Vous êtes sur la page 1sur 53

PCSI 1 2010/2011

Formules
de mathématiques
pour la PCSI
Sabrina BERGEZ
2
Table des matières

1 Algèbre 7
1.1 Algèbre générale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.1.1 Ensembles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.1.2 Nombres complexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.1.3 Trigonométrie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.1.4 Dénombrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
1.1.5 Structures algébriques usuelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
1.1.6 Polynômes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
1.2 Algèbre linéaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
1.2.1 Dimensions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
1.2.2 Matrices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
1.2.3 Déterminants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
1.3 Algèbre bilinéaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
1.3.1 Espaces préhilbertiens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
1.3.2 Espaces euclidiens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
1.3.3 Automorphismes orthogonaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15

2 Analyse 17
2.1 Suites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
2.1.1 Suites usuelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
2.1.2 Sommes usuelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
2.1.3 Opérations sur les limites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
2.1.4 Opérations sur les relations de comparaison . . . . . . . . . . 19
2.1.5 Comparaison des suites de référence . . . . . . . . . . . . . . . 19
2.1.6 Inégalités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
2.2 Fonctions usuelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
2.2.1 Trigonométrie hyperbolique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
2.2.2 Fonctions circulaires réciproques et hyperboliques réciproques 22
2.2.3 Inégalités usuelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
2.3 Limites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
2.3.1 Opérations sur les limites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
2.3.2 Opérations sur les relations de comparaison . . . . . . . . . . 24
2.3.3 Taux d’accroissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
2.3.4 Equivalents usuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
2.3.5 Croissances comparées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25

3
2.4 Dérivation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
2.4.1 Formules de dérivation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
2.4.2 Dérivation des fonctions usuelles . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
2.4.3 Développements limités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
2.4.4 Formules de Taylor . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
2.5 Intégration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
2.5.1 Primitives usuelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
2.5.2 Inégalités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
2.5.3 Sommes de Riemann . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
2.5.4 Changements de variables usuels . . . . . . . . . . . . . . . . 32
2.6 Equations différentielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
2.6.1 Equations différentielles linéaires d’ordre 1 . . . . . . . . . . . 33
2.6.2 Equations différentielles linéaires d’ordre 2 à coefficients constants 33

3 Géométrie 37
3.1 Géométrie affine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
3.1.1 Géométrie du plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
3.1.2 Géométrie de l’espace . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
3.2 Géométrie différentielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
3.2.1 Etude globale des courbes paramétrées . . . . . . . . . . . . . 40
3.2.2 Etude locale des courbes paramétrées . . . . . . . . . . . . . . 42
3.2.3 Etude métrique des courbes paramétrées . . . . . . . . . . . . 43
3.3 Coniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
3.3.1 Equations cartésiennes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
3.3.2 Représentations paramétrées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
3.3.3 Etude bifocale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47

4
Lettres grecques

Nom Majuscule Minuscule


alpha A α
beta B β
gamma Γ γ
delta ∆ δ
epsilon E ε
zeta Z ζ
eta H η
theta Θ θ ou ϑ
iota I ι
kappa K κ
lambda Λ λ
mu M µ
nu N ν
xi Ξ ξ
omicron O o
pi Π π ou $
rho P ρ
sigma Σ σ ou ς
tau T τ
upsilon Υ υ
phi Φ φ ou ϕ
chi X χ
psi Ψ ψ
omega Ω ω

5
6
Chapitre 1

Algèbre

1.1 Algèbre générale


1.1.1 Ensembles
Distributivité de la réunion et de l’intersection :
Soit E un ensemble, soient A, B, C des sous-ensembles de E,

A ∪ (B ∩ C) = (A ∪ B) ∩ (A ∪ C)

A ∩ (B ∪ C) = (A ∩ B) ∪ (A ∩ C)
Complémentaire :
Soit E un ensemble, soient A, B des sous-ensembles de E,

CE (A ∪ B) = CE A ∩ CE B CE (A ∩ B) = CE A ∪ CE B

Produit cartésien :
Soient E, F , G et H des ensembles,

(E × F ) ∪ (E × G) = E × (F ∪ G)

(E × F ) ∪ (G × F ) = (E ∪ G) × F
(E × F ) ∩ (G × H) = (E ∩ G) × (F ∩ H)

1.1.2 Nombres complexes


Partie réelle, partie imaginaire :
Soit z ∈ C,
z + z̄ z − z̄
Re(z) = Im(z) =
2 2i
| Re(z)| ≤ |z| | Im(z)| ≤ |z|

7
Racines nièmes de l’unité :
Soit n ≥ 2,
2ikπ
Un = {e n , k ∈ [[0, n − 1]]}
n−1
2ikπ
X
e n =0
k=0

1.1.3 Trigonométrie
Formules d’Euler :
Soit θ ∈ R,
eiθ + e−iθ eiθ − e−iθ
cos(θ) = sin(θ) =
2 2i

Formule de Moivre :
Soit θ ∈ R, soit n ∈ Z,

(cos θ + i sin θ)n = cos(nθ) + i sin(nθ)

Quelques valeurs :
 √ √
cos π6 = 23 π 2
cos π3 =√21
 
cos 4
= √2
2
π
sin π3 = 23
 1 π

sin 6 = 2 sin 4
= 2

Formules élémentaires :
Soit t ∈ R,
cos(−t) = cos(t) sin(−t) = − sin(t)
cos(π − t) = − cos(t) sin(π − t) = sin(t)
cos(π + t)= − cos(t) sin(π + t)= − sin(t)
cos π2 − t = sin(t) sin π2 − t = cos(t)

Formules d’addition :
Soient a, b ∈ R,
cos(a + b) = cos a cos b − sin a sin b
cos(a − b) = cos a cos b + sin a sin b
sin(a + b) = sin a cos b + sin b cos a
sin(a − b) = sin a cos b − sin b cos a

π π π
Si (a 6≡ 2
mod π), (b 6≡ 2
mod π) et (a + b 6≡ 2
mod π), alors
tan a + tan b
tan(a + b) =
1 − tan a tan b

8
π π π
Si (a 6≡ 2
mod π), (b 6≡ 2
mod π) et (a − b 6≡ 2
mod π), alors
tan a − tan b
tan(a − b) =
1 + tan a tan b

Formules de l’angle double :


Soit a ∈ R,

cos(2a) = cos2 (a) − sin2 (a) = 1 − 2 sin2 (a) = 2 cos2 (a) − 1

sin(2a) = 2 cos(a) sin(a)


π π
Si (a 6≡ 2
mod π) et (a 6≡ 4
mod π2 ),

2 tan(a)
tan(2a) =
1 − tan2 (a)

Formules de l’angle moitié :


θ

Soit θ ∈ R tel que (θ 6≡ π mod 2π). On pose t = tan 2
.

1 − t2 2t
cos θ = sin θ =
1 + t2 1 + t2
π
Si, de plus, (θ 6≡ 2
mod π),
2t
tan θ =
1 − t2

Conversion de produits en sommes :


Soient a, b ∈ R,
1
cos a cos b = (cos(a + b) + cos(a − b))
2
1
sin a sin b = (cos(a − b) − cos(a + b))
2
1
sin a cos b = (sin(a + b) + sin(a − b))
2

Conversion de sommes en produits :


Soient p, q ∈ R,    
p+q p−q
cos p + cos q = 2 cos cos
2 2

9
   
p+q p−q
cos p − cos q = −2 sin sin
2 2
   
p+q p−q
sin p + sin q = 2 sin cos
2 2
   
p+q p−q
sin p − sin q = 2 cos sin
2 2

1.1.4 Dénombrement
Combinaisons :
Soient n ∈ N et p ∈ [[0, n]],
     
n n! n n
= =
p p!(n − p)! p n−p
n
X n n  
X n
= 2n (−1)k
=0
k k
k=0 k=0

Triangle de Pascal :
Soient n ∈ N∗ et p ∈ [[1, n − 1]],
     
n n−1 n−1
= +
p p p−1

Formule du binôme de Newton :


Soient x, y ∈ C, soit n ∈ N,
n  
n
X n
(x + y) = xk y n−k
k
k=0

Cardinaux :
Soient E et F deux ensembles finis, soit A une partie de E,

Card(CE A) = Card(E) − Card(A)

Card(E ∪ F ) = Card(E) + Card(F ) − Card(E ∩ F )

Card(E × F ) = Card(E). Card(F )

Card(F(E, F )) = Card(F )Card(E)

Card(P(E)) = 2Card(E)

10
1.1.5 Structures algébriques usuelles
Formule du binôme de Newton :
Soit (A, +, .) un anneau, soient x, y ∈ A tels que x.y = y.x, soit n ∈ N,
n  
n
X n
(x + y) = xk y n−k
k
k=0

Formule de factorisation :
Soit (A, +, .) un anneau, soient x, y ∈ A tels que x.y = y.x, soit n ∈ N∗ ,
n−1
X
n n
x − y = (x − y) xn−1−k y k
k=0

1.1.6 Polynômes
Equations du second degré :
Soient a, b, c ∈ C avec a 6= 0.
Le discriminant de l’équation aX 2 + bX + c = 0 est :

∆ = b2 − 4ac.

Soit δ une racine carrée de ∆.


Si ∆ = 0, l’équation aX 2 + bX + c = 0 admet une racine double :
b
− .
2a
Si ∆ 6= 0, l’équation aX 2 + bX + c = 0 admet deux racines distinctes :
−b + δ −b − δ
et .
2a 2a
Notons, dans tous les cas, α et β les racines (distinctes ou non) de aX 2 + bX + c = 0,
alors :
b c
α+β =− αβ =
a a

Degré :
Soit K = R ou C, soit P, Q ∈ K[X],

deg(P + Q) ≤ max(deg P, deg Q)

si deg P 6= deg Q, deg(P + Q) = max(deg P, deg Q)


deg(P Q) = deg(P ) + deg(Q)
deg(P ◦ Q) = deg(P ). deg(Q)

11
Formule de Taylor :
Soit K = R ou C, soit P ∈ K[X], soit α ∈ K et soit N ≥ deg(P ),
N
X P (n) (α)
P (X) = (X − α)n
n=0
n!

Relations coefficients-racines Pn : j
Soit K = R ou C, soit P = j=0 aj X ∈ K[X] avec an 6= 0 scindé de racines
x1 , . . . , xn , soit k ∈ [[1, n]],
k
X Y an−k
xij = (−1)k
1≤i1 <i2 <···<ik ≤n j=1
an

1.2 Algèbre linéaire


1.2.1 Dimensions
Produit cartésien :
Soit K = R ou C, soient E et F des K-espaces vectoriels de dimension finie.
dim(E × F ) = dim E + dim F
Sommes :
Soit K = R ou C, soit E un K-espace vectoriel de dimension finie et soient F et G
des sous-espaces vectoriels de E.
dim(F + G) = dim F + dim G − dim(F ∩ G)
dim(F ⊕ G) = dim F + dim G
Applications linéaires :
Soit K = R ou C, soient E et F des K-espaces vectoriels de dimension finie.
dim L(E, F ) = dim E. dim F dim E ∗ = dim E
Matrices symétriques et antisymétriques :
Soit K = R ou C, soit n ∈ N∗ .
n(n + 1) n(n − 1)
dim Sn (K) = dim An (K) =
2 2

1.2.2 Matrices
Produit matriciel :
Soit K = R ou C, soient n, p, q ∈ N∗ , soit A = (ai,j ) ∈ Mn,p (K) et
soit B = (bi,j ) ∈ Mp,q (K). Posons C = AB = (ci,j ) ∈ Mn,q (K).
p
X
∀i ∈ [[1, n]] , ∀j ∈ [[1, q]] , ci,j = ai,k bk,j
k=1

12
Changement de base :
Soit K = R ou C, soit E et F deux K-espaces vectoriels de dimension finie.
Soient B et B 0 des bases de E, soient C et C 0 des bases de F .
Soient P = Pass(B, B 0 ) et Q = Pass(C, C 0 ).

∀f ∈ L(E, F ), MatB0 ,C 0 (f ) = Q−1 MatB,C (f )P


∀f ∈ L(E), MatB0 (f ) = P −1 MatB (f )P
Transposée et inverse :
Soit K = R ou C, soit n, p, q ∈ N∗ ,
t
∀A ∈ Mn,p (K), ∀B ∈ Mp,q (K), (AB) = tB tA
∀A, B ∈ GLn (K), (AB)−1 = B −1 A−1
∀A ∈ GLn (K), ( tA)−1 = t(A−1 )
Trace :
Soit K = R ou C, soient n, p ∈ N∗ , soient A ∈ Mn,p (K), B ∈ Mp,n (K),
tr(AB) = tr(BA)
Rang :
Soit K = R ou C, soient n, p, q ∈ N∗ ,
∀A ∈ Mn,p (K), rg A ≤ min(n, p)
∀A ∈ Mn,p (K), ∀P ∈ GLp (K), rg(AP ) = rg A
∀A ∈ Mn,p (K), ∀Q ∈ GLn (K), rg(QA) = rg A
∀A ∈ Mn,p (K), ∀B ∈ Mp,q (K), rg(AB) ≤ min(rg A, rg B)
∀A ∈ Mn,p (K), rg( tA) = rg A

1.2.3 Déterminants
Calcul de l’inverse :
Soit K = R ou C, soit n ∈ N∗ , soit A ∈ GLn (K).
1 t
A−1 = Com(A)
det A
Formules de Cramer :
Soit K = R ou C, soit n ∈ N∗ , soit A = (ai,j ) ∈ GLn (K), soient X = (xi ) ∈ Mn,1 (K)
et B = (bi ) ∈ Mn,1 (K). Le système linéaire AX = B admet une unique solution
définie par :

a1,1 . . . a1,j−1 b1 a1,j+1 . . . a1,n

1 a2,1 . . . a2,j−1 b2 a2,j+1 . . . a2,n
∀j ∈ [[1, n]] , xj = . .. .. .. .. .. ..
det A .. . . . . . .

an,1 . . . an,j−1 bn an,j+1 . . . an,n

13
Déterminant de Vandermonde :
Soit K = R ou C, soit n ∈ N∗ , soient a1 , . . . , an ∈ K.

1 a1 a2 . . . an−1
1 1
1 a2 a2 . . . an−1
2 2
Y
= (aj − ai )

.. .. .. .. ..
. . . . .
1≤i<j≤n
1 an a2n . . . an−1

n

1.3 Algèbre bilinéaire


1.3.1 Espaces préhilbertiens
Identité du parallélogramme :
Soit E un espace préhilbertien muni du produit scalaire (.|.) et de la norme k.k.
∀x, y ∈ E, kx + yk2 + kx − yk2 = 2(kxk2 + kyk2 )
Identité de polarisation :
Soit E un espace préhilbertien muni du produit scalaire (.|.) et de la norme k.k.
1
∀x, y ∈ E, (x|y) = (kx + yk2 − kx − yk2 )
4
Inégalité de Cauchy-Schwarz :
Soit E un espace préhilbertien muni du produit scalaire (.|.) et de la norme k.k.
∀x, y ∈ E, |(x|y)| ≤ kxkkyk
avec égalité si et seulement si la famille (x, y) est liée.

Inégalité de Minkowski :
Soit E un espace préhilbertien muni du produit scalaire (.|.) et de la norme k.k.
∀x, y ∈ E, kx + yk ≤ kxk + kyk
Orthogonalité :
Soit E un espace préhilbertien muni du produit scalaire (.|.) et de la norme k.k.
Soient A et B des parties de E.
A ∩ A⊥ ⊂ {0} A ⊂ A⊥⊥ A⊥ = (Vect A)⊥
A ⊂ B ⇒ B ⊥ ⊂ A⊥
Soient F et G des sous-espaces vectoriels de E.
(F + G)⊥ = F ⊥ ∩ G⊥ F ⊥ + G⊥ ⊂ (F ∩ G)⊥
Théorème de Pythagore :
Soit E un espace préhilbertien muni du produit scalaire (.|.) et de la norme k.k.
Soit n ∈ N∗ et soit (xi )i∈[[1,n]] une famille orthogonale de E.
2
X n X n
x = kxi k2

i

i=1 i=1

14
1.3.2 Espaces euclidiens
Calculs dans une base orthonormée :
Soit E un espace euclidien muni du produit scalaire (.|.) et de la norme k.k.
Soit (e1 , . . . , en ) une base orthonormée de E.
n
X
∀x ∈ E, x = (x|ei )ei
i=1

n
X
∀x, y ∈ E, (x|y) = (x|ei )(y|ei )
i=1
n
X
2
∀x ∈ E, kxk = (x|ei )2
i=1

Orthogonalité :
Soit E un espace euclidien muni du produit scalaire (.|.) et de la norme k.k.
Soient F et G des sous-espaces vectoriels de E.

F ⊕ F⊥ = E F ⊥⊥ = F

(F ∩ G)⊥ = F ⊥ + G⊥
Orthonormalisation de Gram-Schmidt :
Soit E un espace euclidien muni du produit scalaire (.|.) et de la norme k.k. Soit
(u1 , . . . , un ) une base de E.
Il existe une unique base orthonormée (e1 , . . . , en ) de E telle que :

∀k ∈ [[1, n]] , Vect(e1 , . . . , ek ) = Vect(u1 , . . . , uk ) et (ek |uk ) > 0

Cette base est définie par :


1
f1 = u1 e1 = f1
kf1 k
k
X 1
∀k ∈ [[1, n − 1]] , fk+1 = uk+1 − (uk+1 |ei )ei ek+1 = fk+1
i=1
kfk+1 k

1.3.3 Automorphismes orthogonaux


Groupe orthogonal du plan :
Soient
 θ, ϕ ∈ R. 
cos θ − sin θ
est la matrice d’une rotation vectorielle plane d’angle θ
 sin θ cos θ 
cos ϕ sin ϕ
est la matrice d’une réflexion vectorielle plane par rapport à la
sin ϕ − cos ϕ
droite d’angle polaire ϕ2 dans la base dans laquelle est donnée la matrice.

15
Groupe orthogonal de l’espace :

Soit f un automorphisme orthogonal de l’espace.


Alors f est ou bien une rotation d’angle θ d’axe dirigé par le vecteur unitaire u ou
bien la composée commutative d’une rotation d’angle θ d’axe dirigé par le vecteur
unitaire u et d’une réflexion par rapport à un plan orthogonal à l’axe de la rotation.
Dans tous les cas :

∀x ∈ (Vect u)⊥ , (x|f (x) = cos θkxk2 x ∧ f (x) = sin θkxk2 u

De plus :
Si det f = 1, tr(f ) = 2 cos θ + 1
Si det f = −1, tr(f ) = 2 cos θ − 1

16
Chapitre 2

Analyse

2.1 Suites
2.1.1 Suites usuelles
Suites arithmétiques :
Soit N0 ∈ N. Soit (un )n≥N0 une suite arithmétique de raison r ∈ C, c’est-à-dire :

∀n ≥ N0 , un+1 = un + r

Alors :
∀n ≥ N0 , un = uN0 + r(n − N0 )
Suites géométriques :
Soit N0 ∈ N. Soit (un )n≥N0 une suite géométrique de raison q ∈ C, c’est-à-dire :

∀n ≥ N0 , un+1 = qun

Alors :
∀n ≥ N0 , un = q n−N0 uN0
Suites arithmético-géométriques :
Soit N0 ∈ N. Soit (un )n≥N0 une suite géométrique, c’est-à-dire telle qu’il existe
a, b ∈ C tels que :
∀n ≥ N0 , un+1 = aun + b
Alors, si a 6= 1 :
 
b
la suite un − est géométrique de raison a.
1−a n≥N0

17
Suites récurrentes linéaires d’ordre 2 à coefficients constants :
Soient a, b ∈ C avec b 6= 0. Soit (un ) une suite définie par :

∀n ∈ N, un+2 = aun+1 + bun

Soit P = X 2 − aX − b, le polynôme caractéristique associé.


• Si P admet deux racines distinctes r1 et r2 , alors il existe A, B ∈ C tels que :

∀n ∈ N, un = Ar1n + Br2n

• Si P admet une racine double r, alors il existe A, B ∈ C tels que :

∀n ∈ N, un = (A + nB)rn

2.1.2 Sommes usuelles


Sommes des n premiers entiers :
Soit n ∈ N.
n
X n(n + 1)
k=
k=0
2
Suites géométriques :
Soit N1 , N2 ∈ N avec N1 ≤ N2 . Soit q ∈ C.
 N
N2  q 1 − q N2 +1
X 6 1
si q =
qk = 1−q
N2 − N1 + 1 si q = 1

k=N1

2.1.3 Opérations sur les limites


Limite d’une somme :
Soient (un ) et (vn ) deux suites réelles. Soient a, b ∈ R.
• Si lim un = a et lim vn = b alors lim(un + vn ) = a + b.
• Si lim un = a et lim vn = +∞ alors lim(un + vn ) = +∞.
• Si lim un = a et lim vn = −∞ alors lim(un + vn ) = −∞.
• Si lim un = +∞ et lim vn = +∞ alors lim(un + vn ) = +∞.
• Si lim un = −∞ et lim vn = −∞ alors lim(un + vn ) = −∞.
• Si (un ) est minorée et lim vn = +∞ alors lim(un + vn ) = +∞.
• Si (un ) est majorée et lim vn = −∞ alors lim(un + vn ) = −∞.

18
Limite d’un produit :
Soient (un ) et (vn ) deux suites réelles. Soient a, b ∈ R.
• Si lim un = a et lim vn = b alors lim(un .vn ) = a.b.
• Si lim un = a ∈ R+∗ et lim vn = +∞ alors lim(un .vn ) = +∞.
• Si lim un = a ∈ R+∗ et lim vn = −∞ alors lim(un .vn ) = −∞.
• Si lim un = a ∈ R−∗ et lim vn = +∞ alors lim(un .vn ) = −∞.
• Si lim un = a ∈ R−∗ et lim vn = −∞ alors lim(un .vn ) = +∞.
• Si lim un = +∞ et lim vn = +∞ alors lim(un .vn ) = +∞.
• Si lim un = +∞ et lim vn = −∞ alors lim(un .vn ) = −∞.
• Si lim un = −∞ et lim vn = −∞ alors lim(un .vn ) = +∞.

Limite d’un quotient :


Soit (un ) une suite réelle. Soit a ∈ R∗ .
1 1
• Si lim un = a alors lim = .
un a
1
• Si lim un = +∞ alors lim = 0.
un
1
• Si lim un = −∞ alors lim = 0.
un

2.1.4 Opérations sur les relations de comparaison


Sommes :
Soient (un ), (vn ) et (wn ) des suites réelles.
• Si un = O(wn ) et vn = O(wn ) alors un + vn = O(wn ).
• Si un = o(wn ) et vn = o(wn ) alors un + vn = o(wn ).

Produits :
Soient (xn ), (yn ), (un ) et (vn ) des suites réelles.
• Si xn = O(un ) et yn = O(vn ) alors xn .yn = O(un .vn ).
• Si xn = o(un ) et yn = o(vn ) alors xn .yn = o(un .vn ).
• Si xn = o(un ) et yn = O(vn ) alors xn .yn = o(un .vn ).
• Si xn ∼ un et yn ∼ vn alors xn .yn ∼ un .vn .

2.1.5 Comparaison des suites de référence


Comparaison logarithme-puissance :

∀α > 0, ∀β > 0, (ln n)β = o(nα )

19
Comparaison puissance-exponentielle :

∀α > 0, ∀a > 1, nα = o(an )


Comparaison exponentielle-factorielle :

an = o(n!)
Comparaison factorielle-nn :

n! = o(nn )

2.1.6 Inégalités
Inégalité de Cauchy-Schwarz :
Soit n ∈ N∗ , soient a1 , . . . , an , b1 , . . . , bn ∈ R,
v v
Xn u Xn u n
u uX
ak b k ≤ a2k t b2k
t


k=1 k=1 k=1

Inégalité de Minkowski :
Soit n ∈ N∗ , soient a1 , . . . , an , b1 , . . . , bn ∈ R,
v v v
u n u n u n
uX uX uX
t (ak + bk )2 ≤ t a2k + t b2k
k=1 k=1 k=1

Inégalité de convexité :
Soit I un intervalle de R.
Soit f une fonction convexe sur I.
Soit n ∈ N∗ , soient x1 , . . . , xn ∈ I.
Xn
Soient λ1 , . . . , λn ∈ [0, 1] tels que λk = 1.
k=1

n
! n
X X
f λk xk ≤ λk f (xk )
k=1 k=1

Comparaison des moyennes :


Soit n ∈ N∗ , soient x1 , . . . , xn > 0.

• La moyenne arithmétique de x1 , . . . , xn est :


n
1X
A(x1 , . . . , xn ) = xk
n k=1

20
• La moyenne géométrique de x1 , . . . , xn est :

n
! n1
Y
G(x1 , . . . , xn ) = xk
k=1

• La moyenne harmonique de x1 , . . . , xn est :


n
H(x1 , . . . , xn ) = n
X 1
k=1
xk

On a :
H(x1 , . . . , xn ) ≤ G(x1 , . . . , xn ) ≤ A(x1 , . . . , xn )

2.2 Fonctions usuelles


2.2.1 Trigonométrie hyperbolique
Les formules de trigonométrie hyperboliques ne doivent pas être apprises par
coeur. Il faut savoir les retrouver rapidement en utlisant les formules de trigonomé-
trie et l’extension suivante des fonctions trigonométriques :

∀x ∈ R, ch x = cos(ix ) sh x = −i sin(ix ) th x = −i tan(ix )

Formules d’addition :
Soient a, b ∈ R,
ch(a + b) = ch a ch b + sh a sh b
ch(a − b) = ch a ch b − sh a sh b
sh(a + b) = sh a ch b + sh b ch a
sh(a − b) = sh a ch b − sh b ch a
th a + th b
th(a + b) =
1 + th a th b
th a − th b
th(a − b) =
1 − th a th b

Formules de l’angle double :


Soit a ∈ R,

ch(2a) = ch2 (a) + sh2 (a) = 1 + 2 sh2 (a) = 2 ch2 (a) − 1

sh(2a) = 2 ch(a) sh(a)

21
2 th(a)
th(2a) =
1 + th2 (a)

Formules de l’angle moitié :


Soit x ∈ R, on pose t = th x2 .


1 + t2 2t 2t
ch x = sh x = th x =
1 − t2 1 − t2 1 + t2

Conversion de produits en sommes :


Soient a, b ∈ R,
1
ch a ch b = (ch(a + b) + ch(a − b))
2
1
sh a sh b = (ch(a + b) − ch(a − b))
2
1
sh a ch b = (sh(a + b) + sh(a − b))
2

Conversion de sommes en produits :


Soient p, q ∈ R,    
p+q p−q
ch p + ch q = 2 ch ch
2 2
   
p+q p−q
ch p − ch q = 2 sh sh
2 2
   
p+q p−q
sh p + sh q = 2 sh ch
2 2
   
p+q p−q
sh p − sh q = 2 ch sh
2 2

2.2.2 Fonctions circulaires réciproques et hyperboliques réci-


proques
Fonctions circulaires réciproques :

∀x ∈ [−1, 1], cos(Arccos x) = x sin(Arccos x) = 1 − x2

1 − x2
∀x ∈ [−1, 1] \ {0}, tan(Arccos x) =
x
22

∀x ∈ [−1, 1], cos(Arcsin x) = 1 − x2
sin(Arcsin x) = x
x
∀x ∈] − 1, 1[, tan(Arcsin x) = √
1 − x2
1 x
∀x ∈ R, cos(Arctan x) = √ sin(Arctan x) = √
1 + x2 1 + x2
∀x ∈ R, tan(Arctan x) = x
π
∀x ∈ [−1, 1], Arccos x + Arcsin x =
2
1 π
∀x ∈ R∗ , = sgn(x)
Arctan x + Arctan
x 2
Expression logarithmique des fonctions hyperboliques réciproques :

∀x ∈ [1, +∞[, Argch x = ln(x + x2 − 1)

∀x ∈ R, Argsh x = ln(x + x2 + 1)
1 1+x
∀x ∈] − 1, 1[, Argth x = ln
2 1−x

2.2.3 Inégalités usuelles


Fonction exponentielle :

∀x ∈ R, ex ≥ 1 + x

Fonction logarithme :

∀x ∈] − 1, +∞[, ln(1 + x) ≤ x

Fonction sinus :
∀x ∈ R, | sin x| ≤ |x|

2.3 Limites
2.3.1 Opérations sur les limites
Limite d’une somme :
Soient f et g définies au voisinage de a ∈ R.
• Si lim f = α ∈ R et lim g = β ∈ R alors lim(f + g) = α + β.
a a a
• Si lim f = α ∈ R et lim g = +∞ alors lim(f + g) = +∞.
a a a
• Si lim f = α ∈ R et lim g = −∞ alors lim(f + g) = −∞.
a a a
• Si lim f = +∞ et lim g = +∞ alors lim(f + g) = +∞.
a a a
• Si lim f = −∞ et lim g = −∞ alors lim(f + g) = −∞.
a a a

23
Limite d’un produit :
Soient f et g définies au voisinage de a ∈ R.
• Si lim f = α ∈ R et lim g = β ∈ R alors lim(un .vn ) = α.β.
a a
• Si lim f = α ∈ R+∗ et lim g = +∞ alors lim(f.g) = +∞.
a a a
• Si lim f = α ∈ R+∗ et lim g = −∞ alors lim(f.g) = −∞.
a a a
• Si lim f = α ∈ R−∗ et lim g = +∞ alors lim(f.g) = −∞.
a a a
• Si lim f = α ∈ R−∗ et lim g = −∞ alors lim(f.g) = +∞.
a a a
• Si lim f = +∞ et lim g = +∞ alors lim(f.g) = +∞.
a a a
• Si lim f = +∞ et lim g = −∞ alors lim(f.g) = −∞.
a a a
• Si lim f = −∞ et lim g = −∞ alors lim(f.g) = +∞.
a a a

Limite d’un quotient :


Soit f définie au voisinage de a ∈ R.
1 1
• Si lim f = α ∈ R∗ alors lim = .
a a f α
1
• Si lim f = +∞ alors lim = 0.
a a f
1
• Si lim f = −∞ alors lim = 0.
a a f

2.3.2 Opérations sur les relations de comparaison


Sommes :
Soient f , g et h des fonctions définies au voisinage de a ∈ R.
• Si f = O(h) et g = O(h) alors f + g = O(h).
x→a x→a x→a
• Si f = o(h) et g = o(h) alors f + g = o(h).
x→a x→a x→a

Produits :
Soient f1 , f2 g1 et g2 des fonctions définies au voisinage de a ∈ R.
• Si f1 = O(g1 ) et f2 = O(g2 ) alors f1 .f2 = 0(g1 .g2 ).
x→a x→a x→a
• Si f1 = o(g1 ) et f2 = o(g2 ) alors f1 .f2 = o(g1 .g2 ).
x→a x→a x→a
• Si f1 = o(g1 ) et f2 = O(g2 ) alors f1 .f2 = o(g1 .g2 ).
x→a x→a x→a
• Si f1 ∼ g1 et f2 ∼ g2 alors f1 .f2 ∼ g1 .g2 .
x→a x→a x→a

24
2.3.3 Taux d’accroissement
Fonctions exponentielle et logarithme :
ex − 1
lim =1
x→0 x
ln x ln(1 + x)
lim =1 lim+ =1
x→1 x − 1 x→0 x
Fonctions circulaires :
cos x − 1 1 − cos x 1
lim =0 lim 2
=
x→0 x x→0 x 2
sin x tan x
lim =1 lim =1
x→0 x x→0 x

2.3.4 Equivalents usuels


Fonctions exponentielle et logarithme :
ex − 1 ∼ x ln(1 + x) ∼ x
x→0 x→0
Fonctions trigonométriques :
cos x ∼ 1 ch x ∼ 1
x→0 x→0
sin x ∼ x sh x ∼ x
x→0 x→0
tan x ∼ x th x ∼ x
x→0 x→0
Arcsin x ∼ x Arctan x ∼ x
x→0 x→0
x2 x2
1 − cos x ∼ ch x − 1 ∼
x→0 2 x→0 2
Fonctions puissances :
Soit α ∈ R∗ ,
(1 + x)α − 1 ∼ αx
x→0

2.3.5 Croissances comparées


Fonction exponentielle :
ex
∀α ∈ R+∗ , lim = +∞
x→+∞ xα

∀α ∈ R+∗ , lim |x|α ex = 0


x→−∞
Fonction logarithme :
(ln x)α
∀α, β ∈ R+∗ , lim =0
x→+∞ xβ
∀α, β ∈ R+∗ , lim (xβ | ln x|α ) = 0
x→0+

25
2.4 Dérivation
2.4.1 Formules de dérivation
Opérations usuelles sur les dérivées des fonctions d’une variable :
Soient f et g des fonctions dérivables sur un intervalle I de R. Soit x ∈ I.

(f + g)0 (x) = f 0 (x) + g 0 (x) (f g)0 (x) = f 0 (x)g(x) + f (x)g 0 (x)

Si de plus g ne s’annule pas au voisinage de x.


 0
f f 0 (x)g(x) − f (x)g 0 (x)
(x) =
g f (x)2

Dérivée d’une fonction composée :


Soit f une fonction dérivable sur un intervalle I de R et g une fonctions dérivable
sur un intervalle J de R tel que f (I) ⊂ J. Soit x ∈ I.

(g ◦ f )0 (x) = g 0 (f (x))f 0 (x)

Dérivée d’une application réciproque :


Soit f une bijection dérivable sur un intervalle I de R à valeurs dans un intervalle
J de R. Soit x ∈ J tel que f 0 (f −1 (x)) 6= 0.

1
(f −1 )0 (x) =
f 0 (f −1 (x))

Formule de Leibniz :
Soit n ∈ N. Soient f et g des fonctions n fois dérivables sur un intervalle I de R.
n  
(n)
X n
(f g) = f (k) g (n−k)
k
k=0

Dérivée de la composée de fonctions de deux variables :


Soit f une application de classe C 1 sur un ouvert U de R2 à valeurs dans R.
Soit g une application de classe C 1 sur un ouvert V de R2 à valeurs dans R2 telle
que g(V ) ⊂ U .
Soient (g1 , g2 ) les applications coordonnées de g.
Soit (x, y) ∈ V .

∂f ◦ g ∂f ∂g1 ∂f ∂g2
(x, y) = (g(x, y)) (x, y) + (g(x, y)) (x, y)
∂x ∂x ∂x ∂y ∂x

∂f ◦ g ∂f ∂g1 ∂f ∂g2
(x, y) = (g(x, y)) (x, y) + (g(x, y)) (x, y)
∂y ∂x ∂y ∂y ∂y

26
2.4.2 Dérivation des fonctions usuelles

Fonction f Dérivée f 0 Ensemble de validité

xn , n ∈ N ∗ nxn−1 R
xn , n ∈ Z− nxn−1 R∗
xα , α ∈ R \ Z αxα−1 R+∗

exp x exp x R
ax , a ∈ R+∗ \ {1} (ln a)ax R

1
ln x R+∗
x
1
loga (x), a ∈ R+∗ \ {1} R+∗
x ln a

cos x − sin x R
sin x cos x R
1 π
tan x 1 + tan2 x = R\{ + kπ, k ∈ Z}
cos2 x 2

1
Arccos x −√ ] − 1, 1[
1 − x2
1
Arcsin x √ ] − 1, 1[
1 − x2
1
Arctan x R
1 + x2

ch x sh x R
sh x ch x R
1
th x 1 − th2 x = R
ch2 x

1
Argch x √ ]1, +∞[
x2 − 1
1
Argsh x √ R
2
x +1
1
Argth x ] − 1, 1[
1 − x2

27
2.4.3 Développements limités

n
X xk
e x
= + o(xn )
x→0
k=0
k!
x2 x3 xn
= 1+x+ + + ··· + + o(xn )
x→0 2 6 n!
n
X x2k
cos x = (−1)k + o(x2n+1 )
x→0
k=0
(2k)!
x2 x4 x2n
= 1− + + · · · + (−1)n + o(x2n+1 )
x→0 2 24 (2n)!
n
X x2k+1
sin x = (−1)k + o(x2n+2 )
x→0
k=0
(2k + 1)!
x3 x2n+1
= x− + · · · + (−1)n + o(x2n+2 )
x→0 6 (2n + 1)!
n
X x2k
ch x = + o(x2n+1 )
x→0
k=0
(2k)!
x2 x4 x2n
= 1+ + + ··· + + o(x2n+1 )
x→0 2 24 (2n)!
n
X x2k+1
sh x = + o(x2n+2 )
x→0
k=0
(2k + 1)!
x3 x2n+1
= x+ + ··· + + o(x2n+2 )
x→0 6 (2n + 1)!
n
X xk
(1 + x)α = 1+ α(α − 1) . . . (α − k + 1) + o(xn )
x→0
k=1
k!
2
x xn
= 1 + αx + α(α − 1) + · · · + α(α − 1) . . . (α − n + 1) + o(xn )
x→0 2 n!
n
1 X
= (−1)k xk + o(xn )
1+x x→0
k=0
= 1 − x + x2 + · · · + (−1)n xn + o(xn )
x→0
n
1 X
= xk + o(xn )
1−x x→0
k=0
= 1 + x + x2 + · · · + xn + o(xn )
x→0
n k
k−1 x
X
ln(1 + x) = (−1) + o(xn )
x→0
k=1
k
2 3
x x xn
= x− + + · · · + (−1)n−1 + o(xn )
x→0 2 3 n

28
n
X xk
ln(1 − x) = − + o(xn )
x→0
k=1
k
x2 x3 xn
= −x − − + ··· − + o(xn )
x→0 2 3 n
n
X x2k+1
Arctan x = (−1)k + o(x2n+2 )
x→0
k=0
2k + 1
x3 x2n+1
= x− + · · · + (−1)n + o(x2n+2 )
x→0 3 2n + 1
1 2 17 7
tan x = x + x3 + x5 + x + o(x8 )
x→0 3 15 315

2.4.4 Formules de Taylor


Formule de Taylor avec reste intégral :
Soit n ∈ N, soient a, b ∈ R, a < b.
Soit f ∈ C n+1 ([a, b]).
n b
(b − a)k (b − x)n (n+1)
X Z
(k)
f (b) = f (a) + f (x)dx
k=0
k! a n!

Inégalité de Taylor-Lagrange :
Soit n ∈ N, soient a, b ∈ R, a < b.
Soit f ∈ C n+1 ([a, b]).

n
X (b − a)k (k) (b − a)n+1
f (b) − f (a) ≤ sup f (n+1) (x)


k=0
k! (n + 1)! x∈[a,b]

Egalité de Taylor-Lagrange :
Soit n ∈ N, soient a, b ∈ R, a < b.
Soit f ∈ C n+1 ([a, b]).
Il existe c ∈ [a, b] tel que :
n
X (b − a)k (b − a)n+1 (n+1)
f (b) = f (k) (a) + f (c)
k=0
k! (n + 1)!

Formule de Taylor-Young :
Soit n ∈ N. Soit I un intervalle de R et soit a ∈ I.
Soit f ∈ C n (I).
n
X (x − a)k
f (x) = f (k) (a) + o((x − a)n )
x→a
k=0
k!

29
2.5 Intégration

2.5.1 Primitives usuelles


Fonction f Primitive F Ensemble de validité

xn+1
xn , n ∈ N R
n+1
xn+1
xn , n ∈ Z− \ {0, 1} R∗
n+1
1
x
ln |x| R∗

α xα+1
x , α∈R\Z R+∗
α+1

eαx
eαx , α ∈ C∗ R
α

cos x sin x R
sin x − cos x R
π
tan x − ln | cos x| R\{ + nπ, n ∈ Z}
2
1 x π 
ln | tan + | R \ { π2 + nπ, n ∈ Z}
cos x 2 4
1 x
ln | tan | R \ {nπ, n ∈ Z}
sin x 2
1
ln | sin x| R \ {n π2 , n ∈ Z}
tan x
1 π
= 1 + tan2 x tan x R\{ + nπ, n ∈ Z}
cos2 x 2
1 1 1
2 =1+ − R \ {nπ, n ∈ Z}
sin x tan2 x tan x

ch x sh x R
sh x ch x R
th x ln(ch x) R
1
ln |(sh x)| R∗
th x
1
= 1 − th2 x th x R
ch2 x
1 1 1
2 = 2 −1 − R∗
sh x th x th x

30
Fonction f Primitive F Ensemble de validité

1 x
√ ,a>0 Arcsin ] − a, a[
a − x2
2 a 
x
ou − Arccos ] − a, a[
a
1 1 x
,a>0 Arctan R
a2 + x2 a a
 
1 |x|
√ ,a>0 sgn(x) Argch ] − ∞, −a[∪]a, ∞[
x − a2
2
√ a
ou ln(|x + x − a2 |)
2 ] − ∞, −a[∪]a, ∞[
1 x
√ ,a>0 Argsh R
x 2 + a2 √a
ou ln(x + x2 + a2 ) R
1 1 x
,a>0 Argth ] − a, a[
a2 − x 2 a a
1 a + x
ou ln R \ {−a, a}
2a a − x

2.5.2 Inégalités
Inégalité de Cauchy-Schwarz :
Soient a, b ∈ R avec a < b. Soient f, g ∈ C 0 ([a, b], R).
Z b sZ b sZ b


f g ≤ f2 g2
a a a

Inégalité de Minkowski :
Soient a, b ∈ R avec a < b. Soient f, g ∈ C 0 ([a, b], R).
s s s
Z b Z b Z b
2
(f + g) ≤ 2
f + g2
a a a

2.5.3 Sommes de Riemann


Sommes de Riemann à droite :
Soient a, b ∈ R avec a < b. Soit f ∈ C 0 ([a, b], R).
b n  
b−aX b−a
Z
f = lim f a+k
a n→+∞ n k=1 n

31
Sommes de Riemann à gauche :
Soient a, b ∈ R avec a < b. Soit f ∈ C 0 ([a, b], R).

b n−1  
b−aX b−a
Z
f = lim f a+k
a n→+∞ n k=0 n

2.5.4 Changements de variables usuels


Règles de Bioche :
Soit F (X, Y ) une fraction rationnelle. Posons f : x → F (cos x, sin x). R
Les changements de variables suivants permettent de ramener le calcul de F (cos x, sin x)
au calcul d’une primitive d’une fraction rationnelle :
• Si f (x)dx est invariant par x 7→ −x, on pose t = cos x
• Si f (x)dx est invariant par x 7→ π − x, on pose t = sin x
• Si f (x)dx est invariant par x 7→ π + x, on pose t = tan x

Coordonnées polaires :
L’application de changement de variable en coordonnées polaires dans les intégrales
doubles est :
ψ : R+ × [0, 2π] → R2
(r, θ) 7→ (r cos θ, r sin θ)
Son jacobien vaut : r
Soit D un domaine simple du plan, soit ∆ tel que ψ(∆) = D.
ZZ ZZ
f (x, y) dx dy = f (r cos θ, r sin θ)r dr dθ
D ∆

Coordonnées cylindriques :
L’application de changement de variable en coordonnées cylindriques dans les inté-
grales triples est :

ψ : R+ × [0, 2π] × R → R3
(r, θ, z) 7→ (r cos θ, r sin θ, z)

Son jacobien vaut : r


Soit D un domaine simple du plan, soit ∆ tel que ψ(∆) = D.
ZZZ ZZZ
f (x, y, z) dx dy dz = f (r cos θ, r sin θ, z)r dr dθ dz
D ∆

32
Coordonnées sphériques :
L’application de changement de variable en coordonnées sphériques dans les inté-
grales triples est :

ψ : R+ × [0, 2π] × [0, π] → R3


(ρ, θ, ϕ) 7→ (ρ cos θ sin ϕ, ρ sin θ sin ϕ, ρ cos ϕ)

Son jacobien vaut : −ρ2 sin ϕ


Soit D un domaine simple du plan, soit ∆ tel que ψ(∆) = D.
ZZZ ZZZ
f (x, y, z) dx dy dz = f (ρ cos θ sin ϕ, ρ sin θ sin ϕ, ρ cos ϕ)ρ2 sin ϕ dρ dθ dϕ
D ∆

2.6 Equations différentielles


2.6.1 Equations différentielles linéaires d’ordre 1
Résolution de l’équation homogène :
Soit I un intervalle réel. Soit a ∈ C 0 (I).
Les solutions de l’équation différentielle : y 0 = a(t)y sont les fonctions de la forme :
Z t 
∀t ∈ I, y(t) = λ exp a(x) dx
t0

avec t0 ∈ I et λ ∈ R.

Méthode de la variation de la constante :


Soit I un intervalle réel. Soient a, b ∈ C 0 (I).
L’équation différentielle : y 0 = a(t)y + b(t) admet comme solution particulière :
Z t 
∀t ∈ I, y0 (t) = λ(t) exp a(x) dx
t0

avec t0 ∈ I et λ ∈ C 1 (I) vérifie :


Z t 
0
∀t ∈ I, λ (t) exp a(x) dx = b(t)
t0

2.6.2 Equations différentielles linéaires d’ordre 2 à coefficients


constants

33
Résolution de l’équation homogène à coefficients complexes :
Soient a, b ∈ C.
Le polynôme caractéristique associé à l’équation différentielle y 00 + ay 0 + by = 0 est
P = X 2 + aX + b.
• Si P admet deux racines distinctes r1 et r2 , les solutions de y 00 + ay 0 + by = 0
sont de la forme :

t 7→ Aer1 t + Ber1 t avec A, B ∈ C

• Si P admet une racine double r, les solutions de y 00 + ay 0 + by = 0 sont de la


forme :
t 7→ (At + B)ert avec A, B ∈ C
Résolution de l’équation homogène à coefficients réels :
Soient a, b ∈ R.
Le polynôme caractéristique associé à l’équation différentielle y 00 + ay 0 + by = 0 est
P = X 2 + aX + b.
• Si P admet deux racines réelles distinctes r1 et r2 , les solutions de y 00 +ay 0 +by =
0 sont de la forme :

t 7→ Aer1 t + Ber1 t avec A, B ∈ R

• Si P admet deux racines complexes conjuguées distinctes α + iβ et α − iβ avec


α, β ∈ R, les solutions de y 00 + ay 0 + by = 0 sont de la forme :

t 7→ eαt (A cos(βt) + B sin(βt)) avec A, B ∈ R

• Si P admet une racine réelle double r, les solutions de y 00 + ay 0 + by = 0 sont


de la forme :
t 7→ (At + B)ert avec A, B ∈ R
Equation avec second membre produit d’un polynôme et d’une exponentielle :
Soient a, b ∈ R ou C.
Le polynôme caractéristique associé à l’équation différentielle y 00 + ay 0 + by = 0 est
P = X 2 + aX + b.
Soit Q un polynôme de degré n ∈ N et soit λ ∈ R ou C.
Une solution particulière de l’équation différentielle :

y 00 + ay 0 + by = eλt Q(t)

est de la forme :
t 7→ eλt R(t)
où R est un polynôme :
• de degré n si λ n’est pas racine de P
• de degré n + 1 si λ est racine simple de P
• de degré n + 2 si λ est racine double de P

34
Equation avec second membre en cos, sin et exp :
Soient a, b ∈ R.
Le polynôme caractéristique associé à l’équation différentielle y 00 + ay 0 + by = 0 est
P = X 2 + aX + b.
Soient r, s ∈ R, s 6= 0.
Soient P et Q des polynômes à coefficients réels.
Une solution particulière de l’équation différentielle :

y 00 + ay 0 + by = (P (t) cos(st) + Q(t) sin(st))ert

est de la forme :
t 7→ (U (t) cos(st) + V (t) sin(st))ert
où U et V sont des polynômes tels que :
• max(deg U, deg V ) = max(deg P, deg Q) si r + is n’est pas racine de P
• max(deg U, deg V ) = max(deg P, deg Q) + 1 si r + is est racine de P

35
36
Chapitre 3

Géométrie

3.1 Géométrie affine


3.1.1 Géométrie du plan
Identité du parallélogramme :
Soient ~x et ~y des vecteurs du plan.

k~x + ~y k2 + k~x − ~y k2 = 2(k~xk2 + k~y k2 )

Changement de repère :
Soient R = (O, → −
e1 , →

e2 ) et R0 = (A, →−
u1 , →

u2 ) deux repères du plan.
Soient (xA , yA ) les coordonnées de A dans R.
Soient (a1 , b1 ) et (a2 , b2 ) les coordonnées respectives de → −
u1 et →

u2 dans la base (→

e1 , →

e2 ).
0 0 0
Soit M un point du plan de coordonnées (x, y) dans R et (x , y ) dans R .

x = x A + a1 x 0 + a2 y 0


y = y A + b1 x 0 + b2 y 0

Distance d’un point à une droite :


Soient A et B deux points distincts du plan et soit D la droite du plan passant par
A et B.
Soit M un point du plan.
−→ −−→
|det(AB, AM )|
d(M, D) = −→
kABk

Soit D une droite du plan d’équation cartésienne ax + by + c = 0.


Soit M un point du plan de coordonnées (x0 , y0 ).

|ax0 + by0 + c|
d(M, D) = √
a2 + b 2

37
Intersection d’un cercle et d’une droite :
Soit D une droite du plan et C un cercle du plan de centre A et de rayon R.
• si d(A, D) > R, D ∩ C = ∅
• si d(A, D) = R, D ∩ C = {H} où H est le projeté orthogonal de A sur D
• si d(A, D) < R, D ∩ C est formé de deux points distincts

Intersection de deux cercles :


Soient C et C 0 deux cercles du plan de centres respectifs A et A0 distincts et de rayons
respectifs R et R0 .
• si AA0 < |R − R0 | ou R + R0 < AA0 , C ∩ C 0 = ∅
• si AA0 = |R − R0 | ou AA0 = R + R0 , C ∩ C 0 est réduit à un point
• si |R − R0 | < AA0 < R + R0 , C ∩ C 0 est formé de deux points distincts

3.1.2 Géométrie de l’espace


Distance d’un point à une droite :
Soit D une droite de l’espace passant par un point A et de vecteur directeur ~u.
Soit M un point de l’espace.
−−→
k~u ∧ AM k
d(M, D) =
k~uk

Distance d’un point à un plan :


Soit P un plan de l’espace passant par un point A et de vecteur normal ~n.
Soit M un point de l’espace.
−−→
|AM .~n|
d(M, P) =
k~nk

Soit P un plan de l’espace d’équation cartésienne ax + by + cz + d = 0.


Soit M un point de l’espace de coordonnées (x0 , y0 , z0 ).

|ax0 + by0 + cz0 + d|


d(M, P) = √
a2 + b 2 + c 2
Soit P un plan de l’espace passant par trois points non alignés A, B et C.
Soit M un point de l’espace.
−−→ −−→ −−→
| det(M A, M B, M C)|
d(M, P) = −→ −→
kAB ∧ ACk

38
Distance entre deux droites :
Soit D une droite de l’espace passant par un point A et de vecteur directeur ~u.
Soit D0 une droite de l’espace passant par un point A0 et de vecteur directeur u~0 tel
que ~u et u~0 ne soient pas colinéaires.
−−→
0 | det(~u, u~0 , AA0 )|
d(D, D ) =
k~u ∧ u~0 k
Intersection d’une sphère et d’un plan :
Soit P un plan de l’espace et S une sphère de centre A et de rayon R.
• si d(A, P) > R, P ∩ S = ∅
• si d(A, P) = R, P ∩ S = {H} où H est le projeté orthogonal de A sur P
• si d(A, P) < R, P ∩ S est un cercle de centre H

Intersection d’une sphère et d’une droite :


Soit D une droite de l’espace et S une sphère de centre A et de rayon R.
• si d(A, D) > R, D ∩ S = ∅
• si d(A, D) = R, D ∩ S est réduite à un point
• si d(A, D) < R, D ∩ S est formé de deux points distincts

Intersection de deux sphères :


Soit S une sphère de centre A et de rayon R.
Soit S 0 une sphère de centre A0 6= A et de rayon R0 .
• si |R − R0 | > AA0 ou AA0 > R + R0 alors S ∩ S 0 = ∅
• si AA0 = |R − R0 | ou AA0 = R + R0 alors, S ∩ S 0 est réduite à un point
• si |R − R0 | < AA0 < R + R0 , S ∩ S 0 est un cercle

39
3.2 Géométrie différentielle

3.2.1 Etude globale des courbes paramétrées

Symétries en coordonnées cartésiennes :

Soit I un intervalle réel.


Soit f un arc paramétré sur I de support Γ. Soient (x, y) les coordonnées de f :
∀t ∈ I, f (t) = (x(t), y(t))
Soit J ⊂ I et soit ϕ un changement de paramétrage tel que I = J ∪ ϕ(J).

Relation vérifiée Etude de f sur J et


pour tout transformation effectuée
t∈J pour obtenir toute la courbe

x(ϕ(t)) = x(t)
Symétrie par rapport à l’axe des abscisses
y(ϕ(t)) = −y(t)


x(ϕ(t)) = −x(t)
Symétrie par rapport à l’axe des ordonnées
y(ϕ(t)) = y(t)


x(ϕ(t)) = −x(t)
Symétrie par rapport à l’origine
y(ϕ(t)) = −y(t)


x(ϕ(t)) = y(t)
Symétrie par rapport à la première bissectrice
y(ϕ(t)) = x(t)


x(ϕ(t)) = −y(t)
Symétrie par rapport à la seconde bissectrice
y(ϕ(t)) = −x(t)

Symétries en coordonnées polaires :


Soit I un intervalle réel. Soit α ∈ R.
Soit Γ une courbe paramétrée définie en coordonnées polaires par ρ(θ) pour θ ∈ I.

40
Relation vérifiée Restriction Transformation effectuée
pour tout de l’intervalle pour obtenir
θ∈I d’étude à toute la courbe

ρ(θ + T ) = ρ(θ) I ∩ [0, T ] Rotations de centre O d’angle kT , k ∈ Z

ρ(−θ) = ρ(θ) I ∩ [0, +∞[ Symétrie par rapport à l’axe des abscisses

ρ(−θ) = −ρ(θ) I ∩ [0, α[ Symétrie par rapport à l’axe des ordonnées

ρ(θ + π) = −ρ(θ) I ∩ [0, π[ Aucune

ρ(α − θ) = ρ(θ) I ∩ [ α2 , +∞[ Symétrie par rapport à la droite d’angle polaire α


2

ρ(α − θ) = −ρ(θ) I ∩ [ α2 , +∞[ Symétrie par rapport à la droite d’angle polaire α


2
+ π
2

Branches infinies en coordonnées cartésiennes :


Soit Γ une courbe paramétrée définie en coordonnées cartésiennes par (x(t), y(t)).
Soit t0 ∈ R.
• si lim x(t) = ±∞ et lim y(t) = a alors la courbe Γ admet pour asymptote la
t→t0 t→t0
droite d’équation y = a
• si lim x(t) = a et lim y(t) = ±∞ alors la courbe Γ admet pour asymptote la
t→t0 t→t0
droite d’équation x = a
• si lim x(t) = ±∞ et lim y(t) = ±∞
t→t0 t→t0
y(t)
– si lim = a ∈ R∗ et si lim (y(t) − ax(t)) = b alors la courbe Γ admet
t→t0 x(t) t→t0
pour asymptote la droite d’équation y = ax + b
y(t)
– si lim = a ∈ R∗ et si lim (y(t) − ax(t)) = ±∞ alors la courbe Γ admet
t→t0 x(t) t→t0
une branche parabolique de direction la droite d’équation y = ax
y(t)
– si lim = 0 alors la courbe Γ admet une branche parabolique de direc-
t→t0 x(t)
tion l’axe des abscisses
y(t)
– si lim = ±∞ alors la courbe Γ admet une branche parabolique de di-
t→t0 x(t)
rection l’axe des ordonnées

41
Branches infinies en coordonnées polaires :
Soit Γ une courbe paramétrée définie en coordonnées polaires par ρ(θ). Soit θ0 ∈ R.
• si lim ρ(θ) = +∞ alors Γ admet une branche spirale
θ→±∞
• si lim ρ(θ) = 0 alors Γ admet l’origine comme point asymptote
θ→±∞
• si lim ρ(θ) = a ∈ R∗ alors Γ admet le cercle de centre O et de rayon |a|
θ→±∞
comme cercle asymptote
• si lim ρ(θ) = ±∞
θ→θ0
– si lim ρ(θ) sin(θ − θ0 ) = l alors la courbe Γ admet pour asymptote la droite
θ→θ0
d’équation Y = l dans le repère obtenu après une rotation d’angle θ0 du
repère initial
– si lim ρ(θ) sin(θ − θ0 ) = ±∞ alors la courbe Γ admet pour une branche
θ→θ0
parabolique de direction la droite d’angle polaire θ0

3.2.2 Etude locale des courbes paramétrées


Comportement local d’une courbe paramétrée :
Soit I un intervalle réel et soit k ∈ N∗ .
Soit f un arc paramétré de classe C k sur I de support Γ.
Soit t0 ∈ I. Soit M0 le point de coordonnées f (t0 ).
Si ces entiers existent, on note :
• p le plus petit entier supérieur ou égal à 1 tel que f (p) (t0 ) 6= 0
• q le plus petit entier strictement supérieur à p tel que la famille (f (p) (t0 ), f (q) (t0 ))
soit libre
Alors la tangente à Γ au point M0 est dirigée par :

f (p) (t0 )

De plus :
• si p est impair et q est pair, M0 est un point ordinaire
• si p est impair et q est impair, M0 est un point d’inflexion
• si p est pair et q est impair, M0 est un point de rebroussement de première
espèce
• si p est pair et q est pair, M0 est un point de rebroussement de seconde espèce

42
Point ordinaire Point de rebroussement de première espèce

Point d inflexion Point de rebroussement de seconde espèce

3.2.3 Etude métrique des courbes paramétrées


Abscisse curviligne :
Soit Γ un arc paramétré défini en coordonnées cartésiennes par (x(t), y(t)).
Une abscisse curviligne est :
Z tp
s : t 7→ x0 (τ )2 + y 0 (τ )2 dτ
t0

Soit Γ un arc paramétré défini en coordonnées polaires par ρ(θ).


Une abscisse curviligne est :
Z θp
s : θ 7→ ρ(τ )2 + ρ0 (τ )2 dτ
θ0

Longueur d’arc :
Soient a, b ∈ R, a < b
Soit f : [a, b] → R2 un arc paramétré de support Γ.
Soit s une abscisse curviligne de Γ.
La longueur de Γ est :
l(Γ) = s(b) − s(a)

43
Repère de Frenet :
Soit Γ un arc paramétré défini en coordonnées cartésiennes par (x(t), y(t)).
!

− x0 (t) y 0 (t)
T (t) = p ,p
x0 (t)2 + y 0 (t)2 x0 (t)2 + y 0 (t)2
!

− y 0 (t) x0 (t)
N (t) = − p ,p
x0 (t)2 + y 0 (t)2 x0 (t)2 + y 0 (t)2
Soit Γ un arc paramétré défini en coordonnées polaires par ρ(θ).

− 1
T (θ) = p (ρ0 (θ)~u(θ) + ρ(θ)~v (θ))
2 0
ρ(θ) + ρ (θ) 2


− 1
N (θ) = p (−ρ(θ)~u(θ) + ρ0 (θ)~v (θ))
2 0
ρ(θ) + ρ (θ) 2

avec ~u(θ) = (cos θ, sin θ) et ~v (θ) = (− sin θ, cos θ)

Rayon de courbure :
Soit Γ un arc paramétré défini en coordonnées cartésiennes par (x(t), y(t)).
Si le point de paramètre t est birrégulier, le rayon de courbure de Γ en ce point est :
(x0 (t)2 + y 0 (t)2 )3/2
R(t) = 0
x (t)y 00 (t) − y 0 (t)x00 (t)
Soit Γ un arc paramétré défini en coordonnées polaires par ρ(θ).
Si le point de paramètre θ est birrégulier, le rayon de courbure de Γ en ce point est :
(ρ(θ)2 + ρ0 (θ)2 )3/2
R(θ) =
ρ(θ)2 + 2ρ0 (θ)2 − ρ(θ)ρ00 (θ)
Formules de Frenet :


dT →
− 1→−
= CN = N
ds R


dN →
− 1→−
= −C T = − T
ds R
Calcul d’aires planes :
Soit D une partie de R2 délimitée par un arc paramétré Γ de classe C 1 sans point
double parcouru dans le sens direct.
Si Γ est définie en coordonnées cartésiennes par (x(t), y(t)).
L’aire de D est :
Z Z Z
1
A(D) = x dy = − y dx = x dy − y dx
Γ Γ 2 Γ
Si Γ est définie en coordonnées polaires par ρ(θ) pour θ ∈ I.
L’aire de D est : Z
1
A(D) = ρ2 (θ) dθ
2 I

44
3.3 Coniques
3.3.1 Equations cartésiennes
Parabole :
Soit P une parabole.
Il existe un repère orthonormé dans lequel P a pour équation :
y 2 = 2px
Dans le repère R : p 
• Coordonnées du foyer F : ,0
2 p
• Equation de la directrice D : x = −
2

Ellipse :
Soit E une ellipse.
Il existe un repère orthonormé dans lequel E a pour équation :
x2 y 2
+ 2 = 1 avec 0 < b < a
a2 b
√ R:
Dans le repère
• c = a2 − b 2
• Excentricité : e = ac
• Coordonnées des foyers F et F 0 : (c, 0) et (−c, 0)
a2 a2
• Equation des directrices D et D0 : x = et x = −
c c
• Coordonnées des sommets : (a, 0) (−a, 0) (b, 0) (−b, 0)

Hyperbole :
Soit H une hyperbole.
Il existe un repère orthonormé dans lequel H a pour équation :
x2 y 2
− 2 = 1 avec a > 0 et b > 0
a2 b
√ R:
Dans le repère
• c = a2 + b 2
• Excentricité : e = ac
• Coordonnées des foyers F et F 0 : (c, 0) et (−c, 0)
a2 a2
• Equation des directrices D et D0 : x = et x = −
c c
b b
• Equations des asymptotes : y = x et y = − x
a a
• Coordonnées des sommets : (a, 0) (−a, 0)

45
3.3.2 Représentations paramétrées
Représentations cartésiennes et tangentes :
• Parabole P : y 2 = 2px
t2

x(t) = 2p
y(t) = t

La tangente à P au point M de coordonnées (x0 , y0 ) a pour équation :

yy0 = p(x + x0 ).

x2 y 2
• Ellipse E : + 2 =1
a2 b 
x(t) = a cos t
y(t) = b sin t

La tangente à E au point M de coordonnées (x0 , y0 ) a pour équation :

xx0 yy0
+ 2 = 1.
a2 b
x2 y2
• Hyperbole H : a2
− b2
=1
 
x(t) = a ch t x(t) = −a ch t
Réunion des courbes d’équations et
y(t) = b sh t y(t) = b sh t

La tangente à H au point M de coordonnées (x0 , y0 ) a pour équation :

xx0 yy0
− 2 = 1.
a2 b

Equation polaire :
L’équation polaire d’une conique dans un repère orthonormal centré au foyer et tel
que sa directrice ait pour équation x = −d est :
p
ρ=
1 − e cos θ

avec p = ed où e désigne l’excentricité de la conique.


• si 0 < e < 1 la conique est une ellipse
• si e = 1 la conique est une parabole
• si e > 1 la conique est une hyperbole

46
3.3.3 Etude bifocale
Ellipse :
Soient F et F 0 deux points dictincts du plan. Soient F F 0 = 2c et a > c.
L’ensemble des points M du plan tels que :

M F + M F 0 = 2a

est une ellipse de foyers F et F 0 .

Hyperbole :
Soient F et F 0 deux points dictincts du plan. Soient F F 0 = 2c et 0 < a < c.
L’ensemble des points M du plan tels que :

|M F − M F 0 | = 2a

est une hyperbole de foyers F et F 0 .

47
48
Index des notations

⊂ inclusion
∩ intersection
∪ réunion
CE complémentaire dans E
× produit cartésien
P(E) ensemble des parties de E
F(E, F ) ensemble des fonctions de E dans F

C ensemble des nombres complexes


N ensemble des entiers naturels
R ensemble des nombres réels
R droite réelle achevée
Z ensemble des entiers relatifs

[[., .]] intervalle d’entiers


! factorielle
Card
  cardinal
n
combinaison
p

≡ modulo
Im partie imaginaire
Re partie réelle
Un ensemble des racines nièmes de l’unité

deg degré
K[X] ensemble des polynômes à coefficients dans K

E∗ dual de E
⊕ somme directe
dim dimension
L(E, F ) ensemble des applications linéaires de E dans F
L(E) ensemble des endomorphismes de E

49
An (K) ensemble des matrices antisymétriques d’ordre n à coefficients dans K
Com comatrice
det déterminant
GLn (K) ensemble des matrices inversibles d’ordre n à coefficients dans K
Mn,p (K) ensemble des matrices à n lignes et p colonnes à coefficients dans K
Mn (K) ensemble des matrices carrées d’ordre n à coefficients dans K
MatB,C (f ) matrice de l’application linéaire f dans les bases B et C
Pass(B, C) matrice de passage de la base B à la base C
Sn (K) ensemble des matrices symétriques d’ordre n à coefficients dans K
t
A transposée de la matrice A
tr trace
Vect sous-espace vectoriel engendré

A⊥ orthogonal de A

f0 dérivée de la fonction f
f (n) dérivée nièmes de la fonction f

∂x
dérivée partielle par rapport à la première variable

∂y
dérivée partielle par rapport à la deuxième variable
o être négligeable devant
O être dominé par
C 0 (I) ensemble des fonctions continues sur I
C n (I) ensemble des fonctions n fois dérivables sur I dont la dérivée nièmes est
continue sur I
sgn(x) signe de x

∧ produit vectoriel
d(M, F ) distance du point M à l’ensemble F

C courbure
R rayon de courbure


N vecteur normal unitaire


T vecteur tangent unitaire

50
Index

Abscisse curviligne, 43 Cosinus, 25


Aire, 44 hyperbolique, 25
Application linéaire, 12 Cramer, 13
Arccos, 22 Croissances comparées, 25
Arcsin, 22
Arctan, 22 Déterminant, 13
Argch, 23 de Vandermonde, 14
Argsh, 23 Développements limités, 28
Argth, 23 Degré, 11
Dimension, 12
Base orthonormée, 15 Discriminant, 11
Bifocale, 47 Distance
Binôme de Newton, 10, 11 d’un point à un plan , 38
Bioche, 32 d’un point à une droite , 37, 38
Branche entre deux droites , 39
infinie, 41, 42 Droite, 37–39
parabolique, 41 Dual, 12
spirale, 42
Ellipse, 45, 47
Cardinal, 10 Ensemble
Cartésienne, 46 de fonction, 10
Cauchy-Schwarz, 14, 20, 31 des parties, 10
Cercle, 38 Equations
Changement de base, 13 du second degré, 11
Changement de repère, 37 Equations différentielles
Changement de variable, 32, 33 d’ordre 1, 33
Comatrice, 13 d’ordre 2, 33
Combinaisons, 10 Equivalent, 19, 24, 25
Comparaison Euler, 8
des moyennes, 20 Exponentielle, 23, 25
des suites, 19 Expression logarithmique, 23
Complémentaire, 7, 10
Convexe, 20 Factorisation, 11
Coordonnées Fonction
cartésiennes, 40, 41 composée, 26
cylindriques, 32 convexe, 20
polaires, 32, 40, 42 dérivée, 26
sphériques, 33 de deux variables, 26

51
puissance, 25 Moivre, 8
réciproque, 26 Moyenne, 20
Frenet, 44 arithmétique, 20
géométrique, 21
Gram-Schmidt, 15 harmonique, 21
Groupe orthogonal
de l’espace, 16 Newton, 10, 11
du plan, 15
Orthogonalité, 14, 15
Hyperbole, 45, 47 Orthonormalisation de Gram-Schmidt, 15

Identité Parabole, 45
de polarisation, 14 Parallélogramme, 14, 37
du parallélogramme, 14, 37 Partie imaginaire, 7
Inégalité, 23 Partie réelle, 7
de Cauchy-Schwarz, 14, 20, 31 Pascal, 10
de convexité, 20 Plan, 38, 39
de Minkowski, 14, 20, 31 Point
Intégrale d’inflexion, 42
double, 32 de rebroussement, 42
triple, 32, 33 ordinaire, 42
Intersection, 7, 10 Polaire, 46
d’un cercle et d’une droite, 38 Polarisation, 14
d’une spère et d’une droite, 39 Produit cartésien, 7, 10, 12
d’une sphère et d’un plan, 39 Produit matriciel, 12
de deux cercles, 38 Pythagore, 14
e deux sphères, 39
Réflexions, 15, 16
Leibniz, 26 Réunion, 7, 10
Limite Règles de Bioche, 32
d’une fonction, 23, 24 Racines nièmes de l’unité, 8
d’une suite, 18, 19 Rang, 13
Logarithme, 23, 25 Rayon de courbure, 44
Longueur d’arc, 43 Relation de comparaison, 19, 24
Relations coefficients-racines, 12
Matrice Repère, 37
antisymétrique, 12 de Frenet, 44
changement de base, 13 Riemann, 31
de passage, 13 Rotation, 15, 16
inverse, 13
produit, 12 Sinus, 23, 25
rang, 13 hyperbolique, 25
symétrique, 12 Somme
trace, 13 des n premiers entiers, 18
transposée, 13 Somme d’espaces vectoriels, 12
Minkowski, 14, 20, 31 Somme de Riemann, 31

52
Sphère, 39
Suite
arithmético-géométrique, 17
arithmétique, 17
comparaison, 19
géométrique, 17, 18
récurrente d’ordre 2, 18
Symétries, 40
Systèmes linéaires, 13

Tangente, 25, 46
hyperbolique, 25
Taux d’accroissement, 25
Taylor
avec reste intégral, 29
Lagrange, 29
pour les polynômes, 12
Young, 29
Trace, 13, 16
Triangle de Pascal, 10
Trigonométrie, 8
Trigonométrie hyperbolique, 21

Vandermonde, 14
Variation de la constante, 33

53