Vous êtes sur la page 1sur 128

THESE

Pour l’obtention du Grade de Docteur Es-Sciences

Université des Sciences et de la Technologie d'Oran

Faculté de Génie Mécanique


Département de Génie Mécanique
Laboratoire de Carburants Gazeux et Environnements
Spécialité : Structures Mécaniques

Présentée par : Nacer TALA IGHIL

Contribution à l'étude des paliers en


régime hydrodynamique instationnaire
Influence des états de surface

Directeur de Thèse : Abdelhamid BOUNIF

Soutenue le 17 décembre 2007

JURY
O. RAHMANI Professeur Université d’Oran Président
A. BOUNIF Professeur Université d’Oran Rapporteur
M. FILLON Directeur de Recherche Université de Poitiers Co-Rapporteur
M. BOUCHETARA Professeur Université d’Oran Examinateur
A. BOUCHOUCHA Professeur Université de Constantine Examinateur
M. TAHAR ABBES Maître de Conférence Université de Chlef Examinateur
P. MASPEYROT Maître de Conférence Université de Poitiers Invité
A ma femme Razika

A Mehdi et Reda

A tous ceux qui me sont chers…

2
Avant propos
Cette recherche a été entamée au Laboratoire de Carburants Gazeux et Environnements dirigé
par Monsieur le Professeur Abdelhamid BOUNIF que je tiens à remercier pour sa
disponibilité et son aide qui m’a permis de mener à bien ce travail.

Cette étude a été finalisée au Laboratoire de Mécanique des Solides (UMR 6610) dirigé par
Monsieur le Professeur Oliviers BONNEAU. Sous la direction commune de Monsieur Michel
FILLON, Directeur de Recherche CNRS et responsable de l’équipe Mécanique du Contact
Lubrifié, et de Monsieur Patrick MASPEYROT, Maître de Conférence.

Je tiens surtout à exprimer ma gratitude à mon codirecteur de thèse, Patrick MASPEYROT,


pour m’avoir permis de faire partie de l’équipe MCL et à l’aide précieuse qu’il m’a apporté
pour l’accomplissement de ce travail. J’apprécié aussi l’honneur que me fait Monsieur Michel
FILLON d’avoir accepté de diriger cette thèse et pour ses encouragements, ses conseil avisés
et sa présence inconditionnelle.

Merci à tous les membres du Laboratoire, les secrétaires, les techniciens et les informaticiens.

Je remercié vivement tous les membres de ma famille, de ma belle famille pour leur présence
et leur disponibilité.

Je tiens à remercie chaleureusement ma petite famille et particulièrement ma femme qui par


sa patience, sa compréhension et son encouragement m’a permis de mener à bien et à terme ce
travail de thèse.

3
Table de Matières
AVANT PROPOS .................................................................................................................... 3

TABLE DE MATIÈRES ......................................................................................................... 4

NOTATIONS ............................................................................................................................ 7

INTRODUCTION GÉNÉRALE ............................................................................................ 9

CHAPITRE 1 ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE .......................................................... 13

1.1 LUBRIFICATION HYDRODYNAMIQUE ........................................................................................... 14


1.2 TEXTURATION DES SURFACES ..................................................................................................... 21
1.3 CONCLUSION................................................................................................................................ 24

CHAPITRE 2 THÉORIE DE LA LUBRIFICATION APPLIQUÉE AU CAS D’UN


PALIER LISSE ...................................................................................................................... 26

2.1 EQUATIONS UTILISÉES EN LUBRIFICATION HYDRODYNAMIQUE.................................................. 26


2.1.1. Équation de Reynolds généralisée....................................................................................... 27
2.1.2. Équation de Reynolds .......................................................................................................... 30
2.1.3 Conditions aux limites .......................................................................................................... 31
2.1.4 Calcul des paramètres dans le contact ................................................................................. 33
2.1.4.1 Pression ......................................................................................................................... 33
2.1.4.2 Action du fluide sur les parois du contact ..................................................................... 33
2.1.4.3 Débit du fluide ............................................................................................................... 34
2.1.5 Propriétés thermiques du lubrifiant ..................................................................................... 35
2.1.5.1 Masse volumique ........................................................................................................... 35
2.1.5.2 Viscosité ........................................................................................................................ 35
2.2 APPLICATION AU PALIER LISSE FONCTIONNANT EN RÉGIME STATIONNAIRE .............................. 36
2.2.1 Cinématique et géométrie des surfaces ............................................................................. 36
2.2.2 Equation de Reynolds pour un palier lisse de longueur finie............................................... 38
2.2.3 Détermination des caractéristiques statiques d’un palier lisse............................................ 41
2.2.3.1 La charge supportée....................................................................................................... 41
2.2.3.2 Couples de frottement.................................................................................................... 42
Sur l’arbre .............................................................................................................................. 42

4
Sur le coussinet...................................................................................................................... 43
2.2.3.3 Débit de fuite du palier .................................................................................................. 44
2.2.3.4 Epaisseur minimale du film ........................................................................................... 44
2.2.3.5 Puissance dissipée par cisaillement ............................................................................... 44
2.3 CONCLUSION................................................................................................................................ 45

CHAPITRE 3 L’HYDRODYNAMIQUE DES SURFACES TEXTURÉES D’UN


PALIER LISSE ...................................................................................................................... 48

3.1 FORMULATION DU PROBLÈME ..................................................................................................... 49


3.1.1 Equation de Reynolds ........................................................................................................... 50
3.1.2 Equation géométrique du film .............................................................................................. 51
3.1.2.1 Forme elliptique ............................................................................................................ 52
3.1.2.2 Forme sphérique ............................................................................................................ 53
3.1.2.3 Forme cylindrique ......................................................................................................... 53
3.1.2.4 Forme cubique ............................................................................................................... 53
3.1.3 Conditions aux limites .......................................................................................................... 54
3.1.4 Calcul de caractéristiques du palier .................................................................................... 55
3.2 SOLUTION DE L'ÉQUATION DE REYNOLDS ................................................................................... 56
3.3 CALCUL........................................................................................................................................ 59
3.3.1 Conditions de calcul ............................................................................................................. 59
3.3.2 Validation du code de calcul ................................................................................................ 61
3.4 RÉSULTATS ET DISCUSSION ......................................................................................................... 62
3.4.1 L'influence de la configuration de la texture ........................................................................ 64
3.4.1.1 Influence des dimensions de la texture .......................................................................... 64
3.4.1.1.1 Variation de la dimension surfacique r de la texture .............................................. 64
3.4.1.1.2 Variation de la profondeur ry de la texture ............................................................. 67
3.4.1.2 Influence du nombre de textures ................................................................................... 69
3.4.1.2.1 Variation du nombre de textures NtZ ...................................................................... 69
3.4.1.2.2 Variation du nombre de textures Nt ...................................................................... 70
3.4.1.2.3 Variation de la distribution avec le nombre de textures ......................................... 72
3.4.2 L'influence de la disposition des textures ............................................................................. 74
3.4.3 L'influence de la concentration et de la forme de la texture ................................................ 87
3.4.3.1 Influence de la concentration de la texture .................................................................... 88
3.4.3.2 Influence de la forme de la texture ................................................................................ 92
3.5 CONCLUSION................................................................................................................................ 96

CONCLUSION ET PERSPECTIVES ................................................................................. 97

5
ANNEXE A EPAISSEUR DU FILM LUBRIFIANT .............................................. 101

ANNEXE B DISCRÉTISATION DE L’ÉQUATION DE REYNOLDS................ 103

B.1 EQUATION DE REYNOLD ........................................................................................................... 103


B.2 MÉTHODE DES DIFFÉRENCES FINIES ......................................................................................... 104

ANNEXE C CALCUL DES COUPLES DE FROTTEMENTS ET DU DÉBIT DE


FUITE .................................................................................................................................... 108

C.1 COUPLE DE FROTTEMENT DANS LA ZONE ACTIVE POUR UN PALIER LISSE ................................ 109
Sur l’arbre ................................................................................................................................ 109
Sur le coussinet........................................................................................................................ 109
C.1.1 Calcul de Cp ....................................................................................................................... 110
C.1.2 Calcul de Cg  e  s ................................................................................................................ 111
Sur l’arbre ................................................................................................................................ 111
Sur le coussinet........................................................................................................................ 111
C.2 COUPLES DE FROTTEMENT POUR UN PALIER LISSE PLEIN ......................................................... 112
Sur l’arbre ................................................................................................................................ 112
Sur le coussinet........................................................................................................................ 112
C.3 COUPLES DE FROTTEMENT POUR UN PALIER PLEIN TEXTURÉ ................................................... 113
Sur l’arbre ................................................................................................................................ 113
Sur le coussinet........................................................................................................................ 113
C.4 DÉBIT DE FUITE DU PALIER ....................................................................................................... 114

ANNEXE D DESCRIPTION DU PROGRAMME NUMÉRIQUE ........................ 115

D.1 LECTURE DES DONNÉES ............................................................................................................ 116


D.1.1 Problème à traiter ............................................................................................................. 116
D.1.2 Caractéristiques du palier ................................................................................................. 116
D.1.3 Données pour le calcul de la pression............................................................................... 116
D.1.4 Maillage et distribution des textures ................................................................................. 117
D.2 STRUCTURE DU PROGRAMME ................................................................................................... 118
D.3 ORGANIGRAMME SIMPLIFIÉ ...................................................................................................... 119

BIBLIOGRAPHIE ............................................................................................................... 121

LISTE DES FIGURES......................................................................................................... 126

LISTE DES TABLEAUX .................................................................................................... 128

6
Notations
C Jeu radial (m)
F Charge externe appliqué au contact (N)
H Epaisseur du film fluide (m)
hmin Epaisseur minimale du film (m)
L Longueur du palier (m)

N , N Z Nombre de nœuds le long de la direction circonférentielle  et axiale Z

Nt, NtZ Nombre de textures le long de la direction circonférentielle  et axiale Z

P Pression hydrodynamique du film (Pa)


Pc Pression critique (Pa)
Pmax Pression maximale (Pa)
Q Débit axial du fluide (m3.s-1)
R Rayon du palier (m)
S Nombre de Sommerfeld
W Charge supportée par le contact (N)
WX, WY Composantes de la charge dans le repère global (O2,X,Y) (N)
Z Coordonnée axiale adimensionnelle
e Excentricité absolue (m)
r Rayon d la texture dans le plan XZ (m)
ry Dimension de la texture elon la direction Y (m)
Ua, Uc Vitesses linéaires de l’arbre et du coussinet du palier (m.s-1)

 Excentricité relative

 Angle de calage (deg)

µ Viscosité dynamique (Pa.s)

xy Contraintes de cisaillement dans le film fluide (N.m-2)

a, c Vitesses de rotation de l’arbre et du coussinet (rad.s-1)

7
 Coordonnée circonférentielle (deg)

h Epaisseur du film dan la texture (m)

Ca, Cc Couples de frottement sur l’arbre et le coussinet du palier (N.m)

 Puissance dissipée par frottement dans le contact (Watt)

8
Introduction générale
La tribologie couvre l'étude de la lubrification, du frottement, de l'usure et du contact
mécanique. Elle contribue à comprendre les interactions entre surfaces en contact et suggérer
des solutions aux problèmes fondamentaux. Le système hydrodynamique le plus simple est
constitué de deux surfaces planes non parallèles, utilisé dans les paliers de butées. Il est
appelé plan incliné ou blochet. Les paliers fréquemment utilisés sont constitués d’un arbre
tournant dans un alésage en présence d’un film lubrifiant. Ce type de palier correspond à la
meilleure solution technologique existant actuellement, on les trouve sur la plupart des
mécanismes tournants industriels (les moteurs thermiques, les turbomachines, les alternateurs,
les compresseurs, les réducteurs, etc....). L’arbre d’une machine tournante est un élément très
important dont le rôle est de transmettre de la puissance. Il est souvent de technologie très
compliquée, il est très souvent supporté par des paliers lisses qui ne sont pas des éléments
passifs mais qui contribuent au bon fonctionnement et la stabilité de la machine.

L’extension des applications tribologiques, traditionnellement des machines industrielles aux


récentes applications en micro fabrication, a démontré son importance et l’intérêt accordé à ce
domaine. L'introduction d'une série de techniques de nano/micro technologies (micro-
fraisage, micro-contrôle, micro-usinage laser, micro-injection.) a contribué à la réapparition
d’applications tribologiques au niveau nano/microscopique. Grâce à ces nouvelles techniques,
il est maintenant possible de produire des microstructures sur les surfaces d’un palier
permettant ainsi d’améliorer ces performances globales comprenant la réduction du
frottement, l’amélioration de la fiabilité, l’augmentation des conditions sévères de travail et de
la capacité de charge ainsi que la réduction de la consommation d'énergie.

Actuellement, l’effet des variations du profil d’un palier sur ses performances est peu connu.
On s'attend à ce que la texturation des surfaces apporte une contribution importante pour
les futures technologies du palier.

9
Dans le présent travail, un palier lisse circulaire lubrifier hydrodynamiquement et
travaillant en régime stationnaire établi est étudié. Les surfaces de contact du palier
comportent des textures tridimensionnelles sous forme de demi calottes. La texturation
des surfaces du palier est supposée améliorer la lubrification dans la région du contact
hydrodynamique, et réduire ainsi le frottement tout en augmentant la capacité de charge.

Une méthode numérique basée sur la méthode des différences finies est utilisée ici pour
trouver la tendance des propriétés tribologiques d'un palier lisse telles que l'épaisseur
minimale du film, la pression maximale dans le contact, le débit axial du film fluide et le
couple de frottement. L’analyse des surfaces industrielles en lubrification exige une mesure
détaillée des surfaces, un maillage raffiné et des calculs importants, aussi bien une
substantielle puissance de calcul numérique.

Le travail effectué est présenté en trois parties. La première est une étude bibliographique, la
seconde présente la théorie de la lubrification et son application au cas particulier d’un palier
lisse et la troisième est consacrée à l’étude de l’hydrodynamique des surfaces texturées du
palier.

Le chapitre un est une recherche bibliographique. Dans un premier temps, les travaux
concernant les paliers en régime stationnaire et dynamique avec la prise en compte de la zone
inactive sont brièvement retracés. Ensuite, un certain nombre fondamental de recherches
réalisé récemment dans le monde sur la texturation de surface en générale est décrit.

Le chapitre deux présente la théorie de la lubrification hydrodynamique définit par l’équation


fondamentale des films minces visqueux, les conditions aux limites, la configuration
géométrique du contact et les relations définissant la variation des propriétés du lubrifiant.
Puis cette théorie est appliquée au cas d’un palier lisse circulaire travaillant en régime
stationnaire établi et les équations permettant le calcul des caractéristiques de celui-ci sont
établies.

10
Le troisième chapitre est consacré à l’étude de l'évolution des caractéristiques statiques d’un
palier lisse en la présence de textures sur les surfaces de contact de celui-ci. Une
méthodologie rigoureuse est recommandée. Le chapitre est divisé en trois parties essentielles.
Dans la première partie la méthode de résolution utilisée pour déterminer les paramètres de
fonctionnement du palier cylindrique dont les surfaces comportent des textures de géométrie
connue est décrite. Les résultats obtenus permettent d’évaluer l’influence des textures sur le
comportement du palier. La seconde partie consistera à quantifier les résultats de l'évolution
des caractéristiques avec les paramètres de la texture (les dimensions, le nombre, la
disposition, la forme géométrique) et à déduire leurs valeurs optimisées. La dernière partie
sera focalisée sur l’amélioration des performances du palier lisse par la prise en compte
progressivement des valeurs optimisées des paramètres de texture, particulièrement la
disposition des textures et leurs formes géométriques.

Les résultats de l'étude des performances d’un palier lisse dont les surfaces de contact
comportent des textures suggèrent que des caractéristiques telles que l'épaisseur minimale du
film, la pression maximale, le débit axial du film fluide et le couple de frottement puissent
être améliorées par le choix d’une forme géométrique appropriée de texture et par une bonne
distribution de celle-ci sur la surface de contact.

11
Chapitre 1

12
Chapitre 1
Etude bibliographique
Une partie importante de la recherche est concentrée aujourd’hui sur la nécessité
d’économiser de l’énergie en termes de consommation ou de ressources. Ceci nécessite, pour
de nombreux mécanismes de diminuer les frottements et de réduire l’usure. Le rendement des
machines sera meilleur et les pertes d’énergie seront minimes. Ces pertes d’énergie son liées,
généralement aux problèmes de la lubrification et particulièrement à la lubrification
hydrodynamique. La majorité des mécanismes de machines tournantes dont le rotor est
souvent supporté par des paliers lisses hydrodynamiques, sont des éléments très actifs qui
contribuent à la bonne marche et la stabilité de la machine.

L'introduction d'une gamme de procédés techniques en micro fabrication (micro-usinage


laser, électroérosion,…) couplée aux développements récents en microscopie a contribué à la
réapparition d’applications tribologiques au niveau microscopique. Cette technologie
n’impliquant que de faibles coûts d'investissement et offrant une grande facilité pour
l'élaboration de formes complexes en trois dimensions dans diverses matières.

Il est maintenant possible de produire des microstructures (textures) sur les surfaces d’un
palier permettant d’améliorer ces performances globales comprenant la réduction du
frottement, l’amélioration de la fiabilité, l’augmentation des conditions sévères de travail et de
la capacité de charge ainsi que la réduction de la consommation d'énergie.

13
1.1 Lubrification hydrodynamique

Les premiers travaux sur la lubrification hydrodynamique sont ceux de Hirn [Hir54] en 1854,
dans lesquels il bouscule la référence établie par les lois de Coulomb.
Towers [Tow83] en 1883 découvre l’existence d’une répartition de pression entre les surfaces
de l’arbre et du coussinet d’un palier de wagon de chemin de fer. A partir des travaux de
Towers, Reynolds définit le phénomène de portance hydrodynamique. Lorsqu’il entre dans le
convergent, le lubrifiant qui adhère aux surfaces en mouvement du palier, génère un champ de
pression capable de supporter une charge radiale importante. Sur la base des équations de
Navier-Stokes, cette théorie est mise en équation par Reynolds [Rey86] en 1886, elle permet
le calcul de la répartition de pression hydrodynamique dans le film lubrifiant, et constitue
ainsi la base de la théorie de la lubrification actuelle.

Dans un récent article, Jean Frêne [Frê01] a résumé les progrès réalisés dans le domaine de
la tribologie depuis l’antiquité jusqu’au XXéme siècle.
En 1905, Anthony George Maldon Michell (1870-1959) obtient à l'aide de développements
limités, la solution de l'équation de Reynolds dans le cas d'une butée de largeur finie.

En 1904, Arnold Johannes Wilhelm Sommerfeld (1868-1951) utilise un changement de


variables judicieux et présente une solution analytique à l'équation de Reynolds dans le cas du
palier infiniment long dP/dZ=0.

En 1914, Ludwig Karl Friedrich Gümbel (1874-1923) propose pour le calcul de la charge
dans le palier de ne prendre en compte que la partie positive de la pression et de négliger toute
la zone où la pression est négative. La charge ainsi calculée est évidemment erronée.

En 1932, Herbert Walker Swift [Swi32] (1894-1960) puis W. Stieber en 1933 présentent
indépendamment, des conditions aux limites à la sortie du film plus représentatives de la
réalité. Ces conditions qui respectent la continuité du débit à la sortie du film, sont dites
conditions aux limites de Reynolds et sont universellement utilisées aujourd'hui pour le calcul

14
des paliers soumis à des charges constantes. Une méthode numérique de résolution de
l'équation de Reynolds utilisant ces conditions, a été proposée par Christopherson [Chr41]
dès 1941.

En 1931, Albert Kingsbury (1863-1943) obtient une solution approchée à l'équation de


Reynolds, en utilisant une méthode analogique basée sur la similitude existante entre
l'équation de Reynolds et l'équation qui décrit la loi de variation de la tension électrique dans
un milieu résistif.

Fred William Ocvirk [OD53] (1913-1967) présente En 1953 une méthode approchée pour le
calcul des paliers courts. Il propose de négliger, dans l'équation de Reynolds, le gradient de
pression circonférentiel devant le gradient de pression axial. La solution est analytique et
utilise les conditions aux limites de Gümbel. Les résultats obtenus sont pratiquement exacts
pour des paliers dont le rapport L/D de la longueur au diamètre est inférieur à 0,25.
Cependant, cette méthode est encore utilisée aujourd'hui, dans le cas de charges variables,
pour des paliers de rapport L/D de l'ordre de 0,5, car elle simplifie considérablement les
calculs.

En 1949, les premières solutions numériques ont été proposées par Cameron et Wood, puis
par Pinkus, Raimondi et Boyd en 1958.

Cette partie de l’étude bibliographique est tirée du travail de Tanneau [Tan84] réalisé en
1984.
Vers 1947, les moyens informatiques étant limités, les premières solutions permettant de
déterminer les paramètres de fonctionnement des paliers en régime transitoire, n’ont pu être
obtenus qu’à l’aide de méthodes approximatives se basant sur des hypothèses simplificatrices.
Stone et Underwood en 1947, ont introduit le concept de vitesse équivalente, ce concept n’est
adapté qu’aux cas ou la vitesse de rotation de la charge est constante. Cette méthode théorique
prévoit une épaisseur du film d’huile nulle et ne prend pas en considération l’évolution de la
trajectoire du centre de l’arbre et sa vitesse de déplacement.

15
Burwell de 1947 à 1951 a élaboré une méthode permettant de déterminer la trajectoire du
centre de l’arbre d’un palier. La méthode consiste à introduire des facteurs qui caractérisent
les fuites du lubrifiant aux extrémités du palier. Il a établi des équations analogues à celles
données par Sommerfeld (cas du palier long en négligeant le débit axial) et a calculé la
trajectoire du centre de l’arbre d’un palier de tête de bielle d’un moteur diesel et d’un palier de
moteur d’avion. Burwell a développé une seconde méthode pour le calcul d’un palier court
(en négligeant le débit circonférentiel) pour uniquement des charges unidirectionnelles.

Hahn en 1957 propose une méthode pour le calcul de la trajectoire du centre de l’arbre dans le
coussinet, pour un diagramme de charge quelconque. Il a calculé numériquement et
séparément, le champ de pression dû à la vitesse radiale de l’arbre (effet d’écrasement) et le
champ de pression induit par la vitesse tangentielle de l’arbre (effet d’entraînement), ceci en
partant de l’équation de Reynolds pour un palier de longueur finie avec l’utilisation des
conditions aux limites de Sommerfeld. Les deux champs de pression sont superposés et les
pressions négatives négligées ; la charge supportée est calculée par intégration et la trajectoire
du centre de l’arbre est obtenue en résolvant les équations du mouvement par la méthode
numérique de Rüng-Kutta.

La méthode de Holland proposée en 1959 est très utilisée en Allemagne. Elle utilise les
conditions aux limites de Gümbel et permet de déterminer la charge supportée par addition
vectorielle de ces deux composantes, respectivement dues à la vitesse radiale et tangentielle
de l’arbre. Cette méthode, moins exacte que celle de Hahn a été adaptée numériquement en
1961 par Eberhard et Lang et par Glaser et Bassler aussi en 1965.

La firme Rheinstahl Hanomag A.G. a mis au point, au début des années 60, deux méthodes
pour le calcul sur les paliers lisses soumis à des charges dynamiques. La première reprend le
principe de la méthode de Holland mais lorsque la vitesse d’écrasement devient négative
(   0 ), le calcul continue en prenant en compte la zone de pression négative dans le film. La
seconde méthode utilise l’étude de Hahn-Someya. Hanomag a jugé que ce deuxième
programme était le plus précis et a adopté, par la suite, celui-ci pour ses calculs.

16
Horsnell et McCallion , en 1962 ont proposé une méthode qui permet de prendre en compte et
d’estimer l’importance de la rupture du film dans un palier de longueur finie alimenté par une
rainure circonférentielle, avec les conditions aux limites de Reynolds. Cette méthode
nécessite le calcul numérique des caractéristiques de fonctionnement du palier pour
différentes valeurs d’excentricité et pour différentes vitesses radiales et tangentielles de
l’arbre. Un changement de la pression d’alimentation ou du rapport L/D oblige à refaire le
calcul complet, ce qui limite l’efficacité de cette méthode.

Afin d’éliminer les inconvénients majeurs de cette méthode, Llyod, Hosnell et McCallion
1966 ont développé un modèle qui leur permettait, en plus, de tenir compte de la variation de
la vitesse de rotation de l’arbre dans les paliers de pied de bielle. Cette méthode a l’avantage
d’être adaptée à des rapports L/D et des pressions d’alimentation quelconques. Les conditions
de Reynolds ne pouvant plus être employées, les auteurs ont utilisé les conditions aux limites
de Gümbel en négligeant les pressions inférieures à une valeur fixée (pression de dégazage).
La résolution numérique s’effectue avec la méthode de Gauss-Seidel avec coefficient de sur
relaxation, permettant, pour un palier alimenté par une rainure circonférentielle, de déterminer
le maximum de pression, la trajectoire du centre de l’arbre, la zone de rupture du film, le
couple de frottement et le débit.

Les méthodes graphiques ont été souvent utilisées pour déterminer les caractéristiques de
fonctionnement dynamique des paliers, car elles offrent l’avantage de n’avoir peu recours aux
moyens informatiques qui, il y a quelques vingtaines d’années, n’étaient pas très développés.

En 1965, Booker [Boo65] a établi une théorie appelée méthode de mobilité. Dans celle-ci, il
décompose le mouvement de l’arbre en deux composantes, l’une en supposant que l’arbre a
une vitesse de rotation nulle (effet d’écrasement), l’autre tenant compte des vitesses
angulaires de l’arbre et de la charge (effet de rotation). Ces deux vitesses sont alors exprimées
en fonction des composantes d’un vecteur appelé vecteur mobilité qui dépend, pour des
conditions aux limites données, de la position de l’arbre par rapport à la charge et du rapport
L/D. A partir de cette méthode de résolution, Booker a établi des cartes de mobilité
composées de lignes d’isomobilité et de lignes de direction de mobilité. Il a développé sa
méthode, tout d’abord en établissant une carte donnant le rapport du maximum de pression

17
hydrodynamique à la charge spécifique. Cette carte permet de déterminer la pression
maximale dans le film pour une charge et une position de l’arbre données.

Blok a développé à partir de 1967 une méthode de résolution utilisant la quantité de


mouvement. Le principe est presque identique à celui de Booker, mais a l’avantage de
déterminer les points d’excentricité maximale sans calculer toute la trajectoire du centre de
l’arbre. Blok a estimé que l’épaisseur minimale du film est obtenue lorsque l’effet
d’écrasement est important (charge élevée et rapport des vitesses de rotation du palier à la
charge faible). Il a ainsi donné une approximation de l’excentricité maximum à partir du
diagramme de charge.

En 1971, Booker [Boo71] a appliqué numériquement sa méthode au cas des paliers de


révolution (palier court ou palier de longueur finie). Le calcul est direct et ne nécessite pas
d’itération sur la vitesse d’écrasement et sur la vitesse de rotation de la ligne des centres par
rapport à la direction de la charge, ceci entraîne un gain de temps important tout en conduisant
à des résultats précis.

Cette partie de l’étude bibliographique est tirée du travail de Maspeyrot [Mas89] réalisé en
1989.
En 1980, Rohde et Ezzat ont utilisé la méthode de Booker pour l’étude d’une bague flottante
dans un palier de moteur automobile. Avec un tel procédé, les pertes par frottement sont
sensiblement diminuées. La solution de ce problème est alors équivalente à la résolution
parallèle de deux paliers par la méthode de mobilité.

Moes et Bosma [MB81] en 1981 ont résolu l’équation de Reynolds en utilisant la méthode
des différences finies. Le palier était de longueur et les conditions aux limites étaient celles de
Gümbel ou de Sommerfeld. A partir de ces résultats, les auteurs ont pu établir des expressions
analytiques approchées de la fonction de mobilité permettant un calcul direct de la trajectoire
du centre de l’arbre. Moes, Sikkes et Bosma, en 1981 ont développé une méthode remplaçant
les vecteurs de mobilité et impédance par des tenseurs. Cette méthode permet la résolution de
palier à arc partiel et de palier à patins oscillants ou possédant des rainures d’alimentation.

18
En 1982, Napel, Akker et Bosma ont analysé le comportement d’un palier de pied de bielle
d’un moteur diesel soumis à des charges très élevées. Les vitesses de rotation de ces paliers
sont en fait des oscillations autour d’une position, la charge étant unidirectionnelle et la valeur
minimum du film d’huile tendant vers 0 (valeur confirmée par des mesures). Des conditions
de frottement mixte apparaissent alors avec des risques d’usure très importante.

Goenka en 1984, a donné des expressions analytiques des composantes du vecteur mobilité
dans le cas du palier de longueur finie. Ces expressions, semblables à celles données par
Moes, sont plus précises à hautes excentricités. Il a pu évaluer les positions optimales d’un
trou ou d’une rainure d’alimentation en donnant les expressions de la pression maximale,
connaissant sa position et les angles définissant la zone de pression.

Tanneau [Tan84], à partir de la méthode de Booker, a déterminé l’influence de rainures


circonférentielles médianes et partielles pour un palier de tête de bielle de compresseur. Les
résultats montrent que la trajectoire du centre de l’arbre à l’intérieur du coussinet est
uniquement modifiée dans la zone des rainures.

En 1986, Childs, Moes et Van Leeuwen ont développé une méthode, utilisant le vecteur
impédance (introduit par Blok) et le vecteur mobilité, pour calculer les coefficients de raideur
et d’amortissement dans le cas d’un palier de rotor en régime dynamique.

Brewe en 1986, a étudié l’évolution du mélange liquide-vapeur dans un palier sous charge
dynamique. L’équation de Reynolds est résolue numériquement avec l’algorithme d’Elrod
(utilisation d’un volume de contrôle). Il a pu déterminer, pour des conditions de cavitation
non stationnaire, la « durée de vie » des bulles de vapeur. Le calcul donne des durées de vie
des bulles de vapeur de 32ms, alors que des photographies à hautes résolutions ne les
montrent que pendant 23ms.

En 1989, Maspeyrot [Mas89] a déterminé l’influence de certains défauts de forme (profil de


l’arbre conique ou parabolique, mésalignement constant) sur les caractéristiques d’un palier
de tête de bielle d’un moteur diesel.

19
En 1990, Paranjpe et Goenka [PG90] ont appliqué l’algorithme de conservation de la masse,
à l’étude d’un palier de vilebrequin. Ce palier a été étudié d’abord sous charge statique puis
sous charge dynamique. Les résultats obtenus, par Paranjpe et Goenka, avec l’algorithme de
conservation de la masse ont été comparés à ceux obtenus avec les conditions aux limites de
Reynolds.

En 1992, Vijayaraghavan et Brewe [VB92] ont étudié la stabilité d’un palier fonctionnant
sous une charge dynamique périodique de type sinusoïdale.

En 1993, Vijayaraghavan Brewe et Keith [VBK93] ont étudié le palier de vilebrequin du


moteur diesel Ruston et Hornsby avec un coussinet circulaire puis non circulaire (elliptique,
semi-elliptique et à 3 lobes). La zone inactive et les effets d’inertie de la bielle sont pris en
compte. Pour le palier circulaire, la hauteur minimale du film est plus importante que celle
obtenue dans l’étude de Jones qui considère aussi les effets d’inertie.

Vincent en 1994 [VMF94], a évalué les effets du type de rainure ainsi que la position de ces
rainures sur les performances d’un palier de longueur finie sous charge statique et sous charge
dynamique. Les deux types de rainures, axiales et circonférentielles, ont été étudiés. Pour le
palier chargé dynamiquement, la méthode de mobilité de Booker a été utilisée pour la
résolution numérique du problème. Cette même méthode a permis d’analysés des paliers de
forme non circulaire [VMF97].

20
1.2 Texturation des surfaces

Actuellement, l’effet des variations du profil d’un palier sur ses performances est peu connu.
On s'attend à ce que la texturation des surfaces apporte une contribution importante pour
les futures technologies du palier.

Une quantité considérable de publications ont été consacrées aux problèmes de lubrification
EHL [LNB88, KES89, AC94, VL96, XS96, HZ00], où les profils géométriques des surfaces,
tels que les surfaces rugueuses digitalisées et même de vraies surfaces mesurées, ont été
traités par les calculs de lubrification et surtout concernant les contacts ponctuels.

Seulement une quantité d’information limitée est disponible sur des solutions en
lubrification pour des systèmes de contact palier lisse avec de réelles surfaces [KHK96,
MTJX97, XWLLZ06]. C'est dû au fait que l’étude de la lubrification d’un palier lisse
implique une surface d’interaction beaucoup plus large comparée au problème d’un contact
ponctuel. Les difficultés semblables existent dans l'analyse des paliers fortement chargés
fonctionnant en régime de lubrification mixte [WZWL02, DFM06].

Etsion et Burstein [EB96] ont développé un modèle mathématique pour mesurer les
performances des joints mécaniques sans contact travaillant avec tout type de liquides.
Les joints comportent des structures micro-surfaciques en forme de pores hémisphériques.
Des dimensions optimales d’un pore ont étaient déterminées correspondant à une rigidité
axiale maximale et à un couple de frottement minimal.

Burstein [Bur99] étudié les performances des joints texturés par laser comportant des
pores. Une solution de l'équation bidimensionnelle de Reynolds a été donnée pour des
pores rectangulaires, ainsi que l'expression de la distribution de la pression
hydrodynamique au-dessus de la cellule de contrôle et pour le support de charge de la
cellule.

21
La même année, Etsion et Kligerman [EKH99] exposent un model analytique permettant
de déterminer la relation entre la force d’ouverture et les conditions de fonctionnement
dans un joint mécanique comportant des textures micro-surfaciques usinées par laser en
forme de micropores. Le model est valable pour n’importe qu’elle forme de la micropore.
Quelques résultats d’une étude expérimentale sur la lubrification par eau des anneaux de
joint sont comparées avec le model théorique.

La texturation des surfaces prend progressivement de plus en plus d'importance et jouera


un rôle important dans la conception de la structure des futurs paliers comme démontrée par
Priest et Taylor [PT00].

Mehenny et Taylor [MT00] a étudié l'influence de défauts imposés sur la surface de


l’arbre, en forme de sillons circonférentielles, sur la lubrification du palier d'un m oteur
thermique. Les surfaces de l’arbre et du coussinet sont considérées rigides et le fluide
lubrifiant isovisqueus. Les résultats montrent une influence significative de l’arbre
comportant des lobes sur la pression maximale et sur l'épaisseur minimale d u film
prévues, en particulier quand le nombre et la taille des lobes augmentent.

Ronen et al. [REK01] présente un modèle pour étudier l'utilisation potentielle d’une
structure de micro-surface sous forme de micro pores pour améliorer les propriétés
tribologiques des composants des moteurs de véhicules. Il montre que la texturation des
surfaces peut efficacement être employée pour maintenir les effets hydrodynamiques
même avec des surfaces nominalement parallèles, et qu’une texturation optimale de
surface peut sensiblement réduire les pertes par frottement dans les composants des
véhicules à moteur.

Wakuda et al. [WYKY03] vérifie l'effet des micro-textures sur les propriétés du frottement.
Des essais sur un contact cylindre-plan ont été effectués pour différentes formes de surfaces
dans lesquelles les textures étaient usinées avec différentes tailles, densités, et géométries. Il a
été constaté que les caractéristiques tribologiques dépendent considérablement de la taille et
de la densité des micro-textutes, tandis que la forme de la texture n'affectait pas de manière
significative le coefficient de frottement indépendamment des profils arrondis ou angulaires.

22
Brizmer [Bri03], présente l'utilisation potentielle d'une nouvelle technologie de
texturation de surface par laser dans des paliers de butée à surfaces parallèles. La texture a
la forme d’une micro-calotte avec une présélection du diamètre, de la profondeur, et de la
densité en surface. Des paramètres optimaux des textures, et un meilleur mode de LST,
sont nécessaires afin d'obtenir une portance maximale pour un palier de butée ayant les
surfaces de contact parallèles.

Pascovici et al. [PMG04] présente une recherche théorique sur un blochet partiellement
texturé en utilisant des approches analytiques et numériques. La performance du palier a
été évaluée en faisant varier différents paramètres de la texture : le nombre, la densité en
surface, la profondeur et la fraction texturée du blochet.

Siripuram et Stephens [SS04] présente une étude numérique des effets de différentes formes de
micro-aspérités dans la lubrification hydrodynamique de surfaces glissantes. Des aspérités
positives et négatives de hauteur (profondeur) constante sont considérées avec des sections
circulaires, carrées, en diamant, hexagonales et triangulaires. Le coefficient de frottement est
minimal pour toutes les formes géométriques dans le cas d’une concentration d'aspérité en
surface de 0.2 pour des aspérités positives et de 0.7 pour des aspérités négatives.

Etsion [Ets05] passe en revue l'effort mondial réalisé sur la texturation de surface en général,
et sur la texturation de surface par laser (LST) en particulier, et décrit un certain nombre
fondamental de recherche se faisant dans le monde avec le LST. Avec l'aide de cette nouvelle
technologie, il est maintenant possible de produire des microstructures sur des surfaces de
palier pour améliorer les performances tribologiques globales comprenant la réduction du
frottement, l’amélioration de la fiabilité, l’augmentation des conditions sévères de travail et de
la capacité de charge et de diminuer la consommation d'énergie.

Kovalchenko et al. [KAEFE05] a prouvé que la texturation des surfaces par laser augmente
les paramètres de contact en termes de charge et de vitesse en lubrification hydrodynamique.
Les effets bénéfiques de la texturation des surfaces par laser sont plus prononcés à des
vitesses et à des charges plus élevées et pour une viscosité importante du film lubrifiant. La
texturation de la surface a un effet positif sur la capacité de charge et sur le coefficient de

23
frottement pour certaines applications et charges. Les mécanismes identifiés étant
responsables de produire de la capacité de portance additionnelle sont la micro-cavitation,
l’inertie convective et la piezo-viscosité.

Dans de récentes publications [ARHF03, SGAL05, FKEH06, DOVR07] les équations de


Navier Stockes ont été résolues pour un écoulement entre deux surfaces parallèles, une lisse,
une ayant une poche surfacique simple. Elles ont montré que la pression générée dans le film
fluide par la surface texturée pourrait résulter de l’effet de l'inertie convective. La Piezo-
viscosité peut aussi jouer un rôle important dans les contacts lubrifiés fortement chargés où
dans la région locale du convergent, l'élévation de pression peut être plus grande que la chute
de pression dans la région du divergent.

1.3 Conclusion

Le comportement du film lubrifiant dans un palier lisse est décrit par la théorie de la
lubrification hydrodynamique présentée par Reynolds [Rey86] en 1886. L’équation des films
minces visqueux dite aussi équation de Reynolds généralisée a été utilisée dès le début du
XXéme siècle pour le calcul des butées et des paliers. Muni de cette équation et en tenant
compte de la variation des propriétés du lubrifiant (masse volumique, viscosité dynamique) et
des conditions aux limites appropriées, on est en mesure d'étudier le comportement
hydrodynamique de n'importe quel type de contact lubrifier.

L’emploi de surfaces avec des géométries microscopiques contrôlées peut être une approche
efficace à l’amélioration des performances d’un palier lisse. Il est par conséquent intéressant
d'étudier la lubrification des systèmes de paliers lisses prenant en compte l'effet de la
texturation des surfaces du contact.

Comme une première approche, il serait intéressant dans le cadre de ce travail, d’étudier
le comportement en statique d’un palier lisse hydrodynamique avec des textures sur les
surfaces du contact.

24
Chapitre 2

25
Chapitre 2
Théorie de la
lubrification appliquée au
cas d’un palier lisse
2.1 Equations utilisées en lubrification
hydrodynamique

L’analyse hydrodynamique d’un contact lubrifie s’effectue a partir des équations qui
décrivent le comportement des milieux continus.

L’équation de l'hydrodynamique des films minces visqueux (équation de Reynolds


généralisée) peut s'appliquer à n'importe quel type de contact lubrifié pour un fluide
Newtonien.

Les relations utilisées en lubrifications hydrodynamique sont très générales, on les présentera
succinctement puis à la suite d’hypothèses plus restrictives on en déduira des formes
simplifies spécifiques à l’étude de problèmes particuliers en lubrification, ce qui permet
d’aboutir aux équations permettant de prédire le comportement du mécanisme.

26
2.1.1. Équation de Reynolds généralisée

L'équation de Reynolds Généralisée s’écrit, [FNDBG90] :

  P  P  h
  x (G  x )   z (G  z )   x U 2 ( R2  F )  U 1 F    2 U 2  x
  (2.1)
 W2 ( R2  F )  W1 F    2 W2  h    R2   2  h   2 V2
  z z t t

Ou les fonctions R, F , G et R2 sont définis par :

 y

 R  0  x,  , z, t  d

 1 R
h

J 2 0 
F  dy

 h
(2.2)
G  R y dy  I F
 0  2

 h
 R   dy
 2 0

L'équation (2.1) est la forme générale de l'équation de Reynolds. Pour l'obtenir il a été
nécessaire de poser que :

 Le milieu est continue : les équations des milieux continus ne s'appliquent pas dans les
zones ou il y'a rupture du film fluide,

 Le fluide est newtonien : les contrainte de cisaillements sont proportionnelles aux


gradients de vitesses,

 L'écoulement est laminaire : c’est réalisé pour autant que l'épaisseur du film soit
suffisamment faible,

 Les forces massiques extérieures sont négligeables,

 Les forces d'inertie sont négligeables devant les forces de pressions et de viscosités. Ce
qui est vérifié pour autant que l'écoulement soit laminaire,

 Le glissement entre le fluide et les parois du contact n’existe pas,

 L'épaisseur du film mesurée dans la direction OY est toujours très faible devant les autres
dimensions du contact; c'est l'hypothèse de base de la lubrification.

27
Y Y

V2
V2 U2
U2 Paroi 2

W2 h
2 U1 Fluide Paroi 1
O W1
1 X O
U1 X

Fig.2.1 : Systèmes d’axes

Un cas fréquent en lubrification est que la vitesse d'une paroi du contact est tangente à cette
paroi (V1=0). En plaçant l'origine du système d'axes sur cette paroi et si par ailleurs, on utilise
les coordonnées cartésiennes (X,Y,Z), les conditions aux limites sur la vitesse s'écrivent
(Fig.2.1) :

Sur la paroi (1) et pour y  0 : U  U 1 ; V  0 ; W  W1


 (2.3)
Sur la paroi (2) et pour y  h : U  U 2 ; V  V2 ; W  W2

Les vitesses U, V et W du fluide s'écrivent:

 P I2 U 2  U1
U  ( I  J )  J  U1
x J2 J2

U W
y

V    (  )d y (2.4)
 0
x z
 P I2 W2  W1
W   z ( I  J J )  J J  W1
 2 2

28
Ou :

 y

y
d
 I   d  ;J  
  
 0
h
0
h (2.5)
 I  y d y;J  d y
 2 0  2 0 

Les contraintes de cisaillements dans le fluide s'écrivent :

 I 2  P U 2  U1
 x y  ( y  J )  x  J

2 2
(2.6)
I 2  P W2  W1
 y z  ( y  ) 
 J2  z J2

Ces relations doivent être utilisées pour l'étude des contacts lubrifiés. Dans l'équation (2.1) :

 Le terme :

U 2 ( R2  F )  U 1 F    (G  P ) représente la variation du débit massique
x x x
dans la direction X pour une section de dimension h suivant Y et unité suivant Z. Ce terme
correspond au débit du au déplacement des parois (écoulement de couette).

 Le terme :

W2 ( R2  F )  W1 F    (G  P ) représente la variation du débit massique
z z z
dans la direction Z pour une section de dimension h suivant Y et unité suivant X. Ce terme
au débit du au gradient de pression (écoulement de poiseuille).
h h
 Le terme : 2 (U 2  W2  V2 ) représente la variation du débit massique dans la
x z
direction Y.
Les trois termes de cette expression caractérisent respectivement l’effet de l'inclinaison dans
la direction X, de l'inclinaison dans la direction Z et de la vitesse dans la direction Y.
 R2 h
 Le terme :  2 caractérise l'effet transitoire du à la compressibilité du fluide.
t t
La résolution de l’équation (2.1) nécessite la connaissance de la distribution de la masse
volumique et de la viscosité à l'interface du film.

29
2.1.2. Équation de Reynolds

Très souvent on admet que la masse volumique  et la viscosité  ne varient pas selon
l'épaisseur du film :   (x,z,t) et    (x,z,t) .

L'équation (2.1) prend une forme simple; c'est l'équation de Reynolds qui s’écrit :

 P  P h h
 (G )  (G )  6  (U U )  6  (W W ) 
 x  x z z x z
1 2 1 2

   
(2.7)
  6 h  (U 1  U 2 )  6 h  (W1  W2 )  12  V2  12h

 x z t

ρ h3
Avec : G= et Les composantes de la vitesse du fluide U, V et W s’écrivent :
μ

 1 P h y y
U  2  x y( y  h)  h U 1  h U 2

U W
y

V    (  )d y (2.8)
 0
x z
 1 P h y y
W  2  z y( y  h)  h W1  h W2

De ces relations les contraintes dans le fluide s’écrivent :

 U 1 P 
 x y    y  2  x (2 y  h)  (U 2  U 1 ) h
 W 1 P 
(2.9)
 y z    (2 y  h)  (W2  W1 )
  y 2z h

30
2.1.3 Conditions aux limites

Pour la résolution de l'équation de Reynolds (Equation 2.7) sur un domaine , on doit se


donner des conditions aux limites portant sur la pression P et le débit volumique Q (Fig.2.2).
La pression est connue sur le contour p et le débit est connu sur le contour q.

Selon la nature physique du problème étudie (géométrie, cinématique,...), la pression calculée


à partir de l'équation (2.7) et des conditions aux limites, peut être inférieure à la pression
atmosphérique en certain points de .

p q
Z

p q
O X

Fig.2.2 : Domaine d'intégration

Ces dépressions vont entraîner une rupture du film mais également une reformation de ce film
lubrifiant sur .

La définition de ces conditions et leur prise en compte dans les modèles de calcul est toujours
un sujet de recherche.

31
La modélisation la plus fine est celle ou le domaine d'intégration  est devisé en deux
régions. Une région o ou le film est rompu et la pression constante (P=0) et un domaine +
ou il y'a génération de pression (P>0).

- et + Représentent respectivement les frontières ou il y'a reconstitution et rupture du film


lubrifiant (Fig.2.3).

x
 -
 + M - +
film rompu film rompu
film complet o + o
air air
P=0 P>0 P=0
lubrifiant + lubrifiant

air air <1 1 <1

y o o

Observation Modélisation
x

Fig.2.3 : Représentation du film lubrifiant

Lorsque les conditions de fonctionnement sont telles que le film lubrifiant se reforme au
niveau des rainures d'alimentation, la frontière - est déterminée; seule + demeure une
inconnue du problème. La prise en compte des conditions appelées très souvent conditions
aux limites de Reynolds, permet de déterminer cette frontière   .

P
P  0 sur   (2.10)
n

32
2.1.4 Calcul des paramètres dans le contact

2.1.4.1 Pression
La pression est obtenue par intégration de l'équation de Reynolds (Equation 2.7), en plus des
frontières qui séparent les zones actives et inactives, d’autres inconnues doivent être
déterminées. On peut citer :

 L’épaisseur h du film fluide,

 La masse volumique qui dans le cas d'un fluide compressible dépend de la pression et de
la température (la loi d'état du gaz),

 La viscosité qui varié très sensiblement avec la température et, dans les contacts
lourdement chargés, avec la pression.

2.1.4.2 Action du fluide sur les parois du contact


L'intégration du champ de pression sur la surface du contact permet de calculer la charge
extérieure W que le contact peut supporter. Dans le cas de contact plan, l’intégration est
directe :

W   P ds (2.11)
S

Avec S surface du contact, ds élément d’aire.

Dans les autres cas, il faut, avant intégration, projeter la pression sur trois axes
perpendiculaires, les composantes de la charge sont ainsi données par :

 
Wi   P n . ei ds (2.12)
S

 
Avec n vecteur unitaire normal a la surface, e vecteur unitaire porte par l’axe X.

33
On obtient ainsi le module et la direction de la charge. Tandis que l'intégration des contraintes
de cisaillement (Equation 2.9) permet de déterminer les composantes selon les axes X et Z de
la force tangentielle exercé par le fluide sur la paroi (forces de frottement) :

 U
 F1    (  y ) y 0 ou h d s

s
(2.13)
W
 F2    ( ) y 0 ou h d s
 s
 y

2.1.4.3 Débit du fluide


Le débit utilisé en lubrification est le débit massique pour les fluides compressibles et le débit
volumique pour les fluides incompressibles.

Ces débits sont calculés par intégration à partir des composantes de la vitesse dans le film
(Equation 2.8). On a ainsi :

M j    .U j d s avec j=1 ou 3 (2.14)


S

Pour les fluides incompressibles  est constante et le débit volumique Q s’écrit :

Q j  U j d s (2.15)
s

Ou Uj et Mj sont respectivement la composante de la vitesse et du débit massique dans la


direction Xj. Sj est la section normale à l'axe Xj, à travers laquelle est calcule le débit.

34
2.1.5 Propriétés thermiques du lubrifiant

La formulation des équations régissant le comportement du lubrifiant à l'intérieur du contact


doit inclure les fonctions de dépendance de la masse volumique et de la viscosité vis-à-vis de
la température et de la pression.

2.1.5.1 Masse volumique


Le fluide étant supposé incompressible, la variation de la densité du lubrifiant avec la
température est négligeable comparé à celle de la viscosité. On supposera donc que la masse
volumique est constante.

2.1.5.2 Viscosité
De toutes les propriétés physiques à considérer en lubrification hydrodynamique, la viscosité
est la plus importante. Dans les contacts faiblement chargés (paliers et buttées), la viscosité
varie très peut avec la pression (effet piezo-visqueux) par rapport à la température.
Différentes formules on été proposées pour décrire cette variation avec la température
(formule de BARR, formule de HUGEL et CLAIRBOIS), la formule de MAC COULL et
WALTHER [MW21] a été retenue par l'ASTM (American Society of Testing Materials). Elle
s'exprime sous la forme :

log log   a   m log T   n (2.16)

Tel que  est la viscosité cinématique en centistokes (mm²/s), T est la température absolue et
m, n des constantes spécifiques du lubrifiant, le paramètre a dépend de la viscosité , il prend
les valeurs suivantes:

>1.50 centistokes a = 0.60,

1.00<<1.50 centistokes a = 0.65,

0.75<<1.00 centistokes a = 0.70,

0.40<<0.70 centistokes a = 0.75.

35
2.2 Application au palier lisse
fonctionnant en régime stationnaire

Le bon fonctionnement des paliers hydrodynamiques dépend de l’existence d’un fluide


visqueux entre les surfaces du contact, ces paliers doivent répondre à des exigences
technologiques de plus en plus sévères, dues à l’augmentation des charges et des vitesses de
rotation.

Les paliers lisses les plus simples sont constitués d'un arbre tournant dans un alésage en
présence d'un lubrifiant. Durant cette partie de l'étude, on s'intéresse à l'étude du
comportement d'un palier lisse cylindrique, soumis à une charge stationnaire (constante en
module et en direction) et travaillant en régime permanent.

2.2.1 Cinématique et géométrie des surfaces

Dans un palier lisse cylindrique hydrodynamique, un film fluide sépare totalement l'arbre du
coussinet. Ainsi, ce palier peut être schématisé par deux cercles de rayons voisins.

Un palier lisse (Fig.2.4) est constitué d'un coussinet, de centre Oc, de rayon Rc, et d'un arbre
de centre Oa et de rayon Ra. Sous l'action de la charge F, les centres Oc et Oa ne coïncident
pas.

La distance OcOa est l'excentricité absolue e. L'angle que fait la ligne OcOa avec la direction
de la charge F est l'angle de calage. Si les axes du coussinet et de l'arbre sont parallèles
(palier aligné) et si l'on néglige les déformations élastiques des surfaces sous l'effet de la

36
température et de la pression, ces deux paramètres sont suffisants pour repérer le
positionnement de l'arbre à l'intérieur du coussinet.

F

Rc
O
x y
Ra

Oc
 e O
a
h
Raa
a
Rcc
c

Fig.2.4 : Section droite du palier

Compte tenu des hypothèses, l'épaisseur du film a pour expression (voir annexe A) :

h  C 1  cos   (2.17)

C=Rc-Ra : le jeu radial imposé par l'usinage,

=e/C : l'excentricité relative, elle varié de 0 à 1,


= x/Ra : la coordonnée angulaire.

3
Les rayons Ra et Rc étant très voisins (Ra/(Rc-Ra)10 ), on peut négliger la courbure du film et

développer l'arbre et l'assimiler à un plan (Fig.2.5).

37
Y
Arbre

-L/2

h X =R
O

Ra a
+L/2
Rc c
Z Coussinet

Fig.2.5 : Palier développé

Dans le repère associé à la figure 2.5, dont le plan XOZ et confondu avec la surface
développée du coussinet et considérant qu'il n'y a pas de glissement entre le fluide et les
parois.

2.2.2 Equation de Reynolds pour un palier lisse de


longueur finie

Les conditions cinématiques relatives aux surfaces d’un palier lisse cylindrique de longueur
finie travaillant en régime stationnaire établi, s'écrivent :

U 1  U c ; V1  Vc  0 ; W1  Wc  0
 (2.18)
U 2  U a ; V2  Va ; W2  Wa  0

Après simplification, l’équation de Reynolds (2.7) devient :

38
  h 3 P    h 3 P  1 h
      U c  U a   Va (2.19)
x  12 μ x  z  12 μ z  2 x

Ces conditions cinématiques s’écrivent compte tenu de la figure 2.4 :

U c  Rcc
 (2.20)
U a  Ra a cos ; Va  Ra a sin

dh 1 dh e
Tel que  représente la pente de la courbe h(x) : tg    sin 
dx Ra d Ra

La quantité e/Ra étant très petite devant 1, il est possible d’effectuer un développement limite
dh
d’ordre 1. Ainsi : cos   1 ; sin    et tg   
dx

Dans ces conditions, on obtient :

U c  Rc c

U  R  ; V  R  dh (2.21)


a a a a a a
dx

En reportant l’expression de ces vitesses dans l’équation 2.19, on obtient :

  h 3 P    h 3 P  R ωc  ωa  h
    (2.22)
x  12 μ x  z  12 μ z  2 x

Dans l’équation (2.22), P est la pression dans le film fluide, µ la viscosité dynamique.

En utilisant les variables suivantes : z=Z.L et x=.R l'équation (2.22) devient :

39
  3 P   R    3 P  h 
2
2
h   h   6R c   a   (2.23)
     L  Z  Z    

Tel que Z est la coordonnée axiale adimensionnelle,  la coordonnée circonférentielle, R le


rayon de l'arbre, L la longueur du palier et a, c les vitesses angulaires de l’arbre et du
coussinet.

Les conditions aux limites associées à l’équation 2.23 sont celles de Reynolds, en prenant la
pression atmosphérique comme référence, elles s’écrivent :

 P( Z=  1/ 2)=0 quel que soit θ


 P(θ  0)=P (θ  2π ) quel que soit Z

 P (2.24)
 P=0 et  θ =0 sur la frontière du film
 P=0
 sur la zone de cavitation

P est l’inconnue du problème. Déterminer la pression P revient à résoudre l’équation de


Reynolds (équation 2.23) avec le prise en compte des conditions aux limites sur la pression
(équation 2.24), tout en connaissant la géométrie du film fluide dans le contact (équation
2.17).

Une fois la pression hydrodynamique connue en chaque point du contact, les caractéristiques
statiques d’un palier lisse cylindrique comme : la charge hydrodynamique supportée, les
couples de frottement sur l’arbre et le coussinet, le débit axial de fuite du palier, l’épaisseur
minimale du film fluide et la puissance dissipée par cisaillement dans le contact, peuvent êtres
calculées numériquement.

40
2.2.3 Détermination des caractéristiques statiques d’un
palier lisse

2.2.3.1 La charge supportée


La valeur de la charge W que peut supporter le contact cylindrique est obtenue par intégration
du champ de pression. Comme le palier n'est pas un contact plan, on projette la pression sur
les axes Oa et Oa (Figure 2.6).


P
Oa 
 W
W 


 W

Fig.2.6 : Schématisation des composantes de la charge

Les expressions des composantes W et W de la charge dans le repère lié à la ligne des
centres s’expriment par :

W   P. cos  .ds


 
(s)
 (2.25)
W   P. sin  .ds
 (s)

41
La valeur de la pression étant nulle dans la zone inactive du film, on écrit :

W   R  L / 2  S P. cos  .d .dz


 

L / 2 0 (2.26)
L / 2 S
W  R  L / 2 0 P. sin  .d .dz

s étant l'angle de rupture du film fluide. Les composantes de l’équation 2.26 sont déterminées
numériquement.

La charge W et l'angle de calage  sont ainsi déduits.


W  (Wε  W )
2 2

 (2.27)
Φ  arctg(W /W ε )

2.2.3.2 Couples de frottement


Le calcul des couples de frottement s’effectue par intégration des contraintes de cisaillement
(relations 2.9) à la surface de l’arbre (y=h) où du coussinet (y=0). Ainsi, le couple de
frottement s’écrit :

C   R τ x y  y=0 ou h  dS (2.28)
s

Le couple de frottement s’écrit :

Sur l’arbre

 L/ 2 θ s
R P
 L/ 2 θs
U a  U c 
Ca   θ h 2  θ dθ dz+L/ 2  R
2
dθ dz (2.29)
 L/ 2 e θe
h

42
Sur le coussinet

 L/ 2 θ s
R P
 L/ 2 θ s
U a  U c 
Cc    h dθ dz+   R
2
dθ dz (2.30)
 L/ 2 θe
2 θ  L/ 2 θe
h

e et s sont les limites respectivement de l’entrée et de la sortie du film dans la zone active.
L’intervalle [e, s] délimite la zone active du film lubrifiant (P0) tandis que [s, e+2]
correspond à la zone inactive du film (P=0). Les bornes e et s sont obtenues
numériquement.

Le couple de frottement peut être écrit de cette façon :

θe θ s
C  C p  Cg (2.31)

Tel que :

  L/ 2 θs
RP 
C p   θ 2  θ h dθ d z d u au gradient de pression
  L/ 2

e

C θeθs 
 L/ 2 θs
U a  U c   (2.32)
  R
2
dθ dz d u au glissement des surfaces
 g h
  L/ 2 θe

La valeur réel du couple de frottement est comprise entre les deux valeurs du couple prenant
θe θ s
en compte la zone active ( C  C p  C g ) est celui qui suppose que le palier est plein de
0 ,2 π
fluide ( C  C p  C g ).

Le calcul des expressions 2.32 est détaillé en annexe C.

43
2.2.3.3 Débit de fuite du palier
Le débit de fuite du palier est obtenu par intégration de la vitesse du fluide (équation 2.8) dans
la direction axiale, à travers la section du film, son expression est celle de l’équation 2.15 qui
s’écrit :

 P

Q
R
 h3 z  L/ 2 dθ (2.33)
6μ 0  z

En posant : H= h/C et Z=z/L, on obtient, l’expression du débit Q :

RC 3

P
Q H
3
Z  1/ 2 dθ (2.34)
6 μL 0
Z

Cette intégral sera calculé par une méthode d’intégration numérique, voir annexe C.

2.2.3.4 Epaisseur minimale du film


L’épaisseur minimale du film lubrifiant, à un instant donnée, s’exprime alors par:

hmin  C 1  ε  (2.35)

Qui correspond à une position angulaire=.

2.2.3.5 Puissance dissipée par cisaillement


L’énergie dissipée dans le contact est importante et les températures dans le fluide et dans les
matériaux, contigus au film, sont élevées. Il en résulte une chute de la viscosité et une
diminution de la portance du palier, et parfois, des caractéristiques mécaniques des matériaux.
La puissance dissipée par cisaillement du fluide dans le contact s’écrit :

44
  C a  a  Cc  c (2.36)

2.3 Conclusion

L’équation de l'hydrodynamique des films minces visqueux présentée peut s'appliquer à


n'importe quel type de contact lubrifié pour un fluide Newtonien.

Muni de l’équation de Reynolds (équation 2.23), en tenant compte de la variation des


propriétés du lubrifiant avec la température (dans ce cas constantes) et de la géométrie du film
fluide dans le contact (équation 2.17) ainsi que des conditions aux limites appropriées
(conditions aux limites de Reynolds (équation 2.24)), on est en mesure d'étudier le
comportement hydrodynamique d'un contact lubrifier.

On limitera l'étude au cas particulier important d'un palier cylindrique de longueur finie
travaillant en régime stationnaire établi.

Durant la suite du travail, on va étudier l'évolution des performances d’un palier cylindrique
dont l’une des surfaces (surface du coussinet) comprend des textures usinées (formes
géométriques régulières uniformément distribuées).

45
Chapitre 3

46
47
Chapitre 3
L’hydrodynamique des
surfaces texturées d’un
palier lisse

Dans cette partie principale de l’étude, on s’intéresse à modéliser et à comprendre l'évolution


des caractéristiques statiques d’un palier lisse avec la présence de textures sur les surfaces de
contact de celui-ci.

Le chapitre est divisé en deux parties essentielles. La première partie concerne la modélisation
numérique du problème de la lubrification hydrodynamique d’un palier circulaire travaillant
en régime stationnaire établi dont l’une des surfaces (surface fixe) comporte des textures
tridimensionnelles en forme de demi-calotte. Alors que la seconde partie consistera dans un
premiers temps, à évaluer les résultats de l'évolution des caractéristiques avec les paramètres
de la texture (dimensions, nombre, disposition, forme géométrique) et à déduire leurs valeurs
optimales. Les résultats sont ensuite concentrés sur l’amélioration des performances du palier
lisse par la prise en compte progressivement des valeurs optimisées des paramètres de texture,
particulièrement la disposition des textures et leurs formes géométriques.

48
3.1 Formulation du problème

Dans le cas de cette étude, le palier lisse circulaire fonctionne en régime permanent; la charge
appliquée F est constante et sa direction est verticale (=0). Le système de palier étudier
comprend une surface texturée par des formes géométriques sphériques.

Oc
Oa

a
ua a
uc
c

Fig.3.1 : Système du palier lisse (a) Géométrie du palier; (b) Section droite du palier; (c)
Géométrie de la texture

Résoudre le problème revient à résoudre l’équation de Reynolds, en tenant compte de la


géométrie du film fluide dans le contact ainsi que des conditions aux limites appropriées.

Connaissant la pression dans le contact, les caractéristiques statiques du palier lisse


comprenant des textures sont ainsi calculées.

49
3.1.1 Equation de Reynolds

La pression dans le film lubrifiant pour un palier lisse cylindrique fonctionnant en régime
stationnaire établi, est régie par l'équation de Reynolds (équation 2.23) suivante :

  3 P   R    3 P  h 
2
2
h   h   6R c   a   (3.1)
     L  Z  Z    

Tel que Z est la coordonnée axiale adimensionnelle,  la coordonnée circonférentielle, R le


rayon de l'arbre, L la longueur du palier et a, c les vitesses angulaires de l’arbre et du
coussinet.

2
R
En remplaçant dans l’équation 3.1 : H=h/C et P  6 ( a   c )  P , on obtient :
C 

  3  P   R    3  P   H
2

H   H  (3.2)
 θ   θ   L   Z   Z   θ

Où P est la pression adimensionnelle à déterminer.

50
3.1.2 Equation géométrique du film

L’équation de l’épaisseur du film fluide h(,Z) dans le contact comprenant des textures est
définit par la formule suivante:

hθ,Z   hlisse θ   Δhθ,Z  (3.3)

Tel que hlisse() correspond à l’épaisseur du film fluide pour des surfaces de contact lisses sans
textures (figure 3.2), cette épaisseur ne dépend que de la coordonnée circonférentielle . Elle
est définit en annexe (A) et s’écrit :

hlisse θ   C 1 ε cos θ  (3.4)

Dans l'équation (3.3), h(,Z) est la variation de l'épaisseur du film due à la présence de la
texture. Elle caractérise la profondeur du film fluide dans la texture comme c’est montré sur la
figure 3.2.

Fig.3.2 : Epaisseur du film dans un contact hydrodynamique avec texture

51
La Figure 3.3 montre les trois formes de textures utilisées dans cette étude. Où rx, ry et rz sont
les rayons de la texture, respectivement suivant les directions x, y et z.

h(,Z) est la profondeur calculée d'un point M(,Z) situé sur la texture (Fig.3.1c). (xc,yc,zc)
sont les coordonnées du centre de la texture.

z z z
rz ry y
ry y
OC x rz rz
rx x
OC rx OC
x
ry rx
y
Forme spherique Forme cylindrique Forme cubique

Fig.3.3 : Les formes géométriques des textures étudiées

Le centre de la texture est situé sur la surface du coussinet, on a alors yc=0.

3.1.2.1 Forme elliptique


Pour une texture de forme géométrique elliptique, la géométrie de la texture est définie par
l’équation suivante :

( x  xc ) 2 (h) 2 ( z  z c ) 2
 2  1 (3.5)
rx2 ry rz2

La profondeur d’un point M de la surface du contact situé sur la texture est définie par :

( x  xc ) 2 ( z  z c ) 2
h( , Z )  ry 1  (3.6)
rx2 rz2

52
3.1.2.2 Forme sphérique
Dans le cas d’une géométrie sphérique rx=rz=r où r est le rayon du cercle sur la surface de
coussinet (Figure 3.1c). La géométrie sphérique de la texture est définie par :

( x  xc ) 2  ( z  z c ) 2 (h) 2
 2 1 (3.7)
r2 ry

La profondeur h est définie par :

ry
h( , Z )  r 2  ( x  xc ) 2  ( z  z c ) 2 (3.8)
r

3.1.2.3 Forme cylindrique


La géométrie cylindrique de la texture (rx=rz=r) est définie par :

( x  xc ) 2  ( z  z c ) 2  r 2 et h  ry (3.9)

3.1.2.4 Forme cubique


La géométrie cubique de la texture est définie par :

0  x  rx ; 0  z  rz et h  ry (3.10)

53
3.1.3 Conditions aux limites

Les conditions aux limites classiques de Reynolds sont utilisées avec l’équation de Reynolds
afin de déterminer la zone de rupture du film fluide.

Ces conditions consistent à imposer P/=P/Z=0 et P=Pc sur la limite de la zone de


rupture du film. Pc est la pression critique, généralement assimilée à la pression
atmosphérique (pression de référence).

Ces conditions s’écrivent (équation 2.24) :

 P( Z=  1/ 2)=0 quel que soit θ


 P(θ  0)=P (θ  2π ) quel que soit Z

 P (3.11)
 P=0 et  θ =0 sur la frontière du film
 P=0
 sur la zone de cavitation

La pression hydrodynamique est nulle à l'entrée du film lubrifiant (=0).

54
3.1.4 Calcul de caractéristiques du palier

Les composantes WX et WY de la charge hydrodynamique, dans le système de coordonnées


globales (O2,X,Y), sont calculées par intégration du champ de pression le long de toute la
surface du contact du palier (équations 2.26).

La charge totale W supportée par le contact et l'angle de calage  en sont déduits (équations
2.27), voir la Fig.3.1b.

Les couples de frottement, Ca sur l’arbre (équations 2.29) et Cc sur le coussinet (équations
2.30) sont respectivement obtenus en intégrant la contrainte de cisaillement le long de la
surface de l’arbre (y=h) et le long de la surface du coussinet.

Le débit axial du fluide (équations 2.34) Q est obtenu par intégration de la vitesse du fluide
suivant la direction axiale z, et à travers la section du film (voir Fig.3.1b).

La puissance de dissipation générée par frottement du fluide contre les surfaces du contact
peut être déterminée par l’équation =(Caa+Ccc).

Toutes les caractéristiques citées ci-dessus, concernant un contact hydrodynamique lubrifie,


sont calculées numériquement.

55
3.2 Solution de l'équation de Reynolds

La détermination du champ de pression dans le film lubrifiant comprend la résolution


numérique de l'équation (3.2) en employant la méthode des différences finies (MDF).

Après l'application de la MDF à l'équation de Reynolds (3.2), un système d’équations


linéaires est obtenu (voir annexe B).

P  (1  Ω) P  Ω  A P B P  C (P P )  D (3.12)
i,j i,j  i  1,j i  1,j i,j  1 i,j  1 

Pi , j est la valeur de la pression adimensionnelle à un nœud (i,j) du maillage, A, B, C, et D sont

des coefficients.

La résolution du système (3.12) de NxNZ équations est obtenue par la méthode itérative de
Gauss Seidel avec paramètre de sur-relaxation , en lubrification la valeur de ce paramètre
est généralement comprise entre 1.50 et 1.85.

L'utilisation d'une méthode itérative pour la résolution est justifiée par l'application des
conditions aux limites de Reynolds. Seule la pression est considéré comme inconnu durant le
calcul, une fois l'excentricité est donnée.

La procédure de calcul est montrée sur l'organigramme de la Figure 3.4.

56
DONNEES
* Paramètres géométriques et
conditions de fonctionnement
* Maillage et distribution des textures

Valeur initiale de l’excentricité 

Résolution de l’équation de Reynolds


& calcul du champ de pression

Calcul de la charge W supportée


par le contact

Nouvelle excentricité Non F-W / F ≤ w


relative 

Oui
RESULTATS
* Champ de pression & épaisseur
du film fluide
* Caractéristiques du palier

Fig.3.4 : Organigramme de calcul pour le cas d’étude

La procédure de calcul consiste à donner une valeur initiale à l’excentricité . Le champ de


pression dans le contact sous chargement externe F (voir figure 3.1b) est obtenu après

57
vérification du critère de convergence sur la pression (équation 3.13) en chaque nœud i du
maillage.

P / P   (3.13)
i i P

La charge W et l’angle de calage  sont calculées. La charge calculée W est comparée à celle
imposée F; le processus de calcul s’arrête lorsque le critère de convergence sur la charge
(équation 3.14) est vérifié.

F W / F   (3.14)
W

Les erreurs P et W sont celles commises respectivement, sur le calcul de la pression P et de


la charge W.

Si le critère d'erreur (équation 3.14) n'est pas satisfait, la valeur de l'excentricité est mise à
jour et le processus de calcul reprend.

Le programme de calcul numérique réalisé permettant la résolution du problème de la


lubrification d’un palier lisse hydrodynamique comportant des textures est assez complexe.
Ce programme est décrit brièvement en annexe (D).

58
3.3 Calcul

3.3.1 Conditions de calcul

La structure du palier étudié (Fig.3.1a) comporte une surface lisse (surface de l’arbre) et une
texturée (surface du coussinet).

Le coussinet est fixe (c=0) et l’arbre est en mouvement (a0). Seul une moitié du palier est
étudié à cause de la symétrie et du fait qu’un maillage très fin à pas constant est utilisé pour
mailler le film fluide.

Les conditions de fonctionnement et les paramètres géométriques, pour le palier étudié par
Vincent [Vin95], sont :

 Charge extérieure imposée F : 12600 N (=0.6) ou 81591 N (=0.9)

 Vitesse de rotation de l’arbre Ua : 19.7 m/s

 Rayon de l’arbre R : 0.0315 m

 Longueur du palier L : 0.063 m

 Jeu radial du palier C : 0.00003 m

 Viscosité dynamique du fluide µ : 0.0035 Pa.s

Pour un palier comportant des surfaces lisses (sans textures), les paramètres calculés change
avec le maillage utilisé N x NZ et avec les critères de convergence P et W relatives au calcul
de la pression et de la charge, respectivement.

59
Le tableau 3.1 montre la variation des paramètres du contact avec le maillage (N x NZ) et les
critères de convergence (P et W) sur le calcul de la pression et de la charge, pour un palier
lisse sans texture (surfaces lisses).

Les résultats sont obtenus pour six combinaisons de maillages et critères de convergence. On
constate que les valeurs calculées commencent à se stabiliser à partir du cas 3. Quand on
augmente les précisions (cas 4, 5 et 6), le temps de calcul augmente considérablement, mais
les résultats reste les mêmes. Le cas 4 est choisi pour le reste de l’étude.

Tab.3.1 : Résultats pour différents maillages et précisions

Cas 1 2 3 4 5 6
N x NZ 99x16 297x48 594x95 891x142 891x142 891x142
P 10-4 10-4 10-4 10-4 10-6 10-6
W 10-5 10-5 10-5 10-5 10-5 10-6
Temps de calcul (s) 2 24 210 793 1092 1230
Excentricité relative 0.6122 0.6038 0.6018 0.6012 0.6012 0.6012
Angle de calage (° ) 49.72 50.29 50.41 50.45 50.45 50.45
Angle de rupture (°) 198.37 203.11 203.37 203.46 203.46 203.46
Pression maximale (MPa) 8.1520 7.8089 7.7321 7.7075 7.7075 7.7075
-6
Epaisseur minimale x 10 (m) 11.6335 11.8876 11.9456 11.9647 11.9647 11.9647
Débit axial x 10-5 (m3/s) 1.7053 1.7338 1.7404 1.7425 1.7425 1.7425
Couple de frottement (N.m) 1.2300 1.2202 1.2180 1.2173 1.2173 1.2173
Puissance dissipée (Watt) 769.22 763.10 762.46 761.28 761.28 761.28

Pour les résultats présentés par la suite, les précisions imposées pour le calcul de la pression P
et de la charge W sont P=10-4 et W=10-5.

Le maillage utilisé est N=891 (891 nœuds selon la circonférence du coussinet) et NZ=142
(142 nœuds selon l’axe du palier).

60
3.3.2 Validation du code de calcul

Pour un palier lisse sans textures, les caractéristiques les plus importantes du contact sont
calculées et résumés dans le tableau 3.2.

Les résultats obtenus en utilisant notre code de calcul, sont comparés à ceux obtenus par
Vincent [VMF94].

Tab.3.2 : Caractéristiques hydrodynamique calculées pour un palier lisse sans textures

Nos résultats Vincent [VMF94]


L/D=1
Force externe appliquée F (N) 12600 81591 12600 81591
Nombre de Sommerfeld S 0.1210 0.0187 0.1210 0.0187
Excentricité relative  0.601 0.901 0.600 0.900
Angle de calage  (deg ) 50.5 26.35 50.2 26.03
Pression Maximale Pmax (MPa) 7.7 83.58 7.0 81.71
Epaisseur minimale du film hmin 10-6 (m) 11.96 2.97 12.00 3.00
Débit axial du fluide Q 10-5 (m3.s-1) 1.74 2.58 1.73 2.55

Le tableau 3.2 montre la très bonne concordance entre les résultats des deux études dans le cas
de deux conditions de fonctionnement (F=12600 N et F=81591 N).

61
3.4 Résultats et discussion

Un palier lisse avec des surfaces texturées est analysé, la structure du palier est celle présentée
sur la Fig.3.1a et Fig.3.1b. Le coussinet est à l’arrêt ( c=0) et sa surface est texturée, L’arbre
est en mouvement (a0) et sa surface est lisse.

Le nombre de textures le long de la circonférence  et le long de l’axe Z du palier est défini,


respectivement, par les paramètres Nt et NtZ. Pour un nombre donné de textures (Nt x NtZ),
la disposition des textures sur la surface du coussinet pour un nombre impair et pair de Nt et
NtZ est présentée sur la Fig.3.5.

Z
Nt=3

1
(a)
b
a a a a

b
0.5 r
oc
NtZ=3

b  (deg)
0 180 360
Spherical
Texture dimple
sphérique

62
Z
Nt=2
(b)
1
b
a a r a
oc
b
0.5
NtZ=2

b  (deg)
0 180 360

Fig.3.5 : Distribution des textures sur la surface du coussinet (a) Nt et NtZ sont impairs
(Nt=3, NtZ=3); (b) Nt et NtZ sont pairs (Nt=2, NtZ=2)

Afin de montrer l'influence des surfaces texturées sur les performances d’un palier lisse, les
résultats obtenus pour un palier texturé, (le coussinet du palier comporte des textures) seront
comparés à ceux présentés dans le tableau 3.2 pour un palier sans textures (les surfaces du
palier sont lisses) et cela pour tout le reste de la présente étude.

63
3.4.1 L'influence de la configuration de la texture

Dans un premier temps, toute la surface du coussinet est texturée avec des textures de forme
sphérique comme montrée sur la Figure 3.5.

L'influence de la configuration de la texture sur la surface du coussinet (dimension de la


texture, nombres de textures et disposition des textures) sur les caractéristiques principales
d’un palier (pression maximale, épaisseur minimale du film fluide, débit axial du fluide et
couple de frottement) sera présentée et discutée.

Pour cette partie des résultats une texture de la forme d’une demi-calotte sphérique est
employée pour étudier l'effet de la texture sur les caractéristiques d’un contact lubrifié.

3.4.1.1 Influence des dimensions de la texture

3.4.1.1.1 Variation de la dimension surfacique r de la texture


Les valeurs de la pression maximale, de l'épaisseur minimale du film, du débit axial du film et
du couple de frottement pour les surfaces lisses et texturées sont comparées pour trois
dimension différentes (r, ry) de la texture, qui sont respectivement (10mm, 0.001mm), (5mm,
0.001mm) et (1mm, 0.001mm). Les résultats sont montrés sur la Fig.3.6.
Epaisseur minimale du film 10 (m)

8,00 12,4
surface lisse ry=0.001mm & NtZ=2 surface lisse ry=0.001mm & NtZ=2
r=10 mm 12,3 r=10 mm
-6

7,95
Pression maximale (MPa)

r= 5 mm r= 5 mm
12,2
7,90 r= 1 mm r= 1 mm
12,1
7,85 12,0

7,80 11,9
11,8
7,75
11,7
7,70
11,6
7,65 11,5
1 2 3 4 5 6 7 8 9 1 2 3 4 5 6 7 8 9
Nt Nt

64
1,85 1,240
surface lisse ry=0.001mm & NtZ=2 surface lisse ry=0.001mm & NtZ=2
Débit axial du film x 10 (m .s )
-1

r=10 mm

Couple de frottement (N.m)


r=10 mm
3

r= 5 mm 1,235 r= 5 mm
1,80 r= 1 mm r= 1 mm
-5

1,230
1,75
1,225

1,70
1,220

1,65 1,215
1 2 3 4 5 6 7 8 9 1 2 3 4 5 6 7 8 9
Nt Nt

Fig.3.6 : Variation de la pression maximale, épaisseur minimale du film, Débit axial et couple
de frottement pour une surface lisse et pour une surface texturée avec Nt

La figure 3.6 indique que les valeurs de la pression maximale, de l'épaisseur minimale du
film, du débit axial et du couple de frottement sont évidemment différents comparées à celles
correspondantes aux cas de surface lisse. Cette différence devient plus grande à mesure que la
dimension surfacique de la calotte sphérique augmente (r=5mm et r=10mm). Cette différence
accroît également avec une augmentation de Nt.

Quand la dimension surfacique r de la texture augmente, sa densité sur la surface du coussinet


augmente rapidement et les caractéristiques de palier s’en trouvent affectées. Pour le cas de la
petite taille de la texture (r=1mm), la différence avec les valeurs de la surface lisse est
insignifiante parce que le nombre de texture est insuffisant pour pouvoir affecter les
caractéristiques du palier (faible densité des textures sur la surface du coussinet).

On observe une différence entre les résultats obtenus pour un nombre pair et un nombre
impair de textures Nt, cette différence diminue quand Nt augmente (élévation de la
concentration des textures). Cette différence s‘explique par la présence de textures au centre
du coussinet (=180°) pour un nombre impair de Nt (Fig.3.5a), qui n'est pas le cas pour un
nombre pair de Nt (Fig.3.5b).

65
12,10
(a) Surface lisse Nt=2 ; NtZ=2
r= 1mm

Epaisseur du film à =180° 10 (m)


12,05 r= 5mm
-6 r=10mm
12,00

11,95

11,90

11,85

11,80
0,00 0,25 0,50 0,75 1,00
Direction axial Z

13,2
Surface lisse Nt=3 ; NtZ=2
r= 1mm
Epaisseur du film à =180° 10 (m)

13,0
r= 5mm
-6

r=10mm
12,8

12,6

12,4

12,2

12,0

11,8
0,00 0,25 0,50 0,75 1,00
Direction axial Z

Fig.3.7 : Distribution de l’épaisseur du film à la position =180°; (a) Pour un nombre pair de
Nt (Nt=2); (b) pour un nombre impair de Nt (Nt=3)

La présence de textures au centre du coussinet produit une variation brusque de l'épaisseur de


film entre le centre et les bords du coussinet comme montré sur la Fig.3.7b (Nt=3), comparée
à la Fig.3.7a (Nt=2).

66
3.4.1.1.2 Variation de la profondeur ry de la texture
Afin d'analyser la variation des caractéristiques du palier avec la profondeur ry de la texture,
nous fixons la dimension surfacique de la texture à r=1mm (correspondant à la plus petite
texture), considérant que toute la surface du coussinet est texturée (densité maximale
correspondant à Nt=98 et NtZ=30) et faisant varié la valeur de la profondeur de 0.00001 à
0.020 mm. Les résultats obtenus sont donnés sur la Fig.3.8.

8,8 13,5
r=1mm surface lisse r=1mm surface lisse

Epaisseur minimale du film x 10 (m)


Nt=98 ; NtZ=30 surface texturée Nt=98 ; NtZ=30 surface texturée

-6
8,6 12,0
Pression maximale (MPa)

8,4
10,5

8,2
9,0
8,0

7,5
7,8

6,0
0,01 0,1 0,5 1 2 5 10 20 0,01 0,1 0,5 1 2 5 10 20
-6 -6
ry 10 (m) ry 10 (m)

3,8 1,60
r=1mm surface lisse r=1mm surface lisse
3,6 1,55
Nt=98 ; NtZ=30 surface texturée Nt=98 ; NtZ=30 surface texturée
3,4
Couple de frottement (N.m)

1,50
Débit axial x 10 (m .s )
-1

3,2
1,45
3

3,0
1,40
-5

2,8
2,6 1,35
2,4
1,30
2,2
1,25
2,0
1,8 1,20

1,6 1,15
0,01 0,1 0,5 1 2 5 10 20 0,01 0,1 0,5 1 2 5 10 20
-6 -6
ry 10 (m) ry 10 (m)

Fig.3.8 : Variation de la pression maximale, de l’épaisseur minimale du film, du débit axial et


du couple de frottement pour une surface lisse et pour une surface texturée avec la profondeur
de la texture ry

67
Les valeurs de la pression maximale, de l'épaisseur minimale du film, du débit axial et du
couple de frottement représentées sur la Fig.3.8 sont clairement différentes de ceux obtenues
cas de surface lisse. Cette différence devient plus grande à mesure que la profondeur de la
texture augmente, elle croît brusquement pour des valeurs de la profondeur ry>0.001mm. Pour
ry>0.010mm, l'effet de la texture sur des caractéristiques hydrodynamique du contact devient
signifiante.

La variation du rapport hlisse/ry avec la profondeur de la texture ry est présentée. Tel que hlisse
est la l’épaisseur du film pour un palier lisse sans textures et hlisse=hmin=0.01196mm (voir
tableau 3.2).

1000
r=1 mm ; Nt=98 ; NtZ=30

100
Rapport hlisse/ry

10

0,1
0,01 0,1 0,5 1 2 5 10 20
-6
ry 10 (m)

Fig.3.9 : Variation du rapport hlisse/ry avec la profondeur de la texture ry

Selon De Kraker [DOVR07], l'utilisation de l’équation de Reynolds pour l’étude de l’effet de


la texture ne sera valide que pour rapport hlisse/ry<1. Ceci est vérifié d’après la Fig.3.9 pour
ry>0.010mm.

Pour le reste de l’étude une texture avec les dimensions r=1mm et ry=0.012mm sera
considérée.

68
3.4.1.2 Influence du nombre de textures

3.4.1.2.1 Variation du nombre de textures NtZ


Dans un premier temps, nous fixons la valeur de Nt=98 et déterminons la variation de la
pression maximale Pmax, de l’épaisseur minimale du film hmin, du débit axial du film Q et du
couple de frottement C avec NtZ. On fait varier NtZ de 1 à 30, les résultats correspondants sont
donnés sur la Fig.3.10.

8,50 13,5
surface lisse r=1 mm ; ry=0.012 mm surface lisse r=1 mm ; ry=0.012 mm

Epaisseur minimale du film x 10 (m)


surface texturée surface texturée
Nt=98 Nt=98
-6
Pression maximale (MPa)

8,25 12,0

8,00 10,5

7,75 9,0

7,50 7,5
0 2 4 6 8 10 12 14 16 18 20 22 24 26 28 30 0 2 4 6 8 10 12 14 16 18 20 22 24 26 28 30
NtZ NtZ

1,85 1,50
surface lisse r=1 mm ; ry=0.012 mm surface lisse r=1 mm ; ry=0.012 mm
1,80 surface texturée surface texturée
Nt=98 Nt=98
Débit axial du film x 10 (m .s )

1,45
-1

Couple de frottement (N.m)

1,75
3

1,70 1,40
-5

1,65
1,35
1,60

1,55 1,30

1,50
1,25
1,45

1,40 1,20
0 2 4 6 8 10 12 14 16 18 20 22 24 26 28 30 0 2 4 6 8 10 12 14 16 18 20 22 24 26 28 30
NtZ NtZ

Fig.3.10 : Variation de la pression maximale, de l’épaisseur minimale du film, du débit axial


et du couple de frottement pour une surface lisse et pour une surface texturée avec le nombre
NtZ

69
Sur cette figure, la pression maximale augmente avec NtZ. Les valeurs de la pression dans tous
les cas, excepté pour NtZ=1 et NtZ=3, sont plus hautes que la valeur du cas de surface lisse.
Cette pression est plus grande si NtZ est un nombre pair plutôt qu'un nombre impair. Cette
différence diminue avec l’augmentation de NtZ (augmentation de la densité de textures selon
l’axe du palier). La raison de cette différence peut s’expliquer par l'existence d’une rangée de
texture au centre du coussinet (à Z=1/2) pour un nombre impair de NtZ (Fig.3.5a), qui n'est pas
le cas pour un nombre pair de NtZ (Fig.3.5b). La présence de textures à la position Z=1/2
induit une variation significative de l'épaisseur de film le long de la circonférence du
coussinet.

L'épaisseur minimale du film diminue et le couple de frottement augmente avec


l’augmentation de NtZ. Le débit axial de film diminue progressivement avec l’accroissement
de NtZ.

3.4.1.2.2 Variation du nombre de textures Nt


Maintenant, avec la valeur de NtZ fixée, la variation des paramètres du palier (pression
maximale, épaisseur minimale du film, débit axial du film et couple de frottement) avec Nt
est déterminée. Les résultats sont représentés sur la Fig.3.11 pour un nombre pair (NtZ=28) et
pour un nombre impair (NtZ=27) de NtZ.

8,6 13,5
surface lisse surface lisse
r=1 mm ; ry=0.012 mm 13,0
r=1 mm ; ry=0.012 mm
Epaisseur minimale du film x 10 (m)

NtZ=27 NtZ=27
NtZ=28 12,5 NtZ=28
-6

8,4
Pression maximale (MPa)

12,0
11,5
8,2
11,0
10,5
8,0
10,0
9,5
7,8 9,0
8,5
7,6 8,0
0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 65 70 75 80 85 90 95 0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 65 70 75 80 85 90 95
Nt Nt

70
2,4 1,45
surface lisse r=1 mm ; ry=0.012 mm surface lisse r=1 mm ; ry=0.012 mm
2,3 NtZ=27 NtZ=27
Débit axial du film x 10 (m .s )
-1

NtZ=28 1,40 NtZ=28

Couple de frottement (N.m)


3

2,2
-5

1,35
2,1

2,0
1,30

1,9
1,25
1,8

1,7 1,20
0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 65 70 75 80 85 90 95 0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 65 70 75 80 85 90 95
Nt Nt

Fig.3.11 : Variation de la pression maximale, de l’épaisseur minimale du film, du débit axial


et du couple de frottement pour une surface lisse et pour une surface texturée avec le nombre
Nt

La pression maximale, le débit axial du film et le couple de frottement augmentent


graduellement. Par contre l'épaisseur minimale du film diminue à mesure que NtZ augmente.
Les valeurs de la pression maximale, de l'épaisseur minimale du film, du débit axial du film et
du couple de frottement sont plus grandes si NtZ est un chiffre pair (NtZ=28) plutôt qu'un
chiffre impair (NtZ=27), comparé aux cas de surface lisse. L'influence d'un nombre pair ou
impair de NtZ sur des valeurs du débit axial pour de grandes valeurs de NtZ est remarquable,
particulièrement pour une valeur paire de NtZ.

L'influence du nombre pair ou impair de NtZ et de Nt sur les caractéristiques statiques d’un
palier est mise en évidence. Comme expliqué précédemment la présence d'une rangée de
textures à la position Z=1/2 (nombre impair de NtZ (Fig.3.3a) ou à la position angulaire
=180° (nombre impair de Nt (Fig.3.3b) produit une variation significative de l'épaisseur du
film le long de l’axe et de la circonférence du palier, respectivement.

71
3.4.1.2.3 Variation de la distribution avec le nombre de textures
La Fig.3.12 montre la distribution de l’épaisseur du film pour une surface lisse du coussinet
(Fig.3.12a), pour une surface texturée avec Nt=20 et NtZ=10 (Fig.3.12b) et pour une surface
entièrement texturée avec Nt=40 et NtZ=27 (Fig.3.12c).

Nt=20 et NtZ=10

72
Nt=40 et NtZ=27

Fig.3.12 : Distribution de l’épaisseur du film (a) Surface lisse du coussinet, (b) Surface avec
textures (Nt=20, NtZ=10), (c) Surface entièrement texturée (Nt=40, NtZ=27)

Sur cette figure, deux configurations de surfaces texturées avec différents nombres de textures
sont représentées (Fig.3.12b et Fig.3.12c). Elle illustre différentes distributions de textures sur
la surface du coussinet et montre la variation de la concentration des textures avec leurs
nombres.

Les valeurs des caractéristiques du palier augmentent avec l’augmentation de la densité des
textures sur la surface du coussinet. Pour le reste du document les paramètres de textures :
dimensions (r=1mm et ry=0.012mm) et nombres (Nt=96 et NtZ=30) sont considérés.

À ce niveau de l'étude, on peut conclure que la présence des textures sur toute la surface du
coussinet a un effet négatif sur les performances du palier.

73
3.4.2 L'influence de la disposition des textures

Dans cette partie des résultats, l'influence de la répartition des textures à la surface du
coussinet sur les caractéristiques du palier sera présentée et discutée.

La texture de forme sphérique de dimension (r=1mm, ry=0.012mm) est utilisée pour étudier
l'effet de la disposition des textures sur les caractéristiques d’un palier lisse. Le palier est
soumis à une charge extérieure F=12600 N.

La zone de présence des textures sur la surface du coussinet est définit par les paramètres t1,
t2, Zt1 et Zt2. Tel que t1, t2 sont les limites selon la direction circonférentielle  et Zt1, Zt2
sont les limites selon la direction axiale Z sur un demi palier (0≤Z≤1/2).

Les valeurs des paramètres concernant 31 dispositions de textures étudiées ainsi que les
caractéristiques les plus importantes calculées pour le palier étudié sont résumées dans le
tableau 3.3.

Tab.3.3 : Dispositions des textures et caractéristiques du palier texturé

Hmin C e Pmax Q
Cas Nt NtZ t1-t2 (°) Zt1-Zt2
10-6 (m) (N.m) (°) (MPa) 10-5 (m3/s)
0 0 0 - - 11.965 1.2173 203.46 7.707 1.7425
1 96 28 0-360 0-0.050 8.452 1.3957 201.03 8.276 1.4451
2 96 14 0-360 0-0.250 10.943 1.2596 201.84 8.417 1.5530
3 96 6 0-360 0-0.125 11.719 1.2269 203.06 7.892 1.6196
4 48 28 0-180 0-0.500 8.205 1.4149 194.56 8.444 1.4569
5 48 14 0-180 0-0.250 10.891 1.2624 201.44 8.469 1.5158
6 48 6 0-180 0-0.125 11.711 1.2273 203.06 7.900 1.6187
7 24 28 0-90 0-0.500 11.763 1.2231 203.46 7.873 1.5758
8 24 14 0-90 0-0.250 11.893 1.2193 203.46 7.768 1.6342
9 24 6 0-90 0-0.125 11.946 1.2178 203.46 7.724 1.6876
10 12 28 0-45 0-0.500 11.950 1.2175 203.46 7.718 1.7054

74
11 12 14 0-45 0-0.250 11.960 1.2173 203.46 7.711 1.7169
12 12 6 0-45 0-0.125 11.963 1.2173 203.46 7.709 1.7290
13 48 28 180-360 0-0.500 12.167 1.2076 211.15 7.572 1.7324
14 48 14 180-360 0-0.250 12.012 1.2150 203.87 7.668 1.7422
15 48 6 180-360 0-0.125 11.972 1.2169 203.46 7.701 1.7434
16 24 28 270-360 0-0.500 11.964 1.2173 203.46 7.708 1.7425
17 26 14 90-191 0.153-0.403 10.286 1.2923 199.82 8.249 1.7288
18 24 22 90-180 0.125-0.500 08.601 1.3906 194.97 7.770 1.7461
19 24 28 180-270 0-0.500 12.167 1.2076 211.15 7.572 1.7325
20 24 22 180-270 0.125-0.500 12.169 1.2075 212.36 7.574 1.7299
21 24 14 180-270 0.125-0.375 12.063 1.2126 204.67 7.637 1.7370
22 12 22 180-225 0.125-0.500 12.170 1.2075 212.36 7.573 1.7299

23 12 23 185-230 0.120-0.500 12.124 1.2097 211.15 7.602 1.7403

24 12 23 175-220 0.120-0.500 12.122 1.2097 211.55 7.601 1.7405

25 12 22 185-230 0.120-0.500 12.145 1.2086 211.55 7.587 1.7391

26 12 22 175-220 0.120-0.500 12.143 1.2087 211.96 7.586 1.7392

27 12 18 180-225 0.200-0.500 12.148 1.2085 212.76 7.591 1.7384

28 12 16 180-225 0.250-0.500 12.109 1.2104 210.74 7.619 1.7408

29 48 22 180-360 0.125-0.500 12.170 1.2075 212.36 7.573 1.7376

30 48 22 180-360 0.130-0.500 12.172 1.2074 212.76 7.572 1.7375

31 48 22 180-360 0.150-0.500 12.179 1.2070 213.17 7.568 1.7291

D’après le tableau 3.3, pour certaines dispositions des textures sur la surface du coussinet (cas
13, 14, 15 et les cas de19 à 31), l’épaisseur minimale du film fluide Hmin est supérieure à celle
obtenue pour une surface non texturée (cas 0). Le couple de frottement devient inférieur à la
valeur correspondante au cas sans texture (cas 0). La limite de la zone de rupture du film
fluide e augmente dans les mêmes cas par rapport au cas de surface sans texture.

75
Le tableau 3.4 montre l’évolution des valeurs des caractéristiques statiques calculées pour les
31 dispositions de textures étudiées (cas 1 à 31) par rapport aux valeurs des caractéristiques
correspondantes à celui d’un palier lisse sans textures (cas 0). Cette évolution est exprimée en
pourcentage d’erreur relative.

Tab.3.4 : Evolution des caractéristiques statiques d’un palier texturé

Hmin/Hmin C/C e/e Pmax/Pmax Q/Q


Cas
(%) (%) (%) (%) (%)
1 -29.36 +14.66 -1.19 +7.38 -17.07
2 -8.54 +3.47 -0.80 +9.21 -10.88
3 -2.06 +0.79 -0.20 +2.40 -7.05
4 -31.42 +16.23 -4.37 +9.56 -16.39
5 -8.98 +3.70 -0.99 +9.89 -13.01
6 -2.12 +0.82 -0.20 +2.50 -7.10
7 -1.69 +0.48 0.00 +2.15 -9.57
8 -0.60 +0.16 0.00 +0.79 -6.22
9 -0.16 +0.04 0.00 +0.22 -3.15
10 -0.13 +0.02 0.00 +0.14 -2.13
11 -0.04 0.00 0.00 +0.05 -1.47
12 -0.02 0.00 0.00 +0.03 -0.77
13 +1.69 -0.80 +3.78 -1.75 -0.58
14 +0.39 -0.19 +0.20 -0.51 -0.02
15 +0.06 -0.03 0.00 -0.08 +0.05
16 -0.01 0.00 0.00 +0.01 0.00
17 -14.03 +6.16 -1.79 +7.03 -0.79
18 -28.12 +14.24 -4.17 +0.82 +0.21
19 +1.69 -0.80 +3.78 -1.75 -0.57
20 +1.70 -0.81 +4.37 -1.73 -0.72
21 +0.82 -0.39 +0.59 -0.91 -0.32
22 +1.71 -0.81 +4.37 -1.74 -0.72
23 +1.33 -0.62 +3.78 -1.36 -0.13
24 +1.31 -0.62 +3.98 -1.38 -0.11

76
25 +1.50 -0.71 +3.98 -1.56 -0.20
26 +1.49 -0.71 +4.18 -1.57 -0.19
27 +1.53 -0.72 +4.57 -1.51 -0.24
28 +1.20 -0.57 +3.58 -1.14 -0.10
29 +1.71 -0.81 +4.37 -1.74 -0.28
30 +1.73 -0.81 +4.57 -1.75 -0.29
31 +1.79 -0.85 +4.77 -1.80 -0.77

D’après le tableau 3.4, pour certaines dispositions (cas 13, 14, 15 et de 19 à 31), l’épaisseur
minimale du film fluide augmente (valeur positives), la pression maximale dans le contact
diminue (valeur négatives), le couple de frottement diminue (valeur négatives) et la zone du
film complet augmente (valeur positives) par rapport aux valeurs obtenues pour une surface
non texturée (cas 0). L’ensemble de ces configurations comporte une texture localisée dans la
seconde partie angulaire du palier (au delà de 180°).

Par contre, pour d’autres dispositions (cas 1, 4, 5, 17 et 18), l’épaisseur minimale du film
fluide diminue considérablement, la pression maximale dans le contact augmente beaucoup,
le couple de frottement augmente et la zone du film complet s’en trouve considérablement
diminuée par rapport aux valeurs obtenues pour une surface non texturée (cas 0). Pour ces cas,
la texture est située dans la première moitie angulaire du palier (entre 0 et 180°).

Pour les autres cas d’étude, les valeurs de l’épaisseur minimale du film fluide, la pression
maximale dans le contact, le couple de frottement et la zone du film complet restent
relativement constantes.

77
La figure 3.13 montre toutes les dispositions de textures en 2D (31 cas de dispositions) sur la
surface développée du coussinet du palier lisse étudié.

78
79
Fig.3.13 Disposition des textures sur la surface développée du coussinet pour 31 cas d’études

Cette figure permet de visualiser clairement la répartition des textures pour les 31 cas de
dispositions dont les détails sont résumés dans le tableau 3.3. Les textures sur la figure 3.13
sont représentées en zone de couleur noir sombre.

80
La figure 3.14 montre l’évolution de l’épaisseur minimale du film lubrifiant, de la pression
maximale, du débit axial, du couple de frottement et de l’angle de rupture du film pour les 31
cas de dispositions de textures sur la surface du coussinet.

14
Epaisseur minimale du film x10 (m)

Surface lisse
Surface texturée
-6

13

12

11

10

8
0 2 4 6 8 10 12 14 16 18 20 22 24 26 28 30
Cas
8,8
Surface lisse
8,6 Surface texturée
Pression maximale (MPa)

8,4

8,2

8,0

7,8

7,6

7,4
0 2 4 6 8 10 12 14 16 18 20 22 24 26 28 30

Cas

81
2,0
Surface lisse
1,9 Surface texturée
Débit axial x 10 (m /s)
3

1,8
-5

1,7

1,6

1,5

1,4
0 2 4 6 8 10 12 14 16 18 20 22 24 26 28 30

Cas
1,50
Surface lisse
1,45 Surface texturée
Couple de frottement (N.m)

1,40

1,35

1,30

1,25

1,20

1,15
0 2 4 6 8 10 12 14 16 18 20 22 24 26 28 30

Cas
225
Surface lisse
220 Surface texturée
Angle de rupture du film (°)

215

210

205

200

195

190
0 2 4 6 8 10 12 14 16 18 20 22 24 26 28 30

Cas

Fig.3.14 Variation des caractéristiques statiques d’un palier lisse avec différentes dispositions
des textures sur la surface du coussinet

82
Parmi tous ces cas, 4 cas (cas 1, 4, 17 et 18) nuisent aux performances du palier lisse, le cas 8
affecte peu les caractéristiques du palier et les derniers cas (cas 13, 19 à 31) permettent
d’améliorer les performances du palier en améliorant ses caractéristiques statiques de
fonctionnement (épaisseur minimale du film fluide, pression maximale dans le contact, couple
de frottement et zone du film complet dans le contact).

Texturer la totalité de la surface (cas 1), une moitié de celle-ci (cas 4) ou une partie (cas 18)
peut conduire à une diminution conséquente des performances du palier (voir tableau 3.3).
La configuration 18 affecte négativement les caractéristiques du palier, alors que celle du cas
31 permet d’améliorer les performances de celui-ci, ce qui montre l’importance d’une bonne
répartition angulaire de la zone texturée.

En se basant sur les critères d’optimisation qui consistent à augmenter l’épaisseur minimale
du film fluide (meilleure portance hydrodynamique), à diminuer le couple de frottement
(moins de perte d’énergie par frottement), à améliorer la zone de présence du film fluide
(meilleure répartition du champ de pression) et à garder relativement le même débit du fluide
(pas de changement des conditions d’alimentation en lubrifiant), la meilleure configuration
des textures permettant l’amélioration des caractéristiques citées ci-dessus pour un palier lisse
est celle correspondant à la disposition 31 (cas 31).

Cette disposition permet un gain en épaisseur de 1.79%, une diminution du frottement de


0.85% et une amélioration de la zone de présence du film fluide de 4.77%.

83
La Fig.3.15 donne la distribution de l'épaisseur du film pour 4 cas de texturations. Ces
dispositions de textures à trois dimensions sur la surface développée du coussinet sont
représentées sur cette figure.

Nt=98 et NtZ=28

Nt=48 et NtZ=28

84
Nt=48 et NtZ=28

Nt=48 et NtZ=22

Fig.3.15 : Distribution de l’épaisseur du film et dispositions des textures pour 4 différents cas

Les zones d'épaisseur minimales du film obtenues pour les cas 1 et 4 sont inférieures à ceux
obtenues pour les cas 13 et 31.

Les valeurs de la pression maximale et du couple de frottement dans le cas 1 et 4, sont plus
élevées que pour la surface lisse (cas 0), les valeurs de l'épaisseur minimale du film, de l'angle

85
de rupture et du débit axial du film deviennent inférieurs à ceux obtenues dans le cas 0. Dans
ces cas, la texture est située dans la première partie angulaire du palier (entre 0 et 180°).

D'autre part, les cas 13 et 31 affectent positivement les caractéristiques du palier. L'épaisseur
minimale du film augmente, le couple de frottement diminue, la zone de présence du film
fluide complet augmente et le débit axial du film demeure relativement constant. Ces
dispositions comportent une texture localisée dans la deuxième partie angulaire du palier (au
delà de 180°). Le meilleur arrangement des textures permettant l'amélioration des
caractéristiques d’un palier correspond à la disposition 31.

Conclusion :
L'influence de la position des textures sur les surfaces de contact d’un palier lisse
hydrodynamique soumis à un chargement stationnaire est analysée. A travers un choix
judicieux de la disposition des textures sur l’une des surfaces du palier, les performances de
celui-ci peuvent être améliorées.

Les résultats montrent que les caractéristiques les plus importantes du contact peuvent être
améliorées à travers un choix approprié de la disposition de la texture sur la surface du
contact.

86
3.4.3 L'influence de la concentration et de la forme de la
texture

Cette partie est une étude comparative des effets hydrodynamiques de quelques formes
géométriques de textures sur le système de palier lisse. L'influence de la concentration en
surface et de la forme géométrique de la texture sur les caractéristiques principales du palier
(pression maximale, épaisseur minimale du film, débit axial du film et couple de frottement)
est présentée et discutée.

Une partie de la surface du coussinet est texturée (r=1mm et ry=0.015mm) par des textures de
formes cylindriques. Une répartition appropriée des textures sur la surface du coussinet du
palier affecte positivement les caractéristiques d'un contact lubrifié et améliore ainsi ses
performances. Comme montré sur la Figure 3.16 la disposition de textures correspondant au
cas 31 étudier au paragraphe (3.4.2) et considéré (voir tableau 3.3).

Fig.3.16 : Épaisseur du film et distribution de textures de forme cylindrique

87
3.4.3.1 Influence de la concentration de la texture
La texture de forme cylindrique est employée pour étudier l'effet de la concentration en
surface de la texture sur les caractéristiques hydrodynamiques. Le nombre de textures le long
des directions circonférentielle et axiale sont définis respectivement par Nt=24 et NtZ=10.

Faire varier la concentration des textures sur la surface du coussinet revient à faire varier la
taille de la texture en faisant varier son rayon r.

La Figure 3.17 montre la variation de la fraction de la surface texturée 2, définie comme la
fraction de la surface occupée par la texture (S=.r2) dans la surface de la cellule unitaire
(S=LxLZ), avec la taille des textures de forme cylindrique (r, ry), r varie de 0.6 à 2.0 mm et la
valeur de ry est fixée à 0.015 mm.

0,8
r  2
0,7 LZ  .r /(L.LZ)

Fraction de la surface texturée 

0,6 L

0,5

0,4

0,3

0,2

0,1

0,0
0,6 0,8 1,0 1,2 1,4 1,6 1,8 2,0
-3
Rayon du cylindre r 10 (m)

Fig.3.17 : Variation de la fraction de la surface texturée avec le rayon r

88
Les valeurs de l'épaisseur minimale du film, du couple de frottement, du débit axial, de la
pression maximale et de l'angle de rupture du film pour les surfaces lisses et texturées sont
comparées pour différents fraction 2. Les résultats obtenus sont sur la Fig.3.18.

12,25
(a) Surface lisse
Epaisseur minimale du film 10 (m)

Surface texturée
12,20
-6

12,15

12,10

12,05

12,00

11,95
0,0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 0,6 0,7
2

1,220
(b) Surface lisse
Surface texturée
Couple de frottement (N.m)

1,215

1,210

1,205
0,0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 0,6 0,7
2

89
1,75
(c) Surface lisse
Surface texturée
Débit axial du film 10 (m /s)
3

1,74
-5

1,73

1,72
0,0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 0,6 0,7
2

7,75
(d) Surface lisse
Surface texturée
Pression maximale (MPa)

7,70

7,65

7,60

7,55
0,0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 0,6 0,7
2

90
220
(e) Surface lisse
Surface texturée
Angle de rupture du film (°)
215

210

205

200
0,0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 0,6 0,7
2

Fig.3.18 : Variation de a) Epaisseur minimale du film, b) Couple de frottement, c) Débit axial


du film, d) Pression maximale et e) Angle de rupture du film avec la fraction de la surface
texturée 2

Cette figure indique que l'épaisseur minimale du film, le couple de frottement, le débit axial,
la pression maximale et l'angle de rupture du film sont différents des valeurs obtenues pour
des surfaces lisses. Cette différence augmente rapidement importante à mesure que la fraction
texturée de la surface du coussinet augmente 2, particulièrement pour le cas de la plus grande
taille de texture (2mm, 0.015mm) correspondant à la valeur 2 de 0.7.

Ce qui que pour une distribution spécifique de textures sur la surface du contact, et pour la
plus grande concentration de textures 2, la présence de textures apporte une amélioration aux
performances d’un palier lisse hydrodynamique.

91
3.4.3.2 Influence de la forme de la texture
Afin d'analyser la variation des caractéristiques du palier avec la profondeur de la texture (le
long de la direction y) pour trois formes géométriques de la texture, nous considérons une
texture de rayon r=1mm et augmentons la profondeur de 0.001 à 0.040 mm. Les résultats sont
donnés sur la Fig.3.19.

12,7
Cubique (a)
Epaisseur minimale du film 10 (m)

12,6 Cylindrique
Sphérique
-6

12,5 Lisse
12,4

12,3

12,2

12,1

12,0

11,9
0 5 10 15 20 25 30 35 40
-6
ry 10 (m)
1,24
Cubique (b)
Cylindrique
1,23
Sphérique
Couple de frottement (N.m)

Lisse
1,22

1,21

1,20

1,19

1,18
0 5 10 15 20 25 30 35 40
-6
ry 10 (m)

92
1,77
Cubique (c)
1,76 Cylindrique
Débit axial du film 10 (m /s) Sphérique
3

1,75 Lisse
-5

1,74

1,73

1,72

1,71

1,70
0 5 10 15 20 25 30 35 40
-6
ry 10 (m)
8,0
Cubique (d)
7,9 Cylindrique
Sphérique
Pression maximale (MPa)

7,8 Lisse
7,7

7,6

7,5

7,4

7,3

7,2
0 5 10 15 20 25 30 35 40
-6
ry 10 (m)

93
270
Cubique (e)
260 Cylindrique
Sphérique
Angle de rupture du film (°)
250 Lisse

240

230

220

210

200
0 5 10 15 20 25 30 35 40
-6
ry 10 (m)

Fig.3.19: Variation a) Epaisseur minimale du film, b) Couple de frottement, c) Débit axial du


film, d) Pression maximale et e) Angle de rupture du film avec la profondeur de la texture

La Fig.3.19 montre l’évolution de l'épaisseur minimale du film, du couple de frottement, du


débit axial du film, de la pression maximale et de l'angle de rupture du film pour différentes
formes géométriques de la texture en fonction de la profondeur ry de celle-ci.

Les valeurs de ses caractéristiques sont clairement différentes de ceux de surfaces lisses. Cette
différence devient plus grande à mesure que la profondeur de la texture augmente, ça monte
brusquement pour des valeurs de la profondeur ry>0.005mm, particulièrement pour le cas de
la forme cubique.

L'effet positif de la texture sur des caractéristiques statiques d’un contact hydrodynamique
lubrifié devient significatif pour la forme cubique de la texture comparée aux autres formes
(cylindriques et sphériques), suggérant d’opter pour le choix de la forme cubique.

Conclusion :

94
L’analyse des surfaces texturées par des textures de forme cylindrique indique qu'un choix
approprié de la taille, de la profondeur et de la géométrie des textures peut affecter les
caractéristiques du contact.

La géométrie et la taille de la texture affectent la capacité de charge et le couple de frottement


dans un contact lubrifié. Les textures de forme cubique montrent plus d’avantages comparés à
d’autres géométries pour l'amélioration des conditions de travail d’un palier.

Généralement l'impact de la texturation des surfaces est plus avéré pour une concentration
importante de textures en surface et cela pour toutes les formes géométriques.

95
3.5 Conclusion

Le modèle numérique des Différences Finies a été mis au point pour l’étude de l'influence de
la position des textures sur les surfaces de contact d’un palier lisse hydrodynamique soumis à
un chargement stationnaire. Les cas sont analysés, où l'arbre est supposé lisse et rigide, la
surface du coussinet comporte des textures.

Les résultats numériques indiquent que la présence des textures affecte les caractéristiques
les plus importantes d’un palier (l’épaisseur du film, la distribution de la pression, le débit
axial du film fluide et le couple de frottement).

Un choix approprié de la taille, de la profondeur, du nombre et de la répartition des textures


sur la surface du coussinet ont un effet positif sur les caractéristiques d'un contact lubrifié et
améliore par conséquence les performances de celui-ci.

A travers un choix judicieux de la disposition des textures sur l’une des surfaces du palier, les
performances de celui-ci peuvent être améliorées.

La géométrie et la taille de la texture affectent la capacité de charge et le couple de frottement


dans un contact lubrifié. Les textures de forme cubique montrent plus d’avantages comparés à
d’autres géométries pour l'amélioration des conditions de travail d’un palier.

Généralement l'impact de la texturation des surfaces est plus avéré pour une concentration
importante de textures en surface et cela pour toutes les formes géométriques.

96
Conclusion et perspectives
Le rendement des machines sera meilleur et les pertes d’énergie seront minimes si une partie
importante de la recherche c’est concentré sur la nécessité d’économiser de l’énergie de
consommation. Ceci nécessite, pour de nombreux mécanismes de diminuer les frottements et
de réduire l’usure. Ces pertes son liées, généralement aux problèmes de lubrifications et
notamment à la lubrification hydrodynamique.

Les organes de guidage en rotation que sont les paliers hydrodynamiques contribuent à la
bonne marche et la stabilité de la machine et sont des éléments très actifs de plus en plus
sollicités. Pour s’affranchir d’expérimentations lourdes, coûteuses à mettre en œuvre qui
permettrait de mesurer les performances et d’éviter les dommages des mécanismes, on se doit
de réaliser des modèles de modélisation numériques de plus en plus précis et de plus en plus
fiables.

La plupart des études de la littérature faites sur l’état de surface tiennent compte de l’effet des
rugosités, porosités, etc. Rares sont celles qui traitent de l’effet de la texturation des surfaces
sur l’amélioration des performances d’un contact hydrodynamique en générale et d’un palier
lisse cylindrique en particulier.

L'étude est limitée au cas particulier important d'un palier cylindrique de longueur finie
travaillant en régime stationnaire établi. L'évolution des performances d’un palier cylindrique
dont l’une des surfaces (surface du coussinet) comprend des textures usinées (formes
géométriques régulières uniformément distribuées) va être étudiée.

Un programme de calcul numérique assez complexe est réalisé pour le calcul du problème
inverse en lubrification avec l’introduction des textures. Des difficultés induites par la
présence de la texture ont étaient surmontées. Il fallait dans le maillage en 2d du film fluide
prendre en compte la géométrie 3d de la texture. Vu la dimension microscopique de la
texture, il fallait un maillage très raffiné du film fluide pour pouvoir intégrer la géométrie de
la texture dans ce maillage. Ce qui amène à manipuler des systèmes d’équations de

97
dimensions considérables. Pour ce des problèmes de convergence apparaissent et les temps de
calcul s’en trouvent prolongé.

La méthode numérique des Différences Finies est utilisée pour l’étude de l'influence de l’état
de surface d’un palier lisse hydrodynamique soumis à un chargement stationnaire sur ses
performances. Le cas est analysé, où l'arbre est supposé lisse et rigide, la surface du coussinet
comporte des textures.

Les premiers résultats numériques obtenus indiquent que la présence des textures affecte les
caractéristiques les plus importantes d’un palier (l’épaisseur du film, la distribution de la
pression, le débit axial du film fluide et le couple de frottement).

Un choix approprié de la taille, de la profondeur, du nombre et de la répartition des textures


sur la surface du coussinet ont un effet positif sur les caractéristiques d'un contact lubrifié et
améliore par conséquence les performances de celui-ci. A travers un choix judicieux de la
disposition des textures sur l’une des surfaces du palier, les performances de celui-ci peuvent
être améliorées. La présence de textures sur les surfaces de contact améliore la
lubrification dans la région du contact hydrodynamique, et réduit ainsi le frottement tout
en augmentant la capacité de charge.

En faisant est une comparaison des effets hydrodynamiques de quelques formes géométriques
de textures sur un système de palier lisse. La géométrie et la taille de la texture affectent la
capacité de charge et le couple de frottement dans un contact lubrifié. Les textures de forme
cubique montrent plus d’avantages comparés à d’autres géométries pour l'amélioration des
conditions de travail d’un palier.

L'impact de la texturation des surfaces est plus avéré pour une concentration importante de
textures en surface et cela pour toutes les formes géométriques.

98
En perspectives, les effets des textures sur un palier lisse cylindrique travaillant en régime
instationnaire (soumis à un chargement variable en module et en direction) qui est le cas des
paliers d’un moteur thermique (palier de tête de bielle, palier de pied de bielle et palier de
vilebrequin) seront étudiés.

99
Annexes

100
Annexe A
Epaisseur du film
lubrifiant
Soit une section droite du palier (Fig.A.1), un point M appartenant à la surface du coussinet

sera repéré par la coordonné angulaire    O c O, O c M  .


 

 

F

Rc
O
x y
Ra

Oc
M’  e O
a
h
Raa
M a
Rcc
c

Fig.A.1 : Section droite du palier

L’épaisseur du film d’huile est d’après la figure A.1 s’écrit :


h = OcM-OcM’
Alors :
h = Rc - OcM’= (Ra+C) - OcM’
En appliquant la règle des sinus au triangle OaM’Oc, il vient :

101
O a M' e O c M' Ra R
    a (A.1)
sin O a O c M' sin sin(O c O a M') sin  -   sin

De l’égalité A.1, on a :

e
sin   sin  (A.2)
Ra

Et,

Ra
OcM’= sin(OcOaM’) (A.3)
sin 

Or,

e
(OcOaM’) =  -  =   arcsin( sin  )
Ra

En remplaçant dans l’expression A.3, on aura :

Ra e
OcM’= sin (  arcsin ( sin  ))
sin Ra

En développant le sinus nous obtenons :


2
 e 
O c M'= Ra 1   sin    e cos (A.4)
 Ra 

La quantité e/Ra est très petite devant l’unité (de l’ordre de 10-3), on peut donc négliger le
2
 e 
terme  sin   <<1.
 Ra 

Il vient alors :

h  C 1  cos   (A.5)

Où l’excentricité relative : =e/C varié de 0 à 1.

102
Annexe B
Discrétisation de l’équation
de Reynolds

B.1 Equation de Reynold

L’équation de Reynolds sans dimension pour un palier lisse travaillant sous charge statique
(régime stationnaire) s’écrit d’après la relation 2.23 comme ceci :

  3 P   R    3 P  h 
2
2
h   h   6R c   a   (B.1)
     L  Z  Z    

2
R
En remplaçant h=C.H et P  6 ( a   c )  P dans l’équation B.1, on obtient :
C 

  3  P   R    3  P   H
2

H   H  (B.2)
 θ   θ   L   Z   Z   θ

103
B.2 Méthode des différences finies

L’utilisation de la méthode des différences finies pour la détermination du champ de pression


dans le film lubrifiant nécessite :

 le développement du palier dans le sens circonférentiel,

 un découpage du palier développé en un certain nombre de rectangles élémentaires,

 le remplacement des variables  et Z par des variables discrètes I et J (Figure B-1).

J Z
l
N 1

J+1
k
J
J-1

1
0 2 
1 I-1 I I +1 M I

Fig.B.1 : Palier développé et discrétisé

M et N sont le nombre de points suivant I et J.

l= est le pas suivant I

k=Z est le pas suivant J

Le palier est considéré symétrique et parfaitement aligné.

2 1 1
  et Z 
R M 1 N 1

104
Le développement de Taylor de PZ  Z  et PZ  Z  de l’ordre 4 s’écrit :

  P Z  ΔZ 2  2 P Z  ΔZ 3  3 P Z  ΔZ 4  4 P Z 


P Z  Z   P Z   ΔZ   
Z 2  Z2 6  Z2 24  Z 4
 (B.3)
P Z  Z   P Z   ΔZ  P Z   ΔZ  P Z   ΔZ 3  3 P Z  ΔZ 4  4 P Z 
2 2


 Z 2  Z2 6  Z2 24  Z 4

La résolution de ces deux équations permet d’obtenir les relations suivantes:

  P Z  P Z  ΔZ   P Z  ΔZ  ΔZ 2  3 P Z 
  
 Z 2 ΔZ 6  Z3
 2 (B.4)
  P Z   P Z  Z   2 P Z   P Z  ΔZ   ΔZ  P Z 
2 4


  Z2 ΔZ 2 12 Z4

Si le dernier terme de chacune de ces deux équations est négligeable devant les autres, c’est-à-
dire pour un pas Z suffisamment petit, on obtient les relations qui, exprimées en fonction de
I et de J, s’écrivent :

 P ( I , J ) P ( I , J  1)  P ( I , J  1)
 
 Z 2Z
  2 P ( I , J ) P ( I , J  1)  2 P ( I , J )  P ( I , J  1) (B.5)
 
  Z2
 Z 2

De la même manière, on obtient :

 P ( I , J ) P ( I  1, J )  P ( I  1, J )
 
  2
  2 P ( I , J ) P ( I  1, J )  2 P ( I , J )  P ( I  1, J ) (B.6)
 
 
  2
2

La valeur de la pression P au point de coordonnées I et J est fonction de la valeur de la


pression aux points adjacents.

105
En remplaçant les expressions B.5 et B.6 dans l’équation de Reynolds B.2. L’expression de la
pression adimensionnelle s’écrit :

P ( I , J )  A1 P ( I  1, J )  A2 P ( I  1, J )  A3 P ( I , J  1)  P ( I , J  1)  A4 P ( I , J  1)  P ( I , J  1)  A5
(B.7)

Avec :

 1 1 3 H
 
2  2H  θ
 1
A =
  1  R 2 1 
 2 2    2 
    L  k 
 1 1 3 H
 
2  2H  θ
 2
A =
  1  R 2 1 
2 2    2 

    L  k 

2
R 1
   2
 A3= L k
  1  R 2 1 
 2 2    2 
    L  k 

R 3 1 H
2
  
  L  2k H  Z
 A4=
  1  R 2 1 
 2 2    2 
    L  k 
 H
 θ (B.8)
 A5= 
 
3 1 R 1 
2

2H  2    2 
    L  k 

Cette relation s’applique à tous les noeuds (I, J) du maillage.

On a donc un système de (M-2)x(N-2) inconnues. Les 2(M+N)-4 autres équations sont


obtenues à partir des conditions aux limites.

106
La solution de ce système de M.N équations ne peut être obtenue par une méthode directe car,
il n’est pas possible de prendre en compte les conditions aux limites de Reynolds. La méthode
itérative de Gauss-Seidel avec coefficient de sur-relaxation est adaptée à ce problème.

L’expression de la pression devient donc :

 
 A1 PI+1,J   A2 PI-1,J   A3 PI,J+1  PI,J-1
PI,J   1  Ω  PI , J +Ω 
 
(B.9)
 A4 PI,J+1  PI,J-1  A5 

Où  est le coefficient de sur-relaxation qui en lubrification est généralement compris entre


1,50 et 1,85.

107
Annexe C
Calcul des couples de
frottements et du débit de
fuite
Dans un palier, le film lubrifiant peut se définir en deux zones distinctes (Figure C.1) qui sont
les suivants :

 la zone active pour laquelle la répartition de pression est positive  e , s ;

 la zone inactive ou la pression est nulle s ,  e  2  .

Zone
inactive

a e
Oc
Zone
s Oa active

Pression

Fig.C.1 : Représentation du palier

108
Le couple de frottement peut se calculer de trois façons différentes. La première prend en
compte uniquement le couple induit par la zone active. La seconde considère le palier plein de
lubrifiant.
Le couple de frottement dans un palier s’effectue en intégrant la contrainte de cisaillement sur
la surface de l’arbre ou du coussinet.

C.1 Couple de frottement dans la zone


active pour un palier lisse

Les couples de frottements dans la zone active s’écrivent :

Sur l’arbre

Ca = Cp +Cg e s (C.1)

Sur le coussinet

Cc = - Cp +Cg e s (C.2)

Avec :
L S
 R P
C P    h d dz
 0 e
2 
 L S
(C.3)
C  e S  (U  U c )
 g   R 2 a
h
d dz
 0  e

109
C.1.1 Calcul de Cp

Cp représente le couple de frottement dû au gradient de pression. Dans son expression, seules


la pression et la hauteur du film sont des fonctions de  dans le cas d’un palier lisse (sans
textures).

L’intégration par partie donne :

R   h 
θs
L
 θs
C P= 
2 0
[ Ph]θ   P
 θ
dθ  dz

(C.4)
 e θe 

La pression aux frontières de la zone active est nulle, ainsi :

L θs L θs
R h C.
CP  
2 0 θ P  θ dθ dz  2   P sin θ
0 θe
R dθ dz (C.5)
e

F étant la charge appliquée au palier et  est l’angle de calage, on obtient :

C.ε
CP  F sin  (C.6)
2

110
C.1.2 Calcul de Cg e  s

Dans le cas d’un palier fonctionnant en régime stationnaire, l’expression des vitesses suivant
la dimension circonférentielle  se réduisent à :

U a  R. a
 (C.7)
U c  R. c

En remplaçant les expressions des vitesses dans l’équation C.3, le couple de frottement dû au
glissement s’écrit :


R 3 L
a  c  d
s
 e s
Cg  (C.8)
C  e 1   cos 

Dans la zone active, il a pour expression :

s
R 3 L   
Cg
 e s
 a  c  2 2 arctg  1   tg    (C.9)
C  1   1  2 
e

Les couples de frottement sur l’arbre et le coussinet s’écrivent :

Sur l’arbre
s
R 3 L   
Ca 
C.ε
F sin   a  c  2 2 arctg  1   tg    (C.10)
2 C  1   1  2 
e

Sur le coussinet
s
R 3 L   
Cc  
C.ε
F sin   a  c  2 2 arctg  1   tg    (C.11)
2 C  1   1  2 
e

111
C.2 Couples de frottement pour un palier
lisse plein

Si on considère le palier rempli de lubrifiant, le couple de frottement sur l’arbre et sur le


coussinet pour un palier lisse, s’écrivent :

0 , 2

C a  C p  C g
 0 , 2 (C.12)
C c  C p  C g

Les bornes d’intégration e et s sont prisent tel que : e = 0 et s = 2. Le calcul de ces
intégrales étant semblable à celui effectué (paragraphe C.1).

Les couples de frottement s’écrivent :

Sur l’arbre

C.
Ca  F sin   
LR 3
 a  c  2 2 (C.13)
2 C 1 

Sur le coussinet

C.
Cc   F sin   
LR 3
 a  c  2 2 (C.14)
2 C 1 

112
C.3 Couples de frottement pour un palier
plein texturé

Les couples de frottements dans le cas d’un palier plein comportant des textures sur ses
surfaces de contact se calculent numériquement.

En remplaçant h=C.H et z=L.Z dans l’équation C.12, les couples de frottement s’écrivent :

Sur l’arbre

(C.15)

Sur le coussinet

(C.16)

Dans le cas d’un palier texturé, la hauteur du film H est fonction de  et Z. son expression est :

(C.17)

Puisque la discrétisation se fait sur un demi-palier, on a :

(C.18)

Après discrétisation, on obtient :

(C.19)

Avec et

113
C.4 Débit de fuite du palier

Le débit de fuite du palier est obtenu par intégration de la vitesse du fluide dans la direction
axiale, à travers la section du film. Le débit axial est donné par l’expression (2.30) et s’écrit :

R.C 3

P
Q H
3
Z  1/ 2 dθ (C.20)
6L 0
Z

P
Ne connaissant pas l’expression de Z  1 / 2 , on supposera que la pression est une
Z
fonction du second degré en Z, ce qui s’écrit : PZ   a Z 2  b Z + c

Connaissant les conditions aux limites (équation 2.21) qui sont :

b  0
P( , Z  1 / 2)  0  
c   a / 4

Alors on a :

1
P( , Z  1 / 2)  a( Z 2  ) (C.21)
4

P P
Le gradient de pression devient :  2a Z , ( Z  1 / 2)  a
Z Z
En effectuant un maillage du palier tel que PI , J  corresponde à P , Z  , on peut écrire :

PI , 1  P , Z  1 / 2  0

PI , 2  P , Z  1 / 2  k   a( k  k)
2

PI , 3  P , Z  1 / 2  2k   a(4 k 2  2 k)


4 P I , 2   P I , 3 
Tel que k est le pas suivant Z, on tir a qui est définit par: a  
2k
Le débit axial sans dimension devient alors :

R.C 3 H3
Q
12L 0 k (4 P( I , 2)  P( I , 3)) dθ (C.22)

114
Annexe D
Description du programme
numérique
L’équation de Reynolds, déduite des équations de Navier-Stokes, permet de déterminer le
champ de pression dans le film créé par le mouvement des surfaces du contact. La répartition
de pression qui dépend des paramètres géométriques, et de la charge appliquée nécessite dans
ce cas d’étude, la résolution d’un problème inverse.

A partir d’une position de l’arbre dans le coussinet :

 Le champ de pression correspondant est déterminé,

 La charge supportée en intégrant la pression est calculée,

 La charge calculée est comparée à la charge appliquée.


Si la charge calculée est différente de la charge appliquée, il faut modifier la position de
l’arbre. La procédure est poursuivie jusqu’à la convergence. La position du centre de l’arbre à
l’intérieur du coussinet est ainsi connue.

Puis, à partir des équations de base il est possible de déterminer :

 La valeur minimale du film lubrifiant,

 La pression maximale du film,

 Le couple de frottement,

 Le débit axial,

 La puissance dissipée.

115
D.1 Lecture des données

D.1.1 Problème à traiter

IPA Type de palier étudier :


IPA=1 : palier court
IPA=2 : palier de longueur finie
ICON Type de condition aux limites utilisées :
ICON=1 : conditions aux limites de Reynolds
ICON=2 : conditions aux limites d’Elrod
ICH Type de problème étudié :
ICH=1 : problème inverse (charge imposée F)
ICH=2 : problème direct (excentricité imposée EPS)

Dans ce cas d’étude : IPA=2, ICON=1 et ICH=1.

D.1.2 Caractéristiques du palier

AL Longueur du palier (mm)


D Diamètre du palier (mm)
C Jeu radial (mm)
OMEGA Vitesse de rotation de l’arbre (tr/mn)
OMEGC Vitesse de rotation du coussinet (tr/mn)

D.1.3 Données pour le calcul de la pression

F Charge appliquée (N)


EPS Excentricité imposée (ICH=2)
Pa Pression d’alimentation (N/m2)

116
AMU Viscosité dynamique du fluide (Pa.s)
RO Masse volumique du fluide (Kg/m3)
Ta Température d’alimentation (°c)

D.1.4 Maillage et distribution des textures

Itex Type de maillage :


Itex=0 : maillage sans textures
Itex=1 : maillage avec textures

 Si Itex=0 :
Ima,Jma Maillage du palier

 Si Itex=1 :
x1,x2 Zone à raffiner selon OX (°)
z1,z2 Zone à raffiner selon OZ (mm)
xt1,xt2 Zone texturée selon OX (°)
zt1,zt2 Zone texturée selon OZ (mm)
i1 Forme géométrique de la texture :
i1=1 : ellipse
i1=2 : cube
i1=1 : cylindre
i1=1 : sphère
rx,ry,rz Dimension de la texture selon les axes OX, OY, OZ (mm)
nx Nombre total de textures selon OX de 0 à 360°
nz Nombre total de textures selon OZ de 0 à AL
nnx Nombre de nœud/texture selon OX
nnz Nombre de nœud/texture selon OZ

117
D.2 Structure du programme

Le programme de calcul numérique réalisé comporte 2680 lignes et permet de traité quelques
problèmes de lubrification hydrodynamique.

Dans cette étude, le problème inverse en lubrification hydrodynamique qui consiste à


déterminer la position de l’arbre dans le coussinet pour une charge statique imposée, est traité.
En plus, l’effet de la présence de texture tridimensionnelle sur les surfaces du contact est pris
en compte.

Le programme est composé d’un menu principal qui fait appelle essentiellement à deux
importants sous programmes CALST et CALDY :

CALDY Sous programme permettant la résolution du problème de la lubrification


hydrodynamique d’un palier lisse soumis à un chargement dynamique (Chargement variable
en module et en direction) par la méthode de Mobilité de Booker [Boo65].

CALST Sous programme permettant la résolution du problème d’un palier lisse


hydrodynamique soumis à une charge statique.

CALST fait appelle à plusieurs sous programmes qui sont :

- MAILL Sous programme de maillage qui permet de mailler le film fluide et de


distribuer les textures sur les surfaces du contact.

- CHAMC Sous programme de calcul du champ de pression pour un palier court.

- CHAMF Sous programme de calcul du champ de pression pour un palier de longueur


finie.

118
- REYNO Sous programme de calcul du champ de pression avec les conditions aux
limites de Reynolds.

- ELROD Sous programme de calcul du champ de pression avec les conditions aux
limites d’Elrod.

- CASTA Sous programme pour le calcul du couple de frottement, du débit de fuite et de


la puissance dissipée dans le contact pour un palier lisse.

D.3 Organigramme simplifié

1. Entrée des données

2. Maillage du film fluide avec texture

3. Valeur initiale de l’excentricité relative

4. Calcul du champ de pression

5. Calcul de la charge supportée F

6. Est-ce que la charge calculée W correspond à la charge imposée F ?


NON (7) ; OUI (8)

7. Calcul d’une nouvelle excentricité relative par une méthode d’interpolation (méthode de
dichotomie), aller à l’étape (4)

8. Résultats

119
120
Bibliographie
Lubrification hydrodynamique

1. [Boo65] BOOKER J.F. Dynamically Loaded Journal Bearings: Mobility Method of


Solution. ASME, Journal of Basic Engineering, séries D, p.537, Sept 1965.
2. [Boo71] BOOKER J.F. Dynamically Loaded Journal Bearings: Numerical Application of
the Mobility Method. ASME, Journal of Tribology, séries F, 168-174, 1971.
3. [Chr41] Christopherson D.G. A new mathematical method for the solution of film
lubrication problems. Inst. Mech. Engrs. J. Proc., 146:126–135, 1941.
4. [FNDBG90] Frêne J. Nicolas D. Degueurce B. Berthe D.et Godet M. Lubrification
Hdrodynamique- Paliers et Butées. Editions Eyrolles, 49-150, 1990.
5. [Frê01] Frêne J. La tribologie de l’antiquité à nos jours. Mécanique et Industrie, Elsevier,
2 :263-282, 2001.
6. [Hir54] Hirn G.H. Sur les principaux phénomènes que présentent les frottement médiats,
et sur les diverses méthodes employées au graissage des machines. Bull. Soc. Ind. De
Mulhouse, XXVI :188-277, 1854.
7. [Mas89] Maspeyrot P. Comportement Dynamique des Paliers de Vilebrequin. Influence
des Défauts de Forme et des Mésalignements. Thèse de Doctorat, Poitiers 1989.
8. [MB81] Moes H. and Bosma R. Mobility and Impedance Definitions for Plain Journal
Bearings. Journal of Lubrication Technology, 103(3):468-470, 1981.
9. [MW21] Mc Coull N. and Walther C. Viscosity-temperature chart. Lubrication, june
1921.
10. [OD53] Ocvirk F.W. and DuBois G.B. Analytical Derivation and Experimental
Evaluation of Short Bearing Approximations of Full Journal Bearings. Report 1157,
NACA, 1953.
11. [PG90] Paranjpe R.S. and Goenka P.K. Analysis of Crankshaft Bearing Uing a Mass
Conserving Algorithm. STLE, Tribol. Trans., 33 :333-344, 1990.

121
12. [Rey86] Reynolds O. On the Theory of Lubrication and its Application on m. Beauchamp
Towers's Experiments. Phil. Trans. Royal Society, London, A-177 : 157-234, 1886.
13. [Swi32] Swift H.W. The stability of lubricating films in journal bearings. Proc. Inst. Civil
Engrs. (London), 233:267–288, 1932.
14. [Tan84] Tanneau G. Contribution à l’Etude des Paliers de Bielles, Effet des Rugosités.
Thèse de Doctorat 3éme Cycle, Poitiers 1984.
15. [Tow83] Tower B. First report on friction experiments. Proc. IMechE, 34 :632-659, 1883.
16. [VB92] Vijayarachavan D. and Brewe D.E. Frequency Effects on the Stability of a
Journal Bearing for Periodic Loading. ASME, Tribol. Trans., 114 :107-115, 1992.
17. [VBK93] Vijayarachavan D., Brewe D.E., and Keith, Jr T.G. Effect of Out-of-Roudness
on The Performance of a Diesel Engine Connecting-Rod Bearing. Trans. of the ASME,
115 :538-543, July 1993.
18. [VMF94] Vincent B., Maspeyrot P., and Frêne J. Starvation and cavitation effects in finite
grooved journal bearing. Proceedings of 21st Leeds-Lyon Symposium of Tribology, Leeds,
455–464, September 1994.
19. [VMF97] Vincent B., Maspeyrot P., and Frêne J. Cavitation in Non circular Journal
Bearing. WEAR, 207 :122-127, 1997
20. [Vin95] Vincent B. Modélisation de la rupture et de la reformation du film en lubrification
hydrodynamique stationnaire et instationnaire. Thèse de Doctorat, p. 71-82, Poitiers 1995.

Texturation des surfaces

21. [AC94] Ai X. and Chen H.S. The influence of moving dent on point EHL contacts.
STLE, Tribol. Trans., 37:323-335, 1994.

122
22. [ARHF03] Arghir M., Roucou N., Helene M., and Frêne J. Theoretical Analysis of the
Incompressible Laminar Flow in a Macro-Roughness Cell. ASME, J. Tribol., 125(2):309–
318, 2003.
23. [Bri03] Brizmer V., Kligerman Y., and Etsion I. A Laser Textured Parallel Thrust
Bearing. STLE, Tribol. Trans., 46(3):397-403, 2003.
24. [Bur99] Burstein L., Ingman D. Effect of Pore Ensemble Statistics on Load Support of
Mechanical Seal with Pore-Covered Faces. ASME, J. Tribol., 121:927-932, 1999.
25. [DOVR07] De Kraker A., Ostryen R. A. J., Van Beek A., and Rixen D. J. A multiscale
method modelling surface texture effects. ASME, J. Tribol., 129:221-230, 2007.
26. [DFM06] Dobrica M., Fillon M., and Maspeyrot P. Mixed EHD Lubrication in partial
journal bearings – Comparison between deterministic and stochastic models. ASME, J.
Tribol., 128(4):778-788, 2006.
27. [EB96] Etsion I., and Burstein L. A Model for Mechanical Seals with Regular
Microsurface Structure. STLE, Tribol. Trans., 39(3):677-683, 1996.
28. [EKH99] Etsion I., Kligerman Y. and Halperin G. Analytical and Experimental
Investigation of Laser-Textured Mechanical Seal Faces. STLE, Tribol. Trans., 42(3):511-
516, 1999.
29. [Ets05] Etsion I. State of the Art in Laser Surface Texturing. ASME, J. Tribol., 127:248-
253, 2005.
30. [FKEH06] Feldman Y., Kligerman Y., Etsion I. and Haber S. The Validity of the
Reynolds Equation in Modeling Hydrostatic Effects in Gas Lubricated Textured
Parallel Surfaces. ASME, J. Tribol., 128:345-350, 2006.
31. [Frê03] Frêne J. La tribologie de l’antiquité à nos jours. National Tribology Conference,
(ROTRIB’03), 2-1982, B671-1, p.1-25, 24-26 septembre 2003.
32. [HZ00] Hu Y.Z. and Zhu D. A full numerical solution to the mixed lubrication in point
contacts. ASME, J. Tribol., 122:1-9, 2000.
33. [KAEFE05] Kovalchenko A., Ajayi O., Erdemir A., Fenske G., and Etsion I. The effect of
laser surface texturing on transitions in lubrication regimes during unidirectional sliding
contact. Tribol. International, 38:219-225, 2005.
34. [KHK96] Kumada Y., Hashizume K., and Kimura Y. Performance of plain bearings with
circumferential microgrooves. STLE, Tribol. Trans., 39:81-86, 1996.

123
35. [KES89] Kweh C.C., Evans H.P., and Snidle R.W. Micro-elastohydrodynamic lubrication
of an elliptical contact with transverse and 3-dimensional roughness. ASME, J. Tribol.,
111:577-584, 1989.
36. [LNB88] Lubrecht A.A., ten Napel W.E., and Bosma R. The influence of longitudinal
and transverse roughness on the elastohydrodynamic lubrication of circular contacts.
ASME, J. Tribol., 110:421-426, 1988.
37. [MTJX97] Mehenny D.S. Taylor, Taylor C.M., Jones G.J., and Xu H. The influence of
circumferential waviness of the journal on the lubrication of dynamically loaded journal
bearings. SAE Technical Paper 970216, 1997.
38. [MT00] Mehenny D.S. Taylor, Taylor C.M. Influence of circumferential waviness on
engine bearing performance. Journal of Mechanical Engineering Science, 214.51-61,
2000.
39. [PMG04] Pascovici M.D., Marian V., and Gaman D. Analytical and numerical approach
of load carrying capacity for partially textured slider. International Nanotribology
Conference, (Nano Sikkim II: Friction and Biotribology), India, 8-12, November 2004.
40. [PT00] Priest M. and Taylor C.M. Automobile engine tribology -approaching the surface.
Wear, 241:193-203, 2000.
41. [REK01] Ronen A., Etsion I., and Kligerman Y. Friction-Reducing Surface-Texturing in
Reciprocating Automo-tive Components. ASTLE, Tribol. Trans., 44(3):359-366, 2001.
42. [SGAL05] Sahlin F., Glavatskih S.B., Almavist T., and Larsson R. Two-Dimensional
CFD-Analysis of Micro-Patterned Surfaces in Hydrodynamic Lubrication. ASME, J.
Tribol., 127:96-102, 2005.
43. [SS04] Siripuram R.B. and Stephens L.S. Effect of De-terministic Asperity Geometry on
Hydrodynamic Lubrication. ASME, J. Tribol., 126:527-534, 2004.
44. [VL96] Venner C.H., and Lubrecht A.A. Numerical analysis of the influence of
waviness on the film thickness of a circular EHL contact. ASME, J. Tribol., 118:153-161,
1996.
45. [WYKY03] Wakuda M., Yamauchi Y., Kanzaki S., Yasuda Y. Effect of Surface
Texturing on Friction Reduction Between Ceramic and Steel Materials under Lubricated
Sliding Contact. Wear, 254:356-363, 2003.

124
46. [WZWL02] Wang Y., Zhang C., Wang Q.J., and Lin C. A mixed-TEHD analysis and
experiment of journal bearings under severe operating conditions. Tribol. International,
35:395-407, 2002.
47. [XWLLZ06] Xiong S., Wang Q.J., Lin C., Liu W.K., and Zhu D. A Finite-Element
Local-Enrichment (FE-LE) Model For Texturing Journal-Bearing Surfaces. STLE/ASMEm
International Joint Tribology Conference, San Antonio, TX, USA, October 22-25, 2006.
48. [XS96] Xu G. and Sadeghi F. Thermal EHL analysis of circular contacts with measured
surface roughness. ASME, J. Tribol., 118:473-483, 1996.

125
Liste des figures
Fig.2.1 : Systèmes d’axes ......................................................................................................... 28

Fig.2.2 : Domaine d'intégration ................................................................................................ 31

Fig.2.3 : Représentation du film lubrifiant ............................................................................... 32

Fig.2.4 : Section droite du palier .............................................................................................. 37

Fig.2.5 : Palier développé ......................................................................................................... 38

Fig.2.6 : Schématisation des composantes de la charge ........................................................... 41

Fig.3.1 : Système du palier lisse (a) Géométrie du palier; (b) Section droite du palier; (c)
Géométrie de la texture ............................................................................................................ 49

Fig.3.2 : Epaisseur du film dans un contact hydrodynamique avec texture ............................. 51

Fig.3.3 : Les formes géométriques des textures étudiées ......................................................... 52

Fig.3.4 : Organigramme de calcul pour le cas d’étude............................................................. 57

Fig.3.5 : Distribution des textures sur la surface du coussinet (a) Nt et NtZ sont impairs
(Nt=3, NtZ=3); (b) Nt et NtZ sont pairs (Nt=2, NtZ=2) ........................................................ 63

Fig.3.6 : Variation de la pression maximale, épaisseur minimale du film, Débit axial et couple
de frottement pour une surface lisse et pour une surface texturée avec Nt............................. 65

Fig.3.7 : Distribution de l’épaisseur du film à la position =180°; (a) Pour un nombre pair de
Nt (Nt=2); (b) pour un nombre impair de Nt (Nt=3) .......................................................... 66

Fig.3.8 : Variation de la pression maximale, de l’épaisseur minimale du film, du débit axial et


du couple de frottement pour une surface lisse et pour une surface texturée avec la profondeur
de la texture ry .......................................................................................................................... 67

Fig.3.9 : Variation du rapport hlisse/ry avec la profondeur de la texture ry ................................ 68

Fig.3.10 : Variation de la pression maximale, de l’épaisseur minimale du film, du débit axial


et du couple de frottement pour une surface lisse et pour une surface texturée avec le nombre
NtZ ............................................................................................................................................ 69

126
Fig.3.11 : Variation de la pression maximale, de l’épaisseur minimale du film, du débit axial
et du couple de frottement pour une surface lisse et pour une surface texturée avec le nombre
Nt ............................................................................................................................................ 71

Fig.3.12 : Distribution de l’épaisseur du film (a) Surface lisse du coussinet, (b) Surface avec
textures (Nt=20, NtZ=10), (c) Surface entièrement texturée (Nt=40, NtZ=27) ..................... 73

Fig.3.13 Disposition des textures sur la surface développée du coussinet pour 31 cas d’études
.................................................................................................................................................. 80

Fig.3.14 Variation des caractéristiques statiques d’un palier lisse avec différentes dispositions
des textures sur la surface du coussinet .................................................................................... 82

Fig.3.15 : Distribution de l’épaisseur du film et dispositions des textures pour 4 différents cas
.................................................................................................................................................. 85

Fig.3.16 : Épaisseur du film et distribution de textures de forme cylindrique ......................... 87

Fig.3.17 : Variation de la fraction de la surface texturée avec le rayon r................................. 88

Fig.3.18 : Variation de a) Epaisseur minimale du film, b) Couple de frottement, c) Débit axial


du film, d) Pression maximale et e) Angle de rupture du film avec la fraction de la surface
texturée 2 ................................................................................................................................. 91

Fig.3.19: Variation a) Epaisseur minimale du film, b) Couple de frottement, c) Débit axial du


film, d) Pression maximale et e) Angle de rupture du film avec la profondeur de la texture .. 94

Fig.A.1 : Section droite du palier ........................................................................................... 101

Fig.B.1 : Palier développé et discrétisé .................................................................................. 104

Fig.C.1 : Représentation du palier .......................................................................................... 108

127
Liste des tableaux
Tab.3.1 : Résultats pour différents maillages et précisions ...................................................... 60

Tab.3.2 : Caractéristiques hydrodynamique calculées pour un palier lisse sans textures ........ 61

Tab.3.3 : Dispositions des textures et caractéristiques du palier texturé.................................. 74

Tab.3.4 : Evolution des caractéristiques statiques d’un palier texturé ..................................... 76

128

Vous aimerez peut-être aussi