Vous êtes sur la page 1sur 7

2017 (septembre)—DNB– Polynésie— Dopage et EPO

Eléments de programme abordés


Hormone et activité cellulaire
- hormone
- approvisionnement des cellules en dioxygène pour fonctionner
- globules rouges
- mouvements et muscles
- entraînement sportif

Eléments de méthodologie
1. prise d’informations et mise en relation de ces informations
2. Etude de données sous forme de texte, schéma, graphique
3. Comparaison de données (graphique)
4. Texte argumenté

Mme DOUHERET - Collège Asa Paulini - pdouheret@ac-lyon.fr - http://svtsite.free.fr/


2017 (septembre)—DNB– Polynésie— Dopage et EPO—sujet
2017 (septembre)—DNB– Polynésie— Dopage et EPO—sujet
2017 (septembre)—DNB– Polynésie— Dopage et EPO—sujet
2017 (septembre)—DNB– Polynésie— Dopage et EPO—barème
1. /5

Niveau 1 Niveau 2 Niveau 3 Niveau 4


Simple relevé partiel Relevé de toutes les Toutes les relations sont faites Toutes les relations +
informations ou mise en construction de la réponse
relation partielle

1 2 4 5

2. /5

Niveau 1 Niveau 2 Niveau 3 Niveau 4


Simple relevé partiel Erreurs de sportif ou erreur de Aucune erreur pour chaque Relation Min et max et aucune
lecture sportif erreur de lecture

1 2 4 5

2. /12,5
Eléments attendus

Définition dopage

Définition hématocrite

Lien dopage hématocrite

Comparaison de l’hématocrite du sportif 1 et 2 pour le même entraînement

Description des variations de l’hématocrite du sportif 1

Interprétation des variations de l’hématocrite du sportif 1

Description des variations de l’hématocrite du sportif 2

Interprétation des variations de l’hématocrite du sportif 2

Comparaison des variations de l’hématocrite du sportif 1 et du sportif 2

Conclusion/ouverture

Niveau 1 Niveau 2 Niveau 3 Niveau 4


Simple relevé d’informations Au moins un argument avancé La plupart des arguments sont Explications complètes,
en lien avec la question avancés claires, organisées,
vocabulaire scientifique et
conclusion

2 5 9 12,5

Mme DOUHERET - Collège Asa Paulini - pdouheret@ac-lyon.fr - http://svtsite.free.fr/


2017 (septembre)—DNB– Polynésie— Dopage et EPO—correction

1. Justifier que l’EPO est une hormone.


On rappelle qu’une hormone est une substance chimique produite par un organe et libérée dans le sang
pour agir sur des cellules cibles.
Dans cette question, les examinateurs souhaitent vérifier que vous êtes capables de faire le lien entre
la définition donnée et les informations du texte.: il faut comparer la définition d’hormone et l’EPO.
BROUILLON
Surligner partie par partie la définition et rechercher dans le texte chaque partie. Faites le lien entre
chaque partie dans votre réponse rédigée.
Exemple de réponse:
L’EPO comme une hormone est une substance chimique produite par un organe, le rein et libérée dans
le sang. L’EPO agit sur les cellules cibles, les cellules de la moelle rouge des os, comme une hormone.
L’EPO présente tous les caractères d’une hormone, c’est donc une hormone.

MA MAX

MIN

MIN

2. A l’aide du document 3, déterminer pour chaque sportif entre quelles valeurs (minimale et maxi-
male) varie l’hématocrite de la première à la cinquième année de mesures.
Dans cette question, les examinateurs souhaitent vérifier que vous êtes capables d’étudier un gra-
phique de type courbe.
BROUILLON: Noter les maxima et les minima.
Exemple de réponse:
L’hématocrite du sportif 1 varie entre 49 (minimum) et 51 % (maximum).
L’hématocrite du sportif 2 varie entre 39 (minimum) et 50 % (maximum).

Mme DOUHERET - Collège Asa Paulini - pdouheret@ac-lyon.fr - http://svtsite.free.fr/


2017 (septembre)—DNB– Polynésie— Dopage et EPO—correction
3. A partir de l'ensemble des documents, déterminer si l’un ou les deux sportifs sont dopés à l’EPO. On
attend une réponse sous la forme argumentée.
Dans cette question, les examinateurs souhaitent vérifier que
- vous êtes capables d’étudier un corpus documentaire:
- vous savez argumenter
- vous savez organiser une réponse.
BROUILLON:
Déterminer sur quels documents vous allez pouvoir vous appuyer (ici tous, c’est noté dans la question
« l’ensemble »)
Surligner ou/et noter tout ce qui se rapporte à la question dans chacun des documents.
Exemple de réponse:
Document 1 L’EPO est une hormone qui agit sur la production de globules rouges donc le transport de
dioxygène nécessaire au fonctionnement des muscles lors d’une activité physique: l’EPO
augmente les performances sportives.
Document 2 Hématocrite: % du volume occupé par les globules rouges dans le sang
Autrement dit: plus l’hématocrite est élevée, plus il y a de globules rouges dans un même
volume.
Hématocrite de référence 45%
Mise en relation avec le document 1: donc plus l’hématocrite est élevée, plus les perfor-
mances sportives sont élevées.
Document 3 Mise en relation avec le document 2: valeur de référence 45% et valeur stable + même
entraînement
Sportif 1: relativement stable autour de 50% soit 5 points de plus que la valeur de réfé-
rence -> soit dopage dès le début, soit aucun dopage.
Sportif 2: Valeur très instable.
Les deux premières années, hématocrite stable à 40% (première et deuxième année) puis
entre la deuxième année et la 4ème année, l’hématocrite augmente de 10 points puis elle
diminue de 10 points en une année. Donc EPO durant les 2ème et 4ème année.
Le dopage consiste à injecter des substances chimiques aux sportifs afin d’améliorer leurs perfor-
mances sans entraînement. L’EPO est une substance dopante. Il s’agit d’une hormone qui augmente la
production de globules rouges. Augmenter les globules rouges, cela signifie un transport augmenté de
dioxygène aux cellules musculaires et donc leur meilleur approvisionnement, ainsi, les cellules muscu-
laires sont plus efficaces et les performances du sportif augmentent sans changer son entraînement.
L’hématocrite est une mesure qui permet de contrôler le taux de globule rouge dans un volume
de sang donné et ainsi détecter le dopage à l’EPO d’un sportif. Si l’hématocrite augmente ou est supé-
rieure à la valeur de référence 45%, on peut soupçonner le sportif de dopage.
Le sportif 1 présente au cours des 5 années une hématocrite qui varie de 2 points, on peut considérer
que cette valeur est stable. Cependant, cette valeur est 5 points au-dessus de la valeur de référence qui
est à 45%. On peut en conclure que soit ce sportif ne se dope pas mais à naturellement une hémato-
crite supérieure à la référence, soit il se dope de manière régulière depuis la première année de me-
sure.
Pour le deuxième sportif, l’ hématocrite est stable à 40% jusqu’à la deuxième année puis elle augmente
de 10 points en 2 ans alors que ce sportif suit le même entraînement que le premier. De ce fait, on peut
supposer que son taux de globules rouges n’augmente pas du fait de l’entraînement, mais du fait d’un
dopage à l’EPO. Enfin, l’hématocrite diminue de 10 points en une année, ce qui indique un arrêt de la
prise d’EPO.
Ainsi, alors que le sportif 1 n’a pas augmenté son taux d’hématocrite par son entraînement, le sportif 2
a augmenté son hématocrite de 10 points pendant sa période de dopage à l’EPO et a ainsi pu augmen-
ter ses performances sportives et donc sans doute ses résultats sportifs par rapport au sportif 1, indé-
pendamment de son entraînement. Se doper, c’est donc tricher. On peut par ailleurs se questionner sur
les conséquences sur la santé.

Mme DOUHERET - Collège Asa Paulini - pdouheret@ac-lyon.fr - http://svtsite.free.fr/

Vous aimerez peut-être aussi