Vous êtes sur la page 1sur 10

Chapitre 4 

: Les modèles déterministes de gestion des stocks

Introduction

Dans cette partie introductive, nous présentons certaines notions liées à la gestion des stocks.

Le stock minimum: il représente la quantité de stock qu’une fois atteinte l’entreprise doit
lancer une commande. Il donne le signal du déclenchement de la commande. Appelé aussi
point de la commande ou seuil de réapprovisionnement ou encore seuil de passation de la
commande, le stock minimum se rapporte à la quantité de stock qui vise à satisfaire la
demande durant le délai de livraison. Il devient nul à la date de livraison de la commande.
En général, le point de commande se détermine comme suit:
Pc = D.d + stock de sécurité avec D = demande annuelle et d = délai de livraison exprimé en
année.

Le délai de livraison: il est défini comme étant l’intervalle de temps qui sépare la date de
passation de la commande de la date de sa réception.

Le stock de sécurité: il permet à l’entreprise de se protéger contre les incertitudes liées aux
variations aléatoires de la demande et des délais de livraison. Il lui évite de tomber en rupture
des stocks et lui assure son fonctionnement normal en cas, par exemple, d’accélération de la
consommation.

Le stock maximum: il représente la quantité optimale à commander qui minimise le coût


total d’approvisionnement tout en tenant compte du stock de sécurité. Si le stock dépasse cette
quantité maximale, l’entreprise tombe en rupture de stock ou en sur-stockage.

Dans ce cours, nous utiliserons les notations suivantes:


P: Prix d’achat (ou de fabrication) annuel.
Pu: Prix d’achat (ou de fabrication) unitaire.
N: Nombre de commandes passées par an.
T : Période de réapprovisionnement, c’est-à-dire la période qui sépare deux commandes
successives.
Q: Quantité commandée chaque période de réapprovisionnement.
Q ¿: Quantité optimale à commander chaque période de réapprovisionnement.
d: Délais de livraison.
D: Demande annuelle. D = N.Q ¿
Si: Stock initial qui représente la quantité de stock disponible en début de période de
réapprovisionnement.
Sf : Stock final qui correspond à la quantité de stock disponible en fin de période de
réapprovisionnement.
Sm: Stock moyen: quantité de stock moyenne disponible durant une période de
S +S
réapprovisionnement Sm= i f
2
Sma = Sm. N.T
1
Or une année =N.T d’où et T =
N
D Q¿
Par ailleurs on a : D =N.Q ¿ d’où N = et par suite T =
Q∗¿ ¿ D
Rm : Quantité moyenne de rupture de stocks. (Pénurie moyenne).
Coût de possession annuel
t: Taux de possession des stocks; t =
Valeur moyenne du stock
C O: Coût unitaire annuel de passation d’une commande (en dt par commande).

Ct O : Coût total annuel de passation d’une commande (ou de mise en production).

Ct O = C O.N = C O.
D
C a = Pu. D
Q
C a: Coût d’acquisition (ou de fabrication) annuel.

C s: Coût unitaire annuel de stockage. C s= t. Pu

C ts: Coût total annuel de stockage. C ts = Cs. Sma


C p: Coût unitaire annuel de rupture de stocks.
C tp: Coût total annuel de rupture de stocks. C tp = C p. Rma
C t: Coût total annuel de gestion des stocks.
C t = C ¿ + C a + C ts +C tp

On distingue quatre modèles de gestion de stocks:


 Le modèle de Wilson ;
 Le lot économique avec remise sur quantité.
 Le lot économique avec production échelonnée ;
 Le lot économique avec rupture de stock tolérée.

I. Le modèle de base de Wilson


En 1915, le modèle de Wilson a été développé par R.H. Wilson. Ce modèle vise à déterminer
la quantité économique à commander (QEC) qui minimise le coût de gestion du stock.
Considéré comme l’un des premiers modèles de gestion des stocks, il suppose certaines
hypothèses:
H1: La demande est déterministe (connue) et s’effectue selon un taux constant.
H2: Le délai entre le lancement de la commande et sa livraison est nul.
H3: Les ruptures de stocks ne sont pas tolérées.
H4: Le réapprovisionnement est instantané.
H5: Le prix de l’article acheté est connu et reste fixe.
H6: Le coût de lancement des commandes est connu et reste fixe.
H7: Le coût de possession est proportionnel à la valeur stockée et reste constant.
H8: Le niveau des stocks est connu en permanence.

Commentaires des hypothèses

D’après H1, il est à conclure que le niveau de commande à lancer à chaque fois est le même.
D’après H2, il est à conclure que le délai de livraison est nul, d = 0.
D’après H3, il est à conclure que le coût total de pénurie est nul, C tp = 0
D’après H4, il est à conclure que toute commande reçue est livrée instantanément. Il n’est pas
intéressant de passer une commande tant que le niveau du stock est non nul sinon il aura un
coût de stockage supplémentaire inutile. Ainsi, une commande ne sera lancée que lorsque le
Q
stock atteint le niveau 0 (pas de stock de sécurité et stock moyen = ).
2
Ainsi, selon ce modèle les coûts qui interviennent dans la gestion des stocks sont:
D Q
C a = Pu.D, Ct O (Q) = C O. et Ct s (Q) =C s.
Q 2
D Q
D’où: C t(Q) = Ct O (Q) + C a + Ct s(Q) =C O. + Pu.D + C s.
Q 2

Détermination graphique de la quantité économique à commander (QEC)


La figure suivante représente les courbes des coûts variables du modèle de la quantité
économique:

Figure 2 : Le coût de possession, le coût de passation et le coût total


D’après cette figure, nous constatons qu’à l’optimum il y a égalité entre le coût de stockage et
le coût de commande.
On peut ainsi déterminer graphiquement la QEC:
D Q
C ¿(Q) = Ct s(Q) <=> C O. = C s. <=>
Q 2
2Co . D 2CoD
Q 2=
CS
Q=
√ Cs
Détermination analytique de la QEC:
L’objectif est de déterminer la quantité optimale à commander (Q ¿) qui minimise le coût total
de gestion des stocks.
Le coût total de gestion des stocks est:
D Q
C t(Q) = Ct O (Q) + C a + Ct s(Q) =C O. + Pu.D + C s.
Q 2
Le lot économique cherché (quantité à commander) est la valeur de Q qui minimise cette
fonction économique. Mathématiquement, cette fonction passe par un minimum pour la
valeur de Q qui annule sa dérivée soit :
−CoD Cs
+
2
=0
Q2

2 CoD 2CoD
On trouve :Q ¿ =
√ Cs
=

t . Pu
Puisque C s= t. Pu
Q¿est appelée la Quantité Economique à Commander (QEC).
Q ¿est la quantité à commander qui minimise le coût total de gestion des stocks.
Vérifions qu’on a bien: C ¿(Q) = Ct s(Q)
D Cs CoCsD
C ¿ (Q ¿) = C o. ¿ = C o. D
Q √
2 CoD
=

2

Q¿ CoCsD
C ts (Q ¿) = C s.
2
=
2 √
Le coût total minimum = C tmin = C t (Q ¿) = C a + C ¿ (Q ¿) + C ts (Q¿) = Pu.D + √ 2CoCsD
Remarquons qu’à l’optimum on a Q ¿est indépendante des coûts d’acquisition.

Exercice d’application
Un responsable de l’approvisionnement en papier et fournitures de toutes sortes vient de
recevoir une demande du service de l’informatique qui indique que 4 boîtes d’un type spécial
de papier sont requises. En revoyant les dernières demandes semblables, ce responsable
constate que 4 boîtes sont nécessaires par semaines. Sachant que le coût de commande est de
9 dt, le coût de stockage annuel est de 16 dt, le prix d’achat unitaire est de 40 dt et que
l’entreprise ne travaille que 50 semaines par an.
1- Selon la méthode de gestion des stocks appliquée par ce responsable, déterminer le coût
annuel total de stockage, le coût annuel total de commande, le coût d’achat annuel et le coût
total annuel de gestion des stocks.
2- Quelle est la QEC ? Déduire la valeur des différents coûts optimaux (C ts, C ¿, C a et C t).
3- Quel est le nombre optimal de commandes annuel.
4- Quel est le temps optimal en semaines qui sépare deux commandes successives.
5- Dresser un tableau comparatif (selon la méthode appliquée par le responsable des
approvisionnements et celle de laQEC). Ce responsable de l’approvisionnement doit-il
envisager de modifier la fréquence hebdomadaire des commandes.

On a:
Demande hebdomadaire = 4 boîtes
Demande annuelle = 4 × 50 = 200 boîtes
C o = 9 dt par commande C s = 16 dt par unité par an Pu = 40 dt par unité.
D 200
1- C ¿ (Q = 4) = C o. N = C o.
=9× = 450dt
Q 4
Q 4
C ts (Q = 4) = C s. = 16 × = 32 dt
2 2
C a = Pu.D = 40 × 200 = 8000

C t (Q = 4) = C ts (Q = 4) + C ¿(Q = 4) + C a = 450 + 32 + 8000 = 8482dt

2 CoD 2∗9∗16
2-Q¿ =
√ Cs √
=
16
D
= 15 boîtes
200
C ¿ (Q¿) = C o. N ¿ = C o. ¿ = 9 × = 120dt
Q 15
Q¿ 15
C ts (Q ¿) = C s. = 16 × = 120dt
2 2

C a = Pu.D = 40 × 200 = 8000

C t (Q ¿ = 15) = C ts (Q¿ = 15) + C ¿(Q¿ = 15) + C a = 120 + 120 + 8000 = 8240dt

D 200
3- N ¿ = = = 14 commandes par an
Q¿ 15
¿ 1 12 52 365
4- Généralement on prend T = ¿ (en année) = ¿ (en mois) = ¿ (en semaines) = ¿ (en
N N N N
50
jours). Ainsi pour cet exercice T ¿ = ¿ = 4 semaines.
N
5-
Méthode Q T C ts C¿ Ca Ct
Resp app 4 1 semaine 32 450 8000 8482
QEC 15 4 120 120 8000 8240

Le responsable des approvisionnements doit envisager de modifier la fréquence hebdomadaire


des commandes. En effet, s’il passe une commande de 15 boîtes tous les mois (au lieu de 4
boîtes toutes les semaines), il réaliserait une économie annuelle de 242dt (8482 - 8240).

II. Le lot économique avec remise sur quantité

Le modèle de base de Wilson suppose que le coût d’achat est indépendant de la quantité
commandée. Sous cette hypothèse laQEC est indépendante de ce coût. Or, lorsque le coût
d’achat est dépendant de la quantité commandée, il devient intéressant de tirer avantage des
remises sur quantité. En effet, plusieurs fournisseurs peuvent proposer des remises et des
réductions en fonction de la taille des commandes. Pour ces cas, le gestionnaire doit arbitrer
entre l’économie obtenue grâce à ces remises et les coûts supplémentaires résultant du
stockage de quantités plus importantes.
Le modèle du lot économique avec remise sur quantité permet de déterminer le coût minimal
en tenant compte non seulement du coût de commande et du coût de stockage, mais aussi des
remises offertes.

Selon le nombre d’unité des remises offertes, le tableau suivant résume cette situation:
Nombre d’unités Remise Prix unitaire
0 ≤ Q <Q1 r =0 Pu

Q1 ≤ Q < Q2 r1 Pu 1 = Pu (1-r 1)

…… …… ……

Q i ≤ Q < Q i+1 ri Pui = Pu (1-r i )

….. ….. …..

Q ≥ Qn rn Pun = Pu(1-r n)

Le coût total annuel de gestion des stocks sera donc le suivant:


C t (Q i) = C ts (Q i) + C ¿(Q i) + C a
D Qi
C t (Q i) = Pui. D + C o. + C si. (En effet C si = Pui.t)
Qi 2
Avec Pui = Pu (1- r i ).
L’objectif est de déterminer la quantité optimale à commander (Qi¿ ) qui minimise le coût total
de gestion des stocks.
2 CoD 2CoD
On trouve :Q ¿i =
√ Csi
=
√t . Pui
Les étapes à suivre sont les suivantes:
1- Calculer la quantité optimale à commander pour les différents prix d’achat unitaire.
2- Deux cas se présentent:
¿
 Si pour ce prix la quantité :Q i fait partie de la zone de validité de prix, on calcule le
coût total annuel de gestion des stocks pour la quantité optimale.
¿
 Si la quantité :Q i ne fait pas partie de la zone de validité du prix, il convient dans ce
cas de calculer le coût total annuel de gestion des stocks relatif à la quantité minimale
ou maximale de la zone de validité concernée, on choisit la valeur la plus proche de
l’optimum trouvé.
3- Déterminer le coût total annuel de gestion des stocks le plus faible et choisir la quantité
relative à ce coût même si ce n’est pas un optimum.

Exercice d’application:
Considérons l’exemple du responsable des approvisionnements précédemment cité. Le
fournisseur chez lequel ce dernier achète les boîtes de papier offre les remises sur les quantités
suivantes:
Nombre d’unités Remise
0 à 19 Pas de remise
20 à 29 5%
30 au plus 10%
Sachant que le taux de possession des stocks est égal à 40%, ce responsable a-t-il intérêt à
acheter une quantité supérieure à 15, c’est-à-dire à la QEC déterminée selon le modèle de
base?
Correction:
On a:
D = demande annuelle = 200
C o = 9 dt par commande C s = 16 dt par unité par an Pu = 40 dt par unité.
Les remises sont les suivantes:
Nombre Remise Pui C si Q¿i
d’unités
0 à 19 Pas de remise 40 16 15
20 à 29 5% 38 15,2 16
30 au plus 10% 36 14,4 16

2 CoD 2× 9 ×200
Avec Q¿i =
√ Csi
=
√ t . Pui
Q1 ϵ [0,19] (on dit que la quantité Q¿1 est réalisable dans l’intervalle [0,19]).
¿

Q ¿2 ∉ [20,29] (on dit que la quantité Q ¿2 n’est pas est réalisable dans l’intervalle [20,29]).
Q¿3 ∉ [30, + ∞ [(on dit que la quantité Q ¿3 n’est pas réalisable dans l’intervalle [30, + ∞ [).

Les quantités qui nous intéressent sont donc:

Taille du lot Qi C a = Pui. D D C t (Qi)


C tsi =C si. C ¿ = C o.
2 Qi

15 120 8000 120 8240


20 152 7600 90 7842
30 216 7200 60 7476

Le lot économique déterminé par le modèle de base serait 15 boîtes, mais les remises sont
significatives et elles compensent largement la hausse du coût de stockage.
Le coût total annuel le plus faible correspond à un lot de 30 boîtes: c’est la quantité que
devrait commander ce responsable.

III. Le lot économique avec production échelonnée

Le modèle du lot économique que nous allons considérer dans cette section peut s’appliquer
au cas d’une entreprise qui vend elle-même les produits qu’elle fabrique.
Le modèle de base de Wilson ne s’adapte plus à la situation car il est impossible de supposer
que toute la quantité commandée est reçue immédiatement (instantanément) puisque
l’entreprise produit à un certain rythme et la demande se matérialise à un rythme différent. Par
exemple, il est impossible pour une entreprise de satisfaire immédiatement une commande de
1000 voitures.
Au fur et à mesure que la marchandise est produite une partie est destinée à la vente (donc à
satisfaire la demande) et le reste est stocké.
Ainsi le cycle d’approvisionnement est divisé en deux sous périodes t 1 et t 2:
t 1 est la période pendant laquelle l’entreprise produit et satisfait la demande.
t 2 est la période pendant laquelle l’entreprise satisfait uniquement la demande. Avec T = t 1+t 2:
(T étant le temps qui sépare deux productions successives).
Il est donc nécessaire d’évaluer le lot de production en tenant compte de l’évolution du niveau
du stock.

Pour résoudre le problème de gestion des stocks nous allons tout d’abord définir la nouvelle
fonction des coûts.
Supposons que la production s’effectue avec un taux de R unités par an, ce qui signifie que
pendant la période t1 dans laquelle s’effectue la production (t1 est exprimée en année) la
société peut fabriquer une quantité (relation 1)
Q = R. t 1
Si à l’instant t = 0 l’entreprise effectue la première production, alors au début de la période
elle produit avec un taux de R unités par an et satisfait en même temps la demande avec un
taux de D unités par an. (Afin que le système de production puisse satisfaire la demande nous
supposerons que R > D).
Il s’ensuit alors que:
Le niveau du stock augmente avec un taux = (R - D) unités par an
En fin de la période t 1 le stock est alimenté avec une quantité égale à t 1. (R - D).
D’où le niveau du stock maximum sera égal à:
Q(R−D) D
t 1. (R - D) = = Q(1− )
R R
Le stock moyen annuel sera :
D D
S +S
Sma= i f =
2
( )
(Q 1− + 0) Q 1−
R = ( R )
2 2
La quantité économique à produire est celle qui minimise le coût total de gestion des stocks.
D
C t(Q) = Ct O (Q) + C a + Ct s(Q) =C O. + Pu.D + C s. Sma
Q
D
C
D
P
= O. + u.D + s.
Q
C (
Q 1−
R )
2
Min C t(Q)
D D
 
∂CT (Q)
∂Q
=0
−COD CS 1−
Q2
+ (R = )−2COD+ Q2 CS 1− ( R)
2
2 2Q
2
∂ CT (Qi) 2COD
>0 >0
∂Q 2
Q3

2 COD 2COD
Q¿i =

√ ( )√
CS 1−
D
R
=
(
t . Pu 1−
D
R )
Notez bien que D n’est autre que la proportion de la production destinée à la demande.
D
La proportion de la production destinée au stock est alors égale à 1− .
R ( )
QEP est appelée la Quantité Economique à Produire.
QEP est la quantité à produire et qui minimise le coût total de gestion des stocks.

Au point QEP on a bien: Ct O (QEP) = Ct s ¿)

D D
Ct O (QEP) = C O.
D
QEP
= C O.
D
CS 1−

2COD √
R = (
CODCs 1−

2
R )
√ ( )
D
Ct s (QEP) = C s.
QEP
2 (
1−
D
R
=
CODCs 1−

2
)

R ( )
Le coût total minimum C tmin = C t (QEP) = C a + Ct O (QEP) + Ct s (QEP)
C tmin = Pu. D + 2CoDCs 1− D
√ R ( )
Exercice d’application

Une entreprise fabrique des chaises qu’elle vend ensuite à des détaillants. La demande pour
un certain modèle est de 15000 unités par année. Le coût de mise en route pour la production
de ce modèle est de 200 dt, le taux de production est de 150 unités par jour, cela coûte 50 dt
par unité produite et le coût de stockage annuel représente 20% du coût de l’article. On
travaille 5 jours par semaine, 50 semaines par ans.
Déterminez:
1- La quantité économique à produire ;
2- Les coûts variables de la gestion des stocks ;
3- Le nombre de jours pour atteindre le stock maximum ;
4- La valeur du stock maximum ;
5- Le nombre de jours entre deux débuts de production.

Correction

On a: D = 15000 chaises par an, C O = 200dt, Pu = 50dt par chaise.


R = 150 chaises par jour = 150×5×50 = 37500 chaises par an.
C s = 20%. Pu = 20% × 50 = 10dt par chaise par an.
1- La quantité économique à produire:

2 COD 2.200 .1500


QEP =

CS 1−
D =
R( 10 1−) 1500
37500 √ (
2- Les coûts variables de la gestion des stocks:
)
= 1000 chaises
D 15000
Ct O (QEP) = C O × = 200 × = 3000dt par an
QEP 1000

D 15000
Ct s (QEP) = C s ×
QEP 1− ( )
R = 10 × (
1000 1−
37500 ) = 3000dt par an
2 2

Ct (QEP) = C a + Ct O (QEP) + Ct s (QEP) = 750000 + 3000 + 3000 = 756000.

3- On a : 1 année R
t1 QEP
QEP
t1 = = 0,026 année = 0,026×50 = 1,33 semaines = 6,66 jours.
R

D
(
4- Smax = QEP. 1−
R )
= 600 unités.
Q
5- T = temps entre deux productions. T = = 0,066 année = 0,066×5×50 = 16,66 jours.
D