Vous êtes sur la page 1sur 14

NF P90-107, NF EN 12616

OCTOBRE 2013

Ce document est à usage exclusif et non collectif des clients STANDARDS WEBPORT.
Toute mise en réseau, reproduction et rediffusion, sous quelque forme que ce soit,
même partielle, sont strictement interdites.

This document is intended for the exclusive and non collective use of
STANDARDS WEBPORT (Standards on line) customers.
All network exploitation,reproduction and re-dissemination,
even partial, whatever the form (harcopy or media), is strictly prohibited.

WEBPORT

Pour : BOUYGUES CONSTRUCTION

le : 15/05/2020 à 16:56
Afnor, WEBPORT NF P90-107, NF EN 12616:2013-10
Pour : BOUYGUES CONSTRUCTION

FA166905 ISSN 0335-3931

NF EN 12616
18 Octobre 2013

Indice de classement : P 90-107

ICS : 97.220.10

Sols sportifs —
Détermination de la vitesse d'infiltration de l'eau

E : Surfaces for sports areas — Determination of water infiltration rate


D : Sportböden — Bestimmung der Wasserinfiltrationsrate

Norme française homologuée


par décision du Directeur Général d'AFNOR
Remplace la norme homologuée NF EN 12616, d’août 2003.

Correspondance La Norme européenne EN 12616:2013, a le statut d’une norme française.

Résumé Le présent document fixe trois méthodes d'essai visant à déterminer la vitesse
d'infiltration de l'eau. La méthode A s'applique aux sols sportifs synthétiques
en textiles, en gazon synthétique et en matériaux minéraux liés, la méthode B
est applicable au gazon naturel et la méthode C est applicable aux sols sportifs en
matériaux minéraux non liés.
NOTE En ce qui concerne les sols en gazon synthétique comportant un matériau de
remplissage et les sols en matériaux minéraux non liés, on considère que les essais en
laboratoire donnent une indication plus précise du comportement du sol.

Descripteurs Thésaurus International Technique : sol sportif, résine synthétique, textile, gazon,
matière minérale, essai d'absorption d'eau, mesurage, infiltration, mode opératoire,
calcul.

Modifications Par rapport au document remplacé, révision de la norme.

Corrections

Éditée et diffusée par l’Association Française de Normalisation (AFNOR) — 11, rue Francis de Pressensé — 93571 La Plaine Saint-Denis Cedex
Tél. : + 33 (0)1 41 62 80 00 — Fax : + 33 (0)1 49 17 90 00 — www.afnor.org

© AFNOR — Tous droits réservés Version de 2013-10-F


Afnor, WEBPORT NF P90-107, NF EN 12616:2013-10
Pour : BOUYGUES CONSTRUCTION

NF EN 12616 —2—

La norme

La norme est destinée à servir de base dans les relations entre partenaires économiques, scientifiques,
techniques et sociaux.

La norme par nature est d’application volontaire. Référencée dans un contrat, elle s’impose aux parties.
Une réglementation peut rendre d’application obligatoire tout ou partie d’une norme.

La norme est un document élaboré par consensus au sein d’un organisme de normalisation par
sollicitation des représentants de toutes les parties intéressées. Son adoption est précédée d’une enquête
publique.

La norme fait l’objet d’un examen régulier pour évaluer sa pertinence dans le temps.

Toute norme est réputée en vigueur à partir de la date présente sur la première page.

Pour comprendre les normes

L’attention du lecteur est attirée sur les points suivants :

Seules les formes verbales doit et doivent sont utilisées pour exprimer une ou des exigences qui doivent être
respectées pour se conformer au présent document. Ces exigences peuvent se trouver dans le corps de la
norme ou en annexe qualifiée de «normative». Pour les méthodes d’essai, l’utilisation de l’infinitif correspond
à une exigence.

Les expressions telles que, il convient et il est recommandé sont utilisées pour exprimer une possibilité
préférée mais non exigée pour se conformer au présent document. Les formes verbales peut et peuvent sont
utilisées pour exprimer une suggestion ou un conseil utiles mais non obligatoires, ou une autorisation.

En outre, le présent document peut fournir des renseignements supplémentaires destinés à faciliter la
compréhension ou l'utilisation de certains éléments ou à en clarifier l'application, sans énoncer d'exigence
à respecter. Ces éléments sont présentés sous forme de notes ou d'annexes informatives.

Commission de normalisation

Une commission de normalisation réunit, dans un domaine d’activité donné, les expertises nécessaires à
l’élaboration des normes françaises et des positions françaises sur les projets de norme européenne ou
internationale. Elle peut également préparer des normes expérimentales et des fascicules de documentation.

Si vous souhaitez commenter ce texte, faire des propositions d’évolution ou participer à sa révision,
adressez vous à <norminfo@afnor.org>.

La composition de la commission de normalisation qui a élaboré le présent document est donnée ci-après.
Lorsqu’un expert représente un organisme différent de son organisme d’appartenance, cette information
apparaît sous la forme : organisme d’appartenance (organisme représenté).
Afnor, WEBPORT NF P90-107, NF EN 12616:2013-10
Pour : BOUYGUES CONSTRUCTION

—3— NF EN 12616

Sols sportifs (miroir du CEN/TC 217) AFNOR P90G

Composition de la commission de normalisation


Président : M VERNEAU
Secrétariat : MME MARCELLAN ? AFNOR

M BERLY FFF — FEDERATION FRANCAISE DE FOOTBALL


M BEUCHET FEDERATION FRANCAISE DE VOLLEY BALL
M BOISNARD DOMINIQUE BOISNARD INGENIEUR CONSEIL
(F2S — FEDERATION DES SOLS SPORTIFS)
M BONNENFANT AIRES
M BOSSUET NOVAREA (F2S — FEDERATION DES SOLS SPORTIFS)
M BOUDET FFT — FEDERATION FSE DE TENNIS
M BOULLET GREEN — CONSULTING SARL (F2S — FEDERATION DES SOLS SPORTIFS)
M BOURDIN FFRS
MME BUNEL MINISTERE DES SPORTS — DION DES SPORTS
M CASOLI TARKETT FRANCE (F2S — FEDERATION DES SOLS SPORTIFS)
M CATELIN UNESI (FFHB — FEDERATION FSE DE HANDBALL)
MME CHAMINADE SFEC
M CHOUVET F2S — FEDERATION DES SOLS SPORTIFS
M CLODIC GERFLOR SA (F2S — FEDERATION DES SOLS SPORTIFS)
M DELCOURT CNOSF
M DREAU LABOSPORT (F2S — FEDERATION DES SOLS SPORTIFS)
M FAIVRE D'ARCIER LABOSPORT (F2S — FEDERATION DES SOLS SPORTIFS)
M FAURE ALIAPUR
M FEUILLOLEY FFA — FED FSE ATHLETISME
M FONTENY AFNOR CERTIFICATION
M FROEHLICH SOLODET (F2S — FEDERATION DES SOLS SPORTIFS)
M GILLARD ENVIROSPORT
MME GUIBERT F2S — FEDERATION DES SOLS SPORTIFS
MME GUILLEMAIN DG SECURITE CIVILE GESTION CRISES
M GUISSE SPORTVERT (F2S — FEDERATION DES SOLS SPORTIFS)
M GUY SFEC
M LACOSTE FORBO SARLINO SAS (SFEC)
M LACOURT LABOSPORT
M LARRIEU FFT — FEDERATION FSE DE TENNIS
M LE GAL FIELDTURF TARKETT SAS (F2S — FEDERATION DES SOLS SPORTIFS)
M LEFRANC SEDES (F2S — FEDERATION DES SOLS SPORTIFS)
M LINDA TARKETT FRANCE (F2S — FEDERATION DES SOLS SPORTIFS)
M MENEY EUROSYNTEC (F2S — FEDERATION DES SOLS SPORTIFS)
M MEURISSE FCBA
M NEUVILLE F2S — FEDERATION DES SOLS SPORTIFS
M PAILLARD MONDO FRANCE (SFEC)
M PECOULT DGPR — DION GENERALE PREVENTION RISQUES
M RAVIART OSMOSE — ORGAN SERV MAITRISE OEUVRE SPORT ENVIR
(F2S — FEDERATION DES SOLS SPORTIFS)
M RIVAT GERFLOR SA (F2S — FEDERATION DES SOLS SPORTIFS)
M ROUX MINISTERE DES SPORTS — DION DES SPORTS
M ROYER FFHB — FEDERATION FSE DE HANDBALL
MME SCHMITT BNBA
M SCORDIA ENVIROSPORT ENTREPRISES (F2S — FEDERATION DES SOLS SPORTIFS)
M SIMSEK EURO 2000
M THERRE NOVAREA (F2S — FEDERATION DES SOLS SPORTIFS)
M TOUCHARD YVES TOUCHARD
M TURMEL RESIPOLY CHRYSOR SAS (F2S — FEDERATION DES SOLS SPORTIFS)
M VERNEAU MINISTERE DES SPORTS — DION DES SPORTS
Afnor, WEBPORT NF P90-107, NF EN 12616:2013-10
Pour : BOUYGUES CONSTRUCTION
Afnor, WEBPORT NF P90-107, NF EN 12616:2013-10
Pour : BOUYGUES CONSTRUCTION

NORME EUROPÉENNE EN 12616


EUROPÄISCHE NORM
EUROPEAN STANDARD Septembre 2013

ICS : 97.220.10 Remplace EN 12616:2003

Version française

Sols sportifs —
Détermination de la vitesse d'infiltration de l'eau

Sportböden — Surfaces for sports areas —


Prüfverfahren zur Bestimmung Determination of water infiltration rate
der Wasserdurchlässigkeit

La présente Norme européenne a été adoptée par le CEN le 11 juillet 2013.

Les membres du CEN sont tenus de se soumettre au Règlement Intérieur du CEN/CENELEC, qui définit les
conditions dans lesquelles doit être attribué, sans modification, le statut de norme nationale à la Norme
européenne.

Les listes mises à jour et les références bibliographiques relatives à ces normes nationales peuvent être
obtenues auprès du Centre de Gestion ou auprès des membres du CEN.

La présente Norme européenne existe en trois versions officielles (allemand, anglais, français). Une version
dans une autre langue faite par traduction sous la responsabilité d'un membre du CEN dans sa langue
nationale et notifiée au Centre de Gestion, a le même statut que les versions officielles.

Les membres du CEN sont les organismes nationaux de normalisation des pays suivants : Allemagne,
Ancienne République yougoslave de Macédoine, Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Croatie, Danemark,
Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Islande, Italie, Lettonie, Lituanie, Luxembourg,
Malte, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République Tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Slovaquie,
Slovénie, Suède, Suisse et Turquie.

CEN
COMITÉ EUROPÉEN DE NORMALISATION

Europäisches Komitee für Normung


European Committee for Standardization

Centre de Gestion : 17 Avenue Marnix, B-1000 Bruxelles

© CEN 2013 Tous droits d’exploitation sous quelque forme et de quelque manière que ce soit réservés dans le monde
entier aux membres nationaux du CEN.
Réf. n° EN 12616:2013 F
Afnor, WEBPORT NF P90-107, NF EN 12616:2013-10
Pour : BOUYGUES CONSTRUCTION

EN 12616:2013 (F)

Sommaire
Page

Avant-propos .......................................................................................................................................................... 3

1 Domaine d’application .......................................................................................................................... 4

2 Références normatives ........................................................................................................................ 4

3 Principe .................................................................................................................................................. 4

4 Appareillage .......................................................................................................................................... 4

5 Méthode A — Sols sportifs en gazon synthétique, en textiles, en matériaux synthétiques


et en matériaux minéraux liés .............................................................................................................. 6

6 Méthode B — Gazon naturel ................................................................................................................ 7

7 Méthode C — Surfaces minérales non liées ...................................................................................... 7

8 Rapport d’essai ..................................................................................................................................... 8

2
Afnor, WEBPORT NF P90-107, NF EN 12616:2013-10
Pour : BOUYGUES CONSTRUCTION

EN 12616:2013 (F)

Avant-propos

Le présent document (EN 12616:2013) a été élaboré par le Comité Technique CEN/TC 217 « Sols sportifs »,
dont le secrétariat est tenu par AFNOR.
Cette Norme européenne devra recevoir le statut de norme nationale, soit par publication d'un texte identique,
soit par entérinement, au plus tard en mars 2014, et toutes les normes nationales en contradiction devront être
retirées au plus tard en mars 2014.
L'attention est appelée sur le fait que certains des éléments du présent document peuvent faire l'objet de droits
de propriété intellectuelle ou de droits analogues. Le CEN et/ou le CENELEC ne saurait [sauraient] être tenu[s]
pour responsable[s] de ne pas avoir identifié de tels droits de propriété et averti de leur existence.
Ce document remplace l’EN 12616:2003.
Comparé à l’EN 12616:2003, le texte a été clarifié et des erreurs de rédaction ont été corrigées.
Selon le Règlement Intérieur du CEN-CENELEC les instituts de normalisation nationaux des pays suivants sont tenus
de mettre cette Norme européenne en application : Allemagne, Ancienne République Yougoslave de Macédoine,
Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Croatie, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie,
Irlande, Islande, Italie, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal,
République Tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Slovaquie, Slovénie, Suède, Suisse et Turquie.

3
Afnor, WEBPORT NF P90-107, NF EN 12616:2013-10
Pour : BOUYGUES CONSTRUCTION

EN 12616:2013 (F)

1 Domaine d’application
La présente Norme Européenne fixe trois méthodes d'essai visant à déterminer la vitesse d'infiltration de l'eau.
La méthode A s'applique aux sols sportifs synthétiques en textiles, en gazon synthétique et en matériaux
minéraux liés, la méthode B est applicable au gazon naturel et la méthode C est applicable aux sols sportifs en
matériaux minéraux non liés.
NOTE En ce qui concerne les sols en gazon synthétique comportant un matériau de remplissage et les sols en matériaux
minéraux non liés, on considère que les essais en laboratoire donnent une indication plus précise du comportement du sol.

2 Références normatives
Les documents ci-après, dans leur intégralité ou non, sont des références normatives indispensables à l’application
du présent document. Pour les références datées, seule l'édition citée s'applique. Pour les références non datées,
la dernière édition du document de référence s'applique (y compris les éventuels amendements).

EN 12229, Sols sportifs — Méthode de préparation d'éprouvettes en textile aiguilleté et en gazon synthétique.

3 Principe
Deux cylindres concentriques, scellés à la surface du sol sportif ou enfoncés dans celui-ci au moyen d'un marteau,
retiennent une certaine quantité d'eau. Le cylindre extérieur est utilisé comme zone tampon pour empêcher tout
écoulement latéral de l'eau en provenance du cylindre intérieur.
NOTE Il est possible d'utiliser un seul cylindre si l'éprouvette a été entièrement scellée de façon à empêcher tout écoulement
latéral de l'eau.

La vitesse de pénétration de l'eau dans le sol sportif est mesurée sur l’ensemble de la surface délimitée par le
cylindre intérieur.

4 Appareillage
4.1 Dispositif de mesure de l'infiltration, ayant les dimensions fixées en 4.1.1, 4.1.2 et 4.1.3, composé d'un ou
de deux cylindres en métal (voir Figure 1) pouvant être scellés à la surface du sol ou enfoncés perpendiculairement
à celui-ci au moyen d'un marteau, selon le cas le plus approprié pour minimiser les fuites latérales.

4.1.1 Dispositif de mesure de l'infiltration à deux cylindres de grande taille, pour les essais effectués sur des
surface en gazon synthétique, en matériaux synthétiques et des gazons naturels ou sur matériaux minéraux
caractérisées par une vitesse d'infiltration de l'eau inférieure à 500 mm/h, composé d'un cylindre intérieur
de (300  5) mm de diamètre intérieur correspondant à la surface de mesurage et d'un cylindre extérieur
de (500  25) mm de diamètre intérieur correspondant à la zone tampon destinée à empêcher tout écoulement latéral
de l'eau en provenance du cylindre intérieur.
L'adoption d'une large tolérance sur le diamètre des cylindres peut permettre d'empiler ces derniers pour en faciliter
le transport.

4.1.2 Dispositif de mesure de l'infiltration à deux cylindres de petite taille, pour les essais effectués sur des
surfaces minérales caractérisées par une vitesse d'infiltration de l'eau supérieure à 500 mm/h et lorsque la quantité
d'eau disponible est limitée, composé d'un cylindre intérieur de (150  5) mm de diamètre intérieur et d'un cylindre
extérieur de (300  25) mm de diamètre intérieur.

4.1.3 Dispositif de mesure de l'infiltration à cylindre unique, lorsque l'éprouvette peut être entièrement scellée
de façon à empêcher tout écoulement latéral de l'eau, par exemple lors du mesurage en laboratoire de la vitesse
d'infiltration de l'eau, composé d'un seul cylindre de dimensions correspondant à celles du cylindre intérieur utilisé
en 4.1.1 ou 4.1.2.

4
Afnor, WEBPORT NF P90-107, NF EN 12616:2013-10
Pour : BOUYGUES CONSTRUCTION

EN 12616:2013 (F)

Légende
1 cylindre extérieur
2 cylindre intérieur
3 échelle
4 niveau de l'eau

Figure 1 — Dispositif de mesure de l'infiltration à deux cylindres

4.2 Échelle graduée ou tout autre appareil, permettant de mesurer la hauteur d'eau avec une exactitude
de 1 mm.

4.3 Montre, ayant une précision de 1 s.

4.4 Appareil de mesure de la température, permettant de mesurer la température de l'eau avec une exactitude
de 1 °C.

4.5 Matériau d'étanchéité, moyen permettant de sceller le dispositif de mesure de l'infiltration à la surface,
tel que des compositions élastomères ayant un faible module (caoutchouc silicone ou une bande de mousse
compressible à alvéoles fermés).
NOTE Ce type de mousse compressible à alvéoles fermés, auto-adhésive est fréquemment utilisé sur les sols sportifs
synthétiques comme bande d'étanchéité et s'est révélé adéquat. Un tube élastomère ayant un faible module, en silicone
par exemple, peut également créer une étanchéité efficace sur certaines surfaces.

Le matériau d'étanchéité doit être choisi de façon à ne pas laisser de résidus sur la surface d'essai.

4.6 Alimentation en eau

4.7 Masses lourdes, à placer au sommet de l'appareillage pour accroître l'étanchéité, en particulier lorsque la
surface d'essai se caractérise par une importante texture.

5
Afnor, WEBPORT NF P90-107, NF EN 12616:2013-10
Pour : BOUYGUES CONSTRUCTION

EN 12616:2013 (F)

5 Méthode A — Sols sportifs en gazon synthétique, en textiles, en matériaux


synthétiques et en matériaux minéraux liés
5.1 Éprouvette – essais en laboratoire
Morceau de sol sportif ayant une longueur et une largeur minimales de 1 000 mm, avec les couches supports
devant être utilisées en service, si nécessaire. Ce morceau est fixé selon la méthode recommandée dans les
instructions du fabricant.
L'éprouvette doit être choisie de manière à ce que le dispositif de mesure de l'infiltration soit positionné de manière
à ce que le nombre minimum possible d'orifices d'écoulement (perforés dans la sous-couche du sol sportif)
soit présent à l’intérieur des deux cylindres.
Préparer les éprouvettes en gazon synthétique ou en matériaux textiles, destinées à être utilisées en laboratoire,
conformément à l'EN 12229.

5.2 Conditions d’essai


Les essais doivent être effectués dans les conditions représentatives des conditions rencontrées sur site.

5.3 Nombre et répartition des emplacements d'essai in situ


Sauf indications contraires dans la norme de produit, les emplacements d'essai doivent être choisis comme suit.
Sur les sols sportifs de moins de 3 000 m2, il faut obtenir au moins un résultat d'essai pour chaque 500 m2.
Sur les sols sportifs de plus de 3 000 m2, il faut obtenir au moins un résultat d'essai pour chaque 1 000 m2.
Tous les emplacements d'essai doivent être choisis de manière aléatoire.

5.4 Mode opératoire


5.4.1 S'il est nécessaire de sceller le gazon synthétique, utiliser un aspirateur pour éliminer tous le matériau de
remplissage afin de pouvoir sceller les cylindres sur le dossier en gazon synthétique pour empêcher toute infiltration
latérale d'eau. Laisser en l'état le matériau de remplissage situé sur la surface de mesurage.
Sceller les cylindres sur le sol sportif au moyen du produit d'étanchéité (4.5) en veillant à s'assurer que ce dernier
n'entrave pas l'infiltration de l'eau en provenance d'une zone quelconque de la surface délimitée par le
cylindre intérieur. Mettre les masses en place (4.7), si nécessaire.
5.4.2 Verser de l'eau dans les deux cylindres jusqu'à ce que la vitesse d'écoulement de l'eau dans le cylindre
intérieur soit stabilisée. Faire en sorte que le niveau de l'eau dans le cylindre extérieur coïncide avec celui présent
dans le cylindre intérieur, à  2 mm près.
5.4.3 Mesurer le temps (tA) mis par le niveau de l'eau pour baisser soit de 20 mm depuis une hauteur initiale
de (30  1) mm jusqu'à une hauteur finale de (10  1) mm, soit d’une hauteur (FWA) mesurée au bout d'au
moins 30 min, selon le plus rapide des deux.
NOTE Le niveau de l'eau entre les cylindres peut être maintenu au moyen d'un siphon. Si un siphon a été utilisé,
le retirer avant d'effectuer les mesurages.
Si l'éprouvette est posée sur une pente, mesurer le niveau de l'eau à l'emplacement où la hauteur de l'eau retenue
dans chaque cylindre est la plus élevée.

5.5 Calcul et expression des résultats


Calculer la vitesse d'infiltration de l'eau, IA, exprimée en millimètres par heure, d'après la formule suivante :
F WA
I A = ----------
-
tA

FWA est la baisse du niveau de l'eau (mm) ;
tA est le temps mis par le niveau d'eau pour baisser (h).

6
Afnor, WEBPORT NF P90-107, NF EN 12616:2013-10
Pour : BOUYGUES CONSTRUCTION

EN 12616:2013 (F)

6 Méthode B — Gazon naturel


6.1 Nombre et répartition des emplacements d'essai
Relever aléatoirement au moins six résultats d'essai sur les sols sportifs de moins de 100 m2, entre sept et
dix résultats d'essai, suivant les cas, sur les sols sportifs d'une surface de 100 m2 à 1 000 m2 et entre 10 et
20 résultats, suivant les cas, sur les sols d'une surface comprise entre 1 000 m2 et 5 000 m2. Subdiviser les surfaces
plus étendues en au moins deux parcelles et soumettre à l'essai chaque parcelle comme indiqué ci-dessus.

6.2 Mode opératoire


6.2.1 Enfoncer au marteau les cylindres du dispositif de mesure de l'infiltration à deux cylindres (4.1) dans le sol
sur une profondeur de (50  5) mm, en veillant à sceller les fissures éventuelles à l'interface sol/cylindre en
comprimant le sol contre la paroi du dispositif de mesure.

6.2.2 Mettre de l'eau dans les deux cylindres, conformément à la description du 5.4.2.
NOTE Idéalement, il convient de mesurer les vitesses d'infiltration lorsque les niveaux d'humidité du sol sont élevés,
c'est pourquoi il convient de respecter une période d'« humidification » de 20 min. Si les essais sont effectués en été par
temps sec, il convient d'attendre au moins 1 h entre le début du remplissage des cylindres et le commencement du mesurage.

6.2.3 Mesurer la baisse du niveau de l'eau (FWB) dans le cylindre intérieur au bout de 20 min, la hauteur d'eau
initiale étant de 30 mm. Dans les cas où l'écoulement est plus rapide, enregistrer le temps mis par le niveau de l'eau
pour baisser de 25 mm. Dans tous les cas, maintenir le niveau de l'eau dans le cylindre extérieur pour qu'il coïncide
avec celui présent dans le cylindre intérieur, à  2 mm près.

6.3 Calcul et expression des résultats


6.3.1 Calculer la vitesse d'infiltration de l'eau, IB, exprimée en millimètres par heure, d'après la formule suivante :
F WB
I B = ----------
-
tB

FWB est la baisse du niveau de l'eau (mm) ;
tB est le temps mis par le niveau de l'eau pour baisser (h).

7 Méthode C — Surfaces minérales non liées


7.1 Nombre et répartition des emplacements d'essai
Relever aléatoirement au moins cinq résultats d'essai sur les sols sportifs de moins de 6 000 m2. Subdiviser les
surfaces plus étendues en au moins deux parcelles et soumettre à l'essai chaque parcelle comme indiqué ci-dessus.

7.2 Mode opératoire


7.2.1 Bien humidifier le sol sportif avant d'y enfoncer au marteau les cylindres sur une profondeur de (25  5) mm,
en veillant à sceller les fissures éventuelles à l'interface cylindre/sol en matériaux minéraux non liés en comprimant
le matériau minéral contre la paroi du dispositif de mesure de l'infiltration.
7.2.2 Mettre de l'eau dans les cylindres, conformément à la description du 5.4.2. Si l'équilibre n'est pas atteint
au bout de 20 min, laisser reposer l'eau jusqu'à ce que son niveau dans le cylindre intérieur ait baissé de 25 mm,
depuis un niveau initial compris entre de 35 mm et 45 mm.
7.2.3 Mesurer la baisse du niveau de l'eau (FWC) dans le cylindre intérieur au bout de 20 min, en partant d'une
hauteur d'eau initiale de 30 mm. Dans les cas où l'écoulement est plus rapide, enregistrer le temps mis par le niveau
de l'eau pour baisser de 25 mm. S'assurer en permanence que le niveau d'eau dans le cylindre extérieur coïncide
avec celui présent dans le cylindre intérieur, à  2 mm près.

7
Afnor, WEBPORT NF P90-107, NF EN 12616:2013-10
Pour : BOUYGUES CONSTRUCTION

EN 12616:2013 (F)

7.3 Calcul et expression des résultats


7.3.1 Calculer la vitesse d'infiltration de l'eau, IC, exprimée en millimètres par heure, d'après la formule suivante :

F WC
I C = -----------
tC


FWC est la baisse du niveau de l'eau (mm) ;
tC est le temps mis par le niveau de l'eau pour baisser (h).

7.3.2 Transformer les valeurs numériques en logarithmes (base 10), ou log10 (x + 1). Calculer la moyenne à partir
des données logarithmiques, puis effectuer la transformation inverse pour obtenir les valeurs correspondant
aux logarithmes en vue d'obtenir la baisse du niveau de l'eau, FWC. Exprimer les résultats sous la forme de la valeur
de la vitesse d'infiltration de l'eau obtenue à partir de la valeur retransformée.

8 Rapport d’essai
Le rapport d'essai doit comprendre les informations suivantes :
a) la référence de la présente Norme Européenne, c'est-à-dire EN 12616:2013 ;
b) la méthode utilisée, c'est-à-dire Méthode A, Méthode B ou Méthode C ;
c) l'appareillage utilisé, par exemple : dispositif de mesure de l'infiltration à deux cylindres de grande taille ;
d) l'identification du sol sportif soumis à l'essai :
1) dans le cas de la méthode A, préciser la référence du fabricant, le type et l'épaisseur des couches support,
la méthode de fixation et les antécédents ;
2) dans le cas des méthodes B et C, préciser son emplacement et les antécédents ;
e) la température de l’eau ;
f) les résultats d'essai individuels ;
g) des précisions concernant la méthode utilisée pour sceller la surface d'essai ;
h) l'état et la température du sol sportif au moment de l'essai ;
i) la date de l'essai.