Vous êtes sur la page 1sur 7

 41-213

Dérivations urinaires non continentes


définitives
J. Guillotreau, X. Gamé

Après cystectomie, plusieurs possibilités de dérivation urinaire continente ou non existent. L’urétérostomie
cutanée transiléale est le mode de dérivation urinaire non continente le plus utilisé dans le cadre de la
reconstruction de la continuité du tractus urinaire. Plus simple à réaliser qu’une dérivation continente,
l’urétérostomie cutanée transiléale est, cependant, connue pour ses complications à long terme, en
particulier sur le haut appareil.
© 2015 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

Mots-clés : Dérivations urinaires non continentes ; Urétérostomie cutanée transiléale

Plan ou côlon) de celles sans interposition d’anse intestinale (urétéro-


stomie cutanée, néphrostomies). L’urétérostomie transiléale selon
■ Généralités 1 Bricker [3] est particulièrement décrite, car il s’agit de la dérivation
Critères de sélection 1 urinaire non continente de référence.
Préparation des patients 1
Indications 2 Critères de sélection
■ Dérivations non continentes sans interposition d’anses
intestinales 2 La décision quant au mode de dérivation à choisir est complexe.
Urétérostomies cutanées 2 Elle doit prendre en compte les critères relatifs à la tumeur (stade
Néphrostomies cutanées 3 et localisation), les comorbidités associées, les aspects techniques

chirurgicaux, mais aussi le désir du patient quant à sa future
Dérivation non continente avec interposition d’anses
qualité de vie [1, 2] . Si le désir du patient vis-à-vis d’un mode de
intestinales 3
dérivation doit être pris en compte, il faut également le préve-
Urétérostomie cutanée transiléale 3
nir du risque de changement de dérivation en peropératoire, du
Avec interposition de jéjunum ou de côlon 5
fait d’un mésentère trop court ou du fait de la tumeur (recoupes
■ Conclusion 5 urétrales positives, envahissement local trop important pour assu-
rer un contrôle carcinologique satisfaisant). Pour ces raisons, tout
patient prévu pour une néovessie orthotopique doit avoir un mar-
quage, réalisé par un(e) stomathérapeuthe, pour la réalisation
 Généralités d’une éventuelle dérivation urinaire non continente transiléale
ou d’une dérivation continente cutanée.
Après cystectomie, plusieurs possibilités de dérivation urinaire
existent [1, 2] . Schématiquement, on distingue : Préparation des patients
• les dérivations urinaires non continentes : urétérostomie
cutanée bilatérale, urétérostomie cutanée transiléale, néphro- Prophylaxie des thromboses veineuses profondes
stomies percutanées, etc. ;
Selon les recommandations de la Société française d’anesthésie-
• les dérivations continentes :
réanimation, elle associe l’injection sous-cutanée d’héparine de
◦ « orthotopiques » ou vessies de remplacement tubulées
bas poids moléculaire et le port de bas de contention dès le jour
(Camey I) et surtout détubulées « à basse pression » (Camey II,
même de l’intervention, pour une durée de 4 à 6 semaines au
Hautmann, en Z, Studer, Padoue),
total [4] .
◦ rectosigmoïdiennes (sigma pouch à basse pression, Mayence
II),
◦ poches cutanées « continentes » (Kock, Mayence, Indiana).
Antibioprophylaxie
Les dérivations non continentes sont représentées par toutes les Elle est réalisée comme définie par les recommandations
méthodes permettant de dériver les urines sans que la continence de l’Association française d’urologie et la Société française
physiologique soit maintenue ou qu’un système de continence d’anesthésie-réanimation sur l’antibioprophylaxie en chirurgie
extraphysiologique soit créé. L’écoulement des urines est donc urologique soit, selon l’actualisation 2010, céfoxitine ou amoxi-
ici permanent. Classiquement, on distingue les dérivations avec cilline et acide clavulanique ou, en cas d’allergie, gentamicine et
interposition d’anse intestinale (iléon le plus souvent, jéjunum métronidazole [5] .

EMC - Techniques chirurgicales - Urologie 1


Volume 8 > n◦ 2 > avril 2015
http://dx.doi.org/10.1016/S1283-0879(15)53436-7
© 2016 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 16/10/2016 par SCD LILLE 2 (13266). Il est interdit et illégal de diffuser ce document.
41-213  Dérivations urinaires non continentes définitives

urinaire [1, 2, 6] . L’urétérostomie cutanée est un type de dériva-


tion non continente simple sans interposition d’anse intestinale,
ayant pour principal intérêt de diminuer les complications post-
opératoires [7, 8] . Cependant, l’urétérostomie cutanée est souvent
associée à un risque accru de sténose stomiale (taux de sténose
1 de 50 %) et urétérale favorisant les infections itératives, la for-
mation de lithiase et la dégradation de la fonction rénale à long
terme [1, 2, 8] . Ce mode de dérivation est donc réservé aux patients
fragiles avec une espérance de vie limitée, dans un contexte de
contre-indication à une dérivation continente ou non avec inter-
2 position intestinale, ou avec tumeurs pelviennes non extirpables.
3
4 Technique chirurgicale
Libération de l’uretère
Une fois l’uretère sectionné, il est cathétérisé par une sonde
urétérale. De chaque côté, la dissection urétérale est réalisée si
nécessaire jusqu’à la jonction pyélo-urétérale en préservant le
méso-uretère. Ainsi, l’uretère peut être amené sans tension à la
peau.
5
Réalisation du passage transpariétal
L’idéal est de réaliser la stomie latéralement et non au sein des
grands droits du fait d’un risque obstructif en position debout par
augmentation du tonus.
Figure 1. Emplacement de l’orifice de stomie urinaire. 1. Rebord cos-
Une incision cutanée en V est réalisée en préservant la vascu-
tal ; 2. ombilic ; 3. zone d’emplacement de la stomie ; 4. crête Iliaque ;
larisation du derme afin de limiter le risque de sténose stomiale.
5. symphyse pubienne.
Une alternative est de réséquer une pastille de peau de 3 cm de
diamètre. Après exérèse du tissu adipeux sous-cutané, une inci-
Repérage de l’orifice de stomie sion cruciforme (environ 1 cm ou un travers de doigt) est réalisée
Il est essentiel de repérer l’orifice d’une éventuelle stomie sur l’aponévrose afin de limiter au maximum l’obstruction urété-
en préopératoire. Cela a le double avantage de s’assurer que rale. Après dissection des fibres musculaires, une nouvelle incision
l’orifice de stomie est bien placé, de faire prendre conscience au cruciforme est réalisée sur l’aponévrose postérieure et le péritoine.
patient de l’appareillage éventuel et d’en favoriser l’acceptation. L’uretère est glissé dans ce tunnel en prenant soin d’éviter les
L’emplacement du futur orifice stomial est capital et doit se véri- rotations ou les angulations.
fier en position allongée, assise, mais aussi debout afin de limiter Lorsque l’uretère est trop court, il est possible de remplacer
tout conflit ultérieur avec les vêtements, en particulier la cein- l’incision en V par une langue cutanée tubularisée placée au sein
ture. L’orifice se situe en principe du côté droit à mi-distance de de la paroi.
l’épine iliaque antérosupérieure et de l’ombilic, à distance des plis, Réalisation de la stomie
de l’ombilic et des reliefs osseux (Fig. 1). Il faut prévoir le port
L’anastomose urétérocutanée se fait à l’aide de points sépa-
d’une poche quelques jours avant l’intervention afin de repérer le
rés de fil résorbable (Vicryl® 4/0 ou 5/0). Il est important
site le plus adapté. Une fois repéré, le site de la stomie doit être
d’éverser l’uretère après l’avoir spatulé afin d’avoir un bon orifice
marqué à l’encre indélébile soit par une infirmière spécialisée en
stomial. Pour cette raison, l’incision cutanée en V semble préfé-
stomathérapie, soit par le chirurgien.
rable pour limiter le risque de sténose stomiale. Plusieurs types
d’urétérostomie cutanée sont réalisables (Fig. 2) :
Indications [1, 2] • urétérostomie cutanée bilatérale, où les deux uretères sont
abouchés à la peau de manière séparée et symétrique par rapport
Les dérivations urinaires non continentes sont des techniques à la ligne médiane ;
fréquemment utilisées : • urétérostomie cutanée médiane ou latérale, où les deux uretères
• chez les patients pour lesquels une construction néovésicale sont anastomosés sur une même stomie, en canon de fusil le
n’est pas désirable ou réalisable (en cas de tumeur infiltrant le plus souvent ;
trigone et l’urètre, de tumeur associée de l’urètre, de dérivation • urétéro-urétérostomie cutanée en Y, où seul un uretère est exté-
simple sans exérèse vésicale) ; riorisé et l’autre anastomosé soit au niveau urétéral, soit au
• chez les patients fragiles pour lesquels un temps digestif n’est niveau pyélique, avec toutefois un risque supplémentaire de
pas souhaitable ; sténose de l’anastomose urétéro-urétérale.
• chez les patients ayant une vessie neurologique en échec de
toute prise en charge conservatrice ;
• en cas de non-compliance prévisible à la gestion d’une dériva-
Soins postopératoires
tion urinaire cutanée continente. Le premier jour après la chirurgie, le patient est mobilisé et
Certaines limites de nature ethnique ou géographique (accès au l’alimentation progressivement débutée de manière adaptée à la
matériel d’appareillage) sont possibles. récupération des patients. La perméabilité des sondes urétérales
est vérifiée par des rinçages pluriquotidiens, si besoin, à l’aide de
sérum physiologique. Il est conseillé de maintenir les sondes uré-
 Dérivations non continentes térales définitivement afin de limiter le risque de sténose stomiale.
Cependant, elles doivent être changées régulièrement (intervalle
sans interposition déterminé par le type de sonde utilisé) afin de limiter le risque
d’infection et de calcification.
d’anses intestinales
Urétérostomies cutanées Conseils pratiques
Généralités • Éviter ce mode de dérivation chez le patient obèse.
Les complications précoces après cystectomies (iléus, fistules • Penser à bien préparer les uretères (longueur de dissection) et à
urinaires et digestives) sont souvent liées au type de dérivation bien préserver la vascularisation urétérale.

2 EMC - Techniques chirurgicales - Urologie

© 2016 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 16/10/2016 par SCD LILLE 2 (13266). Il est interdit et illégal de diffuser ce document.
Dérivations urinaires non continentes définitives  41-213

Figure 2. Différents types d’urétérostomie


cutanée.
A. Urétérostomie cutanée avec un orifice
médian.
B. Urétérostomie cutanée bilatérale.
C. Urétérostomie cutanée avec un orifice de sto-
mie latérale.
D. Urétérostomie cutanée avec un orifice de sto-
mie latérale avec anastomose urétéropyélique.
E. Urétérostomie cutanée avec un orifice de sto-
mie latérale avec anastomose urétéro-urétérale.

• Lors du passage transpariétal de l’uretère, éviter les rotations et L’urétérostomie cutanée transiléale est la plus simple des déri-
angulations. vations intestinales à réaliser et est associée à un taux faible
• Éviter de réaliser les anastomoses sur un uretère dévascularisé mais significatif de complications per- et postopératoires. Il est
et sous tension. déconseillé de la proposer aux patients ayant un syndrome de
l’intestin court, une maladie inflammatoire chronique intestinale,
un antécédent de radiothérapie abdominopelvienne. Dans ces cas,
Néphrostomies cutanées une dérivation utilisant du jéjunum (antécédent de radiothérapie
Ce mode de dérivation est une alternative de dérivation non abdominopelvienne) ou du côlon (syndrome de l’intestin court,
continente. L’avantage est la relative facilité à la réaliser sous anes- une maladie inflammatoire chronique intestinale) peut être réali-
thésie locale. Ses inconvénients sont la nécessité de procéder au sée.
changement régulier des sondes du fait d’un risque d’incrustation
et la mobilisation fréquente des sondes. De plus, la présence de Technique chirurgicale
deux sondes est souvent mal tolérée. Ainsi, certains auteurs ont
proposé de ne dériver que le rein ayant la meilleure fonction. Ce Également réalisable par laparoscopie [9] ou par chirurgie robot-
type de dérivation est à réserver aux patients en fin de vie. assistée [10, 11] , la technique de référence se fait par chirurgie
ouverte. Pendant le temps de cystectomie, les uretères ont été
préalablement sectionnés et le plus souvent clipés pour éviter
 Dérivation non continente la diffusion d’urine contaminée par des cellules malignes en
attendant les résultats de l’analyse extemporanée des recoupes
avec interposition urétérales en cas de cystectomie pour cancer ou, dans certains cas,
permettre leur dilatation qui facilite la mise en place d’une sonde
d’anses intestinales urétérale.
Urétérostomie cutanée transiléale Choix du greffon
Généralités Pour des raisons métaboliques, il est important de préserver
les 10 à 15 derniers centimètres d’iléon. Par transillumination
L’urétérostomie cutanée transiléale est l’intervention de pour apprécier la distribution de la vascularisation intestinale, le
dérivation urinaire externe non continente de référence [1, 2] . Ini- segment à prélever est repéré. La longueur du greffon varie en
tialement décrite par Bricker [3] , elle consistait en la création fonction de la morphologie du patient et surtout de l’épaisseur de
d’un réservoir vésical par l’utilisation d’un segment d’iléon. La la paroi abdominale. En moyenne, le greffon mesure entre 5 et
technique a ensuite évolué pour limiter le risque de reflux, de 10 cm (Fig. 3).
dégradation du haut appareil urinaire et de troubles métaboliques.
Aujourd’hui, elle consiste à réaliser un conduit permettant le pas- Prélèvement du greffon
sage de l’urine au travers de la paroi abdominale. Initialement Une fois l’anse choisie, les deux extrémités sont repérées à l’aide
décrite avec un segment iléal, cette dérivation peut utiliser un de fils. Un long fil-repère est mis sur l’extrémité distale pour être
segment de jéjunum (risque métabolique) ou du côlon (risque de sûr de respecter le sens du péristaltisme. Le mésopéritoine est
sténose urétérocolique). ensuite incisé au bistouri électrique en respectant les branches

EMC - Techniques chirurgicales - Urologie 3

© 2016 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 16/10/2016 par SCD LILLE 2 (13266). Il est interdit et illégal de diffuser ce document.
41-213  Dérivations urinaires non continentes définitives

vasculaires qui sont contrôlées soit par des points séparés, soit par immédiatement pour éviter que le greffon prélevé ne vienne s’y
thermocoagulation. Le méso est ainsi progressivement incisé afin incarcérer.
de libérer le greffon et de lui assurer une bonne mobilité. Une fois
le méso contrôlé, des clamps digestifs sont appliqués et l’incision
du tube digestif est réalisée soit aux ciseaux, soit à l’aide du bis- Franchissement rétropéritonéal de la ligne médiane par
touri électrique. Le greffon prélevé est placé dans une compresse l’uretère gauche
bétadinée et le rétablissement de continuité digestive réalisé. Le L’uretère gauche franchit la ligne médiane dans l’espace rétro-
greffon est lavé à l’eau stérile. péritonéal préaortique, idéalement au-dessus du niveau de l’artère
mésentérique inférieure. La dissection du trajet se fait au doigt,
Anastomose iléo-iléale parfois à l’aide d’une pince de Steal qui, après la mise en place
d’un fil-repère sur l’extrémité distale de l’uretère, permet de le
L’anastomose iléo-iléale est réalisée soit manuellement à l’aide
saisir et de faciliter le passage.
de fils résorbables (terminoterminale), soit par suture mécanique
(latérolatérale) utilisant une pince GIA® 60 puis une pince TA® 90,
technique moins pourvoyeuse de sténose et associée à une reprise Anastomoses urétéro-iléales
plus rapide du transit. La brèche mésentérique créée est fermée Une fois les uretères spatulés, une sonde urétérale CH ou 7 est
placée dans chaque uretère et fixée à l’extrémité distale par un
point intramuqueux de Vicryl® à résorption rapide 5/0. Plusieurs
techniques d’anastomose existent :
• anastomose de chaque uretère sur le bord antimésentérique
par une série de points séparés extramuqueux selon Bricker [3]
(Fig. 4) ;
• anastomose des deux extrémités distales des uretères avec
10-15 cm l’extrémité proximale du greffon selon Wallace : après avoir spa-
tulé les uretères, ceux-ci sont anastomosés ensemble côte à côte
2 (Wallace I) ou en tête bêche (Wallace II) [12, 13] (Fig. 5) ;
5 • anastomose directe par implantation directe des uretères dans
le greffon en laissant une extrémité libre d’environ 1 cm à
1 3 4
l’intérieur. Les uretères sont fixés par des points séparés séro-
séreux (Fig. 6).
Une fois les anastomoses réalisées, leur étanchéité est vérifiée
Figure 3. Choix du greffon iléal. 1. Cæcum ; 2. graisse antimésenté- par lavage du greffon. Les sondes urétérales sont extériorisées par
rique ; 3. appendice ; 4. iléon ; 5. zone de sélection du greffon. l’extrémité distale du greffon intestinal.

Figure 4. Anastomose urétéro-iléale selon Bri-


cker (A, B). 1. Uretères ; 2. zone d’implantation
de l’uretère ; 3. greffon iléal.

1 1 1 1

2 2 2 2
3 3

Figure 5. Anastomose
urétéro-iléale selon Wal-
lace.
A. Wallace I.
B. Wallace II.
C. Spatulation des uretères.

4 EMC - Techniques chirurgicales - Urologie

© 2016 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 16/10/2016 par SCD LILLE 2 (13266). Il est interdit et illégal de diffuser ce document.
Dérivations urinaires non continentes définitives  41-213

Figure 6. Anastomose urétéro-iléale par implantation directe.

Confection de la stomie
Une pastille de peau de 3 à 4 cm de diamètre est réséquée,
puis également le tissu graisseux sous-cutané jusqu’à l’aponévrose
du muscle oblique externe. Celle-ci est incisée en croix. Des fils
repères sont placés à chaque coin (quatre points de fil résor-
bable 0), ce qui permet de fixer la stomie à la paroi. Un trajet
musculaire et péritonéal est ensuite réalisé, et celui-ci doit per-
mettre le passage facile de deux doigts. L’extrémité libre du greffon
est saisie pour l’extérioriser à travers le trajet pariétal. Le geste se
termine par une série de points éversants uniquement cutanéo-
muqueux de fil résorbable 3/0. Le socle adhésif est posé sur la peau
afin de fixer la poche de recueil urinaire (Fig. 7).

Surveillance
Un rinçage pluriquotidien des sondes est réalisé afin de s’assurer
de leur perméabilité, si besoin. La vascularisation de la stomie est
surveillée. L’ablation des sondes urétérales est réalisée de manière
séquentielle dès le dixième jour postopératoire ou à distance lors
de la visite de contrôle postopératoire.
Les complications postopératoires le plus fréquemment rencon-
trées sont les fistules urinaires, digestives, les syndromes infectieux
(sepsis, pyélonéphrite aiguë), les infections de paroi, les éven-
trations, les abcès profonds, l’iléus intestinal, les obstructions
digestives et urétérales [1, 2, 6, 14] . Figure 7. Confection de la stomie (A à C).

Suites au long cours


Les complications à long terme sont constituées par les pro-
blèmes de stomie tels que les hernies péristomiales ou la sténose expose à un risque métabolique non négligeable (acidose métabo-
de l’orifice, et la dégradation du haut appareil urinaire (lithiase, lique, hyperkaliémie, hyponatrémie). L’interposition d’une anse
infection, hydronéphrose, insuffisance rénale) [1, 2, 14, 15] . jéjunale doit donc être contre-indiquée chez les patients ayant
des troubles de l’absorption. Au plan chirurgical, la technique
Complications stomiales et péristomiales
reste similaire à celle utilisant un segment iléal. Un segment de
Il s’agit de tous les problèmes cutanés (érosions, érythème, etc.), jéjunum de 10 à 15 cm est prélevé à 15 à 25 cm de l’angle de
ainsi que les sténoses et rétractions de l’orifice de stomie. Leur fré- Treitz.
quence peut aller jusqu’à 31 % selon les études rapportées [1, 2, 14] .
Une hernie parastomiale peut survenir dans 10 à 15 % des cas,
dont la majorité va nécessiter une reprise chirurgicale.
Dégradation du haut appareil urinaire  Conclusion
De nombreuses études ont rapporté une importante incidence
de complications du haut appareil, résultant d’une bactériurie Les dérivations urinaires non continentes sont très utilisées
chronique, d’un reflux ou d’une obstruction [1, 2, 14] . Madersbacher après cystectomie afin d’assurer le rétablissement du tractus uri-
et al. rapportent jusqu’à 35 % de détérioration rénale fonction- naire. L’urétérostomie cutanée transiléale, initialement décrite par
nelle et morphologique chez des patients à cinq ans de suivi. Bricker, reste la dérivation non continente la plus fréquemment
Après 15 ans de suivi, plus d’un patient sur deux présentait proposée aux patients. De réalisation simple, celle-ci expose à des
des complications [15] . Cependant, de récentes études rapportent complications postopératoires à court, moyen et long termes non
des taux de complications plus faibles du fait en particulier de négligeables.
l’utilisation de segments digestifs plus courts [16–19] .

Avec interposition de jéjunum ou de côlon  Références


Dans certains cas, l’interposition d’une anse jéjunale ou colique [1] Hautmann RE, Abol-Enein H, Hafez K, Haro I, Mansson W, Mills RD,
peut être réalisée. L’utilisation d’une anse jéjunale peut être et al. Urinary diversion. Urology 2007;69(Suppl. 1):17–49.
proposée chez les patients aux antécédents d’irradiation abdo- [2] Parekh DJ, Donat SM. Urinary diversion: options, patient selection,
minopelvienne. Cependant, le prélèvement d’une anse jéjunale and outcomes. Semin Oncol 2007;34:98–109.

EMC - Techniques chirurgicales - Urologie 5

© 2016 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 16/10/2016 par SCD LILLE 2 (13266). Il est interdit et illégal de diffuser ce document.
41-213  Dérivations urinaires non continentes définitives

[3] Bricker EM. Substitution for the urinary bladder by the use of isolated [11] Guru K, Seixas-Mikelus SA, Hussain A, Blumenfeld AJ, Nyquist J,
ileal segments. Surg Clin North Am 1956;36:1117–30. Chandrasekhar R, et al. Robot-assisted intracorporeal ileal conduit:
[4] SFAR. Prévention de la maladie thromboembolique veineuse pério- Marionette technique and initial experience at Roswell Park Cancer
pératoire et obstétricale. Recommandations pour la pratique clinique Institute. Urology 2010;76:866–71.
(RPC). 2005. [12] Wallace DM. Ureteric diversion using a conduit: a simplified technique.
[5] Bruyere F, Sotto A, Escaravage L, Cariou G, Mignard JP, Br J Urol 1966;38:522–7.
Coloby P, et al. Recommandations de bonnes pratiques cli- [13] Wallace DM. Uretero-ileostomy. Br J Urol 1970;42:529–34.
niques : l’antibioprophylaxie en chirurgie urologique, par le Comité [14] Hetet JF, Rigaud J, Karam G, Glemain P, Le Normand L, Bouchot
d’infectiologie de l’association francaise d’urologie (CIAFU). Prog O, et al. Complications des urétérostomies cutanées trans-iléales selon
Urol 2010;20:101–8. Bricker. Analyse d’une série de 246 patients. Prog Urol 2005;15:23–9
[6] Nieuwenhuijzen JA, de Vries RR, Bex A, van der Poel HG, Mein- [discussion 29].
hardt W, Antonini N, et al. Urinary diversions after cystectomy: the [15] Madersbacher S, Schmidt J, Eberle JM, Thoeny HC, Burkhard F,
association of clinical factors, complications and functional results Hochreiter W, et al. Long-term outcome of ileal conduit diversion.
of four different diversions. Eur Urol 2008;53:834–42 [discussion J Urol 2003;169:985–90.
842–4]. [16] Game X, Mallet R, Guillotreau J, Berrogain N, Mouzin M, Vaessen C,
[7] Lusuardi L, Lodde M, Pycha A. Cutaneous ureterostomy. BJU Int et al. Uterus, fallopian tube, ovary and vagina-sparing laparoscopic cys-
2005;96:1149–59. tectomy: technical description and results. Eur Urol 2007;51:441–6.
[8] Rodriguez AR, Lockhart A, King J, Wiegand L, Carrion R, Ordo- [17] Guillotreau J, Game X, Mouzin M, Doumerc N, Mallet R, Sallusto F,
rica R, et al. Cutaneous ureterostomy technique for adults and et al. Radical cystectomy for bladder cancer: morbidity of laparoscopic
effects of ureteral stenting: an alternative to the ileal conduit. J Urol versus open surgery. J Urol 2009;181:554–9.
2011;186:1939–43. [18] Guillotreau J, Miocinovic R, Game X, Forest S, Malavaud B, Kaouk J,
[9] Haber GP, Campbell SC, Colombo Jr JR, Fergany AF, Aron M, Kaouk et al. Outcomes of laparoscopic and robotic radical cystectomy in the
J, et al. Perioperative outcomes with laparoscopic radical cystectomy: elderly patients. Urology 2012;79:585–90.
“Pure laparoscopic” and “open-assisted laparoscopic” approaches. [19] Guillotreau J, Panicker JN, Castel-Lacanal E, Viala F, Roumiguie M,
Urology 2007;70:910–5. Malavaud B, et al. Prospective evaluation of laparoscopic assisted
[10] Guru KA, Mansour AM, Nyquist J. Robot-assisted intracorporeal ileal cystectomy and ileal conduit in advanced multiple sclerosis. Urology
conduit ‘Marionette’ technique. BJU Int 2010;106:1404–20. 2012;80:852–7.

J. Guillotreau.
Service d’urologie, Clinique Pasteur, Toulouse, France.
Département d’urologie, transplantation rénale et andrologie, CHU Rangueil, 1, avenue Jean Poulhès, TSA 50032, 31059 Toulouse cedex 9, France.
X. Gamé (game.x@chu-toulouse.fr).
Département d’urologie, transplantation rénale et andrologie, CHU Rangueil, 1, avenue Jean Poulhès, TSA 50032, 31059 Toulouse cedex 9, France.

Toute référence à cet article doit porter la mention : Guillotreau J, Gamé X. Dérivations urinaires non continentes définitives. EMC - Techniques chirurgicales
- Urologie 2015;8(2):1-6 [Article 41-213].

Disponibles sur www.em-consulte.com


Arbres Iconographies Vidéos/ Documents Information Informations Auto- Cas
décisionnels supplémentaires Animations légaux au patient supplémentaires évaluations clinique

6 EMC - Techniques chirurgicales - Urologie

© 2016 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 16/10/2016 par SCD LILLE 2 (13266). Il est interdit et illégal de diffuser ce document.
Cet article comporte également le contenu multimédia suivant, accessible en ligne sur em-consulte.com et
em-premium.com :

1 autoévaluation
Cliquez ici

© 2016 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 16/10/2016 par SCD LILLE 2 (13266). Il est interdit et illégal de diffuser ce document.

Vous aimerez peut-être aussi