Vous êtes sur la page 1sur 9

Sommaire

Sommaire............................................................................................................... 1
INTRODUCTION....................................................................................................... 2
I. PRÉSENTATION GÉNÉRALE DU FIPA-ACL...................................................3
I.1. Historique............................................................................................... 3
I.2. Caractéristiques du FIPA-ACL..................................................................3
II. FONCTIONNEMENT DU FIPA-ACL...................................................................3
II.1. Vision d’ensemble.................................................................................. 3
II.2. Actes de communication de ACL-FIPA....................................................4
II.3. Performatives du FIPA-ACL.....................................................................5
III. ETUDE COMPARATIVE ENTRE KQML ET FIPA-ACL..........................................7
III.1. Similitudes entre KQML et FIPA- ACL......................................................7
III.2. Différences entre KQML et FIPA -ACL......................................................7
CONCLUSION.......................................................................................................... 8
REFERENCES.......................................................................................................... 9

1
INTRODUCTION

Les systèmes multi- agents sont les systèmes composés de multiples


entités informatique en interaction appelés agents. Le fonctionnement de ces
systèmes résulte de l’interaction entre leurs agents. Pour communiquer ceux-
ci(agents) utilisent plusieurs actes de langage en utilisant des langages LCIA
(langage de communication inter-agent) comme KQML et FIPA- ACL. Le langage
de communication inter-agent qui nous intéresse ici est le langage FIPA-ACL. Que
pouvons-nous donc dire du langage FIPA-ACL ? Est-il préférable de l’utiliser par
rapport au langage KQML ? Répondre à ces questions en présentant globalement
le FIPA-ACL,en présentant son fonctionnement, en faisant une étude comparative
entre FIPA-ACL et KQML fera l’objet de notre travail.

I. PRÉSENTATION GÉNÉRALE DU FIPA-ACL


I.1. Historique

2
Dans le but de gérer les communication entre les agents physique,
l’organisation FIPA ( Foundation for Intelligent Physical Agent) voit le jour en
1996.
Cette organisation a été mise en place afin de spécifier des standards dans
la technologie agent dans le but de favoriser l’interopérabilité des applications,
des services et équipements informatiques basés sur le paradigme agent, ainsi a
été proposé un standard, le ACL, d’où le FIPA-ACL (Foundation for Intelligent
Physical Agent- Agent communication language).

I.2. Caractéristiques du FIPA-ACL

 Le FIPA-ACL est basé sur la théorie des actes de langage c’est-à-dire que
les messages sont des actions ou des actes.
 Sa sémantique est basée sur les états mentaux (ARCOL)[sadek] exprimée
au sein de feasability préconditions (FP) et Rational Effect (RE) faisant
référence à des états dont le contenu est exprimé via une logique
multimodale.

 Le ACL intègre plusieurs sous langages


- Sender, Receiver
- Langage de contenu : Action, objets, proposition
Exemple : KIF, FIPA-SL, FIPA-CCL.

 Ontologie : Vocabulaire commun avec des définitions précises, relative à


un domaine wheather- ontology, cinema- ontology.

II. FONCTIONNEMENT DU FIPA-ACL


II.1. Vision d’ensemble

3
II.2. Actes de communication de ACL-FIPA
Pour pouvoir communiquer, les agents doivent savoir à qui s’adresser selon les
situations, comment établir un canal de communication entre eux, quel protocole
de transport (SMTP, http, TCP/IP) et de d’interaction utilisées pour échanger les
connaissances et garantir que l’autre pourra interpréter les informations dans le
bon sens. Pour ce faire, l’on a besoin de langages et de protocoles (pour
communiquer).
Le FIPA-ACL possède 2 catégories d’acte de langage : Les actes communicatif
primitifs et les actes communicatifs compose :
Les actes communicatifs primitifs : qui sont ceux définis de façons
atomiques, c’est à dire qu’ils ne sont pas définis à partir d’autres actes ;
Les actes communicatifs composés : qui sont ceux formes à partir d’autres
actes de base
 Transport de message
L’utilisation du protocole MTP (Message Transport Protocol)
Le MTP réalise le transfert physique des messages entre deux MTS
(Message Transport Service).
 Message Transport Service
- Appelé également ACC (Agent Communication Channel)
- Fourni par la plateforme sur laquelle l’agent s’exécute.
- Assure le transport entre des agents d’une même plateforme ou d’agents
entre différentes plateformes.

Exemple de communication entre agents :

4
Partage de tache :

Partage de résultat :

La communication entre les agents peut se faire de plusieurs façons :


 Par l’envoi des informations sous forme de message :
- Avantages : Liberté d’expression, souplesse de communication, parallélisa-
tion…
- Inconvénients : pertes d’information, correction d’erreur difficile, satura-
tion des communications…

 Par l’écriture des informations dans un endroit accessible par les destina-
taires (mémoire partagée ou tableau noir) :
- Avantages : peu de perte d’information, correction des erreurs très ra-
pide…
- Inconvénients : risque d’accumulation de données inutiles, contraintes de
vocabulaire.

5
II.3. Performatives du FIPA-ACL
Il s’appuie sur la définition de deux ensembles :
- Un ensemble de 21 actes de communications primitifs (de base), auquel
s’ajoute les autres actes de communication pouvant être obtenus par la
composition de ces actes de bases.
- Un ensemble de messages prédéfinis que tous les agents peuvent com-
prendre.

Les 21 actes de communication sont exprimés par des performatives regroupes


en 5 groupes :
- Passage d’information: inform*, inform-if (macro act), iform-ref (macro
act), comfirm*, disconfirm*
- Requisition d’information: query-if, query-ref, subscribe
- Negotiation: accept-proposal, cfp, propose, reject-proposal
- Distribution de tache (ou exécution d’une action) : request*, re-
quest-when, request-whenever, agree, cancel, refuse
- Manipulation des erreurs : failure, not-understood

Exemple de message en ACL-FIPA:

(inform
:sender A
:receiver B
:reply-with laptop
:language KIF
:ontology ordinateurs
:content (=(prix HP-Jet) (scalar 1500 USD))
:reply-by 10
:conversation-id conv01
)

Présentation des dites performatives :

Performative Description
sender Lʼémetteur du message
Receiver Le destinataire du message
reply-to Participant à lʼacte de communication
Content Le contenu du message (lʼinformation transportée
par la
performative)
Language Le langage dans lequel le contenu est représenté
Encoding Décrit le mode dʼencodage du contenu du message
Ontology Le nom de l'ontologie utilisé pour donner un sens aux
termes utilisés dans le content

6
Protocol contrôle la conversation
conversation-id identificateur de la conversation
reply-with Identificateur unique du message, en vue d'une
référence
ultérieure
in-reply-to Référence à un message auquel l'agent est entrain
de
répondre (précisé par lʼattribut reply-with de lʼémet-
teur
reply-by Impose un délai pour la réponse

III. ETUDE COMPARATIVE ENTRE KQML ET


FIPA-ACL
III.1. Similitudes entre KQML et FIPA- ACL
- Tous les deux sont des langages de communication inter-agents.
- Ils sont similaires sur leurs concepts et principes de base.
- Ils ont la même syntaxe.
- Ils n’impliquent tous les deux aucun engagement pour un langage pour le
contenu.

III.2. Différences entre KQML et FIPA -ACL

Au niveau de description de la sémantique, KQML n’a pas de sémantique


formelle : préconditions, postconditions et conditions.

- FIPA-ACL : préconditions de faisabilité et effets rationnels.


- Au niveau du choix et des définitions des modalités qu’ils utilisent (langage
employé pour décrire les états des agents).
- Dans la gestion des agents (taches d’enregistrement, localisation,
appartenance à un groupe).

KQML : Ces taches sont associées aux performatives que le langage traite
en tant que proposition de premier ordre.
FIPA-ACL : Ces taches individuellement ne sont pas associées aux
performatives mais comme des actions rattachées aux performatives.

7
CONCLUSION
En définitive les systèmes multi-agents utilisent des langages de
communication pour effectuer la communication entre leurs agents parmi
lesquels le langage de communication FIPA-ACL. Nous avons présente
celui-ci à travers ses caractéristiques, son fonctionnement (vision
d’ensemble, ses actes de communications et ses performatives, son étude
comparative entre celui-ci et le langage KQML. Il en ressort que le KQML
est limité car un manque d’infrastructure pour la gestion de ses agents,
manque de spécifications et de formalisation dans les conversations entre
agents (confère Les critiques de Cohen et Levesque 1995) et le FIPA-ACL
est un modèle lourd car difficilement utilisable. Des interrogations viennent
à l’esprit sur comment améliore le standard de FIPA-ACL qui depuis 1997
évolue lentement. Comment améliorer la sémantique de KQML ? Que peut-
on dire si l’on adopte la sémantique de kripke à celle de KQML ?

8
REFERENCES

Cours du Dr. Kamla, Système Multi-agent : Modelisation et simulation


informatique de comportements collectifs.
Multi-Agent Oriented Programming, Olivier voisier
Communication et langages de communication dans les SMA.

Vous aimerez peut-être aussi