Vous êtes sur la page 1sur 9

EXPOSE DE DROIT

SOCIAL

THEME : LES GREVES

NIVEAU : 3ème ANNEE

OPTION : COMPTABILITE ET GESTION

GROUPE N°2 :
KIHOULOU MINOKO ANDREA
NDIAYE FATOUMATA
NSIKABAKA SAMUEL GILLES FLORA
PANZOU MARLICE REGE
TSOUMOU JOYCE AMALIA

SOUS LA DIRECTION DE MONSIEUR : Emmanuel KITOKO NGOMA, Magistrat


et Professeur de Droit Social

Fait le 28/07/2021

EXPOSE DE DROIT SOCIAL : LES GREVES

1
PLAN :

INTRODUCTION

DEVELOPPEMENT

I-CONDITIONS ET EFFETS DES GREVES

A/ CONDITIONS NECESSAIRES A LA GREVE


B/ EFFETS DES GREVES

II- DROIT DE GREVE ET GREVES PROSCRITES

A/ DROIT DE GREVE
B/ GREVES PROSCRITES

EXPOSE DE DROIT SOCIAL : LES GREVES

2
INTRODUCTION

Dans toute société, le droit de grève est reconnu a tout salarié.


Suivant l’article 248-2 du code du travail Congolais, << est considérée
comme grève, tout arrêt concertée et collectif de travail en vue de faire
aboutir revendications professionnelles déjà déterminée dans un
cahier de revendications et non satisfaites par l’employeur soit par
échec de procédure de négociation de conciliation d’arbitrage et de
recommandation , soit par refus de négocier opposé par l’employeur>>
Le sujet qui nous a été soumis revêt un intérêt pratique car la grève
peut être déclenchée dans n’importe quelle entreprise
A cet effet, notre travail a été établit sur la base des articles 248-2 ; 248-
3 ; 248-4 ;248-5 ; 248-6 ; 248-7 ; 248-11 ; 248-14 du Code du travail
Congolais ainsi que 257 du nouveau code du travail Congolais et de
l’article 25 de la constitution.
Ainsi, il se structure comme suit, dans une première partie nous
verrons

EXPOSE DE DROIT SOCIAL : LES GREVES

3
DEVELOPPEMENT

I-CONDITIONS ET EFFETS DE GREVE

A/ CONDITIONS NECESSAIRES A LA VALIDITE DE LA


GREVE
1- Action collective

Pour qu’il y’ait grève, l’arrêt du travail se doit d’être effectif. L’action
collective est donc la première condition première car pour être valide,
la grève doit être suivie par un nombre conséquent du personnel, au
minimum deux(02) salariés. Par conséquent, un nombre insuffisant de
salariés grévistes pourraient entrainer une annulation du mouvement.
C’est ainsi qu’un seul salarié ne peut exercer le droit grève.
Cass. Soc., 13Nov 1996 ; Dr Social 1997, 375 obs C.RADE.

2- Cessation Collective

En effet, lorsque les travailleurs d’une entreprise décident de recourir


à une grève, celle-ci doit se caractérisée par une cessation totale du
travail. Ainsi donc, le ralentissement entrepris dans l’exécution de la
tâche ne peut être qualifié de grève et constitue un comportement
fautif et passible de sanction. Ce travail saccadé serait donc illicite,
considéré comme une faute grave.
Aussi, cet arrêt de travail peut être long ou brève car, la loi ne soumet
pas çà la grève une durée précise.

3- Existence des revendications professionnelles

EXPOSE DE DROIT SOCIAL : LES GREVES

4
Les grèves doivent reposer sur des revendications professionnelles
véritables. Ces dernières sont diverses, variées et multiples. Les grèves
peuvent être manifestés suites aux demandes concernant : les
augmentations de salaires, les avantages en nature, la sécurité sur le
lieu de travail ou encore les conditions de travail (horaires ou durée du
travail) . Cependant les revendications professionnelles doivent être
présentées à l’employeur par les grévistes ou un syndicat représentatif
des salariés grévistes, avant le déclenchement du mouvement de grève.
Article 248-3 du code du travail Congolais.

B/ EFFETS DE LA GREVE
Les conséquences de la grève porte sur l’emploi du salarié et du sur
son salaire. Pendant cette période, le contrat de travail est maintenu et
suspendu. Cela veut dire que toutes les obligations des parties
respectives sont également suspendues.

- Suspension du contrat de travail


En se référant à l’article 248-5 du code du travail Congolais, nous
pouvons retenir que la grève suspend le contrat de travail. A effet,
l’employeur ne peut prendre aucune sanction disciplinaire pour fait de
grève.
Cependant, l’employeur est autorisé à retenir le salaire relatif aux
jours de grève (Article 248-6 du code du travail Congolais), déduire
également les jours de grève sur les congés annuels (Article 248-7 du
code du travail Congolais) ainsi que les primes directement liés à la
prestation de travail.
A noter que malgré la grève, l’employeur doit garantir aux travailleurs
non-grévistes la possibilité d’exécuter leur contrat de travail. Ces
derniers ne doivent être empêchés par les salariés grévistes sous peine
de répondre pénalement au délit d’entrave à la liberté du travail
énoncé par l’article 257.

-Lock-out

EXPOSE DE DROIT SOCIAL : LES GREVES

5
Selon l’article 249 du code du travail Congolais, «  Le lock-out est une
mesure de fermeture temporaire de l’établissement ou de l’entreprise
décidée par l’employeur du fait de la détérioration du climat social en
son sein ».
Le législateur congolais s’élevant contre la pratique syndicale des
grèves syndicale des grèves sauvages a exprimé ainsi clairement le
choix selon lequel toute grève et tout lock-out par les partenaires
sociaux doivent être précédés par des négociations.
Le lock-out ou grève patronale est licite, lorsqu’il est nécessaire, pour
un employeur, d’arrêter l’exploitation en cas de sécurité non assurée,
aussi, lorsque : le chef d’entreprise peut faire la preuve de
l’impossibilité d’assurer le fonctionnement de l’entreprise ; le lock-out
peut être présenté comme une réponse à une exécution défectueuse de
travail ne pouvant être assimilée à l’exercice normal du droit de
grève et l’ordre et la sécurité dans l’entreprise sont suffisamment
compromis.
En revanche, il devient illicite lorsqu’il est préventif ou lorsqu’il
constitue un moyen de torsion exercée sur les salariés grévistes. Ce
caractère illicite sera apprécié par la juridiction compétente.

-Rupture du contrat de travail


L’article 248-11 du code du travail Congolais énonce clairement les
motifs susceptibles d’entrainer une rupture du contrat de travail.
Sachant que ces fautes sont commises dans le contexte de la grève par
les salariés, la cour de cassation exige que les auteurs puissent être
identifiés personnellement.
Cass. Soc. 28 Avril 1994 ; Dr Soc. 1994, 719
Aussi, un salarié gréviste ne peut être licencié s’il commet une faute
lourde. Nous pouvons citer comme faits constitutifs de faute lourde :
l’occupation des locaux ; les coups et blessures volontaires sur la
personne de l’employeur ; la séquestration de l’employeur ; l’entrave à
liberté de travail ; le sabotage, le vol ou la destruction du matériel de
l’entreprise ; la participation à une grève illicite.
Au cas contraire, tout licenciement prononcé en absence de faute
lourde du salarié est nul, de nullité absolue. C’est pour cela que

EXPOSE DE DROIT SOCIAL : LES GREVES

6
l’employeur sera tenu d’apporter la preuve de la participation active
du salarié à l’entrave.

II- DROIT DE GREVE ET FORMES DE GREVE

A/ DROIT DE GREVE

Le droit de grève des salariés est un droit constitutionnel et


fondamental reconnu à tous. Cons. Const. 25 Juillet 1979.
La cessation du travail doit être précédée d’un préavis émanant d’une
organisation syndicale représentative. Ce préavis a pour obligation de
préciser les motifs du recours à la grève et doit parvenir sept(07) jours
francs avant le déclenchement de la grève ; il fixe le lieu, la date et
l’heure du début ainsi que la durée , limitée ou non de la grève. Celui
émane de la décision de l’assemblée générale des travailleurs de
l’entreprise. Pendant la durée du préavis, les organisations syndicales
et l’administration sont tenues de négocier sur les revendications
professionnelles.
Article 248-14 du code du travail Congolais.

-Dans le secteur public :


« Le droit de grève dans le service public sera limité par
l’institution d’un service minimum indispensable pour la
sauvegarde de l’intérêt général et organisé par l’employeur. Le
refus pour les salariés désignés par l’employeur d’assurer le
service minimum est constitutif de faute lourde ». Article 248-15
du code du travail Congolais.
Ainsi certaines catégories du personnel ont pour obligation
d’assurer un service minimal, même en période de grève. C’est le
cas des infirmiers, médecins, aides-soignants, des juges
judiciaires, des militaires,…

2-Dans le secteur privé

B/ GREVES PROSCRITES
EXPOSE DE DROIT SOCIAL : LES GREVES

7
Pour être effectuées, les grèves doivent entrainer un arrêt de travail
sinon il sera qualifié de « mouvement illicite ».
Dans ce sens, il existe plusieurs formes de grèves :

- La grève du zèle : Cette grève consiste à exécuter le travail en


appliquent à la lettre tous les règlements, afin d’en ralentir le plus
possible l’exécution. Cette grève n’en est pas une au sens juridique du
terme le but recherché par cette action est de ralentir le travail et de
diminuer l’efficacité de l’entreprise tout en demeurant à son poste afin
d’éviter les pertes de salaire et les sanctions légales.

- La grève perlée : C’est un ralentissement du travail sans pourtant


arrêter le travail. Cette grève est assimilable à la grève du zèle, car il
s’agit d’une exécution volontairement ralentie ou défectueuse du
travail. Dans ce type de grève, les salariés n’exécutent pas les
obligations stipulées dans le contrat de travail. Enfin, la grève perlée
ne remplit pas les conditions de validité de la grève, c’est ainsi qu’elle
est considérée comme illicite et passible de sanctions disciplinaires.

- Grève de solidarité : Ce mouvement est réfuté par la jurisprudence,


elle la considère tel un mouvement illicite, car les salariés « non-
grévistes » cessent le travail en signe de soutien envers les salariés
grévistes.

-La grève pour motif politique : Cette grève a pour intérêt politique et
ne vise en aucun cas une ou des revendications professionnelles. Elles
sont souvent déclenchées par un projet de loi dont l’objectif est
d’infléchir les positions des députés et indirectement du
gouvernement en place.
Article 248-4 du code travail Congolais.

EXPOSE DE DROIT SOCIAL : LES GREVES

8
BIBLIOGRAPHIE :

•Code du travail Congolais

EXPOSE DE DROIT SOCIAL : LES GREVES

Vous aimerez peut-être aussi