Vous êtes sur la page 1sur 49

Conservatoire national des arts et métiers

Département Génie civil


Centre de Beyrouth

ENG 222 -Information et communication pour l'ingénieur Génie Civil

Préparé par : Antoine GIRGI – 9230f

Soutènement par pieux

A l’attention du jury concerné


Table Des Matières
Liste des figures ......................................................................................................................... 3
Liste des tableaux ....................................................................................................................... 4
Introduction ................................................................................................................................ 5
Chapitre I : Butée et Poussée ................................................................................................ 6
1. Définition ...................................................................................................................... 6
2. Pression latérale des terres ............................................................................................ 7
3. Calcul pratique de la poussée par la méthode de Coulomb ........................................ 10
4. Calcul pratique de la butée ......................................................................................... 11
Chapitre II : Le soutènement par pieux ................................................................................ 12
1. Définition et fonction.................................................................................................. 12
2. Soutènement par pieux sécants ................................................................................... 13
3. Soutènement par pieux espacés (pieux jointifs) ......................................................... 17
4. Classification .............................................................................................................. 17
Chapitre III : Comparaison entre quelques techniques de soutènement ................................ 19
1. Définition .................................................................................................................... 19
2. Tableau de comparaison ............................................................................................. 20
3. Les avantages et les inconvénients d’une paroi des pieux de soutènement................ 21
Chapitre IV : Stabilité des pieux de soutènement ................................................................. 22
1. Définition .................................................................................................................... 22
2. Justification de sa stabilité .......................................................................................... 23
3. Prédimensionnement d’un pieu de soutènement ........................................................ 24
4. Exemple de calcul....................................................................................................... 25
Chapitre V : Les tirants d’ancrage........................................................................................ 28
1. Définition .................................................................................................................... 28
2. La mise en œuvre ........................................................................................................ 29
3. Description.................................................................................................................. 29
Chapitre VI : Etude de cas ..................................................................................................... 31
1. Contexte ...................................................................................................................... 31
2. Modèle numérique ...................................................................................................... 31
3. Caractéristiques des matériaux ................................................................................... 32

Page | 1
4. Exécution .................................................................................................................... 35
5. Phasage de calcul ........................................................................................................ 35
6. Résultats...................................................................................................................... 36
7. Etude des tirants d’ancrage ......................................................................................... 37
8. Etude des aciers .......................................................................................................... 37
Conclusion ............................................................................................................................... 41
Références bibliographiques .................................................................................................... 42
ANNEXES ............................................................................................................................... 43

Page | 2
Liste des figures

Figure 1 : Mur de soutènement en béton.................................................................................... 6


Figure 2 : Etat au repos .............................................................................................................. 7
Figure 3 : Etat actif ou de poussée ............................................................................................. 8
Figure 4 : Etat passif ou de butée ............................................................................................... 9
Figure 5 : Le diagramme de la limite de déformation................................................................ 9
Figure 6 : Poussée sur un mur selon Coulomb......................................................................... 10
Figure 7 : Butée sur un mur selon Coulomb ............................................................................ 11
Figure 8 : Pieux jointifs et pieux sécants ................................................................................. 12
Figure 9 : Poutre de solidarisation ........................................................................................... 12
Figure 10 : Pieu primaire et pieu secondaire............................................................................ 13
Figure 11 : Pieux forés simples ................................................................................................ 14
Figure 12 : Pieux forés tubés vibro-foncées............................................................................. 14
Figure 13 : Pieux forés à la boue bentonitique......................................................................... 15
Figure 14 : Vue en plan des étapes d’une paroi des pieux sécants .......................................... 16
Figure 15 : Paroi moulée .......................................................................................................... 19
Figure 16 : Le rideau de palplanches ....................................................................................... 20
Figure 17 : Rupture des éléments constitutifs sous l’action des forces extérieures ................. 22
Figure 18 : Glissement, renversement et poinçonnement ........................................................ 22
Figure 19 : Différentes étapes de calcul de la stabilité d'un ouvrage de soutènement, d'après
Soukatchoff (2003) .................................................................................................................. 23
Figure 20 : Un pieu de soutènement encastré dans le sol et appuyé par des tirants d’ancrage 24
Figure 21 : Poutre cylindrique encastrée d’une face et un appui à la place de chaque tirant
d’ancrage .................................................................................................................................. 25
Figure 22 : Poutre étudiée ........................................................................................................ 26
Figure 23 : Diagrammes du moment fléchissant et de l’effort tranchant à l'ELU ................... 26
Figure 24 : Diagramme des aciers longitudinaux et transversaux ........................................... 27
Figure 25 : Tirants d'ancrage .................................................................................................... 28
Figure 26 : Phasage de réalisation d’un tirant à armature directement scellée dans le sol ...... 29
Figure 27 : Deux types de tirants (longueur libre et longueur scellée) .................................... 30
Figure 28 : Limite du terrain avec l'entourage ......................................................................... 31
Figure 29 : Longueur libre du premier tirant ........................................................................... 33
Figure 30 : Longueur libre du deuxième tirant ........................................................................ 34
Figure 31 : Section du blindage de la fouille ........................................................................... 35
Figure 32 : Coupe descriptive pour schématiser les phasages ................................................. 36
Figure 33 : Diagrammes du moment fléchissant, de l’effort tranchant et du déplacement ..... 36
Figure 34 : Pression active et pression passive ........................................................................ 37
Figure 35 : Ferraillage du pieu ................................................................................................. 40

Page | 3
Liste des tableaux

Tableau 1 : Coefficient K0 pour quelques types de sols ............................................................ 8


Tableau 2 : La comparaison entre pieux de soutènement, paroi moulée et rideau de
palplanches ............................................................................................................................... 20
Tableau 3 : Les avantages et les inconvénients des pieux de soutènement ............................. 21
Tableau 4 : Caractéristiques du sol .......................................................................................... 32
Tableau 5 : Caractéristiques des tirants d'ancrage ................................................................... 34

Page | 4
Introduction

Les pieux sont des éléments structuraux qui sont utilisés généralement pour les fondations
profondes qui vont résister aux charges verticales exercées par un bâtiment par l’intermédiaire de
pointe et de frottement latéralise.
Avec le temps, les pieux sont utilisés dans diverses applications, dont l’une est le soutènement
par pieux comme son nom l’indique. Ce dernier est spécialisé par sa grande résistance aux
sollicitations latérales. Cette technologie, plus avantageuse que les murs de soutènement
traditionnels, nous offre une rapidité d’exécution et réduit la main d’œuvre.
En effet, il existe plusieurs types de soutènement dont les principaux sont : les parois moulées,
les voiles par passes, les parois berlinoises, les rideaux palplanches, etc.
Or, nous distinguons la méthode de soutènement par pieux espacés, qui sera l’objet de ce
projet, étayé dans les chapitres qui suivent.
De ce qui précède, on pose la question fondamentale suivante : Comment effectuer le choix
de la méthode de soutènement tout en équilibrant les paramètres déjà cités surtout économique et
temporaire. Quelles sont alors les difficultés rencontrées lors de l’exécution du soutènement par
pieux et comment les affronter ?
Finalement, l’étude présentée dans ce rapport a pour objectif de calculer les pieux de
soutènement, leurs stabilités et les tirants d’ancrage.

Page | 5
Chapitre I : Butée et Poussée

1. Définition
La butée et la poussée sont à la base du calcul, d’où l’importance de détailler leurs fonctions.
On considère un mur en béton de soutènement simple qui retient un massif de sol.

Figure 1 : Mur de soutènement en béton.


On retrouve 3 forces en contact avec le sol sur chaque face du mur, autre que la force de
pesanteur W :

• Sur la première face, face extérieure, le massif du sol exerce des efforts verticaux qui
renversent le mur et des efforts horizontaux qui le déplacent. La composante
principale de ces efforts est horizontale, notée Fa (Force Active). On l’appelle force
de poussée.

• Sur la deuxième face, nommée intérieure, le sol essaie de retenir le mur par de faibles
efforts. La composante principale de ces efforts est horizontale, notée Fp (Force
Passive), qui est opposée à celle du Fa. On l’appelle force de butée.

• Sur la face inférieure, base du mur, le sol exerce des efforts verticaux N, appelés force
portante et des efforts horizontaux T qui résistent au glissement sous l’action de la
force Fa de la poussée.

Page | 6
2. Pression latérale des terres
Dans un ouvrage, on distingue souvent dans le sol trois états d’équilibre :

2.1 Etat au repos

On considère un sol comme un massif de dimensions horizontales infinies. Il ne se déforme


pas latéralement, mais le tassement est seulement possible pour ce type de sol. Ainsi, la
contrainte horizontale ou latérale n’est plus égale à la contrainte verticale.

Figure 2 : Etat au repos


En mécanique des sols, la contrainte latérale totale est déterminée en fonction de la contrainte
verticale totale suivant la relation :

𝜎𝜎ℎ = 𝐾𝐾. 𝜎𝜎𝑣𝑣


K étant le coefficient de la pression des terres.
Cette contrainte totale peut changer selon le degré de saturation du sol. Pour cela, le
coefficient K n’est pas constant pour un sol donné. C’est pour cette raison que nous écrivons
cette relation en termes de contraintes effectives :

𝜎𝜎′ℎ = 𝐾𝐾0 . 𝜎𝜎′𝑣𝑣


K0 : est le coefficient des terres au repos.
Il est indépendant de l’état de saturation du massif, est constant pour une même couche du sol
et a une même masse volumique.
Plusieurs relations analytiques donnent K0 en fonction des propriétés du sol. A titre
d’exemple, JAKY propose la relation pour les sables :

𝐾𝐾0 = 1 − sin ∅
Page | 7
On peut tirer de façon approximative la valeur de K0 dans ce tableau :

Coefficient K0 pour quelques types de sols


Type se sol Valeur de K0
Sable lâche 0.45 à 0.5
Sable compact 0.4 à 0.45
Argile normalement consolidée 0.5
Argile surconsolidée >0.5

Tableau 1 : Coefficient K0 pour quelques types de sols

2.2 Etat actif ou état de poussée

Dans le cas d’un massif de sol semi infini (supposé homogène) suivi d’une surface
horizontale avec un écran vertical, les contraintes σz et σx sont des contraintes principales.

Figure 3 : Etat actif ou de poussée


Si on effectue un déplacement de l’écran loin du massif, ce déplacement est équivalent à une
augmentation du sol. Ce qui induit à une diminution de σx. Cette diminution est en fonction des
déformations latérales dues à ce déplacement.
Si le déplacement de l’écran est à peu près de h/1000 (h : hauteur du mur), le massif va
atteindre la rupture. Ainsi, on appelle cette limite « l’équilibre limite de poussée » et σx atteint
une valeur minimale correspondant à un état d’équilibre plastique.
Quand σx est réduite, elle représente alors la contrainte principale inférieure σ3. La contrainte
verticale σz sera la contrainte principale majeure σ1. La contrainte σ3 est appelée pression active.

𝜎𝜎′ℎ = 𝐾𝐾𝑎𝑎 . 𝜎𝜎′𝑣𝑣 (En poussée)

Page | 8
2.3 Etat passif ou de butée

Dans cet état, si on déplace l’écran vers le massif du sol, on assure la compression sur le
massif. La contrainte σx augmente jusqu’à ce qu’un état d’équilibre plastique soit atteint. Dans
cet étirement, σx devient la contrainte principale majeure et σz sera la contrainte principale
mineure σ3.

Figure 4 : Etat passif ou de butée


Ensuite, σx maximum est atteinte après un déplacement à peu près de h/100 (doit être
augmenté de 10 fois que dans le cas précédent). Le massif localisé à droite du mur va atteindre la
rupture. On appelle alors cette limite « l’équilibre limite de butée » et la contrainte horizontale
« pression passive ».

𝜎𝜎′ℎ = 𝐾𝐾𝑝𝑝 . 𝜎𝜎′𝑣𝑣 (En butée)

Figure 5 : Le diagramme de la limite de déformation

Page | 9
Avec :

• Q0 : Effort exercé par les terres sur un écran à l’état de repos (Calculé avec K0 et σ’v)
• Qa : Effort exercé par les terres sur un écran à l’équilibre actif, de poussée (Ka et σ’v)
• Qp : Effort exercé par les terres sur un écran à l’équilibre passif, de butée (avec Kp et
σ’v)

3. Calcul pratique de la poussée par la méthode de Coulomb


Cette méthode, adoptée depuis 1773, calcule la force de la poussée s'exerçant sur un écran
d’orientation verticale ou inclinée.

Figure 6 : Poussée sur un mur selon Coulomb

1
𝐹𝐹𝑎𝑎 = 𝛾𝛾. 𝐻𝐻2 . 𝐾𝐾𝑎𝑎
2
Avec : Ka le coefficient de la poussée donnée par la formule de Poncelet :
−2
𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠2 (η − φ) sin(𝜑𝜑 + 𝛿𝛿) . sin(𝜑𝜑 − 𝛽𝛽)
𝐾𝐾𝑎𝑎 = �1 + � �
𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠2 𝜂𝜂. sin(𝜂𝜂 + 𝛿𝛿) sin(𝜂𝜂 + 𝛿𝛿) . sin(𝜂𝜂 − 𝛽𝛽)

1−𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠 𝜋𝜋 𝜑𝜑
Pour 𝛽𝛽 = 0, 𝜂𝜂 = Π⁄2 et 𝛿𝛿 = 0 (mur lisse), on a donc : 𝐾𝐾𝑎𝑎 = = 𝑡𝑡𝑡𝑡2 ( − ).
1+𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠 4 2

Page | 10
4. Calcul pratique de la butée
Cette méthode aussi calcule la force de la butée s'exerçant sur un écran d’orientation verticale.
1 𝜋𝜋 𝜑𝜑
𝐹𝐹𝑝𝑝 = 𝛾𝛾. 𝐻𝐻2 . 𝐾𝐾𝑝𝑝 ; 𝐾𝐾𝑝𝑝 = 𝑡𝑡𝑡𝑡2 ( + )
2 4 2

Figure 7 : Butée sur un mur selon Coulomb

Dans ce chapitre, on a détaillé les fonctions de la poussée, de la butée et des états de pression
latérale des terres qui aident à préciser la dimension d’un mur ou d’une paroi de soutènement.
Dans le chapitre suivant, on va exposer une paroi des pieux de soutènement qui est influencée
par ces forces.

Page | 11
Chapitre II : Le soutènement par pieux

1. Définition et fonction
Le soutènement des pieux est indispensable dans le cas d’une fouille ou des immeubles
rapprochés. Il sert à assurer le soutènement d’une fouille à travers des pieux plus ou moins
rapprochés qui seront encastrés dans le sol et fixés à l’aide de butons ou des tirants d’ancrage.
En général, ce sont des pieux sécants ou bien espacés (pieux jointifs) avec un espacement
entre-axes des pieux qui varie de 0 à 4 mètres. L’espacement dépend premièrement de la nature
du sol et deuxièmement des efforts de poussée qui sont pris en compte.

Figure 8 : Pieux jointifs et pieux sécants

Parfois, les pieux peuvent être solidarisés entre eux par une
poutre en béton armé ou métallique horizontalement. Cette
poutre a comme rôle de soutenir la distribution des efforts
horizontaux de poussée et de servir de support contre toutes les
forces de poinçonnement effectuées par les tirants.

Figure 9 : Poutre de solidarisation

Page | 12
2. Soutènement par pieux sécants
Cette technique consiste à exécuter un soutènement continu à base de pieux sécants.

2.1 Description du système

Le soutènement est composé par deux types de pieux, des pieux primaires et des pieux
secondaires, intersectés, qu’on appelle « paroi de pieux sécants ». De plus les pieux primaires
peuvent être réalisés moins profondément que les pieux secondaires.

Figure 10 : Pieu primaire et pieu secondaire

2.2 Les fonctions et les recommandations (domaine d’application)

Les pieux sécants ont plusieurs fonctions dont les plus importantes sont les suivantes :

• Une fonction portante pour soutenir les terres temporairement ou durablement ;


• Une fonction de maintien d'eau temporaire ;
Pendant la réalisation des parois de pieux sécants, il faut tenir compte de toutes les
instructions, dont les plus indispensables sont les suivantes :

• Cette technique est appliquée pour une profondeur de 14 à 30 m environ ;


• Cette paroi est souvent très proche des bâtiments existants ;
• Lors de l’exécution, on n’entraîne pas de vibration ;
• Parfois, on trouve des obstacles souterrains qui, en général, ne posent pas de
problème ; mais ils peuvent être défavorables pour quelques tolérances de la paroi ;

Page | 13
• Il est possible d’installer un rideau de pieux dans un ouvrage qui contient de l’eau
souterraine sans le rabattement du niveau de la nappe phréatique. Mais il faut faire
attention au risque de délavage du béton qui doit être étudié s’il y a beaucoup d’eau.

2.3 Techniques d’exécution

Les pieux peuvent être exécutés de différentes techniques, mais l’ordre des étapes de chaque
technique doit être inévitablement respecté.

2.3.1 Pieux forés simples

L’exécution de pieux forés simples s’effectue


selon les étapes suivantes :

• Réglage, préforage ;
• Mise en place de la virole ;
• Forage à la tarière ;
• Ancrage au carottier ;
• Mise en place d’armatures et bétonnage ;
• Contrôle de l’arase de béton.

Figure 11 : Pieux forés simples

2.3.2 Pieux forés tubés vibro-foncées

L’exécution de pieux forés tubés s’effectue selon


les étapes suivantes :

• Réglage, préforage ;
• Vibro-fonçage du tubage de travail ;
• Forge avec extraction des terres ;
• Mise en place d’armature ;
• Bétonnage au tube plongeur ;
• Extraction du tubage de travail.

Figure 12 : Pieux forés tubés vibro-foncées

Page | 14
2.3.3 Pieux forés à la boue bentonitique

L’exécution de pieux forés à la boue s’effectue selon les


étapes suivantes :

• Implantation, préforage, mise en place de la


virole ;
• Mise en œuvre de la boue bentonitique ;
• Forage sous charge de boue ;
• Recyclage de la boue, mise en place
d’armatures ;
• Bétonnage au tube de plongeur ;
• Relevé le tube plongeur par élément à la fin du
bétonnage ;
• Arrachement de la virole, contrôle de l’arase
béton.
Figure 13 : Pieux forés à la boue bentonitique
Quelle que soit la technique adoptée, les pieux sont composés de béton coulé sur place. Il faut
alors que chaque pieu non armé ait deux pieux armés par cage d’armature ou par profilé.

2.4 Dimensions

Les pieux qui constituent ces parois et les pieux isolés ont les mêmes dimensions et suivent la
même technique. Il existe deux genres de pieux :

• Les pieux à tarière continue, leur diamètre varie entre 0,4 et 0,7 m ;
• Les pieux forés dont le diamètre varie entre 0,6 et 1,5 m.
L’espacement entre l’axe des pieux dépend de la nature du sol et des poussées prises en
compte.

2.5 Capacité portante

La capacité portante verticale est importante pour un rideau de pieux. Lors du calcul de cette
capacité, il faut faire attention au facteur de forme, au mur de pieux sécants, à l’effet de groupe,
ainsi qu’à l’influence de l’excavation.

2.6 Déplacement horizontal

Grâce à la rigidité d’un rideau de pieux de soutènement, la déformation sera plus faible que
celle d’un rideau de palplanches ou d’une paroi berlinoise, dans les mêmes conditions.

Page | 15
2.7 Exécution : description générale

Au début, on installe une poutre de direction pour indiquer les positions des pieux afin de
protéger cette direction pendant le forage.
Le déroulement de l’exécution se décompose en plusieurs étapes inévitables :

• Un premier ensemble de pieux primaires non armés est exécuté suivant l’ordre : 1
– 5 – 9 – 13 … ;
• Une deuxième série de pieux primaires non armés est réalisée suivant la séquence
3 – 7 – 11 – … ;
• Les pieux secondaires en béton armé sont réalisés suivant cet ordre : 2 – 4 – 6 – 8
– 10 – 12 … Les pieux primaires sont partiellement fraisés ;
• La fouille est ensuite vidée jusqu'au niveau d'installation d'un éventuel support
horizontal ;
• Si nécessaire, le support horizontal est mis en place ( tirants d'ancrage). Les
tirants d'ancrage sont placés à hauteur de l'intersection entre un pieu primaire et
secondaire ;
• La fouille est à nouveau excavée jusqu'au nouveau niveau où on peut éventuellement
mettre en place un support horizontal supplémentaire ou bien jusqu'au niveau du fond
de fouille final.

Figure 14 : Vue en plan des étapes d’une paroi des pieux sécants
Page | 16
2.8 Spécification

2.8.1 Pendant le calcul

Généralement, le calcul géotechnique convient à celui des parois moulées.


On considère le moment maximal à la rupture dans le calcul des interactions si on utilise des
profilés à la place des armatures. En déterminant la rigidité flexionnelle, il faut prendre une
section réduite du rideau de pieux. Il faut aussi tenir compte de la discontinuité sous le niveau du
fond de fouille.
Dans le cas d’applications des charges permanentes, il faut prendre en considération la
durabilité des parois. Cependant, on doit contrôler les tassements des constructions
environnantes.

2.8.2 Lors de la mise en œuvre

Lors de la réalisation de la première série de pieux primaires (étape 1), il faut au moins
attendre 4 heures avant de réaliser la deuxième série de pieux primaires (étape 2). Entre les pieux
primaires et les pieux secondaires, il faut respecter un délai minimum de 8 heures ; sinon, il y
aura une difficulté dans l’installation.
Sachant qu’il doit y avoir une période longue et suffisante entre l’exécution et l’excavation
pour que la résistance à la compression du béton et sa rigidité minimale soient requissent.
Ensuite, les poutres de répartition reçoivent et transmettent les forces sur la paroi du support
supplémentaire. La plaque d’ancrage assure cette transmission de forces. Par exemple, elle est
pratique si la stabilité de la paroi est garantie.
Des armatures doivent être installées sur toute la hauteur du pieu, sauf si ce dernier subit
quelques tractions.

3. Soutènement par pieux espacés (pieux jointifs)


Le soutènement est composé par des pieux espacés avec un espacement entre-axes des pieux.
Cet espacement varie et peut être au maximum de 4 mètres. L’espacement dépend de la nature
du sol et des efforts de poussée qui sont pris en compte.
Le soutènement par pieux jointifs a les mêmes fonctions (sauf dans les ouvrages qui
contiennent de l’eau souterraine), mêmes techniques d’exécution et mêmes dimensionnements
que les pieux sécants. Mais, l’exécution sur site est différente, car ce soutènement est espacé.
Donc, les pieux jointifs sont mis en place l’un derrière l’autre selon le cas (selon l’espacement).

4. Classification
Les classifications des ouvrages de soutènement sont basées sur le mode de fonctionnement
d’ouvrage, la rigidité du système pieu/sol ou la durée de vie de l’ouvrage.

Page | 17
4.1 Selon son fonctionnement

• Fonctionnement par le poids, lorsque le propre poids des pieux de soutènement aide à
l’équilibre ;
• Fonctionnement par encastrement, c’est quand la butée peut agir contre la poussée
pour aboutir à la stabilité ;
• Fonctionnement par ancrage, suivant l’effort de poussée qui est repris partiellement ou
totalement par des tirants d’ancrage.

4.2 Selon la rigidité relative au système pieu/sol

Les pieux sont appelés flexibles quand leurs surfaces qui sont en contact avec le sol sont
déformables. Les rideaux palplanches, les parois moulées, etc. Appartiennent aussi à cette
catégorie. Tandis que pour les pieux rigides, leurs surfaces en contact avec le sol sont
indéformables. Ils peuvent être fixés, s’ils n’effectuent ni rotation ni translation et non fixés si
l’une de ces deux le permettent.

4.3 Selon la durée de vie de l’ouvrage

Dans les murs de soutènement, on distingue deux genres : les murs provisoires et les murs
définitifs. En général, les soutènements par pieux sont définitifs, exécutés pour une fonction de
soutènement illimitée dans le temps.

Dans le déroulement de ce chapitre, on a expliqué ce qu’est un soutènement par pieux, les


techniques d’exécution et surtout leurs classifications. Dans le chapitre qui suit, une comparaison
entre les pieux sécants, les parois moulées et les rideaux palplanches va être détaillée.

Page | 18
Chapitre III : Comparaison entre quelques
techniques de soutènement

1. Définition
Il existe plusieurs techniques de soutènement, autre que le rideau des pieux de soutènement
comme, par exemple, la paroi moulée et le rideau de palplanches.
Premièrement, une paroi moulée est un écran en béton armé, exécuté dans le sol. Elle est
constituée d’une boîte à l’intérieur de laquelle on va exécuter le projet. Elle peut être une partie
de la structure. Quand il y a de l’eau dans le sol, cette paroi assure l’étanchéité de la fouille.
Pendant l’exécution, la stabilité de la tranchée est assurée par la mise en place de boue bentonite.
Cette boue assure l’équilibre des poussées latérales du terrain. La paroi moulée permet de
contenir l’éboulement et la décompression des terres tout en assurant le soutènement.

Figure 15 : Paroi moulée


Deuxièmement, le rideau de palplanches est constitué d’éléments verticaux jointifs, qui sont
exécutés par battage dans le sol pour créer un écran plus ou moins étanche dans le sol. Ce rideau
empêche l’éboulement et la décompression des terres et peut être exécuté : en bois, en béton ou
en métal.

Page | 19
Figure 16 : Le rideau de palplanches

2. Tableau de comparaison

Caractéristiques Pieux de soutènement Paroi moulée Rideau de palplanches

35 m (plane)
Hauteur maximum 14 à 30 m 20 à 30 m
90m (puits circulaires)

Type de soutènement Définitif ou provisoire

Matériel utilisé et Pieux forés tubés Benne à câble, benne Fonçage, battage ou
technique hydraulique veinage

Structure relativement Structure relativement Plus risquée en cas de


Etanchéité étanche. étanche. détachement entre les
palplanches

Prix Moins coûteux que les Très coûteuse Très cher


autres

Durée de vie Varie selon les tirants d’ancrage qui ont besoin Longue
d’une maintenance

Tableau 2 : La comparaison entre pieux de soutènement, paroi moulée et rideau de


palplanches
Page | 20
3. Les avantages et les inconvénients d’une paroi des pieux de soutènement
Toutes les techniques de soutènement possèdent des avantages et des inconvénients. Dans ce
tableau, on va analyser les particularités spécifiques de chaque type tout en exposant une
comparaison brève des caractéristiques propres à chaque type des pieux de soutènement :

La paroi des pieux de soutènement


Les avantages Les inconvénients
Une fonction de rétention de terre temporaire Aspect visuel se présentant sous forme de fût
ou définitive. circulaire.

Peut supporter des charges faibles et élevées. Rendement limité.

Absence de vibrations et faibles nuisances Déblai de forages (pollution).


sonores.

Peut être réalisée près de bâtiments adjacents Les moyens utilisés sont lourds et de grande
(minimum 25 cm). puissance.

Installation de chantier économique et rapide. La technicité de l'entreprise doit être très


pointue.

Tableau 3 : Les avantages et les inconvénients des pieux de soutènement

Ce chapitre nous montre la comparaison entre une paroi des pieux de soutènement, les parois
moulées et les rideaux palplanches et surtout la comparaison entre les hauteurs, le type de
soutènement, les matériels et les techniques utilisés, les étanchéités, le prix et la durée de vie. De
plus, il expose les avantages et les inconvénients des pieux sécants. Dans le chapitre suivant, on
va parler de la stabilité de ce rideau.

Page | 21
Chapitre IV : Stabilité des pieux de soutènement

Après avoir exposé le soutènement par un rideau de pieux de soutènement, leurs techniques,
leur classification, nous ciblons, dans ce chapitre, le tas de stabilité et le prédimensionnement des
pieux de soutènement.

1. Définition
Toutes les techniques de soutènement sont soumises à des risques de rupture, sous l’effet des
forces exercées par le sol. Plusieurs formes de rupture doivent être alors distinguées. On note :

• La stabilité interne (rupture des éléments constitutifs sous l’action des forces
extérieures) comme, par exemple, dans notre cas la rupture d’un pieu. (Figure 17)
• La stabilité externe : Il existe 3 types : la stabilité au renversement, la stabilité au
glissement et la stabilité au poinçonnement. (Figure 18)
Il faut étudier cette stabilité de soutènement à l’état limite ultime.

Figure 17 : Rupture des éléments constitutifs sous l’action des forces extérieures

Figure 18 : Glissement, renversement et poinçonnement

Page | 22
2. Justification de sa stabilité
Il existe différentes étapes de calcul de la stabilité. La figure ci-dessous montre la démarche
qu’il faut suivre pour examiner la stabilité d’un ouvrage de soutènement rigide.

Figure 19 : Différentes étapes de calcul de la stabilité d'un ouvrage de soutènement, d'après


Soukatchoff (2003)

Page | 23
3. Prédimensionnement d’un pieu de soutènement
Chaque élément constructif possède une prédimension selon les charges exercées sur lui et
selon sa forme géométrique. Dans notre projet, quand on considère un pieu de soutènement
encastré dans le sol et appuyé par des tirants d’ancrage, on peut le rapprocher d’une poutre
cylindrique continue encastrée d’une face et un appui à la place de chaque tirant d’ancrage.
La charge adaptée est une charge triangulaire. Quand on la décompose sur les travées, elle
devient trapézoïdale. Parfois, on ajoute une charge constante répartie sur toute cette poutre si on
a une rue à côté.
Il faut vérifier le moment fléchissant et l’effort tranchant de cette poutre.

Figure 20 : Un pieu de soutènement encastré dans le sol et appuyé par des tirants d’ancrage

Page | 24
Figure 21 : Poutre cylindrique encastrée d’une face et un appui à la place de chaque tirant
d’ancrage

4. Exemple de calcul
On va faire un prédimensionnement pour un pieu de soutènement simple de longueur égale à
10 mètres. Le premier tirant étant placé à 2 m et le deuxième à 6 m du niveau du terrain naturel.
Le sol est sableux avec 𝛾𝛾 = 2 𝑡𝑡/𝑚𝑚3 , 𝜑𝜑 = 34° . Sachant qu’il existe une rue à côté de la charge
verticale de 2 𝑡𝑡/𝑚𝑚2 .
Donc, on a :

1 − 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠 𝜋𝜋 𝜑𝜑 34
𝐾𝐾𝑎𝑎 = = 𝑡𝑡𝑡𝑡2 � − � = 𝑡𝑡𝑡𝑡2 �45 − � = 0.2827
1 + 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠 4 2 2
La charge exercée par la présence de la rue est Qr :

Qr = 2 x 0.2827 = 0.565 t/ml ; C’est une charge constante répartie.


La charge exercée par le sol est Gs :

Gs = Ka x 𝛾𝛾 x h = 0.2827 x 2 x 8 = 4.52 t/ml ; C’est une charge triangulaire.


Soit Ф = 50 cm, et on a une poutre cylindrique continue de 8 m encastrée d’une face et un appui
à la place de chaque tirant d’ancrage.
On fait la conversion d’une poutre de section circulaire à une poutre de section carrée. Cette
conversion est basée sur la différence d’inertie.

Page | 25
L’inertie d’une section circulaire :

𝜋𝜋 . ∅4 𝜋𝜋 . 0.54
𝐼𝐼𝑋𝑋 = 𝐼𝐼𝑌𝑌 = = = 3.068 × 10−3 𝑚𝑚4
64 64
L’inertie d’une section carrée et la conversion :

𝑎𝑎4 𝑎𝑎4
𝐼𝐼𝑋𝑋 = 𝐼𝐼𝑌𝑌 = = = 3.068 × 10−3 𝑚𝑚4
12 12
𝑎𝑎4 = 12 × 3.068 × 10−3 = 0.0368

𝑎𝑎 = 0.437 𝑚𝑚 ≅ 44 𝑐𝑐𝑐𝑐

Figure 22 : Poutre étudiée


On obtient les résultats suivants, en utilisant le logiciel Acapulco :
Vérification du moment fléchissant et de l’effort tranchant à l’ELU :

Figure 23 : Diagrammes du moment fléchissant et de l’effort tranchant à l'ELU

Page | 26
Figure 24 : Diagramme des aciers longitudinaux et transversaux

Dans ce chapitre, on a parlé des deux formes de la stabilité : interne et externe, de la


vérification et surtout du prédimensionnement avec un simple exemple de calcul. Dans le
chapitre suivant, on va exposer les tirants d’ancrage et leur mise en œuvre.

Page | 27
Chapitre V : Les tirants d’ancrage

1. Définition
Les tirants d'ancrage sont utilisés lorsqu'on cherche à renforcer un rideau de soutènement. Les
forces du sol poussent le rideau de pieux de soutènement et essaient de le renverser. Pour cela, il
faut mettre des tirants d’ancrage qui sont capables de tenir ces forces de traction et les
transmettre à une couche de sol résistant par ancrage. Le tirant peut être provisoire s’il dure au
maximum deux ans et permanent dans les autres cas.

Figure 25 : Tirants d'ancrage

Un ancrage possède trois parties principales qui sont :

• La tête du tirant (c’est l’arrangement d’appui de tirant) ;


• L’armature (c’est l’élément qui transporte les forces de traction au corps de la tête) ;
• Le corps d’ancrage (il transmet les forces de traction au sol par les armatures).
Le corps d’ancrage est réalisé par injection d’un coulis à base de ciment sous une grande
pression contrôlée. Quand la mise en tension de l’ancrage est faite, le tirant doit être protégé tout
au long de la partie libre par une matière anticorrosive solide (gaine).

Page | 28
2. La mise en œuvre
L’exécution d’un tirant d’ancrage comprend les démarches suivantes :

• Il faut commencer d’abord par l’exécution du forage (en tube) ;


• Ensuite, la pénétration de la zone de scellement (tirant) dans le tubage ;
• Puis la remontée du tubage et l’injection du coulis ;
• Enfin, la mise en tension avec contrôle et blocage de l’armature.

Figure 26 : Phasage de réalisation d’un tirant à armature directement scellée dans le sol
La bonne tenue de l’ancrage est déterminée par la quantité de l’injection. Le durcissement
dure 10 jours, mais peut être ramené à 3 jours en utilisant des adjuvants spécifiques.

3. Description
Les tirants d'ancrage précontraints sont composés d'une armature de précontrainte (barres, fils,
torons, etc.) qui est conduite dans un forage et scellée au terrain dans sa tranche inférieure, par
injection d'un coulis de ciment ou d'un mortier, avant d'être mise en tension et bloquée par une
tête d'ancrage contre la structure ou l'élément de structure à ancrer.

Page | 29
On différencie deux parties pour l’armature :

• L libre : c’est la longueur libre proche du pieu qui prend naissance sous la tête
d'ancrage.
• L scellée : c’est la longueur de scellement qui la prolonge jusqu'à son autre face.
Généralement, la longueur de scellement est fixée dans des couches profondes du sol pour
faciliter à l’armature de transmettre les efforts de traction au terrain. Par contre, dans la première
phase, tout au long de leur longueur libre, les armatures ne sont pas scellées et elles sont
protégées par une gaine.
Il existe 2 types de tirants :
a) L’armature est directement scellée au terrain ;
b) L'armature est scellée dans un tube à l’aide d’un coulis qui est lui-même scellé au
terrain.

Figure 27 : Deux types de tirants (longueur libre et longueur scellée)

Page | 30
Chapitre VI : Etude de cas

1. Contexte
Notre projet présente une étude d’exécution du soutènement par pieux espacés d’une fouille.
La figure ci-dessous, expose la vue en plan du terrain (Mazraa 5051) et de la rue qui se trouve à
son côté, illustrant strictement la thématique de ce projet.

Figure 28 : Limite du terrain avec l'entourage

2. Modèle numérique
La modélisation numérique est effectuée avec la méthode des éléments finis en 2D en utilisant
les logiciels : Talren v5 pour le calcul des tirants d’ancrage et Wallap pour les calculs de
déplacement, du moment et des efforts tranchants. L’excavation est soutenue par la technique de
soutènement par des pieux espacés, appuyés par des tirants d’ancrage.
L’excavation est de :

• 30 m de longueur ;
• 20 m de largeur ;
• 12 m de profondeur.

Page | 31
Deux rangées de tirants précontraints sont utilisées sur la paroi. Leurs longueurs sont
calculées ci-dessous, et sont placées dans le sol avec un angle de 15°.
Le terrain retenu est composé d’une même couche de sol qui est une couche de sable, du niveau
du terrain naturel jusqu’aux profondeurs.

3. Caractéristiques des matériaux


3.1 Sol

Les paramètres mécaniques du sol sont donnés à l’aide d’un rapport géotechnique, et exposés
dans le tableau suivant :

Caractéristiques Symbole Sol (sable)


Masse volumique γ [KN/m3] 18
Angle de frottement φ [°] 35
Cohésion c [KN/m2] 0
Module de Young E [KN/m3] 30000
Coefficient de la terre au repos K0 0.426
Coefficient de la limite active Ka 0.227
Coefficient de la limite passive Kp 6.65

Tableau 4 : Caractéristiques du sol

3.2 Tirants d’ancrage

Les tirants utilisés sont formés de 4 T 15 S, le premier mesure 14 m et le deuxième 15 m


(calculé ci-après) et ils sont provisoires. L’espacement entre deux tirants consécutifs de la même
rangée est de 3 m. Les torons T 15 ont une section égale à 150 mm2.

3.2.1 Calcul de la longueur des tirants

• Le premier tirant possède une traction de service Ts :


Ts = 434.3 KN (voir annexe « 1 »)

Tu = π . Ds . Ls . qs (Voir annexe « 2 », du TA.95)

Avec : Ds= α . Dd ; α = 1.4 car c’est un sable moyen (Voir annexe « 3 »)

Dd =0.12 m c’est le diamètre de forage

Page | 32
qs = 0.25 MPa (Voir annexe « 4 ») ; avec qc = 16MPa (du rapport géotechnique)

Tu = π x 1,4 x 0.12 x Ls x 250


Tu
Ts ≤ Donc : Ts x 2 =434.3 x 2 = 868.6 = π x 1,4 x 0.12 x Ls x 250
2

868.6
⇒ Ls = = 6.5 ≃ 7 m (c’est la longueur de scellement)
π x 1,4 x 0.12 x 250

Avec LL = 6.7 ≃ 7 m ⇒ L1 = 14 m

Figure 29 : Longueur libre du premier tirant

• Le deuxième tirant possède une traction de service Ts=637.7KN (voir annexe « 1 »).
Tu
Ts ≤ ; Donc : Ts x 2 =637.7 x 2 = 1275.5 = π x 1,4 x 0.12 x Ls x 250
2

1275.5
⇒ Ls = = 9.66 ≃ 10 m (c’est la longueur de scellement)
π x 1,4 x 0.12 x 250

Page | 33
Avec LL = 4.3 m ; soit la valeur minimale de LL
Dans notre projet, on la prend LL = 5 m ⇒ L2 = 15 m

Figure 30 : Longueur libre du deuxième tirant

3.2.2 Caractéristiques des tirants d’ancrage

Les caractéristiques des tirants d’ancrage sont déclinées dans le tableau suivant :

Identification Longueur LL LS L espacement Type


Tirant d’ancrage 1 : 4T15S 14 m 7m 7m 3m Provisoire
10m
durée de vie
Tirant d’ancrage 2 : 4T15S 15 m 5m 3m
< 18 mois

Tableau 5 : Caractéristiques des tirants d'ancrage

Page | 34
3.3 Coulis de scellement

Les longueurs de scellement des tirants d’ancrage sont de 7 m et de 10 m et le diamètre du


forage de 12 cm. D’où la section 𝐴𝐴= 𝜋𝜋𝜋𝜋2/4 =0.01 𝑚𝑚2. Le module de Young du coulis est pris
égal à 15 000 MPa.

4. Exécution
La figure ci-dessous montre en détail la paroi de soutènement appuyée par deux rangées de
tirants précontraints, les charges provenant de la rue et la couche de sol.

Figure 31 : Section du blindage de la fouille

5. Phasage de calcul
• Phase 1 : Application de la charge de rue (2t/m2) ;
• Phases 2 et 3 : Excavation d’une profondeur de 3 m, puis installation de la première
rangée de tirants d’ancrage pour cette paroi ;
• Phases 4 et 5 : Excavation d’une profondeur de 8 m, puis installation de la deuxième
rangée de tirants d’ancrage pour cette paroi ;
• Phase 6 : Excavation finale à 12 m.

Page | 35
Figure 32 : Coupe descriptive pour schématiser les phasages

6. Résultats

Figure 33 : Diagrammes du moment fléchissant, de l’effort tranchant et du déplacement


Le déplacement atteint 2 cm, ce qui est acceptable.

Page | 36
Figure 34 : Pression active et pression passive

7. Etude des tirants d’ancrage


Les tirants d’ancrage utilisés sont provisoires, la longueur libre et la longueur de scellement
sont déjà calculées. L’espacement horizontal des tirants est pris égal à 3 m supérieur à 1,2 m
pour empêcher l’effet de groupe.
Selon la spécification des câbles, TR du câble ≃ 265 KN

4 câbles ⇒ 4 x 265 = 1060 KN

Vérification des tirants : Tirants provisoires 4T15S ont 60 % de retirement,


Donc, 1060 x 0.6 = 636 KN qui peut être acceptable pour notre cas, puisque la réaction
maximale est 637 KN.

8. Etude des aciers


8.1 Armatures longitudinales

fck= 30 MPa et fyk = 500 MPa ; donc fcd = 30/1,5 = 20MPa et fyd = 500/1,15 = 434,78 MPa
MED = 116 x 1,35 = 156,6N = 0,1566 MN (voir annexe « 5 »)
b0 = 0,44 m (d’après la conversion d’une poutre de section circulaire de ∅ = 50 cm à une
poutre de section carrée déjà démontrée)
d = 0,9 x h = 0,9 x 0,44 = 0,396 m

Page | 37
MED 0,1566
µcu = = = 0,1135 < 0,372 = µlu.
b0 .d2 .fcd 0,44x0,3962 x20

Position axe neutre : αu= 1,25 . (1-�(1 − 2µcu )=0,151

Bras de levier : Zc = d . (1 - 0,4.αu) = 0,372 m

MED
As = = 9,68 cm2
Zc .fyd

𝐴𝐴𝐴𝐴, min, c’est 1% de la section

Avec : A C = π.r2 = 0,1963m2

𝐴𝐴𝐴𝐴, min = 0,01 x 0,1963 x 104 = 19.63 cm2

⇒ 8HA20 (As =25.13 > 19.63 cm2)

As = 9,68 cm2 < 25,13 cm2 ; donc vérifiée à la flexion simple.

8.2 Vérification de la bielle comprimée de béton

Nous allons calculer l’effort admissible dans la bielle de béton, on considère ces bielles
inclinées à 45°.

𝑉𝑉𝑅𝑅𝑅𝑅,𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 = 0,5 × 𝑓𝑓𝑐𝑐𝑐𝑐 × 𝑍𝑍𝑢𝑢 × 𝑏𝑏𝑤𝑤


Avec VEd = 129.6 KN =0.1296 MN (voir annexe « 5 »)
𝑓𝑓𝑐𝑐𝑐𝑐 30
𝜇𝜇1 = 0,6 �1 − � = 0,6 �1 − � = 0,528
250 250

𝑧𝑧𝑢𝑢 = 0,9 . 𝑑𝑑 = 0,9 × 0,396 = 0,356 𝑚𝑚


𝑉𝑉𝑅𝑅𝑅𝑅,𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 = 0,5 × 𝑓𝑓𝑐𝑐𝑐𝑐 × 𝑍𝑍𝑢𝑢 × 𝑏𝑏𝑤𝑤 = 0,5 × 20 × 0,528 × 0,44 = 2,32 𝑀𝑀𝑀𝑀

VEd = 0,1296 < 𝑉𝑉𝑅𝑅𝑅𝑅,𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 = 2.32 ⇒ pas de problème de dimensionnement de la section de béton.

8.3 Armatures transversales

Avec VEd = 129,6 KN =0,1296 MN (voir annexe « 5 »).


Page | 38
1
𝑉𝑉𝑅𝑅𝑅𝑅,𝑐𝑐 = �𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 �𝐶𝐶𝑅𝑅𝑅𝑅,𝑐𝑐 . 𝑘𝑘(100. 𝜌𝜌𝑙𝑙 . 𝑓𝑓𝑐𝑐𝑐𝑐 ) ; 𝜈𝜈𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 � + 𝑘𝑘1 . 𝜎𝜎𝑐𝑐𝑐𝑐 � × 𝑏𝑏𝑤𝑤 . 𝑑𝑑
3

0,18 0,18
𝐶𝐶𝑅𝑅𝑅𝑅,𝑐𝑐 = = = 0,12 Donnée par l’annexe nationale française ;
𝛾𝛾𝑐𝑐 1,5

fck= 30 Mpa ; bw = 0,44 m


200 200
𝑘𝑘1 = 0,15 ; 𝜎𝜎𝑐𝑐𝑐𝑐 = 0 ; d = 0,396 m ; 𝐾𝐾 = 1 + � = 1+ �
𝑑𝑑 396

𝐾𝐾 = 1,71 ≤ 2
3 1 3 1
0,053 0.053
𝜈𝜈𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 = � � . 𝐾𝐾 2 . 𝑓𝑓𝑐𝑐𝑐𝑐 2 = � � . 1,712 . 302 = 0,4327
𝛾𝛾𝑐𝑐 1,5

𝐴𝐴𝑠𝑠𝑠𝑠 25,13 .10−4


𝜌𝜌𝑙𝑙 = = = 0.0144 ≤ 0.02
𝑏𝑏𝑤𝑤 .𝑑𝑑 0,44 𝑥𝑥 0,396
1
𝑉𝑉𝑅𝑅𝑅𝑅,𝑐𝑐 = �𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 �0,12 . 1,71 (100 . 0,0144 . 30)3 ; 0,4327 � + 0� × 0,44 . 0,396

𝑉𝑉𝑅𝑅𝑅𝑅,𝑐𝑐 = �𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚[0,72 ; 0,4327 ]� × 0,44 . 0,396 = 0,72 × 0,44 × 0,396


𝑉𝑉𝑅𝑅𝑅𝑅,𝑐𝑐 = 0,125 𝑀𝑀𝑀𝑀 < 𝑉𝑉𝐸𝐸𝐸𝐸 = 0,129
Donc, il faut mettre en place des armatures transversales.
𝐴𝐴𝑠𝑠𝑠𝑠
𝑉𝑉𝑅𝑅𝑅𝑅,𝑠𝑠 = . 𝑧𝑧𝑢𝑢 . 𝑓𝑓𝑦𝑦𝑦𝑦
𝑆𝑆
𝜋𝜋. 𝐷𝐷2 𝜋𝜋. 0,0102
𝐴𝐴𝑠𝑠𝑠𝑠 =2×� �=2×� � = 1,57 . 10−4 𝑚𝑚2 = 1,57 𝑐𝑐𝑚𝑚2
4 4
𝑧𝑧𝑢𝑢 = 0,9 . 𝑑𝑑 = 0,9 × 0,396 = 0,356 𝑚𝑚 ; 𝑉𝑉𝑅𝑅𝑅𝑅,𝑠𝑠 = 𝑉𝑉𝐸𝐸𝐸𝐸
𝐴𝐴𝑠𝑠𝑠𝑠 𝑉𝑉𝐸𝐸𝐸𝐸 0,129
= = = 8,33 . 10−4 𝑚𝑚2 /𝑚𝑚𝑚𝑚
𝑆𝑆 𝑧𝑧𝑢𝑢 . 𝑓𝑓𝑦𝑦𝑦𝑦 0,356 × 434,78
𝐴𝐴𝑠𝑠𝑠𝑠 𝐴𝐴𝑠𝑠𝑠𝑠 1.57
= 8,33 𝑐𝑐𝑚𝑚2 /𝑚𝑚𝑚𝑚 ⇒ = 𝑠𝑠 ⇒ 𝑠𝑠 = = 0,18 𝑚𝑚
𝑆𝑆 8.33 8.33

Smax = 0,75 x d = 0,75 x 0,396 = 0,297 m = 29,7cm

Page | 39
⇒ HA10 chaque 15 cm

Figure 35 : Ferraillage du pieu

Page | 40
Conclusion

Finalement, de nos jours, le temps est un des facteurs les plus importants et la technique de
soutènements par pieux économise beaucoup de temps en exécution.
Nous avons détaillé dans ce projet les soutènements par pieux sécants et ceux par pieux
espacés, leurs fonctions, leurs techniques d’exécution ainsi que leurs classifications.
La comparaison entre les parois des pieux de soutènement, les parois moulées et les rideaux
palplanches nous a aidés à distinguer les différences minimales, entre elles d’une part, et d’autre
part, entre les hauteurs, le type de soutènement, les matériels et les techniques utilisés, les
étanchéités, le prix et la durée de vie.
En outre, chaque technique de soutènement devant être vérifiée à la stabilité par les étapes de
Soukatchoff, nous avons parlé, dans le déroulement de ce projet, des deux formes de la stabilité :
interne et externe, et des tirants d’ancrage avec le calcul des longueurs libres et des longueurs de
scellement.
En revanche, la main-d’œuvre utilisée pour l’exécution des pieux de soutènement n’est pas
trop coûteuse, car on n’a pas besoin de plus de quatre employés sur le chantier, tandis qu’avec
les autres techniques on a besoin d’un grand nombre de travailleurs.
En résultat final de l’étude de cas entamée dans ce projet, il s’avère que cette technique de
travail est adoptée fréquemment au Liban pour son efficacité et son optimisation de son coût.
Espérant que dans le proche futur, nous aurons l’occasion d’approfondir nos connaissances
théoriques et pratiques sur cette technique, afin de répondre à la question de recherche suivante :
« Existerait-il une nouvelle technique de soutènement plus efficiente et plus rapide pour
faciliter et améliorer la qualité de construction tout en réduisant le coût et la main-d’œuvre ? »

Page | 41
Références bibliographiques

http://www.dewaal.eu/fr/techniques-de-mise-en-oeuvre/techniques-de-soutenement/parois-en-
pieux-secants
Cours des tirants d’ancrage T.A. 95
Cours des procédés généraux de construction - CCV026
Cours de mécanique des sols - GGC112
Cours de l'éléments de béton armé – CCV004
http://www.planete-tp.com
Guide technique - LCPC - SOUTCOMPO - Techniques et méthodes des laboratoires des
ponts et chaussées - Ouvrages de soutènement - Recommandations pour l’inspection détaillée, le
suivi et le diagnostic des ouvrages de soutènement en parois composites.
http://www.cstc.be/homepage/index.cfm?cat=information

Page | 42
ANNEXES

Page | 43
Annexe « 1 »

Annexe « 2 »

Page | 44
Annexe « 3 »

Page | 45
Annexe « 4 »

Page | 46
Annexe « 5 » (d’après le logiciel : Wallap)

Page | 47
Annexe « 6 » (d’après le logiciel : Talren v5 )

Page | 48

Vous aimerez peut-être aussi