Vous êtes sur la page 1sur 15

Département Génie Mécanique

Classe : 2AGM
Procédés de Mise en Forme des Matériaux

Tarek MABROUKI

tarek.mabrouki@enit.utm.tn

2019-2020

Introduction générale
Procédé de mise en forme
¨ Donner une forme déterminée à un matériau tout en lui imposant une certaine
microstructure et des dimensions spécifiques (Qualification)

Produire des pièces, tout en respectant un ensemble de contraintes :


- Économique
-Technique
- Etc.

¨Exigences accrues imposées sur les structures à mise en place de nouvelles


méthodes de production
à Des efforts de rationalisation :
-réduction du temps de fabrication (équipement, préparation annexe, etc.)
-amélioration de la qualité, etc.

Via : CN, systèmes de transport, manutention, etc.


aussi via :
l’amélioration du processus de fabrication :
Temps d’exécution ¯ (en augmentant les vitesses)

2
Introduction générale
Procédé de mise en forme

Energie Machine

Outil

Interaction

Pièce
Support

Choix d’un procédé

Le choix d’un procédé a une incidence directe sur les caractéristiques


morphologiques et mécaniques des pièces
à il est nécessaire de connaître les principes physiques et les
moyens technologiques afin de concevoir efficacement nos produits

Exemple : n Procédé de fabrication retenu :

• Fabrication d’un essieu de camion :


amélioration des caractéristiques mécaniques de la pièce finale à forgeage

4
Choix d’un procédé

Exemple : n Procédé de fabrication retenu :


• Fabrication d’une coque de téléphone portable :
grande cadence de production à faible coût à injection plastique

n Les procédés peuvent être associés


Frittage de poudre métallique + usinage D2 / / s1 A

Φ2 s2 Φ1

D1,t1 D4,t4

D2,t2 D3,t3
A

X
F3,
t3
Synchroniseur de BV F2,
t2
automobile (Doc- F1, F4,
t1 t4
Fédéral Mogul)
Z

1 2 3 4 5 6
5

Classification générale des


procédé de mise en forme
qAvec enlèvement de matière
Mode HDE (Thermique) Laser
Mode électrochimique Usinage chimique, électrolytique
Mode Mécanique Jet eau abrasif, Meulage, Rectification, Abrasion, etc.
Mode Thermomécanique Usinage par outil coupant

qAvec ajout de matière (empilement de couches successives)


Mode fusion (puis)solidification Fabrication Additive
Mode frittage Fabrication Additive
Mode chimique (photochimique) Dépôt chimiques, polymérisation (surtout par photo-
polymérisation) ou réticulation (surtout par photo-
réticulation) (impression 3 D)

qSans enlèvement de matière


Mode fusion Fonderie (moulage), Plasturgie
Mode déf. Plastique (MISE en FORME) Formage par emboutissage, pliage, etc.

6
Les concepts de vulgarisation (de base)
en plasticité

-Tous les métaux présentent d’abord une phase élastique.

-Dissipation d’énergie : un fil métallique chauffe lorsqu’on le pli

-Etat de déformation plastique permanent

Les concepts de vulgarisation (de base)


en plasticité
Les matériaux concernés par le phénomène de plasticité

vLes métaux (la plupart), matières plastiques, roches et céramiques (à


chaud), bétons (en phase de prise), les biomatériaux, etc.

vCertains matériaux ne présentent pas de plasticité : verre, céramiques,


aciers trempés, etc. Ils sont élastiques fragiles. D’autres (bétons, etc.)
sont quasi-fragiles.

La plasticité consomme énormément d’énergie : c’est le


mécanisme qui permet aux métaux de résister
aussi bien aux chocs, une des raisons majeures
de leur utilisation massive.
8
Objectifs généraux du module
- Découvrir quelques procédés industriels de mise en forme

- Associer un procédé aux principaux phénomènes physiques de mise en

forme

- Identifier les paramètres pertinents qui contrôlent le procédé

à optimisation du processus d’élaboration

Acquérir des éléments théoriques nécessaires


pour décrire les transformations qui se
produisent lors de la mise en forme des métaux.

Planning de cet enseignement


Déroulement

§7 séances (cours +TD)

§Dernière séance : le 3 mars 2020 (2AGM-1 et 2AGM-3)


le 4 mars 2020 (2AGM-2)
§Supports des enseignements : -vos notes des séances présentielles,
-diapositives et cours en pdf,
-documents scientifiques et techniques.

§Toute absence doit-être Justifiée (sinon module non validé)

10
Evaluation
qRéalisation d’une mini-étude bibliographique
qPrésentation : 7 min (maxi) puis 5 min de questions.
-Principe, techniques, machines, outillage,
-Ordre de grandeurs (capacité, efforts, vitesse, déformation, T(°C), etc.)
-Avantages (rapidité, qualité, forme complexes, intégrité, rigidité, etc.)
-Inconvénients (défauts, coût, temps, etc.)
-Conclusion
Pendant la dernière séance : le 3 mars 2020 (2AGM-1 et 2AGM-3)
le 4 mars 2020 (2AGM-2)

qEmail de correspondance : tarek.mabrouki@enit.utm.tn


qNote TEST (40 %) : [ (qualité diapositives) (20 %) + (qualité d’exposé) (20 %) ]
qExamen (2 heures) : session P3
qMoyenne module : Examen (60 %)+Test (40 %)
11

Séance TP

üCe module sera suivit par des séances de TP : Exploitation d’un outil de

modélisation numérique

àIdentifier et comprendre la physique de la mise en forme par

plastification à optimiser le processus de la mise en forme des métaux.

àPrédire et optimiser un procédé de mise en forme (état de

contrainte, déformation, efforts, etc.)

üChaque binôme effectuera 3 séances de TP (ABAQUS)

12
Mini-étude bibliographique : procédés de mise en
forme des métaux
Votre choix peut être effectué parmi les procédés suggérés suivants :
(Equitéà tirage-au-sort)

1. Le formage des tubes métalliques


2. Le laminage
3. L’emboutissage des tôles
4. Le forgeage de l’acier
5. Le frittage des métaux
6. Le procédé « microPIM : Micro Powder Injection Molding »
7. Le pliage
8. L’extrusion des métaux
9. L’emboutissage incrémental
10. La fabrication additive
11. L’hydroformage
12. Le formage des matériaux composites
13

Mots clés

Français Anglais Français Anglais

Charnière Hinge
Forgeage liquide Squeeze casting or
(à très HP) squeeze forming
Découpage, ébavurage Trimming
Détourage Blanking Forgeage par martelage Hammer forging
Emboutissage profond Deep drawing Laminage circulaire Ring rolling
(étirage) Matrice Die
Estampage Stamping Pliage de bord Flanging
Etirage des métaux Metal drawing process Poinçon Punch
Flexion, pliage Bending Rabattage Hemming
Forgeage libre Open die forging Serre-flan Blank-holder

14
15

1. Sollicitations appliquées sur un solide

Pour déterminer les champs de contraintes ou de déplacements dans une structure


ou un système :

à on fait recours aux lois générales de la physique.

En se référant à la MMC, il est possible de


dresser un ensemble d’équations qui traduisent :

üles 6 relations entre déformations et


déplacements :

üles 3 équations d’équilibre, qui sont présentées par :


à 15 inconnues

16
1. Sollicitations appliquées sur un solide

Par conséquent, un déficit du nombre d'équations (6 éqts) vis-à-vis du


nombre d'inconnus :

àrelations (corrélations) : essais expérimentaux de caractérisation des


matériaux

à « comportement du matériau » ou loi à constitutive)

Contraintes = f(déformations)

17

2. Essais de caractérisation mécanique


2.1. Nature des lois de comportement

vRéaliser des expériences à caractériser les lois de comportement des matériaux

vEn pratique (essai de traction) : la loi de comportement traduit une relation entre

« force-déplacement » obtenues en une relation « contraintes-déformations » à lois

qualifiés de phénoménologiques car ils traduisent un comportement

macroscopique (global) de la matière vis-à-vis des sollicitations.

vNotons aussi que les notions de déformation et de contrainte ont en réalité un

aspect tridimensionnel à relations entre tenseurs.

18
2. Essais de caractérisation mécanique
2.2. Nature des lois de comportement

vD’autres approches de caractérisations sont qualifiées de «microscopiques »à


modéliser une loi de comportement (considérations « atomiques »).

vLa déformation d’une pièce dépend de sa géométrie et des chargements


extérieurs
ànormaliser les essais (éprouvette normalisée) : représenter au moins
par un élément de volume « représentatif » du matériau (dit encore
volume élémentaire représentatif (VER))
à respecter les hypothèses MMC :
-homogénéité de la matière,
-variabilité progressive des propriétés sans discontinuités
matérielles
19

2. Essais de caractérisation mécanique


2.3. Nature des lois de comportement

Le Tableau 1 aide à appréhender « la taille caractéristique minimale » d’une


éprouvette selon le type du matériau à caractériser.

Type et taille des Elément de volume


Type du matériau
hétérogénéités caractéristique

Métaux et alliages Grain : 0,001 à 0,1mm 0,5 × 0,5 × 0,5mm

Polymères Molécule : 0,01 à 0,05mm 1 × 1 × 1mm


Bois Fibres: 0,1 à 1mm 10 × 10 × 10mm
Béton Granulats : 1 × 1 × 1mm ≈ 10mm 100 × 100 × 100mm
Tableau 1 : Taille minimale d’une éprouvette selon le type du matériau à caractériser [Fortunier (2018)]

20
2. Essais de caractérisation mécanique
2.4. Déformation conventionnelle et déformation rationnelle

Grâce au déplacement de l’éprouvetteà calculer la déformation


nominale dite encore déformation conventionnelle ou encore
déformation technique (au sens de l’ingénieur (engineering
D l
strain)) ou encore « extension »

l0 l
La contrainte nominale dite encore
contrainte conventionnelle (engineering stress)

S0: surface de la section initiale de l'éprouvette.


Notons que la méthode de calcul de la déformation nominale est
valide pour les phénomènes régis par les hypothèses de petites
perturbations (HPP).

21

2. Essais de caractérisation mécanique


2.4. Déformation conventionnelle et déformation rationnelle

Dans le cas de grandes déformations, on parle de déformation rationnelle. Notons


que la section initiale, So varie dans ce cas de façon remarquable.
Exemple: cas de la traction : la déformation longitudinale infinitésimale, à un
instant donné, est calculée comme suit :

àLa déformation longitudinale, e, est dite encore déformation vraie (True strain)
(ou déformation logarithmique). Elle doit tenir compte du cumul des incréments de
déformations (elle est appelée encore déformation cumulée).

Exercice : déterminer e en fonction de en

22
2. Essais de caractérisation mécanique
2.4. Déformation conventionnelle et déformation rationnelle

Correction : déterminer e en fonction de en

Dans le cas où la configuration initiale et nettement différentes de la


configuration finale :

Soit : cette grandeur est appelée l’allongement subi par le métal. Grandeur
intéressante
t permettant de caractériser le procédé de mise en forme

23

2. Essais de caractérisation mécanique


2.4. Déformation conventionnelle et déformation rationnelle

Essai de traction : éprouvette cylindrique (dimension initiale 100 mm)


Dl (mm) en (%) e (%)
0,1 0,10% 0,10%
1,0 1,00% 1,00%
1,2 1,20% 1,19%
2,8 2,80% 2,76%
3,7 3,70% 3,63%
4,6 4,60% 4,50%
5,0 5,00% 4,88%
10,0 10,00% 9,53%
20,0 20,00% 18,23%
30,0 30,00% 26,24%
60,0 60,00% 47,00%
80,0 80,00% 58,78%
90,0 90,00% 64,19%
100,0 100,00% 69,31%
24
2. Essais de caractérisation mécanique
2.4. Déformation conventionnelle et déformation rationnelle

àla déformation conventionnelle SURESTIME en général l’état de déformation


à Elle est valide que pour les hypothèses de petites perturbations (HPP).
Comparaison entre déformations conventionnelle/rationnelle
100,00%
Déformation logarithmique (rationnelle) %
90,00%
80,00%
Déformation conventionnelle %
70,00%
Déformation %

60,00%
50,00%
40,00%
30,00%
20,00%
10,00%
0,00%
0,0 20,0 40,0 60,0 80,0 100,0
Incrément de déplacement (mm)
25

2. Essais de caractérisation mécanique


2.5. Contrainte rationnelle

Dite encore contrainte vraie (True Stress) :

S : étant la section de l’éprouvette à un instant donné.

Exercice : déterminer, s, en fonction de (sn, en).

Correction
Nous supposons ici la conservation du volume de la partie utile de l’éprouvette (résultat
qu’on démontrera aussi dans la suite, en raison de l’incompressibilité plastique et du fait que
les déformations élastiques sont négligeables devant les déformations plastiques).
Cela signifie :

s = sn .l!
26
2. Essais de caractérisation mécanique
2.5. Contrainte rationnelle

Dite encore contrainte vraie (True Stress) :

27

2. Essais de caractérisation mécanique


2.6. Instabilité plastique

sn M

ee
ep en
MR: domaine d’instabilité plastique, l’écoulement plastique n’est plus continu

28
2. Essais de caractérisation mécanique
2.6. Instabilité plastique

L’instabilité plastique se manifeste lorsqu’il ya écoulement de matière


ds
(sans chargement) à dF=0. Exercice : Montrer dans ce cas que : s=
de

Correction
D’une part, F = σ*S à dF = S dσ + σ dS à ds dS
=-
s S
D’autre part, S.l = constante

à S dl + l dS = 0 à dS = - dl = -de
S l
L’instabilité plastique correspond au ds
point de la loi de comportement tel que: s=
de
29

Vous aimerez peut-être aussi