Vous êtes sur la page 1sur 16

NOM :

PROJET
Lycée Professionnel de Man
D’ECLAIRAGE
PROF : GNONKONSON GEORGES CLASSE : ELT 2A
TECHNO. / ETUDE.D’EQUIPEMENT Doc :
1) But du projet d’éclairage
Le projet d’éclairage consiste à déterminer un éclairage artificiel qu’il faut installer dans un local afin de
l’adapter à une activité donnée, en tenant compte du confort visuel que requiert cette activité.

2) Caractéristiques d’un bon éclairage


Une bonne installation d’éclairage doit satisfaire à plusieurs conditions :
 assurer un niveau d’éclairement suffisant ;
 éviter l’éblouissement ;
 éliminer les ombres sur les plans de travail ;
 respecter les couleurs ;
 provoquer les contrastes nécessaires à la mise en valeur des objets.

3) Différentes étapes d’un projet d’éclairage


3-1) Définition du local
Elle consiste à déterminer :
- les dimensions du local à éclairer (Longueur, largeur et hauteurs) ;
- les activités exercées dans le local ;
- les couleurs des murs et du plafond ;
- les influences externes.
La définition du local représente en général les données d’un projet d’éclairage.
3-2) Choix de l’éclairement
On détermine un éclairement (E) correspondant aux activités qui se déroulent dans le local, aux détails à
percevoir et aux contrastes que l’on veut obtenir.
Les principaux éclairements recommandés sont donnés par des tableaux spécialisés.
3-3) Choix du mode d’éclairage
Les principaux modes d’éclairage sont : l’éclairage direct, l’éclairage indirect et l’éclairage mixte avec ses
variantes semi-direct et semi-indirect.
Le choix du mode d’éclairage d’un local se fait en fonction du facteur économique et du facteur confort.
a) Facteur économique
Ce facteur regroupe le rapport qualité-prix et la facilité de maintenance du système.
b) Facteur confort
Il regroupe l’uniformité de la lumière, la douceur de l’éclairage, l’absence de risque d’éblouissement.

NB : L’éclairage direct est le mode d’éclairage le plus utilisé à cause de son coût bas à l’installation et de sa
maintenance facile. Quand aux autres modes d’éclairage, ils sont réservés pour le luxe selon les exigences du
cahier des charges.

3-4) Choix de la source lumineuse


Il s’agit de déterminer un type de source lumineuse pouvant satisfaire aux exigences (l’ambiance colorée et le
rendu des couleurs) du local.
Une fois le type de source connu, on précise les caractéristiques : flux lumineux (f), la puissance (P) et la
longueur (Lt) pour les tubes fluorescents.
NOM :
PROJET
Lycée Professionnel de Man
D’ECLAIRAGE
PROF : GNONKONSON GEORGES CLASSE : ELT 2A
TECHNO. / ETUDE.D’EQUIPEMENT Doc :

3-5) Choix du luminaire


Ici, on choisit un luminaire adapté à la source lumineuse choisie.
Pour le luminaire retenu, on précise les caractéristiques : la classe (A à T), le rendement () et le nombre (X)
de sources qu’il peut porter.

3-6) Détermination de l’utilance : u


L’utilance dépend de quatre paramètres dont le rapport de suspension (J) des luminaires, de l’indice du local
(K), des facteurs de réflexion des murs et des plafonds (couleurs) et de la classe des luminaires.
a) Rapport de suspension
H2
J 
H 2  H3
b) Indice du local : K

A B
 K (Eclairage direct, semi-direct et mixte)
( A  B)  H 3
3 A B
 K (Eclairage indirect et semi-indirect)
2  ( H 3  H 2 )  ( A  B)

3-7) Calcul du flux lumineux total nécessaire : F


Le flux lumineux total émis par les sources lumineuses dans un local dépend de l’éclairement (E), de la surface
(S) du local, du facteur d’empoussièrement (d1), du facteur de dépréciation (d2), du rendement () du
luminaire et de l’utilance (u).
Le facteur d1 est fonction des influences externes du local, plus précisément de la présence de poussières.
Le facteur d2 est fonction du type de source lumineuse.
Le flux lumineux total se calcul par la formule :
- F : flux lumineux total (lm)
E  S  d1  d 2 - E : éclairement (lx)
F - S : aire du plan utile (m2)
ηu avec :
- d1 : facteur d’empoussièrement
- d2 : facteur de dépréciation
- : rendement du luminaire
- U : utilance

3-8) Détermination du nombre total de foyers lumineux : Nf


Déterminer le nombre total de foyer lumineux revient à déterminer le nombre total de luminaires.
On détermine d’abord le nombre total (NS) de sources qu’il faut installer dans le local pour avoir le flux total (F)
avant de déterminer le nombre total de foyer lumineux (Nf).
F
NS  avec :
- F : flux lumineux total nécessaire en ln
f - f : Flux d’une source lumineuse en ln.

NS
Nf  avec :
-
-
Nf : Nombre total de foyer lumineux
NS : Nombre total de source lumineuse
X - X : Nombre de source par luminaire
NOM :
PROJET
Lycée Professionnel de Man
D’ECLAIRAGE
PROF : GNONKONSON GEORGES CLASSE : ELT 2A
TECHNO. / ETUDE.D’EQUIPEMENT Doc :
3-9) Répartition des foyers lumineux
a) Implantation
Pour une bonne répartition du flux lumineux total dans le local, on adoptera, en absence d’obstacles tels que les
poutres et si la constitution du plafond le permet, l’implantation par rangées en ayant comme espacement
maximum entre les murs et les 1ers foyers la moitié de l’espacement entre deux foyers successifs.
Exemple : (voir figure 1).
dA/2 dA dA dA/2

dB/2

dB B

dB/2

A
Figure 1 : Plan d’implantation de 6 foyers lumineux
b) Détermination des nombres de rangées de foyers lumineux et des espacements entre les
foyers lumineux
Pour éviter les ombres sur le plan de travail et pour avoir l’éclairement (E), il faut répartir les N f foyers lumineux
tel que :

 d A  d max 1
d B  d max 1'
Avec :
  dA : Espacement (ou interdistance) suivant la dimension A.
 dB : Espacement suivant la dimension B.
 NA 
A
2   NA : Nombre de foyers lumineux suivant la dimension A.
dA  NB : Nombre de foyers lumineux suivant la dimension B.
 dmax : interdistance maximale qui permet d’éviter les ombres sur le
 NB 
B
2'  plan de travail.
dB
 N A  N B  N f 3

NB :


 Si on ne peut pas avoir deux nombres entiers NA et NB obtenus tels que d A  d max et
d B  d max ,on redimensionne le flux lumineux (f) de la source choisie en prenant une
autre de même type, mais de flux (f) inférieur à celui de la première. On recalcule alors le
nombre total (Nf) de foyers lumineux.
 Pour éviter les coincements des tubes fluorescents à l’installation, on veillera à ce qu’au
moins une des interdistances dA et dB soit supérieure à la longueur du tube choisi.
NOM :
Lycée Professionnel de Man PROJET
PROF : GNONKONSON GEORGES D’ECLAIRAGE CLASSE : ELT 2A
TECHNO. / ETUDE.D’EQUIPEMENT Doc :
EXERCICE D’APPLICATION
Soit à étudier l'éclairage du laboratoire d’électricité d’un Lycée Professionnel de la place.
Ce laboratoire est de forme rectangulaire de dimensions : A=15m et B=10m. Le plafond est à 3,25m du sol et le
plan de travail à 0,8m du sol.
Les luminaires seront fixés au plafond.
Les murs sont peints en bleu claire et le plafond en blanc.
Dans cet atelier, on travaille sur des pièces moyennes. Ce travail, consiste en général à distinguer des composants
par les codes de couleurs. Pour cela, un excellent rendu des couleurs est souhaité.
La présence de poussière dans ce local est négligeable.

TRAVAIL DEMANDE
Etablissez le projet d’éclairage de ce laboratoire.

CORRIGE
a) Définition du local
 Activités : laboratoire d’électricité travaillant les pièces moyennes
 Dimensions :
- Longueur : A=15m ;
- Largeur : B=10m ;
- Hauteur du plafond : H=3,25m ;
- Hauteur du plan utile : H1=0,8m ;
- Hauteur de suspension des luminaires par rapport au plafond : H2=0m ;
- Hauteur utile : H3=H-(H1+H2)=3,25-(0,8+0)  H3=2,45m
 Couleurs :
- Murs en bleu clair ;
- Plafonds en blanc.
 Influences externes :
- Présence de poussière négligeable ;
- Présence de liquide négligeable ;
- Présence de chocs mécaniques négligeables.

b) Choix de l’éclairement
laboratoire d'électricité
travailde pièces moyennes   E  500 lx (voir fig 6 - DOC 2/7)

c) Choix du mode d’éclairage


Laboratoire d’électricité  local industriel ; donc n’exigeant pas un luxe particulier  Eclairage direct.

d) Choix de la source lumineuse


Deux possibilités :
 Choix direct
Comparaison de couleurs  examen d’échantillonnage de couleurs  Tubes fluorescents de lumière du jour
« De luxe » (voir fig 12 – DOC 4/8)
 Choix à partir de l’éclairement et du rendu de couleur souhaité
Pour E=500 lx, il faut une température de couleur TC  [3100°K ;5100°K] (voir fig 10 -DOC 3/8)
Pour TC  [3100°K ;5100°K], il faut des tubes fluorescents (fig 9 – DOC 3/8).
TC 3000OK
excellentrendu des couleurs Lumière du jour (fig 11 – DOC 3/8).
Il faut des tubes fluorescents de lumière du jour.
NOM :
Lycée Professionnel de Man PROJET
PROF : GNONKONSON GEORGES D’ECLAIRAGE CLASSE : ELT 2A
TECHNO. / ETUDE.D’EQUIPEMENT Doc :
Le type de source est connu. Il nous faut préciser les caractéristiques P, f et L t. Pour cela, nous allons nous servir
de la fig 14 – DOC 5/8.
Nous choisissons d’éclairer le local avec des tubes fluorescents de lumière du jour, de puissance P=40W, de
flux f=2000 lm et de longueur Lt=1,200m.

e) Choix du luminaire
Atelier
Tubes fluo de P=40W et de Lt=1,200m  Luminaire de classe E (voir fig 18 – DOC 6/8)
E=500 lx
Luminaire de classe E
 Nous choisissons les réflecteurs industriels
Tube fluorescent en tôle laquée à deux tubes fluorescents (voir
fig 20 -DOC 7/8)
Les réflecteurs industriels en tôle laquée pour montage duo ont un rendement : =0,73.

f) Détermination de l’utilance
 Rapport de suspension :J

J 
H2
AN : J 
0
 J 0
H 2  H3 0  2,45
 Indice du local : K
A B 15  10
Eclairage direct  K  AN : K  
A  B H3 15  10   2,45

K  2,449  2,5
 Facteurs de réflexion des murs et des plafonds
- Murs en bleu clair : 45  50% ;
- Plafonds en blanc : 70% (voir fig 2 – DOC1/8)
 Classe des luminaires
Classe E
On a :
- J=0
- K=2,5
- Plafonds : 70%  u=0,86 (voir fig 22 - DOC 8/8)
- Murs : 50%
- Classe E
g) Calcul du flux lumineux total nécessaire : F
 Facteur d’empoussièrement :d1
Présence de poussière négligeable  d1  1,1 (voir fig 4 - DOC 1/8)
 Facteur de dépréciation : d2

Tubes fluo  d2  1,2 (voir fig 5 –DOC 1/8)


E  S  d1  d 2 500 15  10 1,1 1,2
F AN : F  F  157693,533 lm
 u 0,73  0,86
h) Détermination du nombre total de foyers lumineux : Nf
 Nombre total de sources lumineuses : NS

NS  F
f AN : N S  157693,533
2000  𝑁𝑆 = 78,85 ⇒ N S  79 tubes fluo
NOM :
Lycée Professionnel de Man PROJET
PROF : GNONKONSON GEORGES D’ECLAIRAGE CLASSE : ELT 2A
TECHNO. / ETUDE.D’EQUIPEMENT Doc :
 Nombre total de foyers lumineux : Nf

79
Nf 
NS
AN : Nf  𝑁𝑓 = 39.5  Nf  40 foyers
X 2
i) Répartition des foyers lumineux
 Implantation des foyers
Nous allons choisir l’implantation des foyers par rangées avec la moitié des espacements en bordure de
murs.
Exemple :
dA/2 dA

dB/2

dB B

dB/2
A
Figure 1 : Plan d’implantation de 6 foyers lumineux

 Choix des espacements

 d A  d max 1 d B  1,30  H 3  d B  1,3  2,45  d B  3,185m


(1’) 
 d B  d max 1'
Soit d B  2m
 NA 
A
2  (2’)  𝑁𝐵 =
𝐵
⟹ 𝑁𝐵 =
10
 NB =5 foyers
dA 𝑑𝐵 2
𝑁𝑓 40
 NB 
B
2'  (3)  𝑁𝐴 = ⇒ 𝑁𝐴 =  NA =8 foyers
𝑁𝐵 5
dB 𝐴 15
 N A  N B  N f 3(2)  𝑑𝐴 = 𝑁𝐴 ⇒ 𝑑 𝐴 = 8  dA =1,875 m
(1)  dA =1,875 m<dmax =3,185m

RECAPITULATIF DU PROJET
Pour l’éclairage convenable de ce laboratoire, il faut :
 40 foyers lumineux (luminaires) répartis en 8 rangées espacées de dA=1,875m suivant la
dimension A et 5 rangées espacées de dB=2m suivant la dimension B ;
 80 tubes fluorescents de lumière du jour, de puissance P=40W, de flux f=2000 lm et de
longueur Lt=1,200m.
NOM :
Lycée Professionnel de Man PROJET
PROF : GNONKONSON GEORGES D’ECLAIRAGE CLASSE : ELT 2A
TECHNO. / ETUDE.D’EQUIPEMENT Doc :

Figure 1 : Dimensions du local Figure 2 : Facteurs de réflexion des murs et de plafonds

PEINTURE  MATERIAUX 
Blanc 75 Plâtre 85
Crème 70 Pierre de taille 50
Jaune 50 Ciment 40
Vert clair 45 Brique rouge 20
Gris à 25 de noir 35 Erable 40
Rouge 25 Bois Chêne 20
Vert foncé 20 Acajou 10
- A : longueur du local (m)
- B : largeur du local (m)
- H : hauteur du plafond (m)
- H1 : hauteur du plan utile (m)
- H2 : hauteur de suspension des sources de
lumière par rapport au plafond
- H3 : hauteur utile

Figure 3 : Eclairement minimal d’un éclairage général en fonction de l’éclairement d’un éclairage localisé
(d’après L’ASSOCIATION FRANCAISE DE L’ECLAIRAGE)

Lorsque pour des raisons économiques, il n’est


pas possible d’obtenir l’éclairage désiré, on
complète par des sources lumineuses ponctuelles.
Pour éviter des contrastes trop importants, il est
nécessaire que l’éclairage général soit en
harmonie avec l’éclairage localisé.

Exemple : pour un éclairage localisé de 1 000


lux, il faut au minimum un éclairage général de
100 lux.

Figure 4 : Facteurs d’empoussièrement en fonction du Figure 5 : Facteurs de dépréciation de quelques sources


niveau d’empoussièrement du local lumineuses couramment utilisées

Nature (ou type) de la Facteur de


source dépréciation d2
Empoussièrement Facteur
Lampe incandescente
du local d’empoussièrement d1 1,10
ordinaire
Faible 1,1
Lampe incandescente aux
Moyen 1,25 1,00
halogènes
Fort 1,4 Lampe incandescente aux
1,35
halogènes métalliques
Lampe à vapeur de mercure
1,20
à ballon fluorescent
Lampe à vapeur de sodium 1,10
Tube fluorescent 1,20
NOM :
Lycée Professionnel de Man PROJET
PROF : GNONKONSON GEORGES D’ECLAIRAGE CLASSE : ELT 2A
TECHNO. / ETUDE.D’EQUIPEMENT Doc :
Figure 6 : Eclairements moyens en service recommandés (d’après L’ASSOCIATION FRANCAISE DE
L’ECLAIRAGE)

Figure 7 : Schémas de principe des principaux modes d’éclairage


a) Eclairage direct b) Eclairage indirect c) Eclairage mixte

Plan de travail
NOM :
Lycée Professionnel de Man PROJET
PROF : GNONKONSON GEORGES D’ECLAIRAGE CLASSE : ELT 2A
TECHNO. / ETUDE.D’EQUIPEMENT Doc :
Figure 8 : Tableau des températures de couleur

Température apparente Température de couleur (TC)


Chaude (blanc rosé)  3300°K
Intermédiaire (blanc) 3300 à 5500°K
Froide (blanc bleuté)  5500°K

Figure 9 : Echelle des températures de couleur

Figure 10 : Détermination de la température de couleur en fonction de l’éclairement

DIAGRAMME DE KRUITHOF

Figure 11 : Tableau des Indices de Rendu des Couleur (IRC) et les types (ou teints) de lumière
correspondants

Rendu des couleurs Valeur de IRC Types ou teints de lumière


Médiocre 60  IRC  80 - Blanc industrie (IRC=65 ; TC=4300°K)
- Blanc soleil de luxe (IRC=80 ; TC=3000°K)
Moyen 80  IRC  85
- Blanc brillant de luxe (IRC=83 ; TC=3800°K)
Bon 85  IRC  90 - Blanc harmonie (IRC=90 ; TC=5000°K)
- Lumière du jour (IRC=92 ; TC=6300°K)
Très bon IRC  90
- Blanc confort (IRC=95 ; TC=2700°K)
NOM :
Lycée Professionnel de Man PROJET
PROF : GNONKONSON GEORGES D’ECLAIRAGE CLASSE : ELT 2A
TECHNO. / ETUDE.D’EQUIPEMENT Doc :
Figure 12 : Choix des sources lumineuses (d’après EDF)
NOM :
Lycée Professionnel de Man PROJET
PROF : GNONKONSON GEORGES D’ECLAIRAGE CLASSE : ELT 2A
TECHNO. / ETUDE.D’EQUIPEMENT Doc :
Figure 13 : Principaux types de lampes

Figure 14 : Principaux types de tubes fluorescents


NOM :
Lycée Professionnel de Man PROJET
PROF : GNONKONSON GEORGES D’ECLAIRAGE CLASSE : ELT 2A
TECHNO. / ETUDE.D’EQUIPEMENT Doc :

Figure 15 : Classes des luminaires Figure 16 : Catégories des luminaires

Figure 17 : Tableau des classes et Figure 18 : Détermination de la classe du luminaire en


catégories des luminaires fonction de l’éclairement et des caractéristiques (longueur
et puissance) du tube fluorescent

CLASSES CATEGORIES DE
LUMINAIRES
A, B, C, D et E F1 : direct intensif
F, G, H, I et J F2 : direct extensif
K, L, M et N F3 : semi-direct
O, P, Q, R et S F4 : mixte
T F5 : indirect

Figure 19 : Quelques réflecteurs industriels et leurs caractéristiques


Figure 20 : Quelques luminaires couramment utilisés (d’après SYLVANIA ECLAIRAGE)

Figure 21 : Tableau des interdistances maximales entre deux luminaires

CLASSE DU INTERDISTANCE CLASSE DU INTERDISTANCE


LUMINAIRE MAXIMALE dmax LUMINAIRE MAXIMALE dmax
A dmax  0,90  H 3 F dmax  1,40  H 3
B dmax  1,00  H3 G dmax  1,45  H3
C dmax  1,10  H 3 H dmax  1,50  H3
D dmax  1,20  H 3 I dmax  1,50  H3
E dmax  1,30  H3 J dmax  1,50  H3
NOM :
Lycée Professionnel de Man PROJET
PROF : GNONKONSON GEORGES D’ECLAIRAGE CLASSE : ELT 2A
TECHNO. / ETUDE.D’EQUIPEMENT Doc :
Figure 22 : Extraits du tableau des utilances

Vous aimerez peut-être aussi