, sera plus utile à l'église de Dieu avec son maigre talent et ses
résultats académiques qu'un fou vain et mondain avec un double doctorat qui
est très intelligent mais a pas été enseigné par Dieu. L'œuvre du premier est
bénie, et il est aidé par le Saint-Esprit. Ce dernier n'a qu'une connaissance
charnelle, avec laquelle il peut facilement faire plus de mal que de bien.19
En plus de l'accent mis par Spener sur la nécessité pour les croyants d'expérimenter
personnellement l'action du Saint-Esprit en eux, il a également souligné la nécessité pour

91
eux de grandir spirituellement à travers une interaction et une communication
significatives entre eux. Ainsi, il a encouragé des groupes de fraternité à se réunir dans des
foyers qui permettraient aux croyants de discuter des sermons qu'ils avaient entendus à
l'église en vue d'appliquer ces vérités dans leur vie.
Spener est probablement mieux connu pour son livre très percutant, Pia Desiderada—
The Piety We Desire. Dans cet ouvrage phare, Spener appelle fortement à :

Une utilisation plus étendue de la Bible. Il écrit : « Plus la Parole de Dieu est chez
nous chez nous, plus nous apporterons la foi et ses fruits.20

L'établissement et l'exercice assidu du sacerdoce spirituel.Appelant l'église à
revoir et à revigorer l'accent mis par Luther sur le sacerdoce du croyant,
Spener a appelé tous les croyants à s'engager activement dans le ministère
chrétien. Il a reconnu que tout le monde ne serait pas un prédicateur, mais il a
recommandé aux croyants de s'instruire, de se réprimander, de se corriger et
de se réconforter les uns les autres.
Encourageant les croyants à être actifs et non passifs envers les choses de Dieu, Spener
écrit :

Tout chrétien est tenu non seulement d'offrir lui-même et ce qu'il a, sa


prière, ses actions de grâces, ses bonnes œuvres, ses aumônes, etc., mais aussi
d'étudier assidument dans la Parole du Seigneur, avec la grâce qui lui est
donnée d'enseigner aux autres, surtout ceux sous son toit, pour les châtier, les
exhorter, les convertir et les édifier, observer leur vie, prier pour tous, et autant
que possible se soucier de leur salut.21

En d'autres termes, Spener voulait que chaque croyant soit un participant actif, et non
un spectateur passif, dans les affaires spirituelles et ecclésiastiques.

L'application pratique de la foi chrétienne.Cela devait s'exprimer
principalement par un amour fervent entre les croyants, ainsi qu'à ceux en
dehors de l'église. Spener a recommandé aux croyants de rechercher
activement des opportunités de faire du bien aux autres et a promu l'idée
d'une responsabilité sociable pour stimuler la poursuite de la piété.

Civilité et charité dans les disputes théologiques.Alors que Spener croyait que la
mauvaise doctrine devait être contestée et corrigée, il croyait que les attitudes
haineuses et dures et les insultes personnelles étaient mauvaises. Il a déclaré
que nous devrions exercer «une pratique d'amour sincère envers tous les
incroyants et les hérétiques» et qu'«une haine appropriée de la fausse religion
ne devrait ni suspendre ni affaiblir l'amour qui est dû à l'autre personne».22Il
est utile de garder à l'esprit que la civilité dans les conflits religieux n'était pas

92
nécessairement la norme à l'époque de Spener. Martin Luther avait été assez
dur dans ses dénonciations des opposants théologiques, et Jean Calvin avait
même été d'accord avec l'exécution d'un maître hérétique à Genève, bien qu'il
l'ait regretté plus tard. Beaucoup avaient besoin de retrouver un sens de la
civilité et de la gentillesse à l'époque de Spener.

La promotion de la spiritualité et de la piété dans la formation des ministres ; pas
seulement l'éducation intellectuelle et théologique. Spener écrit que « les
étudiants devraient sans cesse se faire comprendre que la vie sainte n'a pas
moins d'importance que la diligence et l'étude, en effet qu'une étude sans piété
est sans valeur ».23

Sermons qui favorisent l'édification des auditeurs et conduisent à une application
pratique dans la vie du croyant.Spener était contre les sermons qui ne faisaient
que montrer l'intellectualisme et l'apprentissage du prédicateur. Il soutient : «
La chaire n'est pas le lieu pour une démonstration ostentatoire de son habileté.
C'est plutôt le lieu de prêcher la Parole du Seigneur clairement mais avec
force.24
Ces accents deviendraient des tendances influentes qui auraient un impact significatif et
façonneraient le christianisme, en particulier au XVIIIe siècle. En fait, le nom de Spener ne
restera pas aussi bien dans les mémoires que ceux de deux personnes qu'il a
considérablement influencées, son filleul, Nicholas von Zinzendorf, fondateur des Moraves,
et John Wesley, le fondateur du méthodisme.
Même si le ministère de Spener n'a pas été marqué par des manifestations «
spectaculaires » du Saint-Esprit, la sagesse du Saint-Esprit s'est exprimée à travers lui pour
diriger et promouvoir des développements sains et pieux dans le Corps du Christ. La
maturité et la stabilité promues par Spener faciliteraient également une base solide pour
que l'église soit en mesure de mieux gérer les travaux surnaturels du Saint-Esprit qui
approchaient à l'horizon.

Nikolaus Zinzendorf (1700-1760)


Né dans la richesse, le comte Nikolaus von Zinzendorf était le filleul de Philipp Spener et
un élève du successeur de Spener, August Hermann Francke. Démontrant un cœur sensible
à Dieu dès son plus jeune âge, Zinzendorf a écrit de simples déclarations de dévotion à Dieu
à l'âge de quatre ans. À l'âge de dix ans, il a reconnu un appel à prêcher l'évangile ; et à
l'adolescence, lui et cinq autres garçons ont formé "L'Ordre de la graine de moutarde". Ces
jeunes se sont consacrés pleinement à Dieu et à la communion les uns avec les autres, ont
renoncé à la mondanité et se sont consacrés à la mission de Dieu sur la terre.
En 1722, Zinzendorf accueillit un groupe de réfugiés religieux dans son domaine de
Saxe en Allemagne de l'Est. Les premiers habitants de cette nouvelle communauté étaient
des Moraves ; ils étaient les descendants spirituels du réformateur tchèque passionné, Jean
Hus (1373-1415), qui a précédé Luther de cent ans. Hus avait été brûlé sur le bûcher

93
comme hérétique à cause de son attachement à l'autorité des Écritures et à la doctrine de la
justification par la foi. Ces croyants, les Hussites, comme on les appelait parfois, avaient été
persécutés génération après génération. Ils étaient également connus sous le nom d'Unitas
Fratrum, qui signifie en latin United Brethren. Ils ont nommé leur nouvelle communauté
Herrnhut, ce qui signifie « La Garde du Seigneur ».
D'autres croyants persécutés rejoignirent également les Moraves au domaine de
Zinzendorf ; pour diverses raisons, des conflits et des conflits ont commencé à se
développer. Grâce aux soins, aux conseils et à l'influence spirituelle de Zinzendorf, l'unité a
été établie et la communauté a commencé à chercher Dieu avec diligence. Leur prière
unifiée et leurs cœurs affamés les ont placés pour recevoir une grande effusion du Saint-
Esprit, ce que l'on appellerait leur Pentecôte.
L'historien morave Ami Bost décrit un service en 1727 où la puissance de Dieu a été
expérimentée de manière dynamique :

Le jour du Seigneur, le 10 août, le ministre Roth fut saisi au milieu de


l'assemblée à Herrnhut, avec un élan inhabituel. Il se jeta à genoux devant Dieu,
et toute l'assemblée se prosterna avec lui sous les mêmes émotions. Un cours
ininterrompu de chants et de prières, de pleurs et de supplications s'est
poursuivi jusqu'à minuit. Tous les cœurs étaient unis dans l'amour.25

Décrivant les événements trois jours plus tard à Herrnhut, l'auteur John Greenfield
relate les remarques d'un historien morave :

L'histoire de l'Église regorge également d'enregistrements d'effusions


spéciales du Saint-Esprit, et en vérité, le 13 août 1727 était un jour d'effusion
du Saint-Esprit. Nous avons vu la main de Dieu et ses merveilles, et nous étions
tous sous la nuée de nos pères baptisés de leur Esprit. Le Saint-Esprit est venu
sur nous et, à cette époque, de grands signes et prodiges ont eu lieu au milieu
de nous. À partir de ce moment, il ne s'est guère passé qu'un jour sans que nous
ayons vu ses œuvres tout-puissantes parmi nous. Une grande faim après que la
Parole de Dieu ait pris possession de nous de sorte que nous devions avoir trois
services par jour – 5h00 et 7h30 et 21h00. Tout le monde désirait avant tout
que le Saint-Esprit puisse avoir le plein contrôle. L'amour-propre et la volonté
personnelle ainsi que toute désobéissance ont disparu et un flot écrasant de
grâce nous a tous emportés dans le grand océan de l'Amour Divin.26

Non seulement les croyants rassemblés à Herrnhut ont vécu cette effusion dynamique
le 13 août, mais deux membres de leur communauté ont également connu le même type
d'effusion à la même heure ce jour-là, même s'ils travaillaient à une trentaine de kilomètres
de là. De plus, les enfants étaient des participants à part entière de ce que Dieu faisait.
Après avoir déclaré qu'un « réveil remarquable s'est produit parmi les enfants », Bost écrit :

94
Aucun mot ne peut exprimer la puissante opération du Saint-Esprit sur ces
enfants. Ces jours étaient vraiment des jours d'amour divin à Herrnhut, où ils
oubliaient tout sauf les jouissances célestes et aspiraient à les atteindre.27

Alors que l'œuvre de Dieu progressait à Herrnhut, des démonstrations de puissance


céleste ont commencé à être vues et expérimentées. L'assistant et futur successeur de
Zinzendorf, August Gottlieb Spangenberg décrit ce qui s'est passé :

Vers cette époque, divers dons et pouvoirs spirituels se sont manifestés


dans l'église de Herrnhut ; et, en particulier, de nombreuses guérisons
miraculeuses. Ses membres croyaient, dans une simplicité filiale, les paroles
que le Sauveur prononçait sur l'écoute de la prière ; et quand une affaire
particulière se présentait à eux, ils en parlaient avec lui et attendaient de lui
tout le bien ; et cela leur fut fait selon leur foi.28

Et comment Zinzendorf a-t-il réagi à ces dons spirituels et à ces guérisons miraculeuses
?

Il reconnaissait cette confiance en notre Seigneur Jésus-Christ, comme un


fruit du Saint-Esprit, qui doit être raisonnablement estimé, et ne doit constituer
une pierre d'achoppement pour personne. Cependant, il ne voulait pas que les
frères et sœurs regardent de telles choses comme extraordinaires et s'y
attachent ainsi ; mais chaque fois qu'ils se produisaient, comme, par exemple,
quand quelqu'un éprouvait une guérison instantanée, soit par une parole
prononcée dans la foi, soit par la prière, fût-ce même des blessures les plus
dangereuses ou des maladies les plus douloureuses, il la considérait comme
une chose. cela était connu, et en parlait peu. Il affirma aussi fréquemment, en
public et en privé, que les prodiges n'étaient pas accordés pour le bien des
croyants, mais des incroyants - que la foi miraculeuse était un don, qui ne faisait
pas de son possesseur un meilleur enfant de Dieu,29

Zinzendorf a apprécié le véritable but de pourquoi les dons spirituels ont été donnés. Il
écrit : « Chaque don que notre Sauveur nous accorde à cette fin, nous le possédons pour
l'usage, et non pour l'étalage, ou pour exciter l'attention.30
Zinzendorf a vu d'autres œuvres de Dieu tout au long de sa vie. À une occasion, il était
sur le point de partir en voyage pour le ministère, mais il était malade. Il a écrit dans son
journal : « J'ai parlé à mon Sauveur et lui ai dit qu'il ne serait pas commode d'être malade
sur le bateau, alors il m'a guéri avant de partir.31
Dans un autre cas, Zinzendorf était à bord d'un navire sur l'océan Atlantique qui était
violemment battu par une tempête. La situation était si intense que le capitaine a supposé
que le navire allait couler, mais Zinzendorf l'a informé que la tempête se calmerait dans
deux heures, et cela s'est produit exactement comme le prédicateur morave l'avait prédit.
Le capitaine mystifié demanda comment Zinzendorf avait prédit si précisément la fin de la
tempête, et il répondit :

95
Toute ma vie, j'ai eu une relation de confiance avec mon Sauveur. Dans
n'importe quelle situation, je me demande d'abord, suis-je à blâmer? Si je
trouve du péché dans ma vie, je tombe à ses pieds pour demander pardon. Mon
Sauveur me pardonne et il me fait savoir comment ma situation difficile se
terminera. S'il garde le silence, j'en conclus qu'il vaut mieux que je ne le sache
pas. Cependant, cette fois, Il m'a assuré que la tempête se terminera dans deux
heures.32

Les dirigeants avec moins de maturité et de perspicacité auraient pu faire des miracles
et des phénomènes surnaturels l'objectif principal, mais Zinzendorf ne l'a pas fait. Il déclare
: « Je n'ai qu'une passion ; c'est l'amour de Lui, rien que Lui ! 33 La prière est devenue un
objectif majeur pour le chef des Moraves, et leurs prières ont engendré un accent
missionnaire qui semble, d'une certaine manière, avoir ressemblé à celui des apôtres du
premier siècle.

Un siècle de prière
Peu de temps après la « Pentecôte morave » le 13 août 1727, les croyants de Herrnhut
ont répondu à la direction du Saint-Esprit et se sont engagés à prier vingt-quatre heures
par jour, sept jours par semaine. Cette consécration a conduit à une veillée de prière 24
heures sur 24 qui a duré plus de cent ans. Il semble y avoir un lien indéniable entre les
prières des Moraves, et l'initiation d'un mouvement missionnaire majeur qui suivrait.

Dans la moisson
Zinzendorf lui-même possédait un grand cœur missionnaire, et ses nombreux disciples
ont embrassé le même mandat céleste de prêcher l'Évangile à chaque créature. Le Comte a
dit : « Que l'Agneau immolé reçoive la récompense de ses souffrances » et « Ce pays est
désormais mon pays qui a le plus besoin de l'Évangile. Zinzendorf avait une approche très
simple et directe pour prêcher l'évangile sur le champ de la mission. Il a décrit ce qui n'a
pas produit de résultats, puis a déclaré :

Prêchez Jésus-Christ comme l'Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde, et


comme la propitiation pour les péchés du monde entier, avec démonstration de
l'Esprit et avec puissance ; et lorsque de pauvres hommes perdus viennent à
Christ et trouvent grâce et le pardon de leurs péchés dans son sang, leurs cœurs
sont alors remplis du Saint-Esprit et de l'amour de Christ, et ils obtiennent le
désir et la puissance de le suivre et de vivre selon sa volonté.34

Répondant à la compassion et à l'appel de Dieu, les Moraves sont devenus, selon les
mots de l'historien de l'Église Mark A. Noll, « les missionnaires protestants les plus dévoués
de tout le XVIIIe siècle ». Noll a poursuivi en rapportant :

Au cours du premier siècle après que les Moraves ont été reconstitués en
église sous la direction du comte von Zinzendorf au début des années 1720,

96
environ deux mille (dont un quart de femmes) se sont portés volontaires pour
un service missionnaire interculturel.35

Il a souvent été suggéré que la santé et la force d'une église ne se trouvent pas dans sa
capacité d'accueil, mais dans sa capacité d'envoi. À la lumière de cette définition, les
Moraves étaient l'un des mouvements les plus sains et les plus forts de tous les temps.
L'historien de l'Église Alvin L. Reid déclare : « Alors que le rapport entre laïcs protestants et
missionnaires dans leur ensemble était de 5000:1, le rapport morave était de 60:1.36
Qu'est-ce qui a pu transformer un groupe disparate de réfugiés religieux en de tels
changeurs du monde ? En passant en revue leur histoire, il est clair qu'une profonde
effusion de l'Esprit Saint a équipé, mobilisé et lancé ces croyants dans le monde de la même
manière que l'avaient été les disciples du premier siècle. Le livre des Actes trouve des
individus autrefois divisés entrant dans l'unité, se donnant à la prière et recevant le
puissant baptême du Saint-Esprit. La même chose s'est produite avec les Moraves sous la
direction du comte Zinzendorf. Des miracles et des signes puissants ont accompagné les
deux mouvements.
De nombreux croyants modernes n'ont peut-être pas entendu parler de Philipp Jacob
Spener ou même de Nikolaus von Zinzendorf, mais ce que Dieu a fait à travers ces hommes
et leurs disciples a préparé le terrain et a fortement influencé la vie et le ministère de John
Wesley. L'Église commençait à adopter de plus en plus ses traits du premier siècle, et
Wesley et les méthodistes continueraient à s'appuyer sur cette fondation et à connaître un
élan de plus en plus puissant.

Notes de fin
1.
Philipp Jacob Spener, Pia Desideria, trad. et éd. Theodore G. Tappert (Minneapolis, MN : Fortress Press,
1964), loc. 1957, Kindle.
2.
George Fox, « Epistle 248 », dans The Sermons and Articles of George Fox (Seattle, WA : Amazon Digital
Services, 2016), loc. 3308, Kindle.
3.
George Fox, « Writing, Printing, and Speaking », dans The Sermons and Articles of George Fox (Seattle,
WA : Amazon Digital Services, 2016), loc. 11807, Kindle.
4.
George Fox, George Fox : une autobiographie, éd. Rufus M. Jones (Jawbone Digital, 2015), loc. 238, Kindle.
5.
Ibid., loc. 314, Kindle.
6.
Ibid., loc. 1144, Kindle.
7.
Ibid., loc. 5144, Kindle.

97
8.
Ibid., loc. 1233, Kindle.
9.
Ibid., loc. 708, Kindle.
dix.
Ibid., loc. 687, Kindle.
11.
Ibid., loc. 939, Kindle.
12.
Ibid., loc. 1613, Kindle.
13.
Ibid., loc. 720, Kindle.
14.
George Fox, « Epistle 114 », dans The Sermons and Articles of George Fox (Seattle, WA : Amazon Digital
Services, 2016), loc. 625, Kindle.
15.
William Evans, A Memoir of the Life and Religious Labors of Edward Burrough: An Eminent Servant of Christ
and Minister of the Gospel in the Society of Friends (Philadelphie, PA: Friend's Book Store, 1890), 13.
16.
William Penn, A Brief Account of the Rise and Progress of the People Called Quakers (Good Press, 2019), loc.
667, Kindle.
17.
Hyatt, 2000 ans de christianisme charismatique, 94.
18.
Philipp Jacob Spener, Pia Desideria, loc. 768, Kindle.
19.
Ibid., loc. 1831, Kindle.
20.
Ibid., loc. 1512, Kindle.
21.
Ibid., loc. 1612, Kindle.
22.
Ibid., loc. 1693, Kindle.
23.
Ibid., loc. 1773, Kindle.
24.
Ibid., loc. 1940, Kindle.
25.
Ami Bost, History of the Bohemian and Moravian Brethren (Londres : The Religious Tract Society, 1848),
222.

98
26.
John Greenfield et Mark Mirza (www.markmirza.com), Pouvoir d'en haut : Le bicentenaire du grand réveil
morave 1727-1927 (Atlanta, GA : CTM Publishing, 2017), loc. 247, Kindle.
27.
Chef, Histoire des frères de Bohême et de Moravie, 230-231.
28.
August Gottlieb Spangenberg, La vie de Nicholas Lewis, comte Zinzendorf, évêque et ordinaire de l'Église des
frères unis (ou moraves), trad. Samuel Jackson (Miami, Floride : Hardpress, 2017), loc. 2932, Kindle.
29.
Idem.
30.
Chef, Histoire des frères de Bohême et de Moravie, 381.
31.
Paul Wemmer, Count Zinzendorf and the Spirit of the Moravians (Maitland, FL : Xulon Press, 2013), loc.
2068, Kindle.
32.
Wemmer, comte Zinzendorf, loc. 2297, Kindle.
33.
Chef, Histoire des frères de Bohême et de Moravie, 413.
34.
Spangenberg, La vie de Nicholas Lewis, comte Zinzendorf, loc. 3789, Kindle.
35.
Mark A. Noll, Points tournants : moments décisifs dans l'histoire du christianisme (Grand Rapids, MI : Baker
Academic, 2012), 268.
36.
Malcolm McDow et Alvin L. Reid, Firefall 2.0: How God has Shaped History Through Revivals (Wake
Forest, NC: Gospel Advance Books, 2014), 170, Kindle.

99
CHAPITRE 10 :

JOHN WESLEY ET LES MÉTHODISTES

Le Saint-Esprit a commencé à se mouvoir parmi nous avec une puissance étonnante lorsque nous nous sommes rencontrés
en son nom…. Ces œuvres inhabituelles du Saint-Esprit ont continué à suivre et à bénir mon ministère.
—John Wesley

Peu de noms dans l'histoire de l'Église ont autant d'influence que celui de John Wesley
(1703-1791) d'Angleterre. Il a parcouru environ 250 000 milles pour administrer la Parole
de Dieu, en grande partie à cheval. À sa mort en 1791, il y avait 72 000 méthodistes dans
son pays d'origine et 43 000 adhérents supplémentaires en Amérique. Il avait prêché 42
000 sermons et écrit 250 livres et brochures. Aussi impressionnants que soient ces chiffres,
les statistiques à elles seules ne commencent pas à indiquer à quel point le Saint-Esprit a
travaillé avec puissance à travers Wesley, impactant de manière dynamique et profonde la
vie des gens.
La vie de Wesley est parallèle à celle de l'apôtre Paul en ce que les deux hommes étaient
dévotement religieux, recherchant la justice et la sainteté à travers de bonnes œuvres. Tous
deux découvrirent que leur propre justice était tout à fait inadéquate, et que seule la justice
de Christ, reçue par la foi, pouvait vraiment les placer en règle avec Dieu. Fils d'un prêtre
anglican, diplômé et membre du corps professoral de l'Université d'Oxford, les disciplines
religieuses de Wesley étaient extrêmement strictes. À Oxford, lui et ses amis, dont son frère
Charles, ainsi que George Whitefield, faisaient partie du « Holy Club » alors qu'ils
cherchaient à approfondir leur piété. Wesley et ses disciples ont ensuite été appelés
méthodistes en raison de leur approche méthodique et systématique de la dévotion
religieuse.
En 1735, John et Charles montèrent à bord d'un navire en partance pour la colonie
américaine de Géorgie pour s'engager dans un travail missionnaire. En transit, leur navire a
été battu par une violente tempête, et John s'est retrouvé à craindre pour sa vie. À bord du
même navire se trouvait un groupe de missionnaires moraves – du ministère de Zinzendorf
– et leur foi calme et confiante a fait une impression significative sur Wesley. Ces
missionnaires chantaient joyeusement des psaumes tandis que Wesley, l'aumônier du
navire, était anxieux et craintif. Wesley était profondément religieux, mais cette agitation
tenace le força à reconnaître qu'il lui manquait la paix et l'assurance qu'ils possédaient si
glorieusement.
Après plus de deux années difficiles sur le champ de la mission, Wesley est retourné en
Angleterre, toujours aux prises avec sa foi. Il écrit dans son journal : « Je suis allé en
Amérique pour convertir les Indiens, mais oh, qui me convertira ? Qui, qu'est-ce qui me
délivrera de ce mauvais cœur d'incrédulité ? »1 Cinq jours plus tard, il exprima à nouveau
son angoisse : « Moi qui suis allé en Amérique pour convertir les autres, je n'ai jamais été
moi-même converti à Dieu.2De retour en Angleterre, Wesley a commencé à interagir avec

100
Peter Boehler, un jeune prédicateur morave qui l'a averti de son besoin de nouvelle
naissance. Il écrit que Boehler « m'a de plus en plus étonné par le récit qu'il a donné des
fruits de la foi vivante - la sainteté et le bonheur qu'il affirmait y assister ».3 Wesley a
reconnu qu'il manquait de foi, mais Boehler lui a dit : « Prêchez la foi jusqu'à ce que vous
ayez la foi, alors vous la prêcherez parce que vous l'avez.
Le 24 mai 1738, un événement marquant s'est produit dans la vie de Wesley qu'il décrit
dans son journal :

Le soir, je suis allé bien à contrecœur dans une société d'Aldersgate Street,
où l'on lisait la préface de Luther à l'Épître aux Romains. Environ neuf heures
moins le quart, tandis qu'il décrivait le changement que Dieu opère dans le
cœur par la foi en Christ, je sentis mon cœur s'échauffer étrangement. J'ai senti
que j'avais confiance en Christ, Christ seul pour le salut, et une assurance m'a
été donnée qu'il avait ôté mes péchés, même les miens, et m'avait sauvé de la loi
du péché et de la mort.4

Quelques jours avant l'expérience de Jean, son frère Charles a également reçu « la foi
vivante », comme l'appelait Jean.
En raison de l'influence des Moraves sur sa vie, John s'est rendu en Allemagne et a passé
quelques mois avec des croyants à Herrnhut. Lorsque Wesley a été témoin de l'œuvre
puissante du Saint-Esprit dans la vie des Moraves, cela a renforcé sa perspective florissante
que le salut devait être vraiment expérimenté. De retour en Angleterre, il a commencé à
voir d'énormes démonstrations de la puissance de Dieu :

Ceux qui avaient reçu cette nouvelle foi vivante par le Saint-Esprit ont
continué à se réunir. Une soixantaine d'entre nous organisaient un festin
d'amour le soir du Nouvel An sur Fetter Lane. Vers trois heures du matin, alors
que nous continuions de prier, la puissance de Dieu est venue puissamment sur
nous. Beaucoup ont crié de joie totale. D'autres ont été projetés au sol. Dès que
nous nous sommes remis un peu de cette crainte et de cet émerveillement
devant la présence de Dieu, nous avons éclaté en louanges. « Nous te louons, ô
Dieu ; nous te reconnaissons pour être le Seigneur.5

À partir de ce moment, Wesley parla périodiquement de personnes qui s'effondreraient


ou tomberaient au sol sous la puissance du Saint-Esprit pendant qu'il prêchait. Parfois, il
utilisait le mot « tonnerre » pour décrire les personnes qui tombaient alors que leur force
physique succombait à la puissance de Dieu. Il a également décrit de nombreux cris de
miséricorde alors qu'ils tombaient sous la conviction du Saint-Esprit.
Ces types d'événements ne se produisaient pas tout le temps, et il semblait y avoir des
saisons où ils étaient plus fréquents que d'autres. Cependant, il ressort clairement des
propres écrits de Wesley que de puissantes expressions du Saint-Esprit se produisaient
souvent. Par exemple, le jeudi 26 avril 1739, Wesley écrit que pendant qu'il prêchait, «
Immédiatement l'un, et l'autre, et l'autre sombra sur la terre : ils tombèrent de tous côtés
comme s'ils avaient été frappés par la foudre.6

101
Le point avec Wesley n'était jamais simplement le phénomène de chute des gens, mais
plutôt, que Dieu travaillait puissamment dans leurs cœurs pour les amener à la conviction,
au repentir, à la foi et à une juste relation avec lui-même. Pour Wesley, les manifestations
extérieures étaient simplement des indicateurs de l'action intérieure du Saint-Esprit. Le 9
mai de la même année, Wesley écrit :

Le soir, pendant que je déclarais que Jésus-Christ s'était « donné lui-même


en rançon pour tous », trois personnes, presque à la fois, tombèrent comme
mortes, ayant tous leurs péchés rangés devant elles. Mais en peu de temps, ils
furent ressuscités et savaient que « l'Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde
» avait ôté leurs péchés.7

Sur les encouragements de son ami et collègue évangéliste, George Whitefield, Wesley
avait commencé à prêcher dans les champs et sur les routes. Au début, cela semblait
inapproprié à Wesley, mais cela s'est avéré être une méthode extrêmement efficace. Non
seulement prêcher à l'extérieur était nécessaire parce que de nombreuses églises lui
avaient fermé leurs portes, mais les bâtiments ne pouvaient pas supporter les foules
massives que Wesley et Whitefield attiraient.
Tout comme Wesley n'était pas sûr au départ de prêcher à l'extérieur, Whitefield n'était
pas sûr de certaines des manifestations qui se produisaient dans les réunions de Wesley.
Les deux hommes ont eu un échange des plus intéressants sur les « signes extérieurs » qui
se produisaient dans les réunions de Wesley, et il est intéressant de noter que Whitefield a
eu l'occasion d'en être témoin lui-même. Wesley écrit :

J'ai eu l'occasion de parler avec lui [Whitefield] de ces signes extérieurs qui
avaient si souvent accompagné l'œuvre intérieure de Dieu. J'ai découvert que
ses objections étaient principalement fondées sur de grossières fausses
déclarations de faits. Mais le lendemain, il eut l'occasion de mieux s'informer :
car à peine avait-il commencé (dans l'application de son sermon) à inviter tous
les pécheurs à croire au Christ, que quatre personnes s'effondrèrent près de lui,
presque au même moment. . L'un d'eux gisait sans sens ni mouvement. Un
second trembla excessivement. Le troisième avait de fortes convulsions sur
tout le corps, mais ne faisait de bruit que par des gémissements. Le quatrième,
également convulsé, invoqua Dieu avec de grands cris et des larmes. A partir de
ce moment, j'espère, nous allons tous permettre à Dieu de poursuivre son
œuvre de la manière qui lui plaît.8

Quelques années plus tard, Wesley visitait Epworth où il avait grandi. Parce qu'il n'était
pas le bienvenu pour parler à la congrégation où son père avait été pasteur, Wesley a pris
l'action inhabituelle de prêcher depuis la pierre tombale de son père. Sa description de ce
qui s'est passé à Epworth est similaire à ce qui s'est passé à d'autres moments tout au long
de son ministère. Wesley écrit :

102
J'ai prêché sur la justice de la loi et la justice de la foi. Pendant que je parlais,
plusieurs sont tombés comme morts et parmi les autres, un tel cri a été entendu
de pécheurs gémissant pour la justice de la foi, car il a presque noyé ma voix.
Mais beaucoup d'entre eux levèrent bientôt la tête avec joie et éclatèrent en
actions de grâces, étant assurés qu'ils avaient maintenant le désir de leur âme –
le pardon de leurs péchés.9

Alors que Wesley mentionnait souvent le phénomène des personnes tombant, criant,
etc., cela n'a jamais été son objectif. Au contraire, Wesley s'est concentré sur ce qu'il a
appelé « l'œuvre intérieure de Dieu ». Il cherchait à voir les gens recevoir le pardon et
parvenir à une « foi vivante ». Il désirait voir la vie des gens transformée. Une fois Wesley a
rapporté que le caractère moral d'Arbroath, une communauté en Ecosse, avait été
radicalement changé parce que les gens là-bas avaient répondu à l'évangile :

Dans cette ville il y a vraiment du changement ! C'était méchant…


remarquable pour le non-respect du sabbat, les jurons, les jurons, l'ivresse et
un mépris général de la religion. Mais ce n'est plus le cas maintenant. La
méchanceté ouverte disparaît… aucune ivresse vue dans les rues. Et beaucoup
ont non seulement cessé le mal et appris à bien faire, mais sont également
témoins du royaume intérieur de Dieu, « la justice, la paix et la joie dans le
Saint-Esprit ».dix

Comptes de guérison
Wesley a souvent écrit que des personnes étaient guéries et délivrées du pouvoir
démoniaque à la suite de la prière. À propos d'un service du Nouvel An, Wesley écrit : «
Nous nous sommes rencontrés, comme d'habitude, pour renouveler notre alliance avec
Dieu. Ce fut une saison solennelle au cours de laquelle beaucoup ont trouvé son pouvoir
présent pour guérir et ont été en mesure de poursuivre leur chemin avec une force
renouvelée. »11
Peu de temps avant Noël en 1742, Wesley et un collègue, M. Meyrick, ont attrapé un
« rhume violent » en raison de la prédication et de la conduite par temps très froid. Wesley
a récupéré, mais M. Meyrick a continué à décliner. Quelques jours plus tard, Wesley écrit :

Quand je suis rentré à la maison, ils m'ont dit que le médecin avait dit qu'il
ne s'attendait pas à ce que M. Meyrick vive jusqu'au matin. Je suis allé le voir,
mais son pouls avait disparu. Il était resté sans voix et insensé pendant un
certain temps. Quelques-uns d'entre nous se sont immédiatement joints à la
prière : (Je raconte le fait nu :) Avant que nous ayons fait, son sens et sa parole
sont revenus. Maintenant, celui qui expliquera cela par des causes naturelles, a
mon libre congé ; mais je choisis de dire, c'est la puissance de Dieu.12

Après son rétablissement initial, M. Meyrick a subi un revers. Cinq jours plus tard, le
jour de Noël, Wesley rapporte :

103
Le médecin m'a dit qu'il n'en pouvait plus ; M. Meyrick ne pouvait pas
passer la nuit. Je suis monté et je les ai trouvés tous en train de pleurer contre
lui ; ses jambes étaient froides et (comme il semblait) déjà mortes. Nous nous
sommes tous agenouillés et avons invoqué Dieu avec des cris et des larmes
puissants. Il ouvrit les yeux et m'appela ; et, à partir de cette heure, il continua à
recouvrer ses forces, jusqu'à ce qu'il recouvre une parfaite santé. J'attends
d'entendre qui réfutera ce fait ou l'expliquera philosophiquement.13

Après cet événement de guérison survenu en 1742, M. Meyrick vécut des décennies de
plus et mourut en 1770 après un ministère long et fructueux.
Certains pourraient se demander pourquoi, après ce qui semblait être un
rétablissement initial, M. Meyrick est de nouveau tombé malade. Pourquoi était-il
nécessaire que Wesley prie pour lui à deux occasions différentes ? Il serait bon de rappeler
que même Jésus a imposé les mains deux fois à l'aveugle de Bethsaïda. La première fois que
Jésus lui imposa les mains, l'homme rapporta qu'il avait vu « des hommes comme des
arbres, marchant ». La manifestation de la guérison a été initiée, mais pas complète. Le
verset suivant décrit ce que Jésus fit ensuite : « Puis il mit à nouveau ses mains sur ses yeux
et le fit lever les yeux. Et il fut rétabli et vit tout le monde clairement » (Marc 8 :25).
Wesley était un homme instruit et intelligent, et pourtant il n'avait aucune difficulté à
attribuer ces guérisons et d'autres à des interventions surnaturelles de Dieu. Wesley a écrit
plus d'une fois sur l'expérience de la guérison dans sa propre vie. Par exemple, il parle
d'une époque où son cheval était devenu « extrêmement boiteux » et aussi des problèmes
qu'il a lui-même rencontrés après un temps d'équitation. Il déclare:

J'étais très fatiguée et ma tête me faisait plus mal qu'elle ne l'avait fait
depuis quelques mois… J'ai alors pensé : « Dieu ne peut-il pas guérir l'homme
ou la bête, par quelque moyen que ce soit, ou sans aucun ? Immédiatement ma
fatigue et mon mal de tête ont cessé, et la boiterie de mon cheval dans le même
instant. Il ne s'arrêta plus ni ce jour-là ni le lendemain. Un accident très étrange
cela aussi!14

De toute évidence, Wesley était facétieux lorsqu'il les qualifiait d'accidents".


Dans une autre situation encore, Wesley parle de symptômes soulagés pendant qu'il
prêchait, puis d'une guérison complète se manifestant dans son corps par la suite :

Je me suis retrouvé très en panne. Cependant, je me suis déplacé pour


prêcher le soir ; mais le samedi, mes forces corporelles s'affaiblirent tout à fait,
de sorte que pendant plusieurs heures je pus à peine relever la tête. J'étais
obligé de m'allonger presque toute la journée, n'étant facile que dans cette
posture. Pourtant, le soir, ma faiblesse était suspendue pendant que j'appelais
les pécheurs à la repentance. Mais à notre festin d'amour qui suivit, outre les
douleurs de dos et de tête et la fièvre qui me continuait encore, au moment où
je commençais à prier, je fus pris d'une telle toux que je pus à peine parler. En
même temps, il m'est venu fortement à l'esprit : « Ces signes accompagneront

104
ceux qui auront cru » [Marc 16:17]. J'ai demandé à haute voix à Jésus «
d'augmenter ma foi » et de « confirmer la parole de sa grâce ». Pendant que je
parlais, ma douleur s'évanouit ; la fièvre m'a quitté; ma force corporelle est
revenue; et pendant plusieurs semaines je n'ai ressenti ni faiblesse ni douleur. «
C'est à toi, Seigneur, que je rends grâce. »15

À un moment de son ministère, Wesley a été accusé par un M. Church d'être un


« passionné » et d'avoir prétendu que des guérisons et des délivrances surnaturelles
s'étaient produites sous son ministère. La réponse éloquente de Wesley démontre sa ferme
croyance dans le pouvoir surnaturel de Dieu :

Comme il peut être prouvé par une abondance de témoins que ces guérisons
étaient fréquemment (voire presque toujours) les conséquences instantanées
de la prière, votre conclusion est juste. Je ne puis, n'ose affirmer qu'elles fussent
purement naturelles. Je crois qu'ils ne l'étaient pas. Je crois que beaucoup
d'entre eux ont été forgés par la puissance surnaturelle de Dieu.16

Dans la même réponse à M. Church, Wesley était ferme dans sa position selon laquelle il
avait personnellement été témoin de choses qui ne pouvaient pas être expliquées par des
moyens naturels. Il écrit:

Je reconnais que j'ai vu de mes yeux et entendu de mes oreilles plusieurs


choses qui, au meilleur de mon jugement, ne peuvent s'expliquer par le cours
ordinaire des causes naturelles ; et que je crois donc devoir être «attribué à
l'intervention extraordinaire de Dieu». Si quelqu'un choisit de nommer ces
miracles, je ne réclame [objecte] pas. J'ai enquêté avec diligence sur les faits. J'ai
pesé les circonstances précédentes et suivantes. Je me suis efforcé d'en rendre
compte de façon naturelle. Je ne pouvais pas, sans faire violence à ma raison.17

Wesley a donné des exemples d'œuvres surnaturelles qu'il avait vues, y compris une
délivrance surnaturelle de John Haydon du pouvoir démoniaque, et une guérison
dramatique qu'il a lui-même expérimentée. Il déclare: «Je ne peux pas expliquer l'un ou
l'autre de manière naturelle. Par conséquent, je crois qu'ils étaient tous les deux
surnaturels.18
Wesley n'était pas étranger aux objections et aux critiques ; et tandis que certains
célébraient les œuvres de Dieu en cours, d'autres certainement pas. Joseph Butler, l'évêque
de Bristol, a été troublé par ce qu'il avait entendu au sujet des différentes manifestations
ayant lieu dans le ministère de Wesley, et lui a dit : « Prétendre aux révélations
extraordinaires et aux dons du Saint-Esprit est une chose horrible, une chose très horrible. .
" Cette réprimande est venue à Wesley bien qu'ils se soient rencontrés pour discuter des
questions à trois occasions distinctes. Wesley, cependant, était bien conscient de la
possibilité de faux signes et a traité le problème en profondeur.

Décemment et dans l'ordre

105
Ce que nous appelons aujourd'hui des extrêmes ou des excès, Wesley l'appelait
extravagance. Wesley a toujours accueilli l'action de l'Esprit de Dieu, mais il était aussi très
conscient de l'activité charnelle qui pouvait détourner l'attention de l'évangile. Wesley a
volontiers reconnu l'opération de la puissance de Dieu dans la vie des gens, mais il était
aussi un partisan majeur de la vérité que Paul communique dans 1 Corinthiens 14 :40 :
« Que tout se fasse avec décence et dans l'ordre. »
Wesley a parlé des croyants d'un endroit qui avaient connu de grandes bénédictions de
Dieu, mais a ensuite exprimé son inquiétude, "… même s'ils sont pleins d'amour, Satan
s'efforce de pousser beaucoup d'entre eux à l'extravagance."19Il a ensuite donné des
exemples de réunions où le chaos et la confusion régnaient. Wesley a fait référence aux
gens qui criaient, aux « Jumpers au Pays de Galles » et même à un groupe de personnes qui
tombaient et se relevaient à plusieurs reprises lors de réunions – on dirait qu'ils tombaient
pour le plaisir de tomber. Wesley déclare que ces types d'extravagances « amènent le
véritable travail [de Dieu] au mépris ». Il procède à l'admonestation, "Pourtant, chaque fois
que nous les réprimandons, cela devrait être de la manière la plus douce et la plus douce
possible."20
Wesley était connu pour sa sévérité, il est donc impressionnant pour lui d'appeler à la
correction "de la manière la plus douce et la plus douce possible". Peut-être que Wesley
basait cela sur la compréhension que si les gens sont corrigés avec une dureté inutile, ils
auront peur de céder au Saint-Esprit, même de la bonne manière. La correction faite dans
l'amour donnera certainement les meilleurs résultats. Le leader pentecôtiste du vingtième
siècle, Donald Gee, a parlé de faire preuve de gentillesse et d'humilité même lorsque les
gens n'expriment pas le Saint-Esprit de la meilleure façon possible.

Le vrai serviteur de Dieu aura toujours l'œil et le cœur ouverts pour aider à
faire avancer un véritable mouvement de l'Esprit de Dieu, bien qu'au début il
puisse le trouver enveloppé dans les langes de la faiblesse et de la folie de notre
pauvre nature humaine.21

Wesley a également parlé de prêcher dans un endroit où les « signes extérieurs »


n'étaient pas aussi prononcés qu'ils l'avaient été auparavant, et Wesley était d'accord avec
cela ; il a reconnu que c'était une saison différente pour les gens de cet endroit. Lors d'une
précédente visite de Wesley, les gens avaient été extrêmement convaincus de péché, avec
des signes dramatiques qui les accompagnaient. À cette époque plus tardive, Wesley
déclare : « Dieu était éminemment présent avec nous, mais plutôt pour réconforter que
pour convaincre » et « Beaucoup ont été rafraîchis par la multitude de paix.22 En parlant de
certaines des manifestations les plus dramatiques telles que la chute, le tremblement, etc.,
Wesley écrit ailleurs : « Maintenant, ces circonstances sont courantes à l'aube d'une œuvre,
mais par la suite, très rares. »23
Wesley ne croyait pas que les mêmes manifestations devaient se produire tout le temps,
et il réalisa qu'il y avait toujours la possibilité que des contrefaçons charnelles se
produisent. Il déclare que dans certains cas, « Satan a imité cette œuvre de Dieu afin de
discréditer toute l'œuvre », mais que Dieu « nous permettra de discerner jusqu'où, dans
chaque cas, l'œuvre est pure et où elle se mélange ou dégénère. "24

106
Pourquoi les cadeaux ont-ils diminué ?
Alors que Wesley avait vu de nombreuses manifestations du Saint-Esprit, il était curieux
de savoir pourquoi les dons et les démonstrations du Saint-Esprit, si répandus dans l'église
primitive, avaient tellement diminué au cours des siècles. Se référant au temps de
Constantin et à l'institutionnalisation croissante de l'Église, il aborde cette question de
front :

La cause de cela n'était pas (comme on l'a vulgairement supposé) qu'il n'y
avait plus de besoin ni d'occasion pour eux, parce que tout le monde était
devenu chrétien. C'est une erreur lamentable. Pas un vingtième du monde
n'était alors nominalement chrétien. La vraie cause de la perte était que
l'amour de beaucoup, presque tous les soi-disant chrétiens s'était refroidi. Les
chrétiens n'avaient pas plus de l'Esprit du Christ que les autres païens. Le Fils
de l'homme, lorsqu'il est venu examiner son église, a eu du mal à trouver la foi
sur terre. C'était la vraie cause pour laquelle les dons extraordinaires du Saint-
Esprit ne se trouvaient plus dans l'église chrétienne après cette époque. C'était
parce que les chrétiens étaient redevenus païens et n'avaient plus qu'une forme
morte. Alors, quand cette foi et cette sainteté furent presque perdues, sèches,
formelles, les hommes orthodoxes ont déjà commencé à ridiculiser les dons
qu'ils n'avaient pas eux-mêmes. Ils ont déprécié et discrédité tous les dons de
l'Esprit comme étant soit de la folie, soit de la fraude.25

Dans une autre communication, Wesley a répondu à un Dr Middleton, un anti-


supernaturaliste qui a affirmé que le don des langues n'avait pas été entendu depuis la
Réforme. Wesley réplique en faisant référence aux protestants français, qui ces derniers
temps avaient prétendu exercer les langues et d'autres pouvoirs miraculeux.26
Wesley a en fait déploré l'état général de l'église par rapport au Saint-Esprit et à ses
dons merveilleux. Bien que Wesley ait été témoin de nombreuses expressions de la
puissance de Dieu, il s'est rendu compte que l'église, en général, n'était pas habituée et mal
à l'aise avec le troisième membre de la Divinité. Il écrit:

Qui d'entre vous connaît, à quelque degré que ce soit, l'œuvre de son Esprit,
son œuvre surnaturelle dans l'âme des hommes ? Pouvez-vous supporter, à
moins que de temps en temps, dans une église, de parler du Saint-Esprit ? Ne
prendriez-vous pas pour acquis, si l'on engageait une telle conversation, que
c'était de l'hypocrisie ou de l'enthousiasme [extrémisme] ?27

Organisation et influence durable


La puissance de l'Esprit de Dieu agissant à travers Wesley a souvent été ignorée, mais ce
qui a été fréquemment noté, c'est ses prouesses organisationnelles. George Whitefield était
en fait considéré comme le meilleur prédicateur des deux, mais les compétences
d'organisation de Wesley ont aidé à perpétuer et à maintenir le fruit de ses travaux.
Whitefield a dit :

107
Mon frère Wesley a agi avec sagesse. Les âmes qui ont été éveillées sous son
ministère, il les a rejointes en classe [groupes de disciples], et a ainsi conservé
les fruits de son travail. C'est ce que j'ai négligé, et mon peuple est une corde de
sable.28

Wesley a organisé ses disciples en groupes qui ont promu le discipulat, la responsabilité
et la croissance spirituelle. Des prédicateurs laïcs ont été développés et utilisés, et des
femmes ont assumé des rôles de leadership en supervisant des cours pour d'autres
femmes. Les programmes de Wesley ont été conçus pour compléter l'Église d'Angleterre,
pas pour entrer en conflit avec elle. Ses prédicateurs laïcs n'administreraient pas la
communion, car les membres des groupes devaient maintenir leur adhésion et leur
implication dans l'église établie.
Finalement, les méthodistes ordonneraient leur propre clergé et les sociétés devinrent
des congrégations pleinement fonctionnelles séparées de l'Église d'Angleterre, mais ce
n'était pas l'intention originale de Wesley. Aujourd'hui, l'influence de Wesley se fait sentir
bien au-delà de l'Église méthodiste. Les groupes wesleyens, les nazaréens, les groupes de
sainteté, les églises pentecôtistes, les groupes évangéliques et charismatiques, ainsi que de
nombreux groupes et mouvements orientés vers le « réveil » considèrent tous Wesley
comme un catalyseur important pour leurs œuvres.

Un avertissement prophétique
Wesley n'a pas seulement saisi le climat spirituel de son époque, il était aussi un
étudiant passionné de l'histoire de l'église. Il était pleinement conscient de la façon dont
différents mouvements avaient commencé dans le réveil mais ont finalement dégénéré en
un formalisme et un ritualisme sans vie. Sa compréhension de ces questions l'a incité à
écrire :

Je ne crains pas que les gens appelés méthodistes ne cessent jamais


d'exister en Europe ou en Amérique. Mais j'ai peur qu'ils n'existent qu'en tant
que secte morte, ayant la forme d'une religion sans pouvoir. Et ce sera sans
aucun doute le cas, à moins qu'ils ne maintiennent fermement à la fois la
doctrine, l'esprit et la discipline avec lesquels ils sont partis pour la première
fois.29

La préoccupation prophétique de Wesley n'était pas seulement valable pour ses


propres disciples, mais est un avertissement vital à chaque mouvement qui est né dans la
puissance de l'Esprit de Dieu. Même Jésus a mentionné le potentiel de la puissante église
d'Éphèse du premier siècle perdant son chandelier (Apocalypse 2:5). Une église, une fois
enflammée par la puissance de l'Esprit de Dieu, peut perdre son influence. Cela s'est
produit à plusieurs reprises tout au long de l'histoire de l'Église.
La connaissance de Wesley de la nature humaine et du réveil lui-même l'a incité à
déclarer : « Par conséquent, je ne vois pas comment il est possible, dans la nature des
choses, qu'un quelconque réveil de la vraie religion dure longtemps.30 Il a expliqué que

108
lorsque Dieu travaille profondément dans le cœur des gens (il a appelé le méthodisme une
« religion du cœur »), ils deviennent plus industrieux et prudents, ce qui conduit
inévitablement à la prospérité.
Wesley avait observé pendant de nombreuses décennies - il l'a écrit à l'âge de 83 ans -
que lorsque les gens deviennent plus prospères, ils ont tendance à devenir moins
dépendants de Dieu et à sombrer dans le charnel. Lorsque cela se produit, observe Wesley,
la structure extérieure de la religion restera, mais «l'esprit disparaît rapidement».31
Alors que Wesley n'était pas sans espoir, il ne voyait qu'une seule façon pour les gens de
vivre un réveil significatif et perpétuant. Bien qu'il considérait les mauvaises attitudes
envers l'argent comme une pierre d'achoppement importante, il n'a pas préconisé la
pauvreté comme moyen de maintenir le dynamisme spirituel. Au lieu de cela, il écrit :

Nous devons exhorter tous les chrétiens à gagner tout ce qu'ils peuvent et à
sauver tout ce qu'ils peuvent ; c'est en effet s'enrichir ! Quel chemin, alors, (je
demande encore,) pouvons-nous prendre, pour que notre argent ne nous
plonge pas dans l'enfer le plus bas ? Il y a un chemin, et il n'y en a pas d'autre
sous le ciel. Si ceux qui « gagnent tout ce qu'ils peuvent » et « épargnent tout ce
qu'ils peuvent », ils « donnent tout ce qu'ils peuvent » ; alors, plus ils gagnent,
plus ils grandiront dans la grâce, et plus ils amasseront de trésors dans le ciel.32

Ainsi, pour Wesley, une générosité abondante et débordante était le seul moyen pour
une personne qui avait reçu les effets extérieurs de la grâce intérieure de rester sur la
bonne voie avec Dieu. Le cœur de Wesley avait été « étrangement réchauffé » par le Saint-
Esprit, et il désirait que tous les disciples de Jésus restent fervents et passionnés envers les
choses de Dieu.

Notes de fin
1.
John Wesley, Journal, 24 janvier 1738, vol. 1 de The Works of John Wesley (Grand Rapids, MI : Baker Book
House, 1986), 74.
2.
John Wesley, Journal, 29 janvier 1738, vol. 1 de The Works of John Wesley (Grand Rapids, MI : Baker Book
House, 1986), 75-76.
3.
John Wesley, Journal, 23 mars 1738, vol. 1 de The Works of John Wesley (Grand Rapids, MI : Baker Book
House, 1986), 89.
4.
John Wesley, Journal, 24 mai 1738, vol. 1 de The Works of John Wesley (Grand Rapids, MI : Baker Book
House, 1986), 103.
5.
John Wesley, Journal, 1er janvier 1739, vol. 1 de The Works of John Wesley (Grand Rapids, MI : Baker
Book House, 1986), 170.

109
6.
John Wesley, Journal, 26 avril 1739, vol. 1 de The Works of John Wesley (Grand Rapids, MI : Baker Book
House, 1986), 188.
7.
John Wesley, Journal, 9 mai 1739, vol. 1 de The Works of John Wesley (Grand Rapids, MI : Baker Book
House, 1986), 193.
8.
John Wesley, Journal, 7 juillet 1739, vol. 1 de The Works of John Wesley (Grand Rapids, MI : Baker Book
House, 1986), 210.
9.
John Wesley, Journal, 12 juin 1742, vol. 1 de The Works of John Wesley (Grand Rapids, MI : Baker Book
House, 1986), 379.
dix.
John Wesley, Journal, 5 mai 1772, vol. 3 de The Works of John Wesley (Grand Rapids, MI: Baker Book
House, 1986), 462.
11.
John Wesley, Journal, 1er janvier 1777, vol. 4 de The Works of John Wesley (Grand Rapids, MI : Baker
Book House, 1986), 91.
12.
John Wesley, Journal, 20 décembre 1742, vol. 1 de The Works of John Wesley (Grand Rapids, MI : Baker
Book House, 1986), 406.
13.
John Wesley, Journal, 25 décembre 1742, vol. 1 de The Works of John Wesley (Grand Rapids, MI : Baker
Book House, 1986), 406.
14.
John Wesley, Journal, 17 mars 1746, vol. 2 de The Works of John Wesley (Grand Rapids, MI : Baker Book
House, 1986), 10.
15.
John Wesley, Journal, 8, 10 mai 1741, vol. 1 de The Works of John Wesley (Grand Rapids, MI : Baker Book
House, 1986), 310.
16.
John Wesley, « Les principes d'un méthodiste plus loin expliqués », vol. 8 dans The Works of John Wesley
(Grand Rapids : Baker, 1978), 457.
17.
Ibid., 460.
18.
Idem.
19.
John Wesley, Journal, 3 avril 1786, vol. 8 dans The Works of John Wesley (Grand Rapids, MI : Baker Book
House, 1986), 329.
20.
Idem.

110
21.
Donald Gee, est-ce Dieu ? Tests for Evaluating the Supernatural (Springfield, MO : Gospel Publishing
House, 1972), 30.
22.
John Wesley, Journal, 25 novembre 1759, vol. 2 dans The Works of John Wesley (Grand Rapids, MI: Baker
Book House, 1986), 519.
23.
John Wesley, Journal, 5 juin 1772, vol. 3 dans The Works of John Wesley (Grand Rapids, MI: Baker Book
House, 1986), 472.
24.
John Wesley, Journal, 25 novembre 1759, vol. 2 dans The Works of John Wesley (Grand Rapids, MI: Baker
Book House, 1986), 519.
25.
John Wesley, "The More Excellent Way", Sermon 89, vol. 7 dans The Works of John Wesley (Grand Rapids,
MI: Baker Book House, 1986), 26-27.
26.
John Wesley, « Une lettre au révérend Dr Conyers Middleton », vol. 10 dans The Works of John Wesley
(Grand Rapids, MI : Baker Book House, 1978), 55-56.
27.
John Wesley, « Le christianisme biblique », Sermon IV, vol. 5 dans The Works of John Wesley (Grand
Rapids, MI : Baker Book House, 1986), 51-52.
28.
George Whitefield cité dans Ian J. Maddock, Men of One Book : A Comparison of Two Methodist Preachers,
John Wesley et George Whitefield (Eugene, OR : Pickwick Publications, 2011), 83.
29.
John Wesley, « Pensées sur le méthodisme », vol. 13 dans The Works of John Wesley (Grand Rapids, MI :
Baker, 1978), 258.
30.
Ibid., 260.
31.
Idem.
32.
Ibid., 260-261.

111
CHAPITRE 11 :

GRANDS REVEILS EN AMÉRIQUE

(Edwards et Finney)
J'ai reçu un puissant baptême du Saint-Esprit. Le Saint-Esprit est descendu sur moi d'une manière qui semblait me
traverser, corps et âme. Je pouvais sentir l'impression, comme une vague d'électricité, me traverser et me traverser. En
effet, cela semblait venir par vagues et vagues d'amour liquide.
—Charles Finney

Jonathan Edwards (1703-1758)


John Wesley n'était pas le seul grand chef spirituel né en 1703. De l'autre côté
de l'Atlantique, un autre enfant, né à East Windsor, dans le Connecticut, aurait
eu une influence considérable pendant une saison appelée le Grand Réveil. Ce
fut une longue période de réveil et d'effusion du Saint-Esprit qui a radicalement
impacté les colonies américaines.
Jonathan Edwards s'est inscrit à l'Université de Yale à l'âge de treize ans et, après avoir
obtenu deux diplômes, a commencé à servir comme pasteur adjoint de son grand-père,
Solomon Stoddard, à Northampton, dans le Massachusetts. Edwards avait non seulement
excellé dans ses activités éducatives, mais avait également fait l'expérience de la présence
et de la bonté de Dieu d'une manière profondément personnelle et sincère.

J'ai commencé à avoir un nouveau genre d'appréhensions et d'idées du


Christ, et de l'œuvre de la rédemption, et de la voie glorieuse du salut par lui.
J'avais un sentiment intérieur et doux de ces choses, qui me pénétrait parfois
dans le cœur ; et mon âme a été emmenée dans des vues agréables et des
contemplations d'eux. Et mon esprit était très engagé, à passer mon temps à lire
et à méditer sur Christ ; et la beauté et l'excellence de sa personne, et la belle
voie du salut, par la grâce gratuite en lui… Et [je] trouvais, de temps en temps,
une douceur intérieure, qui… m'emportait dans mes contemplations ; dans ce
que je ne sais comment exprimer autrement, que par une abstraction calme et
douce de l'âme de toutes les préoccupations de ce monde…. Le sens que j'avais
des choses divines, allait souvent d'un coup… allumer une douce brûlure dans
mon cœur ; une ardeur de mon âme, que je ne sais comment exprimer.1

Après un mandat de soixante ans de ministère à Northampton, le grand-père d'Edwards


est décédé en 1728, et à l'âge de vingt-cinq ans, Jonathan Edwards a assumé la supervision
spirituelle d'une congrégation de plus de six cents membres. Edwards était au courant de
cinq « vagues » ou saisons de réveil différentes qui s'étaient produites pendant le pastorat
de son grand-père, mais au moment où Edwards a pris la direction de la congrégation de
Northampton, c'était une saison sèche, une période de récession spirituelle. Edwards le

112
décrit comme « une période de monotonie extraordinaire dans la religion » et a déclaré
qu'il y avait un sens charnel et impie dans la communauté.2
En 1733, Edwards commence à décrire un mouvement de l'Esprit de Dieu qui a produit
un nombre inhabituellement élevé de personnes venant à une connaissance salvatrice du
Seigneur Jésus-Christ. Il écrit : « L'Esprit de Dieu commença extraordinairement à
s'installer et à travailler merveilleusement parmi nous.3 Edwards explique que les gens de
tous âges ont été touchés spirituellement et affirme que le réveil a été si profond qu'« il n'y
avait presque personne dans la ville, vieux ou jeune, qui ne se souciait pas des grandes
choses du monde éternel ».4Puis, décrivant l'élan de l'œuvre de Dieu dans la vie des gens, il
écrit : « L'œuvre de conversion s'est poursuivie d'une manière des plus étonnantes et s'est
accrue de plus en plus ; les âmes sont venues pour ainsi dire par troupeaux à Jésus-Christ.5
Edwards dresse le magnifique tableau suivant de l'éveil au fur et à mesure de sa
progression :

Cette œuvre de Dieu, à mesure qu'elle se poursuivait, et que le nombre des


vrais saints se multiplia, fit bientôt une glorieuse transformation dans la ville :
de sorte qu'au printemps et à l'été suivant, anno 1735, la ville parut pleine de la
présence de Dieu : cela n'a jamais été aussi plein d'amour, ni de joie, et pourtant
aussi plein de détresse, qu'alors. Il y avait des signes remarquables de la
présence de Dieu dans presque chaque maison. C'était un temps de joie dans les
familles à cause du salut qui leur était apporté; les parents se réjouissent de
leurs enfants comme nouveau-nés, et les maris de leurs femmes, et les femmes
de leurs maris. Les actions de Dieu étaient alors vues dans son sanctuaire, le
jour de Dieu était un délice, et ses tabernacles étaient aimables. Nos assemblées
publiques étaient alors belles : l'assemblée était vivante au service de Dieu,
chacun s'attachant sérieusement au culte public, tout auditeur désireux de
boire les paroles du ministre telles qu'elles sortaient de sa bouche ; l'assemblée
en général était, de temps en temps, en larmes pendant que la parole était
prêchée ; certains pleurant de douleur et de détresse, d'autres de joie et
d'amour, d'autres de pitié et de souci pour l'âme de leurs voisins.6

Edwards a estimé que plus de 300 personnes sont venues à Christ dans sa seule
communauté en une période de six mois, et remarquablement, cette effusion divine ne se
limitait pas exclusivement à Northampton. « De nombreux endroits dans le Connecticut »,
note-t-il, « ont participé à la même miséricorde ».7
Edwards s'est également émerveillé de la rapidité avec laquelle Dieu a travaillé dans la
vie des gens, déclarant que Dieu faisait en quelques jours ce qui prendrait normalement
une année entière. Il déclare:

Dieu a également semblé s'être éloigné de sa voie habituelle, dans la


rapidité de son travail, et les progrès rapides que son Esprit a faits dans ses
opérations sur le cœur de beaucoup. C'est merveilleux que des personnes
soient si soudainement et pourtant si profondément changées. Beaucoup ont
été retirés d'un mode de vie lâche et insouciant, et saisis de fortes convictions

113
de leur culpabilité et de leur misère, et en très peu de temps les choses
anciennes sont mortes, et toutes choses sont devenues nouvelles avec elles.
L'œuvre de Dieu est également apparue très extraordinaire dans les degrés de
ses influences ; dans les degrés à la fois d'éveil et de conviction, et aussi de
lumière salvatrice, d'amour et de joie, que beaucoup ont expérimentés. Il a
également été très extraordinaire par son étendue et sa propagation si rapide
de ville en ville.8

Edwards n'a pas seulement été témoin d'une grande action de l'Esprit de Dieu, mais il y
a également consacré une réflexion profonde et considérable. Dieu lui avait donné une
grande intelligence et un sens aigu du discernement, et Edwards a fait de nombreuses
observations formidables.
Beaucoup de personnes converties à Northampton et dans d'autres parties de la
Nouvelle-Angleterre ont manifesté certains « signes extérieurs » lorsqu'elles ont été
convaincues par le Saint-Esprit. Tout au long de ses écrits, Edwards identifie les pleurs et
les larmes, les tremblements, les gémissements, les cris bruyants, les agonies corporelles,
les soupirs, les évanouissements et le manque de force corporelle comme certaines des
expressions dont il a été témoin.9 Il n'a pas soutenu que ces types de manifestations, qui
avaient généralement lieu pendant la prédication de la Parole de Dieu, étaient
automatiquement et toujours l'œuvre de l'Esprit de Dieu, mais il ne les a pas non plus
écartés comme étant nécessairement contrefaits ou hors d'usage.
En 1741, Edwards écrivit les Marques distinctives d'une œuvre de l'Esprit de Dieu pour
aider les croyants à comprendre la différence entre l'œuvre du Saint-Esprit, les excès
charnels et les contrefaçons démoniaques. Edwards croyait avoir été témoin de
nombreuses preuves d'œuvres authentiques du Saint-Esprit et ne croyait pas que les
contrefaçons ou les excès invalidaient l'authentique. Il déclare : « Le diable sème une telle
ivraie n'est pas une preuve qu'une véritable œuvre de l'Esprit de Dieu n'est pas
glorieusement accomplie.dix En d'autres termes, Edwards a préconisé de ne pas "jeter le
bébé avec l'eau du bain".
Edwards croyait que Dieu révélait parfois sa colère ou son amour aux personnes
présentes dans les services religieux, ce qui conduisait souvent à ce qu'il appelait des
«effets corporels». La révélation de la colère de Dieu aux individus n'était pas conçue pour
les laisser sans espoir ou condamnés, mais plutôt, pour les amener à un lieu de repentance
sobre où ils tendraient la main pour recevoir la grâce et la miséricorde de Dieu pour le
salut. Edwards a vu de nombreuses personnes réagir aux impressions de l'Esprit de Dieu de
manière assez dramatique, et il a écrit : « Pas étonnant que la colère de Dieu, lorsqu'elle ne
se manifeste que peu à l'âme, domine la force humaine. »11
Edwards ne croyait pas - dans de nombreux cas de personnes dépassées et dépassées -
qu'il s'agissait simplement d'émotivité ou d'enthousiasme, selon le terme populaire de
l'époque. Au contraire, il croyait qu'il y avait de nombreuses occasions légitimes où l'Esprit
de Dieu permettait à un individu de percevoir quelque chose de très puissant du monde
éternel. Lorsque cela s'est produit, une réponse corporelle est facilement comprise. Il écrit
à propos de personnes qui ont été submergées par une rencontre donnée par l'Esprit avec
l'amour de Dieu :

114
On peut facilement s'expliquer, qu'un vrai sens de l'excellence glorieuse du
Seigneur Jésus-Christ, et de son merveilleux amour mourant, et l'exercice d'un
amour et d'une joie vraiment spirituels, devraient être assez pour vaincre la
force corporelle… . Par conséquent, il n'est pas du tout étrange que Dieu donne
parfois à ses saints un tel avant-goût du ciel, au point de diminuer leur force
corporelle.12

Comme Wesley en Angleterre, Edwards a parfois vu des gens s'effondrer alors qu'ils
étaient vaincus par la puissance de conviction de l'Esprit de Dieu. En fait, Wesley avait lu
des rapports sur le Grand Réveil dans les colonies américaines et s'en était grandement
inspiré.
Edwards était bien conscient que plusieurs critiques n'aimaient pas les expressions
extérieures dans les services religieux, mais il a défendu ce qu'il considérait comme des
manifestations légitimes en utilisant des exemples bibliques. Par exemple, il fait remarquer
que lorsqu'il y avait une œuvre surnaturelle de Dieu, le geôlier philippin « lorsqu'il, dans la
plus grande détresse et stupéfaction, vint tremblant et tomba devant Paul et Silas… et dit : «
Messieurs, que dois-je faire pour être sauvé ?' » (Actes 16 :29-30).13Il a également cité des
exemples de la reine de Saba étant accablée lorsqu'elle a vu la gloire de Salomon (1 Rois
10:4), les disciples criant de peur quand ils ont vu Jésus marcher sur l'eau (Matthieu
14:26), et même le mariée s'évanouissant de chagrin d'amour (Cantique de Salomon 2:5)
comme exemples bibliques qui illustraient et mettaient en parallèle les effets corporels
ressentis par les chrétiens qui rencontraient le Saint-Esprit. Après avoir cité ces exemples
et d'autres, Edwards écrit : « Nous pouvons au moins affirmer qu'un tel effet peut bien être
supposé provenir d'une telle cause chez les saints dans certains cas, et qu'un tel effet sera
parfois vu dans le l'Église du Christ."14
Edwards a également contré les critiques selon lesquelles beaucoup recevaient de
fortes «impressions» lors d'expériences et de rencontres spirituelles. Il écrit:

Ce n'est pas un argument qu'une œuvre n'est pas de l'Esprit de Dieu, que
certains de ceux qui en sont les sujets ont été dans une sorte d'extase, où ils ont
été emportés au-delà d'eux-mêmes, et ont eu leur esprit transporté dans un
train de fortes et des imaginations agréables, et une sorte de visions, comme
s'ils étaient enlevés jusqu'au ciel, et y voyaient des vues glorieuses. J'ai eu
connaissance de certains de ces cas.15

Edwards a réfuté ceux qui disaient que de telles expériences extatiques étaient
d'origine démoniaque, et il a également nié que de telles expériences étaient de la même
nature autoritaire que celles de Paul et d'autres figures bibliques. Il ne trouvait tout
simplement pas étrange que « des personnes ayant un vrai sens de la grandeur et de
l'excellence glorieuses et merveilleuses des choses divines, et des vues ravissantes pour
l'âme de la beauté et de l'amour du Christ, aient la force de la nature maîtrisée ».16
Après avoir abordé et contré de nombreux arguments avancés par d'autres contre les
signes extérieurs qui accompagnent une œuvre de l'Esprit de Dieu, Edwards articule cinq
critères majeurs qui devraient être pris en compte pour évaluer si une véritable œuvre de

115
Dieu a lieu. L'Écriture fondamentale qu'Edwards a utilisée pour son livre, Distinguing
Marks of a Work of the Spirit of God, est 1 Jean 4:1, qui dit : « Bien-aimés, ne croyez pas tout
esprit, mais testez les esprits, s'ils sont de Dieu ; car beaucoup de faux prophètes sont sortis
dans le monde. En commençant par ce verset et en continuant à travers les prochains
versets, Edwards propose les cinq points suivants comme moyen de tester si une œuvre est
de Dieu. J'ai paraphrasé l'essentiel de chacun de ses points en titres de section.

TESTER LES SPIRITUEUX

1. Une véritable œuvre de Dieu exalte Jésus.

Edwards croyait fermement que toute opération du Saint-Esprit met toujours l'accent
sur Jésus-Christ, l'exaltant comme Fils de Dieu et comme Sauveur de tous. Edwards a mis
un accent particulier sur l'importance de la présentation véridique de Jésus selon ce que les
Écritures enseignent à son sujet. L'œuvre du diable n'exaltera jamais Jésus sincèrement
parce que :

Le diable a l'inimitié la plus amère et la plus implacable contre cette


personne, surtout dans son caractère de Sauveur des hommes ; il déteste
mortellement l'histoire et la doctrine de sa rédemption ; il n'allait jamais
engendrer chez les hommes des pensées plus honorables à son égard, et peser
davantage sur ses instructions et ses commandements.17

2. Une véritable œuvre de Dieu agit contre le royaume de Satan, le péché et la convoitise du monde.

Edwards cite 1 Jean 4:4, « Vous êtes de Dieu, petits enfants, et vous les avez vaincus,
parce que celui qui est en vous est plus grand que celui qui est dans le monde », et explique
le fait que lorsque l'Esprit de Dieu œuvre dans nos vies, Il donne aux croyants la victoire
sur les éléments charnels et démoniaques à l'œuvre dans le monde.

3. Une véritable œuvre de Dieu respecte l'autorité divine des Écritures.

Contrairement à d'autres influences qui dévaloriseraient les Écritures ou dirigeraient


les gens vers d'autres sources de direction et d'autorité, le Saint-Esprit nous dirigera
toujours vers la Parole de Dieu, la Bible. Un mauvais esprit, soutient Edwards, ne dirigera
pas les gens vers les Écritures ou ne les promouvra pas.

Le diable a toujours montré une rancune et une haine mortelles envers ce


livre saint qu'est la Bible : il a fait tout ce qui était en son pouvoir pour éteindre
cette lumière ; et pour en retirer les hommes : il sait que c'est cette lumière par
laquelle son royaume de ténèbres doit être renversé.18

4. Une véritable œuvre de Dieu promeut « l'esprit de vérité » contre « l'esprit d'erreur ».

Se référant à 1 Jean 4:6, Edwards affirme que le Saint-Esprit conduira les gens dans les
grandes vérités qui les amènent à une prise de conscience du péché et de la rédemption, et

116
à une compréhension précise d'eux-mêmes et de la nature de Dieu. Le Saint-Esprit «
représente les choses telles qu’elles sont vraiment ».19

5. Une véritable œuvre de Dieu produit l'amour pour Dieu et l'amour pour les gens.

Après avoir abordé les questions de discernement de 1 Jean 4:1-6, Edwards met en
évidence l'accent mis par l'apôtre Jean dans le reste du chapitre sur l'amour divin comme le
facteur le plus important dans la reconnaissance d'une véritable œuvre de Dieu. Edwards
reconnaît qu'il existe « un amour contrefait, qui apparaît souvent chez ceux qui sont dirigés
par un esprit d'illusion »,20mais est convaincu que ce que l'Écriture dit de l'amour
délimitera clairement l'amour de Dieu de la contrefaçon. Edwards écrit :

Le caractère le plus sûr du véritable amour surnaturel divin, qui le distingue


des contrefaçons qui découlent d'un amour-propre naturel, c'est que la vertu
chrétienne d'humilité brille en lui ; ce qui surtout renonce, abaisse et annihile
ce que nous appelons soi. L'amour chrétien ou, ou la vraie charité, est un amour
humble (1 Corinthiens 13:4-5).21

UNE AUTRE VAGUE DE RENAISSANCE (1740-1742)

Après une première saison de réveil (1735-1736), Edwards rapporte qu'il y a eu une
sorte d'accalmie. En 1743, il a écrit un compte rendu d'une vague ultérieure qui a eu lieu -
Un compte de la renaissance de la religion à Northampton 1740-1742. En cela, il parle d'un
changement très positif qui s'était produit dans la communauté à la suite de la saison de
réveil précédente, et a noté des preuves d'une autre résurgence de la faim spirituelle qui a
eu lieu à partir de 1740. Cet élan a été considérablement renforcé lorsque George
Whitefield , le célèbre évangéliste britannique, est venu prêcher dans l'église de
Northampton. Edwards remarque que « la congrégation était extraordinairement fondue à
chaque sermon ; presque toute l'assemblée était en larmes pendant une grande partie du
temps du sermon.22
Dans la deuxième vague, Edwards note spécifiquement que de nombreux enfants et
jeunes ont été puissamment affectés par le mouvement de l'Esprit de Dieu. Dans une
situation, Edwards décrit un scénario où plusieurs « semblaient être submergés par un
sentiment de grandeur et de gloire des choses divines, et d'admiration, d'amour, de joie, de
louange et de compassion »23 et en même temps, bien d'autres :

ont été submergés par la détresse au sujet de leur état et de leur condition
de péché et de misère; de sorte que toute la salle n'était remplie que de cris,
d'évanouissements, etc. D'autres l'apprirent bientôt dans plusieurs parties de la
ville et vinrent à eux ; et ce qu'ils voyaient et entendaient là les affectait
grandement, de sorte que beaucoup d'entre eux furent accablés de la même
manière, et cela continua ainsi pendant quelques heures ; le temps passé à
prier, chanter, conseiller et conférer.24

117
Edwards indique que l'élan spirituel s'est poursuivi puissamment et rapporte que
beaucoup sont tombés sous le coup de la conviction et que beaucoup se sont convertis. Il
écrit : « C'était une chose très fréquente de voir une maison pleine de cris,
d'évanouissements, de convulsions et autres, à la fois avec détresse, mais aussi avec
admiration et joie.25 Il observe également qu'il n'était pas d'usage d'avoir des réunions qui
se prolongeaient tard dans la soirée, néanmoins « il y en avait qui étaient si affectés, et
leurs corps si bouleversés, qu'ils ne pouvaient pas rentrer chez eux, mais étaient obligés de
rester toute la nuit où ils étaient."26
Edwards note même :

Il y eut quelques cas de personnes couchées dans une sorte de transe,


restant peut-être pendant vingt-quatre heures entières immobiles, et avec leurs
sens enfermés ; mais en attendant sous de fortes imaginations, comme s'ils
allaient au ciel et y eussent une vision d'objets glorieux et délicieux.27

Il remarque que dans ces cas très intenses, certains ont eu des problèmes pour
maintenir leur équilibre et leur équilibre spirituel, et que des efforts ont été faits pour «
empêcher les gens, beaucoup d'entre eux, de se déchaîner ».28

APRÈS LES REVEILS

Jonathan Edwards a vu de nombreuses expressions exceptionnelles de l'Esprit de Dieu,


au cours de son pastorat, et il a fourni une excellente analyse et articulation de ce dont il
avait été témoin. Malgré son génie, il a été renvoyé de son église en 1750. À la fin de son
mandat à Northampton, Edwards et sa femme ont déménagé à Stockbridge, dans le
Massachusetts, et il a été pasteur missionnaire auprès des Amérindiens. Il a également
utilisé ce temps pour continuer à écrire. Après quelques années à Stockbridge, il devient
président du College of New Jersey, qui deviendra plus tard Princeton. Il est décédé peu de
temps après son installation.

Charles Finney (1792-1875)


L'année suivant la mort de John Wesley en Angleterre, Charles Grandison Finney est né
dans le Connecticut. Quand Finney était un bambin, sa famille a déménagé à New York, et
cet avocat devenu prédicateur allait finalement laisser une marque indélébile sur le
renouveau et l'évangélisme aux États-Unis. Jeune homme, il ne s'intéressait pas à la
religion, mais les références scripturaires dans les livres de droit ont piqué sa curiosité,
alors il a acheté une Bible afin de l'étudier par lui-même. Il a commencé à fréquenter
l'église et a été exposé à l'hyper-calvinisme, une théologie que Finney rejetterait
fermement. À propos de son pasteur, Finney écrit : « J'étais plutôt perplexe qu'édifié par sa
prédication.29
Après avoir été impliqué dans l'église, Finney a reconnu une déficience spirituelle dans
sa vie. Il déclare : « Je suis devenu très agité. Un peu de considération m'a convaincu que je
n'étais en aucun cas dans l'état d'esprit d'aller au ciel si je devais mourir » et « toujours ma
décision n'était pas prise quant à la vérité ou à la fausseté de l'Évangile et de la religion

118
chrétienne ».30Le Saint-Esprit a travaillé sur le cœur de Finney ; et à l'automne de 1821, il
chercha diligemment à connaître la vérité. Après avoir beaucoup lutté dans son âme,
Finney est entré dans la foi salvatrice et décrit l'assurance qu'il a reçue en ces termes : « Le
repos de mon esprit était indiciblement grand. Je ne peux jamais le décrire avec des mots.
La pensée de Dieu était douce à mon esprit, et la tranquillité spirituelle la plus profonde
s'était emparée de moi.31 Il a également dit: "Il y avait une grande douceur et tendresse
dans mes pensées et mes sentiments."32
Finney allait très bientôt faire l'expérience d'une autre dimension de l'œuvre du Saint-
Esprit dans sa vie au-delà du salut et de l'assurance. Après une rencontre où « il me
semblait que je rencontrais le Seigneur Jésus-Christ face à face », dit Finney :

J'ai reçu un puissant baptême du Saint-Esprit. Sans aucune attente de cela…


le Saint-Esprit est descendu sur moi d'une manière qui semblait me traverser,
corps et âme. Je pouvais sentir l'impression, comme une vague d'électricité, me
traverser et me traverser. En effet, cela semblait venir par vagues et vagues
d'amour liquide, car je ne pouvais pas l'exprimer autrement. Cela semblait être
le souffle même de Dieu. Je me souviens distinctement qu'il semblait m'éventer,
comme d'immenses ailes. Aucun mot ne peut exprimer le merveilleux amour
qui s'est répandu dans mon cœur. J'ai pleuré de joie et d'amour ; et je ne sais
pas mais je devrais dire, j'ai littéralement beuglé les jaillissements
inexprimables de mon cœur. Ces vagues sont venues sur moi, et sur moi, et sur
moi, l'une après l'autre, jusqu'à ce que je me souvienne que j'ai crié : « Je
mourrai si ces vagues continuent de passer sur moi. J'ai dit : " Seigneur, je n'en
peux plus ; pourtant je n'avais pas peur de la mort. Combien de temps je suis
resté dans cet état, avec ce baptême qui continuait à me rouler et à me
traverser, je ne sais pas.33

À partir de ce moment-là, Finney a été habilité en tant que témoin du Seigneur Jésus, et
beaucoup avec qui il a interagi à titre personnel ont été convaincus et ont été
glorieusement sauvés.

UNE FEMME NON SAUVE GUÉRIE ET SAUVE

En plus des fruits d'évangélisation abondants qui ont jailli de la vie de Finney, il a
également commencé à apprendre à coopérer avec le Saint-Esprit dans la prière. Il raconte
que le Seigneur lui a enseigné « dans ces premiers jours de mon expérience chrétienne, de
nombreuses vérités très importantes concernant l'esprit de prière ». 34Il partage ensuite
avoir entendu parler d'une femme non sauvée qu'il connaissait qui était tombée malade et
ne devait pas passer la nuit. Il parle de l'intense charge de prière qui s'est abattue sur lui et
de la difficulté d'y répondre. Il écrit : « J'ai lutté, mais je ne pouvais pas dire grand-chose. Je
ne pouvais que gémir avec des gémissements forts et profonds.35
Après une soirée de prière angoissante, Finney sentit la paix et l'assurance du Seigneur
et devint pleinement persuadée que la femme se rétablirait. Le lendemain, la femme avait
déjà commencé à s'améliorer. Finney a dit à son mari que sa femme ne mourrait pas de
cette maladie et qu'elle ne mourrait pas non plus dans ses péchés. Fidèle à ce que Finney

119
avait prié et dit avec audace, la femme s'est rétablie et est venue à la foi en Christ. Cette
expérience était nouvelle pour Finney et l'a quelque peu mystifié, mais il a dit qu'un frère
chrétien lui a expliqué que son temps de prière n'était que le travail de son âme, et Finney
déclare : « Une conversation de quelques minutes, et m'indiquant certaines écritures, m'a
fait comprendre ce que c'était.36

PREMIÈRES EXPÉRIENCES

Au tout début de sa prédication, Finney a fait face à une congrégation résistante et


quelque peu hostile. Au lieu de reculer devant la foule obstinée, Finney écrit :

L'Esprit de Dieu est venu sur moi avec une telle puissance que c'était
comme ouvrir une batterie sur eux. J'ai pris pour acquis qu'ils étaient commis
contre le Seigneur, et pendant une heure et demie la Parole de Dieu est venue à
travers moi comme un feu et un marteau brisant le rocher, et une épée perçant
jusqu'à la séparation de l'âme et de l'esprit.37

Au lieu d'une réaction négative, Finney a noté que beaucoup étaient dans une telle
conviction qu'ils ne pouvaient pas lever la tête, et d'autres ont appelé Finney tout au long
de la soirée à prier pour eux. Le biographe de Finney écrit : « Une femme était sur le sol
sans voix et impuissante, et le resta pendant seize heures, lorsqu'elle sortit avec le chant du
salut sur ses lèvres.38
L'une des conversions dramatiques qui ont eu lieu sous le ministère de Finney était
celle d'une femme dont le mari l'avait précédemment conduite à l'universalisme. Elle était
mourante, mais Finney l'a amenée à croire en Jésus, et le mari était enragé. L'homme a
apporté un pistolet chargé à l'église où Finney prêchait, dans l'intention de le tuer. Au lieu
de mener à bien son plan meurtrier, l'évangile et la puissance de Dieu ont radicalement
touché l'homme, et il a passé la nuit à agoniser sur sa condition déchue et pécheresse. Le
lendemain matin, il « a rencontré Finney dans la rue, l'a soulevé de ses pieds et l'a balancé
dans une étreinte chrétienne ».39

A SODOM, NEW YORK

Finney a voyagé et prêché dans de nombreux endroits du nord-est des États-Unis,


appelant les gens à la repentance et à la foi au Seigneur Jésus-Christ. Dans un endroit,
Finney a observé que les gens étaient particulièrement profanes, et il a prêché sur le
jugement qui a frappé Sodome biblique, sans se rendre compte que la communauté dans
laquelle il se trouvait s'appelait elle-même Sodome à New York. Malgré la résistance
initiale, Finney écrit :

Au bout de quelques instants, il sembla s'abattre sur l'assemblée d'un choc


instantané. Je ne peux décrire la sensation que j'ai ressentie, ni celle qui était
apparente dans l'assemblée ; mais le mot semblait littéralement couper comme
une épée. La puissance d'en haut s'abattit sur eux en un tel torrent qu'ils
tombèrent de leurs sièges dans toutes les directions. En moins d'une minute,

120
presque toute l'assemblée était soit à genoux, soit sur la face, soit dans une
certaine position prosternée devant Dieu. Chacun pleurait ou gémissait pour
avoir pitié de sa propre âme.40

Ce type d'effusion spirituelle se produisait fréquemment lorsque Finney prêchait


l'évangile, en particulier au cours de ses premières années de prédication, et Finney
abordait de telles manifestations physiques extérieures. Il écrit:

À chaque époque de l'Église, des cas se sont produits dans lesquels des
personnes ont eu des manifestations si claires de la vérité divine qu'elles ont
complètement prosterné leur force physique. Cela semble avoir été le cas avec
Daniel. Il s'est évanoui et n'a pas pu se tenir debout. Saul de Tarse semble avoir
été accablé et prostré sous le feu de la gloire divine qui l'entourait. J'ai
rencontré de nombreux cas où les pouvoirs physiques étaient entièrement
anéantis par une claire appréhension des vérités infiniment grandes et
pesantes de la religion.41

Finney était clair dans son évaluation qu'il y avait des manifestations physiques à la fois
légitimes et fanatiques qui se produisaient dans les réunions de réveil. Il déclare que des
expressions légitimes se produisent lorsque « l'âme est fermée à Dieu », lorsqu'il y a « une
simple révélation de Dieu à l'âme par le Saint-Esprit », et lorsqu'il « y a « un flux calme,
profond et sacré de la âme en vue des vérités claires, infiniment importantes et
impressionnantes de Dieu.42

A ROME, NEW YORK

On pourrait se demander si Finney était un sensationnaliste qui a essayé de provoquer


ces explosions. Au contraire, il ne voulait pas que ces expressions extérieures soient une
distraction. Par exemple, à Rome, New York, Finney dit :

L'œuvre de l'Esprit était si spontanée, si puissante et si écrasante, qu'il a


fallu faire preuve de la plus grande prudence et sagesse, dans la conduite de
toutes les réunions, afin d'éviter une explosion de sentiments indésirable, qui
aurait bientôt épuisé la sensibilité de les personnes….43

Les objectifs de Finney étaient de voir la repentance et la foi s'établir dans la vie des
gens, mais il comprenait que parfois, de véritables expressions extérieures se produisaient.
Cependant, il n'a pas exagéré les gens ni essayé de forcer de telles manifestations.
Lors d'une de ses premières réunions à Rome, Finney sentit l'intensité croissante de
l'atmosphère spirituelle. Il explique que "le sentiment était si profond, qu'il y avait un
risque d'explosion de sentiments, qui serait presque incontrôlable" et il déclare, "rien
n'avait été dit ou fait pour créer une quelconque excitation dans la réunion. Le sentiment
était tout spontané.44Ne voulant pas voir une explosion excessive, Finney a congédié la
congrégation et leur a demandé de se taire, de ne pas se parler en quittant le sanctuaire.

121
Malgré les instructions de Finney, les gens étaient tellement émus par l'Esprit de Dieu que
le renvoi ne reflétait pas la sérénité que Finney désirait.

L'un des premiers jeunes gens de l'endroit s'est tellement évanoui qu'il est
tombé sur quelques jeunes gens qui se tenaient près de lui ; et ils s'évanouirent
tous partiellement et tombèrent ensemble. Cela avait presque produit un grand
cri ; mais je les ai fait taire et j'ai dit aux jeunes gens : « S'il vous plaît, ouvrez
cette porte en grand, sortez, et que tous se retirent en silence. » Ils ont fait ce
que j'ai demandé. Ils n'ont pas crié ; mais ils sortirent en sanglotant et en
soupirant, et leurs sanglots et leurs soupirs se firent entendre jusqu'à ce qu'ils
descendent dans la rue.45

Dans les jours qui ont suivi, les habitants de la ville ont été profondément touchés par la
puissance de conviction du Saint-Esprit, amenant beaucoup à la repentance et au salut.
La nuit après la tentative de « licenciement silencieux », Finney note que « nous avons
vu des gens se dépêcher, et certains d'entre eux se sont effectivement précipités vers la
réunion. Ils venaient de toutes les directions.46 Il écrit également :

Cette rencontre ressemblait beaucoup à celle que nous avions eue la veille.
Le sentiment était écrasant. Certains hommes aux nerfs les plus forts étaient
tellement abattus par les remarques qui étaient faites, qu'ils étaient incapables
de s'en empêcher et devaient être ramenés chez eux par leurs amis.47

Finney a prêché vingt nuits d'affilée et deux fois le jour du sabbat, et de multiples saluts
ont eu lieu. Le pasteur hôte a supposé qu'il y avait eu près de cinq cents conversions au
cours de ces vingt jours d'effusion. Le biographe de Finney note qu'« il n'y a pas eu de cas
d'apostasie après huit mois ».48
Peut-être que l'une des raisons pour lesquelles Finney a été témoin de telles
expressions de la puissance de Dieu qui transforment sa vie est son engagement envers
l'authentique et son dédain pour la contrefaçon. Finney a vu d'autres ministres essayer
d'inciter les congrégations à agir de certaines manières, puis prétendre que c'était une
expression de la puissance de Dieu. Dans un chapitre intitulé Excitation in Revivals, Finney
décrit un ministre qui se tenait devant un groupe de femmes, frappant dans ses mains et
criant fort : « POUVOIR, POUVOIR, POUVOIR ! »
Il décrit l'événement comme « calculé » et déclare que même si les gens ont fini par
crier et tomber, il n'y avait aucune substance spirituelle à cela. Il écrit : « il n'y a pas eu une
parole de vérité communiquée ; il n'y avait pas de prière ou d'exhortation » et déclare : «
Dans la mesure où de tels efforts pour promouvoir des réveils sont faits, ils sont sans aucun
doute très désastreux et devraient être entièrement découragés. »49 Il semble que Finney
respectait hautement les réponses spontanées qui étaient une réponse authentique à la
vérité et à la présence de Dieu, mais il n'avait aucune utilité pour les tentatives forcées ou
manipulées par les ministres de fabriquer des réactions similaires.
Finney a compris qu'un certain niveau d'excitation accompagnerait un véritable réveil,
mais a exprimé son inquiétude quant à la superficialité de certaines œuvres de réveil. Il
122
croyait qu'une trop grande insistance sur l'excitation créait des problèmes importants.
Dans un chapitre intitulé Unhealthy Revival Excitation, Finney écrit :

Or, dans les réveils, l'excitation est telle qu'elle est nécessaire pour assurer
l'attention fixe et complète de l'esprit à la vérité, et rien de plus. Lorsque
l'excitation va au-delà, c'est toujours dangereux. Lorsque l'excitation est très
grande, de manière à porter réellement la volonté, les sujets de cette excitation
se trompent invariablement. Ils ont l'idée qu'ils sont religieux dans la mesure
où ils sont gouvernés par leurs sentiments.50

La raison pour laquelle Finney ne voulait pas que les gens soient hyper émotifs ou trop
excités lors de ses réunions est qu'il croyait que cela détournait l'attention du véritable
travail que Dieu voulait accomplir dans la vie des gens. Finney écrit : « Plus l'âme peut être
gardée calme pendant qu'elle contemple ces vérités, plus la volonté est libre pour se
conformer à l'obligation telle qu'elle se révèle dans l'intelligence.51
Pour Finney, le but était toujours de prêcher la vérité de l'évangile en vue de la
conversion des perdus. Il n'a jamais préconisé d'exciter les gens émotionnellement pour le
simple plaisir de l'émotivité, mais il a également encouragé les ministres à ne pas être
absorbés par la suppression des émotions. Il écrit:

Il ne faut pas oublier que les grands réveils de la religion ne peuvent jamais
exister sans une profonde excitation des sentiments ; et pourtant c'est le
renouveau de la religion qu'il faut viser ; et puisqu'une certaine excitation est
naturellement et nécessairement accessoire à un renouveau de la religion,
laissez-la venir, et ne la craignez pas.52

En effet, il semble que Finney voulait que les croyants reconnaissent la différence entre
la substance du réveil et l'effet du réveil. La manifestation d'excitation et d'émotions a peut-
être été un effet légitime, mais la véritable substance et le véritable but du réveil sont la
proclamation de Jésus et la transformation des vies par le Saint-Esprit.

ROCHESTER, NEW YORK

Le point culminant du travail de renaissance de Finney a eu lieu à Rochester, New York,


sur une période de six mois en 1830. Alors que la ville elle-même était l'épicentre de cette
renaissance, elle a touché tout le nord-est. Towns et Porter notent : « Selon une estimation,
la nouvelle du Rochester Revival a déclenché des incendies de réveil dans 1 500 villes et
villages de la Nouvelle-Angleterre. »53 Finney a déclaré : « l'œuvre s'est répandue comme
des vagues dans toutes les directions ».54
Pendant le Rochester Revival, Finney a également été invité à venir parler dans une
école secondaire locale. Des années plus tard, l'un des administrateurs de l'école a dit à
Finney que «plus de quarante personnes qui avaient ensuite été converties dans cette école
étaient devenues ministres» et qu'«un grand nombre d'entre elles étaient devenues des
missionnaires étrangers».55

123
Finney a déclaré que l'œuvre de Dieu "a fait un grand changement dans l'état moral et
l'histoire ultérieure de Rochester" et que "la grande majorité des hommes et des femmes de
la ville ont été convertis".56 Créditant l'influence de la renaissance, le procureur du district
de Rochester a déclaré à Finney des années plus tard, "la population de Rochester avait
augmenté des deux tiers depuis la renaissance de 1830, mais le taux de criminalité a
diminué des deux tiers au cours de la même période".57

PRIÈRE DANS LES COULISSES

Finney a également noté qu'il y avait un esprit de prière dominant derrière le travail à
Rochester. Il se réfère spécifiquement à M. Abel Clary, qui avait été sauvé en même temps
que Finney, et dit que Clary était à Rochester pendant tout le temps que Finney était. Il dit
que Clary n'a jamais assisté aux réunions mais s'est consacrée à un soutien de prière
continue pour Finney et l'œuvre de Dieu qui se déroulait. Finney écrit à propos de Clary :

Il avait été autorisé à prêcher ; mais son esprit de prière était tel, il était si
chargé des âmes des hommes, qu'il ne pouvait pas beaucoup prêcher, tout son
temps et sa force étant consacrés à la prière. Le fardeau de son âme était
souvent si grand qu'il était incapable de se tenir debout, et il se tordait et
gémissait d'agonie. Je le connaissais bien et je savais quelque chose du
merveilleux esprit de prière qui l'animait. C'était un homme très silencieux,
comme presque tous ceux qui ont ce puissant esprit de prière.58

Finney fait également référence à un autre frère dans le Seigneur, le père Nash, « qui,
dans plusieurs de mes domaines de travail, est venu vers moi et m'a aidé ». Il a dit que Nash
était « un autre de ces hommes qui avaient un esprit de prière si puissant ».59
L'une des plus hautes félicitations du réveil à Rochester est venue de Lyman Beecher
(1775-1863), le célèbre prédicateur de Boston, dont la fille, Harriet Beecher Stowe, est
l'auteur de Oncle Tom's Cabin, et dont le fils, Henry Ward Beecher, est devenu l'Américain
le plus populaire. prédicateur de la génération suivante. Lyman Beecher avait initialement
critiqué et s'était opposé au travail de Finney si intensément qu'il écrivit :

Finney, je connais ton plan, et tu sais que je le connais ; vous voulez entrer
dans le Connecticut et porter une traînée de feu à Boston. Mais si vous l'essayez,
comme le Seigneur est vivant, je vous rencontrerai à la frontière de l'État,
j'appellerai tous les artilleurs, et je me battrai jusqu'à Boston, puis je vous
combattrai là-bas.60

Beecher a changé d'avis au fil du temps et a ensuite accueilli Finney à Boston, où Finney
prêcherait dans diverses églises pendant un an. L'ancien adversaire de Finney, maintenant
ami, a déclaré à propos de ses réunions à Rochester :

C'était la plus grande œuvre de Dieu, et le plus grand réveil que le monde ait
jamais vu en si peu de temps. Cent mille ont été rapportés comme s'étant

124
connectés avec des églises comme les résultats de ce grand réveil. Ceci est sans
précédent dans l'histoire de l'église.61

Finney n'avait pas peur de briser les moules conventionnels. Dans un sens, il était
pragmatique, se concentrant sur ce qui fonctionnait, pas simplement en suivant les
modèles traditionnels. Au lieu d'une approche uniquement le dimanche, Finney a tenu des
réunions prolongées des soirs consécutifs. Il croyait en la confrontation directe avec les
besoins spirituels des gens, en les mettant au défi de répondre à ce qu'il prêchait. Il a
institué le «banc anxieux» où les gens pouvaient venir pour l'instruction et le ministère et
était également un partisan des appels à l'autel.
Finney a également prié Dieu dans un langage courant et quotidien et a encouragé les
femmes à prier publiquement. Parallèlement à son message général et à ces types de
mesures, Finney est souvent appelé le « père du renouveau moderne ».

Notes de fin
1.
Jonathan Edwards, Lettres et écrits personnels, éd. George S. Claghorn, Les uvres de Jonathan Edwards,
vol. 16 (New Haven, CT : Yale University Press, 1998), 792-793.
2.
Jonathan Edwards, Un récit fidèle de l'œuvre surprenante de Dieu, vol. 1, dans The Works of Jonathan
Edwards (Édimbourg, Royaume-Uni : The Banner of Truth Trusts, 1834), 347.
3.
Ibid., 348.
4.
Idem.
5.
Idem.
6.
Idem.
7.
Ibid., 349.
8.
Ibid., 350.
9.
Jonathan Edwards, Signes distinctifs d'une œuvre de l'Esprit de Dieu, vol. 2, dans The Works of Jonathan
Edwards (Édimbourg, Royaume-Uni : The Banner of Truth Trusts, 1834), 261.
dix.
Ibid., 265.
11.
Ibid., 261.

125
12.
Ibid., 261-262.
13.
Ibid., 262.
14.
Idem.
15.
Ibid., 263.
16.
Idem.
17.
Ibid., 266-267.
18.
Ibid., 267.
19.
Ibid., 268.
20.
Idem.
21.
Idem.
22.
Jonathan Edwards, Récit du réveil à Northampton en 1740-1742 (Mémoires) vol. 1, dans The Works of Jonathan
Edwards (Édimbourg, Royaume-Uni : The Banner of Truth Trusts, 1834), lvii.
23.
Idem.
24.
Idem.
25.
Idem.
26.
Idem.
27.
Ibid., lix.
28.
Idem.
29.
Charles G. Finney, Memoirs of Revivals in Religion, vol. 1, dans The Works of Charles Finney (New York :
AS Barnes & Company Publishers, 1876), loc. 12905, Kindle.
30.
Ibid., loc. 12927, Kindle.

126
31.
Ibid., loc. 13050, Kindle.
32.
Ibid., loc. 13052, Kindle.
33.
Ibid., loc. 13074, Kindle.
34.
Ibid., loc. 13291, Kindle.
35.
Ibid., loc. 13296, Kindle.
36.
Ibid., loc. 13308, Kindle.
37.
Charles G. Finney, dans AM Hills, Biographie de Charles Finney, vol. 1, dans The Works of Charles Finney
(Cincinnati, OH : Mount of Blessings, 1902), loc. 502, Kindle.
38.
Ibid., loc. 505, Kindle.
39.
Ibid., loc. 512, Kindle.
40.
Charles Finney, Le pouvoir d'en haut, vol. 1, dans The Works of Charles Finney (Classic Christian E-Books,
vers 1871), loc. 2916, Kindle.
41.
Charles Finney, Revival Fire, vol. 1, dans The Works of Charles Finney (Classic Christian E-Books), loc.
11920, Kindle.
42.
Finney, Revival Fire, loc. 11952, Kindle.
43.
Finney, Mémoires, loc. 15045, Kindle.
44.
Ibid., loc. 14920, Kindle.
45.
Ibid., loc. 14934, Kindle.
46.
Ibid., loc. 14953, Kindle.
47.
Ibid., loc. 14955, Kindle.
48.
AM Hills, Biographie de Charles Finney, vol. 1, dans The Works of Charles Finney (Cincinnati, OH : Mount
of Blessings, 1902), loc. 88, Kindle.

127
49.
Finney, Revival Fire, loc. 11976, Kindle.
50.
Ibid., loc. 11643, Kindle.
51.
Ibid., loc. 11680, Kindle.
52.
Ibid., loc. 12674, Kindle.
53.
Elmer Towns et Douglas Porter, The Ten Greatest Revivals Ever: From Pentecost to the Present (Ann
Arbor, MI: Servant Publications, 2000), loc. 102, Kindle.
54.
Finney, Mémoires, loc. 16788, Kindle.
55.
Ibid., loc. 16689, Kindle.
56.
Ibid., loc. 16697, Kindle.
57.
McDow et Reid, Firefall 2.0, 222, Kindle.
58.
Finney, Mémoires, loc. 16739, Kindle.
59.
Ibid., loc. 16749, Kindle.
60.
Lyman Beecher, Autobiographie, Correspondance, Etc. de Lyman Beecher, éd. Charles Beecher (New York
: Harper & Brothers, 1864), loc. 8946, Kindle.
61.
Finney, Mémoires, loc. 16797, Kindle.

128
CHAPITRE 12 :

L'ÉVANGÉLISATION PAR L'ESPRIT

(Spurgeon et Moody)
Si nous pensons réussir sans l'Esprit, nous ne sommes pas après l'ordre pentecôtiste. Si nous n'avons pas l'Esprit que Jésus a
promis, nous ne pouvons pas accomplir la mission que Jésus a donnée.
—Charles H. Spurgeon

Charles Spurgeon (1834-1892)


Connu comme le « Prince des Prêcheurs », Charles Spurgeon a apporté à la
chaire un degré d'éloquence qui n'a peut-être jamais été égalé. À l'âge de dix-
neuf ans, Spurgeon prêcha son premier message à la chapelle de New Park
Street à Londres aux quatre-vingts personnes présentes. Il est devenu leur
pasteur et l'église a connu une croissance continue pendant des années. En
1861, la congrégation a déménagé dans le nouveau Metropolitan Tabernacle
qui pouvait accueillir 5 600 personnes. Bien que Spurgeon n'ait pas de diplôme
universitaire, sa bibliothèque personnelle contenait finalement plus de 12 000
volumes.
À la mort de Spurgeon en 1892, près de 60 000 personnes sont venues lui rendre
hommage au Metropolitan Tabernacle alors que son corps était exposé. En plus de prêcher
pendant quarante ans, Spurgeon avait publié 140 livres et avait établi un grand orphelinat,
des foyers pour les pauvres et une école pour pasteurs. Il est difficile de ne pas être
impressionné par certains aspects externes du ministère de Spurgeon, mais le fruit est plus
compréhensible lorsque son fondement spirituel et ses valeurs sont examinés.
Spurgeon était connu pour prêcher des messages bibliques centrés sur le Christ,
exaltant le Christ, et il a vigoureusement défendu la foi au milieu de diverses controverses
tout au long de sa vie. En plus d'être un homme du « Livre », il a continuellement reconnu
l'habilitation et la puissance du Saint-Esprit dans son ministère.
Théologiquement, Spurgeon était un calviniste, tout comme George Whitefield et
Jonathan Edwards, tandis que John Wesley et Charles Finney s'en tenaient aux vues
arminiennes. En termes simplistes, les calvinistes mettent l'accent sur la souveraineté, la
prédestination et l'élection de Dieu. La théologie arminienne, quant à elle, met l'accent sur
le libre arbitre et la responsabilité humaine. Fait intéressant, Dieu a travaillé puissamment
à travers chacun d'eux alors qu'ils proclamaient Jésus comme Sauveur et Seigneur.
Spurgeon a fait certaines déclarations qui exprimaient sa conviction que certains dons
de l'Esprit avaient cessé, et pourtant de nombreuses déclarations qu'il a faites montrent
également sa profonde confiance en la Personne du Saint-Esprit. Ironiquement, plusieurs
des expériences de Spurgeon semblent correspondre à la description de ce que les
pentecôtistes ou les charismatiques modernes appelleraient les dons de l'Esprit, même si
Spurgeon ne les a pas classés de cette façon. Est-il possible que des dons authentiques du

129
Saint-Esprit puissent opérer à travers une personne même si elle ne les étiquette pas
comme tels, ou qu'ils soient les dons mêmes décrits dans le Nouveau Testament ?
Un cadeau existe à cause du pouvoir qui le sous-tend, pas à cause de l'étiquette que
nous lui donnons. Il serait bon de se souvenir des paroles de Shakespeare véhiculées à
travers son personnage de Juliette : « Qu'y a-t-il dans un nom ? Ce que nous appelons une
rose sous un autre nom sentirait aussi bon. Alors que les cessationistes—ceux qui croient
que certaines opérations du Saint-Esprit ont cessé—et les continuationists—ceux qui
croient que tous les dons du Saint-Esprit sont toujours disponibles—peuvent différer dans
leurs interprétations de ce que Spurgeon a vécu, Spurgeon croyait clairement que le Saint-
Esprit était travaillant par son ministère pour confirmer l'évangile et amener les gens à la
connaissance salvatrice de Jésus-Christ.
Le père et le grand-père de Spurgeon étaient tous deux pasteurs, mais Charles n'est pas
entré dans le ministère simplement parce que c'était « l'affaire de famille ». Au contraire, il
avait un appel très distinct et unique de Dieu sur sa propre vie. Spurgeon fait référence à un
grand ministre qui gagne des âmes nommé Richard Knill. Ce ministre visitait la maison du
grand-père de Spurgeon, et il perçut une forte vocation chez le jeune Charles. Lorsque
Spurgeon avait environ dix ans, Knill a imposé les mains et a prié pour le jeune garçon. Il
prononça ces paroles sur lui : « Cet enfant prêchera un jour l'évangile, et il le prêchera à de
grandes multitudes. Je suis persuadé qu'il prêchera dans la chapelle de Rowland Hill, où (je
pense qu'il a dit) je suis maintenant le ministre.1
L'un des biographes de Spurgeon était Russell H. Conwell, fondateur et premier
président de la Temple University à Philadelphie, en Pennsylvanie. Il était également le
pasteur de la distinguée Grace Baptist Church de Philadelphie et connaissait
personnellement Spurgeon. Conwell croyait que les paroles de Knill prononcées sur le
jeune Spurgeon reflétaient « … une prévoyance surnaturelle, et qu'une lueur de lumière
divine lui ouvrait l'avenir de ce serviteur de Dieu ».2
Conwell écrit également : « Nous pensons que la prophétie de M. Knill était surnaturelle.
Alors que l'appel de Spurgeon venait de Dieu et était simplement reconnu par Knill, ces
mots représentent une puissante reconnaissance de l'appel de Dieu. Il est facile ici de se
souvenir des exhortations données par l'apôtre Paul à son protégé et de voir les parallèles
avec ce que Spurgeon vivrait des siècles plus tard à l'âge de dix ans.

Je te confie cette charge, fils Timothée, selon les prophéties faites précédemment à
ton sujet, afin que par elles tu puisses faire le bon combat (1 Timothée 1:18).
Ne négligez pas le don qui est en vous, qui vous a été donné par prophétie avec
l'imposition des mains des anciens (1 Timothée 4:14).
Je vous rappelle de réveiller le don de Dieu qui est en vous par l'imposition de mes
mains (2 Timothée 1:6).

UN MINISTÈRE NAISSÉ DANS LA PRIÈRE

Lorsque Spurgeon a prêché pour la première fois à l'église qu'il allait devenir pasteur à
Londres, il a rapidement découvert que la congrégation était très attachée à la prière. Bien

130
que ce ne soit pas la grande congrégation qu'elle deviendrait finalement, Spurgeon a
commenté le sérieux de leurs prières et a reconnu la présence de Dieu qui était
tangiblement présente. Il observe :

Plus d'une fois, nous avons tous été tellement émerveillés par la solennité
de la réunion, que nous sommes restés silencieux pendant quelques instants
tandis que la puissance du Seigneur semblait nous couvrir de son ombre ; et
tout ce que je pouvais faire en de telles occasions était de prononcer la
bénédiction et de dire : « Chers amis, nous avons eu l'Esprit de Dieu ici très
manifestement ce soir ; rentrons chez nous, et veillons à ne pas perdre ses
gracieuses influences.3

Spurgeon note que des résultats énormes ont résulté des prières de ces croyants. Il écrit
: « Puis vint la bénédiction ; la maison était remplie d'auditeurs, et beaucoup d'âmes ont été
sauvées » et que « bientôt la bénédiction est venue sur nous en si grande abondance que
nous n'avions plus de place pour la recevoir ».4 Bien que Spurgeon soit sans aucun doute un
individu doué et talentueux, il a pleinement reconnu que la source de la bénédiction n'était
pas lui-même, mais Dieu, et que ce sont les prières de toutes les personnes qui ont rendu
disponibles des résultats produisant du pouvoir.

L'ÉPURGEON ET LA GUÉRISON DIVINE

Dans sa biographie sur Spurgeon, Conwell a un chapitre fascinant intitulé Wonderful


Healing dans lequel il raconte de nombreux exemples de Spurgeon priant pour les
membres malades de son église et les guérisons qui ont suivi. Il écrit que Spurgeon avait
étudié avec diligence, avec un grand intérêt, le sujet de la guérison divine. Spurgeon, a-t-il
dit, a eu de nombreuses expériences de personnes ne se remettant pas de leurs maladies
après la prière, mais note :

De telles expériences l'auraient complètement découragé dans la théorie


selon laquelle il n'y avait aucune utilité dans la prière, s'il n'y avait eu le
rétablissement merveilleusement direct d'autres personnes dans des
circonstances qui montraient qu'il n'y avait pas d'autre solution possible au
mystère qu'en disant que la prière eu une influence certaine et miraculeuse.5

Conwell continue de noter le nombre de personnes qui ont bénéficié des prières de
Spurgeon pour eux alors qu'elles étaient sur le lit de malade. Écrivant en 1893, il déclare :

Il y a maintenant des centaines de personnes vivant et adorant dans le


Tabernacle Métropolitain qui attribuent l'extension de leur vie à l'effet des
prières personnelles de M. Spurgeon. Ils ont été malades et sur le point de
mourir, il est apparu, agenouillé près de leurs lits, et a prié pour leur
rétablissement. Aussitôt la vague de santé revint, l'impulsion fiévreuse se
calma, la température diminua, et toutes les activités de la nature reprirent
leurs fonctions normales dans un délai court et inattendu.6

131
Conwell note que même si de nombreuses personnes ont été grandement touchées par
les prières de Spurgeon, il était très réticent et hésitait à attirer l'attention sur lui-même sur
de telles questions. À deux reprises, il s'est dit « indigne de posséder le don de guérir »,7
pourtant les gens étaient guéris.
Indépendamment des terminologies utilisées ou non utilisées relativement à ces
recouvrements, la puissance de Dieu était évidemment à l'œuvre. Une jeune fille qui, selon
les médecins, allait mourir a été guérie lorsque Spurgeon a prié pour elle. La petite fille
raconta ensuite à sa mère que pendant la prière, elle avait ressenti « une étrange sensation
la parcourir, comme si la fièvre commençait à baisser à sa tête et s'estompait
progressivement à ses pieds ».8

LA PAROLE DE SAVOIR

Tout au long des Écritures, à la fois dans l'Ancien et le Nouveau Testament, Dieu
révélerait de manière surnaturelle certaines informations à des individus qui feraient
avancer son propre plan et son but. Ceux qui ont reçu de telles idées de Dieu n'étaient pas
omniscients, et ils ne pouvaient pas non plus activer et désactiver le cadeau au hasard à
leur discrétion. Beaucoup croient que cette opération du Saint-Esprit est ce qu'on appelle «
la parole de connaissance » que Paul identifie dans 1 Corinthiens 12 :8. RT Kendall écrit
que « ce don pourrait se référer à la connaissance théologique et biblique, mais il peut aussi
être compris comme étant une « parole spéciale » dont une personne a un besoin urgent :
un message opportun et pertinent de l'Esprit qui assure que Dieu et non l'homme a parlé."9
Kenneth E. Hagin définit cela comme une « révélation surnaturelle par le Saint-Esprit de
certains faits dans l'esprit de Dieu ».dix De même, Rick Renner qualifie ce don de « fragment
de connaissance spéciale que l'on reçoit surnaturellement ».11 Renner déclare également
que les dons révélateurs du Saint-Esprit, qui incluent la parole de sagesse et le
discernement des esprits, ainsi que la parole de connaissance, « amènent une personne à
recevoir surnaturellement la compréhension du Ciel de quelque chose qui ne pourrait pas
être obtenu naturellement. . "12
Bien que Spurgeon n'ait jamais utilisé le terme « parole de connaissance » pour décrire
divers événements qui se sont produits périodiquement dans son ministère, ses
descriptions de ces événements correspondent certainement à ces définitions citées. Par
exemple, Spurgeon raconte un moment où il prêchait, et au milieu du sermon, il a
soudainement pointé du doigt une partie de la congrégation et a annoncé qu'il y avait un
jeune homme présent qui portait une paire de gants qui n'étaient pas légitimement à lui. ,
et qu'il les avait volées à son employeur. À la fin du service, un jeune homme très convaincu
est venu dans l'arrière-salle désireux de rencontrer Spurgeon. Il a avoué son péché d'avoir
volé les gants, s'est profondément repenti et a supplié Spurgeon de ne pas parler à sa mère
de son méfait. Spurgeon, réfléchissant à cet événement, a déclaré: «La flèche avait touché la
cible pour laquelle Dieu l'avait destinée.13
Le biographe de Spurgeon, WY Fullerton, rapporte un moment où Spurgeon a déclaré
qu'il y avait un homme dans la congrégation avec une bouteille de gin dans sa poche.
Fullerton rapporte: "C'est arrivé, il y avait un tel homme, et il a été surpris de se
convertir."14Dans un autre contexte encore, Spurgeon a désigné un homme en particulier

132
dans la congrégation et a identifié son métier - il était cordonnier - et a décrit des détails
très spécifiques sur ses pratiques commerciales récentes qui devaient être ajustées.
L'homme fut alarmé et dit : « Cela m'a frappé que c'était Dieu qui avait parlé à mon âme à
travers lui…. Au début, j'avais peur d'y retourner pour l'entendre… mais après j'y suis allé,
et le Seigneur m'a rencontré et a sauvé mon âme.15Ce genre de chose s'est produit plus que
ces quelques occasions. Spurgeon écrit :

Je pourrais dire jusqu'à une douzaine de cas similaires dans lesquels j'ai
pointé du doigt quelqu'un dans le hall sans avoir la moindre connaissance de la
personne, ou la moindre idée que ce que j'ai dit était juste, sauf que je croyais
avoir été poussé par l'Esprit à dire il; et ma description a été si frappante que
les personnes sont parties et ont dit à leurs amis : « Venez, voyez un homme qui
m'a dit tout ce que j'ai fait ; sans aucun doute, il a dû être envoyé de Dieu à mon
âme, ou bien il n'aurait pas pu me décrire si exactement. Et pas seulement ainsi,
mais j'ai connu de nombreux cas dans lesquels les pensées des hommes ont été
révélées du haut de la chaire. J'ai parfois vu des gens donner un coup de coude à
leurs voisins, parce qu'ils avaient reçu un coup intelligent, et on les a entendus
dire, quand ils sortaient,16

Au milieu de cette citation, Spurgeon se réfère à ce que la femme au puits a dit de Jésus :
« Viens, vois un homme qui m'a dit tout ce que j'ai fait » (Jean 4:29). Jésus lui avait dit des
choses qu'il ne pouvait connaître que par l'Esprit de Dieu qui le lui avait révélé. C'est le
même genre de chose qui arrivait souvent dans le ministère de Spurgeon et il reconnaissait
librement que l'Esprit de Dieu l'avait poussé à dire de telles choses.
Dans un article écrit en 1865, Spurgeon déclare que son cheminement spirituel avait été
"souvent dirigé contre notre propre dessein et au-delà de notre propre conception par des
impulsions singulièrement puissantes et des providences irrésistiblement suggestives" et
valide l'idée une manifestation particulière et perceptible de sa volonté de les guider, au-
delà des énergies fortifiantes du Saint-Esprit et de l'enseignement sacré de la Parole
inspirée.17
Spurgeon était prudent, cependant, dans ces questions, et il reconnaissait pleinement le
besoin de discernement dans l'évaluation de la validité de telles orientations. Il a reconnu
le danger d'abus et les problèmes potentiels d'individus instables suivant arbitrairement
des notions erronées. Il rejetait catégoriquement tout type d'impression qui violait les
Écritures, le bon sens ou la raison.

Mais malgré toute la folie des diatribes écervelées, nous croyons que la main
invisible peut parfois être ressentie avec assurance par des âmes gracieuses, et
que le pouvoir mystérieux qui guidait l'esprit des anciens voyants peut, même à
ce jour, éclipser sensiblement les révérends. esprits. Nous parlerions
discrètement, mais nous n'osons pas en dire moins.18

Il est important de comprendre que la façon dont nous étiquetons une opération du
Saint-Esprit est moins importante que l'opération elle-même. Je pourrais appeler ce qui

133
s'est passé avec Jésus et avec Spurgeon une « parole de connaissance » tandis que d'autres
pourraient s'y référer comme une « impression » donnée par le Saint-Esprit. Quoi qu'il en
soit, cependant, c'est Dieu qui travaille surnaturellement à travers un récipient cédé pour
répondre aux besoins de la personne.
Cela soulève une question fascinante : est-il possible que certains dons du Saint-Esprit
énumérés dans 1 Corinthiens 12 puissent opérer à travers une personne qui croyait que de
tels « dons » avaient cessé ? Je pense qu'il est tout à fait possible que certains croyants qui
supposent que les dons de l'Esprit ont cessé puissent en fait expérimenter ces dons et
reconnaître que Dieu était à l'œuvre sans jamais se rendre compte que, techniquement, il y
avait un don du Saint-Esprit en opération.
Il est bon de se rappeler que même s'il peut y avoir certaines normes, Dieu n'agit pas
toujours conformément à nos idées ou attentes préconçues. Par exemple, le grand prêtre
Caïphe n'est certainement pas décrit comme l'un des gentils dans la Bible ; il a joué un rôle
dans l'orchestration de la crucifixion de Jésus. Il a vu Jésus comme une menace et a dit : « Il
est avantageux pour nous qu'un seul homme meure pour le peuple, et non que toute la
nation périsse » (Jean 11 :50). Rétrospectivement, l'apôtre Jean écrit : « Il n'a pas dit cela de
lui-même ; en tant que grand prêtre à cette époque, il a été amené à prophétiser que Jésus
mourrait pour toute la nation » (Jean 11 :51 NLT). Ce n'est pas la norme pour quelqu'un
dans les ténèbres spirituelles de prophétiser, mais c'est ce qui s'est passé ici. Ce n'est pas
non plus la norme pour le Seigneur d'ouvrir la gueule d'un âne non plus,

LA SOURCE DU POUVOIR DE SPURGEON

En plus d'exalter continuellement la personne et l'œuvre de Jésus-Christ, deux choses


sont très visibles dans la lecture de Spurgeon : sa confiance totale dans le Saint-Esprit et
son engagement sincère dans la prière. Considérez certaines des déclarations de Spurgeon
concernant sa profonde dépendance à l'égard du pouvoir surnaturel et de la présence de
Dieu :

Nous avons senti l'Esprit de Dieu agir sur nos cœurs, nous avons connu et perçu
le pouvoir qu'il exerce sur les esprits humains, et nous le connaissons par des
contacts fréquents, conscients et personnels. Par la sensibilité de notre esprit,
nous sommes autant rendus conscients de la présence de l'Esprit de Dieu que
nous sommes rendus conscients de l'existence des âmes de nos semblables par
leur action sur nos âmes, ou que nous sommes certifiés de l'existence de la
matière par son action sur nos sens…. Nous savons qu'il y a un Saint-Esprit, car
nous le sentons agir sur notre esprit. S'il n'en était pas ainsi, nous n'aurions
certainement aucun droit d'être dans le ministère de l'église de Christ.19
Pour nous, en tant que ministres, le Saint-Esprit est absolument essentiel. Sans
Lui, notre bureau n'est qu'un nom…. Nous croyons être les porte-parole de
Jésus-Christ, nommés pour continuer son témoignage sur terre ; mais sur lui
et sur son témoignage l'Esprit de Dieu reposait toujours, et s'il ne repose
pas sur nous, nous ne sommes évidemment pas envoyés dans le monde
comme il l'était. À la Pentecôte, le début de la grande œuvre de conversion

134
du monde se fit avec des langues enflammées et un vent puissant et
impétueux, symboles de la présence de l'esprit ; si donc nous pensons
réussir sans l'Esprit, nous ne sommes pas dans l'ordre pentecôtiste. Si nous
n'avons pas l'Esprit que Jésus a promis, nous ne pouvons pas accomplir la
mission que Jésus a donnée.20

À un endroit, Spurgeon décrit ce qui semble être un certain type d'euphorie ou d'extase
qu'il éprouvait parfois pendant son ministère. Bien que Spurgeon ait clairement un grand
esprit, il a dit :

L'Esprit divin agira parfois sur nous pour nous emporter complètement
hors de nous-mêmes. Du début à la fin du sermon, nous pourrions alors dire : «
Que ce soit dans le corps ou hors du corps, je ne peux pas le dire : Dieu le sait.
Tout a été oublié, sauf le seul sujet captivant en main. S'il m'était interdit
d'entrer au ciel, mais qu'il m'était permis de choisir mon état pour l'éternité, je
choisirais d'être ce que je ressens parfois en prêchant l'Évangile.21

Alors que Spurgeon appréciait la présence et la puissance de Dieu pendant qu'il exerçait
son ministère, il réalisa que le Saint-Esprit n'avait pas été donné simplement pour son
plaisir et son bénéfice. Au contraire, le Saint-Esprit oint le ministre dans un partenariat
humain-divin pour produire des résultats, transformer la vie des gens et apporter
beaucoup de gloire à Dieu.

Les miracles de la grâce doivent être les sceaux de notre ministère ; qui peut
leur donner sinon l'Esprit de Dieu ? Convertissez une âme sans l'Esprit de Dieu
! Eh bien, vous ne pouvez même pas faire une mouche, et encore moins créer un
cœur nouveau et un esprit juste. Conduisez les enfants de Dieu à une vie
supérieure sans le Saint-Esprit ! Vous êtes inexprimablement plus susceptible
de les conduire dans la sécurité charnelle, si vous tentez leur élévation par
n'importe quelle méthode de votre choix. Nos fins ne peuvent jamais être
atteintes si nous manquons la coopération de l'Esprit du Seigneur.22

Deux autres déclarations de Spurgeon révèlent avec force sa dépendance à l'égard du


Saint-Esprit et de la prière. C'étaient certainement de grandes clés dans le contact
surnaturel qui reposait sur son ministère.

Une partie très importante de notre vie consiste à prier dans le Saint-Esprit, et
ce ministre qui ne le pense pas ferait mieux de s'évader de son ministère. Une
prière abondante doit aller de pair avec une prédication sérieuse. Nous ne
pouvons pas toujours être sur les genoux du corps, mais l'âme ne doit jamais
quitter la posture de la dévotion. L'habitude de la prière est bonne, mais l'esprit
de prière est meilleur.23
J'espère, frères, qu'aucun de vous ne dira que j'ai retenu l'œuvre glorieuse du
Saint-Esprit. J'ai essayé de vous le rappeler, chaque fois que j'ai lu un

135
chapitre, en priant pour que Dieu le Saint-Esprit ouvre ce chapitre à notre
esprit. J'espère que je n'ai jamais prêché sans dépendre entièrement du
Saint-Esprit. Notre confiance dans la prière a été très visible ; au moins je le
pense. Nous n'avons pas commencé, nous n'avons pas continué, nous
n'avons rien terminé sans la prière. Nous y avons été plongés jusqu'au cou.
Nous n'avons pas prié comme nous le devrions ; mais, cependant, nous
avons tant prié pour l'emporter ; et nous souhaitons qu'il soit enregistré
que nous devons notre succès, en tant qu'église, à l'œuvre du Saint-Esprit,
principalement en nous conduisant à prier.24

Et comment Spurgeon priait-il ? Dans un message, il déclare :

Je dois épancher mon cœur dans le langage que me donne son Esprit ; et
plus que cela, je dois faire confiance à l'Esprit pour prononcer les gémissements
inexprimables de mon esprit, quand mes lèvres ne peuvent pas réellement
exprimer toutes les émotions de mon cœur. Que personne ne méprise cette
prière ; c'est incomparable….25

Dans un autre sermon, Spurgeon déclare :

L'Esprit de Dieu n'est pas envoyé simplement pour guider et aider notre
dévotion, mais Lui-même « intercède pour nous » selon la volonté de Dieu. Par
cette expression, on ne peut pas signifier que le Saint-Esprit gémit ou prie
personnellement, mais qu'Il excite un désir intense et crée en nous des
gémissements inexprimables et ceux-ci Lui sont attribués…. Il peut nous
permettre, lorsque nous sommes à genoux, de nous élever au-dessus de la
routine ordinaire de la prière dans cette persistance victorieuse contre laquelle
rien ne peut résister. Il peut mettre certains désirs si pressants sur nos cœurs
que nous ne pouvons jamais nous reposer jusqu'à ce qu'ils soient accomplis. Il
peut faire en sorte que le zèle pour la maison de Dieu nous dévore et que la
passion pour la gloire de Dieu soit comme un feu dans nos os, et c'est une partie
de ce processus par lequel, en inspirant nos prières, Il aide notre infirmité.26

SPURGEON A-T-IL PROPHÉTISÉ UNE EFFORT DE LA FIN DES TEMPS ?

Spurgeon croyait que l'effusion du Saint-Esprit avait été minime à son époque, mais il
anticipait une œuvre beaucoup plus importante à venir. Alors que sa théologie ne semblait
pas lui permettre d'envisager des types bibliques de miracles se produisant, ses attentes
sont toujours profondément stimulantes et encourageantes. Dans un message particulier, il
a proclamé :

Une autre grande œuvre du Saint-Esprit, qui n'est pas accomplie, est la
réalisation de la gloire des derniers jours. Dans quelques années encore—je ne
sais pas quand, je ne sais pas comment—le Saint-Esprit sera répandu dans un
style bien différent du présent….

136
J'espère que peut-être une nouvelle ère s'est levé sur nous, et qu'il y a une
meilleure effusion de l'Esprit même maintenant. Car l'heure vient, et il se
peut qu'elle soit même maintenant, où le Saint-Esprit sera à nouveau
répandu d'une manière si merveilleuse, que beaucoup courront çà et là, et la
connaissance s'accroîtra - la connaissance du Seigneur couvrira la terre
comme les eaux couvrent la surface du grand abîme ; quand son royaume
viendra, et sa volonté sera faite sur la terre comme au ciel.
Mon cœur exulte, et mes yeux clignotent à la pensée que très probablement je
vivrai pour voir l'effusion de l'Esprit ; quand « les fils et les filles de Dieu
prophétiseront à nouveau, et les jeunes gens auront des visions et les
vieillards auront des songes. »… Il y aura une telle quantité de sainteté, une
ferveur de prière si extraordinaire, une si réelle communion avec Dieu, et
tant de religion vitale, et une telle diffusion des doctrines de la croix, que
chacun verra qu'en vérité l'Esprit se déverse comme de l'eau, et que les
pluies descendent d'en haut. Pour cela prions; travaillons sans cesse pour
elle, et cherchons-la auprès de Dieu.27

Qu'en est-il de ces « impressions » ou mots de connaissance que Spurgeon a éprouvés ?


Le Saint-Esprit peut-il encore guider les gens de cette façon aujourd'hui ? J'ai eu une fois
une expérience pendant un temps de prière en congrégation. Après quelques instructions,
les gens ont été invités à prier. Certains se sont agenouillés, d'autres se sont levés et
d'autres ont marché, mais tous ont prié. À un moment donné, mon attention a été attirée
sur un jeune homme que je n'avais jamais vu auparavant qui était agenouillé en prière
devant le sanctuaire. Tout d'un coup, j'ai eu la nette impression que ce jeune homme était
aux prises avec une tentation suicidaire. Ma « perception » m'a surpris, et je me suis
demandé si ce n'était qu'une imagination débordante de ma part, mais l'impression a
persisté.
Après avoir délibéré brièvement, je suis allé m'agenouiller à côté du jeune homme et lui
ai demandé si je pouvais lui parler une minute. Il a accepté et je lui ai dit : « Pendant que je
priais, je vous ai vu et j'ai eu l'impression que vous aviez peut-être des pensées suicidaires.
Je peux me tromper, mais je voulais voir si c'est peut-être quelque chose avec lequel vous
avez du mal. Ses yeux s'écarquillèrent et avec un sentiment de grande surprise, il reconnut
que mon impression était correcte. Il m'a demandé comment je savais cela, et je lui ai
expliqué que je sentais que le Seigneur m'avait montré cela pour qu'il sache que Dieu
l'aimait et voulait l'aider.
Il m'a permis de le servir, nous avons prié ensemble et il a fait une véritable percée
spirituelle. Son espoir a été restauré, et je l'ai encouragé à rester en contact avec moi. Il m'a
appelé dès le lendemain et commençait à faire de nouveaux projets pour son avenir. Il m'a
dit qu'il était sur le point de chercher un emploi et m'a demandé si je "pourrais faire ce que
j'avais fait la veille". J'ai demandé ce qu'il voulait dire, et il a dit : « Vous savez, pourriez-
vous demander à Dieu et peut-être qu'Il pourrait vous dire où je devrais aller et postuler
pour un emploi. J'ai été touché par sa sincérité, mais je devais lui expliquer que de tels
événements n'étaient pas comme un interrupteur, quelque chose que je peux simplement
allumer et éteindre à volonté. J'ai prié avec lui, cependant, pour que Dieu lui donne la

137
sagesse dans sa recherche d'emploi et que Dieu lui accorde la faveur de son employeur
potentiel.
Nous ne devrions jamais sous-estimer l'amour ou la volonté de Dieu d'atteindre les
personnes blessées avec son amour et sa compassion. Dans certains cas, cela peut être
exprimé à travers une personne de haut niveau telle que Spurgeon, mais Dieu peut
travailler à travers l'un de ses enfants qui se rendra disponible comme un navire à travers
lequel il peut travailler. Nous n'avons pas nécessairement besoin d'avoir une sorte de
perspicacité surnaturelle dans la vie des gens pour les atteindre avec amour et compassion,
mais une telle perspicacité de Dieu peut être l'un des nombreux outils qui peuvent être
utilisés pour servir les autres.

DL Moody (1837-1899)

Dieu est un Dieu surnaturel, et vous devez avoir un pouvoir surnaturel pour
faire Son œuvre. –DL Moody

La vie de Dwight Lyman Moody a commencé avec de sérieux défis. L'un des neuf
enfants, son père est décédé alors que Dwight n'avait que quatre ans. Il a été élevé dans la
pauvreté et n'a fréquenté que quelques années d'école primaire. À l'âge de dix-sept ans, il a
déménagé de sa ville natale de Northfield, dans le Massachusetts, à Boston où il a
commencé à travailler comme vendeur de chaussures. Un enseignant de l'école du
dimanche gentil et compatissant nommé Edward Kimball s'est intéressé à Dwight, même
s'il a décrit l'esprit du jeune homme comme spirituellement sombre.
Kimball a rendu visite à Moody pendant qu'il était au travail, et là, dans la réserve,
Kimball a présenté ce qu'il a dit plus tard être un "très faible plaidoyer pour Christ". Mais
l'amour de Dieu a touché le cœur de Moody et il a répondu. Kimball écrit : « Il semblait que
le jeune homme était juste prêt pour la lumière qui l'éclaira alors, et là, à l'arrière de ce
magasin à Boston, il se donna lui-même et sa vie au Christ.28 Lorsque Moody a demandé à
devenir membre de l'église un mois plus tard, il a été rejeté en raison de son incapacité à
répondre à certaines questions par le comité d'examen, mais a été accepté comme membre
un an plus tard.
En septembre 1856, à l'âge de dix-neuf ans, Moody s'installa à Chicago ; et bien qu'il ait
continué à vendre des chaussures pendant une saison, Moody s'est lancé de tout cœur dans
le travail de gospel. Il a commencé à tendre la main aux jeunes hommes, les invitant à
l'église et leur enseignant la Bible dans sa classe d'école du dimanche. Il a finalement
déménagé sa classe en plein essor dans un bâtiment abandonné et, en 1859, il comptait un
millier d'étudiants dans son programme. Pendant la guerre civile, Moody était aumônier de
l'armée de l'Union, s'occupant des soldats et effectuant neuf voyages sur les lignes de front.
Les travaux ultérieurs de Moody comprenaient le travail avec le conseil de l'école du
dimanche de l'Illinois, en tant que président du YMCA de Chicago et en prêchant comme
évangéliste itinérant à la fois en Amérique et en Angleterre; il a fait sept voyages en
Angleterre. Il a également fondé une église et une école biblique qui continuent à ce jour.
Même si Moody n'avait aucune formation ministérielle formelle et n'a jamais été ordonné

138
ministre, son travail a fortement influencé l'Amérique et l'Angleterre. Selon une estimation,
Moody a apporté l'évangile à 100 millions de personnes, et c'était avant les avantages de la
technologie moderne.

POURQUOI DIEU A UTILISÉ DL MOODY

RA Torrey était un associé de Moody's. Il a été le deuxième président du Moody Bible


Institute, après Moody, et était également le pasteur principal de la Chicago Avenue Church,
qui s'appellera plus tard la Moody Church. À partir de son association intime et
personnelle, Torrey a produit une merveilleuse pièce intitulée Why God Used DL Moody. Il
énumère sept facteurs vitaux qu'il croyait être la base du ministère extrêmement fructueux
de Moody. Il écrit que Moody :
1.
Était un homme entièrement abandonné
2.
était un homme de prière
3.
Était un étudiant profond et pratique de la Bible
4.
était un homme humble
5.
Était entièrement libre de l'amour de l'argent
6.
Avait une passion dévorante pour le salut des perdus
7.
A été doté du pouvoir d'en haut
Aussi admirables et nécessaires que soient tous ces traits, ce chapitre se concentrera
sur le septième point de Torrey—la plénitude continue de la puissance de Dieu dans la vie
de Moody's. Torrey note qu'avant 1871, Moody était un travailleur très diligent, mais qu'il
manquait de pouvoir spirituel. Torrey affirme en fait que Moody "a travaillé très largement
dans l'énergie de la chair".29Cela était sur le point de changer, cependant, à cause de deux
femmes en prière qui assistaient régulièrement aux services où Moody prêchait
régulièrement. Ils lui firent savoir qu'ils priaient pour lui ; et à la demande de Moody's, ils
l'ont informé spécifiquement qu'ils priaient pour lui « d'obtenir le pouvoir ». Au lieu de
s'offenser, comme certains prédicateurs auraient pu l'avoir, Moody a commencé à
s'enquérir avec diligence et à chercher Dieu concernant cette initiation céleste.
Selon le fils de Moody, une faim et une soif très intenses de pouvoir spirituel ont été
éveillées en lui.30De cette faim, Moody dit : « J'ai commencé à pleurer comme je ne l'avais
jamais fait auparavant. J'ai vraiment senti que je ne voulais pas vivre si je ne pouvais pas
avoir ce pouvoir de service.31 Torrey décrit ce qui est arrivé à Moody peu de temps après
alors qu'il marchait dans Wall Street à New York.

139
Au milieu de l'agitation et de la hâte de cette ville, sa prière fut exaucée ; la
puissance de Dieu tomba sur lui alors qu'il marchait dans la rue et il dut se
précipiter vers la maison d'un ami et lui demander d'avoir une chambre pour
lui-même, et dans cette chambre il resta seul pendant des heures ; et le Saint-
Esprit vint sur lui, remplissant son âme d'une telle joie qu'à la fin il dut
demander à Dieu de lui retirer la main, de peur qu'il ne meure sur-le-champ de
joie même. Il est sorti de cet endroit avec la puissance du Saint-Esprit sur lui.32

Moody note que les effets de sa prédication après cette rencontre ont été
considérablement améliorés, que des centaines de personnes ont maintenant commencé à
être sauvées. Il a également dit que cette expérience qu'il avait eue était indescriptible, et
qu'elle était si sacrée pour lui qu'il en parlait rarement.33

L'ESPRIT INTÉRIEUR ET L'ESPRIT SUR

En tant qu'évangéliste oint de l'Esprit, Moody a conduit des milliers de personnes à


Christ. Il parlait aussi fréquemment de la Source du pouvoir divin qui était à l'œuvre dans
sa vie, lui permettant d'être un ambassadeur efficace du Ciel. Il était catégorique sur le fait
que c'était une chose d'avoir le Saint-Esprit à l'intérieur, dans le sens d'être un enfant de
Dieu, mais qu'il y a une expérience définie et ultérieure d'être rempli de la puissance de
l'Esprit pour le service. Par exemple, dans Secret Power, Moody écrit :

Je pense qu'il est clairement enseigné dans les Ecritures que chaque croyant
a le Saint-Esprit qui habite en lui. Il peut éteindre l'Esprit de Dieu et ne pas
glorifier Dieu comme il le devrait, mais s'il croit au Seigneur Jésus-Christ, le
Saint-Esprit habite en lui. Mais je veux attirer votre attention sur un autre fait.
Je crois aujourd'hui que, bien que les hommes et les femmes chrétiens aient le
Saint-Esprit qui habite en eux, il n'habite pas en eux avec puissance ; en
d'autres termes, Dieu a un grand nombre de fils et de filles sans pouvoir.34

Dans ce même ouvrage, Moody soutient avec force pour que les ministres et l'église
reconnaissent et reçoivent le Saint-Esprit dans sa plénitude.

Il y a eu beaucoup de recherches ces derniers temps sur le sujet du Saint-Esprit.


Dans ce pays et dans d'autres, des milliers de personnes ont prêté attention à
l'étude de ce grand thème. J'espère que cela nous conduira tous à prier pour
une plus grande manifestation de sa puissance sur toute l'Église de Dieu.
Combien nous l'avons déshonoré dans le passé ! À quel point avons-nous été
ignorants de sa grâce, de son amour et de sa présence ?35
Par son intermédiaire, nous sommes « nés de nouveau », et par son séjour en
nous, nous possédons une puissance surhumaine… Le Saint-Esprit qui a
inspiré les prophètes et les apôtres qualifiés, continue d'animer, de guider
et de réconforter tous les vrais croyants… Je crois et je grandis davantage

140
dans ce sens. croyance, que la puissance créatrice divine et miraculeuse
réside dans le Saint-Esprit.36

Environ trois ans avant le décès de Moody, il a prêché à Boston - la ville où il a


rencontré Jésus à l'adolescence - et il a parlé du thème du « pouvoir pour le service ». Dans
ce message, il a exprimé que l'Église devrait rechercher et anticiper une autre effusion
comme cela a été vécu à la Pentecôte.

Voyez les résultats lorsque les disciples ont obtenu le pouvoir ! Voyez
comment Il est venu le jour de la Pentecôte. Ce n'est pas charnel de prier pour
qu'Il revienne, et que l'endroit soit ébranlé… Je pense que l'Église a fait cette
terrible erreur que la Pentecôte était un miracle qui ne se reproduira jamais. Je
crois que si nous considérions la Pentecôte comme un jour type et que nous
commencions à prier, nous devrions avoir le vieux feu pentecôtiste à Boston.
C'est ce que nous voulons ! Que Dieu nous ouvre les yeux et nous le révèle !37

En plus de croire qu'une réapparition de la Pentecôte était à la fois possible et


souhaitable, Moody croyait que le but d'une nouvelle Pentecôte serait le même que celui de
la première. Dans Actes 1:8, Jésus instruit ses disciples : « Mais vous recevrez une
puissance lorsque le Saint-Esprit sera venu sur vous ; et vous serez mes témoins à
Jérusalem, et dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu'au bout de la terre.

Je crois fermement que si nous avions ce bâtiment rempli d'hommes et de


femmes qui s'attendent à la puissance pentecôtiste, nous l'aurions. Je crois que
si ce bâtiment était rempli d'hommes et de femmes affamés de l'Esprit de Dieu,
nous aurions cet endroit ébranlé, et il y aurait une influence ressentie non
seulement dans ce pays, mais dans des pays étrangers. Il ne faudrait pas
longtemps pour atteindre le monde entier. Parlez d'une vingtaine d'années.
Cela n'a pas besoin de prendre vingt ans si l'Église de Dieu est baptisée et
vivifiée.38

Vous avez peut-être remarqué que même si Moody accordait une grande importance à
la prédication de l'évangile et de la puissance du Saint-Esprit, il ne semblait pas prêter
attention aux guérisons ou aux miracles ; ils ne semblaient pas se produire dans son
ministère. Bien que les œuvres de guérison et surnaturelles aient été mises en évidence par
diverses personnes tout au long de ce livre, il est important de réaliser que de telles œuvres
n'étaient pas et ne sont pas les caractéristiques de chaque croyant ou ministre.
Jean-Baptiste, aussi important que soit son ministère, n'a pas administré de guérisons
ou de miracles. Alors que les gens commençaient à suivre Jésus, certains d'entre eux ont dit
: « Jean n'a pas accompli de signes miraculeux », se sont-ils dit les uns aux autres, « mais
tout ce qu'il a dit à propos de cet homme s'est réalisé. » (Jean 10 :41 NLT) .
Même si les Écritures ne font aucune mention d'un tel événement, il est toujours
possible que quelqu'un ou certaines personnes aient reçu la guérison en écoutant Jean
prêcher, mais ce n'était pas l'objectif ou l'objectif de Jean. Le sien était un message de

141
repentance, exhortant les gens à tourner leur cœur vers Dieu dans l'attente de la venue du
Messie. C'est ce que le Saint-Esprit a oint Jean-Baptiste pour faire, et il a été oint d'une
manière des plus remarquables. Lorsque l'ange est apparu à Zacharie annonçant la
naissance du précurseur de Jésus, les indications de l'onction du Saint-Esprit sont les plus
évidentes :

Car il [Jean-Baptiste] sera grand aux yeux du Seigneur. Il ne doit jamais toucher
au vin ou à d'autres boissons alcoolisées. Il sera rempli du Saint-Esprit, avant
même sa naissance. Et il tournera beaucoup d'Israélites vers l'Éternel leur Dieu. Il
sera un homme avec l'esprit et la puissance d'Elie. Il préparera le peuple à la
venue du Seigneur. Il tournera le cœur des pères vers leurs enfants, et il fera
accepter à ceux qui sont rebelles la sagesse des pieux (Luc 1:15-17 NLT).

N'est-ce pas incroyable? Jean était rempli du Saint-Esprit avant même sa naissance. Il
avait « l'esprit et la puissance d'Élie », et pourtant personne ne savait qu'il accomplissait
des miracles.
Peut-être que c'était une question d'idées préconçues des gens sur l'œuvre surnaturelle
de Dieu. Le fait que tant de gens se soient repentis et se soient fait baptiser était une
indication de l'action de l'Esprit de Dieu, même si cela n'était pas classé comme miraculeux.
Peu importe ce que les gens appellent ou non, c'est néanmoins l'œuvre du Saint-Esprit, et
Jésus tenait Jean en très haute estime. Jésus a dit : « De tous ceux qui ont vécu, aucun n'est
plus grand que Jean-Baptiste. Pourtant, même la plus petite personne dans le Royaume des
Cieux est plus grande que lui ! (Matthieu 11 :11 NLT).
Certaines personnes semblent penser que chaque personnage du Nouveau Testament
guérissait tout le monde tout le temps, mais ce n'est pas le cas. Alors que de nombreuses
guérisons et miracles sont enregistrés, aucun n'est mentionné concernant les ministères de
Timothée, Tite, Marc, Luc, Apollos, Priscille ou Aquila. Le fait qu'aucune ne soit mentionnée
ne signifie pas qu'aucune ne s'est produite à travers elles, simplement que le Nouveau
Testament est silencieux à ce sujet. Dans 1 Corinthiens 12 :29-30, l'apôtre Paul demande si
tous les chrétiens sont des faiseurs de miracles, ou si tous les croyants ont des dons de
guérison, et la réponse implicite est « non ». Cela ne veut pas dire qu'un croyant pourrait ne
pas voir une personne guérie, par exemple, en réponse à la prière de la foi ou à l'onction
d'huile. Cela signifie plutôt que tous les croyants ne sont pas spécialement dotés par le
Saint-Esprit pour exercer ce ministère dans le cadre de leur appel.
Dieu n'appelle pas et n'équipe pas tous ses enfants de la même manière. C'est une vérité
que Paul souligne dans 1 Corinthiens 12 :11 lorsqu'il écrit : « Mais un seul et même Esprit
opère toutes ces choses, distribuant à chacun individuellement comme il veut. De même, il
dit aux croyants de Rome qu'ils ont « des dons différents selon la grâce qui nous est donnée
» (Romains 12 :6). Je me souviens avoir entendu l'histoire d'Howard Carter, l'un des
premiers pionniers pentecôtistes du vingtième siècle. Après une session d'enseignement,
une personne l'a approché et lui a demandé de prier pour la guérison. Il a dit à l'individu
qu'il pouvait certainement prier par la foi, mais que sa femme avait une onction plus forte
pour prier pour la guérison - son onction était davantage destinée à aider les gens à
recevoir la plénitude du Saint-Esprit. Il a suggéré que la personne fasse prier sa femme,

142
En lisant ces derniers chapitres, une personne qui se compare à Wesley, Edwards,
Finney et Moody pourrait être assez intimidée. Après tout, ces gens avaient tous des
ministères de renommée mondiale. Comment l'un d'entre nous pourrait-il être à la hauteur
d'eux ou des résultats qu'ils ont obtenus ? Il est important de se rappeler, cependant, que
Dieu ne veut pas que nous comparions nos dons ou nos vies à ceux des autres. Dans le
premier chapitre, nous avons abordé le thème du spectaculaire par opposition au
surnaturel. Tous les dons surnaturels ne sont pas exprimés de manière spectaculaire.
Certains cadeaux sont assez subtils, et pourtant ils sont beaux dans leur impact.
Par exemple, en plein milieu des dons dynamiques des apôtres, des prophètes, des
guérisons et des miracles dans 1 Corinthiens 12:28, Paul énumère également les aides et
les administrations. Que serait l'église sans ces deux dons précieux et essentiels ? Le Saint-
Esprit inspire ces dons tout autant qu'il inspire les plus spectaculaires. De même, dans
Romains 12:8, Paul cite le don et la miséricorde comme des activités basées sur la grâce des
croyants. Nous pouvons classer et catégoriser certains de ces dons et œuvres
différemment, mais ils sont tous donnés par Dieu pour nous équiper pour servir les autres
et le glorifier. Nous devons honorer chaque don, chaque expression et chaque action du
Saint-Esprit dans et à travers chaque croyant.

Notes de fin
1.
Charles Spurgeon, Charles Spurgeon—An Autobiography : Diary, Letters, and Records (Harrington, DE :
Delmarva Publications, 2013), loc. 955, Kindle.
2.
Russell H. Conwell, La vie de Charles Haddon Spurgeon (Philadelphie, Pennsylvanie : Edgewood
Publishing, 1892), loc. 553, Kindle.
3.
Spurgeon, Charles Spurgeon—Une autobiographie, loc. 951, Kindle.
4.
Idem.
5.
Ibid., loc. 1365, Kindle.
6.
Ibid., loc. 1405, Kindle.
7.
Ibid., loc. 1485, Kindle.
8.
Ibid., loc. 1445, Kindle.
9.
RT Kendall, 40 jours avec le Saint-Esprit : un voyage pour expérimenter sa présence d'une manière nouvelle et
fraîche (Lake Mary, FL : Charisma House, 2014), 160, Kindle.

143
dix.
Kenneth E. Hagin, Le Saint-Esprit et ses dons (Tulsa, OK : Faith Library Publications, www.rhema.org,
1991), 85.
11.
Rick Renner, Pourquoi nous avons besoin des dons du Saint-Esprit (Shippensburg, Pennsylvanie :
Harrison House, 2018), 37.
12.
Ibid., 35.
13.
Spurgeon, Charles Spurgeon—Une autobiographie, loc. 17360, Kindle.
14.
WY Fullerton, Charles Haddon Spurgeon : A Biography (Harrington, DE : Delmarva Publications, 2014),
loc. 3736, Kindle.
15.
Spurgeon, Charles Spurgeon—Une autobiographie, loc. 13091, Kindle.
16.
Ibid., loc. 17360, Kindle.
17.
Charles Spurgeon, « Deux épisodes de ma vie » dans Sword and Trowel, octobre 1865 (Seattle, WA :
Amazon Digital Services, 2010), loc. 2463, Kindle.
18.
Ibid., loc. 2471, Kindle.
19.
Charles Spurgeon, Lectures to My Students (Grand Rapids, MI : Zondervan, www.zondervan.com, 1875),
185, Kindle. Utilisé avec l'autorisation de Zondervan.
20.
Ibid., loc. 186, Kindle.
21.
Ibid., loc. 191, Kindle.
22.
Ibid., loc. 195, Kindle.
23.
Ibid., loc. 196, Kindle.
24.
Spurgeon, Charles Spurgeon—Une autobiographie, loc. 26691, Kindle.
25.
Charles Spurgeon, « La paternité de Dieu », vol. 5, dans Spurgeon's Sermons (Grand Rapids, MI : Baker
Books, 12 septembre 1883), 97.
26.
Charles Spurgeon, « L'intercession du Saint-Esprit », dans Spurgeon's Teaching on the Holy Spirit (Seattle,
WA : Amazon Digital Services, 2017), loc. 169, Kindle.

144
27.
Charles Spurgeon, « La puissance du Saint-Esprit », dans Douze sermons sur le Saint-Esprit (Seattle, WA :
Amazon Digital Services, 2014), loc. 945, Kindle.
28.
William R. Moody, La vie de Dwight L. Moody : par son fils (Harrington, DE : Delmarva Publications,
2013), loc. 602, Kindle.
29.
RA Torrey, Pourquoi Dieu a utilisé DL Moody (Seattle, WA : Amazon Digital Services, 2010), loc. 283,
Kindle.
30.
Moody, La vie de Dwight L. Moody, loc. 2094, Kindle.
31.
Ibid., loc. 2104, Kindle.
32.
RA Torrey, Pourquoi Dieu a utilisé DL Moody, loc. 291, Kindle.
33.
Moody, La vie de Dwight L. Moody, loc. 2137, Kindle.
34.
DL Moody, Secret Power, dans The Life and Works of Dwight L. Moody (New York : Fleming H. Revell
Company, 1881), loc. 8116, Kindle.
35.
Ibid., loc. 7859, Kindle.
36.
Ibid., loc. 7879, Kindle.
37.
Dwight L. Moody, « Power For Service », dans The Life and Works of Dwight L. Moody (Classic Christian
Ebooks, 2012), loc. 29318, Kindle.
38.
DL Moody, The Home Work of DL Moody, in The Life and Works of Dwight L. Moody (New York : Fleming
H. Revell, 1886), loc. 41475, Kindle.

145
CHAPITRE 13 :

SPÉCIALISTES DE LA GUÉRISON

À ce moment-là, j'ai cru que j'étais guéri, la pièce était remplie de la gloire de Dieu… et j'étais tellement submergée par la
puissance de Dieu, j'ai senti que tout comme la maladie était enlevé ; Je me sentais aussi léger qu'une plume, comme si je
pouvais traverser une troupe et sauter par-dessus un mur. J'ai bondi de joie dans l'autre pièce, criant victoire au nom de
Jésus, et je n'avais pas peur de lui dire que j'étais guéri de certains problèmes que j'avais depuis vingt ans, j'en étais
soulagé, louez le nom du Seigneur .1
—Sarah Mix (1832-1884)

Dans les années 1800, un certain nombre d'hommes et de femmes sont apparus convaincus
que Dieu voulait apporter la guérison physique dans la vie des gens. Ils ont réalisé qu'une
partie importante du ministère de Jésus impliquait la guérison des malades, et ils croyaient
que Dieu pouvait et continuerait d'apporter de l'aide pour blesser l'humanité par la prière
et la foi. Les gens pensent souvent aux guérisons qui ont eu lieu par Pierre et Paul dans le
livre des Actes, mais sont dédaigneux parce que, raisonnent-ils, ils étaient des apôtres et un
tel don n'était que pour eux.
Cependant, il est important de réaliser que des personnes autres que les apôtres ont vu
des guérisons et des miracles dans le livre des Actes. Etienne était un croyant qui avait été
désigné pour servir aux tables, et pourtant les Écritures déclarent qu'il était « plein de foi et
de puissance, qu'il fit de grands prodiges et des signes parmi le peuple » (Actes 6 :8). De
même, Philippe était un autre serviteur de l'église du Nouveau Testament qui s'est rendu
en Samarie et a prêché Christ au peuple. Luc écrit :

Et les multitudes d'un commun accord prêtèrent attention aux paroles de


Philippe, écoutant et voyant les miracles qu'il faisait. Car des esprits impurs,
criant à haute voix, sortaient de beaucoup de possédés; et beaucoup de paralysés
et de boiteux furent guéris. Et il y avait une grande joie dans cette ville (Actes 8:6-
8).

Le XIXe siècle a vu l'émergence de divers ministres qui ont fortement insisté sur le
ministère de la guérison divine. Dieu les a utilisés d'une manière si efficace que les malades
et les affligés les ont recherchés, et beaucoup ont été merveilleusement guéris. Ce chapitre
examinera certains de ces « spécialistes de la guérison ».

Johann Christoph Blumhardt (1805-1880)


Johann Blumhardt était un pasteur luthérien d'Allemagne qui se souciait profondément
de ceux qui étaient sous sa supervision spirituelle, et il s'est donné beaucoup de mal pour
veiller à ce qu'ils reçoivent tout ce que Dieu avait pour eux. Alors que la préoccupation

146
primordiale de Blumhardt était la santé de l'âme des gens, il était également
passionnément intéressé à les voir recevoir une guérison physique.
En 1841, Blumhardt rencontra une jeune femme nommée Gottliebin Dittus. Elle était
profondément tourmentée et avait connu une grande variété de manifestations
démoniaques bizarres. Rencontrer une personne si profondément troublée était un
nouveau territoire pour Blumhardt, mais il a fait preuve d'une compassion et d'une
patience extraordinaires alors qu'il la servait à travers un processus de deux ans qu'il a
finalement appelé «la lutte».
Bien que souvent découragé par un manque apparent de progrès et de revers, l'élan a
changé lorsque Blumhardt a demandé à la jeune femme de prier : « Seigneur Jésus, aide-
moi ! Nous avons vu assez longtemps ce que le diable peut faire ; maintenant nous désirons
voir aussi ce que Jésus peut faire. Le soulagement est venu, mais d'autres défis aussi.
Le rétablissement de Gottliebin a été progressif, pas instantané, et sa sœur Katharina a
également connu une bataille notable avec le pouvoir démoniaque. Cependant, une grande
percée s'est produite lorsque Katharina, en présence de Blumhardt, s'est écriée : « Jésus est
le vainqueur ! Jésus est le vainqueur ! Gottliebin a finalement connu une libération
complète et a finalement fait partie de l'équipe du ministère de Blumhardt.
Les gens de cette communauté étaient parfaitement conscients de la gravité des
problèmes de cette jeune femme, alors quand la guérison lui est venue, cela a eu un effet
profond. Charles E. Moore écrit sur ce qui s'est passé après la délivrance de Gottliebin :

Presque du jour au lendemain, la ville de Möttlingen a été emportée par un


mouvement de repentance et de renouveau sans précédent. Les biens volés ont
été restitués, les mariages brisés restaurés, les ennemis réconciliés, les
alcooliques guéris et les malades guéris. Un village entier a expérimenté à quoi
pouvait ressembler la vie lorsque Dieu était libre de régner.2

Ce réveil, souvent appelé « le réveil », a eu un tel impact que « à Pâques qui a suivi, on
estimait que vingt personnes seulement dans le village n’étaient pas converties ».3Les
guérisons enregistrées grâce à la prière tout au long du ministère de Blumhardt sont
impressionnantes. Blumhardt lui-même, ainsi que son bébé et sa femme ont tous connu la
guérison. De nombreux autres ont été guéris de maladies telles que la boiterie, la cécité, les
troubles cutanés, la paralysie et l'épilepsie.
Christoph Friedrich Blumhardt, le fils de Johann, a également connu la guérison divine
et écrit à une époque où il s'est cassé la main et était au lit dans une grande douleur :

J'ai posé ma bonne main sur la mauvaise et j'ai littéralement remercié le


Seigneur pendant deux heures entières, laissant couler la puissance et les
bénédictions de Dieu. Je l'ai remercié de m'avoir permis, seul et tranquille,
d'accepter ses paroles de vie et de me recentrer sur lui. En faisant cela, j'ai senti
que mon appel était renforcé spirituellement, et en même temps la douleur que
je ressentais grandissait de moins en moins. Au cours de ces deux heures, j'ai
reçu plus de force, plus de guérison de Dieu que les mots ne peuvent jamais

147
exprimer. Quelques semaines plus tard, un chirurgien est venu chez nous.
Quand il a vu ma main, il a dit qu'elle avait été cassée à deux endroits mais
qu'elle avait manifestement guéri aussi bien que si des heures de prière - au
cours desquelles je n'ai fait que remercier Dieu - le Seigneur lui-même a guéri
ma main.4

La visite du chirurgien était conforme à l'opinion de Johann selon laquelle il n'y a rien
de mal avec les médecins et qu'ils devraient être autorisés à faire leur travail. Il déclare :
« Rejeter d'emblée les médecins équivaut non seulement à une dureté sans amour envers
leur profession, mais révèle une insistance exagérée sur la foi – cette foi doit tout
accomplir. »5
Blumhardt a exprimé une conviction inébranlable que Jésus est « le même hier,
aujourd'hui et éternellement » (Hébreux 13 :8) et croyait que la guérison était une
expression de l'amour et de la compassion de Dieu envers son peuple. Il écrit:

En a-t-il changé ? Certainement pas! Il a voyagé d'un endroit à l'autre en


faisant le bien et en guérissant juste pour que toutes les générations suivantes
puissent lui faire confiance, et pour que tous ceux qui sont misérables et affligés
sachent toujours vers qui se tourner pour obtenir de l'aide. Jésus fait toujours
des choses merveilleuses, « faisant le bien et guérissant », même si c'est d'une
manière plus discrète. Il se rapproche de toute personne dans le besoin et la
douleur afin que nous puissions, nous aussi, expérimenter de première main
qu'il est celui qui sait comment nous aider. Encore aujourd'hui, Jésus fait du
bien et guérit. La question qui nous est posée est : Allons-nous venir à lui ?6

Comme beaucoup d'autres qui ont vu des gens guéris, Blumhardt a refusé de se
concentrer exclusivement sur la guérison. Il croyait que ce n'était qu'une partie du plan
global de Dieu pour l'humanité, mais il a toujours mis l'accent sur l'œuvre intérieure du
Saint-Esprit. Il ne voulait pas que les gens fassent du sensationnel pour la guérison
physique.

Jésus n'aimait pas que les gens fassent tout un plat au sujet de ses miracles.
Il avait toujours quelque chose de plus en tête que le miracle lui-même. Lorsque
Jésus accomplissait un miracle, ce qui lui importait le plus était qu'il suscite un
sentiment profond et pieux. Ses actes de miséricorde étaient des signes de
quelque chose de plus grand, quelque chose au-delà du temporel. Il a touché la
personne intérieure.7

Même si des résultats exceptionnels ont eu lieu dans et à travers son ministère,
Blumhardt a senti que beaucoup plus était possible, en particulier pour le Corps du Christ
dans son ensemble. Il a dit:

J'aspire à une autre effusion du Saint-Esprit, une autre Pentecôte. Cela doit
arriver si les choses doivent changer dans le christianisme, car il ne peut tout

148
simplement pas continuer dans un état aussi misérable. Les dons et les
pouvoirs des premiers temps chrétiens — oh, comme j'aspire à leur retour ! Et
je crois que le Sauveur attend simplement que nous les demandions.8

Dorothée Trudel (1813-1862)


Élevée à Männedorf, un petit village suisse au bord du lac de Zurich, Dorothea Trudel
est née dans une vie de lutte. Son père, souvent en colère et absent, avait des problèmes
d'alcool et il a laissé sa mère et ses dix frères et sœurs dans une détresse financière
régulière. La mère de Dorothée était pieuse, craignant Dieu et adonnée à beaucoup de
prières. Lorsque des difficultés telles que la maladie sont arrivées à la famille, la mère de
Dorothea s'est tournée vers la prière et la jeune Dorothea a vu la main de Dieu bouger en
leur faveur. Dorothée écrit :

J'ai été atteint de la petite vérole à quatre ans et j'en suis presque aveuglé,
tandis que mon frère qui avait quatorze ans était atteint d'épilepsie, notre mère
croyait et avait confiance que le Seigneur aiderait, et en peu de temps nous
nous sommes rétablis tous les deux.9

Lorsque Dorothea dirigeait une entreprise de fleurs dans la mi-trentaine, certains de


ses employés sont tombés malades. Elle s'est occupée d'eux physiquement, mais a
également sondé les Écritures et a commencé à prier pour eux. Un passage particulier des
Écritures lui a été imprimé :

Quelqu'un parmi vous est-il malade ? Qu'il appelle les anciens de l'église et qu'ils
prient sur lui, l'oignant d'huile au nom du Seigneur. Et la prière de la foi sauvera
le malade, et le Seigneur le relèvera. Et s'il a commis des péchés, il sera pardonné
(Jacques 5:14-15).

Dorothée a non seulement pris cette Écriture à cœur, mais elle l'a mise en pratique. Ses
ouvriers se sont tous rétablis et la rumeur a commencé à circuler au sujet de ses prières
pleines de foi. Elle a d'abord commencé à prier pour les malades de sa communauté, puis
des régions environnantes, et finalement, des gens venaient d'autres nations européennes
pour recevoir la guérison.
Pour accueillir ceux qui venaient, Dorothea a commencé à recevoir des gens dans sa
maison, et elle a ensuite acheté d'autres maisons pour loger ceux qui étaient venus à
Männedorf. Même si des représentants du gouvernement lui ont ordonné de fermer son
travail, elle a continuellement fait appel jusqu'à ce que les tribunaux finissent par trancher
en sa faveur.
Alors que la bataille juridique était difficile pour Trudel, elle a permis à une multitude
de témoignages de guérison documentés d'être présentés devant les tribunaux, notamment
des confirmations par des médecins dont les patients avaient été guéris par la prière et la
foi. Il a également été communiqué que tous ceux qui recevaient un ministère étaient

149
également invités à être sous les soins d'un médecin – Trudel ne méprisait pas les soins
médicaux.
En faisant valoir qu'ils ne « pratiquaient pas la médecine sans licence », Trudel a
clairement expliqué la méthodologie qu'elle et ses employés ont utilisée :

Le mode de traitement est extrêmement simple. Le premier et principal


objectif est d'impressionner le cœur ; la guérison du corps est secondaire. Il y a
un service court—une heure biblique—trois fois par jour, et une visite
personnelle des patients en plus. La prière est faite pour eux, les mains leur
sont imposées et ils sont oints d'huile.dix

Trudel était fortement motivé par la compassion et montrait un grand souci d'aider les
gens à être en accord avec Dieu spirituellement et en bonne santé dans leurs âmes. C'était
ce genre d'amour qui motivait tout ce qu'elle faisait. Dans une lettre à un pasteur, elle
exprime sa passion de voir de plus grandes expressions à la fois de l'amour de Dieu et de la
puissance de Dieu.

Si nous parlons de nouvelles langues, le fruit de nos lèvres sera le résultat


de l'Esprit de Dieu. Nous prierons les uns avec les autres pour que les langues
de Dieu soient capables de crier à haute voix…. Nous devons être des témoins
de Dieu, des témoins contraints de tout faire pour l'amour du Christ. Je ne sais
rien de mieux à demander pour chacun que cet amour. Prions d'un commun
accord pour que cet Esprit vienne sur nous tous. J'ai honte que dans l'Ancien
Testament, Elias ait pu appeler le feu du ciel pour consumer le bois et la pierre,
la terre et l'eau, et que nous, bien qu'enfants du Nouveau Testament, ne
puissions pas appeler le feu de la Pentecôte pour vivifier notre christianisme
mort. Une sainte indignation me saisit quand je lis le feu qui brûlait sans cesse
jour et nuit sur l'autel de Dieu.11

Le travail de guérison à Männedorf s'est poursuivi après le décès de Dorothea par


Samuel Zeller, sa sœur, quatre collègues masculins et un certain nombre de femmes plus
âgées qui avaient connu la guérison grâce au travail de Dorothea. Aucun d'entre eux n'a
prétendu avoir eu un « don » particulier de guérison, mais a simplement agi selon la Parole
de Dieu et a encouragé les autres à croire la Bible. Ces ouvriers dévoués de l'Évangile ne
croyaient pas non plus que le lieu de leur ministère particulier était la clé du rétablissement
de quiconque. Zeller déclare :

Les gens n'ont pas besoin de venir à Männedorf pour se rétablir


physiquement et mentalement. Qu'ils croient sans réserve aux saintes
promesses de Dieu et ils connaîtront les mêmes résultats bénis dans n'importe
quelle partie du monde.12

Charles Spurgeon, que nous avons étudié dans le chapitre précédent, a dit de Dorothea
Trudel :

150
Je ne sais pas jusqu'où la foi peut encore opérer sur la structure corporelle,
car il y a certainement un lien intime entre l'âme et le corps. Ces cas
merveilleux enregistrés dans la vie de Dorothea Trudel de Zurich indiquent le
pouvoir singulier de la foi pour aider à la guérison du corps par son influence
apaisante sur l'esprit. Cette femme admirable, qui vient à peine de quitter cette
vie, est devenue la fondatrice d'un hôpital où les guérisons s'opéraient
principalement par le moyen de la prière et de la foi, guérisons qui ont été
justifiées de la meilleure manière possible, c'est-à-dire que ses ennemis ont
traîné elle devant le palais de justice de Zurich pour avoir pratiqué la médecine
sans diplôme, lorsqu'elle prouva que la seule médecine utilisée était d'orienter
l'esprit vers le Christ, et de proclamer l'Évangile, dont un saint calme se
répandait dans l'esprit et le corps en tirait un bénéfice manifeste.13

Dr Charles Cullis (1833-1892)


Né et élevé comme épiscopalien à Boston, Charles Cullis était maladif dans son enfance
et a continué à faire face à une infirmité physique jusqu'à l'âge adulte. Il a commencé à
connaître du succès en tant que médecin, mais son monde a été ébranlé lorsque sa jeune
femme est décédée. Il s'est engagé à donner tout revenu excédentaire au-delà de celui
requis pour ses besoins personnels à des œuvres caritatives et religieuses, et pourtant son
cœur était encore instable. Il a commencé à sonder l'Écriture, et son cœur a été ému par sa
vérité, en particulier ses merveilleuses promesses. Il a dit : « Je prendrai chaque promesse
de la Bible comme mienne, comme si mon propre nom, Charles Cullis, y était écrit. 14 Cullis a
commencé à grandir spirituellement et à se réjouir grandement de la Parole de Dieu.
En 1862, Cullis commence à ressentir le désir d'ouvrir un hôpital privé qui s'occuperait
gratuitement des personnes souffrant de consommation - aujourd'hui appelée Tuberculose
- les incurables, en particulier. Puis, en 1864, Cullis a acheté une maison à cette fin. Alors
que quelques-uns se sont rétablis, les patients qui sont venus à la maison ne sont pas venus
pour être guéris, mais :

Ils y venaient pour y mourir, et le traitement avait bien plus de rapport avec
la vie future qu'avec le présent. Par conséquent, lorsqu'un patient avait été
amené à Christ et était mort dans les triomphes de la foi, ce cas était considéré
comme le plus grand succès possible.15

En un an, une résidence secondaire a été achetée et les patients ont continué à être
soignés. C'était vraiment une entreprise de foi, et les finances étaient souvent très serrées.
En octobre 1865, Cullis nota qu'après avoir payé les factures mensuelles, il lui restait moins
de quinze dollars, et pourtant il exprima sa confiance en disant : « Je n'ai aucune crainte, car
'Je sais que mon Rédempteur est vivant.' »16 Des maisons supplémentaires ont été acquises
et différents projets ont été entrepris dans les mois et les années qui ont suivi, et Cullis a
enregistré un nombre croissant de patients, des provisions pour répondre aux besoins
financiers et des saluts continus parmi les patients, dont un grand nombre sont allés au
paradis.

151
Au début de la septième année de son travail, Cullis a eu une expérience spirituelle
dynamique qui l'a amené à un niveau plus riche et plus profond dans sa marche avec le
Seigneur. Il écrit : « Jamais mon âme n'a été aussi bénie et remplie de l'amour de Dieu que
depuis que je me suis abandonné à moi-même et à tout… pour recevoir Christ dans toute sa
plénitude… ».17Une autre partie du voyage spirituel du Dr Cullis a été l'apprentissage du
ministère de guérison de Dorothea Trudel en Suisse. Après avoir lu la Vie de Dorothea
Trudel, il a demandé : « Si Dieu peut accomplir de telles merveilles en Suisse, pourquoi pas
à Boston ?18
Peu de temps après, en janvier 1870, Cullis écrit à propos de Lucy Drake, une patiente
qui est venue le voir avec une tumeur « pour laquelle il n'y avait d'autre remède humain
que le couteau ».19Il a partagé Jacques 5:14-15 avec elle, et elle a consenti à recevoir la
prière et à être ointe d'huile selon la Bible. Cullis note que par la suite, Lucy a marché trois
miles, et "à partir de ce moment-là, la tumeur a rapidement diminué, jusqu'à ce que toutes
ses traces disparaissent."20 Deux ans plus tard, Cullis a noté que la femme continuait en
parfaite santé.
À l'été 1873, Cullis et sa femme ont voyagé en Europe et ont visité différents ministères
religieux, parmi lesquels l'orphelinat de George Mueller à Bristol, en Angleterre, et les
maisons de guérison de Dorothea Trudel à Mannedorf, en Suisse. À cette époque, Trudel
était décédée et les maisons étaient sous la direction de son successeur, Samuel Zeller. Ce
que Cullis a vu à Mannedorf était remarquable.

Ils y trouvèrent environ cent cinquante personnes venues pour être guéries
en réponse à la prière ; dont une trentaine d'aliénés, sur lesquels la prière de la
foi a semblé particulièrement efficace. La présence du Saint-Esprit dans cette
œuvre était attestée par les riches bénédictions spirituelles qui accompagnaient
les bénédictions physiques.21

Cette visite et ce que Cullis a observé ont eu un grand impact sur lui. Il exerçait sa foi en
Dieu pendant des années alors que lui et son équipe aimaient et prenaient soin des malades
avec compassion, apportaient le salut à beaucoup et faisaient confiance aux ressources
financières, mais maintenant un nouvel élément - la foi et la prière pour la guérison
physique - a été ajouté à leur approche.
Dans son rapport de 1875 sur les travaux à Boston, Cullis écrit :

Au cours de l'année écoulée, beaucoup sont venus me voir et ont réclamé la


promesse contenue dans Jacques 5:14-15. Des centaines de demandes de prière
pour la guérison du corps me sont également parvenues, affligées dans la
plupart des cas de maladies que les médecins ont abandonnées comme
désespérées. Une grande partie d'entre eux ont été entièrement guéris.22

Cullis a également exprimé sa grande joie de voir libérés des personnes souffrant des
effets de la dépendance à l'alcool, au tabac et à l'opium. Il écrit:

152
C'est tout à fait habituel pour les hommes perdus, totalement sous le
pouvoir d'une boisson forte, d'expérimenter la délivrance instantanée et
complète de cette terrible servitude, en rapport avec leur conversion à Dieu. A
la Lewis Street Mission, et dans d'autres endroits où des gens de cette
description apparaissent si souvent, le salut du corps est aussi pleinement
attendu que le salut de l'âme : il est bien entendu que ces hommes ont besoin
de nouveaux nerfs et de nouveaux estomacs, ainsi que comme de nouveaux
cœurs ; et Dieu semble tout aussi disposé à donner l'un que l'autre.23

L'accent et les résultats dans le domaine de la guérison étaient suffisamment prononcés


pour que certains anciens amis commencent à se dissocier du Dr Cullis. Certains avaient été
heureux de soutenir une œuvre qui mettait l'accent sur les soins physiques des malades et
le souci de leur bien-être spirituel, mais l'idée de prières pleines de foi pour la guérison
était un pont qu'ils n'étaient pas disposés à franchir. D'autres, cependant, se réjouissaient
de ce nouveau développement et étaient heureux de voir le toucher guérisseur de Dieu
devenir une partie vitale du travail du Dr Cullis.
Deux décennies après avoir oint Lucy Drake et vu sa tumeur disparaître, Cullis écrit :

Depuis ce jour jusqu'à aujourd'hui, il y a près de vingt ans, j'ai prié avec des
dizaines de milliers de personnes souffrant de toutes sortes de maladies,
guérissables et incurables, avec les phtisiques et cancéreux, les rhumatismaux,
et ceux qui avaient des tumeurs de toutes sortes, et avec beaucoup de ceux qui
avaient des maladies incurables que je ne peux pas mentionner, et ils ont été
guéris. Je pourrais vous parler - mais cela prendrait toute la nuit et plus - de
certains des cas les plus merveilleux.24

Il convient de noter que le Dr Cullis a continué à traiter médicalement les patients


lorsqu'il a incorporé la foi et la prière dans ses soins aux malades et aux blessés. En 1883, il
remarque :

Bien que je n'ai jamais renoncé à ma pratique médicale - reconnaissant mes


connaissances dans cette profession comme appartenant à Dieu au profit de
ceux qui n'ont pas la foi, et l'utilisant comme moyen légitime pour le soutien de
ma famille - j'ai également déclaré ma foi en les promesses de Dieu, et ma
volonté de revendiquer la promesse de guérison pour tous ceux qui sont prêts à
faire confiance à Dieu avec moi.25

Cullis a été une fois mis au défi par un groupe de ministres de savoir si tous ceux pour
qui il priait étaient guéris. Cullis a répondu en leur demandant : « Tous les pécheurs
auxquels vous avez prêché hier se sont-ils convertis ?26 Il a ensuite résumé ses sentiments
de cette rencontre :

Comme il est étrange que ceux qui sont si familiers avec les échecs dans leur
propre utilisation des moyens de grâce universellement acceptés exigent un

153
succès invariable de ceux qui sont proposés par l'Esprit pour rappeler et
récupérer l'un des dons de l'Évangile qui sommeillait depuis si longtemps dans
l'Église !27

En substance, Cullis disait à ces ministres que si tous ceux à qui ils prêchaient ne
recevaient pas le salut, ils ne devraient pas critiquer le fait que tous ceux pour qui il prie ne
sont pas guéris.

L'effet domino (William Boardman et Andrew Murray)


Il est important de réaliser que Charles Cullis, ou n'importe laquelle de ces
personnalités tout au long de l'histoire de l'Église, a été à la fois influencée par d'autres et, à
son tour, a influencé d'autres. Alors qu'un chapitre peut se concentrer sur un individu en
particulier, il y avait généralement une foule d'autres qui ont enseigné les mêmes types de
vérités à la même époque, même si elles étaient moins connues. C'est certainement vrai
dans le cas de Cullis, bien qu'il y ait aussi des personnes bien connues qui ont bénéficié de,
et dans une certaine mesure, ont reproduit son ministère.
William E. Boardman était un prédicateur de la sainteté qui a établi une relation étroite
avec Cullis dans les années 1870. Boardman a pris note de la guérison de Lucy Drake qui a
eu lieu sous le ministère de Cullis, et en 1873, Boardman et Cullis ont visité l'Europe.
Ensemble, ils ont visité les maisons de guérison établies en Allemagne et en Suisse par
Blumhardt et Trudel, ainsi que d'autres centres de ministère. Avec les encouragements de
Cullis, Boardman a publié un livre en 1881 intitulé The Lord That Healeth Thee.
Boardman a fini par établir un ministère à Londres appelé Bethshan – en hébreu pour
Maison de repos, de sécurité ou de tranquillité – où des services de guérison étaient
régulièrement dispensés et les individus restaient dans des maisons fournies par le
ministère. Non seulement Boardman, mais aussi des équipes d'autres personnes ont aidé à
s'occuper des malades.
L'un de ceux qui ont reçu la guérison à Bethshan à Londres était le célèbre auteur et
pasteur Andrew Murray d'Afrique du Sud. En 1879, la voix de Murray devint gravement
tendue et cet état dura plus de deux ans. Pendant ce temps, « il n'était pas souvent en
mesure de parler en public. Il écrivait parfois son message et il était lu à la congrégation par
d'autres.28Murray a demandé et reçu une assistance médicale, mais en vain. Il avait
également été inspiré en ce qui concerne la guérison divine par Cullis, Boardman et
d'autres, et il a fini par passer trois semaines à recevoir un ministère à Bethshan à Londres.
Là, Murray s'est rétabli et "a appris que la guérison par la foi n'était pas seulement de
guérir le corps, mais d'aider quelqu'un à atteindre la sainteté et une vie de consécration à
Dieu".29
En plus de la guérison que Murray a reçue à Bethshan, il écrit sur une guérison dont il a
été témoin concernant une dame désespérément malade. Elle était alitée depuis sept ans et
souffrait d'épilepsie, de tuberculose et d'autres maladies. En écoutant la Parole de Dieu –
Matthieu 8 :17, « Il a pris nos infirmités et a porté nos maladies » en particulier – elle se
leva du divan où elle était allongée, et « à partir de ce moment, sa guérison fit de rapides
progrès. Au bout de quelques semaines, elle n'avait plus l'apparence d'une invalide, et plus

154
tard sa force était telle qu'elle pouvait passer de nombreuses heures par jour à visiter les
pauvres.30
Après son séjour à Bethshan où il a appris, expérimenté et observé la guérison, Murray
a à la fois enseigné et écrit sur le sujet de la guérison divine en plus de nombreux autres
sujets bibliques. Murray a rejeté l'idée que les miracles n'étaient plus nécessaires dans les
temps modernes, comme ils l'avaient été dans les premiers siècles de l'église. Il écrit:

Si nous pensons à l'ignorance et à l'incrédulité qui règnent même au milieu


des nations chrétiennes, ne sommes-nous pas amenés à conclure qu'il faut des
actes manifestes de la puissance de Dieu pour soutenir le témoignage des
croyants et prouver que Dieu est avec eux ?31

Murray a enseigné que les miracles étaient moins fréquents à son époque à cause de
l'incrédulité de l'église, et que « Plus l'Esprit de Dieu vit et agit dans l'âme des croyants,
plus les miracles par lesquels il opère dans le corps se multiplieront. Ces miracles aident le
monde à reconnaître ce que signifie la rédemption.32

AJ Gordon (1836-1895)
Être nommé d'après une personne célèbre ne garantit pas qu'une personne deviendra
influente, mais cela s'est certainement avéré être le cas lorsque John et Sally Gordon ont
nommé leur fils Adoniram Judson, d'après le célèbre missionnaire en Birmanie.
Communément connu sous le nom d'AJ Gordon, ce pasteur et érudit né dans le New
Hampshire finira par partager des idées formidables avec le monde de l'église. Il éclairerait
beaucoup sur les réalités actuelles concernant la guérison divine et l'œuvre du Saint-Esprit.
Vénéré pour son caractère pieux et son riche enseignement, Gordon ne connaissait pas
seulement et prêchait pour son compatriote bostonien, le Dr Charles Cullis, il jouissait
également d'une riche fraternité avec le célèbre évangéliste DL Moody. L'affection de
Moody pour son ami était si grande que lorsque Gordon est décédé en 1895, Moody a écrit
à sa veuve et lui a non seulement offert ses condoléances affectueuses, mais a également
demandé que la dépouille de Gordon soit enterrée au campus de Moody's Northfield dans
le Massachusetts. Moody a noté les dépôts extrêmement riches que Gordon a faits au cours
de ses diverses visites au ministère et a déclaré : « Northfield n'a jamais été ému par la
mort de quiconque comme cela l'a été par la sienne. »33 Gordon connaissait également
personnellement Charles Spurgeon, et ils respectaient beaucoup leurs œuvres et leurs
écrits.
Au cours des nombreuses années où Gordon a prêché aux conférences de Moody's
Northfield, il a fréquemment parlé de l'importance d'être rempli du Saint-Esprit. Il a
souligné qu'être rempli de l'Esprit est une expérience distincte postérieure au salut, et que
c'est un commandement que Jésus a donné à chaque croyant. De sa propre expérience,
Gordon raconte que recevoir le Saint-Esprit est une simple question de foi. Il écrit:

Je me suis simplement agenouillé et j'ai dit : « Dieu, tu as dit par les lèvres
de Jésus que tu es plus prêt à donner le Saint-Esprit à ceux qui te le demandent

155
que nous ne le sommes à faire de bons cadeaux à nos enfants. Père, je te prends
au mot. Je Te demande au nom de Jésus le Saint-Esprit. Puis je me suis levé et
j'ai continué mon travail. Je peux dire ceci, qu'à partir de cette heure-là, alors
que je me promenais dans ma paroisse, entre les hôpitaux et les réunions, il m'a
souvent semblé que mes pieds touchaient à peine le trottoir.34

Clarendon Street Baptist Church, la congrégation de Boston dont Gordon était le


pasteur, a connu des progrès significatifs au cours des années de son ministère. Quand il a
assumé le pastorat pour la première fois, c'était une congrégation très exclusive. Des bancs
de premier ordre ont été « vendus » aux plus offrants, et un employé de l'église a été
réprimandé pour avoir inclus les mots « Strangers Welcome » sur la publicité de l'église.
Gordon n'aimait pas que les riches reçoivent un tel traitement préférentiel, et il était
également peiné que le culte n'implique pas de chant en congrégation. Les professionnels
ont joué de la musique classique pour la congrégation, mais Gordon croyait que les
membres de l'église devaient adorer personnellement et collectivement.
Grâce à beaucoup de patience, l'église locale a finalement changé, et Gordon a célébré le
fait que les perdus et les blessés ont commencé à trouver un foyer spirituel où des vies
pourraient être transformées et où les gens pouvaient adorer Dieu ensemble en tant que
famille spirituelle. Il se réjouit particulièrement de deux hommes qui furent
instantanément et surnaturellement délivrés de la dépendance à l'opium et devinrent des
membres solides de l'église. Comment la vie des gens a-t-elle été transformée et comment
l'église est-elle passée d'un statut rigide et exclusif à un statut spirituel et vivifiant ? Gordon
raconte :

Si le Saint-Esprit ne peut avoir que des hommes et des femmes disposés à


être utilisés, il n'y a rien qui ne puisse être accompli. Permettez-moi de dire
publiquement que lorsque je me suis éveillé à ce fait, et que j'ai commencé à le
prêcher, et vous ai appelé à prier à ce sujet, et me suis mis dans le pouvoir du
Saint-Esprit, alors a commencé le vrai progrès dans cette église.35

En plus de ses idées sur la personne et l'œuvre du Saint-Esprit, Gordon avait également
une compréhension profonde de la guérison divine en tant qu'expression de l'amour et de
la sollicitude de Dieu pour son peuple.
Gordon avait des associations dans des cercles fortement académiques et il
reconnaissait la prévalence de forts préjugés anti-surnaturels. Se référant à ce qui était
alors un récent sondage dans un journal religieux, Gordon déclare que « les répondants
étaient presque unanimes dans l'opinion que l'âge des miracles était passé avec la période
apostolique ».36C'est dans ce type de toile de fond que Gordon a magistralement argumenté
- à partir des Écritures, de l'histoire et de la raison - les réalités de l'action du Saint-Esprit et
les démonstrations de la puissance de Dieu de nos jours. Il écrit : « Croire que des miracles
ont existé du temps du Christ et des apôtres, est-il raisonnable pour nous de conclure qu'ils
ont pu continuer à exister jusqu'à nos jours ? Il nous semble que oui.37
Comme indiqué précédemment, Gordon a enseigné de manière cohérente et
catégorique qu'il existe une initiation – un baptême dans le Saint-Esprit – qui est distincte

156
du salut et postérieure à celui-ci. Il écrit : « Il semble clair d'après les Écritures que c'est
toujours le devoir et le privilège des croyants de recevoir le Saint-Esprit par un acte
conscient et défini d'appropriation de la foi, tout comme ils ont reçu Jésus-Christ.38Cette
initiation par l'Esprit n'était pas simplement théorique ou doctrinale dans l'esprit de
Gordon ; il avait une application très tangible dans la façon dont le ministère a eu lieu. Il
croyait que les serviteurs de Dieu devaient être oints pour exercer leur ministère, et qu'un
tel ministère était distinctement différent de celui exercé par la puissance de la chair.

Mettons côte à côte le prédicateur populaire et le prédicateur apostolique,


et considérons quelle récompense nous choisirions, l'admiration universelle ou
« Dieu aussi témoignant, à la fois par des signes et des prodiges et par divers
miracles, et les dons du Saint-Esprit, selon sa volonté » (Hébreux 2:4) – le
sermon salué par des applaudissements et des battements de mains, ou « la
parole reçue avec joie du Saint-Esprit » (1 Thess. 1:6) ? – l'admiration du
prédicateur possédant tout qui écoutent le discours, ou « le Saint-Esprit est
tombé sur tous ceux qui ont entendu la parole » (Actes 10:44) ? Le langage ne
peut exprimer le moment vital de la question dont nous discutons ici. Notre
génération perd rapidement son emprise sur le surnaturel ; et en conséquence
la chaire descend rapidement au niveau de la plate-forme. Et ce déclin est dû,
croyons-nous, plus que toute autre chose,39

Ailleurs, Gordon affirme que le Seigneur avait fourni à l'Église un pouvoir surnaturel
afin d'accomplir une œuvre surnaturelle, et il appelle à une « reprise des dotations
primitives de l'Église ».40 Il déclare également que « l'Église dans toutes les directions doit
être remodelée selon le modèle apostolique et réinvestie de ses pouvoirs apostoliques ».41
Gordon écrit également : « Les dons des langues et de prophétie ne semblent donc pas être
limités au premier âge de l'église.42
Gordon ne s'est pas contenté de défendre les dons du Saint-Esprit pour l'église
moderne, mais il croyait également que la personne même du Saint-Esprit devait être
concrètement présente et fortement impliquée dans les rassemblements de croyants.

Honorez le Saint-Esprit comme Maître des assemblées ; étudiez bien le


secret de l'abandon à lui ; cultivez une oreille rapide pour entendre sa voix
intérieure et une langue prête pour parler son témoin audible ; soyez soumis
pour garder le silence quand il interdit aussi bien que pour parler quand il
commande, et nous apprendrons combien la manière de Dieu de conduire le
culte de sa maison est meilleure que la manière de l'homme.43

Alors que le Dr Cullis priait pour les malades avec une foi simple, Gordon était plus un
érudit dans son approche. Il ne croyait pas, cependant, qu'il fallait avoir une grande
intelligence ou de profondes intuitions théologiques pour recevoir ou administrer la
guérison. Gordon a dit que si les théologiens s'asseyaient aux pieds de Dorothea Trudel, ils
"apprendraient des choses que leur plus grande sagesse n'avait pas réussi à saisir".44

157
Gordon croyait que le pardon des péchés et la guérison des maladies étaient établis par
l'œuvre rédemptrice du Christ, et il a encouragé les autres à considérer la rationalité d'une
telle proposition. Il écrit : « Dans l'expiation du Christ, il semble y avoir un fondement pour
la foi dans la guérison corporelle », et bien qu'il n'ait pas été excessivement dogmatique, il
affirme : « C'est au moins une vérité profonde et suggestive que le Christ nous a présentée.
comme le porteur de la maladie ainsi que le porteur du péché de son peuple. 45 De Matthieu
8 :17, « Il a Lui-même pris nos infirmités et a porté nos maladies », écrit Gordon, « le
passage semble enseigner que Christ a enduré par procuration nos maladies ainsi que nos
iniquités. »46
Gordon soutenait, en effet, que la guérison n'est pas offerte au hasard, arbitrairement et
mystérieusement par Dieu, mais qu'il existe une base légale pour que les enfants de Dieu
reçoivent la guérison. Il déclare : « S'il est maintenant vrai que notre Rédempteur et
substitut a porté nos maladies, il serait naturel de raisonner immédiatement qu'il les a
portées afin que nous ne les souffrions pas.47 Gordon a compris que la manifestation ultime
de l'œuvre rédemptrice du Christ concernant notre corps serait la résurrection, mais
qu'entre-temps, « La guérison par le pouvoir du Saint-Esprit est le gage et le présage de
cette consommation. »48 Il demande également : « Jusqu'à ce que la moisson vienne, est-il
raisonnable de supposer que nous devons être laissés entièrement sans les prémices de
notre rédemption ?49

Notes de fin
1.
Mme Edward Mix, Faith Cures and Answers to Prayer (Springfield, MA : Press of Springfield Printing Co.,
1882), 11.
2.
Johann Christoph Blumhardt et Christoph Friedrich Blumhardt, Le Dieu qui guérit : Paroles d'espoir pour
un temps de maladie, éd. Charles E. Moore (Walden, NY: Plough Publishing House, 2016), 71, Kindle.
3.
James Robinson, Divine Healing: The Formative Years (Eugene, OR: Pickwick Publications, 2011), 56,
Kindle.
4.
Blumhardt et Blumhardt, Le Dieu qui guérit, loc. 82-83, Kindle.
5.
Ibid., loc. 46, Kindle.
6.
Ibid., loc. 18, Kindle.
7.
Ibid., loc. 103, Kindle.
8.
Friedrich Zuendel, The Awakening: One Man's Battle With Darkness (Walden, NY: Plough Publishing
House, 2014), loc. 541, Kindle.

158
9.
Charles Cullis et Dorothea Trudel, Dorothea Trudel : La prière de la foi (Seattle, WA : Amazon Digital
Services, 2013), loc. 598, Kindle.
dix.
Ibid., loc. 265, Kindle.
11.
Ibid., loc. 1287-1295, Kindle.
12.
Ibid., loc. 1710, Kindle.
13.
Charles Spurgeon, « God's Cure for Man's Weakness », Sermon 697, 24 juin 1866, dans The Metropolitan
Tabernacle Pulpit, 1866 (Pasadena, Texas : Pilgrim Publications, 1974), 350-351.
14.
Charles Cullis, Ayez foi en Dieu, éd. WH Daniels (New York : Willard Tract Repository, 1885), 6.
15.
Idem, 19.
16.
Ibid., 25.
17.
Ibid., 89.
18.
Cullis et Trudel, Dorothea Trudel, loc. 48, Kindle.
19.
Cullis,Ayez foi en Dieu, 339.
20.
Ibid., 340.
21.
Idem.
22.
Ibid., 341.
23.
Ibid., 345-346.
24.
Charles Cullis, Faith and Healing (Boston, MA : Willard Tract Repository), 10.
25.
Cullis,Ayez foi en Dieu, 170.
26.
Ibid., 130-131.
27.
Ibid., 131.

159
28.
Andrew Murray, Divine Healing (Abbotsford, WI : Aneko Press, 2016), loc. 1614, Kindle.
29.
Idem.
30.
Ibid., loc. 866, Kindle.
31.
Ibid., loc. 126, Kindle.
32.
Ibid., loc. 147, Kindle.
33.
Kevin Belmonte, AJ Gordon: An Epic Journey of Faith and Pioneering Vision (Bloomington, IN: WestBow
Press, 2017), loc. 4599, Kindle.
34.
Ibid., loc. 3976, Kindle.
35.
Ibid., loc. 4399, Kindle.
36.
AJ Gordon, The Ministry of Healing: Miracles of Cure in All Ages (Seattle, WA: Amazon Digital Services,
2010), 1, Kindle.
37.
Ibid., 39 ans, Kindle.
38.
AJ Gordon, The Ministry of the Spirit (Philadelphie, PA : American Baptist Publication Society, 1894), loc.
661, Kindle.
39.
Ibid., loc. 1423, Kindle.
40.
Ibid., loc. 1616, Kindle.
41.
Gordon, Le ministère de la guérison, loc. 2, Kindle.
42.
Ibid., loc. 55, Kindle.
43.
Gordon, Le ministère de l'Esprit, loc. 1509, Kindle.
44.
Gordon, Le ministère de la guérison, loc. 15-16, Kindle.
45.
Ibid., loc. 16, Kindle.
46.
Idem.

160
47.
Ibid., loc. 17, Kindle.
48.
Ibid., loc. 51, Kindle.
49.
Ibid., loc. 56, Kindle.

161
CHAPITRE 14 :

L'EXPLOSION DU XXE SIÈCLE

La puissance pentecôtiste, quand vous résumez tout, c'est simplement davantage l'amour de Dieu. Si cela n'apporte pas plus
d'amour, c'est simplement une contrefaçon.
—William J. Seymour

Si les courants de la puissance surnaturelle de Dieu ont coulé à travers l'histoire après l'ère
apostolique, le vingtième siècle a vu l'émergence de puissants fleuves. À partir de la
Réforme, des vérités bibliques clés qui avaient été largement ignorées et négligées par une
grande partie du christianisme institutionnel ont commencé à être redécouvertes,
récupérées et soulignées à nouveau. Certains de ces principes fondamentaux qui sont
revenus à l'ordre du jour comprenaient la justification par la grâce par la foi, l'autorité des
Écritures, la sanctification et l'importance de faire l'expérience de la foi d'une manière
significative et sincère. L'Église a également commencé à reprendre une urgence
concernant l'évangélisation et les missions. De plus, il y a eu diverses effusions de l'Esprit
de Dieu, et l'idée de « responsabilisation pour le ministère » a été adoptée, et dans une
certaine mesure, le ministère de guérison a commencé à réapparaître.
À l'aube du vingtième siècle, il y avait de nombreuses preuves de l'augmentation de la
faim et de l'agitation spirituelle dans de nombreux endroits du monde. Des groupes en
Amérique, en Angleterre, en Inde, en Afrique, en Amérique latine et en Extrême-Orient
priaient pour un réveil. De puissantes œuvres de Dieu ont alors commencé à éclater dans
des endroits tels que le Japon, l'Australie, la Nouvelle-Zélande, la Scandinavie et l'Afrique
du Sud. Le Welsh Revival sous Evan Roberts a eu un effet particulièrement fort en Europe.
Même Pyongyang en Corée - aujourd'hui, la Corée du Nord - a connu une grande effusion de
l'Esprit de Dieu en 1907.
En Inde occidentale, Pandita Ramabai (1858-1922) avait embrassé « la religion de
Jésus-Christ » lors de sa scolarité en Angleterre. À son retour en Inde, elle a créé des foyers
pour femmes et orphelines et a œuvré pour la réforme sociale à plusieurs niveaux.

Ramabai s'est rendu compte que certaines choses ne changent que par la
prière, et elle a utilisé son influence significative pour encourager les femmes à
prier pour un changement spirituel et social en Inde. En janvier 1905, elle a
lancé un appel à la prière et 550 femmes ont commencé à se réunir deux fois
par jour pour la prière d'intercession. Cet été-là, Ramabai a envoyé 30 jeunes
femmes dans les villages pour prêcher l'évangile. Ces jeunes femmes
prédicateurs ont réussi et elles ont rapporté une effusion du Saint-Esprit le 29
juin 1905, dont plusieurs ont été « tués dans l'Esprit » et ont ressenti une
sensation de brûlure. Ce renouveau indien s'est poursuivi pendant plusieurs

162
années. En 1906, les participants ont également commencé à recevoir le don du
parler en langues.1

Il y avait d'autres exemples de baptême du Saint-Esprit avec des preuves de parler en


langues qui ont eu lieu dans différentes parties du monde, mais la traction et l'élan de ce
qui s'est passé à Los Angeles a initié un effet domino de bénédiction spirituelle qui a eu un
impact sur l'église comme peu d'autres. reprises dans l'histoire.

Rue Azuza
Différentes vagues de réveil balayaient également les États-Unis et le Canada au début
des années 1900, mais l'effusion d'Azusa Street à Los Angeles en 1906 a été
particulièrement percutante. C'est là que l'expérience pentecôtiste a été puissamment
reçue par beaucoup, et de ce lieu l'influence de ce mouvement a été ressentie dans le
monde entier. William J. Seymour (1870-1922), né d'esclaves affranchis en Louisiane, était
le chef des réunions d'Azusa Street. Il avait une formation dans l'enseignement de la
sainteté et avait également été influencé par Charles Parham, qui avait auparavant dirigé
une petite école biblique à Topeka, au Kansas. Parham imposa les mains à Agnes Ozman le
1er janvier 1901, et elle fut remplie du Saint-Esprit avec l'évidence du parler en langues.
En 1905, Seymour subit l'influence de Parham, qui s'était depuis installé à Houston, au
Texas. Après son passage chez Parham, Seymour a déménagé à Los Angeles pour ce qui
allait devenir l'une des périodes de ministère les plus dynamiques du vingtième siècle. Le 9
avril 1906, après avoir dirigé sa congrégation pendant des semaines de recherche diligente
de Dieu, Seymour et d'autres ont été remplis du Saint-Esprit et ont parlé en d'autres
langues. La nouvelle s'est rapidement propagée au sujet du réveil à Los Angeles, et des
personnes affamées de Dieu sont venues de nombreuses régions du pays et du monde pour
participer à l'expérience.
L'historien de l'Église Vinson Synan note : « La mission de foi apostolique d'Azusa Street
a organisé trois services par jour, sept jours par semaine, pendant trois ans et demi. Des
milliers de chercheurs ont reçu le baptême du Saint-Esprit en langues.2 Beaucoup d'entre
eux apporteraient le message et la bénédiction pentecôtistes dans leurs États et pays
d'origine, et en peu de temps, des œuvres pentecôtistes surgissaient à travers les États-Unis
et dans d'autres parties du monde.
L'un des témoins de ce qui s'est passé à Azusa Street était Frank Bartleman, un
prédicateur qui, avec beaucoup d'autres, avait prié pour une telle effusion de l'Esprit de
Dieu. Bartleman avait même correspondu avec Evan Roberts, le chef du Welsh Revival,
sollicitant des prières et des conseils concernant le réveil nécessaire aux États-Unis. Parlant
du soutien spirituel qui est venu du Pays de Galles, Bartleman écrit : « Je pense que leurs
prières ont beaucoup à voir avec notre victoire finale en Californie.3 Evan Roberts a parlé
prophétiquement de ce qui s'est accompli à travers Azusa Street et à travers de nombreux
autres événements au XXe siècle :

Le monde sera balayé par Son Esprit comme par un vent impétueux et
puissant. Beaucoup de ceux qui sont maintenant des chrétiens silencieux

163
dirigeront le mouvement. Ils verront une grande lumière et refléteront cette
lumière à des milliers maintenant dans les ténèbres. Des milliers de personnes
feront plus que ce que nous avons accompli car Dieu leur donne le pouvoir.4

La composition interraciale des dirigeants et des fidèles était particulièrement


remarquable à la mission de la rue Azusa; ce n'était pas courant à cette époque. Les femmes
partageaient également la chaire avec les hommes. Stanley Burgess décrit leurs rencontres
:

A Azusa, les offices étaient longs et dans l'ensemble spontanés. À ses débuts,
la musique était a cappella, même si un ou deux instruments étaient parfois
inclus. Les services comprenaient des chants, des témoignages donnés par des
visiteurs ou lus par ceux qui ont écrit, des prières, des appels à l'autel pour le
salut ou la sanctification ou pour le baptême dans le Saint-Esprit, et bien sûr, la
prédication. WJ Seymour était clairement en charge, mais une grande liberté a
été donnée aux prédicateurs en visite. La prière pour les malades faisait
également partie des services réguliers. Beaucoup ont crié. D'autres ont été «
tués dans l'Esprit » ou « sont tombés sous le pouvoir ». Parfois, il y avait des
périodes de silence prolongé ou de chants en langues. Aucune offrande n'a été
collectée, mais il y avait un réceptacle près de la porte pour les cadeaux.5

Alors que le parler en langues était un élément notable du renouveau de la rue Azusa et
que Seymour y croyait, il ne voulait pas que cet élément reçoive une emphase excessive ou
exclusive. Il désirait aussi que le fruit de l'Esprit – ainsi que les dons – reçoive une attention
appropriée. Il a averti ses disciples : « Ne sortez pas d'ici en parlant de langues ; parler de
Jésus.6
Ce qui s'est passé pendant ces trois années dans la rue Azusa a été un événement
marquant, mais les travaux continus du Saint-Esprit se sont multipliés et se sont multipliés
tout au long du vingtième siècle dans différentes parties du pays et du monde. L'évangile
continuerait à être diffusé comme il l'avait fait au cours des siècles passés, mais beaucoup
de ceux qui portaient le message fonctionneraient maintenant avec des outils et des
équipements spirituels supplémentaires. Le Jésus ressuscité serait toujours proclamé et la
nouvelle naissance serait toujours offerte, mais maintenant les ministres étaient également
enhardis à prier pour les malades, et les croyants seraient encouragés à recevoir « la
puissance d'en haut » (Luc 24:49) et à opérer dans les dons du Saint-Esprit.
De nombreuses dénominations pentecôtistes ont été établies au début des années 1900
pour apporter de l'ordre et de l'organisation au mouvement. Certains de ces groupes
comprennent l'Église de Dieu en Christ, l'Église de Dieu (Cleveland), les Assemblées de
Dieu, l'Église internationale de l'Évangile de Foursquare, l'Église pentecôtiste
internationale de la sainteté et les Églises de la Bible ouverte.
Toute tentative d'énumérer tous les travaux du Saint-Esprit au vingtième siècle, ou dans
n'importe quel siècle d'ailleurs, est au-delà de la capacité humaine. Des personnalités
publiques éminentes ont fait beaucoup de choses pour Dieu, et de telles œuvres ont
souvent été enregistrées pour notre bénéfice. Le ciel seul, cependant, dira tout ce que Dieu

164
a fait par l'intermédiaire de ses serviteurs, dont beaucoup sont des individus humbles et
méconnus qui ont prié pour les autres et s'en sont occupés dans une relative obscurité.
Alors que de nombreuses guérisons et œuvres de l'Esprit ont été accomplies à partir de
plates-formes publiques, d'innombrables autres expressions de la compassion et de
l'activité surnaturelle de Dieu se sont produites loin des projecteurs, à travers des
interactions personnelles en tête-à-tête. Tous ces éléments ont la même valeur aux yeux de
Dieu, bien que certains soient plus connus que d'autres. Quelques éléments notables du XXe
siècle sont décrits dans les pages suivantes de ce chapitre.

Les femmes dans le ministère


Des femmes partageaient la chaire de la rue Azusa, certaines citant la prophétie de Joël,
citée par Pierre à la Pentecôte comme base pour cela :

« Dans les derniers jours, dit Dieu, je répandrai mon Esprit sur tous les hommes.
Vos fils et vos filles prophétiseront. Vos jeunes gens auront des visions, et vos
vieillards auront des rêves. En ces jours, je répandrai mon Esprit même sur mes
serviteurs, hommes et femmes, et ils prophétiseront » (Actes 2:16-18 NLT).

Certaines des femmes notables qui ont été utilisées par Dieu pour apporter une grande
bénédiction aux multitudes au vingtième siècle comprennent Maria Woodworth-Etter
(1844-1924), Lilian B. Yeomans (1861-1942), Carrie Judd Montgomery (1858-1946),
Aimée Semple McPherson (1890-1944) et Kathryn Kuhlman (1907-1976).
On a beaucoup écrit, et à juste titre, sur ces prédicateurs et d'autres pionniers du
vingtième siècle. Non seulement ils devaient faire face aux défis souvent typiques des
femmes en chaire, mais ils proclamaient également ce qui était – pour certains – un
message controversé, que Jésus guérit toujours et remplit toujours les gens du Saint-Esprit.
Aussi bénéfique que cela puisse être d'étudier tout cela (et de telles études sont
certainement encouragées), l'histoire de Lilian B. Yeomans est particulièrement fascinante.

Lilian B. Yeomans (1861-1942)


Lilian B. Yeomans, MD, était diplômée du département de médecine de l'Université du
Michigan. En tant que jeune médecin et chirurgien, elle a commencé à utiliser de la
morphine pour faire face aux pressions de son travail et est devenue gravement
dépendante. Après de nombreuses tentatives infructueuses, y compris des programmes de
traitement infructueux, Yeomans s'est finalement tourné vers la Parole de Dieu. Lorsque
d'autres tentatives ont lamentablement échoué, la puissance de Dieu lui a apporté une
délivrance complète. Les extraits suivants sont tirés du témoignage de guérison de
Yeomans.

Enfin, j'ai attiré vers moi ma Bible négligée et je m'y suis plongé de tout mon
cœur pour obtenir tout ce qu'il y avait pour moi, pour faire tout ce que Dieu
m'avait dit de faire, pour croire tout ce qu'il disait ; et Dieu soit loué, le

165
problème insoluble a été résolu, l'impossible a été réalisé, la délivrance a été
opérée !
Si quelqu'un me demande par quel verset spécial des Ecritures j'ai été guéri, j'ai
l'impression que je pourrais presque dire que j'ai été guéri par tout le Livre.
L'envie spécifique, irrésistible et indescriptible produite par le pouvoir
démoniaque avait disparu.
Et le meilleur de tous, c'est que cette guérison n'était pas un heureux accident,
pas un miracle spécial de ma part, mais l'accomplissement en moi de la
volonté de Dieu pour nous tous—une parfaite solidité par la foi au nom de
Jésus de Nazareth.7

Yeomans a continué à enseigner la Parole de Dieu, consacrant sa vie à aider les autres à
recevoir la guérison pendant les quatre décennies suivantes. Dans ses dernières années,
elle a été membre du corps professoral du LIFE Bible College sous la direction d'Aimee
Semple McPherson.

Fred Francis Bosworth (1877-1958)


Adolescent, FF Bosworth a été instantanément guéri de ce qui avait été diagnostiqué
comme une tuberculose en phase terminale grâce aux prières de Miss Perry, une dame
méthodiste qui voyageait, vendait des bibles et prêchait l'évangile. Le chemin de Bosworth
l'a conduit à s'associer avec de nombreux dirigeants du début du XXe siècle. Il a passé du
temps à Sion où il a dirigé la fanfare de John Alexander Dowie et a reçu le baptême du
Saint-Esprit grâce au ministère de Charles Parham. Bosworth était également ami avec
John G. Lake, dont le ministère a fortement influencé l'Afrique du Sud.
FF Bosworth a déménagé à Dallas en 1910 et a été le pionnier d'une église qui a servi de
centre de réveil, qui comprenait l'hébergement d'un réveil de guérison prolongé dirigé par
Maria Woodworth-Etter. Il a également organisé de grandes campagnes de guérison dans
de nombreuses grandes villes, en particulier dans les années 1920. En 1924, il publie son
ouvrage classique, Le Christ guérisseur. Bosworth a rapporté qu'ils ont reçu un flux
constant de témoignages de personnes qui ont été guéries en lisant son livre, même si on
avait prié pour elles auparavant sans succès. Il a également transmis son message de salut
et de guérison à la radio sur WJJD à Chicago. Parlant de témoignages de guérison, il écrit : «
Nous avons reçu plus de 225 000 lettres de nos auditeurs de radio et de leurs amis, que
nous n'avons jamais vus pour la plupart.8
Certains des rapports de guérison qui ont été discutés tout au long de ce livre se sont
produits lorsque les gens étaient soignés individuellement, souvent par l'imposition des
mains ou par l'onction d'huile. Bosworth, d'autre part, rapporte que des personnes sont
guéries en lisant son livre ou en écoutant ses messages à la radio. L'accent mis par
Bosworth n'était pas sur sa foi ou sur tout type de don qu'il aurait pu avoir. Au contraire, il
croyait qu'il fallait transmettre la Parole de Dieu aux gens afin que la foi s'élève dans leurs
cœurs. Il écrit : « C'est la Parole de Dieu, plantée, arrosée et inébranlable, qui guérit à la fois
le corps et l'âme.9

166
Bosworth a encouragé les croyants à devenir pleinement convaincus de la compassion
de Dieu, de l'efficacité de l'œuvre rédemptrice du Christ sur la croix et de la volonté de Dieu
concernant la guérison. Il a encouragé les gens à laisser la Parole de Dieu édifier leur foi,
puis à recevoir leur guérison par la foi.

La Bible nous dit qu'il n'y a pas de Parole de Dieu sans pouvoir. Le Psaume
107 :20 nous dit : « Il envoya sa parole et les guérit. » C'est sa façon de guérir à
la fois nos âmes et nos corps. J'ai connu beaucoup de personnes qui ont été
guéries après avoir lu les paroles d'Ésaïe 53 : 5 : « Par ses meurtrissures, nous
sommes guéris. » Ils ont alors dit : « Dieu dit que je suis guéri, et je vais croire
Dieu et non mes sentiments. »dix

En 1952, alors que Bosworth avait 75 ans, alors que la plupart des ministres se sont
retirés ou ont ralenti considérablement, il s'est engagé dans un ministère international
pendant cinq ans, prêchant en Afrique du Sud et dans d'autres pays. Le fils de Bosworth a
dit de son ministère :

Le salut des âmes était primordial, et toute autre considération, y compris la


guérison du corps, était secondaire. Au début du ministère de papa, il a
découvert que le côté guérisseur de l'Évangile avait été donné à l'Église comme
sa plus grande agence d'évangélisation. Cette découverte l'a guidé à travers
plus de cinquante ans de ministère.11

Bosworth lui-même a dit que l'action intérieure de Dieu dans l'âme d'une personne
était bien plus importante que la guérison extérieure dont il était souvent témoin :

Alors que nous nous réjouissons de ces miracles, nous nous souvenons
qu'ils ne sont que des manifestations extérieures d'un miracle mille fois plus
grand et plus précieux qui s'est produit dans la chambre sacrée de l'âme
intérieure. La cause intérieure est tellement plus précieuse que l'effet extérieur.
Les résultats externes de la prière sont comme des chiffres dans un livret de
banque qui montrent que vous avez de l'or déposé à la banque. L'or a plus de
valeur que les chiffres.12

Tommy Lee Osborn (1923-2013)


L'un des plus jeunes ministres que FF Bosworth a pu encadrer était TL Osborn. Au lieu
de prier individuellement pour chaque personne dans ses grandes actions d'évangélisation
internationales, Osborn a commencé à prier pour la guérison des gens en masse.
Reconnaissant l'influence de Bosworth sur sa vie et son ministère, Osborn écrit : « Des
dizaines de milliers de personnes ont témoigné avoir reçu la guérison au cours de nos
croisades en entendant et en croyant la parole de Dieu alors que nous la prêchions ou
l'enseignions aux multitudes.13
Osborn a commencé à s'occuper des foules en masse lorsqu'il a réalisé qu'il était
physiquement épuisant de prier individuellement pour chaque personne malade alors que
167
des milliers de personnes étaient présentes et dans le besoin. Il en est également venu à
croire que c'était limiter Dieu de penser qu'une personne ne pouvait être guérie que par un
ministère individuel. Se référant à une croisade à Porto Rico, Osborn écrit :

C'était soit une guérison en masse, soit une limitation de la portée de la


campagne et du pouvoir de guérison de Dieu. J'ai choisi de me retirer et de
laisser Dieu entrer en contact avec les gens sans être gêné par mes limites
humaines. Jour après jour, j'ai instruit les multitudes dans la foi individuelle,
exhortant chaque personne à faire sa propre demande, sa propre croyance et sa
propre réception. J'ai appris aux gens à connaître leurs propres droits en Christ,
à revendiquer ce qui leur appartenait individuellement, à agir selon leur propre
foi et à recevoir les réponses à leurs propres prières. Au lieu que quelques-uns
soient bénis, des milliers ont été guéris chaque jour.14

Osborn parle d'une autre grande campagne en Afrique et déclare qu'ils ont exercé leur
ministère pendant des jours auprès de personnes négligées. Sa description de ce qui s'est
passé est saisissante. « Alors que Christ était élevé parmi eux, des milliers de personnes ont
été sauvées et guéries. Tous les types imaginables de maladies et d'infirmités ont été
miraculeusement guéris. Personne n'a jamais été prié individuellement.15
Alors que la plupart des travaux d'Osborn se déroulaient à l'étranger, il prêchait et
exerçait également son ministère aux États-Unis. Il raconte ce qui s'est passé lorsqu'il
prêchait une fois à New York sur Romains 1:16—que l'évangile est la puissance de Dieu
pour le salut de tous ceux qui croient.

Un vieil homme qui était dans un fauteuil roulant depuis 16 ans a entendu
l'évangile et l'a cru—a agi en conséquence. L'évangile a déclaré que Jésus avait
déjà porté ses maladies. Il le croyait et agissait en conséquence. Il décida qu'il
devait se lever et marcher. Il a été instantanément guéri. Je n'ai jamais pu
terminer mon message ou prier pour les malades cette nuit-là. Le peuple, d'un
commun accord, a agi d'après les faits de l'Évangile ; les infirmes marchaient,
les sourds entendaient, les boiteux exerçaient leur foi et étaient guéris, ceux qui
avaient des bretelles, des cannes et des fermes les abandonnaient et un grand
miracle de masse se produisit.16

Avec sa femme, Daisy, TL Osborn a enseigné l'évangile dans près de 100 nations,
apportant fréquemment l'évangile dans des pays à prédominance non chrétienne.

Une relève de la garde


Alors que la majorité du travail d'Osborn a eu lieu à l'étranger, une épidémie majeure de
renouveau de guérison s'infiltrait et était également diffusée aux États-Unis. Trois
principaux dirigeants du mouvement de guérison antérieur étaient décédés - Aimee Semple
McPherson, Charles Price et Smith Wigglesworth - les deux derniers sont morts à quelques
jours d'intervalle en 1947. Avec le départ de ces personnages, une nouvelle génération de

168
ministres a émergé. . Beaucoup d'entre eux sillonneraient la nation, prêchant et priant pour
les malades dans de grandes tentes.
Kenneth E. Hagin décrit cette saison spéciale où le Saint-Esprit mettait l'accent sur la
guérison divine :

Puis, en 1947… la vague du réveil de guérison a commencé. Vous parlez de


guérison ! Je m'y suis mis, et pour vous dire la vérité à ce sujet, c'était la chose la
plus facile au monde pour guérir les gens. Je n'ai jamais rien vu de semblable à
ce que nous avions alors ; c'était facile de guérir les gens !17

Cette saison de l'histoire de l'église américaine a attiré l'attention du public sur l'œuvre
surnaturelle de Dieu peut-être plus qu'à tout autre moment.
Certains des ministres de cette nouvelle ère avaient eux-mêmes expérimenté la
guérison divine avant de se lancer dans leurs propres ministères. Kenneth E. Hagin (1917-
2003) avait été guéri d'un cœur déformé et d'une maladie du sang incurable, tandis que
Lester Sumrall (1913-1996) avait été guéri de la tuberculose. Oral Roberts (1918-2009),
l'évangéliste le plus célèbre de cette époque, avait été guéri à l'adolescence de la
tuberculose et du bégaiement grâce aux prières d'un évangéliste guérisseur. Le ministère
de la Parole de Dieu auprès des malades faisait partie intégrante de tous leurs ministères.
Ces trois hommes, ainsi qu'Osborn, ont également eu une grande longévité et des fruits
durables de leurs ministères. Malheureusement, ce n'était pas le cas de bon nombre des
ministres de cette époque.
David Edwin Harrell Jr. documente cette poussée majeure du renouveau de la guérison
dans son livre, All Things Are Possible: The Healing and Charismatic Revivals in America.
La première moitié de son livre relate « The Healing Revival, 1947-1958 ». Alors que des
dizaines d'évangélistes prêchaient et priaient pour les malades à cette époque, Gordon
Lindsay jouait un rôle extrêmement important, mais pas tant à cause de sa prédication.
Harrell le décrit ainsi que son rôle :

Plus que tout autre homme, Gordon Lindsay a apporté système et unité au
réveil de la guérison. Lindsay a contribué au renouveau d'un esprit ordonné,
d'un sens aigu des affaires, d'une énergie illimitée, de compétences littéraires
indispensables et d'un esprit œcuménique. Il supposa très vite que le réveil
avait besoin d'un coordinateur et d'un publiciste plus qu'un autre évangéliste.
Le tempérament calme de Lindsay, sa carrière d'évangéliste itinérant dans les
années 1930 et une réputation d'intégrité bien méritée l'ont rapidement poussé
au premier plan.

Lindsay a démissionné de son pastorat dans l'Oregon en 1947 pour gérer les réunions
de réveil pour William Branham. Après avoir publié un numéro du magazine The Voice of
Healing pour promouvoir le ministère de Branham, Branham a pris un congé prolongé du
ministère. En conséquence, Lindsay a élargi le but de la publication, en utilisant le nouveau
magazine pour représenter de nombreux évangélistes guérisseurs de l'époque.

169
Au cours des dix années suivantes, VoH est devenu la voix principale des
réveils de guérison du salut dans le monde entier, présentant les croisades et
les programmes de nombreux évangélistes et publiant des photographies et des
récits documentés de miracles qui se sont produits dans ces services (guérison
des aveugles, des sourds, des estropiés et des ceux qui souffrent d'autres
maladies).18

Lindsay a également dirigé une fraternité ministérielle utilisant le même nom, The
Voice of Healing, pour fournir une fraternité, des encouragements et des conseils aux
revivalistes ayant des ministères de guérison et de délivrance. En utilisant ces outils,
Lindsay a exercé une influence stabilisatrice alors qu'il cherchait à promouvoir l'unité entre
les ministres et à encourager des normes éthiques élevées dans la conduite et les pratiques
ministérielles.
Lindsay était empathique envers les défis et les pressions particuliers auxquels sont
confrontés ceux qui ont des ministères surnaturels, et il a défendu ceux qui ont été
faussement et injustement attaqués. Dans le même temps, il a fortement exhorté les
prédicateurs de haut niveau à résister et à éviter les pièges et les tentations courants
souvent associés à leur type de ministère. Par exemple, il a exhorté les revivalistes à éviter
l'orgueil, l'exagération, l'extrémisme et les mauvaises attitudes et pratiques envers l'argent.
Il a donné un avertissement sévère au sujet d'un ministre qui « promet au peuple que Dieu
lui a fait le don de le rendre riche, si seulement ils lui font une bonne offrande. De telles
affirmations se rapprochent du crime de blasphème.19
Lindsay écrit également :

Certains mouvements spirituels ont été bénis de Dieu, puis se sont


soudainement évanouis à cause de la conduite présomptueuse et erratique de
certains des dirigeants. Un tel mouvement s'est produit il y a quelques années
en Amérique. Nous ne l'identifierons pas, car des chrétiens très dévoués y
étaient associés. Au début, nous nous sommes réjouis de cette effusion de
l'Esprit. Mais très vite, nous avons vu quelque chose se développer qui nous a
alarmés. Certains des dirigeants affirmaient qu'ils étaient la « centrale » et que
toutes les autres églises étaient « asséchées ». Ils ont dit que les gens devraient
venir chez eux pour se recharger. Lorsque nous avons vu de telles prétentions
audacieuses, nous avons réalisé que l'utilité de tels dirigeants ne pouvait pas
durer longtemps.20

D'autres voix aguerries se sont jointes à Lindsay pour appeler à la pureté au sein du
mouvement.
Le ministre britannique, Donald Gee, était un homme d'État plus âgé dans le
mouvement pentecôtiste et était un grand partisan des ministres marchant dans la sagesse
et la maturité. Il a exhorté les revivalistes à garder leurs motivations justes : « L'excès de
désir n'est qu'un autre terme pour la luxure, et il peut y avoir une convoitise malsaine
après des signes et des prodiges qui les désire pour eux-mêmes plutôt que pour la gloire de
Dieu et l'œuvre de le gospel."21

170
Alors que la saison mettant l'accent sur la guérison s'est calmée à la fin des années
1950, Lindsay a demandé au Corps du Christ de continuer à se concentrer sur l'évangile
dans le monde. Il a noté que beaucoup d'évangélistes étaient devenus pasteurs, et que
d'autres avaient maintenant leurs propres publications. Lindsay a expliqué l'évolution de
l'organisation en ces termes :

Alors que la politique de La Voix de la Guérison sera toujours de mettre


l'accent sur l'évangélisation, la portée de son ministère s'est élargie pour
inclure tous les ministères de dons de l'Église. La Voix de la Guérison cherche à
encourager la coopération et l'unité entre tous les membres du Corps du Christ.
Le peuple de Dieu a une grande tâche à accomplir avant le retour de Jésus :
l'évangélisation des nations….22

Notes de fin
1.
Darrin J. Rogers, « Cette semaine dans l'histoire de l'AG, le 1er avril 1916 », Assemblées de Dieu ;
https://news.ag.org/en/Features/This-Week-in-AG-History-April-1-1916; consulté le 2 janvier 2020.
2.
Vinson Synan, Le siècle du Saint-Esprit : 100 ans de renouveau pentecôtiste et charismatique, 1901-2001
(Nashville, TN : Thomas Nelson Publishers, www.thomasnelson.com, 2001), loc. 141, Kindle. Utilisé avec
la permission de Thomas Nelson.
3.
Frank Bartleman, Comment la Pentecôte est venue à Los Angeles : L'histoire derrière le renouveau
d'Azusa Street, éd. Cecil M. Robeck Jr. et Darrin Rodgers (Springfield, MA : Gospel Publishing House), loc.
848, Kindle.
4.
Ibid., loc. 863, Kindle.
5.
Stanley Burgess, éd., Le nouveau dictionnaire international des mouvements pentecôtistes et
charismatiques (Grand Rapids, MI : Zondervan, www.zondervan.com, 2003), 346. Utilisé avec la
permission de Zondervan.
6.
Craig Borlase, William Seymour: A Biography (Lake Mary, FL: Charisma House, 2006), xi.
7.
Lilian B. Yeomans, Healing from Heaven, in His Healing Power (Shippensburg, PA : Harrison House, 2003),
loc. 185-206, Kindle.
8.
FF Bosworth, Christ the Healer (Grand Rapids, MI: Chosen Books, 1948), loc. 16, Kindle.
9.
Idem.
dix.
Ibid., loc. 128, Kindle.

171
11.
Ibid., loc. 8, Kindle.
12.
Ibid., loc. 16, Kindle.
13.
TL Osborn, Healing the Sick (Shippensburg, Pennsylvanie : Harrison House, 1956), loc. 469, Kindle.
14.
TL Osborn, Healing En Masse (Tulsa, OK : Une publication de TL Osborn, 1956), 17.
15.
Ibid., 22.
16.
Ibid., 49-50.
17.
Kenneth E. Hagin, Plans, Purposes, and Pursuits (Tulsa, OK : Faith Library Publications, www.rhema.org,
1988), 71.
18.
JA Hewitt, « Voice of Healing », dans Dictionnaire international des mouvements pentecôtistes et
charismatiques, éd. Stanley Burgess (Grand Rapids, MI : Zondervan,www.zondervan.com, 2003), 1178-
1179. Utilisé avec l'autorisation de Zondervan.
19.
Gordon Lindsay, God's 20th Century Barnabas (Dallas, Texas : Christ for the Nations, 1982), 276.
20.
Ibid., 277-278.
21.
Donald Gee, « Attitudes envers le surnaturel », Pentecôte, no. 38 (décembre 1956), 17.
22.
Lindsay, Barnabé du 20e siècle de Dieu, 278.

172
CHAPITRE 15 :

EXPANSION, RECONNAISSANCE ET INTÉGRATION

Dans le pentecôtisme, les pauvres et les brisés découvrent que ce qu'ils lisent dans les évangiles se passe maintenant au
milieu d'eux.
—Richard Shaull

Ici il y a eu des moments dans l'histoire récente où les chrétiens pentecôtistes et


charismatiques ont été dénigrés et marginalisés, non seulement par la société, mais aussi
par des formes établies de christianisme. Frank Bartleman fait référence à la réponse à
l'effusion de 1906 à Azusa Street : « Il y a eu beaucoup de persécution, en particulier de la
part de la presse. Ils nous ont écrit honteusement, mais cela n'a attiré que les foules.
Certains ont donné au travail six mois à vivre.1Bartleman note également : « Les journaux
ici sont très venimeux, et très injustes et faux dans leurs déclarations. Les pseudo-systèmes
de religion se battent aussi durement.2
Il y avait aussi l'opposition du monde universitaire. Par exemple, l'érudit respecté BB
Warfield (1851-1921) de l'Université de Princeton s'est opposé à la présence moderne des
dons surnaturels de l'Esprit. Il écrit à propos des dons : « Ils étaient distinctement
l'authentification des Apôtres…. Leur fonction les confinait donc distinctement à l'Église
apostolique, et ils moururent nécessairement avec elle.3 D'innombrables mots de censure et
de dénigrement de la part d'autres prédicateurs suivraient au fur et à mesure que le
vingtième siècle progressait.
Un groupe créé en 1919 et connu sous le nom de The World's Christian Fundamentalist
Association a adopté la résolution suivante dénonçant les pentecôtistes en 1928 :

Considérant que la vague actuelle de pentecôtisme moderne, souvent


appelée « mouvement des langues », et la vague actuelle de guérison fanatique
et non biblique qui balaie le pays aujourd'hui, est devenue une menace dans de
nombreuses églises et une véritable blessure pour un témoignage sain d'esprit.
des Chrétiens Fondamentaux, qu'il soit résolu, que cette convention soit
enregistrée comme opposée sans réserve au pentecôtisme moderne, y compris
le parler en langues inconnues, et la guérison fanatique connue sous le nom de
guérison générale dans l'expiation, et la perpétuation de la guérison
miraculeuse Jésus et ses apôtres, dans lesquels ils prétendent que la seule
raison pour laquelle l'église ne peut pas accomplir ces miracles est
l'incrédulité.4

Autre organisation fondée en 1941, l'American Council of Christian Churches a


également refusé d'affirmer ou d'accepter les pentecôtistes. Même si certains chefs

173
religieux ont dénoncé les croyances et pratiques associées au pentecôtisme, son élan ne
devait pas être arrêté.
Malgré l'opposition à presque tous les niveaux, les expressions pentecôtistes et
charismatiques de la foi biblique ont augmenté de façon exponentielle, devenant une force
majeure dans le christianisme depuis les premiers jours du vingtième siècle. Vinson Synan
donne un aperçu de sa croissance étonnante :

Au milieu du vingtième siècle, les pentecôtistes étaient en train de devenir


ce que certains appelaient « la troisième force de la chrétienté ». Des enquêtes
sur le christianisme mondial révélaient que les trois quarts de tous les
protestants d'Amérique latine étaient des pentecôtistes, que les deux tiers de
tous les non-catholiques en Italie étaient des pentecôtistes et que la majorité de
tous les chrétiens d'Afrique du Sud étaient des pentecôtistes. De plus, les plus
grandes églises libres de Russie, de Scandinavie et de France étaient
pentecôtistes et les taux de croissance indiquaient une croissance beaucoup
plus importante pour l'avenir.5

De toute évidence, c'était une œuvre de Dieu qui n'a pas été construite ou établie sur
l'approbation de l'homme ou des institutions religieuses.
Les expressions de la foi chrétienne remplies de l'Esprit ont également joué un rôle de
plus en plus influent dans l'évangélisation mondiale et l'implantation d'églises. Mark Noll,
qui a été professeur d'histoire à Notre Dame et Wheaton, remarque : « L'un des
développements les plus importants de l'histoire récente du christianisme doit
certainement être l'émergence du pentecôtisme en tant que force dynamique dans le
monde.6 Noll produit :

Les courants pentecôtistes et charismatiques ont joué un rôle central dans


l'expansion rapide du christianisme en dehors de l'Occident, avec la plupart des
églises en croissance rapide au Brésil, au Nigeria, en Corée, en Russie, en Chine
et dans de nombreux autres pays soit explicitement pentecôtistes, soit
fortement influencés par des pratiques charismatiques. Dans ces situations, les
formes pentecôtistes et charismatiques de la foi chrétienne s'épanouissent en
confrontant directement les dieux païens et les esprits animistes ainsi qu'en
communiquant l'immédiateté directe de la présence de Dieu.[182] Au cours du
dernier demi-siècle, le mouvement charismatique dans les confessions
catholique, luthérienne, presbytérienne, épiscopale et de nombreuses autres
confessions a mis l'accent sur la guérison et d'autres dons spirituels empruntés
au pentecôtisme antérieur. Ensemble,7

Il est important de reconnaître les changements extrêmement rapides qui ont eu lieu et
qui se produisent dans le monde. Le Centre pour l'étude du christianisme mondial estime
qu'il y a maintenant, au moment d'écrire ces lignes, 693 820 000 pentecôtistes et
charismatiques dans le monde. Ce nombre représente 27,44 % des 2 528 295 000
personnes qui s'identifient comme chrétiennes dans le monde.8 Il est important de noter

174
qu'une part importante de cette croissance a eu lieu en dehors de l'Amérique du Nord et de
l'Europe, et est parallèle à la croissance de la foi chrétienne dans ce que l'on appelle parfois
« le monde majoritaire ».
Philip Jenkins, auteur prolifique et professeur émérite d'histoire et codirecteur du
programme d'études historiques de la religion à l'Université Baylor, écrit :

Le christianisme a, ces derniers temps, cessé d'être une religion euro-


américaine et est devenu complètement mondial. En 1900, 83 pour cent des
chrétiens du monde vivaient en Europe et en Amérique du Nord. En 2050, 72
pour cent des chrétiens vivront en Afrique, en Asie et en Amérique latine, et
une part importante du reste aura des racines dans un ou plusieurs de ces
continents.9

Non seulement un changement démographique radical s'est produit au cours du siècle


dernier concernant l'endroit où vivent les chrétiens, mais il y a également eu un
changement significatif dans les croyances, les pratiques et l'orientation spirituelle des
croyants en général.
Un nombre rapidement croissant de chrétiens dans le monde ont adopté les croyances,
les expériences et les pratiques du pentecôtisme, y compris ceux qui se considèrent comme
charismatiques. D'une manière générale, cela signifie qu'ils reconnaissent non seulement la
réalité et l'importance de la nouvelle naissance, mais qu'ils embrassent également le
remplissage du Saint-Esprit tel que décrit dans le livre des Actes, y compris les dons et les
opérations du Saint-Esprit et la guérison divine. Philip Jenkins note également l'expansion
rapide des charismatiques et des pentecôtistes, et déclare :

Puisqu'il n'y avait qu'une poignée de charismatiques et de pentecôtistes en


1900, et plusieurs centaines de millions aujourd'hui, n'est-il pas raisonnable
d'identifier cela comme peut-être le mouvement social le plus réussi du siècle
dernier ? Selon les projections actuelles, le nombre de croyants
charismatiques/pentecôtistes devrait franchir la barre du milliard avant
2050.dix

Le mouvement charismatique
Vers 1960, un développement dramatique et ultérieur s'est produit dans le Corps du
Christ. Les gens au sein de diverses confessions traditionnelles et principales ont
commencé à avoir des rencontres dynamiques avec le Saint-Esprit. Cette effusion
souveraine du Saint-Esprit était si importante qu'elle a retenu l'attention des dirigeants de
toutes les dénominations au cours des nombreuses années suivantes. Catholiques romains,
épiscopaliens, méthodistes, luthériens, presbytériens, mennonites et bien d'autres devaient
déterminer ce qu'ils allaient faire avec leurs membres qui recevaient la plénitude du Saint-
Esprit, parler en langues, prophétiser, prier pour les malades, etc. .
Les réponses ont varié selon les confessions et les églises, allant de la condamnation à
l'acceptation. Certains qui ont reçu cette expérience pentecôtiste, y compris certains

175
pasteurs, ont pu rester dans leurs églises existantes. Beaucoup d'autres ont choisi de partir
ou ont été invités à partir, et des milliers de congrégations charismatiques indépendantes
sont nées au cours des prochaines décennies.
Ces croyants s'identifiaient à l'expérience pentecôtiste (Actes 2:4), mais ne
s'identifiaient pas nécessairement aux dénominations pentecôtistes traditionnelles. Ils
étaient appelés charismatiques, d'après le mot grec charismata, qui signifie don de la grâce,
et fait référence aux différents dons donnés par le Saint-Esprit.
Ni l'espace ni le temps ne permettent une vue d'ensemble détaillée de tout ce qui s'est
passé à travers l'action du Saint-Esprit dans le reste du vingtième siècle. Des conférences
massives ont eu lieu, des églises charismatiques se sont multipliées, des enseignants et des
missionnaires itinérants ont porté l'évangile dans le monde entier, des ministères de
télévision et de radio ont abondé et les maisons d'édition ont produit des quantités
massives de livres et de littérature. C'était vraiment une explosion de la puissance de Dieu
dans laquelle des multitudes de personnes ont expérimenté sa présence, appris sa Parole et
porté l'évangile aux autres.
J'ai eu le privilège d'entrer dans les choses de l'Esprit en 1977, et je suis reconnaissant
pour la grâce et la puissance qui sont entrées dans ma vie, me permettant de servir Dieu et
son dessein. Pendant plus de quatre décennies, j'ai expérimenté la présence et les
opérations du Saint-Esprit, y compris la réalité de ce que l'apôtre Paul a écrit : « Celui qui
parle en langue s'édifie lui-même » (1 Corinthiens 14 :4). Bien que cette expression
spécifique soit destinée à l'enrichissement personnel, j'ai également vu des expressions
extérieures de l'Esprit qui profitent à d'autres travaillant tout au long de ma vie et à travers
d'innombrables amis et collègues.

Pendant ce temps à Corinthe


L'église corinthienne était immature et était encline à abuser des dons, mais Paul n'a
pas dénoncé les dons ni encouragé leur suppression. Au contraire, il a entraîné les croyants
– certains qui se sont trompés – à mûrir et à utiliser les dons de l'Esprit avec sagesse,
amour et maturité. Il leur a dit : « , Corinthiens 14 :12 Bible
amplifiée, édition classique). L'auto-édification n'était pas mauvaise, mais lorsqu'ils étaient
réunis, les croyants devaient chercher à édifier les autres.
Paul écrit : « Je remercie Dieu de parler en langues plus que n'importe lequel d'entre
vous. Mais lors d'une réunion d'église, je préfère prononcer cinq mots compréhensibles
pour aider les autres que dix mille mots dans une langue inconnue » (1 Corinthiens 14 :18-
19 NLT). Le mouvement charismatique était parfois désordonné, et des excès et des
extrêmes se produisaient. Certains sont partis sur diverses tangentes. Mais beaucoup se
sont appliqués à la sagesse, ont fait les ajustements nécessaires, ont grandi spirituellement
et ont démontré une expression saine, équilibrée et vibrante de la foi chrétienne.

Vers une plus grande unité


Même si certains groupes avaient officiellement rejeté les pentecôtistes, ils ont été
invités en 1943 à faire partie de l'Association nationale des évangéliques (NAE). Vinson
Synan écrit : « Il a été suggéré que l'admission des Églises pentecôtistes dans la NAE était la
176
première fois dans l'histoire de l'Église qu'un mouvement charismatique était accepté dans
le courant dominant de l'Église.11Aujourd'hui, le site Web de l'Association nationale des
évangéliques décrit leurs membres : « Les évangéliques sont un groupe dynamique et
diversifié, comprenant des croyants que l'on trouve dans de nombreuses églises,
dénominations et nations. Notre communauté rassemble des traditions réformées, saintes,
anabaptistes, pentecôtistes, charismatiques et autres.12 Bien que tous les membres ne
soient pas d'accord sur les langues, la guérison ou d'autres questions, tous les groupes
membres souscrivent à la déclaration suivante sur Jésus, ainsi qu'à d'autres éléments
essentiels de la foi :

Nous croyons en la divinité de notre Seigneur Jésus-Christ, en sa naissance


virginale, en sa vie sans péché, en ses miracles, en sa mort par procuration et
expiation par son sang versé, en sa résurrection corporelle, en son ascension à
la droite du Père, et dans Son retour personnel en puissance et en gloire.13

C'est ce même Jésus qui a prié pour ses disciples de toutes les générations : « Puissent-
ils faire l'expérience d'une unité si parfaite que le monde saura que tu m'as envoyé et que
tu les aimes autant que tu m'aimes » (Jean 17 :23 NLT).

Une histoire de deux hommes


Billy Graham et Oral Roberts ont tous deux atteint une notoriété nationale en 1948.
Graham allait devenir le prédicateur évangélique le plus célèbre d'Amérique, tandis que
Roberts deviendrait l'évangéliste guérisseur le plus populaire du mouvement pentecôtiste.
Ces deux hommes ont développé un amour et une amitié qui constituent un exemple
parfait d'unité et de partenariat entre deux courants majeurs au sein de la foi chrétienne.
L'Université Oral Roberts a été fondée « sur la puissance du Saint-Esprit et l'autorité des
Écritures »,14et au moment de la cérémonie d'inauguration de l'école en 1967, Roberts a
invité Graham à être le conférencier pour cet événement monumental. De nombreuses
années plus tard, un article du magazine Charisma a rendu compte de leur amitié :

En août 2009, le fondateur d'ORU, Oral Roberts, a évoqué son amitié avec Billy
Graham. « Billy était l'homme le plus généreux du ministère que j'aie jamais
rencontré. Il m'a accepté comme frère. Il a dit qu'il était tombé amoureux de
mon ministère. Je l'ai compté comme l'évangéliste n°1 au monde. Nous sommes
devenus des amis très proches.
En apprenant le décès d'Oral Roberts en décembre 2009, le révérend Graham a
déclaré en partie : « Oral Roberts était un homme de Dieu et un grand ami
dans le ministère. Je l'aimais comme un frère. Nous avons eu de nombreuses
conversations tranquilles au fil des ans.15

Ces deux hommes avaient des missions différentes, des antécédents ecclésiastiques
différents et des perspectives différentes sur la guérison et les dons spirituels. Pourtant, ils

177
ont fait preuve de gentillesse, de bienveillance et de respect mutuel alors qu'ils se
concentraient sur Jésus-Christ et exerçaient leurs ministères respectifs.
Roberts était très proactif en prêchant la guérison et en priant pour les malades. Il
déclare que le Saint-Esprit lui a parlé et a dit : « Ne soyez pas comme les autres hommes…
soyez comme Jésus et guérissez les gens comme il l'a fait.16 Il a également raconté la
première fois qu'il a prié pour les malades en 1947 :

J'étais tellement rempli du pouvoir du Tout-Puissant que je semblais avoir


une force surnaturelle. Il était près de six heures, quatre heures plus tard,
lorsque j'ai fini de prier pour le dernier qui avait besoin d'être délivré. Quand je
suis parti, il n'y avait aucun doute que Dieu m'avait appelé et était avec moi
pour tout ce que l'avenir me réserverait. Non seulement beaucoup avaient été
merveilleusement guéris, mais aussi plus de personnes étaient venues à Christ
ce jour-là que j'en avais vu sauvées au cours de la dernière année de ministère
pastoral.17

Au lieu de remettre en question la volonté de Dieu, Roberts déclare : « Je prie d'une


manière positive pour que Dieu élève une personne parce que la Parole de Dieu nous
enseigne que c'est la volonté de Dieu que l'homme ait la santé et soit complet dans tout son
être.18
Graham, d'un autre côté, n'était pas un évangéliste guérisseur ou un pentecôtiste,
pourtant il a exprimé des opinions respectueuses qui sont, à bien des égards, favorables
aux pentecôtistes. Graham ne croyait pas que la guérison physique soit pour tous, pourtant
il raconte une histoire inspirante sur la guérison de sa belle-sœur. Après avoir partagé
certaines réflexions qualificatives, il écrit :

Je sais que Dieu guérit dans certaines circonstances conformément à sa


volonté. Ma propre belle-sœur est un exemple remarquable. Elle mourait de
tuberculose. Les radiographies ont montré la gravité de son état, mais elle a
demandé à son père chirurgien la permission d'interrompre le traitement
médical parce qu'elle croyait que Dieu allait la guérir. Cela a été accordé, et
quelques hommes et femmes pieux l'ont ointe d'huile et ont prié la prière de la
foi. Puis une nouvelle série de radiographies a été prise, et au grand
étonnement des médecins du sanatorium, elle ne montrait plus aucun signe de
tuberculose active. Immédiatement, elle a commencé à prendre du poids et
trente-cinq ans plus tard, elle est une enseignante de la Bible active, une
personne en bonne santé. Visiblement, elle était guérie. Mais notez que la
guérison est venue, non par quelqu'un qui avait le don de guérir, mais par la
foi.19

Graham a reconnu qu'il y avait des contrefaçons et a exhorté à la prudence et au


discernement, mais il écrit : « il n'y a aucun doute dans mon esprit qu'il y a un don de
guérison - que les gens sont guéris en réponse à la prière de la foi - et qu'il y a d'autres
guérisons, comme la guérison des relations.20

178
Concernant les réunions de guérison, Graham avait des observations à la fois négatives
et positives :

J'ai assisté à plusieurs réunions de guérison. Certains m'ont rendu malade à


cause de l'hystérie émotionnelle présente. J'ai également assisté à des réunions
de guérison où les services se sont déroulés de manière décente et dans l'ordre.
À ceux-là, j'ai été témoin du mouvement silencieux de l'Esprit de Dieu d'une
manière qui ne pouvait offenser personne. Dans des réunions comme celle-là,
l'Esprit utilisait des serviteurs de Dieu dotés de dons particuliers pour faire sa
volonté.21

Au lieu de parler par ouï-dire comme certains sont enclins à le faire, il est admirable que
Graham ait parlé à partir d'observations personnelles et directes.
Roberts et Graham avaient des points de vue différents sur le parler en langues. Roberts
croyait que chaque personne née de nouveau pouvait se soumettre au Saint-Esprit et parler
à Dieu dans ce qu'il appelait « le langage de prière de l'Esprit ».22 Roberts écrit :

Le but fondamental du baptême du Saint-Esprit est de donner au croyant le


pouvoir d'être un témoin de Jésus-Christ. Il fournit une puissance intérieure qui
devient une force extérieure pour apporter la réalité du Christ aux autres. Pour
aider à libérer cette puissance, le baptême du Saint-Esprit donne au croyant
une nouvelle langue pour le louer et pour s'édifier. C'est peut-être l'expérience
la plus révolutionnaire qui puisse arriver à un croyant, à quelqu'un qui est déjà
chrétien.23

Graham a accepté que les langues étaient un don de Dieu qui était pour certains, mais a
dit : « J'ai du mal à lier le remplissage du Saint-Esprit à un deuxième baptême et à un signe
d'accompagnement nécessaire, le parler en langues.24 Il était cependant respectueux envers
ses amis qui lui disaient qu'ils parlaient en langues.

Un certain nombre d'amis m'ont dit qu'après avoir prié pendant une longue
période, ils se sont soudain retrouvés à parler dans une langue inconnue. Pour
la plupart, ils l'ont gardé privé et n'ont pas dit que tout le monde devait avoir la
même expérience. Ils n'ont pas dit que tous les chrétiens doivent parler en
langues comme signe de maturité spirituelle. Tout le monde savait que Corrie
ten Boom avait parlé en langues, mais elle n'en a jamais parlé et n'en a jamais
discuté. Elle réprimandait souvent ceux qui en parlaient excessivement.25

Alors que Graham et Roberts n'étaient pas d'accord sur à qui s'adressait exactement le
don des langues, ils ont tous deux convenu que les langues, ou tout autre don spirituel, ne
devraient jamais être une source d'orgueil, de conflit ou de division parmi les croyants.
Graham donne ce sage conseil concernant les langues :

179
Est-ce un cadeau que Dieu a jugé bon de vous faire ? Ne laissez pas cela être
une source de fierté ou de préoccupation. Devenez enraciné dans toute la
Parole de Dieu. Et surtout, apprenez ce que signifie aimer les autres, y compris
les croyants qui peuvent ne pas être d'accord avec votre emphase.26

Dans la même veine, Roberts déclare :

Je sais que certains d'entre nous pensent par inadvertance que nous
sommes supérieurs parce que Dieu nous a donné le don du Saint-Esprit et nous
pouvons parler dans la langue de prière de l'Esprit. Maintenant, vous devez être
vraiment franc et honnête avec vous-même pour l'admettre. Nous avons
tendance à accepter un cadeau et, parce que c'est si grand dans nos vies, nous
avons tendance à agir comme si nous étions supérieurs et ceux qui ne l'ont pas
de la manière dont nous le faisons sont inférieurs. Alors nous nous divisons,
nous blessons et nous séparons les uns des autres. Je crois que c'est un péché !
Un don de l'Esprit n'est pas notre rassembleur, mais le Christ lui-même !27

Avec cette déclaration, Roberts soulignait ce que de nombreux chrétiens mûrs


comprennent : il est important de garder Jésus-Christ au centre et au centre de tout ce que
nous faisons. Jésus – qui il est et ce qu'il a fait – est la base de notre objectif, de notre
partenariat et de notre communion les uns avec les autres. Aucun de ces grands hommes
n'a adopté l'attitude immature et mesquine de : « Si vous ne croyez pas tout exactement
comme je le fais sur chaque point de doctrine, alors je ne peux pas communier avec vous.
L'une des phrases pour lesquelles Roberts était célèbre était « Attendez-vous à un
miracle ». L'objectif du ministère de Graham était différent de celui de Roberts, mais il a
reconnu que dans certaines situations, des miracles se produisent encore aujourd'hui en
conjonction avec la prédication de l'évangile. Graham écrit :

Et aujourd'hui, alors que l'évangile est proclamé aux frontières de la foi


chrétienne qui se rapprochent de la situation du premier siècle, des miracles
accompagnent encore parfois l'avancée de l'évangile. Comme indiqué par les
deux prophètes Osée et Joël, à mesure que nous approchons de la fin des temps,
nous pouvons nous attendre à ce que les miracles se multiplient.28

Encore une fois, soulignant « la fin des temps », Graham poursuit :

Je crois que nous verrons une récurrence dramatique de signes et de


prodiges qui démontreront la puissance de Dieu à un monde sceptique. Tout
comme les pouvoirs de Satan se déchaînent avec une plus grande intensité, je
crois que Dieu permettra que des signes et des prodiges soient accomplis.29

L'esprit bienveillant de Graham n'était pas seulement mis en évidence dans sa relation
avec Roberts, mais il cherchait également à construire des ponts d'unité avec les autres
dans le courant pentecôtiste du christianisme. En 1982, Graham a accepté une invitation à

180
parler aux étudiants de trois écoles différentes des Assemblées de Dieu à Springfield,
Missouri : Central Bible College, Assemblies of God Theological Seminary et Evangel
University. Dans ses remarques, Graham a parlé avec respect de Thomas F. Zimmerman,
qui était alors surintendant de la dénomination pentecôtiste, disant qu'il n'y avait « aucun
homme d'église que j'aime et admire plus » que lui.30
Le Dr Mark Hausfeld, ancien président du Séminaire théologique des Assemblées de
Dieu, décrit ce qui s'est passé dans la chapelle ce jour-là alors que Graham prêchait aux
étudiants, aux invités et aux dignitaires dans la chapelle Robert H. Spence du Evangel
College (aujourd'hui l'Université) le 9 décembre. , 1982 :

Je me souviens de la puissance et de la clarté de sa voix, de l'excellence de sa


préparation de sermon, de l'onction sur lui et de la façon dont je savais que
j'étais en présence d'une personne unique en Christ. Il a prêché un peu plus de
30 minutes, puis a déclaré : « Je dois conclure ce message, même si je n'ai pas
fini. » Il termina le sermon puis s'assit. Lorsqu'il s'est assis, sur le balcon de la
chapelle, une personne a immédiatement donné un message en langues. Dès
que le message en langues s'est terminé, l'interprétation du message en langues
a suivi. Le Saint-Esprit a coulé dans le thème du message de Billy Graham. Le Dr
Thomas Zimmerman a dit plus tard dans la journée, Billy Graham lui a dit : « Je
n'ai pas terminé mon message aujourd'hui, mais le Saint-Esprit l'a fait. Tout ce
qui a été dit par la personne au balcon était exactement les points qu'il me
restait dans mon message, mais n'a pas fini. ” La semaine suivante, j'ai vu Billy
Graham être interviewé dans une émission de télévision chrétienne.
L'intervieweur lui a demandé : « Vous servez tant de personnes, comment êtes-
vous servi ? » Billy Graham a répondu : « La semaine dernière, j'ai parlé dans un
collège chrétien de Springfield, Missouri. J'ai été soigné pendant que j'étais dans
ce collège. Cette expérience incroyable a été un moment de mémoire dans ma
vie et tant d'autres.31

Si vous êtes comme moi, vous lisez cela avec une grande appréciation pour l'humilité de
Billy Graham. Certaines personnes sont promptes à critiquer tout ce qui est différent de
leurs propres antécédents ou de leurs propres expériences antérieures. Graham a
recherché le bien et a cherché à l'affirmer, et il a reconnu le Saint-Esprit à l'œuvre à travers
différentes personnes et à travers différents types de dons.
Bien que Graham n'ait peut-être pas eu un ministère de prière pour les malades comme
Oral Roberts, et qu'il n'ait peut-être pas été utilisé dans le don des langues et de
l'interprétation comme la personne dans le service de la chapelle au Missouri, personne ne
peut contester l'onction de Dieu qui était sur la vie de Billy Graham pour prêcher l'évangile
et inviter les gens à répondre à l'offre de Christ de la vie éternelle. Des millions de
personnes ont été touchées alors que Graham se concentrait sur Jésus et le don de la vie
éternelle qu'il offre.
L'une des plus grandes leçons du vingtième siècle est peut-être que Dieu désire que son
peuple ait non seulement le pouvoir et les dons, mais aussi l'humilité et l'unité. Je crois que

181
Gordon Lindsay a si bien et profondément résumé le cœur de Dieu. Se référant à la prière
de Jésus dans Jean 17:21, Lindsay écrit :

Il est essentiel que le Corps du Christ devienne un en Esprit, pour accomplir


cette prière de Jésus. Cela ne veut pas dire qu'il n'y aura plus d'églises et de
groupes différents, ni que le peuple de Dieu ne doit pas être loyal d'une manière
particulière, envers ceux avec qui il travaille. Mais l'heure de l'esprit de
compétition, des rivalités mesquines et de la recherche de la prééminence est
révolue. Nous devons trouver un moyen par lequel nous pouvons reconnaître
tous les membres du Corps du Christ. Nous devons trouver un moyen par
lequel les dons du ministère que Dieu a mis dans l'église peuvent être utilisés
pour le bien et la bénédiction de l'ensemble. Nous devons dépasser le lieu où les
hommes sont liés par de petites règles ecclésiastiques plutôt que par la Règle
d'Or. Nous avons toujours des dénominations et des groupes,32

Que tous ceux qui aiment Jésus aspirent à cette norme, quels que soient les dons qu'ils
ont ou n'ont pas. Nous ne devons pas être hautains ou nous considérer comme meilleurs
que les autres si nous avons, ou pensons avoir, certains dons. Célébrons les dons des autres,
cherchant seulement à glorifier le Seigneur Jésus-Christ et à faire avancer l'évangile et les
intérêts de Dieu sur la terre.

Notes de fin
1.
Bartleman,Comment la Pentecôte est arrivée à Los Angeles, loc. 815, Kindle.
2.
Ibid., loc 960, Kindle.
3.
BB Warfield, Counterfeit Miracles (Seattle, WA : Amazon Digital Services, 2012), 5-6, Kindle.
4.
Vinson Synan, La tradition sainteté-pentecôtiste : mouvements charismatiques au vingtième siècle (Grand
Rapids, MI : Eerdmans, 1997), loc. 2188, Kindle.
5.
Ibid., loc. 2291, Kindle.
6.
Mark A. Noll, Tournants : Moments décisifs dans l'histoire du christianisme, loc. 310, Kindle.
7.
Ibid., loc. 312, Kindle.
8.
« Statut du christianisme mondial, 2019 », Séminaire théologique Gordon
Conwell ;https://gordonconwell.edu/wp-
content/uploads/sites/13/2019/04/StatusofGlobalChristianity20191.pdf; consulté le 27 janvier 2020.

182
9.
Philip Jenkins, La prochaine chrétienté : la venue du christianisme mondial (New York, Oxford University
Press, 2011), xi.
dix.
Ibid., 10.
11.
Synane,La Tradition de la Sainteté-Pentecôte, loc. 2318, Kindle.
12.
« Qu'est-ce qu'un évangélique ? », Association nationale des évangéliques ; https://www.nae.net/what-is-
an-evangelical/; consulté le 27 janvier 2020.
13.
« Déclaration de foi », Association nationale des évangéliques ; https://www.nae.net/statement-of-faith/;
consulté le 27 janvier 2020.
14.
« La vision de l'ORU », Université Oral Roberts ; https://oru.edu/news/oru-general-info-media-kit.php;
consulté le 27 janvier 2020.
15.
Stephanie Hill, « La confrérie improbable d'Oral Roberts et de Billy Graham », Charisma Magazine ;
https://www.charismamag.com/spirit/church-ministry/35933-the-unlikely-brotherhood-of-oral-
roberts-and-billy-graham; consulté le 27 janvier 2020.
16.
Oral Roberts, The Holy Spirit in the Now I (Tulsa, OK : Oral Roberts University, 1974), 10.
17.
Ibid., 12.
18.
Oral Roberts, 101 Questions and Answers on Healing and Salvation (Tulsa, OK : Oral Roberts University,
1968), 90.
19.
Billy Graham, Le Saint-Esprit : Activer la puissance de Dieu dans votre vie (Nashville, TN : Thomas Nelson,
www.thomasnelson.com, 1988), loc. 209, Kindle. Utilisé avec la permission de Thomas Nelson.
20.
Ibid., loc. 214, Kindle.
21.
Ibid., loc. 211, Kindle.
22.
Roberts, Le Saint-Esprit dans le Maintenant, 37.
23.
Roberts, 101 questions et réponses, 72.
24.
Graham, Le Saint-Esprit, loc. 225, Kindle.

183
25.
Ibid., loc. 231, Kindle.
26.
Ibid., loc. 234, Kindle.
27.
Roberts, Le Saint-Esprit dans le Maintenant, 51.
28.
Graham, Le Saint-Esprit, loc. 217, Kindle.
29.
Idem.
30.
« Les dirigeants de l'AG se souviennent affectueusement du « pasteur de l'Amérique » », Assemblées de
Dieu ;https://news.ag.org/en/News/AG-Leaders-Fondly-Remember-America-s-Pastor; consulté le 27
janvier 2020.
31.
Mark Hausfeld, publication Facebook, 22 février 2018 ; https://www.facebook.com/mark.hausfeld.5;
consulté le 2 janvier 2020.
32.
Lindsay, Barnabas du 20e siècle de Dieu, 282.

184
185
CHAPITRE 16 :

LES PIÈGES SURNATURELS ET ASSOCIÉS

L'erreur ne se montre jamais dans sa réalité nue, pour ne pas être découverte. Au contraire, il s'habille avec élégance, de
sorte que les imprudents peuvent être amenés à croire qu'il est plus vrai que la vérité elle-même.
—Irénée de Lyon

À mon adolescence, un ami de mon père m'a montré ce que je pensais être un "truc"
vraiment cool. Il a pris un emballage en papier d'aluminium d'un morceau de gomme, en a
arraché un petit morceau et l'a humidifié dans sa bouche. Puis il l'a plié, l'a mis dans la
paume de ma main et m'a demandé de le tenir. En quelques secondes, le petit morceau de
papier d'aluminium est devenu très chaud, ce qui m'a poussé à le laisser tomber
rapidement pour éviter de me brûler. J'ai été impressionné et fasciné. Comment a-t-il fait
ça?
En fait, il n'y avait rien de « magique » dans cette astuce, et il m'a montré le secret. Il
avait une petite pilule dans sa poche qu'il avait discrètement frottée entre son index et son
pouce. Lorsqu'il a plié le morceau de papier d'aluminium humide et l'a placé dans ma main,
les résidus de cette pilule - un composé chimique quelconque - ont commencé à interagir
avec l'aluminium et l'ont fait devenir très chaud, assez chaud pour laisser une ampoule sur
la main. s'il n'est pas abandonné assez rapidement.
Il m'a donné plusieurs de ces petites pilules dans un flacon de prescription et m'a dit de
prendre plaisir à faire le tour pour les autres, mais pas de révéler le secret. Avec l'une des
pilules dans ma poche, j'ai commencé à faire ça à l'école, et tout le monde était fasciné par
la façon dont le papier d'aluminium devenait brûlant. Les gens voulaient vraiment savoir
comment cela s'était passé, et j'aimais avoir cette capacité spéciale et pouvoir faire quelque
chose qui épate les gens.

Fuyez l'ego et le sensationnalisme


Bien qu'il n'y ait rien de sinistre dans ce bâillon, il donne un aperçu de ce qui pourrait
arriver si une personne voulait vraiment avoir un certain type de pouvoir spirituel afin de
nourrir son ego. Les Écritures nous racontent une telle histoire dans le huitième chapitre
des Actes alors que Philippe menait une grande campagne d'évangélisation en Samarie.
Alors que Philippe proclame Jésus au peuple, la Bible dit que des miracles et des
guérisons se sont produits, et qu'il y avait une grande joie dans la ville (Actes 8 :5-8). L'un
de ceux qui ont été touchés par ce puissant mouvement de Dieu était un homme nommé
Simon.

Un homme du nom de Simon y était sorcier depuis de nombreuses années,


étonnant les habitants de Samarie et prétendant être quelqu'un de grand. Tout le

186
monde, du plus petit au plus grand, parlait souvent de lui comme du « Grand – le
Pouvoir de Dieu ». Ils l'écoutèrent attentivement car il les avait longtemps étonnés
par sa magie (Actes 8:9-11 NLT).

Simon vient à la foi en Jésus à travers la prédication de Philippe, mais nous


remarquons bientôt quelque chose de troublant dans son état d'esprit et sa
perspective. Actes 8:13 (NLT) se lit comme suit :« Alors Simon lui-même crut et se fit
baptiser. Il a commencé à suivre Philippe partout où il allait, et il a été stupéfait par les
signes et les grands miracles accomplis par Philippe.
Voyez-vous un problème ici? Les signes et les miracles attirent l'attention, mais il n'y a
aucune mention de Simon tombant profondément amoureux de Jésus ou s'engageant avec
dévouement envers le Seigneur ; au contraire, il semble seulement être fasciné par les
miracles. Simon avait été un « showman » égoïste et, malheureusement, ces tendances
n'avaient pas changé. Au lieu de voir les miracles comme un témoignage de Jésus, il a
apparemment vu Jésus comme un moyen de faire des miracles.
Lorsque Pierre et Jean arrivent en Samarie, les motivations et la perspective erronées
de Simon se sont précipitées à la surface.

Dès leur arrivée, ils ont prié pour que ces nouveaux croyants reçoivent le Saint-
Esprit. Le Saint-Esprit n'était encore venu sur aucun d'eux, car ils avaient
seulement été baptisés au nom du Seigneur Jésus. Alors Pierre et Jean imposèrent
les mains à ces croyants, et ils reçurent le Saint-Esprit.
Lorsque Simon vit que l'Esprit était donné lorsque les apôtres imposèrent les
mains aux gens, il leur offrit de l'argent pour acheter ce pouvoir. « Laissez-moi
aussi avoir ce pouvoir », s'est-il exclamé, « afin que lorsque j'imposerai les mains
aux gens, ils recevront le Saint-Esprit ! »
Mais Pierre a répondu : « Que votre argent soit détruit avec vous pour avoir pensé
que le don de Dieu peut être acheté ! Vous ne pouvez avoir aucune part à cela, car
votre cœur n'est pas droit avec Dieu. Repentez-vous de votre méchanceté et priez
le Seigneur. Peut-être qu'il pardonnera vos mauvaises pensées, car je vois que
vous êtes plein d'une amère jalousie et que vous êtes prisonnier du péché.
« Priez le Seigneur pour moi », s'est exclamé Simon, « que ces choses terribles que
vous avez dites ne m'arrivent pas ! (Actes 8:15-24 NLT)

Il n'y avait rien de pur, de juste ou de sain dans les intentions de Simon dans son offre
d'achat d'électricité. Simon ne cherchait pas la gloire de Dieu, il ne cherchait pas non plus le
bénéfice des autres. Il avait l'habitude de vouloir que les gens l'admirent et le tiennent en
estime, et il voulait utiliser les choses saintes de Dieu pour perpétuer et même augmenter
les mêmes désirs charnels, basés sur l'ego.
Bien que je pense que ces observations sur les motivations de Simon sont correctes, ce
n'est pas l'objet spécifique de la sévère réprimande de Pierre. Pierre déclare
spécifiquement : « Que votre argent soit détruit avec vous pour avoir pensé que le don de
Dieu peut être acheté ! (Actes 8:20 NLT). Ce qui a spécifiquement attiré la colère de Pierre
187
était la présomption de Simon qu'il pouvait acheter l'onction du Saint-Esprit avec de
l'argent. JB Phillips traduit à juste titre le vingtième verset : « Au diable vous et votre argent
! Comment oses-tu penser que tu pourrais acheter le don de Dieu pour de l'argent ! Les
lecteurs modernes pourraient penser qu'une réprimande aussi amère est excessive, mais la
dernière fois que Pierre avait vu quelqu'un agir de manière trompeuse concernant le Saint-
Esprit et les finances, Ananias et Saphira avaient été frappés de mort lors du jugement
(Actes 5:1-11). Il ne faut pas plaisanter avec les choses saintes !
Pierre écrira plus tard sur les faux prophètes et enseignants, qui, « dans leur cupidité, ils
inventent des mensonges intelligents pour mettre la main sur votre argent » (2 Pierre 2:3
NLT). La version Message de la Bible rend ce verset : « Ils ne sont là que pour eux-mêmes.
Ils diront n'importe quoi, n'importe quoi, qui sonne bien pour vous exploiter. Il y a toujours
un danger avec tout type de pouvoir pour que les gens deviennent manipulateurs et
corrompus. Les ministres, et tous les enfants de Dieu d'ailleurs, doivent se rappeler que
Dieu donne Ses dons pour le bien des autres, et non pour la glorification de celui qui a reçu
le don.
Quels que soient les dons que j'ai de Dieu, je dois les reconnaître comme une sainte
intendance qui m'a été confiée afin que je puisse le glorifier et servir les autres. Je ne dois
jamais abuser de ces dons pour abuser, manipuler ou exploiter les autres pour ma propre
satisfaction.

Évitez les gadgets et les « appels prophétiques »


Gordon Lindsay était un ministre de premier plan et une voix de stabilité pendant le
grand réveil de guérison au milieu du vingtième siècle. Il a vu à la fois les gloires et les
problèmes du mouvement. Il a été témoin de la puissance miraculeuse de Dieu qui a
apporté la bénédiction à tant de personnes, et il a pleuré les ministres qui avaient de grands
dons et un grand potentiel, mais qui ont connu des chutes horribles à cause de la tromperie
qui les a fait dérailler. Lindsay a émis l'avertissement suivant :

Les gadgets — reliques, ossements, eau bénite, indulgences, etc. —


maudissaient l'Église médiévale. Ces dispositifs de collecte d'argent ont été
conçus pour faire appel à l'ignorance et à la superstition des gens. Aujourd'hui
aussi, il y a certains prédicateurs qui ont recours à des gadgets pour inciter les
gens à donner leur argent. Tout d'abord, une distinction claire doit être faite
entre ce qui est légitime et ce qui ne l'est pas. Ce que nous appelons gadgets est
l'utilisation d'articles qui prétendent avoir un pouvoir mystérieux ou une vertu
supposée en eux - une sorte de charme fétiche - dont l'utilisation n'a aucun
fondement scripturaire. Ce sont des analogues du «feu étranger», qui a été
offert par Dathan et Abiram, les fils d'Aaron, qui étaient des prêtres divinement
nommés, mais qui sont venus sous le jugement de Dieu. Il existe une longue
liste de gadgets qui ont été offerts au public. La Réforme a commencé lorsque
Martin Luther est devenu convaincu de tous les trucs que l'Église utilisait – les
reliques, les ossements des saints, les éclats de la « vraie croix », etc. – étaient
faux et n'avaient aucune vertu. Que Dieu aide les ministres à demeurer dans la

188
simplicité et la pureté de l'Évangile et à ne pas tenter d'obtenir des fonds de
personnes avec de telles choses.1

Ce qui est probablement plus courant ces derniers temps que les reliques, ce sont les
«appels prophétiques» des ministres concernant la bénédiction «spéciale» qui viendra sur
les donateurs lorsqu'ils donneront, souvent un montant spécifié, dans un certain type
d'offrande spécialement ointe. Bien qu'aucun gadget tangible ne puisse être utilisé dans
certains scénarios aujourd'hui, ces offres entières sont souvent basées sur un mélange
bizarre de numérologie, un événement de l'Ancien Testament déformé et mal appliqué, des
Écritures sorties de leur contexte ou simplement une "parole de Dieu" spéciale.
Parfois, un avertissement symbolique est donné que « vous ne pouvez pas acheter un
miracle », mais en fin de compte, donner une somme d'argent au ministre spécialement
oint comme expression de la foi du donateur est la clé pour débloquer le miracle nécessaire
. Dans certains cas, un objet tangible est offert, comme une fiole d'eau « miracle », une huile
spécialement ointe ou une sorte de tissu de prière. Bien que ceux-ci puissent être offerts
gratuitement, de forts attraits financiers suivront probablement, ou le destinataire pourrait
se faire dire que pour vraiment «libérer sa foi» ou pour activer le pouvoir dans ledit article,
une «graine» financière devrait être semée au ministère fournissant l'objet oint. Tous ces
trafics « spirituels » doivent être évités.

Refuser de manipuler les gens


Le vrai pouvoir spirituel est une confiance sacrée du Ciel, et il ne devrait jamais être
utilisé à mauvais escient ou abusé. Lorsque Kenneth E. Hagin (1917-2003) s'est vu confier
un ministère de guérison, il a dit que le Seigneur l'a exhorté à accomplir son ministère, à
être fidèle, puis lui a demandé :

Assurez-vous de me donner toute la louange et la gloire pour tout ce qui est


fait, et faites attention à l'argent. Beaucoup de mes serviteurs que j'ai oints pour
ce type de ministère sont devenus soucieux de l'argent et ont perdu l'onction et
le ministère que je leur ai donnés.2

Hagin croyait certainement en l'enseignement biblique des dîmes et des offrandes, et


encourageait les gens à être fidèles en soutenant leur église locale et en faisant des
offrandes à d'autres ministères, mais il a dit qu'il était « extrêmement prudent et honnête
dans toutes les transactions impliquant de l'argent » parce que « aucune somme d'argent
ne vaut la peine de compromettre l'onction et l'appel de Dieu sur ma vie ». 3 Il a également
déclaré: "Je me suis plié en quatre pour éviter la moindre possibilité que quiconque pense
que je cherchais mon propre intérêt."4
L'exploitation financière n'est qu'un des problèmes potentiels qui peuvent survenir
lorsque Dieu agit de manière surnaturelle à travers un individu. Parfois, les gens ont
tendance à diviniser les personnes que Dieu utilise, en les mettant sur un piédestal. Par
exemple, lorsque Paul a administré la guérison au boiteux de Lystre, la réaction de la foule
a été extrême !

189
Quand la foule a vu ce que Paul avait fait, ils ont crié dans leur dialecte local : «
Ces hommes sont des dieux sous forme humaine ! Ils décidèrent que Barnabas
était le dieu grec Zeus et que Paul était Hermès, puisqu'il était le principal
orateur. Maintenant, le temple de Zeus était situé juste à l'extérieur de la ville.
Alors le prêtre du temple et la foule apportèrent des taureaux et des couronnes de
fleurs aux portes de la ville, et ils se préparèrent à offrir des sacrifices aux apôtres
(Actes 14:11-13 NLT).

Nous pouvons regarder cela aujourd'hui et penser à quel point ces païens étaient
stupides ; mais en réalité, les gens d'aujourd'hui sont toujours prompts à adorer les
célébrités et à mettre les gens sur des piédestaux. Les enfants de Dieu ne devraient jamais
faire cela, et les serviteurs de Dieu ne devraient jamais laisser cela se faire. Dieu ne nous a
pas placés ici pour recevoir l'adulation des autres, et nous ne devrions pas non plus élever
indûment les autres à cause des dons que Dieu peut leur avoir donnés, ou à cause de la
façon dont Dieu travaille à travers eux.
Lorsque Paul et Barnabas ont réalisé qu'ils étaient perçus comme des dieux, ils ont
immédiatement remis les pendules à l'heure. Ils leur ont dit : « Nous ne sommes que des
êtres humains, tout comme vous ! (Actes 14:15 NLT). Il est bon et juste d'honorer les chefs
spirituels, et en fait nous devrions traiter tout le monde avec honneur et respect, mais nous
ne devrions jamais considérer les autres comme supérieurs ou infaillibles. Il est vrai que
Dieu peut utiliser une personne, travaillant à travers elle, pour apporter la guérison ou
d'autres types de bénédiction aux autres, mais ce n'est pas bon pour quiconque est
impliqué lorsque nous pensons aux autres plus haut que nous ne le devrions.

N'abusez pas d'un « point de contact »


Parfois, le terme « point de contact » est utilisé pour décrire quand l'imposition des
mains ou l'onction d'huile est utilisée pour administrer la guérison. Il est important de se
rappeler, cependant, que ce ne sont pas les mains ou l'huile qui guérissent – Dieu guérit. Si
les gens ne font pas attention, ils peuvent transformer quelque chose que Dieu a ordonné
pour être un point de contact pour la libération de leur foi en quelque chose qui frise, ou
devient réellement, idolâtre.
Une bonne illustration de cela se trouve dans l'Ancien Testament lorsque les enfants
d'Israël subissaient des morsures de serpents venimeux dans le désert. Le peuple cria à
Moïse, et Moïse cria à Dieu. Suivant les instructions de Dieu, « Moïse fit un serpent d'airain
et le mit sur une perche ; et il en fut ainsi, si un serpent avait mordu quelqu'un, quand il
regardait le serpent d'airain, il vivait » (Nombres 21:9). La perche ou le serpent d'airain
n'ont guéri personne ; c'était plutôt Dieu qui guérissait les gens alors qu'ils regardaient
avec foi selon les instructions de Dieu. Ce fut un processus si efficace que Jésus Lui-même a
utilisé cette histoire comme un type de Son œuvre rédemptrice : « Et comme Moïse éleva le
serpent dans le désert, de même le Fils de l'homme doit être élevé, afin que quiconque croit
en Lui ne périssent mais ont la vie éternelle » (Jean 3:14-15).
Ce que Dieu a dit et fait était bon, et c'était une bénédiction pour le peuple. Au début, les
gens ont répondu de manière appropriée et ont simplement obéi à Dieu, mais avec le

190
temps, un état d'esprit corrompu et idolâtre s'est installé. Le serpent d'airain n'était censé
être qu'un symbole ; Dieu lui-même devait être l'objet et la base de la foi du peuple. Au fil
du temps, le peuple a transformé le serpent d'airain sur le poteau en une idole. Son objectif
initial avait été perverti et déformé, et le roi Ézéchias l'a détruit avec d'autres objets
idolâtres.

De l'avis de Dieu, c'était un bon roi ; il s'est tenu aux normes de son ancêtre David.
Il s'est débarrassé des sanctuaires de fertilité locaux, a détruit les monuments de
pierre phallique et a abattu les bosquets d'Asherah consacrés au sexe et à la
religion. Comme un coup final, il pulvérisa l'ancien serpent de bronze que Moïse
avait fait ; à ce moment-là, les Israélites avaient adopté la pratique de lui sacrifier
- ils l'avaient même honoré d'un nom, Nehushtan (Le Vieux Serpent) (2 Rois 18:3-
4 Le Message).

Il semble étonnant que le serpent de bronze fabriqué par Moïse – sur la direction de
Dieu – ait été répertorié parmi les images idolâtres du peuple païen ; mais malgré son
origine pieuse, il était devenu un objet de dévotion idolâtre. Tout ce que Dieu donne est
bon, mais cela ne veut pas dire que les gens ne le détourneront pas de son objectif initial.
Les points de contact donnés par Dieu, tels que l'imposition des mains ou l'onction d'huile
sont bons, mais rappelez-vous toujours de regarder à travers le point de contact, pas vers le
point de contact – regardez toujours vers Jésus.

Ne limitez pas Dieu


Peut-être que Jésus a utilisé différentes méthodes pour administrer la guérison afin que
les gens se tournent davantage vers lui que vers un mode de fonctionnement spécifique.
Parfois Jésus imposait les mains aux gens, mais parfois non. Parfois, il prononçait des
paroles de guérison aux gens, et dans d'autres situations, la guérison semble avoir été
activée par la foi de celui qui l'a reçue. Parfois, Jésus chassait les démons des gens, et dans
d'autres cas, il réprimandait la maladie. Quelques fois, Jésus a utilisé de la salive, et une fois,
il a même utilisé de la boue pour guérir.
Dans d'autres situations, Jésus a demandé aux gens d'agir, de faire quelque chose qui a
déclenché leur guérison. Parfois, il y avait une combinaison de méthodes utilisées. L'église
dans le livre des Actes, de même, a utilisé différentes méthodes. Parfois le nom de Jésus
était utilisé, et parfois la prière précédait le miracle comme dans le cas de la résurrection de
Dorcas et de la guérison du père de Publius. L'onction d'huile était également prescrite. Des
guérisons uniques se produisirent à travers l'ombre de Pierre (Actes 5:15) et à travers des
vêtements portés du corps de Paul (Actes 19:11-12).
Bien que la guérison puisse provenir de différentes méthodes, il est important de
toujours se tourner vers Dieu et de ne pas devenir obsédé ou marié à une méthode
particulière. Dans l'Ancien Testament, Naaman, un chef militaire syrien qui cherchait à
guérir de la lèpre, était furieux quand Elisée lui a dit d'aller se baigner sept fois dans le
Jourdain (2 Rois 5:1-14). Il s'était attendu à ce qu'Elisée agite sa main sur lui.
Heureusement, après que Naaman ait surmonté sa colère et écouté de bons conseils, il a

191
obéi à Elisée et a été guéri. Cela me fait me demander combien de personnes ont peut-être
manqué de recevoir une bénédiction de Dieu parce qu'elles avaient une idée préconçue sur
la façon dont Dieu était censé les servir.

Quand Jésus a dit « non » aux miracles


Certains semblent avoir l'idée que Jésus était toujours désireux d'accomplir des
miracles pour prouver sa divinité, mais il n'était pas un magicien qui faisait des tours à la
demande. Après avoir nourri les 4000, des religieux sont venus le tester :

Lorsque les pharisiens apprirent que Jésus était arrivé, ils vinrent et
commencèrent à discuter avec lui. Le testant, ils ont exigé qu'il leur montre un
signe miraculeux du ciel pour prouver son autorité. Quand il entendit cela, il
soupira profondément dans son esprit et dit : « Pourquoi ces gens continuent-ils à
exiger un signe miraculeux ? Je vous dis la vérité, je ne donnerai pas à cette
génération un tel signe. » Alors il est remonté dans le bateau et les a laissés, et il a
traversé de l'autre côté du lac (Marc 8:11-13 NLT)

Dans le récit de Matthieu à ce sujet, Jésus dit avant de s'éloigner d'eux : « Seule une
génération méchante et adultère exigerait un signe miraculeux, mais le seul signe que je
leur donnerai est le signe du prophète Jonas » (Matthieu 16 :4 NLT) .
Jésus a refusé de faire des miracles lorsque le diable le tentait (Matthieu 4:1-10), et il a
également refusé de se sauver de la crucifixion (Matthieu 26:53 ; 27:40). À différents
moments, Jésus a fait un travail miraculeux et a ensuite demandé au destinataire de n'en
parler à personne. Une fois, Jésus est entré dans une région où il y avait une multitude de
personnes malades, et Il n'a guéri qu'une seule personne, puis s'est éloigné. Cela s'est passé
à la piscine de Bethesda où il y avait « une grande multitude de malades, aveugles, boiteux,
paralysés », et Jésus a guéri un homme, un boiteux, puis « Jésus s'était retiré, une multitude
étant à cet endroit » ( Jean 5:3,13).
Nous ne connaissons pas la raison exacte pour laquelle Jésus a tout fait comme il l'a fait,
mais il n'a pas exploité le miraculeux pour obtenir un maximum de publicité. Il était
conduit par le Saint-Esprit, motivé par la compassion et accomplissait la volonté du Père en
tout.
Dans un cas, nous savons exactement pourquoi aucun miracle ne s'est produit. Lorsqu'il
prêchait dans sa ville natale de Nazareth, les gens étaient offensés contre lui parce qu'ils le
connaissaient depuis l'enfance et connaissaient sa famille (Marc 6:1-6). Ils ne pouvaient pas
imaginer comment quelqu'un « local » pouvait être l'Oint.

Et à cause de leur incrédulité, il ne pouvait faire aucun miracle parmi eux, sauf de
placer ses mains sur quelques malades et de les guérir. Et il était étonné de leur
incrédulité. Ensuite, Jésus est allé de village en village, enseignant le peuple (Marc
6:5-6 NLT).

192
Il est important de garder les miracles dans leur juste perspective. Ils étaient une partie
importante du ministère de Jésus, mais ils n'étaient pas son objectif principal en venant sur
la terre. Il est venu « pour chercher et sauver ceux qui sont perdus » (Luc 19:10 NLT) et
pour mourir pour les péchés du monde et pour réconcilier l'humanité avec Dieu.
Alors qu'il faisait face à la croix, Jésus déclare : « Maintenant, mon âme est
profondément troublée. Dois-je prier : « Père, sauve-moi de cette heure » ? Mais c'est la
raison même pour laquelle je suis venu ! (Jean 12:27 NLT). Plus tôt dans l'Évangile de Jean,
Jésus enseigne : « les œuvres que le Père m'a confiées pour achever, les œuvres mêmes que
je fais, rendent témoignage de moi, que le Père m'a envoyé » (Jean 5:36). Les miracles que
Jésus a accomplis alors, et les miracles accomplis maintenant sont importants ; Je n'essaie
pas de les minimiser. Ils expriment l'amour du Père et ils témoignent de Jésus et de son
évangile. Cependant, il est important de ne jamais faire ce qu'Il fait plus important que qui
Il est.

Ne faites pas des manifestations physiques le but du ministère


Par rapport aux récentes effusions du Saint-Esprit, certains ont supposé que les
expressions extérieures sont quelque chose de nouveau. Cependant, une étude de l'histoire
du réveil, en particulier au cours des derniers siècles, indique que les manifestations
physiques pendant les périodes de réveil ne sont pas du tout nouvelles. Au cours des
derniers siècles, les gens ont répondu à la présence de Dieu de plusieurs manières :
tombant sous le pouvoir ; trembler ou trembler; secousses; rire saint; danse spontanée,
saut, course; crier, pleurer pleurer; visions et/ou tomber en transes, etc.
Bien que tous les réveils n'aient pas été accompagnés de ces types de manifestations
physiques, certains l'ont certainement été, le réveil de Cane Ridge qui a commencé en 1800
étant l'un des plus notables. Le célèbre historien Vinson Synan écrit sur les événements de
ces réunions du Kentucky auxquelles ont peut-être assisté jusqu'à 25 000 personnes :

Leur «hystérie divine» comprenait des phénomènes tels que la chute, les
aboiements saccadés comme des chiens, la chute en transes, le «rire sacré» et
des danses sauvages telles que David exécutait devant l'Arche du Seigneur.
Peter Cartwright a rapporté qu'au cours d'un service, il en a vu cinq cents
saccadés à la fois. Dans certains services, des congrégations entières étaient
saisies par le « rire sacré », une extase qui pouvait difficilement être contrôlée.5

Towns et Porter notent que « le réveil de Cane Ridge a introduit l'élément de crier dans
les réunions de réveil, de sorte que beaucoup ont été appelés « méthodistes criants ».6
Comme on pouvait s'y attendre, les manifestations physiques dans le réveil et les
services religieux ont souvent été une source de controverse et d'opinions divergentes.
Certains ont dénoncé de manière cinglante toutes les expressions telles que charnelles ou
démoniaques, les jugeant totalement inappropriées. D'autres embrassent totalement toutes
ces manifestations, les considérant comme le signe suprême de la présence et de la
bénédiction de Dieu. D'autres encore croient que de telles expressions peuvent être valides
et authentiques, mais demandent discernement et sagesse.

193
Il n'est pas rare d'entendre des défenseurs des manifestations physiques faire appel à
l'exhortation de Paul de « ne pas éteindre l'Esprit » (1 Thessaloniciens 5:19). Pendant ce
temps, les détracteurs citent également le même apôtre qui écrit : « Que toutes choses se
fassent décemment et avec ordre » (1 Corinthiens 14 :40). Certes, il y a de la vérité et de la
sagesse dans ces deux passages, mais où est l'équilibre ? Elmer Towns, un grand étudiant
de l'histoire du réveil, donne les conseils judicieux suivants :

Premièrement, ne cherchez pas les signes extraordinaires du réveil, car ces


expressions inhabituelles ne sont pas le but du réveil. Deuxièmement, ne
mesurez pas le succès d'un réveil par le nombre ou l'intensité de signes
extraordinaires ; si vous le faites, vous manquerez tout le but d'un réveil.
Troisièmement, cherchez le Seigneur, car c'est lui qui ravive nos cœurs.
Mesurer un réveil par Dieu lui-même. Dieu est-il présent ? Concentrez-vous sur
ce qu'il fait, pas sur ce que font les gens. Qu'est-ce que Dieu a accompli ?
Certains voient le réveil comme une fin en soi, plutôt qu'une opportunité de
connaître Dieu. Lorsque des expériences extraordinaires deviennent le but, les
réveils deviennent inclusifs et sectaires, prenant parfois même des traits
cultuels ou occultes. Depuis les jours de la Pentecôte, il n'y a aucune trace de
l'œuvre soudaine et directe de l'Esprit de Dieu sur les âmes des hommes qui
n'ait été accompagnée d'événements plus ou moins anormaux. Il est, en effet, à
la réflexion, tout naturel qu'il en soit ainsi. Nous ne pouvons pas nous attendre
à un afflux anormal de lumière et de puissance divines, affectant si
profondément les émotions et changeant la vie des hommes, sans des résultats
remarquables. Autant s'attendre à ce qu'un ouragan, un tremblement de terre
ou une inondation ne laisse rien d'anormal dans son cours, que d'attendre un
véritable Réveil qui ne s'accompagne pas d'événements tout à fait hors de notre
expérience ordinaire.7

Ceux qui critiquent les manifestations physiques feraient bien de se rappeler que les
gens ont des personnalités et des antécédents très différents. Une personne conservatrice
et réservée peut porter un jugement sur une personne très expressive, ne comprenant pas
les batailles et les défis auxquels cette personne a été confrontée ou la joie qu'elle éprouve
maintenant. Les personnes qui ont été délivrées d'une maladie grave ou d'un esclavage
tourmentant peuvent simplement être plus enthousiastes dans leurs éloges que les autres.
Le boiteux à la Belle Porte a répondu à sa guérison en « marchant, sautant et louant Dieu »
(Actes 3:8). Au lieu de condamner une telle personne pour être « émotive », il semblerait
que la réponse la plus pieuse serait de « se réjouir avec ceux qui se réjouissent » (Romains
12 :15).
Parfois, les gens ont mal jugé un individu alors que Dieu accomplissait une œuvre très
spéciale dans sa vie et dans son cœur. Considérez le cas d'Anne, priant à l'entrée du
Tabernacle, alors qu'elle était au milieu d'un temps très sacré avec le Seigneur.

Alors qu'elle priait le Seigneur, Eli la regarda. Voyant ses lèvres bouger mais
n'entendant aucun son, il pensa qu'elle avait bu. « Devez-vous venir ici ivre ? » il a

194
ordonné. « Jetez votre vin ! » « Oh non, monsieur ! » elle répondit. « Je n'ai pas bu
de vin ni rien de plus fort. Mais je suis très découragée, et j'épanchais mon cœur
vers le Seigneur. Ne pensez pas que je suis une méchante femme ! Car j'ai prié avec
une grande angoisse et un grand chagrin. « Dans ce cas, dit Eli, va en paix ! Que le
Dieu d'Israël exauce la demande que vous lui avez demandée » (1 Samuel 1:12-17
NLT).

Eli, le grand prêtre, était le religieux « expert » dans ce scénario, et pourtant il a


totalement méconnu ce qui se passait. Il ne parvint pas à reconnaître à quel point Dieu était
en train de bouger en ce moment. La même chose est vraie lorsque les gens ont dit à
Bartimée de se taire parce qu'il criait que Jésus le guérisse (Marc 10:46-52). Parfois, nous
jugeons à tort les actions d'une autre personne parce que nous ne comprenons pas ses
batailles ou ses victoires.
Les Écritures enseignent qu'il y a différents moments et saisons dans la vie (Ecclésiaste
3 :1-8), et il va de soi que les gens auront différentes expressions extérieures à différents
moments. Il est également bon de garder à l'esprit que le Saint-Esprit n'agit pas toujours de
la même manière. La toute fin du Psaume 46 et le tout début du Psaume 47 révèlent ceci :

Soyez tranquille et sachez que je suis Dieu… (Psaume 46 :10).


Oh, tapez dans vos mains, vous tous, peuples ! Criez à Dieu avec la voix du
triomphe ! (Psaume 47:1).

J'ai été dans des services où régnait une atmosphère de fête et de joie ; J'ai également
été dans des services où les gens étaient assis dans la crainte et le silence devant la
présence de Dieu. Les deux ont été une grande bénédiction pour toutes les personnes
présentes.
Kenneth E. Hagin décrit l'un de ces services « Tais-toi et connaisse », où la sainte
présence de Dieu a été puissamment expérimentée :

Le Saint-Esprit est donc entré dans la pièce et l'a remplie de Sa Présence que
personne n'a bougé, personne n'a dit un mot. Vous aviez peur de bouger ou de
parler parce qu'une sainte crainte s'emparait de la foule. Nous n'avions pas de
garderie. Les bébés étaient dans les bras de leur mère ou endormis par terre ou
sur un banc. Les petits enfants étaient assis à côté de leurs mères. Pourtant,
alors que nous étions assis dans un silence total pendant une heure et demie,
pas un bébé n'a pleuré, pas un enfant n'a bougé. La Présence de Dieu
remplissait Son Temple. Ohhh ! Vous portez cette Présence avec vous pendant
des mois et des mois.8

Hagin continue à partager que dans l'un de ces types de services, un homme non sauvé
est entré et, après s'être assis dans cette atmosphère pendant une période de temps, a
commencé à trembler sous la puissance de Dieu, s'est dirigé vers l'autel et a rendu son vie
au Seigneur Jésus. Il avait entendu l'Évangile à d'autres moments, mais la puissance et la

195
présence du Saint-Esprit dans cette atmosphère sainte l'ont convaincu et l'ont attiré vers le
Sauveur.
D. Martyn Lloyd-Jones (1899-1981) était un médecin devenu pasteur qui a été ministre
de la Westminster Chapel à Londres pendant près de trente ans. Cent ans après le réveil
britannique de 1859, il prêcha une série de messages commémorant cet événement. Il
déclare qu'il y a des exceptions mais note qu'il y a fréquemment des réactions
émotionnelles et d'autres phénomènes qui se produisent pendant les réveils. Il affirme : «
Le phénomène ne doit pas être recherché, il ne faut pas les encourager, ils ne doivent pas
être vantés. »9
Lloyd-Jones reconnaît que des contrefaçons pourraient apparaître mais explique qu'« il
n'y a rien de plus stupide ou ridicule que de rejeter le tout, à cause d'une très petite partie
».dix Après avoir discuté de nombreux aspects et ramifications des réveils et des
manifestations qui les accompagnent parfois, il écrit :

Nous ne devons pas rechercher des phénomènes et des expériences


étranges. Ce que nous devons rechercher, c'est la manifestation de la gloire de
Dieu, de sa puissance et de sa puissance. Ce que nous devons rechercher, c'est
le réveil. Et quand cela arrivera, il sera si étonnant que des choses étranges et
inhabituelles puissent se produire, mais nous saurons toujours que Dieu se
déplace parmi nous, et nous serons prêts à identifier et à retenir le faux, le faux,
et en fait tout ce qui appartient à le mauvais esprit. Quiconque essaie d'élaborer
des phénomènes est un outil du diable et se met dans la position du psychique
et du psychologique. Non, nous ne devons pas nous concentrer sur ces choses. Il
faut laisser à Dieu, dans sa souveraine sagesse, le soin de décider d'accorder ou
non ces concomitants occasionnels. Il ne devrait y avoir aucune difficulté à
distinguer entre l'œuvre de l'Esprit et l'œuvre des hommes fanatiques, le travail
de ces forces et pouvoirs invisibles, ou le travail du Diable lui-même. Faisons
donc attention de ne pas éteindre l'Esprit, et gardons nos yeux fixés sur la
gloire de Dieu, et l'effusion de son Saint-Esprit sur nous.11

Voici quelques réflexions relatives aux manifestations physiques :



Ne faites pas des manifestations ou du manque de manifestations l'objectif
principal. Faites de Jésus et de la Parole de Dieu la chose principale. Je connais
un pasteur qui a prié pour une douzaine de personnes ou plus dans une ligne
de guérison. Tout le monde « est tombé » sauf un. La seule personne qui n'est
pas « tombée sous le pouvoir » a été guérie ; personne d'autre ne l'était. La foi
est ce qui est important, pas si une personne tombe ou non.

Ne vous comparez pas ou ne comparez pas votre expérience avec les autres. Il
est impressionnant de lire les expériences dynamiques que des gens comme
Finney (un sentiment comme de l'électricité, des vagues et des vagues d'amour
liquide) et Moody (avoir à demander à Dieu de retenir sa main de peur qu'il ne

196
meure de joie) ont eu en recevant le remplissage du Esprit Saint. C'est
formidable si vous « ressentez » quelque chose au cours de votre voyage
spirituel, mais rappelez-vous que marcher avec Dieu n'est pas une question de
sentiments. Il s'agit de la foi. Vous n'avez pas besoin de vous sentir
spirituellement inférieur si vous n'avez pas une expérience aussi dramatique
que quelqu'un d'autre. La spiritualité ne concerne pas le nombre de chair de
poule que vous pouvez ressentir.

Le Saint-Esprit Lui-même est parfait, mais les manifestations physiques sont
traitées à travers la chair lorsqu'une personne répond à la présence de Dieu.
Les actions extérieures peuvent refléter la propre personnalité d'un individu
ou même des comportements appris qui reflètent la façon dont il pense que
l'on est censé agir dans un environnement chargé de l'Esprit.

La sincérité et la spontanéité de l'adorateur est la clé. Les gens ne devraient
jamais être poussés, mis sous pression, excités ou manipulés pour qu'ils
agissent d'une certaine manière pour prouver qu'ils sont spirituels. Certaines
manifestations physiques peuvent être « mises » ou les gens peuvent agir de
certaines manières en raison de suggestions répétées. Certains peuvent agir de
certaines manières pour attirer l'attention des autres.

Les vérités énoncées dans 1 Corinthiens 14 ont une application plus large que
simplement avec les langues, l'interprétation et la prophétie. Le principe
général est que tout ce qui se passe dans un rassemblement de croyants doit
être fait décemment et dans l'ordre (1 Corinthiens 14:40) et doit être fait pour
édifier le corps entier (1 Corinthiens 14:12). Ce qui pourrait être approprié à
un moment donné ou dans un certain type de service pourrait ne pas l'être à
un autre moment ou dans un type de service différent.

Le discernement et la sagesse sont importants. Jean enseigne : « Bien-aimés, ne
croyez pas à tout esprit, mais testez les esprits, s'ils sont de Dieu ; car beaucoup
de faux prophètes sont sortis dans le monde » (1 Jean 4:1). L'Esprit de Dieu
peut provoquer beaucoup de choses, mais la chair et même les esprits religieux
peuvent également motiver certains comportements. Il est important de se
rappeler que « Dieu n'est pas l'auteur de la confusion mais de la paix, comme
dans toutes les églises des saints » (1 Corinthiens 14 :33).

Si la conduite de quelqu'un perturbe et distrait les autres, elle est irrecevable.
L'autorité de ceux qui dirigent un service religieux doit être respectée. Une
personne présente ne doit pas essayer d'imposer son ordre du jour à la
réunion contre le consentement des dirigeants, même si la personne prétend
que « Le Seigneur me conduit ».

197

Ne confondez jamais l'effet d'un mouvement de l'Esprit avec le but d'un
mouvement de l'Esprit. Les gens peuvent agir de diverses manières (ou non)
lorsqu'ils sentent la présence de Dieu, mais le véritable but de Dieu pour la vie
de la personne est-il en train d'être accompli ? Quelqu'un a dit : « Peu importe à
quelle hauteur les gens sautent dans l'église s'ils ne peuvent pas marcher droit
lorsqu'ils atterrissent. Lorsque nos vies sont vraiment touchées par Dieu, le
résultat final devrait être que nous l'aimons davantage ainsi que les autres, et
nous finissons par vivre comme des disciples dévoués du Seigneur Jésus-
Christ.

Historiquement, les manifestations physiques dans les mouvements sont
généralement plus importantes au début des réveils et ont tendance à
s'estomper avec le temps. Lloyd-Jones déclare que « les phénomènes ont
tendance à disparaître à mesure que le renouveau se poursuit ». 12Les ministres
sages reconnaissent qu'il y a des cycles et des saisons de réveil et restent
concentrés sur les priorités bibliques qui sont fondamentales et nécessaires à
chaque saison, comme prêcher l'évangile, enseigner la Parole, atteindre les
perdus et faire des disciples. Ceux-ci ne sont jamais obsolètes et devraient
toujours être le pilier de chaque mouvement, et non des manifestations
physiques qui peuvent aller et venir.
Une bonne règle de base est de toujours se spécialiser dans les majors. Concentrez votre
attention sur les principaux thèmes des Écritures. Exalte Jésus. Aimez et atteignez les
perdus. Enseignez la Parole. Faites des disciples.

Ne négligez pas les domaines vitaux du ministère


Lorsque l'Esprit de Dieu se déplace dans une saison de réveil, il est normal que les gens
soient excités à ce sujet. Certains deviennent tellement amoureux des éléments surnaturels
à un moment qu'ils peuvent oublier ou négliger les autres aspects importants d'un
ministère réussi ou de la vie chrétienne. Au cours des quatre dernières décennies de
ministère, j'ai observé que ceux qui réussissent bien dans le ministère opèrent par une
combinaison ou un mélange de grâces et de capacités. Je n'ai jamais vu personne prospérer
et être fructueux dans le ministère sur le long terme simplement parce qu'il avait un fort
don spirituel.
Certains ont connu une première saison de succès en raison d'un certain don, mais de
faibles compétences relationnelles, un manque de sens des affaires, un désarroi
organisationnel ou un vide dans le domaine du caractère pieux et de la sainteté finissent
par saper leur efficacité et leur influence. Les gens ne devraient pas s'attendre à ce que le
miraculeux réussisse s'ils ne marchent pas avec honnêteté et intégrité ou ne font pas
preuve d'une bonne éthique ou ne font pas preuve de sagesse. Le surnaturel n'est pas une
excuse – les croyants doivent se préparer, être diligents et responsables dans les affaires de
la vie.

198
Notes de fin
1.
Gordon Lindsay, The Charismatic Ministry (Dallas, Texas : Christ for the Nations, 2013), 73.
2.
Kenneth E. Hagin, The Midas Touch (Tulsa, OK : Faith Library Publications, www.rhema.org, 2001), loc.
1476, Kindle.
3.
Ibid., loc. 1485, Kindle.
4.
Ibid., loc. 1493, Kindle.
5.
Synane,La Tradition de la Sainteté-Pentecôte, loc. 167, Kindle.
6.
Towns and Porter, Les dix plus grands réveils de tous les temps, loc. 79, Kindle.
7.
Ibid., loc. 7, Kindle.
8.
Hagin,Plans, objectifs et poursuites, 46.
9.
Martyn Lloyd-Jones, Revival (Wheaton, Illinois : Crossway, 1987), loc. 2684, Kindle.
dix.
Ibid., loc. 2699, Kindle.
11.
Ibid., loc. 2706, Kindle.
12.
Ibid., loc. 2684, Kindle.

199
CHAPITRE 17 :

QUAND LE MIRACULEUX NE SE PRODUIT PAS

Réjouis-toi avec ceux qui se réjouissent, et pleure avec ceux qui pleurent.
–Apôtre Paul, Romains 12:15

Nous aimons les miracles et nous nous réjouissons quand ils se produisent. Cependant,
quiconque a vécu très longtemps a également vu des situations où un miracle souhaité ne
se produit pas. Dans de tels moments, la foi d'une personne peut être sérieusement remise
en cause. Dans Hébreux 11 :1-35, nous lisons une liste exceptionnelle de héros de la foi qui
ont accompli de grands exploits pour Dieu et ont connu de grandes victoires, délivrances et
résultats de Dieu. Nous célébrons chacun de ces grands témoignages ! Il est cependant
important de continuer à lire les versets suivants.

… D'autres ont été torturés, n'acceptant pas la délivrance, afin d'obtenir une
meilleure résurrection. D'autres encore ont été jugés pour moqueries et
flagellations, oui, et de chaînes et d'emprisonnement. Ils ont été lapidés, ils ont été
sciés en deux, ont été tentés, ont été tués par l'épée. Ils erraient en peaux de
mouton et de chèvre, étant démunis, affligés, tourmentés, dont le monde n'était
pas digne. Ils erraient dans les déserts et les montagnes, dans les tanières et les
grottes de la terre. Et tous ceux-ci, ayant obtenu un bon témoignage par la foi,
n'ont pas reçu la promesse, Dieu ayant prévu quelque chose de mieux pour nous,
qu'ils ne devraient pas être rendus parfaits sans nous (Hébreux 11:35-40).

Cela ne ressemble pas au genre de résultats que la plupart des gens souhaitent, et
pourtant ces personnes « ont obtenu un bon témoignage par la foi !
Le pasteur Gerald Brooks identifie trois types de foi dans Hébreux 11 :

Foi triomphante : Foi qui entraîne un changement de circonstances

La foi transformationnelle : la foi qui change la personne

Foi transcendante : Foi qui fait confiance à Dieu malgré les circonstances
négatives
Brooks suggère que 90 pour cent de l'enseignement sur la foi appartient à la première
catégorie : le genre de foi qui change un problème. Alors que cette foi est l'un des trois
types de foi mentionnés dans Hébreux 11, Brooks affirme :

200
Nous devons avoir une foi plus grande que la vie. Notre foi ne peut pas être
superficielle ou circonstancielle. Notre foi doit être plus grande qu'aujourd'hui
et plus grande que demain. Notre foi doit être plus grande que toutes les
circonstances auxquelles nous sommes confrontés. La foi concerne plus le ciel
que la terre. Notre foi nous emmène au-delà de cette planète.1

En tant qu'êtres humains, nous désirons naturellement toujours avoir des résultats
positifs, mais au cours de la vie de la plupart des gens, il est essentiel d'apprendre à faire
confiance à Dieu et à recevoir sa grâce même lorsque, parfois, les circonstances ne se
déroulent pas comme nous le souhaitons.
Il y a un grand miracle enregistré dans le livre des Actes lorsque Pierre est
surnaturellement délivré de prison. Actes 12:5 déclare que « une prière constante a été
offerte à Dieu pour lui par l'église » et les versets suivants décrivent Dieu envoyant un ange
pour l'escorter personnellement hors de prison. Nous apprenons même que les chaînes de
Pierre tombèrent miraculeusement de ses mains et que la porte de la prison s'ouvrit
surnaturellement (Actes 12.5-10). Bien sûr, les saints se sont beaucoup réjouis lorsque
Pierre s'est présenté à la maison de Marie, la mère de Jean-Marc, où les saints étaient
occupés à prier pour Pierre.
Nous aimons présenter ce genre de miracles exceptionnels ! Ils font de grands
témoignages, et ils sont présentés dans les bulletins du ministère et dans les émissions du
ministère. Mais il est intéressant de noter que juste avant que Luc n'enregistre
l'accouchement miraculeux de Pierre, qui couvre quatorze versets, il déclare dans un verset
singulier et solitaire : « Puis il [Hérode] tua par l'épée Jacques le frère de Jean » (Actes
12 :2).
Considérez le contraste ici. Beaucoup de détails sont donnés à la délivrance de Pierre.
Nous voyons les saints prier avec ferveur, l'ange sauveteur en mission, et l'étonnement et
l'émerveillement des croyants. Et pourtant, avec James, nous obtenons une phrase dure et
unique déclarant qu'Hérode l'a tué. Aucune amplification et aucune élaboration. Il n'y a
même pas de déclaration au sujet de l'église pleurant la perte de l'un des trois principaux
disciples de Jésus. Il n'y a aucune mention de ce que son frère Jean, le disciple bien-aimé, a
ressenti ou de la façon dont ses parents, Zébédée et Salomé, ont géré la mort de leur fils.
Lorsque Etienne a été lapidé à mort plus tôt dans le livre des Actes, nous lisons que «
Des hommes pieux sont venus et ont enterré Etienne avec un grand deuil » (Actes 8:2 NLT),
donc Luc a enregistré un hommage dans cette situation.
Je ne reproche certainement pas à Luke d'avoir apparemment précipité un événement
aussi important que la mort de James, mais je me demande s'il était si enthousiaste à l'idée
de transmettre les détails de la délivrance miraculeuse de Peter qu'il mentionne à peine la
mort de James. Paul enseigne aux croyants à « se réjouir avec ceux qui se réjouissent et
pleurer avec ceux qui pleurent » (Romains 12 :15). Je veux croire que l'église était
compatissante et sensible, et qu'elle pleurait avec la famille de Jacques autant qu'elle se
réjouissait de la délivrance miraculeuse de Pierre. Le fait que Luke ne l'enregistre pas ne
signifie certainement pas que cela ne s'est pas produit.

201
C'est peut-être les nombreuses années que j'ai passées dans le ministère pastoral, mais
je me suis parfois demandé comment Jean et ses parents ont pu se sentir quand tout le
monde célébrait et se réjouissait de la délivrance de Pierre de la mort. Je suis certain qu'ils
étaient reconnaissants, mais auraient-ils pu se demander pourquoi ce même ange ne s'était
pas montré pour sauver leur fils et leur frère ? Nos détails concernant l'histoire et la
dynamique environnante sont limités, mais John ou ses parents ont-ils dû faire face à l'un
des types de pensées tourmentantes suivants ?

Dieu n'aimait-il pas Jacques autant qu'il aimait Pierre ?

Quand nous avons prié pour que Jacques soit délivré, n'avions-nous pas assez
de foi ?

La communauté des croyants se souciait davantage et priait plus diligemment
pour Pierre que pour Jacques.
En plus de faire face à la mort d'un être cher, les membres survivants de la famille
doivent parfois faire face à des pensées troublantes qui peuvent peut-être les inciter à
remettre en question l'amour de Dieu, sa bonté ou leur propre foi. Il est important de se
rappeler que le Saint-Esprit n'accomplit pas seulement des miracles, il réconforte
également ceux qui ont le cœur brisé.
La foi exige que nous ayons confiance en Dieu, mais l'humilité exige que nous
reconnaissions que nous ne sommes pas omniscients ; on ne sait pas tout. Paul s'inclut
lorsqu'il écrit : « Maintenant, notre connaissance est partielle et incomplète » (1
Corinthiens 13 : 9 NLT). Si nous voulons bien réussir dans la vie, nous devons accepter la
réalité qu'il y a des choses que nous ne comprenons pas et que nous ne comprenons peut-
être pas de ce côté du paradis. Je crois que c'est pourquoi Proverbes 3:5 nous dit que nous
devons faire confiance au Seigneur de tout notre cœur et ne pas nous appuyer sur notre
propre compréhension. Notre compréhension est limitée et ne peut nous mener que
jusqu'à un certain point, mais lorsque nous connaissons le caractère et la bonté de Dieu,
nous pouvons lui faire confiance au-delà des limites de nos esprits limités et de nos
tentatives pour tout comprendre.
Jésus a été puissamment oint par le Saint-Esprit et a accompli de nombreux miracles, et
pourtant, même Il a connu le chagrin et la déception. Il a été personnellement touché
lorsque le roi Hérode a exécuté de manière insensée et cruelle le propre cousin de Jésus,
Jean-Baptiste. Quand Jésus a appris la mort de Jean, il a voulu être seul. Nous ne pouvons
qu'imaginer ce que Jésus a ressenti, mais nous savons qu'il a expérimenté tout le spectre
des émotions tout au long de sa vie. Après tout, Jésus a été fait comme nous à tous égards et
a été tenté comme nous à tous égards, sauf qu'il était sans péché (Hébreux 2:17 ; 4:15). Le
récit de Matthieu de Jésus apprenant la mort de son cousin est des plus perspicaces :

Dès que Jésus a appris la nouvelle, il est parti en bateau vers une région éloignée
pour être seul. Mais les foules ont entendu où il se dirigeait et ont suivi à pied
depuis de nombreuses villes. Jésus a vu la foule immense alors qu'il descendait du

202
bateau, et il a eu compassion d'eux et a guéri leurs malades (Matthieu 14:13-14
NLT).

Jésus a eu une réaction compréhensible : il voulait être seul. Mais ce qu'Il a fait ensuite
est remarquable ! Il a vu des gens dans le besoin et Il a commencé à les guérir.
Jésus n'a pas abandonné ou détourné de la puissance surnaturelle et miraculeuse de
Dieu à cause d'une déception importante. Sa compassion l'a non seulement conduit à guérir
les malades, mais il a également nourri cinq mille personnes – un autre miracle (Matthieu
14 :15-21). La leçon ici est que nous ne devrions pas permettre à une déception de nous
empêcher de rechercher la compassion et la puissance de Dieu à se manifester à l'avenir.
Paul a connu de nombreux événements surnaturels et miraculeux dans sa vie et son
ministère. Considérez les événements dynamiques vécus par Paul :

Rencontre avec Jésus ressuscité sur la route de Damas (Actes 9 :3-18)

Elymas le sorcier est aveuglé en s'opposant à l'évangile (Actes 13:11-12)

Miracles à Iconium (Actes 14:3)

Le boiteux guéri à Lystre (Actes 14:8-10)

La jeune esclave accouchée à Philippes (Actes 16 :16-18)

Un tremblement de terre ouvre la prison de Philippes (Actes 16:25-26)

Guérison extraordinaire et délivrances miraculeuses à Éphèse (Actes 19 :11-
12)

Eutychus est ressuscité des morts à Troas (Actes 20:9-12)

Non affecté par une morsure de vipère à Malte (Actes 28:3-6)

Publius et d'autres sont guéris à Malte (Actes 28:7-9)
Paul a même dit à une église : « Vraiment, les signes d'un apôtre ont été accomplis
parmi vous en toute persévérance, en signes, en prodiges et en actes puissants » (2
Corinthiens 12 :12). Avec un tel résumé d'expériences surnaturelles, certains pourraient
penser que Paul pourrait faire des miracles à volonté, comme allumer un interrupteur. Une
telle réflexion, cependant, va à l'encontre d'autres informations présentées dans les
Écritures. Il y avait aussi des moments où de telles choses ne se produisaient pas dans le
ministère de Paul.

203
Par exemple, Paul savait que Timothy, son ami proche et associé, luttait contre une
sorte de problème d'estomac persistant. Il lui conseille : « Ne bois plus que de l'eau, mais
utilise un peu de vin à cause de ton estomac et de tes fréquentes infirmités » (1 Timothée
5 :23). J'ai entendu des gens dire : « Eh bien, si quelqu'un aujourd'hui a le don de guérir
comme les apôtres l'ont fait, il pourrait simplement guérir qui il veut. » Mais ce n'est
clairement pas le cas ; Paul n'a pas circulé arbitrairement et au hasard pour guérir tout le
monde. Paul a également parlé d'un autre de ses assistants, en disant : « J'ai laissé
Trophime malade à Milet » (2 Timothée 4:20 NLT). Dans une autre situation encore, Paul
s'est référé à un autre assistant qui était gravement malade et guéri, mais Paul n'en a pas
tenu compte ; il n'a pas déclaré qu'il avait prié une sorte de prière miraculeuse. Il écrit:

Pourtant, j'ai jugé nécessaire de vous envoyer Epaphrodite, mon frère,


compagnon de travail et compagnon de combat, mais votre messager et celui qui
a répondu à mes besoins ; car il vous désirait tous et était affligé parce que vous
aviez entendu dire qu'il était malade. Car, en effet, il était malade presque jusqu'à
la mort ; mais Dieu eut pitié de lui, et non seulement de lui, mais de moi aussi, de
peur que je n'eusse douleur sur douleur. C'est pourquoi je l'ai envoyé avec plus
d'empressement, afin que, lorsque vous le reverrez, vous vous réjouissiez et que je
sois moins triste. Recevez-le donc dans le Seigneur en toute joie, et tenez ces
hommes en estime ; parce que pour l'œuvre de Christ, il a frôlé la mort, non en ce
qui concerne sa vie, pour suppléer à ce qui manquait à votre service envers moi
(Philippiens 2:25-30).

Paul affirme simplement : « Dieu a eu pitié de lui. Dans ce cas particulier, Paul énonce
une raison apparente pour laquelle cette maladie s'est produite - Epaphrodite n'avait pas
considéré sa vie, il ne s'était pas occupé de lui-même et il travaillait trop. Dans les autres
situations, il n'explique pas pourquoi la personne est tombée malade ou pourquoi elle ne
s'est pas rétablie. Il n'a pas accusé Timothée ou Trophime d'avoir péché dans leur vie ou de
ne pas avoir la foi. Il n'a tout simplement pas dit pourquoi ils étaient malades ou pourquoi
ils ne s'étaient pas encore rétablis.
En regardant cela objectivement, Paul a vu certaines personnes guéries
miraculeusement, et très probablement, instantanément. Il y en avait d'autres que Paul a vu
se rétablir progressivement, et il y en avait encore d'autres qu'il a encouragé à utiliser et à
bénéficier de la médecine. Dans ses conversations privées avec eux, Paul a probablement
encouragé Timothée et Trophime à continuer à faire confiance à Dieu.
Mais voici une chose que nous savons : tous ceux qui ont déjà reçu la guérison divine
par le ministère de Paul sont finalement morts. Tous ceux que Jésus a guéris et même ceux
qu'il a ressuscités d'entre les morts, comme Lazare, sont tous finalement morts. Dans tous
ces cas, le Saint-Esprit joue un autre rôle très important : il est le Consolateur ! Remerciez
Dieu pour ce que Jésus fait pour nous dans cette vie, mais rappelez-vous ce que Paul a dit : «
Et si notre espérance en Christ n'est que pour cette vie, nous sommes plus à plaindre que
quiconque dans le monde » (1 Corinthiens 15 :19 NLT ). Notre espérance et notre foi
doivent transcender tout ce qui arrive ou ne se passe pas au cours de notre vie ici-bas.

204
Vous lisez peut-être ce chapitre non pas tant pour information que parce que votre
cœur souffre d'une situation décevante que vous avez vécue. N'oubliez pas que Jésus est
venu guérir les cœurs brisés (Ésaïe 61 :1) et qu'il a dit : « Heureux ceux qui pleurent, car ils
seront consolés » (Matthieu 5 :4). Paul a vu de nombreux miracles, mais il a également
connu de nombreuses luttes et beaucoup de douleur. Nous remercions Dieu pour chaque
miracle qui se produit ici sur cette terre ; mais nous savons qu'en fin de compte, nous avons
une demeure éternelle qui sera plus grande que tout ce que nous pouvons imaginer :

Et j'ai entendu une voix forte venant du ciel disant : « Voici, le tabernacle de Dieu
est avec les hommes, et il habitera avec eux, et ils seront son peuple. Dieu lui-
même sera avec eux et sera leur Dieu. Et Dieu essuiera toute larme de leurs yeux ;
il n'y aura plus de mort, ni de tristesse, ni de pleurs. Il n'y aura plus de douleur, car
les premières choses sont passées » (Apocalypse 21 :3-4).

Jusque-là, nous suivrons le mandat biblique de nous réjouir avec ceux qui se réjouissent
et de pleurer avec ceux qui pleurent. Sa présence très réconfortante avec nous est une
provision surnaturelle, et l'éternité indescriptible qui nous attend est, en elle-même,
miraculeuse.

Note de fin
1.
Gerald Brooks, Instantanés de la foi (Plano, TX : Gerald Brooks Ministries, 2017), 86.

205
CHAPITRE 18 :

A EMPORTER PRATIQUES

La sagesse est le bon usage de la connaissance. Savoir n'est pas être sage. Beaucoup d'hommes en savent beaucoup et n'en
sont que plus fous. Il n'y a pas d'idiot aussi grand qu'un idiot averti. Mais savoir utiliser la connaissance, c'est avoir la
sagesse.
—Charles Spurgeon

Il est bon d'être au courant des informations historiques. C'est encore mieux si nous
pouvons savoir ce que cela signifie et comment faire une application pratique de cette
connaissance dans nos vies. Les Écritures contiennent des récits des opérations
surnaturelles de Dieu à travers l'intégralité de la Parole de Dieu, et l'histoire enregistre la
puissance de Dieu à l'œuvre depuis la fin du premier siècle jusqu'à nos jours. Mais quelles
sont certaines des choses essentielles que nous devrions savoir et faire ?

Maintenir la directive principale


Pour garder les choses en perspective, il est important de se rappeler que Jésus n'a
jamais dit : « Allez dans le monde entier et ayez un réveil. Il n’a pas non plus dit : « Allez
dans le monde entier et faites des miracles. » Notre mandat en tant qu'Église est « d'aller
dans le monde entier et de prêcher l'Évangile » (Marc 16 :15) et de « faire de toutes les
nations des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, leur
apprenant à observer tout ce que je vous ai commandé » (Matthieu 28 :19-20). Le réveil et
les miracles peuvent certainement en faire partie, mais prêcher l'évangile et faire des
disciples sont les deux principales directives que Jésus nous a données.
J'en ai vu qui semblaient plus enthousiastes à propos des « signes, prodiges et miracles
» qu'ils ne l'étaient à propos de Jésus Lui-même, ou de voir des gens être sauvés et devenir
des disciples. Il y a certainement un désir pour le surnaturel qui est sain (Actes 4:29 ; 1
Corinthiens 12:31), mais il peut aussi y avoir une obsession malsaine avec « la recherche de
sensations fortes spirituelles ». Jésus a dit que les signes suivraient les croyants (Marc
16:17), pas que les croyants suivraient les signes.
Les chrétiens doivent avoir le sens de la mission, et cette mission implique d'exprimer
l'amour et la vérité de Dieu à ceux qui ne le connaissent pas. Nous ne devrions jamais aimer
les signes plus que nous n'aimons Dieu ou les personnes que nous nous efforçons
d'atteindre. Nous devons être des amoureux des gens, permettant à Dieu d'accomplir des
signes comme il l'entend pour aider à poursuivre sa mission et pour aider à accomplir ce
qu'il désire dans la vie des personnes qu'il aime.

Rappelez-vous, l'amour n'échoue jamais

206
Non seulement Jésus a donné une Grande Commission, Il a également publié un Grand
Commandement :

Je vous donne un nouveau commandement, que vous vous aimiez les uns les autres
; comme je vous ai aimés, que vous vous aimiez aussi les uns les autres. A ceci tous
sauront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l'amour les uns pour les autres
(Jean 13:34-35).

Lorsque Tertullien écrivit aux dirigeants de l'Empire romain pour défendre les
chrétiens, il parla de leur caractère et de leurs pratiques. Il a dénoncé les fausses
accusations portées contre les chrétiens et a déclaré: «Ce sont principalement les actes d'un
amour si noble qui conduisent beaucoup à nous mettre une marque. Voyez, disent-ils,
comme ils s'aiment... comme ils sont même prêts à mourir l'un pour l'autre... Et ils sont
aussi en colère contre nous, parce que nous nous appelons frères. »1
Au beau milieu de l'exposition la plus détaillée de Paul concernant les dons de l'Esprit
(1 Corinthiens 12 et 14) se trouve un rappel dominant de l'importance de l'amour de Dieu.
Sa centralité et son placement ne sont pas accidentels.

Bien que je parle avec la langue des hommes et des anges, mais que je n'aie pas
d'amour, je suis devenu un cuivre ou une cymbale résonnante. Et bien que j'aie le
don de prophétie, et que je comprenne tous les mystères et toute la connaissance,
et bien que j'aie toute la foi, afin que je puisse enlever des montagnes, mais n'aie
pas l'amour, je ne suis rien. Et bien que je donne tous mes biens pour nourrir les
pauvres, et bien que je donne mon corps à brûler, mais que je n'aie pas d'amour,
cela ne me profite en rien (1 Corinthiens 13:1-3).

Il est bon de se souvenir des paroles d'Origène : « Le nom de Jésus peut encore éloigner
les distractions de l'esprit des hommes, chasser les démons, et aussi chasser les maladies.
De plus, cela produit une merveilleuse douceur d'esprit et un changement complet de
caractère.2
Quand Origène fait référence à « la douceur d'esprit et un changement complet de
caractère », c'est un puissant rappel du fruit de l'Esprit (Galates 5:22-23). J'ai récemment
entendu quelqu'un dire : « Peu importe si vous parlez en langues si vous êtes méchant en
anglais ». Être fortement doté de dons spirituels n'est pas une excuse pour qu'une personne
soit hautaine, dure ou grossière. Lorsque Paul dit : « Recherchez l'amour et désirez des
dons spirituels » (1 Corinthiens 14 :1), cela nous rappelle que l'amour et le pouvoir ne
s'excluent pas mutuellement. Nous ne devons pas nous efforcer d'exceller dans l'un ou
l'autre domaine – amour ou dons – tout en négligeant l'autre.

Ne négligez pas ou ne dévaluez pas les œuvres ordinaires de l'Esprit


Il est bon de garder à l'esprit la délimitation que Jonathan Edwards a faite. Il
différenciait fréquemment les œuvres « ordinaires » de l'Esprit et les œuvres «
extraordinaires » de l'Esprit. S'il vous arrive d'avoir de forts dons par rapport aux œuvres

207
"extraordinaires", ou si c'est une saison de "signes" exceptionnels, c'est merveilleux.
Cependant, vous pouvez toujours vous concentrer sur votre rôle dans le fonctionnement «
ordinaire » de l'Esprit, que des manifestations ou des dons exceptionnels se produisent à ce
moment-là ou non.
Quand Edwards a assumé son pastorat dans le Massachusetts, son prédécesseur lui a
dit qu'ils avaient connu des saisons de réveil exceptionnel 57, 53, 40, 24 et 18 ans avant
cette date, les trois saisons médianes d'effusion étant les plus fortes. Ce furent des saisons
d'effusions exceptionnelles du Saint-Esprit avec des résultats inhabituels. Même
lorsqu'Edwards était pasteur là-bas, ils n'avaient pas de réveil continu. Ceci est cohérent
avec le phénomène souvent observé selon lequel les réveils donnés par l'Esprit et les
effusions spéciales ont tendance à être de nature cyclique ou saisonnière.
Que doivent faire les ministres et les croyants quand ce n'est pas l'une de ces « hautes
saisons » d'effusions spirituelles ? Ce n'est peut-être pas exactement ce que Paul avait à
l'esprit lorsqu'il a écrit ces mots, mais son avertissement à Timothée semble une réponse
très appropriée : « Prêchez la parole ! Soyez prêt en saison et hors saison. Convainquez,
réprimandez, exhortez, avec patience et enseignement » (2 Timothée 4:2). Quelle que soit
la saison dans laquelle nous nous trouvons, que ce soit une saison de réveil ou non, que ce
soit une saison d'effusion puissante ou non, il y a des responsabilités chrétiennes
fondamentales dans lesquelles nous devons tous nous engager avec diligence.
Par exemple, Luc ne nous aurait probablement jamais présenté Dorcas dans le livre des
Actes si elle n'avait pas été ressuscitée des morts. Certes, nous nous réjouissons que Dieu
ait utilisé Pierre pour accomplir un miracle aussi remarquable, mais Luc mentionne
également : « Elle faisait toujours des choses gentilles pour les autres et aidait les pauvres »
(Actes 9 :36 NLT). Avant que Pierre ne la ressuscite d'entre les morts, « La pièce était
remplie de veuves qui pleuraient et lui montraient les manteaux et autres vêtements que
Dorcas leur avait confectionnés » (Actes 9 :39 NLT). Il y a une telle tendance à mettre les
miracles sur un piédestal et à ignorer les œuvres « de base » d'amour et de gentillesse. Je
crois que Jésus valorise tout ce qui est fait en son nom, pour sa gloire.
Antony exprime si bien toute cette ligne de pensée :

Et il ne convient pas de se vanter du rejet des démons, ni d'être exalté par la


guérison des maladies ; il ne convient pas non plus que celui qui chasse les
démons soit seul en haute estime, tandis que celui qui ne les chasse pas doit
être considéré comme nul…. Car l'œuvre des signes n'est pas la nôtre mais
l'œuvre du Sauveur.3

Juste au milieu de la liste dans 1 Corinthiens 12 où Paul énumère des initiations


dynamiques de l'Esprit telles que les apôtres, les prophètes, les miracles et les guérisons, il
inclut également les « aides » (1 Corinthiens 12 :28). Plusieurs pasteurs m'ont raconté que
des gens venaient parfois vers eux – souvent des gens que le pasteur ne connaissait même
pas – et disaient quelque chose comme : « Pasteur, si jamais tu as besoin que je prêche pour
toi, je suis disponible.

208
Certains pasteurs ont naturellement répondu à de telles offres : « Nous n'avons pas
vraiment besoin d'aide en chaire pour le moment, mais nous pourrions certainement avoir
besoin d'aide pour nettoyer le bâtiment. » La plupart du temps, ces personnes
disparaissent très rapidement ! Certains sont prêts à servir tant qu'ils sont dans une
position très visible, mais n'ont aucun intérêt pour le travail en coulisses. Parfois, être
« spirituel » se manifeste le plus clairement dans un service humble, obscur et pratique.

Comprendre « Extrémisme légitime et équilibre essentiel »


Donald Gee (1891-1966) était un leader pentecôtiste au vingtième siècle. Son
enseignement réfléchi et sage lui a valu le surnom de « l'apôtre de l'équilibre ». Gee est
l'auteur de plus de trente livres, dont Wind and Flame, qui donne un aperçu du mouvement
pentecôtiste en Grande-Bretagne. Dans l'article suivant, « Les extrêmes sont parfois
nécessaires », Gee aborde avec brio la tension délicate existant entre l'équilibre et les
extrêmes. Les principes qu'il partage sont tout aussi pertinents aujourd'hui qu'ils l'étaient
lorsqu'il les a écrits au milieu du vingtième siècle.

L'un des paradoxes du témoignage véritablement pentecôtiste est qu'il met


l'accent sur la nécessité de maintenir un juste équilibre dans la doctrine et la
pratique, associé à un témoignage complémentaire qui pousse souvent à
l'extrême dans les deux cas.
L'enseignement de Paul concernant les dons spirituels est tout pour l'équilibre
et la modération – « Je chanterai avec l'esprit et je chanterai aussi avec
l'intelligence » ; Nous devons éviter de donner l'impression d'être « fous » ;
« Par deux, ou au plus par trois » ; Dieu n'est pas l'auteur de la confusion,
mais de la paix » ; « Que toutes choses se fassent décemment et avec ordre »
(1 Cor. 14 :15, 23, 276, 33, 40). Pourtant, en même temps, il affirme dans un
langage extrême qu'il parle en langues plus qu'elles toutes ; exprime une
préférence véhémente pour l'enseignement dans un rapport de 10 000 à 5;
et dit "vous pouvez tous prophétiser" (1 Cor. 14:18, 19, 31).
Beaucoup d'entre nous sont des extrémistes [fermement établis]. Si nous
voyons un rayon de vérité, nous le poussons à un point tel que notre
pression constante sur celui-ci devient offensante, vaine et finalement
erronée. Si nous découvrons une ligne de ministère réussie, nous la
poursuivons à un point tel qu'elle en devient nauséabonde et épuisée. Nous
manquons à jamais d'une véritable utilité par notre échec constant à rester
équilibré. À la fin, les hommes perdent confiance en nous, notre
intempérance attriste le Saint-Esprit et nous sommes jetés à la ferraille de
serviteurs rejetés et inutiles.
Mais encore plus d'entre nous risquons de manquer une vie de pouvoir en
cherchant à marcher dans un milieu monotone qui ne s'aventure jamais à
l'extrême. Notre prédication manque de feu parce qu'elle essaie toujours de
présenter les deux côtés d'un cas en même temps, et nos méthodes sont
inefficaces parce qu'elles [évitent] toute offense à la respectabilité ou à la

209
tradition. Nous pouvons, si nous le voulons, nous enorgueillir d'avoir réussi
à éviter les catastrophes, mais notre sécurité a été assurée en restant
statique. Nous n'avons eu pratiquement aucun impact sur la communauté.
S'il est vrai qu'ils ne nous ont jamais accusés de « folie », il est également
vrai qu'ils n'ont jamais rapporté que « Dieu est parmi nous d'une vérité ».
Très probablement, ils ne connaissent même pas notre existence !
Nous vantons à juste titre l'importance de l'équilibre ; nous affirmons à juste
titre que la voie de la vérité ne se trouvera pas dans les extrêmes ; nous
soulignons à juste titre que l'extrémisme persistant est suicidaire à la fois
pour les hommes et les mouvements - mais nous devons désespérément
reconnaître que les réveils ne sont jamais lancés sans que quelqu'un n'aille
à l'extrême. L'intercession passionnée est positivement déséquilibrée ; il en
va de même pour le jeûne ; ainsi est la prédication fervente qui fait trembler
les pécheurs ; et des itinérances fiévreuses qui font qu'un missionnaire ou
un évangéliste semble hors de lui. Nous faisons bien de nous souvenir que
les propres parents de notre Seigneur pensaient qu'il était devenu fou (Marc
3:21) ; et qu'il a cité « Le zèle de ta maison m'a dévoré » (Jean 2:17) lorsqu'il
a renversé la table des changeurs.
Le jour de la Pentecôte a tellement perturbé l'équilibre émotionnel des
disciples qu'ils semblaient être des hommes ivres…. Trente ans plus tard, un
gouverneur romain accuse Paul d'être fou. L'accusation a été réfutée avec
courtoisie et comme il se doit, mais admettons que Festus n'était pas dupe.
Paul lui-même a témoigné qu'il était parfois hors de lui (2 Cor. 5:13) et que
sa superbe raison d'enseigner et de voir s'opérait à un niveau céleste.
Il doit y avoir un extrémisme pour faire bouger les choses…. Des miracles de
guérison se produisent lorsque la foi refuse d'être logique et s'aveugle sur
les arguments, basés sur de nombreuses expériences contraires et un
enseignement plus «équilibré». On peut en effet se demander s'il n'y a pas
quelque chose d'extrême dans un véritable miracle.
Où donc se situe la voie de la vérité pentecôtiste qui embrasse un extrémisme
légitime et un équilibre essentiel ? Je peux seulement répondre que nous
avons besoin de l'extrémisme pour faire bouger les choses, mais nous avons
besoin d'un enseignant équilibré pour les faire avancer dans la bonne
direction. Nous avons besoin d'extrémisme pour un miracle de guérison,
mais nous avons besoin d'un équilibre mental pour la santé. Nous avons
besoin d'une ferveur extrême pour lancer un mouvement, mais nous avons
besoin de la répudiation des extrêmes pour le sauver de l'autodestruction.
Seule une sagesse d'en haut peut révéler la synthèse parfaite. Il faut du
génie pentecôtiste pour savoir quand et où une doctrine ou une pratique
extrême doit être modifiée pour une vision plus équilibrée ; et où, d'autre
part, les grandes lignes de la vérité doivent être temporairement réduites à
un accent extrême sur un point pour assurer une dynamique suffisamment
puissante pour faire bouger les choses pour Dieu.4

210
Si Dieu vous utilise de manière extraordinaire, restez humble
Souvenez-vous du conseil que Grégoire a donné à Augustin de Cantorbéry lorsque des
miracles se produisaient dans le cadre de son ministère : « Quels que soient les dons que
vous ayez reçus par rapport à faire des signes, souvenez-vous que ces pouvoirs n'ont pas
été accordés pour votre bien, mais pour que d'autres puissent recevoir le salut.5 De même,
Basile de Césarée a dit : « Celui qui reçoit l'un de ces dons ne le possède pas pour lui-même
mais plutôt pour le bien des autres…. »6 Il a également déclaré: « Puisque le don de Dieu est
reçu comme un don gratuit, il est de notre devoir de le partager librement et de ne pas en
faire un moyen de profit pour notre propre satisfaction. »7
Malheureusement, beaucoup de gens que Dieu a utilisés se sont trompés et ont eu une
plus grande estime d'eux-mêmes qu'ils n'auraient dû. Quels que soient les dons que Dieu
nous accorde, ils profitent à ceux que nous servons et à ceux que nous sommes appelés à
servir. Si vous êtes doué pour enseigner, c'est pour le bien de ceux qui ont besoin
d'apprendre. Si vous êtes oint pour prier pour les malades, c'est pour leur bien.
Tout don que vous avez reçu de Dieu est une confiance sacrée, quelque chose que vous
gérez pour sa gloire. Gardez-vous de l'orgueil. Cela a entraîné la chute de beaucoup de ceux
que Dieu a appelés. DL Moody avait raison lorsqu'il a dit : « Nous pouvons facilement être
trop gros pour que Dieu s'en serve, mais jamais trop petits. »

Notes de fin
1.
Tertullien, Apologie, éd. Alexander Roberts, Sir James Donaldson et Arthur Cleveland Coxe (Seattle, WA :
Amazon Digital Services, 2011), loc. 64, Kindle.
2.
Origène, Origène contre Celse, dans Les uvres d'Origène, éd. Alexander Roberts, Sir James Donaldson et
Arthur Cleveland Coxe (Seattle, WA : Amazon Digital Services, 1885), loc. 10133, Kindle.
3.
Athanase, Vie de saint Antoine, dans Les uvres complètes de saint Athanase, trad. Philip Schaff (Seattle,
WA : Amazon Digital Services, 2016), loc. 5373, Kindle.
4.
Donald Gee, « Les extrêmes sont parfois nécessaires », dans The Voice of Healing (Dallas, Texas : Christ for
the Nations, 1953).
5.
Grégoire le Grand, Le Livre de la Règle Pastorale et Épîtres choisies du Pape Saint Grégoire I (Le Grand),
Épître 28, trans. James Barmby, éd. Paul A. Boer Sr. (Veritas Splendor Publications, 2012), 516, Kindle.
6.
Basil, Ascetical Works, « The Long Rules », dans The Complete Works of Saint Basil (Seattle, WA : Amazon
Digital Services, 2016), loc. 14787, Kindle.
7.
Basil, Ascetical Works, « The Morals », dans The Complete Works of Saint Basil (Seattle, WA : Amazon
Digital Services, 2016), loc. 13427, Kindle.

211
LECTURE RECOMMANDÉE

LA liste suivante n'est pas une bibliographie complète relative à ce livre. Il s'agit plutôt
d'une compilation de quelques ressources clés qui sont recommandées aux personnes
désireuses d'approfondir leurs études sur les miracles et les œuvres surnaturelles de Dieu
tout au long de l'histoire de l'Église.
Bosworth, FF Christ le Guérisseur. Grand Rapids, MI : Livres choisis, 2008.
Burgess, Stanley M. Peuples chrétiens de l'Esprit : Une histoire documentaire de la
spiritualité pentecôtiste de l'Église primitive à nos jours. New York : New York
University Press, 2011.
Burgess, Stanley M. Le nouveau dictionnaire international des mouvements
pentecôtistes et charismatiques. Grand Rapids, Michigan : Zondervan, 2003.
Gordon, AJ Le ministère de la guérison : miracles de guérison à tous les âges.
Services numériques Amazon, 1882.
Gordon, AJ Le ministère de l'Esprit. Philadelphie, Pennsylvanie : American Baptist
Publication Society, 1894.
Graves, Robert W. Strangers to Fire : Quand la tradition l'emporte sur les Écritures.
Tulsa, OK: Empowered Life Academic, 2014.
Harrell Jr, David Edwin. Toutes les choses sont possibles : la guérison et les réveils
charismatiques dans l'Amérique moderne. Bloomington, IN : Indiana University
Press, 1975.
Hyatt, Eddie L. 2000 ans de christianisme charismatique : un regard du 21e siècle
sur l'histoire de l'Église d'un point de vue pentecôtiste/charismatique. Lake
Mary, Floride : Charisma Media, 2000.
Keener, Craig S. Don et donateur : Le Saint-Esprit pour aujourd'hui. Grand Rapids, MI :
Baker Academic, 2001.
Keener, Craig S. Miracles: The Credibility of the New Testament Accounts, Volumes 1
and 2. Grand Rapids, MI: Baker Academic, 2011.
King, JD Régénération : Une Histoire Complète de Guérison dans l'Église Chrétienne, 3
Volumes. Lee's Summit, MO : Christos Publishing, 2017.
Kydd, Ronald AN Dons charismatiques dans l'Église primitive. Peabody, MA :
Hendrickson Publishers, 2014.
Lawson, James Gilchrist. Expériences plus profondes de chrétiens célèbres. Services
numériques Jawbone, 1911.
Olivier, Jeff. La Pentecôte à nos jours : l'œuvre durable du Saint-Esprit dans l'Église.
Newberry, Floride : Logos de pont, 2017.

212
Synan, Vinson.Le siècle du Saint-Esprit : 100 ans de renouveau pentecôtiste et
charismatique, 1901-2001. Nashville, Tennessee : Thomas Nelson Publishers,
2001.
Synan, Vinson.La tradition sainteté-pentecôtiste : mouvements charismatiques au
vingtième siècle. Grand Rapids, Michigan : Eerdmans, 1997.
Towns, Elmer et Douglas Porter. Les dix plus grands réveils de tous les temps. Ann
Arbor, MI : Publications du serviteur, 2000.

213
A PROPOS DE L'AUTEUR

Le professeur de BIBLE et auteur Tony Cooke est diplômé du Centre de formation biblique
RHEMA en 1980 et a obtenu des diplômes de la North Central University (licence en
ministères de l'Église) et de la Liberty University (maîtrise en études théologiques/histoire
de l'Église). La passion de Tony pour l'enseignement de la Bible l'a conduit dans quarante-
sept états et trente-trois nations.
D'autres livres de Tony incluent:

La vie après la mort : redécouvrir la vie après la perte d'un être cher

À la recherche de Timothée : découvrir et développer la grandeur du personnel et
des bénévoles de l'Église

La grâce, l'ADN de Dieu ; Qualifié : Servir Dieu avec intégrité et terminer votre
parcours avec honneur

À travers les tempêtes : l'aide du ciel quand tout l'enfer se déchaîne

Votre place dans l'équipe de rêve de Dieu : la création de champions

Le livre de travail : ce que nous faisons compte pour Dieu

Ascenseur : Vivre la vie élevée.
Divers titres ont été traduits et publiés dans huit autres langues.
Tony et sa femme, Lisa, résident à Broken Arrow, Oklahoma, et sont les parents de deux
enfants.

www.tonycooke.org

214
La vision de la maison Harrison

Proclamer la vérité et le pouvoir


de l'Évangile de Jésus-Christ avec excellence.
Défier les chrétiens
vivre victorieusement,
grandir spirituellement,
connaître Dieu intimement.

215
Connectez-vous avec nous sur
Facebook @ HarrisonHousePublishers
et Instagram @ HarrisonHousePublishing
afin que vous puissiez rester au courant des nouvelles
sur nos livres et nos auteurs.

Visitez-nous à www.harrisonhouse.com
pour une liste complète des produits ainsi que
spéciaux mensuels pour la distribution en gros.

216
217
218

Vous aimerez peut-être aussi