Vous êtes sur la page 1sur 2

Introduction Générale :

Réussir un stage dans un thème qui s’inscrit dans le domaine technique nécessite
un processus d’étude profond pour le thème demandé, d’une part une étude théorique et
d’autre part l’étude pratique. Mais durant la pandémie actuelle causé par covid-19, passer
un stage en présentiel reste une mission presque impossible. Cependant chaque problème
a toujours une solution, alors en tant que futurs ingénieurs nous avons profité de ces
conditions tout en choisissant un thème « Modélisation et commande de vitesse d’un
moteur asynchrone » qui peut être traité dans un laboratoire et aussi à distance à travers
des logiciels de simulation.

L’énergie électrique est utilisée depuis longtemps pour produire de l’énergie


mécanique grâce à des convertisseurs électromécaniques réversibles, qui sont les machines
électriques. Les méthodes classiques de variation de vitesse (mécaniques et
électromécaniques) ont été peu à peu dépassées par des ensembles associant des
convertisseurs statiques à des moteurs électriques. Les moteurs à courant continu ont été les
premiers à bénéficier de ces progrès. Ils possèdent une grande souplesse de fonctionnement,
un comportement linéaire et fonctionnent naturellement dans les quatre quadrants. Toutefois,
la présence d’un collecteur mécanique pose de nombreux problèmes, en particulier de
maintenance. C’est pourquoi les machines à courant alternatif remplacent de plus en plus les
machines à courant continu dans diverses applications, dont les machines asynchrones
triphasé.

La machine asynchrone, en raison de son faible coût et de sa robustesse, constitue


actuellement la machine la plus utilisée pour réaliser des variations de vitesse. De part sa
structure, la machine asynchrone possède un défaut important relativement à la machine à
courant continu. En effet, l’alimentation par une seule armature fait que le même courant crée
le flux et le couple et ainsi les variations du couple provoquent des variations du flux ce qui
rend le modèle de la commande plus complexe.

Le domaine de la commande des machines à courant alternatif est toujours en


évolution, cela est dû aux exigences des cahiers de charge des opérations industrielles. De
nombreuses études ont été faites pour mettre au point des commandes performantes de la
machine asynchrone à cage. L’évolution conjointe de l’électronique de puissance et de
l’électronique numérique a contribué à l’élaboration des algorithmes de commande plus
avancés améliorant les performances statiques et dynamiques de cette machine et assurant
ainsi un découplage du flux et du couple.

C'est dans ce domaine qu’un effort considérable de recherches a été consacré. Le but étant
de trouver des stratégies de commande de vitesse appropriées aux moteurs asynchrones.
Plusieurs stratégies de commandes ont étés développés avant les années 90 :

 Commande scalaire : basée sur l’imposition d’une relation constante entre le module de
la tension d’alimentation et sa fréquence, cette stratégie de commande est de structure
très simple mais ne permet pas de réaliser une bonne précision dans la réponse de la
vitesse ou du couple.
 Commande vectorielle : Introduite par Blaschke en 1972, elle constitue une révolution
pour le contrôle de la machine asynchrone. Cette technique consiste à ramener le
comportement de la machine asynchrone à celui du moteur à courant continu, en
effectuant une linéarisation asymptotique et un découplage entre le flux et le couple
électromagnétique.
 Commande directe du couple (DTC) : Apparue dans la moitié des années 80, elle est une
alternative aux méthodes classiques de contrôle par modulation de largeur d’impulsions
et à la commande vectorielle. Dans cette commande, il est possible de contrôler
directement le flux statorique et le couple électromagnétique en utilisant une sélection
appropriée des états des interrupteurs de l’onduleur alimentant le moteur.

Vous aimerez peut-être aussi