Vous êtes sur la page 1sur 288

UNIVERSITE D’ANTANANARIVO

ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE


DEPARTEMENT BATIMENT ET TRAVAUX PUBLICS

Mémoire de fin d’études en vue de l’obtention du


Diplôme d’Ingénieur en Bâtiment et Travaux Publics

MAIRE
INA

Présenté par : RAMAHAZONIRINA Avihasoa


Encadreur : Monsieur RABENATOANDRO Martin
Date de soutenance : 28 Avril 2011
UNIVERSITE D’ANTANANARIVO
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE
DEPARTEMENT BATIMENT ET TRAVAUX PUBLICS

Mémoire de fin d’études en vue de l’obtention du


Diplôme d’Ingénieur en Bâtiment et Travaux Publics

REHABILITATION DE LA ROUTE NATIONALE PRIMAIRE


RNP7 ENTRE VINANINKARENA ET ANTALAVINA
(du PK 175+000 au PK 202+000)

Présenté par : RAMAHAZONIRINA Avihasoa


Membres de jury :

Président : Monsieur RANDRIANTSIMBAZAFY Andrianirina


Encadreur : Monsieur RABENATOANDRO Martin
Examinateurs : - Madame RAVAOHARISOA Lalatiana
- Monsieur RAZAFINJATO Victor
- Monsieur RAKOTOMALALA Jean Lalaina
Date de soutenance : 28 Avril 2011
REMERCIEMENTS

Tout d’abord, je rends grâce à Dieu pour sa bénédiction et sa bonté, de m’avoir donné la
force, la santé et l’opportunité afin que je puisse bien réaliser ce travail de mémoire de fin
d’études.
Ensuite, je tiens à adresser mes vifs remerciements à Monsieur ANDRIANARY Philippe,
Professeur Titulaire et Directeur de l’Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo, de m’avoir
donné la possibilité de poursuivre mes études dans cette école.
J’exprime aussi ma gratitude à Monsieur RANDRIANTSIMBAZAFY Andrianirina, Chef
de Département Bâtiment et Travaux Publics, de m’avoir bien accueillie dans ce Département
durant ces cinq ans d’étude et d’avoir fait l’honneur de présider cette soutenance de mémoire.
Je suis sincèrement très reconnaissante à Monsieur RABENATOANDRO Martin,
Enseignant au sein du Département BTP et Directeur de ce mémoire, de m’avoir accordé son
temps pour suivre de près la réalisation de ce mémoire et pour donner des bonnes directives et
précieux conseils malgré sa préoccupation.
Je tiens à témoigner ma gratitude envers les membres du Jury suivants:
-Madame RAVAOHARISOA Lalatiana
-Monsieur RAZAFINJATO Victor
-Monsieur RAKOTOMALALA Jean Lalaina
qui ont accepté de juger ce présent travail.
Ainsi qu’à tous les Enseignants et les personnels de l’école et du Département BTP, sans
eux, cette formation n’arrive pas à toucher sa fin.
Je n’oublierai pas ma famille pour leur soutien, aussi bien moral que financier et à tous
ceux qui ont contribué de près ou de loin à l’élaboration et l’achèvement de ce travail de mémoire,
en particulier :
-Madame RAZAFIARISOA Marie Julie (chef de projet à l’ARM)
-Monsieur RAJEMISA Victor (chargée d’opération à la division des travaux
d’investigation routière de Madagascar à l’ARM).

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page i Promotion 2010


SOMMAIRE

REMERCIEMENTS .................................................................................................................................. i
SOMMAIRE ............................................................................................................................................... ii
LISTES DES TABLEAUX ..................................................................................................................... viii
LISTES DES FIGURES ........................................................................................................................... ix
NOTATIONS ET ABREVIATIONS ........................................................................................................ x
INTRODUCTION ...................................................................................................................................... 1
PARTIE I : GENERALITES .................................................................................................................... 2
CHAPITRE 1:DESCRIPTION GENERALE DU PROJET .................................................................. 3
CHAPITRE 2:ETUDE MONOGRAPHIQUE ........................................................................................ 7
PARTIE II : ETUDES TECHNIQUES .................................................................................................. 25
CHAPITRE 1:DIAGNOSTIC et SOLUTIONS DES DEGRADATIONS .......................................... 26
CHAPITRE 2:MATERIAUX ROUTIERS ET RECONNAISSANCES GEOTECHNIQUES ........ 42
CHAPITRE 3:DIMENSIONNEMENT DE LA CHAUSSEE .............................................................. 59
CHAPITRE 4:ETUDE HYDROLOGIQUE, HYDRAULIQUE ET DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES .............. 82
PARTIE III : ETUDES FINANCIERS ET IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX
CHAPITRE 1:DEVIS DESCRIPTIFS ................................................................................................. 130
CHAPITRE 2:DEVIS QUANTITATIFS ............................................................................................. 143
CHAPITRE 3:DEVIS ESTIMATIFS................................................................................................... 150
CHAPITRE 4:ETUDE DE RENTABILITE ....................................................................................... 155
CHAPITRE 5:IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX ........................................................................ 165
CONCLUSION GENERALE ............................................................................................................... 172
BIBLIOGRAPHIE ................................................................................................................................. 174
ANNEXES .............................................................................................................................................. 175
TABLE DES MATIERES ................................................................................................................ LXVII

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page ii Promotion 2010


LISTES DES TABLEAUX

Tableau 2-1 : Répartition des surfaces cultivées par spéculation ................................................ 9


Tableau 2-2 : Principales productions agricoles du District d’Antsirabe II .............................. 9
Tableau 2-3 : Effectif de l’élevage dans le District d’Antsirabe II ........................................... 10
Tableau 2-4 : Données sur l’enseignement dans le District d’Antsirabe II ............................. 10
Tableau 2-5 : Nombre d’établissements sanitaires dansl eDistrict d’Antsirab II ......................................... 11

Tableau 2-6 : Répartition des personnels soignant .................................................................... 11


Tableau 2-7 : Nombre d’accidents corporels .............................................................................. 11
Tableau 2-8 : Superficie par District ........................................................................................... 13
Tableau 2-9 : Liste des stations météorologiques de la Région du Vakinankaratra ............... 15
Tableau 2-10 : Température moyenne annuelle de la Région du Vakinankaratra ................ 15
Tableau 2-11 : Pluviométrie moyenne annuelle de la Région du Vakinankaratra ................. 16
Tableau 2-12 : Débit maximum de crue ...................................................................................... 17
Tableau 2-13 : Nombre de population dans la Région du Vakinankaratra ............................ 17
Tableau 2-14 : Evolution de la production (en tonnes) dans la Région du Vakinankaratra . 18
Tableau 2-15 : Evolution de la production du maïs (en tonnes) dans la Région du
Vakinankaratra ............................................................................................................................. 19
Tableau 2-16 : Evolution des productions par District (tonnes) dans la Région du
Vakinankaratra ............................................................................................................................. 19
Tableau 2-17 : Evolution de la pomme de terre par District (tonnes) dans la Région du
Vakinankaratra : ........................................................................................................................... 20
Tableau 2-18 : Evolution de la production de patates douces par District (tonnes) dans la
Région du Vakinankaratra : ........................................................................................................ 20
Tableau 2-19 : Evolution de la production de café par District (tonnes) dans la Région du
Vakinankaratra : ........................................................................................................................... 21
Tableau 2-20 : Evolution de la production de tabac par District (tonnes) dans la Région du
Vakinankaratra ............................................................................................................................. 21
Tableau 2-21 : Evolution de la production d’arachide par District (tonnes) dans la Région du
Vakinankaratra ............................................................................................................................. 22
Tableau 2-22 : Productions fruitières et de cannes à sucre (tonnes) ........................................ 22
Tableau 2-23 : Effectif du cheptel dans la Région du Vakinankaratra.................................... 23

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page iii Promotion 2010


Tableau 1-1 : Procédés à suivre pour les divers traitements de la chaussée. ........................... 33
Tableau 2-1 : Fuseau de spécification GCNT0/40. ..................................................................... 44
Tableau 2-2: fuseau de spécification GCNT0/315. ..................................................................... 45
Tableau 2-3 : Courbe granulométrique des granulats 0/10...................................................... 47
Tableau 2-4: Les trois étapes de compactage des enrobés. ........................................................ 48
Tableau 2-5 : Caractéristiques du bitume pur. .......................................................................... 49
Tableau 2-6 : Caractéristiques du cut- back............................................................................... 49
Tableau 2-7 : Classification de mortier et de béton. .................................................................. 50
Tableau 2-8 : Résultats des essais des plates formes de la chaussée. ........................................ 53
Tableau 2-9: Récapitulation des dégradations, des valeurs de déflexion et les solutions de
réhabilitation envisagées. .............................................................................................................. 56
Tableau 3-1 : Données de trafic. .................................................................................................. 61
Tableau 3-2 : valeurs des épaisseurs équivalentes selon les valeurs de la CBR. ..................... 62
Tableau 3-3 : Epaisseurs minimales de CR et CB ...................................................................... 63
Tableau 3-4 : Résultats obtenus ................................................................................................... 64
Tableau 3-5 : Epaisseur réelle de chaque couche (cm) .............................................................. 64
Tableau 3-6: Valeurs de σz et σz adm suivant le CBR .................................................................. 69
Tableau 3-7: Valeur contrainte radiale admissible .................................................................... 69
Tableau 3-8 : Valeurs de σr suivant le CBR ............................................................................... 69
Tableau 3-9 : Classification du trafic MJA................................................................................. 70
Tableau 3-10 : Choix de la couche de roulement........................................................................ 72
Tableau 3-11 : Classe de portance à long terme de la plate-forme support ............................ 72
Tableau 3-12 : Epaisseur minimale de la couche de base .......................................................... 73
Tableau 3-13: Epaisseur réelle de chaque couche (cm) si on utilise le GCNT « B » comme CB
......................................................................................................................................................... 74
Tableau 3-14 : Epaisseur réelle de chaque couche (cm) si on utilise de la GB3 0/14 comme
CB ................................................................................................................................................... 74
Tableau 3-15 : Valeur des déflexions et épaisseurs équivalentes (mm) .................................... 77
Tableau 3-16 : Epaisseur réelle de chaque couche (cm) si on utilise le GCNT ........................ 78
Tableau 3-17 : Epaisseur réelle de chaque couche (cm) si on utilise le GB ............................. 78
Tableau 3-18 : Epaisseur réelle de chaque couche (cm) ............................................................ 79
Tableau 4-1 : Valeurs de H (24, P) en mm/24h .......................................................................... 83

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page iv Promotion 2010


Tableau 4-2: Caractéristique des petits et moyens BV le long du tronçon et leurs débits. ... 89
Tableau 4-3 : Résultats obtenus 1 ................................................................................................ 95
Tableau 4-4 : Résultats obtenus 2 ................................................................................................ 95
Tableau 4-5 : Caractéristiques des petits BV concernés sur le tronçon ................................... 97
Tableau 4-6 : Résultats obtenus ................................................................................................. 101
Tableau 4-7 : Résultats obtenus ................................................................................................. 103
Tableau 4-8: Résultats obtenus pour une buse à double ouvertures ...................................... 103
Tableau 4-9 : Résultats obtenus pour une buse à triple ouvertures ....................................... 104
Tableau 4-10 : Résultats obtenus. .............................................................................................. 106
Tableau 4-11 : Résultats obtenus en utilisant un dalot à double ouvertures. ........................ 106
Tableau 4-12 : Valeurs des efforts tranchants et moments fléchissants le long de la travée
(A-B). ............................................................................................................................................ 111
Tableau 4-13 : Résultats obtenus ............................................................................................... 116
Tableau 4-14 : Vérification des contraintes dans la section. ................................................... 116
Tableau 4-15: Nomenclatures des aciers ................................................................................... 118
Tableau 4-16: Résultat de predimensionnement ...................................................................... 124
Tableau 4-17 : Résultat de predimensionnement ..................................................................... 125
Tableau 4-18 : calcul de portance .............................................................................................. 126
Tableau 4-19 : Vérification de stabilités au glissement et au renversement. ......................... 127
Tableau 2-1 : Nettoyage, désherbage et débroussaillage ......................................................... 143
Tableau 2-2 : Abattage d’arbre.................................................................................................. 143
Tableau 2-3 : Décapage et redans .............................................................................................. 143
Tableau 2-4 : Déblai mis en remblai .......................................................................................... 143
Tableau 2-5 : Remblai d’emprunt ............................................................................................. 143
Tableau 2-6 : Engazonnement des talus .................................................................................... 144
Tableau 2-7 : Géotextile non tissé .............................................................................................. 144
Tableau 2-8 : Démolition d’ouvrages existants......................................................................... 144
Tableau 2-9 : Fossé en terre ....................................................................................................... 144
Tableau 2-10 : Fossé maçonné rectangulaire ............................................................................ 144
Tableau 2-11 : Curage des ouvrages transversaux .................................................................. 144
Tableau 2-12: Curage des ouvrages latéraux ........................................................................... 144
Tableau 2-13 : Curage des puisards .......................................................................................... 146

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page v Promotion 2010


Tableau 2-14 : Dalots .................................................................................................................. 146
Tableau 2-15 : Enrochements de protection ............................................................................. 146
Tableau 2-16 : Démolition de chaussée existante ..................................................................... 146
Tableau 2-17 : Scarification de chaussée revêtue ..................................................................... 146
Tableau 2-18 : sablage................................................................................................................. 146
Tableau 2-19 : déflachage ........................................................................................................... 147
Tableau 2-20: Colmatage ............................................................................................................ 147
Tableau 2-21: réfection localisée du corps de la chaussée ....................................................... 147
Tableau 2-22 : couche de fondation en GCNT 0/40 ................................................................. 147
Tableau 2-23 : couche de base en GCNT 0/315 ........................................................................ 148
Tableau 2-24 : Couche d’imprégnation de bitume résiduel de bitume fluidifié 0/1.............. 148
Tableau 2-25: Emulsion ECR 69 pour couche d’accrochage .................................................. 148
Tableau 2-26 : Béton bitumineux 0/10....................................................................................... 148
Tableau 2-27: Gabions pour structures et protections ............................................................ 149
Tableau 2-28 : Mur de soutènement .......................................................................................... 149
Tableau 2-29 : Bornes kilométriques ......................................................................................... 149
Tableau 2-30: Balises de virage .................................................................................................. 149
Tableau 2-31: Panneaux de localisation et de direction........................................................... 149
Tableau 2-32: Panneaux de prescription .................................................................................. 149
Tableau 2-33:Marquage au sol................................................................................................... 149
Tableau 3-1 : Coefficient pour calcul de K ............................................................................... 151
Tableau 3-2 : Valeurs des Coefficients prises pour calcul de K ............................................. 151
Tableau 3-3 : BDE ....................................................................................................................... 151
Tableau 3-4 : Coûts d’Entretien Courant ................................................................................. 154
Tableau 3-5 : Coûts d’Entretien Périodique ............................................................................. 154
Tableau 4-1 : Assurance par catégorie des véhicules ............................................................... 156
Tableau 4-2 : Taxes professionnelles suivant le type des véhicules ........................................ 156
Tableau 4-3 : Rémunération du personnel par mois et par type de véhicule ........................ 156
Tableau 4-4 : Réparations .......................................................................................................... 157
Tableau 4-5 : CV Route réhabilitée bitumée ............................................................................ 157
Tableau 4-6 : Récapitulation des différents coûts pour la route dégradée ............................ 157
Tableau 4-7 : récapitulation des différents coûts pour la route réhabilitée bitumée ............ 158

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page vi Promotion 2010


Tableau 4-8 : nombre de trafic T pour les trois types de véhicules ........................................ 160
Tableau 4-9 : Tableaux récapitulatifs des avantages ............................................................... 161
Tableau 4-10 : Somme des avantages actualisés ....................................................................... 162
Tableau 4-11 : TRI ...................................................................................................................... 163
Tableau 4-12 : DRCI ................................................................................................................... 164
Tableau 5-1 : IMPACTS NEGATIFS SIGNIFICATIFS PENDANT LES TRAVAUX ...... 167
Tableau 5-2 : IMPACTS NEGATIFS SIGNIFICATIFS PENDANT LES TRAVAUX ...... 167
Tableau 5-3: MESURES D’ATTENUATION (en zone urbaine : VINANINKARENA,
MANADONA, MANADONA- SAHANIVOTRY, SAHANIVOTRY) ................................... 168
Tableau 5-4:MESURES D’ATTENUATION (En zones cultivées ou végétalisées) .............. 169

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page vii Promotion 2010


LISTES DES FIGURES

Figure 1 : localisation du projet .................................................................................................... 3


Figure 2 : coupe de sondage 1 ...................................................................................................... 51
Figure 3 : coupe de sondage 2 ...................................................................................................... 51
Figure 4 : coupe de sondage 3 ...................................................................................................... 52
Figure 5 : coupe de sondage 4 ...................................................................................................... 52
Figure 6 : coupe de sondage 5 ...................................................................................................... 53
Figure 7 : valeurs des seuils de déflexion .................................................................................... 55
Figure 8 : Exemple de structure de la chaussée pour CBR = 8 (méthode LNTPB) ................ 65
Figure 9: Coupe schématique d’une chaussée de système tricouche. ....................................... 65
Figure 10 : Modèles quadricouches ............................................................................................. 67
Figure 11 : Exemple de structure de la chaussée pour CBR = 8 (méthode LCPC) ................ 75
Figure 12 : Exemple de structure de la chaussée de valeur de déflexion [150/100 –
170/100mm] (méthode de réduction de déflexion) ..................................................................... 78
Figure 13 : Exemple de structure de la chaussée de déflexion [150/100 – 200/100mm]
(méthode LCPC) ............................................................................................................................ 80
Figure 14 : Structure de la chaussée après rechargement ......................................................... 81
Figure 15 : coupe longitudinale du fossé de crête ....................................................................... 92
Figure 16: coupe transversal d’un fossé trapézoïdal.................................................................. 92
Figure 17: coupe transversal d’un fossé triangulaire ................................................................ 97
Figure 18: coupe transversal d’un fossé rectangulaire .............................................................. 99
Figure 19: coupe transversale d’une buse métallique .............................................................. 102
Figure 20 : Ouverture d’un dalot............................................................................................... 104
Figure 21: coupe transversale du dalot ..................................................................................... 107
Figure 22: Modélisation de calcul de dalle ................................................................................ 109
Figure 23 : poutre concernée ...................................................................................................... 112
Figure 24 : courbe de l’effort tranchant.................................................................................... 112
Figure 25 : courbe du moment ................................................................................................... 113
Figure 26: coupe transversale de la dalle .................................................................................. 117
Figure 27 : Les forces dues au coefficient de poussées. ............................................................ 119

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page viii Promotion 2010


LISTES DES PHOTOS

Photo 1 : effondrement de la rive ................................................................................................. 28


Photo 2: fissures longitudinale et transversale ........................................................................... 29
Photo 3: fissures maillées .............................................................................................................. 29
Photo 4: désenrobage et plumage ................................................................................................ 30
Photo 5: Pelade .............................................................................................................................. 30
Photo 6: peignage .......................................................................................................................... 31
Photo 7: Arrachement du corps de la chaussée .......................................................................... 31
Photo 8: Nids de poule .................................................................................................................. 32
Photo 9 : épaufrements de rive..................................................................................................... 33
Photo 10: Fossés envahis par des végétations ............................................................................. 35
Photo 11: Fossé ensablé................................................................................................................. 36
Photo 12 : Fossés détruits ............................................................................................................. 36
Photo 13 : Fossés obstrués ............................................................................................................ 37
Photo 14: Dalot et buse obstrués .................................................................................................. 38
Photo 15: Tête d’ouvrage détruite ............................................................................................... 38
Photo 16: Puisards ensablés et herbacés ..................................................................................... 39
Photo 17:panneau de signalisation usé. ....................................................................................... 40
Photo 18: borne kilométrique détériorée .................................................................................... 40
Photo 19 : pont de Manandona au PK 185+010 ......................................................................... 41
Photo 20: pont d’Ankoka au PK 193+340 ................................................................................... 41

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page ix Promotion 2010


NOTATIONS ET ABREVIATIONS

 Abréviations :
BAEL : Béton Armé aux Etats Limites
BB : Béton Bitumineux
BBM : Béton Bitumineux Mince
BBSG : Béton Bitumineux Semi-Grenu
CBR : Californian Bearing Ratio
CD : Côté Droit
CG : Côté Gauche
ECR : Emulsion Cationique à Rupture Rapide
ECM : Emulsion Cationique à rupture Moyenne
EDC ; Enrobé Dense à Chaud
ELU : Etats Limites Ultimes
ELS : Etats Limites Services
GB : Grave Bitume
GCNT : Grave Concassée Non Traitée
GTR : Guide de Terrassement Routier
LNTPB : Laboratoire National du Travaux Publics et des Bâtiments
LCPC : Laboratoire Centrale de Pont et Chaussée
MS : Matériaux Sélectionnés
OPM : Optimum Proctor Modifié
PV : Procès Verbal
TTC : Toutes Taxes Comprises

 Notations :
 Géotechnique :
ES : Equivalent de sable
LA : Essai Los Angeles
Ip : Indice de plasticité
MDE : Essai Micro Déval en présence d’eau
W : Teneur en eau

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page x Promotion 2010


Wopt : Teneur en eau optimale
Wl : Limite de Liquidité

 Hydrologique :
C : Coefficient de ruissellement
I : Intensité de l’averse provoquant le débit maximum
if : Pente du fossé
iTN : Pente du terrain naturel
K : Coefficient de forme du bassin versant
Q : Le débit de crue
S : Surface du bassin versant

 Hydraulique :
K : Coefficient de rugosité de Manning Strickler
Q : Débit de crue
R : Rayon hydraulique
V : Vitesse de l’écoulement de l’eau

 Béton armé :
 Majuscules :
A : Aire d’une section d’acier (longitudinal)
Au : Aire d’une section d’acier à l’état Ultime
Ar : Armature de répartition
Amin : Aire d’une section d’acier minimale (longitudinal)
B : Aire d’une section de béton
G : Action des charges permanentes
I : Moment d’inertie de la section
Mser : Moment fléchissant de calcul de service
Mrb : Moment résistant du béton
Mu : Moment Fléchissant de calcul ultime
P : Action permanente
Q : Action de charge variables

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page xi Promotion 2010


 Minuscules :
d : Position des armatures tendues par rapport à la fibre la plus comprimée
d’ : Distance du centre de gravité de A’ à la fibre la plus comprimée
fe : limite de l’acier en service
fc28 : Résistance caractéristique à la compression du béton à 28 jours d’âge
ft28 : Resistance caractéristique à la traction du béton à 28 jours d’âge
g : Poids propre par mètre linéaires
h : Hauteur totale de la section
j : Nombre de jours de maturité du béton
n : Coefficient d’équivalence acier béton
q: Surcharge

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page xii Promotion 2010


INTRODUCTION

Les infrastructures routières de qualité constituent un atout majeur pour la contribution


au Développement d’un pays. Jusqu’à nos jours, les Routes constituent le moyen de transport
le plus fiable, rentable et accessible à tous. Aussi la nécessité de protéger le réseau routier et
de le conserver en bon état est d’une importance capitale pour la résolution des problèmes liés
à l’évacuation des produits, des marchandises, à l’échange social, économique, commercial et
au désenclavement des régions. Pourtant, plusieurs routes à Madagascar sont actuellement
délabrées à cause du vieillissement de la structure et de l’absence des travaux d’Entretien.
Parmi celles-ci, on peut citer le cas de quelques parties de la Route Nationale Primaire n°07
(RNP7).
En effet, cette route relie les trois ex-provinces qui sont : ANTANANARIVO,
FIANARANTSOA et TOLIARY et permet de désenclaver par voie terrestre de nombreuses
villes comme Antsirabe et Ambositra. Alors en la laissant dans leur état actuel de délabrement
généralisé, elle va constituer un frein mais non plus un moteur de développement.
Le domaine de l’étude se situe précisément dans la région Vakinankaratra, reliant les
communes environnantes. C’est dans l’un des tronçons à réhabiliter qu’on a pu adopter l’objet
de notre mémoire qui s’intitule : « REHABILITATION DE LA ROUTE NATIONALE
PRIMAIRE N°07 ENTRE VINANINKARENA ET ANTALAVINA (PK 175+000 au PK
202+000) ».
Cette étude comportera trois grandes parties dont la première parlera de généralités sur
le projet et les études monographiques; la seconde donnera les détails sur l’étude technique du
projet et enfin la troisième partie développera les études financières et les impacts
environnementaux y afférents.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 1 Promotion 2010


PARTIE I : généralités

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 2 Promotion 2010


CHAPITRE 1: DESCRIPTION GENERALE DU PROJET

1.1 Localisation du projet

La RNP 7 est un réseau structurant et s’étend sur une longueur totale de 925km avec
une largeur moyenne de 6 à 7m. Elle relie trois ex-provinces qui sont : ANTANANARIVO,
FIANARANTSOA et TOLIARY en traversant plusieurs grandes villes à savoir :
Antananarivo, Antsirabe, Ambositra, Fianarantsoa, Ihosy et en fin Toliary. La partie à étudier
de l’axe concerne plus précisément Vinaninkarena – Antalavina, district d’Antsirabe II et
appartient dans la région de VAKINANKARATRA. Elle se situe entre les PK 175 et PK 202;
la route est totalement bitumée. Le PK 0 débute à Vinaninkarena au PK175+000 et se
termine au PK 27 correspondant, au PK 202+000 à Antalavina.
Figure 1 : localisation du projet

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 3 Promotion 2010


Tsiafahy

Antsirabe

Ambohidava Antsirabe

Tsinjorano

Ambohimanga

Vinaninkarena
Légende
Chef lieu de région
Vinaninkarena Chef lieu de Fivondronana
Chef lieu de Firaisana
Autres localités
Fiakarandava
Limites communales
Ampandrotrarana

Le tronçon à étudier
Ambalamahasoa
Route revêtue

Manandona

Manandona
Ambohiponana
Mahavoky

Mahazina
Ampamehena

Sahanivotry-Manandona
Sahanivotry

Sahamalola
Antalavina

Marovato

Sahatsiho-Ambohijanaka

Sahatsiho Ambohijanaka

Fierenantsoa

ARM/DG/DT/DEGR
16 Septembre 2010

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 4 Promotion 2010


1.2 Historique

La RNP 7 a été aménagée progressivement et le tronçon à étudier a été construit vers


1981. Une première intervention c'est-à-dire de l’Entretien Périodique a eu lieu en 1994 par
apport d’une couche de GCNT et cette année même, la route a été revêtue d’EDC. Et depuis,
des petits Entretiens Courants sont réalisés.
En 2007, la société COLAS Madagascar a obtenu un contrat de Réhabilitation entre le
PK 23 au PK 202 au cours de laquelle la chaussée a été reconstruite, renforcée en plusieurs
endroits et le revêtement a été imperméabilisé par de l’ECF ou renouvelé par application de
BBSG ou BB RUFFLEX après les réparations des diverses dégradations.
Cependant ces travaux n’ont jamais été achevés à cause d’insuffisance
d’investissement auprès de la Banque Mondiale et on n’a pas pu effectuer l’aménagement de
la chaussée que jusqu’au PK 158+300.
Actuellement, c’est la suite du projet, c’est-a-dire la reprise de la réhabilitation de la
RNP7 du PK 175 (Vinaninkarena) jusqu’au PK 202 (Antalavina) qui nous intéresse.

1.3 But de projet

Les activités des hommes nécessitent l’utilisation de production, leur transformation,


leur transport et leur consommation. Tout ceci engendre la mise en place d’Infrastructure de
Transport de plus en plus performante ;
Les Malgaches ont soif de développement. Un tel développement passe par différents
paramètres dont la facilitation des entreprises et du commerce, la communication entre les
Régions, l’accès aux ressources, aux services sociaux de base.
Cependant, tout ceci est impossible sans des Routes de qualité pour relier les Régions
entre elles. C’est pour cette raison que nous nous intéressons ainsi à investir sur la Route et
s’élance à la Réhabilitation des Infrastructures existantes.
Ainsi le présent Projet relatif à la Réhabilitation de la RNP 7 a principalement pour but :
 de conserver le patrimoine routier ;
 de maintenir la continuité de l’itinéraire ;
 de réduire le coût d’exploitation des véhicules ;
 d’améliorer le niveau de service ainsi que le temps de parcours ;

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 5 Promotion 2010


 d’améliorer la sécurité et le confort des usagers ;
 d’élargir et d’améliorer les différentes échanges entres les régions.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 6 Promotion 2010


CHAPITRE 2: ETUDE MONOGRAPHIQUE

2.1 Etude monographique de la zone d’influence directe

La zone d’influence directe concernée par la Réhabilitation de la RNP 7 (du


PK175+000 au PK202+000) est le District d’ANTSIRABE II. La population totale de cette
zone d’influence immédiate du Projet est estimée à 382.879 Habitants en l’an 2005, se
répartissant sur une superficie de 2 769 km2, avec une densité moyenne de 121,46 habitants au
km2.

2.1.1 Historique

La région est d'histoire relativement récente, parallèle à l'évolution des proto-malgaches


sur les Hautes Terres. Le Vakinankaratra a été depuis longtemps soumis à la vassalité des
royaumes d'Antananarivo. Plus récemment encore, la région a joué le rôle de pôle d'attraction
et de zone d'immigration principalement Betsileo, d'où une certaine symbiose ethnique surtout
pour les parties limitrophes de l’ex-province de Fianarantsoa.
Les principaux sites sont dans les sites rizicoles (Ambohibary, Manandona) les sites
d'activités agro-pastorales (Soanindrariny, Manandona, Ambatomena, Ambano,
Ambohimiarivo) qui sont d'ailleurs les anciens cantons.

2.1.2 Délimitation de la zone

Le District d’Antsirabe II se trouve dans la Région Sud de l’ex-province


d’Antananarivo, à 175 km de la capitale. Il est délimité par les Districts suivants :
- Nord : District de Faratsiho;
- Est et Nord-est : District d’Antanifotsy;
- Ouest et Sud- Ouest : District de Betafo ;
- Sud-est : District de Fandriana ;
- Sud: District d’Ambositra.
Il enclave la Commune Urbaine d'Antsirabe.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 7 Promotion 2010


2.1.3 Situation géographique et climatologique

Le District d'Antsirabe II se trouve sur les roches cristallines de hautes terres ayant
subies des mouvements tectoniques, séismiques d'où la richesse du sous-sol (des roches
cristallines aux roches volcaniques, sédimentaires et métamorphiques) et l'existence de
plaines de haute altitude et pénéplaine (Ambohibary, Manandona & hellip). Point culminant :
Ampamoizankova : 2 366 m.
Le District dispose d'un réseau hydrologique assez dense en particulier les sources et
affluents de l'ONIVE, le Fleuve de Manandona et le Lac d'Andranobe. Le District bénéficie
d'un climat tropical d'altitude semi-tempéré, assez forte amplitude drus et saisonnière, d'où
l'intérêt de cultures tempérées : blé, vigne, culture maraîchères, etc.
Le climat se divise en deux saisons bien distinctes :
- Novembre à Avril : saison pluvieuse et chaude ;
- Avril à Octobre : saison sèche et tempérée.
La pluviométrie moyenne annuelle de la zone est de 1200mm avec une température variant
de 0°c à 29 °c.

2.1.4 Situation démographique

Le District d’ANTSIRABE II est composé de 20 Communes Rurales : Alakamisy ,


Ambano , Ambatomena , Ambohibary, Ambohidranandriana , Ambohimiarivo ,
Ambohitsimanova , Andranomanelatra , Antanambao , Antanimandry, Antsoatany ,
Belazao , Ibity , Manandona , Mandrosohasina , Mangatano , Sahanivotry Mandona ,
Soanindrariny, Tsarahonenana Sahanivotry , Vinaninkarena et compte au total 204
Fokontany.

2.1.5 Les données économiques

a. Productions agricoles

Zone volcanique propice à l’agriculture et à l’élevage intensif, avec des conditions


climatiques très favorables à l’agriculture, le District d’Antsirabe II offre des potentialités
agricoles très importantes dans l’ex-province d’Antananarivo : le riz irrigué, le maïs, le blé
constituent entre autres les principales cultures agricoles du District.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 8 Promotion 2010


Le tableau ci-après, présente la répartition des surfaces cultivées par spéculation
pendant la Campagne agricole 1998 - 1999 :
Tableau 2-1 : Répartition des surfaces cultivées par spéculation
district A B [%] D [%] F [%] H [%] J [%]
ANTSIRABE
77715 77093 99.2 15.5 0.02 570 0.7 2266 3.04 523 0.7
II
Source : Annuaire Statistique 1999
A : Surface totale Cultivée, B : Cultures vivrières, D : Cultures de rente, F : Cultures
Industrielles, H : Fruits, J : Légumes.

Les données communiquées par les Annuaire Statistiques Agricoles pour l’an 2001 se
présentent comme suit :
Tableau 2-2 : Principales productions agricoles du District d’Antsirabe II
Superficies cultivées
Désignation Production [T] Rendement [T/ha]
[ha]
Cultures vivrières
Haricot 13 550 12 400 0.92
Patate douce 6580 44 200 6.72
Pomme de terre 14 100 83 100 5.89
Riz 13 815 39 950 2.89
Maïs 28 030 8 200 0.29
Cultures industrielles
Arachides 380 310 0.81
Café 20 10 0.5
Tabac 395 315 0.80
Cultures fruitières
Ananas 12.5
Bananiers 1 220
Pommiers 21 162
Pêches et pruniers 60 896
Agrumes 3
Poiriers 1 120
Kaki 279,1
Bibassiers 0.8
Source : Annuaire Statistiques Agricoles 2001

b. Elevage et pêche

Concernant le gros élevage, il se répartit de façon presque équitable entre les bovins et
les porcins, les caprins et ovins étant presque inexistants. Pour le petit élevage on assiste à
une prédominance de poularde entre 70 et 90 % des exploitations et des canards entre 10 et 30
% des exploitations.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 9 Promotion 2010


Le nombre de cheptel et la production halieutique comptabilisée à partir des visas de
conformité du service des eaux et forêts se présentent comme suit pour l’an 2001.
Tableau 2-3 : Effectif de l’élevage dans le District d’Antsirabe II
Désignation Nombre du cheptel [têtes]
Bœufs 39.035
Porcs 4.900
Volailles 124.560
Source : District d’Antsirabe II.

c. Infrastructures éducatives

Tableau 2-4 : Données sur l’enseignement dans le District d’Antsirabe II


Etablissements Nombre d’écoles Effectif des élèves Nombre d’enseignants
a) Niveau I :
- Publics 166 26 194 438
- Privés 142 14 580 270
b) Niveau II :
- Publics 12 1.250 54
- Privés 7 1.147 48
c) Niveau III :
- Publics - - -
- Privés - - -
Total 266 27.302 652
Source : District d’Antsirabe II, année 2001

Seul ce district est doté d’établissement du niveau III, probablement du fait de sa


proximité de la ville d’Antsirabe.

d. Infrastructures sanitaires

Les centres médicaux publics existent dans la Région de Vakinankaratra (carte n°10), à
savoir :
 Les Centres Hospitaliers de District niveau 2 (CHD2) où l’on note la présence de
médecins ;
 Les Centres Hospitaliers de District niveau 1 (CHD1) dirigés par un personnel
soignant autre que médecin ;
 Le Centre de Santé de Base niveau 1 (CSB1) qui sont des dispensaires ou de
Centres de Santé et de Soins Primaires ou de Postes Sanitaires tenus par un
personnel soignant autre que médecin.
Les mêmes définitions ont été retenues pour comptabiliser les centres médicaux
privés.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 10 Promotion 2010


Tableau 2-5 : Nombre d’établissement sanitaire dans le District d’Antsirabe II
services CHU CHD2 CHD1 CSB2 CSB1 Total Observations
publics - 0 0 19 11 30 6NF
Privés - 0 0 12 1 13 0NF
Source : Inventaire des Sous préfecture de M/CAR 2001.
NF : Non Fonctionnelle

Tableau 2-6 : Répartition des personnels soignant


Population Sage Aides
services Médecins Dentistes Infirmiers Total
totale Femmes soignants
publics 382.879 - 5 4 13 18 40
Privés 382.879 6 0 0 4 1 11
Source : SSD – Antananarivo 1997.

2.1.6 Sécurité

a. Banditisme

Le service de sécurité présent est la gendarmerie avec une activité principale de protéger
les institutions, les personnes et les biens. La présence des quartiers mobiles assure aussi la
sécurité publique. Cependant, cette zone est qualifiée parmi les zones rouges à cause de
l’action des banditismes depuis l’année 2002.

b. Accident de la circulation

Il a été resencé, en 2002, 2003 et 2004 (juin), 122 accidents corporels


Tableau 2-7 : nombres d’accidents corporels
Types d’accidents Nombre Pourcentages [%]
Véhicule seul 19 16
Véhicule contre Véhicule 38 31
Véhicule contre 2 Roues 31 25
Véhicule contre piétons 34 28
Source : ARM, année 2004

2.2 Etude monographique de la zone d’influence indirecte

Nous définissons la zone d’influence indirecte du Projet par les Districts et les Régions
environnants qui bénéficieront eux aussi de la Réhabilitation envisagée. Beaucoup sont les
régions concernées mais on va parler seulement de la Région de Vakinankaratra.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 11 Promotion 2010


2.2.1 Historique

Le royaume du Vakinankaratra, connu comme étant le royaume d’Andrantsay fut fondé


vers le début du XVIIe siècle par Andrianony, un prince originaire d’Alasora, au sud
d’Antananarivo. Longtemps, la capitale du royaume d’Andrantsay se trouvait à Fivavahana
(ou Fiva), dans la région de Betafo. Les habitants d’alors se dénommaient eux-mêmes
Betsileo, un nom qui passera ensuite à leurs voisins du sud. L’apogée de la puissance du
royaume d'Andrantsay semble se situer au milieu du XVIIIe siècle. Son influence s’étendit
même, alors, jusque dans le Menabe sakalava où une partie de sa population émigra à la suite
d’un de ses princes. Le dernier grand souverain du royaume d’Andrantsay fut
Andriamanalinarivo qui était encore sur le trône au moment où Andrianampoinimerina,
assisté du jeune prince Radama entreprit sa conquête au début du XIXe siècle. Depuis lors,
son territoire se vit intégré au royaume merina sous la nouvelle appellation de Vakinankaratra.
À partir de l'époque coloniale, le foyer principal de la région se déplaça à Antsirabe, devenue
maintenant une importante ville moderne réputée pour la fraicheur relative de son climat et la
qualité de ses eaux thermales.

2.2.2 Monographie de la région du Vakinankaratra

Il s’agit ici de donner un aperçu des caractéristiques géographiques de la Région, de sa


démographie et de son économie. Mais préalablement, il sied de déterminer la zone
d’influence du projet.

a. Présentation de la Région

La Région du Vakinankaratra est constituée de six Districts, qui sont : Ambatolampy,


Antanifotsy, Antsirabe II, Antsirabe I, Betafo, Faratsiho et de quatre-vingt six communes.
Les Régions limitrophes sont celles de : Bongolava, Itasy, Alaotra-Mangoro, Atsinanana,
Amoron’i Mania, Menabe.

b. Répartition de la superficie par District

Le tableau ci-après informe à la fois sur la surface occupée par chaque District et sur le
découpage administratif et territorial de chacun des Districts. Il convient alors de préciser les
Communes, les Fokontany et les Arrondissements le cas échéant.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 12 Promotion 2010


Tableau 2-8 : Superficie par District
Découpage administratif et territorial
Superficie
Région District Nombre de Nombre
[km²] Arrondissements
communes FKT
Vakinankaratra Ambatolampy 1.463 19 -
Antanifotsy 2.136 11 231
Antsirabe I 112 01 06 59
Antsirabe II 2.789 20 204
Betafo 9.107 18 205
Faratsiho 2.083 09 89
Source: District du Vakinankaratra 2006

La Région du Vakinankaratra, dont la superficie est de 17.690 km² qui représente 2,99%
de la superficie de Madagascar, est constituée de 78 Communes.
A propos de l’espace occupée par les Districts de la Région, elle varie entre 112 km² (cas du
District d’Antsirabe I) et 9.107 km² (cas du District de Betafo). Nous constatons alors les
écarts prononcés qui existent entre la superficie de ces Districts.
Quant au paysage administratif et territorial, la Région du Vakinankaratra comprend
78 Communes réparties en Fokontany tandis qu’un seul District comporte des
arrondissements.
Le tableau n°2-8 montre que le découpage administratif et territorial ne dépend nullement de
la superficie des Districts. En effet si la superficie de Betafo est nettement supérieure à celle
d’Antsirabe II, le nombre des Communes qui la compose se trouve être inférieur à celle
d’Antsirabe II. D’autre part, le District d’Antsirabe I n’a qu’une seule Commune, par contre
celle-ci se divise en six arrondissements.

c. Localisation géographique de la région

La Région de Vakinankaratra est limitée par les coordonnées géographiques suivantes :


 entre 18°59’ et 20°03’ de latitude Sud ;
 entre 46°17’ et 47°19’de longitude Est.
 Relief
La Région du Vakinankaratra fait partie des hautes terres par rapport à l’ensemble de
l’île. Son relief se distingue par une altitude plus élevée et elle est dominée par des sols
volcaniques comprenant plusieurs bassins aménagés : Ambatolampy, Ambohibary et
Faratsiho.
Cette Région s’identifie aussi à trois ensembles naturels :

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 13 Promotion 2010


• Le Centre qui est caractérisé par le massif volcanique de l’Ankaratra où se trouve la plus
haute altitude de la circonscription administrative d’Antananarivo, qui culmine à 2.644
mètres : le Tsiafajavona ;
• Au Sud, la présence du massif de l’Ankaratra a provoqué dans la partie occidentale une
série d’effondrements favorisant la formation de dépressions à fond alluvial et présentant
de nombreux cratères et lacs. La zone méridionale, dominée par la chaîne de l’Ibity est
constituée d’une succession de petites cuvettes au sol sableux, jonchées de blocs de
quartzite de toutes tailles ;
• Le moyen Ouest du Vakinankaratra est constitué par la pénéplaine de Mandoto-
Ramaritina où l’altitude s’abaisse à 1000 mètre.
Le District d’Ambatolampy est constitué par une fraction du versant oriental de l’Ankaratra.
 Géologie
La géologie de la Région du Vakinankaratra est généralement constituée de :
• Volcanisme néogène à quaternaire de l’Ankaratra ;
• Série schisto-quartzo-calcaire du Sud.
Nous pouvons y trouver les formations suivantes :
− Les massifs quartzites qui sont les roches sédimentaires (sable) ayant subi une
métamorphisation ;
− Les massifs granitiques, qui sont généralement dispersés sur la bordure occidentale du
massif volcanique de l’Ankaratra dans l’Ouest et dans le Sud. Le relief se trouve sur socle
à sol ferralitique squelettique ;
− Les cuvettes.
Les cuvettes lacustres sont dues à des activités volcaniques : des coulées de lave ayant
obturé des vallées et engendrant ainsi les lacs. Certaines cuvettes étaient autrefois reliées entre
elles. Ces zones d’alluvions lacustres, généralement fertiles, jouent un rôle important dans
l’occupation humaine.
 Climat
L’année comporte deux saisons bien individualisées :
• Une saison pluvieuse et moyennement chaude, de Novembre à Mars ;
• Une saison fraîche et relativement froide et sèche d’Avril en Octobre.
Le climat est caractérisé par les températures et les pluviométries qui sont présentées dans les
tableaux qui suivent, et dont les données ont été obtenues auprès de la Direction de la
Météorologie et de l’Hydrologie d’Antananarivo – Ampandrianomby.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 14 Promotion 2010


 Réseau de station météorologique
Tableau 2-9 : Liste des stations météorologiques de la Région du Vakinankaratra
Longitude Latitude Altitude
Station Observations
Est Sud [m]
Ambatolampy 47°26 19°22 1.555 Non fonctionnelle
Manjakatompo 47°18 19°22 1.600 à réhabiliter
Sabotsy Namatoana 47°23 19°19 1.610
Behenjy 47°30 19°12 1.377
Antsampandrano 47°36 19°03 1.450 Non fonctionnelle
Tsinjoarivo 47°42 19°37 1.640

Antanifotsy (gare) 47°19 19°40 1.500 à réhabiliter


Ambohimandroso (Ihazolava) 47°26 19°30 1.603 Non fonctionnelle
Ambatotsipihina 47°21 19°51 1.500 Non fonctionnelle
Ilempona (gare) 47°18 19°39 1.611 Non fonctionnelle
Antsirabe I :
Antsirabe I (aero) 47°04 19°52 1.540
Ambohimiarivo 47°08 19°51 1.640 Non fonctionnelle
Antsirabe II:
Vinaninkarena 47°03 18°59 1.400 Non fonctionnelle
Andranomanelatra 47°06 19°47 1.628 Non fonctionnelle
Manandona 47°03 20°03 1.350 Non fonctionnelle
Soanondrariny 47°14 19°54 1.800 Non fonctionnelle
Ambohibary 47°07 19°37 1.650 Non fonctionnelle
Betafo 46°50 19°50 1.490
Soavina 46°44 19°47 1.375
Ankazomiriotra 46°32 19°39 - Non fonctionnelle
Mandoto 46°17 19°34 840 Non fonctionnelle
Faratsiho 46°55 19°24 1.750 à réhabiliter
Source: direction de la météorologie
Seulement, la plupart des stations ne sont plus fonctionnelles et trois stations sont à
réhabiliter.
 Température
Le tableau suivant illustre les variations de température moyenne périodique dans
chaque District :
Tableau 2-10 : Température moyenne annuelle de la Région du Vakinankaratra
Température moyenne
Altitude Température Mois le plus chaud Mois le plus
Station Période
[m] annuelle [°C] froid
Mois T° Mois T°
Ambatolampy 1.555 61-90 16,8 Février 19,9 Aout 13
Antsampandrano 1.450 51-80 13,7 Février 16,8 Juillet 9,5
Antsirabe aero 1.540 61-90 16,7 Février 19,6 Juillet 12,7
Ambohibary 1.650 51-80 16,4 Janvier 19,0 Juillet 12,6
Ankazomiriotra - 68-70 21 Décembre 22,9 Juillet 17,4
Faratsiho 1.750 51-80 17,7 Janvier 20,01 Juillet 14
Source : Direction de la météorologie et de l’hydrologie d’Antananarivo –
Ampandronomby 2001.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 15 Promotion 2010


Le régime climatique de la Région du Vakinankaratra fait partie du régime climatique
tropical d’altitude supérieure à 900 mètres. Les températures ne présentent pas trop de risque
pour les diverses spéculations agricoles, sauf dans les hautes altitudes où quelques dégâts de
gel ont été enregistrés une sur cinq.
 Pluviométrie
Le tableau ci-après nous donne la pluviométrie annuelle de la Région du
Vakinankaratra.
Tableau 2-11 : Pluviométrie moyenne annuelle de la Région du Vakinankaratra
Pluie Nb de mois
Station Altitude [m] Période annuelle secs Observation
[mm]
Ambatolampy 1.555 1951-1980 1392,7 0,5 Juin
Antanifotsy 1.500 1952-1980 1335,8 -
Antsirabe 1.540 1961-1990 1330,6 0
Ambohibary 1.650 1951-1980 1511,9 0
Ankazomiriotra - 1960-1970 1399,1 4 Mai à aout
Faratsiho 1.750 1951-1980 1952,7 0
Source: Direction de la météorologie et de l’hydrologie d’Antananarivo –
Ampandrianomby 2001.
Ces mesures ont été effectuées pendant des périodes différentes pour la plupart des
stations. La pluviométrie, au point de vue quantité de précipitation annuelle, ne présente pas
de grande différence sur les statistiques de 20 à 30 ans. C’est la répartition dans l’année qui
présente parfois des mois secs longs au début de la saison. Celle-ci ne permet pas ainsi un bon
démarrage de la campagne agricole, surtout pour les rizicultures de bas fonds.
Toutefois, les conditions climatiques sont favorables à l’agriculture ; d’autant plus que les
variations de microclimat font que la Région présente toute une gamme de possibilités en
matière agronomique dans les zones d’altitude comme Faratsiho et Antsirabe
 Cyclones
La Région est rarement touchée par des perturbations tropicales. L’abondance des pluies
pendant le passage des cyclones sur les hautes terres risque pourtant de provoquer
l’inondation des parties basses et l’érosion des bassins versants.
 Hydrologie
La Mahajilo et ses affluents (la Mania, la Kitsamby, la Sakay) ainsi que le Bas Mangoro
et son affluent (Onive) traversent la Région du Vakinankaratra. Dans l’ensemble, le réseau
hydrographique semble dense et assez hiérarchisé.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 16 Promotion 2010


Tableau 2-12 : Débit maximum de crue
Fleuve Station Surface Pente Débit maximal de crue [m3/s]
d’observation BV [km²] [m/km] N=25 N=50 N=100
Onive Tsinjoarivo 2.990 9,84 2.600 2.900 3.400
Manandona Sahanivotry 973 9,55 650 850 1.100
Source : de la météorologie et de l’hydrologie d’Antananarivo – Ampandronomby 2001.

2.2.3 Etude démographique de la zone d’influence

Le tableau ci-après montre l’effectif de la population ainsi que le pourcentage par


District et la densité de la population dans la Région du Vakinankaratra.
Tableau 2-13 : Nombre de population dans la Région du Vakinankaratra
Région District Population Pourcentage [%] Densité [hab/km²]
Vakinankaratra Ambatolampy 235.411 14,81 160,91
Antanifotsy 304.433 19,15 142,52
Antsirabe I 175.136 11,01 1.563,71
Antsirabe II 364.762 22,94 130,79
Betafo 329.476 20,73 36,18
Faratsiho 180.566 14,81 86,69
Source: Région du Vakinankaratra 2006

La population dans la Région du Vakinankaratra comporte 1.589.784 habitants, soit


9,24% de la population Malagasy avec une densité démographique qui est de 89,87 [hab/km²],
ce qui est nettement supérieure à la densité nationale 29,06 [hab/km²]. Cette pression
démographique est due au phénomène d’urbanisation favorisant des flux migratoires positifs
qui se traduisent par l’apport de population en provenance des autres Districts.

2.2.4 Etude économique de la région du vakinankaratra

L’étude économique de la Région du Vakinankaratra concerne :


- Le secteur agricole ;
- Le secteur de l’élevage.

a. Secteur agricole

Ce secteur comprend l’ensemble des activités concernant des productions utiles à


l’homme, notamment sur le plan alimentaire. L’agriculture, comme dans tout Madagascar,
constitue l’activité principale de la Région. Les conditions agro-climatiques et humaines

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 17 Promotion 2010


permettent une vaste gamme de cultures. Nous y trouvons des exploitations de cultures
vivrières, de cultures de rente et de cultures industrielles.
 Cultures vivrières
Les cultures vivrières occupent plus de 95% des superficies cultivées de l’ensemble de
la Région. Les principales cultures sont le riz, le manioc, le maïs, la patate douce, le haricot et
la pomme de terre.
 Le riz
Dans l’ensemble de la Région, l’activité agricole est dominée par la riziculture
prépondérante dans l’organisation de l’espace.
Les principaux types de riziculture pratiqués dans la Région sont :
 Riz de bas fonds et plaines ;
 Riz irrigué et repiqué ;
 Riz irrigué en semis direct ;
 Riz irrigué en système de riziculture intensive (SRI) ;
 Riz de tanety : riz pluvial.
Le tableau suivant montre l’évolution de la production rizicole dans la Région du
Vakinankaratra.
Tableau 2-14 : Evolution de la production (en tonnes) dans la Région du Vakinankaratra
District 2005 2006 2007 2008 2009
Ambatolampy 30.988 32.211 33.434 34.657 35.880
Antanifotsy 31.665 32.391 33.117 33.843 34.569
Antsirabe I et II 40.638 41.358 42.078 42.798 43.518
Betafo 85.503 87.031 88.559 90.087 91.615
Faratsiho 23.030 23.548 24.066 24.584 25.102
TOTAL 221.824 213.539 221.254 225.969 230.684
Source: projection à partir de l’annuaire statistique agricole 2001

 Le maïs
Le mais est cultivé presque partout dans la Région. Les sols volcaniques riches lui
conviennent très bien. L’exploitation est généralement de type artisanal et se rencontre sur le
tanety, dans les bas de pente et sur baiboho. La culture est souvent associée à d’autres
spéculations (haricot,…).

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 18 Promotion 2010


Tableau 2-15 : Evolution de la production du maïs (en tonnes) dans la Région du
Vakinankaratra
District 2005 2006 2007 2008 2009
Ambatolampy 6.168,5 6.409,5 6.650,5 6.891,5 7.132,5
Antanifotsy 9.465 9.092,5 8.720 8.347,5 7.975
Antsirabe I et II 13.781 12.507 11.233 9.959 8.685
Betafo 6.154 6.029,5 5.905 5.780,5 5.656
Faratsiho 5.553 5.964,5 6.376 6.787,5 7.199
TOTAL 41.121,5 40.003 38.884,5 37.766 36.647,5
Source : Projection à partir de l’annuaire statistique agricole 2001

 Haricot
Le haricot est cultivé surtout pour la consommation humaine. Il est, soit associé aux
autres spéculations (maïs) soit en culture simple.
C’est une spéculation à cycle court (3 mois) qui apporte un revenu complémentaire aux
paysans. Ils peuvent en faire facilement deux et même trois cycles par an.
Depuis quelques années, le haricot est cultivé pour l’exportation dans les zones volcaniques
de Betafo.

Tableau 2-16 : Evolution des productions par District (tonnes) dans la Région du
Vakinankaratra
District 2005 2006 2007 2008 2009
Ambatolampy 4.442 4.479 5.116 5.453 5.790
Antanifotsy 2.794 2.852,5 2.911 2.969,5 3.028
Antsirabe I et II 12.825 12.996 13.168 13.339,5 13.511
Betafo 1.512 1.531 1.550 1.569 1.588
Faratsiho 2.956 3.035,5 3.115 3.194,5 3.274
TOTAL 24.529 24.894 25.860 26.525,5 27.191
Source : Projection à partir de l’annuaire statistique agricole 2001

 Pomme de terre
L’altitude joue un rôle essentiel dans la répartition actuelle des bassins de production de
pomme de terre. Les exigences édaphiques de la pomme de terre sont importantes. Elle
demande des terres profondes, saines, fraîches et bien drainées que nous rencontrons
particulièrement dans les régions volcaniques et montagneuses des hautes terres.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 19 Promotion 2010


Tableau 2-17 : Evolution de la pomme de terre par District (tonnes) dans la Région du
Vakinankaratra :
District 2005 2006 2007 2008 2009
Ambatolampy 20.946 21.082 21.218 21.354 21.490
Antanifotsy 50.739 49.679 48.619 47.559 46.499
Antsirabe I et II 95.030 99.523 104.016 108.509 113.002
Betafo 19.799 20.519 21.239 21.959 22.679
Faratsiho 35.020 34.275 33.530 32.785 32.040
TOTAL 221.534 225.078 228.622 232.166 235.710
Source : Projection à partir de l’annuaire statistique agricole 2001

La production de pomme de terre est principalement concentrée dans la Région du


Vakinankaratra (90 à 95% de la production nationale). Le rendement est d’environ 6 tonnes à
l’hectare mais ce rendement varie en fonction de la saison de culture et de la fertilisation.
 Patate douce
Avec le manioc et le maïs, la patate douce constitue un apport alimentaire
complémentaire au riz. Elle est particulièrement pratiquée en exploitation familiale. Des
activités de recherche variétale sont réalisées par FIFAMANOR pour l’amélioration de la
production.
Tableau 2-18 : Evolution de la production de patates douces par District (tonnes) dans la
Région du Vakinankaratra :
District 2005 2006 2007 2008 2009
Ambatolampy 25.223 25.588,5 25.954 23.619,5 26.685
Antanifotsy 58.605 58.536,5 58.468 58.399,5 58.331
Antsirabe I et II 44.017 43.963 43.909 43.855 43.801
Betafo 1.832 1.808 1.784 1.760 1.736
Faratsiho 9.946 10.032 10.118 10.204 10.290
TOTAL 139.623 139.928 140.233 137.838 140.843
Source : Projection à partir de l’annuaire statistique agricole 2001
 Cultures de rente
Les cultures de rente sont les cultures qui servent à l’exportation. La Région en connaît
une : le café.
Le caféier, arbre dont est issu le café exige un sol riche, humide, absorbant mais assez souple
pour permettre un drainage rapide des eaux excédentaires. Le sol idéal est composé de terreau
de feuilles, de matières organiques et de poussières volcaniques. La température optimale
pour la croissance du caféier est comprise entre 13 et 26°C. La Région ne compte que quatre
Districts produisant les graines de café dont la production varie d’une année à une autre
comme le montre le tableau.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 20 Promotion 2010


Tableau 2-19 : Evolution de la production de café par District (tonnes) dans la Région du
Vakinankaratra :
District 2005 2006 2007 2008 2009
Ambatolampy 0 0 0 0 0
Antanifotsy 0 0 0 0 0
Antsirabe I et II 10 10 10 10 10
Betafo 46 48,5 51 53,5 56
Faratsiho 47 49,5 52 54,5 57
TOTAL 103 108 113 118 123
Sources : Projection à partir de l’annuaire statistique agricole 2001.

 Cultures industrielles
Cette catégorie regroupe les plantes, dont les produits sont destinés aussi bien, à
subvenir au besoin en matière des industries agro-alimentaires locales, qu’à l’exploitation
pour être transformés.
Les cultures industrielles dans la région appartiennent essentiellement aux groupes suivants :
− Les plantes stimulantes ;
− Les plantes oléagineuses.
En général, ces cultures ne sont pas encore développées dans la Région où elles sont
fortement concurrencées par la riziculture. Pour l’occupation des sols, elles ne représentent
que 0,94% des superficies totales cultivées.
 Plantes stimulantes :
Dans les contextes actuels, la plantation de tabac reste encore à l’échelle traditionnelle
au niveau des paysans. D’une manière générale, la plantation de tabac s’effectue sur tanety.
Son calendrier cultural prévoit une mise en pépinière au mois de Novembre, la plantation se
situe au mois de Juillet et Août.
Tableau 2-20 : Evolution de la production de tabac par District (tonnes) dans la Région du
Vakinankaratra
District 2005 2006 2007 2008 2009
Ambatolampy 181 182,5 184 185,5 187
Antanifotsy 0 0 0 0 0
Antsirabe I et II 347 353 353 365 371
Betafo 484 495 495 517 528
Faratsiho 58 57 57 55 54
TOTAL 1.070 1.087,5 1.105 1.122,5 1.140
Source : Projection à partir de l’annuaire statistique agricole 1998/1999.
 Plantes oléagineuses
Les plantes oléagineuses représentées par l’arachide occupent une place prépondérante
par rapport à la catégorie des plantes industrielles. Du point de vue utilisation de la
production, cette dernière est en général destinée soit à la consommation, soit une partie à

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 21 Promotion 2010


alimenter comme matière première les huileries traditionnelles locales dont les déchets sont
valorisés dans la provenderie. Très pratiquée dans la zone, l’arachide est une culture
saisonnière qui a un cycle moyen de 6 à 8 mois pendant lequel elle est très sensible au
manque d’humidité.
Tableau 2-21 : Evolution de la production d’arachide par District (tonnes) dans la Région du
Vakinankaratra
District 2005 2006 2007 2008 2009
Ambatolampy 10 10 10 10 10
Antanifotsy 0 0 0 0 0
Antsirabe I et II 302 299 296 293 290
Betafo 471 479 487 495 503
Faratsiho 54 52 50 48 46
TOTAL 827 840 843 846 849
Source : Projection à partir de l’annuaire statistique agricole 1998/1999
 Légumes et fruits
 Légumes
La production de légumes est bien étalée sur toute l’année dans la Région. Nous distinguons
les cultures de saison sèche pour les légumes racines : ail, oignon, carottes ; et celles de la
saison pluvieuse pour les foliacées : asperge, artichaut, aubergine, chicorée, concombre,
poivron, melon, petits pois, tomates, salades, etc…
 Fruits
Grâce à son altitude et aux conditions pédologiques favorables, la Région est une zone de
production fruitière très variée : pêche, prune, pomme, vigne, poire, ananas.

Tableau 2-22 : Productions fruitières et de cannes à sucre (tonnes)


spéculation Antanifotsy Antsirabe I Antsirabe II Betafo Faratsiho
Pommiers
Nb de pied 16.570 628 423.247 290 22.718
production 994 15,2 21.162 14,5 1.363
Agrumes
Nb de pied 670 70 150 7.303
production 90 1,4 3 1.092,6
Pêchers
Nb de pied 17.729 4.880 327.461 6.550 17.550
production 2.5128,2 71,5 37.419 52 2.632,5
Pruniers
Nb de pied 19.462 3.757 263.393 5.505 11.150
production 1.233 54,5 23.467 180 6.290
Poiriers
Nb de pied 735 135 8.142 145
production 87,3 13,5 1.220 11,6
Bananiers
Nb de pied 11,9 8.142 175,4 16,2
production 71 1.220 1.052 64,8
Ananas

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 22 Promotion 2010


Nb de pied 950 1.875 2,5 64.506 66.000
production 1 1 12,5 77 66
Vignes
Nb de pied 2.654 11.530 6.475 220 3.897
production 13 47,1 5 1,1 19,5
Manguiers
Nb de pied 450 152.370
production 25 30.474
Kaki
Nb de pied 7.756 3.245 1.909 430
production 232,6 97 179,1 11,5
Avocatiers
Nb de pied 755 1.010 444 19.263 67
production 120 90 35,4 4.038,9 10,5
Bibassiers
Nb de pied 39
production 0,8
Grenadelles
Nb de pied 85 2
production 185 4,3
Cannes à sucre
Nb de pied 690 300
production
Source : DRDR Vakinankaratra 2003

b. Secteur élevage

L’élevage est une activité qui vise l’entretien, la reproduction, l’amélioration et l’utilisation
d’animaux domestiques pour la satisfaction de besoins d’ordre matériel et alimentaire.
La Région présente un taux en élevage assez conséquent comme le présente le tableau
suivant.
Tableau 2-23 : Effectif du cheptel dans la Région du Vakinankaratra
Recensement du cheptel
Espèces Effectifs
Bovins 285.942
Porcins 28.839
Volailles 1.791.000
Ovins 4.950
Caprins 710
Equins 270
Source : DIRA Vakinankaratra 2003.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 23 Promotion 2010


2.3 Conclusion partielle

On peut conclure que l’étude monographique nous a permis de vérifier qu’il est de
priorité de réaliser ce projet de réhabilitation vue le transport des produits locaux ainsi que les
sécurités des usagers. Entre autre, cette intervention aussi permet de conserver le patrimoine
routier et de maintenir la continuité de l’itinéraire.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 24 Promotion 2010


PARTIE II : Etudes Techniques

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 25 Promotion 2010


CHAPITRE 1: DIAGNOSTIC et SOLUTIONS DES DEGRADATIONS

1.1 Généralités

L’état de la chaussée est défini par les différentes réparations exécutées sur le
revêtement et les dégradations existantes. Les photographies prises lors de la reconnaissance
permettent d’apprécier l’état actuel de la chaussée.
Les dégradations proviennent généralement du vieillissement de la chaussée et notamment de
son revêtement et des problèmes d’assainissement du au manque d’Entretien régulier.

1.2 Etat des lieux et relevé des dégradations

Le relevé visuel des dégradations consiste à inspecter l’itinéraire et ses environs dans le
but de noter et quantifier les types, les formes, les dimensions de l’existant de ces
dégradations. Ils sont récapitulés en annexe I.
∗ Le PK 0+000 du projet, est l’entrée du village de Vinaninkarena, dans la commune rurale
d’Antsirabe.
∗ Le PK 27+000, fin du projet, est l’entrée du village d’Antalavina, dans la commune de
Sahatsio Ambohijanaka.

1.3 Les dégradations, leurs causes et les solutions adéquates

1.3.1 La chaussée proprement dite

Depuis la dernière réhabilitation en 1994, le tronçon de la RNP 7 entre le PK 175


(Vinaninkarena) et le PK 202 (Antalavina) a subi de nombreuses dégradations, surtout dans
les zones en remblai.
Les dégradations sont variables suivant la nature du terrain, les matériaux constituant la
chaussée, le système de mise en œuvre et la saison dans la région.
On classe les dégradations en deux types: les dégradations de la surface et les dégradations du
corps de la chaussée.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 26 Promotion 2010


a. Dégradations de la surface

Les familles de dégradations constatées sont : le ressuage et les fissures.

 Le ressuage
C’est un phénomène de remontée de liant sur la partie ou la totalité de la surface de la
chaussée.
Causes : augmentation de la température du site à cause de feu de brousse sur le site.
Evolution : décollement et arrachement du revêtement lors du passage d’un véhicule suivi
d’amorce de nid de poule.
Solution : sablage.
 Les fissures
Ce sont des fissures peu profondes et selon leur forme on distingue :
 Les fissures longitudinales: sous les tracés des roues de véhicules ou en bordure de la
chaussée.
 Les fissures transversales : qui peuvent apparaitre sur toute la surface.
 Les fissures maillées : fissures qui se croisent entre elles, de taille variable allant
jusqu’au faïençage (fissures serrées).
Causes : mauvaise mise en œuvre, mauvaise qualité de matériaux, retrait de la couche de base
traitée.
Evolution : destruction générale ou localisée de la chaussée à cause de l’infiltration des eaux
se surface dans le corps de chaussée.
Solution : colmatage des fissures.

b. Dégradations du corps de la chaussée

Les familles de dégradations constatées sont : Les déformations, les fissures, les
arrachements, nids de poule, des épaufrures de rive.
 Les déformations
Elles comprennent :
 L’orniérage qui apparait dans les traces de roues des véhicules.
Causes : tassement des matériaux sous un trafic lourd et canalisé, associé ou non a une chute
de portance du sol support, mauvais compactage lors de la réalisation.
Evolution : devient des fissures et puis de la rupture de la chaussée.
Solution : réfection localisée du corps de la chaussée.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 27 Promotion 2010


 L’affaissement localisé qui se trouve généralement sur le bord de la chaussée.
Causes : défauts de portance ou d’épaulement, par exemple dus à une mauvaise qualité des
matériaux ou a des teneurs en eau trop élevées.
Evolution : approfondissement rapide de l’affaissement et la rupture de la chaussée.
Solution : les remèdes dépendent de leur importance :
 L’affaissement peu profond est remédié par le déflachage ;
 L’affaissement profond est remédié par la réfection localisée du corps de la
chaussée.

Photo 1 : effondrement de la rive

 Les fissures
Ce sont des fissures profondes, et selon leurs formes, on distingue : les fissures
longitudinales, les fissures transversales et les fissures maillées.
Causes : mauvaise qualité des matériaux, mauvaise dimensionnement de la chaussée c'est-à-
dire épaisseur insuffisante par apport au trafic, fatigue en flexion, au cisaillement ou en
traction imposes par les efforts verticaux et horizontaux ou par les efforts dus au retrait
thermique des couches de la chaussée.
Evolution : destruction générale ou localisée de la chaussée à cause de l’infiltration des eaux
se surface dans le corps de chaussée.
Solution : réfection localisée du corps de la chaussée.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 28 Promotion 2010


Photo 2: fissures longitudinale et transversale

Photo 3 : fissures maillées


 Les arrachements
Certains arrachements sont dus à l’usure excessive de la couche de roulement et peuvent
aboutir à la création de nids de poule. D’autres sont dus a des défauts de construction, l’on
distingue :
 Désenrobage et plumage : départs plus ou moins importants de gravillons de couche de
surface.
Causes : défauts de collage donc de qualité et/ou de dosage bitume.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 29 Promotion 2010


Photo 4: désenrobage et plumage

 Pelade : arrachement de tout ou partie d’une couche de roulement.


Cause : température de mise en œuvre non respecte lors du répandage du liant de la couche de
revêtement.

Photo 5: Pelade

 Peignage : décollement des gravillons de la couche de revêtement.


Causes : défaut de mise en œuvre lié à un mauvais fonctionnement des matériels pendant la
réalisation du revêtement : mauvaise répartition du bitume par la répondeuse et donc
couverture inégale de la surface de chaussée par le bitume, ou bien mauvaise répartition des
granulats sur la chaussée.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 30 Promotion 2010


Photo 6: peignage

Evolution : nids de poule, disparition du revêtement et destruction générale de la chaussée.


Solutions : réfection localisée du corps de la chaussée.

 Arrachement du corps de chaussée : enlèvement total des couches de base et de


roulement
Causes : défaut de mise en œuvre lié à un mauvais fonctionnement des matériels pendant la
réalisation du revêtement : mauvaise répartition du bitume par la répondeuse et donc
couverture inégale de la surface de chaussée par le bitume, ou bien mauvaise répartition des
granulats sur la chaussée, insuffisance d’ouvrage d’assainissement, absence d’Entretien.
Evolution : chaussée inutilisable.
Solutions : reconstruction de la chaussée, mise en œuvre des ouvrages d’assainissement.

Photo 7: Arrachement du corps de la chaussée

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 31 Promotion 2010


 Nids de poule
C’est une cavité qui apparait sur la surface de la chaussée.
Causes : Ils sont consécutifs à une usure ou une destruction de la couche déroulement, parfois
à la présence de corps étrangers dans la couche de surface, évolution sans Entretien des
arrachements.
Evolution : destruction générale de la chaussée.
Solution : réfection localisée du corps de la chaussée.

Photo 8: Nids de poule

 Les épaufrements de rive (épaufrures)


L’épaufrure est une cassure du revêtement au bord de la chaussée. En état avancé,
l’épaufrure est accompagnée de l’arrachement du revêtement, de la disparition de la couche
de base et des couches inferieures de la chaussée.
Causes: érosion régressive des accotements ou parfois, au contraire, d’une surélévation de
ceux-ci qui pour effet l’accumulation et stagnation d’eau aux bords de la chaussée. Il peut
entre également dû à l’insuffisance de la largeur de la chaussée. Dans certains cas,
l’épaufrement de rive est dû au passage direct du trafic sur les accotements pour éviter les
nids-de poule trop profonds. Le problème s’aggrave de plus en plus vite pendant la saison de
pluie.
Evolution : infiltration d’eau puis dégradation du corps de la chaussée.
Solution : réfection localisée du corps de la chaussée.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 32 Promotion 2010


Photo 9 : épaufrements de rive

Les procédés à suivre pour les traitements cités ci-dessus sont récapitulés dans le
tableau qui suit :
Tableau 1-1 : Procédés à suivre pour les divers traitements de la chaussée.
Types de traitements Procédés à suivre
- Répandre à la volée du sable 0/5(sable de carrière) ;
Sablage
- Répartir au balai le sable pour obtenir une surface rugueuse.
1. Cas des fissures groupées :
- Nettoyer la zone fissurée à la main avec du balai (propre et
sèche) ;
- Délimiter la zone par marquage à la peinture ;
- Préparer les coulis bitumineux (dosage : 20l de sable de carrière +
6l d’ECR 65) ;
Colmatage des fissures - Répandre le coulis à la raclette en une couche mince de 5mm.
2. Cas des fissures isolées
- Nettoyer la zone fissurée à la main avec du balai (propre et
sèche) ;
- Nettoyer de la zone puis répandre du liant ECR 65 au dosage
0.5kg/m2 à la lance ou à l’arrosoir;
- Répandre du sable 0/5sur la fissure à colmater.
- Enlever la totalité du revêtement fissuré ;
- Badigeonner les bords du revêtement restant à l’aide d’une couche
de ECR 65 pour accrochage ;
Réfection localisée du
- Mettre en œuvre une couche uniforme d’enrobé à froid ;
revêtement
- Compacter ;
- Appliquer un e couche fine d’ECR 65 sur la surface réparée ;
- Couvrir une couche de sable 0/5.
1. Profondeur d’excavation > 15cm
- Délimiter, marquer les zones à réparer avec la peinture ;
- Excaver et enlever tous les matériaux instables et défectueux
Réfection localisée du jusqu’à l’obtention d’une assise uniforme et stable ;
corps de chaussée - Donner à l’excavation une forme à bord vif et à paroi vertical et
rendre le fond de l’excavation plat et horizontal puis le
compacter ;
- Remplir l’excavation avec du 0/315 légèrement humide avec une

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 33 Promotion 2010


surépaisseur de e = 5cm au dessous de la surface de la chaussée ;
- Compacter par couche d’épaisseur emax = 10cm et imprégner avec
une couche d’imprégnation ECR 60.
- Badigeonner les bords de revêtement par ECR 65 ;
- Mettre en œuvre une couche d’enrobé à froid avec une
surépaisseur de 1 à 1.5 cm ;
- Compacter avec un compacteur vibrant lisse jusqu’à ce que la
surface ne se déforme plus ;
- Appliquer légèrement une couche d’ECR 65 sur la partie réparée
et couvrir avec une couche mince de sable 0/5 puis le compacter
à la dame à main.
2. Profondeur d’excavation < 15cm :
- On refait les mêmes tâches comme le cas précédent jusqu’au 3ème
point ;
- Remplir l’excavation avec la grave bitume avec une surépaisseur
de 1 à 1.5cm ;
- Bien compacter ;
- Mettre une couche mince d’enrobé à froid.
- Délimiter et marquer les zone à réparer ;
- Nettoyer la zone fissurée ;
- Répandre le liant (couche d’accrochage) ECR 65 dans la partie
affaissée au dosage de 0.5kg/m2 avec de la lance ou d’arrosoir ;
Déflachage
- Boucher l’affaissement avec de l’enrobé à froid en laissant une
surépaisseur environ de 1/3 de la profondeur de l’affaissement
pour tenir compte des tassements après compactage ;
- Compacter jusqu’à ce que la surface ne se déforme plus.
Source : cours de route.

1.3.2 Les ouvrages d’assainissement

a. Les fossés

Les fossés sont des ouvrages d’assainissement qui recueillent les eaux de ruissellement et les
conduisent le long de la route jusqu’à la zone d’écoulement naturel la plus proche qui sont les
exutoires. Les fossés peuvent en terre, en maçonnerie de moellon ou en béton.
Ils comprennent les fosses de crête et les fosses de pieds.
Voici les problèmes qu’on a rencontrés au sujet des fossés :

 Fossé érodé
Causes: elle est causée par le mauvais dimensionnement et manque des ouvrages de déchargé.
Solutions : création d’un fossé maçonné, réalisation des ouvrages de décharge.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 34 Promotion 2010


 Fossé envahi par la végétation
Causes: quand il n’y a pas d’Entretien, la végétation envahit les fosses et empêche
l’écoulement des eaux. Tout cela arrive quand on ne prend pas soin des ouvrages
d’assainissement.
Solutions : désherbage et Entretien régulier des fossés.

Photo 10: Fossés envahis par des végétations

 Fossé affouillé
Causes: elle est provoquée par la vitesse d’écoulement trop élevée (vitesse critique
d’affouillement) qui entraine la dégradation de la surface des fossés en apportant avec elle les
matériaux constitutifs du fossé.
Solution : redimensionnement du fossé

 Fossé ensablé
Causes : pente du fossé trop faible, fossé sou dimensionné et manque d’Entretien.
Solutions : curage ou redimensionnement de fossés et Entretien régulier des fossés.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 35 Promotion 2010


Photo 11: Fossé ensablé

 Fossé détruit
Causes : action des véhicules et les poussées des talus.
Solutions : curage et réparation du fossé.

Photo 12 : Fossés détruits

 Fossé obstrué
Causes : éboulement de terre, inattention des peuples environnants, manque d’Entretien.
Solutions : curage, enlèvement des blocs des roches et de troncs d’arbre, Entretien régulier
des ouvrages.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 36 Promotion 2010


Photo 13 : Fossés obstrués

b. Les ouvrages de décharges

Ce sont des ouvrages sous chaussée, ils sont réalisés pour faire passer les eaux
de ruissellement des fosses du coté déblai vers coté remblai. Vu leur vétusté et leur section,
il est évident que ces ouvrages n’avaient pas été réhabilités.
Comme problèmes on peut citer :

 Dalots et buses obstrués


Causes : sou dimensionnement des ouvrages et manque d’Entretien.
Solutions : curage et Entretien régulier des ouvrages.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 37 Promotion 2010


Photo 14: Dalot et buse obstrués

 Têtes d’ouvrage détruites


Causes: manque d’Entretien.
Solutions : réparation de têtes d’ouvrage.

Photo 15: Tête d’ouvrage détruite

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 38 Promotion 2010


 Puisard ensablés et herbacés
Causes : éboulement de terre, inattention des peuples environnants, manque d’Entretien.
Solutions : désherbage, dessablage et Entretien régulier des ouvrages.

Photo 16: Puisards ensablés et herbacés

1.3.3 Signalisations et équipements

Ils jouent des rôles très importants sur la sécurité des usagers, d’ailleurs les
nombres sont insuffisants et presque en très mauvais état. C’est pourquoi le taux d’accidents
sur cet axe est très élevé.

a. Bornes, panneaux de signalisation et balises renversés

Causes : accident des voitures, actes de vandalisme, glissement de terrain, manque


d’Entretien.
Solutions : reconstructions des ouvrages détruits, Entretien régulier des ces ouvrages
secondaires.

b. Ouvrages usés

Causes : actes de vandalisme, manque d’Entretien.


Solutions : peinture des ouvrages, Entretien régulier des ces ouvrages.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 39 Promotion 2010


Photo 17:panneau de signalisation usé.

c. Ouvrages détériorés

Causes : accident des voitures, actes de vandalisme, manque d’Entretien.


Solutions : reconstructions des ouvrages détruits, Entretien régulier des ces ouvrages.

Photo 18: borne kilométrique détériorée

1.3.4 Ouvrages de franchissement

Pour les ouvrages de franchissement, il existe plusieurs dégradations comme :


- destruction de la couche de roulement ;
- obstruction et bouchage des joints de chaussée ;

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 40 Promotion 2010


- les dégradations sur les équipements d’un pont ;
- les dégradations sur la fondation du pont…

Partie roulable

Photo 19 : pont de Manandona au PK 185+010

Partie roulable

Photo 20: pont d’Ankoka au PK 193+340

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 41 Promotion 2010


CHAPITRE 2: MATERIAUX ROUTIERS ET RECONNAISSANCES
GEOTECHNIQUES

2.1 Généralités

La géotechnique routière a pour objet d’étudier les sols en tant que matériaux et
supports par le biais des essais mis au point en mécanique des sols.
La géotechnique routière permet d’établir :
 En matériaux, le critère de choix de ces matériaux, le procédé de mise en
ouvre et de contrôle aussi bien à la réception des matériaux après mise en
œuvre de la construction;
 En supports, la vérification de poinçonnement et de tassement ainsi que le
procédé de mise en œuvre.

2.2 Spécifications générales des matériaux

2.2.1 Chaussées

a. Plateforme

La plateforme c’est la couche de 30cm au-dessus des terrassements. Son rôle est de
servir une bonne assise au corps de chaussée afin que celle-ci soit peu déformable.
Pour les sols de CBR inférieur à 5, il faut traiter la plateforme en place. Par conséquent
le CBR à prendre en compte pour le dimensionnement dépendra de l’épaisseur et de la qualité
du matériau de substitution.
Les caractéristiques des sols à éliminer ou à traiter sont les suivantes :
- CBR très faible ;
- Indice de plasticité : IP > 40 ;
- Limite de liquidité : WL>70 ;
- Gonflement linéaire dans le moule : >2% ;
- Teneur en matières organiques : >3%.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 42 Promotion 2010


b. Couche de forme

En cas d’insuffisance du sol naturel, c'est-à-dire pour les sols de faible portance, nous
devons mettre une couche de forme qui permettra la circulation des engins de chantier. Elle
est indispensable pour les sols pour lesquels il est impossible d’atteindre 95% de la densité
OPM.
Les matériaux de substitution devront être sélectionnés et avoir au minimum un
CBR>15.
Pour les sols de remblai, nous devons tenir compte des caractéristiques physico-
mécaniques suivantes :
- CBR > 10 ;
- Pourcentage en matière organiques < 1% ;
- Limite de liquidité WL < 65 ;
- γdmax> 16,0[KN/m3] ;
- Indice de plasticité IP < 40 ;
- Indice de gonflement G < 2% équivalent au pourcentage de fines %F < 35% ;
- Degré de compactage au moins 90% de l’OPM.
Pour la partie supérieure, c'est-à-dire le 0,80m au dessus du remblai, on exigera les
caractéristiques suivantes :
- CBR 15 ;
- Indice de plasticité IP < 20 ;
- Indice de gonflement linéaire G < 1% ;
- Pourcentage de fines 10% %F 30%.
Nous devons prévoir un degré de compactage correspondant à au moins 95% du
Proctor Modifié.

c. Couche de fondation

Les matériaux pour la couche de fondation doivent avoir :


- Un CBR au moins égal à 30 pour une densité sèche correspondant à 95% de l’OPM.
- Une dimension maximale des grains de 60 mm.
Les autres caractéristiques et recommandations pour la mise en œuvre dépendent des
matériaux utilisés.
Pour les GCNT 0/40, voici ses caractéristiques mécaniques:
- Dépourvue de terre et des matières organiques ;

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 43 Promotion 2010


- Indice de plasticité IP < 10 ;
- Los Angeles : LA < 35 ;
- Micro Deval à l’Eau : MDE< 30 ;
- Coefficient d’Aplatissement : CA< 25.

 fuseau de spécification

C’est la zone dans laquelle doit se situer le fuseau de régularité. Voici le fuseau
de spécification pour le GCNT0/40.

Tableau 2-1 : Fuseau de spécification GCNT0/40 .


Module AFNOR Maille de tamis en mm Tamisât en % (min – max)
60 100-100
40 85-100
46 31.5 82-85
44 20 55-82
41 10 38-65
39 6.3 31-60
37 4 23-45
34 2 16-32
28 0.5 10-27
24 0.2 6-13
20 0.08 3-8
Source : ARM
 Mise en œuvre
Les matériaux ne peuvent être mise en œuvre que lorsque la couche précédente a été
compactée et bien nivelée. La grave est mise en œuvre en une seule couche en une épaisseur
après compactage, variant de 15 à 20 cm.
Pour éviter la ségrégation des matériaux, il faut :
- Mettre en œuvre les matériaux à l’aide d’un niveleuse,
- Répandre toujours des granulats convenablement humidifiés dans la masse ;
- Et faire le compactage à l’aide d’un compacteur vibrant lourd puis de compacteur à
pneu lourd.
Les compacités obtenues sur chantier doivent vérifier la plus sévère les deux
conditions suivantes :
- La compacité est de 95% de la densité sèche à l’OPM, pour 95% des mesures
- La densité sèche en place est égale à 85 % du poids spécifique de la roche.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 44 Promotion 2010


d. Couche de base

La couche de base doit avoir des matériaux de qualités suffisantes pour faire face aux
sollicitations venant du trafic.
Les choix des matériaux dépendent de plusieurs critères comme :
- Leur indice portant ;
- Leur stabilité ;
- La dureté de leur squelette ;
- La résistance à la traction des couches liées ou rigidifiées…
Pour les GCNT 0/315, les caractéristiques de mise en œuvre souhaitables sont les
suivantes :
- Dépourvue de terre et des matières organiques ;
- Indice de plasticité IP < 5 ;
- Los Angeles : LA < 35 ;
- Micro Deval à l’Eau : MDE< 25 ;
- Coefficient d’Aplatissement : CA< 25.
- CBR à 4j d’imbibition > 80 (60 pour le trafic < 300 Véhicules/j) ;
- Compactage minimal 97 % de l’OPM (densité à l’ OPM 2).

 fuseau de spécification
Voici le fuseau de spécification pour le GCNT0/315.
Tableau 2-2: fuseau de spécification GCNT0/315.
Module AFNOR Maille de tamis en mm Tamisa en % (min – max)
40 100-100
46 31.5 85-99
44 20 62-90
41 10 40-70
39 6.3 31-60
37 4 25-52
34 2 18-43
28 0.5 10-27
24 0.2 6-18
20 0.08 4-10
Source : ARM

 Mise en œuvre
On a les mêmes procédés que celle de la couche de fondation.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 45 Promotion 2010


e. Couche d’imprégnation

L’imprégnation des couches de grave non traitée est réalisée à l’aide d’un bitume
fluidifié 0/1 dont le dosage en liant est de 0.8kg/m2 (bitume fluidifié 1.2kg/m2).
Elle sera mise en œuvre à la rampe sauf pour les petites surfaces ou les interventions
localisées ou la mise en œuvre à la lance sera autorisée.

f. Couche d’accrochage

La mise en œuvre de la Couche d’accrochage sera faite impérativement à l’aide d’une


épandeuse. L’épandage manuel ne sera autorisé que pour les réparations.
Le processus suivant sera à respecter :
- Nettoyage, balayage et soufflage de la surface ;
- Réparations éventuelles de la surface ;
- Répandage mécanique d’un enduit d’accrochage à l’émulsion de bitume cationique
ECR69 et dosée de façon à avoir 300g/m3 de bitume résiduel.

g. Couche de revêtement

Le choix du type de la couche de revêtement dépend du trafic, il peut se faire soit en


enduit superficiel, soit en enrobés denses ou en béton bitumineux. Et puisqu’on a un trafic
moyen alors on propose l’utilisation de béton bitumineux.
 Liants :
Il est préférable d’utiliser le bitume fluidifié (cut-back) 400/600 ou l’émulsion
cationique à 60% de bitume 80/100 (ECR 60). Ils sont dosés à 5.2 à 5.5% du poids total du
mélange.
 Granulats :
On utilise le 0/10 ; 0/14.
Les classes granulométriques doivent être serrées. Et pour la disposition des granulats,
ils doivent être secs et propres pour l’adhésivité.
Voici la courbe granulométrique de ces granulats 0/10:

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 46 Promotion 2010


Tableau 2-3 : Courbe granulométrique des granulats 0/10
Fuseau de définition pour béton bitumineux type 0/10
Le passant (en mm) Doit être compris entre (%)
10 90-100
5 70-80
Plage granulométrique dans
4 55-65
laquelle devront se situer les
2 40-50
courbes retenues pour l’étude
0.5 21-28
0.08 8-11
Source : ARM

 Sables :
Le sable fin doit avoir un ES ≥ 60% et à 10% des fines. L’étendue maximale du fuseau
de régularité pour les sables 0/4 doit être :
- 10% à D et au tamis de 0.5mm ;
- 15% aux tamis intermédiaires.
- 4 % à 80μ si la teneur en fines est < 12%
- 6 % à 80μ si la teneur en fines est ≥ 12%

Les qualités requises pour les produits finis en béton bitumineux 0/10 sont les
suivants :
- Equivalent de sable : ES >40 ;
- Pourcentage de vides à la PCG 60 girations entre 4 et 9 ;
- Essai DURIEZ à 18 ° C :
• Résistance à la compression sec ≥ 7MPa ;
• Rapport (r après immersion/R à sec) ≥ 0.7 ;
- Essai MARSHALL : stabilité ≥ 1000kg et fluage < à 40/100mm.

 Mise en œuvre
Voici les étapes à suivre :
- répandre les enrobés à une température de 130°C à l’aide d’un finisseur ;
- dès l’épandage réalisé, compacter les enrobés, qui va réaliser en 3 étapes distinctes :

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 47 Promotion 2010


Tableau 2-4: Les trois étapes de compactage des enrobés.
Durée après Température
Type Engins utilisés
épandage du tapis
compacteur à
1 Compactage initial 0-10mn 130-150°C
jante lisse
compacteur à
2 Compactage intermédiaire 10-20mn 100-130°C
pneus
compacteur à
3 Compactage final 20-45mn 90-120°C
jante lisse
Source : ARM

2.2.2 Les liants hydrocarbonés

a. Les bitumes

Ce sont des liants hydrocarbonés issus de la distillation du pétrole. Ils sont des produits
solides, semi- solides ou liquides, comprenant :
 Les bitumes purs ;
 Les bitumes fluidifiés ou cut-back (mélange de bitume pur avec de liant volatil :
pétrole ou kérosène) ;
 Les bitumes composés (mélange de bitume pur et du goudron à proportion égale).
 Les principaux essais effectués sur les bitumes purs sont :
 Essai de pénétrabilité : qui consiste à mesurer la profondeur d’ un enfoncement
exprimée en 1/10 de mm d’ un aiguille normalisé sous une charge de 100g
appliquée pendant 5s à 25° C sur un échantillon de bitume pur. C’est un critère de
dureté du bitume qui sert de base à la classification des bitumes purs.
 Essai de bille-anneau : c’est un essai de consistance d’un bitume qui consiste à
déterminer la température à laquelle le bitume traverse l’anneau autrement dit le
bitume commence à se ramollir (point de ramollissement).
Et l’essai de classification effectué sur le cut-back est la pseudo-viscosité. L’essai
consiste à mesurer le temps d’écoulement en seconde (s) de 50cm3 du produit à travers un
orifice circulaire calibré de 4 cm ou 10mm de diamètre à une température bien précise (40
à50° C) avec un appareil appelé viscosimètre à écoulement.
Les caractéristiques des bitumes purs et cut-back utilisés sont donnés dans les tableaux
qui suivent :

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 48 Promotion 2010


Tableau 2-5 : Caractéristiques du bitume pur.
TYPES DE BITUME
Caractéristiques du bitume pur
80/100 60/70
pénétrabilité à 25°C, 100g en 5s (1/10mm) 80 à 100 60 à 70
Densité relative à 25°C (au pycnomètre) 1 à 1.10
point de ramollissement en (°C) 41 à 51 43 à 60
pourcentage de pénétrabilité restante après perte de
>70
masse au chauffage par rapport à la pénétrabilité initiale
Source : cours route

Tableau 2-6 : Caractéristiques du cut- back


TYPES DE CUT-BACK
Caractéristiques du cut- back
0-1 400 - 600
Pseudo-viscosité de 50cm3de produit
<30 -
- Orifice de 4mm à 25°C en s
- Orifice de 10mm à 25°C en s - 400 à 600
- Orifice de 10 mm à 40°C en s - -
Densité relative à 25°C (au pycnomètre) 0.90 à 1.02 0.92 à 1.14
Source : cours route

b. Les émulsions de bitume

Ce sont des dispersions de bitumes dans de l’eau. Elles sont formées par l’emploie de
l’énergie mécanique de cisaillement de liant et des agents émulsifs.
Elles sont caractérisées par sa nature ionique, sa stabilité vis-à-vis des granulats et par la
teneur en poids du liant de base.
De part les conditions climatiques à Madagascar, on utilise surtout les émulsions
cationiques : ECR 60, ECR 65.

2.2.3 Mortier et béton

Les désignations utilisées pour le mortier et les bétons sont les suivantes :
- M : mortier ;
- B : béton.
Leurs classifications seront données dans le tableau qui suit :

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 49 Promotion 2010


Tableau 2-7 : Classification de mortier et de béton.
Désignation Dosage en ciment Type de ciment Granulométrie utilisation
en m3 des granulats

M350 350kg CEM II/32.5 <5 mortier pour maçonnerie

B1 150 à 250 kg CEM II/32.5 5/40 Béton de propreté


B2 350 kg CEM I/42.5 5/12.5 et 12.5/25 Dalettes, dalle de passages

2.3 Reconnaissance géotechnique

2.3.1 Environnement

a. Aperçu géotechnique

Le site du projet est situé au centre Ouest de Madagascar, dans l4ex-province


d’ANTANANARIVO. Le tracé traverse deux Districts, à savoir ANTSIRABE I et
ANTSIRABE I : ce sont des régions volcaniques montagneuses.
Nous notons la présence des sources et des fleuves à certains endroits de l’axe.

b. Aperçu climatologique :

Les Régions traversées sont sous climat tropical humide à deux saisons :
- Saison sèche et froide du mois de Mai à Octobre ;
- Saison pluvieuse du mois d’Octobre en Avril.
La moyenne de température varie de 10° C pour les mois les plus frais, de 25°C pour les mois
les plus chauds.

2.3.2 Résultats des reconnaissances et des essais de laboratoire

a. Etude de la chaussée

 Résultats des sondages


A l’issue des mesures de déflexion, les sondages sous chaussées par puits manuels ont
été réalisés sur les zones à fortes valeurs de déflexion sur une profondeur de 70 à 100cm.Les
résultats de ces sondages sont donnés ci-après :

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 50 Promotion 2010


 PK 175+000 :
• Un sol de plate forme constitué de limon argileux ;
• Une couche de fondation en arènes basaltiques ;
• Une couche de base en tout venant 0/31.5 de e =15cm ;
• Couche de roulement en ECD, e = 5cm

Enrobés 5cm

GCNT 0/31.5 15cm

Graveleux nat 35cm

Limon
argileux
40cm
(LA rouge)

Figure 2 : coupe de sondage 1

 PK 185+000 :
• Un sol de plate forme en roche décomposée e= 35cm;
• Une couche de base en tout venant 0/31.5 de e =30cm ;
• Couche de roulement en ECD, e = 5cm.

Enrobés 5cm

GCNT 0/31.5 30cm

Roche 35cm
décomposée

Figure 3 : coupe de sondage 2


 PK 187+000 :
• Un sol de plate forme en limon argileux humide;
• Une couche de base en tout venant 0/31.5 de e =20cm ;

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 51 Promotion 2010


• Deux Couches de roulement d’ECD, e = 5cm.

Enrobés 5cm
Enrobés 5cm

GCNT 0/31.5 20cm

Limon
40cm
argileux
(LA rouge)

Figure 4 : coupe de sondage 3

 PK 200+000 :

• Un sol de plate forme en sable limoneux légèrement humide ;


• Une couche de base en tout venant 0/31.5 de e =15cm ;
• Couche de roulement en ECD, e = 5cm.

Enrobés 5cm

GCNT 0/31.5 15cm

Sable
limoneux 35cm
légèrement
humide

Figure 5 : coupe de sondage 4

 PK 201+000 :
• Un sol de plate forme en sable limoneux légèrement micacé ;
• Un lit de blocs de quartzite ;
• Une couche de base en tout venant 0/31.5 de e =15cm ;
• Couche de roulement en ECD, e = 5cm.
• Couche de roulement en ECD, e = 5cm.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 52 Promotion 2010


Enrobés 5cm
.5
GCNT 0/31
15cm
Sable limoneux (SL)
30cm
Lit de blocs de quartz

Sable limoneux
légèrement micacé 35cm

Figure 6 : coupe de sondage 5

 Essais réalisés
Voici les essais de plate-forme effectués au labo pour chaque sondage :
- Teneur en eau naturelle : W (%) ;
- Poids spécifique : γs (KN/m3) ;
- Limite d’Atterberg : WL (%) -WP (%) = Ip (%) ;
- Granulométrie :%F;
- Proctor modifié : γdmax (KN/m3), Wopt (%) ;
- CBR à une énergie : ICBR (96h), Gt (%).

 Résultats des essais


Les résultats des essais sont récapitulés dans le tableau ci après :

Tableau 2-8 : Résultats des essais des plates formes de la chaussée .


IDENTIFICATION O.P M CBR à 96h

REFERENCE
W γs WL WP Ip F γdmax Wopt
ICBR
Gt
(%) 3 (%) (%) (%) (%) 3 (%) (%).
(KN/m ) (KN/m ),

PK175+000 21.2 - 50 28 22 74 - - 8 -
PK185+000 9.2 27 34 24 10 19 21.2 7.2 30 0.32
PK187+000 19.4 26 45 30 15 68 16.6 19.9 15 0.40
PK200+000 2.6 27 40 27 13 28 20.4 703 27 0.28
PK201+000 7.7 27 37 25 12 26 19.7 10.3 25 0.32

Source : ARM

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 53 Promotion 2010


 Zones homogènes
Le découpage du tracé en zones homogènes se fait par type de structures de l’ancienne
chaussée, qui sont donnés par les résultats des sondages ci dessus. On peut définir alors cinq
(5) zones homogènes :
- Zone I : PK 175+000 à PK 185+000 ;
- Zone II : PK 185+000 à PK 187+000 ;
- Zone III : PK 187+000 à PK 200+000 ;
- Zone IV : PK 200+000à PK 201+000 ;
- Zone V : PK 201+000 à PK 202+000.

2.3.3 Recherche et étude des gisements

a. Gisements meubles :

Le gisement meuble trouvé est celle de gîte de quartzite au PK 177+600 (pour


matériaux d’accotement).On peut envisager un volume exploitable supérieure à 15000m3.
Toutes les caractéristiques de ces matériaux sont résumées ci-après :
- Wopt= 8.4 (%) ;
- γdmax = 21.1 (KN/m3) ;
- Ip = 11 (%) ;
- F= 17 (%) ;
- I.CBR= 38 ;
- Gt = 0.05(%).
- Classification : SA.

b. Gisements rocheux :

On a comme carrière la carrière de granite d’apparence très dure du PK 176+610. Elle


présente un front de taille assez intéressant (hauteur minimum : 10m, largeur : 100m et
découverte : 2m).Et on peut espérer un volume exploitable de 25 à 30000m3.
Les renseignements disponibles pour ses caractéristiques sont :
- Coefficient LA = 34 ;
- MDE = 24.

2.3.4 Mesure de déflexion

D’une façon générale, on peut dire que la déflexion est un indicateur global de qualité
et de comportement de la chaussée. La déflexion est le critère de déformabilité le plus
commode à appréhender l’état d’une chaussée car on peut la mesurer de manière non

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 54 Promotion 2010


destructible et quasi-continue. Les mesures sont effectués avec un appareil appelé la poutre
de Benkelman.
Pour les chaussées souples, elle est un don reflet du comportement du sol support. A des
valeurs élevées des mesures correspondent généralement des chaussées insuffisantes en
qualité ou en épaisseur. Elle permet d’une part, de déceler les points singuliers qui nécessitent
des traitements locaux, et d’autre part, de définir les zones homogènes.
Il s’avère alors nécessaire de procéder à une analyse des valeurs limites D90 ou D98
(D90 dans notre projet).
Avec :D90 = Dm + 1.3σ
Dans lesquels :
- Dm : valeur moyenne des déflexions mesurées ;
- σ : écart type.
 D90 < 1205/100 : la chaussée est en bon état et située dans la phase de comportement
élastique ;
 120/100 < D90 < 200/100 : la chaussée présente quelques signes de fatigue et des
légères déformations apparaissent. On se trouve à l’entrée de la phase de fatigue ;
 D90 > 200/100 : la phase de fatigue est déjà entamée et les déformations ont atteint une
ampleur assez considérable.
Il est à noter que la compagne la plus récente sur ce tronçon a été faite en 2004, et les
résultats de ces mesures sont donnés dans le tableau 2.9.

2.3.5 Solutions de réhabilitation

Les solutions de réhabilitation dépendent surtout des valeurs de déflexion des zones.
Voici les seuils de déflexion :

Rechargement 1er Renforcement 2eme Reconstruction

120/100mm 200/100m

Figure 7 : valeurs des seuils de déflexion

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 55 Promotion 2010


On remarque que, d’après l’auscultation visuelle, beaucoup sont les valeurs de déflexion
qui ne correspondent plus aux dégradations actuelles car les données les plus récentes c'est-à-
dire les dernières mesures de déflexion sur cet itinéraire sont celles de 2004.
Les études géotechniques (mesure de déflexions et sondages) combinés aux résultats
des inspection visuelles ont permis une délimitation de l’itinéraire en tronçons homogènes et,
par la suite, la définition des zones à entretenir partiellement, à recharger, à renforcer et à
reconstruire. La récapitulation des dégradations et les solutions de réhabilitation appropriées
sont présentées dans le tableau ci après :
Tableau 2-9: Récapitulation des dégradations, des valeurs de déflexion et les solutions de
réhabilitation envisagées.
DEFLEXION SOLUTIONS
PK I.CBR DEGRADATIONS
(d0)(1/100)mm PROPOSEES

Affaissement de le PF, REC


175+000 à 175+100 110
arrachement de la structure
175+100 à 175+200 110 FMP, FLP, FTP RF
175+200 à 175+400 110 R.A.S RC
175+400 à 175+500 110 Flâche RF
175+500 à 175+700 110 R.A.S RC
175+700 à 175+800 110 FTP RF
175+800 à 176+000 110 R.A.S RC
176+000 à 176+400 100 Accotement arraché TP et RC
Accotement arraché, tête
176+400 à 177+000 100 TP et RC
de trottoir endommagée
177+000 à 177+200 100 R.A.S RC
177+200 à 177+500 100 FMPP, FMP TP et RC
177+500 à 177+600 100 épaufrures TP et RC
FMP sur toute la
177+600 à 177+800 100 RF
surface(Ibity)
177+800 à 178+000 100 FMPP, N.d.p, épaufrures TP et RC
178+000 à 178+200 110 R.A.S
RC
178+200 à 178+300 110 R.A.S RC
178+300 à 178+400 110 FMPP TP et RC
178+400 à 178+900 110 R.A.S RC
178+900 à 179+400 110 FMPP, FMP TP et RC
179+400 à 179+600 110 FMPP, épaufrures TP et RC
179+600 à 179+700 110 FMP TP et RC
179+700 à 179+860 110 R.A.S RC
179+860 à 179+920 110 R.A.S RC
179+920 à 180+300 100 R.A.S RC
FMPP, FMP, N.d.p,
180+300 à 181+100 100 TP et RC
Accotement arraché
181+100 à 181+200 100 R.A.S RC
181+200 à 181+600 100 FMPP TP et RC
181+600 à 181+900 100 FMPP TP et RC
Ressuage de toute la
181+900 à 182+300 100 TP et RC
surface

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 56 Promotion 2010


182+300 à 182+400 100 R.A.S RC
182+400 à 184+000 100 FMPP TP et RC
184+000 à 184+150 170 R.A.S RC
184+150 à 185+000 170 30 FMPP RF
185+000 à 185+400 170 FMPP RF
185+400 à 185+500 170 FMPP RF
185+500à 186+000 140 R.A.S RF
186+000 à 187+000 170 FMPP RF
187+000 à 188+500 150 R.A.S RF
188+500 à 189+100 110 27 FMPP, N.d.p TP et RC
189+100 à 189+250 100 R.A.S RC
FMPP, FMP, N.d.p ,
189+250 à 189+750 100 TP et RC
épaufrures
189+750 à 190+400 100 FMPP, FMP, N.d.p TP et RC
190+400 à 190+800 100 FMPP, FMP TP et RC
190+800 à 191+000 100 FMPP, FMP TP et RC
191+000 à 191+200 100 FMPP, FMP, N.d.p TP et RC
FMPP, FMP presque sur
191+200 à 191+350 100 RF (à scarifier)
toute la surface
191+350 à 191+450 100 Pelade de toute la surface RF(à scarifier)
191+450 à 192+500 100 FMPP, FMP TP et RC
192+500 à 192+700 100 FMPP sur toute la surface TP et RC
192+700 à 193+400 100 FMPP, bourrelet TP et RC
193+400 à 193+800 100 FMPP sur la moitié droite TP et RC
193+800 à 195+400 100 FMPP, N.d.p, FLP, Pelade TP et RC
FMPP, FMP, N.d.p, FLP,
195+400 à 195+600 100 TP et RC
FTP, Pelade
196+000 à 196+150 100 FMPP, FTP TP et RC
196+150 à 196+300 100 R.A.S RC
196+300 à 196+400 100 FMP TP et RC
196+400 à 196+600 100 R.A.S RC
FMP, N.d.p, FLP,
196+600 à 196+800 100 TP et RC
épaufrures
196+800 à 197+100 100 FMPP, N.d.p, FTP TP et RC
197+100 à 197+300 100 R.A.S RC
197+300 à 197+700 100 R.A.S RC
197+700 à 197+950 100 R.A.S RC
197+950 à 198+100 100 N.d.p TP et RC
198+100 à 198+300 100 FMPP, FMP, FLP RF (à scarifier)
FMPP, FMPP, FMP,
198+300 à 198+500 100 RF (à scarifier)
N.d.p, FTP
198+500 à 198+900 100 R.A.S RC
198+900 à 199+000 100 FMP, N.d.p, FTP RF (à scarifier)
FMP, N.d.p, accotement
199+000 à 200+000 100 RF (à scarifier)
affaissé
200+000 à 200+050 100 25 FMP, CR et CB arrachées REC

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 57 Promotion 2010


FMP, N.d.p, CR et CB
200+050 à 200+300 100 REC
arrachées
FMP, N.d.p, épaufrures
200+300 à 200+500 100
CR et CB arrachées REC
200+500 à 200+600 100 FMP, CR et CB arrachées REC
200+600 à 200+700 100 FMP REC
FMP, N.d.p, épaufrures,
200+700 à 200+800 100 REC
flâche
200+800 à 200+900 100 FMP REC
200+900 à 201+000 100 FMP REC
Arrachement total de la
201+000 à 201+150 170 27 REC
chaussée
FMP et Arrachement total
201+150 à 202+000 170
de la chaussée REC

RAS : rien à signaler, REC : reconstruction, RC : rechargement, RF : renforcement,


TP : traitement partiel
Long chaussée à traiter partiellement et à recharger :14.05km ;
Long chaussée à recharger :4.25km ;
Long chaussée à renforcer :6.6km ;
Long chaussée à reconstruire :2.1km ;
Long total de chaussée à traiter :27km.

2.4 Conclusion partielle :

La descente sur terrain est un des facteurs essentiels pour l’étude d’une route. Elle
permet de connaître l’historique de l’itinéraire étudié, son environnement immédiat, les
caractéristiques géométriques du tracé, l’état actuel de la chaussée et de sa dépendance, et de
déterminer par la suite les solutions de réhabilitation éventuelles à prendre.
Ainsi, le tronçon d’étude est divisé en quatre types de sections homogènes selon leurs
dégradations et les solutions de réhabilitation à envisagées, qui sont :
∗ Type de section n° 01 : zone avec traitement spécial avant rechargement sur une
longueur totale de 14.05km ;
∗ Type de section n° 02 : zone à recharger sur une longueur de 4.35km ;
∗ Type de section n° 03 : zone à renforcer sur une longueur de 6.5km ;
* Type de section n° 04 : zone à reconstruire sur une longueur de 2.1km.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 58 Promotion 2010


CHAPITRE 3: DIMENSIONNEMENT DE LA CHAUSSEE

C’est la partie concernant le principal axe de notre mémoire qu’est la réhabilitation de


la chaussée relatant ainsi par degré ceux qui sont énumérés dans les généralités ci-après afin
de donner les solutions adéquatse pour que les usagers ou les nécessiteux, de prés ou de loin
puissent bénéficier directement de l’existence de cette route.

3.1 GENERALITES

Le dimensionnement de chaussée est la détermination de l’épaisseur nécessaire de la


chaussée c'est-à-dire les différentes couches qui la constituent: couche de fondation, couche
de base, couche de roulement et couche de forme (si nécessaire) de telle manière que la
contrainte verticale d’exploitation soit inférieure à la contrainte admissible du sol support. Il
dépend surtout du trafic, de la durée de vie de la chaussée et du CBR de la plate forme.
On a trois méthodes pour le dimensionnement en cas de renforcement et en cas de
reconstruction qui sont :
• la méthode LNTPB ;
• La méthode LCPC ;
• La méthode de réduction de déflexion.

La problématique de base se retourne sur le mode d’utilisation des principaux paramètres


de base (Trafic et Portance du sol), la recherche de la meilleure coordination entre les
circonstances réelles et la théorie.
Chacune des trois méthodes a ses principes de base et ses spécificités pour le
dimensionnement.

 Durée de service de la chaussée :


A Madagascar, la durée de service est limitée de 10 à15 ans pour les chaussées neuves
et aussi pour les chaussées réhabilitées. Cela a été de l’expérience acquise au L.N.T.P.B à
cause des sols de moyenne portance et des conditions climatiques locales.
Ici, nous avons une durée de service de 15 ans.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 59 Promotion 2010


3.2 Dimensionnement de reconstruction

On va voir deux méthodes pour la reconstruction :

3.2.1 La méthode LNTPB

Théoriquement, l’épaisseur équivalente est donnée par la formule :

eLNTPB =

eLNTPB : épaisseur équivalente obtenue par la méthode LNTPB ;


eRRL : épaisseur équivalente obtenue par la méthode R.R.L,
eAI : épaisseur équivalente obtenue par la méthode de l’ASPHALT INSTITUTE.
Mais pour la reconstruction de chaussée (Réhabilitation), le calcul de l’épaisseur
équivalence est comme suit : Connaissant le CBR de la plateforme et la répartition du trafic
ou du trafic corrigé, on lit la valeur de l’épaisseur équivalente sur l’un des deux abaques.
Elle consiste à déterminer les épaisseurs équivalentes de la chaussée à partir de la lecture
des abaques appelés « Abaques de dimensionnement des chaussées neuves à
Madagascar »
Les divers paramètres intervenants pour cette méthode sont :
- Le trafic :
 nombre de PL de PTC > 3T (N ou N’) ;
 nombre de véhicules total/jour dans les 2 sens ;
- Force portante du sol de plate forme.

a. Trafic

Pour la méthode LNTPB, on devrait tenir compte le trafic dans les deux sens. Et comme
on a de chaussée souple, alors les hypothèses prises en compte sont :
- La durée de vie de la chaussée : 15 ans ;
- Le taux d’accroissement annuel du trafic : 10%.
 Données du trafic
Les données de trafic qu’on a pu avoir sont celles de 2001.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 60 Promotion 2010


Tableau 3-1 : Données de trafic.

VINANINKARENA/I
(limite régions 01/03)
VINANINKARENA

VINANINKARENA
2 SENS CONFONDUS
Année 2001

Entrée

Sortie

Sortie

BITY
1. Voitures particulières 297 352 34
2. Familiale, bâchée, minibus 545 537 51
3. Camions et autocars < 10t 157 116 28
4. Camions entre 10 et 16 t 107 171 40
5. Camions > 16t 67 8 4
6. Trains double et articulés 53 57 34
nombre de PL (N=3+4+5+6) 384 352 106
Nombre total des véhicules 1226 1241 191
Tableau: données de trafic/Source : ARM
D’après ce tableau, on a constaté que la voie la plus chargée c'est-à-dire en PL est celle de la
voie d’entrée à VINANINKARENA, donc on va prendre N= 384 pour la détermination de la
répartition du trafic.
 Répartition du trafic
Elle permet de déterminer si la route est à forte proportion de poids lourd (TL) ou à
répartition normale de poids lourd (TN).
Pour ce faire, il nécessaire de connaître le trafic corrigé N’ donné par le formule :
N’= α.β.N. (1+ζ) n
Avec :
α : coefficient correcteur du taux de croissance de trafic (= 1 pour un accroissement de trafic
de10%) ;
β : coefficient correcteur de la durée de vie (= 1 pour une durée de vie de chaussée de 15
ans) ;
N : nombre de PL à l’année de mise en service (=384) ;
ζ : taux de croissance géométrique annuel de trafic [%], (= 10%);
n : nombre d’années du campagne et celle de la mise en service, soit (n = 2011-2001= 10)
pour le présent projet.
D’où :
N’= 996
En désignant : P= N’ / Nombre total des véhicules,
- SI P < 30% : le trafic est de classe TN ;

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 61 Promotion 2010


- SI P > 30% : le trafic est de classe TL.
D’après le calcul, on a trouvé : P= 39%
CONCLUSION
Ainsi pour la valeur de P calculée (P= 39% >30%), on peut conclure que la route est à forte
proportion de PL ou le trafic est de classe TL.

b. Dimensionnement

 Les qualités des matériaux utilisés :


Le choix des matériaux constitutifs de chaque couche de chaussée permet d’obtenir
leurs coefficients d’équivalence déduits des essais AASHO et qui seront déterminés par la
formule :

ai =

Ou :
ai : coefficient d’équivalence du matériau i,
Ei : son module d’élasticité statique [MPa].
Les Ei sont déterminés en laboratoire par essai d’écrasement ou in situ par essai de
plaque pour les sols stabilisés.
Pour les sols naturels courant, le module d’élasticité est lié au CBR par la relation:
E = 50 x CBR
Ainsi, pour les matériaux traités au ciment, nous avons :
E = 1000 x Rc7 à 2000 x Rc7
Avec :
-Rc7 est la résistance à la compression simple à 7 jours,
-1000 correspond aux matériaux les plus plastiques ;
-2000 correspond aux matériaux les plus rigide.

 Détermination de la couche équivalente totale


Comme on a de trafic de classe « TL » et les valeurs du CBR dans chaque section alors
on utilisera l’abaque LNTPB « TL » pour la détermination de la couche équivalente totale. Le
tableau ci-après présente ces couches équivalentes:
Tableau 3-2 : valeurs des épaisseurs équivalentes selon les valeurs de la CBR.
I.CBR 8 15 25 27 30
Epaisseur équivalente total (cm) 43 35 30 29 28

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 62 Promotion 2010


c. Détermination des épaisseurs réelles de chaque couche

Nous pouvons avoir les épaisseurs réelles de chaque couche en utilisant la formule
suivante :
e = a1h1 + a2h2 + … + anh
e=
Avec :
- ai : coefficient d’équivalence de matériau de la couche i qui sont pris à :
 1 pour l’enduit superficiel et l’enrobé mince(BB);
 pour grave bitume;
 1 pour GCNT ;
- 0.7 pour couche de fondation en sols sélectionnés et 0.75 pour le GCNT.
- hi : épaisseur réelle de la couche i [cm];
- e : épaisseur équivalente requise ; [cm];
- n : nombre de couches.
D’où l’épaisseur totale de la chaussée sera obtenue par la formule :
H=
Le tableau suivant montre les épaisseurs minimales de la couche de roulement et de la
couche de base. A noter que, au cas où on utilise de GB comme couche de base, on a le
rapport suivant :
eGB= eGCNT
Tableau 3-3 : Epaisseurs minimales de CR et CB
Couche Trafic lourd CBR de la CF Epaisseur Observation
« TL » minimal [cm]
1 Monocouche
Roulement 10-20 2 Bicouche
50 3 Enrobé dense
10 20 à 30 15
≥30 12 -
Base 10-20 20 à 30 20
≥30 15 -
50 20 à 30 25
≥30 20 -
Source : Cours de route
D’après la formule précédente on a :
e = ar hr + ab hb + af hf,
Donc :

hf =

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 63 Promotion 2010


Et selon le tableau des épaisseurs minimales ci-dessus on a :

Tableau 3-4 : Résultats obtenus


Couche de revêtement (hr) [cm] Couche de base (hb) [cm]
ES BB GB GCNT
2 3 10 20

Puisqu’on souhaite une durée de vie longue pour la chaussée (à trafic de classe TL),
alors on va prendre comme couche de revêtement le BB qui offre un bon compromis entre la
durée de service estimé à 15 ans et la qualité des matériaux.
Le tableau suivant montre ainsi l’épaisseur réelle de chaque couche selon les CBR

Tableau 3-5 : Epaisseur réelle de chaque couche (cm)


hb hf(finie) Ht
CBR hr(BB) GB GCNT théorique pratique 1 2
8 3 10 20 26.67 27 40 50
15 3 10 20 16 16 29 39
25 3 10 20 9.33 15 22.5 38
27 3 10 20 8 15 21 38
30 3 10 20 6.67 15 20 38

Ht(1) : épaisseur totale de la chaussée avec de couche de base en GB [cm];


Ht(2) : épaisseur totale de la chaussée avec de couche de base en GCNT [cm]

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 64 Promotion 2010


3BBM

20GCNT

27GCNT 0/40

PF CBR = 8

Figure 8 : Exemple de structure de la chaussée pour CBR = 8 (méthode LNTPB)

d. Vérification des contraintes

Après avoir déterminé l’épaisseur réelle de la chaussée, nous devrons passer aux
vérifications des contraintes radiales de traction « σr » à la base de la couche de revêtement et
les contraintes verticales de compression « σz » au niveau du sol de plateforme. Ces derniers
devront être inférieurs aux contraintes admissibles σr adm et σz adm.

 Méthode de calcul :
Les deux (02) contraintes sont déterminées à partir des abaques appelés « abaques de
JEUFFROY-BACHELEZ ».
Pour un système tricouche, la structure est représentée par la figure suivante
2a

σr σr h, E
σZ h1, E1 E2
Figure 9: Coupe schématique d’une chaussée de système tricouche.
Ou :
- h, E respectivement l’épaisseur et le module d’élasticité de la couche de revêtement ;
- h1, E1 respectivement l’épaisseur et le module d’élasticité de la couche de base ;

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 65 Promotion 2010


- E2 module d’élasticité du sol support.

 Calcul des valeurs α et β :


α et β se calculent par la formule ci-après :

α= et β=

Avec :
- a : rayon d’empreinte des pneus, a = 12,5 cm.
Chaque couche sera caractérisée par :
- son épaisseur h ;
- son module d’élasticité statique E.
Le corps de chaussée est défini par les couches et leurs relations réciproques d’interface
(glissement total, partiel ou collage parfait).
Nous supposons qu’il y a collage à l’interface.
Dans le cas du système multicouche, nous pouvons ramener un ensemble de deux
couches en une couche unique si elles ont des coefficients de Poisson équivalents. Dans ce
cas, le système multicouche pourrait être ramené à un système tricouche équivalent.
Nous utiliserons les formules suivantes :

h’= hb + 0,9ha si Eb est le module adopté,

h’ = ha + 0,9hb si Ea est le module adopté.

Avec
- h’ : épaisseur de la couche unique,
- ha, hb : épaisseurs respectives de la première et de la deuxième couche ;
- Ea, Eb : modules d’élasticité respectifs de la première et de la deuxième couche.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 66 Promotion 2010


Cas de figures :

E1, h1 E1, h1 E1, h1


E2, h2 E2, h2 E2, h2
E3, h3 E3, h3 E3, h3
E4 E4 E4

Figure 10 : Modèles quadricouches

Nous avons un système quadricouche, donc il faut le traduire en modèle tricouche.


Alors nous avons pour le modèle n°01 avec le CBR = 8 :
hr = 3 cm ; Er = 25000 [bar]

hb = 20cm ; Eb = 5000 [bar] h = hr + 0,9 hb = 14 cm ; E=25000[bar]

hf = 27cm ; Ef = 2000 [bar] h1 = 27cm ; E1 = 2000 [bar]


E = 50 x CBR = 400 [bar] E2 = 400 [bar]

Calculons d’abord α et β :
On a :

α= = 2.16 et β = = 1,430

Et la valeur de :
=5

D’après les « abaques de JEUFFROY-BACHELEZ », nous avons :


• Pour = 3, la valeur = 0,11

Pour = 9, la valeur = 0,065

Avec q : pression du pneu = 6,62 bars


Ici, on a :
= 5, donc il faut faire une interpolation.

3 0,11
9 0,065
D’ou pour = 5, on obtient : = 0. 095

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 67 Promotion 2010


Et puis la contrainte verticale de compression « σz » au niveau du sol de plateforme
est :
σz =

σz = 0.095 x 6.62= 0.63 [bars]


σz = 0.63 [bars]

• Pour = 3, la valeur = 0,202

Pour = 9, la valeur = 0,30

Par interpolation, pour = 5, on obtient :

= 0.235

Or la contrainte radiale de traction « σr » à la base de la couche de revêtement est :

σr =

σr =

σr = 8.37 [bars]

 Contrainte admissible
 Contrainte verticale admissible
La contrainte admissible au niveau du sol support « σz adm » sera calculée à partir de la
formule de DORMON-KERKHOVEN :

σz adm =

Avec :
- CBR : CBR de la plate-forme ;
- N : nombre de PL à l’année de mise en service (=384).
σz adm = 0,85[bars]
D’où :
σz = 0,63 bars < σz adm = 0,85 bars => c’est vérifiée

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 68 Promotion 2010


Voici le tableau montrant les valeurs de σz et σz adm selon le CBR.
Tableau 3-6: Valeurs de σzet σz adm suivant le CBR
CBR σz [bars] σz adm [bars] observation
8 0,63 0,85 vérifiée
15 0,98 1,60 vérifiée
25 1,32 2,67 vérifiée
27 1,40 2,88 vérifiée
30 1,50 3,20 vérifiée

 Contrainte radiale admissible


Elles sont données par le tableau ci-après :
Tableau 3-7: Valeur de contrainte radiale admissible
σr adm à la base BB, EDC, ES, σr adm à la base grave bitume, grave-émulsion, [bars]
[bars]
10 à 15 7 à 10
Source : Cours de route
Puisqu’on a comme couche de roulement de béton bitumineux, alors σr adm = 10 à 15
σ
bars. Voici alors le tableau donnant les résultats de calcul des r et les différentes
observations.
Tableau 3-8 : Valeurs de σr suivant le CBR
CBR Σr[bars] Σradm [bars] Observation
8 8,37 10 Vérifiée
30 5,50 10 Vérifiée
15 7,78 10 Vérifiée
27 5,82 10 Vérifiée
25 6,02 10 Vérifiée

3.2.2 La méthode LCPC

Le dimensionnement des chaussées est déterminé par un calcul à la fatigue, en nombre


d’essieux standards de 13T. Elle est basé sur :
 La durée de service ;
 Le taux de croissance ;
 L’agressivité moyenne.

a. trafic

Faute des données, on va effectuer l’étude de trafic comme suit :


 Trafic à la mise en service t

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 69 Promotion 2010


C’est le trafic poids lourds à la mise en service, qui gouverne les choix sur la qualité des
matériaux de surface et d’assise (trafic journalier). Le trafic journalier pris en compte est la
Moyenne Journalière Annuelle ou MJA des poids lourds par sens de circulation.
L’unité utilisée est le nombre de poids lourds de charge utile (CU) supérieure à 5T par
jours et par sens de circulation. Le MJA est classé dans le tableau en annexe.
Dans notre cas, le trafic prévu est caractérisé par un nombre total de 384PL de poids
total chargé PTC>3,5T.
Soit : t’ = 192PL/j/sens [Poids lourds >3,5T]
Or la classification de trafic avec la méthode LCPC ne prend en compte que les
véhicules de PTC>5T.
Alors on va devoir multiplier t’ par un coefficient k pour avoir la valeur définitive de
t. Et d’après le tableau n°5 en annexe XLII, on a k = 0,8.
D’où : t = 0,8 x 192
Soit : t =154PL.
Voici le tableau donnant la classification du trafic MJA :
Tableau 3-9 : Classification du trafic MJA
Nombre de PL
de CU>50kN
ou MJA
0 25 50 100 150 300 750 2000
T5 T4 - + - + - + - +
Classe de trafic
T3 T3 T2 T2 T1 T1 T0 T0
Centre de classe 13 35 85 200 500 1200
MJA

Source : cours de route


Conclusion
D’après le tableau de classification du trafic ci-dessus et la valeur de t trouvée, on peut
conclure qu’on a un trafic de classe t2-.

 Trafic cumulé Ncu et nombre d’essieu équivalent standard NE


C’est la projection du trafic à l’année de mise en service du PL pendant la durée de
service choisie. Nous déterminons le trafic cumulé par la formule suivante :
Ncu = MJA x C
Et puis, le nombre d’essieu équivalent standard NE c’est le trafic en nombre cumulé
d’essieux équivalents d’un tonnage déterminé pendant la durée de service choisie. L’essieu

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 70 Promotion 2010


référence est l’essieu de 13T qu’on désigne par l’essieu standard. Il est donné par
l’expression :
NE = Ncu x CAM x 103
Avec :
- Ncu : trafic cumulé des PL durant la durée de service de la route ;
- NE : nombre d’essieu équivalent standard [ESE];
- MJA : nombre de trafic de poids lourds dans un sens égal à 154PL;
- CAM : coefficient d’agressivité moyenne des PL(donné tableau °7 dans l’annexe XLIII)
- C : est un facteur de cumul en fonction de la durée de service et du taux de croissance
du trafic. Les valeurs de C sont données par le tableau °7dans l’annexe XLIII.
Si la valeur de la durée de service et/ou la valeur du taux de croissance du trafic n’existent pas
dans le tableau, nous faisons une interpolation linéaire ou nous calculons C à l’aide de la
formule suivante :

C = 365

Ou :
- C : facteur de cumul ;
- : Taux de croissance [%];
- ρ : durée de service de la route [Ans].
Dans notre cas, on a :
C= 11.6
CAM = 0.8
D’où :
NE= 1 429 120 = 1.4 106 [ESE]

b. Plate-forme support de la chaussée

La plateforme de la chaussée doit être considérée sous deux aspects :


 A court terme, elle doit présenter des caractéristiques de déformabilités et de
nivellement permettant de construire la chaussée dans des conditions acceptables ;
 A long terme, pendant la durée de vie de la chaussée, sa portance conditionne les
contraintes et déformations dans la chaussée et sol support ; donc le
dimensionnement d’une chaussée se repose sur cette notion de portance à long
terme.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 71 Promotion 2010


c. Détermination des épaisseurs des couches de la chaussée

Voici les démarches à suivre pour ce dimensionnement :


- Choisir la couche de roulement ;
- Choisir la couche de base ;
- Déterminer l’épaisseur de la couche de fondation.
Les divers paramètres nécessaires sont les suivants :
• Trafic : Classe du trafic en MJA ;
• Classe de l’ancienne structure Cj ;
• Et la force portante de la plate-forme.

 Couche de roulement
Cette couche est choisie selon le tableau ci après :
Tableau 3-10 : Choix de la couche de roulement
Classe de trafic Durée de service
Courte longue
T5 E.S E.S
T4-T3 E.S 6BB
E.S ou 4 à 5
T2 6BB
BB
T1 6BB 8BB
T0 - 14(7*2) ou 8*
Source : Guide d’auscultation de chaussée souple
(*) La classe T0 étant grande, on adoptera 8cm ou 14cm de BB en couche de roulement selon
le niveau de trafic.
L’épaisseur de cette couche est à choisir en fonction de la classe de trafic et la durée de
service souhaité .Et ici, on a une classe de trafic T2- et une durée de vie longue de 15 ans,
alors on préconise comme couche de roulement le béton bitumineux de 6m d’épaisseur.

 Couche de base
L’emploi du GCNT en couche de base est à limiter aux trafics faibles et moyens selon
la portance de la plate-forme support (qui sera donnée dans le tableau ci-dessous) (T≤ T2 sur
PF1, T≤ T1 sur PF2).
Tableau 3-11 : Classe de portance à long terme de la plate-forme support
Module [MPa] 20 50 120 200
Classe de plate-forme PF1 PF2 PF3 PF4

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 72 Promotion 2010


Pour les trafics moyens (T1 et T2), on n’utilisera que les GCNT « B ».
La norme (NF P 98-129) distingue les graves non traitées selon certaines de leurs
caractéristiques et suivant leur mode d’élaboration :
• Les GCNT « A » obtenues en une seule fraction, sans ajout d’eau, dont l’homogénéité
de la granularité est codifiée ;
• Les GCNT « B » obtenues par recomposition de plusieurs fractions granulaires
distinctes, dans des propositions définies et qui sont malaxées et humidifiés en centrale
(appellation traditionnelle GRH : grave reconstituée humidifiée).
L’épaisseur minimale de cette couche de base dépend de la valeur du trafic cumulé,
donné par le tableau qui suit :
Tableau 3-12 : Epaisseur minimale de la couche de base
Trafic cumulé NE 5
≥105
hb [cm] 15 20

Puisqu’on a un trafic cumulé de N= 1.4 106 [ESE], alors on va adopter la hauteur de


base de 20cm de GCNT « B ».

Les graves-bitume sont utilisées comme couche de base pour les trafics moyens
et forts.
Elles sont rangées en trois classes de performance, et en deux catégories selon leur
granularité (0/14 ou 0/20) :
• De classe 1 avec une teneur en liant moyenne de 3.5% de bitume pour une GB 0/20;
• De classe 2 avec une teneur en liant moyenne de 4.2% de bitume pour une GB 0/14 ;
• De classe 3 avec une teneur en liant plus élevée pour améliorer la tenue en fatigue
(4.5% de bitume pour une GB 0/14).
Les épaisseurs de mise en œuvre des couches sont entre :
• 8 et 12cm pour les GB 0/14;
• 10 et 15cm pour les GB 0/20.
Une augmentation de la teneur en liant s’accompagne une faible augmentation de
module mais d’une amélioration sensible de la tenue en fatigue. C’est pour cette raison qu’il
serait mieux d’utiliser une grave bitume de type 3. De plus on a un trafic moyen de classe T2-,
ce qui nous conduit à l’utilisation de la GB3 0/14 de 8cm.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 73 Promotion 2010


 Couche de fondation
L’épaisseur de la couche de fondation est obtenue sur l’abaque de
dimensionnement de la couche de fondation (cf. annexe L), qui est en fonction de la portance
du sol support, du trafic cumulé N et de couche de roulement.
Les tableaux suivants donnent l’épaisseur réelle de chaque couche suivant les
valeurs de CBR.
Tableau 3-13: Epaisseur réelle de chaque couche (cm) si on utilise le GCNT « B » comme CB
hf (finie)
CBR P hr(BB) hb(GCNT) Ht
théorique pratique
8 2 6 20 20 20 46
15 3 6 20 5 15 41
25 4 6 20 0 15 41
27 4 6 20 0 15 41
30 4 6 20 0 15 41

Tableau 3-14 : Epaisseur réelle de chaque couche (cm) si on utilise de la GB3 0/14 comme CB
hf (finie)
CBR P hr(BB) hb(GB) Ht
théorique pratique
8 2 6 8 20 20 34
15 3 6 8 5 15 29
25 4 6 8 0 15 29
27 4 6 8 0 15 29
30 4 6 8 0 15 29

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 74 Promotion 2010


6BBSG

8 GB

20 GCNT 0/40

PF CBR= 8

Figure 11 : Exemple de structure de la chaussée pour CBR = 8 (méthode LCPC)

3.3 Dimensionnement de renforcement

3.3.1 Renforcement

Il existe deux types :


• Le renforcement sans scarification ;
• Le renforcement avec scarification.

a. Renforcement sans scarification

Quand la couche de revêtement est faiblement dégradée et la valeur de déflexion se


trouve entre les deux seuils de déflexions caractéristiques [120/100 – 200/100mm], nous
procédons aux étapes suivantes :
- Réparation des petites dégradations de surface;
- Mise en œuvre de la couche de base d’épaisseur définie au dimensionnement ;
- Imprégnation en cut-back 0/1 ou émulsion ECL60 de la couche de base si nécessaire ;
- Mise en œuvre d’une couche d’accrochage en cut-back 400/600 ou en ECR65;
- Mise en œuvre de la nouvelle couche de revêtement d’épaisseur définie au
dimensionnement.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 75 Promotion 2010


b. Renforcement avec scarification

Quand les dégradations de chaussée sont assez élevées >70% de la totalité de surface
de la chaussée et la valeur de la déflexion trouvée appartient aux seuils c'est-à-dire [120/100 –
200/100mm], dans ce cas on procède aux étapes suivantes :
- Scarification de la couche de surface à une épaisseur inférieure à 5 cm au moyen d’une
niveleuse équipée de ripper ;
- Enlèvement des matériaux de la couche de revêtement ;
- Arrosage et malaxage de l’ancienne couche de base (qui joue le rôle de la couche de
fondation) et compactage pour la finition ;
- Mise en œuvre de la nouvelle couche de base d’épaisseur définie au dimensionnement ;
- Imprégnation en cut-back 0/1 ou en émulsion ECL60 de la couche de base si
nécessaire ;
- Mise en œuvre d’une couche d’accrochage en cut-back 400/600 ou en ECR65,
éventuellement selon la couche de revêtement à mettre en place ;
- Mise en œuvre de la nouvelle couche de revêtement d’épaisseur définie au
dimensionnement.

3.3.2 Méthode de réduction de déflexion

a. Calcul de l’épaisseur équivalente

L’épaisseur équivalente eéq au renforcement pour la méthode de réduction de déflexion


est donnée par l’expression suivante :

eéq =

Avec :
- eéq : épaisseur équivalente en [mm];
- C : constante de matériau de renforcement ;
• C= 1600 si le matériau est de la grave concassée non traité (GCNT) ;
• C= 800 si le matériau est du béton bitumineux dont l’épaisseur est<10cm ;
• C= 600 si le matériau est du béton bitumineux dont l’épaisseur est>10cm.
- D0 : déflexion caractéristique avant renforcement [1/100mm];
- D1 : déflexion après renforcement prise égale à 100/100 mm.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 76 Promotion 2010


Le tableau suivant montre les valeurs des déflexions mesurées et les épaisseurs
équivalentes de chaque section.
Tableau 3-15 : Valeur des déflexions et épaisseurs équivalentes (mm)
Déflexion D0 [1/100mm] Epaisseur équivalente (mm) pour Epaisseur équivalente (mm)
C= 1600 pour C= 800

100 à 110 63,15 31,57


110 à 140 197,60 98,80
140 à 150 230,04 115,02
150 à 170 282,79 141,40

b. Détermination des épaisseurs réelles de chaque couche

 Coefficients d’équivalence
Ils sont donnés dans le tableau en annexe, et on a les mêmes valeurs de celles qu’avant :
 ar = 1 pour ES et BB;
 ab = 1 pour GCNT et 2 pour GB.
 Épaisseurs réelles des couches
L’épaisseur hr et les matériaux utilisés pour couche de roulement est choisie selon le
tableau en annexe, et on utilise l’expression ci-après pour obtenir celle de la couche de base
hb.
e éq = ar hr + ab hb
Avec :
- ar et ab: coefficients d’équivalence de matériau de la couche de roulement et de la
couche de base ;
- hr et hb: épaisseurs réelles de la couche de roulement et de la couche de base ;
eéq : épaisseur équivalente requise.
D’ou:

hb=
D’ après le tableau des épaisseurs minimales des couches de roulement, on va prendre :
hr = 3cm de BB
Dans le cas d’un renforcement en GCNT, on a le dimensionnement suivant :

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 77 Promotion 2010


Tableau 3-16 : Epaisseur réelle de chaque couche (cm) si on utilise le GCNT
Renforcement
Do [1/100 mm] Revêtement Base en GCNT (cm)
100 à 110 Béton bitumineux BB 3 cm 10
110 à 140 3 17
140 à 150 3 20
150 à 170 3 25,5

Tableau 3-17 : Epaisseur réelle de chaque couche (cm) si on utilise le GB


Renforcement
Do [1/100 mm] Revêtement Base en GB (cm)
100 à 110 Béton bitumineux BB 3 cm 8
110 à 140 3 8
140 à 150 3 8
150 à 170 3 12

3BBM

25.5 GCNT 0/315

CF

PF

Figure 12 : Exemple de structure de la chaussée de valeur de déflexion [150/100 –


170/100mm] (méthode de réduction de déflexion)

3.3.3 Méthode LCPC

Les divers paramètres nécessaires sont les suivants :


• Trafic : Classe du trafic en MJA ;
• Classe de l’ancienne structure Cj ;
• Et la force portante de la plate-forme.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 78 Promotion 2010


Tous ces paramètres nécessaires sont déjà calculés dans le paragraphe I.2, alors tout de
suite on va déterminer l’épaisseur réelle des couches.

 Détermination de l’épaisseur réelle de chaque couche


On utilise le Béton Bitumineux pour la couche de roulement et la Grave Bitume pour la
couche de base pour cette méthode.
Les épaisseurs hr et hb sont données dans les tableaux ci après, dont elles dépendent
de la classe de l’ancienne structure Cj (1 ≤ j ≤ 6 ) et d e la classe d u trafic PL en MJA à
l’année de mise en service.
La classification Cj de cette structure est fonction de la déflexion caractéristique.
D’après le tableau de classification de l’ancienne structure, on a constaté qu’on a une structure
de classe C4 et C5, et on a déjà vue aussi la classification du trafic qui est de T2-.
Et pour le choix des épaisseurs, elles dépendent surtout de l’épaisseur de la couche de
roulement de l’ancienne couche. Et puisqu’on a un EDC de 5cm auparavant alors on va
prendre les épaisseurs données par la case e2.
Voici donc le tableau donnant l’épaisseur réelle de chaque couche selon ces paramètres.

Tableau 3-18 : Epaisseur réelle de chaque couche (cm)

Cj Ti hr(BB) hb(GB)

C4
(D=100 à150) T2- 6 12
C5
(D=150à200) T2- 6 15

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 79 Promotion 2010


6 BBSG

15 GB

CF

PF

Figure 13 : Exemple de structure de la chaussée de déflexion [150/100 – 200/100mm]


(méthode LCPC)

3.4 Dimensionnement de Rechargement

Le rechargement s’applique aux chaussées qui sans nécessiter de renforcement,


présentent cependant une déflexion légèrement trop élevé pour assurer la tenue d’une simple
couche de roulement.
En général, il n’y a pas de dimensionnement de rechargement et on se contente des
épaisseurs minimales de mise en œuvre des différents matériaux. Elles sont prises donc à :
• 3 ou 4cm pour l’EDC ;
• 3 ou 4cm pour BBM ;
• 5cm pour BBSG ;
• 6cm pour BBME.
Et puisqu’on a de trafic de classe t2- alors on va adopter le rechargement en BBM de 4cm,
pour uniformiser la structure de la chaussée.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 80 Promotion 2010


4BBM

CB

CF

PF

Figure 14 : Structure de la chaussée après rechargement

3.5 CONCLUSION PARTIELLE

De part ces analyses qui se veulent être rationnelles, on parvient à la conclusion que la
longévité d’une route repose en prime abord dans les études au préalable concernant les
matériaux de construction. La moindre erreur dans le choix des matériaux ou dans les calculs
et c’est tout l’ensemble de la construction qui est en chute libre.
Actuellement, notre pays traverse une phase difficile, et la contrainte financière touche
partout dans le domaine du génie civil. C’est pourquoi on va adopter la reconstruction
obtenue par la méthode LNTPB dont les contraintes sont biens vérifiées, et le renforcement
par la méthode de réduction de déflexion (qui sont les moins chers). Et pour uniformiser la
structure, il serait mieux d’utiliser le béton bitumineux comme couche de roulement pour le
rechargement. On a donc la structure suivante :
 Béton bitumineux mince de 3cm pour la couche de roulement ;
 GCNT 0/315 pour la couche de base ;
 Et le GCNT 0/40 pour la couche de fondation.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 81 Promotion 2010


CHAPITRE 4: ETUDES HYDROLOGIQUE, HYDRAULIQUE ET
DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES

4.1 GENERALITES

La théorie et l’expérience montrent que l’eau est le premier ennemi du sol et de la


route; à la surface, elle provoque de l’affouillement et de l’ensablement ; dans le terrain, elle
diminue la portance des sols .La meilleure manière de protéger la route contre les eaux de
ruissellement se fait avec des fossés et ses annexes, celle contre les eaux souterraines avec des
drains.
Avant d’entamer la conception proprement dite des ouvrages d’assainissements, il
faut procéder à une étude hydrologique permettant d’estimer le débit à évacuer provenant du
bassin versant concerné par le tronçon étudié.

4.2 Etude hydrologique

L’hydrologie est la science qui étudie les eaux terrestres, leur origine, leur mouvement
et leur répartition sur notre planète, leur propreté physique et chimique, leur interaction avec
l’environnement physique et biologique et leurs influences sur les activités.
L’étude hydrologique a pour but dans notre cas, de résoudre les problèmes posés par l’eau
dans le cadre d’un projet routier.
Son objectif fondamental est d’estimer les débits de crues venant les bassins versants
afin de dimensionner les ouvrages

4.2.1 Climatologie

Il est important de connaître les caractéristiques climatiques de la région que l’on veut
aménager pour deux raisons principales :
 La genèse des crues dépend étroitement des facteurs climatologiques de la zone
concernée ;
 La climatologie prédétermine et conditionne l’exécution des travaux.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 82 Promotion 2010


a. Etude des averses

Pour des petits bassins versants, une averse peut déclencher une crue. L’étude des
intensités des averses s’impose donc, notamment pour le dimensionnement des ouvrages
d’assainissements routier puisque les impluviums drainés sont en général de petite superficie.

b. Pluie moyenne sur un bassin versant (BV)

Un pluviomètre donne une indication ponctuelle sur la hauteur d’eau tombée, il est
donné par une courbe isohyète. La détermination de la pluie moyenne sur un BV nous permet
d’avoir H(24,P) et la hauteur de pluie pendant 24 heures de période de retour P.
Les valeurs de H (24, P) sont données par le tableau suivant :
Tableau 4-1 : Valeurs de H (24, P) en mm/24h
Période de retour P
100 50 25 10
(ans)
H (24, P) [mm] 150 130 125 120
Source : Service de la météorologie Ampandrianomby

c. Caractéristiques géomorphologiques d’un bassin versant (BV)

Un bassin versant est un site naturel délimité par la ligne de partage des eaux de
ruissellement. Il transforme la pluie en débit.
Il est caractérisé par : sa surface S, sa pente moyenne I, son coefficient de ruissellement
C, sa coefficient de forme K et la longueur du rectangle équivalent L.
 Surface du BV
Après délimitation du BV, trois méthodes peuvent nous donner sa surface :
 A l’aide d’un planimètre
C’est est un appareil qui permet directement de déterminer la surface du BV sur le
plan.

S=

Avec :
- S: surface réelle du BV [m2] ;
- S0 : Lecture moyenne sur planimètre [mm2] ;
- 106 : transformation de m2 en mm2 ;
- E : échelle de la carte.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 83 Promotion 2010


 Par découpage en configuration géométrique simple
Diviser la surface du BV en plusieurs configurations géométriques simples pour
faciliter le calcul.

S=

Avec :
- S : surface réelle du BV [m2] ;
- Si : surface de chaque configuration géométrique en mm2 ;
- 106 : transformation de m2 en mm2 ;
- E : échelle de la carte.

 Méthode des petits carreaux


Nous subdivisons la surface du BV en petits carreaux égaux.

S=

Avec :
- S: surface réelle du BV [m2] ;
- S0 : Lecture moyenne sur planimètre [mm2] ;
- 106 : transformation de m2 en mm2 ;
- E : échelle de la carte ;
- n : nombre des petits carreaux.

 Pente du bassin versant


La pente du bassin versant peut être déterminée par l’une des méthodes suivantes :

 Par le biais de la pente du thalweg principal


Le thalweg principal est la ligne joignant les points les plus bas du BV. La pente
de ce thalweg sera déterminée en traçant la variation de l’altitude le long de celui-ci.

I=

Où :
- I : pente du Thalweg [%] ;
- Δh : différence d’altitude [m];
- L : longueur du thalweg [m].

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 84 Promotion 2010


 Par le biais du rectangle équivalent
Dans ce cas, on détermine successivement les paramètres suivants :
- Δh : le dénivellement entre les deux points qui ont respectivement 5% de la surface
du BV au dessous et au dessus de l’ensemble
- P : le périmètre du BV déterminé à l’aide d’un curvimètre et exprimé par :

P=

Où :
o L0 : lecture moyenne sur curvimètre (cm) ;
o 103 : conversion de m en mm ;
o E : échelle de la carte.
- K : le coefficient de forme donné par la relation:

K =

Avec :
o S : surface du BV ;
o P : le périmètre du BV.
- L : Longueur du rectangle équivalent

L=

Ainsi la pente du BV sera:

I=

4.2.2 Détermination du débit de crue d’un bassin versant

Le débit de crue d’un bassin versant est la quantité d’eau nécessaire à évacuer par une
unité de temps à la sortie de ce bassin.
La genèse d’une crue dépend de plusieurs facteurs tels que la climatologie, la
topographie, la géologie, la couverture du terrain. Il en résulte ainsi plusieurs méthodes pour
déterminer le débit de crue en fonction des facteurs tenus en compte.
On prendra comme formule de calcul du débit, les deux méthodes suivantes :
Méthode rationnelle ;
Méthode de Duret.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 85 Promotion 2010


a. Méthode de Duret

Pour un bassin versant de surface S <5km2, le débit de crue d’une période de retour P
est donné par la relation suivante :

Q = 0,278 x S x I(tu,P) [m3/s]

Avec :
- S : surface du bassin versant [km2] ;
- I (tu,P) : l’intensité de pluie pendant le temps utile tu provoquant la crue maximale
de période P [mm] ;
D’une manière générale, l’intensité de pluie pendant un temps t est telle que :
I (tu, P)= 28 (tu + 18) - 0,763 x I (1h, P) [mm]
Ou :
o I (1h, P)= 0,22.H (24h, P) +56 [mm] ;
o H (24, P) : hauteur de pluie pendant 24h, de période de retour P [mm].
Le temps utile tu est donné par la relation :
tu = 0,87 tc0,82 [mn]
ou :
o tc : est le temps de concentration c'est-a-dire temps maximale que met une
goutte de pluie tombée au point le plus éloigné de l’exutoire pour atteindre
ce dernier. Il est donné par les relations suivantes :

Selon VENTURA :

tc =7,62 [mn]

Avec :
S : surface du bassin versant [km2] ;
I : pente moyenne du bassin versant.

Selon KIRPICH :

tc= L0 1.15 ΔH0 -0.38 [mn]

Avec:
L0 : distance entre l’exutoire et le point qui lui est le plus éloigné [m];
Δh0 : la différence d’altitude entre les deux points ci-dessus [m].

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 86 Promotion 2010


Selon PASSINI :
tc= 6,48 (S.L) 0.33 I-0.5 [mn]
Avec:
S : surface du bassin versant [km2] ;
L : longueur de thalweg principal [km] ;
I : pente moyenne du thalweg principal.

b. Méthode rationnelle

Cette méthode est destinée pour les bassins versants de surface S< 4km2. Le
débit maximal de période de retour P d’un BV est atteint lorsque la durée de l’averse est plus
ou moins égale au temps de concentration Tc. Ce débit maximal est donné par la relation :
Q=0,278 C I(tc,P) S [m3/s]
Avec :
- C : coefficient de ruissellement donné par le tableau en annexe.
- S : surface du bassin versant [km2] ;
- I (tc, P )= 28 (tc + 18) - 0,763 x I (1h, P) [mm]: intensité de pluie pendant le temps de
concentration tc.

4.2.3 Débit à évacuer au PK 192+700

Puisqu’on de BV de surface S<5km2, alors on peut utiliser les deux méthodes citées ci-
dessus.
Hypothèses :
- Surface du BV : S=0.2km2 ;
- Pente moyenne du talweg principal: I= 0.313 ;
- Longueur du talweg principal : L= 0.8 km ;
- hauteur de pluie : H (24h, 25 ans)= 125mm.

 Calcul par la méthode de DURET


Pour cette méthode, on a déjà vu que l’expression du débit est :

Q 25= 0,278 x S x I(tu,25ans)

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 87 Promotion 2010


 Calcul de I (tu,P)

I (tu, 25ans)= 28 (tu + 18) - 0,763 x I (1h, 25ans)

Avec :
 I (1h, 25ans) = 0,22.H (24h, 25ans) +56
= (0.22*125) + 56
I (1h, 25ans = 84 mm
 tu = 0,87 tc0, 82
 calcul de tc
 selon VENTURA :

tc =7,62

tc = 6.82mn

 Selon PASSINI :
tc= 6,48 (S.L) 0.33 I -0.5
tc =6.06mn

 Selon KIRPICH :

tc= 가
Q=0,278 C I( tc ,25ans) S [m3/s]
Pour cette méthode, on a :
 Calcul par la méthode rationnelle
Q25= 6.23m3/s.
On peut en déduire que :
I (tu, 25ans) = 221mm
Et
tu =4.01mn
D’où :
D’où :
tc = 6.44mn
Et pour avoir tu, on va faire la moyenne des deux valeurs de tc obtenue et on a :
On ne peut pas déterminer tc car la valeur de L0 n’est pas connue.

L0 1.15 ΔH0 -0.38

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 88 Promotion 2010


Avec:
- C= 0.30 (savane à sous bois) ;
- I (tc ,25ans )= 28 (tc + 18) - 0,763 x I (1h,25ans)
Avec:
- I (1h, 25ans)= 84 mm ;
- tc = 6.44mn.
D’où :
I (tc, 25ans) = 204 mm
Et on a:
Q25= 8.17m3/s.
Ainsi, selon les résultats des deux méthodes, on va garder la valeur la plus défavorable
pour dimensionner l’ouvrage en tenant compte de la sécurité.
 Q25= 8.17m3/s.
Les valeurs de débit de crue des petits et moyens BV le long du tronçon sera données
dans le tableau ci-dessous :
Tableau 4-2: Caractéristique des petits et moyens BV le long du tronçon et leurs débits.
N° PK S(km2) P( km) ΔH (m) L (m) I=ΔH/L(m/m) Q0(m3/s)
175+000
1 178+000 0,35 12 25 200 0,125 12,82
2 178+900 0,2 1 25 200 0,125 7,79
3 179+200 0,2 1 25 200 0,125 7,79
4 179+250 0,1 0,9 15 100 0,150 4,29
5 184+200 0,7 2,5 50 800 0,063 17,41
6 185+100 0,5 3,4 325 1000 0,325 14,87
7 185+200 0,55 3,3 375 1100 0.341 16,28
8 185+250 0,1 1 75 200 0,375 4,39
9 186+100 1,4 5,2 525 2100 0,250 42,31
10 186+200 0,45 2,3 175 1000 0,175 15,69
11 186+900 0,35 2,2 275 800 0,344 10,71
12 187+000 0,4 2,2 475 1300 0,365 12,07
13 187+500 1,1 4,5 475 1300 0,365 31,12
14 187+800 0,2 1,2 125 350 0,357 6,38
15 188+000 2,5 6,1 450 2200 0,205 65,31

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 89 Promotion 2010


16 188+200 0,2 2 75 200 0,375 8,67
17 189+000 1,3 4,4 375 1300 0,288 41,97
18 190+000 1,45 5,2 325 1200 0,271 45,74
19 190+300 0,95 3,8 375 1200 0,313 26,86
20 190+400 0,35 2,1 225 700 0.321 10,69
21 191+500 1 3,8 325 1100 0,295 33,93
22 192+050 0,3 2,2 225 800 0,281 13,08
23 192+500 0,6 2,4 375 900 0,417 18,00
24 192+700 0,2 1.1 125 500 0.25 8,17
25 193+000 0.15 1 125 600 0.21 6,16
26 193+300 0,75 3,2 275 1200 0,229 25,28
27 193,+900 0,8 3,2 300 1300 0,231 26,65
28 194+200 0,1 1,4 50 200 0,250 3,66
29 194+250 0,2 1,4 125 450 0,278 8,28
30 194+400 0,85 4,3 325 1400 0,232 27,99
31 195+500 0,35 2,3 200 900 0,222 13,07
32 195+200 0,25 1,6 150 500 0,300 7,79
33 195+800 0,25 1,1 50 150 0.333 7,97
34 196+100 0,05 0,9 25 50 0,500 1,71
35 196+900 0,15 1,9 200 300 0,667 4,97
36 197+200 0,45 2,8 350 1100 0,318 16,99
37 197+700 0,15 1,2 200 600 0,333 4,79
38 197+900 0,2 2,2 250 400 0,625 6,26
39 198+200 0,3 2,3 275 800 0,344 9,25
40 198+900 1,4 4,3 400 1000 0,400 39,49
41 199+100 1,65 5,4 450 1800 0,250 49,04
42 199+800 0,2 1,5 150 350 0,429 6,44
43 200+300 0,85 3,2 350 1100 0,318 24,32
44 200+950 0,3 2 200 450 0,444 12.57
45 201+200 0,95 4,2 425 1300 0,327 26,90
46 201+500 0,2 1,1 25 100 0,250 6,37
Source : Direction de la météorologie à Ampandrianomby
- S: Surface du BV [km2];

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 90 Promotion 2010


- P: périmètre du BV [m];
- ΔH: dénivellation [m];
- L: longuer du talweg [m];
- I: pente du talweg [m/m].

4.3 Etude hydraulique

C’est l’étude de dimensionnement des ouvrages hydrauliques.


Une route qu’elle soit en remblais ou en déblais, subit des risques graves d’érosion dus
aux eaux de ruissellement. Les protections contre ces dégradations peuvent être :
- Directe soit par augmentation de la résistance à l’érosion, soit par rectification
régulière des surfaces érodées (entretien) ;
- Indirecte par localisation du ruissellement dans des ouvrages étudiés
spécialement pour écouler les eaux sans dégâts : c’est le système
d’assainissement, constitué par le réseau de fossés et leurs ouvrages de décharge,
objet du présent chapitre.
Ces fossés canalisent toutes les eaux de ruissellement ayant une action directe sur la
route, qu’elles proviennent des impluviums extérieurs ou bien de la plate-forme routière
proprement dite et des talus attenants.
Comme ouvrage d’assainissement, on peut citer : les fossés de crêtes, les fossés
latéraux, les ouvrages de décharges (dalots et buses), les exutoires et les saignés.

4.3.1 Etude de fossé de crête

Les fossés de garde servent à recevoir directement les eaux de ruissellement venant
d’un bassin versant et les transmettre vers un exutoire ou un fossé de pied. On les rencontre
surtout dans les profils en déblai et les profils mixtes. Ils sont généralement de section
trapézoïdale dont la profondeur h pourra atteindre 1.0m ou plus et la largeur au plafond b est
également variable jusqu’à 5.0m selon l’importance du débit.
Cette étude consiste à trouver les paramètres du fossé tels que la section transversale (b,
h, m) la pente du fossé (if) ainsi que le type de protection éventuel.
Le fossé de crête est généralement de fossé trapézoïdal de pente de talus 1/m.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 91 Promotion 2010


Fossé de crête

Itn1 H0 = 0.10m

H2+ITN.L2 Itn2
H1
If1

H2
H1+If2.l2
If2

L2 L1

Figure 15 : coupe longitudinale du fossé de crête

0.10m
0.10 m

P=1/m
h
h

Le calcul commence par le tronçon le plus en aval qui a un débit nécessaire maximal à
b
évacuer. Dans ce cas, on calcule en premier lieu l’ouverture efficace à la sortie du 1er tronçon
(notée ω2). Les hypothèses prises en compte sont :

Figure 16: coupe transversale d’un fossé trapézoïdal

Le calcul commence par le tronçon en aval qui a un débit nécessaire maximal à


évacuer, et le principe de calculs est le suivant :

a. Trouver l’ouverture efficace rationnelle à la sortie du fossé : ω2

ω2 =

Avec :

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 92 Promotion 2010


- k : coefficient de rugosité de talus du fossé ;
- β= ou ξ =2 (m2+1)0,5 ;

- y=

- if : pente du fossé.
Et puis calculer :

b. La hauteur d’eau dans le fossé

Elle est donnée par la formule :

h2 =

c. la largeur du fond du fossé

Exprimée par :
b2= h ( – 2m)
En trouvant h et b, on reprécise la valeur de w donnée par la formule :
ω = bh +mh2

d. la vitesse d’écoulement d’eau dans le fossé

Donnée par la relation :


V2 = k.R0,5+y. i0,5
Avec :
• R= : rayon hydraulique ou χ = b+ .h

Après, on doit vérifier que la vitesse d’écoulement ne provoque ni de l’affouillement ni


de l’ensablement, dans ce cas : Vens < V < Vaff
 Si l’écoulement traverse une zone limoneuse : Vens = 0,25 m/s ;
 Si l’écoulement traverse une zone sableuse : Vens = 0,5 m/s ;
 Vaff est choisie dans le tableau n°2 dans l’annexe LI selon la hauteur de l’eau et
le type de protection.
Et puis, on passe à l’étude du 2ème tronçon. Alors pour garder le régime d’écoulement,
on garde b constante (b1 = b2).
On fixe : H0 = 0.10m.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 93 Promotion 2010


D’après la figure ci-dessus, on peut en déduire les expressions de h1 et de if1 qui sont
égales à :
h1 = h2 + l1 (ITN2 – if2)
Et

if1 =iTN1+

 Calcul de débit évacuable Q1:

- w1 = bh1 + mh12
- χ1 = b + h1

- R1 =

- V1 =k. R1 (0.5+y). if1.0.5

 On vérifie que : Vens < V1 < Vaff

Le débit évacuable à la sortie du 1er tronçon est :


Q1 = v1. w1

 Vérification à faire
Il faut vérifier que :

= < 5%

Avec :
- Qo : débit à évacuer égal [m3/s] ;
- Q1 : débit évacuable [m3/s].

e. Tronçons n°24 et n°25

Le long du tronçon, on constate l’absence les fossés de crête, mais à titre d’exemple
c'est-à-dire pour l’application de toute ces théories on va essayer de dimensionner des fossés
de crête qui peut évacuer les débits calculés au PK192+700 et au PK 193+000.
Voici les hypothèses prises en comptes :

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 94 Promotion 2010


- Coefficient de rugosité k = 67(on utilisera de fossé maçonné en état passable) ;
- Fossé trapézoïdal pour lequel P=2/1, soit m= 0.5 ;
- If2 = ITN2 = 0.018 : la pente du fossé du 2ème tronçon qu’on prend égal à la pente du
terrain naturel ;
- ITN1 = 0.008 pente du terrain naturel du 1er tronçon;
- Q0 (2)= 8.17m3/s ;
- Q0 (1)= 6.16m3/s.
- Le débit totale Q0T (2) retenu est la somme Q0 (2) et Q0 (1 donc on a :
Q0T (2)= 14.33m3/s
Les tableaux suivants montrent les résultats obtenus :
Tableau 4-3 : Résultats obtenus pour le premier tronçon (aval)
β ξ (m) Y h2(m) b2(m) χ2 (m) R2(m) V2(m/s) ω2 (m2)

0.38 2.24 0.18 1.05 1.30 3.65 0.53 5.36 1.92

Comme la surface est en maçonnerie jointoyée alors:


 6, 5 m/s < Vaff< 8,0m/s
Or on a:
V2 = 5.36m/s.
D’où:
Vens< V2 < Vaff, donc pas de problème d’ensablement ni d’affouillement.

Tableau 4-4 : Résultats obtenus 2


If1 ω1 (m2) h1(m) b1(m) χ1 (m) R1(m) V1(m/s) Q1[m3/s]

0.0055 1.91 1.03 1.30 3.65 0.52 3.20 6.14 0.37 < 5

NB :
Au cas où on obtient une hauteur h>1m, alors il serait mieux de fixer la hauteur à 1m et
de jouer sur la base b en tenant compte de vérifier la vitesse et le débit.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 95 Promotion 2010


4.3.2 Etude de fossés latéraux

Les fossés latéraux sont des fossés situés des deux côtés, ou d’un seul côté de la route,
destinés à collecter principalement les eaux de la plate-forme routière et des zones attenantes
(talus, bande d’arrêt, etc.)
Les fossés latéraux sont généralement de dimension transversale limitée (on ne
dépasse pas en général une profondeur de 0.60m pour des problèmes de sécurité). Et ils
peuvent être :
- trapézoïdaux : confectionnés par exemple à la niveleuse ou à la pelle mécanique dont les
pentes de talus sont variantes : 1/2 ou 1/1 ou 3/2 suivant la stabilité de talus voire plus raides
en terrain rocheux. ;
- triangulaires : confectionnés au grader et dont les pentes de talus sont en général ½ et 2/1
ou bien 2/3 et 3/2 ;
- rectangulaires : confectionnés par exemple à la niveleuse, à la pelle mécanique ou au ripper
en terrain très cohésif ou rocheux.
Quand la pente des fossés latéraux est supérieure ou égale à 7%, alors il faut les
stabiliser c’est-à-dire maçonner ou bétonner les fossés.
De même en terrain meuble non cohésif, les fossés peuvent être revêtus pour éviter les
affouillements ; compte tenu du cout de ces canaux, les profils trapézoïdaux dits économiques
sont parfois utilisés : ils sont tels que l’on a le maximum de section d’écoulement pour une
longueur de revêtement donnée (périmètre mouillée).
Le fossé triangulaire est réservé surtout pour les fossés en terre et si le débit à évacuer
est faible, et le fossé trapézoïdal est un peu stable par rapport au fossé rectangulaire.
Pour le dimensionnement des fossés latéraux (c'est-à-dire détermination de B, b et h), il
faut d’abord savoir la quantité de l’eau Qo à évacuer par les fossés et la pente de la chaussée.
La détermination de Qo est identique à celle du calcul du débit de crue sauf la surface du
BV est remplacée à celle de la chaussée à étudier et du talus.

a. Calcul de Qo (débit à évacuer)

Le mode de calcul de Qo est similaire à celui d’un bassin versant, qui est détaillé dans la
partie de l’étude hydrologique. Le bassin c’est la surface recueillant les eaux de ruissellement
et déversant vers les fossés qui les reçoivent. Cette surface est définie par la largeur ou par la
demi- largeur de la chaussée ainsi que le reste du demi –profil en travers (talus de déblai,
accotement, etc.)

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 96 Promotion 2010


Le tableau suivant montre les caractéristiques des petits bassins versants sur lesquels on
va avoir de reconstruction ou de nouvelle construction le long du tronçon
Tableau 4-5 : Caractéristiques des petits BV concernés sur le tronçon
Bassin PK Longueur Surface Pente Débit Q0
versant [m] [10-3km²] [m/m] [m3/s]
Début fin
1 186+360 186+400 40 0.16 0,06 0,01
2 192+700 192+885 185 2.33 0,02 0,12
3 192+900 193+045 145 1.83 0,02 0,10
4 193+045 193+272 227 2.86 0,01 0,14

b. Méthode de dimensionnement du fossé

Le dimensionnement a pour but de vérifier les conditions suivantes :


- Les fossés de section maximale peuvent évacuer le débit venant du bassin versant ;
- La vitesse de l’eau ne dépasse pas la valeur limite que la surface d’écoulement peut
supporter sans affouillement ni ensablement.
Soit donc un fossé triangulaire le fossé en terre ; et pour éviter l’exécution d’une
nouvelle excavation, on va garder l’ancienne forme géométrique du fossé existant qui est
rectangulaire pour les fossés maçonnés.

Le principe de calcul est le suivant:


 Fossé triangulaires de pente 2/1 et ½

B ≤ 1m

0.1m

2/1 1/2
2H h
H/2

Figure 17: coupe transversale d’un fossé triangulaire

Hypothèses prises en comptes :


- La hauteur de l’eau : h ≤ 0,30m ;

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 97 Promotion 2010


- La hauteur totale : H = h + 0,1 ≤ 0,40m ;
- L’ouverture : B=5h/2 ≤ 1m.

Calcul de la surface mouillée


Elle est obtenue par la formule :

Détermination de périmètre mouillée


Elle est exprimée par :

Le rayon hydraulique
Le rayon hydraulique est donné par :

La vitesse d’écoulement
La vitesse d’écoulement est:

V=
Avec :
- k : coefficient de rugosité de la surface d’écoulement ;
- if : pente.
 Trouvant V, Il faut passer à la vérification pour éviter tout risque d’ensablement ou
d’affouillement : Vens < V < Vaff.
2. La vitesse d’ensablement est égale à :
Vens = 0,50 [m/s] pour terrain sableux ;
Vens = 0,25 [m/s] pour terrain limoneux.
3. La vitesse limite d’affouillement est de Vaff = 3[m/s] pour les terrains constitués par des
mélanges de sables ou de limons. Au-delà de cette valeur, nous pouvons les protéger par
des revêtements en pierres jointoyées.

Le débit évacuable
Le débit évacuable par le fossé est :

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 98 Promotion 2010


Q= =

 On doit aussi faire une autre vérification pour savoir si le dimensionnement du

fossé passe ou non : = < 5%.

 Fossé rectangulaire

0.10m

Figure 18: coupe transversale d’un fossé rectangulaire

Hypothèses prises en comptes :


- La hauteur de l’eau : h ≤ 0,50 [m] ;
- La hauteur totale H = h + 0,10 ≤0,60 [m] ;
- La largeur : b ≤ 0,40 [m].

Calcul de la surface mouillée


La surface mouillée est :
ω=bxh

Le périmètre mouillé
Elle est donnée par la relation :
χ = b + 2h

Le rayon hydraulique
Le rayon hydraulique est :

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 99 Promotion 2010


R= =

La vitesse d’écoulement
La vitesse d’écoulement est:

V=
 vérification à l’ensablement et à l’affouillement de la vitesse dont Vaff = 6.5m/s
pour les fossés maçonnés.

Le débit évacuable
Le débit évacuable par le fossé est :
Q=ωxV
 Vérification si le fossé est bien dimensionné ou non.

NB :
• Si le fossé est surdimensionné, alors il faut diminuer la valeur de l’ouverture b.
• Si le fossé est sous dimensionné, alors nous passons à une autre section de capacité
d’évacuation plus élevée mais si c’est impossible, on doit implanter des ouvrages de
décharge ou des exutoires.
Emplacement des ouvrages de décharge (L’) :
La distance entre l’ouvrage de décharge est :

L’ =

Où :
- Q0 : débit venant du bassin [m3/s];
- Q : débit maximal évacuable par le fossé au bout d’une longueur L’ [m3/s];
Le nombre d’ouvrage de décharge est :

n= ou n =

1 = un exutoire
En appliquant toutes les théories citer ci-dessus, voici les résultats obtenus :

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 100 Promotion 2010


Tableau 4-6 : Résultats obtenus

Bassin Longueur b h H W X Q
K R[m] V[m/s] OD
versant [m] [m] [m] [m] [m2] [m] [m3/s]

1 40 - FT - 0.30 0.40 33 0.11 1.01 0.11 0.51 0.06 4.73 0


2 185- FM 0.20 0.35 0.45 67 0.07 0.90 0.08 1.73 0.13 1.11 0
3 145- FM 0.20 0.30 0.40 67 0.06 0.80 0.08 1.69 0.10 0.71 0
4 227- FM 0.20 0.40 0.50 67 0.08 1 0.08 1.76 0.15 0.53 0

4.3.3 Etude des ouvrages de décharges

Les ouvrages de décharges sont constitués par des buses et des dalots. L’étude d’un
ouvrage de décharge consiste à déterminer l’ouverture et la pente.
Les buses sont généralement de sections circulaires, métalliques ou en béton et
nécessitent un remblai d’une épaisseur d’au moins 0,80m au dessus pour éviter son
écrasement, tandis que les dalots sont de section rectangulaire ou carrée, en maçonnerie de
moellons avec une dalle de béton sur laquelle on peut circuler directement.
Les buses en béton dépasse rarement un diamètre de 1.20m, sinon leur poids très élevé
constitue un obstacle à leur mise en place et leur cout croissant très rapidement rend
concurrentielles des buses métalliques, même importées. Cependant les buses en métal ont
des diamètres variables qui peuvent atteindre plusieurs mètres suivant les constructeurs.
A propos des dalots, ils sont en général adoptés pour des débits élevés (dépassant
10m3/s).
Les ouvrages de décharges travaillent a sortie libre ; leur régime d’écoulement est dit
dans ce cas torrentiel c'est-a-dire que la pente est supérieure a une pente dite critique.
Et pour éviter l’affouillement de l’ouvrage, la vitesse maximale est fixée à 3 [m/s]. La
vitesse minimale pour éviter l’ensablement est de 0,50 ou 0,25 [m/s] respectivement avec
écoulement transportant des particules sableuses ou limoneuses.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 101 Promotion 2010


a. Cas de la buse

Chaussée

Remblai e ≥ 0.80m

Figure 19: coupe transversale d’une buse métallique

calcul de la pente réelle


Pour déterminer la pente critique Icr, on utilise les grandeurs adimensionnelles
suivantes :

- Q* =

-I* =

On dispose d’un abaque I*cr = f(Q)* qui permet de résoudre le problème suivant :
on se donne R tel que 2Rmin = 0.40m (pour l’entretien), et on calcule Q* puis on détermine
Icr* sur l’abaque. Ainsi on en déduit :

-Icr =

Avec :
- R : rayon de la buse [m] ;
- k : coefficient de rugosité qui est pris à :
2. 37 pour les buses métalliques ;
3. 67 pour les buses en béton.
Mais pour tenir compte de l’imperfection de la mise en œuvre, la pente de l’ouvrage
est prise à :
I = 1,20 Icr.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 102 Promotion 2010


Calcul de la Vitesse d’écoulement
On utilise toujours les paramètres adimensionnels qui sont :

- Q* =

- V*=

Trouvant V* sur la courbe V* = f (Q*) en annexe, on calcule V la vitesse


d’écoulement exprimée par :
V = V*. k .I0, 5. R2/3

Verification à faire
On termine l’étude par la vérification de la vitesse à l’affouillement et à
l’ensablement : Vens < V < Vaff.

b. calcul de la buse au PK 200+950

Voici les hypothèses prises en comptes :


- Q0 = 12.57 [m3/s] : débit à évacuer ;
- g = 9,81 [m/s2] : force de pesanteur ;
- I = 44% : pente du BV ;
- k = 37 : coefficient de rugosité pour la buse métallique.
En suivant les théories citées ci-dessus qu’on aura les résultats qui suivent :
Tableau 4-7 : Résultats obtenus
ø[m] Q* Icr* Icr I R [m] Q* V* V[m/s] OBS
4.8 0.45 1.8 0.0096 0.011 2.4 0.34 0.46 2.99 ok

 Il n’y a pas de buse de diamètre ø 4.80m. Pour solutionner cela, on propose d’utiliser
une buse à double ou triple ouvertures en diminuant le débit Q.
On aura alors les résultats ci après en recommençant le calcul :
Tableau 4-8: Résultats obtenus pour une buse à double ouvertures
ø[m] Q* Icr* Icr I R [m] Q* V* V[m/s] OBS
2.40 1.23 1.95 0.013 0.016 1.2 0.91 0.62 2.97 ok

Comme il n’y a pas encore de buse pour cette taille alors on va voir celle de la triple
ouverture.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 103 Promotion 2010


Tableau 4-9 : Résultats obtenus pour une buse à triple ouvertures
ø[m] Q* Icr* Icr I R [m] Q* V* V[m/s] OBS
1.50 2.75 2.5 0.019 0.023 0.15 0.34 0.70 2.99 ok

c. cas du dalot

D Y

Figure 20 : Ouverture d’un dalot

d. Redimensionnement du dalot au PK 192+700

Tout d’abord, on avis que d’après les données reçues auprès de l’ARM, le dalot actuel
2(0,80 x 0,80) m2 subit un problème de sous-dimensionnement c’est à dire trop petit pour
évacuer le débit à évacuer prévu. C’est pourquoi on a l’intérêt de refaire le dimensionnement
de l’ouvrage.
On rappelle que l’étude hydraulique a pour but de déterminer la section de l’ouvrage en
fonction du débit à évacuer. Dans le cas du dalot, la détermination de la section consiste à
fixer la largeur B du dalot et puis calculer la hauteur de l’ouvrage D qui pourrait évacuer la
quantité d’eau Q0. Il est à noté que, l’écoulement de l’eau à l’intérieur de l’ouvrage est limité
à une vitesse admissible de 3 m/s, et doit être supérieur à la vitesse d’ensablement de 0,25 m/s
pour un dalot bétonné.
On a comme hypothèses :
- Q0 = 14.33 [m3/s] : débit à évacuer ;
- g = 9.81 [m/s2] : force de pesanteur ;
- I = 25% : pente du BV ;
- k = 67 : coefficient de rugosité pour le dalot en maçonnerie;
- B = 2.50 [m] : largeur du dalot (à proposer).

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 104 Promotion 2010


Puisqu’on a un débit à évacuer trop grand, alors on propose un dalot à double ouvertures
en diminuant le débit (Q0 = Q0//2 = 7.17m3/s).
 Calcul de la pente réelle du dalot : I
Paramètres adimensionnelles :

- Q* =

Q* = =0.23

-I* =

Cette pente I* est donnée par un abaque en annexe LII, qui donne :
I*= 2.9

 Calcul de la pente critique : Icr


Elle est exprimée par :

Icr =

Icr= = 0.005

Pour tenir compte de l’imperfection de la mise en œuvre, on prend :


I = 1.2 Icr
I= 0.01

 Calcul de la hauteur du dalot


La hauteur du dalot est :
D = B.Q*2/3 + 0,1
D = 2.5 x 0.232/3 + 0.1 = 1.04 [m]
 la hauteur du dalot D = 1.10 [m].

 Vitesse d’écoulement
Paramètres adimensionnelles :

- Q* =

 Q* = = 0.12

- V*=

Cette vitesse V* est aussi donnée par un abaque en annexe et on a pour Q* = 0.20

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 105 Promotion 2010


 V* = 0.34
La vitesse d’écoulement est exprimée par :
V = V*. k .I0, 5. B2/3
V= 0.34 x 67 x 0.010,5 x 2.52/3= 2.87[m/s].
 Vérification
Vens = 0.25 [m/s] < V = 2.87 [m/s] < Vaff = 3 [m/s]
 Donc il n’y a pas de risque d’affouillement ni d’ensablement.
Pour conclure, on a besoin d’un dalot à double ouvertures 2(2.50 x1. 10) m2 pour
assurer l’évacuation du débit 14.33m3/s sans débordement de l’eau.

e. Calcul de dalot au PK 200+950

Voici les hypothèses à prendre :


- Q0 = 12.57 [m3/s] : débit à évacuer ;
- g = 9,81 [m/s2] : force de pesanteur ;
- I = 44% : pente du BV ;
- k = 71 : coefficient de rugosité pour le dalot (en béton) ;
Les résultats seront donnés dans le tableau suivant :
Tableau 4-10 : Résultats obtenus.
B[m] Q* Icr* Icr I D [m] Q* V* V[m/s] OBS
4.20 1.11 2.70 0.003 0.004 1.07 0.06 0.28 2.95 ok

 On remarque que la largeur B du dalot est trop grande par apport a son hauteur alors
on va proposer un dalot à double ouvertures (c'est-à-dire on va diminuer Qo). Et
d’après le calcul, on a les résultats suivants :

Tableau 4-11 : Résultats obtenus en utilisant un dalot à double ouvertures.


B[m] Q* Icr* Icr I D [m] Q* V* V[m/s] OBS
2.1 0.31 3.10 0.01 0.01 1.07 0.16 0.37 2.96 ok

 Dimensionnement mécanique de la dalle du dalot d’assainissement


d’ouverture 2(2.1 x 1.1) et de longueur L = 6 [m]
Ce calcul a pour but de déterminer les armatures de la dalle du dalot au PK (200+095).
Hypothèses de calcul :
- Epaisseur de structure de la chaussée : h = 33 cm ;

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 106 Promotion 2010


- Densité du remblai : d’ = 2.3 [T/m3] (GCNT);
- Densité du B.A : d = 2.5 [T/m3];
- Epaisseur de la dalle : e = 0,20m (h) ;
-utilisation de dalles :(Largeur = 5m et longueur: L = largeur de la chaussée égale à 6 m).
Chaussée
ép= 0.33m

0.2m

D=1.1m

0.2m

0.35m B=2.1m 0.4m B=2.1m 0.35m

Figure 21: coupe transversale du dalot

• Charge permanente :
 Poids propre de la dalle : 2.5 x (0.2x 1)= 0.5 [T/ml] ;
 Poids du GCNT: 2.3 x (0.33 x1)= 0.76 [T/ml] ;
 Charge permanente : g = 1.26 [T/ml].
• Surcharge d’exploitation :
Il y a lieu de prendre en considération le fait que les surcharges étant appliquées
rapidement. Les efforts sont plus grands que si ces surcharges étaient appliquées d’une
manière lente et qu’en outre, il y a production de choc. On tient compte de ces phénomènes en
multipliant les charges indiquées par un coefficient de majoration dynamique de valeur
strictement supérieure à 1, dit CMD.
Ce coefficient est donné par un élément d’ouvrage par la formule suivante :

δ = 1 + α +β = 1+

Avec :
• L : longueur de l’élément considéré [m] ;
• g: Charge permanente [T];

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 107 Promotion 2010


• Q : Surcharge maximale [T];
Soit :
- L = 5m ;
- g = 1.26 [T] ;
- Q (poids maximal d’un essieu dans notre cas): Q = 5 [T]
D’où :
δ = 1.50
 La surcharge d’exploitation est donc :
q=Qxδ
q = 7.5[T]
ELU :
1.35 g = (1.35 x 1.26)= 1.70[T/ml]
1.50 q= (1.5 x 7.5) = 11.25[T]

ELS :
g = 1.26[T/ml]
q = 7.5 [T]

 Hypothèses pour les matériaux:


 Béton:
- Dosage: Q350 ;
- fc28 = 25 MPa : résistance caractéristique à la compression du béton à 28 jours;

- avec :

- Ѳ : durée d’application des charges, Ѳ = 0.85 pour t < 1h ;


- γb : coefficient de sécurité de béton qui est égal à :
• γb = 1.15 : combinaison accidentelle ;
• γb = 1.5 : combinaison fondamentale.
Dans le cas d’une combinaison fondamentale, on obtient:
- fbc = 16.67 [MPa]
- σbc = 0.6 fc28= 15 [MPa] : contrainte limite du béton ;
Le dimensionnement se fait par mètre linéaire [ml], avec de base b = 1m et d’épaisseur
h = 20cm.
- L’enrobage e = 4cm alors la hauteur utile :

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 108 Promotion 2010


d = h – e = 96m
- La fissuration est préjudiciable car on a un ouvrage souterrain.

 Acier :
- Type d’acier : FeE500
- γs : coefficient de sécurité d’acier qui est égal à :
• γs = 1.0 pour combinaison accidentelle ;
• γs = 1.15 pour les cas courants.

aw= 1.25m ae= 1.25m

gw qw qe ge

A C
lw = 2.5m B le = 2.5m

l = 5m

Figure 22: Modélisation de calcul de dalle

On a ici une poutre continue autrement dit un système hyperstatique, alors on va appliquer le
moment maximal suivant (x). Et pour rendre ce système isostatique, on va déterminer le
moment sur l’appui intermédiaire Mb par les formules de CAQUOT suivantes :
 pour les charges reparties (poutre à section constante):

M1=

Avec :
- gw= ge =1.26T/ml ;
- lw= le = 2.50m.
 M1 = -0.93Tm.

 pour les charges ponctuelles (poutre à section constante):

M2 = =

Ou ki est exprimé par:

Ki =

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 109 Promotion 2010


Avec:
- qw = qe = 7.5T;
- aw = ae = 1.25m.
 M2 = -3.31Tm.
Ainsi le moment de l’appui intermédiaire est la superposition de ces deux moments
qui est :
Mb = M1 + M2
 Mb = - 4.23 Tm
 Détermination des efforts tranchants et les moments dans les travéess
Travée A-B

α1

q
g1

Ma=0 MB= 4.23Tm


A l1 = B
TA TB

 Tx = θ(x)+

Avec :
- Tx : effort tranchant dans la travée [T];
- Ma : moment de l’appui A [Tm] ;
- Mb : moment de l’appui B [Tm] ;
- θ(x) : effort tranchant dans la barre isostatique soumise aux mêmes charges appliquées et
est exprimé par :
 pour x < l/2 :

θ(x) =Ta – g x =

D’où :

Tx = )+

 pour x ≥ l/2 :

θ(x) =Ta – g x – q =

D’où :

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 110 Promotion 2010


Tx = +

 M(x)= μ(x) + Ma +

Avec :
- M(x) : moment le long de la travée [Tm];
- μ(x) : moment fléchissant dans la barre isostatique soumise aux mêmes charges
appliquées.
 Si la section x < l/2 :
μ(x) =

 Si la section x ≥ l/2 :
μ(x) = –

Les expressions du moment deviennent alors :


 Si la section x < l/2 :

M(x) =

 Si la section x ≥ l/2 :

M(x) = – q(x – α) + Ma + .

Les efforts tranchants et les moments le long de la travée (A – B) seront présentés dans
le tableau qui suit :

Tableau 4-12 : Valeurs des efforts tranchants et moments fléchissants le long de la travée A-B.
Efforts tranchants [T] Moments fléchissant [Tm]
x(m)<l/2 T(x) x(m)≥ /2 T(x) x (m)<l/2 M(x) x(m)≥l/2 M(x)
0 5,44 1.25 -2,84 0 0,00 1.25 3,55
0.25 5,28 1.5 -3,00 0.25 0,87 1.5 2,15
0.5 5,13 1.75 -3,16 0.5 1,66 1.75 0,67
0.75 4,97 2 -3,31 0.75 2,37 2 -0,88
1 4,81 2.25 -3,47 1 3,00 2.25 -2,52
1.25 4,65 2.5 -3,63 1.25 3,55 2.5 -4.23

On a ici un système symétrique, alors voici les diagrammes des efforts tranchant et les
moments fléchissant le long des travées:

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 111 Promotion 2010


A B C

Figure 23 : poutre concernée

DTT (T)

10

6
5.44
4.65 3.63
4
2.84
2
X
0 1.25 3.75

-2
-2.84
-3.63 -4.65
-4 -5.44
-

-6

-8

Figure 24 : courbe de l’effort tranchant

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 112 Promotion 2010


DMf

-6 -4.23

-3

X
0 1.25 3.11 3.75
1.89

3.55
3 3.55

Mf (Tm)

Figure 25 : courbe du moment

 Détermination des armatures


 Armatures principales
∗ Determination de:
- σbc = 0.6fc28 = 15[MPa]
- σs = min {2/3fe=333.33MPa ; max (0.5fe = 250MPa ; 110 = 201.63 [MPa])
Où :
• η est le coefficient de fissuration du béton tel que :
 η =1 pour RL ;
 η= 1.3 pour HA Φ < 6mm ;
 η= 1.6 pour HA Φ ≥ 6mm (pour notre cas).
• ft28 est la résistance à la traction du béton ;
 σs = 250MPa
- = ;

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 113 Promotion 2010


Ayant , on peut déterminer les valeurs de β1 et k dans le tableau en annexe pour le
calcul de σbc.
- σbc= k x .σs ;
- α1 = ;

- Mrb= . (1- ) . b . d2 . σbc ( Mrb : moment résistant du béton );

Si :
• Mrb> Mser et
• σbc < σbc , alors les armatures comprimées ne sont pas nécessaires (autrement dit
on a une section à simple armature : SSA). cependant, si l’une de ces conditions
n’est pas vérifiée alors on a besoin d’une section à double armatures.

- y1 =

- As =

∗ Espacement
L’espacement est donné par la relation:

e=

Avec :
- e : espacement [cm] ;
- L : longueur de la poutre [cm] ;
- er : enrobage [cm] ;
- n : nombre d’aciers par mètre linéaire ;
- Φ : diamètre de l’acier [cm].

∗ Verifications à faire
σbc ≤ σbc
σbc est donnée par la relation:
σbc = K. y1
Avec :

- K= (I : moment d’inertie de la section)

Ou I (moment d’inertie de la section) est exprimée par :

- I= +

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 114 Promotion 2010


Dont :
y1 = D +

D=

E=

σs ≤ σs
σs est donnée par la relation:
σs = 15.K. (d - y1) dont K et y1 sont exprimés par les formules ci-dessus.

 Armatures de répartition
La section d’armature de répartition est donnée par la relation :

At =
Avec :
- As : section d’armature principale [cm2]

 Armatures aux appuis de rive


Théoriquement les moments aux appuis de rive sont nuls mais pratiquement ils
présentent 0.30 du moment de référence M0 (0.30Mo = Mser), qui est exprimé par :

M0 = +
M0 = 5.67 Tm
0.30 M0 = 1.70Tm
Et puis on utilisera ce moment pour la détermination des armatures en ces appuis, en
suivant les mêmes procédés que celle de la détermination des armatures principales.

 Armatures de l’appui intermédiaire


On fait le calcul de ces armatures de la même manière que des armatures principales
sauf le moment maximal sera changé par le moment sur cet appui (M = 4.23 Tm).
Selon toutes ces théories, on parvient aux résultats qui suivent :

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 115 Promotion 2010


Tableau 4-13 : Résultats obtenus
Armatures de
Armatures Armatures aux
l’’appui
principales appuis de rive
intermédiaire
Mser [Tm] 3.55 1.70 4.23
μ1 0,0055 0,0027 0,0066
β1 0,884 0,914 0,875
k 0,036 0,0236 0,0415
σbc [MPa] 9 5,9 10,375
α1 0.47 0.47 0.47
Mrb[Tm] 7.66 7.66 7.66
Obs SSA - -
Y1 [m] 0.08 0.08 0.08
As [cm2] 10,54 5,05 12,56
Acier 7T14 p.m 7T10 p.m 7T16 p.m
A [cm2] 10.78 5,498 14.07
e[cm] 13.7 14.16 13.46
At [cm2] 2.70 1,37 3,52
Acier 6T8 5T6 8T8
A [cm2] 3.01 1,41 4.02
et[cm] 17.44 22.25 12.23

p.m : par mètre linéaire

Tableau 4-14 : Vérification des contraintes dans la section.

σbc ≥ σbc

A [m2] 10.78 10-4

D[m] 1.61 10-2

E [m2] 5.17 10-3

y1 [m] 8.98 10-2

I [m4] 2.48 10-4

Mser [Tm] 3.55

K[T/m3] 14335.69

σbc [MPa] 15

σbc [MPa] 12.89

observation vérifié

σs ≥ σs

σs [MPa] 250

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 116 Promotion 2010


σs [MPa] 150.74

observation vérifié

 Disposition constructive des armatures et leurs nomenclatures

1HA10, e= 14.5cm 1HA16, e = 13.5cm 1HA8,e = 14.5cm 1HA6, e = 22.5cm


3 5 6 4

1HA6, e=75cm
1HA14, e = 14cm 1HA6, e=50cm 1HA8, e = 17.5cm
1 7 2
8
Figure 26: Ferraillage

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 117 Promotion 2010


Tableau 4-15: Nomenclatures des aciers
N° Diamètres [mm] Façonnage Longueurs [m] nombres

10 10
1 14 5.12 42
4.92

2 8 6.0 6.16 30
8 8

3 10 10 6.0 10 6.20 42

4 6 6.0 6.12 8
68 88
6

5 16 1.25 1.25 42

6 8 8 6.0 6.16 9
8 88

4.0
7 8 9.5 12
10 4.195

8 6 40 9.5 0.6 8
10

4.4 Mur De Soutènement

Les murs de soutènements sont des ouvrages permettant de retenir une masse de terre
que ce soit déblai ou remblai avec une paroi verticale ou voisine de la verticale.

4.4.1 Types d’ouvrage

On distingue en général cinq (5) types de murs de soutènements :


 Murs-poids ;
 Murs cantilever ;
 Murs en terre armée ;
 Parois Moulées ;
 Rideaux de palplanches.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 118 Promotion 2010


Ce qui nous intéresse c’est le mur poids ; il oppose par son poids une résistance
à la poussée des terres c’est à dire pour contrer les glissements des terrains, dont
l’épaisseur moyenne est de l’ordre 0.3 à0.4H.

4.4.2 Principes de calcul

Il faut calculer les poussées Ka actives des terres par rapport à l’écran (les
poussées passives Kp sont négligeables pour raison de sécurité).

β
Écran

λ
δ

Figure 27 : Les forces dues au coefficient de poussées.

Avec :
- λ : angle de la face de l’écran au contact du sol avec la verticale ;
- δ : angle de la résultante du poissée avec la normale de l’écran ;
- β : angle de la surface libre du sol avec horizontale ;
- ϕ : angle de frottement interne.

a. Selon COULOMB-PONCELET

 La poussée active Kaγ due au frottement interne est donnée par la relation :
cos 2 (ϕ − λ )
K aγ = 2
 sin(δ + ϕ ) sin(ϕ − β ) 
cos ( λ + δ ) 1 + 
 cos(δ + β ) cos(λ − β ) 

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 119 Promotion 2010


Et les forces de poussée Faγ est :

Faγ =

Ainsi les composantes horizontales et verticales deviennent :


• Fav = Faγ sin (δ+λ) ;
• Fah = Faγ cos (δ+λ).

 L’action due à une charge repartie Q sur toute la surface libre du terrain est :

K aq =
k aγ

cos ( β − λ )
et

Faq =

Les composantes de Faq sont exprimées alors par les relations suivantes :
• Fqh = Faq cos (δ+λ) ;
• Fqv = Faq sin (δ+λ)

 Action due à la cohésion C sur toute la surface libre du terrain


Son coefficient de poussée est :
(1 − k aγ )
K ac =
tan (ϕ )
• F1 = -c cot ;

• F2 = -c cot Kaq.

Les forces horizontales et verticales sont exprimées par les relations suivantes :
• Fcv = F1 sin (λ) + F2 sin (δ+λ) .
• Fcv = F1 cos (λ) + F2 cos (δ+λ).

4.4.3 Stabilité du Mur Poids

la stabilité du mur de soutènement consiste à vérifier :


 La règle du tiers-centrale ;
 La stabilité au renversement Fr;
 La stabilité au glissement Fg;

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 120 Promotion 2010


 La résistance du sol sous la semelle.

a. Stabilité au renversement

Il s’agit de vérifier que :

Fr = ≥ 1.5

Avec :
- Ms : Moment stabilisateur ;
- Mr : Moment de renversement ;
- Fr : Coefficient de renversement ;
Si on néglige le force de Butée B pour raison de sécurité, le coefficient de renversement Fr
est supérieure 1,5 (Fr ≥ 1,5) ; alors la stabilité de renversement est certaine.

b. La stabilité au glissement

Il s’agit de vérifier cette relation :

Fg = ≥ 1.2

Avec:
- Fg : Coefficient de glissement ;
- Fv : résultantes des forces verticales ;
- Fh: résultantes des forces horizontales ;
- tg(δ): frottement sols et fondations ;
- a =C: adhérence sols –semelles.

c. Règle du tiers central

La règle du tiers central nous permet de revérifier la stabilité du mur pour qu’il n’y pas de
renversement ni de glissement, et est définie par :

d=

D’ou :

e=d-

Avec :
- d : bras de levier ;

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 121 Promotion 2010


- e : excentricité ;
- B : largueur de l’ouvrage.

 Si e ≤ , la stabilité sera assurée.

4.4.4 Contraintes transmises au sol

Le diagramme des contraintes transmises au sol est évalué sous- forme des charges
trapézoïdales en tenant compte de l’excentricité :

σmax = ;

σmin = .

Vis-à-vis de l’importance des charges transmises au sol, on est obligé de vérifié la charge
admissible σ adm en tenant de l’excentricité e :
qadm = qo +

Avec :
 B'  B'
q= 0.5 1 − 0.2  γ B ' N γ + 1 + 0.2  N cC + γ D N q
u
 L  L

qo=δ.D
Et
B’= B-2e
Ou :
- qadm : charge admissible ;
- Nc, Nc Nγ : les facteurs de portances en fonction de la cohésion C et de frottement
interne ϕ dont leurs valeurs sont annexes ;
- C : cohésion ;
- D : profondeur;
- B : largueur de l’ouvrage ou de fondation ;
- L : longueur de fondation ;
- F : Coefficient de sécurité ;
- qu : charge limite ultime ;
- qo : contrainte effective ;
- δ : poids volumiques du sol.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 122 Promotion 2010


Les contraintes maximales σmax et σmin minimales doivent être inférieures à la charge
admissible
σadm pour minimiser les tassements et assurer le non poinçonnement du sol, dans ce cas :

σ( ¾*l) = ≤ qadm

Tous les calculs seront programmés sous- forme Excel pour éviter les erreurs de calculs et les
résultats seront représentés sous forme de tableau.

e=0,40m q=0kN/m2

Maçonneries de Moellons ϕ :24°


C=10KPa
δ=18KN/m3
Limon
hm=4m

b=0..3*5
D=1m
A Tg(δ) =25

AA ht=1.00m
B=01.9

B=2.7

Figure 28 : mur de soutènement

4.4.5 Predimensionnement

Les résultats de predimensionnement est donnée dans le tableau ci après ainsi que le
poids de l’ouvrage.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 123 Promotion 2010


Tableau 4-16: Résultat de predimensionnement
MUR POIDS
hauteur du mur hm 4 m

epaisseur en tête e 0,4 m


semelle en amont du mur Sam 0,8 m
débord en avale du mur Sav 0,8 m

epaisseur totale des semelles ht 1 m

hauteur totale Ht 5 m
3
poids volumique du mur γ 20 KN/m
3
poids volumique du terre γT 26 KN/m

profondeur d'ancrage D 1 m

base du mur b 1,5 m

Largueur Totale des semelles B 3,1 m


2
contrainte transmise au sol σt 100 KN/m
charge d'exploitation Q q 0
Poids du mur en poids par ml PM 95 KN
Poids semelle amont par ml PSAM 16 KN
Poids semelle avale par ml PSAV 16 KN
poids terre sur semelle amont PTSAV 0 KN
poids terre sur semelle avale PTSAV 83,2 KN
charge Q sur semelle avale PSAV 0 KN

4.4.6 alcul de coefficients de poussées

Nous avons calcule le coefficient de poussées actives et en négligeant les forces passives .
D’après les formules ci-dessus on a :
Kaγ=0.37
Kaq=0.37
Kac=1.40

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 124 Promotion 2010


4.4.7 Calcul des forces

Le centre de pousse se trouve sur tiers de la hauteur pour la poussée horizontale.


Tableau 4-17 : calcul des forces
valeurs Distance par Moment par
Horizontale Force horizontale
(KN) rapport a A (m) rapport a A (KNm)

Poussée due au terrain Fah 81,11 1,67 135,19


Poussée due à la charge
d'exploitation Fqh 0,00 1,67 0,00

Poussée due à la cohésion Fch 39,15 1,67 65,26

valeurs Distance par Moment par


Verticale Force verticale
(KN) rapport a A (m) rapport a A (KNm)

Poussée due au terrain Fav 23,26 2,3 53,49


Poussée due à la charge
d'exploitation Fqv 0,00 2,3 0,00

Poussée due à la cohésion Fcv 43,43 2,3 99,89

Poids du mur en poids par ml PM 95,00 1,55 147,25

Poids semelle amont par ml PSAM 16,00 0,4 6,40

Poids semelle avale par ml PSAV 16,00 2,7 43,20


poids terre sur semelle amont PTSAV 0 0,4 0,00
poids terre sur semelle avale PTSAV 83,2 2,7 224,64
charge Q sur semelle avale PSAV 0 2,7 0,00

4.4.8 Calcul de la charge admissible

A partir de la caractéristique mécanique et physique : cohésion (C), le frottement interne


φ et le poids volumique du sol que l’on peut calculer sa portance. Le calcul est présenté sous
forme de tableau :

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 125 Promotion 2010


Tableau 4-18 : calcul de portance
paramètres valeurs1 unitès
γ 0,018 KN/m3
C 0,01 MPa
ϕ : °
24
e 0,34 m
B 2,70 m
B' 2,01 m
L 1 m
D 1 m
φ(inclinaison des
charges) 0
Sc 1,40
Sγ 0,59
Sq 1
ic=iq 1
iγ 1
Nq 9,58
Nc 19,28
Nγ 7,64
Qu 0,52 Mpa
Qadm= 0,19 Mpa

D’après le calcul la charge admissible qadm est de 0.19MPa

4.4.9 Les stabilités

Il faut vérifier les stabilités au glissement et au renversement ainsi que le non


poinçonnement du sol d’assise pour la sécurité de l’ouvrage. Nous avons utilisé aussi la
règle de tiers1/3 centrale car elle permette de vérifier en même temps le non glissement et le
non renversement. Le calcul est présenté sous forme de tableau :

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 126 Promotion 2010


Tableau 4-19 : Vérification de stabilités au glissement et au renversement

VERIFICATION

designations valeurs unités


Renversement
Ms 574,87 KN.m
Mr 200,44 KN.m
Fr=Ms/Mr >1,5 2,867987788

Glissement
δ 25 KN/m
3

tgδ 0,466307658 °
B 3,1 m
Fv 276,89 KN
Fh 120,27 KN
C≈a 10 KN.m
Fg=(a*B+Fv*tgδ)/Fh ≥ 1,2 1,331332759 KN.m

régle de 1/3 centrale


d = (Ms-Mr)/Fv 1,352271984 m
e = d-B/2 0,197728016 m
e ≤ B/6 0,516666667 m

Vérifications des contraintes aux sols

σmax 0,123500903 MPa


σmin 0,055136484 MPa
σ3/4l 0,106409798 MPa
σadm 0,203060582 MPa

Nous avons :
Fr=2,86 >1,5
Fg=1,33 ≥ 1,2
e ≤ B/6 = 0,19 ≤.05 1
qadm ≥ σ3/4l = 0,19 [MPa] ≥ 0,10 [MPa]
Toutes les stabilités sont vérifiées d’après les calculs donc on peut dire que le Mur de
soutènement est stable.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 127 Promotion 2010


4.5 Conclusion partielle

On peut conclure que, pour éviter l’eau et ses dégradations qu’elle peut provoquer sur la
route, il faut bien savoir les ouvrages indispensables pour cela. Les paramètres intervenants
dans le calcul d’un tel ouvrage dépendent surtout de sa forme géométrique. Et au cours des
calculs, tous risques d’erreurs sont fatal car si les ouvrages sont sou dimensionnés alors ils ne
pourront pas assurer ses fonctions, au cas contraire ce dernier serait couteux.

4.6 Conclusion des études techniques

L’Etude Technique a servi d’indiquer les caractéristiques de la RNP 7 pour offrir un


maximum de sécurité et de confort aux usagers.
Le Projet de réhabilitation comprend les Travaux suivants :
- Terrassement ;
- Assainissement ;
- Chaussée ;
- Ouvrages ;
- Signalisations.
Les dimensionnements et les spécifications données dans cette partie serviront alors de
données indispensables pour les quantifications (matériaux, travaux) nécessaires dans
l’évaluation financière que nous traiterons dans la partie suivante.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 128 Promotion 2010


PARTIE III : Etudes Financières et
Impacts Environnementaux

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 129 Promotion 2010


CHAPITRE 1: DEVIS DESCRIPTIFS

Ce chapitre nous permet de déterminer de manière explicite les différents types de


travaux qui constituent un à un les étapes de l’aménagement de la route.

1.1 PRIX 100 : INSTALLATION ET REPLI DE CHANTIER

 Prix n°101 : Installation de chantier


Ce prix non révisable rémunère au prix forfaitaire (Fft). L’installation de chantier
comprend notamment :
- Le transport des engins, les matériels nécessaires affectés au chantier ;
- L’installation et l’aménagement des bases des services généraux du Titulaire;
- La facture, la confection et la pose des panneaux de chantier ;
- L’amenée du personnel nécessaire ;
- L’aménagement et l’entretien des déviations éventuelles ;
- L’installation du laboratoire commun de chantier ;
- Le déplacement total ou partiel des ces installations au cours du chantier ;
- La construction et l’équipement des bâtiments mis à la disposition de la mission de
contrôle.

 Prix n°102 : Repli de chantier


Le repli de chantier c’est-à-dire le rapatriement des matériels, l’enlèvement de tous les
produits utilisés issus de l’installation de chantier et de l’exécution des travaux, la remise en
état de tous les lieux d’intervention.
Le montant du coût d’installation et de repli de chantier est de 5% du coût total des
travaux.

1.2 PRIX 200 : TERRASSEMENT

 Prix n°201 : Nettoyage, désherbage et débroussaillage


Ce prix est rémunéré par METRE CARRE (m²) de surface mesurée en projection
horizontale de l’emprise de chaussée et toutes sujétions d’accès. Il comprend :
- L’arrachage de toute végétation existante ;

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 130 Promotion 2010


- L’enlèvement des racines et souches éventuelles ;
- Le transport et l’évacuation des produits jusqu’à un lieu de dépôt agréé quelle que soit
la distance.

 Prix n°202 : Abattage d’arbres


Ce prix s’applique à l’UNITE (U) d’arbres abattus de circonférence supérieure à UN
METRE VINGT (1,20m), mesuré à UN (01) mètre au dessus du sol.
Il comprend :
- L’élagage ;
- L’abattage proprement dit ;
- Le dessouchage ;
- Le tronçonnage en éléments de DEUX (2) mètres de long maximum ;
- L’évacuation dans un dépôt agréé situé à moins de QUINZE (15) km du lieu
d’abattage ;
- Le stockage et toutes sujétions.

 Prix n°203 : Décapage et redans


Ce prix est rémunéré par METRE CARRE (m²) de surface mesurée en projection
horizontale le décapage des accotements, talus de remblais, assiettes de remblais et la
réalisation des redans d’accrochage sur les talus tels qu’indiqués sur les plans types.
Il comprend :
- Toutes les sujétions diverses ;
- L’enlèvement de terre végétale quelle que soit son épaisseur et dans tous les cas
d’enlèvement des sols de couverture sur une épaisseur minimum de dix (10)
centimètres ;
- L’enlèvement des descentes d’eau sur les talus ;
- Le chargement de la terre végétale et sa mise en stock dans un lieu de dépôt;
- Le chargement et le transport des autres produits ( sols, blocs, descentse d’eau,etc)
jusqu’au lieu de dépôt agrée(quelque soit la distance), le réglage sommaire ;
- La confection des redans ;
- Le compactage de sols décapés, à au moins 90% de l’OMP.

 Prix n°204 : Déblai mis en remblai

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 131 Promotion 2010


Ce prix est rémunéré au METRE CUBE (m3) de volume en place de déblai effectué. Il
concerne les déblais nécessaires pour la réalisation du profil en travers type. Il comprend :
- L’extraction des matériaux, la rectification d’éventuels talus ;
- Le décaissement des talus ;
- Le transport des produits de déblai ;
- La mise en œuvre : répandage, réglage, arrosage et compactage.

 Prix n°205 : Remblai en provenance d’un emprunt


Ce prix est rémunéré au METRE CUBE (m3) de fourniture et de mise en œuvre de
remblai en provenance d’emprunt pour l’exécution de tous travaux de remblayage. Il
comprend :
- Les pistes d’accès et leur entretien ;
- L’extraction après débroussaillage et décapage ;
- Le chargement, le transport sur toute distance, le déchargement des matériaux ;
- La mise en œuvre : répandage, réglage, arrosage et compactage.

 Prix n°206 : Engazonnement des talus


Ce prix est rémunéré au METRE CARRE (m²) de talus à protéger. Il comprend :
- L’extraction des gazons et le transport ;
- Le transport sur toute distance ;
- La pose, le réglage et la fixation des gazons ;
- L’arrosage et l’entretien jusqu’à la période vivace.

 Prix n°207 : géotextile non tissé


Ce prix est rémunéré au METRE CARRE (m²) la fourniture et la mise en œuvre dans les
zones prescrites (notamment certaines zones marécageuses et/ ou les zones argileuses), d’ un
géotextile non tissé aiguilleté en polypropylène (géosynthétiques). Il comprend :
- La fourniture et le transport à pied d’œuvre ;
- La préparation de la surface de pose ;
- Les chutes et les recouvrements recommandés par le fournisseur ;
- La mise en œuvre.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 132 Promotion 2010


1.3 PRIX 300 : ASSAINISSEMENT

 Prix n° 301 : Démolition d’ouvrages existants


Ce prix s’applique au METRE CUBE (m3) de démolition totale ou partielle d’ouvrage
d’assainissement ou de murs existants de toutes natures (maçonneries, bétons, etc) soit parce
qu’ils sont à remplacer ou à allonger, soit qu’ils sont susceptibles de nuire à un écoulement
direct des eaux quelles soient leurs dimensions. Il comprend :
- Tous terrassements utiles, y compris les fouilles en terrain rocheux ;
- La démolition proprement dite, complète ou une partie de l’ouvrage, y compris têtes,
puisards, dalle ou plate forme, etc. et toutes sujétions d’exécutions ;
- Le chargement ;
- Le transport, le déchargement, et la mise en dépôt des gravats ou matériaux extraits ;
- Le remblaiement des fouilles jusqu’au niveau de l’ancienne plate forme, avec des
matériaux ayant les qualités définis et leur compactage jusqu’à l’obtention d’une
densité in-situ égale à 95% de celle obtenue à l’essai Proctor Modifié.

 Prix n°302 : Fossé en terre


Ce prix est rémunéré au METRE LINEAIRE (ml) de fossé en terre de type triangulaire
et comprend :
- L’excavation, le réglage et toutes finitions utiles ;
- L’extraction et le chargement ;
- Le transport et le déchargement en lieu de dépôt.
 Prix n°303: Fossé maçonné rectangulaire
Ce prix s’applique au METRE LINEAIRE (ml) de fossé rectangulaire maçonné,
exécuté conformément au plan-type et par les spécifications techniques. Il comprend :
- Les terrassements et fouilles en terrains de toutes natures y compris rocheux ;
- Le chargement, le transport sur toutes distances, le déchargement et le réglage des terres
en excès et des gravois issus des fouilles ;
- La fourniture et le transport à pied d’œuvre de tous les matériaux requis ;
- La réalisation en maçonnerie du fond et des parements ;
- Le remblaiement, le damage et le compactage, la remise en état des abords et toutes
sujétions.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 133 Promotion 2010


 Prix n°304 : Curage des ouvrages transversaux
Ce prix se rémunère au METRE LINEAIRE (ml) de curage des ouvrages transversaux
existants, quelque soit le diamètre ou l’ouverture. Il comprend :
- L’extraction des matériaux existants à l’intérieur de l’ouvrage et le chargement ;
- Toutes sujétions de nettoyage.

 Prix n°305 : Curage des ouvrages latéraux


Ce prix se rémunère au METRE LINEAIRE (ml) de curage des ouvrages latéraux
existants, quelque soit leurs dimensions. Il comprend :
- L’extraction des matériaux existants à l’intérieur de l’ouvrage et le chargement ;
- Toutes sujétions de nettoyage.

 Prix n°306 : Curage des puisards


Ce prix s’applique à l’UNITE (U) de puisard curé, quelque soit leurs dimensions. Il
comprend :
- Le désensablement, le désherbage, le débouchage de l’ouvrage et le chargement ;
- Toutes sujéti²ons de nettoyage.

 Prix n°307: Dalot 2(2.5*1.1) et 2(2.1*1.1)


Ce prix s’applique à l’UNITE (U) des dalots d’Assainissement selon son ouverture et
sa hauteur. Il comprend :
- Les fournitures y compris l’armature et le transport sur toutes distances ;
- Les fouilles en terrain de toutes natures ;
- Le chargement, le transport sur toutes distances, le déchargement et le réglage ;
- Le lit de sable, le béton de propreté ordinaire dosé à 250 kg/m3 de ciment ;
- Les maçonneries de moellons pour la réalisation des piédroits, des murs en ailes en aval,
du puisard en amont et des parafouilles;
- Les coffrages et la mise en place des armatures ;
- Le coulage de la dalle en béton dosé à 350 kg/m3 de ciment ;
- l’’enduit au mortier de ciment dosé à 350 kg/m3 pour piédroits, des murs en ailes en
aval, du puisard en amont et des parafouilles;
- L’enrochement aval, et toutes sujétions.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 134 Promotion 2010


 Prix n°308 : Enrochement de protection
Ce prix rémunère au METRE CUBE (m3) de blocs de roche dure 30 à 50kg. Il
comprend :
- La fourniture et le transport des blocs quelque soit la distance ;
- La préparation du lit de pose et l’exécution des terrassements correspondant en terrain
de toute nature ;
- La mise en œuvre, l’agencement, le pilonnage ;
- Le réglage et l’arasement des parties supérieures et des parements visibles.

1.4 PRIX 400 : CHAUSSEE

 Prix n° 401 : Démolition de chaussée existante


Ce prix rémunère au METRE CUBE (m3), la démolition d’une chaussée existante
revêtue continue, quelles que soient les épaisseurs et la nature des couches de la chaussée. Il
comprend :
- La démolition et l’extraction de tous les matériaux constituant la chaussée existante, les
anciennes chaussées sous jacentes, et la plate forme ;
- Le chargement et le transport sur toutes distances de ces matériaux ;
- Le déchargement sur un site agrée ;
- Leur mise en dépôt et leur enfouissement ;
- La mise en forme, le régalage et le compactage à 95% OPM du fond de décaissement.

 Prix n° 402 : Scarification de chaussée revêtue


Ce prix s’applique au METRE CARRE (m²) de scarification de chaussée revêtue. Il
comprend :
- Le piochage de la chaussée existante sur une épaisseur définie par l’Autorité chargée du
contrôle ;
- La réduction de la dimension des produits de la scarification ;
- Toutes sujétions pour l’exécution des travaux et la remise en forme et le compactage des
matériaux scarifiés.

 Prix n° 403: sablage


Ce prix s’applique au METRE CARRE (m²). Il comprend :

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 135 Promotion 2010


- Le répandage à la volée du sable 0/5(sable de carrière) ;
- La répartition au balai du sable.

 Prix n° 404 : déflachage


Ce prix s’applique à la TONNE (t) d’enrobés.
- Toutes les fournitures d’enrobés ;
- Les frais de transport sur toute la distance ;
- Tous les frais et sujétions de fabrication ;
- Le balayage vif des surfaces préalablement à la mise en œuvre ;
- Tous les frais et sujétions de mise en œuvre.

 Prix n° 405 : Colmatage


 Prix n°405.a : des fissures isolées
Ce prix rémunère au METRE LINEAIRE (ml), le scellement d’une fissure simple,
à l’aide d’un coulis bitumineux.
 Prix n°405.b : des fissures maillées
Ce prix rémunère au METRE CARRE (m2), le scellement des fissures
maillées, à l’aide d’un coulis bitumineux.
Ils comprennent :
- Toutes les fournitures et leur transport sur toutes distances aux lieux d’application,
- Le nettoyage soigné des fissures ;
- La mise en œuvre du coulis au moyen d’un dispositif agrée ;
- Le sablage et le cylindrage de la surface traitée.

 Prix n° 406 : rapiéçage localisée du revêtement


Ce prix rémunère au METRE CARRE (m2) de surface rapiécée. Il comprend :
- La démolition et l’extraction de tous les matériaux instables et défectueux de l’ancienne
chaussée ;
- Le chargement et le transport sur toute distance de ces matériaux, ainsi que leur mise en
dépôt ;
- La préparation de la surface, incluant le balayage, le découpage des bords, etc;
- toutes les fournitures et le transport sur toutes distances des matériaux pour la
reconstitution y compris la GCNT 0/315 ; l’Enrobé à Froid et les émulsions pour
l’imprégnation et scellement de l’enrobé ;

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 136 Promotion 2010


- la mise en œuvre des matériaux.

 Prix n° 407 : rapiéçage localisée du corps de la chaussée


Ce prix rémunère au METRE CARRE (m2) la réparation des dégradations de type
« des nids- de- poule » et la reconstitution du corps de chaussée, avant son renforcement par
une couche de base en concassé. Il comprend, outre toutes les fournitures et transports, les
opérations suivantes :
- La délimitation des zones à reconstituer, sous formes de rectangles peints sur la
chaussée ;
- Le découpage de la chaussée selon ces rectangles ;
- Le nettoyage et le balayage à vif de la chaussée pour évacuer l’eau et les souillures ;
- la mise en œuvre sur toutes épaisseurs et en autant de couches que nécessaires, de grave
concassé GCNT 0/315 jusqu’au niveau da le chaussée ;
- le compactage énergique de ces couches ;
- l’imprégnation sablée de la parie supérieure de la GCNT ;
- le revêtement en enrobé.

 Prix n° 408 : couche de fondation en GCNT 0/40


Ce prix rémunère au METRE CUBE (m3) les opérations relatives à la production et la
mise en œuvre de tout venant 0/40 pour couche de fondation. Ils s’appliquent quelles que
soient les zones d’utilisation, l’épaisseur et la surface des couches mises en œuvre. Ces prix
comprennent :
- Toutes les sujétions de recherche, d’analyses géotechniques ;
- Les redevances d’exploitation des carrières ;
- L’extraction des matériaux à exploiter ;
- Le concassage, le criblage, le dépoussiérage ;
- Le gerbage préalable au chargement dans les engins de transports ;
- L’humidification du grave au moyen d’une centrale mécanique de malaxage ;
- Le transport et le déchargement sur le lieu d’emploi ;
- La mise en œuvre ;
Toutes sujétions de pilotage et de réglage de cet engin pour obtenir une surface
répondant au tolérance géométriques et altimétriques contractuelles ;
- Le delignement des bords de la couche pour les rendre parallèle à l’axe du tracé :
- L’arrosage nécessaire à l’humidification optimum des matériaux pour leur compactage ;

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 137 Promotion 2010


- Le compactage et toutes sujétions pour produire un matériau conforme aux
spécifications techniques.

 Prix n° 409 : couche de base en GCNT 0/315


Ce prix rémunère au METRE CUBE (m3) les opérations relatives à la production et la
mise en œuvre de tout venant 0/315 pour couche de base. Ils s’appliquent quelles que soient
les zones d’utilisation, l’épaisseur et la surface des couches mises en œuvre. Ces prix
comprennent :
- Toutes les sujétions de recherche, d’analyses géotechniques ;
- Les redevances d’exploitation des carrières ;
- L’extraction des matériaux à exploiter ;
- Le concassage, le criblage, le dépoussiérage ;
- Le gerbage préalable au chargement dans les engins de transports ;
- L’humidification du grave au moyen d’une centrale mécanique de malaxage ;
- Le transport et le déchargement sur le lieu d’emploi ;
- La mise en œuvre ;
- Toutes sujétions de pilotage et de réglage de cet engin pour obtenir une surface
répondant au tolérance géométriques et altimétriques contractuelles ;
- Le delignement des bords de la couche pour les rendre parallèle à l’axe du tracé :
- L’arrosage nécessaire à l’humidification optimum des matériaux pour leur compactage ;
- Le compactage et toutes sujétions pour produire un matériau conforme aux
spécifications techniques.

 Prix n°410: Couche d’imprégnation de bitume résiduel de bitume fluidifié 0/1


Ce prix se rémunère à la TONNE (t) de bitume résiduel de bitume fluidifié 0/1 pour
imprégnation de grave concassé. Il comprend :
- La préparation de la surface par balayage, soufflage, arrosage ;
- La fourniture de bitume fluidifié ;
- Son transport sur s distances ;
- Le réchauffage et le répandage du bitume fluidifié (à la rampe ou à la lance) ;
- Le dope éventuel ;
- Le sablage des zones circulées ;
- Les surlargeurs d’exécution et les pertes diverses ;
- Et toutes sujétions.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 138 Promotion 2010


 Prix n°411 : Emulsion ECR 69 pour couche d’accrochage
Ce prix se rémunère à la TONNE (t) de bitume résiduel et la mise en œuvre d’une
émulsion de bitume cationique ECR 69pour la réalisation des couches d’accrochage. Il
s’applique quelle que soit l’importance de la surface à traiter, grande (rampe) ou petite
(lance), sur couches de chaussée, accotement, etc. Il comprend :
- La réparation de la surface par balayage, soufflage, arrosage ;
- La préparation et la fourniture de l’émulsion ;
- Son transport sur toutes distances ;
- Le réchauffage et le répandage de l’émulsion (à la rampe ou à la lance) ;
- Le dope éventuel ;
- Les surlargeurs d’exécution et les pertes diverses ;
- Et toutes sujétions.

 Prix n°412 : Béton bitumineux mince 0/10


Ce prix se rémunère à la TONNE (t) la fourniture, la fabrication et la mise en œuvre
d’un béton bitumineux. Ils s’appliquent quelles que soient la zone d’application, l’étendue de
la surface et de l’épaisseur mise en œuvre. Ces prix comprennent, outre les fournitures et leur
transport sur toute distance jusqu’à la centrale d’enrobage :
- La préparation des carrières ;
- L’extraction des matériaux à exploiter ;
- Le concassage, le criblage, le dépoussiérage, le lavage des granulats ;
- Le gerbage préalable au chargement dans les engins de transports ;
- le chargement des granulats en carrière ;
- le chargement et le transport des sables ;
- leur déchargement et leur stockage sur des aires spécialement aménagées ;
- le transport et la fourniture du bitume ;
- le chauffage des granulats et du bitume en centrale ;
- le malaxage et l’enrobage mécanique des matériaux en centrale ;
- le stockage en trémie tampon calorifugée du béton bitumineux ;
- le chargement sur camion et le bâchage ;
- le transport sur toutes distances ;
- la préparation des surfaces : balayage, nettoyage et soufflage ;
- la mise en œuvre au finisseur dans le cas général,

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 139 Promotion 2010


- la mise en œuvre à la niveleuse ou manuelle pour les raccords, accès, trottoirs, etc ;
- Le compactage aux densités spécifiées ;
- Les surlargeurs d’exécution et les pertes diverses ;
- Toutes les contraintes, pertes et matériaux liés à la réalisation des joints.

1.5 PRIX 500 : OUVRAGES D’ART

 Prix n°501: Gabions pour structures et protections


Ce prix rémunère au METRE CUBE (m3) de fourniture et l’exécution des gabions
pour la réalisation d’ouvrages divers de stabilisation ou de protection, quelles que soient
leurs dimensions globales et leurs situation (pieds de talus, lits de rivières, etc.), et quelle
que soit la dimension des cages prévue par les plans d’exécutions (gagions boîtes ou
matelas). Il comprend :
- Les accès au site ; les terrassements et la préparation du terrain (réglage et compactage)
pour l’assise des cages des gabions ;
- La fourniture à pied d’œuvre et la mise en place des cages et des accessoires de
montage ;
- L’extraction, la taille, la fourniture à pied d’œuvre et la reprise des moellons ;
- La mise en place des moellons, des tirants et des diaphragmes à l’intérieur des cages ;
- La fermeture et la ligature des cages ;
- Le remblaiement en arrière des cages et le compactage soigné des matériaux ;
- L’évacuation et la mise en dépôt des matériaux excédentaires ;
- La remisa en état du terrain ;
- Toutes les sujétions d’exécution et notamment celles résultant de ‘accès et de la
présence d’eau.

 Prix n° 502: Mur de soutènement


Ce prix rémunère au METRE CUBE (m3) de fourniture et l’exécution de murs
maçonnés. Il comprend :
- Les fournitures et le transport sur toutes distances ;
- Les terrassements et fouilles en terrains de toutes natures y compris rocheux ;
- Le chargement, le transport sur toutes distances, le déchargement et le réglage ;
- Le lit de sable, le béton de propreté ordinaire dosé à 250 kg/m3 de ciment ;

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 140 Promotion 2010


- Les maçonneries de moellons pour la réalisation des murs et des semelles ;
- Le mortier de ciment dosé à 350 kg/m3 pour jointoyer les maçonneries de moellons.

1.6 PRIX 600: SIGNALISATION - EQUIPEMENT

 Prix 601 : Bornes kilométriques


Ce prix rémunère à l’UNITE(U), la fourniture et la mise en place des bornes
kilométriques en béton, conforme aux spécifications. Il comprend :
- La fourniture et la fabrication des bornes en béton B2 ferraillé ;
- Implantation précise chaque kilomètre,
- Leur transport sur toutes distances ;
- La fouille, la pause, le massif de scellement en béton B1 ;
- La peinture et les inscriptions ;
- Toutes autres sujétions

 Prix 602 : Balises de virage


Ce prix rémunère à l’UNITE(U), la fourniture et la mise en place des balises de virage
en béton armé, conforme aux spécifications. Il comprend :
- La fourniture et la fabrication des bornes en béton B2 ferraillé ;
- Implantation précise selon les prescriptions,
- Leur transport sur toutes distances ;
- La fouille, la pause, le massif de scellement en béton B1 ;
- Le lissage, réglage, finition de la partie supérieure du massif de scellement ;
- La peinture et les dispositifs de refléctorisation ;
- Toutes autres sujétions

 Prix 603 : Panneaux de localisation et de direction


Ce prix rémunère à l’UNITE(U), la fourniture et la mise en place des panneaux de
localisation et de direction en béton armé, conforme aux spécifications. Il s’applique quelles
que soient les dimensions des panneaux et quel que soit le lieu d’implantation. Il comprend :
- La fourniture et la fabrication des bornes en béton B2 ferraillé ;
- Implantation précise selon les instructions,
- Leur transport sur toutes distances ;
- La fouille, la pause, le massif de scellement en béton B1 ;

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 141 Promotion 2010


- Le lissage, réglage, finition de la partie supérieure du massif de scellement ;
- Le remblaiement ;
- Peinture selon les jeux de couleurs réglementaires ;
- Les inscriptions correctement orthographiées ;
- La vérification des distances portées sur les panneaux
- Toutes autres sujétions

 Prix 604 : Panneaux de prescription


Ce prix rémunère à l’UNITE(U), la fourniture et la mise en place des panneaux de
prescription en béton armé, conforme aux spécifications. Il s’applique quelle que soit la forme
(triangulaire, rond, hexagonale, etc.…) et les dimensions de panneaux. Il comprend :
- La fourniture et la fabrication des bornes en béton B2 ferraillé ;
- Implantation précise selon les instructions,
- La fouille, la pause, le massif de scellement en béton B1 ;
- Le lissage, réglage, finition de la partie supérieure du massif de scellement ;
- Le remblaiement soigné massif et la réfection de l’accotement;
- Peinture selon les jeux de couleurs réglementaires ;
- Toutes autres sujétions

 Prix 605 : Marquage des chaussées


Ce prix rémunère au METRE LINEAIRE (ml), la fourniture et la mise en œuvre des produits
blancs et retro fléchissant pour la réalisation du marquage horizontal sur chaussée. Il
comprend :
- Le nettoyage énergétique préalable de la chaussée ;
- Le pré marquage ;
- La fabrication des masques ou gabarit ;
- La fourniture à pied d’œuvre et l’application mécanique des produits (peinture, résine)
selon les dosages et procédés prescrits ;
Toutes autres sujétions

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 142 Promotion 2010


CHAPITRE 2: DEVIS QUANTITATIFS

Le devis quantitatif consiste à déterminer quantitativement les Travaux à effectuer que


nous avons décrits dans le devis descriptif.
Les quantités des différents Travaux à réaliser sont représentées dans les tableaux
suivants :

2.1 Terrassement

Tableau 2-1 : Nettoyage, désherbage et débroussaillage


LOCALISATION [PK] Longueur Largeur (m) Surface (m²)
Début fin (m)
176+000 178+200 2200 1.5 6600
178+200 189+100 10900 1 21800
189+100 191+350 2250 1.50 6750
191+450 192+700 1250 1 2500
192+700 195+600 2900 1.5 8700
195+600 196+800 1200 1 2400
196+800 197+300 500 1.5 1500
197+300 202+000 4700 1 9400
TOTAL 59650

Tableau 2-2 : Abattage d’arbre


UNITE QUANTITE
U 0

Tableau 2-3 : Décapage et redans


UNITE QUANTITE
m² 560

Tableau 2-4 : Déblai mis en remblai


UNITE QUANTITE
m3 0

Tableau 2-5 : Remblai d’emprunt


UNITE QUANTITE
m3 11200

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 143 Promotion 2010


Tableau 2-6 : Engazonnement des talus
UNITE QUANTITE
m² 560

Tableau 2-7 : Géotextile non tissé


UNITE QUANTITE
m² 220

2.2 Assainissement

Tableau 2-8 : Démolition d’ouvrages existants


LOCALISATION [PK] UNITE QUANTITE
192+700 m3 35.64

200+950 m3 33

total 68.64

Tableau 2-9 : Fossé en terre


LOCALISATION [PK] Longueur [m]
Début Fin
180+360 180+400 40

Tableau 2-10 : Fossé maçonné rectangulaire


LOCALISATION [PK] Longueur [m]
Début Fin
192+700 192+885 185
192+900 193+045 145
193+045 193+272 227

Tableau 2-11 : Curage des ouvrages transversaux


UNITE QUANTITE
U 242

Tableau 2-12: Curage des ouvrages latéraux


LOCALISATION [PK] Longueur [m]
Début Fin
175+000 175+400 400
175+446 175+615 169
175+615 175+952 337

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 144 Promotion 2010


175+952 176+060 108
176+800 177+240 440
177+920 178+003 1479
178+003 178+880 1330
179+080 179+240 160
179+240 179+542 302
179+542 179+790 368
179+790 179+852 62
179+852 180+420 1096
180+420 180+600 300
180+740 181+500 1177
181+720 182+680 1460
182+680 182+836 156
182+836 183+159 490
183+159 183+235 76
183+235 183+542 676
183+680 184+039 473
184+039 184+355 601
184+413 184+570 264
185+080 185+154 140
185+449 186+013 564
186+409 186+615 206
188+003 188+213 210
188+325 188+545 220
188+558 189+135 567
189+155 199+312 157
189+354 189+489 135
189+605 189+646 41
190+600 190+840 409
191+257 191+410 153
192+005 192+212 207
192+600 192+885 285
192+900 193+272 372
193+400 194+000 490
194+100 194+664 564
194+740 194+969 229
195+073 195+228 155
195+300 196+058 828
196+110 196+212 162
196+220 196+680 581
196+800 197+150 350
197+171 197+350 284
197+400 198+040 640
198+089 198+626 537
198+657 199+120 463
199+244 199+642 398
199+731 200+340 780
200+420 200+830 630
200+905 201+220 313
201+260 201+280 420
total 23274

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 145 Promotion 2010


Tableau 2-13 : Curage des puisards
UNITE QUANTITE
U 203

Tableau 2-14 : Dalots


Dalots UNITE QUANTITE
2(2.5*1.10) U 1
2(21*1.10) U 1

Tableau 2-15 : Enrochements de protection


UNITE QUANTITE
m3 10.24

2.3 Chaussée

Tableau 2-16 : Démolition de chaussée existante


LOCALISATION [PK]
QUANTITE [m3]
Début Fin
175+000 175+100 300
200+000 201+000 1200
201+000 202+000 3000
total 4500

Tableau 2-17 : Scarification de chaussée revêtue


LOCALISATION [PK]
QUANTITE [m3]
Début Fin
177+600 177+610 30
191+200 191+450 75
198+100 198+500 120
198+900 199+000 30
199+000 200+000 18
total 273

Tableau 2-18 : sablage


LOCALISATION [PK]
QUANTITE [m2]
Début Fin
181+900 182+300 2400
total 2400

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 146 Promotion 2010


Tableau 2-19 : déflachage
LOCALISATION [PK]
QUANTITE [t]
Début Fin
175+400 175+500 0.35
total 0.35

Tableau 2-20: Colmatage


LOCALISATION [PK]
QUANTITE [m2]
Début Fin
177+200 177+500 13.55
177+800 179+600 8.5
180+300 181+100 36
181+200 181+900 14.55
182+550 184+000 142.02
184+150 185+500 7368
186+000 187+000 105
188+500 189+100 3600
189+250 191+350 54.2
196+800 197+100 1
total 11342.82

Tableau 2-21: réfection localisée du corps de la chaussée


LOCALISATION [PK]
QUANTITE [m2]
Début Fin
175+100 175+200 13.5
175+700 175+800 1.4
177+200 177+600 18.2
177+800 178+000 3.85
178+900 179+700 352.8
188+500 189+100 0.6
189+250 191+200 16.20
193+800 195+600 101.8
196+000 196+150 0.5
196+300 196+400 0.66
196+600 197+100 204.50
197+950 198+100 0.72
total 714.73

Tableau 2-22 : couche de fondation en GCNT 0/40


LOCALISATION [PK]
QUANTITE [m3]
Début Fin
175+000 175+100 162
200+000 201+000 480
201+000 202+000 570
total 1212

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 147 Promotion 2010


Tableau 2-23 : couche de base en GCNT 0/315
LOCALISATION [PK]
QUANTITE [m3]
Début Fin
175+000 175+100 120
175+100 175+200 102
175+400 175+500 204
175+700 175+800 102
177+600 177+800 120
184+150 188+500 6525
191+200 191+450 150
198+200 200+000 1080
200+000 201+000 1200
201+000 202+000 1200
total 10803

Tableau 2-24 : Couche d’imprégnation de bitume résiduel de bitume fluidifié 0/1


LOCALISATION [PK]
QUANTITE [T]
Début Fin
175+000 175+100 0.72
175+100 175+200 0.72
175+400 175+500 1.44
175+700 175+800 0.72
177+600 177+800 1.44
184+150 188+500 31.32
191+200 191+450 1.8
198+200 200+000 12.96
200+000 201+000 7.2
201+000 202+000 7.2
total 65.52

Tableau 2-25: Emulsion ECR 69 pour couche d’accrochage


LOCALISATION [PK]
QUANTITE [T]
Début Fin
175+000 175+100 0.36
175+100 175+200 0.36
175+400 175+500 0.72
175+700 175+800 0.36
177+600 177+800 0.72
184+150 188+500 15.66
191+200 191+450 0.9
198+200 200+000 6.48
200+000 201+000 3.6
201+000 202+000 3.6
total 32.76
Tableau 2-26 : Béton bitumineux 0/10
LOCALISATION [PK]
QUANTITE [T]
Début Fin
175+000 202+000 11907
total 11907

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 148 Promotion 2010


2.4 Ouvrages D’art
Tableau 2-27: Gabions pour structures et protections
LOCALISATION [PK] Longueur [m] Hauteur [m] QUANTITE [m3]
175+200 25 2 50
196+300 210 1.20 252
197+200 60 1.20 72
197+950 150 1.5 225
200+650 80 1 80
200+800 100 2 200
total 879

Tableau 2-28 : Mur de soutènement


UNITE QUANTITE
m3 285

2.5 Signalisation - Equipement

Tableau 2-29 : Bornes kilométriques


UNITE QUANTITE
U 2

Tableau 2-30: Balises de virage


UNITE QUANTITE
U 25

Tableau 2-31: Panneaux de localisation et de direction


UNITE QUANTITE
U 15

Tableau 2-32: Panneaux de prescription


UNITE QUANTITE
U 4

Tableau 2-33:Marquage au sol


UNITE QUANTITE
ml 27000

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 149 Promotion 2010


CHAPITRE 3: DEVIS ESTIMATIFS

3.1. Sous Détail des Prix :

Le sous détail des Prix Unitaires sont les évaluations des prix de chaque composante
de prix de règlement. Ainsi le prix est composé de l’allocation de matériels, des salaires des
mains d’œuvre employés, des coûts de matériaux aux pieds d’œuvre et des divers nécessaires.
Cette évaluation est basée sur l’évaluation d’un rendement selon la nature de chaque travail à
réaliser.
En effet, le prix unitaire (PU) est donné par la formule ci-après :

PU= k x

Avec :
• K : Coefficient de majoration des déboursés en % ;
• R : Rendement ;
• D : Déboursé de dépense.

3.2. Détermination du coefficient de déboursé K

Le coefficient K1est obtenu par la relation suivante :

K=

Avec :
- A1=a1+a2+a3+a4 en %: frais généraux proportionnels aux déboursés ;
- A2= a5+a6+a7+a8 en % bénéfice brut et frais financier principal aux prix de revient ;
- A3= a9 en % : frais de siège, A3=0 pour les entreprises dont le siège est à Madagascar ;
- T en % : TVA selon la loi des finances, TVA = 20%.
Le tableau suivant donne les valeurs minimales et maximales de chaque coefficient à
prendre :

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 150 Promotion 2010


Tableau 3-1 : Coefficient pour calcul de K
Coefficient description Minimale maximale
a1 Frais d’agence et patente 3,5 7,00
a2 Frais de chantier 8,00 12,00
a3 Frais d’études et de laboratoires 3,00 4,00
a4 Assurances 0,50 1,00
a5 Bénéfice nets et impôts sur le bénéfice 6,00 10,00
a6 Aléas techniques 2,00 3,00
a7 Aléas de révision de prix 1,50 6,00
a8 Frais financiers 2,00 4,00
a9 Frais de siège 0,00

Ainsi, pour des Travaux de moyenne envergure réalisée par une Moyenne Entreprise
siégeant à Madagascar, nous allons prendre les valeurs suivantes pour le calcul du coefficient
de déboursé.
Tableau 3-2 : Valeurs des Coefficients prises pour calcul de K
Frais d’agence et patente a1 5
Frais de chantier a2 10
Frais d’études et de laboratoires a3 4
Assurances a4 0,7
Bénéfice nets et impôts sur le bénéfice a5 9
Aléas techniques a6 2
Aléas de révision de prix a7 4
Frais financiers a8 2
Frais de siège a9 0

On obtient alors :
A1= 19,7% ; A2=17%; A3=0% ; T= 20%

 K= = 1,4

3.3. Bordereau de détail estimatif (BDE)

Tableau 3-3 : BDE


N° Désignation UNITE QUANTITE PU [Ar] MONTANT [Ar]
100 INSTALLATION ET REPLI DE CHANTIER
101 Installation de chantier (5%) Fft 1,00 356 746 215.72
102 replis de chantier (5%) Fft 1,00 356 746 215.72
TOTAL INSTALLATION ET REPLI DE CHANTIER 713 492 431,44
200 TERRASSEMENT
201 Nettoyage, désherbage et débroussaillage m2 59 650,00 728,00 43 425 200,00
202 Abattage d’arbre U 0,00 69 394,00 0,00
203 Décapage et redans m2 560,00 1 092,00 611 520,00

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 151 Promotion 2010


204 Déblai mis en remblai m3 0,00 7 488,00 0,00
205 Remblai d’emprunt m3 11 200,00 14 794,00 165 692 800,00
206 Engazonnement des talus m2 560,00 3 458,00 1 936 480,00
207 Géotextile non tissé m2 220,00 10 192,00 2 242 240,00
TOTAL TERRASSEMENT 213 908 240,00
300 ASSAINISSEMENT
301 Démolition d’ouvrages existants m3 68,64 20 384,00 6 995 788,80
302 Fossé en terre m 40,00 2 600,00 520 000,00
303 Fossé maçonné rectangulaire m 227,00 47 502,00 53 914 770,00
304 Curage des ouvrages transversaux U 242,00 51 012,00 61 724 520,00
305 Curage des ouvrages latéraux m 23 274,00 2 860,00 332 818 200,00
306 Curage des puisards U 203,00 988,00 1 002 820,00
307 Dalots 0,00
307.a 2(2,5x1,1) U 1,00 4 250 000,00 4 250 000,00
307.b 2(2,1x1,1) U 1,00 3 765 000,00 3 766 000,00
308 Enrochements de protection m3 10,24 94 536,00 4 840 243,20
TOTAL ASSAINISSEMENT 369 831 342,00
400 CHAUSSEE
401 Démolition de chaussée existante m3 4 500,00 20 384,00 91 728 000,00
402 Scarification de chaussée revêtue m3 273,00 1 534,00 418 782,00
403 sablage m2 2 400,00 780,00 1 872 000,00
404 déflachage T 0,35 196 690,00 68 841,50
405 colmatage
405.a Fissures isolées m2 0,00 0,00 0,00
405.b fissures maillées m2 11 342,82 212 186,00 2 406 787 604,52
407 réfection localisée du corps de la chaussée m2 714,73 162 032,00 115 809 131,36
408 couche de fondation en GCNT 0/40 m3 1 212,00 105 898,00 128 348 376,00
409 couche de base en GCNT 0/315 m3 10 803,00 105 898,00 1 144 016 094,00
410 Couche d’imprégnation de bitume fluidifié 0/1 T 65,52 3 570 866,00 233 963 140,32
411 Emulsion ECR 69 pour couche d’accrochage T 32,76 1 966 224,00 64 413 498,24
412 Béton bitumineux 0/10 T 11 907,00 184 678,00 2 198 960 946,00
TOTAL CHAUSSEE 6 292 298 790,44
500 OUVRAGES D’ART
501 Gabions pour structures et protections m3 879,00 114 036,00 100 244 486,00
502 Mur de soutènement m3 285,00 116 662,00 33 248 670,00
TOTAL OUVRAGES D'ART 133 493 156,00
600 SIGNALISATION - EQUIPEMENT
601 Bornes kilométriques U 2,00 227 214,00 454 428,00
602 Balises de virage U 25,00 106 782,00 2 669 550,00
603 Panneaux de localisation et de direction U 15,00 315 094,00 4 726 410,00
604 Panneaux de prescription U 4,00 173 498,00 693 992,00
605 Marquage au sol m 27 000,00 624,00 16 848 000,00
TOTAL SIGNALISATION - EQIUIPEMENT 25 392 380,00

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 152 Promotion 2010


MONTANT TOTAL HT 7 848 416 745,88
TVA 20% 1 569 683 439,18
TOTAL TTC 9 418 100 095,06

RECAPITULATION :
100. INSTALLATION ET REPLIS DE CHANTIER……………………713 492 431,44
200. TERRASSEMENT………………………………………………… 213 908 240,00
300. ASSAINISSEMENT…………………………………………………484 891 342,00
400. CHAUSSEE………………………………………………………… 6 292 298 790,44
500. OUVRAGE D’ART………………………………………………… 118 433 562,00
600. SIGNALISATION……………………………………………………25 392 380,00
MONTANT TOTAL H.T………………………………………………. 7 848 416 745,88
T.V.A 20%.................................................................................................. 1 569 683 439,18
MONTANT T.T.C……………………………………………………… 9 418 100 095,06

Arrêté le Bordereau de Détail Estimatif à la somme de NEUF MILLIARDS QUATRE


CENT DIX HUIT MILLIONS CENT MILLE QUATRE VINGT QUINZE ARIARY, y
compris la Taxe sur la Valeur Ajoutée au taux de vingt pour cent (20%).
Le Coût au kilomètre de la Route est d’Ariary 348 818 522,04.

3.4. Coût d’Entretien Préventif systématique

L’Entretien Préventif systématique est réalisé pour :


- Eviter la dégradation des qualités structurelles des chaussées et maintenir les ouvrages
d’assainissement ou restaurer l’imperméabilité de la couche de roulement ;
- Maintenir ou restaurer une bonne qualité de surface, une bonne condition de confort et
de sécurité ;
- Limiter l’Entretien ultérieur et améliorer le comportement de structure de la chaussée.
L’Entretien Préventif se décompose en deux parties :
• L’Entretien Courant (EC) qui se fait dès le premier jour de la mise en service de la
Route et après l’apparition des petites dégradations ;
• L’Entretien Périodique (EP) qui peut être effectué tous les cinq ans pendant la durée de
vie de la Route.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 153 Promotion 2010


3.4.3. Travaux d’Entretien Courant

Les Travaux d’Entretien courant consistent à faire des opérations plusieurs fois par an
à savoir :
 Travaux de cantonnage : c’est le contrôle de la végétation, entretien des assainissements
et ouvrages, inspection du réseau.
 Mise à niveau et Travaux d’urgence de faibles envergures : Cette catégorie de Travaux
regroupe des tâches qui sont exécutées à la suite d’évènement imprévu du type :
accident de circulation, glissement de terrain, forte pluie, cyclone… Ces Travaux sont
réalisés par des brigades spécialisés.
Le tableau suivant donne l’estimation du Coût d’Entretien Courant de la Route
réhabilitée :
Tableau 3-4 : Coûts d’Entretien Courant
Entretien courant (Ar/km/an) Total EC (Ar)
Route bitumée 1 253 000,00 33 831 000,00
Source : MTP

3.4.4. Travaux d’Entretien Périodique

Les Travaux d’Entretien Périodique consistent à recharger la couche de roulement


avec mise en œuvre d’une nouvelle couche de roulement bitumineux (Enrobé Dense à
Chaud).
La périodicité de ces opérations d’entretien est de 5 ans.
Tableau 3-5 : Coûts d’Entretien Périodique
Entretien périodique (Ar/km) Total EP (Ar)
Route bitumée 102 058 444,02 2 755 577 988 ,00
Source : MTP

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 154 Promotion 2010


CHAPITRE 4: ETUDE DE RENTABILITE

4.1 Effet de la Réhabilitation sur le Coût d’Exploitation

Une Réhabilitation routière ou un bon entretien de la Route mènera à des profits sous
forme de diminution de prix de transport. Donc il est nécessaire de savoir ces Coûts pour les
études économiques.
Maintenant il existe deux méthodes de calcul qui sont souvent utilisées à Madagascar :
l’une concerne les coûts de transport à partir des frais payés par les usagers, l’autre sur
l’évaluation des différences de Coût. En effet, les calculs des coûts de transport routier à
Madagascar sont déterminés dans « le livre blanc » du Ministère des Travaux publics et de la
Météorologie.
Malgré l’existence de statistique indiquant le nombre et la composition du trafic, nous
estimons trois types de véhicules pris en compte :
- Les camionnettes de charges utiles (CU) égale à 1 tonne ;
- Les autocars (28 places CU = 2 tonnes) ;
- Les camions de CU de plus de 5 tonnes.
Nous constatons deux types de Coût d’Exploitation : fixes et proportionnels.
Comme Coûts Fixes, nous considérons :
 Les assurances ;
 Les taxes professionnelles ;
 Le personnel de conduite ;
 Les réparations.
Et comme Coûts Proportionnels ou coûts variables :
 Les carburants ;
 Les lubrifiants ;
 Les pneumatiques ;
 Les frais d’amortissement ;
 Les réparations (matériels).

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 155 Promotion 2010


4.1.1 Hypothèses sur les Coûts Fixes

Les valeurs dans les tableaux ci-dessous sont obtenues par des enquêtes auprès des
services du transport à Madagascar.

a. Assurances

Tableau 4-1 : Assurance par catégorie des véhicules


TYPES CU (T) ACTIVITES ASSURANCES (Ar/mois)
Camionnettes 1 Transporteur 31 256,00
Autocars 2 Transporteur 43 087,00
Camions 5 Transporteur 33 587,00
Source : Services du transport

b. Taxes professionnelles

Les taxes professionnelles sont évaluées suivant les activités des véhicules, le lieu de
résidence du propriétaire et la charge utile de chaque type de véhicule.
Tableau 4-2 : Taxes professionnelles suivant le type des véhicules
TYPES CU (T) ACTIVITES Taxes prof (Ar/ans)
Camionnettes 1 Transporteur 160 000,00
Autocars 2 Transporteur 170 000,00
Camions 5 Transporteur 300 000,00
Source : Services du transport

c. Rémunération du personnel de conduite

Le personnel de conduite est rémunéré comme suit :


Tableau 4-3 : Rémunération du personnel par mois et par type de véhicule
TYPES CU (T) Chauffeur (Ar) Aide chauffeur (Ar)
Camionnettes 1 200 000,00 120 000,00
Autocars 2 200 000,00 120 000,00
Camions 5 300 000,00 180 000,00
Source : Services du transport

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 156 Promotion 2010


d. Réparations (main d’œuvre)

Les réparations (main d’œuvre) sont estimées à :


Tableau 4-4 : Réparations
TYPES CU (T) Réparations (Ar/mois)
Camionnettes 1 100 000,00
Autocars 2 132 000,00
Camions 5 160 000,00
Source : Services du transport

4.1.2 Hypothèses sur les coûts variables (CV)

Les couts variables pour la route bitumée sont récapitulés dans le tableau ci après :
Tableau 4-5 : CV Route réhabilitée bitumée
VEHICULES CAMIONNETTES AUTOCARS CAMIONS
Carburants (l/km) 12 17 22
Lubrifiant
4 4 4
(%carburant)
Pneumatique (durée de
15 000 15 000 30 000
vie en km)
Amortissement (année) 7 7 7
Distance parcourue en
18360 10098 9180
km/an
Distance de parcours
75 75 75
en km
Source : Service du transport

4.1.3 Résultats

Tableau 4-6 : Récapitulation des différents coûts pour la route dégradée


Coûts [Ar] camionnettes autocars camions
coûts proportionnels
carburant 13 770 16 200 19 440
lubrifiant 550 648 777
pneumatique 5 200 6 350 9 500
réparations matérielles 9 650 25 163 34 800
amortissement 123 600 245 600 385 690
SOUS TOTAL 152 770 293 961 450 207
coûts fixes
assurances 1 563 2 500 1 679

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 157 Promotion 2010


taxes prof 667 708 1 250
personnel de conduite
chauffeur 10 000 10 000 15 000
aide chauffeur 6 000 6 000 9 000
mains d'œuvre de réparation 5 000 10 000 8 000
SOUS TOTAL 23 229 29 208 34 929
TOTAL [Ar] 176 000 323 169 485 136

Tableau 4-7 : récapitulation des différents coûts pour la route réhabilitée bitumée
Coûts [Ar] camionnettes autocars camions
coûts proportionnels
carburant 9720 13770 17820
lubrifiant 389 551 713
pneumatique 750 1000 2500
réparations matérielles 3754 12172 17100
amortissement 30274 105342 162700
SOUS TOTAL 200832,8
coûts fixes
assurances 1563 2154 1679
taxes prof 667 708 1250
personnel de conduite
chauffeur 10000 10000 15000
aide chauffeur 6000 6000 9000
mains d'œuvre de réparation 5000 6600 8000
SOUS TOTAL 34 929,35
TOTAL [Ar] 235 762,15

4.2 Evaluation économique

L’évaluation économique a pour but de:


- Projeter les avantages nets attendus du Projet ;
- Déterminer la Valeur Actuelle Nette (VAN) et le Taux de Rentabilité Interne (TRI).

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 158 Promotion 2010


4.2.1 Projection des avantages nets

Les avantages nets d’un Projet sont dus à la différence entre les avantages et les
coûts. En effet, dans cette Etude, les avantages proprement dits sont ceux liés au trafic. Par
contre, les Coûts sont composés du Coût des Travaux et d’Entretien y compris courant et
périodique.

a. Les avantages liés au trafic

Les avantages comprennent non seulement la réduction du Coût d’Exploitation des


véhicules mais aussi la croissance des recettes après la Réhabilitation de la Route. Nous les
calculons par la formule suivante :

Où :
- T : désigne le nombre de trafic par an ;
- : Différence entre C0 et C1.
Avec :
- C0 : Coût d’Exploitation des véhicules pour la Route dégradée ;
- C1 : Coût d’Exploitation des véhicules pour la Route réhabilitée.

b. Coût d’Investissement

Il comprend :
- D’un côté, le Coût des Travaux de Réhabilitation ;
- D’autre côté, le Coût d’Entretien qui se compose en Coût d’Entretien Courant et en
Coût d’Entretien Périodique.
Avant de donner les tableaux récapitulatifs des résultats, calculons d’abords le nombre
de trafic T pour les trois types de véhicules considérés comme référence.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 159 Promotion 2010


Tableau 4-8 : nombre de trafic T pour les trois types de véhicules
Année camionettes: T1 Autocars: T2 camions: T3
1816 301 541
2 011 4 710 781 1 403
2 012 5 181 859 1 544
2 013 5 699 945 1 698
2 014 6 269 1 039 1 868
2 015 6 896 1 143 2 054
2 016 7 586 1 257 2 260
2 017 8 344 1 383 2 486
2 018 9 179 1 521 2 734
2 019 10 097 1 674 3 008
2 020 11 106 1 841 3 309
2 021 12 217 2 025 3 640
2 022 13 439 2 227 4 004
2 023 14 783 2 450 4 404
2 024 16 261 2 695 4 844
2 025 17 887 2 965 5 329
2 026 19 676 3 261 5 862
2 027 21 643 3 587 6 448
2 028 23 808 3 946 7 093
2 029 26 189 4 341 7 802
2 030 28 807 4 775 8 582
2 031 31 688 5 252 9 440

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 160 Promotion 2010


Tableau 4-9 : Tableaux récapitulatifs des avantages
Année ∆C1. T1 [Ar] ∆C2.T2[Ar] ∆C3.T3 [Ar] ∑∆Ci.Ti[Ar] Ce [Ar] A [Ar]
2012 508 159 134 125 793 880 349 926 378 983 879 391 33 831 000 950 048 391
2013 558 975 047 138 373 268 384 919 016 1 082 267 331 33 831 000 1 048 436 331
2014 614 872 552 152 210 595 423 410 917 1 190 494 064 33 831 000 1 156 663 064
2015 676 359 807 167 431 654 465 752 009 1 309 543 470 33 831 000 1 275 712 470
2016 743 995 788 184 174 819 512 327 210 1 440 497 817 133 831 000 1 306 666 817
2017 818 395 367 202 592 301 563 559 931 1 584 547 599 33 831 000 1 550 716 599
2018 900 234 903 222 851 531 619 915 924 1 743 002 359 33 831 000 1 709 171 359
2019 990 258 394 245 136 685 681 907 516 1 917 302 595 33 831 000 1 883 471 595
2020 1 089 284 233 269 650 353 750 098 268 2 109 032 854 33 831 000 2 075 201 854
2021 1 198 212 656 296 615 388 825 108 095 2 319 936 139 133 831 000 2 186 105 139
2022 1 318 033 922 326 276 927 907 618 904 2 551 929 753 33 831 000 2 518 098 753
2023 1 449 837 314 358 904 620 998 380 795 2 807 122 729 33 831 000 2 773 291 729
2024 1 594 821 045 394 795 082 1 098 218 874 3 087 835 002 33 831 000 3 054 004 002
2025 1 754 303 150 434 274 590 1 208 040 762 3 396 618 502 33 831 000 3 362 787 502
2026 1 929 733 465 477 702 049 1 328 844 838 3 736 280 352 133 831 000 3 602 449 352
2027 2 122 706 811 525 472 254 1 461 729 322 4 109 908 387 33 831 000 4 076 077 387
2028 2 334 977 493 578 019 479 1 607 902 254 4 520 899 226 33 831 000 4 487 068 226
2029 2 568 475 242 635 821 427 1 768 692 479 4 972 989 148 33 831 000 4 939 158 148
2030 2 825 322 766 699 403 570 1 945 561 727 5 470 288 063 33 831 000 5 436 457 063
2031 3 107 855 043 769 343 927 2 140 117 900 6 017 316 869 133 831 000 5 883 485 869
Ce : coûts d’Entretien ;
A : avantages.

4.2.2 Valeur actuelle nette (VAN)

La valeur actuelle nette mesure la création de valeur du projet. Elle est calculée de
la manière suivante :

Avec :
- Ap : Avantage ou flux net de trésorerie de la période p ;
- I : investissement ;
- n : durée de vie du projet ;
- r : Taux d’actualisation (actuellement ce taux est de 12% à Madagascar) ;

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 161 Promotion 2010


: Avantage actualisé ;

: Facteur d’actualisation.
La règle de décision est : « un projet peut être adopté si la VAN est positive ou
nulle »
Tableau 4-10 : Somme des avantages actualisés
Année Ap [Ar] (1+R)^-p Ap.(1+R)^-p [Ar]
1 950 048 391 0,89 848 257 492
2 1 048 436 331 0,80 835 807 024
3 1 156 663 064 0,71 823 289 922
4 1 275 712 470 0,64 810 738 338
5 1 306 666 817 0,57 741 437 843
6 1 550 716 599 0,51 785 641 289
7 1 709 171 359 0,45 773 142 323
8 1 883 471 595 0,40 760 702 587
9 2 075 201 854 0,36 748 338 592
10 2 186 105 139 0,32 703 867 347
11 2 518 098 753 0,29 723 893 219
12 2 773 291 729 0,26 711 834 912
13 3 054 004 002 0,23 699 898 894
14 3 362 787 502 0,20 688 092 948
15 3 602 449 352 0,18 658 154 028
16 4 076 077 387 0,16 664 896 517
17 4 487 068 226 0,15 653 516 094
18 4 939 158 148 0,13 642 286 101
19 5 436 457 063 0,12 631 209 507
20 5 883 485 869 0,10 609 921 947

Somme des avantages actuels 14 14 926 928

 VAN = 14 514 926 928.49 – 9 418 100 095,06 = 5 096 826 832,78 > 0
.Donc le Projet permet de récupérer l’Investissement initial et de dégager un excédent
de liquidité, la création de valeur d’Ar 5 096 826 832,78 .Alors ce projet peut être adopté.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 162 Promotion 2010


4.2.3 Taux de Rentabilité Interne (TRI)

Le TRI est le Taux d’actualisation qui annule la VAN. La décision est la suivante :
« Un Projet peut être adopté si TRI r = 12%, c'est-à-dire si la rentabilité moyenne du
Projet est au moins égale au Coût des ressources qui le finance ».
Tableau 4-11 : TRI
r 12% 18%
Année avantage actualisé avantage actualisé
1 848 257 492,41 805 125 755,51
2 835 807 023,79 752 970 648,27
3 823 289 922,13 703 980 849,86
4 810 738 337,58 657 998 299,96
5 741 437 843,49 571 156 108,29
6 785 641 289,08 574 434 336,52
7 773 142 322,98 536 551 675,52
8 760 702 587,41 501 075 324,45
9 748 338 592,41 467 866 856,45
10 703 867 347,26 417 687 013,08
11 723 893 219,35 407 728 132,16
12 711 834 912,22 380 549 774,30
13 699 898 893,71 355 143 202,63
14 688 092 948,47 331 399 098,24
15 658 154 027,98 300 862 301,94
16 664 896 517,18 288 489 694,56
17 653 516 094,46 269 133 989,27
18 642 286 101,13 251 059 581,57
19 631 209 507,31 234 184 325,59
20 609 921 947,49 214 780 361,30
∑Ap.(1+R)^-p [Ar] 14 514 926 927,84 9 022 177 329,48
I 9 418 100 095,06 9 418 100 095,06
∑Ap.(1+R)^-p - I 5 096 826 832,78 -395 922 765,58

 Après interpolation, le Taux d’actualisation qui annule le bénéfice est de r = 17.57%


≥ 12%. Le Projet est donc considéré comme viable puisque son Taux de Rentabilité
Interne est supérieur à 12%.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 163 Promotion 2010


4.2.4 Délai de Récupération du Capital Investi (DRCI)

Le Délai de Récupération du Capital Investi est calculée sur les flux actualisés.
Tableau 4-12 : DRCI
Année 0,12
avantage actualisé cumul des avantages
1 848 257 492 848 257 492
2 835 807 024 1 684 064 516
3 823 289 922 2 507 354 438
4 810 738 338 3 318 092 776
5 741 437 843 4 059 530 619
6 785 641 289 4 845 171 908
7 773 142 323 5 618 314 231
8 760 702 587 6 379 016 819
9 748 338 592 7 127 355 411
10 703 867 347 7 831 222 759
11 723 893 219 8 555 115 978
12 711 834 912 9 266 950 890
13 699 898 894 9 966 849 784
14 688 092 948 10 654 942 732
15 658 154 028 11 313 096 760
16 664 896 517 11 977 993 277
17 653 516 094 12 631 509 372
18 642 286 101 13 273 795 473
19 631 209 507 13 905 004 980
20 609 921 947 14 514 926 928

La DRCI se trouve donc entre 12 et 13ans.


Par interpolation linéaire, on a DRCI = 12.78 ans.
Plus précisément, DRCI = 12ans 9mois 15jours.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 164 Promotion 2010


CHAPITRE 5: IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX

La Réhabilitation de la RNP 7 est sans contexte un grand Projet pour la Région de


Vakinankaratra, celle d’Amoron’i Mania et de ses environs allant du point de vue économique
jusqu’au point de vue social. Mais ce Projet engendre dans sa réalisation, des Impacts sur
l’Environnement pouvant causer des dégradations.
La présente Etude d’Impacts Environnementaux (E.I.E) permet donc de déterminer les
effets d’un tel Projet sur l’Environnement et d’évaluer les conséquences négatives et positives
avant, pendant et après sa réalisation dans le but de les prévoir et de les limiter.

5.1 Généralités

5.1.1 Environnement

a. Définition

En sciences humaines et sociales, l’Environnement désigne le milieu social qui entoure


et influe sur les activités humaines. En sciences naturelles, il désigne les écosystèmes naturels
indépendants des êtres humains et entourant un organisme vivant, un animal ou une plante.

b. Décret MECIE

Le décret MECIE ou Mise En Comptabilité d’Impact Environnemental a pour objet de


fixer les règles et procédures à suivre en vue de la mise en comptabilité des Investissements
avec l’Environnement et de préciser la nature, les attributions et le degré d’autorité des
Institutions ou Organismes habilités à cet effet.

5.1.2 Généralités sur l’EIE

a. Définition

L’EIE est un processus servant à prévoir et à déterminer les conséquences écologiques et


sociales positives et négatives d’un Projet de développement proposé. Nous allons utiliser
l’EIE par la suite car cette méthode est la mieux adaptée pour les projets de génie civil.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 165 Promotion 2010


b. Objectif de l’EIE

 A court terme :
Pour assurer la prise en compte des considérations sociales et culturelles au niveau de la
conception d’un projet, l’EIE a, à court terme, les buts suivants :
- Evaluer les Impacts positifs et négatifs des Projets de Développements proposés pour en
déterminer la nature, l’intensité et la durée ;
- Aider à prendre des décisions concernant les Coûts avantageux des Projets de
Développement proposés ;
- Promouvoir la participation des communautés locales et du public aux Etudes d’Impacts
sur l’Environnement.
 A long terme :
Pour conserver et utiliser durablement les ressources naturelles, l’EIE a pour objectif à long
terme de :
- Protéger et améliorer la qualité de toute forme de vie ;
- Sensibiliser le public aux problèmes touchant l’Environnement ;
- Produire, stocker et diffuser des renseignements sur l’Environnement ;
- Etablir un lieu entre la Stratégie de Développement Local et les initiatives prises à
l’échelon Régional et International.

5.1.3 Contenus de l’EIE

L’article 11 du décret MECIE stipule que l’EIE devra au moins comprendre, un


document certifiant la situation juridique du lien d’implantation du Projet, une description du
Projet d’Investissement, une analyse du système environnemental affecté ou pouvant être
affecté par le Projet et un plan de gestion environnemental du Projet.

5.2 Récapitulation des Impacts Environnementaux

Nous allons présenter les Impacts négatifs et les mesures d’atténuations adéquates du
Projet que ce soit dans le milieu biologique ou dans le milieu humain dans les tableaux
suivants :

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 166 Promotion 2010


Tableau 5-1 : IMPACTS NEGATIFS SIGNIFICATIFS PENDANT LES TRAVAUX
(En zones cultivées ou végétalisées)
IMPACTS NEGATIFS CAUSES USUELLES
IMPACTS SUR LES MILIEUX NATURELS
 Pollution des sols et des cours d’eau
environnants (toxicité) qui pourrait nuire à
plus ou moins long terme : Entretient des camions et engins sur chantier
- Aux cultures et végétation ; (épandage des huiles de vidange et de gasoil)
- Aux animaux de trait et aquatiques ;
- A la population locale.

 Piétinement du sol, durcissement du


terrain suite aux mouvements des engins et
voitures, abattage d’arbres et arbustes. Déviation temporaire / installation de chantier

EFFETS SUR LES CONDITIONS DE VIE


DES POPULATIONS
 Perturbation des activités paysannes
Travaux des routes en général

Tableau 5-2 : IMPACTS NEGATIFS SIGNIFICATIFS PENDANT LES TRAVAUX


(Impacts vis-à-vis des travaux routiers en général)
IMPACTS NEGATIFS CAUSES USUELLES
IMPACTS SUR LES MILIEUX NATURELS
 Pollution de l’Environnement (carburants,
huiles de vidange, gaz d’échappement,
défécation dans la nature) : Installation du chantier
• Atelier
• Base de vie.
Entretien des camions et engins sur chantier
 Destruction de l’esthétique du paysage Insuffisance d’organisation et de toilettes

 Effondrements ou éboulements de la vallée Accumulation de déblais mis en dépôts


où ils aboutissent (par érosion régressive)
provoquant à la longue la destruction de
l’ouvrage implanté. Fossés divergents / fossés de garde
/ passages busés
 Effondrements en masse ou glissements
de terrain ou encore d’excavations
provoquant ainsi la destruction du
versant collinaire. Talutage et déblais en général

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 167 Promotion 2010


Tableau 5-3: MESURES D’ATTENUATION (en zone urbaine : VINANINKARENA, MANADONA, MANADONA- SAHANIVOTRY,
SAHANIVOTRY)
IMPACTS NEGATIFS CAUSES USUELLES MESURES D’ATTENUATION
EFFETS SUR LES CONDITIONS DE VIE DES .la gêne est difficilement évitable.
POPULATIONS Information préalable sue le commencement des travaux
 Gêne acoustique et sa durée probable
 Perturbation de la vie quotidienne
(spécifiquement les écoles, les bureaux
administratifs)

Gêne engendrées par les poussières


- Risque de maladies respiratoires par Arrosages fréquents de la plateforme.
pollution de l’atmosphère ; Conseiller les habitants à fermer leurs volets.
- Etouffement des végétaux par des poussières
fins adhérents
- Atteinte à l’esthétique du paysage qui
devient rouge de poussières

 Perturbation de la circulation, entraînant


un prolongement du temps de parcours Bruits des engins au niveau des villes et grand Le conducteur de chantier doit donner des consignes
pour les voyageurs, et une insécurité villages (VINANINKARENA, MANANDONA, pour que les travaux se fassent de jours, de façon à ce
routière MANANDONA SAHANIVOTRY, que le sommeil des habitants soit respecté.
SAHANIVOTRY)

 Accidents pouvant subvenir aux ouvriers Annonce préalable des travaux et du planning de
Exécution des Travaux de terrassements et de réalisation par voie de presse et radios ;
remblais Organisation du travail en demi-chaussée
Mise en œuvre de la couche de base, du Mise en place de panneaux de signalisation
gravillonnage et de l’épandage de la couche de liant Formation préalable des ouvriers
Lors de travaux Equipement du chantier d’un dispensaire bien équipé en
produits pharmaceutiques ; prise en charge de l’élévation
éventuelle des ouvriers

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 168 Promotion 2010


Tableau 5-4:MESURES D’ATTENUATION (En zones cultivées ou végétalisées)
IMPACTS NEGATIFS CAUSES USUELLES MESURES D’ATTENUATION
IMPACTS SUR LES MILIEUX NATURELS
 Pollution des sols et des cours d’eau
environnants (toxiqué) qui pourrait nuire à plus
ou moins long terme : Entretien des camions et engins sur chantier Eviter de faire l’entretien des véhicules et engins sur chantier
- Aux cultures et végétation ; (épandage des huiles de vidange et de gasoil). (vidanges, lavage des pièces au gasoil). Tout doit se faire au
- Aux animaux de trait et aquatiques ; garage.
- A la population locale. L’utilisation d’un bac pour la récupération des huiles de
vidange et du gasoil doit être une règle.
 Piétinement du sol, durcissement du terrain Aménagement de toilettes en nombre suffisant.
suite aux mouvements des engins et Déviation temporaire/installation de chantier
voitures, abattage d’arbres et arbustes. Eviter de piétiner sur les terrains de culture qu’ils soient
cultivés ou non au cours de la période des travaux.
Contourner les bosquets et fourrés ; ne pas passer en travers.
Information préalable par affichage ou prospectus des
transporteurs et de la population locale sur l’endroit travaillé et
sur la durée probable de l’intervention au lieu dit.
Faire une bonne gestion calendaire de la mise en œuvre du
projet (éviter par exemple que les interventions s’effectuent en
période de récolte du riz).

EFFETS SUR LES CONDITIONS DE VIE DES S’informer préalablement de ces périodes d’activités et
POPULATIONS arranger le programme en fonction.
 Perturbation des activités paysannes Travaux des routes en général

Tableau 5.01: MESURES D’ATTENUATION (Impacts vis-à-vis des Travaux routiers en général)

IMPACTS NEGATIFS CAUSES USUELLES MESURES D’ATTENUATION


IMPACTS SUR LES MILIEUX NATURELS
 Pollution de l’environnement (carburants, huiles
de vidange, gaz d’échappement, défécation dans
la nature) :

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 169 Promotion 2010


- Atelier
Entretien des camions et engins sur chantier Eviter de faire l’entretien des véhicules et engins sur chantier
(vidanges, lavage des pièces au gasoil).
Tout doit se faire au garage.
L’utilisation d’un bac pour la récupération des huiles de
vidange et du gasoil doit être une règle.
- Base de vie Aménagement de toilettes en nombre suffisant.
Insuffisance d’organisation et de toilettes
 Destruction de l’esthétique du paysage Mise en œuvre des toilettes provisoires.

Accumulation de déblais mis en dépôts


Choix étudié des dépôts et compactage après aménagement.
Pour la remise en état des lieux si besoin est.
 Effondrements ou éboulements de la vallée où Récupérer les produits de décapage.
ils aboutissent (par érosion régressive)
provoquant à la longue la destruction de l’ouvrage Fossés divergents/fossés de garde/passages Ne pas hésiter à prolonger la partie terminale assez loin pour
implanté busés éviter un exutoire qui provoquerait une chute d’eau.
Autrement, continuation de l’exutoire par une descente d’eau
maçonnée, terminée en bas par un bassin qui reçoit les chutes
et dissipe les écoulements vers les voies naturelles
d’évacuation (rigoles, cours d’eau, dépression vallonnée).

 Effondrements en masse ou glissements de - Etablissement de fossé de garde en amont du talus (cf. :


terrain ou encore d’excavations provoquant mesures précédentes) même si ce dernier est réalisé en
ainsi la destruction du versant collinaire. Talutage et déblais en général bermes ;
- Végétalisation (vétiver ou reboisement) des zones de
ruissellement ;
- Stabilisation des embases du talus par des ouvrages
appropriés (perré, soutènement, gabion…) ;
- Construction de fossé de pied de talus.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 170 Promotion 2010


5.3 Conclusion

Pour conclure, le projet est évalué à Ariary 9 418 100 095,06. Mais
d’’après les calculs de la VAN et du TRI on peut dire qu’il est rentable et permet
la récupération l’Investissement initial dans 12ans 9mois 15Jours.
A la suite de l’Etude Environnementale du Projet, nous concluons que ce
dernier ne présente pas de contraintes environnementales majeures susceptibles
d’entraver sa mise en œuvre. En effet, l’application des mesures d’atténuations
permettra un bon déroulement du Projet durant ses différentes phases.
C’est ainsi que nous avons terminé les Etudes de la Réhabilitation de la
RNP7, entre Vinaninkarena et Antalavina.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 171 Promotion 2010


CONCLUSION GENERALE

Les Routes font partie du patrimoine national. Pour qu’une Nation puisse prospérer, il
faut que ses réseaux de communication notamment ses réseaux routiers soient performants et
répondent aux attentes légitimes de sa population.
Les dégradations entrainant l’impraticabilité de la plupart de nos routes proviennent, le
plus souvent de la négligence de l’Entretien périodique ainsi que l’Entretien Courant. La
RNP7 qui relie Vinaninkarena - Antalavina y fait partie.
Effectivement, il est incontestable que la Réhabilitation de la RNP 7 reliant le District
d’Antsirabe I et le District d’Antsirabe II résoudra des nombreux problèmes. Elle apportera
certainement un effet tangible sur l’Economie Régionale et même nationale :
- Ce Projet va promouvoir les échanges régionaux et nationaux ;
- La population des Régions, tant en milieu rural qu’en milieu urbain jouira d’une
condition de vie de qualité (santé, éducation, sécurité…) ;
- Les paysans ruraux bénéficieront des encadrements techniques adéquats afin
d’améliorer leurs productivités ;
- Les ressources locales seront appréciées à leur juste valeur ;
- Notre Environnement sera respecté, protégé et utilisé d’une manière rationnelle ;
- Ce tronçon de Route va permettre de mieux drainer les flux de transport entre les deux
Régions. Cela renforcera davantage l’unité nationale.
Par ailleurs, la formulation d’un tel Projet est le fruit d’amples discussions et résulte de
la participation des principaux intervenants dans le sous-secteur, les élus locaux, la population
de la zone du Projet et les organisations communautaires et non-gouvernementales.
L’approche participative menée tout au long des Etudes a permis de concevoir un Projet
répondant aux besoins des différentes couches sociales à partir de celles les plus défavorisées.
On rappel brièvement que la négligence de l’Entretien, l’absence des cadres
réglementaires et la mauvaise répartition des financements ont entrainé la dégradation de la
plupart de nos voies de communication. Les Infrastructures routières sont le reflet du
dynamisme d’une Nation. L’avenir de notre pays passera sans aucun doute par notre capacité
à réhabiliter et à entretenir nos Routes existantes.
On peut dire donc que l’apport du Projet concerne la lutte contre la pauvreté qui sévit
dans l’ile. En effet, une des causes de la pauvreté tient en grande partie des carences de
l’Infrastructure Routière. Ces derniers limitent l’accès de la population aux services sociaux

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 172 Promotion 2010


essentiels, aux produits de consommation de base et aux marchés sur lesquels elle pourrait
écouler ses produits.
Enfin, il ne faut pas oublier qu’une fois la Réhabilitation effectuée, un plan d’Entretien
de la Route se doit d’être mis en place.
Pour terminer, ce travail de mémoire de fin d’étude nous a permis d’approfondir les
études théoriques acquises pendant notre formation à l’ESPA et de donner des idées de la vie
professionnelle qui nous attend prochainement.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 173 Promotion 2010


BIBLIOGRAPHIES
I. COURS A L’ESPA
1. RABENATOANDRO Martin, Cours d’hydraulique routière et de géotechnique routière ;
2. RANDRIANTSIMBAZAFY Andrianirina, Cours de Route et de dimensionnement de
chaussée ;
3. RALAIARISON Moïse, Cours de technologie routière et d’Entretien routier ;
4. RASOLONJATOVO, Cours de mécanique des sols ;
5. RAVAOHARISOA Lalatiana et Pierre ANDRIANATENAINA, Cours de béton armée
6. RANDRIANASOLO David, Cours d’hydraulique Générale ;

II. REVUES ET PUBLICATIONS


1. GENIE CIVIL
 LNTPB, Dimensionnement des chaussées neuves à Madagascar.
Les chroniques du LNTPB, numéro spéciale « A », 1973,49 p
 BCEOM. Manuel d’exécution des petits ouvrages routiers à
Madagascar. Ministère de la coopération, 1975,248 p.
 CSTB. Règle BAEL 91 modifiés 99 Eyrolles, Paris, Février 2000 151p.
2. MANAGEMENT, ECONOMIE ET ENVIRONNEMENT
Monographie de la région de Vakinankaratra.

III. WEBOLOGIE
1. L’hydrologie : www.Hydram. Epti. ch./e. drologie.
2. Infrastructure et mobilité, exploitation routière et sécurité : www. Wallonie. Be.
3. Technique de l’Ingénieur : www. Technique- Ingénieur. Fr.
4. Guide et encyclopédie numérique de Madagascar : www. Madagascar. Vision. com.

IV. OUVRAGE IMPRIMES


1- GENIE CIVIL
 R.SAUTEREY et P.AUTRET, guide d’auscultation des chaussée souples, Edition
Eyrolles, Paris, 174p.
 MOUGIN Jean Pierre. Maitrise de BAEL 91 modifié 99 et DTU associés. Edition
Eyrolles, Paris, Février 2000, 287p
 VAN TUU Nguyen. Hydraulique Routière. Ministère de la coopération et du
Développement, 1981 ,339p.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 174 Promotion 2010


.

ANNEXES

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 175 Promotion 2010


ANNEXE 1 : Auscultations visuelles

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page 176 Promotion 2010


ETATS DES LIEUX ET PROPOSITION DE REMISE A L’ETAT

Sections PK Etats des lieux Propositions d’aménagement


homogènes Début Fin Plate-forme et chaussées Assainissements et
ouvrages Plate-forme et chaussées Assainissements et
ouvrages
SECTION 1 :
- du PK175+000 au PK185+000 (longueur = 10km ; largeur=6m) ;
- A.M.S : 1881, dernière intervention (Entretien Périodique : mise en œuvre d’un tapis d’usure) en 1994 ;
- un sol de plate-forme constitué de limon argileux ;
- structure de la chaussée : - CF en arènes basaltiques ;
- CB en tout venant 0/31.5, e= 15cm ;
- CR en EDC, e= 5cm.

I. 175+000 176+000
-section en double courbures de
grand rayon ;
-En profil mixte avec point bas à
gauche (rizière et champ).

 PK(175+000) à
(175+100) - balises renversées - reconstruction des Mise en œuvre de 6
-BK (175) à gauche ; - Fossé longitudinal couches de la balises et curage de
- structures de chaussée bétonné (FB), de section chaussée ; fossé.
complètement arrachée rectangulaire à droite - Peinture de la BK.
-Affaissement de la plate-forme.

 PK (175+100 à 175+200)
-PC : Fissures maillées prof. - Réfection localisée
(0.6*1.50) m2, (1.5*7) m2, (1*10) - CD: FB du corps de chaussée
m2 Curage de fossé
-CD : Fissures maillées prof.
(0.5*7) m2, (1*3) m2, fissures
longitudinales de 8m, groupe de
Fissures transversales (4x0.5) m

 PK (175+200 à 175+400) - depuis PK (175+250):


* fossé détruit et envahi

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page I Promotion 2010


par des herbes ; -enlèvement des buses
*buses (l=10m) cassées et et remplacement par
herbacées. des FM ou FB.
-PK (175+281) : - reconstruction de la
*en amont : puisard tête du fossé et le
endommagé, ensablé et puisard ;
Chaussée : rien à signaler herbacé ; _ - désensablement du
*buse transversale, φ puisard ;
80cm avec tête amont Remise à l’état des
endommagée; gabions (l=25m et h=
*en aval : dalot ensablé, 2m), Curage de dalot
exutoire vers la rizière
-CD : protection de talus
de déblai par des gabions
endommagés

 PK (175+400 à
175+500) - PK (175+400): dalot Réalisation de
_ Flache de (1.50*0.2) m2 d’assainissement (90*50) déflachage sur la partie
cm2 avec puisard, dalot et affaissée Enlèvement des terres
exutoire à l’état normal dans le fossé,
-CD : début FB Curage des dalots

 PK (175+500 à -fossé envahit par des


175+700) terres au long de 10m
-depuis PK (175+550):
Chaussée : rien à signaler gabions de protection de _ désherbage des dalots.
talus (L=20m ; H=2m) à
l’état normal

 PK (175+700 à -PK (175+615): Réfection localisée du Curage des buses et


175+800) 2 dalots de franchissement corps de chaussée enlèvement des terres
-début d’une rampe forte (300*400) cm2 avec dans le fossé (FT).
-Fissures transversales profondes exutoire en amont et en
(2x0.7) m2 aval, en BE
-PK175+650 : fin du FB
du CD

 PK (175+800 à

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page II Promotion 2010


176+000) PK (175+732) : fossé
-Fin de la rampe transversal en BE
-Chaussée : rien à signaler *en amont : puisard ;
*buse transversale, φ
80cm;
*en aval : exutoire vers la
rizière.

-PK175+873 : fossé
transversal en BE
*en amont : puisard ;
*buse transversale, φ
80cm;
*en aval : dalot et
exutoire vers la rizière.
- PK (175+900): FT
envahit par des terres
d’éboulement sur CG.
-CG : cunette de L=100m
-PK (176+000) :
*CD : fin FM, début FT.
176+000 178+200
-section droite ;
-En profil de remblai (village sur
les 2 côtés au long de 1.258km) ;
-Accotement : l =1.50m.
 PK (176+000 à 176+400)
-CG : *BK (176) ; -CG : FT Peinture de la BK, Implantation de
*panneau type B14(40) : -CD : FT mise en œuvre d’une panneau type A1
Entrée VINANINKARENA ; -PK (176+106) et couche mince de BB (virage),
-CD : dalle de passage (l= 4m, (176+285) : fossé sur l’accotement. réparation des
L=2m), accotement arraché transversal en BE saignées, curage et
(1*1.5) m2,(4*0.15) m2. *CG : puisard ; réparation de
*buse transversale, φ l’ouverture d’exutoire.
80cm;
*CD : dalot et exutoire
 PK (176+400 à avec ouverture
177+000) endommagée.
-CG : accotement arraché {(0.5*3), Mise en œuvre d’une
(1*5) , (1*15) , (1 *0.15) , (1 couche mince de BB Curage de l’ouvrage

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page III Promotion 2010


*3.50) , (1*4.50), (1 *0.8)} m2 - PK (176+732): fossé sur l’accotement, d’assainissement.
-CD : *accotement arraché (1 *0.1) transversal en BE réparation de la tête du
, (1 *1.50) , (1 *11) , (0.6 *0.5) *CD : puisard ; trottoir.
,(0.6*1) , (1 *0.2) , (0.5*0.5) , (1 *1 buse transversale, φ
*0.1), (1 *3.80)m2 ; 80cm;
*trottoir de 125m avec tête *CG : exutoire.
endommagée.
-2 dalles de passages ép =15cm,
(3x3) m2
-PK (176+550) : cd-croisement
Vers Mangarano, cg- croisement
vers Amparihinomby.

 PK (177+000 à 177+200)
-CG : BK (177) Peinture de la BK réparation des
- CG : FT saignées.
-Chaussée : rien à signaler -CD : FT
-saignées détruites
 PK (177+200 à
177+500) Colmatage et réfection
- Fissures maillées : -fossé plein de déchets ; localisée du corps de Nettoyage des fossés et
*prof : (2*0.5), -saignées détruites. chaussée. réparation des
(1.5*1.5),(3*1.5),(1.50*0.7),(1*2), saignées.
(1*6),(1*1) m2 ;
*peu. prof : (1*5), (1*2.5),
(0.5x0.5);(0.8*2),(0.6*2),(1*3)m2 .
-PK (177+285) : panneau type
B14a : sortie VINANINKARENA
-marquage au sol du PK (176+200)
au (176+400)
réfection localisée du
-saignées presque corps de chaussée avec
 PK (177+500 à 177+600) invisibles. une largeur de l’ordre réparation et mise en
-CD: épaufrures de 1 m -PK (177+503): ouvrage de 40 à50cm. œuvre des saignées,
de franchissement en BE : approfondissement des
*CD : mur en L en maç.; FT, reconstruction des
* buse transversale, φ têtes de l’ouvrage.
80cm avec têtes

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page IV Promotion 2010


endommagées;
*CG : mur en L en maç ;
-CD et CG : FT peu
profond, plein de terre réfection localisée du
(20m) et pas de saignées corps de chaussée.
Remplacement de la
 PK (177+600 à 177+800) -PK177+657: CD-fin FT buse.
-PK (177+600): croisement vers -PK (177+657): fossé
IBITY (passage fréquent des transversal en ME
camions), fissure maillée très prof. *CG : puisard en
(1.50x10) m2 ; maçonnerie; Réparation locale des
-marquage au sol. * buse transversale de zones fissurées (peu
φ80cm ; prof.), réfection
*CD : exutoire en
localisée du corps de
maçonnerie
 PK (177+800 à 178+000) chaussée, _
-CG :* épaufrures : (0.15*20) m2, Peinture de la BK.
(0.5*1.50) m2 ;
- CD : FT
* N.d.p : (0.2*0.5) m2,
(0.2*0.4) m2 ;
*fissures maillées peu prof.
de (0.4*0.9) m2.
-marquage au sol
Réparation des
saignées et curage des
 PK (178+000 à 178+200)
fossés.
-marquage au sol
-saignées détruites ;
-BK (178) à gauche
-CD : F.B et C.G: F.T ;
- Chaussée : rien à signaler
-fossés transversaux en
BE:
* PK (178+003) : buse de
φ80cm dont puisard sur
CG et exutoire sur CD;
*PK (178+143) : buse de
φ80cm dont puisard sur la
partie amont et aval.
178+200 178+300
-section en courbure de petit
rayon ;
-En profil de remblai ;
- Accotement : l =1.00m.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page V Promotion 2010


 PK (178+200 à 178+300)
-marquage au sol ; *PK (178+246): buse de
- Chaussée : rien à signaler. φ 100cm avec exutoire Curage des fossés et
dont ouverture _ réparation de
défectueuse en amont et l’ouverture d’exutoire.
aval.
178+300 178+900 -section droite ;
-En profil de remblai ;
-Accotement : l =1.00m.

 PK (178+300 à 178+400) -CD et CG : F.T presque -réparation local des approfondissement des
-fissures maillées peu prof : (60*4) invisible ; zones fissurées par FT et curage de celle
m2, (60*1.20) m2 ; - PK (178+377): fossé colmatage. transversal.
-marquage au sol. transversal en BE
*CG : puisard;
* buse transversale de φ
80cm;
*CD : puisard.
 PK (178+400 à Réparation des
178+900) - CG : FT saignées, de
- Chaussée : rien à signaler ; - saignées presque l’ouverture d’exutoire
- marquage au sol. invisibles ; et de têtes de
- fossés transversaux en l’ouvrage,
BE: approfondissement des
* PK (178+521) et FT et curage des fossés
(178+143) : buse de _ transversaux.
φ80cm dont puisard sur
CG et exutoire avec
ouverture endommagée
sur CD;
-ouvrage de
franchissement
*PK (178+840) : buse de
φ150cm avec des dalots
en maç. en état
défectueux sur la partie
amont et aval.
178+900 179+400 -section droite ;
-En profil mixte avec point bas à

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page VI Promotion 2010


gauche (savane).
 PK (178+900 à 179+400) -saignées détruites ;
- CG : BK (179) -2 descentes d’eau en BE; Peinture de la BK, Reconstruction des
- fissures maillées peu prof: -CG : panneau de Colmatage et réfection saignées, curage des
(80*3.50) m2 ; signalisation type A1 localisée du corps de fossés et mise en
- fissures maillées prof : (60*1.70) renversé; chaussée. œuvre
m2. -depuis PK (179+300), D’un panneau type A1.
CD : FM (fossé en maç.) ;
-fossés transversaux en
BE de φ80cm dont :
*au PK (178+923) et
(179+069) : puisard sur
CD et exutoire sur CG;
* au PK (179+232) et
(179+375) : puisards sur
les 2 côtés.
179+400 179+600 -section courbe de grand rayon ;
-En profil de remblai ;
-Accotement : l =1.00m.
 PK (179+400 à 179+600)
-épaufrures de 2m ; -CD: FT puis FM; Colmatage et réfection Reconstruction de la
- fissures maillées peu prof : - fossé transversal en BE: localisée du corps de tête aval de la buse et
(60*1.20) m2 ; (1*5) m2. * PK (179+542) : buse de chaussée. curage des fossés.
φ80cm, avec tête détruite
et dont puisard sur CD et
exutoire sur CG.
179+600 179+860
-section droite ;
-En profil de remblai ;
-Accotement : l =1.00m
 PK (179+600 à 179+700)
- fissures maillées prof : (50*50) -CG : FB de 120m et FT Réfection localisée du Peinture du panneau de
m2 ; pour le reste ; corps de chaussée. signalisation, curage
-CG : dalle de passage pour le -CG : panneau de des fossés et réparation
croisement vers la montagne signalisation en mauvais de l’ouverture
état (virage) ; d’exutoire ;
-PK (179+684) : buse de Implantation de 2
φ80cm dont puisard en panneaux type A1
amont et exutoire avec (virage).
ouverture endommagée en

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page VII Promotion 2010


 PK (179+700 à 179+860) aval.
-CD : dalle de passage pour le
180+300 181+600 croisement vers la forêt ; _
--section
Chaussée droite
: rien à; signaler. - PK (179+852): fossé Curage de fossé
-En profil de remblai ; transversal en BE
*CG : puisard;
-Accotement : l =1.00m
* buse transversale de φ
80cm;
 PK (180+300 à *CD: exutoire.
179+860 179+920 181+100)
-section courbe de petit rayon ;- CG: FT sauf au PK Peinture de la BK, Mise en œuvre de FT de
--En
CG : BK (181)
profil de remblai ; ; 180+360 au PK 180+400 réparation locale des 40m du PK (180+360),
--Accotement
fissures maillées
: l =1.00m. peu et PK 180+900 au PK zones fissurées par reconstruction de la tête
2
prof : (1*9) m ; 181+100 ; colmatage, réfection aval de la buse et curage
 PK
(1.50*8) m2(179+860
; (1.50*10) à 179+920)
- CD: FT sauf au PK localisée du corps des fossés.
m2 ;(179+900) : début d’une forte
-PK 180+450 au PK 180+500 ; de chaussée et mise
rampe ;
- fissures maillées prof : -
- PK (180+860): CD buse
: FT de en œuvre d’une Nettoyage de fossé.
-(1*1.50)
Chaussée m : rien
2 à signaler.
; (1*3) m ; 2
φ80cm, avec tête détruite couche mince de_ BB
179+920 180+300
(1*2) m2 ; et dont puisard sur CG et sur l’accotement.
- section droite ;
- Accotement
-En profil de déblai arraché exutoire sur CD.
(talus de h=7m
tout au long
sur les 2 côtés) ; de 250m ;
--Accotement
N.d.p : (20*20) m2 ;
: l =1.00m.
- duPKPK (180+550)
(179+920au à 180+300)
CGPK: (181+000)
BK (180) : faible -CD et CG: FB envahit
-PK
rampe(180+200)
; : fin de la rampe ; par des herbes et en état Implantation de
-Chaussée : rien à
- PK (181+150) : début signaler défectueux au long de panneau
Curage type A1
de fossé.
d’une pente forte. 55m ;
-PK (181+115) : buse de _ (virage), réparation et
φ80cm-PK dont puisard sur
(180+296): la
fossé désherbage des fossés
 PK (181+100 à partie transversal (buse: φ80cm)
amont et aval. _ longitudinaux, curage
en BE dont puisard en du fossé transversal
181+200) amont et en aval
-Chaussée : rien à Curage de fossé.
signaler -CD : FT sauf au PK
181+260 au PK 181+360 Réparation locale
(FB) ; des zones fissurées
-PK (181+366) : buse de par colmatage.
 PK (181+200 à φ80cm dont puisard sur la
181+600) partie amont et aval.
- PK (181+420) : fin de

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page VIII Promotion 2010


la pente.
- fissures maillées peu
prof : (60*2.50) m2 ;
(1.50*5.50) m2
- PK (181+500) au PK
(181+600) : rampe
faible.
181+600 181+900
- section droite ;
-En profil mixte avec
point bas à droite ;
- Accotement : l =1.00m.
 PK (181+600 à
181+900) -CD : FT Réparation locale Curage des fossés.
- fissures maillées peu - PK (181+625): fossé des zones fissurées
prof : (60*8) m2. transversal en BE par colmatage.
*CD : exutoire en maç;
* buse transversale de
φ80cm;
*CG : exutoire en maç.
181+900 182+300 -section droite ;
-En profil de remblai ;
-Accotement : l =1.00m.

 PK (181+900 à
182+300) -saignées détruites ; Peinture de la BK, Implantation de panneau
- CG : BK (182) ; -fossés herbacés. sablage de la surface type A1 (virage),
-Ressuage sur toute la représentant le réparation des saignées
surface. ressuage. et désherbage des fossés
182+300 182+550
-section en double
courbures de grand
rayon ;
-En profil de déblai
(talus de h=3m sur les 2
côtés)

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page IX Promotion 2010


-Accotement : l =1.00m
- CG et CD: FT _ _
 PK (182+300 à
182+550)
- Chaussée : rien à
signaler
182+550 184+000 -section droite ;
-En profil de remblai ;
-Accotement : l =1.00m
 PK (182+550 à
184+000)
- CG : 2 BK (183) et -FT : *CD : Peinture des BK et Implantation de 2
(184); du PK réparation locale des panneaux type A1
- fissures maillées peu (182+550)au(182+680) zones fissurées par (virage), nettoyage et
prof : (40*5.5) m2 ; du colmatage. curage des fossés
(1.20*2.60) m2 ; (4*12) PK(183+700)au(183+830) latéraux, réparation de
m2 ; (80*1.50) m2 ; *CG : l’ouverture d’exutoire et
(3.50*25) m2 du reconstruction de la tête
PK(182+550)au(182+850) amont de la buse détruite.
du
PK(183+150)au(183+230)

-FB :*CD :
Du
PK(182+950)au(183+250)
Du
PK(183+270)au(183+540)
*CG:
Du
PK(182+840)au(183+160)
Du
PK(183+240)au(183+550
Du
PK(183+680)au(184+000)
-4 buses d’assainissement
de φ 80cm dont 3,

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page X Promotion 2010


puisards en amont et
exutoire en aval et 1, on
a de puisard sur les 2
parties et une tête de buse
détruite;
-2 buses de
franchissement de φ 80cm
dont l’un exutoire à droite
et dalot, exutoire à
gauche, et l’autre on a
d’exutoire sur les 2 parties
avec de tête amont
défectueuse.

184+000 184+150
-section en double
courbures de petit
rayon ;
-En profil de déblai
(talus de h=4m sur les 2
côtés)
-Accotement : l =1.00m -FM sur les 2 côtés ; Curage de fossé.
 PK (184+400 à -buse d’assainissement en _
184+150) BE et dont puisard sur les
- Chaussée : rien à côtés amont et aval.
signaler

184+150 185+000
-section courbe de grand
rayon ;
-En profil de remblai ;
-Accotement : l =1.00m.

 PK (184+150 à -panneau de signalisation Peinture de la BK, Implantation de panneau

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page XI Promotion 2010


185+000) (pont) endommagée Réparation par type A3 (pont
- CG : BK (185). 1 buse d’assainissement colmatage de la Manandona)
- fissures maillées peu de φ 80cm dont puisards zone fissurée Curage de fossé et
prof presque sur toute la en amont et en aval, 1 réparation de l’ouverture
surface et des parties buse de franchissement de d’exutoire.
sont déjà remédiées par φ 80cm avec ouverture
de colmatage. d’exutoire détruite.

SECTION 2 :
- du PK185+000 au PK187+000 (longueur = 2km ; largeur=6m)
- A.M.S : 1881, dernière intervention (Entretien Périodique : renforcement de la chaussée) en 1994
- un sol de plate-forme en roche décomposée
- structure de la chaussée :-CB en tout venant 0/31.5, e=30cm ;
-CR en EDC, e= 5cm.
II. 185+000 185+400
-section droite ;
-En profil mixte avec
point bas à droite
(rizière) ;
-Accotement : l =1.00m
 PK (185+000 à Du PK (185+080)au Réparation de la Remplacement de ce pont
185+400) (185+160): zone par en pont à 2 voies car il ne
- fissures maillées peu -CD : FB colmatage. correspond plus au trafic
prof au long de 230m -CG : FT d’aujourd’hui.
Au PK (185+010) : pont de
Manandona en BA et en une
seule voie: poutres
indépendantes avec 4
travées, long = 57.30m,
largeur roulable= 3.15m,
largeur utile= 3.95, guides
roue endommagée.
185+400 185+460
-section courbe de petit
rayon ;

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page XII Promotion 2010


-En profil de
remblai (rizière sur les 2
côtés);
-Accotement : l =1.00m. buse de franchissement de φ Réparation par Curage de la buse.
 PK (185+400 à 80cm colmatage de la
185+460) zone fissurée
- fissures maillées peu
prof presque sur toute la
surface.
185+460 187+000 -section droite ;
-En profil de remblai ;
-Accotement : l =1.00m
 PK (185+460 à
186+000) -CG : FB
- CG : BK (186) ; 2 buses d’assainissement de Peinture de la BK Curage des fossés.
- Chaussée : rien à φ 80cm dont puisard à
signaler. gauche et exutoire à droite.

-CG : FB Réparation par Curage des fossés et


 PK (186+000 à -6 buses d’assainissement de colmatage de la réparation de l’ouverture
187+000) φ 80cm dont puisards en zone fissurée des exutoires.
- fissures maillées peu amont et exutoire en aval, 3
prof : (3.50*30.00) m2 buses de franchissement de φ
80 cm avec ouverture
d’exutoire détruite et 2 dalots
de franchissement :
(l=2.40m ;h= 2.00m),
(l=2.40m ;h= 2.60m)

SECTION 3:
- du PK187+000 au PK200+000 (longueur = 13km ; largeur=6m)
- A.M.S : 1881, dernière intervention (Entretien Périodique) en 1994 dont :

- du PK (189+000) au (194+000): mise en œuvre d’un tapis d’usure ;


-pour le reste, on a fait le renforcement de la chaussée.
- sol de plate-forme en argile limoneuse humide

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page XIII Promotion 2010


- structure de la chaussée : - CB en tout venant 0/31.5, e=20cm ;
- 2 CR en EDC, e= 5cm chacune.

III. 187+000 189+100 -section droite ;


-En profil de remblai ;
-Accotement : l =1.00m
 PK (187+000 à
188+500)
-rizière sur les 2 côtés; -11 buses d’assainissement Peinture des BK Curage des fossés,
- CG : *2 BK (187) et de φ 80cm dont 8 : puisards réparation de l’ouverture
(188) ; à gauche et exutoire à droite des exutoires,
*panneau type ,3 : dalots sur les 2 côtés ; reconstruction des têtes
B14(50) : Entrée -5 buses de franchissement de buses détruites et
MANANDONA au PK de φ 80 cm avec ouverture protection par des
188+000; d’exutoire détruite ; enrochements du
- Chaussée : rien à - 1 dalot de franchissement paraffouille nu.
signaler. de (l= 3.20m ; h= 3.20m)
dont parafouille aval nu.

-CG : FB dégradé ;
-plot tous les 2m à gauche ; Peinture de la BK
-3 buses d’assainissement de et réparation de la Réparation du fossé
 PK (188+500 à φ 80cm dont puisard à zone fissurée par longitudinal,
189+100) gauche et exutoire avec colmatage et Curage des fossés
-CD : village ouverture détruite à droite. réfection transversaux et
- CG : BK (189) ; localisée du corps réparation de l’ouverture
-N .d.p : (0.4*1.20) m2 ; de chaussé des exutoires.
(0.2*0.6) m2
- fissures maillées peu
prof presque sur toute la
surface.
189+100 189+250
-section courbe de petit
rayon ;
-En profil de remblai ;
-Accotement : l =1.50m

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page XIV Promotion 2010


à droite. -plot tous les 2m à gauche ;
 PK (189+100 à -CG : FB plein des déchets Curage des fossés.
189+250) - buse d’assainissement de φ
-village sur les 2 côtés; 80cm dont puisard à gauche _
-croisement vers l’hôtel et exutoire à droite.
de ville au PK
(189+120) ;
- Chaussée : rien à
signaler.

189+250 190+800 -section droite ;


-En profil de remblai ;
-Accotement : l =1.50m
à droite.
 PK (189+250 à -plot tous les 2m à gauche ; -CD : mise en - Curage des fossés,
189+750) -CG : FB presque bouchées ; œuvre d’un réparation de l’ouverture
-village sur les 2 côtés ; - 4 buses d’assainissement de accotement au des exutoires et la partie
- panneau type B14a: φ 80 cm dont puisards long de 30m : de fossé détruite.
Sortie MANANDONA ensablés ou bouchés à * - mise en œuvre d’une
au PK 189+705; gauche et exutoires avec remblayage de dalle de passage vers
-au PK (189+120) : ouvertures détruits ou 0.60m de h; l’EKAR FO MASIN’I
parking de 50m de long, bouchées à droite ; * une JESOA (L=6m, l1.20m)
largeur de la -1 dalot de franchissement couche mince de et réparation de celle
chaussée=10m ; bouché de (l= 5 m; h= BB ; défectueux ;
-dalles de passage 4m) avec ouvertures * maç. de
défectueux : d’exutoire détruite; moellon de
* 3 : L= 4m, l= 1.20m ; -CD : mur de soutènement 0.65m.
*1 : L= 8m, l= 1.20m ; (L=15m, H= 2m) - mise en œuvre
-épaufrures : (0.6*2) m2 ; d’une couche
(0.8*1.50) m2 ; mince de BB
-fissures maillées prof : pour les
(1.20*2) m2, (0.6*1.40) épaufrures ;
m2, (0.6*1.50) m2, 0.8*1) - réfection
m2; localisée du corps
- N.d.p : (0.6*0.4) m2, de chaussée ;
(0.6*1) m2, (0.6*1.50)
-peinture de la

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page XV Promotion 2010


m2, (0.8*1) m2, BK.
(0.1*0.15) m2 ;
- fissure longitudinale au
biais de 3m ; reconstruction de la tête
-fissures transversales : de buse,
2m, 1.20m, 2.50m. désensablement des
fossés.
 PK (189+750 à
190+400) - panneau type B14a en
- CG : BK (190) ; mauvais état ; -peinture du
- PK (189+750 à -pas de fossé longitudinal ; panneau ;
190+200) : -3 buses d’assainissement de
- Réparation par
*CD : canal logeant la φ 80 cm ensablées dont 1
chaussée; avec tête amont détruite, colmatage de la
*CG : rizière ; -4 buses de franchissement zone fissurée peu
-PK (190+200 à ensablées de φ 80 cm ; profonde et
190+300) -1 dalot de franchissement à rapiéçage pour
* CD : village ; double ouverture (l= 3m; h= les restes.
* CG : canal logeant la 3m) en BE.
chaussée
-PK (190+300à
190+400) : village sur
les 2 côtés ; Nettoyage des fossés
- fissures longitudinaux et
longitudinales : 3m, 8m, désensablement de celle
2x2.50m, 2m, 6x1.50m, transversaux, -
3.50m, 0.80m, 2x0.1m remplacement du
-fissures maillées prof : panneau de signalisation
(60*3.50) m2 ; (1.50*3)
m2 ;(3*80) m2,
(1.20*20.00) m2; - fissures
(3*1.50) m2, (2*20) m2 maillées peu prof
-fissures maillées peu réparées par de
prof : (1.20*3.50) m2,: colmatage ;
(50*1) m2
- fissures
-N.d.p : 2(10*15) m2
maillées prof

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page XVI Promotion 2010


 PK (190+400 à remédiées par le
190+800) rapiéçage
- PK (190+400 à - panneau type A1 (virage) local du corps de
190+600) : village sur endommagé ;
chaussée;
les 2 côtés ; -CG : 180m de FB ;
- PK (190+600 à -CD : 200m de FT ;
190+800) : village à - 3 buses d’assainissement
droite et rizière à de φ 80 cm ensablées dont 1
gauche ; avec tête aval détruite et
- fissures maillées peu puisard sur les 2 côtés;
prof au long de 190m de -1buse de franchissement
toute la surface et au ensablé de φ 80 cm
long de 130m sur la
moitié droite ;
- fissures maillées prof :
au long de10m de la
moitié gauche, (1.50*2)
m2 ; 2(1*2.50) m2,
(50*1.50) m2; (60*1.50)
m2,
-partie de la chaussée
traitée par de colmatage,
L= 40m.
-dalles de passage :
* 3 : L= 2.50m, l=
1.20m ;
*1 : L= 4m, l= 1.20m.

190+800 191+200
-section en double
courbures de grand
rayon ;
-En profil de remblai ;
-Accotement : l =1.50m
 PK (190+800 à -1 seule balise, renversée ; - Réparation par -mise en œuvre de 4
191+000) -30m de FB à gauche, 40m colmatage de la balises ;

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page XVII Promotion 2010


- CG : BK (191) ; de FT à droite ; zone fissurée peu -reconstruction des têtes
-1ère courbure limitée par -1 buse d’assainissement de profonde et de buse,
des villages sur les 2 φ 80 cm ensablées avec tête rapiéçage du curage des fossés
côtés ; aval détruite ; corps de chaussée transversaux.
-PK (190+800) : -1buse de franchissement pour les restes ;
croisement vers ensablé de φ 80 cm avec tête
Ambatofotsy ; amont détruite. -peinture de la
- fissures maillées peu BK.
prof sur l’axe de la
chaussée (1.50*50.00)
m2, (20*3.50) -Curage des buses,
m2 ;(60*2.50) m2 ; désensablement des
fissures maillées prof : -4buses d’assainissement de - Réparation par puisards, réparation de
(60*1.20) φ 80 cm ensablées, puisards colmatage de la l’ouverture des
m2 ;(1.50*2.50) ensablés ou bouchés à zone fissurée peu exutoires ;
m2 ;(50*2) m2. gauche et exutoires avec profonde et -mise en œuvre de 2
ouvertures détruits ou rapiéçage local balises
 PK (191+000 à bouchées à droite ; du corps de
191+200) -5 balises en mauvais état et chaussée pour les
-2ème courbure limitée 2 renversées. restes.
par des rizières sur les 2
côtés ;
- fissures maillées peu
prof sur toute la surface
au long de 50m, (1*2)
m2, (1*8) m2, (1*10) m2 ;
-CD : fissures maillées
prof : (60*1.20)
m2 ;(1.50*2.50)
m2 ;(50*2) m2 ;
- CG : fissures maillées
prof : (1*1.50)
m2 ;(1.20*20.00)
m2 ;(1*10) m2 ;
-N.d.p : 2(10*15) m2.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page XVIII Promotion 2010


191+200 191+350 -section droite ;
-En profil de
remblai (village sur les 2
côtés);
-Accotement : l =1.50m.
 PK (191+200 à -CD : FT ; Réfection Curage du dalot et
191+350) -1 dalot de franchissement localisée du corps réparation de l’ouverture
-fissures maillées prof (l= 0.80m; h= 0.80m) avec de chaussée et d’exutoire remplacement
sur la moitié gauche et ouverture d’exutoire du panneau de
fissures maillées peu endommagée ; signalisation.
prof à celle de droite. - panneau type A1 (virage)
en mauvais état.
191+350 191+450 -section droite ;
-En profil mixte avec
point bas à droite
(rizière).
 PK (191+350 à -CG : FT. Mise en œuvre Curage des buses
191+450) -2buses d’assainissement de d’une couche de et puisards, réparation de
Pelade sur toute la φ 80 cm dont puisards roulement. l’ouverture des exutoires.
surface bouchés à gauche et
exutoires avec ouvertures
détruites droite.
191+450 192+500 -section droite ;
-En profil de
remblai (rizière sur les 2
côtés);
-Accotement : l =1.00m -CG : FB du PK (192+000) - Réparation par Curage des buses
 PK (191+450 à au PK (192+200) ; colmatage de la et puisards, réparation de
192+500) -8buses d’assainissement de zone fissurée peu l’ouverture des exutoires
- CG : BK (192) ; φ 80 cm ensablées dont 2 profonde et et les têtes d’ouvrage
-fissures maillées avec têtes amont détruites, réfection du endommagées ;
prof (1*1.50) m2 et puisards ensablés ou bouchés corps de chaussée mise en œuvre de
fissures maillées peu à gauche et exutoires avec pour le reste. panneau type A1 ;
prof sur toute la surface ouvertures détruits ou -peinture de la
au long de 500m; bouchées à droite ; BK.
-1 buse d’assainissement à

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page XIX Promotion 2010


double ouvertures de φ 100
cm, ensablée ;
-2buses de franchissement
ensablé de φ 80 cm ;
-1buse de franchissement de
φ 200 cm avec des dalots en
maçonnerie en amont et en
aval ;
-2 dalots de franchissement
(l= 2.40m; h= 2.20m) et
(l=0.80 m; h= 0.80m) ;
-absence de panneau type
A1 (virage) au PK
(192+250).

192+500 192+700
-section courbe de grand
rayon ;
-En profil de
remblai (rizière sur les 2
côtés);
-Accotement : l =1.00m.
-CG : FB ; - Réparation par Curage de la buse et
 PK (192+500 à -1buse de franchissement de colmatage de la redimensionnement du
192+700) φ 150 cm avec des dalots en zone. dalot,
- fissures maillées peu maçonnerie en amont et en mise en œuvre de 8
prof sur toute la surface ; aval ; balises.
-1dalot d’assainissement
l=0.80 m; h= 0.80m) sous
dimensionné ;
-absence des balises.
192+700 195+400
-section droite ;
-En profil mixte avec
point bas à droite ;
-Accotement : l =1.50m

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page XX Promotion 2010


 PK (192+700 à
193+400) -CG : FB très dégradés et - Réparation par mise en œuvre de
-CG : champ; envahit par d’éboulis, cunette colmatage de la panneau type A1,
- CG : BK (193); tout au long de 150m zone fissurée, Implantation de panneau
- fissures maillées peu bombée séparant la chaussée réfection type A3, curage des
prof presque sur toute la et l’accotement ; localisée du corps ouvrages
surface ; -saignées bombées tous les de chaussée ; d’assainissement,
-bourrelet (1.50*3) m2 20m ; -peinture de la reconstruction des fossés
-1dalot d’assainissement BK. latéraux, de la cunette et
l=1.50 m; h= 1m) ; des saignées ;
-3buses d’assainissement de remplacement du pont
φ 100 cm et 2buses de φ 80 existant en pont à 2
cm, ensablées ; voies ;
-1 buse d’assainissement à - Remise à l’état des
double ouvertures de φ 80 gabions ;
cm, ensablée - réparation de la
- Au PK (193+440) : pont descente d’eau.
d’Ankoka en BA et en une
seule voie, pont a poutres en
arc et a 1 travée, long =
28.50m, largeur roulable=
3.30m, largeur utile= 3.90m,
guides roue endommagée,
muni de dalles de transition
suivi des cunettes de 10m et
puis déversoir d’eau (vers la
rizière) à droite ;
-panneau type A1 (virage)
en mauvais état ;
- panneau de signalisation en
mauvais état (pont) ;
- protection de talus de
déblai par des gabions
endommagés ; Mise en œuvre d’une
-3 descentes d’eau dont dalle de
1détruite. passage (L=4m,l=1.20m);

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page XXI Promotion 2010


curage des ouvrages
 PK (193+400 à d’assainissement et
193+800) fossé, mise en œuvre
-CG : village; -CG : 40m de FB presque - Réparation par d’un mur de soutènement
- fissures maillées peu invisible (bouché) ; colmatage de la de L= 60m et h=4m,
prof sur la moitié droite -talus en éboulement ; zone fissurée. redimensionnement de la
de la chaussée ; -3buses d’assainissement de descente d’eau.
φ 80cm avec puisard et dalot
bouchés en amont et exutoire
en aval et 1 descente d’eau
en BE ;
-2 dalots d’assainissement
(l=0.80 m; h= 0.80m) tous
bouchés ;
-1 dalot de franchissement a Remise à l’état des
double ouvertures bouchées gabions, réparation des
(l=3 m; h= 3.50m); fossés, curage des
-1 descente d’eau sous ouvrages et
dimensionnée. remplacement du
panneau type A1.

 PK (193+800 à - protection de talus de


195+400) déblai par des gabions de - mise en œuvre
-CG : BK (194) 60m dont 10m endommagé ; de deux BK (194
endommagée et manque -CG : 40m de FM détruite, et 195) ;
de BK (195) ; 600m de FB et 680m de FT ; - Réparation par
-arrachement de la -18buses d’assainissement colmatage de la
couche de roulement : de φ 80cm avec puisard et zone fissurée peu
(1.50*2) m2, (1.20*1.20) dalot bouchés en amont et profonde et
m2, (1.20*1.50) m2, exutoire en aval et 1 dalot réfection
(0.8*1.20) m2, (0.2*0.5) d’assainissement (l=1.50 m; localisée du corps
m2, (1*0.1) m2, h= 0.80m) ensablé ; de chaussée pour
- fissure longitudinale -2dalots de franchissement a les restes
profonde au biais de double ouvertures bouchées
15m ; (l=3 m; h= 3 m) et 1dalot de
- N.d.p : (0.6*2.50) m2 ;

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page XXII Promotion 2010


- fissures maillées peu franchissement (l= 2.40m;
prof presque sur toute la h= 2m) ;
surface ; -2 descentes d’eau en BE.
-une partie de la -panneau type A1 (virage)
chaussée déjà remédiée ; en mauvais état.

195+400 195+600 -section courbe de grand


rayon ;
-En profil mixte avec
point bas à droite
(village) ;
-Accotement : l =1.50m

 PK (195+400 à
195+600) -1 descente d’eau dégradée ; réfection Réparation de la descente
CR de la moitié droite -CG : FB et FT en droite ; localisée du corps d’eau, débouchage du
totalement détruite tout -1buse d’assainissement de de chaussée. puisard et curage de la
au long de 30m, fissures φ 80cm avec puisard bouché buse.
maillées peu prof sur en amont.
toute le reste de la
surface.

195+600 196+150 -section droite ;


-En profil mixte avec
point bas à droite
(champ et rizière) ;
-Accotement : l =1.00m
 PK (195+600 à
196+150) -panneau type A1 (virage) - Réparation par remplacement du
-CG : BK (196) ; en mauvais état, colmatage de la panneau type A1,
- fissure transversale au -CG : 10m de FT défectueuse zone, réfection réparation des fossés et
biais de 2.50m et fissures et 2 descentes d’eau en BE, localisée du corps curage des buses.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page XXIII Promotion 2010


maillées peu prof -3buses d’assainissement de de chaussée ;
presque sur toute la φ 80cm avec puisard en -peinture de la
surface. amont et 1buse de BK.
franchissement de φ 200
cm avec des dalots en
maçonnerie en amont et en
aval .
196+150 196+300
-section courbe de grand
rayon ;
-En profil mixte avec
point bas à droite
(rizière) ;
-Accotement : l =1.00m
 PK (196+150 à -CG : FT puis de FM. _ Curage des fossés.
196+300)
-dalle de passage vers
HYDELEC Madagascar
à gauche ;
-Chaussée : rien à
signaler.
196+300 196+400 -section droite ;
-En profil mixte avec
point bas à droite
(rizière) ;
-Accotement : l =1.00m

 PK (196+300 à - manque de panneau de -réfection -Mise en œuvre de


196+400) signalisation (pont) type A3; localisée du corps panneau de signalisation
-fissures maillées un décent d’eau en BE ; de chaussée type A3, curage de fossé,
prof (0.2*0.3) m2, -CG : FT protection des talus par
(0.6*1) m2, talus muni des gabions.
des redans
196+400 196+500 -section droite ;
-En profil de déblai
- Accotement : l =1.00m

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page XXIV Promotion 2010


 PK (196+400 à
196+500) -2 descentes d’eau en BE -Curage des fossés, mise
-chaussée : rien à -CG : FB en œuvre des redans sur
signaler -1 buse d’assainissement de les 2 talus ;
φ 80cm avec puisard en -remplacement du pont
amont existant en pont à 2 voies
-PK (196+500) : pont _
Sahanivotry à poutre en arc
et en BA à une seule voie,
avec 4 travées
long = 48.20m, largeur
roulable= 3.30m, largeur
utile= 3.90, guides roue
endommagée, les 2 culées
endommagés, 2 dalles de
transition plein de fissures
maillées profondes, 2 balises
renversées à l’entrée du pont
et un déversoir vers la rivière
196+500 196+800 -section droite ;
-En profil de remblai
- Accotement : l =1.00m
 PK (196+600 à
196+800) -CD : 24m de FB -réfection -curage des fossés et
-N.D.P : (1*1.20) m2, -2 buses d’assainissement de localisée du corps réparation de la tête
(1*0.40) m2 (0.15*0.15) φ 80cm avec tête amont de chaussée amont de la buse
m2 ; détruite
- fissures maillées
prof (1.20*50) m2 ;
-fissure longitudinale au
biais de 1.20m ;
-épaufrure : (3.50*40)
m2
-2 dalles de passage : L=
3m, l= 1.20m.
196+800 197+300 -section droite ;

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page XXV Promotion 2010


-En profil mixte avec
point bas à droite
- Accotement : l =1.50m
 PK (196+800 à
197+100) -2 descentes d’eau en BE -Réparation par -réparation des fossés et
-CG : * BK (197) ; - CG : 100m de FB colmatage de la la tête de buse, curage
*panneau type endommagé zone fissurée peu des buses, peinture du
B14(60) : Entrée - CD : FT profonde et panneau de signalisation ;
SAHANIVOTRY au PK - panneau de signalisation de réfection -au PK (197+020) : mise
(196+850) ; type A3 en mauvaise état localisée du corps en œuvre d’une descente
-CD : village -5 buses d’assainissement de de chaussée ; d’eau
- fissures maillées peu φ 80cm dont une tête amont
prof (0.2*2.50) m2, détruite, 1 buse de
2x(0.4*0.6) m2 franchissement de φ 80cm et
-groupe de fissures 1 buse de franchissement en
transversales maçonnerie de φ 200cm
-N.d.p : (0.4*0.6) m2 - du PK (197+200) au
-dalle de passage : L= PK (197+260): mise en
1.50m, l= 1 m ; œuvre des gabions de
-CG : fossé bouché, 1 protection L=60m
 PK (197+100 à descente d’eau ; H=1.20m ;
197+300) -mur de soutènement de L = - au PK (197+250) : mise
-CD : champ 8m et de hauteur de 4m au en œuvre d’une descente
-chaussé : rien à signaler PK (197+260). d’eau, curage des fossés.

197+300 197+700 -section droite ;


-En profil de
remblai (villages sur les
2 côtés)
-Accotement : l =1.00m
 PK (197+300 à -4 descentes d’eau dont une -au PK (197+580) : mise
197+700) bouchée en œuvre d’une descente
-PK (197+650) : -CD : FB dégradé au long de d’eau ;
panneau type 14Ba : 100m et bouché au long de -réparation des fossés,
Sortie SAHANIVOTRY 120m curage des buses et
- 3 dalles de passage: L= -CG : 50 m de FT désensablement des

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page XXVI Promotion 2010


4m, l=1.20m ; -2 buses d’assainissement de - puisards.
-chaussée : rien à φ 80cm en BE et un dalot au PK (197+620) : mise
signaler d’assainissement (l=80cm, en œuvre d’une dalle de
h=50cm) dont puisards en passage L=4m, l=1.20m
sablés en amont;
-1buse de franchissement de
φ 100cm.
197+700 198+150 -section droite ;
-En profil mixte avec
point bas à droite
- Accotement : l =1.00m.

 PK (197+700 à -mise en œuvre de dalle


197+950) -CG : FB plein de débris de de passage au PK
briques au long de 50m (197+940) de L=4m et
-une descente d’eau en BE l=1.20m
-3buses d’assainissement de -purge des fossés, curage
φ 80cm avec puisards des buses et puisards.
-chaussée : rien à bouchés en amont, 1buse
signaler d’assainissement φ 150
cm avec des dalots en
maçonnerie en amont et en
aval.
-réfection
 PK (197+950à localisée de corps -protection des talus par
198+100) -CG : FB, de chaussée. des gabions de h=2.5m ;
-CG : BK (198) ; -1 buse d’assainissement de -mise en œuvre des
-N.d.p : (0.6*1.20) m2 φ 80cm avec puisards fossés de 20m à gauche
bouchés en amont et un -curage des buses et
dalot d’assainissement désensablement des
(l=80cm, h=50cm) dont puisards ;
puisards en sablés en amont; -peinture du panneau
-1buse de franchissement de type A1,
φ 200cm avec des exutoires
en maçonnerie en amont et
en aval

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page XXVII Promotion 2010


-panneau type A1 (virage)
en mauvais état,
-glissement des talus au long
de 40m.
198+150 198+300 -section courbe ;
- En profil mixte avec
point bas à droite
-Accotement : l =1.00m
 PK (198+150 à
198+300) -CG : FB -réfection -Réparation de la
-groupe des fissures - 1 descente d’eau dégradée ; localisée de corps descente d’eau, curage
longitudinales, fissures -1 buse d’assainissement de de chaussée. des buses, mise en œuvre
maillées prof : (1*1.20) φ 80cm ; de canal venant de la
m2, (2*5) m2, fissures -1buse de franchissement de descente d’eau vers le
maillées peu prof : (1*2) φ 80cm ; puisard de L=3.5m.
m2 -existence des 6 balises.
198+300 198+500 -section droite ;
198+900 199+000 - En profil mixte avec
point bas à droite
-Accotement : l =1.00m
 PK (198+300 à
198+500)
Et au PK (198+900 à - panneau type A1 (virage) - réfection -peinture du panneau
199+000) en mauvais état, localisée de corps type A1,
-CD : rizière - 1 descente d’eau très de chaussée et -remplacement de la
-absence des saignées ; dégradée ; mise en œuvre descente d’eau ;
-éboulement des talus au -2 buses d’assainissement de des saignées. - curage des buses et
φ 80cm avec puisards puisards.
PK (198+305) et au PK
bouchés en amont
(198+970), dégradation -3dalots d’assainissement
des gabions de (l=80cm, h=50cm) dont
protection au long de puisards ensablés en amont ;
4m ; -N.d.p :
(60*1.20) m2, (70*1.60)
m2, (20*30) m2, (1*1)
m2 ; -

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page XXVIII Promotion 2010


groupe des fissures
transversales ;
-fissures maillées
profondes: (2*2.50) m2,
(4*5) m2, (2.50*10.00)
m2 ,(1.50*3) m2
(1.20*10.00) m2 , (2*20)
m2 , (2*2) m2 , (3*10) m2
, (2.5*8) m2 ; -
fissures maillées peu
profondes: (60*2.20) m2,
(1.20*24.00) m2 ,(20
*10.00) m2.

198+500 198+900 -section droite ;


199+000 200+000 -En profil de remblai;
-Accotement : l =1.00m.
 PK (198+500 à
198+900) -CG : FB - réfection Curage des buses et
CD : village, CG : -2buses d’assainissement de localisée de corps fossé.
champ φ 80cm et 1 buse de φ de chaussée et
- absence des saignées à 100cm en BE ; mise en œuvre
droite; -1buse d’assainissement de φ des saignées.
-chaussée : rien à 400cm avec des dalots en
signaler maçonnerie en amont et en
-dalle de passage : (L= aval.
4m, l= 1.20 m), (L= 6m, Démolition de la -remplacement du
l= 1.20 m). chaussée panneau de signalisation
existante et type A3
 PK (199+000 à reconstruction de -remplacement du
200+000) la structure de la ponceau existant en 2
-CG : BK (199) ; - panneaux de signalisation chaussée et mise voies ;
- CD et CG : rizières et en endommagés (ponceau) en œuvre des -désherbages des fossés
puis des villages ; au membranes et puisards, curage des
- accotement droite PK (199+180) et au PK géotextiles anti- buses et reconstruction

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page XXIX Promotion 2010


affaissé au long de 20m ; (199+320) ; fissuration entre des puisards détruits ;
-peau de crocodile - CG : FB herbacé ; CB et CR, -au PK (199+550) et PK
presque sur toute la -9 buses d’assainissement de réparation et mise (199+900) : mise en
surface au long de 60m ; φ 80cm et 1 a double en œuvre des œuvre de descente d’eau.
-N.d.p : (30*30) m2, ouverture, avec puisards saignées.
(50*10) m2, (1*2.20) m2, bouchés et envahis par des
(3*2.50) m2 ; herbes en amont dont 2
(10.00*2.50) m2, totalement détruits ;
(4*1.20) m2 ; (2.50*1.20) -3dalots d’assainissement
m2, (2*1.20) m2 , (l=80cm, h=50cm) dont
(1.10*1.50) m2 ,(60*60) puisards herbacés en amont ;
m2 -au PK (199+233) : pont
- saignées insuffisantes d’Ambalabe à poutre
et dégradées ; multiples et en BA, à une
-2 balises renversées. seule voie et 1 seule travée
long = 8.80, largeur
roulable= 4.90m, largeur
utile= 5.30m, tablier très
dégradés.
SECTION 4:
- du PK200+000au PK201+000 (longueur = 1km ; largeur=6m)
- A.M.S : 1881, dernière intervention (Entretien Périodique) en 1994 : renforcement de la chaussée.
- un sol de plate-forme en sable limoneux légèrement humide
- structure de la chaussée :
-CF en lit de bloc de quartzite
-CB en tout venant 0/31.5, e=15cm ;
- CR en BB, e= 5cm.
IV. 200+000 200+050 -section droite ;
200+500 200+600 -En profil de remblai;
200+800 200+900 -Accotement : l =1.00m.
 PK (200+000 à
200+050) - fossés obstrués par reconstruction de Nettoyage et désherbage
et PK (200+500 à l’éboulis, herbacés et la chaussée. des fossés,
200+600) rizière sur les absence de fossé au PK Peinture du panneau et
2 côtés ; (200+500) au PK (200+600) curage de la buse,
-CG : BK (200) ; - panneau type A1 (virage) réparation des saignées.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page XXX Promotion 2010


-peau de crocodile sur en mauvais état ;
toute la surface, -2buses d’assainissement de
- du PK (200+500) au φ 80cm avec puisards
PK (200+600) : bouchés et envahis par des
arrachement de CR et herbes en amont.
même la CB.
- saignées dégradées.

 PK (200+800 à
200+900) -CG : 20m de FT ; -reconstruction curage des buses et
-peau de crocodile sur -1buse d’assainissement de φ de la chaussée et puisard.
toute la surface, 100cm avec puisards protection du CG
-remblai gauche de la bouchés et tête endommagée, du remblai de la
chaussée en contact avec et 1buse d’assainissement φ chaussée par des
l’eau de la rizière 200 cm à tête amont géotextiles
endommagée et avec des anticapillaire puis
dalots en maçonnerie en des blocs de
amont et en aval. roche de 30kg et
50kg.

200+050 200+300 -section en double


courbure de grand
rayon ;
-En profil de mixte avec
point bas à droite
(champ);
-Accotement : l =1.00m.

 PK (200+050 à
200+300)
-épaufrures (1*80.00) - CG : FB herbacé ; reconstruction de -PK (200+120) : mise en
m2 ; -2buse d’assainissement de φ toutes les œuvre de descente
- arrachement de la CR 80cm de φ 100cm avec couches de la d’eau ;
et la CB : (6*10.00) m2, puisards herbacés en amont. chaussée. -mise en œuvre de 5
(2.5*1) m2, (4*3) m2 ; balises ;

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page XXXI Promotion 2010


-N.d.p : (2.50*1.60) m2, - désherbage des puisards
(1.20*1.50) m2, et curage des buses.
(1.80*2.20) m2, (3*4)
m2 ; (3*1.50) m2,
(2.50*1) m2 ; (4*3) m2,
-peau de crocodile sur
toute la surface au log de
3m.

200+300 200+500
-section droite ;
-En profil de déblai;
-Accotement : l =1.00m

 PK (200+300à
200+500) - CG : FB herbacé et obstrué reconstruction de Mise en œuvre de
-épaufrures (1.50*20.00) par d’éboulis ; toutes les panneau type A1, curage
m2 ; -CD : FT obstrué par couches de la des fossés et buse et
-peau de crocodile sur d’éboulis ; chaussée. puisard.
toute la surface au log de -2 descentes d’eau en BE,
180m ; -1dalot d’assainissement
-N.d.p : (1.50*1) m2, (l=3.40cm, h=2.80cm) dont
(3*1.50) m2, (80*80) m2, puisards ensablés en amont.
2(20*20) m2 ; 7(10*20)
m2, (8*1) m2 ; (50*2)
m2,
- arrachement de
matériau de la chaussée
au long de 15m de la
moitié gauche.
200+600 200+800
200+900 201+000 -section droite ;
-En profil de mixte avec
point bas à
droite (rizière);

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page XXXII Promotion 2010


-Accotement : l =1.00m.

 PK (200+600 à -talus en éboulement au long reconstruction de Protection du talus


200+700) de 50m au PK (200+650); toutes les (L=80m, h1=3m, h2=8m)
et PK (200+900 à - CG : FB dont 100m couches de la par des gabions L= 80m
201+000) herbacées et détruites; chaussée. et h= 1.20m au PK
- peau de crocodile sur -3buses d’assainissement de (200+650), curage des
toute la surface ; φ 80cm avec puisards buses et puisard,
bouchés en amont. réparation des fossés
détruites et mise en
œuvre de buse
d’assainissement au PK
(200+950).
 PK (200+700 à - CG : FB plein de déchets ;
200+800) reconstruction de
- peau de crocodile sur toutes les Nettoyage de fossé.
toute la surface ; couches de la
-épaufrures : (80*10.00) chaussée.
m2, (30*30.00) m2,
- N.d.p : (2*3) m2,
(60*60) m2, (2*1.20) m2,
(2.50*1.50) m2 ; (2.50*2)
m2, 2(20*20) m2 ;
(80*80) m2,
- flache de (60*3) m2 sur
la rive gauche.

SECTION 5:
- du PK201+000au PK202+000 (longueur = 1km ; largeur=6m)
- A.M.S : 1881, dernière intervention (Entretien Périodique) en 1994 : renforcement de la chaussée
- un sol de plate-forme en sable limoneux légèrement micacé humide
- structure de la chaussée :
-CF en lit de bloc de quartzite
-CB en tout venant 0/31.5, e=15cm ;
- CR en BB, e= 5cm.
V. 201+000 201+150 -section courbe ;

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page XXXIII Promotion 2010


- En profil mixte avec
point bas à droite
-Accotement : l =1.00m

 PK (201+000 à
201+150) -manque des balises ; reconstruction de Mise en œuvre des
Zone gravement détruite. -CG : FB ; toutes les balises, curage des buses,
-3buses d’assainissement de couches de la puisards et fossé,
φ 80cm avec puisards chaussée reconstruction des têtes
bouchés et des têtes amont des buses.
endommagées en amont.
201+150 202+000 -section droite ;
-En profil de mixte avec
point bas à
droite (rizière);
-Accotement : l =1.00m.
 PK (201+150 à -CG : Du PK (201+150) au reconstruction de -au PK (201+150) et au
202+000) PK (201+220) et du PK toutes les PK (201+450) : mise en
- peau de crocodile et (201+280) au PK (201+650), couches de la œuvre de descente d’eau,
arrachement des FB envahit par des herbes ; chaussée rallongement de 10m
matériaux constitutifs de -2 descentes d’eau en BE ; d’exutoire au PK
la chaussée presque sur -4buses d’assainissement de (201+380), curage des
toute la surface. φ 80cm avec puisards buses, puisards et fossé,
bouchés et des têtes reconstruction des têtes
endommagées en amont et 1 amont des buses.
buse de φ 80cm à double
ouverture ensablée.

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page XXXIV Promotion 2010


ANNEXE 2: Résultats des essais de
laboratoire

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page XXXV Promotion 2010


RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page XXXVI Promotion 2010
RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page XXXVII Promotion 2010
RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page XXXVIII Promotion 2010
RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page XXXIX Promotion 2010
RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page XL Promotion 2010
ANNEXE 3 : dimensionnement de la
chaussée

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page XLI Promotion 2010


1. METHODE LNTPB
Tableau n°1: Coefficient correcteur α
Taux de croissance annuel du trafic [%] Coefficient correcteur α
6 0,73
8 0,83
10 1,00
12 1,17
15 1,50
Source : Cours de route

Tableau n°2: Coefficient correcteur β


Durée de vie (ans) Coefficient correcteur β
8 0,36
10 0,50
15 1,00
20 1,8
Source : Cours de route

Tableau n°3 : Valeurs du module d’élasticité et du coefficient d’équivalence


Couche Nature de la couche Module d’élasticité Coefficient
« E » (MPa) D’équivalence « a »
Couche de revêtement Enduit superficielle 1
Enrobé mince 2500 1
Enrobé épaisse 2
Couche de base Grave bitume 2
Sol chaux 500-1500 1,5
Sol bitumé 500-1500 1,5
GCNT 300-500 1
TV 300-500 0,8 à 0,9
Couche de fondation CBR 200 0,75
30 150-200 0,7
20 100-150 0,6
Couche de forme 15 75-100 0,5
CBR 50 0,4
Source : Cours de route
Tableau n°4 : Epaisseur minimales de CR et CB
Couche Trafic lourd CBR de la CF Epaisseur Observation
« TL » minimal [cm]
Roulement 1 Monocouche
10-20 2 Bicouche
50 3 Enrobé dense
10 20 à 30 15
Base ≥30 12
10-20 20 à 30 20
≥30 15
50 20 à 30 25
≥30 20
Source : Cours de route

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page XLII Promotion 2010


2. METHODE LCPC

Tableau n°5: valeur de K en fonction du résultat du comptage de trafic


Type de résultats obtenus Valeurs de k
Nombre de PL de CU> 5t (par jour et par sens) 1
Nombre d’essieux de charge> 9t (par jour et par sens) 1
Nombre de poids lourds de poids total autorisé >3,5t (par jour et par sens)
0.8
Nombre total des véhicules (par jour et par sens) >1000 0.10
500-1000 0.07
< 500 0.05
Source : cours de route

Tableau n°7 : Valeurs du facteur de cumul C

Durée de service
Taux de croissance
(ans) 5 10 15 20 25
annuel (%)
0 1,8 3,6 5,4 7,2 9,0
4 2,0 4,4 7,3 10,9 15,2
7 2,1 5,0 9,2 15,0 23,1
10 2,3 5,8 11,6 20,9 35,9
Source : Cours de route

Tableau n°8: coefficient d’agressivité selon le trafic et le type de chaussée


CAM 0.4 0.5 0.7 0.8
Chaussée à
Classe T5 T4 T3- T3+
faible trafic

CAM 0.8 1 1.3


Couches chaussées bitumineuses
hydrocarbonées de d’épaisseur supérieure à
structures mixtes et 20cm
inverses ------------------------ Couches de
Chaussée à ----------------------- matériaux traités
trafic moyen Couches aux liants
et fort hydrocarbonées Couches non liées et sol hydrauliques et en
d’épaisseur au plus support béton de ciment
égale à 20cmdes
chaussées
bitumineuses
Source : GUIDE TECHNIQUE de la conception et dimensionnement des
structures de chaussée

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page XLIII Promotion 2010


Tableau n°9: Echelle de portance de la plateforme

Portance CBR Caractéristiques

Sols peu déformable : incompatibles et non circulable


0
Sols fins argileux saturés et à faible densité sèche en place

1 3à6 Sols déformable :


Classe A, B, ou C à teneur en eau élevée, réglage difficile
2 6 à 10 (matelassage) Sensible à l’eau d’où la distinction entre 1 et2.

Sols peu déformables : sols fins ou grenus à forte proportions de fines


3 10 à 20
(A, B, C) de teneur en eau moyenne ou faible.

4 Sols très peu déformable : insensibles à l’eau (classe D surtout)

Source : Cours de route


Les caractéristiques des classes de sols cités ci-dessus seront données dans le tableau
suivant :

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page XLIV Promotion 2010


Tableau n°10 : tableau synoptique de classification des sols
Dmax ≤ 50mm
Passant à 80μm
12 25 40 IP

100% A1 A2 A3 A4

B5 B6 Passant à 2mm
35%
D1 B1 B2 100%
12% D2 B3 B4
70%
0
0%

0 0.1 0.2 1.5 2.5 6 8


VBS
Dmax > 50mm

Passant à 80μm

C1 ou C2
12%
C1 : matériaux roulés et matériaux anguleux peu charpentes
(0/50 > 60 à 80%)
0% D3 C2 : matériaux anguleux très charpentes (0/50 ≤ 60 à 80%)
0

0.1 VBS

Source : GUIDE TECHNIQUE de la conception et dimensionnement des structures de


chaussée

Tableau n°11: Classe de l’ancienne structure Cj


Déflexion
caractéristique 0 à 50 50 à 75 75 à 100 100 à 150 150 à 200 200à 300
[1/100mm]

classe C1 C2 C3 C4 C5 C6
Source : Cours de route

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page XLV Promotion 2010


Tableau n°12:Choix des épaisseurs de la CR en BB et de la CB en GB
Cj C2 C3 C4 C5
Ti C1 e1 e2 e3 e1 e2 e3 e1 e2 e3 e1 e2 e3 C6

15G
1
1
B 2 18 15 12 18 18 15 18 18 15 18
2
T0 8 8 8 8 10 8 8 10 8 8 8
8
8BB

15G
12GB+8B
B 18 15 12 18 15 12 18
B
T1 2 X 7BB ou 8 8 8 8 8 8 8
2X7BB
8BB
12GB+6
15GB
BB 18 15 12 18
T2 10BB ou 6 6 6 6
6BB
2X7BB

15 12 12 12
T3 10BB ES ES ES 6

Source : Cours de route

Signification des chiffres


 15GB donne l’épaisseur de la grave bitume ;
 8BB donne celui de la couche de roulement en béton bitumineux ;
 ES signifiant l’enduit superficiel.

Rappel
e1, e2, e3 : c’est l’épaisseur de l’ancienne couche de roulement avec e1<5cm, e2<10cm,
e3<15cm

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page XLVI Promotion 2010


ANNEXE 4 : abaques de
dimensionnement de la chaussée

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page XLVII Promotion 2010


1) Abaque de dimensionnement LNTPB (TL)

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page XLVIII Promotion 2010


2) Contraintes dans un système tricouche E1/E2=1

3) Contraintes dans un système tricouche E1/E2=3

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page XLIX Promotion 2010


3) Contraintes dans un système tricouche E1/E2=3

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page L Promotion 2010


4) Contraintes dans un système tricouche E1/E2=9

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page LI Promotion 2010


5) Abaque de dimensionnement couche de fondation
LCPC

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page LII Promotion 2010


ANNEXE 5 : Etudes hydrologique et
hydraulique

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page LIII Promotion 2010


1. ETUDE HYDROLOGIQUE

Tableau n°1 : coefficient de ruissellement C dans la méthode rationnelle

Valeur de C
petits bassins versants de 0 à 10ha Bassins moyens de 10 à 400ha
Nature de la couverture
présentant une pente de présentant une pente de
végétale
<5 5 - 10 10 – 30 > 30 <5 5 - 10 10 –30 > 30
Plate forme et chaussée 0.95 0.95 0.95 0.95 0.95 0.95 0.95 0.95
Terrain dénudé 0.80 0.85 0.90 0.95 0.70 0.75 0.80 0.85
Brousse clairsemée 0.75 0.80 0.85 0.90 0.52 0.60 0.72 0.80
Brousse dense, primaire 0.70 0.75 0.80 0.85 0.30 0.36 0.12 0.50
Forêt ordinaire 0.30 0.50 0.60 0.70 0.13 0.20 0.25 0.30
Grande forêt primaire 0.20 0.25 0.30 0.40 0.15 0.18 0.22 0.25
Source : livre hydraulique routière (Nguyen VAN TUU)

2. ETUDE HYDRAULIQUE

Tableau n°2 : vitesse d’affouillement Vaff en m/s et coefficient de rugosité k

Caractéristique de la surface Vaff avec profondeur K avec état de la surface


d’écoulement d’eau
0.40 1.0 Bon passable mauvais
Sol sableux 0.5 0.6 50 50 40
Sol argileux : - compact 1.0 1.2 59 56
-lâche 0.7 0.85 56 53
Revêtement en bois 8.0 10.0 100 83 71
Revêtement en béton :- surface lisse 13.0 16.0 83 77 -
-surface 6.5 8.0 71 67 56
rugueuse
Maçonnerie :- en pierres jointoyées 6.5 8.0 71 67 62
-En pierres sèches 2.5 4.0 50 45 37
gazonnage 1.5 1.8 33 33 29
Source : cours hydraulique routière

NB
Pour un granulat de d/D, l’épaisseur minimale de mise en œuvre est : e ≥ 2.5D. Et dans
ce projet, on utilise comme couche de fondation le GCNT 0/60 car la gite pour le MS se trouve
trop loin du site (au PK 120), c’est pourquoi l’épaisseur minimale finie de cette couche est
prise égale à 15cm (c'est-à-dire 2.5 x 60mm = 150mm).

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page LIV Promotion 2010


ANNEXE 6 : Abaques de
dimensionnement des assainissements

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page LV Promotion 2010


1) Abaque de calcul de la pente dans un dalot

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page LVI Promotion 2010


2) Abaque de calcul de la vitesse dans un dalot

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page LVII Promotion 2010


3) Abaque de calcul de la pente dans une buse

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page LVIII Promotion 2010


4) Abaque de calcul de la vitesse d’une buse

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page LIX Promotion 2010


ANNEXE 7 : Avant métré et BDE d’un
dalot 2(2.10*1.01), quelques sous détails
des prix

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page LX Promotion 2010


Tableau n°1 : Avant métré du dalot 2(2.10*1.01)

poids total
Désignations unité longueur[m] largeur[m] hauteur[m] nombre total
linéaire [kg] partiel
fouille m3 8 5,3 2,5 1 106
106
lit de pose de sable m3 7 2,1 0,05 2 1,47
1,47
béton Q250 m3 7 2,1 0,05 2 1,47
1,47
béton Q350 m3 8 2,63 0,2 2 8,42
8,42
coffrage dalle m2
sous dalle 8 2,45 2 39,2
côté 8 0,2 2 3,2
42,4
armatures kg
principales 5,12 1,208 42 259,77
répartition 6,16 0,392 38 91,76
chapeau 6,2 0,616 42 160,41
511,93
Maçonnerie de moellons m3
piedroit 8 0,2 2,3 2 5,89
puisard amont
1 5,3 0,2 2,5 2 4,24
2 1,2 0,2 2,3 2 0,88
parafouille 5,1 0,2 0,4 1 0,33
radier 5,1 0,2 0,2 1 0,16
11,50
enrochement aval m3 1,2 1,2 0,5 1 0,58
0,58

Tableau n°12 : BDE du dalot 2(2.10*1.01)

Désignations Unité Quantité PU [Ar] Montant [Ar]


fouille m3 106 3000 318000
lit de pose de sable m3 1,47 20000 29400
béton Q250 m3 1,47 130000 191100
béton Q350 m3 8,42 240000 2020800
coffrage dalle m2 42,4 1800 76320
armatures kg 511 1600 817600
Maçonnerie de moellons m3 11,5 25000 287500
enrochement aval m3 0,58 29500 17110
TOTAL 3757830

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page LXI Promotion 2010


Quelques exemples des sous détails des prix

SOUS DETAILS DE PRIX


Désignation lit de sable
Rendement R R 12 m3 K 1,4
Domposante des prix COUTS DIRECTS DEPENSES DIRECTES Montant
PU Matls MO
Désignation Unités Quantités Unités Quantités [Ar] [Ar] [Ar] Mat[Ar] [Ar]
materiels:
lot d' outillage fft 1 fft 1 6000 6000
camion benne U 1 h 1 25000 25000
31000
Main d'œuvre
chef de chantier HJ 1 h 1 2500 2500
chef d'équipe HJ 1 h 8 1800 14400
cfauffeur HJ 1 h 2 1500 3000
manœuvre HJ 4 h 8 500 4000
23900
Matériaux
Sable m3 1 m3 10 11000 110000
110000
Total des déboursés D 164900
PU= K*D/R 19238,33
Arrondi à 20000

SOUS DETAILS DE PRIX


Désignation bétonQ250
Rendement R R 3,5 m3 K 1,4
Domposante des prix COUTS DIRECTS DEPENSES DIRECTES Montant
PU Matls MO
Désignation Unités Quantités Unités Quantités [Ar] [Ar] [Ar] Mat[Ar] [Ar]
materiels:
lot d' outillage fft 1 fft 1 6000 6000
camion benne U 1 h 1 25000 25000
31000
Main d'œuvre
chef de chantier HJ 1 h 1 2500 2500
chef d'équipe HJ 1 h 8 1800 14400
Ouvrier spécialiser HJ 1 h 4 1600 6400
cfauffeur HJ 1 h 2 1500 3000
manœuvre HJ 4 h 8 500 4000
30300
Matériaux
gravillon kg 0,8 kg 2,8 15000 42000
sable m3 0,4 m3 1,4 11000 15400
Ciment m3 250 m3 875 300 262500
262500
Total des déboursés D 323800
PU= K*D/R 129520
Arrondi à 130000

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page LXII Promotion 2010


SOUS DETAILS DE PRIX
Désignation coffrage
Rendement R R 45 m2 K 1,4
Domposante des prix COUTS DIRECTS DEPENSES DIRECTES Montant
PU Matls MO
Désignation Unités Quantités Unités Quantités [Ar] [Ar] [Ar] Mat[Ar] [Ar]
materiels:
lot d' outillage fft 1 fft 1 6000 6000
camion benne U 1 h 1 25000 25000
31000
Main d'œuvre
chef de chantier HJ 1 h 1 2500 2500
chef d'équipe HJ 1 h 8 1800 14400
cfauffeur HJ 1 h 2 1500 3000
manœuvre HJ 4 h 8 500 4000
23900
Matériaux
planches m2 1 m2 45 15000 675000
pointe kg 0,125 kg 5,625 11000 61875

Total des déboursés D 54900


PU= K*D/R 1708
Arrondi à 1800

SOUS DETAILS DE PRIX


Désignation enrochement
Rendement R R 9 m3 K 1,4
Domposante des prix COUTS DIRECTS DEPENSES DIRECTES Montant
PU Matls MO
Désignation Unités Quantités Unités Quantités [Ar] [Ar] [Ar] Mat[Ar] [Ar]
materiels:
lot d' outillage fft 1 fft 1 6000 6000
camion benne U 1 h 1 25000 25000
31000
Main d'œuvre
chef de chantier HJ 1 h 0,5 2500 1250
chef d'équipe HJ 1 h 8 1800 14400
cfauffeur HJ 1 h 1 1500 1500
manœuvre HJ 4 h 8 500 4000
21150
Matériaux
graves m3 1 m3 9 15000 135000
135000
Total des déboursés D 187150
PU= K*D/R 29112,22
Arrondi à 29500

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page LXIII Promotion 2010


ANNEXE 8 : Coupes longitudinale et
transversale du dalot 2 (2,10x1, 10)

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page LXIV Promotion 2010


ANNEXE 9 : Plans type

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page LXV Promotion 2010


ANNEXE 10 : Schéma d’itinéraire

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page LXVI Promotion 2010


Table des matières
REMERCIEMENTS…………………………………………………………………………………i
SOMMAIRE…………………………………………………………………………………………..iii
LISTE DES TABLEAUX……………………………………………………………………………iii
LISTES DES FIGURES………………………………………………………………………….....vviii
LISTE DES PHOTOS………………………………………………………………………………...ix
NOTATIONS ET ABREVIATIONS…………………………………………………………………x
PARTIE I: GENERALITES
INTRODUCTION……………………………………………………………………………………….1
CHAPITRE 1:DESCRIPTION GENERALE DU PROJET……………………………………..3
1.1 Localisation du projet……………………………………………………………………………3

1.2 Historique…………………………………………………………………………………………5

1.3 But de projet……………………………………………………………………………………....5

CHAPITRE 2:ETUDE MONOGRAPHIQUE……………………………………………………7


2.1 Etude monographique de la zone d’influence directe………………………………………….7

2.1.1 Historique…………………………………………………………………………………….7

2.1.2 Délimitation de la zone……………………………………………………………………….7

2.1.3 Situation géographique et climatologique…………………………………………………...8

2.1.4 Situation démographique…………………………………………………………………….8

2.1.5 Les données économiques……………………………………………………………………8

2.1.6 Sécurité……………………………………………………………………………………...11

2.2 Etude monographique de la zone d’influence indirecte………………………………………11

2.2.1 Historique…………………………………………………………………………………...12

2.2.2 Monographie de la région du Vakinankaratra…………………………………………….12

2.2.3 Etude démographique de la zone d’influence……………………………………………...17

2.2.4 Etude économique de la région du vakinankaratra………………………………………..17

2.3 Conclusion partielle……………………………………………………………………………..24

PARTIE I I: ETUDES TECHNIQUES


CHAPITRE 1:DIAGNOSTIC et SOLUTIONS DE DEGRADATIONS………………………26
1.1 Généralités……………………………………………………………………………………….26

1.2 Etat des lieux et relevé des dégradations……………………………………………………..26

1.3 Les dégradations, leurs causes et les solutions adéquates……………………………………26

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page LXVII Promotion 2010


1.3.1 La chaussée proprement dite……………………………………………………………….26

1.3.2 Les ouvrages d’assainissement……………………………………………………………..34

1.3.3 Signalisations et équipements……………………………………………………………....39

1.3.4 Ouvrages de franchissement………………………………………………………………..40

CHAPITRE2: MATERIAUX ROUTIERS ET RECONNAISSANCES


GEOTECHNIQUES……………………………………………………………………..…………….42
2.1 Généralités……………………………………………………………………………………….42

2.2 Spécifications générales des matériaux……………………………………………………...…42

2.2.1 Chaussées……………………………………………………………………………………42

2.2.2 Les liants hydrocarbonés……………………………………………………………………48

2.2.3 Mortier et béto.n………………………………………………………………………….....49

2.3 Reconnaissance géotechnique…………………………………………………………………..50

2.3.1 Environnement……………………………………………………………………………...50

2.3.2 Résultats des reconnaissances et des essais de laboratoire………………………………...50

2.3.3 Recherche et étude des gisements…………………………………………………………..54

2.3.4 Mesure de déflexion…………………………………………………………………...........54

2.3.5 Solutions de réhabilitation………………………………………………………………….55

2.4 Conclusion partielle :…………………………………………………………………………....58

CHAPITRE 3:DIMENSIONNEMENT DE LA CHAUSSEE…………………………………..59


3.1 GENERALITES………………………………………………………………………………...59

3.2 Dimensionnement de reconstruction…………………………………………………………..60

3.2.1 La méthode LNTPB………………………………………………………………………....60

3.2.2 La méthode LCPC…………………………………………………………………………..69

3.3 Dimensionnement de renforcement……………………………………………………………75

3.3.1 Renforcement………………………………………………………………………………..75

3.3.2 Méthode de réduction de déflexion…………………………………………………………76

3.3.3 Méthode LCPC……………………………………………………………………………...78

3.4 Dimensionnement de Rechargement…………………………………………………………..80

3.5 CONCLUSION PARTIELLE………………………………………………………………….81

CHAPITRE 4:ETUDE HYDROLOGIQUE, HYDRAULIQUE ET DIMENSIONNEMENT DES


OUVRAGES…………………………………………………………………………………...…82

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page LXVIII Promotion 2010


4.1 GENERALITES………………………………………………………………………………...82

4.2 Etude hydrologique……………………………………………………………………………..82

4.2.1 Climatologie………………………………………………………………………………....82

4.2.2 Détermination du débit de crue d’un bassin versant………………………………………85

4.2.3 Débit à évacuer au PK 192+700…………………………………………………………….87

4.3 Etude hydraulique………………………………………………………………………………91

4.3.1 Etude de fossé de crêt……………………………………………………………………….91

4.3.2 Etude de fossés latéraux…………………………………………………………………….96

4.3.3 Etude des ouvrages de décharges…………………………………………………………101

4.4 Mur De Soutènement…………………………………………………………………………..118

4.4.1 Types d’ouvrage…………………………………………………………………………....118

4.4.2 Principes de calcul…………………………………………………………........................119

4.4.3 Stabilité du Mur Poids…………………………………………………………………......120

4.4.4 Contraintes transmises au sol……………………………………………………..………122

4.4.5 Redimensionnement……………………………………………………………………….123

4.4.6 Calcul de coefficients de poussées………………………..……………………………….124

4.4.7 Calcul des forces..……………………………………………………….…………………125

4.4.8 Calcul de la charge admissible……………………………………………………………125

4.4.9 Les stabilités………………………………………………………………………………..126

4.5 Conclusion partielle……………………………………………………………………………128

4.6 Conclusion des études techniques…………………………………………………………….128

PARTIE III: ETUDES FINANCIERS ET IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX


CHAPITRE 1:DEVIS DESCRIPTIFS………………………………………………………….130
1.1 PRIX 100 : INSTALLATION ET REPLI DE CHANTIER………………………………...130

1.2 PRIX 200 : TERRASSEMENT……………………………………………………………….130

1.3 PRIX 300 : ASSAINISSEMENT……………………………………………………………...133

1.4 PRIX 400 : CHAUSSEE……………………………………………………………………….135

1.5 PRIX 500 : OUVRAGES D’ART……………………………………………………………..140

1.6 PRIX 600: SIGNALISATION – EQUIPEMENT……………………………………………141

CHAPITRE 2:DEVIS QUANTITATIFS……………………………………………………….143


2.1 Terrassement…………………………………………………………………………………...143
RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page LXIX Promotion 2010
2.2 Assainissement…………………………………………………………………………………144

2.3 Chaussée………………………………………………………………………………………..146

2.4 Ouvrages D’art…………………………………………………………………………….......149

2.5 Signalisation – Equipement…………………………………………………………………...149

CHAPITRE 3:DEVIS ESTIMATIFS…………………………………………………………...150


3.1.Sous Détail des Prix :…………………………………………………………………………..150

3.2.Détermination du coefficient de déboursé K…………………………………………………150

3.3.Bordereau de détail estimatif (BDE)………………………………………………………….151

3.4.Coût d’Entretien Préventif systématique…………………………………………………….153

3.4.3.Travaux d’Entretien Courat………………………………………………………………154

3.4.4.Travaux d’Entretien Périodique………………………………………………………….154

CHAPITRE 4:ETUDE DE RENTABILITE……………………………………………………155


4.1 Effet de la Réhabilitation sur le Coût d’Exploitation………………………………………..155

4.1.1 Hypothèses sur les Coûts Fixes…………………………………………………………....156

4.1.2 Hypothèses sur les coûts variables (CV)………………………………………………......157

4.1.3 Résultats……………………………………………………………………………………157

4.2 Evaluation économique………………………………………………………………………..158

4.2.1 Projection des avantages nets……………………………………………………………..159

4.2.2 Valeur actuelle nette (VAN)…………………………………………………………..…..161

4.2.3 Taux de Rentabilité Interne (TRI)……………………………………………………...…163

4.2.4 Délai de Récupération du Capital Investi (DRCI)………………………………..………164

CHAPITRE 5:IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX……………………………………..…..165


5.1 Généralités……………………………………………………………………………………...165

5.1.1 Environnemet..…………………………………………………………………………….165

5.1.2 Généralités sur l’EIE…………………………..………………………………………….165

5.1.3 Contenus de l’EIE……………………..…………………………………………………..166

5.2 Récapitulation des Impacts Environnementaux……………………………………………..166

CONCLUSION GENERALE………………………………………………………………172
BIBLIOGRAPHIES …………………………………………………………………….......175

ANNAXES……………………………………………………………………………………176
ANNEXE 1 : Auscultations visuelles................................................................................... I
RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page LXX Promotion 2010
ANNEXE 2 : Résultats des essais de laboratoire ...................................................... XXXV
ANNEXE 3 : dimensionnement de la chaussée .................................................................. XLI
ANNEXE 4 : abaques de dimensionnement de la chaussée .......................................... XLVII
ANNEXE 5 : Etudes hydrologique et hydraulique ............................................................ LIII
ANNEXE 6 : Abaques de dimensionnement des assainissements ...................................... LV
ANNEXE 7 : Avant métré et BDE d’un dalot 2(2.10*1.01), quelques sous détails des prix ...... LX
ANNEXE 8 : Coupes longitudinale et transversale du dalot 2 (2,10x1, 10) ..................LXIV
ANNEXE 9 : Plans type....................................................................................................... LXV
ANNEXE 10 : Schéma d’itinéraire ...................................................................................LXVI

RAMAHAZONIRINA Avihasoa Page LXXI Promotion 2010


Nom: RAMAHAZONIRINA
Prénom: Avihasoa
E- Mail: bestavihasoa@yahoo.fr
Tél: 034 08 179 15

Titre du mémoire : « REHABILITATION DE LA RNP 7 ENTRE VINANINKARENA ET


ANTALAVINA (DU PK 175+000 AU PK202+000) »

Nombre de pages : 173


Nombre de tableaux : 138
Nombre de photos: 28
Nombre de figures : 20

Résumé :
La réalisation de ce Projet apportera sans doute un effet bénéfique pour les deux
Régions. Nous trouvons dans cet ouvrage les Techniques de Réhabilitation de la Route et la
mise en place des ouvrages d’assainissement. Toutes ces mesures ont été prises dans le seul
but de garantir le confort et la sécurité des usagers de cette Route. Ce sont ces solutions qui
ont permis d’estimer le Coût et la Rentabilité du Projet. Après calcul, nous pouvons affirmer
que le Projet est rentable.

Mots clé : Réhabilitation, diagnostic, dégradations, solutions, dimensionnement, évaluation


de Coûts, rentabilité.

Rapporteur : Monsieur RABENATOANDRO Martin.

Vous aimerez peut-être aussi