Vous êtes sur la page 1sur 10

Introduction

Cette section fournit des explications sur la structure de la phrase française. Les différents types de phrases
y sont présentés de manière détaillée. À chaque type correspondent des règles et structures particulières.

La phrase affirmative simple


On trouvera ici des informations sur la phrase affirmative simple. Le français est une langue où la place des
mots est très importante : ceux-ci ne sont interchangeables que dans des cas bien précis. L’ordre des mots,
dans la phrase affirmative simple, est sujet – verbe – complément.

Exemple :
Le chien attrape la balle.

La phrase négative
Les phrases négatives se forment avec ne … paset d’autres adverbes de négation qui sont toujours
composés de deux éléments. Ces phrases ont une structure bien particulière.

Exemples :
Je n’ai rien dit.
Je n’ai pas de temps.

La phrase interrogative
Il y a deux types d’interrogation : totale et partielle. Nous expliquons ici comment ces phrases fonctionnent
et donnons des informations sur les adjectifs et pronoms interrogatifs.

Exemples :
Avez-vous faim ?
Quand partez-vous ?
Les conjonctions
On peut lier deux propositions (phrases ou parties de phrase) grâce aux conjonctions de
coordination (et, …) et aux conjonctions de subordination (quand, parce que, …). Nous définissons aussi
dans cette rubrique les différents types de propositions (indépendante, principale, subordonnée).

Exemples :
Elle est suisse et il est Autrichien.
Nous achetons toujours du pop-cornquand nous allons au cinéma.
Il est fâché parce qu’il a perdu son ballon.

L’interrogation indirecte
Les subordonnées interrogatives dépendent d’un verbe qui induit une question. Le passage de
l’interrogation directe à l’interrogation indirecte entraîne des changements (la subordination par la
conjonction si  ou par un mot interrogatif, la suppression de la forme interrogative, des changements de
temps et de pronoms personnels).

Exemples :
Il veut savoir s’il est tard.
Je ne sais pas où est mon portable.
Ils demandent comment était le film.

La proposition participiale
Les propositions participiales sont des propositions subordonnées dont le verbe (qui a son propre sujet) est
conjugué au participe présent ou passé. Ces tournures sont peu fréquentes dans la langue française.

Exemples :
La fin du mois approchant, il me reste peu d’argent.
Le train atteint, il inspira soulagé.
La proposition subordonnée relative
Les subordonnées relatives permettent de compléter un nom, de donner des informations supplémentaires
sans commencer une nouvelle phrase. Ces propositions sont introduites par un pronom relatif.

Exemples :
C’est le garçon qui habite ici.
C’est le garçon que j’aime bien.
C’est le garçon auquel je donne des conseils en maths.
C’est le garçon dont les parents sont acteurs.

La proposition conditionnelle
Il y a plusieurs façons d’exprimer la condition (circonstance obligatoire pour la réalisation d’un fait) et
l’hypothèse (supposition, possibilité, éventualité). On emploie le plus souvent une proposition subordonnée
introduite par si.

Exemple :
S’il fait beau temps demain, nous irons nous baigner.

Le discours indirect
Le discours indirect est employé pour rapporter les paroles qu’une personne a prononcées. Le passage du
discours direct au discours indirect entraîne des changements (la subordination par la conjonction que, la
suppression de la ponctuation, le changement des pronoms, le changement des temps).

Exemple :
Il a raconté qu’il avait passé ses vacances en Suisse.

https://francais.lingolia.com/fr/grammaire/la-phrase
Structure de la phrase - cours

La phrase

Une phrase commence toujours par une majuscule et finit toujours par un point (que ce soit un point simple, un
point d'exclamation ou un point d'interrogation). La phrase est composée d'un ensemble de mots placés dans un
ordre logiqueafin d'avoir un sens et permettant d'exprimer une action ou un état.

A l'intérieur d'une phrase, l'ensemble cohérent de mots permettant à lui seul d'avoir un sens est appelé une
proposition. Une phrase peut donc comprendre une ou plusieurs propositions. Chaque proposition est constituée
de plusieurs éléments (autrement dit de plusieurs groupes de mots) : un sujet, un verbe exprimant une action ou
un état, un complément et éventuellement un attribut.

Exemple : Je crois que mon frère a une nouvelle amie > 1ère  proposition : 'je crois', 2ème  proposition : 'que mon frère
a une nouvelle amie'. Dans la première proposition, nous pouvons identifier un sujet 'je' et un verbe 'croire' qui est
conjugué. Dans la seconde proposition, nous pouvons identifier un sujet 'mon frère', un verbe 'avoir' qui est
conjugué, et un complément 'une nouvelle amie'.

Parfois, des mots peuvent être sous-entendus (par exemple : 'Paul réagit comme son frère', autrement dit 'Paul
réagit comme réagirait son frère'). Le deuxième verbe est sous-entendu : cela s'appelle une ellipse.

Une phrase peut être déclarative et être alors affirmative (par exemple : 'Cécile est rentrée tard') ou bien négative
(par exemple : 'Jeanne n'est pas rentrée hier soir'), interrogative et être alors directe (par exemple : ' Jeanne est-
elle rentrée tard ?') ou bien indirecte (par exemple : 'Je me demande si Jeanne est rentrée tard'), exclamative (par
exemple : ' Jeanne est rentrée tard !') ou encore impérative (par exemple : 'Rentre tôt ce soir').

http://www.francaisfacile.com/exercices/exercice-francais-2/exercice-francais-3428.php
Objectif : connaître les outils de la langue.
La phrase est délimitée par la ponctuation et constitue à la fois une unité syntaxique, une unité
mélodique et une unité de sens.
Dans la langue française, les phrases verbales sont les plus courantes, elles s'articulent autour d'un
verbe conjugué.
Ex. : « Alors on vit un spectacle formidable. »
(V. Hugo, Les Misérables, 1862)
Certaines phrases qui ne comportent pas de verbe conjugué, mettent en relief un nom ou groupe
nominal (phrase nominale), un adjectif (phrase adjectivale) ou un adverbe (phrase adverbiale).
Ex. : « Bouleversement de toute ma personne. »
(M. Proust, Sodome et Gomorrhe, 1921)
1. La phrase simple
La phrase simple est constituée d'une seule proposition composée au minimum d'un groupe sujet et
d'un groupe verbal. Elle est indépendante.
Ex. : « sous eux le flot, aveugle, dirigeait le combat ».
(V. Hugo, Quatre-vingt-treize, 1874)
2. La phrase complexe
La phrase complexe est composée de plusieurs propositions qui entretiennent des degrés de
dépendance différents selon le type de relation qui les relie.
a. La phrase complexe par coordination ou juxtaposition

Dans ce cas, les propositions sont indépendantes les unes des autres.


Mises sur le même plan, elles peuvent être reliées par une conjonction ou unadverbe de
coordination :
Ex. : « Père soupire et son soupir emporte un mince petit filet de fumée. »
(J. Giono, Un roi sans divertissement, 1947) ;
ou simplement juxtaposées et séparées par un signe de ponctuation (une virgule le plus souvent) :
Ex. : « On criait, on courait, beaucoup tombaient. »
(V. Hugo, Quatre-vingt-treize, 1874)
b. La phrase complexe par subordination

Dans ce cas, les propositions subordonnées dépendent d'une proposition principale. On


distingue plusieurs types de propositions subordonnées selon le type de relation qu'elles entretiennent
avec la principale : subordonnées complétives, subordonnées circonstancielles, subordonnées
relatives.
Ex. : « Elle savait [que l'hiver était fini] [quand elle entendait le bruit de l'eau]. »
(J.M.G Le Clézio, Etoile errante, 1992)
3. La période
Il s'agit d'une phrase complexe très développée, avec clarté et harmonie, dont la structure et le
rythme mettent en évidence la succession et l'enchaînement des idées. Elle se décompose en deux
phases : la première, phase montante, est appelée protase et fait attendre la principale qui est le
point culminant de la phrase ; la deuxième, phase descendante jusqu'au point conclusif, est
appelée apodose.
Ex. : « [Celui qui règne dans les cieux et de qui relèvent tous les empires, à qui seul appartient la
gloire, la majesté et l'indépendance, est aussi le seul] [qui se glorifie de faire la loi aux rois et de
leur donner, quand il lui plaît, de grandes et de terribles leçons]. »
(Bossuet, Oraison funèbre d'Henriette de France, 1669).
4. Le rythme de la phrase
Les phrases, par leur longueur ou leur brièveté, par les balancements, les ruptures, les reprises, ont
un rythme propre qui contribue à l'expressivité du texte.
a. Le rythme binaire

La phrase est composée de groupes de mots de même nature qui vont par deux.
Ex. : « On le visait sans cesse, on le ratait toujours. »
(V. Hugo, Les Misérables, 1862)
b. Le rythme ternaire

La phrase est composée de groupes de mots de même nature qui vont par trois.
Ex. : « Ce n'était pas un enfant, ce n'était pas un homme ; c'était un étrange gamin fée. »
(V. Hugo, Les Misérables, 1862)
c. L'accumulation

La phrase contient une longue énumération de mots de même nature qui produit un effet d'abondance
désordonnée.
Ex. : « Il se couchait, puis se redressait, s'effaçait dans un coin de porte, puis bondissait,
disparaissait, reparaissait, se sauvait, revenait, ripostait à la mitraille par des pieds de nez... »
(V. Hugo, Les Misérables, 1862)
d. La dislocation

L'ordre habituel des mots de la phrase peut être modifié afin d'extraire un mot, une expression, une
proposition que l'on déplace au début ou à la fin de la phrase.
Ex. : « Ce goût, c'était celui du petit morceau de madeleine que le dimanche matin à Combray [...]
ma tante Léonie m'offrait après l'avoir trempé dans son infusion de thé ou de tilleul. »
(M. Proust, Du côté de chez Swann, 1913)
L'essentiel
Une phrase est généralement articulée autour d'un verbe conjugué (phrase verbale), plus rarement
autour d'un nom (phrase nominale), d'un adjectif (phrase adjectivale) ou d'un adverbe (phrase
adverbiale).
On distingue la phrase simple composée d'une seule proposition, de la phrase complexecomposée
de plusieurs propositions coordonnées, juxtaposées ou subordonnées.
Les différentes structures de la phrase, par leur rythme, contribuent à la qualité expressive d'un texte.

http://www.maxicours.com/se/fiche/6/3/17663.html
http://www.espacefrancais.com/les-types-de-phrases/

http://la-conjugaison.nouvelobs.com/regles/grammaire/les-structures-de-phrases-167.php
FRANÇAIS

L'ANALYSE DE LA PHRASE

L’analyse de la phrase implique de comprendre la phrase comme un tout que l'on peut décortiquer en parties.

Chaque phrase est formée de constituants, de divers groupes de mots ayant leur fonction syntaxique propre.
Chacun de ces groupes est formé de mots qui appartiennent à uneclasse.

LA REPRÉSENTATION SCHÉMATIQUE D’UNE PHRASE

1.  La représentation schématique permet de visualiser le grand principe

suivant : la phrase est divisée en parties qui, réunies ensemble, doivent former un tout

cohérent.
2.  Les constituants, les groupes de mots et les mots se trouvent à

différents niveaux de la structure de la phrase, c’est pourquoi on parle de structure

hiérarchique.

3. La représentation schématique de la phrase va ressembler à un arbre dans lequel les

différents paliers représentent les niveaux hiérarchiques.  

LE PREMIER NIVEAU D'ANALYSE


Le premier niveau est celui des constituants de la phrase :

 Le sujet
 Le prédicat
 Le complément de phrase

 
LE DEUXIÈME NIVEAU D'ANALYSE
Le deuxième niveau concerne les groupes et leurs fonctions :

 Le groupe nominal
 Le pronom
 Le groupe adjectival
 Le groupe verbal
 Le groupe prépositionnel
 Le groupe adverbial
 Le groupe infinitif
 Le groupe participial
 La subordonnée

LE TROISIÈME NIVEAU D'ANALYSE


Le troisième niveau concerne les classes de chaque mot :

 Le nom
 Le déterminant
 Le pronom
 L'adjectif
 Le verbe
 La préposition
 L'adverbe
 La conjonction
 L'interjection

La phrase La troupe de danse réserve le gymnase tous les midis représentée dans sa structure hiérarchique :

Les outils facilitant l'analyse d'une phrase


La grammaire de la phrase

Vous aimerez peut-être aussi