Vous êtes sur la page 1sur 51

UNIVERSITE HASSAN II

Faculté des sciences juridiques

Economiques et Sociales

AINCHOCK – CASABLANCA.

FILIERE : DROIT EN FRANÇAIS

SEMESTRE 4.

MODULE : DROITS HUMAINS.

ELEMENT DE MODULE :

DROITS DE L’HOMME
&
LIBERTES PUBLIQUES

Professeur : BENSLIMANE.

1
ANNEE UNIVERSITAIRE : 2014-2015.

2
Avertissement :
Ce document n’est pas le cours officiel du prof.
C’est le fruit de l’effort personnel de certains étudiants et
n’engage en aucun cas et dans aucune circonstance leur
responsabilité.

PLAN du Cours

Chapitre I : La Formation des Droits de L’Homme

Section I : L’inexistence des Droits de L’Homme dans les Etats Traditionnels

Paragraphe 1 : L’absence des droits de l’Homme en raison de la hiérarchisation des relations sociales .

Paragraphe 2 : L’absence des droits de l’Homme en raison de la prévalence du pouvoir absolutiste de l’Etat.

Section II: L’émergence des droits de l’Homme dans le cadre des Etats modernes.

Paragraphe 1: Modernité et droits de l’Homme.

3
Paragraphe 2 : L’émergence des droits de l’Homme dans les pays anglo-saxons.

Paragraphe 3 : L’émergence des droits de l’Homme en France.

Section III: Le développement des droits de l’Homme.

Chapitre II: L’universalisation des droits de L’Homme

Section I: Le difficile chemin vers l’universalisation des droits de L’Homme

Paragraphe 1: Les entraves historiques à l’universalisation des droits de L’Homme

Paragraphe 2 : Le caractère tardif de l’émergence des droits de l’Homme.

Section II: L’universalisation des droits de l’Homme dans le cadre des Nations Unies.

Section III : L’universalisation des droits de l’Homme par leurs formation et leure développement à l’échelle régionale.

4
Chapitre III : Le régime juridique des droits de L’Homme

Section I : Le contenu des Droits de l’Homme.

Paragraphe 1 : Les droits civils et politiques.

Paragraphe 2 : Les droits économiques, sociaux et culturels.

Paragraphe 3 : Le droit de solidarité.

Section II : La protection des Droits de l’Homme.

Paragraphe 1: La protection des droits de l’Homme sur le plan interne.

Paragraphe 2 : La protection des droits de l’Homme sur le plan universel.

5
INTRODUCTION :
Les Droits de l’Homme ont en l’espace de quelques décennies acquis une importance cruciale dans la
vie des hommes. Ils sont devenus la référence éthique pour juger la conduite des États à l’égard de leurs
citoyens. Ainsi, le développement des Etats ne se mesure plus uniquement en terme économique, mais aussi
en termes de progrès dans la promotion des droits de l’Homme et de la traduction effective de ces derniers
dans le comportement des Etats dans leurs relations avec leurs citoyens. C’est pour cette raison que l’on parle
plus de développement économique mais plutôt de développement humain des Etats. La prééminence
accordée aux droits de l’Homme a aussi suscité l’apparition de grands nombres de mouvements et
d’organisations non-gouvernementales (O.N.G) en vue de promouvoir et défendre ces droits. Elle a également
poussée à une utilisation fréquente d’un concept de droits de l’Homme, non seulement par les juristes, mais
aussi par les hommes politiques et les différents acteurs sociaux. Enfin, et surtout les individus où qu’ils se
trouvent et quel que soit leurs statuts dans la société, ont conscience aujourd’hui qu’ils ont des droits en tant
qu’être humains, droit que leurs Etats sont tenus de respecter.

Mais qu’est ce qu’on entend par « droit de l’homme » ? Ce que l’on peut constater, c’est qu’il n’existe
pas un accord général sur la définition des droits de l’Homme. Ainsi, pour René Cassin : « les droits de
l’Homme sont les droits et les facultés qui sont nécessaires a l’épanouissement de la personnalité de
chaque être humain. ».

Yves Madiot a quant à lui pu considérer que : « les droits de l’Homme sont les droits qui assurent la
liberté et la dignité de la personne humaine. ».

Enfin, pour Jack Donnely : « les droits de l’Homme sont des droits que l’on a parce que l’on est un
être humain ». Cette dernière définition est plus intéressante car elle montre que les droits de l’Homme sont
inhérents à la personne humaine, idée à laquelle semble adhérer une grande partie de la doctrine. Elle
implique de ce fait que les droits de l’Homme appartiennent à tous les hommes quels que soit leurs origines,
condition sociale, et que ces droits sont universels, intangibles, et identiques pour tous.

L’expression, droits de l’Homme est parfois contestée, pour lui substituer d’autres expressions telles que
droits fondamentaux, droits humains, etc. Mais l’expression la plus fréquemment utilisée reste celle des droits de
l’Homme. On rencontre aussi parfois, en particulier en France, et dans le monde francophone, l’expression libertés
publiques que certains auteurs tendent à confondre avec celle des droits de l’Homme. Il est vrai que les droits de
l’Homme englobent tous les droits et libertés dont jouissent les individus dans une société donnée. Néanmoins,
les premiers sont ainsi que l’on avons vu inhérents à la qualité de l’homme alors que les libertés publiques sont
fixées par le droit positif, car leurs jouissances supposent l’intervention effective de l’Etat qui peut en élargir, ou
réduire la portée selon le contexte sociopolitique du moment, et qui peuvent varier d’un pays à l’autre.

Les droits de l’Homme ont leurs origines dans les trois religions monothéistes, ainsi que dans les
grandes philosophies. Néanmoins, ils n’ont commencé à prendre forme et à traduire dans les faits quand le
cadre de l’Etat moderne aux termes d’un long combat mené par les hommes contre l’arbitraire de l’Etat. Ce
combat s’est échelonné sur plusieurs siècles, et a aboutit à une extension tant matérielle que spatiales de ces
droits. Ainsi, formée dans le cadre de l’Etat moderne, les droits de l’Homme ne s’étendent au reste du monde

6
que depuis la création des Nations Unies, et l’émancipation des peuples de la domination coloniale. Cette
extension s’est faite par un processus d’universalisation et de régionalisation des droits de l’Homme.
Néanmoins, si un corpus impressionnant de principes et de règles s’est ainsi constitué dans les dernières
décennies, et que l’on peut même
parler de l’existence d’un régime juridique des droits de l’Homme, il reste que le respect des droits de
l’Homme même s’il a connu des progrès notables, dans un nombre grandissant de pays, il n’est pas
général.

La promotion des droits de l’Homme et leurs respects requièrent une vigilance quotidienne même
dans les pays les plus avancés en termes de démocratie et de droits de l’Homme. C’est cette dynamique des
droits de l’Homme que nous étudierons par l’analyse de la formation des droits de l’Homme, et de leurs
universalisations (Chapitre I), et de leurs incorporations et unifications en un système juridique qui vise à
assurer leurs protections (Chapitre II).

CHAPITRE I : LA FORMATION DES DROITS DE L’HOMME.


Les droits de l’Homme n’ont pas pu exister dans les Etats traditionnels et pré-modernes. Il faut
attendre l’apparition de l’Etat moderne pour voir émerger ces droits. Assez limités au départ, les droits de
l’Homme vont se développer progressivement au fut et à mesure que se consolide l’Etat de droit et la
démocratie. Nous analyserons ainsi trois questions :

- L’inexistence des droits de l’Homme dans les Etats traditionnels (Section I).

- L’émergence des droits de l’Homme dans le cade des Etats modernes (Section II).

- Le développement des droits de l’Homme (Section III).

SECTION I : L’INEXISTENCE DES DROITS DE L’HOMME DANS LES


ETATS TRADITIONNELS.
Cette inexistence est due à deux facteurs :

- La hiérarchisation des relations sociales (Paragraphe 1).

- La nature absolutiste du pouvoir étatique (Paragraphe 2).

PARAGRAPHE 1 : L’ABSENCE DES DROITS DE L’HOMME EN RAISON DE LA


HIERARCHISATION DES RELATIONS SOCIALES.
Les droits de l’Homme n’ont pas pu émerger dans les sociétés commerciales, car celles-ci ont été

7
généralement fondées sur des relations hiérarchisées entre les hommes, et les groupes sociaux qui les
composaient.

La structure hiérarchisée des relations sociales était perçue comme naturelle, du fait d’une vision de
l’univers que l’on se représentait comme étant également hiérarchique. Les relations entre les hommes
obéissaient ainsi à des statuts différenciés, en fonction de la catégorie sociale à laquelle ils appartenaient. Il
est vrai que des situations d’égalité ont pu parfois exister mais celles-ci ne concernées pas tous les membres
de la société. On sait que l’égalité et la démocratie ont pu prévaloir dans les cités-Etats de la Grèce antique,
en particulier à Athènes. Mais en fait, l’égalité ne profitait qu’à une partie extrêmement limitée de la
population dans la mesure où la société était divisée en groupes distincts comprenant au sommet de la
hiérarchie, l’élite. Dans une situation intermédiaire les métèques, et au bas de l’échelle, les esclaves.
On retrouve le même phénomène de stratification sociale dans la Rome antique ou l’égalité ne prévalait
qu’entre une catégorie de personnes ; les citoyens romains, lesquels seuls bénéficiaient de l’application du droit
civil alors que les esclaves qui représentaient 40% de la population étaient considérées comme des choses.

La stratification sociale {la stratification sociale est un schéma d' organisation sociale, économique et politique de
la société civile en catégories sociales, groupes présentant une homogénéité en leur sein, mais distincts les uns des autres et
hiérarchisés} et la hiérarchisation des statuts vont continuer à prévaloir et à s’accentuer en Europe dans le cadre
de la féodalité, en dépit de l’adhésion du Christianisme à l’idée issue du Judaïsme que l’homme a été crée à
l’image de Dieu, et de sa proclamation de l’égalité, l’unité et la fraternité humaine. Néanmoins, bien que le
Christianisme ait proclamée l’idée d’égalité entre les Hommes, celle-ci ne s’incarnait pas dans les faits, car les
différences hiérarchiques des statuts continuaient à prévaloir entre les hommes. On a pu noter que parmi les
obstacles qui ont empêché les principes moraux du christianisme en droits de l’Homme, il y avait en
particulier le maintien de l’esclavage, la persistance d’une vie du monde fondée sur la hiérarchie,
l’acceptation des hiérarchies légales et sociales, le rejet des hérétiques, juifs, infidèles, etc.… . Ce sont ces
obstacles qui expliquent que les principes d’égalité et de liberté resteront des principes abstraits, et que
l’église ne cessera de s’opposer aux droits de l’Homme et cela jusqu’au milieu du 20 ème siècle.
Fondée sur l’idée d’inégalité, les cités-Etats empires européens ont projeté cette même idée dans
leurs relations avec le monde externe. En effet, depuis la cité grecque, l’histoire de l’Europe a été celle de la
domination des autres peuples qui sont perçus comme « barbares », « non-civilisés », « inférieurs ».

On invoque parfois la théologie chrétienne, en particulier l’espagnole pour affirmer que celle-ci a dès le
ème
16 siècle donnée naissance aux droits de l’Homme, puisqu’elle dit que c’est une idée naturelle venant de
Dieu etc. En fait, les œuvres de Las Casas, Vitoria, Suarez, ont eu pour seuls objectifs de légitimer la
colonisation par une interprétation assez pernicieuse (dangereuse) des principes moraux issus des droits
naturels.

PARAGRAPHE 2 : L’ABSENCE DES DROITS DE L’HOMME EN RAISON DE LA


PREVALENCE DU POUVOIR ABSOLUTISTE DE L’ETAT.
Contrairement au monde occidental, le monde musulman n’a pas connu de stratification ni de

8
hiérarchisation des statuts. Le Coran a fondé les relations humaines sur l’égalité, ne se contenant pas de
proclamation générale, le Coran a cherché à organiser la vie dans la cité musulmane sur la base de l’égalité,
celle-ci s’est constamment traduite dans les faits même dans les rapports du monde musulman avec les
peuples étrangers. Mais comme le judaïsme et le christianisme, l’Islam a aussi honoré l’homme, le Coran
insiste a plusieurs reprises sur la dignité de l’homme. Dieu a fait de l’homme une créature élue, supérieure à
toutes les autres créatures. Il en a même fait son lieutenant sur terre, et a demandé aux anges de
s’agenouiller devant lui. Mais en dépit de la proclamation par l’Islam de la dignité de la personne humaine, et
son insistance sur l’égalité entre les hommes, les droits de l’Homme n’ont pas pu prendre corps dans le
monde musulman.

La raison en est la nature absolutiste du pouvoir, qui a prévalu après la première ère de l’Etat
islamique, qui commence avec le prophète, et s’achève avec la fin du règne de Ali et qui reste aux yeux des
musulmans comme une période exceptionnelle de leur histoire, parce qu’elle était fondée sur la recherche du
consensus dans le cadre du respect des préceptes de l’Islam.

Il est quasi-unanimement admis que depuis la fin du règne d’Ali, le monde musulman a constamment
vécu en dehors de rares exceptions sous le carcan d’un pouvoir absolutiste et répressif. Le monde musulman
ne commencera à s’intéresser aux droits de l’Homme du reste d’une façon assez timide, qu’à la fin du 20 ème
siècle. Ainsi, la stratification de la société et la nature absolutiste du pouvoir étatique ont empêché les
religions d’exercer un impact important sur le développement des droits de l’Homme.
Néanmoins, si les droits de l’Homme n’ont pas pu s’épanouir dans les Etats traditionnels, ou pré-
modernes, il reste que les principales religions insistant sur la nécessité de la préservation de la vie, du respect de
la dignité humaine, et de l’amour des autres vont être à l’origine de valeurs, et principes moraux qui constitueront
plus tard le fondement et la source d’inspiration des droits de l’Homme, dans le cadre des Etats-modernes.

SECTION II : L’EMERGENCE DES DROITS DE L’HOMME DANS LE


CADRE DES ETATS MODERNES.
L’émergence des droits de l’Homme est fondamentalement liée à la notion de modernité, laquelle
est a son tour la conséquence de l’apparition du développement du capitalisme d’abord en Angleterre, puis
aux États-Unis, et en France. Il est dés lors important d’analyser en premier lieu le lien entre la modernité et
les droits de l’Homme. Ensuite, l’émergence des droits de l’Homme dans les pays anglo-saxons. Et enfin,
leurs apparitions en France.

PARAGRAPHE 1 : MODERNITE ET DROITS DE L’HOMME.

Les droits de l’Homme apparaissent dans le cadre de l’Etat moderne, qui se met graduellement en place à
partir du 15ème siècle, et qui n’atteint sa pleine maturité qu’au 19ème siècle. L’Etat en tant que forme d’organisation
des sociétés humaines est apparu en fait, il y a des millénaires et cela dans différentes régions du monde. Du point
de vue formel, l’Etat moderne ne se distingue pas de l’Etat traditionnel, ils disposent tous les deux des mêmes
éléments constitutifs, et jouissent également d’un attribut fondamental qui est la souveraineté. Mais ce qui

9
distingue l’Etat moderne de l’Etat traditionnel est la nature des rapports qu’il maintient avec la société. Alors que
l’Etat traditionnel montrait une certaine indifférence à l’égard de cette dernière, en se contentant de prélever le
tribut sur les populations, dans le cadre de relations sociales inégalitaires. L’Etat moderne après avoir établi un
contrôle effectif sur son territoire, ce qui n’a jamais pu être le cas pour l’Etat traditionnel, va chercher à façonner
la société de manière à répondre aux besoins du capitalisme à qui il doit sa naissance.

Le capitalisme a besoin pour s’épanouir, de rompre avec les statuts inégalitaires qui prévalaient dans la
société féodale, et de libérer l’individu de toutes les entraves sociales. Pour ce faire, l’Etat moderne va
s’employer à remettre en cause les structures féodales de la société, qui comme on le sait étaient fondé sur
un système hiérarchisé, mais en faisant appel à un nouveau concept, celui de la modernité.

La modernité peut être définie comme une forme d’organisation de la société, qui vise dans le cadre
de l’économie du marché à réaliser le progrès économique, et social grâce aux vertus de la science et au
règne de la raison, à l’établissement d’un Etat de droit qui va remplacer l’arbitraire de l’Etat, et à l’octroi à
l’individu d’une position centrale dans la société, en en faisant un homme libre. Mais, l’imprégnation des
sociétés occidentales par la modernité ne s’est pas faite du jour au lendemain. Initiée au 16 ème siècle, elle ne
commence à s’incarner dans les faits qu’avec le développement du capitalisme pendant les siècles qui vont
suivre, notamment les 17ème et 18ème siècles, grâce en particulier à l’impact culturel et politique du siècle des
lumières et à la substitution de la démocratie à l’absolutisme.

C’est dans ce contexte historique et social qui va émergé les droits de l’Homme.
PARAGRAPHE 2 : L’EMERGENCE DES DROITS DE L’HOMME DANS LES PAYS
ANGLO-SAXONS.
En Angleterre, l’apparition des prémices des droits de l’Homme est très précoce. Elle est le résultat des
luttes menées, d’abord par la noblesse, puis plus tard par la bourgeoisie naissante afin de limiter les
prérogatives du Roi. Ces luttes ont abouti en 1215 à l’adoption de la Grande Charte ou Magna Carta qui
impose des limites aux prérogatives du Roi dans ses relations avec l’église et les seigneurs féodaux.
La Grande Charte est restée célèbre dans le monde Anglo-saxon, parce qu’elle est la première à avoir
envisagée des garanties relatives à la protection de la liberté individuelle, dont en particulier celle de ne pas
être emprisonné sans jugement préalable. Elle déclare à cet effet dans son article 39 que : « aucun homme
libre ne sera arrêté ou emprisonné ou dépouillé ou mis hors la loi, ou exilé, et il ne lui sera fait aucun
dommage si ce n’est en vertu du jugement légal de ses pairs, ou en vertu de la loi du pays ». D’autres textes
seront imposés par la suite aux Rois d’Angleterre en vue de proclamer et renforcer les droits individuels. Il y a
en particulier, la pétition des droits « PETITION OF RIGHTS, 1628 » par laquelle le Parlement impose à Charles
I, le respect des prérogatives du même Parlement, notamment en matière d’impôts, et renforce la liberté des
personnes par l’interdiction des arrestations abusives et des exécutions sommaires, l’admission du droit de se
défendre dans une procédure régulière.

En 1679 sous Charles II, le Parlement adopte une loi par laquelle il renforce l’acte d’Habeas Corpus qui
empêche les arrestations arbitraires, garantis les droits de l’inculiberté publiqueé (du détenu), et impose
l’obligation aux autorités publiques d’amener corporellement devant le juge toute personne détenue afin de
se prononcer sur la légalité de sa détention. L’adoption de la loi sur l’Habeas Corpus est considérée comme un

10
tournant décisif dans l’histoire des droits de l’Homme. L’adoption de la loi vers 17 ème siècle fait de l’Angleterre
« le pays de la liberté civile ».
Enfin, en 1689, l’adoption par le Parlement du Bill of Rights, Déclaration de droits qui limite les
pouvoirs de la couronne et l’oblige à gouverner avec le Parlement qui est désormais considéré comme le
représentant de la nation anglaise. Bien qu’elle énumère un certain nombre de droits, cette déclaration vise
essentiellement à renforcer les pouvoirs du Parlement, notamment par la proclamation de liberté des
élections, le renouvellement du même Parlement et de son droit d’adopter les lois et d’autoriser le
prélèvement des impôts etc. (…).

Si elle n’apporte rien de nouveau en matière des droits de l’Homme, elle les confirme, c’est parce
que ces derniers avaient déjà connu un grand développement. A l’époque, le niveau de protection des
droits individuels des anglais, ceux relatifs à la vie, liberté, et aux biens, est tel qu’il est rapporté à l’époque
dans un catalogue non-officiel des droits des anglais que : « le peuple d’Angleterre jouit de liberté et
d’attributs héréditaires, et fondamentaux bien plus que les sujets de n’importe quel autre monarque en ce
monde ».

L’expérience anglaise en matière de droit de l’homme exercera une grande influence en Amérique du
Nord.

La particularité de cette dernière est que les libertés et droits fondamentaux de l’homme y sont déjà
appliqués avant la création des États-Unis, car les colons sont avant tout des ressortissants anglais.
Néanmoins, le besoin va se faire sentir d’approfondir ces droits et libertés à l’occasion de la lutte contre le
pouvoir de la métropole qui tendait à devenir excessif. Le renforcement des libertés et droits de l’Homme sera
la conséquence de la lutte pour l’établissement d’un système démocratique permettant aux colons de gérer
eux-mêmes leurs propres affaires et de se débarrasser de la tutelle de la métropole.

C’est dans ce contexte que la Virginie adopte en 12 juin 1776 une Déclaration de Droits, dans laquelle il est
solennellement proclamé que : « tous les Hommes sont nés également libres, et indépendants et qu’ils ont
certains droits inhérents, tels que le droit à la vie, et la liberté, le droit de propriété dont ils ne peuvent être privés
», il y est aussi proclamé que « tout pouvoir émane du peuple, et que le gouvernement doit être institué pour
l’avantage commun, la protection et la sécurité du peuple, nation ou de la communauté » Et que « les pouvoirs
législatifs et exécutifs de l’Etat doivent être séparés et distincts de l’autorité judiciaire ». La déclaration procède
ensuite à l’énumération d’un certain nombre de droits et libertés, parmi ceux-là, il y a le droit de tout homme de
demander la cause et la nature de l’accusation qui pèsent sur lui, d’être confronté à ses accusateurs et aux témoins,
de produire des témoignages et des preuves en sa faveur et d’obtenir d’être promptement jugé par un tribunal
impartial de son voisinage. Il y a aussi le droit égal de tous les hommes au libre exercice de la religion, liberté
de presse qui considérée comme l’une des plus puissants bastions de la liberté, et qui ne peut en aucun cas
être restreinte.

La Déclaration des Droits en Virginie, inspirera d’autres déclarations faites par différentes colonies,
ainsi que les dix premiers amendements de la Constitution fédérale des Etats-Unis de 1787 adoptée en

11
1791, et qui comporte la Bill of Rights, où sont énumérés les Droits fondamentaux. Mais sur le moment, elle
inspire treize colonies, dont les représentants adoptent le 4 juillet 1776 à Philadeliberté publiquehie, la
Déclaration d’Indépendance qui proclame la naissance des États-Unis.

La Déclaration de Philadeliberté publiquehie ne se contente pas de proclamer l’indépendance des


États-Unis, elle cherche aussi à la justifier. C’est là en fait, un aspect fondamental de la Déclaration, car ainsi
que cela a été rappelé, les colons anglais en Amérique jouissaient déjà des mêmes libertés et droits de
l’Homme que les anglais en Angleterre.

Néanmoins, ils leur manquaient un élément crucial, « la liberté de disposer d’eux-mêmes et de


s’autogouverner ». En d’autres termes, les droits du peuple à la souveraineté qui constitue aussi à leurs
yeux le fondement de toutes les libertés et droits de l’Homme.

La Déclaration d’Indépendance est ainsi le premier texte de droit positif qui établi clairement le lien entre
la démocratie et les droits de l’Homme. Elle ne manquera pas avec la Déclaration de Virginie d’exercer un grand
impact sur la Déclaration Française des Droits de l’Homme et des Citoyens (DDHC) adoptée le 26 juin 1789. Mais
le rayonnement de cette dernière sera plus grand, car elle est la conséquence d’une révolution (la révolution
française) qui, contrairement aux révolutions anglaise et américaine, sera radicale dans la mesure où elle aura
simultanément pour effet d’opérer une rupture du reste violente avec l’ordre ancien, pour lui substituer un nouvel
ordre politique, et aussi de proclamer son adhésion aux libertés et droits de l’Homme, dont elle effectue une
énumération plus détaillée et plus claire que cela n’avait été le cas pour les Déclarations anglaises et américaines.

PARAGRAPHE 3 : L’EMERGENCE DES DROITS DE L’HOMME EN FRANCE.


La Révolution française de 1789, va aboutir à la destruction des corps et ordre privilégiés qui
reposaient sur des statuts hiérarchisés, pour faire passer la société française d’une société aristocratique à une
société démocratique fondée sur l’égalité entre tous les citoyens. Se faisant l’écho de la Révolution française,
la Déclaration de 1789 conçue pour constituer le préambule de la future Constitution, proclame l’égalité des
droits de tous les citoyens, elle reprend à son compte mais pour l’approfondir, et lui donner plus de solennité,
la proclamation faite par les déclarations américaines des droits de l’Homme, que la qualité d’homme
appartient à tous les êtres humains, et en tire la conclusion que les Hommes doivent sans aucune
discrimination se voir accorder des droits égaux. Ces droits sont naturels et innés à l’homme ; il suffit d’être un
humain pour les posséder, ils sont de ce fait inaliénables, imprescriptibles, et universels, appartiennent à tous
les hommes où qu’ils se trouvent. C’est aussi cette proclamation de l’identité et de l’unité du genre humain
qui va faire la force et la célébrité de la déclaration française des droits de l’Homme et des citoyens, et en faire
un instrument majeur dans l’histoire des droits de l’Homme.
La Déclaration française commence par proclamer que : « les hommes naissent libre et demeurent
libres et égaux en droit », et procède ensuite à une énumération détaillée des droits de l’Homme, parmi ceux-
là, il y a en premier la liberté qui consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui. Elle consiste aussi
dans la liberté de conscience et d’opinion, ainsi que dans la liberté d’expression. On y trouve également le
droit de résistance à l’oppression, le droit de ne pas être emprisonné arbitrairement, la présomption
d’innocence. Il y a aussi le droit à la propriété qui est inviolable et sacré. En vue de mettre fin aux privilèges de
l’ancien régime, elle proclame l’égalité devant la loi, égalité dans l’accès aux emplois publics, égalité devant

12
l’impôt, etc. (…).

Enfin, afin que ces droits aient une résonance (écho, retentissement) dans la réalité concrète, elle veille
à fonder un système démocratique en proclamant que la souveraineté nationale réside dans la nation, que le
système de gouvernement doit être représentatif, et que les pouvoirs doivent être séparés.

La Déclaration cherche ainsi tout en ménageant la monarchie qui continue d’exister à contraindre
celle-ci au respect des libertés et droits individuels, mais si la déclaration française est restée un symbole de la
liberté, elle a aussi parfois été critiquée. On lui a d’abord reproché d’avoir une portée limitée dans la mesure
où la jouissance des droits de l’Homme est réservée aux citoyens, c’est-à-dire aux seuls nationaux français.
C’est là en fait une caractéristique générale de toutes les déclarations et instruments nationaux des droits de
l’Homme qui seront adoptés au 19ème siècle, et qui reconnaissent l’application des droits de l’Homme en
faveur uniquement des nationaux des pays concernés. Il convient de noter aussi que ces déclarations et
instruments n’empêcheront pas non plus les puissances européennes de poursuivre leurs conquêtes
coloniales et de continuer à pratiquer l’esclavage. On a également reproché à la Déclaration française de
n’avoir pas accordé aux femmes ainsi que l’égalité de leurs statuts civils tout de suite après 1789, et de n’avoir
pas aboli l’esclavage, ce qui ne sera fait qu’en 1848, on a enfin et surtout reproché à la Déclaration française
de s’être contenté de proclamer des droits et libertés formels, sans prévoir les moyens et garanties
permettant à tout le monde d’en jouir d’une manière effective. Sans garanties tangibles, l’égalité des droits ne
pouvait fonctionner, qu’en faveur de ceux qui avaient les moyens d’en jouir, c’est-à-dire les riches. On sait
aussi que la déclaration française a été sévèrement critiquée par les marxistes qui lui reprochent d’avoir
occulté l’inégalité économique et sociale, et permis de favoriser l’émergence d’une société de classe dominée
par la bourgeoisie, c’est ce travers de la déclaration française et des autres instruments des droits de l’Homme
qui seront adoptés par la suite par d’autres pays occidentaux que les gouvernements, sous la pression des
luttes ouvrières, chercheront à graduellement corriger, ce qui favorisera le développement de ces mêmes
droits.

SECTION III : LE DEVELOPPEMENT DES DROITS DE L’HOMME.


Les révolutions anglaises, américaines, et françaises ont été des révolutions bourgeoises. Certes,
elles ont libérés les hommes en les déclarants égaux en droit, mais en proclamant leurs attachements à
l’individualisme libéral, elles ont livrés les hommes à la domination du capital.

En proclamant les principes de l’égalité et de la liberté, les premières Déclarations des droits de
l’Homme, ont en fait, fait triompher les valeurs de la responsabilité individuelle, c’est-à-dire que les hommes
sont seuls responsables de ce qui leurs arrive et l’abstention de l’État dans la sphère sociale. Il est vrai aussi
qu’ainsi qu’on l’a vu précédemment, l’Etat moderne s’est donné comme rôle principal de façonner la société,
pour en faire une société homogène, en cherchant à éliminer les relations hiérarchisées féodales, et à la suite
des révolution libérales, il a imposé un statut juridique égal pour tous, mais ce faisant, il a fragilisé les couches
les plus faibles de la société, en les livrant à la domination du capitalisme au nom de la liberté et de l’égalité
des droits, surtout à la suite de l’émergence et du développement de la société industrielle à partir de la 2 ème
moitié du 19ème siècle.
Le phénomène de l’industrialisation qui émerge et se développe, d’abord en Angleterre, et se propage par

13
la suite dans les autres pays occidentaux, va jeter plusieurs couches de la société dans la misère, et soumettre la
classe ouvrière naissante à de rudes conditions de travail et d’exploitation. Il s’en suit qu’au fur et à mesure du
développement de l’industrialisation, l’écart entre l’égalité juridique qui est prônée et l’inégalité économique et
sociale devient criante. Des revendications se font à leurs jours, en particulier, des travailleurs se mobilisent contre
les conditions inhumaines qui leurs sont imposées et réclament notamment le droit au travail, des garanties
contre le chômage, protection contre la maladie et la vieillesse, réduction de la durée du travail, la fixation d’un
salaire minimum, le droit au logement et transport, etc. (…), mais les bourgeoisies en place refusent au nom de la
responsabilité individuelle, toute intervention de l’État en faveur des classes ouvrières et des pauvres. A l’heure du
développement du capitalisme sauvage où les entrepreneurs se croient tout permis sur le plan social, tiraient le
maximum de profits de la situations privilégiée que la notion d’égalité et liberté leurs accordées.

Depuis l’adoption des premières déclarations des droits de l’Homme jusqu’au mi 19 ème siècle, les État ne
font rien pour corriger les inégalités sociales engendrées par l’expansion du capitalisme. Ils estiment à cet égard
que les pauvres n’ont aucune créance légale contre la société, ils abandonnent leurs responsabilités et contentent
de recommande la charité. Or, celle-ci va avoir pour effet d’accroître la pauvreté, et d’entraîner de graves
conséquences sociales. Parmi celle-ci, il y a l’apparition d’une mentalité assistée, la baisse de productivité etc. D’où
l’adoption de l’Angleterre, puis dans d’autres pays, des lois interdisant la mendicité, et régulant la bienfaisance
sociale qui ne doit être accordée qu’aux seuls pauvres méritants, c’est-à-dire, ceux qui ne peuvent travailler, dans
l’incapacité de travailler. Les États refusent aussi d’intervenir pour améliorer les conditions sociales des travailleurs.

Un début de changement se produit en France, lorsqu’à la suite du soulèvement des ouvriers, la


Constitution de 1848, admet pour la première fois l’existence des droits économiques et sociaux. Elle déclare
à cet effet, dans son préambule que l’État doit favoriser et développer l’instruction et l’emploi, procurer du
travail dans les limites de ses ressources, et aider les citoyens nécessiteux qui ne peuvent pas travailler. La
Constitution admet également un certain nombre de droits, dont celui de la gratuité de l’enseignement
primaire.

En fait, c’est en Allemagne sous Bismarck que connaît la 2ème génération des droits de l’Homme
(droits économiques et sociaux), dont une bonne partie est faite de droits de créance, appelés ainsi, parce
qu’ils requièrent l’intervention de l’Etat. Afin de satisfaire ces droits, l’État allemand mobilise d’importants
moyens, et met en place un régime d’assurance sociale obligatoire, en faveur des ouvriers, comprenant, « la
loi sur l’assurance maladie, 1883 », « la loi sur l’assurance des accidents de travail, 1884 », « la loi sur
l’assurance invalidité vieillesse, 1889 ».

Cette législation va inspirer les autres pays occidentaux, comme l’étape première et décisive de la
naissance de l’État providence qui vise à corriger les inégalités créées par le développement du capitalisme.
Rompant avec la doctrine classique de laisser faire, l’État tendra depuis lors à devenir un État social qui
s’occupe du bien être de ses citoyens. La protection sociale ne se limite plus aux travailleurs, elle couvre
désormais tous les citoyens. L’État assure par le biais d’un certain nombre de moyens, dont en particulier, la
création d’un système de sécurité sociale, ou d’assistance grâce à la redistribution d’une partie des richesses
vers les couches sociales défavorisées, la création des services publics offrant des prestations gratuites ou à
des proches très réduits par rapport à ceux du marché (hôpitaux, écoles…). Avec l’État providence, les droits
de l’Homme revêtent une autre dimension qui de politique, devient sociale, en visant désormais des êtres

14
concrets, et non plus abstrait. La nouvelle conception des droits de l’Homme remet en cause les fondements
de l’ordre libéral, issu des révolutions bourgeoisies du 17ème et 18ème siècle. Elle permet à l’État providence de
se développer d’une façon considérable, surtout après la deuxième Guerre Mondiale.
Le constat a été fait par un certain nombre d’auteurs que l’État social, ne se contente pas d’être un État
protecteur, c’est également un État distributeur, et un État stabilisateur des rapports sociaux, dans la mesure
où il cherche à réduire les inégalités sociales par la redistribution de surplus national. Cessant d’être abstrait,
les droits de l’Homme connaissant ainsi un développement sans précédent dans l’histoire de l’humanité, mais
la jouissance de ces droits reste limitée au monde occidental, d’où la prise de conscience de la communauté
internationale de les universaliser.

CHAPITRE II : L’UNIVERSALISATION DES DROITS DE


L’HOMME.
L’universalité des droits de l’Homme, signifie que ces derniers appartiennent du fait de leur
inhérence à la nature humaine à tous les hommes, où qu’ils se trouvent, et quelque soit leur origine
ou religion ou classe sociale. Les droits de l’Homme sont ainsi applicables à tous les hommes, aucune
catégorie sociale ne peut de ce fait prétendre en bénéficier à l’exclusion des autres.

Néanmoins, les droits de l’Homme sont restés pendant longtemps le privilège des pays
occidentaux, car ils ont refusé leurs extensions aux pays du reste du monde qu’ils avaient réussi à placer
sous leurs domination. Cela avait pour conséquence que l’inégalité du statut juridique qui frappait les
pays de la périphérie, se reflétait ainsi sur leurs ressortissants.

L’idée que les droits de l’Homme sont universels, ne va s’imposer qu’à partir du moment où
s’instaure l’égalité juridique entre tous les pays de la planète. L’idée d’égalité est relativement récente,
elle apparaît en 1945 avec l’adoption de la Charte des Nations Unies. Aussi, c’est à partir de cette date
qu’un long processus va être engagé en vue de l’application des droits de l’Homme à tous les hommes
de la planète.

Ce sont les Nations Unies qui vont engager et encadrer ce processus, elles seront soutenues par la
suite, par les organisations régionales qui favoriseront l’expansion et le développement des droits de
l’Homme dans leurs zones d’actions respectives.

Trois questions requièrent dés lors d’être étudiées :

-Le difficile chemin vers l’universalisation des droits de l’Homme (Section I).

-L’universalisation des droits de l’Homme dans le cadre des Nations Unies (Section II).

-L’universalisation des droits de l’Homme par leurs promotions et développement à


l’échelle régionale (Section III).

15
SECTION I : LE DIFFICILE CHEMIN VERS L’UNIVERSALISATION DES DROITS DE
L’HOMME.
Les droits de l’Homme sont apparus il y a plusieurs siècles dans l’ordre interne de certains pays,
mais ils ont tardé à s’imposer sur le plan international. Des entraves historiques expliquent ce retard.

PARAGRAPHE 1 : LES ENTRAVES HISTORIQUES A L’UNIVERSALISATION DES DROITS


DE L’HOMME.
Ces entraves ont été successivement dressées. D’abord par les pays européens, puis par les pays du
bloc de l’Est, ensuite par un grand nombre des pays du tiers monde, et enfin par un certain nombre de pays
musulman.

A) En Europe :

L’émergence des droits de l’Homme est associée à l’apparition de l’Etat moderne, et cette dernière
va initialement écarter l’application de ces droits dans ses relations avec le reste du monde. Au contraire,
elle va s’atteler à partir du 16ème siècle à imposer sa domination aux pays non-européens. Le capitalisme
naissant, qui a besoin pour son développement des matières premières et d’un marché plus large. Cette
domination s’effectue directement par la conquête coloniale, ou bien lorsque cela s’avère difficile,
indirectement par l’imposition d’accords inégaux.

L’Europe justifie sa domination au nom de ce qu’elle appelle le « devoir de civilisation », des peuples
étrangers considérés comme barbares, infidèles, et inférieurs. Les premiers théoriciens du droit naturel auront
pour tâche, d’asseoir les bases idéologiques d’une conception du monde fondée sur une prétendue inégalité
naturelle entre les peuples européens et les peuples étrangers. Considérés comme des êtres inférieurs par
l’idéologie coloniale occidentale qui prévaloir jusqu’à mi 20ème siècle. Les peuples étrangers ne peuvent être
élevés à la dignité de l’homme et leur sort est la domination et la colonisation. Une telle situation va prévaloir
jusqu’au moment où l’occident réalise que ses liens étant devenus structurels avec les pays de la périphérie, il
peut désormais les dominer, non plus par la colonisation mais dans le cadre des relations fondées sur l’égalité,
conçues sur le même modèle, qui a permis à la bourgeoisie européenne de dominer, au nom de l’égalité et la
liberté le prolétariat à la suite des révolutions qui ont abouties à l’adoption des premières déclarations des
droits de l’Homme, d’où la proclamation de la Charte des Nations Unies, du droit à l’auto-détermination des
pays du tiers monde, et le déclenchement du mouvement de l’indépendance à partir des années 50, d’où
aussi la proclamation de l’universalité des droits de l’Homme, ainsi que l’adoption par la suite d’instruments
juridiques importants, d’où en particulier la Déclarations des Droits de l’Homme et des Citoyens 1948.

B) Les Pays de l’Est :

Historiquement, la résistance à l’universalisation des droits de l’Homme, a été le fait de la théorie


marxiste qui considère que les droits de l’Homme, tels que consacrés par la Déclaration 1789, et les
Déclarations qui l’ont précédées, sont des droits formels, c’est-à-dire abstraits et illusoires. Selon la théorie
marxiste, ces droits sont l’expression de la domination de la bourgeoisie. Pour elle seule compte les droits

16
concrets, en particuliers les droits économiques et sociaux. C’est au nom d’une telle conception que l’U.R.S.S
et les pays de l’Europe de l’est, se sont à l’origine opposés à l’universalisation des droits de l’Homme. Mais,
depuis la chute du mur de Berlin en 1989, ces pays ont connus de profondes transformations, notamment à
travers l’initiation d’un processus de démocratisation de leurs systèmes politiques, et libéralisation de leurs
économies, ce qui les amènera à ne plus s’opposer à l’universalisation des droits de l’Homme. Seul un nombre
limité de pays, dont la Chine, (etc.) (…) continuent à montrer une résistance assez ferme à l’universalisation
des droits de l’Homme.

C) Les pays du tiers monde :

La résistance à l’universalisation des droits de l’Homme a été ensuite le fait d’un grand nombre de pays du
tiers monde, une fois devenus indépendants. Ces derniers, ont à leur tour récusés l’idée d’universalisation des
droits de l’Homme, qui sont à leurs yeux des droits formels, et constituent un handicap au développement. Ces
derniers, disait-on, doivent se focaliser sur la promotion des droits concrets, droits économiques, et ce n’est qu’une
fois que ces derniers réalisés que les droits et libertés formelles pourraient trouver une place dans la société.

On sait ce qui est advenu de la plupart des pays du tiers monde, où au lieu du développement économique,
c’est la pauvreté et la misère qui se sont souvent installés, accompagnées par des violations flagrantes et massives
des droits de l’Homme, par des régimes autoritaires et répressifs Mais aujourd’hui, les pays du tiers monde ont
pour la plupart, cessé de s’opposer à l’universalisation des droits de l’Homme, du moins au niveau des discours,
soumis pendant des siècles à la domination coloniale, et depuis un demi siècle à un régime autoritaire.

D) Les pays musulman :

Enfin, l’idée d’universalisation des droits de l’Homme a été récusée par un certain nombre de pays
musulmans, qui ont cherché à faire prévaloir l’idée que l’Islam avait sa propre conception des droits de
l’Homme, qui est basée sur la Charia. C’est cette conception qui est notamment à la base de la Déclaration des
droits de l’Homme en Islam, adoptée au Caire le 5 aout 1990, par l’Organisation de la Conférence Islamique,
dont les dispositions sur certaines questions, par exemple, la limitation de la liberté de conscience, statut
juridique de la femme (…), qui sont incompatibles avec les standards internationaux qui se sont imposés en la
matière depuis plus d’un demi siècle, et qui sont notamment contenues dans la Déclaration universelle des
droits de l’Homme.

Depuis l’adoption de la Déclaration du Caire, les pays musulmans vont se trouver de plus en plus isolés
par rapport au reste des pays de la planète, qui ont une conception universalisé des droits de l’Homme. C’est
d’ailleurs cette conception qui s’impose clairement à la Conférence Mondiale sur les Droits de l’Homme, qui
réunit à Vienne du 14 mai au 25 juin 1993, adopte une Déclaration, dans laquelle elle réaffirme le caractère
universel, et incontestable des droits de l’Homme, et des libertés fondamentales, et proclament qu’ils sont
inhérents à tous les êtres humains.

Aujourd’hui, il devient de plus en plus difficile pour un pays d’être en retrait par rapport au
mouvement d’universalisation des droits de l’Homme. Il en est ainsi, parce qu’il y a une forte demande de
part des hommes et des femmes où qu’ils se trouvent, que ce soit dans des démocraties occidentales, ou

17
ailleurs, pour que leurs droits en tant qu’être humains soit respectés. Dû aussi aux fortes pressions exercées
par les Nations Unies, la société civile mondiale. C’est ce qui explique l’adhésion des pays musulmans aux
instruments juridiques universels, en matière des droits de l’Homme. Bien que celle-ci ait souvent
accompagnée de réserves sur des dispositions, que leurs paraissaient incompatibles avec leurs conceptions
de la religion musulmane. Mais même ces réserves ont tendances aujourd’hui à diminuer ou disparaitre
sous des pressions internes et externes.

L’universalisation des droits de l’Homme a donc dés le départ fait l’objet d’un certain nombre d’obstacles,
c’est ce qui explique le caractère tardif de l’émergence des droits de l’Homme sur le plan international.

PARAGRAPHE 2 : LE CARACTERE TARDIF DE L’EMERGENCE DES DROITS DE


L’HOMME.
Sur le plan international, peu d’initiatives ont été prise en matière des droits de l’Homme. Parmi celle-
ci, nous en citerons deux, du reste, assez timide qui vise à protéger certaines catégories vulnérables
d’individus.

La première de ces initiatives est la Déclaration sur l’abolition du commerce des esclaves adoptée par la
Conférence de Paix réunit à Vienne le 8 février 1815, mais comme on peut le remarquer, c’est le commerce des
esclaves qui est interdit, pas l’esclavage en lui-même. En outre, cette interdiction n’était pas dictée par des
motivations humaines, mais plutôt par des considérations politiques, dans la mesure où l’Angleterre qui était
derrière cette initiative, cherchait à affaiblir les Etats-Unis d’Amérique, dont une bonne partie de l’économie
reposait sur l’exploitation des esclaves, situation qui ne prendra fin qu’avec la Guerre de sécession (1861 – 1865).
La seconde initiative, plus importante, a été celle prise par la Suisse (Jean Henri Dunant) en faveur de
l’adoption des règles concernant les personnes blessées durant les conflits armés. Horrifié par les pertes
humaines durant la Bataille de Solferino (1859), menée dans le cadre de la lutte pour la réunification de l’Italie
qui, selon lui aurait pu être limitée si les blessés avaient pu être secourus. Il prit l’initiative de réunir une
Conférence à Genève en 1863, qui sera suivit par une deuxième Conférence en 1864. Celle-ci adoptera la
Convention de Genève sur la protection des blessés en temps de guerre. Elle constituera un jalon important
dans la formation du droit humanitaire (droit des conflits armés) et qui vise à réguler le déroulement des
hostilités, et leurs impacts sur les malade et blessés de guerre, les prisonniers de guerres, et les victimes
civiles.

Un certain nombre de traités contribueront à la formation du droit humanitaire {les conventions de la


Haye de 1899, 1907, et surtout les quatre conventions de Genève de 1949, ainsi que les deux protocoles
additionnels de 1977}.

Les horreurs de la première guerre mondiale auraient pu convaincre les grandes puissances d’adopter
une attitude plus positive à l’égard de la reconnaissance des droits de l’Homme. Mais il n’en a été rien, car ce
qui intéresse les puissances occidentales qui ont gagnées la guerre, c’est la poursuite de la commination
coloniale, et c’est cela qui les poussent à rejeter l’idée d’égalité entre les nations.

18
Lors de la Conférence de Paris 1919 (fin de la première guerre mondiale) qui va aboutir sur l’adoption
du pacte de la Société des Nations. Le Japon a suggéré que le futur pacte proclame l’égalité entre les nations
et les races, mais sa demande va être rejetée par les puissances occidentales. Ce refus trouve son explication,
dans le fait que l’égalité entre les nations aurait impliquée la condamnation de la colonisation, et par
contrecoup, la reconnaissance de l’idée de l’universalité des droits de l’Homme.

Quant à l’égalité entre les races, celle-ci aurait impliquée la fin du racisme et de la discrimination
raciale qui prévalait dans certains pays comme les États-Unis. Ainsi donc, le pacte de la S.D.N ne comporte
aucune référence aux droits de l’Homme, cela n’a pas empêché par la suite la SDN de contribuer à la
réalisation d’un certain progrès en matière d’expansion des droits de l’Homme sur le plan international,
notamment par l’adoption de la Déclaration sur les droits de enfants de 1924, qui vise à protéger les enfants
et permettre leur épanouissement, ainsi de l’adoption de la Convention Internationale sur l’esclavage en 1926,
par laquelle les Etats s’engagent à prévenir et à réprimer la traitre des esclaves, et à poursuivre la suppression
complète de l’esclavage sous toutes ses formes de manière progressive et aussitôt que possible.

Néanmoins, si l’idée d’universalisation des droits de l’Homme était absente chez les grandes
puissances occidentales, elles avaient commencé à émerger dans leurs sociétés civiles, notamment chez
certains auteurs, ainsi que dans certains cercles académiques.

Ainsi, l’institut de droit international va adopter en 1929, la Déclaration des droits internationaux de
l’homme, dans laquelle il affirme notamment que « il importe d’étendre au monde entier la reconnaissance
internationale des droits de l’Homme… et qu’il est du devoir de tout Etat de reconnaître à tout individu le
droit égal à la vie, la liberté, la propriété, et d’accorder à tous sur son territoire, la pleine et entière protection
de ce droit sans distinction de nationalité, sexe, race, langue ou de religion ».

Cette Déclaration est saluée à l’époque comme un acte révolutionnaire, qui pourra exercer une grande
influence sur le développement et la promotion des droits de l’Homme sur plan international. Mais il faudra
attendre la Charte des Nations Unies, pour voir enfin consacrée l’idée d’universalité des droits de l’Homme.

SECTION II : L’UNIVERSALISATION DES DROITS DE L’HOMME DANS LE CADRE DES


NATIONS UNIES.
C’est dans la Charte des Nations Unies que l’on trouve les fondements d’une vision globale et
universalisante des droits de l’Homme. Cette vision sera approfondie par la suite en adoptant la Déclaration
universelle des droits de l’Homme, deux pactes internationaux et un certain nombre d’instruments
internationaux, envisageant la situation de catégories d’individus qui requière une protection spéciale.

A) La Charte des Nations Unies :

Elle fait des droits de l’Homme l’un de ses objectifs essentiels, elle proclame aussi dans son
préambule : « sa foi dans les droits fondamentaux de l’homme, dans la dignité et la valeur de la personne
humaine, dans l’égalité des droits des hommes et des femmes ». Elle accorde à l’assemblée générale la
possibilité de faire des recommandations dans le but de « faciliter pour tous, sans distinction de race, sexe,

19
langue et de religion, la jouissance des droits de l’Homme et de liberté fondamentale ».Elle admet à cet égard
que le respect universel effectif de des droits de l’Homme, passe par la coopération internationale, elle charge
à cet effet le Conseil Economique et Social (C.E.S) de faire des recommandations, et l’habilite à créer en cas de
besoin, des commissions pour faciliter sa tâche. Ainsi donc, comme nous pouvons le constater, la charte ne
comporte pas de dispositions contraignantes, elle se contente de recommander, en des termes assez vagues
la coopération entre les Etats, en vue de promouvoir les droits de l’Homme. Afin de faciliter cette coopération,
le Conseil Economique et Social a créé en 1947, la commission des droits de l’Homme, dont l’une des
premières tâches va être d’élaborer la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Celle-ci sera adoptée
par l’assemblée générale des Nations Unies, une année plus tard.

B) La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme :

L’adoption de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme du 10 décembre 1948 constitue une
déterminante dans le développement des droits de l’Homme. Sa force est d’avoir proclamée l’universalité des
droits l’homme. Elle énonce solennellement à cet égard que « tous les êtres humains naissent libres et égaux
en dignité et en droit » {art. 1}. Les droits de l’Homme constituent selon elle, le fondement de la liberté, de la
justice et de la paix dans le monde. Aspirant à devenir « l’idéal commun à atteindre par tous les peuples et
toutes les nations », la déclaration va en jetant les bases morales, philosophiques, et juridiques des droits de
l’Homme, et en faisant définitivement des droits universels appartenant à tous les êtres humains, devenir la
référence essentielle en matière des droits de l’Homme. Certains, lui reproche d’être d’inspiration occidentale,
cela est en partie vrai, parce que les droits de l’Homme se sont, comme on l’a vu, épanouis en occident, et
que c’est ce dernier qui va être derrière l’idée d’adoption d’une Déclaration à caractère universel.
Néanmoins, il convient de noter que celle-ci a été rédigée par un comité composé de juristes de
différentes nationalités, et qu’aucun pays n’a voté contre son adoption par l’Assemblée Générale. Il faut noter
aussi à cet égard, que parmi les pays qui ont voté en sa faveur, les 2/3 étaient des pays non occidentaux. Seuls
huit pays s’étaient abstenus de voter en sa faveur ; six pays de l’Europe de l’est qui auraient souhaités une
plus grande insistance sur les Droits Economiques et Sociaux ; l’Afrique du Sud qui allait s’engageait dans sa
politique d’apartheid ; et l’Arabie Saoudite qui s’opposait à l’article 16 relatif au droit de se marier et de fonder
une famille {énonçant l’égalité entre les époux} et l’article 18 relatif à la liberté de religion.

Les pays qui étaient initialement opposés à la Déclaration ont cherchés à atténuer son impact, en
estimant qu’elle n’était pas dotée de force juridique, obligatoire, parce qu’elle a été adoptée par une simple
résolution de l’Assemblée Générale des Nations Unies. Une telle remarque pouvait à l’origine avoir une
certaine pertinence, mais la Déclaration a été d’une manière ou d’une autre, endossée par pratiquement
tous les Etats de la planète. Elle a aussi été tellement invoquée et appliquée, par plus pays et organisations
gouvernementales et non-gouvernementales que l’on peut dire qu’elle a avec le temps, acquis le caractère
d’une norme coutumière qui s’impose à tous les Etats, même à ceux qui n’ont pas adoptés l’instrument.

La Déclaration comporte une trentaine d’articles qui rappellent un certain nombre de principes,
énumèrent et développement les droits civils et politiques, économiques et sociaux. Ces dispositions vont être
clarifiées, et approfondies par les deux pactes de 1966, portant l’un sur les droits civils et politique, et l’autre
sur les droits économiques, sociaux et culturels. {La Charte des Nations Unies ; La Déclaration}

20
C) Les deux Pactes Internationaux de 1966 :

A l’origine, il ne devait y avoir qu’un seul pacte englobant les deux catégories de droits, tel était le vœu
de l’Assemblée Générale qui a prit l’initiative des 1948, et cela dans le but d’aboutir à l’adoption d’un traité
unique, qui serait obligatoire pour les Etats qui y adhérent, mais l’idée va s’imposer par la suite de séparer le
pacte, en deux instruments indépendants. Cependant, il faut attendre 1966 pour qu’enfin les pactes voient le
jour.

Les deux pactes comportent un préambule commun qui rappelle « l’obligation des Etats de
promouvoir le respect des droits et libertés de l’homme ».

Le Pacte International sur les Droits Civils et Politique a pour objectif d’assurer la protection des droits
et libertés individuelles, et de permettre la participation des citoyens aux affaires publiques dans un cadre
démocratique. Après avoir énuméré et clarifié ces droits et libertés, il crée un Comité des Droits de l’Homme,
dont la tâche est de veiller à la bonne application du pacte et des deux protocoles qui s’y rapportent.

Quant au Pacte International sur les Droits Economique et Sociaux et Culturels, il formule les
principes devant permettre d’améliorer les conditions d’existence, de travail, d’éducation et de culture.

On a reproché à l’Assemblée Générale d’avoir par l’adoption des deux pactes séparés, affaibli la portée
des droits de l’Homme qui ne peuvent être divisés en droits civils et politique d’une part, et en droit
économiques, sociaux, et culturels d’autre part, ce qui a pu être mis à profit par certains Etats pour ne ratifier
que l’un des deux pactes. Néanmoins, il reste aujourd’hui plus de 149 Etats qui font partie du Pacte des droits
civils et politiques, et 145 pour le Pacte des droits économique, sociaux, et culturels.
La Déclaration des Droits de l’Homme et des deux pactes de 1966 constitue la Charte Internationale
des Droits de l’Homme {La Charte des Nations Unies}.
D) Les Instruments Internationaux concernant les catégories particulières :

Alors que les instruments nous venons de voir s’appliquent à tous les humains sans aucune
distinction, il existe d’autres instruments internationaux qui concernent des catégories particulières
d’individus, qui se voient ainsi accordé une attention spéciale, en raison de leurs vulnérabilité.

- la prévention et la répression des crimes de génocide de 1948 ;

- les quatre conventions de Genève de 1949, et qui portent sur la protection des personnes en temps
de guerre, la convention sur la traite des êtres humains, et la prostitution en 1950, la convention
relative au statut de réfugiés en 1951 ;

- La convention sur l’abolition de l’esclavage en 1956 ;

- La convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciales en 1965 ;

- La convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes en 1979 ;

- La convention sur la lutte contre la torture et autres peine, ou traitements inhumains dégradants en

21
1984 ;

- La convention sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants, et des membres de
leurs familles en 1990 ;

- La convention relative aux droits des personnes handicapés en 2006 ;

- La convention internationale sur la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées
en 2010, etc.

Enfin, les deux dernières décennies ont vu le développement du droit pénal international, qui vise a
réprimé des crimes très graves {crimes de génocide, humanité, crime de guerre}. La communauté
internationale a créée à cette fin des tribunaux pénaux, comme le tribunal pénal internationale pour l’ex-
Yougoslavie {1993}, et pour le Rwanda {1994}, la Cour pénale internationale qui est permanente {1998},
chargée de juger une personne présumée responsable de crimes contre l’humanité.

L’universalisation des droits de l’Homme s’est ainsi faite par l’adoption d’instruments internationaux,
ayant une portée générale, dans la mesure où ils touchent tous les êtres humains, où qu’ils se trouvent de
part le monde, mais l’universalisation a aussi été renforcée par l’adoption d’instruments régionaux, qui visent
à promouvoir et à développer les droits de l’Homme à l’échelle d’une région donnée.

SECTION III : L’UNIVERSALISATION DES DROITS DE L’HOMME PAR LEURS


FORMATIONS ET LEURS DEVELOPPEMENT A L’ECHELLE REGIONALE.
L’universalisation des droits de l’Homme à l’échelle mondiale a été renforcée par la protection et la
dissémination de ces droits à une échelle régionale, il en est résulté une dynamique de renforcement de ces droits,
mais celle-ci a concernée essentiellement l’Europe, et dans une certaine mesure l’Amérique, bien que des
progrès limités à l’aspect juridique et institutionnel aient été aussi accomplis, en Afrique et dans le monde
Arabe.

1) L’Europe :

En Europe, la tradition démocratique et l’enracinement précoce des droits de l’Homme dans la réalité
concrète, ont favorisés l’émergence d’un système régional très développé de protection de ces droits. Ce
système a été mis en place par le Conseil d’Europe {crée en 1949} à l’origine, ce dernier a commencé à être
une organisation politique regroupant les pays occidentaux, et dont le but étant de créer une barrière contre
l’expansion du communisme en Europe de l’Ouest, mais il va graduellement se transformer en organisation
chargée de promouvoir la démocratie, les droits de l’Homme, l’Etat de droit en Europe {même les Etats-Unis
en font partie}. Son rayonnement est tel qu’à la suite de la chute du mur de Berlin, tous les pays ex-
communistes de l’Europe de l’Est vont en faire partie, il regroupe aujourd’hui 47 pays.

La pièce maitresse du système juridique de la protection des droits de l’Homme du Conseil de l’Europe
est la Convention Européenne des Droits de l’Homme (C.E.D.H), adoptée le 4 novembre 1950, complétée par
la Charte Sociale Européenne du 18 octobre 1961, qui porte essentiellement sur les droits économiques et

22
sociaux, et 14 protocoles qui ont visés à renforcer le mécanisme de protection des droits de l’Homme et à
ajouter de nouveaux droits à la liste des droits protégés.

La C.E.D.H reprend les dispositions de la déclaration des droits de l’Homme, mais pour mieux les
définir et les préciser, négligeant les droits économiques et sociaux, elle porte essentiellement sur les droits
civils et politiques : droit à la vie ; droit à la liberté, et à la sureté ; interdiction de la torture et des
traitements inhumains dégradants ; la liberté de conscience et de religion ; la liberté d’expression ; le respect
du droit de propriété ; la liberté syndicale ; le droit à des élections libres etc. (…).

Elle opère aussi une avancée notable en disposant que les titulaires des droits de l’Homme sont non
seulement les nationaux, et les pays concernés, mais aussi les non-ressortissants qui se trouvent sur leur
territoire. Enfin, et surtout elle créée un système de garantie, en permettant à toute personne qui se plaint
d’une violation de ses droits par l’Etat où elle se trouve de s’adresser à des organes de surveillance des droits
de l’Homme {la commission E.D.H 1954 – 1999 ; la Cour E.D.H}. C’est là, en fait la caractéristique la plus
importante du système européen des droits de l’Homme, qui vise moins à énumérer les droits, qui très
souvent ont été consacrés par les Constitutions et les législations des pays européens, qu’à prévoir leurs
mécanismes de garanties.

En Europe, l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), en plus de son rôle en
faveur de la préservation de la paix, et de la sécurité, elle s’intéressait à la promotion des droits de
l’Homme, surtout parmi les pays d’Europe centrale et de l’est. Elle a cherchée à accomplir cette tâche, en
faisant simultanément la promotion de la démocratie, et de l’Etat de droit. Elle a surtout concentrée ses
efforts sur la protection des minorités.

2) L’Amérique :

En Amérique, la Charte qui a donnée naissance en 1984 à l’Organisation des Etats américains,
comporte comme la Charte des Nations Unies, des dispositions générales sur les droits de l’Homme, ces
dispositions ont été clarifiées par la Déclaration américaine des droits et devoirs de l’Homme, adoptée lors de
la création de l’organisation des Etats américains. Celle-ci a inspirée la Déclaration Universelle, bien qu’elle
s’en distingue légèrement, dans la mesure où elle ne se contente pas d’énoncer des droits, mais prévoit aussi
des devoirs à la charge des hommes, dont notamment le devoir de servir la communauté et la nation, devoir
d’obéir à la loi, recevoir l’instruction de payer les taxes, voter …
Les Etats américains ont aussi adoptés en 1969, la Convention américaine relative aux droits de
l’Homme (aussi appelée Pacte de San José), elle est entrée en vigueur le 18 juillet 1978, mais ni les Etats-Unis,
ni le Canada n’en font partie {sur 35 Etats membres de l’Organisation des Etats américain (OEA), seuls 25 y
ont adhérés}, elle a été complétée par le Protocole de San Salvador en 1999 qui porte sur les droits
économiques, sociaux et culturels.

La Convention américaine ressemble beaucoup à la Convention européenne relative aux droits de


l’Homme. Les Etats américains ont également adoptés des conventions internationales complémentaires sur
des questions particulières des droits de l’Homme, comme par exemple la disparition forcée des personnes,
la prévention et la punition de la torture, abolition de la peine de mort, éradication de la violence contre les

23
femmes (1994) etc.

On retrouve donc en Amérique, bien qu’à un moindre degré, la même tendance qu’en Europe a
focalisé sur le système de garantie et de protection régionale des droits de l’Homme. Ainsi, des recours
peuvent être effectués auprès de la commission interaméricaine en cas de violation des droits de l’Homme,
selon des procédures qui, ainsi que nous le verrons ne sont pas très différentes de celles qu’on trouve en
Europe.

3) En Afrique :

En Afrique, la Charte africaine des droits de l’Homme et des peuples, appelée communément la
Charte de Banjul, adoptée dans le cadre de l’Organisation de l’unité africaine (OUA), elle comporte deux
particularités :

- 1er caractère : le seul


instrument qui réfère à la fois aux droits civils et politiques.

- 2ème caractère : elle


contient à coté des dispositions habituelles sur les droits individuels, un certain nombre de
dispositions sur les droits des peuples qui sont en fait, des droits de l’Etat. Droit à
l’autodétermination et la libre disposition des ressources naturelles, droit au développement,
droit à la paix…

- 3ème caractère : elle accorde une importance particulière aux devoirs des individus envers la
famille et l’Etat (art. 25 et 29) (exemples : devoir de préserver le développement harmonieux de
la famille, en faveur de la cohésion et respect de cette famille, devoir de respecter à tout
moment ses parents, les nourrir, les assister en cas de nécessité, devoir de servir sa
communauté nationale ne mettant ses capacités physiques et intellectuelles à son service,
devoir de ne pas compromettre la sécurité de l’Etat dont il est national ou résident etc.)

De façon générale, la Charte de Banjul semble ainsi être très généreuse, mais celle-ci a été critiquée
parce que ses dispositions sont très vagues, parce que les Etats jouissent d’une grande discrétion pour
retirer aux individus la jouissance d’un certain nombre de droit (art. 5 à12) relatif à l’interdiction de la
torture, et des traitements cruels, inhumains et dégradants, droit à la liberté et la sécurité de la personne,
droit à un procès
équitable, liberté de conscience, droit à l’information et liberté d’expression, liberté d’expression,
réunion, mouvement, etc.

La Charte de Banjul a prévue la création d’une commission des droits de l’Homme et des peuples,
chargée de promouvoir les droits de l’Homme et d’examiner les plaintes formulées par des Etats, et des
communications présentées par les individus. Cependant, ce mécanisme de garantie des droits de l’Homme

24
est faible et reste soumis à la discrétion des Etats, en dépit de la création en 1998 d’une Cour africaine des
droits de l’Homme et des peuples, qui va d’ailleurs disparaitre en 2008 pour devenir une simple chambre
d’une nouvelle Cour appelée la Cour africaine de justice et des droits de l’Homme.

4) Le monde arabe :

Le processus de promotion et développement des droits de l’Homme a été très problématique, c’est
pour cette raison qu’il n’a pas abouti jusqu’à présent à l’adoption d’un ensemble approprié des règles
juridiques, et encore moins à un système de protection efficace des droits de l’Homme.

Dans le Pacte de la Ligue des Etats Arabes, adopté en 1945, on ne trouve aucune référence aux droits
de l’Homme. Il a fallu attendre 1968 pour que la Ligue Arabe, sur invitation du secrétaire général aux Nations
Unies, créée une commission permanente des droits de l’Homme, mais celle-ci est restée pratiquement
inactive. Certes, la commission parvient aux des années 70 à élaborer un projet de charte arabe des droits de
l’Homme, mais ce dernier n’a aboutit qu’en 1994. Les Etats montrent un peu d’enthousiasme à l’examiner,
jugé incompatible avec les standards internationaux prévalant en la matière, ce projet de charte subira de
grandes transformations avant d’être adopté en 2004, la Charte arabe des droits de l’Homme entre en vigueur
le 15 janvier 2008.

La Charte arabe des droits de l’Homme proclame sont attachement aussi bien à la Déclaration
universelle, et aux deux pactes de 1966, qu’à la Déclaration du Caire sur les droits de l’Homme en Islam
adoptée en 1990 par l’Organisation de la conférence islamique, elle est fondée charia, considérant ainsi que
les droits de l’Homme doivent être envisagés dans leurs universalité et leurs complémentarité. Comme la
Charte africaine des droits de l’Homme, elle comporte plusieurs articles sur les droits collectifs, droit à
l’autodétermination, souveraineté nationale sur les ressources naturelles, etc. Elle comporte aussi une
approche des droits individuels, comparables à celles des deux pactes de 1966. Enfin, elle prévoit la création
d’un comité d’expert chargé d’examiner les rapports soumis par les Etats tous les trois ans.

La Charte arabe des droits de l’Homme a été critiquée sur certains points importants, par le Haut
Commissariat aux droits de l’Homme, ainsi que par des Organisations de défense des droits de l’Homme,
étrangères et arabes qui reprochent en particulier, de ne pas adhérer totalement à l’idée d’universalité, dans la
mesure où le statut de la femme, déterminé par la charia, et réclame notamment une position plus claire sur
l’égalité entre les hommes et femmes, interdiction de la peine de mort pour les personnes mineures, et atteinte
d’une quelconque forme de maladie mentale, mise en place d’une meilleure protection des minorités,
amélioration des droits des étrangers, élargissement des compétences du Comité arabe des droits de l’Homme, en
particulier pour lui permettre de faire des enquêtes, recevoir des plaintes émanant des Etats, individus, et les
ONG.

La position des pays arabes, concernant les droits de l’Homme a connu un certain changement ces
derniers décennies, les pays arabes affichent de moins en moins leur opposition à l’égard de la Déclaration
Universelle des droits de l’Homme, de nombreux Etats ont aussi adhérer au Pacte International de 1966.
Cependant, la quasi-totalité des pays arabes n’ont pas évolués sur certaines questions déterminées par la
charia. On note également un certain décalage entre les discours et la réalité, bien qu’au niveau du discours,
on assiste à une sorte de ralliement à la conception universaliste des droits de l’Homme, leur respect encore

25
problématique, l’absence d’un Etat de droit et de la démocratie demeure une entrave essentielle à leur
développement, et donc au développement de ces droits. En définitive, il y a ainsi qu’on aura pu le constater
un grand écart, entre les différentes régions du monde pour ce qui est de l’attachement aux droits de
l’Homme. Cet écart, apparait plus clairement lorsqu’on analyse leur régime juridique.

CHAPITRE III : LE REGIME JURIDIQUE DES DROITS DE L’HOMME.


Contenu de ces droits, et les moyens pour assurer leur protection.

SECTION I : LE CONTENU DES DROITS DE L’HOMME.

L’expansion des droits de l’Homme dans le monde a été tel que depuis la fin de la 2 ème guerre
mondiale, que l’on peut admettre qu’il y aujourd’hui des standards internationaux auxquels des Etats sont
invités à ce conformer. Ces standards se reflètent dans les grands instruments internationaux, dont en
particulier la Déclaration universelle des droits de l’Homme, et les deux pactes internationaux de 1966.

Aussi, c’est d’abord à ces instruments que l’on doit se référer si l’on veut avoir une idée générale du
contenu des droits de l’Homme, c’est-à-dire de cet ensemble de règles et de standards internationaux,
auxquels un Etat doit au minimum se conformer, notamment par l’adoption d’une législation adaptée à ces
standards, et par la mise en place de mécanismes appropriés, pour les mettre en œuvre.

- Droits civils et politiques {1ère génération} (Paragraphe 1)

- Droits économiques, sociaux et culturels {2ème génération} (Paragraphe 2).

- Droits de solidarité {3ème génération} (Paragraphe 3).

PARAGRAPHE 1 : LES DROITS CIVILS ET POLITIQUES.


Proclamés par la Déclaration universelle, ces droits on été précisés et approfondis par le Pacte
Internationale sur les Droits Civils et Politiques de 1966, ces droits seront présentés ci-après tels qu’ils ont
été formulés par le Pacte.

1) Les Droits civils :

S’agissant d’abord des droits civils, la Déclaration Universelle énonce que « tout individu a droit à la
vie, à la liberté et à la sureté de sa personne » (art. 3). Ces droits sont précisés et détaillés par le Pacte.

Le pacte précise que le droit à la vie est inhérent à la personne humaine, que ce doit être protégé par
la loi, que nul ne peut être arbitrairement privé de la vie.

Dans les pays où la peine de mort n’a pas été abolie, une sentence de mort ne peut être prononcée
que pour les crimes les plus graves, et ne peut être appliquée qu’en vertu d’un jugement définitif rendu par un
tribunal compétent. Toutefois, une sentence de mort ne peut être imposée pour des crimes commis par des

26
personnes âgées de moins de 18 ans, ne peut être exécutée contre des femmes enceintes. Selon le pacte, «
nul ne sera soumis à la torture ni à des peines ou traitements cruels, inhumains, dégradants » (art. 7). Le
pacte interdit l’esclavage et traite des esclaves sous toutes leurs formes.

Le pacte proclame aussi que tout individu a droit à la liberté et à la sécurité de sa personne, il précise à
cet égard, que nul ne peut faire l’objet d’une arrestation ou d’une détention arbitraire, ni être privé de sa
liberté, si ce n’est pour des motifs clairement établis et conformément à des procédures établies par la loi. Il
prévoit aussi que « tout individu victime d’arrestation et de détention illégale a droit à des réparations » (art.
9). Toute personne se trouvant légalement sur le territoire d’un Etat a le droit d’y circuler librement et d’y
choisir librement sa résidence. Toute personne est aussi libre de quitter n’importe quel pays, y compris le
sien.

Ces droits ne peuvent être l’objet de restrictions, que si celles-ci sont prévues par la loi, nécessaire
pour protéger la sécurité nationale, santé ou moralité publique, ou les droits et libertés d’autrui, et
compatible avec les autres droits reconnus par le présent pacte.

Le pacte dispose aussi, que nul ne peut être arbitrairement privé du droit d’entrer dans son propre
pays. Il ajoute aussi qu’un étranger se trouvant légalement sur le territoire d’un Etat, partie au pacte, ne peut
être expulsé qu’en exécution d’une décision prise conformément à la loi, à moins que des raisons impérieuses
de sécurité ne s’y opposent.

Le pacte consacre ensuite l’égalité devant les tribunaux, et les cours de justice, il proclame aussi que
toute personne accusée d’une infraction pénale est présumé innocente, jusqu’à ce que sa culiberté
publiqueabilité ait été légalement établie, il précise à cet égard que toute personne accusée d’une infraction
pénale, a droit en pleine égalité à un certain nombre de garanties. Le pacte prévoit aussi, que toute personne
déclarée coupable d’une infraction, a le droit de faire examiner par une juridiction supérieure {la déclaration
de culiberté publiqueabilité et la condamnation conformément à la loi}, il dispose également que lorsqu’une
condamnation pénale définitive est ultérieurement annulée, ou lorsque la grâce est accordée, car un fait
nouveau prouve qu’il s’est produit une erreur judiciaire, la personne qui a subit une peine en raison de cette
condamnation sera indemnisée conformément à la loi, le pacte proclame également son attachement au
principe de la non-rétroactivité de la loi, le pacte précise également le contenu du droit au respect de la vie
privé et familiale, il reconnait aussi que toute personne a droit à la liberté de pensé, de conscience, et de
religion.
Le pacte interdit toute sorte de discrimination en proclamant que toutes les personnes sont égales
devant la loi, et en droit, sans discrimination à une égale protection de la loi, il comporte à cet effet des
décisions interdisant toute discrimination, notamment contre les femmes et les minoritaires. S’agissant du
mariage, il admet que le droit de se marier et de fonder une famille est reconnu à l’homme et à la femme, à
partir de l’âge nubile, et que nul mariage ne peut être conclu sans le libre de plein consentement des futurs
époux, concernant la protection des enfants contre toute discrimination, le pacte dispose que tout enfant sans
discrimination aucune, a droit de la part de sa famille, la société, et de l’Etat, en mesure de protection qu’exige
sa condition de mineur. Quant à la protection des minorités nationales contre toute discrimination, le pacte
dispose que dans les Etats où ils existent des minorités ethniques, religieuses ou linguistiques, les personnes
appartenant à ces minorités ne peuvent être privées du droit d’avoir en commun avec les autres membres de

27
leur groupe, leur propre vie culturelle, de professer et de pratiquer leurs propre religions, et d’employer leurs
propre langues.

2) Les Droits politiques :

Le pacte reconnaît que tout citoyen a le droit et la possibilité de prendre part à la direction des affaires
publiques, soit directement, soit par l’intermédiaire des représentants librement choisis {droit de voter, et
être élu}, droit honnête au suffrage universel égale, et au scrutin secret assurant l’expression libre de la
volonté des électeurs, et d’accéder dans des conditions générales d’égalité au fonctions publiques de son
pays. A côté de cette disposition, le pacte comporte des dispositions sur des droits qui ne sont pas
proprement politiques, mais sans lesquelles aucune activité politique ne peut être exercée dans un pays
démocratique, parmi ces droits, il y a la liberté d’expression, et la liberté de réunion, ainsi il admet d’abord
que nul ne peut être acquitté pour ses opinions et que toute personne a droit à la liberté d’expression. Le
pacte reconnaît ensuite la liberté de réunion, et dispose que l’exercice de ce droit ne peut faire l’objet que des
seuls restrictions imposées conformément à la loi, et qui sont nécessaires dans une société démocratique.
Enfin, il reconnaît la liberté d’association, en admettant que toute personne a le droit de s’associer librement
avec les autres, y compris le droit de constituer des syndicats et d’y adhérer pour la protection de ses intérêts.

Le pacte donne une vision complète des droits civiles et politiques, mais l’idée de l’être humain
libre, jouissant des libertés civiles et politiques ne peut être réalisée que si elles sont créées les conditions
permettant à chacun de jouir de ses droits économiques sociaux et culturels.

PARAGRAPHE 2 : LES DROITS ECONOMIQUES, SOCIAUX ET CULTURELS.


A l’origine négligés, récusés sur le plan international, notamment par les pays riches, ces droits ont
acquis aujourd’hui une importance cruciale, du fait notamment de l’impact de la mondialisation qui accroît
les inégalités économiques et sociales, cette importance est devenue telle, que les organisations de défense
des droits de l’Homme qui ont pendant longtemps confinés leur activités à la promotion et la défense des
seuls droits civils et politiques, en viennent à conclure les droits économiques, sociaux et culturels dans leurs
agendas.

Formulés initialement par la Déclaration Universelle, les droits économiques, sociaux et culturels ont
été précisés par le Pacte International relatif aux droits économiques, sociaux et culturels adopté le 16
décembre 1966. En réalité, le Pacte se borne à fixer des objectifs et non les engagements précis et
contraignants. Néanmoins, il oblige les Etats qui en font partie à agir au maximum de leurs ressources, en vue
d’assurer progressivement le plein exercice des droits qui sont reconnus, et cela par tous les moyens
appropriés par l’adoption des mesures législatives, et cela sans discrimination.
Parmi les droits reconnus par le pacte, il y a d’abord le droit de travail, qui comprend le droit a toute
personne d’obtenir, la possibilité de gagner sa vie par un travail librement choisi, ou accepté en vue d’assurer
le plein exercice de ce droit, les Etats s’engagent à prendre des mesures quid doivent inclure l’orientation et la
formation technique des professionnels, l’élaboration de programmes, de politiques et des techniques propre
à assurer un développement économique, social et culturel constant, et un plein emploi productif, dans les
conditions qui sauvegarderai aux individus la jouissance des libertés politiques et économiques
fondamentales. Les Etats partis s’engagent aussi à permettre à toute personne de jouir des conditions de

28
travail justes et favorables, qui assurent notamment un salaire équitable, et une rémunération égale pour un
travail de valeur égale, sans discrimination aucune de jouir de la sécurité et de l’hygiène de travail, d’avoir la
possibilité d’être (…….) par leurs emploi, en fonction de la durée des services accomplis et de leurs aptitudes,
et de bénéficier du repos, loisirs, limitation raisonnable de la durée du travail, et des congés périodiques, ainsi
que de la rémunération des jours fériés.

Le Pacte reconnaît ensuite le droit de toute personne de former avec les autres des syndicats et s’affiler
aux syndicats de son choix, il reconnaît aussi le droit de grève qui doit être exercé conformément aux lois de
chaque pays. Il reconnaît aussi le droit de toute personne à la sécurité sociale, les assurances sociales, et
déclare qu’une protection et une assistance aussi large que possible doit être accordée à la famille, aux mères
pendant une période de temps raisonnable avant et après la naissance des enfants, aux enfants et adolescent
qui doivent être protégés contre l’exploitation économique et sociale, ainsi que contre leur emploi dans des
travaux de nature compromettre leurs moralité et leurs santé, à mettre leurs vies en danger, ou à nuire à leurs
développement normal. Le Pacte reconnaît le droit de toute personne à un niveau de vie suffisant pour elle-
même et sa famille (nourriture, vêtements et un logement décent…), ainsi qu’à l’amélioration constante de ses
conditions d’exister. Le droit de jouir de meilleure état de santé et mentale qu’elle soit possible d’atteindre, le
droit d’éducation, le droit de participer à la vie culturelle et de bénéficier du progrès scientifique. Aux termes
de cette présentation des droits civils et politiques, ainsi que des droits économiques.

Il apparait bien que les deux Pactes comportent une approche complémentaire de ces deux
catégories de droit, qui sont en fait interdépendants et indissociables, dans la mesure où la jouissance des
droits requiert la satisfaction des autres, mais aujourd’hui, on estime que cela ne suffit pas car l’effectivité de
ces deux catégories de droit dépend de la réalisation de la troisième catégorie de droits qui sont les droits de
solidarité et les droits de troisième génération

PARAGRAPHE 3 : LE DROIT DE SOLIDARITE.

L’idée de droit de solidarité est récente, elle est fondée sur le constat que les droits aussi bien civiques
que économiques resteraient un vœu pieu si l’ordre international demeurait marqué par la prévalence d’un
certain nombre de phénomènes, tels que les très fortes inégalités économiques et sociales entre les pays, la
fréquence des guerres civiles et les interventions étrangères, la dégradation de l’environnement naturel…

A la fin des années 1970 que l’on prend conscience que la jouissance des droits de l’Homme, ne peut
devenir fruitive que si l’ordre international est fondé sur des valeurs communes, dont en particulier la solidarité
universelle, laquelle doit trouver son expression dans la proclamation d’un certain nombre de droits collectifs,
comme le droit au développement, le droit à la paix, et le droit à un environnement sain. Partant de là, un certain
nombre d’initiatives vont être adoptés afin de promouvoir ces droits. S’agissant du droit au développement, il vise
à améliorer le bien-être de l’ensemble de la population, et de tous les individus dans les pays pauvres, et à réduire
les inégalités de développement entre ces pays, et les pays riches. La jouissance de ce droit suppose
l’établissement d’un ordre économique juste et équitable, ainsi que la reconnaissance au profit des pays
pauvres de leur droit à la souveraineté sur leurs richesses naturelles.

Le droit au développement a été évoqué dans un certain nombre de résolutions de l’assemblée


générale des Nations Unies, en particulier, la Déclaration sur le droit au développement adoptée en 1986, qui

29
proclame que le droit au développement est un droit inaliénable de l’homme. La Conférence internationale
des droits de l’Homme réunit à Vienne en 1993, a apporté son soutien à la notion de droit au développement
en affirmant aussi que ce dernier est un droit universel, inaliénable, qui fait partie intégrante des droits
fondamentaux de la personne humaine.

Le droit à un environnement sain est une idée récente qui date aussi des années 70. Il est apparu
d’abord dans le droit interne des pays développés, à la suite de la prise de conscience des dangers que
constituent pour la santé, la dégradation de l’environnement par le monde capitaliste du développement
industriel, ce n’est que par la suite que l’on a cherché à le transposer sur le plan international, mais alors que
sur le plan interne, il a fait l’objet d’une réglementation contraignante, et qui est en constante progression, il
en est de même sur le plan international, où il reste encore un vœu pieux, bien que les défis qui sont posés à
l’environnement mondiale. Notamment par le changement climatique soit énorme, le principal obstacle à la
consécration effective sur le plan international du droit à un environnement sain réside dans la divergence
des intérêts entre les Etats.

La particularité du droit à l’environnement sain est d’être un droit qui concerne aussi bien les générations
présentes que les générations futures, entre lesquelles il sert de pont en obligeant les hommes à protéger et
améliorer l’environnement non seulement pour leurs propres bénéfices, mais aussi celui des générations futures.

La notion de droit à l’environnement sain est liée à celle du développement durable, cette dernière
notion est apparue en réaction à l’idée que le droit à un environnement sain peut constituer un frein au
développement économique. Cette idée est aujourd’hui soutenu par un certain nombre de pays dont en
particulier les Etats-Unis, les pays émergents comme la Chine qui chercheront à exploiter à outrance les
ressources naturelles, afin d’imposer leur leadership dans l’économie mondiale. Or, il a été établi que la
protection de l’environnement n’est pas (…). En outre, cette protection nécessaire si l’on veut préserver les
meilleures conditions de vie pour les générations futurs, c’est la conclusion à laquelle a abouti le fameux
rapport « BRUNDTLAND » élaboré en1987 par la Commission mondiale sur l’environnement et le
développement et repris par son compte par la Déclaration de Rio de Janeiro 1992 (sommet de Rio) adoptée
par la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement qui s’est tenu du 3 au 14 juin
1992. Ce droit a été aussi proclamé par la Déclaration de l’environnement de Stockholm 1972.

Au Maroc, la nouvelle Constitution oblige l’Etat, les établissements publics et les collectivités
territoriales à mobiliser tous les moyens à leur disposition, pour faciliter l’égal accès des citoyennes et
citoyens, en conditions leur permettant de jouir du droit à un environnement sain.

Enfin, le droit à la paix, ce droit suppose la renonciation à l’usage de la force, et le règlement des
conflits internationaux par des moyens pacifiques, le droit à la paix est considéré comme le droit le plus
important, car sans lui, les hommes ne peuvent pas jouir effectivement de tous les autres droits, y compris
les droits civils, économiques, politiques, culturels…. C’est ce qu’a pu rappeler la Commission des droits de
l’Homme, qui a admis que l’absence de guerre au niveau interne est une condition primordiale de la
prospérité matérielle, et le progrès des Etats, ainsi que la réalisation complète des droits et libertés
fondamentales de l’homme.
Le droit à la paix a été solennellement proclamé par l’assemblée générale des Nations Unies dans sa

30
Déclaration sur la préparation des sociétés à vivre dans la paix (15 décembre 1978), l’assemblée a réitérée
sa position par la Déclaration sur les droits des peuples à la paix (14 novembre 1984) dans laquelle où est
proclamé solennellement que les peuples de la terre un droit sacré à la paix.

Bien que reflètent les aspirations dans un grand nombre de pays de la planète, a des relations
internationales plus justes et équitables, permettant à chacun d’assurer son propre développement et de
vivre en paix dans un monde où sont préservés les grands équilibres écologiques. Les droits de solidarité en
vue de leur caractère juridique contesté par une grande partie de la doctrine. On a ainsi reproché au droit de
solidarité de ne pas être un vrai droit, dans la mesure où il est difficile de déterminer aussi bien au titulaire
qu’à la communauté la jouissance de ces droits, autrement dit, sont-ils des droits aux individus ou aux Etats,
ou est- ce que la communauté internationale débiteur, ou sa totalité ? Que leur substance, en raison de leur
caractère pas trop général. On a aussi reproché le droit de la 3 ème génération leur excès et irréalisme, car il est
très difficile si ce n’est impossible de les appliquer dans la réalité concrète, dans la mesure ou les Etats mêmes
les plus riches, ne disposent pas des moyens financiers et matériels nécessaires à cet effet, mais s’il est peu
probable que les droits de la 3ème génération peuvent s’imposer assez rapidement comme des normes de
droit positif, en raison de l’égoïsme des pays riches qui s’est accentué par la mondialisation, et de la perte
d’influence des pays tiers monde, depuis la guerre froide, il reste que ces droits pour le moment peuvent être
considérés comme des objectifs que la communauté internationale doit chercher à atteindre, en vue
d’assurer le bienêtre de toute l’humanité.

Enfin, il y a lieu de constater que les droits de la 3ème génération, ne sont pas encore consacrés par le
droit positif, que certains parlent déjà de droits de 4ème génération, mais sans être tous d’accord sur leur
contenu qui n’est pas clair, ainsi certains auteurs associent ces droits, à la nécessité d’atténuer les effets
négatifs de la mondialisation (droit de partage des bénéfices…). Alors que d’autres évoquent le droit des
personnes vulnérables, or la multiplication des catégories des droits de l’Homme qui relèvent plus de la
rhétorique du droit positif, risque de dévaloriser la notion même des droits de l’Homme, qui deviendrait ainsi
une caisse de résonance de revendications irréalistes et interminables.

Néanmoins, il reste que de nouveaux droits de l’Homme ont été consacrés par le droit interne de
certains pays, il concerne principalement deux domaines. D’un part le domaine de la nouvelle technologie, et
d’autre part, de prodigieux progrès en biologie et en médecine. Ces droits qui sont liés à l’avance des sciences
et techniques, sont nés de besoins nouveaux qui exigent une protection appropriée de la personne humaine,
parmi ces nouveaux droits, il y a les droits bioéthique, qui sont générés par le progrès de la génétique et qui
visent notamment à protéger les hommes, contre les manipulations génétiques tout en leur permettant de
profiter de ce progrès, les droits liés aux communications, tels ceux visant à protéger les usagers de l’internet
etc. (…).

Ainsi que nous venons de constater la consécration des dits droits de l’Homme ne s’est pas fait
faite en difficulté, seul leur protection vont être plus difficile.

SECTION II : LA PROTECTION DES DROITS DE L’HOMME.


La proclamation des droits de l’Homme ne suffit pas à elle seule à en assurer le respect et la bonne

31
application, elle requière l’existence d’un système de garanties permettant à tout individu d’obtenir la
réalisation effective de ses droits, ce système doit être mis en place par l’Etat, car c’est à lui seul, en tant que
souverain territorial qu’incombe le devoir d’assurer la bonne application des droits de l’Homme, mais comme il
arrive fréquemment que les Etats soient soupçonnés de ne pas tenir leurs engagements en la matière, des
mécanismes subsidiaires ont été conçues à l’échelle universelle et régionale pour les amener à respecter
leurs obligations en matière des droits de l’Homme.

PARAGRAPHE 1 : LA PROTECTION DES DROITS DE L’HOMME SUR LE PLAN


INTERNE.
Afin de satisfaire à son obligation de protéger les droits de l’Homme, l’Etat est tenu de mettre en
place les garanties nécessaires à cet effet. Mais la pratique a montrée que cela pouvait ne pas suffire, car
c’est l’Etat lui-même qui est souvent responsable de la violation des droits de l’Homme, d’où la aussi le
recours à des moyens complémentaires, afin de pousser à assurer l’application effective des droits de
l’Homme, ces moyens sont essentiellement représentés par les Institutions Nationales des droits de l’Homme
(I.N.D.H).

A) Les garanties étatiques d’application des droits de l’Homme :

La jouissance effective des droits de l’Homme requière que l’Etat veille à ce que les conditions
essentielles soient réalisées, c’est la primauté des instruments juridiques, interventions relatifs aux droits de
l’Homme sur le droit interne, le bon fonctionnement de la jouissance, s’agissant de la première condition,
celle de la supériorité des instruments juridiques, elle s’impose à tous les Etats quel que soit le système qu’ils
adoptent, monisme ou dualisme.

On sait que pour le monisme, les normes du droit international l’emportent sur celles du droit interne.
Alors que pour le dualisme, les normes internationales ont le même rang que les lois ordinaires, ce qui a pour
conséquence, que c’est le texte le plus récent, que ce soit la loi ou le traité qui prime, mais aujourd’hui en
matière des droits de l’Homme, on considère que les normes internationales relatives à ces droits doivent en
raison de leur extrême importance pour les individus, l’emporter sur la loi interne. Au Maroc, pendant
longtemps on n’a pas eu l’attitude claire pour ce qui est des rapports entre le droit international et le droit
interne, car aucune disposition à ce sujet ne figurait dans la Constitution.

Néanmoins, il y a eu dans les dernières années un fort mouvement dans la société civile, en faveur du
monisme. La nouvelle Constitution s’est faite l’écho de ce mouvement, en adhérant à l’idée de la primauté
des traités internationaux sur le droit interne, ce qui est de la bonne conditions, le bon fonctionnement de la
justice, celle-ci est d’une extrême importance pour la protection des droits de l’Homme, il en est ainsi, parce
que le juge interne joue un rôle crucial dans la jouissance effective par les hommes, de leur libertés et droits
fondamentaux, que ces libertés et droits aient été proclamés par le droit international ou le droit interne.
C’est pour cette raison que la justice doit être accessible à tous les individus que se plaignent de la violation
de leurs droits.

Il faut ainsi que la justice offre des garanties d’indépendance et d’impartialité par rapport à l’Etat,
dont les agissements sont souvent les causes d’une telle violation, l’exigence d’indépendance et d’impartialité

32
de la justice est une condition, sine qua non pour la bonne application des droits de l’Homme, car le juge
peut aussi se rendre responsable de la violation de ces droits et cela d’une façon irrémédiable dans les pays
où ne règnent pas l’Etat de droit.

C’est pour cette raison, des règles très strictes ont été adoptés sur le plan international, afin d’obliger
l’Etat à préserver l’indépendance et l’impartialité de ses organes juridictionnels et à réparer les violations des
droits de l’Homme, dont il peut être responsable, c’est pour cette raison aussi que l’on fait de plus en plus
appel à des moyens complémentaires pour assurer l’application de ces droits.

B) Les moyens complémentaires d’application des droits de l’Homme (les I.N.D.H) :

Aujourd’hui, on fait de plus en plus appel aux INDH, afin d’aider l’Etat à corriger et mettre fin autant que
possible au dysfonctionnement, auquel peut conduire parfois son incapacité à faire prévaloir les droits de
l’Homme dans ordre interne, par ses institutions et ses mécanismes traditionnels, le rôle de ces institutions est de
persuader l’Etat à se conformer à ses obligations en matière des droits de l’Homme, bien qu’elle soit créée par
l’Etat lui(même aussi leur moyens d’action se limite habituellement à fournir des conseils, et à formuler des
recommandations aux Etats. Mais il peut parfois aller plus loin pour englober des opérations de supervision et de
contrôle.

Les INDH ont connus un grand succès ces dernières années, parce qu’elles sont considérées comme
constituant un lien aussi bien entre la société civile et l’Etat contre ces derniers, et les organes
internationaux de surveillance et d’application des droits de l’Homme. C’est ce qui explique que leur nombre
ce soit multiplié, et que l’on rencontre aujourd’hui des centaines de ces institutions variés (comités) dans un
grand nombre de pays et dans différentes régions du monde, mais la crédibilité de ces institutions a parfois
été mise en cause, car on l’avait reproché sous l’influence des Etats qui les ont créées.

C’est pour éviter une telle influence qu’ont été adoptés en 1991 « les principes de Paris », qui ont
notamment recommandés que les INDH soient indépendants de l’Etat, et qu’elles soient très largement
ouverte à la société civile, et leur domaine de compétence soit aussi grand que possible. S’agissant de
l’indépendance des institutions nationales que ce soit par rapport à l’Etat ou à toute autre entité publique et
privée, elle est d’une condition fondamentale sous laquelle ces institutions ne peuvent atteindre les objectifs
que leur sont assignés, aussi les principes de Paris veillent-ils à soumettre à certains conditions la création, la
composition et le fonctionnement de ces institutions, ainsi qu’il est recommandé que ces institutions soient
crées par la Constitution et la loi, que leur nombres soient autant que possible élus, qu’ils soient représentatifs
d’un très large pluralisme et viennent de différents horizons de la société civile, et que leur mandat soit fixé
pour une durée déterminée clairement établi par la loi, afin d’assurer la stabilité de l’institution.

Quant aux compétences des institutions nationales, elles couvrent un large éventail des fonctions
visant en particulier, à fournir au gouvernement et organes concernés de l’Etat des avis, et des
recommandations sur toute question relative aux droits de l’Homme, examiner la législation nationale de
manière à s’assurer de sa conformité aux traités relatifs aux droits de l’Homme, et faire des recommandation
à cet effet. Attirer l’attention du gouvernement sur toute situation comportant des violations des droits de
l’Homme, et faire des recommandations pour faire cesser ces violations, élaborer des rapports annuels sur la

33
situation des droits de l’Homme dans les pays, encourager le gouvernement à ratifier les traités
internationaux relatifs aux droits de l’Homme, et à renoncer aux cas où elles existent au réserve à ce traité.

A côté des institutions internationales, il y a ce qu’on appelle l’Institution de l’Ombudsman, bien que
les « principes de Paris » s’appliquent aussi à l’Institution de l’Ombudsman, celle-ci se distingue des
institutions nationales par le caractère limité de son rôle, en effet alors que les institutions nationales ont
été conçues pour contribuer à la promotion et la protection des droits de l’Homme et que de ce fait, elles
sont amenées à couvrir un large spectre d’activité, il en est différemment de l’Institution de l’Ombudsman,
dont le rôle est généralement à s’occuper des plaintes formulées par les individus, qui s’estiment victime
d’une injustice par une administration donnée.

Il reste néanmoins, que l’Institution de l’Ombudsman et les Institutions nationales, autrement dit on
en commun d’opérer par la persuasion, sous forme de recommandations, et conciliations, et d’arbitrages.
Conçue en Suède, l’institution de l’Ombudsman a été adoptée en raison de son succès, par un très grand
nombre de pays, où elle a parfois reçue des appellations différentes, « de défenseur des droits » en France, «
le protecteur des citoyens » en Québec, « le défenseur du peuple « en Espagne, « le médiateur » au Maroc.
L’Ombudsman, signifie littéralement en suédois « celui qui parle d’autrui », c’est-à-dire les citoyens qui ont à
se plaindre du mauvais comportement de l’Etat, c’est une personne indépendante, physique ou morale, qui
bien que souvent désignée par le gouvernement, et parfois par le parlement est chargée d’examiner les
plaintes des citoyens, qui ont subis un dommage du fait d’un abus d’une illégalité, ou toute forme d’injustice
commis par l’Etat.

Le rôle de l’Ombudsman est de veiller au respect de la loi, et au bon fonctionnement de


l’administration, elle accomplie son rôle par la persuasion, car elle n’a pas de pouvoirs de décision. Son rôle
s’est beaucoup élargi ces dernières années, surtout en matière de promotion et de défense des droits de
l’Homme, et sa fonction est aujourd’hui liée aux pays qui cherchent à sortir de la dictature, à la promotion
des droits de l’Homme.

Au Maroc parmi les INDH, il y’a d’abord le conseil national des droits de l’Homme qu’occupe une place
primordiale, son rôle est de veiller sur la protection, l’observation et surveillance et suivi de la situation des
droits de l’Homme, il est chargé à cet effet d’examiner tous les cas de violation des droits de l’Homme soit de
sa propre initiative soit sur plainte de la partie concernée, le conseil dispose dans l’exercice de sa tâche des
commissions régionales afin de favoriser la protection des droits de l’Homme le Maroc a aussi créé des INDH
opérant dans des domaines particuliers dont notamment l’IRCAM l’institution royale de la culture amazigh, la
AKA en 2003 qui a pour but de veiller sur le pluralismes et diversité à la suite de la libération du secteur
audiovisuel etc.
Il y’a également le ‘’diouane de madalim ‘’qui été créé, sa fonction est de promouvoir l’intermédiation d’une
part des citoyens et de groupes de citoyens et d’autre part les administration ou toute organisme disposant
de prérogatives de puissance publique, pour les inciter à observer les règles de la primauté des droits, le ‘’
diouane de madalim ‘’ mars 2011 par l’institution du médiateur dont les prérogatives ont été élargies dans la
mesure où l’on peut de sa propre initiative ou à l’initiative d’une personne concernée, connaître les actes de
l’administration qui sont entachés d’excès de pouvoir, le médiateur dispose aussi délégués régionaux qui

34
connaissent des plaintes dont a été saisi le médiateur.

On assiste aussi ces dernières années, à la création dans un certain nombre de pays, d’organismes
indépendants visant à protéger les libertés dans des domaines sensibles, comme ceux de l’informatiques, de
l’audiovisuel, etc. (…). Ainsi, les grands nombre d’institutions, sont tenus au niveau de l’Etat de veiller à
assurer la protection des droits de l’Homme, mais ces institutions peuvent se révéler d’une raison ou d’une
autre, incapable de mener à bien leurs tâches, d’où la nécessité du recours à la protection international, sur le
plan tant universel que régional.

PARAGRAPHE 2 : LA PROTECTION DES DROITS DE L’HOMME SUR LE PLAN


UNIVERSEL.
Il existe à ce niveau différents mécanismes de protection des droits de l’Homme, on peut les distinguer
selon qu’ils soient organisés dans le cadre de la Charte des Nations Unies, ou qu’ils soient en dehors de celle-
ci.

A) Les mécanismes de protection des droits de l’Homme dans le cadre de la Charte des
Nations Unies :

Au sein des Nations Unies, le Conseil économique et social, a créée le 16 février 1946 la Commission
des droits de l’Homme, en vue de promouvoir et faire respecter les droits de l’Homme dans le monde,
organe essentiellement politique, celle-ci a constitué un important forum pour débattre les questions des
droits de l’Homme, mais elle n’a pas réussi à faire atténuer, et empêcher leur violation dans le monde.

Beaucoup attribuent son échec à son manque d’impartialité à ses partis politiques, et à une
politique de double standard, celle-ci s’est manifesté en particulier lors de la fixation de la liste des Etats
dont la politique en matière des droits de l’Homme devait être évaluée. Ainsi qu’à l’occasion de la
détermination de la condamnation, dont il pouvait faire l’objet, ceci est dû à la nature politique de la
commission, car ses décisions ont souvent été le reflet de l’influence de l’Etat qui l’a constitué, c’est la
raison pour laquelle, elle a été remplacée par un nouvel organe : les Conseils des droits de l’Homme.
Le Conseil des droit de l’homme a été créé par l’assemblée générale des Nations Unies, le 15 mars
2006, ayant comme siège à Genève, et composé de 47 Etats, élus pour 3 ans, et rééligible une seule fois.
Les Etats sont élus par l’assemblée générale des Nations Unies, sur une base individuelle, mais de manière
à assurer une représentation géographique équitable.
Le Conseil exerce plusieurs fonctions parmi celles-ci, l’Examen Périodique Universel (EPU), désormais
tous les pays membres des Nations Unies sont tenus de se soumettre à cet examen. Celui-ci consiste à passer
en revue tous les 4 ans, les réalisations de chaque pays dans le domaine des droits de l’Homme, il vise à
assurer une égalité de traitement à tous les Etats, et d’éviter qu’aucun Etat ne lui échappe, mais on a reproché
à l’EPU de ne pas être effectué par des experts indépendants et d’être sous l’influence politique des Etats.

Il y’a aussi les procédures spéciales qui consistent en un examen par des experts indépendants des
pratiques des États en matière des droits de l’Homme elle vise dans la procédure par la concertation et la

35
persuasion à améliorer et renforcer la capacité des États à honorer leurs obligations internationales en
matière des droits de l’Homme

Il y a enfin la procédure des plaintes appelée communication, celle-ci doit être engagée par toute
personne ou groupe de personnes qui estiment être victimes de violation des droits de l’Homme, ou qui
affirme avoir une connaissance directe et sûre de ces violations, mais cette procédure est soumise à certaines
conditions très stricte ce qui a pour conséquence que seule un petit nombre de plainte est retenu.

La procédure de plainte n’aboutit à la condamnation des pays concernés ni au payement de


dommages-intérêts.
En dépit de la faiblesse de ses mécanismes de protection des droits de l’Homme, le conseil exerce une
forte attraction sur les États dans la mesure où il est devenu l’enceinte principale qui leur permet de défendre
leur image sur le plan international.
À côté du côté du conseil des droits de l’Homme il y’a le HAUT COMMISSAIRE DES NATIONS UNIES ET
DES DROITS DE L’HOMME dont la fonction a été créé en 1993 par l’assemblée générale des nations unies
pour aider à la promotion et respect universel des droits de l’Homme, le haut-commissaire est élu pour 4 ans
par le secrétaire général des nations unies, sa nomination doit être approuvé par l’assemblée générale, il doit
présenter chaque année un rapport sur ses activités au conseil des droits de l’Homme, dans l’exercice de ses
fonctions le haut-commissaire attire l’attention sur les graves violations des droits de l’Homme, suggère
l’élaboration de nouvelles règles en matière des droits de l’Homme et apporte un soutien logistique au
rapporteur de procédure spéciale.
Le système de protection crée dans le cadre de la Charte paraît ainsi être un système très politisé cela
est moins dans le cas de celui crée en dehors de la Charte.
B) Les mécanismes de protection des droits de l’Homme en dehors de la Charte :

- Plusieurs mécanismes de protection des droits de l’Homme en dehors de la charte ont été établies par
des traités multilatéraux parmi ces mécanismes le plus important est le pacte international des droits
civils et politiques(PIDCP), celui-ci comporte un protocole facultatif sur la surveillance de l’application
des droits qu’il reconnaît. Il a aussi créé un comité des droits de l’Homme chargée de contrôler le respect
des engagements pris par les États dans le même cadre. Il est composé de 18 personnalités élues pour 4
ans par les États parties au pacte, selon une répartition géographique équitable, ces personnes sont
tenus de posséder des compétences appropriés en matière des droits de l’Homme, elles siègent
individuellement, le comité est ainsi un organe indépendant des États il reçoit et organise les rapports
périodiques que les États membres sont tenus de soumettre et qu’il porte sur les mesures qui les Etats
en pris pour donner effet aux droits reconnues par le pacte, il exerce aussi un contrôle sur plainte qui
porte sur les atteintes aux droits énoncés par le pacte. En cas de violation de ces derniers le comité
peut être saisie aussi bien par les États que les particuliers qui s’estiment être privé d’un droit garantie
dans le pacte à condition que leur pays fait partie du protocole.
Le comité formule des recommandations par lesquelles il peut demander à un Etat de prendre des
mesures permettant à mettre fin à la violation des droits garantis par le pacte de modifier sa législation ou

36
d’accorder des dommages-intérêts à la victime de la violation, ces recommandations sont comme leur nom
l’indique de simples recommandations qui n’ont pas défaut obligatoire mais la publicité qui aurait faite exerce
souvent un effet persuasif sur les États qui craignent pour leur image sur le plan international.
- Il convient de noter que l’assemblée générale a adopté le 10/12/2008 le protocole facultatif sur les
droits économiques, sociaux, culturels qui est entré en vigueur le 5 mai 2013
- Le mécanisme des plaintes individuelles ont aussi étaient créé dans le cadre d’un certains nombre de
traités multilatéraux comme par exemple la convention contre la torture contre les discrimination à
l’égard de la femme et raciales, l’introduction de ces mécanismes témoignent des efforts fait sur le
plan international pour développer les mécanismes de protection des droits de l’Homme, mais ces
mécanismes sont de portée limitée il en est différemment des mécanismes de protection qui existent
dans certaines régions du monde.

PARAGRAPHE 3 : LA PROTECTION DES DROITS DE L’HOMME SUR LE PLAN


REGIONAL :
Les mécanismes régionaux de la protection des droits de l’Homme sont apparus d’abord en Europe, puis dans le
reste du monde.

A – La protection des droits de l’Homme en Europe

Au niveau européen le cadre institutionnel dans lequel la protection des droits de l’Homme est effectué et le
conseil de l’Europe et non pas l’union européen, ces deux organisations seront totalement différentes, en raison de leur
fonction qui sont différentes, puisque le conseil a une fonction politique qui consiste à favoriser le développement de la
démocratie et droits de l’Homme entre ses membres alors que l’union européen a une fonction économique qui vise à
réaliser l’intégration économique entre ses membres, leurs membres ne sont pas tous les mêmes, le conseil comprend
47 membres et l’union Européen.
L’Europe a joué un rôle pionnier dans l’adoption d’in système régional de protection des droits de l’Homme. Ce
système comportait le recours à deux organes : la commission européenne du droit de l’homme chargée de trouver une
solution à l’amiable et la cour dont la fonction est de régler définitivement, les litiges mais depuis 1998 à la suite de la
suppression de la commission, la cour cumule les deux fonctions et sa compétence devient obligatoire pour tous les
pays parties à la convention européenne des droits de l’Homme.
La cour est un véritable tribunal international dont le siège se trouve à Strasbourg, elle est composée de 47 juges élus
pour 9 ans par l’assemblée parlementaire du conseil de l’Europe, les juges exercent leur rôles à titre individuel, ils sont
totalement indépendants, la cour est divisée en chambres de 9 qui constituent chacune l’instance normale du
jugement, le rôle de la cour est de veiller au respect de la convention européenne des droits de l’Homme et peut être
saisie par un État qui se plaint de la violation de la convention européenne par un autre État, mais cela se produit
rarement par la pratique (le dernier cas est celui de la Turquie et le Chypre). La cour peut être saisie par tout individu ou
groupe ( par ex : ONG ) qui estime être victime de violation d’un des droits protégés par la convention européenne, il
n’est pas nécessaire que cet individu soit le ressortissant national d’un des Etats parties à la convention, il suffit qu’il
réside dans le territoire des États concernés, la saisine de la cour est soumise à des conditions draconiennes (sévères),

37
(épuisement  des recours internes, l’existence de préjudices importants, l’introduction de la requête dans un délai qui
ne dépasse pas 6 mois etc...) Lorsque la cour admet qu’une requête est recevable, elle cherche d’abord à obtenir un
règlement à l’amiable entre les parties concernés, ce règlement peut consister en un amendement, ou un changement
de la loi en cause ou en l’octroi d’une compensation financière. Si le règlement à l’amiable n’est pas accepté, la cour
examine l’affaire et rend sa décision, dans ses arrêts la cour peut condamner l’État fautif au paiement de dommages-
intérêts en faveur de la victime, elle ne peut pas annuler les actes de l’État qui sont à l’origine de la violation des droits
de l’Homme car elle ne dispose pas du pouvoir d’annulation de ces actes, l’État est souverain, l’exécution des arrêts est
effectué sous le contrôle du comité du ministre qui veille sur le versement des D et I et que les mesures ont étés prises
par les pays concernés pour éviter de nouvelles violations, dans la pratique, la cour a une tendance dans ses arrêts à
adopter des interprétations assez généreuse de la convention européenne des droits de l’Homme.
Le système de protection des droits de l’Homme dans le cadre du conseil de l’Europe s’est imposé comme le système
central de protection de ces droits, il constitue un modèle dont cherche à s’inspirer les autres régions du monde parmi
lesquelles en particulier le système américain.

B- La protection des droits de l’Homme dans le reste du monde

En Amérique le système de protection des droits de l’Homme est plus au moins similaire à celui de la
convention européenne des droits de l’Homme ce système a été établi graduellement c’est ainsi qu’en 1959,
l’organisation des États américains crée la commission interaméricaine des droits de l’Homme dont les compétences
seront élargies par la suite par la convention américaine des droits de l’Homme de 1969 qui établie la cour
interaméricaine des droits de l’Homme qui voit le jour en 1978. Au terme de la convention de 1969 la commission
dispose désormais d’une compétence pour examiner les plaintes des particuliers personnes physiques ou morales,
lorsqu’elle reçoit une plainte individuelle et déclare qu’elle est recevable, la commission fais ses investigations et
propose une solution à l’amiable, si la question n’est pas réglée la cour peut alors être saisie, celle ci peut être saisie par
les États ainsi par la commission mais non par les individus comme cela dans le cadre de la convention européenne des
droits de l’Homme de 1950 .
En Afrique à l’origine un seul organe s’occupe de la question de la protection des droits de l’Homme il s’agit de
la commission africaine des droits des hommes et peuples qui a été créé par l’OUA en juillet 1987 et qui est devenu
opérationnelle à la fin de la même année. La commission ne peut recevoir que les communications faites par les États
après avoir fait ses investigations la commission peut faire des recommandations qui peuvent être retenues ou rejeter
par la conférence des chefs d’États et gouvernements de l’OUA. La commission africaine ressemble ainsi grandement à
la commission des droits de l’Homme des N.U. dans la mesure où elle reste sous la dépendance du pouvoir politique des
États, les chefs d’États ont adopté 10 juin 1998 un protocole additionnel qui prévoit la cour africaine des droits de
l’Homme et des peuples, ce protocole est entré en vigueur en 2004 et la cour a vu le jour en janvier 2006, la cour peut
être saisie par les États concernés et non par des particuliers ou ONG (Organisation non gouvernementale) sauf si les
États concernés ont effectués une déclaration d’acceptation de la compétence obligatoire de la cour, à cet égard un seul
État le Burkina-Faso a accepté cette compétence, lorsqu’elle déclare que la plainte recevable, la cour peut tenter de
régler à l’amiable le cas qu’il lui est soumis sinon elle rend son jugement, il est à noter que l’union africain qui a succédé
à l’OUA à adopter le 1 juillet 2008 un protocole par lequel il a décidée de faire fusionner la cour africaine des droits de
l’Homme avec la cour de justice africaine, ce protocole n’est toujours pas entré en vigueur ainsi c’est la cour africaine
des droits de l’Homme et peuple qui continue à statuer sur les affaires, celle-ci a vu le jour en 2006 et a rendu sa
première décision en 2008 bien que des efforts ont été accomplies sur le plan institutionnel le système de protection
des droits de l’Homme en Afrique reste très faible mais il a le mérite d’exister ce qui n’est pas le cas du monde arabe.

38
Dans le monde arabe, La Charte arabe prévoit un mécanisme très modeste pour assurer une telle protection, en
effet elle s’est contentée de prévoir, la création d’un comité d’experts des droits de l’Homme celui-ci composé de 7
membres élus pour 4 ans, par le Conseil de la ligue des Etats arabes et dont le rôle est d’examiner les rapports qui lui sont
soumises par les États. La charte prévoit, à cet égard, que les Etats parties s’engagent à présenter au secrétaire général
de la ligue arabes des rapports sur des mesures qu’ils auront prises pour donner effets au droit reconnus par la Charte
et sur les progrès réalisées dans l’exercice de ses droits, après l’examen de rapport, la comité formule ses observations
et recommandations qui sont également rendues publiques ce qui peut constituer une forme de sanction indirecte à
l’égard des États qui ne respectent pas leur engagements en matière de droits ainsi on peut constater, le mécanisme
prévue par la charte arabe est le mécanisme le plus faible qui soit sur le plan régional car il ne prévoit pas de recours
individuels et n’établit pas des cours indépendantes .

Droits de l’Homme et libertés publiques au Maroc


Chapitre 1  : l’évolution de la question des droits de l’Homme et libertés
publiques

Au Maroc comme le reste des pays du sud, la question des droits de l’Homme est un phénomène nouveau, lorsque le
Maroc a acquiert son indépendance en 1956 de grands espoirs sont nourries pour que l’État s’engage dans une politique
de réforme permettant l’instauration d’un État de droit et la jouissance des droits de l’Homme et libertés publiques,
mais ces espoirs sont vite dissous car on assiste à une application de politique de négation des droits de l’Homme et
libertés publiques il faudra une lente maturation et une lutte acharnée de la société civile, avant que l’on assiste d’abord
à l’apparition d’une prise de conscience de l’importance de ces droits et libertés puis par la suite à l’émergence d’une
dynamique qui permettra de réaliser des problèmes assez importants en la matière, on peut de ce fait rendre compte
de l’évolution des droits de l’Homme et des libertés publiques en analysant 3 questions, la négation des droits de
l’Homme, la prise de conscience de l’importance des droits de l’Homme et l’émergence d’une dynamique en faveur des
droits de l’Homme.

Section 1 : La négation des droits de l’Homme et des libertés publiques

Ainsi comme nous l’avons vu précédemment l’idée de droits de l’Homme est étrangère aux États traditionnelles ou pré
modernes, l’État marocain n’a pas failli à la règle, il en sera ainsi depuis sa création au début du 19 siècle jusqu’à sa
colonisation en 1912 qui va initier dans le pays un processus de modernisation, c’est ce processus qui induira à la
première fois au Maroc l’émergence de l’idée des droits de l’Homme, cependant si le protectorat laisse place à la notion
des droits de l’Homme c’est pour en réserver l’application au seuls français et ressortissants occidentaux et exclure les
marocains de l’égalité civile mais si les marocains sont exclus de la jouissance de ces droits, c’est au nom de ces derniers
qu’ils vont combattre la domination coloniale, formé dans les écoles françaises, les premières élites marocaines
dénoncerons ainsi le colonialisme français, en retournant contre lui les principes des valeurs humaines ainsi que les
libertés et droits fondamentaux proclamés par la révolution française dans la déclaration des droits de l’Homme de
1789 c’est en effet au nom du droit des hommes à la dignité et à la liberté que les nationalistes marocains vont

39
combattre la présence coloniale aussi bien française qu’espagnol, nous verrons dans le cadre de la lutte engagée dans le
mouvement national, qui comprend non seulement des partis politiques et syndicats mais aussi la sociétés civile qui
donne naissance en 1933 au Tétouan à la première ONG marocain en matière des droits de l’Homme. Le combat pour
la liberté deviendra de plus en plus farouche au fur et à mesure que s’accroit la répression coloniale et tous les droits et
libertés qui sont consacrée en 1945 par la charte des nations unie, elles se renforcent d’avantage encore à la suite de la
proclamation en 1948 par l’assemblée générale des nations unies de la déclaration universelle des droits de l’Homme.
Le recouvrement de l’indépendance en 1956 avait suscité une grande espérance pour que s’incarne en fin dans les faits
l’idée de libertés et droits de l’Homme, cette espérance s’est accrue lorsque le roi Mohammed 5 fait part deux années
après de sa détermination à « édifier un régime de monarchie constitutionnelle qui tient compte de l’intérêt supérieur
du pays et répond à ses caractéristiques propres, régime permettant l’avènement d’une démocratie authentique
s’inspirant à la fois de l’esprit de l’Islam et de l’évolution de notre pays et traduisant notre volonté de faire participer
progressivement notre peuple à la gestion et contrôle des affaires de l’État » mais cette espérance et vite dissoute en
raison de l’absence d’accord entre la monarchie et les partis politiques marocains sur les modalités d’exercice du
pouvoir, il s’en suivra une concentration au pouvoir entre les mains de la monarchie, suivi de la répression des
mouvements qui réclament la démocratisation des institutions du pays, certes un code des libertés publiques est adopté
en 1958 mais il n’est pas appliqué d’une façon satisfaisante et sa portée sera pour la suite réduite par un certain
nombres d’amendements législatifs une année auparavant est aussi adopté la Moudouana, mais celle ci ne corrige pas
les inégalités d’en souffre la femme dans la sociétés marocaines qui reste très profondes, de même la constitution qui
est adoptée en 1962 et qui proclame que le Maroc est une monarchie constitutionnelle a été conçue plus pour
consolider les pouvoirs du roi que pour instaurer un système démocratique de gouvernement, les constituions qui
suivront 1970/72 /80 /92 /96, renforceront à leur tour les prérogatives royales. Toutes ces constitutions proclament leur
attachement aux droits de l’Homme mais cet attachement reste formel, car il ne se traduit pas dans les faits.
Mais le plus grave est qu’à partir des années 1960 le Maroc s’engage dans l’une des périodes les plus sombres dans son
histoire de la répression s’abat sur tous ce qui ose réclamer la mise en place de la démocratie, l’édification d’un État de
droit et le respect des droits de l’Homme et libertés publiques, les 3 décennies qui suivent sont en effet l’une des plus
pénibles expériences que le peuple marocain ait eu à connaître, cet époque de ce que l’on appelle les année de plomb
qui ont vu répression féroce et systématique s’abattre sur tous les opposants politiques, c’est aussi l’époque où les
violations flagrantes des droits de l’Homme suscitent de très vives critiques de la part des organisations humanitaires
gouvernementales et non gouvernementales étrangères, c’est aussi l’époque qui voit naître des nouvelles associations
marocaines du droit de l’homme dont notamment la ligue marocaine pour la défense des droits de l’Homme crée en
1972, l’association marocaine des droits de l’Homme 79 etc. Très actives mais divisés en raison de leur proximité avec
des parties politiques d’obédience idéologique différentes, ces associations vont chercher à surmonter leur division en
adoptant en décembre 90 la charte nationale des droits de l’Homme qu’ils considèrent comme une plateforme
commune dans le combat contre les violations de ces droits.

Section 2 : La prise de conscience de l’importance des droits de l’Homme et libertés publiques

Les pressions tant internes qu’externes qui sont exercés sur l’état marocain pour cesser ses violations des DH
vont s’accentuer avec la chute du mur de Berlin en 1989 qui voit l’émergence des idées d’un nouvel ordre international
fondé sur la démocratie et les DH C’est l’époque qui voit une vague de démocratisation s’étendre au pays de l’Europe de
l’est et a d’autres pays en dehors de l’hémisphère occidental le roi Hassan 2 réalise alors que le Maroc ne peut pas
rester en retrait par rapport a ce mouvement, ainsi l’état marocain ce mets a changer d’attitude a l’égard de la question
des Droits de l’Homme. L’Etat commence d’abord par infléchir sa politique répressive, un grand nombre de prisonniers
sont graciés ou amnistiés en 1989 puis dans les années qui suivent des exilés politiques marocains sont autorisés à

40
rentrer au pays. L’attristement célèbre prison de Tazmamart qui était considérée comme le symbole de la répression au
Maroc et fermé en 1991 un certain nombre de besoins importants d’ordre institutionnel sont aussi prises par celle-ci il y
a en particulier la création de conseil consultatif des droits de l’Homme(CCDH) en 1990 dont la fonction est d’émettre les
avis en matière de protection et de promotion des droits de l’Homme et des libertés fondamentales , de présenter un
rapport annuel sur la situation des DH au Maroc et de formuler des recommandations sur l’harmonisation des Droits
National, l’encouragement à l’adhésion aux instruments internationaux et l’examen des cas des violations des DH.

La révision de la constitution de 1992 proclame que le Royaume du Maroc souscrit aux principes de droits de
l’Homme et aux obligations découlant des chartes des 10 organismes et réaffirme son attachement au droit de
l’Homme tel qu’ils sont universellement reconnus.

La mise en place du conseil constitutionnel de 1992 qui a entre autres pour fonctions de contrôler la
constitutionnalité des lois et de garantir le respect des Droits fondamentaux reconnus par la constitution

La création du ministère des DH en 1993 (supprimé en 2004)

La révision du code de procédure pénale en 1992 limite notamment la période de la garde à vue autorise
l’assistance par un avocat lors de l’enquête préliminaire.

La création des tribunaux administratifs dont le montant qui devienne naturelle de l’administration non
seulement en matière de légalité mais comme partout ailleurs en matière des protections des DH et des libertés
publiques.

Le Maroc décide depuis lors de ratifier un grand nombre d’instruments internationaux relatifs aux DH, il décide aussi de
mettre fin autant que possible aux réserves précédemment remise à l’égard d’un certain nombre de ses traités… le
Maroc crée a cet effet en 1998 la commission interministérielle des libertés pub et des DH présidé par le 1 er ministre et
dans le rôle est de parachever l’adhésion du Maroc aux instruments des DH. Le Maroc engage aussi un large processus
d’harmonisation de sa législation nationale avec des instruments internationaux dont il fait partie. Enfin Hassan 2
amorce un dialogue avec l’opposition qui aboutit à la mise en place en 1998 d’un gouvernement d’alternance
comprenant plusieurs parties politiques dans notamment l’USFP (L’Union Socialiste des Forces Populaires).

Néanmoins l’impact de mesures prises sous le règne de Hassan 2 n’est pas déterminant car en réalité le changement
que connait le système politique Marocain est un changement qui est qualifié d’immobile ou d’illusoire dans la mesure
ou il n’élimine pas totalement l’autoritarisme de l’administration, il faut attendre l’avenue du Roi Mohammed 6 pour
qu’une dynamique nouvelle soit donnée aux systèmes politique marocains ainsi qu’au développement des DH.

Section 3 : l’émergence d’une dynamique en faveur des DH et des libertés publiques

Avec la venu du Roi Mohammed 6 le Maroc entre dans une nouvelle ère est de tout remettre a plat afin de faire entrer
le pays dans la modernité en contexte politique, libéré des entraves passées commencent a voir le jour, les énergies se
libèrent pour construire un Maroc ouvert sur les Idées de progrès de démocratie et des DH cette nouvelle ère dans
laquelle le Maroc semble entrer est la conséquence d’une série de décisions qui visent à .. une dynamique nouvelle
politique, à liquider les séquelles passées et a créer les meilleurs conditions possibles pour la jouissance des ses droits
conscient que des mesures qui avaient été adoptés jusque la ne pouvait pas a elle seule améliorer la situation des DH au
Maroc Med 6 va dés son intronisation mettre le doigt sur l’obstacle majeur qui se dresse entre la jouissance effective de
Ces Droits : le concept traditionnel d’autorité qui permet à l’administration marocaine D’agir de façon désinvoltes vis-à-
vis des droits des citoyens.

41
C’est cette désinvolture incarnation d’un pouvoir personnel et autoritaire qui a permis tout les arbitraires et les
dérapages en matière des DH. C’est aussi pour mettre en fin quel est le mouvement des DH au Maroc dont le combat a
été d’abord contre cette conception archaïque du pouvoir de l’institution du Makhzen.

Au Maroc comme cela s’est produit ailleurs, le combat des DH ne pouvait pas être séparé du combat pour la démocratie
en effet il était nécessaire si on voulait permettre l’épanouissement des DH au Maroc de mettre d’abord fin à l’arbitraire
du pouvoir politique et de permettre l’émergence du nouveau concept de l’autorité .C’est la voix choisi par le Roi
Mohammed 6 qui déclare des le 12 octobre 1999 que la responsabilité de l’Etat autorité est de veillé a assurer la
protection des Libertés à préserver les Droits et a créer les conditions nécessaires à l’émergence de l’Etat de Droit. Il
affirme à cet égard qu’il est nécessaire de donner naissance a un nouveau concept d’autorité qui doit avoir pour objectif
non seulement de préserver les services publiques, de maintenir la sécurité, la stabilité et la paix social mais aussi de
protéger les libertés individuelles et collectives s’agissant des DH proprement dites le nouveau souverain affirme son
attachement à l’idée d’universalité de ces droits, depuis son intronisation il entreprend aussi de renforcer les dispositifs
institutionnels chargés d’assurer la promotion et la protection de DH.

Parmi les décisions prises à cet effet, il ya en particulier :

- La reforme en avril 2001 du conseil consultatif des DH afin de le rendre plus indépendant et plus ouvert sur la
société civile.
- -la création en décembre 2001 du Diwan Al Mazalim dont le rôle est d’être un intermédiaire entre les citoyens
et l’administration de manière à aider au respect des droits et de l’équité.
- -la création en janvier 2004 de L’IER qui a pour mission de poursuivre les travails effectués de l’instance
indépendante de l’arbitrage qui a avait été crée en 1999 en vue d’indemniser les victimes de détention
arbitraire ainsi que les familles de disparus , de faire la lumière sur les violations des DH de 1956 à 1999 et enfin
de faire une recommandation sur les mesure a prendre pour permettre le respect et la garantie des DH
- La réforme de février 2004 de la Moudawana (code de la famille) dans l’un des aspects les plus importants et
l’amélioration du statut juridique de la femme dans la société marocaine.
- - l’adoption d’un certain nombre de lois portant sur différents domaines dont notamment le droit d’association
la presse et l’édition le code de procédure pénale, le droit de travail…
- Le Maroc renforce aussi durant cette période son adhésion aux traités internationaux relatifs au DH en
procédant à la ratification de certains nombre de ces traités ou en enlevant les réserves qui les ai frappés.
- Le Maroc ne s’arrête pas la car en 2005 le Roi procède au lancement de l’Initiative nationale de développement
Humain a laquelle il confie pour missions de lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale et de donner ainsi a
de larges couches de la population marocaine la possibilité de jouir d’une façon plus effective des droit
économiques et sociaux.
- Ainsi en l’espace de quelque années le progrès enregistré par le Maroc dans le renforcement di dispositif
juridique et institutionnel est énorme en 2008 le Maroc est fier de faire état devant les instances
internationales concernées de ses problèmes les associations humanitaires nationales et étrangères partagent
aussi le sentiment que le Maroc a réalisé de progrès indéniable en la matière bien qu’elle note également que
ces progrès restent inferieures aux attentes de la société et aux engagement internationaux du pays
- En effet si les progrès en matière de renforcement du cadre institutionnel et juridique sont indéniables et le
reste que ces progrès ont beaucoup plus de difficultés a ce traduire dans la réalité cela en conséquence une
persistance de violation des DH qui sont dénoncés par des ONG nationales et étrangères. Ces dernières sont
aussi très critiques a l’égard de l’adoption de la loi de 28 mai 2003 relatives à la lutte contre le terrorisme qui
comporte une définition très vague et floue et qui peut a leur yeux permettre tous les abus et réduire la liberté
en particulier celle de la presse .
- Au Maroc l’adoption de la constitution de 2011 a donné une impulsion nouvelle au Maroc a la question des DH
et des LIBERTÉ PUBLIQUE à laquelle elle accorde une place de choix mais dans l’effet force et de constater que
cela ne s’est pas traduit par une amélioration notable de la situation de ces droits et libertés.

42
Chapitre 2  : La notion de liberté publique dans le droit marocain  :
Afin de rendre compte de la notion de liberté publique dans le droit marocain, il est nécessaire d’étudier un régime
juridique auquel obéissent ces dernières et d’analyser l’encadrement juridique de certaines libertés publiques.

Section 1 : Le régime juridique des libertés publiques


Ainsi qu’on a vu on entend par liberté publique les droits essentiels de L’Homme qui sont consacrés par le droit positif
et dans la protection incombe à l’Etat qui en garantie l’application aussi est-il nécessaire de déterminer le contenu de ces
droits ainsi que leur protection par l’Etat dans le cadre du droit marocain.

Paragraphe 1 : Le contenu des libertés publiques

Leur contenu a connu une certaine évolution en particulier depuis l’adoption de la constitution de 2011, cette évolution
n’a pas susciter une profonde transformation dans la conception traditionnelle de la notion de liberté publique, c’est ce
que nous constatons en étudiant le contenu des Libertés publiques avant et après l’adoption de la constitution de 2011.

A- Le Contenu des libertés publiques avant la constitution de 2011

Après l’Indépendance, un certain nombre de droits et libertés en étaient proclamés à travers l’adoption d’une série
de Dahir parmi ces derniers il y a d’abord le Dahir du 16 juillet 1957 sur les syndicats professionnels qui proclament
le liberté syndicale, il y a ensuite le code de liberté publique du 20 novembre 1958 qui comprend 3 Dahir portant
respectivement sur le droit d’association, le droit de réunion et la liberté de presse , les droits et libertés reconnus
par ces dahirs ont aussi étaient consacrés par la constitution de 1962.
La constitution de 1962 établit une distinction entre ‘les droits civils et politiques’ et ‘les droits économiques sociaux
et culturels’. Pour ce qui est des droits civils et politiques il consiste dans la liberté de circuler et de s’établir dans
toutes les parties du Royaume, l’inviolabilité du domicile, les secrets de la correspondance l’accès dans les mêmes
conditions aux fonctions de droit public. L’égalité entre l’homme et le femme pour ce qui est de la jouissance des
droits politiques, la liberté d’opinion et la liberté d’expression sous toutes ses formes, la liberté de réunion,
d’association et la liberté d’adhérer a toute organisation syndicale politique de son choix. Quant aux droits
économiques et sociaux, consiste dans le droit a l’éducation de travail, le droit de grève et le droit de propriété
l’incorporation des droit économique et sociaux dans la constitution ne doit pas faire illusion car ces droits sont des
droits créance, c'est-à-dire des droits potentiels dont la jouissance par les individus est lié à une action positive de
l’Etat laquelle dépend des moyens dont dispose ce dernier, on le sait le seul droit et libertés dont jouissent
directement les individus sont ceux civiques et politiques, il reste néanmoins que l’incorporation des droits
économiques et sociaux dans la constitution témoigne de l’importance que le constituant accord à ce dernier. Un
autre rapport de la constitution précisant le fait que coute qu’elle constitutionnalise les droits et libertés, elle
dispose que ces derniers relèvent du domaine de la loi ce qui signifie que seul celle çi peut en réglementer usage .
Malheureusement le législateur au lieu de renforcer des conditions de jouissance de ses droits de ses libertés a eu
parfois tendance à les restreindre.

Il est à noter que les dispositions de la constitution de 1962 relative aux droits et libertés ont étés reprise tel quel
par les constitutions qu’ils l’ont succédé en 1970 et en 1972, mais celles ci seront changée par la constitution de
2011.

Enfin il convient de noter que le contenu des droits et libertés est aussi déterminé par les instruments juridique
internationaux dont le Maroc fait partie comme cela est rappelé dès la constituons de 1962.

B- Le contenu des libertés publiques dans la constitution de 2011

43
La constitution de 2011 se distingue des constitutions précédentes par un certain nombre d’éléments

Parmi ces derniers il convient de mentionner 3 aspects qui revêtent un caractère novateur :

- La constitution accorde d’abord une place de choix, une grande place au droit de l’homme et libertés publiques
consacrent un titre entier. Contrairement a celle qui l’ont précédé qui c’était limiter avec énumération courte de
droits et libertés elle cherche souvent a clarifier le contenu et la portée juridique de ses droits, mais parfois sans
atteindre son objectif car certaines de ces dispositions demeurent assez vague. elle proclame ensuite l’égalité
entre l’homme et la femme en disposant que « l’homme et la femme jouissent à égalité des droits et libertés à
caractères civiles politique économique social culturel et environnemental. »

- Elle tranche ainsi avec une constitution précédente qui avait limité l’égalité entre homme te la femme au seul
plan politique.

- Elle fait appel enfin a l’expression liberté et droits fondamentaux au lieu de celle de libertés publique, la
question qui se pose est celle de savoir si l’adoption de cette nouvelle signifie l’adhésion a une conception large
et la notion de libertés publique.

L’adoption de l’expression libertés et droit fondamentaux peut a priori donner l’impression que la constitution a élargie
l’éventail au droits et libertés essentiels dans la mesure ou cette expression englobe aussi bien les droits de 1ére
génération que les droits de 2éme et même de 3éme génération mais il n’en est rien car la constitution tient a préciser
que le rôle de l’Etat par rapport au droit de deuxième et troisième génération demeure celui d’un facilitateur auquel
incombe une obligation de moyen et non pas de résultat .Le rôle de l’Etat consiste uniquement (à œuvrer à la
mobilisation des moyens en sa disposition ) c’est à dire à faire son possible afin de permettre au citoyen marocain de
jouir de ces droits.

La conséquence en est que la sanction dont peut faire l’objet Etat en cas de manquement à ce devoir et d’ordre politique
et non juridictionnel.

Paragraphe 2 : La protection des libertés publiques

La constitution de 2011 cherche à renforcer la protection des libertés publiques par l’Etat, elle procède d’abord à la
constitutionnalisation d’un large éventail de droit et liberté. La constitutionnalisation à pour objet de renforcer la valeur
juridique des droits concernés et d’établir aussi un cohérence entre eux. Afin de favoriser cette cohérence, la nouvelle
constitution a créé une cour constitutionnelle qui est appelée à se substituer au conseil constitutionnel.

La constitution procède ensuite à une reconnaissance du principe de l’universalité des droits de l’Homme, cette
reconnaissance avait déjà était effectuer par les constitutions de 1992 et de 1996, mais elle avait était uniquement au
niveau de préambule de ces constitutions, ce qui atténuer de son effet juridique car le préambule ne revêt de force
obligatoire et jouit tout au plus selon la jurisprudence marocaine d’une autorité morale. Curieusement la nouvelle
constitution à également proclamer son adhésion aux principes de l’universalité des droits de l’Homme au niveau du
préambule mais elle a veillé a accorder a ce dernier la même force obligatoire que celle dont jouit le texte de la
constitution.

La constitution connait enfin la primauté du droit international sur la loi marocaine, elle a noté à cette effet que l’Etat
marocain s’engage à accorder aux conventions international dûment ratifié par lui dans le cadre des disposition de la
constitution et des lois du Royaume, dans le respect de son identité nationale immuable (qu’on ne peut pas changer ) et

44
dés la publication de ses mentions , la primauté sur le droit interne du pays et harmoniser en conséquence les
dispositions pertinentes de sa législation nationale .

Le renforcement de la protection des libertés publiques semblent avoir une portée limitée car la constitution de 2011
comporte des dispositions qui pourraient utilisé par l’Etat dans le but de ne pas se conformer a certains droits de
l’Homme tels qu’ils sont consacré universellement par le droit international ainsi à titre d’exemple l’article 19 après avoir
reconnu le principe de l’égalité juridique entre l’homme et la femme , cette article porte atteinte à ce même principe en
affirmant que l’Etat marocain ne peut pas être lié par les dispositions des conventions internationales qui ne sont pas
conformes à la constitution constante, ceci a constitué une grave atteinte a l’universalité des droits de l’Homme. En effet
le principe de l’universalité est vidé de sa substance car l’adhésion du Maroc à une convention international portant sur
les doits de l’Homme et conditionné par le respect de la constitution ou même d’une simple loi ou fait plus grave
encore par la nécessité de se conformer à ce qui est appelé les constantes du pays s’agissant de cette dernière
expression qui devrait renvoyé aux valeurs et principes sur lesquelles est fondé l’identité marocaine dont en particulier
l’islam et la monarchie, elle pas définie dans le texte de la constitution, ce qui peut avoir effet d’écarter certains droits et
libertés en particulier ceux concernant les femmes bien qu’il soit universellement reconnu, dans ses conditions l’Etat
n’aurait d’autre choix face à une convention internationale non conforme à la constitution à la loi ou aux constantes du
pays que de formuler des réserves à l’égard de cette conventions ou de renoncer à en faire partie , deux perspectives qui
sont inacceptable parce qu’elle vont à l’encontre du principe de l’universalité des droits de l’Homme. La portée de ces
principes est aussi réduite par la disposition de la constitution relative a la primauté d’une convention international sur
le droit interne marocain , en effet pour que celle ci jouissent de la primauté , il est nécessaire nous dit la constitution
qu’elle soit conforme aux dispositions ainsi qu’aux lois qui ne portent pas atteinte a l’identité nationales du Maroc , or
l’exigence de la conformité d’une convention internationale relative aux droits de l’Homme à leurs constitution et aux
lois marocaines, est une négation pure et simple de la primauté du droit internationale sur le droit interne. Certes l’Etat
peut chercher à adapter son droit interne pour être compatible à la convention relatives aux droits de l’Homme mais
cela peut s’avérer difficile surtout s’il s’agit d’amender la constitution , par contre si la convention concernée porte
atteinte à l’identité nationale immuable du Maroc, l’Etat ne peut rien faire étant donné que cette identité est un fait
sociologique et culturelle sur lequel il n’a pas de prise, en plus cette notion d’identité nationale immuable est très
vague , ce qui peut être interprété de différentes manière. En voit que la constitution marocaine n’opte pas clairement la
primauté des conventions internationale sur le plan interne, ceux qui peut créer de sérieuses difficultés lorsqu’il s’agit de
convention qui porte sur les droits de l’Homme.

Ainsi que nous l’avons déjà vu il y’a aujourd’hui une tendance dans un nombre croissant du pays à accorder des
conventions internationales relative aux droit de l’Homme la primauté sur le droit interne, il faut espérer que le Maroc
en face de même et celle sans ambigüité.

Section 2 : L'encadrement juridique de certaines libertés publiques 

L'encadrement juridique des libertés publiques pose parfois des problèmes, il en est ainsi en particulier le
droit à la vie, du droit à l'égalité, des libertés d'association, de réunion et de manifestation et des libertés
d'opinion, d'expression et de conscience.

Paragraphe 1 : Le Droit à la Vie

Le droit à la vie est proclamé par différents instruments internationaux, il implique l'interdiction de la peine de
mort, aussi le droit à l'intégrité physique sous la forme de l'interdiction de la torture et des traitements cruels

45
inhumains et dégradants. Il implique également le droit de disposer de son corps lequel comporte ainsi que
cela est plus en plus admis, le droit d'interrompre la grossesse.
Au Maroc, la constitution de 2011 est en phase avec les instruments internationaux dans la mesure où elle
proclame clairement que « le droit à la vie est le droit premier de tout être humain et que la loi protège ce
droit ». On devrait logiquement déduire de cette disposition que la peine de mort est désormais interdite, or
ça n'est pas le cas car cette peine continue à être prévue par un certain nombre de droit, de même le Maroc
ne fait partie du deuxième protocole facultatif au pacte sur les droits civils et politiques relatifs à l'abolition de
la peine de mort, le Maroc s'est aussi abstenu de participer au vote de la troisième commission des nations
unies en 2007 qui a prévu un moratoire universel sur la peine de mort, néanmoins le Maroc a adopté en 1993
un moratoire de fait sur les exécutions capitales. Aujourd'hui, il existe un large mouvement au sein de la
société civile qui réclame l'abolition de la peine de mort.
S'agissant des droits à l'intégrité physique et morale et de l'interdiction d'y porter atteinte, la constitution de
2011 dispose dans son 22 que « nul ne doit infliger à autrui sous quel prétexte que ce soit … traitement cruel
dégradant les droits de l'homme ou portant atteinte à la dignité humaine, la pratique de la torture sous toutes
ses formes par quiconque est un crime puni par la loi ».
En adoptant ces dispositions, la constitution a voulu se conformer à un mouvement général qui tend à avoir
dans l'interdiction de la torture et les traitements cruels inhumains et dégradants, une norme impérative de
droit international à laquelle aucun état ne peut déroger. Le Maroc a aussi procédé en novembre 2014 à la
ratification du protocole facultatif se rapportant à la convention de la torture par lequel il est tenu de créer
dans un délai ne dépasse pas 1 an un mécanisme national de prévention contre la torture (MNP). Les
membres de ce mécanisme doivent être en mesure d'effectuer de façon inopiné et sans restriction des visites
des lieux de détention et des commissariats de police et de formuler des observations et des
recommandations. Ils doivent aussi publier un rapport annuel sur leurs activités. Ce mécanisme qui doit être
indépendant n'a pas encore été crée. Malgré ces progrès sur le plan institutionnel, le rapporteur spécial sur la
torture et autres peines de traitements cruels a pu noter en 2012 que la torture et le mauvais traitements n'a
pas totalement disparu au Maroc, il déclare avoir constaté notamment que la pratique des traitements cruels
persiste dans les affaires pénales du droit commun et que dans les situations de fortes tensions comme par ex
en cas de menace perçue à la sécurité nationale, de terrorisme ou de manifestation .. qui a un recours accru
aux actes de torture et aux mauvais traitement lors de l'arrestation et pendant la détention.

Enfin, concernant le droit de disposer de son corps, il fait l'objet d'un certain nombre de restriction, il en est
ainsi de l'interruption de grossesse et du don d'organe.
L'interruption de grossesse n'est permise qu'en cas de menace de mort où le risque grave sur la santé de la
mère. Tel était le contenu de l'art 453 du code pénal qui est critiqué par un nombre croissant d'auteurs de la
société civile car ils ne tiennent pas compte de la souffrance psychique de la mère.
La question de l'interruption de grossesse est aujourd'hui l'objet d'un débat national avant l'adoption d'une loi
en la matière.
Le don d'organe est également permis puisqu'il fait l'objet de sévères restrictions qui sont compréhensibles
car elles visent à protéger le droit à la vie et à éviter un éventuel dérapage. C'est ainsi que la loi de 1999 relatif
aux dons au prélèvement et à la transportation d'organes et de tissu humain requiert d'abord que le don
d'organe doit être un acte volontaire, libre et gratuit. Elle requiert ensuite que cet acte soit exprimé devant le
président du tribunal de première instance, assisté de 2 médecins choisis par le ministre de la santé. Afin de
prévenir le commerce et le trafic des organes, la loi suppose en principe l'existence d'un lien de parenté entre
le donneur ou le receveur. La loi accepte aussi le prélèvement des organes d'une personne qui est décédée à

46
condition que le consentement de l'enlèvement ait été donné par la personne concernée lorsqu'elle était en
vie, ou par sa famille après sa mort.
Enfin il y a lieu de noter que l'euthanasie est interdite au Maroc du moins sous sa forme active.

Paragraphe 2 : Le Droit à l’Egalité

Dans les sociétés traditionnelles, très souvent les femmes et les hommes n'ont pas été placé sur un pied
d'égalité de façon à jouir de même droits et devoirs. Cette inégalité de statut est de moins en moins acceptée
d'abord et bien naturellement par celles qui en pâtissent (souffrent) lourdement …(les femmes).. elle est aussi
en contradiction avec l'idée même de droit de l'homme qui est fondée sur le principe d'égalité, celle ci a pu
s'imposer car elle trouve son fondement dans le principe de la dignité humaine lequel ne fait pas de
distinction entre l'homme et la femme.
Enfin il est bien établi que l'inégalité de statut entre les hommes et les femmes constitue une sérieuse entrave
aux développements sociaux économiques de la société.
Au Maroc la conception qui a prévalu au lendemain de l'indépendance est celle de l'inégalité juridique. Le
statut personnel qui est adopté par le Maroc en 1957 traite de façon inégalitaire la femme par rapport au mari
à qui elle est assujettie. La soumission à l'autorité maritale est clairement établi à travers les différents droits
qui sont accordés à l'époux et qui lui permettent d'agir à sa discrétion pour rompre le mariage, placer sa
famille sous sa seule autorité, fonder une autre famille à travers la polygamie, priver son ex épouse des
moyens nécessaires de subvenir à ses besoins etc
Le statut personnel de 1957 a instauré ainsi une inégalité juridique entre l'homme et la femme.
Plus grave encore, il portait gravement atteinte à la capacité juridique de la femme, ainsi une jeune fille qui ne
pouvait de sa propre initiative contracter un homme au mariage de se marier même si elle avait atteint la
majorité légale, car il fallait qu'elle y soit autorisé par son père ou son tuteur.
Le statut minoritaire accordé à la femme marocaine qui condamnait celle-ci à de très graves précarités ne
pouvait perturber en raison de l'évolution de la société marocaine et de l'adhésion du Maroc aux instruments
juridique internationaux des droits de l'homme qui tous proclament le principe de l'égalité juridique entre
l'homme et la femme, d'où la réforme en 1993 certains aspects du statut personnel mais qui en fait sont
mineurs.
Cette réforme est suivie la même année par la ratification de la Convention sur l'Elimination de toutes les
Formes de Discrimination à l'égard des femmes 79 CEDAW, mais cette ratification est accompagnée
d'importante réserves portant sur les dispositions relatives à l'obligation d'adopter une politique tendant à
éliminer toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes, la transmission de la nationalité par la
mère, le mariage, le divorce et l'héritage..
Mais la réforme la plus importante est celle qui intervient en 2004 avec l'adoption d'une nouvelle Moudawana
appelée désormais 'code de la famille'. La principale finalité de ce code est de chercher à faire prévaloir le
principe d'égalité entre les époux en mettant fin à l'omnipotence de l'homme au sein de la famille, ainsi qu'à
la minorisation de la femme au sein de société à travers le système de tutellisation. La nouvelle Moudawana
s'efforce pour réaliser l'égalité entre l'homme et à la femme lors de la conclusion de l'acte de mariage dans
leur rapport réciproque dans le cadre de l'institution du mariage et au moment de dissolution de ce dernier.
S'agissant de la conclusion de l'acte, la Moudawana admet que la femme majeure est plus soumise à la tutelle
matrimonial (du mari), elle fixe aussi entre l'homme et la femme les mêmes âges légal de mariage (18 ans)
alors que sur l'ancienne Moudawana la jeune fille pouvait se marier à l'age de 15 ans. Toutefois une
dérogation de la mineure peut être obtenue par le juge qui après une expertise médicale et une enquête

47
sociale peut autoriser le mariage à condition que les représentants légaux du mineur y consentent. Pour ce qui
est des rapports mutuels entre le mari et la femme, la famille est placée sous la responsabilité des 2 époux et
non plus du seul mari comme cela se faisait précédemment. La Moudawana a donné aussi le devoir
d'obéissance de la femme à l'égard de son mari en reconnaissant que les deux époux jouissent de pleins droits
et devoirs, elle soumet également la polygamie à des conditions très stricte de manière à la rendre difficile si
ce n'est impossible. Concernant la dissolution de l'institution du mariage, la Moudawana a introduit plusieurs
innovations qui visent à protéger la femme, ainsi elle place le divorce sous le contrôle du juge et le soumet à
des conditions très strictes sans toutefois instaurer l'égalité des droits entre les époux. Certes, elle n'abolit à la
répudiation mais la soumet à une autorisation du juge en contrepartie du pouvoir du mari de répudier sa
femme, la moudawana permet à celle ci de prendre dans certains cas l'initiative du divorce. Elle a aussi
cherché à innover en introduisant 2 nouveaux types de divorce qui peut etre prononcé par le juge, le premier
est le divorce par discorde lorsqu'un différent oppose et qui peut les générer, la deuxième innovation est le
divorce par consentement mutuel, ces deux innovations sont l'expression du progrès de l'idée d'égalité entre
l'homme et la femme dans la société marocaine.
Depuis l'adoption de la moudawana, la protection de la femme a été renforcée sur le plan légal par la levée 8
avril 2011 des réserves à l'égard SDS* à la ratification de son protocole facultatif. La protection de la femme a
aussi été renforcé au niveau du code de travail, du code pénal et du code de la nationalité. Ainsi l'adoption de
la moudawana a constitué une avancée majeure en vue de l'établissement de l'égalité juridique entre la
femme et l'homme, malheureusement cette avancée est souvent restée d'ordre théorique en raison
notamment d'une forte résistance des juges à appliquer la moudawana. Beaucoup d'efforts restent à faire en
vue de permettre à la femme de jouir d'une égalité réelle avec l'homme. la nouvelle constitution a prévu à cet
effet la création d'une Autorité pour la Parité et la Lutte contre toute forme de discrimination, celle ci n'a pas
encore vu le jour.

Paragraphe 3 : Les libertés d'association, de réunion et de manifestation 

Ces trois libertés sont essentielles à la démocratie, car elles permettent aux individus de s'exprimer d'une
façon collective. Ces trois libertés qui ont été consacré par les différentes constitutions sont régies par le Dahir
du 15 novembre 1958 qui a fait l'objet par la suite d'un certain nombre d'amendement.

A- La liberté d'association :

Celle ci a pu être définie par le Dahir de 1958 comme « la convention par laquelle 2 ou 3 personnes mettent
en commun d'une façon permanente leur connaissance ou leur activité dans un but autre que celui de
partager des bénéfices » art 1.
L'association se définit ainsi par 3 éléments :
 Son caractère contractuel
 Son caractère permanent et durable
 Son caractère désintéressé
Inspiré de la loi française de 1901, le Dahir de 1958 est fondée sur une conception libérale, ainsi comme en
France les associations pouvaient être formées librement sans autorisation préalable leur création par une
assemblée constitutive suffisait pour leur faire acquérir la personnalité juridique.

48
Elle ne pouvait plus être dissoute que par une décision judiciaire, mais cette conception libérale va
s'escompter au fur et à mesure que le Maroc s'installe dans les années de plomb. C'est ainsi qu'à partir de
1973 une association n’a d’existence légale qu’après le dépôt de déclaration préalable auprès des autorités
locales et du procureur du Roi, ce dépôt étant attesté par la délivrance d'un récépissé, mais une pratique
arbitraire va s'installer depuis lors consistant à ne pas remettre de récépissé au représentant de l'association
lorsque l'on ne voulait pas reconnaître l'existence légale de cette dernière. Cette pratique perdurera en dépit
d'une réforme introduite par la loi en 2002.
Lorsque l'administration estime que l'association créée ne satisfait pas aux conditions fixées par la loi elle est
tenue de motiver son refus de lui délivrer le récépissé, dans ce cas les représentants légaux de l'association
sont en droit d'engager un recours pour excès de pouvoir auprès de tribunaux administratifs. A partir de 1973,
la dissolution ainsi que la suspension des associations ont cessé d'être de la compétence du juge pour relever
de celle du gouvernement. Un recours* à la compétence du juge est certes effectuée par la loi de 2002 mais
celle ci prévoit des causes de dissolution très larges et vagues ce qui permettra au juge de disposer d'une
grande altitude (pouvoir) pour interpréter ces causes d'une manière très souvent négative pour les
associations dont l'existence est jugée indésirable par l'administration. Il convient de noter que la décision de
dissoudre une association peut faire l'objet d'un recours. La constitution de 2011 accorde une protection
particulière aux associations en affirmant qu'elles se constituent librement et ne peuvent être dissoutes par
les pouvoirs publics qu'en vertu d'une décision de justice.

B- La liberté de rassemblement 

La loi marocaine distingue entre les réunions publiques les manifestations sur la voie publique et les
attroupements.
1- Les réunions publiques :
La liberté de réunion est une liberté fondamentale qui a permet l'exercice d'autres libertés dont la liberté
d'opinion. Sans cette liberté il est difficile de concevoir un échange ou un débat d'idées sur les affaires
publiques. Selon la loi marocaine, une réunion publique est toute assemblée temporaire mais concertée dont
l'ordre du jour est déterminé à l'avance et qui est ouvert au public. Ainsi donc 3 éléments caractérisent la
réunion publique, elle est d'abord momentanée ce qui la distingue de l'association qui est durable, elle est
ensuite organisée et concertée à la différence de l’attroupement qui est spontané, enfin elle est ouverte au
public. C'est ce dernier caractère qui a donné son nom aux réunions publiques.
En principe les réunions publiques sont libres, elles peuvent avoir lieu sans autorisation préalable, elles sont
néanmoins soumises à un certain nombre de prescription. Elle suppose la remise d'une déclaration à l'autorité
administrative locale dont relève le lieu de la réunion. Cette déclaration indique le jour, l'heure, le lieu, l'objet
de la réunion. Cette remise de la déclaration à l'autorité concernée est normalement suivie par la délivrance
d'un récépissé de dépôt. ce dernier est délivré, la réunion ne peut avoir lieu que 24 heures après. Dans le cas
où le récépissé n'est pas délivré, les déclarants peuvent adresser à l'autorité en question une lettre
recommandée avec accusé de réception, mais la réunion ne peut avoir lieu qu'après expiration d'un délai
minimum de 48 heures après l'envoie de la lettre.
Les conditions ainsi fixées à la tenue de la réunion publique constituent en fait un moyen indirecte qui permet
de ne pas autoriser les réunions qui ne sont pas politiquement souhaitable aux yeux des autorités locales, il
est vrai que certaines réunions peuvent parfois représenter un danger pour l'ordre public, les autorités
publiques sont alors légitimées à les interdire, seulement il arrive parfois que la menace à l'ordre public ne soit
qu'un alibi qui sert de couverture légale à une interdiction dont la motivation réelle est politique.

49
Mais il est rare que cet alibi soit convoqué, car les autorités publiques se contentent de refuser de délivrer les
récépissés et d'accuser la réception de la lettre recommandée.
Il y a lieu de noter que la loi prévoit une dispense de déclaration préalable pour la réunion des associations
des groupements légalement constitués, ayant un objet spécifiquement culturel, artistique, sportif, ainsi que
pour les réunions des associations et des œuvres d'assistance ou de bienfaisance.
Enfin la loi oblige les organisateurs des réunions publiques au respect d'un certain nombre de condition visant
à assurer l'ordre public et le bon déroulement* de ces réunions.

C- Les manifestations sur la loi publique :

La manifestation est une action collective menée par un groupe de citoyen qui vise à travers un
rassemblement où un défilé sur la voie publique e exprimé par des moyens pacifiques ( voie, chants, écrits,
port d’emblème) une opinion, un mécontentement, une revendication où le soutien a une cause*. La
manifestation Elle constitue un moyen de pression sur les pouvoirs publics lorsque le recours d'autres moyens
d'expression ainsi qu'aux mécanismes habituels de médiation et de solution des conflits n'aboutit pas. Au
Maroc, les manifestations ont pris durant ces dernières une ampleur sans précédant. Le droit de manifester
est garanti par la constitution de 2011 (art 29) qui est réglementé par le Dahir de 58 tel que modifié par la loi
de 2002. Selon la loi marocaine, les manifestations sur la voie publique ne peuvent être organisées que par
des partis politiques, les formations syndicales, les organismes professionnels et les associations
régulièrement déclarées.
Ainsi, les groupements de personnes non affiliées à ces organisations ne sont pas autorisées à organiser les
manifestations, et celle-ci sont soumises à une déclaration préalable. Néanmoins cette dernière n'est pas
requise lorsqu'il s'agit de manifestation « conformes aux usages locaux », selon une jurisprudence de la cour
suprême, les …. ne font pas partie de la catégorie de manifestation, ces pour cette raison que les mouvements
sociaux font souvent appel à la formule des sit-in comme c’était le cas du mouvement des diplômés chômeur.
La déclaration comporte les indications sur l'identité des organisateurs, elles indiquent aussi l'objet, le lieu, la
date et l'heure de rassemblement des groupements invités à y prendre part, de l'itinéraire. La déclaration doit
être remise à l'autorité locale 3 jours francs au moins et 15 jours au plus avant la date de la manifestation.
L'autorité locale délivre immédiatement après le dépôt de la déclaration par les demandeurs le récépissé s'il
n'obtient pas ledit récépissé, il peut leur adresser une déclaration à l'autorité locale par lettre recommandée
avec accusé de réception. Les délais impartis pour la remise de la déclaration ont pour but de permettre à
l'autorité locale concernée de vérifier si la manifestation projetée ne constitue pas une menace à l'ordre
public, si c'est le cas, elle l'interdit par décision écrite notifiée au signataire de la déclaration à leur domicile.
Théoriquement, un recours au juge administratif contre les décisions d'interdiction de manifestation est
possible, mais il a peu de chance d'aboutir à temps en raisin de la lourdeur de l'appareil judiciaire et de sa
dépendance à l'égard des pouvoirs politiques. Par conséquent, l'administration jouit d'un pouvoir
discrétionnaire en vue d'interdire les manifestations. La loi punit sévèrement l'organisation des manifestations
non déclarées ou interdites ou des manifestations qui se sont déroulées de façon différentes par rapport à
celles annoncé par la déclaration. Le port d'arme ou d'engin dangereux lors des manifestations est puni plus
sévèrement, mais durant ces dernières années les autorités ont fait preuve de certaine cohérence à l'égard de
l'organisation de manifestations qui n'ont pas été déclarées. Toutefois, cela ne les a pas empêché de les
réprimer violemment.
3- Les attroupements :

50
Ce qu'il faut remarquer c'est qu'il n'existe pas de liberté d'attroupement parce que ce dernier vise par
définition à troubler l'ordre public. Le Dahir de 58 interdit toute attroupement formé sur la voie publique qui
pourrait troubler la sécurité publique (art 17) mais ne prévoit pas de sanction de la violation de cette
interdiction. Par contre, il prévoit des sanctions très sévères lorsque l'attroupement est armé. Lorsqu'un
attroupement de ce type se produit, la police somme les participants de cesser leur attroupement et de se
séparer. En cas de refus d'obtempérer après une troisième sommation la police procède à la dispersion de
l'attroupement par la force. Les sanctions pénales prononcées contre les participants à l'attroupement armé
varie selon que ce dernier s'est après sommation dissipé ou dispersé sans qu'il y a ait été fait usage des armes
ou qu'il y ait été après usage des armes.
Au Maroc un assez grand nombre d'action collectif sur la voie publique sont des mouvements spontanés qui
prennent la forme de marche de protestation dictée par l'urgence de réagir à une situation donnée. N'étant
pas organisé, ces actions sont considérées par les autorités publiques non pas comme des manifestations mais
des attroupements, ces actions ont été parfois dispersé par les forces de l'ordre sans sommation préalable et à
la suite d'un usage violent et disproportionné de la force. De telles situation montrent l'urgence de mettre fin
à la situation de vie juridique qui caractérise la question des attroupements non armés dans la mesure où elle
permet tout les abus de la part des forces de l'ordre.

51

Vous aimerez peut-être aussi