Vous êtes sur la page 1sur 4

Le référentiel général dʼaccessibilité pour les administrations (RGAA)

Contexte
Les   services   de   l’état   ont   aujourd’hui  largement   adopté   les  nouvelles   technologies  afin   de   se  
rapprocher  des  citoyens  et  de  faciliter  leurs  démarches  au  quo;dien.  L’émergence  de  ces  services  
«en   ligne»  a  en  effet  apporté  une  plus  grande  souplesse  aux  usagers,  tant  sur   le  plan  du  confort  
(   en   permeCant   l’u;lisa;on   du   service   dans   un   cadre   connu   :   le   foyer)   que   sur   celui   de   la  
disponibilité   du   service.   Cependant,   l’ou;l   informa;que,   malgré   ces   apports,   ne   permet   pas  
forcément   un  usage  par   les  personnes  présentant   un   handicap.   Pour   permeCre  aux   personnes  
souffrant   d’une   invalidité   de   vivre   le   mieux   possible   leur   citoyenneté   et   pour   faire   face   au  
vieillissement   programmé  de   la  popula;on  (avec   un  risque  d’appari;on  de  déficiences  variées),  
notre  législateur   a  promulgué  une  loi  (2005-­‐102  du  11  février  2005)  qui  rend  obligatoire  la  prise  en  
compte   du  handicap   et   la   mise   en   place   de   solu;ons  favorisant   l’accessibilité  des  services  de  
communica;on  des  en;tés  publiques.

Dans  un  premier  temps  nous  évoquerons  les  différents  documents  qui  composent  ce  guide.  Nous  
poursuivrons  en  détaillant  les  principes  sur   lesquels  repose  ce  référen;el.   Nous  con;nuerons  en  
nous  arrêtant   sur   quelques  critères  précis  et  analyseront   les  méthodes  de  contrôle.   Enfin,   nous  
terminerons  en  évoquant  les  limites  de  ce  référen;el  et  les  évolu;ons  possibles.

Forme
Afin  d’assister  les  fournisseurs  de  services  Web  dans  leur   démarche  de  mise  en  conformité  avec   la  
loi,  un  référen;el  d’accessibilité  a  été  élaboré.  Cet   ensemble  de  documents  (disponibles  sur  le  site    
de   la   direc;on   générale   pour   la   modernisa;on   de   l’état   (DGME))   précise   les   critères  
essen;ellement  techniques  que  doivent  respecter  les  sites  Internet  et  les  méthodes  de  valida;on  
de  ces  critères.   Il  est   important  de  noter  que  la  loi  prévoie  un  cadre  plus  large  de  l’accessibilité  
mais  que  le  référen;el  ne  couvre  pour  l’instant  que  l’aspect  «Web»  des  services.

A  proprement  parler,  le  référen;el  con;ent  5  documents  que  nous  allons  passer  en  revue.

Un   premier   document   («RGAA_V2.2.1.pdf»   sur   le   site   de   la   DGME)   explique   le   cadre   du  


référen;el,   son   contexte,   ses  origines  et   ses  objec;fs.   Il  précise   également   le   rôle  des  autres  
fichiers  et  permet  de  comprendre  la  démarche  générale  du  référen;el.

Un  second  document   («RGAA-­‐v2.2_GuideAccompagnement.pdf»   sur   le  site)  précise   la  portée  du  


référen;el  ainsi  les  sites  qui  doivent  l’adopter,  à  quel  moment  de  la  réflexion  et  la  manière  dont   il  
convient  de  le  meCre  en  place.

Suivent  deux   annexes  présentant  l’intégralité  des  contraintes  qui  reposent  sur  les  sites  web  pour  
l’une,   et  les  méthodes  permeCant  de  valider   que  la  contrainte  est  correctement  implantée  pour  
l’autre.   Le   dernier   document   est   une   synthèse   des   deux   premières   annexes   permeCant   une  
lecture  plus  rapide  et  efficace  des  critères  de  succès.
Le référentiel général dʼaccessibilité pour les administrations (RGAA)

Démarche
Ce   référen;el  est  construit   sur   la  base  des  travaux  du   World  Wide  Web   Consor;um  (W3C)  qui  a  
ini;é   depuis   la   fin   des   années   90   une   réflexion   sur   l’accessibilité   des   sites   Internet   (Web  
Accessibility   Ini;a;ve,   WAI).   Ce   groupe   de   travail   a   formulé   nombres   de   recommanda;ons  
regroupées  au   sein   d’un   document   appelé   «Web   Content   Accessibility   Guidelines  (WCAG).   La  
version  actuelle  du  RGAA  (2.2)  repose  sur  la  version  2  des  WCAG  qui  date  de  décembre  2008.

La  réflexion  s’organise  autour  de  4  axes  appelés  «principes»  que  nous  allons  maintenant  passer  en  
revue.

Percep1bilité  :

les  sites  Internet,   dans  leur  aspect,  doivent  privilégier   la  clarté  de  l’informa;on.  Ils  doivent  autant  
que  possible  favoriser   les  données  textuelles  (qui  peuvent   être  traduite  sous  différentes   formes  
selon   le   handicap   du   visiteur)   et   renseigner   tous   les   champs   alterna;fs   des   éléments   qui  
composent  la  page.  Il  est  également  nécessaire  qu’ils  prévoient   plusieurs  mises  en  page  mais  que  
celles-­‐ci  dispensent  le  même  niveau  d’informa;ons.

U1lisabilité  :

il  est   important   de  permeCre  au   visiteur   de  réaliser   l’intégralité  des  opéra;ons  avec   le  clavier.  
D’autre  part,  l’u;lisateur  doit  pouvoir   se  repérer  facilement  dans  le  site.  Il  doit  également  disposer  
de  suffisamment  de  temps  pour  réaliser  les  ac;ons  qui  lui  incombent.

Compréhensibilité  :

les   ac;ons   à   réaliser   doivent   être   simples   et   précises.   Lors   d’une   démarche   quelconque,   le  
comportement   des  pages   doit   être   prévisibles  pour   ne  pas  dérouter   le   visiteur.   Il  faut   assister  
l’u;lisateur  dans  la  correc;on  des  erreurs  de  saisie.

Robustesse  :

les  sites  doivent  s’appuyer  sur  des  technologies  fiables,  répandues  et  évolu;ves.

Tous  les   critères   qui  composent   le  référen;el  s’appuie  sur   ces  quatre  principes  pour   rendre   les  
sites  Internet  les  plus  faciles  d’accès  aux  personnes  présentant  une  déficience  quelconque.
Le référentiel général dʼaccessibilité pour les administrations (RGAA)

Exemples
Afin   d’illustrer   plus   concrètement   à   quoi   correspondent   les   quatre   principes   sur   lesquels   ce  
référen;el   est   bâ;,   nous   allons,   pour   chaque   principe,   détailler   un   critère   et   la   méthode   de  
valida;on  qui  lui  correspond.

Percep1bilité  :

les  contenus  mul;média  permeCent  une  interac;on  forte  avec  le  visiteur.  Il  faut  néanmoins  que  
les  vidéos  soient   sous-­‐;trées  (critère   1.2.2).   On   vérifiera   donc   que   tous   les   contenus   animés  
proposés  disposent  de  sous-­‐;tres.

U1lisabilité  :

afin  que  le  visiteur  dispose  du  temps  nécessaire  à  la  compréhension  des  éléments  qui  composent  
la  page,  aucune  limite  de  temps  ne  doit  être  imposée  pour  exécuter  une  tâche  (critère  2.2.3).  On  
vérifiera  qu’au  cours  de  la  procédure,  aucune  limite  de  temps  n’est  imposée.

Compréhensibilité  :

si  des  mots  rares  sont  présents  dans  la  page,   des  liens  vers  les  défini;ons  de  ces  mots  doivent  être  
présents  (critère  3.1.3).  La  présence  des  liens  vers  les  défini;ons  (ou  des  défini;ons  elles-­‐mêmes)  
sera  contrôlée.

Robustesse  :

la  conformité  des  pages  au  formats  standards  du  web  (HTML   /  XHTML)  doit  être  garan;e  (critère  
4.1.1).  Les  pages  devront  passées  les  tests  de  validité  syntaxiques.

Pour   clore   ceCe   série   d’exemples,   précisons   que   les   différents   critères   sont   classés   en   trois  
catégories  notées  de  «A»  à  «AAA»  selon  leur  complexité  de  mise  en  oeuvre.  Selon  le  nombre  de  
critères  de  chaque  catégorie  effec;vement   implantés  au  sein  du  site  Internet,  celui-­‐ci  recevra  une  
«note»   («A»,   «AA»   ou   «AAA»)   indiquant   son   niveau   d’accessibilité.   L’objec;f   affiché   est   bien  
entendu  que  la  majorité  des  sites  publics  fassent  les  efforts  permeCant  d’obtenir  «AAA».
Le référentiel général dʼaccessibilité pour les administrations (RGAA)

Perspec;ves

Pour  conclure,  il  convient  d’admeCre  que  le  présent  référen;el  est  un  ou;l  efficace  qui  facilite  le  
mise  en  place   de  contenus     accessibles  aux   citoyens  handicapés  ou  présentant   une  déficience  
quelconque,   en   indiquant   de   manière   précise   et   avec   une   certaine   exhaus;vité   les   critères  
techniques  qu’il  faut  remplir.  En  ce  sens,  on  peut  raisonnablement  dire  qu’il  aCeint  son  but.

Néanmoins,  on  peut  légi;mement  émeCre  quelques  remarques.  


Quel  que  soit   l’effort  réalisé  par  les  concepteurs  de  sites  Internet,  certains  handicaps  nécessitent  
des  équipements  spécifiques   (synthèse   vocale   avancée,   traduc;on   en   braille,   claviers   adaptés)
pour   permeCre   une  véritable   interac;on   entre   le  site  et   le  citoyen  vic;me  d’un   handicap.   Ces  
matériels   sont   rares   et,   par   la   même,   couteux.   On   peut   donc   se   demander   si   le   problème  
d’accessibilité  n’est  pas  simplement  «déplacé».
D’autre  part,  certains  handicaps  ne  peuvent  toujours  pas  se  sa;sfaire  de  ces  solu;ons,  notamment  
parce   que  l’u;lisateur   ne   dispose  pas  des  capacités  à  comprendre  ce   qui   lui  est   demandé   :   le  
contact  humain  est  donc  toujours  nécessaire  pour  obtenir  des  explica;ons  claires.
Enfin,  même  si  l’on  peut   considérer  (et  sans  doute  à  juste  ;tre  pour   par;e)  que  le  fait   de  ne  pas  
subir   les   regards   d’autres  personnes  lors  de  démarches  administra;ves  «tradi;onnelles»   est   un  
avantage,   ceCe  possibilité  offerte  de  ne  pas  quiCer  son  domicile  ne  peut-­‐elle  pas  être  un  facteur  
supplémentaire  d’isolement  ?