Vous êtes sur la page 1sur 26

LO G I N SIGN UP

Log In

COURS
Sign Up
DE DROIT DU TRAVAIL
Coulibaby Inza
more

Job Board

About

Press COURS DE DROIT DU TRAVAIL


INTRODUCTION

Dans le système libéral issu des principes mêmes de la révolution française


Blog et consacré par le code civil, le contrat de louage de services, appelé de nos jours
contrat de travail, constituait la source normale et quasi-exclusive des relations de
travail salarié. @ibrement souscrit entre les parties placées sur un pied de stricte
égalité juridique, le contrat de louage de services obéissait, comme le contrat civil

People aux dispositions générales du code civil.

!ien que ce r"le important se soit considérablement réduit par l#apparition et le

développement du droit de travail, caractérisé par l#interventionnisme législatif et la


transposition sur le plan collectif des rapports demeurés jusque-l$ strictement
Papers individuels, le contrat de travail conserve un r"le non négligeable $ divers égards.

%l n#est pas, en conséquence, sans intérêt de définir la notion même du contrat


de travail, puisqu#il reste encore le mode normal d#acquisition de la qualité de salarié

Terms $ travers l#embauc&age.

TITRE 1 : DEFINITION DU CONTRAT DE TRAVAIL

Dans le code du travail de '((), aucune définition de cette convention n#a été

Privacy donnée. *ais le nouveau code du travail de +L') fait un pas de plus le salarié ou le
travailleur.
We're Hiring! Minsi, la loi nN +L')-)/+ du +L 0uillet +L') portant code du travail énonce en
son article + alinéa' 1 2 est considéré comme travailleur ou salarié, quels que soient
Copyright son sexe, sa race ou sa nationalité toute personne p&ysique qui s#est engagée $

Help Center mettre son activité professionnelle, moyennant rémunération, sous la direction et
l#autorité d#une autre personne p&ysique ou morale, publique ou privée appelée
employeur 3

4n en déduit donc que le contrat de travail est une convention par laquelle
toute personne p&ysique, quels que soient son sexe, sa race ou sa nationalité
s#engage $ mettre son activité professionnelle, moyennant rémunération, sous la
direction et l#autorité d#une autre personne p&ysique ou morale, public ou privée
appelée employeur.

De cette définition, il résulte que le contrat de travail est constitué d#un certain
nombre d#éléments.

less
Cours de droit du travail Page 1
:
Des centaines de jeux
Votre téléchargement est maintenant disponible,
démarrez maintenant pour y accéder
Playweez Ouvrir

@#examen de textes applicables relève malgré ce fond commun l#existence


d#une diversité de contrats de travail.

CHAPITRE 1 : LES ELEMENTS CONSTITUTIFS DU CONTRAT DE TRAVAIL

5rois éléments constitutifs apparaissent de la définition sous indiquée 1

-@a prestation de travail

-@a rémunération
-la subordination du travailleur $ l#employeur

SECTION1 : LA PRESTATION DE TRAVAIL

6#est l#obligation essentielle du travailleur qui s#est engagé $ fournir une

activité professionnelle $ l#employeur. @a prestation du travail est le premier élément


indispensable $ l#existence du contrat de travail. 7lle peut revêtir diverses formes ou
natures. %l peut s#agir d#un travail d#ordre p&ysique 8ouvriers, manutentionnaires9,
d#ordre intellectuel ou artistique. 7lle peut émaner d#un cadre 8ingénieur, économiste,
juriste9 ou d#un employé subalterne.

Deux traits principaux caractérisent la prestation de travail. 7lle a d#abord un


caractère successif en raison de ce que son exécution par le salarié se prolonge

nécessairement dans le temps, sur une période plus ou moins longue.


@a prestation a ensuite un caractère personnel. 6ela signifie que le travailleur
embauc&é s#engage $ fournir lui-même les tac&es convenues avec l#employeur. D#o:
l#interdiction faite au salarié de se faire remplacer dans l#exécution de son obligation
par une tierce personne, en raison du caractère intuitu personae du contrat de
travail. 6elui-ci est en effet conclu par le c&ef de l#entreprise avec tel ou tel salarié en
considération de ses qualités personnelles, d#ordre professionnel, moral et

psyc&ologique porté $ sa connaissance $ travers le curriculum vitae, les entretiens


et quelque fois les tests préalables $ l#embauc&e.

;énéralement, les qualités personnelles, notamment professionnelles sont


prises en compte pour la fixation de la catégorie professionnelle et la rémunération
du travailleur.

SECTION 2 : LA REMUNERATION

@a prestation de travail est fournie par l#employé moyennant une rémunération


dénommée salaire, qui en est la contre- partie nécessaire.

De l$, la controverse sur le point de savoir si la rémunération est le critère


principal du contrat de travail. 6ertains auteurs ont, au départ, soutenu cette
conception qui est rejetée de nos jours o: le salaire est considéré certes comme

Cours de droit du travail Page 2

D O W N LO A D F I L E

nécessaire mais insuffisant pour caractériser $ lui seul l#existence du contrat de


travail.

PARAGRAPHE 1 : LE SALAIRE, CRITERE NECESSAIRE

@e caractère nécessaire résulte que le salaire constitue l#obligation principale


:
@e caractère nécessaire résulte que le salaire constitue l#obligation principale
qui est $ la c&arge de l#employeur. Dès lors, la rémunération due au travailleur doit
être réelle, car $ défaut de salaire, il n#y a pas en principe de contrat de travail mais
une simple prestation d#entraide gratuite.

PARAGRAPHE 2 : LE SALAIRE CRITERE INSUFFISANT

@e critère de qualification des rapports juridique tiré du seul mode de la


rémunération a fait l#objet de vives critiques de part de la doctrine contemporaine.
D#aucuns le trouvent artificiel et en contradiction avec la pratique courante du salaire
aux pièces dans les entreprises.

6e qui importe de retenir c#est que le mode de rémunération constitue l#un des
indices que relèvent les juges fréquemment pour diagnostiquer l#existence d#un
contrat de travail.

*ais ce critère est accompagné d#un autre pour définir le contrat de travail.

SECTION 3 : LE LIEN DE SUBORDINATION, CRITERE DISTINCTIF DU


CONTRAT DE TRAVAIL

@a subordination est sans aucun doute, de nos jours, l#élément essentiel du


contrat de travail. Mussi, a-t-il été porté au rang de critère de distinction du contrat de
travail des contrats voisins.

PARAGRAPHE 1 : NOTION DE LIEN DE SUBORDINATION

7n l#absence de définition légale, la notion de subordination peut être


appré&endée dans deux sens, suivant que l#on se place sur le plan économique ou
sur le plan juridique.

Minsi, certains auteurs analysent le contrat de travail comme un contrat qui


place une personne, le travailleur, sous la subordination économique d#une autre,
l#employeur, qui lui procure en contrepartie de son travail, les moyens de
subsistance.

<ans être inexacte cette conception essentiellement économique de la


subordination n#a pas eu éc&o favorable en jurisprudence parce qu#elle est trop
extensive, et par l$-même imprécise.

@e rejet de cette conception est d#autant plus justifié que pratiquement nombre

de prestataires de services dépendent économiquement d#autrui, de leurs


clients tout en travaillant pour leur propre compte. 7n constitue un exemple
pour l#entrepreneur, qui réalise des travaux, des ouvrages pour son client qui

Cours de droit du travail Page 3

lui verse en retour une rémunération. 6ette dépendance économique évidente


ne s#aurait cependant suffire pour faire de l#entrepreneur le salarié du maitre
d#ouvrage, son client.

6#est pourquoi, la jurisprudence a forgé la notion de subordination juridique.


6elle-ci apparait dans la définition jurisprudentielle du contrat de travail suivante 1 le
contrat de travail est celui qui place le salarié sous l#autorité de son employeur qui lui
donne des ordres concernant exercice du travail, en contr"le l#accomplissement et
vérifie les résultats.

6e critère juridique plus précis, opposant nettement le salarié aux travailleurs


indépendants $ de plus le mérite de justifier $ divers égards l#application de la
réglementation du travail, dont le fondement essentiel et satisfaisant est sans
contexte la notion de subordination.

PARAGRAPHE 2 : DISTINCTION CONTRAT DE TRAVAIL ET CONVENTIONS


VOISINES

@es contrats que le lien de subordination permet de distinguer &abituellement


du contrat de travail sont les contrats, d#entreprise, de mandat et de société.

A-CONTRAT DE TRAVAIL ET CONTRAT D’ENTREPRISE

@e contrat d#entreprise est défini comme le contrat par lequel une personne,

l#entrepreneur, s#engage moyennant rémunération $ accomplir, de manière


indépendante un travail au profit d#une autre, le maitre d#ouvrage 8le client9.

=approc&ée de la définition déj$ indiquée du contrat de travail, cette définition


établit comme critère distinctif du contrat d#entreprise, l#indépendance de
l#entrepreneur vis-$-vis du maitre d#ouvrage.

<on indépendance apparait dans l#organisation de son travail, dans le c&oix


des moyens et matériels de travail ainsi que les &oraires.

7n outre, l#entrepreneur est propriétaire des moyens de production 8matériels


et matière première9 et exécute le travail avec la collaboration de travailleurs recrutés
et rémunérés par lui, au profit d#une clientèle diversifiée.

B-CONTRAT DE TRAVAIL ET CONTRAT DE MANDAT

@e critère traditionnel opposant le louage de services salarié au mandat gratuit doit

être rejeté car le professionnel mandataire exige lui aussi une rémunération. 4n
pouvait alors songer $ distinguer les deux opérations par leur seul objet respectifs,
celui du mandat apparait par la définition donnée par l’arti@l! 1"#$ %& @'%!
@i(il 2 le mandat est le contrat par lequel une personne, le mandant, donne $ une
autre ,le mandataire, le pouvoir d#accomplir en son nom et pour son compte un ou
plusieurs actes juridiques 3 .

Cours de droit du travail Page 4


:
%l en découle que le mandat porte exclusivement sur la conclusion d#actes juridiques
8l#objet9, tandis que le contrat de travail a pour objet principal l#accomplissement

d#une prestation matérielle ou intellectuelle de services par le salarié.


*ais la difficulté provient en pratique du pouvoir fréquemment reconnu au salarié, en
contact avec les tiers, de parler au nom de l#entreprise et de l#engager ès-qualité,
c>est-$-dire comme représentant doté de prérogatives l#autorisant $ négocier et
conclure au nom de l#entreprise.

7n constitue un exemple édifiant, la situation du directeur tec&nique en mission $


l#étranger pour négocier un marc&é important.

@e problème s#est surtout posé dans la pratique de certains collaborateurs dont la


mission, c#est-$-dire le travail quotidien consiste dans la représentation de la firme
auprès de la clientèle.

%l en résulte en définitive que seul le critère de la subordination, c>est-$-dire le degré


de soumission $ l#autorité de l#entreprise permet de différencier le salarié du
mandataire professionnel indépendant. 6e dernier n#est point subordonné au
mandant au nom et pour le compte duquel il accomplit les actes juridiques.

C- CONTRAT DE TRAVAIL ET CONTRAT DE SOCIETE

@#acte de société est défini par l#article ?du code de l#4@MDM relatif aux sociétés
commerciales et au ;.%.7 comme le contrat par lequel deux ou plusieurs personnes
conviennent d#affecter $ une activité des biens, en numéraires ou en nature, dans le
but de partager le bénéfice ou de profiter de l#économie qui pourra en résulter. @es
associés s#engagent $ contribuer aux pertes.

4n déduit &abituellement de cette définition le principe de l#égalité entre associés,


principe évidemment incompatible avec le critère de subordination qui caractérise le
contrat de travail.

Minsi, en constatant dans une espèce que le contrat intervenue entre deux frères,

loin de faire apparaitre une subordination de l#un $ l#autre, manifeste au contraire une
égalité, les juges du fond en ont déduit $ bon droit qu#il s#agit d#une association en
participation8@a))*)'@,+ L-(*1"+", B&ll*@i(*IV,1./ 0%aQ) l! RSR! 1.
'@t*1".3,D*1".$,1$"9

An critère distinctif complémentaire sera éventuellement tiré de la nature de


rémunérationet surtout de la contribution aux pertes. 7n effet, si la participation des
salariés aux bénéfices de l#entreprise n#est nullement incompatible avec l#existence
d#un contrat de travail 8@a))*C'R*+ Rai1".$, B&ll*@i(*III, 2/1,la contribution aux
pertes sociales exclut nécessairement tout lien de subordination entre deux

Cours de droit du travail Page 5


:
:
:
:
:
:
:
:
:
:
:
:
:
:
:
:
:
:
:
:
:
:
Find new research papers in: Physics Chemistry Biology Health Sciences Ecology Earth Sciences
Cognitive Science Mathematics Computer Science
:

Vous aimerez peut-être aussi