Vous êtes sur la page 1sur 202

UNIVERSITE D’ANTANANARIVO

ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE

DEPARTEMENT BATIMENTS ET TRAVAUX PUBLICS

Mémoire de fin d’études en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur en Bâtiment et


Travaux Publics.

CONCEPTION D’UN ETABLISSEMENT


SCOLAIRE SIS A FARAVOHITRA

Présenté par :

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado

Sous la direction de :

ANDRIANARIMANANA Richard

Date de soutenance : 23 Janvier 2010

Promotion 2009
SOMMAIRE

REMERCIEMENT

LISTE DES TABLEAUX

LISTE DES FIGURES

LISTE DES ABREVIATIONS

LISTE DES NOTATIONS

INTRODUCTION

PREMIERE PARTIE : ETUDES PRELIMINAIRES

Chapitre 1 :Aperçu général

Chapitre 2 : Faisabilité du projet

Chapitre 3 : Conception architecturale

DEUXIEME PARTIE : ETUDES TECHNIQUES

Chapitre 1 : Etudes techniques préliminaires

Chapitre 2 : Effet du vent

Chapitre 3 : Descente des charges

Chapitre 4 : Calcul des éléments de la superstructure

Chapitre 5 : Etude de l’infrastructure

Chapitre 6 : Second œuvre

TROISIEME PARTIE : ETUDES FINANCIERES

Chapitre 1 :Evaluation financière du projet

Chapitre 2 :Analyse de la rentabilité du projet

CONCLUSION
BIBLIOGRAPHIE
ANNEXES
TABLES DES MATIERES

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page I


REMERCIEMENTS

Je tiens à exprimer ma profonde gratitude envers tous ceux qui ont, de près ou de loin,
contribué à la réalisation du présent mémoire.

Ma profonde reconnaissance s’adresse particulièrement à :

 Dieu tout puissant qui m’a comblé de grâce, d’amour de santé et de courage durant toute
ma formation.
 Monsieur RAMANANTSIZEHENA Pascal, Directeur de l’Ecole Supérieure polytechnique
d’Antananarivo ;
 Monsieur RABENATOANDRO Martin, Chef du département « Bâtiments et Travaux
Publics » ;
 MonsieurANDRIANARIMANANA Richard, enseignant chercheur à l’Ecole Supérieure
polytechnique d’Antananarivo, qui m’a dirigé tout au long de la réalisation de ce mémoire.
 Tous les membres du jury, qui ont bien voulu évaluer ce modeste projet.
 Tous les enseignants ainsi que les membres du personnel de l’Ecole Supérieur
Polytechnique d’Antananarivo.
 Mes parents, mon frère et ma sœur pour le soutien moral et financier, ainsi que la patience et
le sacrifice dont ils ont fait preuve durant toutes mes études.
 Tous mes amis pour leur présence et leur soutien.

Merci à tous !

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page II


LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1 : Extrait de l’effectif de la population dans la région d’Analamanga .............................................. 4


Tableau 2 : Taux de natalité et de fécondité ..................................................................................................... 6
Tableau 3 : Taux de mortalité ........................................................................................................................... 6
Tableau 4 : Taux d’accroissement naturel ........................................................................................................ 7
Tableau 5 : Nombre d’établissements scolaires publics ................................................................................... 8
Tableau 6 : Nombre d’établissements scolaires privés ..................................................................................... 9
Tableau 7 : Evolution des effectifs élèves (privés) ............................................................................................ 9
Tableau 8 : Evolution des effectifs élèves (public) .......................................................................................... 10
Tableau 9 : Evaluation des résultats aux examens (privés) ............................................................................ 10
Tableau 10 : Evaluation des résultats aux examens (publics) ........................................................................ 10
Tableau 11 : Valeur du coefficient C............................................................................................................... 28
Tableau 12 : Valeurs des actions statiques exercées par le vent normal ........................................................ 28
Tableau 13 : Valeurs des actions statiques exercées par le vent extrême ....................................................... 28
Tableau 14 : Valeur de β ............................................................................................................................... 29

Tableau 15 : Valeur de la vitesse critique Vcr .............................................................................................. 30


Tableau 16: Poids des matériaux .................................................................................................................... 31
Tableau 17 : Evaluation des charges permanentes ......................................................................................... 32
Tableau 18 : Valeurs des surcharges d’exploitation ....................................................................................... 33
Tableau 19: Descente des charges au droit du poteau G1 .............................................................................. 36
Tableau 20: Descente des charges au droit du poteau G2 .............................................................................. 38
Tableau 21 : Charges au niveau du portique de l’axe G ................................................................................ 40
Tableau 22 : Valeurs des moments pour chaque niveau ................................................................................. 42
Tableau 23 : Valeurs des efforts normaux Ni dues à l’effet du vent (valeurs en daN ..................................... 42
Tableau 24 : Charges totales au niveau des fondations pour le portique de l’axe G ..................................... 43
Tableau 25: Moments fléchissant et effort tranchant de la poutre à l’ELU .................................................... 47
Tableau 26: Moments fléchissant et effort tranchant de la poutre à l’ELS..................................................... 47
Tableau 27 : Résultat des calculs des armatures en travée des poutres ......................................................... 50
Tableau 28: Vérification des flèches ............................................................................................................... 51
Tableau 29: Vérification directe de la déformation au niveau de la poutre ................................................... 52
Tableau 30 : Résultat des calculs des armatures aux appuis des poutres....................................................... 52
Tableau 31 : Vérification au niveau des appuis de rive .................................................................................. 53
Tableau 32 : Vérification au niveau des appuis intermédiaires ...................................................................... 54
Tableau 33: Armatures réelles aux appuis intermédiaires.............................................................................. 54
Tableau 34 : Armatures en travées pour la poutre de l’axe 2 ......................................................................... 55
Tableau 35 : Armatures aux appuis pour la poutre de l’axe 2 ........................................................................ 55
Tableau 36: Espacement réel des armatures transversales ............................................................................ 56
Tableau 37: Valeurs des charges permanentes pour chaque élément............................................................. 58
Tableau 38 : Valeurs des surcharges d’exploitation ....................................................................................... 59
Tableau 39: Valeurs des charges sur chaque travée ....................................................................................... 59
Tableau 40 : Valeurs des charges à l’ELU ..................................................................................................... 60
Tableau 41 : Valeurs des charges à l’ELS ...................................................................................................... 60
Tableau 42 : Matrice des forces nodales......................................................................................................... 63

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page III


Tableau 43 : Matrice de déplacement ............................................................................................................. 63
Tableau 44: Matrice de rigidité....................................................................................................................... 64
Tableau 45: Moments aux appuis des poutres et poteaux à l’ELU ................................................................. 65
Tableau 46: Moments aux appuis des poutres et poteaux à l’ELS .................................................................. 66
Tableau 47: Moments fléchissant en travée et effort tranchant des poutres à l’ELU ..................................... 67
Tableau 48: Moments fléchissant en travée et effort tranchant des poutres à l’ELS ...................................... 67
Tableau 49: Résultat des calculs des armatures en travée des poutres .......................................................... 72
Tableau 50: Vérification des flèches ............................................................................................................... 72
Tableau 51 : Résultat des calculs des armatures aux appuis des poutres....................................................... 73
Tableau 52 : Vérification au niveau des appuis .............................................................................................. 74
Tableau 53: Sollicitation agissant sur le poteau D2 ........................................................................................ 75
Tableau 54 : Résultat des calculs des excentricités et de Mu .......................................................................... 76
Tableau 55 : Caractéristiques des sections des poteaux ................................................................................. 77
Tableau 56: Armatures longitudinales pour les sections partiellement comprimées ...................................... 78
Tableau 57: Vérification à l’ELS des sections partiellement comprimées ...................................................... 79
Tableau 58 : Vérification de la section entièrement comprimée ..................................................................... 80
Tableau 59 : Armatures transversales pour le poteau D4 ............................................................................... 81
Tableau 60: Moments maximaux aux appuis en ELU ..................................................................................... 85
Tableau 61: Moments maximaux aux appuis en ELS ...................................................................................... 85
Tableau 62: Moment maximal en travée JI en ELU ........................................................................................ 86
Tableau 63: Moment maximal en travée JI en ELS......................................................................................... 86
Tableau 64: Moment maximal en travée IH en ELU....................................................................................... 86
Tableau 65: Moment maximal en travée IH en ELS........................................................................................ 87
Tableau 66: Moment maximal en travée HG en ELU ..................................................................................... 87
Tableau 67: Moment maximal en travée HG en ELS ...................................................................................... 87
Tableau 68: Moment maximal en travée GF en ELU...................................................................................... 88
Tableau 69: Moment maximal en travée GF en ELS ...................................................................................... 88
Tableau 70: Moment maximal en travée FE en ELU .................................................................................. 88
Tableau 71: Moment maximal en travée FE en ELS ....................................................................................... 89
Tableau 72: Armatures longitudinales en travée du plancher ........................................................................ 90
Tableau 73: Vérification des flèches ............................................................................................................... 90
Tableau 74: Vérification directe de la déformation au niveau du plancher ................................................... 91
Tableau 75: Armatures longitudinales aux appuis du plancher ..................................................................... 91
Tableau 76: Vérification au niveau des appuis de rive ................................................................................... 92
Tableau 77: Vérification au niveau des appuis intermédiaires ....................................................................... 92
Tableau 78: Espacement réel des armatures transversales ............................................................................ 93
Tableau 79: Sollicitations au niveau des panneaux ........................................................................................ 96
Tableau 80: Vérification des conditions pour les dalles pleines ..................................................................... 97
Tableau 81: Section d’armatures en travée pour les dalles ............................................................................ 97
Tableau 82: Section d’armatures aux appuis pour les dalles ......................................................................... 98
Tableau 83 : Charges de l’escalier ................................................................................................................. 99
Tableau 84: Valeurs des sollicitations .......................................................................................................... 100
Tableau 85: Armatures longitudinales .......................................................................................................... 101
Tableau 86 : Armatures de répartition au droit de l’escalier ....................................................................... 101
Tableau 87: Calcul du débit de l’alimentation en eau .................................................................................. 107
Tableau 88: Calcul des diamètres de canalisations de l’alimentation en eau .............................................. 107
Tableau 89: Diamètres intérieurs des tuyaux de descente ............................................................................ 108

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page IV


Tableau 90: Valeur de l’éclairement nominal E selon les locaux ................................................................. 111
Tableau 91: Caractéristiques des lampes à incandescences ......................................................................... 111
Tableau 92 : Caractéristiques des tubes fluorescents ................................................................................... 112
Tableau 93: Devis descriptif.......................................................................................................................... 116
Tableau 94: Catégorie de frais...................................................................................................................... 124
Tableau 95: Sous détail des prix du béton armé ........................................................................................... 125
Tableau 96: Sous détail des prix du coffrage ................................................................................................ 126
Tableau 97: Sous détails des prix de ferraillage ........................................................................................... 127
Tableau 98: Bordereau Détail Estimatif ....................................................................................................... 128
Tableau 99: Récapitulation ........................................................................................................................... 133
Tableau 100: Recette annuelle ...................................................................................................................... 135
Tableau 101: Valeurs des bénéfices nets ....................................................................................................... 138
Tableau 102: Rentabilité du projet................................................................................................................ 139

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page V


LISTE DES FIGURES

Figure 1 : Vent normale à la grande face ....................................................................................................... 27


Figure 2 : Vent normale à la petite face .......................................................................................................... 27
Figure 3 : Schéma de calcul des charges verticales de l’axe G ...................................................................... 34
Figure 4: Vue en plan de l’axe G .................................................................................................................... 35
Figure 5: Schéma de calcul des charges horizontales .................................................................................... 41
Figure 6: Schéma de chargement au droit de la poutre .................................................................................. 45
Figure 7: Schémas de chargement du portique de l’axe G ............................................................................. 58
Figure 8: Diagramme des moments fléchissant a l’ELU ................................................................................ 68
Figure 9: Diagramme des moments fléchissant à l’ELS ................................................................................. 69
Figure 10: Diagramme des efforts tranchant a l’ELU .................................................................................... 70
Figure 11 : Diagramme des efforts tranchant a l’ELS .................................................................................... 71
Figure 12 : Coupe du plancher à corps creux................................................................................................. 82
Figure 13: Modélisation d’escalier à l’horizontal ........................................................................................ 100
Figure 14: Schéma de la semelle................................................................................................................... 104

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page VI


LISTE DES ABREVIATIONS

% Pourcentage
Ar Ariary
BA Béton Armé
BAEL Béton Armé aux Etats Limites
CISCO Circonscription Scolaire
daN déca Newton
DRCI Durée de Récupération du Capital Investi
DTU Document Technique Unifié
ELS Etats Limites de Service
ELU Etats Limites Ultimes
EP Eaux pluviales
EU Eaux Usées
EV Eaux Vannes
JIRAMA JirosyRano Malagasy
Kg Kilogramme
RDC Rez de Chaussée
RGPH Recensement Général de la Population et de l'Habitat
TVA Taxe sur la Valeur Ajoutée
VAN Valeur Actuelle Nette

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page VII


LISTE DES NOTATIONS

d Hauteur utile d'une section


d' Distance des acier comprimés à la fibre du béton la plus comprimé
e Excentricité
e0 Excentricité par rapport au centre de gravité du béton seul ou excentricité structurale ;
e1 Excentricité du premier ordre
e2 Excentricité du second ordre ;
ea Excentricité additionnelle
fbc Contrainte de compression du béton
fbu Résistance de calcul du béton en compression
fc28 Résistance caractéristique du béton à la compression à 28 jours
fcj Résistance du béton à la compression à j jour d'âge
fe Limite d'élasticité de l'acier
ft28 Résistance conventionnelle à la traction du béton
h Hauteur total d'une section
h0 Hauteur d'une table de compression
i Rayon de giration ;
I Longueur du travée
l' Portée fictive d'une travée (méthode de Caquot)
l0 Longueur de flambement
lf Longueur de flambement
lr longueur de recouvrement
ls Longueur de scellement droit
pser Charge à l'ELS
pu Charge à l'ELU
A Plus petite dimension d'une section transversale ;
A' Section d'acier comprimé
Amin Section d'acier minimale
As Armatures supérieures
Aser Section d'acier pour l'état limite de service
At Section d'un cours d'armatures transversales
Au Section d'acier à l'état limite ultime
B Aire du béton ;
B0 Section homogène totale ;
Br Section réduite d'un poteau ;
Es Module d'élasticité de l'acier ;
G Action permanente

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page VIII


I Moment d'inertie
M Moment fléchissant
M0 Moment fléchissant de travée de référence
Mlu Moment fléchissant limite
Mrb Moment résistant du béton
Mser Moment fléchissant à l'ELS
Mt Moment fléchissant en travée
Mtser Moment de référence d'une section en T à l'E.L.S ;
Mtu Moment de référence d'une section en T à l'E.L.U ;
Mu Moment fléchissant à l'ELU
Nser Effort normal de service
Nu Effort normale ultime
Q Charge d'exploitation variable
St Espacement des cours d'armatures transversale
V Effort tranchant
Vu Effort tranchant à l'E.L.U ;
Zb Bras de levier de l'effort de compression du béton
Β Coefficient de flambement du béton
γ Rapport du moment ultime au moment de service
γb Coefficient partiel de sécurité pour le béton
γs Coefficient partiel de sécurité pour les aciers
θ Coefficient prenant en compte la durée d'application des charges
λ Elancement géométrique
µ Coefficient de frottement acier/béton
µbu Moment fléchissant agissant réduit
µlu Moment fléchissant limite réduit à l'ELU
σbc Contrainte de compression du béton
σ bc Contrainte de compression admissible
σs Contrainte de traction de l'acier
σs Contrainte de traction admissible
τlim Contrainte tangente limite ;
τs Contrainte d'adhérence moyenne
τu Contrainte tangente conventionnelle

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page IX


Mémoire de fin d’étude 2009

INTRODUCTION

Je suis totalement persuadé que l’avenir de notre pays dépend pour une part très importante
de la qualité de l’éducation donnée actuellement à nos enfants. En effet, ces enfants qui fréquentent
aujourd’hui nos écoles deviendront d’ici quelques années des citoyens qui occuperont des places
déterminantes dans la nation. Ce sont eux qui prendront en main la relève dans la gestion des
affaires de notre pays car ceux qui s’en occupent actuellement ne tarderont plus à partir à la retraite.

Cependant le nombre de ces enfants ne cesse pas d’augmenter. Et au fil du temps, celui des
établissements scolaires publics et privés qui assurent leur scolarisation devient de moins en moins
suffisant.

Tout cela justifie la nécessité de créer un établissement scolaire plus approprié qui remplirait
les conditions requises dans les normes qui s’y imposent. D’où notre thème :

« CONCEPTION D’UN ETABLISSEMENT SCOLAIRE SIS A FARAVOHITRA ».

Pour mener à bon terme cette étude, le présent mémoire va être divisé en quatre grandes
parties qui sont :

 Les études préliminaires ;


 Les études architecturales ;
 Les études techniques ;
 La détermination du coût du projet.

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 1


Mémoire de fin d’étude 2009

PARTIE 1 :ETUDES PRELIMINAIRES

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 2


Mémoire de fin d’étude 2009

CHAPITRE 1 : APERCU GENERAL

1.1 Historique de la région Analamanga


Séparé de l’Afrique il y a 165 millions d’années, Madagascar a gardé la terre rouge, et
il a hérité les rizières de l’Asie d’où est venue la plupart de sa population.
Jadis appelé « Analamanga » ou aux « belles forets », berceau de l’histoire malgache,
« Antananarivo » ou « la cité des milles » fut fondée par le roi Merina Andrianjaka (1610-
1630) qui soumit les Vazimba, peuples considérés comme premier occupant de la grande Ile.
Le roi installa une garnison de mille hommes pour la déJInse de la région, d’où l’origine du
nom Antananarivo, et fonda son palais sur la région des hautes collines.

La cité bénéficiait déjà de quelques aménagements comme celui de la plaine rizicole


de Betsimitatatra grâce au roi Andrianampoinimerina qui posta également une garnison de
mille hommes.

Depuis 1918, la capitale a fait l’objet de diverses études d’urbanisme qui n’ont jamais
constitué de véritables outils pour la maitrise du développement urbain.

1.2 Environnement physique

1.2.1 Géographie
Antananarivo, la capitale de la grande Ile, est située au cœur de l’Imerina sur les
hautes terres centrales constituées par un socle cristallin, dans une immense plaine alluviale.
Elle est hissée à 1250m d’altitude et est entourée de toute part par les douze (12) collines.
La Commune d’Antananarivo Avaradrano est située au Nord et à l’Est de la Commune
Urbaine d’Antananarivo.

1.2.2 Climatologie
A 1250m d’altitude, Antananarivo jouit d’un climat tropical qui est caractérisé par
deux (02) saisons nettement distinctes qui sont :
 La saison chaude et pluvieuse de Novembre à Avril ;
 La saison froide et sèche d’Avril à Octobre.

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 3


Mémoire de fin d’étude 2009

Antananarivo a une température moyenne de 20oC avec une pluviométrie annuelle de


1340 mm sur 135 jours et une direction de vent du Nord à l’Ouest.

1.3 Démographie et population

1.3.1 Effectif et évolution


Selon le Recensement Général de la Population et des Habitats effectué en 1993
(RGPH 93), pour la Région d’Analamanga, nous avons les effectifs par district suivant :

Tableau 1 : Extrait de l’effectif de la population dans la région d’Analamanga

Superficie
Sous-préfecture Population Pourcentage Densité
[Km2]
Antananarivo Renivohitra 710236 0,3 107 6638
Antananarivo Atsimondrano 229597 0,1 379 606
Antananarivo Avaradrano 163471 0,07 545 300
Ambatolampy 169447 0,07 1632 104
Andramasina 109444 0,05 1416 77
Anjozorobe 114312 0,05 4292 27
Manjakandriana 159406 0,07 1718 93
Ambohidratrimo 185146 0,08 1418 131
Ankazobe 87315 0,04 7574 12
Total Imerina central 1928374 0,81 19081 101
Arivonimamo 204601 0,09 2025 101
Miarinarivo 142462 0,06 2634 54
Soavinandriana 115 733 0,05 1 907 61
Total Itasy 462796 0,19 6566 70
Ensemble Region 2 391 170 1 25647 93
Source RGPH 93

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 4


Mémoire de fin d’étude 2009

D’après ce tableau, on remarque une densité globale de 93[hab/km2], soit presque


quatre fois supérieure à la moyenne nationale qui est de 22 [hab/km2], on peut ainsi noter
l’inégale répartition de la population entre les milieux de résidence et les limites
administratives, et on peut remarquer la forte concentration de la population à Antananarivo
Renivohitra, soit de 30% de l’ensemble.

Ainsi, cette inégalité et cette forte concentration sont dues aux phénomènes
d’urbanisation, qui attire la population des autres districts, et à l’insécurité en zone rurale.

Pour cela, on remarque presque dans toute l’Ile, la tendance d’urbanisation qui est
aussi marquée dans la région d’Analamanga en particulier la Commune SabotsyNamehana
qui est une Commune plus proche de la ville d’Antananarivo.

La population dans cette commune s’évolue progressivement avec un taux


d’accroissement annuel environ de 2,23% pour la période comptée de 1997 à 2001.

1.3.2 Croissance démographique


La croissance démographique dépend du taux de natalité et du taux de mortalité.

1.3.2.1 Natalité
Le taux moyen de natalité pour Madagascar étant de 43,3‰ selon l’enquête nationale
démographique et sanitaire en 1992, le taux de natalité dans l’ensemble de la Région est
relativement faible par rapport à cette moyenne nationale. Cette faiblesse du taux de natalité
peut s’expliquer par le temps assez long pris par les JImmes notamment dans la capitale pour
avoir son premier enfant.

Pour la région d’Analamanga, on observe un taux de natalité assez faible.

Selon le RGPH 93, le taux de natalité de la Commune d’Antananarivo Avaradrano est


résumé dans le tableau ci-après :

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 5


Mémoire de fin d’étude 2009

Tableau 2 : Taux de natalité et de fécondité

Sous-préfecture Population Femme de15 Naissance des 12 Taux de Taux de


totale à 45 ans derniers mois fécondité[‰] natalité [‰]
Anta/rivoAvaradrano 163 471 40 942 5 340 130,4 32,7
Ambatolampy 169 447 36 585 6 650 181,8 39,2
Andramasina 109 444 23 799 4 179 175,6 38,2
Anjozorobe 114 312 25 601 4 864 190,0 42,6
Manjakandriana 159 406 35 238 5 380 152,7 33,8
Ambohidratrimo 185 146 45 840 6 330 138,1 34,2
Ankazobe 87 315 19 663 3 839 195,2 44,0
Arivonimamo 204 601 45 359 7 868 173,5 38,5
Miarinarivo 142 462 31 890 5 767 180,8 40,5
Soavinandriana 115 733 25 283 4 748 187,8 41,0
Ensemble région 2 391 170 597 072 81 552 136,6 34,1
Source : RGPH 93

1.3.2.2 Mortalité
Pour la région d’Analamanga, on observe un taux de mortalité de 5,4‰ et en
particulier dans la Commune d’Antananarivo Avaradrano, on a observé l’assez faible taux qui
est de 5,2‰ qui est largement inférieur au taux de mortalité moyen national qui est de
15,5‰.

Tableau 3 : Taux de mortalité

Population Décès 12 derniers


Sous- préfecture Taux de mortalité [‰]
totale mois

Antananarivo Avaradrano 163 471 854 5,2


Ambatolampy 169 447 890 5,3
Andramasina 109 444 573 5,2
Anjozorobe 114 312 887 7,8
Manjakandriana 159 406 1 046 6,6
Ambohidratrimo 185 146 992 5,4
Ankazobe 87 315 612 7,0
Arivonimamo 204 601 1 084 5,3
Miarinarivo 142 462 930 6,5
Soavinandriana 115 733 889 7,7
Ensemble région 2 391 170 12 988 5,4
Source : RGPH 1993

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 6


Mémoire de fin d’étude 2009

1.3.2.3 Taux d’accroissement naturel


La population de la Région connait un taux d’accroissement naturel moyen de 28,7‰.
Le taux le plus faible est enregistré dans les sous- préfectures de Manjakandriana (20,9‰) et
d’Antananarivo Renivohitra (21,9‰) et le taux le plus élevé revient à la sous- préfecture
d’Anjozorobe (33,8‰).

Des taux de natalité et de mortalité, on peut déduire le taux d’accroissement naturel.

Tableau 4 : Taux d’accroissement naturel

Sous- préJIcture Taux de Taux de mortalité Taux d'accroissement


natalité[ ‰] [‰] naturel [‰]
Antananarivo Renivohitra 26,3 4,4 21,9
Antananarivo 34,4 4,7 29,8
Antananarivo Avaradrano 32,7 5,2 27,4
Ambatolampy 39,2 5,3 34,0
Andramasina 38,2 5,2 32,9
Anjozorobe 42,6 7,8 34,8
Manjakandriana 33,8 6,6 27,2
Ambohidratrimo 34,2 5,4 28,8
Ankazobe 44,0 7,0 37,0
Arivonimamo 38,5 5,3 33,2
Miarinarivo 40,5 6,5 34,0
Soavinandriana 41,0 7,7 33,3
Ensemble région 34,1 5,4 28,7
Source : RGPH 1993

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 7


Mémoire de fin d’étude 2009

CHAPITRE 2 : FAISABILITE DU PROJET

Comme étant la première grande ville de Madagascar, Antananarivo est la capitale


administrative, politique et économique de la grande Ile.

Le district d’Antananarivo Avaradrano fait partie de la Région Analamanga, la


situation est presque en générale la même.

2.1 Etablissements scolaires


La Région est dotée de 3 969 établissements scolaires publics et privés tous niveaux
confondus dans l’enseignement général à part l’enseignement supérieur. Ces établissements se
répartissent dans l’ensemble de la région à raison de 331 établissements par sous-préJIcture et
22 par commune en moyenne. 82 % de ces infrastructures sont destinées à l’enseignement
primaire et 14% à l’enseignement secondaire niveau II. On compte par ailleurs en moyenne
12 Lycées ou enseignements secondaire niveau II par sous-préJIcture mais la répartition est
très dispersée.

Tableau 5 : Nombre d’établissements scolaires publics

Sous-préfectures Nombre d’EPP Nombre CEG Nombre Lycées Total


Antananarivo Renivohitra 89 14 6 109
Antananarivo Atsimondrano 129 15 2 146
Antananarivo Avaradrano 153 16 1 170
Ambatolampy 124 12 1 137
Andramasina 91 7 1 99
Anjozorobe 211 12 2 225
Manjakandriana 233 22 3 258
Ambohidratrimo 175 14 2 191
Ankazobe 115 6 1 122
Total Imerina Central 1 320 118 19 1 457
Source : DIRESEB 2001 –2002

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 8


Mémoire de fin d’étude 2009

Tableau 6 : Nombre d’établissements scolaires privés

Sous-préfectures Nombre d’EPP Nombre CEG Nombre Lycées Total


Antananarivo Renivohitra 328 155 71 554
Antananarivo Atsimondrano 169 75 22 266
Antananarivo Avaradrano 128 37 9 174
Ambatolampy 97 10 3 110
Andramasina 110 15 4 129
Anjozorobe 46 7 1 54
Manjakandriana 61 15 2 78
Ambohidratrimo 145 46 15 206
Ankazobe 74 5 0 79
Total Imerina Central 1 158 365 127 1 650
Source : DIRESEB 2001 –2002

La superficie d’Antananarivo Avaradrano est 536km2 et la superficie d’Antananarivo


Renivohitra est 72km2. Mais d’après les tableaux ci-dessus, on remarque que le nombre du
lyçée dans le Fivondronana Antananarivo Avaradrano est moins élevés que le nombre du
lyçée dans le Fivondronana Antananarivo Renivohitra.

Cela signifie que les lycées sont en nombre nettement insuffisant dans les zones
périphérique comme c’est le cas pour la sous-préfecture d’Antananarivo Avaradrano. Alors la
plupart des enfants qui résident dans ces localités sont obligés de se rendre dans la commune
d’Antananarivo Renivohitra pour continuer leurs études.

2.2 Evolution des trois dernières années scolaires


Tableau 7 : Evolution des effectifs élèves (privés)

2006-2007 2007-2008 2008-2009


Niveau 1 54934 56667 57963
Niveau 2 20401 21690 22836
Niveau 3 3525 4043 4379
TOTAL 78860 82400 93683
Source : CISCO AVARADRANO 2008-2009

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 9


Mémoire de fin d’étude 2009

Tableau 8 : Evolution des effectifs élèves (public)

2006-2007 2007-2008 2008-2009


Niveau 1 29514 30318 31211
Niveau 2 10490 11020 11143
Niveau 3 768 1019 1156
TOTAL 40772 42357 43599
Source : CISCO AVARADRANO 2008-2009

Tableau 9 : Evaluation des résultats aux examens (privés)

2006-2007 2007-2008 2008-2009


CEPE [%] 83,20 73,50 72,63
BEPC [%] 51,40 43,90 47,50
BACC [%] 41,20 48,40 49,30
Source : CISCO AVARADRANO 2008-2009

Tableau 10 : Evaluation des résultats aux examens (publics)

2006-2007 2007-2008 2008-2009


CEPE [%] 74,90 64,73 64,20
BEPC [%] 49,40 45,32 51,00
BACC [%] 53,80 60,52 49,40
Source : CISCO AVARADRANO 2008-2009

D’après les tableaux ci – dessus, l’effectif des élèves ne cessent d’augmenter mais le nombre
des établissements scolaires est moins suffisant.

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 10


Mémoire de fin d’étude 2009

CHAPITRE 3 : CONCEPTION ARCHITECTURALE

1.1 Description du projet


Notre projet se trouve à Faravohitra dans la commune de SabotsyNamehana. Il se situe
à 100 m de la RN 3. Le projet à réaliser est de construire un établissement scolaire du niveau
III avec, un terrain de sport au milieu de la cours et un balcon pour la circulation des
proJIsseurs et des étudiants. Les bâtiments présenteront trois niveaux.

Il sera construit en trois niveaux comprenant le rez-de-chaussée qui servira des salles
de classe, de local technique, de bureau du Directeur, Surveillant et Secrétaire. Le premier
étage servira de bibliothèques, de médiathèques, de laboratoire, de salles de classe. Le
deuxième et troisième étage servira de salles de classe.

Le bâtiment à construire occupera environ 727,44m2 de surface au sol.

Le bâtiment peut accueillir 578 élèves.

1.2 Confort dans le bâtiment


Il s’agit de la prise en considération du choix de matériaux et la forme, la réalisation des
façades entourant le bâtiment afin que les occupants puissent y vivre sans contraintes et
mettre en sécurité leur état de santé. Pour cela, certaines exigences doivent être tenues en
compte :

 Les exigences thermiques ;


 Les exigences acoustiques ;
 Les exigences d’éclairages ;
 Les exigences de sécurité.

1.2.1 Les exigences thermiques


L’épaisseur des parois a une grande influence sur les échanges thermiques entre
l’extérieur et l’intérieur habitable. Certes la transmission de chaleur est favorisée facilement
pour les parois pleines et compactes. Les apports solaires importants risquent de créer les
conditions d’inconfort.

L’influence de l’humidité c'est-à-dire l’eau de pluie, la remonté capillaire et les eaux


de condensation provoquent généralement la moisissure dans le bâtiment. Pour éviter la

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 11


Mémoire de fin d’étude 2009

es types d’eau à l’intérieur de l’immeuble, il faut assurer l’étanchéité au niveau de la peinture


et du revêtement des murs.

En plus, l’étanchéité de terrasse doit être bien assurée par emploi des matériaux
étanches pour empêcher l’infiltration des eaux pluviales.

1.2.2 Les exigences acoustiques


Dans un bâtiment, les bruits provenant des différents endroits produisent des
nuisances, en prenant comme exemple la difficulté de communication.

Selon la nature et les caractéristiques des matériaux utilisés, ainsi que la masse des
éléments de constructions, la fréquence et l’intensité des bruits peuvent être atténuées par :

 Le choix des murs en briques pleines d’épaisseur 22cm ;


 Le plancher sera en corps creux pour assurer l’isolation phonique ;
 En ce qui concerne les bruits de vibration des tuyaux de descente, ils peuvent être
absorbés par le bon encastrement des colliers aux murs.

1.2.3 Exigences d’éclairage


Une bonne solution d'éclairage doit, en tenant compte de l'économie, satisfaire à des
exigences fonctionnelles et ergonomiques. S'ajoutent à ces critères quantitatifs des critères
qualitatifs, avant tout architectoniques.

Le niveau d'éclairement est la valeur moyenne exigée pour les lieux d’étude entre 300
lux et 750 lux. Pour un même éclairement général, un niveau d'éclairement supérieur peut être
atteint par un éclairement supplémentaire du poste de travail.

1.2.4 Les exigences de sécurité


Elles sont garanties par :

 La sécurité contre l’incendie ;


 Pour la sécurité des structures, nous avons un joint de dilatation tous les 25 m ;

 Sécurité des personnes par l’utilisation des prises de terre ;


 Eventuellement des escaliers de secours.

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 12


Mémoire de fin d’étude 2009

1.3 Description de l’immeuble


Les normes que nous allons utiliser pour la conception architecturale du projet sont les
normes prescris du NEUJIRT.

1.3.1 Au niveau du rez-de-chaussée


Le rez de chaussée comprend :

 5 salles de classe : 50,75m2 ;


 Bureau du directeur, du surveillant et du secrétaire ;
 Infirmerie : 11,83 m2 ;
 Local technique : 11,83m2.

La hauteur sous – plafond est de 3m.

1.3.2 Au premier étage


Le premier étage comprend :

 Médiathèques : 74,14m2 ;
 3 salles de classe : 50,75m2 ;
 Laboratoire : 76,50m2 ;
 Bibliothèques : 74,14m2.

1.3.3 Au deuxième étage et troisième étage


La deuxième étage et le troisième étage comprend :

 3 salles de classe : 50,75m2 ;


 Une salle de classe : 76,50m2 ;
 2 salles de classe : 74,14m2.

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 13


Mémoire de fin d’étude 2009

PARTIE 2 :ETUDES TECHNIQUES

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 14


Mémoire de fin d’étude 2009

CHAPITRE 1. ETUDES TECHNIQUES PRELIMINAIRES

1.1 Matériaux de construction

1.1.1 Généralités
Les prescriptions techniques fixant la norme à respecter pour les Travaux de Bâtiment
à Madagascar (TBM), conformément aux spécifications du cahier de prescription Commune,
nous adoptons les matériaux de construction à utiliser pour ce projet. Les calculs du béton
seront suivant les règles de calcul Béton Armé aux Etats limites ou BAEL 91 modifié 99.

1.1.2 Qualités des matériaux

1.1.2.1 Le sable
Le sable utilisé sera du sable de rivière, prompt, exempt de matières organiques ou
végétales et ne pas contenir d’argile ni d’éléments terreux. Il ne devra pas renJIrmer des
grains dont la dimension dépasserait les limites ci-après :

 Sable pour maçonnerie, enduit et ragréage : 0/3 mm ;


 Sable pour béton armé : 0/5 mm ;
 Sable pour béton non armé : 0/8 mm ;
 Pour toutes ces catégories de sables, le pourcentage de fine doit être inférieur à 5%.

1.1.2.2 les graviers


Les graviers proviennent de préférence de concassage de basalte ou de granit extrait
des carrières. Afin de permettre le respect des résistances contractuelles des bétons, ils ne
devront pas être altérés par l’action de l’eau, des liants ou de l’air.

1.1.2.3 Eau de gâchage


L’eau utilisée pour la fabrication des mortiers et bétons devra être propre, exempte de
matières organiques, de produits chimiques notamment le sulfate et le chlorure. Sa
température moyenne doit être comprise entre 15 et 25°C. Elle sert à :

 L’hydratation du liant et au mouillage des granulats ;


 La plasticité requise du béton pour sa mise en œuvre.

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 15


Mémoire de fin d’étude 2009

1.1.2.4 Le ciment
C’est l’un des éléments les plus essentiels à la construction, utilisé pour lier les
éléments constitutifs de béton. Ce constituant devrait assurer l’homogénéisation du béton, en
vue d’atteindre la résistance nécessaire.

Alors, le ciment à utiliser sera de type Holcim CEM I 42,5; il sera livré en sacs
d’origine ; le ciment ré ensaché étant exclu.

Le ciment sur le site sera stocké dans les locaux bien abrités du soleil et de l’humidité.

1.1.2.5 Aciers
Pour tous diamètres des aciers à utiliser, les plus souvent utilisés sont les hautes
adhérences JI E400 qui signifie que la limite d’élasticité garantie est de 400 Mpa.

Les calculs relatifs aux aciers seront rattachés au milieu courant, permettant d’utiliser
le coefficient de sécurité γs = 1.15 et de fixer l’enrobage du béton à 2,5 cm. Le soudage de
barre est interdit. Toute barre présentant un défaut d’homogénéité apparent sera refusée.

1.1.2.6 Béton
Le béton est défini par la valeur de sa résistance à la compression à l’âge de 28 jours.
Cette valeur est notée f c28 . Elle se mesure par compression axiale de cylindres de béton dont
la hauteur est double du diamètre ( φ= 15,96cm). La section est de 200cm2. La valeur de cette

résistance est f c28 = 25 MPa.

Le béton sera dosé à 350 kg/m3 de CEM par mètre cube de béton. Sa masse volumique
est de 2500 kg/ m3 ou 2.5T/ m3.

La résistance caractéristique à la traction du béton à j jours d’âge, notée f t28 est définie
par la relation :

f t28 = 0,6 + 0,06 f c28

Soit ft28 = 2,1 MPa

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 16


Mémoire de fin d’étude 2009

Selon l’article A.2.1.2 du BAEL 91 révisé 99, pour des contraintes normales d’une
durée d’application inférieure à 24 heures, le module de déformation longitudinale instantanée
1
du béton Eij= 11000. f cj3 avec fcj en MPa

Cette règle revient à considérer un module de déformation différée Evj à j jour, qui
permet de calculer la déformation finale du béton (déformation instantanée augmentée du
fluage).

1
Evj = 3700. f cj3 avec fcj en MPa

La résistance de calcul du béton est donnée par la formule ci-après :

0,85 fc28
fbc =
θγb

θ est un coefficient égale à :

 0,85 si la durée d’application des charges t < 1heure ;


 0,9 si 1h < t < 24h ;
 1 si t > 24 h.

Prenons θ = 1

γ b est un autre coefficient égale à :

 1,15 pour des combinaisons accidentelles ;


 1,5 pour des combinaisons fondamentales.

Prenons γ b = 1,5

Soit fbc = 14,17 MPa

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 17


Mémoire de fin d’étude 2009

1.1.2.7 Le bois
Les qualités requises pour les bois à utiliser sont :

 bois dur du pays ;


 bois ayant un degré d’humidité compris entre 13 à 17 % ;
 bois bien raboté.

1.2 Notion de BAEL

1.2.1 La règle du BAEL


Les ouvrages et construction en béton armé, doivent être conçus en respectant les
normes et les Documents Techniques Unifiés (DTU), ainsi que les règles techniques de
conception de calcul des ouvrages et construction en béton armé suivant la méthode des états
limites.

1.2.2 Notion d’état limite


Un état limite est celui pour lequel une condition requise d’une construction est
strictement satisfaite. Au-delà du seuil d’état limite une structure cesse de remplir les
fonctions ou ne satisfait plus aux conditions pour lesquelles elle a été conçue.

1.2.2.1 Les Etats – Limites Ultimes (ELU)


Ils sont relatifs à la stabilité ou à la capacité portante :

 Equilibre statique de la construction : pas de renversement


 Resistance de chacun des matériaux : pas de rupture
 Stabilité de forme : pas de flambement

Combinaison de base des actions à l’ELU : cas des bâtiments courants soumis aux actions
permanentes et variables : 1,35G + 1,5Q

1.2.2.2 les Etats – Limites de Services (ELS)


Ils sont relatifs surtout aux conditions d’exploitation :

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 18


Mémoire de fin d’étude 2009

 Etat – limite de déformation : flèche ;


 Etat – limite de compression du béton ou de traction des aciers ;
 Etat – limite d’ouverture des fissures pour la sécurité des ouvrages.

Combinaison de base des actions à l’ELS : cas des bâtiments courants soumis aux actions
permanentes et variables : G + Q.

1.3 Pré dimensionnement des ouvrages

1.3.1 Poutres
Les poutres ont des sections rectangulaires, sa hauteur totale h varie entre :

L L
≤h≤
15 10

Nous avons deux portées de poutre à savoir suivant le sens longitudinale qui est de
3,625 m de longueur et celui du sens transversale qui est de 7,50 m de longueur.

Sens longitudinale : 25 cm ≤ h ≤ 37,50 cm

Sens transversale : 50,00 cm ≤ h ≤ 75,00 cm

On prend h = 50 cm pour les deux portées.

La valeur de la base peut être tirée par l’inégalité suivante: 0.3d ≤ b ≤ 0.4d avec d =
0,9h

Nous avons 13,5 cm ≤ b ≤ 18 cm.

Pour que la largeur de la poutre soit proportionnelle à l’épaisseur du mur, on prend b =


22cm pour toutes les poutres et la section devient alors 22cm x 50cm.

1.3.2 Planchers
Dans ce projet, nous choisissons le plancher à corps creux en béton à nervures coulées
sur place parce que la masse joue essentiellement l’isolation phonique.

La hauteur du plancher est donnée par la formule suivante :

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 19


Mémoire de fin d’étude 2009

1 1
≤h≤
25 20

l : la largeur du plancher

Pour l = 3,625 m, on a 14,5 ≤ h ≤ 18,13

Prenons h = 16cm

Avec :

12 cm : épaisseur du hourdis

4 cm : épaisseur de la dalle de compression.

1.3.3 Poteaux
lf
Les poteaux doivent remplir la condition de non flambement < 14,4 pour une
a

section rectangulaire, où l f est la longueur de flambement du poteau.

l f = 0,7l 0 : le poteau est encastré à ses extrémités.

l 0 : la longueur libre du poteau.

l f 2,22
a = 0,22m et l 0 = 3,17m donc l f = 0,7l 0 = 0,7 x 3,17 = 2,22m et < = 10,09 < 14,4
a 0,22

Par conséquent, la condition de non flambement est vérifiée.

Pour le pré dimensionnement du poteau, supposons que les poteaux travaillent en


compression simple centrée et que l’effort normal N est repris uniquement par le béton. Nous
avons considéré que la largeur des poteaux rectangulaires est égale à l’épaisseur du mur sans
enduit.

La section du poteau sera déterminée par la relation :

N
B = ab ≥ (1) où N = n .q . S
0,9 σ b

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 20


Mémoire de fin d’étude 2009

Avec :

 a : plus petite dimension de la section ;


a = 22cm
 b = la grande dimension à déterminer ;
 σb : contrainte de compression du béton égale à 14,2MPa ;
 n : nombre du niveau supporté par le poteau égale à 3;
 q : charge supportée par le plancher d’étage comprise entre 1T/m2 et 1,5T/m2 ;
 S : surface d’impact d’un niveau.

La relation devient :

N
b≥
0,9aσ b

Ici nous prendrons q = 1,25 T/m2, S = 17,68m2

Donc N = 3 x 1,25 x 17,68 = 66,3 T

Alors b ≥ 23,58cm

Prenons une section 660 cm2. Soit 22cm x 30cm.

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 21


Mémoire de fin d’étude 2009

CHAPITRE 2 : EFFET DU VENT

Le vent fait partie des surcharges climatiques dans une construction dont les effets
peuvent être dévastateurs pour cette dernière. L’action du vent est calculée à l’aide du DTU
06-006 (règlement Neige et Vent 65 révisé).

2.1 Définitions et principes généraux

2.1.1 Direction du vent


Pour le calcul de la construction, la direction d’ensemble moyenne du vent sera
supposée horizontale.

2.1.2 Exposition des surfaces


On distingue :
Les surfaces au vent : ce sont celles éclairées par une source lumineuse dont le faisceau a pour
direction celle du vent,
Les surfaces sous le vent : ce sont celles qui sont dans l’ombre,
Le maître couple : c’est la projection de la construction sur un plan perpendiculaire au vent.

2.1.3 Principes de calcul


Le vent exerce sur les parois des poussées que l’on désigne :

Q e = action extérieure ( Q e = Ce x q bc )

Qi = action intérieure ( Qi = Ci x q bc )

Dans ces expressions Ce et Ci sont des coefficients de pression dépendant de la

géométrie du bâtiment et q bc est la pression dynamique de base corrigée.

Ces coefficients dépendent d’un coefficient γ o lu sur l’abaque R-II-2 qui est fonction

H H
des rapports « λa = » et « λb = ».
a b

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 22


Mémoire de fin d’étude 2009

Avec :

a = 30,25 m

b = 24,95 m

H = 13,64 m

λa : Vent normale à la grande face

λb : Vent normale à la petite face

λa = 0,46 et λb = 0,54 donnent respectivement γ o = 1

2.2 Pression dynamique de base


La pression dynamique de base est la pression qui s’exerce à une hauteur de 10m au-
dessus du sol pour un site normal, sans effet de masque, sur un élément dont la plus grande
dimension est de 0.50m.

Dans les calculs, il faut considérer le vent normal et le vent extrême.


La pression dynamique de base est donnée en fonction de la vitesse (en m/s) du vent
par la formule de BERNOULLI :

V2
q=
16,3
Où V est la vitesse du vent.
Etant donné que le bâtiment se trouve à Antananarivo (zones des hauts plateaux), les
pressions dynamiques de base à prendre en compte, selon l’article N°04 circulaire N°010
MTP/DGE/DAUGH-88 du 05 Février 1988 publié par le Ministère des Travaux Publics,
sont :

 Vent normal : q b = 50 [daN/m2]

 Vent extrême : q b = 87,5 [daN/m2]

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 23


Mémoire de fin d’étude 2009

2.3 Pression dynamique de base corrigée


Les pressions dynamiques de base corrigées sont données par la formule suivante :

q bc = q b . k s . k m . k h . δ

Avec :

q b : pression dynamique de base

ks : coefficient relatif à l’effet de site

k h : coefficient relatif à l’effet de la hauteur


k m : coefficient relatif à l’effet de masque
δ : coefficient relatif à l’effet de dimension

2.3.1 Effet de site


Il faut tenir compte de la nature du site d’implantation de la construction :

 ks = 0.8 pour le site protégé ;

 ks = 1 pour le site normal ;

 ks = 1.2 pour le site exposé.

Prenons une valeur relative à un site normale : ks = 1

2.3.2 Effet de la hauteur

qH H + 18
kh = = 2,5
q10 H + 60
Avec :
qH : Pression dynamique à la hauteur H
q 10 : Pression dynamique à une hauteur de 10m

Dans notre cas H = 13,64 m donc k h = 1,11

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 24


Mémoire de fin d’étude 2009

2.3.3 Effet de masque

Supposons que notre bâtiment ne soit pas masqué, alors k m = 1

2.3.4 Effet de dimension


C’est un coefficient qui réduit les pressions dynamiques de base. Il dépend de la plus
grande dimension offerte au vent et de la hauteur au-dessus du sol de l’élément considéré.

Dans notre cas, on a :


Hauteur du bâtiment : 13,64 m < 30m

Longueur du maître couple : 24,95m


Selon l’abaque R-II-4, on a : δ = 0,754
Finalement, nous avons les pressions dynamiques corrigées suivantes :

 Vent normal : q bc = 41,85 daN/m2

 Vent extrême : q bc = 73,23 daN/m2

La totalité des réductions des pressions dynamiques de base ne doit pas dépasser de 33%,
et avec les valeurs réduites, la pression dynamique corrigée ne doit jamais descendre au-
dessous de 30 daN/m2 pour le vent normal et 52 daN/m2 pour le vent extrême. Les nouvelles
valeurs obtenues conviennent alors aux règles NV 65.

2.4 Actions statiques exercées par le vent


Les actions extérieures ( Q e = Ce q) uniformément réparties et normales aux façades
concernées se concrétisent par :
 une pression : sur la face au vent ;
 une dépression : sur la face sous le vent et sur toutes les façades parallèles au vent
(toiture-terrasse plate).

Les actions intérieures ( Qi = Ci q) sur les constructions fermées non étanches.

où Ce et Ci sont les coefficients de pression extérieure et intérieure.

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 25


Mémoire de fin d’étude 2009

Face au vent : Ce = + 0,8

Ci = 0,6(1,8 - 1,3 γ o ) = 0,3

Face sous le vent : Ce = - (1,3 γ o - 0,8) = - 0,5

Ci = - 0,6 (1,3 γ o - 0,8) = - 0,3

Sur la toiture : nous avons une toiture terrasse, donc α= 0. L’abaque R-II-1 nous
permet d’écrire :

Vent normale à la grande face

Ce = - 0,48

Vent normale à la petite face

Ci = - 0,48

L’action résultante sur une paroi est donc p = q bc ( Ce - Ci ).

Les différentes valeurs de Ce - Ci au niveau des parois et de la toiture sont données par
la figure ci – dessous :

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 26


Mémoire de fin d’étude 2009

Figure 1 : Vent normale à la grande face

Figure 2 : Vent normale à la petite face

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 27


Mémoire de fin d’étude 2009

Les valeurs maximales de Ce - Ci sont :

Tableau 11 : Valeur du coefficient C

Grande face Petite face Toiture

Pression 1,1 1,1


Dépression 0,8 0,8 0,78

Les valeurs des actions statiques exercées par le vent au niveau de la paroi et de la toiture
suivant qu’il soit normal ou extrême sont :

Tableau 12 : Valeurs des actions statiques exercées par le vent normal

Grande face Petite face Toiture


Pression 46,03 46,03
Dépression 33,48 33,48 32,64

Tableau 13 : Valeurs des actions statiques exercées par le vent extrême

Grande face Petite face Toiture


Pression 80,55 80,55
Dépression 58,58 58,58 57,11

2.5 Actions dynamiques exercées par le vent

2.5.1 Actions parallèles à la direction du vent

2.5.1.1 Cas des surcharges normales


Les pressions dynamiques normales servant de calcul de l’action d’ensemble sont
multipliées à chaque niveau par un coefficient de majoration donné par :
β = θ (1 + ξτ )

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 28


Mémoire de fin d’étude 2009

Où :
θ : Coefficient global égal à 0.7 pour les constructions de hauteur inférieure à 30m
τ : Coefficient de pulsation qui est fonction de la côte H de chaque niveau au-dessus du sol
(abaque R-II-5).
ξ : Coefficient de réponse donné en fonction de la période « T » du mode fondamental

d’oscillation sur l’abaque R-II-3.


T est calculé par la formule suivante :
0,09 H
T=
lx
Avec :

H : hauteur totale du bâtiment en m


l x : dimension en plan du bâtiment dans la direction considérée

Tableau 14 : Valeur de β

lx H T ξ τ θ β

29,25 13,48 0,22 0,18 0,35 0,7 0,74


24,88 13,48 0,24 0,21 0,35 0,7 0,75

Ici β < 1, prenons alors β = 1.

2.5.1.2 Cas des surcharges extrêmes


La pression dynamique extrême sera multipliée par un coefficient β / tel que :
θ
β / = β(0,5 + )
2
Avec θ = 0,70 et β = 1, nous trouvons β / = 0,85.

La valeur de β / est ici inférieur à 1, prenons alors β / = 1.

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 29


Mémoire de fin d’étude 2009

2.5.2 Action perpendiculaire à la direction du vent


Calculons la valeur de la vitesse critique.
D’après la théorie de Karman, la vitesse critique est obtenue par la formule suivante :
d
Vc r = [m/s]
ST

Où :
d : largeur du maître couple en [m] ;
S : nombre de Strouhal égal à 0,30 ;
T : période de vibration propre [s].

Tableau 15 : Valeur de la vitesse critique Vcr

Direction du vent d S T Vcr


Vent normal à la grande face 0,18 0,35 0,7 0,74
Vent normal à la petite face 0,21 0,35 0,7 0,75

Nous constatons que les vitesses critiques sont largement supérieures à la vitesse du
vent dans les zones des hauts plateaux qui est égale à 37m/s. Il est inutile de faire le calcul de
résonnance.

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 30


Mémoire de fin d’étude 2009

CHAPITRE 3 : DESCENTE DES CHARGES

La descente des charges a pour but l’évaluation des charges reprises pour chaque
élément, à partir de la toiture puis de l’étage le plus haut et de les cumuler jusqu’aux
fondations.

Le calcul concerne les charges verticales (permanentes et surcharges) et les charges


horizontales (effet du vent).

Le résultat nous permet de dimensionner les poteaux et leurs fondations.

3.1 Inventaire des charges

3.1.1 Charges permanentes


Elles résultent du poids volumique des matériaux mis en œuvre, du poids au m² et au
mètre linéaire de différents éléments.

Tableau 16: Poids des matériaux

Poids volumique
Matériaux de construction Unité
ou surfacique
Béton armé 2500 daN/m3
Béton ordinaire 2200 daN/m3
Brique pleine 1800 daN/m2
Plancher en corps creux à nervures coulées sur
260 daN/m2
place (12+4)
chape et revêtement 100 daN/m2
Enduit au mortier de liant hydraulique par cm 18 daN/m2
Enduit en plâtre par cm d'épaisseur 10 daN/m2

Nous en déduisons alors ci – après le tableau donnant les charges permanentes :

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 31


Mémoire de fin d’étude 2009

Tableau 17 : Evaluation des charges permanentes

Eléments Désignation Unités Charges


2
Dalle pleine en BA e=12cm daN/m 300
Etanchéité multicouche (e=2cm) daN/m2 12
2
Protection en gravillon (e=4cm) daN/m 100
Terrasse
2
Lit de sable (e=2cm) daN/m 35
Forme en pente daN/m2 72
2
Total daN/m 519
Plancher en corps creux (e=16cm) daN/m2 260
2
Chape et revêtement daN/m 100
Plancher
Enduit plafond (e=1cm) daN/m2 18
2
Total daN/m 378
Brique pleine (e=22cm) daN/m2 396

Mur de façade Enduit entre les 2 faces (e=3cm) daN/m2 54


2
Total daN/m 450
Brique pleine (e=22cm) daN/m2 396
2
Mur de cloison Enduit entre les 2 faces (e=3cm) daN/m 54

Total daN/m2 450


Poutre longitudinale 22 x 50 daN/ml 275
Poutres
Poutre transversale 22 x 50 daN/ml 275

Poteaux Poteaux 22 x 40 daN/ml 220


2
Paillasse e=16cm daN/m 400
Marche de hauteur h=17cm daN/m2 213
2
Chape et revêtement daN/m 100
Escalier Total daN/m2 713
2
Palier (e=16cm) daN/m 400
Chape et revêtement daN/m2 100
2
Total daN/m 500
Acrotères daN/ml 300
Autres
Garde-corps daN/ml 50
Dalle pleine en BA e=12cm daN/m2 300
Chape et revêtement daN/m2 100
2
Balcon garde - corps daN/m 60
enduit en plafond daN/m2 18
2
Total daN/m 478

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 32


Mémoire de fin d’étude 2009

3.1.2 Charges d’exploitation


Les surcharges d’exploitation correspondent aux surcharges statiques (matériel, le
mobilier, les équipements et machines fixes) et aux charges dynamiques (personnes, appareils
mobiles, circulation).

Tableau 18 : Valeurs des surcharges d’exploitation

Nature du local Unité Valeurs


Salle de classe daN/m2 250
Laboratoires daN/m2 250
Escaliers daN/m2 400
Bibliothèques daN/m2 400
Salle polyvalentes daN/m2 400
Sanitaires daN/m2 250
Circulations daN/m2 400
Bureaux daN/m2 250
Poussières daN/m2 20
Balcon daN/m2 350
Eau daN/m2 100
Entretien daN/m2 150
Terrasse accessible daN/m2 150

3.2 Calcul de la descente des charges verticales


La descente des charges verticales est obtenue en déterminant le cheminement des
efforts dans la structure, depuis leur point d’application jusqu’aux fondations.

D’une façon générale, les charges se distribuent en fonction des surfaces de planchers
attribuées à chaque élément porteur (refend, poutre, poteau, etc.) et appelées surfaces
d’influence.

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 33


Mémoire de fin d’étude 2009

Figure 3 : Schéma de calcul des charges verticales de l’axe G

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 34


Mémoire de fin d’étude 2009

Figure 4: Vue en plan de l’axe G


Nous allons effectuer le calcul de la descente des charges de tous les
poteaux de l’axe G.

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 35


Mémoire de fin d’étude 2009

Tableau 19: Descente des charges au droit du poteau G1

Longueur Largeur Hauteur Poids G Q


Niveau Désignation
[m] [m] [m] unitaire [daN] [daN]
Acrotère en BA 3,625 350 1269
Toiture terrasse 3,625 3,75 519 7055
Poutre longitudinale 3,625 275 997
Poutre transversale 3,625 275 997
N1
Poussière 3,625 3,75 20 272
Eau 3,625 3,75 100 1359
Entretien 3,625 3,75 150 2039
Total niveau N1 10318 3670
Venant de n1 10318 3670
N2 Poteau 3,17 165 523
Total niveau N2 10841 3670
Venant de n2 10841 3670
Mur transversale 3,405 2,66 450 4076
Mur longitudinale 3,405 2,66 450 4076
N3 Plancher 3,405 3,64 358 4437 3099
Poutre longitudinale 3,625 275 997
Poutre transversale 3,625 275 997
Total niveau N3 25423 6769
Venant de n3 25423 6769
N4 Poteau 3,17 165 523
Total niveau N4 25946 6769

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 36


Mémoire de fin d’étude 2009

Venant de n4 25946 6769


Mur transversale 3,405 2,66 450 4076
Mur longitudinale 3,405 2,66 450 40756
N5 Plancher 3,405 3,64 358 4437 3099
Poutre longitudinale 3,625 275 997
Poutre transversale 3,625 275 997
Total niveau N5 40529 9867
Venant de n5 40529 9867
N6 Poteau 3,17 165 523
Total niveau N6 41052 9867
Venant de n6 41052 9867
Mur transversale 3,405 2,66 450 4076
Mur longitudinale 3,405 2,66 450 4076
N7 Plancher 3,405 3,64 358 4437 3099
Poutre longitudinale 3,625 275 997
Poutre transversale 3,625 275 997
Total niveau N7 55634 12966
Venant de n7 55634 12966
N8 Poteau 3,17 165 523
Total niveau N8 56157 12966
Venant de n8 56157 12966
Mur transversale 3,405 2,66 450 4076
Mur longitudinale 3,405 2,66 450 4076
N9
Poutre longitudinale 3,625 275 997
Poutre transversale 3,625 275 997
Total niveau N9 66303 12966

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 37


Mémoire de fin d’étude 2009

Tableau 20: Descente des charges au droit du poteau G2

Longueur Largeur Hauteur Poids G Q


Niveau Désignation
[m] [m] [m] unitaire [daN] [daN]
Acrotère en BA 3,625 350 1269
Toiture terrasse 3,625 3,75 519 7055
Poutre longitudinale 3,625 275 997
Poutre transversale 5,36 275 1474
N1
Poussière 3,625 5,36 20 389
Eau 3,625 5,36 100 1943
Entretien 3,625 5,36 150 2915
Total niveau N1 10795 5246
Venant de n1 10795 5246
N2 Poteau 3,17 165 523
Total niveau N2 11318 5246
Venant de n2 11318 5246
Mur transversale 3,405 2,66 450 4076
Mur longitudinale 3,405 2,66 450 4076
Plancher 3,405 3,64 358 4437 3099
N3
Balcon 3,625 1,5 478 2599 1903
Poutre longitudinale 3,625 275 997
Poutre transversale 5,36 275 1474
Total niveau N3 28977 10248
Venant de n3 28977 10248
N4 Poteau 3,17 165 523
Total niveau N4 29500 10248

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 38


Mémoire de fin d’étude 2009

Venant de n4 29500 10248


Mur transversale 3,405 2,66 450 4076
Mur longitudinale 3,405 2,66 450 4076
Plancher 3,405 3,64 358 4437 3099
N5
Balcon 3,625 1,5 478 2599 1903
Poutre longitudinale 3,625 275 997
Poutre transversale 5,36 275 1474
Total niveau N5 47158 15249
Venant de n5 47158 15249
N6 Poteau 3,17 165 523
Total niveau N6 47681 15249
Venant de n6 47681 15249
Mur transversale 3,405 2,66 450 4076
Mur longitudinale 3,405 2,66 450 4076
Plancher 3,405 3,64 358 4437 3099
N7
Balcon 3,625 1,5 478 2599 1903
Poutre longitudinale 3,625 275 997
Poutre transversale 5,36 275 1474
Total niveau N7 65340 20251
Venant de n7 65340 20251
N8 Poteau 3,17 165 523
Total niveau N8 65863 20251
0Venant de n8 65863 20251
Mur transversale 3,405 2,66 450 4076
Mur longitudinale 3,405 2,66 450 4076
N9
Poutre longitudinale 3,625 275 997
Poutre transversale 3,75 275 1031
Total niveau N9 76043 20251

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 39


Mémoire de fin d’étude 2009

Tableau 21 : Charges au niveau du portique de l’axe G

Poteaux G1 Poteaux G2
Niveau G Q G Q
N1 10318 3670 10795 5246
N2 10841 3670 11318 5246
N3 25423 6769 28977 10248
N4 25946 6769 29500 10248
N5 40529 9867 47158 15249
N6 41052 9867 47681 15249
N7 55634 12966 65340 20251
N8 56157 12966 65863 20251
N9 66303 12966 76043 20251

3.3 Descente des charges due aux charges horizontales


Les vents engendrent aussi des charges verticales qui sont transmises aux fondations
par l’intermédiaire des poteaux.

Ces efforts s’expriment par la formule :

M .Si . d i
Ni =
I

Où :

q w .l. h 2
M : le moment de renversement exprimé par M = [daN.m]
2

Si : section du poteau i [m2]

d i : position du poteau i par rapport au centre de gravité G de l’ensemble [m]

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 40


Mémoire de fin d’étude 2009

I : moment d’inertie des sections des poteaux tel que I = ∑ Si . d i


2

L : largeur d’impact du vent au portique considéré [m]

H : hauteur d’impact du vent au-dessus du plancher de l’étage considéré [m]

qw : pression dynamique exercée par le vent sur la paroi verticale [daN/m2]

Position du centre de gravité des sections de poteaux

La distance horizontale du centre de gravité des poteaux par rapport à un point


quelconque pris comme point de repère est :

e=
∑S x
i i

∑S i

Où :

xi : distance horizontale de l’axe de chaque poteau par rapport à un point de repère.

Figure 5: Schéma de calcul des charges horizontales

 Inertie

I = 1,73m4

 Moment

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 41


Mémoire de fin d’étude 2009

Les valeurs trouvées dans le tableau ci-dessous sont obtenues en considérant l’effet du
vent dans le sens transversal de la poutre.

Tableau 22 : Valeurs des moments pour chaque niveau

M
Niveau h[m] h2 [m] I[m] qw [m]
[daN.m]
N1N2 4,97 17,39 3,625 58,58 1846
N3N4 7,34 53,88 3,625 58,58 5720
N5N6 10,51 110,46 3,625 58,58 11728
N7N8 13,63 187,14 3,625 58,58 19870

 Calcul de la descente des charges dues au vent

Tableau 23 : Valeurs des efforts normaux Ni dues à l’effet du vent (valeurs en daN

Niveau Poteau P1 Poteau P2


N1N2 255 255
N3N4 789 789
N5N6 1618 1618
N7N8 2741 2741

3.4 Descente des charges totales


Le tableau suivant récapitule toutes les valeurs des efforts dus :

 au poids propre G de la construction ;


 aux surcharges d’exploitation Q ;
 aux vents W.

Les combinaisons d’action à considérer sont :

En ELU : 1,35G + 1,5Q + W

En ELS : G + Q + 0,77W

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 42


Mémoire de fin d’étude 2009

Tableau 24 : Charges totales au niveau des fondations pour le portique de l’axe G

Poteaux G1 Poteaux G2
Niveau
ELU ELS ELU ELS
N1 19434 13988 22442 16041
N2 20395 14707 23403 16819
N3 44475 32192 54490 39224
N4 45970 33323 55985 40536
N5 69515 50396 86538 62408
N6 71839 52537 88862 64549
N7 94555 68600 118586 85591
N8 98002 71234 122033 88855
N9 108957 79268 133034 96294

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 43


Mémoire de fin d’étude 2009

CHAPITRE 4 : CALCUL DES ELEMENTS DE LA SUPERSTRUCTURE

5.1 Détermination des sollicitations


Sollicités par deux natures d’efforts, qui sont les efforts verticaux et horizontaux,
l’ossature a une fonction de résistance et assure la stabilité de l’ensemble du bâtiment. Elle
comporte des éléments porteurs verticaux (poteaux) et horizontaux (poutres). Ces éléments
sont reliés entre eux par des assemblages rigides ou des articulations.

Ainsi le calcul consiste à déterminer les moments fléchissant et les efforts tranchants
par lesquels sont soumises les sections des poutres et des poteaux sous l’action des forces
appliquées.

Ces sollicitations sont nécessaire pour permettre de déterminer les sections


d’armatures pour chaque élément afin qu’elles puissent équilibrer les charges appliquées.

5.1.1 Les charges verticales

5.1.1.1 Transmission des charges


Il faut tenir compte ici du poids propre de la poutre, de la répartition des charges
apportées par le plancher et les surcharges d’exploitation.
La transmission des charges se fait par application de la méthode des lignes de rupture.
Les charges venant des planchers sont triangulaires et trapézoïdales et peuvent être
ramenées à des charges rectangulaires équivalentes sur les travées des poutres.
Les formules des charges rectangulaires équivalentes sont les suivantes :
α 2 pl x
 Charge répartie en trapèze : p eq = (1 − ). ;
3 2
pl x
 Charge répartie en triangle : p eq =
3
Où :
p : charge surfacique du plancher
lx
et α = ≤1
ly

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 44


Mémoire de fin d’étude 2009

5.2 Calcul de l’ossature


Cette étude consiste à déterminer la quantité d’armatures à utiliser pour chaque
élément en béton armé. Ces armatures ont pour rôle de contribuer à équilibrer les
sollicitations agissantes sur une section.

Nous nous référerons aux résultats des courbes enveloppes pour les valeurs des
sollicitations et le calcul des armatures est effectué suivant les règles BAEL91 modifiées 99.

5.2.1 Calcul de poutres longitudinales


Nous allons étudier la poutre de l’axe 2.

Figure 6: Schéma de chargement au droit de la poutre


Nous calculons les moments des poutres longitudinales par la formule de CAQUOT.

Le moment fléchissant produit au niveau de l’appui intermédiaire est :

3 3
p w l /w + p e l e/
M=
8,5(l /w + l e/ )

l e/ : portée de la travée fictive de gauche

l/w : portée de la travée fictive de droite

pw : charge répartie sur la travée de gauche

pe : charge répartie sur la travée de droite

L’effort tranchant aux appuis est :

pl M w − M e
Vd = − +
2 l

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 45


Mémoire de fin d’étude 2009

pl M w − M e
Vg = +
2 l

Avec :

p : charge sur la travée

Mw : Moment d’appui à gauche de la travée

Me : Moment d’appui à droite de la travée

Le moment en travée est :

x0
Mt = M0(x0) + Mw (1- ) + Me x 0
l l

L’Effort tranchant en travée est :

pl M − Me
V ( x) = − px + w
2 l

La section d’effort tranchant nul pour x0 = l + M w − M e


2 pl

Les moments fléchissant et l’effort tranchant de la poutre sont donnés dans les tableaux ci –
dessous :

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 46


Mémoire de fin d’étude 2009

Tableau 25: Moments fléchissant et effort tranchant de la poutre à l’ELU

p M1-2 M2-1 τ Vd Vg Mt
Travée l[m] l/[m] M0 x[m]
[daN/ml] [daN.m] [daN.m] [daN.m] [daN] [daN] [daN] [daN.m]

JI 2,950 2,950 4834 5259 0 4923 7131 -8800 5462 1,13 7145
IH 3,625 2,900 4949 5203 4923 4897 8971 -8961 8978 1,45 10116
HG 3,625 2,900 4949 5203 4897 4829 8971 -8947 8989 1,45 10073
GF 3,625 2,900 4812 5059 4829 6249 8722 -9212 8331 1,35 10416
JI 3,625 3,625 4812 7905 6249 0 8722 -6998 10446 2,17 10412

Tableau 26: Moments fléchissant et effort tranchant de la poutre à l’ELS

p M1-2 M2-1 τ Vd Vg Mt
Travée l[m] l/[m] M0 x[m]
[daN/ml] [daN.m] [daN.m] [daN.m] [daN] [daN] [daN] [daN.m]

JI 2,950 2,950 3479 3785 0 3544 5132 -6333 3930 1,82 5972
IH 3,625 2,900 3564 3747 3544 3526 6460 -6455 6465 1,81 7282
HG 3,625 2,900 3564 3747 3526 3481 6460 -6447 6472 1,81 7251
GF 3,625 2,900 3473 3651 3481 4510 6295 -6578 6011 1,89 7670
JI 3,625 3,625 3473 5704 4510 0 6295 -5050 7539 1,45 8405

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 47


Mémoire de fin d’étude 2009

5.2.1.1 Armatures longitudinales


Pour le calcul des armatures longitudinales, nous allons utiliser l’organigramme suivant :

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 48


Mémoire de fin d’étude 2009

a – Armatures en travée

 Armatures minimales

ft28
L’armature minimale est donnée par la relation : Amin = 0,23 b.d
fe

b.h
La règle du millième : Amin =
1000

Les armatures à prendre doivent être supérieures à cette armature minimale.

La fissuration est supposée non préjudiciable.

Nous allons suivre l’organigramme de calcul des armatures en flexion simple en


Annexe.

 Vérification à l’ELS

On vérifie Mser tel que Mser ≤ Mserlim = µserlim bd2fc28 où µserlimest lu sur le tableau
M
donnée en annexe en fonction de µ = u
. Si le moment de service est supérieur à
bd 2 f bc

cette valeur, la condition la plus défavorable est la condition de fissuration (aciers


tendus soumis à une contrainte trop élevé).

 Condition de non déformabilité de la poutre

Il est inutile de vérifier la flèche d’une poutre si les conditions de non déformation
suivantes sont vérifiées.

h 1
>
l 16

h 1 Mt
> ×
l 10 Mo

A 4 .2

bxd fe

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 49


Mémoire de fin d’étude 2009

avec :

h : Hauteur totale de la section droite

l : Portée libre de la poutre prise sur nu d’appui

Mt : Moment maximal en travée

Mo : Moment isostatique de la travée

A : Section d’armature tendue

JI : Limite élastique

b : Largeur

d : Hauteur Utile

Tableau 27 : Résultat des calculs des armatures en travée des poutres

Mu Mser A/ A Amin Mserlim Vérification


Travées µ A choisie µserlim
[daN.m] [daN.m] [cm2] [cm2] [cm2] [daN.m] à l'ELS
JI 7145 5972 0,1016 0 4,60 1,26 3T14=4,62 0,0816 10123 Vérifié
IH 10116 7282 0,1438 0 6,64 1,26 6T12=6,79 0,0929 11530 Vérifié
HG 10073 7251 0,1432 0 6,61 1,26 6T12=6,79 0,0928 11516 Vérifié
GF 10416 7670 0,1481 0 6,87 1,26 5T14=7,70 0,0937 11628 Vérifié
JI 10412 8405 0,1481 0 6,85 1,26 5T14=7,70 0,0937 11627 Vérifié

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 50


Mémoire de fin d’étude 2009

Tableau 28: Vérification des flèches

h A Mt Mo Mt 4,2 bd
Travées l 2 fe Vérification
[cm ] [daNm] [daNm] 10M0

JI 0,16949 4,6 7145 5259 0,1358542 10,9725 Vérifiée


IH 0,13793 6,64 10116 5203 0,1944242 10,9725 Non vérifiée
HG 0,13793 6,61 10073 5203 0,19359538 10,9725 Non vérifiée
GF 0,13793 6,87 10416 5059 0,20589732 10,9725 Non vérifiée
JI 0,13793 6,85 10412 7905 0,13171654 10,9725 Vérifiée

La travée IH, HG, GF ne vérifie pas en même temps les trois conditions, calculons
alors la valeur réelle de la flèche puis comparons avec la flèche limite admissible qui est égale
l
à
500

La flèche pour une charge de longue durée est :

M.l 2
fi =
10.E i .I f i

1
3
Avec : Ei = 11000 f c28

1,1I 0
Ifi =
1 + λi µ

On calcule I0 par la formule suivante :

by 2
Io = + 15(A+A/)y – 15(Ad+A/d/)
2

by 2
Où y est solution de l’équation : + 15(A+A/)y – 15(Ad+A/d/) = 0
3

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 51


Mémoire de fin d’étude 2009

0,05f t28
λi =
b
ρ (2 + 3 0 )
b

1,75f t28
µ = 1−
4 ρσ s + f t28

A
ρ=
b0 d

Tableau 29: Vérification directe de la déformation au niveau de la poutre

Travées ρ µ λ Ifi[m] Ei[MPa] fi fiadm Observations

IH 0,0064 0,6642 3,3050 0,00045602 32164 0,00466 0,00725 Vérifiée


HG 0,0063 0,6630 3,3200 0,00045368 32164 0,00469 0,00725 Vérifiée
GF 0,0066 0,6734 3,1943 0,00047425 32164 0,00436 0,00725 Vérifiée

b – Armatures aux appuis

Tableau 30 : Résultat des calculs des armatures aux appuis des poutres

Mu Mser A/ A Amin A[cm2] Mserlim


Travées µ µserlim Vérification
[daN.m] [daN.m] [cm2] [cm2] [cm2] choisi [daN.m]
J 789 568 0,0112 0 1,26 1,26 6T6=1,69 0,103 12803 Vérifié
I 4923 3544 0,0700 0 3,09 1,26 5T10=3,92 0,130 16142 Vérifié
H 4897 3526 0,0696 0 3,07 1,26 5T10=3,92 0,042 5277 Vérifié
G 4829 3481 0,0687 0 3,03 1,26 5T10=3,92 0,082 10230 Vérifié
F 6249 4510 0,0889 0 3,97 1,26 2T16=4,02 0,074 9193 Vérifié
E 1186 856 0,1686 0 1,26 1,26 6T6=1,69 0,079 9849 Vérifié

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 52


Mémoire de fin d’étude 2009

c – Vérification des conditions d’appui

 Appuis de rive

Il faut vérifier les conditions suivantes :

γ s .Vu
As ≥
fe

f c28
Vu ≤ 0,4 ab0 où a = Min{a/ ; 0,9d} : profondeur d’appui
γb

avec a/ = lap – e – 2cm

lap : largeur d’appui

e : enrobage

Tableau 31 : Vérification au niveau des appuis de rive

γ s .Vu fc28 Observations


Appuis Vu [daN] As[cm2] 0,4 ab0
fe γb
J 8800 1,69 2,53 25667 Non Vérifiée
E 10446 1,69 3,00 25667 Non Vérifiée

L’appui J et E n’est pas vérifiée, prenons As = 3,02cm2 = 6T8 pour l’appui J et E.

 Appuis intermédiaire

La relation suivante doit être vérifiée :

f c28
Vu ≤ 0,4 ab0
γb

γs Mu
As ≥ (Vu + )
fe 0,9d

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 53


Mémoire de fin d’étude 2009

Tableau 32 : Vérification au niveau des appuis intermédiaires

Mu γs Mu f Observations
Appuis Vu[daN] As[cm2] a[cm] (Vu + ) 0,4 c28 ab0
[daN.m] fe 0,9d γb
Ig 8800 3,92 4923 17,5 5,84 25667 Non vérifiée
Id 8978 3,92 4923 17,5 5,89 25667 Non vérifiée
Hg 8963 3,92 4897 17,5 5,87 25667 Non vérifiée
Hd 8989 3,92 4897 17,5 5,88 25667 Non vérifiée
Gg 8952 3,92 4829 17,5 5,82 25667 Non vérifiée
Gd 8331 3,92 4829 17,5 5,64 25667 Non vérifiée
Fg 9114 4,02 6249 17,5 6,82 25667 Non vérifiée
Fd 10446 4,02 6249 17,5 7,21 25667 Non vérifiée

Les appuis intermédiaires ne sont pas vérifiés. Augmentons alors la section de


l’armature As.

Tableau 33: Armatures réelles aux appuis intermédiaires

Appui As [cm2] As réelle


I 5,89 6T12=6,78
H 5,88 6T12=6,78
J 5,82 6T12=6,78
F 7,21 5T14=7,21

Les armatures longitudinales sont donc :

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 54


Mémoire de fin d’étude 2009

Tableau 34 : Armatures en travées pour la poutre de l’axe 2

A choisie
Travées
[cm2]
JI 4T8=2,01
IH 5T12=5,65
HG 5T12=5,65
GF 6T10=4,71
JI 5T14=7,70

Tableau 35 : Armatures aux appuis pour la poutre de l’axe 2

A choisie
Appuis
[cm2]
J 6T6=1,69
I 6T12=6,78
H 6T12=6,78
G 6T12=6,78
F 6T12=6,78
E 4T8=2,01

5.2.1.2 Armatures transversales


La section d’armature transversale est donnée par :

 h b0 
φt = Min ; ;φl 
35 10 

Prenons φ t = 6mm d’où At = 3T6 = 0,848 cm2

L’espacement maximale des aciers transversales est tel que :

St≤ Min {0,9d ; 40cm}

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 55


Mémoire de fin d’étude 2009

Choisissons St = 35 cm

Si At est la section d’un cours d’armatures transversales, les relations suivantes


doivent être respectées :

0,9At fe
St ≤
b0γ s (τ u − 0,3f t28)

At f e
St ≤
0,4b0

Tableau 36: Espacement réel des armatures transversales

0,9At f e At fe
Appuis St [cm]
b0γ s (τ u − 0,3f t28) 0,4b0
Jd 10,33 38,55 9
Ig 8,12 38,55 7
Id 25,48 38,55 25
Hg -25,22 38,55 35
Hd 352,99 38,55 35
Gg 33,39 38,55 30
Gd 116,67 38,55 35
Fg 76,84 38,55 35
Fd 477,48 38,55 35
Eg 51,31 38,55 35

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 56


Mémoire de fin d’étude 2009

La position du premier cours d’armature transversale est positionnée à une distance


St
. Nous utilisons la suite de Caquot pour la répartition des armatures transversales qui
2

sont des cadres en φ 8 :7. 8. 9. 10. 11. 13. 16. 20. 25. 35.40.

5.2.1.3 Arrêt des barres


Les arrêts des barres peuvent être obtenus forfaitairement.

Les chapeaux sur appuis doivent déborder du nu de l’appui d’au moins :

l
 de la longueur de la plus grande travée voisine si l’appui n’appartient pas à une
5
travée de rive ;
l
 de la longueur de la plus grande travée voisine si l’appui appartient à une travée de
4
rive.

l
Le second lit des armatures inférieures en travée pourra arrêter à de chaque nu
10
d’appuis où l désigne la portée de la poutre.

5.2.1.4 Le plan de ferraillage de la poutre


Le plan de ferraillage se trouve en annexe.

5.2.2 Calcul de poutres transversaux

5.2.2.1 Portique
Nous allons étudier le portique de l’axe D du bâtiment.

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 57


Mémoire de fin d’étude 2009

Figure 7: Schémas de chargement du portique de l’axe G

 Charge permanente

Tableau 37: Valeurs des charges permanentes pour chaque élément

Niveau Désignation Charges Unité


Toiture terrasse 519 daN/m2
Toiture Acrotère et chêneau 350 daN/ml
Poutre 22x50 275 daN/ml
Plancher 378 daN/m2
Balcon 478 daN/m2
Etage courant
Poutre 22x50 275 daN/ml
Mur 1197 daN/ml

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 58


Mémoire de fin d’étude 2009

 Surcharge d’exploitation

Tableau 38 : Valeurs des surcharges d’exploitation

Niveau Désignation Charges Unité


Toiture Eau 100 daN/m2
Salle de classe 250 daN/m2
Bibliothèque 400 daN/m2
Etage courant Laboratoire 400 daN/m2
Balcon 350 daN/m2
Circulation 400 daN/m2

Les charges uniformes équivalentes sur chaque travée sont alors les suivantes :

Tableau 39: Valeurs des charges sur chaque travée

Charges
Niveau Travées
G[daN/ml] Q[daN/ml]
Toiture A4B4 2350 498
B4C4 621 525
3ème étage A3B3 2728 831
B3C3 621 525
2ème étage A2B2 2728 831
B2C2 621 525
1ère étage A1B1 2728 1329
B1C1 621 525

Les valeurs des charges sont dans le tableau ci – dessus :

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 59


Mémoire de fin d’étude 2009

Tableau 40 : Valeurs des charges à l’ELU

Niveau Travée Charges Unités


Toiture A4B4 4127 daN/ml
B4C4 1833 daN/ml
3ème étage A3B3 4929 daN/ml
B3C3 1626 daN/ml
2ème étage A2B2 4929 daN/ml
B2C2 1626 daN/ml
1ère étage A1B1 5677 daN/ml
B1C1 1626 daN/ml

Tableau 41 : Valeurs des charges à l’ELS

Niveau Travée Charges Unités


Toiture A4B4 3007 daN/ml
B4C4 1306 daN/ml
3ème étage A3B3 3559 daN/ml
B3C3 1146 daN/ml
2ème étage A2B2 3559 daN/ml
B2C2 1146 daN/ml
1ère étage A1B1 4057 daN/ml
B1C1 1146 daN/ml

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 60


Mémoire de fin d’étude 2009

5.2.2.2 Les charges horizontales


La charge par mètre linéaire due au vent est exprimée par :

q w = q v .l

Avec :

q v : pression de calcul pour le vent extrême,

l : largeur d’impact de l’action.

 En ELU, on a :
q w = 80,55 x 3,5 = 281,93daN/ml
 En ELS, on a :
q w = 0,77 x 80,55 x 3,5 = 217,08daN/ml

5.2.2.3 Méthode de calcul


Pour pouvoir obtenir les sollicitations agissant sur la structure, nous allons utiliser la
méthode de rotation.

a Principe de la méthode

Le calcul se ramène à déterminer les moments fléchissant aux extrémités des poutres
(moments MIJ et MJI). Les moments en travée et l’effort tranchant sont obtenus à partir des
expressions suivantes :

x x
M(x) = µ (x) - M IJ (1 − ) + M JI .
l l

M IJ + M JI
V(x) = τ (x) +
l

pl 2 pl
Avec : µ(x)= et τ (x)=
8 2

Où est p la charge sur la travée

Les inconnus sont les rotations des nœuds θ et les rotations des poutres ψ.

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 61


Mémoire de fin d’étude 2009

Les moments fléchissant aux extrémités des poutres sont données par :

M IJ = µ IJ + R IJθ I + λJI R JIθ J − R IJ (1 + λIJ )ψ IJ

M JI = µ JI + R JIθ J + λIJ R IJθ I − R JI (1 + λJI )ψ JI

Avec :

 µ IJ et µ JI : moments d’encastrement parfait de la poutre IJ,


 RIJ et RJI : les facteurs de rigidité de la poutre IJ,
4EI
Pour une poutre encastrée sur ces deux extrémités : RIJ = RJI =
l
 λ IJ et λ JI : les facteurs de transmission.

1
Pour notre cas : λ IJ = λ JI =
2

Nous avons fait le calcul sur Excel pour faciliter les tâches

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 62


Mémoire de fin d’étude 2009

Tableau 42 : Matrice des forces nodales

ELU ELS
A1 -24865 -17772
B2 24407 17449
A2 -21590 -15588
B2 21133 15266
A3 -21590 -15588
B3 21133 15266
A4 -17830 -12984
B4 17560 12806
x1 -10308 -7937
x2 -10308 -7937
x3 -10308 -7937
x4 -10308 -7937
Tableau 43 : Matrice de déplacement

ELU ELS
θA1 -14390457 -10411518
θB2 9118379 6366609
θA2 -10890878 -8012031
θB2 5256423 3689129
θA3 -10751088 -7868352
θB3 5262689 3657987
θA4 -13619840 -9998480
θB4 10559854 7657997
Ψ1 -4068556 -3129140
Ψ2 -5477170 -4209866
Ψ3 -5531250 -4251230
Ψ4 -4887633 -3755625

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 63


Mémoire de fin d’étude 2009

Tableau 44: Matrice de rigidité

Nœud θA1 θB2 θA2 θB2 θA3 θB3 θA4 θB4 Ψ1 Ψ2 Ψ3 Ψ4


A1 0,002514 0,000632 0,000312 0 0 0 0 0 -0,000937 -0,000937 0 0
B1 0,000632 0,002514 0 0,000312 0 0 0 0 -0,000937 -0,000937 0 0
A2 0,000312 0 0,002514 0,000632 0,000312 0 0 0 0 -0,000937 -0,000937 0
B2 0 0,000312 0,000632 0,002514 0 0,000312 0 0 0 -0,000937 -0,000937 0
A3 0 0 0,000312 0 0,002514 0,000632 0,000312 0 0 0 -0,000937 -0,000937
B3 0 0 0 0,000312 0,000632 0,002514 0 0,000312 0 0 -0,000937 -0,000937
A4 0 0 0 0 0,000312 0 0,001889 0,000632 0 0 0 -0,000937
B4 0 0 0 0 0 0,000312 0,000632 0,001889 0 0 0 -0,000937
x1 -0,000937 -0,000937 0 0 0 0 0 0 0,003748 0 0 0
x2 -0,000937 -0,000937 -0,000937 -0,000937 0 0 0 0 0 0,003748 0 0
x3 0 0 -0,000937 -0,000937 -0,000937 -0,000937 0 0 0 0 0,003748 0
x4 0 0 0 0 -0,000937 -0,000937 -0,000937 -0,000937 0 0 0 0,003748

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 64


Mémoire de fin d’étude 2009

D’où les moments fléchissant aux appuis des poutres sont données dans le tableau ci -
dessous :

Tableau 45: Moments aux appuis des poutres et poteaux à l’ELU

M1-2 M2-1
Travée
[daN.m] [daN.m]
A1B1 12435 -22891
A2B2 11143 -21372
A3B3 11324 -21275
A4B4 7531 -13850
AA1 -437 -5422
AA2 -7013 -6411
A2A3 -4732 -5180
A3A4 -6144 -7531
BB1 6660 9507
B1B2 12469 11262
B2B3 10109 10111
B3B4 11164 12819

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 65


Mémoire de fin d’étude 2009

Tableau 46: Moments aux appuis des poutres et poteaux à l’ELS

M1-2 M2-1
Travée
[daN.m] [daN.m]
A1B1 8632 -16304
A2B2 7790 -15666
A3B3 7952 -15615
A4B4 5373 -10179
AA1 -131 -3760
AA2 -4872 -4501
A2A3 -3290 -3623
A3A4 -4330 -5373
BB1 4920 6908
B1B2 9073 8237
B2B3 7430 7420
B3B4 8195 9444

Les moments en travée et les efforts tranchants des poutres sont données dans les
tableaux ci – dessous :

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 66


Mémoire de fin d’étude 2009

Tableau 47: Moments fléchissant en travée et effort tranchant des poutres à l’ELU

M1-2 M2-1 µ(x) x 1− x M(x)


Travée l [m] τ[daN] Vd[daN] Vg[daN] x[m]
[daN.m] [daN.m] [daN] l l [daN.m]
A1B1 12435 -22891 7,5 20578 19184 -21972 3,38 37297 0,451 0,549 20151
A2B2 11143 -21372 7,5 17868 16504 -19231 3,35 32385 0,446 0,554 16676
A3B3 11324 -21275 7,5 17868 16541 -19194 3,36 32385 0,447 0,553 16609
A4B4 7531 -13850 7,5 14959 14116 -15802 3,42 27113 0,456 0,544 16700

Tableau 48: Moments fléchissant en travée et effort tranchant des poutres à l’ELS

M1-2 M2-1 µ(x) x 1− x M(x)


Travée l [m] τ[daN] Vd[daN] Vg[daN] x[m]
[daN.m] [daN.m] [daN] l l [daN.m]
A1B1 8632 -16304 7,5 14707 13685 -15730 3,37 26657 0,450 0,550 14575
A2B2 7790 -15666 7,5 12901 11850 -13951 3,33 23382 0,444 0,556 12095
A3B3 7952 -15615 7,5 12901 11879 -13922 3,34 23382 0,445 0,555 12020
A4B4 5373 -10179 7,5 10902 10261 -11543 3,41 19760 0,455 0,545 12201

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 67


Mémoire de fin d’étude 2009

bDiagrammes des moments fléchissant et des efforts tranchants

Les diagrammes des moments fléchissant et des efforts tranchant sont dans les figures
ci-dessous :

Figure 8: Diagramme des moments fléchissant a l’ELU

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 68


Mémoire de fin d’étude 2009

Figure 9: Diagramme des moments fléchissant à l’ELS

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 69


Mémoire de fin d’étude 2009

Figure 10: Diagramme des efforts tranchant a l’ELU

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 70


Mémoire de fin d’étude 2009

Figure 11 : Diagramme des efforts tranchant a l’ELS

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 71


Mémoire de fin d’étude 2009

5.2.2.4 Calcul des armatures en travée de la poutre


a Armatures longitudinales

Tableau 49: Résultat des calculs des armatures en travée des poutres

Mu Mser A/ A Amin A Mserlim


Travées µ µserlim Vérification
[daN.m] [daN.m] [cm2] [cm2] [cm2] choisie [daN.m]
3T25
A1B1 20151 14575 0,2865 0,1190 0 14,73 1,56 14765 Vérifié
=14,73

Tableau 50: Vérification des flèches

Mt M0 Mt 4,2 bd
Travées
h A [cm2]
l 10M 0 fe
[daN.m] [daN.m]

A1B1 0,0667 14,73 20151 39916 0,050483 10,9725

La travée A1B1 ne vérifie pas en même temps les trois conditions, calculons alors la
l
valeur réelle de la flèche puis comparons avec la flèche limite admissible qui est égale à
500

Après calcul, on trouve fi = 0,00135m

l
Avec = 0,00725m, la condition de la flèche est vérifiée pour la travée A1B1.
500

Les armatures de la poutre sont calculées en suivant l’organigramme précédent.

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 72


Mémoire de fin d’étude 2009

Tableau 51 : Résultat des calculs des armatures aux appuis des poutres

Mu Mser A/ A/ A Amin A[cm2] Mserlim


Travées µ 2
µserlim Vérification
[daN.m] [daN.m] [cm2] [cm2] [cm2] [cm ] choisi [daN.m]
6T14
A 12435 8632 0,1768 0 0 8,37 1,26 0,100 12433 Vérifié
=9,24
18,85 5T10
B 22891 16304 0,3255 16,76 3,15 1,26 0,124 15491 NonVérifié
=6T20 =3,93
L’appui B ne vérifie pas la condition à l’ELS, il faut alors passer à la vérification
directe des contraintes.

σbc = k σ s

Avec k : coefficient trouvé en annexe du béton armé page V-8

30M ser 30 x 0,16304


µ1 = = = 0,2832
2
b0d σs 0,22 x 0,4752 x 348

µ 1sup = 0,30

µ 1inf = 0,28

ksup = 0,0506

kinf = 0,0530

Donc k = 0,0526

σbc = k σ s = 0,0526 x 348 = 18,31 MPa

σ bc = 15 MPa

σbc = 18,31 MPa> σbc = 15 MPa

Il nous faut un redimensionnement à l’ELS.

9f c28 9 x 25
α= = = 0,3927
9f c28 + σ s 9 x 25 + 348

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 73


Mémoire de fin d’étude 2009

d/
σ s/ = 9f c28 (1 − )
αd

M ser − 0,1α(3 − α)bd 2 f c28


A s/ =
σ s/ (d − d / )

A s/ σ s/ + 0,3αbdf c28
As =
σs

Après calcul, on trouve As = 11,14 cm2 et A/s = 4,10 cm2

Tableau 52 : Vérification au niveau des appuis

γ s .Vu fc28 Observations


Appuis Vu [daN] As[cm2] 0,4 ab0
fe γb
Ad 19184 8,37 1,57 25667 Vérifiée
Bg 21972 11,14 2,01 25667 Vérifiée

b Armatures transversales

La section d’armature transversale est donnée par :

 h b0 
φt = Min ; ;φl 
35 10 

Prenons φ t = 6mm d’où At = 3T6 = 0,848 cm2

5.2.3 Calcul des poteaux

5.2.3.1 Hypothèses
Nous sommes en présence de poteaux formant portique de contreventement soumis à
des forces horizontales.

Ils seront donc sollicités à la fois par un effort normal de compression N déduit de la
descente des charges et par un moment de flexion M (exprimé par rapport au centre de gravité

géométrique de leur section) trouvé lors du calcul du portique que nous avons efJIctué; ils
seront alors calculés par les méthodes de la flexion composée.

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 74


Mémoire de fin d’étude 2009

Nous considérons pour notre étude le cas du poteau B3 de dimension 22x30cm²,


auniveaudurez-de-chaussée, de longueur libre 3,17m.

5.2.3.2 Longueur de flambement et élancement


Le poteau est encastré dans le massif de fondation, la longueur de flambement est
donc :

lf = 0,7l = 0,7 x 2,17 = 1,52 m.

lf
L’élancement λ du poteau est le rapport : λ =
i

I
Dans cette formule, i désigne le rayon de giration tel que : i =
B

Avec :

B : section du béton

I : moment d’inertie de la section du poteau par rapport à l’axe passant par son centre de
gravité.

bh 3 l
Pour une section rectangulaire I = alors : λ = f 12 où h est la hauteur de la
12 h
section dans la direction du flambement.

5.2.3.3 Sollicitation aux états limites


Le tableau suivant résume les sollicitations appliquées à chaque niveau de la structure.

Tableau 53: Sollicitation agissant sur le poteau D2

Etages Poteaux Section Nu[daN] Nser[daN] Mu[daN.m] Mser[daN.m]


3ème étage B3B4 22 x 30 22442 16041 12819 9444
2ème étage B2B3 22 x 30 54490 39224 11164 8195
1ére étage B1B2 22 x 30 86538 62408 11262 8237
RDC BB1 22 x 30 118586 85591 12469 9073

Nu et Nsersont obtenus par la descente des charges.

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 75


Mémoire de fin d’étude 2009

Mu et Mser sont les moments à l’ELU et à l’ELS obtenus par le calcul du portique.

5.2.3.4 Calcul des excentricités


Pour notre cas, on considère l’état limite de stabilité de forme ; il faut donc majorer
l’excentricité réelle de l’effort normale.

L’excentricité e de calcul est telle que e = e1 + ea + e2

Mu
e1 = : excentricité du premier ordre
Nu

l
e a = Max(2cm, ) : excentricité additionnelle
250

3lf2 (2 +αφ)
e2 = : excentricité du second ordre avec φ = 2 (rapport de la formation finale due
104 h
Mu
au fluage à la déformation instantanée sous la charge considéré) et α = 10 (1- ).
1.5Mser

Les valeurs de Mu sont obtenues par : Mu = Nu e

Tableau 54 : Résultat des calculs des excentricités et de Mu

Poteaux e1[cm] ea[cm] e2[cm] e[cm] Nu[daN] Mu[daN.m]


B3B4 57,12 2 1,92 61,04 22442 13699
B2B3 20,49 2 1,89 24,38 54490 13283
B1B2 13,01 2 1,86 16,87 86538 14600
BB1 10,51 2 1,81 14,32 118586 16987
Avant d’entamer tout le calcul, il est indispensable de connaître l’état de la section :
partiellement ou entièrement comprimé. L’organigramme dans l’annexe du béton armé nous
montre les différentes étapes à suivre.

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 76


Mémoire de fin d’étude 2009

Tableau 55 : Caractéristiques des sections des poteaux

Poteaux ψ1 ς χ enc Caractéristiques des sections


B3B4 0,230 0,159 - 0,0476 Section partiellement comprimée
B2B3 0,582 0,137 - 0,0410 Section partiellement comprimée
B1B2 0,925 - 0,726 - Section partiellement comprimée
BB1 1,267 - 0,658 - Section partiellement comprimée

5.2.3.5 Calcul des armatures


aArmatures longitudinales

Pour le dimensionnement des sections partiellement comprimée, on passe par les étapes
suivantes :

 on calcule le moment de flexion fictif : Mufictif


h
Mufictif = Nu (e + d - )
2
 on calcule les armatures de la section étudiée soumise à une flexion simple de moment
fictif Mufictif et on obtient As et As/ telle que :

/
Mufictif − 0,391.b.d2 f bc
A sfictif =
348(d - d / )
bdf bc
Asfictif = A/sfictif +
651
 La section réelle de l’acier comprimé est celle trouvée ci-dessus :
A/s = A/sfictif
 La section d’acier tendu vaut :
Nu
As = Asfictif -
σs
 On vérifie la section minimale à la règle du millième et par la règle de non fragilité :

Asmin ≥ Max  bh ;0 , 23 bd f t28 


 1000 fe 

A/smin = 4*périmètre de la section

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 77


Mémoire de fin d’étude 2009

On aboutit aux résultats suivants :

Tableau 56: Armatures longitudinales pour les sections partiellement comprimées

Poteaux Mufictif[daN.m] A/sfictif[cm2] Asfictif[cm2] As[cm2] A/s[cm2] As[cm2]


B3B4 16503 8,55 21,71 15,26 6T14=9,24 5T20=15,71
B2B3 20094 12,06 25,92 10,26 6T16=12,06 6T16=12,06
6T20+2T12
B1B2 25416 19,00 32,17 7,29 5T14=7,70
=21,11
BB1 31810 26,50 39,67 5,57 6T25=29,45 6T12=6,78

Vérification à l’ELS

Mser
L’excentricité c est égale à : e =
Nser

Pour une section partiellement comprimée, on a :

c − d /
d−c
p = -3c2 – 90 A
/
s + 90 A s
b b

(c − d / ) 2 (d − c) 2
q = -2c - 90 A
2 /
s − 90 A s
b b

On calcule z en résolvant l’équation : z3 + pz + q = 0

La résolution de cette équation se fait de la manière suivante :

4p 3
On calcule d’abord : ∆ = q 2 +
27

p
Si ∆ ≥ 0 : t = 0,5 ∆ − q ; u = 3
t z=u-
3u

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 78


Mémoire de fin d’étude 2009

−p
Si ∆ ≤ 0 ϕ = Arc cos( 3q −3 ;a=2
)
2p p 3

ϕ  ϕ  ϕ 
z1 = a Cos   ; z2 = a Cos  +120o  ; z3 = a Cos  + 240o  avec ϕ en degré
 3 3  3 

On calcule ensuite yser = z + c qui est la distance de la fibre supérieure de la section au


centre de pression à l’axe neutre.

On obtient par suite les contraintes tel que :

zN ser y ser zN ser


σ bc = et σ s = 15 (d - y ser ) où
I I

by 3ser
I = + 15[ As (d - yser)
2
+ As/ (yser − d/ )2 ] : moment d’inertie de la section homogène
3
réduite.

On vérifie si :

σ s ≥ 0 et σ bc ≤ σ bc

Tableau 57: Vérification à l’ELS des sections partiellement comprimées

As A/sfictif σb σs
Poteaux 2 2
e[cm] c p q ∆ z y I
[cm ] [cm ] [MPa] [MPa]
B3B4 15,26 8,55 61,04 -0,460 0,0053 -0,8457 0,7152 0,857 0,40 0,0066 8,22 -37,78
B2B3 10,25 12,76 24,38 -0,094 0,1930 -0,0827 0,0079 0,411 0,32 0,0039 12,96 -25,84
B1B2 7,29 19,00 16,87 -0,019 0,1244 -0,0282 0,0011 0,347 0,33 0,0052 13,78 -33,43
BB1 5,57 26,50 14,32 0,007 0,0862 -0,0170 0,0004 0,333 0,34 0,0067 14,39 -41,26

Nous obtenons que les contraintes dans les aciers soient négatives ; la section est
entièrement comprimée.

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 79


Mémoire de fin d’étude 2009

Vérification d’une section entièrement comprimée

On calcule l’aire de la section homogène totale : S = b2 + 15(As + As/)

On calcule l’inertie I de la section homogène totale : pour cela il faut d’abord


déterminer la position du centre de gravité résistant qui est situé à une distance xG au-dessus
du centre de gravité géométrique (centre G0 de la section) :

h h
A / ( − d / ) − A s (d - )
x G = 15 2 2
bh + 15(A s/ + A s )

bh3  h h 
I= + bhxG2 +15As/ ( − d - xG )2 + As (d - + x G )2 
3  2 2 

Les contraintes dans le béton valent σ sup sur la fibre supérieure et σ inf sur la fibre inférieure :

h
N ser (e - x G )( − x G )
N 2
σ sup = ser +
S I

b
N ser (e - x G )( + x G )
N 2
σ inf = ser −
S I

La section est entièrement comprimée si ces deux contraintes sont positives. On vérifie que :

σ bc ≥ sup(σ inf ;σ sup) avec σ bc = 15MPa

Tableau 58 : Vérification de la section entièrement comprimée

Poteaux S[m2] I[m4] σsup[MPa] σinf[MPa] σ bc [MPa] Observations

B3B4 0,0841 0,00244 8,06 6,53 15 Vérifiée


B2B3 0,0829 0,00250 10,26 8,93 15 Vérifiée
B1 B2 0,0878 0,00292 12,05 10,85 15 Vérifiée
BB1 0,0965 0,00308 13,24 12,75 15 Vérifiée

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 80


Mémoire de fin d’étude 2009

bArmatures transversales

Le diamètre des armatures transversales doit être égal à la plus proche valeur du tiers
φl
du diamètre maximal des aciers longitudinaux : φt ≥
3

l’espacement admissible est : St ≥ Min{15 φ ; a+10cm ;40cm} où a est la plus petite


dimension de la section.

Tableau 59 : Armatures transversales pour le poteau D4

φ l max
Poteaux φlmax φlmin 15 φlmin a+10 φt St choisi
3
B3B4 20 6,67 14 21 32 8 18
B2B3 16 5,33 14 21 32 6 18
B1B2 20 6,67 14 21 32 8 15
BB1 25 8,33 12 18 32 8 18

5.2.4 Calcul des planchers

5.2.4.1 Hypothèses
Le plancher est un des principaux ouvrages de gros œuvres dans la construction de
bâtiment d’habitation ou d’usine, c’est une aire généralement plane, destinée à limiter les
étages et à supporter les revêtements de sols, ils doivent remplir les fonctions principales
suivante :

 assurer la transmission des charges permanentes et variables aux porteurs verticaux


qui les descendront aux fondations ;
 participer à la distribution des efforts horizontaux (vent) aux éléments de
contreventement ;
 assurer l’isolation acoustique et thermique des différents niveaux, l’isolation
thermique est généralement considérée pour des niveaux exposés horizontaux ;

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 81


Mémoire de fin d’étude 2009

 assurer la stabilité au feu pendant le temps nécessaire à l’intervention des moyens de


protection.

5.2.4.2 Description de plancher


Le plancher est constitué par

 le revêtement qui résiste à l’usure ;


 une dalle de compression d’épaisseur 4cm coulée sur place sur les hourdis creux en
béton de 12cm de hauteur. Les hourdis ne constituent pas d’éléments porteurs ;
 des nervures d’épaisseur qui varie de 4 à 8cm coulées sur place avec la dalle de
compression, portant une zone des charges dont la largeur est généralement de 33cm
et les transmettant aux poutres principales ;
 de poutres principales reposant sur des murs en maçonnerie ou sur des piliers.

Figure 12 : Coupe du plancher à corps creux

5.2.4.3 Calcul de la dalle de compression

Les armatures en quadrillages formés par des armatures parallèles et perpendiculaires


aux nervures assurent l’équilibre de l’effort de compression dans la dalle.

 Armatures perpendiculaires aux nervures


200
As ≥ donc As = 0,5cm2, soit As = 1T8 = 0,503 cm2
fe

 Armatures parallèles aux nervures


As
A= = 0,25cm2 soit A = 1T6 = 0,283 cm2
2

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 82


Mémoire de fin d’étude 2009

5.2.4.4 Calcul des nervures


a. Evaluation des charges

Nous appliquerons la méthode de Caquot minorée pour le calcul des poutrelles.

Les longueurs fictives en travée sont :

l/ = l pour une travée de rive

l/ = 0,8l pour une travée intermédiaire

a.1 Moments et efforts tranchants aux appuis

Le moment fléchissant produit au niveau de l’appui intermédiaire est :

3 3
p w l /w + p e l e/
M=−
8,5(l /w + l e/ )

l e/ : portée de la travée fictive de gauche

l/w : portée de la travée fictive de droite

pw : charge répartie sur la travée de gauche

pe : charge répartie sur la travée de droite

L’effort tranchant aux appuis est :

pl M w − M e M − Me
Vd = − + = -τ + w
2 l l

pl M w − M e M − Me
Vg = + =τ+ w
2 l l

Avec :

p : charge sur la travée

Mw : Moment d’appui à gauche de la travée

Me : Moment d’appui à droite de la travée


RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 83
Mémoire de fin d’étude 2009

Le moment en travée est :

plx px 2 (M − M e )
M(x) = − − Mw + w x
2 2 l

Avec x = − V d
p

L’Effort tranchant en travée est :

pl M − Me
V ( x) = − px + w
2 l

La section d’effort tranchant est nul pour x0 = l + M w − M e


2 pl

a.2 Sollicitations de calcul

Prenons le cas du plancher de l’axe 3. Nous avons ici une poutre continue à six travée
chargées uniformément par les charges suivantes :

 Charge permanente
plancher (12+4) : 260 daN/m2
chape + revêtement : 100 daN/m2
enduit plafond (e= 1cm) : 18 daN/m²
Totalpar mètre linéaire : g= 0.33 x (378)= 125 daN/ml
 Surcharges d’exploitation
Travée JI : Q1 = 0,33 x 400 = 132 daN/ml
Travée IH : Q2 = 0,33 x 400 = 132 daN/ml
Travée HG : Q3 = 0,33 x 250 = 82,5 daN/ml
Travée GF : Q4 = 0,33 x 250 = 82,5 daN/ml
Travée FE : Q5 = 0,33 x 250 = 82,5 daN/ml

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 84


Mémoire de fin d’étude 2009

a.3 Moment maximal aux appuis

Les moments maximal aux appuis sont obtenus en chargeant tous les travées par :

 1,35G + 1,5Q en ELU


 G + Q en ELS

Tableau 60: Moments maximaux aux appuis en ELU

p Mw Me
Travée l[m] l/[m]
[daN/m] [daN.m] [daN.m]
JI 2,95 2,95 366,75 0 -369,230956
IH 3,625 2,9 366,75 -369,230956 -326,134853
HG 3,625 2,9 292,5 -326,134853 -289,402941
GF 3,625 2,9 292,5 -289,402941 -380,402941
FE 3,625 3,625 292,5 -380,402941 0

Tableau 61: Moments maximaux aux appuis en ELS

p Mw Me
Travée l[m] l/[m]
[daN/m] [daN.m] [daN.m]
JI 2,95 2,95 257 0 -258,738529
IH 3,625 2,9 257 -258,738529 -229,790882
HG 3,625 2,9 207,5 -229,790882 -205,302941
GF 3,625 2,9 207,5 -205,302941 -269,302941
FE 3,625 3,625 207,5 -269,302941 0

a.4 Moment maximal en travée

Le moment maximal en travée est obtenu en chargeant la travée considéré par :

1,35G + 1,5Q en ELU et G + Q en ELS et en déchargeant les autres travées de la


charge d’exploitation c'est-à-dire qu’on applique que la charge : 1,35G en ELU et G en ELS

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 85


Mémoire de fin d’étude 2009

Tableau 62: Moment maximal en travée JI en ELU

p Mw Me M
Travée l[m] l/[m] τ [daN] Vd[daN] Vg[daN] x[m]
[daN/m] [daN.m] [daN.m] [daN.m]
JI 2,950 2,950 367 0 -272 541 -449 633 1,22 274
IH 3,625 2,900 169 -272 -167 306 -335 277 1,98 332
HG 3,625 2,900 169 -167 -167 306 -306 306 1,81 277
GF 3,625 2,900 169 -167 -219 306 -291 320 1,73 252
FE 3,625 3,625 169 -219 0 306 -366 245 2,17 398

Tableau 63: Moment maximal en travée JI en ELS

p Mw Me M
Travée l[m] l/[m] τ [daN] Vd[daN] Vg[daN] x[m]
[daN/m] [daN.m] [daN.m] [daN.m]
JI 2,950 2,950 257 0 -194 379 -313 445 1,22 191
IH 3,625 2,900 125 -194 -124 227 -246 207 1,97 242
HG 3,625 2,900 125 -124 -124 227 -227 227 1,81 205
GF 3,625 2,900 125 -124 -162 227 -216 237 1,73 186
FE 3,625 3,625 125 -162 0 227 -271 182 2,17 295

Tableau 64: Moment maximal en travée IH en ELU

p Mw Me M
Travée l[m] l/[m] τ [daN] Vd[daN] Vg[daN] x[m]
[daN/m] [daN.m] [daN.m] [daN.m]
JI 2,950 2,950 169 0 -267 249 -158 339 0,94 74
IH 3,625 2,900 367 -267 -265 665 -665 664 1,81 603
HG 3,625 2,900 169 -265 -167 306 -333 279 1,97 328
GF 3,625 2,900 169 -167 -219 306 -291 320 1,73 252
FE 3,625 3,625 169 -219 0 306 -366 245 2,17 398

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 86


Mémoire de fin d’étude 2009

Tableau 65: Moment maximal en travée IH en ELS

p Mw Me M
Travée l[m] l/[m] τ [daN] Vd[daN] Vg[daN] x[m]
[daN/m] [daN.m] [daN.m] [daN.m]
JI 2,950 2,950 125 0 -191 184 -120 249 0,96 57
IH 3,625 2,900 257 -191 -189 466 -466 465 1,81 423
HG 3,625 2,900 125 -189 -124 227 -245 209 1,96 239
GF 3,625 2,900 125 -124 -162 227 -216 237 1,73 186
FE 3,625 3,625 125 -162 0 227 -271 182 2,17 295

Tableau 66: Moment maximal en travée HG en ELU

p Mw Me τ M
Travée l[m] l/[m] Vd[daN] Vg[daN] x[m]
[daN/m] [daN.m] [daN.m] [daN] [daN.m]
JI 2,950 2,950 169 0 -170 249 -191 306 1,13 108
IH 3,625 2,900 169 -170 -228 306 -290 322 1,72 249
HG 3,625 2,900 293 -228 -228 530 -530 530 1,81 480
GF 3,625 2,900 169 -228 -219 306 -308 303 1,83 282
FE 3,625 3,625 169 -219 0 306 -366 245 2,17 398

Tableau 67: Moment maximal en travée HG en ELS

p Mw Me M
Travée l[m] l/[m] τ [daN] Vd[daN] Vg[daN] x[m]
[daN/m] [daN.m] [daN.m] [daN.m]
JI 2,950 2,950 125 0 -126 184 -142 227 1,13 80
IH 3,625 2,900 125 -126 -164 227 -216 237 1,73 186
HG 3,625 2,900 208 -164 -164 376 -376 376 1,81 341
GF 3,625 2,900 125 -164 -162 227 -227 226 1,82 206
FE 3,625 3,625 125 -162 0 227 -271 182 2,17 295

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 87


Mémoire de fin d’étude 2009

Tableau 68: Moment maximal en travée GF en ELU

p Mw Me M
Travée l[m] l/[m] τ [daN] Vd[daN] Vg[daN] x[m]
[daN/m] [daN.m] [daN.m] [daN.m]
JI 2,95 2,95 169 0 -170 249 -191 306 1,13 108
IH 3,625 2,9 169 -170 -167 306 -307 305 1,82 279
HG 3,625 2,9 169 -170 -228 306 -289 323 1,71 247
GF 3,625 2,9 293 -228 -274 530 -518 543 1,77 458
FE 3,625 3,625 169 -274 0 306 -381 230 2,26 431

Tableau 69: Moment maximal en travée GF en ELS

p Mw Me M
Travée l[m] l/[m] τ [daN] Vd[daN] Vg[daN] x[m]
[daN/m] [daN.m] [daN.m] [daN.m]
JI 2,950 2,950 125 0 -126 184 -142 227 1,13 80
IH 3,625 2,900 125 -126 -124 227 -227 226 1,82 206
HG 3,625 2,900 125 -124 -164 227 -215 238 1,72 185
GF 3,625 2,900 208 -164 -199 376 -367 386 1,77 324
FE 3,625 3,625 125 -199 0 227 -281 172 2,25 317

Tableau 70: Moment maximal en travée FE en ELU

p Mw Me M
Travée l[m] l/[m] τ [daN] Vd[daN] Vg[daN] x[m]
[daN/m] [daN.m] [daN.m] [daN.m]
JI 2,95 2,95 169 0 -170 249 -191 306 1,13 108
IH 3,625 2,9 169 -170 -167 306 -307 305 1,82 279
HG 3,625 2,9 169 -167 -167 306 -306 306 1,81 277
GF 3,625 2,9 169 -167 -325 306 -262 350 1,55 204
FE 3,625 3,625 293 -325 0 530 -620 440 2,12 657

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 88


Mémoire de fin d’étude 2009

Tableau 71: Moment maximal en travée FE en ELS

p Mw Me M
Travée l[m] l/[m] τ [daN] Vd[daN] Vg[daN] x[m]
[daN/m] [daN.m] [daN.m] [daN.m]
JI 2,950 2,950 125 0 -126 184 -142 227 1,13 80
IH 3,625 2,900 125 -126 -124 227 -227 226 1,82 206
HG 3,625 2,900 125 -124 -124 227 -227 227 1,81 205
GF 3,625 2,900 125 -124 -233 227 -196 257 1,57 154
FE 3,625 3,625 208 -233 0 376 -440 312 2,12 467

b. Calcul des armatures

Les poutrelles sont assimilées à des poutres en T.

La dimension retenue pour la poutrelle est :

 épaisseur de la table : ho = 4cm


 largeur de la table : b = 33cm
 largeur de la nervure : bo = 6cm
 hauteur : h = 16cm
 hauteur utile : d = 13.5cm

b.1 Armatures longitudinales

 Calcul de moment de référence MTU

C’est le moment équilibré par l’hourdis, il est nécessaire pour déterminer la position
de l’axe neutre.

 h 
Mtu = b h 0  d − 0  f bu
 2

Mtu = 2150,50 daN.m

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 89


Mémoire de fin d’étude 2009

Comme Mu < Mtu sur toutes les travées, l’axe neutre se trouve dans la table de
compression, la section en T est assimilable à une section rectangulaire de largeur b = 33cm et
de hauteur h=16cm.

 Section des armatures en travée

Tableau 72: Armatures longitudinales en travée du plancher

Mu Mser A/ A Amin Mserlim Vérification


Travées µ A choisie µserlim
[daN.m] [daN.m] [cm2] [cm2] [cm2] [daN.m] à ELS
JI 274 191 0,032 0 0,59 0,54 3T6=0,85 0,050 757 Vérifié
IH 603 423 0,071 0 1,33 0,54 3T8=1,50 0,071 1061 Vérifié
HG 480 341 0,056 0 1,05 0,54 3T8=1,50 0,066 995 Vérifié
GF 458 324 0,054 0 1,00 0,54 3T8=1,50 0,064 957 Vérifié
JI 657 467 0,071 0 1,33 0,54 3T8=1,50 0,071 1061 Vérifié

Tableau 73: Vérification des flèches

h A Mt M0 Mt 4,2 bd
Travées Observations
l 2
[cm ] [daN.m] [daN.m] 10M0 fe

JI 0,0542 0,85 274 399 0,069 4,68 Non vérifiée


IH 00441 1,50 603 602 0,100 4,68 Non vérifiée
HG 00441 1,50 480 480 0,100 4,68 Non vérifiée
GF 00441 1,50 458 480 0,095 4,68 Non vérifiée
FE 00441 1,50 60 480 0,125 4,68 Non vérifiée

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 90


Mémoire de fin d’étude 2009

Tableau 74: Vérification directe de la déformation au niveau du plancher

Travées ρ µ λ Ifi[m] Ei[MPa] fi fiadm Observations


JI 0,009 0,7493 2,3272 0,00000733 32164 0,00169 0,0140 Vérifiée
IH 0,009 0,7493 2,3272 0,00000863 32164 0,00217 0,0053 Vérifiée
HG 0,007 0,6865 3,0375 0,00000863 32164 0,00173 0,0070 Vérifiée
GF 0,007 0,6865 3,0375 0,00000863 32164 0,00173 0,0065 Vérifiée
FE 0,007 0,6865 3,0375 0,00000863 32164 0,00173 0,0065 Vérifiée

 Sections des armatures aux appuis

Les moments aux appuis de rive seront égaux aux moments de travée pris comme
isostatique multipliés par 0,15 parce qu’il est encastré partiellement aux poutres.

Tableau 75: Armatures longitudinales aux appuis du plancher

Mu Mser Μ A/ A
Appuis A choisie
[daN.m] [daN.m] [daN.m] [cm2] [cm2]
J 60 42 0,007 0 0,54 2T10=0,57
I 369 259 0,043 0 0,80 3T8=1,5
H 326 230 0,038 0 0,71 3T8=1,5
G 289 205 0,034 0 0,63 3T8=1,5
F 289 205 0,034 0 0,63 3T8=1,5
E 72 51 0,008 0 0,54 2T10=0,57

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 91


Mémoire de fin d’étude 2009

Tableau 76: Vérification au niveau des appuis de rive

Vu A γ s .Vu fc28
Appuis 0,4 ab0 Observations
[daN] [cm2] fe γb
Jd 416 0,57 0,12 3850 Vérifiée
Eg 450 0,57 0,19 3850 Vérifiée

Tableau 77: Vérification au niveau des appuis intermédiaires

Vu A Mu γs Mu f
Appuis a [m] (Vu + ) 0,4 c28 ab0 Observations
[daN] [cm2] [daN.m] fe 0,9d γb
Ig 666 1,5 369 0,175 1,07 3850 Vérifiée
Id 677 1,5 369 0,175 1,07 3850 Vérifiée
Hg 653 1,5 326 0,175 0,95 3850 Vérifiée
Hd 540 1,5 326 0,175 0,93 3850 Vérifiée
Gg 520 1,5 289 0,175 0,83 3850 Vérifiée
Gd 530 1,5 289 0,175 0,84 3850 Vérifiée
Fg 530 1,5 289 0,175 0,84 3850 Vérifiée
Fd 610 1,5 289 0,175 0,86 3850 Vérifiée

b.2 Armatures transversales

Prenons φ t = 6mm donc At = 1T6 = 0,283cm2.

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 92


Mémoire de fin d’étude 2009

Tableau 78: Espacement réel des armatures transversales

0,9At f e At fe
Appuis Stmax St choisi
b0γ s (τ u − 0,3f t28) 0,4b0
Jd <0 35 12 10
Ig <0 35 12 10
Ig <0 35 12 10
Hd <0 35 12 10
Hg <0 35 12 10
Gd <0 35 12 10
Gg <0 35 12 10
Fd <0 35 12 10
Fg <0 35 12 10
Eg <0 35 12 10

5.2.5 Calcul de la dalle pleine


Une dalle pleine est un élément à contour généralement rectangulaire dont les appuis
peuvent être continus (poutres, voiles ou murs maçonnés) ou ponctuels (poteaux).

Les dalles pleines sur appuis continus peuvent porter dans deux directions ou bien
dans une seule.

Les dalles proprement dites portent normalement dans deux directions, les poutres-
dalles sont des dalles particulières qui ne portent que dans une seule direction.

On considère que la dalle est portée sur ses quatre côtés si :

lx
α= ≥ 0,4
ly

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 93


Mémoire de fin d’étude 2009

M x = µ x ql 2x

My = µy Mx

Où :

Mx : le moment fléchissant suivant le sens du plus petit côté

My : le moment fléchissant suivant le sens du plus grand côté

µ x et µ y sont des coefficients déterminés à partir de l’abaque en annexe.

Appliquons la méthode forfaitaire pour déterminer les armatures des dalles.

5.2.5.1 Principe de la méthode


Cette méthode consiste à déterminer les moments maximaux en travée et aux appuis à
partir des formules ci-dessus et en les multipliant par des coefficients qui sont fonctions des
dimensions des panneaux et des chargements de la dalle considérée.

5.2.5.2 Condition d’application de la méthode


Soient :

 Mo le moment maximal dans la travée de comparaison ;


 Mw et Me respectivement le moment à gauche et à droite ;
 Mt le moment maximal dans la travée considérée ;
 λ est le rapport des charges d’exploitation à la somme des charges permanentes et
d’exploitation.
QB
λ=
G + QB

Et la valeur prise pour le moment maximal en travée Mt doit vérifier la condition


suivante :

Mw + Me
 Mt + ≥ Max[1,05M0 ; (1+0,3 λ )M0] ;
2

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 94


Mémoire de fin d’étude 2009

(1 + 0,3λ )
 Mt ≥ M 0 dans le cas d’une travée intermédiaire ;
2

(1,2 + 0,3λ )
 Mt ≥ M 0 dans le cas d’une travée de rive.
2
Où :

M0 : la valeur maximale du moment de flexion dans la travée de comparaison ou moment


isostatique,

Mw et Me : respectivement les valeurs absolues des moments sur appuis de gauche et de droite
qui sont pris en compte dans les calculs de la travée considérée,

Mt : le moment maximal dans la travée considéré,

λ : est le rapport des charges d’exploitation à la somme des charges permanentes et


d’exploitation

QB
λ=
G + QB

La valeur absolue de chaque moment sur appuis intermédiaire ne doit pas être
inférieure à :

 0,60 M0 dans le cas d’une poutre à deux travées ;


 0,50 M0 pour les appuis voisins des appuis de rive d’une poutre plus de deux travées ;
 0,40 M0 pour les autres appuis intermédiaires d’une poutre plus de trois travées.

La valeur absolu de chaque moment sur appuis de rive est égale à :

 0,20 M0 pour l’encastrement partiel ;


 0,50 M0 pour l’encastrement total

La longueur de chapeau à partir du nu d’appui est au moins égale à :

1
 de la plus grande portée des deux travées encadrant l’appui s’il s’agit d’un appui
5
n’appartenant pas à une travée de rive ;
RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 95
Mémoire de fin d’étude 2009

1
 de la plus grande portée des deux travées encadrant l’appui considéré s’il s’agit
4
d’un appui intermédiaire voisin d’un appui de rive.

Tableau 79: Sollicitations au niveau des panneaux

Panneau µx µy Mx My
P1 0,1101 0,0906 762 69
P2 0,0969 0,1803 1013 183
P3 0,0969 0,1803 1013 183
P4 0,0969 0,1803 1013 183
P5 0,0969 0,1803 1013 183
P6 0,0969 0,1803 1013 183

Prenons les sollicitations suivantes pour pouvoir déterminer les JIrraillages de notre
dalle pleine :

Pour l’appui :

 Appui J : 0,15 Mx= 114daN.m


 Appui I : 0,55 Mx= 557daN.m
 Appui H : 0,55 Mx= 557daN.m
 Appui G : 0,55 Mx= 557daN.m
 Appui F : 0,55 Mx= 557daN.m
 Appui E : 0,15 Mx= 152daN.m
Pour la travée :

 Travée JI : 0,80 Mx= 610daN.m


 Travée IH : 0,6 Mx= 608daN.m
 Travée HG : 0,6 Mx= 608daN.m
 Travée GF : 0,6 Mx= 608daN.m
 Travée FE : 0,8 Mx= 810daN.m

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 96


Mémoire de fin d’étude 2009

Tableau 80: Vérification des conditions pour les dalles pleines

Travée JI IH HG GF FE
λ 0,17 0,17 0,17 0,17 0,17
M0 762 1013 1013 1013 1013
Mt 610 608 608 608 810
Mw 114 557 557 557 557
Me 557 557 557 557 152
Mw + Me
Mt + 946 1165 1165 1165 1065
2

1,05M0 800 1064 1064 1064 1063


1 + 0,3 λ
M0
2 400 532 532 532 532

D’après les valeurs données par le tableau ci-dessus, on peut constater que toutes les
valeurs des moments sont vérifiées donc on peut appliquer la méthode forfaitaire.

Trouvons alors les sections d’armatures en travée à partir des valeurs trouvées précédemment

Tableau 81: Section d’armatures en travée pour les dalles

Travées JI IH HG GF FE
Mu 610 608 608 608 810
µ 0,048 0,048 0,048 0,048 0,063
µlim 0,391 0,391 0,391 0,391 0,391
βu 0,0498 0,0498 0,0498 0,0498 0,0668
As théorique 1,93 1,93 1,93 1,93 2,58
As réelle 7T6=1,98 7T6=1,98 6T6=1,63 7T6=1,98 10T6=2,83

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 97


Mémoire de fin d’étude 2009

Tableau 82: Section d’armatures aux appuis pour les dalles

Travées J I H G F E
Mu 114 557 557 557 557 152
µ 0,010 0,044 0,044 0,044 0,044 0,012
µlim 0,391 0,391 0,391 0,391 0,391 0,391
βu 0,0102 0,0458 0,0458 0,0458 0,0458 0,0122
As théorique 0,39 1,77 1,77 1,77 1,77 0,47
As réelle 3T6=0,85 7T6=1,98 7T6=1,98 7T6=1,98 7T6=1,98 3T6=0,85

5.2.6 Calcul de l’escalier


L’escalier constitue la circulation verticale des personnes dans le bâtiment. Il relie
ainsi les différents niveaux de la construction.
 hauteur à franchir : H = 3,17m ;
 emmarchement E =1,30 m ;
 hauteur de marche h varie de 16 à 20, prenons h= 17cm ;
H
 nombre de contremarche n = = 18,64
h
 largeur au giron : 2h + g = 63cm donc g = 29cm
 angle d’inclinaison α = 33,75°

Les actions à considérer sont celles à l’ELU et à l’ELS.

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 98


Mémoire de fin d’étude 2009

Tableau 83 : Charges de l’escalier

Nature Désignation Unité Total


p1
0,17x1,30x2200
Marche : daN/ml 486
2
Garde – corps daN/ml 50
Charge
1.30 x0.12x2500
permanente Paillasse : daN/ml 469
Cos33,75

Chape et revêtement daN/ml 100


Total daN/ml 1105
Surcharges Escalier : 1,30x400 daN/ml 520
ELU daN/ml 2272
Combinaison
ELS daN/ml 1625
p2
palier : 0.16x1.20x2500 daN/ml 480
Charge
Chape et revêtement daN/ml 100
permanente
Total daN/ml 580
Surcharges Escalier : 1.30x400 daN/ml 520
ELU daN/ml 1563
Combinaison
ELS daN/ml 1100

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 99


Mémoire de fin d’étude 2009

5.2.6.1 Calcul des sollicitations

Figure 13: Modélisation d’escalier à l’horizontal

Efforts tranchants :

q 2 b 2 − q 1a 2
VA = q 1 a +
2L

q 2 b 2 − q 1a 2
VB = − q 2 b +
2L

VA
La valeur de x0 =
q1

VA2
Le moment maximal en travée est : Mmax =
2q1

Les moments aux appuis Ma = 0,15 Mmax

Les résultats des sollicitations sont résumés dans le tableau suivant :

Tableau 84: Valeurs des sollicitations

Va Vb x0 Mmax Ma
Etats
[daN] [daN] [m] [daN.m] [daN.m]
ELU 4556 -3800 1,835 4180 627
ELS 3264 -2704 1,833 2991 449

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 100


Mémoire de fin d’étude 2009

5.2.6.2 Détermination des armatures


Le calcul des sections d’armature se ramène à une poutre rectangulaire soumise à une
flexion simple. La fissuration est peu préjudiciable et l’enrobage des aciers sera 2cm.

Condition de non fragilité :


L’armature choisie doit être au moins égale à la section minimale imposée par la
f t28
condition de non fragilité telle que : Amin = 0,23.b.d.
fe

a. Armatures longitudinales

La section de calcul est rectangulaire dont la largeur b = 1m et la hauteur h = 12cm.

On admet que la fissuration est peu préjudiciable.

Tableau 85: Armatures longitudinales

Mu Mser A/ A Mserlim Vérification


µ A choisi µserlim
[daN.m] [daN.m] [cm2] [cm2] [daN.m] à l'ELS
Travées 4180 2991 0,172 0 8,6 8T12=9,05 0,100 4850 Vérifiée
Appuis 627 449 0,023 0 1,69 6T6=1,70 0,043 2125 Vérifiée
Avec Amin = 1,6cm2, soit Amin = 6T6 = 1,70 cm2

b. Armatures de répartition

As
Les armatures de répartition sont obtenues par Ar> .
4

L’espacement des barres de répartition est limité à : e ≤ Min (4h ; 45cm).

Tableau 86 : Armatures de répartition au droit de l’escalier

Ar Amin e
Escalier Ar choisie
[cm2] [cm2] [m]
Travée 2,2625 1,7 8T6=2,26 22
Appui 0,425 1,7 6T6=1,7 20

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 101


Mémoire de fin d’étude 2009

CHAPITRE 5 : CALCUL DE L’INFRASTRUCTURE

La fondation est un élément de la structure en interaction avec le sol. C’est l’une de la


partie la plus importante d’une construction. Son rôle est principalement la transmission des
efforts verticaux provenant des charges verticales cheminant le long des poteaux et des mûrs.

Trois types de fondations peuvent se présenter pour tout type d’ouvrage selon la
portance du sol.

 Fondation superficielle ;
 Fondation semi profonde ;
 Fondation profonde.

4.1 Buts recherchés


 Stabilité de la construction au niveau des fondations
Pas de tassement
Pas de glissement
Pas de poinçonnement
 Durabilité donc sécurité
Eviter l’humidité de l’ouvrage
Eviter l’oxydation de l’acier
Eviter l’affouillement
 Bon ancrage de la construction

4.2 Types de fondation

4.2.1 Fondations superficielles


Elles sont utilisées lorsque le terrain résistant se trouve à une fable profondeur. On
admet généralement qu’une fondation de profondeur D peut être considérée comme
superficielle lorsque :
D
< 5 ou 6 où B la largeur de la fondation
B

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 102


Mémoire de fin d’étude 2009

 Semelles isolées
Les fondations sont de type isolé lorsqu’elles ont des dimensions limitées. Elles sont
situées directement sous les poteaux.
 Semelles filantes
Les semelles filantes sont des fondations de type continu sous l’ouvrage fondé. Elles
supportent dans ce cas un mur ou une paroi.
 Radiers
Ce sont des dalles carrées ou rectangulaires, de grande surface. Elles sont nécessaires
lorsque le sol est de faible résistance ou si les charges transmises conduisent à des
semelles dont la surface est voisine de la moitié de celle de la construction.

4.2.2 Fondations semi – profondes ou puits


Les puits se placent en limite des deux domaines de fondations. Ils se rattachent, par le
principe de réalisation, aux fondations profondes, mais sont généralement calculés suivants
les règles des fondations superficielles.

4.2.3 Fondations profondes ou pieux


Elles sont utilisés lorsque les couches superficielles d’un terrain sont compressibles,
tandis que les couches sous jacentes sont résistantes à partir d’une certaine profondeur. En
général, les pieux sont convenablement nécessaires lorsque le rapport entre l’ancrage D et la
largeur B est pratiquement supérieur à 10.

4.3 Etude de la fondation

4.3.1 Portance du sol


On appelle portance du sol, la capacité portante du sol pour supporter une
construction.

Dans notre cas, nous avons un bon sol. Sa contrainte admissible est de 5MPa =
500T/m2

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 103


Mémoire de fin d’étude 2009

4.3.2 Choix du type de fondation


Comme les couches de terrain susceptibles de supporter l’ouvrage se trouvent à une
faible profondeur, on va recourir donc à des fondations superficielles. Nous allons étudier
alors pour exemple de calcul la semelle isolée sous le poteau D2.

4.3.3 Dimensionnement de la semelle

B b

h
e
a
B
A

Figure 14: Schéma de la semelle

Soit une semelle carrée de section S = 1,3 x 1,3 m2 ancrée en une profondeur D = 2m.
L’enrobage est de 5cm.

A -a
La hauteur h de la semelle est telle que : h ≥
4

Pour A = 1,3m et a = 0,22m, on trouve h ≥ 27cm. Choisissons h = 35cm.

La somme venant de la superstructure au-dessus du poteau D2 est égale à 96,29T.

Poids propre de la semelle : 1,3 x 1,3 x 0,35 x 2,5 = 1,48T

Poids propre du poteau : 0,22 x 0,30 x 1,725 x 2,5 = 0,28T

Poids du remblai : [(1,3 x 1,3 x 1,725) – (0,22 x 0,30 x 1,725)] x 1,8 = 5,04T

La charge supportée par la semelle est donc : ∑P = 103,09T


i

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 104


Mémoire de fin d’étude 2009

La contrainte sous semelle est donc : σ s = ∑P i


= 61T/m2
S

Alors σs ≤ σs donc la semelle carrée de 1,3 x 1,3 ancrée à 2m de profondeur est apte
pour fondation du poteau B3.

4.3.4 Calcul des armatures de la semelle


Pour le calcul d’armatures, on utilise la méthode des bielles. Les sections des
armatures de la semelle sont données par les relations suivantes :

Pu (A - a)γ s Pu (B - b)γ s
Aa = et Ab =
8hfe 8hfe

Avec : Pu =133,034T

γ s = 1,15

JI = 400MPa = 4T/cm2

On trouve : Aa = 14,75cm2 et Ab = 13,66cm2

Aa = 5T20 = 15,85cm2

Ab = 5T20 = 15,85cm2

Les espacements sont e = 22cm

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 105


Mémoire de fin d’étude 2009

CHAPITRE 6 : SECOND ŒUVRE

Après avoir bouclé l’étude du gros œuvre, nous allons maintenant procéder à l’étude
du second œuvre du projet qui par définition désigne l’ensemble des ouvrages d’achèvement
de la construction. En d’autres termes à travers le présent chapitre nous allons parler de
l’alimentation en eau potable, de l’électrification et de l’assainissement de l’immeuble.

5.1 Alimentation en eau potable

5.1.1 Débits
Pour connaître les besoins en eau de chaque appartement, nous allons déterminer
d’abord les débits de base des appareils y fonctionnant.

5.1.2 Détermination de diamètre des canalisations


La détermination des diamètres de canalisation se fait à l’aide de l’abaque de
DARIES. Cet abaque donne la perte de charge en millimètre par mètre. Nous avons choisi la
vitesse v =1,5m/s pour éviter les coups de bélier qui entraînent la JIrmeture brusque des
robinets.

Nous présentons dans le tableau ci - dessous, les débits probables et les diamètres de
branchement pour chaque étage.

Le principe de la détermination des sections des canalisations est que celles-ci doivent
être suffisantes pour pouvoir transiter les débits de pointe, lorsque les appareils de l’immeuble
sont supposés fonctionner avec un coefficient de simultanéité y donné par la formule
suivante :

0 ,8
y= : x étant le nombre d’appareils installés.
x −1

Qprobable = y Qbrute

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 106


Mémoire de fin d’étude 2009

Tableau 87: Calcul du débit de l’alimentation en eau

Débit de base [l/s] Nombre


Débit
Nombre appareil
Niveau Désignation totale
d'appareil par totale par
étage [l/s]
par robinet appareil cumulé étage
W.C 11 0,12 1,32
RDC Douche 3 0,25 0,75
Lave main 9 0,1 0,9 2,97 23 2,97
W.C 11 0,12 1,32
R+1 Douche 3 0,25 0,75
Lave main 9 0,1 0,9 5,94 23 2,97
W.C 11 0,12 1,32
R+2 Douche 3 0,25 0,75
Lave main 9 0,1 0,9 8,91 23 2,97
W.C 11 0,12 1,32
R+3 Douche 3 0,25 0,75
Lave main 9 0,1 0,9 11,88 23 2,97

Tableau 88: Calcul des diamètres de canalisations de l’alimentation en eau

Nombre Débit brut Débit probable Diamètre


Niveau y
d'appareil [l/s] [l/s] [mm]
RDC 23 0,1706 2,97 0,51 20
R+1 23 0,1706 2,97 0,51 20
R+2 23 0,1706 2,97 0,51 20
R+3 23 0,1706 2,97 0,51 20
Total 92 0,0839 11,88 1,00 30

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 107


Mémoire de fin d’étude 2009

5.2 Assainissement
L’assainissement des agglomérations a pour objet d’assurer l’évacuation de l’ensemble
des eaux pluviales et usées, ainsi que leur rejet dans les exutoires naturels. Notre étude
consiste à dimensionner les accessoires permettant :

 L’évacuation des eaux vannes (EV) provenant des WC ;


 L’évacuation des eaux usées (EU) provenant de la douche ;
 L’évacuation des eaux pluviales (EP).

Pour éviter la corrosion des tuyaux, nous choisissons le type de canalisation en PVC.

5.2.1 Evacuation des eaux pluviales


L’évacuation des eaux pluviales sera assurée par les tuyaux de descente avec entrées
d'eau à moignon cylindrique. Les entrées d'eaux pluviales sont généralement constituées de
deux parties : la platine et le moignon en plomb d’épaisseur 2,5mm, assemblées entre elles par
soudure ou tout système d'assujettissement étanche.

Les diamètres des tuyaux de descente évacuant les eaux pluviales sont données par le
tableau ci-après, établi en admettant un débit maximal de 3litres à la minute et par m² de
surface de la projection horizontale (conformément au DTU 60.11).

Tableau 89: Diamètres intérieurs des tuyaux de descente

Surface en plan des Diamètre intérieur des


toitures desservies [m²] tuyaux [cm]
71 8
91 9
113 10
136 11
161 12
190 13
220 14
253 15
287 16

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 108


Mémoire de fin d’étude 2009

Dans le cas de ce projet, la surface en plan collectée est égale à 153m², on aura deux
tuyaux de descente de 9cm de diamètre que l’on va placer des deux cotés et de la façade
postérieure de l’immeuble.

5.2.2 Evacuation des eaux vannes


Selon la norme AFNOR DTU 60.1 P40-202, le diamètre des tuyaux collecteurs pour
un WC est égal à 100mm.

Nous allons adopter des tuyaux PVC 100.

5.2.3 Evacuation des eaux usées


Les diamètres intérieurs des tuyaux de chute d’eau usée sont constants sur toute la
hauteur du bâtiment.

Pour assurer l’évacuation des eaux usées, nous allons adopter aussi des tuyaux PVC
100.

5.2.4 Fosse septique


Dans la ville d’Antananarivo, le réseau d’assainissement urbain est constitué par un
réseau de collecte unitaire dans lequel toutes les eaux (EU, EV, EP) sont recueillies.
Cependant avant leur évacuation vers le réseau urbain, les eaux usées et plus particulièrement
les effluents des WC doivent obligatoirement subir un traitement afin de les neutraliser.

La fosse septique est un appareil destiné à la collecte et à la liquéfaction des matières


polluantes contenues dans les effluents des WC et éventuellement des eaux usées.

Dimensionnement des fosses septiques

Le dimensionnement de la fosse septique dépend du nombre des usagers. Le volume


de la fosse est de 250litres par personne. Les fosses contiennent chacune 3 compartiments :

 le compartiment chute qui occupe le 2/3 du volume nécessaire ;


 le compartiment décantation qui occupe le 1/3 du volume nécessaire ;
 le filtre qui assure l’épuration des effluents par l’action de bactéries aérobies.

La surface du lit bactérien est donnée par la formule suivante :

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 109


Mémoire de fin d’étude 2009

N
S=
10H2

Avec :

N : nombre des usagers,

H : hauteur du lit bactérien égale à 1,60 m.

Nous allons estimer que le nombre des usagers est de 30 personnes. Nous avons donc :

 Le volume d’une fosse V = 250 x 30 = 7500 l ;


 Le volume de la chute V1 = 5000 l ;
 Le volume de la décantation V2 = 2500 l.
En prenant une profondeur de 1,60 m, et en supposant qu’on a une section carrée, on a
les côtés de chaque compartiment :

V 7 ,5
 Pour la chute : S = = = 4,75 m2 ; d’où le côté de la chute égal à 2,15 m ;
H 1, 6
V 2 ,5
 Pour la décantation : l = = ; soit une largeur de 0,73 m.
hL 1,6 x 2,15
N 30
 Pour le filtre, la surface est S = 2
= 2
= 1,17m2.L’épurateur a une
10H 10 x1,60
dimension de 1,16 x 0,88.

5.3 Electricité

5.3.1 Protection contre les surtensions et les courts circuits


L’installation électrique de l’immeuble doit être commandée par un disjoncteur
général placé à l’origine du circuit venant de la JIRAMA, ce disjoncteur est bipolaire et
différentiel.

Tous les circuits électriques seront protégés contre les surtensions et les courts circuits
par des dispositifs (phase neutre) comme les coupes circuits à cartouche fusible.

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 110


Mémoire de fin d’étude 2009

5.3.2 Protection des personnes


La protection des personnes s’efJIctue par l’installation de prise de terre. La prise de
terre sera constituée par un conducteur posé en boucle à fond de fouille.

5.3.3 L’éclairement E
L’éclairage nécessaire pour les différents types de locaux est :

Tableau 90: Valeur de l’éclairement nominal E selon les locaux

Eclairement
Type de local
E [lux]
Salle de classe 500
Bibliothèque 500
Bureaux et
600
administrations
Escalier 100
Toilette 100
Laboratoire 500
Salles polyvalentes 500
Archives 100

5.3.4 Choix des luminaires


Pour l’éclairage électrique de notre bâtiment, nous avons choisie deux types de lampe
dont les lampes à incandescences et les tubes fluorescents.

Tableau 91: Caractéristiques des lampes à incandescences


RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 111
Mémoire de fin d’étude 2009

Flux
Tension Puissance
lumineux
[V] [W]
[lumens]
40 350
60 600
220/240
75 850
100 1200

Tableau 92 : Caractéristiques des tubes fluorescents

Tension Longueur Puissance Flux lumineux


[V] [mm] [W] [lumens]
360 16 600
590 20 1000
220/240
1200 40 2500
1500 65 4000

5.3.5 Exemple de calcul


Prenons comme exemple de calcul la détermination du flux lumineux total nécessaire et le
nombre de luminaire pour la bibliothèque et la salle informatique.

 Dimensions du local

Longueur a = 11,25 m, largeur b = 7,25 m, hauteur h = 3 m

 Teinte

Plafond blanc, murs jaune clair, sol clair.

 Choix du système d’éclairage

Semi – direct pour assurer une bonne diffusion de la lumière.

 Choix de la source de lumière

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 112


Mémoire de fin d’étude 2009

Les tubes fluorescents fournissent une température de couleur de 3000 à 6000°K


d’après le tableau 7.4.1 (page IV-2) de l’annexe.

Tubes retenues : le tableau 7.4.5 (page IV-3) de l’annexe donne un tube « blanc
brillant de luxe » 3880°K et Ra = 85, il confirme que le rendu des couleurs Ra> 80
convient pour l’éclairement d’une école.

 Choix des luminaires

Luminaires semi – encastrés à répartition semi – directe de la lumière, le tableau


« Type de réflecteurs » 7.2.15 (page IV-4) de l’annexe indique la classe H et un
rendement η = 0,48 pour les plafonniers diffuseurs opale.

 Implantation des luminaires

Pour des raisons d’esthétique, on adopte le système des chemins lumineux. Hauteur
des sources : h = H – 0,85 = 2,15.

Le tableau « Répartition des luminaires » 7.2.13 (page IV-4) de l’annexe indique,


pour une classe H, un inter distance maximale de 1,50h, d’où e = 150 x 2 = 3m.

On pourra donc disposer 2 rangées distantes de 2,30m. Le nombre de réflecteurs par


rangée (réflecteurs classiques pour tubes de 1,20m) est donc :

1425
n= = 11
120

Soit un nombre total de réflecteurs de :

N = 11 x 2 = 22

 L’indice du local

L’indice du local est obtenu par la formule suivante :

ab 14,25 x7
K= = = 2,5
h(a + b) 2,15(14,25 + 7)

Le tableau « Facteurs de réflexion » 7.2.2 (page IV-1) de l’annexe donne :

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 113


Mémoire de fin d’étude 2009

Plafond = 75% et murs = 50%

 Facteur de dépréciation

Toute installation d’éclairage subit en service, une baisse d’efficacité due aux pertes de
la lumière réfléchie par les murs et les plafonds (causé par la poussière) et à la baisse
du flux lumineux des lampes au cours de leur vie.

Pour notre cas, prenons d = 1,3.

 Rapport de suspension

H - h 3 − 2,15 1
J= = = 0,28 =
H 3 3

1
Les tableaux d’utilance U 7.2.16 de l’annexe indiquent pour : J = , pour K = 2,5,
3
pour la classe H, pour des facteurs de réflexion de 75 et 50, pour une rendement η =
0,48, la valeur

U = 0,76.

 Flux lumineux total

E.S.d 500 x 99 ,75 x 1,3


F= = = 177343 lm
η .U 0 , 48 x 0,76

S : surface du local en m2

 Flux lumineux par source

F 177343
f= = = 8061lm
N 22

Les catalogues de tubes fluorescents indiquent une puissance par tube de 105W.

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 114


Mémoire de fin d’étude 2009

PARTIE 3 :ETUDE FINANCIERE

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 115


Mémoire de fin d’étude 2009

CHAPITRE 1 : DEVIS DESCRIPTIF


Tableau 93: Devis descriptif

II- TERRASSEMENT
2.1 Fouille en rigole et en excavation sur terre franche, compris jets de pelle sur berges, dressement des fonds et parois. Fondations des bâtiments Payé au mètre cube mise en

N° PRIX DÉSIGNATION DES TRAVAUX CONCERNE MODE D’EVALUATION


1- INSTALLATION ET REPLI DE CHANTIER
Installation de chantier :
L’amenée des matériels nécessaires ou exigés.
La clôture de chantier.
La mise en place du panneau d’indication du chantier.
La préparation. des surfaces, la construction, les aménagements des baraques de chantier, de
1.1 logement et bureaux. Le chantier
La mise en disposition de moyen de communication.
Le forfait s’applique à
L’alimentation en eau potable et en énergie électrique du chantier.
l’ensemble des bâtisses sur le
L’aménagement et l’entretien des voies d’accès au chantier.
site
Les sujétions de maintien de la circulation durant les travaux.
L’établissement des plans de recollement conformes à l’exécution.

Repli de chantier :
Démontage et repliement des installations
1.2 Enfouissement de gravois et détruits Le chantier

L’enlèvement en fin de chantier de tous les matériels, les matériaux en excédent, la clôture et
la remise en état des lieux.

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 116


Mémoire de fin d’étude 2009

De toutes les dimensions exigées par la construction, y compris dressement des parois et des fonds, ainsi que place
l'épuisement d'eau et/ou le blindage éventuel
Remblai pour comblement de fouille.
Payé au mètre cube mise en
2.2 Avec utilisation de la terre provenant de la fouille suivant accord de l'Ingénieur de contrôle et/ou de la terre Comblement des fouilles
place
d'emprunt agréée par le contrôle sur toutes distances de transport

III-OUVRAGES EN INFRASTRUCTURE
Béton dosé à 150 kg/m3 de ciment, compacté et damé, y compris toutes sujétions de mise en œuvre Béton Q 150 sous semelles et Payé au mètre cube mise en
3.1
0,05m d'épaisseur sous longrines place

Payé au mètre cube mis en


3.2 Béton dosé à 350 Kg/m3 de ciment CPA 45. Semelles et longrines
place
Armature en JIrs HA ronds de tous diamètres, y compris coupe, façonnage, ligature et mis en place. Payé au kilogramme mis en
3.3 Les ouvrages en 3-2
Y compris coupe, façonnage et montage avec ligature par des fils recuits œuvre

Coffrage vertical et horizontal en bois ordinaire, y compris traverses, et butant, de coffrage et toutes sujétions ... Payé au mètre carré mis en
3.4 Les éléments en 3-2
-Élément vertical et horizontal y compris buttage et toutes sujétions de mis en œuvre place

Herissonnage en pierres sèches d'ép. 0.20m


Payé au mètre cube mis en
3.5 Y compris compactage et arrosage Dallage
place
Exécuté en couche de 0,20 m par des caillasse 40/70

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 117


Mémoire de fin d’étude 2009

IV - OUVRAGES EN SUPERSTRUCTURE
Poteaux, poutres, chaînages, linteaux, appuis de baie, Payé au mètre cube mis en
4.1 Béton dosé à 350 Kg/m3 de ciment de CPA 45.
dalles, paillasses des escaliers, rampe d'accès place
Payé au kilogramme mis en
4.2 Armature en JIrs ronds de tous diamètres, y compris coupe, façonnage, ligature et mis en place. Les ouvrages en béton armé en 4-1
œuvre
Payé au mètre carré mis en
4.3 Coffrage en bois du pays, y compris traverses, étais et buttage Les éléments verticaux et horizontaux à coffrer en 4-1
place
Payé au mètre carré mis en
4.4 Maçonnerie de briques pleines d'épaisseur 0.22 m hourdées au mortier dosé à 350Kg/m3 de ciment. Murs de remplissage intérieur, extérieur
place

Plancher à corps creux (12+4) Payé au mètre carré mis en


4.5 Plancher de chaque étage
Y compris toutes sujétions de mise en œuvre place

V - ENDUIT-CHAPE-REVETEMENT-ETANCHEITE
Payé au mètre carré mis en
5.1 Revêtement en parquet en lamelle de bois, y compris collage, ponçage, cirage et toutes sujétions Toutes les salles
œuvre

Revêtement de murs en carreaux de faïence 15x15 vertical h = 1,50m, pour les douches et WC. Posé à la Payé au mètre carré mis en
5.2 Revêtement vertical des sanitaires
colle et jointoyé. œuvre

Enduit de ciment dressé sur repère de 0,025m d’épaisseur, lissé au bouclier exécuté en 3 couche, crépissage Mur intérieur et extérieur, les bétons de faces apparentes Payé au mètre carré mis en
5.3
dosé à 350kg/ m3 avant finition. et plafonds œuvre
Payé au mètre carré mis en
5.4 Chape incorporé lisse vertical, dimensions 1,30m de haut et 6,00m de large, à 70cm du sol fini. Tableaux
œuvre
Carreaux grès cérame 30x30 : horizontal et antidérapant y compris plinthes, pose à la colle et jointoyé
Payé au mètre carré mis en
5.5 (joints 5mm) Laboratoires
œuvre

Chape demi lisse dosé à 450kg. Fourniture de chape au mortier de ciment dressé sur repère de 2cm
5.6 d’épaisseur et dosé à 450 kg de CPA, y compris toutes sujétions de mise en oeuvre Le support de revêtement

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 118


Mémoire de fin d’étude 2009

VI-COUVERTURE -PLAFONNAGE
Toiture terrasse :fourniture et mise en œuvre :

Matériaux enrobés pour protection de l’étanchéité 2cm Payé au mètre carré mis en
6.1 Toiture terrasse
Etanchéité en asphalte coulé en 2 couches : 0,5cm d’asphalte à chaud, et 1,5cm d’asphalte œuvre
sablé
Béton en forme de pente d’épaisseur 5cm
Fourniture et pose d’étanchéité multicouche, y compris couche d’accrochage à base de
bitume et toutes sujétions Payé au mètre carré mis en
6.2 Chêneau
Béton ordinaire en forme de pente dosée à 300 kg œuvre
Chape
Filtres au départ des descentes d’eaux
6.3 Fourniture et pose de crapaudine en fil de JIr galvanisé. Payé à l’unité mise en place
pluviales
Descente d’eau pluviales en PVC : Fourniture et pose de tuyaux de descente en PVC de
Payé au mètre linéaire mise en
6.4 diamètre 100 assemblés par colle spéciale, posés sur collier à contrepartie boulonnée tous les Evacuations d’eaux pluviales
place
2m, y compris toutes sujétions.
Toutes les pièces du bâtiment sauf celles du Payé au mettre carré mis en
6.5 Faux plafond : Fourniture et pose de faux plafond, y compris toutes sujétions
RDC place

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 119


Mémoire de fin d’étude 2009

VII- MENUISERIE ET VITRERIE


Garde corps en profilés d’acier :
Hauteur = 0.90m
Main courantes en tube d’acier de Φ50 ep.≥ 2mm
7.1 Les escaliers et balcons Payé au mètre linéaire
Cadres en tube carré de 40x40x1.5 mm
Barreaudée en tube carré de 25x25x1.2 entraxe maximum 150mm
Y compris une couche d’antirouille
Porte vitrée en aluminium de 0.70 x 2.20
7.2 Fourniture et pose de porte vitrée à un vantail, y compris cadres, quincaillerie et toutes Porte du sanitaire Payé au mètre linéaire
sujétions
Porte vitrée en aluminium de 0.90 x 2.20
7.3 Fourniture et pose de porte vitrée à un vantail, y compris cadres, quincaillerie et toutes Porte des façades Payé au mètre linéaire
sujétions
Baie vitrée en aluminium type I
7.4 Fourniture et pose de baie vitrée coulissante en aluminium comportant deux éléments Façades sauf sanitaire Payé au mètre linéaire
(dimension 1.20 x 2.00), y compris toutes sujétions
Baie vitrée en aluminium type II
7.5 Fourniture et pose de baie vitrée coulissante en aluminium comportant deux éléments Façades sauf sanitaire Payé au mètre linéaire
(dimension 1.20 x 1.80), y compris toutes sujétions
Baie vitrée en aluminium type III
7.6 Sanitaires Payé au mètre linéaire
Fourniture et pose de baie vitrée, y compris toutes sujétions (dimension 0.95 x 0.50)
Baie vitrée en aluminium type IV
7.7 Aération cage d’escalier Payé au mètre linéaire
Fourniture et pose de baie vitrée, y compris toutes sujétions (dimension 1.00 x 1.00)

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 120


Mémoire de fin d’étude 2009

VIII- ELECTRICITE
Installation d’un point lumineux : fourniture et pose de points lumineux, y compris fil de
8.1 Bloc sanitaire, bureau du Directeur Payé à l’unité
terre et toutes sujétions.
Installation de quatre points lumineux : fourniture et pose de points lumineux, y compris fil Salle de classe, Bureau de Directeur, salle
8.3 Payé à l'unité, mise en place
de terre et toutes sujétions. d’archive, bloc sanitaire.
Prise de courant 2P+T : fourniture et pose de prise 2P+T, y compris branchement et toutes
8.4 Le bâtiment Payé à l'unité
sujétions

8.7 Prise de terre de valeur inférieure à 5 ohms en fond de fouille. Le bâtiment Payé par forfait

8.8 Câble d’alimentation générale Le bâtiment Payé ensemble


Bureaux, laboratoires, salles de classe, bloc
8.9 Câble général en fils isolés Payé ensemble
sanitaires
IX- PLOMBERIE - SANITAIRE
9.1 Installation d'un WC à l'anglaise Blocs sanitaires Payé à l'unité mise en place
9.2 Installation complète d’une lave main Blocs sanitaires Payé à l'unité mise en place

9.3 Distributeur de papier hygiénique WC Payé à l'unité mise en place

9.4 Evier simple à bac profond en résine de synthèse Laboratoire Payé à l'unité mise en place

9.6 Canalisation d'alimentation en eau Distribution des eaux dans le bâtiment Payé au forfait
9.7 Canalisation d'évacuation d'eaux Evacuation des eaux usées du bâtiment Payé au forfait

9.8 Installation de receveur de douche Douches

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 121


Mémoire de fin d’étude 2009

X - PEINTURE
Peinture vinylique pour intérieur appliquée en trois couches dont une couche d’impression, y Toutes les surfaces induites intérieurs du Payé au mètre carré mis en
10.1
compris préparations. bâtiment œuvre
Peinture vinylique pour extérieur appliquée en trois couches dont une couche d’impression, Toutes les surfaces induites extérieurs du Payé au mètre carré mis en
10.2
y compris préparations. bâtiment œuvre
Peinture glycérophtalique aspect satiné appliqué en deux couches sur couche d’impression y Payé au mètre carré mis en
10.3 Murs des locaux sanitaires
compris préparations. œuvre
Payé au mètre carré mis en
10.4 Peinture ardoisine Tableaux noirs
œuvre

XI- ASSAINISSEMENT
Payé au mètre cube mis en
11.1 Buse en ciment comprimé Φ200mm : évacuation des EU à partir des regards vers le puisard. Bloc sanitaires, laboratoires
œuvre
11.3 Fosse septique en béton armé pour 30 personnes Fosse septique pour 30 personnes Payé à l'unité mis en place

13.4 Puisard de diamètre 2.00m et de 3m de profondeur Blocs sanitaires Payé à l'unité mis en place

12.7 Regard en B.A. 0.6x0.6x0.8 ; Payé à l'unité

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 122


Mémoire de fin d’étude 2009

CHAPITRE 2 : DEVIS QUANTITATIF ET ESTIMATIF

2.1 Calcul du coefficient de majoration de déboursé K


Le coefficient de majoration de déboursés k est donné par la relation :

 A   A 
1 + 1  × 1 + 2 
K=
100   100 
A   T 
1 −  3  × 1 + 
 100   100 

Où :

A1 – frais généraux proportionnels aux déboursés avec


A1 = a 1 + a 2 + a 3 + a 4

A2 – bénéfice brut et frais financier proportionnel au prix de reviens


A2 = a 5 + a 6 + a 7 + a8

A3 – frais proportionnels aux TVA


A3 = a 9

T le TVA = 18 pour les travaux


La signification de ai et les valeurs des Ai sont données dans le tableau suivant :

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 123


Mémoire de fin d’étude 2009

Tableau 94: Catégorie de frais

DECOMPOSITION A
INDICE DE
L'INTERIEUR DE
ORIGINES DES FRAIS COMPOSITION
CHAQUE CATEGORIE DE
FRAIS CATEGORIE
Frais d'agence et patente a1 1,5
Frais généraux
Frais de chantier a2 3
proportionnels aux A1=8,4
Frais d'études et de laboratoire a3 2,5
déboursés
Assurances a4 1,4
Bénéfice net et impôt sur le a5 15

Bénéfice brut et frais bénéfice

financiers proportionnels Aléas techniques a6 1,4 A2=28,9


aux prix de Aléas de révision de prix a7 1,5
Frais financiers a8 11
Frais proportionnels au prix Frais de siège a9
règlement avec TVA A3=0

D’où k = 1,40

2.2 Sous détails des prix unitaires


Le prix unitaire est donné par la relation suivante :

D
PU = k
R

Avec :

D : les déboursés,

R : le rendement des taches.

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 124


Mémoire de fin d’étude 2009

2.3 Exemple de quelque sous détail de prix


Désignation : Béton armé dosé à 350
Rendement : 5m3 /jour

Tableau 95: Sous détail des prix du béton armé

Composante des Prix Coûts directs Dépenses directs TOTAL


DESIGNATIONS U Qté U Qté PU [Ar] MTRL MO MTRO
Matériels
Lot outillage lot 2 H 8 100 1500
Brouette U 2 H 8 160 2560
5640
Bétonnière U 1 H 4 170 680
Pervibrateur U 1 H 2 400 800
Mains d'œuvre
CC HG 1 H 2 700 1400
CE HG 1 H 2 600 1200
45800
Maçon HG 5 H 8 440 17600
Manœuvre HG 10 H 8 320 25600
Matériaux
Ciment T 0,35 T 1,75 30000 910000
Sable m3 0,4 m3 2 14000 48000 1166000
Gravillons m3 0,8 m3 4 52000 208000
D = 1217440 Ar
K = 1,4
PU = 340883

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 125


Mémoire de fin d’étude 2009

Désignation : Coffrage

Rendement : 50m2/jours

Tableau 96: Sous détail des prix du coffrage

Composante des Prix Coûts directs Dépenses directs TOTAL


DESIGNATIONS U Qté U Qté PU [Ar] MTRL MO MTRO
Matériels
Lot outillage Lot 2 H 8 100 1600 1600
Main d'œuvre
CE H/J 1 H 2 600 1200
Charpentier H/J 5 H 8 440 17600 31600
Manœuvre H/J 5 H 8 320 12800
Matériaux
Bois scellage m 0,2 m 1,1 195000 214500
227000
Pointe kg 0,1 kg 5 2500 12500
D = 260 200
K = 1,4
PU = 7286 Ar

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 126


Mémoire de fin d’étude 2009

Désignation : Ferraillage

Rendement : 60kg/jours

Tableau 97: Sous détails des prix de ferraillage

Composante des Prix Coûts directs Dépenses directs TOTAL


DESIGNATION U Qté U Qté PU [Ar] MTRL MO MTRO
Matériels:
Lot outillage Lot 2 H 8 100 1600
4160
Brouette U 2 H 8 160 2560
Main d'œuvre
CE HG 1 H 2 600 1200
JIrrailleur HG 4 H 8 440 14080 35760
Manœuvre HG 8 H 8 320 20480
Matériaux
JIr rond kg 60 kg 60 3000 180000
182800
Fil recuit kg 5 kg 5 2800 2800
D = 222720
K = 1,4
PU = 5197 Ar

Tous les prix sont en Ariary.

2.4 Calcul des devis quantitatif et estimatif


Le devis quantitatif et estimatif ou Bordereau de Détail Estimatif (BDE) est un
document par lequel on résume les quantités et les coûts des différents matériaux à mettre en
œuvre pour un ouvrage.

Le tableau suivant nous résume le BDE de notre projet de construction :

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 127


Mémoire de fin d’étude 2009

Tableau 98: Bordereau Détail Estimatif

N° Désignation Unité Quantité P.U. Montant

0 TRAVAUX PREPARATOIRE

Installation de chantier Fft 1,00 13 900 000,00 13 900 000,00

Repli de chantier Fft 1,00 6 600 000,00 6 600 000,00

Total Insatallation et replie de chantier 20 500 000,00

I- TERRASSEMENT

1.2 Fouille en rigole m3 128,44 5 110,00 656 328,40

1.3 Fouille en excavation m3 154,00 5 110,00 786 940,00

1.4 Remblai de terre m3 285,23 2 981,00 850 270,63

TOTAL TERRASSEMENTS 2 293 539,03

II-OUVRAGES EN INFRASTRUCTURE

2.1 Béton de propreté dosé à 150 kg/m3 m3 8,12 181 846,00 1 476 589,52

2.2 Béton armé dosé à 350 kg/m3 m3 49,15 314 003,00 15 433 247,45

2.3 Coffrage en bois ordinaire m2 319,10 7 286,00 2 324 962,60

2.4 Armature Kg 3 932,00 5 458,00 21 460 856,00

2.5 Dallage m3 312,45 73 030,00 22 818 223,50

2.7 Béton ordinaire dosé à 250 kg/m3 m3 9,28 240 000,00 2 227 200,00

TOTAL OUVRAGES EN INFRASTRUCTURES 65 741 079,07

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 128


Mémoire de fin d’étude 2009

III-OUVRAGES EN SUPERSTRUCTURE
3.1 Béton armé dosé à 350 kg/m3 m3 251,10 314 003,00 78 846 153,30

3.2 Coffrage m2 1 626,52 7 286,00 11 850 824,72

3.3 Armature en acier Kg 20 088,00 5 458,00 109 640 304,00

3.4 Maçonnerie de brique de 22cm d'épaisseur m2 1 125,82 20 968,00 23 606 193,76


3.5 Plancher m2 972,17 76 957,00 74 815 286,69

TOTAL OUVRAGES EN SUPERSTRUCTURE 298 758 762,47


IV-ENDUITS ET CHAPE
4.1 Chape incorporée lisse m2 179,40 108,00 19 375,20
4.2 Enduit dosé à 350 kg/m3 m2 34 617,92 8 256,00 285 805 547,52

4.3 Chape demi lisse dosé à 450 kg/m3 m2 1 116,30 108,00 120 560,40

TOTAL ENDUITS ET CHAPE 285 945 483,12

V-CARRELAGE ET REVETEMENT
5.1 Revêtement en parquex m2 1 116,30 37 023,00 41 328 774,90

5.2 Carreaux de faïence murale m2 215,40 43 425,00 9 353 745,00

5.3 Carreaux en grès cérame m2 72,13 15 533,00 1 120 395,29

TOTAL CARRELAGE ET REVETEMENT 51 802 915,19

VI-PLAFONNAGE - COUVERTURE
6.1 Toiture terrasse m3 532,00 103 780,00 55 210 960,00

6.2 Etancheité ml 48,24 3 600,00 173 664,00

6.3 Crapudine U 20,00 14 095,00 281 900,00

6.4 Descente d'eaux pluviales en PVC ml 269,60 25 095,00 6 765 612,00


TOTAL PLAFONNAGE ET COUVERTURE 62 432 136,00

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 129


Mémoire de fin d’étude 2009

VII-MENUISERIE METALLIQUE ET BOIS -QUINCAILLERIE

Porte isoplane à un vantail 0,70 x 2,20 U 36,00 143 830,00 5 177 880,00

Porte isoplane à un vantail 0,90 x 2,20 U 27,00 180 240,00 4 866 480,00

Baie vitrée en aluminium type I U 93,00 582 750,00 54 195 750,00

Baie vitrée en aluminium type II U 8,00 502 300,00 4 018 400,00

Baie vitrée en aluminium type III U 28,00 193 200,00 5 409 600,00

Baie vitrée en aluminium type IV U 8,00 414 320,00 3 314 560,00

7.4 Garde-corps ml 156,42 7 703,00 1 204 903,26

TOTAL MENUISERIE BOIS -QUINCAILLERIE 78 187 573,26

VIII- PEINTURES

8.1 Peinture vinylique intérieure m2 980,15 4 590,00 4 498 888,50

8.2 Peinture vinylique extérieure m2 1 001,16 4 790,00 4 795 556,40

8.3 Peinture glycérophtalique m2 48,24 7 021,00 338 693,04

8.4 Peinture ardoisine m2 18,00 3 512,00 63 216,00

TOTAL PEINTURES 9 696 353,94

XI-ASSAINISSEMENT

9.1 Regard en béton armée 0,6x0,6x0,8 U 9,00 99 780,00 898 020,00

9.2 Canalisation en buse de ciment comprimé ml 141,70 19 200,00 2 720 640,00

9.3 Fosse septique en BA U 13,00 1 382 900,00 17 977 700,00

TOTAL ASSAINISSEMENT 21 596 360,00

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 130


Mémoire de fin d’étude 2009

VII-MENUISERIE METALLIQUE ET BOIS -


QUINCAILLERIE

7.1 Porte isoplane à un vantail 0,70 x 2,20 U 36,00 143 830,00 5 177 880,00

7.2 Porte isoplane à un vantail 0,90 x 2,20 U 27,00 180 240,00 4 866 480,00

7.3 Baie vitrée en aluminium type I U 93,00 582 750,00 54 195 750,00

7.4 Baie vitrée en aluminium type II U 8,00 502 300,00 4 018 400,00

7.5 Baie vitrée en aluminium type III U 28,00 193 200,00 5 409 600,00

7.6 Baie vitrée en aluminium type IV U 8,00 414 320,00 3 314 560,00

7.8 Garde corps ml 156,42 7 703,00 1 204 903,26

TOTAL MENUISERIE BOIS -QUINCAILLERIE 78 187 573,26

VIII- PEINTURES

8.1 Peinture vinylique intérieure m2 980,15 4 590,00 4 498 888,50

8.2 Peinture vinylique extérieure m2 1 001,16 4 790,00 4 795 556,40

8.3 Peinture glycérophtalique m2 48,24 7 021,00 338 693,04

8.4 Peinture ardoisine m2 18,00 3 512,00 63 216,00

TOTAL PEINTURES 9 696 353,94

XI-ASSAINISSEMENT

9.1 Regard en béton armée 0,6x0,6x0,8 U 9,00 99 780,00 898 020,00

9.2 Canalisation en buse de ciment comprimé ml 141,70 19 200,00 2 720 640,00

9.3 Fosse septique en BA U 13,00 1 382 900,00 17 977 700,00

TOTAL ASSAINISSEMENT 21 596 360,00

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 131


Mémoire de fin d’étude 2009

X-PLOMBERIE SANITAIRE

10.1 Tuyau d'adduction d'eau Fft 1,00 4 350 000,00 4 350 000,00

10.2 Canalisation d'évacuation Fft 1,00 2 175 000,00 2 175 000,00

10.3 Installation d'une WC à l'anglaise U 16,00 237 636,00 3 802 176,00

10.5 Installation complète d'une lave main U 32,00 92 456,00 2 958 592,00

10.6 Evier simple à bac profond en résine de synthèse U 1,00 163 617,00 163 617,00

TOTAL PLOMBERIE ET SANITAIRE 13 449 385,00

XI-ELECTRICITE

11.1 Câblage général en fil ml 1 065,00 2 808,00 2 990 520,00

11.2 Installation d'interrupteur à simple allumage U 54,00 8 230,00 444 420,00

11.3 Installation d'interrupteur à allumage va et vient U 36,00 7 460,00 268 560,00

Installation de lampe fluorescente monotube de


11.4 U 95,00 49 860,00 4 736 700,00
1,20/65W

11.5 Installation de prise de courant U 44,00 4 620,00 203 280,00

11.7 Tableau général de distribution U 4,00 490 200,00 1 960 800,00

11.8 Tableau de répartition U 1,00 202 730,00 202 730,00

TOTAL ELECTRICITE 10 807 010,00

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 132


Mémoire de fin d’étude 2009

Tableau 99: Récapitulation

MONTANT
DESIGNATION GLOBALE DES TRAVAUX
(En ARIARY)
1 - INSTALLATION ET REPLI DE CHANTIER 20 500 000,00
2 - TERRASSEMENT 65 741 079,07
3 - MACONNERIE ET BETON EN INFRASTRUCTURE 65 741 079,07
4 - MACONNERIE ET BETON EN SUPERSTRUCTURE 298 758 762,47
5 - ASSAINISSEMENT 21 596 360,00
6 - CHARPENTE, COUVERTURE ET PLAFONNAGE 62 432 136,00
7 - REVETEMENTS ET CARRELAGES 51 802 915,19
8 - MENUISERIE 78 187 573,26
10 - ELECTRICITE 10 807 010,00
11 - PLOMBERIE SANITAIRE 13 449 385,00
12 - PEINTURE ET VITRERIE 9 696 353,94
TOTAL HTVA: (En ARIARY) 698 712 654,00
TOTAL TVA 20%: (En ARIARY) 125 768 277,72
TOTAL TTC: (En ARIARY) 824 480 931,72

Arrêté le présent devis estimatif à la somme de « HUIT CENT VINGT


QUATRE MILLION QUATRE CENT QUATRE VINGT MILLE NEUF CENT
TRENTE UN ARIARY » (824 480 932 Ar). Le devis estimatif au mètre carré est de « Un
million cent trois mille quatre cent cinquante-sept Ariary » (Ar 1 103 457).

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 133


Mémoire de fin d’étude 2009

CHAPITRE 3 : ETUDE DE RENTABILITE

3.1 Généralité
Dans une étude de rentabilité on tente de mesurer si le projet permet la récupération du
capital investi au départ et le rendement minimum qu’on attend du projet.

Dans un terme plus simple, un projet est considéré comme rentable dans la mesure où
il rapporte plus d’argent qu’il en a coûté.

La présente étude traitera la rentabilité économique de l’investissement.

3.1.1 Investissement
Un investissement est défini comme une acquisition de moyen de production physique
à être utilisé de façon durable dans l’entreprise, tels que des bâtiments ou des machines. Mais
on peut parler aussi d’investissement financier matérialisé par des achats à titres, des
placements ou des prises de participation.

Son objectif est d’obtenir des avantages ultérieurs plus importants. On assistera dans
ce projet à un investissement sous forme de construction de bâtiment. Soit I cet
investissement.

3.1.2 Cash-flow
Pour apprécier la rentabilité économique de notre projet, nous utilisons la méthode
basée sur le concept de « cash-flows » qui est le solde des flux de cause (recettes et dépenses)
engendré par l’investissement pendant une période. Soit CF(t) le cash-flow d’une période t.

3.1.3 Actualisation
L’actualisation est matérialisée par le taux d’actualisation qu’il faut appliquer à un
cash-flows pour l’actualiser.

A Madagascar, ce taux est égal à : a=10%

3.1.4 Investissement
Le fond d’investissement comprend : le coût total de la construction et la prestation du
maître d’œuvre.

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 134


Mémoire de fin d’étude 2009

3.1.4.1 Le coût de la construction


D’après le bordereau des détails estimatif, le coût de la construction est arrêté à la
somme de

3.1.4.2 La prestation du maître d’ouvre


Le maître d’ouvre désigne la personne physique ou morale chargé par le maître de
l’ouvrage de concevoir, de diriger et de contrôler les travaux.

La prestation du maître d’œuvre est évaluée à 8% du coût de la construction, soit alors


un montant de

Le maître de l’ouvrage désigne la personne physique ou morale pour le compte de


laquelle les travaux sont efJIctués. Il doit investir un fond de

3.1.5 Recette annuelle


Les recettes annuelles sont constituées par les écolages et le droit d’inscription des
étudiants. Les écolages sont fixés respectivement à 35 000 Ar par mois.

Tableau 100: Recette annuelle

Recette par Droit


Nombre des Ecolage Recette annuelle
mois d'inscription
élèves [Ar] [Ar]
[Ar] [Ar]
400 35 000,00 14 000 000,00 60 000,00 168 060 000,00

La recette annuelle de notre construction est ainsi estimée à 168 060 000 Ariary pour
la première année d’exploitation. Cette recette s’accroît de dix pourcent chaque année à cause
de l’actualisation de la devise monétaire et de l’inflation.

3.2 Méthode d’appréciation de rentabilité économique


Il existe quatre méthodes pour le calcul de la rentabilité économique d’un projet :

 La valeur nette actuelle (VAN) ;


 Le taux interne de rentabilité (TIR) ;
 Le délai de récupération des capitaux investis ou PAY BACK PERIOD.

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 135


Mémoire de fin d’étude 2009

Nous allons utiliser la première méthode qui est la plus simple. Il consiste à
additionner le cash-flow engendré par un investissement.

3.2.1 La valeur actuelle nette (VAN)


C’est la somme des cash-flows prévisionnels du projet actualisé au taux de rendement
minimum exigé qui est taux d’actualisation. Soit :

VAN = ∑F (1+ r)
p=1
p
-p
−I

Fp : flux net de trésorerie de la période p,

I : capital investi,

n : durée de vie du projet

r : taux d’actualisation.

Pour qu’un objet soit rentable, il faut que la « VAN soit positif ».

3.2.2 Le taux interne de rentabilité


Le taux interne de rentabilité est le taux pour lequel la dépense d’investissement est
égale au total des cash-flows positifs engendrés par l’investissement et actualisés au même
taux.

Il est obtenu lorsque la Valeur Actuelle Nette commence à s’annuler. Ainsi, on


cherche un taux qui a une VAN > 0 et une VAN < 0 et on fait une interpolation linéaire.

3.2.3 Le délai de récupération du capital investi (DRCI)


C’est une méthode qui consiste à estimer le temps pour lequel l’investissement met à
récupérer sa mise de fond. Entre autre, c’est le délai pour lequel la somme descash flow après
actualisation est égale au décaissement dû à l’investissement.

Plus le délai de récupération du capital investi est court, plus le projet est meilleur.

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 136


Mémoire de fin d’étude 2009

3.3 Les charges annuelles


Les charges annuelles englobent les salaires des personnels qui assurent le bon
fonctionnement de l’ensemble du bâtiment, la JIRAMA et les télécommunications, les coûts
des travaux de l’éventuelle réhabilitation. Elles seront prises en fonctions des recettes : soit
5%.

3.4 Les impôts et taxes


Ils sont composés de :

 Impôt Foncier pour la Propriété Bâtie : il est estimé à 1mois de recettes par an
soit le douzième des recettes annuelles précédentes ;
 Taxe Analogue au Foncier Bâti : pour la commune urbaine d’Antananarivo,
elle est de 5% des recettes annuelles ;
 Taxe sur les Valeurs ajoutées : la loi de finance fixe le taux de cette taxe à 20%
du loyer net plus les charges communes.
D’où le tableau récapitulatif suivant :

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 137


Mémoire de fin d’étude 2009

Tableau 101: Valeurs des bénéfices nets

Ecolage et droit Charges annuelles Impôts et taxes Bénéfices nets


Année
[Ar] [Ar] [Ar] [Ar]
1 168 060 000,00 8 403 000,00 33 612 000,00 126 045 000,00
2 188 227 200,00 9 411 360,00 37 645 440,00 141 170 400,00
3 210 814 464,00 10 540 723,20 42 162 892,80 158 110 848,00
4 236 112 199,68 11 805 609,98 47 222 439,94 177 084 149,76
5 264 445 663,64 13 222 283,18 52 889 132,73 198 334 247,73
6 296 179 143,28 14 808 957,16 59 235 828,66 222 134 357,46
7 331 720 640,47 16 586 032,02 66 344 128,09 248 790 480,35
8 371 527 117,33 18 576 355,87 74 305 423,47 278 645 338,00
9 416 110 371,41 20 805 518,57 83 222 074,28 312 082 778,56
10 466 043 615,98 23 302 180,80 93 208 723,20 349 532 711,98
11 521 968 849,89 26 098 442,49 104 393 769,98 391 476 637,42
12 584 605 111,88 29 230 255,59 116 921 022,38 438 453 833,91
13 654 757 725,31 32 737 886,27 130 951 545,06 491 068 293,98
14 733 328 652,34 36 666 432,62 146 665 730,47 549 996 489,26
15 821 328 090,63 41 066 404,53 164 265 618,13 615 996 067,97
16 919 887 461,50 45 994 373,08 183 977 492,30 689 915 596,13
17 1 030 273 956,88 51 513 697,84 206 054 791,38 772 705 467,66
18 1 153 906 831,71 57 695 341,59 230 781 366,34 865 430 123,78
19 1 292 375 651,51 64 618 782,58 258 475 130,30 969 281 738,63
20 1 447 460 729,69 72 373 036,48 289 492 145,94 1 085 595 547,27

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 138


Mémoire de fin d’étude 2009

Tableau 102: Rentabilité du projet

Coefficient Bénéfices
Année Bénéfices nets [Ar] Revenu [Ar]
d'actualisation actualisés [Ar]
0 824 480 932,09
1 126 045 000,00 0,91 114 586 363,64 114 586 363,64
2 141 170 400,00 0,83 116 669 752,07 231 256 115,70
3 158 110 848,00 0,75 118 791 020,29 350 047 135,99
4 177 084 149,76 0,68 120 950 857,02 470 997 993,01
5 198 334 247,73 0,62 123 149 963,51 594 147 956,52
6 222 134 357,46 0,56 125 389 053,75 719 537 010,27
7 248 790 480,35 0,51 127 668 854,73 847 205 865,00
8 278 645 338,00 0,47 129 990 106,64 977 195 971,64
9 312 082 778,56 0,42 132 353 563,12 1 109 549 534,76
10 349 532 711,98 0,39 134 759 991,54 1 244 309 526,30
11 391 476 637,42 0,35 137 210 173,21 1 381 519 699,51
12 438 453 833,91 0,32 139 704 903,63 1 521 224 603,13
13 491 068 293,98 0,29 142 244 992,78 1 663 469 595,92
14 549 996 489,26 0,26 144 831 265,38 1 808 300 861,30
15 615 996 067,97 0,24 147 464 561,11 1 955 765 422,41
16 689 915 596,13 0,22 150 145 734,95 2 105 911 157,37
17 772 705 467,66 0,20 152 875 657,41 2 258 786 814,77
18 865 430 123,78 0,18 155 655 214,81 2 414 442 029,59
19 969 281 738,63 0,16 158 485 309,63 2 572 927 339,21
20 1 085 595 547,27 0,15 161 366 860,71 2 734 294 199,93

3.5 Interprétation des résultats


En calculant la VAN, on a :

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 139


Mémoire de fin d’étude 2009

 A 10% : VAN = 1909813268 > 0 donc le projet est rentable

 A 13% : VAN = - 7339394 donc le projet n’est pas rentable

Après interpolation entre ces deux valeurs précédentes, nous obtenons le taux interne de
rentabilité tel que : TIR = 30%.

Pour le délai de récupération, nous avons : DRCI = 6 ans 9 mois 25 jours.

En définitive, nous pouvons dire que notre projet est rentable.

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 140


Mémoire de fin d’étude 2009

CONCLUSION

En un mot, ce mémoire a fait l’objet d’une étude de construction d’un bâtiment


scolaire. Le bâtiment est construit dans le respect des normes tout en assurant la pérennité de
l’ouvrage, le confort et la sécurité des étudiants.

Pour y parvenir, nous avons appliqué toutes les connaissances acquises à l’école
concernant la superstructure, l’infrastructure et le second œuvre. Nous avons utilisé plusieurs
méthodes notamment sur la superstructure. En effet, l’étude technique nous a permis de faire
le dimensionnement de tous les éléments constituants la construction, d’approfondir les
méthodes de calcul des structures.

Dans la dernière partie, qui est la détermination du coût du projet, nous avons
déterminé la rentabilité de ce projet. L’étude financière du présent mémoire nous a fourni le
devis estimatif au mètre carré de « Un million cent trois mille quatre cent cinquante-sept
Ariary » (Ar 1 103 457).

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 141


Mémoire de fin d’étude 2009

BIBLIOGRAPHIE

1. Ernst NEUJIRT - Les éléments des projets de construction « L’homme, mesure de


toutes choses » - 8ème édition, DUNOD 2002 ;
2. Jean Marie HUSSON - Etude des ossatures en béton ;
3. J. PERCHAT & J. ROUX - Pratique du BAEL 91– Paris : édition Eyrolles 1999 ;
4. Jean Pierre MOUGIN - BAEL 91 modifié 99 et DTU associé – Paris : édition Eyrolles
2000 ;
5. Le groupe de coordination des textes techniques. Document technique unifié (D.T.U.)
– Règle NV 65. – Paris : Edition Eyrolles, 1978 ;
6. Le précis de structure de génie civil ;
7. R. ADRAIT & D. SOMMIER Guide du constructeur en bâtiment ;
8. Cours 3ème Année Technologie de Bâtiments et Elément de Projet Cours 3ème Année
Béton Armé
9. Cours 4ème Année Calcul De Structure
10. Cours 4ème Année Béton Armé aux Etats Limites Cours 4ème Année Electricité de
bâtiment Cours 4ème Année Fondation
11. Cours 5ème Année Ossature de bâtiment
12. Cours 5ème Année Management de Construction
13. Cours 5ème Année Management d’Entreprise

RANAIVOMANANA AntsaAndriamirado Page 142


ANNEXES
ANNEXE 1 : PLAN D’ARCHITECTURE
ANNEXE 2 : EFFET DU VENT
Figure R-II-1 : Coefficient Ce

II-1
FigureR-II-2 : Coefficient γ0

II-2
FigureR-II-3 : Coefficient de réponse ξ
FigureR

II-3
FigureR-II-4 : Coefficient de réduction δ des pressions dynamiques pour les grandes surfaces

II-4
Figure R-II-5
R : Coefficient de pulsation τ

II-5
ANNEXE 3 : FERRAILLAGE
FERRAILLAGE DE L’ESCALIER

III-1
FERRAILLAGE DE LA FONDATION

III-2
FERRAILLAGE DU POTEAU

III-3
FERRAILLAGE DE LA POUTRE LONGITUDINALE

III-4
FERRAILLAGE DE LA POUTRELLE

III-5
ANNEXE 4 : ELECTRICITE
IV-1
IV-2
IV-3
IV-4
IV-5
ANNEXE 5 : BETON ARME
Valeurs de µx et µy en fonction de α pour dalle pleine

État-limite ultime ELU et état-


l limite de service ELS Etat-limite de déformation
α= x (sauf déformations)
ly
µx µy µx µy
0,4 0,1101 0,0906 0,1121 0,2854
0,45 0,1036 0,1319 0,1051 0,3234
0,5 0,0966 0,1803 0,1 0,3671
0,55 0,0894 0,2345 0,0936 0,415
0,6 0,0822 0,2948 0,087 0,4672
0,65 0,0751 0,3613 0,0805 0,5235
0,7 0,0684 0,432 0,0743 0,5817
0,75 0,0621 0,5105 0,0684 0,6447
0,8 0,0561 0,5959 0,0628 0,7111
0,85 0,0506 0,6864 0,0576 0,7794
0,9 0,0456 0,7834 0,0528 0,8502
0,95 0,041 0,8875 0,0483 0,9236
1 0,0368 1 0,0441 1

V-1
Tableau des moments réduits µulim

V-2
Sections – Poids – Périmètres nominaux des aciers

Φ SECTIONS POIDS PN
[mm] 1 2 3 4 [cm2]
5 6 7 8 9 10 [kg/m] [cm]
barre barres barres barres barres barres barres barres barres barres
5 0,196 0,392 0,589 0,785 0,981 1,18 1,374 1,57 1,76 1,96 0,154 1,57
6 0,283 0,565 0,848 1,13 1,414 1,69 1,979 2,26 2,54 2,83 0,222 1,8
8 0,503 1 1,5 2,01 2,513 3,01 3,518 4,02 4,52 5,03 0,394 2,51
10 0,785 1,57 2,35 3,14 3,925 4,71 5,498 6,28 7,07 7,85 0,616 3,14
12 1,13 2,26 3,39 4,52 5,65 6,78 7,92 9,04 10,18 11,31 0,887 3,77
14 1,54 3,08 4,62 6,16 7,7 9,24 10,78 12,32 13,85 15,39 1,208 4,4
16 2,01 4,02 5,03 8,04 10,05 12,1 14,07 16,13 18,15 20,17 1,578 5,13
20 3,14 5,28 9,42 12,57 15,71 18,85 21,99 25,13 28,15 31,34 2,466 6,28
25 4,91 9,82 14,73 19,63 24,54 29,45 34,36 39,27 44,18 49,09 3,853 7,25
32 8,04 16,08 24,13 32,17 40,21 48,25 56,3 64,34 72,38 80,42 6,313 10,05
40 12,57 25,13 37,7 50,27 52,83 75,4 87,96 100,53 113,1 125,66 9,954 12,57

V-3
Excentricité critique relative : ζ = f (ψ 1 )

Si ψ1 ≤
2 :
ζ =
1 + 9 − 12ψ 1 et si ψ 1 > 2 : ζ = ( 3ψ 1 − 1)(1 −ψ 1 )
3
(
4 3 + 9 − 12ψ 1 ) 3 4ψ 1

Ψ1 ζ Ψ1 ζ Ψ1 ζ Ψ1 ζ
0,000 0,1667 0,200 0,1602 0,405 0,1507 0,610 0,1336
0,005 0,1665 0,205 0,1600 0,410 0,1504 0,615 0,1330
0,010 0,1664 0,210 0,1598 0,415 0,1501 0,620 0,1323
0,015 0,1662 0,215 0,1596 0,420 0,1498 0,625 0,1316
0,020 0,1661 0,220 0,1595 0,425 0,1495 0,630 0,1310
0,025 0,1660 0,225 0,1593 0,430 0,1492 0,635 0,1302

0,030 0,1658 0,230 0,1591 0,435 0,1489 0,640 0.1295


0,035 0,1657 0,235 0,1589 0,440 0,1486 0,645 0,1287
0,040 0,1655 0,240 0,1587 0,445 0,1482 0,650 0,1279
0,045 0,1654 0,245 0,1585 0,450 0,1479 0,655 0,1271
0,050 0,1652 0,250 0,1582 0,455 0,1476 0,660 0,1262

0,055 0,18510, 0,255 0,1530 0,460 0,1472 0,665 0,1253


0,060 1649 0,260 0,1578 0,465 0,1469 0,670 0,1244
0,065 0,1648 0,265 0,1576 0,470 0,1465 0,675 0,1234
0,070 0,1646 0,270 0,1574 0,475 0,1462 0,680 0,1224
0,075 0,1645 0,275 0,1572 0,480 0,1458 0,685 0,1213
0,080 0,1643 0,280 0,1570 0,485 0,1455 0,690 0,1202
0,085 0,1642 0,285 0,1568 0,490 0,1451 0,695 0,1190
0,090 0,1640 0,290 0,1565 0,495 0,1447 0,700 0,1179
0,095 0,1638 0,295 0,1563 0,500 0,1443 0,705 0,1166
0,100 0,1637 0,300 0,1561 0,505 0,1439 0,710 0,1154
0,105 0,1635 0,305 0,1659 0,510 0,1436 0,715 0,1141
0,110 0,1634 0,310 0,1556 0,515 0,1431 0,720 0,1128
0,115 0,1632 0,315 0,1654 0,520 0,1427 0,725 0,1114
0,120 0,1630 0,320 0,1552 0,525 0,1423 0,730 0,1100
0,125 0,1629 0,325 0,1549 0,530 0,1419 0,735 0,1086

0,130 0,1627 0,330 0,1547 0,535 0,1415 0,740 0,1072


0,135 0,1625 0,335 0,1544 0,540 0,1410 0.745 0,1057
0,140 0,1624 0,340 0,1542 0,545 0,1406 0,750 0,1042
0,145 0,1622 0,345 0,1539 0,550 0,1401 0,755 0,1026
0,150 0,1620 0,350 0.1537 0,555 0,1396 0,760 0,1011

0,1550, 0,1618 0,355 0,1534 0,560 0,1391 0,765 0.0995


160 0,1617 0,360 0,1532 0,565 0,1306 0,770 0,0978
0,165 0,1615 0,365 0,1529 0.570 0.1381 0,775 0,0962
0,170 0,1613 0,370 0,1526 0,575 0,1376 0,780 0,0945
0,175 0,1611 0,375 0,1524 0,580 0,1371 0,785 0,0928

0,180 0,1610 0,380 0.1521 0,585 0.1365 0,790 0,09100,0


0,185 0,1608 0,385 0,1518 0.590 0,1360 0,795 393
0,190 0,1606 0,390 0.1515 0,595 0,1354 0,800 0,0875
0,195 0,1604 0,395 0.1513 0,600 0,1348 0,805 0,0857
0,400 0.1510 0,605 0,1342 0,810 0,0839

V-4
Vérification rapide à l’ELS : Fissuration non préjudiciable

V-5
Vérification rapide à l’ELS : Fissuration préjudiciable et très préjudiciable

V-6
V-7
Redimensionnement à l’ELS

30 M ser y As σ bc
u= ; α = ; ρ = ; k=
bd 2 σ s d bd σs

u α 1000 ρ k u α 1000ρ k u α 1000 ρ k

0,02 0,1346 0,698 0,0104 0,82 0,6240 34,51 0,1106 1,62 0,7434 71,79 0,1931
0,04 0,1863 1,422 0,0153 0,64 0,6284 35,42 0,1127 1.64 0,7454 72,74 0,1952
0,06 0,2243 2,162 0,0193 0.86 0,6327 36,33 0,1148 1,66 0,7474 73,69 0,1972
0,08 0,2552 2,915 0,0228 0,88 0,6369 37,24 0,1169 1,68 0,7493 74,64 0,1992
0,10 0,2816 3,679 0,0261 0,90 0,6410 38,15 0,1190 1.70 0,7512 75,60 0,2013

0,12 0,3047 4",452 0,0292 0,92 0,6450 39,07 0,1211 1,72 0,7531 76,55 0,2033
0,14 0,3255 5,235 0,0322 0,94 0,6489 39,98 0,1232 1.74 0,7549 77,50 0,2053
0,16 0,3443 6,025 0,0350 0,96 0,6527 40,90 0,1253 1.76 0,7567 78.46 0,2074
0,18 0,3615 6,622 0,0377 0.98 0,6365 41,82 0,1274 1.78 0,7585 70.41 0,2094
0,20 0,3774 7,626 0,0404 1,00 0,6601 42,74 0.1295 1,80 0,7603 80,37 0,2114

0,22 0,3922 8,436 0,0430 1,02 0,6637 43,66 0,1316 1,02 0,7620 81,32 0,2134
0,24 0,4060. 9,252 0,0456 1,04 0,6672 44,58 0,1336 1,84 0,7637 82,28 0,2155
0,26 0,4190 10,07 0,0481 1,06 0,6706 45,51 0,1357 1,86 0,7654 83,24 0,2175
0,20 0,4313 10,90 0,0506 1,08 0,6739 46,43 0,1378 1.88 0,7671 04.19 0,2195
0,30 0,4428 11,73 0,0530 1.10 0,6772 47,36 0,1399 1,90 0,7687 85.15 0,2215

0,32 0,4538 12,57 0,0554 1,12 0,6804 48,28 0,1419 1.92 0,7703 86,11 0,2236
0,34 0.4642 13,41 0,0578 1.14 0,6835 49,21 0.1440 1.94 0,7719 87,07 0,2256
0,36 0,4742 14,25 0,0801 1,16 0.6866 50,14 0,1461 1.96 0.7735 88.03 0,2276
0,38 0,4837 15.10 0,0624 1,18 0,6896 51,07 0,1481 1,98 0.7750 88.99 0,2296
0.40 0,4927 15.95 0.0648 1.20 0,6926 52,01 0.1502 2,00 0,7765 89,95 0,2317

0.42 0,5014 16,81 0,0670 1,22 0,6955 52,94 0,1522 2.02 0,7780 00,91 0,2337
0,44 0,5098 17,67 0,0693 1,24 0,6983 53,87 0,1543 2,04 0,7795 91,87 0,2357
0,46 0,5178 18,53 0,0716 1,26 0,7011 54,81 0,1564 2,06 0,7810 92,83 0,2377
0.48 0,5255 19.40 0,0738 1,28 0,7038 55,74 0,1584 2.08 0,7824 93.80 0,2398
0,50 0,5329 20,27 0,0761 1,30 0,7065 56,68 0.1605 2,10 0.7839 94,76 0,2418

0.52 0,5401 21.14 0,0783 1.32 0,7091 57,62 0,1625 2,12 0.7853 95,72 0,2438
0,54 0,5470 22,01 0,0805 1.34 0,7117 58,56 0,1646 2.14 0.7867 96.69 0,2458
0,56 0,5536 22,89 0,0827 1.36 0,7142 59,50 0,1666 2.16 0,7880 97.65 0,2478
0,58 0,5601 23.77 0,0849 1.38 0,7167 60,44 0,1687 2,182, 0.7894 98,61 0,2499
0,60 0,5663 24,65 0,0871 1,40 0,7191 61,38 0,1707 20 0,7907 99.58 0,2519

0.62 0.5724 25,54 0,0092 1.42 0,7215 62,32 0,1727 2,222, 0,7920 100,5 0,2539
0.64 0,5782 26,43 0,0914 1.44 0,7239 63,27 0,1740 24 0,7933 101,5 0,2559
0.66 0.5039 27.32 0,0936 1.46 0,7262 64,21 0,1768 2,26 0,7946 102,5 0.2579
0,60 0,5094 20,21 0,0957 1,48 0,7285 65.15 0,1789 2,28 0,7959 103,4 0,2599
0,70 0,5948 29.10 0.0979 1.50 0,7307 66,10 0,1809 2.30 0,7971 104,4 0,2620

0.72 0,6000 30.00 0.1000 1.52 0.7329 67,05 0,1830 2,32 0,7984 105,4 0,2640
0.74 0,6051 30,90 0,1021 1,54 0.7351 67,99 0,1850 2,34 0,7996 106,3 0,2660
0.76 0,6100 31.80 0,1043 1,56 0.7372 68.94 0.1070 2,36 0,8000 107.3 0,2600
0.78 0,6148 32,70 0,1064 1,58 0,7393 69,89 0,1091 2.382, 0,8020 108,3 0.2700
0.80 0,6104 33.61 0.1005 1.60 0,7414 70.04 0,1911 40 0.3032 100,2 0,2720

V-8
Organigramme de calcul d’une section rectangulaire soumise à la flexion composée à l’ELU

V-9
Organigramme de calcul d’une section en T soumise à la flexion simple à l’ELU

V-10
TABLE DES MATIERES

INTRODUCTION .......................................................................................................................................... 1

PARTIE 1 : ETUDES PRELIMINAIRES .............................................................................................. 2

CHAPITRE 1 : APERCU GENERAL ........................................................................................................... 3


1.1 Historique de la région Analamanga .......................................................................................................... 3
1.2 Environnement physique ........................................................................................................................... 3
1.2.1 Géographie ......................................................................................................................................... 3
1.2.2 Climatologie ....................................................................................................................................... 3
1.3 Démographie et population ........................................................................................................................ 4
1.3.1 Effectif et évolution ............................................................................................................................ 4
1.3.2 Croissance démographique ................................................................................................................. 5

CHAPITRE 2 : FAISABILITE DU PROJET ................................................................................................ 8


2.1 Etablissements scolaires ............................................................................................................................ 8
2.2 Evolution des trois dernières années scolaires ........................................................................................... 9

CHAPITRE 3 : CONCEPTION ARCHITECTURALE .............................................................................. 11


1.1 Description du projet ............................................................................................................................... 11
1.2 Confort dans le bâtiment .......................................................................................................................... 11
1.2.1 Les exigences thermiques ................................................................................................................. 11
1.2.2 Les exigences acoustiques ................................................................................................................ 12
1.2.3 Exigences d’éclairage ....................................................................................................................... 12
1.2.4 Les exigences de sécurité ................................................................................................................. 12
1.3 Description de l’immeuble....................................................................................................................... 13
1.3.1 Au niveau du rez-de-chaussée .......................................................................................................... 13
1.3.2 Au premier étage .............................................................................................................................. 13
1.3.3 Au deuxième étage et troisième étage .............................................................................................. 13

PARTIE 2 : ETUDES TECHNIQUES ................................................................................................. 14

CHAPITRE 1. ETUDES TECHNIQUES PRELIMINAIRES ..................................................................... 15


1.1 Matériaux de construction ........................................................................................................................ 15
1.1.1 Généralités ......................................................................................................................................... 15
1.1.2 Qualités des matériaux ..................................................................................................................... 15
1.2 Notion de BAEL ...................................................................................................................................... 18
1.2.1 La règle du BAEL ............................................................................................................................ 18
1.2.2 Notion d’état limite........................................................................................................................... 18
1.3 Pré dimensionnement des ouvrages ......................................................................................................... 19
1.3.1 Poutres .............................................................................................................................................. 19
1.3.2 Planchers .......................................................................................................................................... 19
1.3.3 Poteaux ............................................................................................................................................. 20

CHAPITRE 2 : EFFET DU VENT ............................................................................................................... 22


2.1 Définitions et principes généraux ............................................................................................................ 22
2.1.1 Direction du vent .............................................................................................................................. 22
2.1.2 Exposition des surfaces .................................................................................................................... 22
2.1.3 Principes de calcul ............................................................................................................................ 22
2.2 Pression dynamique de base .................................................................................................................... 23
2.3 Pression dynamique de base corrigée ...................................................................................................... 24
2.3.1 Effet de site ....................................................................................................................................... 24
2.3.2 Effet de la hauteur ............................................................................................................................ 24
2.3.3 Effet de masque ................................................................................................................................ 25
2.3.4 Effet de dimension ............................................................................................................................ 25
2.4 Actions statiques exercées par le vent...................................................................................................... 25
2.5 Actions dynamiques exercées par le vent ................................................................................................ 28
2.5.1 Actions parallèles à la direction du vent ........................................................................................... 28
2.5.2 Action perpendiculaire à la direction du vent ................................................................................... 30

CHAPITRE 3 : DESCENTE DES CHARGES ............................................................................................ 31


3.1 Inventaire des charges .............................................................................................................................. 31
3.1.1 Charges permanentes ........................................................................................................................ 31
3.1.2 Charges d’exploitation...................................................................................................................... 33
3.2 Calcul de la descente des charges verticales ............................................................................................ 33
3.3 Descente des charges due aux charges horizontales ................................................................................ 40
3.4 Descente des charges totales .................................................................................................................... 42

CHAPITRE 4 : CALCUL DES ELEMENTS DE LA SUPERSTRUCTURE ............................................. 44


5.1 Détermination des sollicitations ............................................................................................................... 44
5.1.1 Les charges verticales ....................................................................................................................... 44
5.2 Calcul de l’ossature.................................................................................................................................. 45
5.2.1 Calcul de poutres longitudinales....................................................................................................... 45
5.2.2 Calcul de poutres transversaux ......................................................................................................... 57
5.2.3 Calcul des poteaux ............................................................................................................................ 74
5.2.4 Calcul des planchers ......................................................................................................................... 81
5.2.5 Calcul de la dalle pleine ................................................................................................................... 93
5.2.6 Calcul de l’escalier ........................................................................................................................... 98

CHAPITRE 5 : CALCUL DE L’INFRASTRUCTURE ............................................................................ 102


4.1 Buts recherchés ...................................................................................................................................... 102
4.2 Types de fondation ................................................................................................................................ 102
4.2.1 Fondations superficielles ................................................................................................................ 102
4.2.2 Fondations semi – profondes ou puits ............................................................................................ 103
4.2.3 Fondations profondes ou pieux....................................................................................................... 103
4.3 Etude de la fondation ............................................................................................................................. 103
4.3.1 Portance du sol ............................................................................................................................... 103
4.3.2 Choix du type de fondation ............................................................................................................ 104
4.3.3 Dimensionnement de la semelle ..................................................................................................... 104
4.3.4 Calcul des armatures de la semelle ................................................................................................. 105

CHAPITRE 6 : SECOND ŒUVRE ........................................................................................................... 106


5.1 Alimentation en eau potable .................................................................................................................. 106
5.1.1 Débits ............................................................................................................................................. 106
5.1.2 Détermination de diamètre des canalisations.................................................................................. 106
5.2 Assainissement ...................................................................................................................................... 108
5.2.1 Evacuation des eaux pluviales ........................................................................................................ 108
5.2.2 Evacuation des eaux vannes ........................................................................................................... 109
5.2.3 Evacuation des eaux usées .............................................................................................................. 109
5.2.4 Fosse septique................................................................................................................................. 109
5.3 Electricité ............................................................................................................................................... 110
5.3.1 Protection contre les surtensions et les courts circuits .................................................................... 110
5.3.2 Protection des personnes ................................................................................................................ 111
5.3.3 L’éclairement E .............................................................................................................................. 111
5.3.4 Choix des luminaires ...................................................................................................................... 111
5.3.5 Exemple de calcul .......................................................................................................................... 112

PARTIE 3 : ETUDE FINANCIERE .................................................................................................... 115

CHAPITRE 1 : DEVIS DESCRIPTIF ....................................................................................................... 116

CHAPITRE 2 : DEVIS QUANTITATIF ET ESTIMATIF ....................................................................... 123


2.1 Calcul du coefficient de majoration de déboursé K ............................................................................... 123
2.2 Sous détails des prix unitaires ................................................................................................................ 124
2.3 Exemple de quelque sous détail de prix ................................................................................................. 125
2.4 Calcul des devis quantitatif et estimatif ................................................................................................. 127

CHAPITRE 3 : ETUDE DE RENTABILITE ............................................................................................ 134


3.1 Généralité............................................................................................................................................... 134
3.1.1 Investissement ................................................................................................................................ 134
3.1.2 Cash-flow ....................................................................................................................................... 134
3.1.3 Actualisation ................................................................................................................................... 134
3.1.4 Investissement ................................................................................................................................ 134
3.1.5 Recette annuelle ............................................................................................................................. 135
3.2 Méthode d’appréciation de rentabilité économique ............................................................................... 135
3.2.1 La valeur actuelle nette (VAN) ...................................................................................................... 136
3.2.2 Le taux interne de rentabilité .......................................................................................................... 136
3.2.3 Le délai de récupération du capital investi (DRCI) ........................................................................ 136
3.3 Les charges annuelles ............................................................................................................................ 137
3.4 Les impôts et taxes................................................................................................................................. 137
3.5 Interprétation des résultats ..................................................................................................................... 139
Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Département Bâtiment et Travaux Publics

Mémoire de fin d’études en vue d’obtention du diplôme d’ingénieur


en Bâtiment et Travaux Publics

Nom : RANAIVOMANANA

Prénom :AntsaAndriamirado

Adresse : Lot II A 14 Bis GA Amboditsiry Antananarivo 101

Téléphone : 033 20 888 15

Titre : Conception d’un établissement scolaire sis à Faravohitra

Nombre de pages : 138

Nombre de figures : 13

Nombre de tableaux : 101

Résumé :

Le présent mémoire a pour objet l’étude d’un bâtiment scolaire.

Une étude qui fait appel aux différentes méthodes de calculs selon la modélisation
adoptée pour la structure, à savoir : méthode de Rotation, méthode de Caquot…

L’étude de la rentabilité à la fin devrait inciter à en concevoir d’autres.

Mots clés : Faravohitra, Architecture, béton armé, Excel, ossature en BA.

Rubrique : Bâtiment

Directeur pédagogique : MonsieurANDRIANARIMANANA Richard

Vous aimerez peut-être aussi