Vous êtes sur la page 1sur 10

ransr ura l

T initiatives n°486 / juin-juillet 2021 / 10 euros

•Amap : les 20 ans d’un mouvement


•S’unir contre l’artificialisation
•Pour le retour de la consigne
en Auvergne

Dossier
La forêt résiste à
l’industrialisation
sommaire
Transrural initiatives
est publiée par l’Adir, association d’édition de :

Le réseau des Centres d’initiatives pour valoriser


l’agriculture et le milieu rural (Civam), ce sont
plus de 200 associations qui défendent depuis
plus d’un demi siècle des enjeux tels que la pré-
servation de l’environnement, l’offre d’aliments
de qualité, l’élaboration d’un autre modèle énergétique, la pro-
motion d’une agriculture durable, le maintien d’un monde rural
facteur de cohésion sociale (www.civam.org).
Lieu de rencontres, d’échanges et vecteur d’inté-
gration socio-économique, le Mouvement rural de
vivre ensemble
jeunesse chrétienne (MRJC), propose aux jeunes
de treize à trente ans vivant à la campagne ou Mobilisation
qui l’envisagent, de s’engager avec d’autres pour 4 Lieux de culture : et s’ils étaient
l’amélioration de la qualité de vie, de leur environnement et de la
société qui les entoure par l’action, la réflexion, la recherche de sens
(vraiment) ouverts à tous·tes ?
et la formation. (www.mrjc.org). 5 La loi « séparatisme » menace
Le Réseau d’expérimentation et de liaison la liberté des associations
des initiatives en espace rural (Relier) consi-
dère qu’il est nécessaire de soutenir le déve- agriculture
loppement d’autres activités à la campagne
et, face aux interrogations de notre société, 6 Amap : les 20 ans d’un mouvement
qu’il est urgent de leur donner un sens : s’installer à la campagne,
monter une entreprise rurale, c’est d’abord faire le choix d’un Culture
mode de vie. Depuis 1984, l’association d’éducation populaire 8 Des artistes à domicile
Relier contribue à créer et animer des lieux d’échange et de mise contre l’isolement des séniors
en lien des personnes qui font le choix de s’installer et vivre en
milieu rural (www.reseau-relier.org). 9 Rassembler les gens un autre développement
Le centre de ressources sur les pratiques pour que vive le trad
et les métiers du développement local Portfolio
Cap Rural a pour vocation de promouvoir
le développement des territoires ruraux et
13 La Surcyclerie Bidouill’art
périurbains de Rhône-Alpes. Depuis 1996,
Cap Rural porte le projet d’espaces ruraux vivants aux fonctions
Agriculture
diversifiées (productive, résidentielle, touristique et nature), 18 Les régions perdent des
composés par une mixité de populations et d’activités, et met- ménager les ressources compétences mais gagnent
tant en œuvre de réelles dynamiques économiques, sociales et en autonomie
environnementales, dans le cadre de relations équitables avec
les espaces urbains (www.caprural.org). Mobilisation 19 Quel bilan de l’installation agricole ?
Le Réseau des Créfad est une 10 S’unir contre l’artificialisation
coordination d’associations se
initiative
reconnaissant dans des valeurs Agriculture 20 Pour le retour de la consigne
communes en référence au Manifeste de Peuple et Culture 12 Varennes-sur-Seine investit en Auvergne
comme l’éducation populaire, la laïcité, la lutte contre les iné-
galités, les injustices, ou encore dans l’entraînement mental. dans une ferme pour sa cantine 21 Ma bouteille s’appelle Reviens !
Ses membres travaillent les thèmes de l’accompagnement, de
l’habiter, de la vitalité des territoires ruraux, de la jeunesse, de
Chronique
l’interculturel, du rapport à la lecture et à l’écriture. Ils œuvrent 23 La guerre des mots – acte XLII
ensemble pour se renforcer, s’inspirer et se soutenir mutuelle-
ment, construire du neuf (www.reseaucrefad.org).
Directeur de publication : Raphaël Jourjon - Équipe
de rédaction permanente : Fabrice Bugnot,
Jade Lemaire - Ont participé à ce numéro :
Isabelle Barnier, Evelyne Boulongne, Michel Carré,
Benoît Chaboud-Mollard, Alain Chanard, David
Chomentowski, Élodie Coudert, Gabrielle de Dianous,
Félix Grippon, William Guillo, Raphaël Jourjon, Étienne
Martin.
Maquette : Catherine Boé
À vos stylos !
Impression : Evoluprint, Bruguière
Administration / Rédaction : Transrural initiatives est une revue participative, dans le sens où elle met en place un processus de rédac-
58 rue Regnault – 75 013 Paris tion collective avec différents acteurs en interaction (militants associatifs, animateurs, journalistes), ce qui
Tél. 01 48 74 52 88 permet également d’avoir un ancrage sur le terrain et de se faire le porte-voix d’initiatives locales. La revue
Site internet : www.transrural-
initiatives.org
est ouverte à vos propositions d’articles, écrits, réactions… Chaque mois, le comité de rédaction discute
Mail : transrural@globenet.org des sujets à traiter au téléphone et vous y êtes les bienvenus ! Vous pouvez aussi nous envoyer vos idées
d’articles, vos réactions ou des informations et ressources par mail ou en nous appelant. À vos stylos !

Crédit photo de la couverture : DR


et de la couverture du dossier : Larrousiney/C.C 2.0

Reproduction autorisée sous réserve de demande


– n°CPPAP : 0625D86792 – ISSN : 1165-6166 –
(Ré)abonnez-vous à Transrural initiatives
2 Transrural
Dépôt légal : mai 2021.
initiatives sur la boutique en ligne de la revue
éditorial

découvrir Fractures
24 BD
25 En revues
26 Au fil des lectures
I l devient compliqué, entre collègues, amis ou au sein des associations,
de parler sereinement des opinions et choix de chacun sur la vaccination
ou le « pass sanitaire ». Dans nombre de médias exprimer des doutes
sur la pertinence de la politique gouvernementale, les effets des vaccins
ou la validité de certaines données épidémiologiques passe mal. Mais cela
n’est que le reflet de fractures qui traversent l’ensemble de la société.
Le géographe de la santé Emmanuel Vigneron, dans une analyse de la couverture
vaccinale en France début juillet, révèle ainsi une fracture entre les villes et les
périphéries, entre les territoires riches et pauvres et entre le Nord et l’Ouest et

I à XII DOSSIER le Sud-est. « Vannes, Brest ou encore Saint-Malo et Rennes, se trouvent bien plus
vaccinés que les espaces au cœur de la région, qui constituent la “ périphérie ”. »
et il existe une « zone sous-vaccinée qui traverse les zones montagneuses et
La forêt résiste à l’industrialisation les territoires ruraux, allant des Hautes-Pyrénées et Pyrénées-Orientales jusqu’à
Les forêts françaises gagnent du terrain mais elles sont menacées par le Mulhouse et Besançon, en passant par le Lot, les Cévennes, le Massif central ou
changement climatique alors que leur diversité et leur résilience sont re- encore le Morvan.1 » De même, alors que les jeunes des communes les plus
mises en cause par le développement de monocultures, de coupes rases riches étaient 84 % à avoir reçu au moins une dose de vaccin, on n’en comptait
et d’une exploitation industrielle. Ce dossier réalisé avec Campagnes que 50 % dans les plus pauvres. Outre les difficultés d’accès évidentes dans
solidaires, outre un état des lieux de ces menaces, présente des initia- certains territoires et pour certaines personnes, ces données peuvent aussi
tives, analyses et témoignages de personnes engagées pour la protec- refléter des rapports différents au risque de la vaccination ou de la Covid-19,
tion des forêts, le développement d’une sylviculture douce et plus large- au pouvoir central, à la politique gouvernementale mais aussi des vécus
ment leur inscription dans nos vies en tant que bien commun. différents des restrictions, une sensibilité plus ou moins grande à certaines
informations ou des visions parfois opposées de la manière dont l’équilibre
entre liberté et sécurité2 doit se traduire dans la gestion de l’épidémie.
L’abandon du dialogue et de la prise en compte de l’avis des citoyens ou
même des parlementaires, alors que la crise se prolonge, ne pourra que
renforcer ces fractures et les inégalités qui se creusent depuis l’arrivée de la
Covid-19 au détriment des salariés précaires, des demandeurs d’emplois, des
jeunes, des exclus du numérique ou de la mobilité.... « On ne peut pas laisser
un individu seul, face à son ordinateur (...) Il faudrait du personnel, formé et qui
fait un travail d’éducation, expliquait Barbara Stiegler, philosophe et spécialiste
des questions de santé, dans un dialogue avec le député François Ruffin3.
On ne convainc pas les gens de se vacciner par la menace (…) Un vrai travail
de santé c’est multidirectionnel. Le médecin apprend énormément de choses
Larrousiney/C.C 2.0

aux patients mais il en apprend aussi. Le soir, dans son cabinet, fouille un peu
plus, consulte The Lancet, affine ses recommandations. Ce sont des processus de
co-éducation. C’est ce qui permet d’avancer collectivement ». C’est un peu ce
dernier principe qui, à Transrural, nous anime dans l’animation des comités
de rédaction et l’ouverture de nos colonnes à vos idées, avis et écrits.
Fabrice Bugnot, responsable de la rédaction

1 - Owww.lemonde.fr/planete/article/2021/07/25/covid-19-en-france-une-triple-
fracture-vaccinale_6089451_3244.html.

2 - Lire à ce sujet l’ouvrage des Créfad, Préférer la liberté à la sécurité (cf. p26).

3 - https://www.youtube.com/watch?v=Z_c9dcjC85k.

http://boutique.transrural-initiatives.org
vivre ensemble

Amap : les 20 ans d’un mouvement


agriculture

Nées des réflexions d’organisations de paysans, consommateurs


et écologistes et d’initiatives similaires développées en France et
ailleurs, les Associations pour le maintien de l’agriculture paysanne
(Amap) forment aujourd’hui un mouvement défendant l’instauration
d’une démocratie alimentaire et agricole territorialisée.

L es premières Amap sont nées


il y a vingt ans et on estime
en 2021 leur nombre à 2200
pour plus de 200 000 mangeurs et
mangeuses et environ 3700 fermes.
Mais d’où viennent-elles ? Pour le
Mouvement interrégional des Amap
(Miramap), elles ne proviennent
pas d’un «  couple d’inventeurs »
d’Aubagne mais plutôt d’un large
mouvement de contestation né
sur le plateau du Larzac et de mul-
tiples organisations reliant paysans,
consommateurs et écologistes.

Le 100ème singe
Au croisement de l’agriculture
paysanne, de l’agriculture biolo-
gique, de l’éducation populaire et
de l’économie sociale et solidaire,
les Amap se sont constituées en bouffe et le mouvement anti-OGM cultivés sans produits chimiques
réseaux à leur tour rassemblés au prend de l’ampleur. Les énormes de synthèse. Ce concept a traversé
sein du Miramap. Leurs objectifs dommages causés par l’agriculture l’Europe en passant par la Suisse,
sont d’accompagner les paysans industrielle en moins de cinquante l’Allemagne et l’Autriche. Aux États-
en Amap ou ceux qui souhaitent ans sont de plus en plus visibles : Unis les Community supported agri-
s’installer, d’aider à la création de disparition progressive des paysans culture (CSA) sont nées dans les
nouveaux groupes et d’influencer et des terres agricoles, appauvris- années 1980. En France, les Jardins
les décideurs publics pour créer une 1 - Qui regroupe dix sement des sols, perte de biodiver- de Cocagne ont proposé dès 1991
démocratie alimentaire et agricole principes dont l’ob- sité, production d’une alimentation des paniers de légumes cultivés
jectif est d’instaurer
territorialisée. une organisation de faible qualité nutritionnelle et par des personnes en insertion et
de la production contenant des pesticides favorisant d’autres expériences locales ont été
agricole au service
Contre la malbouffe de la souveraineté de graves problèmes de santé (obé- initiées un peu partout autour de
Reprenons depuis le début cette alimentaire des ter- sité, diabète, cancers, etc.)… paniers paysans. La Confédération
histoire, car les Amap puisent leur ritoires et permettre paysanne, née en 1987 pour opérer
à un maximum de
origine dans un creuset d’initia- paysans répartis sur Des produits sains une double rupture contre le mythe
tives et de réflexions multiples. À le territoire de vivre Dès les années 1970, des alterna- de l’unité du monde paysan et celui
la fin des années 1990, la confiance décemment de leur tives en lien avec les consomma- du productivisme, formule un projet
métier. Plus d’infos :
dans notre système alimentaire www.agricultu- teurs ont émergé. Au Japon, les de société : l’agriculture paysanne.
est ébranlée, notamment par la repaysanne.org/ Teikei furent les précurseurs des Cela se traduira notamment dans la
La-Charte-de-l-Agri-
crise de la vache folle. Le « démon- culture-paysanne. Amap. Des femmes, pour échap- Charte de l’agriculture paysanne1,
tage » du McDonald’s de Millau le per aux aliments pollués, se sont l’une des bases de celle des Amap.
12 août 1999 par des militants de la 2 - Plus d’infos : organisées pour acheter par avance En France, Nature et Progrès contri-


http://miramap.org/-
Confédération paysanne constitue Chantier-Charte-. et en direct la récolte de paysans bue aussi depuis 1964 à dévelop-
une action symbolique contre la mal- html. engagés à leur fournir des aliments per les méthodes de l’agriculture

6 Transrural initiatives n˚486 • juin - juil 2021


vivre ensemble
… biologique et des valeurs d’une Provence...) et d’éducation popu-
bio associative et solidaire. Sans
oublier Alliance paysans écologistes
laire (Attac, Slowfood...). La pre-
mière charte des Amap est adoptée en bref
consommateurs (Alliance PEC), en 2003. Rapidement le mouve-
une association née en 1991 qui a ment essaime partout en France et Habiter demain
apporté un soutien important à la se structure : des réseaux régionaux Depuis le 28 juin, il est possible de
création des Amap et défendu une ont vu le jour en Auvergne-Rhône- répondre au questionnaire lancé
autre politique agricole commune. Alpes, en Île-de-France, en Picardie, par le ministère du Logement sur
etc. Le Miramap est créé en 2010 « Habiter la France demain » pour
Un contrat solidaire avec pour objectif de renforcer leur comprendre l’évolution du regard
La première Amap est née dans ce cohésion à travers le partage d’une des Français·es sur leur cadre de
contexte il y a vingt ans. Après un éthique commune, de mutualiser les vie liée à la crise sanitaire. Le but de
débat sur la malbouffe organisé expériences et les pratiques et d’as- la démarche est de « faire émerger
par l’Association pour la taxation surer la représentation et la mise en une vision partagée d’un aména-
des transactions financières et pour valeur des Amap au niveau natio- gement “ sobre et humaniste ”,
l’action citoyenne (Attac) à Aubagne nal. Entre 2012 et 2014, un de ses avec des solutions concrètes à
le 4 février 2001, auquel participent premiers grands chantiers a été de mettre rapidement en œuvre. » On
des paysans de la Confédération réécrire collectivement une charte y parle inclusion, résilience ou en-
paysanne, un couple de paysans et plus adaptée au nouveau mouve- core tiers-lieux... de jolis mots dont
une trentaine de famille, certains ment2. Certains réseaux et Amap on aimerait attendre beaucoup.
décident de tenter l’expérience. Le n’ont pas souhaité une telle structu- https://habiterlafrancedemain.fr.  ■
pari est de lancer un mouvement ration du mouvement. Ils n’ont pas
solidaire sur une base simple à es- intégré le Miramap et ne se réfèrent Pour 100 euros de plus
saimer : un contrat entre un paysan pas à la nouvelle charte. Par la suite, Victoire ! L’Assemblée nationale
et un groupe de consommateurs qui différents chantiers sont lancés a adopté à l’unanimité en pre-
s’engagent à acheter par avance comme la participation au réseau mière lecture la proposition de loi
une partie de sa production sur une international Urgenci3, les échanges visant à revaloriser les pensions
durée de six mois ou plus contre de pratiques pour l’installation des des retraites agricoles les plus
des produits sains. Solidarité sur la porteurs de projet au sein du pôle faibles. L’augmentation mensuelle
durée avec les fermes et dialogue, Abiosol en Île-de-France, le déve- moyenne d’environ 100 € de la
engagement citoyen et convivialité, loppement de paniers solidaires et 3 - Réseau inter-
pension majorée de référence tou-
qualité des produits et vente di- d’une réflexion globale sur l’accessi- national d’acteurs
impliqués dans chera 210 000 bénéficiaires (aides
recte : les Amap visent aussi à créer bilité de l’alimentation de qualité… les partenariats familiaux et conjoint·es), dont deux
les conditions de la participation Le mouvement est de fait un labo- locaux solidaires
tiers de femmes. Reste au Sénat
entre producteurs
des citoyens et leur appropriation ratoire d’idées et d’expériences, et consommateurs à la valider à son tour… pour une
des enjeux agricoles et alimentaires dont certaines seront présentées un dont l’objectif est de application dès 2022 ?  ■
par le débat, les apprentissages et peu partout en France cet automne partager les risques
et les bienfaits
le partage des savoirs, selon les (cf. encadré) lors de rencontres ou- d’une agriculture Pas si nuisibles
principes de l’éducation populaire. vertes à tous pour fêter vingt ans paysanne.
Il va falloir composer avec eux : le
Elles défendent une relation de qua- d’existence. putois, la martre, la pie bavarde,
lité entre paysans et amapiens dans Évelyne Boulongne (Miramap) l’étourneau sansonnet ou encore
un cadre convivial favorisant le dia- le renard roux… Ces espèces, pour
logue, le lien social, la confiance et certaines menacées, ont été sorties
la coresponsabilité. de la liste des « nuisibles » dans

La structuration Amap en fêtes tout ou partie du territoire français


par un jugement du Conseil d’État
du mouvement Plusieurs évènements seront organisés cet automne
du 7 juillet qui annule partiellement
Dès lors, c’est parti comme un feu autour de l’anniversaire des 20 ans des Amap du 18
l’arrêté ministériel de 2019. Une
de paille. Alliance PEC Provence, le septembre au 10 octobre : visites de fermes, portes-
ouvertes, chantiers participatifs, ateliers, conférences,
avancée saluée mais aussi jugée
réseau régional des Amap, est mis insuffisante par les associations qui
en place en mai 2001, soutenue par etc. Un week-end est prévu à Marseille avec une journée
interne aux membres du mouvement le 2 octobre et avaient attaqué cet arrêté. ■
Alliance PEC national et des organi-
une ouverte au public le 3 octobre. Plus d’infos : https://
sations paysannes (Confédération
amap-en-fetes.org.
paysanne, Agribio Var, Bio de

n˚486 • juin - juil 2021 Transrural initiatives 7


DoSSIeR La forêt résiste
à l’industrialisation

L’
avenir de la forêt française est incertain. Certes, sa surface progresse depuis 150 ans.
● Balade en forêt : un état des lieux.............. II Mais elle se dégrade sous l’effet du changement climatique et des maladies qui
touchent des forêts de moins en moins résilientes. Depuis plus d’un demi-siècle,
les politiques françaises ont subventionné les plantations d’essences inadaptées
● « L’industrialisation de la forêt, et favorisé la monoculture puis les coupes rases (cf. p II) et l’industrialisation de
c’est aussi une forme de dépossession l’exploitation forestière. Un mouvement qui s’accélère depuis l’arrivée des machines dans les
citoyenne »................................................... IV années 2000 et plus récemment avec le développement de centrales à biomasse. Le parallèle
avec l’agriculture est évident : un marché international non régulé qui pousse à l’augmentation
de la productivité, détruit les industries locales et l’emploi en France et participe à la déforesta-
● La méga-scierie de Mazamet a du plomb tion ailleurs ; un poids démesuré des industriels et grands propriétaires ; des subventions qui
dans l’aile...................................................... VI encouragent une production intensive ; une perte des savoir-faire...
Comme en agriculture, toutefois, des travailleurs de la forêt, des naturalistes et des citoyens dé-
● La forêt des luttes.......................................VII fendent les parcelles menacées par des grands projets inutiles et imposés, acquièrent des terres
pour défendre une exploitation raisonnée de la forêt, développent des circuits courts du bois et
● Cultiver une forêt d’initiatives..................VIII le débardage à cheval, créent des coopératives pour cultiver et valoriser le bois localement… La
forêt s’immisce aussi dans les exploitations agricoles avec le développement de l’agroforesterie
et des éleveurs retournent dans les forêts pour le pâturage, dans une recherche de cohérence
● Un groupement pour sauver les feuillus...IX agronomique. Ce mouvement pour développer une sylviculture douce, qui respecte la multi-
fonctionnalité des forêts et de leur usages – au-delà d’une simple réserve de loisirs, de bois
● Le routard reprend racine..........................X ou de carbone – a trouvé de nombreux soutiens dans les territoires forestiers du Limousin, du
Morvan, du Jura, des Pyrénées, de Dordogne... La forêt est aussi un lieu que l’on habite et que
l’on défend. Au-delà, comme le montre le travail d’associations, de syndicats de l’Office national
● Une coopérative forestière des forêts, de paysans et de certains élus pour lutter contre les coupes rases, l’idée de la forêt
par et pour les paysan·nes.......................XI comme bien commun au service de l’intérêt général, progresse. Quand passera-t-elle le plafond
de verre de la représentation nationale ?
● Des plaquettes sortent Ce dossier a été conçu et rédigé avec Campagnes Solidaires, le mensuel de la Confédération paysannne.
et des animaux entrent dans les bois.......XII Plus d’infos : www.confederationpaysanne.fr/campagnes_solidaires.php

n˚486 • juin - juil 2021 Transrural initiatives I


un autre développement
Elle a reçu l’appui aussi de collectivi-
tés telles que la Commune de Saint
Germain Lembron.

Création d’une Scic


L’objectif est qu’au terme de ces
phases exploratoire et expérimen-
tale, fin 2022, l’association de pré-
figuration du projet, la Pampa, cède
sa place à une société coopérative
d’intérêt collectif (Scic). Celle-ci pour-
rait rassembler trois types de socié-
taires : les salariés, les bénéficiaires
(producteurs, transformateurs, dis-
tributeurs de la région) et les parte-
naires et collectivités. Ses activités
seront sans doute très diverses :
lavage de contenants en verre, logis-
tique, achats mutualisés, sensibilisa-

… entre autres sur le dimensionnement


des ressources financières, humaines
cluant une recherche de subventions.
L’association bénéficie déjà du sou-
tion à la consigne… et pourquoi pas
d’autres activités nécessaires à son
bon fonctionnement.
et matérielles nécessaires et la consti- tien financier de l’Ademe, Citéo et ■ Élodie Coudert,
tution d’un plan de financement in- de la région Auvergne-Rhône-Alpes. animatrice FR Civam Auvergne

Ma bouteille s’appelle Reviens !


initiative

Une association drômoise a mis en place un système de


consignes de bouteilles en verre malgré les défis logistiques
et économiques, grâce à une mobilisation des producteurs,
magasins et consommateurs.

C hez les écolos, la plupart voit


ça comme une évidence 
le système de consigne de
bouteilles en verre permettrait d’éco-
nomiser de la matière première, et
:
le système Ma bouteille s’appelle
Reviens1.
Au cœur de la filière de récupération-
réemploi, une chaîne de lavage basée
à Chabeuil près de Valence, a démar-
vallée du Rhône, les vergers occupent
une place importante et nombre de
producteurs vendent des jus ou com-
potes le plus souvent embouteillés
sur l’exploitation.
peut-être d’autres facteurs de produc- ré mi-2019. Les lots de bouteilles y Le nœud de l’organisation est en fait
tion. Cela semblerait plus logique que arrivent triés, une première étape la logistique qui permet aux bouteilles
de les jeter en vrac dans les conte- permet de décoller les étiquettes, jus- vendues et dispersées de revenir. Il y
neurs à verre. Mais la faisabilité tech- tement fixées avec une colle soluble a donc d’abord une gestion de la col-
nique et économique se complexifie, dans l’eau. Elles ressortent ensuite lecte. Elle se fait le plus souvent dans
il ne s’agit plus de laver ses pots de prêtes à être revendues aux produc- des magasins partenaires tels les
confiture à la maison… Le nombre teurs. L’objectif pour 2021 est de Biocoop et magasins de producteurs
de problèmes à résoudre devient passer à 500 000 bouteilles traitées. dont sont membres les arboriculteurs.
impressionnant. Sans être impos- L’année 2020 avait déjà permis d’en Au total, environ 80 partenaires sont
sible, puisque en Drôme et Ardèche, traiter 100 000. Sur le territoire existe inscrits sur la carte disponible en
l’association Locaverre est en train de
prouver que cela peut marcher avec
un vrai gisement de bouteilles à laver
puis redistribuer. En plein cœur de la
1 - www.ma-bou-
teille.org.
ligne. L’association anime la moti-
vation de récupération grâce à un …
n˚486 • juin - juil 2021 Transrural initiatives 21
un autre développement

d’autres circuits : des producteurs par


exemple récupèrent leurs propres
pots de yaourt pour les faire laver par
Locaverre sous forme de prestation.
Enfin certains producteurs appliquent
une consigne monétaire.
Sans forcément apporter un gain
économique (cela dépend beaucoup
de l’organisation de chaque unité de
production), cela permet toutefois aux
producteurs de disposer sur place
d’un gisement de bouteilles et de ne
pas dépendre de la livraison parfois
chaotique de bouteilles neuves ven-
dues par les grands verriers. Dans
leurs très grosses unités de fabrica-
tion, un incident tel une grève ou une
panne peut mettre à mal toute une
région. L’unité locale de lavage sécu-
rise l’approvisionnement.

Le noeud de
l’organisation est en
fait la logistique qui
Locaverre permet aux bouteilles
vendues et dispersées
Plusieurs outils de communication, sacs et contenants pour la collecte sont proposés aux partenaires sur le site internet de revenir
… gros investissement « marketing » :
les bacs de récupération sont esthé-
lorsque le climat le permet. Il parti-
cipe à trois magasins de producteurs
de l’association.
Du côté de Locaverre, on n’en est
pas encore au rythme de croisière.
tiques, attrayants et valorisent le et assure une partie de la logistique L’association espère atteindre l’équi-
geste citoyen et l’ancrage dans le ter- de récupération dans ces trois sites. libre en 2023, équilibre chiffré à 1,5
ritoire. Fini, les gros conteneurs plus « Je n’y gagne rien, cela me prend million de bouteilles traitées par an,
ou moins sales que l’on trouvait dans même du temps. Mais ça remaille en augmentant les emplois d’insertion
un coin d’arrière-boutique. « J’habite le tissu local, c’est dans mes convic- de 3 à 7. Ce volume permettra de vivre
ici, j’achète ici, je recycle ici » est le tions », précise ce producteur engagé sans subventions autres que les aides
message adressé aux habitants de depuis le début du projet. Il regrette spécifiques à l’insertion, qui ne cou-
ces zones devenues péri-urbaines qui en passant que le marché soit domi- vrent que le coût de l’accompagne-
sont incités à participer à un projet de né par les grands verriers multina- ment social, mais pas celui du travail.
territoire. L’idée est que le tri soit fait tionaux tels Saint-Gobain. « Ceux-ci Pour atteindre ce volume, l’association
à la source. Pour cela, différents mo- imposent sur le marché leurs modèles veut convaincre les viticulteurs d’adhé-
dèles de bacs payants ont été déve- de bouteilles. Ils ont aussi obtenu le rer à leur tour à la démarche. Au-delà
loppés en fonction de chaque type de monopole de la récup du verre en de son développement, l’association
verrerie et modulables pour s’adapter conteneurs. Ils privilégient des bou- Locaverre collabore au niveau natio-
à l’espace dont dispose le magasin teilles pensées ”à usage unique” », nal avec différents partenaires, dont la
collecteur de bouteilles vides. explique Jean-François Chosson. Les Fédération des magasins Biocoop ou
Les producteurs sont aussi parfois modèles courants sont un peu fra- le Réseau Consigne pour essaimer le
mis à contribution. Jean-François giles pour le réemploi en boucle, car à modèle et soutenir la dizaine de pro-
Chosson, arboriculteur, produit envi- terme les stérilisations successives les jets en émergence.
ron 10 000 bouteilles de jus par an, rendent plus cassables. Il existe aussi ■ Isabelle Barnier

22 Transrural initiatives n˚486 • juin - juil 2021


vous abonner e sur :
uvez lign
Vous po r un numéro eniatives.org
Transrural ou c
t
o
t
m
p:
m
//
ande ansrural-init
bou e.tr
tiqu

Transrural
h
initiatives
La revue associative des territoires ruraux
Transrural initiatives est une revue bimestrielle portée par des organisations de dévelop- ier-février 2018
/ 10 euros
initiatives n°466 / janv

pement agricole et rural qui se reconnaissent dans les valeurs de l’éducation populaire.
En s’appuyant sur un comité de rédaction composé d’acteurs du développement rural
(animateurs, militants associatifs), associés à des journalistes, elle propose une lecture
de l’actualité et des enjeux concernant les espaces ruraux qui privilégie les réalités de ter-
rain et valorise des initiatives locales et innovantes. La revue appréhende ces territoires
dans la diversité de leurs usages et met en avant des espaces où il est possible d’habi-
ter, de se déplacer, de s’instruire, de se cultiver, de produire, de se distraire et de tisser
des liens. Ces expériences locales illustrent concrètement des alternatives au modèle
de développement économique dominant, marqué par la mise en concurrence géné- • SE SENTIR DE NOU
VEAU ACTEUR
• « ZAD WILL SUR
VIVE »
ralisée, la disparition des solidarités et l’exploitation aveugle des ressources naturelles. •SIX MOIS D’ÉTAT
S GÉNÉRAUX, POUR
QUOI ?
Transrural entend sortir de la morosité ambiante et invite à l’action ! Dans chaque
QUEL MONDE LES NO
numéro, un dossier thématique permet d’approfondir une question (ex. : Agriculture RMES CONSTRUISE Dossier
et société : vers un nouveau contrat ; Repenser l’accueil des migrants dans les terri- NT-ELLES ?
?
toires ruraux ; Les champs de la culture revisités…).
Sans publicité, la revue assure son fonctionnement et son indépendance grâce aux abonnements.

Bon d’abonnement
Pour un abonnement d’un an (6 numéros de 40 pages) :
● Tarif normal (individus) : 55 € ;
● Tarif réduit (étudiants, chômeurs, temps partiel subi, abo. groupés – à partir de 5 personnes) : 45 € ;
● Tarif associations : 60 € ; Tarif institutions (collectivités, bibliothèques…) : 90 € ;
● À l’étranger : tarif normal : 65 € ; tarif institution : 95 €.

Société :................................................................ Nom - Prénom : ..................................................................................


Adresse : ..............................................................................................................................................................................
.............................................................................................................................................................................................
CP/Ville : ....................................................... Tél. / mail (en cas de retour de numéros) : ............................................................
Je souhaite recevoir une facture : r OUI r NON

Si vous souhaitez faire découvrir la revue,


indiquez ici les coordonnées de la personne de votre choix, nous lui enverrons un numéro :
Nom : .............................................................................................................. Prénom : ...........................................................................................................

Adresse : ......................................................................................................................................................................................................................................
............................................................................................................................ Mail :....................................................................................................................
Réglement par chèque à l’ordre de Transrural initiatives ou par mandat administratif
Transrural initiatives - 58, rue Regnault - 75013 Paris
transrural@globenet.org
« La Guerre des mots »
... en livre !
Redécouvrez cinq années de chroniques compilées et enrichies
de textes inédits et de dessins de Pinter, dans Le Pouvoir des
mots – Se réapproprier le vocabulaire dominant pour transformer
la société.
Les médias, les institutions ou encore le monde universitaire nous
abreuvent quotidiennement de mots qui, lancés dans le débat public,
peuvent se draper d’une fausse ambition de transformation sociale
ou au contraire, nous déposséder de leur pouvoir subversif initial. Ces
mots, généralisés dans les discours, les représentations, les idées, se
muent ainsi en « cheval de Troie » d’une grammaire au service d’un mo-
dèle de développement dominant. Contribuer à retrouver le sens origi-
nel de ces mots, tenter de les redéfinir ou au contraire de déconstruire
l’imaginaire qu’ils véhiculent, telle est l’ambition de ce recueil d’une
centaine de pages.
Il regroupe 40 mots d’actualités qui ont été disséqués, décortiqués et
désossés dans la chronique La guerre des mots, pour en extraire le
sens, ainsi que des réflexions permettant à son auteur et aux lecteurs
de se les réapproprier.
Pour en savoir plus :
www.transrural-initiatives.org/le-pouvoir-des-mots

Bon de commande du recueil de chroniques


Le Pouvoir des mots
Pour (cocher la case correspondante et remplir le cas échéant) :
1 exemplaire du recueil Le Pouvoir des mots à 10 euros
........... exemplaires du recueil Le Pouvoir des mots à .......... euros
Frais de port à ajouter (pour 1 exemplaire : 4 €, 2 à 3 exemplaires : 6 €, 4 exemplaires et + : 8 €) : ......... euros

Nom / Prénom / Société :.................................................................................................................................................................

Adresse : .........................................................................................................................................................................................

CP/Ville :......................................................................... Tél./mail (en cas de retour) :...................................................................


Je souhaite recevoir une facture : oui non
Règlement par chèque à l’ordre de l’Adir : Adir – 58 rue Régnault – 75013 Paris
transrural@globenet.org

Vous aimerez peut-être aussi