Vous êtes sur la page 1sur 5

ECONOMIE MONETAIRE ET BANCAIRE

Objectifs Généraux 

-être capable de bien cerner tous les mécanismes monétaires et bancaires

-maitriser l’impact de la monnaie dans l’économie

Objectifs spécifiques

-comprendre l’ossature de la monnaie (phénomène abstrait et concret)

Ce cours a le mérite d’avoir deux types d’objectifs  : 1 objectif général et des


objectifs spécifiques.

- l’objectif général consiste à emmener l’étudiant à être capable de maitriser l’impact (le rôle)
de la monnaie dans l’économie, et de permettre à l’étudiant de mieux cerner les possibilités
et les limites du système de financement de l’économie ainsi que la nature de la politique
monétaire.

- l’objectif spécifique consiste à rendre l’étudiant capable :

1- situer le rôle de la monnaie et de la banque dans l’économie ;

2- cerner les effets de la monnaie dans l’économie à travers la politique monétaire ;

3- assimiler les différents mécanismes monétaires et bancaires dans le cadre du financement


de l’économie.

CONTENU PEDAGOGIQUE
Chap. I : Offre et Demande de Monnaie

Section 1 : Analyse de la création monétaire par les banques

Section 2 : La relation entre la masse monétaire et la base monétaire (le multuplicateur de la
base monétaire)

Section 3 : La demande de la monnaie

Chap. II : Financement de l’Economie

Section 1 : Modes de financement

Section 2 : Notion de l’endettement


Chap. III : Politique Monétaire

Section 1 : objectifs généraux et intermédiaires

Section 2 : Indicateurs

Section 3 : Instruments

Section 4 : Ciblage d’inflation

Chap. IV : Système Bancaire et Mise en Œuvre de la Politique Monétaire

Section 1 : l’organisation du système bancaire

Section 2 : l’organisation de la zone francs

Section 3 : Evolution de la politique monétaire de la BEAC

Section 4 : Le processus de gestion des banques monétaires

L’économie monétaire est sans doute l’une les branches des sciences économiques
dont l’objet principal se fonde sur la monnaie ; car celle-ci est au cœur du fonctionnement de
notre société, étant donné que toute transaction se règle en monnaie.

L’anatomie de la monnaie nous amène à se poser la question ? Par prudence


académique, il n’existe pas une définition correcte et satisfaisante ; parce que la théorie
économique sur cette question renferme beaucoup d’équivoques. Dans son sens
étymologique, le mot monnaie a une origine latine «  moneta », qui n’est autre que le
participe passé féminin du verbe « moneo » qui veut dire AVERTIR ; ce qui n’a pas de rapport
avec le sens que nous voulons savoir de la monnaie. Mais sur le plan anthropologique, c
révèle l’origine religieuse de la monnaie. Ce qui fait le mystère de la monnaie dans sa
définition, s’est que la monnaie est à la fois un bien et un non bien. C’est une forme existante
de la valeur, c’est aussi un bien réel qui dans le cadre de la circulation des marchandises se
présente comme la contrepartie de n’importe quelle marchandise ( c’est le medium
indifférencié de n’importe quel échange).

La monnaie à une dimension à la fois sociale et individuelle ; elle est à la fois simple
et complexe.

-SIMPLE parce que c’est un bien d’échange généralement accepté par tous, sans coût ni délai.
Elle doit son existence à la confiance que les gens accordent à sa valeur (la monnaie comme
une institution).

-COMPLEXE de fait que dans son évolution, elle ne cesse de se dématérialiser, et sa valeur
demeure plus importante que son coût de production. Cette complexité se retrouve dans la
pratique Congolaise où les gens considèrent les pièces comme la monnaie et l’argent comme
les billets, ignorant ainsi que l’argent vient d’une pratique monétaire du passée, où la
monnaie avait sur support matériel le métal argent. La complexité de la monnaie se trouve
aussi dans ses effets sur l’économie. Dans l’histoire de la pensée économique, la monnaie a
permis de séparer l’économie en deux sphères à savoir : sphère monétaire et sphère réelle.
Peu après, certains économistes ont réfuté cette dichotomie (séparation) pour préconiser une
fusion des deux secteurs en intégrant la monnaie dans la sphère réelle. Face à cette difficulté
définitionnelle de la monnaie, il sera retenu dans le cadre ce cours une définition
fonctionnelle qui considère la monnaie comme « un actif qui tire son utilité de sa fonction de
moyen de payement (règlement) ».

La monnaie se définit donc comme un ensemble de moyens de payement, c.-à-d., un


ensemble des actifs qu’acceptent le public partout et tout le temps.

Monnaie = acceptabilité générale = confiance = valeur de la monnaie = pouvoir d’achat

De nos jours, un débat académique s’instaure sur la portée et le sens de l’utilisation de la


monnaie en vue d’agir sur l’activité économique. Ce cours à été donc conçu dans l’optique de
pouvoir nous rendre compte sur certains aspects de ce débat académique tout en se référant
aux mécanismes fondamentaux de l’économie monétaire et bancaire.

Bibliographie :

-BRANA ; CALZAS ; KAVFMANN « Economie monétaire et financière »

-«  Economie Monétaire et financière », Edition BREAL 2000

-BOURGET Jean « Monnaie et Système Monétaires », Edition BREAL 2002

-DE COUSSERGUES Sylvie « Gestion de Banque du diagnostic à la stratégie », Edition DUNOD


2010.
Mercredi 23 Octobre 2013

CHAP I : OFFRE ET DEMANDE DE MONNAIE

Il s’agit de voire dans le cadre de ce chapitre, les deux éléments essentiels qui forment le
marché de la monnaie (différent du marché monétaire), prit dans le sens macroéconomique
comme étant un endroit où se vend la monnaie , à savoir l’offre de monnaie et la demande de
monnaie.

Section 1- Analyse de la création monétaire

La monnaie brise le troc en deux demi-échanges réels et indépendants : la vente et l’achat.


Elle facilite et multiplie donc les transactions.

Vous aimerez peut-être aussi