Vous êtes sur la page 1sur 128

N° d’ordre :……/….

UNIVERSITE MOHAMMED PREMIER


ECOLE NATIONALE DES SCIENCES APPLIQUEES
D’AL HOCEIMA

Département: Génie Environnement & Génie Civil

Mémoire de Projet de Fin d’Etudes


Pour l’obtention du diplôme d’ingénieur d’état
en Génie Civil

Conception et dimensionnement du centre culturel


de Ben Guerir

Réalisé Par :
EL YAAGOUBI Wafaa
Effectué à
BET SETRACOM TASSAOUT

Membres de jury :

Encadré à l’ENSAH par : Encadré au bureau d’études par :


Mr. EL GHOULBZOURI Abdelouafi Mr. EZZITOUNI Oussama

Soutenu le 21/07/2017 devant le jury composé de :

Pr. EL GHOULBZOURI Abdelouafi Président (ENSAH)


Pr. AZOUANI Abderrahim Professeur (ENSAH)
Pr. CHAABELASRI Elmiloud Professeur (ENSAH)

Année Académique : 2016-2017


Dédicace
A Dieu source de toute connaissance.

A ceux qui ont toujours semé mon chemin de


force et de lumière, mes chers parents.

A mes sœurs, Sanaa et Ikram, en leur souhaitant


tout le succès et tout le bonheur.

A toute ma famille pour l’amour et le respect


qu’ils m’ont toujours accordée.

A tous mes amis pour une sincérité si


merveilleuse, jamais oubliable.

A toute personne qui m’a aidé à franchir un


horizon dans ma vie.

Aimablement,
je dédie ce modeste travail.
Remerciements
Je tiens à remercier les personnes suivantes, sans qui ce travail n’aurait pas été

mené à bien.

Tout d’abord, Monsieur Hassan BELAHOUSSINE, Ingénieur et Directeur du

bureau où j’ai effectué mon stage pour m’avoir permis d’effectuer mon Stage

d’application au sein de leur organisme.

M. Oussama EZZITOUNI, cadre technique et tuteur professionnel du bureau,

pour son accueil, sa disponibilité permanente et son envie de transmettre et partager.

Son aide a été particulièrement précieuse pour la réalisation de mon Stage.

Mes remerciements se poursuivent auprès de l’équipe qui compose le bureau

d’études. Je remercie particulièrement :

Mlle Btissam ABDOUN, Mlle Hajar BOULHOUJAT, Melle Fatima

Zahra , M. Rafiaa LABRACH , M. Soufiane NAITDRA, M. Ismail EL

KHARCHI, M. Younes FASKA, M. Tarik SOUIFIL et M. Youness GHIAT,

cadres du bureau que je remercie pour leur aide, leur disponibilité et leurs précieux

conseils.

Mes sincères remerciements sont également adressés à Monsieur Abdelouafi

EL GHOULBZOURI, mon encadrant interne à l’Ecole, de m’avoir fourni tous les

renseignements dont j’avais besoin tout au long de la période du stage.

Enfin un remerciement très spécial à tout le corps professoral de notre Ecole.

Qu’ils trouvent ici le témoignage de ma gratitude.

Sans oublier la générosité de mes chers parents qui m’ont encouragé tout au

long de mes études.


Résumé
Dans ce projet de fin d’étude, je me suis intéressée à l’étude d’une partie d’un centre
culturel qui se compose d’une administration, un accueil et une salle de conférences
composés d’un Sous sol, un Rez de Chaussée et un étage partiel avec une surface au sol de
2064 m² et une Surface Couverte de 1915 m².
Cette étude est axée autour de quatre parties :
- La première partie porte sur une présentation du bureau d’étude SETRACOM Tassaout ainsi
qu’une présentation générale du projet en décrivant les éléments constituants du projet.

- La deuxième partie est destinée à la conception et au dimensionnement des éléments


principaux et secondaires en béton armé (pré dimensionnement, descente de charge et
dimensionnement).

- La troisième partie est consacrée à l’étude des poutres de la salle de conférence en béton
précontraint (Pré-dimensionnement, dimensionnement, calcul des pertes de la précontrainte,
et calcul des armatures passives).

- La dernière partie comprend l’étude de la stabilité de la structure à l’aide d’une modélisation


des trois blocs (administration, accueil et salle de conférence) sur le logiciel ROBOT.

Le dimensionnement est fait conformément au BAEL 91, au RPS 2000 et BPEL 91.

Mots clés : Bâtiment. BAEL91. RPS 2000. BPEL91. Analyse des structures. Stabilité.
Abstract
In this graduation project, I was interested in studying a part of a cultural center which
consists of an Administration, a reception room and a conference room composed of an
underground, a ground floor and a partial stage with a ground surface of 2064 m ² and a
covered surface of 1915 m².
This study is divided into four parts:
- The first part deals with a presentation of the SETRACOM Tassaout design office and a
general presentation of the project, describing the components of the project.
- The second part is intended for the dimensioning of the main and secondary elements in
reinforced concrete (pre-dimensioning, lowering of load and dimensioning).
- The third part is devoted to the study of the beams of the pre-stressed concrete conference
room (Pre-dimensioning, dimensioning, calculation of the prestress losses, and finally the
calculation of the passive reinforcements).
- The last part includes the study of the stability of the structure using a modeling of the three
blocks (administration, reception and conference room) on the ROBOT software.

The sizing is done in accordance with BAEL 91, RPS 2000 and BPEL 91.
Keywords: Building. BAEL91. RPS 2000. BPEL91. Structure analysis. Stability.
Table des matières
INTRODUCTION GENERALE………………………………………..……………………..1
CHAPITRE I : CONTEXTE GENERAL DU PROJET .......................................................... 2
I- Présentation du bureau d’études SETRACOM TASSAOUT : ................................... 2
1- Renseignements généraux ........................................................................................ 2
2- Présentation générale ............................................................................................... 2
3- Service offerts .......................................................................................................... 3
4- Domaines d’intervention .......................................................................................... 4
5- Moyens humains ...................................................................................................... 4
6- Organigramme ......................................................................................................... 5
II- Présentation du projet centre culturel de Ben Guerir : ................................................ 7
1- Description de l’ouvrage : ........................................................................................ 7
2- Spécificités du projet................................................................................................ 8
3- Composantes du projet :........................................................................................... 9
4- Fiche synoptique : .................................................................................................. 10
5- Données géotechnique : ......................................................................................... 11
6- Caractéristiques mécaniques des matériaux ........................................................... 13
6-1- Béton :........................................................................................................... 13
6-2- Aciers : .......................................................................................................... 15
7- Les combinaisons de calcul : .................................................................................. 16
8- Les règlements utilisés ........................................................................................... 16
9- Hypothèses de calcul en béton armé : .................................................................... 16
CHAPITRE II : DIMENSIONNEMENT MANUEL DE LA STRUCTURE ....................... 18
I- Conception et Pré-dimensionnement : ........................................................................ 18
1- Conception : .......................................................................................................... 18
2- Pré-dimensionnement des éléments ...................................................................... 18
 2-1- Planchers à corps creux ............................................................................... 18
2-2- Poutres................................. ........................................................................ 19
2-3- Poutre continue : .......................................................................................... 20
2-4- Poteaux…… ................................................................................................ 21
2-5 - Voiles……. .................................................................................................. 21
II- Descente de charge et dimensionnement : ................................................................. 22
1- Descente de charge ............................................................................................... 22
 1-1- Descente de charges des poutres ................................................................ 22
1-2- Evaluation des charges des planchers :....................................................... 24
1-3- La charge des escaliers : ............................................................................. 25
1-4- Descente de charge des poutres : ................................................................ 27
1-5- Descente de charge des poteaux : ............................................................... 28
1-6- Pré-dimensionnement des poteaux : ........................................................... 28
1-7- Pré-dimensionnement des semelles : .......................................................... 30
2- Dimensionnement des éléments porteurs : ........................................................... 32
 2-1- Dimensionnement des poteaux: .................................................................. 32
2-2- Dimensionnement d’une poutre continue : ................................................. 38
2-3- Dimensionnement des semelles : ................................................................ 45
3- Dimensionnement des éléments secondaires ....................................................... 48
 3-1- Calcul de ferraillage des escaliers de l’administration: .............................. 48
3-2- Mur de soutènement: .................................................................................. 51
3-2-1- Etude de stabilité externe: ................................................................. 53
3-2-2- Etude de stabilité interne : ................................................................. 55
CHAPITRE III : DIMENSIONNEMENT DES POUTRES EN BETON PRECONTRAINT
.................................................................................................................................................. 58
I- Principe de béton précontraint .................................................................................... 58
II- Précontrainte par post-tension .................................................................................... 58
III- Procédure de réalisation ............................................................................................. 58
IV- Avantages de précontrainte par post-tension dans bâtiment ...................................... 59
V- Application sur le projet : ........................................................................................... 60
1- Pré-dimensionnement des Poutres : ..................................................................... 60
2- Dimensionnement des poutres centrales ( BPEL 91 [6]) …………………… ... 61
3- Dimensionnement des poutres de rives ( BPEL 91 [6])………….. ……….. ..... 71
4- Pertes de précontraintes des câbles dans les poutres centrales( BPEL 91 [6]): ... 77
 4-1- Les pertes instantanées :.............................................................................. 77
4-2- Les pertes différées : ................................................................................... 80
4-3- Les pertes totales ........................................................................................ 82
5- Calcul des armatures passives pour les poutres centrales ( BPEL 91 [6]) ............ 82
5-1- Armatures de peau : .................................................................................... 82
 5-2- Armatures de traction :................................................................................ 82
5-3- Armatures transversales .............................................................................. 83
6- Pertes de précontraintes des câbles dans les poutres de rives ( BPEL 91 [6]) : ... 84
 6-1- Les pertes instantanées :.............................................................................. 84
6-2- Les pertes différées : ................................................................................... 86
6-3- Les pertes totales :....................................................................................... 88
7- Calcul des armatures passives pour les poutres de rives ( BPEL 91 [6]) ............. 88
 7-1- Armatures de peau : .................................................................................... 88
7-2- Armatures de traction :................................................................................ 88
7-3- Armatures transversales .............................................................................. 88
CHAPITRE IV : MODELISATION DE LA STRUCTURE ET VERIFICATION DE LA
STABILITE PAR ROBOT ...................................................................................................... 90
I- Modélisation de la structure ........................................................................................ 90
1- Présentation du RSA 2014 .................................................................................. 90
2- Méthode de modélisation : .................................................................................. 91
3- Etapes de la modélisation .................................................................................... 93
4- Méthode de calcul ............................................................................................... 99
5- Analyse modale ................................................................................................... 99
6- Résultats de l’analyse modale avec RSA 2014 ................................................. 101
7- Vérification des déformations ........................................................................... 104
8- Analyse des résultats obtenus pour la structure : .............................................. 104
CONCLUSION GENERALE : .............................................................................................. 105
ANNEXES…………………………………………………………………………………..106
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES : ............................................................................. 113
Liste des figures
Figure I.1 : Situation géographique du projet…………………………………………………. 8
Figure I.2 : Une vue de dessus sur le plan coté en montrant les différences de niveaux de la
fondation………………………………………………………………………………………. 9
Figure I.3: Diagramme contrainte-déformation du béton……………………………………. 14
Figure I.4 : Diagramme contrainte-déformation d’acier……………………………………... 15
Figure II.1 : Schéma explicatif d’un plancher à corps creux………………………………… 19
Figure II.3 : La position de la poutre continie P5-P5 dans le plan de coffrage……………… 21
Figure II.5 : La position du poteau P1 dans le plan de coffrage…………………………….. 28
Figure II.6 : La position de la semelle S1 dans le plan de coffrage…………………………. 31
Figure II.7 : Longueur de flambement selon la nature des liaisons aux extrémités………… 33
Figure II.8 : Organigramme de calcul des poteaux en compression simple...……………….. 35
Figure II.10 : Organigramme de calcul des semelles………………………………………... 47
Figure II.11 : éléments d’escaliers…………………………………………………………… 48
Figure II.12 : Schéma statique équivalent…………………………………………………… 48
Figure II.13 : Pré-dimensionnement du mur de soutènement……………………………….. 52
Figure III.1 : schéma mécanique d’une poutre isostatique…………………………………... 61
Figure III.2 : Organigramme de calcul………………………………………………………. 65
Figure III.3 : tracé du câble moyen………………………………………………………….. 67
Figure III.4 : Caractéristiques d’encrage du système « Freyssinet » (d’après BT3. SETRA). 68
Figure III.5 : L’allure du fuseau de passage…………………………………………………. 69
Figure III.6 : Le tracé des câbles…………………………………………………………….. 70
Figure III.7 : L’allure du fuseau de passage…………………………………………………. 75
Figure III.8 : Le tracé des câbles……………………………………………………………... 76
Figure III.9 : Tracé du câble moyen…………………………………………………………. 77
Figure III.10 : Loi des triangles semblables…………………………………………………. 78
Figure IV.2 : lignes de construction…………………………………………………………. 93
Figure VI.3 : création des lignes de construction …………………………………………… 94
Figure IV.4 : Définitions des profilés………………………………………………………... 94
Figure IV.5 : cas de charge…………………………………………………………………... 95
Figure IV.6 : structure encastrée sur ROBOT (Bloc 1 : administration)……………………. 96
Figure IV.7 : structure encastrée sur ROBOT (Bloc 2 : accueil)…………………………….. 97
Figure IV.8 : structure encastrée sur ROBOT (Bloc 3 : salle de conférences)………………. 97
Figure IV.10 : Déformé Mode 1 (bloc 2 : acceuil)………………………………………… 103
Figure IV.11 :Déformé Mode 2 (bloc 2 : acceuil)…………………………………………. 103
Figure IV.12 : Déformé Mode 3 (bloc 2 : acceuil)………………………………………… 103
Liste des tableaux
Tab I.1 : les composantes de la 1ere partie du projet ................................................................. 9
Tab I.2 : Les composantes de la 2eme partie du projet ............................................................ 10
Tab II.1 : La charge du plancher haut étage ............................................................................. 24
Tab II.2 : la charge du plancher haut RDC .............................................................................. 24
Tab II.3 : La charge permanente de la paillasse ....................................................................... 26
Tab II.4 : La charge permanente du palier d’accès .................................................................. 26
Tab II.5 : La charge permanente d’une marche ...................................................................... 27
Tab III.1 : Caractéristiques de la poutre précontrainte ............................................................. 62
Tab III.2 : les valeurs déterminantes du fuseau de passage ..................................................... 70
Tab III.3 : positions des câbles par rapport au fibre inférieure ................................................ 71
Tab III.4 : les valeurs déterminantes du fuseau de passage ..................................................... 75
Tab III.5 : Positions des câbles par rapport au fibre inférieure ................................................ 76
Tab IV.1 : convergence des masses structure avec encastrement (Bloc 1 : administration).. 101
Tab IV.2 : convergence des masses structure avec encastrement (Bloc 2 : accueil) ............. 102
Tab IV.3 : convergence des masses structure avec encastrement (Bloc 3 : Salle de
conférences) ........................................................................................................................... 102
Tab IV.4 : Déplacement Total de la structure ........................................................................ 104
Liste des abréviations
G : Charges permanentes

Q : Charges d’exploitation

σ̅bc : Contrainte admissible du béton

σ̅s : Contrainte admissible d’acier

τ̅u : Contrainte ultime du cisaillement

σbc : Contrainte du béton

σs : Contrainte d’acier

τu Contrainte de cisaillement

fcj : Résistance à la compression

ftj : Résistance à la traction

fc28 : Résistance caractéristique à 28 jours

Ast : Section d’armature

γb : Coefficient de sécurité béton

γs : Coefficient de sécurité d’acier

θ : Coefficient d’application

η : Facteur de correction d’amortissement

μbu : Moment ultime réduit

α : Positon relative de la fibre neutre

d : Distance séparant entre la fibre la plus comprimée et les armatures inférieures

d’ : Distance entre les armatures et la fibre neutre

Br : Section réduite

M : Moment fléchissant
V : Effort tranchant

P : Action de précontrainte

σm : Contrainte normale minimale

σM : Contrainte normale maximale

Δσc : La variation de contrainte de compression du béton.

σ0 : La valeur absolue de la contrainte initiale

Les pertes de précontraintes instantanées

: Perte dues au recul d’encrage

Δ𝜎𝑓 : La perte de frottement

Pertes dues au retrait du béton

Les pertes par relaxation


Pertes dues au fluage

Les pertes totales

ρ1000 : La valeur de la perte par relaxation

AP : Section totale d’armature de précontraint

Ac : L’aire de la section transversale du béton

Ep : Module élastique du câble

e : Excentrement d’un effort normal par rapport au centre de gravité de la section

ε : Déformation relative

fp0.1k : Limite élastique d’armature de précontrainte

fcm : Résistance moyenne en compression

u : Le périmètre de la partie de section exposée à la dessiccation

𝛾𝑐 : Coefficient de sécurité de béton

φ0 : Coefficient de frottement par unité de longueur


n : Nombre des torons

g : Glissement de l’ancrage

y : La distance entre le centre de gravité de la section de béton et les armatures de


précontrainte

vs : La distance entre la fibre moyenne et la fibre supérieure

vi : La distance entre la fibre moyenne et la fibre inférieure

t : Le temps après la mise en tension


Le stage est une opportunité d’apprentissage technique et pratique par laquelle doit

passer tous les étudiants de chaque filière. Il a pour premier objectif de concrétiser les

différentes connaissances théoriques acquises durant notre formation, ainsi de nous intégrer

dans le monde du travail pour une durée limitée.

Un deuxième objectif est de mener une mission concrète venant d’un besoin exprimé

au sein du bureau d’étude. Ce projet permet d’acquérir une formation professionnelle

demandant de la rigueur, une méthodologie et de l’organisation.

Dans ce cadre, j’ai choisi d’effectuer mon stage de fin d’études au sein de la société

SETRACOM TASSAOUT qui m’a proposé l’étude d’une partie du centre culturel de Ben

Guerir

D’ailleurs, ce rapport traduit les résultats des différentes activités, recherches et études

pour la réalisation du projet de fin d’étude dont le thème est : Etude du centre culturel de Ben

Guerir ».

Ce mémoire est composé de quatre chapitres :

- Le premier chapitre entame une présentation générale du projet et du bureau d’étude.

- Le deuxième chapitre présente une conception du projet et le dimensionnement des

éléments en Béton armé.

- Le troisième chapitre consiste au dimensionnement des poutres précontraintes de la

salle de conférence.

- Le quatrième chapitre présente la vérification de la stabilité à l’aide du logiciel

ROBOT.

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 1


CHAPITRE I : CONTEXTE GENERAL DU PROJET

I- Présentation du bureau d’études SETRACOM TASSAOUT :

1- Renseignements généraux

Raison sociale : SETRACOM TASSAOUT

Forme juridique : SARL AU

Gérant : M. HASSAN BELAHOUSSINE

Diplôme : Ingénieur d’état en Hydraulique EHTP 1996

Capital social : 900 000,00Dhs

Date de création : 25/09/1998

Siège social : 5 Rue Sourya Appt23 – 4ème Etage Guéliz Marrakech

Tél : 0524.44.76.61

Fax : 0524.44.76.52

Email : contact@bet-setracom.com et setracom.tassaout@gmail.com

Patente: 45125986

Identification Fiscale: 6580117

CNSS : 6125109

Registre De Commerce : N° : 52921 à Marrakech

2- Présentation générale

SETRACOM TASSAOUT est un bureau d’études intervenant dans les domaines suivants :

 Etudes d’assainissement liquide.

 Etude de VRD.

 Etudes Alimentation en Eau Potable.

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 2


 Etudes et calculs de structure en béton armé et charpente métallique.

 Etudes pour des constructions en Terre en application du CCGCT.

 Etablissement des métrés tout corps d’états.

 Etudes d’avant projet (A.P.S et A.P.D)

 Etablissement des dossiers de consultations(D.C.E)

 Suivi et contrôle de la qualité des travaux.

 Gestion financière des projets.

SETRACOM TASSAOUT peut intervenir dans les différentes phases de vie des projets
allant des études de faisabilité jusqu’aux études d’exécution.

SETRACOM TASSAOUT est en mesure également d’assurer le suivi et contrôle des


travaux, et de proposer aux Maitres d’Ouvrages un large éventail d’assistance technique.

SETRACOM TASSAOUT dispose d’un matériel informatique et logiciels relativement


puissants et particulièrement adaptés aux calculs concernant ses domaines d’activité.

La compétence éprouvée des cadres de la société, leur grande expérience qui dépasse 18 ans
les plus anciens et la capacité des équipements et logiciels utilisés offrent la meilleure garantie
pour une parfaite exécution des projets.

3- Service offerts

SETRACOM TASSAOUT offre une gamme de services modulaire et diversifiée et s’adapte

au niveau d’intervention attendu pour chacun de ses clients :

SETRACOM TASSAOUT peut intervenir comme :

 Bureaux d’études pour la conception de projets d’aménagements


(Etudes de faisabilité, études préliminaires, avant projets sommaires &
avant –projets détaillés) ;

 Assistant technique pouvant élaborer des dossiers d’exécution et des


dossiers d’appel d’offres ;

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 3


 Conseil du Maitre d’Ouvrage pour ses projets d’aménagement du
territoire (assistance technique, contrôle des travaux, Suivi ;

4- Domaines d’intervention

SETRACOM TASSAOUT intervient dans les domaines suivants :

- ETUDES TECHNIQUES:

 HYDRAULIQUE

 VOIRIE

 HYDROGEOLOGIE

 STRUCTURE

- INFRASTRUCTURES DE TRANSPORT:

 ROUTES & PISTES

 VOIRIES

 OUVRAGES D’ART

- ETUDES ENVIRONNEMENTALE:

 ETUDES GENERALES DANS LE DOMAINE DE


L’ENVIRONNEMENT

- ETUDES GENERALES:

 STRUCTURE

5- Moyens humains
SETRACOM TASSAOUT est formée d’une équipe jeune de plusieurs experts,
ingénieurs et techniciens en mesure de fournir des services de haute qualité professionnelle
pour l’exécution de divers projets.

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 4


Les cadres de SETRACOM TASSAOUT sont organisés en chargé d’affaires
s’appuyant sur une direction technique.

Le personnel de SETRACOM TASSAOUT est constitué d’une dizaine de personnes


dont l’expérience effective dépasse 17 ans et incluant des nouveaux dont l’expérience de 1 à 2
ans d’ancienneté au sein du bureau.

6- Présentation de l’organigramme

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 5


Gérant SETRACOM TASSAOUT
Mr. HASSAN BELAHOUSSINE
Ingénieur d’état EHTP
Promotion 1996

L’ingénieur d’état en électricité : L’ingénieur d’état en génie civil option Cadre Technique : responsable des
responsable des études électricité hydraulique & environnement: études
responsable des études techniques de Mr. OUSSAMA EZZITOUNI
Mr. Mohamed EL ANNAAB VRD Technicien supérieur en génie rurale
Ingénieur d’état INSA Mr. YOUNES OUTBOURAHTE Promotion 2003
Promotion 2014 Ingénieur d’état EHTP

Promotion 2013
Technicien en dessin de Licenciée en gestion de l’assainissement Technicien Spécialisé en
bâtiment chargé des études : projecteur en études de structures, VRD, Climatisation, en installation
Et Suivi et assainissement sanitaire et thermique, projeteur
Mr RAFIAA LABRACH Melle .HAJAR BOULHOUJAT des études des fluides
TECHNICIEN I.S.T Licence de Cadi Ayyad Mr.YOUNES FASKA
Promotion 2006 Promotion 2012 TECHNICIEN I.S.T
Promotion 2004

Technicien Spécialisé en Génie Technicien projecteur dessinateur,


Rural et topographie en VRD : projecteur en études de Technicien Spécialisé en
Mr. YOUSSEF ALAMOUCHE structures, VRD, et assainissement Systèmes et Réseaux
Gestion et maitrise d’eau Mr SOUFIANE NAITDRA informatiques.
Promotion 2013 TECHNICIEN I.S.T Mr. OUSSAMA DJEDII
Promotion 2004 ECOLE EFFET
Promotion 2014.
Technicien chargé du suivi des
travaux, contrôle de leur bonne Technicienne en Urbanisme,
exécution et l’élaboration des architecture chargée des études, suivi Technicien Spécialisé en
métrés. des travaux de bâtiment chargé du Gros œuvres.
Mr. HASSAN LAMSIAH suivi Mr. ISMAIL EL KHARCHI
TECHNICIEN Métré. Melle SAIDA EL GADHA Centre de formation dans
Promotion 2003 Promotion 1995 métiers du bâtiment.
Promotion 2014.
Promotion 1995

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 6


II- Présentation du projet centre culturel de Ben Guerir :
1- Description de l’ouvrage :
Ben Guerir est une ville du Maroc, chef-lieu de la province de Rehamna, dans la
région de Marrakech-Safi.

À 72 km de Marrakech, Ben Guerir est connue pour sa production de phosphate et la


présence de la plus grande base militaire marocaine. Elle se trouve sur un axe principal reliant
de l’est à l’ouest du Maroc les villes d'El Kelâa des Sraghna et de Safi, et du nord au sud les
villes de Casablanca et de Marrakech, elle accueille environ 70 000 habitants.

Dans le cadre de ce projet de fin d’étude, j’ai procédé au calcul d’un centre culturel à
la ville de Ben Guerir, c’est un complexe constitué de :

• Une Administration, un Accueil et une Salle de Conférences composés d’un


Sous sol, un Rez de Chaussée et un Etage Partiel avec une Surface au sol de
2064 m² et Une Surface Couverte de 1915 m².
• Un Bâtiment Médiathèque composé d’un Rez de Chaussée avec une Surface
au Sol de 585 m² et Une Surface Couverte de 585 m².
• Un Atelier en Rez de Chaussée avec une Surface au Sol de 387 m² et une
Surface Couverte de 387 m².
• Un Café et une Salle d’Exposition avec un décaissé de 45 Cm, une Surface au
Sol de 630 m² et une Surface Couverte de 357 m².

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 7


Figure I.1 : Situation géographique du projet

2- Spécificités du projet
Sur une superficie de 8783 m2, sera le nouveau centre culturel de Ben Guerir, un
complexe exceptionnel et novateur pour la première fois dans la ville.
Le centre culturel est souvent un point de rencontre dans les petites communautés
comme la ville de Ben Guerir où les gens se réunissent pour préserver des traditions et
développer des activités culturelles qui incluent la participation de toute la famille.

La structure d’un centre culturel peut varier suivant le cas. Les centres les plus
importants comptent des auditoires avec des scénarios, des bibliothèques, des salles
d’informatique et d’autres espaces avec les infrastructures nécessaires pour offrir des ateliers
ou des cours et donner des concerts, des pièces de théâtre, des films etc.

L'idée est pour que ceci devienne le nouveau pole culturel et éducatif servant l'activité
culturelle dans la province Rehamna.

Les principales difficultés des travaux de fondation seront liées a :

- La présence d’une nappe phréatique à une profondeur d’environ 10m

- Le terrain est accidenté (voir figure 2)

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 8


Figure I.2 : Une vue de dessus sur le plan coté en montrant les différences de niveaux de la
fondation

3- Composantes du projet :
Le projet est divisé en deux parties :

Partie N°1, elle abrite les édifices suivants :

- Atelier
- Médiathèque
- salle d’exposition et café
- préau
Les surfaces sont récapitulées comme suit :

Bâtiment Surface (m²) Hauteur sous plafond (m) Elévation (m)

Atelier 387 3,90 0,90

Médiathèque 585 4,40 0

Salle d’exposition et café 357 De 3,55 à4, 4,60 De -0,45 à 0

Préau 1210 7 0

Tab I.1 : les composantes de la 1ere partie du projet

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 9


La Partie N°2 abrite les édifices suivants :

- Administration
- Salle d’accueil
- Salle de réunion
- Salle de conférence

Les surfaces sont récapitulées comme suit :

Bâtiment Surface (m²) Hauteur sous plafond (m) Elévation (m)

Administration 151 4,30 0

Salle d’accueil 365 4,50 -0,70

Salle de réunion 76 4,05 -0,70

Salle de conférence 1392 De 5,45 à 10 De -7,70 à -1,85

Tab I.2 : Les composantes de la 2eme partie du projet

Les travaux concernent :

- La structure en élévation (poteaux, poutres, consoles, voiles, poutres


précontraintes...etc)
- La maçonnerie simple et double de différentes épaisseurs
- Fourniture et pose des faux cadres
- Enduits intérieurs et extérieurs
- L’étanchéité
- L’aménagement extérieur : Clôture, bordure de trottoir...etc

N.B. : Mon travail concerne juste la 2ème partie du projet

4- Fiche synoptique :
- Nom de l’ouvrage : Centre culturel
- Le Maitre d’Ouvrage désigne la Province de RHAMNA
- Le BET désigne Le Bureau d’Etudes Technique du Projet: SETRACOM Tassaout.

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 10


- L’Architecte désigne l’architecte du Projet : architecte ACHAK de Marrakech
- La Maitrise d’œuvre désigne Architecte et Bureau d’Etudes Techniques
- Le Bureau de contrôle désigne l’organisme chargé du contrôle des plans et travaux :
VERCO
- L’Entreprise chargée des Travaux Gros Œuvres : Entreprise AMADAL
Construction Sarl Au de Salé
- Le Laboratoire désigne le Laboratoire chargé de Suivi et Contrôle de la Qualité des
Travaux : NBR de Marrakech
- Montant : 4 940 000 Dhs TTC
- Durée des travaux : 20 mois
- Début des travaux : 01/11/2015
- Situation : Périmètre urbain de la ville de Ben Guerir

5- Données géotechniques :
L’objectif de l’étude géotéchnique est de définir :

- La nature des terrains rencontrés


- Les caractéristiques des sols des fondations
- Le type de fondation approprié en fonction de la qualité des terrains
- Le niveau d’assise, la contrainte admissible et les dispositions constructives qui en
résultent.

La compagne de reconnaissance organisée par le laboratoire NBR a consisté en l’exécution :

- de sondage de reconnaissance ;
- la prospection géologique de la zone d’étude ;
- des relevés lithologiques des formations géologiques rencontrées ;
- des prélèvements d’échantillons en vue d’analyses au laboratoire.

 Les caractéristiques physiques :


La granulométrie de ces calcaires après un délitage complet, est caractérisée par des
proportions pondérales suivantes :

- Eléments fins (Φ est inférieur à 80 µ) = 27 à 29%


- % des éléments dont le diamètre est supérieur à 2mm = 30 à 55%

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 11


- % des éléments dont le diamètre est supérieur à 20mm = 5 à 20%
- 100% des éléments ont un diamètre inférieur à 50mm.

Les essais de plasticité effectués sur la fraction fine (Φ ≤ 0,4mm) de ce matériau ont
révélé des valeurs de limite de liquidité WL variant de 37% à 39% pour des indices de
plasticité allant de 15 à 17. Ceci permet de classer ce matériau comme grave limouneuse selon
la classification du laboratoire des ponts et chaussées (LPC)

 Compréssibilité
Les matériaux en présence sont à priori indéformables et incompressibles. Les
tassements seront admissibles.

 Essai de cisaillement rectiligne


Les caractéristiques physiques des matériaux en présence et qui feront l’objet d’une
assise de fondation ne permettent pas la réalisation d’essais rhéologiques.

Ainsi et dans le reste du rapport et dans un but sécuritaire nous adoptons pour ces
matériaux un angle de frottement de 30 à 35° et une cohésion nulle ( état purement
pulvérulents et meuble)

 Sismicité :
Conformément au RPS 2000[7] les paramètres sismiques à prendre en compte sont
comme suit :

Zonage sismique : Zone 3, coefficient d’accélération = 0,16

Site ; type de site S2, coefficient de site 1,4.

 Terrassements
Les travaux de terrassements seront réalisés par les moyens classiques (pelle
mécanique) en surface et nécessiteront l’usage de moyens performants en profondeurs pour la
rélisation de l’ancrage des semelles.

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 12


Conclusion
La reconnaissance des sols de fondation du futur Centre Culturel à la ville de Ben
Guerir a mis en évidence un sous-sol homogène constitué, sous une couverture de terre
végétale caillouteuse, d’une formation de calcaire nodulaire induré, continue latéralement et
en profondeur sur toute l’aire réservée au projet.

Le niveau de la nappe phréatique n’a pas été encontré aux profondeurs atteintes par les
sondages. Elle n’intéressera donc pas les fondations des futures constructions.

Etant donné cette configuration nous avons proposé de retenir la formation calcaire
comme assise de fondation.

Le système de fondation sera constitué de semelles isolées ancrées dans les calcaires
indurés à une profondeur moyenne de -1,20 m par rapport au niveau du terrain naturel et
travaillent à un taux de travail allant de 2,5 bars pour des semelles de 1,5 m de large.

Les terrassements seront effctués à l’aide des moyens classiques en surface et


necessiteront des moyens performants pour les formations en profondeur.

6- Caractéristiques mécaniques des matériaux

6-1 Béton :

 Composition du béton
La composition ordinaire pour un mètre cube du béton est :
- 350 kg/𝑚3 de ciment de classe CPJ45.
- 0.4 𝑚3 de sable de diamètre 0/5.
- 0.8 𝑚3de gravier de diamètre 15/25.
- 0.175 𝑚3 d’eau de gâchage.

 Résistance à la compression
Le béton est dosé à 350Kg/m3 ayant une résistance à la compression à 28 jours :
𝑓𝑐28 = 25 𝑀𝑃𝑎

 Résistance caractéristique à la traction


Selon BAEL 91[5], la résistance caractéristique à la traction du béton à 28 jours :
𝑓𝑡𝑗 = 0.6 + 0.06 𝑓𝑐𝑗 pour 𝑓𝑐𝑗 ≤ 40 𝑀𝑃𝑎.

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 13


On a 𝑓𝑐28 = 25𝑀𝑃𝑎 donc 𝑓𝑗28 = 2.1𝑀𝑃𝑎

 Les contraintes limites de compression du béton


En se référant au règlement du BAEL91 [5], on distingue deux états limites :
- Etat limite ultime « E.L.U »
La contrainte ultime du béton en compression est donnée par :

𝜎𝑏𝑐 =

Avec : 𝛾𝑏 est le coefficient de sécurité tel que : 𝛾𝑏 = 1,5 au cas des actions courantes.

Figure I.3: Diagramme contrainte-déformation du béton.

Etat limite service « E.L.S »


La contrainte limite service en compression du béton est limitée par la formule :
σ̅bc = 0.6 𝑓𝑐28 Donc σ̅bc = 15 𝑀𝑃𝑎

 La contrainte limite de cisaillement


Pour notre projet, la fissuration est peu préjudiciable car le milieu est non agressif : pas
trop d’humidité, de condensation, et faible exposition aux intempéries, donc la contrainte
limite de cisaillement prend la valeur suivante :

𝜏𝑢 ≤ min ( ; 5) (en 𝑀𝑃𝑎) => 𝜏𝑢 ≤ min (3.33 ; 5) = 3.33 MPa

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 14


6-2 Aciers :

 Caractéristiques mécaniques de l’acier


L’acier choisi pour les armatures longitudinales et transversales est un acier à haute
adhérence (HA) de nuance FeE500 (limite d’élasticité : 𝑓𝑒 = 500𝑀𝑃𝑎
Le module d’élasticité longitudinal de l’acier « Es » est pris égal à : 𝐸𝑠 = 2.1 × 10⁵𝑀𝑃𝑎
 La Contrainte limite de l’acier

- Contraintes limites à l ’ELU


La contrainte limite ultime d’acier est donnée par la formule : 𝜎𝑠 =

Avec : 𝛾𝑠 est le Coefficient de sécurité tel que 𝛾𝑠= 1.15 en situation courante.

On a 𝜎𝑠 = =

Donc 𝜎𝑠 = 434.78 𝑀𝑝𝑎.

Figure I.4 : Diagramme contrainte-déformation d’acier.

- Contraintes limites à l ’ELS


Les contraintes limites de l’acier S sont données en fonction de l’état limite
d’ouverture des fissures. La fissuration est peu préjudiciable donc pas de vérification
concernant la contrainte limite de service.

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 15


7- Les combinaisons de calcul :
Les sollicitations sont calculées en appliquant les combinaisons d’actions définies ci-
après :
La combinaison de calcul à l’état limite :
N𝑢 = 1,35 𝐺 + 1,5 𝑄.
Les combinaisons de calcul à l’état limite service:
N𝑠 = 𝐺 + 𝑄
Avec :
G : La charge permanente.
Q : La charge d’exploitation.

8- Les règlements utilisés

 B.A.E.L 91 Modifié 99 [5] pour le calcul de la structure.


 Le règlement de construction parasismique R.P.S 2000 [7] pour la vérification des
dimensions et la disposition de ferraillage.
 B.P.E.L 91 [6] pour le calcul des poutres en béton précontraint.

9- Hypothèses de calcul en béton armé :

 Calcul aux états limites de services :


- Les sections planes, normales à la fibre moyenne avant déformation restent planes après
déformation.
- Pas de glissement relatif entre le béton et l’acier.
- Le béton tendu est négligé dans les calculs.
- Les contraintes sont proportionnelles aux déformations.
- Le rapport « n » du module d’élasticité longitudinale de l’acier à celui du béton, a pour
valeur : n= =15.

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 16


 Calcul aux états limites ultimes de résistance :
- Les sections planes, normales à la fibre moyenne avant déformation restent planes après
déformation.
- Le béton tendu est négligé dans les calculs.
- Le raccourcissement relatif de l’acier est limite à : 10‰.
- Le raccourcissement ultime du béton est limité à
Ɛbc = 3.5 ‰ ……………… en flexion
Ɛbc = 2 ‰ ……………….. en compression centrée.

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 17


CHAPITRE II : DIMENSIONNEMENT MANUEL DE LA
STRUCTURE

I- Conception et Pré-dimensionnement :

1- Conception :

 Définition :
Tout projet de construction passe par une phase de conception dans laquelle on définit
les caractéristiques principales déterminant le comportement de la structure. Effectivement,
un bâtiment bien conçu et mal calculé se comportera toujours mieux, face à des sollicitations
extérieures, qu’un bâtiment bien calculé mais mal conçu.
Une bonne conception garantit au moins la moitié de la sécurité d’un ouvrage, elle est
le fruit d’un travail d’équipe entre géotechniciens architectes et ingénieurs, qui est absolument
nécessaire dès les premières esquisses.
La conception doit viser à garantir un bon comportement de la structure. Pour y
parvenir, le mot maître est la régularité, car les extravagances dans les formes ou dans le
système porteur ont tendance à fortement amplifier les effets des sollicitations.

 Les règles à respecter


- Vérifier l’alignement entre les poteaux.
- Eviter les grandes portées des poutres.
- Eviter les grandes retombées des poutres dans les milieux visibles de bâtiment.
- Eviter qu’un poteau sorte au milieu d’une pièce.

Dans cette conception, nous avons veillé sur le respect des contraintes architecturales
du bloc, et aussi à l’harmonie avec les principales règles de conception.

2- Pré-dimensionnement des éléments :

2-1- Planchers à corps creux


La hauteur de l'entrevous et du plancher dépendent de la portée des poutrelles. Par
contre, l’entraxe entre ces poutrelles est de 60 cm.

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 18


L
L’épaisseur du plancher est déterminée à partir de la condition de flèche : e
22.5
Où e : l’épaisseur totale du plancher
L : la portée maximale entre nos d’appuis

Application sur le projet :


5.6
* Pour L=5.6m on aura : e  0.24
22.5

Donc on prend e = 25cm soit un plancher de 20+5.

4, 50
* Pour L 5.6m on aura e  0.20
22.5

Donc on prend e = 20cm soit un plancher de 16+4.

Figure II.1 : Schéma explicatif d’un plancher à corps creux.

2-2- Poutres

D’après le BAEL 91[5], les dimensions d’une section rectangulaire isostatique sont :

La hauteur h :

≤h≤

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 19


Généralement, pour le choix des hauteurs des poutres isostatiques, on procède comme
suit :
h = si les poutres sont trop chargées (chargées sur deux cotés).

h = si les poutres sont moyennement chargées (chargées sur un seul coté).

h = si Les poutres sont peu chargées (aucun coté n’est chargé).

On ce qui concerne les poutres continues, la hauteur h de la poutre doit vérifier la


condition de la flèche suivante:
≤h≤

La largeur b :
Selon le BAEL 91 [5], la largeur de la poutre doit vérifier la relation suivante :
0,4 .h ≤ b ≤ 0,7.h
Les dimensions de la section de la poutre, h et b étant respectivement la plus grande et
la plus petite dimension, doivent satisfaire les conditions exigées par le RPS 2000[7] :
Le rapport largeur/hauteur doit être :

≥ 0. 25

La largeur b de la poutre doit être :


b ≥ 200 mm.
Dans notre cas, pour plus de sécurité, on a fixé les hauteurs des poutres à la valeur de
.

2-3- Poutre continue :


On ce qui concerne les poutres continues, la hauteur h de la poutre doit vérifier la
condition de la flèche suivante:

Lmax L
 h  max
16 12

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 20


Application sur le projet : on va considérer la poutre continue qui rassemble les deux
travées P5et P5 sur le plan du plancher haut RDC :

Figure II.3 : La position de la poutre continue P5-P5 dans le plan de coffrage

La hauteur h de la poutre doit vérifier la condition suivante:

Lmax L
 h  max
16 12

6,17 6,17
h
16 12

D’où :

0,38  h  0,52 Donc on prend h  50cm .

Pour la largeur, on a 0.4h  b  0.7h  20  b  35 donc on prend b  25cm .

Vérification :

b  250mm 200mm La condition est vérifiée.


b
 0.50 0.25 La condition est vérifiée.
h

2-4- Poteaux

Le règlement parasismique marocain RPS 2000[7] impose la valeur 25cm comme


dimension minimal dans chaque direction des poteaux, les dimensions à retenir sont obtenues
par la descente de charges.

2-5- Voiles

L’épaisseur des voiles a été fixée sur la valeur de 20 cm pour tous les niveaux.

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 21


II- Descente de charge et dimensionnement :
1- Descente de charge
En béton armé, le principe d’une descente de charges est de calculer les charges
permanentes et variables qui arrivent sur les poutres, les poteaux et les fondations en
regardant étage par étage tout ce que celui-ci porte, en supposant que les poutres sont en
appuis simples sur les poteaux.

En béton armé, les charges verticales agissant sur les poteaux doivent être augmentées
par rapport aux calculs de descentes de charges effectués de :

- 15% pour les poteaux centraux dans le cas de bâtiments à deux travées, (on multiplie par
1,15).
- 10% pour les poteaux intermédiaires voisins des poteaux de rive dans le cas de bâtiments
comportant au moins trois travées. (On multiplie par 1,1).Ainsi, les poteaux de rive et les
poteaux non voisins des poteaux de rive ne sont pas concernés par la majoration et les valeurs
utilisées pour ces poteaux sont les mêmes que celle calculées par la descente de charges.
1-1- Descente de charges des poutres
On va essayer dans cette partie de calculer les charges portées par chaque poutre. Ces
poutres peuvent être divisées en deux catégories :
- Des poutres porteuses
En tenant compte des charges semblables au niveau de chaque étage, nous allons
utiliser les formules suivantes :
La charge permanente : (𝑲𝑵/𝒎) = 𝑮𝒑𝒑 +𝒈×𝑳/𝟐
La charge d’exploitation : (𝑲𝑵/𝒎) =𝒒×𝑳/𝟐
Avec :
g : La charge permanente unitaire par mètre carré sur plancher.
q : La charge d’exploitation unitaire par mètre carré sur plancher.
𝑮𝒑𝒑 : Le poids propre de la poutre : Gpp(KN/m) = 𝑏 (𝑚) × ℎ(𝑚) × 25 (KN/m³).
L : La longueur du chargement.
- Des poutres non chargées
Pour une poutre non chargée, 1KN/m est supposée comme surcharge des hourdis qui
peuvent reposées sur cette poutre, alors on utilise les formules suivantes :
La charge permanente : (𝑲𝑵/𝒎) = 𝑮𝒑𝒑 + 1(𝑲𝑵/𝒎)

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 22


La charge d’exploitation : (𝑲𝑵/𝒎) = 1(𝑲𝑵/𝒎)
Avec Gpp est le poids propre de la poutre : Gpp (KN/m) = 𝑏 (𝑚) × ℎ(𝑚) × 25 (KN/m³).
On ce qui concerne la charge totale, on va la calculer à l’état limite ultime ainsi qu’à
l’état limite service on se basant sur les relations suivantes :
N (ELU) = 1.35 G + 1.5 Q
N (ELS) = G + Q
1-2 Descente de charges des poteaux
Les formules de la descente de charges sur un poteau sont exprimées comme suit:
La charge permanente
G (KN/m) = GP × S + PP poteau + Σ PP poutre ×𝑳/𝟐
La charge d’exploitation
Q (KN/m) = QP × S
Avec :
GP : la charge permanente sur les planchers supérieurs.
QP : la charge d’exploitation sur les planchers supérieurs.
L : portée entre axe de la poutre appuyant sur le poteau.
PP poteau = section du poteau × hauteur × densité du béton (25𝐾𝑁/𝑚3)
PP poutre = section de la poutre × densité du béton (25𝐾𝑁/𝑚3).
S : l’aire de la surface du plancher supportée par le poteau.
La charge au pied d’un poteau est la somme des charges provenant des étages
supérieurs.
Pratiquement, avant de se lancer dans les calculs et pour réduire le nombre des
opérations de calcul, on cherche les poteaux qui ont, à peu près, la même surface de charge,
on leur donne le même nom.
Les règles B.A.E.L 91 [5] n’imposent aucune condition à ELS pour les pièces
soumises en compression centrée comme le cas des poteaux. Par conséquent, le
dimensionnement et la détermination des armatures doivent se justifier uniquement vis à vis
de ELU :
Nu=1.35 G (KN/m) +1.5 Q (KN/m)

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 23


Application sur le projet :

1-2- Evaluation des charges des planchers :


- Plancher haut étage :
Elément Epaisseur Poids volumique Charges (KN/m2)
(m) (KN/m3)

Gravillon de protection 0.05 20 1

Etanchéité multicouche / / 0.12

Béton en forme de pente 0.12 22 2.64

Isolation thermique 0.05 3 0.015

Dalle en corps creux / / 2.85

Faux plafond 0.06 10 0.6

Charge permanente g =7.22

Charge d’exploitation q =1

Tab II.1 : La charge du plancher haut étage


- Plancher haut RDC :

Elément Epaisseur Poids volumique Charges


(m) (KN/m3) (KN/m2)

Revêtement en carrelage 0.02 20 0.4

Mortier de pose 0.02 20 0.4

Forme de carrelage 0.05 17 0.85

Forme de pente 0.12 22 3.3

Dalle en corps creux / / 2.85

Faut plafond 0.06 10 0.6

Etanchéité multicouche / / 1

Isolation thermique 0.05 3 0.015

Charge permanente g = 9.42

Charge d’exploitation q = 1.5

Tab II.2 : la charge du plancher haut RDC


Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 24
1-3- La charge des escaliers :
Il existe de très nombreux types d’escalier à paillasses, en ce qui concerne notre
structure, on a adopté un escalier à paillasse avec un palier. On a tiré du plan d’architecture les
caractéristiques géométriques suivantes :

- L’emmarchement : lem  1,38m

- Palier de repos : Lp  3,35m

- La hauteur de l’escalier : H  3, 06m


- La longueur L : L = 4,86
- le nombre de marche : n  18
- le nombre de contre marche : n  1  19

Dimensions des marches et contres marches :

- Le giron est calculé par la relation suivante :


L 4,86
g g  g  27cm / marche
n 18
- La hauteur de contre marche se calcule comme suit :
H 3, 06
h h  h  17cm / contremarche
n 1 19
- g et ℎ étant déterminés, on doit vérifier l’inégalité de « BLONDEL » :
59cm  2h  g  66cm

59cm  2 17  27  66cm  59cm  61cm  66cm


L’inégalité de « BLONDEL » est vérifiée.

Epaisseur de la paillasse :

L’épaisseur de la paillasse doit vérifier la condition de flèche suivante :


l l L'
 ep  Avec l 
30 20 cos 
L’angle α est calculé par la relation suivante :
h  17 
  tan 1      tan 1      32,19
 g  
27
L' 4,86  0, 25
Donc : l l   l  6, 03m
cos  cos 32,19

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 25


On calcule l’épaisseur de la paillasse :
l l 6, 03 6, 03
 ep    ep   20,1  e p  30,1
30 20 30 20

On adopte e paillasse  e palier  22cm


La charge permanente de la paillasse :
Elément Epaisseur Longueur Largeur Poids Poids
(kg/m3) (kg)

Enduit 0,02 4,86 1,38 2000 258,33


ciment

Poids 0,22 4,86 1,38 2500 3688,74


propre

Poids Paillasse 3947,07

Tab II.3 : La charge permanente de la paillasse

Alors : la charge de la paillasse= 39,47KN

La charge permanente du palier :

Elément Epaisseur Largeur Longueur Poids Poids (kg)


(kg/m3)

Revêtement 0,04 1,4 3,35 2200 412,72

Enduit ciment 0,02 1,4 3,35 1800 168,84

Forme 0,02 1,4 3,35 2000 187,6

Poids propre 0,22 1,4 3,35 2500 2579,5

Poids Palier 3348,66

Tab II.4 : La charge permanente du palier d’accès

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 26


Alors : la charge sur le palier = 33,48KN

La charge permanente d’une marche :

Elément Epaisseur Longueur Largeur Poids Poids (kg)


(kg/m3)
(Marche) (giran)

Revêtement 0,04 1,38 0,25 2500 34,5

Enduit 0,02 1,38 0,25 1800 12,42


ciment

Forme 0,02 1,38 0,25 2000 13,8

Poids propre 0,17 1,38 0,25 1250 73,31

Poids Marche 134

Tab II.5 : La charge permanente d’une marche

Alors : la charge sur la marche =1,34KN

Charge d’exploitation :

Q = 2.5KN/m2

1-4- Descente de charge des poutres :


Descente de charge de la poutre continue qui rassemble les deux travées P5et P5 sur le
plan de coffrage du haut plafond RDC:

Cette poutre supporte la moitié du plancher de 16+4 donc :

La charge permanente : G(𝑲𝑵/𝒎) = 0,50×0,20×25+9,42×12,11/2


G = 61,1 KN/m

La charge d’exploitation :Q (𝑲𝑵/𝒎) =1×12,11/2


Q = 6,055 KN/m
Donc la charge totale sur la poutre est :
A ELU : Pu = 1, 35G +1,5 Q = 91,55 KN/m.

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 27


A ELS : Pser = G + Q= 67,15 KN/m.

1-5- Descente de charge des poteaux :


Descente de charge du poteau angle P1 du plancher haut RDC :

Figure II.5 : La position du poteau P1 dans le plan de coffrage

La charge permanente


G = (9,42 × 3,92) + ( 0,25 × 0,25 × 3,6 ×25 )+ (0,2 × 0,55 × 25 × 6,67/2) + ( 0,2 × 0, 35 ×25 ×
2,1/2 )
G= 53,56 KN.

La charge d’exploitation


Q = 1 × 3,92
Q = 3,92 KN.
Donc la charge totale sur le poteau P1 est :

Nu = 1,35 ×53,56+ 1,5 × 3,92

Nu = 78,18 KN.

1-6- Pré-dimensionnement des poteaux :


A partir des valeurs de l’effort Nu, on pré-dimensionne les sections des poteaux
suivant ces étapes :

On fixe l’élancement :   35

0.85
Alors : Le coefficient de flambage :      0.708
 
2

1  0.2   
 35 

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 28


La section réduite du béton Br avec Ath=0 est déduit à partir de la relation qui permet de
calculer l’effort normal :

On a :

  0.708 ;  b  1.5 ; f 28  25MN

1,907  Nu
Donc : Br    f
c 28

Les dimensions du poteau :

lf
Largeur a : a  2 3 

Avec : l f  0.7  L0

L0 : la hauteur totale du poteau.

Br
Longueur b : b   0.02
a  0.02

Application sur le projet :


Pré-dimensionnement du poteau angle P1 du plancher haut RDC :

La charge supportée par le poteau P1 est Nu = 78,18 KN.

 Calcul de la section réduite du béton :

1,35  Nu
On a : Br 
  f c 28

On fixe l’élancement :   35

0.85
Alors : Le coefficient de flambage :      0.708
 
2

1  0.2   
 35 

Avec la résistance à la compression du béton à 28 jours est : fc28 = 25 MPa.

Donc Br = 60 cm2.

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 29


 Calcul des dimensions du poteau :

lf
Largeur a : a  2 3 

Avec : l f  0.7  L0  0.7  3.6  2.52m  a  0.24m

Cette valeur est inférieure à la valeur minimale fixé par le PRS 2000 [7] : a=25cm

Donc on prend a=0.25m

Br
Longueur b : b   0.02
a  0.02

Alors : b ≥ 0,046 m on prend : b = 0,25 m (poteau carré).

1-7- Pré-dimensionnement des semelles :


- Les semelles adoptées pour ce projet sont des semelles isolées sous poteaux et des semelles
filantes sous les voiles.
- Les semelles sont calculées à l’état limite de service pour leurs dimensions extérieures.
Pour la détermination de la section du béton pour une semelle on suit les étapes
suivantes :
1) on considère des semelles à débord égale :

Pour une semelle centrée ou excentrée des deux côtés : =

Pour une semelle excentrée d’un seul côté: A-a =

Avec :
A : la plus petite dimension de la semelle
B : la plus grande dimension de la semelle
a : la largeur du poteau
b : la longueur du poteau

2) Calcul de la surface portante de la semelle : S =A×B ≥

Avec :
Nser : l’effort normal service appliqué sur la semelle provenant du poteau (MN)
σs: la contrainte admissible du sol
3) Déduire des deux formules précédentes :

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 30


La largeur A et la longueur B de la semelle (multiple de Cinque

La hauteur utile d de la semelle: d = max ( ; )

La hauteur totale de la semelle: Ht = d+5 cm

4) Vérification de condition : σsol < σ̅sol avec σsol =

Avec : Poids propre de semelle=A×B×H×densité de béton (25KN/m³)

Application sur le projet : (La semelle centrée S1 supportant le poteau P1 sur le plan de la

fondation RDC)

Figure II.6 : La position de la semelle S1 dans le plan de coffrage

Données :
- La contrainte admissible du sol : σs=0,25MPa.
-Effort normale service appliquée au niveau supérieur de la semelle Nser =78,18 KN.

- Dimensions de la section du poteau P1 (25×25).

1) Calcul de la surface portante de la semelle :

S=AxB ≥

S = AxB ≥ donc : S = AxB = 0,313 m²

2) Calcul des dimensions de la semelle :


- Calcul de la largeur A et la longueur B :

La semelle est centrée donc : = avec A×B ≥

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 31


Alors :

- La largeur de la semelle: A ≥

avec A=B puisque a=b

- La longueur de la semelle : B ≥

B =A ≥ 0,56 m on prend A= B = 0,8m


- Calcul de la hauteur utile d et la hauteur total H :

La hauteur utile d : d=max ( ; )= =0.137m on prend d= 15cm

La hauteur totale H : H=d+5cm=20cm


3) Vérification de condition σsol < σ̅sol :
On a : Pp .semelle=0,8×0,8×0.25×0.025=0.004MN
N ser  ppsemelle 0, 078  0, 004
Et σsol    0,128MPa   sol  0, 25MPa
S 0, 64
Donc la condition est vérifiée.

2- Dimensionnement des éléments porteurs :


Après avoir calculé les charges sur chaque élément porteur de la structure, il convient
de déterminer la composition de chacun de ces éléments en matière d’acier : le ferraillage.
Cette étape consiste à calculer, pour chaque élément de la structure, la section d’acier
nécessaire pour équilibrer les efforts dus aux charges auxquelles il est soumis.

2-1- Dimensionnement des poteaux:


On limitera le calcul de ferraillage dans l’hypothèse de la compression centrée. D’un
point de vue Réglementaire, le poteau est soumis à une compression centrée si :
- l’excentricité de l’effort normal est petite
- l’´élancement λ est inférieur à 70.
Nous exposerons ci-dessus les notions liées au phénomène de flambement.

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 32


- Vérification du flambement

Le flambement est un phénomène d’instabilité de forme qui peut survenir dans les
éléments comprimés (de façon excentrée au non) des structures, lorsque ces éléments sont
élancés.
La longueur de flambement lf dépend à la fois de la longueur du poteau et aussi de la
nature de ses liaisons à chaque extrémité. La figure suivante donne la longueur de

flambement pour chaque type de liaison en fonction de l la longueur du poteau :

Figure II.7 : Longueur de flambement selon la nature des liaisons aux extrémités

Avec :

l0 : longueur libre du poteau comptée du nu supérieur du plancher inférieur au du nu inférieur


du plancher supérieur.

Pour le cas de notre étude, on considérera que les poteaux sont articulés dans une
extrémité et encastré dans l’autre soit :

lf = 0,7x l0

- Élancement mécanique :
L’élancement d’un poteau est déterminé par la formule suivante :

Avec : lf: la longueur de flambement du poteau

i : Le rayon de giration calculé par :

Imin : l’inertie du poteau et B la section du béton.

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 33


Donc : 𝜆 = 2√3

- Les armatures longitudinales et transversales :

Cette étape consiste à calculer le ferraillage longitudinal et transversal de chaque


poteau. Pour mener les calculs, on suppose que les poteaux sont sollicités uniquement en
compression concentrée.

- Armatures longitudinales

La section de ces armatures est déterminée suivant la formule :

Nu ≤ α ( ) (*)

Br : section réduite du poteau déduite en retranchant de sa section réelle un centimètre


d’épaisseur sur toute sa périphérie (en cm²).
As : section d’acier comprimé prise en compte dans le calcul.
fc28=25MPa : résistance à la compression de béton à 28 jours.
fe=500MPa : limite d’élasticité de l’acier utilisé.
γb= 1,5 coefficient de sécurité du béton.
γs = 1,15 coefficient de sécurité de l’acier.
α : coefficient dépendant de l’élancement mécanique λ des poteaux qui prend les
valeurs :

α = 0.6 (50/λ)² si 50≤λ≤70

α= si λ≤50

À partir de (*) on peut déduire une valeur limite de la section d’acier :

As limite = ( )

Dans certains cas le second terme de cette équation est négatif. Ce signe est dû au
surplus du béton utilisé.
Toutefois la réglementation en vigueur prévoit des sections minimales et maximales
d’acier pour les poteaux.

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 34


Amin = (0.2%B ; 4 cm²/m de parement)

Amax = 5%B

Figure II.8 : Organigramme de calcul des poteaux en compression simple.

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 35


- Calcul des armatures transversales et des espacements :
 Diamètre des armatures transversales
Afin de lier les barres longitudinales et d’assurer une résistance au cisaillement, un ferraillage
transversal est prévu.
La section des armatures transversales est déterminée forfaitairement selon le
nombre des armatures longitudinales.

Le diamètre des aciers transversaux est donné par : Φt ≥ où Φl le diamètre de la

plus grosse armature longitudinale.

 La longueur de la zone critique 𝒍𝒄


Selon le RPS2000 [7] la longueur de la zone critique est définie par :

𝑙𝑐 (𝑐𝑚) = max ( ;b;4)

Avec :
b : la longueur du poteau.
ℎ𝑒 : la hauteur sous plafond.
 Espacement dans la zone critique 𝑺𝒄 :
Le RPS2000 [7] exige que l’espacement dans la zone critique soit
défini par : 𝑆𝑐 (𝑐𝑚) = min (15 ; 8 ∅𝑙 𝑚𝑖𝑛 ; 0.25 𝑏 )

Avec :
b : la longueur du poteau.
∅𝑙 𝑚𝑖𝑛 : Diamètre minimal des armatures longitudinales.
 Espacement dans la zone courante St
L’espacement dans la zone courante est défini par la relation suivante :
𝑆𝑡(𝑐𝑚) = min( 30 ; 12 ∅𝑙 𝑚𝑖𝑛 ; 0.5 𝑏 )
Avec :
b : la longueur du poteau.
∅𝑙 𝑚𝑖𝑛 : Diamètre minimal des armatures longitudinales.

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 36


Application sur le projet : poteau P1 du plancher haut RDC :

 Armatures longitudinales :

 L’élancement 𝜆 : 𝜆 = 2√3 = 34,92≤ 50

 le coefficient de flambage :

- 𝜆 ≤ 50 alors 𝛼 = = 0,708

 La section réduite du béton 𝐵𝑟 : 𝐵𝑟 = (𝑎 − 0.02)(𝑏 − 0.02) =0,0529 m2


 La section d’acier théorique Ath :

𝐴𝑡ℎ ≥ [ - ]×

Avec : Nu = 78,18 KN
Donc : Ath ≥ -19,98cm2
 La section d’acier minimale 𝐴𝑚𝑖𝑛 :
𝐴𝑚𝑖𝑛 ≥ max ( 4 𝑢 ; 0.2 )

Donc : Amin ≥ 4 cm2


 la section d’acier finale 𝐴𝑠:
𝐴𝑠 = max ( 𝐴𝑚𝑖𝑛 ; 𝐴𝑡ℎ ) = 4cm2
On procède donc à un ferraillage avec 4HA12 ( soit une section de 4,52cm2)
 La section d’acier maximale Amax:
𝐴𝑚𝑎𝑥 ≤5 × => Amax ≤ 31,25 cm2

Donc la condition : 𝐴𝑠 ≤ 𝐴𝑚𝑎𝑥 est vérifiée

 Calcul des armatures transversales et des espacements :

Diamètre des armatures transversales

∅𝑡 ≥ => ∅𝑡≥ => ∅𝑡≥ 4mm

La longueur de la zone critique 𝒍𝒄

𝑙𝑐 (𝑐𝑚) = max ( ; b ; 45 )

Avec : he = l0-0,2 = 3,4m

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 37


𝑙𝑐 (𝑐𝑚) = max ( ; 25 ; 45)= 56,77cm

Espacement dans la zone critique 𝑺𝒄 :


𝑆𝑐 (𝑐𝑚) = min (15 ; 8 ∅𝑙 𝑚𝑖𝑛 ; 0.25 𝑏 )
Donc : 𝑆𝑐 (𝑐𝑚) = min (15 ; 9,6 ; 6,25 )
D’où : 𝑆𝑐 (𝑐𝑚) = 6,25 cm
Espacement dans la zone courante St
𝑆𝑡(𝑐𝑚) = min( 30 ; 12 ∅𝑙 𝑚𝑖𝑛 ; 0.5 𝑏 )
Donc : 𝑆𝑐 (𝑐𝑚) = min (15 ; 14,4 ; 12,5 )
D’où : 𝑆𝑐 (𝑐𝑚) = 12,5 cm
Donc on fixe un espacement St = 12cm.

2-2- Dimensionnement d’une poutre continue :

Le règlement BAEL 91 [5] prévoit trois méthodes de résolution pour des systèmes de
poutres continues :

 La méthode forfaitaire
 La méthode de Caquot
 La méthode de Caquot minorée

- Les conditions du choix de la méthode :

1. Les charges d’exploitation Q sont modérées : Q  Max (2G ; 5000 N/m2)

Avec :
G : charges permanentes
Q : les charges d’exploitation
2. La fissuration est peu préjudiciable,
3. Les moments d’inertie des sections sont constants dans les différentes travées en
continuité,

4. Le rapport entre les portées successives doit être compris entre 0.8 et 1.25
Li L
0.8   1.25 et 0.8  i 1  1.25
Li 1 Li

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 38


 Si toutes les conditions sont vérifiées on utilise la méthode forfaitaire
 Si la condition 1 n’est pas vérifiée on utilise la méthode de Caquot.
 Si la condition 2, 3 ou 4 n’est pas vérifiée on utilise la méthode de Caquot minorée
Dans notre cas on prend comme exemple la poutre continue qui rassemble les deux travées
P5et P5 sur le plan de coffrage du haut plafond RDC

 La condition 1est vérifiée puisqu’il s’agit un bâtiment destiné à l’habitation,


 La condition 2est vérifiée,
 La condition 3est vérifiée car les sections des travées sont les mêmes,
 La condition 4 est vérifiée :
L1 5,54 L
0.8    0,94  1.25 et 0.8  2  1, 06  1.25
L2 5,88 L1

Toutes les conditions sont vérifiées, on utilise la méthode forfaitaire.

- Calcul des moments en travées :


Appelant:
M0 : Moment max isostatique de la travée. M0=PL²/8
Mt : Moment max de la travée étudiée.
Mw: Moment sur l’appui de gauche de la travée.
Me : Moment sur l’appui de droite de la travée

 Mw  Me 
 max( (1  0,3 ) M 0 ;1, 05 M 0 )  
2
-Travée de rive: M t  max  
 1, 2  0,3  M 0 
 2  

 Mw  Me 
max( (1  0,3 ) M 0 ;1, 05M 0 )  2 
-Travée intermédiaire: M t  max  
 1  0,3  M 0 
 2  

Avec α : Le rapport des charges d’exploitation "Q" à la somme des charges permanentes "G"
Q
et les charges d’exploitation "Q" :  
QG

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 39


- Calcul des moments en appuis :
Les moments sur appuis doivent avoir les valeurs suivantes:
1)- Cas de deux travées :

2)- Plus de deux travées :

- Calcul des efforts tranchant en appuis :


1)- Cas de deux travées :

2)- Plus de deux travées :

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 40


Application sur le projet : La poutre continue qui rassemble les deux travées P5 et P5 sur le
plan de coffrage du haut plafond RDC:

 Combinaisons de charges sur la poutre continue :


La charge permanente : G = 61,1 KN/m
La charge d’exploitation : Q = 6,055 KN/m
Donc la charge totale sur la poutre est :
A ELU : Pu=1, 35G +1,5 Q= 91,55 KN/m.
A ELS : Pser= G + Q= 67,15 KN/m.
Q
 Le rapport des charges :   = 0,09
QG
 Calcul des moments isostatiques :
Travée 1-2 :
Pu l 2 91,55  5,542
ELU : M 0(12)    351, 22 KN .m
8 8
Ps l 2 67,15  5,542
ELS : M 0(12)    257, 62 KN .m
8 8
Travée 2-3 :
Pu l 2 91,55  5,882
ELU : M 0(23)    395, 66 KN .m
8 8
Ps l 2 67,15  5,882
ELS : M 0(23)    290, 2 KN .m
8 8
 Moments sur appuis :
Appui 1 :
ELU: Ma1=0,15M0 (1-2)=0 ,15 x 351,22 = 52,68 KN.m
ELS : Ma1=0,15M0 (1-2) =0,15 x 257,62= 38,64KN.m
Appui 2 :
ELU: Ma2=0 ,6M0 (2-3)=0,6 x 395,66= 237,4 KN.m
ELS : Ma2=0,6M0 (2-3)=0,6 x 290,2= 174,12 KN.m

Appui 3 :
ELU: Ma2=0,15M0 (2-3) = 0,15 x 395,66 = 59,35 KN.m
ELS : Ma2=0,15M0 (2-3) = 0,15 x 290,2 = 43,53 KN.m

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 41


 Calcul des moments max en travées:
Travée 1-2 :
ELU : Mw=0 ; Me=237,4KN.m

Mt (1- 2) ≥

 Mt (1- 2)= 251 KN.m


ELS : Mw=0 ; Me=174,12 KN.m
Mt (1- 2) ≥

 Mt (1- 2)= 184 KN.m

Travée 2-3 :
ELU : Mw=237,4KN.m ; Me=0.

Mt (2-3) ≥

 Mt (2-3)= 297KN.m
ELS : Mw=174,12 KN.m ; Me=0

Mt (2-3) ≥

 Mt (2-3)= 218KN.m

 Calcul des efforts tranchants : Les calculs sont menés à ELU


Travée 1-2 :
Tw (1-2) = Pu L/2=91,55x5,54/2= 253,6 KN
Te (1-2) =1.15 Tw(1-2)=1,15x253,6 = 291,64 KN

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 42


Travée 2-3 :
Tw (2-3)=1,15 Pu L/2=1,15x91,55x5,88/2=309,53 KN
Te (2-3)= Pu L/2 =91,55x5,88/2 = 269,15 KN

 Calcul de la section d’armature longitudinale :

Travée 1 :

Données :
h = 0,5m, d’= 0,05m, d = 0,45m, b = 0,20m,
Fe = 500MPa, Fc28 = 25 MPa
Mu = 251 KN.m

Le moment réduit :
Mu
 = 0,247 < l  0,372
b  d 2   bc
Donc pas d’aciers comprimé

  1, 25(1  1  2   )  0,362
  d (1  0, 4 )  0,384m
Mu
Ast  = 15,03 cm² et Asc= 0
 . st
On choisit 8HA16

Travée 2 :

Données :
h = 0,5m, d’= 0,05m, d = 0,45m, b = 0,20m
Fe = 500MPa, Fc28 = 25 MPa
Mu = 297 KN.m

Le moment réduit :
Mu
 = 0,293 < l  0,372
b  d 2   bc
Donc pas d’aciers comprimés Asc = 0

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 43


  1, 25(1  1  2   )  0, 446
  d (1  0, 4 )  0,37
Mu
Ast   18,46 cm² on choisit 10HA16
 . st

 Calcul de la section d’acier et ferraillage des appuis :

Appui 1: d = 0,45m, b = 0,20m, Ma1 = 52,68 KN.m

En passant par les mêmes étapes on détermine le ferraillage en appui, on trouve :

Ast = 2,76 cm²

On fait le ferraillage de façon à avoir le montage le plus symétrique avec A st, on


choisit 3HA16

Appui 2 : d = 0,45m, b = 0,20m, Ma2 = 237,4 KN.m

Ast = 14,03 cm² on choisit 8HA16

Appui 3 : d = 0,45m, b = 0,20m, Ma3 = 59,35 KN.m


Ast = 3,07 cm² on choisit 3HA16

 Calcul des armatures transversales:

Travée1 :

ø𝑡 ≤ min ( ; ø𝑙 𝑚𝑖𝑛 ; ) => ø𝑡 ≤ min ( ; 10 ; ) = 10 𝑚𝑚

On prend ø𝒕 = 8 𝒎𝒎
- Espacement des armatures dans la zone courante :

𝑆𝑡 = min

On prend Stmax = => 𝐒𝐭𝐦𝐚𝐱 = 12 𝐜𝐦

- Espacement des armatures dans la zone critique :


𝑆𝑐 = min (8 ø𝑙 ; 24 ø𝑡 ; 0.25 ℎ ; 20 𝑐m ) = 8 𝑐𝑚

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 44


Les premières armatures doivent être placées à 5 cm au plus de la face du poteau.
- Longueur de la zone critique :
lc = 2 × h = 100 𝒄𝒎.
- Disposition des armatures :

Longueur des chapeaux excentrés : 𝐿 = = = 1,38𝒎

Longueur du renfort sur la travée : 𝐿 = 𝑙𝑡𝑟𝑎𝑣é𝑒 −2 = 5,54 −2× = 4,33 𝒎

Travée 2 :

ø𝑡 ≤ min ( ; ø𝑙 𝑚𝑖𝑛 ; ) => ø𝑡 ≤ min( ; 10 ; ) = 10𝑚𝑚

On prend ø𝒕 = 8 𝒎𝒎
- Espacement des armatures dans la zone courante :

𝑆𝑡 = min

On prend Stmax = => 𝐒𝐭𝐦𝐚𝐱 = 12 𝐜𝐦

- Espacement des armatures dans la zone critique :


𝑆𝑐 = min (8 ø𝑙 ; 24 ø𝑡 ; 0.25 ℎ ; 20 𝑐m ) = 8 𝑐𝑚
Les premières armatures doivent être placées à 5 cm au plus de la face du poteau.
- Longueur de la zone critique :
lc = 2 × h = 100 𝒄𝒎.
- Disposition des armatures :

Longueur des chapeaux excentrés : 𝐿 = = = 1,47𝒎

Longueur du renfort sur la travée : 𝐿 = 𝑙𝑡𝑟𝑎𝑣é𝑒 −2 = 5,88 −2× = 4,60 𝒎.

2-3- Dimensionnement des semelles :


Nous avons déjà déterminé les sections des semelles, on passe maintenant à la
détermination des armatures dans les deux directions de la semelle (A et B), et pour cela on
utilise l’effort normal ultime Nu déjà calculé pour les poteaux.

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 45


Les armatures doivent être disposées dans les deux sens de manière que :
La nappe supérieure suivant A est calculée par la relation suivante :

𝐴𝑆⫽𝐴 =

La nappe inférieure suivant B est calculée par la relation suivante :

𝐴𝑆⫽B =

Avec :
𝑁𝑢 : l’effort normal ultime.
𝐴 : la largeur de la semelle.
𝐵 : la longueur de la semelle.
𝑎 : la largeur du poteau.
𝑏 : la longueur du poteau.
𝑑 : La hauteur utile de la semelle.
𝑓𝑒 : La limite d’élasticité 𝑓𝑒 = 500 𝑀𝑃𝑎
𝛾𝑠 : coefficient de sécurité 𝛾𝑠 = 1.

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 46


Figure II.10 : Organigramme de calcul des semelles

Application sur le projet :


On va dimensionner la semelle centrée S1 sous le poteau P1 tel que :
- l’effort normal ultime : 𝑁𝑢 = 78,18 𝐾𝑁
- la largeur de la semelle : 𝐴 = 0,8𝑚
- la longueur de la semelle : 𝐵 = 0,8𝑚

- la largeur du poteau : 𝑎 = 25 𝑐𝑚
- la longueur du poteau : 𝑏 = 25 𝑐𝑚
- La hauteur utile de la semelle : 𝑑 = 20 𝑐𝑚
Calcul des armatures de la nappe supérieure :

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 47


𝐴𝑆⫽𝐴 = = 𝐴𝑆⫽𝐴 => 0,61 𝑐𝑚²

Calcul des armatures de la nappe inférieure :

𝐴𝑆⫽B = => 𝐴𝑆⫽𝐵 = 0,61 𝑐𝑚²

Pour les deux nappes, supérieure et inférieure, on adopte des barres 5HA8 soit une
Section de 2,51cm².

3- Dimensionnement des éléments secondaires

3-1- Calcul de ferraillage des escaliers de l’administration:

- Caractéristiques géométriques:

Figure II.11 : éléments d’escaliers

-Le palier de départ : 3,35m

-La longueur du paillasse : 4,86m

Schéma statique équivalent:

Figure II.12 : Schéma statique équivalent

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 48


- Calcul des sollicitations à L’ELU:
D’après l’évaluation de charges du paillasse et du palier déjà cité dans la partie de pré-
dimensionnement on a :

qu = 1.35G+1.5Q (pour 1 ml)

q1 = 1,35x9,99 + 1,5x2,5 = 17,23 kN/m

q2 = 1,35x8,12 + 1,5x2,5 = 14,71KN/m

- Calcul des sollicitations à L’ELS:


qs = G+Q

q1 = 9,99+2,5 = 12,49 KN/m

q2 = 8,12+2,5 = 10,62KN/m

- Charge équivalente:
qéq = (q1L1+q2L2) / (L1+L2) avec L1= 3,35m et L2 = 4,86m
Donc à L’ELU qéq= 15,73KN/m et à L’ELS qéq= 11,38KN/m

- Calcul des moments :


Moment isostatique M0 = qéqL0²/8 avec L0=8,21m

à L’ELU M0 = 132,53KN.m

à L’ELS M0 = 95,88KN.m

Moment en travée Mt = 0,85M0

à L’ELU Mt = 112,65KN.m

à L’ELS Mt = 81,49 KN.m

Moment sur appui Ma = 0,5 M0

à L’ELU Ma = 66,26KN.m

à L’ELS Ma = 40,74KN.m

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 49


- Calcul des armatures longitudinales:
= 14.16MPa avec

On utilise les formules suivantes : (à L’ELU)

 μ=

 α = 1,25(1- )

 Ʈ = d(1-0.4α)

Avec b = 1m, h = 0,22m, d= 0.9h = 0,198


Pour la travée :
Mt = 112,65 KN.m
μ = 0,0227 < 0,371 alors il n y’a pas d’acier comprimé
α = 0,028
Ʈ= 0,195
=13,28cm²
On adopte : =12HA12

Pour l’appui :

Ma=81,49 KN.m

μ=0,083<0,371 alors il n y’a pas d’acier comprimé

α=0,108

Ʈ= 0,189

= 9,91cm²

On adopte: = 9HA10

- Calcul des armatures de répartition:


En travée : = = 13,28/4 = 3,32 cm² donc on adopte : =4HA12

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 50


En appui : = = 9,91/4 = 2,47cm² donc on adopte : =4HA10

- Vérification:
Condition de non fragilité : =1,91cm²

Alors :

Pour travée ≤ → 1,91cm² <13,28 cm² → condition vérifiée

Pour l’appui ≤ → 1,91cm² < 9,91cm² → condition vérifiée

- Espacement maximale:

Pour les armatures longitudinales : dans le sens Lx

≤ min {3h ; 33cm} = min (3x0,22; 33cm) = 33cm

En travée 100/6 =16.6cm < 33cm condition vérifiée

En appui 100/6 =16.6cm < 33cm condition vérifiée

Pour les armatures de répartition: dans le sens Ly

≤ min {4h ; 45 cm} = min (4 x 0,22 ;45 cm) = 45cm

En travée 100/3 = 33.3 cm <45cm condition vérifiée

En apui 100/3 = 33.3 cm < 45 cm condition vérifiée

- Vérification des contraintes tangentielles à ELU:


Il faut vérifier que:

avec = min( 5MPa ;5MPa) = 5MPa

= 0,326MPa

Donc

→ condition de cisaillement de béton est vérifiée

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 51


3-2- Mur de soutènement :

- Pré-dimensionnement du mur de soutènement :


Pour arriver de la façon la plus rapide aux bons résultats, il est important de pré-
dimensionner de la manière la plus juste possible les caractéristiques géométriques du mur.
Le Guide pour l’étude et la réalisation des soutènements donne quelques règles simples pour
les murs-cantilever «courants» en béton armé :

Figure II.13 : Pré-dimensionnement du mur de soutènement

Ainsi, on trouve :
L’épaisseur en tête du mur : e1 = 25cm
L’épaisseur en pieds du mur : e2 = 45 cm
L’épaisseur de la semelle est : es = 45 cm
La longueur totale de la semelle : 2,45 m
La longueur de la semelle arrière : 0,625 m
La longueur de la semelle avant : 1,40m

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 52


Avec H= 5,02 m

- Dimensionnement du Mur :

3-2-1- Etude de stabilité externe:


Les études de stabilité externes de tous les types des murs de soutènements prennent en
compte le glissement, le poinçonnement et le renversement.

Le sol situé derrière le mur exerce sur celui-ci une action, si le mur peut se déplacer sous
cette action on aura la poussée et si on exerce une force sur le mur de façon à comprimer le
sol on aura la butée. Les efforts de butée sont négligés dans le cas des murs de soutènement.
Chaque mur de soutènement doit être construit pour résister soit à la pression des sols
(poussée due au sol), soit à la pression due à la surcharge (poussée due à la surcharge). Dans
notre cas on n’a pas de surcharge.

 Calcul de force de poussée : Poussée de sol :

1
F  0,5.K a . .H 2 .
cos 2 

1  sin   
Avec : K a   tg 2 (  )
1  sin  4 2

Avec :
γ : Poids volumique de sol =20KN/m ;
Φ : Angle de frottement interne de sol =30° ;
H : Hauteur de mur = 5m;
C : Cohésion de sol =0 car le sol est pulvérulent;
Kaγ : Coefficient de poussée de sol

Ω : L’angle de la surface libre du sol avec l’horizontale = 0.

Donc KaƔ = 0,333

Et : FƔ = 75,52KN

 Fh  F .cos(30)  65, 40 KN



Avec : 
 Fv  F .sin(30)  37, 76 KN

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 53


 Stabilité au glissement :
Cette vérification consiste à s’assurer qu’il n’y a pas de risque de déplacement horizontal
de l’ensemble.

C.L  tan   Fv
Il faut que : Sg  1,5
 Fh
Avec : C : Cohésion de sol ;
L : La largeur de la fondation de mur ;
Fv : Les forces verticales ;

Fh : Les forces horizontales ;


φ : Angle de frottement interne de sol.

- On a le poids de la terre sur la semelle :Pterre = 1,4×4,77×20=133,56KN/ml

- Poids propre du mur :W = (0,45+0,25)× ×25 + 0,45×2,45×25 = 69,3 KN/ml

W  Pterre  F V
Donc :  .tan  = 2,12 > 1,5
F h

 Pas de risque de glissement.

 Stabilité au renversement :
Cette vérification consiste à s’assurer qu’il n’y a pas de risque de basculement de
l’ensemble.

On doit alors vérifier l’inégalité suivante : Sr 


 Ms 1,5
 Mr
Avec Ms : Moments des forces stabilisatrices ;
Mr : Moments des forces renversants.

M W  M Pterre  M FV
Donc : Sr  = = 2,36 > 1,5
M F h

 Pas de risque de renversement.

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 54


 Stabilité au poinçonnement :
Cette vérification consiste à s’assurer que les contraintes transmises au sol sont
admissibles.

N 6 Mg
On a :  max   2 =120,77KN/m2
L L

N 6 Mg
Et :  min   2 =75,65 KN/m2
L L

Avec : L est la largeur de la semelle : L=2,45m

3 max  min
On doit vérifier que :    qadm
4

Avec : N   Fv W  Pterre  F v  240,62KN / m

L L 2, 45 2, 45
Et : Mg  F h  F v  65, 40  37, 76  22,57 KN.m
3 3 3 3

Donc : σ= 102KN/m2 ≤ qadm=250 KN/m2

 Pas de risque de poinçonnement.

3-2-2- Etude de stabilité interne :

 Etude du fut :
On va déterminer la section d’armature pour chaque mètre linéaire du fut :

Pour la section S1 : La hauteur de la section e1=0,55m (la base du fut) est :

Z = H-H’ = 4,47m

On a le poids propre : P = (0,25+0,45)×4,47/2×25 =39,11 KN/m

Poussée des terres :

Détermination de l’armature principale de la section S1


Le peu de poids du voile au-dessus de la section horizontale considérée étant négligé,
le dimensionnement est effectué à l’ELU, avec les règles de calcul des dalles pleines.

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 55


On a : MEd,u = 1,35×103,98+ 1,5×0 = 0,140 MN.m/m
M Ed ,u 0,14
Donc:  u  . c   0,171 ≤0,37
2
d .0,85 f ck 0, 21 .0,85  25
2

  1, 25(1  1  2   )  0, 236
3,5
  19, 41  22,5
(1   )
Donc :   22,5

  d (1  0, 4 )  0,19m
Mu
Ast  = 16,83 cm²
 . st

Donc on adopte : As= 6HA20

 Etude de la semelle arrière:


On a le poids propre : P = 0,45×0,625×25 =7,03 KN/m

Et le moment du poids : Mg = 7,03 × (2,45-(0,625+0,45)/2) = 13,44 KN.m/m

Détermination de l’armature principale de la semelle arrière :


On a : MEd,u = 1,5.Mg = 1,35×13,44+ 1,5×0 = 0,018 MN.m/m
M Ed ,u 0,018
Et:  u  . c  .1,15  0,0058 ≤0,37
2
d .0,85 fck 0, 405  0,85  25
2

  1, 25(1  1  2   )  0,0072
3,5
  489, 6
(1   )
  d (1  0, 4 )  0, 403m
Mu
Ast  = 1,02 cm²
 . st

Avec la section minimal est : Amin = 0,125×45 =5,62cm2 car c’est un ouvrage enterré.

Donc on adopte : As= 4HA14

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 56


 Etude de la semelle avant :
On a le poids propre : P= 0,45×1,4×25 =15,75 KN/m

Le poids de la terre sur la semelle avant : Pterre= 4,77×1,4×20 = 133,56 KN/m

Donc le moment du au poids : Mg= (133,56+15,75)×1,4/2 =105 KN.m/m

Détermination de l’armature principale de la semelle avant :

On a: MEd,u =1,5.Mg = 1,35×105+ 1,5×0 = 0,141 MN.m/m


M Ed ,u 0,141
Et:  u  . c  .1,15  0,046 ≤0,37
2
d .0,85 f ck 0, 405  0,85  25
2

  1, 25(1  1  2   )  0,058
3,5
  64, 06
(1   )
  d (1  0, 4 )  0,365m
Mu
Ast  = 8,88 cm²
 . st

Donc on adopte : As = 5HA16

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 57


CHAPITRE III : DIMENSIONNEMENT DES POUTRES EN
BETON PRECONTRAINT

I- Principe de béton précontraint


La résistance du béton à l’effort de traction est trop faible, avec la technique de béton
armé, on introduit une armature d’acier qui répond à cet effort. Mais, quand on soumet par
exemple une poutre de béton armé à la flexion sous une charge trop forte, des fissures
apparaissent au niveau de sa partie inférieure. Cette fissuration est dû à la décompression de
l'armature à cause du dépassement de sa résistance élastique, ce qui implique nécessairement
une élongation, phénomène qui entraîne à une fissuration du béton.
Avec le béton précontraint, on remplace l’armature d’acier par un câble de
précontrainte soit suivant la déformée de la poutre ou avec une excentricité.
On tire ce câble, une fois on le tende, par réaction il va appliquer un effort de compression au
béton qui s’oppose au effort de traction créé par les charges qui seront appliquées sur la
structure.

II- Précontrainte par post-tension


Le principe de la précontrainte par post-tension est de tendre les câbles précontraints après
le coulage et durcissement de béton.

III- Procédure de réalisation


La post-tension offre la possibilité de fabrication en chantier, on suit les étapes suivantes :
- Mise en place du coffrage ;
- Mise en place des armatures passives : cadres, épingles, étriers, aciers longitudinaux,
chaises de support des gaines ; espacées de 0.50 à 1 m suivant le diamètre des gaines ;
- Mise en place des gaines et fixation solide sur la cage d’armature pour éviter tout
déplacement lors du coulage du béton.
- Mise en place de l’étanchéité des gaines par collage de rubans adhésifs sur les raccords
ou trous accidentels;
- Mise en place des plaques d’appui et des frettages adjacents aux extrémités des gaines
sous l’emplacement futur des ancrages ;
- Coulage du béton ;

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 58


- Durcissement du béton pour atteindre la résistance minimum spécifiée par le bureau
d’études pour autoriser la mise en tension ;
- Après le durcissement du béton, enfilage des câbles :
- Fil par fil ou torons par toron pour les câbles réalisés sur le chantier. On les entre par
poussage à l’intérieur de la gaine ;
- Le câble en entier, par traction au moyen d’un fil pré enfilé dans la gaine est attaché à
une « chaussette » en tête de câble pour en faciliter le glissement. Ceci suppose que les
câbles sont pré-assemblés en atelier. Cette méthode permet d’avoir des câbles
réguliers et évite les enchevêtrements et croisement de fils.
- Mise en place des plaques d’ancrage et des clavettes de blocage des torons (ou fils)
dans le vérin d’ancrage et dans la plaque d’ancrage.
- Mise en tension d’un seul côté pour les câbles courts (un ancrage actif à une extrémité
et un ancrage mort à l’autre : moins de 50 par exemple) ou des deux côtés pour les
câbles longs (un ancrage actif à chaque extrémité).
On mesure la longueur de câble sortant derrière le vérin à chaque étape de mise en tension
(5 ou 6 étapes) pour les comparer aux valeurs calculées et s’assurer que la mise en tension du
câble tout au long de son tracé est correcte.

IV- Avantages de précontrainte par post-tension dans bâtiment


La précontrainte par post-tension permet :
- Réduction de l’épaisseur des dalles
- Réduction ou suppression des retombées de poutres :
- Augmentation des portées ce qui implique un nombre de poteaux ou piliers réduits ;
- Réduction du poids de la structure alors une réduction de descente de charge ;
- Forte réduction et simplification des armatures passives
- Rapidité de construction
- Moins de sous-étaiements
- Contrôle des flèches ;
- Résistance accrue à la fissuration
- Plus grandes distances entre joints de dilatation et une réduction voire la suppression
de joints de retrait pour les dallages ;
- Des économies directes de matériaux et de coûts induits
- Les efforts sismiques réduits :

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 59


- Chaque plancher a moins de masse, il y a donc moins d’efforts horizontaux.
- La hauteur du bâtiment étant réduite, le moment en pied de bâtiment est aussi réduit
(les bras de levier des efforts horizontaux de chaque niveau sont réduits).
- L’impact sur les fondations peut être fondamental, notamment dans les zones avec de
mauvais sol.

V- Application sur le projet :

1- Pré-dimensionnement des Poutres :


Le pré-dimensionnement est fait selon le document « SETRA »

 Hauteur de la poutre :
L L
L’élancement des poutres varie entre : h
20 17

On a : L= 25m alors 1,25  h  1,47m. On prendra h =1,4m.

 Largeur de la poutre :
Cette largeur doit être suffisante pour assurer la stabilité au déversement de la poutre et
réduire la largeur du hourdis coulée en place.

0,6 h  b  0.7 h

0,6 1,4  b  0,71,4.

0,84  b  0,98

On prend : b = 0,9m.

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 60


2- Dimensionnement des poutres centrales (BPEL 91 [6]): ( poutre
isostatique avec section rectangulaire)

 Les données du problème :

Figure III.1 : schéma mécanique d’une poutre isostatique

 Matériaux :
- Béton
J 7 14 21 28

fcj (MPa) 25 32 34 35

- Précontrainte : câbles 12Φ8, p0= 792 KN


 Charge d’exploitation : 1KN (terrasse inaccessible)
 Charge permanente :
- Poids propre = g×b×h (KN/ml)
- Poids de la dalle (16+4) + Etanchéité + Protection +Faux plafonds + forme de pente =
D×6,6 (KN/ml)
Avec D c’est la portée de la dalle.
 Parti constructif : coulage en une seule phase et mise en précontrainte en une seule
phase à 14 jours.
 Justification : à réaliser en classe III (bâtiment courant)
 Contraintes limites : (voir tableau des valeurs limites des contraintes normales dans
l’annexe 4)

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 61


En exploitation :

En construction à 14j :

 Détermination de la section du béton :

I MM  Mm
Celle-ci doit vérifier : 
v  M  m

Donc : h= , )

Nous résumons les résultats trouvés sous forme d’un tableau en prenant plusieurs
variantes de D pour choisir la meilleure avec b= 0,5m

D G Q Mgmax Mqmax ΔM h

4 45.15 1 3527.34375 117.1875 3644.53125 1.58085646

5 51.75 1 4042.96875 117.1875 4160.15625 1.68898744

6 58.35 1 4558.59375 117.1875 4675.78125 1.79060046

7 64.95 1 5074.21875 117.1875 5191.40625 1.8867489

Tab III.1 : Caractéristiques de la poutre précontrainte

Nous choisissons h= 1,6m (1ère variante)

D’où les caractéristiques brutes de la section :

I
B= 0,8m2 ; v= 0,8 m ; I= 0,170666 m4 ; =0,213 m3 ;  =0,333 ; c= 0,266 m
v

 Détermination de la précontrainte
La précontrainte minimale doit respecter la condition :

Pmin = Sup (PI, PII)

I
MM  Mm
m  MM
Avec : PI = B σ̅m+ et PII = v'
h c ' v ' t '

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 62


En supposant a priori qu’il y a 7 lits de gaines, que l’enrobage minimum, est d’au moins
Φe=46 mm (voir tableau des caractéristiques des câbles les plus employés dans l’annexe 3) et
que les câbles sont décalés vers le haut des gaines d’environ 10% de Φe il vient :

t’= 0, 1×46+46×3+23+100 = 265,6 mm

On prend t’= 27 cm.

Donc PI= = 6840,33 KN et PII= = 3429,17 KN

D’où Pmin =6840,33 KN, la section est sous-critique, l’excentricité est donc :

ep= -a’- = -0,266m

 Nombre de câbles :
Fixons a priori l’intensité des pertes totales à 25% de la tension totale P0. Ceci conduit à
considérer la contrainte caractéristique en service à long terme P2=0,68 P0.

Ainsi le nombre de câbles est déterminé par la condition :

0,68P0 ≥ P min= 6840,33 KN.

Soit : P0 ≥ 10059,30 KN.

Nous prenons 13 câbles 12Φ8 (voir tableau des caractéristiques des câbles les plus employés
dans l’annexe 3) qui conduisent à une tension initiale de :

P0 = 13×792 = 10296 KN.

Vérification rapide de la section médiane


Le cas où les risques de non respect des conditions sur les contraintes normales
apparaissent sont, à la mise en tension sous l’effet de la contrainte caractéristique P 1=0,94 P0 ,
et en exploitation à long terme en charge sous l’effet de la contrainte caractéristique P2= 0,68
P0

Mise en tension : P1= 9678,24 KN.


P1 v
Fibre supérieur :  ( Pe
1 p  Mm) m
B I

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 63


Soit : ( +(9678,24×(-0,266)+0) .10-3= 30,2 MPa ≥ 0 MPa

P1 v
Fibre inférieure :  ( Pe
1 p  Mm) M
B I

Soit : ( - (9678,24×(-0,266) +0) .10-3= 14,6 MPa ≤ 19,2 MPa

Ces résultats montrent qu’au 14ème jour la maturité du béton parait suffisante.

Exploitation en charge à long terme : P2= 7001,28 KN.


P2 v
Fibre supérieur :  ( P2 e p  M M )   M
B I

Soit : ( + (7001,28(-0,266) + 3644,53) .10-3= 17,1≤ 19,2 MPa

P2 v
Fibre inférieure :  ( P2 e p  M M )   m
B I

Soit : ( - (7001,28(-0,266) + 3644,53) .10-3= 0,4 ≥ 0 MPa

La section est donc correctement dimensionnée.

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 64


Figure III.2 : Organigramme de calcul

 Tracé des câbles


Conditions sur le câble moyen équivalent :

Nous connaissons pour ce câble sa position médiane, voyons ce qu’il en est sur appui.

Les conditions liées à l’effort tranchant sur appui :

-V̅ ≤ Vm – P sinα

Et VM – P sinsα ≤ V̅

Avec V̅ = Ʈ̅. bn. 0,8.h ( bn largeur nette de l’âme)


Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 65
Et Ʈ̅ =

On se place au niveau de la fibre moyenne

σx = .10-3= 8,55 MPa (en service)

Par ailleurs : bn = b = 0,5m (section rectangulaire)

Et en service : ftj = ft28 = 0,6+0,06fc28 = 2,7 MPa

Il vient donc : Ʈ̅ = = 3,9 MPa

Et V̅= 3,9.103.0,5. 0,8. 1,6 = 2496 KN

Les efforts tranchants extrêmes créés par les charges au niveau des appuis sont :

Vm= =451,5KN

VM = 451,5+ = 452,25 KN

Les conditions liées à l’effort tranchant conduisent à vérifier :

VM  V V V
Arc sin    Arc sin M
P P

Soit : -17°≤ α ≤ 25°

Nous choisissons un angle de 6°.

Par ailleurs, le moment fléchissant créé par les charges permanentes et


d’exploitation est nul sur appui ; l’excentricité optimale dans ces conditions est dans cette
section : ep = 0.

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 66


En conséquence, le tracé du câble moyen pourrait être :

Figure III.3 : tracé du câble moyen

2 ep
- Une parabole de A à K avec : xk=
tg

Soit xk = 5,06 m

- Une droite de K à J d’excentricité ep = -0,266 m

 Tracé individuel des câbles :


Conditions liées à l’encastrement des tètes d’ancrage :

Nous donnons ci-dessous les principales caractéristiques des systèmes


d’ancrage «Freyssinet »

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 67


Figure III.4 : Caractéristiques d’encrage du système « Freyssinet » (d’après BT3. SETRA)

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 68


Dans le problème qui nous préoccupe, nous utilisons 13 câbles 12Φ8.

Les 13 ancrages étant sur la même verticale, les conditions liées à l’encombrement,
e =11,5cm de part et d’autre de l’axe, sont respectées puisque la largeur de la poutre est b=50
cm. Sur le plan vertical la distance entre deux ancrages doit être d’au moins 20 cm.

A noter également l’encombrement du système d’ancrage dans la direction


parallèle à l’axe de la poutre (m+L) = 19,5 cm. Pour éviter dans cette zone particulière la
création de sollicitations parasites notamment celles dues aux actions d’appuis, nous
augmenterons la longueur de la poutre de 30 cm au-delà des appuis A et B.

 Plan de câblage
Le tracé du câble devra s’inscrire dans le fuseau de passage qui a l’allure de la figure :

Figure III.5 : L’allure du fuseau de passage

M max   Sv m
Avec : e1=  v 
P

M min   Sv 'm


Et e2=   v 
P

Avec  'm =  m = 0 (classe III)

e1 et e2 ce sont les équations de deux paraboles, auxquelles on doit ajouter la droite

e = -0,266 m.

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 69


X e1 e2

0 0.2666 -0.266

3 -0.24146931 -0.266

6 -0.61097426 -0.266

9 -0.84191485 -0.266

12.5 -0.93621559 -0.266

16 -0.84191485 -0.266

19 -0.61097426 -0.266

22 -0.24146931 -0.266

25 0.2666 -0.266

Tab III.2 : les valeurs déterminantes du fuseau de passage

L’ensemble des considérations précédentes nous conduit à choisir le tracé suivant :

Figure III.6 : Le tracé des câbles

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 70


 Position des câbles par rapport à la fibre inférieure :

xm -0.3 10.27 12.5

1 148.5 38.8 38.8

2 126 34.2 34.2

3 103.5 29.6 29.6

4 81 25 25

5 58.5 20.4 20.4

6 36 15.8 15.8

7 13.5 13.5 13.5

Tab III.3 : positions des câbles par rapport à la fibre inférieure

Les câbles sont tous paraboliques entre l’about et l’abscisse x= 10,27 m et linéaires
ensuite. Le tracé s’effectue de la manière suivante :

- L’ancrage 1 est disposé le plus près possible de la fibre supérieure (11,5 cm)
- Les ancrages 2, 3, 4, 5, 6 et 7 sont régulièrement espacés de 22,5 cm ce qui permet
d’avoir pour le câbles 7 un tracé près de l’horizontale; le câble moyen débouche alors
dans la section d’about à 81 cm de la fibre inférieure.
- On trace le câble moyen dont on connait la position dans la section médiane (t’=
27cm) l’angle de relevage (6°), on en déduit le point de tangence horizontale de la
2(0,81  0, 27)
parabole : xk  = 10,27 m.
tg (6)

N.B : Les câbles sont disposés deux par rangée sauf le câble supérieur car on à 13 câbles.

3- Dimensionnement des poutres de (BPEL 91 [6]) : (poutre isostatique


avec section rectangulaire) :
 Données du problème :
Le dimensionnement de la poutre de rive suit la même procédure du dimensionnement
des poutres milieu et avec les mêmes données et une charge permanente différente :
- Poids propre = g×b×h (KN/ml)

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 71


- Poids de la dalle (16+4) + Etanchéité + Protection +Faux plafonds + forme de pente+
charge de l’acrotère = 2×6,6+1,5=14,7 (KN/ml).
On trouve :
 La retombée de la poutre : h= 1,4m.
Avec: b= 0,5m.
I
Donc : B= 0,7 m2 ; v= 0,7 m ; I= 0,11433 m4 ; = 0,16333 m3 ;  =0,333 ; c = 0,233 m
v

 La précontrainte minimale:

En supposant a priori qu’il y a 6 lits de gaines, que l’enrobage minimum, est d’au
moins Φe=46 mm (voir tableau des caractéristiques des câbles les plus employés dans
l’annexe 3) et que les câbles sont décalés vers le haut des gaines d’environ 10% de Φe il
vient : t’= 0.1×46+46×3+100 = 242,6 mm.

On prend t’ = 25 cm.

Pmin = Sup (PI, PII) = Sup (5851,06 ; 3996,3) = 5851,06 KN (la section est sous-critique).

L’excentricité est donc :

ep= -a’- = -0,233m.

 Nombre de câbles :

0,68P0 ≥ P min= 5851,06 KN

Soit : P0 ≥ 8604,5 KN

Nous prenons 11 câbles 12Φ8 (voir tableau des caractéristiques des câbles les plus
employés dans l’annexe 3) qui conduisent à une tension initiale de :

P0 = 11×792 = 8712 KN.

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 72


 Vérification rapide de la section médiane
- Mise en tension : P1= 8189,3KN

P1 v
Fibre supérieur :  ( Pe
1 p  Mm) m
B I

Soit : ( +(8189,3× (-0,233)+0) .10-3= 16,37 MPa ≥ 0 MPa

P1 v
Fibre inférieure :  ( Pe
1 p  Mm) M
B I

Soit : ( – (8189,3× (-0,233) + 0) .10-3= 11, 6MPa ≤ 19,2 MPa

Ces résultats montrent qu’au 14ème jour la maturité du béton parait suffisante.

- Exploitation en charge à long terme : P2= 5924,2 KN

P2 v
Fibre supérieur :  ( P2 e p  M M )   M
B I

Soit : ( + (5924,2 (-0,233) + 2730,46) .10-3= 16,72 ≤ 19,2 MPa

P2 v
Fibre inférieure :  ( P2 e p  M M )   m
B I

Soit : ( - (5924,2 (-0,233) + 2730,46) .10-3= 0,2 ≥ 0 MPa

La section est donc correctement dimensionnée.

 Tracé des câbles


- Conditions sur le câble moyen équivalent

Nous connaissons pour ce câble sa position médiane, voyons ce qu’il en est sur appui.

Les conditions liées à l’effort tranchant sur appui :

-V̅ ≤ Vm – P sinα

Et VM – P sinsα ≤ V̅

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 73


Avec V̅ = Ʈ̅. bn. 0,8.h ( bn largeur nette de l’âme)

Et Ʈ̅ =

On se place au niveau de la fibre moyenne

σx = .10-3= 8,35 MPa (en service)

Par ailleurs : bn = b = 0,5m (section rectangulaire)

Et en service : ftj = ft28 = 0,6+0,06fc28 = 2,7 MPa

Il vient donc : Ʈ̅ = = 3,45MPa

Et V̅= 3,45.103.0,5.0,8.1,4 = 1932 KN

Les efforts tranchants extrêmes créés par les charges au niveau des appuis sont :

Vm = =305,8 KN

VM = 305,8+ = 306,56 KN

Les conditions liées à l’effort tranchant conduisent à vérifier :

-16°≤ α ≤ 22,5°

Nous choisissons un angle de 5°.

En conséquence, le tracé du câble moyen pourrait être :

2 ep
- Une parabole de A à K avec : xk=
tg

Soit xk = 5,32 m

- Une droite de K à J d’excentricité ep = -0,233 m.


 Tracé individuel des câbles :

Les conditions liées à l’encastrement des tètes d’ancrage sont les mêmes conditions des
poutres au milieu.

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 74


 Plan de câblage
Le tracé du câble devra s’inscrire dans le fuseau de passage qui a l’allure de la figure :

Figure III.7 : L’allure du fuseau de passage

e1 et e2 ce sont les équations de deux paraboles, auxquelles on doit ajouter la droite

e = -0,233 m.

X e1 e2

0 0.233 -0.233

3 -0.16123626 -0.233

6 -0.44795354 -0.233

9 -0.62715184 -0.233

12.5 -0.70032447 -0.233

16 -0.62715184 -0.233

19 -0.44795354 -0.233

22 -0.16123626 -0.233

25 0.233 -0.233

Tab III.4 : les valeurs déterminantes du fuseau de passage

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 75


L’ensemble des considérations précédentes nous conduit à choisir le tracé suivant :

Figure III.8 : Le tracé des câbles

 Position des câbles par rapport à la fibre inférieure :


xm -0.3 5 10.51 12.5

1 128.5 50.5 34.2 34.2

2 105.5 40.5 29.6 29.6

3 82.5 31.5 25 25

4 59.5 25.5 20.4 20.4

5 36.5 20.5 15.5 15.5

6 13.5 13.5 13.5 13.5

Tab III.5 : Positions des câbles par rapport au fibre inférieure

Les câbles sont tous paraboliques entre l’about et l’abscisse x= 10,51 m et linéaires
ensuite. Le tracé s’effectue de la manière suivante :

- L’ancrage 1 est disposé le plus près possible de la fibre supérieure (11,5 cm)
- Les ancrages 2, 3, 4, 5 et 6 sont régulièrement espacés de 23 cm ce qui permet
d’avoir pour le câbles 6 un tracé près de l’horizontale; le câble moyen débouche alors
dans la section d’about à 71 cm de la fibre inférieure.

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 76


- On trace le câble moyen dont on connait la position dans la section médiane (t’=
25(cm) l’angle de relevage (6°), on en déduit le point de tangence horizontale de la
2(0, 71  0, 25)
parabole : xk  = 10,51 m.
tg (5)

N.B : Les câbles sont disposés deux par rangée sauf le câble supérieur car on à 11 câbles.

4- Pertes de précontraintes des câbles dans les poutres centrales ( BPEL


91 [6]):
4-1- Les pertes instantanées :

- Pertes dues au frottement :

Le tracé du câble moyen équivalent est celui de la figure suivante :

Figure III.9 : Tracé du câble moyen

Les coefficients de frottement sont (voir le tableau des caractéristiques des câbles les
plus employés dans l’annexe):
On a f= 0,16 rad-1

Et φ= 0,002 m-1

La tension maximale que l’on peut exercer en A est fixée à :

0,8 f prg  0,8 1677 


 
 p0  Min    1341, 6 MPa

 0,9 f peg  0,9  1500 

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 77


La mise en tension est effectuée par les deux extrémités A et A', les tensions seront à a
fin de la mise en tension :

= 1291,7 MPa

1238,13 MPa

1279,55MPa

1253,46MPa

- Pertes dues au recul d’ancrage :

Dans notre cas, le glissement à l’ancrage est de 1 mm.


Ces pertes sont calculées sur la distance affectée :

D’après la loi des triangles semblables IJL et INM on a :

Figure III.10 : Loi des triangles semblables

  p 0 ( A)   p 0 (A1 ) 
 g .Ep  d 
 2 
 
 p 0 ( A)   p 0 (A1 )   p 0 ( A)   p 0 (B) 

 d 10,57 

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 78


g .E p .l AB
 d Avec : Ep = 2.105MPa
 pA   pB

Donc d= 6,50 m.

Et : σp(C) = 1341,7- (1341,7-1238,13) = 1192 MPa

σp(A1) = 1341,7- 2 (1341,7-1238,13) = 1040,3 MPa

- Pertes dues au raccourcissement instantané du béton :

Les câbles sont tendus à 14 jours (fc14 = 32 MPa). Cette perte se calcule par la formule donnée
en section médiane :

Cette formule exprime l’égalité des déformations acier-béton à la fin de la mise en tension,
donc :

Et (l/2) = (l/2) - (l/2) - (l/2) = 1238,13- (l/2)

Pour les valeurs de cet exemple : (l/2)= -5,48+16,15- 0,013 (l/2)

Donc : (l/2) = ×2.105 ×

C’est une équation du premier degré en (l/2), la solution est :

(l/2) = 27,66 MPa

n : nombre de câbles.

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 79


Les pertes de précontraintes instantanées sont données par la formule :

En section médiane la valeur des pertes est :

- Frottement : (l/2) = 1341,6 – 1238,13 = 103,47 MPa

- Recul d’encrage : (l/2) = 0 (car x=12,5 ≥ d)

- Raccourcissement instantané : (l/2) = 27,66 MPa

Donc la perte totale vaut : (l/2) = 131,13 MPa.


La tension initiale probable est donc : (l/2) = (l/2) = 1341, 6 - 131,13 = 1210,46

MPa.

4-2- Les pertes différées :

- Pertes dues au retrait du béton :

La perte finale de tension par retrait est :

Avec :
- : climat chaud et sec.

Où ( ; étant la section de la pièce et son périmètre).

Donc rm = = 0,19 m

D’où : 2.105 × 3.10-4(1- 0,19) = 48,6 MPa.


Valeur qui est constante le long de la poutre.

- Pertes dues à la relaxation des aciers :

Les pertes par relaxation sont données par la formule suivante :

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 80


 pour les aciers à très basse relaxation (TBR).

 En section médiane

 : Contrainte de rupture garantie

 .
Donc :

= 21,96 MPa

- Pertes dues au fluage :

Cette perte s’exprime par la formule suivante :

(σb+ σM)

La mise en tension à 14 jours donc = 11000


σM: est la contrainte maximale de compression du béton au niveau du câble moyen. Elle est
obtenue à la mise en précontrainte.

Pour la section médiane elle vaut : σM =

Donc : σM = -5,67+1210,46×0,013= 10,12 MPa.


σb est la contrainte finale dans le béton au niveau du câble moyen. C’est la contrainte obtenue
lorsque toutes les pertes différées se sont produites. La perte différée totale est :

Donc pour les valeurs ci-dessous : (l/2) = 48,6 + = + 66,9.

L’expression de σb est :
( pi (l / 2)   d (l / 2)) Ap e 2p
σb (l/2) = + (1  )
B i2

 d (l / 2)) Ap
2
e
soit : σb (l/2) = σM - (1  2p )
B i

 66,9   fl (l / 2)) Ap 
2
ep
Donc : (l/2) = (10,12+10,12 –   (1  2 ) )
 B  i

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 81


Cette équation est du 1er degré en , la solution est :
=89,86 MPa.

Les pertes différées de précontraintes sont données par :

Donc : 66,53 + 89,86+ ×21, 96 = 174,69 MPa.

4-3- Les pertes totales


Il s’agit de la somme des pertes instantanées et des pertes différées.
Donc la tension finale probable dans le câble est :
(x) =

En section médiane : (l/2) = 1341, 6 - 174,69 – 131,13 = 1035,77 MPa.

5- Calcul des armatures passives pour les poutres centrales ( BPEL 91


[6]):
5-1- Armatures de peau :
Ces armatures sont essentiellement destinées à limiter les fissurations prématurées
susceptibles de se produire avant mise en précontrainte sous l'action de phénomènes tels que
retrait différentiel et gradients thermiques (d’après l’article 6.1.3.1 BPEL 91[6]).
La section des armatures de peau disposées parallèlement à la fibre moyenne d'une poutre
doit être d'au moins par mètre de longueur de parement mesuré perpendiculairement à
leur direction, sans pouvoir être inférieure à de la section du béton de la poutre.
Nous choisissons ainsi : pour les armatures longitudinales
définitives.
On a donc la condition est vérifiée.

5-2- Armatures de traction :


On doit disposer des armatures passives dans les zones tendues du béton pour limiter
l'ouverture des fissures. Leur section est prise égale à :

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 82


La hauteur de la zone tendue est dans notre cas est .
La nuance Fe40 correspond à fe = 400 MPa.
La section du béton tendu vaut donc :

La résultante de traction du béton tendu : .


La valeur absolue de la contrainte maximale de traction : .
On trouve numériquement :
Nous choisissons ainsi : 7
La section finale des armatures dans la zone tendue est :
5-3- Armatures transversales :
Deux types d’armatures transversales peuvent êtres disposées: dans tous les cas des
armatures passives, et rarement des armatures actives.
Les armatures passives sont caractérisées, pour un cours d’armature par leur section A t et
leur espacement st qui est tel que :

s t ≤ Inf (1 m ; 0,8h ; 3b0). b0 est la largeur brute de l’âme de la poutre.


Donc : s t = 0,8m.
Les armatures actives sont caractérisées par l’effort de précontrainte Ftu et
l’espacement entre deux cours s’t :
f prg
Ftu = . Ap
1,15
s’t ≤ 0,8 h => s’t =1 m.
Il est exigé un minimum d’armatures transversales dans une âme de poutre qui, dans le
cas courant où elle sont perpendiculaires à la fibre moyenne, est donné par la condition
suivante :
At f e F
 tu ≥ 0,6 MPa.
Bn st 1,15 Bn s 't

Ainsi on trouve :
Ap = At ≥ 2,45 cm2.
Donc, on choisit des armatures de : 5 8 = 2,51 cm2.

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 83


6- Pertes de précontraintes des câbles dans les poutres de rives ( BPEL
91 [6]):
6-1- Les pertes instantanées :

- Pertes dues au frottement :

La tension maximale que l’on peut exercer en A est fixée à :

0,8 f prg  0,8 1677 


 
 p0  Min    1341, 6 MPa
0,9 f peg  0,9 1500 
 

La mise en tension est effectuée par les deux extrémités A et A', les tensions seront à a
fin de la mise en tension :

= 1294,7 MPa.

1289,55 MPa.

1283,12 MPa.

1256,9 MPa

- Pertes dues au recul d’ancrage :

Dans notre cas, le glissement à l’ancrage est de 1 mm.


Ces pertes sont calculées sur la distance affectée :

D’après la loi des triangles semblables IJL et INM on a :

g .E p .l AB
d
 pA   pB
Avec : Ep = 2.105MPa

Donc d= 6,78 m.

Et : σp(C) = 1341,7- (1341,7-1289,55) = 1825,2 MPa

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 84


σp(A1) = 1341,7- 2 (1341,7-1289,55) = 1194,1 MPa

- Pertes dues au raccourcissement instantané du béton :

Les câbles sont tendus à 14 jours (fc14 = 32 MPa) . Cette perte se calcule par la formule
donnée en section médiane :

Cette formule exprime l’égalité des déformations acier-béton à la fin de la mise en


tension, donc :

Et (l/2) = (l/2) - (l/2) - (l/2) = 1289,55 - (l/2)

Pour les valeurs de cet exemple : (l/2)= -5,48+16,28- 0,012 (l/2)

Donc : (l/2) = ×2.105 ×

C’est une équation du premier degré en (l/2), la solution est :

(l/2) = 27,26 MPa

n : nombre de câbles.

Les pertes de précontraintes instantanées sont données par la formule :

En section médiane la valeur des pertes est :

- Frottement : (l/2) = 1341,6 – 1289,55 = 52,05 MPa

- Recul d’encrage : (l/2) = 0 (car x=12,5 ≥ d)

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 85


- Raccourcissement instantané : (l/2) = 27,26 MPa

Donc la perte totale vaut : (l/2) = 52,05 MPa.


La tension initiale probable est donc : (l/2) = (l/2) = 1341, 6 - 52,05 = 1289,55

MPa.

6-2- Les pertes différées :

- Pertes dues au retrait du béton :

La perte finale de tension par retrait est :

Avec :
- : climat chaud et sec.

Où ( ; étant la section de la pièce et son périmètre).

Donc rm = = 0,18 m

D’où : 2.105 × 3.10-4(1- 0,18) = 49,2 MPa.


Valeur qui est constante le long de la poutre.

- Pertes dues à la relaxation des aciers :

Les pertes par relaxation sont données par la formule suivante :

Donc :

= 52,45 MPa

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 86


- Pertes dues au fluage

Cette perte s’exprime par la formule suivante :

(σb+ σM)

La mise en tension à 14 jours donc = 11000


σM: est la contrainte maximale de compression du béton au niveau du câble moyen. Elle est
obtenue à la mise en précontrainte.

Pour la section médiane elle vaut : σM =

Donc : σM = -5,48+1289,55 ×0,012= 9,99 MPa.


σb est la contrainte finale dans le béton au niveau du câble moyen. C’est la contrainte obtenue
lorsque toutes les pertes différées se sont produites. La perte différée totale est :

Donc pour les valeurs ci-dessous : (l/2) = 49,2 + = + 92,9.

L’expression de σb est :
( pi (l / 2)   d (l / 2)) Ap e 2p
σb (l/2) = + (1  )
B i2

 d (l / 2)) Ap
2
e
soit : σb (l/2) = σM - (1  2p )
B i

 92,9   fl (l / 2)) Ap 
2
ep
Donc : (l/2) = (9,99+9,99 –   (1  2 ) )
 B  i
Cette équation est du 1er degré en , la solution est :
=161,20 MPa.
Les pertes différées de précontraintes sont données par :

Donc : 49,2 + 161,2 + ×52,45 = 254,11 MPa.

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 87


6-3- Les pertes totales :
Il s’agit de la somme des pertes instantanées et des pertes différées.
Donc la tension finale probable dans le câble est :
(x) =

En section médiane : (l/2) = 1341, 6 - 254,11 – 131,13 = 1118,31 MPa.

7- Calcul des armatures passives pour les poutres de rives( BPEL 91


[6]) :
7-1- Armatures de peau :
Nous choisissons : 1010  7,85cm² pour les armatures longitudinales définitives.

On a donc la condition est vérifiée.

7-2- Armatures de traction :


Leur section est prise égale à :

La hauteur de la zone tendue est dans notre cas est .


La nuance Fe40 correspond à fe = 400 MPa.
La section du béton tendu vaut donc :

La résultante de traction du béton tendu : .

La valeur absolue de la contrainte maximale de traction : .

On trouve numériquement :
Nous choisissons ainsi : 6

La section finale des armatures dans la zone tendue est :

7-3- Armatures transversales :


Les armatures passives sont caractérisées, pour un cours d’armature par leur section At et
leur espacement st qui est tel que :

s t ≤ Inf (1 m ; 0,8h ; 3b0). b0 est la largeur brute de l’âme de la poutre.


Donc : s t = 0,8m.

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 88


Les armatures actives sont caractérisées par l’effort de précontrainte Ftu et l’espacement
entre deux cours s’t :
f prg
Ftu = . Ap
1,15
s’t ≤ 0,8 h => s’t =1 m.
Il est exigé un minimum d’armatures transversales dans une âme de poutre qui, dans le
cas courant où elle sont perpendiculaires à la fibre moyenne, est donné par la condition
suivante :
At f e F
 tu ≥ 0,6 MPa.
Bn st 1,15 Bn s 't

Ainsi on trouve :
Ap = At ≥ 2,21 cm2.

Donc on choisit des armatures de : 5 8 = 2,51 cm2.

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 89


CHAPITRE IV : MODELISATION DE LA STRUCTURE ET
VERIFICATION DE LA STABILITE PAR ROBOT
I- Modélisation de la structure
1- Présentation du RSA 2014
Le RSA 2014 est un logiciel de calcul des structures de génie civil (bâtiments,
châteaux d’eau…) et des travaux publics (ponts, tunnels…).

Il offre de nombreuses possibilités d’analyse des effets statiques et dynamiques avec


des compléments de conception.

 L’interface graphique disponible facilite, considérablement, la modélisation et


l’exploitation des résultats.

 Le logiciel RSA 2012 permet d’effectuer les étapes de modélisation (définition


de la géométrie, conditions aux limites, chargement, caractéristiques des
matériaux …etc.) de façon entièrement graphique numérique ou combinés, en
utilisant les innombrables outils disponibles.

 La modélisation par le logiciel RSA 2012 ne permet de considérer que les


éléments structuraux, quant aux éléments secondaires, ils sont modélisés soit
par des masses concentrées aux nœuds, soit par des charges qui s’ajoutent aux
poids des éléments structuraux.

 Possibilité d’importer ou exporter à d’autres logiciels tels qu’AUTOCAD …


etc.

 La modélisation des éléments travaillant en contraintes planes se fait à travers


des voiles et des dalles, si les planchers sont conçus en dalle pleines, aucun
problème ne se présente, par contre si les planchers sont en corps creux, il
faudrait définir l’épaisseur adéquate et les caractéristiques du matériau qui
représente le mieux le corps creux, ou bien apporter aux nœuds des masse qui
correspondent à la masse des planchers.

 Conditions aux limites : les structures sont considérées appuyées


(encastrement, appuis simples) au niveau du sol de fondation, néanmoins le

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 90


logiciel RSA 2012 permet d’étudier l’interaction sol-structure en remplacent
les appuis rigides par des appuis élastiques (Ressorts), qui présentent le même
coefficient d’élasticité du sol de fondation calculé par les déférents méthodes
de la mécanique des sols.

 Possibilité d’effectuée l’analyse des structures conçues avec n’importe quel


matériau.

 Le logiciel RSA 2012 procède dans sa base de données des spectres de réponse
définis par le code sismique (RPS 2000[7], RPA99 …..).

 Le RSA est un logiciel professionnel adapté aux constructions en béton armé,


en acier et qui est très performant pour les portiques auto stables.

Les différents types d’analyse disponibles dans RSA sont les suivant :

 Analyse statique.

 Analyse modale.

 Analyse sismique.

 Analyse spectrale.

 Analyse temporelle.

 Analyse pushover.

2- Méthode de modélisation :
De nos jours, les logiciels de modélisation se sont multipliés. Ils permettent de calculer
des structures complexes, avec plus de précision en un temps très réduit. La modélisation
d’une structure consiste à construire un modèle approché de la réalité pour simuler le
comportement du bâtiment vis-à-vis des charges extérieures. La structure est analysée au
moyen d’un modèle dynamique réel.

En considérant la précision souhaitée dans la réponse de la structure et les moyens de


calcul disponibles, deux types de modèles peuvent être envisagés :

 Modélisation par élément finis

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 91


 Modélisation à masses concentrée et raideurs équivalentes

La détermination d’un modèle dépend aussi de la nature de l’ouvrage et des résultats


attendus, on distingue entre la modélisation bidimensionnelle et tridimensionnelle.

 Choix de la méthode de la modélisation :


L’analyse modale spectrale est universellement reconnue comme méthode de référence
pour étudier le comportement d’une structure soumise aux actions sismiques. Elle permet de
calculer efficacement les valeurs maximales probables de toutes les variables d’intérêt
(déplacements, accélérations, réactions, sollicitations, ….), en déterminant la réponse
maximale de chacun des modes propres, et en superposant ces réponses modales par
combinaison quadratique complète (CQC). Cette méthode est utilisée par tous les logiciels
traitant l’analyse sismique des structures.
Le modèle par Eléments Finis s’avère-le plus adaptée à notre structure, dans le sens où
cette approche donne des résultats plus proches de la réalité puisqu’elle permet une bonne
évaluation des efforts sismiques et la détection des modes de torsion éventuels.
L’approche de l’analyse spectrale est basée sur la détermination de la réponse maximale
de la structure pour chacun de ses modes propres. La technique des modes normaux dite
«méthode modale » est la plus utilisée en régime linéaire. (RPS2000) [7].
La réponse maximale de la structure est alors donnée comme une combinaison des
réponses des modes propres dominants.

La modélisation s’est fait directement sur le logiciel RSA 2014 pour des raisons de :

 Facilité dans la pose des éléments d’un nœud à l’autre à travers les lignes de
construction

 Possibilité de modifier directement la structure sur le logiciel : ajouter ou


retrancher des voiles, modifier les sections des poteaux etc.…

 Maillage et calcul direct sans exportation à risque

 Logiciel qui permet de dimensionner ou ferrailler les éléments structuraux


(poteau poutre, dalle fondation, voile)

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 92


3- Etapes de la modélisation
Après la phase de conception de la structure sur le logiciel AUTOCAD, La modélisation
sur robot peut se faire de deux façons :

 Soit par importation du plan de fondation sur Robot afin de disposer des
différents axes qui permettrons par la suite de monter les différents éléments de
la structure.

 Soit par introduction des lignes de construction qui représenterons les Axes des
différentes intersections poteau, poutre, et escalier.

On a ainsi opté de procéder par l’introduction des lignes de construction qui est une
méthode nouvelle pour nous, afin d’approfondir les connaissances sur le logiciel RSA.

Les différentes étapes par lesquelles on a pu modéliser la structure sont donc énumérer
dans la suite.

 Lignes de construction
Ils représentent les Axes sur lesquels on se basera pour monter le Bâtiment élément Par
élément. Elles sont entrées manuellement en cliquant sur la commande ligne de construction
puis en entrant les coordonnées des axes suivant X, Y et les différents étage suivant Z.

Figure IV.2 : lignes de construction

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 93


Après avoir entré toutes les données, on obtient un ensemble de ligne représentant les
axes de la construction.

Figure VI.3 : création des lignes de construction

 Définition des profilés


La définition des profilés consiste à en créer de nouvelle section de poteau et poutre dont
nous auront besoin pour monter la structure, et définir aussi les épaisseurs nécessaire pour les
différents voiles et pour les différents planchers hourdis et dalle plaine.

Figure IV.4 : Définitions des profilés


Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 94
 Cas de charges
La définition des cas de charge est une étape qui consiste à créer les différentes charges
qui agiront le bâtiment. Il s’agit des :

 Charge permanente « G » dû au charge de revêtement des planchers et les


cloisons.

 Le poids propre « PP » des éléments en Béton armé qui sera généré


automatique par le logiciel pendant la phase des calculs.

 Les charges d’exploitation « Q »

Et en cliquant sur la fenêtre « type d’analyse » puis « nouveau » on définit :

- Les paramètres de l’analyse modale (le nombre de mode, nombre d’itération


etc.…)

- Les forces sismiques de direction EX

- Les forces sismiques de direction EY

Figure IV.5 : cas de charge

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 95


 Introduction des éléments
Cette étape consiste en monter la structure progressivement élément par élément, poteau
puis poutre et les différents voile, ensuite les escaliers et plancher en progressant sur chaque
niveau.

Néanmoins il existe des procédés à respecter lors de la pose des éléments :

 La pose de tous les éléments poteau et poutre doivent se faire dans un seul sens
(Exemple : de la gauche vers la droite et du bas vers le haut)

 La pose des éléments se fait d’axe en axe et il faut bien faire attention de ne pas
laisser des nœuds isolés, ce qui générera des problèmes lors des calculs

Après la pose de chaque élément on obtient les structures suivantes :

Figure IV.6 : structure encastrée sur ROBOT (Bloc 1 : administration)

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 96


.

Figure IV.7 : structure encastrée sur ROBOT (Bloc 2 : accueil)

Figure IV.8 : structure encastrée sur ROBOT (Bloc 3 : salle de conférences)

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 97


Pour le calcul dynamique, il sera approprié de retirer les voiles du sous-sol. Car en
réalité, ces éléments situés au niveau du Sous-sol ne jouent aucun rôle dans la résistance aux
actions sismiques, mais le RSA les considéra comme des éléments résistants.

 Définition des charges


Les charges sont entrées suivant la direction « -z »

- Sur chaque élément de plancher

- Les charges introduits sur les bardages sont égales au poids propre plus la
charge G du panneau considéré, car le bardage n’a pas de poids propre, son
unique rôle est de repartir les charges.

 Combinaison d’action
La combinaison fondamentale des actions à considérer pour le calcul des sollicitations
et la vérification des états limites est donnée par l’expression suivante :

Sc = G+E+0.3 N +yQ
Avec :

G : Le poids mort et charges permanente de longue durée

E : Effets du séisme

N : Action de la neige

Q : Charges d’exploitation

y=0,3 : facteur d’accompagnement (car on a un bâtiment d’utilisation périodique par le


public).

L’action du vent n’est pas à combiner avec celle du séisme et si le calcul au vent
produit des sollicitations plus défavorables que celles obtenues en utilisant la combinaison des
actions, le dimensionnement et la vérification de la structure s’effectuent pour les
sollicitations dues au vent.

Dans notre cas, nous sommes dans une zone de vent de faibles intensité, l’étude au vent
n’est donc pas nécessaire.

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 98


4- Méthode de calcul
L’Etude sismique consiste à évaluer les efforts de l’action accidentelle (séisme) sur notre
structure.

Pour cela, plusieurs méthodes approchées ont été proposées afin d’évaluer les efforts
internes engendrés à l’intérieure de la structure. Le calcul de ces efforts sismiques peut être
déterminé selon deux méthodes.

 La méthode statique équivalente.

 La méthode dynamique modale spectrale

Nous allons faire un calcul par la méthode d’analyse modale

5- Analyse modale
L’analyse modale spectrale désigne la méthode de calcul des effets maximaux d’un
séisme sur une structure. Elle est caractérisée par :

 La sollicitation sismique décrite sous forme d’un spectre de réponse.

 Le comportement supposé élastique de la structure permettant le calcul des


modes propres.

 Généralités
Etant donné que le bâtiment ne satisfait pas aux critères de régularité formulés par le
RPS 2000[7] et qu’il est donc à considérer comme irrégulier, aucune des méthodes simplifiées
du règlement ne peut être utilisée pour déterminer forfaitairement le mode fondamental. Il
doit donc être effectuer une analyse modale sur un modèle tridimensionnel qui consiste à
calculer les effets maximaux d’un séisme sur une structure. Pour cela, on recherche les modes
de vibration de la structure qui caractérisent son comportement au voisinage des fréquences
dites de résonance. En effet, la réponse d’une structure est prépondérante au droit de ces
fréquences de résonance.

Etant donné qu’il existe, pour une structure, autant de modes de vibration que de
degrés de liberté, il faut sélectionner le nombre de modes à extraire.

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 99


La recherche des modes doit être menée jusqu'à ce que les deux conditions suivantes
soient respectées :

 La fréquence de 33 Hz (appelée fréquence de coupure) ne doit pas être


dépassée ;

 Le cumul des masses modales doit atteindre 90 % de la masse vibrante totale.

De plus, le nombre de modes retenus ne doit être inferieur à trois, car très souvent,
pour les bâtiments courants, seuls deux ou trois modes ont une influence significative sur la
réponse vis-à-vis d’une direction du séisme.

 Principe de l’analyse modale


L’analyse modale permet de calculer les valeurs propres et leurs valeurs connexes
(pulsations propres, fréquences propres ou périodes propres), précision, vecteurs propres,
coefficients de participation et masses participantes pour l’étude aux vibrations propres de la
structure.

Les modes propres de la structure et leurs valeurs sont calculées d’après l’équation :

(K – ωi².M).Ui = 0 où :

- K – matrice de rigidité de la structure

- M – matrice des masses de la structure

- ωi – pulsation propre du mode « i »,

- Ui – vecteur propre du mode « i »

- Les facteurs de participation des masses sont définis de la façon suivante :

- λi= .M.D

Les masses participantes sont des masses dynamiques participantes dans le


mouvement de la structure pour chaque déformée modale et pour chaque degré de liberté.
Elles sont exprimées comme masses courantes (pour le mode propre actuel) et comme masses
relatives. Une masse relative est définie comme étant la somme des masses courantes à partir
du premier mode jusqu’au mode courant.

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 100


La sélection des modes propres s’effectue avec le critère des masses modales
effectives c’est-à dire la masse qui est excitée pour le mode i.

6- Résultats de l’analyse modale avec RSA 2014


 Modes et convergence des masses
Dans un premier temps nous avons commencé l’analyse avec un nombre de 5 modes.
Les valeurs des masses participantes dans les deux directions restent inferieurs à 90%.

Nous constatons que la fréquence est inferieur à 33Hz.

Le présent règlement dit que le nombre des modes propres doit être augmenté jusqu’à
que le pourcentage de participation des masses suivant X et suivant Y est a peu près de 90%
ou plus.

Mode Fréquence(Hz) Période (sec) Masses cumulées participantes %

Ux UY

5 2,43 0,41 86,93 62,77

10 3,22 0,31 89,12 79,82

15 5,24 0,19 89,22 84,93

20 6,87 0,15 91,99 90,65

Tab IV.1 : convergence des masses structure avec encastrement (Bloc 1 : administration)

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 101


Mode Fréquence(Hz) Période (sec) Masses cumulées participantes %

Ux UY

5 3,88 0,26 88,21 88,21

10 15,84 0,06 88,24 88,28

15 17,94 0,06 88,33 88,32

20 20,24 0,05 88,33 88,36

25 22,87 0,04 88,35 88,36

30 26,40 0,04 88,35 88,36

35 28,66 0,03 91,67 88,41

38 29,91 0,03 93,98 92,12

Tab IV.2 : convergence des masses structure avec encastrement (Bloc 2 : accueil)

Mode Fréquence(Hz) Période (sec) Masses cumulées participantes %

Ux UY

5 1,86 0,54 38,90 87,86

10 4,65 0,21 98,95 88,08

11 4,77 0,21 99,06 99,92

Tab IV.3 : convergence des masses structure avec encastrement (Bloc 3 : Salle de conférences)

 Observation des 3 premiers modes


Les modes ont différents effets sur la structure. Certains engendrent de forts déplacements
suivant une ou plusieurs directions (modes de flexion) alors que d’autres vont générer de la
torsion (modes de torsion).

Le RPS 2000[7] stipule que pour une bonne conception les deux premiers modes devront être
des modes de Translation et le troisième un mode de torsion, ce qui est vérifié dans notre cas.

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 102


On montre par exemple les 3 premiers modes du deuxième bloc : l’accueil

Figure IV.10 : Déformé Mode 1 (bloc 2 : acceuil)

Figure IV.11 : Déformé Mode 2 (bloc 2 : accueil)

Figure IV.12 : Déformé Mode 3 (bloc 2 : accueil)

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 103


 Commentaire des résultats :

On obtient une translation suivant l’axe x pour le premier mode, une translation suivant
l’axe y pour le deuxième mode et une torsion pour le troisième mode.

7- Vérification des déformations


Le but est de vérifier que la structure évolue dans le domaine de ses propriétés qui est pris
en compte dans le calcul et contenir les dommages structuraux dans des limites acceptables.

 Déplacements latéraux du bâtiment


Le déplacement latéral total du bâtiment Δg doit être limité à Δg limite = 0,004.H.
Pour notre structure Δg limite = 0,004 × 1200cm = 4,8 cm, avec H est la hauteur totale de la

Structure.

séisme suivant X Y

Déplacements UX UY UX UY

Déplacements max (cm) 0,6 0,2 1,3 1,6

Déplacement limite (cm) 4,8 4,8 4,8 4,8

Tab IV.4 : Déplacement Total de la structure

Conclusion :

Les déplacements latéraux calculés sont bien inférieurs aux déplacements limites requis
par le règlement RPS 2000[7].

8- Analyse des résultats obtenus pour la structure :


Le RPS 2000[7] stipule que la convergence des masses vibrante converge jusqu'à 90 % et
plus dans le sens X et le sens Y et les résultats obtenus dans l'analyse de la structure montre
que les masses cumulées converge à plus de 90% dans les deux sens de Ux et Uy, ce qui
vérifie les recommandations du règlement.

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 104


L’établissement du projet de fin d’études a permis de mettre à l’épreuve deux aspects
fondamentaux de notre profession d’ingénieur : la première constatation est purement
technique car mes valeurs et capacités de calcul ont toujours été sollicitées. C’est surtout à
travers mes recherches que j’avais pu surmonter certains problèmes techniques rencontrés.

Outre l’étude des poutres précontraintes par post-tension du projet centre culturel, qui
a suscité ma curiosité et mon envie d’en savoir plus concernant le domaine de précontrainte et
les méthodes de calcul, j’ai pu m’intéresser à des concepts assez particuliers et peu fréquents,
j’avais pu aussi découvrir leur grande utilité surtout dans des situations assez délicates.

La précontrainte par post-tension a pu gagner la confiance d’un important nombre de


constructeurs, ceci est traduit par leurs demandes de recours à ce type de constructions dans
leur projets. La précontrainte donne une grande liberté de plus à l’architecte dans sa
conception appart ses performances.

Le second constat concerne en général l’ingénieur et son environnement : j’ai pu avoir


une vision globale de l’entreprise, sa structure, ses activités, découvrir de nouveaux métiers,
comprendre dans quelle mesure le travail au sein d’un service requiert rigueur, esprit d’équipe
partage du savoir-faire : tout cela fait réfléchir sur les qualités dont devrait se prémunir tout
futur ingénieur pour bien réussir son insertion dans le monde du travail.

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 105


ANNEXES :
ANNEXE 1 : Tableau des caractéristiques des câbles les plus employés

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 106


ANNEXE 2 : Tableau des valeurs limites des contraintes normales

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 107


ANNEXE 3 : Les plans d’architecture
1

5
3 3

FA1 FA1 2
0.80 x0.80 0.80 x0.80
All =2.00 m All =2.00 m

FA1 4 FA1 4
0.40 x2.10 0.40 x2.10
FA7 All =0.30 m All =0.30 m
1.00 x2.00
All =0.80 m LOCAL ENTRETIEN
Hauteur mur 3.50 m

5 m²

8
POSTE SECURITE FA1 FA1 FA1 FA1
7 0.80 x0.80
9 m² PI2 PI a2 PI a2 0.80 x0.80 0.80 x0.80 0.80 x0.80
h.s.p=4.30 1.04 x2.40 0.84 x2.40 0.84 x2.40 All =2.00 All =2.00 All =2.00 All =2.00
6
niv. fin. +0.00
niv. dalle brut. -0.10
5

Hauteur mur 2.40 m

Hauteur mur 2.40 m

Hauteur mur 2.40 m

Hauteur mur 2.40 m


3
LOCAL TECHNIQUE TOILETTES
2
5 m² 8 m²
1

PI2 PI b2 27 Marches de
G= 27cm
PI a1
PI1 1.04 x2.40 0.94 x2.40 PI a1 PI a1 PI a1 PI a1 PI a1 FA1
et H= 17cm 84 x2.40
0.94 x2.40 84 x2.40 84 x2.40 84 x2.40 84 x2.40 84 x2.40 0.80 x0.80
FA5 FA5 All =2.00
1.15 x0.95 1.15 x0.95 PI a1
All =1.40 All =1.40 PI a1 PI a1 PI a3
84 x2.40 110 x2.40
84 x2.40 84 x2.40
PB4 PB2 PB4
140 x2.40 200 x2.40 140 x2.40

FA1
0.80 x0.80
TOILETTES EXT./F TOILETTES INT./F All =2.00
h.s.p=3.35 27 m²
TOILETTES EXT. /H OL7 2 3 PI b2
14 m²
14 m² 200 x2.40
niv. fin. -0.70
SAS4 94 x2.40
niv. dalle brut. -0.80 h.s.p=3.35
2 m² niv. fin. -0.70
PI b2 niv. dalle brut. -0.80 FA1
94 x2.40 0.80 x0.80
PI b2 All =2.00
94 x2.40
Porte avec adhésif Porte avec adhésif
94 x2.40 94 x2.40 OL7 2
1.40x2.40 460 x2.40
Accueil 140 x2.40
41 m²
h.s.p=4.30
niv. fin. +0.00 -0.75 GARDE ROBE
niv. dalle brut. -0.10
14 m²
1.10x2.40 1.10x2.40
h.s.p=4.05
FA7 niv. fin. -0.70 110 x2.40 110 x2.40
1.00 x2.00 FA4' BILLETTERIE niv. dalle brut. -0.80
SAS
All =0.80 m 0.70 x1.40 4 m² PI b2
BUREAU1 BUREAU2 All =1.00 6 m² FA1
94 x2.40
4 13 m²
niv. fin. +0.00
12 m²
PB1
0.80 x0.80
All =2.00
niv. dalle brut. -0.10
84 x2.40
TOILETTES INT./H
FA4 27 m²
0.70 x1.40 1.40x2.40 2.00x2.40 1.40x2.40
M_Curtain Wall Dbl Glass All =1.00
194 x2.57 140 x2.40 200 x2.40 140 x2.40

PI a1 PI a1 PI a1 PI a3
84 x2.40 84 x2.40 84 x2.40 110 x2.40

FA6
0.40 x2.20
1 All =0.20
FA1 4
0.80 x0.80
All =2.00
FA7
1.00 x2.00 FA6
All =0.80 m
0.40 x2.20
All =0.20
Joint de dilatation

ACCUEIL FA1
109 m² 0.80 x0.80
h.s.p=4.50 All =2.00
PB2 niv. fin. -0.70 PB2
200 x2.40 niv. dalle brut. -0.80 200 x2.40

FA1
h.s.p=3.35
0.80 x0.80
SALLE DE REUNION All =2.00
niv. fin. -0.75
niv. dalle brut. -0.85 50 m²

PB2 FA1
200 x2.40 0.80 x0.80
All =2.00

niv. fin. +0.00 niv. fin. -0.75


niv. dalle brut. -0.85

PB2
200 x2.40 PB2
200 x2.40
FA4
0.70 x1.40
All =1.00 m
PI5
PI5 84 x2.40
84 x2.40

FA1
SAS2 0.80 x0.80
All =2.00
12 m²
BILLETTERIE Régie h.s.p=4.90
niv. fin. -0.70
7 m² SAS1 20 m² niv. dalle brut. -0.80
h.s.p=4.90 niv. fin. +1.30
12 m² niv. dalle brut. +1.20 FA1
niv. fin. -0.70
niv. dalle brut. -0.80 0.80 x0.80
All =2.00

OL5 OL5
200 x2.40 200 x2.40
PB2 FA11 PB2
200 x2.40 5.40 x2.50 200 x2.40
All =2.00

PI5 -0.70 PI5


84 x2.40 84 x2.40

BOX BOX
TRADUCTION 2 TRADUCTION 1
16 m² 16 m² PS1 2
140 x1.80

FA10
FA3 FA10 1.20 x1.40 FA3
0.60 x2.00 1.20 x1.40 All =0.30 m 0.60 x2.00
All =2.07 m All =0.30 m All =2.07

5 Marches de
G= 30cm 12 12 -0.75
et H= 15cm -0.75

5 4 3 2 1 11 11
7 7

10 10
6 6
9 9

5 5
8 8
FA3 FA3
0.60 x2.00 0.60 x2.00
All =1.42 m 7 7
4 All =1.42 4

6 6

3 3
5 5
12 Marches de
G= 30cm
et H= 15cm 2 4 4 2

7 Marches de 7 Marches de
1 3 3 1 G= 60cm
G= 60cm h.s.p=8.32 et H= 16cm
et H= 12cm
-1.54
2 2

12 Marches de 12 Marches de
1 G= 40cm G= 40cm 1
et H= 15cm et H= 15cm

h.s.p=7.25

PS1 PS1 PS1 PS1


140 x2.40 140 x2.40 h.s.p=7.25 140 x2.40 140 x2.40

SORTIE DE SECOURS
SORTIE DE SECOURS
-1.59

12 12

6 11 11 6
RAMPE DE 5%
Jardiniere

10 10
5 5

9 9

4 8 8 4

7 7
3 3

6 6

2 5 2
5

6 Marches de 6 Marches de
1 G= 60cm 4 4 1 G= 60cm
et H= 12cm et H= 12cm
h.s.p=9.04
3 -2.26 3

2 2
12 Marches de 12 Marches de
G= 40cm G= 40cm
1 et H= 15cm et H= 15cm 1

PS1
SORTIE DE SECOURS 140 x2.40
PS1
140 x2.40 h.s.p=7.80

PS1 SORTIE DE SECOURS


140 x2.40 h.s.p=7.80

-2.31

12 12

FA3
FA3 11 11 0.60 x2.00
0.60 x2.00 All =0.34
All =0.34 10
10

6 6
9 9

5 8 8 5

7
7
4 4
6 6
STOCK
+0.00 STOCK
5 5
3 3

FA3 4 4 FA3
0.60 x2.00 0.60 x2.00
2 All =-0.62 All =-0.62 2 6 Marches de
3 3
G= 60cm
6 Marches de et H= 16cm
1 G= 60cm 2 2 1
et H= 16cm 12 Marches de 12 Marches de
G= 40cm G= 40cm
1 et H= 15cm 1
et H= 15cm

PI5 PI5
84 x2.40 84 x2.40

h.s.p=10.00
-3.27
-3.22
Jardiniere
PS1 PS1
140 x2.40 140 x2.40
-3.22

PS1 PS1
140 x2.40 140 x2.40

+0.00
FA1 FA1
0.50x0.50 2
0.94x2.40 0.80 x0.80 0.80 x0.80
2.60 x0.50 All =-0.62 m All =-0.62 m
All =-0.42 m 94 x2.40

LOGE 1
8 m²
-3.22 -2.22
-2.27

PI1 LOGE 2
94 x2.40 7 m²
PI b2 h.s.p=4.50
94 x2.40 FA1

PM5 PI1 All =2.00


LOCAL 110 x2.40 94 x2.40
CHAUDIERE
h.s.p=4.50
8 m²
PI b2 SALLE VIP -2.22
94 x2.40 SAS h.s.p=4.50
h.s.p=4.50 25 m²
7 m² PV1
-2.22 80 x2.40
DOUCHES 1
-2.22
PI b2 0.94x2.40 h.s.p=4.50
S.D.B 94 x2.40 94 x2.40 7 m²
5 m²
0.50x0.50
0.50 x0.50 PV1
Jardiniere All =-0.42 m
OL5 2 80 x2.40
150 x2.40 -2.22
PI a2
84 x2.40

SCENE
h.s.p=12.00 PI b2
-2.22 PI a2
0.50x0.50 94 x2.40
84 x2.40 W.C1
0.50 x0.50 LOCAL TECHNIQUE
All =-0.42 m OL10 OL10 2 m²
24 m² 904 x3.50 904 x3.50

0.50x0.50
0.50 x0.50 W.C2
All =-0.42 m PI a2
PI b2
84 x2.40 2 m²
PI b2 2 94 x2.40
SALON RECEPTION 120 x2.40
h.s.p=4.50
26 m² PI a2
0.50x0.50 -2.22
0.50 x0.50 84 x2.40
All =-0.42 m PI b2 2
120 x2.40 PV1
80 x2.40

OL3 2 OL3 2
305 x3.00 305 x3.00
DOUCHES 2 PV1
h.s.p=4.50 80 x2.40
7 m²

ACCES LIVRAISON LOGE 3


SCENE PM4 2
h.s.p=4.50
5 m² FA1
350 x3.00 0.80 x0.80
All =2.00

PI1
-0.15 94 x2.40
-0.15
-2.22
h.s.p=12.00
-2.22 PI1
94 x2.40

FA1
0.80 x0.80
All =2.00
LOGE 4
h.s.p=4.50
9 m²
-2.22

6 6
1
2 5

Plan d’architecture du RDC

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 108


1

810

142 245 256 167

Niveau fini mur =+5.30m


33

33

33
Hauteur acrotère = 0.50m

Voir détail gaine dimension a


TERRASSE
33 INACCESSIBLE 1,167
déterminer par le BET 33
niv. fin. +4.80
niv. dalle brut. +4.62
33 167 833 167 33
161

161
57 80 133 80 133 80 133 80 57
FA1 FA1 FA1 FA1 Larmier

0.80 x0.80 0.80 x0.80 0.80 x0.80 0.80 x0.80


All =2.20 m All =2.20 m All =2.20 m All =2.20 m
Niveau fini mur =+3.56m
33

33

33

33

33

33
Hauteur acrotère = 0.51m

11 Voir détail gaine dimension a Voir détail gaine dimension a


33 24 80 133 80 78 18 37 80 2 48 9 25 22 30 80 24 33 déterminer par le BET déterminer par le BET
20 12
164

164
110
20
131

131
2
18 165 55 13
PI a2
0.84 x2.40 14
10

15
18 10 84 43 60 23
275

FA1 18 137 60 23 16 FA1


0.80 x0.80 0.80 x0.80
80

80

80

80
17
5

All =2.20 m All =2.20 m


29

W.C
18

432
214

19
33 395 18 197 23 TERRASSE
29

20 INACCESSIBLE
5
124

124

124

124
niv. fin. +3.05
Hauteur acrotère = 0.50m

Hauteur acrotère = 0.50m


21
Niveau fini mur =+5.30m

Niveau fini mur =+5.30m


TERRASSE niv. dalle brut. +2.87
INACCESSIBLE 33 395 18 10 84 103 23 134 33
TERRASSE
PI b1 22
77

niv. fin. +4.80 INACCESSIBLE


niv. dalle brut. +4.62 0.84 x2.40 niv. fin. +4.80
23
18

18

niv. dalle brut. +4.62


FA1 FA1
24
766
1,145
784

817

751

817
0.80 x0.80 0.80 x0.80
80

80

80

80
85

1,0
All =2.20 m 77 25 All =2.20 m
80

26

33 610 23 27 134 33
124

124

124

124

33 767 33

Niveau fini mur =+3.56m


Hauteur acrotère = 0.51m
399

399

FA1
0.80 x0.80 FA1
0.80 x0.80
80

80

80

80

All =2.20 m PLATEAU BUREAUX


319

319

All =2.20 m
h.s.p=3.15
niv. fin. +4.72
niv. dalle brut. +4.62

A
131

131
164

164

33 767 33
33

33

33

33

33

33

33

33 167 833 167 33

1,233
Voir détail gaine dimension a TERRASSE
167

167

INACCESSIBLE
déterminer par le BET
niv. fin. +4.80
niv. dalle brut. +4.62

142 245 256 167 A


Niveau fini mur =+5.30m
33

33

33

Hauteur acrotère = 0.50m

810

Plan d’architecture de l’étage de l’administration

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 109


ANNEXE 4 : Les plans de coffrage
8 10
1 2 3 4 5 6 7 9 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33

6,59 23,6 66,5 10,2


102,22
270,12 109,92 205,4 115,07139,53 228,95 137,95 82,53 80 50 195,47 139,43 312,26 114,25 282,55 326,74 141,93 276,54 168,06 298,33 99,51 231,66 171,5

P2 P2 P2 P2
A CH-40 CH-40 CH-40 CH-40

Lg1 20x33
202,59

Lg1 20x33

CH-40
P1 Lg1 20x33 Lg1 20x33

Lg1 20x33
P1 Lg5 20x50
CH-40
54,07

P2 P2
B Lg1 20x33 Lg1 20x33 P2
CH-40
P9 P9 P1 CH-40 P1

Lg1 20x33
Lg1 20x33

Lg1 20x33
153,33

Lg1 20x33
CH-40

CH-40
CH-40
45,31

CH-40
CH-40
P2 Lg1 20x33 P2 Lg1 20x33 P2 Lg1 20x33 P2 Lg1 20x33 Lg7 20x55
P1 CH-40 P1 CH-40 P1 CH-40 P1 P1
E
236,04 76,32 219,84

Lg7 20x55

P2 CH-40

Lg4 20x45
Lg4 20x45
Lg4 20x45

CH-40
G CH-40 Lg1 20x33
P2P1 P2 P2
CH-40

Lg1 20x33
CH-40
CH-40
Lg1 20x33 Lg1 20x33 Lg5 20x50 Lg1 20x33 Lg7 20x55
I P2 P2 P1
Lg1 20x33

P2 Lg7 20x55 P2 P2 P1
100,95 201,55

Lg1 20x33

CH-40
CH-40 CH-40
J P2 P2 P2
Lg7 20x55

Lg6 20x65

Lg6 20x65
P1
K P2

CH-40
Massif Massif
495,34

Lg3 20x40

CH-40
Lg7 20x55 Lg5 20x50 Lg1 20x33 Lg7 20x55
P2 P2 P2
L
Lg10 30x100

P2 P2 P2
336,52

Lg1 20x33

Lg1 20x33
Lg1 20x33
CH-40

CH-40
P2 P2 P2
39,18

M P2 CH-40 CH-40 CH-40 P2


CH-40 P2
CH-40
N
P4 P4
398,81

CH-40
CH-40
14,03

O CH-40
P Lg1 20x33

P5 P5

CH-40
CH-40

P6 P6

CH-40
CH-40
1505,51

P7 P7

CH-40
CH-40

P7 P7
CH-40

Q
174,21

CH-40
33,64

R
S
P8 P8
343,87

CH-40

P1 P1 Lg3 20x40
11,5

T
CH-40

P1 P1
Lg1 20x33 P1 Lg1 20x33
U
Lg2 20x40
Lg1 20x33
Lg1 20x33
243,5

P3 20x40 P1 20x35 P3 Lg10 30x100 P3 Lg1 20x33 Lg1 20x33 Lg1 20x33
P1 P1 P1
V Lg3 20x40 P1 P1 P1
Massif
141

P1 20x35
Lg1 20x33

Lg1 20x33
W P1
Lg1 20x33

P1
196,5

Lg1 20x33

P1
P1 P1
X
Lg8 30x80

LgP6 20x60 Massif Massif Lg6 20x60


169

80
80

Lg8 30x
Lg8 30x

Lg5 20x50 P1 Lg1 20x33


Lg8 20x75

Y P1
Lg3 20x40

Massif
264

Lg1 20x33

Lg2 20x65
P1
P1
Z
86 101,5

P1
Massif Massif
Aa P1 P1
Lg1 20x33
Lg6 20x60

Lg8 20x75 Lg5 20x50


Ab P1
Lg1 20x33 P3 P3 Lg1 20x33 P1
Massif
195,78

Lg1 20x33

Lg1 20x33
CH-40

Lg1 20x33

Lg6 20x60

Ac Lg2 20x65
P1 20x35 Lg2 20x65
233,42
38,83

Ad P1
CH-40 P3 P3 P3 P1
Ae P1

Plan fondation du rez de chaussée

Plan de la fondation du RDC

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 110


7
1 2 3 4 5 6 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32

6,59 23,6 10,2


66,5 102,22
270,12 109,92 205,4 115,07139,53 228,95 137,95 82,53 80 50 195,47 139,43 312,26 114,25 282,55 326,74 141,93 276,54 168,06 298,33 99,51 231,66 171,5 76,99

P2 P5 20x50 P2 P1 20x35 P2 P1 20x35 P2


A

Pinf 20x35
Pinf 20x35
202,59

P1 20x35
P1 20x35
16+4 16+4
P1 20x35

16+4 P1 20x35
P2 P1 P7 20x55 P1 20x35 P5 20x50 P1 20x35
54,07

B P2 P2 P1 P7 20x55
P9 P9 P1 P1

P1 20x35
C
153,33

P1 20x35

P1 20x35

P1 20x35

P1 20x35
16+4 16+4

P1 20x35
16+4
16+4 16+4

P6 20x60
45,31

P6 20x60
D P2 P1 20x35
P1 20x35 P2 P1 20x35 P2 P1 20x35 P2 P5 20x50 P1 20x35
P1
E 16+4 20+5 P1 P1 P1 P1
236,04 76,32 200,73

P7 20x55
P1 20x35

20+5 16+4

P1 20x35
16+4 16+4
20+5
19,11

P7 20x55

F
P2 P5 20x50

P4 20x45
P4 20x45
P1 20x35

P4 20x45

P4 20x45
G
P2 P1 P1 20x35 P2 P1 20x35 P2
20+5
H
P2 20x65

16+4

P1 20x35
P1 20x35
16+4
P3 20x40

P7 20x55
P2
I Poteau à créer P2 P1 20x35 P2 P1 20x35 P2
P1 20x35
P1
P7 20x55
P1 20x35

P1
P1 20x35

P2 P5 20x50 P2 P1
100,95 201,55

16+4 16+4

P1 20x35
P1 20x35
16+4
J P2 P5 20x50 P2 P5 20x50 P2

K 20+5 20+5 16+4 P1


P2 P5 20x50

P2 20x65

P2 20x65
P2 20x65

P3 20x40
495,34

P3 20x40
20+5

P7 20x55
L P2 P2 P2
P7 20x55 P2 P5 20x50 P2 P1 20x35 P2
P1 20x35
336,52

P1 20x35
P1 20x35
P1 20x35

P1 20x35
16+4 16+4 16+4 16+4

P5 20x50 P1 20x35 P7 20x55


M P7 20x55
P2
39,18

P2 P2 P2 P2 P2
N
P4 P4
BN 70x35
450

BN 70x35
16+4

O
P5 P5
BN 75x35
357,17

BN 75x35
16+4

P
P6 P6

BN 80x35
BN 80x35
450

16+4

Q
P7 P7
BN 85x35

BN 85x35

16+4
450

R
P7 P7
BN 85x35
450

16+4
BN 85x35

S
P8 P8
312,9

BN 90x35

BN 90x35

16+4
P1 P3 20x40 P1 P3 20x40
T
243,5 11,5

P1 20x35
P1 P1
U P1
P2 20x40
P1 20x35

P1 20x35
P1 20x35

P1 20x35

16+4 16+4
P1 20x35

196,72 184,9
P3 20x40 P1 P1 20x35 P3 P10 30x100 P3 P1 20x35 P1 P1 20x35 P1
P1 P1
V P3 20x40
P1
P1 20x35 16+4
141

P1 20x35

P1 20x35

P1 20x35

P3 20x40
W
P1 20x35

16+4 P1 P1
3,5 m

16+4 20+5
m
196,5

u 3,5

niveau

16+4
nivea

P1 20x35
80 au
x8 0 au

X P1 16+4
P6 20x60 P1 P6 20x60 P1
16+4 P1 20x35
P9 30x
169

P9 30

P1 20x35
P8 20x75

P8 30x80

Y P1
P3 20x40

P9 30x80

P9 30x80

P1
P9 30x80

16+4
P3 20x40

P5 20x50
264

16+4
P1 20x35
P1 20x35

16+4
P1 P2 20x65
16+4 16+4 20+5
Z
86 101,5

P1 P1 20x35 P1 20x35 P1
P1 20x35
Aa P1 P1

Ab 16+4
P1 P1 20x35 P3 P11 30x85 P3 P1 20x35 P1 P5 20x50
P6 20x60

P6 20x60

P4 20x45
P6 20x60

P1 20x35
P1 20x35
431,5

P1 20x35

16+4 16+4
16+4
20+5
16+4

P1
Ac
50

P1 20x35 P3 P7 25x70 P3 P7 25x70 P3 P5 20x50 P1 P1 20x35 P1


Ad P1 P2 20x65 P1

Plan haut plafond du rez de chaussée

Plan haut plafond du RDC

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 111


1 2

PC 30x80 P4 20x45 PC 30x80


A
P2 P2

16+4

B
P8 30x75

P8 30x75
P12 30x70

16+4

P2 P2

P2 PC 30x80 PC 30x80 PC 30x80

Plan haut plafond de l’étage de l’administration

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 112


REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES :

[1] JEAN PIERRE MOUGIN : ‘’ Béton Armé BAEL 91 modifié 99 et DTU associés ‘’,
EYROLLS, Deuxième édition 2000.

[2] PATRICK LE DELLIOU : ‘’ Béton Précontraint Aux Eurocodes ‘’ Presses Universitaires


de Lyon, 2003.

[3] H.THONIER : ‘’ Le béton Précontraint Aux Etats Limites ‘’, Edition De l’Association
Amicale Des Ingénieurs Elèves De l’Ecole Nationale Des Ponts Et Chaussées, 1985.

[4] G. DREUX, J. MAZARS, M. RIMBOEUF : ‘’Cours Pratique De Béton Précontraint’’,


EYROLLS, Edition 1984.

[5] ‘’Règles de calcul du Béton Armé BAEL 91 modifié en 99 ’’, Généré par i-Reef - Edition
S150.

[6] ‘’Règles de calcul du Béton Précontraint BPEL 91’’ © CSTB 1992.

[7] ‘’Règles parasismiques Marocain RPS 2000’’ édition de la Ministère de l’Aménagement

du Territoire, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de l’Environnement, juillet 2001.

[8] Résistance des matériaux, cours ENSAH.

[9] Béton Armé, cours ENSAH.

[10] Béton Précontraint, cours ENSAH.

Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 113


Projet De Fin d’Etudes Réalisé par EL YAAGOUBI Wafaa Page 114