Vous êtes sur la page 1sur 34

ANNALES 2020-2021

LICENCE
SCIENCES ECONOMIQUES
Semestre 4
BUREAU ASSECO 2020/2021

Présidente Pôle Communication


Roxane Derommelaere Cléophée Perochon
Vice-présidente Elisa Bruneau
Marie Dieumegard Claire Bourguignon

Pôle Sport
Trésorière Matthis Page
Estelle Zapata Léo Tisseur
Trésorier Adjoint Maxime Neau
Fabien Forestier Maël Pousse

Secrétaire Pôle Evènementiel


Anaïs Plault Malo Le Borgne
Secrétaire adjointe Noé Patois
Laura Crépineau Thomas Pitor
Thibaut Turbillier
Maël Maestracci
Pôle Partenariat
Léna Silès Pôle Humanitaire
Séréna Orieux Fadoua Mejnoun
Laura Moreau Théo Lardeur
Samuel Guilbault

Membres actifs
Federico Sandoval
Abel Bosse
! AVERTISSEMENTS !

Il se peut qu’au fil des années, les programmes des UE ou les


professeurs chargés des cours/TD aient changé.
On ne peut donc pas vous garantir que le format des CC ou Examens
soit exactement le même ou que vous aurez les mêmes notions à
réviser. Les sujets n’étant pas tous « vierges », nous vous prions de
vous référer aux corrigés donnés lors de la correction de vos
entrainements.
Pour finir, les annales de ce semestre restent inchangées par rapport
à ceux de l’année dernière à cause du confinement et de la situation
sanitaire actuelle.

Bon courage pour ce semestre !

L’équipe de l’ASSECO
Sommaire :
UE1 : Economie
✓ Macroéconomie…………………………………………………1

UE2 : Economie Gestion


✓ Microéconomie…………………………………………………4

UE3 : Gestion
✓ Finance d’entreprise………………………………………10

UE4 : Renforcement disciplinaire


✓ Management des organisations…………………18
✓ Economie de la décision……………………………….. 27

Annales 2020-2021
Macroéconomie

Annales 2020-2021

1
Macroéconomie
Contrôle Continu #2
10 avril 2019

Nom…………………………

Prénom………………………

Durée de l’épreuve : 2h. Aucun document autorisé. La qualité de l'expression sera prise en compte dans la notation.
1/2 point sera enlevé toutes les 5 fautes d’orthographe ou de grammaire.

Exercice 1. Questions de connaissance : réponde sur l’énoncé. (/10 points)

1. Quel est le PIB par tête de la France ? (précisez l’unité) Réponse :………………
2. Quel est le PIB par tête de la Chine ? (précisez l’unité) Réponse : …………….
3. Quel est le PIB par tête des Etats-Unis ? (précisez l’unité) Réponse : …………….
4. Quelle est la population de la France ? (précisez l’unité) Réponse :………………
5. Quelle est la population de la Chine ? (précisez l’unité) Réponse : …………….
6. Quelle est la population des Etats-Unis ? (précisez l’unité) Réponse : ……………….
7. Quel était le taux de croissance annuel moyen du PIB par tête au cours des millénaires précédents ?
Réponse : …………….
8. Quel était le taux de croissance annuel moyen du PIB en France de 1975 à 2008 ? Réponse : …………….
9. Quel est le taux de croissance annuel moyen de la population mondiale depuis 1945 ? …………….
10. Quelle était la population mondiale en 1999 ? Réponse : …………….
11. Quelle part de la population mondiale vit sous le seuil de 1.9$/j actuellement ? Réponse : …………….
Quels sont les 4 messages du « graphique éléphant » de Branko Milanovic? (voir rappel au dos de la feuille)
12. Réponse : …………….
13. Réponse : …………….
14. Réponse : …………….
15. Réponse : …………….
16. Quel facteur est déterminant pour la prospérité : la géographie, les institutions ou la culture ? …………….
17. Quel est le premier (en termes d’importance) facteur ayant contribué à la baisse de la mortalité ? …………….
18. Selon le modèle OAD-DAD, quel devrait être le niveau d’inflation en zone euro à long terme ? …………….
19. Une économie où quand l’inflation passe de 1% à 2% le taux d’intérêt directeur passe de 1.5% à 4% respecte-t-
elle le principe de Taylor ? (oui /non) Réponse : …………….
20. Pour Solow, une hausse de la population est positive, négative ou neutre sur le revenu d’équilibre ? …………….
21. Est-ce la santé en fonction de la richesse ou la richesse en fonction de la santé que l’on représente par une
droite ? Réponse : …………….…………….………..
22. Pour quel auteur les agents sont victimes d’une illusion monétaire à court-terme ? Réponse : …………….
23. En quelle année est lancé le premier New-Deal ? Réponse : …………….
Que deviennent les gains de productivité dans le modèle de croissance social-démocrate ?
24. Réponse : …………….
25. En quelle année a lieu le premier choc pétrolier ? Réponse : …………….
26. Dans quel contexte géopolitique a lieu le premier choc pétrolier ? Réponse : …………….
27. En quelle année a lieu le second choc pétrolier ? Réponse : …………….
28. Dans quel contexte géopolitique a lieu le second choc pétrolier ? Réponse : …………….
29. Comment appelle-t-on la période des années 1980 à 2007 ? Réponse : …………….
30. Quel auteur a décrit comment la stabilité financière se transforme en instabilité ? Réponse : …………….

2
Exercice 2. Question de réflexion (/5 points)

Répondez de manière structurée et argumentée à la question suivante :


Par quels mécanismes le progrès technique a-t-il permis de sortir du schéma malthusien ?

Exercice 3. Questions de TD (/5 points)

Question 1 : Analyse d’un choc de demande à l’aide du modèle OAD-DAD.


Donnez un exemple de choc de demande positif durant une période. Quel sera l’impact de ce choc sur l’économie à
court-terme ? Quelle sera la réaction de la Banque centrale ? Comment vont alors évoluer la production et l’inflation
à long-terme ? Illustrez avec des graphiques.

Question 2 : Parité de pouvoir d’achat


Supposons qu'il y a seulement deux biens produits dans le monde : des téléphones, qui sont échangés
internationalement, et de la glace, qui ne l'est pas. Le tableau suivant donne des informations sur la production et
les prix des téléphones et de la glace dans les deux pays.

Production de téléphones Production de glaces Prix d'un téléphone en Prix d'une glace en
Pays
par habitant par habitant monnaie locale monnaie locale
Etats-Unis 24 8 4 dollars 8 dollars
France 6 2 2 euros 2 euros

a) Calculez le PIB par tête de chaque pays, mesuré dans sa propre devise.
b) Calculez le taux de change de marché entre les devises des deux pays.
c) Calculez, en utilisant le taux de change de marché, le rapport entre le PIB par tête aux Etats-Unis et le PIB par
tête en France.
d) Calculez le taux de change en parité de pouvoir d'achat (PPA) entre les deux devises.
e) Quel est le rapport entre le rapport entre le PIB par tête aux Etats-Unis et le PIB par tête en France si vous
utilisez le taux de change en parité de pouvoir d'achat ?
f) Que peut-on en conclure ? Une réponse précise spécifiant les différences entre les deux taux de change est
attendue.

Question 3 : L’éducation comme capital humain


Dans un pays donné, 60% de la population active n’a jamais été scolarisée et touche un salaire de 8€ de l’heure. Le
reste de la population active est composée pour moitié de travailleurs ayant eu le bac et gagnant 20€ de l’heure et
pour moitié de travailleurs ayant effectués des études post bac et ayant un salaire de 30€ par heure. Il n’y a pas de
chômage et tous travaillent le même nombre d’heures par mois. Quelle est la part du PIB rémunérant le capital
humain ?

Rappel : « graphique éléphant » de Branko Milanovic

Abscisses : distribution de la
population en fonction de ses
revenus.

Ordonnées : progression du
revenu en % entre 1998 et 2008.

3
Microéconomie

Annales 2020-2021

4
LICENCE DROIT ECONOMIE GESTION
MENTION ÉCONOMIE
LICENCE 2

MICRO-ÉCONOMIE

Les calculatrices (non programmables) sont autorisées

EXERCICE (14 points)


Deux firmes, Jason (notée A) et Jones (notée B) se partagent le marché de la vente de montres
d'argent. Leurs fonctions de coût total sont les suivantes :
2
A A A
CT
B
(
= x ) + 50 x
B 2
+2
B
CT = 2( x ) + 20 x + 1
A B
où x et x représentent respectivement la quantité de montres produite par l'entreprise A et
par l'entreprise B.
Les consommateurs considèrent les biens produits par ces deux entreprises comme
parfaitement équivalents, et formulent une demande globale qui peut s'exprimer sous la forme
suivante : x = − p + 100
où x représente la quantité de montres d'argent demandée et p le prix du bien considéré.

1- Ces deux entreprises souhaiteraient constituer un cartel, c'est-à-dire de décider


ensemble (équilibre coopératif) des quantités que chacune d'elle va produire.
a- Quelles seront ces quantités ?
b- Déterminez la quantité globale offerte
c- Déterminez alors le prix qui aura cours sur le marché de la montre d’argent.

2- La situation ainsi obtenue vous semble-t-elle optimale ?

3- Calculer le profit joint des deux entreprises ainsi réunies en une seule, J&J.

4- Avant le cartel, le profit de chacune des deux entreprises était de 200 pour A et de 300
pour B. Pour rétablir sa situation, A exige de B qu’il lui reverse 200€. Qu’en pensez-
vous ?

5- En se référant à la théorie des jeux, quelle pourrait être la stratégie de chacune des
entreprises une fois le cartel conclu ? Cette question ne nécessite pas de calcul.

5
QUESTIONS DE COURS (6+1 points)
- Que préconiseriez-vous à une entreprise en situation de monopole dont la recette
marginale est plus grande que le coût marginal ?
- Montrer par un graphique que la quantité de monopole est nécessairement plus faible
que celle de CPP, et qu’à l’inverse le prix est nécessairement plus élevé.
- Quel est l’intérêt pour deux entreprises de constituer un cartel ?
- Question bonus : Expliquez en quelques mots à partir de ce que vous avez vu en cours
et TD le conflit actuel entre Airbus et Boeing concernant la fourniture d'avions
ravitailleurs ?

6
LICENCE DROIT ECONOMIE GESTION

MENTION ÉCONOMIE

LICENCE 2

MICRO-ÉCONOMIE

Les calculatrices (non programmables) sont autorisées

EXERCICE (14 points)

Nous considérons une économie composée de 3 agents (A, B, C), ayant tous des préférences
identiques.

Deux biens existent dans cette économie, l’un existant à l’état naturel (bien 2) et l’autre (bien 1)
étant fabriqué par une entreprise, à partir du bien 2. Les deux biens sont consommés par les agents.

Si les agents ont les mêmes préférences, l’un d’eux (l’agent A) se démarque dans le sens où il habite
à proximité de la zone industrielle fabriquant le bien 1 : il subit alors une pollution due à la fumée
sortant des cheminées d’usines. En revanche, les deux autres agents (agents B et C) ne subissent pas
cette nuisance.

L’utilité des agents s’écrit :

U1=(x1)1/2 (x2)1/2(y1)-1/10 pour l’agent A

Ui = (x1)1/2 (x2)1/2 pour les agents B et C

L’entreprise produisant le bien 1 peut être représentée à l’aide de la fonction de production suivante
:
1 = f(Y21) = 2Y21

En ce qui concerne le bien 2, existant à l’état naturel, sa quantité totale est de 150 et son prix est de
1. Le revenu de chacun des agents est de 50.

7
Partie 1 : équilibre concurrentiel

1. Commenter la fonction de production de l’entreprise


2. Déterminer les fonctions de demande des biens 1 et 2 des 3 agents et leur contrainte
budgétaire
3. Déterminer les quantités produites de biens 2 et en déduire la quantité d’input Y21 utilisée

4. Déterminer les quantités produites de biens 1 et le prix d’équilibre p1


5. D’après vos connaissances, cette situation est-elle optimale ?

Partie 2 : les droits à polluer

6. Expliquer le fonctionnement des droits à polluer


7. Pourquoi sont-ils mis en place et quelle est la situation économique qui en découle ?

TEXTE (6 points)

Après avoir défini la notion de biens publics, vous expliquerez, en vous aidant du texte suivant, les
problèmes inhérents à la production de ce type de biens.

8
Le « Passager clandestin » Les Echos n° 18821 du 13 Janvier 2003
Le financement des biens collectifs repose sur le principe classique des révélations de préférence. Il
en résulte une possibilité de situation de passager clandestin, encore connue sous le terme théorique
anglo-saxon de « free riding ». Le passager clandestin n'est toutefois pas un resquilleur ; c'est au
contraire, le plus souvent, l'heureux bénéficiaire de la consommation d'un bien public payé par
plusieurs autres consommateurs et dont on ne peut lui interdire l'accès sans pour autant exiger en
contrepartie son paiement. Le principe de malhonnêteté doit donc être écarté. Le « free rider »
profite de la situation qui lui est offerte, saisit l'opportunité qui se présente : personne ne peut lui
reprocher cet état de fait qu'il n'a pas lui-même suscité.

En effet, l'Etat fixe le prix des biens publics en tenant compte de la somme que les consommateurs
sont prêts à avancer pour en bénéficier, ou de l'imposition maximale supportable. Tel est par
exemple le cas lors d'un aménagement d'un parc de loisirs, d'équipements industriels dans une zone
d'activité : un « droit d'entrée » est acquitté par les bénéficiaires directs des prestations. Les autres
membres de la société peuvent décider de s'installer à proximité, bénéficiant gratuitement du
charme du site, de la qualité des espaces aménagés et sans la moindre contrepartie financière. Le
passager clandestin profite ainsi en toute honnêteté des externalités positives sans participer au
financement de tels biens. La fiscalité locale crée facilement ce genre de situations. Tout contribuable
non imposable sur le revenu est un passager clandestin ; la France en recense 50 % puisque moins
d'un ménage sur deux acquitte l'impôt sur le revenu. La récente baisse de 5 % de l'impôt sur le
revenu au titre de l'imposition 2002 était ainsi exclusivement réservée aux ménages imposables non
passagers clandestins.
La mise à disposition de biens collectifs peut toutefois inciter souvent à adopter des comportements
opportunistes. Conscients de la qualité des biens publics offerts sans exclusion d'usage, certains
individus peuvent être tentés de réduire leur contribution au financement public des biens collectifs
en minimisant de façon stratégique leur révélation de préférence pour de tels biens. Dans d'autres
cas, ils peuvent tirer profit des installations publiques payées par certains et mises ensuite
gratuitement à disposition des autres comme en attestent aujourd'hui les accès gratuits réservés aux
RMIstes, les tickets de cantine municipale offerts aux enfants dont les parents ont des revenus
inférieurs à un niveau plafond fixé.
Les deux situations illustrées par ces exemples diffèrent sensiblement : dans un cas, il y a
comportement stratégique volontaire pour tenter de tirer une opportunité d'une consommation
publique indivisible en déclarant une disposition à payer inférieure à celle réellement ressentie; dans
l'autre cas, le comportement stratégique ou malhonnête disparaît totalement.
Les situations de passager clandestin tiennent surtout à la difficulté d'évaluer le bénéfice individuel
retiré d'une situation collective. La théorie économique apporte plusieurs réponses à ce problème et
propose notamment une évaluation par vote payant : l'Etat sonde les personnes concernées (les
électeurs) par un projet public, propose plusieurs choix de projets, collecte l'ensemble des réponses
c'est-à-dire le prix ou « la disposition marginale à payer » de la collectivité pour chaque projet. Le
projet retenu comptabilise le prix total le plus élevé. Le passager clandestin stratégique est déjoué
dans ce type de sondage dès que la tutelle publique calcule l'incidence de l'abstention de chaque
électeur sur le prix total annoncé. L'Etat compare ainsi le prix avant et après abstention : tout
électeur qui contrarie la décision collective en minimisant volontairement, de façon stratégique, sa
disposition à payer risque donc de porter préjudice aux autres électeurs en faisant basculer un projet.
Ce fraudeur doit alors ou indemniser la collectivité en versant des compensations pécuniaires ou
revoir sa proposition afin de garantir le succès du projet désiré par la collectivité. L'Etat exerce dans
ce cas un vrai arbitrage mais il convient de reconnaître que si de telles mesures sont efficientes en
théorie, elles sont complexes et coûteuses en pratique, compte tenu du nombre d'électeurs
concernés.

9
Finance
d’entreprise

Annales 2020-2021

10
Licence 2 – S4 Finance d’entreprise vendredi 15 mars 2019 – Durée : 60 mn

Evaluation par QCM

L’évaluation consiste en 30 questions pour lesquelles 4 ou 5 possibilités de réponse sont


proposées. Répondre en cochant les cases d’une croix nette sur la fiche jointe.
Pour chaque question, une seule réponse est exacte. En cas de réponse fausse ou de
réponses multiples ou d’absence de réponse, on attribue 0.

SUJET A

1 Parmi les opérations suivantes, l’une n’impacte pas la trésorerie de l’entreprise


a. la dépréciation d’un actif immobilisé
b. le versement des salaires
c. le remboursement d’un emprunt à moyen terme
d. le versement de dividendes
e. la cession d’une immobilisation corporelle ou incorporelle
2 Le coût du capital est égal au coût des capitaux propres lorsque
a. l’endettement est nul
b. le montant comptable des capitaux propres est nul
c. la valeur de marché des capitaux propres est nulle
d. le taux de l’impôt sur les sociétés est nul
3 L’effet d’une intégration verticale de l’entreprise dans son secteur sur son besoin en
fonds de roulement est
a. nul
b. une augmentation de celui-ci
c. une diminution de celui-ci
d. la stabilité de celui-ci
e. totalement imprévisible
4 Dans le schéma de base de la finance d’entreprise apparaissent
a. 3 phases, 3 types d’opérations et cycles, 2 catégories de décisions et 3 agents
b. 4 phases, 3 types d’opérations et cycles, 2 catégories de décisions et 4 agents
c. 4 phases, 2 types d’opérations et cycles, 3 catégories de décisions et 4 agents
d. 2 phases, 2 types d’opérations et cycles, 2 catégories de décisions et 3 agents
e. 3 phases, 3 types d’opérations et cycles, 3 catégories de décisions et 4 agents
5 Parmi les propositions suivantes qui concernent l’existence d’un BFR négatif dans
l’entreprise, l’une est fausse
a. l’entreprise dispose ainsi de ressources à court terme qu’elle peut mobiliser pour
sa croissance
b. l’entreprise règle donc ses dettes d’exploitation bien après le règlement de ses clients
c. l’entreprise doit donc rapidement trouver des ressources pour combler ce besoin
d. l’entreprise bénéficie donc de rapports de force qui lui sont favorables dans ses
relations avec ses fournisseurs et clients
e. l’entreprise a donc un passif à court terme qui excède le besoin de financement de
son cycle d’exploitation

1/5
11
6 Il serait établi que le résultat d’exploitation est d’autant moins stable que le chiffre
d’affaires est proche du point mort et que les coûts fixes sont élevés. Le confirmez-
vous ?
a. Oui pour ce qui est de la proximité du point mort seulement
b. Oui pour ce qui est des coûts fixes élevés seulement
c. Oui pour les deux raisons qui sont données
d. Non, il y a plutôt relation inverse
e. Non, il n’y a aucune relation
7 La rentabilité économique Re d’une entreprise est de 16 % alors que la rentabilité de ses
capitaux propres RCP est de 12 %. On en déduit
a. que l’effet de levier joue positivement
b. que son directeur financier fait des erreurs de calcul
c. qu’investir dans cet actif économique ne peut rapporter plus que du 12 %
d. qu’elle a une trésorerie nette (de tout endettement bancaire et financier) positive
e. qu’elle a contracté ses emprunts à un taux de 4 %

8 Le taux de rentabilité exigé par les créanciers d’une entreprise est de 6 %, celui exigé par
ses actionnaires est de 10 %. Sachant que la valeur de sa dette est égale à la valeur de
ses capitaux propres et que le taux d’impôt sur les sociétés est de 33,33 %, le coût moyen
pondéré du capital de l’entreprise est de
a. 10 %
b. 9 %
c. 8 %
d. 7 %
e. 6 %
9 Soient les écarts suivants observés pour une firme donnée :

On en déduit que par rapport à ses prévisions


a. elle perd 10 de résultat en raison d’un dérapage des coûts variables
b. elle perd 20 de résultat en raison d’une conjoncture défavorable
c. elle ne perd rien en résultat
d. elle perd 20 de résultat dont 10 en raison d’un dérapage des coûts fixes
e. elle perd 20 de résultat dont 10 en raison d’une conjoncture défavorable
10 L’effet ciseau se produit dans tous les cas suivants sauf un :
a. les charges sont croissantes à un taux qui dépasse celui de l’augmentation des produits
b. les charges sont constantes alors que les produits diminuent
c. les charges sont croissantes alors que les produits stagnent
d. les charges diminuent à un taux plus faible que celui de la baisse des produits
e. les charges diminuent alors que les produits augmentent faiblement

11 Le point mort d’une entreprise est de 135 M€ et son chiffre d’affaires de 150 M€. Sachant que ses
charges variables s’élèvent à 50 M€,
a. avec un taux de marge de 66,67 %, l’entreprise se situe au-dessus de son point mort
b. avec un taux de marge de 50 %, l’entreprise se situe à son point mort
c. avec un taux de marge de 33,33 %, l’entreprise se situe au-dessous de son point mort
d. avec un taux de marge de 50 %, l’entreprise se situe au-dessus de son point mort
e. avec un taux de marge de 66,67 %, l’entreprise se situe au-dessous de son point mort
12 Quand le risque de l’actif économique augmente l’entreprise a un coût du capital qui
a. baisse
2/5
12
b. augmente
c. baisse ou augmente
d. ne bouge pas
e. devient nul
13 Quelle notion liée au cycle d’exploitation apparaît en Emplois dans le bilan économique ?
a. l’actif immobilisé
b. les capitaux propres
c. le besoin en fonds de roulement
d. l’endettement net
14 Sur une période donnée, une société voit son cours de Bourse baisser alors que la
rentabilité dégagée par son actif économique est en moyenne de 19 % par an et que son
coût du capital est de 7,5 %. On en déduit que
a. le coût du capital est faible en raison de l’évolution du cours
b. la rentabilité économique a été surévaluée, ce qui fait baisser le cours
c. la valeur créée par l’actif économique ne peut que diminuer vu l’évolution du cours
d. la valeur boursière ne reflète pas la valeur créée par l’actif économique
e. des erreurs de calcul se sont glissées dans cet exemple
15 Pour mesurer la valeur créée, quel type d’indicateur n’existe pas ?
a. comptable
b. financier
c. boursier
d. mi-comptable mi-financier
e. mi-comptable mi-boursier
16 Pour déterminer le Flux de Trésorerie Disponible (FTD), il faut, partant de l’Excédent de
Trésorerie d’Exploitation (ETE), enlever
a. les charges financières (nettes des produits financiers)
b. les dividendes versés
c. les augmentations de capital
d. le désendettement net
e. les dépenses d’investissement (investissements nets des cessions)
17 Pour les choix d’investissement, l’un de ces critères est absolument déconseillé :
a. l’indice de profitabilité
b. le taux de rentabilité actuariel
c. la valeur actuelle nette
d. le taux de rentabilité économique ou comptable
L’indicateur consiste à comparer
18 −

a. la rentabilité exigée par les actionnaires à la rentabilité exigée par les créanciers
b. la rentabilité dégagée par les capitaux propres à la rentabilité exigée par les actionnaires
c. la rentabilité dégagée par l’actif économique au coût des capitaux employés
d. la rentabilité dégagée par les capitaux propres au coût des capitaux employés
e. la rentabilité dégagée par l’actif économique à la rentabilité exigée par les créanciers
Le ratio endettement net / excédent brut d’exploitation indique s’il est supérieur à 3
19
a. que l’entreprise pourra sans problème faire face aux échéances normales de la dette
b. que l’on peut douter de la capacité de l’entreprise à faire face aux échéances
normales de la dette
c. que l’entreprise doit sans attendre déposer son bilan
d. que de nombreux prêteurs accorderont facilement des fonds à cette entreprise
e. qu’en deux ans d’exploitation sans investir, l’entreprise aura remboursé toutes ses dettes
20 Que dire de la liquidité de cette entreprise ?

3/5
13
a. Elle n’est pas assurée à 1 mois, ni à 1 an, ni à 5 ans
b. Elle n’est pas assurée à 1 mois, ni à 1 an, mais l’est à 5 ans
c. Elle est assurée à 1 mois mais ne l’est pas à 1 an, ni à 5 ans
d. Elle est assurée à 1 mois et à 5 ans, mais ne l’est pas à 1 an
e. Elle est assurée pour toutes les échéances de la dette
21 Que signifient les données suivantes de 2016 du groupe suisse Nestlé ?

Capitaux propres comptables 64,6 Mds de francs suisses ROE 16 %


Capitalisation boursière 224 Mds de francs suisses kCP 6%

a. L’actionnaire de Nestlé exige 6 % de rentabilité sur les 224 Mds de capitaux propres
b. L’actionnaire de Nestlé exige 16 % de rentabilité sur les 64,6 Mds de capitaux propres
c. L’actionnaire de Nestlé exige 16 % de rentabilité sur les 224 Mds de capitaux propres
d. L’actionnaire de Nestlé exige 6 % de rentabilité sur les 64,6 Mds de capitaux propres
22 Quelle proposition est vraie ?
a. À l’exigibilité certaine des actifs correspond la liquidité incertaine des passifs
b. À l’exigibilité certaine des passifs correspond la liquidité incertaine des actifs
c. À l’exigibilité incertaine des actifs correspond la liquidité certaine des passifs
d. À l’exigibilité incertaine des passifs correspond la liquidité certaine des actifs
23 Parmi ces ratios, lequel ne fournit aucune indication pour l’analyse des investissements
dans le cadre d’un diagnostic financier ?
a. immobilisations corporelles nettes / immobilisations brutes
b. actif circulant / dettes à court terme
c. montant des investissements / dotation aux amortissements
d. montant des investissements / actif immobilisé net en début de période
24 Conduire un diagnostic financier suppose 4 étapes que l’on peut résumer en une phrase :
a. (1) la création de richesse (2) nécessite des financements (3) qui doivent être investis
(4) et dégager des flux de trésorerie
b. (1) la création de richesse (2) nécessite des investissements (3) qui doivent être financés
(4) et être suffisamment rentables
c. (1) la destruction de richesse (2) nécessite des investissements (3) qui doivent
dégager des flux de trésorerie (4) et être potentiellement rentables
d. (1) la destruction de richesse (2) nécessite des emprunts (3) qui doivent financer le BFR
(4) et être réinvestis en actifs financiers
e. (1) la création de richesse (2) nécessite des emprunts (3) qui doivent financer le BFR
(4) et être suffisamment rentables
25 Quand on réduit le levier financier
a. on abaisse le coût du capital
b. on augmente le coût du capital
c. le coût du capital ne varie pas
d. il est impossible de savoir quel est l’effet sur le coût du capital
26 Les firmes Eutelsat et Tesco, de secteurs d’activité différents, ont la même
rentabilité économique. Parmi les explications proposées ici, l’une est fausse :
4/5
14
a. Eutelsat a une rotation de ses actifs bien plus faible que Tesco mais elle réalise des
marges bien plus importantes
b. Eutelsat a une forte intensité capitalistique par rapport à Tesco qui, elle, réalise
une marge d’exploitation bien plus faible
c. Eutelsat et Tesco ont une rotation de leur actif économique qui est très proche et elles
réalisent l’une comme l’autre une marge d’exploitation moyenne
d. Eutelsat et Tesco ont une rotation de leur actif économique très différente que
vient compenser la différence entre les marges réalisées par l’une et l’autre
e. ces firmes qui diffèrent par leur intensité capitalistique ont respectivement un
ratio résultat d’exploitation / chiffre d’affaires qui les différencie fortement
27 Pour qu’un projet d’investissement comporte des options réelles, trois éléments doivent
être présents. Lequel est à exclure ?
a. la part d’incertitude
b. le surcroît d’information dans le temps
c. l’impossibilité de modifier significativement le projet (même s’il est en partie réversible)
d. la possibilité de modifier significativement le projet (même s’il est en partie irréversible)
28 Compléter la phrase : Le bénéfice par action (BPA) constitue un indicateur...
a. ... des dividendes versés par l’entreprise, très utilisé en communication financière et
qui est très pertinent en cas de rétention de la totalité des bénéfices.
b. ... des dividendes versés par l’entreprise, très peu utilisé en communication financière
et qui n’est pertinent que lorsqu’il est absolument stable et prévisible.
c. ... de la valeur créée par l’entreprise, très peu utilisé en communication financière et qui
est toujours pertinent grâce à sa prise en compte très limitée du risque et du potentiel
de croissance.
d. ... de la valeur créée par l’entreprise, très utilisé en communication financière mais
qui n’est pertinent que sous des conditions relatives aux risque, résultats et structure
financière.
e. ... de la destruction de valeur par l’entreprise, très peu utilisé en communication
financière et qui est toujours très pertinent, sans condition relative aux risque, résultats
et structure financière.
29 On recourt à 3 types d’analyse quand on réalise un diagnostic financier. Quel type est à
exclure ?
a. l’analyse comparative
b. l’analyse en tendance
c. l’analyse normative
d. l’analyse positive
30 En cas de récession brutale des ventes, la firme doit dégonfler son BFR :
a. elle attend que la conjoncture soit meilleure et avec le retour de la croissance il
se dégonflera mécaniquement
b. elle stoppe immédiatement tout achat auprès de ses fournisseurs et somme ses
clients de la régler sans délai
c. elle agit comme si son BFR ne peut dégonfler quoi qu’elle décide, et donc n’ajustera
son comportement à aucun moment malgré l’accroissement des stocks invendus
d. elle cherche d’abord à forcer la vente en continuant ses achats et n’ajustant son
comportement que progressivement, son BFR augmente encore pendant plusieurs mois
e. elle contacte sa banque pour lui demander d’agir auprès de ses clients et de ses
fournisseurs afin qu’ils s’adaptent à cette nécessité

5/5
15
Licence 2 – S4 Finance d’entreprise vendredi 15 mars 2019 – Durée : 60 mn

Evaluation par QCM - RÉPONSES JUSTES

Dans le schéma de base de la finance d’entreprise apparaissent


4 phases, 3 types d’opérations et cycles, 2 catégories de décisions et 4 agents
On recourt à 3 types d’analyse quand on réalise un diagnostic financier. Quel type est à
exclure ?
l’analyse positive
Quelle notion liée au cycle d’exploitation apparaît en Emplois dans le bilan économique ?
le besoin en fonds de roulement
Pour déterminer le Flux de Trésorerie Disponible (FTD), il faut, partant de l’Excédent de
Trésorerie d’Exploitation (ETE), enlever
les dépenses d’investissement (investissements nets des cessions)
Parmi les opérations suivantes, l’une n’impacte pas la trésorerie de l’entreprise
la dépréciation d’un actif immobilisé
Conduire un diagnostic financier suppose 4 étapes que l’on peut résumer en une phrase :
(1) la création de richesse (2) nécessite des investissements (3) qui doivent être financés (4)
et être suffisamment rentables
Parmi ces ratios, lequel ne fournit aucune indication pour l’analyse des investissements
dans le cadre d’un diagnostic financier ?
actif circulant / dettes à court terme
Parmi les propositions suivantes qui concernent l’existence d’un BFR négatif dans
l’entreprise, l’une est fausse
l’entreprise doit donc rapidement trouver des ressources pour combler ce besoin
L’effet d’une intégration verticale de l’entreprise dans son secteur sur son besoin en
fonds de roulement est
une augmentation de celui-ci
En cas de récession brutale des ventes, la firme doit dégonfler son BFR :
elle cherche d’abord à forcer la vente en continuant ses achats et n’ajustant son
comportement que progressivement, son BFR augmente encore pendant plusieurs mois
L’effet ciseau se produit dans tous les cas suivants sauf un :
les charges diminuent alors que les produits augmentent faiblement
Le point mort d’une entreprise est de 135 M€ et son chiffre d’affaires de 150 M€. Sachant
que ses charges variables s’élèvent à 50 M€,
avec un taux de marge de 66,67 %, l’entreprise se situe au-dessus de son point mort
Soient les écarts suivants observés pour une firme donnée :

On en déduit que par rapport à ses prévisions


elle perd 20 de résultat dont 10 en raison d’une conjoncture défavorable
Il serait établi que le résultat d’exploitation est d’autant moins stable que le chiffre
d’affaires est proche du point mort et que les coûts fixes sont élevés. Le confirmez-vous
?
Oui pour les deux raisons qui sont données
Quelle proposition est vraie ?
À l’exigibilité certaine des passifs correspond la liquidité incertaine des actifs
Que dire de la liquidité de cette entreprise ?

1/2
16
Elle
n’est pas assurée à 1 mois, ni à 1 an, ni à 5 ans
Le ratio endettement net / excédent brut d’exploitation indique s’il est supérieur à 3
que l’on peut douter de la capacité de l’entreprise à faire face aux échéances normales de
la dette
Quand le risque de l’actif économique augmente l’entreprise a un coût du capital
qui augmente
Le coût du capital est égal au coût des capitaux propres
lorsque l’endettement est nul
Quand on réduit le levier financier
le coût du capital ne varie pas
La rentabilité économique Re d’une entreprise est de 16 % alors que la rentabilité de
ses capitaux propres RCP est de 12 %. On en déduit
qu’elle a une trésorerie nette (de tout endettement bancaire et financier) positive
Les firmes Eutelsat et Tesco, de secteurs d’activité différents, ont la même rentabilité
économique. Parmi les explications proposées ici, l’une est fausse :
Eutelsat et Tesco ont une rotation de leur actif économique qui est très proche et elles
réalisent l’une comme l’autre une marge d’exploitation moyenne
Le taux de rentabilité exigé par les créanciers d’une entreprise est de 6 %, celui exigé par
ses actionnaires est de 10 %. Sachant que la valeur de sa dette est égale à la valeur de
ses capitaux propres et que le taux d’impôt sur les sociétés est de 33,33 %, le coût moyen
pondéré du capital de l’entreprise est de
7%
Que signifient les données suivantes de 2016 du groupe suisse Nestlé ?

Capitaux propres comptables 64,6 Mds de francs suisses ROE 16 %


Capitalisation boursière 224 Mds de francs suisses kCP 6%

L’actionnaire de Nestlé exige 6 % de rentabilité sur les 224 Mds de capitaux propres
L’indicateur − consiste à comparer
la rentabilité dégagée par l’actif économique au coût des capitaux employés
Pour mesurer la valeur créée, quel type d’indicateur n’existe pas ?
mi-comptable mi-boursier
Compléter la phrase : Le bénéfice par action (BPA) constitue un indicateur...
... de la valeur créée par l’entreprise, très utilisé en communication financière mais qui n’est
pertinent que sous des conditions relatives aux risque, résultats et structure financière.
Sur une période donnée, une société voit son cours de Bourse baisser alors que la
rentabilité dégagée par son actif économique est en moyenne de 19 % par an et que son
coût du capital est de 7,5 %. On en déduit que
la valeur boursière ne reflète pas la valeur créée par l’actif économique
Pour les choix d’investissement, l’un de ces critères est absolument déconseillé :
le taux de rentabilité économique ou comptable
Pour qu’un projet d’investissement comporte des options réelles, trois éléments doivent
être présents. Lequel est à exclure ?
l’impossibilité de modifier significativement le projet (même s’il est en partie réversible)
2/2
17
Management
de la décision

Annales 2020-2021

18
19
20
21
22
23
24
25
26
Economie de
la décision

Annales 2020-2021

27
Université de Poitiers Faculté de Sciences Economiques

Economie décision UE S4
Session 1 – mai 2019

Calculettes autorisées
- durée 2h-

Exercice 1 5p

Rationalité individuelle vs rationalité collective : que nous enseigne la théorie des jeux ?

Exercice 2 5p

« La bataille des sexes » : identifier les équilibres du jeu en version statique et information
complète. Commenter.

Même question pour la version dynamique du jeu.

Exercice 3 5p

Deux firmes se partagent le marché d'un bien. Leurs fonctions de coût total sont les suivantes
:

CT1 = (x1 )2 +19x1 + 7


CT2 = 2(x2 )2 + 4x2 + 6

Les consommateurs considèrent les biens produits par ces deux entreprises comme
parfaitement équivalents, et formulent une demande globale qui peut s'exprimer sous la forme
suivante :

1
x=− 2 p +100
où x représente la quantité demandée et p le prix du bien considéré.

1°) Déterminer l’équilibre de Nash1 (quantités produites par les deux entreprises et prix).
2°) Calculer le profit de chacune des deux entreprises.

1
Chaque entreprise a la possibilité de fixer librement sa quantité produite. Le profit d’une entreprise est
représenté par la différence entre ses recettes totales et ses coûts totaux.

28
3°) Déterminer l'équilibre de Stackelberg quand la firme 1 domine. Calculer le profit de
chacune des deux entreprises. Commenter.

Exercice 4 5p
Deux entreprises offrent respectivement les quantités 1 et 2 d’un produit homogène. Le prix unitaire du marché s’écrit: ( ) = − , avec = 1 + 2. Les coûts
unitaires de production sont les suivants : respectivement
( < ) pour la première entreprise
avec une probabilité p ou avec une probabilité 1-p ( > ) pour l’entreprise 2

En supposant que chaque entreprise choisisse la quantité à offrir en ignorant la décision de sa


rivale, déterminer l’équilibre du jeu. Commenter.

2
29
Association des étudiants en Sciences Economiques
FACULTE DE SCIENCES ECONOMIQUES
2, rue Jean Carbonnier – TSA 81100
86073 POITIERS Cedex 9
Bât A1 – Bureau B26

E-mail : asseco.asso@gmail.com
Instagram : assecopoitiers

Vous aimerez peut-être aussi