Vous êtes sur la page 1sur 8
NNES DES FOR‘! DAOU -MARCAT; $ Disa doun, acos tu, méchante recardeyre ‘Que bas me descrida sur toute la ribeyre ? . Te diben quaoucarés, dis doun, congot léndous 2 Baey te desharbouilla, baey, mus escaraougnous , : Baey douna lous poulets a quinze sos lon paire, _ Counéchen toun commerce; as'bet tourna, ma chére, © Tout lou mounde sap bien, a ne pas én douta, - Que n’es pas lou mestey que te fey fignoula; _ Eferés bien millou de jouga de tous restes, Que de Véntreteni des persounes ‘honnestes. ' i MAYAN. Eseoute, Cadichoune, acos & jou qu’én bos ? i : CADICHOUNE. O, positibemént, madame rogue los. Boly te fa prouba si suey une firiande, eee Une ibrougne, un fumey, un mus a la groumande. 6, MAYAN. * % Jou ney. pas dit aco, ménténdes, grand sourdat;. Yaillours, quand Paouri dit, ey dit la béritat. Oh+! te lou prouberey, oli! sus une goulude. CADICHOUNE. Suey coume tu, gringoun, eymy la biande crud Mais ma foey aco n’és qu’én tout bien, tout haounou - E digun v’a lou mot a redire sur jou. : Ne m’an pas biste ana coure la patanténe, Péndén toute la nueyt déns lous prats de Bincéne. * Baey trouba tonn peynut, aquet meste de chaey, > F Que roeyne soun bourgés a rapport a tu, baey. Pan biste a Blanchereou fa la bounberounbette , Acos ce que te faou de te mettre én goguette. Diu merci, tous lous jours, {édes parla de tu. : ‘ MAYAN. E que demande qui, madame la bertu! Dis doun, bos un habit? baou te préndre mesure. % CADICHOUNE. Que me diras, dis doun, méchante pourriture ? x MAYAN. ‘ i _ Direy ce que boudrey, direy la béritat, CADICHOUNE. Parle, suey counéchude aci déns lou marcat. Ney pas poou de rougi, suey une honneste femme , Pody passa per tout. ! “ MAYAN. : Retenets-la, se pame! . aes ' 4 Madame la furur, qu’a gagnat dus oustaous En béndén sulemén dos paquets @artichaous ! oe (3) Hébé 0, credets-lou, la farce n’es pes belle ! Sus jalouse, dis doun, de beyre ma dantelle ? Boly.fa coume tu, boly me remounta. ~ CADICHOUNE. Baey-tén, méchant sujet, baey-tén. MAYAN. Boly caga. Counéchen tous secrets, ba, 1a praoube bitoune, An énténdu soubén parla de Cadichoune. Acos bien counéchut, que Pargént qu’as gagnat Ne bén pas daou profit qu’as feyt déns lou niareat, Mais ma foey as finit de fa de les bamboches Epuey bénes aci per me fa dos reproches ! Dis doun, toun gabarey ue Va pas mey boulat, T’a fey fa demi-tour, Va boutade aou rebut, Ne te chagrines pas, pouyras ¢acare plaire, Car te troby millou démpuey quas un cotére. Bas heleou rajuni : le temps passé n’est plus; Nas tan fey déns lou témps, que sémbles Coquibus. Dis doun, qu’as sur lou naz! quaouque bieille relique, ‘Acos.aco, ma foey, que te coupe la chique. : Re Ah! lou bet diamant ! aco sémble un rubi! ‘As bet'Vana bagna, ne podes pas gari. : : Baey-tén, fédes horrur | baey-tén, cap de marote ! Pas mis-un tour de peou ; renge ta papillote, © Beleou que te feras éucare Un aMourous 5 Mais la déches toumba sur toun euil légagnons 5 As poou que lous passans ¥ trobert a redire. Tou honime es conrdouney, ly fédes de la cire + — 0, ma-mie, as resoun, Jou profit es tout clay Mais ferés bien millou si tanab: é : 5 Cacna. i So ty ee Ah ! lon jolit minois ! gueyte-la doun, Martille, — Ne diven pas daci qu’es une june fille? Gueyte aquelles coulons, gueyte aquet mus de quiou, Si ne ressémble pas la fatche Pun nabiou. aay Gueyte-la, je Van prie, Ah! la belle carrure. , f CADICHOUNE. Que dounerés, courpoun, per agé ma tournure | - Dis doun, pé de canard, bouchoun émpaquetat, Portrait 4 fa caga, gros fagot estripat, ' Taille de porte-feych, grosse tour, citadelle, ~Meéntoun aou mus d’esclop, naz de polichinelle ! — Ma foey as bien resoun ne parla de beoutat ! Gueyte aquets euils brillans; tant baou das euils de gat. Tourne-té per darey. Ah! la charmante done ! A Pesquine tournade én forme de colonne; Tan badré, sur ma foey, beyre un ours habillat; Ah! lou jolit boucin ! es propre é délicat. _ Baey-tén, pades aon bouc, baey te cacha, négresse. MAYAN, Mert 7 i i Tn, me feras cacha, dis, madame sans graisse ! Oh! ma foey, per aco, n’as pas assez lou fiou ! ~ Gueyte aquet mus de boey, n’a ni poupes ni quiou. ee ‘ CADICHOUNE. - . ae Ne sney pas coume tv, dis doun, grosse tripeyre ! ‘ntes a Pescaoufat, daey-tén a la ribeyre, : ~ Baey laba toun paquet, qu’émponysoune acu fresquin, i Salope, cailletoun, horrur, pet de raquin, Recardeyre Pun jonr, noubelle desbarquade ! (5) MAYAN. Recardeyre @un jour! la suey toujours estade, | Car Véry én sourtén daou béntre de ma maey. CADICHOUNE. Jou Véry én sourtén dos moulets de imoun paey; Ainsi dibes pénsa que saourey te respoundre, Diaoutant plus sabes bien que pody te counfoundre. Saben tout ce qu’as feyt; mais ne disén plus mot. MAYAN. Qu’as a dire, chiffoun? podes parla, balot! Ney pas poou de tu podes parla, gros esquipatche! Que me reprocheras? qu’ey aougut un meynatche! CADICHOUNE. Hebé 0, séns counta lous aoutes qu’as poundut. MAYAN. Qu’aco te feyt, dis doun; n’ey feyt tant qu’ey boulut! Ney pas feyt coume tu, méchante créature, Ne lous ey pas pourtat ala manifature. . CADICHOU: Rappelles-té, Mayan, de ce qu’as dit aqui; PP > Mayan, 1 pas Te lou ferey prouba. MAYAN. Ma foey, beyse m’aci, Té, bala per toun naz, si bos une lunette. CADICHOUNE. Baey-tén te lou laba, bacy, padénte, caillette; Baey, graney -pédonils, tignouse, cap pourit; Yo i. So 2 eS Esquine de chameau, fatche de cuir pouillit! ‘ CBee ec Qui ta cagade aqui, dis, salope, bastarde, | Couruse de Oe, reste de corps de garde! Acos a jou, dis doun, que bénes Vattaqua ! _ Baey-tén a Phespitaou, baey per te fa traita, Saloprie, arsenic, pourride, escruellouse, _ Figure de papey, mus de pore, jaounissouse! Ah! la belle meynade! ah! lou jolit tourchoun ! Dis doun, balot de truge, as béndut ton chignoun! Sus charmante, ma foey, dénpuey que van toandude : Hebé, ne dides mot, te bala counfoundude; Mais n’ey pas accabat, te boly fa prouba® Lous prépaous qu’as tingut, per Vappréndre a parla, Oh! me lou prouberas, rebut de la nature, ~ Sey pourtat un meynatche a la manifature, “Deman, deman matin, saouran la béritat. MAYAN. & Que bos, me suey troumpade, as ta birginitat. O, ma mie, as resoun, sus éncare pioucelle; Nas jamais énténdut parla de bagatelle. Ah! carogne, es & jou que boudrés én counta | O, deman aou matin, boly te lou prouba. E tu me prouberas si suey une bastarde, . E déns quaou témps m’as bis coure lous corps de garde. As insultat ma maey, poueyrés én répénti; Acos elle, ma foey, que baey te sécudi. : Appréns qne de tout témps fut une honneste fille, Et que jamais wa feyt d’affroun a sa famille. Acos boun a la tonne, excécrable poueysoun, - Tout lou mounde-counech sa réputatioun, tin _ Ainsi n’as pas besoung de fa tant de poussiére, Car tout un chacun sap qu’ére une bibandiére, Qu’es bingude & Bourdeou quand n’an pas mey boulut, C7) _ Abéque un pé caoussat épuey Vaoute peynut. Heébé, ne troubas pas ques une illustre race! Une brillante ataou qu’a pourtat la biasse, : Que quand sa maey mourit, tout lou mounde Va bis, Fallut ana préga de Véntara gratis.” _ Dis doun, quiou remountat, n’éres pas si cossude? ‘As aoublidat lou témps que marchabes peynude. . Eres petite alors,-mais démpuey as grandit; Grace a toun petit bien, as saougut fa proufit, Epuey boudrés parla, bilaine saboyarde ! Regarde ce que sus, regarde-té, regarde ; Ah! qu/aco te baey bien de parla dos paréns ! CADICHOUNE. Es braey que tous lous touns soun de les grosses géns, Dis doun, qu’ére ta maey abant aquets dus ternes? ‘Anabe tous lous jours alluma les lanternes. Dibes te rappela que couchabe a Pardit, “Sur la:place Franklin, déns un hotel garnit. : Quand 4 toun paey, ma foey, d’én parla suey én peine 5 Gar n’as bien per lou méns une demi-doutzaine. MAYAN. Tey dit que te ferén appesa toun caquet; Ne suey pas coume tu la fille d’un curet. Moun paey ére officier, fut twat a la guerre. Lou toun, coume un houlur, es crebat én galére. Ey dos témoungs aci que Van bis aow carcan. LA BIEILLE CALIN. Nas pas de hounte, dis, bos te téysa, Mayan. ‘Acos bien bet, ma foey; suey lasse de Vénténdre. Boly que tous prépaous un jour te fassen péndre, sns une insolente, un pillatche, un dra _ Edens tout ce qu’a dit Cadichoune a resoun. Ne bénes aou mareat que per cerca querelle. MAYAN. _ Que boulets, cap de mort, bieille sémpiternelle, ‘Treitze pinte de chey, fatche de parchemin Bieil nazic & tabac, ibrougne, mus aon bin? Anas bous-én trouba boste fille Yeynade, Van boutade a Péenclos. Ah! la belle journade! Esdoumatche, ma foey, car ére un boun sujet. LA BIEILLE CALIN. + Teyse-té, serpent bert. MAYAN. 4 Cacha-bous, bieille pet. wt CADICHOUNE, w “Ne patles pas Pénclos; que poueyren bien vy beyre, Figurante de nueyt, couruse de caoudeyre. : : MAYAN. O, ma poule, as gagnat, madame Vinconnn. Ne disputy pas mey, adiou, m.... per tu. SOF,