Vous êtes sur la page 1sur 61

Institut supérieur des sciences appliquées et

économiques associé au Conservatoire


national des arts et métiers

Etude comparative entre les deux méthodes sismiques :


Force Latérale et Analyse Modale

Information et communication pour ingénieur Génie Civil


ENG 222

Département Génie Civil

Présenté par: SALEH Aya

Numéro du dossier: 9883 f

Année universitaire: 2016-2017


Institut supérieur des sciences appliquées et
économiques associé au Conservatoire
national des arts et métiers

Etude comparative entre les deux méthodes sismiques :


Force Latérale et Analyse Modale

Information et communication pour ingénieur Génie Civil


ENG 222

Département Génie Civil

Présenté par: SALEH Aya

Numéro du dossier: 9883 f

Année universitaire: 2016-2017


Liste des tableaux

Tableau 1 : Tableau montrant la valeur de Tc en fonction des zones de sismicité et les classes de sol. ..... 4
Tableau 2 : Tableau montrant la valeur de q0 en fonction du type de la structure. .................................... 9
Tableau 3 : Tableau montrant les valeurs de α/uα1 en fonction du type de structure. ............................. 9
Tableau 4 : Tableau montrant les paramètres de spectre de calcul au Liban. ........................................... 10
Tableau 5 : Tableau montrant les valeurs de Sd(T) en fonction de TB, TC et TD. ...................................... 11
Tableau 6 : Tableau montrant le coefficient agR en fonction de la zone de sismicité. ............................ 11
Tableau 7 : Tableau montrant le coefficient d’importance en fonction de chaque catégorie et sa
spécificité. ................................................................................................................................................... 12
Tableau 8 : Tableau montrant les valeurs de Ψ2, i: dépendant des catégories de bâtiments. ................... 13
Tableau 9 : Tableau montrant les valeurs de φ en fonction des catégories de bâtiments........................ 13
Tableau 10 : Tableau montrant la formule des masses selon PS 92 et l’EC8. ............................................ 14
Tableau 11 : Tableau montrant le coefficient  en fonction de la nature des locaux selon PS 92. ............ 15
Tableau 12 : Tableau montrant les classes de sol en fonction de la vitesse des ondes de cisaillement
selon EC8 ..................................................................................................................................................... 15
Tableau 13 : Tableau montrant les types de sol en fonction de la vitesse des ondes de cisaillement selon
PS 92............................................................................................................................................................ 16
Tableau 14 : Tableau montrant le coefficient correctif d’amortissement selonEC8 et PS 92. ................... 16
Tableau 15 : Tableau montrant le coefficient de comportement q selon PS 92 ........................................ 17
Tableau 16 : Tableau montrant la définition de l’action sismique selon PS 92 et l’EC8. ............................ 17
Tableau 17 : Tableau montrant les équivalences des grandeurs physiques. ............................................. 25
Tableau 18 : Le tableau ci-dessous montre les classements des bâtiments. ............................................. 48
Tableau 19 : Tableau montrant la valeur de aN en fonction de zone de sismicité. ..................................... 48
Tableau 20 : Tableau montrant les valeurs de TB TC et TD en fonction de types de sites............................ 49
Liste des figures

Figure 1 : Effet du séisme du Mexique 2017................................................................................................. 1


Figure 2 : Schéma montrant Lmin et Lmax de la structure............................................................................... 2
Figure 3 : Description en élévation : a) Structure régulière en portique - b) c) d) Configurations
irrégulières en portiques – e) Structure irrégulière en voiles - f) g) h) Configurations irrégulières en voiles.
...................................................................................................................................................................... 3
Figure 4 : Schéma montrant les méthodes d’analyse suivant les structures régulières et irrégulières. ...... 3
Figure 5 : Diagrammes forces/déformation a) Matériau fragile – b) Matériau ductile – c) Equivalence des
diagrammes élastiques et élasto-plastique .................................................................................................. 6
Figure 6 : Réponse d’un oscillateur simple a) élastique – b) élasto-plastique.............................................. 7
Figure 7 : Représentation de coefficient de comportement en fonction du comportement élastique et
élasto-plastique............................................................................................................................................. 8
Figure 8 : Forme générale du spectre élastique. ........................................................................................ 10
Figure 9 : Schéma montrant le contreventement par voiles (déformations de type flexion) et le
contreventement par portiques (déformation de type cisaillement) selon PS 92. .................................... 18
Figure 10 : Schéma montrant la superposition de modes d’une structure de 2ddl. .................................. 21
Figure 11 : Graphe montrant le terme de couplage 𝛂𝐢, 𝐣 en fonction des coefficients d’amortissement des
modes i et j et le rapport des pulsations 𝛚𝐢/𝛚𝐣. ....................................................................................... 29
Figure 12 : Plan du bâtiment à 5 étages ..................................................................................................... 31
Figure 13 : Modélisation en portique du bâtiment à 5 étages Selon X, Y (2D) et le modèle brochette (1D)
.................................................................................................................................................................... 32
Figure 14 : Figure montrant les oscillations de 5 modes. ........................................................................... 35
Figure 15 : Schéma montrant la surface du retrait % à la surface du plancher.......................................... 45
Figure 16 : La classification des sites selon les coupes types de colonnes de sol. ...................................... 47
Figure 17 : Schéma montrant les fonctions de RD en fonction de la période. ............................................ 49
Sommaire

Introduction ................................................................................................................................................... 1
Chapitre 1 : Méthode d’analyse simplifiée par forces latérales .................................................................... 2
A. Généralités, conditions de régularité ................................................................................................. 2
B. Conditions d’application à l’Eurocode 8 .......................................................................................... 3
C. Effort tranchant à la base et la distribution des forces ...................................................................... 4
D. Evolution entre les codes PS 92 et EC8 .......................................................................................... 14
Chapitre 2 : Méthode d’analyse modale ..................................................................................................... 19
A. Principe général .............................................................................................................................. 19
B. Modes à retenir - Fréquence de coupure / Masse modale ............................................................... 19
C. Superposition de modes .................................................................................................................. 20
D. Formulation matricielle –modèle brochette .................................................................................... 21
a) Matrice de rigidité élémentaire ................................................................................................ 23
b) Matrice masse ............................................................................................................................ 23
c) Méthodologie de calcul par analyse modale ........................................................................... 24
d) Programmation sous Matlab.................................................................................................... 30
Chapitre 3 : Etude Comparative – Structures de type portique ................................................................... 31
A. Cas de référence – Structure régulière de type portique à 5 étages................................................. 31
B. Analyse paramétrique ..................................................................................................................... 37
a) Nombre d’étages........................................................................................................................ 37
b) Irrégularité en élévation ........................................................................................................... 39
Conclusion .................................................................................................................................................. 42
Bibliographie............................................................................................................................................... 43
Annexe ........................................................................................................................................................ 44
Introduction

En vue dans une phase où on assiste à


beaucoup d’évolution dans la
réglementation sismique. Récemment,
il y avait un tremblement de terre qui
a frappé la ville de Mexico et il a fait
plus de 300 morts.

De plus, le Liban est l’un des pays


enclins aux tremblements de terre et il
présente une forte zone de sismicité.

Ce phénomène sismique attire


l’intérêt scientifique, tel que les
récents séismes à travers le monde et
le développement des moyens de
Figure 1 : Effet du séisme du Mexique 2017.
calcul ont eu pour conséquence,
l’amélioration du savoir en génie parasismique.

Cela m'a conduit à choisir le projet des méthodes de calcul sismique.

On présente deux méthodes de calcul dont la première c’est la méthode d’analyse simplifiée par les
forces latérales applicable sur des modèles présentant des conditions de régularité. Cette méthode
prend en compte un seul mode de calcul en appliquant l’Eurocode ou PS 92. La deuxième méthode
est l’analyse modale par le modèle brochette unidimensionnel et elle prend en compte plusieurs
modes de calcul. Dans ce projet je fais une étude comparative entre ces 2 méthodes de calcul, de
plus, dans le cas où on ne respecte pas les conditions de régularité imposées dans le règlement. D’où
l’intérêt de ce travail est de savoir la validité de l’utilisation de la méthode simplifiée par rapport à un
calcul plus poussé qui est le modèle brochette. L’étude de ce projet est composée en trois chapitres.

Le premier chapitre comporte la définition de la méthode d’analyse simplifiée par les forces latérales
avec ses conditions d’application à l’Eurocode 8 et sa méthode de calcul. Ensuite, on marque les
différences entre l’EC8 et le PS 92.

Dans le deuxième chapitre, on présente le principe général d’application de la méthode d’analyse


modale avec la formulation matricielle du modèle brochette, une description de la méthodologie de
calcul imposée par le règlement et le code programmé sous Matlab pour appliquer la méthode
d’analyse modale – modèle brochette.

Le dernier chapitre comporte l’étude, en zone sismique, d’un bâtiment régulier à 5 étages à usage
d’habitation de type portique où on fait une application des méthodologies de calcul citées dans les 2
premiers chapitres afin de comparer les résultats entre les 2 méthodes de calcul, de même, on fait une
analyse paramétrique dans le cas où on varie la hauteur du bâtiment et la masse par étage.

1
Chapitre 1 : Méthode d’analyse simplifiée par forces latérales

A. Généralités, conditions de régularité


La méthode simplifiée par les forces latérales consiste à calculer l’effort tranchant à la base du
bâtiment et à distribuer les efforts sismiques sur chaque étage de la structure. Ainsi que ces
étages sont capables de transférer des charges latérales grâce à l’existence des planchers rigides
(diaphragmes rigides) qui permettent la répartition proportionnelle des charges sismiques dans
les éléments verticaux (poteaux et voiles).

Dans chaque direction de la structure, on calcule un seul mode fondamental qui reprend la quasi-
totalité des masses du bâtiment.

On peut utiliser cette méthode si on applique les conditions générales suivantes :

1) Les planchers doivent être rigides suffisamment par rapports aux contreventements verticaux.
2) La forme du bâtiment en plan, ainsi que la distribution des masses et rigidités suivant la
hauteur doivent respecter les conditions de régularité en plan et en élévation indiquées ci-
dessous :
a) Condition de régularité en plan :
i) Le bâtiment présente une configuration approximativement symétrique par rapport
aux 2 directions orthogonales (X, Y), en ce qui concerne les raideurs latéraux et la
distribution des masses.
ii) L’élancement ‘λ’ en plan du bâtiment accepte la relation suivante :
Lmax
 λ= ≤ 4,
Lmin

Figure 2 : Schéma montrant Lmin et Lmax de la structure

La suite des conditions de régularité en plan est indiquée dans l’annexe page 45.

b) Conditions de régularité en élévation


i) La continuité des éléments de contreventement depuis les fondations jusqu’au
sommet du bâtiment comme le montre la figure ci-dessous :

2
Figure 3 : Description en élévation : a) Structure régulière en portique - b) c) d) Configurations irrégulières en portiques –
e) Structure irrégulière en voiles - f) g) h) Configurations irrégulières en voiles.

ii) Faire la valeur de la raideur latérale et la masse constante dans chaque étage de la
structure ou bien réduite progressivement sans changement brutal entre la base et le
sommet de la structure considérée.
iii) En cas de retraits, on applique des recommandations spécifiques indiquées dans
l’annexe page 45.

B. Conditions d’application à l’Eurocode 8


Dans le but de choisir la méthode de calcul et les coefficients de comportement associés, l’EC8
classe les structures de bâtiment en structures régulières et structures irrégulières, ceci est
démontré dans le schéma ci-dessous :

Figure 4 : Schéma montrant les méthodes d’analyse suivant les structures régulières et irrégulières.
3
En remarquant que :
 L’irrégularité en plan, associée à la régularité en élévation, permet d’appliquer la
méthode d’analyse par une force latérale en utilisant la valeur de référence pour le
coefficient de comportement.
 On réduit ‘q’ de 0.8 en cas d’irrégularité en élévation.

De plus, la méthode d’analyse simplifiée par forces latérales est appliquée aux bâtiments dont la
réponse n’est pas affectée de manière significative par les contributions de modes de vibration de
rang plus élevé que le mode fondamental dans chaque direction principale.

Cette exigence est considérée comme satisfaite dans les bâtiments qui respectent les deux
conditions suivantes :

 Vérification des critères de régularité en élévation (situé dans le paragraphe précédent),


 Les périodes de vibration T1 dans les deux directions horizontales sont inférieures aux
valeurs suivantes :
 T1 ≤ ( 4*TC , 2.0 s),

Tel que TC est la limite supérieure des périodes qui correspondent au palier d’accélération
constante. Le tableau ci-dessous montre les valeurs de TC en fonction des classes de sol A, B, C,
D et E et les zones de sismicité de 1 à 5 :

Classe de sol Zones de sismicité de 1 à 4 Zone de sismicité 5


A 0.2 0.4
B 0.25 0.5
C 0.4 0.6
D 0.6 0.8
E 0.45 0.5
Tableau 1 : Tableau montrant la valeur de Tc en fonction des zones de sismicité et les classes de sol.

C. Effort tranchant à la base et la distribution des forces


Le calcul de l’effort tranchant à la base, de même que la distribution des forces, exigent de suivre
les étapes suivantes :

1) Période de vibration du mode fondamental :

Pour les bâtiments réguliers jusqu’à 40 m de hauteur, on calcule T1 d’après la formule suivante :
3
 T1 = Ct ∗ H 4

Tel que Ct est une valeur constante qui dépend de la nature de la structure et elle est égale à :

 0.085 dans le cas des structures spatiaux en portiques en acier,


 0.075 dans le cas des structures spatiaux en portiques en béton,
 0.050 dans le cas des autres structures,

4
 0.075 /√AC dans le cas des structures contreventées par murs en béton ou en
maçonnerie et on obtient AC en utilisant la formule suivante :
2
l
 AC = ∑ [Ai ∗ (0.2 + ( wi )) ]
H

Où :
o Ac : Aire effective totale des sections des murs de contreventement au 1er niveau du
bâtiment en m²
o Ai : Aire effective de la section transversale du mur i
o lwi : longueur du mur i au 1er niveau dans la direction parallèle aux forces appliquées en
m sous la condition que lwi/H < 0,9
 AC représente l’aire effective totale en m2 des sections des murs de contreventement au 1er
niveau du bâtiment,
 Ai représente l’aire effective, en m2 dans le 1er niveau du bâtiment, de la section
transversale du mur de contreventement i dans la direction considérée,
 lwi représente la longueur du mur de contreventement i, en m, dans la direction parallèle
lwi
aux forces appliquées au 1er niveau du bâtiment si la condition est plus petite que 0.9,
H
 H c’est la hauteur du bâtiment, en m, depuis les fondations.

2) Coefficient de comportement ‘q’ :

Le coefficient de comportement possède une liaison entre la sollicitation élastique et celle d’un
matériau dans le domaine non linéraire. Il s’applique linéairement sur le spectre élastique pour
obtenir un spectre de calcul.

a. Intérêt de l’utilisation d’un coefficient de comportment :

Pendant un séisme majeur, les accélérations produites sur les constructions sont de l’ordre de 0.3
g à 0.8 g et suivant le règlement de 0.1 g à 0.3g. Alors, comment on peut expliquer la résistance
de ces constructions durant ce séisme ?

 Dans le domanie post-élastique, la structure subit des déformations qui ont pour effet de
diminuer les forces agissantes sur elle. Ainsi que les sollicitations sismiques sont
essentiellement du type déformation imposée, ce qui provoque que le mode de ruine est
généralement lié à une limite de déformation plutôt qu’à une limite de résistance qui
détermine la sécurité des constructions.
 Les actions sismiques produisent des forces d’inertie dans un élément donné de la
structure, ces forces résultent des actions transmises par les liaisons de cet élément avec
le reste de la structure. De même ces forces d’inertie ne peuvent donc excéder la capacité

5
de résistance des ces liaisons ce qui entraȋne des déformations inacceptables et par la
suite la ruine est inévitable par instabilité plastique c’est le cas le plus fréquent.
 C’est pour cela il est possible d’obtenir une sécurité acceptable en autorisant des
incursions significatives dans le domaine plastique, car la plupart des matériaux ont une
capacité importante de déformation plastique avant la rupture, telle que cette capacité
forme une propriété fondamentale s’appelle « la ductilité ».

Figure 5 : Diagrammes forces/déformation a) Matériau fragile – b) Matériau ductile – c) Equivalence des


diagrammes élastiques et élasto-plastique

Grâce à cette propriété, pour un séisme majeur, ce n’est pas obligatoire d’atteindre la résistance
maximale sous l’action de « Fel » comme la figure ci-dessus le montre. Mais une résistance
considérablement plus faible jusqu’à « Fr » à condition que le système présente une ductilité
suffisante. La figure ci-dessus explique que les déplacements imposés par le séisme dépassent
vite la limite du comportement linéaire ( point B) où le système répond à des forces Fr
inférieures aux forces élastiques Fel qui pourraient se développer si le système est un matériau
fragile et il continue à être élastique ( point C). Par contre, si le système est ductile il ne peut
développer une réaction supérieure à Fr et il continue sa déformation sans qu’on atteigne la ruine
de la structure, à condition que sa capacité de déformation plastique ne soit pas encore épuisée.

Pour une justification compléte de l’existence du coefficient de comportement, on présente 2


oscillateurs simples soumis à une accélération horizontale sans un effet d’amortissement dans la
figure ci-dessous qui montre l’évolution des déformations pour un oscillateur élastique (partie a)
et un autre avec une rotule plastique dans le domaine élasto-plastique (partie b).

6
Figure 6 : Réponse d’un oscillateur simple a) élastique – b) élasto-plastique

La déformation au-delà de la limite élastique est représentée par la branche B-F de l’ossillateur
élasto-plastique, ce qui rend compte des possibilités de ductilité de la structure correspondant à
un effort constant. Ceci indique que l’oscillateur élasto-plastique absorbe de l’énergie afin
d’expliquer la résistance des constructions à des accélérations importantes.

Alors, on peut justifier qu’en génie parasismique, il n’est pas réel de considérer que le
comportement des structures reste dans le domaine linéaire pour des séismes de forte intensité.
C’est pour cela, il faut transformer les résultats de déformation d’un calcul linéaire par un certain
moyen à un niveau de déformation correspondant à la réalité, c’est-à-dire il a un comportement
non-linaire.

Ce moyen est l’utilisation du coefficient de comportement.

Le coefficient de comportement q correspond à une approximation du rapport entre les forces


sismiques que la structure subirait si sa réponse était complètement élastique avec un
amortissement visqueux à 5% et les forces sismiques qui peuvent être utilisées lors de la
conception, avec un modèle linéaire conventionnel, en continuant d’assurer une réponse
satisfaisante de la structure.

Les valeurs de q peuvent être différentes dans des directions horizontales différentes, bien que la
classe de ductilité doit être la même dans toutes les directions.

7
Figure 7 : Représentation de coefficient de comportement en fonction du comportement élastique et élasto-plastique.

b. Méthode de calcul du coefficient de comportement :

Le coefficient de comportement varie en fonction de la classe de ductilité, du type de structure et


la régularité du bâtiment :

1. Les bâtiments en béton présentent plusieurs classes de ductilité : Ductilité limitée (DCL),
ductilité moyenne (DCM) et la haute ductilité (DCH) or ils ne subissent pas une rupture
fragile, d’où l’élémination de la ductilité limitée.
2. Il existe plusieurs types de structures classées en diférents systèmes :
 Système à ossature : structures en portiques,
 Système à contreventement mixte : structures en portiques et murs porteurs,
 Système de murs couplés ou non,
 Système à noyau,
 Système en pendule inversé.
3. On distingue 2 types de bâtiments : réguliers et irréguliers.
 Pour chaque direction de calcul, la valeur du coefficient de comportement est au
minimum : q=q0*kw ≥1.5
avec q0 est la valeur de base du coefficient de comportement et kw est le coefficient
correspondant au mode de rupture.
 Pour les bâtiments réguliers en élévation, on détermine la valeur de base du coefficient de
comportement ‘q0’dans le tableau ci-dessous.

8
Bâtiments réguliers
Type de structure DCM DCH
Système à ossature, système
α α
à contreventement mixte, 3,0*( u) 4,5*( u)
α1 α1
système de murs couplés
α
Système de murs non couplés 3,0 4,0*(αu)
1
Système à noyau 2,0 3,0
Système en pendule inversé 1,5 2,0
Tableau 2 : Tableau montrant la valeur de q0 en fonction du type de la structure.

 Les valeurs de q0 pour les bâtiments irréguliers en élévation correspondent à une


diminution de 0,8 des valeurs pour les bâtiments réguliers.
 αu et α1 sont les coefficients indicateurs de la possibilité d’incursion dans le domaine
élasto-plastique où :

Les valeurs de αu et α1sont présentées dans le tableau ci-dessous :

Type de la structure 𝛂
(𝛂𝐮 ) pour les bâtiments réguliers en plan
𝟏
Système à ossature ou système à contreventement mixte équivalent à une ossature :
Bâtiments d’un étage 1.1
Portiques à une travée de plusieurs étages 1.2
Contreventement mixte équivalent à une 1.3
ossature
Système à contreventement mixte de murs ou équivalent à des murs :
Uniquement deux murs par direction 1
Plusieurs murs non couplés par direction 1.1
Système de murs couplés, contreventement 1.2
mixte équivalent à des murs
𝛂𝐮
Tableau 3 : Tableau montrant les valeurs de ( ) en fonction du type de structure.
𝛂𝟏

Pour les bâtiments non réguliers en élévation, les valeurs de q sont réduites de 20 %.

Le coefficient kw est un indicateur correspondant au mode de rupture qui est égal à :

 ‘1’ au cas où on a des ossatures,


1+α0
 ‘ ’ tel que kw compris entre 0.5 et 1 au cas où on a un contreventement par murs et
3
noyau,
 α0 concerne le rapport de forme prédominant des murs de
contreventement et elle est fonction de la hauteur ‘Hwi’et la longueur
‘Lwi’de mur i.

9
∑ Hwi
 α0 = ∑
Lwi

Dans le but d’éviter les calculs non élastique pour les constructions qui peuvent résister aux
incursions post-élastiques, on effectue une analyse élastique fondée sur un spectre de réponse
réduit par rapport au spectre élastique dénommé ci-après spectre de calcul Sd(T). Cette
réduction est faite en utilisant le coefficient de comportement.

3) Spectre de calcul horizontal Sd(T) :

L’Eurocode 8 présente la méthode de détermination de la valeur du spectre de calcul , cette


méthode est la plus couramment employée pour le calcul dynamique des structures où on fait
recours à un spectre d’accélération horizontal Sd(T), qui a pour but de donner la valeur
d’accélération maximale à une période donnée et en fonction de plusieurs paramètres pour un
séisme de direction horizontale. De même, l’EC8 indique le même spectre de calcul pour les
deux composantes orthogonales de ce séisme.

 Méthode de calcul de Sd(T) :

Le graphe ci-contre montre la forme


générale du spectre élastique avec
amortissement de 5 %, ce graphe
comporte 4 zones de période dans
lesquelles il existe une variation de la
pente du spectre en fonction de TB, TC
et TD où on les détermine ci-après.

Figure 8 : Forme générale du spectre élastique.

1) Le paramètre du sol ‘S’ et les périodes TB, TC et TD au Liban sont donnés dans le tableau ci-
dessous:

Classe de sol S TB TC TD
A 1 0.15 0.4 2
B 1.2 0.15 0.5 2
C 1.15 0.2 0.6 2
D 1.35 0.2 0.8 2
E 1.4 0.15 0.5 2
Tableau 4 : Tableau montrant les paramètres de spectre de calcul au Liban.

10
Alors :

Pour On a : Sd(T) =
2 T 2.5 2
0 ≤ 𝐓 ≤ TB ag*S*[ + ∗( − )
3 TB q 3
2.5
TB ≤ 𝐓 ≤ TC ag*S∗
q

2.5 TC
ag ∗ S ∗ [ ]
TC ≤ 𝐓 ≤ TD { q T
≥ β ∗ ag

2.5 TC TD
ag ∗ S ∗ ∗[ 2 ]
TD ≤ 𝐓 { q T
≥ β ∗ ag
Tableau 5 : Tableau montrant les valeurs de Sd(T) en fonction de TB, TC et TD.

Les autres paramètres qui influent le spectre de calcul horizontal sont :

2) ag :l’ accélération de calcul pour un sol de classe A, il est le produit du coefficient


d’importance "γi "par l’accélération maximale de référence pour un sol de classe A "agR "
d’où:
 ag =γi x agR ,

Le risque sismique dépend de agR car il est associé aux effets que le séisme produirait sur les
« enjeux » tels que les : structures, sols qui subit un glissements de terrain, humains et activité
économique. Donc agR est fonction de la zone de sismicité.

Le tableau ci-dessous indique le coefficient agR en fonction de la zone de sismicité :

Zone de sismicité agR(m/s²)


1 pour une zone très faible 0.4
2 pour une zone faible 0.7
3 pour une zone modérée 1.1
4 pour une zone moyenne 1.6
5 pour une zone forte 3
Tableau 6 : Tableau montrant le coefficient agR en fonction de la zone de sismicité.

 agR au Liban = 2.5 m/s2.

11
De plus le coefficient d’importance γi est précisé d’après la catégorie d’importance du bâtiment où on
a 4 catégories d’importance dont chacune a des caractéristiques spécifiques. Le tableau ci-dessous montre
le coefficient d’importance en fonction de chaque catégorie et sa spécificité.

Catégorie d’importance Bâtiment coefficient d’importance 𝛄𝐢


Bâtiments d’importance
mineure pour la sécurité des
personnes, par exemple
Ⅰ bâtiments agricoles et les 0.8
constructions en simple RDC à
usage de garage ou d’atelier
privé.
Bâtiments d’habitations, bureaux,
locaux à usage commercial,
Ⅱ ateliers, usines, garages à usage 1
collectif où la hauteur est
inférieure à 28m.
Bâtiments dont la résistance aux
séismes est importante compte
tenu des conséquences d’un
effondrement, et leur hauteur est
Ⅲ de plus de 28 m comme les 1.2
établissements d’enseignement,
stades, salles de spectacles,
musées, centres de production
d’énergie.
Bâtiments qui ont une intégrité
d’importance vitale en cas de
séisme en rasison de protection
Ⅳ 1.4
civile, par exemple: hôpitaux,
casernes de pompiers, centrales
électriques, bibliothèques.
Tableau 7 : Tableau montrant le coefficient d’importance en fonction de chaque catégorie et sa spécificité.


3) T :c’est la période de vibration du système en fonction de chaque mode i où T= ,
ωi
4) β : le coefficient correspondant à la limite inf. du spectre de calcul horizontal, il a une valeur
constante = 0,20,
5) q : le coefficient de comportement déjà expliqué avant.

4) Détermination des masses :

La masse en chaque étage est en fonction des actions permanentes, d’une fraction des actions
variables et la masse des poteaux existants dans cet étage.

12
 M = ∑ Gi + ∑ Ψi ∗ Q i + ∑ Mpoteaux avec Ψi = φ ∗ Ψ2i

Ψ2, i: Les valeurs sont données dans l’EC1 EN 1990 :2002 Tableau A.1.1 de l’annexe A1 et ces
valeurs dépendent des catégories de bâtiments.

Charges Ψ2
Catégorie A: habitation, zones résidentielles 0,3
Catégorie B: bureau 0,3
Catégorie C: lieux de réunion 0,6
Catégorie D: commerces 0,6
Catégorie E: stockage 0,8
Catégorie F: zone de trafic des véhicule ≤ 30 KN 0,6
Catégorie G: zone de trafic des véhicules ≤ 160 0,3
KN
Charges de neige sur les bâtiments z > 1000 m 0,2
Tableau 8 : Tableau montrant les valeurs de Ψ2, i: dépendant des catégories de bâtiments.

φ: Les valeurs sont données dans chaque annexe nationale, tandis que l’EC8 donne des valeurs
également dépendantes de catégories de bâtiments.

Catégories de bâtiments Etage φ


Catégories A à C Toit 1
Etages à occupations corrélés 0.8
Etages à occupations indépendantes 0.5
Catégories D à F 1
Tableau 9 : Tableau montrant les valeurs de φ en fonction des catégories de bâtiments

Tandis que la masse des poteaux du dernier étage est divisée par deux car on peut répartir la
masse aux niveaux des planchers pour moitié au niveau inférieur et pour moitié au niveau
supérieur, tel que :
Mpoteaux
 M = ∑ Gi + ∑ Ψi ∗ Q i + ∑
2

5) Calcul de l’effort tranchant à la base :

On détermine l’effort tranchant sismique à la base ‘Fb’ au moyen de la formule suivante :

 Fb = Sd(T)*m*λ

Avec :

o Sd(T) est la valeur du spectre de calcul pour la période T1,


o m c’est la masse totale du bâtiment,
o λ c’est un coefficient de correction et il est égal à :
 0.85 si T1≤ 2TC et si le bâtiment possède plus de 2 étages,

13
 1 pour les autres cas.

6) Distribution des forces :

L’effort tranchant à la base est distribué sur la hauteur du bâtiment, en appliquant des forces
horizontales ’ Fi ‘ à tous les niveaux, calculés à l’aide de la formule suivante :
Z ∗mi
 Fi = Fb*∑ i ,
Zi ∗mi

Avec :

o Fi c’est la force horizontale appliquée au niveau i,


o Fb c’est l’effort tranchant à la base déjà expliqué,
o mi c’est la masse du niveau i,
o Zi c’est la hauteur de la masse mi.

7) Calcul des déplacements :

L’évaluation de la déformée modale du mode fondamental suivant les étages peut être exprimée
sous une allure linéaire en appliquant la formule suivante :

Z ∗mi T 2
 ds= Sd(T)*λ*∑ i *( 1 ) *q Avec :
Z ∗m
i 2π
i
o ds c’est le déplacement à chaque niveau i,
o T1 c’est la période du mode fondamental,
o Sd(T) c‘est le spectre de calcul à la période T1,
o λ c’est le coefficient de correction,
o mi c’est la masse du niveau i,
o Zi c’est la hauteur de la masse mi,
o q c’est le coefficient de comportement.

D. Evolution entre les codes PS 92 et EC8


1) La définition des masses soumises à l’action sismique :

Selon PS-92 Selon l’EC8

M = G + ×Q M = ∑ Gi + ∑ Ψi ∗ Q i + ∑ Mpoteaux

 : Coefficient de masse partielle en fonction de Ψi = φ ∗ Ψ2i


la nature des locaux
Tableau 10 : Tableau montrant la formule des masses selon PS 92 et l’EC8.

14
Selon PS 92 : les valeurs du coefficient de masse partielle applicables aux bâtiments courants,
de caractère non industriel, sont indiquées dans le tableau ci-dessous.

Nature des locaux, des charges et de leur durée Coefficient 

Bâtiment d’habitation ou d’hébergement, bureau et assimilés 0,20

Halles divers, salles d’exposition, et autres locaux destinés principalement au transit 0,25
des personnes
Salles de réunions, lieux de culte, salles et tribunes de sport, salle de danse et tout 0,25
autre lieu avec places debout et utilisation périodique
Salles de classe, restaurants, dortoirs, salles de réunions avec places assises 0,40

Archives, entrepôts 0,80

Autres locaux non visés ci-dessus 0,65

Tableau 11 : Tableau montrant le coefficient  en fonction de la nature des locaux selon PS 92.

La formule : Ψi = φ ∗ Ψ2i selon l’EC8 est déjà définie.

2) Les classes de sols selon EC8 et PS-92 : Selon l’EC8 le sol est classé en cinq familles
: A, B, C, D, et E en fonction du paramètre vs,30 valeur moyenne de la vitesse des
ondes de cisaillement, le tableau ci-dessous montre les classes de sols :

Paramètre
Classe de sol Description du sol
vs,30 en (m/s)
Rocher ou autre formation géologique de ce type comportant une couche
A > 800
superficielle d’au plus 5 m de matériau moins résistant
Dépôts raides de sable, de gravier ou d’argile sur-consolidé, d’au moins
B plusieurs dizaines de mètres d’épaisseur, caractérisés par une 360-800
augmentation progressive des propriétés mécaniques avec la profondeur.
Dépôts profonds de sable de densité moyenne, de gravier ou d’argile
C moyennement raide, ayant des épaisseurs de quelques dizaines de mètres 180-360
à plusieurs centaines.
Dépôts de sol sans cohésion de densité faible à moyenne (avec ou sans
D couches cohérentes molles) ou comprenant une majorité de sols cohérents < 180
mous à fermes
Profil de sols comprenant une couche superficielle d’alluvions avec des
E valeurs de vs de classe C ou D et une épaisseur comprise entre 5 m
environ et 20 m, reposant sur un matériau plus raide avec vs > 800 m/s
Tableau 12 : Tableau montrant les classes de sol en fonction de la vitesse des ondes de cisaillement selon EC8

15
Selon PS-92, on classe les sites à l’aide de paramètre le plus caractéristique du comportement
mécanique du sol, qui est la vitesse de propagation des ondes de cisaillement, comme le tableau
ci-dessous montre les types de sol, selon la vitesse de propagation des ondes de cisaillement.

Catégorie a
Catégorie c
sols de bonne à très Catégorie b
Rochers sols de faible résistance
bonne résistance sols de résistance mécanique moyenne
mécanique
mécanique
Type de sol Sols Sols
Rochers cohérents Sols Sols cohérents cohérents
Sols Rochers Sols
sains et (argiles granulaires moyennement moux(argiles
craies
granulaires altérés ou granulaires
ou moyennement consistants et molles ou
durs compacts fracturés lâches
mames compacts craies tendres vases) et
dures) craies altérées
Vitesse des
300 à
ondes de >800 >400 150 à 400 <150
cisaillement
800
Tableau 13 : Tableau montrant les types de sol en fonction de la vitesse des ondes de cisaillement selon PS 92.

D’où la présentation de quatre types de sites S0, S1, S2 et S3 dont leur caractéristique sont
indiquées dans l’annexe page 46.

3) Le coefficient correctif d’amortissement :


Selon EC8 Selon PS-92

Ƞ=√𝟏𝟎/(𝟓 + 𝜻) ≥ 𝟎. 𝟓𝟓 5 0.4
= (𝜁 )

Tableau 14 : Tableau montrant le coefficient correctif d’amortissement selonEC8 et PS 92.

Avec ζ le coefficient d’amortissement exprimé en %.

4) Coefficient de comportement q :

Le PS-92 indique le coefficient de comportement q dans le tableau ci-dessous :

Bâtiments réguliers Bâtiments moyennement Bâtiments irréguliers


Contreventement réguliers
qi
qH qV qH qV qH qV
Voiles
3,5 1,75
Portiques seuls
sans aucun
5 2,5 0,85×qi 0,70×qi
remplissage
qH, qV  1 qH, qV  1
Portiques seuls si
la formation des
rotules 3,76 1,88
plastiques dans

16
les éléments
comprimés est
admise

Portiques avec
remplissage en 1,5 1
maçonnerie
Tableau 15 : Tableau montrant le coefficient de comportement q selon PS 92

𝑞
 Avec qV = Max (1 ;2)
2.5∗𝜌
 Si T < TB on remplace q par q’ avec q’ égale à : q’ = 𝑇 2.5∗𝜌
1−𝑇 (1− 𝑞 )
𝐵

T : période fondamentale (en s),
 : Correction d’amortissement.

Tandis que le coefficient ‘q’ selon l’EC8 est déjà défini.

5) Détermination de la période fondamentale du système :

Selon PS 92, l’évaluation de la période fondamentale est donnée suivant le type de la structure :

 Pour un contreventement par voiles en béton armé ou mixtes (voiles + portiques) :


𝐻 𝐻
 T=0.08* ∗ √𝐿
√𝐿𝑋 𝑋 +𝐻

 Pour une ossature de type portique: T=0.1*(H/√𝐿𝑋 )


𝐻 𝐻
 Pour l’ossature avec remplissage en maçonnerie : T=0.06* ∗ √2𝐿 , avec :
√𝐿𝑋 𝑋 +𝐻

 H : hauteur de calcul,
 Lx : largeur du bâtiment
Tandis que la période fondamentale selon l’EC8 est appelée T1 et on l’a expliquée en avance.

6) Détermination de l’action sismique :

Selon PS 92 Selon l’EC8


R(T) : mouvement sismique de calcul Sd(T) : spectre de calcul
Tableau 16 : Tableau montrant la définition de l’action sismique selon PS 92 et l’EC8.

 Où R(T) est déterminé à partir de la formule suivante : R(T) = aN*RD(T)**et Sd(T) on


l’a déjà défini.
Les facteurs dépendants de R(T) sont indiqués dans l’annexe page 47.

17
7) La méthode simplifiée de calcul des forces statiques équivalentes et les
déplacements :

Figure 9 : Schéma montrant le contreventement par voiles (déformations de type flexion) et le contreventement par portiques
(déformation de type cisaillement) selon PS 92.

Or, selon EC8, la déformée du mode fondamental est arbitrairement assimilée pour les structures
de types portiques et pour les structures à voiles : à une droite.

Le règlement PS 92 donne une forme forfaitaire pour le mode fondamental indiqué par
l’équation suivante : u=𝑍 𝛼 , avec Z = Zr une cote adimensionnelle du niveau du plancher et α un
coefficient dépendant de la nature de la structure contreventées

 α=1 si on a contreventement par portiques et α = 1.5 si on a contreventement par voiles.


 hr c’est la hauteur de l’étage r et H c’est la hauteur de calcul
𝑅(𝑇) ∑ 𝑚𝑖 𝑧𝑖𝛼
 La force statique équivalente est égale à : fr = ∗ 0 ∗ 𝑚𝑟 𝑍𝑟𝛼 ∗ ∑
𝑞 𝑚𝑖 𝑧𝑖2𝛼

Tel que

 mr c’est la masse de l’étage r,


 0 c’est un coefficient majorateur pour prendre en compte les modes de vibration
négligés et il est égal à :

18
𝑇 3
o 1+ 0.1( )2 ≥ 1,1 pour contreventement par voiles,
𝑇𝑐
𝑇 3
o 1+ 0.05( )2 ≥ 1,05 pour contreventement par portiques.
𝑇𝑐
 L’effort tranchant à la base de la structure est égal à la somme des forces par étage :
 V =∑ 𝑓𝑟
 Le déplacement à chaque étage par rapport à la base est :
∑ 𝑚𝑖 𝑧𝑖𝛼 𝑇 2
 dr = 𝑅(𝑇) ∗ 0 ∗ 𝑍𝑟𝛼 ∗∑ (2𝜋)
𝑚𝑖 𝑧𝑖2𝛼

Or, l’effort tranchant à la base et le déplacement à chaque étage sont déjà expliqués.

Chapitre 2 : Méthode d’analyse modale

A. Principe général
La méthode d’analyse modale spectrale, c’est la méthode dont on calcule les effets maximaux
d’un séisme sur une structure qui ne satisfait pas les conditions données pour les bâtiments
réguliers.

Elle est basée sur :

 la sollicitation sismique décrite sous forme d’un spectre de réponse


 le comportement supposé élastique de la structure qui permet le calcul des modes
propres.
 les observations suivantes :
 la répsone d’une structure
 la description des oscillations sous l’action du séisme est prépondérante au
voisinage de certaines fréquences, dites fréquences modales,
 le comportement de la structure pour ces fréquences particulières est appelé
mode de vibration. Le comportement global peut être considéré comme la
somme des contributions des différents modes.

Cette méthode nous donne une analyse dynamique qui peut être appliquée à tout type de
structure, comme les bâtiments irréguliers et les ouvrages à risque spécial (réguliers ou
irréguliers), à l’exception de ceux présentant des non linéarités géométriques accusées
(décollement des radiers) ou des non-linéarités mécaniques isolateurs et amortisseurs.

B. Modes à retenir - Fréquence de coupure / Masse modale


a) Fréquence de coupure :
19
La réponse globale de la structure, pour une action sismique donnée, est essentiellement
constituée par la contribution de quelques modes principaux ; au-delà d’une certaine
fréquence, « généralement la fréquence de coupure », l’apport des modes supérieurs est
négligeable, ce qui permet la limitation du nombre des modes calulés.

De plus, on peut prendre en compte, pour le choix du mode résiduel « pseudo-mode »,


l’ensemble des modes supérieurs situés au-delà de la fréquence de coupure.

La fréquence de coupure du spectre est:: 33 Hz pour les ouvrages à risque normal et 25 Hz pour
les ouvrages à risque spécial.

b) Les masses modales :

On valide la sélection effectuée sur les modes à partir du calcul de la masse modale pour chaque
mode.
𝑀𝑖
Elle permet le calcul de la fraction de la masse totale M qui vibre dans le mode i « 𝑀 ». Or, si
tous les modes recherchés sont pris en compte, la somme des masses modales sera égale à la
masse totale de la structure. L’obtention d’une somme d’au moins 90 % de la masse totale est
une vérification particulièrement pour éviter de négliger un mode important, de même on prend
en compte tous les modes dont la masse modale effective est supérieure à 5%.

On appelle la masse résiduelle quand la différence entre la masse totale M et la somme des
masses modales ∑ 𝑀𝑖 est importante. Pour corriger ce défaut de masse on a recours au mode
rigide ou pseudo-mode.

C. Superposition de modes
Pour une approche plus réaliste, l’étude du comportement dynamique d’une structure doit
impérativement être élargie aux système à plusieurs degrés de liberté, donc le mouvement global
de cette stucture peut être interprété comme une combinaison des n déformées des modes de
vibartion d’où la superposition modale.

Explication :

Lorsque les efforts qui sont appliqués à cette structure varient suffisamment lentement dans le
temps, l’analyse peut être réalisée en suivant l’hypothèse d’un comportement quasi-statique.
D’où une modélisation de la structure à l’aide d’un ensemble de degrés de liberté . Dans un tel
contexte, les forces appliquées peuvent être exprimées à l’aide d’un vecteur de charges P et
l’analyse consiste en la détermination du vecteur x des déplacements des degrés de liberté en
appliquant l’équilibre entre les forces appliquées et les efforts intérieurs à la structure, ce qui
nous donne la formule suivante :
 kx = P, où k représente la matrice de raideur relative à la modélisation choisie.

20
Lorsque les efforts appliqués sur une structure la mettent en mouvement, d’une manière telle que
les effets liés au mouvement de sa masse ne soient plus négligeables, la formule précédente doit
être complétée par un terme d’inertie, alors on écrit l’équation du mouvement sous sa forme la
plus simple :
 Mẍ(t) + kx(t) = P(t),
Si le système d’équation présente un coefficient d’amortissement C, on ajoute la force
d’amortissement à la formule précédente, d’où on obtient la formule suivante :
 Mẍ(t) + Cẋ(t) + kx(t) = P(t),
Cette équation inclut ces effets et traduit l’équilibre entre les efforts d’inertie, les efforts intérieurs
et les forces appliquées. Pour résoudre cette équation, on présente le prrincipe de la méthode de
superposition de modes qui nous indique que l’analyse dynamique consiste en la détermination
du vecteur x des déplacements qui permet de satisfaire cet équilibre. Donc, la solution x(t) d’une
analyse dynamique représente l’évolution au cours du temps de déplacement des noeuds du
modèle.

Un exemple de superposition de modes, pour un cas simple d’un bâtiment encastré à la base, est
montré dans la figure ci-dessous avec une discrétisation des déplacements horizontaux des
nœuds et disposés sur la hauteur.
Avec
 Y : l’équation différentielle en fonction de temps,
 ∅ : le vecteur propre normalisé pour chaque mode propre.

Figure 10 : Schéma montrant la superposition de modes d’une structure de 2ddl.

D. Formulation matricielle –modèle brochette


Le développement des logiciels d’une part et l’accroissement de la puissance de calcul des
ordinateurs d’autre part permettent de constituer des modèles aux éléments finis à plusieurs
milliers de nœuds. Ainsi, l’utilisation de ces modèles est facile pour les calculs statiques or elle
devient complexe pour les calculs dynamiques, car la discrétisation des masses à chaque nœud

21
de la structure induit l’apparition de nombreux modes, alors il est nécessaire de calculer un
nombre très important de modes avant d’obtenir la restitution de 90 % des masses modales.

Devant l’importance des calculs, se développe l’idée de modéliser le bâtiment par un modèle
« brochette » qui est un modèle simplifié à barres.

La modélisation en brochette se fait par masses concentrées et raideurs équivalentes, ce qui


permet de remplacer la structure complexe d’un bâtiment par un ensemble de poutres liées entre
elles et qui reproduisent la déformabilité du bâtiment, dont les nœuds correspondent aux
planchers principaux du bâtiment et qui sont considérés comme infiniment rigides.

Les étapes d’une modélisation en brochette d’une structure plane pour un bâtiment :

1. Formation d’un modèle simplifié à barres : barres verticales qui sont les poteaux et barres
horizontales qui sont les planchers,
2. Localisation des nœuds : chaque extrémité d’une barre forme un nœud,
3. Détermination des degrés de liberté (ddl) : les ddl sont constitués par les déplacements
des nœuds, chaque nœud a un degré de liberté.
4. Calcul de la masse de la structure : les masses de la structure sont concentrées au niveau
des nœuds, tel que à chaque nœud est affecté la masse des éléments de poteaux et de
planchers,
5. Considération des planchers comme infiniment rigides : la cinématique* d’un niveau du
plancher est décrite par le mouvement d’un de ces points, où on obtient un modèle dans
lequel la masse d’un niveau est concentrée en un point et la raideur est égale à la somme
des raideurs des poteaux d’un niveau.

Cinématique : Partie de la mécanique qui étudie les mouvements en fonction du temps, sans se
préoccuper de leurs causes (Dictionnaire Larousse)

Pour un modèle de type brochette, on peut appliquer soit une analyse:

 Dynamique, où on définit les cas des paramètres de rigidité tels que les inerties
équivalentes et sections réduites équivalentes.
 Statique équivalente, c’est pour appliquer sur les structures qui possèdent des critères de
régularité.

Dans ce rapport, on développe la méthode d’analyse statique équivalente pour un modèle de type
brochette.

La modélisation en brochette ne présente pas de difficultés importantes, dans le cas de structures


simples à niveaux répétitifs comme les bâtiments d’habitation ou assimilés, où les degrés de
liberté sont relativement aisés à sélectionner, ainsi que la détermination des rigidités d’étage,
comme l’exemple rédigé dans le rapport.

22
Au cas où on a une structure complexe, l’identification des degrés de liberté est difficile, c’est
pour cela on considère un modèle 3D comme encastré au niveau du contact avec le sol et on
effectue l’ensemble du calcul statique.

a) Matrice de rigidité élémentaire

Les poteaux dans le modèle brochette sont à appuis fixes, d’où la raideur k horizontale d’un
étage est égale à :
12∗𝐸∗𝐼
 k= , avec :
𝐿3
 E= Module d’Young du béton,
 I = Somme d’inertie des poteaux pour un étage,
 L= Hauteur à nu entre deux planchers,

La matrice est la matrice de rigidité élémentaire de la barre du premier niveau,


l’assemblage des matrices k de tous les niveaux, jusqu’au niveau n dont sa matrice de rigidité est

égale à : nous donne la matrice globale assemblée :

Note : Pour une direction de séisme vertical, les poteaux sont assimilés à des barres de longueur
𝐸∗𝑆
L, de module d’Young E et de section S, d’où la raideur k verticale sera : k=
𝐿

b) Matrice masse
La matrice correspondant à la modélisation en masse concentrée et elle est de forme
diagonale soit
M=

23
La masse en chaque étage est déterminée d’après la méthode expliquée dans l’analyse simplifiée
par les forces latérales. Le nombre de termes diagonaux de cette structure est égal au nombre des
étages dans le bâtiment.

c) Méthodologie de calcul par analyse modale

La méthode modale spectrale comporte les étapes suivantes :

1) Modélisations et caractéristiques du sol et des matériaux :


a) Fixation des modèles de :
i) sol,
ii) structure,
iii) masses,
b) Calcul des rigidités
2) Recherche des modes :
a) Calcul des modes propres de vibrations :
i) dessins des modes propres,
b) Calcul du facteur de participation
i) calcul des masses modales effectives,
3) Réponse modale :
a) Calcul de :
i) spectre de réponse,
ii) coefficient de comportement,
b) Séléction des modes utiles :
i) critères masse modale,
ii) pseudo-mode,
c) Calcul de la réponse modale
4) Montrer les résultats:
a) Combinaisons des réponses modales :
i) sollicitations,
ii) déplacements,
b) Cumul des réponses des composantes X et Y du mouvement sismique.

i. Calcul des modes propres :

En analyse dynamique, les états des déplacements d’une structure dépendent des forces d’inertie,
qui à leur tour dépendent des déplacements et des accélérations.

En général, on ne peut pas résoudre ces équations analytiquement et le mouvement de la


structure ne peut être déterminé que de manière approchée.

24
Pour cela, on a recours à la méthode des masses fictives qui consiste à concentrer la masse de la
structure en un certain nombre de points appelés nœuds et de considérer le reste de la structure
sans masse. La modélisation en masses concentrées est appliquée sur les bâtiments dont la masse
principale se situe aux niveaux des planchers et la masse de la structure porteuse « poteaux et
voiles » peut alors être répartie aux niveaux des planchers pour moitié au niveau inférieure et
pour moitié au niveau supérieur.

Pour une approche plus réaliste, l’étude du comportement dynamique des structures doit être
élargie aux systèmes à plusieurs degrés de liberté, dont chaque nœud est considéré un degré de
liberté.

De plus, il est possible d’interpréter le mouvement global d’une structure soumise à un


chargement dynamique quelconque, comme une combinaison des n déformées des modes de
vibration.

Les modes propres de la structure sont déterminés par la formule suivante :


2
 det(k−Mω )=0

Les vecteurs propres associés à chaque mode propre sont obtenus en résolvant l’équation
suivante :

 (k−MΩ2)∅ = 0

L’explication des 2 formules précédentes est indiquée dans page 49.

ii. Calcul de fréquences propres :

Pour chaque mode i calculé, on calcule la fréquence propre.

Le tableau ci-dessous montre les équivalences des grandeurs physiques :

𝝎 k T f
T période (s) 2𝜋 𝑚 - 1
2𝜋√ 𝑘
𝜔 𝑓
F fréquence (Hz) 𝜔 1 -
2𝜋 1 𝑘
√ 𝑇
2𝜋 𝑚
𝝎 pulsation - 2𝜋 2𝜋𝑓
𝑘
(rad/s) √ 𝑇
𝑚
Tableau 17 : Tableau montrant les équivalences des grandeurs physiques.

 𝜔 ∶ 𝑝𝑢𝑙𝑠𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑒𝑛 𝑟𝑎𝑑/𝑠,
 m : masse exprimée en Kg ou tonnes,
 k : raideur exprimée en N/m ou KN/m,

25
 T : période en s,
 f : fréquence en Hz.

L’un des critères qui nous permet de valider le mode fondamental «ω21» est qu’il posséde la
période la plus grande.

iii. Normalisation des vecteurs propres par rapport à la matrice de masse :

Pour conserver une signification physique simple, les modes sont tous normés de manière
systématique et semblable où on normalise les vecteurs propres en utilisant la normalisation par
rapport à la masse, où on calcule la masse généralisée pour chaque mode telle que :
T
 Mi = ∅i *M * ∅i,

Ce qui permet de calculer le vecteur propre normalisé :

1
 ∅𝑛𝑖 = ∅𝑖
√𝑀𝑖

Pour vérifier le calcul, on utilise les vecteurs propres normalisés dans la formule de la masse
généralisée et on obtient :

 ∅𝑛𝑇 𝑛
𝑖 *M * ∅𝑖 = 1,

De même on peut obtenir la matrice de modes propres, si on remplace la matrice masse par la
matrice de rigidité dans la formule précédente :

 ∅𝑛𝑇 𝑛 2
𝑖 *k *∅𝑖 = Ω ,

De plus, puisque 𝜔𝑖 ≠ 𝜔𝑗 les conditions d’’orthogonalité des modes sont égales à zéro :

 ∅i T *M * ∅j = 0,
 ∅i T *k * ∅j = 0.

iv. Calcul du facteur de participation et de la masse modale :

Le coefficient Pi est un facteur de participation et appelé encore facteur de contribution, il permet


la mise à l'échelle des modes les uns par rapport aux autres et d'évaluer la contribution de chaque
mode.

En utilisant les vecteurs propres normalisés, le vecteur de direction du séisme V et la matrice


masse, on obtient :

 Pi = ∅𝑛𝑇
𝑖 *M*V

26
Mi c’est la masse modale de chaque mode i où :

 Mi =𝑃𝑖2 ,

Si tous les modes sont pris en compte, la somme des masses modales sera égale à la masse totale
de la structure.

De plus, on fait la fraction de la masse totale M qui vibre dans le mode i pour obtenir une somme
de masses modales d’au moins 90 % de la masse totale, ce qui vérifie la sélection des modes
importants.

v. Calcul des forces statiques équivalentes :


a. Calcul du coefficient de distribution «𝜑i », pour les modes sélectionnés à partir de la
méthode de masses modales, Il est en fonction du facteur de participation « Pi » et le
vecteur propre normalisé « ∅𝑛𝑖 » :
 𝜑i = Pi∅𝑛𝑖 ,

b. Calcul de la pseudo accélération pour chaque mode i «Гi » à l’aide du spectre de calcul
Sd(T) déjà expliqué dans la méthode de force latérale en utilisant la période obtenue par
2𝜋
calcul (T= 𝜔 ) et le coefficient de distribution «𝜑i » :
 Гi = Sd(T)* 𝜑i,
c. Calcul des forces statiques équivalentes Fi pour chaque mode i à l’aide de la pseudo
accélération Гi et la matrice masse M :
 Fi=M* Гi,
vi. Calcul du déplacement Yi pour chaque mode i à l’aide de la pseudo accélération Гi et le
déformé propre 𝜔i2 pour ce mode:
Г𝑖
 Yi=
𝜔𝑖2

vii. Combinaisons des réponses modales :

On reconstruit l’ensemble des effets du séisme réel en combinant les réponses modales telles que
les effets élémentaires (déplacements et efforts) calculées pour les différents modes retenus.

A priori les réponses modales ne sont pas concomitantes, pour cela il existe différentes méthodes
pour effectuer la combinaison de ces réponses pour une direction sismique.

a) Combinaison arithmétique :

Les différentes réponses modales sont supposées passer toutes par leur valeur maximale au
même instant, alors on peut effectuer une addition pure et simple des diverses composantes
modales. Or, cette méthode est impraticable dans le cas où on a un mode largement
prépondérant.

27
b) Combinaison quadratique (superposition quadratique SRSS : Square Root of Sum of
Squares) :

On applique la combinaison quadratique quand :

i. les différents modes n’atteignent pas leur maximum au même instant


ii. les réponses de 2 modes de vibration i et j sont considérées comme indépendantes
l’une de l’autre si leur période Ti et Tj satisfont la condition suivante :
 Tj ≤ 0.9*Ti

Cette méthode de combinaisons s’appelle aussi réponse probable, elle donne généralement de
bons résultats pour des systèmes ayant des fréquences naturelles bien séparées. Elle a été à
l’origine proposée dans des analyses de bâtiments en deux dimensions 2D, ainsi les fréquences
naturelles latérales des modes ne sont pas rapprochées.

Alors que le maximum probable X d’une réponse de la structure (sollicitations, déplacements,


contraintes, accélérations) est la racine carrée de la somme des carrés des réponses maximales
correspondantes aux différents modes :

 X=√∑𝑛𝑖=1 𝑋𝑖 𝑚𝑎𝑥 2

Si les fréquences des modes sont voisines, où on a un écart inférieur à 10 %, dans ce cas la
validité de cette combinaison n’est pas établie, car on ne peut pas considérer leurs réponses
comme indépendantes et alors on applique la combinaison quadratique complète (CQC).

c) Combinaison quadratique complète (CQC) :

Si on a un système qui possède des fréquences très rapprochées, dans ce cas la combinaison
quadratique complète donne une meilleure estimation que le SRSS.

On effectue cette combinaison en considérant une corrélation entre deux réponses modales en
fonction de l’écart existant entre les deux fréquences propres associées à ces réponses, d’où la
détermination d’un terme de couplage « 𝛼𝑖𝑗 » qui est un coefficient de corrélation des fréquences
ou des pulsations(𝜔𝑖 , 𝜔𝑗 ). De plus, cette combinaison est en fonction des coefficients
d’amortissement des modes i et j.

La formule d’application de CQC est :

 X=√∑ni,j αi,j Xi max Xj max où


 ‘Xi max’ c’est la réponse modale maximale dans le mode i (+ ou -),
 ‘Xj max’ c’est la réponse modale maximale dans le mode j (+ ou -),

28
 ‘αi,j’ c’est le coefficient de corrélation entres les modes i et j et il est obtenu soit par une
formule de calcul soit graphiquement.
 La formule de calcul du coefficient de corrélation ‘αi,j’ est :
3
8∗√ζi ∗ζj ∗(ζi +r∗ζj )∗r2
 αi,j = , Avec
104 ∗(1−r2 )2 +4∗ζi ∗ζj ∗r(1+r2 )+4(ζi 2 +ζj 2 )∗r2

ωj
r= c’est le rapport de pulsation,
ωi

ζ i et ζ j sont les coefficients d’amortissement critique pour les modes i et j successivement.

 Démonstration du terme de couplage αi,j graphiquement :

Le graphe suivant montre le terme de couplage αi,j en fonction des coefficients d’amortissement
des modes i et j :

Figure 11 : Graphe montrant le terme de couplage 𝛂𝐢,𝐣 en fonction des coefficients d’amortissement des modes i et j et le
rapport des pulsations (𝛚𝐢 /𝛚𝐣 ).

Le graphe indique les courbes obtenues pour un coefficient d’amortissement 5 %, 10 % et 20 %.


Lorsque le rapport (ωi /ωj ) augmente à partir de 1, le coefficient αij décroît rapidement en
prenant le même coefficient d’amortissement pour tous les modes. Or, lorsque l’amortissement
augmente αij décroît moins rapidement.

29
Note : La superposition quadratique n’est qu’un cas particulier de la CQC car pour i=j on a
αij = 1

d) Combinaisons des réponses modales suivant les directions de séisme :

 Bâtiments réguliers en plan :

Dans le cas de bâtiments réguliers en plan, il n’est pas nécessaire de faire la combinaison des
deux séismes horizontaux Sx et Sy.

 Pour les autres bâtiments :

On considére que l’action sismique agit simultanément selon toutes les composantes du séisme
X, Y (horizontal) et Z (vertical).

On fait le calcul soit par :

 La racine carrée de la somme des carrés des réponses maximales, suivant chaque
direction exprimées par S :
 S=±√SX2 + SY2 + SZ2
 La combinaison de Newmark :
o S=±SX ± 0.3SY ± 0.3SZ
o S=±0.3SX ± SY ± 0.3SZ
o S=±0.3SX ± 0.3SY ± SZ

d) Programmation sous Matlab

Pour faciliter l’application de la méthode d’analyse modale, j’ai utilisé le Matlab et j’ai
programmé un code contenant toutes les formules déjà citées dans la partie D.
précédente. Les entrées du programme sont le nombre des étages n du bâtiment et les
dimensions a et b du poteau le plus chargé. Les sorties du programme sont les forces et
les déplacements par étages.

Description de la méthode de programmation de la méthode d’analyse modale sous


Matlab
Note : Clé de la lecture de mon programme sous Matlab :
 % : en raison de donner une information à propos de l’étape de calcul,
 %% : donner l’unité des coefficients calculés,
 Autre écriture, le Matlab la considère comme une commande.

Le code programmé sous Matlab pour l’application de la méthode d’analyse modale est dans
l’annexe page 52.

30
Chapitre 3 : Etude Comparative – Structures de type portique

A. Cas de référence – Structure régulière de type portique à 5 étages


Dans le but de mettre en évidence la différence de calcul entre la méthode d’analyse simplifiée
par les forces latérales et celle d’analyse modale, on fait un exemple de calcul d’une structure
régulière de type portique à 5 étages de hauteur 3 m à nu entre 2 dalles consécutives et la surface
de l’étage est égale à167 m2. Le plan du bâtiment est montré dans la figure ci-dessous :

Figure 12 : Plan du bâtiment à 5 étages

31
Le modèle portique 2D équivalent est indiqué ci-dessous selon X et Y avec le modèle brochette
1D :

4I*4I=16I

4I*4I=16I

4I*4I=16I

4I*4I=16I

4I*4I=16I

Figure 13 : Modélisation en portique du bâtiment à 5 étages Selon X, Y (2D) et le modèle brochette (1D)

Les caractéristiques des matériaux :

 fck résistance caractéristique en compression du béton = 25 MPa


 fyk limite caractéristique d’élasticité de l’acier du béton armé = 500 MPa

Les chargements :

 Charges permanentes :
o Dalle pleine d’épaisseur 20 cm de poids volumique 25 KN/m3
o Epaisseur de carrelage :
 5 cm de sable sec, de poids volumique 17 KN/m3
 2 cm de mortier, de poids volumique 22 KN/m3
 3 cm carrelage marbre, de poids volumique 23.5 KN/m3
o Mur de partition :

32
 Mur extérieur d’épaisseur 20 cm, de poids volumique 15 KN/m3 avec
enduit d’épaisseur 2 cm et de poids volumique 22 KN/m3
 Mur intérieur d’épaisseur 10 cm, de poids volumique 15 KN/m3 avec
enduit d’épaisseur et de poids volumique 22 KN/m3
 Charge d’exploitation d’un bâtiment résidentiel = 1.5 KN/m2

Les hypothèses sismiques applicables à la structure ci-dessus :

 Structure simple et symétrique


La structure ne doit pas avoir des éléments verticaux qui ne transmettent pas la charge en ligne
directe à la fondation. Tel que les éléments de contreventement en plan et en élévation doivent
être réparti d’une façon homogène, afin d’avoir des formes en plan les plus symétriques
possibles.
 Diaphragmes rigides au niveau des planchers
L’action des planchers joue un rôle primordial pour le bon fonctionnement du système de
contreventement d’un bâtiment. Où on peut les considérer comme infiniment rigides vis-à-vis
des efforts horizontaux agissant sur la structure. Elles donnent une rigidité latérale très forte et
permettent de collecter les forces d’inertie et de les distribuer sur les éléments de
contreventement verticaux.
 Séisme horizontal-Séisme vertical
Dans ce calcul sismique on peut négliger le séisme vertical et ce qui nous intéresse c’est le cas
d’un séisme horizontal. Parce que la raideur verticale est beaucoup plus rigide que la raideur
horizontale et par la suite elle ne permet pas une amplification de l’accélération suivant la
hauteur. De même, le calcul de charge à l’état limite ultime accidentel, vérifie cette hypothèse.

Les hypothèses de calcul sismique :

 Classe de sol B
 Classe de ductilité moyenne DCM
 Catégorie d’importance Ⅱ
 Bâtiment résidentiel Ψ2 = 0.3
 Etage à occupations indépendantes φ = 0.8
 Coefficient de topographie ST = 1
 Aléa sismique agr = 2.5 m/s2
 Spectre de calcul horizontal Sd(T)

D’après l’hypothèse de calcul et en appliquant la méthodologie de calcul définie dans les


paragraphes de la méthode d’analyse simplifiée par les forces latérales et la méthode d’analyse
modale, on constate les résultats situés ci-dessous :

G : charge permanente totale 1,2785 T/m2


Q : charge d’exploitation 0,15 T/m2
Dimensions du poteau a=25 cm, b=55 cm

33
Masse totale des planchers 1105 T
Masse par étage pour les niveaux : 1, 2, 3, 4 236.5 T
Masse du dernier étage 228.25 T
Inertie par étage selon X 16*IX = 0.0115 m4
Inertie par étage selon Y 16*IY= 0.0555 m4
Coefficient de comportement 3.9

a) Application à la méthode d’analyse simplifiée par les forces latérales : En utilisant des
papiers d’Excel, on a obtenu les résultats suivants de la période fondamentale, le spectre
de calcul et l’effort tranchant à la base :

T1 Sd(T1) Fb
0.572 1.68 1678.868

Les forces sismiques horizontales et les déplacements par étages sont :

Nombre d’étage zi(m) mi (T) Zi*mi Fi (KN) di (cm)


1 3 236.5 709.5 113.24 0.309
2 6 236.5 1419 226.48 0.618
3 9 236.5 2128.5 339.72 0.928
4 12 236.5 2838 452.96 1.237
5 15 228.25 3423.75 546.45 1.49
Total 1174.25 10518.75 1678.868

b) Application à la méthode d’analyse modale : En appliquant le code de la méthode


d’analyse modale programmée, Matlab donne les résultats des modes propres et les
vecteurs propres. Le mode 1 est celui qui a la fréquence la plus petite, puis on numérote
les modes suivants en faisant un arrangement des valeurs de fréquence d’une manière
croissante. Le mode 1 s’appelle le mode fondamental et ses nœuds oscillent en phase. Le
tableau ci-dessous montre les fréquences de 5 nœuds, suivant X et Y et l’arrangement des
modes.

Fréquence (Hz)
Noeud Mode
Selon X Selon Y
1 8 17.66 5
2 7.05 15.51 4
3 5.5 12.1 3
4 3.5 7.68 2
5 1.2 2.6 1

34
Le tableau ci-dessous montre les vecteurs propres de 5 modes, où on a selon X et selon Y les
mêmes valeurs :

Vecteurs propres
Noeuds
Mode 1 Mode 2 Mode 3 Mode 4 Mode 5
1 0.296 -0.855 1.321 -1.661 1.861
2 0.568 -1.1138 0.359 1.398 -3.139
3 0.793 -0.595 -1.224 0.483 3.433
4 0.954 0.338 -0.692 -1.80 -2.65
5 1 1 1 1 1
La figure ci-dessous montre les oscillations de 5 modes

Figure 14 : Figure montrant les oscillations de 5 modes.

On obtient une masse modale pour le 1ier mode : 87.5 % et le 2ième mode : 9.3 %. Ces 2 modes
donnent une masse modale totale > 90 %, alors on néglige les 3 derniers modes.

Le tableau ci-dessous montre les périodes des modes 1 et 2 selon X et Y :

Période T en (s) Mode 1 Mode 2


Selon X 0.83 0.286
Selon Y 0.38 0.13
Les forces et les déplacements par étage obtenus pour les 2 premiers modes sont :

Selon X Force (KN) Déplacement (cm)


Numéro de l’étage F mode1 F mode 2 Dépl. Mode 1 (cm) Dépl. Mode 2 (cm)
1 98.83 143.7 0.74 0.126
2 189.55 187.14 1.42 0.164
3 264.72 100.02 1.98 0.087
4 318.18 -56.88 2.38 -0.05
5 321.8 -162.14 2.49 -0.147

35
Somme des forces 1193.1 211.84
Combinaison par
1211.74 2.498
SRSS

Selon Y Force (KN) Déplacement (cm)


Numéro de l’étage F mode1 F mode 2 Dépl. Mode 1 (cm) Dépl. Mode 2 (cm)
1 144.46 165.02 0.026252 0.255
2 188.13 316.5 0.034188 0.489
3 100.55 442.01 0.018273 0.683
4 -57.18 531.27 -0.01039 0.82
5 -162.998 537.32 -0.03069 0.86
Somme des forces 212.96 1992.124
Combinaison par
2003.475 0.8610
SRSS
L’effort tranchant selon Y est plus grand que celui selon X à cause de l’inertie. Car l’inertie
selon Y est plus grande que l’inertie selon X.

Les paramètres de comparaison entre les méthodes simplifiée et modale sont indiqués dans le
tableau ci-dessous :

modale Pourcentage %
Forces latérales
Selon X Selon Y Selon X Selon Y
Période mode
0.572 0.83 0.38 68.5 66.34
fondamental
Déplacements du
1.49 2.498 0.86 59.7 57.7
dernier nœud
Effort tranchant à la
1678.868 1211.74 2003.475 72 83.8
base
On constate qu’il y a une différence des efforts entre les 2 méthodes de calcul, cette différence
dans les efforts vient essentiellement de la différence dans la période. Ce qui diffère c’est la
lecture spectrale.

Par curiosité, on a appliqué la méthode d’analyse simplifiée en utilisant la période fondamentale


calculée sous Matlab, où on a obtenu les résultats suivants :

Analyse modale Pourcentage %


Forces latérales
Selon X Selon Y Selon X Selon Y
Période mode
0.83 0.38 0.83 0.38 100 100
fondamental
Déplacements du
2.2 0.99 2.498 0.86 88 87
dernier nœud
Effort tranchant à
1156.3 2525.6 1211.74 2003.475 95.4 79
la base

36
Les résultats obtenus indiquent qu’en utilisant la méthode simplifiée, il faut faire une estimation
précise de la période fondamentale pour qu’elle soit proche de la méthode d’analyse modale qui
est plus réaliste.

B. Analyse paramétrique
a) Nombre d’étages

On fait une variation du nombre d’étage, où on a ajouté 2 autres bâtiments le 1ier est de 2 étages,
tandis que le 2ième est de 10 étages. Les tableaux ci-dessous montrent les différences de résultats
entre les 3 bâtiments :

Nombre d’étages 2 5 10
Dimension de poteau (cm) a=25, b=25 a=25, b=55 a= 50, b=55
Masse par étage (T) 227.5 236.5 253
Masse du dernier étage
223.75 228.25 236.5
(T)
Inertie par étage selon X
0.0052 0.0115 0.0916
(m4)
Inertie par étage selon Y
0.0052 0.0555 0.1109
(m4)
Méthode d’analyse simplifiée par les forces latérales
Période fondamentale
0.28 0.572 0.96
T1
Effort tranchant à la
1282.7 1678.868 2136.8
base Fb
Déplacement du dernier
1.456 1.49 1.33
nœud dn
Méthode d’analyse modale
Selon X 0.835 Selon X 0.58
Période T 0.56
Selon Y 0.379 Selon Y 0.528
Effort tranchant à la base 737.5 Selon X 1211.744 Selon X 3565.76
Fb Selon Y 2003.475 Selon Y 3916.27
Déplacement du dernier 1.59 Selon X 2.49 Selon X 1.703
nœud dn Selon Y 0.86 Selon Y 1.5479
Pourcentage %
Période Selon X 68.5 Selon X 60.5
51.4
T(s) Selon Y 66.3 Selon Y 55
Paramètres Selon X 72.2 Selon X 60
Fb 57.49
Selon Y 83.8 Selon Y 54.56
Selon X 59.76 Selon X 78.2
dn 91.6
Selon Y 57.659 Selon Y 86

 En faisant la comparaison entre les 2 méthodes pour chaque bâtiment, on conclut les
mêmes remarques obtenues dans le paragraphe précédent, d’où la nécessité de faire une

37
estimation précise de la période fondamentale dans la méthode d’analyse simplifiée. La
différence en % entre les paramètres est montrée dans la courbe ci-dessous :

La différence en % des paramètres entre la méthode d'analyse simplifiée


et l'analyse modale en augmentant le nombre des étages de 2, 5 et 10

% Fb % dn % Période T

91.6
72.2
78.2
57.49 68.5
60
60.5
51.4 59.76

21 25
10
3

Par contre si on effectue la comparaison pour chaque méthode en augmentant le nombre des
étages de 2, 5 à 10 étages, on constate que :

 En augmentant le nombre d’étages, les dimensions des poteaux augmentent, de même


que la masse et l’inertie par étage.
 En ce qui concerne la méthode d’analyse simplifiée par les forces latérales, on remarque
que la période fondamentale augmente, de même que l’effort tranchant à la base. Or, le
déplacement du dernier nœud reste le même pour les bâtiments 2 et 5 étages, tandis qu’il
diminue de 10 % quand le bâtiment est à 10 étages.
 En appliquant la méthode d’analyse modale, on remarque que :
 Les modes 1 et 2 ont donnés une masse modale > 90 %.
 Pour un séisme qui a une direction selon X et selon Y, l’effort tranchant à la base
augmente en augmentant le nombre des étages.
 Pour un séisme qui a une direction selon X, la valeur de la période augmente quand le
nombre des étages augmente de 2 à 5 étages or elle diminue, quand on a 10 étages
pour atteindre une valeur proche que celle obtenue lorsqu’on a 2 étages. De même
que pour le déplacement du dernier étage.
 Pour un séisme qui a une direction selon Y, on obtient l’inverse de remarque
précédente.

38
b) Irrégularité en élévation

On considère un bâtiment de 5 étages de type portique, avec une variation de la masse par étage,
en conservant la masse totale à la base, d’où une irrégularité en élévation, de même on a
conservé les dimensions des poteaux et la matrice de rigidité.
La matrice masse est :

200 0 0 0 0

0 300 0 0 0

0 0 150 0 0

0 0 0 350 0

0 0 0 0 174.25

a) D’après la méthode d’analyse simplifiée par les forces latérales, on constate qu’on a la
même période fondamentale. Or, on utilise le coefficient de comportement minoré qui est
la valeur de q de référence multipliée par 0,8 car on a une irrégularité en élévation. Par la
suie le règlement indique, en cas d’une irrégularité en élévation et une régularité en plan,
qu’il faut choisir pour le calcul sismique la méthode d’analyse modale. Par contre, on va
faire un calcul par la méthode d’analyse simplifiée pour évaluer les conséquences.

La méthode d’analyse simplifiée par les forces latérales donne :

T1 q Sd(T1) Fb
Régulier 0.572 3.9 1.15 1678.868
Irrégulier 0.572 3.12 2.1 2097.3
On remarque qu’on a une augmentation du spectre de calcul. De plus, la différence entre les
efforts tranchants à la base est de 80 % grâce à une réduction de 0.8 du coefficient de
comportement.

Bâtiment Bâtiment Bâtiment Bâtiment


Etage régulier irrégulier régulier irrégulier

Fi (KN) Fi(KN) dn (cm) dn (cm)

1 113.24 119.12 0.31 0.26

2 226.48 357.36 0.62 0.78


3 339.72 268.02 0.93 0.58
4 452.96 833.85 1.24 1.82
5 546.45 518.92 1.49 1.14
Total 1678.868 2097.3

39
Suivant les étages, on constate que dans le cas où on a un bâtiment régulier, on a une
augmentation croissante des forces latérales et des déplacements, or dans le cas du bâtiment
irrégulier l’augmentation de ces paramètre est aléatoire.

b) En appliquant la méthode d’analyse modale, on constate que le 1ier, le 2ième et le 3ième


mode ont donné une masse modale totale > 90 % avec un pourcentage pour le 1ier mode
de 80.93 %, le 2ième mode de 7.48 % et le 3ième mode de 7.56 %, alors on néglige les 2
derniers modes. Ceci indique que l’irrégularité en élévation a augmenté le nombre de
modes propres sélectionnés

Le tableau ci-dessous montre les périodes selon X et Y des modes 1 et 2 du bâtiment régulier et
des modes 1, 2 et 3 du bâtiment irrégulier :

Exemple régulier Exemple irrégulier


Période T en
Mode 1 Mode 2 Mode 1 Mode 2 Mode 3
(s)
Selon X 0.835 0.286 0.84 0.286 0.117
Selon Y 0.38 0.13 0.38 0.13 0.05
On constate que le mode 1 est le plus représentatif pour les 2 bâtiments et les valeurs des
périodes ne varient pas pour les modes 1 et 2 dans les 2 exemples.

En tenant compte de la méthode d’analyse modale qui est la plus significative dans le cas de
bâtiment irrégulier, les paramètres de comparaison entre les 2 cas réguliers et irréguliers sont
indiqués dans le tableau ci-dessous :

Modale Pourcentage %

Paramètres Selon X Selon Y


Régulier Irrégulier
Régulier Irrégulier Régulier Irrégulier

T(s) 0.835 0.84 0.38 0.38 45.5 45.24

% 99 100

dn (cm) 2.5 1.85 0.86 0.64 34.4 34.6

% 74 74.4

Fb (KN) 1211.75 1357.6 2003.5 2250.57 60.5 60.3

% 89.5 89

On remarque que la différence des paramètres entre les 2 bâtiments est la même selon X et Y de
même que pour le bâtiment régulier à part et le bâtiment irrégulier d’autre part.

40
Analyse modale Pourcentage %
Analyse simplifiée
Paramètres Selon X Selon Y
Selon X Selon Y
Irrégulier Irrégulier Irrégulier

T(s) 0.572 0.84 0.38 68.1 66.4

dn (cm) 1.14 1.85 0.64 61.6 56.1

Fb (KN) 2097.3 1357.6 2250.57 64.7 93.2

On remarque que la différence entre les 2 méthodes est à peu près proche que celle obtenue
quand on a un bâtiment régulier.

En appliquant la même période obtenue par la méthode d’analyse modale dans l’analyse
simplifiée on obtient les résultats obtenus dans le tableau ci-dessous :

Analyse modale Pourcentage %


Forces latérales
Selon X Selon Y Selon X Selon Y

Période mode
0.84 0.38 0.84 0.38 100 100
fondamental

Déplacements
du dernier 1.34 0.61 1.85 0.64 72.3 95.0
nœud

Effort
tranchant à 1142.53 2525.59 1357.6 2250.57 84.2 89
la base

D’après ces résultats on constate que la différence entre les 2 méthodes est à cause de la
différence de période malgré qu’on a un bâtiment irrégulier mais dans le cas où on a un bâtiment
régulier la divergence entre les 2 méthodes est plus petite.

41
Conclusion

Après avoir mené une étude détaillée sur les méthodes de calcul d’une structure sous chargement
dynamique, on a abouti à plusieurs conclusions :

 Le calcul dynamique d’une structure comportant plusieurs degrés de liberté est discrétisé
aux plusieurs modes de vibration, c’est-à-dire plusieurs périodes propres et plusieurs
déformées propres. Le fait d’additionner la réponse de chaque mode permet d’obtenir la
réponse de la structure.
 Suivant les 2 méthodes de calcul on a vérifié que l’analyse modale est la méthode la plus
réaliste et elle est appliquée sur les bâtiments réguliers et irréguliers. Tandis que
l’analyse simplifiée par les forces latérales est une méthode qui donne des valeurs
approchées.
 La cause de la divergence entre les 2 méthodes est grâce à la différence de période du
mode fondamental.

42
Bibliographie

1. Eurocode 1, NF EN 1991-2, 2004.


2. Eurocode 8, NF EN 1998-1, (Septembre 2005) – « Calcul des structures pour leur
résistance aux séismes -Partie 1 : règles générales, actions sismiques et règles pour les
bâtiments (Indice de classement : P06-030-1) ».
3. Règles PS 92, DTU NF P06-013, (décembre 1995)- « Règles de construction
parasismique - Règles PS applicables aux bâtiments », édition S147 - mars 2007.
4. Victor Davidovici et Domonique Corvez, « Pratique du calcul sismique: guide
d’application de l’Eurocode 8 », éditeurs : Eyrolles et AFNOR, 2014, 242 pages.
5. V. Denoël, « Analyse dynamique des structures du génie civil », 2010, 147 pages.

43
Annexe

44
La suite des conditions de régularité en plan sont :
iii) Lorsqu’il existe des retraits par rapport à ce contour, leur surface ne doit pas dépasser
5 % de la surface de chaque plancher.

Figure 15 : Schéma montrant la surface du retrait % à la surface du plancher

iv) La raideur en plan des planchers doit être suffisamment importante en comparaison
avec la raideur latérale des éléments verticaux de la structure, pour que celle-ci soit
estimée indéformable et joue son rôle de diaphragme.
v) A chaque niveau et pour chaque direction X et Y, l’excentricité structurales e0x ou e0y
entre le centre de torsion le centre de gravité du bâtiment doit vérifier la condition
suivante :

e0x ≤ 0.3 rx et e0y ≤ 0.3 ry,
∑ 𝐼𝑖𝑥 ∗𝑥𝑖2 + ∑ 𝐼𝑖𝑦 ∗𝑦𝑖2 ∑ 𝐼𝑖𝑥 ∗𝑥𝑖2 + ∑ 𝐼𝑖𝑦 ∗𝑦𝑖2
Avec rx = et ry = , tel que xi et yi sont la distance
∑ 𝐼𝑖𝑥 ∑ 𝐼𝑖𝑦
entre le centre de gravité de l’élément structural et le centre de torsion selon X et Y
successivement.

Les recommandations spécifiques appliquées en cas de retraits sont :


(1) Pour des retraits successifs maintenant une symétrie
axiale, le retrait à un étage quelconque doit vérifier la
L1 −L2
condition suivante : ≤ 0,2
L1

45
(2) Si on a un seul retrait situé au-dessus de 0,15 H, la structure doit vérifier la
L3 +L1
condition suivante : ≤ 0,2
L

(3) Si on a un seul retrait situé au-dessous de 0,15 H, la


structure doit vérifier la condition suivante :

L3 +L1
≤ 0,5
L

(4) Si on a des retraits non symétriques, la structure doit


vérifier les conditions suivantes :
L−L2 L1 −L2
( ≤ 0,3 , ≤ 0,1)
L L1

Les caratéristiques des types sites delon PS 92 sont:


a) Sites S0,
b) Sites S1 :
 sites rocheux (site de référence),

46
 sols de la catégorie a en épaisseur inférieure à 15 m,
c) Sites S2 :
 sols de la catégorie a en épaisseur supérieure à 15 m,
 sols de la catégorie b en épaisseur inférieure à 15 m,
 sols de la catégorie b en épaisseur comprise entre 15 m et 50 m,
 sols de la catégorie c en épaisseur inférieure à 10 m,
d) Sites S3 :
 sols de la catégorie b en épaisseur supérieure à 50 m,
 sols de la catégorie c en épaisseur comprise entre 10 m et 100 m,

Ces types de sites sont présentés d’après la coupe de colonnes du sol, comme la figure ci-dessous
le montre :

Figure 16 : La classification des sites selon les coupes types de colonnes de sol.

Les facteurs indépendants de R(T) sont :


 aN c’est l’accélération nominale,
Pour mieux tenir en compte des propriétés du sol et des conditions d'enregistrement, on substitue
à l'accélération maximale réelle un paramètre qui est l'accélération efficace ou nominale aN qui
sert de base à un calcul sismique de structure. Elle dépend de la zone de sismicité (5) et les
classes de bâtiments.

Classe A : Activité humaine de long séjour est exclue :


La défaillance ne présente qu'un risque hangars, étables, etc.
minime pour les personnes ou l'activité
économique

Classe B : - Bâtiments d'habitation individuelle ou


La défaillance présente un risque moyen pour collective; H< 28 m
les personnes - Bureaux non classés ERP, bâtiments industriels
(Npersonnes < 300)

47
- Parcs de stationnement ouverts au public

Classe C : - Bâtiments d'habitation collective ou bureaux ;


La défaillance présente un risque élevé pour H> 28 m
les personnes et pour leur activité. - Bâtiments (bureaux ou établissements sanitaires
et sociaux) pouvant accueillir plus de 300
personnes
- Bâtiments de production collective d'énergie.

Classe D : - Bâtiments dont la protection est primordiale


Regroupe les bâtiments, les équipements et les pour les besoins de la sécurité civile et la défense
installations dont le fonctionnement est nationale : bâtiments abritant les moyens de
primordial pour la sécurité civile secours en personnels et matériels, abritant le
personnel et le matériel de la défense...
- Bâtiments contribuant au maintien des
communications, bâtiments de stockage d'eau
potable,
- bâtiments assurant le contrôle de la circulation
aérienne, ou assurant la distribution publique de
l'énergie (centre nucléaire).

Tableau 18 : Le tableau ci-dessous montre les classements des bâtiments.

Les valeurs de l'accélération nominale aN en m/s2 sont données dans le tableau ci-dessous :

Zone de sismicité (5) Classe d'ouvrages


A B C D
0 : Sismicité négligeable / / / /
Ia : Très faible sismicité, mais / 1,0 1.5 2
non négligeable
Ib : Faible sismicité / 1.5 2 2.5
II : Sismicité moyenne / 2.5 3 3.5
III : Forte sismicité / 3.5 4 4.5
Tableau 19 : Tableau montrant la valeur de aN en fonction de zone de sismicité.

 RD(T) c’est l’ordonnée du spectre de dimensionnement normalisé. Il dépend des


formations géologiques du site et de la période T.

On utilise un spectre de dimensionnement normalisé pour déterminer RD(T) qui est montré dans
la figure ci-dessous :

48
Figure 17 : Schéma montrant les fonctions de RD en fonction de la période.

De plus, les coordonnées de la forme générale du spectre élastique normalisé sont indiquées
dans le tableau ci-dessous :

Types de sites TB (s) TC (s) TD (s)


S0 1.15 0.3 2.67
S1 0.2 0.4 3.2
S2 0.3 0.6 3.85
S3 0.45 0.9 4.44
Tableau 20 : Tableau montrant les valeurs de TB TC et TD en fonction de types de sites.

L’explication des formules des modes propres et vecteurs propres est :


Lors de l’étude de l’oscillateur à 1 degré de liberté, on peut constater qu’un système à 1-ddl
lorsqu’il est libre de force appliquée, oscille à une fréquence propre, c’est une fréquence
naturelle, celle dans laquelle il se sent bien et vibre naturellement et par suite il prend une
déformée propre qu’évolue au cours du temps de façon harmonique et tous les points de ce
système vibrent en phase. Alors, n’importe quel corps lorsqu’il possède une masse vibre à une
fréquence propre et prend une déformée propre. C’est pour cela, on peut comprendre en effet
qu’une structure complexe, par exemple un bâtiment à appartements, possède plusieurs
fréquences propres et déformées propres. Dans ce qui suit, on présente les fondements théoriques
nécessaires qui permettront de déterminer les fréquences propres et les déformées propres
(modes propres) correspondantes.

49
Pour un système à 1-ddl sa pulsation propre s’écrit en fonction de M et k :

𝑘
 ω =√ ,
𝑀
Pour un système à plusieurs degrés de liberté, son équation de vibration libre non-amortie est :

 Mẍ(t) + kx(t) = 0,
Sur base de l’observation de phénomènes physiques, cette équation différentielle possède une
solution particulière du type :

 x(t) = ∅q(t), avec q(t) est une fonction du temps et ∅ est un vecteur constant
indépendant du temps.
On doit rechercher une solution où tous les nœuds du modèle vibrent en phase, alors on calcule
le rapport de deux amplitudes à deux degrés de liberté i et j différents xi(t) = ∅iq(t) et xj(t) =
∅jq(t) :
𝑥𝑖(𝑡) ∅𝑖𝑞(𝑡) ∅𝑖
 = = ,
𝑥𝑗(𝑡) ∅𝑗𝑞(𝑡) ∅𝑗

Puisque ce rapport ne dépend pas du temps, donc il est toujours constant et les degrés de liberté i
et j vibrent bien en phase. Pour ce type de solution, q(t) indique l’évolution d’une amplitude au
cours du temps et ∅ présente une déformée.

En remplaçant x(t) et ẍ(t) par leur valeur on obtient :

M∅ t (t) + k∅ q(t) = 0 → m ( (t) + Kq(t) = 0, avec m = M∅ et K = k ∅

On écrit composante par composante, on obtient : mi (t) + Ki q(t) = 0,


Qu’on peut le mettre sous la forme :
𝐾𝑖
 =− / q(t),
𝑚𝑖

D’après cette expression, le membre de gauche ne dépend pas du temps, alors les deux quotients
doivent nécessairement prendre une expression qui ne dépend pas du temps. De plus, puisque le
membre de droite est indépendant du degré de liberté i choisi, alors les deux quotients doivent
nécessairement prendre une expression qui ne dépend pas de i. Donc, ils doivent
n´nécessairement prendre une valeur constante indépendante de i et de t = 𝜔2 :
𝐾𝑖
 =− / q(t) = 𝜔2,
𝑚𝑖
On fait l’égalité de ces 2 quotients à cette constante, on a :

 (t) + 𝜔2 q (t) = 0,

50
 Ki = mi 𝜔2,
La première relation marque que la solution est harmonique et que ω présente la pulsation. Cela
indique donc qu’une structure vibre d’une manière non amortie et non sollicitée peut
éventuellement s’exprimer par une forme ∅ modulée par une amplitude variant de façon
sinusoïdale.

D’après la deuxième relation, on a : k∅ = M∅ω2 donc

 (k−Mω2)∅ = 0,
La solution simple de cette équation est ∅ = 0, qu’on doit rejeter tout de suite, car on veut
chercher justement des formes dans lesquelles la structure peut vibrer. De même, par nos
connaissances, les solutions complexes de cette équation sont au nombre de n-ddl (i=1,…n) du
système et sont obtenues en imposant que le déterminant de cette équation soit égal à zéro :
2
 det(k−Mω )=0,
Ceci indique donc que la constante ω introduite ci-avant ne peut pas prendre n’importe quelle
valeur, elle prend l’une des N valeurs particulières ωi, de plus la forme ∅ dans laquelle la
structure peut vibrer naturellement n’est pas quelconque, c.-à-d. il s’agit d’un vecteur propre ∅i
du système à résoudre et il est nécessairement accompagné d’une valeur propre ωi.

Mathématiquement parlant, le fait d’écrire le déterminant det(k−Mω2) est nul consiste à définir
un polynôme de degré n en ω2, où ce polynôme possède n racines positives car k et M sont
définies positives et ces racines peuvent être ordonnées de la sorte :

 0 < ω2 1 ≤ ω2 2 ≤ ... ≤ ω2 n,
Ces modes propres sont strictement positives pour une structure iso- ou hyper-statique, de même
un mode propre nul est le témoignage d’un mode rigide*.

*Les modes rigides sont encore appelés modes de déplacements de corps rigides où un corps
rigide est celui dont la forme ne varie pas, même s’il est soumis à l’action de forces externes.
Ceci dit, la distance entre les différentes particules qui le composent demeure invariable au fil du
temps. Le corps rigide est un modèle idéal qui est employé pour réaliser des études de
cinématique et de mécanique. Toutefois, dans la pratique, tous les corps se déforment, ne serait
qu’un minimum, du fait de subir l’effet d’une force externe. Or, les machines et les structures
réelles ne peuvent en aucun cas être considérées absolument rigides. (Référence : utc.fr et
Définition.fr).

Parmi les modes recherchés, une partie seulement de ces modes va apporter une contribution
significative à la réponse de la structure.

C’est ainsi pour les bâtiments courants, très souvent seuls, deux ou trois modes ont une influence
significative sur la réponse vis-à-vis d’une direction donnée du séisme et parmi eux, le premier

51
mode «ω21» est largement prépondérant, il est le plus petit mode propre et s’appelle le « mode
fondamental ».

Le vecteur propre ∅i associé à son mode propre ω2 i est obtenu en résolvant :

 (k−Mωi2) ∅i = 0
Ce système est singulier car det(k−Mωi2)= 0 ceci indique que ∅i est un vecteur qualitatif et non
pas quantitatif et cela exprime donc bien le fait que ∅ est une forme et non pas une amplitude.

Pour faciliter les notations, on fait arranger tous les vecteurs propres dans une matrice :

 ∅ = [∅1 ∅2 … ∅n],
Où ∅j, i indique le déplacement du degré de liberté j dans le mode i tel que pour le mode i, ∅j,i
présente la matrice suivante :

∅𝑗,𝑖
 [ ⋮ ] tel que ∅1,i =1
∅𝑗,𝑖

De plus, on regroupe tous les modes propres dans une matrice diagonale :

𝜔1 2 ⋯ 0
 Ω2 = [ ⋮ ⋱ ⋮ ]
0 ⋯ 𝜔𝑛 2
D’après ces notations, on peut écrire l’équation (k−Mωi2) ∅i = 0 sous la forme matricielle :

 (k−MΩ2)∅ = 0.

Le code programmé sous Matlab est :


% Introduire un coefficient n qui est égal au nombre de ddl
choisi:
n = nombre de ddl;

% Introduire les dimensions du Poteau a et b suivant X et Y


calculés manuellement :
a = x; %% m
b = y; %% m

% Calculer l’inertie suivant X I=b*a^3/12 si on doit calculer


l’inertie suivant Y I=a*b^3/12 multipliee par le nombre de
poteaux par etage:
I = m*b*a^3/12; %% m^4

% Entrer la module d’Young du béton E :


52
E = module d’Young; %% MPa

% Faire entrer la hauteur de l’étage L du bâtiment choisi:


L = hauteur de l’étage ; %% m
% Calculer la rigidité avec la formule suivante k=12*E*I/L^3 :
k = 12*E*I/L^3*1000; %% KN/m

% Ecrire la matrice de rigidité de la structure K:


K = diag(2*k*ones(n,1))+diag(-k*ones(n-1,1),1)+diag(-k*ones(n-
1,1),-1);
K(n,n) = k;

%Introduire la surface S de l’étage du bâtiment choisi, la


charge d’exploitation q et la charge permanente g :

S = surface; %% m^2
q = charge d’exploitation; %% T/m^2
g = charge permanente; %% T/m^2

% Calculer la masse des poteaux par étage m0 avec une masse


volumique 2.5 T/m^3 :
m0 = 2.5*a*b*L*m; %% T

% Calculer la masse par étage à l’aide des charges permanentes


d’exploitation et de la surface de l’étage de plus en utilisant
les coefficients dépendants des catégories de bâtiments (x1,x2)
et ajouté m0 :
m = S * (g + x1*x2*q) + m0; %% T

% Introduire la matrice masse M:


M = m * eye(n);
M(n,n) = M(n,n)-m0/2;

% Calculer les vecteurs propres V et les modes propres D en


introduisant une matrice qui est égale à la matrice de rigidité
multiplié par l’inverse de la matrice masse en but d’écrire la
formule det(K-D^2*M)*V=0 :
A = K*inv(M);
[V,D] = eig(A);

% Donner les valeurs independantes de SdT :


ag = acceleration de calcul;
S = parametre de sol;
q = coefficient de comportement ;
Tc = valeur de spectre au pont c ;
Tb = valeur de spectre au point b ;

53
% Calculer les periodes propres et les fréquences propres et le
spectre de calcul SdT :
D = diag(D);
w=sqrt(D); %% rad/s
T=2*pi./w; %% s
f=1./T; %% Hz
SdT = zeros(n,1);
for i=1:n
if((T(i)>0.5)&&(T(i)<2))
SdT(i) = ag*S*(2.5/q)*(Tc./T(i));%% m/s^2
elseif((T(i)<0.5)&&(T(i)>0.15))
SdT(i) =ag*S*2.5/q;%% m/s^2
elseif ((T(i)<0.15)&&(T(i)>0))
SdT(i) =ag*S*((2/3)+(T(i)/Tb)*((2.5/q)-(2/3)));%% m/s^2
end
end

% Faire une normalisation des vecteurs propres par rapport à un


déplacement égal à 1 pour le nœud de nombre n.
for i = 1:n
V(:,i)=V(:,i)/V(n,i);
end
% Introduire le vecteur de direction du séisme horizontal Y :
Y=ones(n,1);

% Calculer les masses normalisées, les vecteurs propres


normalisés, les facteurs de participation et les masses
modales :
for i = 1:n
Mnorm(i)=V(:,i)'*M*V(:,i);
Vnorm(:,i)=1/sqrt(Mnorm(i)).*V(:,i);
P(i)=Vnorm(:,i)'*M*Y;
MassModal(i) = P(i)^2;
end

% calculer la somme des masses modales :


MassModalTot=sum(MassModal);
% calculer le pourcentage des masses modales par rapport à la
masse modale total et faire rejeter les modes propres qui ont un
pourcentage plus petit que 5% puis calculer le coefficient de
distribution coefdis, la pseudo-accélération pseudoacc, le
déplacement depla et la force de chaque degré de liberté des
modes sélectionnés :
coefdis = zeros(n,n);
pseudoacc = zeros(n,n);
depla = zeros(n,n);
Force = zeros(n,n);

54
pourcentage = zeros(n,1);
for i=1:n
pourcentage(i) = MassModal(i)/MassModalTot*100;
if(pourcentage(i)>5)
disp([i,pourcentage(i)]);
coefdis(:,i) = P(i)*Vnorm(:,i);
pseudoacc(:,i) = sdT(i) * coefdis(:,i);
depla(:,i) = 1000*pseudoacc(:,i)/D(i); %% mm
Force(:,i) = M*pseudoacc(:,i); %% KN
end
end

55

Vous aimerez peut-être aussi