Vous êtes sur la page 1sur 35

CCTP 1593 Fascicule D

CONSTRUCTION DES CHAMBRES ET CANIVEAUX


ENTERRABLES - OUVRAGES PARTICULIERS ET
REHABILITATION

Année 2019

L04019 éd N°4
Historique du document

EDITION DATE CHAPITRES CHANGEMENTS

1 2003 Tous Création

2 2010 Tous Modifications


Chapitre 1 (Articles 1 à 7) et Chapitre 2 (Article
2) :
Compléments :
Prise en compte des chambres ½ L4T, L4C et
½ L4C, des chambres composites
Modification des annexes 2 à 8
- Compléments des tableaux
dimensionnels, volumétriques et
surfaciques
Création des annexes 5, 9 et 10:
- Autorisation/domaine d’emploi des
chambres
- Scellement d’un dispositif de fermeture
- Installation chambre composite
3 2013 1 Ajout de l'article 5.2.3 pointant sur l'article
6.3.1.2, au sujet des rehaussements de
chambre.
Ajout alinéa dans art 1 chapitre 1.
4 2019 1 Modification article 1 : Sauf avis contraire
explicite de Orange, les chambres composites
sont obligatoires sous trottoirs, parkings, aires
de stationnement et accotements pour les
types L0T à L4T et ½ L4T (annexe 10).
les chambres « composites » doivent être
validées par Orange et disponibles auprès des
distributeurs agréés par Orange en fonction du
bordereau du matériel en vigueur.
Article 6 § 6.1 : Les cadres et tampons doivent
être validés par Orange et disponibles auprès
des distributeurs agréés par Orange en
fonction du bordereau du matériel en vigueur.
Article 9 : Caniveau enterrable mis pour
information et suppression des § 9.1, 9.2 et
9.3

© Orange 2019 CCTP 1593 2/35


L04019 éd N°4 Fascicule D
SOMMAIRE

CHAPITRE 1 CONSTRUCTION DES CHAMBRES ET CANIVEAUX ENTERRABLES ............. 5


ARTICLE 1 - Généralités .................................................................................................... 5
ARTICLE 2 - Plan de coffrage et d’armatures des chambres coulées en place ................. 6
2.1 Dimensions, armatures et béton des ouvrages ......................................................... 6
2.2 Chambres standard .................................................................................................. 6
2.3 Chambres sur mesure coulées en place ................................................................... 6
2.4 Modifications apportées aux plans ........................................................................... 7
2.5 Modifications, reprises et extensions des chambres ................................................ 7
2.6 Poutre de renfort pour anneau de tirage positionné sur le côté du masque .............. 7
2.7 Modification de la voirie ............................................................................................ 8
ARTICLE 3 - Construction des chambres coulées en place............................................... 8
3.1 Fouilles ..................................................................................................................... 8
3.2 Dimensions et armatures des ouvrages .................................................................... 8
3.3 Coffrages .................................................................................................................. 8
3.4 Réservation pour les équipements de chambre : ...................................................... 8
3.5 Masques ................................................................................................................... 8
3.6 Mise en place des armatures .................................................................................... 9
3.7 Mise en place du béton ............................................................................................ 9
3.8 Décoffrage ................................................................................................................ 9
3.9 Tolérances ................................................................................................................ 9
ARTICLE 4 - Exécution des chapes et enduits..................................................................10
4.1 Chapes ....................................................................................................................10
4.2 Enduits .....................................................................................................................10
ARTICLE 5 - Manutention et mise en place des chambres ...............................................11
5.1 Manutention .............................................................................................................11
5.2 Mise en place...........................................................................................................11
5.2.1 Chambres monobloc ou à assembler ............................................................................11
5.2.2 Chambres monobloc ou à assembler et à radier à reconstituer .....................................11
5.2.3 Rehaussement des chambres........................................................................................11
ARTICLE 6 - Dispositifs de fermeture ...............................................................................11
6.1 Cadres et tampons ..................................................................................................11
6.2 Mise en place des cadres ........................................................................................11
6.3 Remplacement ou remise à niveau des cadres ........................................................12
6.3.1 Généralités. ...................................................................................................................12
6.3.2 Intervention sans changement de niveau .......................................................................13
6.3.3 Intervention avec changement de niveau .......................................................................14
ARTICLE 7 - Equipements de chambres associés ............................................................14
7.1 Echelle, échelon, crosse ..........................................................................................14
7.2 Support de câbles ...................................................................................................14
7.3 Anneau de tirage ......................................................................................................14
7.4 Puisard et grille de puisard ......................................................................................15
7.5 Ventilation et grille de ventilation ..............................................................................15
ARTICLE 8 - Plaques d’identification ................................................................................15
ARTICLE 9 - Caniveau enterrable (pour information) ........................................................16
CHAPITRE 2 OUVRAGES PARTICULIERS ET REHABILITATION ........................................17

© Orange 2019 CCTP 1593 3/35


L04019 éd N°4 Fascicule D
ARTICLE 1 - Galeries ........................................................................................................17
ARTICLE 2 - Réhabilitation d’ouvrages souterrains ..........................................................17
2.1 Spécification des travaux .........................................................................................17
2.2 Avant traitement.......................................................................................................17
2.2.1 Inspection détaillée ........................................................................................................18
2.2.2 Enquête géologique et enquête concessionnaires .........................................................18
2.2.3 Auscultation ..................................................................................................................18
2.3 Préconisation ...........................................................................................................19
2.3.1 Les coulis de ciment pur ................................................................................................19
2.3.2 Les coulis stabilisés à la bentonite .................................................................................20
2.3.3 Les coulis chargés .........................................................................................................20
2.3.4 Les coulis à haute pénétrabilité .....................................................................................20
2.3.5 Les résines ....................................................................................................................20
2.4 Traitement ................................................................................................................20
2.4.1 Plot d’essai ....................................................................................................................20
2.4.2 Injection de ciment ........................................................................................................20
2.4.3 Injection de résines ........................................................................................................21
2.4.4 Drainage des venues d’eau ...........................................................................................21
2.5 Contrôles et essais ..................................................................................................21
2.5.1 Produits d’injection ........................................................................................................21
2.5.2 Mise en œuvre ...............................................................................................................22
2.5.3 Conformité des résultats................................................................................................22
ANNEXES .........................................................................................................................23
ANNEXE 1 : Chambre standard entièrement découvrable .............................................23
ANNEXE 2 : Chambre standard plafonnée ....................................................................24
ANNEXE 3 : Chambre standard à accès déporté sur trottoir ..........................................25
ANNEXE 4 : Classification des chambres standard .......................................................26
ANNEXE 5 : Autorisation et domaine d’emploi des chambres ........................................27
ANNEXE 6 : Tableau dimensionnel ...............................................................................28
ANNEXE 7 : Tableau de volumétrique et surfacique ......................................................29
ANNEXE 8 : Poutre de renfort pour anneau de tirage positionné sur coté du masque ...30
ANNEXE 9 : Scellement d’un dispositif de fermeture .....................................................31
ANNEXE 10 : Chambres composites L0T à L4T et ½ L4T .............................................34
ANNEXE 11 : Chambre composite mise en œuvre ........................................................35

© Orange 2019 CCTP 1593 4/35


L04019 éd N°4 Fascicule D
CHAPITRE 1
CONSTRUCTION DES CHAMBRES
ET CANIVEAUX ENTERRABLES

ARTICLE 1 - Généralités

Les chambres sont des ouvrages souterrains type Trottoir (T) ou Chaussée (C) destinés à
permettre le tirage, la division et le raccordement des câbles.

Les chambres peuvent être entièrement découvrables (annexe 1), mi- plafonnées (annexe1),
ou plafonnées (annexe 2). L’accès des chambres plafonnées est axial (annexe 2), latéral
(annexe 2) ou déporté sur trottoir (annexe 3).

Les chambres sont en principe parallélépipédiques; elles possèdent un ou plusieurs


panneaux de soudure.

La pose d'une chambre sur conduite existante implique la découpe des tubes occupés ou
non occupés dans l'emprise de la chambre mise en place.

Les chambres sont :


 Soit standard (cf. tableau de classification des chambres, annexe 4) :Ouvrage ayant
des caractéristiques (forme et dimensions définies) conformes aux plans de
référence (CCTP 1593 : fascicule L03012 - Travaux de Génie Civil -Plans de
Chambres).

 Soit sur mesure : Ouvrage ayant des caractéristiques différentes des chambres
standard (forme et dimensions). Les modèles de chambre sur mesure peuvent être
coulées sur place et sont exclusivement en béton armé.

Sauf avis contraire explicite de Orange, les chambres composites sont obligatoires sous
trottoirs, parkings, aires de stationnement et accotements pour les types L0T à L4T et ½
L4T (annexe 10).

Ces chambres sont en béton, en plastique thermodurcissable ou thermoplastique (dites


chambres « composite ») :
 Les chambres béton doivent être conformes à la norme NF P 98 050 -1 « Chambres
de Télécommunications » et être admises à la marque NF.

 Les chambres composite doivent être validées par Orange et disponibles auprès des
distributeurs agréés par Orange en fonction du bordereau du matériel en vigueur.

En cas de force majeure dûment justifiée, (ex. rupture de stock, délais


d’approvisionnement), les chambres béton ne seront autorisées qu’après validation
d'Orange et commandées par Orange (continuité du chantier).

© Orange 2019 CCTP 1593 5/35


L04019 éd N°4 Fascicule D
Pour les chantiers (coordination, dissimulation) pour lesquels Orange n’est pas maître
d’œuvre mais fournit les matériels, l’utilisation de chambres composites ou béton est de la
responsabilité d'Orange.

Les chambres non caractérisées dans la norme NF P 98-050 -1, sont autorisées sous
réserve, qu’elles proviennent d’usines titulaires du droit d’usage de la marque NF
« Chambres de télécommunications » et que le réalisateur prouve que toutes les
caractéristiques (dimensionnelles, mécaniques, etc…) sont conformes aux documents et
règles de conception en vigueur (plans, note de calcul).

ARTICLE 2 - Plan de coffrage et d’armatures des chambres coulées en


place

2.1 Dimensions, armatures et béton des ouvrages

Les caractéristiques de construction des chambres standard ou sur mesure, définies dans
le présent document, correspondent aux conditions suivantes :
 Hauteur des matériaux de remblai au-dessus du plafond de 40 cm minimum; dans le
cas de charge inférieure à 40 cm, l’épaisseur du plafond sera augmentée de 5 cm.
 Béton en conformité au paragraphe 1 de l’article 8 du chapitre 1 du fascicule B et
mis en place par pervibration.
 Environnement non agressif et conditions climatiques courantes.

2.2 Chambres standard

Pour les chambres standard (hors chambres composites), entièrement découvrables,


plafonnées ou mi- plafonnées, le réalisateur se conforme aux plans de coffrage et de
ferraillage selon le fichier Plans de Chambres du CCTP 1593.

2.3 Chambres sur mesure coulées en place

Le réalisateur :
 Fournit les plans de coffrage et de ferraillage avant le commencement des travaux,
suivant les indications des dimensions intérieures et l’emplacement des
équipements précisés par Orange.
 Etablit pour chaque ouvrage ou partie d’ouvrage, un projet comportant tous les
dessins d’ensemble et de détail nécessaires pour l’exécution. Ces plans doivent être
cotés avec le plus grand soin; en particulier la nature, les emplacements, le diamètre
et l’ancrage des armatures doivent être indiqués sur un plan à l’échelle 1/20 au
minimum.

Les dimensions sont fonction des contraintes réelles en place, notamment en ce qui
concerne :
 La poussée des terres.
 L’épaisseur du remblai au-dessus de l’ouvrage.
 Les surcharges appliquées.

© Orange 2019 CCTP 1593 6/35


L04019 éd N°4 Fascicule D
 La présence de nappe phréatique.
 La disposition du dispositif de fermeture, etc…

En appliquant les règles de calcul Eurocode en vigueur et les calculs de surcharges


routières, les plans doivent être :
 Accompagnés d’une note de calcul justificative établie par un bureau d’études et
vérifiée par un bureau de contrôle reconnu comme tel,
 Etablis au nom du titulaire du contrat avec en référence le numéro du projet et
préciser l’implantation de l’ouvrage pris en considération.

2.4 Modifications apportées aux plans

Dans la mesure où le réalisateur désire apporter des modifications aux dispositions prévues,
il est tenu de fournir une note de calcul justificative établie en appliquant les règles de calcul
Eurocode en vigueur, ainsi que les plans de coffrage et de ferraillage. Ces documents sont
établis par un bureau d’études et vérifiés par un bureau de contrôle reconnu comme tel
avant le commencement des travaux.

2.5 Modifications, reprises et extensions des chambres

Les modifications, reprises et extensions de chambre existante sont traitées comme les
chambres sur mesure.

Le réalisateur doit s’assurer particulièrement que les dispositions énoncées à l’article 9 du


chapitre 1 du fascicule B (coffrage, mise en place du béton, etc…) et les points suivants
sont effectués dans les règles de l’art :

 Taille du béton à angle droit.


 Repiquage jusqu’au béton sain.
 Elimination de toutes les impuretés et poussières à l’aide d’air comprimé.
 Humidification de la partie existante et réalisation d’une couche d’accrochage à
base de liant hydraulique en cas de besoin avant de procéder au coulage.

Le ferraillage existant doit être suffisamment dégagé pour permettre sa reprise correcte et
en conformité avec les règles sur le recouvrement et l’ancrage.

Dans le cas de rehaussement nécessitant la reconstruction de la cheminée, le réalisateur


doit confectionner une armature au cas où elle n’existerait pas.

Le rehaussement de chambre sous trottoir peut-être réalisé avec des éléments composites.

2.6 Poutre de renfort pour anneau de tirage positionné sur le côté du masque

Dans le cas où les anneaux de tirage sont positionnés sur le côté du masque, le réalisateur
exécutera un renfort :
 En conformité avec le schéma donné en annexe 7.

© Orange 2019 CCTP 1593 7/35


L04019 éd N°4 Fascicule D
 Ou à son initiative, sous réserve que les caractéristiques mécaniques soient au
minimum équivalentes à celles garanties par la méthode donnée en exemple
(résistance à l’arrachement).

2.7 Modification de la voirie

Par transformation d’une « zone trottoir » en « zone pompier », par modification de tracé de
voirie, une chambre existante sous trottoir peut se retrouver sous une zone ouverte à la
circulation.

Compte tenu des surcharges routières auxquelles cette chambre sera soumise, il convient
de la remplacer par une chambre type chaussée.

ARTICLE 3 - Construction des chambres coulées en place

3.1 Fouilles

Les dispositions relatives aux terrassements sont applicables aux travaux de fouille
nécessaires à la construction des chambres.
La tolérance d’implantation de l‘ouvrage par rapport au projet est de plus ou moins 10 cm.

3.2 Dimensions et armatures des ouvrages

Les dispositions de l’article 2.1 du présent fascicule relatif aux chambres sont entièrement
applicables.
Le réalisateur construit la chambre conformément aux plans de coffrage et d’armatures
donnés (Plans de Chambres du CCTP 1593 ) ou fait établir ces plans par un bureau
d’études et les fait vérifier par un bureau de contrôle reconnu comme tel.
Les dimensions intérieures des chambres sont données pour du béton pervibré sans enduit.

3.3 Coffrages

Le réalisateur est tenu de coffrer les piédroits intérieurement et extérieurement.


Les coffrages doivent être conformes à l’article 9.3 du chapitre 1 du fascicule B.

3.4 Réservation pour les équipements de chambre :

Le réalisateur doit s’informer auprès du représentant d’Orange de l’équipement fixe prévu et


effectuer au coulage les réservations nécessaires à sa mise en place.
A défaut d’avoir exécuté ces réservations, il doit en effectuer le percement ultérieurement.

3.5 Masques

Les masques sont positionnés conformément aux schémas des plans de coffrage des
chambres.

© Orange 2019 CCTP 1593 8/35


L04019 éd N°4 Fascicule D
Si le projet ne l’indique pas, le réalisateur s’informe obligatoirement auprès d'Orange de la
position exacte des masques.

La réalisation de la jonction entre la canalisation et la chambre est réalisée conformément


au chapitre 3 article 1.2 du fascicule C et aux prescriptions détaillées d'Orange relatives à
chaque cas.

Les tubes doivent être obturés à l’aide d’obturateurs qualifiés par Orange, obturateurs
provisoires jusqu’au mandrinage et d’obturateurs définitifs après mandrinage.
Les obturateurs doivent être conformes à la spécification « Obturateur d’Alvéole » en
vigueur.

3.6 Mise en place des armatures

Les armatures et leur mise en place sont conformes aux prescriptions de l’article 5 du
chapitre 1 du fascicule B.

Des supports d’armatures en matériau rigide, plastique ou béton, sont à mettre en place
avant le coulage du béton; ils doivent être stables aussi bien avant que pendant la mise en
œuvre du béton.

3.7 Mise en place du béton

La qualité et la mise en place du béton sont conformes à articles 9.5 du chapitre 1 du


fascicule B.

3.8 Décoffrage

Le béton étant pervibré, le décoffrage et l’aspect de surface au décoffrage doivent être en


conformité avec l’article 9.8 du chapitre 1 du fascicule B.
Si un enduit est nécessaire, son dosage est conforme aux prescriptions de l’article 6.1 du
chapitre 1 du fascicule B.

La face supérieure du radier est talochée et lissée et comporte une légère pente (5 mm / m)
vers le puisard pour les chambres qui en comportent; si l’aspect n’est pas satisfaisant, le
réalisateur est tenu de réaliser une chape en conformité avec les prescriptions de
l’article.6.1 du chapitre 1 du fascicule B.

3.9 Tolérances

Le réalisateur est tenu de respecter les prescriptions suivantes :


 Les dimensions intérieures des ouvrages finis doivent être conformes au tableau ci-
après, donnant les tolérances dimensionnelles par rapport à la longueur théorique (L)
Ce tableau est établi pour les chambres de hauteur extérieure ≤ 1,50 m.
 Les tolérances sont de plus ou moins 1 % pour les autres chambres (hauteur extérieure
supérieure à 1,50 m).
 En planéité, une règle de 1 m appliquée sur la surface intérieure ne doit pas faire
apparaître une flèche supérieure à 5 mm.

© Orange 2019 CCTP 1593 9/35


L04019 éd N°4 Fascicule D
Chambre de profondeur ≤ 1,50 m Tolérances (cm) Pour une dimension L (cm)

± 0,5 L  60

± 0,7 60 < L  88
Dimensions intérieures
(longueurs – largeurs – profondeurs)
±1 L > 88

Epaisseur ± 0,5 L quelconque

Position des masques, supports de


±1 L quelconque
câbles et anneaux de tirage

Dispositifs de descente ±1 L quelconque

Dimensions des masques ±2 L quelconque

ARTICLE 4 - Exécution des chapes et enduits

4.1 Chapes

Le réalisateur exécute au-dessus du plafond des chambres une chape d’étanchéité


conforme au DTU 26.2 « Chapes et dalles à base de liants hydrauliques ». Cette chape aura
une pente minimale de 2 cm / m (point haut dans l’axe longitudinale de la chambre).
Différents type de chape sont possibles :
 Chape incorporée : dans ce cas le dessus du plafond aura une pente de 2 cm/m,
 Chape au mortier : le support ayant été préalablement nettoyé, lavé et piqué s’il y a
lieu, la chape est constituée d’une couche de mortier de 2 cm d’épaisseur minimale,
talochée et lissée.
 Chape avec hydrofuge de masse,
 etc….

4.2 Enduits

L’enduit doit être conforme au DTU 26.1 « Enduits aux mortiers de ciment, de chaux et de
mélange de plâtre et chaux aérienne ».
S’il s’agit d’enduire un béton lisse, celui-ci est piqué, brossé et lavé.
L’enduit a une épaisseur minimale de 1 cm.
Il doit être homogène, d’aspect régulier, sans gerçures ni soufflures.
Tout enduit qui présente des défauts d’adhérence doit être refait.

© Orange 2019 CCTP 1593 10/35


L04019 éd N°4 Fascicule D
ARTICLE 5 - Manutention et mise en place des chambres

5.1 Manutention

Le réalisateur se conforme aux conditions de manutention définies par le fabricant et


consignées sur une notice jointe à chaque chambre ou livraison de chambres.

5.2 Mise en place

5.2.1 Chambres monobloc ou à assembler

Dans tous les cas, les produits font l’objet sur chantier, avant mise en place, de vérifications
portant notamment sur l’aspect et le marquage. Ces vérifications sont exécutées par le
réalisateur et le résultat de celles-ci est adressé à Orange.
Les chambres présentant des fissures, des épaufrures ou autres défauts ne doivent pas être
mises en place.

Une fois la fouille exécutée, le fond de fouille est soigneusement purgé, nivelé à la bonne
cote et compacté. Le réalisateur met en place une couche d’épaisseur minimale 0,10m de
béton d‘assise conforme au paragraphe.8.2.4 du chapitre 1 du fascicule B coulé sur toute la
surface de la fouille exécutée pour la chambre.

La chambre est mise en place sur cette assise de manière telle que les tubes pénètrent
dans la chambre sans risque de cisaillement.

5.2.2 Chambres monobloc ou à assembler et à radier à reconstituer

En plus des prescriptions du 5.2.1, le réalisateur reconstitue le radier en se conformant à la


notice informative établie par le fabricant.

5.2.3 Rehaussement des chambres

Voir les explications données à l'article 6.3.2.1 ci-après.

ARTICLE 6 - Dispositifs de fermeture

6.1 Cadres et tampons

Les cadres et tampons doivent être validés par Orange et disponibles auprès des
distributeurs agréés par Orange en fonction du bordereau du matériel en vigueur.

6.2 Mise en place des cadres

Le réalisateur nettoie les surfaces qui doivent être en particulier exemptes de graisse et
scelle le cadre sans gauchissement, à une cote permettant le raccordement à la chaussée,
à l’accotement ou au trottoir, et de façon générale au terrain adjacent.

© Orange 2019 CCTP 1593 11/35


L04019 éd N°4 Fascicule D
Dans la mesure du possible, le réalisateur scelle le cadre en même temps qu’il coule le
béton des piédroits, du plafond ou de la cheminée.
Dans le cas contraire, il soumet le mode de scellement à l’approbation d'Orange.
Le sens de pose des dispositifs de fermeture doit respecter les instructions des fabricants.

6.3 Remplacement ou remise à niveau des cadres

6.3.1 Généralités.

6.3.1.1 Dispositifs de fermeture

Après application d’un produit de reprise de bétonnage, le remplacement des dispositifs de


fermeture s’effectue avec :
 Un béton conforme à l’article.8 du chapitre 1 du fascicule B (du CCTP 1593) ou un
produit spécial scellement, béton, mortier, résine, pour cadres et tampons autorisés
d'emploi par Orange, lorsqu’il n’y a pas de contrainte de remise en circulation,
 Un produit spécial scellement, béton, mortier, résine, pour cadres et tampons
autorisés d'emploi par Orange, lorsqu’il y a contrainte de remise en circulation.

En cas de rabaissement, le réalisateur utilise les moyens les plus appropriés pour exécuter
les travaux qui ne doivent en aucun cas compromettre la sécurité et la pérennité de
l’ouvrage.
Il sera, par exemple, préférable d’utiliser une tronçonneuse en lieu et place d’un marteau
piqueur ou burineur pour la démolition de la partie en excédent.
Un rabaissement de niveau supérieur à 5 cm entraîne un déplacement de l’équipement de la
chambre.

En cas de rehaussement ou en cas de sur profondeur d’une chambre entièrement


découvrable, le niveau fini ne peut excéder : 15 cm pour les chambres de profondeur
inférieure ou égale à 60 cm,
 15 cm pour les chambres de profondeur inférieure ou égale à 60 cm,
 30 cm pour les chambres de profondeur supérieure à 60 cm, par rapport au niveau
initial.

Au-delà de ces valeurs se posent des problèmes de sécurité, d’ergonomie de travail et de


résistance des matériaux.
Tout rehaussement en dehors de ces limites, nécessite une étude de faisabilité et
d’appréciation de l’espace de travail, pour garantir la sécurité des intervenants et la
pérennité de l’ouvrage.
Les chambres mi- plafonnées et les cheminées des chambres plafonnées peuvent être
rehaussées en reprenant le ferraillage type des plans annexés et en augmentant la longueur
des attentes.

6.3.1.2 Rabaissement ou rehaussement des chambres

En travaux neufs, le rabaissement et le rehaussement des chambres est proscrit.


Le rabaissement des chambres en exploitation, doit faire par le réalisateur, l’objet d’une
étude propre à chaque chambre, en respectant sa nature béton ou composite, en tenant

© Orange 2019 CCTP 1593 12/35


L04019 éd N°4 Fascicule D
compte de la géométrie et du dimensionnement du sommet de la chambre (couronnement),
de l’épaisseur des piédroits, du ferraillage existant, etc...

Le rehaussement des chambres en exploitation, doit faire par le réalisateur, l’objet d’une
étude propre à chaque chambre, en respectant de préférence sa nature béton ou
composite, en tenant compte de la géométrie et du dimensionnement du sommet de la
chambre (couronnement), de l’épaisseur des piédroits, du ferraillage existant, …etc.
En rehaussement :
 L'association "chambre béton sur chambre composite" est interdite,
 L'association "élément(s) de chambre composite sur chambre béton" est tolérée
après accord de Orange, sur présentation par le maître d'œuvre d'un mode
opératoire détaillant la mise en œuvre. Ce rehaussement ne doit pas dépasser 30 cm
de hauteur.

6.3.2 Intervention sans changement de niveau

6.3.2.1 Chambres non armées:

Afin de solidariser les deux parties en béton, le réalisateur implante dans les angles et sur le
pourtour des piédroits ou de la cheminée des fers de reprise en acier haute adhérence.
Pour les chambres sous chaussée, les fers de reprise sont complétés par un « chaînage
armé ». Le « chaînage » est fixé à ces fers.
Le dimensionnement du chaînage, des fers de reprise, du diamètre et de la profondeur des
percements sont à adapter par le réalisateur, en fonction des contraintes locales.

Schéma de principe

"Chaînage"

Béton ou Produit de scellement

Fers de reprise
et percements

Béton existant

Chambre trottoir Chambre chaussée

6.3.2.2 Chambres armées:

Afin de solidariser les deux parties en béton, le réalisateur dégage les aciers existants du
couronnement supérieur de la chambre.

© Orange 2019 CCTP 1593 13/35


L04019 éd N°4 Fascicule D
6.3.3 Intervention avec changement de niveau

6.3.3.1 Chambres non armées

cf. paragraphe 6.3.2.1

6.3.3.2 Chambres armées

Afin de solidariser les deux parties en béton, le réalisateur dégage les aciers du
couronnement supérieur de la chambre ; il réalise un ferraillage de couronnement conforme
aux plans de ferraillage en annexe, le positionne à la hauteur demandée et le fixe sur les
aciers existants.

ARTICLE 7 - Equipements de chambres associés

Les règles et les matériels d’équipement de chambres associés doivent être conformes aux
spécifications définies dans la modalité d’application « Règles et conditions techniques
relatives aux équipements de chambres » référence FT.DRX93M0149.

On entend par matériels d’équipement de chambres associés :


 Les échelles, échelons, crosses,
 Les supports de câbles,
 Les anneaux de tirage,
 Les grilles de puisard,
 Les grilles de ventilation.

7.1 Echelle, échelon, crosse


Les échelles, les échelons, les crosses permettent l’accès aux ouvrages souterrains de
télécommunications.
Ils ne doivent en aucun cas présenter d’obstacles à la descente ou à la remontée des
intervenants et à l’exécution des travaux.
Dans tous les cas ils doivent permettre l’évacuation rapide en cas de danger.
Ils ne doivent pas présenter de danger (arrêtes coupantes, …)
Les degrés d’échelles, les échelons doivent supporter un effort vertical de 150 daN avec
une flèche résiduelle inférieure à 2 mm.
Les échelons, la fixation de la crosse de descente et chaque point d’ancrage d’une échelle
doivent supporter un effort horizontal d’extraction de 300 daN.

7.2 Support de câbles


Les supports de câbles sont fixes ou mobiles, prédéfinis en fonction de la longueur, de la
largeur et de la profondeur de la chambre à équiper.

7.3 Anneau de tirage


Les anneaux de tirage équipent toutes les chambres de profondeur supérieure ou égale à
1,20 m, ainsi que les chambres de profondeur inférieure à 1,20 m construites sur une
canalisation comportant des tubes de diamètre 80 mm.

© Orange 2019 CCTP 1593 14/35


L04019 éd N°4 Fascicule D
Ils doivent être de préférence mis en place avant le coulage du béton, avec des aciers de
répartition ou suivant le modèle par fixation par points. Une fois scellés, les anneaux de
tirage doivent supporter une charge d’essai d’extraction de 40 KN.

7.4 Puisard et grille de puisard

Sauf dispositions contraires au dossier du projet, toutes les chambres plafonnées


comportent un puisard muni d’un fond construit en un endroit facilement accessible, à
l’exception du pied de l’accès.
Pour des raisons de sécurité, les grilles de puisard ne doivent pas pouvoir être retirées et
doivent se refermer par simple gravité.
Le cadre et sa grille sont destinés à équiper des puisards normalisés de 30 cm x 30 cm.
La résistance mécanique minimale à la compression de la grille est de 150 daN.

7.5 Ventilation et grille de ventilation

Pour toute chambre plafonnée, l’entrepreneur réalise obligatoirement le dispositif de


ventilation, selon les indications d’Orange.
Il installe obligatoirement les grilles de ventilation sous trottoir, sauf indications contraires de
la part d’Orange.

Les grilles sont disposées de manière à fonctionner en pièges à vent.


Elles sont verrouillables et doivent pouvoir être ouvertes sans possibilité de les enlever.
Elles sont conçues pour être adaptées à des regards type de 33 cm x 33 cm.
La résistance mécanique minimale à la compression de la grille de ventilation est de :

 125 KN pour les grilles installées sur trottoir,


 250 KN pour les grilles installées sur parking,
 400 KN pour les grilles installées exceptionnellement sous chaussée.

Les conduits partent toujours d’une position haute sur une paroi, d’une position basse sur la
paroi opposée; les tubes sont de section circulaire et d’un diamètre minimal de 250 mm.

ARTICLE 8 - Plaques d’identification

A la demande d'Orange, des plaques informatives peuvent être apposées sur les pieds
droits par tout système de fixation autre que le collage et le clouage à gaz, à poudre et
pneumatique :

 Plaque d’identification de chambre,


 Plaque de présence de réseau(x) derrière les piédroits (gaz, EDF, chauffage urbain,
etc...),
 Plaque d’interdiction ou de recommandation,
 Etc…

© Orange 2019 CCTP 1593 15/35


L04019 éd N°4 Fascicule D
ARTICLE 9 - Caniveau enterrable (pour information)

Le caniveau enterrable a été utilisé généralement en terrain privé pour le raccordement des
câbles à fibres optiques.
Il était en béton armé et recouvert de dalles.
Volume utile minimum : L x l x h (intérieures) = 1.80 x 0.90 x 0.35

Schéma de principe

Dalles de fermeture

Corps de caniveau

Dispositif de lovage de FO

© Orange 2019 CCTP 1593 16/35


L04019 éd N°4 Fascicule D
CHAPITRE 2
OUVRAGES PARTICULIERS ET REHABILITATION

ARTICLE 1 - Galeries

Les travaux de terrassement pour galerie peuvent être exécutés à ciel ouvert ou en
souterrain.
Les galeries sont exécutées en béton armé.
Suivant les indications des dimensions intérieures et l’emplacement des équipements
précisés par Orange, le réalisateur établit pour chaque ouvrage ou partie d’ouvrage, un
projet comportant tous les dessins d’ensemble et de détails nécessaires pour l’exécution
des travaux :

 Plan de coffrage,
 Plan de ferraillage.

Le réalisateur doit fournir une note de calcul justificative conforme aux règlements en
vigueur.
Lorsqu’il est nécessaire de prévoir une étanchéité, le réalisateur soumet à Orange les
procédés qu’il propose d’utiliser. Cette étanchéité peut être obtenue par incorporation dans
la masse de produits hydrofuges spéciaux ou aux moyens d’enduits étanches (cuvelage).

ARTICLE 2 - Réhabilitation d’ouvrages souterrains

2.1 Spécification des travaux

Les ouvrages à traiter sont situés à l'intérieur de zones diverses, géologiquement différentes
et soumis pour une partie importante aux régimes hydrologiques des nappes phréatiques et
aux influences des eaux séléniteuses.

La consolidation, la régénération des maçonneries, le traitement des sols et terrains, les


étanchements et traitements de surface devront être proposés en fonction des situations
locales et des examens préalables résultant de sondages ou de reconnaissances.

Un programme d'injections sera proposé par Orange ou par un bureau d'études spécialiste
du domaine et validé par un plot d’essais en début de chantier.

Il est expressément spécifié que la préconisation Orange n'a qu'un caractère indicatif et
qu’Orange se réserve le droit de la modifier au cours de l'exécution.

2.2 Avant traitement

© Orange 2019 CCTP 1593 17/35


L04019 éd N°4 Fascicule D
Une campagne de reconnaissances de l'état des maçonneries, de la nature du contact
ouvrage-terrain et des terrains encaissants et adjacents est réalisée avant traitement.

2.2.1 Inspection détaillée

Cette prestation est à effectuer au démarrage de toute étude et comprend les opérations
suivantes :
 Relevé détaillé des désordres (localisation, photos, relevé géométrique des sections,
des encombrements, des désordres….).
 Visite de l'ouvrage par un expert pour déterminer la nature, l'ampleur des désordres
et le type de pathologie.
 Réalisation d'un dossier comprenant :
 le profil en long de la galerie,
 le report des désordres sur un éclaté de la section des coupes de la galerie ou
chambre,
 le report des particularités relevées sur site (ouvrages particuliers, désordres en
surface, ect…).

2.2.2 Enquête géologique et enquête concessionnaires

Cette phase a pour objectif de localiser la galerie dans son environnement souterrain. Elle
permet d'écarter ou de retenir des causes de désordres et d'évaluer les risques
géotechniques liés à l'environnement de l'ouvrage.

Elle comprend les opérations suivantes :


 Enquête sur l'historique de l'ouvrage (plan, date et mode de la construction, période
d'apparition des désordres, évolution constatée, travaux réalisés,……).
 Enquête géologique auprès des services des carrières et services de voirie.
 Enquête concessionnaires, notamment vis à vis de gros ouvrages (RATP, SNCF,
SAGEP, EDF, assainissement, ect…).

2.2.3 Auscultation

Les deux premières phases sont indispensables à la définition d'une campagne


d'auscultation, voire à la prise de mesures conservatoires éventuelles.

2.2.3.1 Reconnaissances destructives

a) sondages carottés en continu dans les maçonneries et les terrains, avec


prélèvements d'échantillons intacts. Le diamètre préconisé pour ce type de
sondages est de 60 à 100 mm. Dans certains cas, Orange peut être amené à
demander des essais en laboratoires (compression simple, essais de cisaillement…).
Dans ce cas, la carotte prélevée doit avoir un élancement de 2 (longueur = 2 x le
diamètre).

© Orange 2019 CCTP 1593 18/35


L04019 éd N°4 Fascicule D
b) sondages par percements dans l’épaisseur de la maçonnerie jusqu’au contact
terrain peuvent apporter des éléments complémentaires sur les caractéristiques
dimensionnelles de l'ouvrage.

c) les essais d'eau permettent d'avoir une première idée sur la perméabilité des
structures et du contact avec le terrain. Ces essais sont essentiellement de type
LUGEON (ou équivalent), essais qui permettent d’apprécier le coefficient de
perméabilité d'une roche fracturée. Le principe consiste à mesurer le volume d'eau
absorbé par le milieu testé par minute et par mètre linéaire de sondage, sous une
pression constante.

d) sondage géotechnique permettant de mieux connaître l’environnement géologique


de l’ouvrage et la pose d’un piézomètre afin de suivre la présence d’eau dans le
terrain concerné.

e) l’endoscope, permet la visualisation in situ des structures.

f) les fenêtres, traversant la structure pour pénétrer dans le terrain en place, elles
permettent de reconnaître de manière précise la composition de l’ouvrage, le terrain
et son contact.

2.2.3.2 Reconnaissances non destructives

On appelle non destructives, les reconnaissances qui sont conduites sans porter atteinte à
l’intégrité de l’ouvrage :

- essai de vérinage ou MAC (Mécanique d’Auscultation des Conduites) :


Il consiste à déformer l’ouvrage sous contrainte constante par vérinage interne et à
mesurer la raideur et le taux de transmission de la déformation.

2.3 Préconisation

Le choix des produits à utiliser dans le cadre d’un projet de réhabilitation constitue l’un des
éléments essentiels de la procédure.

Les études précédentes et le niveau de résultat souhaité déterminent le type de traitement à


effectuer :
 Traitement de terrain,
 Traitement de collage (remplissage des vides entre l’ouvrage et le terrain),
 Régénération,
 Injection de résine,
 Finition enduit pelliculaire, peinture …

2.3.1 Les coulis de ciment pur

Les ciments les plus couramment employés sont de type CEM lll / C 32,5; ils sont conseillés
en milieu agressif et utilisés pour l’amélioration des caractéristiques mécaniques des
structures.

© Orange 2019 CCTP 1593 19/35


L04019 éd N°4 Fascicule D
2.3.2 Les coulis stabilisés à la bentonite

La bentonite hydratée dans l’eau maintient les grains de ciment en suspension et réduit
l’essorage au cours de l’injection. Il est conseillé d’utiliser ce type de formule lorsque le
rapport ciment / eau (C/E) est inférieur à 1,5. Ils sont destinés à l’étanchement et la
consolidation des terrains.

2.3.3 Les coulis chargés

Ce sont des coulis à base de ciment comportant une forte proportion de charge inerte,
(cendres volantes, sablon …). Tout en augmentant la rigidité, on limite la dispersion du
coulis en assurant une proportion élevée de matière sèche moins coûteuse. Ils sont utilisés
pour le remplissage de vides importants, voire le comblement d’ouvrage abandonné.

2.3.4 Les coulis à haute pénétrabilité

Ce sont des coulis ultra fins contenant des grains de diamètre inférieur à 20 microns. Mis en
suspension dans l’eau et défloculés, ils permettent d’injecter des milieux à faible
perméabilité.

2.3.5 Les résines

Elles sont principalement utilisées pour le traitement des venues d’eau après consolidation
de l’ouvrage.

2.4 Traitement

2.4.1 Plot d’essai

La formulation du coulis d'injection et les consignes de forage et d'injection ayant été


prédéterminées au cours d'études préliminaires, celles-ci doivent être testées et mises au
point dans le cadre d'un plot d'essai exécuté en tout début de chantier, sur une partie
représentative de la pathologie de l'ouvrage à traiter.

2.4.2 Injection de ciment

Le principe de toute injection consiste à envoyer sous pression un coulis dans le milieu à
traiter par l'intermédiaire de forages qui le traversent.
La mise en œuvre comprend, en général, les quatre opérations suivantes :

 L'exécution du forage
 L'équipement du forage par obturateur
 La fabrication et le transport du coulis
 La mise en œuvre du coulis, son suivi et son contrôle

Concernant les forages, leur maillage est primordial pour assurer une répartition régulière du
coulis injecté dans le milieu à traiter.

© Orange 2019 CCTP 1593 20/35


L04019 éd N°4 Fascicule D
Concernant l'injection, trois paramètres principaux doivent être pris en compte : la pression,
le débit et le volume. Chacun d'eux doit être limité à une valeur maximale de consigne à
préciser en fonction du type d'injection concerné (traitement de terrain, collage,
régénération) et des caractéristiques du matériau à injecter.

2.4.3 Injection de résines

En matière de réhabilitation d’ouvrages souterrains, l’emploi de résines polymériques doit


être limité essentiellement à l’arrêt des venues d’eau.

Les résines présentent des caractéristiques différentes suivant leur nature et répondent à
des exigences que les coulis de ciment ne peuvent satisfaire.

1) Viscosité très basse permettant l’injection de porosité très ouverte et de fissures très
fines des ouvrages de maçonneries ou de béton.
2) Temps de prise réglable de quelques secondes à plusieurs dizaines de minutes,
permettant le contrôle de l’injection en fonction de l’importance des venues d’eau.
3) Résistances mécaniques élevées, atteintes rapidement pour certaines familles
polymériques (époxy, polyuréthane bi-composant …)
4) Comportement mécanique de type élastique, permettant d’accepter des variations
dimensionnelles plus ou moins importantes, (polyacrylate, polyuréthane mono et bi-
composant …)
5) Résistance en milieu agressif.

2.4.4 Drainage des venues d’eau

La solution du captage et ensuite du drainage des venues d’eau peut être une solution
technico-économique intéressante sous réserve que :

1) La composition physico-chimique de l’eau d’infiltration le permette (pourcentage et


natures des matières en suspension).
2) Les débits captés soient raisonnables et compatibles avec le dispositif de pompage et
d’évacuation prévu en exploitation.
3) Les dispositifs de drainages soient visitables et d’une maintenance aisée et régulière.
4) Le drainage ne génère pas de problème de stabilité du terrain encaissant, par
exemple par entraînement de fines du terrain.
5) Dans les zones sensibles la mise hors gel du drainage soit assurée.

2.5 Contrôles et essais

L’objectif des contrôles est de s’assurer de la conformité technique des produits injectés,
des méthodes utilisées et des performances du milieu injecté, en fonction du niveau de
résultat souhaité.

2.5.1 Produits d’injection

© Orange 2019 CCTP 1593 21/35


L04019 éd N°4 Fascicule D
Le contrôle sur site de la viscosité, densité et exsudation sont les plus courants et
permettent de vérifier la permanence des caractéristiques des produits injectés.

2.5.2 Mise en œuvre

Le contrôle des paramètres d’injection est primordial et le bon fonctionnement du système


d’injection doit être vérifié régulièrement.
Le contrôle des volumes et débits de tête de forage doit être effectué par remplissage
préalable d’un fût de volume connu et comparé avec les mesures relevées au niveau de la
centrale d’injection.
Le contrôle des pressions se fait au niveau de la centrale d’injection et en tête de forage par
manomètres ou capteur de pression, pour évaluer en permanence les pertes de charges.

2.5.3 Conformité des résultats

Pour ce contrôle on préférera l’utilisation des essais pratiqués lors des études préalables de
façon à comparer les résultats (essais destructifs et non destructifs).

Les techniques et produits évoluent sans cesse, c’est pourquoi il est important de se référer
aux dernières fiches techniques (DTU) et de s’informer des nouvelles méthodes de
traitement.
LES PHASES DE REHABILITATION

© Orange 2019 CCTP 1593 22/35


L04019 éd N°4 Fascicule D
ANNEXES

ANNEXE 1 : Chambre standard entièrement découvrable

© Orange 2019 CCTP 1593 23/35


L04019 éd N°4 Fascicule D
ANNEXE 2 : Chambre standard plafonnée

CHAMBRE STANDARD PLAFONNEE

Coupe AA Coupe BB

Puisard

Nota : le système de ventilation n'est pas représenté

A A

A accès axial

A accès latéral

© Orange 2019 CCTP 1593 24/35


L04019 éd N°4 Fascicule D
ANNEXE 3 : Chambre standard à accès déporté sur trottoir

CHAMBRE STANDARD A ACCES DEPORTE SUR TROTTOIR

Coupe AA Coupe BB

Puisard

Nota : le système de ventilation n'est pas représenté

A A

© Orange 2019 CCTP 1593 25/35


L04019 éd N°4 Fascicule D
ANNEXE 4 : Classification des chambres standard

TYPE MODELE ENTIEREMENT MI-PLAFONNEE PLAFONNEE


CHAMBRE DECOUVRABLE
(Ch) (ED) (MIP) (P)
L0T
L1T
L2T
L3T
L4T
T
R 1/2 L4T
O L5T
T L5T
T à banquette
O L6T
I
L6T
R à banquette
M2T
P1T
P2T
P3T
(T) P4T
P5T
P6T
L1C
L2C
L3C
L4C
1/2 L4C
K1C
K2C
K3C
M1C
C M2C
à banquette
H
A M3C
U P1C
S P2C
S P3C
E P4C
E
P5C
P6C
D1C à accès déporté
(C) D2C à accès déporté
D3C à accès déporté
D4C à accès déporté
D5C à accès déporté
D6C à accès déporté

© Orange 2019 CCTP 1593 26/35


L04019 éd N°4 Fascicule D
ANNEXE 5 : Autorisation et domaine d’emploi des chambres

CHAMBRE BÉTON
COMPOSITE Préfabriquée
TYPE MODÈLE Coulée en place
NF NON NF
L0T  (1)
L1T  (1)
T L2T  (1)
R L3T  (1)
O L4T  (1)
T 1/2 L4T  (1)
T L5T  
O L5T à banquette 
I L6T  
R L6T à banquette 
M2T  (2)
P1T  (2)
(T) P2T  (2)
P3T  
P4T  
P5T  
P6T  
L1C 
L2C 
L3C 
L4C 
1/2 L4C 
K1C 
K2C 
K3C 
C
M1C 
H
M2C à banquette 
A
M3C  (2)
U
P1C  (2)
S
P2C  (2)
S
P3C  
E
P4C  
E
P5C  
P6C  
(C) D1C 
D2C 
D3C 
D4C 
(1) En cas de force majeure et accord d’Orange (cf. Chapitre 1 Article 1)
(2) Sur justifications techniques ETR et accord d’Orange

© Orange 2019 CCTP 1593 27/35


L04019 éd N°4 Fascicule D
ANNEXE 6 : Tableau dimensionnel

TYPE MODELE DIMENSIONS EXTERIEURES P1 DIMENSIONS INTERIEURES P2


(Ch) L (m) l (m) h1 (m) (m) L (m) l (m) h2 (m) (m)
L0T 0,72 0,54 0,45 2,52 0,42 0,24 0,30 1,32
L1T 0,82 0,68 0,75 3,00 0,52 0,38 0,60 1,80
L2T 1,46 0,68 0,75 4,28 1,16 0,38 0,60 3,08
L3T 1,68 0,82 0,75 5,00 1,38 0,52 0,60 3,80
L4T 2,17 0,82 0,75 5,98 1,87 0,52 0,60 4,78
1/2 L4T 1,19 0,82 0,75 4,01 0,885 0,52 0,60 2,81
TROTTOIR

L5T 2,09 1,18 1,35 6,54 1,79 0,88 1,20 5,34


L5T à banquette 2,09 1,18 1,35 6,54 1,79 0,88 1,20 5,34
L6T 2,72 1,18 1,35 7,80 2,42 0,88 1,20 6,60
L6T à banquette 2,72 1,18 1,35 7,80 2,42 0,88 1,20 6,60
M2T 3,46 1,45 1,40 9,82 3,06 1,05 1,25 8,22
M2T à banquette 3,46 1,45 1,40 9,82 3,06 1,05 1,25 8,22
(T) P1T 3,04 1,67 2,60 9,42 2,64 1,27 1,85 7,82
P2T 3,92 1,80 2,60 11,44 3,52 1,40 1,85 9,84
P3T 4,67 2,16 2,60 13,66 4,27 1,76 1,85 12,06
P4T 5,42 2,16 2,60 15,16 5,02 1,76 1,85 13,56
P5T 4,67 2,16 3,00 13,66 4,27 1,76 2,25 12,06
P6T 5,68 2,65 3,10 16,66 5,28 2,25 2,25 15,06
L1C 0,52 0,38 0,60 1,80
L2C 1,16 0,38 0,60 3,08
L3C 1,38 0,52 0,60 3,80
L4C 1,87 0,52 0,60 4,78
1/2 L4C 0,885 0,52 0,60 2,81
L5C 1,79 0,88 1,20 5,34
K1C 1,15 1,15 0,90 4,60 0,75 0,75 0,75 3,00
K2C 1,90 1,15 0,90 6,10 1,50 0,75 0,75 4,50
K3C 2,65 1,15 0,90 7,60 2,25 0,75 0,75 6,00
M1C 2,27 1,45 1,40 7,44 1,87 1,05 1,25 5,84
M2C 3,06 1,05 1,25 8,22
M3C 2,77 1,45 1,40 8,44 2,37 1,05 1,25 6,84
CHAUSSEE

P1C 3,04 1,67 2,60 9,42 2,64 1,27 1,85 7,82


P2C 3,92 1,80 2,60 11,44 3,52 1,40 1,85 9,84
P3C 4,67 2,16 2,60 13,66 4,27 1,76 1,85 12,06
P4C 5,42 2,16 2,60 15,16 5,02 1,76 1,85 13,56
P5C 4,67 2,16 3,00 13,66 4,27 1,76 2,25 12,06
P6C 5,68 2,65 3,10 16,66 5,28 2,25 2,25 15,06
D1C 3,04 3,23 2,60 12,54 2,64 1,27 1,85 7,82
D2C 3,92 3,36 2,60 14,56 3,52 1,40 1,85 9,84
(C) D3C 4,67 3,74 2,60 16,82 4,27 1,76 1,85 12,06
D4C 5,42 3,74 2,60 18,32 5,02 1,76 1,85 13,56
D5C 4,67 3,85 3,00 17,04 4,27 1,76 2,25 12,06
D6C 5,68 4,33 3,10 20,02 5,28 2,25 2,25 15,06
h1 = hauteur extérieure hors tout (cheminées comprises et puisard non compris pour les chambres équipées)
h2 = hauteur intérieure (hauteur sous-plafond pour les chambres plafonnées)
P1 = périmètre extérieur de la chambre
P2 = périmètre intérieur de la chambre

© Orange 2019 CCTP 1593 28/35


L04019 éd N°4 Fascicule D
ANNEXE 7 : Tableau de volumétrique et surfacique

MODELE
3 3 3 3 3
TYPE (Ch) V1 (m ) V2 (m ) V3 (m ) V4 (m ) S1 (m )

P1T 18,51 5,3 4,5 1,92 5,94


TROTTOIR(T)

P2T 24,71 6,7 5,39 2,87 8,52

P3T 33,75 8,6 6,36 4,26 12,22

P4T 38,74 9,7 7,02 5,03 14,29

P5T 38,94 9,6 7,52 4,26 12,22

P6T 57,49 14,2 9,43 6,49 18,09

P1C 18,51 5,3 4,5 1,82 5,7

P2C 24,71 6,7 5,39 2,78 8,28

P3C 33,75 8,6 6,36 4,17 11,98

P4C 38,74 9,7 7,02 4,93 14,05


CHAUSSEE(C)

P5C 38,94 9,6 7,52 4,17 11,98

P6C 57,49 14,2 9,43 6,39 17,85

D1C 28,23 7 11,71 4,33 11,94

D2C 35,74 8,5 14,86 5,7 15,9

D3C 46,18 10,5 18,53 7,6 20,88

D4C 53,01 11,6 21,83 8,84 24,13

D5C 56,02 12,8 21,47 7,82 21,45

D6C 77,65 16,6 27,85 10,7 28,96


V1 = volume fouille
V2 = volume béton
V3 = volume remblai entre bord de fouille et piédroits
V4 = volume remblai sur plafond
S1 = surface réfection

© Orange 2019 CCTP 1593 29/35


L04019 éd N°4 Fascicule D
ANNEXE 8 : Poutre de renfort pour anneau de tirage positionné sur coté du masque

Poutre initiale

2 HA 10 10
10 x 60

60

Masque
Masque
10
4HA10
10 cadHA5
e = 15

60

2 crochetsHA10
15 x 60
15

© Orange 2019 CCTP 1593 30/35


L04019 éd N°4 Fascicule D
ANNEXE 9 : Scellement d’un dispositif de fermeture

Principe

Réservation cadre : piquage à angle droit

NON OUI
Corps
de
chaussée
ou
trottoir

Tête de piédroits

Méthode du cadre en suspension

Bastaing de
Lien de suspension
suspension

Cadre

Corps
de
chaussée
Coffrage

Tête de piédroits
Ferraillage

© Orange 2019 CCTP 1593 31/35


L04019 éd N°4 Fascicule D
Fers de reprise dans béton
Fers de reprise dans béton

Epingles + Equerres
Epingles + Equerres

© Orange 2019 CCTP 1593 32/35


L04019 éd N°4 Fascicule D
"Epingle"
Equerres

Epingles croisées ou Epingle pliée

Equerres

© Orange 2019 CCTP 1593 33/35


L04019 éd N°4 Fascicule D
ANNEXE 10 : Chambres composites L0T à L4T et ½ L4T

LIEUX D’INSTALLATION

Dans le réseau de Orange, ces chambres sont obligatoires (sauf avis contraire explicite de
Orange) pour un usage sous trottoir, parking, aire de stationnement et accotement.

Le champ d'application correspond :

- aux groupes 1 et 2 "Lieu d'installation des dispositifs de fermeture" des normes NF EN


124 et NF P 98-05-2, en excluant les zones piétonnes et zones comparables,

Ces chambres sont utilisables pour les travaux neufs comme pour les travaux d’extension
ainsi qu’en cas de construction de chambres sur canalisations existantes (chambres sans
fond).

© Orange 2019 CCTP 1593 34/35


L04019 éd N°4 Fascicule D
ANNEXE 11 : Chambre composite mise en œuvre

SCHEMA DE PRINCIPE n° 1

SCHEMA DE PRINCIPE n° 2

© Orange 2019 CCTP 1593 35/35


L04019 éd N°4 Fascicule D

Vous aimerez peut-être aussi