Vous êtes sur la page 1sur 66

UNIVERSITÉ HASSAN II CASABLANCA

FACULTÉ DE MÉDECINE ET DE PHARMACIE

COURS DE BIOPHYSIQUE
PREMIÈRE ANNÉE MÉDECINE

Pr HJIYEJ
Service de Biophysique
Faculté de Médecine et de Pharmacie
Casablanca 1
DANS LA PREMIÈRE PARTIE DU PROGRAMME

 LA VISION
 L’AUDITION
 ACTIVITÉ ELECTRIQUE DU CŒUR
 LA CIRCULATION SANGUINE
 LES TAMPONS DE L’ORGANISME
 LA RESPIRATION
 LE MILIEU INTERIEUR DE L’ORGANISME
 LASERS MÉDICAUX

2
L’OEIL ET LA VISION
RAPPELS
Lumière

Dioptres

Lentilles

L’ŒIL EMMÉTROPE ET DIOPTRIQUE OCULAIRE

Description de l’œil, téguments et milieux transparents


Accommodation
Acuité visuelle

LES AMÉTROPIES

Myopie

Hypermétropie
Astigmatisme

3
RAPPELS

LA LUMIÈRE NATURELLE
 superposition d’ondes électromagnétiques de l
différentes (400 et 780 nm)

 dans un milieu transparent, homogène et isotrope la


lumière se propage en ligne droite

 sa vitesse de propagation dépend du milieu traversé


c : célérité de la lumière dans le vide
v : vitesse de la lumière dans le milieu

 On note n: indice de réfraction de la lumière n= c/v


4
RAPPELS
LA LUMIÈRE NATURELLE
 la lumière se réfracte (subit une déviation ) quand elle traverse un
milieu et passe dans un milieu transparent de nature différente.
 Dioptre = surface de séparation (plane ou sphérique…) de deux
milieux transparents d’indices de réfraction différents
 n1 sin i = n2 sin r (loi de Descartes)
i: angle d’incidence r: angle de réfraction
n1  n2  i  r n1  n2  i  r

normale au dioptre= rayon de courbure


normale au dioptre
axe optique i (( r
axe optique
i ((
))
r   ))
A S c A’
Milieu 1: n1 Milieu 2: n2 sommet
du dioptre

5
RAPPELS

SIGNES ET ORIGINES

Axe géométrique
du système optique 
A S A’
● ● ●
SA < 0 SA’> 0
Espace objet Espace image
Milieu 1 (n1) Milieu 2 (n2)

• Rappel : la distance algébrique est une longueur affectée d'un signe


ceci permet de renseigner sur la position d’un point / un autre sur un axe
A B C 
  
-6 +3 +5

6
RAPPELS
Notion d’objet et d’image
et leurs natures

 un point objet correspond à l’intersection des rayons


incidents (ou de leurs prolongements)
 un point image correspond à l’intersection des rayons
réfractés (ou de leurs prolongements)
 Un point, objet ou image, est dit réel s’ils est réellement
formé par l’intersection des rayons, incidents ou
réfractés
 Un point, objet ou image, est dit virtuel s’ils est formé
par l’intersection du prolongement des rayons,
incidents ou réfractés

7
Nature de l’objet et de l’image
système convergent

Système optique suffisamment convergent

Objet réel A A’ image réelle


S

A’ image réelle

S A Objet virtuel

8
RAPPELS

Nature de l’objet et de l’image


système divergent

Objet réel A
S

Image virtuelle A’

Système optique suffisamment divergent

S A Objet virtuel

image virtuelle A’

9
RAPPELS
Notion de stigmatisme
 Un système est dit stigmatique si l’image d’un point = un point

s
y
s
t
è
m
A● e ● A’
o
p
ti
q
u
e
Focalisation des rayons
en un seul et même point
A et A’ sont dits réciproques ou conjugués

Dans un système stigmatique la position de l’image


ne dépend pas des angles d’incidence et de réfraction (i et r)
10
RAPPELS
Notion de stigmatisme
 Dans un système non stigmatique l’image d’un point =
plusieurs points
s
y
s
t
è
A’(tâche)
A● m
e
●●

●●●

o
p
ti Les rayons ne se focalisent
pas au même point
q
u
e

Dans un système non stigmatique la position de l’image


dépend des angles d’incidence et de réfraction (i et r)
11
RAPPELS

Conditions de gauss
Conditions:
 faisceau incident étroit
 Objet très peu éloigné de l’axe optique
 Faisceau très peu incliné sur l’axe optique: i et r petits

Conséquences: sinα ≈ tgα ≈ α et cosα ≈ 1

 Les positions de l’image et de l’objet dépendront peu de i et r,


 formules en fonction de valeurs constantes
 Les valeurs calculées ne seront pas exactes mais
approximatives

 Stigmatisme approché
12
RAPPELS
LES DIOPTRES SPHÉRIQUES
NOTION DE FOYER
SA ≤ -5 m F’: Foyer image
S

Distance focale SF’

 foyer image (F’) = position de l’image formée par la réfraction


de rayons incidents parallèles: objet se trouvant à l’infini

F: Foyer objet
S

 foyer objet (F) = position de l’objet dont les rayons incidents se


réfractent parallèlement: image rejetée à l’infini
13
RAPPELS
LES DIOPTRES SPHÉRIQUES
 Expression de la puissance d’un dioptre en m-1 ou d(dioptrie)
– en fonction des indices de réfraction

– ou en fonction de la distance focale

 Nature des dioptres sphériques:


o Si P > 0 alors SF’ > 0 ⇒ dioptre convergent
o Si P < 0 alors SF’ <0 ⇒ dioptre divergent

ex. indices de réfraction 1 et 1,33 r= 0,0056m (air, eau)

14
RAPPELS
LES DIOPTRES SPHÉRIQUES
POSITION OBJET-IMAGE

La position de l’image A’ d’un objet A, par rapport au sommet du


dioptre, est donnée par la relation de conjugaison:

Exercice
1- Un dioptre sphérique convexe de rayon 5,6mm sépare deux milieux
transparents d’indices de réfraction respectifs 1 et 1,33.
a- calculer la puissance de ce dioptre.
b- Donner la position de l’image d’un objet très éloigné ( à ∞) en avant du
dioptre
2- Refaire les mêmes calculs avec un rayon de courbure de 6mm

15
RAPPELS
LES LENTILLES
 Une lentille = Association de deux dioptres.
n1 n2 n1 
┃  S1
 ┃
A2

S2
 ┃
A1 c2 c1 A3

 La lentille sphérique a au moins, une face sphérique


le rayon de courbure de chacune des deux faces est constant
 Lentille sphérique mince  S1S2 est négligeable devant les rayons.
 La puissance d’une lentille peut s’écrire en fonction:

• des indices de réfraction

• ou de la distance focale

 positions de l’objet et l’image par rapport à F’


16
EXERCICE
Déterminer la puissance et déduire la nature, divergente ou convergente, de la
lentille sur le schéma.
Les rayons de courbure des deux faces de cette lentille sont de 20 et 50cm. On
considère que c’est une lentille en verre placée dans l’air.

Quelle est la puissance de cette lentille si elle est plan-concave avec un rayon
de courbure de 33cm pour la face concave.

17
RAPPELS
LENTILLES SPHÉRIQUES
CONVERGENTE
 Une lentille convergente transforme la trajectoire d’un faisceau de lumière en le
faisant converger.

 Le foyer image des lentilles convergentes se trouve dans l’espace image, il est réel
 La puissance des lentilles convergentes est positive
 Une lentille convergente, utilisée en association, augmente la convergence d’un
système optique (on additionne les puissances).
 Effet d’une lentille convergente sur la position du foyer d’un système convergent

en additionnant la lentille convergente, l’image s’est formée plus proche du sommet

18
RAPPELS
LENTILLES SPHÉRIQUES
DIVERGENTES
 Une lentille divergente transforme la trajectoire d’un faisceau de lumière en le
faisant diverger.

 Le foyer image des lentilles divergentes se trouve dans l’espace objet, il est virtuel
 La puissance des lentilles divergentes est négative
 Une lentille divergente, utilisée en association, diminue la convergence système
optique.
Effet d’une lentille divergente sur la position du foyer d’un système convergent

en additionnant la lentille divergente, l’image s’est formée plus loin du sommet 19


RAPPELS

LENTILLES CYLINDRIQUES

 Ce sont des portions de cylindres, obtenues en faisant


une coupe parallèlement à l’axe de révolution du cylindre

Axe
Génératrices

Lentille convergente Lentille divergente

 La lentille cylindrique possède deux rayons spécifiques:


• rayon infini selon le plan contenant une génératrice
• rayon fini selon le plan perpendiculaire aux génératrices

(Les génératrices sont des droites qu’on peut tracer à la surface du cylindre et
qui sont parallèles à son axe) 20
RAPPELS

LENTILLES CYLINDRIQUES
 Les rayons d’un faisceau, incident plat, parallèle à l’axe de révolution ne
sont pas déviés

 Les rayons d’un faisceau, incident plat, perpendiculaire à l’axe sont déviés

21
RAPPELS
LENTILLES CYLINDRIQUES PLAN-CONVEXE
faisceau incident  l’axe du cylindre
 on considère plusieurs faisceaux plats superposés
 à chaque niveau correspondra un point de focalisation

Focale parallèle à l’axe géométrique du cylindre



et perpendiculaire aux plans qui l’ont générée

axe géométrique 
du cylindre 

 points de focalisation superposés = segment de droite = focale


 lentille cylindrique plan convexe: à un point objet correspond un segment de
droite image
22
RAPPELS

ASSOCIATION DE DEUX DIOPTRES CYLINDRIQUES


 En résumé pour un dioptre cylindrique:
 La lentille cylindrique est un système optique astigmate:

un objet ponctuel a pour image un segment de droite // génératrice


 La lentille cylindrique agit selon une orientation donnée précise
 Pour associer deux lentilles cylindriques : croiser leurs axes de révolution

L1 L2

L’horizontale

23
RAPPELS

LENTILLES TORIQUES
 EIles sont découpées à la surface d’un tore

 EIles possèdent deux courbures différentes


R  r portées par deux plans perpendiculaires

 une lentille torique plan convexe présente une face


courbée et une face plane. Seule la face courbée peut
réfracter la lumière, ici elle est convergente
24
RAPPELS
IMAGE À TRAVERS UN DIOPTRE TORIQUE
PLAN-CONVEXE
 Les rayons incidents se réfractent selon la courbure qu’ils
rencontrent à la surface de la lentille
 Les faisceaux plats qui rencontrent le petit rayon de courbure
convergent plus et donnent une focale antérieure
 Les faisceaux plats qui rencontrent le grand rayon de courbure
convergent moins et donnent une focale postérieure 

  

b+90
a+90
b
a

 L’image à travers un tore correspond à:


 deux focales perpendiculaires entre elles
 chacune, perpendiculaires au faisceau plat incident qui l’a engendré
25
ASSOCIATION DE DIOPTRES CYLINDRIQUE ET TORIQUE

• on superpose les axes principaux des lentilles entres eux.


• La somme des puissances se fera pour les axes superposés
• Exemple1: cylindre de puissance 0 et 2 avec dioptre torique de 1 et 3

0 +3
+3

+2 +1 +3
 Lentille sphérique +3 d

• Exemple 2 : dioptre torique 1 et 2 avec dioptre torique de 3 et 2

+1 +4
+3
 Lentille sphérique +4 d
+2 +2 +4

26
L’ŒIL EMMÉTROPE ET
DIOPTRIQUE OCULAIRE

27
TEGUMENTS DE L’OEIL
choroïde
écran opaque rétine
rôle nourricier pour la rétine cellules photosensibles
et cellules nerveuses
zonule
Suspension du cristallin
cornée
fovéa

iris
diaphragme papille

cornée
continuité de la sclérotique Nerf optique
transparente
rôle de soutien et de sclérotique
réfraction épaisse
fibreuse
rôle de soutien
28
MILIEUX TRANSPARENTS DE L’OEIL

cornée humeur vitrée


n = 1.377 Masse gélatineuse
48 d n = 1.336
cornée

Humeur aqueuse
texture Liquide
n=1.337
Glaucome

cristallin
Structure feuilletée
n = 1.420
12 d
Cataracte, presbytie
29
L’ŒIL REDUIT AU REPOS
(valeurs moyennes pour un œil normal, à titre indicatif)

► Dioptre unique avec une surface sphérique idéale

► Rayon de courbure : 5,6mm


► Diamètre antéropostérieur ou profondeur de l’oeil :22 mm
5,6mm F’
● ●

► Foyer image sur la rétine C


n1 = 1 n2= 1,33
► Indice de réfraction global : 1,33 22mm rétine

► système convergent, puissance de base ≈ 60 d

30
PROPRIETES OPTIQUES

FORMATION DES IMAGES A TRAVERS L’ŒIL


Objet éloigné > 5 m Image nette sur la rétine

Cercle de diffusion
Objet proche < 5 m
Image floue sur la rétine
S

Objet proche Image nette sur la rétine


avec accommodation grâce à l’accommodation

31
ACCOMMODATION
DEFINITION

L’accommodation est la faculté de voir net quelque soit


la distance qui sépare le sujet de l'objet.

Trois mécanismes triade de la vision de près

● augmentation de la puissance du cristallin

● réduction du diamètre de la pupille

● convergence des yeux vers l’objet observé

32
ACCOMMODATION

PUISSANCE DU CRISTALLIN

Contraction du muscle ciliaire

Relâchement des fibres de la zonule

Cristallin plus bombé = rayon plus petit


n2 – n1
P=
R

Augmentation de la puissance du cristallin

33
ACCOMMODATION

NOTION DE PUNCTUM PROXIMUM ET REMOTUM


 PP  détermine la distance minimale de vision distincte
point le plus proche, vu net en accommodant au max
 image sur la fovéa et puissance de l’oeil maximale

 PR  détermine la distance maximale de vision distincte.


point le plus éloigné vu net
à cette position l’œil n’accommode pas
 image sur la fovéa et puissance de l’oeil minimale
PR PP
● ●

Vue nette Vue nette grâce à Vue floue car


sans accommodation l’accommodation l’accommodation ne
peut plus augmenter
34
ACCOMMODATION

POSITIONS DES PP ET PR POUR ŒIL NORMAL

 par rapport au sommet du dioptre cornéen

Personne de 20 ans avec vue normale


SR = - ∞ au delà de 5m SP = - 10cm
 inverse de la distance : proximité (m-1 ou d)
P 1 et PP = 1
R=
SR SP
Personne de 20 ans avec vue normale
PR = 1 0d PP = 1
= = -10 d
-∞ -0,1

35
ACCOMMODATION

AUTRE EXEMPLE DE POSITIONS DES PP ET PR

Personne avec vue normale, mais plus âgée

 par rapport au sommet du dioptre cornéen

SR = - ∞ et SP = - 20cm

 inverse de la distance ou proximité

PR = 1 0d 1
= PP = = -5 d
-∞ -0,2

36
ACCOMMODATION

PARCOURS D’ACCOMMODATION

Définition: Ensemble des points objets vus nettement

Il correspond à SP - SR

exemple Pour un sujet à vue normal de 20 ans

SP – SR = - 10 – (- ∞) = + ∞

-∞ - 10cm
● ●

PR PP
Parcours d’accommodation

37
ACCOMMODATION

PARCOURS D’ACCOMMODATION
AUTRE EXEMPLE
Pour un sujet à vue normale mais plus âgé

SP = -20cm et PR = - ∞
SP – SR = -20 + ∞ = + ∞
Représentation du parcours d’accommodation

-∞ - 20cm
● ●
PR PP
Parcours d’accommodation

38
ACCOMMODATION

AMPLITUDE D’ACCOMMODATION

définition Augmentation de la puissance oculaire nécessaire


pour voir net un objet plus proche que le PR
PR PP
● ● ● ●
Pr P1 P2 Pp
Quand l’œil accommode au max Puissance de l’oeil : PP
c.à.d. objet sur PP Proximité du PP: PP
La puissance développée est maximale

Quand l’œil est au repos Puissance de l’oeil : PR


c.à.d. objet sur PR Proximité du PR : PR
La puissance développée est minimale
39
ACCOMMODATION

AMPLITUDE MAXIMALE D’ACCOMMODATION

Définition: Augmentation maximale de la puissance oculaire


lors de l’accommodation A = PP - PR

Notation de A en fonction des positions 1 1


de PP et PR A= -
SR SP

Notation de A en fonction A = PR - P P
des proximités de R et P

exemple à 20 ans PR = 0 et PP = -10d


avec vue normale A = 0 – (-10) = +10 d
40
ACCOMMODATION

AMPLITUDE MAXIMALE D’ACCOMMODATION


Autres exemples de calcul de A

un sujet plus âgé, avec SR = -∞  PR = 0 d


SP = -12 cm  PP = - 8,3 d
A = 0 – (- 8,3) = + 8,3 d

un sujet encore plus âgé, avec SR = -∞  PR = 0 d


SP = -15 cm  PP = - 6,6 d
A = 0 – (- 6,6) = + 6,6 d
PR
● ● ● ●

P3 P2 P1
(A3) (A2) (A1)
A1  A2  A3

41
ACCOMMODATION

AMPLITUDE D’ACCOMMODATION ET AGE


Déshydratation du cristallin

Diminution de la plasticité et durcissement

Diminution de l’amplitude d’accommodation

A restant permet une vue nette à une distance plus éloignée

éloignement du PP donc impossibilité de voir net de près


10 ans 20 ans 40 ans 50 ans
14 d 10 d 5d <4 d
42
ACCOMMODATION

AMPLITUDE D’ACCOMMODATION ET AGE

Amplitude d’accommodation (d)


18

16 Maximum
14

12
moyenne
10

8 Minimum
6

0
0 20 40 60 80 Age (an)

43
ACCOMMODATION

PATHOLOGIE DE L’ACCOMMODATION:PRESBYTIE

 A diminue avec l’âge


 la puissance max de l’œil diminue
 distance minimale de vision nette est de plus en plus grande
 En effet PP s’éloigne avec l’âge car A diminue:
A= 10d A= 8d A= 4d A= 3d
SP= -10cm SP= -12cm SP= -25cm SP= -33cm

 Quand A 4d:┃SP┃ 25cm, distance de travail inconfortable


on parle alors de presbytie
 SOLUTION: ramener A à 4d pour ramener SP à -25 cm

44
ACCOMMODATION

CORRECTION DE LA PRESBYTIE
Ce n’est pas une amétropie (car pas en rapport avec la puissance de base)
Phénomène physiologique qui survient avec l’âge

Correction Verres convergents pour la vision de près (bas du verre)


A restante + puissance du verre = 4 d

puissance du verre = 4 d - A restante

exemple Si A restant = 3d, la puissance du verre = 1 d (50 ans)


On rajoute 0,5d tous les 5 ans

45
ACUITE VISUELLE
 L’acuité visuelle (AV) ou pouvoir séparateur est la faculté de l’oeil
à séparer deux détails
 Calculée à partir de:
o ABmin, la dimension minimale de l’objet que l’œil peut voir nettement
o D, la distance à laquelle se trouve cet objet
 On appelle amin (en minute d’arc) l’angle sous lequel est vu cet objet

 Exemple de calcul de l’acuité visuelle à 5m:


o une personne dont le plus petit détail vu net mesure 4mm
0,004 1
𝛼𝑚𝑖𝑛 = = 0,0008 𝑟𝑑 = 2,75′ donc 𝐴𝑉 = . 10 = 3,5
5 2,75
o une AV de 10/10 à 5m correspondrait à:
𝛼𝑚𝑖𝑛 = 1minute ⇒ 𝐴𝐵𝑚𝑖𝑛 ≈ 1,5𝑚𝑚
46
LES ANOMALIES DE LA VUE

47
AMETROPIES SPHERIQUES
 Un œil est dit normal ou emmétrope s’il y a Harmonie entre:
la courbure de l’œil
œil bien proportionné
la puissance
image sur la rétine
longueur antéropostérieure de l’œil

 Un œil est dit amétrope s’il n’y a pas d’harmonie


trop ou pas assez puissant pour la longueur de l’œil
à cause de la courbure des dioptres optiques ou des indices
de réfraction
il est alors mal proportionné, l’image ne se forme pas sur la rétine

 Dans les amétropies sphériques chaque dioptre oculaire a le même


rayon de courbure sur toute sa surface

48
AMETROPIES SPHERIQUES

MYOPIE
► Œil trop allongé / puissance
► ou Cristallin trop bombé
► ou Indice de réfraction élevé
Vision de l’œil myope
vue floue de loin
œil au repos
vue nette de près
accommodation vue nette de très près
Les remotum et proximum sont plus proches que la normale
Exemple pour un adulte de 45 ans
œil emmétrope
SR = - ∞
SP = -20 cm
œil myope
-∞<SR<o cm
-20 cm<SP<0 cm
49
50
AMETROPIES SPHERIQUES

CORRECTION DE L’ŒIL MYOPE


BUT: ramener l’image d’un objet situé à l’infini, sur la rétine
L’œil doit recevoir d’un objet éloigné, non pas des rayons parallèles
mais inclinés comme s’ils provenaient de son propre PR

F’ œil corrigé


> S
>
Remotum œil myope
=

F’ lentille Lentille divergente


1
Puissance de la lentille correctrice →Degré d’amétropie =
𝑆𝑅
Négatif pour le myope, positif pour l’hypermétrope

51
AMETROPIES SPHERIQUES

PARCOURS D’ACCOMMODATION POUR MYOPE

Sujets de 20 ans, avec A = 10 d

- 25 cm - 7,1 cm
R P
1
= -4 d
SR
1 1 1 1
et A = - = -A SP = - 7,1 cm
SR SP SP SR SR = - 25 cm

52
AMETROPIES SPHERIQUES

HYPERMETROPIE
► Œil trop court
► ou Cristallin relativement aplati
► ou Indice de réfraction faible

Vision de l’œil hypermétrope:


œil au repos Vue floue de près
et par fois aussi de loin
accommodation vue de loin améliorée
Les remotum et proximum sont plus éloignés que la normale
Exemple pour un adulte de 45 ans
œil emmétrope

SR = - ∞ SP = -20 cm
Œil hypermétrope

-∞ <SP< -20 cm SR > 0 53


54
AMETROPIES SPHERIQUES

CORRECTION DE L’ŒIL HYPERMETEROPE


BUT: ramener l’image d’un objet situé à l’infini, sur la rétine
L’œil doit recevoir d’un objet éloigné, non pas des rayons parallèles
mais inclinés comme s’ils provenaient de son propre PR

F’ œil corrigé
>
S

>
Remotum oeil

=
Lentille convergente F’ lentille
1
Puissance de la lentille correctrice →Degré d’amétropie =
𝑆𝑅
Négatif pour le myope, positif pour l’hypermétrope
55
AMETROPIES SPHERIQUES

PARCOURS D’ACCOMMODATION, HYPERMETROPE

Sujets avec A = 8 d

- 50 cm + 16 cm
P R

1
+6dt = +6 d
SR
1 1 1 1
et A = - = -A SP = - 50 cm
SR SP SP SR
SR = + 16 cm
56
AMETROPIES SPHERIQUES

CORRECTION DE PRESBYTIE EN CAS D’AMETROPIE


totalité du verre
Correction de l’amétropie = PR
(corriger puissance de base)
+ partie inférieur du verre
Correction de la presbytie = 4 – A restante
(compensation de l’accommodation)

Exemples : deux sujets avec une amplitude restante de 2d

myope de -1 d: l’amétropie -1 d -1d

amétropie + presbytie -1 + 4 – 2 = +1 d 0d

+1d

hypermétrope l’amétropie +2 d
de +2 d: +2 d
amétropie + presbytie +2 + 4 – 2 = +4 d +3 d

+4 d57
APPLICATION

Deux sujets l’un emmétrope et le second myope de 2,5d disposent de 8d


d’amplitude maximale d’accommodation.
1- pour chacun des deux sujets, à quelle distance ils voient nettement
sans faire d’effort.
2- À partir de quelle distance chacun d’eux peut voir son journal
nettement, pour pouvoir le lire.
3- Pour le cas de l’œil myope :
a- en quoi sa structure serait différente de celle d’un œil emmétrope?
b- dans tous les cas, où se forme l’image d’un objet qui se trouve à
l’infini, par rapport à la rétine? Et comment agit la lentille correctrice pour
cette amétropie?

58
L’ŒIL ASTIGMATE
DEFINITION:
œil qui ne donne pas d’un point objet, un point image

Défaut de courbure des dioptres oculaires

Les faisceaux plats rencontrent des courbures différentes

puissances différentes selon les méridiens de l’œil

Vision de l’œil astigmate Floue, déformée


de loin comme de près
Un plan méridien est un plan qui traverse l’œil en passant par son axe optique 59
ASTIGMATISME

ASTIGMATISME REGULIER OU CONGÉNITAL


 causé surtout par la non sphéricité de la face antérieure de la cornée
qui a une surface torique: astigmatisme cornéen

 Deux méridiens principaux perpendiculaires avec Rmin et Rmax

 Le rayon de l’oeil (souvent à cause de la cornée) varient progressivement


entre les méridiens principaux

 La puissance varie en fonction du rayon de courbure n2 – n1


avec une puissance maximale et une puissance minimale P=
R

 Degré d’astigmatisme, As (d) = puissance max – puissance minimale

60
ASTIGMATISME

PROPAGATION DU FAISCEAU LUMINEUX POUR CORNEE SPHERIQUE

rétine

)
Image d’un point Point sur la rétine
61
ASTIGMATISME

PROPAGATION DU FAISCEAU LUMINEUX POUR ŒIL ASTIGMATE


Focale antérieure Focale postérieure
puissance max.: petit rayon puissance min. : grand rayon

Cercle de moindre diffusion

 Image d’un point = 2 segments perpendiculaires séparés

 La distance entre les 2 focales est proportionnelle au degré


d’astigmatisme

 FhFv = 0.37 mm pour AS = 1d


62
ASTIGMATISME

POSITIONS DES FOCALES PAR RAPPORT À LA RÉTINE

En fonction des puissances des méridiens principaux,


il existe différents genres d’astigmatisme

Myopique simple Myopique composé

mixte

Hyperopique simple Hyperopique composé

63
ASTIGMATISME

DETECTION DE L’ASTIGMATISME
 Méthode subjective: utilisation de la fente sténopéique
• Observer l’optotype à travers un cache tournant, muni d’une fente.
• En faisant tourner la fente on examine l’œil plan par plan
• Cette technique mesure l’astigmatisme total: interne + cornéen,
en précisant l’orientation des méridiens principaux

 Méthode objective: Ophtalmomètre de Javal


• mesure le rayon de courbure de la face antérieure de la cornée
selon le principe d’un miroir sphérique
• Cette technique mesure l’astigmatisme cornéen en précisant l’orientation
des méridiens principaux ainsi que les puissances correspondantes
• Degré d’astigmatisme, As (d) est calculé à partir des puissances:
As = puissance max – puissance minimale

64
PRINCIPE DE LA CORRECTION DE L’ASTIGMATISME
 rétablir le stigmatisme :
1- rendre la vue homogène = même puissance pour les méridiens principaux

2- le point image doit se former sur la rétine

 Si l’astigmatisme est simple : lentille cylindrique

ou

 Si l’astigmatisme est mixte ou composé : lentille torique

65
ASTIGMATISME
EXEMPLE DE CORRECTION DE L’ASTIGMATISME

 Résultats du test à l’ophtalmomètre:


 As =1d
 orientation du méridien où la vue est moins bonne (MMBV) à 5°
 orientation du méridien où la vue est meilleure (MMV) à 95° (90+5)

 Correction:
 Puissance de la lentille cylindrique = 1d
 orientation de l’axe de la lentille = 95 °

Méridien avec la meilleure vue Axe du cylindre

Méridien avec vue moins bonne

66