Vous êtes sur la page 1sur 3

Akhenaton, Moïse et la naissance du

monothéisme
samedi 9 juin 2018.
Source : Jacques Serieys Sélection 49
 

Que le lecteur découvrant cet humble texte, ne le prenne pas pour l’oeuvre d’un spécialiste. Il
s’agit seulement de quelques pistes sur l’origine du monothéisme (croyance en un seul Dieu),
question intéressante par le succès ultérieur de celui-ci dans la religion juive, chrétienne et
musulmane.

1) Evolution monothéiste de la 18ème dynastie

Aux 15 ème et 14ème siècles avant notre ère, la 18ème dynastie porte l’empire des pharaons à
son apogée.

Thoutmôsis III ("le Napoléon de l’Egypte antique" d’après l’égyptologue américain James
Breasted) règne sur toutes les cités de la vallée du Nil et des régions environnantes, sur tous
les territoires de l’Euphrate à la Lybie actuelle, de la Nubie à l’Oronte. L’unité politique et
économique de l’empire pousse à une homogénéisation religieuse autour de la croyance en un
Dieu supérieur puis en un seul Dieu. Parmi les noms donnés à Thoutmôsis III dans les
inscriptions hiéroglyphiques, un est révélateur : "Celui qui établit durablement la royauté (sur
Terre) à l’instar de Rê dans le ciel." Ce pharaon poursuit également la construction de
nombreux bâtiments à la gloire d’Amon Rê (le Soleil).

Son fils Amenhotep II puis son petit-fils Thoutmôsis IV maintiennent une ère d’unité, de
prospérité, de splendeur artistique et d’évolution hénothéiste.

Son arrière petit-fils Amenhotep III ("Rayonnement d’Aton") accélère le processus syncrétiste
du Moyen Orient au profit d’Aton (le disque solaire). Son magnifique navire royal porte pour
nom "Splendeur d’Aton". Un régiment d’élite est également désigné sous le nom du grand
Dieu.

2) Akhenaton, Nefertiti et leurs filles

Nous en arrivons au règne d’Akhenaton (Amenhotep IV en égyptien, Amenophis IV en grec)


qui se situe entre - 1353 et - 1336.

Il donne une importance accrue au culte d’Aton. Il construit le sanctuaire du Gematon (Aton
est trouvé). Il crée la nouvelle ville d’Akhetaton (L’horizon d’Aton) qui devient la capitale de
l’empire. De même, les quatre premières filles d’Akhenaton et de son épouse Néfertiti portent
un prénom construit sur Aton :

 Mérytaton ou Méritaton, « l’aimée d’Aton »

 Mâketaton, « la protégée d’Aton »,


 Ânkhésenpaaton, « elle vit pour Aton »

 Néfernéferouaton, « la perfection des perfections d’Aton »,

En l’an IX de son règne, il ordonne la destruction des images des anciennes divinités mais ne
paraît pas avoir imposé cela de façon destructrice.

Les caractéristiques de ce Dieu Aton sont vouées à un grand succès ultérieur. Il est :

 le Verbe

 le Seigneur de la Création

 l’Unique et l’Infini

 la Lumière opposée aux Ténèbres...

En révolutionnant la religion, Akhenaton bouleverse la société égyptienne. La confiscation


des biens du clergé des anciens dieux crée des problèmes sociaux dans cette économie
égyptienne antique à la circulation monétaire faible et construite sur le troc.

Dans le même temps, les dangers extérieurs s’accroissent.

Les successeurs d’Akhenaton (Smenkharê, Toutânkhamon, Horemheb) rétablissent les


anciens cultes et redonnent ses biens au clergé.

3) D’Akhenaton à Moïse ?

D’après le prêtre égyptien Manéthon (3ème siècle avant notre ère), qui puisait dans des
inscriptions hiéroglyphiques anciennes, une alliance se constitue au 14ème siècle (sur la fin
du règne d’Akhenaton) entre d’une part des populations sédentaires (ville d’Avaris) réduites
en esclavage, d’autre part un peuple nomadisant dans le désert. Ils choisissent pour chef un
grand prêtre du culte d’Aton nommé Osarseph, rebaptisé Mosé (Moïse) lors de son
couronnement comme roi. Finalement, ce Mosé est battu par les troupes du pharaon et fuit
vers la Palestine.

Ce récit présente de troublantes similitudes avec l’Exode conté dans la Bible. Par ailleurs,
celle-ci fait de Moïse, fils du pharaon d’Egypte, un homme âgé de 80 ans en -1260. Or, 80 ans
plus tôt, le pharaon se nomme Akhenaton.

Selon l’égyptologue allemand Jan Assman (Moïse l’Egyptien : un essai d’histoire de la


mémoire) ce récit de Manéthon se fonderait en particulier sur le souvenir de la révolution
religieuse d’Akhenaton. Moïse, fils ou grand-prêtre d’Aton (les deux sont également
possibles), aurait-il lutté en Egypte pour défendre le culte monothéiste avant d’être battu et
obligé de quitter le pays du Nil ?

D’après l’historien antique Philon d’Alexandrie (qui disposait de nombreux documents,


disparus depuis) Moïse fut intronisé pharaon à la mort de son père, alors qu’il était encore
jeune d’où son appellation de Jeune roi. Akhenaton avait bien un fils nommé Toutankhaton,
inhumé sous le nom de Toutankhamon. Celui-ci devint bien roi alors qu’il n’était qu’un
enfant. Toutankhamon et Moïse peuvent-ils être la même personne ? Notons seulement que
Toutankhamon serait mort à l’âge de 18 ans après 9 ans de règne alors que Moïse mourut
beaucoup plus âgé d’après la Bible. Coïncidence : Moïse commença l’Exode alors qu’il était
âgé de 18 ans.

Nous ne pouvons terminer sur ce lien possible entre Akhenaton, Toutankhaton et Moïse sans
rappeler la géniale intuition de Sigmund Freud :

«  ... Il nous devient clair que Moïse fut un Egyptien, probablement de haut rang, dont la
légende a fait un juif... Nous aimerions à présent risquer cette conclusion : si Moïse fut un
Egyptien, s’il transmit sa propre religion aux juifs, ce fut celle d’Akhenaton, la religion
d’Aton. »

CONCLUSION

Le lien entre Akhenaton et Moïse reste une hypothèse. Ceci dit, l’idée d’un "dieu de toutes les
nations" apparaît plus logique dans un ensemble politique dirigé par le "pharaon de toutes les
nations" plutôt que dans un petit clan nomade au milieu du désert.

Jacques Serieys