Vous êtes sur la page 1sur 18

Tout 

le monde a une petite peur cachée au fond
du cœur. Tante Julie, elle, a peur des souris.
Un soir, une souris est passée dans sa cuisine. 
Tante Julie a poussé un cri :
— Hiiiiiiiiiii
Et elle n’a plus voulu y mettre les pieds, pas 
même pour nous faire à manger !
Au début, on était ravis : on se gavait de 
sucreries. Mais au bout de trois jours, on en a eu
assez. Trois jours sans dîner... Vous imaginez !

Alors on s’est fâchés :
— Bon, ça suffit ! On appelle le docteur 
Toufobie.
Le docteur est arrivé avec sa mallette.
Il en a sorti deux images en demandant :
— Madame, pouvez­vous me décrire cet 
éléphant ?
Tante Julie a hésité un instant :
— Il est très gros.
— Oui ! Et cette souris ?
— Elle est très petite.
— Parfait ! Savez­vous que ce gros éléphant a 
peur de cette souris ?
Tante Julie a ri :
— C’est ridicule ! Elle est bien plus petite que 
lui.
— Voilà, vous avez compris ! Vous non plus, 
vous n’avez rien à craindre des souris ! Donnez­
moi 30 euros, vous êtes guérie.
Mais le soir venu, au moment de nous 
coucher...
Tante Julie a vu une autre souris et elle n’a 
plus voulu nous mettre au lit !
Au début, on était très contents : on passait 
nos nuits à regarder la télé. Mais au bout de 
trois jours, on était épuisés. Trois jours sans 
dormir... Vous imaginez !

Alors on s’est fâchés :
— Bon, ça suffit !
Et on a rappelé le docteur Toufobie.
Le docteur est arrivé. Il a sorti du papier et il a
demandé à Tante Julie de dessiner une souris. 
Tante Julie n’avait pas très envie, mais le 
docteur a insisté :
— « Méthode apprivoiser sa souris ». Mettez 
votre souris dans votre poche et parlez­lui 
comme si elle était vraie. Vous verrez, elle ne 
vous fera aucun mal.
Tante Julie a froncé les sourcils :
— Je sais bien qu’elle ne me fera aucun mal, 
cette souris !
— Voilà, vous avez compris ! Donnez­moi 30 
euros, vous êtes guérie.
Mais le soir venu, à l’heure du bain...
Tante Julie a encore vu une souris.
Elle était si effrayée qu’elle nous a interdit de 
nous laver !
Au début, on était enchantés. Mais au bout de 
trois jours, on sentait vraiment mauvais. Trois 
jours sans se laver... Vous imaginez !

Alors on s’est fâchés :
— Bon, ça suffit !
Et on a rappelé le docteur Toufobie.
Le docteur est arrivé. Il a sorti un sirop amer 
et il a demandé à Tante Julie d’en boire six 
cuillers. Comme Tante Julie faisait la grimace, 
le docteur a expliqué :
— Ce sirop est très mauvais, mais c’est le 
meilleur remède contre le mal dont vous 
souffrez.
Tante Julie a gémi :
— Beurk ! Ça suffit. Je ne veux plus avoir peur
des souris !
— Voilà, vous avez compris ! Donnez­moi 30 
euros, vous êtes guérie.
Mais le soir venu, de retour des courses...

Tante Julie a vu une nouvelle souris. 
Elle était si horrifiée qu’elle n’a plus voulu 
entrer !
Du coup, elle nous a tous emmenés à la fête 
foraine. On s’est bien amusés dans le train 
fantôme.
Mais à la sortie, un forain a brandi devant 
nous une fausse souris.

Tante Julie a hurlé et un petit monsieur s’est 
approché :
— Quelle incroyable voix ! Venez avec moi, 
vous serez la star de mon opéra !
Le lendemain, Tante Julie s’est retrouvée sur 
scène. Mais catastrophe ! Aucun son ne sortait 
de sa bouche. Les spectateurs ont commencé à 
râler :

Au même instant, une petite souris a pointé le 
bout de son nez...

Tante Julie a poussé son fameux cri et tout le 
monde a applaudi.
Depuis, on la surnomme la cantatrice à la 
souris, parce qu’elle garde toujours avec elle la 
souris qui l’a aidée, et qu’elle n’oublie jamais de 
chanter :
— Merci souris !

Vous aimerez peut-être aussi