Vous êtes sur la page 1sur 163

AZIZ GAMAR

Évaluation économique des


séquences d'exploitation

Mémoire
présenté
à la faculté des études supérieures
de I'Université Laval
pour l'obtention
du grade de maître ès sciences (M.Sc)

Département des mines et inétallurgie


FACULTE DE SCIENCES ET GÉNIES
UNIVERSITE LAVAL
Québec

Janvier 2000
I*IofNational
Canada
Library Bibliothéque m t i o ~ l e
du Canada
Acquisitions and Acquisitions et
Bibliographie Services services bibliographiques
395 Wellington Street 395. rue Wdhgloci
WwaON K l A W OttawaON K l A W
canada CaMds

The author has granted a non- L'auteur a accordé une licence non
exclusive licence dowing the exclusive permettant à la
National Library of Canada to Bibliothèque nationale du Canada de
reproduce, loan, distribute or sell reproduire, prêter, distribuer ou
copies of this thesis in microform, vendre des copies de cette thèse sous
paper or electronic formats. la forme de microfiche/nlm, de
reproduction sur papier ou sur format
électronique.

The author retains ownership of the L'auteur conserve la propriété du


copyright in this thesis. Neither the droit d'auteur qui protège cette thèse.
thesis nor substantial extracts f?omit Ni la thèse ni des extraits substantiels
may be printed or othewise de ceile-ci ne doivent être imprimes
reproduced without the author's ou autrement reproduits sans son
permission. autorisation.
SOMMAIRE

L'exploitation des gisements auriferes à fort pendage a une pratique courante qui consiste à
diviser le gisement en plusieurs parties et de les exploiter dans l'ordre ascendant. Lorsque le
front d'extraction se rapproche de la zone supérieure anciennement exploitée. une série de
phenomènes géotechniques et géomécaniques. comme les effondrements et les coups de
terrains. peuvt avoir lieu, en occasionnant l'instabilité du temin et en diminuant même le
rendement des opérations minières. c'est un phénomène lié aux effets de pilier.

C'est pour cette raison que l'optimisation des séquences d'exploitation représente un défi
important pour les responsables des opérations minières. Ce mémoire fait l'état d'un projet
\visant a:

Élaborer une base de données bibliographiques concernant les séquences d'exploitation


et les méthodes d'abattage en usage dans les gisements très inclinés (pendage>4j0)au Canada
ainsi que les performances techniques et économiques des exploitations souterraines.

Étudier I'intluence des séquences d'exploitation sur le coût des infrastructures générales
et sur la rentabilité des projets miniers. dans le cas de l'exploitation des gisements très
inclinés. Une analyse de sensibilité du taux de rentabilité interne au changement des
paramètres techniques et économiques incertains est présentée. ainsi qu'une analyse de risque
dé la faisabilité de la séquence la plus rentable.

Mots clés :

Séquence d'exploitation. Coût. Infrastructure conventionneIle et non conventionnelle.

Valeur actudisée nette (VAN). Taux de rentabilité interne (TRI). Délai de retour (DA).

Analyse de sensibilité. Analyse du risque (RSS).


Avant propos

Ce memoire a ét6 préparé dans le cadre d'un projet (< Optimisation des séquences
d'exploitation dans Ie cas d'exploitation des gisements très inclinés parrainé par l'Entente
auxiliaire Canada - Québec sur le développement minéral 1992-1998.

Dans le but de déterminer l'influence des séquences d'exploitation sur les rendements
techniques et économiques des opérations minières. une équipe multidisciplinaire a été
formée. Les résultats trouvés sont pertinents autant sur le plan de la modélisation numérique
3D et 3D que sur les plans des optimisations techniques et économiques.

Je tiens d'abord A remercier Monsieur Stefan Planeta. professeur. d'avoir accepté de diriger
cette recherche. Je tiens à lui exprimer ma profonde gratitude de m'avoir fait bénéficier de ses
vastes connaissances et de sa riche expérience. Son contact au fil des jours a été pour moi une
source de stimulation. Je lui dois d'rivoir cristallisé mon intérêt pour la logique de la recherche
technique.

J'éprouve une reconnaissance toute spéciale envers Ahmed Ghanmi. Hamid Djelloud et
Dimitri Gordine. membres de l'équipe de recherche. Nos nombreuses conversations.
techniques ou autres m'ont été précieuses.

Mes remerciements s'adressent aussi à Monsieur Jacek Priraszczak. professeiir au


département mines et métallurgie, pour ses précieuses corrections et notamment. tous les
cadres des sociétés minières qui ont collaboré de proche ou de loin a la collecte d'information,
et en particulier ceux de la mine Agnico-Eagle. de la mine Bousquet et de la compagnie
Cambior (projet Grevet).

Je suis très obligé envers le pôle mine du groupe ONA pour I'effort qu'il a ménagé pour
que je puisse contribuer à la faisabilité du projet Akka Gold Mining (AGM) au Maroc.
TABLE DES MATIÈRES

AVANT PROPOS .................................................................................................................................... II

LISTE DES ANNEXES ........................................................................................................................ VI

LISTE DES TABLEAUX ..................................................................................................................... VI1

CHAPITRE 1: SEQUENCE D'EXPLOITATION .ÉTATS DE CONNAISSANCE ET OBJECTIFS . 3


1 . 1 .SPËCIFICITÉDL'S PROJET MISIER ................... .
................................................................... 3
........................................................................................................................
I .2 .PROBLEMATIQUE 5
I .3 - OBJECTIF DU R.4PPORT ............................................................................................................. 9
I .4 - i M É - r ......................................................................................................................
~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ 10

CHAPITRE II: COLLECTE DE DONNÉES AUPRÈS DES MIXES ............................................ 18

I I . 1 .P R E L I S ~ I X . ~..........................................................................................................................
IRE 18
I I .1 .A s . - \ t v s E DES SÉQUEXCES € 5 USAGE .......................... .
....................................................... 18
II .3 - METHODE DE.YPLO~T.ATION..................................................................................................... 21
I I .4 .PERFORMANCES TECHNICO-ÉCONOMIQLIES.......................................................................... --
77

II - 4 .1- PerfOrmances techniques ....................... ..................................................................... -7-


7

I f - 4 .2 .Per-orntances écortomiques ........................................................................................... 24


I I - 5 : DIFFÉRENTES
APPROCHES D'ASALYSE DE L'IMPACT
ÉCOKOMIQUE DE LA DILUTION ET DES PERTES SUR LA REXTABILITÉMISIERE ................................. 26

III .1 ........................................................................................................................
.PRELIMINAIRE 28
111 - 2 .PARAX~ÊTRES
TECHNICO-ÉCONOMIQCES:.............................................................................. 28
/ f i.2 .a :Réserves minières (RW................................................................................................ 28
/ I f .2 .b : Tonnage annue! (TA) ................................................................................................... 29
III .2 - c :Drrree de vie ................................................................................................................. 31
/II ..? .J :Dilrrrion ut perte ........................................................................................................... 32
III - 2 - e :Esriniution Jrr colir de enpirai er cles cotirs d'opération ................................................ 33
/II - 2 - f :S\.sr.&ne d 'approche ...................................................................................................... 35
l l I - 2 - g :I~idicede prir ............................... ................................................................................. 38
III - 2 - h :facrerrr
. . ............................................................................................................
reg~onai 10
111 - 3 - CASHFLOW ANNUELS DUNEENTREPRISE MISIÈRE .............................................................. 31
I I I - 4 - VALEURA ~ A L I S É ENEïTE DVSPROJET ( V A N ) ............................................................... 46
I I I - 5 - TAUXDE REWABILITÉ INTERNE (TRI ) ................................................................................. 47

IV .1 .MODE1 ................................................................................................................................... 49
I [' - I - u - Skqtrerzce .4 l .................................................................................................................. 49
/ Z f - I - b - Siqtrence 8 ................................................................................................................... 62
i I f - 1 - c - SL;guence C .................................................................................................................... 65
2 ..................................................................................................................................
IV .2 .MODE 67
IV .3 .MODE
3 ................................................................................................................................. 69
IV .4 .ASALYSE DES RESULTATS ..................................................................................................... 72
/Er - 4 - 1 - D d u i de rvrour des Uwestissemrnrs.............................................................................. 72
I - 4 - 2 T u m de renrabiliré itlret-rie............................................................................................
a 73

CHAPITRE V: ANALYSE DES ÉLÉMENTS D'INCERTITUDE :................................................... 75

V . .P R E L I ~ I I S A I .......................................
RE .
............................................................................... 75
ir- 2 - ASALYSE DE SENSIBILITE ...................................................................................................... 77
v - 3 - ASXLYSE DE RISQUE - ÉTHODE RSS (ROOT SUL1 OF SQUARES) -.................... . . . ........... 81
E ... 3 .cr :Grandes Grupes tlilpplicciriuri de In nlGrltode RSS .......................................................... 81
F .3 .b .- Er~rded'i~irerdéperzclancrdes \laricrbles .......................................................................... 83
V .3 - c :R2sulrars.......................... ................................................................................................ 85

CHAPITRE VI: CONCLUSIONS ET RECOLMMANDATIONS........................................................ 88

VI .1 .RETROSPECTIVE.................................................................................................................... 88
..........................................................................................................................
VI - 2 .Coxc~usrolu 88
Vl - 2 - 1 - Enquête auprès des mines canadiennes ....................................................................... 88
b7 - 2 - 2 -inrpucr economiqrre des séqrrences J krploitation.......................................................... 89
VI - 2 .RECOMMANDATIONS ............................................................................................................. 90
..\';'YE)iE 1 .. QUELQUES MINES ETUDIEES .................................................................................. 96

.A Y N E S E 2 : ..\ PPROCHE MAS ....................................................................................................... 105

.A XS E S E 3 : INFMSTRUCTURES SOUTERRAINES.................................................................... 108

.\NNEXE 4: ORGANIGRAMMES ................................................................................................... 114

.A N S E X E 5 : COÙTS DES INFRASTRUCTURES ............................................................................ 118

. . \ % S E X E 6: $IODE 1 . SÉQUENCE B ........................................................................................ 122

:\'LSESE 7: MODE I . SÉQUENCE C ............................................................................................. 127

.Ih'XEXE S: MODE 2 ....................................................................................................................... 132

.A X N E S E 9: &IODE3 ..................... .
.............................................................................................. 139

.A '(:Y E S E 10: ANALYSE DE SENSIBILITÉ ......................... .


................................................... 146

:\ S S E S E 1 1 : .A NALYSE DE RISQUE ......................................... .


...
.................... 150
Liste des annexes

ese 1 : Synthèse des séquences d'exploitation .des méthodes d'exploitation et les


performances techniques et économiques de quelques mines
Grudiées .............................................................................. -96

Annexe 2 : Quelques données sur les méthodes d'estimation des coûts MAS ........ -105

Annexe 3 : Infrastructures souterraines requises pour les diffërents modes


d'exploitation. ...................................................................... 108

Annexe 4 : Organigrammes de la méthode d'évaluation iconomique .................... 113

.A rinese 5 : R2suitats d'estimation des coûts des infrastructures .......................... il8

Annese 6 : Ensemble des résultats économiques du mode 1 . séq B ...................... 122

Annese 7 : Ensemble des résultats de I'tivahation iconomique du mode 1 . séquence

Annexe 8 : Ensemble des résultats de 1'2\.aluation tkonornique du mode 2 ............. 133

Annese 9 : Ensembie des résultats de 1'2valuation konomique du mode 3 ............. 139

Annese 10 : Résultats d'analyse de sensibilité .............................................. 146

1 1. Annese 1 1 : Quelques informations sur la méthode d'anaiyse de risque RSS ......... -150
Liste des tableaux

T.\BLE.AL' 1 . 1 : ORDREDE GRASDEL'R DES COUTS DES DIFFÉREXTS POSTES DL! PROJET ......................... 3
TABLEAL' 1.2 : PARAMÈTRES DU G I S E M E X ï .................................................................................... 10
TABLEAU
2.1 : TYPESDE S E Q U E ~ C E SEN US.L\GE ................................................................................. 20
4. 1 : TXBLEXU RECAPITL'LXTIF DES RÉSULTATS TROL'\'~% .................................................... 13
TXBLEAU
4.2 : TYPESDE SÉQUESCES
TABLEAU ET COhTR.AIKiES GENEREES ................................................... 24
TABLEAU CARACTÉRISAXT LES DEUX TYPES DE GISEMEST ..........
3.1 : PXR.L\METRES ................... 33
TABLEAU
3.2 : COCTS DES ISFRASTRCCTURES GÉSÉRALES DE L.4 M I S E ......................
LAC SCHORTT 37
TABLEAU DE PRODUCTIOK DU PROJET GREVET..................................................................
3.3 : C O ~ T 38
...............................................................................
T.ABLEAI; 3.4 : E\'OLL'TION DES IXDICE DES ~0b?!i 40
3.5 : ECHÉASCIER DES ISVESTISSEXIESTS .............................................................................
TABLEAU 43
TABLE.^ 3.6 : i M ~ ~ ........................................................................................
~DE TRÉSORERIE
v ~ ~ , ~ JS
.
T A B L E A L :4.1.1 : ÉCHEASCIERDES ACTIVITES SÉQUESCE A 1 .............................................................. 50
DE C.APITAL ..........................................................................
T.ABLE.\C 4.1.2 : ÉV.ALU.ATIO~\;DL' C O ~ T 51
DE DÉVELOPPEMEST REQUIS POUR LE GISE5IEST 1 ................................ 54
4 . 1 . 3 . ~: TRXL'AUX
T.ABLE.W
TABLEAL DE DÉYELOPPEXIEST REQUIS POUR LE GISEMEST 2 ................................ 54
4 . 1 . 3 . ~: TRAVALX
f . 1.4 : É t ' 0 L l j ~ 1 0DES
TABLEAC ~ TR.A\'.\UJ'S DE DEVELOPPEMEST (GISEMEST ! ET 2 ) ........................ 33
--
TABLEAL
4.1.5 : É \ r ~ DE~CADESCE l ~ ~ ET DU COUT DES TRA\'AUX DE
~ ~ ASXL'ELLE
DÉVELOPPEMEXT ........................................................................................................ 56
4.1.6 : ÉVOLUTIONDES COLTS DE DEVELOPPEMEXT....................
TABLEAU ...................................... 58
4.1.7 : ÉVOLUTIONDES C O ~ T SDE PRODUCTIOS DLiRXST LA DL'REE DE VIE DE L.4 MISE ..... 59
TABLEAL
DE FERMETURE ................. .
4.1.8 : C O ~ T S
TABLEAU ........................................................................ 59
4.1.9 : ÉVOLUTIONDES DÉPENSES D*I,UVESTISSEME.W ET DE PRÉPRODL'CTIOIV ( IO'SCAN) 60
TABLEAU
4 . 1 .10..A : MOUVEMENTDE TR&ORERIE DE L'ÉTUDE DL! GISEMEST 1 .................................. 61
TABLEAU
E GISEMENT 2 .................................. 62
4.1.IO.B : MOUVEMENTDE TRESORERIE DE L ~ U D DU
TABLEAU
T A B L E A U 4.1.1 1 : ÉVOLUTIONDES TRAVAUX MINIERS DES G I S E M E h i S 1 ET 2 .................................... 63
4.1.1 ?.A : RESULTATS DU MOUVEMENT DE TRÉSORERIE DE L%TUDE DU GISEMEYï 1 .......... 64
TABLEAU
TABLEAU E GISEMENT 2 ..........63
4.1.12.B : RÉSULTATS DU MOUVEMEhT DE TRÉSORERIE DE L ~ U D DU
.
4.3.13 : EVOLUTION DES TRAVAUX 51INlERS SÉQUEXCE C MODE 1 ..................................... 65
TABLEAU
4.1.14.~: MOUVEMENT DE TRESORERIE FAIT POUR LE GISEMEXT 1 .................................... 66
TABLEAU
4.1.14.B : MOUVEMENTDE TRÉSORERIE FAIT POUR LE GISEMENT 2 .................................... 66
TABLEAU
4.2.1 : ECHEANCIERDES TRAVAUX D ~ X P L O ~ T A T I O............................................................
TABLEAL N 67
TABLEAU
4 . 2 . 2 . ~: M T TRÉSORERIE DL GiSEXIENT 1 ...................................................... 68
. O L ~ V E ~ I E SDE
TABLEAL; - TRÉSORERIE DL' GISEMEhT 2 ....................................................... 68
4 . 2 . 2 . 8 : M O U V E M E ~ DE
4.3.1 : ECHEASCIER DES A C T I V ~ É S....................................................................................
TABLEAL' 69
4 . 3 . 2 . ~: ~ ~ O L ~ V E ~DE
TABLEAU ~ ETRESORERIE
ST (GlSEirlEXT 1 ) ....................... .
........................... 70
DE TRESORERIE (GISEMEST 2 ) .......................................................... 71
1.3.2.8 : MOUVEME~T
TXBLEAC
DE VARIATIOS DES PXRAMETRES DE SESSIBILITÉ ............................ 78
4.5.1 : FFOCRCHETTES
TABLEAU
TABLE.^ 4.5.2 : DILLTIO.! ADDITIO.";SELLE (%) C'S PROFOKDEUR ...................................................... 78
Dans la pratique minière. il est souvent difficile de faire une étude de la sélection optimale
des sGquences d'exploitation i cause de la connaissance incomplète d'un gisement au moment
de l'étude de faisabilité. Néanmoins. une attention toute particulière est 3 prendre en compte
quant au choix d'une telle séquence. étant donné qu'elle peut être à l'origine de nombreux
problèmes techniques et économiques.

Une itude. visant i élaborer une base de données bibliographiques concernant les
sequences d'exploitation. les méthodes d'abattage en usage dans les gisements très inclinés
(psndage>-lj5) au Canada ainsi que les performances techniques et économiques des
exploitations souterraines. constitue le point de départ de ce mémoire. L'originalité de ce
rra\-ail provient de l'utilisation d'informations recueillies auprès des sociétés minières au
Canada ainsi qu'à l'élaboration des modèles d'estimation des coûts d'infrastructures générales.
du coût de capital et les coûts de production. Par la suite. ceux-ci servent à déterminer
l'influence des séquences d'exploitation sur la rentabilité d'un projet minier par le biais d'une
&.aIuation des indicateurs de rentabilité : valeur actualisée nette. taux de rendement interne. et
dglrii de retour.

Le premier chapitre présente une brise de travail et des données concernant l'aspect
2conomique des projets miniers. et démontre l'originalité et le caractkre personnel de la
présente démarche.

Le chapitre suivant sert ii établir une synthèse de données bibliographiques collectées


auprès des mines canadiennes. Cette étude a demandé une collaboration importante de la part
des cadres des sociétés minières. Les résultats concernent surtout les séquences d'exploitation.
les méthodes d'abattage en usage. les performances techniques et économiques de l'ensemble
des séquences d'exploitation, ainsi qu'une vue sur les différentes approches d'analyse de
l'impact économique de la dilution et des pertes sur la rentabilité minière.
Le troisieme chapitre résume l'approche théorique à suivre pour l'évaluation économique
des indicateurs de rentabilité des différentes séquences d'exploitation (valeurs actualisées
nettes. taux de rentabilité interne. détais de retour).

Le quatrième chapitre présente une étude de l'influence des séquences d'exploitation sur le
coût des infrastructures générates et sur la rentabilité des projets miniers. dans le cas de
l'exploitation des gisements très inclinés. Les resultats trouvés montrent que le gisement d'une
puissance de IOm présente des performances économiques plus favorables étant donné qu'il
possède des réserves minières plus importantes que le gisement de 3m de puissance. La
sequence commençant au fond en exploitant en trois étapes successives. conduit à des
meilleurs résultats économiques par rapport aux autres séquences d'exploitation. La séquence
q u i exploite la totalité du gisement en trois fronts simultanément en commençant du fond se
classe en deuxième lieu.

Enfin. le dernier chapitre montre les différentes approches d'analyse dos éléments
d'incertitude et présente une analyse de sensibilité des résultats de rentabilité face aux
changements des paramètres techniques et économiques incertains. Les calculs sont faits en
différenciant les rksultats par rapport i la dilution additionnelle. coût capital. coût de
production. prix du métal et au facteur de récupération de l'usinage. Cette étude préconise le
choix de la séquence exploitant le gisement en trois phases en même temps pour le gisement
de 10m de puissance, et la séquence qui exploite le gisement en trois étapes successives pour
le sisement de 3m de puissance. Une étude concernant I'évalurttion des risques pris sur la
faisabilité de la séquence la plus rentable dans le cas de I'exploitation du gisement de 1Om de
puissance (selon le modèle RSS). a aussi été présentée.
Chapitre I

SÉQUENCE D'EXPLOITATION : ÉTATS DE CONNAISSANCE ET


OBJECTIFS

- -
1 1 Spécificité d'un projet minier

- - I - Prélirrtirtuire
1 f
L' industrie minière nécessite un investissement très lourd. 5 caractère incertain et
irréversible qui. une fois engagé. va peser sur toute la vie de 1'e.uploitation et sur sri rentabilité.

En effet. l'investissement unitaire (c'est à dire. l'investissement total divisé par la capacité
journalière en tonnes de minerai) d'une exploitation minière réalisée en contexte non isolé se
situe en général entre 15.000 et 40.000 USS (1986). Cet investissement unitaire peut même
atteindre pour des sites isolés nécessitant l'installation de toute I'infr;istructure d e brise. des
valeurs de I00.000 USS (1986). Ces infrastructures représentent en effet. dans certains cas.
jusqu'à 60% de l'investissemer?t total (M. Bennani. 1996). dont la structure peut être résumée
comme suit (tableau 1.1) :

Tableau 1. 1 : Ordre de grandeur des coûts des différents postes d'un pojet'.

POSTE 1 MOYENNE 1 FOURCHETTE 1


Infrastructure 30% 10 5 60% 1
Équipement minier
Usine de traitement 1
15%
308 1
10à40%
20 à 60%
'11
Autres (services auxiliaires, études et supervisions) 1 258 1 25 à 30% I

' Source : Cours d'économie minière . M. Bennani. ENIM. 19%


P x rapport aux autres placements financiers. l'intensité capitalistique des opérations
miniCres (c'est 5 dire. l'investissement total divisé par le chiffre d'affaires annuel) est
particuliZ!rement élevée mais reste cependant comparable 5 celle des industries lourdes
(sidérurgie. métallurgie. industrie chimique). En effet. cette intensité capitalistique est de
l'ordre de 3 en moyenne. alors qu'elle n'est que de 1 pour les industries de transformation à
I'avril de la métallurgie. et d'une fraction de l'unité pour les activités de distribution par
esernple.

Avant de s'engager dans un projet minier. il faut bien déterminer toutes les spécificités
physiques. techniques et économiques pour avoir une bonne base d'évaluation de la rentabilité.

- - 2 - Spkifkités techniques
1 I

Au cours de l'étude de n'importe quel projet industriel. on accorde un intéri3 particulier au


choix du site d'implantation. Le projet minier. quant 3 lui. ne possède pas cet atout majeur.
c'est le gisement qui dicte le choix du site. situé souvent dans des rkgions éloignées où les
infrastructures de base font défaut.

C'est ainsi que dans certains cris. le projet minier doic tout prévoir à partir d'un site vierge :
routes d'accès. logement. eau. énergie. ateliers etc. Ce qui le rend trks capitalistique et
d'i nvestissernent requis très lourd.

- - 3 - Risques liés arc\- irtvestisserrtents


1 I
La longue durée nécessaire pour assurer une rentabilité acceptable à un projet minier rend
son 6tude encore plus difficile. ce qui impose aux mineurs d'accorder une importance
particulière a toutes les étapes de pré-investissement. En effet. ['incertitude est grande quand il
s'agit. sur des périodes de 15 i 20 ans. d'évaluer à la fois l'évolution du cours des substances à
~aloriser.la possibilité de substitution. à plus ou moins long terme. de ces substances par
d'autres maiériaux. en plus de certains aspects politiques (changement de politiques fiscales ou
sociales par exemple).

11 s'agit donc de projets caractérisés par l'importance des investissements requis. mais
igalernent par des risques élevés. Les décisions impliquent souvent des conséquences
tkonomiques lourdes. Le choix de la conception de la valeur est guidé par I'expkrience et le
jugement suivi de l'estimation des données disponibles. les valeurs estimées sont choisies pour
rivoir plus de sûreté et plus de confiance (introduction de facteur de sécurité). Actuellement.
l'évaluation du taux de risque se base sur des modèles mathématiques complexes en utilisant
des fonctions de densité bien précises pour l'estimation des composants ou des indicateurs de
Iri rentabilité.

Les projets miniers sont considérablement influencés par les prix de mital fixés par le
marché mondial. Les approches utilisées pour définir les options de prix sont très difficilement
appliquées dans ce cas.

/ - I - 4 - Approches d'estimations
cause de la lourdeur des investissements requis dans l'industrie minière et de son
carrictike risqué. ii est d'une extrême importance de procéder à des estimations aussi précises
q u e possible de t'avancement des études. On procédera au départ par analogie avec les
e~ploitritionsexistantes de même nature dans les mêmes conditions.

Au stade de Ia préfaisabilité. on pourra procéder par modélisation des principaux postes en


fonction des paramètres les plus pertinents. et au stade de la faisabilité. on procédera a une
analyse iconomique de l'influence des séquences d'exploitation prévues i l'avance sur la
faisribilits d ' u n projet minier.

- -
1 2 Problématique

L'exploitation des gisements filoniens très inclinés est souvent affrontée 5 des problèmes au
niveau de :

- l'optimisation des séquences d'exploitation.

- la redistribution des contraintes.

- la conception de la production dans différents types de chantiers en opération.

- la teneur moyenne optimale à l'usine de traitement.


C'est pourquoi. une mauvaise séquence d'exploitation a des effets néfastes sur le taux
d'extraction et la stabilité des chantiers d'abattage (contrôle des terrains). Les opérateurs
miniers ont la charge d'affronter souvent les problèmes de dilution excessive du minerai
(surtout la dilution additionneIle) et les pertes des réserves minières. Ces deux facteurs
peuvent affecter la rentabilité des opérations minières et peuvent même conduire à la
fermeture de certaines mines comme la mine Tintor en 1988 (S. Plsneta et al. 1997).

La séquence d'exploitation fait réference toujours B l'ordre d'extraction des parties des
gisements (phases d'exploitation) et à l'ordre d'extraction des chantiers d'abattage B l'intérieur
de chacune des phases d'extraction.

Souvent In combinaison de plusieurs séquences d'exploitations ou plusieurs phases


d'extraction @ère un phénomène de contraintes complexes pouvant mettre en péril la
stabilitk des terrains. En effet. on partage le gisement habituellement en deux ou trois phases
d'exploitation. L'effet de piliers apparaît donc entre les vieux travaux (parties supkrieures
Cpuisirs du gisement) et les fronts d'exploitation en progression.

La figure ( 1.1 ) démontre la création d'un effet de pilier (S. Planeta et ai. 1997) dans les
séquences d'exploitation en usage.
Épontr supirisure &on te inférieure

Effec de limite

Effet frontal

Fig. 1.1 : Création de l'effet de pilier.


Le principe de création de l'effet global de pilier se base sur la convergence de l'effet frontal
dynamique (augmentation de contraintes avant le front en progression) vers l'effet de limite
d'exploitation (augmentation des contraintes dans le voisinage de vieux tnvaux). ce qui génère
dans le massif avoisinant une surcontrainte très intense. normale aux épontes.

L'optimisation des séquences d'exploitation vise simultanément la meilleure redistribution


des contraintes. la meilleure rentribil ité et la sécurité des opérations souterraines. C'est
pourquoi. on peut classer les différentes variantes de séquences en quatre catigories' :

C'est la siquence d'exploitation la plus favorable du point de vue de la redistribution des


contraintes. Une seule phase est nécessaire pour l'ensemble du gisement avec un seul front
progressant en montant à partir du fond du gisement. Aucun pilier régional n'est ainsi produit
( tïzure 1 .La)*

L'exploitation se fait en deux fronts progressant simultanément et au sens opposé i partir du


centre du sisement et également aucun effet de pilier régional n'est développé (figure 1.2.b)

/, *Zone exploitée

D Séauences A 1
Remblai

fond de gisement
Séauences A 2

Fig. 1.2 : Sbquences très favorables.

' Source : Séquences optimales d'exploitation dans le cas de l'exploitation des gisements très inclinés. S. Planeta.
1997
Dans ce cris l'exploitation débute de facon 5 créer un seul effet de pilier. L'exploitation du
gisement s'effectue soit en une seule phase avec deux fronts progressant simultanément en
montant. soit en deux phases. chacune avec un seul front en montant (figure 1.3).

A
....................................

front 1
prinie

,/-- -.*ieffet de
'..
partie front? **

i nfirieure

Fig. 1.3 : Séquence de type B.

L'exploitation débute successivement en trois ou plus de phases d'exploitation chacune


avec u n seul front en montant. Ce qui conduit i la création de plusieurs effets de piliers
(figure 1.4).

Fig. 1.4 : Séquence de type C.


- -
/ 3 Objectif du rapport

La planification des séquences d'exploitation souterraine pour les gisements très inclinés
constitue u n élément important pour l'étude économique des infrastructures générales et pour
la rentabilité de l'exploitation.

Ce étude rt pour objectif de :

ZI Élaborer une base bibliographique concernant les sequences d'exploitation actuelles. les
mirhodes d'exploitation en usage dans les gisements très inclinés (pendage>45") au Canada
ainsi que les performances techniques et économiques des exploitations souterraines.

ZI Diterminer I'influence des sequences d'exploitation (type AL. B. C) sur le coût des
infrastructures générales et sur la rentabilité du projet (indicateurs de rentabili tg. valeur
actualisée nette VAN. taux de rentabilité interne TRI). L'ne analyse de la sensibilité du TRI au
changement des paramètres technico-économiques incertains sera présentée suivie d'une
analyse de risque de la faisabilité de la szquznce la plus rentable.

On supposera que le tout-venant sera traite dans une usine située sur le site de la mine et on
t.nvisa_oeraici la rentabilité de I'ensemble intégré mine et traitement minéralurgique. En effet
les concentrés marchants ont une valeur calculable par des formules classiques en fonction de
leur teneur. des cours des métaux. des frais de transport jusqu'au traitement métallurgique. La
rentabilité de l'ensemble mine - traitement rninéralurgique est en principe nécessaire et
suffisante pour justifier la réalisation du projet. La question de savoir si le traitement
m6tallurgique pouvait éventuellement étre intégré avec profit dans l'opération minière se pose
que rarement. excepté pour les p o s gisements.

Les paramètres importants qu'il faut déterminer avant toute analyse économique sont :

ri) Tonnage des réserves minières (RM)à escompter:

b) Cadence annuelle raisonnable d'exploitation et durée de vie prévisible du projet:

C) Qualité du tout venant exprimé en teneur récupérable du produit marchant (or) et


revenu espéré en fonction des cours prévisibles;
d ) Capital nécessaire i la réalisation du projet:

e ) Coût d'opération en SCANIt du tout venant traité:

tl Calcul de rentabilité du projet.

- -
1 4 Méthodologie :

Dans ce rapport. l'Aude économique est faite pour deux variantes de gisements situées
entre le niveau 100 m et 1000 m et dont on prendra les conventions de subdivision en zones
d'exploitation illustrées à la figure (1.5) tout au long du rapport. les données géométriques
sont rassemblées dans le tableau (1.2). Ces panmètres sont similaires sauf pour les puissances
q u i sont de 3 m et de 10m respectivement pour la variante 1 et 1a variante 2.

Zone 1

1
Zone B
Zone 3

Fig. 1.5 : Subdivision des gisements étudiés en zones d'exploitation.

TabIeriu 1.S : Paramètres du gisement

PARAMÈTRE 1 GISEMENT 1 1 GISEMENT? I


Extension du gisement (m) 1 350 450 1
Profondeur (m)
I 900
I 900
Il
Puissance (m)
Pendage (O) 1
3
70
1
10
70
I1
Poids volumique(t/m2) 3 3 L

Réserves minières (.Mt) 4.0 15 1 13.384 I


Teneur (oncesh) 0.32 0.32 f
Dans le but de démontrer l'impact des séquences d'exploitation sur la rentabilité du projet
minier. on a divisé notre travail en deux grandes parties (figure 1.5) : La première consiste à
Ztudier des in frastructures conventionnelles tandis que la deuxikme traite les infrastructures
non conventionnelles (dans lesquelles on discutera des nouveIles séquences et methodes
d'exploitation et de nouveaux modes de transport).

Partie 1 : Intiastructures conventionnelles

On analyse dans cette partie trois modes diffirents d'exploitation à savoir :

.Wode I :Selon ce mode (figure 1.6). ie gisement est complètement connu 3 f'avance.
Dans ces conditions. le puits est construit jusqu'au fond du gisement. L'extraction du gisement
est donc réalisée en une seule phase d'exptoitation. on distingue dans ce mode trois cris :

Cas 1 : Ce cas est caractérisé par un seul front d'exploitation dibutant à partir du fond du
gisement et progressant vers le haut jusqu'à la surface (figure 1.7). Afin d'alléger le coût initial
b

d'in i.estissemrnt. les travaux d'infrastructure autres que le puits seront effectués
successivement en trois étapes selon la progression du front d'exploitation :

- É r q x I : installation des infrastructures (galeries. travers bancs. cheminée a stérile.


cheminée h minerai. station de chargement. station de concassage) afin de commencer l'étripe 1
de l'sxploitrition (zone 3). entre les niveaux 1Oûû m et 700 m.
Étiitie dc I'irl'i*;isti*uctiirc gkiiérrlc (pour çliaquc ~ u r i i i i i t e )

/I
Infrastruçturc conveiitia~indle

I
lnfrwstructurc :CI\ lnfrnstruciurc :es ileux
uiic sculc dliip~'. deux dtüpcs
Extraction : ioiis Ics L(IOI)C'S.
Kxtrwciion : SC tiiii et1 Exiruïtkm: sefiiiieii

-
Ii-oiiisd'cxploii;iiioii deux plii~sesdifl%rCcs
sont cxploiids iiii dctin ~II~ISCS ditErdes,
I'iiiic ci1 1iiOlit;ilil C I
I ' i l i ~ tCI]
~ ~~CSCL'I~~IIIII
'

nuits

'l'ypcs de sdqucnces : T y p <le~&pcnccs : ' r y p ~clc


. ~S ~ C ~ ~ ~ :C I ~ ~ C S ' r y p de S~Q~NI~CCS : ' ~ ' y p eCIC
~ S~!~UCIICCS:
- Elope 2 : au cours de l'achèvement de l'exploitation de la zone 3. on commence
l'installation de l'infrastructure entre les niveaux 700 m et 400 m (zone 2).

- Étape 3 : cette étape commence avant la fin d'exploitation de la zone 2.


l'infrastructure est complétée pour la zone 1 entre les niveaux 4OOm et LOOm.

Dans ce cas. on exploite le gisement avec un seul front d'exploitation. il ne présente donc
aucun effet de pilier. ce qui correspond A la séquence A 1.

Puits
Fig. 1.7 : Mode d'exploitation de type 1. séquence A 1.

Cas 2 : Pour le cas 2. deux fronts d'exploitation progressant simultanément l'un i partir
du fond et l'autre à partir du centre de gisement sont prévus (figure 1.8). L'infrastructure. autre
que le puits. est établie en deux étripes selon Ia progression du front d'exploitation :

- Érqe 1 : avant les travaux d'abattage. l'infrastructure est installée simultanément


entre les ni\reaux 1OOO met 700 m et entre les niveaux 550 m et 300 m.

- Étape 2 : Avant la fin d'exploitation des deux zones précédentes. on commence la


construction de l'infrastructure pour le reste du gisement.

Ce cas correspond à la séquence B (création d'un seul effet de pilier).


Étripe 2
d'exploitation

Étape I
d'exploiwtion

Puits
Fit. 1.8 : Mode d'exploitation de type 1. séquence B.

Cas 3 : I'infrastmcture souterraine est construite intégralement en une seule étape. avant
les travaux d'abattage. avec trois fronts d'extraction simultanément en progression (séquence
C ) figure 1.9.

A
/"
_t
Front 3
d'exploitation Gisement
400 m
................................................
Uns seule 6trtpe
Front 2

_L
d'infrastmc!ure
d'sxpfoitation
7-m
...............................................................

Front I
d'exploirririon 100 m
................
*.*....**....-...-*..*.....-.....-...---..*.**--..*... t
Puits
Fig. 1.9 : Mode d'exploitation de type 1. séquence C.

itfode 2 :Ce mode représente le cas où seulement la partie supérieure du gisement est
connue i l'avance. le puits et le reste des différentes infrastructures sont installés jusqu'au
niveau 550 m de profondeur et avant la fin de l'exploitation de cette partie. I'infrastnicture est
approfondie jusqu'au fond du gisement. Donc. l'infrastructure souterraine de la mine est
rérilis6r en deux étapes et l'extraction est faite en deux phases chacune avec un front
d'clsploitrition (figure 1.10). ce mode correspond à la. séquence B.

Front 1
J'eunloitationt
Gisement

550 m
Puits
I
ÉtaF

Phrisr I Phase 2

Fig. 1.10 : Mode d'exploitation de type 2.

,Wode 3 :Ce mode est une extension du mode 2. On considère ici que seulement le tiers
du gisement est connu i l'avance. le puits et le reste de l'infrastructure sont installés dans une
première étape i~ partir de Ia surface jusqu'au niveau 100 rn avec un seul front d'exploitation.
puis seront approfondis dans une deuxième étape jusqu'au niveau 700 rn avec un deuxième
front d'exploitation. Ils seront amenés dans une troisième étape jusqu'au niveau 1000 m.

Donc. l'infrastructure est réalisée en trois étapes chacune avec un seul front d'extraction. ce
qui représente la sSquence C (figure 1.1 1 )

Front 1
Gisement
Gisement

Puits

Gisement t
Front Z 7 M m

Puits
Front 3
...................
Phase 1 Phase 2 Phase 3

Fig. 1.1 1 : Mode 3 d'exploitation.


Partie Z : Infrristructure non-conventionnelle

Dans cetre partie. on essayera d'envisager des methodes d'exploitation et des méthodes de
transport non conventionnelles (élévateur à godets. convoyeur souple. transport hydraulique ...)
afin de minimiser l'investissement de l'infristnicture souterraine. Ainsi. on discutera deux
modes d'exploitation en s'inspirant des séquences d'exploitation non conventionnelles :

LWode 4 : disposition semblable au model (cris 2). à l'exception de l'exploitation qui


dGbute du milieu du gisement en montant et en descendant simultanément. L'infrastructure est
donc consrruite en une seule étape et i'sxtraction est faite en une seule phase avec deux fronts
d'exploitation en progression (figure 1.12).

............... ,.
,.
Gisement

Front I
d'exploitation
550 m

Front 2
d'exploitation t Puits
Fig. 1.12: Mode d'exploitation de type 4.
Cnr seuls
etape

.WoJe 5 : même disposition que le mode 4. sauf pour I'e.upioitrition descendante de la

partie inférieure qui commence après l0t2puisementde la partie supérieure. L'infrastructure est
divisk en deux étapes et l'extraction du gisement est réalisée en deux phases d'exploitation
chacune avec un seul front d'exploitation (figure 1.13).
Franr 1
d'sxploitcition
t ........550 1 ..... .....-----.
..........rn
Puits
rF1

Front 2
d'exploitation
t
..

Fig. 1-13: Mode d'exploitation de type 5.

Les modes 4 et 5 font référence au type de séquence A?.


Chapitre II

COLLECTE DE DONNÉES AUPRÈS DES MINES

II - 7 - Préliminaire
Ce chapitre a pour but d'élaborer une base de données bibliographiques concernant les
s6quences d'exploitation. les méthodes d'exploitation en usage dans les gisements très inclinés
( p e n d a g e r l j O ) au Canada et les performances techniques et économiques. Cette étude sera
sui vie d'une analyse de l'impact économique de la dilution et des pertes des réserves sur la
rentabilité minière.

En d'autre terme. l'objectif principal de ce chapitre est de faire une analyse de la situation
actuel le des sCquences d'rxploi tation utilisées dans les mines exploitant des gisements très
inclinés. Malgré les donnees incomplètes recueillies auprès des mines. on a pu faire une
synthèse incluant I'etude de 20 mines : Lac Shortt. Niobec. Bousquet 2. Agnico-Eagle. Hope
Brook. Chimo. Ansil. Doyon. Opemiska. Giant. Casa Berardi. Sigma. Joe Mann. Macassa.
Forest Hill. Pierre Briuchemin. L. Beliveau. Renabie. Grevet. Lupin.

Cette premiere phase du projet a nécessité une coopirrition importante de la part des cadres
des sociktés minières afin d'évaluer les performances technico-économiques de certaines
mines souterraines.

II - 2 - Analyse des séquences en usage


Pour chaque mine étudiée. o n dresse un tableau donnant des informations sur :

- I a largeur (puissance ) moyenne du gisement.

- la méthode d'exploitation utilisée dans différents chantiers.

- le type de séquences d'exploitation.


- les performances technico-économiques (dilution additionnelle. contraintes. coûts
spticifiques).

;\ titre de remarque. le type de séquence d'exploitation est obtenu à partir d'une analyse de
l'historique d'exploitation de la mine en question. Les sections transversales et longitudinales
des travaux d'exploitation. en constituent ainsi les moyennes d'analyses. démontrant les
phases d'exploitation et les effets de piliers qui en résultent. L'annexe ( 1 contient queIques
exemples des mines étudiées.

Le tableau (2.1) résume les résultats des différents types de séquences d'exploitation de
chaque mine étudiée.

Une interprétation statistique directe à partir du tabIeau (2.1). est représentée à la figure
(2.1 ) montrant que le type de s6quence le plus répandu est le type B suivi de C.
Tableau 2.1 : Types d e séquences en usage.

1 XIISE I ZOSES I 1
NOMBRES DE PHASES
SEQLENCES TYPE DE

1
r --
Ansil 3 B
Bousquet 1 --- 3 C
1 Casri Benrdi S .O 3 C

I
C-Bsli~eau --- -7 A

Chimo 5' ZONE -


7 B
Doyon ZOSE PRISCIPALE 2 - 3 6-C
ZONE OCEST 3 C
Forssl Hill --- 3 B
Gimt --- 3 B
ZONE EST 3 C
N.E . $.O 3 C
Grevet Zone 1 1 .A
- -

Zone 97 4 C
Zone centrrilc 4 C
Hope Brook --- -
7 B
L X Shont --- 3 C
Lupin Zone Ouest -4 C
Zone centrale infirisure 4 C
Siobec --- -
7
B
~Ixassa --- 3 C
Jos Mann --- --a ---

I
Opemiska 11
ZOSE 1 I1
2 I
B

I ZONE 2 1 -
7
I

I B Il
d
Pierre Bauchsmin --- 2 A

Renribie 1 ---
1
3 C
Zone 3
I -7 S
t y p de séquence
Fig. 2. L : Type de séquence en usage.

- -
II 3 Méthode d'exploitation

Pour les gisements filoniens très inc,lin&. les méthodes d'exploitation les plus répandues
sont :

- chambres remblayées (CR)

- chambres - magasins (CM)

- chambres vides (CV)

- sous-niveaux et longs trous (SN)

Généralement. la méthode par sous-niveaux et longs trous est assez fréquemment utilisée
par plusieurs mines. mais rarement dans les chantiers typiquement filoniens à l'exception de
quelques mines (Joe Mann. Doyon. par exemple). Durant la durée de la mine, les opérateurs
essayent d'adapter les différentes variantes des méthodes d'exploitation utilisées face au type
de gisement rencontré.

iMalgré les données incomplètes. il est tout de même possibie de conclure que les méthodes
les moins productives sont celles des chambres remblayées. suivies de chambres-magasins.
sous-nivaux longs trous et chambres vides. Cette dernière méthode est beaucoup plus
productive que les autres méthodes d'e~~loitation'.

Dans le cas d'une irréguiarité des épontes dans les chantiers d'abattage et d'une mauvaise
qualité des terrains. la méthode par chambres vides peut difficilement être utilisée. parce
qu'elle peut générer une dilution plus importante. Donc il reste deux méthodes largement
utilisées chambres-mapsins pour les terrains assez compétents. et chambres remblayées pour
les mauvais terrains. Cette dernière mithode cause le moins de dilution et est considérée plus
sécuritaire.

- -
II 4 Performances technico-économiques

il - 4 - 1-Performances techniques :

Le pourcentage de récupération en chantier varie d h n e mine à l'autre. car on laisse plus ou


moins de piliers et de minerai selon la méthode d'exploitation utilisée. En général. la
rCcuperation varie entre 85 et 100 9. elle est habituellement plus forte avec la méthode
chambres rernbhyées et plus faible avec chambres vides.

Ce paramètre qu'on détaillera ultérieurement est généralement connu sous deux formes :

- dilution planifiée : lorsque l'ouverture du chantier dépasse la puissance de filons.

- di lut ion additionnelle : lorsque, pour des raisons techniques et géotechniques. un matériel
non économique et non planifié s'ajoute aux réserves minières planifiées. Elle dépend de la
-géométrie de la chambre d'abattage, des dimensions des veines et de la méthode
d'exploitation.

Le tableau (2.1) résume les différentes valeurs moyennes de la dilution additionnelle de


chaque mine ainsi la méthode d'exploitation. la puissance du gisement et le type de séquence.

' Source : Évriiurition des investissementset des coûts opérationnels. J.S Redpath. novembre 1986
La dilution additionnelle se situe généralement entre 15 % et 25 %. mais parfois elle peut être
plus grande de telle façon qu'elle soit la principale cause de fermeture de Iri mine (Tintor.
1988). Elle est raisonnable pour les mithodes chambres remblayées. chambres magasins.
chambres et piliers ou. chambres vides à condition que le type de séquence soit très favorable
ou hl-orable (cris de la mine Louvicourt par exemple).

Tableau (2.2) : Tableau récripitularif des résultats trouvés.

>![XE -MÉTHODE
R
A
LL- DILUTION
XDDIT[ONNELLE
8
Casa B t n r d i C.R C 0.5-3 15 % n
Xiobrc C.V B 26 1 0%
Lac Shont C.V C 5 -5 7.23 %
Joe Mann C.LM --- 1-2 5 Crc
S.N 20 5%
Doyon S.N C 16.25 18 %
Bousquet 2 C.V C 3 à 12 15 Clc
Xgnico-Eagle C.V C 3 ; i 12 15 C7c
Ansil C.V B 15 ---
Chimo CJM
S.N
A
B
457 20 52
1
I[ Hope Brook 1 C.R B 1 35 1 --- 1
Gimt C-R B 20 - 3 ---
Sigma C.M --- 3-9 10 %
C.R 3.9 10 %
C-P 3.9 10 Crc
S.N 3-9 20 '7c
Macassa C.R C 6 -8 ---
Forest Hill CM.SN.CR B 0.6 -2.4 excessive
Pierre Bauchemin CP. C M X 12 - 2 3 15 3
'
C.Beliveau CV A 30 15 %
Renribie SN C --- excessive
Grevet C.V A. B. C 5.6 excessive
Lupin S.N C --- excessive l
Dans le cas des méthodes d'abattage par chambres vides. fa dilution peut devenir assez
&levée (Bousquet 2. Agnico-Eagle). surtout dans les secteurs où la compétence des épontes
supérieures est faible.
I I - 4 - 1 - c - Contraintes :

L'etude des contraintes et des déformations est considérée comme une base de ia mécanique
des roches. elle permet de :

- localiser ies défauts naturels des roches (discontinuités).

- présenter u n e caractérisation complète des roches (essai d'identification. essai de


résistance).

- modklissr les pressions et les mouvements des terrains (notamment autour des chantiers
d'abattage).

Malgré les donnees incomplètes constatées dans la bibliographie qu'on dispose (manque de
donnies quantitatives des contraintes). on a essayé de décrire les contraintes qui surgissent
entre les phases d'exploitation. Les resultats (annexe 1 ) prouvent que les séquences de type C
causent des contraintes plus élevées. ce qui peut engendrer une dilution additionnelle
excessive. Généralement la séquence A cause des contraintes modérées.

Si on élimine les autres facteurs qui intluencent les performances techniques de


l'exploitation. on constatera que plus le nombre de phases d'exploitation augmente. plus les
contraintes surgissent (tableau 3.2).

Tableau (4.2) : Types de séquence et contraintes générées

TYPE DE SÉQUENCE I CONTRAINTES

Il
1

A modérées
1

B moyennes
Il
II - 4 - 2 - Performances économiques

La prise d'une décision de développer un projet minier dépend d'une multitude de facteurs
technico-économiques. Les plus importants sont :

- Réserves minières et leur teneur.


- Méthode d'exploitation et productivité.

- Coût du capital et de production.

- Prix de mita1 (actuel et ultérieur ).

- Politique et objectifs de la compagnie à moyen et à long terme.


Le coût direct de production inclut les coûts sous-terre et de surface.

Les coûts sous-terre comprennent les coûts d'exploitation et de développement. alors que
les coûts de surface sont constitués des frais d'usinage. d'administration. de transport s'il y a
lieu et d'autres tels que ceux des senrices.

Lri moyenne des coûts directs de production est d'environ 66 à 71 SCadtonne courte. Ils
sont très \,ririables d'une mine 5 l'autre. ils fluctuent entre 14 et 129 SCadtonne courte.

Cependant. il faut tenir compte que certaines mines avec des coûts élevés sont de nouvelles
mines encore à l'étripe de démarrage wec beaucoup de développement en cours.

Dans ce qui suit. on essayera de déterminer les facteurs qui influencent la méthode
d'exploitation. le diveloppement spécifique. et l'infrastructure générale de la mine
(dt5-eloppementgénéral).

I I - 4 - 2 - a : Facteurs économiaues influençant la méthode d'exriloitation

- coûts directs de l'exploitation.

- coût de récupération d u capital d'investissement initial.

- aptitude du cash flow généralisé pour assurer les opérations à long terme et les
caractéristiques du marché dans lequel le produit se vend.

Le coût de production d'une tonne de minerai est parmi les principaux facteurs à analyser.
souvent. il dépend beaucoup de la méthode d'abattage utilisée. En général. il est plus élevé
pour les méthodes dites à faible rendement comme chambres-magasins et chambres
remblayées et plus faible pour les méthodes dites a haut rendement comme chambres vides et
sous-niveaux longs trous (annexe 1 ).

II - 4 - 3 - b : Facteurs économiques influençant l'infrastructure générale

Pour commencer la production. il faut effectuer une infrastructure générale adéquate


permettant I'acces au gisement.

Le fonçage de puits est l'étape la plus difficile. il coûte environ 3000 SCan /pied pour le
tJ,pe de puits verticaux. Les galeries. les travers - banc. les monteries sont plus faciles i
creuser et coûtent moins cher que les puits verticaux ou les rampes.

La construction d'une rampe d'accès est souvent plus onéreuse. même si eIle prksente des
avantages techniques tels que sa flexibilité pour le transport d'équipement et de personnel
d'un ni\?eauà l'autre. Cet ouvrage exige une bonne qualité de terrain.

II - 5 :Différentes approches d'analyse de l'impact économique de la dilutjon


et des pertes sur la rentabilité minière

Plusieurs auteurs ont essayé de définir l'impact économique de la dilution et des pertes des
réserves sur la rentabilité. parmi eux. selon (H. Djelloud. 1996). on cite l'approche d'Agraham
11968 ). d'Alrngren (1986) et de Bawden et a1 (1989 )'.

Le principe de l'approche d'Agraham se base sur l'évaluation du coût d'une tonne de


stérile. Il constate que le profit unitaire diminue au fur et à mesure que la dilution augmente.

L'approche d'Almgren tient compte de plusieurs paramètres technico-économiques (durée


de la vie de la mine. le taux de rendement. les penes des réserves...). Elle se base sur ia
d6termination des critères de la valeur actualisée des revenues (VAR) et la valeur actualisée
des coûts (VAC ).

Source : Analyse de l'impact économique de la dilution et des penes des réserves sur Irt rentabilité minière. H.
Djelioud. 1995
L'approche de Batvden et al ( 1989) met en relief l'impact de la dilution par le biais du taux
de rendement interne (TRI). Les auteurs ont prouvé que le TRI diminue au fur er mesure que
Ie pourcentage de dilution au,-men te.

La phase de réalisation du projet minier. puis celle relative i la mise en exploitation de la


mine s'riccompagneronc de divers flux monétaires tel que : les besoins du projet (sorties de
fond) et les disponibilités (entrées de fond). Ces flux vont engendrer des mouvements de
tresorerie annuels. Ce qui nécessite l'établissement d'une comptabilité détaillée par période et
par nature de flux (compte d'exploitation annuel. bilan de fin d'année. compte de trésorier...).
Pour procéder a une évaluation économique. l'approche de Bawden et al. utilise les deux
critkres suivant : valeur actualisé nette (VAN) et taux de rendement interne (TRI). La VAN et
le TRI seront définis respectivement aux chapitres 111-4 et 111-5.

L a méthodologie qu'on propose se base sur le calcul de la valeur actuaiisée nette (VAN) et
le taux de rentabilité interne (TRI). La première étape définit l'impact direct de la dilution et
des pertes des réserves sur la rentabilité minière en relevant les valeur de la VAN et le TRI
pour chaque scénario d'exploitation (avec ou sans dilution. avec ou sans pertes ou les deux).
La deuxiéme étape analyse la sensibilité de la VAN vis i vis des paramètres techniques et
<conorniques incertains (prix du métal. taux de change. coût capitat. coûts total d'opération.
dilution. pertes des reserves).

D'après les risultats de cet étude. i l sembie que la dilution est parmi les paramètres les plus
intlurnqrint et son optimisation constitue un élément primordial pour un bon déroulement de
l'exploitation souterraine.
Chapitre III

APPROCHE THÉORIQUE

Ill - 7 - Préliminaire
Parmi les itapes de l'étude d'un projet minier (projet de création de la nouvelle mine ou
d'extension d'une mine existante). celles relatives i la conception d'une mine et i l'évaluation
kconomique sont d'une importance particulière. En effet. il est primordial de savoir à l'avance.
et d'une manière aussi précise que possible. si les investissements qui seront engagés. en
oénéral trks lourds. sont rentables ou pas. II s'agit alors de se projeter dans le futur pour
C

analyser le fonctionnement de l'entreprise minière qui gère le projet et faire son analyse sur les
ni\.eau.ude performances techniques et financières.

Différents outils et critères seront définis pour évaluer la rentabilité des investissements
consacrés au projet. II s'agit en particulier de la valeur actualisée nette (VAN). du taux de
rentribi1ité interne (TRI)et du temps de récupération des investissements.

- -
111 2 Paramètres technico-économiques

III - 2 - u :Réserrves minières ( R M )


Au stade de l'indice. on se fixe une valeur qui sera seulement un objectif vraisemblable. si
u n travail d'estimation est entrepris. on remplacera bien entendu les hypothèses arbitraires
initiales par des valeurs de mieux en mieux fondées. Les évaluations économiques se
répercuteront d'ailieurs sur la nature des travaux d'estimation du gisement puisqu'on voudra
s'assurer contre les risques en réduisant les fourchettes de confiance. ce qui implique
nécessairement des sondages et des travaux miniers plus coûteux.

De toute façon. le gisement considéré est bien défini comme le montre les paramètres
géométriques donnés au tableau ( 1.2).
III - t - b :Torrnage a~tnuel(TA)
11 y a une rèzle générale simple dans son principe. parfois plus difficile dans son
application qui est la suivante : On doit choisir pour le tonnage annuel la cadence maximale
compatible avec la nature du gisement. les goulots d9étran_olement(pénurie d'eau. pénurie de
main d'cruvre. transport...). les conditions financières et une vit: productive d'au moins 7 ans.
La raison de cette regle est bien connue. c'est l'effet d'échelle règle quasi-générale de toute
entreprise.

Ginéralement la détermination de la cadence de production est basée sur des formules


empiriques de types physiques et économiques.

Les caractéristiques ~hvsiques

La loi de ~ a ~ l o: tonnage
r' journalier = 0.011 (RM)'.'~ pour les mines souterraines et
les mines i ciel ouvert.

Ln loi de 2wiagint : tonnage annuel = 390 (RM)".'pour les gisements souterrains de


charbon.

1000 tonnes par jour pour chaque 1OOO pieds de profondeur du gisement souterrain
( iveinesetroites )'.

Un niveau par an (avec LOO à 130 m pour chaque niveau) pour les gisements
souterrains à veines étroites'.

Le tonnage journalier (TJ) de la mine est en relation avec les réserves unitaires du
gisement: TJ = 0.1xSxp Tel que' :

S : section horizontale (m2)= extension x épaisseur horizontale.

p : poids volumique (t/rn3).

' Source : .Mine feasibility studies. D.W. G E N T R Y . SME Engineering hrindbook .1995
- Source : Documentations internes des mines Bousquet et Agnico-Erigle
Les caractéristiciues économiuues

Le cash flow doit rembourser le capital au moins deux fois.

Le cash flow doit Stre remboursé dans deux ans.

100 000 oz /an : production minimale des mines d'or.

DurGe de vie minimale est 7 ans.

La production annuelle ne doit pas excéder la demande du marché.

Dans notre projet. on s'est basé pour l'évaluation du tonnage annuel moyen sur la formule
empirique de Taylor son application fréquente au niveau industriel.

L'&.olution de la cadence annuelle d'exploitation au cours de la durée de vie de 13 mine est


rigie par trois phases dont l'objectif des opérateurs miniers est de maximiser la rentabitité des
investissements initiaux:

2 Phase transitoire caractérisée par un volume important des travaux préparatoires dans
le stérile et le minerai. Cette période commence par le tonnage du minerai abattu tors des
travaux préparatoires et un faible pourcentage des travaux d'abattage en chantier.

1 Phase permanente qui suit la séquence d'exploitation établie et se caractérise par un


tonnage nominal ivalué 5 partir des différentes lois d'estimation du tonnage annuel présentées
en haut (dans notre cas la formule de Taylor).

J Phase de fermeture de Iri mine où le tonnage annuel commence à baisser. ce qui


ginere une diminution des profits.

La figure (3.1 ) montre l'allure générale de l'évolution de la cadence d'exploitation au cours


de la durée de vie de la mine.
phase
permanente

Fig. 3.1 : Évolution du tonnage annuel (TA).

III - 2 - c :Durée de vie


De même. le calcul de la durée de vie optimale de la mine peut conduire i des durées trop
courtes. il faut donc prendre en considération. pour fixer la durée de vie pratique. les
principaux éléments suivants:

Exploiter un gisement pendant une durés de vie d'au moins 7 ans:

Laisser le temps aux $ologues de bien comprendre et définir le gisement.

On pourra igalement appliquer une formule empirique de type Taylor :

Durée de vie (années ) = 0.2 RM'.'~ OU RM représente les réserves minières

Généralement il y a deux aspects qui influencent d'une façon contradictoire I'évaiuation de


13 durée de vie de production :

L'importance de la quantité des réserves:

Le délai de remboursement du capital.


La durée de vie est donc un paramètre essentiel du point de vue d'actualisation des

depensrs. Elle est calculée dans notre cas à partir de la formule : DY = .

III - 2 - d :Dilirtiorr et pertes


La dilution et les pertes additionnelles des résenes sont considérées parmi les principaux
facteurs qui i nfluercent négativement les performances techniques et économiques de
trition souterraine.
I'e~ploi

L a dilution planifiée er/ou les pertes planifiées sont déterminées respectivement p u l'ajout
de certaine quantité de matériel non économique et/ou en soustrayant une partie du mat&iel
econornique. Cependant. pour des raisons techniques et géotechniques. un matériel non
&onornique et non planifié s'ajoute aux réserves minières ainsi qu'une partie de ces dernières
si' voit abandonner. c'est ce qu'on appelle respectivement dilution additionnelle et pertes
additionnelles des réserves.

En _oinéral.les auteurs different quant ri la formulation mathématique de la dilution. on peut


risumer ces difinitions dans l'organigramme suivant (figure 3.2)

-- - -

Pourcentage d e dilution Fïcieur de dilution ]


1

Definition 1 : Définition 2 :

I1 DtTmition 3 :
D3= I Oc)x(tsnrur non dilucie - teneur diluee)/teneur non
1
diiuée
FD = minerai d i h é I mineni non dilué 1
Fig 3.2 : Définition de la dilution
La définition "Facteur de dilution" est proposée par S. Plrineta ( 1997). afin de normaliser la
dilution et &riter 13 confusion entre les différentes définitions. de Iri même façon. on prendra
en compte le "Facteur des pertes (FP)"défini comme suit FP = pertes des réserves/ résenres
minières i extraire.

Dans une première partie de l'étude économique. on supposera qu'il n'y 3 pris d'influence de
la dilution et des pertes additionneiles. ce qui représente 1'Stude de cas de base (situation
ideale d'exploi ration).

Le tableau (3.1) résume l'ensemble des résultats des r6sen.e~minières. du tonnage annuel
et de la durie de vie des différentes zones des gisements. en appliquant la formule de Taylor.

Tableau 3.1 : Paramktres criractérisrint tes deux types de gisement.

1 RM (milliers tonnes) 1 TA (milliers tonnes) 1 DV (ans) I


Gisement 1 (3m) 1 4.015 1 0.438 1 9.2 I
Zone 2 1.338 O. 192 7
Zone 3 1.338 O. 191 7
Zone A 2.008 0.260 7.7
Zone B 2.008 0.260 7.7
I
\

Gisement 2 (lOm) 1 13.384 1 .O80

II! - 2 - e :Estinratiori du coût de cupiful et des coûts d'opérutiun


Le coût d'équipement peut être trouvé dans diffkrentes sources d'informations : cotations
des fribriquants. livres et revues spécialisés. interviews. évaluations graphiques. etc I .

Quand un projet est préparé par un bureau d'ingénierie. il est très possible que les
spécialistes se servent. pour fournir une réponse plus rapide et plus fiable. de la masse
d'expérience accumulée.

II y a déjji longtemps que l'industrie chimique. opérant suivant le concept des opérations
unitaires. a pu se servir de graphiques ou d'équations simples pour évaluer le coût en capital et

' Source :Avant projet d'insullation de préparation de minerais. C. LUÇION. 1995-96


Ir coût opkratoire d'appareillages ou d'opérations diverses. Depuis un certain nombre
d'années. les mineurs et les minéralurgistes considèrent les exploitations et les usines de
concentration suivant les mêmes concepts. Les itudes de modélisation et l'emploi des
ordinateurs n'ont fait qu'encourager ce type d'approche.

Par exemple certains organismes ou certains professionnels ont collecté des données. en
provenance gentiralement des constructeurs d'rippareillages. qui permettent au minimum.
après lissage des valeurs. d'établir des graphiques représentant le prix des appareils et
t3xmtuellement d'autres parimétres. en fonction d'une mesure spécifique de la capacité.

Selon C. Luçion ( 1995-96). blular a publié. dans des éditions successives toujours étendues
et améliorées. ce type d'informations pour un certain nombre d'équipements miniers (forage.
excavation et chargement. transport. ventilation et production d'énergie) et des appareils
i;p&ifiques i la concentration de minerais (fragmentation. criblage. classification. séparation
ora\.imétrique ou densimétrique.. .) et de I'hydrométallurgie.
b

Les coûts exprimes en dollars canadiens de 1982 (indice des prix selon Marshall and Swift
mines and mill) de 800) sont donnSs sous forme d'iquation :

Coût = ri Wb

avec s : paramètre caractéristique de l'équipement (dimension. capacité. puissance.. .):

a et b : coefficients.

Le zroupc LVINTEK(C-Luçion.1995-96) a également publié ce type d'information pour un


certain nombre d'appareils spécifiques à l'industrie minière. les coûts exprimés en milliers de
Rand sud-africains de 1991 (indice des pris PCI Mintek de 755). sont donnés sous forme
d'équation :

Avec :
s : paramètre caractéristique de l'équipement (dimension. capacité. puissance.. .j.
a. b et c : coefficients.
Selon la même source. un nouvel ouvrage très complet a été rédigé par MOAKES ( 1993). Il
fournit des informations assez détail lées (choix. di mensionnement. investissement. coûts
op2ratoires ...) aussi bien pour le mineur que pour le minéralurgiste. le métallurgiste et le
financier. Ces données sont principalement valabies dans le contexte australien.

Géniralement. si on trouve un prix pour un appareil détermine (coûts b 1. on peut appliquer


la règle des deux - tiers. en employant la capacité comme principal paramètre pour trouver le
prix (coût) pour un nouveau appareil :

III - 2 -f :Svst2trre d'upproclie


Beaucoup d'organisations ont développé des organigrammes ou autres formes de
procédures pour déterminer une estimation des coûts de capitaux et de production pour de
nouveaux projets miniers. Les plus connus sont : approche M A S et I'approche 0 ' ~ a r a ' .

Approche M A S :

C'est une approche développee par CS Bio-eail of .Wirles : .C/irter-clls Arwilabilip %.sren1
c.\L-IS). .MAS est un système basé sur un ensembIe de courbes et d'équations développees pour
l'utilisateur j. partir d'une expertise et l'expérience des mines déji existantes. La fie~ u r een
annexe 2.1 (page 107) donne un exemple de la procédure (MAS) d'estimation du coût de
matériels de forage et de sautrise. Dans l'équation montrke dans cette 13 figure. la valeur de x
représente le tonnage de l'excavation journalière et Y les coûts en doIlrirs par jour. L. S et E
indiquent respectivement Ia main d'œuvre. étude. equipements de production.

Approche O'hara :

Une des méthodes "facteur-capacité" d'estimation des capitaux les plus complètes est
publiée par O'Hara (1980). Le coût de capital et coût de production (incluant les coûts de
services généraux et administratifs) pour les mines à ciel ouvert et les mines souterraines sont
estimés en développant des relations empiriques basées sur des variables relatives. La

--

' Source : Mine ferisibility studies. D.W. GENTRY. SLMEEngineering handbook .1995
technique d'estimation est basée sur des données de coûts des mines canadiennes et
2trring;tres similaires ou comparcibles.

Le coût des différents paramètres d'investissement et de production est toujours en


fonction d ' u n paramètre de la mine qui indique la performance de production. selon O'Hara.
il doit respecter une equation de la forme :

Où Q est le coût et T une variable (taux de production. ouverture de chantier ou autres


facteurs physiques). x est un facteur de puissance.

Dans notre cas. vue que le mine Lac Schont présente des données plus reprPsentritives.
compiètes et concrètes. on s'est basé sur ses coûts de production (tableau 3.2) pour la
procgdure d'estimation de certains coûts de l'infrastructure gén2rrile souterraine. . en
appliquant la relation (coût - capacitS); :

TAr,: Tonnage annuel de la mine Lac Schont (Uan);

10 : Investissement requis pour un item de la mine Lac Schortt (SCAN):

I : Investissement requis pour un item du projet (SCAN).


Pour les autres coûts complétant le coiit de capital (coûts de services. études et
ils sont estimés à partir du modèle d'O'HARA détaillé dans le manuel -SAME-
super~~isions.
1992.

Et enfin pour l'estimation des coûts de production. on se base sur le projet Grevet (tableau

Tableau 3.3 : Coût de production moyen d u projet Grevet.

Préparation + abattage 3.83 Slt


Forage et dynamitage 3.06 S/t

Soutirage 2.36 S/t


Remblai cimenté 3.56 Slt
Senqices - Mines 8-42 Slt
i/ Ingénierie et géologie
I Services techniques - Cambior I 0.09 Slt
I
1 Administration 2-00 S/t
1
7 1
Environnement 1.00 SIC
Sous-total 1 1.84
TOTAL 36.53
I
III - 2 - g :Ittdice de prik
Les indices de prix sont des rapports employés pour estimer les prix actuels de
I'6quipement à partir des prix antérieurs. En particulier. un indice de prix est le rapport de
celui au moment au moment déterminé à celui pratiqué pendant une année de base arbitraire.
on peut alors employer la formule :

Cmir actuel = cotir de r-éféret~ce


x (indice acrzrel/itdice de reyerence)

Les indices de prix sont calculés à partir de prix moyen pendant une certaine période de
temps. Ils ont une précision de 10% et peuvent être employés avec cette précision au moins si
I'icart ne dépasse pas cinq ans. En conséquence. les indices de pris ne devraient être employés
que pour les projets ou l'estimation est de type de préfaisabilité ou de faisabilité.

Pour estimer tes coûts des infrastructures miniers. il faut employer des indices qui
représentent les variations des coûts d'équipements. de transport. de construction sur te site et
d'installation, chacun étant pondéré en fonction de la proportion qu'il représente par rapport
au coût total.

Les indices de prix les pius employés dans l'industrie minière sont quatre' :

Indice des prix a la construction Engineering Neus-Record (ENR).Cet indice est basé
sur le coût d'un ensemble défini comportant l'acier de structure. le ciment Portland. le bois
scie et la main d'œuvre; l'année de départ est 19 13 (indice 100).

Indice des coûts des équipements Marshall et Swift (M & S). Cet indice a plusieurs
valeurs. dont la plus employée est celle qui concerne t'équipement toutes industries. calculée
comme moyenne des indices représentant 17 industries. D'autres valeurs sont relatives i des
industries particdiSres. dont l'une est l'indice Mining Milling. Elles sont établies
trimestriellement depuis 1926 (années de départ) et publiés entre autre dans la revue mensuelle
Chemical Engineering.

Indice des coûts de la construction d'une usine chimique de Chemical Engineering


(CE).

indice des prix MINTEK (PCI). Cet indice est défini par u n groupe sud-africain afin de
permettre la mise à jour des coûts des équipements mentionnés dans leur publication -
MétalIurgical Equipment Costs-. le PCi est publié trimestriellement par la revue mint tek
Bulletin.

Le tableau (3.3) donne des valeurs des différents indices et le rapport entre le troisième
trimestre 1993. juin 1995 et 1980.

Source : Avant projet d'installation de prépantion de minerais. C. LL'ÇION. 1995-96.


Tableau 3.4 : É\.olution des indices des coûts.

Cc rele\*é montre que l'écart entre les indices MS et CE n'est pas très grand. Dans
l'industrie minière. il vaut mieux adopter l'indice MS (rnining milling). Dans notre cas. on
exprimera tous les coûts du capital en dollars 1997 en utilisant l'indice de prix égal à 1.3%.

111 - 2 - II :facteur régional


Les opCrations des entreprises multinationales traversent souvent plusieurs frontières. et
plusieurs contracteurs négocient aux marchés internationaux. Le monde devient de plus en
plus petit. grice à la facilité de transport aérien des coûts abordables résultant ainsi en une
accessibilité aux marchés &rangers. Pour ces raisons et d'autres motifs d'ordre politique ou
social. la comparaison des coûts devient impkrative.
Dans l'optique de [a globalisation des rnarchks. si I'iconomie était complètement
libiralis6e. les prix. à cause de la concurrence, devraient tendre vers I'égalité i I'ichelle
plan6taire. Cependant. il n'en est pas ainsi. en fait. ceux-ci peuvent bien n'être reliés aux
coûis. Le pris domestique et le prix i l'exportation peuvent varier largement. à la suite de Iri
poli tique tiscde visant à protéger certaines industries.
II n'est pas possible pour un estimateur d'évaluer le coût capital pour des projets locaux
dans des régions éloignées avec lesquelles il n'est pas familier. Évidemment. i l doit s'appuyer
sur des facteurs d'ajustement locaux fournis par des journaux de services de commerce qui
considèrent les effets de Ia main d'œuvre. des matériaux et des équipements locaux. La plupan
des facteurs économiques pris en considération tiennent compte également des systèmes
politiques. financiers. légaux et sociaux. géographie. type d'industrie. productivité. inflation.
et taux de change.
Le tableau d'annexe 2.2 (page 108) donne ces facteurs d'ajustement internationaux en
prenant comme référence soit la Grande Bretagne. soit les États-unis (tableau
.A. vbridge\vütsr)'.

- -
111 3 Cash now annuels d'une entreprise minière

La phase de réalisation d'un projet. puis celle relative à la mise en expIoitation d'une mine
s'accompagneront de divers flux mondtaires (les besoins de sorties de fonds. et les
disponibilités ou entrées de fonds) qui vont engendrer des mouvements de trésoreries
nécessitant I'ktablissement d'une comptabilité détaillée par période et par nature de flux
(compte d'exploitation annuelle. bilan de fin d'année. compte de trésorerie...).

Faire I'6valuation iconomique du projet revient donc à faire une prévision de cette
comptabilité. en faisant les simplifications nécessaires pour éviter de prendre en considération
des données inaccessibles au dipart. Une première simplification consistera à annualiser les
mouvements de trésorerie pré~*isionnelleet de ne s'intéresser qu'aux soldes annuels qui
constituent ce qu'on appelle les cash flo\v. Une deuxième simplification consiste i exprimer
tous les tlux en monnaie constante. c'est i dire ne pas tenir compte de l'inflation. Cette
monnaie de référence sera liée aux monnaies Strangères par le taux de change en vigueur à [a
date de loitude.

Pour estimer les cash flows annuels. on fera la différence entre les recettes et les dépenses
prévisionnelles. en y ajoutant quelques considirations d'analyse financière (remboursement
des emprunts et intérêt. impôts et taxes...). Ce qui permettra de construire un tableau appelé
"echéancier des cash flows annuels". obtenu en faisant la somme des ichéanciers qui rentrent
dans sa composition 5 savoir:

- Échéancier des investissements.

- Échéancier des coûts de production.

- Échéancier des recettes.

- Échéancier des emprunts. remboursement et intérêts.

Source : Analyse économique en ingénierie. A. Galibois. 1993


- Éch6ancier des impôts sur les bénéfices et les taxes.

Ces divers Gchéanciers seront calculés en faisant des estimations des divers facteurs qui les
composent. ainsi l'échéancier des investissements comprendra :

Los dépenses antérieures i la décision d'investir (recherche. études de faisabilité). Ces


dipenses seront capitalisées 5 la date zéro. fixée arbitrairement comme étant la date de
d i manage de I'in\pestissementdans le projet.

Les dépenses de réalisation de la mine. qui vont s'6taler de 2 i 5 ans. voire plus. selon
l'importance du projet.

Les dépenses de renouvellement des équipements qui interviennent pendant


l'exploitation (par e ~ s m p l eles machines mobiles comme chargeuses. camions. etc...devront
etre renouveltks tous les cinq ans).

Les dépenses de réhabilitation du site pour présemer l'environnement. qui seront autant
que possible reparties sur plusieurs années riLant la fin de l'exploitation.

La valeur risiduelle des investissements (qui est l'ensemble des r6cupérations possibles
iï la fin de 13 ~ ' i e
de la mine) reviendra également dans l'échéancier des investissements. mais
en sisne opposS des autres facteurs.

Ainsi I'ichéancier des investissements s'itriblira comme suit (tableau 3.5). chacun des
facteurs ci-dessous étant exprimé dans la monnaie de référence.
Tableau 3.5 : Échéancier des investissements

il DATE I DÉPENSES D'INVESTISSEMEST I


Il Annie O 1 IO : dépenses antérieures capitalisées Il
IlAnnée 1
1

1 II : investissement réalisé à la 1"" année


1 Année 2 1 12 : investissement réalisé à la ICmannée R
I Année 3 (fin de l'investissement) i 13 : investissement réalisé j. la 3L;"Fannée 1
/'Année 4 (année de démarrage) 14 : investissement réalisé à la 4'" année
a.. .*.
AnnGe n (année courante : n) In : investissement de renouvellement de l'année n

Année p Ip : investissement de réhabilitation du site

Il .Année N (dernière année) 1 +VR : valeur résiduelle des installations A


On etablira de la même façon les échéanciers des coûts opératoires (CO;).et les recettes
( ~ . o icolonnes
(R,). r 3 et 3. tableau 3.6).

Les ichianciers des emprunts El. remboursements Remi et intérêts Int, seront. quant ii eux.
definis. selon les termes des contrats de prêt.

Les emprunts commenceront en général a etre reçus quand fes fonds propres de l'entreprise
minikre auront été mobilisés (pour une année courante n. cet échéancier comprendra donc le
fkcteur + En). Quant aux remboursements. ils commenceront après une période de grice (si
cette période est de 3 ans par exemple. l'emprunt de I'année 1 sera remboursé i partir de
I'année 5. l'échéancier comprendra donc le facteur - Rem, pour toute année courante 25).Les
intérêts seront divisés en deux panies :

- La première relative à la période d'investissement concerne les intérêts intercalaires qu'on


peut convenir soit de payer en bloc à I'année de démarrage du projet (année 3 par exemple : -
Int 1).soit on considère que ces intérêts sont capitalisés à la date de démarrage (-1.1). et que les
emprunts et remboursements ultérieurs tiennent comptes de cet emprunt "supplémentaire"
fictif (+El).L'échéancier comprendra donc pour l'année 4 soit le terme (-[nt 4). soit le terme
(-[1+E-J).

- L a deuxieme partie des intérêts est celle relative aux intérêts d'une annie courante n qui
correspond aux intérêts sur la partie non encore remboursée des emprunts (-[nt,).

Le calcul de cet ech6ancier permet de préciser la notion du coût du capital qui constitue un
Facteur important dont il faut tenir compte dans l'évaluation économique de tout projet. En
effet le coût global du capital (aussi bien les emprunts que les capitaux propres doivent être
rémunérés 5 un taux voisin du taux d'intérêt des capitaux empruntés) doit s'ajouter aux coûts
de production pour obtenir le coût total de production. Le coût moyen annuel du capital peut
Ztre estime en supposant que toutes les annuites A sont égales. ce qui est d'ailleurs I'une des
moddit6s possibles d'un contrat de prêt. L'emprunt E au taux intérêt i. pendant N années peut
dors etre remboursé de deux façons équivalentes :

- Soit. rembourser après N années l'emprunt initial E et les intérEts capitalisés. soit E( l+i)'.

- Soit. rembourser 5 la fin de chaque année une somme constante A qui peut i son tour être
plricee au taux i. Le remboursement global après N années est alors :

L'identification des deux expressions donne :

Ainsi pour un investissement global 1. comprenant aussi bien les emprunts E que les
capitaux propres. le coût annuel moyen du capital à la tonne du minerai produite peut s'écrire
sous la forme :
ou T A est la cadence de production (tonnes/an).

Pour complCtsr L'ichéancier des cash tlows annuels. il restera h introduire l'échéancier des
impôts sur Le bénifice et la taxe. et dont les termes dépendent des Iégislritions en vigueur dans
le pays où se fait le projet.

On pourra alors écrire I'échéancier des cash flows annuels prévisionnels (tableau 3-6).soit
sous des formes simplifiées en faisant quelques hypothèses simplificatrices (projet sans
emprunt. pas d'impôt...). soit sous sa forme globale suivante. en y introduisant aussi les
apports de capitaux propres par les actionnaires de fa société (Cp;) et leur rémunération
ultérieure. sous forme de dividendes par exemple. S'il reste encore des cash flows négatifs.
c'est à dire des besoins de financement temporaires. ils devront être satisfaits par des emprunts
i court terme (ECT) moins des remboursement 3 court terme (RCT).

Tableau 3.6 : Mouvement de trésorerie

La détermination des divers cash flows définis ci-dessus. permettra de trouver un premier
critère de rentabilité des projets à savoir le délai de retour "Pay Back Period". En effet. on
pourra tracer l'évolution du cumul des cash flows- Cette courbe. de plus en plus négative
pendant la ptkiode d'investissement. remontera ensuite pour devenir positive après un certain
nombre d'années de crish flows positifs. Le point ou la courbe des cash flows cumu16s coupe
l'axe de temps donne le dClai de retour. c'est le nombre d'ann6es au cours desquelles le projet
aura procuré suffisamment de recettes nettes pour que le montant total des investissements soit
ricupéri. .AU cours de ISévaluationd'un projet. sa mise en œuvre pourra donc être acceptée
dans le cris o ù Ie temps de retour est inférieur ou igal 5 un temps limite de rkcupération
diterminé e n fonction de I'expSrience acquise pour des projets semblables.

Dans le cas contraire le projet sera refusé sauf si des considérations d'ordre stratégique ou
autres militent en faveur du projet. La figure (3.3) montre un exemple de courbe dlé\,olution de
cumul des cash tlo~vs.

Délai de retour: 6.5ans

1O
Années

Fig. 3.3: Courbe d'évolution des crish flows.

- - La
111 4 valeur actualisée nette d'un projet (VAN)

Dans le calcul des cash flows définis précédemment. on n'a pas tenu compte du facteur de
temps. En effet on n'a pas fait de distinction entre un cash flow disponible de suite. et un autre
qui ne sera disponible qu'à la fin de l'année n. Or. il est évident qu'une somme d'argent
disponible aujourd'hui a plus de valeur que la même somme qui ne sera disponible qu'à la fin
de l'année n. c'est ainsi qu'apparaît le principe de la valeur actualisée nette (VAN). en
actualisant tous les cash flows annuels.
La VAN du projet à la date O avec un taux d'actualisation a est définie comme suit :

où :
CF, : cash tlows de l'année n.
a : taux d'actualisation. ce taux est composé selon l'équation a = ab + a ï + a, de:
ab : intérêt de base.
rit : taux d'inflation.
a, : prime de rendement dépendant du niveau de risque.

La valeur actualisée nette apparaît donc comme étant la différence en tre la valeur ac ruelle
des entries de trésorerie qu'il donnera dans l'avenir et celle des sorties de caisse qu'il
entraînera. Ainsi. un projet est commercialement acceptable si sa valeur actuelle nette est
supérieure ou égale 5 0. mais quand on fait le choix entre plusieurs projets possibles. on doit
réaliser celui dont la VAN est la plus élevée.

Pour comparer divers projets exigeant des investissements d'ampleurs différents. on établira
la relation entre la VAN et le total des investissements actualisés que nécessite chaque projet.
On obtiendra V A M . indice d'enrichissement. qui indique quelle est la valeur actualisée nette
du projet engendrée par une unité d'investissement total actualisé. Ainsi pour la comparaison
de diffirents projets possibles. on choisira de mettre en œuvre celui pour lequel cet indice est
le plus élevé.

- -
111 5 Taux de rentabilité interne (TRI)

Par ddfinition. le taux de rentabilité interne (TRI) d'un projet est le taux d'actualisation qui
annule la VAN de ce projet :

C F n
= O

Avant de prendre la décision d'investir dans un tel projet. on procédera i la comparaison


entre le taux de rentabilité interne et un taux limite ou seuil de rentabilité (i,,,) qui est le taux
minimum acceptable auquel le capital investi devrait augmenter sa valeur. Ainsi le projet est
acceptable si TRI 2 imin. Ce taux limite indique le taux effectif d'intérêt des emprunts long
terme sur les mrirch6s des capitaux ou celui d'intérêt payé par l'emprunteur. On se base sur ce
paramettre pour itudier le niveau de risque de la faisabiiité du projet.

Les paramètres essentiels du projet qu'il faudra maîtriser pour faire une évaluation fiable
des divers postes d'investissement sont :

- Production annuelle (tonnage annuel : TA):

- Facteur de dilution additionnelle (FDA) et le facteur de recouvrement des réserves (FR).


Dans une première étude. on les supposera égales i I (étude de base):

- Durie d e vie ( D V ) de l'exploitation (il faut mettre en évidence le décalage progammé


entre les phases d'esploitrition pour assurer la continuité de l'exploitation). Cs paramètre est
très intéressant pour le calcul de la VAN et de TRI de la totalité du gisement.

.i
partir de ces paramètres. on pourra. en utilisant les modèles d'estimation décrits en haut.
e\,riluer tous les postes rattachés ii un paramètre donné (ouvrages. équipement. effectifs
productifs...1.

Dans une prerniih-e partie. cette analyse économique est faite pour le cas de base. sans
dilution additionnelle et sans perte additionnelle (FDA=l. FR=I). Par après et en utilisant les
r2sultats de la dilution obtenus par la modélisation numérique faite sur Ies mêmes gisements.
on effectuera une étude de sensibilité en vue de démontrer l'influence de la dilution
additionneIle sur la rentabilité minière. ainsi qu'une étude de risque pour le cas le plus
favorable.
Chapitre IV

ÉIUDE ÉCONOMIQUE DU CAS DE BASE

I V - 1- Mode 1

On distingue. dans ce mode. trois séquences d'exploitation. selon le nombre de fronts


d'exploitation en tenant compte que l'infrastructure générale est faite en une seule phase. La
methodologie générale d'analyse économique est illustrée dans l'organigramme (X.4.1). La
totalité du gisement est ciblée lors de l'exploitation. les calculs montrent un tonnage annuel de
135000 dan et une durée de vie de 9.3 ans. pour le gisement 1 et 1 O80 000 Van et une durée
de \.ie de 12.5 ans pour le gisement 2.

IV- I - a - Séyriertce A l
Cette séquence d'exploitation est illustrée dans le premier cas du mode 1 (figure 1.6). Elle
est caractérisés par un seul front d'exploitation débutant du fond du gisement et en trois étapes
de construction de l'infrastructure. ce qui permet de définir le prosramme d'exploitation
rcprésentk par le tableau (4.1.1)-

L a figure (A.3.1) montre les infrastructures souterraines nécessaires pour débuter


l'exploitation 2 du gisement.
Tableau 4-1.1 : Diagramme d'évolution des activités. séquence A 1

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 I I 1 I
Ann2t.s 1 I I I 1 1 I 1 I I I I
- 2 - O i 2 3 4 5 6 7 8 9 1 0 1 1 1 2 13

Esplorrition
Étude de hisa.
L

- Gisement 1

I Production
Fermeture

Euplorrition
Étude Je faisri.
I

- - Gisement 2

Production
Fermeture

Les investissements miniers peuvent Stre regroupés de la façon suivante :

infrastructure générale : accès a u site et sa préparation. approvisionnement en eau et en


2nersie. citss et infrastructures sociales. transport. moyens de communication et d'accès au
cisement souterrain I fonçage de puits. galeries. travers-bancs. cheminées. monteries de
C

wntilation. rampe.. . ainsi que les travaux préparatoires souterrains).

Équipements de la mine : matériels et engins d'exploitation. équipements d'extraction.


installation d'air comprimé.

Usine de traitement : bâtiments et équipements d'usinage. concassage. stockage de


minerai. transport. broyage. concentration. cyanurrition. bassin à résidus.

Autres: services auxiliaires. étude et supervision.

L'estimation du coût de l'infrastructure générale est basée sur le projet Lac Schortt. Les
résultats sont illustrés dans le tableau (AS. 1). Pour les autres coûts qui complètent le coût de
capital. ils sont évalués a partir du modèle O'Hara. Le tableau (4.12) présente l'ensemble des
r&ultrits du coût capital.

Tableau 1.1.2 : Évaluation du coût de capital


-
ITEMS (MODE I. SÉQCEXCE .A 1 )

Capital de la mine 1 33.906


Capital de l'usine 37.029 O 1.870
Coüts gint3ault c autres) 21.910 33.039
Coût total du capital 1 17.S45 190.8 16

/Ir - / - o - ii - Cotir de ~roducriort

L e s coûts de production sont les coûts générés par Ia manutention d'une tonne de minerai.
on les appelle aussi coûts opératoires. ils comprennent :

2 Pour la mine :

; Coût de dkveloppernent : qui inclut le coût de forage au diamant et le coût des travaux
de developpement.

i Coût d'abattage (forage. sautrige. soutirage et transport).

i Coût de remblayage.

i Services souterrains (transfert. concassage. transport au puits et hissrige. service des


niveaux et maintenance des routes. ventilation. drainage. pompage et supervision).

; Supervision (ingénierie. géologie. service technique ) et administration.

3 Pour le traitement :

5. Usinage.

k Environnement.
Génh-alement. dans l'industrie minière canadienne. les diffkrents paramètres des coûts de
production pour une méthode d'exploitation donnée sont comparables entre les différents sites
miniers. sauf pour les coûts de développement qu'il faut prendre en compte puisqu'ils
dépendent des coüts de forage au diamant et des travaux de développement qui peuvent varier
d'une mine à l'autre.

Coût de dévelo~mnent

Cuir de-forage arr dioruanr : I'2valuation de ce coût est faite sur une base de connaissance
des réserves prouvées. La section typique de forage au diamant est illustrée aux figures (4.1.1)
et (4.1.2). la longueur totale des trous forés dans chaque section est de: 123-56 m pour le
gisement 1 et de l38.c)Z m pour le gisement 2. le coût unitaire de forage est de 40.5 S/m. Donc
le coût de forage dans chaque section est 123.56 x 40.5 = 500c1.18 S pour le gisement 1 et
5606 S pour le gisement 2. Chaque chantier a une extension de 25 m. une puissance de 3m
(cas du gisement 1 ) ou 10 m (cas du gisement 2). une hauteur en pendage de 53.2m. et un
poids volumique de 3t/m3.donc un tonnage de l5x3x53.Tx3=11 970 r.
Fig 4.1.1
Ce q u i donne un coût unitaire de forage : 0.42 $/t pour le gisement 1 et 0.14 S/t pour le
gisement 2.

Coiir des rr-ovolrx de développeritent : le rksumé de l'ensemble des travaux de


divsloppemsnt au niveau de pré-production pour les deux types des gisements est donné aux
tableaux (4.1.3 a) et (3.1.3 b).

Dans la phase de pré-production. pour le gisement 1. les galeries représentent un


pourcentage de 35.5% par rapport 3 la longueur totale d'ouvrages et sont creusées avec un
coût unitaire de dSveloppement de 600 S/m.

Tableau 4.1.3.a : Travaux de développement requis pour le gisement 1.

II ITE%1S 1 SECTION 1 PRÉPRODUCTION 1 PRODLCTION 1 TOTAL II


Irirgcur hauteur longueur tonnage ( t ) longueur tonnage ( t ) longueur tonnage
(m) (m) lm) im) (ml (1)
Galerie dans le 3.O 3-7 1254 139194 6846 759 906 8 IO0 899 100
minerai
Galerie dans le 1
2.3
- 3.7 2930 113831 5 170 20854 8IIX) 314685
stkri le
Tm\ ers banc 3 -5 3-7 13 3 9 1 026 4 137 I O 0 722 6 480 251 7-18
Rampe 4.5 3 -7 702 35 065 2 775 138 61 1 3 477 173 676
Chcmince 2.5 2 -5 12 21% 229 945 4 973 93 215 17237 323190
Tocal 1 19193 511624 23901 821 405 43 394 1 333 029

Tableau 1 . 1 -3.b : Travaux de développement requis pour le gisement 3.

ITEXIS sE C ~ ~ L C T I O N
PRODL'CT~OK
largeur 1 hauteur Ionsueur ( tonnage ( t ) longueur 1 tonnage ( t ) ionpeur 1 tonnage //
(m) 1 (ml (ml j I tm)
Galerie dans le 10.0 1 3.7 134 1 139194 1 6846 759 906
minsri I I
Galerie dans le 33 1 3.7 2930 113531 5 170 1 200854

Rampe 4.5 3.7 702 35 065 7, 775 138 61 1


Cheminée 2 -5 2.5 12 264 229 945 1973 93 215

La rampe présente une fraction de 3.6% avec un coût unitaire de 154lS/m et les cheminées
ont u n pourcentage de 62.9% avec un coût unitaire de développement de 338 $/m.Sur cette
base on calcuie le coût de creusement unitaire équivalent (469 S/m) et on applique la même
structure de calcul pour l'évaluation des coûts unitaires de creusement des ouvrages
2quivrilents pour la phase de production (654.6 Slm). Pour ce type de séquence A 1. les travaux
de pré-production sont repartis en trois étapes. chaque étape présente une production de
minerai de -l758/3=
i 139 19t et une longueur totale des excavations creusées de
19193/3=6498m. Le tableau (4.1.4) donne un sommaire des résultats trouvés pour les deux
t>,pss de gisements.

Tableau 4.1 .J : Évolution des travaux de développement (gisement 1 et 2 ) .

--

La cadence annuelle d'exploitation est simulée en respectant les trois périodes : transitoire.
permanente et fermeture. mentionnées dans le chapitre précédent. pour chaque étape
d'exploitation. Le tableau (3.1.5) présente les différents résultats pour le tonnage annuel et les
coûts des travaux de développement pendant toute la durée de vie de la mine.
Tableau 41.5 : Évolution de la cadence annuelle et du coût des tnvnux de développement.

1 1
TA (tonne) I coût $11 I TA COÜt SIC

L't5.olurion du tonnage annuel est illustrée pphiquement dans la figure (4.1.3).

Remarque : le coût moyen des travaux de développement est calculé sans tenir en compte
les coûts de préproduction ( 2 18.95 Slt).
O 2 4 6 8 1O 12
Années
Fig 4.1.3: Évolution de la cadence annuelle ( T A )

-+-gisement 1 : itape 1 +gisement L : etripe 2 g i s e m e n t I : 2tape 3


*gisement 1: i t a p e L +gisement 2: i m p e 2 g i s e m e n t 2 : &tape 3

En ajoutant. à ces coiits. le coût de forage au diamant. on obtient le coût unitaire des
trri\.au.u de développement. Le tableau (4.1.6) montre l'évolution des coûts de développement
durant toute la vie de 13 mine. les coûts de préproduction ne sont pas présentés.
Tableau 4.1.6 : Évolution des coûts de développement.

I
I
SSEES
1 GISEXIEST 1 GISEMEST 2
1
II
1

Coût unitaire Slt 1 ~oûiroinlx10' 1 Cour unitaire 1 coût tom1 x 10'

Coûts de production et autres

L'estimation des autres coûts cornplthnt le coût de production est faite en se référant au
projet Grevet :

- Coût d'abattage : 5.4 S/t + 1 S/t (transport par convoyeur entre la station de concassage et
13 station de chargement) = 6.4 S/t.
- Coût de remblayage : 3.56 S/t.
- Service souterrain : 8.12 S/t.
- Supervision et administration : 3.7 1 Sh.
Total moyen mine : 26.48 S/t .
- Usinage : 10.84 SA.
- Environnement : 1 S/t,
Total du traitement : 1 1.84 S/t.

L'évolution des coûts de production pendant la durée de vie de la mine est illustrée dans le
tableau (41.7).
Tableau 1.1.7 : Évolution des coûts de production durant la durie de vie de la mine.

I
1

Coût unitaire S 1 Coût unitaire 5 1 Coût unitaire S 1 Coût unitaire S

i 1
constrint /t
45.16
courant /r
50.87
constant /t
3 7 .O5
courant /t
4 1.73

Donc le coût moyen de production est de 38.29 S/t pour le gisement 1 et de 35-24 S/t pour
Ie gisement 2.

l F - 1 - a - iii - C o i k ~de fermetzwe

Les coûts de fermeture sont aussi évalués i la base du projet Grevet. ils sont regroupés dans
le tableau (4.1.8).

Tableau 4 - 1 3 : Coûts de fermeture.

GISE,MENT 1 GISEMENT 2
Années 8 9 Total 1I 12 total

Prime de séparation Z 139 Z 421


Depenses D1S.mantèlement. 964 1 091
réhabilitation
en 10' S Entretien. ventes.
administration
2 230 2 525 I
Environnement 325 368
Total 5 658 2 823 8 481 6 JOJ 3 196 9600
Revenus Ventes Z 583 1411 3 994 Z 921 1 598 4 522
Les dépenses d'investissements et de pré-production sont redistribuees selon l'échéancier
des activitis établies au tableau (4.1.1). L'évolution de ces dépenses est illustrée dans Ie

Tableau 4.1 -9 : Évolution des dtpenses d'investissement et de préproduction ( 1 o ' s c ~ ~ ) .

d'inwstisssmrnt 1 pri-production d'investissement prc5production


53 67 1 1 O 89 638 O

i [ j
O O O O
h 4 881 3 972 O O
7 O O O O
8 S 481 O 5 357 3 967
C) et 1 0 O O O O
Il --- - -- 9 om O
12 --- --- O O
1 Total 1 126326 1 11 915 I 200 416 I 1 1 902 I

O n ri pris pour l'évaluation d u revenu les données suivantes :

Prix d'une once d'or : 490 SCANIonce ( 1996);


Teneur moyenne : 0.32 o n c e k
3 Facteur de récupération métallurgique : 97%.

Donc R V = 0.32 x 0.97 x 490 = 152.1 S C A M


Ainsi Ies rictivit6s minikres d u projet sont caractérisées par le mouvement de trésorerie qui
perniet de déterminer la variation du cash flow. Les tableaux (4.1.lO.a)et (1.1.lO.b)présentent
une simutation du mouvement de trésorerie sans tenir compte de l'intluence des paramètres
des emprunts. des amortissements. des remboursements ou d'intérêts. Les impôts sont estimés
ri 50% du revenu imposable (revenus - coût de production).

Tableau 4.l.lO.a : Mouvement de trésorerie de I'étude du gisement 1 ( I O ' S C ~ ~ ) .

1 ASSÉES 1XVESTiSS C O ~ TDE ~ D S FW


-
CUMUL OH
1 EM EST PRE-
PRODUCTION
PRODUC
TION 1
CASH FLOW'S

-53670.9 0.0 0.0 1 0.0 0.0 -53 670.9 -53 670.9


Tableau 4.l.lO.b : Mouvement de trésorerie de l'étude du gisement 2 ( 1 0 ' ~ ~ a n ) .

La valeur actualisée nette est déterminée par la formule suivante :

De cette façon, on peut déterminer le taux de rentabilité interne qui est le taux
d'actualisation donnant une valeur actualisée nette nulle.

Le TRI de I'itude de faisabilité concernant le gisement 1 est 11.5%. et 28.5% pour le


gisement 2.

IV- I - b -Séquence B
Cette séquence d'exploitation montre que l'extraction débute simultanément du fond et du
milieu du gisement (deux fronts d'exploitation). On a proposé d'installer l'infrastructure
$neraie autre que le puits en deux étapes. La figure (A.3.2) illustre les différents ouvrages
miniers requis pour cette séquence.

La planification de l'évolution des travaux miniers des gisements 1 et 2 (exploration. étude


de faisabilité. travaux de développement. de préproduction. de production et de fermeture) est
présentée dans I'tkhéancier au tableau 4.1.1 1.

Tableau 4.1.1 1 : Diagramme d'évolution des travaux miniers des gisements 1 et 2

Exploration
I Gisement 1

I Production
Fermeturc

E.xplorrttion
I
Érude de t'riisrib

1 Produsiion 1

Les grandes lignes de la procédure d'évaluation 6conomique sont tracées dans


I'or_oanigramrne(figure A.1.1) et qui respecte les même démarches entreprises pour 1'6tude du
cas précèdent (mode 1 séquence Al).

L'annexe (A.6.1) présente l'ensemble des résultats trouvés pour l'estimation des coûts des
investissements. coûts de préproduction et coûts de production. Tous les échéanciers ont pour
objectif de faciliter le calcul d'une rentabilité des capitaux investis qui apparaissent en cash-
tlokvs. rassemblés dans les tableaux (4.1.12.a) et (4.1.12.b) et qui décrivent les mouvements de
trisorerie des gisements 1 et 2.
Tablcîu 4.1.1 ?.a : Résultats du mouvement de trésorerie de l'étude du gisement 1 ( 10' SCnn)

CASH FLOWS

Tableau 4.1.12.b : Résultats du mouvement de trésorerie de l'étude du gisement 2 ( x l ~ ' S C n n )

En ce qui concerne le taux de rentabilité interne. les résultats montrent que :

Pour le gisement 1 : le TRI est 7.5 %:

Pour le gisement 2 : le TRI est 23 5%.


Cette séquence d'exploitation q u i est basée aussi sur la connaissance de la totalité du
oisement montre que l'extraction débute simultanément en trois fronts d'exploitation. Dans ce
*

cris l'infrastructure est integrrilement installée avant la phase de production (voir figure A.3.3).

Les tra\.riux miniers sont planifiés selon l'échéancier illustré dans le tableau (4.1.13).

Tableau 4.1.1 3 : Diagramme d'ivol ution des travaux miniers. séquence C mode 1

Esplonition
Étude de k l Gisement I

Produciion
Ferrnsturs
1
I -
Exploration
E~udcïis
I

- 1
Gisemsnr 2

De ce fait. et en se basant sur les résultats présentés dans l'annexe (A.7.3) qui donnent
I'é\.aluation des coûts du capital. de production et de fermeture. ainsi que les différents
échértnciers du cash flow. l'analyse économique aboutit à l'établissement du mouvement de
trésorerie résumé dans les tableaux (4.1. M a ) et (1.1.13.b).
Tableau 4. l . l4.a : Mouvement de trésorerie fait pour le gisement 1 ix10' SCan).

1CUMUL
ISVESTISS C O L ! DE
EXIEST PR€- PRODUC FLOW DES CASH
PRODUCTIOS TTlON FLOWS
-63 i99.0 0.0 0.0 0.0 0.0 -63 199.0 -63 199.0

Tableau 4.1.14.b : Mouvement de trésorerie fait pour le gisement 2 ( X 10' SCan)

ASH FLOWS

Le t a u de rentabilité interne est de 9 % pour le gisement 1 et de 25% pour le gisement 2.


Dans ce mode d'exploitation. on a supposé que le gisement soit partiellement connu à
l'avance. donc l'extraction commence dans un premier temps du niveau 550 m avec une
infrastructure totalement faite de Ia surface au niveau 550 m et à l'approche de l'épuisement de
cette premike partie de gisement. on commence i approfondir l'infrastructure jusqu'au niveau
1000 rn (figure A.3.4).

L'analyse économique de ce mode est faite e n respectant l'organigramme indiqué à la figure


(A.4.3) pour 1'6valuation des différents indicateurs de la rentabilité.

On ri utilisé la même méthode d'évaluation des coûts du capital et de production. L'annexe


(h.8)montre routes les explications requises à ce mode d'exploitation tant pour l'estimation
des coûts que pour l'établissement des cash flows.

L'échéancier des travaux d'exploitation minière est illustré dans le tableau (4.2.1).

Tableau 4.2.1 : Diagramme d'évolution des travaux d'exploitation.

Gisement 1
-
DG\.t.lopp. et
prZprocfuction
Production
1 - 4
Phase 1
O

+ *
Phase Z

-*
Ferrncturc.

Phase 1
--
m
7
Gisement 2

Phase 2 1
Production 1
Fermeture

Les différents échéanciers de ce mode d'exploitation sont illustrés dans les tableaux
(4.2.2.a)et (4.2.2.b).
Tableau 4.2.l.a : Mouvement de trésorerie du gisement 1 ( ~ 1 0SCan).
'

ISVESTISS.1 -
/I-\SSEES~ PRE- 1
REVENUS
PRODUC IMPOT CASH FLOW CL'M-DE CF

Tableau 4.2.2.b : Mouvement de trésorerie du gisement 2 (x 10' SCnn).

1
~ ~ A S S É E iS s~ v ~ s ~ i s s PRE-
PRODUC REVEXES IMPOT CASH 1 CUMDES CFR
RODUCTION 1 TION FLOW
-1 -63 6 1 8.0 0.0 0.0 0.0 0.0 -63 6 18.0 -63 6 18.0
O -63 6 15.0 -8 35 1.9 0.0 IO 585.4 -5 292.7 -66 677.2 - 130 295.2
I 0.0 0.0 -19 973.1 76 048.0 -28 037.4 28 037.4 - 102 257.7
-
7
0.0 0.0 -29 286.5 1 14 072.0 -42 392.7 42 392.7 -59 565.0
**
0.0 0.0 -29 286.5 1 14 072.0 -12 392.7 42 392.7 - 17 472.2
*t 0.0 0.0 -29 286.5 1 14 072.0 -42 392.7 42 392.7 24 920.5
5 0.0 0.0 -29 286.5 1 14 072.0 -42 392.7 42 392.7 67 3 13.2
6 0.0 0.0 -29 286.5 1 14 072.0 -42 392.7 42 392.7 109 706.0
->
0.0 0.0 -29 256.5 1 14 072.0 -42 392.7 4 1 392.7 152 093.7
S -63 274.0 0.0 -28 78 1.7 1 14072.0 4 2 645.2 -20 625.8 13 1 169.9
Le taux de rentabilité interne est estimé a 1.5 % pour le gisement 1 et à 24 % pour le

IV- 3-Mode 3

Ce mode d'exploitation présente une extension du mode 2 à trois phases d'exploitation.


L'infrastructure requise à ce mode d'exploitation est représentée dons la figure (A.3.5).

L'éwluation économique est faite en respectant l'organigramme illustré à la figure (A.1.3)


et q u i présente les différentes étapes pour estimer tous les indicateurs de la rentabilité.
L'ensemble des résultats trouvés est présenté dans l'annexe (A.5.3).

La planification des activités minières est réatisée selon l'échéancier illustré dans le tableau
(4.3.1 ).

Tableau 4.3. t : Diagramme d'évolution des activités d'exploitation

Exploration i
Étude de fais - -- œ
- Gisement I

O O Phase 3
Phase Z
Production * Phrisr I * +
e
1 Fermeture 1
Explorarion
Étude de f i
Dtivelopp. e
prtiproductic n- Phase ? h Phase 3
4
Phase 1 B-
Production
Fermeture

Les mouvements de trésorerie engendrés par l'étude de faisabilité des deux gisements sont
présentés dans les tableaux (1.3.2.a) et (4.3.2.b).
Tableau 4.3.2.a : Mouvement de trésorerie (gisement 1) (xl0' SCan).
- -
IV 4 Analyse des résultats

I C/ - 4 - 1 - Délai de retour des iwestissements


Cet indicateur constitue le premier critere de rentabilité. II indique le point où la courbe des
cash flow cumulés (CFc) coupe l'axe des temps (Pay Back) et concrétise non seulement le
temps au bout duquel il y a eu suffisamment des cash flows positifs pour compenser les cash
flouVsnégatifs. mais aussi la richesse qui sera produite par l'investissement. En effet. comme
l'indique la courbe. le projet permettra de récupérer le capital initial et produire un autre
capital suppidmentriire.

Les différents résultats sont présentés aux figures (4.4.1) et (4.4.2).

- 160 (MN
-
-W- M o d ~

Fig. 4.4.1 :Délais de retours des differents séquences d'exploitation - gisement 1-


Mode 3
1

. -~ . . . -- . . . ...

-i Mode l s i q B

CFc ( I O J SCAN) +S 4 d e Isiq C


*
Fig. 4.4.2: Délais de retours des differents séquences +Modc: 3
d'exploitation - gisementt-
Ces résultats montrent que dans le cas du gisement 1. la zone d'intersection des courbes
avec l'rixe du temps est très large. elle se situe entre 5 ans pour la séquence A l du mode 1 et
14 ans pour le mode 3. on remarque aussi que les points qui correspondent à toutes les
kquences du mode 1 sont très rapprochés.

En ce qui concerne le gisement 2. cette zone est très étroite. et se situe entre 3 ans pour la
ssquence X du mode 1 et 4 ans pour le mode 3. en consenant le même ordre.

IV - 4 - 2 - T u t u de rerrtabilite interne

Le taux de rentabilité interne TRI constitue le deuxième critère de rentabilité. Il sert pour
comparer l'intérêt économique du projet i celui d'un placement bancaire. Le TRI représente
donc le taux d'intérêt bancaire qui conduirait à Ia même fortune finale (cash flows +
in\.estissements) en déposant au départ la somme disponible. plutôt que l'investir dans le
projet.

L'analyse économique ri conduit à un ensemble de résultats bien concrets qui peuvent nous
prgdire ce qui se passera au cours de I'exploitation. mais le paramètre principal qui influence
bien iri prise de décision est le taux de rentabilité interne. La figure (4.4.3) résume les
di Efirents risultats concernant le TRI de chaque mode d'exploitation pour les gisements de 3m
et de 1Om de puissance.

mode IsiqB mode IkqC mode 2 mode 3

Fig 3.1.3:TRI des différents modes d'cxploiration


D'après ces résultats. on remarque que :

> Étant donné que le gisement 2 possède des réserves minières plus importantes. il
indique des performances économiques plus favorables que le gisement 1.

i Pour les deux types de gisements. l'application de la séquence A l du mode 1. malgré


qu'elle nécessite un gros investissement initial. elIe conduit à des meilleurs résultats
économiques par rapport aux autres modes d'exploitation.

; La séquence C du mode 1 se classe en deuxième lieu. malgré qu'etle soit pénalisée par
un seul investissement au depart.

i Enfin. I'ripplicrition du mode 3 rend la faisabilité d'exploitation des deux gisements la


moins rentable.
Chapitre V

ANALYSE DES ÉLÉMENTS D'INCERTITUDE :

- -
V 1 Préliminaire

La connaissance souvent imparfaite du gisement et la longue durée de réalisation des


rendent incertain l'étude de faisabilité d'un projet minier. De ce fait.
in~~estissements
l'estimation des paramètres tels que les investissements, les coûts de production. te prix de
\.ente du métal. le taux de récupération de l'usine et Irt dilution. doit se traduire par une
fourchette de valeurs pour permettre une analyse de sensibilité ou par une distribution de
probabilité des valeurs possibles pour une étude de risque.

II existe plusieurs méthodes permettant l'étude de I'intluence des incertitudes dans


l'estimation de la rentabilité prévisionnelle d'un projet minier. on distinguera les méthodes
déterministes et les méthodes statistiques.

Les méthodes d6iterministc-s tiennent indirectement compte des incertitudes en lès faisant
inter~mirau ni~peaudes calculs à travers l'adoption de cenains facteurs qui ont pour effet de
sous-estimer la rentabilité du projet. Selon JP. Couvreur (économie de l'industrie minière
M.Duchêne. 1979). il est recommandé de suivre l'une des solutions suivantes :

Choisir des taux d'actualisation d'autant plus fort. que les projets sont considérés plus
incertains.

Établir des délais de remboursement d'autant plus couns que les projets sont considérés
pl us incertains.

Utiliser des données bien ajustées aux incertitudes de la f a ~ o nà avoir une rentabilité
conservatrice.
Procéder à une analyse concurrentielle basée sur les coûts de production. et se fonder sur
l'hypothèse qui stipule que I'évolution des prix à long terme est liée il I't5volution des coûts
mnr$naux de production. L'inconvénient de cette méthode est qu'elle ne prend pas en compte
de I'incertitude des variables.

Procéder à une analyse de sensibilité.

Les méthodes statistiques ont pour but d'avoir des résultats sous forme de distribution de
probabilité en évaluant ainsi le risque d'avoir le résultat inférieur à un seuil donné. Les
principales méthodes incf uses dans cette catégorie sont :

M6thode de Hillier (citée par J-Ciruelos Funez 1984). qui se base sur le fait que
l'incertitude des variables d'un projet provoque l'incertitude sur la distribution des cash flows
qui en resultent. Plusieurs distributions sont applicables sur les variables des cash flows. Cette
méthode peut Stre utile dans le cas de distribution de probabilité discrète et lorsque les cash
tlo~vssont corrélés dans le temps.

Méthode de Hertz (cité par le même auteur). Le principe de cette méthode est basé
sur I'ktude des variables incertains qui influencent directement la rentabilité. Ces variables
sont considérées comme des variables probabilistes. chacune sera associée i une loi de
probabilité qui dkcrit les possibilités de variation. Une boucle itérative entre la phase de
simulation des variables incertaines et la phase de calcul des indicateurs de rentabilité sera
répétie un nombre suffisant de fois n (11-40 fois) et donne comme résultat les distributions de
probabilité des indicateurs de rentabilité (TRI. VAN....). Les simulations des variables
incertaines sont réalisées suivant deux techniques :

LI La technique Monte-Carlo qui suppose que les variables incertaines d'un projet
sont indépendantes. La question d'interdépendance présente des défauts notables et diffêre
lorsqu'on prend en compte le niveau de corrélation des variables. soit. on considère qu'elle est
très forte et dans ce cas les variables sont supposées comme certaines. soit. on tient en compte
de la corrélation au niveau de la simulation. Un autre inconvénient de cette technique est la
supposition d'indépendance des variables dans le temps. Pour remédier à ce problème il est
recommandé de répéter la simulation un nombre suffisant de fois.
3 La technique RSS (root of square of sum). développée par T.A. O'Han en 1982
et qui se base sur la simulation des variables incertaines en utilisant la loi de distribution
normale. Le fait de la simplicité de cette méthode sans avoir recourir à utiliser des IogicieIs
mathématiques nous ri poussé à opter pour cette technique pour analyser les risques
envisageables de notre projet et spécialement pour le cas du mode 1. séquence C.

blethode de gestion de risque C E 0 proposée par M.R. Wallis et R.G.Eggert en 1996.


Cette mithode a pour but de mesurer formellement la tendance du risque du C E 0 minier en
déterminant i la fois les risques neutres et averses et e n tenant en compte de la grandeur de la
compagnie observik dans t'industrie.

- -
V 2 Analyse de sensibilité

C'est une approche qui consiste â voir la sensibilité des résultats économiques (TRI.
VAN ....) aux changements des variables incertains du projet. Pour y amvsr. il faut faire
attention quant i I'équiprobabilité des variables. II y a deux façons de faire changer ces
paramètres. soit en appliquant un pourcentage en plus ou en moins sur la valeur probable ce
qui peut mener i des résultats erronés. soit en adoptant des valeurs optimistes et des valeurs
pessimistes équiprobables pour toutes les variables. Cette dernière estimation des intervalles
de variation permettra d'évaluer convenablement l'influence des variabks sur les résultats
sans donner aucune idee sur les risques de pertes du projet.

Les calculs seront menés e n différenciant le résultat par rapport au :


- Facteur de dilution additionnelle (FDA).
- Coût capital.
- Coût de production.
Prix du métal.
- Facteur de récupération à l'usinage.

Les fourchettes des valeurs des variables citées au-dessus sont présentées dans le tableau
(43.1 ) pour tous les modes et les séquences d'exploitation.
Tableau 4.5.I : Les fourchettes de variation des paramètres de sensibilité

1 Coûr de production + 10% I depend des modes - 109


I Prix de metal 1 UI 1 450 1 539

En ce qui concerne le facteur de dilution additionnelle. les valeurs pessimistes sont prises à
partir des résultats de simulation numérique tridimensionnelIe faite par S. Planeta et al (1998)
et q u i donnent les valeurs de FDA en fonction de la profondeur des niveaux pour chaque mode
et s2quencs d'exploitation et pour les deux types de gisements. Il faut noter qu'uniquement le
nod dé le élastique et liniaire a été utilisé pour la simulation. Par conséquent les volumes
effondris sont surestimés car les contraintes calculées dépassent dans certains endroits la
résistance de la roche. Les valeurs de la dilution obtenues ne peuvent donc pas etre utiiisées
directement dans les calculs économiques. 11 s'est avéré logique de diviser la dilution issue de
la simulation par 2 pour retrouver les valeurs plus réelles avec une approximation raisonnable.
Ces iAeurs sont présentées dans 1s tableau (4.5.2).

Tableau 4.5.2 : Dilution additionnelle (%) vs profondeur (m).

PROFOSDECR MODE 1 SEQ. MODE 2 'MODE 1 MODE 2 %IODE3


cm) A1 SÉQ. B SÉQ. c
2oU 13.265 13.39 13.39 13.39 12.955
3tKl 11.765 14.915 i4.9 15 14.915 14,065
1

400 16.265 15.94 15.91 15.94 15.615


500 17.61 16.965 16.965 1 6.965 17.265
600 19. 14 20 20 20 17.515
700 20.64 20.89 20.89 20.89 19.665
800 21.61 22.265 --.-
77 965 22.265 22.265
900 22.6.1 21-64 22.64 --.
79 a 22.89
I O00 23.7 15 23.7 15 23.7 15 23.7 15 23.7 15
1 1 I 1

1
1

Dilution moyenne 18.86 18.97 18.97 1 18.97 1 18-44


La méthode d'analyse d'influence de ce paramètre sur la rentabilité du projet doit donc
suivre les étapes décrites dans l'organigramme illustré à la figure (3.5.1). L'effet de la dilution
msne i recaiculer le tonnage des réserves miniSres 5 partir de la dilution moyenne de chaque
zone d'exploitation (qui est définie dans le troisième chapitre) et par la suite à allonger la
dur& de vie de la mine.

Résenes minieres

Dilution =f (profondeur)

- 1
-

1-- ---
Dilution moyenne

Risswcs minières recalcul6es


I
1 Tonnage annuel 1

Durée de vie rccalcul6e


1
I Dtitinition de diiution moyenne des
zones d'exptoitririon
I
1

rentabilit2 : TRI

F i g 4.5.1 : Étapes d'analyse de sensibilité de la dilution

L'ensemble des résultats de l'analyse de sensibilité est regroupé dans ['annexe 10.

Ces résultats montrent que les facteurs prix. teneur. facteur de récupération. coût de capital
et coût de production gardent la même sensibilité pour les différents modes et séquences
d'exploitation. Les deux premiers influencent énormément sur le taux de rentribiIité interne.
tandis que le facteur de récupération à l'usine est considéré comme le moins sensible.

Du point de vue de l'impact de la dilution additionnelle sur le taux de rentabilité, on


remarque que la séquence A l du mode 1 présente une grande sensibilité par rapport aux
autres séquences d'exploitation. Malgré les bonnes performances économiques vues lors de
loitude du cris de base (sans dilution additionnelle). le mode 3 reste te moins sensible de tous
Ies modes mais I'itude de faisabilité de brise donne de faible taux de rendement interne. Les
et (4.5.3) retlètent bien l'influence de la variation de la dilution des differentes
figures (4.5.1)
séquences d'exploitation sur le TRI. Le degré de sensibilité. traduit par l'écart entre la valeur
du TRI (cris de base) et celle du TRI (avec dilution). indique cette influence.

O cas de base
O avec dilution

Mode 2 Mode 3

Fïg 4.5.2: Snsibilité de Iri dilution sur le TRI (gisement 2)


- _ ._ - . -_ -_ . ____- _ -_ - - - _-

O cas de base
O avec dilution

-...
Séq A l Séq 8 Séq C Mo Mode 3

Fig 4.5.3: Sensibilite de la dilution (gisement 1)


En conclusion. L'étude de sensibilité des différents paramètres influençant la rentabilité
permet d'en déduire les résultats suivants :

Pour le gisement 1. on priconise la faisabilité de la séquence A l du mode I. puisqu'elle


répond aux exigences de critères de rentabilité :

Un meilleur taux de rentabilité.

Une sensibilité semblable des variables de rentabilité par rapport aux autres
niodes et séquences d'exploitation.

Pour le gisement 2. on opte pour la faisabilité de Ia séquence C du mode 1. Malgré l'énorme


investissement requis pour l'installation de toute l'infrastructure au début de l'exploitation.
cette séquence a non seulement l'avantage de satisfaire les critères de rentabilité décrit en haut
avec un taux de rentabilité proche de celui de la séquence A l du mode 1. mais aussi de
maîtriser l'influence de la dilution additionnelle (fig 4.5.2).

- -
V 3 Analyse de risque - Méthode RSS (root sum of squares) -
La methode d'analyse de risque RSS est basée sur des relations mathématiques de la courbe
de distribution normale de probabilité. Le but de cette méthode est de déterminer les variations
incrkmentalles du taux de rentabilité interne (TRI) face aux variations des différentes valeurs
estimees du projet.

V - 3 - iz :Grartdes étapes d'application de lu méthode RSS


L a procédure de la méthode RSS consiste à suivre les étapes suivantes :

Pour chaque paramètre présentant un risque sur le projet. on détermine Ies


valeurs inférieures et supérieures estimées 5 60.6 % de probabilité en calculant les valeurs Xi
et X2 présentant des déviations inférieure et supérieure de la valeur estimée du paramètre à
90% de probabilité. Par exemple. pour le gisement 2 (mode 1 séquence C). le tonnage des
réserves minières est de 13.384 Mt (estimée à 90% de probabilité). On a jugé que la valeur de
ces réserves ne peut descendre au-dessous de 1 1.376 Mt et n e peut être au-dessus de 20.076
Mt. ce qui impliquent des déviations XI = 2.008 Mt et X2 = 6.692. donc !es tonnages minimum
et maximum estimés 5 60.6% de probabilité sont calculé 3 partir des relations suivantes :

Tonnage maximum (RTU) = 13.384 + X2(0.919(xi/(xi+xr)r6)


= 15.931 Mt

J Refaire l'évaluation économique en remplaçant le tonnage des réserves minières

estime par les \.rileurs de RTL et RTU. suite l'exemple cité en haut. Le tonnage des résenrzs
minières estimé est remplace par les valeurs de RTL et RTU. dans ce cas RTL = 1 1 .$O0 Mt
donne un taux de rentabilité interne TRI = 22.55%. et RTU = 15.935 Mt implique u n TRI =
29.07% (évidement le taux de rentabilité interne de l'étude de base est 25.35% ). Donc les
diviations défavorables et favorables prévues sont d i = 25.35 - 22.55 = 2.8% et d2 = 29.07 -
25 -35 = 3.PZ.Cette étape traite chaque variable individuellement et indépendamment des
autres.

3 La troisième étape consiste ii tenir compte de l'interdépendance des variables au


cours de l'évaluation de la rentabilité. Après avoir déterminé les différentes détriritions
frivorables et d~5frivorablesdu TRI. on procède par calculer la somme de leurs carrés. Dans ia
plupart des projets miniers. on a remarqué qu'il y a une certaine interdépendance significative
quant i Iri variation individuelle de ces variables. Celle-ci peut être analysée en considérant [es
aspects qualitatifs et quantitatifs de la variation simultanée des deux paramètres du projet.
Cette variation peut être jugée comme une variation compensatrice et dans ce cas on introduit
u n facteur constant. génkralement entre 1 et 1.7.

Si les deux paramètres sont très interdépendants. c'est préférable de prendre 1.7.

Si cette interdépendance est moyenne on prend 1.3).

= Si cette variation est jugée additive. on introduit un facteur égal à 1.

2 À partir de ces données. la dernière étape consiste à estimer les déviations globales
favorables et défavorables du taux de rendement interne notées respectivement d i et d2.
Si d2/dl 2 1. la courbe de la distribution normale est positive (inclinaison vers la
droite).

Si d2/dl I 1. 13 courbe de la distribution normale est négative (inclinaison vers la


gauche).

L'ensemble du reste d'information sur la construction de la courbe normale est présenté


dans l'annexe 1 1.

.A la lumière de ces données. l'étape finale de ce projet consiste à analyser les risques qui
peuvent etre sur\.enus lors d u choix de la séquence favorable au projet (séquence C du mode
1 ) . en appliquant tri méthode RSS.

L'ensemble des résultats de l'évaluation du risque est regroupé dans le tableau (4.5.3).

Tableau 4.5.3 : Résultats des déviations favorables et défavorables

TRI (RTL) T R I (RTL') di dT TRI(RTL) TRI(RTC) d i d:


R2wrws min ièrt.s(rm) 5.95 1 3.55 2.95 4.65 --.
7 7 jj 29.07 2.8 3.72
Teneur c t ) 7.33 10.16 1.57 1.26 23.5 26.5 1.85 1.45
Coût capital r cc) 82 9.9 0.7 1 23.3 26.94 2.05 1.59
Coût production ( c p ) ,1
8.02 9.77 0.83 0.87 24.78 5.9 0.57 1 0.55
1 1 1 1 1
1 1 1 1

1 1
1 1 1

Facteur de rtkup (fr). 8.25 9.33 0.65 0.45 24.39 25.89 0.96 0.54
1 1 I

1
1 1

1 1
1

Dilution ( d ) I 2.75 I 1.13 / 0.95 0.73 19-88 26.21

Les sommes des carrés des déviations sont :

Pour Ir gisement 1 : Sdi = 2.95' + 1.57' + 0.7' + 0.88' + 0.65' + 0.95: = 13.757

Pour le gisement 2 : Sdl = 28.476 et Sd2 = 27.473

V - 3 - b :É r d e d'interdépendance des variables

L'interdépendance des variables mène à discuter les relations entre les différents
paramètres qui influencent la rentabilité (réserves minières. teneur. coût du capital. coût de
production. facteur de récupiration et la dilution). Le but de cette étude est de déterminer
l'effet des variables défavorables et favorables sur le TRI. Cet effet peut être soit compensateur
ou additif. Pour simplifier la visibilité des paramètres. on notera par exemple pour:

L'effet des \.ririables d i favorables de l'interdépendance entre la di lution et la teneur. EVDd,.

L'effet des variables favorables de l'interdépendance entre la dilution et la teneur. EVFd-l.

Dilution vs teneur : I'expérience démontre que fréquemment le tonnage actuel excède


1s tonnage estimé à partir des réserves minières. Ceci est dû soit 5 la dilution du minerai par le
stérile qui peut etre plus éIevée par rapport à la valeur calculée ou. soit i l'exploitation des
blocs de basse teneur qui ne sont pas inclus dans les réserves estimées et qui deviennent
konorniquement faisables quand les coûts de développement de la mine sont amortis. Ces
deux facteurs contribuent 5 réduire la teneur actuelle des réserves. donc on juge que
l'interdépendance entre la dilution et la teneur est compensatrice (intermédiaire). Un calcul
direct donne facteur de compensation égal 5 fc = 1.2. ce qui implique (par exemple pour le
gisement 2 ) :
b

Effet compensateur des variations défavorables sur le TRI est :

Effet compensateur des variations favorables sur le TRI est :

Coût de production vs coût capital : les coûts tendent à être influencés par les mêmes
facteurs d'inflation du marché international. ce qui met en péril les estimations prévues lors de
la phase de faisabilité : I'interdépendance est additive (fa = 1.00).

Effet compensateur des variations défavorables sur le TRI est :

Effet compensateur des variations favorables sur le TRI est :


+ Teneur vs facteur de récupiration : quand la teneur actuelle est inférieure la teneur
estimée. on observe fréquemment que le facteur de récupération actuel reste au-dessous de la
valeur estimée. On juge que l'interdépendance entre ces deux variables est additive (fa=I .Ml).
donc :

Effet additif des variations de favorables sur le TRI est :

Effet additif des variations favorables sur le TRI est :

Coût capital vs réserves minières : ces deux variables tendent à être influencées par le
conserwtisme de la conception de l'usine de traitement. Cette usine qui nécessite des ccûts de
production pIus deves que ceux déji estimés prouve fréquemment une capacité journaliere
plus grande que celle désignée. ce qui implique li dire que l'interdépendance de ces deux
~xiriblesri u n e compensation intermédiaire (fc = 1.4). donc :

Effet compensateur des variables défavorables sur le TRI :

Effet compensateur des variables favorables sur le TRI :

V-3 - c :Résultats:
Après avoir déterminé l'interdépendance des variabies. on peut donc estimer les déviations
globales favorables et défavorables du TRI (dl d2(plabal)
) prévues avec une probabilité de

60.6% pour la faisabilité de la séquence C du mode 1 (gisement 2).


Ces deux derniers paramètres permettent d'avoir une idée sur l'allure générale de la courbe
de distribution normale (y = f(x)) qui régit la probabilité d'un tel risque du changement du taux
de rentabilité interne. On peut déterminer si cette courbe de distribution est positive ou
néptive. par le biais du facteur d2/di.

Si dl/dl 2 1. la courbes normale est positive (inclinaison vers la droite).

Si d d d ~5 1. la courbes normale est négative (inclinaison vers la gauche).

Dans notre cas. on a d2/dl2 1. la courbe de distribution normale est positive.

En se riférant a l'annexe 1 1 (tracé de la courbe normale). les équations suivantes nous


permettent la construction de 13 courbe de distribution normale du cas étudié :

IiyI - , ,, -=
T-E

ni,
r-1,

-1 1 2 ,

= [39.891(r - 1)r) ' log r


Pour les courbes positives :
~(r''~'')d, ,

39.894(r-- 1)e
Pour les courbes négatives : J~ =( JI

~ ( r"-'" )d2

Avec : r = dl/d2. E = TRIb,,.

Dans le cas de l'étude du risque de la séquence C du model. la fonction de distribution


normale est :

La figure (4.5.4) illustre le profil du risque du projet en trapnt la courbe de distribution


normale y = f(x). Ce diagramme montre que. sachant que le taux de rentabilité interne de base
est 25.35%. i l y a une probabilitç de 60.69 que le TRI soit inférieur à 2 1 . 3 9 . et une
probabilité de 60.6%que le TRI soit supérieur à 29.3%.

60.6% a@ ~asurface de b surface

, , I I

.. ,, , . f

5 10 15 20 25 30 35 40
TRIoase valeurs de x

Fig 4.5.4: Profile du nsque du projet


- - - - -
Chapitre VI

Conclusions et recommandations

- -
VI 7 Rétrospective

Les objectifs de cette recherche se sont articulés autour de l'impact des séquences
d'exploitation sur la rentabilité économique globale de la mine. Pour parvenir à ce but. une
enquete a 6té organisée auprès de 20 mines canadiennes pour élaborer une base de données
bibliographiques concernant les séquences d'exploitation et les performances technico-
econorniques des méthodes d'exploitation utilisées. Cette enquête a permis d'effectuer une
analyse descriptive du phénomène des séquences d'exploitation et ses principales
classifications et caractéristiques. Ensuite. une simulation théorique et pratique de l'impact des
séquences d'exploitation sur I'ivaluation des indicateurs de rentabilité. a été réalisie sur une
mine modele semblable à la mine Lac Schortt. Enfin. une étude des éléments d'incertitude a
été dé\,cloppée en présentant dans u n premier temps une analyse de sensibilité du taux de
rentabilité interne au changement des paramètres techniques et économiques incertains. dans
un d e u x i h e temps une analyse de risque de la faisabilité de la séquence la plus rentable.

- -
VI 2 Conclusion

VI - 2 I- - Etiquêre auprès des mines cariadiertnes


L'étude réalisée a permis de dégager les principaux types des séquences d'exploitation.
methodes d'abattage utilisées dans les mines canadiennes. et leurs influence sur In rentabilité
technique et économique. il était question surtout des paramètres techniques (dilution
additionnelle. contraintes induites et récupération) et économiques (coût de production. coût
du capital et prix du métal).

Les résultats montrent que la séquence d'exploitation la plus répandue est celle qui présente
u n seul effet de pilier (séquence B). les méthodes d'exploitation les plus utilisées sont
chambres vides. sous-niveaux longs trous (rarement utilisée dans le cas des gisements
filoniens) et la méthode chambres-magasins. La récupération se situe généralement entre 85%
et 100%. tandis que la dilution additionnelle varie souvent entre 15% et 25%. de mÉme et
conformement au prévisions théoriques. les contraintes induites sont plus importantes avec la
croissance du nombre d'effet de piliers.

- -
Vf 2 2 - fmpac/ économique des séguerices d'exploitation

L'impact des séquences d'exploitation sur la rentabilité minière a ainsi posé des difficultés
d'estimation et de la simulation numerique. C'est pourquoi la thiorie d'évaluation des
indicateurs de rentabilité (valeur actualisée nette. taux de rentabilité interne et indice
d'enrichissement) a donnée de meilieurs résultats en se basant principalement sur I'approche
O'Hara et quelques données des projets Lac Schortt et Grevet. Cette approche a en effet
permis de pallier à ces difficultés d'estimation des coûts de production et des capitaux et
d'itablir les performances des mouvements de trésorerie de la mine induites par chaque
séquence d'exploitation.

L'analyse des résultats de cette étude a montré que tous les critères de rentabilit2 se sont
manifestés diffgremment selon le mode et séquence d'exploitation. la séquence A1 du mode 1
(celle q u i présente un seul front d'exploitation du fond du gisement vers le haut avec une
installation des infrastructures en trois étapes différées) annonce de très bonnes performances
Zconomiques suivie de la séquence C du mode 1 (figure 1.9).

L'analyse des déments d'incertitude représente une étape très importante aux cours de
l'étude de faisabilité. dans cette phase. parmi Ies méthodes indiquées au chapitre 4. on a
préconisé l'utilisation de l'étude de sensibilité du taux de rendement interne face aux
changements des différences variables du projet. et la méthode RSS (root of square of sum)
pour I'ét,aluation des risques. Le facteur qui influence. le plus. le TRI est la dilution
additionnelle suivie de la teneur du minerai et ensuite le prix de métal. L'étude de sensibilité a
permis de préconiser la séquence Al du mode 1 pour le gisement de 3m de puissance et la
séquence C du mode 1 pour le gisement de 1Om de puissance. malgré l'énorme investissement
requis pour I'installation de toute l'infrastructure au début de l'exploitation. L'étude du risque a
kté faite pour la séquence la plus favorable du gisement de 10m de puissance (séquence C du
mode A 1 )
- -
VI 2 Recommandations

L'approche d'évaluation économique a été formulée à partir de l'hypothèse que les coûts
d'exploration n'influencent pas la rentabilité globale de la mine. Ces coûts liés généralement.
non seulement i la définition des limites du gisement. mais aussi aux coûts d'exploration au
cours de 1'e.uploitation (renouvellement des réserves) sont donc éliminés pendant de l'étude de
faisabilité. Dans le futur donc. les travaux de recherche pourraient être élaborés en tenant
compte de ces paramètres.

La deusiZme recommandation porte sur le choix des paramètres affectant l'estimation des
coûts de production et les coûts des capitaux. on fait référence surtout à l'indice d'inflation.
aux taux d'actualisation. aux facteurs d'ajustement internationaux. Puisque notre décision s'est
arrêtée sur des facteurs actuels ( 1996- 1997). il serait utile de poursuivre l'analyse du problème
en fonction des données prévisionnelles de ces paramètres.

Entin. i l est recommandé de tenter en plus de cette étude de faisabilité. une étude de risque
qui pourra affirmer une prise de décision soit d'approfondir l'installation de l'infrastructure
vers le fond du gisement ou de se contenter de la quantité des réserves minières disponibles.
C'est i dire. en d'autre terme. à quelle niveau de la phase d'exploration. doit-on installer
I'infrristructure pour une meilleure rentabilité ?
BADINO. V; MICHELLONE. G.L: 1994. A method for feasibility study of a mining firm.
hline planing and equipment selection 94. Pasamehmetodlu. Eskikaya. Karpuz. Hizal
edi tors
BEAUMONT. D R HANES. M.P.A: 1987. Practicril development of gold project from
the design engineer's aspect. Gold mining 87. C.0 Brawner editor
BENNANI. M: 1995. Cours d'économie minière. ENIM
BERNIT. P: Exploitation des mines et carrieres. ENSTIMX
Crinadirin minerais yearbook. review and outlook. 1995. Ressources Naturelles Canada
ÇELERO. N: PASAiMEHMETOGLU. AG: HIZAL. T: 1994. A mine plan and budgrting
system for Turkish coal enterprise. Mine planing and equipment selection 9-1.
Prisrimehmetodlu. Eski kriya. Krirpuz. Hizril editors
CORBIS. R.K: 1987. Rating opportunities for foreign investmsnt in gold mining
concessions in LDCs. Gold mining 87. C.0 Bra~vnereditor
DIMENT. Mr.D: 1987. Ely in / Fly out practice at Crinadian mines. Gold mining 87. C . 0
Btanmer editor
DUCHÊNE. M: 1979. Estimation de la rentabilité prévisionnelle aux différents stades d'un
projet minier. ENSiMP
10. FRXNZEN. LP: 1986. Economics and type of deposit influence choice of mining method .
American GoId Mining industry news
I I . GAGNON. G; GENDRON. LA.: 1997, The geology and current development of the St-
Honor Niobum
12. Galibois, A: 1993. Analyse économique en ingénierie. édition AGA
13. GENTRY. D.W; 1992, Mine feasibility studies . Society of Mining Engineering of
AIMMPE,
1-4. GENTRY. D.W: 1995. Mine ferisibility studies.. SME Engineering handbook
15. GENTRY. D.W; O'NEIL. TJ: 1984. Mine investment analysis. Society of Mining
Engineering of AIMMPE
16. GIGNXC. L.P: VÉZINA. R: 1990. The Cambior Story. CIM Bulletin
17. HADASINSKI. M M : 1995. Meaningful rates of retum for project evaluation. Mine
planin2 and rquipment selection 95. Singhal. Mehrotra. Hadjgeorgiou. Poulin rditors
18. KUESTEMEYES. A.L: SCOTT. R.J; 1987. Gold exploration economics, Gotd mining 87.
C.0 Brawner editor
19. LANEYRIE. P: 1977. Estimation rapide de Ia rentabilité prévisionnelle d'un projet minier
20. LIQUN. Z; LI YAN. D: SHIHUI. L: 1994. The development rules of Mining Management
Information System (MiMIS). Mine planing and equipment selection 94. Pasamehmetodlu.
Eskikaya. Karpuz. Hizal editors
2 1 . LUÇION. C: 1996. Avant projet d'installation de priparation d e minerais. ENItM
22. LUÇION. C : 1996. Technologie de valorisation des minerais. ENIM
23. M.DUCHENE. Économie de l'industrie minière. ENSMP
24. MCC.ALLUM. R.A: 1987. The little mine thrit's produced almost LOOOOOO oz gold.
Renabie Canadian mining journal
25. MORGAN. B: 1994. Cost effective equipment application zones. Mine planing and
equipment selection 91.Pasamehrnetodlu. Eskikaya. Karpuz. Hizal editors
26. MtiTMI-\KSKI. J.M: 1992. Evaluation of mining methods and systems. SME Mining
engineering hmdbook
27. NEIVBURY. M.C: 1987. The financing of gold mines development. Gold mining 87. C.0
Bra~bmered i tor
28. O'HARA. T A : 1980. Quick guides to the evaluation of ore bodies. CIM Bulletin
29. O'HXRA. T.A: 1982. Analysis of risk in mining projects . CIM Bulletin . July
30. PLANETA. S & AL; 1997. Séquence optimale d'exploitation dans le cas de l'exploitation
des gisement très inclinés. Rapport d'étape no 1 . Départ. Mines et métallurgie. Université
Laval. juilIet
3 1. PLANETA. S & AL: 1998. Séquence d'exploitation dans le cas d'extraction des gisements
très inclinés, Rapport soumis au ministère des ressources naturelles
32. PLANETA. S: 1997. Évaluation de la performance technique des chantiers d'abattage
pendant l'exploitation par chambres vides. CiM Bulletin. Vol.90. Nov/Dec
33. REAL. F: TORRES LOPES. A: 1991. Setting of planning objectives for mine
management in suiphides mines. Mine planing and equipment selection 94.
Prisamehmetodlu. Eski kaya. Karpuz. Hizal editors
34. REDPATH. J.S; 1986. Évaluation des investissements et des coûts opérationnel
d'e.uploication souterraines de petits gisements miniers. Ministére des approvisionnements
et services Canada
35. REVAZOV. M A : REZNICHENKO. S.S; 1994, The change in management methods and
organisational structures forming branches of Russian industry. Mine planing and
equipment selection 94. Pasamehmetodlu. Eskikaya. Karpuz. Hizal editors
36. RIBEIRO. 5 : PEREIRA. H.G: 1994. Simulation of exploitation alternatives in marble
quarries based upon a recovery index. Mine planing and equipment selection 94.
Pasamehmetodlu. Eskikaya. Karpuz. Hizal editors
37. SAMSON. R; 1990. Exploitation de la mine Ansil. 92" congré annuel. Bulletin ICM
35. SLAVICH. DM: July 1982. Project evaluation a key stop to implementrition . CIM
Bulletin
39- SLAYBACK. KG; 1987. Ground ivater - The missing link in feasibility investigations.
Gold mining 87. C . 0 Brawner editor
40. SMITH.G.L: 1994. Profitability and application of activity based ~vorkingcost analysis in
underground gold mining operation. Mine planing and equipment selection 94.
Prisamehmetodlu. Eski kaya. Karpuz. Hizd editors
41. STAFF Bureau of mines. 1987. Bureau of mines cost estimating system handbook:
surface and underground. IC 9142. Bureau of mines information circular. United States
Department of Interior
42. TOLGYESI. D: 1995. Bilan économique de la mine Lac Short. Mémoire de maîtrise.
Département Mines et Métallurgie. Université Laval
-13. TORRES LOPES. A: ALVES PEREIRA. R; REBELO. A.M; 1994. Cornpetitive mine
management and economics on polymetdlics sulphides. Mine plnning and equipment
selection 94. Pasamehmetodlu. Eskikaya. Karpuz. Hizal editors
41.TREMBLAY. M: 1994. Les méthodes d'abattage à Ia mine Chimo. Cambior inc
15. WALLAS. R.G; EGGERT. R.G; 1996. Managerial risk taking : a study of mining CEOS.
Mining Engineering (Littleton, Colorado)
46. WHITING. J-M: STINNETT. L A . 1987. Preparation of feasibility studies for financing
mining ventures. Gold rnining 87. C . 0 Brawner editor
.
47. WILE. B: 1989. Narrow vein mining at forest hi11 mine .91° congré annuel CIM Bulletin
48. WRIGHT. E.A: 1995. A simulation mode1 for rissessing risks in mineral resources
estimation. Mine planing and equipmsnt sekction 95. Singhal. Mehrotra. Hadjgeorgiou.
Paulin editors
-19. YING LONG. L; XIAOHUA. C: GUANG. X: 1995. An intelligent system of optimising
the mine production planning of underground mine. Mine planing and equipment selection
95. Si nghril. Mehrotra. Hadjgeorgiou. Poulin editors

Documentations internes :
50. Cartes topographiques des mines: ~Ministeredes rescousses naturelles
5 1. Donnée générales sur les mines Sigma (Québec ) limitée Val d'or. janv 1992
52. Données générales des mines Casa Berrardi. Chirno. Bousquet. Xgnico-Eagle. Piere
Bauchemin. Niobec. Joe mann. Tintor
53. Données générales sur la mine Lupin
54. Hrirnid Djelloud. Analyse de l'impact économique de la dilution et des pertes des réserves
sur la rentabilité minière. Rapport soumis au département des mines et mitallurgie.
Université Lai-al
55. Mine Doyen. Documentation internes.
56. Mine Lac Schortt. documents internes
57. GAUTIER. N: L990.Travail de stage . Université Laval. avril

i'isites industrielles :
Visites organis6es aux mines Agnico-Eagle. Bousquet. Beauford à Val d'or. 1998.
Stage a la mine Akka. Projet AGM. Groupe ONA. 1998.
AXXEXE 1

( QUELQUES MINES ETUDIÉES)


MINE LAC SHORTT
* kléthode d'exploitation : Chambres ouvertes avec remblayage retardé
* Sequence utilisée : quatre phases d'exploitation.
* Pendage : 75 %
* Largeur moyenne : 5.5 m

1 MOYENNE SÉQUENCE DS*B*TT*GE , TECHNICO-ÉCONOMIQUES


dilution 1 contraintes 1 COU(

REMARQUE : La classe de séquence est défairorable. car i l y a plus de deux effets de pilier

1-1 chantier en exploitation

1 1 remblai rocheux '.-.----------


me------

--,)
effets de pilier
MINE NIOBEC
* Pendrige : 90"
* Méthode : chambres vides .

PHASES LARGEUR TYPE DE MÉTHODE PERFORMAXCES TECHNIQUES


( PIEDS) SEQUENC D'ABATTAGE ' dilution contnintes coût
E additionnelle opiratoire
300 - 600 m 80 chambres vides -08 bonnes
ripimitions
600 - 700 m 80 B chambres vides -OR peu ilevées
750 - 1000 m 80 chambres vides -09 bon ne

I S i v 450
,MINES DOYON
* zone ouest: - méthode : * chambres magasins avec une production de 90 000 Van.
* chambres
vides avec une production de 182 000 h n .
- pendage : de 60" 5 70".
* zone principale : - méthode : chambres vides (trous transversales et longitudinales).
avec une production de 700 000 Van.
- pendage : 45" i 55".
*taux de récupération : 100%.

PHASES 1 LARGEUR 1 SÉQUENCE 1 MÉTHODE 1 PERFORMANCES TECHNIQUES 1


(pieds) d'abattage
Ion,Outur dilution contraintes coût
de chantier .- additionnelle opkratoire
zone < 50 ft 6i60 C CV 10- 1 5 % tilevées
26.30 S/t
princip > 5Oft de 6 à 60 B CV 20 % peu Clevées
ale
zone --- epriissr C CM 5 - 10% dsvérs 20.1O S/t
I

Ouest 1 --- éuriisss C CV ZlrvSes 12.30 S/t

Profondeur économique finale de la zone principale : 180 rn (590 pieds).


Profondeur économique finale de la zone Ouest : 61 -2 m (200 pieds).
Dilution torde : 18 55.

Zone w i n c k a l e

Section A-A
Zone ouest : long trou

zone ouest :chambres-magasins


MINE BOUSQUET 2
Pendage : subvenical(8 i "1.
Méthodes : chambres vides remblayées avec du stérile cimenté. chantiers primaires
secondaires.
* Taux de récupération : 90 %.

I PHASES 1 LARGEUR 1 SEQUENCE 1 MÉTHODE 1 PERFORMANCES I


1 D'ABATTAGE 1 TECHNIQUES I

/--I-rfj
--- _ niv 8

1 phase 3
MINE AGNICO-EAGLE
* Pendrise : subverticale (8 1O).
* Méthodes : chambres vides (chantiers primaires et secondaires).

PHASES 1 LARGEUR / SÉQUENCE 1 MÉTHODE 1 PERFORMANCES


(m) d'abattage TECHNIQUES
di lution contraintes coût
additionnelle op~riroire
ni\. 10 - 3 5 12 CV -15 C7( devtks ---

1 n i 1~
niv 21 - 3 i 12 cv -15 % très ilsv2es ---
C
niv 10
- niv 21 3 à 12 CV

I phase 1
725 rn

phase 2
500 rn

I phase 3
LOO m
* Pendage : 55 (en moyen).
O

* Méthode : chambres vides. remblayage immédiat.

-
* Production : 1750 t/j (5 jours/semaine).
-
PHASES LARGEUR PERFORiMANCES TECHNIQUES
( ) séquence d'abattage
dilution contraintes coûts
additionnelle spécifiques
l
horizon 1 15 exploitation en
diagonale
retrait vertical
vers N . 0
pi 1ier 13 exploitation en
B diagonale
retrait vertical
vers X . 0
horizon 2 15 exploitation en
diagonale
retrait vertical

Remarque : les données sont drities de 1990


1 185 (niv3900)

Horizon 1

1235 m (niv-4000

pi t ier

1285 rn(1200)

Horizon 2

1185 m

Horizon 1

1235 m
pilier
I1
1285 m
Horizon

1435 m
Z

1
,MINE CHIMO

*: bléthodes : chambres-magasins. sous-niveaux longs trous.


* largeur moyenne : 4 m.
* taux de récupération : 90 %.

SÉQUENCE METHODE PERFORMANCES

2
D'ABATTAGE

additionnelle opintoire
lentille no 1 03 3 1-2 -20 7c

lentille n02
lentille n03
1 (du 3' au 7' niveau) 1 I
lentille n05 4i7
lentille n06

Remarque : les données sont datées de 1990. les lentilles 1 et 2 sont exploit6 en une seule
phase.
Zone 5
Annexe 2

(Approche &[AS)
- YlNE INVESTMENT A-YSIS

FIO. 5. Drill and blut. onrburden u i d W U ( S T R A A ! Engincers Inc.. 1979). Scde: -


bgarithmic. Tbc cunrs h a n k e n btwbpd in two pans. nie fol2owing- -
'--disri-btion applies to equipmcnt in this sertion.
/--
_ --
-
-/---#

G.rnimi Equlprrwrit Operrtlng Gort Comgo~litOktributlon


Fkprlr FwI 4
murfptkri Pr18 luk nna
ORll equipment 50Qk 509c
Trucks 32% 62% 6Ym

For mines axcavatingfr#n 1OOO Co 10 000 t costs corisideram must be given to matmhi
of overûurden and maste per day, the cums hardmss, abrasiveness, natural fractums
reflect a s t s for drilling 6-m high benches with and jointing. and maximum size fragments
crawler-typepercussiondrills. SpaQng of 2.5- thai crn be badoâ, hauleâ, rnd procesSm¶.
in. holes is ori a pattern d 1.5 x 2 m to 8 depth W h m the fomgoing conditiûns am untama-
ol7 m. fhe powder fador is 0.30 kyt. M.üw costs shown on the wrves tan be
For mines sxcavatinghom 8000 to 300 000 iricnasd up to 100%. For fattarable coridi-
t of mrkirden and p r day. driiiing is tiarrs, me costs cm m rsducsd up to 40%.
perfomed with rotary H s having r down lb bbor cost for a typical rotary drill cww-
pressure d from 13,600 !O 40,900kg. The aicm is ôasodon an amrage laôor ratek w driH
powâer factor uaries f r m 0.11 10 0.20 kg with Md ô b t crew 01 $8.00 per man-hour indud-
an -rage of 0.14 kgi! 04 mste. Holes dniied ing ioury drill operuon a! $8.34. The I.bor
average 12-Yr in. diarn h m a range d 6 Io wst br a typicai percussion drill operation ia
130% in. diam. Beria h W & am 12 Io 18 m. basd on an M a g e hbor rata for drill and
naraging 15 m. Dlilling patterns and ouor- biart cmw d $7.91 per man-hour includirig
drilling varies Wiîh a rang. d 100 Co 300 t d drill opmators a1$8.1 7.
blasted material per lineu meter d dril haie. Th suppiy cos& for both armes indudo
Secorrdary dfillirig and bbStirig w i a s hom O dril bitr and steel mlatod items a! 24% ofttn
to 10%of W o â materi.l. totJ witn the rmaining 76% for blutiirg
The c u w s iridicsta average c u m for a W.
wide rang. d materiais as cm k notod by Equipmant opwating costs includa drills
drill sir- ghm. bit sizm, powdw fwtoct.and 75% uid ruppofmg .quiplnent 25%.
drill pattem. To d.imlwdrilluig and Mastïng
- ~ ~ b low ~ r m e
Chapirn 15 Enimarisn &s coPu d * i n u s t i r ten~ biens

Tableau 15. IW1: Finmus d'ajustement intemaiionaux [20].'


-

G.B. = 1.0 U.S. = 1.0


Afrique œnaak
pays

Afrique& nord (iimporutions)


- 2.0
1.2
- 2.0
1.1
(marchandise l d e ) 0.8 0.75
Afrique du Sud 1.25 1.15
Alle- (ouest) 1.1 1.0
Ambique ccaoale 1.1 1.0
Ambique du Sud (nord) 1.5 1.33
Amérique du Sud (sud) 2.5 2.23
Australie 1.4 1.3
Aufriche 1.1 1.O
Belgique 1.1 1.0
Canada 1.25 1.15
Chine (importaiions4 1.2 1.1
(marchndisc locale) 0.6 0.55
Danemark 1.1 1.O
pagne CunpomLifJns) 1.3 1.2
(ararcaaa3isc iode) 0.8 0.75
Étau-unis 1.1 1.O
Frniacuie 1.3 1.2
Frarice 1.O5 0.95
Grtcc 1*O 0.9
Inde (imporiluioris) 2.0 1.8
(marcfi;rndisc locale) 0.7 0.65
[rlandc 0.9 0.8
t talie 1.0 0.9
lapoa 1.O 0.9
Malaisie 0.9 0.8
Moyen Orient 1.2 1.1
Yotvtge 1.2 1.1
Nouvelle-Ztlande 1.4 1.3
Pays-Bas 1.1 1.0
Portugal 0.8 0.75
Royaume-Uni 1.0 0.9
Suède 1.2 1.1
S uissc 1.2 1.1
rerrt-Neuvt 1.3 1.2
ïurquie 1.1 1.0
Yougoslavie 1,O 0.9

*. Pour chaque 1 000 milies de rlistancc entre l'usine et le centre de manufacrue ou d'im-
portation le plus proche. augmenter le facteur de 10%.
Lorsque la marcbandise ou La maind'aum provient de plus d'une source simple.
pondCm Ies facum en conséquence.
Les stimulants a l'investissement n'ont pas ClC considérts ici.
Annexe 3

(Infrastructures souterraines)
Fig A.). 1 Infrastructure du mode 1. dquencc A l
pJ f rapt 2

!
!
1

E tape i.

\I,!
Station de chargement
r
, Station de conwsage i

Fig A-3.3 Infrastructure du mode 1. sdqucncrr C


i
Station de chargcmcnt
Phase 1

Phase 2

Fiy A-3.5 intiastruckure d u mode 3


I
Phase 3
ANNEXE 4

(Organigrammes d'analyse économique)


I
Mode 1

Gisement :
Niv 100 - niv 1OOOm
puissance 3 m
longueur 450 m
Poids volumique : 3th-t'
Tonnage annuel (TA*)

Dilution additionnelle (DA)


Facteur de recouvrement 1

L'ensemble du gisement L'ensemble du gisement L'ensemble du gisement


DA] , FRi DA?, FR2 DA3, FR3
Durée de vie DVl Durée de vie DVll Durée de vie DV13
in Iiastructure générale Infrastructure générale Infrastructure générale
Revenu R I 1 Revenu R i z Revenu R12
Coût opkratoire COi 1 Coût opératoire COl2 Coût opératoire CO2
VAN,, VAN12 VAN13
TRI 1 I TU2 TRI 3
Sensibilité Sensibilité Sensibilité

Fig A.4.1: Organigramme d'analyse économique (mode 1)


1 Mode 2
(Variante 1)

Phase 1
c Séquence C

Phase 2

Gisement : Gisement :
Niv 100 - niv 550m Niv 550 - niv lOOOrn
puissance 3 m puissance 3 m
longueur 450 m Iongueur 450 m
Poids volumique : 3t/m3 Poids volumique : 3t/m3
Tonnage annuel (TA) : Tonnage annuel (TA) :
D u r k de vie (DV) Durée de vie (DV)
1 nti-astructure sénéraie (IG) Infrastructure générale (IG)
Coût IG Coût IG
Coiit capital CC Coût capital CC
Coùt opératoire CO Coût opératoire CO

- L'ensemble du gisement
- Durée de vie DV
- Infrastructure générale
- Coût capital CC
- Coût opératoire CO
- VAN
- TRI
- Sensibilité

Fip A.4.2 : Méthodologie d'analyse du mode2


1
- - --

I Mode 3
1 (Variante 1)

c Séquence C

1 I

- Ciisement : - Gisement : Gisement :


Niv 100 - niv 4OOm Niv 400 - niv 700m Niv 700 - niv IOOOrn
puissance 3 m puissance 3 m puissance 3 m
lonkweur 450 m longueur 450 m longueur 450 m
Poids volumique : 3t/m3 Poids volumique : 3t/m3 Poids volumique : 3t/m3
- Tonnage annuelle (TA) : - Tonnage annuelle (TA) : Tonnage annuelle (TA) :
- Dur& de vie (DV) - Durée de vie (DV) Durée de vie (DV)
- Infrastructure générale - infrastructure générale infrastructure générale
- Coût IG - Coût IG Coût IG
- Coût capital CC - Coût capitai CC Coût capital CC
- C o î ~ opémtoire
t CO - Coût opératoire CO Coût opératoire CO

L'ensemble du gisement
Durée de vie DV
Infrastructure généraie
Coût capital CC
Coût opératoire CO
VAN
TRI
Sensibilité

Fic A.4.3: Méthodoloeie d'analvse du mode 3


ANNEXE 5

(Coûts des infrastructures)


Tableau AS. 1 : Coûts des infrastructures générales du mode 1

JIODE 1 I Séquence A l
I Séqu
1

Variante 1 1 Variante 2 Variante 1


Puits 1 10 715 580 1 24924 100 1 10 715 580
Stat. Charge. 609644 1113059 609 644
Station puits 915 181 2 157093 1890363
Passage minerai 1 3 19 393 1 3 19 393 1 39 1 474
P;issql,t. sttirilt: 1 698 165 1 698 165 I 818 474
('oncasseur 1 275 098 2 295 147 1 275 09s
Travers banc 3062130 3062120 4856573
Ranipe 3 521227 3 521227 5099960
Stat. pompage 307 185 560 844 307 185
Puisards 17 327 31 637 17 337
1 I 1 1 1

S o u s station 1 22 970 1 41934 1 22970 1 41934 1 22 970 1 41934


Clsctrique
Garage 248 583 153 852 243 583 453 852 218 583 453 852
[In trcpcit 14 17s 25 885 14 178 25 S85 14 178 25 S85
(csplosit's.
dtitoiiateurs)
\'cntilation 4711 769 5 135432 4735 793 5 187 556 4864883 5304990
Toi lcttes 6 301 1 1 504 6 301 1 1 504 6 301 1 1 501
Eiitrc.pÔt(Iiuiie. 13178 25 885 14 178 25 885 14 178 25 885
dicscl)
Snl les i manger 10 240 18 695 10 240 18 695 1 O 230 18 695

',rrizzl>*
C'on\-oyeur 186 774 469 818 186 774 469 818 186 774 169 SIS
TOTAL 1 2 9 148 759 1 47 554 133 1 33 659 622 1 52 741 330 1 44 878 655 1 60 148 151
Tableau A.5.2 : Coûts des infrastructures générales du mode 2

( .\IODE 2 I Variante 1 I Variante 2 I


Phase 1 Phase 2 Phase 1 Phase 2
9 653 056 9 653 056 15 645 026 15 645 026
Station chargement 33 1 084 1 3 1 084 787 048 787 018
Station puits
Passasr minerai

Passage sttirile

Rampe 5 533 357 5 533 357 5 533 357 5 533 357


Station pompage 217 213 217 213 396 575 396 575
1

Piirsrirds 12 253 12 253 22 371 22 371


1 Suiis srniion électrique 1 16241 1 16241 1 29652 1 29652 1

Entrepot (explosifs. 10 025 10 025 18 303 18 303


dCto~meurs)
1;entiIation 2 712 290 1 910 227 2 965 O10 2 1162947

Entrepôt (li~iile. diesel) 10 025 10 025 18 303 18 303


Salles 5 nimger 7 240 7 240 13 070 13 070
>Irirtcau et grizzly 210 529 O 384 372 O

1 TOTAL 1 23 924 931 1 24 324 979 1 32 359 416 1 31 858 555 1


Tableau A S .3 :Coûts des infrastructures généraies du mode 3

Variante 1 Variante 1
l I
1 ---

I 1 Phase 1 1 Phase 2 1 Phase 3 1 Phase 1 1 Phase 1 Phase 1

Station chargement 351 979 35 1 979 351 979 609 644 609 644

Station puits 409 278 409 278 409 278 708 886 708 886
Passage minerai 530 094 66 1 973 5 12 554 530 094 661 973
758 220
Passase &rile
. 991 360
L
584 740 991 360 758 220
Concasseur
I
1
725 786
1
O
1
O
Tra\.t.rs banc 1 1 112 896 1 17942401 2439 724) 1 Il2 8961 1 794 240

1 1 1 1 1

Station pompage 1 177 354 1 177 354 1 177 354 1 307 185 1 307 185

Sous station dectrique 13 260 13 360 13 360 23 390 23 390

Entrepot (esplosifs, S 185 S 1S5 S 185 14 175 14 178


dGtonateurs)
\'cntilation 1 813 235 1 362 545 1 462 815 4 864 882 1 653 997
1 I 1 1 1 1

Toilettes 1 3 638 1 3 63s 1 3 6381 6 301 1 6301 1 6 301

Entreph (li~iile. diesel) 8 185 5 185 8 185 14 178 13 178 14 175:


Salles 5 mariger 5 918 5 915 5 918 1 O 230 10 240 10 240
Marteau et grizzly 171 897 O O 297 733 O O

Cmon\.qt.ur O 124 654 186 651 O 256 373 340 947

TOTAL 18 714982 16833 148 17217 731 29930774 24191416 24898574


ANNEXE 6
( Mode 1, Séquence B )
Tableau .4.6.1 : Travaux de développement requis durant toute la vie de la mine
- - -- -

Items 1
Section I Pré~rc uction Proc :tion Total
1 €paisseur 1 Hauteur 1 Longueur Tonnage Longueui Tonnage Longueur 1 Tonnage
(1) (m)
Grilrnr dans 1 254 41758 6846
le ininerai

Cialerie dans 10.0 1 254 139194 6816


IC minerîi 1 I I
(yscment 2 )
Clalcrie dans 3 -5 3.7 2 930

rra\-crs banc 3 -5 3.7 2 343


Rampe 4-5 3,7 702
Cherninéci 2.5 2.5 12 264

Tableau A.6.2 : Évolution des travaux de développement (gisement 1 et 2) :

Longueur Coût S/m Coût total $ Longueur Coût $/m Coût total $

I'ri.prod. )
l (ml
9746 169 3571560
(m)
9746 469 4 571 560
[ 3500
I

1 1 655 2291 58s 2500 G55 1 636 848


-
7
1 3500 655 239158s 2500 655 1 636 848 a

3 1 3500 6 2291 588 2500 655 1 636 848


4 /Prtiprod. 9746 469 4571560, 2500 655 1 636 848
j 1
Produc. 3500 655 2 291 588
5 1 3500 655 2 291 588 2500 655 1 636 848 a

6 1 2000 655 1 309 479 Preprod. 9746 469 4 571 560


! Produc. 2500 655 1 636 848
7 ZOO0 655 1 309 479 3500 655 1 636 848
8 i 1500 655 982 109 1 2500 655 1 636 848
; ! I l 901 655 589 920 1500 655 982 109
1 - 1

- - 1 O00 655 654 739


l0
- - -
11 1 1 O00 655 654 739
- - - 1

11
; 12 401 655 262 550
tutal 33 394 24 792 045 33 394 - 24 792 045
Tableau A.6.3 : Évolution de la cadence annuelle et du coût des travaux de développement
.-Innees 1 Gisement 1 1 Gisement 2 1I
TA (tonne) Coût $/t TA
1 Coût $/t

6 505 O00 1 2.59 ] 1 300 OOO(avec


69 597 préprod.)
' 1.26 1
1
7 1 505 O00 2.59 1 1 300 O00 ; 1.26

Fiç A.6.I : Évolution de la cadence annuelle

1 600 000
l

1 400 O00 1 .- -
I LOO O ( +gisement 1: étripe 1
TA 1 000 000 1 +gisement 1: étape 2
It) S00000 1
i gisement 2: étape 1
600 O 0 0
- -- gisement 2: étripe 2

200 O00
O

années
Tableau A.6.4 : Évolution des coûts de developpemrnt
l 4

:
!
3
I1 Gisement 1
Coüt unitaire S / t Coût total x 10'
Gisement 2
Coût unitaire coût total x 10'
4
i
1
l i 3 1 1.23 2 380 216 3.12 1714 124
-7
4.96 2 303 708 t 1-40 l 1 819 500 !
1
. 4.96 2 502 705 i
1.40 I 1 819 500
i 4 4.96 2 503 708 1 1.40 1 819 500 1
'i
< 4.96 2 502 708 1.40
I
l 1819500 1
6 3.0 1 1 520 599 1 -40 1 819500
-
I 1 3.01 1 1 520 599 1.40 1 1 819 500 I
Y 2.72 1 160 303 1 -40 1 1819500 1
9 1 3.35 717 613 1.12 l 1 122610
10 - - O,80 1 795 331 !
l 11 - - O. 80 795 241 ;

1
, 12 - - 0.52 1 359 812
Totd -moyen 3.36 17 310 063 1.3 1 17 533 530 i

Tableau A.6.5 : Évolution des coûts de production durant la durée de vie de la mine
4
? .Ariritks Gisement 1 Gisement 2 :
J
Coût unitaire $ Coût unitaire $ Coût unitaire $ C o î ~ tunitaire $ i
I
, constant /t courant /t constant /t courant /t i
,
1 1 45.16 1 50.87 1 37.05 1 4 1.73 l
Tableau A.6.6 : Coûts de fermeture
Gisement 1 Gisement 2
Total
-
P r i k de séparation
DirnanteIement .
rihabilitation
Entretien. ventes,
administration
Environnement
Total
Ventes

Tableau A.6.7 : Évolution des dépenses d'in\-cstissement et de préproduction :


-
- -

Gisement 1 Gisement 2
! .-\nnks 1 Dépense 1 Dépenses de j Dépense 1 Dépenses de
'1
l Id' investissement préproduction 1 d'investissement préproduction
-1 1 57 269 000 O 1 9s 820 500 O
3
i
I
O 1 57269000 5 957 700 98 820 500 7 820 973

r
13 ! - 1 O O
e Total 1 130 802 795 I l 915301 1 215383764 15 6 4 1 946
ANNEXE 7
( Mode 1, Séquence C )
Tableau A.7.3 : Travaux de développement requis durant toute la vie de la mine
items Section T
I
Préproduction Produc:tien Total
Epaisseur Hauteur Tonnage Longueur Tonnage
(m) (m) (1) (ml (t)
Cialcrie dans 3 .O 3 -7 227972 8100 269730
le mmsrai
(gisement 1 )
Galerie dans 10.0 3.7
le nlinerai
(gisement 2 )
Grileric dans 3.5 3,7
It. stérile
Travcrs banc 3.5 3.7

Tableau A.7.2 : Évolution des travaux de diveloppernent (gisement I et 2):

1 Longueur 1 Coût $/m


I

: .Anni.cs 1 l ~ o i i total
t 5 Longueur Coût S/m Coût total $
(m)
9 133 120 19493 469 9 143 130
Tableau -4.7.3 : Évolution de la cadence annuelle et du coût des travaux de développement
B Ii\nnt.es ! Gisement 1 I Gisement 2 1
T.4 (tonne) 1 Coût $/t 1 TA ! Coût $it 5
1 I I 4
i O (préprod.) 41 758 2 18.95 139 193 1 65 -69 1

1 400 ooo
Tableau A.7.6 : Coûts de fermeture
1
8
Gisement 1 Gisement 2 1
9 Tota1 11 12 total
Prime de séparation 2 138 550 1 2 420 756
D2mantèlernent . 964 112 1 1091 338 I
riliabilitation f 1

Enustien. ventes. 2 230 302 2 524 617


ridmmistration 1
Environnement 324 664 ! 367 508
Total 5657628 2823167 8 4 8 0 7 9 5 6404219 3195718 9599936
Ventes 2 583198 1411 583 3 9 9 4 7 8 1 2924082 1597859 4521 941

Tableau 4 . 7 . 7 : Évolution des dipenscs d'investissement et de préproduction


Gisement 1 Gisement 2
i4 :\mi-es 1 Dépense Dépenses de Dépense Dépenses de
1 f d' investissement préproduct ion d' investissement préproduction
I -1 ] 63 199 O00 O 98 389 O00 O
4
O i 63 199 O00 1 1 915 101 1 98 389 O00 15 641 946

i Total 1 3 1 878 795 I 1 1 915 301 1 206 377 936 I 15 641 946 I
ANNEXE 8
( Mode 2 )
Tableau A.8.1 : Travaux de développement requis durant toute la vie de la mine
1 Items Section Préproduction Production Total
Epaisseur Hauteur Longueur Tonnage Longueur Tonnage Longueur Tonnage
(m) (m) (ml (1) fm) (1) (m) 0)
Grilcric dans 3 .O 3-7 637 30 879 3 433 113 986 1050 133 865
IC minerai
(~isement1 )
Galerie dans 10.0 3.7 637 69 597 3 123 379 953 1050 449 550
lc minerai
(ystrrnent 3)
(ialene dans 3.5 3,7 1 465 56 915 3 585 100 437 4050 157 333.5
le sttkile
I ' r r t i w s banc , 3.5 3.7 -
1171 45513 3069 80361 3330 135871
Rampe 4.5 3,7 702 35065 3775 138611 3477 173676
C'lit.riiinÊt: 2.5 2.5 6133 114973 3487 36623 8618 161595
-rotal IO097 273 344 13 33s 480008 23 435 753 353
(gisement I )
-rd IO 097 322 063 13 33s 745 975 23 435 1 068 038
(sisement 1 )

- .- - ---- --

Évolution & h cadence annuelle TA

;
- gisement I : phase 1
-gismt 1:phaseZ
gisement 2: phase 2
- gisement 2: phase2
Tableau 4 - 8 2 :Évolution des travau.. de développement (gisement 1 et 2):

Longuew
Tableau A.8.3 : Évolution de cadence annuelle et du coût des travaux de développement
1 Années Gisement 1 Gisement 2 !
TA (tonne) 1 Coût $/t TA i
I
Coût $/t 1
/ O (préprod.)

200 000 (préprod.) 1 344.86

Remarque : est calcu sans tenir


compte des coûts de préproduction.
. Tableau A.8.1 : Évolution des coûts de développement
i
1
Gisement 1 Gisement 2 i
i

I Coût unitaire S/t Coût total x 10' Coût unitaire coût total x 10'
1 9,O1 1 801 559 2,53 1 265 3 3 1 1
?
4
7 5.79 1 851 726 1.73 1 1 300 369 !
1 3 5.79 1 851 736 1.73 1 1 300 369 i
1 4 5.79 1 1 S5l 726 1.73 I 1 300 469 i
4 Y
5,79 ! 1 851 736 1.73 1 300 469 1
6
-i 1 3.15 1 1 162 763 1.73 II 1 300 369 !
I 1
1 5.3 1 2 223 498 1.73 I 1 300 469 1

1
5.79 I 1 851 726 1.13 833 309 i
1 s I
1
9 5.79 1 S5 1 726 1.33 I 667 797 i
! 10 5-79 1 85 1 736 1,7 1 i 1 576 976 g

! 11 5,79
I
1 S51 726 1.73 1 1 300 469
6
I
! 12 4,15 1 162 763 1.73 1 1 300 369 1'
1 13 1.86 421 940 1.73 1 300 469
Tableau A.S.5 : Évolution des coûts de production durant la durée de vie de la mine

1
I
Annies
I
I
Gisement 1
I Gisement 2

i
Coût unitaire $ Coi2 unitaire $ Coût unitaire $ Coût unitaire $
1 constant /t courant /t constant /t courant /t

Tableau A.8.6 : Coûts de fermeture


P
j Gisement
- 1 Gisement 2
1 .-\mees 8 9 Total 11 12 total
!
! Prime de séparation 2 138 550 2 138 550
j DCpenscs Dirnant6lement. 96.1 1 12 964 113
rkhabi litation
j 10' 4 Entrctieri. ventes. 2 230 302 2 230 302
administration 1

1
Emxonnement 333 664 1 334664
I

Total 5657628 3 8 2 3 167 S4SO795 5657638 3823 167 8 4 8 0 7 9 5


! Re!-cnus \'entes 1 2 5 8 3 198 1411 583 3 994781 2 5 8 3 198 1411 583 3 994781
Tableau A.8.7 : Coûts des investissements et de préproduction
I
! Gisement 1 1 Gisement 2 !
AnnGes Dépense Dépenses de Dépense Dépenses de
d' investissement préproduction d' investissement préproduction
? -1 41 595 500 O 63 618 O00 O
4 O 1 41 595 500 G 543 490 1 63 618 O00 8 351 882 1

- - I I I 1

3 Total 1 175 038 795 1 13 086 980 ! 363 264 795 1 16 703 765 1
ANNEXE 9
( Mode 3 )
Items

le minerai
( gisement
Cialcrie dans
le s~Crilc
-rra\-crsbanc
2)
3.5

3.5
-
ion

-++
-
Hauteu
rép production Production

+
Tableau A.9.1 : Travaux de développement requis durant toute la vie de la mine
1

2 700
Total
Longueur 1 Tonnage Longueur 1 Tonnage Longueur Tonnage

89 910
1

Rampe 4.5
Clierii inée 2.5
-rotaI
Tableau A.9.2 : Évolution des travaus de développement (gisement 1 et 2 ) :

1 Coût total '6


2
Annces
I Longueur Coût $lm Coût total $
m)
Longueur
(m)
Coût $/m

3 768 895
m 00 DO
9
r,
'i
d
Y
C

L - .-

O 3 3
O
O
O
O
3
3
s
3
O 3 3
P 0 a

Tt O O
'?
'ri
"9
'Cl
''ri?

O 3 r*
O
O
O
O
O
O
**
XI

m I'. r?
Pt C1 d

KI Pl 3
C d

. . .B.
Tableau A.9.7 : Coûts des investissements et de préproduction
ip--- - 1 Gisement 1 Gisement 2
Annies Dépense Dépenses de Dépense Dépenses de
1 d'investissement préproduction d' investissement préproduction
i -1 31 368 500 O 55 O80 O00 O
(Analyse de sensibilité)

Les fourchettes de variation des paramktres de sensibilité


sont déterminées au tableau 4.5.7 à la page 79
Annexe 11

(Analyse de risque)
Méthode de construction des courbes de distribution normale : modèles simulés
- - - -- -- - . --- .
ï h e mathematical expressions for po%ively and negatively
1 skewed curvcs are shown below. These are com~lcxmathema-
tical equatiorrs which have k e n derivcd b; logarithmic
transformation of the well h o w n de Moivre equation for the
normal probabiiity curvc.
The probability curve is positivcly skewed when the upper
deviation d2 is larger than the lowcr dcviation d,. The curve is
negatively skewed when d, is larger than d,. The skew ratio:
r=d,/d, for a jmsitively skewed m e and r=d,/d, for a
negatively skcwed curve.
For both t y p a of curve:
B = log, r, = 2.718282. 1 0 0 / 6 = 39.894

(for a positiveiy skewcd curve)

VALUES Or x ~---r

FIGURE 2. Fsmily of sktwtâ cuwes.

VaLuCs or x -
HGURE 5. Positively skewed curvt.
Méthode de construction des courbes de distribution nomale : méthode empirique

TABLE 1. ~ h a r a c t e k 6 < s oskèwed


f
--- ----
cunres
-- - -__ _ __ _ --

This table shows the area relationships of skewed curves relative to the dz/dl ratio for positively skewed curves, and to the dl/d,
ratio for negatively skewed curves:
Skew Ratio % Area 50% Are8 8t X,&X2 Q 90% Are. % Area
(E + M) or (E-M)
(For Positive Skew) -
M
dz/dt Left of E d 1 X21X1 &/dl Xz/dz Between
(For Negative Skew) -
M
Right of E d2 &/x2 X2/d2 XI/dl d14dz
1.O0 50.00 0.0 1.O 1.6450 1.645 68.26
1.O5 48.06 0.0500 1.1238 1.5914 1.7033 68.21
1.10 46.20 O. 1ûO4 1-2539 1.5474 1-7639 68.05
1.20 42.77 0.2028 1.5491 1.4660 1.8925 67.47
1 .40 36-82 0.4 149 22584 1.3529 2.1824 65.58
1-643 31.92 0.6592 3.1652 1.274 1 2.5205 63.1 1
1.80 27.83 0.9258 4.3049 1.2183 2.9 137 60.38
2.00 24.4 1 1.2336 5.7424 1-1746 3.3725 57.53
2.20 21-52 1.5804 7.5240 1.1412 3.9029 54.70
2.40 19.07 1.9750 9.7425 1.1 132 4.5189 51.92
2.60 16-97 2.4242 12456 1 1.0909 5.2263 49.24
2.80 15.16 2.9349 15.n01 1.O723 6.0394 46.70
3.00 13-60 3.5 149 19.8027 1.0564 6.9732 44.27
3.20 12.24 4.1727 24.6615 1.0437 8.0435 4 1.99
3.40 11.05 4.9031 30.5874 1.0309 9.2743 39.83
3.60 10.0 1 5.7590 37.5754 1.0219 t 0.û662 37.81
3.80 9.09 6.7085 46.0579 1.0117 12.2623 35.9 1
4 .O0 8.29 7.7778 56.0753 1-0040 14.0749 34.12