Vous êtes sur la page 1sur 254

NIVEAU

C1

ÉD I T O ogique
pédag
Guide
NIVEAU

C1

ÉDITO
Guide pédagogique

Cécile Pinson (coordination)

Anouch Bourmayan
Isabelle Cros
Élodie Heu-Boulhat
Julien Kohlmann
Marion Lecardonnel Baudet
Jessica Mercer
Mylène Molinaro
Marie Rabin
Jérôme Rambert
Magali Risueño
Couverture : Primo & primo
Principe de maquette : Primo & primo
Mise en page : www.creatorsstudio.net
Édition : Sophie Hamon / Imaginemos
Photo de couverture : izusek - iStockphoto

« Le photocopillage, c’est l’usage abusif et collectif de la photocopie sans autorisation des auteurs et des éditeurs. Largement répandu
dans les établissements d’enseignement, le photocopillage menace l’avenir du livre, car il met en danger son équilibre économique.
Il prive les auteurs d’une juste rémunération. En dehors de l’usage privé du copiste, toute reproduction totale ou partielle de cet ouvrage
est interdite. »
« La loi du 11 mars 1957 n’autorisant, aux termes des alinéas 2 et 3 de l’article 41, d’une part, que les copies ou reproductions stricte-
ment réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d’autre part, que les analyses et courtes cita-
tions dans un but d’exemple et d’illustrations, « toute représentation ou reproduction intégrale, ou partielle, faite sans le consentement
de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite. » (alinéa 1er de l’article 40) – « Cette représentation ou reproduction par
quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du Code pénal. »

© Les Éditions Didier, 2019


ISBN 978-2-278-09249-9
THÈME
THÈME

1
1
THÈME 1   Séries mania
Livre, p. 11-18

1 Séries mania hier


Livre de l’élève - p. 11-18 Ca
E1
THÈM

s
OBJECTIFS COMMUNICATIFS q identifier des profils type d  ’


& SAVOIR-FAIRE q apprécier une critique de série a c t i vi

VOCABULAIRE Le monde des séries et du cinéma : métiers, genres, ENRICHIR SON LEXIQUE
fabrication, diffusion, critique, récompenses Le monde des séries et du
q évaluer son rapport aux séries cinéma
PRODUCTION ORALE
> DÉBAT q définir le profil type d’un sériephile CONSOLIDER SA GRAMMAIRE
> MINI EXPOSÉ q présenter une série S’approprier l’adjectif, les
q envisager l’intérêt de la critique préfixes et les suffixes
PRODUCTION ÉCRITE qm  ettre en perspective les séries versus les films PRODUIRE > ESSAI
> FIL DE DISCUSSION sur un forum S’exprimer sur l’impact du
q rédiger une critique de série sur un site internet phénomène sériel
q exprimer sa peur LES ARTICULATEURS
AU CŒUR DU QUOTIDIEN

Page 11 OUVERTURE
PRODUCTION ORALE
1 Le titre de l’unité
[en groupe classe]
Afin d’entrer dans la thématique du dossier, poser les questions suivantes aux apprenants : « Regardez-vous
des séries ? Sur quel support ? Comment définiriez-vous votre pratique ? Pourriez-vous vous définir plutôt
comme un consommateur ou un spectateur ? ». Formez des groupes par profils-type.
Expliquez le titre de l’unité.
[en groupe classe]
Séries mania : le suffixe -mania permet de former des noms indiquant une passion excessive. Demander aux
apprenants s’ils connaissent des noms avec le suffixe manie ? Préciser qu’on le retrouve plus généralement
dans la langue française sous la forme de -manie comme dans cleptomanie, mélomanie, mythomanie ou
encore toxicomanie.
On peut comprendre ainsi l’image choisie pour illustrer le document A. L’Homme est hypnotisé par ce qu’il
voit.
Quels sont les thèmes de cette unité ?
Les séries, les portraits stéréotypés, la généralisation, le cinéma, les genres cinématographiques, les pratiques
sociales.

2 La photographie
[en groupe classe]
Décrivez la photographie et donnez-en une interprétation.
Description : Il s’agit de personnes qui sont dans une cafétéria. Elles ont toutes le dos tourné en train de
regarder des écrans sur le mur. Il n’y a rien sur les écrans mais un fond vert.
Demander aux apprenants si ce photomontage est une situation vraisemblable. Pensent-ils que cette image
représente des Français ou que cela peut s’appliquer à toute nationalité ?
Interprétation : Le fond vert fait écho à la présence très importante des écrans dans nos sociétés. Cela peut
aussi être symbolique de la vacuité transmise par les images et que nous regardons tout et n’importe quoi.
Les personnes avec le dos tourné peut aussi représenter l’isolement induit par le visionnage intensif des
écrans.

3
Demander aux apprenants si ce dessin les a fait plutôt rire, sourire ou réfléchir et, le cas échéant, ce qui a
provoqué leur réaction et comment l’expliquer. Se sont-ils sentis concernés par cette situation ou au contraire
s’agit-il d’une situation qu’ils trouvent absurde ? Pourquoi ?

3 Les objectifs
> Préparer les apprenants à la production finale
La production finale de ce thème est un essai dans lequel l’apprenant sera invité à s’exprimer sur l’impact
du phénomène sériel. La consigne de l’essai se trouve en p. 14 du cahier.

Voir Étudiez les différents profils de sériephile pour en relever les


FICHE
MÉTHODO caractéristiques et les travers. Puis exprimez-vous sur le sujet suivant,
ESSAI

3
débattu sur un blog de cinéma : comment les séries ont-elles marqué
et changé nos vies ? Que pensez-vous de cet impact ? Vous donnez
votre avis. (250 mots environ)

Tout au long du travail sur les documents du thème, encourager les apprenants à prendre note de leurs
idées, à les sérier, à les catégoriser (arguments, exemples, idée essentielle 1, 2) afin de les aider à nourrir
leur argumentation. Lorsque vous jugerez utile de le faire et en fonction de la maturité méthodologique
de vos apprenants ou de leur degré d’expérience de ce type de production, les référer à la fiche méthodologique
dans le cahier. La passer en revue ensemble. Dans le cadre de l’essai, il s’agit de la fiche 3 p. 6 du cahier
d’activités. Les documents sélectionnés dans le livre ont pour finalité d’alimenter leur réflexion.

Pages 12-13 DOCUMENT A


COMPRÉHENSION ÉCRITE

Page 14

FOCUS Culture
L’article fait appel à la connaissance de plusieurs séries extrêmement populaires en Amérique du Nord et
en Europe. Parmi les plus anciennes, notons Twin Peaks, créée par Mark Frost et David Lynch.
Les États-Unis sont le premier exportateur de séries télévisées mais ce genre est présent dans tous les pays
et pour tous les publics.
Notons parmi les plus populaires nommées dans l’article : Game of Thrones, Friends, Six Feet Under, True
Blood, Stranger Things, X-Files, Desperate Housewives, The Wire, Mad Men, House of Cards, Prison Break,
The Big Bang Theory.
Dans les séries françaises : Engrenages, Le bureau des Légendes et ajoutons Braco, Dix pour cent, Les
Revenants, Hippocrate ou encore Plus belle la vie.
En ce qui concerne les médias, l’article fait référence aux cassettes VHS, au DVD, mais aussi aux plateformes
de téléchargement en P2P comme eMule ou The PirateBay ou de SVOD comme Netflix, Amazon.
Quelques anglicismes (ou plutôt des néologismes d’emprunt) sont apparus avec ces nouvelles pratiques
de visionnage avec notamment le « bingewatching » qui correspond au fait de regarder tous les épisodes
d’une série à la suite sans pause ou bien encore « speedwatcher » où l’on accélère ou bien saute les
épisodes pour terminer une saison plus rapidement. D’abord apparue dans le monde de l’entreprise et
de la communication (meeting, marketing, brainstorming, la terminaison en « ing » a peu à peu prospéré
dans de nombreux registres, de la presse magazine à la vie de bureau, en passant par le milieu des nouvelles
technologies. L’usage du « ing » est révélateur de la portée du « globish », cet anglais global qui sert de
langue véhiculaire aux échanges commerciaux et symboliques.

Page 14
Question 1
[en groupe classe]
Demander aux apprenants d’observer le titre et la double page et lire les questions de compréhension écrite.

4
THÈME
THÈME

1
1
Faire une remue-méninge avec l'ensemble des apprenants en notant au tableau en deux colonnes les
différences entre séries et cinéma. Pour s'exercer : activités 1, 2, 3, 4 du cahier d'activités p. 14-15
Proposition de corrigé :
1 Je vois peu de différence entre le cinéma et les séries, hormis la durée, le découpage en épisodes et en
saisons. Il y a surtout beaucoup de similitudes : des acteurs de cinéma tournent dans des séries, des réalisateurs
de films tournent des séries. Les sujets et les genres (policier, horreur, etc.) sont également partagés.
Question 2
[en groupe classe]
Relever avec l'aide des apprenants les différents profils de sériephile.
Variante : Écrire en amont des phrases qui représentent les différents profils puis les distribuer aux apprenants
qui devront retrouver à quel type de sériphile elles correspondent.
IDÉE POUR LA CLASSE
Il est possible également d'organiser une session de jeu de type Amnesia. Chaque apprenant se verra attribuer
une carte avec un profil de sériphile écrit dessus. Ils n'ont pas le droit de la voir. Ils la placeront sur leur front
à l'aide d'un bandeau et devront à tour de rôle poser des questions aux autres apprenants qui répondront
simplement par oui ou non pour savoir quel profit-type est écrit sur sa carte. Le vainqueur sera l'apprenant
qui aura trouvé le profil écrit sur sa carte.
FOCUS Vocabulaire
Qu’est-ce qu’un sériephile ?
Demander aux apprenants s’ils comprennent ce qu’est un sériephile. Noter le mot au tableau et entourer
le suffixe –phile. Ci-après une proposition d’explicitation :
-phile est un autre suffixe largement utilisé en français. Il permet de créer ici un substantif sous forme de
néologisme pour définir un amateur de série. Il vient du grec philos qui signifie « personne qui aime ».
Inviter les apprenants à lister des mots avec ce suffixe. On le retrouve dans le substantif philosophie,
littéralement « amour de sagesse » et dans d’autres termes comme francophile, sinophile, cinéphile,
philatéliste ou encore haltérophile. Les apprenants pourront enrichir leurs préfixes et suffixes à partir de
la page 16 du cahier d’activités.
Des mini-groupes ayant déjà été formés, demander aux apprenants de se définir par rapport à un des
profils type présent dans l’article. Ils devront reprendre les généralisations qui y sont décrites pour justifier
leur propre pratique ou bien pour définir la pratique d’un autre groupe.
Pour s'exercer : activités 9, 10, 11 du cahier d'activités p. 17-18
Proposition de corrigé :
2 Le Boulimique : « Il veut goûter un peu à tout » (l. 11). Sa stratégie : il regarde des séries qu’il achète
ou télécharge (légalement ou non), il lit les conseils donnés sur les forums, il possède une application pour
l’informer des nouveaux épisodes ; pour gagner du temps, il peut voir un épisode en accéléré ou lire son
résumé.
Le Fidèle : « Tu n’abandonneras jamais ta série bien aimée » (l. 39). Sa stratégie : il revoit régulièrement ses
séries préférées si elles sont terminées ou continue à suivre les séries commencées, même si elles ne sont
pas d’excellente qualité.
L’Exigeant : « Il a finalement choisi de privilégier la qualité sur la quantité » (l. 73). Sa stratégie : il passe du
temps à s’informer pour trouver les meilleures séries en regardant les premiers épisodes, en lisant les résumés,
en vérifiant le renouvellement de la série, en évitant les effets de mode.
Le Débordé : « Il était largué » (l. 113). Sa stratégie : par manque de temps, il privilégie les séries courtes
(les mini-séries) ou terminées.
Questions 3-4
Listez au tableau les termes médicaux et faire de nouveau référence au terme de manie utilisé dans le titre
de l'unité si besoin.
Corrigés :
3 Le fan de type « boulimique » a besoin de voir des séries en continu, de recevoir une dose de série
quotidiennement, comme le patient qui est perfusé à l’hôpital.
4 Vocabulaire medical : ancien boulimique, se soigne, diète drastique.
Le fan « exigeant » a trop consommé de séries, il doit aujourd’hui se mettre au régime et en regarder moins.
Questions 5-6
[en groupe classe]
Retrouver avec les apprenants les caractéristique du fan "débordé". Les lister au tableau. Définir avec les
apprenants ce qu'est un paradoxe. À partir de la question 5 et de ce qui sera noter au tableau, demander
aux apprenants de trouver les solutions proposées par l'industrie cinématographique.

5
À partir de la question 5 et de ce qui sera noter au tableau, demander aux apprenants de trouver les solutions
proposées par l'industrie cinématographique.
À partir de la question 5 et de ce qui sera noter au tableau, demander aux apprenants de trouver les solutions
proposées par l'industrie cinématographique.
À partir de la question 5 et de ce qui sera noter au tableau, demander aux apprenants de trouver les solutions
proposées par l'industrie cinématographique.
Propositions de corrigés :
5 La série Flowers dure 3 heures, soit à peine plus qu’un film, alors que la spécificité d’une série est de
durer dans le temps (plusieurs années en général).
6 L’industrie cinématographique a compris que les fans étaient proches de l’overdose. Elle a donc développé
une nouvelle forme de série : les mini-séries dont les caractéristiques sont le nombre d’épisodes (réduit) et
la fin (« une vraie fin »).

PRODUCTION ORALE

Page 14
Questions 7-8
[en groupe classe puis en binômes]
Relever avec l'ensemble du groupe classe les mots-clés de chaque question proposée dans le livre. Laisser
ensuite un temps de préparation à chaque binôme. Leur discussion pourra se faire à devant le reste de la
classe qui prendra des notes. Après la discussion des binômes, élargir ces mini-débats à l'ensemble du groupe
classe à partir des notes de chacun. Tenter de diversifier les profils (âge, sexe, activité professionnelle) dans
les binômes afin de permettre de faire ressortir les traits caractéristiques de chaque profil-type et d’animer
le débat. Veiller à ce que chaque membre des binômes s’exprime. Prendre en note les erreurs récurrentes
et les corriger ou les faire corriger au tableau. Pour s'exercer : activités 7,8 du cahier d'activités p.16
Propositions de corrigés :
7 et 8 Réponses libres.

Question 9 - Mini-exposé
[en sous-groupe]
Définir avec l'ensemble du groupe classe les questions qui pourront être posées à la personne interviewée.
Rappeler les techniques de la prise de note.

Propositions de corrigés :
9 mini exposé Inviter les apprenants à consulter la fiche méthodologique 5 p. 10 du cahier d’activités sur
l’exposé oral. La passer en revue avec les apprenants et rappeler les 3 parties d’un exposé (Introduction >
développement > conclusion) ainsi que l’importance de maîtriser sa voix, son regard, sa posture. Orienter
les apprenants pour la prise de note comme de se concentrer sur les mots-clés et les idées principales en
général repris tout au long de. Prendre en compte les noms propres, les chiffres, les définitions, les suggestions.
Pour s'exercer : activités 5, 6 du cahier d'activités p.15

PRODUCTION ÉCRITE

Page 14
Question 10
[au choix du professeur : travail individuel ou par groupe de profil type en classe ou à la maison]
Revoir avec les étudiants les différences entre les séries et le cinéma comme abordé dans la Question 7 de
la Production orale.
Ne pas hésiter à appuyer les arguments des apprenants par des connecteurs logiques et de les renvoyer à
la fiche méthodologique 8 p. 13 du cahier. Vous pouvez aussi noter au tableau des variantes d’exemples
d’amorce pour exprimer son opinion : Je pense que… – À mes yeux – Selon moi – Je trouve que… – J’estime
que… – Pour moi/Pour nous – À mon avis – J’ai l’impression que… – Je crois que… – En ce qui me concerne
– Je dirais que… – D’après mon expérience.
Demander aux apprenants de compléter ces structures avec d’autres articulateurs fréquemment utilisés
qu’ils pourraient connaître. Noter les propositions correctes au tableau.

6
THÈME
THÈME

1
1
Proposition de corrigé :
10 Exemple 1 : Moi, je suis un très grand fan de cinéma et même si ça me plaît de regarder des séries, je
trouve que la qualité cinématographique des séries égale rarement celle des films et que l’intrigue est
généralement étirée pour faire durer le suspense. Je considère donc que les séries ne remplaceront pas le
septième art. C’est, à mon avis, un phénomène populaire ponctuel, une mode qui est déjà en train d’évoluer
(on note que les séries comptent de moins en moins de saisons, preuve évidente selon moi de la lassitude
du sériephile). En revanche, je pense que les séries diffusées à la télévision destinées à un certain public (les
ménagères de plus de 50 ans) dureront.
Exemple 2 : À mon avis, l’apparition des séries a fait beaucoup de bien au cinéma. Elles ont obligé les
réalisateurs de films à se renouveler, à être audacieux. C’est le sort des séries qui doivent séduire pour
convaincre et, ainsi, durer dans le temps. Grâce aux séries, les préquelles, les spin-off et les flash-back ont
vraiment pris de l’ampleur. Par ailleurs, vu l’accroissement des technologies audio-visuelles et des outils
connectés, je suis persuadé que le film dit « classique », c’est-à-dire vu dans une salle de cinéma et d’une
durée d’une heure trente à deux heures, vit ses dernières heures : le public souhaite à la fois des rebondissements
et des personnages complexes, donc qui évoluent sur une plus longue période.

IDÉE POUR LA CLASSE


[en sous-groupes et mise en commun en groupe classe]
Demander à chaque groupe d’apprenant d’aller sur le site http://www.allocine.fr/series/top et de choisir une
série de leur choix. En cliquant sur les commentaires spectateurs, ils feront une liste des points positifs et
négatifs de la série de leur choix. Chaque sous-groupe pourra ensuite faire un résumé de ces avis et le
présenter aux autres.
Pour s'exercer : activités 13, 14, 15 du cahier d'activités p. 18-19

Page 15 DOCUMENT B

COMPRÉHENSION AUDIOVISUELLE

Page 15
Questions 1-2-3-4-5-6-7
[en groupe classe ou à la maison]
Lire les questions avant de procéder au visionnage. Encourager les apprenants à prendre des notes pendant
le visionnage.
Propositions de corrigés :
1 Alex et Agnès sont des quadragénaires, ce qui veut dire qu’ils ont une quarantaine d’années. Le titre
Quadras est le diminutif de « quadragénaire ».
2 Ce thème permet de créer des situations heureuses, drôles mais aussi dramatiques, pleines d’émotions.
3 Les personnages clés sont évidemment les mariés, Alex et Agnès, mais aussi une dizaine de personnages
secondaires (les invités) dont la série fait successivement le portrait afin que les téléspectateurs s’y attachent.
4 La technique cinématographique du flash-back (ou « retour en arrière ») permet de découvrir les
personnages dans un autre contexte que celui du mariage (vie quotidienne, maison, etc.) ; ils sont, dans ces
scènes-là, plus touchants, entiers, humains.
5 Dans la scène du début dans laquelle les invités sont en voiture, le téléspectateur découvre les invités
dans un lieu privé et intime : leur voiture. Il peut les découvrir et s’y attacher plus rapidement.
6 Benoît Lagane trouve que c’est une bonne série familiale. Pierre Langlais est mitigé : la partie comique
fonctionne, la partie dramatique, beaucoup moins. Marjolaine Jarry pense que cette série veut être drôle
mais n’arrive pas à créer le rire chez le téléspectateur.
7 Proposition de corrigé : Les critiques étant partagées, il est difficile de se faire une opinion. Cependant,
le thème de la famille m’intéresse et me semble assez universel : tout le monde peut ainsi un peu s’y retrouver.
Je pense que j’aimerais bien regarder quelques épisodes de cette série.

PRODUCTION ORALE
Page 15
Question 8
[en groupe classe puis en binômes]

7
Relever avec l'ensemble du groupe classe les mots-clés de chaque question proposée dans le livre. Laisser
ensuite un temps de préparation à chaque binôme. Leur discussion pourra se faire à devant le reste de la
classe qui prendra des notes. Après la discussion des binômes, élargir ces mini-débats à l'ensemble du groupe
classe à partir des notes de chacun.

Proposition de corrigé :
8 Réponses libres.

FOCUS Culture
La France est compte plus de 100 magazines culturels consacrés au cinéma. Le plus ancien est Les Fiches
du cinéma qui date de 1934 et les plus connus sont les Cahiers du cinéma (depuis 1951), Chronic’art, les
Inrockuptibles, Positif (depuis 1952), Première (depuis 1976), Studio Ciné Live ou encore Télérama. Au
Québec on peut noter 24 images (depuis 1987) et Séquences (depuis 1955) ainsi que Décadrages en Suisse.
Les statistiques du CNC (Centre national du cinéma et de l’image animée) montrent que parmi tous les
Européens, ce sont les Français qui vont toujours le plus au cinéma, et de loin : 200 millions d’entrées en
2018, contre 176 millions en Grande-Bretagne, et 92 millions en Espagne, pour les deux suivants sur le
podium.
Auguste et Louis Lumière mettent au point le Cinématographe au cours de l’année 1894. Le 28 décembre
1895, la première projection publique et payante de leurs films se déroule à Paris.
Question 9
Pistes pour l’exposé
Il est important de commencer par présenter le titre et le pays d’origine de la série. Arrêtez-vous ensuite
sur le casting en indiquant quels en sont les protagonistes et les personnages secondaires. Vous pourrez
ensuite décrire l’intrigue et dire pourquoi elle est particulièrement liée à la culture de votre pays, ainsi que
les éléments qui vous paraissent les plus autochtones. Soulignez-en enfin le ton (comique, dramatique,
etc…) et indiquez les raisons pour lesquelles cette série a du succès. Enfin vous pouvez donner votre avis.
Pour s'exercer : activités 12 du cahier d'activités p. 18
Proposition de corrigé :
9 Réponses libres.

PRODUCTION ÉCRITE

Page 15
Question 10
[au choix du professeur : travail individuel en classe ou à la maison]
Rappeler aux étudiants d’exprimer leur opinion et de préciser leur pensée et l’information qu’ils souhaitent
communiquer en utilisant des adjectifs comme vu dans le cahier d’activités p. 16.

FOCUS Grammaire
La majorité des adjectifs se placent après le nom, mais certains des plus courants se trouvent avant le nom
et certains peuvent être avant ou après.
Voici quelques indications :
Après le nom, on retrouve les adjectifs de forme, nationalité, catégorie tels que rouge, rond, comique,
touristique ou espagnol. Lorsqu’il y a au moins deux adjectifs, c’est l’adjectif au sens le plus large qui
précède les autres.
Avant le nom, on retrouve les adjectifs courts et très usuels informant sur la taille, l’aspect, la nature,
comme gros, grand, haut, beau, joli, vieux, bon, faux, nouveau, autre.
Mais certains, comme froid, chaud, cuit, neuf, se placent après le nom.
Avec un adverbe long, les adjectifs se situent après le nom.
exemple : Un très long film ≠ un film excessivement long
Certains adjectifs changent de sens selon leur place :
une ancien collègue ≠ un meuble ancien
un drôle de film ≠ un film drôle
un pauvre homme ≠ un homme pauvre
une grande femme ≠ une femme grande
un sale type ≠ un type sale
une sacrée journée ≠ un journée sacrée
Proposition de corrigé :
10 La série La casa de papel est une série espagnole, elle compte plusieurs saisons et elle est diffusée

8
THÈME
THÈME

1
1
sur les plateformes VOD. Son intrigue est originale : au lieu d’attaquer une banque, des braqueurs
décident de braquer directement le lieu d’impression des billets pour imprimer eux-mêmes leurs billets.
Ce que j’aime tout particulièrement dans cette série, c’est le message révolutionnaire : des personnages
marginaux, hors du système, qui, avec panache, volent l’État, un peu comme Robin des Bois. Le
braquage durant plusieurs jours, on voit les personnages évoluer dans une situation extrême. On peut se
demander comment on réagirait soi-même et ce qu’on serait prêt à faire pour de l’argent… Le suspense
est terrible car on suit l’évolution du braquage depuis l’intérieur et l’extérieur du lieu d’impression.
C’est, selon moi, une série à ne pas rater !
Pour s'exercer : activités 16 du cahier d'activités p. 19-20

Pages 16-17 VOCABULAIRE

Inviter les apprenants à se reporter aux pages 16-17 de « Vocabulaire ». Leur demander de lire cette page
de façon individuelle. Souligner les mots de vocabulaire qui semblent poser le plus de difficultés aux
apprenants. Former des binômes. Demander aux apprenants de faire les exercices 1, 2, 3 et 4, p. 16-17.

Page 16
Corrigé :

1 a. une sitcom – b. une mini-série – c. un soap opera – d. une série B – e. une telenovela – f. une série Z.

PRODUCTION ÉCRITE

Page 17

2 Proposition de corrigé : Chère Dona, Tu ne me connais pas mais moi, je sais parfaitement qui tu es car
je suis ta carrière cinématographique depuis tes débuts. J’ai adoré voir tes premiers pas dans cette mini-
série sur le thème du western moderne ; j’ai suivi tes premières amours lorsque tu jouais le personnage
de Marie dans les deux saisons de Chérie, ne me laisse pas ; j’ai traversé la guerre à tes côtés dans la série
dramatique du réalisateur qui est devenu ton mari… Quelle filmographie ! J’attends avec impatience que
tu sois enfin récompensée pour tes interprétations : tu le mérites ! En attendant, continue de nous faire
rêver, de nous émouvoir, de nous faire rire… Ton fan dévoué, Pierre.

3 a. Un cascadeur ou une doublure - b. L’audimat - c. Un cameo - d. Une avant-première.

PRODUCTION ORALE

Page 17
Propositions de corrigés :

4 Isabelle Carré est une actrice française bien installée dans le paysage audiovisuel français. Le public la
connaît bien et, en général, aime ses interprétations. En plus de jouer au cinéma, elle est aussi comédienne
et écrivaine. Sa carrière a vraiment débuté au début des années 2000, lorsqu’elle a reçu le César de la
meilleure actrice, une récompense obtenue grâce à son magnifique rôle dans le film Se souvenir des belles
choses. Elle surprend son public en jouant aussi bien dans des films poignants que dans des comédies. Et elle
acquiert plus de fans en s’investissant dans des œuvres caritatives centrées sur l’aide aux enfants malades.
5 Dans la série française Fais pas ci, fais pas ça, j’aime particulièrement le personnage de Fabienne Lepic,
joué par la comédienne Valérie Bonneton. Cette dernière interprète un rôle assez caricatural qui évolue
au fil des saisons, celui d’une mère de famille nombreuse (4 enfants) qui dispense une éducation stricte et
sensée, fondée sur les valeurs fondamentales, une éducation sur le modèle de celle reçue par ses propres
parents. Naturellement, elle se confronte régulièrement à ses enfants qui ont une vision plus moderne de
l’éducation et doit réviser son modèle de réussite. Je trouve ce personnage passionnant car partagé entre
ses convictions, la réalité et le choc des générations. La comédienne doit sans cesse composer et son rôle
évolue véritablement. Je trouve que le jeu de Valérie Bonneton est excellent.

9
Page 18 AU CŒUR DU QUOTIDIEN

Page 18
Questions 1-2-3

Propositions de corrigés :

1 Deux personnes discutent au sujet d’une série, l’une dit à l’autre qu’elle n’est pas accro à une série.
Pour montrer le contraire, la seconde personne lui demande le nombre d’épisodes qu’elle a vues. La
première personne répond avoir vu les huit saisons, en baissant la tête, honteuse.

2 Le fait que l’une des personnes ne veuille pas reconnaître qu’elle est accro à une série bien qu’elle
ait regardé huit saisons est comique. Elle l’avoue, un peu honteuse, comme si elle avait du mal à le dire.

3 Proposition de corrigé : J’aime regarder des séries et comme le personnage de droite, j’ai du mal à me
l’avouer.

COMPRÉHENSION ORALE

Questions 4-5-6-7

Propositions de corrigés :

4 Jacqueline ne savait pas que la saison 1 comportait vingt épisodes. Après en avoir vu vingt, elle pensait
avoir vu deux saisons, en fait elle n’avait vu que la moitié des DVD prêtés par son amie.

5 Les poupées russes (ou « matriochka » ou « poupées gigognes ») sont des poupées de tailles
décroissantes placées les unes à l’intérieur des autres. Les scénarios des séries dont ils parlent sont construits
pour faire croire aux spectateurs que tel personnage est l’assassin. Cependant, alors que le dénouement
est proche, un élément innocente le personnage et porte la culpabilité sur un autre. Chaque individu
rapproche peu à peu le spectateur de l’assassin, tout en maintenant longtemps le suspense.

6 L’homme est moqueur, ironique et surpris. Il ne comprend manifestement pas la passion de son amie.

7 Réponses possibles :
- la contraction du sujet devant un verbe (ex : « Tu es » devient « t’es ») ;
- la contraction du pronom devant un verbe (ex : « te le dire » devient « te l’dire ») ;
- la répétition du sujet (ex : « Jacqueline, elle m’dit ») ;
- la suppression de la première partie de la négation (ex : « je ne te dis pas » devient « j’te dis pas »).

Cahier d’activités, p. 14-20

ENRICHIR SON LEXIQUE

Page 15
Proposition de corrigé :

6 Je voudrais commencer par remercier le réalisateur de ce film de m’avoir donné ce rôle. Merci de
m’avoir repéré, de m’avoir fait confiance, de m’avoir donné cette chance. Je souhaite aussi remercier les
producteurs du film qui ont été très présents à mes côtés pendant le tournage, pour m’encourager dans
cette voie. Grâce à cette récompense, maintenant, je me sens légitime dans le monde du cinéma et ça fait
du bien. Enfin, évidemment, je dois remercier le public qui est allé voir le film. C’est pour lui, pour vous,
que je vais continuer le cinéma. Merci à tous !

10
THÈME
THÈME

1
1
PRODUIRE

Voir Sur un blog francophone de cinéma, vous décidez de vous exprimer


FICHE
sur le sujet suivant : comment les séries ont-elles marqué et changé
ESSAI

MÉTHODO
3
nos vies ? Que pensez-vous de cet impact ? Vous donnez votre avis.
(250 mots environ)

Page 20
17 Proposition de corrigé :
Plan
Introduction
Partie 1. Transformation et impact des séries : avant et après les années 2000
Partie 2. Opinion sur le phénomène
Conclusion

Texte rédigé 
L’arrivée des séries dans le paysage audiovisuel a profondément changé les habitudes des téléspectateurs.
Avant les années 2000, les séries réalisées duraient des années et ciblaient les femmes au foyer autour de
la cinquantaine. L’offre était restreinte et le support unique : la télévision du salon. Au XXIe siècle, l’offre
et les supports se sont multipliés. Cette évolution a eu des effets sur la société, que je présenterais dans
une première partie, avant de donner mon opinion sur le sujet.
À partir du moment où le visionnage est sorti du salon grâce aux écrans mobiles (tablettes, téléphones),
les réalisateurs ont compris qu’en offrant une gamme de séries plus large, le public allait se diversifier, et
donc générer plus de profits. C’est pourquoi ils les ont multipliées, ce qui a bouleversé nos habitudes. On
peut le constater dans les transports publics où les usagers regardent davantage une série qu’ils ne parlent
entre eux d’une série diffusée la veille à la télé, comme cela se faisait avant. De plus, visionner des séries
devient plus fréquent que de pratiquer un sport collectif, ce qui là encore va dans le sens de l’abandon
d’une pratique collective. Ce phénomène suscite en moi une inquiétude grandissante. Selon moi, créer les
objets qui séparent les individus les uns des autres ne peut que contribuer à la construction d’une société
moins généreuse. Il convient toutefois de ne pas noircir le tableau. En effet, les séries peuvent également
fédérer : il suffit de voir le nombre de forums qui leur est dédié sur Internet.
Pour conclure, je dirais que c’est la multiplication des supports de visionnage qui crée un sentiment
d’isolement. On peut espérer que la naissance de festivals tels Séries mania permettra de recréer du
collectif autour des séries.
(291 mots).

11
TEST Thème 1

1 Dites si les phrases suivantes expriment un accord, un désaccord ou une nuance.


9 points
a. Je suis de ton avis : les films sont généralement mieux construits que les séries.

q ……………………………………
b. Certes, ce sont principalement des long-métrages qui sont devenus cultes, néanmoins je pense

qu’il en sera de même pour certaines séries.

q ……………………………………
c. C’est absurde, ce film de série B est vraiment un navet !

q ……………………………………
d. La télévision a perdu le monopole du divertissement, c’est indubitable !

q ……………………………………
e. Tu penses vraiment que cette fin est un chef d’œuvre ? C’est truffé d’erreurs ! C’est délirant !

q ……………………………………
f. Il ne fait aucun doute qu’il obtienne la Palme d’Or.

q ……………………………………

2 Nominalisez les termes en gras et reformulez les phrases si nécessaire. 9 points


a. On a fermé 100 cinémas d’art et d’essai l’année dernière en France, ce qui a provoqué beaucoup

de mécontentements. q ……………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………………………………

b. Quand j’ai vu Harry rencontre Sally, je n’en croyais pas mes yeux ! q ……………………………

…………………………………………………………………………………………………………………………

c. Ce personnage est très complexe, c’est ça qui me plait chez lui. q …………………………………

…………………………………………………………………………………………………………………………

d. Le scénariste a vraiment exagéré sur ce coup-là, c’est pour ça qu’on n’y croit pas une seule

seconde. q …………………………………………………………………………………………………………… EDITO C1 GUIDE PÉDAGOGIQUE - Thème 1 - test © Éditions Didier, 2019

…………………………………………………………………………………………………………………………

e. Ce qui m’a fait le plus rire, c’est le moment où le protagoniste tombe dans la rivière. q …………

…………………………………………………………………………………………………………………………

f. Ce réalisateur est si pertinent et si adroit que je ne peux qu’adhérer à ses œuvres. q …………

…………………………………………………………………………………………………………………………

3 Exposé oral 12 points


Vous préparez un exposé et vous le présenterez au jury.

Sujet :

Vous êtes abonné(e) à un magazine culturel qui propose une rencontre avec des scénaristes de séries.

Vous décidez de prendre la parole pour parler de votre passion pour le cinéma et pour souligner

que, selon vous, les séries abaissent le niveau général des fictions.

12
THÈME
THÈME

1
2
THÈME 2   SOS sens critique
Livre, p. 19-24

2 SOS sens critique Ca


hier
E2
Livre de l’élève - p. 19-24 THÈM

s
d  ’


OBJECTIFS COMMUNICATIFS q saisir l’enjeu de l’éducation aux médias a c t i vi
& SAVOIR-FAIRE qd iagnostiquer la diffusion des fausses informations
ENRICHIR SON LEXIQUE
VOCABULAIRE L’éducation aux médias : course à l’info, travail du L’éducation aux médias et à
journaliste, risques, désinformation, décryptage, l’information
expressions
CONSOLIDER SA GRAMMAIRE
PRODUCTION ORALE q préciser son usage des médias Caractériser la nature de la
> DÉBAT q commenter les théories du complot préposition « de » + article
> MINI EXPOSÉ q éduquer aux médias
qp  résenter un événement et son traitement PRODUIRE > EXPOSÉ ORAL
Argumenter sur la prégnance
médiatique
de la théorie du complot
PRODUCTION ÉCRITE q t émoigner en ligne sur une fake news auprès des jeunes
> FIL DE DISCUSSION q interroger un consortium d’avocats en ligne LES ARTICULATEURS

JEUX DE CULTURE GÉNÉRALE

Page 19 OUVERTURE
PRODUCTION ORALE

1 Le titre de l’unité
[en groupe classe]
Afin d’entrer dans la thématique du dossier, poser les questions suivantes aux apprenants : « qu’est-ce que
pour vous le sens critique ? Une critique est-elle toujours négative ? Que signifie avoir l’esprit critique ? ».
Noter les propositions des apprenants au tableau. Dégager la différence entre la critique envers soi et envers
autrui, ainsi que la critique néfaste et la critique constructive.
Expliquez le titre de l’unité.
[en groupe classe]
Le sens critique, qui fait appel à l’esprit critique, désigne une capacité à s’interroger avec exigence et
rationalité sur la réalité ou la probabilité de faits et de relations prétendus, puis sur leurs interprétations.
Puis enchaîner sur ces deux proverbes et montrer en quoi ils sont complémentaires :
Mieux vaut agir que critiquer. (proverbe français)
Il n’y a qu’une seule façon d’éviter les critiques : Ne dis rien, ne fais rien, ne sois rien. (Aristote)
Montrer le lien entre action et critique. En effet, pour pouvoir agir de façon plus adéquate face à une
situation, l’autocritique est importante. Également, pour pouvoir se forger sa propre opinion, l’esprit critique
est primordial. En français, le sens du mot « critique » relève de deux catégories : l’une péjorative qui souligne
une « tendance caractérielle à relever les défauts, les imperfections » (TLFI), l’autre la « capacité de l’esprit
à juger un être, une chose à sa juste valeur, après avoir discerné ses mérites et défauts, ses qualités et
imperfections ». (TLFI)
Pour aller plus loin :
« Des têtes bien faites », sous la direction de Nicolas Gauvrit et Sylvain Delouvée, Presses universitaires de
France, 286 p., 2019.
Quels sont les thèmes de cette unité ?
L’éducation, les médias, l’esprit critique, les fake news et les théories du complot, la désinformation.

13
2 La photographie
[en groupe classe]
Décrivez la photographie et donnez-en une interprétation.
Description : sur cette image, on peut voir représenté un des médias en ligne les plus populaires, à savoir
Youtube. La femme représentée a son doigt devant sa bouche comme indiquant de se taire, et ces yeux sont
représentés d’un côté par une pièce de monnaie, de l’autre par un objectif de caméra ou d’appareil photo.
La musique et la vidéo semblent être les deux médias les plus importants.
Interprétation : la présence de cette femme indiquant le silence souligne la difficulté de faire preuve d’esprit
critique ou du moins de donner son avis. Même si des médias comme Youtube sont ouverts à tous, l’auditeur
ou le spectateur est plutôt vu comme un consommateur passif. Le regard critique semble désormais remplacé
par la possibilité de rendre compte de tout à travers l’objectif d’un appareil photo ou d’une caméra, sans
avoir le plus souvent le temps de prendre du recul. Une sorte de déshumanisation semble opérer, ou l’être
humain devient comme spectateur de sa vie et du monde qui l’entoure, en ayant beaucoup de difficulté à
faire usage de son sens critique, noyé qu’il est dans la surabondance médiatique.

3 Les objectifs
> Préparer les apprenants à la production finale
La production finale de ce thème est un exposé oral dans lequel l’apprenant sera invité à argumenter sur
l’impact des théories du complot et des informations mensongères sur les jeunes. La consigne de l’essai se
trouve en p. 21 du cahier d’activités.

Voir En vous aidant des documents proposés dans le livre, vous allez
EXPOSÉ ORAL

FICHE
MÉTHODO préparer un exposé oral à partir de la réflexion suivante : Les
5 jeunes sont les premières victimes des théories du complot. La
facilité d’accès aux informations mensongères sur Internet semble
accréditer la thèse d’une responsabilité première des médias
numériques. Qu’en pensez-vous ?

Tout au long du travail sur les documents du thème, encourager les apprenants à prendre note de leurs
idées, à les sérier, à les catégoriser (idée essentielle 1, 2, arguments, exemples) afin de les aider à nourrir
leur argumentation. Il est important pour ce type de production d’accompagner les apprenants tout au
long du thème à maîtriser leur voix et leur posture. Lorsque vous jugerez utile de le faire et en fonction de
la maturité méthodologique de vos apprenants ou de leur degré d’expérience de ce type de production,
les référer à la fiche méthodologique dans le cahier. La passer en revue ensemble. Dans le cadre de l’exposé
oral, il s’agit de la fiche 5 p. 10 du cahier d’activités. Les documents sélectionnés dans le livre ont pour finalité
d’alimenter leur réflexion.

Page 20 DOCUMENT A
COMPRÉHENSION ÉCRITE

Page 21

FOCUS Culture
Déjà Montaigne, dans Les Essais en 1580, dissertait sur la pensée critique nécessaire à l’éducation des
enfants dans le chapitre qui s’intitule « De l’institution des enfants ». Il développe cette idée dans celui
nommé « De l’éducation ». Cette vision de la pensée et de l’éducation, dont l’origine provient de philosophes
grecs comme Socrate et de son « connais toi toi-même » en passant par la philosophie du Cogito de
Descartes « je pense donc je suis », est arrivée jusqu’au XXIe siècle et est de plus en plus remise en question
avec l’essor d’Internet et de la possibilité de rendre public toutes les opinions, interprétations, sentiments,
sans forcément vérification ou confrontation. Le double attentat du World Trade Center en 2001 aux
États-Unis et les théories qui en ont découlées est un des événements importants dans l’évolution du
complotisme et des « fake news ». En France, par exemple, une « grande mobilisation pour les valeurs de
la République », a été lancée au début de l’année 2015 après les attentats du 7 janvier contre Charlie
Hebdo. Elle a conduit « à relancer la réflexion sur l’esprit critique, en particulier face au défi du complotisme ».
Cette réflexion s’est inscrite dans le cadre d’une reformulation de la conception de la citoyenneté

14
THÈME
THÈME

1
2
républicaine, présente dans les programmes, autour des quatre dimensions de la culture morale et civique :
la sensibilité, la culture de la règle et du droit, le jugement et l’engagement. », Jérôme Grondeux, Historien,
inspecteur général de l’Éducation nationale, « Peut-on enseigner l’esprit critique ? », Magazine Sciences Humaines, 09/2017.

Page 21
Demander aux apprenants de lire les questions ainsi que l’aide à la lecture puis le document A. Les inciter
à prendre en note les concepts ou termes qu’ils ne connaissent pas.
Question 1
[en sous-groupes]
Proposer aux apprenants de noter, par sous-groupes, et d’expliquer le sens des deux phrases et d’en faire
un compte-rendu à l’oral. Dans l’optique de la production finale du cahier, il est important de commencer
dès à présent à leur donner des conseils de diction et de maîtrise de la voix. Pour aller plus loin : exercice 1
du cahier d’activités, p. 22.
Proposition de corrigé :
1 Ces deux phrases questionnent notre relation à l’information et aux savoirs ainsi que l’évolution de nos
pratiques pour nous informer, intimement liée à l’émergence des médias numériques.
« le journal, c’est la réflexion et la radio l’émotion » : Lire le journal, c’est être actif. On peut revenir sur sa
lecture, faire une pause, réfléchir. Le support écrit permet de mieux fixer. En revanche, la radio demande
moins d’effort pour s’informer que la presse. L’auditeur est plus passif que le lecteur. La radio est un média
qui permet aussi de se distraire, d’écouter de la musique… De plus, le son est éphémère. À la radio, nous
écoutons des voix, de l’humain, d’où l’émotion également. Le journal, c’est notre voix.
« l’Internet, c’est la pulsion » : Depuis l’apparition d’Internet, nos pratiques quotidiennes pour nous informer
ont évolué, en particulier celles de la jeunesse actuelle qui a grandi avec l’émergence d’Internet et en a fait
son moyen d’information quasi exclusif. Dorénavant, l’information est disponible gratuitement et
immédiatement. Cette facilité d’accès a transformé notre manière de nous informer. On peut consommer
compulsivement de l’information, en temps réel sur notre ordinateur, tablette ou smartphone. C’est devenu
un produit de consommation. Les médias proposent donc souvent des contenus accrocheurs dans le but
d’attirer les internautes, et d’être partagés sur les réseaux sociaux. Déjà, dans les années 1950, Beuve-Méry,
l’un des fondateurs du journal Le Monde, avait tendance à penser que la mort du journal était sans doute
pour demain ! On pourrait dire qu’il aurait eu raison aujourd’hui car les titres renommés de la presse sont
dorénavant plus que menacés par les médias en ligne, la puissance de l’argent et l’urgence du numérique.
Toutefois, force est de constater que la presse se renouvelle. Le journal le New York Times a su assuré sa
transition vers le numérique et fidélisé son lectorat qui est grandissant.
Question 2
[en sous-groupes]
Demander aux apprenants de prendre en note la réponse de leur binôme. Ils devront ensuite en rendre
compte à l’oral en utilisant le discours rapporté qui sera approfondi au Thème 18, p. 135 du cahier.
Proposition de corrigé :
2 L’accélération du temps est la caractéristique de notre société moderne en raison de l’évolution technique
et technologique. Par exemple, grâce à la technique, nous avons copié les connaissances de plus en plus
rapidement : avant l’imprimerie, il fallait copier un livre à la main, puis la technologie nous a permis de
l’imprimer, puis de le photocopier, et désormais de le télécharger sur Internet. Les ordinateurs eux-mêmes
n’ont cessé d’augmenter leurs performances ; d’où l’accélération du temps. Puis, avec l’apparition d’Internet,
l’accélération est devenue totale ! Notre rapport aux savoirs et à l’information a été bouleversé. Ce nouveau
mode de communication a progressivement et inéluctablement modifié l’accès à l’information, aux savoirs
et au sens à travers les moteurs de recherche consultables n’importe où dans le monde et sur n’importe quel
sujet. On ne peut plus s’en passer. A-t-on atteint une limite ? Jusqu’où la technologie nous permettra-t-elle
d’accélérer le temps ?
Question 3
[individuel]
Chaque apprenant se verra attribuer un paragraphe qu’il devra reformuler et résumer. Vous pourrez noter
au tableau, sous forme de tableau, les reformulations pour chaque paragraphe afin de comparer quels
mots-clés sont présents et de permettre une mise en commun pour chaque paragraphe.
Proposition de corrigé :
3 Phrase (a)
Reformulation : Trop d’informations (ou l’infobésité, terme québécois) finissent par nous laisser indifférents.
Eco disait : Si on retrouve un enfant syrien mort sur une plage, tout le monde pleure. Si des centaines
d’enfants se noient ensuite, plus personne n’en parle. Car il n’y a plus la photo et surtout un excès

15
d’informations rend insensible à l’information. Cela entre par l’oreille gauche et cela sort par l’oreille droite.
Résumé du paragraphe : Devant l’infobésité, l’information se dilue et est traitée de manière de plus en plus
superficielle au profit de l’audience ; la jeunesse actuelle s’en éloigne.
Phrase (b)
Reformulation : Le rôle des journaux n’est pas uniquement de relayer l’information mais de la traiter (vérifier
les sources, aller sur le terrain, enquêter).
Résumé du paragraphe : Les médias en ligne privilégient désormais l’émotion, le sensationnel et la participation
des internautes aux dépens de la réflexion et de la qualité de l’information. Les jeunes ne font plus confiance
aux journalistes.
Phrase (c)
Reformulation : Notre rapport à la mémoire, à la culture a changé puisqu’on trouve tout et n’importe quoi
sur la toile, sans filtre, au risque de ne plus faire la différence entre le vrai et le faux.
Résumé du paragraphe : Sur Internet circulent trop d’informations erronées, voire racistes ou terroristes.
Leur facilité d’accès et leur attrait auprès des jeunes sont tangibles car ils se détournent des médias
traditionnels.
Questions 4-5
[en sous-groupes]
Pour la question 5, il est possible de créer un mini-débat sur ce qui oppose ou non les médias dit « traditionnels »
et les médias numériques. Il est également possible de questionner les apprenants sur leurs habitudes
médiatiques. Pour aller plus loin : exercices 2 et 11 du cahier d’activités, p. 22 et 25.
Propositions de corrigés :
4 Sur Internet, l’accès à l’information est instantané mais comme « l’information qui forge l’opinion des
jeunes n’est plus médiée par des journalistes » (l. 26) et que « les jeunes s’éloignent de ces sources
documentées » (l. 40), ceux-ci peuvent se faire abuser, manipuler facilement. Internet peut aussi constituer
une porte d’entrée vers la radicalisation pour certains jeunes. C’est ainsi que des centaines voire des milliers
de jeunes se sont fait recruter dans leur chambre via Internet en raison d’une propagande redoutablement
efficace. L’éducation aux médias à l’école permet la compréhension et l’usage des médias par les élèves. Elle
est importante car nous vivons dans un univers multimédiatique permanent où tout est accessible, le pire
comme le meilleur. Par conséquent, développer l’esprit critique des jeunes face à certains contenus malveillants
diffusés en ligne (théories de la rupture, du complot) est devenu une nécessité, d’autant que les adolescents
sont souvent en quête de sens et peuvent se laisser abuser, voire radicaliser facilement.
5 Les « médias » désignent les médias traditionnels (presse, radio, télé) et les « réseaux numériques »
désignent les médias numériques (Internet, téléphone portable, réseaux sociaux – Facebook, Twitter, Pinterest,
Instagram, LinkedIn, Viadeo…). Les médias traditionnels, de par leur caractère historique, ont pour principal
atout leur réputation. Internet reste une source moins fiable pour s’informer. Les réseaux sociaux font
désormais partie du panorama médiatique mondial et revêtent un caractère plus « social ».
Ces différents types de médias sont surtout complémentaires et il semble difficile de se positionner pour
l’un ou l’autre, tant ils sont structurellement différents et correspondent aux différentes attentes du public
en matière d’information.
Question 6
[en groupe classe]
Noter au tableau le vocabulaire en le divisant selon les trois critères suivants : type de média, action
médiatique, attitude face aux médias. Se référer également à la page vocabulaire, p. 23 du livre ainsi qu’à
l’activité 3 du cahier d’activités, p. 22.
FOCUS Vocabulaire
En France ou ailleurs, les médias ont une grande part de responsabilité dans l’évolution de la langue car
ils produisent une grande quantité de matière langagière. Beaucoup de ces nouveautés langagières sont
considérées comme des erreurs mais il arrive souvent qu’elles soient finalement intégrées dans le
dictionnaire, par exemple dans le Petit Robert. Déjà, en 1957, le Petit Robert ajoutait l’anglicisme « scoop »,
que l’on pourrait traduire par « exclusivité », dans son dictionnaire. De même « intox » qui pourrait être
l’ancêtre de « fake news » y entrait en 1966. On peut citer également « blog » en 2002 ou plus récemment
« hashtag » en 2009, traduit par « mot-dièse », en référence à twitter. Mais les journalistes ou médias ne
sont pas toujours coupables. Il est en effet parfois difficile de savoir si une évolution vient du fait ou bien
de la langue commune. Les mots comme « buzz », « master class », « burn out », « biopic » ou « bashing »
en sont des exemples. De même, le monde du travail est friand de termes d’origine anglo-saxonne comme
marketing, mail, overbooké, deadline, feedback, débriefer, ASAP, timing ou encore checker, team building
et brainstorming sont communément utilisés. On y trouve aussi souvent des néologismes ou encore des
pléonasmes.
À partir de ce focus, vous pouvez demander aux étudiants de proposer leurs propres définitions ou de
trouver un synonyme ou bien leur demander si leur langue native les a également intégrés.

16
THÈME
THÈME

1
2
Corrigé :
6 Vocabulaire de l’information (par ordre d’apparition dans le texte) : l’éducation aux médias, la submersion
des informations, la fin de l’information, le journal, la radio, l’Internet, un excès d’informations, les médias,
l’émotion et l’audience, l’information perd de sa pertinence, la valeur des opinions, les modalités classiques
d’information, l’opinion, journalistes, diffuser des analyses et des arguments, divulguer les informations,
couvrir les informations, son traitement médiatique, le travail du journaliste, l’info réalité, les médias en
ligne, conquérir de nouveaux publics, se méfier des journalistes, savoir distinguer l’information de
l’interprétation, le Net, déserter les médias, apprivoiser des formes nouvelles d’informations, les nouveaux
médias, une France des médias et une France des réseaux numériques, renforcer l’éducation aux médias et
à l’information, le buzz, la désinformation, les théories de la rupture, la théorie du complot, les médias
traditionnels.

PRODUCTION ORALE

Page 21
Questions 7-8
[discussions en sous-groupes puis mise en commun en groupe classe]
Laisser aux apprenants le temps de la réflexion afin qu’ils puissent structurer leur pensées. Faire ensuite un
tour de table. Pour aller plus loin : activité 4 du cahier d’activités, p. 22.
Propositions de corrigés :
7 Réponses libres.
8 Réponses libres.

Lors de la mise en commun, veiller à ce que chaque membre du groupe s’exprime. Prendre en note les
erreurs récurrentes et les corriger ensuite au tableau.
FOCUS Culture
Chaque année le journal La Croix publie un baromètre sur la confiance dans les médias. Et en 2019 s’est
poursuivie une dégradation déjà amorcée depuis plusieurs années. Elle souligne un paradoxe : si les français
ont de moins en moins confiance dans les médias, ils s’intéressent fortement à l’actualité. Alors comment
les français s’informent-ils ? Le média habituellement préféré, la télévision, subit une forte baisse : seulement
38 % lui font confiance, soit une baisse de 10 points. La radio reste le média le plus fiable selon les français,
puis la presse écrite et tout en bas Internet. Mais tous subissent une forte baisse. Si la radio garde son
statut, c’est parce que la parole directe est valorisée. Facebook tient une place de choix dans les médias
chez les jeunes de 18-24 ans avec 54 % qui l’utilisent pour s’informer même si leur pratique est pluri-
médiatique. Les critiques les plus récurrentes envers les médias sont leur propension à « dramatiser »,
(67 %) et de laisser trop de place « à des gens qui expriment un point de vue extrême » (52 %).
Source : Institut Kantar et « la confiance dans les médias est au plus bas », Le Monde, 24 janvier 2019.

Question 9 - Débat
[individuel]
Lors du débat, il est important de guider les apprenants à l’aide d’une recherche des mots-clés propres à
chaque question. Par exemple :
• Informer, vérifier, développer l’esprit critique
• Difficulté à savoir ce qui se passe dans le monde, tempérer, rendre compte, résumer, valider ou invalider
les fausses nouvelles
• De plus en plus de journalistes menacés ou tués, les libertés de la presse diminuent, importance prise par
les médias officiels, travail journalistique de plus en plus difficile
• Pluralité d’opinions, être informé c’est pouvoir choisir, les informations virales influencent nos choix et
échappent aux médias
Vous pouvez ici vous référer à la fiche méthodologique 5 p. 10 du cahier, en soulignant une des parties
propres à l’exposé oral. Cela permettra aux apprenants de mieux aborder la question 10 de la production
orale.
Se référer également à la page vocabulaire, p. 23, dans laquelle les apprenants pourront piocher des mots-
clés.
De plus, lors d’un débat, il est important de faire réfléchir les apprenants aux éventuelles questions qui leur
seront posées. Cela leur permettra de préparer des contre-arguments afin qu’ils ne soient pas pris au
dépourvu.

17
Question 10 - Mini-exposé
[individuel]

Proposition de corrigé :
10 Réponses libres.
Insister sur la comparaison que doivent faire les apprenants du même événement. Rappeler le vocabulaire
de la comparaison et de l’opposition.
FOCUS Méthodologie
Maîtriser la gestuelle
Il est parfois difficile de maîtriser son corps et ses gestes durant un exposé, en raison du stress ou de
l’émotion. Il faut éviter cependant de rester immobile, ou au contraire, de trop s’agiter. Maitriser son
corps, c’est maîtriser sa parole.
En position assise :
- Bien s’asseoir dans le siège tout en restant droit. Avoir les pieds bien posés au sol.
- Ne pas croiser les bras. Cette attitude donne souvent une impression que vous êtes renfermé ou tendu.
Laisser si possible vos mains détendues.
- Faire attention aux changements de positions après une question, cela peut signifier que vous êtes
nerveux ou gêné par la question.
En position debout :
- Se tenir bien droit.
- Ne pas cacher ses mains dans ses poches mais s’en servir au contraire pour accompagner le discours.
- Toujours bien regarder l’ensemble des personnes présentes et ne pas se focaliser sur une en particulier.
Le discours passe aussi par le regard et doit toucher tout le monde.

PRODUCTION ÉCRITE

Page 21
Question 11
[au choix du professeur : travail individuel ou par groupes de profils type en classe ou à la maison]
Bien définir ce qu’est un témoignage. Lors de ce genre de production écrite, l’important est de rendre
compte d’une expérience vécue. Sa structure doit être clairement ordonnée afin qu’elle puisse avoir un effet
sur le destinataire. Pour compléter votre témoignage, il est possible, en guise de conclusion, d’élargir la
question posée pour prendre du recul. Cela lui permettra de toucher plus largement le destinataire et de
le pousser à se poser lui-même la question. Pour aller plus loin : exercices 9, 10 du cahier d’activités, p. 24.
Proposition de corrigé :
11 Exemple 1 : En 2017, j’ai malheureusement relayé une fausse vidéo autour de l’ouragan Irma qui a
dévasté l’île de Saint-Barthélemy. J’y ai cru dur comme fer au point de la commenter et de la partager sur
Twitter et Facebook. On y voyait des toits qui s’envolaient, des arbres arrachés par la tempête et des voitures
qui peinaient à avancer ou étaient renversées. Cette vidéo était impressionnante, mais elle n’avait rien à
voir avec Irma. Il s’agissait en fait de la vidéo d’une catastrophe qui s’était déroulée en Uruguay en 2016
lors du passage d’un cyclone… Voulant informer tout le monde rapidement, je l’ai donc partagée, puis
effacée ensuite mais le mal était fait. Dorénavant, je suis très prudente avant de partager une information
sur les réseaux sociaux.
Exemple 2 : C’était en décembre dernier, deux de mes collègues, un homme et une femme qui ont chacun
un conjoint, passaient beaucoup de temps ensemble dans notre entreprise et finissaient très tard leur journée
de travail. La situation l’exigeait, car ils devaient terminer un projet important dans un court laps de temps.
Pour plaisanter et mettre du sel dans les conversations à la machine à café, j’ai lancé la rumeur qu’ils avaient
une liaison. Heureusement, ils l’ont pris avec humour mais j’étais finalement très embarrassé car, en se
propageant, cette rumeur aurait pu détruire leur réputation professionnelle et leur union. Désormais, je ne
m’occuperai plus de la vie des autres !

Page 22 DOCUMENT B

COMPRÉHENSION ORALE

18
THÈME
THÈME

1
2
Page 22
Questions 1-2-3-4-5-6
[en groupe classe ou à la maison]
Avant la question 1 et l’écoute du document audio, demander aux apprenants ce qu’évoquent pour eux les
termes de « théorie du complot ». Noter les propositions au tableau et les développer si nécessaire afin de
passer en revue le vocabulaire qui pourrait être présent dans le document. Se référer pour cela à la
transcription. Pour aller plus loin : activités 6, 7, 8 du cahier d’activités, p. 23-24.
Propositions de corrigés :
1 La collégienne Asma définit la théorie du complot comme « quelque chose qui va à l’encontre de ce qu’on
entend aux médias qui vont nous faire croire que tout ce qu’on entend c’est faux. Et ça a souvent un rapport
avec la politique où on remet en cause la place de quelqu’un, de quelqu’un haut placé par exemple ».
2 Christophe Bourseiller veut dire qu’il ne faut pas croire tout ce qu’on écoute sur France Inter. Il ne faut
pas tout gober (= avaler) sans distinction. Il faut faire le tri. La parole des journalistes n’est pas du miel. Le
miel est ici une expression pour désigner un faux-semblant de douceur. Il est donc nécessaire d’exercer un
regard critique sur l’actualité, de s’interroger, de réfléchir. Il faut avoir de la distance.
3 En français familier, un bobard est un propos mensonger, une fausse nouvelle que l’on répand telle une
rumeur. Les faiseurs de bobards sont des gens qui propagent de fausses vérités. Ils mettent en place des faits
alternatifs (théories du complot par exemple), dans le but de manipuler les gens, pour le plaisir de nuire…
4 Les théories complotistes qui séduisent particulièrement certains jeunes dans les classes de l’enseignant
François Da Rocha concernent le 11 Septembre (qui serait le fait de la CIA) ainsi que les génocides et les
actes de terrorisme.
5 Pour lutter contre la défiance des Français envers les médias, Thomas Huchon propose de rouvrir les
rédactions et de montrer comment les journalistes travaillent (la recherche de l’information, la vérification
et le croisement des sources, etc.).
6 Le fait d’avoir la possibilité d’observer le travail des journalistes a changé le regard des deux collégiennes
concernant ce métier. Cela a permis à Asma de mieux comprendre que les journalistes vont bien chercher
leurs informations, qu’ils vérifient bien leurs sources puis qu’ils communiquent de l’information réelle aux
gens, qu’ils ne disent pas n’importe quoi. Avant de participer à l’émission InterClass’, Azania pensait que les
informations transmises par les journalistes n’étaient pas totalement vraies. Elle exerce maintenant un regard
critique (« même si maintenant je sais qu’aux médias, ça va pas être entièrement vrai à 100 %, je suis déjà
plus sûre qu’il y a déjà une autre part de vérité dedans. »).

PRODUCTION ORALE

Page 22
Questions 7-8
[en groupe classe]
Demander aux apprenants quel type de lecteur ils sont. Opposer le traitement émotif de l’information à
celui raisonné. Leur demander pourquoi il est important de ne pas partager sous le simple coup de l’émotion
et de vérifier et recouper les informations avant de les partager. Pour aller plus loin : activité 5 du cahier
d’activités, p. 22.
Propositions de corrigés :
7 Réponses libres.
8 Réponses libres.

IDÉE POUR LA CLASSE


[en sous-groupes et mise en commun en groupe classe]
Faire chercher aux apprenants des informations sur différents sites internet. Leur faire ensuite rédiger un
bref article semblant le plus vraisemblable possible. Plus leur article sera précis, plus il gagnera en crédibilité.
Dates, statistiques, paroles rapportées, témoignages de spécialistes sont les clés de la véracité. Les apprenants
liront ensuite leur article devant le reste de la classe et chacun devra dire quelle information est vraie ou
fausse. Ils peuvent aussi inventer un événement de toute pièce. Chacun devra justifier pourquoi il a cru ou
non aux informations rapportées.
Question 9 - Mini-exposé
[en sous-groupes]

19
FOCUS Méthodologie
Conseils pour l’exposé
- Bien le préparer : une bonne préparation diminue le sentiment d’angoisse. Laissez-vous du temps pour
bien comprendre le thème et trouver la bonne problématique. Faire des recherches si nécessaire. Vous
aurez ensuite plus de facilité à regarder vos auditeurs.
- Préparer des fiches : ne notez pas tout ce que vous voulez dire. Vos yeux ne doivent pas être rivés sur
vos notes. Rédigez plutôt sous forme de notes bien construites et aérées. Il est possible de rédiger
l’introduction et la conclusion entièrement si vous êtes trop stressé, cela vous permettra de commencer
avec plus d’assurance.
- Être clair : dès le début de votre intervention, présentez le sujet et annoncez votre plan. Aidez-vous du
tableau ou d’un PPT si vous le souhaitez. Mais attention, ne pas en devenir l’esclave, il est simplement là
pour souligner les points importants de votre exposé.
- S’entraîner : répétez votre intervention au préalable, en la chronométrant.
- Réfléchissez aux questions que l’on pourrait vous poser : faites une liste des questions possibles et préparer
quelques réponses qui vous aiderons à garder votre sang froid.

IDÉE POUR LA CLASSE


Distribuer des informations factices et demander aux apprenants quelle a été leur première réaction. Leur
demander ensuite de médiatiser leur réaction dans un discours structuré.

PRODUCTION ÉCRITE

Page 22
Question 10
[en sous-groupes]
Établir qui joue les rôles. Qui sera avocat et qui posera les questions. Chaque sous-groupe préparera ensuite
les questions ou les réponses lui correspondant.

IDÉE POUR LA CLASSE


[en sous-groupes et mise en commun en groupe classe]
Faire chercher aux apprenants des informations sur différents sites internet. Leur faire ensuite rédiger un
bref article semblant le plus vraisemblable possible. Plus leur article sera précis, plus il gagnera en crédibilité.
Dates, statistiques, paroles rapportées, témoignages de spécialistes sont les clés de la véracité. Les apprenants
liront ensuite leur article devant le reste de la classe et chacun devra dire quelle information est vraie ou
fausse. Ils peuvent aussi inventer un événement de toute pièce. Chacun devra justifier pourquoi il a cru ou
non aux informations rapportées.
Proposition de corrigé :
10 Exemple 1 : Ma question : Je suis enseignante et mes élèves ont créé le journal de l’école sur un blog
public. Très souvent, ils copient-collent et publient une grande partie de leurs contenus (photos, articles…)
sans en mentionner les sources. Comment publier sur Internet des contenus empruntés à d’autres sites, pour
une publication dans un cadre pédagogique ou personnel ?
Notre réponse : Sur Internet, le code de la propriété intellectuelle s’applique aussi. Il faut donc veiller à
respecter les droits relatifs aux contenus audio, vidéo, écrits qui sont réutilisés pour une reproduction sur
un site, un blog personnel ou dans le cadre d’un travail scolaire. Vos élèves devront donc obtenir l’autorisation
des auteurs des contenus pour publier sur leur blog.
Exemple 2 : Ma question : Mon employeur a inséré mon portrait sur le site internet de mon entreprise ainsi
que sur des supports de communication, sans mon consentement. Est-ce légal ? Par ailleurs, ma photo est
reprise sur les réseaux sociaux, sans mon autorisation.
Notre réponse : Ce n’est absolument pas légal. Le droit à l’image implique que chacun peut s’opposer à la
diffusion de son image. L’obtention du consentement du salarié est obligatoire, par le biais d’une autorisation
écrite. Visiblement, cela n’a pas été fait dans votre cas. Le service marketing de votre entreprise doit donc
supprimer toutes les photos de vous sur son site et ses brochures, ainsi que le cliché en ligne. Si elle ne le
fait pas, vous pouvez l’assigner en justice.

Page 23 VOCABULAIRE

Inviter les apprenants à se reporter à la page 23 vocabulaire. Leur demander de lire cette page de façon

20
THÈME
THÈME

1
2
individuelle. Souligner les mots de vocabulaire qui semblent poser le plus de difficultés aux apprenants.
Former des binômes. Demander aux apprenants de faire les activités 1, 2, 3 p. 23.

Page 23
Corrigés :
1 a.2 – b.5 – c.4 – d.1 – e.3

2 a. l’information vérifiée – b. le franc-parler – c. le propos mensonger – d. la fin du dialogue.

PRODUCTION ORALE

Page 23
Proposition de corrigé :
3 Réponses libres.

Page 24 q JEUX DE CULTURE GÉNÉRALE

Page 24
Les pages Jeux de culture générale sont une opportunité de convivialité et de respiration en cette fin de
thème. Comme tout jeu de culture générale, cela va de soi que les apprenants ne sont pas forcément au
fait des idées et informations évoquées. La finalité est de jouer et de provoquer l’envie d’en savoir plus.
Corrigés :
1 a. 2002 – b. 1835 – c. 1915 – d. 1631 – e. 1945 – f. 1995 – g. 1995 – h. 1990 – i. 1985
2 a.6 El Watan / quotidien algérien – b.5 La Presse / hebdomadaire québécois. – c.4 Le Soleil / quotidien
sénégalais. – d.1 Le Soir / quotidien belge – e.7 Le Temps / quotidien suisse. – f.2 L’Orient - Le Jour /
quotidien francophone libanais. – g.3 Le Lynx / journal hebdomadaire guinéen.
Propositions de corrigés :
3 Incroyable ! Un couple et leur fille de 4 ans se sont retrouvés bloqués dans l’ascenseur de l’aquarium de
Biarritz. L’alarme ne marchait pas et ils n’avaient pas leurs portables sur eux ! Ils ont donc passé la nuit dans
cet espace confiné avec pour seul dîner une compote ! Finalement, on les délivra à l’ouverture du musée,
le lendemain. (279 caractères)
4 a.7 France Inter / radio publique généraliste d’information et de culture.
b.5 Europe 1 / radio privée généraliste.
c.2 France Musique / radio publique de musique classique et de jazz.
d.1 Nostalgie / radio musicale de chansons des années 1970 et 1980.
e.6 France Culture / radio publique culturelle.
f.3 NRJ / radio musicale à destination des jeunes.
g.4 France Info / radio d’information continue

Cahier d’activités, p. 21-27

ENRICHIR SON LEXIQUE

Page 22
Proposition de corrigé :
5 S’indigner dans le courrier des lecteurs.

Pour commencer : Je me permets de vous écrire pour vous faire part de mon mécontentement / pour
exprimer mon mécontentement / ma colère / mon indignation… au sujet de… / Je vous écris parce que…
/ pour…
Pour rappeler la situation et exposer le problème : Suite à la publication de votre article intitulé… daté

21
du…, j’aimerais exprimer mon indignation.
Les propos mensongers de l’auteur m’ont profondément choqué. / En effet, je déplore le fait que… / le
manque de… / Cela représente un danger pour…
C’est donc pour cette raison que je vous demande des excuses, une correction, voire le retrait immédiat
des propos litigieux du journaliste.
Pour conclure : J’espère que vous prendrez les mesures nécessaires pour… / Dans l’espoir que vous
retirerez ces propos dans les plus brefs délais… / Dans l’attente de votre réponse

PRODUIRE

Voir Vous devez présenter à la classe un exposé oral sur le sujet suivant :
FICHE
MÉTHODO Pourquoi les jeunes sont-ils les premières victimes des théories du
5
EXPOSÉ ORAL

complot sur Internet ?


L’article et l’extrait d’émission de radio dans votre livre (p. 20 et 22)
servent de source documentaire pour votre exposé oral. Il faudra
en extraire des arguments et des faits pertinents en recherchant les
points clés de l’argumentation de l’auteur et des intervenants. Vous
donnerez également des arguments et des exemples personnels.

Page 27
15 Proposition de corrigé :
Plan
Problématique : Pourquoi les jeunes sont-ils les premières victimes des théories du complot sur Internet ?
Partie 1. Les causes
- Depuis Internet, évolution des pratiques pour s’informer en particulier celles de la jeunesse,
- Époque saturée d’images et d’informations,
- Diffusion de thèses conspirationnistes sur les réseaux sociaux,
- Facilité d’accès aux informations erronées, voire racistes ou terroristes,
- Absence de modération.
Partie 2. Les conséquences
- Les jeunes se détachent des médias traditionnels au profit des réseaux sociaux,
- Face au trop-plein d’informations, la jeunesse ne fait pas le tri,
- Prégnance des théories du complot auprès des jeunes,
- Défiance envers toute parole officielle.
Conclusion : L’éducation aux médias, un levier pour mieux appréhender l’information et développer
l’esprit critique des jeunes.

Exposé oral 
Fake news, théories du complot, harcèlement… Facebook et les réseaux sociaux sont souvent accusés de
ne pas suffisamment lutter contre les fausses informations ou les appels à la haine. Or, les jeunes, plus
sensibles et vulnérables à ces théories, en sont les premières victimes. Même si la diffusion de rumeurs est
aussi vieille que l’humanité, nous sommes de plus en plus exposés à de fausses nouvelles.
Dans un premier temps, nous évoquerons la facilité d’accès aux informations mensongères et aux théories
du complot sur Internet puis, dans un deuxième temps, nous tenterons de percevoir pourquoi les jeunes
sont davantage exposés à ce phénomène. En conclusion, nous verrons dans quelle mesure l’éducation
aux médias représente un levier pour mieux comprendre les mécanismes de l’information et développer
l’esprit critique des jeunes.
Depuis l’apparition d’Internet, nos pratiques quotidiennes pour nous informer ont évolué, en particulier
celles de la jeunesse actuelle qui a grandi avec Internet et en a fait son moyen d’information privilégié.
De plus, nous vivons une époque saturée d’images et d’informations où s’entremêlent le vrai et le faux. Et
avec l’avènement des réseaux sociaux, il n’a jamais été aussi facile de diffuser des thèses conspirationnistes.
La rumeur, mot dérivé du latin « rumor » et qui signifie « bruit vague, bruit qui court, nouvelle sans
certitude garantie » est sans doute le plus vieux média du monde. Internet lui donne aujourd’hui une
plus grande vitesse de propagation. On peut donc affirmer que les jeunes sont d’autant plus contaminés
par les rumeurs et les faits alternatifs qu’ils aiment exposer leurs opinions, leurs questionnements au sein
de réseaux sociaux. On peut également ajouter que l’absence de modération laisse malheureusement
souvent la place aux théories complotistes. Sur Internet, circulent trop d’informations erronées, voire

22
THÈME
2
racistes ou terroristes. Leur facilité d’accès et leur attrait auprès des jeunes sont d’autant plus inquiétants
qu’ils se détournent des médias traditionnels.
Par ailleurs, la jeunesse actuelle est davantage exposée aux fausses informations et aux théories du
complot car elle se détache des médias traditionnels au profit des réseaux sociaux qui ne sont pas des
vecteurs d’information fiables. En effet, de nombreux collégiens, lycéens, étudiants ne croient pas ce
qu’ils voient à la télévision, ou ce qu’ils lisent dans les journaux. Ils accordent davantage de crédit à toutes
les informations qu’ils trouvent sur les réseaux sociaux où le pire côtoie le meilleur. Face à ce trop-plein
d’informations, il est difficile pour un jeune de ne pas se laisser séduire par des thèses plus ou moins
fantaisistes pour comprendre le réel. Les jeunes naviguent entre le vrai et le faux, sans savoir discerner l’un
de l’autre. D’où l’écho non négligeable que trouvent auprès de ce public les théories du complot. On peut
ajouter que les enseignants constatent une vraie dégradation dans la confiance que les élèves accordent
aux médias traditionnels et aux journalistes. Il y a une sorte de défiance installée chez les élèves envers
toute parole officielle, nous apprend François Da Rocha, professeur d’histoire au lycée Jean-Moulin de
Roubaix ; ce que confirme Patricia Martin, journaliste qui participe à l’émission InterClass’. Elle s’est sentie
désarmée face aux théories douteuses que certains élèves véhiculent, n’hésitant pas à affirmer que le 11
Septembre était le fait de la CIA. Elle constate également que beaucoup de remarques conspirationnistes
des élèves sont difficiles à déconstruire car, pour ces derniers, journalistes et professeurs font partie du
« système ». En outre, François Da Rocha est souvent confronté à une remise en question de ses élèves,
notamment quand il parle des génocides et du terrorisme pendant ses cours.
En conclusion, face à l’ampleur du phénomène, l’éducation aux médias constitue donc l’un des leviers
majeurs pour relever cet immense défi. D’où l’importance des initiatives comme Interclass’ qui permettent
aux journalistes d’aller dans les classes et d’expliquer aux jeunes le métier de journaliste. Cette implication
est fondamentale car les collégiens comprennent ainsi mieux les mécanismes de l’information. Ils
apprennent également que la rigueur et l’éthique animent cette profession. Apprendre aux élèves à
mieux décrypter les informations, à en comprendre les mécanismes et surtout à développer leur esprit
critique, c’est tout l’enjeu de l’éducation aux médias et à l’information.
(687 mots)

23
TEST Thème 2

1 Complétez ces phrases par des partitifs et complément du nom. 9 points


a. L’auteur ……………….. désinformation devrait s’excuser platement.

b. Un journal ……………….. désinformation a publié un article qui fait le buzz désormais.

c. Le rédacteur en chef ……………….. un site internet se doit de vérifier ses sources.

d. La manipulation ……………….. masses passe souvent par des médias peu scrupuleux.

e. Le pourcentage ……………….. fake-news sur les réseaux sociaux est impressionnant.

f. L’équipe ……………….. France a dû faire face à plusieurs rumeurs avant la coupe du monde.

g. Le président ……………….. Grèce a été obligé d’effacer son tweet après avoir créer la polémique.

h. Je ne sais pas si je dois être en colère ou montrer ……………….. indifférence.

i. J’ai vraiment besoin ……………….. vacances.

2 Y croire ou pas ? utilisez le conditionnel ou le présent de l’indicatif selon la véracité de


ces propositions. 9 points
a. Ce tweet (avoir) ……………….. été vu plus d’un milliard de fois.

b. L’excès d’information (provoquer) ……………….. des dégâts irréversibles dans le cerveau.

c. Le lobby des escargots (avoir) ……………….. encore frappé : il (souhaiter) ……………….. réduire

la vitesse sur les routes à 5km/h.

d. Ce site mensonger (avoir) ……………….. encore publié une fake news, je viens de la lire.

e. Thomas me disait encore hier que les étudiants de sa classe (déserter) ……………….. de plus en

plus les médias traditionnels.

f. Je trouve que les esprits (être) ……………….. de moins en moins ouverts et que pourtant de plus

en plus de gens croient tout ce qu’on (raconter) ……………….. sur internet.

g. Ce canular (avoir) ……………….. coûté son poste au ministre. Il s’est vu démis de ses fonctions

dans la foulée.

3 E xposé oral 12 points EDITO C1 GUIDE PÉDAGOGIQUE - Thème 2 - test © Éditions Didier, 2019

Vous préparez un exposé et vous le présenterez au jury.

Sujet :

Vous êtes stagiaire dans la rédaction d’un journal en ligne. Le rédacteur en chef organise un débat

sur le type d’informations qui sera publié. Vous intervenez pour défendre le travail journalistique

de fond en rappelant les dangers de la désinformation.

24
THÈME
THÈME

1
3
THÈME 3   Ah la vache !
Livre, p. 25-30

3 Ah la vache ! hier
Ca
Livre de l’élève - p. 25-30 E3
THÈM

s
OBJECTIFS COMMUNICATIFS q r elever un paradoxe dans un texte littéraire d  ’


& SAVOIR-FAIRE q dialoguer sur l’abattage du bétail a c t i vi
VOCABULAIRE L’alimentation, la gastronomie : modes de
cuisson, viande, caractériser les aliments, élevage, ENRICHIR SON LEXIQUE
L’alimentation
abattage, expressions
q clarifier son rapport à la cuisine CONSOLIDER SA GRAMMAIRE
PRODUCTION ORALE
qp résenter deux tableaux et un peintre français Exprimer un paradoxe
> DÉBAT
> MINI EXPOSÉ qd éterminer sa responsabilité dans les choix PRODUIRE > ESSAI
alimentaires Contribuer à un débat sur la
qp  résenter des défenseurs de la cause animale consommation de la viande
PRODUCTION ÉCRITE
> FIL DE DISCUSSION qn  ourrir la discussion sur l’humanité carnivore LES ARTICULATEURS
q échanger sur l’abattage animal
AU CŒUR DU QUOTIDIEN q exprimer son goût, bon ou mauvais

Page 25 OUVERTURE
PRODUCTION ORALE
1 Le titre de l’unité
[en groupe classe]
Afin d’entrer dans la thématique du dossier, poser les questions suivantes aux apprenants : « Connaissez-
vous le sens de cette locution ? Qu’exprime-t-elle ? ».
Expliquez le titre de l’unité.
[en groupe classe]
Elle exprime la surprise, le choc, l’admiration ou le dépit. Elle proviendrait du XVIIe siècle lorsque les bouviers
amenaient les vaches en ville pour assurer la vente de lait frais. Ce substantif est également très populaire
sous sa forme adverbiale « vachement », qui signifie « extrêmement », « drôlement », « très ».
Quels sont les thèmes de cette unité ?
L’alimentation, les modes de cuisson, les aliments, l’humanité carnivore, le rapport aux animaux, à l’élevage
et à l’abattage.

2 La photographie
[en groupe classe]
Décrivez la photographie et donnez-en une interprétation.
Description : Sur cette photographie, un homme déguisé en vache montre sa joie devant une motte d’herbe
qu’il s’apprête à manger.
Interprétation : Il semble ici question de changement d’habitude alimentaire et plus largement du regard
que l’homme porte sur son alimentation, en particulier sur les aliments carnés. En effet, la consommation
de viande est très souvent remise en cause dans les pays industrialisés en tant que facteur aggravant de
pollution et de maladies cardiovasculaires. Sur cette image, la joie exprimée par l’homme déguisé prend en
effet à revers les habitudes alimentaires, en en faisant non pas un omnivore mais bien un herbivore.

IDÉE POUR LA CLASSE


[en sous-groupes et mise en commun en groupe classe]
Voici quelques expressions françaises utilisant des animaux. Distribuer ce tableau prédécoupé par sous-
groupe et demander aux apprenants de mettre ensemble chaque expression avec sa signification.

25
Fait de refuser par faiblesse de voir
Un mouton de Panurge
le danger, d’affronter la réalité.

Éveiller l’attention, la méfiance


Monter sur ses grands chevaux
par un détail en apparence anodin.

Se dit d’une personne qui imite


La politique de l’autruche inconsidérément, sans esprit critique
ce qu’il voit faire par un autre.

Se mettre en colère, réagir avec virulence


Mettre la puce à l’oreille
à des propos, à une situation.

Se dit de celui qui, crédule, se fait avoir


Noyer le poisson
ou facilement ridiculiser.

Être celui qui ressort trompé et ridiculisé


Être connu comme le loup blanc d’une situation, celui que l’on dupe
dans une affaire.

Embrouiller quelqu’un ; entretenir un


Se faire prendre pour un pigeon sentiment de confusion chez
un adversaire pour lui faire perdre pied.

Être le dindon de la farce Être très connu.

Corrigés :

Fait de refuser par faiblesse de voir le danger,


La politique de l’autruche
d’affronter la réalité.
Éveiller l’attention, la méfiance par un détail en
Mettre la puce à l’oreille
apparence anodin.
Se dit d’une personne qui imite inconsidérément,
Un mouton de Panurge
sans esprit critique ce qu’il voit faire par un autre.
Se mettre en colère, réagir avec virulence à des
Monter sur ses grands chevaux
propos, à une situation.
Se dit de celui qui, crédule, se fait avoir ou
Se faire prendre pour un pigeon
facilement ridiculiser.
Être celui qui ressort trompé et ridiculisé d’une
Être le dindon de la farce
situation, celui que l’on dupe dans une affaire.
Embrouiller quelqu’un ; entretenir un sentiment de
Noyer le poisson
confusion chez un adversaire pour lui faire perdre pied.

Être connu comme le loup blanc Être très connu.

26
THÈME
THÈME

1
3
3 Les objectifs
> Préparer les apprenants à la production finale
La production finale de ce thème est un essai sous forme d’une contribution à un débat dans laquelle
l’apprenant sera invité à argumenter sur la consommation de viande dans l’alimentation. La consigne de
l’essai se trouve en p. 28 du cahier d’activités.

Voir À partir de votre analyse des extraits de Du côté de chez Swann


FICHE
MÉTHODO et de l’émission radio On va déguster, traitez l’essai argumentatif
3
suivant. L’association Bien manger bien vivre lance sur son site
ESSAI

un grand débat : « Faut-il encore consommer de la viande


aujourd’hui ? » Vous envoyez votre contribution en examinant
les différents aspects de la question et en exposant votre position
sur le sujet. (250 mots environ)

Tout au long du travail préparatoire à la production finale, il est important de se focaliser sur ce qui a semblé
être le moins aisé pour les apprenants lors des productions précédentes. Insister sur un aspect particulier de
l’essai, par exemple l’élaboration de l’introduction ou bien la structure d’un plan. Il sera intéressant dans
cette unité d’insister sur les effets de la concession (consolider sa grammaire : l’expression de la concession
p. 30 du cahier). Ce point pourra les aider à construire de manière plus générale un plan en plusieurs parties
ou bien de définir une problématique à partir d’observations contrastées. En fonction de la maturité
méthodologique de vos apprenants ou de leur degré d’expérience de ce type de production, les référer à
la fiche méthodologique dans le cahier. La passer en revue ensemble. Dans le cadre de l’essai, il s’agit de la
fiche 3 p. 6 du cahier d’activités. Les documents sélectionnés dans le livre ont pour finalité d’alimenter leur
réflexion.
FOCUS Méthodologie
Qu’est-ce qu’une problématique ?
La problématique est l’angle que vous allez choisir pour questionner un thème. Elle se présente généralement
sous forme de question et elle sert à délimiter le thème de votre argumentation. Elle vous aide à établir
un plan qui tâchera de répondre aux différents axes qu’elle soulève. Elle est principalement énoncée dans
l’introduction.
Comment la trouver ?
- Lister les mots-clés du thème proposé ;
- Lister toutes les questions soulevées par le thème ;
- Délimiter les problèmes posés et faire des hypothèses qui permettront la résolution du problème (causes,
conséquences, concessions) ;
- Synthétiser ces problèmes sous forme d’une ou plusieurs questions qui donneront envie de lire votre
essai et qui assureront la cohérence de l’ensemble de votre écrit.

Page 26 DOCUMENT A
COMPRÉHENSION ÉCRITE

Page 26

FOCUS Culture
Du côté de chez Swann est la première partie du roman À la rechercher du temps perdu de Marcel Proust,
publié en 1913. Il est divisé en trois parties : Combray, Un amour de Swann et Nom de pays : le nom. Dans
la première partie, le narrateur se souvient des séjours passés dans la maison de sa tante Léonie quand il
était enfant. La seconde se déroule avant la naissance du narrateur, nous dévoilant la relation entre Charles
Swann et Odette de Crécy. Enfin, dans la troisième partie, le narrateur fait son retour alors qu’il est âgé
de douze ans et malade. On le suit à travers sa rencontre avec Gilberte, fille d’Odette, qu’il voit régulièrement
et dont il tombe amoureux.
Ce roman tient une place bien particulière dans la littérature du XXe siècle en France, par le travail stylistique
rigoureux et la richesse de la langue que Marcel Proust a déployé. La narration au « je » est également
très complexe, et le travail de la mémoire, notamment dans la célèbre scène de la madeleine, est la base
même du développement narratif. Enfin les sensations, les odeurs, les perceptions ont une grande
importance, comme en témoigne le document A. Cf. photo p. 27 du livre.

27
Page 27
Questions 1-2-3-4-5-6

Demander aux apprenants de lire l’encadré Aide à la lecture et le document et de lire les questions de
compréhension écrite.
Attention : Le texte ici présenté est difficile. Le vocabulaire est extrêmement riche et les phrases d’une
certaine complexité. Il est important de le lire à haute-voix afin que les apprenants puissent en saisir le
rythme. Un travail préalable à la maison sur l’analyse de la structure et une recherche sur le vocabulaire
peut également être bénéfique.
Question 1
[en sous-groupes]
Demander à chaque sous-groupe d’effectuer une carte mentale selon les couleurs présentes dans le texte.
Variantes : demander aux apprenants de dessiner les asperges selon leur ressenti lié à la description.
Proposition de corrigé :
1 Termes relatifs à la couleur : vertes, outremer, rose, mauve, azur, irisations.
Le nombre de ces termes suggère que le narrateur ne considère pas les asperges comme un simple aliment
qu’il s’apprête à consommer. Au contraire, il les considère comme une véritable œuvre d’art, comme un
tableau aux couleurs subtiles et fascinantes. Notons en outre la valeur poétique de certains de ces termes,
comme « outremer » ou « azur », qui donne plus de poids encore au regard artistique porté sur ces asperges.
Question 2
[en groupe classe]
Classer au tableau les termes liés à la cuisine, à la religion et ceux évoquant la cruauté.
Pour s’exercer : activités 1 et 2 p. 28 du cahier d’activités.
Corrigé :
2 Termes relatifs à la cuisine : cuisiniers, étuver, à point, culinaires, cuves, marmites, chaudrons, poissonnières,
terrines, moules à pâtisserie, petits pots de crème, casserole, tournait à la broche, rôtir, cuisine, arrière-cuisine,
égoutté.
Termes évoquant la cruauté : tuer, fendre le cou sous l’oreille, dureté singulière, cruauté, tragédies, incidents
sanglants.
Termes liés à la religion : vertu, Charité, sainte, onction, chasuble, ciboire, componction, vertus, les mains
jointes, vitraux des églises.
Question 3
[en groupe classe]
Lister au tableau les différents qualificatifs qui servent à décrire la psychologie et les actions de Françoise
selon les trois paragraphes.
Proposition de corrigé :
3 Dans le premier paragraphe, Françoise est perçue par le narrateur comme une cuisinière extraordinaire,
une figure quasi-surnaturelle, à la force et aux compétences décuplées. Dans le second paragraphe, le
narrateur insiste sur la douceur et la vertu de Françoise : en effet, les attraits de ses préparations culinaires
sont pour le narrateur l’expression de ses qualités morales. Dans le troisième paragraphe, cependant, cette
vision positive du personnage s’inverse : le narrateur découvre en effet toute la cruauté dont Françoise est
capable pour mettre à mort un animal, et en ressent un profond dégoût.
Question 4
[en groupe classe]
Diviser le tableau en deux colonnes et y placer les formes des verbes à l’imparfait et dans l’autres les formes
au passé simple. Demander aux apprenants de rappeler les différences entre ces deux temps.
Inciter les apprenants à proposer une explication quant à leur usage dans le document A.
Proposition de corrigé :
4 Les deux premiers paragraphes dépeignent ce moment de la journée précédant le dîner où le narrateur
vient observer les préparatifs du repas. Sans surprise, c’est l’imparfait – temps de la répétition dans le passé
– qui domine. Cependant, le troisième paragraphe marque une rupture dans cette répétition, car le narrateur
découvre brutalement la cruauté dont Françoise est capable. Le paragraphe bascule alors vers le passé simple,
temps permettant de présenter un événement ponctuel dans le passé.

FOCUS Grammaire
Contrairement à d’autres langues comme l’anglais ou l’allemand, le passé en français dispose de deux

28
THÈME
THÈME

1
3
formes simples, le passé simple et l’imparfait. Le passé composé, lui, comme son nom l’indique, est un
temps composé. La différence entre ces deux temps tient, comme le montre l’usage, au fait que l’imparfait
ne tient pas compte des moments qui ont marqué le début ou la fin d’une action. En revanche, le passé
simple insiste sur une action passée dont on sait clairement qu’elle a eu un début et une fin.
Exemple :
« Françoise nettoyait les asperges » : ici, on s’intéresse à la description en cours de l’action de nettoyer.
Une autre action clairement définie dans le passé peut surgir. Par exemple avec l’ajout d’une phrase de
type « quand Thomas entra ».
« Françoise nettoya les asperges » : Cette action a clairement un début et une fin et appelle d’autres action
à venir ou des actions précédentes.
C’est pour cette raison que l’imparfait indique la plupart du temps des actions simultanées ou alternatives
alors que le passé simple indique des actions successives. Quand les deux temps interviennent dans la
même phrase, le passé simple marque une action limitée qui s’insère dans l’action illimitée décrite par
l’imparfait.
Question 5
[en groupe classe]
Reprendre les réponses données à la question 3. Dresser le portrait de Françoise et analyser la comparaison
avec les rois et reines de France. Souligner le paradoxe entre cette petite histoire « d’arrière cuisine » et la
grande Histoire. Insister sur l’opposition entre douceur et dureté. Tout au long des questions 5 et 6 : pour
s’exercer : activités 6, 7, 8, 9, 10 p. 28-32 du cahier d’activités.
Proposition de corrigé :
5 Le paradoxe présenté dans le texte concerne le personnage de Françoise. D’une part, Françoise apparaît
comme une quasi-déesse, véritable mère nourricière, source de tous les plaisirs gustatifs du narrateur. De
l’autre, elle se révèle une femme cruelle et vulgaire lors de l’épisode de la mise à mort du poulet. Le narrateur
ne parvient donc pas à concilier ces deux images.
Question 6
[en sous-groupe]
Voir avec les apprenants ce qu’ils comprennent à travers le mot calcul, emprunter aux mathématiques. Un
calcul, dans la langue courante, est une manière de s’arranger avec les faits pour obtenir une issue positive
pour soi. Dans le langage familier, on dit aussi «ne pas calculer quelqu’un», ce qui signifie qu’on l’ignore.
Proposition de corrigé :
6 Ce « lâche calcul » correspond pour le jeune Marcel au fait d’accepter que Françoise se livre à des
actes cruels pour pouvoir savourer ses délicieux repas, et notamment ses poulets. Il doit en quelque sorte
mettre de côté ses valeurs morales pour satisfaire son plaisir personnel.

PRODUCTION ORALE

Page 27
[en sous-groupes ou en binômes]

Questions 7-8
Demander aux apprenants de former des sous-groupes de profils et d’origines variés. Après avoir répondu
à la première partie de la question, leur demander d’échanger sur leurs habitudes culturelles réciproques.
Chaque membre peut présenter un autre membre du sous-groupe. Pour s’exercer : activité 11 p. 32 du cahier
d’activités.
Propositions de corrigés :
7 Réponses libres.
8 Réponses libres.

Question 9 - Mini-exposé
FOCUS Culture
« L’Asperge » est une peinture à l’huile sur toile réalisée par Édouard Manet en 1880. Elle est actuellement
au Musée d’Orsay. Le tableau, de très petites dimensions, représente une asperge posée sur une table, la
pointe violette vers gauche, la queue dépassant du rebord. Le collectionneur d’art Charles Ephrussi avait
commandé en 1880 à Édouard Manet une nature morte représentant une botte d’asperges. Il donna au

29
peintre plus que la somme convenue. Manet décide alors d’offrir un nouveau tableau à son commanditaire,
qu’il lui envoie accompagné de ce billet : « Il en manquait une à votre botte. ».
Faire rechercher sur Internet les tableaux d’Édouard Manet par les apprenants ou bien les projeter en classe.
Proposition de corrigé :
9 Réponses libres.

IDÉE POUR LA CLASSE


[en sous-groupes et mise en commun en groupe classe]
Faire faire une description de ces deux tableaux aux apprenants. Ils liront ensuite leur description et les
autres sous-groupes devront dire s’il s’agit du tableau 1 ou du tableau 2.

PRODUCTION ÉCRITE

Page 27
Question 10 - Débat
[au choix du professeur : travail individuel ou par groupes de profil type en classe ou à la maison]
Souligner l’importance d’organiser l’argumentation de cette production en fonction des différentes facettes
abordées dans la question. Rappeler l’importance de cerner, à travers le choix du plan, les conséquences
liées à la problématique explicitée, à savoir « L’humanité est-elle vouée à rester carnivore ? ».
Utiliser les compléments graphiques p. 27 pour permettre aux apprenants d’approfondir leur argumentation.
Il s’agit de deux infographies soulignant les conséquences de l’alimentation carnée. La première indique le
nombre d’animaux abattus, selon différentes catégories (bovins, ovins, volailles, porcins, caprins) et la seconde
la quantité d’eau nécessaire à l’élevage de ces mêmes catégories.
Proposition de corrigé :
10 L’humanité est-elle vouée à rester carnivore ? Rien n’est moins sûr, si l’on en croit le nombre sans cesse
plus grand de végétariens dans la société actuelle. De fait, les conséquences néfastes de la consommation
de viande sont de plus en plus nettement mises en avant, et il semble presque impossible de concevoir un
monde où l’on maintiendrait notre consommation effrénée de viande. L’élevage intensif épuise les ressources
de notre planète, qu’il s’agisse de l’eau, des forêts ou des céréales. D’autre part, cette pratique apparaît très
nocive pour le climat, car elle entraîne l’émission d’une quantité importante de gaz à effet de serre qui
contribue au réchauffement climatique, néfaste pour la planète. Enfin, l’élevage monopolise une grande
partie des terres à usage agricole, confisquant ainsi des ressources alimentaires potentielles pour les êtres
humains. Alors, ne semble-t-il pas plus raisonnable d’envisager un monde où notre consommation de viande
diminuerait, voire un monde entièrement végétarien ?
Question 11 - Fil de discussion
[au choix du professeur : travail individuel ou par sous-groupes en classe ou à la maison]
En sous-groupes, les apprenants peuvent se donner le change afin d’approfondir leurs arguments et de
créer un vrai fil de discussion. Pour s’exercer : activités 12 et 13 p. 33 du cahier d’activités.
Proposition de corrigé :
11 Personnellement, je pense que l’on consomme trop de viande et qu’il faut absolument en manger moins.
De fait, il est maintenant admis qu’une consommation excessive de viande rouge augmente les risques de
cancer. D’autre part, l’élevage intensif est nocif pour l’environnement : il entraîne la pollution de l’eau, et
contribue aussi à l’émission de gaz à effet de serre responsables du réchauffement climatique. Il faut
également savoir que l’élevage occupe un grand nombre de terres qui pourraient être utilisées pour produire
des ressources alimentaires pour les êtres humains ; on peut donc dire que l’élevage entretient indirectement
la faim dans le monde. Enfin, selon moi, la raison primordiale pour laquelle il faut absolument diminuer
notre consommation de viande, c’est la question du bien-être animal : nous ne pouvons plus tolérer la
maltraitance animale que suscitent nos habitudes alimentaires.
FOCUS Méthodologie
Il est possible d’utiliser une vraie plateforme en ligne de blog. Créez votre propre plateforme sur laquelle
les apprenants pourront échanger et mettre en avant leur production. Quelques sites (opérationnels en
2019) :
https://lewebpedagogique.com/blog-gratuit-publicite-classe/
https://fr.wordpress.com/
https://fr.wix.com/
https://www.blog4ever.com/blog-de-classe
Il sera ainsi plus simple d’archiver les productions des apprenants mais également de les placer en simulation.

30
THÈME
THÈME

1
3
Page 28 DOCUMENT B

COMPRÉHENSION ORALE

Page 28
Questions 1-2-3-4-5-6
[en groupe classe]

Avant la question 1 et l’écoute du document audio, demander aux apprenants ce qu’évoquent pour eux le
titre de l’émission « On va déguster ». Analyser également l’affiche de film et noter les propositions au
tableau. Les développer si nécessaire afin de passer en revue le vocabulaire qui pourrait être présent dans
le document. Se référer pour cela à la transcription et à la page vocabulaire p. 29.
FOCUS Culture
Inspiré par le célèbre film Mondovino film documentaire franco-américain réalisé par Jonathan Nossiter
et présenté au festival de Cannes en 2004, Franck Ribière et Vérane Frédiani, réalisateurs et producteurs
du film, ont effectué un tour du monde et parcouru 12 pays à la recherché du meilleur steak en compagnie
du boucher star Yves-Marie Le Bourdonnec pour essayer de comprendre ce qu’est une bonne viande. Ils
y abordent la viande bovine comme un produit d’exception et de luxe. Ils racontent l’histoire des plus
beaux terroirs, des meilleures races bovines, des meilleurs éleveurs, bouchers et restaurateurs. Enfin, ils
présentent les règles d’or de la cuisson du steak et le top 10 des restaurants où l’on peut déguster les
meilleurs steaks du monde.
Franck Ribière : Issu d’une famille d’éleveurs, il est passé par Sciences Po avant d’étudier le cinéma à l’ESEC.
Assistant de photographes dans la mode puis producteur exécutif de documentaires, il a ensuite dirigé
une filiale cinéma de Hachette Filipacchi avant de créer avec Vérane Frédiani La Fabrique de Films et La
Ferme Productions, deux sociétés de production de longs métrages de cinéma.
Vérane Frédiani : Diplômée de l’EDHEC, elle a été journaliste cinéma pendant presque 10 ans sur MCM,
puis Canal Plus, où elle a présenté « Le Journal du Cinéma » à la suite d’Isabelle Giordano. Elle est ensuite
passée à la distribution et à la production de longs métrages aux côtés de Franck Ribière.
Propositions de corrigés :
1 D’après Franck Ribière, la surconsommation de viande entraîne des conditions d’élevage et d’abattage
indignes pour la majorité des animaux.
2 Selon Franck Ribière, les consommateurs sont de plus en plus attentifs à la qualité de la viande qu’ils
mangent, comme ils le sont devenus pour les légumes et le vin : ils privilégient de plus en plus la qualité sur
la quantité.
3 Un « lanceur d’alerte » est un individu, un groupe ou une institution qui interpelle les pouvoirs publics
et les médias à propos d’une situation illégale ou dangereuse pour déclencher une prise de conscience
collective. Le lanceur d’alerte entend agir au nom de l’intérêt général et prend parfois lui-même des risques
importants.
4 Selon Pascal Grosdoit, une attention de plus en plus grande est portée aux conditions d’abattage des
animaux. Pour autant, Pascal Grosdoit considère qu’il ne faut pas noircir le tableau : selon lui, les dérives
dans ce secteur restent limitées.
5 Le bouvier est celui qui « est censé parler à l’oreille de l’animal et le calmer » avant que celui-ci ne soit
abattu.
6 Émilie est éleveuse de charolaises en Bourgogne. Elle revendique un élevage éthique et naturel. Ses
animaux sont nourris au foin. Cependant, Émilie se révèle incapable de les accompagner au moment de la
mort. Elle en éprouve d’ailleurs de la tristesse, et l’animal de son côté est désemparé.
7 Franck Ribière est très étonné de la réaction d’Émilie, du décalage entre le soin qu’elle apporte à l’animal
pendant sa vie et la manière dont elle l’abandonne malgré elle au moment de la mort. En outre, il déplore
ce fait non seulement pour elle, puisqu’elle semble en éprouver du chagrin, mais aussi pour l’animal et pour
la qualité de sa viande, qui s’en trouve forcément affectée.
8 Selon Franck Ribière, l’essentiel du stress de l’animal au moment de l’abattage est dû au fait de ne pas
être dans son environnement habituel.
9 D’après Franck Ribière, il faut arrêter de transporter les animaux vers les abattoirs et permettre au
contraire qu’ils puissent mourir dans leur environnement quotidien, comme cela se pratiquait avant.
10 Le camion d’abattage visité par Franck Ribière en Suède correspond à un dispositif astucieux mis en
place pour limiter au maximum le stress de l’animal au moment de la mort : l’animal croit en effet se diriger

31
vers le champ avec ses congénères et ne s’attend donc pas à mourir. L’abattage se déroule quant à lui en dix
secondes, c’est-à-dire en un laps de temps très court.

PRODUCTION ORALE
Page 28
Question 11 - Débat
[en sous-groupes ou en binômes puis en groupe classe]
Définir en groupe classe ce que signifie être responsable de ce que l’on mange et les caractéristiques d’une
personne omnivore. Composer des sous-groupes qui devront prendre position.
Voici quelques pistes de réflexion :
- Oui, nous sommes responsables de ce que l’on mange et nous avons par conséquent une responsabilité
sur les conséquences écologiques, sanitaires, les modes, la pénurie de ressources.
- Non, nous n’avons que peu de responsabilités, d’une part parce que beaucoup d’individus sur terre sont
limités par le climat local où il est parfois impossible d’élever des animaux ou de faire pousser certains
légumes. D’autre part, parce que l’économie des matières premières et de l’alimentation est globalisée et
que les choix se font à une échelle beaucoup plus large.
Noter au tableau les arguments qui relèvent de ces deux pôles et tenter en groupe classe d’arriver à une
conclusion qui pourrait être rédigée ensuite par chaque sous-groupe.

Proposition de corrigé :
11 Réponses libres.

Question 12
[en groupe classe]
Noter au tableau les différentes manières d’appréhender le rapport aux animaux qu’on les apprenants.
Diviser par type d’animaux (sauvages, élevage, domestique) et inverser ensuite les titres des colonnes afin
de voir si les qualificatifs attribués à chaque type pourraient convenir à un autre type d’animaux.

Proposition de corrigé :
12 Réponses libres.

Question 13 - Mini-exposé
[[travail individuel de recherche puis présentation en groupe classe]
Pour ce type de recherche, préciser aux apprenants de bien indiquer leur source et de les documenter. Se
référer à la page vocabulaire et les rubriques « l’élevage » et « l’abattage » p. 29.

Proposition de corrigé :
13 Réponses libres.

FOCUS Culture
L214, de son nom complet L214 éthique et animaux, est une à association à but non lucratif française
fondée en 2008, qui défend les droits des animaux et la cause végane. Son slogan est le suivant : « Parce
que les animaux sont des êtres sensibles, ouvrons les yeux sur les élevages, la pêche et les abattoirs ».
Remettant en question les rapports qu’entretient la société avec les animaux, L214 se consacre
particulièrement à la défense des animaux de production, utilisés pour la consommation alimentaire
humaine (viande, lait, œufs, poisson). L’association allie une approche welfariste (campagnes pour les
œufs plein air) à des visées plus abolitionnistes (marche pour la fermeture des abattoirs, promotion du
véganisme) voire l’antispécisme. Elle tire son nom de l’article L214-1 du Code rural et de la pêche maritime,
dans lequel les animaux sont pour la première fois désignés comme « êtres sensibles » dans le droit français :
« Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles
avec les impératifs biologiques de son espèce ».

PRODUCTION ÉCRITE

Page 28

32
THÈME
THÈME

1
3
Question 14 - Fil de discussion
[au choix du professeur : travail individuel ou par sous-groupes en classe ou à la maison]
Sur le blog de votre de classe, ou en groupe classe, faire rédiger des avis et commentaires structurés sur le
thème indiqué. Demander aux apprenants de souligner les paradoxes liés à l’abattage des animaux d’élevages.
Reprendre les arguments précédemment utilisés lors des questions de production orale et en vous appuyant
sur les exercices 11, 12, 13 et 14 du cahier d’activités.
Proposition de corrigé :
14 Selon moi, l’abattage animal n’est pas un crime. Certes, il s’agit de mettre à mort des animaux, ce qui
n’est pas un acte anodin. Mais parler de « crime », c’est désigner un acte illégal très sévèrement réprimé
par la loi, ou d’un acte immoral extrêmement répréhensible. Or s’il ne tombe pas sous le coup de la loi,
l’abattage ne me semble pas non plus constituer une atteinte à la morale. De fait, devrait-on appeler
« crime » la mise à mort de fourmis par un tamanoir cherchant à se nourrir ? Certes, l’abattage des animaux
par l’être humain est une pratique différente car industrielle. Mais souvenons-nous aussi que l’élevage
alimentaire permet de maintenir en vie beaucoup d’espèces qui sinon disparaîtraient. En un mot, d’après
moi, l’abattage animal n’est pas un crime.

Page 29 VOCABULAIRE
Page 29
Utiliser cette page tout au long du thème. Ne pas hésiter à y faire référence dès que c’est nécessaire sous
forme d’aller-retour. Pour s’exercer : activités 3, 4, 5 p. 29 du cahier d’activités.
Corrigés :

1 Partie d’animal : les abats : l’amourette (f.), la cervelle, le cœur, le foie, la fraise, les joues, la langue, le
mou, le museau, les oreilles, le palais, les pieds, la queue, la rate, le ris, les rognons, la tête, les tripes ; le
carré d’agneau ; l’escalope (f.) ; le gigot ; le jarret ; la selle.
Type d’animal : l’agneau de lait (m.) ; le gibier à poils : la biche, le cerf, le chevreuil, le daim, le lapin
de garenne, le lièvre, le sanglier ; le gibier à plumes : la bécasse, la caille, le faisan, la grive, l’oie (f.),
la perdrix ; la volaille : la caille, le canard, le chapon, la dinde, le faisan, le pigeon, l’oie, la pintade, la
poularde, la poule.
Type de viande : la viande blanche : le lapin, le porc, le veau ; la volaille : la caille, le canard, le chapon, la
dinde, le faisan, le pigeon, l’oie, la pintade, la poularde, la poule ; la viande rouge : les abats, l’agneau, le
bœuf, le cheval, le gibier, le mouton.

2 Mots : aigre-doux, doux-amer.

Phrases : J’aime la saveur subtile de ces oranges aigres-douces. Il était mélancolique : des pensées aigres-
douces le traversaient. Cette liqueur est faite à partir d’écorces d’oranges douces-amères. Des pensées
douces-amères, à la fois source de plaisir et de chagrin, l’occupaient constamment.

3 Termes désignant un goût désagréable : âcre ; rance, aigre ; amer, insipide, faisandée.

4 Termes désignant un goût : âcre, acidulé, affiné, aigre-doux, relevé, acide, aigre, amer, insipide, salé,
sucré.
Termes désignant une texture : onctueux, tendre.
Termes désignant un mode de préparation : casher ; halal ; maturée.

5 Réponses libres.

6 Réponses libres.

7 a. Elle mange son pain noir. – b. Elle a du pot. – c. Cela ne mange pas de pain. – d. Elle mange les
pissenlits par la racine. – e. Elle a mangé du lion. – f. Elle mange à tous les râteliers.

IDÉE POUR LA CLASSE


[en sous-groupes et mise en commun en groupe classe]
Jeu de rôles. Imaginez une situation au restaurant où deux personnes végétariennes commandent dans un
restaurant spécialisé dans les viandes. Possibilité d’inverser la situation.
Rédiger un menu que les apprenants devront présenter à des clients difficiles.

33
Présenter un tableau de Franz Snyders (Anvers, 11 novembre 1579 - id. 19 août 1657), peintre baroque
flamand né à Anvers, maître des natures mortes et de la peinture animalière et élève de Pieter Bruegel le
Jeune et de Hendrick van Balen. Vous pouvez présenter :
Table de cuisine avec gibier et légumes, XVIIe siècle, Franz Snyders, Musée des Beaux-Arts de Lyon.
Utiliser le vocabulaire de la page 29 pour décrire les différents éléments présents sur le tableau. Demander
aux apprenants quel effet cela leur provoque.

Page 30 AU CŒUR DU QUOTIDIEN

Page 30
Questions 1-2-3

1 L’illustration réalisée par Voutch, dessinateur d’humour français, montre quatre personnages : à
gauche, une famille composée d’un homme, d’une femme et d’un enfant en bas âge, et à droite une
femme seule. Ceux-ci se trouvent dans un supermarché, au rayon charcuterie. L’homme a saisi des merguez
en promotion, mais sa femme se récrie, arguant qu’ils n’ont pas suffisamment mesuré les conséquences
de ce possible achat. L’enfant, assis dans le caddie, est quant à lui indifférent à la discussion. Pendant ce
temps, la femme de droite effectue tranquillement son choix parmi les différents produits.

2 L’auteur s’appuie à la fois sur l’image et sur le texte pour susciter le rire ou le sourire. De fait, le
comique de la scène provient du décalage entre le caractère banal et prosaïque du lieu (un supermarché)
et de l’activité (l’achat de merguez) représentés sur le dessin, et la remarque emphatique concernant
toutes les conséquences de cet acte. Pour le dire autrement, les inquiétudes de la femme apparaissent
démesurées face au caractère dérisoire de l’enjeu. On peut ainsi supposer que l’auteur veut tourner en
ridicule les cas de conscience des consommateurs face à leurs achats.

3 Proposition de corrigé  : Personnellement, je m’identifie plutôt à la femme soucieuse de la qualité


des produits qu’elle achète et attentive aux multiples conséquences de ses choix de consommatrice qu’à
l’homme prêt à acheter de la viande de mauvaise qualité parce qu’elle est en promotion.

COMPRÉHENSION ORALE
Page 30
Questions 4-5-6

Propositions de corrigés :

4 La locutrice apprécie visiblement les traditions liées à Noël, mais préfère la simplicité à un repas trop
copieux dont les plats ne s’accorderaient pas les uns aux autres.

5 La nourriture n’apparaît ici que comme un élément parmi d’autres dans la préparation de cette fête
de Noël. En effet, la locutrice se montre également très soucieux de la manière dont la table est dressée,
de la beauté du repas qu’elle servira.

6 À la fin du passage, la locutrice raconte qu’elle confie à son fils le soin de décorer la bûche de Noël
de petites figurines. Elle raconte en outre qu’elle-même aimait déjà cette activité lorsqu’elle était enfant.
Cela crée donc un double lien, d’une part avec sa propre enfance, d’autre part avec son fils, puisqu’elle
partage avec lui une activité qu’elle aime et lui transmet les traditions.

PRODUCTION ORALE

Page 31
Questions 7-8-9
Propositions de corrigés :
7 Réponses libres.
8 Réponses libres.
9 Réponses libres.

34
THÈME
3
Cahier d’activités, p. 28-34

PRODUIRE

Page 32

Voir L’association Bien manger bien vivre lance sur son site un grand
FICHE
MÉTHODO débat : « Faut-il encore consommer de la viande aujourd’hui ? ».
ESSAI

3
Vous envoyez votre contribution en examinant les différents
aspects de la question et en exposant votre position sur le sujet.
(250 mots environ)

Page 34
14 Proposition de corrigé :
Plan
Introduction
Partie 1. Pourquoi manger de la viande ?
1.1. La consommation de viande : un fait culturel ancré dans certaines traditions.
1.2. La viande : un apport protéique important.
1.3. La viande : un plaisir gastronomique.
Partie 2. Les problèmes suscités par la consommation de viande
2.1. La mise à mort d’animaux.
2.2. Les mauvaises conditions d’élevage et d’abattage des animaux.
2.3. Une viande de mauvaise qualité.
Partie 3. Les différentes façons de remédier à ces problèmes
3.1. Le choix de consommer moins de viande.
3.2. Le choix de consommer de la viande provenant d’animaux élevés dans des conditions décentes.
3.3. Le choix de consommer de la viande provenant d’animaux abattus dans des conditions satisfaisantes.
Conclusion

Texte rédigé 
Alors que dans les siècles précédents, la consommation de viande était un signe de richesse, nos
contemporains semblent s’interroger de plus en plus sur la nécessité de cette pratique. Les raisons de
consommer de la viande me semblent pourtant nombreuses. Tout d’abord, il s’agit d’un fait culturel ancré
dans certaines traditions, comme l’agneau de Pâques dans les religions chrétienne et juive. En outre, la
viande représente un apport protéique important. Sans compter qu’un bon plat de viande peut apporter
un plaisir gastronomique certain. Songeons par exemple au narrateur de la Recherche du temps perdu,
Marcel, face aux succulents poulets de Françoise.
Cependant, le fait de manger de la viande pose de nombreux problèmes. Tout d’abord, le fait de tuer des
animaux choque bon nombre de personnes : comme le jeune Marcel, scandalisé lorsqu’il réalise que les
poulets que lui prépare Françoise sont mis à mort de façon violente. Les fréquentes mauvaises conditions
d’élevage et d’abattage des animaux posent également un véritable problème éthique, sans compter que
cela détériore la qualité de la viande.
Il me semble néanmoins possible de remédier à ces problèmes sans renoncer à manger de la viande. En
effet, on peut tout d’abord choisir de réduire sa consommation. On peut également être attentif au fait de
consommer des animaux élevés dans des conditions décentes comme c’est le cas dans la filière biologique
d’une part et abattus dans des conditions satisfaisantes d’autre part. Ainsi Franck Ribière évoque-t-il ce
camion d’abattage dont les animaux sortent sans pouvoir prévoir le sort fatal qui leur est réservé.
Je pense quant à moi qu’il serait regrettable de renoncer complètement à la viande : consommons moins
et mieux, voilà la solution.
(278 mots)

35
TEST Thème 3

1 Opposition et concession. Complétez avec le terme qui convient : Quitte à, avoir beau,
quoique, si… que, bien que, il n’en demeure pas moins que, or, encore que, même si
9 points
a. ……………….. gourmand ……………….. il soit, il n’a pas réussi à finir son plat.

b. ……………….. je sois désormais végétarien, l’odeur de la viande grillée me fait parfois saliver.

c. ……………….. l’on fasse, il y aura toujours des animaux maltraités.

d. J’ai vraiment l’impression que c’est un steak, ……………….. c’est du tofu !

e. ……………….. ne manger que des légumes, je n’arrive pas à maigrir.

f. J’ai décidé de manger plus sainement, ……………….. dépenser plus.

g. ……………….. la condition animale s’est améliorée, ……………….. l’on continue à tuer des animaux

pour notre propre consommation.

h. Ce gibier est très bon, ……………….. un peu trop cuit.

2 Sens propre ou sens figuré ? Dites si les phrases sont au sens propre ou au sens figuré.
9 points
a. Je t’ai laissé du pain sur la table : ……………….. / Tu as du pain sur la planche : ………………..

b. Il est vraiment soupe au lait : ……………….. / Il m’a fait une bonne soupe avec du lait : ………………..

c. Sans faire attention, j’ai marché sur un œuf : ……………….. / Avec lui, on a toujours l’impression

de marcher sur des œufs : ………………..

d. Notre discussion a tourné au vinaigre : ……………….. / Nous mangions et il m’a fait boire un vin

vinaigré : ………………..

e. Ce petit bonus me permettra de mettre du beurre dans les épinards : ……………….. / J’ai mis de

la crème fraîche dans mes épinards : ………………..

f. J’ai mis mon pied dans le bol du chat ! : ……………….. / Sans faire exprès, j’ai mis les pieds dans le

plat : ………………..

EDITO C1 GUIDE PÉDAGOGIQUE - Thème 3 - test © Éditions Didier, 2019


3 Exposé oral 12 points
Vous préparez un exposé et vous le présenterez au jury.

Sujet :

Un ami vous invite au restaurant. Vous lui annoncez votre volonté de devenir végétarien. Vous savez

qu’il est contre et vous cherchez à défendre votre choix tout en lui précisant les impacts négatifs de

la consommation de viande sur l’environnement et la santé.

36
THÈME
THÈME

1
4
THÈME 4   La mémoire dans la peau
Livre, p. 31-38

4 L a mémoire Ca
hier
dans la peau THÈM
E4

s
d  ’


Livre de l’élève - p. 31-38 a c t i vi

OBJECTIFS COMMUNICATIFS q approfondir ses connaissances scientifiques sur ENRICHIR SON LEXIQUE
& SAVOIR-FAIRE la mémoire La mémoire
q décrire des techniques de mémorisation
CONSOLIDER SA GRAMMAIRE
VOCABULAIRE La mémoire : types, données, description, ressasser,
Sonder le système pronominal
perte, maladie, commémorer, expressions
q tester des techniques pour mémoriser et oublier PRODUIRE > SYNTHÈSE
PRODUCTION ORALE Synthétiser deux textes
> DÉBAT q dévoiler sa madeleine de Proust
scientifiques sur la
> MINI EXPOSÉ q méditer sur le droit à l’oubli mémorisation
qe xposer un état des lieux d’une maladie
cérébrale
PRODUCTION ÉCRITE qp
 artager ses techniques de mémorisation auprès
> FIL DE DISCUSSION d’un journal de l’université
qd
 ébattre du poids des souvenirs

AU CŒUR DU QUOTIDIEN q rassurer quelqu’un

Page 31 OUVERTURE
PRODUCTION ORALE

1 Le titre de l’unité
[en groupe classe puis par sous-groupes]
Pour entrer dans le thème, demander aux apprenants s’ils ont une bonne mémoire, s’ils retiennent facilement
des informations, de quels types, ou si, au contraire, ils oublient vite, s’ils se souviennent plutôt d’informations
anciennes ou récentes. Former des groupes par profils type, et chaque groupe essaie de proposer des
explications à sa situation (« J’oublie les prénoms des gens que je rencontre mais pas les visages car j’ai
l’habitude de "photographier" les visages, etc. »).
Expliquez le titre de l’unité.
[en groupe classe]

FOCUS Culture
La Mémoire dans la peau est un roman d’espionnage écrit par l’écrivain américain Robert Ludlum et publié
en 1980. C’est le premier tome d’une trilogie adaptée au cinéma. Il raconte l’histoire d’un amnésique,
Jason Bourne, qui cherche son identité, tout en étant poursuivi par différents tueurs. Le début du roman
révèle que le héros a une puce dans le corps qui lui ouvre les portes de son passé et de sa mémoire.
L’expression peut faire penser à une expression proche « avoir quelque chose ou quelqu’un dans la peau »
qui signifie « être passionné ou amoureux ».
Quels sont les thèmes de cette unité ?
La mémoire, le souvenir, les stratégies pour se souvenir, les différents types de mémoire.

2 La photographie
[en groupe classe]
Décrivez la photographie et donnez-en une interprétation.
Description : il s’agit d’une femme en plan rapproché. Son expression (bouche serrée et yeux regardant vers
un angle) et son geste (index pointé vers sa chevelure) sont marqués. Les couleurs et le style de ses cheveux,
de son chemisier et de son foulard évoquent une époque passée (les années 1960-1970).

37
Interprétation : la femme semble réfléchir, s’interroger, chercher un souvenir. Elle est en pleine réflexion et
non tournée vers les autres.
Demander aux apprenants s’ils se retrouvent dans cette photographie : ont-ils souvent cette pose ? Dans
quelles situations ? Leur demander de faire des hypothèses sur les réflexions de la femme pouvant la conduire
à avoir cette expression.

3 Les objectifs
> Préparer les apprenants à la production finale
La production finale de ce thème est une synthèse. L’apprenant devra synthétiser les idées des deux textes
présents p. 32 et 33 du livre. La consigne de la production finale se trouve en p. 35 du cahier d’activités.

Voir Après avoir étoffé vos compétences lexicales sur le thème de la


SYNTHÈSE

FICHE
MÉTHODO mémoire, rafraîchi et complété vos connaissances sur le système
4 pronominal, vous examinerez en détail les textes du livre (p. 32-33)
afin d’en produire une synthèse efficace. (220 mots environ)

Tout au long du travail sur les documents écrits du thème, inciter les apprenants à relever les points communs
et les différences entre les deux textes afin de les aider à préparer la synthèse. Lorsque vous le jugerez utile,
les renvoyer à la fiche méthodologique dans le cahier. Dans le cadre de la synthèse, il s’agit de la fiche 4,
p. 8 et 9 du cahier d’activités.

Pages 32-33 DOCUMENTS A ET B


Page 32
Titre du document A :
[en groupe classe]
Demander aux apprenants de lire le titre du texte et de l’interpréter : à quoi est comparée la mémoire ?
L’illustration :
[en groupe classe]
Décrivez la photographie et donnez-en une interprétation.
Description : il s’agit du profil du cerveau d’une personne. Son crâne est scindé en plusieurs parties représentées
par des scènes variées : des roues, des courbes, une projection, un écran. Le tout est très cloisonné et
technique.
Interprétation : l’illustration laisse penser que le mécanisme du cerveau humain est complexe, subtil et
propre à chaque individu.
Demander aux apprenants s’ils se représentent leur cerveau sous cette image, ou une autre, et dans ce cas,
la décrire.

FOCUS Culture
Le document A fait référence à la civilisation gréco-romaine représentée par différentes caractéristiques
sociales, politiques, philosophiques, scientifiques et culturelles développées pendant la Grèce antique et
la Rome antique, et à Cicéron, un homme d’état romain, un avocat et un écrivain latin qui a vécu au Ier
siècle avant notre ère.
L’étude citée a été publiée dans une revue mensuelle scientifique spécialisée dans le domaine des
neurosciences, de la biologie cellulaire, de la biologie moléculaire, de la génétique, et de la physiologie.
Cette revue existe depuis 1988 et est publiée en langue anglaise.
L’article est extrait du quotidien suisse Le Temps, un journal qui relève de la presse généraliste francophone.
Le professeur interviewé dans l’article est un spécialiste du service de neurologie du Centre hospitalier
universitaire vaudois (CHUV) situé dans la ville de Lausanne.

Titre du document B :
[en groupe classe]
Demander aux apprenants de lire le titre du texte et de l’interpréter : comment comprendre l’expression
« le Palais de la mémoire » ? Proposer des explications au choix du mot « palais » (et pas « maison »).

38
THÈME
THÈME

1
4
L’illustration :
[en groupe classe]
Décrivez l’illustration et donnez-en une interprétation.
Description : il s’agit de la première de couverture d’un ouvrage signé Sébastien Martinez. Le titre complet
est Une mémoire infaillible : Briller en société sans sortir son smartphone. Le roman a paru en 2016.
L’illustration représente Superman, un super-héros de bande dessinée américaine appartenant à un monde
imaginaire. L’apparence du personnage est très notable : un costume composé d’un justaucorps rouge, bleu
et jaune, de collants et de bottes moulantes, d’une ceinture, avec une cape. Sur son torse, le dessin habituel
(un « S » rouge sur un écu jaune) a été détourné : la lettre « M » remplace la lettre « S ».
Interprétation : la lettre « M » sur le torse du super-héros est peut-être le mot « mémoire ». On associe les
super-pouvoirs à la mémoire pour signifier qu’avoir une bonne mémoire est une capacité (sur)humaine.

FOCUS Culture
Le document B fait référence à Dean Peterson, journaliste et producteur de vidéos américain qui publie
dans la revue américaine Vox.
L’ouvrage Moby Dick, que Dean Peterson déclare avoir appris par cœur grâce au « palais de la mémoire »,
est un roman américain écrit par Herman Melville. Il a paru en 1851 et son titre provient du surnom donné
à un grand cachalot blanc, héros de l’intrigue. C’est un roman volumineux (plus de 700 pages), donc
particulièrement difficile à mémoriser.
L’article est extrait d’un magazine mensuel français de vulgarisation scientifique. Il a été créé en 1947 et
traite de l’actualité en sciences.
Illustration : l’ouvrage est de Michel Cymes, médecin et chirurgien français spécialisé dans l’ORL et animateur
de radio et de télévision, et de Sébastien Martinez, ingénieur diplômé par la prestigieuse école des mines
et formateur dans le domaine de la mémoire.

COMPRÉHENSION ÉCRITE

Page 34
Questions 1-2-3-4-5
[en groupe classe]

Demander aux apprenants de lire les questions de compréhension écrite.


Question 1
[travail individuel]
Les apprenants travaillent individuellement et rédigent la problématique commune des deux textes avant
de l’énoncer à voix haute. Cette première réflexion amorce le travail de la synthèse.
Proposition de corrigé :
1 Problématique : Quelles techniques permettent de renforcer les capacités de mémorisation d’un individu ?

Question 2
[en binômes]
Les apprenants travaillent par petits groupes : l’un expose la technique du « palais de la mémoire » à l’autre
qui complète, si besoin. Faire remarquer aux apprenants l’existence ancienne de cette technique déjà citée
par Cicéron.
Préciser ce qu’on attend quand on demande « avec vos propres mots » : il ne s’agit pas ici de reprendre le
texte, mais d’expliquer en utilisant des synonymes, des périphrases, des structures personnelles.
Proposition de corrigé :
2 La technique du palais de la mémoire fait appel à notre imagination. On doit se représenter un endroit que
nous connaissons bien, y placer les éléments à mémoriser, un peu comme on placerait des meubles ou des objets
dans une pièce. Puis il faut inventer un parcours, un itinéraire pour relier tous ces objets, et ainsi réussir à les
mémoriser. Les textes présentent deux autres méthodes mnémotechniques : la méthode SEL et la méthode SAC.
Points communs : Rôle de l’imagination - Idée de familiarité des éléments
Différence : Méthode SEL = Plutôt pour des listes d’objets. Fait appel aux cinq sens.
Logique de narration : Rappel de l’enfance / Méthode SAC = Plutôt pour des concepts. Fait appel aux cinq sens.
Question 3
[individuel]

39
Les apprenants travaillent individuellement et rédigent une possible reformulation en veillant à utiliser
leurs propres mots. L’expression « M. Tout-le-monde » s’oppose à l’image présente sur l’illustration : le
super-héros Superman.
Proposition de corrigé :
3 Chaque individu, même s’il a des capacités mnésiques tout à fait dans la moyenne, est capable de les
améliorer considérablement. Cependant, cela ne se fait pas sans effort, mais au prix d’exercices réguliers et
fréquents.
Question 4
[en binômes]
Les apprenants travaillent par petits groupes et recherchent ensemble les éléments persuasifs.
Proposition de corrigé :
4 Les éléments persuasifs du texte sont les suivants : la référence à l’Antiquité (Cicéron, Rome) ; la citation
d’une étude scientifique chiffrée ; les témoignages d’experts (le neurologue J.-F. Démonet, le champion de
mémoire S. Martinez, le professeur Eustache) ; la description détaillée de la démarche à suivre (comme un
mode d’emploi) ; des exemples précis, concrets (le journaliste D. Peterson et Moby Dick, la ville de Minsk).
Question 5
[individuel]
Les apprenants préparent individuellement pendant quelques minutes leur présentation et recherchent un
exemple personnel. Un apprenant expose la méthode SAC à la classe, puis les apprenants volontaires la
testent avec l’exemple personnel choisi.
Proposition de corrigé :
5 Les étapes de la méthode SAC :
1. sélectionner deux éléments à associer ;
2. s’approprier ces éléments en les rapprochant de mots déjà connus ;
3. inventer une histoire pour les connecter, en faisant appel aux 5 sens.
Par exemple, pour mémoriser la capitale de l’île de la Réunion (Saint-Denis), on sélectionne les deux éléments
(île de la Réunion / Saint-Denis). Puis on associe l’île de la Réunion à l’image d’une petite île où des collègues
de travail font une réunion autour d’une table, en costume cravate ou en tailleur, avec des ordinateurs. On
imagine ensuite Saint-Denis comme un saint portant dans ses mains deux nids d’oiseau. Enfin, on connecte
tous ces éléments : le saint descend du ciel au beau milieu de la réunion, et les deux oiseaux s’envolent,
semant la panique. La lumière du soleil est aveuglante, il fait très chaud, et les oiseaux poussent des cris en
s’enfuyant.

PRODUCTION ORALE

Page 34
Question 6
[en binômes]
Les apprenants sélectionnent les mots du texte et le lieu de leur palais de mémoire selon leur choix. Ils créent
leur propre palais de mémoire et discutent à la fin de l’efficacité. Les encourager également à expliquer le
choix du lieu (lieu lié à l’enfance, pourquoi ?).
Proposition de corrigé :
6 Réponses libres.

Question 7
[en binômes]

FOCUS Culture
Jacques Brel est un auteur-compositeur-interprète belge du XXe siècle. Ce grand interprète de la chanson
française s’est fait connaître grâce à de nombreux succès dont Ne me quitte pas, chanson écrite après une
rupture amoureuse en 1959.

Les apprenants discutent à partir de l’extrait de la chanson de Jacques Brel et argumentent pour défendre
leur opinion. Ils alternent en exprimant chacun leur tour un argument.
À la fin, demander aux apprenants de restituer les principaux arguments exprimés en faveur et en défaveur
en les notant au tableau dans deux colonnes.

40
THÈME
THÈME

1
4
Proposition de corrigé :
7 Réponses libres.

Question 8 - Mini-exposé
[individuel]

FOCUS Culture
L’œuvre principale de l’écrivain français Marcel Proust qui vécut au XXe siècle est une suite romanesque
intitulée À la recherche du temps perdu, publiée de 1913 à 1927. En sept tomes, l’auteur mène une
réflexion sur la littérature, sur la mémoire et sur le temps. Dans le premier volume intitulé Du côté de
chez Swann, Marcel Proust raconte son expérience de mémoire involontaire : en goûtant un morceau
de madeleine trempé dans une boisson au tilleul que lui donnait autrefois sa tante à Combray, des
morceaux entiers de sa mémoire lui reviennent. L’expression « madeleine de Proust », entrée dans les
usages, désigne un élément de la vie quotidienne, un objet, un goût ou une odeur qui fait revenir un
souvenir à la mémoire de quelqu’un.
Pistes pour l’exposé : Demandez aux apprenants de réfléchir à leur « madeleine de Proust » en insistant
sur la simplicité de la réminiscence liée à un des cinq sens : vue, odorat, goût, ouïe ou toucher.
Proposition de corrigé :
8 Réponses libres.

PRODUCTION ÉCRITE

Page 34
Question 9 - Fil de discussion
[au choix du professeur : travail individuel ou par sous-groupes en classe ou à la maison]
Avant de rédiger cette production écrite, les apprenants peuvent réfléchir ensemble aux points suivants :
quel type de production est demandé ? Quel est le formalisme attendu ? Quel est le destinataire ? Quelles
formules d’appel et de congé sont attendues ?
Proposition de corrigé :
9 Bonjour ! Je suis espagnole, j’ai 24 ans, et j’étudie la biologie ici à Montréal depuis 6 mois. Tout d’abord,
il faut dire que ce n’est pas toujours évident de déterminer le type de mémoire que l’on a. Je pensais être
plutôt visuelle, comme tout le monde ! Mais j’ai découvert récemment qu’en fait j’apprends beaucoup mieux
quand j’organise un groupe de travail avec des copains de la fac que quand je potasse mes bouquins pendant
des heures. Mon astuce pour bien mémoriser mes cours de bio, c’est d’écouter les émissions scientifiques de
Radio France sur le thème à étudier. Je le fais pendant mon jogging, et ça marche super bien. Pour retenir
les mots difficiles, j’enregistre leur définition sur mon téléphone, et je les réécoute régulièrement. Et pour
apprendre le français au quotidien… trouvez-vous un amoureux québécois ! Voilà, j’espère que ces conseils
vous auront été utiles ! Monica
L’illustration
[en groupe classe]
Décrivez l’illustration.
Description : il s’agit d’un visuel sur les trois mémoires possibles : visuel, auditif ou verbal, et kinesthésique.
À chaque type de mémoire est associé une image (yeux, parole, main) et un verbe (voir, dire/entendre et
ressentir), ainsi qu’une brève explication.
Cette illustration accompagne la question 9 et permet de mieux faire comprendre aux apprenants les types
de mémoire pour retrouver la leur.

Page 35 DOCUMENT C
Titre du document C :
[en groupe classe]
Demander aux apprenants de lire le titre du texte et d’y répondre : ont-ils des idées, des pistes pour entre-
tenir leur mémoire ? Pourquoi faut-il en connaître ? À quoi cela peut-il servir ?
L’illustration :
[en groupe classe]

41
Décrivez la photographie et donnez-en une interprétation.
Description : il s’agit d’un dessin représentant une silhouette de profil qui avance. Derrière elle, on voit des
objets représentés : des fleurs, des larmes, des bulles blanche et noire, une bulle de colère, une échelle, des
nuages, un sablier, des papiers, des flèches, un visage de femme, un disque, un téléphone portable, un
triangle, une ampoule, etc.
Interprétation : les couleurs et le style des objets représentés peuvent montrer les émotions de la personne
(bulle noire avec une étoile rouge au centre = la colère). Le fait que la personne aille de l’avant et ait tous
ces éléments derrière elle peut signifier l’encombrement d’informations, d’émotions et de souvenirs dans
sa tête. D’où la nécessité d’entretenir sa mémoire.

Demandez aux apprenants ce qu’ils ressentent devant cette illustration, et comment ils représenteraient
leur mémoire s’ils devaient la dessiner.

COMPRÉHENSION ORALE

Page 35
Questions 1-2-3-4-5-6
[individuellement ou en binômes, au choix des apprenants]
Demander aux apprenants de lire les questions de compréhension orale. Les inviter à prendre des notes
pendant l’écoute. Faire écouter deux fois avec une pause entre les deux. Corriger tous ensemble pour
répondre aux questions ou compléter les réponses. Faire réécouter des extraits, si besoin.

FOCUS Culture
Grand bien vous fasse est une émission diffusée sur France Inter, une station de radio généraliste nationale
publique française du groupe Radio France. Cette émission quotidienne est présentée par Ali Rebeihi et
évoque des sujets de société, les modes de vie des Français, la psychologie, l’éducation, la santé, etc.
Dans l’émission, la romancière belge et contemporaine Amélie Nothomb, auteure prolifique qui a
notamment obtenu le Grand prix du roman de l’Académie française en 1999 pour Stupeur et tremblements,
et le philosophe français du XVIe siècle Montaigne, auteur des Essais, sont cités.
Des journalistes du journal quotidien français La Croix et du magazine mensuel féminin Santé magazine
participent à l’émission.

FOCUS Vocabulaire
La méditation facilite l’ouverture de la porte de notre inconscient et favorise la mémoire. Ce type de
technique remporte un grand succès en France. La méditation est à distinguer de la médiation : intervention
pour mettre deux parties d’accord.

Encadré « Au Fait » :
Le lire et faire réagir les apprenants sur cette maladie : est-ce, selon eux, un phénomène nouveau ? Qui
prend de l’ampleur ? Qu’en est-il dans leur pays ? Comment soigner, accompagner les personnes atteintes
de cette maladie ?
Propositions de corrigés :
1 Le journaliste se rappelle le nom de son institutrice de CP (madame Ruffié), de sa prof de français de 4e
(madame Espougne), de son prof d’économie en première B (monsieur Santamaria). Il se souvient aussi du
jour où il a failli être opéré de l’appendicite, en 1987, et de la première fois où il a visité la tour Eiffel.
2 Est-il possible d’améliorer sa mémoire, en dehors de toute pathologie neurologique ?
3 Premièrement, le sport permet d’évacuer le stress, qui n’est pas bon pour la mémoire. Deuxièmement,
c’est excellent pour l’oxygénation du cerveau. Cela stimule donc le flux sanguin, et le cerveau est mieux
nourri. Troisièmement, cela favorise la neurogenèse, c’est-à-dire la formation de nouveaux neurones,
notamment dans l’hippocampe, région importante pour la mémoire.
4 Les deux idées reçues sont : manger du poisson, c’est bon pour la mémoire, et le tabac, c’est mauvais
pour la mémoire.
5 Distraits.
6 Non. Selon le docteur Epelbaum, la méditation permet de se calmer, et donc de lutter contre l’anxiété
et le stress, qui sont des causes fréquentes des troubles de la mémoire.

42
THÈME
THÈME

1
4
PRODUCTION ORALE

Page 35
Question 7
[en sous-groupes]
Les apprenants se posent des questions parmi celles proposées, s’écoutent et se complètent. Ils choisissent
les questions et l’ordre, il n’y a pas l’obligation de traiter chaque question, mais plutôt de faire parler les
apprenants.
Proposition de corrigé :
7 Réponses libres.

Question 8 - Mini-exposé
[individuel]
Pistes pour l’exposé : laisser du temps aux apprenants de consulter Internet ou des ouvrages pour avoir des
éléments sur la situation de la maladie d’Alzheimer, éventuellement à la maison. Les inviter à suivre les
questions proposées pour organiser leur exposé. Ils peuvent faire preuve de créativité en citant les paroles
de médecin et/ou de patient pour rendre leur exposé plus vivant.
Proposition de corrigé :
8 Réponses libres.

PRODUCTION ÉCRITE

Page 35
Question 9 - Fil de discussion
[au choix du professeur : travail individuel en classe ou à la maison. Le travail préparatoire doit cependant
être réalisé en classe en binôme.]
Demander aux apprenants de se mettre par deux et de rédiger deux réponses aux questions posées. Puis,
les apprenants prennent connaissance des arguments dégagés, l’un des deux argumentera en faveur du
poids du passé sur le présent, le second défendra les vertus de la mémoire pour se construire au quotidien.
Chaque apprenant rédige ensuite un argumentaire, à partir des idées dégagées par le binôme. Rappeler
aux apprenants la nécessité d’utiliser des exemples concrets pour appuyer les arguments exposés dans la
production.
Propositions de corrigés :
9 Exemple 1 : Oui, oui, oui, mille fois oui ! Pour trouver le bonheur, il faut oublier les mauvais souvenirs,
les enterrer et mettre une pierre dessus… Quand on pense qu’il y a des secrets de famille, comme des
adultères, voire des deuils, qui pèsent sur des générations entières… En réalité, la mémoire, en général, est
un poids. La vie, c’est maintenant, aujourd’hui, pas hier. Par exemple, si on boit son café, à la pause, en se
rappelant les problèmes de la matinée, ou en pensant aux tâches qui restent à faire, on ne le savoure pas.
C’est bien simple, moi, je ne prends des photos que très rarement, et je ne regarde jamais les albums de
famille. Pourquoi s’encombrer l’esprit avec de telles vieilleries ?
Exemple 2 : Une réponse simpliste consisterait à considérer nos bons souvenirs comme des trésors, alors que
les mauvais seraient de véritables fardeaux. Pour ma part, j’affirme que tous les souvenirs, quels qu’ils soient,
sont précieux. Certes, lorsqu’un drame survient, il faut savoir se protéger en développant une mémoire
sélective, afin de ne pas revivre constamment cette souffrance. Quand le souvenir douloureux ressurgit, il
convient de donner un sens à ce chagrin : il permet de profiter pleinement des moments présents, car nous
sommes désormais conscients de leur fragilité. Ainsi, tout comme l’on apprécie mieux le bleu du ciel et la
chaleur du soleil après des journées nuageuses et grises, les bonheurs quotidiens ont une saveur plus intense
si on n’efface pas totalement la trace de certains moments désagréables.

Pages 36-37 VOCABULAIRE


Page 36
Illustration page 36 :
[en groupe classe]

43
Décrivez la photographie et donnez-en une interprétation.
Vous fait-elle penser à une illustration déjà vue dans le livre ?
Description : comme en page 32, il s’agit du profil du cerveau d’une personne. Son crâne est scindé en
plusieurs parties représentées, cette fois, par des livres.
Interprétation : l’illustration montre que les livres jouent un rôle dans la mémoire. Demander lequel aux
apprenants. Leur demander également s’ils ont déjà utilisé des livres pour mémoriser une information.
Illustration page 37 :
[en petits groupes]
Décrivez la photographie et donnez-en une interprétation.
Description : une femme est entourée de post-it de couleurs vierges. Elle est concentrée, stylo à la main.
Interprétation : les post-it, utilisés pour noter une information qu’on ne veut pas oublier, sont si nombreux
sur l’image que cela peut vouloir exprimer la peur et/ou la difficulté qu’ont certaines personnes à se souvenir.
Demander aux apprenants s’ils partagent un tel sentiment, et pourquoi.
Inviter les apprenants à se reporter aux p. 36 et 37 vocabulaire. Leur demander de lire cette page de façon
individuelle, de souligner les mots qui leur posent des difficultés (de compréhension, de construction,
etc.) et de noter les expressions qu’ils trouvent intéressantes ou originales. Relever puis expliquer les
expressions qui leur posent des difficultés, répondre à leurs questions et les encourager à réemployer dans
le cours un ou plusieurs mots présents sur la double-page.
Questions 1-2-3-4
[travail individuel puis en groupe classe]

Corrigés :

1 a. apprendre ou réciter par cœur – b. avoir une mémoire d’éléphant – c. s’inscrire/se graver dans la
mémoire
2 rafraîchir, raviver, exercer, entraîner, entretenir, cultiver, développer, consolider, renforcer, muscler,
doper sa mémoire.
3 a. mémoire tactile – b. mémoire olfactive – c. mémoire auditive – d. mémoire gustative – e. mémoire
visuelle – f. mémoire auditive.
4 a. positif : agréable, émouvant, heureux, impérissable, inoubliable, tendre – b. négatif : accablant,
douloureux, gênant, lancinant, mauvais, obsédant, obsessionnel, pénible – c. précis : indélébile,
marquant, persistant, précis – d. imprécis : confus, embrouillé, évanescent, flou, imprécis, lointain, vague.

Page 37
Question 5
[travail individuel puis en groupe classe]

Corrigé :
5 a. étourderie – b. déjà-vu – c. tombé aux oubliettes – d. sur le bout de la langue

PRODUCTION ORALE

Page 37
Question 6

IDÉE POUR LA CLASSE


[en groupe classe]
Organiser cette activité comme un jeu en constituant des équipes parmi les apprenants. Ainsi, ceux qui
possèdent une mémoire auditive ou kinesthésique ne se sentiront pas dévalorisés. Faire respecter les règles
du jeu : temps de lecture identique pour tous les groupes (1 minute) puis temps de restitution par groupe
(chaque groupe écrit sur une feuille les mots retenus). Les listes sont affichées au tableau et après vérification,
un groupe est proclamé comme ayant une « mémoire d’éléphant ». Discuter des techniques de mémorisation
choisies par les apprenants, les partager pour enrichir les capacités de mémoire de la classe.

44
THÈME
THÈME

1
4
Proposition de corrigé :
6 Réponses libres.

Page 38 AU CŒUR DU QUOTIDIEN

Page 38
Questions 1-2-3
[travail individuel puis en sous-groupes]
Ce travail peut être réalisé à l’oral ou à l’écrit, en classe ou à la maison.
Propositions de corrigés :

1 La jeune femme semble avoir des difficultés à mémoriser les informations nécessaires à la réalisation
des tâches de la vie quotidienne. On peut imaginer des notes de type « rappeler Valérie », « pressing ! »,
« dentifrice, lait, tomates », « rdv chez le médecin : le 8 mars à 16 h ».

2 Il est possible qu’elle passe beaucoup de temps devant son écran, pour travailler mais peut-être
également sur les réseaux sociaux. Cela pourrait provoquer une fatigue, et, en conséquence, des troubles
de mémoire.

3 Réponses libres.

COMPRÉHENSION ORALE
Page 38
Questions 4-5-6
[individuel]

Propositions de corrigés :

4 Le point de départ de la conversation est un questionnaire concernant les symptômes de la maladie


d’Alzheimer, que Marie a trouvé dans un magazine. Il semblerait qu’elle présente certains symptômes
décrits dans le test lorsqu’elle est en situation de stress. Cécile précise qu’elle aime avoir un fond sonore
lorsqu’elle doit se concentrer. Elle apprécie particulièrement Bach. Marie, en revanche, écoutait la bande
originale du film Le Parrain à longueur de journée pendant ses études en Italie, et aujourd’hui encore,
quand elle l’entend, le souvenir de cette époque resurgit. C’est sa madeleine de Proust.

5 j’ai lu un article sur l’Alzheimer – je sais pas ce que ça vaut ces applications – il te faut un bruit de fond
– c’est une émotion – un geste ritualisé – une fois que je mettais de la musique

6 Aïe ! (l’inquiétude), paf (une interruption par un bruit), tac tac tac (un bruit régulier, comme celui d’un
mécanisme), touf (un geste rapide), clac (le bruit du lecteur CD qui se referme).

FOCUS Culture
Le Parrain est un film américain qui date de 1972. Il s’agit d’une adaptation d’un livre éponyme. C’est
l’histoire d’une des plus grandes mafias italiennes.
Jean-Sébastien Bach est un musicien allemand du XVIIIe siècle. Il a profondément marqué la musique
classique de son époque.

FOCUS Vocabulaire
Les mots comme « truc », « chose », « machin » ou encore « bidule » et « trucmuche » sont des mots
familiers qui servent à désigner une chose quelconque qu’on ne veut pas ou qu’on ne peut pas nommer.
Un « truc » est aussi une astuce, un moyen non connu des autres.

PRODUCTION ORALE

Page 38
Question 7
[individuel]

45
Ce travail peut être réalisé à l’oral ou à l’écrit, en classe ou à la maison.
Proposition de corrigé :
7 Réponses libres.

Question 8
[en binômes]
Les jeux de rôles peuvent être organisés en simultané (tous les binômes jouent en même temps) ou
successivement pour que les apprenants voient la performance des autres.
Dans le premier cas, se déplacer parmi les binômes pour écouter les différents contenus des conversations.
Dans le second cas, les apprenants peuvent intervenir à la fin du jeu de rôle pour donner leur avis : qu’auraient-
ils ajouté à la discussion ?
Encadré « Rassurer quelqu’un »
Demander aux apprenants de lire les expressions, de souligner les mots/expressions qui leur posent des
difficultés (de compréhension, de construction, etc.) et de noter les expressions qu’ils trouvent intéressantes
ou originales. Expliquer les expressions qui leur posent des difficultés, répondre à leurs questions et insister
sur les expressions familières en donnant des exemples dans quels cas les utiliser.
Proposition de corrigé :
8 Réponses libres.

Cahier d’activités, p. 35-41

PRODUIRE

Voir Les activités suivantes vous préparent à la production d’une synthèse


FICHE
MÉTHODO des textes du livre. Pour cela, vous dégagerez les idées et les
SYNTHÈSE

4
informations essentielles qu’ils contiennent, vous les regrouperez
et les classerez en fonction de leur thème commun, et vous les
présenterez avec vos propres mots. Vous pourrez donner un titre à
votre synthèse. (200 à 240 mots environ)

Page 41
20 Proposition de corrigé :
Plan
Introduction
Partie 1. Tout le monde peut améliorer sa mémoire, même sur le long terme
- Exemple du journaliste
- Exemple de l’étude
Partie 2. Différentes méthodes mnémotechniques
- Description de la méthode du palais de mémoire
- Description des autres méthodes
Conclusion : La mémoire est une construction, un mouvement.

Texte rédigé 
Proposition de titre : Des techniques pour renforcer sa mémoire
Dès l’Antiquité, les penseurs se sont penchés sur les capacités mnésiques de l’homme et sur les techniques
mnémotechniques. Quelles sont ces méthodes, et comment expliquer leur efficacité ?
Tout homme est susceptible de développer sa mémoire, à condition de l’entraîner. Ainsi, un journaliste
affirme avoir appris par cœur des extraits du roman Moby Dick. D’un point de vue plus scientifique, une
expérience menée sur une cinquantaine de volontaires a démontré la validité de la méthode du palais

46
THÈME
4
de la mémoire, déjà décrite par Cicéron, pour améliorer durablement les aptitudes de mémorisation. En
effet, selon le professeur Eustache, cette pratique réunirait les mémoires à court et à long termes.
Mais comment fonctionne ce palais de la mémoire ? Il faut choisir un environnement familier, s’y
représenter les données à mémoriser et les placer selon un itinéraire précis, ou, d’après S. Martinez, de
façon aléatoire. D’autres techniques sont idéales pour apprendre une série d’éléments concrets, comme la
méthode SEL, qui privilégie la création d’un souvenir multisensoriel en lien avec l’enfance. En revanche, la
méthode SAC se prête mieux à la mémorisation de concepts. On sélectionne deux items à retenir, puis on
élabore une fiction faisant appel à nos souvenirs personnels pour les réunir.
En résumé, l’apprentissage se fait en boucle : la compréhension améliore la mémorisation, qui consolide
à son tour la compréhension.
(218 mots ; 224 avec le titre)

47
TEST Thème 4

1 Complétez ces paroles de chansons françaises avec les mots suivants : revient /
souvenir / flanche / mémoire / j’oublie / me souviens. 9 points
a. J’ai la mémoire qui …………………….. : j’…………………….. plus très bien. (Jeanne Moreau)

b. J’y pense et puis …………………….., j’y pense surtout quand je suis seul la nuit.

Et quand ton souvenir …………………….. me faire souffrir. (Claude François)

c. Ma …………………….. me balance le mal de votre absence,

Ce …………………….. d’enfer me brûle à cœur ouvert. (Barbara)

2 Replacez les mots dans l’ordre. 9 points


a. mémoire / dans / Gravez / votre / le.

q……………………………………………………… …………………………………… ……………………………


b. moi / sont / Mes / y / souvenirs / malgré / d’enfant / tombés.

q……………………………………………………… …………………………………… ……………………………


c. grands / en / gloire / La / élève / à / des / nation / la / hommes.

q……………………………………………………… …………………………………… ……………………………


d. d’errance / Il / devenu / force / l’est / à.

q……………………………………………………… …………………………………… ……………………………


e. il / je / Si / est / ne / doté / bonne / m’abuse, / en / d’une

q……………………………………………………… …………………………………… ……………………………


f. dans / sont / Des / les / données /lesquels / citoyens / stockées / espaces / des.

q……………………………………………………… …………………………………… ……………………………

3 E xposé oral 12 points


Vous préparez un exposé et vous le présenterez au jury.

Sujet :

Vous participez à une conférence sur la mémoire en histoire. Vous défendez la nécessité de trans- EDITO C1 GUIDE PÉDAGOGIQUE - Thème 4 - test © Éditions Didier, 2019

mettre le devoir de mémoire aux prochaines générations, tout en reconnaissant le traumatisme des

peuples concernés. Vous élaborez un exposé argumenté, clair et organisé.

48
THÈME
THÈME

1
5
THÈME 5   Vertiges de l’amour
Livre, p. 39-44

5 Vertiges de l’amour Ca
hier
E5
Livre de l’élève - p. 39-44 THÈM

s
d  ’


OBJECTIFS COMMUNICATIFS q interpréter un texte littéraire a c t i vi
& SAVOIR-FAIRE q repérer l’implicite dans le discours
L’amour : relations, symptômes, séduction, actions, ENRICHIR SON LEXIQUE
VOCABULAIRE
amour heureux, malheureux, expressions L’amour

q échanger sur le mythe de la désirabilité CONSOLIDER SA GRAMMAIRE


PRODUCTION ORALE
> DÉBAT q pointer les lieux romantiques de Paris Construire des phrases complexes
> MINI EXPOSÉ q imaginer le procès de Cupidon
PRODUIRE > ÉCRITURE CREATIVE
q partager sa vision du couple Traduire la vision de l’amour
PRODUCTION ÉCRITE q échanger des points de vues sur le remords d’un personnage fictif
> FIL DE DISCUSSION q apporter votre ressenti sur la jalousie LES ARTICULATEURS

JEUX DE CULTURE GÉNÉRALE

Page 39 OUVERTURE
PRODUCTION ORALE
1 Le titre de l’unité
[en groupe classe]
Pour entrer dans le thème, demander aux apprenants ce que représente l’amour dans leur vie, dans leur
culture, dans leur pays, ainsi que les représentations de l’amour pour eux (couleur rouge, Cupidon et sa
flèche, un cœur, la Saint-Valentin, etc.). Les faire parler de l’importance de l’amour pour les êtres humains,
selon eux, et ouvrir aux différentes amours : l’amour dans un couple, dans la famille, entre amis, pour un
pays, etc.
Expliquez le titre de l’unité.
[en groupe classe]

FOCUS Culture
« Vertiges de l’amour » est une chanson de l’auteur-compositeur-interprète français Alain Bashung. C’est
une figure importante de la chanson et du rock français de la fin du XXe siècle et du début du XXIe siècle.
Cette chanson qui date de 1981 a eu un grand succès, et a même été reprise en chanson et au cinéma.

Faire écouter la chanson aux apprenants. Leur demander ce qu’ils en pensent : est-ce une chanson d’amour,
selon eux ? Faire éventuellement analyser les paroles de la chanson qui comporte des mots familiers :
https://www.paroles.net/alain-bashung/paroles-vertige-de-l-amour.
Quels sont les thèmes de cette unité ?
L’amour, les relations entre les individus, la fidélité, l’intimité, la vision de l’amour.

2 La photographie
[en groupe classe]
Décrivez la photographie et donnez-en une interprétation.
Description : il s’agit d’un couple amoureux. Ils sont souriants et habillés élégamment. Ils ont les cheveux
gris pour l’homme et blanc pour la femme, ce qui indique un âge avancé. Ils portent tous les deux des
lunettes et de profil.
Interprétation : on peut supposer, vu leur tenue, qu’ils sont réunis pour une occasion importante (un

49
mariage ?) ou que l’amour les encourage à bien se vêtir pour l’être aimé. La position des corps (et des
lunettes) peut faire penser à un miroir.

Demander aux apprenants ce qui se dégage de cette photographie : de l’amour ? de l’amitié ? de la


complicité ? de la distance ? Et pourquoi ? Que leur inspire la position en miroir des deux personnes ?

3 Les objectifs
> Préparer les apprenants à la production finale
La production finale de ce thème est une écriture créative. L’apprenant devra produire un texte créatif en
donnant sa vision de l’amour, en s’inspirant de la façon de faire de Romain Gary présentée dans le texte
p. 40 du livre. La consigne de la production finale se trouve en p. 42 du cahier d’activités.
ÉCRITURE CRÉATIVE

Voir Après avoir parcouru différentes perspectives et réfléchi aux jeux


FICHE
MÉTHODO de l’amour dans le thème 5, vous allez à présent pouvoir écrire un
6
texte créatif dans lequel vous donnerez la vision de l’amour d’un
personnage de votre choix, à la manière de l’auteur Romain Gary.
(250 mots environ)

Tout au long du travail sur les documents du thème, inciter les apprenants à prendre des notes sur le
vocabulaire amoureux, les idées liées à la vision de l’amour, et la description d’un personnage fictif.
Les apprenants consulteront la fiche méthodologique correspondante dans le cahier. Dans ce cadre de
l’écriture créative, il s’agit de la fiche 6 p. 11 du cahier d’activités.

Page 40 DOCUMENT A
Page 40
Titre du document A :
[en groupe classe]
Demander aux apprenants de lire le titre du texte et de l’interpréter : pourquoi cette comparaison entre
« maison de l’amour » et « cachette » ?

FOCUS Vocabulaire
Rappeler le sens et l’utilisation du suffixe –ette en français. Proposer des exemples connus (camionnette,
maisonnette, fillette) et demander aux apprenants d’en citer d’autres, et/ou d’en créer.
L’illustration :
[en groupe classe]
Décrivez la photographie et donnez-en une interprétation.
Description : on voit une balance parfaitement équilibrée avec, à chaque extrémité, un personnage masculin.
À gauche, le personnage porte une tenue décontractée (blouson, jean) et à droite, le personnage porte un
costume et une cravate. Devant et au centre de la balance, se trouve un personnage féminin.
Interprétation : la position des mains de la femme et sa place dans l’image laisse penser qu’elle hésite entre
deux hommes qu’elle a littéralement « mis en balance », c’est-à-dire comparés, opposés. Ses sentiments
amoureux ne sont pas tranchés.
Faire réagir les apprenants devant cette hésitation et ce choix : qui choisir ? Comment le savoir ? Comment
en être sûr ? Que peuvent ressentir les personnes « mises en balance » ?

FOCUS Culture
La balance symbolise l’équité. Accompagnée d’un glaive, c’est le symbole de la justice. C’était également
l’objet utilisé par les commerçants pour fixer les tarifs.
L’expression « peser dans la balance » est fréquente et signifie « avoir du poids dans une décision ».
Romain Gary est un célèbre écrivain français de la seconde moitié du XXe siècle. Il est connu pour sa
production littéraire et pour l’utilisation du nom d’emprunt Émile Ajar avec lequel il a signé plusieurs
romans. Au-delà de cette limite votre ticket n’est plus valable est un de ses romans, écrit sous son nom,
en 1975.

50
THÈME
THÈME

1
5
Marylin Monroe est une actrice et chanteuse américaine du XXe siècle devenue rapidement une star
hollywoodienne. Elle symbolise un idéal féminin en raison de son physique et de son charisme.

COMPRÉHENSION ÉCRITE

Page 41
Question 1
[en groupe classe]
Demander aux apprenants de lire les questions de compréhension écrite.
En groupe classe, les apprenants répondent à cette question et leurs idées sont relevées au tableau, sans tri
particulier.

Proposition de corrigé :
1 Avant d’aborder la suite du texte, demander aux apprenants de lire le chapeau du texte (paragraphe
en vert) : en quoi/pourquoi une première rencontre peut changer une vie ? Quelles premières rencontres a
changé votre vie ? Citer de célèbres premières rencontres littéraires (exemple : la rencontre entre Frédéric
Moreau et Madame Arnoux dans L’Éducation sentimentale de Gustave Flaubert).
Le titre de l’œuvre peut évoquer un panneau informatif trouvé dans une gare ou un aéroport. Le ticket :
un titre de transport ferroviaire, tel que ceux de la RATP, ou un titre de transport aérien. La limite est dans
ce cas physique : lorsqu’un usager change de zone en région parisienne ou avant d’entrer dans une zone
internationale. Ou bien il s’agirait d’un ticket-restaurant, d’un billet de cinéma ou de théâtre avec une date
limite d’utilisation, la limite est alors temporelle. Ainsi à partir de ces deux limites, physique et temporelle,
on révèlera la véritable intention de l’œuvre : la découverte des limites du corps (physique) de l’homme mûr
à l’approche de la vieillesse (temporel).
Questions 2-3-4-5-6-7
[en sous-groupes]

Propositions de corrigés :
2 Deux facettes principales de sa personnalité se distinguent et s’opposent : d’une part un homme sûr de
lui (l. 12-15), qui n’éprouve pas de jalousie (l. 30), dévouer et entier (communion l. 24), combattif (mes luttes
l. 27), qui ne s’intéresse pas aux rumeurs (l. 34 ; l. 20), plutôt intransigeant (l. 40-47) voire même parfois
acerbe (l. 43-44 ; l. 46-47). D’autre part, on distingue un homme secret (cachette/monde à part/jardin secret
l. 14), sensible (complicité l. 16) et fragile (fêlure), perdu (je ne sais pas, déceler), blessé (fêlure, appel au
secours) qui se sent peut-être coupable de quelque chose (alibi).
3 L’auteur oppose tout d’abord « l’intime = privé » à l’exhibition de Dooley : confier (l. 4) ; confidence
(l. 9) ; jardins secrets (l. 16) ; mondes à part (l.17) ; complicité profonde (l.18) ; personne n’est admis (l. 19) ;
interviewe (l. 4) ; légendaire (l. 11) ; réputation (l. 20) ; image de marque (l. 40) ; tomber sous les yeux (l.
41) ; regards (l. 45) ; garanties de désirabilités (l. 46). Mais il oppose également les deux pans de l’intimité
du couple, l’intimité physique : fidélité (l. 23 et 31) ; contrat d’exclusivité (l. 23) ; coucher avec quelqu’un (l.
30) ; plaisir (l. 32) ; et l’intimité sentimentale : rassurer (l. 15) ; complicité profonde (l. 18) ; dévouement (l.
24) ; communion (l. 24) ; amour (l. 32).
4 Cette phrase, révélatrice du thème principal du roman, témoigne de la crainte naissante du personnage
principal : le spectre de l’impuissance. L’adverbe « encore » permet d’affirmer que si le narrateur se sentait
en pleine possession de ses moyens à l’époque, il n’en va plus de même aujourd’hui.
5 Jacques Rainier distingue deux faces à l’amour et les oppose : l’amour physique et le sentiment amoureux.
La fidélité au sentiment amoureux, la « communion » des esprits, est ce qui importe dans sa vision du couple
alors que la fidélité corporelle exemplaire n’est pas nécessaire. Il évoque la priorité de l’amour sur le plaisir
(l. 29-30). Cependant il questionne cette vision et admet que la frontière qu’il dresse entre le sentiment et
le plaisir et le rapport hiérarchique qu’il impose, peuvent être interprétés comme un manque d’amour,
puisqu’il le divise en deux finalement, ou encore être révélateur de son intention de se rassurer en faisant
primer l’amour sentimental éternel sur l’amour physique contraint par le temps. C’est donc une nouvelle
limite qu’il illustre : jusqu’où peut-on aller par amour ?
6 Le narrateur sous-entend que ces femmes se prostituent, non pas en échange d’argent mais pour tous
les attraits d’une vie luxueuse en compagnie d’hommes riches. Cette insulte sous couvert est un sarcasme.
7 Il s’agit tout d’abord dans ce roman de la terreur croissante d’un homme de ne plus pouvoir aimer sa
jeune femme en raison de son âge avancé et des subterfuges auxquels il fera appel afin de repousser
toutes les limites. Mais il s’agit aussi d’un questionnement plus large sur les limites de l’amour, du corps,
de la vie professionnelle auquel l’être humain est confronté : où mettre la limite ?

51
PRODUCTION ORALE

Page 41
[en sous-groupes ou en binômes]

Questions 8-9
Les apprenants prennent connaissance des questions individuellement pendant quelques minutes, puis
discutent par petits groupes à partir d’arguments et d’exemples éventuellement rédigés pendant leur
réflexion.

FOCUS Culture
Un couple français sur dix se rencontrerait aujourd’hui grâce à un site de rencontres, comme par exemple :
Meetic, Tinder, Happn, AdopteUnMec.

Propositions de corrigés :
8 Réponses libres.
9 Réponses libres.

Question 10 - Mini-exposé
[en groupe classe puis en sous-groupes ou individuellement]
Pistes pour l’exposé : demander aux apprenants de constituer des binômes puis de se répartir les lieux
romantiques listés. Laisser du temps aux apprenants pour qu’ils consultent Internet ou des ouvrages afin
d’avoir des éléments sur le lieu et préparer leur exposé (5 minutes par groupe). À la fin des présentations,
les apprenants choisissent le lieu le plus romantique selon eux, et expliquent pourquoi.
Bien indiquer aux apprenants de maîtriser le temps de leur exposé en suivant la fiche méthodologique 5
qui concerne l’exposé oral p. 10 du cahier d’activités.

Proposition de corrigé :
10 Réponses libres.

PRODUCTION ÉCRITE

Page 41
Question 11 - Fil de discussion
[travail individuel puis en binômes]
Avant de rédiger cette production écrite, les apprenants peuvent réfléchir aux nuances de sens des deux
mots de la question : « remord » et « regret ». Les apprenants devant réagir aux propos des autres, ils devront
se faire passer leur feuille pour y écrire et laisser les autres écrire sur la leur.
Proposition de corrigé :
11 Exemple 1 – Groupe de discussion :
Finalement, si je reformule la question, c’est : « Vaut-il mieux regretter d’avoir fait quelque chose plutôt
que de ne rien avoir fait du tout ? » Dans ce cas, je pense qu’il est préférable de vivre sa vie à cent à l’heure.
On n’en a qu’une, non ? Alors pourquoi s’ennuyer ?
Je ne pense pas que ce soit la question, pour moi ça veut plutôt dire : « Est-ce qu’on peut vivre sereinement
quand on a quelque chose sur la conscience ? » Et là, tu vois, je pense que la réponse est non, car on est la
première victime de ses trahisons au bout du compte.
Tout à fait d’accord avec B, je préfère me regarder dans le miroir droit dans les yeux tous les matins et avoir
un petit moment de nostalgie plutôt que me détester pour le restant de mes jours et ne plus pouvoir affronter
le regard de mes enfants.
Exemple 2 – Forum + commentaire :
Vaut-il mieux regretter de ne pas avoir déclaré sa flamme ou regretter d’être resté fidèle et malheureux ?
Parce que c’est d’infidélité dont il est principalement question non ? Personnellement j’ai le sentiment que
tout tourne autour de la force de l’amour pour son partenaire : quelle est la personne que vous aimez
vraiment ? Êtes-vous prêt à tout pour rester avec cette personne ? Agissez ensuite en conséquence.
Commentaire : Alors là je ne suis pas du tout d’accord avec toi ! Comment peut-on agir sous l’impulsion du
seul sentiment amoureux alors que l’on sait qu’il n’y a pas plus trompeur ? Il faut convoquer la raison dans

52
THÈME
THÈME

1
5
ce genre de dilemme : est-ce que je suis prêt à perdre tout ce que j’ai construit ? Je doute que la réponse
soit « oui ».
L’illustration
[en groupe classe]
Décrivez la photo.
Description : il s’agit d’un portrait de Romain Gary, en noir et blanc, dans un parc. Il porte un costume et a
un air sérieux.
Demander aux apprenants si cette photo de l’écrivain correspond à ce qu’ils avaient pu s’imaginer de lui en
lisant son texte p. 40.

Page 42 DOCUMENT B
Page 42
Titre du document B :
[en groupe classe]
Demander aux apprenants leur opinion sur le titre : sont-ils d’accord ? Qu’en pensent-ils ?
L’illustration :
[en groupe classe]
Décrivez la photographie et donnez-en une interprétation.
Description : il s’agit d’un couple amoureux et heureux.
Interprétation : le bonheur est représenté par des sourires, des smileys, des fleurs. Le couple semble flotter
dans les airs, l’amour mettant les gens transi sur un « petit nuage ».

Demander aux apprenants leur avis sur les représentations du bonheur : sont-elles les mêmes dans leur
pays ? Que pensent-ils de l’effet « flottant » du couple ? Qu’a voulu représenter le photographe selon eux ?

COMPRÉHENSION ORALE

Page 42
Questions 1-2-3-4-5-6
[en groupe classe]
Demander aux apprenants de lire les questions de compréhension orale. Les inviter à prendre des notes
pendant l’écoute. Faire écouter deux fois avec une pause entre les deux. Corriger tous ensemble pour
répondre aux questions ou compléter les réponses. Faire réécouter des extraits, si besoin.
Question 1
[en groupe classe]

FOCUS Vocabulaire
Poly- est un préfixe d’origine grecque qui signifie « nombreux, abondant ». Il est fréquemment utilisé en
français, par exemple : « polychrome, polycopie, polygame, polyglotte, etc. ».
Demander aux apprenants s’ils connaissent d’autres mots contenant ce suffixe, les autres apprenants
essaient de les expliquer.
Proposition de corrigé :
1 Le polyamour est le fait d’éprouver des sentiments amoureux pour plusieurs personnes et de vivre ces
relations multiples.
Questions 2-3-4-5-6
[en groupe classe]

FOCUS Culture
Mélanger l’amour, le sexe et l’amitié : un exercice pas toujours facile est une émission extraite de la radio
Radio Canada qui émet en français.

53
Propositions de corrigés :
2 Julian a beaucoup souffert au début de sa relation : bien qu’il se considérait polygame au moment de
leur rencontre, il a souhaité avoir une relation exclusive avec son amie car il en était tombé amoureux.
Pour sa part, elle n’a pas souhaité changer sa manière de vivre sa sexualité ce qui a provoqué de
l’incompréhension et de la jalousie chez Julian.
3 Tout d’abord, elle ne considère pas qu’avoir une relation sexuelle avec une autre personne est une
trahison envers son amoureux. De plus, il s’agit pour elle d’un rejet des conventions sociales imposées
particulièrement aux femmes depuis des siècles et donc une forme de révolte contre le patriarcat et les
diktats religieux.
4 Pour Myriam, l’amour est la clé de la relation de couple. Il s’agit d’une relation intime et exclusive,
toute relation intime avec une autre personne est perçue comme une trahison et une preuve de
désamour.
5 Carl explique que les relations sexuelles sans sentiments n’existent pas, qu’il y a toujours une forme
d’intimité qui se crée et l’on ressent toujours des sentiments, même s’il ne s’agit que de la reconnaissance
ou du plaisir d’être désiré. De plus, s’il est admis que l’amitié est une forme de relation sentimentale
forte, on peut alors considérer qu’il s’agit de relations intimes avec sentiments également.
6 La notion d’intimité est centrale dans le rapport sexuel, la distinction entre les individus vient ensuite
du degré d’intimité dont une personne a besoin pour considérer qu’il ou elle peut avoir une relation avec
cette personne. Si pour certains, comme Myriam, une complicité profonde est nécessaire, pour d’autres il
est suffisant de ressentir une forme de connexion lors de la rencontre.

PRODUCTION ORALE
Page 42
Question 7
[en sous-groupes]
Les apprenants se répartissent en deux groupes : avocat de l’amour sous toutes ses formes ou avocat de la
relation de couple dite « traditionnelle ». Chaque groupe réfléchit ensemble aux arguments correspondants
à sa position. Puis, par binôme opposé, les apprenants s’affrontent et défendent leur position. Circuler entre
les jeux de rôle pour prendre connaissance des contenus.

Proposition de corrigé :
7 Réponses libres.

Question 8 - Débat
[en groupe classe puis en sous-groupes]
Dans un premier temps, travailler ensemble pour réfléchir à l’évolution des mœurs. Chaque apprenant peut
s’exprimer pour dire ce qu’il a pu observer, entendre dire par ses parents, grands-parents, etc. Dans un
second temps, réunir les idées données de façon éparse pendant la discussion pour les organiser au tableau.
Enfin, dans un troisième temps, les apprenants échangent et débattent par deux en s’appuyant sur les idées
dégagées dans la phase précédente.
Rappeler aux apprenants la nécessité d’accompagner un argument par un exemple pour appuyer l’idée.

Proposition de corrigé :
8 Réponses libres.

PRODUCTION ÉCRITE

Page 42
Question 9 - Fil de discussion
[au choix du professeur : travail individuel en classe ou à la maison]
Pour préparer la production, faire réfléchir les apprenants à la notion de « preuve d’amour » : peuvent-ils
donner des exemples de preuve selon eux ? En quoi sont-elles des preuves ? La production attendue étant
un témoignage, les apprenants doivent veiller à rapporter une expérience, un souvenir, personnel ou tiré
de leur entourage pour appuyer leurs propos.

54
THÈME
THÈME

1
5
Proposition de corrigé :
9 Dans tout plaisir, il y a une part de poison. Prenez un bon repas par exemple, vous vous faites plaisir,
vous faites du bien à votre corps, mais vous ingérez aussi des toxines qui sont mauvaises pour votre santé.
Vous pouvez bien entendu choisir de manger équilibré, la part de toxine sera réduite, mais elle sera toujours
là. Selon moi, la jalousie est la part de poison de l’amour, et l’amour sans jalousie ça n’existe pas. Mais
puisque tout est une question de balance, de limite, vous pouvez choisir d’être plus ou moins équilibré, et
s’il y a plus de poison que de plaisir dans la relation, alors vous savez ce qu’il vous reste à faire.
L’illustration :
[en groupe classe]
Décrivez le dessin et donnez-en une interprétation.
Description : il s’agit d’un couple amoureux en train de s’embrasser. Il est entouré d’individus humains
portant un casque de réalité virtuelle. Ils sont habillés de la même couleur (gris). Les paroles autour de ces
individus ont comme point commun la technologie et l’utilisation de l’anglais.
Interprétation : le bonheur des couples est rare et noyé au cœur de technologies faisant croire aux différentes
facilités pour trouver l’amour.
Demander aux apprenants ce qu’ils pensent de cette représentation de l’amour et du couple : pourquoi le
dessinateur les a placés au centre de personnages robotiques ? Expliquer le choix des couleurs et l’utilisation
excessive de l’anglais.

FOCUS Vocabulaire
« Avoir un match » est une expression mêlant un verbe français et un nom anglais. Elle signifie « vous
avez une correspondance avec quelqu’un ». Le verbe « matcher » est également usité en français, même
s’il n’existe pas (il a le sens de « coïncider, correspondre »). On peut également trouver « matching »,
comme sur l’image.
« Michel vous like » est une autre expression utilisant un mot anglais (« to like ») conjugué comme un
verbe du premier groupe. Il signifie « Michel vous aime ».
« envoyer un love poke » est une autre expression utilisant la langue anglaise et signifie « envoyer à
quelqu’un un symbole exprimant qu’il vous attire, qu’il vous plaît ».

Page 43 VOCABULAIRE
Page 43
[travail individuel puis en groupe classe]
Inviter les apprenants à se reporter à la page 43 vocabulaire. Leur demander de lire cette page de façon
individuelle, de souligner les mots qui leur posent des difficultés (de compréhension, de construction, etc.)
et de noter les expressions nouvelles. Expliquer les expressions qui leur posent des difficultés et répondre
à leurs questions et les encourager.
Corrigés :
1 [en grand groupe puis en groupe classe]
Expliquer l’action de mimer aux apprenants en faisant un exemple devant eux : ils doivent retrouver le
symptôme mimé sans parler. Une fois que la consigne est claire, les placer par deux, face à face.
Alternativement, ils miment un symptôme.
2 [travail individuel puis en groupe classe]
a. vieilli – b. standard – c. vieilli – d. familier – e. familier – f. soutenu – g. familier – h. vieilli

PRODUCTION ÉCRITE

Page 43
Proposition de corrigé :
3 [en groupe classe puis travail individuel]
Avant de rédiger la lettre, dégager clairement le destinataire, le formalisme et l’objectif de la production
écrite.
Recette de merlan frit pour la Saint-Valentin : Prenez un merlan frit, tournez-lui autour avant de conter
fleurette. Une fois sur un petit nuage, faites-le vivre d’amour et d’eau fraîche, et si le merlan résiste, rendez-le

55
aveugle en sortant le tapis rouge. Une fois la prunelle obnubilée, maintenant qu’il n’a d’yeux que pour vous,
qu’il est bien envoûté, vous allez pouvoir le faire craquer. Commencez par divulguer votre cœur d’artichaut
avant de lui poser un râteau. Bourreau des cœurs, il est temps de le briser : avouez qu’il est cocu, en général
c’est le meilleur moyen pour se faire larguer. Si le merlan s’accroche, envoyez ses yeux au loin, loin du cœur
il ne ressentira plus rien. Mon amour, quand j’ai trouvé cette recette, j’ai tout de suite pensé à toi ! Allez, il
y a plein de poissons dans l’océan : une de perdue, dix de retrouvées ! Joyeuse Saint-Valentin et haut les
cœurs !

Page 44 q JEUX DE CULTURE GÉNÉRALE

Page 44
[en groupe classe ou en petits groupes]
Les pages Jeux de culture générale sont une opportunité de convivialité et de respiration en cette fin de
thème. Comme tout jeu de culture générale, cela va de soi que les apprenants ne sont pas forcément au
fait des idées et informations évoquées. La finalité est de jouer et de provoquer l’envie d’en savoir plus.
Corrigés :
1 chanter la pomme : séduire par des manières romantiques et attentionnées – accoté : être en couple
sans être marié – avoir un pain au four : être enceinte – donner un bec : donner un baiser – courir la
galipotte : rechercher des aventures amoureuses – une blonde : une petite amie – un chum : un petit ami
– se chicaner : se disputer – cruiser : draguer – minoucher : caresser.
IDÉE POUR LA CLASSE
[en sous-groupes et mise en commun en groupe classe]
Pour aller plus loin, consulter le site du magazine Babbel :
https://fr.babbel.com/fr/magazine/9-expressions-francaises-qui-parlent-d-amour/
qui propose d’autres expressions francophones autour de l’amour. (opérationnel en 2019)

2 a.1 – b.3

IDÉE POUR LA CLASSE


[en binômes puis en groupe classe]
Faire écouter les chansons citées :
L’amour à la machine d’Alain Souchon
Quand on n’a que l’amour de Jacques Brel
Et faire voter les apprenants : quelle chanson d’amour préfèrent-ils ? Pourquoi ?

3 a.2 – b.4 – c.1 – d.3

IDÉE POUR LA CLASSE


[travail individuel et mise en commun en groupe classe]
Demander aux apprenants s’ils connaissent d’autres personnages historiques connus pour leur histoire
d’amour ou leurs relations amoureuses. Chaque apprenant écrit un court descriptif qu’il lit à la classe. Les
autres apprenants essaient de deviner de quel personnage il s’agit.

56
THÈME
THÈME

1
5
Cahier d’activités, p. 42-48

ENRICHIR SON LEXIQUE

Page 43
Proposition de corrigé :
7 Tu m’as tapé dans l’œil : aveuglément
Je suis barge de toi : follement
Je te porte dans mon cœur : patiemment
Tu es ma raison de vivre : intensément
Mon cœur s’enflamme pour toi : incandescent.

PRODUIRE
ÉCRITURE CRÉATIVE

Voir Décrivez la vision de l’amour d’un personnage de votre choix, fictif


FICHE
MÉTHODO ou non fictif, au travers du récit d’une anecdote de vie, à la manière
6
de Romain Gary. (250 mots environ)

Pages 47-48

Propositions de corrigés :
16

Portrait du personnage principal

Physique : femme. Brune aux cheveux courts, Psychologique : déterminée, battante mais
silhouette élancée, taille fine, grands yeux souffrant de mélancolie chronique. Introvertie
sombres, mains délicates mais poigne ferme. Ride sur le plan personnel mais directive et
du lion, mâchoires carrées, fossette quand elle entreprenante sur le plan professionnel. Souvent
sourit. perçue comme froide et arrogante, pourtant
plutôt fragile et manque de confiance en elle.

Lieu où se déroule l’anecdote


Description matérielle : Dans une rame de Ambiance : Calme et triste. Lumière blafarde,
métro, à Paris, dans les années 1990. Station de la brume s’échappe des bouches de métro,
« Filles du Calvaire ». Hiver, brise glaciale, très tôt silence dans les couloirs. Dans le wagon :
le matin, peu de monde. bercés par le cliquetis des rames, les passagers
s’endorment à moitié sur leur siège. Regards
perdus par les fenêtres.

17 Ce jour-là, il faisait si doux. Comment oublier cette journée d’hiver ? D’humeur maussade après une longue
journée au turbin, je rentrais chez moi, bougon, grognon, ronchon, tous ces « on » qui te font horreur. Tu
avais décrété qu’il était temps que le printemps arrive et dans ta chemise à fleur, tu souriais à la vie... Je doute
pourtant : Me souriais-tu ? Il fallait à tout prix que tu entres dans ma vie et que j’arrête de tout voir en gris.
18 Qui pourrait entrevoir sous cette poigne ferme, derrière cette mâchoire crispée, ce regard déterminé,
ma profonde fragilité, comment deviner derrière la fossette de mon sourire qu’au fond je n’étais
rien avant de te rencontrer. Toi si doux, si fort, un roc solaire, moi brune orageuse aux yeux sombres,
élancée. Jamais la complémentarité du couple n’aura été si parfaitement illustrée. Vingt ans déjà que
tu es dans ma vie. De retour du bureau, au volant de mon Audi, les mains sur le volant mais les yeux
dans le vague, je cherche à revivre notre rencontre dans cette rame de métro silencieuse et triste.
Dans le wagon, bercés par le cliquetis des rames, les passagers s’endorment à moitié sur leur siège.

57
19 « Et vous n’oublierez pas de me remettre les dossiers complets de l’affaire Dupuis avant demain 10 h.
Bonne soirée Bertrand ».
Qui pourrait entrevoir sous cette poigne ferme, derrière cette mâchoire crispée, ce regard déterminé,
ma profonde fragilité ? Comment deviner derrière la fossette de mon sourire qu’au fond je n’étais rien
avant de te rencontrer ? Toi si doux, si fort, un roc solaire, moi brune orageuse aux yeux sombres, élancée.
Jamais la complémentarité du couple n’aura été si parfaitement illustrée. Vingt ans déjà que tu es dans
ma vie... De retour du bureau, au volant de mon Audi, les mains sur le volant mais les yeux dans le vague,
je cherche à revivre notre rencontre dans cette rame de métro silencieuse et triste. Dans le wagon, bercés
par le cliquetis des rames, les passagers s’endorment à moitié sur leur siège. Oui voilà, notre histoire
commence ainsi, station Filles du Calvaire, hiver 1997.
Comment oublier cette journée d’hiver où il faisait pourtant si doux ? D’humeur maussade après une
longue journée au turbin, je rentrais chez moi, bougon, grognon, ronchon, tous ces « on » qui te font
horreur. Tu avais décrété qu’il était temps que le printemps arrive et dans ta chemise à fleur, tu souriais à
la vie... Je doute pourtant : Me souriais-tu ? Il fallait à tout prix que tu entres dans ma vie et que j’arrête
de tout voir en noir.
Oh non... tout s’efface, tout s’embrume, tout est flou dans ma mémoire. Rien n’est à sa place parce que
tu ne vivais pas encore dans mon cœur. J’ai toujours perçu cette langueur au fond de moi, ce vide, ce
manque. J’ai toujours su que l’amour me comblerait. L’amour était la clé qui me permettrait de vivre.
Ça y est tout me revient : Je t’ai croisé dans le métro, je rentrais du boulot, prête au dodo. La routine
habituelle. Une fois de plus, je m’étais posé la question : et si... ? Et si je sautais ? Et si je disparaissais ? Et
si je n’étais plus : qu’est-ce que ça pourrait bien faire ? Oui, j’en étais là quand tu m’as souri, là où je ne
voyais plus à force de retenir mes larmes, à l’endroit où le fracas de la ferraille m’empêchait d’entendre
mes propres pensées, au moment où j’en avais le plus besoin : tu m’as souri. Merci.
(396 mots)

58
TEST Thème 5

1 À partir des définitions suivantes, retrouvez les expressions relatives à l’amour :


plaquer quelqu’un ; fleurette ; être sur un petit nuage ; dérouler le tapis rouge  ;
être un bourreau des cœurs ; conclure. 9 points
a. être un homme à succès q ………………..………………..………………..

b. faire la cour à quelqu’un en lui tenant des propos romantiques =

………………..………………..………………..

c. quitter quelqu’un q ………………..………………..………………..

d. faire tout le nécessaire pour séduire quelqu’un q ………………..………………..………………..

e. arriver à ses fins dans une entreprise de séduction q ………………..………………..………………..

f. être très heureux q ………………..………………..………………..

2 Comme Raymond Queneau dans son célèbre ouvrage Exercices de style, réécrivez le
texte ci-dessous en une ou deux phrases complexes et en utilisant un maximum de
connecteurs pour relier les propositions. Vous pouvez reformuler mais sans changer
le sens du texte. 9 points
Dans un bus, le narrateur rencontre un jeune homme. Son cou est long. Il est coiffé d’un chapeau

mou orné d’une tresse avec un ruban. Un autre voyageur échange quelques mots assez vifs avec cet

individu. Puis, il va s’asseoir à une autre place. Un peu plus tard, le narrateur revoit le même jeune

homme. Il se trouve dans la cour de Rome devant la gare Saint-Lazare. Il parle avec un ami. Celui-ci

lui parle de son pardessus : il doit ajuster un bouton.

…………………………………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………………………………
EDITO C1 GUIDE PÉDAGOGIQUE - Thème 5 - test © Éditions Didier, 2019
…………………………………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………………………………

3 Exposé oral 12 points


Vous préparez un exposé et vous le présenterez au jury.

Sujet :

Vous intervenez lors d’un débat sur l’amour qui pose la question : « Dans le couple, faut-il faire des

compromis ou des concessions ? ». Vous exposé votre opinion argumentée en vous appuyant sur des

justifications et des exemples concrets. Vous élaborez un exposé argumenté, clair et organisé.

59
THÈME
THÈME

1
6
THÈME 6   La famille dans tous ses états
Livre, p. 45-52

6 L a famille dans Ca
hier
tous ses états THÈM
E6

s
d  ’


Livre de l’élève - p. 45-52 a c t i vi
OBJECTIFS COMMUNICATIFS q s’informer sur la révolution sociétale de la famille
q débattre de l’évolution de la famille ENRICHIR SON LEXIQUE
& SAVOIR-FAIRE
La famille
VOCABULAIRE La famille : composition, union, séparation, filiation
CONSOLIDER SA GRAMMAIRE
Les grands-parents : liens relationnels, rôles, seniors,
Approfondir la mise en relief
jeunesse, expressions
PRODUCTION ORALE q établir un état des lieux mondial de la PMA et GPA PRODUIRE > ESSAI
Argumenter sur la disparition
> DÉBAT q mesurer l’évolution de la société et de la famille
de la famille
> MINI EXPOSÉ q juger si le législateur est en phase avec la société
q mettre en lumière les droits des grands-parents LES ARTICULATEURS

PRODUCTION ÉCRITE q échanger sur la GPA/PMA sur un réseau social


> FIL DE DISCUSSION q poster un avis sur les rapports intergénérationnels

AU CŒUR DU QUOTIDIEN q exprimer son ras-le-bol

Page 45 OUVERTURE
PRODUCTION ORALE

1 Le titre de l’unité
[en groupe classe]

Pour entrer dans le thème, demander aux apprenants ce que représente la famille dans leur vie, dans leur
culture, dans leur pays. Quel est le modèle familial classique dans leur pays ? Quelles sont les évolutions en
cours ?
Expliquez le titre de l’unité.
[en groupe classe]

FOCUS Vocabulaire
Le mot « état » est polysémique en français. « être dans tous ses états » est une expression française qui
signifie « être très agité, affolé ».
Demander aux apprenants s’ils connaissent des expressions avec le mot « état » (exemples : un état de
santé, être en état de choc, être en état de faire quelque chose, à l’état neuf, en tout état de cause, etc.)
et d’en expliquer le sens.
Demander dans un second temps comment ils comprennent le titre : état de santé de la famille ? Situation
actuelle de la famille ?
Quels sont les thèmes de cette unité ?
La famille, la filiation, l’union, les liens familiaux, les techniques reproductives.

2 La photographie
[en groupe classe]
Décrivez la photographie et donnez-en une interprétation.
Description : on voit huit doigts entremêlés – difficile à dire s’ils appartiennent à la même personne – sur
lesquels des dessins ont été réalisés. Sont représentés des personnages humoristiques avec des lunettes,
moustaches, taches de rousseur, nœud papillon, etc., de tailles différentes.
Interprétation : les personnages dessinés pourraient représenter une famille composée de personnes d’âges
et de sexes différents. Les expressions différentes peuvent signifier les émotions (positives et négatives) liées
à la famille.

60
Demander aux apprenants ce qui se dégage de cette photographie, et quelle relation peut unir ces
personnages. Expliquez le choix du fond de la photo (couleur jaune et plantes).

IDÉE POUR LA CLASSE


[travail individuel]
Inviter les apprenants à représenter à leur tour leur famille en dessinant sur leurs doigts (ou sur une feuille
de papier) : combien de doigts/personnes ? Quelles seraient leurs expressions ? Les encourager à s’exprimer.

3 Les objectifs
> Préparer les apprenants à la production finale
La production finale de ce thème est un essai. L’apprenant devra produire un essai argumentatif sur la
disparition de la famille « classique ». La consigne de la production finale se trouve en p. 49 du cahier
d’activités.

Voir Analyser l’article Famille, la fin du modèle unique (livre, p. 46-47)


FICHE
MÉTHODO pour en relever les spécificités et les réemployer lors de la rédaction
ESSAI

3 d’un essai argumentatif ayant pour intitulé : « Un journal français


demande à ses lecteurs si la famille est en voie de disparition. Vous
décidez de répondre au journal. » (250 mots environ)

Tout au long du travail sur les documents du thème, inciter les apprenants à prendre des notes sur les
relations familiales ainsi que sur les arguments relatifs à l’évolution de la famille.
Les apprenants consulteront la fiche méthodologique correspondante dans le cahier. Dans le cadre de l’essai,
il s’agit de la fiche 3, p. 6 et 7 du cahier d’activités.

Pages 46-47 DOCUMENT A


Page 46
Titre du document A :
[en groupe classe]
Demander aux apprenants de lire le titre du texte et de l’expliquer. Il n’y a pas de point d’interrogation,
c’est donc une affirmation. Comment l’expliquez-vous ? Êtes-vous d’accord ?

FOCUS Vocabulaire et Culture


L’adjectif « unique » est souvent associé aux enfants. On parle d’enfant unique quand le couple n’a qu’un
enfant. Cet adjectif a également le sens de « irremplaçable, exceptionnel ».
Les politiques de natalité selon les époques et les pays varient considérablement. Le site de l’INSEE publie
des statistiques sur la natalité en France : https://www.insee.fr/fr/statistiques/3303349?sommaire=3353488
Faire réfléchir les apprenants aux deux sens du mot : un enfant unique / une occasion unique. Faire décrire
aux apprenants l’évolution de la natalité de leur pays sur plusieurs générations.
L’illustration :
[en groupe classe]
Décrivez la photographie et donnez-en une interprétation.
Description : on voit un homme entouré de 3 enfants, manifestement les siens, dans une maison. Ils sont
complices, la petite fille l’embrasse, l’homme sourit.
Interprétation : cette scène de famille montre le bonheur d’un père chez lui, entouré de ses enfants.
Demander aux apprenants si le choix de montrer un père (et non une mère) sur la photo les surprend, et
pourquoi.

FOCUS Culture
Le magazine Sciences humaines est un magazine français mensuel de vulgarisation des sciences humaines
et sociales créé en 1988.
En France, le droit à l’avortement (ou IVG = interruption volontaire de grossesse) date du 17 janvier 1975.
Cette loi est l’œuvre de Simone Veil, alors ministre de la Santé. La loi autorisant la contraception est votée
le 28 décembre 1967, après proposition du député Lucien Neuwirth.

61
THÈME
THÈME

1
6
Page 47
L’illustration :
[en groupe classe]
Décrivez l’illustration et donnez-en une interprétation.
Description : on voit un homme à côté de 6 enfants et deux adultes. Il les interroge en leur demandant qui
est l’enfant de qui.
Interprétation : cette scène montre les familles recomposées conduisent des enfants qui ne sont pas frères
et sœurs de sang à vivre ensemble lorsque leurs parents décident de vivre ensemble. L’énumération de
possibilités dans la question peut signifier la difficulté qu’ont les adultes et les enfants à s’y retrouver.
Demander aux apprenants s’ils trouvent que cette image est humoristique, d’actualité.
Encadré « Au Fait » :
[en groupe classe]
Expliquer ce que signifie le mariage pour tous (pour tous les hommes en couple, et toutes les femmes en
couple, en plus des couples homme-femme déjà autorisés à se marier). Le site de l’INSEE publie des statistiques
sur les unions en France :
https://www.insee.fr/fr/statistiques/3303338?sommaire=3353488.

COMPRÉHENSION ÉCRITE

Page 48

Demander aux apprenants de lire les questions de compréhension écrite.


Question 1
[travail individuel puis en groupe classe]
Les apprenants répondent individuellement à cette question puis font part des faits relevés.
Proposition de corrigé :
1 Dans le texte, on met en avant la révolution qui touche la parenté à travers la mention de l’apparition de
nombreuses lois organisant l’égalité des parents devant leurs responsabilités éducatives et garantissant le maintien
des liens de filiation après la séparation des parents. (En 1987, une loi établit l’autorité parentale conjointe, en
2002 une loi instaure le congé paternité et généralise le principe de l’autorité parentale partagée, elle ouvre la
possibilité d’une résidence alternée pour l’enfant et renforce la coparentalité en cas de séparation du couple.)
Le texte montre aussi qu’avec les nouvelles techniques reproductives, de nombreuses questions se posent en
matière de parenté et de filiation.
Questions 2-3-4
[travail individuel puis en groupe classe]

Propositions de corrigés :
2 Le texte montre qu’une partie des Français demandent des repères normatifs. On voit que la GPA fait débat
et suscite des craintes « bien au-delà des cercles dits conservateurs ». Le système de parenté dominant est encore
le système traditionnel. On comprend que les mentalités n’évoluent pas aussi vite que la science dans ce domaine.
3 Termes juridiques : le mariage, la filiation, la parenté, le divorce, l’autorité parentale conjointe, le congé
de paternité, l’autorité parentale partagée, la résidence alternée, la coparentalité, la séparation, la
transmission patronymique, le droit de l’enfant, se marier, se séparer, divorcer, le mariage pour tous, la
légalisation de la GPA, les liens de filiation
4 Vocabulaire du biomédical : les nouvelles techniques reproductives, les nouvelles technologies de la
reproduction, la sexualité sans procréation, la procréation sans sexualité, l’assistance médicale à la procréation,
l’ovocyte, le sperme, la banque d’ovocytes et de sperme, la maternité de substitution, l’utérus artificiel, un couple
infertile, la gestation pour autrui (GPA), les innovations biotechnologiques

Question 5
[travail individuel]
Pour réussir à résumer le texte, les apprenants doivent procéder de façon méthodique : relire chaque
paragraphe et dégager l’idée principale. Une fois cette étape réalisée, ils peuvent résumer le texte dans sa
globalité.

62
Proposition de corrigé :
5 La famille reste un pilier de la société française mais elle a subi des changements structuraux avec
l’augmentation des divorces notamment, puis l’introduction de lois successives organisant l’égalité de rôle
du père et de la mère quant à l’éducation des enfants, même après leur séparation. De nos jours, c’est à la
naissance de l’enfant que la famille se constitue et non plus au moment du mariage. Pour autant, les liens
intergénérationnels ne sont pas plus ténus, au contraire ! En effet, les grands-parents jouent désormais un
rôle clé en venant en aide à leurs descendants. Mais le véritable bouleversement se situe au niveau de la
filiation : les progrès de la médecine en matière de procréation engendrent de nouvelles configurations
familiales où le parent n’est plus obligatoirement le parent biologique. Cela nourrit les peurs d’une partie
des Français en quête de normes qui demandent au législateur d’encadrer ces transformations. Il semble
que les croyances aient la vie dure.

PRODUCTION ORALE

Page 48
Question 6
[travail individuel puis en groupe classe]
Les apprenants prennent connaissance des questions individuellement pendant quelques minutes, puis
discutent par petits groupes à partir d’arguments et d’exemples éventuellement rédigés pendant leur
réflexion.
Proposition de corrigé :
6 Réponses libres.

Question 7 - Mini-exposé
[en groupe classe puis en sous-groupes]
Pistes pour l’exposé : demander aux apprenants de constituer des binômes puis de se répartir les pays
suivants : France, Belgique, Suisse et la région du Québec. Laisser du temps aux apprenants pour qu’ils
consultent Internet ou des ouvrages afin d’avoir des éléments sur la situation dans ce lieu et préparer leur
exposé (10 minutes par groupe). À la fin des présentations, les autres apprenants peuvent intervenir, poser
des questions au groupe qui a présenté, etc.
Proposition de corrigé :
7 Réponses libres.

Question 8 - Débat
[en groupe classe puis en sous-groupes]
Avant de débattre, rappeler le sens du mot « législateur » et son rôle dans la société. Demander aux
apprenants ce qu’ils connaissent des éventuels écarts entre la loi et la réalité (exemple : familles françaises
homosexuelles qui adoptent un enfant à l’étranger). Constituer des binômes : à partir des idées/arguments
dégagés pendant cette phase préparatoire, les apprenants débattent (pour/contre le rôle du législateur face
aux évolutions de la société).

Proposition de corrigé :
8 Réponses libres.

PRODUCTION ÉCRITE

Page 48
Question 9 - Fil de discussion
[travail individuel à réaliser en classe ou à la maison]
Avant de rédiger cette production écrite, reprendre avec les apprenants les idées dégagées pour le débat
(question 8).
Propositions de corrigés :
9 Exemple 1 : Personnellement, je suis en faveur de la PMA pour tous, couples infertiles, couples de femmes,
couples d’hommes, femmes seules à condition que les donneurs comme les receveurs aient passé des tests
psychologiques. De plus, je trouve que le don de sperme ou d’ovocytes doit rester un don et ne doit pas

63
THÈME
THÈME

1
6
faire l’objet d’une marchandisation, je veux dire par là qu’il me semble normal que les donneurs et donneuses
soient dédommagés, mais pas plus, afin d’éviter que certaines femmes ne le fassent par nécessité économique.
Pour moi, il en va de même pour la GPA, je suis pour si c’est encadré et si la mère porteuse a déjà des enfants.
Exemple 2 : Moi, je suis plus réservée, je trouve que la première chose à faire serait de favoriser les adoptions
car actuellement, il est très difficile d’adopter en France. Pour moi, toute personne souhaitant adopter
devrait être soutenue et encouragée dans sa démarche. Il faudrait aussi limiter les coûts car une PMA est
finalement beaucoup moins chère qu’une adoption, ce qui explique aussi que certains couples infertiles ou
de femmes privilégient la PMA. Concernant les couples d’hommes, il en va de même : s’ils pouvaient adopter
plus facilement, ils n’auraient pas besoin de recourir à la GPA.
Les illustrations :
[en groupe classe]
Décrivez le dessin et donnez-en une interprétation.
Description : on voit plusieurs couples avec enfants. Les couples sont hétérosexuels ou homosexuels (femmes
et hommes), on voit également des familles monoparentales (un père ou une mère). Cette image décrit
toutes les structures familiales actuelles.
Interprétation : le sens de l’image est clairement de montrer que le titre du texte page 46 est une affirmation :
la famille n’a plus un modèle unique.
Demander aux apprenants s’ils pensent qu’un des modèles représentés sur l’image va disparaître ? Prendre
de l’ampleur ?

Décrivez le dessin et donnez-en une interprétation.


Description : on voit des personnes de profil : une femme enceinte, un père avec un landau, un bébé dans
le ventre de sa mère. Un fil rouge circule sur toute l’image, il est coupé aux ciseaux dans le coin droit de
l’image. Des spermatozoïdes noirs et des ovules blancs.
Interprétation : on peut interpréter le fil rouge comme le cordon ombilical qui relie l’enfant à sa mère. Le
couper pourrait signifier que le modèle classique est en train de changer.
Demander aux apprenants leur opinion de la relation conception médicale (avec les spermatozoïdes et les
ovules) / famille : faut-il avoir été conçu naturellement ou médicalement par ses parents pour pouvoir être
de la même famille ?
Encadré « Au Fait » :
[en groupe classe]
Après lecture de cet encadré, demander aux apprenants le rôle de la médecine dans la famille. Les évolutions
médicales servent-elles la famille ou au contraire, la desservent-elles ?

Page 49 VOCABULAIRE
Page 49
Questions 1-2-3
Inviter les apprenants à se reporter à la page 49 de vocabulaire. Leur demander de lire cette page de façon
individuelle, de souligner les mots qui leur posent des difficultés (de compréhension, de construction, etc.)
et de noter les expressions nouvelles. Expliquer les expressions qui leur posent des difficultés et répondre
à leurs questions.
Pour faciliter le réemploi du vocabulaire, proposer aux apprenants de retrouver 10 mots présents dans le
texte page 46 et repris dans la page vocabulaire. Observer leur utilisation (exemple : « parenté » / ligne
121 « en matière de parenté ») et la retenir.
Corrigés :
[en groupe classe]
Faire écouter le document audio, encourager les apprenants à prendre des notes.
1 a. famille recomposée – b. famille monoparentale – c. famille traditionnelle – d. famille d’accueil

[travail individuel puis en groupe classe]


2 a. la coparentalité – b. un donneur / une donneuse – c. vivre en union libre, en concubinage – d.
avoir le droit de visite et d’hébergement – e. la parenté

64
IDÉE POUR LA CLASSE
[en sous-groupes]

Développer le vocabulaire en procédant à l’inverse : par binôme, demander aux apprenants de choisir 5 mots
ou expressions dans la liste et demander à leur voisin(e) de classe la définition correspondante. Puis, inverser
les rôles.

Proposition de corrigé :
3 Actuellement, on peut avoir un enfant de façon naturelle, en faisant l’amour. On peut aussi adopter
un enfant. Pour cela, il faut recevoir un agrément. On peut avoir recours à la procréation médicalement
assistée, c’est-à-dire qu’on peut faire une fécondation in vitro (dans une éprouvette) avec l’ovocyte de la
mère et le sperme du père et placer l’embryon dans l’utérus. Pour cela, la mère doit suivre un traitement
hormonal. L’embryon peut aussi être issu de la fécondation entre l’ovocyte de la mère et le sperme d’un
donneur ou l’inverse c’est-à-dire la fécondation entre l’ovocyte d’une donneuse et le sperme du père.
Il existe en effet des banques de gamètes. Dans certains pays, il est possible d’avoir recours à une mère
porteuse, ce qui veut dire qu’une femme porte l’enfant et le donne à la naissance à d’autres parents.

PRODUCTION ORALE

Page 49
Questions 4-5
Propositions de corrigés :
[en petits groupes]
Les apprenants discutent en petits groupes autour de la question de l’évolution future de la famille. Demander
aux apprenants d’appuyer leurs idées à l’aide d’exemples précis.
4 Réponses libres.

[en groupe classe puis en petits groupes]


Dans un premier temps, travailler ensemble pour réfléchir au don anonyme et aux impacts sur les enfants
nés par ce biais. Relever au tableau les idées des apprenants en les classant en deux colonnes : avantages et
inconvénients. Compléter par des exemples. Dans un second temps, mettre les apprenants par groupe pour
discuter sur ce sujet. Les apprenants s’appuient et réemploient les idées dégagées en groupe classe.
5 Réponses libres.

Page 50 DOCUMENT B
Page 50
Titre du document B :
[en groupe classe]
Demander aux apprenants d’expliquer le titre : pourquoi une gradation ? Pourquoi le choix du mot « art »,
et non être grands-parents tout simplement ? Quel serait l’art d’être grands-parents ?

FOCUS Culture
Expliquer la gradation utilisée dans la comptine : « Je t’aime un peu, beaucoup, passionnément, à la folie,
pas du tout », associée à l’effeuillage d’une marguerite.
L’illustration :
[en groupe classe]
Décrivez l’illustration et donnez-en une interprétation.
Description : on voit une petite fille poussant une femme aux cheveux blancs, sans doute sa grand-mère
montée dans une voiture pour enfant. Elles sourient. La grand-mère a un style jeune et décontracté (tennis
aux pieds).
Interprétation : le fait que ce soit la petite fille qui pousse sa grand-mère montre l’évolution des rôles, voire
l’inversion. La joie sur les visages indique le plaisir qu’ont ces deux générations à passer du temps ensemble,
ainsi que leur complicité. Enfin, le style jeune de la grand-mère montre également l’évolution de cette
génération.

65
THÈME
THÈME

1
6
Demandez aux apprenants leur avis sur cette représentation d’une relation familiale : existe-t-elle dans leur
pays ? Pourquoi ? Aimeraient-ils avoir ce type de relation avec leurs grands-parents ?

COMPRÉHENSION ORALE

Page 50

Questions 1-2-3-4-5-6-7-8-9
[travail individuel puis en groupe classe]
Demander aux apprenants de lire les questions de compréhension orale. Les inviter à prendre des notes
pendant l’écoute. Faire écouter deux fois avec une pause entre les deux. Corriger tous ensemble pour
répondre aux questions ou compléter les réponses. Faire réécouter des extraits, si besoin.
Question 1

FOCUS Culture
Grand bien vous fasse est une émission diffusée sur France Inter, une station de radio généraliste nationale
publique française du groupe Radio France. Cette émission quotidienne est présentée par Ali Rebeihi et
évoque des sujets de société, les modes de vie des Français, la psychologie, l’éducation, la santé, etc.
Proposition de corrigé :
1 P. Avrane a été invité parce qu’il vient de publier aux PUF Les grands-parents, une affaire de famille. Quant
à S. Guérin, il est spécialiste des questions liées au vieillissement de la société et aux enjeux de l’intergénération
et a publié avec Pierre-Henri Tavoillot La guerre des générations aura-t-elle lieu ? chez Calmann-Lévy.

Questions 2-3-4-5-6-7-8-9
Propositions de corrigés :
2 Les grands-parents d’aujourd’hui sont présents dans la vie active de leur famille d’une part et interagissent
avec leurs petits-enfants d’autre part.
3 Les grands-parents ont une conscience très forte de la transmission : « après moi ce n’est pas le déluge »
et pour eux, transmettre c’est se perpétuer à travers les petits-enfants.
4 Ce sont les nouveaux conjoints des grands-parents qui ont divorcé.
5 Ils avaient un rôle de pilier, ils réunissaient l’ensemble de la famille (y compris la famille éloignée) autour
d’eux.
6 Les liens avec leurs petits-enfants s’effilochent en cas de séparation des parents. De ce fait, ils sont dans
l’impossibilité de transmettre à leurs petits-enfants ce qu’ils souhaiteraient leur transmettre : des valeurs
ou une aide matérielle par exemple.
7 Ils peuvent maintenir une sécurité affective chez les petits-enfants notamment en étant en position de
tiers, en respectant l’ex-conjoint ou en acceptant le nouveau conjoint en cas de recomposition familiale.
Patrick Avrane dit la même chose en mettant en avant le fait que les grands-parents doivent rester à leur
place, dans l’écoute et l’accueil de leurs enfants et de leurs petits-enfants.
8 Sabrina raconte que sa grand-mère fait du covoiturage entre la Bretagne et Bordeaux pour l’aider à
garder ses jeunes enfants, qu’elle va d’ailleurs bientôt déménager à Bordeaux pour être proche de sa petite-
fille. Sabrina ajoute que sa grand-mère est très tendre envers elle et a conservé un esprit joueur qui se
manifeste lorsqu’elle joue des heures avec ses arrière-petits-enfants de 2 et 7 ans.
9 Il constate que les grands-mères d’hier sont les arrière-grands-mères d’aujourd’hui.

PRODUCTION ORALE

Page 50
Question 10
[en sous-groupes]

IDÉE POUR LA CLASSE


Travailler la dernière question en groupe classe : inviter les apprenants à formuler des questions qu’ils

66
auraient aimé poser à leurs grands-parents, puis leur demander d’imaginer les questions que voudraient
leur poser leurs (futurs) petits-enfants : en quoi les questions diffèrent ? Pourquoi ?
Proposition de corrigé :
10 Réponses libres.

Question 11 - Mini-exposé
[en groupe classe puis en petits groupes]
Dans un premier temps, expliquer la consigne et les trois contextes (France, Belgique et Suisse). Répartir les
apprenants en trois groupes, chaque groupe se charge d’un pays et effectue des recherches sur Internet
pour répondre à cette question. Enfin, chaque groupe présente le fruit de ses recherches à la classe en 5 à
10 minutes.
Proposition de corrigé :
11 Réponses libres.

PRODUCTION ÉCRITE

Page 50
Question 12 - Fil de discussion
[au choix du professeur : travail individuel en classe ou à la maison]
La production est une opinion basée sur un document avec des instructions ; rappeler aux apprenants qu’ils
doivent présenter le contenu de cette feuille de route avant d’exprimer leur avis.

FOCUS Vocabulaire
L’expression « feuille de route » est polysémique et s’utilise dans les contextes militaires (ordre de mou-
vement vers un lieu géographique), diplomatique (« feuille de route pour la paix ») et plus généralement
pour désigner les grandes étapes, d’une politique, d’une stratégie ou d’un plan d’actions.
Propositions de corrigés :
12 Exemple 1 : Je trouve cela horrible ! Pour moi, cela empêche les grands-parents et les petits-enfants de
tisser un lien qui leur est propre, de nouer une relation à eux. Or, c’est fondamental ! Souvent, les grands-
parents sont un espace de liberté pour les enfants notamment quand les parents se déchirent. Les parents
ne devraient pas s’immiscer, ils devraient au contraire faire confiance à leurs propres parents et respecter
l’intimité entre grands-parents et petits-enfants. Pour moi, c’est clair et mes enfants le savent : chez moi,
c’est moi qui décide, chez eux, je respecte leurs règles. Comme ça, tout se passe bien.
Exemple 2 : Moi, ça me rassure que ma fille me donne des instructions ! Il y a eu de tels changements en 60
ans que les explications sont les bienvenues pour moi ! Et puis, je dois bien l’avouer, à l’époque, je ne
m’occupais pas tellement de mes enfants, c’est ma femme qui s’en chargeait. Donc j’ai beaucoup à apprendre :
par exemple, maintenant on couche le bébé sur le dos, avant c’était sur le ventre, on ne doit pas laisser les
petits regarder des écrans avant trois ans, ça je ne le savais pas, etc.
Encadré « Au fait » :
[en groupe classe]

FOCUS Vocabulaire
Les mots comme « chic » ou « ouf » sont des interjections (ou onomatopées), c’est-à-dire des mots inva-
riables utilisés pour traduire une attitude affective.
Demander aux apprenants de citer des onomatopées qu’ils connaissent. Noter les différences entre les
cultures/pays.

Page 51 VOCABULAIRE
Page 51
Inviter les apprenants à se reporter à la page 51 de vocabulaire. Leur demander de lire cette page de façon
individuelle, de souligner les mots qui leur posent des difficultés (de compréhension, de construction, etc.)
et de noter les expressions nouvelles. Expliquer les expressions qui leur posent des difficultés et répondre
à leurs questions.

67
THÈME
THÈME

1
6
Pour faciliter le réemploi du vocabulaire, demander aux apprenants de choisir deux expressions : une sur
la page 51, une sur la page 49, et constituer une phrase réutilisant les deux éléments.
Exemple : « un ancêtre » / « transmettre des valeurs » = « le rôle d’un ancêtre est de transmettre des
valeurs à sa descendance ».
Questions 1-2-3
[travail individuel puis en groupe classe]

Propositions de corrigés :

1 a. la disponibilité – b. la stabilité et la sécurité – c. la transmission – d. l’écoute, la confiance


2 Pedro m’a expliqué qu’il avait connu ses deux grands-mères et un seul grand-père, son grand-père
paternel étant décédé avant sa naissance. Il connaissait bien la vie de ses grands-parents qui lui avaient
raconté de nombreuses histoires et anecdotes sur eux et sur d’autres ancêtres et parents. Il m’a confié qu’il
avait eu une relation très étroite avec sa grand-mère paternelle. Sa grand-mère était à l’écoute, elle le
sécurisait, c’était un repère stable dans sa vie. Malgré son grand âge, elle était très jeune d’esprit et ouverte,
elle se tenait informée des innovations, des changements sociétaux. Pedro de son côté, aidait sa grand-mère
aveugle à réaliser des tâches administratives et faisait un peu de bricolage chez elle quand c’était nécessaire.
Il m’a précisé que sa grand-mère lui avait transmis, en lui donnant l’exemple, une grande vitalité, la capacité
de ne pas se laisser décourager, de rebondir et aussi l’idée que le partage est important. Pedro a adoré
tous les moments passés avec elle, ils étaient très complices et riaient souvent ensemble. Sa grand-mère est
morte il y a plusieurs années déjà et elle lui manque beaucoup mais elle est toujours présente dans son cœur.
3 a.4 – b.6 – c.3 – d.7 – e.5 – f.2 – g.1

PRODUCTION ORALE

Page 51
Questions 4-5
Propositions de corrigés :
[en petits groupes]
Les apprenants discutent en petits groupes de 4-5 apprenants. À la fin, chaque groupe choisir le type décrit
qu’il préfère.
4 Réponses libres.

[en groupe classe puis en sous-groupes]


Dans un premier temps, réfléchir à la place des seniors dans les cultures/pays des apprenants présents au
sens large : visibilité, rôle dans la société, contribution financière, etc. Dans un second temps, mettre les
apprenants par groupe pour discuter sur ce sujet. Les apprenants s’appuient et réemploient les idées dégagées
en grand groupe.
5 Réponses libres.

Page 52 AU CŒUR DU QUOTIDIEN

Page 52
Questions 1-2-3
Illustration :
[en groupe classe]
Décrivez l’image avant de répondre aux questions.
Description : on voit trois générations : une grand-mère (malentendante), sa fille et sa petite-fille. Les deux
dernières sont en colère et parlent mal à leur mère/grand-mère. Il y a un titre : « Mère/Fille : une relation
complexe ». Deux relations sont décrites dans ce dessin.
Demander aux apprenants leur avis sur cette représentation mère/fille. En quoi le dessin est-il humoristique ?

68
Propositions de corrigés :

1 La fille et la petite-fille sont mécontentes car elles ne se sentent pas écoutées par leur mère respective.
Le dessinateur a traduit cette colère par un nuage noir au-dessus de leur tête et par la posture des deux
femmes, les poings sur les hanches. La grand-mère en rajoute car elle ne répond pas à sa fille, elle semble
ignorer ce qui se passe soit consciemment soit inconsciemment. Le dessinateur semble suggérer qu’elle est
un peu dans son monde, sourde d’une part et non concernée d’autre part. Le trait au-dessus de sa tête
semble en effet indiquer qu’elle ne saisit pas bien la situation.

2 Réponses libres.

3 Réponses libres.

COMPRÉHENSION ORALE
Page 52
Questions 4-5-6
[en groupe classe]
Propositions de corrigés :

FOCUS Culture
L’expression « mettre du beurre dans les épinards » signifie « améliorer ses conditions financières ».
L’expression « arrondir les angles » signifie « faire le nécessaire pour rester en bons termes et éviter un
conflit ».
L’expression « tourner autour du pot » signifie « ne pas dire les choses directement ».

4 La dame explique que sa mère n’est pas allée chercher les Pâques (les cadeaux pour Pâques) de sa fille
alors qu’elle est allée chercher les cadeaux de ses deux autres petits-enfants. (Elle lui a donné 50 euros
pour qu’elle aille elle-même acheter des chocolats et un vêtement pour sa fille – on le suppose car il est
question d’une taille.)

5 Il est ensuite question des vacances d’été et de la garde de la petite-fille pendant cette période. La
dame avait demandé à sa mère quand elle souhaitait prendre sa petite-fille chez elle mais comme elle
tardait à répondre, la dame a déjà fixé des dates avec sa belle-mère. La mère est jalouse et accuse sa fille
de privilégier sa belle-famille. Finalement, la petite-fille passera une semaine avec sa mère, une semaine
avec sa grand-mère paternelle et une semaine avec sa grand-mère maternelle.

6 Quand elle était enfant, la dame passait beaucoup de temps chez sa grand-mère qui était très
disponible. Sa mère l’envoyait tout le temps chez sa grand-mère.

PRODUCTION ORALE

Page 52
Questions 7-8-9
[en grand groupe]

Demander aux apprenants de constituer des binômes et de prendre connaissance de la situation et des rôles.
Les jeux de rôles sont réalisés successivement pour que les apprenants voient la performance des autres et
puissent voter.

Propositions de corrigés :
7 Réponses libres.
8 Réponses libres.
9 Réponses libres.

Encadré « Exprimer son ras-le-bol » :


Demander aux apprenants de lire les expressions, de souligner les mots/expressions qui leur posent des
difficultés (de compréhension, de construction, etc.) et de noter les expressions qu’ils trouvent intéressantes
ou originales. Expliquer les expressions qui leur posent des difficultés, répondre à leurs questions et insister
sur les expressions familières en donnant des exemples dans quels cas les utiliser.

69
THÈME
6
Cahier d’activités, p. 49-55

PRODUIRE

Voir Un journal français demande à ses lecteurs si la famille est en voie


FICHE
de disparition. Vous décidez de répondre au journal.
ESSAI

MÉTHODO
3
(250 mots environ)

Pages 54-55

Propositions de corrigés :
12 avec choix personnel de phrases comportant des mises en relief en vert :
Traditionnellement, on définit la famille comme un groupe formé d’un père, d’une mère et de leurs
enfants. Si cette définition était valable au siècle dernier, il semble qu’avec les mutations de la société,
elle doive être repensée. En effet, jusque dans les années 1960, la famille était basée sur le mariage. Un
couple se fiançait, se mariait et avait un enfant, puis deux, puis trois voire plus […] Dans le même temps,
quoiqu’il reste le plus élevé d’Europe, le taux de fécondité des Françaises a baissé. Aujourd’hui, il atteint
le score historiquement bas de 1,93 enfant par femme. Doit-on pour autant en conclure que la famille est
en train de disparaître ? […] En 2013, la loi sur le mariage pour tous a par ailleurs entraîné l’ouverture
de l’adoption aux couples homosexuels en France, tandis qu’à l’étranger la procréation médicalement
assistée leur a permis de fonder une famille avec l’aide d’un tiers donneur […] C’est donc principalement
sur le choix et la filiation que repose la famille de nos jours. Et j’ai le sentiment que loin de disparaître,
elle présente désormais de multiples visages et est plus ouverte qu’auparavant.
15 Plan
Introduction
Partie 1. Les raisons de l’explosion du modèle traditionnel dans les années 1970-1980
1.1. Les mutations sociétales
1.2. Le retard du législateur
Partie 2. Les nouveaux facteurs de rupture avec le modèle de famille traditionnel
2.1. La révolution des nouvelles technologies de la reproduction
2.2. L’évolution des mentalités et la révision de la loi de bioéthique
Conclusion

Texte rédigé 
Traditionnellement, on définit la famille comme un groupe formé d’un père, d’une mère et de leurs
enfants. Si cette définition était valable jusque dans les années 1960, il semble qu’avec les mutations
sociétales, législatives et scientifiques, ce modèle soit, peu à peu, en train de disparaître.
On peut dire que les années 1970 ont sonné le glas de la famille traditionnelle. En effet, les nombreux
changements survenus durant cette décennie tels l’émergence des idées féministes, la légalisation de
la pilule et de l’avortement, la hausse du travail féminin ont permis aux femmes de s’émanciper de la
tutelle de leurs maris. Cette émancipation doublée du déclin des valeurs catholiques s’est traduite par une
augmentation des divorces.
Peut-on pour autant affirmer que divorce rime automatiquement avec disparition de la famille ? Si de fait
la famille n’est plus unie, on pourrait considérer que la famille demeure, du point de vue de l’enfant, tant
que le maintien de liens étroits avec ses deux parents est assuré. Or, il faudra attendre 1987 pour que le
législateur établisse l’autorité parentale conjointe et même 2002 pour la résidence alternée. De mon point
de vue, ce retard législatif a participé à la dissolution des liens et donc des familles.
Un autre facteur participe également à la disparition de la famille dans son acception traditionnelle :
les progrès scientifiques en matière de nouvelles technologies de la reproduction. Cette révolution
scientifique vient en effet bouleverser la conception millénaire de la famille puisque désormais il est
possible d’avoir des enfants sans lien génétique avec les parents, ce qui, jusqu’à présent, n’était le cas
que pour l’adoption. En effet, le don d’embryons ou de gamètes devient de plus en plus accessible pour
les couples hétérosexuels. Parallèlement, des sondages révèlent que les Français seraient de plus en plus
en faveur de la légalisation de la gestation pour autrui, ce qui élargirait encore davantage la notion de

70
famille. Le législateur s’interroge donc : faut-il légaliser la PMA pour toutes, c’est-à-dire l’étendre aux
couples lesbiens et aux femmes seules comme c’est le cas dans d’autres pays européens ? La GPA doit-elle
être autorisée ? Dans quels cas ? La loi de bioéthique étant révisée tous les 7 ans, un nouveau cap pourrait
bientôt être franchi.
En conclusion, on peut affirmer que la famille traditionnelle existe toujours mais que les évolutions
sociétales et technologiques l’ont affaiblie au profit de nouveaux modèles. Reste à voir de quel côté la
prochaine loi de bioéthique fera pencher la balance.
(411 mots)

71
TEST Thème 6

1 Lisez les listes de mots, relevez l’intrus et expliquez pourquoi. 9 points


a. mariage / divorce / PACS

intrus : …………………….. pour quelle raison ? ……………………..………………………………………..

b. des parents biologiques / l’insémination artificielle / une mère porteuse

intrus : …………………….. pour quelle raison ? ……………………..………………………………………..

c. ne pas faire son âge / les rides / être indépendant

intrus : …………………….. pour quelle raison ? ……………………..………………………………………..

2 R eformulez chaque phrase avec une mise en relief. Utilisez le procédé indiqué entre
parenthèses. 9 points
a. Le droit de garde exclusif crée souvent des conflits parentaux. (« c’est… »)

q……………………………………………………… …………………………………… ……………………………


b. Les citoyens ont débattu des questions de bioéthique. (détacher un groupe de pronom et le

reprendre par un pronom)

q……………………………………………………… …………………………………… ……………………………


c. L’enfant crée une relation profonde avec ses grands-parents pendant les premières années.

(« c’est… »)

q……………………………………………………… …………………………………… ……………………………


d. Les couples infertiles dépendent de la procréation médicalement assistée. (détacher un groupe

de pronom et le reprendre par un pronom)

q……………………………………………………… …………………………………… ……………………………


e. Une famille unie constitue un repère pour l’enfant. (« ce qui… »)

q……………………………………………………… …………………………………… ……………………………


f. L’engagement associatif permet aux papy-boomers de rester dynamiques. (« c’est… »)

q……………………………………………………… …………………………………… ……………………………


EDITO C1 GUIDE PÉDAGOGIQUE - Thème 6 - test © Éditions Didier, 2019
3 E xposé oral 12 points
Vous préparez un exposé et vous le présenterez au jury.

Sujet :

Vous participez à un débat sur : « la place des grands-parents dans une famille décomposée ? ». Vous

exposez votre point de vue sur l’évolution d’enfants élevés par leurs grands-parents. Vous élaborez

un exposé argumenté, clair et organisé.

72
THÈME
THÈME

1
7
THÈME 7   L’art de résister
Livre, p. 53-58

7 L’art de résister hier


Livre de l’élève - p. 53-58 Ca
E7
THÈM

s
d  ’


q définir l’engagement d’un artiste
OBJECTIFS COMMUNICATIFS
q défendre la place de l’art dans la société
a c t i vi
& SAVOIR-FAIRE

VOCABULAIRE La musique : carrière, résistance, succès, support, ENRICHIR SON LEXIQUE


genres artistiques, expressions La musique

PRODUCTION ORALE q débattre de la portée réelle de la musique CONSOLIDER SA GRAMMAIRE


> DÉBAT q faire connaître un acte de rebellion Enrichir l’expression de la
> MINI EXPOSÉ q présenter des œuvres inspirées d’autres volonté
PRODUCTION ÉCRITE qm  otiver l’art comme force d’engagement PRODUIRE > ESSAI
> FIL DE DISCUSSION q faire part de ses attentes à un groupe de Défendre l’expression artistique
musique
LES ARTICULATEURS
AU CŒUR DU QUOTIDIEN q exprimer sa passion

Page 53 OUVERTURE
PRODUCTION ORALE
1 Le titre de l’unité
[en groupe classe]
Afin d’entrer dans la thématique du dossier, poser les questions suivantes aux apprenants : que signifie pour
vous la juxtaposition des mots « art » et « résister » ? Qu’est-ce que « l’art de faire quelque chose ? ». Pour
vous, qu’est-ce que « résister » ? Contre quoi par exemple ? Noter les propositions des apprenants et dégager
une définition collective de l’expression « l’art de résister ».
Expliquez le titre de l’unité.
[en groupe classe]
Le jeu de mot réside ici entre l’expression classique d’un titre de livre présentant les différentes manières,
savoirs et techniques d’effectuer quelque chose et le fait d’utiliser l’art pour résister. En effet, comme de
nombreux livres classiques, tels que L’art de la guerre de Sun Tzu, L’art d’avoir toujours raison ou bien L’art
d’être heureux d’Arthur Schopenhauer ou encore des romans comme L’art de perdre d’Alice Zeniter, le titre
de l’unité joue donc sur l’ambivalence du terme « art », à la fois ensemble de techniques et de savoirs et
relatif au domaine de l’art.
Quels sont les thèmes de cette unité ?
L’engagement, l’art, la résistance, l’expression d’un goût artistique, la musique.

2 La photographie
[en groupe classe]
Décrivez la photographie et donnez-en une interprétation.
Description : sur cette image on peut voir la photo en noir et blanc d’un regard qui se déploie des deux
côtés d’une large clôture. Des personnes se trouvent également des deux côtés. La plupart d’entre elles
semblent assises tout autour et s’en servir comme table pour manger.
Interprétation : le regard photographié donne en effet l’impression de transpercer cette barrière qui semble
scinder en deux un territoire. Les personnes présentes transforment donc ce lieu en un espace convivial.
C’est la force de l’art : faire tomber les frontières pour recréer une communauté et du lien entre des individus
qui sont issus de différentes origines, ethniques ou sociales.

73
Pour aller plus loin :
https://www.mouv.fr/culture/l-artiste-jr-organise-un-pique-nique-magique-a-la-frontiere-du-mexique-et-des-
etats-unis-videophotos-311950 (lien actif juillet 2019)
IDÉE POUR LA CLASSE
[en groupe classe ou à la maison puis en sous-groupes]
Aller sur Internet et chercher diverses installations de l’artiste JR. Choisir des images qui vous inspirent ou
bien faire effectuer cette recherche par les étudiants. Demander aux apprenants d’en proposer une
interprétation quant à l’effet recherché par l’artiste, ainsi que le message qu’il a voulu faire passer.

FOCUS Culture
JR est un artiste contemporain français né en 1983. Il est toujours vêtu d’un chapeau et de lunettes de
soleil. Grâce à ses techniques de collage photographique, il expose dans l’espace public des œuvres
représentant la plupart du temps des portraits en noir et blanc ayant un lien avec le lieu choisi. Il se définit
lui-même comme un « artiviste urbain », contraction d’artiste et d’activiste : ce qui résonne parfaitement
avec le titre de ce thème, l’art de résister. De ses projets notables on peut souligner « 28 millimètres », où
il amène ces portraits dans des lieux improbables, « Face2Face », série de portraits d’israéliens et de
palestiniens collés sur le mur qui sépare les deux territoires, « Inside out », qui permet à des anonymes de
se faire tirer le portrait et d’en recevoir une impression à coller ou encore « Women are heroes », où il
rend hommage aux femmes victimes de crimes, de guerre, de viols et du fanatisme. Enfin, « AV et JR deux
artistes en goguettes » a donné naissance au documentaire Visages, Villages, avec Agnès Varda, dans
lequel ils ont sillonné les routes de France en prenant en photo les gens croisés avec leur photomaton.

3 Les objectifs
> Préparer les apprenants à la production finale
La production finale de ce thème est un essai sous forme de lettre ouverte dans laquelle l’apprenant sera
invité à prendre position en faveur de la liberté de parole artistique. La consigne de l’essai se trouve en
p. 56 du cahier d’activités.

Voir Vous habitez en France et une œuvre d’art contemporaine


FICHE
MÉTHODO dénonçant la pollution subie en ville a été enlevée du jardin des
ESSAI

3 Tuileries car jugée trop polémique. Vous décidez d’écrire une lettre
ouverte au ministre de la Culture en défendant la liberté de la
parole artistique. (250 mots environ)

Tout au long du travail sur les documents du thème, encourager les apprenants à prendre note de leurs
idées, à les sérier, à les catégoriser (idée essentielle 1, 2, arguments, exemples) afin de les aider à nourrir
leur argumentation. Il est important pour ce type de production d’accompagner les apprenants tout au
long du thème ; à savoir mettre en valeur par le style leurs arguments et exemples afin qu’ils fassent mouche.
Lorsque vous jugerez utile de le faire et en fonction de la maturité méthodologique de vos apprenants ou
de leur degré d’expérience de ce type de production, les référer à la fiche méthodologique dans le cahier.
La passer en revue ensemble. Dans le cadre de l’essai, il s’agit de la fiche 3 p. 6-7 du cahier d’activités. Les
documents sélectionnés dans le livre ont pour finalité d’alimenter leur réflexion.
FOCUS Méthodologie
Une lettre ouverte est un texte qui, bien qu’adressé à une ou plusieurs personnes en particulier, est exhibé
publiquement afin d’être lu par un plus large groupe. Pour ce faire, c’est le plus souvent la presse qui est
utilisée comme média, mais une lettre ouverte peut également prendre la forme d’une publication à part
entière, d’une affiche, d’une chanson (ex : Le Déserteur de Boris Vian), d’un tract, ou plus récemment être
mise en ligne sur Internet, etc. Une des plus célèbres lettres ouvertes de l’histoire est celle qu’Émile Zola
fit publier dans le journal L’Aurore, le 13 janvier 1898, au moment de l’affaire Dreyfus sous le titre
« J’accuse ».
IDÉE POUR LA CLASSE
[en groupe classe ou en sous-groupes]
Chercher la lettre d’Émile Zola intitulé « J’accuse ». Après avoir analysé la structure rhétorique de la lettre,
demander à chaque apprenant de choisir une cause qu’il souhaite défendre, de trouver les arguments et
d’écrire un pastiche de cette lettre.
Se référer également à la partie PRODUIRE du cahier à partir de la page 60, ainsi qu’à l’activité 9 p. 59.

74
THÈME
THÈME

1
7
Page 54 DOCUMENT A

COMPRÉHENSION ÉCRITE

Page 56
Questions 1-2-3-4-5
Demander aux apprenants de lire l’aide à la lecture et le document et de lire les questions de compréhension
écrite. Faire un focus sur la chanteuse Camille ou demander aux apprenants de l’effectuer. S’appuyer sur la
page vocabulaire p. 57 et aux rubriques « carrière », « avoir du succès » et « un artiste ou son œuvre peut
être… », ainsi qu’à l’exercice 2 p. 56 du cahier. Pour s’exercer : activités 1 et 2 p. 56 du cahier d’activités.
Question 1
[en groupe classe]
Demander aux apprenants s’il voit un jeu de mot entre non et ouï : le tréma indique en effet le participe
passé du verbe ouïr, synonyme d’entendre. Cette forme du verbe est homophone de oui, adverbe utilisé
pour marquer une réponse positive, un acquiescement. De plus, l’expression « deux points levés » joue sur
les mots en référence à « avoir le poing levé » qui est généralement perçu comme une expression de révolte,
de force ou de solidarité. Il est également un symbole féministe lorsqu’il est associé au symbole O+ . On peut
se rappeler la photo de Tommie Smith et de John Carlos sur leur podium pendant les Jeux Olympiques de
Mexico en 1968, qui s’érigent ce jour-là contre le racisme et l’exclusion dont sont toujours victimes les afro-
américains aux États-Unis en levant leur poings gantés de noir.
Proposition de corrigé :
1 On peut interpréter la première partie du titre comme un changement de façon de voir les choses :
passer de l’opposition à une attitude plus positive. La deuxième partie nous indique l’esprit de révolte et
de résistance qui anime l’artiste.
Question 2
[en groupe classe]
Relever au tableau les phrases retenues par les apprenants. Souligner l’opposition entre dire non et dire oui
puis inscrire au tableau les arguments proposés par les apprenants. Pour s’exercer : activités 5, 7 et 8 p. 57
du cahier d’activités.
Corrigé :
2 « Je viens d’une culture du « non »… et aujourd’hui je dis « oui » (l. 103) ; « Je trouve cette culture du
« contre » complètement ringarde (l. 104) » ; « nous devons surtout aller vers le vivant et vers la paix. » (l. 107).
Question 3
[en groupe-classe puis en sous-groupe]
Relever au tableau les définitions proposées dans le texte. Élaborer ensuite par sous-groupe différentes
définitions.
Variante : proposer plusieurs définitions de la chanson selon différents artistes, les soumettre aux apprenants
qui devront en expliquer le sens.
Proposition de corrigé :
3 Une chanson : « Ce sont des couplets et un refrain qui revient. » (l. 1) ; « Cette répétition (l. 2) » ; « La
chanson a une vocation collective, sociale (l. 5) » ; « Elle est comme un relais, une lumière qui se transmet de
personne à personne (l. 8) » ; « Une chanson c’est un cierge allumé collectivement au moment où on la chante…
elle traverse les âges (l. 12-14) » ; « Un message pour la société (l. 21) » ; « Elle constitue un lien social (l. 25) » ;
« Des chansons pour bercer, pour accompagner les morts, les mariages ou les festins. Il y en a pour la maternité
ou pour les révolutions. (l. 27) ».
Proposition de définition de la chanson : Une chanson est une mélodie musicale avec ou sans paroles qui
peut faire voyager l’esprit vers des mondes inconnus et qui réunit des personnes de tout horizon.
Question 4
[en groupe classe]
Lister au tableau avec les apprenants les différents types d’art qu’ils connaissent.
FOCUS Culture
À la fin du XXe siècle, la liste suivante se trouve bien établie et stabilisée à dix arts :
- 1er art : l’architecture

75
- 2e art : la sculpture
- 3e art : les « arts visuels », qui regroupent la peinture et le dessin
- 4e art : la musique
- 5e art : la littérature, qui regroupe la poésie, les romans et tout ce qui se rattache à l’écriture
- 6e art : les « arts de la scène », qui regroupent la danse, le théâtre, le mime et le cirque
- 7e art : le cinéma (dans lequel on inclut de manière générale le long métrage, le moyen métrage et le
court métrage mais aussi d’autres œuvres audiovisuelles comme les séries télévisées et téléfilms dont les
exigences dans la mise en scène et le scénario se rapprochent de celles du cinéma au sens strict)
- 8e art : les « arts médiatiques », qui regroupent la radio, la télévision et la photographie
- 9e art : la bande dessinée, le manga et le comics
- 10e art : le jeu vidéo et le multimédia
Activité : en observant la page vocabulaire p. 57, retrouver à quel type d’art appartiennent les mots présents
dans la rubrique « les genres artistiques ».

Proposition de corrigé :
4 La peinture a une vocation collective. La danse est comme un relais, une lumière. L’art a une place très
importante et semble être rassembleur et collectif ; il laisse donc la possibilité d’une société plus unie, plus
optimiste.
Question 5
[en groupe classe]
Lister au tableau le vocabulaire qui relève de la résistance d’une part et du lien social de l’autre. Possibilité
d’effectuer ce classement et d’ensuite tâcher de relier les éléments qui s’opposent. Pour s’exercer : activité 4
p. 57 du cahier d’activités.
Proposition de corrigé :
5 Vocabulaire de la résistance : avec deux points levés, message pour la société, textes engagés, plantes
résilientes, combat, esprit de résistance, militant, manif, résister fermement
Vocabulaire du lien social : Vocation collective, se transmet de personne à personne, lien social, collectivement,
se regrouper, réconciliation, le partage, une assemblée, les pratiques collectives, accompagne
La première liste est plus agressive et offensive tandis que la deuxième est plus pacifique et unificatrice.

PRODUCTION ORALE

Page 56
Question 6
[en groupe classe puis en sous-groupes ou individuellement]
Demander à chaque apprenant de choisir une chanson d’amour et une chanson révolutionnaire pour donner
des exemples afin de soutenir leur point de vue. Vous pouvez vous référer aux nombreuses chansons d’amour
qui existent en France et à diverses chansons révolutionnaires célèbres comme Le chant des partisans, La
complainte du partisan, Bella ciao, Ni Dieu ni maître et Les Anarchistes de Léo Ferré, ou bien encore
L’Internationale et Le temps des cerises, Carmagnole, La Marseillaise ou bien Le Chant du neuf Thermidor
pour ne citer qu’elles.
Proposition de corrigé :
6 Réponses libres.

Se référer à la partie CONSOLIDER SA GRAMMAIRE du cahier pour avoir plus d’informations au sujet de
l’expression de la volonté, p. 58.

Question 7 - Mini-exposé
[en groupe classe puis en sous-groupes ou individuellement]
Avec les apprenants, définir ce qu’est la censure et si elle se présente toujours sous les mêmes formes selon
les pays et cultures. Lister au tableau les différentes œuvres citées par les apprenants, en précisant leur
origine et contexte de création. Préciser également pour quelles raisons ces œuvres ont été limitées.
Bien indiquer aux apprenants de maîtriser le temps de leur exposé en suivant la fiche méthodologique 5
qui concerne l’exposé oral p.10 du cahier. Pour s’exercer : activité 6 p. 57 du cahier d’activités.

76
THÈME
THÈME

1
7
Proposition de corrigé :
7 Réponses libres.

FOCUS Méthodologie
Les exemples (1) : la place des exemples
L’exemple permet d’illustrer un argument avancé pour défendre une thèse. Il expose toujours un cas
particulier. L’exemple vient illustrer la pertinence de l’argument à travers un cas concret, dans une application
vérifiable. L’exemple seul ne peut pas justifier une thèse. Lorsqu’un exemple contredit une idée générale
(c’est-à-dire soutient une thèse adverse), on l’appelle un contre-exemple. Lorsqu’un exemple suit une idée
dans un texte argumentatif, il l’éclaire, la précise et est un exemple illustratif. Cependant il est introduit
par des formules telles que : par exemple, ainsi, tel que, comme en témoignage… Si l’exemple précède
l’idée, il présente un cas concret et permet de tirer un enseignement général, un argument ou une
conclusion. On l’appelle exemple argumentatif.

PRODUCTION ÉCRITE

Page 56
Question 8
[au choix du professeur : travail individuel ou par groupe de profil-type en classe ou à la maison]
Faire un remue-méninges avec les apprenants autour de la question des modes d’actions artistiques pacifiques
et sur l’importance de la diversité d’opinions. Pour s’exercer : activité 9 p. 59 du cahier d’activités.
Proposition de corrigé :
8 L’art est pour moi le moyen peut-être le plus subtil de faire passer un message, un avis ou de décrire
une société. Si l’on écoute un artiste chanter toute sa colère, même sur de la musique rock, ce ne sera pas
le même ressenti que si la personne s’exprime en hurlant avec ses collègues ou en étant violent dans sa vie
quotidienne. En ce sens, l’art permet à de nombreuses personnes de pouvoir exprimer des émotions qu’elles
n’auraient pas pu dire autrement. La peinture, mais aussi la danse, permet un travail sur soi-même et une
réflexion qui peut même aider à structurer de manière plus positive ses idées. Il existe sûrement autant
d’expressions artistiques qu’il existe des opinions et des ressentis. La diversité de l’art est donc aussi nécessaire
que la diversité d’idées dans un pays.
IDÉE POUR LA CLASSE
[en groupe classe]
Sous forme de mini projet, choisir avec l’ensemble du groupe-classe un thème unificateur qui leur tient à
cœur et choisir des formes artistiques selon les profils des apprenants. Individuellement ou par sous-groupes,
ils pourront ainsi créer une œuvre artistique sur le support de leur choix en réfléchissant bien au message
qu’ils souhaitent faire passer. Ils pourront rédiger ensemble les cartels et la scénographie de l’exposition
pour proposer une mini-exposition.
Pour la recherche du thème unificateur, se reporter à la page vocabulaire p. 57, rubrique « les phénomènes
de société ».

Page 56 DOCUMENT B

COMPRÉHENSION AUDIOVISUELLE

Page 56
Questions 1-2-3-4-5-6
[en groupe classe]
Avant la question 1 et l’écoute du document vidéo tel que précisé dans la consigne du livre, demander aux
apprenants s’ils connaissent l’œuvre de Debussy. Analyser ensuite la capture d’écran et noter les propositions
au tableau. Valider ou invalider leur proposition à la suite du visionnage du document audiovisuel.

FOCUS Culture
Le Prélude à l’Après-midi d’un faune, sous-titré « Églogue pour orchestre d’après Stéphane Mallarmé »,
est une œuvre symphonique de Claude Debussy parmi les plus connues du compositeur français et le plus
bel exemple de la musique impressionniste. Elle fut composée entre 1892 et 1894 et dirigée par le

77
compositeur et chef d’orchestre suisse Gustave Doret. Le poème de Mallarmé a été écrit en 1876.
D’après Debussy dans le programme imprimé de l’œuvre : « La musique de ce Prélude est une très libre
illustration du beau poème de Mallarmé. Elle ne désire guère résumer ce poème, mais veut suggérer les
différentes atmosphères, au milieu desquelles évoluent les désirs, et les rêves de l’Egipan, par cette brûlante
après-midi. Fatigué de poursuivre nymphes craintives et naïades timides, il s’abandonne à un sommeil
voluptueux qu’anime le rêve d’un désir enfin réalisé : la possession complète de la nature entière ».
Le succès de l’œuvre fut immédiat. Elle fut, entre autre, reprise sous forme de ballet par Vaslav Nijinski
en 1912.
Propositions de corrigés :
1 J’imagine un paysage désertique, chaotique, où il fait très chaud et où il y a la guerre…
2 L’intention de Debussy est de puiser son inspiration dans la nature et non au conservatoire ; il s’oppose
directement aux musiciens du conservatoire.
3 Les deux phrases qui définissent le mieux l’œuvre de Debussy sont : « C’est l’instant inerte où tout brûle
dans l’heure fauve » et « l’histoire éternelle du désir que la nature transpire ».
4 L’œuvre de Mallarmé est antérieure à celle de Debussy car « Debussy décide de composer un Prélude à
L’après-midi d’un faune ».
5 La flûte : pastorale, dans l’herbe ; les violons : intenses, paresseux, sous la chaleur du soleil.
6 Dans cette vidéo, on voit comment les deux œuvres se croisent et se chevauchent ; les deux artistes
puisent leur inspiration dans la nature, mais aussi dans la force de l’amour passionnel.

PRODUCTION ORALE
Page 56
Question 7
[à la maison puis en groupe classe]
Demander aux apprenants de faire des recherches sur une œuvre ayant inspirée une autre. Bien leur indiquer
d’en indiquer le contexte. Ils peuvent choisir une œuvre adaptée d’un mode artistique à un autre, la présenter
brièvement et dire pour quelles raisons ils préfèrent l’original ou l’adaptation.

Proposition de corrigé :
7 Réponses libres.

Question 8 - Mini-exposé
[en binôme]
Les binômes seront d’autant plus riches si vous avez la chance d’avoir des groupes avec des profils variés
(genre, sexe, activité professionnelle, nationalité le cas échéant) dans les binômes Veillez à ce que chaque
membre des binômes s’exprime. Prendre en note les erreurs récurrentes et les corriger ou les faire corriger
au tableau. Pour s’exercer : activités 10,11 et 12 p. 60 du cahier d’activités.

Proposition de corrigé :
8 Réponses libres.

FOCUS Méthodologie
Les exemples (2) : les types d’exemples
- L’exemple personnel : témoignage direct mais ne permet de tirer aucune loi générale.
- L’exemple littéraire : la référence à un livre, un film, une pièce de théâtre, un tableau…, donne un support
concret à un argument et permet de le développer.
- L’exemple historique : permet un rapprochement avec le passé et il a l’avantage d’être un fait avéré et
déjà analysé.
- L’anecdote : introduit dans l’argumentation une impression de vie et parfois une note d’humour.
- Les statistiques : les chiffres, les données économiques (à condition d’être vérifiées) donnent un fondement
scientifique au discours argumentatif.
- La fable, le mythe : rendent plus concrète une idée grâce à un récit.
- L’image, la comparaison : éclairent une idée difficile à comprendre en la représentant visuellement.

78
THÈME
THÈME

1
7
PRODUCTION ÉCRITE

Page 56
Question 9 - Fil de discussion
[en groupe classe]
Revoir avec les apprenants les différentes manières de donner son opinion. Pour cela, se référer au livre
DALF 100% réussite, p. 159. Effectuer un remue-méninge sur les thèmes vus précédemment ainsi que le
vocabulaire p. 57. Se référer également à l’encart « exprimer sa passion » p. 58. Pour s’exercer : activités
13, 14, 15 de la partie PRODUIRE p. 60-61 du cahier d’activités. Pour les activités 16 et 17 du cahier p. 62, il
est possible de les animer un peu à la manière d’un atelier d’écriture ou vous pourrez apporter des conseils
ou des contraintes, selon la maturité méthodologique et linguistique des apprenants.

Proposition de corrigé :
9 J’adore ce que vous faites depuis toujours, vous êtes mon groupe préféré. Est-ce que vous pouvez, dans
votre prochain album, parler de la cruauté animale et critiquer les gens qui la pratiquent ? Je vous ai toujours
admiré pour votre sincérité et vos paroles franches et même des fois, dures. Ce serait donc bien de vous
entendre prendre la défense des animaux, vous ne vous êtes jamais attaqué à ce sujet, mais j’en suis sûr que
ça aurait du succès. D’autant plus qu’on vous voit souvent avec des chiens et des chats dans vos clips ! Merci
d’avance !

Page 57 VOCABULAIRE
Page 57
Questions 1-2-3-4
[travail individuel puis en grand groupe]

Inviter les apprenants à se reporter à la page 51 de vocabulaire. Leur demander de lire cette page de façon
individuelle, de souligner les mots qui leur posent des difficultés (de compréhension, de construction, etc.)
et de noter les expressions nouvelles. Expliquer les expressions qui leur posent des difficultés et répondre à
leurs questions.
Propositions de corrigés :
1 a. dur d’oreille – b. coup de cœur – c. fait chanter – d. On connaît la chanson
2 a. impressionniste – b. rap – c. poétique/surréaliste – d. surréaliste – e. politique – f. poétique –
g. classique – h. contemporain – i. engagé – j. pop
3 Réponses libres.
4 Réponses libres.

PRODUCTION ORALE

Page 57
Proposition de corrigé :
5 Réponses libres.

Page 58 AU CŒUR DU QUOTIDIEN

Page 58
Questions 1-2-3
[en groupe classe]

Observer la vignette à droite. Demander aux apprenants qui est Joey Starr.
Observer les caractéristiques physiques des deux personnages et demander de faire une analyse de l’image
et de la situation.
79
FOCUS Culture
JoeyStarr, ou Joey Starr, de son vrai nom Didier Morville, (27 octobre 1967 à Saint-Denis, en Seine-Saint-
Denis), est un rappeur, producteur et acteur français. Il commence sa carrière musicale en duo avec Kool
Shen, sous le nom de groupe Suprême NTM, l’un des piliers du hip-hop français durant les années 1990,
devenu inactif en 1998, puis reformé dix ans plus tard en 2008.
Depuis 2008, JoeyStarr se consacre majoritairement au cinéma. Il est notamment nommé deux fois au
Césars pour ses rôles dans les films de son ex-compagne Maïwenn : Le Bal des actrices et Polisse. Il prête
également sa voix dans les films, comme notamment Ted (2012), réalisé par Seth MacFarlane, et sa suite
(2015).
Quelques grands groupes et artistes historiques de rap français : MC Solaar, NTM, IAM, Assassin, Lunatic,
la Rumeur, Time Bomb, Oxmo Puccino, Secteur A, La Caution, la Fonky Family, le Ministère A.M.E.R. Plus
récents, on peut noter Rohff, Booba, 113, Disiz, Diam’s, Kery James, Keny Arkana, Sniper, Soprano, Sinik,
Orelsan ou enfin Sefyu.

Propositions de corrigés :

1 Les personnages du dessin sont : un professeur et un étudiant. Le professeur appartient à la génération


née dans les années 1970 (XXe siècle) et l’étudiant à la génération des années 2000 sûrement (XXIe siècle).
Les références du professeur sont plutôt classiques liées aux philosophes et écrivains d’avant le XXe siècle
(Kant, Platon, Rousseau…). L’étudiant va utiliser des références culturelles actuelles comme les rappeurs,
les chanteurs en général ou les acteurs jeunes et contemporains.

2 Le rire est déclenché par le sérieux du professeur et la mention du rappeur Joey Starr comme référence
philosophique ; c’est le décalage générationnel qui est humoristique ici. L’attitude de l’étudiant semble
passive et plutôt inerte ; on ne voit pas trop de réactions sur son visage ni dans son regard.

3 La philosophie et le rap ont des points communs tels que le sens des mots aussi bien dans les textes
philosophiques que dans certains textes rappés, les thèmes abordés et les mots choisis peuvent être très
lourds de sens et prêter à débat. Mais le style reste différent, la forme (essais construits assez longs d’un
côté et textes de rap plus courts) et aussi les moyens de diffusion (livres contre chanson ou vidéo clip).

COMPRÉHENSION ORALE

Page 58
Questions 4-5-6-7-8
[en groupe classe]
Écouter le document sonore. Se référer à la transcription au préalable afin de cibler les moments difficiles
de l’enregistrement et de mettre en avant quelques mots qui pourraient poser problème lors de l’écoute.
Demander aux apprenants s’ils écoutent du rap, si ce genre est populaire dans leur pays, quelle place ont
ces artistes dans le paysage médiatique et quel thème ils abordent. Pour s’exercer : activité 18 p. 62 du cahier
d’activités.

Propositions de corrigés :

4 Le rappeur Orelsan appartiendrait plutôt au rap conscient, « c’est vraiment la critique des gens paumés
que crée la société ».

5 Le rap conscient : C’est de la philosophie ; C’est un art de vivre ; C’est de la critique sociale pure ; C’est
très bien écrit ; C’est riche, varié.
Le rap contestataire : Les gars contestataires qui ne parlent que de la vie de quartier ; C’est plutôt des
portraits, des tableaux ; Des phrases sans trop de rapport les unes avec les autres ; Ça joue à se clasher ;
Agressif

6 Les mots qui se répètent : enfin / enfin bon, en fait, après, je veux dire, tu vois, si tu veux, là c’est… quoi

7 Au départ, le rap est né pour exprimer une vraie critique sociale, pour décrire les problèmes de la
société.

8 Réponses libres.

80
THÈME
THÈME

1
7
PRODUCTION ORALE

Page 58
Question 9
Proposition de corrigé :
9 Réponses libres.

Question 10
Classer au tableau ce qui plait et déplait à propos du rap. Possibilité d’effectuer un débat autour de ce
style musical.
Proposition de corrigé :
10 Réponses libres.

Question 11 - Jeux de rôles


Activité décrite dans le livre.
Proposition de corrigé :
11 Réponses libres

Cahier d’activités, p. 56-62

ENRICHIR SON LEXIQUE

Page 57
Proposition de corrigé :
5 b. Cet artiste est toujours sombre, même sa voix est rugueuse, et ses mélodies nostalgiques. C’est vrai
que quand on écoute ses chansons ça ne nous met pas de bonne humeur, on est tout de suite éteint.
Son monde déborde de tristesse et on sent que c’est un artiste qui a beaucoup souffert ou qui veut
réparer les injustices qu’il a vécues.

PRODUIRE

Voir Vous habitez en France et une œuvre d’art contemporaine


FICHE
MÉTHODO dénonçant la pollution subie en ville a été enlevée du jardin des
ESSAI

3 Tuileries à Paris, car jugée trop polémique. Vous décidez d’écrire


une lettre ouverte au ministre de la Culture en défendant la liberté
de l’expression artistique. (250 mots environ)

Page 62

Propositions de corrigés :
16 Plan
Introduction La place de l’art dans le monde et en France en particulier
Partie 1. Le succès de l’œuvre en particulier.
L’œuvre exposée au jardin des tuileries connaît un énorme succès, ça enlèverait donc à la ville une part
de sa notoriété et de son attractivité touristique.
Partie 2. L’engagement de l’artiste via son œuvre
Puisque le combat contre la pollution dans lequel s’est engagé l’artiste est un combat mené par de
nombreuses associations et d’autres artistes, l’art est un moyen comme un autre de sensibiliser la

81
population.
Partie 3. L’importance de la liberté d’expression artistique en France
Bien qu’il y ait toujours des détracteurs de l’art en général et de l’art contemporain en particulier,
la France doit maintenir sa position de modèle culturel dans le monde, en accompagnant la création
artistique de ses citoyens et la liberté d’expression en général.
Conclusion
17 Texte rédigé 
Monsieur le Ministre,
Je vous écris aujourd’hui car je souhaite vous faire part de mon indignation. En effet, j’ai appris que vous
aviez retiré l’œuvre de Jacques exposée au Jardin des Tuileries jusqu’à la semaine dernière encore, et cette
nouvelle m’a révolté.
Tout d’abord, Jacques étant un artiste très en vogue et reconnu pour son immense talent, je m’étonne que
vous n’ayez pas saisi l’occasion une fois encore de montrer à quel point Paris est dynamique, avant-gardiste
et innovante. Cette œuvre aurait pu attirer de nombreux autres touristes nationaux et internationaux et
donc générer un mouvement économique non négligeable. En effet, j’ai pu constater par moi-même
que les passants interrogés étaient très contents de voir cette œuvre et pensaient que l’art contemporain
reflétait bien les préoccupations de la société actuelle.
Ensuite, je ne comprends pas non plus pourquoi le sujet de l’œuvre est si polémique ; la pollution que les
citoyens subissent aujourd’hui dans les grandes villes comme Paris est devenue un sujet urgent à traiter.
L’œuvre avait beau choquer certaines personnes, elle arrivait à sensibiliser le public et attirer l’attention
sur un problème de société majeur. L’art est un moyen pacifique de sensibiliser la population. Préfèreriez-
vous des manifestations violentes et destructrices pour dénoncer cette atteinte à la santé publique vécue
chaque jour ?
Enfin, je tiens à vous rappeler que bien qu’il y ait toujours des détracteurs de l’art en général et de l’art
contemporain en particulier, la France doit maintenir sa position de modèle culturel dans le monde, en
accompagnant la création artistique et la liberté d’expression en général.
Il faut prendre conscience que les décisions de censure d’un gouvernement peuvent influencer l’image
de notre pays et de ses artistes dans le monde. Que l’œuvre exprime la résistance ou la provocation,
qu’elle soit abstraite ou réaliste, la France doit conserver sa liberté d’expression et le débat de société
qui la définit. Aussi, j’espère sincèrement que vous considérerez mes commentaires comme pertinents, et
envisagerez de remettre cette œuvre artistique à disposition du grand public.
Cordialement, A.T.
(338 mots)

82
TEST Thème 7

1 Exprimez la volonté à l’aide d’une des expressions suivantes : ne jamais céder, mon
aspiration, avoir l’intention, ma détermination, être résolu, Il est nécessaire. 9 points
a. ………………..………………..………. que chacun y mette du sien pour que les choses changent.

b. ………………..………………..………. de ne pas laisser tomber mon combat contre le racisme.

c. Je ne perdrai jamais ………………..………………..………. à agir pour le climat.

d. Quoiqu’il en soit, ………………..………………..………. à aller jusqu’au bout contre l’intolérance.

e. Il nous faut ………………..………………..………. face aux préjugés.

f. ………………..………………..………. est simple : refuser les compromis et ne jamais abandonner

mes engagements.

2 Subjonctif, infinitif ou indicatif ? Mettez les verbes suivants au mode qui convient.
9 points
a. Je ne baisserai jamais les bras de sorte que le monde ……………………..…………… (être) pour

toujours un endroit accueillant.

b. Je souhaite que chacun ……………………..…………… (pouvoir) trouver sa place sur cette terre.

c. Il faut parfois ……………………..…………… (lutter) pour atteindre son objectif.

d. J’ai décidé que jamais je ne ……………………..…………… (laisser) les autres décider à ma place.

e. Je regrette que si peu de choses ……………………..…………… (avoir été) faites auparavant. La

situation est maintenant critique.

f. Ce n’est pas tout d’ ……………………..…………… (être) pragmatique, il faut savoir aller au bout

de ses rêves.

3 Exposé oral 12 points


Vous préparez un exposé et vous le présentez au jury.

Vous aurez soin de présenter, en une dizaine de minutes, idées et exemples pour étayer vos propos

et d’organiser votre discours de manière élaborée et fluide avec une structure logique et efficace EDITO C1 GUIDE PÉDAGOGIQUE - Thème 7 - test © Éditions Didier, 2019

qui aidera le destinataire à remarquer les points importants.

Sujet :

Vous participez à un forum sur les actions citoyennes. De nombreuses associations de lutte contre

les discriminations ou de défense des animaux et du climat sont présentes. Vous intervenez pour

prendre position et présenter les différentes actions qui devraient être envisagées pour mieux

défendre toutes ses causes en proposant une synergie des luttes.

83
THÈME
THÈME

1
8
THÈME 8   La fureur de lire
Livre, p. 59-66

8 La fureur de lire Ca
hier
E8
Livre de l’élève - p. 59-66 THÈM

s
d  ’


OBJECTIFS COMMUNICATIFS q relever les pouvoirs du roman a c t i vi
& SAVOIR-FAIRE q lier un récit autobiographique à son auteur
ENRICHIR SON LEXIQUE
VOCABULAIRE Le livre : métiers, objet, écriture, figures de style, Le livre
publication, qualificatifs, genres
CONSOLIDER SA GRAMMAIRE
PRODUCTION ORALE q débattre de l’utilité de la littérature S’approprier les différents
> DÉBAT q présenter un livre marquant temps du récit
> MINI EXPOSÉ q discuter de son rapport à la lecture et à l’écriture
q déterminer et présenter sa maison d’édition PRODUIRE > ESSAI
Sensibiliser à la protection des
PRODUCTION ÉCRITE q débattre de l’attribution d’un prix prestigieux œuvres
> FIL DE DISCUSSION q estimer le rôle des librairies de quartier et en
LES ARTICULATEURS
ligne
JEUX DE CULTURE GÉNÉRALE

Page 59 OUVERTURE
PRODUCTION ORALE

1 Le titre de l’unité
[en groupe classe]

Afin d’entrer dans la thématique du dossier, poser les questions suivantes aux apprenants : Lisez-vous
souvent ? Lisez-vous par plaisir ou bien par obligation ? Sur quel support ? Quel type de livre ? Un livre a-t-il
changé votre vie ? Aimez-vous écrire ?

IDÉE POUR LA CLASSE


Rédiger un questionnaire avec les apprenants sur la place de la lecture et ses pratiques.
(cf. GP thème 1, focus Méthodologie « rédiger un questionnaire »)

En ce qui concerne la lecture, il est important de cibler des tranches d’âge afin que les résultats de votre
questionnaire ne soient pas fourre-tout. Par exemple, s’intéresser à la tranche des jeunes adultes, 18-25 ans,
ou bien auprès des parents ou grands-parents des apprenants.
Définir en classe les objectifs de l’étude, par exemple :
- Mesurer les pratiques actuelles en termes de lecture et sa place au sein des loisirs
- Comprendre leurs motivations, perceptions et freins à lire
- Identifier ce qui pousse cette tranche d’âge à lire
Définir ensuite des questions clés qui pourront être précisées lors de l’élaboration du questionnaire. Par
exemple :
- Quel rapport le public cible entretient avec la lecture ?
- Quelle place accorde-t-il à la lecture ?
- Lisent-ils par plaisir ou par obligation ?
- Qu’aiment-ils lire ?
- Sur quel support ?
- Que leur apporte la lecture ?
Possibilité ensuite d’établir ensemble une méthode d’échantillonnage, par exemple par un questionnaire
en ligne, par téléphone ou bien en présentiel. Tâcher d’avoir une cible représentative (âge, sexe, origine).
Collecter ensuite les résultats et demander aux apprenants de rendre compte des informations collectées.

84
Expliquez le titre de l’unité.
[en groupe classe]
La fureur de lire : l’utilisation du terme « fureur », qui en général a plutôt une acception négative, synonyme
de colère, signifie ici plutôt une envie irrépressible. Il s’agit donc ici d’une envie presque incontrôlée de lire.
Ce titre fait directement référence à un titre en français d’un film américain, intitulé La fureur de vivre,
Rebel Without a Cause en anglais, de 1955 avec James Dean et Natalie Wood.

Quels sont les thèmes de cette unité ?


La littérature, les romans, la lecture, le droit d’auteur, la protection des œuvres, la narration, l’autobiographie.

2 La photographie
[en groupe classe]
Décrivez la photographie et donnez-en une interprétation.
Description : une jeune femme est assise sur un canapé. Elle tient entre ses mains un très gros livre. De ce
livre semblent être sortis des papillons de papier multicolore. À cause de ce livre cette jeune femme ressemble
à une enfant. La différence d’échelle entre elle et la pièce (hauteur des murs, de la porte) insiste sur ce fait.
Interprétation : la construction de cette image rend compte du plaisir lié à la lecture pour cette jeune femme.
En effet, elle regarde les papillons s’envoler du livre avec un regard émerveillé. La taille du livre donne
également l’impression qu’elle est comme plongée à l’intérieur, totalement absorbée par l’histoire qu’elle
lit. De même, ce plaisir semble la replonger dans un plaisir presque enfantin, où le temps s’arrête et où la
magie de la lecture prend le dessus sur la réalité.

3 Les objectifs
> Préparer les apprenants à la production finale
La production finale de ce thème est un essai écrit sur un blog, dans lequel l’apprenant sera invité à donner
son avis argumenté sur la protection des œuvres artistiques et du droit d’auteur. La consigne de l’essai se
trouve en p. 63 du cahier d’activités.

Voir Jean-Paul Sartre avoue dans Les Mots avoir commencé sa carrière
FICHE
MÉTHODO d’écrivain en recopiant des histoires existantes. Il soulève ainsi le
3 problème du plagiat et donc de la protection des œuvres. Sur un
ESSAI

blog francophone consacré à la littérature, vous participez au


débat : « Dans un monde où les informations circulent partout
et tout le temps, est-il utile de protéger les œuvres artistiques,
notamment littéraires ? » (250 mots environ)

Tout au long du travail sur les documents du thème, encourager les apprenants à prendre note de leurs
idées, à les sérier, à les catégoriser (idée essentielle 1, 2, arguments, exemples) afin de les aider à nourrir
leur argumentation. La partie du PRODUIRE du cahier p. 67-69 pourra les aider dans leur démarche. Ne pas
hésiter à s’y référer tout au long du travail. Lorsque vous jugerez utile de le faire et en fonction de la maturité
méthodologique de vos apprenants ou de leur degré d’expérience de ce type de production, les référer à
la fiche méthodologique dans le cahier. La passer en revue ensemble. Dans le cadre de l’essai, il s’agit de la
fiche 3, p. 6 et 7 du cahier d’activités. Les documents sélectionnés dans le livre ont pour finalité d’alimenter
la réflexion des apprenants.
FOCUS Méthodologie
Les types de plan (1) :
En C1, et tout particulièrement pour le DALF, votre capacité à argumenter, la cohérence et la cohésion de
votre discours sont des éléments extrêmement importants. Il est donc vital de faire un plan qui prenne
bien en compte les différents aspects du sujet et de la consigne proposés. Vous pouvez vous référer aux
grilles de notation dans DALF 100% réussite, p. 314-319. En outre, la forme générale de l’essai avec
introduction, développement et conclusion, il existe différents types de plans. En voici une liste non
exhaustive :
- Le plan suggéré par le sujet : l’énoncé proposé suggère parfois directement la construction du plan à
adopter comme dans les sujets de type « Vous montrerez d’abord en quoi …. Puis vous proposerez des
solutions », ou bien « Vous exprimerez dans un premier temps votre accord/désaccord et vous donnerez
des solutions ». Le plan indique bien les parties que vous aurez à suivre.
- Le plan causes/conséquences/solutions : ce plan est très pratique lorsqu’on vous demande de réagir face

85
THÈME
THÈME

1
8
à un problème de société. Si l’on vous demande par exemple de vous exprimer sur le fait que la manière
de lire et le type de lecture a changé au cours des dix dernières années. Il serait en effet intéressant de
s’arrêter sur les raisons de ce changement, sur ces conséquences et enfin sur les solutions ou les résolutions
à adopter pour l’accompagner.

Page 60 DOCUMENT A
Page 60

FOCUS Culture
Jean-Paul Sartre (1905-1980) est un écrivain et philosophe français, représentant du courant existentialiste.
Son œuvre et sa personnalité ont marqué la vie intellectuelle et politique de la France de 1945 à la fin
des années 1970.
Écrivain prolifique, fondateur et directeur de la revue Les Temps modernes (1945), il est connu aussi bien
pour son œuvre philosophique et littéraire qu’en raison de ses engagements politiques, d’abord en liaison
avec le Parti communiste.
Son œuvre comporte plusieurs essais et textes philosophiques ayant marqué leur époque, comme L’Être
et le Néant (1943), le bref L’existentialisme est un humanisme (1946) ou La Critique de la raison dialectique
(1960), mais surtout des textes littéraires illustrant ses thèses philosophiques : nouvelles (Le Mur), romans
(la Nausée, les Chemins de la liberté), pièces de théâtre (Les Mouches, Huis clos, La Putain respectueuse).
Il a publié des études biographiques sur plusieurs créateurs, ainsi qu’une vaste étude sur Gustave Flaubert,
L’Idiot de la famille (1971-1972). Un texte court, mais important, est son récit autobiographique, Les Mots,
qui évoque les onze premières années de sa vie.
Il contribua à la création du journal Libération, allant jusqu’à le vendre lui-même dans les rues pour donner
plus de publicité à son lancement.
Il a partagé sa vie avec Simone de Beauvoir, philosophe de l’existentialisme et féministe, avec laquelle il
a formé un des couples emblématiques du XXe siècle. Leurs philosophies, bien que très proches, ne sauraient
être confondues, même si les deux auteurs se sont influencés.

COMPRÉHENSION ORALE

Page 61

FOCUS Grammaire
Le passé simple
Le passé simple est principalement un temps de l’écrit. Il est équivalent au passé composé dans un récit
littéraire, comme dans les contes ou des romans. Par exemple :
Il partit très tôt le matin. Après être sorti de chez lui, il rencontra son ami qui décida de l’emmener voir la rivière. Ils
passèrent un très bon moment.
Tous les verbes au passé simple peuvent ici être remplacés par des verbes au passé composé. Ils se démarquent
de l’imparfait comme vous pouvez le voir dans le FOCUS Grammaire du thème 3, p. 32-33 du guide
pédagogique.
Le passé simple est une forme simple du passé. Il permet de donner un rythme rapide et léger à la phrase.
Il est très présent dans cet extrait de Les mots. On le retrouve aussi parfois à l’oral, dans les commentaires
sportifs par exemple, pour donner de l’emphase et un caractère épique à une exclamation. Voir CONSOLIDER
SA GRAMMAIRE p. 65. du cahier d’activités.
Questions 1-2-3-4-5-6
[en groupe classe]
Le document A est un texte littéraire. Il peut être difficile d’accès au niveau du lexique et des temps choisis.
Pourquoi pas proposer aux apprenants de le lire et l’écouter au préalable et de relever le vocabulaire qui
leur pose problème ainsi que les formes du passé simple. S’aider également de l’aide à la lecture p. 60 ainsi
que des encarts Au Fait p. 61.
Proposer aux apprenants d’observer la couverture de l’audiolivre accolé au document A. Leur demander
quel âge a ce jeune garçon en photo et de qui s’agit-il selon eux.
Lire ensuite les questions et proposer une écoute du document, en utilisant le texte comme transcription.

Propositions de corrigés :
1 Jean-Paul Sartre a découvert le pouvoir d’ancrer l’imagination dans la réalité, c’est-à-dire qu’à chaque
fois qu’il écrivait, il fixait les mots dans le réel.

86
2 Jean-Paul Sartre éprouvait une grande joie : « jubiler » (l. 2), « me plaisait » (l. 20), « j’adorais » (l. 22).
3 L’enfant ne se considérait pas comme un copiste mais comme un auteur original puisqu’il apporte son
style (« je retouchais, je rajeunissais », l. 19) à une œuvre existante à laquelle il a tout emprunté. Il plagie
non seulement les textes mais également la posture de l’écrivain en feignant de créer alors qu’il n’invente
rien. C’est donc une double singerie. L’adulte est conscient de cette imposture. (Le lexique du plagiat est
indiqué en gras).
4 L’écrivain en train d’écrire est présenté comme hésitant, avec le front sourcilleux et le regard halluciné.
5 La plupart des adultes s’émerveillaient devant l’enfant écrivant (« en murmurant que j’étais trop mignon,
que c’était trop charmant », l. 27). Ceux qu’il considérait comme ses « admirateurs » (l. 27) l’aidaient dans
son écriture : « ma mère me prodiguait les encouragements » (l. 24), « mon oncle me fit cadeau d’une petite
machine à écrire » (l. 28), « Mme Picard m’acheta une mappemonde » (l. 29), « ma mère recopia mon second
roman » (l. 30). L’enfant en a abusé jusqu’à ce son grand-père l’ait condamné.
6 L’enfant passait tout son temps à écrire (« aux heures de récréation » l. 40, « aux vacances » l. 41) car
l’écriture le faisait exister : « écrivant, j’existais » (l. 45).

Question 7
[en groupe classe]
Proposer aux apprenants de fermer les yeux et d’écouter à nouveau une partie de l’extrait, soit en lecture
à voix haute, soit à partir de l’audiolivre.
Proposition de corrigé :
7 La lecture à voix haute rend la présence de Jean-Paul Sartre plus forte. Le texte est plus vivant.

PRODUCTION ORALE

Page 61
Question 8
[en binôme]
Ne pas hésiter à diversifier les profils (âge, sexe, activité professionnelle, nationalité le cas échéant) dans les
binômes. Se référer aux questions présentes dans le livre pour guider les apprenants. Relever les mots clés
au tableau pour chaque question.
Lors de la mise en commun, veiller à ce que chaque membre du groupe s’exprime. Prendre en note les erreurs
récurrentes et les corriger ou les faire corriger ensuite au tableau.
Proposition de corrigé :
8 Réponses libres.

Question 9 - Mini-exposé
[en sous-groupes]
Effectuer le travail préparatoire en classe, soit en groupe classe, soit déjà en sous-groupes. Demander aux
apprenants, avant même d’effectuer une recherche, ce que leur évoque une maison d’édition, celles qu’ils
connaissent, et s’ils savent qu’elle est leur ligne éditoriale.
Proposer ensuite aux apprenants d’effectuer la présentation de leur maison d’édition idéale une fois le
travail de recherche et de structuration effectué.

FOCUS Culture
La ligne éditoriale d’une maison d’édition ou d’une collection donne une cohésion globale à l’ensemble
des œuvres éditées. Elle en exprime l’identité, la ligne éthique. Elle permet à l’éditeur de faire des choix
parmi les manuscrits qui lui sont proposés par les auteurs. Le lecteur peut ainsi de se repérer dans l’offre,
et faire des choix de lecture et d’achat, ce qui contribue à fidéliser les lecteurs. Plusieurs points sont
importants pour trouver la bonne ligne éditoriale :
- La ligne éthique : ligne éditoriale reflète les valeurs de la maison d’édition.
- Le public : primordial de définir à qui l’on veut s’adresser, groupe sociologique, tranche d’âge, etc.
- Les règles générales : quel type de livre sera proposé ? Poésie / Roman / Jeunesse / Bande dessinée / Une
traduction ? Quelles collections ? Sur quel support : papier, en ligne, audio, etc.
- Le langage : le style est lié également à chaque maison d’édition. Les livres publiés chez Gallimard ou
aux Éditions de Minuit ont des lignes stylistiques différentes également.
- Le nom et la charte graphique : le nom de la maison d’édition est aussi important, ainsi que le choix des
mises en pages un reflet de l’identité.

87
THÈME
THÈME

1
8
Proposition de corrigé :
9 Réponses libres.

PRODUCTION ÉCRITE

Page 61
Question 10 - Fil de discussion
[au choix du professeur : travail individuel ou par groupe de profil-type en classe ou à la maison]
Demander quels prix littéraires connaissent les apprenants en France ou ailleurs. Proposer de les présenter
un peu. Veiller à ce que chaque membre du groupe s’exprime. Prendre en note les erreurs récurrentes et
les corriger ou les faire corriger ensuite au tableau.
FOCUS Culture
Un prix littéraire est une distinction remise pour une œuvre littéraire particulière par des institutions
publiques ou privées, des associations, des académies, des fondations ou encore des personnes individuelles.
La plupart des prix sont décernés annuellement et s’accompagnent de la remise d’une somme d’argent,
d’une bourse ou encore d’un objet d’art.
Voici quelques prix littéraires célèbres dans la francophonie :
En France : En Belgique : Au Canada : En Suisse :
Prix Goncourt Prix Première Les prix Radio-Canada Grand prix C.F. Ramuz
Prix Renaudot Prix Victor-Rossel Prix du Gouverneur général Prix Charles Veillon
Prix Femina
Prix Goncourt des lycéens
Propositions de corrigés :
10 Exemple 1 : Chaque année, à la même époque, des prix littéraires sont décernés. Les médias en parlent
beaucoup et laissent penser que la meilleure fiction a été choisie. En réalité, le monde littéraire étant très
réduit (tout le monde se connaît), je suis persuadé qu’il s’agit surtout d’arrangements entre amis pour
valoriser telle maison d’édition, faire connaître tel auteur. Je considère donc que les prix attribués ne sont
pas la garantie d’un bon ouvrage et de mauvaises expériences passées me l’ont confirmé. Pour choisir un
livre, je fais donc davantage confiance aux conseils de mon libraire ou de mes amis, je lis attentivement la
quatrième de couverture et je me fie à mon instinct !
Exemple 2 : Novice en littérature, je note scrupuleusement les ouvrages qui ont gagné les prix Goncourt,
Medicis ou les écrivains ayant reçu le prix Nobel de littérature. Comment choisir parmi les 200 000 sorties
annuelles ? Il me paraît judicieux de m’appuyer sur les choix de professionnels pour acheter un bouquin.
Ces prix ont une renommée internationale et existent, pour certains, depuis plus d’un siècle ! Naturellement,
il m’arrive d’être en désaccord avec ces jurys, de préférer un livre qui a été écarté par le jury, mais les tendances
données me permettent de faire une présélection dans un univers qui ne cesse de croître.

IDÉE POUR LA CLASSE


[en sous-groupes]
Demander aux apprenants de créer le prix littéraire de leur choix. Ils devront alors en groupe classe dessiner
les caractéristiques de ce prix, le public, les genres, la dotation, le jury, etc.
Se rendre ensuite en médiathèque et trouver les livres qui peuvent correspondre à leur prix. Si le temps le
permet, proposer aux apprenants de lire les livres sélectionnés auparavant. Effectuer ensuite une séance de
votes avec présentation des ouvrages et raison du choix. Procéder enfin au vote.
Ne pas hésiter pour cette partie de production orale à orienter les apprenants vers la p. 64 de vocabulaire.

Pages 62-63 DOCUMENT B


COMPRÉHENSION ÉCRITE

Page 63
Analyser le titre du document. Faire ressortir sous forme de remue-méninges quelles possibilités offrent le
livre et le roman en particulier.
Demander aux apprenants de lire le document et de lire les questions de compréhension écrite. Pour toutes

88
les questions, utiliser le tableau pour mettre en évidence les réponses des apprenants et les aider à les classer
et clarifier.
Questions 1-2-3-4-5-6
Propositions de corrigés :
1 Le roman exerce un pouvoir sur son lecteur : il fait naître des idées dans l’esprit du lecteur (« le roman
est une graine » l. 25) ; il fait déplacer le lecteur dans des univers qui lui sont éloignés voire inaccessibles
(« J’ai été un homme bien des fois… » l. 31, « dans des mondes que nous n’avons jamais vus » l. 56) ; il permet
au lecteur de faire un avec l’auteur (« le souffle de l’auteur s’est mêlé à mon souffle pour faire œuvre »
l. 40) ; il transforme en profondeur le lecteur (« les romans lus et oubliés m’ont dissoute et étoffée, multipliée
et unifiée » l. 41).
2 Champ lexical culinaire : assiette, se grignoter, se boire cul sec, picorer, déguster, tranches, laisser fondre,
millefeuille
Le roman est comme un plat ou une boisson qu’on déguste parce qu’on peut le commencer sans le finir, le
dévorer ou le manger par petits bouts. En gastronomie, comme en lecture, la langue joue un rôle important.
3 En parlant à la fois de l’intime et du partage, l’auteure veut dire que, grâce au livre, le lecteur intègre
en lui-même l’histoire que l’auteur partage avec une multitude de lecteurs.
4 Carole Martinez écrit que le livre n’est pas aussi péremptoire qu’une kalachnikov (autrement dit : il
n’impose pas comme une arme), aussi despotique qu’un discours prononcé en chaire (autrement dit : il n’est
pas autoritaire comme les discours faits à l’église ou à la tribune du professeur), aussi invasif qu’un parfum
(autrement dit : il n’envahit pas comme l’odeur d’un parfum), aussi agaçant que le vrombissement d’une
mouche (autrement dit : il n’énerve pas comme le fait le bruit d’une mouche).
5 Le lecteur s’identifie au héros, il vit les événements comme s’il était le personnage principal. Autres
exemples : « J’ai été un homme bien des fois, j’ai été fou, étranger, esclave, fils de pute, idiot, j’ai été Michel-
Ange, j’ai été une lignée et un enfant adultérin, j’ai tué, aimé, migré, enfanté, désiré, j’ai joui et souffert.
Je suis morte tant de fois » (l. 31-35).
6 Grâce au livre, le lecteur apprend à être tolérant, à mieux comprendre l’autre, à vivre ensemble.

PRODUCTION ORALE

Page 63
Question 7
[en binôme]
Ne pas hésiter à diversifier les profils (âge, sexe, activité professionnelle, nationalité le cas échéant) dans les
binômes. Se référer aux questions présentes dans le livre pour guider les apprenants. Relever les mots clés
au tableau pour chaque question.
Lors de la mise en commun, veiller à ce que chaque membre du groupe s’exprime. Prendre en note les erreurs
récurrentes et les corriger ou les faire corriger ensuite au tableau.
Proposition de corrigé :
7 Réponses libres.

Question 8
[en groupe classe]
Poser la question au groupe classe : Les avis sont-ils plutôt positifs ou négatifs ? (Les avis sont nuancés.) Ils
sont globalement positifs mais les témoins ont aussi des opinions négatives sur certains sujets.
Proposer aux apprenants de faire deux sous-groupes de 6 personnes maximum (s’ils sont plus de 12, leur
demander de faire quatre sous-groupes et donner la même tâche à deux sous-groupes puis leur demander
de comparer leur travail avant la mise en commun). L’un des sous-groupes relèvera les avis positifs ; l’autre,
les avis négatifs.
Lors du débat, il est important de guider les apprenants à l’aide d’une recherche des mots-clés propre à
chaque question. Par exemple :
> Contre la littérature :
- La littérature est une perte de temps
- Le livre est un gaspillage d’un point de vue écologique
- Ce ne sont pas les paroles qui comptent mais les actes
> Pour la littérature :
- Des livres ont changé le monde
- La littérature permet de vivre des expériences qu’on ne peut vivre et donc de dépasser le réel
- Un livre consomme moins d’énergie qu’un ordinateur par exemple et peut se transmettre et se garder.

89
THÈME
THÈME

1
8
Faire observer également l’illustration p. 63. On y voit une personne plus âgée remettre un livre à une autre
plus jeune. Cette personne plus jeune ne semble pas savoir ce qu’est cet objet car elle semble plutôt utiliser
un ordinateur. Elle trouve d’elle-même que cet objet, un livre, est d’une grande modernité et présente de
nombreux avantages pratiques.
Proposition de corrigé :
8 Réponses libres.

Question 9 - Mini-exposé
[individuel]
Faire choisir un livre aux apprenants. Préciser les informations demandées dans la consigne pour en faire
un court exposé argumenté et structuré.
FOCUS Méthodologie
Les types de plan (2) :
- Le plan thématique : ici, il s’agira d’analyser les différents aspects d’un même sujet. Par exemple, s’il est
question de la lecture en général, on pourrait en observer les enjeux sous différents aspects, que ce soit
au niveau du développement de l’enfant, de la réussite scolaire ou bien de la culture.
- Le plan comparatif : vous devrez avec ce plan comparer différents aspects proposés par le sujet. Toujours
dans le cadre de la lecture, si l’on vous demande d’observer les différences de pratiques entre les jeunes
et les séniors à propos de la lecture et de savoir laquelle de ces pratiques est la plus à même d’accompagner
le développement du livre, vous pourriez construire votre argumentation autour des différences que vous
jugez significatives ou bien sur les similitudes.
- Le plan thèse/antithèse/synthèse : ici, il sera question d’aborder un sujet sous différents point de vue,
quel que soit le vôtre. Par exemple, si un sujet énonce que de moins en moins de personnes lisent des
livres et qu’il va donc disparaître, vous pourriez tout d’abord affirmer que oui, de moins en moins de
personnes lisent, ensuite que tout simplement de moins en moins de personnes lisent des livres sur un
format papier mais que la pratique de la lecture n’a cessé d’augmenter sous d’autres formes (internet,
magasines, courriel, sms) et qu’enfin, il faut prendre en compte ces nouvelles pratiques pour inventer de
nouveaux types de créations artistiques.
Pour ce genre de plan, il est important de trouver dans le sujet et de proposer un point de bascule qui
vous permettra de lier de manière fluide la thèse et l’antithèse, en ne répondant pas seulement oui puis
non, ce qui montrerait un manque de profondeur dans votre argumentation.
Proposition de corrigé :
9 Réponses libres.

PRODUCTION ÉCRITE

Page 63
Question 10 - Fil de discussion
[au choix du professeur : travail individuel ou par groupe de profil-type en classe ou à la maison]
Faire un remue-méninges en groupe classe afin d’observer les différents points de vue des apprenants. Leur
faire choisir un type de plan pour cette production écrite et leur demander de justifier pourquoi ils l’ont
choisi.
Propositions de corrigés :
10 Exemple 1 : Depuis l’arrivée des commerces numériques, acheter un objet en ligne est un jeu d’enfant.
Plus besoin de se déplacer, l’objet est choisi et payé en ligne, puis livré à domicile. Si ce système est
particulièrement adapté pour les objets de quotidien, il ne l’est pas du tout, d’après moi, pour un objet
aussi personnel que le livre. J’ai besoin de toucher, sentir, voir, apprécier la texture de la couverture, des
pages… Tout ce que je ne peux pas avoir en ligne. Le libraire en bon professionnel peut me conseiller et
m’orienter ; ou bien, je peux décider d’errer entre les rayonnages pour me perdre et trouver la perle rare.
Acheter en librairie est aussi un acte politique : je suis pour le maintien de ces établissements qui ont
également l’avantage de faire entrer en contact les amoureux de la littérature.
Exemple 2 : Grâce aux achats en ligne, je ne perds enfin plus de temps à faire la queue dans les librairies.
Les forums de discussion, les coups de cœur des internautes et les résumés des livres me donnent toutes les
informations nécessaires pour faire mon choix et sélectionner les ouvrages qui m’intéressent. Évidemment,
pour être tout à fait honnête, je dois reconnaître que je suis ponctuellement déçue par le livre acheté qui
ne correspond pas pleinement au descriptif en ligne ; mais ces expériences sont rares. Je trouve donc que
l’achat en ligne est extrêmement pratique et me permet même une recherche plus pointue que si je demandais
conseil à un vendeur dans un magasin.

90
Pages 64-65 VOCABULAIRE
Page 64
Questions 1-2-3-4-5
Ne pas hésiter à se référer à cette page tout au long du thème, comme il est parfois indiqué.

IDÉE POUR LA CLASSE


Afin d’utiliser l’intégralité de cette double page, il est possible de faire une activité autour de la bibliothèque
idéale. À travers les diverses activités déjà effectuées à travers ce thème, mettre en place un mini-projet où
les apprenants peuvent proposer ce qui serait, selon eux, le meilleur support de lecture.
Ils sélectionneront ensuite plusieurs livres de manière collaborative et justifieront leur choix à l’aide du
vocabulaire présent dans la double page.

Corrigé :
1 (de haut en bas et de gauche à droite) : la quatrième de couverture – la tranche – le titre – la couverture
– l’auteur – la maison d’édition

Page 65
Corrigés :
2 a. ennuyeux – b. original – c. bouleversant – d. captivant.
3 a. une maison d’édition – b. des tomes – c. un bouquiniste – d. un livre épuisé.
4 a. un incipit – b. un serre-livres – c. un prête- plume – d. une autobiographie.

PRODUCTION ORALE

Proposition de corrigé :
5 Réponses libres.

Page 66 q JEUX DE CULTURE GÉNÉRALE

Page 66
Les pages Jeux de culture générale sont une opportunité de convivialité et de respiration en cette fin de
thème. Comme tout jeu de culture générale, cela va de soi que les apprenants ne sont pas forcément au
fait des idées et informations évoquées. La finalité est de jouer et de provoquer l’envie d’en savoir plus.
Questions 1-2-3-4
Corrigés :
1 a.3 – b.2 – c.4 – d.1
2 1.c – 2.a – 3.d – 4.c
3 a. Frédéric Mistral a reçu le prix Nobel en 1904 pour son œuvre Mirèio, écrite en provençal alors
que cette langue n’y est pas reconnue officiellement, et Saint-John Perse a reçu ce prix en 1960 pour ses
poésies.
Le prix Nobel de littérature a été créé en 1901. Honoré de Balzac (1799-1850) et Rabelais (1494-1553) ne
pouvaient donc pas le recevoir. Simone de Beauvoir n’a pas reçu ce prix (en 2018, aucune écrivaine n’a
encore reçu le prix Nobel de littérature).
b. André Gide (1947) : Les faux-monnayeurs ; Jean- Paul Sartre (1964) : Huis clos ; Gao Xingjian (2000) : La
montagne de l’âme ; Jean-Marie Gustave Le Clézio (2008) : Le chercheur d’or ; Patrick Modiano (2014) : Rue
des boutiques obscures.

4 a.4 – b.3 – c.1 – d.2

91
THÈME
THÈME

1
8
Cahier d’activités, p. 63-69

PRODUIRE

Voir Jean-Paul Sartre avoue dans Les Mots avoir commencé sa carrière
FICHE
MÉTHODO d’écrivain en recopiant des histoires existantes. Il soulève ainsi le
3 problème du plagiat et donc de la protection des œuvres. Sur un
ESSAI

blog francophone consacré à la littérature, vous participez au


débat : « Dans un monde où les informations circulent partout
et tout le temps, est-il utile de protéger les œuvres artistiques,
notamment littéraires ? » (250 mots environ)

Page 68

Proposition de corrigé :
16 Le plan thématique me semble être le plus adapté à ce sujet. En effet, un plan catalogue permet de
dégager les aspects positifs et négatifs d’une idée. Ici, il est évident que le sujet est polémique, il pose
question parce que, justement, il compte à la fois des avantages et des limites.

Page 69

Proposition de corrigé :
19 C’est pourquoi, au lieu de vouloir à tout prix contrôler le plagiat, pourquoi ne pas autoriser l’incon-
trôlable ? Des mouvements de pensée tels que la culture libre défendent l’idée que les libertés fondamen-
tales publiques prévalent sur le droit d’auteur.
Plan
Introduction
Partie 1. Les avantages de la protection des œuvres
Partie 2. Les limites à la protection des œuvres
Conclusion

Texte rédigé 
Chers amis blogueurs,
Étant moi-même artiste et donc très concerné par la question de la propriété intellectuelle, j’ai décidé de
participer à cette discussion. J’aimerais en effet apporter mon éclairage sur les avantages qu’engendre la
protection des œuvres mais également souligner les limites qu’elle rencontre.
Pour commencer, je voudrais rappeler les arguments incontestables en faveur de la protection du
copyright. Ce droit d’exploitation exclusif réservé à l’auteur est d’abord une manière d’accorder à l’auteur
l’originalité de l’œuvre et l’idée personnelle qui appartient intrinsèquement à son créateur. En plus de ces
arguments moraux, il faut souligner le fait que respecter le copyright permet à l’auteur de gagner sa vie,
suite au travail effectué. Pour terminer, signalons l’existence d’une loi qui encadre le copyright : en France,
par exemple, l’œuvre appartient exclusivement à son auteur qui peut décider de la vendre, de la détruire,
etc. Ces arguments sont autant de raisons de défendre le droit d’auteur.
Cependant, même si la morale nous dicte de respecter le travail qu’autrui a rendu public, il est utopique
de vouloir contrôler l’usage des œuvres partout et à tout à moment. Depuis l’avènement d’Internet, la
propagation aux quatre coins du monde est chose aisée, de nombreuses infractions sont relevées, ce qui
montre bien les limites du copyright. En dépit du travail de sensibilisation réalisé par les pouvoirs publics,
la copie, l’utilisation abusive, le plagiat sont fréquents sur une toile où la veille permanente est impossible.
Pour ma part, j’aimerais contrer les ambitions de gouvernements et de sociétés artistiques qui réclament le
respect d’une loi, à mon sens, inapplicable en faisant une proposition : puisque la diffusion est inévitable
dans notre société d’information, pourquoi ne pas appliquer les principes prônés par la culture libre,
mouvement social dans lequel le réemploi d’œuvres doit contribuer à son amélioration ?
(300 mots)

92
TEST Thème 8

1 Mettez les verbes suivants aux temps du passé qui conviennent. 9 points
La première fois que j’…………………… (lire) ce livre, je …………………… (devoir) avoir 16 ans. Je

l’…………………… (trouver) dans la bibliothèque de mes parents. Il était abîmé et le titre n’était

plus vraiment visible. On …………………… (pouvoir) seulement distinguer vaguement le nom de

l’auteur. Lorsque je l’…………………… (ouvrir), une odeur de vieux papier jauni s’en ……………………

(libérer). Les pages …………………… (être) granuleuses, comme si quelqu’un l’……………………

(plonger) dans un sable qui y …………………… (rester) collé. En le feuilletant, je ……………………

(voir) tout à coup comme des mots griffonnés. Je …………………… (retourner) en arrière et en effet,

quelqu’un y …………………… (écrire) un message. L’écriture …………………… (être) difficilement

déchiffrable mais je …………………… (reconnaître) alors à qui il …………………… (s’adresser). Le

prénom de ma mère …………………… (citer). Et en regardant plus attentivement la signature, je

…………………… (voir) que c’…………………… (être) le nom de mon père. C’était donc le fameux

livre qu’il lui …………………… (offrir) lors de leur première rencontre !

2 Relier ces deux séquences selon l’indication temporelle entre parenthèse. 9 points
a. publier un livre / signer un contrat d’édition (postériorité) (après)

b. avoir la vie difficile / vivre de sa plume (antériorité) (avant)

c. écouter de la musique/ lire un livre (simultanéité) (pendant)

d. écrire ma première poésie/ savoir ce que je veux faire (instantanéité) (dès que)

e. accuser de plagiat / perdre sa crédibilité (origine) (depuis que)

f. ouvrir une librairie / acheter les livres sur internet (antériorité) (....)

3 E xposé oral 12 points


Vous préparez un exposé et vous le présenterez au jury. Vous aurez soin de présenter, en une dizaine

de minutes, idées et exemples pour étayer vos propos et d’organiser votre discours de manière

élaborée et fluide avec une structure logique et efficace qui aidera le destinataire à remarquer les EDITO C1 GUIDE PÉDAGOGIQUE - Thème 8 - test © Éditions Didier, 2019

points importants.

Sujet :

La librairie de votre quartier vous invite en tant que fidèle lecteur à une conférence sur le plaisir de

lire. Vous donnez votre avis en décrivant comment vous est venu ce désir de lecture et vous défendez

ensuite les librairies face aux livres achetés sur internet tout en soulignant que les nouvelles techno-

logies offrent des possibilités de créations intéressantes.

93
THÈME
THÈME

1
9
THÈME 9   Homo futurus
Livre, p. 67-74

9 Homo futurus hier


Ca
Livre de l’élève - p. 67-74 E9
THÈM

s
qa  ppréhender l’intelligence artificielle et l’avenir d  ’


OBJECTIFS COMMUNICATIFS
de l’homme
a c t i vi
& SAVOIR-FAIRE
q c onfronter transhumanisme et éthique
ENRICHIR SON LEXIQUE
VOCABULAIRE Les nouvelles technologies : transhumanisme,
Les nouvelles technologies 
biomédecine, robotique, éthique, expressions
qd
 resser le portrait de l’homme du futur CONSOLIDER SA GRAMMAIRE
PRODUCTION ORALE
qa
 nticiper l’évolution de la robotique Émettre des hypothèses
> DÉBAT
> MINI EXPOSÉ qp
 oser les risques éthiques de l’homme augmenté PRODUIRE > SYNTHÈSE
qd
 ébattre de la robotisation des métiers Synthétiser des documents sur
qa  ccepter ou refuser une conférence sur la le transhumanisme
PRODUCTION ÉCRITE
> FIL DE DISCUSSION domination de l’intelligence artificielle
q r éagir à l’influence des géants du web
JEUX DE CULTURE GÉNÉRALE

Page 67 OUVERTURE
PRODUCTION ORALE
1 Le titre de l’unité
[en groupe classe]
Pour entrer dans le thème, demander aux apprenants leurs représentations de l’être humain du futur.
Comment est-il physiquement ? Dans quel environnement évolue-t-il ? Demander aux apprenants de citer
des œuvres ayant pour sujet la robotique ou les inventions ou des œuvres littéraires (Ravage de René Barjavel,
De la Terre à la Lune de Jules Verne, La Planète des singes de Pierre Boulle). Vérifier si les représentations
d’une société à un instant T se révèlent dans le futur.
Expliquez le titre de l’unité.
[en groupe classe]

FOCUS Culture
« Homo futurus » signifie « homme du futur » en latin, au sens de « être humain du futur ». Le latin est
une langue dite « morte », car aujourd’hui parlée par aucun locuteur, et à l’origine des langues indo-
européennes dont fait partie le français.
En français, on utilise encore des expressions latines (exemples : et cetera, confer), voire des expressions
idiomatiques (exemple : Carpe diem), en particulier dans des domaines tels que la science, la médecine,
la botanique. « Homo futurus » n’est pas une expression fréquemment utilisée par les Français mais
facilement compréhensible de par la proximité lexicale.

IDÉE POUR LA CLASSE


[en sous-groupes]
Demander aux apprenants de se répartir en 3 ou 4 groupes/équipes. En un temps limité (par exemple 3
minutes), ils doivent noter sur une feuille le maximum de mots latin encore utilisés en français qu’ils
connaissent. Mise en commun pour désigner l’équipe gagnante.
Demander aux apprenants ce qu’implique le choix d’utiliser le latin pour parler de l’homme du futur, par
rapport au français.
Quels sont les thèmes de cette unité ?
La science, l’avenir, le futur, l’intelligence artificielle, l’éthique, le transhumanisme.

94
2 La photographie
[en groupe classe]
Décrivez la photographie et donnez-en une interprétation.
Description : on voit deux êtres manifestement non humains. À droite, la femme porte un masque humain
sur un corps robotique argenté. La couleur et la matière de son corps sont associées à des technologies
futures. Elle touche du bout des doigts les lèvres d’un visage de robot dont les yeux sont fermés et dont le
visage surgit à travers une vitre. À l’arrière, il y a un visage similaire.
Interprétation : si la nature des deux robots fait peu de doute, on peut interpréter le geste tendre comme
profondément humain.
Demander aux apprenants ce qui se dégage de cette photographie. S’agit-il de deux robots humanisés ou
de deux humains robotisés ? Quelle différence voient-ils entre les deux ?

FOCUS Culture
L’image utilisée est tirée du film Ex machina sorti en 2015, film de science-fiction du réalisateur Alex
Garland et l’actrice est Alicia Vidanker. Alex Garland est un romancier, scénariste et réalisateur britannique.
Synopsis du film : Caleb, 24 ans et brillant codeur, gagne un concours et remporte un séjour pour passer
une semaine dans un complexe de recherche scientifique isolé en montagne d’un programmateur
informatique millionnaire, Nathan. Nathan a créé un robot féminin doté d’une intelligence artificielle,
Ava. Il demande alors à Caleb de déterminer si cette création pense réellement par elle-même. Mais Ava
a peur de Nathan, qu’elle soupçonne de vouloir la tuer...

3 Les objectifs
> Préparer les apprenants à la production finale
La production finale de ce thème est une synthèse. L’apprenant devra synthétiser les idées des deux textes
présents sur les pages 68 et 69 du livre. La consigne de la production finale se trouve en p. 70 du cahier
d’activités.

Voir Comparez les deux articles « Transhumanisme versus bioconservateurs »


SYNTHÈSE

FICHE
MÉTHODO et « Google ne contrôle pas encore le monde » (livre, p. 68-69) et
4 retrouvez les convergences et les divergences. Vous les présenterez
dans une synthèse écrite pour le projet scientifique de votre école.
(250 mots environ)

Tout au long du travail sur les documents écrits du thème, inciter les apprenants à relever les points communs
et les différences entre les deux textes afin de les aider à préparer la synthèse. Lorsque vous le jugerez utile,
les renvoyer à la fiche méthodologique dans le cahier. Dans le cadre de la synthèse, il s’agit de la fiche 4 p.
8-9 du cahier d’activités.

Pages 68-69 DOCUMENTS A ET B


Page 68
Titre du document A
[en groupe classe]
Demander aux apprenants de lire le titre du texte et d’expliquer le mot « versus », écrit en italique. Les mots
latins (comme versus) sont systématiquement orthographiés en italique. Cette préposition signifie « opposé
à ». Les deux termes qui s’opposent (« transhumanisme » et « bioconservateur ») sont l’objet de la question 1.
Illustration du document A
[en groupe classe]
Décrivez la photographie et donnez-en une interprétation.
Description : on voit un homme torse nu, assis à une table, devant un monticule de fils, bobines et ressorts.
Il tient sa tête dans une de ses mains, la seconde observe une résistance. Son visage a été remplacé par un
trou béant d’où sort un fil électrique. On aperçoit d’autres composants électroniques dans ce qui lui fait
office de visage. La table est recouverte de papier journal, et le mur derrière lui, d’une couleur sombre.
L’image est majoritairement composée de deux couleurs : le sépia et le gris foncé.

95
THÈME
THÈME

1
9
Interprétation : on peut se demander si l’homme est devenu un robot ou si les robots sont devenus si réels
qu’ils ressemblent à des hommes. Les couleurs et l’expression de doute, d’interrogation du personnage
créent une ambiance intime et désolante. Le geste d’incompréhension arrêté sur ce petit composant peut
vouloir montrer l’incompétence (humaine ou technique ?) à réparer la nature humaine.
Faire réagir les apprenants devant cette image : comment la trouvent-ils ? réaliste ? provocante ? Que leur
inspire-t-elle comme sentiment ? S’agit-il d’un robot humanisé ou d’un humain robotisé ?

Page 69
Titre du document B
[en groupe classe]
Demander aux apprenants de lire le titre du texte et d’en expliquer le sens. Quelle est l’intention de l’auteur :
est-il sincère ? ironique ? sérieux ? Qu’en pensez-vous : êtes-vous d’accord avec cette affirmation ?
Illustration du document B
[en groupe classe]
Décrivez la photographie et donnez-en une interprétation.
Description : on voit une succession de robots qui évoluent et s’humanisent au fur et à mesure de l’image,
de la gauche vers la droite. De 1, ils passent à 2 : les deux dernières évolutions montrent des robots sexués
(homme et femme).
Interprétation : on montre les progrès de la science, les robots les plus évolués ressemblant très fortement
à des humains, et la capacité de la science à sexuer les robots.

FOCUS Culture (des documents A et B)


Google est le moteur de recherche sur le Web le plus utilisé au monde (90 % des internautes s’en servent).
Son nom vient du mot Gogol, nom donné au nombre 10 100 et indique sa capacité à traiter de très grandes
quantités de données.
La Silicon Valley (ou « vallée du silicium » en français) désigne la zone où se trouvent une grande
concentration d’industries de pointe en Californie (aux États-Unis) inspirante pour le monde entier.
Nom de Zeus est une revue en ligne qui parle de l’actualité du futur et des technologies.
The Lancet est une revue scientifique médicale britannique hebdomadaire consacrée à la santé.

FOCUS Vocabulaire
Dans le domaine de la science, le latin mais aussi l’anglais sont fréquemment utilisés.
Demander aux apprenants de relever les anglicismes du texte : document 1 : lobby (l. 16), pacemaker
(l. 71) ; document 2 : cyborg (l. 2).

COMPRÉHENSION ÉCRITE

Page 70
Demander aux apprenants de lire les questions de compréhension écrite du document A.
Questions 1-2-3
[en groupe classe]

Propositions de corrigés :
1 « Transhumaniste » et « bioconservateur » sont deux mots de formation récente, composés à partir de
suffixes d’origine latine. Ils renvoient à des mouvements ou, du moins, à des systèmes de pensée opposés.
« Transhumanisme » est un mot savant devenu courant depuis quelques années. Il est formé du présuffixe
« trans- » qui signifie « à travers », « au-delà » (« la technologie dépasse, voire remplace la vie » l. 12). Cela
renvoie donc à l’idée d’un degré supérieur à l’humanisme. L’humanisme est un mouvement intellectuel
européen datant de la Renaissance (XVIe siècle) qui place l’élévation de l’homme au centre de sa réflexion,
en particulier l’élévation intellectuelle. L’imprimerie avait joué dans cette perspective un grand rôle en
permettant un meilleur accès au savoir. De la même manière, on peut supposer que le transhumanisme
cherche aujourd’hui à aller encore plus loin que cet humanisme initial, en améliorant les capacités physiques
et cognitives de l’homme grâce aux nouvelles technologies (« fusion de la technologie et de la vie », l. 1).
L’ambition est toujours celle de perfectionnement de l’homme, jusqu’à éliminer la souffrance, voire la mort.
En cela, ce mouvement s’oppose à une conception « naturelle » de l’homme (en visant la création de « la
vie artificielle »), dont la condition est de vieillir et de mourir. Ainsi, le terme « bioconservateur », ayant un
usage bien plus limité que « transhumanisme », renvoie étymologiquement à ceux qui privilégient une
vision plus naturelle de la « vie » (bio). De fait, les bioconservateurs s’opposent à l’utilisation des technologies

96
ou des sciences pour améliorer l’espèce humaine, ce pour quoi ils sont considérés comme conservateurs.
2 Les transhumanistes sont présentés comme progressistes d’abord d’un point de vue physique et cognitif.
Ils sont favorables à tous les changements que rendent possibles les avancées technologiques des NBIC (le
transhumanisme « prône l’adoption enthousiaste de tous les progrès NBIC, quitte à changer l’humanité »,
l. 17). Mais au-delà de cette amélioration de l’espèce humaine, ils sont jugés comme tels d’un point de vue
idéologique parce que ce mouvement « souhaite faire profiter l’ensemble des êtres humains [...] des bienfaits
de la technologie » (l. 33) en essayant de corriger les inégalités liées à la naissance. La science doit permettre
de favoriser cette égalité au niveau des capacités physiques et cognitives. Au contraire, les bioconservateurs
d’aujourd’hui, en défendant la nature, entretiendraient les inégalités biologiques de nature, ce qui est
assimilé à une position conservatrice.
3 Les deux débats principaux liés au transhumanisme portent sur les conditions d’accès aux techniques
d’amélioration et sur la nécessité et/ou la possibilité de résister à cette évolution. En effet, l’article souligne
que le transhumanisme ne résout pas les inégalités économiques et sociales, car il faudrait – dans le cas
d’une généralisation du transhumanisme – que tout le monde puisse y accéder indépendamment de son
niveau social, à l’instar des étudiants pour le renforcement des capacités cognitives. « La question n’est déjà
plus celle de l’acceptabilité mais de l’égalité de la diffusion de ces technologies » (l. 52-54). D’autre part,
l’évaluation des dérives possibles, notamment éthiques, est primordiale : « toute la question est de savoir
si, au nom des risques, il faut – et s’il est possible de – s’opposer à la convergence des NBIC » (l. 83-85).
Questions 4-5-6
[travail individuel puis en groupe classe]
Demander aux apprenants de lire les questions de compréhension écrite du document B.
Propositions de corrigés :
4 Le passage peut être reformulé en ces termes : l’omniprésence croissante des machines, notamment
dites intelligentes, donne des allures de science-fiction à notre réalité. Cependant, ce progrès technique est
si rapide qu’il ne donne pas même le temps de s’accompagner d’une réflexion dans le domaine des lois ni
du bien et du mal.
5 Alors que l’augmentation vise à une amélioration non-nécessaire (« ajouter »), la réhabilitation cherche
à corriger un problème (lié à un accident, par exemple) : « Si vous “ajoutez” quelque chose pour développer
vos capacités, c’est de l’augmentation. Si vous perdez un bras et qu’on vous en greffe un nouveau, c’est de
la réhabilitation » (l. 45- 48). Les techniques peuvent être tantôt d’augmentation tantôt de réhabilitation
selon l’usage qui en est fait. Ainsi, l’exosquelette est l’une des techniques les plus fréquentes d’augmentation
(dans un objectif d’améliorer les capacités physiques, dans un cadre militaire par exemple). Toutefois, lorsqu’il
est employé pour les handicapés, il correspond à de la médecine de réhabilitation. L’autre technique privilégiée
de réhabilitation citée est la greffe d’organe. Un des critères de l’amélioration est l’aspect réversible de cette
dernière.
6 Raja Chatila reste méfiant par rapport au transhumanisme non seulement quant aux risques de dérives
éthiques qu’il s’agira d’encadrer (« il faudra que le législatif s’en saisisse » l. 19) que quant à l’évolution
scientifique elle-même dans le temps (« les dates avancées me semblent assez douteuses » (l. 31) / il n’est
« pas du tout convaincu du caractère inéluctable » (l. 65)). La façon de dénommer les entreprises phares du
transhumanisme est sans doute la plus révélatrice de sa subjectivité, à l’instar de l’expression péjorative « la
bande de Google » (l. 84). Au discours indirect, on peut aussi relever le passage suivant : « Pour Raja Chatila,
certains aspects de ce discours peuvent être crédibles, mais ils sont mêlés à de purs fantasmes voire à des
délires potentiellement très dangereux » (l. 27-30).
Questions 7-8
[travail individuel puis en groupe classe]
Demander aux apprenants de relire les deux textes et de lire les questions de compréhension écrite des
documents A et B et l’aide à la lecture.
Propositions de corrigés :
7 Les arguments avancés en faveur du transhumanisme sont principalement présentés dans le texte A, le
texte B mettant surtout en évidence les limites du transhumanisme. Ce texte met en avant la réduction des
inégalités biologiques (texte A) et l’amélioration des conditions de vie pour tous : espérance de vie rallongée,
lutte contre les maladies et les pathologies et même les imperfections physiques (texte A). Il est aussi indiqué
que cette évolution est inéluctable car personne ne peut renoncer à vivre mieux et plus longtemps (texte
A et B).
8 Selon P. Alexandre, nous en sommes à un stade déjà très avancé du transhumanisme : pour lui, nous
sommes déjà des transhumains. La prochaine étape consiste simplement à rendre l’accès à ces techniques
plus facile pour tous. Le deuxième texte donne 2045 comme moment où l’homme sera définitivement
devenu un cyborg (estimation de Ray Kurzweil). Cependant, Raja Chatila met en doute ce calendrier, en
indiquant que nous sommes encore loin de voir les promesses des transhumanistes se réaliser et qu’il y a
une grande part de fantasme.

97
THÈME
THÈME

1
9
PRODUCTION ORALE

Page 70
Question 9
[en groupe classe]
Demander aux apprenants s’ils connaissent des personnes avec des prothèses afin qu’ils en parlent aux
autres. Puis orienter la discussion vers l’impact que les objets technologiques peuvent avoir sur le corps
humain.
Proposition de corrigé :
9 Réponses libres.

Question 10
[travail individuel puis en sous-groupes]
Demander aux apprenants de lister les améliorations possibles, avec leurs avantages pour l’espèce humaine.
Dans un second temps, en binôme, les apprenants se présentent mutuellement leur image de l’homme du
futur.
Proposition de corrigé :
10 Réponses libres.

Question 11 - Débat
[travail individuel puis en sous-groupes]
En groupe classe, proposer aux apprenants de lister les raisons d’être transhumaniste ou bioconservateur.
Noter les idées au tableau, y ajouter des exemples concrets. Dans un second temps, mettre les apprenants
en binôme : l’un prend la position du transhumaniste, l’autre du bioconservateur. Le débat s’engage.
Proposition de corrigé :
11 Réponses libres.

Question 12 - Mini-exposé
[travail individuel puis en sous-groupes]
Pistes pour l’exposé : demander aux apprenants de constituer des groupes puis de se répartir les techniques
d’augmentation de l’homme. Laisser du temps aux apprenants pour qu’ils consultent Internet ou des ouvrages
afin d’avoir des éléments sur les avantages et inconvénients de ces risques. Préparer l’exposé et le présenter
à la classe (5 à 10 minutes par groupe). À la fin des présentations, les apprenants choisissent la technique la
plus dangereuse selon eux.
Proposition de corrigé :
12 Réponses libres.

PRODUCTION ÉCRITE

Page 70
Question 13 - Fil de discussion
[en groupe classe puis travail individuel]
Avant de rédiger cette production écrite, les apprenants réfléchissent aux risques de l’intelligence artificielle.
Ils les listent au tableau, puis décident personnellement de leur position. La rédaction est individuelle.
Proposition de corrigé :
13 Voilà une proposition de sortie intéressante ! Je viendrai avec beaucoup d’intérêt à la conférence de la
Singularity University pour entendre quand et comment l’espèce humaine sera dépassée par l’intelligence
artificielle. Non pas que je croie en cette hypothèse qui me semble complètement farfelue ! Au contraire,
loin de moi cette pensée : l’homme a créé la machine et il n’y a aucune raison pour que la créature l’emporte
sur le créateur. C’est juste de la science-fiction, ce genre de théorie. Ceci dit, je trouve toujours utile d’entendre
les arguments des autres car rien n’est jamais tout noir ou tout blanc. Et puis, même si je n’adhère pas aux
théories transhumanistes d’un point de vue philosophique, il est certain que l’évolution technologique va
modifier en profondeur notre vie au quotidien. Autant savoir en quoi ! Tu peux donc compter sur moi : je
viendrai !

98
Page 70
Photographie haut de page
[en groupe classe]
Décrivez la photographie et donnez-en une interprétation.
Description : il s’agit d’une femme d’un style futuriste (yeux, ongles, tee-shirt avec logo) face à un écran
transparent sur lequel des données médicales s’affichent. On voit une dent, un crâne, une mâchoire. Elle
les analyse.
Interprétation : on peut imaginer que cette femme est médecin et qu’elle observe des radios de patients.
La technologie aurait évolué et les actions seraient réalisées à partir de son doigt.
Demander aux apprenants ce que leur inspire cette image : de l’espoir ? de la peur ? Si cette femme est bien
médecin, quelle serait leur attitude si on traitait leur maladie de cette façon ?
Photographie bas de page
[en groupe classe]
Décrivez la photographie et donnez-en une interprétation.
Description : on voit deux mains dont les doigts se touchent. L’une est une main humaine (avec de la chaire
rose) sur laquelle commencent à déteindre des mécanismes ou roues bleues dont est composée la seconde
main. Cette dernière n’est pas réelle mais entièrement articulée.
Interprétation : la présence de rares mécanismes sur la main de l’homme signifie la contamination progressive
mais assurée de la science sur l’homme.
On peut penser à un tableau similaire, celui du peintre de la Renaissance Michel-Ange qui a peint la main
de l’homme rencontrant la main de Dieu sur la voûte de la Chapelle Sixtine à Rome.
Demander aux apprenants ce que leur inspire cette image : de l’espoir ? de la peur ? Pourquoi la contamination
va du robot à l’homme, et pas l’inverse ? À quel point est-on déjà contaminé ?
Encadré « Au Fait » :
[en groupe classe]
Lire l’encadré et expliquer les acronymes.

FOCUS Vocabulaire
Un acronyme est un sigle prononcé comme un mot. Exemple : Ovni (qui signifie : objet volant non identifié)
est un acronyme, il se lit comme un mot et non lettre après lettre.
Demander aux apprenants s’ils connaissent d’autres acronymes en français.

Page 71 DOCUMENT C

COMPRÉHENSION ORALE

Page 71
Titre du document C
[en groupe classe]
Demander aux apprenants leur opinion sur le titre : d’après eux, manque-il quelque chose aux machines ?
Si oui, quoi ?
Illustration du document C
[en groupe classe]
Décrivez la photographie et donnez-en une interprétation.
Description : on voit une photo panoramique d’une côte d’une ville moderne avec des immeubles. Au-dessus
des gratte-ciels, on voit le logo du wifi. Au centre de cette photo, il y a la représentation d’une constellation.
Aux intersections des lignes, il y a des logos représentant divers éléments connectés (un satellite, un ordinateur,
un portable, un flux entrant/sortant, un rythme cardiaque) ou des objets de la ville moderne (un caddie,
une voiture, etc.).
Interprétation : l’image montre l’interconnexion permanente entre le quotidien, les objets électroniques
grâce aux flux qui émanent de tous les endroits de la ville. Cela peut poser la question des ondes

99
THÈME
THÈME

1
9
électromagnétiques qui nous entourent.
Demander aux apprenants leur avis sur les ondes électromagnétiques : sont-ils sensibles à ces ondes ?
pensent-ils qu’elles peuvent nuire aux individus ? Quel effet donne la vision panoramique et cursive de la
photo ? Quel effet le photographe a-t-il voulu créer ?
Demander aux apprenants de lire les questions de compréhension orale. Les inviter à prendre des notes
pendant l’écoute. Faire écouter deux fois avec une pause entre les deux. Corriger tous ensemble pour
répondre aux questions ou compléter les réponses. Faire réécouter des extraits, si besoin.
FOCUS Culture
L’invité d’Ali Baddou est une émission hebdomadaire diffusée sur France Inter et animée par Ali Baddou,
animateur radio, de télévision et producteur franco-marocain. Au cours de son émission, des intellectuels,
des sociologues ou des philosophes décryptent les grands thèmes de l’actualité.
France Inter est une station de radio généraliste nationale publique française du groupe Radio France.
Steven Hawkings (1942-2018) est un physicien, théoricien et cosmologiste britannique de renommée
mondiale de la fin du XXe et du début du XXIe siècle.

Question 1
[en groupe classe]
Proposition de corrigé :
1 L’intelligence artificielle (IA) regroupe l’ensemble des techniques permettant aux machines d’imiter
l’intelligence humaine, notamment en apprenant seules. La définition courante de l’IA est d’après le Larousse :
« l’ensemble de théories et de techniques mises en œuvre en vue de réaliser des machines capables de
simuler l’intelligence ». Elle renvoie notamment à tous les dispositifs qui cherchent à imiter ou remplacer
l’homme au niveau cognitif (par exemple : dans les jeux vidéo ou de réflexion comme le jeu d’échecs, le jeu
de go ou le poker ; dans l’armement militaire…). Aujourd’hui, les assistants virtuels capables de traiter les
requêtes grâce à la reconnaissance vocale comptent parmi les exemples les plus courants de l’IA.
Questions 2-3-4-5-6-7
[travail individuel puis en sous-groupes]

Propositions de corrigés :
2 Un exemple spécifique est donné pour illustrer la méthode visant à améliorer techniquement les machines.
Pour les entraîner à reconnaître des animaux ou des objets, on collecte de très nombreuses images les
représentant. Si la machine fait une erreur, on la corrige et elle modifie ses paramètres internes. Cet
ajustement correspond à celui que fait l’homme lorsqu’il fait et corrige une erreur : il vise à une meilleure
efficacité entre les neurones et les cellules nerveuses.
3 La majorité des gens pensent que la machine est beaucoup plus complexe et intelligente que le cerveau
humain. Le fait que de petits logiciels à bas prix gagnent contre nous aux échecs abonde dans ce sens.
4 Ces logiciels spécialisés dans les jeux de stratégie n’ont pas d’intelligence générale : ils sont très spécialisés.
Toutefois, les logiciels reposant sur des techniques de deep learning – comme ceux de reconnaissance de
l’image – leur sont supérieurs car ils peuvent apprendre.
5 La machine n’est pas capable d’apprendre par observation, au contraire du bébé qui développe ainsi
des compétences qui sont de l’ordre du sens commun : le mouvement, la dimension tridimensionnelle du
monde, la gravité. Il n’y a pas encore de méthodes au point pour apprendre ce sens commun à la machine.
6 Stephen Hawkings avait suggéré que le développement de l’intelligence artificielle menaçait l’espèce
humaine d’éradication, à très long terme (des millions d’années). Mais il a par la suite nuancé sa pensée
après avoir discuté avec des spécialistes de l’intelligence artificielle.
7 Dans vingt ans, les voitures autonomes seront courantes. Il faudra en revanche attendre davantage pour
améliorer, en médecine, la fiabilité de certaines pratiques et des diagnostics.

PRODUCTION ORALE
Page 71
Question 8
[en sous-groupes]
Les apprenants se posent les questions et discutent par petits groupes. Passer parmi les groupes, écouter les
échanges et relever les arguments.

Proposition de corrigé :
8 Réponses libres.

100
IDÉE POUR LA CLASSE
[en groupe classe]
Imaginer une sorte de déclaration des droits de la machine, sur le modèle de la déclaration des droits de
l’homme : quels seraient-ils ?
Question 9 - Jeux de rôle
[en groupe classe puis en sous-groupes]
Dans un premier temps, préparer le jeu de rôle : expliquer les rôles proposés dans le livre et réfléchir ensemble
aux arguments des partisans et des opposants au remplacement des employés par des robots. Les noter au
tableau.
Dans un deuxième temps, constituer des groupes de 5 ou 6 personnes, rappeler aux apprenants la nécessité
de jouer le rôle attribué et d’utiliser les arguments relevés. Inviter les apprenants à consulter et lire les pages
de vocabulaire p. 72-73 pour étayer leurs arguments.
Chaque jeu de rôle se déroule devant le reste de la classe. Les erreurs linguistiques sont relevées, expliquées
et corrigées après le jeu de rôle, si nécessaire.

Proposition de corrigé :
9 Réponses libres.

PRODUCTION ÉCRITE

Page 71
Question 10 - Fil de discussion
[au choix du professeur : travail individuel en classe ou à la maison]
Pour préparer la production, faire réfléchir les apprenants à la diffusion et à l’utilisation de leurs données
personnelles : communiquent-ils des données personnelles ? À qui ? Dans quel cadre ? Savent-ils ce qu’elles
deviennent ? Peuvent-ils l’imaginer ? Quelles seraient les « bonnes » utilisations de leurs données ? Les
« mauvaises » ? Pourquoi ? Puis les apprenants rédigent une production personnelle.

Proposition de corrigé :
10 Les inventions les plus révolutionnaires pour moi sont celles qui permettent de guérir des maladies ou
de remédier à des problèmes de santé graves causés par un accident, comme la greffe d’organe, la prothèse
ou encore le pacemaker. Les exosquelettes entrent aussi en partie dans cette catégorie mais, s’ils sont utilisés
à des fins militaires, comme les robots tueurs, c’est dangereux. Enfin, j’aurais tendance à ranger les véhicules
autonomes dans la catégorie « inutile » car cela apporte seulement un service en plus, pour ne plus avoir à
faire l’effort de conduire.

IDÉE POUR LA CLASSE


[en groupe classe]
L’Union européenne a créé un règlement dit règlement général sur la protection des données (RGPD) qui
vise à renforcer la protection des données des Européens.
Demander aux apprenants s’ils pensent qu’une loi peut protéger les données des citoyens.
Illustration
[en groupe classe]
Décrivez la photographie et donnez-en une interprétation.
Description : il s’agit d’un défilé de mode. Les mannequins portent des tailleurs classiques de style Chanel.
Le fait notable est que les mannequins sont des robots ou sont déguisés en robot : le casque, les mains et
les jambes sont en plastique. Le défilé se déroule dans une salle où des serveurs sont stockés.
Interprétation : placer un défilé de mode dans un lieu dévolu au stockage de données et avec 2 mannequins
robots est provocateur : la mode, le style, l’art peuvent également être investis par l’intelligence artificielle.
Demandez aux apprenants ce qu’ils pensent de ce défilé, s’ils pensent que les mannequins sont des humains
ou des robots, et s’ils aimeraient assister à ce type de représentation. Quel sentiment cela leur inspire-t-il :
de la peur ? de la curiosité ?
Encadré « Au Fait » :
[en groupe classe]

101
THÈME
THÈME

1
9
Il n’y a pas qu’en littérature que les robots dépassent les êtres humains.
En 1996, un superordinateur spécialisé dans le jeu des échecs, Deep Blue, a battu le champion du monde
d’échecs de l’époque, Garry Kasparov.
Demander aux apprenants s’ils sont choqués qu’un ordinateur puisse écrire un livre. Selon eux, y a-t-il des
domaines à réserver à l’être humain ?

Pages 72-73 VOCABULAIRE


Page 72

Inviter les apprenants à se reporter à la page 72 de vocabulaire. Leur demander de lire cette page de façon
individuelle, de souligner les mots qui leur posent des difficultés (de compréhension, de construction, etc.)
et de noter les expressions nouvelles. Expliquer les expressions qui leur posent des difficultés pour répondre
à leurs questions.

PRODUCTION ORALE

Page 72
Question 1
[en grand groupe puis en sous-groupes]

Pour réemployer le vocabulaire, demander aux apprenants de sélectionner dans la liste les termes relatifs
à la médecine d’amélioration et la médecine de maintien. Rappeler la différence entre les deux et constituer
des binômes : l’un joue le non spécialiste, l’autre joue le médecin, puis inverser les rôles.
Proposition de corrigé :
1 Réponses libres.

Question 2
[travail individuel puis en grand groupe]

Réfléchir individuellement aux tâches à confier ou pas à un robot, puis les partager avec le reste de la classe,
en expliquant ses choix.
Proposition de corrigé :
2 Réponses libres.

Page 73
Questions 3-4-5
[travail individuel puis en grand groupe]
Propositions de corrigés :
3 Les inventions les plus révolutionnaires pour moi sont celles qui permettent de guérir des maladies
ou de remédier à des problèmes de santé graves causés par un accident, comme la greffe d’organe,
la prothèse ou encore le pacemaker. Les exosquelettes entrent aussi en partie dans cette catégorie
mais, s’ils sont utilisés à des fins militaires, comme les robots tueurs, c’est dangereux. Enfin, j’aurais
tendance à ranger les véhicules autonomes dans la catégorie « inutile » car cela apporte seulement un
service en plus, pour ne plus avoir à faire l’effort de conduire.
4 a. bio- (bioconservateur ; bioprogressiste ; bio- médecine) / vita- (ad vitam) – b. thérapeut- (théra-
peutique) – c. cardi- (cardiaque) – d. exo- (exosquelette) – e. eth- (éthique) – f. -oïde (androïde).
5 Dialogue a : expression c – Dialogue b : expression d – Dialogue c : expression a – Dialogue d :
expression b

Questions 6-7
[travail individuel puis en grand groupe]

102
Propositions de corrigés :

6 a. Il y a une forme de concurrence illégale qui s’apparente à de la triche. En effet, il est interdit d’utiliser
en compétition des aides ou des dispositifs techniques qui conféreraient un avantage à un athlète par
rapport à celui qui n’en utilise pas.
b. et f. Pour la voiture comme pour l’androïde, le problème est identique : cela pose la question de la
responsabilité qui est difficile à définir : le fabricant de la machine est-il le coupable de l’accident ? Si
non, cela signifie qu’il n’y a pas d’autres coupables que la machine, qui ne peut (pour le moment) être
jugée. Dans le cas de l’androïde, un autre problème se pose : le fait de lui avoir octroyé la nationalité est
une forme de reconnaissance de ses droits et de ses devoirs. Il devrait donc être responsable de ses actes
pénalement. Mais un robot peut-il l’être ?
c. Les drones n’ont pas de sens critique et ne sont pas en mesure d’analyser les situations aussi finement
que les hommes. De plus, ils n’ont pas de sentiments. En outre, les robots tueurs sont configurés par les
hommes. Dire que la machine est seule responsable est une façon de se déresponsabiliser.
d. Le recours au transhumanisme pour vivre plus longtemps va évidemment creuser les inégalités sociales :
seuls les plus riches pourront accéder à cette forme d’immortalité.
e. Utiliser un être humain comme simple réserve d’organes est criminel car même un clone reste un être
humain à part entière. D’un point de vue religieux, le clonage humain thérapeutique est inadmissible car
il revient à ériger l’homme en Dieu en créant un être humain hors de toute sexualité. De plus, dupliquer
à l’identique reviendrait à nier la singularité de chaque personne.

IDÉE POUR LA CLASSE


[en groupe classe]
Demander aux apprenants quels problèmes éthiques sont les plus acceptables pour eux, et ceux qu’il
faudrait, selon eux, absolument éviter, et pourquoi.

7 Réponses libres.

Illustration
[en groupe classe]
Décrivez le dessin et donnez-en une interprétation.
Description : on voit deux personnages dessinés se regarder, se tenir la main et se sourire. L’un ressemble
physiquement à un humain (cheveux, chemise, cravate). L’autre a aussi des cheveux, une chemise et une
cravate mais on voit à travers lui un système technologique (composants, batterie) et un bouton pour
l’allumer et l’éteindre.
Interprétation : le dessin peut vouloir dire qu’il est/sera difficile de faire la différence entre un humain et
un robot, qui, en apparence, ressemble à un humain. Ou alors que les humains et les robots sont en paix.
Inviter les apprenants à réagir à ces interprétations.

Page 74 q JEUX DE CULTURE GÉNÉRALE

Page 74
[en groupe classe ou en sous-groupes]

Les pages Jeux de culture générale sont une opportunité de convivialité et de respiration en cette fin de
thème. Comme tout jeu de culture générale, cela va de soi que les apprenants ne sont pas forcément au
fait des idées et informations évoquées. La finalité est de jouer et de provoquer l’envie d’en savoir plus.
Propositions de corrigés :

1 a. Galatée – b. Adam – g. Frankenstein

IDÉE POUR LA CLASSE


Pour aller plus loin, demander aux apprenants de trouver d’autres robots ou monstres célèbres créés
par l’homme, et rédiger une courte présentation. La lire à son voisin qui doit deviner de quel robot
ou monstre il s’agit, et inversement.

103
THÈME
9
2 a. Blade Runner (1982) de Rydley Scott – b. Terminator (1984), de James Cameron – c. The Blade Runner
Island (2005) de Michael Bay. hebdomadaire guinéen.
IDÉE POUR LA CLASSE
Demander aux apprenants s’ils ont vu ces films, s’ils les ont aimés et si le fait que le héros soit un
robot ait influencé leur appréciation.

3 a. L’Épée de Damoclès : 1968 – b. Apple 1 : 1976 – c. Motorola Dynatac : 1984 – d. Space War : 1962.

IDÉE POUR LA CLASSE


Demander aux apprenants de prolonger cette chronologie : quelle invention pourrait arriver au
cours du XXIe siècle selon eux ?

4 a. La transplantation cardiaque existe bien depuis 1967. – b. C’est encore de la science-fiction –


c. C’est possible… Mais uniquement pour ceux qui souffrent d’une rétinite pigmentaire et encore la vision
est limitée au noir et blanc et seuls les contours sont perçus. – d. Oui, c’est possible depuis peu de temps.

Cahier d’activités, p. 70-76

ENRICHIR SON LEXIQUE

Page 71
Proposition de corrigé :

6 Dans l’association Transhumanophobe, nous doutons que vivre éternellement soit un gage de félicité,
loin de là. Les avancées alarmantes de la technologie sont autant de menaces d’un recul de l’humanité en
faveur de la technique et au détriment du progrès social. S’il est compréhensible de chercher à lutter contre
la douleur, il est en revanche peu probable que tout un chacun veuille vraiment se défaire de sa condition
humaine ou soit prêt pour y parvenir à recourir à n’importe quel moyen, naturel ou technologique. Plus
encore, ce serait un cauchemar de vivre éternellement sur un disque dur. Qui rêverait de supporter ad
vitam aeternam sa belle-mère ? Qui ne se lasserait pas de refaire sempiternellement les mêmes choses ?
Nous nous méfions de ceux qui affirment qu’on profite mieux de la vie sans l’angoisse de la mort. Il doit
bien pouvoir être possible de freiner cette évolution qu’on nous présente à tort comme comptant parmi
les plus vieux fantasmes du monde.

PRODUIRE

Voir Dans le cadre d’un projet scientifique de votre école, vous


FICHE
SYNTHÈSE

MÉTHODO participez à un groupe de réflexion qui s’interroge sur les limites


4
et les bénéfices du transhumanisme. Dans cette optique, vous
préparez une synthèse des deux articles du manuel (livre, p. 68-69).
(250 mots environ)

Page 76

18 Proposition de corrigé :
Plan
Introduction
Partie 1. Les bénéfices du transhumanisme
1.1. Une médecine de réhabilitation adoptée par tous
1.2 Une démarche sociale progressiste

104
Partie 2. Un futur déjà là ou un rêve impossible ?
2.1. Déjà transhumains ou presque
2.2. Les limites techniques de l’idéologie transhumanisme
Partie 3. Les risques de dérives éthiques
3.1. Les motifs d’inquiétude des bioconservateurs
3.2. La menace de la technocratie GAFA
Conclusion

Texte rédigé 
Titre : Le transhumanisme, entre le rêve, la science-fiction et le cauchemar
Avec l’essor des technologies aux mains des géants de la Silicon Valley est apparue une nouvelle idéologie :
le transhumanisme, qui rêve dans un futur très proche d’un homme amélioré proche du cyborg. Mais cette
ambition suscite cependant des doutes voire de franches réticences.
Certes, les bénéfices du transhumanisme sont indéniables en médecine, où la réhabilitation remporte
une adhésion quasi-générale. Qui refuserait en effet de vivre mieux et plus vieux grâce aux progrès dans
le domaine de la santé ? Mais les transhumanistes vont plus loin car ils intègrent dans leur projet une
dimension sociale et politique forte. Dans une visée progressiste revendiquée, ils promettent en effet par
ces interventions une meilleure égalité.
Toutefois, le consensus ne se fait pas sur la question du calendrier. Certains affirment que la mutation de
l’homme est déjà largement entamée, comme en témoigne la banalisation des prothèses ou des greffes.
Elle est du moins prévue avant le tournant du siècle. Pour autant, les progrès scientifiques limitent encore
cette ambition en freinant l’élaboration d’une véritable intelligence artificielle.
Mais au-delà de ces limites techniques, ce sont les dérives éthiques qui inquiètent le plus. Les détracteurs,
présentés comme réactionnaires, soulignent que la médecine d’amélioration risque de bouleverser
la nature même de l’humanité. D’autre part, ils mettent en garde contre la technocratie qui pourrait
menacer la démocratie.
En somme, malgré les bienfaits réels ou promis à plus ou moins brève échéance par le transhumanisme,
il faut rester vigilant pour éviter que l’homme ne se transforme en machine et perde de son humanité.
(255 mots)

105
TEST Thème 9

1 Définissez les expressions suivantes et répondez à la question. 9 points


a. La reconnaissance vocale :

q ………………………………………………………………………………………………………………………
b. Un cas de conscience :

q ………………………………………………………………………………………………………………………
c. Un tour de force :

q ………………………………………………………………………………………………………………………
d. Une greffe d’organe :

q ………………………………………………………………………………………………………………………
e. Un réseau de neurones :

q ………………………………………………………………………………………………………………………
Quel est le point commun entre tous les mots soulignés ?

q ………………………………………………………………………………………………………………………

2 À partir des situations, exprimez votre opinion et imaginez des hypothèses en utilisant
la forme indiquée entre parenthèses. 9 points
a. Vivre dans l’espace (phrase complexe en si)

q ………………………………………………………………………………………………………………………
b. Concevoir un robot tueur (pourvu que + subjonctif)

q ………………………………………………………………………………………………………………………
c. Rendre possible l’immortalité (proposition au conditionnel)

q ………………………………………………………………………………………………………………………
d. Mettre fin à l’espèce humaine (dans l’hypothèse où + conditionnel)

q ………………………………………………………………………………………………………………………
e. S’aventurer près du soleil (gérondif)

q ……………………………………………………………………………………………………………………… EDITO C1 GUIDE PÉDAGOGIQUE - Thème 9 - test © Éditions Didier, 2019

f. Cohabiter avec des androïdes (à moins que + subjonctif)

q ………………………………………………………………………………………………………………………

3 Exposé oral 12 points


Vous préparez un exposé et vous le présenterez au jury.

Sujet :

En tant qu’apprenant de français, vous appréciez l’apprentissage en face à face et le contact avec

votre professeur et vos camarades de classe. Vous intervenez dans une conférence qui prône l’utilisation

de l’intelligence artificielle pour éduquer, enseigner et évaluer. Vous reconnaissez les avantages de

l’intelligence artificielle, tout en défendant le rôle de l’enseignant.

Vous élaborez un exposé argumenté, clair et organisé.

106
THÈME
THÈME
10
1
THÈME 10   Les sens dans tous les sens
Livre, p. 75-80

10 L es sens Ca
hier
dans tous les sens THÈM
E 10

s
d  ’


Livre de l’élève - p. 75-80 a c t i vi
OBJECTIFS COMMUNICATIFS q décortiquer une forme poétique
q s’imprégner du monde des sens ENRICHIR SON LEXIQUE
& SAVOIR-FAIRE
Les sensations
VOCABULAIRE Les sensations : les cinq sens, expressions
CONSOLIDER SA GRAMMAIRE
PRODUCTION ORALE q hiérarchiser les sens Explorer les figures de style
> DÉBAT q associer un sens à un autre
> MINI EXPOSÉ q déterminer vos préférences olfactives PRODUIRE > ÉCRITURE CRÉATIVE
Imaginer un monde dépourvu
q reconstituer l’histoire d’un parfum
d’un sens
q raconter une scène sans paroles
LES ARTICULATEURS
PRODUCTION ÉCRITE q se positionner sur notre animalité
> FIL DE DISCUSSION q partager son point de vue sur l’odorat

AU CŒUR DU QUOTIDIEN q caractériser les aliments

Page 75 OUVERTURE
PRODUCTION ORALE

1 Le titre de l’unité
[en groupe classe]

Afin d’entrer dans la thématique du dossier, poser les questions suivantes aux apprenants : Que leur évoque
le mot sens ? Connaissez-vous les différents sens du mot « sens » ? Combien de sens connaissez-vous ? Quel
est le jeu de mot dans le titre de l’unité ? Quel est l’animal représenté ?
Expliquez le titre de l’unité.
[en groupe classe]
Les sens dans tous les sens : L’expression « dans tous les sens » marque en général un désordre. Elle est
synonyme de « sens dessus dessous », ou « tous azimuts » par exemple. Ce titre joue aussi sur la polysémie
du mot « sens », entre le sens des 5 sens, le sens comme direction, et le sens comme signification.

IDÉE POUR LA CLASSE


Voici des expressions ou des locutions françaises. Retrouver le synonyme qui convient à chacune.

Sens dessus dessous ambigu

Tomber sous le sens intuition

Perdre le sens commun raisonnable

Le sixième sens devenir fou

Le sens pratique interprétation opposée, erronée

À double sens désordre

107
Un contresens évident

Le bon sens sous tous les angles

Dans tous les sens du terme aptitude aux choses concrètes

Corrigé :
1. Sens dessus dessous : désordre ; 2. Tomber sous le sens : évident ; 3. Perdre le sens commun : devenir fou ;
4. Le sixième sens : intuition ; 5. Le sens pratique : aptitude aux choses concrètes ; 6. À double sens : ambigu ;
7. Un contresens : interprétation opposé, erronée ; 8. Le bon sens : raisonnable ; 9. Dans tous les sens du
terme : sous tous les angles
Quels sont les thèmes de cette unité ?
La poésie, l’odorat, le toucher, la vue, l’ouïe, le goût, les figures de style, l’imaginaire.

2 La photographie
[en groupe classe]
Décrivez la photographie et donnez-en une interprétation.
Description : un putois s’approche pour sentir un bouquet de roses.
Interprétation : dans le sens commun, le putois est un animal avec une odeur nauséabonde à cause de son
urine. Le fait qu’il vienne respirer des roses brouille en effet nos perceptions de cet animal. De plus, le papier
peint coloré donne une ambiance chaleureuse. L’animal semble alors plus élégant et l’on en oublie presque
l’odeur qui lui est rattachée, comme par une illusion olfactive.

3 Les objectifs
> Préparer les apprenants à la production finale
La production finale de ce thème est un récit imaginaire d’écriture créative, dans lequel l’apprenant sera
invité à rédiger un texte sur un monde dépourvu de l’un des 5 sens. La consigne de cette production se
trouve en p. 77 du cahier d’activités.
ÉCRITURE CRÉATIVE

Voir Analysez attentivement les poèmes présentés dans le livre (p. 76-77).
FICHE
MÉTHODO Réutilisez le vocabulaire des perceptions et les figures de style, afin
6 d’écrire un texte créatif dans lequel vous raconterez un monde sans
l’un des 5 sens. (250 mots environ)

Tout au long du travail sur les documents du thème, encourager les apprenants à prendre note de leurs
idées, à les catégoriser et de noter les effets de styles auxquels ils sont le plus sensibles afin de les aider à
nourrir leur récit imaginaire. De plus, l’analyse des deux poèmes peut sembler délicates mais il est important,
dans l’optique de la production finale, de chercher à sensibiliser les apprenants non pas sur le sens exact de
chaque expression ou phrase mais bien sur les effets stylistiques qui amène le sens.
La partie PRODUIRE du cahier p. 81-83 pourra les aider dans leur démarche, ainsi que la partie CONSOLIDER
SA GRAMMAIRE p. 79-80. Ne pas hésiter à s’y référer tout au long du travail. Lorsque vous jugerez utile
de le faire et en fonction de la maturité méthodologique de vos apprenants ou de leur degré d’expérience
de ce type de production, les référer à la fiche méthodologique dans le cahier. La passer en revue ensemble.
Dans le cadre de l’écriture créative, il s’agit de la fiche 6 p. 11 du cahier d’activités. Les documents sélectionnés
dans le livre ont pour finalité d’alimenter leur réflexion.

IDÉE POUR LA CLASSE


[en groupe classe ou en sous-groupe ou individuellement]

Demander aux apprenants, pour débuter ce thème, d’écrire un poème sur le sens de leur choix, issu du
quotidien par exemple : sur leur plat préféré, sur leur sensation préférée, sur quelque chose qui les agace,
sur leur moment détente préféré.
Ils devront, dans leur rédaction, ne jamais décrire exactement l’action évoquée. Placer ensuite les poèmes
tapuscrits dans une boite et les faire tirer au sort. Ils seront lus à haute voix et chacun devra essayer de
trouver quelle activité y est décrite et quelle sensation.

108
THÈME
THÈME
10
1
Comme contrainte qui concerne directement la forme poétique, vous pouvez imposer au minimum des
rimes. Si les apprenants ont un niveau plus élevé, pourquoi ne pas imposer une forme poétique par exemple.
Cette activité vous permettra d’analyser les sensibilités et les capacités de chacun à comprendre et à produire
un texte créatif.
Variante : sous forme d’atelier d’écriture, amener des images, choisir un thème et des contraintes avec
l’ensemble du groupe-classe.
Ne pas hésiter pas à vous référer à la fiche 6 p. 11 du cahier d’activités pour guider les apprenants dans leur
rédaction.

Page 76 DOCUMENT A
Page 76

Demander aux apprenants s’ils connaissent des poèmes français, des poètes ou des formes poétiques. Se
référer à l’aide à la lecture p. 76 pour avoir quelques indications sur les procédés d’écriture courant dans la
poésie française. Pour s’exercer : activité 1 p. 77 du cahier d’activités.

FOCUS Culture
Charles Baudelaire (1821-1867) est un poète français du XIXe siècle célèbre notamment pour son œuvre
Les fleurs du mal jugée « scandaleuse » et « révolutionnaire ». Entre le formalisme et le romantisme, il
invente une troisième voie, celle de la modernité, qui se caractérise par de nouveaux rapports entre
l’émotion et le langage. Cette 3e voix est notamment représentée par Arthur Rimbaud et Théophile Gautier
à cheval entre le Parnasse et le symbolisme. Le Parnasse valorise l’art dont la beauté serait l’unique finalité
et privilégie dans l’art poétique la retenue et l’impersonnalité.
Paul Valéry (1871-1945) est un écrivain, poète et philosophe français. Il occupe une place à part entière
car il ne fait pas partie d’un courant en particulier. Il écrivit également de nombreux aphorismes sur les
arts, l’histoire, la musique. Il fut nommé pour le Prix Nobel de littérature à 12 reprises.

COMPRÉHENSION ÉCRITE

Page 76

FOCUS Méthodologique
Pour lire un poème, nous invitons à 2 lectures.
La première lecture vise d’abord à identifier :
- le thème général : de quoi parle le poème, son objet ;
- le registre : tragique, comique, romantique… ;
- la forme globale et de la mise en page du texte ;
- l’effet espéré sur le lecteur.
Une fois ces éléments établis, on peut constituer des attentes sur les procédés d’écriture.
La deuxième lecture a pour finalité de rechercher les procédés d’écriture en vue de faire un lien avec le
thème général : comment le poète défend-il son thème général et comment a-t-il fait ressentir aux lecteurs
ses émotions ?
À cette fin, il est possible de :
- dégager le champ lexical ;
- observer la place des mots. Certaines places dans le vers peuvent donner au mot une position forte.
- aborder les rimes : deux mots qui riment ensemble sont par exemple deux mots qui sont mis en lien. De
plus, le rythme est important et est souligné par toutes sortes de figures de style.
Se référer à l’exercice 1 du cahier p.77 sur le lexique de la poésie.

Inviter les apprenants à la première lecture individuelle puis identifier le thème général, le registre, la forme
globale. Lors de la deuxième lecture, lire également l’aide à la lecture.

Question 1
[en groupe classe ou en sous-groupe]
Noter au tableau les différentes propositions de titre. Demander à chaque apprenant ou sous groupes
d’apprenant de justifier le choix de leur titre.

Proposition de corrigé :
1 Du goût au langage / Sensation et langage / Parler et sentir

109
Question 2
[en groupe classe ou en sous-groupe]
Répertorier au tableau les mots cités par les apprenants. Élargir la question en demandant de répertorier
les termes qui pourraient être liés à d’autres sens.
Proposition de corrigé :
2 Dans ce poème, l’auteur explore le sens du goût et indirectement celui de l’odorat. Le vocabulaire associé
à ce sens est le suivant : manger, succulent, bouche, saveur, goût, buccal, langue, gustatives.
Question 3
[en groupe classe]
Classer au tableau les termes en suivant une lecture linéaire du texte. Demander ensuite aux apprenants
quelles sont les fonctions représentant chaque phénomène.

Proposition de corrigé :
3 À travers le poème, l’auteur décrit plusieurs phénomènes liés à la bouche et à la fois au sens du goût et
à ces autres fonctions. Il décrit tout d’abord la bouche en tant qu’organe de plaisir et lié aux sens. Il est
ensuite question de la Toux, qui indique donc la fonction respiratoire. Enfin, il fait référence à sa fonction
langagière. Pour renforcer ces phénomènes, il est également question du champ lexical du théâtre et du
spectacle. Ce sont en effet les organes sensitifs qui permettent le spectacle des sens qui provoqueront à leur
tour les émotions. Ensuite, l’image du temple en donne un caractère sacré renforcé par l’entrée d’Enfer
renvoyant à la Grèce antique. Le terme de « machine » indique quant à lui le caractère mécanique.

Question 4
[en groupe classe]

Proposition de corrigé :
4 Les mots « profondeurs », « gouffre » et « antre » soulignent le côté mystérieux, sauvage et irrationnel
de cet organe. Ils insistent également sur le rapport à l’invisible lié à la bouche. En tant qu’ « antre introductif
de matière », on sait ce qu’on y place mais il n’y a pas de visibilité sur ce qui s’y passe. Cela permet au poète
d’insister sur le mystère qui entoure à la fois les sensations et le langage. Il crée ainsi une opposition entre
le visible qui émane du champ lexical du théâtre et ces lieux obscurs et mystérieux.

Question 5
[en groupe classe]

FOCUS Grammaire
Voici une liste de différents types de figures de style :
- Figures d’amplification : gradation, hyperbole
- Figures d’analogie : allégorie, comparaison, métaphore, personnification, prosopopée
- Figures d’atténuation : euphémisme, litote
- Figures de construction : ellipse, interrogation oratoire, parallélisme, zeugma
- Figures de diction ou de sonorités : allitération, assonance, paronomase
- Figures d’insistance : anaphore, énumération, parallélisme, répétition
- Figures d’opposition : antiphrase, antithèse, chiasme, oxymore
- Figures de substitution : métonymie, périphrase, synecdoque
Se référer également aux activités 6, 7 et 10 du cahier d’activités, p. 79-80 CONSOLIDER SA GRAMMAIRE.

À l’aide de cette liste, insister sur le fait que le poète utilise une image, une analogie donc, pour représen-
ter quelque chose qui est présent en haut de la bouche. Expliquer ce qu’est un lustre, si nécessaire. Montrer
qu’ici c’est le nez, l’odorat, qui donne à voir ce qu’il y a dans la bouche. En effet, comme l’écrivait déjà
Brillat Savarin, gastronome et magistrat français (1755-1826), dans sa Physiologie du goût au XVIIIe siècle,
« Sans la participation de l’odorat, il n’y a point de dégustation complète ». Il ajoutait : « L’un [le goût] sert
à la dégustation des corps tactiles, et l’autre [l’odorat] à la dégustation des gaz ».

Proposition de corrigé :
5 Le « lustre » est une métaphore des narines et des cavités nasales.

Pour s’exercer : activité 10 p. 80 du cahier d’activités.

Question 6
[en groupe classe]
Lister au tableau les mots relevés par les apprenants.

110
THÈME
THÈME
10
1
Proposition de corrigé :
6 Le poète décrit également la bouche comme un lieu géographique afin d’insister sur son côté naturel :
profondeurs, régions, gouffre, fontaines, règnes. La bouche prend ici une valeur cartographique, le poète
se montrant ici plus scientifique et comme un explorateur d’un monde encore peu connu.

Question 7
[en groupe classe]
Relire le dernier paragraphe. Insister sur les différents phénomènes listés dans la question 3. Demander
d’expliquer pourquoi ce phénomène se trouve à la fin du poème. Demander aux apprenants d’essayer de
faire les bruits indiqués. Les interroger pour savoir s’ils connaissent d’autres infinitifs substantivés tel que
« le parler ».

FOCUS Grammaire
La substantivation ou nominalisation, consiste à transformer un mot qui n’appartient pas à la catégorie
des noms en substantif, notamment les adjectifs et les verbes principalement à l’infinitif.
Avec l’infinitif, tous les infinitifs ne peuvent pas être substantivés en français moderne. On dit le coucher,
mais non le dormir (et aussi le manger, le souper, etc.). Il est à la mode de substantiver des groupes infinitif
+ adverbe mais ce n’est pas en soi correct. Attention par exemple avec : le vivre ensemble, le bien mourir.
Alors que le savoir vivre ou le savoir faire sont tous les deux admis puisque composés de deux infinitifs.
Avec l’adjectif, on l’utilise souvent à l’oral, comme par exemple avec l’exclamation « le pauvre », ou encore
avec l’adjectif « drôle » : la drôle de guerre pour parler de la première partie de la Deuxième Guerre
mondiale du 3 septembre 1939 au 10 mai 1940. Ou bien dans l’expression « un drôle de personnage ».
On peut aussi en retrouver dans le bien et le mal, le bon et le mauvais. Enfin, de nombreux participes
passés sont également substantivés créant une ellipse : « un mal-élevé », « un affamé », « un allumé ».

Proposition de corrigé :
7 Après avoir décrit la bouche comme un théâtre pour ce qui est du visible et d’en décrire son côté
mystérieux, le poète termine sur l’invisible origine du langage. Il utilise pour cela l’infinitif substantivé « le
Parler », personnifié par la majuscule. Et comme pour insister sur le caractère grandiose et abscons du
phénomène, il utilise des termes purement physiques, loin des termes linguistiques, afin d’en souligner la
magie et la puissance. C’est donc le langage, plus précisément ici la parole qui est mise en valeur. Le Parler
semble sortir d’un mystère sacré, idée renforcée par l’utilisation des champs lexicaux précédemment utilisés.
L’auteur lie aussi la parole aux 5 sens, d’où l’utilisation d’un vocabulaire de l’audition : tremblement,
roulement, explosion, déformation vibrante. L’auteur cherche à décrire le lieu d’où sort la parole alors qu’elle
est encore liée aux sensations et pas encore une articulation de phonèmes qui fera sens, le langage.

Page 77 DOCUMENT B
COMPRÉHENSION ÉCRITE

Page 77
Lire le poème à haute voix pour sensibiliser les apprenants sur son rythme et ses sonorités. Se référer à
nouveau à l’aide à la lecture p. 76 pour avoir quelques indications sur les procédés d’écriture courant dans
la poésie française.
Question 1
[en groupe classe]
Observer le poème. Relire si besoin l’aide à la lecture ainsi que l’activité 1 p. 77 du cahier d’activités.

Corrigé :
1 Le poème comporte 14 vers divisés en 4 strophes, deux de 4 vers que l’on appelle quatrains et deux de
3 vers que l’on nomme tercets. C’est donc un sonnet.
Question 2
[en groupe classe]
Faire venir un apprenant au tableau. Lui proposer de dessiner ce qu’il imagine d’après ce poème à l’aide
des autres apprenants.
Relever également le vocabulaire lié à la nature.

111
Proposition de corrigé :
2 La nature est ici mystérieuse et personnifiée. Elle est le lieu direct où s’expriment les 5 sens et le sacré
qui entoure le rapport particulier que l’Homme entretient avec elle. Elle est une forêt cathédrale et la mère
nature. L’Homme en fait donc partie et cherche à la décoder.
Question 3
[en groupe classe]
Noter au tableau selon les cinq sens le vocabulaire qui leur est associé. Pour s’exercer : activité 2 p. 77 du
cahier d’activités.

Corrigé :
3 observer, échos, parfums, doux, chanter.

Question 4
[en groupe classe]
Noter au tableau les citations repérées par les apprenants. Trouver dans chaque phrase les sens en question.

Proposition de corrigé :
4 Cette phrase désigne un type de relation particulier entre les différents sens, la synesthésie. Exemple
dans le poème : « il est des parfums frais comme des chairs d’enfants » (odorat/toucher). « Doux comme des
hautbois » (toucher/ouïe).
Le terme « transport » désigne cette relation mais aussi le titre, « Correspondances », qui souligne les liens
étroits qu’entretiennent les sens.
Il est possible ici de présenter d’autres poèmes comme Voyelles de Rimbaud ou bien Parfum exotique et
Parfum de Baudelaire.
Pour s’exercer : activités 8 et 9 p. 80 du cahier d’activités.

FOCUS Vocabulaire
La synesthésie (du grec syn, « avec » (union), et aesthesis, « sensation ») est un phénomène neurologique
non pathologique par lequel deux ou plusieurs sens sont associés de manière durable. Par exemple, la
synesthésie dite « graphèmes-couleurs » (qui représenterait 65 % des synesthésies) fait que les lettres de
l’alphabet (ou des nombres) sont perçues colorées. Dans la synesthésie dite « synesthésie numérique »,
les nombres sont tous et systématiquement associés avec des positions dans l’espace. Dans d’autres types
de synesthésie, la musique, d’autres sons ou les nombres, jours de la semaine et mois de l’année peuvent
être perçus colorés, ayant une forme particulière ou une disposition spatiale particulière. Une autre forme,
dite « synesthésie de personnification ordinale/linguistique » fait associer des personnalités à des couleurs.
Les associations formes-couleurs sont plus répandues, alors que celles qui impliquent des goûts et odeurs
sont plus rares. (source : wikipédia)
Questions 5-6
[en groupe classe]

Propositions de corrigés :
5 C’est l’odorat qui semble le plus important. En effet, tous les autres sens semblent lui correspondre car
c’est lui qui apparaît comme le plus apte à établir une relation entre le corps et l’esprit.
6 Ces parfums sont des odeurs d’origine animale, renforçant ainsi le lien entre l’Homme et la Nature. Ce
sont ces odeurs qui permettent de s’enivrer pour toucher les choses infinies et d’apporter l’euphorie.

PRODUCTION ORALE

Page 77
Question 7
[en binôme]
Ne pas hésiter à diversifier les profils dans les binômes. Se référer aux questions présentes dans le livre pour
guider les apprenants. Relever les mots clés au tableau pour chaque question afin d’éclaircir les problématiques
posées si nécessaire.
Lors de la mise en commun, veiller à ce que chaque membre du groupe s’exprime. Prendre en note les erreurs
récurrentes et les corriger ou les faire corriger ensuite au tableau. Pour s’exercer : activité 4 p. 78 du cahier
d’activités.

112
THÈME
THÈME
10
1
Proposition de corrigé :
7 Réponses libres.

Question 8 - Mini-exposé
[individuellement puis présentation en groupe classe]
Effectuer le travail préparatoire en classe, soit en groupe classe, soit individuellement. Demander aux
apprenants, avant même d’effectuer une recherche, ce que leur évoque ce mélange des sens, ces
correspondances.
Afin d’aider les apprenants dans cet exercice, leur demander au préalable de réfléchir sur les raisons qui les
poussent à plutôt acheter un gâteau jaune ou rose ou marron et si cela leur évoque déjà un goût, une
sensation.
Proposer ensuite aux apprenants d’effectuer leur présentation sous forme de narration, avec un effet de
surprise avec des phrases du type « quelle ne fut pas ma surprise », « tout à coup », « soudain », en tâchant
de bien maitriser l’articulation imparfait/passé simple ou passé composé.
Se référer à la page vocabulaire p. 79 du livre. Pour s’exercer : activité 12 p. 81 du cahier d’activités.
Proposition de corrigé :
8 Réponses libres.

PRODUCTION ÉCRITE

Page 77
Question 9 - Fil de discussion
[au choix du professeur : travail individuel ou par groupe de profil type en classe ou à la maison]
Revoir avec les apprenants les réponses apportées à la question 6 du document B. Leur demander de former
des binômes d’avis contradictoires afin de créer un fil de discussion où chacun devra répondre à l’autre de
manière argumentée.
Proposition de corrigé :
9 Exemple 1 : Il est vrai que nos sociétés me semblent principalement établies sur d’autres sens que celui
de l’odorat. Certes, les parfums ou autres produits de beauté et de soins sont un marché important qui
souligne avant tout une place de choix au niveau commercial mais c’est peut-être aussi le témoignage d’une
envie de masquer les odeurs naturelles qui émanent de nos corps, et peut-être aussi parce que c’est le plus
intime des sens, celui qui touche directement à notre vie privée. En effet, masquer les odeurs est devenu
quelque chose de primordial, que ce soit dans le monde du travail ou bien dans l’espace public. La vue,
quant à elle, a pris une importance que je trouve parfois démesurée, dans les publicités par exemple, ou à
travers le phénomène de la chirurgie esthétique, comme pour mieux effacer notre animalité.
Exemple 2 : Moi je ne pense pas du tout avoir perdu le contact avec mon nez. Peut-être nous nous sommes
simplement « civilisés », c’est-à-dire que nous aimons le propre. Alors est-ce qu’on s’est éloigné de notre
animalité pour autant ? Quand je vais au restaurant, j’aime toujours autant sentir le plat que j’ai commandé
avant de le manger. C’est vrai que je vois de plus en plus de gens prendre en photo ce qu’ils ont commandé,
comme si l’œil avait pris le dessus sur le goût. Mais personnellement je pense que c’est plutôt faire attention
à toutes les facettes de nos sensations. Et puis mettre du parfum, ça reste encore quelque chose de très
animal, apprécier l’odeur d’un homme ou d’une femme qui sent bon, ça reste quelque chose de très primitif
quand même !

Page 78 DOCUMENT C

COMPRÉHENSION ORALE

Page 78
Faire lire les questions avant de procéder à l’écoute et s’assurer de la compréhension orale. S’appuyer sur
la photographie et la rubrique l’odorat dans la page vocabulaire pour introduire le thème de l’émission.
Question 1
[en groupe classe]

113
FOCUS Culture
Présentation du livre La civilisation des odeurs : Pourquoi l’odorat, ce sens primordial d’adaptation au
danger et de repérage du meilleur partenaire sexuel, demeure-t-il si méconnu ?
Son histoire paradoxale est des plus captivantes. Dans cette synthèse sans équivalent, Robert Muchembled
mène l’enquête et présente les extraordinaires mutations de l’odorat en Occident, de la Renaissance au
début du XIXe siècle se fondant sur de multiples sources (manuels de physiononomie ; œuvres de médecins,
philosophes, poètes, conteurs, théologiens, polémistes, moralistes ; traités de civilité, traités de "Secrets
pour dames" ; édits royaux ; règlements du métier de gantier parfumeur, inventaires après-décès
(apothicaires, gantiers parfumeurs) et dresse l’histoire du puissant refoulement qui, depuis un demi-
millénaire, nous a fait considérer l’odorat comme le plus méprisable des sens avant de le hisser récemment
au rang du plus affûté.
Il est possible de se référer à cette aide culturelle afin de donner quelques indications supplémentaires
aux apprenants et d’envisager avec eux quels pourront être les thèmes et les problématiques de la
compréhension orale.
Noter au tableau toutes les idées notées par les apprenants, que ce soit sous forme de mots-clés ou bien
de questions.

Proposition de corrigé :
1 L’émission se concentre sur l’évolution de l’odorat et des parfums. Plusieurs problématiques seront abordées.
« Vivons-nous dans un monde sans odeurs ? Pourquoi l’odorat a-t-il longtemps été un sens dévalorisé ?
Comment les fonctions corporelles et leurs émanations ont-elles été refoulées comme les vestiges de notre
animalité ? Que sentait-on dans les villes au Moyen Âge ? Pourquoi les femmes ont-elles longtemps été accusées
de sentir mauvais ? Qu’est-ce que l’haleine du diable ? Comment se sont développés les parfums ? Pourquoi
aimons-nous les odeurs florales et fruitées plutôt que le cuir et le musc ? Quelles sont les recherches scientifiques
menées sur l’odorat depuis une vingtaine d’années ?

Questions 2-3-4-5-6
Ces questions sont posées dans l’ordre chronologique de la compréhension. Il est possible de séquencer
l’enregistrement après que les apprenants ont apporté leur propre réponse afin de les préciser.
Propositions de corrigés :
2 Ce processus de désodorisation est lié à plusieurs facteurs. Les mauvaises odeurs représentaient une
menace de maladie et de mort et représentaient alors, symboliquement, le peuple. Et donc, pour les classes
dominantes, les odeurs intenses sont des menaces à la fois d’ordre criminel, politique, sanitaire et moral.
3 Le parfum est notre part animale, mais on rejette la part animale du parfum dans le parfum. Les substances
animales qu’on utilisait naguère dans les parfums ne sont plus utilisées. Ça dérange, il y a une volonté de
faire des parfums qui ne sentent rien.
4 La France est passée d’un pays de guerriers à une France hédoniste qui est la maîtresse du monde. C’est
aussi une évolution de l’hygiène. Cela correspond historiquement au siècle des Lumières, aux salons en
littérature, au goût français qui se développe à partir du XVIIIe siècle. Cela a été influencé par un érotisme
fruité et floral et non plus animal.
5 « un homme idéal, jeune, n’avait aucun poil, sur la tête et nulle part, et il n’avait aucune odeur, ni bonne,
ni mauvaise. Toute odeur était négative ». La disparition de la pilosité est aussi un de ses corrélats, car le
poil est malgracieux et retient les odeurs.
6 Les parfumeurs redécouvrent ainsi les odeurs animales pour redonner un caractère masculin aux hommes.
On invente de nouveau des parfums qui sentent le castor, la civette, la chauve-souris, le panda.
Pour s’exercer : activité 5 p. 78 du cahier d’activités.

PRODUCTION ORALE

Page 78
Questions 7-8
[en groupe classe]

Relever au tableau les odeurs qui dégoûtent et celles qui attirent. Voir s’il y a consensus ou bien désaccord
pour créer le débat.
Veiller à ce que chaque membre du groupe s’exprime. Prendre en note les erreurs récurrentes et les
corriger ou les faire corriger ensuite au tableau.

114
THÈME
THÈME
10
1
Propositions de corrigés :
7 Réponses libres.
8 Réponses libres.

Question 9 - Mini-exposé
[individuellement ou en binôme puis présentation en groupe classe]

FOCUS Culture
En termes de fabrication d’un parfum, la personne chargée de créer les fragrances pour une marque, un
« nez », fait plusieurs essais de dosages à partir d’une demande spécifique : quelle type d’homme ou de
femme, quel âge, quelles grandes lignes odorantes à donner... Une fois la formulation terminée, sur ces
critères, la fabrication démarre. Et celle-ci comporte pas moins de sept étapes.
La fabrication d’un parfum commence par :
1. la récolte des matières premières ;
2. leur distillation pour extraire les essences odorantes ;
3. la composition des parfums de synthèse pour remplacer les matières premières végétales ;
4. la maturation des essences avec de l’alcool et de l’eau distillée pendant quelques semaines ;
5. la fixation : on place le mélange à -5° dans une centrifugeuse ;
6. la filtration afin d’éliminer les impuretés et mettre le liquide transparent en flacon et à conditionner.
Proposition de corrigé :
9 Réponses libres.

IDÉE POUR LA CLASSE


[en groupe classe]

Demander à chaque apprenant d’apporter un ou plusieurs parfums ou eaux de toilettes.


Établir un questionnaire avec eux qui les aidera à choisir le parfum qu’ils préfèrent. Organiser des tests à
l’aveugle puis remplir le questionnaire.

FOCUS Culture
Les parfums se déclinent en sept grandes familles : floraux, boisés, orientaux, hespéridées, fougères,
chyprés et cuirs. Féminines, masculines ou mixtes, elles se divisent elles-mêmes en sous-familles. Pour bien
choisir son parfum, on se tourne vers les parfums qui mettent à l’honneur nos notes préférées.

PRODUCTION ÉCRITE

Page 78
Question 10 - Fil de discussion
[au choix du professeur : travail individuel ou par groupe de profil-type en classe ou à la maison]
Revoir avec les apprenants les réponses apportées aux questions du document C. Sous forme d’un texte
argumenté, leur demander d’élaborer un plan thématique ou comparatif pour soutenir leur prise de position.
Se référer au FOCUS Méthodologie du thème 8 sur les types de plan.
Propositions de corrigés :
9 Exemple 1 : Il me semble que si l’olfaction avait autant d’importance c’est principalement parce qu’elle
était un marqueur social important, comme le dit Robert Muchenbled. Encore aujourd’hui d’ailleurs une
odeur nauséabonde touche directement à notre partie animale et aura plus tendance à nous faire penser
à un danger ou à quelque chose de sale, comme si nos sens nous envoyaient un signal. Il est vrai que nos
sociétés sont quelque peu désodorisées, peut-être parce que nous avons peur de ce contact avec la maladie
ou la mort. En ce qui me concerne, je ne peux pas dire que j’apprécie particulièrement l’odeur des hôpitaux
qui me mettent plutôt mal à l’aise. Les parfums d’aujourd’hui, que ce soit pour les produits ménagers ou
les produits pour le corps cherchent à mettre en avant des odeurs florales qui rappellent des sentiments
agréables.
Exemple 2 : Parce que nous vivions dans une société d’hommes ! Si autrefois les odeurs animales étaient
valorisées c’est justement parce qu’il y avait une prédominance pour la force et la masculinité. L’évolution
du parfum vers des senteurs plus délicates est peut-être une des conséquences d’une plus grande parité
entre hommes et femmes. Chez les animaux, l’odorat est en effet sûrement plus prédominant que chez
nous. Nous n’avons plus besoin de « sentir venir le danger » même si nous utilisons encore cette expression.
Le nez est devenu un organe de bon goût, comme c’est d’ailleurs le cas dans la parfumerie, où le nez est le
nom donné aux créateurs de parfums. Mais même s’il n’est plus considéré comme vital, il a su garder son
importance.

115
FOCUS Méthodologie
Voici des conseils pour bien rédiger une introduction :
- Commencer par une phrase d’accroche : amener adroitement le sujet dans une première phrase d’accroche.
Il est possible, pour introduire le sujet, d’utiliser un fait d’actualité, des données chiffrées ou encore une
citation judicieusement choisie (à l’exception des sujets dont l’intitulé comprend déjà une citation) et sans
omettre de préciser le nom de l’auteur et le titre de l’ouvrage.
- Définir les termes essentiels : définir en quelques mots les termes essentiels du sujet.
- Exposer la problématique : énoncer le problème soulevé par le sujet sous forme de question directe ou
indirecte.
- Annoncer le plan : annoncer clairement et brièvement le plan choisi par des phrases rédigées.
- Les étapes de la progression du développement sont marquées par des connecteurs logiques appropriés.

Page 15 DOCUMENT D

COMPRÉHENSION AUDIOVISUELLE

Page 78

Avant les questions et le visionnage du document audiovisuelle tel que précisé dans la consigne du livre,
demander aux apprenants d’analyser ensuite le vidéogramme. Cette image est tirée du document D. On y
voit le couple, dont sera racontée l’histoire, proche l’un de l’autre, les yeux fermés comme en train de se
frotter. C’est déjà un indice sur les sens qui seront mis en valeur durant la vidéo. Demander aux apprenants
quel sens, selon eux, seront mis en évidence dans cette vidéo avec l’aide de ce visuel et du titre du document.
Noter les idées au tableau, lire les questions puis procéder au visionnage. Il est possible d’effectuer un
premier visionnage sans le son, mais la bande sonore du film fait tout de même partie intégrante de ce
court-métrage.
Questions 1-2
[en groupe classe]

Pour chaque question, demander aux apprenants d’argumenter leur réponse en décrivant au moins une
scène de ce court-métrage. Utiliser pour cela la page vocabulaire et plus particulièrement les rubriques
« le toucher » et « la vue ».
La bande son de ce documentaire a été réalisé par Camille, chanteuse française mis en avant dans le
document A du thème 7, p. 54-55 du livre.
Propositions de corrigés :
1 Les protagonistes souffrent de surdité et de mutisme.
2 Il utilise de nombreuses techniques pour remédier à cette absence. Les effets visuels sont en effet très
présents pour rendre compte des sensations qui passent en temps normal par l’audition : des ondes
représentent les bruits ou le toucher, les chorégraphies pallient l’absence de communication vocale, la
musique a également une place toute particulière. Pour s’exercer : activités 11 et 13 p. 81-82 du cahier
d’activités.
Question 3
[en groupe classe]

Au préalable, demander aux apprenants de noter des scènes où les deux personnages communiquent
sans la parole et par quel procédé cette communication est rendu au spectateur. Cette étape permettra
d’enrichir la préparation de la PRODUCTION ÉCRITE qui suivra à la question 5 du livre p. 78.
Proposition de corrigé :
3 Réponses libres.

PRODUCTION ORALE

Page 78
Question 4
[en groupe classe]

116
THÈME
10
Relever au tableau les différentes réponses aux questions posées.
Veiller à ce que chaque membre du groupe s’exprime. Prendre en note les erreurs récurrentes et les
corriger.
Proposition de corrigé :
4 Réponses libres.

IDÉE POUR LA CLASSE


[en groupe classe]

Proposer une expérience sensorielle aux apprenants, ou en leur bandant les yeux, ou en leur fermant le nez
à l’aide d’un pince-nez ou bien en mettant des boules Quies.
Leur proposer ensuite de se déplacer dans la salle, de décrire des objets qui y sont présents ou bien de
participer à une dégustation à l’aveugle. Ils devront ensuite rédiger, à l’aide de la page vocabulaire p. 78
du livre, la description de cette expérience en essayant d’utiliser quelques figures de style. Vous pouvez aussi
selon le niveau des apprenants, ajouter des contraintes stylistiques ou formelles (un poème, une lettre, un
calligramme) à leur production.
Pour ce genre de contraintes, vous pouvez vous référer à celles mises en place par l’Oulipo :
https://www.oulipo.net/fr/une-liste-de-contraintes-oulipiennes
Se référer également aux activités de la partie PRODUIRE du cahier d’activités, p. 81-83.

PRODUCTION ÉCRITE

Page 78
Question 5
[au choix du professeur : travail individuel ou par groupe de profil-type en classe ou à la maison]
Revoir avec les apprenants la fiche méthodologique 6 du cahier d’activités p. 11. Analyser en groupe classe,
les contraintes de description de ce court-métrage (absence d’un des 5 sens par exemple). Demander ensuite
aux apprenants de choisir la situation d’énonciation et la narration (en tant que spectateur, à la place de
l’homme, de la femme, des chatons même). Pour s’exercer : activité 12 p. 81 du cahier d’activités.
Proposition de corrigé :
5 Exemple 1 : Leurs mains se sont frôlées. Sans pouvoir échanger avec les mots, les regards, les gestes
prennent une place toute particulière. Lui est gêné, intimidé, elle aussi mais elle tente d’apprivoiser la
distance qui existe entre eux. Il trinque alors et leurs verres semblent être naturellement attirés l’un vers
l’autre. C’est alors que l’homme approche sa main de la sienne, la frôle, la caresse légèrement avant d’entamer
une chorégraphie qui mime le plaisir de leur rencontre.
Exemple 2 : Après leur première rencontre, ils décident de se revoir et l’homme invite la femme chez lui. Il
décide alors de préparer un bon repas, et sans dire un mot, c’est l’odorat qui reprend toute son importance.
L’odeur du plat qu’il cuisine lui indique si tout est prêt, puis une fois dans le salon, il dirige son regard vers
les verres posés sur la table. C’est alors qu’il sent à la fenêtre l’odeur des chatons qui cherchent à rentrer
chez lui. Mais à cause de son allergie, il ne peut se permettre de les faire entrer.

FOCUS Méthodologie
Voici quelques conseils stylistiques :
- Rester simple : éviter les phrases trop complexes si elles ne sont pas bien maitrisées. Le texte pourra ainsi
être plus efficace et plus percutant.
- Éviter les répétitions : les redondances, les pléonasmes, les anaphores sont à éviter sauf si elles servent
le style de votre écrit.
- Éviter les verbes trop génériques : les verbes avoir, être, faire, mettre par exemple peuvent être utilisés
dans de multiples situations. Mais il existe souvent un verbe précis qu’il est bon de connaître pour que
votre phrase ait plus d’impact.
- Trouver les mots justes : de nombreux mots existent pour des situations diverses. Essayer de bien visualiser
ce que vous voulez dire, le bon mot sera toujours plus efficace et concis.
- Éviter les subordonnées : parfois, il est inutile d’utiliser des relatives trop alambiquées, surtout lorsque
celles-ci ne font que répéter le sujet de l’action principale. La précision est indispensable pour un meilleur
effet sur le lecteur.
- Les figures de styles : elles vous permettront de varier les phrases, d’élargir votre propos en le rendant
plus imagé et de pouvoir jouer sur plusieurs niveaux de lecture. Mais attention à l’abus !

Production finale : se référer aux activités 14 et 15 p. 82-83 du cahier d’activités pour atteindre l’objectif de
la production écrite finale.

117
Page 79 VOCABULAIRE

Ne pas hésiter à se référer à cette page tout au long du thème, comme il est parfois indiqué.

Page 79

Propositions de corrigés :
1 a. contempler – b. empester – c. murmurer – d. guetter, scruter – e. heurter
2 Je me souviens encore du jour où j’attendais le retour de ma mère après sa journée de travail. Mais ce
jour-là, il faisait déjà nuit depuis longtemps parce que c’était l’hiver, et elle devait avoir vraiment beaucoup
de choses à faire. Je m’étais donc installé à la fenêtre sur une petite chaise et régulièrement je devais enlever
avec la manche de mon pull la buée qui se dégageait de ma respiration. Mon ventre gargouillait, mes yeux
se fermaient et tout à coup j’ai entendu des talons frapper le sol. C’était elle! Alors j’ai essayé d’écarquiller
mes yeux, j’ai collé mon nez contre la vitre et je l’ai enfin vu apparaître !
3 a. écouter quelqu’un avec attention et délectation – b. ne pas toucher – c. frôler quelqu’un en espérant
le séduire – d. parler de quelque chose à quelqu’un sur demande d’une tierce personne ou au sujet d’une
situation délicate – e. trouver quelque chose délicieux.
4 L’odorat : ne pas sentir la rose, l’argent n’a pas d’odeur, sentir le roussi, avoir du nez, avoir quelqu’un
dans le nez, à vue de nez, mener quelqu’un par le bout du nez, mettre au parfum.
Le toucher : toucher du bois, toucher la corde sensible.
La vue : ça crève les yeux, être myope comme une taupe, être aux aguets, faire les yeux doux, faire les gros
yeux, faire de l’œil, dévorer des yeux, avoir les yeux plus gros que le ventre.
L’ouïe : entendre des voix, entendre raison, écouter aux portes, les murs ont des oreilles, écouter d’une seule
oreille, ne pas l’entendre de cette oreille.
Le goût : faire venir/ avoir l’eau à la bouche, être au goût du jour, prendre goût à quelque chose.des boutiques
obscures.

Page 80 AU CŒUR DU QUOTIDIEN

Page 80
Questions 1-2-3
[en groupe classe]

Observer la vignette à droite. Demander aux apprenants quelle situation y est représentée.
Propositions de corrigés :
1 Oui. La personne semble être dans une situation de bien-être. La bougie appelle le calme, et les
différents objets représentés comme la théière, la fleur, le masque pour le visage font penser à une
ambiance zen. Les mains du masseur sont délicatement posés sur le crâne de la personne. Enfin, les
volutes d’encens ou d’air chaud représentent également une ambiance apaisante.
2 Réponses libres.
3 Réponses libres.

COMPRÉHENSION ORALE

Page 58

Écouter le document sonore. Se référer à la transcription au préalable afin de cibler les moments difficiles
de l’enregistrement et de mettre en avant quelques mots qui pourraient poser problème lors de l’écoute.
Questions 4-5-6
[en groupe classe]

Propositions de corrigés :
4 La masseuse massait une femme quand elle a commencé à sentir des choses qui n’étaient pas simplement
d’ordre physique. Le toucher lui a indiqué des symptômes qui n’étaient pas les siens mais de l’autre personne,
symptômes qu’elle a ressentis par une forte chaleur. Elle a ainsi pu sentir que cette personne avait des dou-
leurs à la tête juste en la massant.

118
THÈME
10
5 Le toucher est important pour elle car c’est quel- que chose de primordial, de vital comme le contact
physique. Elle donne ainsi l’exemple d’un enfant qui ne se ferait pas toucher et qui meurt lorsqu’il est
bébé. Elle donne également l’exemple des gens qui n’aiment pas être touchés, qui sont souvent ceux
qui en ont le plus besoin. Le toucher est donc pour elle une phase presque inconsciente de notre être.
6 Louise parle également des odeurs. L’expression « souvenir olfactif » qu’elle utilise, représente une
partie de la mémoire plus ou moins inconsciente. Elle donne alors l’exemple du voyage, comme l’odeur
de la pluie chaude qui lui rappelle son enfance. Ces souvenirs sont parfois aussi des prémices à des
changements de saisons qui permettent de se sentir bien, comme les odeurs dégagées par les plantes à
l’arrivée du printemps. Pour s’exercer : activité 16 p. 83 du cahier d’activités.

PRODUCTION ORALE

Page 80
Question 7
Proposition de corrigé :
7 Réponses libres.

Question 8 - Jeux de rôles


Activité décrite dans le livre.
Proposition de corrigé :
8 Réponses libres.

Cahier d’activités, p. 77-83

PRODUIRE
ÉCRITURE CRÉATIVE

Voir La librairie de votre quartier organise un concours d’écriture pour le


FICHE
MÉTHODO printemps des poètes. Le sujet est le suivant : « Imaginez un monde
6 sans l’un des 5 sens ». Vous décidez d’envoyer votre texte.
(250 mots environ)

Page 83

15 Proposition de corrigé (avec trois figures de style possibles) :

Texte rédigé 
Je me souviendrai toujours de ce matin. J’étais fatigué de n’avoir pas eu de vacances depuis tellement
longtemps, mais j’avais pris l’habitude de me réveiller sans attendre la sonnerie de mon réveil. Mes yeux
étaient encore tout englués de sommeil. La chambre était totalement plongée dans l’obscurité. Comme
chaque matin, j’aimais, avant de m’éveiller totalement, reprendre mes esprits en pensant à ce que j’avais
à faire dans la journée. Après m’être préparé, je me disais que ce serait bien d’aller prendre un café
tranquillement en regardant les passants. Je me suis alors mis en mouvement. J’ai sorti mes jambes du lit,
mis mes chaussons, je me suis dirigé vers la salle de bains avec l’impression que mes yeux n’arriveraient
jamais à s’ouvrir complètement. C’était sûrement dû à la fatigue. Une fois dans l’encablure de la porte
de la salle de bains, j’appuyai sur l’interrupteur. Pas de lumière. Il m’était en général difficile de deviner
les objets dans le noir mais ce matin-là, j’avais l’impression que la pièce était totalement vide. J’appuyai
de nouveau. Rien. Sûrement une ampoule à changer. Je tournai alors le robinet, plongeai mes mains
sous l’eau une fois la bonne température atteinte, puis mis mon visage dans mes paumes pour sortir
totalement du sommeil. Mais lorsque je levai la tête pour regarder le miroir, rien ! Je n’arrivai même pas
à distinguer le moindre trait, la moindre ride, la moindre expression sur mon visage ! Comme si mes yeux

119
continuaient d’être plongés dans la nuit noire. Je les frottai encore, mais il fallait me rendre à l’évidence.
Mon regard était un miroir éteint. Je tâtonnai alors pour trouver la serviette. Je me dirigeai vers l’armoire,
pris mes habits en vitesse, attrapai machinalement mes clés, me chaussai et ouvris la porte. C’est là que le
monde me sembla réellement inquiétant. Rien ne m’était plus familier. Comme si on m’avait plongé en
l’espace d’une nuit dans un univers froid et obscur. Mon cœur battait de plus en plus fort. Deviner chaque
pas, chaque marche me demandait un effort incommensurable, à tel point que j’en perdis l’équilibre. Ma
tête percuta comme un ballon plusieurs fois les murs et les marches, et je finis par me retrouver en bas
de l’escalier sans rien y comprendre. J’ouvris alors de nouveau les yeux et quelle ne fut pas ma surprise !
J’étais toujours dans mon lit, les draps agités dans tous les sens, le corps en sueur. Et le réveil sonna. Je n’en
fus jamais autant soulagé. Ça n’était qu’un cauchemar !
(428 mots)

120
TEST Thème 10

1 Réécrivez ces phrases en utilisant une figure de style. 9 points


a. Ta chambre empeste vraiment !

q ……………………………………………………………………………………………………………………
b. Lorsqu’il m’a frôlé, j’ai eu la chair de poule.

q ……………………………………………………………………………………………………………………
c. Dès la première bouchée, j’ai senti que c’était périmé.

q ……………………………………………………………………………………………………………………
d. Il n’a pas arrêté de me dévisager.

q ……………………………………………………………………………………………………………………
e. Quel tintamarre !

q ……………………………………………………………………………………………………………………
f. Ce plat est vraiment succulent.

q ……………………………………………………………………………………………………………………

2 C hoisissez la forme qui convient selon que vous devez utiliser ou non une expression
idiomatique. 9 points
a. Je sais ! Quand je l’ai vu hier, il m’a mis au parfum. / mis tellement de parfum.

b. Pouvez-vous répéter, je n’entends pas de cette oreille. / je ne l’entends pas de cette oreille.

c. Mon dieu, j’ai oublié le poulet au four, ça sent le brûlé. / ça sent le roussi.

d. Quand il m’a vu, il m’a dévoré des yeux. / les yeux.

e. Au début, je ne comprenais pas. Ensuite, j’ai compris qu’il écoutait la porte. / aux portes.

f. Ça a l’air tellement bon ! J’ai l’eau dans la bouche. / à la bouche.

3 E xposé oral 12 points


Vous préparez un exposé et vous le présenterez au jury.

Sujet : EDITO C1 GUIDE PÉDAGOGIQUE - Thème 10 - test © Éditions Didier, 2019

Vous faites parti(e) d’une association d’aide aux personnes en situation de handicap auditif et vous

participez à une réunion de votre mairie. Vous trouvez que rien n’est fait pour prendre en compte

leur situation. Vous exposez tout d’abord vos critiques puis vous proposez des solutions à mettre en

œuvre pour les accompagner au quotidien.

121
THÈME
THÈME
11
1
THÈME 11   Guerres des mondes
Livre, p. 81-86

11 Guerres des mondes Ca


hier
Livre de l’élève - p. 81-86 E 11
THÈM

s
d  ’


OBJECTIFS COMMUNICATIFS q déceler les caractéristiques de la guerre moderne a c t i vi
& SAVOIR-FAIRE q mesurer les enjeux de cyberattaques

VOCABULAIRE La guerre : armée, armes, soldats, matériels, ENRICHIR SON LEXIQUE


diplomatie, combattre, expressions La guerre

PRODUCTION ORALE q se positionner sur la guerre moderne CONSOLIDER SA GRAMMAIRE


> DÉBAT q imaginer un monde sans guerre Rendre un texte neutre et
> MINI EXPOSÉ q relater un conflit distancié
q caractériser les commémorations
PRODUIRE > ESSAI
PRODUCTION ÉCRITE q réagir au terrorisme Donner sa perception
> FIL DE DISCUSSION q évaluer les risques des cyberattaques de la guerre
LES ARTICULATEURS
JEUX DE CULTURE GÉNÉRALE

Page 81 OUVERTURE
PRODUCTION ORALE
1 Le titre de l’unité
[en groupe classe]
Afin d’entrer dans la thématique du dossier, interroger les apprenants sur les représentations de la guerre.
À quel type de combats pensent-ils ? Quelles grandes batailles historiques sont des références dans leur
pays/culture ?
Expliquez le titre de l’unité.
[en groupe classe]

FOCUS Culture
« Guerres des mondes » renvoie au roman de science-fiction La guerre des mondes écrit par Herbert
George Wells et publié en 1898 dans lequel l’humanité doit lutter contre une race extraterrestre hostile.
Ce célèbre roman a été adapté en bande dessinée et en film.
Demander aux apprenants quelle différence ils font entre « Guerres des mondes » et « La guerre des
mondes ». Que signifie le titre : des guerres entre les mondes (parallèles) ? des guerres pour tout le monde
(sur la planète) ? Qu’est-ce qui pourrait causer des guerres d’une telle envergure ? Est-ce plausible, dans un
futur proche selon eux ?
Quels sont les thèmes de cette unité ?
La guerre, l’armée, les batailles, les soldats, la sécurité, les (cyber)attaques.

2 La photographie
[en groupe classe]
Décrivez la photographie et donnez-en une interprétation.
Description : c’est une vue du ciel plongeante sur une ville moderne de nuit. Les lumières de la ville et les
gratte-ciels montrent qu’il s’agit d’une ville développée. Au premier plan, on voit deux drones équipés d’une
caméra. Ils approchent de la ville. Le ciel est sombre.
Interprétation : la lumière de la photo et l’angle choisi pour mettre en avant les deux drones donnent un
côté agressif, comme s’il s’agissait d’une invasion.

122
Demander aux apprenants ce qui se dégage de cette photographie. Se sentent-ils en sécurité en la regardant ?
Qu’a voulu exprimer le photographe en choisissant une photo de nuit ?

3 Les objectifs
> Préparer les apprenants à la production finale
La production finale de ce thème est un essai. L’apprenant devra produire un essai argumentatif sur sa
perception de la guerre. La consigne de la production finale se trouve en p. 84 du cahier d’activités.

Voir Analysez comment l’auteur de l’article « À quoi ressemblent


FICHE
MÉTHODO les nouvelles guerres » aborde le sujet de la guerre de manière
3 scientifique, en utilisant notamment la voix passive et des verbes
pronominaux à sens passif. Puis réutilisez ce style, le lexique et les
ESSAI

idées développées pour rédiger l’essai argumenté suivant : Pour un


hors-série spécial guerre, un magazine français interroge ses lecteurs
sur leur perception de la guerre : « La guerre vous semble-t-elle
aujourd’hui proche ou éloignée de votre quotidien ? » Vous décidez
de donner votre avis. (250 mots environ)

Tout au long du travail sur les documents du thème, inciter les apprenants à relever les idées avancées et le
champ lexical de la guerre afin de les aider à préparer l’essai argumentatif. Lorsque vous le jugerez utile,
les renvoyer à la fiche méthodologique dans le cahier. Dans le cadre de l’essai, il s’agit de la fiche 3 p. 6 - 7
du cahier d’activités.

Pages 82-83 DOCUMENT A


Page 82
Titre du document A
[en groupe classe]
Demander aux apprenants de lire le titre du texte. À quoi renvoie l’expression « nouvelles guerres » ? En
opposition à quel type d’anciennes guerres ? Répondez à cette question.
Illustration du document A
[en groupe classe]
Décrivez l’illustration et donnez-en une interprétation.
Description : c’est une représentation du monde sous forme de planisphère. On distingue les continents
colorés en rouge ou en bleu. Les continents sont représentés par le code informatique binaire : 0 ou 1. On
voit également des mains tapant sur des claviers informatiques, ainsi que des flèches et une tête de mort.
Interprétation : les deux couleurs présentent un monde bipolaire. Le langage binaire et les claviers peuvent
montrer l’évolution des guerres : maintenant on se bat à travers les nouvelles technologies (les cyberattaques).
Faire réagir les apprenants devant cette image : que pensez-vous de la représentation pixellisée et binaire
(0 ou 1) du monde ? Est-ce représentatif de ce que vous vivez ?

Page 83
Illustration
[en groupe classe]
Décrivez l’illustration et donnez-en une interprétation.
Description : dans un ciel bleu, plus d’une dizaine de drones volent. Les couleurs dominantes sont le noir et
le rouge. Les drones sont en action.
Interprétation : la couleur rouge, qui marque le fonctionnement de l’appareil, renvoie au danger. Le fait
que certains drones soient plus proches que d’autres laisse penser qu’il s’agit d’une invasion.
Faire réagir les apprenants devant cette image : que pensez-vous des drones ? Quel sentiment vous procure
leur nombre important sur la photo ? Voudriez-vous avoir un drone ?

123
THÈME
THÈME
11
1
FOCUS Culture
La Première guerre mondiale a eu lieu de 1914 à 1918. C’est un conflit militaire qui a impliqué les puissances
européennes, dans un premier temps, puis s’est étendu à plusieurs continents. Surnommé la Grande Guerre
et qualifié de « total », ce conflit a été un événement marquant du XXe siècle qui a conduit à la mort de
millions de personnes (soldats et civils).
Jean-Jacques Rousseau est un écrivain et philosophe suisse francophone. Sa pensée et ses écrits, ses fictions
(Julie ou la Nouvelle Éloïse, Les Confessions) ou ses ouvrages philosophiques (Du contrat social) ont
profondément marqué et influencé son époque.
Charles Tilly est un sociologue et historien américain du XXe siècle, spécialiste des relations entre la
politique, l’économie et la société.
Pierre Hassner est géopolitologue et philosophe roumain naturalisé français du XXe siècle, spécialiste des
sciences politiques.
Carl Philipp Gottlieb von Clausewitz est un officier général et un théoricien militaire prussien qui vécut à
la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle.
Le magazine Sciences humaines est un magazine français mensuel de vulgarisation des sciences humaines
et sociales, créé en 1988.
Encadré « Au Fait » :
Lire l’encadré et expliquer le tourisme de mémoire. Demander aux apprenants de répondre à la question
et/ou de citer d’autres lieux associés au tourisme de mémoire.

FOCUS Culture
Le tourisme de mémoire (ou tourisme mémoriel) est une forme de tourisme qui promeut le patrimoine
historique du lieu, notamment quand le site a été marqué par un évènement ponctuel, douloureux et
marquant.

COMPRÉHENSION ÉCRITE

Page 84
Questions 1-2-3-4-5-6
[travail individuel puis en groupe classe]

Demander aux apprenants de lire les questions de compréhension écrite du document A et d’y répondre
individuellement. Puis, reprendre question par question, y répondre et apporter des explications/précisions
complémentaires. Noter au tableau les mots-clés liés à la guerre que les apprenants emploient.
Propositions de corrigés :
1 La guerre peut évoquer des images du passé lointain, presque « romantiques » telles que celles proposées
par des manuels scolaires : le siège d’Alésia pendant la guerre des Gaules, la bataille de Bouvines, le siège
d’Orléans commandé par Jeanne D’Arc, les guerres de la Révolution et de l’Empire. Mais elle peut aussi
évoquer des images du passé récent, le XXe siècle en général, plus crues et plus « ressenties » (pensons au
rôle du cinéma) : les deux guerres mondiales, la guerre du Viêt-Nam.
2 D’un point de vue technique, les drones et les cyberattaques peuvent représenter des nouveautés.
L’ampleur de ce deuxième point peut laisser songeur car les dimensions de ces éventuelles futures attaques
peuvent être dévastatrices. D’un point de vue diplomatique et international, la « désétatisation » de la
guerre remet en cause nos clefs de lectures issues de la guerre au XXe siècle (comme les deux guerres
mondiales) ou des siècles passés.
3 « La guerre n’ose plus dire son nom ». Traiter de la guerre dans l’actualité contemporaine est délicat
car l’image est omniprésente et par conséquent potentiellement très violente. Le téléspectateur ne peut
supporter de telles images quotidiennement. Évoquer en outre les conséquences dramatiques des guerres
sur les populations civiles est douloureux et l’on préfère évoquer des « conflits » plutôt que des guerres.
4 Les drones représentent l’évolution la plus récente des armes de guerre sur les théâtres d’opérations.
Le pilote du drone peut se trouver à des milliers de kilomètres pour bombarder, détruire, tuer. Dans ce cas,
il n’y a plus de contacts directs entre les belligérants comme cela a toujours été le cas dans l’histoire de
l’humanité. Or, se trouver fort éloigné de la mort et de la destruction ne permet pas aux pilotes de drones
de se rendre compte des conséquences horribles de tels bombardements.
5 Les états contemporains cherchent à contrôler le cyberespace car il est un lieu à maîtriser absolument
pour défendre leur souveraineté nationale (comme le sol, l’air, la mer, l’espace). Il s’agit d’un lieu à fort
potentiel de conflit, direct et indirect entre états. Donc, ne pas le contrôler reviendrait à subir et à perdre
les guerres d’aujourd’hui et de demain.
6 D’un point de vue optimiste, le nombre de victimes baisse et la conscience de la puissance incommensurable

124
des armes nucléaires devrait garantir la paix entre États, sous peine de détruire la planète. D’un point de
vue pessimiste, retenons le terrorisme, la variété des nouvelles formes de guerres larvées, l’invention d’un
autre espace de conflit (le cyberespace) et la future robotisation des belligérants.

PRODUCTION ORALE

Page 84
Question 7 - Débat
[en groupe classe puis en sous-groupes]
Interroger les apprenants sur la principale différence entre « guerre moderne » et « guerre du passé ». Puis
diviser la classe en deux : un groupe recherche les caractéristiques, puis les inconvénients d’une guerre dite
« moderne », l’autre groupe recherche les caractéristiques, puis les inconvénients d’une guerre du passé.
Procéder à une lecture des arguments que chaque groupe a noté au tableau. Former des binômes (un
apprenant de chaque groupe) pour débattre mais inverser le point de vue : celui qui a recherché les éléments
de la guerre moderne la critique, et inversement.
Les binômes argumentent en même temps (auquel cas l’enseignant se déplace dans la classe pour écouter
les échanges simultanés) ou successivement devant les autres (auquel cas les erreurs linguistiques sont
relevées par l’enseignant puis expliquer et procéder à une remédiation collective après le débat).

Proposition de corrigé :
7 Réponses libres.

Question 8 - Mini-exposé
[en groupe classe puis en sous-groupes]
Pistes pour l’exposé : Demander aux apprenants de lister des conflits passés. Former des petits groupes et
attribuer un conflit à chaque groupe. Laisser du temps aux apprenants pour qu’ils consultent Internet ou des
ouvrages afin d’avoir des éléments sur ce conflit et qu’ils puissent préparer leur mini-exposé (5 à 10 minutes
par groupe). À la fin des présentations, les apprenants choisissent la présentation la plus claire et intéressante.
Site du ministère des armées :
https://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/article.php?larub=9&titre=conflits-et-operations

Proposition de corrigé :
8 Réponses libres.

PRODUCTION ÉCRITE

Page 84
Illustration
[en groupe classe]
Décrivez la photo.
Description : on voit un mur sur lequel sont représentés une colombe, une main tendant l’index et le majeur
vers le haut pour former un « V » (un symbole repris dans les années 1960 aux États-Unis par les opposants
à la guerre du Viêt Nam) et un cercle dans lequel il y a une patte d’oie (un symbole créé en 1958 par des
opposants à l’armement nucléaire).
Interprétation : ces 3 dessins représentent la paix dans l’imaginaire collectif et sont l’exact opposé à la guerre.
Dessinés sur un mur tels des graffitis, ils peuvent montrer l’expression libre de la pensée du peuple.
Demander aux apprenants s’ils connaissent ces trois symboles, et ce qu’ils y associent. Sont-ils strictement
synonymes ? Connaissez-vous d’autres symboles de paix ? Vous arrive-t-il de voir des symboles de paix dessinés
dans votre ville/pays ? Que pensez-vous de ces graffitis ? De cette façon de s’exprimer ?
Question 9 - Fil de discussion
[travail individuel]
Avant de rédiger cette production écrite, rappeler aux apprenants la forme et le formalisme attendu sur un
forum.

125
THÈME
THÈME
11
1
Proposition de corrigé :
9 Quand un pays, une région ou une ville font l’objet de plusieurs attentats revendiqués par des organisations
terroristes, la sensation de menace augmente. Face à un attentat, nous sommes toujours démunis, personne
n’est jamais prêt. Que faire ? Comment réagir ? Certains réagissent avec fierté et courage et affirment qu’il
ne faut pas changer ses habitudes, qu’il faut continuer à vivre afin de montrer aux terroristes qu’ils n’ont
pas gagné, qu’ils ne peuvent pas vaincre. D’autres craignent pour eux-mêmes et leurs proches et cherchent
à limiter leurs déplacements et à ne pas s’exposer, même s’ils admettent que le caractère aléatoire des
attentats ne permet pas de vivre en sécurité partout et tout le temps. Mais le temps passe et au fur et à
mesure que la fréquence des attentats diminue, la vie reprend son cours et arrive l’heure du souvenir et des
commémorations.

Page 84 DOCUMENT B

COMPRÉHENSION AUDIOVISUELLE

Page 84
Titre du document B
[en groupe classe]
Demander aux apprenants comment le mot du titre est composé : « cyber » et « sécurité ». Comment
comprenez-vous ce mot ? Connaissez-vous d’autres mots comportant le préfixe « cyber » ? Les autoriser à
rechercher dans le texte précédent et les questionnaires : « le cyber » (l.5), « cyberattaque » (l.112),
« cyberespace » et « cybersécurité ». Proposer de construire des mots avec ce préfixe.
FOCUS Vocabulaire
Le préfixe « cyber » est tiré de « cybernétique » et est employé dans des mots en lien avec les réseaux de
communication numériques. Exemples : cyberdélinquance, cyberpirate, cybercafé, cybercriminalité,
cybernaute.
Illustration du document B
[en groupe classe]
Décrivez la photographie.
Description : on voit une image extraite de la vidéo. Il s’agit de l’interview d’une experte de la cybersécurité
invitée dans une émission suisse présentée par un journaliste. Sur l’écran au centre des deux personnes, on
voit une personne, le visage caché par une capuche, avec, derrière elle, un planisphère.
Demander aux apprenants leur avis sur le choix de cette image sur l’écran. Que veut-elle dire ? Qui seraient
les auteurs des cyberattaques d’après l’image ? Qu’en pensez-vous ?
Questions 1-2-3-4-5-6
[en groupe classe]
Inviter les apprenants à lire les questions de compréhension audiovisuelle. Les inviter à prendre des notes
pendant l’écoute. Faire écouter deux fois avec une pause entre les deux. Corriger tous ensemble pour
répondre aux questions ou compléter les réponses. Faire réécouter des extraits, si besoin.
FOCUS Culture
Solange Ghernaouti est professeure à l’université de Lausanne et experte internationale en cybersécurité
et cyberdéfense.
La Radio Télévision Suisse (ou RTS) est une entreprise de service audiovisuelle de service public.
TV5 Monde est une chaîne de télévision généraliste francophone internationale, qui, même si elle siège
à Paris, est détenue conjointement par des sociétés audiovisuelles publiques de France, de Belgique, de
Suisse, du Canada et du Québec.
Yahoo! est une société américaine de services sur Internet (notamment d’un portail web).
Propositions de corrigés :
1 Les cibles des cyberattaques sont les médias (TV5 Monde), les multinationales de l’informatique (Yahoo!),
les gouvernements (norvégien et italien). Le but est de menacer la sécurité ou bien de récupérer des données
de manière illicite.
2 L’origine et l’ampleur de ces cyberattaques restent complexes à évaluer.
3 La démocratie est en danger en cas de manipulation des informations, de diffusion de fausses informations,
de rumeurs.

126
4 Quand on cherche à identifier les auteurs des cyberattaques, on se heurte à la multiplication des
intermédiaires, à la complexité de l’identification du commanditaire d’origine. Il faut un faisceau de preuves
pour y parvenir.
5 Le terrorisme économique est sous-estimé : vol d’informations, atteintes à la réputation des entreprises.
6 Il faut pouvoir réguler le cyberespace (à un moment donné ou à un autre), pour pouvoir se partager ce
bien commun que nous sommes en train de construire.

PRODUCTION ORALE
Page 84
Question 7
[en groupe classe puis en sous-groupes]
Faire réfléchir les apprenants sur les raisons actuelles qui peuvent laisser penser que la paix dans le monde
est proche. Prendre en note les idées puis les classer en interrogeant les apprenants qui votent à main levée :
utopique ou réaliste ?

Proposition de corrigé :
7 Réponses libres.

IDÉE POUR LA CLASSE


Proposer aux apprenants de se répartir en 3 groupes et de rechercher des informations sur la Société des
Nations (SDN), l’Organisation des Nations unies (ONU) et le Global Peace Index. Chaque groupe présente
ensuite au reste de la classe le fruit de leurs recherches.
Question 8 - Mini-exposé
[en groupe classe puis en sous-groupes]
Demander aux apprenants de faire la liste des événements militaires commémorés dans les pays des différents
apprenants. Répartir les apprenants dans des groupes, chacun prenant en charge une commémoration.
Laisser du temps aux apprenants pour qu’ils consultent Internet ou des ouvrages afin d’avoir des éléments
sur cette commémoration et préparent leur exposé (5 à 10 minutes par groupe).

Proposition de corrigé :
8 Réponses libres.

IDÉE POUR LA CLASSE


Le site de l’université de Lille : https://monumentsmorts.univ-lille.fr/ recense les monuments aux morts en
France et en Belgique. Inviter les apprenants à consulter ce site pour rechercher des monuments aux morts
dans des villes qu’ils ont visitées.

PRODUCTION ÉCRITE

Page 84
Question 9 - Fil de discussion
[au choix du professeur : travail individuel en classe ou à la maison]
Pour préparer la production, suggérer aux apprenants de citer à nouveau les arguments et exemples cités
par l’invitée dans l’émission.

Proposition de corrigé :
9 J’ai beaucoup apprécié les éclaircissements de cette spécialiste sur un sujet que j’ignorais en grande
partie. Les enjeux ne sont pas à sous-évaluer. J’ai tendance à partager son opinion quand elle affirme que
les cyberattaques constituent un risque majeur pour nos démocraties. En effet, des groupes terroristes
extrêmement motivés et organisés pourraient menacer la souveraineté nationale de bien des états en
attaquant le système informatique de toutes les administrations. Imaginons un peu : mettre en panne le
système de circulation de grandes villes, compromettre la gestion d’une centrale nucléaire, d’un barrage
hydraulique, d’un hôpital ou encore prendre le contrôle de systèmes de lancement de missiles pour les états
les plus armés. Une attaque à grande échelle et sur plusieurs fronts pourrait mettre à genoux un état
moderne, fortement dépendant de son système informatique. Dès lors, celui-ci devrait admettre la défaite
face à la menace effective sur les populations civiles et céder aux revendications d’organisations terroristes.

127
THÈME
THÈME
11
1
Une démocratie aurait bien du mal à faire face à de telles méthodes, là est le véritable danger. Voilà mon
point de vue !

Page 85 VOCABULAIRE
Page 85
[travail individuel puis en grand groupe]

Inviter les apprenants à se reporter à la page 85 de vocabulaire. Leur demander de lire cette page de façon
individuelle, de souligner les mots qui leur posent des difficultés (de compréhension, de construction, etc.)
et de noter les expressions nouvelles. Expliquer les expressions qui leur posent des difficultés et répondre à
leurs questions et les encourager.
Questions 1-2
[travail individuel puis en grand groupe]
Corrigés :
1 a. combattre en première ligne, l’artillerie, canarder, les attaques aux gaz chimiques. – b. ce conflit,
les belligérants, les crimes de guerres, des cibles, les massacres, aucun cessez-le-feu
2 a. un sniper – b. un casque – c. un mercenaire – d. tabasser – e. une baïonnette
3 Réponses libres.
4 Soldat (e) connecté (e) en guerre virtuelle

PRODUCTION ORALE

Page 85
Question 3
[en sous-groupes]

Former des petits groupes. Faire lire la question aux apprenants qui discutent par groupe, expriment leur
opinion, la justifient et répondent aux questions des autres membres du groupe.
Proposition de corrigé :
3 Réponses libres.

Question 4
[travail individuel puis en groupe classe]
Proposition de corrigé :
4 Soldat (e) connecté (e) en guerre virtuelle

Page 86 q JEUX DE CULTURE GÉNÉRALE

Page 86
[en groupe classe ou en sous-groupes]

Les pages Jeux de culture générale sont une opportunité de convivialité et de respiration en cette fin de
thème. Comme tout jeu de culture générale, cela va de soi que les apprenants ne sont pas forcément au
fait des idées et informations évoquées. La finalité est de jouer et de provoquer l’envie d’en savoir plus.
Question 1
Corrigés :
1 a. Jeanne d’Arc - Siège d’Orléans (1428-1429) – b. Napoléon Bonaparte - Bataille de Wagram (1809) –
c. Clovis - Bataille de Soissons (486) – d. Vercingétorix - Siège de Gergovie (52 av. J.-C.) – e. Philippe Auguste -
Bataille de Bouvines (1214).

128
IDÉE POUR LA CLASSE
Pour aller plus loin, demander aux apprenants de proposer d’autres noms de personnages historiques
français ou francophones connus pour leurs batailles.
Les héros de guerre donnent souvent leur nom à des lieux. Demander aux apprenants de rechercher
des noms de rues, avenues ou stations de métro français portant des noms de héros et/ou de batailles,
et de les expliquer (exemple : la station Iéna).
Site de la RATP : https://www.ratp.fr/plan-metro.
Questions 2-3-4
Corrigés :
2 a. Vrai – b. Vrai – c. Faux (le soldat inconnu est inhumé sous l’Arc de Triomphe).
3 ac – bb – cb
4 a. 1914-1918 – b. 1804-1815 – c. 1940 – d. Moyen Âge

Cahier d’activités, p. 84-90

PRODUIRE

Voir Pour un hors-série spécial guerre, un magazine français interroge


FICHE
ses lecteurs sur leur perception de la guerre : « La guerre vous
ESSAI

MÉTHODO
3 semble-t-elle aujourd’hui proche ou éloignée de votre quotidien ? »
Vous décidez de donner votre avis. (250 mots environ)

Page 90

Propositions de corrigés :
8 a. Guerre proche, historiquement et géographiquement :
Exemple 1 : La Première et la Deuxième Guerre mondiale (nombreuses commémorations, le 11 novembre
et le 8 mai sont des jours fériés) – Exemple 2 : Menace terroriste récente, attentats de Paris – Exemple 3 :
Guerres de Yougoslavie (1991-2001).
b. Guerre lointaine, historiquement et géographiquement :
Exemple 1 : certaines guerres larvées en Afrique (géographiquement) – Exemple 2 : les guerres de
l’Antiquité, comme la guerre du Péloponnèse (Ve siècle av. J.-C.) (historiquement) – Exemple 3 : les guerres
des autres continents (histoire de la Chine ? de l’Inde ?) sont méconnues.
9 a. Introduction : reprendre l’énoncé et constater la situation de paix (ou pas) autour de soi et l’état de
guerre larvée dans de nombreuses parties de la planète. Nécessité de la paix, fin la Seconde Guerre mon-
diale en 1945, fin de la guerre froide en 1991 ; Constater et dénoncer la permanence de l’état de guerre,
le regretter.
b. Première partie, la guerre proche : des exemples récents et votre propre perception ; en fonction de
votre propre expérience, de votre propre vécu et de votre lecture de l’actualité récente.
c. Seconde partie, la guerre lointaine : des exemples récents et votre propre perception (partie à intro-
duire à l’aide d’un connecteur d’opposition). Valoriser la situation de paix, constater l’importance du filtre
médiatique sur notre regard. Une guerre non médiatisée existe-t-elle à nos yeux malgré sa violence et le
nombre de victimes ?
d. Conclusion : reprise en une phrase de vos arguments principaux et ouverture de votre essai, la guerre
demain. En fonction de vos exemples de vos vécus. La guerre de demain ? Plus de victimes, moins de sol-
dats ?
10 a. Introduction : S’interroger sur la nature singulière de la guerre contemporaine. Remettre en cause
nos représentations issues du XXe siècle. Nous sommes conditionnés par notre quotidien et par le filtre
médiatique.
b. Constat : Constater les spécificités du phénomène contemporain de la guerre : guerre larvée, « déséta-
tisée », les drones, les cyberattaques potentielles. Peu de conflits interétatiques ouverts.

129
THÈME
THÈME
11
1
c. Causes : Les enjeux sont le contrôle de régions, de ressources, de populations contre les états souverains.
La menace terroriste, quelle que soit la revendication, peut menacer les populations civiles d’états. Cause
structurelle : la guerre fait-elle partie de la nature humaine ? Cause conjoncturelle : la guerre disparaît un
temps pour revenir sous d’autres formes.
d. Conséquences : En fonction de notre intérêt pour l’actualité internationale ou de notre quotidien. Il est
possible de s’en désintéresser si elle ne nous touche pas directement. Intervenir soi-même dans une zone
de conflit (ONG, journalisme, sécurité) requiert un très haut niveau de spécialisation.
e. Conclusion : Chaque époque produit une certaine typologie de guerre et développe sa singularité. Si
la guerre ne nous touche pas directement, existe-t-elle ? Répondre en fonction de sa sensibilité. Affirmer
la baisse du nombre de victimes tout en constatant aussi les dangers spécifiques et multiformes du
phénomène terroriste et de la menace de cyberguerres.
11 Plan
Introduction : reprise du sujet et réalité contemporaine de la guerre
Partie 1. Guerre proche physiquement et chronologiquement.
Partie 2. Guerre lointaine, filtrée médiatiquement et confuse.
Conclusion : ouverture personnelle du sujet, centrée sur une réalité

Texte rédigé 
Chères lectrices, chers lecteurs,
J’ai lu avec beaucoup d’attention votre Hors-Série sur la guerre. La paix qui règne en Europe depuis 1945
ne doit pas nous faire oublier que l’état de guerre perdure sur la planète et que, malheureusement, de
nombreux conflits persistent. Ainsi, la question de savoir si la guerre nous semble aujourd’hui proche ou
lointaine s’impose à nous.
La guerre peut sembler proche car les récents attentats terroristes de Paris ont remis brutalement la
violence et la mort au cœur de notre quotidien. Nous sommes devenus vulnérables et ce sentiment d’être
attaqués a fait un retour tonitruant dans les esprits de beaucoup de Français. Il ne faut cependant pas
oublier que de nombreux pays subissent des attaques terroristes quasi quotidiennes. Historiquement,
nous connaissons beaucoup de personnes qui ont été témoins de la Seconde Guerre mondiale. Ce sont
des témoignages concrets et forts qui datent de deux générations, nous ne parlons pas de la « Guerre de
100 ans ».
Toutefois, il faut bien le reconnaître, la guerre nous semble lointaine car elle est déformée par le traitement
médiatique. Les images qui nous parviennent nous semblent très éloignées de notre quotidien. Nous
ne parlons plus de guerres ouvertes entre plusieurs pays mais de conflits complexes et larvés ainsi que
d’attentats sordides dans des pays que nous connaissons mal.
Aujourd’hui, les opinions publiques n’acceptent pas que des soldats de nos pays respectifs meurent. Une
telle information nous replonge dans ce qu’est la guerre et nous la rend brutalement plus proche alors
que nous la souhaitons toujours lointaine.
Cordialement.
(255 mots)

130
TEST Thème 11

1 Associez les phrases suivantes avec une des expressions de la liste suivante : enterrer la
hache de guerre ; un fantassin ; une cible ; un bunker ; un belligérant ; un obus. 9 points
a. un soldat d’infanterie

q ………………………………………………………………………………………………………………………
b. un individu ou un pays qui fait la guerre

q ………………………………………………………………………………………………………………………
c. une fortification pour se protéger des attaques

q ………………………………………………………………………………………………………………………
d. zone ou individu exposé à un bombardement

q ………………………………………………………………………………………………………………………
e. faire la paix

q ………………………………………………………………………………………………………………………
f. projectile militaire rempli de d’explosif

q ………………………………………………………………………………………………………………………

2 Réécrivez les phrases suivantes en utilisant la voix active. 9 points


a. Un cessez-le-feu va être demandé par l’ONU pour apaiser la région.

q ………………………………………………………………………………………………………………………
b. Les cavaliers ont été remplacés par les véhicules motorisés comme les tanks.

q ………………………………………………………………………………………………………………………
c. Les insurgés viennent d’être écrasés dans le sang par l’armée.

q ………………………………………………………………………………………………………………………
d. La région a été mise à feu et à sang par les belligérants.

q ………………………………………………………………………………………………………………………
e. Les drones sont l’arme militaire du XXIe siècle utilisée par les gouvernements.

q ……………………………………………………………………………………………………………………… EDITO C1 GUIDE PÉDAGOGIQUE - Thème 11 - test © Éditions Didier, 2019

f. Les populations menacées ont été déplacées par une ONG en raison du conflit latent.

q ………………………………………………………………………………………………………………………

3 Exposé oral 12 points


Vous préparez un exposé et vous le présenterez au jury.

Sujet :

Vous participez à une conférence organisée par le ministère de l’Armée et traitant des enjeux

économiques. Vous intervenez pour exprimer votre point de vue sur les ventes d’armes qui permettent

d’accroître l’économie du pays vendeur tout en contribuant à des bombardements meurtriers. Vous

élaborez un exposé argumenté, clair et organisé.

131
THÈME
THÈME
12
1
THÈME 12   Sous toutes les coutures
Livre, p. 87-92

12 S
 ous toutes Ca
hier
les coutures THÈM
E 12

s
d  ’


Livre de l’élève - p. 87-92 a c t i vi
OBJECTIFS COMMUNICATIFS q percevoir l’impact de la mode sur la société
ENRICHIR SON LEXIQUE
& SAVOIR-FAIRE q débattre de la liberté de s’habiller La mode
VOCABULAIRE La mode : vêtements, accessoires, matières, couture, CONSOLIDER SA GRAMMAIRE
look, styles, expressions Distinguer les registres
PRODUCTION ORALE q analyser son rapport à la mode courants, familiers et soutenus
q arbitrer sur le rôle de l’image
> DÉBAT PRODUIRE > EXPOSÉ
> MINI EXPOSÉ q c ommenter la mode high tech Déclarer son admiration pour
q estimer la valeur éthique d’un vêtement un style vestimentaire

PRODUCTION ÉCRITE qp  ositionner la mode face aux différences socio- LES ARTICULATEURS
> FIL DE DISCUSSION économiques
q r éagir au tabou de la nudité
JEUX DE CULTURE GÉNÉRALE

Page 87 OUVERTURE
PRODUCTION ORALE

1 Le titre de l’unité
[en groupe classe]

Demander aux apprenants de définir la mode : c’est quoi être à la mode ? Que pensez-vous de la mode ?
La mode est-elle importante dans votre pays/culture ? Quels pays représentent la mode selon vous ? Pourquoi ?
Expliquez le titre de l’unité.
[en groupe classe]

FOCUS Culture
« Sous toutes les coutures » est une expression française qui signifie au sens figuré « dans tous les sens,
très attentivement ». On l’emploie généralement avec le verbe « examiner ». Au sens propre, l’expression
« sous toutes les coutures » peut vouloir signifier un panel de tous les styles vestimentaires possibles.

Demander aux apprenants comment ils comprennent cette expression. Comment ils la perçoivent, positivement
ou négativement ?

Quels sont les thèmes de cette unité ?


La mode, les tendances, les styles vestimentaires, la haute-couture.

2 La photographie
[en groupe classe]
Décrivez la photographie et donnez-en une interprétation.
Description : on voit un homme en plan rapproché. Il porte un style vestimentaire qui lui est propre : un
chapeau noir, des lunettes de soleil bleues, une boucle d’oreille et une chemise colorée avec des motifs
représentant le symbole du dollar américain. Il a un visage lumineux et souriant, et il fait un geste avec sa
main droite (le pouce et l’index se rejoignent en un cercle, alors que les trois autres doigts sont tendus).
Interprétation : il se dégage de la joie et de l’originalité de la photo. Sa chemise, sans être particulièrement
extravagante, est portée avec fierté. On sent que l’homme prend soin de sa tenue et assume, voire revendique,
ce style.

132
Demander aux apprenants ce qui se dégage de cette photographie. Que pensez-vous de l’homme sur la
photo ? À votre avis, quelle est sa vie ? Sa profession ? D’où vient-il ? Quelle est sa perception de la mode ?
La mode est-elle importante pour lui/dans sa vie ?

3 Les objectifs
> Préparer les apprenants à la production finale
La production finale de ce thème est un exposé oral. L’apprenant devra produire un exposé sur un style
vestimentaire de son choix sous la forme d’un chant d’amour. La consigne de la production finale se trouve
en p. 91 du cahier d’activités.

Voir Choisissez un look, une tribu « vestimentaire » que vous appréciez


EXPOSÉ ORAL

FICHE
MÉTHODO (style classique, hipster, gothique, punk, hippie...). Composez-lui un
5 chant d’amour que vous déclamerez à haute voix, devant les autres
élèves de la classe.

Tout au long du travail sur les documents de ce thème, inciter les apprenants à se positionner sur les différents
styles vestimentaires et à relever le champ lexical de la mode et de l’appréciation, afin de les aider à préparer
leur exposé. Lorsque vous le jugerez utile, les renvoyer à la fiche méthodologique dans le cahier d’activités.
Dans le cadre de l’exposé, il s’agit de la fiche 5 p. 10 du cahier d’activités.

Page 88 DOCUMENT A
Page 88

Titre du document A
[en groupe classe]
À quoi pouvez-vous vous attendre ? Quelle va être la forme du texte ? Que veut dire « lookés » ? Il s’agit d’un
anglicisme. De quel mot anglais cela vient-il ? Vous-même, êtes-vous un « looké » ?
L’illustration du document A
[en groupe classe]
Décrivez la photo et donnez-en une interprétation.
Description : c’est la photo d’une femme qui se trouve dans la rue en train de marcher. Elle porte des lunettes
de soleil, un pull à col roulé noir sur une robe en voile rouge, noire et verte. Elle porte également des collants
épais rouges, des chaussettes jaunes et des chaussures noires de type militaire.
Interprétation : cette femme peut représenter une certaine idée de la mode. Ses vêtements choisis avec soin
dans leur style, couleur et matière peuvent montrer l’importance que la mode revêt pour la plupart, voire
pour tous les individus.
Faire réagir les apprenants : que pensez-vous de ce style ? Qu’est-ce qui se dégage de cette femme ? Com-
parez avec la photo d’ouverture (page 87). Laquelle préférez-vous ? Pourquoi ?

FOCUS Culture et vocabulaire


La fashion week est une expression anglaise entrée dans la langue française. On dit aussi « semaine des
défilés » ou « semaine de la mode ». Utilisée dans le monde de la mode par les stylistes et les couturiers,
cette expression désigne les deux moments forts du monde de la mode et permet aux stylistes et aux maisons
de couture de présenter leurs dernières collections de prêt-à-porter, et de haute couture uniquement pour
la France. Les deux événements permettent la présentation des tendances pour la saison printemps-été, puis
celle pour la saison automne-hiver. À cette occasion, des défilés de mode sont organisés dans les grandes
maisons de haute-couture à Paris, et les modèles font la une des magazines et des journaux télévisés.
Une fashion victim est une expression anglaise qui découle de l’expression « fashion week ». Elle désigne
une personne (homme ou femme) qui porte des vêtements à la mode (même si ceux-ci sont très originaux,
excentriques, audacieux), qui accumule les pièces de mode de façon obsessionnelle et qui suit tellement
la mode qu’elle en est dépendante (notamment financièrement).
Le BTS (ou Brevet de Technicien Supérieur) est un diplôme national de l’enseignement supérieur français
de deux années.
Magazineantidote est un magazine sur Internet pour les passionnés de mode et de culture.

133
THÈME
THÈME
12
1
COMPRÉHENSION ÉCRITE

Page 89

Demander aux apprenants de lire l’aide à la lecture et le document puis de lire les questions de compréhen-
sion écrite.

Question 1
[en groupe classe]

Proposition de corrigé :
1 Le texte commence par « Chers vous » et il est écrit à la 2e personne du pluriel, ce qui est plutôt inhabituel
pour un article de journal.

Question 2
[en groupe classe]
Répertorier au tableau les mots cités par les apprenants en suivant une lecture linéaire du texte. Proposer
ensuite aux apprenants de classer au tableau les adjectifs dans deux colonnes : positif / négatif par exemple.
L’objectif est de saisir le degré, l’intensité implicite des adjectifs qualificatifs utilisés par l’auteure.

Proposition de corrigé :
2 Liste des adjectifs : originaux - alternatifs - coquets - exubérants - voyants - sapés - fauchés. Un « looké »
est un individu qui a le courage de s’habiller comme bon lui semble, avec extravagance et originalité, pour
ne pas passer inaperçu.
Question 3
[en binôme]
Suggérer aux apprenants de faire la liste des caractéristiques des victimes de la mode d’après leurs critères
ou représentations et de les qualifier. Puis inviter quelques groupes à décrire leurs victimes de la mode à un
groupe qui devra les dessiner sur papier ou au tableau.

Proposition de corrigé :
3 Les victimes de la mode selon S. Fontanel portent des vêtements anonymes (« jean slim » et « pull gris »,
l. 37-38) ; elles sont timides et d’humeur maussade (« morne, timoré », l. 37), jusqu’à en devenir transparentes,
voire à disparaître totalement (« invisibilité », « mort », l. 39-40). Leur personnalité est donc diamétralement
opposée à celle des lookés.

Question 4
[en groupe classe]
Demander aux apprenants s’ils devinent le verbe associé au mot « lâche » ainsi que le verbe du nom
« renoncement ». Afin de comprendre l’expression, les aider, si nécessaire, en donnant des synonymes ou
des contraires de « lâche » et de « renoncement ». « Lâche » : contraire de « courage ». « Renoncement » :
antonyme de « avidité ».
Proposition de corrigé :
4 Sous prétexte de ne pas se laisser manipuler par la mode, certaines personnes décident de ne plus la
suivre, de se libérer de son joug. S. Fontanel suggère ici que de renoncer à afficher son identité à travers
son look n’est pas un acte de bravoure, mais bien au contraire un manque de courage.

Question 5
[en groupe classe]
Écrire au tableau le mot « excentricité » et inviter les apprenants à observer la morphologie du mot afin de
saisir la signification hors norme du terme, en dehors/qui s’éloigne du centre et de deviner « une manière
d’être qui s’éloigne des habitudes attendues ». Le préfixe ex- signifie « hors de » et exprime l’excès, le fait
d’être « hors » d’une norme. Des synonymes possibles : bizarrerie, étrangeté, originalité, fantaisie,
extravagance. Des antonymes possibles : banalité, conformisme, sobriété, équilibre. Initier les apprenants
de façon générale à observer la formation des mots, les habituer à tenter de trouver leur sens dans un
contexte mais également en analysant les termes proches connus qui permettent de déduire le sens. Enrichir
leur lexique en fournissant des synonymes, des antonymes et les encourager à relier les mots à leur étymologie,
à leur signification et à un synonyme. Voir activité 1 du cahier d’activités p. 91.

Proposition de corrigé :
5 S’habiller de façon exubérante n’est pas forcément un signe extérieur de richesse économique. Au

134
contraire, les lookés sont souvent « fauchés », et connaissent bien les astuces pour s’habiller à bas prix. Pour
nombre d’entre eux, l’excentricité est le seul trésor dont ils disposent.

Question 6
Proposition de corrigé :
6 L’auteure loue volontiers le courage de s’exposer aux autres tels qu’on est, qui serait, selon elle, une
forme de beauté supérieure, mise en relief par la forme restrictive « je ne vois d’autre solution, ni même
d’autre beauté pour un être humain que de se faire remarquer » (l. 87-88). En revanche, elle critique
subtilement l’idée reçue, soulignée par l’expression « bien sûr » en début de phrase (l. 89) qui voudrait que
les qualités morales d’un individu aient forcément une valeur supérieure à ses qualités esthétiques. Il s’agit
d’une norme sociale et morale (la gradation du verbe « pouvoir » au verbe « devoir » le démontre), qui est
d’une évidence terriblement banale et ennuyeuse (« oui on sait tout ça par cœur », « on ne va pas revenir
là-dessus », l. 90-91).

Encadré « Aide à la lecture » :


Lire l’encadré, expliquer la notion de registres de langue.

IDÉE POUR LA CLASSE


Les apprenants proposent pour chaque mot/expression familiers du texte une reformulation en langue
standard.

PRODUCTION ORALE

Page 89
Question 7
[en binôme]
Former des binômes. Les apprenants se posent alternativement les questions proposées. Les erreurs
linguistiques sont relevées par l’enseignant puis procéder à une remédiation collective après la production
orale.
Question 8 - Débat
[en groupe classe]

FOCUS Culture
« L’habit de fait pas le moine » : Ce proverbe qui apparaît vers le XIIIe siècle serait une déformation progressive
de la traduction d’une expression latine du philosophe grec Plutarque qui signifiait « la barbe ne fait pas le
philosophe ». Une deuxième théorie tente d’expliquer cette expression lorsqu’un soir de janvier 1297, François
Grimaldi se rend avec quelques hommes déguisés en moines franciscains à la forteresse du rocher aux Gibelins
à Monaco pour y demander asile pour la nuit. C’est en fait un stratagème pour prendre la forteresse de
nuit. Une dernière explication de cette expression avec une dimension juridique viendrait dès le XIe siècle.
Un certain nombre d’établissements religieux s’enrichissent de façon importante grâce aux bénéfices
ecclésiastiques et on voit un nombre plus important « d’opportunistes » qui prennent l’habit monastique
sans avoir prononcé leurs vœux. À la suite de quoi, le pape Innocent III a annulé l’élection d’un laïc à l’abbaye
de Luxeuil (Vosges) et écrit « Ce n’est pas à l’habit qu’on reconnaît le moine, mais à l’observation de la règle
et à la perfection de sa vie ».
Dans les trois hypothèses, elle signifie que l’apparence peut être fausse. Elle peut tromper les gens et qu’il
faut s’abstenir de ne juger les gens qu’à leur apparence. Elle fait référence au décalage entre un être et son
apparence mais également à la richesse et à la pauvreté.

En vue du débat, ne pas hésiter à diversifier les profils dans les binômes. Se référer aux questions présentes
dans le livre pour guider les apprenants. Relever les mots clés au tableau pour chaque question afin d’éclaircir
les problématiques posées si nécessaire.
Lors de la mise en commun, veiller à ce que chaque membre du groupe s’exprime. Prendre en note les erreurs
récurrentes et les corriger éventuellement ou les faire corriger ensuite au tableau.
Dans un premier temps, lire les deux expressions puis demander aux apprenants de les expliquer, de les
comparer et de les différencier. Dans un second temps, les apprenants prennent librement la parole pour
donner leur avis. L’enseignant peut désigner un apprenant pour jouer le rôle de modérateur, et ainsi il
s’attache aux erreurs linguistiques prononcées, qu’il explique puis corrige après le débat.
Aider les apprenants à améliorer leur compétence d’exposé. L’éloquence s’apprend et se pratique. Les inviter
à relire la fiche méthodologique sur l’exposé oral et les encourager à maîtriser leur voix, leur regard et leur

135
THÈME
THÈME
12
1
posture. La parole se vit dans l’instant, elle réclame l’attention et elle transmet du sens et de l’émotion. Il
faut parler suffisamment fort mais aussi trouver le bon débit, dynamique, non monocorde sans oublier de
respirer, de faire des pauses et de sourire !
Question 9 - Mini-exposé
[en groupe classe puis en sous-groupes ou travail individuel]
Effectuer le travail préparatoire en classe, soit en groupe classe, soit individuellement. Demander aux
apprenants de donner plus d’exemples de mode « intelligente » et leurs avantages pour l’individu qui les
porte. Les noter au tableau. Seul ou en groupe, les apprenants préparent l’exposé en vue d’une présentation
claire et organisée. Chaque apprenant ou groupe présente son exposé à la classe en une dizaine de minutes.
Se référer à la page vocabulaire p. 91 du livre.
Proposition de corrigé :
9 Réponses libres.

PRODUCTION ÉCRITE

Page 89
Question 10 - Fil de discussion
[en binôme puis travail individuel]
Revoir avec les apprenants les réponses apportées lors du débat de la question 8 p. 89. Les apprenants
forment des binômes d’avis contradictoires afin de créer un fil de discussion où chacun devra répondre à
l’autre de manière argumentée.
Avant de rédiger cette production écrite, rappeler aux apprenants la forme et le formalisme attendus sur
un forum.
Proposition de corrigé :
10 Certes, d’un point de vue global, on ne peut nier que l’industrie textile contribue grandement à creuser
le fossé nord-sud lorsqu’elle produit à bas prix, en exploitant les ouvriers de pays en développement. Cela
dit, au niveau européen, en ce qui concerne l’apparence physique, les différences de niveau social se gomment
peu à peu. Observez les tenues de 5 personnes prises au hasard dans une rue, à Paris, à Barcelone ou à
Londres, et tentez de deviner leur profession, leur salaire… Pas facile ! La haute couture, autrefois l’apanage
des élites, est descendue des podiums des défilés ces dernières années. Ainsi, de grands créateurs de mode
tels que Karl Lagerfeld, Stella McCartney ou Roberto Cavalli se sont associés à une célèbre marque de la fast
fashion pour dessiner des collections accessibles à tous. Les marqueurs socio-économiques du vêtement,
autrefois extrêmement clivants, s’estompent donc au profit d’une homogénéisation du style. Quant aux
consommateurs ayant des scrupules à acheter des vêtements fabriqués dans des conditions éthiquement
discutables, ils ont aujourd’hui accès à de nombreux circuits de distribution alternatifs (friperie, sites d’achat
ou de troc de vêtements d’occasion, vide-grenier...) pour se créer un style sans se ruiner.
L’illustration :
[en groupe classe]
Décrivez le dessin et donnez-en une interprétation.
Description : le dessin est composé de 2 bandes. Sur celle du haut, on voit 6 personnes ayant des styles
vestimentaires différents (geek, gothique, roots, Bboy, kawaï et hipster) représentés par les clichés véhiculés
par la société. La légende, située au-dessus d’eux, donne 2 arguments pour s’habiller comme ses voisins :
passer inaperçu, se fondre dans le groupe. Les personnes ayant peu confiance en elles seraient plus enclines
à s’habiller comme les autres. Sur la bande inférieure, on voit les mêmes personnes riant du style de la 7e
personne apparue à droite de l’image : la personne porte un costume de canari. La légende dit la difficulté
à se forger un style personnel.
Interprétation : les 6 personnes portent des styles différents mais elles se retrouvent pour se moquer d’une
7e, extravagante au regard des normes sociales.
Demander aux apprenants ce qu’ils pensent des différents styles vestimentaires représentés et s’ils sont si
originaux que cela, au regard de la chute de l’illustration. C’est quoi, être original selon vous ? Parmi les 7
vêtements présentés, lequel/lesquels ne pourriez-vous absolument pas porter ? Pourquoi ?

FOCUS Vocabulaire
L’expression « ça vous la coupe » est une expression familière qui signifie « ça vous étonne » au point que
la personne reste coite.
Le style geek est celui du « geek », c’est-à-dire une personne passionnée par un domaine précis, souvent

136
associé à un domaine « de l’imaginaire » (certains genres du cinéma, la bande dessinée, les jeux vidéo, les
jeux de rôles, etc.), ou encore aux sciences, à la technologie et l’informatique. Le geek porte souvent des
lunettes.
Le style gothique a, au départ, été influencé par le mouvement punk ; il se nourrit désormais d’un grand
nombre d’univers (inspiration fantastique, romantique victorien, historique) associé à des matières comme
le cuir ou le vinyle et la couleur noire.
Le style roots se caractérise généralement par des vêtements larges, souples et décontractés. Des cheveux
longs, des piercings et/ou des tatouages complètent le style.
Le style Bboy est à associer au danseur de breakdance, style de danse développé à New York dans les années
1960, caractérisé par son aspect acrobatique et ses figures au sol. Casquette, tee-shirt, pantalon ample et
tennis sont caractéristiques de ce style.
Le style kawaï vient du Japon, cet adjectif japonais signifiant principalement « mignon ». Cette mode se
caractérise par des vêtements qui semblent conçus pour des enfants uniquement (dentelle, tons roses ou
pastels, accessoires ornés de représentations de personnages de cartoons, de licornes, d’arc-en-ciel, etc.).
Le mot « hipster » est un terme anglo-américain qui désigne, à l’origine, un artiste bohème américain. Au
XXIe siècle, un hipster est un individu qui n’a pas adopté certaines habitudes consuméristes et socio-culturelles,
ses vêtements veulent montrer son attitude anticonformiste.

Page 90 DOCUMENT B
Titre du document B
[en groupe classe]
Demander aux apprenants ce qu’ils pensent de l’association des deux mots « mode » et « jetable » : ces deux
mots sont-ils souvent mis en relation ? Pourquoi ? Existe-t-il, selon vous, une mode non jetable, donc pérenne,
qui dure ?
Les illustrations du document B
[en groupe classe]
Décrivez la photographie.
Description : on voit des cintres sur lesquels des vêtements sont posés. Il y a différents styles, couleurs, formes.
Cette image provient du placard d’un individu lambda.
Poser les questions suivantes : cette photo aurait-elle pu être prise dans votre placard ? Avez-vous beaucoup
de vêtements, comme le suggère la photo ? Que pensez-vous des personnes qui ont beaucoup de vêtements ?
Qui ont peu de vêtements ? Comment font-elles dans l’un et l’autre cas ? Pourriez-vous ne plus acheter de
vêtements ? Acheter des vêtements de seconde main ?

Décrivez la photographie.
Description : on voit clairement un homme au milieu d’un groupe de personnes floues. Il se trouve dans un
milieu urbain, devant des immeubles, peut-être dans un quartier d’affaires. Il porte un costume noir classique
(avec une cravate noire et une chemise blanche). Sa chevelure rouge de style punk, ses boucles d’oreilles
qui écartent ses lobes et ses tatouages qui apparaissent sur son cou dénotent avec son vêtement et
l’environnement où il se trouve. Sa position arrêtée contraste avec le mouvement autour de lui.
Interprétation : la photographie met en avant l’originalité d’un individu du fait de sa position et son style
vestimentaire. En fixant l’homme au centre, le photographe veut sans doute montrer qu’il est rare et difficile
d’avoir un style atypique.
Questionner les apprenants sur ce qu’ils pensent de la combinaison costume noir / style punk (cheveux,
tatouages, boucles d’oreilles). Comment ce style est/serait accepté dans votre pays ? Pourquoi ? D’autres
styles dits « originaux » sont-ils acceptés ? Lesquels ? Pensez-vous que la société évolue sur les styles vesti-
mentaires ? Pourquoi ? Dans quel sens ?

COMPRÉHENSION ORALE

Page 90
[travail individuel puis en groupe-classe]
Faire lire les questions avant de procéder à l’écoute et s’assurer de la compréhension orale. S’appuyer sur

137
THÈME
THÈME
12
1
la photographie et la page vocabulaire pour introduire le thème de l’émission. Les inviter à prendre des
notes pendant l’écoute. Faire écouter deux fois avec une pause entre les deux. Corriger tous ensemble pour
répondre aux questions ou compléter les réponses. Faire réécouter des extraits, si besoin.

FOCUS Culture
France Inter est une station de radio généraliste nationale publique française du groupe Radio France.
« Social Lab » est une chronique hebdomadaire sur France Inter qui parle des tendances qui peuvent changer
le quotidien.
La Redoute et Les 3 Suisses sont des entreprises françaises de vente à distance (majoritairement de vêtements).
Zara, H&M, Primark, Mango sont des chaînes de magasins de vêtements de mode.
France 2 est une chaîne de télévision généraliste française de service public, qui fait partie du groupe France
Télévisions.
Question 1
[en groupe classe]

Proposition de corrigé :
1 Qu’est-ce que la fast-fashion ? Quelles sont les conséquences de ce modèle économique ? Peut-on le
changer ou l’éviter ?

Question 2
[en groupe classe]
Inviter les apprenants à relever les noms et adjectifs qui qualifient la fast-fashion et noter au tableau en
remplissant les colonnes : économie / écologie / géographie / marques / modes de distribution / management.
Cela permettra de faire ressortir de façon schématisée les pratiques inhérentes à ce secteur.
Proposition de corrigé :
2 La fast-fashion est un modèle économique dans le secteur de la mode, appliqué par de grandes marques
comme Zara ou H&M. Privilégiant l’image et la publicité, ces entreprises produisent et vendent des vêtements
à bas prix, sans tenir compte des problèmes écologiques et sociaux.
Questions 3-4-5-6-7-8
Propositions de corrigés :
3 Éric Delvaux admet que la fast-fashion a « démocratisé la mode », car même les consommateurs issus
de milieux défavorisés peuvent se permettre d’acheter des vêtements et des accessoires tendance.
4 L’adjectif « énorme » qualifie les conséquences environnementales désastreuses de la production de
vêtements. En marquant la prononciation de ce mot, Valère Corréard souhaite souligner la dimension
planétaire de la pollution engendrée par l’industrie textile, au deuxième rang des industries les plus polluantes
au monde.
5 Dans certains pays, les normes sanitaires ou sociales de bases ne sont pas forcément respectées, notamment
en Inde (cas d’autisme en augmentation) ou au Bangladesh (drame de l’effondrement du Rana Plaza).
6 Cette expression veut dire « répéter avec insistance, afin d’être bien compris ». Ici, Valère Corréard insiste
sur les dégâts écologiques de la fast-fashion à l’aide de deux exemples supplémentaires très parlants : une
quantité d’eau équivalente à 70 douches serait nécessaire pour fabriquer un simple tee-shirt, et, parallèlement,
70 % des vêtements de nos placards ne seraient pas réellement portés.
7 Les consommateurs peuvent devenir des consomm’acteurs, et donc contrer le modèle de la mode jetable,
en changeant leur façon de consommer. Il faudrait qu’ils achètent moins de vêtements de piètre qualité, et
plus de produits éthiques, par exemple fabriqués en France, ou dans un circuit bio. Une autre solution
proposée est l’achat de vêtements d’occasion, dans des lieux tels que les friperies, les dépôts-ventes (physiques
ou en ligne), les vide-dressings.
8 Les « fils et les aiguilles » se réfèrent ici à l’activité de couture : pour lutter contre le gaspillage, il est
possible de réparer soi-même ses vêtements, voire de les fabriquer. C’est une façon d’augmenter leur durée
de vie et d’avoir la garantie de porter des produits éthiques.

PRODUCTION ORALE

Page 90
Question 9 - Débat
[en groupe classe puis en sous-groupes]

138
Expliquer aux apprenants le thème du jeu de rôle et le travail préparatoire. Faire des groupes de 5 personnes.
Chaque groupe prépare les arguments liés à son rôle. Pour le rôle du modérateur, expliquer le rôle à tenir
et leur demander de préparer des expressions pour introduire, couper la parole (si besoin), distribuer la
parole à un autre invité, etc.
Après ce temps de préparation, faire le débat, soit de façon simultanée, soit de façon successive. Organiser
la classe en conséquence (mettre les tables en rond).
Proposition de corrigé :
9 Réponses libres.

Question 10 - Mini-exposé
[individuellement ou en binôme puis présentation en groupe classe]
Pour préparer l’exposé, demander à chaque apprenant d’apporter un vêtement et d’observer ensemble
toutes les étiquettes. Les analyser : quelles informations sont présentes ? Est-ce que ce sont toujours les
mêmes ? Pourquoi ? Individuellement, les apprenants préparent une présentation d’une durée de 5 minutes
de l’étiquette de leur vêtement (matière première, transformation, confection, transport, distribution). S’ils
ne trouvent pas la réponse à tous ces éléments, ils l’/les imaginent.
Proposition de corrigé :
10 Réponses libres.

PRODUCTION ÉCRITE

Page 90
Question 11 - Fil de discussion
[au choix du professeur : travail individuel en classe ou à la maison]
Pour préparer la production, inviter les apprenants à se documenter sur la place de la nudité en France ou
dans leur pays.
La nudité est-elle encore un tabou ? On voit des corps dénudés s’afficher dans la rue, à la télévision, sur les
réseaux sociaux, pour nous vendre du shampoing, une voiture ou du yaourt. Cependant, il faut s’interroger
sur les modèles de nudité qui nous sont proposés : des corps parfaits, retouchés à l’aide de logiciels de
traitement d’image, sans cellulite, et sans vie, en fait. En réalité, ce qui est encore interdit de nos jours, c’est
de montrer nos corps tels qu’ils sont réellement, dans leur vérité. Le vrai scandale, c’est d’oser être soi-même
et montrer ses défauts, ses rides, ses cicatrices, c’est d’oser dire « je suis beau tel que je suis ». Ou encore
d’utiliser son corps comme porte-parole, à l’instar du groupe des Fémens, ces jeunes activistes qui interviennent
dans des évènements publics en inscrivant sur leurs seins nus des messages féministes.

Page 91 VOCABULAIRE

Ne pas hésiter à se référer à cette page et à ses activités tout au long du thème, comme il est parfois
indiqué.

Page 91
[travail individuel puis en grand groupe]

Inviter les apprenants à se reporter à la page 91 vocabulaire. Leur demander de lire cette page de façon
individuelle, de souligner les mots qui leur posent des difficultés (de compréhension, de construction, etc.)
et de noter les expressions nouvelles. Expliquer les expressions qui leur posent des difficultés et répondre à
leurs questions et les encourager.
Questions 1-2
[travail individuel puis grand groupe]

Propositions de corrigés :
1 a. une jupe crayon – b. un pantalon pattes d’eph’ – c. un bustier – d. un marcel – e. un boubou
2 Matières d’origine végétale : chanvre, dentelle, mousseline, organdi, satin, soie, toile, tulle. Matières
d’origine animale : cuir, fourrure, jersey.

139
THÈME
THÈME
12
1
Question 3
[travail individuel puis grand groupe]

Corrigé :
3 a. un ourlet : car ce n’est pas un objet qui sert à coudre. – b. une retouche : car ce n’est pas une partie
d’un vêtement – c. le fashionista : car il ne participe pas à la création du vêtement.

IDÉE POUR LA CLASSE


Proposer aux apprenants de créer individuellement une quatrième proposition. Ils choisissent 3 mots de
sens proche dans la page de vocabulaire et ajoutent un intrus. Ils montrent leur proposition à leur voisin
qui doit retrouver l’intrus.
Questions 4-5
[travail individuel puis grand groupe]

Corrigés :
4 a. Tourné vers le futur : innovant, moderne, révolutionnaire, visionnaire – b. Simple : épuré, minimaliste
– c. Qui dure : classique, emblématique, éternel, intemporel.
5 a. ajuster, raccourcir, une retouche – b. faire du lèche-vitrine – c. des paillettes, le strass, une tenue de
soirée – d. raffiné, se mettre sur son 31 – e. la créatrice, la grande couturière, la styliste.

Page 92 q JEUX DE CULTURE GÉNÉRALE

Page 92
[en groupe classe ou en sous-groupes]

Les pages Jeux de culture générale sont une opportunité de convivialité et de respiration en cette fin de
thème. Comme tout jeu de culture générale, cela va de soi que les apprenants ne sont pas forcément au
fait des idées et informations évoquées. La finalité est de jouer et de provoquer l’envie d’en savoir plus.
Question 1
Corrigé :
1 1947 : b. Robe Corolle, 2. Christian Dior – 1954 : e. Tailleur en tweed, 3. Gabrielle Chanel – 1965  :
d. Mini-jupe, 1. André Courrèges – 1966 : c. Smoking pour femme, 5. Yves Saint-Laurent. – 1983 : a.
Marinière, 4. Jean-Paul Gaultier.
IDÉE POUR LA CLASSE
Pour aller plus loin, suggérer aux apprenants de se renseigner sur Internet sur les grands couturiers
listés puis de les présenter à la classe dans un bref exposé de 5 minutes :
- André Courrèges
- Christian Dior
- Gabrielle Chanel
- Jean-Paul Gaultier
- Yves Saint-Laurent
Yves Saint-Laurent a été l’objet de deux films biographiques en 2014 : l’un coécrit et réalisé par
Jalil Lespert avec Pierre Niney, et l’autre réalisé par Bertrand Bonello avec Gaspard Ulliel. En 2009,
Anne Fontaine a réalisé Coco avant Chanel, joué par Audrey Tautou. Dans le documentaire Dior et
moi, est raconté l’arrivée du styliste belge Raf Simons comme directeur artistique de la maison Dior.
Encourager les apprenants à regarder l’un de ces films puis à en parler à la classe.
Question 2
Corrigé :
2 1c – 2e – 3b – 4f – 5d – 6a

IDÉE POUR LA CLASSE


Proposer aux apprenants de choisir une autre couleur et de rechercher le nom des nuances de cette
couleur.

140
Questions 3-4-5-6
Corrigés :
3 Je suis le carré Hermès, un foulard carré.
4 a. CHÂLE – b. ÉCHARPE – c. MAILLOT – d. CHAUSSETTES.
5 a. Faux : « Coco » est le titre d’une chanson que Gabrielle Chanel interprétait dans les cabarets
lorsqu’elle était jeune. – b. Vrai : Yves Saint-Laurent est né à Oran en 1936, et ce n’est qu’en 1955 qu’il
arrive à Paris pour faire ses études. – c. Faux : une salopette est un vêtement composé d’un pantalon et
d’un tablier retenu par des bretelles. – d. Vrai : la cravate proviendrait d’un type de foulard que portait
des soldats croates au XVIIe siècle.
6 Mon premier est MOT - Mon deuxième est DEUX - Mon tout est MAUD ou la MODE

Cahier d’activités, p. 91-97

PRODUIRE

Voir Choisissez un look, une tribu « vestimentaire » que vous appréciez


EXPOSÉ ORAL

FICHE
MÉTHODO (style classique, hipster, gothique, punk, hippie...). Composez-lui un
5 chant d’amour que vous déclamerez à haute voix, devant les autres
élèves de la classe.

Page 97

Proposition de corrigé :
21 Plan
Introduction
Partie 1. La douceur et la bienveillance
Exemples : les couleurs, les fleurs, l’engagement pour la paix
Partie 2. Une culture musicale
Exemples : la musique des années 1970, les festivals
Partie 3. Une contre-culture : anti consommation et look androgyne
Exemples : la vie de bohème, les garçons aux cheveux longs
Conclusion

Texte rédigé 
Lettre à un hippie,
À toi qui n’as pas vu le temps passer, à toi qui souris sans cesse, peut-être encore sous l’emprise de
mélanges d’herbes aromatiques délicatement roulées, à toi qui donnes au monde une couleur et une
lumière un peu plus douce, je dédie cette chanson d’amour et de paix... Désormais rare tournesol perdu
au milieu du champs gris urbain des costumes cravates, des jupes droites et des chemises blanches, tu
éclaires la foule de ta naïve bienveillance, de ton aura joyeuse. Cheveux longs et désordonnés, velours et
foulard vaporeux, tu es rare, oui, car tu témoignes d’une époque révolue, d’un ailleurs qui nous semble
aujourd’hui un rêve psychédélique... Le réveil a peut-être été brutal... On a la gueule de bois. Donc je
te remercie de porter encore tes colliers et tes bracelets de pacotille, qui cliquettent délicatement ; leur
musique heureuse rythme ta démarche, légère malgré tes pattes d’éléphant. On croirait entendre la
guitare grinçante d’un Jimi Hendrix électrisé, là, derrière toi, vêtu, comme toi aujourd’hui, d’une chemise
rose fuchsia aux manches évasées, un bandeau pourpre tentant tant bien que mal de contenir la masse
sauvage de ses cheveux… ah, ça pète tout ça !
En fait, le temps semble s’être arrêté ; ce temps, qui, pour toi, n’est ni de l’argent, ni une source de stress.
Toi, le vrai baba cool, tu récupères les fringues de ta mère dans un vieux carton, tu fréquentes les Puces,
tu portes des jeans déchirés parce qu’ils sont vieux, tu ignores Internet et les boutiques bobo. Toi, tu te
moques des codes féminin/masculin : garçon ou fille, tu portes aussi bien une tunique bariolée qu’un jean
moulant… et surtout, tu serais prêt à te délivrer de tous les codes pour vivre nu, sous le soleil, exactement.
Un vrai tournesol.
(296 mots)

141
TEST Thème 12

1 Définissez les vêtements et accessoires suivants : matière, taille, utilisation, style.


9 points
a. un kilt :

q ……………………………………………………………………………………………………………………
b. un sarouel :

q ……………………………………………………………………………………………………………………
c. un béret :

q ……………………………………………………………………………………………………………………
d. un caraco :

q ……………………………………………………………………………………………………………………
e. une lavallière :

q ……………………………………………………………………………………………………………………
f. un pantalon patte d’eph :

q ……………………………………………………………………………………………………………………

2 Registre familier, standard ou soutenu ? Indiquez le registre des mots suivants et


proposer des synonymes. 9 points
a. se saper : ❒ familier ❒ standard ❒ soutenu

synonyme dans un des 2 autres registres : ……………………………………………………………………

b. un costume : ❒ familier ❒ standard ❒ soutenu

synonyme dans un des 2 autres registres : ……………………………………………………………………

c. être dévêtu : ❒ familier ❒ standard ❒ soutenu

synonyme dans un des 2 autres registres : ……………………………………………………………………

d. c’est raté : ❒ familier ❒ standard ❒ soutenu

synonyme dans un des 2 autres registres : ……………………………………………………………………

e. être sans le sou : ❒ familier ❒ standard ❒ soutenu EDITO C1 GUIDE PÉDAGOGIQUE - Thème 12 - test © Éditions Didier, 2019

synonyme dans un des 2 autres registres : ……………………………………………………………………

f. tacite : ❒ familier ❒ standard ❒ soutenu

synonyme dans un des 2 autres registres : ……………………………………………………………………

3 Exposé oral 12 points


Vous préparez un exposé et vous le présenterez au jury.

Sujet :

Vous travaillez pour un magazine de mode. Vous participez à un débat sur la mode dans une émis-

sion de radio. Vous défendez l’idée que les individus ne peuvent échapper aux diktats de la mode,

même s’ils prétendent le contraire. Vous élaborez un exposé argumenté, clair et organisé.

142
THÈME
THÈME
13
1
THÈME 13   La faim de la consommation
Livre, p. 93-98

13 L a faim de la hier
consommation Ca
THÈM
E 13

s
Livre de l’élève - p. 93-98 d  ’


a c t i vi
OBJECTIFS COMMUNICATIFS qd iscerner le lien entre la consommation et le
& SAVOIR-FAIRE bonheur ENRICHIR SON LEXIQUE
q dénoncer les stratégies consommatoires La consommation

VOCABULAIRE La consommation : marketing, militantisme, plaisir, CONSOLIDER SA GRAMMAIRE


dépense, consommation responsable, expressions Affiner son propos avec des
q examiner son profil de consommateur périphrases verbales
PRODUCTION ORALE
> DÉBAT q présenter un penseur sociologique PRODUIRE > ESSAI
> MINI EXPOSÉ q décrypter la place de la publicité Argumenter sur le lien entre
q juger une publicité bonheur et consommation

PRODUCTION ÉCRITE qa  dhérer ou non à la décroissance


> FIL DE DISCUSSION q se positionner face à l’invasion de la publicité
numérique
AU CŒUR DU QUOTIDIEN q exprimer son incrédulité et son indignation

Page 93 OUVERTURE
PRODUCTION ORALE
1 Le titre de l’unité
[en groupe classe]
Afin d’entrer dans la thématique du dossier, proposer aux apprenants de définir la consommation. Poser
les questions suivantes : êtes-vous de grands consommateurs ? De quoi ? Pourquoi ? Qu’est-ce que la « société
de consommation » selon vous ? Noter au tableau le vocabulaire ou les idées qui pourraient servir de bases
aux débats à venir pour les apprenants. Les initier au fur et à mesure à noter sur un brouillon des idées,
arguments, exemples tirés des documents du livre ou évoqués en classe et qui pourront nourrir leur
argumentation/essai.
Expliquez le titre de l’unité.
[en groupe classe]

FOCUS Vocabulaire
Dans ce titre, un jeu de mots est fait entre les mots « faim » et « fin ». Des mots qui se prononcent de la
même façon mais s’écrivent différemment sont des homonymes. « feint » du verbe feindre est un autre
homonyme de « faim » et « fin ». On distingue les homophones (mots de même prononciation) des
homographes (mots qui ont la même orthographe).
Demander aux apprenants quelle différence de sens il y a entre « la fin de la consommation » et « la faim
de la consommation ». Où en est la société ? Plutôt vers la faim ou la fin ?

IDÉE POUR LA CLASSE


[en binômes]
Former des binômes, distribuer le premier mot à chaque groupe qui doit trouver le maximum d’homonymes :
- Paire, père et pair.
- Poing, point.
- Mettre, mètre et maître.
- Vers, ver, verre, vert et vair.
- Foi, fois, foie, et Foix.
- Sain, saint, sein, seing, ceint
- Sang, cent, sans, sent.
- Crac et crack.

143
- Sot, saut, sceau et seau
- Mer, mère et maire
- Serre, serres, serf, cerf
- ça et sa
- a et à
Restituer en groupe classe : combien d’homophones chaque groupe a-t-il trouvé ? Expliquer que des
expressions peuvent être homophones, exemple : cerveau lent et cerf-volant.
Quels sont les thèmes de cette unité ?
La consommation, le marketing, le plaisir, l’addiction, la publicité.

2 La photographie
[en groupe classe]
Décrivez la photographie et donnez-en une interprétation.
Description : on voit une silhouette floue devant un chariot de supermarché. Le chariot est distinct et vide.
Contrairement à l’habituelle position de l’individu avec un chariot (derrière, en train de le pousser), l’individu
est devant.
Interprétation : le chariot vide peut montrer que la société consumériste arrive à son terme.
FOCUS Culture et Vocabulaire
On dit « chariot de supermarché » ou encore « charrette de supermarché ». Au Québec, on utilise « panier
d’épicerie ». La marque leader sur le marché des chariots, métallique ou en plastique, conçus pour faciliter
le transport des marchandises achetées dans un supermarché ou d’autres types de magasins, est la marque
Caddie, au point qu’on utilise aussi le mot « caddie » pour désigner ce chariot.
Demander aux apprenants comment ils interprètent le fait que le chariot soit vide. Quelles habitudes
consuméristes existent dans leur pays/culture ? Qu’en pensent-ils ?

3 Les objectifs
> Préparer les apprenants à la production finale
La production finale de ce thème est un essai. L’apprenant devra produire un essai argumentatif sur le lien
entre bonheur et consommation. La consigne de la production finale se trouve en p. 98 du cahier d’activités.

Voir Le magazine 60 millions de consommateurs fait une grande enquête


FICHE
MÉTHODO auprès de ses lecteurs et leur pose la question suivante : « Est-il
ESSAI

3 vraiment possible d’être un consommateur heureux, comme nous


le promettent les publicités ? » (250 mots environ)

Tout au long du travail sur les documents du thème, inciter les apprenants à relever les idées avancées et le
champ lexical de la consommation afin de les aider à préparer l’essai argumentatif. Lorsque vous le jugerez
utile, les renvoyer à la fiche méthodologique dans le cahier d’activités. Dans le cadre de l’essai, il s’agit de
la fiche 3 p. 6 et 7 du cahier d’activités.

Pages 94-95 DOCUMENT A


Page 94
Titre du document A
[en groupe classe]
Inviter les apprenants à lire le titre du texte et à réagir à l’utilisation de la philosophie pour comprendre la
consommation ? Est-ce pertinent ?
FOCUS Vocabulaire
Le verbe « décrypter » signifie « déchiffrer, décoder », ce qui induit que le sens premier n’est pas clair,
direct, évident.
Expliquer le sens du verbe « décrypter » et demander aux apprenants de commenter sur les façons de
consommer d’aujourd’hui. Par exemple : pourquoi avoir besoin d’acheter un nouvel téléphone alors que le
précédent marche très bien ? Comment décrypter cette tendance ?

144
THÈME
THÈME
13
1
Illustration du document A
[en groupe classe]
Décrivez l’illustration et donnez-en une interprétation.
Description : c’est une scène naturelle : on voit un arbre dans un champ. Des branches et feuilles de l’arbre,
découlent des barres et des chiffres. L’ensemble ressemble à un code-barres (ou code à barres) que l’on
trouve sur les produits et qui sert à lire automatiquement leurs données.
Interprétation : la nature qui était présente avant l’espèce humaine et qui le sera sans doute après est
transformée en produit consommable. Toute la planète devient consommation sous l’impact de l’individu.
Faire réagir les apprenants devant cette image : que pensez-vous de la représentation ? Est-ce que vous êtes
choqué ? Amusé ? Traduit-elle un phénomène actuel ? À venir ?

FOCUS Culture
Aristote a vécu au IVe siècle avant notre ère et est un grand philosophe grec de l’Antiquité.
Baruch Spinoza, qui vécut au XVIIe siècle, est un philosophe néerlandais appartenant au courant rationaliste.
Epicure est un philosophe grec qui a vécu au IVe siècle avant notre ère. Il a créé l’épicurisme, l’une des
plus importantes écoles philosophiques de l’Antiquité.
Giacomo Leopardi est un écrivain, poète et philosophe italien, souvent considéré comme le deuxième plus
célèbre et influent écrivain italien après Dante Alighieri qui vécut au XIXe siècle. Le Zilbadone est un
« journal intellectuel » qu’il a écrit entre 1817 et 1832.
Dany-Robert Dufour est un philosophe français contemporain qui a décrit dans Le Divin marché ses
interrogations sur les évolutions de notre société.
La Tribune est un journal économique et financier français.

Page 95
Encadré « Au Fait » :
Lire l’encadré et demander aux apprenants s’ils connaissent ces écrivains et les romans cités. L’encadré cite
l’engagement anticonsumériste d’artistes. En connaissent-ils d’autres ?

COMPRÉHENSION ÉCRITE

Page 95
[en groupe classe après une lecture individuelle à la maison]

Proposer aux apprenants de lire une première fois le texte à la maison et de chercher les références qu’ils
ne connaissent pas. En classe, inviter les apprenants à lire l’aide à la lecture et le document puis à lire les
questions de compréhension écrite. Il est possible d’utiliser l’aide à la lecture en guise d’activité pour découvrir
les ressorts stylistiques du texte qui seront utiles lors de la production finale. Indiquer aux apprenants que
cet article est un bon modèle et une parfaite opportunité pour observer une argumentation. Au fur et à
mesure du travail, représenter au tableau des colonnes afin de reporter les éléments qui permettront de
montrer la structure du texte en termes de problématique, parties, arguments et exemples associés. Leur
demander de souligner les articulateurs dans le texte.
Question 1
[en binôme puis en groupe classe]
Laisser aux apprenants le temps de chercher et d’identifier la thèse de l’auteur, de relever les termes qui
appuient leur réponse. Leur demander de la reformuler et de la présenter au reste du groupe classe.
Proposition de corrigé :
1 L’objectif de cet article est de décrire les différentes stratégies consommatoires adoptées aujourd’hui
par les consommateurs, en s’appuyant sur la philosophie, en particulier la philosophie grecque. L’auteur
soutient que les biens de consommation n’ont pas seulement pour fin d’être utiles ni de servir. Le choix de
consommer d’une certaine façon ou d’une autre a une portée bien plus profonde qu’on ne l’imagine de
prime abord. C’est pourquoi il est impossible de réfléchir à la société de consommation sans recourir à la
philosophie.
Question 2
[en binôme puis en groupe classe]
Rappeler aux apprenants la méthodologie pour résumer l’idée d’un paragraphe : relire le paragraphe,
souligner les mots-clés, les idées fortes, sélectionner l’idée majeure et rédiger en utilisant ses propres mots

145
et en s’appuyant sur les mots-clés. Reporter ce travail au tableau au fur et à mesure afin d’initier les apprenants
à adopter cette méthodologie en vue de leurs essais argumentatifs à venir. Ne pas hésiter à créer comme
une mindmap de ce travail en partant des mots clés puis flécher sur l’idée majeure ou les idées principales
qui permettront d’identifier les parties et exemples de l’essai. Une fois l’activité effectuée, proposer une
remédiation collective et indiquer que ces stratégies consommatoires identifiées serviront de base pour les
activités 3 et 4.
Proposition de corrigé :
2 Malheureusement, peu sont ceux qui ont tenté de comprendre la consommation à l’aune de la philosophie
et vice-versa, alors que l’acte d’achat en est indissociable.
La dimension éthique : Le consommateur n’achète pas un simple objet pour son usage pratique : il exprime
aussi ce faisant une certaine idée de la morale. Et le marketing ne s’y est pas trompé, lui qui cherche à donner
à chaque enseigne une philosophie du monde.
Le bonheur comme horizon : L’achat répond à une stratégie consommatoire qui vise avant tout la recherche
de la félicité et le bien-être. Mais ces promesses des publicités sont mensongères ou du moins à interroger.
Décryptage épicurien : Le penseur grec Épicure aide à mettre en évidence les différentes façons de consommer
sur la base de deux critères : l’envie de consommer est-elle naturelle et/ou nécessaire ? On peut dégager
ainsi quatre modes de consommation. Préserver la sobriété : La première stratégie privilégie les désirs naturels
et nécessaires, dans un souci de modération et de simplicité. L’objectif est d’éviter tout déplaisir et toute
dépendance. Le produit vaut parce qu’il sert.
Rechercher le plaisir : Une autre stratégie consiste à rechercher les désirs naturels mais non nécessaires dont
l’absence n’est donc pas pénible. Le paradoxe cependant est que ce plaisir repose sur la variété et l’envie
de nouveauté en continu alors que c’est impossible car l’homme se lasse ; d’où le caractère mensonger des
publicités qui nous promettent un plaisir toujours renouvelé pour nous pousser à l’achat.
Intensifier les émotions : Le consommateur se fondant sur des désirs non naturels et non nécessaires se place
dans une recherche effrénée d’émotions, de toute sorte, en multipliant les expériences d’achats. Il y a dans
la société capitaliste un renversement qui fait que la quête du plaisir, jugé immoral auparavant, est maintenant
devenue la valeur suprême.
Questions 3-4
[en binôme puis en groupe classe]
Laisser le temps aux apprenants de chercher et de noter les groupes de mots et les exemples associés à
chaque stratégie compensatoire. Tracer trois colonnes, une pour chaque stratégie et inviter un apprenant
par stratégie à noter les propositions des apprenants.
Proposition de corrigé :
3 4 a. « Préserver la sobriété »
Nature du désir : naturel et nécessaire ; éthique de la sobriété ; une logique critique des plaisirs, s’écarter
des biens qui pourraient […] susciter de la douleur ou de la servitude ; l’absence de fioritures et de futilités ;
sa dimension fonctionnelle réduit à sa valeur d’usage ; une affaire d’essentialité.
Exemples cités dans l’article : Pas d’exemple précis.
Autres exemples concrets : Acheter les aliments de base pour se nourrir (le pain, l’eau, etc.) ; acheter des
vêtements pour ne pas avoir froid ; acheter ou louer un bien immobilier pour être en sécurité.
b. « Rechercher le plaisir »
Nature du désir : naturels / pas nécessaires ; l’insatisfaction n’engendre aucune douleur ; quête de plaisirs
[…] simples ; pas d’addiction ou de dépendance ; varier le plaisir sans supprimer la douleur ; un plaisir limité.
Exemples cités dans l’article : Varier les plaisirs de l’alimentation en mangeant des mets délicats (et pas
seulement pour survivre).
Autres exemples concrets : Mettre des vêtements de marque ; acheter un appartement avec une belle vue
/ de très haut standing, aller assister à des spectacles.
c. « Intensifier les émotions »
Nature du désir : Ni naturels ni nécessaires ; les vains plaisirs ; intensification des plaisirs et des émotions/
l’intensivisme ; procurer des sensations, des émotions […] plaisantes ou non ; l’extraordinaire, l’insolite,
l’inattendu ; un impératif de jouir à tout prix.
Exemples cités dans l’article : Les honneurs ; l’accumulation de richesses.
Autres exemples concrets : La soif de posséder : acheter le téléphone dernier cri dès sa sortie ; acheter de
nouveaux vêtements plus à la mode alors que les autres sont encore en très bon état.
Questions 5-6
Propositions de corrigés :
5 Leopardi montre que l’homme est par nature toujours en recherche de plus de plaisir. Or, le plaisir
apporté par un bien ne peut pas être infini, dans le temps et dans l’intensité. Il faut donc varier ces plaisirs.
6 Voici quelques questions que pose la société contemporaine, énoncées à la fin de l’article : « Comment
concilier une approche frugale de la consommation avec la nécessité de créer constamment de la valeur

146
THÈME
THÈME
13
1
économique ? Comment aiguiser le désir des individus sans tomber dans le régime strictement pulsionnel
et sans que le quotidien et la répétition banalisent et affadissent les biens marchands ? Quels sont les rôles
respectifs des biens matériels et de l’imagination dans la création et la circulation du désir marchand ?
Comment le monde marchand peut-il concilier le désir d’infini qui caractérise l’être humain avec la finitude
des biens marchands ? ». D’autres questions sont bien sûr possibles.

PRODUCTION ORALE

Page 95
Question 7
[en sous-groupes]
Former des binômes. Chaque binôme s’interroge mutuellement. L’idée n’est pas de répondre forcément à
chaque question mais de faire parler les apprenants sur le sujet de la consommation. Faire parler les binômes
simultanément. Se déplacer parmi les groupes pour écouter les discussions. Relever les erreurs linguistiques
majeures, les corriger et les expliquer à la fin de l’activité.

Proposition de corrigé :
7 Réponses libres.

Question 8 - Mini-exposé
[en groupe classe puis en sous-groupes]
Pistes pour l’exposé : Demander aux apprenants de faire des recherches au préalable à la maison et de lister
les penseurs et philosophes qui ont étudié la société de consommation. En ajouter à la liste déjà fournie :
Marx, Adorno, Certeau, Baudrillard. Former des petits groupes. Chaque groupe choisit un penseur. S’ils n’ont
pas préparé à la maison, laisser du temps aux apprenants pour qu’ils fassent des recherches sur Internet puis
chaque groupe présente en 5-10 minutes le penseur et son point de vue.

Proposition de corrigé :
8 Réponses libres.

PRODUCTION ÉCRITE

Page 95
Question 9 - Fil de discussion
[en groupe classe puis travail individuel]
Avant de rédiger cette production écrite, rappeler aux apprenants la forme et le formalisme attendu sur un
forum.
Pour préparer la production écrite, faire en groupe classe la liste des arguments en faveur et en défaveur
de la décroissance. Adjoindre un exemple concret à chaque argument.
Proposition de corrigé :
9 Supercapitaliste : Vous êtes bien gentils, vous, les décroissants, mais si tout le monde était comme vous
et arrêtait de consommer, ce serait une catastrophe économique pour le pays. Je ne suis pas économiste
mais voilà comment je vois les choses. Si on devenait tous décroissants, les industries, les agences de services
mettraient la clef sous la porte. La conséquence serait une augmentation du chômage pour des dizaines de
milliers de personnes. La consommation des ménages dope la croissance économique du pays, qui peut
ensuite effectivement investir mais aussi créer des infrastructures mieux adaptées au monde moderne et
donner des aides à ceux qui en ont besoin ; qui vont ensuite acheter, etc. C’est une dynamique normale dont
on ne peut pas se passer.

Page 95
Illustration
[en groupe classe]
Décrivez l’illustration et donnez-en une interprétation.
Description : dans un supermarché, un homme, panier à la main, se trouve au rayon des objets électroniques.

147
Il est assailli par les paroles des objets (caméras, téléphones, appareils photos, ordinateurs) qui sont animés
et qui l’incitent à l’acheter.
Interprétation : ce dessin veut montrer l’agressivité des publicitaires et la tendance sociétale à consommer,
et donc à acheter ce type de produits. Il veut sans doute dire qu’il est difficile de résister pour les consommateurs.
Demander aux apprenants s’ils se reconnaissent dans cette situation. L’avez-vous déjà vécu (à l’exception
des objets qui parlent) ? Êtes-vous facilement influencé par la publicité, le marketing ? Comment réagissez-
vous dans ces cas-là ?

Page 96 DOCUMENT B
Page 96

Titre du document B
[en groupe classe]

FOCUS Vocabulaire
Le mot « haro » est une interjection et un substantif invariable et signifie « cri d’appel à l’aide ». Il est très
souvent employé dans l’expression : « crier haro sur… ».

Demander aux apprenants le sens du mot « haro ». Si besoin, leur expliquer, puis proposer d’émettre des
hypothèses sur le sens du titre et sur quel cri d’appel est lancé au sujet de la publicité ? Pour chaque hypothèse,
leur demander ce qu’ils en pensent.
Photographie du document B
[en groupe classe]
Décrivez la photographie et donnez-en une interprétation.
Description : c’est une station de métro parisienne reconnaissable à ses grands affichages publicitaires
entourés d’un cadre jaune. On voit trois espaces publicitaires : ceux de droite et de gauche comportent une
affiche de publicité, celui du centre n’en a pas/plus. À la place, un individu a écrit en gros et en lettres
majuscules : « STOPUB ».
Interprétation : le photographe veut montrer le ras-le-bol d’un certain type de personnes qui utilisent les
espaces publicitaires pour faire connaître leurs idées. Le seul mot-valise « stop » et « pub » écrit en gros
montre un sentiment fort (la colère ?) chez son auteur.
Demander aux apprenants leur avis sur cette photographie : dans votre pays/culture, est-il possible de voir
ce type de manifestation antipub ? Pensez-vous que cela soit utile ? Une bonne chose ? Pourquoi ? Que
pensez-vous des grandes affiches, des écrans publicitaires qu’on trouve dans les villes ?

COMPRÉHENSION ORALE

Page 96

[travail individuel puis en groupe classe]


Inviter les apprenants à lire les questions de compréhension orale. Suggérer de prendre des notes pendant
l’écoute. Faire écouter deux fois avec une pause entre les deux. Corriger tous ensemble pour répondre aux
questions ou compléter les réponses. Faire réécouter des extraits, si besoin.
FOCUS Culture
La petite philo est une émission diffusée sur France Inter, une station de radio généraliste nationale
publique française du groupe Radio France. Cette émission quotidienne est présentée par Thibaut de
Saint-Maurice.
Jean Baudrillard est un sociologue français spécialiste de la société de consommation.
Gaston Bachelard est un philosophe français des sciences, de la poésie et du temps qui vécu au XXe siècle.
Il est l’un des principaux représentants de l’école française d’épistémologie.
Question 1
[en binôme puis en groupe classe]

148
THÈME
THÈME
13
1
FOCUS Culture
Ricoré est une marque commerciale de transformation agroalimentaire (du café soluble avec de la chicorée)
de Nestlé créé 1953.
Eram est une marque et une entreprise de distribution française spécialisée dans les chaussures et
l’habillement.
Orangina est la marque commerciale française d’une boisson gazeuse non alcoolisée à base d’oranges et
de citrons.

Proposition de corrigé :
1 La musique, le ton, les voix montrent que ce sont des slogans extraits de publicités cultes (Ricoré ;
Eram ; Orangina), c’est-à-dire des publicités très connues.
Autres slogans célèbres : Avec Carrefour, je po-si- ti-ve ! / Un coup de barre ? Mars, et ça repart ! /
Lapeyre, y en a pas deux !/ Hara-kiri : Si vous ne pouvez pas l’acheter, volez-le. / L’Oréal, parce que je le
vaux bien !

Questions 2-3-4-5-6-7-8-9
[en groupe classe]

Propositions de corrigés :
2 Ce sont deux associations militantes antipub (RAP : résistance à l’agression publicitaire ; BAP : brigade
antipub). Elles ne sont pas rattachées à un parti politique ni à une idéologie spécifique. Elles dénoncent la
pollution visuelle qui incite à surconsommer.
3 Les militants antipub reprochent à la publicité d’une part de créer des désirs inutiles en nous manipulant
et d’autre part de pousser à la consommation, ce qui entraîne des problèmes écologiques comme l’épuisement
des ressources et le gaspillage.
4 La publicité est le meilleur outil de communication possible pour les marques. Cependant, selon Jean
Baudrillard, ce n’est pas ce qui est dit (« l’impératif publicitaire ») qui est important mais le fait d’établir un
lien avec le consommateur (« l’indicatif publicitaire »).
5 Le journaliste compare la publicité aux cartes postales qu’on reçoit en été : le contenu est sans intérêt
mais le plaisir de recevoir la carte demeure.
6 On reproche couramment à la publicité de nous manipuler. Or, le journaliste pense que ce n’est pas la
publicité qui crée nos désirs mais qu’elle se contente de les révéler. Ainsi, elle ne fait, en réalité, que mettre
en évidence le manque de libre arbitre du consommateur. Le journaliste partage l’idée de Gaston Bachelard
selon laquelle nous sommes des êtres animés par le désir plutôt que par le besoin. Donc, nous avons des
désirs préexistant à la publicité. La publicité se contente de les nourrir et de les augmenter.
7 Nous essayons de justifier notre désir par son caractère supposé « bon » alors que c’est l’inverse : comme
nous désirons une chose, nous estimons qu’elle est bonne. C’est parce que le désir l’emporte sur le reste.
8 Il ne servirait à rien de supprimer la publicité pour consommer moins puisque le désir est en nous. Par
contre, il est possible d’apprendre à infléchir sur ses désirs pour consommer différemment.
9 Le principal responsable de la surconsommation ne serait pas la publicité mais le consommateur lui-
même, qui maîtriserait mal ses désirs.

PRODUCTION ORALE
Page 96
Question 10
[en groupe classe puis en sous-groupes]
Former des binômes. Chaque binôme s’interroge mutuellement. Préciser que ce questionnaire est une bonne
base pour penser à des exemples personnels en vue de nourrir l’essai argumentatif, production finale de ce
thème. Faire parler les binômes simultanément. Se déplacer parmi les groupes pour écouter les discussions.
Relever les erreurs linguistiques majeures, les corriger et les expliquer à la fin de l’activité.

Proposition de corrigé :
10 Réponses libres.

Question 11 - Mini-exposé
[en sous-groupes]

149
Demander aux apprenants de former des binômes. Chaque binôme choisit une publicitaire francophone de
son choix. Laisser du temps aux apprenants pour qu’ils consultent Internet ou des ouvrages afin d’avoir des
éléments sur cette publicité et puissent préparer leur mini-exposé (5 à 10 minutes par groupe).
IDÉE POUR LA CLASSE
Le site Culture pub répertorie un grand nombre de publicités vidéo : http://www.culturepub.fr/.
FOCUS Culture
La Nuit des publivores (ou Nuit de la pub) est un spectacle organisé chaque année depuis 1981 par la
Cinémathèque Jean Marie Boursicot pour dresser un panorama de la création publicitaire à travers le
monde. La Nuit dure en moyenne 6 heures au cours desquelles sont projetés plus de 500 films publicitaires.

Proposition de corrigé :
11 Réponses libres.

PRODUCTION ÉCRITE

Page 96
Question 12 - Fil de discussion
[au choix du professeur : travail individuel en classe ou à la maison]
Pour préparer la production, demander aux apprenants de citer à nouveau les arguments et exemples cités
par l’invitée dans l’émission.

Proposition de corrigé :
12 Salut à tous,
Merci pour cette utile recommandation sur le logiciel permettant de bloquer les publicités intempestives
quand on navigue. Je vais très certainement l’utiliser : c’est vrai que c’est insupportable de voir l’écran saturé
de publicités, d‘encarts et d’annonces sur tout et n’importe quoi ! Quoique, c’est même encore pire quand
les publicités proposées sont ciblées en fonction de nos recherches antérieures sur Internet. Ça donne vraiment
l’impression d’être espionné. Impossible d’avoir une vie privée ! La dernière fois, j’avais emporté mon
ordinateur personnel au travail pour une présentation. Quelle erreur ! Tous mes collègues ont vu que j’avais
fait des achats de lingerie et que je partirai en Grèce pour mes prochaines vacances… Bref, stop à la pub en
ligne !

Page 97 VOCABULAIRE
Page 97

Questions 1-2-3-4
[travail individuel puis en grand groupe]

Inviter les apprenants à se reporter à la page 97 vocabulaire. Proposer de lire cette page de façon indivi-
duelle, de souligner les mots qui posent des difficultés (de compréhension, de construction, etc.) et de noter
les expressions nouvelles. Plutôt que de leur donner la réponse ou qu’ils cherchent sur Internet, encourager
les apprenants à s’aider et s’expliquer entre eux des termes incompris.
Propositions de corrigés :

1 a. un simulacre ; un tour de passe-passe – b. des désirs vains (on peut ajouter des termes issus
du texte page 94 : des fioritures, des futilités ) – c. une incitation à la surconsommation, l’excès.
2 La fabrication du jean commence par le travail de la matière première : la laine, qui est filée
en coton. Puis il y a le tissage des bobines de coton en tissu, le découpage des pièces de tissu et
l’assemblage des pièces par les machines à coudre. Les jeans sont produits en très grandes quantités
dans des usines de production industrielles, et mis dans des cartons qui partent en livraison, par
camion, avion ou bateau, selon le pays de destination. Le carton avec le jean tant attendu arrive
ensuite (et enfin) dans notre boutique de quartier, qui nous le vend, à nous, consommateurs.
Le mouton, l’usine de tissage, l’usine d’assemblage, l’usine de mise en carton, la boutique et le
domicile peuvent être situés partout dans le monde à des milliers de kilomètres les uns des autres.
3 a. la gabegie, le gaspillage – b. la servitude – c. l’allégresse, le bonheur, le bien-être, le contentement,

150
THÈME
THÈME
13
1
la félicité, l’euphorie.

4 a. Ça coûte une blinde. – b. vendre du rêve – c. L’argent ne fait pas le bonheur.

PRODUCTION ORALE

Page 97
Question 5
[en sous-groupes puis en groupe classe]

Former des petits groupes. Les apprenants lisent la situation et imaginent le produit en question, puis la
publicité pour le vendre (logo, slogan, arguments publicitaires, public visé, etc.). Chaque groupe présente
sa publicité à la classe qui choisit à la fin le meilleur produit.
Proposition de corrigé :
5 Réponses libres.

Page 98 AU CŒUR DU QUOTIDIEN

Question 1
[en groupe classe]
Description : on voit un homme dans la position de la célèbre statue du sculpteur français Auguste Rodin :
Le Penseur. Il se trouve dans une poubelle. Autour de lui, il y a de nombreux déchets. Il dit : « Je dépense
donc je suis », parodie de la célèbre phrase du penseur Descartes : « Je pense donc je suis », extraite du
Discours de la Méthode.

Proposition de corrigé :

1 Ce dessin fait référence à la statue du Penseur du sculpteur Rodin. La légende renvoie à la célèbre
formule du philosophe Descartes « Je pense, donc je suis ».
Question 2
[en groupe classe]

Proposition de corrigé :

2 Il y a un jeu de mots reposant sur la similitude phonique entre « penser » et « dépenser » : c’est une
paronomase. Cependant, si « dépenser » évoque la consommation, il fait aussi figure de néologisme
dé-penser, création de mot fondé sur le suffixe privatif « dé » associé au verbe « penser ». Cela signifie
que lorsqu’on dépense (donc on consomme), on perd en sens critique (donc on ne pense plus). C’est une
critique de l’homme moderne qui, en consommant, ne pense plus.
Question 3
[en groupe classe]

Proposition de corrigé :

3 Réponses libres.

COMPRÉHENSION ORALE

FOCUS Culture
Armani est une des marques de la société italienne créée par le styliste Giorgio Armani qui conçoit, fabrique,
distribue et vend au détail des produits de mode (par exemple, des vêtements).

Questions 4-5-6
[en groupe classe]

151
Propositions de corrigés :

4 Il s’agit d’une discussion pendant les soldes entre deux femmes qui ont fait récemment les boutiques
et qui sont interrogées par une jeune femme. Une des femmes détaille ses achats.

5 En France, la femme dit que, la veille des soldes, les boutiques augmentent les prix pour pouvoir solder
de façon factice les produits. De plus, il y aurait aussi des jours pendant les soldes où les produits seraient
moins chers que d’autres. Les prix seraient trop élevés par rapport aux coûts de production, d’autant plus
que les produits sont fabriqués en Chine à très bas coût sans répercussion sur le prix de vente. C’est la
marque que l’on paie.

6 Le sentiment qui domine est l’incrédulité et plus encore l’exaspération devant les prix très élevés
pratiqués par les marques. On relève des expressions hyperboliques comme « c’est déjà monstrueux »,
« c’est aberrant », « c’est dingue ».

PRODUCTION ORALE

Questions 7-8
[en binôme]
Propositions de corrigés :
7 Réponses libres.
8 Réponses libres.

Question 9 - Jeux de rôle


[en binôme puis en groupe classe]
Proposer aux apprenants de constituer des binômes et de prendre connaissance de la situation et des
rôles. Les jeux de rôles sont réalisés successivement pour que les apprenants voient la performance des
autres.
Encadré « Exprimer son incrédulité et son indignation » :
Proposer aux apprenants de lire les expressions, de souligner les mots/expressions qui leur posent des
difficultés (de compréhension, de construction, etc.) et de noter les expressions qu’ils trouvent intéressantes
ou originales. Expliquer les expressions méconnues et répondre à leurs questions et insister sur les expressions
familières en donnant des exemples dans quels cas les utiliser.
Proposition de corrigé :
9 Réponses libres.

Cahier d’activités, p. 98-104

PRODUIRE

Voir Le magazine 60 millions de consommateurs fait une grande


FICHE
MÉTHODO enquête auprès de ses lecteurs et leur pose la question suivante :
ESSAI

3
« Est-il vraiment possible d’être un consommateur heureux, comme
nous le promettent les publicités ? » (250 mots environ)

Page 98

Propositions de corrigés :
16 Introduction : On nous vend du bonheur à tartiner ! Mais consommer rend-il vraiment heureux,

152
THÈME
THÈME
13
1
comme le promettent les publicités ? Si céder à ses pulsions d’achats apporte une certaine satisfaction sur
le moment, nous sommes loin du bonheur promis. À moins de savoir consommer intelligemment !
17 Plan
Partie 1. Les promesses de félicité de la société de consommation
Partie 2. La vanité des biens matériels dans la quête au bonheur
Partie 3. Devenir un consommateur éclairé : la clef du bonheur

Texte rédigé 
On nous vend du bonheur à tartiner ! Mais consommer rend-il vraiment heureux, comme le promettent
les publicités ? Si céder à ses pulsions d’achats apporte une certaine satisfaction sur le moment, nous
sommes loin du bonheur promis. À moins de savoir consommer intelligemment !
Les marques recourent à une stratégie de manipulation psychologique assez primaire qui consiste à faire
en sorte que le consommateur assimile les biens de consommation à des gages de bonheur. C’est de cela
du moins que voudraient nous convaincre les comédiens, tout sourire, des publicités allant du loto au
soda. Sans compter que les slogans s’appuyant sur cet argumentaire pullulent, comme celui du Club med
qui demande : « Et vous, le bonheur, vous l’imaginez comment ? ».
Mais, selon la typologie du philosophe Épicure, ces désirs restent non naturels et même non-nécessaires
de sorte que le bonheur qu’ils apportent n’est que de la poudre aux yeux. Il ne faut pas être dupe du
discours marketing : cette quête de la félicité par la consommation est vouée à l’échec en raison de la
vanité du plaisir que ces achats apportent ; plaisir qu’il faut dans ce cas sans cesse renouveler pour éviter
l’insatisfaction.
Mieux vaut donc ne pas entrer dans ce cercle vicieux de la quête effrénée du plaisir par l’achat. Il est
évidemment difficile de renoncer totalement à la consommation dans notre société, mais une solution
existe cependant : ne pas se laisser manipuler par le marketing ni aveugler par ces désirs vains et rester un
consommateur éclairé. Consommer, oui, mais en gardant son sens critique
(259 mots)

153
TEST Thème 13

1 Dites si les phrases suivantes comportent une périphrase verbale. Si oui, indiquez sa valeur.
9 points
a. Il s’est laissé faire, le vendeur l’a embobiné… et il a contracté un crédit à la consommation.

❒ oui ❒ non si oui q ………………………………………………………………………


b. C’est vrai que l’argent ne fait pas le bonheur, mais quand même, il y contribue !

❒ oui ❒ non si oui q ………………………………………………………………………


c. Tu réduis tes dépenses, tu n’achètes plus que de la seconde main, ma parole ! Tu es sur le point de

passer à la décroissance !

❒ oui ❒ non si oui q ………………………………………………………………………


d. La possibilité de passer par un circuit court m’enthousiasme !

❒ oui ❒ non si oui q ………………………………………………………………………


e. La pub fabrique du rêve, des désirs vains dont la société est en train de se départir progressivement.

❒ oui ❒ non si oui q ………………………………………………………………………


f. La gabegie ne doit pas prendre racine dans nos sociétés.

❒ oui ❒ non si oui q ………………………………………………………………………

2 Incrédulité ou indignation ? Complétez les phrases suivantes avec une des expressions de
la liste suivante : c’était quasiment l’émeute, ce serait aberrant, j’hallucine, j’étais à deux
doigts de le planter là, comment oses-tu ?, à d’autres. 9 points
a. Et ils vendent ça combien ? 350 euros ? ………………………………………………………………………

b. Tu me dois déjà 200 balles, je te remplis ton frigo et tu me demandes encore 100 euros :

……………………………………………………………………… ?

c. J’étais là pour le lancement du nouveau Smartphone. Quand les vigiles ont ouvert les portes,

……………………………………………………………………… !

d. Quand le directeur marketing a retoqué mon projet sur lequel j’ai bossé des mois, je te jure,

……………………………………………………………………… !
EDITO C1 GUIDE PÉDAGOGIQUE - Thème 13 - test © Éditions Didier, 2019
e. Cette pub passe tous les jours à la télé, tout le monde achète ce lait. ……………………………………

…………………………………… que les pouvoirs publics nous mentent, non ?

f. Tu veux me faire croire que tu peux t’acheter une voiture de sport à 300 000 euros avec ton salaire

de prof ? ………………………………………………………………………

3 Exposé oral 12 points


Vous préparez un exposé et vous le présenterez au jury.

Sujet :

Vous travaillez dans une entreprise francophone. Vous présentez les objectifs publicitaires de votre

société à une entreprise de communication qui va être en charge de faire la promotion de votre

société. Vous précisez le public ciblé, la charte graphique, les couleurs et les enjeux.

154
THÈME
THÈME
14
1
THÈME 14   À la folie
Livre, p. 99-104

14 À la folie Ca
hier
Livre de l’élève - p. 99-104 E 14
THÈM

s
d  ’


OBJECTIFS COMMUNICATIFS q problématiser le traitement de la folie a c t i vi
& SAVOIR-FAIRE q considérer les solutions pour accompagner les
personnes en marge de la société ENRICHIR SON LEXIQUE
La folie
VOCABULAIRE La folie : être en marge, acteurs, lieux, maladie,
traitement, expressions CONSOLIDER SA GRAMMAIRE
Enrichir les expressions de
PRODUCTION ORALE q caractériser la prise en charge des maladies
cause et de conséquence
> DÉBAT mentales
> MINI EXPOSÉ q parler de cas d’enfermement PRODUIRE > SYNTHÈSE
q questionner la représentation de la folie Comparer deux textes sur le
q proposer des illustrations de la folie soin de la folie en France
q raconter un acte insensé LES ARTICULATEURS
PRODUCTION ÉCRITE
> FIL DE DISCUSSION q penser les soins possibles

JEUX DE CULTURE GÉNÉRALE

Page 99 OUVERTURE
PRODUCTION ORALE

1 Le titre de l’unité
[en groupe classe]

Afin d’entrer dans la thématique du dossier, poser les questions suivantes aux apprenants : Que leur évoque
le mot sens ? Connaissez-vous les différents sens du mot « sens » ? Combien de sens connaissez-vous ? Quel
est le jeu de mot dans le titre de l’unité ? Quel est l’animal représenté ?
Expliquez le titre de l’unité.
[en groupe classe]

FOCUS Culture
« À la folie » est une expression française qui signifie « follement, passionnément ». On l’emploie
généralement avec le verbe « aimer », notamment dans la comptine pour effeuiller une marguerite : « je
t’aime un peu, beaucoup, passionnément à la folie, pas du tout ».

Demander aux apprenants de réagir à l’expression « à la folie » : à quoi cette expression vous fait-elle penser ?

Quels sont les thèmes de cette unité ?


La folie, la différence, la maladie, la souffrance.

2 La photographie
[en groupe classe]
Décrivez la photographie et donnez-en une interprétation.
Description : prise de haut, elle montre le contenu de la tasse : on voit la face d’un hibou apparaître à la
surface du café. Le regard est perçant, presqu’inquiétant.
Interprétation : le montage de cette photo a peut-être l’intention de montrer que dans un simple objet du
quotidien, une personne qui interpréterait la mousse du café et verrait une forme de hibou pourrait être
considérée comme folle ; on pourrait penser que c’est une hallucination.

Demander aux apprenants ce qui se dégage de cette photographie. Que ressentez-vous ? Quelle est l’image
du hibou ou de la chouette dans votre société ?

155
FOCUS Culture
À l’Antiquité, chez les romains, la chouette était augure de mort. Le hululement du hibou est annonciateur
de mauvaises nouvelles, généralement le décès d’une personne.
Le hibou est aussi associé à la mort, à la solitude et tristesse mais aussi à la sagesse et connaissance.

3 Les objectifs
> Préparer les apprenants à la production finale
La production finale de ce thème est une synthèse. L’apprenant devra synthétiser les idées des deux textes
présents pages 100 et 101 du livre de l’élève. La consigne de la production finale se trouve en p. 105 du
cahier d’activités.

Voir Relevez et regroupez les informations importantes des deux textes


SYNTHÈSE

FICHE
MÉTHODO relatifs à la folie : « Un architecte chez les fous » et « Et si une
4 solution était la psychiatrie citoyenne ? » (livre, p. 100-101)
pour rédiger une synthèse. (220 mots environ)

Tout au long du travail sur les documents du thème, inciter les apprenants à relever, répertorier et prendre
en note sur un brouillon les points communs et les différences entre les deux textes afin de les aider à
préparer la synthèse. Lorsque vous le jugerez utile, les renvoyer à la fiche méthodologique dans le cahier
d’activités. Dans le cadre de la synthèse, il s’agit de la fiche 4 p. 8 et 9 du cahier d’activités.

Pages 100-101 DOCUMENTS A ET B


Page 100
Titre du document A :
[en groupe classe]
Demander aux apprenants de lire le titre du texte : « un architecte chez les fous ». À quoi pouvez-vous vous
attendre ? Pourquoi un architecte chez les fous ? Comment comprenez-vous l’expression « chez les fous » ?
Définissez ce lieu. Laisser les apprenants répondre libres et spontanément et écrire quelques mots-clés au tableau.
Photographie du document A :
[en groupe classe]
Décrivez la photo et donnez-en une interprétation.
Description : c’est la photo d’un homme de dos face à un mur immense, infranchissable. Au-delà du mur,
on voit le ciel bleu.
Interprétation : le mur semble un obstacle majeur pour l’individu, l’empêchant de sortir et d’aller vers la
liberté (symbolisée par le ciel bleu).

FOCUS Culture
Le mur symbolise à la fois la frontière et la protection, il permet donc de se protéger des attaques ou
d’empêcher le passage (selon le côté où on se trouve). Il existe des murs célèbres : le mur de l’Atlantique,
le mur de Berlin, dans l’histoire, les religions, etc.

Faire réagir les apprenants devant cette image : à votre avis, où se trouve cet homme ? Est-il libre ou enfermé ?
Pourquoi ? Que vous inspire les proportions de l’image : petit homme face à un grand mur même si c’est le
ciel qui prend le plus de place sur cette photo ? Laisser les apprenants répondre librement.

Page 101
Titre du document B :
[en groupe classe]
Demander aux apprenants de lire le titre du texte. À votre avis, qu’est-ce que la psychiatrie citoyenne ?
Comment peut-elle se manifester ?
Photographie du document B :
[en groupe classe]
Décrivez la photo et donnez-en une interprétation.

156
THÈME
THÈME
14
1
Description : sur la photo, on voit un groupe de personnes réunies. La plupart des personnes sont assises,
au centre, on voit deux personnes se prendre dans les bras. La lumière qui vient de la fenêtre est douce et
apaisante.
Interprétation : les personnes réunies ne se connaissent pas forcément. C’est peut-être un atelier de travail
sur la psychiatrie, le bien-être.

FOCUS Culture
Les invités au festin est une association créée en 1990 par Marie-Noëlle Besançon qui œuvre en faveur
des personnes souffrant de solitude et/ou de troubles psychiques (http://www.lesinvitesaufestin.fr/).
La Libre Belgique, souvent dénommée « La Libre », est un quotidien belge de langue française qui couvre
l’ensemble de l’actualité nationale et internationale.
Encadré « Au Fait » :
Lire l’encadré. Demander aux apprenants ce qu’ils pensent de l’internement contre la volonté du patient.
Dans leur pays, est-ce également le cas ? Laisser les apprenants répondre librement sans passer trop de temps
sur cet encadré. Noter au tableau des mots-clés ou idées.

FOCUS Culture
Raymond Depardon est un photographe, réalisateur, journaliste et scénariste français, considéré comme
l’un des maîtres du film documentaire. Son documentaire 12 jours, sorti en 2017, a reçu le César du meilleur
film documentaire en 2018.

COMPRÉHENSION ÉCRITE

Page 102
[travail individuel à la maison ou en sous groupe]
Rappeler aux apprenants que l’objectif de ce thème est de réaliser une synthèse des deux textes en 300
mots. Si cela vous semble pertinent et comme indiqué en supra, encourager les apprenants à consulter la
fiche méthodologique de la synthèse afin qu’ils aient bien en tête les éléments à relever et à noter durant
ce travail de compréhension écrite pour être efficaces, stratégiques et prêts. Encourager durant cette lecture
à repérer les idées principales. Les activités 9 à 18 des pages 107-110 du cahier d’activités ont été conçues
pour accompagner les apprenants dans la construction de leur synthèse en termes de repérage des
articulateurs, connecteurs, des idées essentielles et de leur reformulation. Afin de fluidifier et d’optimiser
le temps de travail en classe, inviter les apprenants à entreprendre une première lecture des textes à la
maison. Cela leur permettra d’effectuer une première lecture globale des documents et de repérer comme
indiqué dans la fiche méthodologique de la synthèse : le titre, l’auteur, la date de publication, la source, le
type de document, le lecteur visé, l’objectif de l’auteur, ton de l’auteur, angle d’approche choisi…
Les apprenants pourront alors tenter de dégager l’idée générale de chacun des documents d’origine puis
le thème commun en soulignant les mots-clés et les articulateurs logiques.
Une fois en classe, procéder à une deuxième lecture des documents ainsi que de l’aide à la lecture et demander
aux apprenants de lire les questions de compréhension écrite.
Si vous avez le temps en classe, il est tout à fait possible de procéder à ces deux lectures en classe. Vous
pouvez éventuellement dynamiser et alléger le travail respectif en créant des sous-groupes, chacun des
groupes chargé de lire un des documents et de procéder au repérage des articulateurs et de l’idée générale
des documents. À l’issue de ce travail, l’enseignant peut tracer 2 colonnes au tableau, une pour le document
A et une autre pour le document B. Il peut ensuite inviter chaque groupe à faire part oralement de leur
analyse et noter au tableau les articulateurs relevés (les souligner si le texte est projeté) ainsi que l’idée
générale de chaque texte.

Questions 1-2-3-4-5-6-7-8
[en groupe classe]
Inviter les apprenants à procéder à une deuxième lecture attentive du texte. Indiquer que cette deuxième
lecture et les questions 1 à 8 ont pour finalité d’identifier plus précisément les idées essentielles de chaque
texte et de procéder à une étude comparative des idées des textes.
La question 1 permet d’apprécier l’angle d’approche et le ton de chacun des auteurs.
Les questions 2 à 4 décryptent les idées présentes et les plus importantes du document A.
Les questions 5 à 7 identifient les idées fortes du document B.
Ce travail permettra de mettre à jour les idées communes, les contradictions, les paradoxes des documents
et de répondre à la question 8.

157
Afin de faciliter l’approche comparatiste des idées fortes des textes, il est possible de noter au tableau ou
sur une feuille de papier un tableau recensant les thèmes et leur traitement, avec, par exemple, une colonne
« convergence » et une autre « divergence » en indiquant dans quel document apparaît l’idée.
Le cahier d’activités, dont le thème 14 est dédié à accompagner l’apprenant en vue de réaliser la synthèse
des deux documents, propose des éléments à compléter en ce sens à la p. 110.

Propositions de corrigés :
1 L’auteur du document A a connu un épisode psychique grave et a été enfermé dans un asile. Quant à
Marie-Noëlle Besançon, citée dans le document B, elle est psychiatre et elle a découvert avec « stupéfaction
et tristesse » (l. 14), les conditions de vie des patients dans les hôpitaux psychiatriques, quand elle était
interne.
2 L’image qui prédomine est très négative : l’asile fait peur (« personne ne veut finir chez les fous »,
document A, l. 2). C’est un lieu comparé à la prison en raison de l’enfermement et de la présence des hauts
murs. Comparer l’asile à la prison, et donc des patients à des détenus, montre bien que la population
considère qu’ils représentent un danger similaire. Elle souhaite donc s’en préserver en les enfermant ce qui
exclut de facto les patients.
3 Être plongé dans le silence entre des murs qui « ne parlent pas » (l. 27) détruit psychologiquement Joan.
Il compare le silence à « la mort et l’abandon thérapeutique » (l. 30). Il reprend contact avec l’extérieur
quand il découpe des mots et des phrases d’un magazine.
4 Le verbe souffrir signifiant également « endurer », « détester », ici, Joan a peut-être voulu signifier sa
haine du monde. Il a enduré ce que le monde lui a imposé lorsqu’il a été enfermé à l’asile.
5 La « psychiatrie citoyenne » a pour objectif de rendre la citoyenneté aux gens qui l’ont perdue à cause
de leurs troubles psychiques. C’est aussi le moyen d’associer la société à la question des troubles mentaux.
6 Les quatre principes fondateurs sont : la fraternité, l’égalité, la liberté et la solidarité économique. Entre
parenthèses, on trouve des antonymes de ces notions (par exemple : l’exclusion est l’inverse de la fraternité).
Cette technique a pour but de marquer l’esprit du lecteur.
7 Sachant que l’individu a une chance sur quatre d’avoir un trouble mental dans sa vie, selon Marie- Noëlle
Besançon, c’est la société entière qui doit se sentir concernée, et pas uniquement « la personne malade, les
familles, les soignants, l’État » (l. 55). Par conséquent, tout le monde doit être sensibilisé au sujet.
8 Tous les deux souhaitent que l’asile devienne un lieu ouvert pour soigner mais aussi un lieu où la vie
aurait sa place et où les patients resteraient des citoyens en dépit de leur pathologie.

PRODUCTION ORALE

Page 102
Question 9
[en sous-groupes]
Former des binômes. Les apprenants se posent alternativement les questions proposées. Les inviter à se
reporter à la page vocabulaire p. 103 pour étayer leur discours à l’aide du vocabulaire spécifique. Laisser
les apprenants corriger leurs réponses en binômes. Et si les apprenants répondaient à votre place ? Quand
un apprenant pose une question, bien penser à la renvoyer à la classe : cela permet de favoriser la prise de
parole et de rendre la classe active !
Proposition de corrigé :
9 Réponses libres.

Question 10 - Mini-exposé
[en groupe classe puis en sous-groupes]
Interroger les apprenants sur leurs connaissances juridiques : pour quels délits la justice de leur pays enferme-
t-elle les détenus dans des hôpitaux psychiatriques plutôt qu’en prison ? Former des petits groupes. Demander
aux apprenants de faire des recherches sur ce sujet en consultant Internet. Laisser du temps aux apprenants
pour préparer leur exposé de façon structurée. Chaque groupe présente son exposé à la classe en une dizaine
de minutes.
Ne pas hésiter à la renvoyer à la fiche méthodologie sur l’exposé oral p. 10 dans le cahier d’activités.
Proposition de corrigé :
10 Réponses libres.

158
THÈME
THÈME
14
1
PRODUCTION ÉCRITE

Page 102
Question 11 - Fil de discussion
[travail individuel]
Avant de rédiger cette production écrite, rappeler aux apprenants la forme et le formalisme attendus sur
un blog.
Proposition de corrigé :
11 Dans mon entourage, j’ai connu plusieurs personnes qui ont dû, à un moment de leur vie, aller à l’asile
pour des raisons psychiatriques. Je leur ai rendu visite, lorsque c’était autorisé. J’ai donc pu voir de près
l’impact des médicaments sur elles (elles étaient mutiques ou tenaient des propos incohérents) ainsi que la
souffrance d’être enfermé et donc entravé dans leurs mouvements. Je suis farouchement opposé aux
traitements de choc obsolètes qui visent davantage le bien-être des citoyens que celui des patients. Construire
des murs isole les individus, ne permet pas la compréhension : enfermer les malades ne les guérit pas. Je
prône donc une intégration des patients dans la société pour, d’une part, leur rendre leurs droits de citoyen
et, d’autre part, les distinguer des prisonniers qui, eux, représentent un vrai trouble à l’ordre public.
Illustration :
[en groupe classe]
Décrivez l’illustration et donnez-en une interprétation.
Description : on voit un homme vêtu en noir sous un arbre dans la nature. Derrière lui, il y a un bras d’eau
et une colline verte. Le feuillage de l’arbre ressemble à un nuage blanc. L’homme regarde cet arbre.
Interprétation : l’image rappelle les peintures des surréalistes (mouvement artistique du XXe siècle) puisque
tout semble normal sauf le nuage qui remplace les feuilles de l’arbre. Est-ce réel ? Un rêve ?

Demander aux apprenants s’ils aiment l’illustration, et pourquoi. Que vous inspire-t-elle ? La trouvez-vous
poétique ? emprunte de folie ? surréaliste ?

Page 102 DOCUMENT C


Page 102

Titre du document C :
[en groupe classe]
Que pensent les apprenants apprenants ce qu’ils pensent de l’association des deux mots « psychiatrie » et
« publique » : selon vous, est-ce que la psychiatrie relève du domaine public ? Les services publics ont-ils un
rôle à jouer ? Lequel ? Écrire les deux mots au tableau. Laisser les apprenants réagir librement et noter les
mots-clés ou idées.

COMPRÉHENSION ORALE

Page 102
[travail individuel puis en groupe-classe]
Demander aux apprenants de lire les questions de compréhension orale. Les inviter à prendre des notes
pendant l’écoute. Faire écouter deux fois avec une pause entre les deux. Corriger tous ensemble pour
répondre aux questions ou compléter les réponses. Faire réécouter des extraits, si besoin.

FOCUS Culture
France Inter est une station de radio généraliste nationale publique française du groupe Radio France.
Louis XIV dit « le Roi-Soleil » a vécu principalement au XVIIe siècle et a régné environ 65 ans sur le royaume
de France et de Navarre.
Louis-Philippe qui vécut à la fin du XVIIIe siècle et pendant la première moitié du XIXe siècle est le dernier
roi français. Il incarne un tournant majeur dans la conception et l’image de la royauté en France.
Il a promulgué en 1838 une loi sur les institutions et la prise en charge des malades mentaux ; cette loi
est restée quasiment valide jusqu’en 1990.

159
Questions 1-2-3-4-5-6-7-8
[en groupe classe]
Expliquer que les activités vont notamment permettre de regrouper les idées principales en vue de leur
synthèse.
Propositions de corrigés :
1 Au Moyen Âge : réponses c. d. – Sous Louis XIV : réponse a. – En 1793 : réponse b.
2 Son objectif premier était de rendre au fou sa dignité, c’était une loi humaniste.
3 Asile signifie lieu d’accueil, de protection.
4 Les asiles créés par la loi de 1838 se trouvent loin de la ville, à la campagne, dans le but de séparer
géographiquement les fous de la population.
5 Le principe généreux initial s’est perverti, l’asile est devenu un lieu d’enfermement.
6 Non, les asiles créés dans le cadre de la loi de 1838 n’étaient pas des lieux de soin : les soignants étaient
des gardiens qui utilisaient la force. Des traitements barbares (comme de pendre les patients par les pieds)
étaient utilisés. Il n’y avait pas ou peu de médications.
7 La psychiatrie moderne s’interroge sur la nécessité d’ouvrir l’asile.

PRODUCTION ORALE

Page 102
Question 8
[en groupe classe puis en sous-groupes]

Indiquer aux apprenants que ce type de questionnaire est une bonne base pour les inciter, à partir d’un
sujet, à trouver des arguments, des exemples et à construire leur argumentation en pesant les avantages,
les inconvénients, les causes et les conséquences mais aussi de proposer des solutions. Cela leur permet
d’appréhender les différents types de plans qui pourraient répondre à un essai argumentatif sur la
problématique de la folie et de la prise en charge des malades par un état.
Former des binômes. Les apprenants se posent alternativement les questions proposées. Les erreurs
linguistiques sont relevées par l’enseignant puis expliquer et procéder à une remédiation collective ou
encourager une remédiation entre pairs.
Proposition de corrigé :
8 Réponses libres.

Question 9 - Mini-exposé
[en sous-groupes]

Pour préparer l’exposé, demander aux apprenants de discuter par petits groupes sur la symbolique du
fou dans leur pays/culture. Puis, former des binômes et présenter dans un exposé de 10 minutes environ
la principale représentation du fou dans leur pays/culture. Ils peuvent s’appuyer sur un film, un livre, une
histoire.
Proposition de corrigé :
9 Réponses libres.

PRODUCTION ÉCRITE

Page 102
Question 10 - Fil de discussion
[travail individuel]

Proposition de corrigé :
10 Quand j’ai obtenu mon baccalauréat avec une très bonne mention, j’ai décidé de prendre (enfin) du
temps pour moi. Après des années d’études, il me semblait normal de prendre un peu de repos. Comme je
savais que mes parents ne seraient pas d’accord avec mon idée, j’ai préféré leur cacher la vérité. Pendant
l’été précédant mon entrée à l’école d’architecture, je leur ai dit que je m’installais deux mois chez ma tante
pour préparer les cours de première année. En réalité, je suis sorti tous les soirs, j’ai fait la fête, rencontré

160
THÈME
THÈME
14
1
du monde… Et je n’ai pas ouvert un seul livre !
Ça m’ennuyait beaucoup de leur mentir. En même temps, je craignais trop leur refus. Comme je sentais que
cette période m’était indispensable pour grandir, j’ai fait ce choix. Je pense également que j’ai été séduit
de braver l’autorité parentale…

Page 103 VOCABULAIRE


Page 103
[travail individuel puis en grand groupe]
Inviter les apprenants à se reporter à la page 103 vocabulaire. Leur demander de lire cette page de façon
individuelle, de souligner les mots qui leur posent des difficultés (de compréhension, de construction,
etc.) et de noter les expressions nouvelles. Plutôt que de leur donner la réponse ou qu’ils cherchent sur
Internet, encourager les apprenants à s’aider et s’expliquer entre eux des termes incompris.
Questions 1-2
[travail individuel puis grand groupe]
Corrigés :
1 a. originale – b. malade – c. dangereuse – d. inconsciente.
2 Contexte positif : réponses a, d et e. – Contexte négatif : réponses b, c et f.

PRODUCTION ORALE

Page 103
Question 3
[en sous-groupes]

Former des petits groupes. Les apprenants répondent à cette question, les autres leur posent des questions
pour comprendre pourquoi tel évènement ou acte les rend fou de rage. Jusqu’où pourraient-ils aller ?
Proposition de corrigé :
3 Réponses libres.

Question 4
[travail individuel puis grand groupe]

Proposition de corrigé :
4 a. une maladie incurable – b. une marotte – c. des électrochocs – d. une cellule.

Page 104 q JEUX DE CULTURE GÉNÉRALE

Les pages Jeux de culture générale sont une opportunité de convivialité et de respiration en cette fin de
thème. Comme tout jeu de culture générale, cela va de soi que les apprenants ne sont pas forcément au
fait des idées et informations évoquées. La finalité est de jouer et de provoquer l’envie d’en savoir plus.

Page 104
Question 1
[en groupe classe ou en sous-groupes]
Corrigé :
1 1b – 2b – 3b

Question 2
[en groupe classe ou en sous-groupes]

161
Corrigé :
2 a3 – b2 – c4 – d1

IDÉES POUR LA CLASSE


Pour aller plus loin, demander aux apprenants de se renseigner sur Internet sur les artistes cités :
- Camille Claudel
- Guy de Maupassant
- Antonin Artaud
- Van Gogh
Puis inviter à les présenter à la classe dans un bref exposé de 5 minutes. Les apprenants peuvent
choisir un autre artiste connu pour sa folie non présent dans l’exercice.
Camille Claudel est un film français réalisé par Bruno Nuytten et sorti en 1988. C’est la biographie
de la sculptrice Camille Claudel. Encourager les apprenants à regarder ce film puis à en parler à la
classe.
Question 3
[en groupe classe ou en sous-groupes]
Corrigé :
3 a2 – b3 – c1

IDÉES POUR LA CLASSE


Proposer de regarder l’un de ces 3 films puis, par groupe, de présenter la part de folie de ce film au
reste de la classe.
Si les apprenants n’ont pas le temps ou la possibilité de voir ces films, les faire réagir à partir des
affiches : à votre avis, d’après l’affiche du film, quelle est la part de folie dans ce film ?

Cahier d’activités, p. 105-111

PRODUIRE

Voir Rédigez une synthèse à partir des deux textes du thème 14 :


SYNTHÈSE

FICHE
MÉTHODO « Un architecte chez les fous » et « Et si une solution était la
4
psychiatrie citoyenne ? » (livre, p. 100-101). (220 mots environ)

Page 110

17 Idées communes aux deux textes :


Document A : L’hôpital psychiatrique est important dans l’imaginaire collectif.
Ce lieu est comparé à une prison avec de hauts murs qui marquent l’intérieur et l’extérieur.
Expérience personnelle de l’auteur : il a eu des crises de panique, un fort sentiment de solitude et de
perdition, d’absence de réconfort et d’aide.
Il croit en une vision accueillante de l’asile, ouverte sur les lieux, humaine et accueillante, un lieu de vie
avec du personnel formé et disponible.
Document B : Le fou a une image négative, d’où la création des asiles : une solution de la société pour
vivre tranquille.
L’expérience personnelle de Marie-Noëlle Besançon : interne, elle découvre la réponse de l’hôpital aux

162
THÈME
THÈME
14
1
personnes en détresse psychique : un lieu stigmatisant et dépourvu d’humanité.
Elle a créé la Maison des sources, une vision nouvelle des lieux d’accueil : non médicalisé, en vie commu-
nautaire, à destination des personnes en souffrances psychiques/sociales.
Elle souhaite redonner une citoyenneté à ceux qui l’ont perdue.
Idée majeure présente dans un seul texte :
Une personne sur quatre risque d’être victime dans sa vie.

Page 111

22 Proposition de corrigé :

Texte rédigé 
Ces deux textes, un témoignage et un article, ont pour thème commun l’hôpital psychiatrique qui, selon
leurs auteurs, répond aux attentes de la société mais pas à celles des patients. Si leur vision est commune,
l’expérience de chacun est différente : l’un y a été enfermé, tandis que l’autre y a été médecin.
L’image que renvoie l’asile a toujours été négative car elle est associée au danger : le fou représente
une menace pour la société qui le place derrière de hauts murs, comme dans une prison, pour assurer
sa tranquillité. Naturellement, l’enfermement, la séparation physique a de lourdes conséquences sur les
conditions de vie des patients : relégués au rang de « non citoyen », ils se sentent exclus et connaissent la
solitude. La médicamentation contre leur gré leur fait perdre toute liberté et humanité.
Cependant, d’après les auteurs des documents, une alternative est possible à partir du moment où l’on
considère ces personnes comme des personnes en souffrance. Alors que l’auteur du document A propose
d’ouvrir les portes des asiles pour en faire des lieux humains, l’auteure du document B gère la Maison des
sources, un espace citoyen communautaire accueillant les personnes en souffrance psychique. Impliquer la
société est indispensable : rappelons qu’un individu a une chance sur quatre de souffrir de trouble mental
dans sa vie.
(219 mots)

163
TEST Thème 14

1 Associez les colonnes de gauche aux colonnes de droite pour reconstituer l’expression.
9 points
a. travailler la boussole
b. une unité de soin d’une prise en charge
c. perdre au long cours
d. être agité du chapeau
e. bénéficier d’isolement
f. une chambre du bocal

2 Cause et conséquence : à partir des expressions ci-dessous et des connecteurs logiques


proposés, écrivez une phrase exprimant la cause ou la conséquence. 9 points

c’est pourquoi – comme – au point que – alors – vu que – car

a. être fou à lier / subir des électrochocs.

b. sombrer dans la folie / enfermer à l’asile.

c. avoir de folles espérances / obtenir de très bons résultats.

d. prendre des antidépresseurs / tenter de se suicider

e. ne pas tourner rond / être interné.

f. coûter un prix fou / contracter un prêt à la consommation.

3 E xposé oral 12 points


Vous préparez un exposé et vous le présenterez au jury.

Sujet :

Vous assistez à une conférence de Marie-Noëlle Besançon, créatrice de la Maison des Sources. Vous

intervenez pour défendre une meilleure intégration des fous dans la société tout en rappelant le

danger que les personnes ayant des troubles psychiques représente.

Vous élaborez un exposé argumenté, clair et organisé. EDITO C1 GUIDE PÉDAGOGIQUE - Thème 14 - test © Éditions Didier, 2019

164
THÈME
THÈME
15
1
THÈME 15   L’imagination au pouvoir
Livre, p. 105-110

15 L ’imagination hier
au pouvoir Ca
THÈM
E 15

s
Livre de l’élève - p. 105-110 d  ’


a c t i vi
OBJECTIFS COMMUNICATIFS q étudier un manifeste
& SAVOIR-FAIRE q interpréter ses rêves ENRICHIR SON LEXIQUE
Le rêve
VOCABULAIRE Le rêve : dormir, interprétation, expressions
CONSOLIDER SA GRAMMAIRE
PRODUCTION ORALE q confronter jeunesse et politique
Exprimer des nuances à l’aide
> DÉBAT q pousser un coup de gueule
des modes verbaux
> MINI EXPOSÉ q explorer et interpréter ses rêves
q donner son avis sur un rêve PRODUIRE > ÉCRITURE CRÉATIVE
Écrire une chronique sur
PRODUCTION ÉCRITE q décrire une utopie en #
une utopie
> FIL DE DISCUSSION q partager ses rêves d’enfant

AU CŒUR DU QUOTIDIEN q exprimer sa surprise

Page 105 OUVERTURE


PRODUCTION ORALE
1 Le titre de l’unité
[en groupe classe]
Afin d’entrer dans la thématique du dossier, poser les questions suivantes aux apprenants : qu’est-ce que
pour vous l’imagination ? De quoi rêvez-vous ? Est-ce que vous pensez avoir réalisé vos rêves ? Quels sont
ceux que vous aimeriez le plus réaliser ? Est-ce important pour vous d’avoir toujours des objectifs, même
s’ils paraissent utopiques ? Qu’est-ce qui selon vous a le pouvoir ? Laisser les apprenants répondre librement.
Expliquez le titre de l’unité.
[en groupe classe]
L’imagination au pouvoir : cette expression nous provient directement des slogans de Mai 68. Durant ces
manifestations, de nombreux slogans ont été inventés pour soutenir le souffle nouveau qui nourrissait les
rassemblements. Dans celui-ci, l’idée est d’opposer la politique, qui se veut pratique et concrète, à l’imagination,
car les manifestants avaient le sentiment que le réalisme de la politique ne faisait que protéger les systèmes
déjà en place et qu’il fallait inventer un système nouveau pour plus d’égalité et de liberté. (à compléter à
partir de l’illustration p.107)
FOCUS Culture
Les slogans de Mai 68
Les événements de mai-juin 1968, ou plus brièvement Mai 68, désignent une période durant laquelle se
déroulent, en France, des manifestations d’étudiants ainsi que des grèves générales et sauvages. Ces
événements, enclenchés par une révolte de la jeunesse étudiante à Paris, puis gagnant le monde ouvrier
et la plupart des catégories de population sur l’ensemble du territoire, constituent le plus important
mouvement social de l’histoire de France du XXe siècle.
« Sous les pavés, la plage », « Il est interdit d’interdire », « Perdre sa vie à la gagner », « Cours camarade,
le vieux-monde est derrière toi » sont quelques-uns des messages de révolte que l’on pouvait voir sur les
murs des facultés, des usines et des magasins au printemps 1968. Anonymes, inventifs, faciles à comprendre,
ces messages ont fédéré les esprits. Yvan Amar, linguiste, journaliste, se souvient de l’inventivité de ces
slogans : « L’une des bonnes choses, aussi, c’était l’invention verbale. Même l’invention typographique. »

IDÉE POUR LA CLASSE


[en groupe classe]
Avec les apprenants, imaginer des slogans pour défendre une cause. S’inspirer des slogans de Mai 68 ou

165
bien d’autres manifestations liées à la culture des apprenants. Leur demander d’expliquer ensuite leur
création. Ne pas hésiter à styliser ses slogans grâce un graphisme particulier et des supports originaux. Ils
pourront être ensuite exposés dans la salle de classe durant ce thème, afin de créer l’ambiance propice à ce
thème sur l’imagination et l’utopie.
Quels sont les thèmes de cette unité ?
Les rêves, l’utopie, la révolte, le souhait et l’espoir, la jeunesse.

2 La photographie
[en groupe classe]
Décrivez la photographie et donnez-en une interprétation.
Description : un homme, les yeux fermés, est allongé par terre, les bras ouverts. Il a un léger sourire sur son
visage et des papillons semblent sortir de son torse.
Interprétation : l’imagination est souvent représentée par quelque chose de coloré et d’original qui semble
sortir de quelque chose de bien réel. On peut se référer également pour cela à la photographie du thème
10 p. 59 sur la lecture. Cette apparition de l’imaginaire dans le réel semble en tout cas apporter beaucoup
de plaisir et même de la sérénité à l’homme photographié. Le bonheur semble ainsi fait : fragile équilibre
entre le réel et l’imaginaire, entre la réalité et l’utopie.

3 Les objectifs
> Préparer les apprenants à la production finale
La production finale de ce thème est une chronique sur le thème de l’utopie, dans lequel l’apprenant devra
convaincre son entourage de participer à son rêve. La consigne de cette production se trouve en p. 116 du
cahier d’activités.
ÉCRITURE CRÉATIVE

Voir Grâce à une lecture attentive de la chronique Le hashtag du rêve (livre,


FICHE
MÉTHODO p. 106-107), et au développement de vos compétences rhétoriques,
6 vous convaincrez votre entourage de la beauté de votre utopie dans
une chronique intitulée : Laissez-moi rêver ! (350 mots environ)

Tout au long du travail sur les documents du thème, encourager les apprenants à prendre note de leurs
idées, à les catégoriser et de noter les effets de styles auxquels ils sont le plus sensible afin de les aider à
nourrir leur chronique. La partie du PRODUIRE du cahier d’activités p.116-118 pourra les aider dans leur
démarche, ainsi que la partie CONSOLIDER SA GRAMMAIRE p.114-115. Ne pas hésiter à s’y référer tout
au long du travail. Lorsque vous jugerez utile de le faire et en fonction de la maturité rhétorique de vos
apprenants ou de leur degré d’expérience de ce type de production, les référer à la fiche méthodologique
dans le cahier. La passer en revue ensemble. Dans le cadre de l’écriture créative, il s’agit de la fiche 6 p. 11
du cahier d’activités. Les documents sélectionnés dans le livre ont pour finalité d’alimenter leur réflexion.

Page 106 DOCUMENT A


Dans ce texte, de nombreux hashtags font référence à la vie politique française de 2016 et à des « affaires »
politiques. D’autres soulignent des débats qui ont lieu dans la société comme celui sur DébatRépublicain ou
encore DéchéanceDeLaNationalité. Un travail préparatoire en groupe classe ou à la maison peut être nécessaire.

COMPRÉHENSION ÉCRITE

Page 107
Demander aux apprenants de lire l’aide à la lecture et le document puis de lire les questions de compréhension
écrite. Il est possible d’utiliser l’aide à la lecture en guise d’activité pour découvrir les ressorts stylistiques du
texte qui seront utiles lors de la production finale.
FOCUS Culture
« I Have a dream »
Dans ce texte qui oppose le réalisme politique et l’utopie du rêve social, les premiers hashtags opposent

166
THÈME
THÈME
15
1
PeurDeL’avenir et IhaveADream. Cette phrase provient du discours de Martin Luther King traduit en
français par « je fais un rêve ». C’est désormais le nom donné à son discours prononcé le 28 août 1963.
En effet, pendant son discours, Martin Luther King s’écarte peu à peu de ses notes et improvise une
anaphore, martelant l’expression « I have a dream » après que Mahalia Jackson lui a crié : « Parle-leur de
ton rêve, Martin ! » Celui-ci décrit alors son rêve de liberté et d’égalité émergeant d’un monde marqué
par l’esclavage et la haine.

Question 1
[en groupe classe après une lecture individuelle à la maison]
Demander aux apprenants de lire une première fois le texte à la maison et de chercher les références
politiques et sociales qu’ils ne connaissent pas. En classe, souligner en notant au tableau les différents
hashtags, d’un côté ceux représentant le monde de la politique, de l’autre ceux portant sur un débat ou un
thème.
Proposition de corrigé :
1 Les mots-dièse ont pour fonction prioritaire de référencer le sujet d’un message sur les réseaux sociaux.
Ainsi les mots-dièse #Considération (l. 36) et #DébatRépublicain (l. 42) reprennent l’idée principale de la
phrase pour que des internautes intéressés par ces sujets y aient accès. Par effet miroir, d’autres mots-dièse
permettent ainsi de faire référence à des sujets répertoriés sous ces mots-clefs afin que l’auteur exemplifie
son argument et que le lecteur puisse s’informer plus amplement : #MAIS-TAISEZ-VOUS,TAISEZ-VOUS
#Finkielkraut (l. 67-68), #RaceBlanche #Morano (l. 71), #DéchéanceDeLaNationalité (l. 74), #Cahuzac
#Bygmalion #Sarkozy #Copé #Balkany #Juppé (l. 78-79).
Certains hashtags sont aussi présents pour exprimer la fonction expressive du langage, la place de l’auteur
dans son discours, comme des parenthèses ou une bulle de pensée en bande dessinée. Ces hashtags
permettent au lecteur de connaître le sentiment et/ou l’opinion de l’auteur : #Peut-être (l. 31), #Lol (l.
48), #etc. (l. 79).
Enfin, il est possible d’associer plusieurs fonctions : #PeurDeL’avenir (l. 21) et #Jeunesse (l. 89) ont la double
fonction de référencer le message et d’ajouter l’opinion de l’auteur ; #IHaveADream (l. 23) fait bien sûr
référence au célèbre discours mais apporte une fonction poétique à la phrase.
Question 2
[en groupe classe]
Au tableau, représenter 5 colonnes correspondant aux 5 types de textes proposés. Les remplir selon les
apports des apprenants.
Pour s’exercer : activité 1 du cahier d’activité p. 112.
Proposition de corrigé :
2 Il s’agit d’un texte argumentatif (plan, présence d’arguments et exemples) qui possède également des
caractéristiques du texte injonctif, telles que l’emploi de la première et deuxième personne du pluriel, le
futur simple, l’impératif, l’énumération, les phrases courtes, et au niveau lexical les verbes d’action et
l’engagement. En effet, l’auteur cherche à convaincre de la justesse de ses idées à travers une réflexion
logique identifiable mais aussi à engager le lecteur dans son action afin de concrétiser ses idées.
Question 3
[en groupe classe]
Relever au tableau les phrases ou les verbes qui indiquent une limitation. Puis demander aux apprenants
de relever les propositions suggérées par l’auteur de ce texte.
Proposition de corrigé :
3 Selon l’auteur, la jeunesse est influencée par les syndicats (l. 55-58) et bridée par la société et les politiciens
(l. 16-21). Il propose des réformes dans l’éducation : la mise en place d’un « parlement lycéen » (l. 40-44) et
une meilleure répartition des enseignants (l. 60-65). Il souhaite également que les hommes politiques et les
médias montrent l’exemple (l. 66-71) et que les chances et les lois soient les mêmes pour tous (l. 72-79).
Question 4
[en binôme]
Laisser le temps aux apprenants de chercher et de noter les critiques de l’auteur à l’égard des politiques
français. Une fois ces critiques relevées, leur demander de les reformuler et de les présenter au reste du
groupe classe.
Pour s’exercer : activité 5 du cahier d’activité p. 113.
Proposition de corrigé :
4 Les politiciens sous-estiment la jeunesse (l. 24- 31), ne savent pas adapter leurs discours à leurs auditeurs
(l. 37-40), font preuve de laxisme (l. 45-46), ont parfois des propos scandaleux et cherchent à faire le buzz

167
avec des propos choquants (l. 66-71), prennent des mesures inacceptables (l. 72-74), sont corrompus et
emploient l’argent public à des fins personnelles (l. 75-79).
Question 5
[en binôme]
Demander aux apprenants de relever les rêves de l’auteur de ce texte. Possibilité de les classer par thème
(école, société, politique).
Pour s’exercer : activités 6 et 7 du cahier d’activité p. 114.
Proposition de corrigé :
5 Je rêve…
- d’une société qui prenne mon avis en considération ;
- qu’on vienne me demander : « Alors Miguel, vous en pensez quoi, toi et tes potes, de la loi Travail ? » ;
- d’une école qui incite vraiment à la politique ;
- d’une école qui pousse au débat républicain ;
- d’une école plus juste ;
- que le manque de sécurité ne pousse pas à des lois qui, en fin de compte, ne changeront rien à notre
sécurité ;
- qu’on arrête de se foutre de notre gueule ;
- qu’on arrête de nous faire croire que toutes les affaires financières sont en fait fausses ;
- de vivre dans un monde meilleur pour moi, pour la société et pour les générations futures ;
- que sur Twitter, on ne se limite pas à 140 caractères, parce qu’avec tous ces hashtags je n’ai plus de place.
Miguel rêve d’une société plus égalitaire, où les citoyens sont engagés dans la politique, plus à même de
prendre des décisions pour leur avenir. Il rêve d’une société où les dirigeants respectent leur fonction et la
population. Une société plus fraternelle où la sécurité et le respect de chacun sont primordiaux. Une société
où la liberté d’expression n’est pas entravée.

IDÉE POUR LA CLASSE


[en binôme et en groupe classe]
J’ai fait un rêve !
Suite aux remarques de l’auteur contre la société actuelle, proposer aux apprenants de raconter sous forme
anaphorique ce qu’ils aimeraient eux aussi changer dans leur école, leur société, le monde politique. Lors
d’une mise en commun finale, après que chacun a exprimé ses espérances, organiser un débat sur les
propositions qui reviennent le plus souvent.
Il est possible également d’organiser cette activité sous forme de campagne politique : en binôme, les
apprenants rédigent un programme idéal et le présente de la classe. Après que tous les binômes se sont
exprimés, organiser un vote secret pour élire le meilleur programme.
Pour vous aider, se référer à l’exercice 8 du cahier d’activités, p.115.
Question 6
[en groupe classe]
Relire le début et la fin du document A. Relever au tableau les phrases qui expriment l’espoir et le rêve.
Proposition de corrigé :
6 Dans l’introduction, seule la jeunesse a la capacité de rêver, plus nous grandissons, moins nous rêvons
et moins nous avons d’espoir pour l’avenir. Dans la conclusion, Miguel annonce qu’il gardera l’espoir tant
qu’il continuera de rêver. Puisqu’il grandira, son rêve est voué à s’éteindre. Il s’agit d’un cercle vicieux.

PRODUCTION ORALE

Page 107
Question 7
[en binôme puis en groupe classe]
Ne pas hésiter à diversifier les profils dans les binômes. Se référer aux questions présentes dans le livre pour
guider les apprenants. Relever les mots clés au tableau pour chaque question afin d’éclaircir les problématiques
posées si nécessaire.
Lors de la mise en commun, veiller à ce que chaque membre du groupe s’exprime. Prendre en note les erreurs
récurrentes et les corriger ou les faire corriger ensuite au tableau.

168
THÈME
THÈME
15
1
Proposition de corrigé :
7 Réponses libres.

Question 8 - Mini-exposé
[individuellement puis présentation en groupe classe]
Revoir avec les apprenants les thèmes relevés par Miguel dans le document A. Partager ces thèmes
individuellement ou en sous-groupes puis laisser un temps de préparation. Accompagner les apprenants
dans leur préparation en vous référant aux différents conseils donnés pour l’exposé dans le guide pédagogique.
Pour s’exercer : activités 2, 3, 10 du cahier d’activités p. 112-113.

Proposition de corrigé :
8 Réponses libres.

FOCUS Vocabulaire
Le mot « gueule »
Exprimer une colère, un mécontentement ou une indignation se fait souvent de manière épidermique,
comme on peut le voir sur internet dans les commentaires, les tweets ou encore les statuts. Mais pour
partager son « coup de gueule », il faut tout de même savoir faire passer son indignation, sans créer de
fossé entre le discours et les auditeurs. L’expression « pousser un coup de gueule » fait partie du registre
familier, la « gueule » étant la bouche de l’animal. On la retrouve dans des expressions très familières
voire vulgaires comme « ferme ta gueule », « se faire engueuler », « pousser une gueulante/gueuler »,
« avoir une sale gueule », « avoir une gueule d’enterrement », « avoir de la gueule », « faire la gueule »,
« une fine gueule », « se casser la gueule », « s’en mettre plein la gueule », « une gueule d’amour », « se
fendre la gueule », « la gueule de bois », « tomber dans la gueule du loup » ou encore « se foutre sur la
gueule ».
Proposer aux apprenants de trouver dans quel contexte peuvent être utilisées ces expressions et créer des
mini-seynètes en les replaçant dans leur contexte.

FOCUS Grammaire
Exprimer son mécontentement
Pour exprimer sa colère, son indignation ou la désapprobation, il existe différentes structures de phrases
qui dépendront du registre de langue que vous cherchez à adopter. Pour un registre plus familier, synonyme
de coup de gueule :
Mais qu’est-ce que ça veut dire ? On n’a jamais vu ça !! Ce n’est pas une manière de traiter les gens !
Ça ne va pas du tout ! Tu exagères ! Il ne faudrait pas exagérer ! Non, mais qu’est-ce que tu t’imagines
! Tu vas trop loin ! Tu dépasses les bornes ! Ça suffit ! J’en ai marre ! j’en ai ras le bol ! On ne peut pas
continuer comme ça !
Pour un registre plus soutenu, il est préférable d’utiliser des structures impersonnelles :
Il est inadmissible, insupportable, intolérable, inacceptable, injuste, irrecevable, révoltant…
Ou bien des expressions du types :
Cette situation ne peut plus durer, la coupe est pleine, c’en est trop, cela suffit…

PRODUCTION ÉCRITE

Page 107
Question 9 - Fil de discussion
[au choix du professeur : travail individuel ou par sous-groupe en classe ou à la maison]
Revoir avec les apprenants les réponses apportées dans l’analyse du document A. Se reporter à l’activité 4
p. 113 du cahier d’activités pour un travail préparatoire.
Se référer également au point linguistique de la page 114 du cahier d’activités pour plus d’informations
sur les modes verbaux. Il est aussi possible de se référer à la page vocabulaire du livre p. 109.
Pour s’exercer : activités 4, 9, 11 du cahier d’activité p. 113 et 115.
FOCUS Grammaire
Pour exprimer et défendre ses rêves, plusieurs tournures peuvent être utilisées en français. Par exemple,
les phrases hypothétiques avec le conditionnel :
Si nous pouvions changer les choses, le monde ne s’en porterait que mieux.

169
Si chacun d’entre nous faisait un petit effort, nous pourrions rêver en grand.
Un rien pourrait tout changer.
Ou bien par des verbes introducteurs suivi du subjonctif :
Il faudrait si peu pour que tout aille mieux.
Il nous faut continuer à rêver pour que nos songes deviennent réalité.
Il est inadmissible que nous soyons contraints de rêver la nuit alors que le jour tout est possible.
Je trouve terrible que nous soyons obligés de sacrifier nos vies quand tant de choses sont possibles.
Il est absurde que nous fassions si peu sous prétexte que nos rêves se brisent sur la réalité.
Croyez-vous vraiment que nous protestions seulement par candeur ?
Attention, les phrases interro-négatives sont construites avec l’indicatif :
Ne croyez-vous pas qu’il est temps d’agir ?
Ne pensez-vous pas qu’il n’est jamais trop tard ?

Proposition de corrigé :
9 Exemple 1 : Je rêve de savoir parler toutes les langues, je rêve que tu m’ouvres les bras, je rêve qu’elle
ne pleure plus jamais, je rêve que nous connaissions toutes les coutumes, je rêve que vous entendiez toutes
nos voix, je rêve qu’ils puissent enfin nous comprendre. #Ensemble
Exemple 2 : Je rêve d’une société qui offre des sommeils sur ses deux oreilles, des papillons dans l’estomac,
des rires fous et de folles nuits. Une maison pour tous, un « toi » pour chacun, un monde qui sourit à
Constance, donne un baiser à d’Artagnan, un pour tous, et tous pour un !
Exemple 3 : Voici un monde où l’on ne regrettera pas d’avoir détruit notre civilisation, massacré les espèces,
épuisé les ressources, contaminé les eaux, troué l’atmosphère, crevé la planète. Au revoir les éléphants, ne
pleurez pas les enfants.

Page 108 DOCUMENT B

COMPRÉHENSION ORALE

Page 108

Faire lire les questions avant de procéder à l’écoute et s’assurer de la compréhension orale. Revoir si nécessaire
la page vocabulaire p. 109 pour introduire le thème de l’émission.
À partir de la photographie, effectuer un remue-méninges autour du thème des rêves. Demander aux
apprenants s’ils ont des rêves récurrents, s’ils leur procurent du bien-être ou un sentiment négatif, ou bien
s’ils aiment prendre le temps de les interpréter.
FOCUS Vocabulaire
L’interprétation du rêve
C’est en 1900 que paraît le livre de Sigmund Freud, le père de la psychanalyse, L’interprétation du rêve.
Ce livre représente un moment fondateur de la psychanalyse au début du XXe siècle, sous l’influence,
entre autres, du neurologue français Jean-Martin Charcot. Freud regroupe une génération de
psychothérapeutes qui, pas à pas, élaborent la psychanalyse, d’abord en Autriche, en Suisse, à Berlin, puis
à Paris, Londres et aux États-Unis. La psychanalyse s’installe alors comme une nouvelle discipline des
sciences humaines dès 1920.
Le rêve, selon Freud, est loin d’être un phénomène absurde ou magique et possède un sens : il est
« l’accomplissement d’un désir ou d’un souhait ». Il a pour fonction de satisfaire le rêveur. Le rêve renseigne
par conséquent sur les désirs plus secrets du rêveur, c’est-à-dire « refoulés » dans son inconscient.
En France, c’est sous l’impulsion de Marie Bonaparte, petite nièce de Napoléon Ier, que la psychanalyse
de Freud se développe. Elle est une pionnière de la psychanalyse en France et a contribué à la fondation
de la première société psychanalytique française, la Société psychanalytique de Paris, et à la création de
la Revue française de psychanalyse. Elle est d’abord une analysante puis une amie proche de Sigmund
Freud, dont elle traduit l’œuvre en français et qu’elle aide à quitter Vienne en 1938.
Question 1
[en groupe classe]
Avec les apprenants, reproduire au tableau le rêve de Sarah sous forme de bande-dessinée ou de carte
mentale en faisant apparaître un lieu et des verbes pour chaque bulle ou personnage.

170
THÈME
THÈME
15
1
Proposition de corrigé :
1
Personnages Lieu Verbe d’action
Les meilleures amies la plage rire
L’inconnu / le mec l’ascenseur monter
Le père la chambre dormir
La vieille femme la plage rire, taper

Questions 2-3-4-5-6-7-8
[en groupe classe]
Ces questions sont posées dans l’ordre chronologique de la compréhension. Il est possible de séquencer
l’enregistrement après que les apprenants ont apporté leur propre réponse afin de les préciser.
Propositions de corrigés :
2 Sarah et ses deux meilleures amies sont sur une plage déserte. Sarah est fatiguée et décide de retourner
chez elle, ses amies la suivent et lorsqu’elle se retourne pour les voir elle comprend qu’elles sont en train
de rire aux éclats. Sarah ne comprend pas la raison de ce fou rire et ses amies lui expliquent qu’elle a perdu
ses dents, elle voit alors toute sa gencive du haut dans la paume de sa main. Les amies se moquent de Sarah
car le sang lui coule sur le visage, elle leur demande donc d’arrêter ça et de venir plutôt l’aider. Finalement,
à elles trois, elles parviennent à remettre les dents de Sarah. Cette partie du rêve provoque certainement
des sentiments de dégoût, de peur, de honte. Sarah est blessée par ses amies qui rient d’elle, puis finalement
est soulagée de réussir à revenir à la normale.
3 Sarah rentre chez elle par l’ascenseur, vers 3 heures du matin.
4 Non, Sarah n’a pas conscience de rêver : « petite parenthèse, le rêve est tellement puissant que j’avais
vraiment l’impression que ça arrivait ».
5 La vieille femme est impassible puis vient vers Sarah et éclate de rire avant de simuler un coup de bâton
contre les mollets de la jeune femme.
6 Son père et sa mère paniquent, ils n’expliquent pas à Sarah la raison de leur angoisse mais prennent le
rêve très au sérieux et en parlent à d’autres membres de la famille.
7 Les deux anciennes amies ont trahi la confiance de la jeune femme ce qui l’a beaucoup fait souffrir. Des
événements tragiques sont également arrivés à sa famille au travers de son père sans que l’on en connaisse
les détails.
8 Sarah a une relation conflictuelle avec son frère mais le fait de rêver fréquemment qu’elle le perde
(kidnappé ou tué) lui permet de réaliser la force de son amour pour lui et à quel point il est important dans
sa vie.
Question 9
[en groupe classe et en binômes]
Relever avec les apprenants les mots-clés qui reviennent quant à l’analyse des rêves (S’aider du FOCUS
Culture ci-dessus et de la définition du rêve par Freud).
Les laisser ensuite par binôme établir une définition de l’interprétation des rêves puis de la présenter devant
la classe.
Proposition de corrigé :
9 L’analyse des rêves permet, d’après le document, d’avoir accès à des désirs enfouis dans notre inconscient,
à mieux se connaître et parfois à se préparer à réagir psychologiquement à une situation potentiellement
traumatisante.

PRODUCTION ORALE

Page 108
Questions 10-11
[en binôme puis en groupe classe]
Relever au tableau les mots-clés qui reviennent le plus souvent à travers le questionnement. Voir s’il y a
consensus ou bien désaccord pour créer le débat.
Veiller à ce que chaque membre du groupe s’exprime. Prendre en note les erreurs récurrentes et les corriger
ou les faire corriger ensuite au tableau.

171
Proposition de corrigé :
10 Réponses libres.

Précision pour la question 11 : Un rêve prémonitoire est un rêve semblant représenter une situation, un
événement futur. Jung, un autre psychanalyste célèbre, dans le cadre de son interprétation des rêves dans
la psychologie analytique, rapporte le cas d’un roi qui souhaitait aller envahir le pays voisin mais ne savait
pas s’il y parviendrait. Il eut un rêve où il voyait un pays envahi et pensa que c’était un songe annonçant le
succès de son entreprise. Il commença à pénétrer dans le territoire ennemi, et l’ennemi en profita pour
envahir son propre pays. On interpréta que le rêve annonçait bien l’invasion d’un pays, mais pas celui souhaité
par le roi.
Revoir avec les apprenants la page vocabulaire qui suit et principalement les rubriques « un rêve éveillé »,
« prémonitoire », « onirique » et « l’interprétation ».
Proposition de corrigé :
11 Réponses libres.

Question 12 - Mini-exposé
[en sous-groupe puis présentation en groupe classe]

Proposition de corrigé :
12 Réponses libres.

IDÉE POUR LA CLASSE


En gardant la même consigne, il est possible, si le groupe classe est composé de profils-types variés, de
demander à chacun d’interpréter le rêve de Sarah selon les symboliques propres à chaque culture des
apprenants. Prendre en note au tableau les différentes symboliques rattachées à chaque action, personnage
ou lieu et demander aux apprenants de trouver les points communs ou les réelles divergences de symboliques
entre chaque culture.
À la fin, réaliser avec l’ensemble du groupe classe une mappemonde de l’interprétation des rêves.

PRODUCTION ÉCRITE

Page 108
Question 13 - Fil de discussion
[au choix du professeur : travail individuel ou par sous-groupe en classe ou à la maison]
Proposition de corrigé :
13 Exemple 1 : Quand j’étais gamin, je rêvais, comme beaucoup d’enfants je suppose, de devenir explorateur,
et de préférence un explorateur de la préhistoire, avec des grottes où se reposer, des lianes où se balancer
dans des forêts luxuriantes, et surtout, des dinosaures à traquer ! J’étais passionné par ces créatures, je
collectionnais toutes les figurines possibles et imaginables, les fossiles me fascinaient, inutile de vous dire
combien de fois j’ai vu le film Jurassic Park ! Et oui, pas toujours facile de réaliser ses rêves de gosse… Mais
aujourd’hui, je travaille pour une boîte d’animations 3D et je suis certain que vous pouvez deviner le sujet
de mon premier court-métrage !
Exemple 2 : Alors pour ma part, et bien loin de tous les clichés de princesse vétérinaire, quand j’étais môme
je rêvais de devenir pompier. En fait, rien de bien surprenant, la plupart des enfants en rêvent mais pour
moi, ça a vite tourné à l’idée fixe. Et pour tout vous dire, je crois que le fait d’être une fille et qu’on ne
m’encourage pas particulièrement à explorer cette voie, et bien ça m’a encore plus motivée et j’ai tout fait
pour arriver au bout de mon rêve. Je suis à la retraite aujourd’hui mais j’ai été caporal des pompiers pendant
toute ma carrière, et ça a été les plus belles années de ma vie !

Page 109 VOCABULAIRE


Page 109
Ne pas hésiter à se référer à cette page et à ses activités tout au long du thème, comme il est parfois indiqué.
Inviter les apprenants à se reporter à la page 23 vocabulaire. Leur demander de lire cette page de façon
individuelle. Souligner les mots de vocabulaire qui semblent poser le plus de difficultés aux apprenants.
Demander aux apprenants de faire les activités 1, 2, 3 p. 109.

172
THÈME
THÈME
15
1
FOCUS Vocabulaire
Les préfixes avec –topie
Le terme de topie vient du grec topos. Il signifie « lieu, endroit ». On l’utilise sous sa forme grecque en
littérature et en rhétorique pour pour désigner un argument ou un thème récurrent. Il est ici synonyme
de « lieu commun ». Mais ce terme est aussi présent en français accompagné de divers préfixes, eux aussi
issus du grec. On retrouve donc le terme d’u-topie qui désigne un plan imaginaire de gouvernement pour
une société future idéale, qui réaliserait le bonheur de chacun. Le préfix u- signifie que quelque chose
n’existe pas.
On le retrouve aussi avec dys-topie (fiction se déroulant dans une société imaginaire où l’on accentue les
défauts), hétérotopie (espace concret qui hébergent l’imaginaire ou les personnes mises à l’écart, comme
une cabane d’enfants ou une maison de retraite), ectopie (quand quelque chose n’est pas au bon endroit),
scotopie (vision nocturne) ou encore atopie, isotopie utilisé en sciences.

IDÉE POUR LA CLASSE


[en groupe classe ou à la maison]
En listant les préfixes accompagnant le mot « topie », demander aux apprenants de trouver d’autres mots
avec le même préfixe et d’expliquer le sens de ce préfixe.
Corrigés :
1 1. une utopie - 2. un mirage - 3. une dystopie - 4. une hallucination

2 Connotation positive/agréable : le songe (et dérivés), le fantasme (et dérivés), le rêve lucide, la
songerie, l’utopie, la vision, l’augure, prédire (et dérivés), la prémonition, la prophétie (et dérivés),
féerique, idyllique, la lucidité.
Connotation négative/désagréable : le cauchemar (et dérivés), insomniaque (et dérivés), la narcolepsie,
la chimère, la divagation, l’égarement, le fantôme, l’illusion, le mirage, rêvasser (et dérivés), la vaticination,
hallucinatoire (et dérivés), psychédélique, soporifique, la névrose.
3 a. une histoire à dormir debout – b. abandonner un rêve – c. dans les bras de Morphée

PRODUCTION ORALE

Page 109
[en sous-groupes puis en groupe classe]

Activité 4
[en groupe classe]
Pour cette activité, possibilité de rédiger une histoire sous forme d’atelier d’écriture en groupe-classe ou en
binôme. Selon les qualités graphiques du groupe classe, rédiger ce conte sous forme écrite, de roman photo
ou de bande dessinée.

Pour s’exercer : activités 12,13 et 14 p.117-118 du cahier d’activités.


Proposition de corrigé :

4 Il était une fois un tout petit enfant qui avait une peur bleue de s’endormir. Chaque nuit, avant d’aller
au lit, il inventait mille stratagèmes pour ne pas aller dans sa chambre se coucher. « Encore 5 minutes avec
mes jouets », « Ce soir, je me lave deux fois les dents ! », « Tu me racontes l’histoire la plus longue ? ».
Toutes les nuits c’était la même chose et ses pauvres parents tombaient de sommeil bien avant le tout
petit enfant. Il en profitait alors pour grimper dans leur lit : et hop au milieu de papa et maman, rien ne
pouvait lui arriver, pas de cauchemar, pas de monstre, il allait pouvoir rêver. Mais le lit était bien trop petit
pour trois, même avec un tout petit enfant, sa maman dormait mal, son papa était ronchon, tout petit
enfant leur menait les nuits dures !
Un jour, pour son anniversaire, sa tatie bien avisée offre au tout petit enfant un ours magique : il va
t’inventer les rêves les plus doux, les nuits les plus gaies, les sommeils les plus joyeux dont on puisse rêver !
Cette nuit-là, tout petit enfant, bien que sceptique, accepte d’aller dormir tout seul avec son ours. Et là,
quelle joie ! Toutes les nuits, Nounours organise de grandes fêtes dans les rêves du tout petit enfant. Des
fêtes en couleurs, des fêtes avec de la musique, des fêtes avec tous ses amis de l’école et tous ses amis
imaginaires, quelle merveille pour petit enfant ! Bien évidemment, il n’a plus du tout peur d’aller dormir
maintenant, et tous les soirs à sept heures, il saute dans son pyjama et bonne nuit papa maman !

173
Mais une nuit, un des amis invités au goûter d’anniversaire imaginaire du tout petit enfant se moque de
Nounours. Le matin au réveil, l’ours a disparu. Il a dû partir, cet enfant l’a vexé, pauvre Nounours adoré,
comment le retrouver ? À l’école, il en parle avec son ami, mais celui-ci ne se souvient de rien, il a oublié
la fête extraordinaire de la veille, quel ennui. Le soir, tout petit enfant rentre très triste de l’école et ne dit
rien à ses parents. Pendant la nuit, il fait un terrible cauchemar, Nounours n’est plus là pour le protéger. Il
se réveille en pleurs et court dans la chambre de ses parents pour tout leur raconter. Maman lui explique
que Nounours s’était caché sous son lit, et qu’il avait juste besoin d’un petit bain. Cette nuit, tout petit
enfant peut se coucher entre ses parents, avec eux à ses côtés aucun cauchemar ne pourra arriver, mais dès
demain matin, ce sera de nouveau à nounours de s’en occuper !

Page 110 AU CŒUR DU QUOTIDIEN


Page 110
Questions 1 à 4
[en groupe classe]
Observer la vignette à droite. Demander aux apprenants quelle situation y est représentée. L’illustrateur
de ce dessin de presse est Voutch.

Propositions de corrigés :

1 Il s’agit d’un couple d’une cinquantaine d’années issu d’un milieu aisé. Ils sont sur la terrasse de leur
hôtel ou leur villa et prennent l’apéritif face à la mer.

2 La situation semble idyllique, l’homme l’admet en insistant sur le verbe et pourtant il se demande
s’il ne manque pas quelque chose pour atteindre la perfection. Il s’agit sans doute d’une question que
l’humanité s’est toujours posée mais qui s’est accrue après les trente glorieuses et l’avènement de la société
de consommation. On sait également que les réseaux sociaux et la diffusion de photos en masse ont un
fort impact sur le sentiment de satisfaction et la recherche d’un bonheur stéréotypé chez les internautes.

3 L’herbe est toujours plus verte ailleurs.

4 Réponses libres.

COMPRÉHENSION ORALE

Page 110
Écouter le document sonore. Se référer à la transcription au préalable afin de cibler les moments difficiles
de l’enregistrement et de mettre en avant quelques mots qui pourraient poser problème lors de l’écoute.
Pour s’exercer : activité 15 du cahier d’activité p. 118.
Questions 5 à 8
[en groupe classe]

Propositions de corrigés :

5 La narratrice se rend dans un atelier d’artistes où elle voit plusieurs élèves qui viennent suivre un cours
de dessin. Elle y rencontre un jeune homme qui lui parle de ses études avant de s’installer pour le cours.
Elle aperçoit un boulier de la taille du mur face aux élèves avec des pelotes de laines de toutes les couleurs
à son pied. Elle comprend alors qu’il ne s’agit pas d’un cours de dessin mais d’un cours de mathématiques
où l’on va enseigner comment faire des diminutions au tricot.

6 Tout d’abord, elle ne tricote pas, puis l’incongruité et la démesure du boulier dans un studio d’artiste
afin d’apprendre le calcul l’interpelle.

7 La narratrice évoque les diminutions au tricot : il faut réaliser une division du nombre de rangs et de
maille pour répartir les diminutions sur un ouvrage.

8 C’est hyperagréable, c’est extraordinaire, c’était trop trop bien.

174
THÈME
THÈME
15
1
PRODUCTION ORALE

Page 110
Questions 9-10
[en sous-groupes puis en binômes]
Propositions de corrigés :
9 Réponses libres.
10 Réponses libres.

Cahier d’activités, p. 112-118

ENRICHIR SON LEXIQUE

Page 113
Corrigé :

4 Espérer – verbes : aspirer, escompter, briguer, compter sur. – Adjectifs : attendu, considéré, prévu. –
Noms : l’espoir, l’espérance, l’assurance, le dessein, la perspective. – Expressions : tant qu’il y aura de la vie,
il y aura de l’espoir ; l’espoir fait vivre ; espoir de gain diminue la peine.
Croire – verbes : estimer, admettre, juger, présumer. – Adjectifs : confiant, crédule, naïf, candide,
superstitieux, dupe. – Noms : la foi, la croyance, l’illusion, la crédulité. – Expressions : croire dur comme
fer ; ne pas en croire ses yeux/ses oreilles ; tu ne crois pas si bien dire.
Vouloir – verbes : espérer, accepter, chercher à, tâcher de, désirer, tenir à, convoiter, envier. – Adjectifs :
intentionnel, désirable, désiré, voulu, requis. – Noms : la volonté, l’acharnement, la détermination, la
résolution, la ténacité. – Expressions : quand on veut, on peut ; faire ce que l’on veut de quelqu’un ; à
vouloir trop avoir l’on perd tout.
Savoir – verbes : connaître (+ nom), être en mesure de, avoir la capacité de, être au courant de. Adjectifs :
réputé, notoire, évident, manifeste. Noms : le savoir, la compétence, la connaissance, le génie, l’érudition,
l’instruction. Expressions : Dieu sait que… ; Qui sait ? ; Va savoir.

PRODUIRE
ÉCRITURE CRÉATIVE

Voir Grâce à une lecture attentive de la chronique Le hashtag du rêve (livre,


FICHE
MÉTHODO p. 106-107), et au développement de vos compétences rhétoriques,
6 vous convaincrez votre entourage de la beauté de votre utopie dans
une chronique intitulée : Laissez-moi rêver ! (350 mots environ)

Page 118

14 Proposition de corrigé :

Texte rédigé 
Le réveil sonne, 7 heures, la radio fonctionne, j’ai peur. Je me lève la tête lourde, les yeux secs, douleur.
Comme vous, j’ai le mal de mer, comme toi, j’ai un manque de terre, comme tout un chacun je ne veux
pas avancer, j’ai la gueule de bois à cause de l’actualité. Je cours après le temps qu’il me reste, le temps
que l’on me donne, les heures qui coulent et les secondes qui résonnent. Mais aujourd’hui c’est fini,
aujourd’hui je dis « Stop ! ». Je prends mon courage à deux mains et je vous interpelle car il est temps

175
d’agir, tout peut encore être sauvé : les océans, les forêts, la paix, le travail, la famille, la vie quoi !
Parents, amis, citoyens de cette ville, étudiants de cette fac, réveillez-vous avec moi et entendez mon
appel ! Vous qui comme moi connaissez la peur, vous qui êtes confrontés à la précarisation des emplois,
vous qui travaillez pour vivre chichement, vous, nous, tous esclaves dans la même galère ! Ne croyez-
vous pas qu’il est temps de reprendre en main notre destin ? Pensez-vous qu’il soit juste d’accepter ces
conditions de vie sans sourciller ? Je comprends que vous ayez perdu foi en la représentation politique.
J’entends votre peur face au chômage.
Comment pouvons-nous fermer les yeux sur les abysses qui séparent les niveaux de vie des citoyens du
monde ? Peut-on continuer à vivre dans l’indifférence générale face à l’augmentation de la pauvreté ?
Cette pauvreté devant laquelle on tourne la tête, tourne le cœur, tous les jours sur notre chemin. Je ne
veux plus faire semblant. Arrêtons de prétendre que tout va bien et que notre ville fait tout le possible
pour aider les personnes sans ressources et les sans-abri.
Je rêve d’une société qui ne cache pas sa misère, car elle n’a plus rien à cacher. Je rêve d’une société qui ne
fasse pas passer les petits plaisirs de certains avant le bien-être de tout un chacun. Je rêve qu’on arrête de
nous mentir, qu’ils cessent de nous séduire le temps d’une campagne électorale, je veux que les menteurs
soient renvoyés et les rêveurs engagés. Je veux pouvoir dire à mes enfants que la terre qui les nourrit ne
sera jamais offerte aux spéculations financières.
Pour que les élus réagissent il faut qu’ils nous entendent. Pour nous entendre nous devons crier de concert.
Pour chanter en chœur, citoyens du monde, nous devons nous comprendre. Ensemble, nous devons choisir
un avenir qui ne nous donnera pas de cauchemar la nuit. Je rêve d’un monde qui accueille, d’un monde
qui sourit, d’une planète qui vit, d’océans qui respirent. Je veux me réveiller sereine tous les matins, je
veux rester éveillée toute la journée et aimer ce que je vois, être fière de ce que j’entends, vivre avec vous
tous, pleinement.
(472 mots)

176
TEST Thème 15
1 Complétez la phrase par le verbe entre parenthèse au mode qui convient. 9 points
a. Je comprends qu’il y (avoir) ……………………… un problème mais je n’admets pas que tu (pouvoir)

……………………… l’accepter comme argent comptant. (ind./subj.)

b. Il semble désormais impossible que nous (continuer) ……………………… à vivre de la sorte. (subj.)

c. Si tu veux changer les choses, tu (devoir) ……………………… te lancer dans une association. (cond.)

d. Je me doute que ton frère (savoir) ……………………… que ton rêve est de travailler dans une

ONG, mais il semble qu’il (prendre) ……………………… ça à la légère. (ind./subj.)

2 Réécrivez ce texte en plaçant la ponctuation. 9 points


Assez de blabla assez de parole en l’air assez de rêves et pas assez d’actions Pourquoi se laisser porter

dans le quotidien comme si nous ne pouvions pas en sortir et rêver éveillé Pourquoi devrais-je

m’accomoder d’une vie bien rangée quand tant de choses ont besoin de l’énergie de tous pour

évoluer Il n’y a pas que les dormeurs qui ont le droit de rêver Ne croyez-vous pas que nous devrions

passer à la vitesse supérieure et prendre le contrôle de nos vies Je sais que vous tous vous avez des

milliers de rêves à concrétiser alors pourquoi ne pas s’y mettre tous ensemble et faire en sorte de

prendre en main nos destins On nous dit souvent que les situations sont complexes, que nous ne

pouvons rien seul que les problèmes du monde nous dépassent… mais si chacun y met du sien il n’y

a pas de raison que nous ne puissions pas faire bouger ce vieux monde Alors je vous lance cet appel

toi qui as les larmes aux yeux devant le journal télévisé toi qui crois qu’une main tendue peut adoucir

les mœurs toi qui sens que tout pourrait être mieux redistribué toi qui souffres de voir toutes ces

espèces disparaître sans autres traces que les déchets que nous produisons je vous le dis à tous un

autre monde est possible Non, ce n’est pas un rêve Faisons en sorte que cette utopie d’un monde

meilleur devienne la réalité pour chacun d’entre nous Alors rejoignons-vous, créez votre propre

hashtag et partagez-le partout

3 Exposé oral 12 points EDITO C1 GUIDE PÉDAGOGIQUE - Thème 15 - test © Éditions Didier, 2019

Vous préparez un exposé et vous le présenterez au jury. Vous aurez soin de présenter, en une dizaine

de minutes, idées et exemples pour étayer vos propos et d’organiser votre discours de manière

élaborée et fluide avec une structure logique et efficace qui aidera le destinataire à remarquer les

points importants.

Sujet :

Vous êtes le représentant d’un groupe d’étudiants qui publie chaque mois un journal pour partager

les rêves et aspirations de chacun. Le recteur de votre université vous propose une rencontre pour

en parler et créer un incubateur à rêves. Vous exposerez les aspirations de tous en tâchant de le

convaincre et présenterez comment le mettre en pratique.

177
THÈME
THÈME
16
1
THÈME 16   Travail, modes d’emploi
Livre, p. 111-116

16 Travail, Ca
hier
modes d’emploi THÈM
E 16

s
d  ’


Livre de l’élève - p. 111-116 a c t i vi
OBJECTIFS COMMUNICATIFS q envisager le revenu universel
q prendre conscience de l’uberisation du monde ENRICHIR SON LEXIQUE
& SAVOIR-FAIRE
du travail Le travail

Le travail : activité professionnelle, hiérarchie, CONSOLIDER SA GRAMMAIRE


VOCABULAIRE
frais, difficultés, rémunération, expressions Renforcer la cohérence d’une
argumentation par la reprise
PRODUCTION ORALE q s’interroger sur le travail et la rémunération
> DÉBAT q enquêter sur l’allocation chômage PRODUIRE > ESSAI
> MINI EXPOSÉ q soutenir sa vision du travail Écrire un texte argumenté sur
q défendre l’économie collaborative les nouvelles formes de travail

PRODUCTION ÉCRITE q envisager des solutions d’aide aux démunis


> FIL DE DISCUSSION q affirmer ses valeurs

JEUX DE CULTURE GÉNÉRALE

Page 111 OUVERTURE


PRODUCTION ORALE

1 Le titre de l’unité
[en groupe classe]
Afin d’entrer dans la thématique du dossier, poser les questions suivantes aux apprenants : Quelle est votre
situation professionnelle ? Si vous êtes étudiants, avez-vous déjà travaillé ? Quel type d’emploi ? Comment
voyez-vous le monde du travail ? Pour vous, travailler est-il gratifiant ou déprimant ?
IDÉE POUR LA CLASSE
[en groupe classe]
En groupe classe ou en sous-groupe, laisser les apprenants répondre à cette série de questions qui leur
permettront de savoir s’ils aiment leur travail. Vous pouvez compléter ce petit questionnaire par des questions
de votre choix ou bien créer des questions avec l’ensemble du groupe classe.
1. Quand votre réveil sonne le matin en semaine, vous vous sentez plutôt…
2. Lundi matin, 9 h, vous arrivez au bureau. Vous êtes dans quelle disposition mentale ?
3. Comment se déroulent vos journées ?
4. Le manteau sur le dos, vous êtes prêt pour rentrer chez vous. Votre chef vient vous solliciter pour un
dossier urgent à rendre pour demain matin. Quelle est votre réaction ?
5. Changer de job, c’est positif ? négatif ? autre ?
6. Pendant vos vacances, vous êtes plutôt comment ?
7. Vendredi soir, un dîner chez des amis ? Vous faites connaissance avec votre voisine de table qui vous
demande ce que vous faites dans la vie. Votre réponse ?
8. Que ferez-vous dans cinq ans ?
9. À la pause déjeuner, vous êtes plutôt du genre…
10. Un matin, à la machine à café, vous demandez « Quel jour on est déjà ? ». On vous répond : « Jeudi ! ».
Quelle est votre réaction ?
11. Ce que vous aimez dans votre vie professionnelle, c’est…
Expliquez le titre de l’unité.
[en groupe classe]
Travail, mode d’emploi : le terme « mode d’emploi » se réfère principalement aux documents explicatifs qui
accompagnent un objet ou un service afin de donner des informations sur les services, montages et utilisations

178
qui leur sont propres. Dans le titre de cette unité, il sera donc question d’en apprendre davantage sur la
notion de travail, sur son évolution dans nos sociétés modernes et son impact sur nos vies.
Quels sont les thèmes de cette unité ?
Le monde du travail, le revenu universel, l’ubérisation, les anglicismes, la reprise de référent.

2 La photographie
[en groupe classe]
Décrivez la photographie et donnez-en une interprétation.
Description : la photographie semble avoir été prise dans les locaux d’une entreprise. À droite, une femme
est au téléphone, l’air plutôt décontracté. Sur la partie gauche de la photo, un homme se trouve dans ce
qu’on pourrait imaginer être le local à photocopieuse. Il a le corps plaqué contre la vitre de ce local, écrasé
par un amoncellement gigantesque de feuilles froissées.
Interprétation : sur cette photo, on peut voir les deux facettes du monde du travail. À droite, la femme est
plutôt détendue, elle a l’air d’aimer ce qu’elle fait et de bien gérer son temps, son espace. Son travail semble
bien être pour elle un plaisir et participer à son épanouissement personnel. C’est en effet une des facettes
du travail : se sentir utile, stimulé, actif. À gauche, l’homme est écrasé par les tâches à faire, que représentent
les feuilles accumulées derrière la vitre. Il ne peut plus respirer et se trouve plaqué contre la vitre. C’est
l’autre facette du travail : le stress, l’épuisement qu’il peut apporter, lorsque, au lieu de profiter au bien-être
de l’individu, il l’écrase jusqu’à l’asphyxie ou le burn-out

3 Les objectifs
> Préparer les apprenants à la production finale
La production finale de ce thème est un texte argumentatif dans lequel l’apprenant sera invité à argumenter
sur la place du travail dans nos sociétés contemporaines et sur les changements possibles dans le futur. La
consigne de l’essai se trouve en p. 119 du cahier d’activités.

Voir Vous devez écrire un texte argumentatif sur le sujet suivant : quelle
FICHE
MÉTHODO est la place du travail aujourd’hui et quels sont les potentiels
ESSAI

3 changements de demain ? Vous argumenterez votre propos


autour de trois idées principales en établissant une problématique
pertinente. (250 mots environ)

Tout au long du travail sur les documents du thème, encourager les apprenants à prendre note de leurs
idées, à les sérier, à les catégoriser (arguments, exemples, idée essentielle 1, 2) afin de les aider à nourrir
leur argumentation. La partie du PRODUIRE du cahier pages 123-125 pourra les aider dans leur démarche.
Dans ce thème, il est surtout question d’affiner l’argumentation en apprenant à détailler différents points
de vue pour nourrir les différentes idées essentielles, tout en veillant à ne pas répéter les mêmes termes
(mot, idée, concept) en utilisant les reprises de référent. Ne pas hésiter à s’y référer tout au long du travail
de préparation. Lorsque vous jugerez utile de le faire et en fonction de la maturité méthodologique de vos
apprenants ou de leur degré d’expérience de ce type de production, les référer à la fiche méthodologique
dans le cahier. La passer en revue ensemble. Dans le cadre de l’essai, il s’agit de la fiche 3 p. 6 du cahier
d’activités. Les documents sélectionnés dans le livre ont pour finalité d’alimenter leur réflexion. Consulter
également la fiche 8 p. 13 sur les articulateurs.

FOCUS Méthodologie
Éviter les répétitions (1)
Il est possible de présenter ce petit texte aux apprenants et de leur montrer par l’exemple les répétitions
qui y sont évitées grâce aux différentes reprises de référent.
Les répétitions alourdissent la production écrite. Outre la reprise de référent, voici plusieurs choses à faire
afin d’y remédier.
La première consiste, une fois votre essai rédigé, de relire votre production à tête reposée. Il sera ainsi
plus simple d’apercevoir les mots, termes ou idées qui sont trop souvent exprimés de manière répétitive.
Souligner ensuite tous ces éléments qui reviennent afin de savoir quelle partie de votre texte vous devez
retravailler.
Une fois cette étape effectuée, le travail sur la synonymie est une des clés de la réécriture. Cela allègera
votre production et montrera l’étendue et la richesse de votre lexique.
Enfin, une bonne préparation de votre plan au brouillon vous permettra de bien différencier chacune des
idées de votre essai, ce qui vous aidera en amont à éclaircir dès le départ de votre réflexion les éléments
que vous voulez traiter.

179
THÈME
THÈME
16
1
Pages 112-113 DOCUMENT A
COMPRÉHENSION ÉCRITE

Page 113
Analyser le titre du document. Avant même la lecture de l’article, faire ressortir sous forme de remue-
méninges les pour et les contre d’une telle proposition. S’aider également de l’aide à la lecture p. 113 ainsi
que de l’Encadré « Au fait ».
Demander aux apprenants de lire le document et de lire les questions de compréhension écrite. Pour toutes
les questions, utiliser le tableau pour mettre en évidence les réponses des apprenants et pour les aider à les
classer et clarifier.
Pour s’exercer : activité 11 p. 123 du cahier d’activités.
Question 1
[en groupe classe]
Possibilité de lister les différents problèmes de société présents dans le texte. Lors de cette première liste,
diviser au tableau ceux énoncés par l’un et l’autre des intervenants afin de mettre en évidence au sujet de
quelle idée ils s’opposent.
Proposition de corrigé :
1 Les deux personnes interviewées s’entendent sur l’importance de la lutte contre la pauvreté et sur le
fait qu’une somme de 500 euros n’est pas grand-chose. Comme le dit Jean-Louis Gombeaud, la question est
comment sortir de la pauvreté.
Question 2
[en groupe classe]

FOCUS Culture
Le revenu universel, encore appelé « revenu de base » ou « allocation universelle », est une somme d’argent
versée par une communauté politique à tous ses membres, sur une base individuelle, sans conditions de
ressources ni obligation ou absence de travail. Ce mode de fonctionnement économique est appliqué à
titre expérimental dans certains pays en vue notamment de lutter contre le chômage et d’améliorer la
flexibilité du marché du travail.
Les arguments évoqués pour sa mise en œuvre sont divers parmi lesquels : des principes de liberté et
d’égalité, la réduction voire l’élimination de la pauvreté, le combat pour des conditions de travail plus
humaines et l’amélioration de l’éducation.
Cette forme de sécurité sociale est aussi appelée : « revenu universel », « revenu inconditionnel », « revenu
inconditionnel suffisant », « revenu d’existence », « revenu minimum d’existence », « revenu social »,
« revenu social garanti », « allocation universelle », « revenu de vie », « revenu de citoyenneté », « revenu
citoyen », « dotation inconditionnelle d’autonomie » ou « dividende universel ».
IDÉE POUR LA CLASSE
[en groupe classe ou en sous-groupe]
Demander aux apprenants de choisir une des dénominations suivantes et d’imaginer les caractéristiques de
leur revenu universel, en indiquant pour quelles raisons ils ont choisi une dénomination plutôt qu’une autre.
Cela permettra d’effectuer un premier travail de reprise de référent par des expressions synonymes. Ils
devront ensuite présenter à l’ensemble du groupe classe leurs pistes de réflexion et débattre de leurs idées.
Pour s’exercer : activités 6 et 7 p.121 du cahier d’activités.
Proposition de corrigé :
2 Le revenu universel est un revenu versé à tous, sans distinction d’origine ou de niveau social. C’est pour
cette raison qu’il est qualifié d’universel : le même pour tous. Comme le dit Gaspard Koenig, il serait mis en
place en tant que revenu mensuel, de la naissance à la mort, sous forme de crédit d’impôt.
Question 3
[en groupe classe]
Il est ici question de trouver les termes indiquant la reprise de la thèse adverse. Au tableau, dessiner deux
colonnes selon l’auteur des propos. Souligner si ces expressions relèvent d’un accord ou d’un désaccord entre
les deux spécialistes.
Corrigé :
3 Termes de G. Koenig exprimant son point de vue : c’est un argument, petite musique en tête, mon
option, un système flexible, un filet de sécurité, ce n’est pas de la charité, un outil de lutte, notre proposition,

180
ce n’est pas un solde de tout compte, filet de protection.
Termes de J.-L. Gombeaud exprimant le point de vue de G. Koenig : ce n’est pas tenable, revenu de base,
une garantie en nature, l’idée de faire dépendre le revenu des gens non d’un travail mais d’un chèque,
recevoir un chèque, votre philosophie.
Question 4
[en groupe classe]
Demander aux apprenants de définir ce qu’est pour eux la différence entre un impôt et un revenu. Pour
cela, sous forme de nuage de mots, dessiner deux cercles au tableau pour chacun des termes et autour les
mots et idées qui s’y réfèrent.
Proposition de corrigé :
4 L’idée de revenu est positive. Elle indique une somme d’argent qui « revient » comme de droit aux
individus. En revanche, l’utilisation du terme « impôt » par Jean-Louis Gombeaud cherche à décrédibiliser
les propos de Gaspard Koenig, ce terme ayant une connotation négative assez forte dans l’opinion publique.
Voilà une manière d’attaquer un point de vue sans utiliser de terme trop dépréciatif.
Question 5
[en groupe classe]
Proposer aux apprenants de lister ce qui définit dans le texte la vision du travail pour chacun des deux
interviewés.
Proposition de corrigé :
5 Pour J.-L. Gombeaud, le travail est ce qui définit l’essence même de l’appartenance d’un individu à une
société. Travailler est un droit et donc la société a le devoir d’en fournir un à chacun. Sans travail, la
socialisation ne peut se faire, de même que trouver une identité commune, se sentir citoyen au sein d’une
communauté. C’est pour cela qu’il s’oppose à l’idée de revenu de base et qu’il défend le droit au travail.
Pour s’exercer : activité 9 p. 122 du cahier d’activités.
Question 6
[en groupe classe]
Relever dans le texte les données chiffrées. Demander aux apprenants quel effet cela apporte à l’argumentation.
Proposition de corrigé :
6 G. Koenig cherche ici à démontrer que son idée n’est pas une simple utopie, comme la caractérise Jean-
Louis Gombeaud. Les données chiffrées utilisées dans une argumentation ont toujours cette valeur de
preuve.
Question 7
[en sous-groupe]
S’aider de la page vocabulaire p. 115 du livre. En sous-groupes, demander aux apprenants de définir chacun
des termes proposés. Confronter ensuite les différentes définitions et arriver à un consensus.
Proposition de corrigé :
7 Un crédit d’impôt est une somme venant s’imputer sur le montant brut d’impôt à payer par application
d’une disposition fiscale. Le crédit d’impôt prend la forme d’un remboursement d’une partie des dépenses
payées par le contribuable.
La charité est une vertu qui porte à désirer et à faire le bien d’autrui. Elle rend donc service aux gens. Elle
est désintéressée et n’attend donc rien en retour. Ne pas demander la charité peut signifier aussi que l’on
n’attend pas une aide unilatérale de la part d’autrui.
Le SMIC est un acronyme signifiant « Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance ». C’est le salaire
minimum autorisé par la loi depuis 1970. En 2019, il était de 10,03 euros brut de l’heure (1 521,25 euros
brut mensuels pour 35 heures, soit environ 1201 euros net).
Pour s’exercer : activité 5 du cahier d’activités p. 120.

PRODUCTION ORALE

Page 113
Question 8
[en binôme puis en groupe classe]
Ne pas hésiter à diversifier les profils dans les binômes. Se référer aux questions présentes dans le livre pour

181
THÈME
THÈME
16
1
guider les apprenants. Relever les mots clés au tableau pour chaque question afin d’éclaircir les problématiques
posées si nécessaire.
Lors de la mise en commun, veiller à ce que chaque membre du groupe s’exprime. Prendre en note les erreurs
récurrentes et les corriger ou les faire corriger ensuite au tableau.
Reprendre en amont les différents arguments de l’article en les reformulant.
FOCUS Méthodologie
La reformulation
Il existe différentes manières de reformuler les propos de quelqu’un, mais elles sont toutes en lien avec
la reprise de référent.
La reformulation en écho : elle consiste à simplement paraphraser les propos rapportés. On y reprend les
mêmes termes que déjà formulés, introduit par exemple par : « selon lui », « il veut dire que », « il est clair
que ». Elle est utilisée principalement pour inciter à développer ou bien désamorcer une tension.
La reformulation synthétique : elle cherche à résumer des propos. Elle est introduite par exemple avec :
« résumons », « pour ainsi dire », « en somme ». Elle permet de faire le point et de clarifier une discussion.
Elle peut être utile pour trouver un nouveau point de départ à une argumentation.
La reformulation recentrage : son but est de sélectionner des propos en lien avec l’objectif de l’argumentation.
Elle permet d’insister sur un point particulièrement intéressant à développer.
La reformulation transformation : On la retrouve dans le document A. Son but est de faire apparaître les
propos rapportés sous un autre angle, en choisissant certains éléments ou en en cachant d’autres. On peut
utiliser des formulations telles que « autrement dit », « cela revient à dire », « en d’autres termes ». Elle
permet de discréditer la thèse adverse ou bien de souligner une exagération.
S’aider de la page vocabulaire p. 115 du livre.
Pour s’exercer : activité 8 p. 122 du cahier d’activités.
Proposition de corrigé :
8 Réponses libres.

Question 9 - Mini-exposé
[Individuellement puis présentation en groupe classe]
Effectuer le travail préparatoire en classe ou à la maison, soit en sous-groupe, soit individuellement. Demander
aux apprenants, avant même d’effectuer une recherche, ce que leur évoque le terme de chômage, d’Etat
providence et de formation.
Afin d’aider les apprenants dans cet exercice, inciter les apprenants à rester factuel et d’essayer de trouver,
pour une même situation, plusieurs points de vue qu’ils devront tenter de reformuler.
Pour s’exercer : activité 1 p. 119 du cahier d’activités.
Proposition de corrigé :
9 Réponses libres.

PRODUCTION ÉCRITE

Page 113
Question 10 - Fil de discussion
[au choix du professeur : travail individuel ou par groupe de profil-type en classe ou à la maison]
Revoir avec les apprenants les arguments des personnes interviewées dans le document A concernant le lien
entre revenu universel et pauvreté. Leur demander de former des binômes d’avis contradictoires afin de
créer un fil de discussion où chacun devra répondre à l’autre de manière argumentée.
Présenter en amont CONSOLIDER SA GRAMMAIRE du cahier p. 120 en demandant à chaque binôme
d’essayer d’étoffer la reprise de référent à partir de leurs opinions contradictoires.
FOCUS Grammaire
Éviter les répétitions (2)
En plus du travail préalable et des synonymes, les répétitions peuvent donc être évitées grâce à différentes
techniques.
1. Les pronoms personnels (le, y, en, etc.) et démonstratifs (celui-ci, celle-là, etc.), possessif (le sien, les
tiennes, etc.) ou complexes (laquelle, duquel, etc.) sont très utiles.
2. Les adjectifs démonstratifs peuvent également atténuer l’impression de répétition.
3. L’alternance de participes passés ou présents par des relatives et réciproquement.
4. Enfin, éviter les verbes trop génériques du type être avoir, faire, mettre, voir ou dire. Leur préférer des

182
verbes plus précis qui vous aideront d’autant à préciser votre point de vue. Il en est de même avec les
adverbes ou les adjectifs.
Pour s’exercer : activités 10 et 12 p.122-123 du cahier d’activités.
Propositions de corrigés :
11 Exemple 1 : La pauvreté et la grande pauvreté semblent parfois être un problème insoluble. En effet,
l’écart entre les plus riches et les plus pauvres ne cesse de croître, pas seulement à l’échelle mondiale mais
dans la plupart des pays, développés ou non. Les deux spécialistes proposent des solutions tout à fait
intéressantes mais dont les conséquences ne sont pas toujours facilement envisageables. Je pense, quant à
moi, que l’on pourrait déjà mieux contrôler la finance et les gains qui se font sans travail concret. Si chacun
était payé à sa juste valeur et non pas seulement par rapport à son diplôme, et s’il était plus simple de
trouver un emploi, alors peut-être on arriverait à en venir à bout. Et bien sûr, sans parler de charité, mais
au moins de solidarité, le monde serait bien différent !
Exemple 2 : Moi je pense que le revenu universel, ou plutôt de base est vraiment une bonne idée. Je
comprends tout à fait les arguments qui mettent en avant le lien entre sociabilisation et travail, c’est pourquoi
je préconiserais plutôt un revenu de base, comme un complément au travail. Cela pourrait rendre un précieux
service aux étudiants en libérant les parents d’un poids financier tout en permettant aux plus jeunes
d’envisager l’avenir plus sereinement. De même, avec une raréfaction du travail annoncée, les citoyens
pourraient réfléchir plus calmement à se réorienter sans avoir le couteau sous la gorge. L’équilibre entre
deux points de vue est souvent le meilleur chemin. Dommage que les politiques n’arrivent que trop rarement
à des conclusions médianes !

Page 114 DOCUMENT B

COMPRÉHENSION ORALE

Page 114
Faire lire les questions avant de procéder à l’écoute et s’assurer de la compréhension orale. S’appuyer sur
la photographie et la page vocabulaire pour introduire le thème de l’émission.
Afin de vérifier si les apprenants connaissent le terme d’ubérisation, s’aider de l’Encadré « Au fait » et écrire
le mot au tableau. Inviter les apprenants à observer le mot et identifier ses différentes composantes pour
comprendre son sens. En profiter pour revoir avec eux les suffixes de la nominalisation. Plus spécifiquement,
le suffixe –isation indique un processus, une action en train se faire.
Photographie : sur la photo à droite des questions, on voit un homme à vélo. La photo a été prise de nuit
et en raison de la faible lumière et du mouvement du cycliste, l’image n’est pas tout à fait nette. Cela amplifie
l’impression de vitesse et de stress liée à ce travail. Les livreurs sont en effet payés à la course et doivent
donc livrer le plus vite possible pour un maximum de courses pour espérer un gain plus conséquent.
Question 1
[en groupe classe]
Les apprenants devront ici expliciter le mot ubérisation par des qualificatifs issus du document audio.
Reprendre le petit travail sémantique effectué en amont sur ce terme.
Proposition de corrigé :
1 Cette émission présente le monde de l’ubérisation, dans lequel les salariés sont à la recherche soit d’un
complément de revenu, soit tout simplement d’un revenu, loin des certitudes des contrats à durée
indéterminée.
Question 2
[en groupe classe]
Voir avec les apprenants l’expression « la partie immergée/émergée de l’iceberg » et ce qu’elle signifie dans
ce cas précis.
Proposition de corrigé :
2 La face immergée de cet iceberg que représente l’ubérisation est le côté « cool » promu par les applications
qui font la part belle à ce type de salariat. La face cachée est celle des salaires horaires très bas, avec des
journées à rallonge, des négligences dans la sécurité des employés et une certaine précarité.

183
THÈME
THÈME
16
1
Questions 3-4-5-6
[en groupe classe]
Au tableau, pour chacune de ces questions, noter clairement les différences ou les informations importantes
relevées par les apprenants.
Pour s’exercer : activité 2 p. 119 du cahier d’activités.
Propositions de corrigés :
3 Les avis des auditeurs sont partagés. L’un y voit un travail difficile avec un revenu plus faible, un autre
met en avant l’envie d’entreprendre pour gagner plus. Un autre y voit l’expression de l’air du temps, auquel
on doit s’adapter.
4 Benoît est ce qu’on appelle « un entrepreneur 2.0 », c’est-à-dire que son activité dépend de l’Internet.
Il est donc à son compte, sans autre employeur particulier. Il est chauffeur VTC « Véhicule de Tourisme avec
Chauffeur ».
5 Son salaire peut varier selon les moments de la journée. Il est donc difficile de savoir exactement combien
il touchera. Selon ses calculs, le taux horaire est compris entre 7 et 9 euros de l’heure. Il faut ajouter à cela
les coûts liés à ce type de travail : location de voiture, prix du carburant, assurance, etc. En ce qui concerne
son rythme de travail, c’est assez flexible mais pour toucher un salaire décent, il faut donc travailler environ
10 heures. Dans son cas, il travaille de 5 heures à 9 heures puis de 18 heures à 21 heures, ce qui fait environ
7 heures de travail par jour.
6 Benoît y voit comme avantage la flexibilité liée à ce genre d’emploi. C’est pour lui un bon moyen pour
sortir la tête de l’eau et un système qui récompensera, selon lui, ceux qui veulent vraiment s’en sortir. Il ne
parle pas clairement des inconvénients mais on peut comprendre que le pourcentage pris par la plateforme
lui semble un peu élevé et que le salaire horaire, au vu des responsabilités que ce travail implique, n’est pas
assez conséquent.

PRODUCTION ORALE

Page 114
Question 7
[en sous-groupe puis en groupe classe]
Ne pas hésiter à diversifier les profils dans les binômes. Se référer aux questions présentes dans le livre pour
guider les apprenants. Relever les mots clés au tableau pour chaque question afin d’éclaircir les problématiques
posées si nécessaire.
Lors de la mise en commun, veiller à ce que chaque membre du groupe s’exprime. Prendre en note les erreurs
récurrentes et les corriger ou les faire corriger ensuite au tableau.
Cette partie de la production orale prend la forme d’un témoignage. Les apprenants doivent donc parler
de leur propre expérience. Lors du travail en binôme, chacun de ses membres peut ajouter des questions
de type questionnaire afin d’aider le second dans la description et la narration de son expérience.
Pour s’exercer : activités 3 et 4 p. 120 du cahier d’activités.
Proposition de corrigés :
7 Réponses libres.

Question 8 - Mini-exposé
[Individuellement ou en sous-groupe puis présentation en groupe classe]
Effectuer le travail préparatoire en classe ou à la maison, soit en sous-groupe, soit individuellement. Demander
aux apprenants, avant même d’effectuer une recherche, ce que leur évoque le terme d’économie collaborative.
Afin d’aider les apprenants dans cet exercice, inciter les apprenants à rester factuel et d’essayer de trouver,
pour une même situation, plusieurs points de vue qu’ils devront tenter de reformuler.
Se référer à la page vocabulaire p. 115.
FOCUS Culture
L’économie collaborative est une activité humaine de pair à pair qui repose sur de nouvelles formes
d’organisation du travail et d’échanges. Elle se base sur une société du partage, qui passe par la mutualisation
des biens, des espaces et des outils, des savoirs, l’organisation des citoyens en « réseau » ou en communautés
et généralement l’intermédiation par des plateformes internet. L’économie collaborative est l’un des trois
principaux écosystèmes d’usages numériques où le travail numérique s’exprime.
Popularisé par Rachel Botsman et Roo Rogers, le terme d’économie collaborative se conçoit en tant que
consommation collaborative (couchsurfing, covoiturage, colis-voiturage, etc.), modes de vie collaboratifs
(cotravail, colocation, habitat collectif), finance collaborative (financement participatif, prêt d’argent de
pair à pair, monnaies alternatives), production contributive (fabrication numérique, DIY, Fablabs,
imprimantes 3D).

184
Son essor est dû à l’utilisation des nouvelles technologies permettant d’améliorer la créativité collective
et la productivité. Il répond également au désir de pratiques écologiques et de relations sociales plus
conviviales, plus horizontales, plus participatives et consultatives.
Proposition de corrigé :
8 Réponses libres.

PRODUCTION ÉCRITE

Page 114
Question 9 - Fil de discussion
[au choix du professeur]
Après explication des missions d’un community manager, effectuer un remue-méninge avec l’ensemble du
groupe classe.
Indiquer aux apprenants que la production attendue doit être attractive et dynamique car elle correspond
en quelque sorte au modèle des lettres de motivation, mais sous un format plus libre et original.

IDÉE POUR LA CLASSE


[en groupe classe]
Une fois la production écrite réalisée, il est possible d’organiser un réel entretien d’embauche. Définir pour
cela le rôle de chacun, community manager et candidat au poste. Ces derniers devront présenter durant
leur entretien les différents points soulevés dans leur production écrite. Les autres apprenants prendront
des notes. Quand tous les apprenants auront effectué les deux rôles, l’ensemble de la classe pour choisir le
candidat le plus adéquat.
Variante : proposer aux apprenants de réaliser des mini-vidéos de motivation. Leur production écrite pourra
servir de script.
Proposition de corrigé :
9 Bonjour, je suis Marine, responsable de la communication. Je trouve cette idée passionnante et tellement
prometteuse ! Le bonheur au travail, quelle belle ambition ! Je foisonne d’idées et j’aimerais tellement
arriver à rendre mes collègues les plus heureux du monde ! J’aurais quelques questions au sujet des
compétences requises mais j’ai d’ores et déjà une foule de propositions ! Que diriez-vous par exemple, d’une
salle dédiée aux activités ludiques, où les salariés des différents services pourraient se retrouver dans la joie
et la bonne humeur et partager du temps libre ensemble ? Cela pourrait améliorer la communication entre
les services et faire se connaître des personnes qui ne se rencontrent pas assez. Aussi, les team-building sont
à la mode mais pourquoi, au lieu de faire appel à une agence de communication, ne pourrions-nous pas
l’organiser par service ? Chaque secteur pourrait proposer des activités et nous pourrions organiser un vote
pour élire le meilleur projet ? Je pensais aussi à envoyer chaque jour à tous les salariés des messages de
motivation, des blagues ou des lip dub organisés par mon service, afin de briser la routine et redonner le
sourire à tout le monde. Ma liste est encore longue ! Le sourire ne fait pas tout mais le mien est inaltérable !
Bonne journée à tous !

Page 115 VOCABULAIRE


Page 115
Ne pas hésiter à se référer à cette page et à ses activités tout au long du thème, comme il est parfois
indiqué, ainsi que lors des activités du cahier.
Inviter les apprenants à se reporter à la page 115 vocabulaire. Leur demander de lire cette page de façon
individuelle. Souligner les mots qui semblent poser le plus de difficulté aux apprenants. Demander aux
apprenants de faire les activités 1, 2, 3 p. 115.
Questions 1-2-3
[en groupe classe]

Propositions de corrigés :
1 a. le directeur – b. un stagiaire – c. un ouvrier – d. (péjoratif) un subalterne, un employé plus bas dans
la hiérarchie – e. un jeune loup.

185
THÈME
THÈME
16
1
2 TVA : Taxe sur la valeur ajoutée. C’est un impôt indirect sur la consommation qui touche tous les
produits en vente. Sa valeur est, en 2018 de 20 % sur la plupart des produits de consommation.
IRPP : impôt sur le revenu des personnes physiques. C’est un impôt direct prélevé à la source, c’est-à-dire
sur le salaire. Les revenus imposables y sont soumis. Il est calculé par tranche d’imposition de revenu et
son pourcentage varie donc selon ces derniers.
CSG : C’est un prélèvement obligatoire qui participe au financement de la sécurité sociale en France à la
place des cotisations prélevées sur les salaires.
ISF : C’est l’ancien impôt sur la fortune. Il est payé par les personnes physiques détentrices d’un patrimoine
supérieur à 1,3 million d’euros. Il a été remplacé au 1er janvier 2018 par l’IFI, l’impôt sur la fortune
immobilière.
RTT : réduction du temps de travail. En France, les salariés parlent de RTT pour définir les jours de congé
supplémentaires obtenus à la suite des 35 heures, alors qu’ils en effectuent plus par semaine, selon les
accords avec l’entreprise. Les salariés français travaillent en effet généralement plus de 35 heures par
semaine et peuvent rattraper ces heures en jours de congé.
3 a. travailler d’arrache-pied – b. travailler au corps. – c. travailler sans filet. – d. faire un travail de fourmi.
– e. travailler du chapeau

Page 116 q JEUX DE CULTURE GÉNÉRALE

Page 116
Question 1
[en groupe classe]
Les pages Jeux de culture générale sont une opportunité de convivialité et de respiration en cette fin de
thème. Comme tout jeu de culture générale, cela va de soi que les apprenants ne sont pas forcément au
fait des idées et informations évoquées. La finalité est de jouer et de provoquer l’envie d’en savoir plus.

Corrigés :
1 a.1 : La loi du marché / la réinsertion professionnelle – b.4 : Merci Patron ! / la lutte des classes – c.2 :
Corporate / la dureté du management – d.3 : Crash Test Aglaé / la délocalisation.
2 a. 11 février 1950 – b. 22 mars 1841 – c. 13 juillet 1906 – d. 19 janvier 2000 – e. 23 avril 1919.
3 Les réponses à ce quiz sont issues de l’enquête « Parlons Travail » réalisée auprès de 200 000 Français
en septembre 2016 et dont les résultats sont consultables sur le site parlonstravail.fr.
a. Vrai : Seulement 12 % des participants à cette enquête affirment s’ennuyer « souvent » au travail. 43 %
des salariés disent que ça ne leur arrive que « rarement » et pour 44 %, cela ne se produit « jamais ». – b.
Faux : Plutôt pas. 58 % des participants à ce sondage affirment qu’ils ne flirtent jamais sur leur lieu de travail
car ça « ne les intéresse pas ». Les pourcentages varient selon les sexes : 49 % des hommes jurent que le flirt
ne les intéresse pas, contre 65 % pour les femmes. – c. Faux : Pour 44 % des personnes interrogées ce n’est
pas un problème. 29 % des réponses affirment « qu’il ne faut plus y toucher ». 11 % seulement pensent
qu’il faudrait travailler plus. Et 16 % qu’au contraire, il faudrait travailler moins. – d. Faux : 83 % des per-
sonnes qui se sont exprimées affirment qu’elles aiment leur emploi. Plus de la moitié d’entre elles (52 %)
pointent également qu’elles n’ont pas la sensation de « perdre leur vie à la gagner » en se rendant chaque
jour au travail… – e. Faux : 77 % des personnes qui se sont exprimées affirment qu’ils ne sont pas des
« assistés ». 30 % jugent que perdre son emploi est « destructeur » pour celui ou celle qui le subit mais plus
de la moitié des personnes interrogées se veulent optimistes en estimant que c’est « une mauvaise passe »,
susceptible donc de s’achever.
4 a. Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance – b. Plan de Sauvegarde de l’Emploi – c. Compte
Personnel de Formation – d. Comité d’Entreprise – e. Validation des Acquis de l’Expérience.

Pour s’exercer : activités 13 et 14 p. 124 du cahier d’activités.

186
Cahier d’activités, p. 119-125

PRODUIRE

Voir Vous devez écrire un texte argumentatif sur le sujet suivant : quelle
FICHE
MÉTHODO est la place du travail aujourd’hui et quels sont les potentiels
ESSAI

3
changements de demain ? Vous argumenterez votre propos autour de
trois idées principales en établissant une problématique pertinente.
(250 mots environ)

Page 125
15 Proposition de corrigé :
Plan
Introduction
Partie 1. Les évolutions du monde du travail et les acquis à défendre
1.1 De moins en moins de travail
1.2 De plus en plus de stress
Partie 2. Mondialisation du travail
2.1 Une économie de plus en plus connectée
2.2 Les peurs liées à la mondialisation
Partie 3. Un monde à (ré)inventer
3.1 Les évolutions récentes (Uber, autoentrepreneur, flexibilité, etc.)
3.2 Imaginer un monde où l’on concilie temps personnel et temps de travail
Conclusion

Texte rédigé 
Dans un monde en changement permanent, dans une économie mondialisée et connectée, ce sont toutes
les sociétés qui trouvent leurs modèles sociaux bouleversés, à petite ou grande échelle. Le travail, activité
étroitement liée à toutes les sphères de nos vies n’y échappe pas. Un contrat à l’autre bout du monde ?
Trouver un job en ligne ? Une entreprise ferme pour rouvrir à des milliers de kilomètres ? L’économie
devient mondiale et virtuelle, pour le meilleur et pour le pire. Alors, quelle est la place du travail
aujourd’hui et quels en sont les potentiels changements pour demain ? Nous tâcherons d’y répondre en
présentant d’abord un constat sur les acquis et ressentiments liés à l’activité professionnelle. Puis, nous
verrons en quoi la mondialisation du travail bouleverse nos habitudes et enfin nous envisagerons les
possibilités pour demain.
Dans la plupart des pays, le travail a su, avec le temps, trouver sa place. Une majorité d’entre eux ont
abaissé le temps qu’occupe le labeur, comme en France en passant aux 35 heures. Et même si certains
critiquent encore cette réforme, tous s’accordent à ne pas revenir en arrière. D’autres avancées, comme
l’égalité salariale entre hommes et femmes, les limites d’âges pour lutter contre le travail des enfants,
les gages de sécurité et de qualité ont permis d’atteindre des standards relativement respectueux des
travailleurs. Mais si ces progrès sont bien réels, ils ne peuvent pas cacher ce qui reste encore à accomplir. Le
stress au travail, par exemple, est devenu un fléau qui inonde la plupart des bureaux. Management abusif,
burn-out, problèmes physiques… Le travail reste encore l’activité la plus importante dans la vie des gens,
et s’il y existe des tensions, c’est alors toute la vie d’un individu qui se trouve perturbée.
À côté de cela, il est évident que nos activités professionnelles dépassent aujourd’hui le simple cadre de
nos vies. Les avancées technologiques ont permis de relier les citoyens mais aussi les marchés, et de profiter
d’évolutions 2.0. Envoyer un courriel à l’autre bout du monde est aujourd’hui d’une grande banalité,
de même que commander un produit en ligne, ou bien même travailler grâce à une plateforme nous
fournissant les clients. Mais des peurs et des inquiétudes subsistent. Une entreprise ferme ici pour s’ouvrir
à l’autre bout du monde et c’est toute une région qui souffre. Les salariés ont alors l’impression de perdre
le contact avec le monde du travail, sans connaître réellement leur employeur, sans pouvoir envisager
leurs projets personnels sur le long terme par peur des fluctuations du marché. Sans même parfois savoir
combien ils gagneront simplement à la fin de la journée. Bref, il y a encore un monde à inventer.
L’auto-entreprenariat, l’ubérisation, toutes ces évolutions liées à l’économie de marché chamboulent nos
activités. Il faut savoir s’adapter, comme ces chauffeurs de VTC ou bien ces entrepreneurs 2.0 qui trouvent

187
THÈME
16
leurs clients en ligne. Mais quel monde imaginer pour concilier un certain bien-être et la flexibilité requise
par ce nouveau modèle ? Les tentatives des entreprises de créer des postes de « chargé du bonheur »
montrent bien que même le système a besoin d’avoir des salariés heureux. Espaces ludiques, activités en
groupe pour souder les équipes, flexibilité choisie et non subie, travailler de chez soi pour arriver à mieux
organiser sa vie privée et sa vie professionnelle, responsabilité accrue pour que l’employé ne se sente pas
seulement un outil de production… Les pistes sont nombreuses, mais le chemin est encore long.
En conclusion, on voit que les évolutions du monde du travail sont porteuses de facteurs positifs et négatifs
qui demandent une adaptation de la part de tous les acteurs qui le constituent. Les gens ont certes plus
de temps pour leurs loisirs mais ressentent dans le même temps une pression accrue. La globalisation
de l’économie connectée a permis aussi des avancées conséquentes mais est également un facteur
d’inquiétude. Reste donc à trouver un équilibre entre ce travail de plus en plus dématérialisé et flexible
et le bonheur d’individus qui ont besoin de se sentir partie prenante d’un projet ou d’une tâche qui ne les
déshumanise pas. Le bonheur peut être au travail, si le travail reste humain.
(696 mots)

188
TEST Thème 16

1 Retrouvez quels idées ou concepts se cachent derrière ces reprises de référent. 9 points
a. Il est vrai que ce phénomène gangrène la société. Le fait que moins de gens travaillent pose

beaucoup de problèmes, à tous les niveaux. q ………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………………………………

b. Oui, c’est exactement ce poste que je cherchais. M’occuper des recrutements, gérer le côté humain

d’une entreprise comme la vôtre, ce serait vraiment pour moi une chance. q …………………………

…………………………………………………………………………………………………………………………

c. Cette pause m’a vraiment fait du bien. J’ai pu me concentrer sur mes enfants, la nouvelle maison

que l’on venait d’acheter. Bref, tout ce qui est important pendant un an mais que l’on a pas toujours

le temps de faire ! q ………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………………………………

d. Grâce à cela, j’ai pu mettre un belle ligne sur mon C.V. et travailler pour une entreprise qui me

plaît. Certes, c’est très peu payé, et parfois on nous prend un peu de haut, mais c’est une belle

expérience. q ………………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………………………………

2 Ces phrases ont été écrites par des dirigeants d’entreprise. Reformulez-les selon le point
de vue d’un salarié en utilisant un marqueur d’opposition et des termes de reprise.
9 points
a. Ce plan social permettra à notre entreprise de renouer avec les bénéfices, bien que la masse

salariale devra effectuer une cure d’amaigrissement. q …………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………………………………

b. Ces jobs à temps partiel permettent une grande flexibilité quant à l’organisation de notre activité.

C’est vital pour notre développement dans ce secteur concurrenciel. q …………………………………

…………………………………………………………………………………………………………………………

EDITO C1 GUIDE PÉDAGOGIQUE - Thème 16 - test © Éditions Didier, 2019


c. Ce nouveau modèle économique est une chance pour se lancer. Ces plateformes offrent en effet
un cadre parfait pour minimiser l’impact des coûts des cotisations patronales. q ……………………

…………………………………………………………………………………………………………………………

3 E xposé oral 12 points


Vous préparez un exposé et vous le présenterez au jury.

Vous aurez soin de présenter, en une dizaine de minutes, idées et exemples pour étayer vos propos

et d’organiser votre discours de manière élaborée et fluide avec une structure logique et efficace

qui aidera le destinataire à remarquer les points importants.

Sujet :

À la fin de votre stage, le directeur des Ressources humaines vous propose un entretien pour présenter

en toute honnêteté ce que vous avez apprécié ou non dans la société. Vous lui présentez les avantages

et les inconvénients que vous avez rencontrés et lui proposez quelques idées d’amélioration.

189
THÈME
THÈME
17
1
THÈME 17   La fabrique du mâle
Livre, p. 117-122

17 La fabrique du mâle Ca
hier
Livre de l’élève - p. 117-122 E 17
THÈM

s
d  ’


OBJECTIFS COMMUNICATIFS q penser l’espace public a c t i vi
& SAVOIR-FAIRE q évaluer les représentations du genre
Le genre : discrimination, égalité, stéréotypes, ENRICHIR SON LEXIQUE
VOCABULAIRE
Le genre
espace public, impacts, agir, expressions
q poser les enjeux de mixité dans l’espace public CONSOLIDER SA GRAMMAIRE
PRODUCTION ORALE
q pointer les origines des inégalités Agrémenter son discours de
> DÉBAT
> MINI EXPOSÉ q débattre de l’émancipation des genres comparatifs et de superlatifs
q enquêter sur l’histoire de la virilité PRODUIRE > ESSAI
q sensibiliser les autres à agir Écrire un billet d’humeur sur
PRODUCTION ÉCRITE
q définir masculinité et virilité le genre et l’émancipation
> FIL DE DISCUSSION
LES ARTICULATEURS
AU CŒUR DU QUOTIDIEN q exprimer son désaccord

Page 117 OUVERTURE


PRODUCTION ORALE
1 Le titre de l’unité
[en groupe classe]
Afin d’entrer dans la thématique du dossier, poser les questions suivantes aux apprenants : qu’est-ce que
pour vous un mâle ? À quel terme s’oppose-t-il ? Quelle connotation a-t-il ? Que pensez-vous de l’égalité
homme-femme ? Est-elle atteinte ? Est-elle impossible ? Pensez-vous que nous vivions dans une société
dominée par les hommes ? Les femmes ? Comment se « fabrique » un mâle ? Et une femme ? Y-a-t-il pour
vous des différences entre les hommes et les femmes ?
Expliquez le titre de l’unité.
[en groupe classe]
La fabrique du mâle : le terme de mâle, qui indique ici qu’il sera question des représentations des genres,
des inégalités homme/femme, indique de manière objective la capacité d’un être à féconder. Il renvoie donc
principalement à un caractère biologique. Il peut indiquer la virilité, le courage, la force ou bien, dans un
contexte plus contemporain, un homme sur le seul plan sexuel. Par son origine sémantique, ce terme peut
également désigner le macho, en tant qu’homme qui prône la suprématie du mâle et les représentations,
les traditions qui au travers des siècle ont construit, consolider le rôle de l’homme et maintenu un système
patriarcal. Le terme de fabrique peut faire référence à une usine, à une industrialisation de la genèse des
hommes inscrits dans des valeurs patriarcales. À travers ce titre, on comprend qu’il sera donc ici question
des ressorts de cette image de l’homme en tant que « mâle », et des conséquences, aussi bien pour l’homme
ou pour la femme, de cette vision. Le terme féminin, celui de femelle, est beaucoup trop péjoratif pour
parler du genre humain, il ne peut donc être utilisé dans ce contexte.
Quels sont les thèmes de cette unité ?
L’espace public, la mixité sociale, la domination masculine, les genres, l’égalité homme/femme, les comparatifs
et superlatif, l’émancipation.
Pour s’exercer : activités 1 et 2 p. 126 du cahier d’activités.

2 La photographie
[en groupe classe]
Décrivez la photographie et donnez-en une interprétation.

190
Description : à gauche, une petite fille, avec une blouse et des lunettes semble lancer un programme
informatique pour une expérience. Au milieu se trouve une sorte de machine composée de divers objets.
Le résultat de cette expérience se trouve à droite de l’image : un petit garçon sous une lampe semble se
poser une question.
Interprétation : sur cette photo on voit une distinction entre les genres. La jeune fille à gauche est affublée
d’une blouse et s’affaire à une expérimentation. À droite, le jeune garçon est lui habillé normalement.
Comme issu d’une expérience, la distinction entre les genres apparaît ici, construite sur une différence. La
notion de fabrication est aussi illustrée ; pouvant potentiellement sous-entendre que les femmes participent
aussi à la fabrication de ce « mâle ».

IDÉE POUR LA CLASSE


[en sous-groupes et mise en commun en groupe classe]
Demander aux apprenants de rapporter des publicités de jouets pour enfants. Leur en rapporter si nécessaire.
Leur proposer ensuite d’observer quel jouet est illustré comme jouet de garçon ou de fille. Ils devront ensuite
présenter devant les autres ces jouets selon les genres et dire s’ils trouvent cela justifié ou non.
Pour s’exercer : activité 5 p. 127 du cahier d’activités.

3 Les objectifs
> Préparer les apprenants à la production finale
La production finale de ce thème est un texte argumentatif sous la forme d’un billet d’humeur dans lequel
l’apprenant sera invité à argumenter sur la société patriarcale, les stéreotypes genrés et les solutions porteuses
de changements des mentalités. La consigne de l’essai se trouve en p. 126 du cahier d’activités.

Voir Écrivez un billet d’humeur sur ce sujet : « Vous constatez que


FICHE
MÉTHODO l’image de l’homme dominant et celle de la femme-objet
3 continuent de nourrir les stéréotypes de genre ; laissant penser
que les hommes ne sont pas concernés par la question de
ESSAI

l’émancipation. Or, vous affirmez qu’ils ont une place essentielle


dans ces changements, aussi bien pour les femmes que pour
eux ». Vous appuyez ce constat dans un billet d’humeur par des
exemples étayés, vous alertez et proposez des solutions pour ne
pas perpétuer cet état de fait. (250 mots environ)

Tout au long du travail sur les documents du thème, encourager les apprenants à prendre note de leurs
idées, à les sérier, à les catégoriser (idée essentielle 1, 2, arguments, exemples) afin de les aider à nourrir
leur argumentation. La partie PRODUIRE du cahier p. 130-132 pourra les aider dans leur démarche. Dans
ce thème, il est surtout question d’affiner l’argumentation en apprenant à détailler différents points de vue
pour nourrir les différentes idées essentielles, tout en veillant à ne pas répéter les mêmes termes (mot, idée,
concept) en utilisant les reprises de référent.
Ne pas hésiter à s’y référer tout au long du travail de préparation. Lorsque vous jugerez utile de le faire et
en fonction de la maturité méthodologique de vos apprenants ou de leur degré d’expérience de ce type de
production, les référer à la fiche méthodologique dans le cahier. La passer en revue ensemble. Dans le cadre
de l’essai, il s’agit de la fiche 3 p. 6 du cahier d’activités. Les documents sélectionnés dans le livre ont pour
finalité d’alimenter leur réflexion. Nous vous invitons également à consulter la fiche 8 p.13 du cahier
d’activités sur les articulateurs.
FOCUS Culture
Le genre
Outre pour différencier les groupes nominaux en grammaire, le terme de genre est utilisé en français
pour désigner les différences non biologiques entre les femmes et les hommes. Alors que le type sexuel
fait référence aux différences biologiques entre femmes et hommes, le genre réfère aux différences
sociales entre femmes et hommes.
Il existe ainsi ce que l’on appelle les études de genre, en anglais « gender studies ». Elles forment un champ
de recherche pluridisciplinaire qui étudie les rapports sociaux entre les sexes. Le genre, considéré comme
une construction sociale, est analysé dans tous les domaines des Sciences humaines et sociales : histoire,
sociologie, anthropologie, psychologie et psychanalyse, économie, sciences politiques, géographie… ».
De manière générale, les études de genre proposent une démarche de réflexion et répertorient ce qui

191
THÈME
THÈME
17
1
définit le masculin et le féminin dans différents lieux et à différentes époques, et s’interrogent sur la
manière dont les normes se reproduisent au point de sembler « naturelles ».

Page 118 DOCUMENT A

COMPRÉHENSION ÉCRITE

Page 119

Demander aux apprenants de lire l’aide à la lecture et le document puis de lire les questions de compréhension
écrite. Il est possible d’utiliser l’aide à la lecture en guise d’activité pour découvrir les ressorts de la comparaison
qui sont expliqués plus en détail dans CONSOLIDER SA GRAMMAIRE p.128-129 du cahier d’activités.
Question 1
[en groupe classe]
Écrire la phrase au tableau et proposer aux apprenants d’observer les deux verbes présents dans la phrase
et d’en noter la différence. Leur demander de définir selon eux chacun de ces verbes et écrire au tableau
les caractéristiques proposées pour chaque verbe.
Proposition de corrigé :
1 Il faut distinguer les deux verbes présents dans la phrase. Tout d’abord « occuper » signifie dans ce
contexte que des personnes habitent un lieu ; puis « s’occuper », qui fait référence au fait d’accomplir un
travail, une tâche. Cela peut laisser entendre que les hommes prennent possession des villes (nom des rues
/ monuments) et que les femmes y passent mais n’y restent pas. En effet, l’auteure indique que les femmes
« gèrent les fonctions d’accompagnement » (courses / enfants) mais n’occupent pas l’espace public.
Question 2
[en groupe classe]
Demander aux apprenants de sélectionner les passages où l’on parle du lien entre l’aménagement des villes
et la question du genre.
Proposition de corrigé :
2 La question du genre n’a jamais été prise en compte lors des aménagements de places publiques. Comme
le dit la sociologue Chris Blache « les aspects sociologiques ne sont pas une priorité » (l. 86). De plus, dans les
programmes scolaires des écoles d’urbanisme et d’architecture, la thématique du genre n’est pas incluse ; elle
n’est donc pas intégrée dans les projets.
Questions 3-4
[en groupe-classe]
Afin d’aider les apprenants à relever les changements précisés dans le texte, les inviter à repérer les parties
de l’article grâce aux questions en gras qui chapeautent les différents sujets traités et segmentent le texte.
Propositions de corrigés :
3 À l’ère industrielle, l’un des changements fut le nombre de femmes et d’hommes à partager l’espace
public, notamment en raison d’une forte demande de main-d’œuvre. Toutefois, lors des travaux ordonnés par
Haussmann, les marchés auparavant ouverts (extérieur) ont été couverts (intérieur) et les femmes ont de moins
en moins investi la ville, « un ordre masculin et bourgeois a été instauré » (l. 46). Dès lors, les femmes qui se
retrouvaient seules à l’extérieur étaient souvent considérées comme des prostituées. De ce fait, cette image
a changé la représentation de l’espace public et reste encore très présente « dans les esprits et les comportements »
(l. 53).
4 Les transformations de l’espace public par Haussmann ont amené les femmes à investir un espace plus
« fermé » (marchés couverts). Dès lors, dans l’imaginaire collectif, les femmes avaient de moins en moins leur
place en ville, l’espace public devenant ainsi l’affaire des hommes. De nos jours, cet espace est de plus en plus
surveillé, les immeubles et les lieux publics s’équipent de digicodes et de vidéosurveillance. Ainsi, les femmes
et d’autres personnes considérées comme plus vulnérables sont invitées à se méfier, ce qui crée une « stérilisation »
de l’espace et donc insinue l’idée que « ceux qui se sentent les plus légitimes à évoluer dans l’espace public »
(l. 66) l’investissent.
Toutefois, la question du genre s’intègre aujourd’hui peu à peu dans les transformations de l’espace public.
Il est possible de le remarquer avec le réaménagement des places du Panthéon et de la Madeleine à Paris. Dès
lors, la perception de la place des femmes en ville tend à évoluer et ces changements peuvent permettre aux
femmes comme aux hommes d’avoir une place égale en ville.

192
Pour s’exercer : activité 4 p. 127 du cahier d’activités.
Question 5
[en groupe classe]

FOCUS Culture
Le Panthéon est un monument de style néo-classique situé dans le 5e arrondissement de Paris. Au cœur
du Quartier latin, sur la montagne Sainte-Geneviève, il est au centre de la place du Panthéon. La rue
Soufflot lui dessine une perspective jusqu’au jardin du Luxembourg.
Prévu à l’origine, au XVIIIe siècle, pour être une église qui abriterait la châsse de sainte Geneviève (une
châsse est un réceptacle qui abrite des reliques, soit le corps d’un ou plusieurs saints), ce monument a,
depuis la Révolution française, vocation à honorer de grands personnages ayant marqué l’Histoire de
France hormis pour les carrières militaires normalement consacrées au Panthéon militaire des Invalides.
Y sont notamment inhumés : Voltaire, Jean-Jacques Rousseau, Victor Hugo, Louis Braille, Sadi Carnot,
Émile Zola, Jean Jaurès, Jean Moulin, Jean Monnet, Pierre et Marie Curie, André Malraux ou encore
Alexandre Dumas, qui y fait son entrée en 2002, ainsi que Simone Veil depuis le 1er juillet 2018. Sur son
frontispice, on trouve l’inscription « Aux grands hommes, la patrie reconnaissante ». Un frontispice est la
façade principale d’un grand édifice, bâtiment.
Proposition de corrigé :
5 Cette devise est un hommage aux personnes qui ont marqué la société française. Nous pouvons retrouver
entre autres les noms d’écrivains, de scientifiques, de résistants. Toutefois, il est à noter que le choix du terme
« hommes » interroge. En effet, dans la langue française « hommes » peut caractériser aussi bien les personnes
de sexe masculin que féminin. Cependant, cela démontre une utilisation systématique du masculin pour
caractériser les deux genres. Cela est symptomatique et caractéristique de nos représentations de la société.
Puis, si l’on regarde de plus près les noms des personnes qui reposent au Panthéon, seulement 5 femmes y
résident sur les 76 personnes inhumées. Là encore, ce lieu emblématique révèle que les femmes sont « les
grandes oubliées » aussi bien dans la langue française que dans l’histoire culturelle, scientifique, politique et
intellectuelle.
Question 6
[en groupe classe]
Expliquer tout d’abord l’expression « levier mémoriel » en indiquant qu’un levier permet de soulever, de
surmonter une résistance. Repérer la racine de « mémoriel » qui est « mémoire ». Les inviter à faire la
déduction de sens de l’association « levier mémoriel » au vu du contexte.
Proposition de corrigé :
6 Comme le dit C. Blache, activer le « levier mémoriel » (l. 104) serait de reconnaître que les femmes ont
une place dans l’histoire ; qu’elles y ont participé autant que les hommes. L’idée serait que les femmes puissent
également s’inscrire dans la mémoire collective au même titre que les hommes.

IDÉE POUR LA CLASSE


[en groupe classe]
En France, seulement 2 % des rues portent un nom de femme. Le 8 mars 2019, un collectif baptisé « Nous
toutes », a décidé de renommer des rues avec des noms de femmes. Demander aux apprenants de proposer
à leur tour de rebaptiser la rue où ils habitent par le nom d’une femme célèbre ou à laquelle ils veulent
rendre hommage en justifiant leur choix par une présentation de cette personne.
S’ils ne sont pas inspirés par cette proposition, les inviter à réfléchir aux oubliées de l’histoire et s’ils en
connaissent. Encourager les apprenants intéressés à faire des recherches et à partager leur recherche au
sein de la classe.
Un cas récent en France concerne les femmes réalisatrices. Et pourtant elles tournent... mais les femmes ne
représentent que 24 % de la profession et ne sont que 6 % en France à être récompensées. Alice Guy fut la
première femme cinéaste et un exemple de ces « oubliées » de l’histoire. Le 1er mars 2018, Véronique Le
Bris, journaliste et autrice de 50 femmes de cinéma lance, avec la complicité de l’Agence CLE dirigée par
Hélène Mazzella, le prix Alice Guy, qui récompense une réalisatrice française et francophone. Ce prix permet
ainsi de réhabiliter Alice Guy en tant que grande réalisatrice effacée de l’histoire du cinéma.

FOCUS Culture
Alice Guy (1873-1968) est une pionnière du cinema. Elle fut réalisatrice, scénariste, productrice de cinéma
et... française ! Après avoir étudié la sténographie, Alice est engagée à 21 ans comme secrétaire de direction
au Comptoir Général de la Photographie, bientôt racheté par un employé plein d’avenir, Léon Gaumont,
qui fonde la compagnie « L. Gaumont et Cie ». Elle est alors autorisée à filmer « à condition que ce soit
en dehors des heures de travail »…
Avec La Fée aux choux qu’elle tourne en 1896, elle est la première réalisatrice de l’histoire du cinéma à
23 ans. Il s’agit d’un film d’une minute où l’on voit une jeune femme évoluant dans un champ planté de

193
THÈME
THÈME
17
1
choux énormes d’où elle extirpe des bébés. Gaumont lui confie alors les vues animées de fiction. Scénarios,
casting, décors, costumes, lumière, prises de vue, mise en scène, elle supervise toutes les étapes de la
création. En 1910, elle est aussi la première femme créatrice d’une société de production de films, la Solax
Film Co. Réalisatrice et productrice de nombreux films, elle fera la majeure partie de sa carrière aux États-
Unis mais rentrera ruinée en France en 1922 à la suite d’un divorce et à des dettes dues à la mauvaise
gestion d’Herbert Blaché son ex-mari. Elle retourne aux États-Unis en 1927 pour tenter de récupérer ses
films mais ne parvient pas à travailler à nouveau dans l’industrie du cinéma. Elle écrit alors des contes
pour enfants sous divers pseudonymes, dont celui de « Guy Alix ». Elle donne aussi des conférences dans
diverses universités et à l’occasion de rencontres cinématographiques.
FOCUS Grammaire
Comparatifs irréguliers
Il existe quatre comparatifs de supériorité qui sont irréguliers, car ils changent de forme.
Ainsi :
- bon devient meilleur ;
- mauvais devient pire ;
- bien devient meilleur /mieux ;
- petit devient moindre (sens abstrait).
Il n’est donc pas correct de dire ou d’écrire « plus/moins meilleur », « plus/moins pire » ou « plus/moins
moindre » car ils sont déjà des formes contractées du comparatif.
La différence entre bon et bien :
BON = est un jugement des sens et relève de l’affectif.
BIEN = est un jugement intellectuel et relève du jugement moral.
En ce qui concerne petit, on dira : mon mari est le plus petit de sa famille. Mais Mon gâteau n’a pas le
moindre succès.

Pour s’exercer : activités 7 et 8 p. 128-129 du cahier d’activités.

PRODUCTION ORALE

Page 120
Question 7
[en binôme puis en groupe classe]
Ne pas hésiter à diversifier les profils dans les binômes. Se référer aux questions présentes dans le livre pour
guider les apprenants. Relever les mots clés au tableau pour chaque question afin d’éclaircir les problématiques
posées si nécessaire.
Lors de la mise en commun, veiller à ce que chaque membre du groupe s’exprime. Prendre en note les erreurs
récurrentes et les corriger ou les faire corriger ensuite au tableau.
Pour s’exercer : activité 3 p. 127 du cahier d’activités.
Utiliser également l’encart exprimer son désaccord p.122 de la partie AU CŒUR DU QUOTIDIEN.

Proposition de corrigé :
7 Réponses libres.

Question 8 - Mini-exposé
[individuellement puis présentation en groupe classe]
Revoir avec les apprenants les thèmes relevés dans le document A au sujet des inégalités dans l’espace public,
cela pourra donner des idées aux apprenants à propos d’autres domaines. Voir avec eux les clichés de la
différence homme/femme, afin de lister au tableau les domaines proposés par les apprenants. Partager ces
thèmes individuellement ou en sous-groupes puis laisser un temps de préparation. Accompagner les
apprenants dans leur préparation en vous référant aux différents conseils donnés pour l’exposé dans le
guide pédagogique.
Pour s’exercer : activités 9 et 10 p. 129 du cahier d’activités.

FOCUS Grammaire
L’explication
Lorsque l’on cherche à expliquer quelque chose, différents termes phonétiquement proches ont un sens
différent.

194
- En effet, effectivement confirment par exemple une information.
- En fait, lui, corrige une information.
Au fait, surtout employé à l’oral, indique une association d’idées souvent dans une phrase interrogative.
- D’ailleurs quant à lui justifie une information alors que par ailleurs en ajoute une.
- Du moins signifie en tout cas alors que au moins, signifie « au minimum ». Il existe également à moins
de qui signifie « sauf si ».

Proposition de corrigé :
8 Réponses libres.

PRODUCTION ÉCRITE

Page 120
Question 9 - Fil de discussion
[au choix du professeur : travail individuel ou par sous-groupe en classe ou à la maison]
Le but ici est d’échanger des idées sur les solutions à apporter face aux violences dans l’espace public.
Proposer aux apprenants en sous-groupes de trouver plusieurs solutions et de les détailler en leur laissant
un temps imparti.
Revoir également avec les apprenants les réponses apportées dans l’analyse du document A.
Se référer également au point linguistique de la page 128 du cahier d’activités pour plus d’informations
sur les comparatifs. Se référer également à la page vocabulaire du livre p. 121.
Pour s’exercer : activités 1 et 2 du cahier d’activités p. 126.
Proposition de corrigé :
9 Idée 1 : agir contre les délits commis dans les transports en commun, notamment par le biais de formations
mises en place pour le personnel des transports.
Idée 2 : financer (de la part des pouvoirs publics) des projets participatifs pour sensibiliser et répondre aux
problèmes de violence dans la rue et dans les transports en commun. Chaque citoyen et citoyenne pourrait
proposer des idées pour participer à cette réflexion collective.
Idée 3 : sensibiliser dans les collèges et les lycées à la problématique du harcèlement dans les transports et
dans la rue en permettant aux élèves d’échanger et de réfléchir ensemble lors d’ateliers consacrés à ces
violences, par exemple : comment réagir lorsque l’on est témoin d’un acte de violence dans la rue ou dans
les transports ? Comment réagir face à un harceleur ?
Idée 4 : former les enseignant(e)s à déconstruire les stéréotypes de genre pour qu’ils puissent réagir au sein
même de leur classe lorsqu’un stéréotype de genre (fille/faible/soumise ; garçon/fort/dominant etc.) est
énoncé.

Page 120 DOCUMENT B

COMPRÉHENSION ORALE

Page 120

Faire lire les questions avant de procéder à l’écoute et s’assurer de la compréhension orale. Revoir si néces-
saire la page vocabulaire p. 121 pour introduire le thème de l’émission.
À partir de la photographie, effectuer un remue-méninges autour du thème des tâches accordées aux
hommes ou bien aux femmes dans nos sociétés. Demander aux apprenants pourquoi c’est un homme qui
se trouve sur la photo et quelles tâches lui sont ici « naturellement » attribuées. (porter, bricoler, installer,
manier des outils) et enfin comment semble se sentir cette homme en photo.
Le titre du document comporte également un jeu de mot. En effet, le mot « mâle », déjà expliqué pour le
titre général du thème, est homophone avec mal.

IDÉE POUR LA CLASSE


[en groupe classe]
Inverser les rôles ! Demander aux apprenants de jouer sur les stéréotypes en demandant aux apprenants de

195
THÈME
THÈME
17
1
décrire leur journée selon des tâches attribuées de manière stéréotypée aux femmes et aux apprenantes de
faire l’inverse. Lors de la mise en commun, tâcher de montrer les évolutions de la société en trouvant les
activités qui sont réalisées par les deux groupes.

Questions 1-2
[en groupe classe]

Propositions de corrigés :
1 Gil Moran a choisi d’organiser des groupes de parole en y incluant seulement des hommes pour leur
permettre d’oser prendre la parole plus facilement et de s’autoriser à être « vulnérable », c’est-à-dire,
reconnaître qu’ils peuvent faire état de leur sensibilité sans craindre, selon lui, d’être jugés.
2 La phrase énoncée par le psychanalyste traite de deux choses. Dans un premier temps, elle parle de la
personnalité d’un individu (être), puis, dans un second temps, de l’image qu’il renvoie à la société (paraître).
La phrase de Gil Moran signifierait alors que les hommes devraient s’autoriser à exprimer davantage leurs
doutes et leurs ressentis plutôt que de refréner ces états pour correspondre à une image stéréotypée (homme
fort, invulnérable, etc.).

Question 3
[en groupe classe]
Noter au tableau les deux changements relevés par les apprenants. Leur demander les liens de cause à effet.
Proposition de corrigé :
3 Certaines revendications apparaissent. Au XVIIIe siècle survient une contestation de l’autorité du père
qui entraîne des interrogations et des inquiétudes pour certains. La montée du statut féminin se développe
et avec elle l’autonomie des femmes, ce qui remet en question la place prédéterminée des femmes et des
hommes, ainsi que les stéréotypes qui les accompagnent (force/faiblesse ; domination/soumission, etc.).

Questions 4-5
[en groupe classe]

Propositions de corrigés :
4 Selon G. Vigarello, la virilité s’apparente à une valeur qui s’impose aux hommes et les distingue entre
eux. Elle caractérise l’image d’un homme fort, puissant et dominant. Un homme viril serait alors, dans
l’imaginaire collectif, un homme symbolisant la supériorité (morale, intellectuelle et physique). À travers
l’histoire, ces caractéristiques ont été attribuées au genre masculin, donc un homme à qui l’on n’attribuerait
pas ces valeurs ne ferait pas preuve de virilité. Il y aurait d’un côté les hommes virils et de l’autre les hommes
vulnérables.
5 Lorsque G. Vigarello parle de « l’exigence psychologique », il signifie qu’aujourd’hui la société demande
aux femmes comme aux hommes d’être davantage à l’écoute de leurs ressentis, de leurs doutes et
interrogations ; de faire une sorte d’introspection, ce qui implique nécessairement un questionnement sur
ce qui les détermine.

Question 6
[en groupe classe]
Noter au tableau les réponses apportées par les apprenants. Les classer selon qu’elles concernent la sphère
privée ou la sphère publique.
Proposition de corrigé :
6 L’évolution du statut féminin a remis en question la place prédéterminée des femmes et des hommes.
À titre d’exemple, les femmes sont de plus en plus indépendantes financièrement depuis la fin du XIXe siècle,
ce qui n’était pas le cas auparavant car le mari devait être l’unique membre de la famille à travailler et à
subvenir au besoin du foyer. Les cartes sont donc redistribuées.

Question 7
[en groupe classe]

Proposition de corrigé :
7 Selon G. Vigarello, certains hommes ressentent de l’angoisse face à ces changements. Pour d’autres, ces
évolutions sont acquises et ne sont pas vécues comme un chamboulement, bien au contraire. Toutefois, un
certain conservatisme s’instaure et une tradition d’une supposée image originelle de l’homme (fort et
puissant) est également revendiquée (à travers certains sports, etc.).

196
PRODUCTION ORALE
Page 120
Question 8 - Débat
[en binôme puis en groupe classe]
Relever au tableau les mots-clés qui reviennent le plus souvent à travers le questionnement. Voir s’il y a
consensus ou bien désaccord pour créer le débat.
Veiller à ce que chaque membre du groupe s’exprime. Prendre en note les erreurs récurrentes et les corriger
ou les faire corriger ensuite au tableau.

Revoir avec les apprenants la page vocabulaire qui suit.

Proposition de corrigé :
8 Réponses libres.

Question 9 - Mini-exposé
[en sous-groupe puis présentation en groupe classe]
La virilité étant un mythe, demander aux apprenants quelles figures masculines anciennes ou récentes ont
forgé cet idéal masculin dans leur société. Cela permettra de trouver des arguments pour débattre de la
question posée dans le livre.

Propositions de corrigé :
9 Réponses libres.

PRODUCTION ÉCRITE

Page 120
Question 10 - Fil de discussion
[au choix du professeur : travail individuel ou par sous-groupe en classe ou à la maison]

Proposition de corrigé :
10 La virilité se caractérise dans l’imaginaire collectif par un homme avec des qualités physiques (puissance/
vigueur/force…) et comportementales (combativité/bravoure/assurance…) stéréotypées.
Quant à la masculinité, elle caractérise, selon les définitions, les personnes de sexe masculin voire des
comportements et des caractéristiques attribués au genre masculin. La frontière entre ces définitions est
assez floue alors qu’il y a bien des différences. La virilité est un concept lié aux stéréotypes de genre. Elle
exprime une façon unique de paraître et de se comporter. Les hommes qui ne correspondraient pas à ce
modèle seraient alors considérés comme faibles ou fragiles (caractéristiques attribuées aux stéréotypes du
genre féminin et perçues comme péjoratives). Or, ne pas correspondre à cette représentation stéréotypée
ne veut pas dire ne pas être « homme ». Il serait alors intéressant de ne plus parler de « masculinité » comme
une façon unique d’être un homme mais plutôt comme pouvant être définie de plusieurs façons, tant par
l’aspect physique que comportemental, sans qu’une caractéristique ne prévale sur une autre.

Page 121 VOCABULAIRE


Page 121
Questions 1-2
[en binômes puis en groupe classe]

Ne pas hésiter à se référer à cette page et à ses activités tout au long du thème, comme il est parfois indiqué.
Inviter les apprenants à se reporter à la page 121 vocabulaire. Leur demander de lire cette page de façon
individuelle. Souligner les mots de vocabulaire qui semblent poser le plus de difficultés aux apprenants.
Demander aux apprenants de faire les activités 1, 2, 3.
Pour s’exercer : activité 6 p. 127 du cahier d’activités.

197
THÈME
THÈME
17
1
Corrigés :

1 Exemples d’expression : s’occuper du foyer, des enfants, des tâches ménagères ; faire la guerre,
prendre les armes ; avoir un poste à responsabilités ; subvenir aux besoins du foyer ; réussir sa carrière…
Les stéréotypes peuvent s’expliquer par leur construction dès l’enfance, notamment par ce que la
sociologie nomme « les agents de socialisation » (l’école, la famille, les médias…) puis au fur et à mesure
des changements (enfance, adolescence et âge adulte). L’environnement social joue alors un rôle dans le
fondement des stéréotypes et donc dans la construction des inégalités entre les hommes et les femmes.
2 a. faire le coq – b. être une poule mouillée – c. avoir un cœur d’artichaut – d. porter la culotte

PRODUCTION ORALE

Page 121
Question 3
[en groupe classe ou à la maison]

Pour s’exercer : activités 11, 12, 14, 15 et 16 p.130-131 du cahier d’activités.

Proposition de corrigé :
3 Réponses libres.

Page 122 AU CŒUR DU QUOTIDIEN

Page 122
Questions 1-2-3
[en groupe classe]

Observer la vignette à droite. Demander aux apprenants d’analyser la scène qui y est représentée.
Propositions de corrigés :

1 Deux personnages sont représentés, une femme et un homme. Ce dernier est positionné derrière un
pupitre afin d’énoncer un discours ; quant à la femme, elle se trouve placée devant le pupitre comme pour
écouter le discours à venir. On peut remarquer dans cette scène que l’homme surplombe la femme qui se
retrouve à devoir lever les yeux pour le regarder. Cette disposition peut signifier symboliquement que les
hommes dirigent en partie la société (administrations publiques par exemple) et que les femmes sont plus
souvent spectatrices qu’actrices. De plus, on peut ajouter un commentaire sur la tenue des personnages.
On remarque que l’homme est représenté dans un costume bleu tandis que la femme porte une robe rose.
On note donc ici l’utilisation d’un stéréotype de genre, volontaire ou non, pour illustrer les personnages.

2 L’homme placé derrière le pupitre est en train de lire la Déclaration universelle des droits de l’homme
sauf qu’il ne précise pas que cette déclaration concerne aussi les femmes puisque le titre n’en fait pas
explicitement état. De ce fait, la femme placée devant le pupitre lui signale le possible oubli et l’homme
rétorque que ce n’est pas utile de le préciser ; il caractérise même cela de « détail » en prenant un air
hautain (bouche pincée et yeux rivés sur son texte) ce qui appuie l’idée que les femmes ne représentent
pas grand-chose. Cela prête à sourire car on perçoit un décalage entre les institutions et les changements
qui sont en train de s’opérer dans la société pour l’égalité entre les hommes et les femmes (jusqu’au
sein même de la langue française). Cette idée est également appuyée par le choix du placement des
deux personnages, l’homme derrière le pupitre (homme/acteur/institution) et la femme en bas devant le
pupitre (femme/ spectatrice/peuple).

3 L’écriture inclusive a pour dessein de représenter le féminin au sein de la langue. Il s’agit, par exemple,
de féminiser les noms de métiers et de supprimer la règle qui juge que le masculin prévaut sur le féminin.
De ce fait, inclure de plus en plus de pluralité dans la langue française est une bonne chose, je dirai
même qu’elle est nécessaire. En effet, la langue est une entité vivante qui ne cesse d’évoluer dans le
temps. La preuve en est par la langue française elle même, nommée aujourd’hui « français moderne »,
celle que nous parlons actuellement est issue de l’ancien français lui-même issu du latin et ainsi de suite.
Toutefois, certains linguistes et institutions sont aujourd’hui vent debout contre toute modification

198
de la langue jugeant parfois cela de « barbarisme » ; on peut noter, à titre d’exemple, l’introduction
des noms de métiers au féminin (ex. : auteure / autrice). Il est également intéressant de réfléchir à
nos représentations au sein même de la langue. L’usage systématique du pluriel au masculin lorsque
deux genres sont cités est aussi à remettre en question. Comme le disent certains linguistes, la langue
évolue avec le temps et avec l’usage qu’en font ceux qui la parlent quoi qu’en disent les institutions.

COMPRÉHENSION ORALE

Page 122
Écouter le document sonore. Se référer à la transcription au préalable afin de cibler les moments difficiles
de l’enregistrement et de mettre en avant quelques mots qui pourraient poser problème lors de l’écoute.
Questions 4-5-6
[en groupe classe]

Propositions de corrigés :

4 Le premier interlocuteur indique qu’il a été sensibilisé assez tardivement car d’autres causes lui
importaient davantage comme l’écologie et les inégalités économiques. Toutefois, lorsqu’il a commencé
ses études dans le supérieur, ce sont ses amis qui l’ont sensibilisé au féminisme par l’intermédiaire de
groupes de parole. À l’inverse, le deuxième interlocuteur s’est interrogé sur les différences de traitements
liées au genre et qu’il a pu observer. Il a été sensibilisé dès son plus jeune âge car au sein même de sa
famille il a pu discuter de ce sujet avec ses sœurs.

5 Oui et non. Pour le premier interlocuteur, le fait de ne pas être une victime directe de ces inégalités
ne lui a pas permis de prendre tout de suite la mesure de ces différences de traitement. Il admet être lui-
même porteur de préjugés tout en ayant conscience des problèmes d’égalité (salaire, sécurité). En ce qui
concerne l’interlocuteur suivant, le féminisme semble avoir un impact important. Il a passé sa jeunesse
dans une famille composée de nombreuses femmes et il est très à l’écoute des difficultés qu’elles ont
rencontrées et que les femmes rencontrent de manière générale. Les deux protagonistes essaient tous
deux de travailler sur leurs propres préjugés au quotidien.

6 L’interlocuteur évoque un stéréotype très connu, celui qui voudrait que l’homme soit fort et puissant
(physiquement et mentalement) et qu’il soit celui qui vient en aide à la femme, qui, selon le préjugé, serait
plus faible et donc plus fragile.

PRODUCTION ORALE

Page 122
Question 7
[en binômes puis en groupe classe]
Proposition de corrigé :
7 Réponses libres.

Question 8 - Jeux de rôles


[en binômes puis en groupe classe]
Activité décrite dans le livre.
Proposition de corrigé :
8 Réponses libres

199
THÈME
17
Cahier d’activités, p. 126-132

PRODUIRE

Voir Écrivez un billet d’humeur sur ce sujet : « Vous constatez que


FICHE
MÉTHODO l’image de l’homme dominant et celle de la femme-objet
3 continuent de nourrir les stéréotypes de genre ; laissant penser
que les hommes ne sont pas concernés par la question de
ESSAI

l’émancipation. Or, vous affirmez qu’ils ont une place essentielle


dans ces changements, aussi bien pour les femmes que pour
eux. » Vous appuyez ce constat dans un billet d’humeur par des
exemples étayés, vous alertez et proposez des solutions pour ne
pas perpétuer cet état de fait. (250 mots environ)

Page 132

18 Proposition de corrigé :
Plan
Idée principale : hommes et femmes, même combat pour l’émancipation
Idée secondaire 1 : déconstruire les stéréotypes de genre
Exemple : hommes/guerriers/travailleurs ; femmes/princesses/responsables du foyer
Idée secondaire 2 : remettre en question les places prédéterminées de chacun
Exemple : développement du mouvement féministe

Texte rédigé 
Il paraît que de nos jours le mâle est mis à mal… Certains se demandent même où est passé le guerrier,
le combattant d’autrefois ; celui qui sauvait la pauvre princesse égarée, objet de tous les désirs. Car oui,
les temps changent et avec lui les idées préconçues sont remises en question. Mais ce n’est pas encore
gagné… Les femmes restent en majorité celles qui s’occupent du foyer et prennent un congé parental. Cet
exemple peut trouver une explication dès l’enfance. En effet, dès le plus jeune âge, les enfants sont encore
trop souvent conditionnés à reproduire les stéréotypes liés au genre. Les jouets sont un bon exemple pour
illustrer le fonctionnement de transmission de ces stéréotypes avec, notamment, l’utilisation d’un code
couleur bien défini. D’un côté, des jouets roses pour les filles, de l’autre, des jouets bleus pour les garçons ;
des petites voitures et des jeux de construction pour les uns, des poupées et des dînettes pour les autres.
Ces dernières sont donc conditionnées à penser qu’elles sont responsables du foyer et qu’elles en ont
implicitement la charge mentale (organisation, gestion, etc.).
Heureusement, de plus en plus de voix s’élèvent pour contester ces places prédéterminées. Néanmoins,
si les femmes font entendre leur voix, les hommes sont encore trop souvent muets sur ces questions.
Alors oui, le féminisme est un mouvement qui a pour objectif d’accroître les droits des femmes mais il ne
concerne pas seulement les femmes, et c’est ce dernier point qui est l’un des enjeux majeurs ; car derrière
le mot « féminisme », il faut entendre celui d’« égalité » : égalité des salaires, égalité dans les études,
égalité dans les tâches parentales, etc., aussi bien pour les femmes que pour les hommes. Pour développer
un exemple précédemment cité, les hommes sont encore très peu nombreux en France à prendre un
congé parental de plusieurs mois en raison du regard négatif porté par la société. Le congé parental de
longue durée est encore trop perçu comme uniquement réservé aux femmes en raison de stéréotypes de
genre bien tenaces.
Il faut donc redistribuer les cartes pour équilibrer la balance. Mesdames, Messieurs, à vous de jouer, vous
avez les cartes en main.
(359 mots)

200
TEST Thème 17

1 Utilisez le comparatif qui convient. 9 points


a. Je ne sais pas pourquoi les femmes ne sont pas payées ……..……..…………… que les hommes.

b. Être une femme dans la rue, ce n’est jamais ……..……..…………… tranquille qu’être un homme

dans la rue.

c. Si l’on est trop jeune ou trop vieux, on est toujours ……..……..…………… considérés que les autres

salariés.

d. Je ne sais pas si les hommes prennent ……..……..…………… de place dans les transports.

En revanche, je sais que le métro, par exemple, est ……..……..…………… adapté aux personnes âgées

que le bus.

e. C’est le quartier le ……..……..…………… insalubre où j’ai habité.

2 Identique ou contraire ? 9 points


a. Le comportement d’une personne ivre se distingue souvent dans sa manière de parler aux femmes,

car elle se sent désinhibée.

b. Au fond, dans certaines rues, être un homme ou une femme fait la différence. Ça fait froid dans

le dos !

c. J’aimerais parfois être semblable à un homme pour que l’on arrête les remarques sexistes à mon

égard.

d. Comme je suis très grande, j’ai l’impression que je me différencie un peu des autres femmes. Les

hommes ont moins de courage à venir me parler.

e. Tu étais tel que je l’imaginais !

f. Je crois que tu ne te rends pas compte à quel point ces deux situations ne se ressemblent pas.

3 Exposé oral 12 points


Vous préparez un exposé et vous le présenterez au jury.

Vous aurez soin de présenter, en une dizaine de minutes, idées et exemples pour étayer vos propos EDITO C1 GUIDE PÉDAGOGIQUE - Thème 17 - test © Éditions Didier, 2019

et d’organiser votre discours de manière élaborée et fluide avec une structure logique et efficace

qui aidera le destinataire à remarquer les points importants.

Sujet :

Votre mairie organise un forum sur les violences urbaines. Vous présentez d’abord les différentes

formes qu’elles peuvent prendre, vous en cherchez les causes puis vous proposerez quelques solutions

pour y remédier.

201
THÈME
THÈME
18
1
THÈME 18   À la vie, à la mort
Livre, p. 123-130

hier
Ca
18 À la vie, à la mort THÈM
E 18

s
d  ’


Livre de l’élève - p. 123-130 a c t i vi
OBJECTIFS COMMUNICATIFS q appréhender la médicalisation de la naissance
ENRICHIR SON LEXIQUE
& SAVOIR-FAIRE et de la mort La naissance & la mort
q saisir la révolution de l’utérus artificiel
CONSOLIDER SA GRAMMAIRE
VOCABULAIRE La naissance : étapes de la vie, métiers, contraception Approfondir le discours
La mort : pompes funèbres, mourir, sentiments, rapporté
expressions
q passer en revue l’histoire de la procréation PRODUIRE > ESSAI
PRODUCTION ORALE Soutenir un projet de loi dans
> DÉBAT q enquêter sur la cryoconservation
une lettre ouverte
> MINI EXPOSÉ q jouer une scène de film
q réaliser un panorama législatif LES ARTICULATEURS

PRODUCTION ÉCRITE q réagir à une prise de position affichée sur les


> FIL DE DISCUSSION réseaux sociaux
q mentionner la prise en charge des personnes âgées
JEUX DE CULTURE GÉNÉRALE

Page 123 OUVERTURE


PRODUCTION ORALE

1 Le titre de l’unité
[en groupe classe]
Pour entrer dans le thème, demander aux apprenants de définir les mots « mort » et « vie ».
Expliquez le titre de l’unité.
[en groupe classe]
Inviter les apprenants à déduire le sens de cette expression qui allie deux mots qui, au fond, s’opposent. Les
amener à décrypter l’intention de durée illimitée qui est sous-entendue. Préciser le contexte dans lequel
cette expression est souvent usitée, à savoir entre amis ou au sein d’un couple. Des personnes se font le
serment qu’ils seront unis toute leur vie, pour toujours, même au-delà de la mort.
FOCUS Vocabulaire
La préposition « à » dans les expressions « à la vie » ou « à la mort » peut avoir le sens d’une célébration,
comme dans l’expression « à ta santé », surtout s’il est ponctué d’un point d’exclamation.
FOCUS Culture
À la vie, à la mort est par ailleurs un film français réalisé par Robert Guédiguian et sorti en 1995.
À la vie, à la mort est aussi le 43e album et le 2e double album studio de Johnny Hallyday, il est sorti en
novembre 2002. Johnny Hallyday (1943-2017) est un chanteur, compositeur et acteur français parmi les
plus célèbres chanteurs francophones et l’une des personnalités les plus présentes dans le paysage
médiatique français.
Quels sont les thèmes de cette unité ?
La vie, la naissance, la conception, la fin de vie, la mort, l’accompagnement thérapeutique.

2 La photographie
[en groupe classe]
Décrivez la photographie et donnez-en une interprétation.
Description : on voit deux femmes debout, face à face. Elles sont enveloppées de fils de couleurs reliés entre
eux. Elles regardent au-dessus de leur tête.

202
Interprétation : on pourrait supposer que ces deux femmes sont liées, l’une étant âgée, l’autre plus jeune,
l’une regardant de l’avant, l’autre vers le passé ; elles pourraient être le pendant l’une de l’autre. La femme
plus âgée regarde sa vie passée et la femme qu’elle a été ; la femme plus jeune regarde l’avenir et la femme
qu’elle sera. Les fils colorés peuvent faire penser à un arc-en-ciel et inviter à regarder la vie de façon positive.
Le fil est aussi une métaphore utilisée pour mentionner le fil de la vie, le cours de la vie et le temps qui
passe.
La forme globale des fils et la présence des 2 femmes pourraient aussi laisser à imaginer la forme d’un utérus
et la représentation de la naissance, la fertilité, de la vie à la mort.
Demander aux apprenants ce qui se dégage de cette photographie. Laisser les apprenants parler librement.

3 Les objectifs
> Préparer les apprenants à la production finale
La production finale de ce thème est un essai argumentatif. L’apprenant devra produire un essai argumentatif
sur le droit à mourir dans la dignité sous la forme d’une lettre. La consigne de la production finale se trouve
en page 133 du cahier d’activités.

Voir Vous avez intégré l’Association pour le droit de mourir dans la


FICHE
MÉTHODO dignité (ADMD) évoquée par Noëlle Châtelet (livre, p. 126-127) qui
ESSAI

3 cherche à rendre légale l’aide à mourir. Vous écrivez une lettre au


ministre de la Santé pour soutenir une proposition de loi favorable
à cette idée. (300 mots environ)

Tout au long du travail sur les documents du thème, inciter les apprenants à relever dans un brouillon le
vocabulaire de la vie et de la mort, ainsi que sur les arguments relatifs à l’assistance en fin de vie. Lorsque
vous le jugerez utile, les renvoyer à la fiche méthodologique dans le cahier. Dans le cadre de l’essai, il s’agit
de la fiche 3 p. 6 et 7 du cahier d’activités.

Page 124 DOCUMENT A


Page 124
Titre du document A
[en groupe classe]
Demander aux apprenants de lire le titre du texte : « Procréation égalitaire ? ». Expliquez le mot « procréation »,
quelle est la différence avec « création » ? Pourquoi y a-t-il un point d’interrogation ? Noter les mots clés au tableau.

FOCUS Vocabulaire
« Procréer » signifie « enfanter, engendrer » en parlant de l’espèce humaine, alors que « créer » a le sens
de « faire, élaborer, composer » pour les gens et les choses.
La photographie
[en groupe classe]
Décrivez la photo et donnez-en une interprétation.
Description : c’est une photo à laquelle des dessins ont été ajoutés pour représenter des personnes. On voit
un avocat coupé en deux. La moitié gauche a le noyau. Le visage représenté sur la moitié gauche est souriant
et les bras entoure le noyau qui représente un bébé. Le visage représenté sur la moitié droite est triste.
Interprétation : les deux expressions (bonheur/tristesse) indiquent les sentiments forts qu’une procréation
ou qu’une absence de procréation peut générer. Le dessin dit clairement qu’une personne pouvant procréer
est heureuse, contrairement à l’autre.
Faire réagir les apprenants devant cette image : que pensez-vous de cette représentation de la procréation ?
Que pensez-vous des sentiments associés : une personne heureuse avec un bébé / une personne triste sans
enfant ?

Encadré « Au fait » :
Lire l’encadré. Demander aux apprenants ce qu’ils pensent des couveuses permettant à de grands prématurés
de survivre.

203
THÈME
THÈME
18
1
COMPRÉHENSION ORALE

Page 124
FOCUS Culture
Demain la veille est une émission hebdomadaire diffusée sur France Inter, une station de radio généraliste
nationale publique française du groupe Radio France.
Le CNRS, Centre national de la recherche scientifique, est une institution de recherche parmi les plus
importantes au monde qui étudie le vivant, la matière, l’Univers et le fonctionnement des sociétés
humaines.
Aldous Huxley est un écrivain, romancier et philosophe britannique qui vécut au XXe siècle. Il a notamment
écrit Le Meilleur des Mondes, une fiction dans laquelle la reproduction sexuée a disparu et où les êtres
humains sont tous créés en laboratoire.
Questions 1-2-3-4-5-6-7-8
[travail individuel puis en groupe classe]
Demander aux apprenants de lire les questions de compréhension orale. Les inviter à prendre des notes
pendant l’écoute. Faire écouter deux fois avec une pause entre les deux. Corriger tous ensemble pour
répondre aux questions ou compléter les réponses. Faire réécouter des extraits, si besoin. Tracer 4 colonnes
sur la procréation au tableau à enrichir par mots clés ou idées phares tout au long des questions 1 à 8 :
aujourd’hui / découverte / apports / craintes.
Propositions de corrigés :
1 Pour contrôler les naissances, on peut utiliser le préservatif féminin ou masculin, un spermicide ou encore
une contraception hormonale, comme la pilule contraceptive.
Pour intervenir médicalement sur les naissances, on peut recourir à la procréation médicalement assistée :
l’insémination artificielle (avec ou sans donneur) et la fécondation in vitro. En France, la gestation pour
autrui n’est pas autorisée.
2 La prochaine étape envisagée est l’ectogenèse, c’est-à-dire l’utérus artificiel, qui permettrait le
développement d’un fœtus hors du corps d’une femme. La journaliste évoque aussi la possibilité qu’un
homme puisse être lui aussi « enceint », comme une femme, mais cela est encore au stade de l’imagination
pure. Le développement de l’ectogenèse provoque des fantasmes, des rêves, mais aussi beaucoup de craintes.
Cette nouvelle technique inquiète plutôt qu’elle ne réjouit.
3 Le titre de l’émission « L’égalité par l’utérus artificiel » peut s’entendre de deux manières différentes :
d’une part que toutes les femmes, même celles qui ont eu des problèmes de santé rendant impossible une
grossesse naturelle, pourront avoir un enfant grâce aux techniques en cours de développement comme
l’ectogenèse. Mais cela suggère aussi que l’homme pourrait devenir l’égal de la femme en portant un enfant
grâce à l’implantation de l’utérus artificiel. La journaliste introduit cette idée en faisant une allusion aux
hommes « enceints ».
4 Une équipe de chercheurs de Cambridge a réussi à cultiver pendant 13 jours un embryon in vitro, c’est-
à-dire hors du corps humain. L’expression in vitro signifie dans l’éprouvette.
5 Pour le professeur René Frydman, gynécologue-obstétricien, spécialiste de la procréation médicalement
assistée, c’est une bonne nouvelle pour la science. En effet, l’étude du pré-embryon (avant 14 jours) permet
de mieux comprendre la mise en place, le développement de l’être humain, pour éviter les malformations
grâce à ces études.
6 La journaliste suggère qu’il y a dans la médecine liée à la procréation une volonté peut-être excessive
d’annihiler la nature même de l’être humain, ce en quoi il se rapproche de l’animal. La sociologue n’est pas
du tout d’accord avec cette analyse. Au contraire, elle trouve que le recours aux procédés artificiels favorise
le retour au naturel et à sa valorisation. Elle donne comme exemples les maisons de naissance ou l’allaitement
et insiste sur le fait qu’il y a, grâce à la procréation médicalement assistée, la construction de liens choisis
car les femmes décident véritablement de donner la vie.
7 Selon la sociologue, ces nouvelles pratiques favorisent un décloisonnement de la répartition des tâches
selon le sexe : l’homme associé à la production et au monde professionnel ; la femme à la reproduction et
à la vie privée. On rompt donc ainsi avec le patriarcat.
8 Certains ont peur que la procréation ne devienne une fabrique des enfants ou une « usine à bébés »,
comme dans le livre d’Huxley (auteur d’un livre de science-fiction, Le meilleur des mondes, qui se passe dans
un monde futuriste où les enfants sont entièrement créés en laboratoire). Ils craignent aussi que cette aide
à la procréation, envisagée pour le moment pour les femmes seulement, ne soit étendue à l’ensemble de
la population, quel que soit l’âge ou le sexe.
René Frydman ne croit pas possible de créer un enfant entièrement en utérus artificiel. Il donne l’exemple
des enfants grands prématurés (nés avant 24 semaines) qui ont beaucoup de difficultés à survivre ou qui
survivent avec de graves séquelles.

204
PRODUCTION ORALE

Page 124
Question 9 - Débat
[en sous-groupes]
Ne pas hésiter à diversifier les profils dans les binômes. Se référer aux questions présentes dans le livre pour
guider les apprenants. Relever les mots clés au tableau pour chaque question afin d’éclaircir les problématiques
posées si nécessaire et trouver les termes liés dans le document A.
Demander aux apprenants de trouver deux axes de réflexion pour répondre aux questions posées dans le
livre. Les guider pour cela dans l’analyse d’une problématique. Possibilité de se référer au livre DALF 100%
p. 121.
Lors de la mise en commun, veiller à ce que chaque membre du groupe s’exprime. Prendre en note les erreurs
récurrentes et les corriger ou les faire corriger ensuite au tableau.
Proposition de corrigé :
9 Réponses libres.

Question 10 - Mini-exposé
[en groupe classe puis en sous-groupes]
Interroger les apprenants sur leurs connaissances en matière de cryoconservation des ovocytes.
Les faire travailler par petits groupes : pour quelles raisons être pour ? contre ? Leur laisser du temps pour
faire des recherches sur Internet : quels pays l’autorisent ? Enfin, chaque groupe présente le fruit de ses
recherches devant la classe, en prenant soin d’émettre un avis.
Proposition de corrigé :
10 Réponses libres.

PRODUCTION ÉCRITE

Question 11 - Fil de discussion


[travail individuel]

Proposition de corrigé :
11 Faire un bébé « éco-responsable » : je trouve que tu pousses le bouchon un peu loin en employant cette
expression horrible pour parler de l’enfantement ! Alors oui, je trouve ça important de chercher à vivre
l’expérience de la grossesse et de l’accouchement le plus naturellement possible. J’ai moi-même accouché
à domicile pour mon deuxième enfant. Mais il ne faut pas non plus rejeter tous les progrès de la médecine
qui peuvent aider la femme à moins souffrir (comme le permet la péridurale). Pour ce qui est de faire
attention à la planète, pourquoi pas (même si personnellement, je trouve l’emploi de couches lavables trop
contraignant). Mais de là à se limiter à un enfant pour l’unique raison d’éviter la surpopulation… c’est trop
calculé comme façon de faire des enfants. Il faut garder un peu de spontanéité aussi. Tu ne crois pas ?

Page 125 VOCABULAIRE



Page 125
Utiliser cette page tout au long du thème. Inviter les apprenants à la consulter lorsqu’ils préparent des
productions orales ou écrites et enrichissent par là-même leur répertoire lexical.
Se reporter à la page 125 vocabulaire. Leur demander de lire cette page de façon individuelle, de
souligner les mots qui leur posent des difficultés (de compréhension, de construction, etc.) et de noter les
expressions nouvelles. Expliquer les expressions et répondre à leurs questions et les encourager.
Inviter les apprenants de faire les activités 1, 2, 3, 4.
Pour s’exercer : activités 1 à 4 p. 133-134 du cahier d’activités.

205
THÈME
THÈME
18
1
Questions 1-2-3-4
[travail individuel puis grand groupe]

Propositions de corrigés :

1 la naissance, la petite enfance, l’enfance, l’adolescence (l’adulescence), la crise de la quarantaine,


la ménopause / l’andropause, la retraite, la vieillesse, le 3e âge, le 4e âge.
2 allaiter / l’allaitement ; commencer / le commencement ; déclarer / une déclaration ; enfanter
/ l’enfantement ; engendrer / l’engendrement ; mettre au monde / la mise au monde ; naître / la
naissance ; venir au monde / la venue au monde ; ovuler / l’ovulation ; procréer / la procréation ;
transmettre / la transmission.
3 « Venir au monde » a comme synonymes : naître, voir le jour. « Mettre au monde » a comme
synonymes : accoucher, donner la vie.
4 Croire être quelqu’un d’exceptionnel = « Se croire sorti de la cuisse de Jupiter ». Cette expression
vient d’un mythe grec qui dit que Dionysos, le dieu du vin, avait été arraché du ventre de la maîtresse
de Jupiter, qui était en train de s’enflammer. Il a ensuite mis à l’abri l’enfant dans sa cuisse jusqu’à sa
naissance. Dire qu’on se croit sorti de la cuisse de Jupiter signifie qu’on est prétentieux au point de se
prendre pour un dieu.

IDÉE POUR LA CLASSE


Demander aux apprenants de chercher à l’aide d’Internet des proverbes/expressions idiomatiques contenant
les mots vie ou mort. Exemples : La bourse, ou la vie ! ; Voir la vie en rose ; Le Roi est mort, vive le Roi ! ; etc.

PRODUCTION ORALE

Page 125
Question 5
[travail individuel puis en groupe classe]

Individuellement, les apprenants répondent à cette question et préparent une courte présentation (5
minutes) pour présenter le caractère culturel marqué de cet événement.
Proposition de corrigé :
5 Réponses libres.

Pages 126-127 DOCUMENT B


Page 126
Titre du document B
[en groupe classe]
Demander aux apprenants le sens du mot « sage-femme ». Après qu’ils ont décrit cette profession, leur
demander le sens de l’expression « sage femme » puis « femme sage ». Rappeler les règles de placement de
l’adjectif en français.
La photographie du document B
[en groupe classe]
Décrivez la photo.
Description : on voit un extrait du film La dernière leçon, adaptation du roman du même nom. Au centre,
debout, se trouve la mère de 92 ans qui a choisi de mourir. À ses côtés, on voit un homme et une femme,
peut-être ses enfants. C’est son anniversaire (on voit une banderole). Les visages sont graves, pas en accord
avec l’événement familial.

Faire réagir les apprenants : sur la banderole, il est écrit « 92 ans » puis « 100 ». Que comprenez-vous ? S’il
s’agit d’un souhait (atteindre les 100 ans !), qu’en pensez-vous ? Voudriez-vous vivre jusqu’à 100 ans ?
Pourquoi ?

206
COMPRÉHENSION ÉCRITE

Page 128
[en groupe classe ou à la maison]
Le texte étant très long, il est possible de proposer aux apprenants de lire le texte avant le cours.
FOCUS Culture
Noëlle Chatelet est l’auteure de La dernière Leçon, publiée en 2004. Le texte présenté pages 126 et 127
n’est pas extrait de son roman mais il rapporte son expérience qu’elle a racontée dans son livre.
L’Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD) milite pour que chaque Française et chaque
Français puisse choisir les conditions de sa propre fin de vie (https://www.admd.net/).
Questions 1-2-3-4-5-6
Propositions de corrigés :
1 Lexique de la mort : être usé jusqu’à la corde ; s’arrêter ; une mort programmée ; tomber sur nos cous
comme un couperet (expression employée au sens figuré mais renvoyant à la guillotine au sens premier) ; le
deuil ; le compte à rebours ; la disparition ; la délivrance ; nous quitter / partir / un départ (litotes) ; se suicider ;
un dernier acte de la vie ; IVV (interruption volontaire de vie ou de vieillesse) ; les disparus.
2 l. 13-22 : la colère puis la culpabilité des enfants et la tristesse de la mère
l. 26 -33 : entre la peur et le courage
l. 33-40 : la sérénité
l. 51-59 : le rire (pour désamorcer l’angoisse)
l. 68 : l’étonnement
L’émotion dominante est la sérénité.
3 Le lien entre la vie et la mort est annoncé dès le titre de l’extrait « C’était une sage-femme » et explicité
dans le passage l. 61-71. La similitude repose sur l’accompagnement dans le passage d’un état de vie à un
autre : la naissance comme la mort. Ainsi les gestes de l’accouchement s’apparentent à ceux de la « chorégraphie
du deuil » (l. 27) qui a ses propres « mots, gestes, préparatifs ». Plusieurs expressions sont ainsi employées
dans les deux contextes comme « la délivrance » (l. 46) ou le « travail » (l. 41). L’auteure insiste sur la similitude
de ces deux champs lexicaux. De plus, certaines expressions, employées normalement dans le seul contexte
de la naissance sont détournées de leur emploi traditionnel pour évoquer le suicide assisté sur le mode de
la comparaison explicite : « mettre au travail de la mort, comme on met au travail une femme en couches »
(l. 41-42). Enfin, sur un mode métaphorique, le « compte à rebours » (l. 36) avant la mort de la mère évoque
aussi celui des neuf mois de gestation. Cette comparaison prend tout son sens quand elle associe la lutte
pour le droit à l’avortement (l’IVG) à celle pour l’interruption volontaire de vie (l’IVV) (l. 89-92).
4 L’extrait raconte une anecdote sur le choix de la chemise de nuit que la mère veut vêtir pour mourir
(l. 51-61). La mère préférerait une chemise de nuit très abîmée mais à laquelle elle est attachée alors qu’elle
en a de très belles. Elle se projette donc au moment où ses proches vont la voir sur son lit de mort avec une
chemise de nuit trouée ou raccommodée. Cette image est burlesque et donne un aspect comique à une
situation tragique. Ce dialogue ente la mère et la fille entraîne un fou rire, étonnant compte tenu de la
situation évoquée. Cet extrait a une double valeur. D’une part, il est symbolique car il revient sur un moment
crucial qui est celui où l’auteure a décidé d’écrire un livre et en explique les raisons. D’autre part, ce moment
est pathétique et émeut le lecteur en mêlant ainsi le rire et les larmes.
5 L’auteure est favorable à l’interruption volontaire de vie, même si elle a eu une réaction de recul au
moment où sa mère décide de passer réellement à l’acte (l. 8-12). Son engagement est assumé clairement
puisqu’elle a intégré l’Association pour le droit de mourir (l. 72). Son argumentation en faveur de l’aide
active à mourir repose d’abord sur le respect de la volonté de la personne qui veut partir (l. 74-83). Elle
souligne que les personnes âgées qui souhaitent partir volontairement sont obligées de se suicider car l’aide
à mourir est interdite par la loi, ce qui dépossède la personne de son propre corps. Elle distingue en effet
le suicide de l’aide active à mourir (l. 79-81). Le choix de mourir ou non quand on n’est plus en bonne santé
devrait rester un choix personnel, comme c’est le cas pour sa mère. Elle insiste sur le fait que le pire n’est
pas de mourir mais de mourir dans de mauvaises conditions (l. 83-84). Enfin, elle indique que la majorité
des Français y sont favorables et que la loi devrait donc prendre en compte cette demande (l. 76).
6 Cette citation de René Char signifie que même quand les personnes aimées sont décédées, elles restent
présentes sous une autre forme, le souvenir par exemple, ce qui permet de maintenir un lien avec les disparus.
Question 7
[en sous-groupes]
Former des petits groupes. Chaque groupe réfléchit au texte et le rédige sur une page A3. Les pages sont
ensuite affichées en classe.

207
THÈME
THÈME
18
1
Proposition de corrigé :
7 Quand la mère de Noëlle Châtelet annonce à sa fille qu’elle a décidé de mourir volontairement, c’est le
choc. Commence alors un accompagnement au travail du deuil pour que ses enfants acceptent ce choix d’un
départ volontaire. Avec un humour et une tendresse qui adoucissent la gravité de ce sujet qu’est la mort de
ses parents, Noëlle Châtelet raconte La Dernière leçon donnée par sa mère. C’est un livre qui apporte un
témoignage bouleversant et personnel pour alimenter le débat en cours sur la pertinence de l’autorisation
de l’interruption volontaire de vie. Un livre à lire pour réfléchir autrement à ce thème de société.

PRODUCTION ORALE

Page 128
Question 8
[en sous-groupes]
Pour préparer le jeu de rôle, diviser la classe en deux. Un groupe réfléchit aux arguments pour céder au
désir de la mère, le second groupe cherche des arguments pour la motiver à continuer à vivre. Puis former
des binômes. Les apprenants échangent et opposent leurs arguments. Les jeux de rôle se déroulent
simultanément ou successivement.
Question 9 - Débat
[en sous-groupes puis en groupe classe]
Partager la classe en deux grands groupes : le groupe 1 est d’accord avec la proposition et cherche des
arguments et des exemples pour défendre cette thèse. Le groupe 2 défend au contraire l’idée que l’IVV
pose de grandes questions éthiques, et développe une argumentation en ce sens. Chaque groupe expose
ensuite ses idées et répond aux arguments de l’autre groupe. On peut nommer un médiateur du débat
parmi les apprenants, qui gère le temps de parole et les échanges. Il est conseillé de limiter le temps de
parole, et si possible de demander aux apprenants de s’exprimer debout, les uns en face des autres.
Question 10 - Mini-exposé
[en sous-groupes]
Pour préparer l’exposé, demander aux apprenants de faire des recherches sur l’euthanasie en France et dans
leur pays/culture, et de préparer une présentation orale de 5 à 10 minutes. Chaque groupe fait son exposé
devant la classe. Ne pas hésiter à référer les apprenants à la fiche méthodologique 5 sur l’exposé oral p. 10
du cahier d’activités.

PRODUCTION ÉCRITE

Page 128
Question 11 - Fil de discussion
[au choix du professeur : travail individuel en classe ou à la maison.]
Demander aux apprenants de prendre connaissance du sujet et de réfléchir à des arguments. Les rédiger
dans un texte libre (type post sur un forum). Rappeler aux apprenants la nécessité d’utiliser des exemples
concrets pour appuyer les arguments exposés dans la production.
Proposition de corrigé :
11 En ce qui me concerne, il est hors de question que j’abandonne mes parents dans une maison de retraite.
Mes parents se sont occupés de moi quand j’avais besoin d’eux et il est normal qu’à mon tour je sois là pour
eux. Certes, c’est toute une organisation pour permettre à ses parents de rester autonomes le plus longtemps
possible chez eux ou de les prendre chez soi quand ils ne le peuvent plus. Mais, j’aurais honte de laisser un
inconnu prendre soin de ceux qui me sont le plus chers.
La photographie
[en groupe classe]
Décrivez la photo.
Description : c’est la photo d’une famille avec plusieurs générations. La femme au centre, serrée par une
plus jeune, est une personne âgée. L’ambiance est décontractée, les gens semblent heureux.
Faire réagir les apprenants sur la place des personnes âgées dans les fêtes de famille de leur pays/culture.

208
Encadré « Au fait » :
Lire l’encadré avec les apprenants. Que pensez-vous de l’acharnement thérapeutique ? Que dit la loi de
votre pays ?

IDÉE POUR LA CLASSE


Demander aux apprenants de faire des recherches sur l’euthanasie en France, en Suisse et en Belgique, et
de comparer la législation. Citer le cas de Vincent Lambert, emblématique du droit à mourir dans la dignité.

Page 129 VOCABULAIRE



Page 129
[travail individuel puis en grand groupe]

Inviter les apprenants à se reporter à la page 129 vocabulaire. Leur demander de lire cette page de façon
individuelle, de souligner les mots qu’ils ne comprennent pas (de compréhension, de construction, etc.) et
de noter les expressions nouvelles. Expliquer les expressions qui leur posent des difficultés et répondre à
leurs questions et les encourager.
Questions 1-2-3-4-5
[travail individuel puis grand groupe]

Propositions de corrigés :

1 Émotions positives : la quiétude, la sérénité


2 a. un croque-mort – b. la faucheuse – c. une veuve
3 a. un enterrement / une inhumation – b. incurable – c. dépénaliser – d. une calamité
4 Martine Revel et ses enfants ont la douleur de vous faire part du décès de monsieur René Revel,
survenu le 17 mars. Les obsèques auront lieu le 21 mars à 15 heures au crématorium. Selon les dernières
volontés de René Revel, une partie de ses cendres seront dispersées en mer et l’autre au jardin du
souvenir.
5 être en phase terminale, avoir un pied dans la tombe, voir sa dernière heure arriver.

PRODUCTION ORALE

Page 129
Question 6
[en binômes]

Former des binômes. Les apprenants se posent mutuellement la question. Si possible, mettre ensemble des
apprenants de pays/culture différents.
Proposition de corrigé :
6 Réponses libres.

Page 130 q JEUX DE CULTURE GÉNÉRALE

Page 130
[en groupe classe ou en sous-groupes]

Les pages Jeux de culture générale sont une opportunité de convivialité et de respiration en cette fin de
thème. Comme tout jeu de culture générale, cela va de soi que les apprenants ne sont pas forcément au
fait des idées et informations évoquées. La finalité est de jouer et de provoquer l’envie d’en savoir plus.
Propositions de corrigés :

1 a2.2 (Maréchal Ney / soldats / en commandant) – b3.1 (Raoul Dufy / éteint la lumière / chambre
ensoleillée) – c4.3 (Alfred de Musset / dormir / dépressif) – d1.4 (reine de France / pardon / marché sur le pied).

209
THÈME
THÈME
18
1
2 a. 1912 – b. -465 – c. 1478 – d. 1671.
3 a. 2 et 3, selon la légende… Cependant, certains avancent encore une autre explication : les croque-
morts « croquaient » ou volaient les bijoux et les biens de valeur des morts avant de les enterrer. – b. 3 (On
retrouve l’idée de cortège solennel dans l’expression « une cérémonie en grande pompe »).

IDÉE POUR LA CLASSE


Pour aller plus loin, demander aux apprenants de trouver des personnages célèbres dans leur pays qui ont
également eu une mort insolite. Les apprenants font des recherches sur Internet, puis préparent un court
exposé qu’ils présentent à la classe.

Cahier d’activités, p. 133-139

PRODUIRE

Voir Vous avez intégré l’Association pour le droit de mourir dans la dignité
FICHE
MÉTHODO (ADMD) qui cherche à rendre légale l’aide à mourir. Suite à une
ESSAI

3 proposition de loi faite à l’Assemblée nationale, vous écrivez une lettre


au ministre de la Santé pour la soutenir. Vous donnez votre point de
vue argumenté, en vous aidant d’exemples. (300 mots environ)

Page 139
19 Proposition de corrigé :
Plan
Introduction : Salutations, rappel du contexte, annonce du thème de la lettre
Partie 1. Les limites des soins palliatifs
Critique de l’acharnement thérapeutique
Un encadrement légal nécessaire pour l’euthanasie
Partie 2. Les Français favorables à l’euthanasie
L’euthanasie en Europe
Le Serment d’Hippocrate vs la volonté individuelle

Texte rédigé 
Madame la Ministre,
Ayant pris connaissance de votre proposition de loi en faveur de l’aide active à mourir, je me réjouis
que le gouvernement prenne enfin en considération les demandes répétées des familles désireuses
d’accompagner leurs proches vers une fin de vie paisible en toute légalité.
Il est en effet faux de croire que les soins palliatifs suffisent à apaiser la souffrance des grands malades,
ne serait-ce que psychologique. Ainsi, il est normal que les malades sans espoir de guérison puissent faire
le choix de partir non seulement sans acharnement thérapeutique mais aussi avec l’aide de la médecine,
selon leurs dernières volontés, à l’instar de la mère de Noëlle Châtelet, qui a raconté son histoire dans La
dernière leçon. Certes, les opposants diront que, en cas de coma, les membres de la famille n’ont pas le
droit de décider pour un tiers… C’est pourquoi il est nécessaire d’encadrer cette pratique médicale pour
que chacun puisse prendre position avant qu’un tel événement n’arrive. C’est d’ailleurs ce que devaient
faire les donneurs d’organes avant que la loi ne fasse de chacun de nous des donneurs présumés.
Comme l’atteste le sondage Ifop cité dans votre texte, les Français sont massivement favorables à la
dépénalisation de l’euthanasie. Pourquoi leur refuser ce droit-là qu’ils réclament ? Sans compter que ce
droit est déjà autorisé dans plusieurs pays limitrophes, comme la Suisse, ce qui entraîne un « tourisme de
la mort » qu’on pourrait épargner aux familles et aux malades. Certains affirment, à tort, que les médecins
deviendraient ainsi des meurtriers, ce qui serait contraire au serment d’Hippocrate. Pour ma part, j’estime
en revanche qu’il serait temps de respecter le souhait des malades avant tout. Par conséquent, je tiens
à vous assurer de mon soutien actif quant à la diffusion, au sein de la société civile, des idées que vous
défendez dans votre proposition de loi.
Veuillez agréer, Madame la Ministre, l’expression de mes salutations distinguées.
Gérard Cochard

(322 mots)

210
TEST Thème 18

1 Transformez les phrases suivantes au discours indirect. 9 points


a. « Depuis combien de temps sais-tu pour le bébé ? », m’a-t-il demandé.

………………..………………..……………………………………..………..……….………………………..…..

b. Ils me diront : « on ne savait pas comment t’annoncer sa mort ».

………………..………………..……………………………………..………..……….………………………..…..

c. « Aide-moi financièrement, je t’en supplie ! »

………………..………………..……………………………………..………..……….………………………..…..

d. « La procréation assistée est désormais très courante », m’a-t-il précisé.

………………..………………..……………………………………..………..……….………………………..…..

e. « Quel est l’impact sociétal de ces nouveaux types de procréation ? », s’interrogent les sociologues.

………………..………………..……………………………………..………..……….………………………..…..

f. « L’euthanasie est un crime », prétendent les anti-IVG.

………………..………………..……………………………………..………..……….………………………..…..

2 Associez les expressions synonymes ou relevant du même thème. 9 points

a. trépasser un obstétricien

b. avoir du vague à l’âme la pilule du lendemain

c. un stérilet succomber

d. des funérailles nourrir au sein

e. allaiter être mélancolique

f. une sage-femme un enterrement

3 E xposé oral 12 points EDITO C1 GUIDE PÉDAGOGIQUE - Thème 18 - test © Éditions Didier, 2019

Vous préparez un exposé et vous le présenterez au jury.

Vous aurez soin de présenter, en une dizaine de minutes, idées et exemples pour étayer vos propos

et d’organiser votre discours de manière élaborée et fluide avec une structure logique et efficace

qui aidera le destinataire à remarquer les points importants.

Sujet :

Vous avez eu l’occasion de visiter un salon consacré aux métiers du funéraire. Vous participez à une

émission radio qui débat sur ce secteur méconnu du public et sur le silence et la gêne autour de cette

profession. Vous prenez la parole pour défendre le rôle essentiel des conseillers funéraires, des

thanatopracteurs (interviennent sur le corps des défunts pour rendre au mort un aspect présentable)

aux ouvriers-marbriers et ce, malgré le malaise qu’ils génèrent.

Vous élaborez un exposé argumenté, clair et organisé.

211
THÈME
THÈME
19
1
THÈME 19   Le plein d’émotions
Livre, p. 131-138
hier
Ca
E 19
19 Le plein d’émotions THÈM

s
d  ’


a c t i vi
Livre de l’élève - p. 131-138
q considérer la place des émotions dans nos ENRICHIR SON LEXIQUE
OBJECTIFS COMMUNICATIFS
Les émotions
& SAVOIR-FAIRE sociétés
q développer son rapport aux émotions CONSOLIDER SA GRAMMAIRE
Les émotions : positives, négatives, intérieures, Envisager la modalisation et les
VOCABULAIRE
sensations, expressions indices de subjectivité

PRODUCTION ORALE q explorer la pleine conscience PRODUIRE > ESSAI


> DÉBAT q évaluer le rôle des émotions Diffuser son opinion sur la gestion
> MINI EXPOSÉ q discuter des managers du bonheur des émotions
q faire l’éloge d’une émotion
PRODUCTION ÉCRITE q commenter une citation d’un philosophe
> FIL DE DISCUSSION q conseiller un ami par mail

JEUX DE CULTURE GÉNÉRALE

Page 131 OUVERTURE


PRODUCTION ORALE
1 Le titre de l’unité
[en groupe classe]
Afin d’entrer dans la thématique du dossier, poser les questions suivantes aux apprenants : Écoutez-vous
vos émotions ? Ont-elles une place importante dans votre vie ? Vous sentez-vous parfois submergé(e) par
elles ? Pensez-vous qu’on leur donne leur juste place ? Pour vous, le terme émotion est-il en général positif
ou négatif ? Quelles émotions ressentez-vous le plus souvent ? Y-en-a-t-il certaines plus fortes que d’autres ?
Lesquels vous apportent de la joie ou de la tristesse ?
Expliquez le titre de l’unité.
[en groupe classe]
Le plein d’émotions : les émotions sont parties intégrantes de nos vies. On les oppose en général à la raison
et à l’argumentation mais elles les alimentent également. Le plein d’émotions ici signifie effectivement
qu’elles peuvent nous submerger et que cela a un impact direct sur nos choix. Nombreuses, elles peuvent
engendrer un bien-être ou un mal-être, car lorsque nous sommes plein, nous pouvons exploser et ainsi
éprouver de la colère ou de la tristesse. En revanche, ce plein peut être positif et nous procurer de la joie
et du bonheur. En français, le terme plein signifie également que l’on ressent le besoin d’extérioriser quelque
chose qui nous emplit complètement.
Quels sont les thèmes de cette unité ?
Les émotions, la place des émotions, la modalisation, la subjectivité.

2 La photographie
[en groupe classe]
Décrivez la photographie et donnez-en une interprétation.
Description : sur cette photographie, on peut voir une femme fermant les yeux et ouvrant grand la bouche,
les cheveux défaits.
Interprétation : l’émotion qui semble transmise sur cette image paraît plutôt négative. La femme a l’air en
effet de pousser un cri, d’être à bout. Ainsi, lorsque nous sommes emplis d’une émotion forte, ici plutôt
négative, nous éprouvons le besoin de la faire sortir en nous exprimant parfois de manière brutale ou violente.
Cette image peut rappeler le tableau du peintre norvégien Munch intitulé le Cri ; tableau qui pendant
longtemps a symbolisé le désespoir ou la colère face à quelque chose que nous avons du mal à exprimer.

212
IDÉE POUR LA CLASSE
[individuellement puis en groupe classe]
Chaque apprenant choisit une chanson ou un texte ou un tableau exprimant selon lui une émotion en
particulier. Il présentera ce document aux autres en expliquant son choix et le rapport qu’il entretient avec,
que ce soit par le fait qu’il y ait été particulièrement sensible ou bien qu’il ait une expérience en lien avec.

3 Les objectifs
> Préparer les apprenants à la production finale
La production finale de ce thème est un essai qui prendra la forme d’une contribution pour une revue
spécialisée en psychologie, dans laquelle l’apprenant sera invité à donner son avis sur les avantages ou les
inconvénients liés aux émotions. La consigne de l’essai se trouve en p. 140 du cahier d’activités.

Voir Observez attentivement l’article Quand les émotions nous mènent


FICHE
MÉTHODO par le bout du nez (livre, p.132-133) pour en analyser les différents
3 points de vue et les réutiliser lors de la rédaction d’un essai
ESSAI

argumentatif ayant pour intitulé : une revue spécialisée en


psychologie demande à ses lecteurs si nos émotions nous servent
ou nous desservent. Vous décidez de donner votre avis.
(250 mots environ)

Tout au long du travail sur les documents du thème, encourager les apprenants à prendre note de leurs
idées, à les sérier, à les catégoriser (idée essentielle 1, 2, arguments, exemples, etc.) afin de les aider à nourrir
leur argumentation. Dans ce thème, il sera donc question d’arriver à construire un discours argumenté sur
un phénomène, les émotions, qui souvent échappe justement à la formulation, à une verbalisation. Il est
donc important que les apprenants parviennent à les définir tout d’abord pour enfin les décrire et les inscrire
dans un discours structuré. Les parties CONSOLIDER SA GRAMMAIRE et PRODUIRE du cahier d’activités
p. 142-146 pourront les aider dans leur démarche. Il sera surtout question ici d’affiner l’argumentation en
apprenant à détailler différents points de vue pour nourrir les différentes idées essentielles, tout en veillant
à modaliser son point de vue. Ne pas hésiter à s’y référer tout au long du travail de préparation. Lorsque
vous jugerez utile de le faire et en fonction de la maturité méthodologique de vos apprenants ou de leur
degré d’expérience de ce type de production, les référer à la fiche méthodologique dans le cahier. La passer
en revue ensemble. Dans le cadre de l’essai, il s’agit de la fiche 3 p. 6 du cahier d’activités. Les documents
sélectionnés dans le livre ont pour finalité d’alimenter leur réflexion. Référez-vous également à la fiche 8
p.13 sur les articulateurs.

Page 131 DOCUMENT A

COMPRÉHENSION ÉCRITE

Page 134
Demander aux apprenants de lire l’aide à la lecture et le document puis de lire les questions de compréhension
écrite. Il est possible d’utiliser l’aide à la lecture en guise d’activité pour découvrir les ressorts de la modalisation
qui sont détaillés dans CONSOLIDER SA GRAMMAIRE p. 142-146 du cahier d’activités.
Illustration du document A
Observer l’image en regard de l’aide à la lecture et inviter les apprenants à l’analyser ou à faire part ce
qu’elle leur évoque.
Pour s’exercer : activité 1 du cahier d’activités p.140
Question 1
[en groupe classe]
S’aider des pages vocabulaire p. 136-137 pour approfondir le lexique de l’émotion. Orienter cette question
de manière thématique si nécessaire. Par exemple :
- Les mots d’origine étrangère : like, ad hoc, feel datas, buzz, yo-yo, gourou, timing, burn-out, yoga, feel
good, emoji, brainstorming

213
THÈME
THÈME
19
1
- Les onomatopées
- Les mots exprimant une émotion
- Les mots exprimant le conflit
- Les mots du monde du travail
- Les verbes introducteurs
- Etc.
À faire en classe ou à la maison. En groupe ou en sous-groupe avec des catégories de mots à chercher
attribuer et en expliquer le sens.
Proposition de corrigé :
1 Réponses libres.

Question 2
[en groupe classe]
Demander aux apprenants d’expliquer l’expression « violation de l’intime ». Noter les idées au tableau.
Trouver ensuite le passage qui explique cette expression.
Répondre à la question.
Proposition de corrigé :
2 Les nouveaux émojis mis en place par Facebook servent à mieux cibler les émotions des utilisateurs pour
savoir comment ils se sentent. Cela permet ensuite d’établir des publics pour les annonceurs et les publicitaires.
« Il s’agit de renseignements précieux pour mieux bombarder les individus de pubs » (l. 25). C’est ce qu’on
appelle les « feel datas », les données émotionnelles.
Question 3
[en groupe classe]
Relever tous les termes liés à l’intelligence. Les classer par substantifs, adjectifs, adverbes.
Proposition de corrigé :
3 Dans ce texte s’oppose l’intelligence réflexive à l’intelligence émotionnelle. La première est le fruit d’une
réflexion sur ce que l’on ressent, la seconde mettrait en valeur l’émotion en elle-même. Elle est surtout liée
à l’air du temps où l’on manque justement de temps pour réfléchir, car les émotions sont souvent « confuses »
et « furtives ». La société leur donne donc une valeur qui n’est pas la leur.

IDÉE POUR LA CLASSE


[en groupe classe]
Rédiger avec l’ensemble du groupe classe un petit quiz « Et vous, quelle est votre forme d’intelligence ? ».
Pour donner suite à la distinction faite lors de la question 3, établir des différences entre l’intelligence
réflexive ou pratique, et l’intelligence émotionnelle.
Pour vous aider, rechercher des modèles de tests d’intelligence émotionnelle sur Internet.
Question 4
[en groupe classe puis en sous-groupe]
Sous forme de tableau, présenter les idées du philosophe et celles auxquelles il s’oppose. Développer
également les synonymes et les antonymes afin d’amener les apprenants à résumer sa pensée en utilisant
un vocabulaire assez riche. Reprendre pour cela les points développés au thème 16, et la reprise de référent,
p. 119-125. Proposer si nécessaire aux apprenants de se reporter à la fiche 2 p. 5 du cahier d’activités qui
suggère des pistes pour améliorer ses techniques de résumé comme de repérer les mots-clés, reprendre
l’ordre des idées de l’auteur mais également de supprimer les détails secondaires à savoir les répétitions,
les références, les exemples, les citations, les chiffres ou les pourcentages superflus.
Inviter ensuite les apprenants à présenter en binôme ou individuellement un résumé du point de vue de
Pierre Le Coz.
Pour s’exercer : activité 5 du cahier d’activités, p. 142.
Proposition de corrigé :
4 Pierre Le Coz développe l’idée que nous ne cherchons plus à mettre en avant le sens critique mais plutôt
une certaine impulsivité. L’instinct reprend le dessus sur l’intuition et les émotions comme l’irritabilité ou la
compulsivité sont mises en avant, ce qui permet de mieux contrôler les gens. Selon lui, l’intelligence
émotionnelle n’est pas vraiment une intelligence, au sens où elle ne permet pas de construire une réelle
pensée. Les émotions ne sont pas de l’ordre de l’intellect mais de l’ordre du ressenti. La société devient alors
trop conflictuelle et « se laisse aller à des mécanismes primaires » (l. 122).

214
Question 5
[en groupe classe]
Analyser le terme « atrabilaire ». Demander aux apprenants de proposer une « théorie des humeurs ».
FOCUS Culture
La théorie des humeurs est l’une des bases de la médecine antique. Selon cette théorie, le corps est constitué
des quatre éléments fondamentaux, air, feu, eau et terre possédant quatre qualités : chaud ou froid, sec
ou humide. Ces éléments, mutuellement antagoniques (l’eau et la terre éteignent le feu, le feu fait
évaporer l’eau), doivent coexister en équilibre pour que la personne soit en bonne santé. Tout déséquilibre
mineur entraîne des « sautes d’humeur », tout déséquilibre majeur menace la santé du sujet.
Pour les anciens, il existe quatre humeurs :
- le sang : produit par le foie et reçu par le cœur (caractère sanguin ou jovial, chaleureux) ;
- la pituite ou phlegme ou lymphe : rattachée au cerveau (caractère lymphatique) ;
- la bile jaune : venant également du foie (caractère bilieux, plutôt enclin à la violence. Il est dit des
bilieux qu’ils dégagent une impression de force et de contrôle) ;
- l’atrabile ou bile noire : venant de la rate (caractère mélancolique/anxieux).
Cette théorie a ensuite eu une grande influence sur les arts et les lettres représentée par exemple dans
les gravures d’Albrecht Dürer ou les poèmes de Charles Baudelaire comme le Spleen dans Les Fleurs du
Mal (spleen signifiant en grec « la rate », « la mauvaise humeur »).
Pour s’exercer : activités 2 et 3 du cahier d’activités, p. 140-141.
Proposition de corrigé :
5 Le mot « atrabilaire » se réfère à la bile noire et par conséquent à la colère, à la mauvaise humeur ou
à la dépression. Elle provient de la rate. La théorie des humeurs provient de la médecine de l’Antiquité.
Pour les anciens, il existe quatre humeurs : le sang produit par le foie qui indique le caractère sanguin ou
jovial, chaleureux : la lymphe rattachée au cerveau ; la bile jaune venant du foie qui souligne le caractère
bilieux, plutôt enclin à la violence, à la force et au contrôle ; et enfin l’atrabile ou la bile noire liée au
caractère mélancolique et anxieux. Ces humeurs correspondent aux quatre éléments (feu, air, terre, eau) et
au chaud, sec, froid et humide.
Question 6
[en groupe classe]
Faire repérer le terme dans le texte. Suggérer aux apprenants d’en donner une définition en s’aidant du
contexte. Noter les mots clés au tableau puis chercher à expliquer le terme de contagion émotionnelle avec
l’ensemble du groupe classe.
Demander enfin aux apprenants de donner des exemples dans la vie de tous les jours.

Proposition de corrigé :
6 Le terme « contagion » désigne la transmission d’une maladie d’une personne à une autre. Il peut
désigner aussi dans un sens plus large une transmission par mimétisme d’une réaction, d’un comportement.
Cette expression montre comment on peut, au même terme qu’une maladie, influencer le comportement
d’une personne avec un contenu positif ou négatif et donc, d’une certaine manière, contrôler ses émotions.
Question 7
[en sous groupes]
Sur une feuille, sous forme de nuage de mots, proposer aux apprenants de relever les mots et expressions
utilisés pour dresser le portrait des salariés.
Leur proposer ensuite d’ajouter pour chaque mot relevé d’autres termes qui les aideront à comprendre
quel est l’effet recherché.

Proposition de corrigé :
7 Termes du portrait des salariés : usent et abusent, bombarder, les individus, le fond de l’âme de
chacun, flâneurs, infligé, imposent, doper, cobayes 2.0, trop occupé à faire la danse de Saint-Guy,
l’homme moderne.
La journaliste cherche à montrer, par l’utilisation de ces mots, que nous sommes manipulés et traités
comme des enfants et des cobayes. L’intérêt porté à nos émotions est avant tout mercantile et non une
volonté de rendre heureux. Elle cherche ainsi à développer l’esprit critique en caricaturant la position des
puissants et des hiérarchies entrepreneuriales.

215
THÈME
THÈME
19
1
PRODUCTION ORALE

Page 134
Question 8
[en binôme puis en groupe classe]
Ne pas hésiter à diversifier les profils dans les binômes. Se référer aux questions présentes dans le livre pour
guider les apprenants. Relever les mots clés au tableau pour chaque question afin d’éclaircir les problématiques
posées si nécessaire et trouver les termes liés dans le document A.
Demander aux apprenants de trouver deux axes de réflexion pour répondre aux questions posées dans le
livre. Les guider pour cela dans l’analyse d’une problématique. Possibilité de se référer au livre DALF 100%
p. 121.
Lors de la mise en commun, veiller à ce que chaque membre du groupe s’exprime. Prendre en note les erreurs
récurrentes et les corriger ou les faire corriger ensuite au tableau.

Proposition de corrigé :
8 Réponses libres.

Question 9 - Débat
[en groupe classe puis en sous-groupes]

Définir en groupe classe le rôle d’un manager du bonheur. Demander à chaque sous-groupe de trouver
des arguments pour et contre leur venue dans les entreprises. Voici des pistes de réflexion :
- Oui, c’est une solution d’avenir car les salariés ont besoin de se former à être heureux au travail, car trop
souvent le travail est synonyme de tâche fastidieuse alors que cela peut les épanouir. De plus, cela peut
renforcer l’esprit d’équipe, guider les salariés à mieux gérer le stress ou la fatigue, voir la hiérarchie non
pas comme une contrainte mais comme un atout, renforcer l’idée que tout le monde est collaborateur.
- Non, on ne peut pas « manager » le bonheur. Il n’est en effet pas quantifiable et il y a comme un
violation de l’intime. Apprendre à gérer ses émotions oui, manager son bonheur non. Le bien-être au
travail passe par la reconnaissance des autres, pas forcément par la gestion des émotions. De plus, comme
nous l’avons vu dans le texte, ce genre de formation résume nos émotions en « feel datas », pratiques
pour les chefs d’entreprise pour savoir comment se sent chaque salarié et donc pour pouvoir les utiliser
contre eux ou pour les manipuler.
Lors de la mise en commun, un premier sous-groupe présentera un argument en leur faveur, puis un
autre contre, etc. Le but étant que chaque sous-groupe puisse présenter au moins une fois un argument
pour et un contre.
Noter au tableau les arguments qui relèvent de ces deux pôles et tenter en groupe classe d’arriver à une
conclusion qui pourrait être rédigée ensuite par chaque sous-groupe.
Pour s’exercer : activités 6 et 7 du cahier d’activités, p. 143.

Proposition de corrigé :
9 Réponses libres.

Question 10 - Mini-exposé
[en sous-groupe puis présentation en groupe classe]
FOCUS Culture
La communication non violente s’attache à instaurer entre les êtres humains, des relations fondées sur
une coopération harmonieuse, sur le respect de soi et des autres. Théorisée par Gandhi, apôtre de la non-
violence, cet outil de communication verbale est recommandé pour la résolution de conflits et permet de
développer une meilleure relation à soi. Sa pratique repose sur l’expérimentation d’un nouveau modèle
qui a pour principaux objectifs, l’identification des sentiments, des besoins et la formulation d’une demande
en vue de les satisfaire. Cette approche est bénéfique pour communiquer avec davantage d’authenticité.
Source : www.psychologies.com

Passer en revue avec les apprenants les pages vocabulaire, p. 136-137 et y chercher les émotions propres
à la CNV et celles qu’elle peut nous aider à mieux gérer. Noter les idées des apprenants au tableau. Leur
laisser ensuite le temps de trouver les avantages de la CNV, en classe ou à la maison. Les pousser à
replacer leur argumentation dans des situations concrètes.

216
Proposition de corrigé :
10 Réponses libres.

FOCUS Grammaire
Les figures d’atténuation
L’atténuation consiste à adoucir, par élégance ou par pudeur, une affirmation. Elle s’oppose en particulier
à l’hyperbole, qui est une figure par amplification. Ainsi, l’usage du conditionnel et de périphrases (je
voudrais..., vous serait-il possible de...) relève de l’atténuation puisqu’il vise à ménager la sensibilité de
l’interlocuteur.
Parmi les figures par atténuation, on peut citer :
- l’euphémisme, formule permettant d’éviter d’employer un mot cru ou pénible à entendre (ex. : décéder
ou partir au lieu de mourir) ;
- la litote, figure qui consiste à faire entendre « le plus » en disant « le moins ». L’exemple le plus célèbre
est donné dans Le Cid de Corneille par Chimène déclarant à Rodrigue, meurtrier de son père : « Va, je ne
te hais point », alors qu’elle avouait quelques vers plus haut à sa confidente : « C’est peu de dire aimer,
Elvire, je l’adore ».

Pour s’exercer : activité 4 du cahier d’activités p. 141.

PRODUCTION ÉCRITE

Page 134
Question 11 - Fil de discussion
[au choix du professeur : travail individuel ou par sous-groupe en classe ou à la maison]
Relever au tableau les idées apportées par les apprenants sur l’opposition peur/courage. Leur demander ce
qui leur fait peur et si, dans ces situations, le courage s’oppose réellement à ce sentiment.
Se référer ensuite à ces arguments possibles :

Proposition de corrigé :
11 Arguments possibles :
- La peur est une émotion naturelle qui nous permet de nous protéger des dangers.
- Il est important d’arriver à contrôler cette émotion qui certes nous protège mais qui peut aussi se révéler
handicapante.
- La peur est aussi un motif de discorde. Elle relève d’une sorte d’intelligence primitive dont il est difficile
de se débarrasser.
- La peur est en chacun de nous. Nous devons surtout apprendre à la contrôler et à l’utiliser à bon escient.
- Comme le dit Sartre, le courage n’a rien à voir avec la peur. On est avant tout courageux lorsqu’on arrive
à dépasser notre peur, et non à ne pas avoir peur.
- Devant un monde en perpétuel changement, il est normal que certains se refusent à ces changements par
peur de savoir de ce que demain sera fait.
- Si on n’affronte pas nos peurs, alors on ne peut pas s’attendre à de grands changements.
- Dépasser la peur pourrait tout de même avoir des effets positifs : les gens seraient moins enclins à prêter
attention aux discours alarmistes.
- Se débarrasser de la peur donnerait moins de poids aux populismes ou au discours sécuritaire, ce qui
permettrait de sortir des logiques de repli.
- Être capable de dépasser nos peurs est une force : savoir l’accueillir en est une autre.
- C’est l’instinct de survie et cette part animale en nous qui nous pousse à avoir peur ou à éprouver de
l’inquiétude. C’est elle aussi qui nous permet de douter. Donc je ne pense pas que cette question soit
totalement pertinente.
- La peur n’est pas l’ennemi du bonheur. Au contraire, beaucoup de luttes émancipatrices sont directement
liées à des craintes justifiées qui nous permettent de protéger des acquis.

217
THÈME
THÈME
19
1
Page 135 DOCUMENT B

COMPRÉHENSION ORALE

Page 135

Faire lire les questions avant de procéder à l’écoute et s’assurer de la compréhension orale. Revoir si nécessaire
la page vocabulaire p. 136-137 pour introduire le thème de l’émission.
À partir de la photographie, effectuer un remue-méninges autour du thème de la gestion des émotions
négatives. Demander aux apprenants s’ils ont parfois du mal gérer certains sentiments de colère ou de stress
ou de frustration, et si parfois ils ont aussi envie de « tout casser ».
Question 1
[en groupe classe]
Noter au tableau les différentes problématiques et/ou mots-clés entendus par les apprenants. Si besoin
reformuler ensemble afin d’arriver à une problématique commune.
Pour s’exercer : activité 8 du cahier d’activités, p. 143.

Proposition de corrigé :
1 L’émission a pour thème la gestion des émotions. La problématique est la suivante : Comment faire pour
apprivoiser nos émotions, au lieu de lutter contre elles ? Comment mieux comprendre leurs causes ? Peut-on
d’ailleurs canaliser cette peur, cette colère, cette tristesse ? Que faire lorsque nos émotions nous submergent ?
Question 2
[en groupe classe]
Demander en amont quel est le lien entre corps, pensées et émotions. Noter au tableau sous forme de schéma
« le cheminement » des émotions. Valider ou invalider ce schéma après avoir écouté les réponses des apprenants.
Proposition de corrigé :
2 Le corps a une place primordiale. C’est lui qui réagit aux stimuli extérieurs. Il est le réceptacle du monde
extérieur. C’est par lui que nous aurons ensuite des idées, des pensées. Comme le dit l’invitée, « l’émotion
est un phénomène qui commence dans le corps avant de se propager dans ce qu’on appelle le psychisme,
puis le psychisme aura un effet sur le corps. ».
Question 3
[en groupe classe]
Souligner que le terme recherché est presque homophonique à celui de « raisonnement ».
Proposition de corrigé :
3 L’invitée oppose le terme « résonance » à celui de « raisonnement ». La résonance indique un rapport
direct au monde extérieur, avant même une idée d’organisation de la pensée. Cette résonance est antérieure
à la conscience, qui la prend en considération petit à petit.
FOCUS Vocabulaire
Un homophone est un mot dont la prononciation est identique à celle d’un autre mot mais dont le sens
diffère. L’homophonie, du grec homos « semblable » et phonê « son » est une source d’erreurs à l’écrit,
car les homophones s’écrivent différemment dans la plupart des cas.
On distingue les homophones lexicaux et les homophones grammaticaux. On parle d’homophones lexicaux
lorsque la ressemblance existe entre des mots lexicaux, c’est-à-dire les noms, les verbes, les adjectifs et les
adverbes. Il y a homophonie lexicale entre des mots qui appartiennent habituellement à la même catégorie
grammaticale. On parle d’homophones grammaticaux lorsque la ressemblance existe entre des mots
grammaticaux, c’est-à-dire les déterminants, les pronoms, les prépositions et les conjonctions.
Voici quelques exemples d’homophones lexicaux :
Vert et vers
Compter et conter
Foi, fois et foie
Pause et pose
Soi, soie et soit
Voire et voir

218
Question 4
[en groupe classe]
Sélectionner dans les pages vocabulaire quelques émotions présentes ou non dans le document. Demander
ensuite aux apprenants lesquelles y sont effectivement et de les décrire selon les situations présentées.
Proposition de corrigé :
4 L’auditeur appelle au sujet de la colère et de sa gestion. Selon l’invitée, la colère, émotion archaïque comme
la peur, dit quelque chose sur notre propre identité. C’est souvent une manière de nous affirmer avec violence
face à une situation dont on n’a pas le contrôle. Le plus souvent, quand elle s’exprime, elle désigne une envie
de se faire entendre, de parler de soi afin de se sentir valorisé, d’arriver à exprimer ce que l’on ressent. Les
personnes en colère ont donc besoin de réapprendre à parler en leur nom de leur propre expérience.
Question 5
[en groupe classe]

Proposition de corrigé :
5 La gestion des émotions dépend en effet d’une impatience face au temps. Elles expriment le plus souvent
une urgence à exprimer quelque chose que l’on n’a pas pris le temps de mesurer, rationaliser, « une urgence
intérieure », car « nous voulons tout, tout de suite, tout le temps. ».
Question 6
[en groupe classe]
Noter au tableau le mot désir puis demander aux apprenants quels mots ou pistes ils ont entendus.
Proposition de corrigé :
6 Les désirs auxquels il faut être attentif : désir de paix, désir d’amour, désir de sens, désir de valeur, désir
de protection.

PRODUCTION ORALE

Page 135
Question 7
[en binôme puis en groupe classe]
Se référer aux questions présentes dans le livre pour guider les apprenants. Relever les mots clés au tableau
pour chaque question afin d’éclaircir les problématiques posées si nécessaire et trouver les émotions liées
au document B. Demander aux apprenants de trouver différents axes de réflexion pour répondre aux
questions posées dans le livre. Ne pas hésiter à se référer à la double page vocabulaire p. 136-137.
Lors de la mise en commun, veiller à ce que chaque membre du groupe s’exprime. Prendre en note les erreurs
récurrentes et les corriger ou les faire corriger ensuite au tableau. Encourager les apprenants à contextualiser
leur réflexion.
Pour s’exercer : activité 9 du cahier d’activités, p. 144.

Proposition de corrigé :
7 Réponses libres.

Question 8 - Mini-exposé
[seul à la maison ou en classe présentation en groupe classe]

Inviter les apprenants à se reporter à la fiche méthodologique 5 p. 10 qui traite de l’exposé dans le cahier
d’activités. En vue de nourrir leur exposé, les inviter à consulter les pages de vocabulaire p. 136-137 sur les
différents types d’émotions, les expressions. Leur suggérer de choisir une émotion qui les inspire et de
rechercher également des techniques stylistiques qui appuieront leur éloge comme des adjectifs élogieux,
le superlatif, des noms avec une intensité forte, etc. Relever dans les pages de vocabulaire des termes avec
une intensité qui pourraient les aider à traduire l’éloge de leur émotion.
Pour s’exercer : activités 10 et 11 du cahier d’activités, p. 145.

Proposition de corrigé :
8 Réponses libres.

219
THÈME
THÈME
19
1
PRODUCTION ÉCRITE

Page 135
Question 9 - Fil de discussion
[au choix du professeur : travail individuel ou par sous-groupe en classe ou à la maison]

FOCUS Grammaire
Donner des conseils
Vous pouvez utiliser, pour donner des conseils, des ressorts déjà connus tels que le conditionnel et certains
verbes introducteurs de type conseiller, suggérer, proposer, inviter, préconiser, recommander, ou bien les
formules impersonnelles avec falloir ou encore les verbes vouloir et pouvoir, suivi du subjonctif.
Il est possible également de les modaliser comme avec « je te conseillerais plutôt de », « il serait préférable/
bon/mieux », « tu ferais mieux de ».
Aussi, on peut se mettre à la place de la personne que l’on conseille pour créer un sentiment de confiance
et de sympathie : « je sais que ce n’est pas facile/ que c’est plus facile à dire qu’à faire », « moi aussi, dans
certaines situations », « il m’est également arrivé de ».
On peut indiquer en outre indiquer un effort à faire avec « pour peu que » + subjonctif.
Enfin pour donner de la valeur à un conseil, il est important d’insister sur le but recherché. N’oubliez pas
d’utiliser « Pour que / afin que », « de façon à », « de sorte que », « de manière à ce que » de manière à
ce que votre conseil puisse être relié à une solution concrète.
Pour s’exercer : activités 12 et 13 p.146 du cahier d’activités.

Proposition de corrigé :
9 Exemple 1 :
Bonjour Mathieu,
Je suis très heureux d’avoir enfin reçu de tes nouvelles. Ça faisait en effet bien longtemps que je me demandais
comment tu allais, mais étant donné les derniers événements qui ont eu lieu dans ta vie, je n’osais pas trop
t’en parler. Je sais que tu n’aimes pas trop montrer tes sentiments, alors… En tout cas, je suis vraiment ravi
que tu oses me demander quelques conseils, c’est déjà un pas énorme. Tu sais, je pense sincèrement que
lorsqu’on ressent de la tristesse comme toi en ce moment, il ne faut pas se refermer sur soi. Je sais qu’on a
tous besoin de temps pour arriver à surmonter les difficultés mais l’isolement n’est pas la seule solution.
Arriver à exprimer ce qu’on ressent, ça peut être un excellent remède. N’hésite jamais, par exemple, à m’en
parler, tu sais bien que je te respecte et que jamais je ne raconterai ce que tu souhaites exprimer. Ça sert à
ça les amis ! Et puis c’est important de se changer les idées avec des gens de confiance, ça évite de se sentir
encore plus mal. On va boire un café demain soir après le boulot ? Je suis sûr que ça te fera encore plus de
bien d’en parler de vive voix. Dis-moi si ça te va.
À très bientôt. Bises. Julien.
Exemple 2 :
Bonjour Camille,
Comment vas-tu ? Ça fait super longtemps que tu n’as pas donné de nouvelles ! Comment ça se passe à
Bordeaux depuis ton déménagement ? Tu n’arrives pas trop à te faire de nouvelles amies ? En tout cas, si
tu te sens seule, tu as bien fait de m’écrire. Je sais que ce n’est pas toujours simple de débarquer dans un
nouvel endroit et de sentir que l’on doit recommencer tout à zéro. D’autant plus que je sais à quel point tu
es timide ! Tu sais, moi aussi, dans ces moments-là ça m’arrive d’avoir toutes les peines du monde à rencontrer
de nouvelles personnes. Mais je pense que tu devrais déjà te trouver quelques petites habitudes pour te
sentir bien, comme chez toi quoi ! Et puis, si tu fréquentes des lieux que tu aimes, tu y rencontreras sûrement
des gens avec les mêmes centres d’intérêt que toi. Quelquefois on rencontre les mauvaises personnes
simplement parce qu’on n’est pas au bon endroit. Ensuite, il ne faut pas que tu aies peur de parler de toi,
de tes expériences passées, il faut que tu apprennes à les valoriser. Tu es une fille passionnante, crois-moi,
et ta timidité est vraiment charmante. C’est souvent en étant sincère avec soi-même qu’on rencontre des
gens qui nous aimeront pour ce qu’on est et qu’on aura donc plus besoin de se sentir obligée. Mais sache
que je reste à ta disposition si tu as encore besoin de quelques conseils.
Je t’embrasse très fort, tu es formidable, ne l’oublie pas !
Juliette

220
Pages 136-137 VOCABULAIRE

Ne pas hésiter à se référer à cette page et à ses activités tout au long du thème, comme il est parfois indiqué.
Inviter les apprenants à se reporter à la page vocabulaire. Leur demander de lire cette page de façon
individuelle. Souligner les mots de vocabulaire qui semblent poser le plus de difficultés aux apprenants.
Demander aux apprenants de faire les activités 1, 2, 3, 4 p. 136-137.

Page 136
Questions 1-2
[travail individuel puis en grand groupe]

Propositions de corrigés :
1 L’enthousiasme : Je me souviens la première fois que je suis partie en voyage avec mes amies, on avait
organisé notre départ depuis des mois, j’étais tellement heureuse de partir sans mes parents ! Je sautais
partout, j’étais surexcitée ! On a tellement ri que le soir j’avais mal partout.
L’admiration : Depuis que j’étais tout petit, j’avais toujours voué une admiration sans borne à mon père. Il
était capable de tout faire et de tout résoudre. Avec lui à mes côtés, j’avais l’impression d’être invincible. Et
en plus, dès qu’il y avait un problème, il avait ce calme incroyable qui faisait qu’on ne se sentait jamais en
danger. C’était un homme extraordinaire.
La gratitude : Je n’avais jamais eu de problèmes d’argent jusque-là, mais pendant mes études, et comme
mes parents étaient loin, dans les premiers jours où je suis arrivé dans ma ville étudiante je ne savais pas où
dormir. Un soir, alors que je me morfondais avec mon sac sur les épaules, une vieille dame s’est approchée
de moi et m’a demandé ce que j’avais. Je lui ai expliqué ma situation et elle m’a proposé d’aller dormir chez
elle pendant quelques jours. Je lui en serai pour toujours reconnaissant.
La tendresse : Quand mon petit frère est né, je n’étais pas bien grand moi non plus, mais mon père me l’a
mis entre mes bras et je me souviens avoir ressenti une émotion tellement puissante. Il était tout petit, si
fragile que j’avais peur de le casser et je voulais en même temps le protéger et être doux avec lui. C’est la
première fois que j’ai senti en moi de la vraie tendresse pour quelqu’un.
2 a. C – b. A – c. D – d. B

Page 137
Questions 3-4
[à deux puis en grand groupe]

Proposition de corrigé :
3 a. La peur – b. La colère – c. La douleur, la souffrance – d. Le plaisir.
4 La souffrance : arracher le cœur, enfoncer le couteau dans la plaie, passer par les fourches caudines,
en voir de toutes les couleurs, douiller.
La colère : l’avoir mauvaise, voir rouge, sortir de ses gonds, péter les plombs.
La joie : être aux anges / au septième ciel.
L’irritation : être à cran / à bout de nerfs, en avoir ras-le-bol, taper sur les nerfs, casser les pieds, prendre le
chou, pomper l’air à quelqu’un, en avoir plein le dos, sortir par les yeux, l’avoir mauvaise.
Le dégoût : lever le cœur, donner des boutons.
Le désespoir : avoir des idées noires, avoir le moral à zéro/ dans les chaussettes.
La peur : avoir froid dans le dos, avoir les jetons / la chair de poule, avoir une peur bleue, avoir des sueurs
froides.
La haine : avoir quelqu’un dans le nez, être la bête noire de quelqu’un, sortir par les yeux.
La honte : avoir quelque chose sur la conscience, jeter un froid, s’en vouloir de quelque chose.
La tristesse : avoir le cœur gros / une tête d’enterrement, pleurer toutes larmes de son corps.

IDÉE POUR LA CLASSE


[en sous-groupe ou en groupe classe]
Cadavre exquis des émotions
À l’aide de la page vocabulaire, demander aux apprenants de fermer les yeux et de pointer, chacun leur
tour, un mot dans la liste de vocabulaire. Lorsque le tour est terminé, demander par sous-groupe d’imaginer
une scène ou toutes ces émotions sont reliées mais sans jamais en utiliser le terme exact.
Lors de la mise en commun à l’oral, les autres sous-groupes devront ensuite retrouver à quel moment du
récit quelle émotion est évoquée.

221
THÈME
THÈME
19
1
PRODUCTION ORALE

Page 137
Question 5
[en binôme puis en groupe classe]

À l’aide des pages de vocabulaire, chaque binôme préparera le dialogue. Il est possible d’effectuer au
préalable une mise en commun avec l’ensemble du groupe classe afin de repérer les termes et expressions
associés à la colère et à la tristesse, par exemple, dans les réponses apportées à l’activité 3 p. 137.

Proposition de corrigé :
5 Réponses libres.

Page 138 q JEUX DE CULTURE GÉNÉRALE

Page 138
[en groupe classe ou en sous-groupes]
Les pages de Jeux de culture générale sont une opportunité de convivialité et de respiration en
cette fin de thème. Comme tout jeu de culture générale, cela va de soi que les apprenants ne sont
pas forcément au fait des idées et informations évoquées. La finalité est de jouer et de provoquer
l’envie d’en savoir plus.

Proposition de corrigé :
1 a3 – b4 – c1 – d2
2 a. la tristesse, le désespoir – b. l’amour – c. la joie.
3 a. voir rouge – b. broyer du noir – c. faire grise mine – d. en voir des vertes et des pas mûres – e. voir
la vie en rose – f. rire jaune.

Cahier d’activités, p. 140-146

PRODUIRE

Voir Une revue spécialisée en psychologie demande à ses lecteurs si les


FICHE
MÉTHODO émotions nous servent ou nous desservent. Vous décidez de
ESSAI

3 donner votre avis en pesant le pour et le contre selon différentes


situations pour enfin exprimer votre opinion sur la place qu’ont et
que devraient avoir les émotions. (250 mots environ)

Page 146

Proposition de corrigé :
13 Plan
Partie 1. Les émotions des données sensibles
1.1. La difficulté d’en parler
1.2. Émotions et réseaux sociaux attention danger
Partie 2. Apprendre à s’exprimer
2.1. Apprendre à gérer les émotions
2.2. S’épanouir en libérant l’énergie positive

222
Texte rédigé 
Je me permets de réagir à mon tour à votre question au sujet des émotions. Elles sont en effet une partie
intégrante de nos existences, parties que nous malmenons parfois nous-mêmes ou que d’autres cherchent
à utiliser à leur profit. Il est donc important d’apprendre à les gérer afin qu’elles nous servent plutôt
qu’elle