Vous êtes sur la page 1sur 8

Chapitre 3 

: La gestion des stocks

Introduction : Importance de la gestion des stocks


Un stock est une réserve non employée d’une quantité d’articles (produits finis, composants,
matières premières, pièces ...) ayant une valeur économique et gardée pour un usage ultérieur.
Un stock est un ensemble de:
 matières premières : ressources nécessaires pour la fabrication des produits.
 composantes: éléments complets intervenant dans la réalisation d’un produit, elles
existent sous forme des sous-assemblages.
 en-cours: stock des composantes et des matières premières n’ayant pas traversé tout le
processus de fabrication, attendant pour être traité ou en cours de traitement.
 produits finis: biens ou services ayant atteints le stade final du processus de production
et normalement destinés à être vendus et cédés sur le marché.
En gestion des stocks, il existe principalement deux types d’articles :
 Ceux dont la demande est indépendante, c’est-à-dire ceux dont la demande provient
d’une décision relevant des clients de l’entreprise ou de ses intermédiaires (grossistes,
détaillants, distributeurs) ;
 Ceux dont la demande est dépendante, c’est-à-dire ceux dont la demande émane d’une
décision relevant de l’entreprise elle-même (de ses ateliers) tels que les matières
premières, les composants dont a besoin l’entreprise pour assurer la fabrication des
produits qui servent à satisfaire une demande indépendante.

Ainsi, la fabrication de 1.000 vélos dont font l’objet d’une demande indépendante est
étroitement liée à une demande dépendante de 2.000 roues, de 1.000 pédaliers….
Dans ce chapitre, nous faisons référence à certaines notions de base qui s’appliquent aux
articles fabriqués pour satisfaire une demande indépendante.

La gestion des stocks consiste à déterminer une politique optimale d’approvisionnement ou de


production d’un stock de produits dans le but de répondre à une demande future.

Il existe une différence entre la tenue des stocks et la gestion des stocks.
La tenue des stocks consiste à connaître la quantité exacte des marchandises physiquement
détenue. Par contre, la gestion des stocks consiste à déterminer le niveau optimal des stocks.
Elle consiste essentiellement à répondre à deux questions fondamentales qui sont les
suivantes : quand commander ? Et combien commander ?

I. Le rôle de la gestion des stocks dans l’entreprise

La gestion des stocks est très utile pour les raisons suivantes :

 Les coûts associés aux stocks peuvent représenter 50% des revenues d’une entreprise
industrielle et peuvent atteindre entre 20 et 25% du coût total de celle-ci.
 Le stock permet de satisfaire soit une demande interne ou externe.
 Les stocks représentent une immobilisation importante pour l’entreprise dont leur
valeur peut varier de 35 à 40% de l’actif de celle-ci.

1
II. Le rôle de la constitution des stocks dans l’entreprise
La constitution des stocks est nécessaire pour le bon fonctionnement de l’entreprise car ils
assurent plusieurs fonctions :

 Une fonction de régulation et de sécurité: le stock est indispensable car il permet à


l’entreprise de faire face aux aléas de la consommation et aux délais
d’approvisionnement. S’il y a incertitude sur la quantité demandée, l’entreprise doit
constituer un stock de sécurité qui le protège contre l’accroissement des besoins et/ou
à un dépassement du délai de livraison.

 Une fonction économique : acheter en quantités importantes permet une économie


d’échelle sur les coûts d’approvisionnement mais, en revanche constitue une lourde
immobilisation financière car un stock entraîne un accroissement des coûts de
possession.

 Une fonction d’anticipation : L’entreprise doit disposer des stocks pour éviter qu’une
panne à un poste ne se répercute sur toute la chaîne de production et pour faire face à
une consommation fortement saisonnière. S’il y a incertitude sur le prix, l’entreprise
doit constituer un stock de spéculation.

III. Les coûts associés à la gestion des stocks


La constitution des stocks permet à l’entreprise de répondre à une demande future. Si la
demande fluctue selon un mode saisonnier ou aléatoire, deux cas sont envisageables:
 Une demande supérieure au stock: on parle alors de rupture de stock;
 Une demande inférieure au stock: on aura alors un stock résiduel.
L’objectif de la gestion des stocks est la minimisation des coûts.
Il existe quatre coûts associés à la gestion des stocks:
• Le coût de stockage ou de possession (C s) en (dt/ (unité/période))
• Le coût de passation de commande ou de mise en production (C o) en (dt/commande)
• Le coût de pénurie ou d’opportunité (C p)
• Le coût d’acquisition ou de production (C a)
Ces coûts sont répartis en trois grandes catégories :

Coût de gestion du Coût de passation


stock des commandes
Coût du Coût de
stock possession du
stock
Coût d’achat des
articles stockés
Coût de pénurie

Figure 1: Les coûts associés à la gestion des stocks

2
III.1. Le coût de stockage ou de possession (C s)

Le coût de stockage ou de possession, englobe les charges liées à la présence effective d’un
produit en stock durant une période de temps. Si la période de temps est l’année alors le coût
de stockage sera exprimé en dinar par unité par an.
Ce coût inclut les intérêts sur le capital immobilisé, le salaire des magasiniers, le loyer (espace
consacré au stockage), les assurances et les taxes, les pertes par détérioration ou vols
éventuels, les frais de transport entre magasins, l’obsolescence.
Par ailleurs le coût de stockage le plus significatif est le coût d’opportunité engendré par le
maintien d’un capital en stock.

Remarque:
Le coût C s est généralement difficile à évaluer. Dans le cas où n produits sont entreposés au
même endroit et si nous désignons par:
Pi la valeur d’une unité du produit i et par Qi la quantité du produit i entreposée au magasin.
n
La valeur V du stock est donnée par: V =∑ PiQi
i=1

Si le coût total pour maintenir les n produits en stock est estimé à CP alors chaque dinar en
CP Total des frais
stock coûterait à l’entreprise f = =
V Capital en stock

Le coût du stockage C si d’un article i peut alors être estimé par: C si= f × Pi (i =1,2….,n).
Généralement 20% ≤ f ≤ 60%

Exercice d’application: le calcul de f (coût de chaque dinar en stock)

On considère un lot de 5 000 unités d’un article tenu en stock, et dont le prix d’acquisition
unitaire est de 120 dt.
Les éléments entrant dans le calcul de f:

Frais Montant (dt)


• Coût du capital 100 000
• Stockage 20 000
• Assurance 15 000
• Obsolescence 9000
• Taxes 6000
• Total des frais 150 000

CP Total des frais 150000


On a f = = = = 0.25 = 25%
V Capital en stock 5000∗120

D’où C s = 0.25 × 120 = 30 dt par unité et par an.

III.2. Le coût de commande (C o) et le coût de mise en route

Le coût de commande et celui de mise en route sont les coûts associés au lancement d’une
commande ou d’une production qui ne varient pas en fonction de la quantité commandée ou

3
produite. Ces coûts incluent les frais administratifs liés au lancement d’une commande tels
que :
 la préparation de la demande ;
 la préparation du bon de commande ;
 le traitement de l’information ;
 les frais de poste.

Il est à noter que les coûts de commande et de mise en route incorporent aussi les coûts de
mise en marche d’une machine et de son arrêt, les coûts relatifs aux pièces défectueuses
produites durant la mise en route.

III.3. Les coûts de pénurie (C p)

La pénurie ou la rupture se manifeste lorsque la demande dépasse le stock constitué au cours


de la période. Les conséquences de cette rupture varient d’un cas à l’autre.
En cas de demande externe, la demande ne peut pas être satisfaite et donc elle peut être
perdue. Il s’agit des ventes manquées ou reportées (différées).
En cas de demande interne, il ne s’agit plus de stock de distribution mais de stock de
fabrication.
Ainsi les coûts de pénuries peuvent être regroupés en deux grands types : les coûts de
pénuries internes et les coûts de pénuries externes.
Le coût de pénurie interne englobe les coûts relatifs à :
 la main-d’œuvre inoccupée;
 la machinerie arrêtée;
 la prime à l’achat permettant d’accélérer l’arrivée des articles requis;
 l’effet négatif sur le moral des employés;
 les changements apportés à l’ordonnancement, occasionnant des mises en route plus
nombreuses;
 les modifications de l’information dans les fichiers de données et particulièrement
dans le plan directeur de production, etc.

Le coût de pénurie externe (ou encore coûts de rupture de stocks) sont les coûts relatifs à :
 la perte de commandes présentes et futures. Dans ce cas, les clients insatisfaits perdent
autant confiance en l’entreprise et peuvent décider d’aller ailleurs. Cette situation peut
entraîner la dégradation de l’image de l’entreprise et la perte de clients;
 l’adoption de la sous-traitance comme solution afin de satisfaire la demande
instantanée. En conséquence, le profit de la commande sera partagé entre le sous-
traitant et le fournisseur original;
 les heures supplémentaires non rémunérées par le client;
 l’utilisation des modes de livraison coûteux pour réduire les retards de livraison.

III.4 Le coût d’acquisition et de production (C a)

Ce sont les coûts d’achat ou de fabrication d’un article. Ils regroupent entre autre le coût de
main d’œuvre et le coût des matières premières par unité de produit acheté ou produite. Dans
le cas où le produit est commandé le coût d’acquisition doit englober les frais de transport.

4
IV. L’analyse des stocks et la méthode ABC
L’entreprise dispose des articles n’ayant pas la même importance. En conséquence, la priorité
qu’elle accorde à chaque article dans sa gestion doit être différente. En d’autres termes, la
gestion des articles en stock est nécessairement sélective, c’est-à-dire, il s’agit de segmenter
(diviser en classe) l’ensemble des articles en groupes homogènes afin de leur choisir les
méthodes de gestion les plus appropriées.

Les méthodes dites de classement peuvent être réparties en trois grandes catégories :
 le classement selon un critère de destination: fourniture de bureau, production, service
après-vente (S.A.V) ;
 le classement selon un critère de coût les coûts: la méthode ABC ;
 le classement selon un critère de similitude: caractéristiques morphologiques des
produits, technologie de groupe.

Ces méthodes sont très utiles permettant à l’entreprise de gérer différemment plusieurs
milliers de références/articles. Parmi ces méthodes figurent la méthode de classement ABC
qui prend comme critère la valeur d’un ensemble d’objets similaires pour différencier les
articles.
Par exemple, si on s’intéresse à un stock. La valeur est celle du stock moyen sur une année.
Cet indicateur est calculé en multipliant le nombre moyen d’article i en stock par la valeur i
(unité monétaire) d’un article.
Un tri croissant des fréquences croissantes cumulées sur le nombre d’articles est élaboré, puis
un cumul des pourcentages par rapport à la somme des indicateurs. Une courbe est alors
établie.
On choisit alors d’affecter la catégorie A aux premiers articles qui vont générer un
pourcentage non négligeable (ex., 80%) de la valeur totale, puis la catégorie B aux 15 autres
pour cents et enfin, la catégorie C des articles les moins valeureux qui ne représentent que 5%
de la valeur totale. La figure suivante présente graphiquement la méthode ABC.
Valeur cumulée des articles (max. 100%)

Cat. B

Cat. A
Cat. C
Cat. B

5
Articles triés
par ordre décroissant
de valeur

Figure 2: La méthode de classement ABC


La méthode ABC appelée aussi règle de Pareto ou règle des 80/20: 20% des articles génèrent
80% de la valeur de sortie. Le tableau suivant présente cette règle.
Tableau 1 : Règle de classification ABC
Groupe Quantité (% article) Valeur (en %)
A 10 à 20 60 à 80
B 30 à 40 15 à 35
C 40 à 50 5 à 15

Exercice d’application:
Un responsable des stocks de matières premières utilise le critère de valeur d’utilisation
comme base de classification ABC. Son entreprise transforme 10 matières premières
différentes, dont voici les valeurs d’utilisation pour l’an dernier, arrondis aux milliers de
dollars près:
Article A: 20; Article B: 30; Article C:3; Article D: 1 ; Article E: 0 ; Article F: 80: Article G:
16 ; Article H: 95 ; Article I: 32 ; Article J: 23.
Effectuer l’analyse ABC.

Code de Valeur de Fréquences croissantes Fréquences croissantes


l’article l’article cumulées sur les valeurs des cumulées sur le nombre
articles en % d’articles en %
H 95 3166 10
F 80 5832 20
I 32 6898 30
B 30 7898 40
J 23 8664 50
A 20 9330 60
G 16 9863 70
C 3 9963 80
D 1 9996 90
E 0 100 100
VT= 300

6
Valeur cumulée des articles en %
120

100

80

60

40

20

0
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Figure 3: La courbe ABC

V. Les systèmes de gestion des stocks

Un système de gestion des stocks est un ensemble de règles et de façons de procéder qui
permettent de répondre systématiquement et complètement à deux questions fondamentales
de gestion des stocks: Quand déclencher l’approvisionnement du stock? Et Combien
commander?
Il existe trois familles de systèmes de gestion de stocks:
 Les systèmes de réapprovisionnement à quantité fixe et à intervalle variable ;
 les systèmes de réapprovisionnement à intervalle fixe et à quantité variable ;
 les systèmes de planification échelonnée dans le temps.
Il est à noter que les deux premières familles se rapportent à des systèmes réactifs car l’action
est déclenchée lorsque la demande se manifeste. Par contre, la troisième famille se rapporte à
des systèmes proactifs car le déclenchement de l’action est assuré sur la base de l’anticipation
des besoins des clients.

V.1. Les systèmes de réapprovisionnement à quantité fixe et à intervalle variable

Les systèmes de réapprovisionnement à quantité fixe et à intervalle variable consistent à


lancer une commande lorsque les stocks arrivent à un niveau prédéterminé appelé "point de
commande" ou "point de réapprovisionnement". Appelés aussi "les systèmes de point de
commande", ils déclenchent une commande d’une quantité fixe lorsqu’elle est déterminée sur
la base du calcul de la Quantité Economique à Commander (QEC). Étant donné que la
quantité commandée varie en fonction de la demande, l’intervalle de temps séparant deux
réapprovisionnements est variable.

7
V.2. Les systèmes de réapprovisionnement à intervalle fixe et à quantité variable

Au lieu de commander en fonction de la quantité, les systèmes de réapprovisionnement à


intervalle fixe et à quantité variable déclenchent des commandes pendant une période fixe.
Ces systèmes sont couramment utilisés par les détaillants pour obtenir périodiquement leurs
commandes auprès de même fournisseurs, surtout si ces derniers sont nombreux. Ils leur
permettent aussi d’avoir des remises sur quantités et de planifier les achats de plusieurs
articles auprès d’un même grossiste. Grâce à tels systèmes, ces détaillants ne s’attendent pas
que le stock atteigne le point de commande (quantité fixe).

V.3. Les systèmes de planification échelonnée dans le temps

Les systèmes de planification échelonnée dans le temps servent de base à disposer un stock
pour être projeté au cours de périodes à venir. Ces systèmes sont assimilés à ceux de point de
commande, puisque la passation des commandes s’effectue lorsque le niveau des stocks
atteint un point prédéterminé. Sauf que dans ce cas, les stocks disponibles visent à satisfaire
une demande future.

V.4. Le choix du système de gestion des stocks

Le choix de l’un des systèmes de gestion de stocks est largement dépendent de trois
principaux facteurs, à savoir :
 La situation de l’entreprise ;
 Les ressources disponibles qui visent à assurer la gestion des stocks ;
 Le classement des articles effectué par la méthode ABC.

Les systèmes réactifs sont les plus couramment utilisés dans le cas où les périodes de
réapprovisionnement sont relativement longues. Au contraire, les systèmes proactifs, bien
qu’ils offrent des possibilités supérieures aux systèmes réactifs, sont plus sensibles aux
hypothèses retenues quant aux prévisions des besoins anticipés.

En prenant en compte ce dernier facteur, l’entreprise peut avoir recours à un système proactif
pour gérer les articles de la catégorie A, à un système de point de commande pour les articles
de la catégorie B et un système à intervalle fixe pour les articles de la catégorie C.

Vous aimerez peut-être aussi