Vous êtes sur la page 1sur 6




COURSD’ABOUYOUSSEFouL’ARABESANSLARMES
COURSD’ABOUYOUSSEFouL’ARABESANSLARMES
(maisnonsansefforts
(maisnonsansefforts!)
!)

INTRODUCTION
INTRODUCTION


Arabelittéraireetdialectes

L’Arabeestunelangueuniquedanssaformelittéraire,cellequel’onapprendàl’école,cellequel’on
lit – livres, journaux – et qu’on entend à la radio. Mais dans la conversation, tout le monde parle,
habituellement,l’arabedialectal,chaquepaysayantsondialecte,duMarocàl’Irak.

Les deux langues, littéraire et parlée (dialecte), sont bien sœurs, mais les différences sont assez
grandes.Beaucoupdemotssontcommunsauxdeux,maisbeaucoupaussisontdifférents;enoutre,
parfoislemêmemotaunsensenlittéraireetunautreendialecte.

Cecourstraitedudialectelibanais,enfaitprochedeceluideSyrieetdeJordanie.Sionlesait,on
pourradonccomprendrequelqu’undeDamasoudeAmmanetsefairecomprendredelui,malgréles
différences.Mêmeàl’intérieurdecedialecte,notonsqu’ilyaquelquesdifférencessuivantlesrégions
etmêmed’unvillageàl’autre.Ilnefaudrapass’enétonner.Onchoisiratelleforme(celledulieuoù
l’onréside)pourladiresoi-même,maisilestbiendesavoirlesautresformespourlescomprendreen
lesentendant.


Pourquoitranscrireencaractèreslatins?

L’alphabetarabe,quiestévidemmentadaptéàlalanguelittéraire,nepeutcependantrendretousles
sonsdudialecte,spécialementcertainesvoyellesbrèves(e,é,o,u,ö…)etcequifaitqueteldialecte
estlibanaisouégyptien…Deplus,latranscriptionenlettreslatinesrendplusfacilel’étudedel’accent
tonique(quisedéplacedanslemot)etpermetd’exprimerlepetit equ’onglisseparciparlàdansla
phrasepourlarendrepluscoulante.

L’usagedelatranscriptionestunehabitudeàprendre.Sions’ymetdèsledébut,sansréticence,ons’y
faitviteetcelapermetdanslasuitedeprendredesnotesendialecteavecprécisionetdelesrelire
exactementdixansaprès.

C’estassurémenttrèsbiend’apprendreàlirel’arabelittéraire,ilyadeslivrestrèsbienfaitspourcela.
Maisnotrecoursviselalangueparléeetnepeuttoutfaire…Onapréférérenonceràfairelesdeuxà
lafois,àcaused’inconvénientsréels.

Ce n’est sûrement pas par hasard que, si d’anciennes méthodes d’arabe parlé ont employé les
caractèresarabes,maintenantparcontre,lesméthodeslesplusrécentes,duMarocàl’Irak,sonten
transcription.Certainslinguistesarabesderenomnefontpasexception.

1
Méthoded’étude

Ilestconseilléd’étudierchaquejourunpeu(etnontroisheuresdesuiteunefoisparsemaine).Siune
leçonesttroplongue,lacouperendeux,entrois,lareprendrelelendemain.Nepass’étonnerdene
pastoutretenirdechaqueleçon.Ilfautallerdel’avantsansêtresûrdechaquemotdéjàrencontré.
Mais revenir detemps entemps en arrière, feuilleter les leçonsdéjà vues, s’arrêter à ce qui semble
oublié, lire les textes en français et essayer de retrouver le texte arabe sans le regarder. Ne pas
s’affoler, tout s’apprend par la répétition, à la longue, et les règles énoncées théoriquement vous
entrerontdanslalangueetlepalaisgrâceauxnombreuxexercices.

Ilfautlesdeux:

− sanslarègleexpliquée,onrestedanslevague,oncroitquetoutcelasefaitauhasard,lesexercices
restentœuvredeperroquet;

− sanslesexercicespratiques,larèglenerentrepas,n’estpasassimiléeetrestethéorieabstraite.

Cequ’ilfautdonc,c’estunerépétitiond’exercicesencomprenantcequ’onfait,enfaisantattention,
nonauhasard.


Prononciation

L’arabeestunelanguedifficileàprononcer,maisonpeutyarriversionmaintientl’effort.Aucune
explication par écrit ni enregistrement normal (audition un peu floue) ne peuvent remplacer des
exercicesavecunepersonnedelalangue:l’observer,l’écouter,essayerderépéter.C’estquelquefois
unebonneaided’écouterlesconseilsdequelqu’unquiaeuàdécouvrirlui-mêmecommentprononcer
telle ou telle lettre. Mais il est bon en outre d’écouter attentivement des gens dont l’arabe est la
langue.

Entouscas,ilfautserappelerdeuxchoses,ets’armerdepatience:

− Une lettre qu’on n’arrive pas à prononcer du premier coup ou même après un mois, peut être
acquise (conquise, pourrait-on dire) à la longue. Il faut avoir eu l’occasion de bien entendre la
lettreetdansdespositionstrèsdifférentes,dansdesmotsoùelleressortbien…etilfautquele
palais et la langue s’habituent à la prononcer, prennent le pli physique; c’est une vraie
gymnastiquecorporelle,unassouplissementquidonnesesfruitsavecletemps.

− Quandonn’arrivepasàprononcerunmotouunephrased’untrait,sansachopperouabîmerau
passage tel ou tel son, il faut prononcer ce mot ou cette phrase lentement, en articulant, en
s’appliquant à ne rien bâcler, puis répéter et répéter encore, mais sans accélérer trop vite, puis
laissertomber.Quandonyrevientplustard,celasortdéjàplusfacilement,etsil’ons’appliqueà
lire ainsi les textes tranquillement, leçon après leçon, à voix haute bien entendu, au bout de
quelquessemainescelasortiratoutnaturellementetàvitessevoulue.

N.B.:Luttercontrelatendancenaturelleàparleraussivitequel’interlocuteurarabe!Lavitesseest
contagieuse,maililfautmodestementrevenirànotrerythme.

2
Enfin,bienreproduirel’accenttonique(lechantdelalangue),lessyllabessurlesquellesletonmonte,
etnepasoublierdebienallongerleslonguesaccentuées.SionditHālcommelefrançais"balle",on
dira"vinaigre"(Hall)aulieudedire"onclematernelle";ilfautdireHāāl.

Quandonaurafinilecours,ilfaudralereprendreàlaleçon1,et,sansregarderletextearabe,enne
lisantqueletextefrançais,essayerderetrouver,commeilestditci-dessus,lesphrasesarabes(etfaire
celaàhautevoix,biensûr)

Ons’apercevraalorsquedeschosesquel’oncroyaitsavoiretquel’oncomprendmêmetrèsbien,on
nesaitpaslesdiresoi-même:onn’avaitpasfaitattentionàlaprépositionemployéeouàteldétail!
Quand on entend, on comprend, mais c’est "l’autre" qui s’est préoccupé de choisir la préposition
voulue!Maisquandondoitlediresoi-même…

Ce cours est différent d’un cours donné en classe où le professeur est là pour expliquer, mimer,
corriger la prononciation de l’élève (s’il y pense!) Il est fait surtout pour celui qui étudie par lui-
même;laméthodeestnécessairementdifférente,lesexplicationspluslongues.

Leprésentcoursestuneadaptationde"L’arabesanslarme",initialementconçupourl’apprentissage
dudialectepalestinien,etspécialementrevuenfonctiondudialectelibanais.Unelangueestquelque
chose de vivant: On tiendra compte beaucoup plus de ce qui se dit, que de ce qui est écrit dans le
cours. Une remarque importante toutefois: on est toujours profondément marqué par sa langue
d’origine:unsyriendonneralaprononciationetlevocabulairedeSyrie.Ilfaudrasavoirdistinguerce
quiestproprementlibanaisdecequiestsyrienoupalestinien.

Cecourspourraêtrerepris,corrigé,complétéenprofitantdessuggestionsdesusagers.Enattendant,
nousespéronsqu’ilpourradéjàrendreservicedanssonétatactuel.

 Bardōn…?
BtéKki…εarabi?

3
TRANSCRIPTIONetPRONONCIATION
TRANSCRIPTIONetPRONONCIATION

Cesnotesnesontpasà"apprendre",biensûr,maisàlireunefois.Puisons’yreporteradetempsen
tempspourcomprendrelessignesdutexte.L’enregistrementferal’essentiel,etsurtoutl’observation
surlevif.


ALPHABET

Lettrearabe Transcrite Prononciation


 ' coupure, facile à faire, que du reste on fait en français quand on
commence un mot par une voyelle (attaque vocalique): quand on
appelle Albert! ou Oscar! on commence en fait par un ' (attaque
nettedelavoyelle),maisonnelafaitplusdans"pourAlbert".Onfait
cette coupure dans "leur haine" – que nous transcrirons
phonétiquementlör’en–quel’ondistinguebiende"lerenne"(lören)
‫ب‬ b bfrançais
‫ت‬ t tfrançais
‫ث‬ Q enlibanais,seprononcet(commeleprécédent)ous
‫ج‬ j jfrançais
‫ح‬ K hexpirédelagorge,sans"racler".Aentendre!
‫خ‬ H challemand(nacht)oujotaespagnole
‫د‬ d dfrançais
‫ذ‬ R en libanais, se prononce en général d, parfois z. Dans les villages,
cette lettre se prononce comme un "d zézayé", le th anglais de "the,
that",maisplusprèsdud.
‫ر‬ r rroulé(commeenitalien,enespagnol,enBretagneouBourgogne)
‫ز‬ z zfrançais
‫س‬ s sfrançais
‫ش‬ š ch français, sh anglais (attention: en arabe transcrit, le groupe ch
n’existepas,etlegroupeshreprésentedeuxsons:s+h)
‫ص‬ U ceslettres"emphatiques"spécialesàlalanguearabesontàentendre.
‫ض‬ V C’estdevantleiqu’onsaisitlemieuxceslettresetqu'onpeutse
‫ط‬ W contrôlersoi-même:Uīn(Chine)biVīε(ilseperd)Wīn(terreglaise)
‫ظ‬ Z N.B.:danslesvillages,VetZsontassezproches,presqueconfondus.
‫ع‬ ε étranglement, contraction de la gorge, assez facile à attraper si on
l’entend. Les chèvres et moutons sont de bons maîtres (ils disent
māε)
‫غ‬ ġ r français non roulé (quoique peut-être plus fort). Pourquoi
transcrireparġ?Cen’estpasparhasardetoupourraitciterdiverses
bonnes raisons. Toujours est-il que c’est par ce son que les arabes

4
expriment le g étranger: Bulġaria… et c’est le gh des mots connus
commeMaghreb,Benghazi.
‫ف‬ f ffrançais
‫ق‬ q habituellement prononcé comme le simple ' (simple coupure). Les
druzes le prononcent comme en arabe littéraire (k plus en arrière
dans la gorge). Dans certains mots, généralement littéraires entrés
dansledialecte,onleprononce,mêmeenville,commeexpliquéci-
dessus (k guttural). Dans ce cas, nous le noterons  (ou ) pour
rappelerle‫ق‬.Exemple:orn.
‫ك‬ k kfrançais
‫ل‬ l lfrançais
‫م‬ m mfrançais
‫ن‬ n nfrançais
 h hexpirédelapoitrine(sanseffortdelagorge):c’estlehanglaisou
allemanddans"have,haben".
‫و‬ wouu ou("walad":wa-commedansouatte)
‫ي‬ youi yfrançais.Ay=aille;uy=ouille


VOYELLES

¯ Lesigne¯placéaudessusdelavoyellemarqueunevoyellelongue.Sanscesigne,celle-ciale
sonbrefordinaire.Pour"sentir"ladifférence,onpeutprendrel’exemplede"labelle-mère"en
français,oùle"e"de"belle"estbreftandisquele"è"de"mère"esthabituellementprononcé
plusallongé.
a afrançaisdans"à","là","papa"
e transcritsansaccentmaisàprononceré,penchantparfoisverslei(àl’oreilleonlesconfond
parfoisetlapoésiepopulairefaitrimerensembleéeti).
i i français, mais s’il n’est pas long (pas ī) il penche vers é, comme l’anglais "bit, will" ou
l'allemand"Bitte".
o o,généralementplutôtô;maisc'estaussiparfoisoouvert(français"bosse")commedansles
finales–konet–hon.
u oufrançais,maisluiaussis'iln'estpaslong(pasū)ilestmoinsnetqueleoufrançais,etpeut
seconfondreavecleo;celaserareprisdanslecoursaumomentvoulu.
ö e,eu,sonvaguequinavigueentreleso,eu,èsuivantlesgensetlesrégions.
ö
ete cemêmeson,maisbref,commedans"malmener".
i
 ibref.


Enfin, le signe d placé entre deux mots indique une liaison, un enchaînement rapide dans la
prononciation,sanscoupure.
L'accent tonique (l'endroit où la voix appuie et monte) est marqué ´ (accent aigu) ; par exemple :
kteb;kamgn;maKáll.

5
Attention,unesyllabeaccentuéen'estpasforcémentallongéeenarabe!Ainsi,danslesmots:kásaru,
zálame,direlestroisvoyellesrapidement,en"descendant",lepremieraétantditsuruntonplushaut.

Cetaccentestimportantpourparlercommetoutlemondeetsefairecomprendre;onverraquemal
lemettrepeutparfoischangerlesens.


Autressignes:

L,J,D:ceslettresdésignentrespectivementLiban,Jordanie,Damas

m.oumasc.=masculin f.oufém.=féminin v.p.=voirpage

laflèchedésigneunetransformation,unpassageàunenouvelleforme:báddomabaddō-š
Onemploiparfoisaussilessignesarithmétiques:wára+na=warna


Enfinsignalonsqueletraitd'unionnoussertpourdécomposerlesélémentsd'unmot,afindefaciliter
l'analyse,lacompréhension.Ainsibentak(tafille)seraécritlespremièresfoisbent-akpourqu'onvoit
lesdeuxélémentsquicomposentcemot;puis,peuàpeu,enavançantdanslecours,onsupprimeraces
traitsd'uniondevenussuperflus.


EXERCICEDEPRONONCIATION


Audébutducoursonutiliseralesmotsci-dessous.Lemieuxseraitdelesfairelireparunepersonnede
languearabe.Aceteffet,nousdonnonscesmotsenlettresarabeségalement,aveclerisqueque,voyant
celaécrit,lapersonneauraparfoistendanceàprononcerlemotcommeenarabelittéraire…


Hida Káda rhbe ráKbe 'áhlān 'áKla klo qm-o


ceci quelqu'un religieuse place bienvenu plusbeau kilogramme enlève-le
‫ها‬ ‫!ا‬ "#‫راه‬ "#!‫ر‬ $‫أه‬ &'!‫أ‬ (')‫آ‬ +,)-
ġásal Hašab ġašš rašš brġol móġreb bisálli biUálli
ilalavé bois ilatrompé ilaarrosé bléconcassé couchant ildistrait ilprie
./0 123 5
ّ 0 ‫ش‬
ّ ‫ر‬ .06‫ﺏ‬ ‫ب‬68‫ﻡ‬ :ّ'/)‫ﺏ‬ :ّ';)‫ﺏ‬
i i i i
Uē f sē f dall Vall dē n Vē f tálle Wálab
été épée ilaindiqué ilestresté dette hôte colline demande
<)‫ﺹ‬ <)‫ﺱ‬ ‫ل‬
ّ‫د‬ .
ّ? @‫دی‬ <)? "ّ'B 1'C
i
tīn Wīn zálame ZbeW zīd εaZīm εē b εīd
figue argile homme officier ajoute! grandiose honte fête
@)B @)C ",‫زﻝ‬ E‫ﺏ‬F? ‫زی‬ G)HI 1)I 1)I
i i
εámál máεmal kalm qálam Kē W KīWn Hē W HīWn
œuvre usine paroles plume mur murs fil fils
.,I .,J‫ﻡ‬ ‫م‬$‫آ‬ G'- E)! ‫ن‬FL)MMM! E)3 ‫ن‬FL)3

6