Michel Grossetti, Directeur de recherches au CNRS Béatrice Milard, Maître de Conférences Denis Eckert, Directeur de recherches au CNRS Olivier

Bouba-Olga, Maître de Conférences L’agence d’évaluation de la recherche et la géographie des sciences L’agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (AERES) vient de publier « une cartographie de toutes les universités françaises, en formation comme en recherche» (Jean-François Dhainaut, directeur de l’agence, cité par Les Echos.fr, 11.01.11). Si l’on en croît le directeur de l’agence, cette cartographie fait apparaître des disparités en ce qui concerne le nombre de chercheurs appartenant à des laboratoires que l’AERES a classés en « A+ ». Il en conclut selon l’article cité que « Pour un certain nombre de régions hors des grandes métropoles, des collaborations serrées seront indispensables pour atteindre la masse critique qui leur permettra de travailler à armes égales ». On retrouve dans ce discours une idée très répandue dans les instances de pilotage de la recherche et que l’on peut baptiser « la théorie de la masse critique ». L’expression « masse critique » fait référence de façon métaphorique à la masse de matériau radioactif à partir de laquelle se déclenche une réaction nucléaire. Appliquée à des activités de recherche, cette métaphore consiste à dire qu’il faut une densité suffisante de chercheurs dans une institution, une métropole ou une région pour que la qualité de la recherche soit bonne, les chercheurs étant censés avoir besoin de nombreux collègues à proximité pour échanger des idées et être stimulés dans leur travail. Toutefois, s’il est possible en physique de calculer avec précision la masse critique, ce n’est nullement le cas dans les activités sociales, celles de recherche comme les autres. Quelques tentatives ont été effectuées pour établir un lien entre le nombre de chercheurs rassemblés dans une même ville ou région et le nombre moyen d’articles publiés par chercheur1. Elles n’ont pas pu établir ce lien et tout semble indiquer que la masse critique en matière de recherche n’est rien d’autre qu’une idée reçue, sans fondement empirique. Le nombre de publications d’une ville ou d’une région est en général quasiment une fonction linéaire du nombre de chercheurs, lequel résulte des évolutions de l’enseignement supérieur et des politiques conduites à l’échelle nationale ou locale. Ainsi dans le cas français, la concentration des chercheurs dans la région parisienne ne s’explique nullement par le climat du bassin parisien, les bienfaits de l’urbanisme haussmannien ou les politiques actuelles du Conseil Régional d’Île de France, mais par une très longue histoire du système scientifique d’un pays très centralisé, où les gouvernements ont choisi de concentrer les
1

Voir par exemple l’article suivant : Bonnacorsi A. et Daraio C., 2005, « Exploring size and agglomeration effects on public research productivity”, Scientometrics, Vol. 63, n°1, pp.87-120.

1

moyens dans la capitale depuis les grandes écoles du XVIIIe siècle, l’Université Impériale de 1808 ou le CNRS de 1939. Dans le discours du directeur de l’AERES, la « masse critique » semble être fixée à 500 chercheurs relevant de laboratoires classés A+, mais il ne précise nulle part comment ce seuil a été calculé et à quelle équation il correspond. Le rapport de l’AERES que le directeur présente2 est une simple compilation par académie des rapports de l’Agence qui ne comporte aucune analyse spatiale qui mettrait en rapport de façon systématique des éléments d’évaluation avec des caractéristiques locales. L’expression « masse critique » y apparaît 9 fois dans les contextes les plus divers pour évoquer la taille d’écoles doctorales, d’universités, d’UFR, de laboratoires, etc. Il y a tout lieu de penser que le seuil de masse critique évoqué par son directeur dans l’article cité est parfaitement arbitraire et ne correspond à rien d’autre qu’à l’imaginaire de celui qui le mentionne. Il faut noter toutefois que la répartition géographique des activités de recherche est en train d’évoluer, mais pas du tout dans le sens de la concentration qui semble être souhaité par Monsieur Dhainaut. Comme partout dans le monde, on observe dans ce pays une déconcentration et un rééquilibrage territorial. Cette déconcentration s’opère d’abord entre les pays. Les Etats-Unis représentaient environ 37%3 des contributions aux publications recensées par le « Web of Science » en 1988, ils n’en représentent plus qu’un peu plus de 26% en 2008. De même tous les pays les plus anciennement impliqués dans l’activité scientifique ont vu leur part régresser (de 7,5% environ à 5% pour la Grande Bretagne par exemple). La France suit un mouvement comparable mais atténué en passant de 5,6% à 5,2%). Dans la même période la Chine a connu un essor scientifique considérable, passant de moins de 1% à presque 8%, de même que la Corée du Sud (0,2% à 3%) ou des pays du Sud de l’Europe comme la Grèce ou le Portugal. Cette déconcentration s’observe aussi entre les villes d’un même pays. Partout, les agglomérations les plus anciennement actives en matière de recherche perdent de leur hégémonie au profit des autres. Aux Etats-Unis, l’état de New York a vu son poids passer de 10% à 8%. Au Royaume-Uni, le poids de Londres est passé de plus de 27% à 24,5%. La France ne fait pas exception puisque la région parisienne qui représentait plus de 46% des publications en 1988 n’en concentre plus que 38% environ en 2008. De la même façon, la déconcentration des établissements d’enseignement supérieur au sein des régions s’est traduite par l’émergence de pôles scientifiques dans des villes moyennes, dont l’activité est à présent perceptible dans les bases de données bibliographiques. Par exemple, Nîmes dont la création récente en université de plein exercice a été très contestée, a vu sa production
Voir http://www.aeres-evaluation.fr/index.php/Actualites/Actualites-de-l-agence/AERES2010-Analyses-regionales-des-evaluations-realisees-entre-2007-et-2010 3 Ces chiffres sont calculés sur les adresses présentes dans les publications des sciences de la nature et de l’ingénierie (Science Citation Index – Expanded, Thomson Reuters), et sont arrondis. Il existe plusieurs façons de calculer la contribution d’un pays ou d’une région (en prenant le nombre d’articles à la place des adresses, en intégrant d’autres disciplines, etc.) qui donnent des résultats numériques légèrement différents, mais qui vont tous dans le même sens.
2

2

scientifique multipliée par huit entre 1988 et 2008, alors que l’Île-deFrance ne faisait que doubler ses contributions à la même période. Les discours du directeur de l’AERES sur la masse critique témoignent des idées reçues qui circulent sur la dimension spatiale des activités scientifiques. Il serait dommage que ces idées ne soient pas réexaminées sérieusement avant qu’elles ne fondent des politiques publiques en matière de recherche et d’enseignement supérieur.

3

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful