Vous êtes sur la page 1sur 363

Direction de l’Assainissement et de l’Environnement

Division Normalisation et Ingénierie

Marché N°
N°711/A/DAE/2012

MISSION II
ÉLABORATION DES MANUELS DE CONCEPTION ET 
DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES
DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES 
D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE

Réseau d’assainissement
Station de pompage et conduite de refoulement
Station d’épuration

Edition définitive

Société certifiée ISO 9001 v2008

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN RREEFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF i

Sommaiire

PRES
SENTATION
N DU MANU
UEL .......................................................................................................... 1
1 IDENTIFICATIION DE L’ETUD
DE.................................................................................................................................. 1
2 OBJECTIFS ET
E UTILISATIO ON DU MANUEL ............................................................................................................. 2

MANUEL 0 : DON
NNEES DE BASE
B ....................................................................................................... 3

FICHE D0 : RAP
PPEL DES PRINCIPALES
P S CONCLUS SIONS DE LA L MISSION I, RELATIV VES AUX
DONNNEES DE BA
ASE DE L’ETUDE .................................................................................................................. 4
1 CALCUL DU DEBIT
D D’EAUXX USEES ........................................................................................................................ 4
1.1 EAUX USEEES DOMESTIQUESS ..................................................................................................................................... 4
1.22 DEBITS D’EAUX
E USEES NON N DOMESTIQUES ............................................................................................................... 5
2 DEBIT DES EA AUX PLUVIAL LES ................................................................................................................................. 5
2.1 PARAMETRRES GENERAUX ........................................................................................................................................ 5
2.22 CALCUL DUU DEBIT PLUVIAL D’UN BASSIN VERRSANT URBAIN .......................................................................................... 5
2.33 CALCUL DUU DEBIT PLUVIAL D’UN BASSIN VERRSANT RURAL (NON N URBANISE) ................................................................. 6
FICHE D1 : DETERMINATION DES DEBITS ET DE LA PO
OLLUTION DES EAUX US
SEES .......................... 7
1 EAUX USEES S DOMESTIQUE ES .................................................................................................................................. 8
1.1 REMARQUEE PRELIMINAIRE ....................................................................................................................................... 8
1.22 CALCUL DEES DEBITS D’EAUXX USEES A PARTIR DE LA CONSOMMATION EN EAUU POTABLE ............................................... 8
1.2.1 Popuulation actuelle et future ........................................................................................................................ 8
1.2.2 Dotaation unitaire enn eau potable ett taux de branchement .......................................................................... 9
1.2.3 Tauxx de retour à l’éégout ............................................................................................................................. 10
1.2.4 Tauxx de raccordem ment ............................................................................................................................... 11
1.2.5 Tauxx des eaux paraasites ............................................................................................................................ 11
1.2.6 Coeffficients de poinnte journalière et e horaire .............................................................................................. 12
1.33 RATIOS DEE POLLUTION PARR HABITANT ..................................................................................................................... 12
2 EAUX USEES S NON DOMES STIQUES ...................................................................................................................... 13
2.1 ETABLISSEEMENTS INDUSTRRIELS.............................................................................................................................. 13
2.1.1 Débiits d’eaux usées industrielles............................................................................................................... 13
2.1.2 Polluution industriellee ................................................................................................................................... 13
2.1.3 Cas particulier : abaattoirs ........................................................................................................................... 13
2.22 ETABLISSEEMENTS TOURISTTIQUES ........................................................................................................................... 14
FICHE D2 : OBJE
ECTIFS DE QUALITE
Q D’EA
AUX TRAITE
EES AU REJE
ET .................................................. 35
1 CONTEXTE REGLEMENTAI
R IRE MAROCAIN .......................................................................................................... 35
1.1 LES LOIS .............................................................................................................................................................. 35
1.1.1 Loi 10-95
1 sur l'eau et ses textes d’’application ........................................................................................... 35
1.1.2 Autrees lois ................................................................................................................................................... 35
1.22 LES TEXTES REGLEMENTAIRES .............................................................................................................................. 36
1.2.1 Les décrets
d ................................................................................................................................................. 36
1.2.2 Les Arrêtés
A Ministéériels.............................................................................................................................. 37
2 OBJECTIFS DE D REJET ............................................................................................................................................. 37
2.1 VALEURS LIMITES
L SPECIFIQ QUES DE REJET DOMESTIQUED ........................................................................................... 37
2.1.1 Niveeau réglementaiire ................................................................................................................................. 37
2.1.2 Conttraintes du milieeu récepteur ................................................................................................................. 39
2.22 CAHIER DEE CHARGE DE L’O ONEE-BE, RELATTIF AUX REJETS INDUSTRIELS ................................................................. 39
2.33 REUTILISATTION DES EAUX USEES EPUREESS ........................................................................................................... 40
FICHE D3 CALCU
UL DES EAUX
X PLUVIALE
ES ............................................................................................... 45
1 PARAMETRES GENERAUX X D’HYDROLOG GIE URBAINE ........................
. ............................................................. 45
1.1 DESCRIPTION DE LA PLUIE ..................................................................................................................................... 45
1.22 PERIODE DE
D RETOUR A RET TENIR (NIVEAU DE PROTECTION) ........................
. ............................................................. 48
1.33 CARACTERRISTIQUES DES BAASSINS VERSANTTS.......................................................................................................... 48
1.3.1 Limittes et superficiee ................................................................................................................................... 48
1.3.2 Longgueur ou « pluss long cheminem ment hydrauliquue » .............................................................................. 48

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORRT DEFINITIF DE LA MISSION
M II : ELABORRATION DES MANUELLS
ELABORATION D’UN RREEFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF ii

1.3.3 Pentte .......................................................................................................................................................... 48


1.3.4 Coeffficient de ruissellement ....................................................................................................................... 48
1.3.5 Temmps de concentrration ............................................................................................................................ 50
2 ESTIMATION DU DEBIT DE POINTE D’UN N PETIT BASSIN VERSANT URBAIN U ................................................ 52
2.1 METHODE SUPERFICIELLE DE D CAQUOT ................................................................................................................... 52
2.1.1 Dommaine de validitéé ................................................................................................................................... 52
2.1.2 Formmule générale ........................................................................................................................................ 52
2.1.3 Déteermination des variables
v ...................................................................................................................... 53
2.1.4 Asseemblage des baassins versantss............................................................................................................. 54
2.22 METHODE RATIONNELLE ........................................................................................................................................ 55
2.2.1 Dommaine de validitéé ................................................................................................................................... 55
2.2.2 Formmule générale ........................................................................................................................................ 55
2.2.3 Définnition des variables .............................................................................................................................. 56
3 ESTIMATION DU DEBIT DE POINTE D’UN N PETIT BASSIN VERSANT NON N URBANIS SE................................. 56
3.1 METHODE RATIONNELLE ........................................................................................................................................ 56
3.22 METHODE SCS .................................................................................................................................................... 56
3.2.1 Définnition ..................................................................................................................................................... 56
3.2.2 Princcipe de la méthhode .............................................................................................................................. 57

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORRT DEFINITIF DE LA MISSION
M II : ELABORRATION DES MANUELLS
ELABORATION D’UN RREEFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF iii

MANUEL 1 : MANUEL
M DEE CONCEP PTION ET DE DIMENSIONNEMENT D’UN RESEAU
D’AS
SSAINISSEM
MENT ......................................................................................................................... 62

FICHE R0 : RAPP
PEL DES PRINCIPALES CONCLUSIO
C NS DE LA MISSION I ....................................... 63
1 CONCEPTION N GENERALE ....................................................................................................................................... 63
2 EVALUATION N DU DEBIT D’U UNE CONDUIT TE OU D’UN CA ANIVEAU .................................................................... 64
3 VOLUMES DE E RETENTION (BASSINS ET TECHNIQUES S ALTERNATIV VES) ...................................................... 64
3.1 DONNEES GENERALES
G ........................................................................................................................................... 64
3.22 ESTIMATIO
ON DU VOLUME DE E RETENTION ................................................................................................................. 65
3.33 TECHNIQUEES ALTERNATIVEES .................................................................................................................................. 65
4 DEVERSOIRS S D’ORAGE .......................................................................................................................................... 65
5 SEPARATEUR RS A HYDROC CARBURES.................................................................................................................. 65
FICHE R1 : DIME
ENSIONNEMEENT ET CON NCEPTION DES D CONDUIITES D’EVAC CUATION DE ES EAUX
USEEES ET DES EAUX
E PLUVIA
ALES ............................................................................................................... 66
1 MATERIAUX DES D CONDUIT TES ............................................................................................................................... 67
2 CHOIX DES CLASSES
C DES CONDUITES .............................................................................................................. 70
3 DIMENSIONNEMENT DES CONDUITES C ................................................................................................................. 70
3.1 FORMULE DE D DIMENSIONNE EMENT ........................................................................................................................... 70
3.22 COEFFICIENT D’ECOULEMENT ................................................................................................................................ 71
3.33 CONDITIONNS DE VITESSE ....................................................................................................................................... 71
3.3.1 Vitessse minimale addmissible ...................................................................................................................... 71
3.3.2 Vitessse maximale admissible
a ..................................................................................................................... 72
3.3.3 Penttes maximales admissibles
a .................................................................................................................. 72
3.44 DIAMETRE MINIMUM............................................................................................................................................... 72
4 OUVRAGES ANNEXES
A SUR R LES CONDUIITES ..................................................................................................... 72
4.1 LES REGARRDS DE VISITE ........................................................................................................................................ 72
4.1.1 Empplacement et coonditions d’implaantation ................................................................................................ 73
4.1.2 Princcipales caractérristiques techniiques ..................................................................................................... 73
4.22 BOITES DE BRANCHEMENT ..................................................................................................................................... 74
4.33 BOUCHES D'EGOUT ............................................................................................................................................... 75
5 CONDITIONS DE REALISAT TION DES TRA ANCHEES ET DE D POSE DES CONDUITES ....................................... 76
5.1 OUVERTURRE DES TRANCHEEES ................................................................................................................................ 76
5.1.1 Larggeur de la tranchhée et calage de d la conduite ........................................................................................ 76
5.1.2 Conssolidation du sool et drainage sous conduite ........................................................................................ 77
5.1.3 Souttènement des foouilles .......................................................................................................................... 77
5.1.4 Réseeaux souterrainns existants ................................................................................................................... 77
5.22 LIT DE POSSE ......................................................................................................................................................... 77
5.33 POSE DES TUYAUX ................................................................................................................................................ 77
5.44 CONTRAINTTES GENERALES .................................................................................................................................... 78
5.55 REMBLAIEM MENT DE LA TRAN NCHEE ........................................................................................................................... 78
5.5.1 Remmblai primaire ......................................................................................................................................... 78
5.5.2 Remmblai secondairee ................................................................................................................................... 78
5.66 FOUILLES POUR
P OUVRAGES S ................................................................................................................................... 79
5.6.1 Génééralités ................................................................................................................................................. 79
5.6.2 Fondds de fouilles ......................................................................................................................................... 79
5.6.3 Remmblais ..................................................................................................................................................... 79
6 GALERIES .................................................................................................................................................................. 79
6.1 INTRODUCTTION ..................................................................................................................................................... 79
6.22 GENERALITTES SUR LES GALLERIES ........................................................................................................................... 81
6.33 CREUSEMEENT DES PUITS D’ACCES ......................................................................................................................... 82
6.44 REVETEMEENT DES PUITS D’ACCES .......................................................................................................................... 82
6.55 REVETEMEENT DE LA GALERRIE ................................................................................................................................. 83
7 ETABLISSEM MENT DES PRIX X D’ORDRE ................................................................................................................. 85
7.1 HYPOTHESSES DE CALCUL....................................................................................................................................... 85
7.22 RESULTATSS DE CALCUL ......................................................................................................................................... 86
FICHE R2 TECHN
NIQUES ALTE
ERNATIVES .................................................................................................. 98
1 DEBIT DE FUIITE POUR LES S OUVRAGES DE RETENTIO ON ................................................................................. 99
1.1 DEBIT ACCEPTABLE A L’EXUUTOIRE .......................................................................................................................... 99

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORRT DEFINITIF DE LA MISSION
M II : ELABORRATION DES MANUELLS
ELABORATION D’UN RREEFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF iv
v

1.22 DEBIT D’INFFILTRATION ........................................................................................................................................... 99


1.33 LES OUVRAAGES DE REGULAATION DE DEBIT ............................................................................................................ 101
1.44 DIMENSIONNNEMENT D’UN ORIFICE O DENOYE ........................................................................................................... 101
2 ESTIMATION DES VOLUME ES DE RETENT TION.................................................................................................... 103
2.1 DOMAINE D’APPLICATION ..................................................................................................................................... 103
2.22 ESTIMATIOON DU VOLUME D’EAU A STOCKER (METHODE DES PLUIES) ...................................................................... 103
3 TECHNIQUES S ALTERNATIV VES............................................................................................................................. 105
3.1 CRITERES GENERAUX DE CONCEPTION C ................................................................................................................. 105
3.22 BASSINS ............................................................................................................................................................. 106
3.33 STRUCTURRES RESERVOIRSS .................................................................................................................................. 108
3.44 FOSSES ETT NOUES .............................................................................................................................................. 110
3.55 TRANCHEEES DRAINANTES ET E D’INFILTRATIO ON ........................................................................................................ 112
3.66 PUITS D’INFFILTRATION ......................................................................................................................................... 114
3.77 TOITURES STOCKANTES ...................................................................................................................................... 115
3.88 ESPACES INONDABLES ........................................................................................................................................ 117
3.99 SYNTHESE .......................................................................................................................................................... 118
FICHE R3 METHO
ODES COMPLEXES : LA MODELISAT
TION ................................................................... 120
1 INTRODUCTIO ON ...................................................................................................................................................... 120
2 PRINCIPES GENERAUX
G ......................................................................................................................................... 121
3 LA SCHEMAT TISATION DU RESEAU R .................................................................................................................... 123
3.1 RECUEIL DES DONNEES ....................................................................................................................................... 123
3.22 LES NŒUDS ........................................................................................................................................................ 123
3.33 LES TRONÇÇONS................................................................................................................................................... 124
3.44 LES BASSINNS VERSANTS ...................................................................................................................................... 124
3.55 LES OUVRAAGES SPECIFIQUES............................................................................................................................... 124
4 LE MODELE PLUVIOMETRI
P QUE .......................................................................................................................... 125
4.1 PLUIE REELLLE ..................................................................................................................................................... 125
4.22 CHRONIQUUE DE PLUIE .......................................................................................................................................... 125
4.33 PLUIE HISTTORIQUE « OBSERVEE »........................................................................................................................ 125
4.44 PLUIE DE PROJET
P ................................................................................................................................................ 126
5 LE MODELE HYDROLOGIQ
H QUE ............................................................................................................................. 128
5.1 FONCTION DE PRODUCTIONN ................................................................................................................................. 128
5.22 FONCTION DE TRANSFERT ................................................................................................................................... 130
6 LE MODELE HYDRAULIQUE
H E ................................................................................................................................ 132
7 LE CALAGE DES D MODELES S ................................................................................................................................. 134
FICHE R4 DEVER
RSOIRES D’O
ORAGE .......................................................................................................... 136
1 DEFINITION ETE CONCEPTIO ON .............................................................................................................................. 136
2 TYPES DE DE EVERSOIRS D’’ORAGE..................................................................................................................... 137
2.1 DEVERSOIRR FRONTAL A SEUUIL HAUT ..................................................................................................................... 137
2.22 DEVERSOIRR FRONTAL A SEUUIL BAS........................................................................................................................ 138
2.2.1 Déveersoir rectangullaire avec contrraction latérale à crête mince ............................................................ 139
2.2.2 Déveersoir rectangullaire Sans conttraction latérale à crête mince............................................................ 140
2.2.3 Déveersoirs épais ....................................................................................................................................... 141
2.33 DEVERSOIRRS LATERAUX A SEUIL
S BAS .................................................................................................................... 141
2.44 DEVERSOIRRS LATERAUX A SEUIL
S HAUT .................................................................................................................. 142
2.4.1 Princcipes de constrruction ......................................................................................................................... 142
2.4.2 Foncctionnement hyydraulique ................................................................................................................... 143
3 RECOMMAND DATIONS ............................................................................................................................................ 143
FICHE R5 SEPAR
RATEURS A HYDROCAR
H BURES ................................................................................... 145
1 DOMAINE D’U
UTILISATION...................................................................................................................................... 145
2 DIMENSIONNEMENT .............................................................................................................................................. 146
3 RE ........................................................................................................................................................ 147
PRIX D’ORDR

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORRT DEFINITIF DE LA MISSION
M II : ELABORRATION DES MANUELLS
ELABORATION D’UN RREEFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF v

MANUEL 2 : MAN
NUEL STATIONS DE PO
OMPAGE ......................................................................... 148

FICHE
E P0 : RAPPE
EL DES PRINCIPALES COONCLUSIONSS DE LA MISS
SION I ........................................... 149
FICHE
E P1 : CONFIGURATION, CHOIX ET CAARACTERIST
TIQUES TECHHNIQUES ET HYDRAULIQ QUES DES
GROUUPES DE POMPAGE ET DETERMINAT
D TION DU VOLUME UTILE ....................................................... 150
1 CONFIGURAT TION DES STA ATIONS DE POMPAGE ............................................................................................. 150
1.1 DEFINITIONN ET CONCEPTION ................................................................................................................................ 150
1.1.1 Vis d’Archimède
d ........................................................................................................................................ 150
1.1.2 Les stations
s à pomppes submersiblles immergées dans la bâche............................................................ 151
1.1.3 Les stations
s avec foosse sèche ................................................................................................................. 153
2 IMPLANTATIO ON DES STATIIONS DE POMPAGE................................................................................................. 155
3 CHOIX DES GROUPES DE POMPAG GE ET DET TERMINATION DE LEURS S CARACTER RISTIQUES
TECHNIQUES ET HY YDRAULIQUES S ................................................................................................................................ 155
3.1 POMPES ............................................................................................................................................................. 155
3.22 TYPES DE ROUES
R ................................................................................................................................................ 157
3.33 MOTEURS ELECTRIQUES...................................................................................................................................... 160
3.3.1 Moteeurs submersiblles .............................................................................................................................. 160
3.3.2 Moteeurs de surfacee .................................................................................................................................. 162
3.44 DISPOSITIFFS D’ETANCHEITEE ................................................................................................................................. 162
3.4.1 Grouupes submersibbles (immergés ou en fosse sèèche)........................................................................... 162
3.4.2 Grouupes de surfacee ................................................................................................................................. 164
3.55 DETERMINAATION DE LA HAUUTEUR MANOMETTRIQUE TOTALE (HMT) ( ......................................................................... 165
3.66 CALCUL DEE LA PUISSANCE ................................................................................................................................... 166
3.77 ETAPES ETT CHRONOLOGIE DU CHOIX D’UNEE POMPE ............................................................................................... 166
3.88 VALIDATIONN DU POINT DE FONCTIONNEMENT EFFECTIVEMENNT OBTENU .................................................................. 173
3.99 VIBRATIONS ET BRUITS ........................................................................................................................................ 175
3.9.1 Origiines des vibratiions et bruits............................................................................................................... 175
3.9.2 Seuiils admissibles de bruits .................................................................................................................... 176
3.9.3 Prévvention des bruiits aériens .................................................................................................................. 177
4 DIMENSIONNEMENT DES VOLUMES V UTIL LES DES BACHES........................................................................... 177
4.1 NOTION DEE DEBIT CRITIQUEE ................................................................................................................................. 178
4.22 DETERMINAATION DU VOLUM ME UTILE (VOLUM ME DE MARNAGE) DE LA STATION DE D POMPAGE ....................................... 178
4.33 NOMBRE DED DEMARRAGES DES GROUPES............................................................................................................. 178
4.44 PREVENTIO ON DES NUISANC CES DUES AUX OD DEURS.................................................................................................. 179
5 CONCEPTION N DE LA FORM ME DE LA BAC CHE DE POMPA AGE ........................................................................... 179
6 ETABLISSEM MENT DES PRIX X D’ORDRE ............................................................................................................... 180
FICHE
E P2 : ALIME
ENTATION EL
LECTRIQUE ET
E EQUIPEME
ENTS DE LA STATION DE
E POMPAGE ERREUR
E !
SIGNET NON DEF FINI.
1 ALIMENTATIO ON ELECTRIQUE ............................................................................................................................. 181
1.1 ALIMENTATTION .................................................................................................................................................... 181
1.22 ARMOIRES ELECTRIQUES ..................................................................................................................................... 182
1.33 EQUIPEMENTS B.T .............................................................................................................................................. 183
2 EQUIPEMENT TS ANNEXES DE D LA SP................................................................................................................... 185
2.1 ROBINETTEERIE .................................................................................................................................................... 185
2.22 COMPTAGEE ......................................................................................................................................................... 185
2.2.1 Mesuures .................................................................................................................................................... 185
2.33 GROUPES ELECTROGENES (GE) .......................................................................................................................... 186
2.44 DIVERS EQ
QUIPEMENTS : MO OYENS DE LEVAG GE, MOYENS D’AC CCES, TRAPPES DE D VISITE, POINTS D’EAU,… .................. 188
2.4.1 Equiipements de maanutention .................................................................................................................. 188
2.4.2 Autrees équipementss ................................................................................................................................. 188
3 TELEGESTION ........................................................................................................................................................ 189
3.1 STANDAR RDS DE TRANS SMISSION ................................................................................................................. 189
3.22 INFORMA ATIONS TELEG GEREES ..................................................................................................................... 189
FICHE
E P3 : SYST TEME DE RE EGULATION ET MODES DE DEMAR RRAGES ET PROTECTIO ONS DES
MOTEEURS ......................................................................................................................................................... 190
1 SYSTEME DEE REGULATION N ................................................................................................................................. 190
1.1 DETERMINAATION DES NIVEAAUX ............................................................................................................................. 190

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORRT DEFINITIF DE LA MISSION
M II : ELABORRATION DES MANUELLS
ELABORATION D’UN RREEFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF vi
v

1.22 MOYENS DE DETECTION DEES NIVEAUX .................................................................................................................. 190


1.2.1 Captteur de pressionn ................................................................................................................................ 191
1.2.2 Captteur ultrasoniquue................................................................................................................................ 191
1.2.3 Systtème radar .......................................................................................................................................... 191
1.2.4 Interrrupteurs de nivveau à flotteur ............................................................................................................. 192
1.33 CAS PARTICULIER DE LA VITTESSE VARIABLEE .......................................................................................................... 192
2 MODES DE DEMARRAGES ET PROTECTIONS DES MO OTEURS...................................................................... 193
2.1 MODE DE DEMARRAGE
D ........................................................................................................................................ 193
2.22 CHOIX D’UNN DEMARREUR ..................................................................................................................................... 193
2.2.1 Le démarrage
d direcct ................................................................................................................................. 194
2.2.2 Démmarrage étoile – triangle...................................................................................................................... 194
2.2.3 Démmarrage statoriqque .............................................................................................................................. 196
2.2.4 Tenssion réduite parr auto-transform mateur ................................................................................................. 197
2.2.5 Les démarreurs
d éleectroniques ................................................................................................................. 197
3 MOYENS DE PROTECTION
P A LA SURCHA ARGE ET AU COURT-CIRCU C UIT....................................................... 198
3.1 PROTECTIO ON CONTRE LES COURTS-CIRCUIT TS ....................................................................................................... 198
3.22 PROTECTIO ON CONTRE LES SURCHARGES .............................................................................................................. 199
FICHE
E P4 PROTEC
CTION CONT
TRE LES REG
GIMES TRANS
SITOIRES ET COUPS DE B
BELIER.................. 200
1 NATURE DU PHENOMENE
P .
........................ ........................................................................................................... 200
2 TECHNIQUE DED PROTECTION ............................................................................................................................. 201
2.1 LES BALLONS ANTI-BELIER ................................................................................................................................... 201
2.22 LES VOLANNTS D’INERTIE....................................................................................................................................... 202
2.33 CHEMINEE D’EQUILIBRE ....................................................................................................................................... 202
2.44 LES ARAAA (OU CHEMINEESS BALLON) .................................................................................................................... 202
2.55 LES DISPOSSITIFS D’ENTREEE D’AIR ......................................................................................................................... 203
3 NECESSITE OUO NON DE CO ONDUIRE UNE E ETUDE ............................................................................................. 204
4 PARAMETRES NECESSAIR RES POUR L’ET TUDE ................................................................................................. 204
5 SIMULATION ........................................................................................................................................................... 205
FICHE
E P5 PROTEC
CTION CONT
TRE LE H2S ET
E LA CORRO
OSION ................................................................ 207
1 PROBLEMATIQUE .................................................................................................................................................. 207
2 ORIGINE DE H2S ..................................................................................................................................................... 207
3 PARAMETRES INFLUENÇA ANT LA PRODU UCTION DE L’H H2S............................................................................. 207
4 L PRESENCE DE L’H2S .................................................................................................................. 208
IMPACT DE LA
5 AXES D’OPTIIMISATION LO ORS DU DIME ENSIONNEMEN NT LIMITANT LA PROBABILLITE D’APPAR RITION DE
H2S. 209
6 SOLUTIONS PREVENTIVES
P S ET CURATIVES POUR LE TRAITEMENT T D H2S ............................................... 209
DE
FICHE
E P6 CONDUITE DE REFO
OULEMENT .................................................................................................... 211
1 DIMENSIONNEMENT DES CONDUITES C ............................................................................................................... 211
1.1 CALCUL DEES PERTES DE CHHARGE ......................................................................................................................... 211
1.22 COEFFICIENT DE RUGOSITEE ................................................................................................................................. 212
1.33 CONDITIONNS DE VITESSE ..................................................................................................................................... 212
1.44 METHODOLLOGIE DE CALCUL DU DIAMETRE ECONOMIQUE E ....................................................................................... 212
1.55 DIAMETRE MINIMAL ............................................................................................................................................. 215
2 MATERIAUX DES D CONDUIT TES UTILISEES S ......................................................................................................... 215
3 EQUIPEMENT TS SUR LES S CONDUITES S (EQUIPEME ENTS POINT TS HAUTS E ET BAS, VAN NNES DE
SECTIONNEMENT, ETC, …) ............................................................................................................................................. 216
3.1 VIDANGES .......................................................................................................................................................... 216
3.1.1 Dimeensionnement ..................................................................................................................................... 216
3.1.2 Nommbre et emplaceements des poinnts bas à équiiper............................................................................. 216
3.22 EQUIPEMENT DES POINTS HAUTS H ......................................................................................................................... 217
3.2.1 Introoduction ............................................................................................................................................... 217
3.2.2 Dimeensionnement ..................................................................................................................................... 218
3.2.3 Equiipements installlés .............................................................................................................................. 218
3.2.4 Nommbre et emplaceements des poinnts hauts à équuiper............................................................................ 219
3.33 GENIE CIVIL DES REGARDS DE VIDANGE ET DE VENTOUSE ...................................................................................... 220
4 CONDITIONS DE REALISAT TION ET DE PO OSE .................................................................................................... 220
5 ETABLISSEM MENT DES PRIX X D’ORDRE ............................................................................................................... 220

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORRT DEFINITIF DE LA MISSION
M II : ELABORRATION DES MANUELLS
ELABORATION D’UN RREEFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF vii
v

MANUEL 3 : MAN
NUEL DE CO
ONCEPTION
N DES STATIONS D’EPU
URATION ................................ 228

FICHE E0 : RAPP
PEL DES PRINCIPALES CONCLUSIOC NS DE LA MISSION I ..................................... 229
FICHE E1 : PRETRAITEMENTTS ................................................................................................................... 231
1 DEGGRILLAGE................................................................................................................................................................... 231
1.1 PRINCIPE DE FO ONCTIONNEMENT T ................................................................................................................................. 231
1.22 DIMENSIONNEM MENT ................................................................................................................................................... 231
1.33 RECOMMANDATTIONS DE CONCEEPTION ......................................................................................................................... 233
2 DEGRAISSAG GE-DESSABLA AGE ............................................................................................................................ 235
2.1 PRINCIPE DE FO ONCTIONNEMENT T ................................................................................................................................. 235
2.22 DIMENSIONNNEMENT ............................................................................................................................................. 236
2.33 RECOMMANNDATIONS DE CO ONCEPTION .................................................................................................................. 237
3 TAMMISAGE ....................................................................................................................................................................... 238
3.1 PRINCIPE DE FO ONCTIONNEMENT T ................................................................................................................................. 238
3.22 DIMENSIONNEM MENT ................................................................................................................................................... 239
3.33 RECOMMANDAATIONS DE CONCEEPTION ........................................................................................................................ 239
FICHE E2 DECAN
NTEUR PRIMAIRE ............................................................................................................. 241
1 PRINCIPE DE FONCTIONNE EMENT ....................................................................................................................... 241
2 DIMENSIONNEMENT .............................................................................................................................................. 243
3 RECOMMAND DATIONS DE CONCEPTION
C ............................................................................................................ 243
FICHE E3 LAGUN
NAGE NATUR
REL ................................................................................................................ 245
1 PRINCIPE GE ENERAL .............................................................................................................................................. 245
2 RECOMMAND DATIONS D’IMPLANTATION ........................................................................................................... 246
3 CRITERES DE E DIMENSIONN NEMENT DES OUVRAGES ...................................................................................... 248
3.1. LAGUNAAGE ANAEROBIE ................................................................................................................................... 248
3.1.1 Génééralités ............................................................................................................................................... 248
3.1.1. Critères de dimeensionnement ............................................................................................................. 248
3.1.2. Peerformances enn sortie des basssins anaérobiees................................................................................ 249
3.1.3. Curage des basssins anaérobiess .......................................................................................................... 249
3.1.4. G
Gestion des émaanations gazeusses, au niveau des bassins annaérobies ............................................ 249
3.22. LAGUNAAGE FACULTATIF ................................................................................................................................... 254
3.2.1. G
Généralités ........................................................................................................................................... 254
3.2.2. Critères de dimeensionnement ............................................................................................................. 254
3.2.3. Peerformances enn sortie des basssins ................................................................................................... 255
3.33. LAGUNAAGE DE MATURATTION ............................................................................................................................ 255
3.3.1. G
Généralités ........................................................................................................................................... 255
3.3.2. Critères de dimeensionnement ............................................................................................................. 256
4 RECOMMAND DATIONS DE CONCEPTION
C ............................................................................................................ 257
5 ETABLISSEM MENT DES PRIX X D’ORDRE ............................................................................................................... 258
FICHE E4 LAGUN
NAGE AERE ......................
. ................................................................................................. 259
1 PRINCIPE GE
ENERAL .............................................................................................................................................. 259
2 CRITERES DEE DIMENSIONN NEMENT DES OUVRAGES ...................................................................................... 261
3 RECOMMAND DATIONS DE CONCEPTION
C ............................................................................................................ 265
4 ETABLISSEMMENT DES PRIX X D’ORDRE ............................................................................................................... 267
FICHE E5 LIT BACTERIEN ............................................................................................................................ 268
1 PRINCIPE DE FONCTIONNE EMENT ....................................................................................................................... 268
2 REACTEUR BIOLOGIQUE
B ...................................................................................................................................... 269
2.1 DIMENSIONNNEMENT ............................................................................................................................................. 269
2.22 RECOMMANNDATIONS DE CO ONCEPTION .................................................................................................................. 270
3 DECANTATIO ON SECONDAIR RE.............................................................................................................................. 272
3.1 DIMENSIONNNEMENT ............................................................................................................................................. 272
3.22 RECOMMANNDATIONS DE CO ONCEPTION .................................................................................................................. 272
4 RECIRCULAT TION .................................................................................................................................................... 272
4.1 DIMENSIONNNEMENT ............................................................................................................................................. 272
4.22 RECOMMANNDATIONS DE CO ONCEPTION .................................................................................................................. 273
5 PRIX D’ORDRRE ........................................................................................................................................................ 273

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORRT DEFINITIF DE LA MISSION
M II : ELABORRATION DES MANUELLS
ELABORATION D’UN RREEFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF viii
v

FICHE E6 DISQUE
ES BIOLOGIQUES ........................................................................................................... 274
1 PRINCIPE DE FONCTIONNE EMENT ....................................................................................................................... 274
2 REACTEUR BIOLOGIQUE
B ...................................................................................................................................... 275
2.1 DIMENSIONNNEMENT ............................................................................................................................................. 275
2.22 RECOMMANNDATIONS DE CO ONCEPTION .................................................................................................................. 276
3 DECANTATIO ON SECONDAIR RE.............................................................................................................................. 278
3.1 DIMENSIONNNEMENT ............................................................................................................................................. 278
3.22 RECOMMANNDATIONS DE CO ONCEPTION .................................................................................................................. 278
4 PRIX D’ORDRRE ........................................................................................................................................................ 278
FICHE E7 BOUES
S ACTIVEES ......................
. ................................................................................................. 279
1 PRINCIPE DE FONCTIONNE EMENT ....................................................................................................................... 279
2 BASSIN D’AE ERATION ............................................................................................................................................. 280
2.1 DIMENSIONNNEMENT ............................................................................................................................................. 280
2.1.1 Calccul du volume du d bassin d’aéraation à partir dee la charge masssique .................................................. 280
2.1.2 Calccul du volume du d bassin d’aéraation à partir dee l’âge des bouees ........................................................ 281
2.1.3 Ordrres de grandeurrs des paramèttres à prendre en e compte................................................................... 281
2.1.4 Calccul de la zone d’anoxie
d ....................................................................................................................... 283
2.22 RECOMMANNDATIONS DE CO ONCEPTION .................................................................................................................. 284
2.2.1 Basssin d’aération ...................................................................................................................................... 284
2.2.2 Zonee d’anoxie ........................................................................................................................................... 285
3 AERATION ................................................................................................................................................................ 285
3.1 DIMENSIONNNEMENT ............................................................................................................................................. 285
3.1.1 Démmarche globale de d dimensionneement ................................................................................................. 285
3.1.2 Bilann préliminaire suur l’azote .................................................................................................................... 285
3.1.3 Calccul des besoins journaliers en oxygène o ............................................................................................. 286
3.1.4 Calccul des besoins horaires en oxyygène ................................................................................................. 288
3.1.5 Choiix des systèmess d’aération et prise p en comptee des Apports Spécifiques S Bruuts .............................. 289
3.1.6 Calccul des puissancces à installer des d systèmes d’aération d .................................................................... 289
3.1.7 Calccul des débits d’air pour les sysstèmes à base d’insufflation .............................................................. 290
3.22 RECOMMANNDATIONS DE CO ONCEPTION .................................................................................................................. 290
3.2.1 En cas
c d’insufflationn d’air avec difffuseurs membraanaires ....................................................................... 290
3.2.2 En cas
c d’aération avec a des turbinees ........................................................................................................ 292
3.2.3 En cas
c d’aération avec a des brossees ........................................................................................................ 292
3.2.4 Asseervissement de l’aération ................................................................................................................... 293
4 BRASSAGE .............................................................................................................................................................. 293
4.1 DIMENSIONNNEMENT ............................................................................................................................................. 293
4.22 RECOMMANNDATIONS DE CO ONCEPTION .................................................................................................................. 294
5 DEGAZAGE .............................................................................................................................................................. 294
5.1 DIMENSIONNNEMENT ............................................................................................................................................. 294
5.22 RECOMMANNDATIONS DE CO ONCEPTION .................................................................................................................. 294
6 DECANTATIO ON SECONDAIR RE.............................................................................................................................. 295
6.1 DIMENSIONNNEMENT ............................................................................................................................................. 295
6.1.1 Surfaace de décantaation ............................................................................................................................ 295
6.1.2 Le Clifford
C ................................................................................................................................................. 295
6.1.3 Surfaace du clarificateur ............................................................................................................................ 296
6.22 RECOMMANNDATIONS DE CO ONCEPTION .................................................................................................................. 296
7 RECIRCULAT TION .................................................................................................................................................... 297
7.1 DIMENSIONNNEMENT ............................................................................................................................................. 297
7.22 RECOMMANNDATIONS DE CO ONCEPTION .................................................................................................................. 297
7.33 PREVENTIO ON DU FOISONNE EMENT FILAMENT TEUX..................................................................................................... 298
8 PRIX D’ORDR RE ........................................................................................................................................................ 299
FICHE E8 TRAITE
EMENTS NEC
CESSAIRES POUR LA REUE EN IRRIGATION ..................................... 300
1 CONTEXTE REGLEMENTAI
R IRE MAROCAIN (QUALITE DES D EAUX DES STINEES A L’IR RRIGATION) ............. 300
2 TECHNOLOGIES DE DESIN NFECTION .................................................................................................................. 301
2.1 TRAITEMENNTS EXTENSIFS .................................................................................................................................... 301
2.1.1 Laguunes de maturaation ........................................................................................................................... 301
2.1.2 Infiltrration-percolatioon............................................................................................................................... 303
2.22 TRAITEMENNTS INTENSIFS ..................................................................................................................................... 304
2.2.1 Le chhlore ................................................................................................................................................... 304

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORRT DEFINITIF DE LA MISSION
M II : ELABORRATION DES MANUELLS
ELABORATION D’UN RREEFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF ix
x

2.2.2 Désiinfection par ulttraviolets ..................................................................................................................... 306


2.2.3 Réaccteur biologiquee à membraness .......................................................................................................... 307
2.2.4 Filtraation en amont des traitementss intensifs de déésinfection ................................................................. 309
3 SYNTHESE DES CRITERES S DE CHOIX DE ES TECHNIQUES DE DESINF FECTION............................................ 310
FICHE E9 PRODU
UCTION DES BOUES ........................................................................................................ 312
1 LAGUNAGES ........................................................................................................................................................... 312
1.1 LAGUNAGEE ANAEROBIE ........................................................................................................................................ 312
1.22 LAGUNAGEE AEROBIE FACULLTATIF ......................................................................................................................... 312
2 DECANTATIO ON PRIMAIRE ..................................................................................................................................... 312
3 LITS BACTERRIENS ET DISQ QUES BIOLOGIQUES ............................................................................................... 313
4 BOUES ACTIV VEES .................................................................................................................................................. 313
FICHE E10 TRAIT
TEMENT DES
S BOUES ....................................................................................................... 314
1 EPAISSISSEM MENT .................................................................................................................................................. 314
1.1 EPAISSISSEEMENT GRAVITAIIRE .............................................................................................................................. 314
1.1.1 Princcipe de fonctionnnement ..................................................................................................................... 314
1.1.2 Dimeensionnement ..................................................................................................................................... 314
1.1.3 Recoommandations de conception............................................................................................................ 315
1.22 EGOUTTAG GE ....................................................................................................................................................... 316
1.2.1 Princcipe de fonctionnnement ..................................................................................................................... 316
1.2.2 Dimeensionnement ..................................................................................................................................... 316
1.2.3 Recoommandations de conception............................................................................................................ 317
2 STABILISATIO ON ...................................................................................................................................................... 317
2.1 STABILISATTION CHIMIQUE..................................................................................................................................... 317
2.1.1 Princcipe de fonctionnnement ..................................................................................................................... 317
2.1.2 Dimeensionnement ..................................................................................................................................... 318
2.1.3 Recoommandations de conception............................................................................................................ 318
2.22 STABILISATTION ANAEROBIE .................................................................................................................................. 319
2.2.1 Princcipe de fonctionnnement ..................................................................................................................... 319
2.2.2 Dimeensionnement ..................................................................................................................................... 321
2.2.3 Recoommandations de conception............................................................................................................ 321
3 DESHYDRATA ATION ................................................................................................................................................ 328
3.1 FILTRE A BAANDE PRESSEUSSE ............................................................................................................................... 328
3.1.1 Princcipe de fonctionnnement ..................................................................................................................... 328
3.1.2 Dimeensionnement ..................................................................................................................................... 329
3.1.3 Recoommandations de conception............................................................................................................ 329
3.22 CENTRIFUG GEUSE................................................................................................................................................. 330
3.2.1 Princcipe de fonctionnnement ..................................................................................................................... 330
3.2.2 Dimeensionnement ..................................................................................................................................... 331
3.2.3 Recoommandations de conception............................................................................................................ 331
3.33 FILTRE PREESSE ................................................................................................................................................... 332
3.3.1 Princcipe de fonctionnnement ..................................................................................................................... 332
3.3.2 Dimeensionnement ..................................................................................................................................... 333
3.3.3 Recoommandations de conception............................................................................................................ 333
3.44 LITS DE SECHAGE NATURELLS ............................................................................................................................... 335
3.4.1 Princcipe de fonctionnnement ..................................................................................................................... 335
3.4.2 Dimeensionnement ..................................................................................................................................... 336
3.4.3 Recoommandations de conception............................................................................................................ 336
3.4.4 Séchhage solaire sous serre ..................................................................................................................... 336
4 TAMISAGE DES BOUES......................................................................................................................................... 337
5 COMPARATIF F DES TECHNO OLOGIES DE TRAITEMENT T D BOUES ............................................................. 338
DES
FICHE E11 DESO
ODORISATION .................................................................................................................... 340
1. PRINCIPE DE FONCTIONNE EMENT ....................................................................................................................... 340
2. DIMENSIONNEMENT .............................................................................................................................................. 343
2.1. VENTILATION ............................................................................................................................................................ 343
2.22. DESODORISATIION CHIMIQUE ...................................................................................................................................... 343
2.33. DESODORISATIION BIOLOGIQUE ET PAR ADSORPPTION ................................................................................................... 344
3. RECOMMAND DATIONS DE CONCEPTION C ............................................................................................................ 344
4. PRIX D’ORDR RE ........................................................................................................................................................ 345
FICHE E12 CHOIX
X DES SITES
S ET DES FIL
LIERES EPUR
RATOIRES ....................................................... 346 

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORRT DEFINITIF DE LA MISSION
M II : ELABORRATION DES MANUELLS
ELABORATION D’UN RREEFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF x

LISTE DES TABLEAUX

TABLEAAU 1 : DOTATIONNS UNITAIRES DEE L'ANNEE 2010 (L/J/HABITANT) ........................................................................................ 10


TABLEAAU 2 : RATIOS DEE POLLUTION SPEECIFIQUE PAR HAABITANT ................................................................................................. 12
TABLEAAU 3 : DEBITS SPPECIFIQUES DE REJETS R DES ABAT TTOIRS RECOMMANDES DANS LE CADRE DE LA PR RESENTE ETUDE ............. 14
TABLEAAU 4 : RATIOS DEE POLLUTION RECOMMANDES DAANS LE CADRE DEE LA PRESENTE ETUDE E .................................................... 14
TABLEAAU 5: VALEURS LIMITES
L SPECIFIQ QUES DES REJET TS DOMESTIQUES S AU MAROC................................................................... 37
TABLEAAU 6: PRESCRIPTIONS, RELATIVEES AUX REJETS PROVENANT P DES S STATIONS D'EPU URATION DES EA AUX URBAINES RE ESIDUAIRES,
EN ZONES NOR RMALES NON SOU UMISES A EUTRO OPHISATION ET SUPERIEURES A 2 000 EH (DIR RECTIVE UE N° 91/271 DU
21/05/91 RELATTIVE AU TRAITEM MENT DES EAUX URBAINES U ............................................................................................... 38
TABLEAAU 7: PRESCRIPPTIONS, RELATIVEES AUX REJETS PROVENANT P DES S STATIONS D'EP PURATION DES EA AUX URBAINES RESIDUAIRESR
ET EFFECTUES DANS DES ZON NES SENSIBLES, SUJETTES A EUTROPHISATION (DIRECTIVE UE E N° 91/271 DU 21/05/91
RELATIVE AU TR RAITEMENT DES EAUX E URBAINES RESIDUAIRES
R .......................................................................................... 38
TABLEAAU 8: TAUX DE CONFORMITE
C (DIRRECTIVE DE LA COMMISSION N° 98/15/CE 9 DU 27 7 FEVRIER 1998)) ................................... 39
TABLEAAU 9: EXIGENCES DE L’ONEE-B BE EN MATIERE DE D LA QUALITE DE ES REJETS INDUS STRIELS .................................................. 40
TABLEAAU 10: CATEGO ORIES DE QUALIT TE D'EAU DESTIINEE A L'IRRIGATION EN FONCT TION DE L'ELIMIN NATION DES OEU UFS ET DES
COLIFORMES FE ECAUX (NORME MAROCAINE M -EXTRRAIT D'ARRETE DU D 17 OCTOBRE 2002) ................................................... 41
TABLEAAU 11: RECOMM MANDATIONS DE L'OMS POUR LA QUALITE DE L'EA AU DESTINEE A L'IRRIGATION ........................................... 41
TABLEAAU 12: COEFFICIENTS DE RUISSEELLEMENT, POURR BASSINS VERSAANTS URBANISESS ............................................................ 49
TABLEAAU 13: COEFFICIENTS DE RUISSEELLEMENT EN SEECTEUR NON REVVETU .............................................................................. 49
TABLEAAU 14: COEFFICIENT D'AJUSTEMENT DU COEFFICCIENT DE RUISSELLLEMENT EN FONNCTION DE LA PERIODE DE RETOUUR ......... 49
TABLEAAU 15: PARAMETTRES D’EQUIVALEENCES POUR L’ASSEMBLAGE A DES S BASSINS ...................................................................... 54
TABLEAAU 16: EXEMPLEE DE VALEUR POSSSIBLE DU CN (C CURVE NUMBER) ................................................................................... 58
TABLEAAU 17: AVANTAG GES - INCONVENIENTS DES MATERIAUX DES CANA ALISATIONS .................................................................... 69
TABLEAAU 18:AVANTAG GES - INCONVENIE ENTS DES MATER RIAUX DES CANALLISATIONS (SUITE E) .......................................................... 70
TABLEAAU 19: VITESSESS MINIMALES ADM MISSIBLES DANS LES CANALISATIO ONS D'EAUX USE EES ET D'EAUX PLLUVIALES ....................... 71
TABLEAAU 20: DIAMETRRE MINIMUM RETEENU ............................................................................................................................... 72
TABLEAAU 21:SECTION INTERIEURE DU REGARD DE VISITTE EN FONCTIONN DE LA PROFONDDEUR..................................................... 73
TABLEAAU 22: AUTRES CARACTERISTIQU
C UES DIMENSIONN NELLES DES REGARDS DE VISITE ............................................................. 74
TABLEAAU 23: PRINCIPAALES DISPOSITIONS DE BRANCHEMENTS................................................................................................... 74
TABLEAAU 24: PRINCIPAALES CARACTERISTIQUES DIMENSSIONNELLES DESS REGARDS BORG GNES ..................................................... 75
TABLEAAU 25: PRINCIPAALES CARACTERISTIQUES DIMENSSIONNELLES DESS BOUCHES D’EGO OUT ....................................................... 75
TABLEAAU 26: PRIX D'ORRDRE POUR GALERIES............................................................................................................................ 80
TABLEAAU 27: CRITERES, RETENUS POUUR LA COMPARAISSON DES VARIANNTES ‘’POMPAGE ‘’ ET ‘’GALERIE’’ .................................... 80
TABLEAAU 28: RESULTAATS DE COMPARAAISON ENTRE GAALERIES ET POMPPAGE ............................................................................. 81
TABLEAAU 29: PRIX D'ORRDRE, POUR DESS CANALISATIONSS EN PVC (30% DE ROCHER) ................................................................. 87
TABLEAAU 30: PRIX D'ORRDRE, POUR DESS CANALISATIONSS EN PEHD (30% % DE ROCHER) .............................................................. 87
TABLEAAU 31:PRIX D'ORRDRE, POUR DESS CANALISATION EN E PPL (30% DE E ROCHER) .................................................................... 87
TABLEAAU 32: PRIX D'ORRDRE, POUR DESS CANALISATIONSS EN BÉTON (300% DE ROCHER) ............................................................ 88
TABLEAAU 33: PRIX D'ORRDRE, POUR DESS CANALISATIONSS EN PRV (30% DE ROCHER) ................................................................. 88
TABLEAAU 34: PRIX D'ORRDRE, POUR DESS CANALISATIONSS EN PVC (50% DE ROCHER) ................................................................. 89
TABLEAAU 35: PRIX D'ORRDRE, POUR DESS CANALISATIONSS EN PEHD (50% % DE ROCHER) .............................................................. 89
TABLEAAU 36: PRIX D'ORRDRE, POUR DESS CANALISATION EN PPL (50% DE D ROCHER)................................................................... 89
TABLEAAU 37: PRIX D'ORRDRE, POUR DESS CANALISATION EN BÉTON (500% DE ROCHER) ............................................................. 90
TABLEAAU 38: PRIX D'ORRDRE, POUR DESS CANALISATIONSS EN PRV (50% % DE ROCHER) ................................................................ 90
TABLEAAU 39: PRIX D'ORRDRE, POUR DESS CANALISATIONSS EN PVC (70% DE ROCHER) ................................................................. 91
TABLEAAU 40: PRIX D'ORRDRE, POUR DESS CANALISATIONSS EN PEHD (70% % DE ROCHER) .............................................................. 91
TABLEAAU 41: PRIX D'ORRDRE, POUR DESS CANALISATION EN PPL (70% DE D ROCHER) ................................................................... 91
TABLEAAU 42: PRIX D'ORRDRE, POUR DESS CANALISATIONSS EN BÉTON (700% DE ROCHER) ............................................................ 92
TABLEAAU 43: PRIX D'ORRDRE, POUR DESS CANALISATIONSS EN PRV (70% % DE ROCHER) ................................................................ 92
TABLEAAU 44: PRINCIPAALES TECHNIQUEES ALTERNATIVESS:LEURS POINTS FORTS ET LEURSS POINTS FAIBLES ................................ 119
TABLEAAU 45: VALEURSS DE LA CAPCITEE D'INFILTRATIONN DU SOL SATUREE EN FONCTION DE D L'OCCUPATIO ON DU SOL ET DE E LA NATURE
DU TERRAIN ............................................................................................................................................................... 130
TABLEAAU 46: VALEURR DU COEFFICIEENT DE DEBIT SUIVANT S LE RAPPORT L/B POU UR UN DEVERSOIR RECTANGULLAIRE AVEC
CONTRACTION LATERALE
L ............................................................................................................................................ 140
D SEPARATEURS .............................................................................................................................. 146
TABLEAAU 47: CLASSE DES
TABLEAAU 48: NOMBRE DE DEMARRAGEES, EN FONCTIONN DE LA PUISSSANNCE MOTEUR................................................................ 178
TABLEAAU 49: COUTS RETENUS
R DES STA ATIONS DE POMP PAGE .................................................................................................... 180

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORRT DEFINITIF DE LA MISSION
M II : ELABORRATION DES MANUELLS
ELABORATION D’UN RREEFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF xi
x

TABLEAAU 50: SOLUTIO ONS PREVENT TIVES ET CUR RATIVES POUR R LE TRAITEME ENT DE H2S ....................................... 210
TABLEAAU 51: PRIX D'ORRDRE POUR DESS COLLECTEURS EN PVC-POURCCENTAGE DU ROCCHER DE 30% ....................................... 222
TABLEAAU 52: PRIX D'ORRDRE, POUR DESS CONDUITES EN PEHD- POURCEENTAGE DU ROCHER DE 30%........................................ 222
TABLEAAU 53: PRIX D'ORRDRE, POUR DESS CONDUITES EN BP- POURCENTTAGE DU ROCHERR DE 30% ............................................. 222
TABLEAAU 54: PRIX D'ORRDRE, POUR DESS CONDUITES EN PRV- POURCENNTAGE DU ROCHEER DE 30% .......................................... 223
TABLEAAU 55: PRIX D'ORRDRE POUR DESS COLLECTEURS EN PVC-POURCCENTAGE DU ROCCHER DE 50% ....................................... 223
TABLEAAU 56: PRIX D'ORRDRE, POUR DESS CONDUITES EN PEHD- POURCEENTAGE DU ROCHER DE 50%........................................ 224
TABLEAAU 57: PRIX D'ORRDRE, POUR DESS CONDUITES EN BP- POURCENTTAGE DU ROCHERR DE 50% ............................................. 224
TABLEAAU 58: PRIX D'ORRDRE, POUR DESS CONDUITES EN PRV- POURCENNTAGE DU ROCHEER DE 50% .......................................... 225
TABLEAAU 59: PRIX D'ORRDRE POUR DESS COLLECTEURS EN PVC-POURCCENTAGE DU ROCCHER DE 70% ....................................... 225
TABLEAAU 60: PRIX D'ORRDRE, POUR DESS CONDUITES EN PEHD- POURCEENTAGE DU ROCHER DE 70%........................................ 226
TABLEAAU 61: PRIX D'ORRDRE, POUR DESS CONDUITES EN BP- POURCENTTAGE DU ROCHERR DE 70% ............................................. 226
TABLEAAU 62: PRIX D'ORRDRE, POUR DESS CONDUITES EN PRV- POURCENNTAGE DU ROCHEER DE 70% .......................................... 227
TABLEAAU 63: ESPACEM MENT ENTRE LES S BARREAUX SELO ON LE TYPE DE DEGRILLAGE
D ................................................................. 232
TABLEAAU 64: TABLEAUU COMPARATIF DEES TYPES DE GRIILLES ET DES SYSSTEMES DE RACLLAGE ................................................... 234
TABLEAAU 65: COMPARAATIF DES SOLUTIONS DE DEGRAISSSAGE-DESSABLAGE ............................................................................ 238
TABLEAAU 66: AVANTAG GES ET INCONVEN NIENTS DU DECA ANTEUR PRIMAIRE E ................................................................................. 242
TABLEAAU 67: VITESSEES ASCENSIONNEELLES, AU NIVEAAU DU DECANTEUUR PRIMAIRE, ENN FONCTION DESS PERFORMANCES SUR LES
ABATTEMENTS EN E MES ET DBO O5 ............................................................................................................................... 243
TABLEAAU 68: AVANTAGGES ET INCONVEN NIENTS DU PROC CEDE D'EPURATIO ON PAR LAGUNAG GE NATUREL.......................................... 246
TABLEAAU 69: RENDEMEENTS EPURATOIRRS, AU NIVEAU DEES BASSINS ANAEEROBIES ...................................................................... 249
TABLEAAU 70: SOLUTIONS POSSIBLES DE GESTION DES EMANATIONS E GA AZEUSES ...................................................................... 251
TABLEAAU 71 : MATERIAAUX ET METHODEES UTILISEES POUR LA COUVERTUURE DES BASSINS ANAEROBIES ..................................... 252
TABLEAAU 72: RECOMM MANDATIONS DE CONCEPTIONC D'UNE
U STEP TYPE LAGUNAGE NATU UREL .................................................... 257
TABLEAAU 73:RECOMMAANDATIONS DE CONCEPTION C D'UN NE STEP TYPE LAGUNAGE L NATU UREL (SUITE) ......................................... 258
TABLEAAU 74: PRIX D’ORDRE D’UNE STE EP TYPE LAGUNAAGE NATUREL (*) ................................................................................. 258
TABLEAAU 75: AVANTAG GES ET INCONVEN NIENTS DU PROC CEDE D'EPURATIO ON PAR LAGUNAG GE AERE............................................... 261
TABLEAAU 76: RECOMM MANDATIONS DE CONCEPTIONC D'UNE
U STEP TYPE LAGUNAGE AERE E ......................................................... 265
TABLEAAU 77: RECOMM MANDATIONS DE CONCEPTIONC D'UNE
U STEP TYPE LAGUNAGE AERE E (SUITE) .............................................. 266
TABLEAAU 78: AVANTAG GES ET INCONVEN NIENTS E LA FILIE ERE D'EPURATION TYPE LIT BACT TERIEN ................................................. 269
TABLEAAU 79: PRINCIPAAUX AVANTAGES ET INCONVENIENNTS DE LA FILIERRE D'EPURATION TYPE T LIT BACTER RIEN ............................ 275
TABLEAAU 80: AVANTAAGES ET INCONVVENIENTS DES TECHNOLOGIES T DE MOYENNE CHARGE C MASSIQ QUE ET DE FAIB BLE CHARGE
MASSIQUE ................................................................................................................................................................. 282
TABLEAAU 81:ORDRES DED GRANDEURS DE PUISSANCE SPECIFIQUE S MINIM MALE DE L’EQUIP PEMENT DE BRAS SSAGE ......................... 294
TABLEAAU 82: VITESSESS A VERIFIER AU NIVEAU DES CLAARIFICATEURS ....................................................................................... 296
TABLEAAU 83: PRIX D'ORRDRE PROPOSESS POUR UNE STE EP, TYPE BOUESS ACTIVEES................................................................... 299
TABLEAAU 84: CATEGO ORIES DE QUALIT TE D'EAU DESTIINEE A L'IRRIGATION EN FONCT TION DE L'ELIMIN NATION DES OEU UFS ET DES
COLIFORMES FE ECAUX (NORME MAROCAINE M -EXTRRAIT D'ARRETE DU D 17 OCTOBRE 2002) ................................................. 300
TABLEAAU 85: ABATTEMMENT DES GERME ES TESTS DE CON NTAMINATION FECALE (U.LOG10)) EN TRAITEMENTTS SECONDAIRES S ......... 300
TABLEAAU 86: VALEURSS DE KT AUX DIFFFERENTES TEMPPERATURES SELO ON MARAIS .................................................................. 302
TABLEAAU 87: SYNTHESSE DES CRITERESS DES TECHNIQUES DE DESINFECCTION........................................................................... 311
TABLEAAU 88:LA PRODDUCTION DE BO OUES, EN KG MES M PRODUIT / KG DBO5 EN NTRANT, EN FO ONCTION DU RAPPORT DES
CONCENTRATIO ONS ENTRANTES EN E MES ET EN DBO5 D (SOURCE DWA)......................................................................... 313
TABLEAAU 89: QUALITE DE LA DIGESTIONN SELON CERTAINS CRITERES PRRINCIPAUX (SOURRCE : DEGREMO ONT) ......................... 322
TABLEAAU 90: LA COMPO OSITION MOYENN NE DU BIOGAZ .............................................................................................................. 323
TABLEAAU 91: AVANTAG GES ET INCONVEN NIENTS DES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT T DES S BOUES ............................................... 339
TABLEAAU 92: AVANTAG GES ET INCONVEN NIENTS DES PRO OCEDES DE DESO ODORISATION ................................................................ 343
TABLEAAU 93: PRIX D'ORRDRE PROPOSESS POUR UNE UNITTE DE DESODORIISATION (HORS GENIE CIVIL ET VENTILATION) ............... 345
TABLEAAU 94: CRITERES DE CHOIX DES SITES D'EPURATTION ..................................................................................................... 346
TABLEAAU 95: GRILLE DE
D CHOIX DES PR ROCEDES EPURAT TOIRES ................................................................................................ 347 

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORRT DEFINITIF DE LA MISSION
M II : ELABORRATION DES MANUELLS
ELABORATION D’UN RREEFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 1

PRESENTATION DU MANUEL

1 IDENTIFICATION DE L’ETUDE
La présente étude,
é connfiée par l’Office National
N dee l’Electricité et dee l’Eau
Potabble/Branchee Eau (ONE EE-BE), auu groupemeent OIEau/A ADI, dans lle cadre du u marché
n°711/A/DAE/22012, a pouur objet l’éélaboration n d’un réféérentiel dee conceptio on et de
dimeensionnemeent des ouvvrages utiliisés en assa ainissementt liquide coollectif. Cettte étude
est prévue selonn les missionns et sous missions
m suiv
vantes :
 Mission I : Inventtaire des méthodes
m dee conceptionn et de dim
mensionnem
ment des
ouvragess d’assainissement liquuide ;
 Mission II : Élaboration des manuels
m dee conceptionn et de dim mensionnem
ment des
ouvragess d’assainissement liquuide, scindéee en trois soous missionns :
- Sous--Mission III.1 : Manuell de concepption et de dimensionn
d ement d’un
n réseau
d’assainiissement
- Sous--mission II..2 : Manuell de concepttion des staations de poompage et conduite
de refoullement
- Sous--mission II..3 : Manuell de concepttion des stattions d’épurration
 Mission III : Élabooration d’unne applicatio
on pour le dimensionne
d ement des ouvrages
o
et établissement d’uun cahier de
d charge pour une étuude de moddélisation du
u réseau
d’assainiissement.
- Sous--Mission IIII.1 : Élabooration d’un
ne applicatiion pour le dimension
nnement
des ouvrrages ;
 Sous-Mission III.2I : Établissement d’un
d cahier des chargess pour une étude de
modélisaation du réseau d’assainnissement.
Le prrésent rappoort, établi suur la base des Termes De
D Référencces (TDR), constitue lee rapport
défin
nitif de la Mission
M II. Il
I est constiitué des man
nuels suivannts :
 Manuel 0 : Donnéess de base;
 Manuel 1 : Manuuel de coonception et de dim
mensionnem
ment d’un réseau
d’assainiissement ;
 Manuel 2 : Manueel de concception dess stations de pompagge et cond
duite de
refoulem
ment ;
 Manuel 3 : Manuel de conceptiion des statiions d’épuraation.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORRT DEFINITIF DE LA MISSION
M II : ELABORRATION DES MANUELLS
ELABORATION D’UN RREEFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 2

2 OBJECTIFS ET UTILISATION DU MANUEL


Le présent
p mannuel est un document standard de d référencee pour les cchargés dess projets
d’asssainissemennt en matière de concepption des ou
uvrages d’asssainissemeent. Il doit permettre
p
:
 D’homoggénéiser less pratiques de concepttion et de dimensionne
d ement et un
nifier les
approchees ;
 De bénééficier de guuides et dee référencess, établis suur la base dd’un bench
hmarking
international et duu savoir faire marocaain, tout enn tenant coompte du contexte
marocainn ;
 De dispooser des outils nécessaiires pour la vérificationn des projetss d’assainisssement.

Par contre,
c ces manuels
m n’oont pas pourr vocation de
d se substituer aux praatiques des bureaux
d’étuudes, ni de standardiser
s r systématiqquement les méthodes.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORRT DEFINITIF DE LA MISSION
M II : ELABORRATION DES MANUELLS
ELABORATION D’UN RREEFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 3

MANUEL 0 : DONNEES DE BASE

F
Fiche D0: Rap
ppel des priincipales coonclusions de
d la missionn I ;
F
Fiche D1: Déttermination
n des débits et de la pollution des eaux
e usées ;
F
Fiche D2 : Ob
bjectifs de qualité
q d’eauux traitées au
a rejet ;
F
Fiche D3: Callcul des eau
ux pluviales.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORRT DEFINITIF DE LA MISSION
M II : ELABORRATION DES MANUELLS
ELABORATION D’UN RREEFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 4

FICHE D0 : RAPPEL DES PRINCIPALES


CONCLUSIONS DE LA MISSIIOON I,
RELATIVES AU X DONNEE S DE B AS E DE
UX
L’ETUDE
On donne,
d ci-apprès, les priincipales coonclusions, qui
q se rapportent aux ddonnées de base de
l’étude (eaux ussées, eaux pluviales
p et pollution), et qui ressoortent du raapport de la mission
I, rellatif à l’invventaire des méthodes de concepttion et de dimensionne
d ement des ouvrages
o
d’asssainissemennt liquide.

1 CALCUL DU DEBIT D’EAUX U


USSEES

1.1 EAUX USEEEES DOMESTIQUES


Le débit
d des eaaux usées est
e un pointt clé dans la
l conception des réseeaux, qui doit
d faire
l’objet, en amoont, d’une validation avec le Maître
M d’Ouuvrage. Pouur l’évalueer, il est
recommmandé ce qui suit :
. Evaluation de la poopulation future
f :
Elle sera estiméée selon le contexte
c duu secteur, su
ur les bases de l’évoluttion démogrraphique
des dernières années,
a et en adoptaant des TA AIM objecttifs, qui tiiennent com mpte de
l’évoolution antéérieure et du
d rayonnem ment socio o-économiquue du centrre concernéé et des
projeets engagés au niveau du
d centre.
. Taux dee raccordem
ment à l’égoout :
Il seera tenu coompte des valeurs
v acttuelles obseervées et des
d objectiffs de racco
ordement
envissagés. Les objectifs
o du Millénaire restent des références acceptabless.
. Dotation
n unitaire
Troiss approchess peuvent êtrre envisagées. On retieendra :
 P
Prioritairem
ment, la réalisation de mesures
m in-siitu sur des ssecteurs équ
uivalents
d raccorddés.
déjà
En caas d’imposssibilité de rééalisation dees mesures,, on recomm
mandera :
 laa corrélatioon, par rappport à la co
onsommatioon d’eau pootable et au taux de
restitution à l’égout (valeur dee 80% selon les reccommandattions du
S
SDNAL),
 l’utilisation des bases de
d données de
d prévisionns établies ppar l’ONEE-BE.

. Coefficient de poin
nte horaire
Deuxx approchess sont précoonisées, et quui sont les suivantes
s :
 L
L’utilisationn des résulttats de messures de déébits horairres, en cas de leur
d
disponibilitéé et de leur fiabilité
f ;
2,5
 l’applicationn de la form
mule 1,5 + .
Débit po innt e journallier

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORRT DEFINITIF DE LA MISSION
M II : ELABORRATION DES MANUELLS
ELABORATION D’UN RREEFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 5

En cas
c de dispponibilité de
d mesures fiables, l’’utilisation de leurs rrésultats deevra être
priviilégiée.
. Taux d’eaux parassites
En l’absence
l d mesure, le taux d’eaux parassites sera pris
de p de mannière empirrique en
foncttion du conttexte local (état
( du réseeau, présencce de nappee…)
En présence
p de mesures fiables
fi de débits, le tauux des eauxx parasites sera définii comme
étantt la part du débit noctuurne (en l’abbsence d’activités noctuurnes, notam
mment indu
ustrielles
…).

1.2 DEBITS D’EAUX USEES NON DOMESTIQUES


Il estt recommanndé :
- sooit de mesuurer le débitt directemennt en sortie du site, affin de connaaître préciséément le
reejet et ses vaariations ;
- sooit d’analysser finementt les consom mmations d’eau
d potabble de sites de même activités,
a
affin de se fairre un référeentiel de connsommation
n par activittés.
Nouss proposeroons, dans le présent maanuel, des valeurs,
v qui ressortent ddes études réalisées
r
et unne stratégie pour
p les la gestion
g des rejets indusstriels.

2 DEBIT DES EAUX PLUVIALES

2.1 PARAMETRES GENERAUX


. Formulee et coefficiients de Moontana
Recoommandée aussia bien au
a Maroc quu’à l’Internaational, cette formule sera préconisée pour
repréésenter la plluviométrie.
Les coefficients
c a et b de Montana
M devvront être liéés à la pluvviométrie loccale et assortis d’un
domaaine de vallidité. On utilisera
u les données de la Direction Météorrologique NationaleN
(DM
MN) ou, à dééfaut, les valleurs régionnales du SDNAL.
. Période de retour
La péériode de reetour permeet de déterm
miner le niveeau de proteection des ouuvrages. C’est donc
au Maître
M d’Ouuvrage de la l définir. Ce
C Manuell de Conception, à l’iimage de laa norme
europpéenne EN 752, propossera des valleurs, par dééfaut, afin de
d guider cee choix.
. Coefficients de ruissellement
Le présent
p Maanuel de Conception
C donnera des
d ordres de grandeeurs approppriées et
dispoonibles de coefficients
c de ruisselleement par ty
ype d’occuppation des sools.

2.2 CALCUL DU DEBIT PLUVIAL D’UN BASSIN VERSANT URBAIN


Il est recommanndé de proogrammer des d études au Maroc permettant
p de valider les lois
hydrologiques actuellement
a t utilisées1. A défaut, lees préconisaations sont lles suivantees :

1 Les limites
l et domaaines de validitéé de chacune des
d formules serront précisés apprès discussion avec l’ONEE en fonction
dees moyens dispoonibles pour less calculs et des pratiques
p actueelles.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORRT DEFINITIF DE LA MISSION
M II : ELABORRATION DES MANUELLS
ELABORATION D’UN RREEFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 6

. Méthodes simplifiéées : petits bassins verrsants urbaains (inférieeurs à 200 ha)


On détaiillera l’utiliisation de la méthodee de Caquoot (calcul dde l’allongeement et
coefficieent correcteuur de débitt) ainsi que l’utilisationn de la métthode ration
nnelle, à
partir dee formules de temps de d concentrration (méthhode des vvitesses, forrmule de
Kirpich).

. Méthodes complexxes : grandss bassins veersants urb bains (supérieurs à 20


00 ha)
Les métthodes de modélisation
m n (simplifiéée ou compplexes) serront précon
nisées en
précisantt :
 lee modèle plluviométriqque : pluie de
d projet, pluuie historiquue… ;
 Le
L modèle hydrologiqu
h ue : ruisselleement, méthhode du réseervoir linéaiire… ;
 lee modèle d’écouleme
d nt en réseaau (équatioon complexxe ou simpllifiée de
B
Barré de Saiint-Venant).

2.3 CALCUL DU DEBIT PLUVIAL D’UN BASSIN VERSANT RURAL2 (NON URBANISE)
. Méthodes simplifiéées
Le Manuel
M de Conception
C p
préconisera l’utilisation
n:
 de
d la méthodde rationnellle ;
 ddes méthodees empiriquues (SCS ou
u autres), à définir
d en fo
fonction du contexte
m
marocain.
. Méthodes complexxes
Les méthodes
m d modélisaation des baassins versaants urbainss peuvent êêtre utiliséess, en les
de
adaptant avec dees modèles de ruisselleement adapttés (Horton,, SCS…).

2 Les limites
l et domaaines de validitéé de chacune dees formules serront précisés apprès discussion avec l’ONEE, en fonction
dees moyens dispoonibles pour less calculs et des pratiques
p actueelles.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORRT DEFINITIF DE LA MISSION
M II : ELABORRATION DES MANUELLS
ELABORATION D’UN RREEFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 7

FICHE D1 : DETERMINATION DES DEBITS ET


DE LA POLLUTION DES EAUX USEES
L’obbjectif de ceette fiche esst de définiir l’ensemblle des param
mètres, quii interviennent dans
l’évaaluation de la consom mmation en eau potable, des rejeets d’eaux usées, des flux de
polluution et leurr évolution dans
d le tempps.
La coonception des
d projets doit
d intégrerr les perspectives d’évoolution de la zone d’étu
ude, tant
vis-àà-vis de la population
p q des actiivités écono
que omiques, d’où la nécesssité de la notion
n de
l’horrizon du prrojet et de phasage de
d travaux, au niveauu des étudees d’assainiissement
liquide.
Horiizon du proojet
Commpte tenu dees imprécisioons, qui règgnent sur les hypothèsees prises en considératiions (qui
se raapportent auux perspecttives d’évoolution danss la zone du d projet), l’horizon d’études,
d
généralement pris p en considérationn par l’O ONEE-Brannche Eau, dans les projets
d’asssainissemennt liquide, est
e N+20 ; N étant l’h horizon de l’étude. Ceet horizon est jugé
réalisste pour avooir des projeections pluss au moins fiables,
f au niveau
n de laa zone du prrojet.
Phassage de travvaux
Pourr chaque proojet, et si la phasage dee travaux est nécessairee, il doit êtree établi, en fonction
des objectifs
o à atteindre, ene matière des condittions sanitaiires de la ppopulation et de la
proteection du milieu
m réceptteur, mais également dees dispositioons du docuument d’urb banisme,
du développemeent urbain, industriel et e touristiqu ue et des finnancementss disponiblees et des
capacités de l’OONEE-Brannche Eau. Dans D tous lees cas, le phhasage de ttravaux doitt définir
(en présentant
p les argum ments appropriés), less travaux d’urgence
d et de la première
p
tranche ainsi que les travaaux de tran nches ultériieures.
Duréée de vie dees ouvragess
En plus
p des 2 notions ciitées ci-desssus, et en n particulierr, pour less calculs fiinanciers
(inveestissement,, coût de développem
d ment, coût de revient, etc.), la durée de vie des
ouvrages doit êttre prise en compte. Daans le cadree du présent manuel, noous proposo ons, pour
les éttudes d’APSS, de retenirr les valeurss suivantes :
 Collecteuurs, canauxx et caniveauux : 40 ans,
 Ouvragees de génie civil
c (bâchees d’aspiratio
on, locaux de
d STEP, reegards, déveersoirs
d’orage, bassins de rétention ett de stockagge, etc.) : 50 ans
 Equipem mpage et d’épuration
ment des stattions de pom : 13 ans ;
 Lignes électriques : 20 ans ;
 Pistes : 40 ans.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORRT DEFINITIF DE LA MISSION
M II : ELABORRATION DES MANUELLS
ELABORATION D’UN RREEFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 8

1 EAUX USEES DOMESTIQUES

1.1 REMARQUE PRELIMINAIRE


Pourr la détermmination dess caractéristiques des rejets d’eaaux usées (ddébit et po
ollution),
plusiieurs approcches peuvennt être envissagées, et qu
ui sont les suivantes
s :
 Prioritairem d mesures in-situ, au niveau du
ment, la rééalisation de u point de rejet
r (ou
des pointts des rejetts), et à l’eexutoire dees principaux bassinss versants, pour la
déterminaation des débits
d d’eau
ux usées et des charges polluantees.
Les résultats
r d’uune telle caampagne doivent être pris
p avec beeaucoup dee précautions et les
param
mètres suivaants doivennt être bien maîtrisés
m :
 Taaux de raccoordement ;
 Pertes, au niveeau du réseau ;
 Inttrusion des eaux parasiites ;
 Etaat du colmaatage du réseeau ;
 Coonditions dee mesure (joournée pluviieuse, périoode de pointte,….) ;
 Syystème de coollecte (unittaire, séparaatif ou pseuddo séparatiff) ;
 …etc.
En cas d’imposssibilité de réalisation
r d mesuress (ou dans le
des l cas où leuur fiabilité est mise
en quuestion), onn recommanndera :
 L
La corrélaation, par rapport à la consom mmation d’eau
d potaable et au taux de
restitutionn à l’égout, pour
p la déteermination des
d débits d’eaux
d uséess ;
 L
La prise enn considéraation des raatios de polllution, recoommandés pour des ceentres de
taille similaire.
Une analyse coomparativee de ces soources de données
d estt fortementt recommaandée et
perm
mettra de cadrer
c les actions à mener
m dans la suite de
d l’étude (valeurs à retenir,
mesu
ures compllémentairess nécessairees, …).

1.2 CALCUL DES DEBITS D’EAUX USEES A PARTIR DE LA CONNSSOMMATION EN EAU POTABLE
Le caalcul du vollume des eaaux usées esst obtenu à partir de laa consommaation en eau u potable
(estim
mée à partir de la poppulation et des
d dotation ns unitaires selon les types d’usaggers), en
appliiquant le tauux de raccoordement auu réseau d’aassainissement, le tauxx de retour à l’égout
et le taux des eaaux parasitess.

1.2.1 Population actuelle et future


Une bonne étuude démogrraphique gaarantit, en grande parrtie, la bonnne estimattion des
consommations en eau potaable ; elle nécessite de respecter les
l étapes p
précisées, ci-après.

1.2.1.1 ANALYSE DE L’EVOLUTION ANTERIEURE DE LA POPULATION


La connaissancee de l’évoluution démographique antérieure,
a au niveau ddu centre de
d projet,
perm
met d’orienteer convenabblement les projections.
Danss ce cadre, il est néceessaire de collecter
c less résultats des Recenssements réaalisés en
19600, 1971, 19882, 1994 et 2004,
2 de less analyser et
e de détermminer les Tauux d’Accroiissement
Interrannuel Moyyen (TAIM)) qui en résuultent, et quui permettennt, d’avoir uune idée préécise, sur
l’évoolution de laa tendance passée.
p

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORRT DEFINITIF DE LA MISSION
M II : ELABORRATION DES MANUELLS
ELABORATION D’UN RREEFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 9

1.2.1.2 DETERMINATION DE LA POPULATION ACTUELLE


Pourr la déterminnation de laa populationn actuelle, plusieurs
p doonnées peuvvent être ex
xploitées,
dont notammentt :
 Résultatss d’enquêtes, effectuéees par les au
utorités locales ;
 Statistiquues disponiibles, au niveau du Haaut Commiissariat au P Plan (HCP)) ou des
municipaalités conceernées ;
 Estimatioon, à partirr des statisstiques d’eaau potable disponibless : nombre, taux et
taille dess branchemeents ;
 Estimatioon à partir d’une
d analyyse de l’occu
upation actuuelle du sol..

1.2.1.3 PROJECCTTIONS DEMOGRAPHIQUES


La déterminatio
d on des poopulations futures
f du centre duu projet coonstitue un ne étape
fondamentale ett nécessaire pour l’estimmation de leeurs consom mmations enn eau potablle, et par
conséquent, pouur l’estimatiion de leurss rejets en teermes de déébits d’eauxx usées. Ainnsi, il est
essen
ntiel que lees projectioons, à élaboorer, appro ochent au mieux
m la rééalité de la zone du
projet.
Pourr élaborer ces projeections, il est recom
mmandé d’exploiter
d plusieurs sources
d’infformations, et en particculier :
 Evolutioon antérieuree (déjà présentée) ;
 Projectioons CERED
D3 ;
 Etudes existantes.

APPROCHE DE PROJECTIONS DEMOGRAPHIQUUEES RECOMMANDEE


Afin de tenir com mpte des sppécificités du
d centre du
u projet et dees projets enngagés danss la zone
d’étuudes, il est recommand
r dé d’adopteer des TAIM, qui tien nnent comp pte de l’évo
olution
antérieure, du rayonneme
r ent socio-écconomique et des projjets engagéés, au nivea au du
centrre de projeet.
Une approche baséeb sur l’adoption desd taux prrogressifs d’occupation
d n de l’aire du plan
d’urbbanisme, peeut être pluss adaptée loorsque des in
nformationss, sur les prrojets d’habitat dans
la zoone du projeet, sont clairres et cernéees.
En tout
t état de
d cause, lees projectiions démog
graphiquess doivent ffaire l’objeet d’une
valid
dation avecc le Maître d’Ouvragee.

1.2.2 Dotation unitaire en eau potable et taux de branchement

1.2.2.1 TAUX DE BRANCHEMENT


Les valeurs dess taux de branchemen
b nt, présentéées, au niveeau des fiches besoin ONEE-
BE/D
DPL, ont été estiméess sur la base des statiistiques dissponibles ett actualiséees ; elles
consttituent la base
b la plu
us fiable dans son en nsemble, pour apprécier les ten ndances
actuelles en maatière du taaux de brannchement du d réseau d’eau potaable, et étab blir, par
conséquent les projectionss appropriéées.

3 CER
RED : Centre d’Etudes et de Reecherches Dém
mographiques

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORRT DEFINITIF DE LA MISSION
M II : ELABORRATION DES MANUELLS
ELABORATION D’UN RREEFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 10

Pourr les projections futuures, et conformémen nt à la politique de l’ONEE-B BE, pour


l’amélioration des
d conditiions d’accèès à l’eau potable dansd le milieu urbain n, il est
recommmandé unne améliorattion du niveeau du taux de branchement au résseau de distrribution,
pour les centress ayant un faible
f taux de brancheement (notaamment pouur les petitss centres
ayannt un taux dee branchem
ment <90%) pour atteiindre une valeur
v de 995 % en 2015 et 98
%, à partir 20220 (conformmément auxx projection ns de l’ON
NEE-BE).

1.2.2.2 DOTATIONS UNITAIRES


L’annalyse faite, au niveau du rapport de la misssion I, a faiit ressortir qque pour la a quasi-
totallité des cen
ntres urbains, l’ONEE E-BE dispo ose d’une base
b de données relattive aux
dotaations unitaaires enregiistrées, quii est périod diquement actualisée.
a Pour l’annéée 2010,
les dotations
d uniitaires suivaantes, en fonnction de laa taille des centres,
c ont été enregisttrées :
Tableau 1 : Dotations unitaires de l'année 2010 ((ll/j/habitant)
Grandes
s villes Villes moyeennes Petites villles
Pop >10
00 000 0 000<Pop<100 000
20 Pop<20 00 00
habb hab habs
Population branchée 85 65 60
Population no
P on branchée 65 15 10
Adminisstration 10 7 5
Indusstrie 7 3 3

Les dotations
d unnitaires, quee nous recom
mmandons de
d retenir, sont
s les suivvantes :
 Pour less centres diisposant dees statistiqu
ues des connsommationns en eau potable
p :
reconduuire les valleurs des dotations
d unitaires,
u retenues paar l’ONEE-BE, au
niveau des
d fiches besoins,
b quii découlent de l’exploiitation des sstatistiques récentes
de consoommation enn eau potabble, ajustées et corrigées.
Ces valeurs
v doivvent être, tooutefois, vallidées en ten
nant comptee des orientaations socio
o-
éconnomiques duu centre conncerné.
 Pour les centres poour lesquelss l’ONEE-B BE ne dispoose pas de statistiquess (ou les
statistiquues disponiibles ne soont pas juggées fiabless) : les valeeurs présen
ntées, au
niveau dud tableau, ci-dessus,
c peeuvent être reconduitess.
Il fauut toutefois noter que l’analyse
l dees statistiqu
ues de consoommations en eau potaable, sur
un écchantillon des
d centres, a fait ressoortir que cess valeurs prrésentent unne forte disppersion,
notaamment poour les valeurs de dootations dee la population non branchée et celle
administrative et industriielle ; les asspects suivan nts doivent être donc bbien maitriséés :
- Aspect touristiqque du centrre ;
- Préssence des inndustries, coonsommatricces d’eau pootable ;
- Préssence d’autrres sources d’approvisiionnement ene eau potabble, à part le
l réseau
ONE EE-BE ;
- … etc.
e

1.2.3 Taux de retour à l’égout


Pourr l’estimatioon du taux de retour à l’égout, no
ous recomm
mandons dee retenir less valeurs
suivaantes :
 Pour les eaux usées d’origine domestique
d et administrrative : un ttaux de 80%
%;

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORRT DEFINITIF DE LA MISSION
M II : ELABORRATION DES MANUELLS
ELABORATION D’UN RREEFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 11

 Pour les eaux usées d’origine inndustrielle : un taux dee 75%.


Au niveau
n des études
é d’asssainissemennt liquide, un
ne attentionn particulièrre doit être accordée
a
aux industries,
i qui recycleent les eauxx usées, en adoptant dees valeurs ddu taux de retour à
l’égoout plus faibbles.

1.2.4 Taux de raccordement


Le taaux de raccoordement esst défini commme étant le
l rapport enntre la popuulation raccordée au
réseaau d’eaux usées et la population tootale. L’évoolution de ce
c paramètree doit tenir compte
de laa valeur acttuelle enreggistrée et des objectifss de raccorrdement envvisagés.

Estim
mation de laa valeur acttuelle du taaux de racco
ordement :
Pourr la détermination du taux de raaccordemen
nt actuel, pllusieurs donnnées peuv
vent être
explooitées, dont notammentt :
 Résultatss d’enquêtees, effectuéées au niveeau de l’éttude d’assaainissementt liquide
(recensemment des quuartiers nonn encore asssainis, nombbre de brancchements paar bassin
versant, taille du braanchement, …) ;
 Informattions disponnibles, chez le gestionn
naire du Servvice Assainnissement.
Evollution futurre :
L’évvolution de ce paramètrre dépend des d objectiffs de raccorrdement envvisagés, quii doivent
être discutés
d aveec le maitree d’ouvrage (zones qui doivent fairre objet de lla première tranche,
projeets de brancchement envvisagés, …)
Une approximaation du tauux de raccoordement, à atteindre en e 2015, ppeut être do
onnée en
s’inscrivant danns les objecctifs du Milllénaire (qu
ui stipulentt qu’à l’horizon 20155, il faut
réduuire d’au moins
m de la moitié,
m l’insuffisance actuellemeent enregisttrée).

1.2.5 Taux deess eaux parasites


Les eaux
e parasittes peuvent provenir dee plusieurs sources,
s donnt notammeent :
 Infiltratioon d'eau pootable, suite aux fréqueentes fuites, pouvant suurvenir sur le
l réseau
d'eau pottable ;
 A partir des nappes souterrainees superficieelles.
En l’’absence dee mesure, lee taux d’eaaux parasittes sera prris de maniière empiriique, en
foncttion du con
ntexte locall (état du résseau, présen
nce de napppe…).
En présence
p de mesures fiaables de débbits, le taux
x des eaux parasites sera définii comme
étantt la part du débit nocturne (en l’absen nce d’activvités noctu
urnes, nota amment
indu
ustrielles …),
… par rappoort au débit total.
L’exxploitation des
d statistiqques disponnibles, pourr un ensem mble de cenntres, au niiveau du
Royaaume, a faitt ressortir un coefficiennt des eauxx parasites,, qui varie de 15 à 30%, pour
des conditions
c n
normales dee fonctionnement : abssence d’unee nappe, abssence de l’iintrusion
de l’eeau de mer,, …

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORRT DEFINITIF DE LA MISSION
M II : ELABORRATION DES MANUELLS
ELABORATION D’UN RREEFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 12

1.2.6 Coefficients de pointe journalière et horaire

1.2.6.1 COEFFICIENT DE POINTE JOURNALIERE


La déterminatio
d on du coeffi ficient de poointe journaalière s’effeectue à parttir de l’anaalyse des
mesuures réaliséees ou des statistiques
s disponibless ; dans le cas échéantt (non disp ponibilité
des données),
d u coefficieent de poinnte journaliière de 1,22 à 1,4 (quui est générralement
un
obserrvé dans la quasi-totaliité des centrres ONEE-B BE), peut êttre retenu, ssous réservee de bien
maitrriser le contexte local (absence dees activités ayant un im mpact sur l’’augmentatiion de la
pointte journalièrre : activité touristique par exemple).

1.2.6.2 COEFFICIENT DE POINTE HORAIRE


Deuxx approchess sont précoonisées, et quui sont les suivantes
s :
 L’utilisation des réssultats de mesures
m de débits
d horairres, en cas dde leur disp
ponibilité
et de leuur fiabilité ;
2,5
 L’application de la formulef Cphh  1,5  .
Q
Qp
Avecc :
Qp : le débit dee pointe jourrnalière expprimé en l/s..
En cas
c de disp ponibilité de
d mesures fiables, l’u
utilisation de leurs réésultats dev
vra être
priviilégiée.

1.3 RATIOS DE POLLUTION PAR HABITANT


Pourr l’estimatioon des chargges polluanntes à traiterr, il est recoommandé dde retenir lees Ratios
de Pollution spéécifique, quui ressortentt de l’étudee de la typoologie des eeaux usées urbaines
maroocaines, élaaborés sur la base d’une analysse statistiquue d’un échhantillon im mportant
d’anaalyses (de 645
6 observaations répartties sur 84 centres).
c
Ces ratios,
r propportionnels à la taille des
d centres (en terme de d dotation nette globaale et de
nombbre d’habitaants), ne foont distinguuer que deux x classes : - petites ett moyennes villes –
granddes villes, comme
c le montre
m le tabbleau, ci-aprrès.
Tableau 2 : Ratios de pollution spécifique par habitant
DBO5 DCO MES NTTK
T
Taille ntre4
du cen PT (g/hab/j)
(g/hab/j) (g/hab/j) (g/hab/j/j) (g/ha
ab/j)
Petitss et moyens centres 23 55 23 6 0.9
Grandes villes 28 65 32 6 0.8
Les valeurs,
v à reetenir, seronnt arrondies aux valeurs, présentéees, ci après.
DBO5 DCO MES NTTK
T
Taille du centtre5 ((g/hab/j) (g/hab/j) (g/hab/j) (g/ha
ab/j)
PT (g/hab/j)
Petits et moye
P ens
25 55 25 6 0.9
centres
Grandes villes 30 65 30 6 0.8

5 La cllasse de popula
ation prise en coonsidération estt la suivante :
Petits centres : Moinss de 20 000 habbitants.
Villes moyennes : Enntre 20 000 et 1000 000 habitantts.
Granddes villes : Plus de 100 000 habbitants.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORRT DEFINITIF DE LA MISSION
M II : ELABORRATION DES MANUELLS
ELABORATION D’UN RREEFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 13

Ces valeurs
v ne sont
s pas souumises à un effet de rég
gion ou de saison
s 6

Par ailleurs,
a et même si ces ratios sont largem ment suffisaants pour lla conception et le
dimeensionnemennt des ouvrrages d’épurration, à un n stade somm maire, ils nee sont donnnés, dans
ce raapport, qu’àà titre indiccatif (et ne sont pas encore validdés). Il est fondamentaal de les
actuaaliser et de les ajusterr, en tenantt compte dud contexte de chaquee centre, ob bjet d’un
projeet d’assainisssement (préésence des effluents in
ndustriels, voocation tourristique dess centres,
préseence des eauux claires parasites,
p … et ce, viaa la réalisatiion des cam
…), mpagnes spéécifiques
de mesures
m dess principauxx paramètrres de la pollution et une bonnee interprétaation des
résulltats.

2 EAUX USEES NON DOMESTIQUES

2.1 ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS


Les rejets d’eaaux usées industrielles
i s sont très variables en quantitéé et en quaalité, en
foncttion de l’acttivité renconntrée (type d’activité, taille,
t …).

2.1.1 Débits d’eaux usées industrielles


La pllupart des documents
d r
recommand e:
- Sooit de mesuurer le débitt directemennt en sortiee du site, affin de connaaître préciséément le
reejet et ses vaariations ;
- Soit d’analysser finemennt les consommmations d’eau
d potable du site.
Pourr une estim mation sommmaire dess débits d’’eaux uséess industrielles, les raatios de
consommation en e eau potaable, présenntés au niveeau de l’annnexe n°2, peeuvent être utilisés,
en leeur appliquaant un tauxx de restituttion à l’égo
out de l’orddre de 75%. Ces ratioss ont été
élaboorés dans lee cadre du projet d’élaboration des valeurss limites sppécifiques de d rejets
indusstriels, danss le Domainne Public Hydraulique,
Hy , élaborés par
p la DRPE E (Octobre 2009).
2
Il fauut toutefois noter que ces
c ratios ont été élaborés sur la base d’un échantillon n réduit
d’étaablissements, et doiveent être pris avec beau ucoup de précautions (les résultaats d’une
camppagne de caractérisati
c ion des efffluents indu
ustriels sonnt privilégiéés, en cas de leur
dispoonibilité).

2.1.2 Pollution industrielle


A l’iinstar des débits
d d’eaaux usées, la
l pollutionn, au niveaau des rejetts industriels, varie
fortement selon l’activité concernée
c (vvoir valeurss spécifiquees, données à titre indiicatif, au
niveaau de l’annnexe 3). Face à cees incertitu udes, il estt recommaandé de limiter
systéématiquemment les rejeets industriiels à une valeur
v acceeptable parr le réseau aval ; le
cahieer de chargge de l’ONE EE-BE, sur les rejets indirects, prévoit les concentra ations en
polluution, préseentées, au niveau
n de l’’annexe.

2.1.3 Cas particulier : abattoirs


Danss le cadree de ce paragraphe,
p il sera élaboré
é dees recommandations pour la
caracctérisation des
d effluents des abattoirs, qui so
ont quasi présents, au
u niveau de tous les
centrres urbainss.

6 Sourrce : étude de la
a typologie des eaux usées urbaaines marocaines

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORRT DEFINITIF DE LA MISSION
M II : ELABORRATION DES MANUELLS
ELABORATION D’UN RREEFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 14

En cas
c de nonn disponibillité des meesures fiables, la caraactérisationn des efflueents des
abatttoirs peut s’effectuer, à partir des ratios
r présen
ntés, au nivveau des tableaux, ci-ap
près.
Tableau 3 : Débits spécifiques de rejets des abattoirs recommandés dans le cadre de la présente étude
Produits Litre/tête ab
battue
Bovin
ns 800
8
Ovinss 200
2
Tableau 4 : Ratios de pollution recommandés dans le cadre de la présente étude
Paramè
ètre Ratio (g/K
Kg de carcassse) (*)
DBO55 25
DCOO 50
MESS 15
(*) Pour la déétermination dee la quantité des
d carcasses, il est recommandé d’adopterr les ratios
suivants :
200 Kg/bovvin
20 Kg/ovinn

Ces ratios ont été obtenuus à partir de l’analy


yse des rattios existannts, et qui sont en
particulier, les suivants :
 Ratios obtennus, à partirr du projet d’élaboratio
R d on des valeuurs limites sspécifiques de rejets
i
industriels, dans le Domaine
D Puublic Hydraaulique, élaaborés par la DRPE (Octobre
(
2
2009) ;
 Ratios, obttenus à parrtir de la note
R n sur less abattoirs caractérisés, par la Direction
D
C
Contrôle Quualité de l’O
ONEE-BE (Juin
( 2010) ;
 R
Ratios Euroopéens ;
 A
Autres référrences.
L’annalyse compparative de ces
c différentts ratios est donnée en annexe 4.
Au préalable
p dee ces calculls, une fichee enquête abattoir
a doitt être établiie et soigneeusement
renseeignée, et quui doit caracctériser, enttre autres :
 Nombre et type de têtes
t abattuees ;
 Quantitéés d’eaux utiilisées ;
 Quantitéés d’eaux rejjetées ;
 Résultatss éventuels de caractériisation des effluents dee l’abattoir ;
 Evolutioon escomptéée de l’abatttoir du centrre concerné.
Un modèle
m de ceette fiche diiagnostic esst donné en annexe 5.

2.2 ETABLISSEMENTS TOURISTIQUES


La dotation
d moyyenne de laa consommaation en eau u potable dees unités toouristiques peut
p être
estim
mée, en premmier lieu, à la valeur 20 m3/j/ha (valeur
( moyyenne, qui ressort de l’analyse
l
des besoins
b de plusieurs
p prrojets touristtiques), et qui
q est retennue pour l’eestimation des
d rejets
d’eauu usées des unités touriistiques.
Il faaut signaleer que cettte valeur varie conssidérablemeent selon lla taille, le
l degré
d’occcupation et les activitéss en questioon.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORRT DEFINITIF DE LA MISSION
M II : ELABORRATION DES MANUELLS
ELABORATION D’UN RREEFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 15

A l’iinstar des unités


u industtrielles, les rejets des unités
u touristiques doivvent s’inscrrire dans
les valeurs du caahier de chaarge de l’ON NEE-BE.
Par ailleurs,
a et dans
d la mesuure de la disponibilité des données, le rejet dees eaux uséées devra
être modulé suur des tauxx de rempllissage actu uel et prévvisionnel (een cohéren nce avec
l’évoolution de laa consommaation en eauu potable).
En France,
F la Circulaire Intterministériielle du 22 mai
m 1997 ciite les valeuurs guide su
uivantes,
pour le calcul dees installatioons de traiteement des eaux
e d petits enssembles collectifs.
usées de

Débits
Désiignation Coefficientts correcteuurs
(enn litres par jour)
j
Usager permanent 1 150
Hôtel-restaurrant, pensioon de
H
2 300
famille (ppar chambree)
Hôôtel, pensionn de famillee (sans
1 150
restaurant, par chambrre)
Terrain de
d campingg 0,7
75 à 2 115 à 300
0
Usagger occasionnnel (lieux publics)
p 0,05
0 7,5

Ces coefficientss correcteurrs peuvent s’appliquerr, non seuleement au ddébit généréé par un
usager permaneent comme indiqué ci-dessus, maais aussi, par p extrapollation, aux charges
provenant d’un usager
u perm
manent.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORRT DEFINITIF DE LA MISSION
M II : ELABORRATION DES MANUELLS
ELABORATION D’UN RREEFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 16

A
Annex
xes

 A
Annexe 1 : Exigence
es de l’ONEE-BE en
e matière
e de la q
qualité des
s rejets
in
ndustriels (ccahier de charge
c de l’ONEE-BE
E sur les re
ejets indire
ects) ;
 A
Annexe 2 : Consomm
mation spé
écifique en
n eau pota
able des unités industrielles
(pprojet d’élaaboration des
d valeurss limites sp
pécifiques de
d rejets inndustriels, dans le
D
Domaine Pubblic Hydrauulique, élaboorés par la DRPE (Octtobre 2009)) ;
 A
Annexe 3 : Ratio de
d pollutio
on spécifiique des unités in
ndustrielles
s projet
d’élaborationn des valeuurs limites spécifiquess de rejets industriels,, dans le Domaine
D
Octobre 20099) ;
Puublic Hydraaulique, élaborés par laa DRPE (O
 Annexe
A mparative des
4 : Note com d différents ratios existants d
de caracté
érisation
de
es effluentts des abatttoirs
 Annexe
A 5 : Modèle ficche enquêtte abattoir

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORRT DEFINITIF DE LA MISSION
M II : ELABORRATION DES MANUELLS
ELABORATION D’UN RREEFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 17

Annexe
e1

Exigences de l’ONEE-B BE en ma atière de la qualité


é des reje
ets
i
industriels (cahierr de charg
ge de l’ONEE-BE sur les re ejets indirects)

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORRT DEFINITIF DE LA MISSION
M II : ELABORRATION DES MANUELLS
ELABORATION D’UN RREEFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 18

P
Paramètre Unité
é Valeur règ glementaire
e
Températurre °C 35
PH 6,55-8,5
MES mg/l 6
600
NTK mgN/l 30
DCO mgO2
2/l 1000
DBO5 mgO2
2/l 5
500
SO4 mg/ll 4
400
Salmonelle es/5000 ml Paramètree à éliminerr
Vibrions cholériques/ 50 000 ml Paramètrre à éliminer
Cyanures liibres (CN) mg/ll 1
Sulfures libres (S2- ) mg/ll 1
Indice de phénols mg/ll 5
Hydrocarbu ures par infra
a-rouge mg/ll 20
Huiles et grraisses mg/ll 50
Antimoine (Sb)
( mg/ll 0
0,3
Argent (Ag)) mg/ll 0
0,1
Arsenic (Ass) mg/ll 0
0,1
Baryum (Ba a) mg/ll 1
Cadmium (Cd) mg/ll 0
0,2
Cobalt (Co)) mg/ll 1
Cuivre totall (Cu) mg/ll 1
Mercure tottal (Hg) mg/ll 0
0,05
Plomb totall (Pb) mg/ll 0
0,5
Chrome tottal (Cr) mg/ll 2
Etain total (Sn)
( mg/ll 2
Manganèse e (Mn) mg/ll 1
Nickel total (Ni) mg/ll 0
0,5
Sélénium (S Se) mg/ll 1
Zinc total (Z
Zn) mg/ll 5
Fer (Fe) mg/ll 3
AOX 5
Hydrocarbu ure polycycliq
que 0
0,1
aromatique e
Conductivité (µS/cm
m) 2700

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORRT DEFINITIF DE LA MISSION
M II : ELABORRATION DES MANUELLS
ELABORATION D’UN RREEFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 19

Annexe
e2
Consomm
C mations spécifique es en eau u potable des unité és industrielles
(projett d’élaborration dess valeurs
s limites spécifique
s es de reje
ets
industrie
els, dans le Doma aine Publiic Hydrau ulique, éla
aborés paar la
DRPPE (Octob bre 2009))

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORRT DEFINITIF DE LA MISSION
M II : ELABORRATION DES MANUELLS
ELABORATION D’UN RREEFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 20
2

Ordrres de grandeu
ur de ratios sp
pécifiques de consommation
c n d’eau par queelques industrries au Maroc (données
(
extraaites des fichees VLSR)
Activitté industrielle Ratioos
Abattoirs Moye enne de 0,4 m3/tête abatttu
14 m3/t de poulet abattu ; 42 m3/t de bovin ns, ovins abaattus
Aliments pour animau ux 25 litrres / tonne des aliments de bétail
Boisson non alcoolisé ées Moye enne (Lavage e et productio on) de 5 l/litrre
Fabricatio on de bière 4 à 8 m3 d’eau / m3 de bière
Conserve e fruit, légume Moye enne (fruit et légume) 3,5 5 m3/t de prod duit
3
Conserve e de poisson 3,5 m /tonne de produits
p
Farine de e poisson 1,6 m3 de farine produite
p
Extraction n d’huile d’olives 0,15 et 0,5 m3/ton nne d’olives triturées
t
Huile de table
t Le raffinage d’huile brute : 10 à 25 m3/t du u produit à tra
aiter
Laiterie Nouvvelle : 1,6 m3 d’eau / m3 de lait
Ancieenne : 4 m3 d’eau / m3 de lait
Levure 20 m3/t mélasse avec a une con nsommation moyenne de e l’eau
10 m3/t mélasse avec a une con nsommation économique e de l’eau
Margarine erie 20 m3/t de margarine produite e
Minoterie 1 m3/t/ de farine produite
Sucrerie Une moyenne
m nattionale de 2 m3/t pour la betterave su ucrière et 0,666 m3/t pour la
a
canne e à sucre
Traitemen nt d’algue 0,46 m3/un kg de poudre d’Ag gar produite
Transform mation de via ande Traite ement de viande :
Charccuterie salaisson : 8,0 l//Kg de carca asse
Salaissons et consserves : 6,2 l//Kg de carca asse
Industrie du textile Le prrocessus sim mple de la finiition de tissu est de 123 m3 / t de prod duit fabriqué
é
Tannerie de textile 35 à 54 m3/tonne de peau
Teinture ded textile Une moyenne
m 10,5 m3/100 Kg g de produit
Céramiqu ue Le ratio de l’unité Jacob est de 0,05 m3/t de d produit
Chlore et soude Le ratio de Coelm ma est de 1,3 33 m3/tonne de d produit fin
ni
Cimenterie Conssommation moyenne
m 0 m3/tonne de ciment p
de 0,5 produit
Distillerie d’alcool 24 m3/tonne de viinasse
Fabricatio on d’engrais Moye enne de 1,4 à 50 m3/tonn ne de produit
Imprimerie La vaaleur maxima ale pour la co onsommation n d’eau de rinçage à 15 litres par m2
de suurface traitée e
3
Industrie pharmaceutiique 400 à 700 m /tonne
Papeterie
e er et carton : 40 m3/t de produit
Papie p fini
0 m3/t de produit fini
Pâte à papier : 50
Savon et détergents 10 à 12 m3/tonne d’acide gras
s fabriqué
35 litrres / Kg de savon
s produitt
Industrie de verre 0,5 à 10 m3/tonne
e de produit
Peinture vernis
v et laqu
ue 1,5 m3/tonne de produit
p frais
Moye 1 m3/tonne de produit fin
enne de 5 à 10 ni
Fonderie métaux nage à froid : 5 à 6,5 m3 par tonne d’acier laminé produite
Lamin
nage à chaud : 0,22 m3/tt d’acier laminé produite
Lamin

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORRT DEFINITIF DE LA MISSION
M II : ELABORRATION DES MANUELLS
ELABORATION D’UN RREEFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 21
2

Annexe
e3
Ratios de polluttion spéccifiques de
es unitéss industrie
elles - pro
ojet
d’élaboration dess valeurs limites sppécifique
es de rejeets industriels,
dans le Domaiine Publicc Hydrau ulique, éla
aborés pa ar la DRPPE
(O
Octobre 2009)
2

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORRT DEFINITIF DE LA MISSION
M II : ELABORRATION DES MANUELLS
ELABORATION D’UN RREEFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 22
2

Graandeurs caracttéristiques et des


d Coefficien
nts spécifiquess de pollution des
d activités industrielles au
a Maroc
Coefficcients spéciifiques de
Acttivités indus strielles Grandeurrs pollutio
on en (Kg pa ar unité de
c
caractéristiq ques grand deur caracté éristique)
MES DBO5 DCO
Industrie dee farine et dee semoule de e Tonne e de farine prroduite 0,44 0,67 1,8
céréales (MMinoteries)
Pâtes alime entaires et coouscous Tonne e de produit fini
f 0,0087 0,26 0,76
Boulangerie e et pâtisserie Tonne e de produit fini
f 1 4,5 9
Biscuiterie Tonne e de produit fini
f 1,95 0,27 2,83
Sucreries :
- Productio on de sucre à partir de la Tonne e de betterav ve traitée 1,69 2,48 3,3
betteravee
- Productio on de sucre à partir de la Tonne e de canne trraitée 0,79 1,16 3,21
canne à sucre
s
- Raffinage e de sucre Tonne e de sucre ra affiné
- Chocolat, préparation
p à base choco olat Tonne e de produit fini
f 152,19 11 28,8
- Confiserie et
e fruit confit Tonne e de produit fini
f 2,5 4,12 8,25
Conserves de fruits et lé égumes en Tonne e d’olives traiitées 14,79 40,72 104,788
boites :
- Conserverie es d’olives
- Conserverie es de légumes (Piments, Tonne e de légumes s traitées 0,94 0,61 0,94
tomates, haricots et champignons
c s)
- Conserverie es de fruits et
e de confiturre Tonne e de fruits tra
aités 1,32 2,13 5,19
(Abricotss)
Autres consserves fruits et légumes :
- Conditionne ement fruits et légumes Tonne e de fruits et légumes 1,13 0,18 0,79
Animaux :
- Abattage e de bovins et e d’ovins :
 Capa acité de traite
ement Tonne e de carcasses 15 14 38
supéérieure à 100 0 t/j abattu ues
 Capa acité de traite
ement Tonne e de carcasses 39,6 120 288
infériieure à 100 t/j
t abattu ues
- Abattage e de poulets Tonne e de carcasses 23 42 61,3
abattu ues
Conserve ded viande sècche Tonne e de produit fini
f 3 6,3 12,6
- Huile d’ollive raffinée Tonne e d’huile raffinée²25 20 65
- Huiles dee grignons d’o olives Tonne e de grignons s d’olives 0,06 0,129 0,64
traitéees
- Huiles et farines de poisson Tonne e de déchets de 27,17 54,19 98,51
poisso ons farinés
Oléo-marga arine, autre matière
m grasse :
Margarineries
- Productioon à partir d’hhuiles épurée es Tonne e de margarin ne 5,71 1,01 6,09
produite
- Productioon à partirr d’huiles non Tonne e de margarin ne 7 7,5 15
épurées produite
Conserverie es de poisso ons et de fruits Tonne e de poisson entrant 2,25 2,3 5,2
de mer en fab brication

Congélation
n de poisson
ns et de fruitss de Tonnee de poisson entrant 2,25 2,3 5,2
mer en fab
brication

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORRT DEFINITIF DE LA MISSION
M II : ELABORRATION DES MANUELLS
ELABORATION D’UN RREEFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 23
2

Graandeurs caracttéristiques et des


d Coefficiennts spécifiquess de pollution des
d activités industrielles au
u Maroc
(suite)
C
Coefficientss spécifique es de pollutio
on
Actiivités industrielles Grandeurs s en (Kg p
par unité de e grandeur
ca
aractéristiqu ues c
caractéristiq que)
MES DBO5 DCO
Amidons, fé écules et levvures :
- Levure fraîche Tonne ded levure pro oduite 199 310
- Levure sè èche 1,74 162 232
Conditionne ement sel, épices, Tonne ded produit fin ni 10 4,5 9
vinaigre
Glace hydrrique et autre es produits 165 170
Aliments de e Bétail et de
e Volaille Tonne ded produit fin ni 0,72 0,35 1,2
Fabrication n de malt et de
d bières Hectolitre de bière brassée
b 0,77 1,75 5,23
Fabrication n moût de raisins et vins Hectolitre de vins 0,026
Distillation et mélange desd alcools :
- Rejets sa ans vinasse Hectolitre d’alcool produit 2,49 6,96 11,17
- Vinasse Litre de vinasse reje eté 0,07 0,127
Boisson aro omatisée gazzéifiée ou no on Hectolitre de boisso ons 0,5 1,15 2,99
gazeuse es produites
Industrie du u tabac Tonne ded produit fin ni 1,18 1,18 2,93
Filature de Laine, Poils et autres Tonne ded produit fin ni 148 36 205
Tissage de e Laine, Poilss et autres Tonne ded produit fin ni 29 16 88
Filature du coton et auttres fibres Tonne ded produit fin ni 17 25 120
Tissage du coton et auttres fibres Tonne ded produit fin ni 45 21 63
Moulinage texturation de d la soie Tonne ded produit fin ni 120 25 317
Tissage soie naturelle autres
a Tonne ded produit fin ni 21 3,72 23
Blanchissement, teinturre : Délavage e Mille unnités 6,73 6,53 18,81
Jeans
Impression, apprêt et finissage tissu u Mille unnités 21,5 39 578
Article d’ammeublement, linge maison n Mille unnités 29 7,31 31,2
Bonneterie chaîne ou trrames Tonne ded produit fin ni 36 10,2 69,4
Fabrication n des bas et chaussures
c Tonne ded produit fin ni 21 2,21 38
Confection de lingerie et e chemiserie e Mille unnités 120 25 317
Vêtements en tissus im mperméables Mille unnités 21 2,21 38,03
Confection de vêtements moderness Mille unnités 13,45 9,31 11,18
Tannage ett apprêt des cuirs et Tonne ded peaux 202 57 258
peaux transforrmées
Placage, co ontreplaquéss et panneau ux Mètre cube de produit fini 1,1 7,3
Bois amélio oré ou artificiiel Mille mèètre carré de e produit 20 12,5
fini
Fabrication n de pâte à papier Tonne ded pâte à papier 87,7 144 196
produitee
Fabrication n de carton et papier Tonne ded carton et papier 40,9 10,19 40
produit
Emballage en papier ett en carton Tonne ded produit fin ni 1,01 0,32 2,84
Articles divers en papie er et carton Tonne ded produit fin ni 1,01 0,32 2,84
Imprimerie et édition Tonne ded produit fin ni 8,16 6,3 38,85
Industrie an nnexe de l’immprimerie Tonne ded produit fin ni 8,16 6,3 38,85
Articles de ménage en céramique Tonne ded produit fin ni 0,462 0,38 0,9
fabriquéé
- Articles sanitaires
s en céramique 0,462 0,38 0,9
- Fabricatio on de carrea aux à partir de d Tonne ded produit fin ni 269 0,33 3,13
l’argile fabriquéé
Industrie de e verre Mille mèètre carré de e produit 0,7 4,6
fini

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORRT DEFINITIF DE LA MISSION
M II : ELABORRATION DES MANUELLS
ELABORATION D’UN RREEFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 24
2

Graandeurs caracttéristiques et des


d Coefficien
nts spécifiquess de pollution des
d activités industrielles au
u Maroc
(suite)
C
Coefficientss spécifique es de pollutio
on
Actiivités industrielles Grandeurs s en (Kg p
par unité de e grandeur
ca
aractéristiqu ues c
caractéristiq que)
MES DBO5 DCO
Matériaux construction
c terre cuite Tonne de d produit fin ni 2 0,6
Fabricationn de ciment Tonne de d Ciment fa abriqué 0,42 0,13 0,73
Produits en n marbre, en ardoise Mètre carré de produit fini 24,6 3,21
Produits en n amiante cim ment Tonne de d produit fin ni 6,6
Industrie ch himique à baase Tonne d’algues
d 226 98,5 708
organique : Fabrication d’Agar-Agarr transforrmées
Industrie ch himique à baase minérale :
Production de l’acide ph hosphorique Tonne de d produit fin ni 2375 0,49 0,79
et sulfurique
Insecticidess et fongicidees Tonne de d produit fin ni 0,47 0,16 0,36
Résines syynthétiques, plastiques
p Tonne de d produit fin ni 0,55 1,66
Peintures, vernis
v et laques Tonne de d produit fin ni 0,09 0,01 0,09
Produits ph harmaceutiqu ues Mille unnités 0,01 0,02 0,24
Savons et produits
p de toilette
t : Tonne de d produit fin ni 4,05 1,87 5,5
Production de Shampoing, Lait, Eau ux
de Cologne e
Parfums na aturels ou arttificiels Tonne de d produit fin ni 29,55 12,38
Produits chhimiques pou ur l’industrie :
- Productio on d’allumettes Milles boites
b produittes
- Productio on de chlore,, hypochlorite e Tonne de d sel gemm me traité 0,16 0,002 0,04
de sodium m, chlorure ferrique
f à
partir de sel gemme (NaCl)
(
Lustreries Milles pièces
p produites 0,6 0,09 0,63
Pneumatiqu ues et chambres à air Mille unnités 1 0,78
Autres ouvrrages en cao outchouc Tonne de d produit fin ni 12 2,6 20
Traitement de minerai (Plomb,
( Zincc Tonne de d produit fin ni 6068 8,64 236
et Argent)
Traitement de minerai (Fluorine)
( Tonne en e fluorine tra aitée 88,9 0,23 1,44
Lavage dess phosphatess (mines) 1000 To onnes de pho osphate 109 8,06 553
traité
Raffinage ded pétrole Tonne de d pétrole tra ansformé 380 13 520
Dépôts d’H Hydrocarbure e : Stockage et Mètre cube de produit fini 0,003 0,016
distribution Gazoil
Fonderie de es minerais non ferreux Tonne de d produit fin ni 0,3
Chaudronn nerie et tôleriee Tonne de d produit fin ni 0,02
Articles dérrivés du fil machine Tonne de d produit fin ni 0,03 0,01 0,04
Appareils en
e aluminium m et inox : Tonne de d produits 16,2 94 107
Fabricationn d’ustensiless ménages d’ustenssiles ménage es
Traitement thermique et e revêtement Tonne de d produit fin ni 0,19 0,29 0,16
Montage de e voitures dee tourisme Unité 0,94 0,15 0,74
Pièces pou ur voitures de e tourisme Mille unnités 34,6 11,9
Véhicules utilitaires
u Unité 0,94 0,15 0,74
Carrosserie e Véhicules utilitaires
u Unité 0,94 0,15 0,74
Pièces pou ur véhicules utilitaires
u Mille unnités 1,4 0,73 4,07
Composantes électroniques Mille unnités 1,4 0,73 4,07
Matériels électroniques
é s Mille unnités 1,4 0,73 4,07
Accumulate eurs électriquues Mille unnités 0 0,01
Fabricationn de piles éleectriques Tonne de d Zn consom mmé 2,41 0,6 10,1
Traitement de surface Tonne de d produit tra aité 0,33 1,33

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORRT DEFINITIF DE LA MISSION
M II : ELABORRATION DES MANUELLS
ELABORATION D’UN RREEFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 25
2

Annexe
e4

Note com
mparative
e des diffé
érents rattios exista
ants de ccaractéris
sation
des effffluents de
es abattooirs

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORRT DEFINITIF DE LA MISSION
M II : ELABORRATION DES MANUELLS
ELABORATION D’UN RREEFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 26
2

La déterminatio
d on de la quaantité et de la qualité des
d rejets dees eaux uséees des abatttoirs est
effecctuée sur la base des rattios existantts, et qui so
ont en particculier, les suuivants :
 Ratios obtennus, à partirr du projet d’élaboratio
R d on des valeuurs limites sspécifiques de rejets
i
industriels, dans le Domaine
D Puublic Hydraaulique, élaaborés par la DRPE (Octobre
(
2
2009) ;
 R
Ratios, obttenus à parrtir de la note
n sur less abattoirs caractérisés, par la Direction
D
C
Contrôle Quualité de l’O
ONEE-BE (Juin
( 2010) ;
 R
Ratios Euroopéens ;
 A
Autres référrences.

1 Estimatiion des efflluents des rejets


1. r de l’a
abattoir
1.1 Ratios
R de déébits obtenu
us à partir du
d projet d’’élaboration
n des VLSR
R (DRPE Occtobre
20099)
Les données,
d préésentées daans ce rappoort, concerneent trois abaattoirs :
 Abattoir dee Rabat : il s’agit des rejets estim
A més à partir de la connsommation n en eau
p
potable de l’année
l 20001, pour un effectif abattu qui atteeint 227 045 têtes. Le débit de
r
rejet corresppondant estt de 91 000 m3/an
m ;
 Abattoirs d’Oujda
A d et d’Errachidia
d a : il s’agit des résultaats d’analyses réaliséess dans le
c
cadre d’unee étude du contrôle ett de la caraactérisationn des rejets industriels dans le
b
bassin du Bouregreg
B ett côtier atlanntique, effecctuées en 20008.
Les ratios,
r qui en
e découlentt, sont préseentés dans le tableau, ci-après.
Débits spéécifiques de rejets liquid
des d'abatto
oirs de Rabaat, d'Oujda e
et d'Errachiddia
Abattoir
Débit sppécifique Abatttoir Rabat Abattoir Oujda
Errachidiaa
l/tê
ête 400 1 20
00 1 400

On constate
c quee les ratios, obtenus pourp les abaattoirs d’Ouujda et d’Errrachidia, sont
s plus
élevéés que celuui obtenu poour l’abattooir de la villle de Rabaat (pour ce dernier, le système
d’eauu est muni d’un
d disposiitif de lutte contre le gaaspillage d’eau).
1.2 Ratios
R de déébit obtenuss à partir dee la note sur les abattooirs caractérrisés par l’O
ONEE-
BE (Juin
( 2010)
La direction
d Contrôle Quualité des Eaux
E de l’ONEE-BE a réalisé des campaagnes de
caracctérisation, au niveau de huit abaattoirs, à traavers le terrritoire national, entre 1997 et
20088.
Les effluents
e d’aabattoirs caaractérisés sont récapitu
ulés dans le tableau ci-aaprès.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORRT DEFINITIF DE LA MISSION
M II : ELABORRATION DES MANUELLS
ELABORATION D’UN RREEFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 27
2

Débits spécifiques
s de rejets liq
quides d'aba
attoirs carac
ctérisés parr l’ONEE-BE
E
Déb
bit d’eau reje
eté par cycle
e Ratio de rejet en
n
V
Ville Nombre de têtes abattu
ues
(m3) l/tête
4 bovins 2.2 560
Azem
mmour
16
6 bovins et 3 ovins 8.6 450
4 ovins
24 3.2 130
Chicchaoua
16
60 ovins et 6 bovins 4.7 30
12 têtes
11 18.00 160
El Kssiba
36
6 têtes 10.00 280
Tan Tan 72
2 ovins, 2 bo
ovins, 3 camé
élisés 4.0 50
Imintanout 11
10 ovins, 18 bovins 6.0 50
Ahfirr NSS 3.4 -
NSS 30.00 -
Berrrechid
NSS 31.00 -

Il en ressort quee les ratios obtenus varrient de 30 l/tête, dans l’abattoir dde Chichaou ua à 560
l/têtee dans l’abaattoir d’Azemmour. Notons
N cettee grande vaariation, quui ne facilitte pas le
choixx d’un ratioo approprié.

a Ratios euuropéens
a.

En Europe,
E al de l’Eau7, les volumees d’eau rejeetés sont esttimés à
selon l’Office Internationa
I
 6 à 9 l paar Kg de caarcasse de bovins
b ;
 5 à 11 l par
p Kg de carcasse d’ovvins.
En addoptant un volume
v moyen de rejett d’environ 7.5 l/Kg dee carcasse ett les ratios suivants,
s
utilissés au Marooc, pour l’esstimation dee la quantitéé de carcassees :
 1 bovin : 200 kg de carcasses ;
 1 ovin-caprin : 20 kg
k de carcasses.
On obtient
o les volumes
v de rejets
r unitaiires présentéés dans le taableau suivaant :
on des ratio
Estimatio os européen
ns de rejets des abattoirrs
Espèce Ratios (l/têtte)
Bovins 1 400
Ovins 140

b Autres rééférences
b.

Selonn d’autres références (banque mondiale


m ett GTZ)8, lees rejets liqquides, relaatifs aux
opéraations d’abaattage, sont présentés dans
d le tableeau, ci-aprèss.

ébits spécifiq
ques de reje
ets d'abattage (banque mondiale e
et GTZ)
Produits Litre/tête ab
battue
Bovin
ns 600-800
6
Ovinss 200-300
2

7 Sourrce : Elaboration
n des VLSR (D
DRPE 2009)
8 Sourrce : Elaboration
n des VLSR (D
DRPE 2009)

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORRT DEFINITIF DE LA MISSION
M II : ELABORRATION DES MANUELLS
ELABORATION D’UN RREEFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 28
2

c Conclusiion et recom
c. mmandationns

De l’’analyse dess éléments présentés,


p ci-dessus, il ressort :
 L valeurs présentées sont très vaariables et présentent
Les p d écarts trèès importan
des nts ;
 Pour les abbattoirs d'Ouujda, d'Erraachidia et d'El
P d Ksiba, il
i n'a pas été précisé la
l nature
d têtes abbattues (ovinns, bovins, …)
des … ;
 Par tête abaattue, les débits variennt de 30 à 1400 l/tête,, selon les aabattoirs marocains
P m
p
présentés ett les têtes abbattues (nom
mbre et natu
ure) ;
 Pour les têtees, constituées des ovinns (ou à dom
P minance dess ovins), less rejets d'eau
ux usées
v
varient de 30
3 à 130 l/ttête, avec unne moyennee de 80 l/s (sans tenir compte dess valeurs
e
extrêmes), p
pour les abaattoirs maroocains préseentés ;
 Pour les têttes constituuées des boovins (ou à dominancee de bovinss), les rejetts d'eaux
P
u
usées varient de 450 à 560 l/têtee, avec unee moyenne d'environ 5500 l/tête, pour les
a
abattoirs maarocains préésentés ;
 Les ratios européens
L e o
obtenus ainsi que ceux
x présentés par la Bannque Mondiiale et la
G dépasssent les ratios moyens, obtenus po
GTZ our les abatttoirs marocaains.
De l’’analyse de tout ce qui précède et en supposaant que touttes les mesuures seront mises
m en
placee pour opttimiser les consommaations en eau e potablee des abatttoirs, et pour être
sécurritaire, on reetient les raatios suivantts:
Débits
s spécifique
es de rejets des
d abattoirrs retenus
Produits Litre/tête ab
battue
Bovin
ns 800
8
Ovinss 200
2

2 Caractérisation dee la pollutioon des abatttoirs


2.
2.1 Ratios
R de déébits obtenu
us à partir du
d projet d’’élaboration
n des VLSR
R (DRPE Occtobre
20099)
Les ratios,
r préssentés dans le tableau,, ci après, concernent
c différents abattoirs du
u Maroc
(Oujda, Zghanghhene, Selouuane, Laksarr Lakbir, Téétouan et Taanger).
Ratios de pollution ob
btenus pourr des abatto
oirs marocaiins

Paramè
ètres (Kg/ton
nne de carca
asse) valeurs
DCO 75
DBO5 35
MES 29

2.2 Ratios,
R obtenus à partirr de la notee sur les aba attoirs caraactérisés parr l’ONEE-B BE
(Juin
n 2010)
Les ratios
r de pollution, obteenus à partiir de l’étudee de caractérrisation des abattoirs du
u
Marooc, sont présentés dans le tableau, ci-après.9

9 Pourr la déterminatio
on de la quantitté des carcassess, il a été adoptéé les ratios suivvants :
 200 Kg/bovvin
 20 Kg/ovinn

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORRT DEFINITIF DE LA MISSION
M II : ELABORRATION DES MANUELLS
ELABORATION D’UN RREEFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 29
2

R
Ratios de po
ollution obte
enus à partirr de l'étude de caractérrisation des abattoirs du
u maroc
(ONEE-B BE)
Conc
centrations (mg/l) Charges (Kg/tonnes
( de carcassees)
Ville
DBO
O5 DCOO MES DBO5 DCO MESS
500
00 100000 690 13.9 27.8 1.9
Azemmour
450
00 130000 1600 11.8 34.1 4.2
300
00 51000 1500 20.1 34.2 10.1
Chichaoua
310
00 74000 1600 3.3 7.9 1.7
Imintanout 370
00 82000 1900 3.8 8.5 2.0
Moyenne 10.6 22.5 4.0

Il en ressort quee les ratios de


d pollution (en Kg /ton
nnes de carccasses), variient de 3.3 à 20.1
Kg/toonne de carrcasse, avecc une moyennne de 10.6 6 Kg/tonne de
d carcasse,, pour la DB BO5 ; de
7.9 à 34.2 Kg/toonne de carccasse, avec une
u moyenn ne de 22.5 Kg/tonne
K dee carcasse, pour
p la
DCO O et de 1.7 à 10.1 Kg/toonne de carccasse, avec une moyennne de 4 Kg//tonne de caarcasse,
pour la MES.
aa. Ratios euuropéens
Les ratios
r moyeens européenns, pour l’esstimation dee la pollutioon engendréée par les ab
battoirs
sont récapitulés dans le tablleau, ci-après.
Ratios
s européens
s de pollutio
on
Para
amètre (g/Kg
g de carcass
se) Valeurs
DC
CO 32.3 (+-5.2)
DBOO5 13.2 (+-2.2)
MEES 11.8 (+-2.5)

a Conclusiion et recom
a. mmandationns

De l’’analyse dess éléments présentés,


p ci-dessus, il ressort que :
 Les ratios, obtenus à partir
L p de l’eexploitation
n des donnéées de caracctérisation des
d eaux
u
usées des abbattoirs (étuude ONEE--BE), sont proches
p de ceux europpéens, en maatière de
l DBO5 ;
la
 L ratios, obtenus
Les o pouur des abattooirs marocaains (étude DRPE),
D sonnt les plus éllevés.

Tenaant compte ded ce qui prrécède, et poour être sécuuritaire, il a été adopté les valeurs
suivaantes, pour la
l détermination des chharges pollu uantes (et quui corresponndent aux valeurs
v
moyeennes des raatios présenntés pour less 3 sources d’informatiion, moyennnant de légeers
ajusttements), poour la des chharges polluuantes, au niveau
n des reejets des abattoirs.
Ratio
os de polluttion retenus
Paramè
ètre Ratio (g/Kg de carc
casse)
DBO5 25
DCO 50
MES 15

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORRT DEFINITIF DE LA MISSION
M II : ELABORRATION DES MANUELLS
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 75

Tablleeau 24: Principales caractéristiques dimensionnelles des regards borgnes


D
Désignation n Valeur/recom
V mmandation ns

0,4 x 0,6
6 pour Ø 4000
Section inte
erne
Ø x 0,6 pour Ø > 40
00
Profondeurr minimale 60 à 80 cm
m

Niveau de raccordemen
r nt D/2 de la conduite ma
aîtresse (pass en voûte)

4.3 BOUCHES D'EGOUT


Ce sonnt des ouvrrages, destinés à collecter en surface,
s less eaux de ruissellem
ment. On
distinguuera deux tyypes de boucches :
 les
l bouchess d'égout à accès
a latérall (ou avaloirrs),
 les
l bouchess d'égout à accès
a sur less dessus (bo
ouches à grilles).
On donnne, ci-après, les principaales caractérristiques des bouches d’éégout (à grillle ou à avalloir).
Tableau 25: Principales caractéristiques dimensionnelles des bouches d’égout
Désignatio on Vale
eur/recomm mandations
Sectionn interne 0,75 m x 0,775 m
Profond deur généraleme ent 1,5 m
Epaisseur des voile es 0,15 m
Epaisseur Radier 0,20 m avecc pente de 10 0%
Epaisseur béton prropreté 0,10 m
à 0,30 m au u dessus de la côte radierr ; conduite ((Ø300 ou Ø3
315,
Branchhement conduite p
pente mini 3%)
3
Ferraillage Légèrementt armé – 60 kg k acier /m3 de béton.
Les bouuches d’égouut, à avaloirr ou à grillee, seront réaalisées en bééton coulé een place, do
osé à 300
kg CPJ//m3 conformmément auxx plans typees ONEE-BE E.
Les bouuches d’égoouts, à avalooir ou à grillle, doivent être implanntés à tous les points bas
b et de
refous, en
e fonction du profil enn travers dees voies.
Leur noombre et leuur implantattion sont enn fonction du
d débit de l’avaloir,
l quue l’on peutt estimer
en moyeenne à 20 l//s.
L’équippement des regards, les tampons, les prises d’eaux pluuviales et avvaloirs devrront être
conform
mes aux spéécifications des normees marocainnes et confoormes aux pplans types ONEE-
BE.

ON II : ELABORATIO
RAPPORT DEEFINITIF DE LA MISSIO ON DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 76

5 CONDITIONS DE REALISATION DES TRANCHEES ET DE POSE DES


CONDUITES

5.1 OUVERTURE DES TRANCHEES


5.1.1 Largeur de la tranchééee et calage de la conduite
 Largeur nominale de la tranchée
La largeeur nominalle de la trannchée sera ddéfinie, en fonction duu diamètre nnominal du tuyau et
de la proofondeur coomme suit :
 DND 200 mm
m  LT = 0,660 m
 200
2 < DN 400 mm  LT = 0,990 m
 400
4 < DN 600 mm  LT = 1,220 m
 DND > 600 mm  LT = DN N + (2 x 0,440) m
Avec DN est le diaamètre nomiinal ou intérrieur.
 Pouur les ovoïdees : cette larrgeur corresspond au diaamètre extérrieur de la grande secttion +
2*0,3 m ;
 Pouur les caniveeaux et les dalots
d : la laargeur de la tranchée esst définie coomme suit :
Larggeur dalot ou
o caniveau + 2*0,5 m
Tranchéées pour regaards
La largeur de la trranchée pouur regard, doit
d permetttre le com mpactage duu remblai auutour du
regard. En générall, cette larggeur est égaale à la dim
mension exttérieure du
u regard plu
us 2 fois
0,50 mèètre.
Tranchées pour boîîtes de brancchement
La largeeur de la traanchée pourr boîte de branchementt doit permeettre le com
mpactage du
u remblai
autour de la boîtee de branchhement. En n général, cette
c largeeur est égaale à la dim
mension
ure de la booîte de bran
extérieu nchement plus
p 2 fois 0,50
0 mètre.

 Calage de la conduite
La proffondeur de la tranchéee est déterm minée par le profil enn long, tanndis que la hauteur
minimale du rembblai, au-desssus de la génératricee supérieure du tuyauu, ne doit pas être
inférieuure à 0.80 m.
m Sous les chaussées,
c d
dont le traficc est supérieeur à celui ccorrespondaant à une
simple desserte loocale, cette hauteur dee recouvrem ment minim male des coonduites deevra être
augmenntée à 1,00 m.m

 Connd
ditions d'exécution des fouilles
Les fouuilles seront creusées suuivant les foormes et aux dimensionns arrêtées au projet ; les
l faces
seront bien
b dresséees et le fondd nivelé avec soin. Si laa fouille se trouve
t en teerrain rocheeux, il ne
devra suubsister, danns le fond de
d celle-ci, aucune
a saillie.
Tout troonçon de traanchée devvra obligatoiirement êtree réceptionnné avant la mise en œu
uvre des
canalisaations.

ON II : ELABORATIO
RAPPORT DEEFINITIF DE LA MISSIO ON DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 77

Les débblais seront rangés, en cordon,


c aveec soin, le lo
ong de la traanchée et enn principe d'un
d seul
côté de celle ci, en aménageannt un passagge minimum m de 1,0 m (un mètre) entre la fou uille et le
cordon.

5.1.2 Consolidation du sol et drainage sous conduite


Dans lee cas où l'oon pourrait prévoir duu ruissellem
ment en fonnd des fouiilles, les matériaux
m
d'appoinnt devront être
ê du gravier ou de la pierre cassée.
S'il y a lieu de proccéder à un drainage
d prooprement diit ou à une consolidatioon du sol, en e raison
de l'insttabilité de sols
s aquifèrres ou des risques
r d'afffouillementts par des eeaux inclusees, il est
nécessaaire d'exécutter les drainnages nécessaires, suiv vant les règgles de l'artt, à l'aide de
d drains
placés sous
s la condduite ; le touut étant enroobé d'un maatelas drainaant de gravier.

5.1.3 Soutènement des fouuiilles


Au courrs des travaaux de fouillles à ciel ouuvert, toutees les dispossitions doivvent être priises pour
que le dépôt
d des déblais,
d les équipemennts, la circuulation des engins de chantiers éventuels
é
(camionns, trains, ettc....) ne puiissent provooquer d'ébou
ulement.

5.1.4 Réseaux souterrains existants


Afin quu'aucun doommage nee soit caussé aux can nalisations et câbles rrencontrés pendant
l'exécuttion des terrrassements,, toutes disspositions, utiles
u à leuur reconnaisssance, doiv
vent être
prises auu préalable..

5.2 LIT DE POSE


L'attentiion est attirrée sur le faait, qu'avantt toute misee en œuvre des
d canalisaations, le fo
ond de la
tranchéee sera arrêté de 10 à 15 1 cm (selonn la nature du terrain), au dessouus de la cotee prévue
pour la génératricee inférieuree de la connduite. Il doit d être dreessé soigneeusement au ux cotes
prévuess au projet, ete il doit êtrre bien comppacté.
L’épaisseur et la naature des maatériaux, coonstituant lee lit de pose, sont fonctiion de la naature du
terrain et
e de la préssence ou nonn de la napppe.
 T
Terrain rochheux ou maarécageux : le lit de po
ose est connstitué de grravette ou gravillon
g
5
5/10 ; il aurra une épaissseur de 15 cm
c ;
 T
Terrain meuuble autre que
q rocheuxx : le lit de pose
p est connstitué de terrre fine ou de
d sable,
t
tamisé si néécessaire ; ill aura une épaisseur
é dee 10 cm ;
 Z
Zones de nappe : coucche de 15 cm m de gravieer 5/15. Daans ces zonees, le lit de pose ne
d
devrait êtree étalé qu’aaprès épuissement et rabattement
r des eaux, jusqu’à 40 0 cm au
d
dessous de la cote des fonds de foouille la pluss basse de laa tranchée.

5.3 POSE DES TUYAUX


Les tuyaaux devrontt être posés selon l’aliggnement et les
l pentes arrrêtés au prrojet.
Les recoommandatioons des fabrricants des tuyaux
t doiv
vent être riggoureusemennt suivies.
Les baggues de joinnt devront être soigneeusement maintenues
m e place et l’emboîtem
en ment des
tuyaux doit
d être faiit avec soin,, afin d’évitter toute torssion ou défoormation dees bagues.

ON II : ELABORATIO
RAPPORT DEEFINITIF DE LA MISSIO ON DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 78

Dès qu’un tuyau sera s posé et abouté, une


u quantitéé suffisante de matériaaux sélectio
onnés de
remblayyage devra être placéée soigneusement et tassée compplètement aautour de la l partie
intérieuure du tuyauu, pour le maaintenir ferm
mement dan
ns sa positioon.
Il est nécessaire
n d respecterr les cotes d’altitude et les penttes minimuum à respeccter. Par
de
ailleurs,, il est néceessaire de s’assurer quu’aucun éléément de conduite ne présente de
d contre
pente.
A chaquue arrêt de travail,
t les extrémités de tuyaux en
e cours de pose sont oobturées pou
ur éviter
l’introduuction de coorps étrangeers ou d’aniimaux.

5.4 CONTRAINTES GENERALES


Les conntraintes de réalisation, concernantt les ouvrages, sont essentiellemennt :
 T
Traversée des
d voies : Pour ces trraversées, toutes
t les dispositions
d doivent êtrre prises
p
pour garanttir une pose des collecteurs selon les
l règles dee l’art ;
 P
Pour les rééseaux diveers encombrrant le souss-sol, notam mment les canalisation ns d’eau
p
potable, un soin particuulier doit êttre accordé aux
a croisem ments et au ppassage en parallèle
p
d ces canaalisations (éttaiements,...). Il est néccessaire de faire la recoonnaissancee de tous
de
l réseaux et ouvragess existants (Eau
les ( potablee, câbles éleectriques, foondations, etc)
e et de
l reporterr sur plans, avec
les a toutes les cotationns nécessairres ;
 M
Maintien dee l’écoulemment : toutess les dispossitions doiveent être prises pour gaarantir le
m
maintien dee l’écoulement. Dans lee cas où le débit d’effluent serait ttrop importtant pour
q son éccoulement puisse
que p être autorisé dans
d la trannchée mêm me, un dispo ositif de
d
déviation d effluentss est nécesssaire (dérivaation par unne conduitee provisoire en fond
des
d fouille ou par refoullement si laa première solution n'esst pas envisaageable).
de

5.5 REMBLAIEMENT DE LA TRANCHEE


5.5.1 Remblai primaire
Le rembblai primairre est utiliséé pour le rem mblayage de d la tranchéée jusqu’à 00,30 m au-d dessus de
la générratrice supérrieure de laa canalisatioon. Il est con
nstitué de matériaux
m grranulaires, agréés
a au
préalablle par le Maaître d’Ouvrrage.

5.5.2 Remblai secondaire


Le rembblai seconddaire est utillisé pour le remblayage de la trannchée, entree la dernièree couche
du rembblai primaire et la couche de surfacce. Il est constitué :
 Soitt par des maatériaux extrraits sélectionnés : ces derniers nee doivent coontenir, ni raacines ni
terree végétale, ni matières organiquess ou argile et e doivent être
ê compattible avec lees règles
généérales de claassification des sols et de l’état hy
ydrique.
 Soitt par des matériaux
m d’aapport qui devront fairre l’objet d’une
d approbation préaalable du
Maîître Ouvragge à partir des règless généraless de classiffication des sols et de d l’état
hydrrique.

ON II : ELABORATIO
RAPPORT DEEFINITIF DE LA MISSIO ON DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 79

5.6 FOUILLES POOUUR OUVRAGES


5.6.1 Généralités
Les fouuilles, pour les regards, et les massifs
m d’ou
uvrages, etcc… devrontt être réalissées aux
alignem
ments et auux pentes requises, tout en laaissant suff ffisamment d’espace pour la
construcction, la vérrification et l’enlèvemeent des coffr
frages.

5.6.2 Fonds de ffo


ouilles
La surfface des fonds
fo des fouilles, enn terre, deevra être préparée
p daans des co onditions
d’humiddification suuffisante, pour pouvoirr être parfaitement com
mpactée, auu moyen d’ooutils ou
de matéériels approopriés, afinn de formerr des fondaations fermmes sur lesqquelles le béton
b de
l’ouvragge sera mis en œuvre.
Aux endroits où lee béton doitt être mis en
e place surr ou contre la roche, lla fouille deevra être
suffisannte pour perrmettre au béton
b d’avooir l’épaisseeur minimum
m en tous ppoints et l’éépaisseur
moyennne exigée deevra être déppassée le moins
m possib
ble.
Toutefoois, les cavittés dans la roche, conttre laquelle ou sur laquuelle, le bétton doit êtree mis en
place, devront
d êtree solidemennt remplies de béton. Toutes
T les fondations,
f en rocher, devront
être pouursuivies jussqu’à une coouche ou unne paroi latéérale solide.

5.6.3 Remblais
Les fouuilles, sur le
l côté, au-dessus et autour dess ouvrages, devront êttre remblay yées. Le
remblayyage ne devvra pas être entrepris avvant que less fouilles, lees ouvrages et aménageements à
remblayyer, n’aient été approuvvés et éventtuellement mis
m à l’essaii. Le remblaai utilisé peuut être :
MATERIAU ORDINAIRE DE REMBLAI : Le matérriau ordinaiire devra êttre compossé de terre, d’argile
sableusee, de sablee et de graavier ou dee tous autres matériauux autoriséés. Il ne deevra pas
comporrter de grossses mottes de
d terre, ni de
d pierres su
upérieures à 10 cm.
REMBLAI ROCHEUX : Le remblaii rocheux sera
s un mattériau durabble, perméaable, permeettant un
écoulem
ment facile et
e d’une graanulométrie régulière réépartie de 0,65 à 15 cm
m.

6 GALERIES

6.1 INTRODUCTION
Comptee tenu, parfoois de la coonfigurationn vallonnée au niveau de
d certains centres, et d’autres
fois, dee contraintes de calagee (qui nécesssitent de sur-profond
s deurs importtantes), les réseaux
d’assainnissement pourront avooir deux modes de foncctionnementt :
 Pompage sur les coontre-pentees (du poin
P nt bas jusqqu’à la liggne de crêtte), puis
g
gravitaire loorsque le teerrain descennd. Cette op ê réaliséee avec des conduites
ption peut être
e
enterrées à des profonddeurs classiqques, de l’oordre de queelques mètrees ;
 Uniquemen
U nt gravitaairement, mais
m avec des colleccteurs locaalement à grandes
p
profondeurs s (supérieuures à 6 m et pouvaant atteindrre 30m), cce qui néceessite la
r
réalisation d travaux souterrain
de ns (creusement de galerries, micro-ttunnelier)
Pour les eaux pluvviales, il seera privilégié le mode d’assainisssement gravvitaire. En effet, la
solutionn de pompagge est extrêm
mement déffavorable, pour
p les raissons suivanttes :

ON II : ELABORATIO
RAPPORT DEEFINITIF DE LA MISSIO ON DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 80

 La faible occurrence
L o d évènem
des ments pluvieeux. Cela siignifie que les installaations ne
s
seront pas sollicitées
s p
pendant la majeure
m parrtie du tempps, mais deevront touteefois être
e
entretenues pour pouvooir être opérrationnelless en cas de pluie
p
 Le débit dee dimensionnnement déécennal con
L nduit à des installationss disproporrtionnées
(
(donc coûteeuses à l’insstallation et à la mainteenance).
Pour less eaux uséess, les approcches « pom
mpage » et « gravitaire » doivent êtrre analysées et
Comparrées, lorsque les contraaintes de terrrain l’exigeent.
Prix d’oordre
Sur la base
b de l’exxploitation de
d plusieurss marchés de
d travaux, les prix d’oordre propo
osés sont
les suivants :
Tableau 26: Prix d'ordre pour galeries
Prix d’ordre rete enus
Diamètre e
équivalent (m) Priix (DH/m)
1.2 10 000
1.4 13 900
1.6 14 300
1.8 14 600
2.2 15 200
2.4 15 500

Compaaraison entrre les solutiions ‘’Galeerie’’ et ‘’ pompage’’


p
Le tableeau suivant donne une comparaiso
c on entre les solutions ‘’Galerie’’ ett ‘’ pompage’’.
Tableau 2277: Critères, retenus pour la comparaison des variantes ‘’Pompage ‘’ et ‘’galerie’’
ndération (1 à
Pon
Critère
es Solu
ution pompa
age ution galerie
Solu e
3)
Prrésente les coûts
c d'investtissement Coûts d'invvestissement plus
As
spects finan
nciers less plus faibless, mais les frrais élevés et frais
f d'exploittation 3
d'e l plus élevés
exploitation les moindres
Faible (lié à la
Maaîtrise des coûts
c Elevée (bonne e connaissan
nce du sol
méconnaisssance du so
ol à 1,5
d'iinvestissem
ment ca
ar faibles pro
ofondeurs)
forte profondeur)
Duurée des travaux De quelques m/jour à 1 10
Vittesse des tra
avaux m/jour en fonction
f de la
a
50
0 m/jour pourr la pose de conduite 2
(esstimation de l'ordre nature dess travaux (ga
aleries
de
e grandeur) ou microtu
unnelier)
En
ntretien /
Trrès importantt Faible 1,5
Ma
aintenance
Poossibilité
Elevée (co
ollecteurs
d'é
évolution Fa
aible (change
ement des po
ompes et
surdimenssionnés par la
a 2
(po
ossibilité co
onduite)
nature dess travaux)
d'e
extension)

Au niveeau pondéraation, l’aspeect financier est en tou


ute logique le plus impportant (pon ndération
3). Une pondératioon de 2 est appliquée
a p
pour la duréée des travaaux (les délaais sont imp
portants)

ON II : ELABORATIO
RAPPORT DEEFINITIF DE LA MISSIO ON DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 81

et les possibilitéss d’évolutioon. Les deeux autres critères sont


s jugés légèremen
nt moins
importaants avec unne note de 1.5.
Le tableeau suivant donne les réésultats de l’analyse
l multicritères.
m .
Tableau 28: Résultats de comparaison entre galeries et pompage
C
Critères Solution pompage on galerie
Solutio
Aspectss financier 3 1
Maîtrise
e des coûts d'investissem
d ment 3 1
Durée des
d travaux Vitesse
V des travaux
t 3 1
Entretie
en / Maintena ance 1 3
Possibilité d'évolutio
on (possibilité
é d'extension
n) 1 3
Somme e

Il apparrait que la solution


s "G
Galerie" app paraît légèrrement mooins avantaageuse par rapport
r à
la solutiion "Pompaage", dû surrtout au coûût d’investisssement et à leur maitriise, mais ég
galement
à la duréée des travaaux.

6.2 GENERALITES SUR LES GALERIES


La réaliisation des travaux souuterrains reequiert le co
oncours d’uun ensemblee de connaiissances,
qui tiennnent notam
mment de l’aart des minees : méthod des de creussement et m
matériel de chantier,
c
techniquues de soutèènement et mesures oppposées aux x diverses menaces
m tellees que coup
ps d’eau,
gaz, etc. …
Au courrs des annéees précédenntes, la techhnique de gaaleries, de forme
f ovoïdde, s’est dév
veloppée
pour évvacuer les eaux usées. Très vite, elles ont étté utilisées pour achem miner l’eau potable,
puis au fur et à meesure du dévveloppemennt techniquee, les réseauux secs tels que l’électtricité, le
téléphonne et d’autres dont certtains disparuus depuis, comme
c le rééseau pneum
matique.
Il est boon de rappeller que les galeries
g ont plusieurs av
vantages tells que :
 é
éviter les traavaux sous chaussées, notammentt en tranchées ;
 é
économiser
r des matériaaux de rembblaiement ;
 f
faciliter la gestion
g des déblais de chantier
c ;
 e
espace occuupé restreintt ;
 m
maîtrise dess dangers, bruits,
b perte de temps ;
 é
éliminer less risques d’aarrachages accidentels
a de câbles ett réseaux diivers ;
 o
optimiser l’entretien dees réseaux ;
 r
réduire les pannes,
p les fuites… et dépenses qu
ui en découlent.
 E
Etc…
La conndition prin ncipale du choix de la galerie, servant à évacuer lles eaux ussées, est
certaineement due à la profondeur du projet p qui, en princip pe, doit êtree située au--delà de
6.0 m vu
v que les pelles mécaniques nee peuvent aller a au-dellà de cette valeur. Qu uant à la
section de la galerrie, elle déppend de pluusieurs facteeurs et notaamment : laa nature dess sols, la
présence de nappees phréatiquues, l’existeence d’un système d’aassainissemeent collectiff public,
l’espacee disponiblee, etc.... A titre
t d’exem
mple, il exisste plusieurss sections nnormalisées en fer à
cheval et
e en ovoïdee telles que T100, T1300, T150, T180,…

ON II : ELABORATIO
RAPPORT DEEFINITIF DE LA MISSIO ON DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 82

Par ailleeurs, pour ce


c domaine de travaux souterrainss (creusemeent de galeriies), la conttribution
de la gééologie et de
d la géotecchnique perrmet de cho oisir le (ou les) tracé lle plus favo
orable et
optimal, lorsqu’unn tel choixx est possibble, de préévoir les caractéristiq
c ques probab bles des
différenntes formatiions renconntrées tout au
a long du u creusemennt, enfin dee préciser, sinon
s de
localiser absolumeent, la natuure des inciidents ou desd difficultés dont risque de so ouffrir la
réalisatiion du projjet. C’est l’ensemble
l de ces don nnées, qui guidera l’eexécutant, amené
a à
définir les
l méthodees de travaill appropriéees et les messures de séccurité nécessaires.
Il est à noter
n que laa prévision géologique
g ne peut touj
ujours être extrêmemennt précise, su
urtout en
ce qui concerne
c lees tracés profonds : ellle ne repose alors quee dans l’exttrapolation, souvent
aléatoiree, des obseervations suuperficielles et des reenseignemennts ponctueels fournis par des
sondagees. En touut cas, lees problèm mes posés par les travaux soouterrains tiennent
a caractéristiques dees roches trraversées, eet d’autre part
essentieellement, d’’une part, aux p à la
rencontrre de nappees vis-à-vis desquelles
d c travaux tendent à joouer le rôle de drains.
ces

6.3 CREUSEMENT DES PUITS D’ACCES


Le creuusement dess puits est entamé
e systtématiquem ment par le bétonnage, au niveau de leurs
têtes, suur une hauteeur de 1.50 m environ,, et ce, pend
dant la phasse de terrasssement en attendant
a
le revêteement définnitif des puitts.
Le diammètre du puuits d’accèss est conçu de telle so orte à assureer, aisémennt, la circulation du
personnnel et du matériel,
m notaamment la descente ett la montéee du coffragge métalliq que de la
galerie. Ce diamètrre est, générralement, dee l’ordre de 1.40 m.
En cas d’instabilité des parements dess puits, con nditionnée par la natture du terrrain, un
soutènement moyeennant des cintres circculaires et des
d tôles, est mis en pplace permeettant de
stabiliseer le terrain..
Pour asssurer la séécurité du personnel
p e du tiers, les puits d’accès
et d sonnt protégés par une
palissadde et un baliisage, installlés aux alenntours des puits.
p
Il est à noter
n que poour une queestion de séccurité du peersonnel, nootamment d’’exécution, les puits
d’accès, transform més ultérieuurement, en e regards de visite, doivent être suffissamment
rapprochés pour garantir
g unee aération normale dee la galeriee. Aussi, ce rapprochement a
l’avantaage d’assurer un rendeement suffi fisamment élevé
é par laa multiplicaation des fronts
fr de
travail. La distancee recommanndée, entre puits,
p ne peuut être doncc supérieuree à 40 mètres.

6.4 REVETEMENT DES PUITS D’ACCES


Le revêtement en béton est d’abord préccédé des trav vaux préparratifs, tels qque la mise en place
d’un ferrraillage, géénéralementt léger, et d’un
d coffrag
ge métalliquue de longuueur variablle (2 à 3
m). La vibration du d béton est
e assurée par des aiiguilles vibrrantes, coléées au cofffrage ou
carrémeent un vibreur noyé direectement daans le béton n coulé.
Creusem
ment de la galerie
g :
Les travvaux sont exxécutés seloon les planss d’exécutio on, approuvvés par le M
Maître d’Ouv
vrage. A
titre d’eexemple, pluusieurs galeeries sont rééalisées par les Régies de
d Meknes,, Oujda, Saffi,…. , et
avec diffférentes secctions.
Générallement, le creusement
c est réaliséé suivant le moyen dee marteaux pneumatiqu ues. Ces
marteauux sont alim
mentés par une
u centrale d’air comp primé comprrenant un coompresseurr (7 bars)
et une cuve
c à air munie
m de souupapes de séécurité et dee clapets antti-retour.

ON II : ELABORATIO
RAPPORT DEEFINITIF DE LA MISSIO ON DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 83

En ce quui concernee les déblaiss, ils sont évvacués, en premier


p lieuu, au moyenn de bennes montées
sur des chariots mobiles,
m circculants sur des rails. Ces
C bennes seront ensuuite remonttées à la
surface au moyen de grues puuisatiers éqquipées de treuils
t de fonçage
fo munnis, en prin
ncipe, de
moyenss de sécuritéé dits « « fiin de coursee ». Ces gru ues sont insstallées en surface, en tête des
puits d’accès.
Les débblais, entreeposés danss des caisssons de multi-benne,
m sont évacués à la décharge
d
approprriée.
Au cas où cela s’avvère nécessaire, une veentilation effficace et addéquate peuut être mise en place
pour dégager la pouussière qui est un élém
ment nuisant au personnnel d’exécuttion.
Quant aux
a venues d’eau, un pompage est u moyen de pompes iimmergées ou à air
e assuré au
comprim
mé.
Dans lee terrain bouulant où insstable, l’appplication du u soutènemeent est indisspensable, et
e ce, en
installannt des cinntres métallliques et des tôles de blindaages type ‘’Gescorriaas’’. La
distancee entre les cintres
c et lee type de tôlle sont déteerminés en fonction
f de la nature du terrain
rencontrré.
Si le terrain
t renncontré est carrémentt sableux, la méthodde de ‘’M Marche avaant’’ est
automattiquement applicable.
a L
Laquelle m
méthode ne permet
p d’ouuvrir qu’unee partie du front de
la galerie, sur 1 mèètre de longgueur enviroon, donnantt lieu à unee interventioon immédiaate à tout
mouvem ment du terrrain en prrocédant à poser le blindage
b addéquat en ccintres et tôôles. La
méthodee Marche avvant passe, en principee, successiveement par lees étapes suuivantes :
 D
Dans un prremier tempps, le creuseement conssiste à ouvrrir un four dde dimensioons bien
d
définies et à poser un chapeau HEB. Ce chaapeau reposse sur un HEB proviso oire, calé
d
dans le fronnt de taille soutenu à l’arrière parr un chapeauu précédem
mment posé.. Le tout
e couvert par des tôlees d’épaisseeur bien défi
est finie.
 E
En second lieu,
l l’abatttage du piedd gauche, nootamment de d la travée,, est entaméé tout en
p
procédant à la pose d’ééléments méétalliques (ccintres et tôles) au endrroit approprriés.
 L
Les travauxx sont enchhainés par l’abattage
l du
d pied drooit de la traavée et la pose
p des
é
éléments m
métalliques d soutènem
de ment, de dimensions
d b
bien déterm
minés. Les éléments
é
d cintres sont nécessaairement fixés ou souten
de nus par des grumes proovisoires.
 E
Enfin, le teerrassementt intéresse la cunette suite aux travaux prréparatifs ci-dessus
c
i
indiqués.

6.5 REVETEMENT DE LA GALERIE


Après avoir
a achevéé les excavaations de laa galerie aux
x cotes prévvues par less plans d’ex
xécution,
les opérrations suivaantes succèddent et sontt comme suiit :
 mise
m en œuvvre du béton de propreeté pour asso
oir le ferrailllage ;
 mise
m en œuvvre des acieers de la cunnette selon le
l plan d’exxécution de ferraillage ;
 mise
m en place du coffraage métalliqque de la cu
unette et sonn bétonnagee ;
 aaprès décofffrage de la cunette, la mise
m en œuv
vre des arm
matures de laa voute est entamée,
e
s la section supérieuure de la gallerie ;
soit
 bbétonnage ded la voutee. Le béton est injecté derrière le coffrage aau moyen des
d pipes
l
localisées e clef de la voûte dudit coffrage ;
en

ON II : ELABORATIO
RAPPORT DEEFINITIF DE LA MISSIO ON DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 84

 finition
f du béton
b en plaace et nettoyyage de la galerie.
g
Afin d’ééviter la séggrégation ett des vides dans
d le béto
on, un systèmme de vibraation est em
mployé et
est assuuré par des aiguilles
a vibbrantes, colllées au coffrrage métalliique.
Il est à signaler
s quee l’acheminnement du béton,
b de la pompe
p verss le tronçon de l’ouvragge près à
recevoirr le produit de béton, est
e assuré par
p une cond duite métalllique de diaamètre variaant entre
Ø 100 ete Ø 130 mm m.
Il est éggalement siggnalé que dees joints waater stop sonnt prévus auux droits dees points de jonction
de la gaalerie avec les puits d’aaccès vue quu’il s’agit dee deux strucctures différrentes.
Une foiis le bétonnnage de la galerie achhevé, de maanière partieelle ou en ttotalité, les travaux
d’injecttion sont réaalisés. Cettee opération a pour but de comblerr les vides qqui existentt entre le
e le béton mis en œuvvre (hors prrofils, fissurres de béton ou du soll, fractures, cavités,
terrain et
karsts,…
…). Pour cee faire, des trous
t de forrage sont rééalisés, en particulier
p een quinconcce, selon
un maillage défini auparavant..
La form
mulation ainnsi définie par
p le laborratoire agréée, l’injectioon proprem
ment dite commence
moyennnant une pommpe approppriée fonctioonnant à l’aiir compriméé.
Creusem
ment par fonnçage :
A l’instar de cettte techniquue de creussement trad ditionnel, d’autres
d techniques soont aussi
utiliséess telles quee le fonçagee des tuyauux. Cette technique
t c
consiste à ppousser dan
ns le sol
depuis lel puits de travail unee colonne ded tuyaux ene tête de laquelle unee trousse diirigeable
permet d’abattage du d sol.
Cette oppération d’aabattage duu sol se faitt égalementt manuellem ment (marteeaux pneum matiques,
pelles, pioches,…)
p ou à l’aide d’outils dee coupe adap
ptés à la natture du terraain rencontrré et à la
taille dee l’ouvrage tel que le tunnelier.
t L déblais sont évacuéés par des cchariots mo
Les ontés sur
des railss.
En cas de creusem ment par lee tunnelier, le guidagee de ce dernnier est asssuré par dees vérins
localisés à l’arrièree de la tête coupante duu tunnelier. La positionn est contrôôlée par un faisceau
laser. Le
L positionnnement de la tête de fonçage
f est contrôlé grrâce à un ddispositif fix
xé sur la
trousse et émettant un signal quiq peut êtree réceptionn
né depuis la surface.
De fait que le revêêtement déffinitif est im
mmédiatemeent mis en place (tuyaaux préfabriiqués) et
que l’esspace annullaire est faibble (hors prrofils néglig
geables) peendant le foonçage vue qu’il est
comblé par les injeections de cooulis de cim
ment servantt de blocagee du sol à l’’ouvrage, il n’induit
pas de tassement en e surface et peut se contenter d’une
d couveerture de teerrain allantt jusqu’à
l’ordre de 2.0 mètrres. Ce typee d’ouvragee, notammen nt en milieuu urbain, peermet aux en ngins de
le traverrser sans diffficulté.
Cette teechnique estt garanti vuue qu’elle offfre un ouvrrage préfabbriqué de grrande qualitté car les
tuyaux nécessairess doivent êttre perform mants pour s’adapter
s auux sollicitattions de la mise en
œuvre.
Il est à retenir, en conclusion,, que la réaalisation dess travaux soouterrains conduit en général
g à
réaliser de substanntielles éconnomies par rapport
r aux
x travaux enn tranchée, tout en assurant un
maximuum de prottection des eaux uséees contre to oute fuite éventuelle
é et de sécu
urité aux
populatiions (persoonnel de travaux et tiiers). Elle permet en outre de llibérer des terrains
superficciels qui, dans certaaines zoness urbaines ou indusstrielles, reeprésenteraient une
importaante immobiilisation de capital ou seraient
s utilisables à d’autres fins.

ON II : ELABORATIO
RAPPORT DEEFINITIF DE LA MISSIO ON DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 85

7 ETABLISSEMENT DES PRIX D’ORDRE


7.1 HYPOTHESES DE CALCUL
L’approoche adoptéée, pour l’éttablissementt des prix d’ordre
d des collecteurs gravitaires,, se base
essentieellement surr les points suivants
s :
 Inveentaire des prix
p départ usine
u des tuuyaux propo
osés par les principaux fournisseurrs ;
 Méttrés détailléss établis danns le cadre d’études
d réccentes ;
 Expploitation dee marchés dee travaux réécents.
Les prixx d’ordre dees collecteurrs gravitairees intègrent les compossantes suivaantes :
1) Fourniture, transport et
e pose des conduites
c ;
2) Terrassemeents en débllais ;
3) Réalisationn d’un lit dee pose en saable ou en grravette ;
4) Terrassemeents en rem
mblais ;
5) Constructioon de regardds de visite ;
6) Constructioon de bouchhes d’avaloirs avec leu
urs fermeturres et leurs cconduites de
d liaison
au collecteeur (pour le réseau EP en
e système séparatif ennterré).
Les hyppothèses, prrises en connsidération pour le calccul de ces prix
p d’ordree, sont préccisées, ci
après.
a) Largeur des trannchées
La largeeur de la traanchée considérée est laa suivante :
 DN 200 mm
D m  LT = 0,6
60 m
 2 < DN 400 mm
200  LT = 0,9
90 m
 4 < DN 600 mm
400  LT = 1,2
20 m
 D > 600 mm
DN  LT = DNN + (2 x 0,440) m
b) Lit dee pose
La qualité du matérriau de lit de
d pose est fonction
f de la nature duu sol :
 Dans
D le cas d’un terrainn meuble, il sera en sab
ble et son éppaisseur serra de 15 cm
m
 Dans
D le cas d’un terrainn rocheux, il sera en grravette et soon épaisseurr sera de 20 cm
c) Pourcentage de rocher
Nous avons
a effectué le caalcul pourr trois typ
pes de terrrains corrrespondan
nt à un
pourcen
ntage de teerrain rocheeux de 30 %,
% 50% et 70%13.

d) Profo
fondeurs envvisagées
Pour chhaque diamèètre, il a étéé considéré une profon
ndeur moyeenne des traanchées hm
m prenant
en comppte les élém
ments suivannts :

13 Ces pou
urcentages doivvent être ajustéss selon la naturee du terrain renccontré.

ON II : ELABORATIO
RAPPORT DEEFINITIF DE LA MISSIO ON DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 86

 Diam
mètre extériieur du collecteur ;

 Lit de
d pose ;

 Hauuteur de reccouvrementt minimale de 1,0 m, afin de peermettre le passage du u réseau


d’asssainissemennt au dessoous des autrres réseaux x (notammeent le réseauu d’eau potable) et
pourr assurer la protection contre
c les suurcharges mécaniques.
m .

 Unee pente moyyenne de 0,33 %


La prisee en comptee de ces paraamètres perrmet de déteerminer hm pour calculler le coût des
d
terrassements.
e) Rembblais
On distiingue 2 typees de remblais :

 Rem
mblai primaaire : il s’aagit d’un reemblai séleectionné quui concernerra les 30 premiers
p
cenntimètres auu dessus de la
l génératricce supérieurre de la connduite ;

 Rem
mblai seconndaire : il s’agit
s d’un remblai, provenant
p g
généralemen
nt des débllais, qui
conncernera le reste
r de la trranchée jusqu’au corpss de chausséée.
Regard
ds de visite
Les reggards de visite, en foncction du diaamètre de canalisation
c et du tracéé, seront esp
pacés en
général à une distaance moyen nne de 50 m.
m
Bouchees d’avaloirrs
En systtème unitairre, et pour le réseau EPE en systtème séparaatif enterré, il a été ad dmis la
construcction et le raccordeme
r ent de 2 bouuches d’avaaloirs tous les 50 m, ppour la colllecte des
eaux pluuviales de laa voirie.
Par ailleeurs, il connvient de nooter que less coûts, dép
part usines, ont été maj
ajorés de 300%, pour
tenir coompte du cooût relatif à leur transpport. Ce pouurcentage dooit être adaapté, au cas par cas,
selon l’ééloignemennt de la zonee du projet du
d lieu d’appprovisionneement.

7.2 RESULTATS DE CALCUL


Le tableeau, ci-aprèss, présente les
l prix d’ordre des colllecteurs graavitaires, ett ce, pour les
différennts matériauux, les différrentes classees et les diffférents diam
mètres.
Ces prixx d’ordre soont établis selon le système d’assaiinissement envisagé
e (aavec ou sanss
bouchess d’avaloirs) et selon laa localisatioon des travau
ux envisagéés :
 P
Pour les traavaux sous voies
v revêtuues en zone urbanisée, avec
a démollition et réfeection de
c
chaussées ;
 P
Pour les trravaux souss voies nonn revêtues, par exempple pour laa desserte de
d zones
d
d’extension
n, sans démoolition et réfection de chaussées.
c

ON II : ELABORATIO
RAPPORT DEEFINITIF DE LA MISSIO ON DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 87

a. Terrain
T faibblement roccheux (pou
urcentage dee rocher de 30%)
Tableau 29: Priixx d'ordre, pour des canalisations en PVC (30% de rocher)
Prix d'ordre réseau EU en sysstème Prix d'ordre
d en systèm
me unitaire et rééseau
Désignatioon sééparatif EPP en système sépparatif enterré (*)
(
sans DRC avec DR
RC sanns DRC avec DRC
PVC- série 1
DN 110 mm
m 360 480 560 680
DN 160 mm
m 400 520 600 720
DN 200 mm
m 450 570 650 770
DN 250 mm
m 620 800 820 1 000
DN 315 mm
m 740 920 940 1 120
DN 400 mm
m 920 1 100
0 1 120 1 300
DN 500 mm
m 1 340 1 580
0 1 540 1 780
DN 630 mm
m 1 840 2 150
0 2 040 2 350
PVC- série 2
DN 160 mm
m 390 510 590 710
DN 200 mm
m 430 550 630 750
DN 250 mm
m 590 770 790 970
DN 315 mm
m 690 870 890 1 070
DN 400 mm
m 830 1 010
0 1 030 1 210
DN 500 mm
m 1 170 1 410
0 1 370 1 610
DN 630 mm
m 1 630 1 940
0 1 830 2 140

Tableau 30: Prix d'ordre, pour des canalisations en PEHD (30% de rocher)
Désignaation Prix d'ordre réseau EU en système Priix d'ordre en syystème unitaire et
séparatif r
réseau EP en syystème séparatiff
enterrré (*)
sans DRC avec DRC s
sans DRC avec DRC
DN 200 mm 420 54
40 620 740
DN 300 mm 660 84
40 860 1 040
DN 400 mm 800 98
80 1 000 1 180
DN 500 mm 1 170 1 410
4 1 370 1 610
DN 600 mm 1 360 1 600
6 1 560 1 800
DN 800 mm 2 310 2 660
6 2 510 2 860
DN 10000 mm 3 490 3 890
8 3 690 4 090

Tableau 31:Prriix d'ordre, pour des canalisation en PPL (30% de rocher)


Prrix d'ordre en système unitairee et
Prix d'ordree réseau EU en système
réseau EP en syystème séparatiif
Désignaation séparatif
enterrré (*)
sans DRC avecc DRC sans DRC avec DRC
DN 250 mm 610 790
7 810 990
DN 300 mm 710 890
8 910 1 090
DN 400 mm 1 010 1 250 1 210 1 450
DN 500 mm 1 300 1 540 1 500 1 740
DN 600 mm 1 640 1 960 1 840 2 160
DN 800 mm 2 420 2 800 2 620 3 000
DN 10000 mm 3 340 3 770 3 540 3 970

ON II : ELABORATIO
RAPPORT DEEFINITIF DE LA MISSIO ON DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 88

Tableau 32: Prix d'ordre, pour des canalisatiio


ons en BÉTON (30% de rocher)
Prixx d'ordre réseauu EU en systèmme Prix d'orddre en système unitaire et réseeau
Désignatioon séparratif EP enn système séparaatif enterré (*)
s
sans DRC avec DRC sans DRC
D avec DRC
BÉTON 90 A
DN 400 mmm 780 960 9880 1 160
DN 500 mmm 1 010 1 250 1 210
2 1 450
DN 600 mmm 1 140 1 380 1 340
3 1 580
DN 700 mmm 1 540 1 870 1 740
7 2 070
DN 800 mmm 1 820 2 170 2 020
0 2 370
DN 1000 mm
m 2 400 2 800 2 600
6 3 000
DN 1200 mm
m 2 980 3 420 3 180 3 620
DN 1400 mm
m 3 850 4 350 4 050
0 4 550
DN 1600 mm
m 4 580 5 130 4 780
7 5 330
DN 1800 mm
m 5 620 6 210 5 820
8 6 410
DN 2000 mm
m 6 700 7 340 6 900
9 7 540
DN 2200 mm
m 8 360 9 050 8 560
5 9 250
BÉTON 135 A
DN 300 mmm 680 860 8880 1 060
DN 400 mmm 800 980 1 000
0 1 180
DN 500 mmm 1 040 1 280 1 240
2 1 480
DN 600 mmm 1 200 1 440 1 400
4 1 640
DN 700 mmm 1 620 1 950 1 820
8 2 150
DN 800 mmm 1 930 2 280 2 130 2 480
DN 1000 mm
m 2 560 2 960 2 760
7 3 160
DN 1200 mm
m 3 220 3 660 3 420
4 3 860
DN 1400 mm
m 4 070 4 570 4 270
2 4 770
DN 1600 mm
m 4 960 5 510 5 160 5 710
DN 1800 mm
m 6 240 6 830 6 440
4 7 030
DN 2000 mm
m 7 150 7 790 7 350
3 7 990
DN 2200 mm
m 8 800 9 490 9 000
0 9 690

Tableau 33: Priixx d'ordre, pour des canalisations en PRV (30% de rocher)
Prix d'ordre
d en systèème unitaire et
Prix d'ordre résseau EU en systtème
réseeau EP en systèm me séparatif
Désignaation sééparatif
enterré (*)
sans DRC avec DRRC sanns DRC avec DRC
DN 4000 mm 1 320 1 560 1 520 1 760
DN 5000 mm 1 500 1 740 1 700 1 940
DN 6000 mm 1 870 2 210 2 070 2 410
DN 7000 mm 2 160 2 520 2 360 2 720
DN 8000 mm 2 470 2 860 2 670 3 060
DN 9000 mm 2 830 3 250 3 030 3 450
DN 10000 mm 3 210 3 660 3 410 3 860
DN 11000 mm 3 620 4 100 3 820 4 300
DN 12000 mm 4 060 4 560 4 260 4 760
DN 13000 mm 4 530 5 060 4 730 5 260
DN 14000 mm 5 030 5 590 5 230 5 790
DN 15000 mm 5 530 6 120 5 730 6 320
DN 16000 mm 6 110 6 730 6 310 6 930
DN 17000 mm 6 740 7 390 6 940 7 590
DN 18000 mm 7 400 8 070 7 600 8 270
DN 19000 mm 8 090 8 800 8 290 9 000
DN 20000 mm 8 830 9 570 9 030 9 770
DN 21000 mm 9 630 10 390
0 9 830 10 590
DN 22000 mm 10 450 11 240
0 10 650 11 440
O ne dispose pas des coûtss pour des diam
On mètres de pluss de 2200
DRC : Démolition et
e réfection dee chaussées

ON II : ELABORATIO
RAPPORT DEEFINITIF DE LA MISSIO ON DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 89

a. Terrain
T mooyennementt rocheux (ppourcentag
ge de rocherr de 50%)
Tableau 34: Priixx d'ordre, pour des canalisations en PVC (50% de rocher)
Prix d'ordre réseau EU en sysstème Prix d'ordre
d en systèm
me unitaire et rééseau
Désignatioon sééparatif EPP en système sépparatif enterré (*)
(
sans DRC avec DR
RC sanns DRC avec DRC
PVC- série 1
DN 110 mm
m 390 510 590 710
DN 160 mm
m 430 550 630 750
DN 200 mm
m 480 600 680 800
DN 250 mm
m 660 840 860 1 040
DN 315 mm
m 780 960 980 1 160
DN 400 mm
m 970 1 150
0 1 170 1 350
DN 500 mm
m 1 410 1 650
0 1 610 1 850
DN 630 mm
m 1 930 2 240
0 2 130 2 440
PVC- série 2
DN 160 mm
m 420 540 620 740
DN 200 mm
m 460 580 660 780
DN 250 mm
m 630 810 830 1 010
DN 315 mm
m 730 910 930 1 110
DN 400 mm
m 880 1 060
0 1 080 1 260
DN 500 mm
m 1 240 1 480
0 1 440 1 680
DN 630 mm
m 1 720 2 030
0 1 920 2 230

Tableau 35: Prix d'ordre, pour des canalisations en PEHD (50% de rocher)
Désignaation Prix d'ordre réseau EU en système Priix d'ordre en syystème unitaire et
séparatif r
réseau EP en syystème séparatiff
enterrré (*)
sans DRC avec DRC s
sans DRC avec DRC
DN 200 mm 450 57
70 650 770
DN 300 mm 710 89
90 910 1 090
DN 400 mm 850 1 030
0 1 050 1 230
DN 500 mm 1 240 1 480
4 1 440 1 680
DN 600 mm 1 440 1 680
6 1 640 1 880
DN 800 mm 2 430 2 790
7 2 630 2 990
DN 10000 mm 3 640 4 040
0 3 840 4 240

Tableau 36: Prriix d'ordre, pour des canalisation en PPL (50% de rocher)
Prrix d'ordre en système unitairee et
Prix d'ordree réseau EU en système
réseau EP en syystème séparatiif
Désignaation séparatif
enterrré (*)
sans DRC avecc DRC sans DRC avec DRC
DN 250 mm 660 840
8 860 1 040
DN 300 mm 760 940
9 960 1 140
DN 400 mm 1 080 1 320 1 280 1 520
DN 500 mm 1 380 1 620 1 580 1 820
DN 600 mm 1 740 2 060 1 940 2 260
DN 800 mm 2 550 2 930 2 750 3 130
DN 10000 mm 3 510 3 930 3 710 4 130

ON II : ELABORATIO
RAPPORT DEEFINITIF DE LA MISSIO ON DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 90

Tableau 37: Prix d'ordre, pour des canalisation en BÉTON (50% de rocher)
Prixx d'ordre réseauu EU en systèm
me Prix d'orddre en système unitaire et réseeau
Désignatioon séparratif EP enn système séparaatif enterré (*)
s
sans DRC avec DRC sans DRC
D avec DRC
BÉTON 90 A
DN 400 mmm 840 1 020 1 040
0 1 220
DN 500 mmm 1 080 1 320 1 280
2 1 520
DN 600 mmm 1 210 1 450 1 410
4 1 650
DN 700 mmm 1 650 1 980 1 850
8 2 180
DN 800 mmm 1 940 2 290 2 140 2 490
DN 1000 mm
m 2 560 2 960 2 760
7 3 160
DN 1200 mm
m 3 170 3 620 3 370
3 3 820
DN 1400 mm
m 4 080 4 570 4 280
2 4 770
DN 1600 mm
m 4 850 5 400 5 050
0 5 600
DN 1800 mm
m 5 930 6 530 6 130 6 730
DN 2000 mm
m 7 070 7 710 7 270
2 7 910
DN 2200 mm
m 8 880 9 570 9 080
0 9 770
BÉTON 135 A
DN 300 mmm 730 910 93
30 1 110
DN 400 mmm 860 1 040 1 060
0 1 240
DN 500 mmm 1 110 1 350 1 310
3 1 550
DN 600 mmm 1 270 1 510 1 470
4 1 710
DN 700 mmm 1 730 2 060 1 930
9 2 260
DN 800 mmm 2 050 2 400 2 250
2 2 600
DN 1000 mm
m 2 720 3 120 2 920
9 3 320
DN 1200 mm
m 3 410 3 860 3 610
6 4 060
DN 1400 mm
m 4 300 4 790 4 500
5 4 990
DN 1600 mm
m 5 230 5 780 5 430
4 5 980
DN 1800 mm
m 6 550 7 150 6 750
7 7 350
DN 2000 mm
m 7 520 8 160 7 720
7 8 360
DN 2200 mm
m 9 320 10 010 9 520
5 10 210

Tableau 38: Prix d'ordre, pour des canalisations en PRV (50% de rocher)
Prix d'ordre
d en systèème unitaire et
Prix d'ordre résseau EU en systtème
réseeau EP en systèm me séparatif
Désignaation sééparatif
enterré (*)
sans DRC avec DR
RC sanns DRC avec DRC
DN 4000 mm 1 390 1 630 1 590 1 830
DN 5000 mm 1 570 1 810 1 770 2 010
DN 6000 mm 1 980 2 310 2 180 2 510
DN 7000 mm 2 280 2 640 2 480 2 840
DN 8000 mm 2 610 3 000 2 810 3 200
DN 9000 mm 2 980 3 400 3 180 3 600
DN 10000 mm 3 380 3 830 3 580 4 030
DN 11000 mm 3 810 4 290 4 010 4 490
DN 12000 mm 4 270 4 780 4 470 4 980
DN 13000 mm 4 760 5 300 4 960 5 500
DN 14000 mm 5 290 5 850 5 490 6 050
DN 15000 mm 5 820 6 410 6 020 6 610
DN 16000 mm 6 420 7 040 6 620 7 240
DN 17000 mm 7 070 7 720 7 270 7 920
DN 18000 mm 7 760 8 440 7 960 8 640
DN 19000 mm 8 480 9 190 8 680 9 390
DN 20000 mm 9 250 9 990 9 450 10 190
DN 21000 mm 10 080 10 840
0 10 280 11 040
DN 22000 mm 10 930 11 720
0 11 130 11 920

ON II : ELABORATIO
RAPPORT DEEFINITIF DE LA MISSIO ON DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 91

a. Terrain
T roccheux (pourrcentage dee rocher de 70%)
Tableau 39: Priixx d'ordre, pour des canalisations en PVC (70% de rocher)
Prix d'ordre réseau EU en sysstème Prix d'ordre
d en systèm
me unitaire et rééseau
Désignatioon sééparatif EPP en système sépparatif enterré (*)
(
sans DRC avec DR
RC sanns DRC avec DRC
PVC- série 1
DN 110 mm
m 410 530 610 730
DN 160 mm
m 460 580 660 780
DN 200 mm
m 510 630 710 830
DN 250 mm
m 710 890 910 1 090
DN 315 mm
m 830 1 010
0 1 030 1 210
DN 400 mm
m 1 020 1 200
0 1 220 1 400
DN 500 mm
m 1 480 1 720
0 1 680 1 920
DN 630 mm
m 2 030 2 340
0 2 230 2 540
PVC- série 2
DN 160 mm
m 450 570 650 770
DN 200 mm
m 490 610 690 810
DN 250 mm
m 680 860 880 1 060
DN 315 mm
m 780 960 980 1 160
DN 400 mm
m 930 1 110
0 1 130 1 310
DN 500 mm
m 1 310 1 550
0 1 510 1 750
DN 630 mm
m 1 820 2 130
0 2 020 2 330

Tableau 40: Prix d'ordre, pour des canalisations en PEHD (70% de rocher)
Priix d'ordre en syystème unitaire et
Prix d'ordre réseau EU en système
r
réseau EP en syystème séparatiff
Désignaation séparatif
enterrré (*)
sans DRC avec DRC s
sans DRC avec DRC
DN 200 mm 480 60
00 680 800
DN 300 mm 760 94
40 960 1 140
DN 400 mm 900 1 080
0 1 100 1 280
DN 500 mm 1 310 1 550
5 1 510 1 750
DN 600 mm 1 510 1 750
7 1 710 1 950
DN 800 mm 2 560 2 910
9 2 760 3 110
DN 10000 mm 3 800 4 200
2 4 000 4 400

Tableau 41: Prix d'ordre, pour des canalisation en PPL (70% de rocher)
Prrix d'ordre en système unitairee et
Prix d'ordree réseau EU en système
réseau EP en syystème séparatiif
Désignaation séparatif
enterrré (*)
sans DRC avecc DRC sans DRC avec DRC
DN 250 mm 700 880
8 900 1 080
DN 300 mm 800 980
9 1 000 1 180
DN 400 mm 1 140 1 380 1 340 1 580
DN 500 mm 1 450 1 690 1 650 1 890
DN 600 mm 1 840 2 160 2 040 2 360
DN 800 mm 2 680 3 050 2 880 3 250
DN 10000 mm 3 670 4 100 3 870 4 300

ON II : ELABORATIO
RAPPORT DEEFINITIF DE LA MISSIO ON DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 92

Tableau 42: Prix d'ordre, pour des canalisatiio


ons en BÉTON (70% de rocher)
Prixx d'ordre réseauu EU en systèm
me Prix d'orddre en système unitaire et réseeau
Désignatioon séparratif EP enn système séparaatif enterré (*)
s
sans DRC avec DRC sans DRC
D avec DRC
BÉTON 90 A
DN 400 mmm 890 1 070 1 090
0 1 270
DN 500 mmm 1 150 1 390 1 350
3 1 590
DN 600 mmm 1 290 1 530 1 490
4 1 730
DN 700 mmm 1 760 2 090 1 960
9 2 290
DN 800 mmm 2 070 2 420 2 270
2 2 620
DN 1000 mm
m 2 720 3 120 2 920
9 3 320
DN 1200 mm
m 3 360 3 810 3 560
5 4 010
DN 1400 mm
m 4 310 4 800 4 510
5 5 000
DN 1600 mm
m 5 120 5 670 5 320
3 5 870
DN 1800 mm
m 6 250 6 840 6 450
4 7 040
DN 2000 mm
m 7 430 8 070 7 630
6 8 270
DN 2200 mm
m 9 400 10 090 9 600
6 10 290
BÉTON 135 A
DN 300 mmm 780 960 98
80 1 160
DN 400 mmm 910 1 090 1 110 1 290
DN 500 mmm 1 180 1 420 1 380
3 1 620
DN 600 mmm 1 350 1 590 1 550
5 1 790
DN 700 mmm 1 840 2 170 2 040
0 2 370
DN 800 mmm 2 180 2 530 2 380
3 2 730
DN 1000 mm
m 2 880 3 280 3 080
0 3 480
DN 1200 mm
m 3 600 4 050 3 800
8 4 250
DN 1400 mm
m 4 530 5 020 4 730
7 5 220
DN 1600 mm
m 5 500 6 050 5 700
7 6 250
DN 1800 mm
m 6 870 7 460 7 070
0 7 660
DN 2000 mm
m 7 880 8 520 8 080
0 8 720
DN 2200 mm
m 9 840 10 530 10 040
0 10 730

Tableau 43: Prix d'ordre, pour des canalisations en PRV (70% de rocher)
Prix d'ordre
d en systèème unitaire et
Prix d'ordre résseau EU en systtème
réseeau EP en systèm me séparatif
Désignaation sééparatif
enterré (*)
sans DRC avec DR
RC sanns DRC avec DRC
DN 4000 mm 1 460 1 700 1 660 1 900
DN 5000 mm 1 650 1 890 1 850 2 090
DN 6000 mm 2 080 2 420 2 280 2 620
DN 7000 mm 2 400 2 760 2 600 2 960
DN 8000 mm 2 750 3 140 2 950 3 340
DN 9000 mm 3 140 3 560 3 340 3 760
DN 10000 mm 3 560 4 000 3 760 4 200
DN 11000 mm 4 010 4 490 4 210 4 690
DN 12000 mm 4 490 4 990 4 690 5 190
DN 13000 mm 5 000 5 540 5 200 5 740
DN 14000 mm 5 550 6 110 5 750 6 310
DN 15000 mm 6 100 6 690 6 300 6 890
DN 16000 mm 6 730 7 350 6 930 7 550
DN 17000 mm 7 410 8 050 7 610 8 250
DN 18000 mm 8 120 8 800 8 320 9 000
DN 19000 mm 8 870 9 580 9 070 9 780
DN 20000 mm 9 670 10 410
0 9 870 10 610
DN 21000 mm 10 530 11 290
0 10 730 11 490
DN 22000 mm 11 410 12 200
0 11 610 12 400

(*) : Commme le réseauu unitaire est dimensionné


d p
pour le débit d’eaux pluviaales, correspoondant à une période
p de
retour doonnée (commee le cas pour les collecteurrs d’eaux pluvviales dans unn réseau séparratif), il s’agitt des prix,
soit du rééseau unitaire uniquement, soit
s des colleccteurs d’eaux pluviales danns un réseau sééparatif.

ON II : ELABORATIO
RAPPORT DEEFINITIF DE LA MISSIO ON DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 93

A
Annexe : Choix de
d la classse des coollecteurrs

ON II : ELABORATIO
RAPPORT DEEFINITIF DE LA MISSIO ON DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 94

Au niveeau des étuudes d’APD D, et dans un objectiff d’optimissation du coout du projjet mais
égalemeent de sa fiaabilité et de sa pérennitté, il est néccessaire de procéder
p à lla vérificatiion de la
résistannce mécaniqque des conduites d’aassainissement enterrées, prévuess dans le cadre c du
projet, pour
p différeentes hauteuurs de rembllais H.
A. Schéma
S et hypothèsess de calcul
A.a Sch
héma de prrincipe

Zone de remblaais
Secondaire (1)

H
((3)

30cm
(Sol een place)

L Di L

Zone de remblaais
Z
s
soignés (primaire)
(2) 2

Lit de posee en sable ou gravette


g
15 cm
10 ou

A.b Hypothèses dee calcul

Pour less zones (1) et


e (2), on prrend généraalement (m mique) = 1,88 t/m3 ;
masse volum

La trancchée a une largeur


l B, qui
q est donnée, ci-aprèss, en fonctioon du diamèètre du colleecteur :
 DN 200 mm
D m  LT = 0,6
60 m
 2 < DN 400 mm
200  LT = 0,9
90 m
 4 < DN 600 mm
400  LT = 1,2
20 m
 D > 600 mm
DN  LT = DNN + (2 x 0,440) m

Dext : Di + 2e (ddiamètre exttérieur de laa conduite) ;

ON II : ELABORATIO
RAPPORT DEEFINITIF DE LA MISSIO ON DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 95

A titre d’exemple,
d les tableauxx suivants réécapitulent l’épaisseur des conduites en PVC et leurs
charges à la rupturee.
Tuyauxx en PVC
DN SERRIE I SE
ERIE II
Epaisseur Charges Epaisseur Charge es
Ext. (mm)
E min (mm) (KN/m) min (mm)) (KN/m m
200 4.7 32.4 3.9 18
250 6.1 43.2 4.9 22.5
315 7.7 53.1 6.2 28.35
400 9.8 69.1 7.8 36
500 12.3 90.1 9.8 45
Collecteeurs en bétton armé (ccas de tuyaux en CAO
O)
S
SERIE 90 A SER
RIE 135 A
DIAMETRE AMETRE
DIA EPAISSEUR DE CHA ARGE DE EEPAISSEUR DE CHARGE
NOMINNAL INTERIEUR DE PAROI RUP PTURE - PAROI DE
FABR
RICATION MINIMALEE DE pr (kN/m) MINIMALE D
DE RUPTURE -
(mm) FABRICATION - F
FABRICATIOON - pr (kN/m)
e en mmm e en mm
600
0 600 58 54 62 81
800
0 800 74 72 80 1008
900
0 900 82 81 90 1222
1000 1000 90 90 100 1335
1100 1100 97 99 110 1447
1200 1200 105 108 120 1662
1300 1300 112 117 130 1774
1500 1500 128 135 148 2003
B. Calcul
C des charges
Les chaarges, qu’aura à supportter la conduuite, en serv
vice, sont :
 P
Poids proprre du tuyau lui-même ;
 P
Poids de l’eeau qu’il conntiendra ;
 P
Poids des reemblais ;
 P
Poids des chharges roulantes.
Les effoorts, dus auu poids propre du tuyaau et au po oids de l’eauu, sont faibbles et peuv
vent être
négligéss. Ainsi, il est
e étudié esssentiellemeent l’action du remblai et des chargges roulantees.

ON II : ELABORATIO
RAPPORT DEEFINITIF DE LA MISSIO ON DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 96

B.a Acttion des rem


mblais
La charrge de rembblais est suppposé génééralement réépartie sur toute la surrface supérrieure du
tuyau :
TN

Avec : - Dm diaamètre moyeen de la


H Qr conduitte Dm = Di + e
q - qr = chaarge uniform
mément
répartie du rem
mblai ;
- Qr = chaarge totale du
d remblai.

Dm

Qr

La form
mule, généraalement utillisée pour lee calcul de la
l poussée des
d remblais, est la suiv
vante :
m3) * B^2 ; avec
P= Ct * Poi des terrres (1,8 t/m a :
 C =(1-exp((-2*k*(H/B)*tang(a))/((2*k*tang(aa))
Ct
 B : largeur de la tranchhée;
 H : hauteur de remblais, sur la connduite ;
 a : Angle dee frottementt
 k (Tang (pphi/4-a/2))^^2
k=
B.b Acttion des chaarges roulaantes
Le convvoi de véhiicules, génééralement pris
p en com
mpte, est coomposé de 2 camions de 30 t
chacun, disposés coomme suit :

ON II : ELABORATIO
RAPPORT DEEFINITIF DE LA MISSIO ON DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 97

3t 6t 6tt

0.25
0 25
0.20

0.20 0.25

2.0
3t 6t 6
6t

Axe de la conduite

0.5
3t
6t 6t

2. 0
3t 6t 6t
4,50 1,50

La form
mule, généraalement utiliisée pour lee calcul de laa surchargee des camionns, est la suiivante :
P' = (300/6)/((2*H*ttang(d))^2** *coef dynaami ;
Avec :
d : anglee de diffusioon
Coefficiient dynamiique = 1+0,,3/(1+H)
La charge totale est donnée paar la formulee suivante :
Chargee totale = a**(P+P')*Dee/m ; avec :
 a coefficieent de sécurrité = 2.5
a=
 m = coefficcient de posee = 2.3.
Cette charge est à comparerr avec la ch harge de ruupture de la
l conduitee, qui est prrésentée
dans less tableaux, ci-dessus, pour le PV
VC et le CA
AO, par exeemple.

ON II : ELABORATIO
RAPPORT DEEFINITIF DE LA MISSIO ON DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 98

FI CH E R2 TE CH NIQ U E
ESS ALTERNATIVE
ESS
L’impacct d’un projjet d’urbanisation peut être catastrrophique d’uun point de vue inondaation. En
effet, paar la mise en place ded réseaux d’évacuatio
d on des eauxx pluviales, les aménaagements
contribuuent, entre autres,
a à:
 aaccélérer lees écoulemeents de l’eauu ;
 a
augmenter l débits de pointe.
les

Déb
bit
Débit de poin
nte après amé
énagement

Débitt de pointe
avant amé
énagement

Graphe 2: Impact de l’urbanisation ssu


ur le débit de pointe eaux pluviales (source: OIEau)
Afin de ne pas surccharger l’exxutoire aval d’un projett, plusieurs solutions
s soont possibles :
 iinfiltrer les eaux, dans la mesure oùo le sous-sol le permet,
 l
limiter le reejet aval à un
u débit calibbré.
Cependdant, l’eau n’étant
n plus rejetée insttantanémen
nt dans sa tootalité, un vvolume de rétention
r
doit aloors être mis en place. CeC volume de rétention n peut prenndre différenntes formes : bassin
aérien, bassin entterré, tranchhée, noue, structure réservoir… L’intégrallité de ses formes
constituue les techniiques alternnatives

Graphe 3: Nécessité d’un volume de rétention (source: OIEau)


Il faut cependant
c biien s’interrooger sur le débit
d à pren
ndre en term
mes de régulation :
 een régulatioon vers un exutoire, ill sera fixé par
p rapport à la capaciité d’accepttation de
l
l’exutoire ;
 e infiltratioon, par rappport à la cappacité d’absorption du sol.
en s

ON II : ELABORATIO
RAPPORT DEEFINITIF DE LA MISSIO ON DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 99

1 DEBIT DE FUITE POUR LES OUVRAGES DE RETENTION


Le débitt de fuite, à prendre enn compte danns le dimen nsionnementt du volumee de rétentio
on, est la
somme du débit accceptable à l’exutoire et du débitt d’infiltratiion. En fonnction des projets
p et
des situations, l’un de ces deuxx débits peuut être nul.

Qfuite = Qexutoire + Qinfiltration


Où :
Qfuuite est le débbit de fuite à respecter en u volume de rétention (een m3/s) ;
e sortie du
Qexxutoire est le débit
d accepttable à l’exuutoire (en m3/s) ;
Qinffiltration est lee débit d’inffiltration (enn m3/s).

1.1 DEBIT ACCEPTABLE A L’EXUTOIRE


Rejet dans
d le milieeu naturel :
Le débbit acceptabble, par lee milieu naaturel, seraa évalué comme étannt le débitt généré
naturellement par la parcellle avant l’implantatio on des amménagementts. Il sera calculé
conform
mément à la partie 3 de la fiche D33.
Rejet dans
d une conduite exisstante :
Afin dee se prémunnir d’une soous capacitté de la con nduite acceeptant le rejjet de l’ouv
vrage de
rétention, une étudde hydrauliqque du réseaau aval au rejet
r devra être
ê menée. On se rapp portera à
la fiche R3, pour coonnaître less méthodes de
d modélisaation des résseaux.

1.2 DEBIT D’INFILTRATION


Quelquees règles simples
s sonnt à respeccter pour s’assurer d’une pérennnité des diispositifs
d’infiltrration et éviiter une conttamination des nappes phréatiquess :
 pprévoir systtématiquem ment une prootection dess ouvrages, contre les apports de matières
e suspensiion et de maatières organniques ;
en
 g
garder une épaisseur minimale
m de 1 m entre le l niveau dees plus hauttes eaux de la nappe
e le fond du
et d projet d’innfiltration ;
 a
avoir une caapacité d’innfiltration duu sol inférieeure à 10-3 m/s
m ;
 é
éviter l’infiltration en présence
p dee zone karstiique et de sools sensiblees à la dissolution.

Débit d’infiltratio
d on :

Le débit d’infiltratiion est le prroduit de la surface d’iinfiltration par


p la capaccité d’infiltrration du
sol.

Qinfiltraation = Sinfiltrattion x K
Où :
Qinffiltration est lee débit d’inffiltration (enn m3/s) ;
Sinffiltration est la surface d’infiltration (en
( m²) ;
K est
e la capaciité d’infiltraation du sol (en m/s).

ON II : ELABORATIO
RAPPORT DEEFINITIF DE LA MISSIO ON DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 100

Surfacee d’infiltrattion :
Remarqque : pour déterminer
d lee débit de fuite,
f il est indispensab
i ble de se fixxer une surfa
face pour
l’ouvragge d’infiltrration. En première approche,
a elle
e sera prrise en fonnction de la place
disponibble ou de la hauteurr de l’ouvvrage. Cettee hypothèsse sera affi finée par ittérations
successiives au courrs du dimennsionnemennt.
Pour less puits et less tranchées d’infiltratioon, il est reccommandé de
d ne pas teenir comptee du fond
de l’ouvvrage du fait de son poossible colm matage. La surface d’innfiltration ssera donc ég
gale à la
surface des parois verticales
v de l’ouvragee.

Surface
d’infiltratioon

Pour less bassins d’’infiltration et structurees réservoirrs infiltrantees, la surfacce d’infiltrattion sera
prise éggale à la surfface du fondd de l’ouvraage.

Surface
on
d’infiltratio

Pour less fossés et les noues, la surface d’infiltratio


d on corresponndra à la suurface au miroir
m de
l’ouvragge.
Surface
dd’infiltration

Estimattion de la capacité
c d’iinfiltration du sol :

La capaacité d’infilttration du sool sera mesuurée lors d’u


une étude hydrogéolog
h gique :
 ppar une mééthode norm malisée, com mpatible av vec le type de sol et laa valeur de capacité
d
d’infiltratio
on attendue ;
 à l’endroit exact
e où va se situer la structure in
nfiltrante ;
 à la profonddeur exacte d’infiltratioon.
1
La capacité d’infi filtration mesurée seraa corrigée d’un facteeur de sécuurité de afin de
2
pérenniser l’installaation dans le
l temps.

ON II : ELABORATIO
RAPPORT DEEFINITIF DE LA MISSIO ON DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 101

1.3 LES OUVRAGES DE REGULATION DE DEBIT


Régulatteur comm
mercial :
La soluution la pluss simple, poour garantirr un débit constant en sortie du voolume de réétention,
est d’innstaller un appareil
a de régulation préfabriquéé. Ils ont unne bonne pprécision et peuvent
être insttallés dans un
u génie-civvil réduit.

Régu
ulateur à flootteur Régu
ulateur flotttant Réggulateur vorrtex
(soource: OIEaau)
Figure 4: Ouvrages de réguullation du débit
Le dimeensionnemeent des ces régulateurss est directeement fait par
p le fabriccant en foncction des
caractérristiques du volume de rétention (hhauteur d’eaau, débit de fuite à resppecter…)
Remarqque : de façoon à pérennniser le foncctionnementt de ces orgganes, un enntretien régu
ulier doit
être prévvu, conform
mément auxx recommanndations du constructeu
c ur.
Pompagge :
L’utilisaation d’un poste
p de poompage, pouur réguler le l débit en sortie du voolume de réétention,
est une bonne soluttion. Elle néécessite ceppendant plussieurs points :
 cchoisir une courbe de pompage foortement in nclinée afin de minimisser les variaations de
d
débits en foonction du marnage
m du poste ;
 a
avoir un acccès à l’électtricité ;
 a
assurer unee maintenannce régulièrre de l’intég
gralité de l’’installationn (pompes, poire de
n
niveau, autoomatisme… …)

1.4 DIMENSIONNEMENT D’UN ORIFICE DENOYE


Une auutre solutionn répandue,, pour la liimitation du u débit de fuite en soortie du volume de
rétention, est l’utiliisation d’unn orifice dénnoyé, appeléé aussi ajutaage.
Débit d’un
d orificee dénoyé :
Le débitt d’un orificce de vidangge dénoyé est
e donné paar la formulle de Torricelli :
Qévacué = m x S x 2 x g x H

ON II : ELABORATIO
RAPPORT DEEFINITIF DE LA MISSIO ON DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 102

Où :
 Qévacué est lee débit évaccué par l’oriifice (en m3/s) ;
 m est un coefficient dee débit dépenndant de la forme de l’orifice ;
 S est la secttion de l’oriifice (en m²)) ;
 g est l’accéllération de la
l pesanteurr (9,81 m/s²) ;
 H est la chaarge en m, aua dessus duu centre de l’orifice.
l

Niveau d’e
eau

Figurree 5: Principe de l’orifice dénoyé (source: OIEau)

Remarqque : on connstate, grâcee à la formuule de Torriicelli, que le débit évaccué par l’orrifice est
proportiionnel à la hauteur
h d’eaau. Ce dispositif n’est donc pas unn moyen, poour obtenir un débit
constannt en sortie du volume de rétentioon et nécesssite de surdiimensionneer le volumee obtenu
en partie 2.
Applicaation à l’orrifice circullaire mince :
Pour unn orifice circculaire réaliisé dans unee paroi de faaible épaisseeur,
 m = 0,62,
2
D or
rifice
 S= x .
4
En néglligeant la perte
p de chharge singullière, on enn déduit le diamètre à donner à l’orifice
circulairre mince, poour limiter le
l débit à nootre débit de fuite :

4 x Q fuuite
D=
0,62 x x 2 x g xH

Où :
 D est diamèètre à donneer à l’orificee circulaire mince
m (en m)
m ;
 Qfuite est le débit
d de fuite à respectter en sortie du volume de rétentioon (en m3/s) ;
 m est un coefficient dee débit dépenndant de la forme de l’orifice ;
 g est l’accéllération de la
l pesanteurr (9,81 m/s²) ;
 H est la chaarge en m auu dessus du centre de l’’orifice.

ON II : ELABORATIO
RAPPORT DEEFINITIF DE LA MISSIO ON DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 103

Remarqque : comptte tenu de la taille des orifices généralement calculéés, un dispo ositif de
protection contre lee colmatagee devra systéématiquemeent être insttallé et réguulièrement nettoyé.
n

Figure 6: Cage de protection d’un aajjutage (source: OIEau)

2 ESTIMATION DES VOLUMES DE RETENTION


ST
2.1 DOMAINE D’APPLICATION
La méthhode des pluuies, présenntée ci-aprèss, suppose :
 qque le débitt de fuite dee l’ouvrage de stockagee est constannt ;
 q
qu’il y a traansfert instaantané de la pluie à l’ou
uvrage de réétention ;
 q les événnements pluuvieux sont indépendan
que nts14.
En connséquence, cette méthhode ne pourra p êtree appliquéee qu’à dess bassins versants
relativem
ment petits,, dont la surrface totalee ne dépasseera par 2000 ha.

2.2 ESTIMATION DU VOLUME D’EAU A STOCKER (MEETTHODE DES PLUIES)


Déterm
mination du
u coefficientt d’apport Ca :
Le coeffficient d’appport Ca reeprésente laa fraction de
d la pluie tombée, quui parvient dans le
volume de rétentionn.
En foncction de la localisationn de la surfface et de son type de revêtementt, on appliq
quera les
valeurs suivantes :

Surrface concerrnée T
Type de revê
êtement de surface Coeffic
cient d’appo
ort
Tout le projet hors aplo
omb du Coefficient de rruissellement de la
C
T
Tous
volume de
d rétention su
urface
Volume aérien
V n 100%
Aplomb (entre
( autres verticalité)
v R
Revêtement pe
erméable 100%
du volum
me de rétention
n C
Coefficient de rruissellement de la
R
Revêtement im
mperméable
su
urface

14 c'est-à--dire que la méthode


m des pluuies est basée sur un certain
n nombre d’hyppothèses simpllificatrices. On utilise, en
particuulier, un traiteement statistiquue des donnéees pluviographhiques (courbess IDF) basé ssur le dépouilllement des
évènem ments pluvieuxx sans tenir compte des pérriodes de temp ps secs. C’estt cette « simplification » qui conduit à
D même, les évvolutions liées au changementt climatique
l’hypoothèse que les « événements plluvieux sont inddépendants ». De
ne sonnt pas prises enn compte …Cee sont les limiites des méthod des statistiquess, qui permettennt cependant d’approcher
d
« simpplement » des phénomènes
p commplexes et aléattoires).

ON II : ELABORATIO
RAPPORT DEEFINITIF DE LA MISSIO ON DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 104

Calcul de la surface active Sa :

Sa = S x Ca

Où :
 S
Sa est la surrface activee du bassin versant
v (en hectare) ;
 S est la surfface totale du
d bassin veersant (en heectare) ;
 Ca est le coeefficient d’aapport.

Calcul du débit sp
pécifique dee fuite qs :
Qf
qs = 60 x
Sa

Où :
 qs est le débbit spécifiquue de fuite (en
( mm/min nute) ;
 Sa
S est la surrface activee du bassin versant
v (en hectare) ;
 Qf est de débit
d de fuiite du voluume de réteention (en m3/s) – voir partie 2 pour sa
d
déterminati ion.
Déterm
mination du
u temps caractéristiqu
ue Tm :
1
 qs  b
Tm
m=  
 a b  1 

Où :
 T
Tm est le teemps caractééristique (enn minute) ;
 qs est le débbit spécifiquue de fuite (en
( mm/min nute) ;
 a et b sont les
l coefficieents de Monntana (b<0).
Remarqque : On appportera unne attentionn particulièrre aux chooix des parramètres a et b de
Montanna. Leur dom
maine de vaalidité devraa être cohéreent avec la valeur
v calcuulé de Tm.
Calcul de la hauteeur maximaale à stockeer hmax :

 b 
hmax = Tm x qs x  
 b  1
Où :
 hhmax est la hauteur maaximale à sttocker (en mm)
m ;
 T est le teemps caractééristique (enn minute) ;
Tm
 qs est le débbit spécifiquue de fuite (en
( mm/minnute) ;
 b est le coeffficient de Montana
M (b<<0).

Calcul du volume d’eau à stoocker V :


V = 10 x hmax x Sa
Où :
 V est le volume d’eau à stocker (een m3) ;

ON II : ELABORATIO
RAPPORT DEEFINITIF DE LA MISSIO ON DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 105

 hmax est la hauteur


h maxximale à stocker (en mm m) ;
 Sa est la surrface active du bassin versant
v (en hectare).
h
Remarqque : en cas de débit varriable, il coonviendra dee surdimenssionner ce vvolume, pou
ur tenir
compte du fait que toute l’eau n’est pas évvacuée.

3 TECHNIQUES ALTERNATIVES

3.1 CRITERES GENERAUX DE CONCEPTION


A partirr du volumee d’eau à sttocker, calcculé dans laa partie 2, ill faut déterm
miner le vo
olume de
l’ouvragge à réaliiser. En effet,
e plusieeurs param mètres peuvvent augm menter de manière
conséquuente ce vollume :
 la profoondeur de l’oouvrage ;
 la porossité du matéériau stockaant ;
 la pentee de l’ouvragge.
Profond
deur de l’ouvrage
Le voluume utile de l’ouvrage este compris entre le fil d’eau d’arrrivée de l’eaau et celui ded sortie.
Si l’ouvvrage est forrtement enteerré, le voluume à terrassser peut aloors devenir ttrès importaant.

Volume à terraasser

Voolume d’eau

stocker
Figure 7: Influence de la profondeur de l’ouvrage sur le volume à réaliser (source OIE)
Porosité du matérriau stockan
nt :
Le voluume de matéériau à stockker sera corrrigé de la po
orosité du matériau
m stoockant.
Voluumed' eau à stoc ker
Volum
me de matérriau =
Porosité

Les porosités classiiques des matériaux


m soont les suivaantes :
 cailloux
c : 30 à 35%
 granulé
g bétoon : 60%
 structure
s tunnel : 70%
 structure
s alvvéolaire parrallélépipéddique : 90 à 95%
Pente de
d l’ouvrage :
Si l’ouvvrage réalisé est en pennte, seule laa partie bassse de celui-ci stocke rréellement de
d l’eau.
Afin d’aaugmenter lal capacité de
d stockagee, la mise en n place de clloison étancche est néceessaire.

ON II : ELABORATIO
RAPPORT DEEFINITIF DE LA MISSIO ON DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 106

Volu
ume de stocckage utile dans une Volume
V de stockage utile dans unne
strructure en pente sans cloison structure en pente avvec cloisonss
(soource: OIEaau)
Figure 8:Volume de stockage utile dans une structuurre en pente

3.2 BASSINS
Les basssins de rétention sontt les ouvragges de stock kage les pluus courant. On différeencie les
bassins aériens secs, les bassinns aériens enn eau et les bassins entterrés.
L’eau est collectée par un réseeau de canallisations et envoyée
e dirrectement ddans le bassiin.

Baassin aérien
n sec (Sourcce OIEau) Bassin
B aérieen en eau ((Source OIE
Eau)

Basssin d’infilttration (Souurce OIEau)) Bassin


B enteerré (Sourcee Bonna-Sabla)

Figure 9: Bassins de rétention

Domain
ne d’utilisaation :
Comptee tenu de l’eemprise au sol nécessaaire, les basssins de rétenntion aérienns sont bien
n adaptés
aux conntextes périuurbains et ruraux.
r Quaant aux basssins enterréés, compte ttenu de leurrs coûts,

ON II : ELABORATIO
RAPPORT DEEFINITIF DE LA MISSIO ON DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 124

3.3 LES TRONÇONS


Un tronçon est une portion de réseau rectiligne, compris entre deux nœuds, sans apport latéral,
dont les caractéristiques géométriques sont constantes : section, pente, rugosité.
Les données, relatives aux tronçons, sont les suivantes : nœud amont, nœud aval, section ou
profil en travers, longueur, pente et rugosité hydraulique.
Les données saisies pour les nœuds et les tronçons permettent de prendre en compte les
chutes, si elles existent.

3.4 LES BASSINS VERSANTS


Un bassin versant est une surface pour laquelle toute
l’eau produite (temps sec et temps de pluie) est supposée
introduite dans le réseau en un seul point, qui constitue
l’exutoire du bassin versant. En pratique, l’hydrogramme
généré par le bassin versant et calculé par le modèle, est
injecté dans le réseau d’assainissement au nœud exutoire.
Les données, nécessaires à la description des bassins EXUTOIRE
versants élémentaires, sont : nom du bassin versant,
nœud exutoire, surface, longueur (plus long parcours
hydraulique), pente et coefficient de ruissellement.

3.5 LES OUVRAGES SPECIFIQUES


Les ouvrages de rétention :
Les ouvrages de rétention permettent de stocker provisoirement de l’eau. Les données sont les
suivantes : nom de l’ouvrage, nœud d’entrée et de sortie, cotes (fond, haut du bassin), surface
(loi hauteur/volume) et mode de vidange (régulateur, limiteur, orifice…).
Les ouvrages spéciaux :
Il s’agit des ouvrages, susceptibles de modifier le fonctionnement hydraulique des réseaux :
déversoir d’orage, exutoire, seuil, orifice, station de pompage…
Leur mode de représentation peut différer d’un logiciel à un autre, mais de façon générale, il
faudra saisir un nom, les nœuds d’entrée et de sortie, et une loi de fonctionnement.
Pour construire le modèle, on s’efforcera de simplifier au maximum pour rendre
l’interprétation des résultats la plus fonctionnelle possible :
 ne pas représenter les conduites de petits diamètres en amont du système
d’assainissement. On les intègre en général dans les bassins versants ;
 ne pas représenter les tronçons de faible longueur et de pente différente des tronçons
amont et ava ;
 ne pas représenter toutes les arrivées latérales sur les collecteurs principaux.
 simplifier les profils des fossés ;
 représenter le fonctionnement hydraulique des ouvrages spéciaux le plus simplement
possible.

RAPPORT DEFINITIF DE LA MISSION II : ELABORATION DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 125

4 LE MODELE PLUVIOMETRIQUE

I (mm/mn)
Temps (mn)

hyétogramme

Pour la modélisation, la pluie est caractérisée par un hyétogramme qui représente l’intensité
(mm/mn ou mm/h) en fonction du temps (mm ou h).
En fonction des objectifs et du modèle, plusieurs types de pluie sont utilisables.

4.1 PLUIE REELLE


Les pluies réelles sont représentées par des hyétogrammes
issus de données enregistrées par des pluviographes lors
d’évènements pluvieux.
Ces données sont utilisées essentiellement pour le calage lors
de l’élaboration d’un modèle général sur un réseau existant.

4.2 CHRONIQUE DE PLUIE

Cette méthode de
modélisation de la pluie
consiste à constituer une
chronique annuelle ou
pluriannuelle de pluies réelles.
Ces pluies sont représentées
par leur hyétogramme. Cette
approche est très intéressante
pour analyser le
fonctionnement d’un système
d’assainissement pluvial par temps de pluie, mais nécessite de disposer de mesures
pluviographiques en continu sur plusieurs années.

4.3 PLUIE HISTORIQUE « OBSERVEE »


Une pluie historique est une pluie enregistrée sur un poste pluviométrique lors d’évènements
pluvieux remarquables ayant provoqués des débordements. Pour les acteurs locaux, il s’agit,
bien souvent, de références plus concrètes que la notion de période de retour.
Les pluies historiques peuvent être utilisées comme une référence locale dans le cadre d’un
diagnostic ou d’un dimensionnement.

RAPPORT DEFINITIF DE LA MISSION II : ELABORATION DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 126

4.4 PLUIE DE PROJET


Les pluies de projet sont des pluies fictives définies par un hyétogramme synthétique. Bien
que n’ayant jamais été observées, elles sont statistiquement représentatives de pluies réelles.
Elles sont très utilisées pour la conception et le dimensionnement des projets d’assainissement
pluvial. On distingue plusieurs hyétogrammes-types, parmi lesquels :

Graphe 4: hyétogrammes-types
Dans les différents logiciels de modélisation, les pluies simple et double triangle sont les
plus courantes ; les logiciels construisent les pluies sur la base des données de
pluviométrie saisies par l’utilisateur.
Le paramétrage doit être adapté à la taille du bassin versant et au type de projet. On peut faire
les recommandations générales suivantes :
Pluies de projet pour le dimensionnement des collecteurs
L’estimation du débit de pointe, associé à une période de retour T, pour le dimensionnement
des collecteurs, peut s’obtenir en utilisant une pluie de projet de type double triangle de
même période de retour T, construite à partir de données locales de pluviométrie.

Graphe 5: Exemple de pluie double triangle centrée (Source Guide Ville et son Assainissement CERTU)

RAPPORT DEFINITIF DE LA MISSION II : ELABORATION DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 127

Une pluie double triangle se caractérise par :


 une période de pluie intense de durée t1 avec une hauteur d’eau H1 ;
 une période de pluie totale de durée t3 avec une hauteur d’eau H3 ;
 la position de la pluie intense par rapport à la pluie totale.
Pour une pluie double triangle, de période de retour T, on peut s’appuyer sur les
recommandations suivantes :
 La durée t1 de la période intense varie de 15mn à 1h, en fonction de la surface du
bassin versant ; en pratique, on teste plusieurs durées et on retient celle qui conduit au
débit maximal. La durée, à retenir, est en général équivalente au temps de
concentration du bassin versant.
 La durée totale t3 influence très peu la valeur maximale de l’hydrogramme ; en
général, la valeur adoptée varie de 4 à 6 heures.
 La pluie intense est en général centrée sur la pluie totale.
 La hauteur tombée pendant la période intense, est le paramètre le plus important pour
le calcul du débit de pointe. Elle est calculée avec la formule de Montana, pour la
période de retour T choisie, avec des coefficients de Montana de la pluviométrie
locale. On veillera que le domaine de validité des coefficients de Montana utilisés soit
compatible avec la durée t1 de la pluie intense.
 La hauteur, totale H3 précipitée joue un rôle moindre dans l’estimation du débit de
pointe. Elle est calculée avec la formule de Montana pour une période de retour
inférieure à celle associée à la pluie (en général 0,2xT à 0,5xT). Comme pour la
hauteur intense H1, on utilisera des coefficients locaux de pluviométrie en respectant
la compatibilité entre le domaine de validité de ces paramètres et la durée totale de la
pluie.
Pluies de projet pour dimensionnement des ouvrages de stockage
Sur un bassin versant, et pour une période de retour donnée, les pluies qui permettent
d’estimer le volume maximum de stockage sont généralement plus longues que les pluies
utilisées pour le calcul du débit de pointe à l’exutoire du bassin versant. Ces durées
dépendent, en particulier, du débit de vidange de l’ouvrage. On pourra donc tester :
 Des pluies double triangle, avec des durées de période intense allant de 30 mn à
plusieurs heures (voire plusieurs jours), selon la taille du bassin versant. Ces pluies
seront construites comme expliqué précédemment.
 Des pluies simple triangle, avec des durées variant aussi de 30 mn à plusieurs heures
et une hauteur de pluie calculée avec la formule de Montana, sur la durée et la période
de retour correspondantes.

Pour la construction de ces pluies, on sera très attentif au respect du domaine de validité
des paramètres a et b de Montana, qui devra être cohérent avec la durée des pluies choisie.
Une erreur fréquente est d’utiliser des coefficients valables sur des durées courtes (par
exemple 6 mn-1h) pour dimensionner un ouvrage de rétention à durée de vidange longue.
On arrive alors à un surdimensionnement important du simple au triple !

RAPPORT DEFINITIF DE LA MISSION II : ELABORATION DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 128

5 LE MODELE HYDROLOGIQUE
Le modèle hydrologique a pour objectif de transformer la pluie en débit ruisselé à l’exutoire
de chaque sous-bassin versant, donc l’hyétogramme de pluie en hydrogramme.
I (mm/mn)

Débit

temps
Temps (mn)

hyétogramme Hydrogramme à l’exutoire


du bassin versant
La transformation de la pluie en débit se traduit par l’utilisation successive de deux fonctions :
étriqu
 La fonction de production prend en compte les pertes liées au ruissellement pour
fournir un hyétogramme de pluie nette, c'est-à-dire la pluie qui participe réellement au
ruissellement.
 La fonction de transfert permet de déterminer l’hydrogramme à l’exutoire du bassin
versant en fonction de la pluie nette.

Pluie brute Pluie nette


sur le Hydrogramme
sur le
bassin versant à l’exutoire
bassin versant

Fonction de production Fonction de transfert

5.1 FONCTION DE PRODUCTION


En fonction des caractéristiques descriptives des bassins versants, la fonction de production
doit reproduire le volume ruisselé sur le bassin versant, sous la forme d’un hyétogramme fictif
de « pluie nette ».
La différence entre la pluie brute (issue du modèle pluviométrique) et la pluie nette représente
les pertes au ruissellement liée à plusieurs phénomènes :
 l’évaporation ;
 l’interception par les végétaux ;
 l’infiltration naturelle dans le sol ;

RAPPORT DEFINITIF DE LA MISSION II : ELABORATION DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 129

 le stockage dans les dépressions du sol (flaques).


Les pertes au ruissellement dépendent bien sûr du type de surface, mais aussi du type de sol et
des caractéristiques de la pluie.
I (mm/mn)

I (mm/mn)
pertes au
Temps (mn) ruissellement Temps (mn)

Hyétogramme Hyétogramme
pluie brute pluie nette

Les logiciels utilisent différents modèles de production.


Parler des principaux logiciels disponibles actuellement sur la marché, et si possible, leur
comparaison.
Bassins versants urbanisés
Il s’agit des bassins versants dont le coefficient d’imperméabilisation est supérieur à 20%.
Dans ce cas, le modèle le plus simple et le plus utilisée en hydrologie est un modèle de
ruissellement à coefficient constant. Cette approche semble bien adaptée au bassin versant
fortement urbanisée.
Les coefficients de ruissellement unitaires, donnés dans la fiche D3, sont utilisables pour le
paramétrage des caractéristiques de chaque sous bassin versant. Attention, cependant à
utiliser des coefficients majorés, dés lors que les périodes de retour sont importantes 30,
50 ou 100 ans.
Le hyétogramme de pluie nette est alors obtenue de la façon suivante :
Pluie nette = Pluie brute x coefficient de ruissellement
Pour améliorer cette approche, certains logiciels proposent des modèles de production à
coefficient de ruissellement variable en fonction de la pluie. Ces modèles représentent assez
bien les phénomènes, mais nécessitent une très bonne connaissance du terrain et un calage
avec des mesures.
Bassins versants non urbanisés (ruraux)
Dans le cas des bassins versants ruraux, la réalité du ruissellement est plus difficile à
approcher, car très variable en fonction des caractéristiques du bassin versant : capacité
d’infiltration du sol, état de la végétation, pente, période de temps sec…
En général, le modèle de perte prend en compte :

 Les pertes initiales liées à l’évaporation, l’interception par les végétaux et la rétention
en surface (flaques). Les pertes initiales varient de 1 mm à plus de 15 mm, certains

RAPPORT DEFINITIF DE LA MISSION II : ELABORATION DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 130

logiciels donnent des valeurs par défaut en fonction du type de sol et de la pente du
bassin versant.

 Les pertes continues liées à l’infiltration, et souvent représentées par le modèle de


Horton.
Le modèle de Horton est basé sur l’hypothèse que l’infiltration décroît dans le temps, pendant
la pluie, au fur et à mesure de la saturation du sol :

f(t) = fc + (f0 – fc) e-kt


f0 : capacité d’infiltration maximum du sol (mm/min)
fc : capacité d’infiltration du sol saturé (mm/min)
k : constante d’infiltration

La difficulté d’utilisation de ce type de modèle réside dans l’évaluation des paramètres qu’il
est important de valider par des mesures et ou des observations de terrain. On pourra
s’aider des valeurs usuellement rencontrées dans la littérature :

* k compris entre 0.05 et 0.1


* fc :
Tableau 45: Valeurs de la capcité d'infiltration du sol saturé en fonction de l'occupation du sol et de la nature du
terrain
Très Imperméable Moyennement Perméable Très perméable
imperméable Imperméable
Forêt – 100  fc  200 200  fc 200  fc 200  fc 200  fc
Cultures
Jardin 10  fc < 50 10  fc < 50 50  fc  100 100  fc  200 200  fc
Prairies – fc < 10 10  fc < 50 50  fc  100 100  fc  200 200  fc
Pelouses
Terrains de fc < 10 fc < 10 fc < 10 fc < 10 10  fc < 50
sport –
Espace
résidentiels
Source : Encyclopédie hydrologie urbaine B.Chocat
Type de sol Capacité d’infiltration du sol saturé
Terres sableuses 15 à 25 mm/h
Terres lourdes 3 à 15 mm/h
Terres très argileuses 3 mm/h

* La valeur de f0 est choisie en fonction de fc, selon les conditions antérieures :


Sol saturé en humidité : f0 = fc ;
Sol sec : f0 = 4.fc (modèle de Holtan).

5.2 FONCTION DE TRANSFERT


Elle a pour objectif de traduire la déformation du « signal » pluie lors de son transfert par le
bassin versant. Le volume de la pluie nette est conservé, mais sa répartition dans le temps est
modifiée en fonction des caractéristiques physiques du bassin versant : c’est un modèle
conservatif.

RAPPORT DEFINITIF DE LA MISSION II : ELABORATION DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 131

Débit
I (mm/mn)

Modèle temps
Temps (mn)
conservatif
Hyétogramme Hydrogramme à l’exutoire
pluie nette du bassin versant

Le modèle le plus simple, et le plus utilisé, est un modèle de stockage appelé modèle du
réservoir linéaire. Le sous bassin versant et son réseau de drainage est représenté comme un
réservoir caractérisé par le système d’équations suivant :

Schématisation d’un modèle réservoir


(Source Guide Ville et son Assainissement CERTU)

dVs(t)
 Equation de vidange :  Qe(t)  Qs(t)
d(t)
 Equation de stockage : Vs( t )  K  Qs( t )
Avec :
Qe(t) : débit entrant dans le bassin versant ;
Qs(t) : débit sortant dans le bassin versant ;
Vs(t) : volume stocké dans le bassin versant.

On obtient une équation différentielle, caractéristique du modèle du réservoir linéaire :


K  dQs(t)
 Qe(t)  Qs(t)
dt

Le paramètre K, temps de réponse (ou lagtime), représente le décalage temporel entre la pluie
en entrée du bassin versant et le débit à son exutoire.

RAPPORT DEFINITIF DE LA MISSION II : ELABORATION DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 132

HYETOGRAMME

I (mm/h) temps de réponse

Q (m³/s)

HYDROGRAMME

Les logiciels proposent différentes formulations du paramètre K, en fonction des


caractéristiques descriptives du bassin versant.
L’utilisation de ce modèle semble bien justifiée pour des bassins versants urbanisés, équipés
de système d’assainissement pluvial et avec une superficie de quelques hectares à quelques
centaines d’hectares.
Pour les bassins versants peu urbanisés, le paramètre K est plus difficile à évaluer et le calage
sur des mesures reste la meilleure solution. Cependant, pour ces bassins, on utilise aussi les
modèles de type cascade de réservoirs (deux ou plusieurs réservoirs en série) qui amortissent
la réponse du bassin versant.
Il existe d’autres types de modèle, en général, dérivés de celui du réservoir linéaire : double
réservoir, cascades de réservoirs, réservoirs non linéaires,…

6 LE MODELE HYDRAULIQUE
La modélisation hydraulique a pour objectif de modéliser la propagation des écoulements en
réseaux. Les hydrogrammes, calculés pour chaque sous bassin versant, sont injectés aux
nœuds du réseau et, le modèle hydraulique calcule la propagation des écoulements à travers
les tronçons de conduites et les différents ouvrages du réseau.
Le calcul dépend des données saisies dans les tronçons (section, coefficient d’écoulement,
pente,…) et les ouvrages spécifiques.

RAPPORT DEFINITIF DE LA MISSION II : ELABORATION DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 133
Débit

Débit
temps
Débit
temps

temps
Fonctionnement
des ouvrages

Débit et hauteurs
dans les tronçons

On distingue deux types de modèle hydraulique, les modèles hydrodynamiques et les modèles
conceptuels.

 Les modèles hydrodynamiques sont issus de la mécanique des fluides et dérivés du


modèle complet des équations de Barré Saint Venant : équation de continuité
(conservation de la masse) et équation dynamique (conservation de la quantité de
mouvement).
Ces équations, résolues entre chaque nœud du modèle et au pas de temps de calcul
choisie, simulent la propagation des hydrogrammes dans les différents éléments du
réseau.
Les modèles hydrodynamiques prennent en compte les écoulements libres comme les
écoulements en charge, les influences aval, et permettent, ainsi, de visualiser les
différentes lignes d’eau lignes piézométriques), dans les conduites et les ouvrages.

Figure 26: Exemple de visualisation de ligne d’eau (source logiciel Canoë)

RAPPORT DEFINITIF DE LA MISSION II : ELABORATION DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 134

 Les modèles globaux ou conceptuels représentent, de façon globale, la transformation


subie dans une conduite ou un ouvrage par l’hydrogramme d’entrée, pour estimer
l’hydrogramme de sortie.

Graphe 6: Principe d’un modèle conceptuel (Source : guide Ville et son Assainissement CERTU)
Le modèle le plus utilisé est celui de Muskingum. L’emploi d’un modèle conceptuel permet
des simulations simplifiées pour, par exemple, pré-dimensionner un réseau. Par contre, ces
modèles ne permettent pas de visualiser les lignes d’eau.

Avec les moyens informatiques actuels, les modèles hydrodynamiques tendent à se


généraliser. On les conseillera dés que le calcul de l’allure réelle des lignes d’eau est
indispensable, par exemple, pour visualiser les débordements du réseau dans le cadre d’un
diagnostic.

7 LE CALAGE DES MODELES


Dans le cas d’une étude diagnostique du fonctionnement d’un réseau d’assainissement
existant, le calage est une étape indispensable pour valider le modèle. Il s’agit de vérifier que
le modèle représente fidèlement de comportement du réseau physique.
Cette phase de calage consiste donc à ajuster les différentes données et les différents
paramètres, pour que les valeurs calculées soient aussi proches que possible des valeurs
observées.
Pour ce faire on réalise des mesures sur site, par temps de pluie, et on compare les résultats
mesurés avec les valeurs calculés par le modèle.

Graphe 7: Comparaison d’un hydrogramme calculé et mesuré (Source : guide Ville et son Assainissement CERTU)
La méthodologie générale est la suivante :
 Construction du modèle sur la base du recueil des données du réseau ;

RAPPORT DEFINITIF DE LA MISSION II : ELABORATION DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 135

 Réalisation de mesures par temps sec et temps de pluie (l’idéal est de pouvoir
enregistrer différents évènements pluvieux).
* mesures de pluviométrie
* mesures de débit en différents points du réseau
 Réalisation d’une simulation avec le modèle et les données pluviométriques
enregistrées (modèle pluviométrique pluie réelle) ;
 Comparaison des hydrogrammes et calage.
* calage de la fonction de production (coefficient de ruissellement) en
comparant le volume total ruisselé
* comparaison de la fonction de transfert en comparant le décalage
temporel des hydrogrammes.
* comparaison du fonctionnement des ouvrages spécifiques

Hyétogramme

Mesures
Hydrogramme

données

Modèle
calage

Réseau
résultats
Hydrogramme

Données descriptives

Figure 27: Méthodologie du calage (source OIEau)


Lors d’évènements pluvieux exceptionnels, ayant provoqués des débordements, la
comparaison des niveaux atteints par l’eau dans les rues, avec le niveau estimé par le
modèle, pour le même type de pluie, peut être aussi un bon outil de validation.

RAPPORT DEFINITIF DE LA MISSION II : ELABORATION DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 136

FI CH E R4 DE VE RS OI RE S D’ORAGE
1 DEFINITION ET CONCEPTION
Un Déversoir d'Orage (DO) est un "ouvrage permettant le rejet direct d'une partie des
effluents au milieu naturel, lorsque le débit amont dépasse une certaine valeur. Les déversoirs
d'orage sont généralement installés sur les réseaux unitaires ou pseudo séparatif, dans le but
de limiter les apports au réseau aval, et en particulier, aux stations d'épuration, en cas de
pluie".
Cette définition met l'accent sur les deux fonctions principales de l'ouvrage sur le plan
hydraulique : réguler les débits conservés vers l'aval, pour les maintenir en deçà d'une valeur
de consigne (ou valeur seuil), et évacuer l'excédent, en général vers le milieu récepteur. Ces
fonctions peuvent être réalisées par divers types d'aménagements, intégrant ou non des seuils
déversants.
La figure, ci après, donne une représentation schématique d’un déversoir d’orage.

Figure 28: Représentation schématique d’un déversoir d’orage


Le comportement hydraulique d’un déversoir peut être caractérisé par la courbe de
fonctionnement, représentée, ci-dessous. Cette courbe permet d’apprécier et de quantifier le
rôle hydraulique d’un déversoir.

Graphe 8: Courbe de fonctionnement d'un déversoir d'orage

RAPPORT DEFINITIF DE LA MISSION II : ELABORATION DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 137

2 TYPES DE DEVERSOIRS D’ORAGE


Concernant la forme de l’ouvrage de déversement, on distingue essentiellement les déversoirs
avec ou sans seuil. Parmi les déversoirs sans seuil (moins de 15 % des DO), l’organe de
dérivation peut être un orifice, un leaping weir (ouverture dans le radier) ou un ouvrage à
vortex. Concernant les déversoirs à seuil, on les classe en fonction de la position, de l’angle,
du nombre et de la forme du seuil, comme le montre la figure suivante :

Figure 29: Types d’organes de dérivation


Dans le cadre de cette étude, on recommande, pour le contexte marocain, deux types de
déversoirs d’orages : Le frontal et le latéral, avec, pour chacun d’eux, deux configurations
différentes des seuils : Seuil haut ou seuil bas. Nous détaillerons, dans la suite de cette fiche,
les formules de dimensionnent de chacun de ces types.

2.1 DEVERSOIR FRONTAL A SEUIL HAUT


Pour le déversoir frontal à seuil haut, c’est principalement la capacité d’évacuation de la
conduite aval et la hauteur de crête, qui déterminent la quantité de déversement.

RAPPORT DEFINITIF DE LA MISSION II : ELABORATION DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 138

Figure 30: Vue en coupe du déversoir frontal à seuil haut


Pour le dimensionnement de ce type de déversoir d’orage, on recommande la formule
suivante :

Lorsque le déversoir est en fonctionnement, le débit amont est la somme du débit aval et de
celui déversé :
La hauteur d’eau, dans la branche déversante ( z), permet de calculer, moyennant l’hypothèse
du régime permanent et uniforme ou non uniforme, le débit déversé.
La perte de charge peut être calculée par :

Ce qui permet de calculer le débit aval :

Avec . On reconstitue ainsi le débit amont.


Avec :
Ze : hauteur de l’étranglement ;
z : hauteur d’eau dans la branche déversante ;
H : perte de charge ;
Se : section de l’étranglement ;
: coefficient de pertes de charge linéaires ;
Le : longueur de l’étranglement ;
Ve : vitesse moyenne de l’écoulement dans l’étranglement ;
Rhe : rayon hydraulique de l’étranglement ;
hs : hauteur du seuil par rapport au fond.

2.2 DEVERSOIR FRONTAL A SEUIL BAS


Le fonctionnement hydraulique d’un déversoir frontal, à seuil bas, s’apparente au
fonctionnement des seuils. On distingue plusieurs cas, selon la forme du seuil déversant, la
configuration et la contraction éventuelle de la nappe déversante. D’un point de vue
hydraulique, il est important de garantir un écoulement fluvial à l’amont du déversoir, pour
rendre applicable l’ensemble des formules disponibles.
On distingue les déversoirs avec et sans contraction latérale rectangulaire et les seuils de
jaugeage.

RAPPORT DEFINITIF DE LA MISSION II : ELABORATION DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 139

2.2.1 Déversoir rectangulaire avec contraction latérale à crête mince


Un déversoir rectangulaire est dit « avec contraction latérale » lorsque la largeur du canal B
est supérieure à la largeur d’écoulement L du déversoir.

Figure 31: Vue en coupe du déversoir frontal à seuil bas


Source : Centres d’Etudes Techniques Maritimes et Fluviales (CETMEF)
La formule établie par KINDSVATER et CARTER est recommandé pour cette configuration.

Avec :
he : La hauteur d’eau effective telle que : he = h1 + Kh = h1+0,001 ;
h1 : hauteur d’eau amont au-dessus du seuil (m) ;
L : largeur d’écoulement sur le seuil (m) ;
Le : Largeur effective, telle que Le= L + K1, où K1 est donné par l’abaque ci-dessous :

Graphe 9: Abaque de Kl (mm) en fonction du rapport L/B


B : largeur du canal d’amenée en amont du déversoir (m).
µ : coefficient de débit suivant le rapport entre la largeur à l’amont du déversoir (B) et la
largeur d’écoulement sur le déversoir (L). Il est déterminé en se basant sur le tableau suivant :

RAPPORT DEFINITIF DE LA MISSION II : ELABORATION DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 140

Tableau 46: Valeur du coefficient de débit suivant le rapport L/B pour un déversoir rectangulaire avec contraction
latérale
Avec p : la pelle en (m)
Cv : Coefficient de vitesse d’approche, exprimé par la formule suivante :

Avec :
H1 : la charge amont, qui est généralement prise égale à la hauteur d’eau h1 à l’amont du
déversoir ;
u = 1,5 pour un déversoir rectangulaire ;
Quand les vitesses sont négligeables (terme V2/2g «1), ce coefficient est pris égal à 1.

2.2.2 Déversoir rectangulaire Sans contraction latérale à crête mince


Un déversoir rectangulaire est dit « sans contraction latérale » lorsque la largeur d’écoulement
sur le déversoir (L) est égale à la largeur d’écoulement (B) en amont du déversoir.

Figure 32: Déversoir rectangulaire Sans contraction latérale à crête mince


Source : Centres d’Etudes Techniques Maritimes et Fluviales (CETMEF)
La formule établie par KINDSVATER et CARTER est recommandé pour cette configuration.

Q=µ Cv L(he)3/2

RAPPORT DEFINITIF DE LA MISSION II : ELABORATION DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 141

Avec :
 he : La hauteur d’eau effective telle que : he = h1 + Kh = h1+0,001 ;
 h1 : hauteur d’eau amont au-dessus du seuil (m) ;
 L : largeur d’écoulement sur le seuil (m) ;
 µ : Coefficient de débit, donné par la formule suivante :

Limites d’application de cette formule sont les suivantes :


 h1 > 0,03 m ;
 p > 0,10 m ;
 h1/p < 2.

2.2.3 Déversoirs épais

Le seuil est à crête épaisse si avec et c l’épaisseur de


crête. Pour le cas des seuils épais, la relation de Bazin est couramment utilisée :

ho : hauteur de la ligne d’eau, en amont par rapport au seuil (m)


L : largeur du seuil (m)

2.3 DEVERSOIRS LATERAUX A SEUIL BAS


Nous recommandons l’emploi de la formule de Dominiguez, pour ce type de déversoir, et ce,
quelque soit le régime d’écoulement,

Avec :
 h : hauteur d’eau au-dessus de la crête du déversoir (avec h = hav à l’aval en régime
fluvial, et h = ham à l’amont en régime torrentiel) ;
 L : Longueur du déversoir ;
 m : un coefficient dépendant des caractéristiques du déversoir pouvant être choisi
parmi les valeurs moyennes suivantes :

Et est un coefficient dépendant du régime d’écoulement. Il peut être évalué à partir des
valeurs proposées ci-dessous :

RAPPORT DEFINITIF DE LA MISSION II : ELABORATION DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 142

2.4 DEVERSOIRS LATERAUX A SEUIL HAUT


A la différence des déversoirs à crête basse, les déversoirs latéraux, à crête haute, sont des
ouvrages qui nécessitent une longueur de crête plus courte, mais la présence d’une conduite
aval étranglée. Cependant, leur construction est en général recommandée car l’excès de débit
conservé, pour les fortes pluies, est en général faible et la présence d’un seuil élevé empêche
l’entrée des eaux de l’émissaire dans le réseau.

2.4.1 Principes de construction


Un déversoir à crête haute peut être décomposé en plusieurs parties : conduite amont, partie
déversante, conduite de décharge, conduite aval étranglée et conduite aval.

Tableau :Déversoir à crête haute : géométrie et fonctionnement


Pour la conduite aval étranglée, les recommandations suivantes sont à prendre en compte :
 Le diamètre (Dd) : 200 Dd 500 mm. On recommande de prendre deux classes en
dessous du diamètre de la conduite aval.
 La longueur (Ld) : on conseille de prendre une conduite inférieure à 100 m mais telle
que le rapport de la longueur sur le diamètre de cette conduite soit supérieur à 20.1

RAPPORT DEFINITIF DE LA MISSION II : ELABORATION DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 143

 La pente (I0) : elle doit vérifier : , ce qui permet d’être en charge sur
toute la conduite et d’éviter une partie à surface libre au début de la conduite.
Hauteur de la crête déversante : elle sera de préférence telle que wDO > 0.6 * Dam et wDO>
25cm.

2.4.2 Fonctionnement hydraulique


Le fonctionnement d’un déversoir à crête haute est régi par la conduite aval étranglée. Le
régime fluvial est imposé à l’extrémité aval de la crête du déversoir. La conduite aval doit être
à surface libre ; deux cas sont possibles :
 si le régime est torrentiel dans cette conduite, il y a pilotage amont et on choisit
comme condition à la limite ham-C-av = Dd (diamètre de la conduite étranglée),
 s’il est fluvial, le pilotage se fait par l’aval et on prend ham-C-av égale à la hauteur
normale dans la conduite aval.
Le débit conservé peut être calculé en utilisant la relation :

- hav-DO est la hauteur d’eau à l’aval du déversoir,


- ham-C-av est la hauteur d’eau à l’amont de la canalisation aval,
- I0 est la pente de la canalisation étranglée,
- Ld est la longueur de la canalisation étranglée,
- Ks-d est la rugosité de Strickler de la canalisation étranglée,
- Sd est la section de la canalisation étranglée,
- Rh est le rayon hydraulique de la canalisation étranglée,
- est le coefficient de perte de charge singulière au passage, entre le déversoir et la
canalisation étranglée. Ce coefficient peut être évalué en utilisant le tableau suivant :

3 RECOMMANDATIONS
Le choix, la conception et le dimensionnement des déversoirs d’orage doit intégrer les
caractéristiques suivantes :
 Aucun déversement ne doit avoir lieu par temps sec et tant que l’on dispose
d’une réserve de capacité dans la station d’épuration.

RAPPORT DEFINITIF DE LA MISSION II : ELABORATION DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 144

 Le débit dirigé vers la station d’épuration doit être le plus constant possible.
 Le déversoir d’orage doit être à l’abri d’une mise en charge par l’aval.
 La quantité de pollution dirigée vers la station d’épuration doit être maximale.
 L’accès à l’ouvrage doit être fonctionnel et sécurisé.
 La maintenance doit être la plus simple possible.
 Le coût de la construction doit être minimal
L’étape déterminante dans la conception d’un déversoir d’orage consiste à définir les débits :
- le débit minimal à partir duquel on souhaite utiliser le déversoir, c’est le débit de consigne
ou de référence ; il s’agit, en général, de la capacité maximale du réseau aval et/ou de la
station d’épuration.
- le débit maximal de projet en entrée du déversoir, pour lequel on souhaite conserver un
fonctionnement fiable de l’ouvrage.
Compte tenu des incertitudes sur le fonctionnement hydraulique de certains déversoirs, on
peut énoncer les recommandations suivantes pour le choix du type d’ouvrage :
- Les déversoirs latéraux à seuil bas sont peu satisfaisants. Leur fonctionnement est
fortement influencé par le régime hydraulique (fluvial ou torrentiel) et donc très dépendant
du débit. Le dimensionnement de tels ouvrages est donc très aléatoire (d’où l’existence d’une
multitude de formules de calcul) et leur utilisation n’est donc pas recommandée.
- Les déversoirs à seuil haut seront privilégiés, ce sont eux qui permettent l’approche
hydraulique la plus satisfaisante et donc une meilleure maîtrise du débit dirigé vers l’aval. Il
faudra néanmoins s’assurer que les conditions d’écoulement sont de type fluvial à l’amont du
déversoir. Le déversement s’effectue, en général, sur une crête de type rectangulaire.
Selon la configuration du site et la position des différents collecteurs le choix se portera donc
sur un déversoir frontal ou latéral à seuil haut.
En cas d’impossibilité technique, de contraintes spécifiques ou de réhabilitation d’un site
existant, on pourra choisir un déversoir à seuil bas avec toute l’incertitude qui existe sur la
conception hydraulique. La présence d’une lame réglable sur le seuil, peut permettre d’affiner
le calage du déversement par des mesures ou des observations in situ après la construction.
On pourra aussi envisager la construction d’un déversoir latéral à seuil double équipée d’un
bief de tranquillisation et d’un étranglement pour contrôler l’écoulement (cf shéma ci-
dessous).

RAPPORT DEFINITIF DE LA MISSION II : ELABORATION DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 145

FICHE R5 SEPARATEURS A
HYDROCARBURES
1 DOMAINE D’UTILISATION
Les séparateurs à hydrocarbures font l’objet d’une normalisation européenne (EN 858), dans
laquelle, ils sont qualifiés d’installations de séparation de liquides légers (par exemple
hydrocarbures). Ils ne sont donc faits que pour traiter des pollutions d’hydrocarbures, de type
flottants et plus légers que l’eau. Leur utilisation doit donc être limitée à cette application et
non à généraliser sur l’intégralité des aménagements.
De plus, compte tenu de leurs performances épuratoires limitées et de la faible concentration
en hydrocarbures véhiculés dans la plus part des eaux de ruissèlement, on s’attachera à les
installer uniquement si les concentrations en hydrocarbures, à recueillir, sont importantes.
On recommande donc de les utiliser :
 dans les stations services ;
 dans les aires de lavages et d’entretien de véhicules ;
 dans les industries pétrochimiques.
L’utilisation, pour lutter contre les pollutions accidentelles, n’est aujourd’hui pas
recommandée en raison du coût à généraliser ce système dans les aménagements, de la
difficulté et du coût d’entretien de ces séparateurs ainsi que de leur inefficacité vis-à-vis de
pollutions accidentelles autres que celles du type liquide plus légers que l’eau.
Rappel des définitions (selon norme européenne NF EN 858)
Installation de séparation
Dispositif comprenant un séparateur (de classe I ou II), un débourbeur et un point
d'échantillonnage
Débourbeur
Partie de l'installation qui retient les matières solides, comme les boues et les grains de sable,
et qui peut être intégré au séparateur ou réalisé séparément

Figure 33: Schéma de principe d'un débourbeur

RAPPORT DEFINITIF DE LA MISSION II : ELABORATION DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 146

Source note d’information Service d’Etudes techniques des routes et autoroutes (France)

Figure 34: Schéma de principe d'un déshuileur


Source note d’information Service d’Etudes techniques des routes et autoroutes (France)

2 DIMENSIONNEMENT
Choix de la classe de séparateurs :
Tableau 47: Classe des séparateurs
Classe Teneur maximale autorisée en
huile résiduelle (mg/l)
I 5
II 100

Dimensionnement de la taille nominale du séparateur :

TN = (Qr + fx x Qs) x fd

Où :
TN est la taille nominale du séparateur ;
Qr est le débit maximum des eaux de pluie (l/s). Pour sa détermination, on se reportera à
la fiche D3 ;
Qs est le débit maximum des effluents industriels (l/s). A déterminer en fonction de
l’industrie concernée ;
fx est le facteur d’entrave, selon la nature du déversement donné par le tableau ci-après,

Type de déversement fx
Effluent industriels : processus industriels, lavage de véhicules,
2
nettoyage d’éléments enduits d’huile
Eaux de pluie : eux d’écoulement contaminées par l’huile provenant Non pertinent
de zones imperméables (parking de voiture, routes, cours d’usine…) car Qs=0
Rétention de liquides légers pour protéger la zone environnante 1

fd est le facteur de masse volumique du liquide léger concerné, donné par le tableau ci-
après,

RAPPORT DEFINITIF DE LA MISSION II : ELABORATION DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 147

Masse volumique du liquide concerné (g/cm3)


Eléments constitutifs
< 0,85 entre 0,85 et 0,90 entre 0,90 et 0,95
Séparateur classe II
1 2 3
avec débourbeur
Séparateur classe I avec
1 1,5 2
débourbeur

Remarque : ce dimensionnement conduit parfois à choisir des séparateurs de taille très


conséquente, et donc, de coût très important. Afin d’optimiser l’investissement, et compte
tenu du fait que la pollution la plus concentrée est apportée par les événements pluvieux de
faibles période de retour (6 mois à 2 ans), on peut choisir de ne pas traiter la totalité du débit
de pointe Qr, mais seulement une partie (de l’ordre de 20% du débit décennal).

Dimensionnement de la taille du débourbeur :

Quantité de
Exemple d’activité Volume minimal du débourbeur (l)
boues escomptée
Aucune . condensat Pas de débourbeur
Faible . traitement des eaux usées contenant un 100 TN
faible volume de boues
. zones de collecte des eaux de pluie où une
fd
petite quantité de sédiment apparaît du fait Ne pas utiliser pour les séparateurs
du trafic inférieurs ou égaux à TN 10, sauf
pour les parkings couverts
Moyenne . stations de remplissage, lavage manuel des
voitures, lavage de pièces 200 TN
. site de lavage des autobus fd
. eaux usées des garages, parkings avec un minimum de 600 l
. centrales électriques, usines d’outillage
Elevée . site de lavage pour véhicule de chantier, 300 TN
machines agricoles
. site de lavage pour camions
fd
avec un minimum de 600 l
. site de lavage automatique de voitures, par 300 TN
exemple à rouleaux, à couloir
fd
avec un minimum de 5 000 l

3 PRIX D’ORDRE
En France, le coût d’un séparateur à hydrocarbures varie d’environ 1.000 euros (3 l/s) à
environ 5.000 euros (20 l/s).

RAPPORT DEFINITIF DE LA MISSION II : ELABORATION DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 148

MANUEL 2 : MANUEL STATIONS DE POMPAGE


Fiche P0: Rappel des principales conclusions de la mission I ;
Fiche P1: Configuration, choix et caractéristiques techniques et hydrauliques des groupes
de pompage et détermination du volume utile ;
Fiche P2 : Alimentation électrique ;
Fiche P3: Système de régulation et modes de démarrage et protection des moteurs ;
Fiche P4: Protection contre les régimes transitoires et coups de bélier ;
Fiche P5: Protection contre le H2S et la corrosion ;
Fiche P6: Conduites de refoulement.

RAPPORT DEFINITIF DE LA MISSION II : ELABORATION DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 149

FICHE P0 : RAPPEL DES PRINCIPALES


CONCLUSIONS DE LA MISSION I
Les manuels, à élaborer à l’ONEE, devront rester pragmatiques et facilement
utilisables, sans pour autant perdre en pertinence.
Ces manuels devront prendre en compte certaines spécificités du contexte de certaines
stations de pompage au Maroc (des fortes salinités de l’eau brute (selon les sites), la
présence de sable en quantité importante, de plus fortes températures, ….
Les deux méthodes de dimensionnement française ou allemande, pour la détermination
du volume utile des bâches des stations de pompage, sont équivalentes.
Pour le nombre de démarrages des pompes, et compte tenu des disparités apparues dans les
différents documents (Etats Unis, Royaume Uni, Australie, Allemagne), au niveau de la
fréquence des démarrages, il nous paraît important de se rapprocher des constructeurs lors de
la conception des stations (nombre de démarrage recommandé en fonction de la puissance).
En ce qui concerne l’architecture des bâches, le choix entre fosse sèche ou noyée, les
formes, il n’y a pas de document de référence. Le document allemand de l’ATV peut
servir de modèle. C’est le document le plus complet.
En revanche, pour des stations de pompage de grandes dimensions, le document Flygt
« Recommandations de conception pour les stations de pompage équipées de pompes
centrifuges de grande dimension pour eaux usées » ainsi que la norme FD CEN/TR 13930
peuvent constituer des sources d’inspiration très utiles.
Pour le choix des pompes, tant au niveau des machines (submersibles, à axe horizontal,
vertical), qu’au niveau des caractéristiques hydrauliques, le document de l’ATV est le plus
complet.
La conception et le dimensionnement de la conduite de refoulement se fait, au niveau du
Maroc, de telle manière à optimiser à la fois les frais d’investissement et d’exploitation (en
respectant la marge de vitesse, qui est comprise entre 0,5 et 2 m/s) ; cette approche est très
intéressante et recommandée.
Pour l’alimentation électrique des groupes de pompage, ainsi que les systèmes de
commande et de régulation, nous recommandons de s’appuyer sur les préconisations
allemandes et françaises (fascicule 81 titre 1)
Le phénomène du coup de bélier n’est que très peu ou pas abordé dans les documents que
nous avons consultés. Dans un ouvrage de référence, il nous paraît important de bien
souligner les points essentiels à aborder lors d’une étude de protection anti bélier.
Nous proposons à ce que l’étude de protection anti-bélier traite les points suivants :
 Utilisation des logiciels spécialisés dans la résolution des équations de Saint-
Venant par la méthode des caractéristiques ;
 Vérification de la nécessité ou non de la protection anti-bélier ;
 Dans le cas affirmatif, choisir la protection appropriée (ballon anti-bélier en
général).

RAPPORT DEFINITIF DE LA MISSION II : ELABORATION DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 150

FICHE P1 : CONFIGURATION, CHOIX ET


CARACTERISTIQUES TECHNIQUES ET
HYDRAULIQUES DES GROUPES DE POMPAGE
ET DETERMINATION DU VOLUME UTILE

1 CONFIGURATION DES STATIONS DE POMPAGE

1.1 DEFINITION ET CONCEPTION


Une station de pompage est constituée par des groupes motopompes et leur système
d’alimentation, la salle de pompage, la salle de commande, les dispositifs d’installation de la
pompe, les conduites de refoulement et des dispositifs de sa protection.
Le rôle de la station de pompage est de transporter, les effluents d’un point à un autre, situé à
une certaine distance, et ce, sous une certaine dénivelée.
On distingue :
 Les vis d’Archimède ;
 Les stations à pompes submersibles immergées en bâche ;
 Les stations avec pompes en fosse sèche (pompes submersibles ou de surface).

1.1.1 Vis d’Archimède


Les vis d’Archimède sont des machines volumétriques. Les relèvements, par vis
d’Archimède, sont préférés pour les hauteurs manométrique faibles jusqu’à 6 m et des débits,
qui peuvent être importants (parfois plus de 1m3/s).
On les trouve généralement en entrée de station d’épuration. C'est la forme spécifique du rotor
qui fait que le liquide remonte le long de la vis. Physiquement, les paramètres majeurs
d'influence sont le diamètre extérieur, le pas des spires, le nombre de spires, l'angle
d'inclinaison et la vitesse de rotation. La section de passage qu'offre ce système, à débit
équivalent, est supérieure à celle des pompes centrifuges.
Toutefois, ce type de station de pompage est peu utilisé, en raison de son coût
d’investissement beaucoup plus élevé que celui d’une bâche fermée contenant des pompes
immergées.
Le rendement énergétique des vis est excellent tant que le jeu entre filet et auge reste faible.
Les risques de bouchage sont quasiment inexistants et il n’y a aucune conséquence grave si la
vis tourne en l’absence d’arrivée d’eau (poire de niveau bas bloquée). Le palier inférieur
immergé constitue un point sensible de ce type de machine. Il est lubrifié à la graisse à l’aide
d’une pompe à graisse entraînée par le moto réducteur. Il est fondamental de surveiller la
consommation de graisse du palier inférieur. En cas d’avarie de ce dernier, les interventions
sont coûteuses car elles nécessitent la pose de batardeaux ainsi que l’utilisation d’une grue
pour le levage de la vis.

RAPPORT DEFINITIF DE LA MISSION II : ELABORATION DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 151

1.1.2 Les stations à pompes submersibles immergées dans la bâche

Station de pompage avec pompes immergées dans la bâche (document EMU)

RAPPORT DEFINITIF DE LA MISSION II : ELABORATION DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 152

Station de pompage avec pompes immergées dans la bâche et chambre de vannes séparée

Leur conception entraîne une économie importante sur le génie civil. Ce type d’installation
permet :
 la simplification de la conception et de la réalisation des travaux de génie civil, ce qui se
traduit par un moindre coût des investissements ;
 de s’affranchir des contraintes liées à la tuyauterie d’aspiration ;
 la réduction très sensible du bruit, au niveau du ou des groupes électropompes installés,
 le levage simple de la pompe pour les interventions de maintenance.
Cependant, cette configuration nécessite :
 l’installation de la robinetterie dans un regard annexe (chambre de vannes) lorsque cela
est possible ;
 un moyen de levage approprié ainsi qu’une plate-forme d’évolution adéquate et sécurisée
(risque de chute dans la bâche) ;
 d’installer, en plein vent, l’armoire des appareillages de commande, de contrôle et de
protection (prévoir les risques de déprédation) ;
 un local de plain pied pour l’armoire électrique lorsque son maintien à l’extérieur est trop
risqué ;
 des interventions plus coûteuses, en cas d’incidents et de réparations nécessaires, tout
particulièrement, au niveau des moteurs ;
 des systèmes de ventilation en cas d’intervention dans la fosse ;

RAPPORT DEFINITIF DE LA MISSION II : ELABORATION DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 153

 en cas d’interventions dans la fosse, le respect des procédures et consignes de sécurité


très strictes (la présence de gaz toxiques ou explosifs, risque de chutes de hauteur…).
Un dégrillage de l’effluent doit être réalisé lors de son admission dans la bâche (voir
paragraphe 3.1.3°

1.1.3 Les stations avec fosse sèche

Station de pompage avec pompes submersibles en cale sèche (document EMU)


Elles sont généralement recommandées pour des pompes de taille importante (masse
supérieure à 400kg). Une cloison étanche sépare le compartiment recevant les eaux usées de
celui contenant le matériel électromécanique. Dans la conception de ces postes, il faut éviter
que l’eau de nappe ou de surface ne puisse pénétrer dans la station et contrôler la stabilité de
l’ouvrage.
L’arrivée des eaux brutes doit toujours être munie d’un dégrilleur pour éviter que des
éléments grossiers ne pénètrent et encombrent la bâche de pompage et ne bloquent les
pompes. En entrée de station d’épuration, l’opération de dégrillage fait partie du prétraitement
et un dégrilleur automatique motorisé pourra être envisagé à partir d’un débit de 100 m3/h.
Sur le réseau, on cherche uniquement à prévenir le bouchage des pompes. L’écartement des
barreaux sera donc choisi en fonction du passage libre dans les pompes (sauf pompes
dilacératrices et sécatrices). Un dégrillage à une valeur moitié du passage libre des pompes

RAPPORT DEFINITIF DE LA MISSION II : ELABORATION DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 154

semble un compromis raisonnable. Le dégrillage pourra être effectué à l’aide d’un simple
panier pouvant être retiré depuis la surface pour les petits ouvrages ou à l’aide d’un dégrilleur
motorisé pour les stations de pompage de plus forte capacité c'est-à-dire au-delà de 300 à 400
m3/h ou susceptibles de recevoir des quantités importantes de déchets par temps de pluie
(réseaux unitaires). On devra tenir compte des contraintes liées à ce dégrillage :
 Vidage et nettoyage des paniers
 Evacuation des déchets
 Maintenance d’un dégrilleur automatique
 Stockage des déchets et nuisances olfactives dans le cas d’un dégrilleur automatique
L’architecture avec fosse sèche et bâche séparée permet:
 une exploitation plus simple et plus hygiénique, en raison d’un accès plus aisé au matériel
(à condition de prévoir un dégagement minimum autour des pompes). Un contrôle
d’atmosphère reste nécessaire avant toute pénétration dans la cale sèche.
 une plus grande facilité d’intervention sur le matériel (pompe, moteur et robinetterie), dans
des conditions d’ambiance et de salubrité acceptables.
Mais il nécessite :
 Un génie civil plus important et donc plus coûteux,
 L’installation d’un groupe auxiliaire, pour le relèvement des eaux d’infiltration, de
suintement ou d’inondation,
 La ventilation de la fosse sèche,
 Un équipement hydraulique plus conséquent, pouvant entraîner un surcoût (tuyauterie
d’aspiration nécessaire, vanne,…),
 Des précautions particulières, en vue d’assurer une étanchéité de la traversée des parois par
les canalisations de l’extérieur vers l’intérieur.
Il est préférable d’installer les armoires électriques dans une partie hors sol du bâtiment afin
qu’elles soient hors d’eau en cas d’inondation de la cale.
Pour la même raison, on privilégiera l’utilisation de pompes submersibles (vulnérabilité des
pompes de surface en cas de remplissage accidentel de la cale). Se pose alors la question du
refroidissement des moteurs. Plusieurs techniques existent selon les constructeurs et la taille
des machines :
 Moteur à bain d’huile ;
 Moteur sec avec double enveloppe et circuit de refroidissement fermé (circulation de
glycol) ;
 Moteur sec avec double enveloppe et circuit de refroidissement ouvert (circulation du
liquide pompé) ;
 Moteur sec classique avec adjonction d’une ventilation forcée.
Les machines installées en fosse sèche seront toujours maintenues en charge dans la mesure
où l’on ne peut pas se permettre de monter un clapet de pied sur la ligne d’aspiration, pour
une application assainissement.

RAPPORT DEFINITIF DE LA MISSION II : ELABORATION DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 155

2 IMPLANTATION DES STATIONS DE POMPAGE


L’emplacement des stations de pompage doit être étudié en fonction de la topographie des
lieux, des considérations de sécurité, du foncier disponible…
Dans tous les cas, l’implantation des stations doit être faite, de telle façon à optimiser à la fois
les frais d’énergie (nécessaires pour vaincre la hauteur géométrique et les pertes de charges).
Il est recommandé également de porter une attention particulière au choix des sites des
stations de pompage, de telle sorte à éviter les risques d’inondation (éviter l’endommagement
des équipements et installations des stations, lors de la période de crues).
On évitera autant que possible :
 Les profils en long en dent de scie, occasionnant de nombreux points hauts et points
bas ;
 Les profils descendant dans leur partie finale (régime d’écoulement incertain), à moins
d’avoir pris les précautions nécessaires (choix du diamètre afin de garantir une ligne
piézomètrique au dessus du profil).

3 CHOIX DES GROUPES DE POMPAGE ET DETERMINATION DE LEURS


CARACTERISTIQUES TECHNIQUES ET HYDRAULIQUES

3.1 POMPES
Les pompes les plus généralement utilisées sont les pompes centrifuges.
Les pompes centrifuges sont construites pour répondre à des conditions précises de
fonctionnement : débit Q à élever à une hauteur H.
Ces pompes peuvent comporter une seule roue (pompe monocellulaire) ou plusieurs roues
(pompes multicellulaires) ; le fait d’ajouter des cellules a pour effet d’augmenter la Hauteur
Manométrique Totale (HMT) délivrée par la pompe.
 Les pompes monocellulaires sont conçues pour des hauteurs d’élévation moyennes de
10 à 80 m (selon le débit)
 Les pompes multicellulaires sont conçues pour des hauteurs d’élévation, pouvant
atteindre plusieurs centaines de mètres.
Les pompes peuvent être, soit à axe horizontal, soit à axe vertical.
Les pompes, pour liquides chargés (assainissement), sont toujours des pompes mono étagées
(les faibles sections de passage ainsi que les nombreux changements de direction du flux à
l’intérieur des pompes multi étagées les rendent totalement inadaptées pour le transfert des
eaux usées).

RAPPORT DEFINITIF DE LA MISSION II : ELABORATION DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 156

Vue en coupe d’une pompe submersible pour liquides chargés (document Flygt)
La plupart des pompes d’assainissement sont des machines submersibles verticales.
Une pompe est caractérisée par ses courbes (qui traduisent ses performances), et qui sont au
nombre de trois :
 Courbe hauteur - débit : elle exprime l’énergie délivrée par la pompe exprimée en
mètres (dite HMT) en fonction du débit ;
 Courbe rendement - débit : elle exprime le rendement de la pompe (pompe seule) en
fonction du débit ; elle passe par l’origine et présente un maximum pour le débit dit
« débit nominal »;
 Courbe puissance – débit : Elle exprime la puissance mécanique à fournir sur l’arbre
de la pompe en fonction du débit.
A ces trois courbes, il y a lieu d’ajouter la courbe NPSHrequis, en fonction du débit, et qui
traduit la capacité pratique d’aspiration d’une pompe.

RAPPORT DEFINITIF DE LA MISSION II : ELABORATION DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 157

On verifiera que la cote d’implantation de la pompe permet de respecter la condition


NPSNdispo NPSHrequis avec une marge de sécurité telle que définie au paragraphe 3.7, relatif
aux « spécifications techniques ».

3.2 TYPES DE ROUES


En assainissement, les roues les plus rencontrées, et qui permettent d’éviter autant que
possible le blocage et le colmatage de la pompe (eaux usées chargées), sont :
 Les roues vortex (roue semi-ouverte placée très haut dans la volute et laissant un grand
passage libre au dessous) ;
 Les roues monocanal (roue fermée à une seule aube, donc un seul canal) ;
 Les roues multicanaux (roue fermée avec deux ou trois aubes donc deux ou trois
canaux) ;
 Les roues dites dilacératrices (roues équipées d’un dispositif de broyage en amont) ;
 Les roues sécatrices (roues munies d’un couteau assurant le découpage des fibres
longues) ;
 Les roues sécatrices semi-ouvertes à deux canaux ;
 Les roues hélicoïdales (roues semi ouvertes à une aube ayant une forme de « tire-
bouchon ») ;
 Les roues hélice (écoulement axial). Roues pour gros débits et faibles hauteurs. Leur
dessin doit être adapté pour les rentre aptes au pompage des effluents chargés.
Concept du passage libre
Le passage libre est l’une des particularités des pompes d’assainissement. La capacité de la
pompe à évacuer les solides contenus dans le liquide pompé sans se colmater est en partie liée
au passage libre. La taille du passage libre se réfère au plus gros objet sphérique, pouvant
passer dans la roue et le corps de la pompe.
La capacité, qu’a une pompe à fonctionner sans se colmater, dépend essentiellement de son
passage libre, comme le montre la figure, ci-après.

Plus le débit est élevé et plus le passage libre est important. En assainissement, c’est le
pompage des petits débits qui pose le plus de problèmes de colmatage.
A performances égales (Débit et HMT), une pompe tournant à 2 900 tours/min présentera une
section de passage moindre par rapport à une pompe tournant à 1450 tours/min. Elle sera

RAPPORT DEFINITIF DE LA MISSION II : ELABORATION DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE
COLLECTIF 158

également beaucoup plus sensible à l’abrasion. Pour le pompage des eaux usées, on évite
autant que possible les machines tournant à 2 900 tours/min.
Nous résumons les principales caractéristiques, avantages et inconvénient des principaux
types de roues utilisées en assainissement dans le tableau, ci-après :

RAPPORT DEFINITIF DE LA MISSION II : ELABORATION DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
TypeEde
L AB ORATION D’UN REFERENTIE
roue Définition
L DE CONCEetPTdomaine DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEM
ION ET DEd'application Avantages
ENT LIQUIDE COLLECTIF Inconvénients Image
159 Fonctionnement très souple, colmatage
C'est une des pompes les plus utilisées en assainissement, du peu fréquent, usure limitée (la roue n'a
fait de son adaptation à pomper des eaux chargées et des que peu de contact avec les effluents Hauteur manométrique et rendement
boues avec un faible risque de colmatage, le passage à travers pompés). La roue reste équilibrée, en cas
Vortex d’usure, et permet la variation de la
limités (ne dépasse pas 50%)
la pompe étant de type intégral. La roue, par sa rotation, induit
vitesse sans inconvénients. Adaptabilité Quelques problèmes de désamorçage
un mouvement tourbillonnaire très rapide dans la volute sans
qu'elle soit traversée par le liquide. au débit possible par rognage de la roue.
Pas de bague d’usure
- Usure à la jonction avec la volute,
L’eau est mise en mouvement, en passant dans une roue en provoquant une perte de rendement
forme de canal (coude en rotation). - Hauteur d’élévation faible à dans le temps.
Monocanal Les roues monocanal sont conseillées en présence importante et rendements élevés - Pas de possibilité de variation de
d’importantes quantités de matériaux longs et fibreux. (entre 70 et 75%) vitesse car roue équilibrée en usine
A éviter absolument pour les liquides très abrasifs pour une vitesse et un débit donnés
(problèmes de vibration).
- Adaptée pour hauteur d’élévation -Très sensible au colmatage.
L’eau est mise en mouvement en passant dans une roue faible à importante. - Usure à la jonction avec la volute
Multicanaux comportant au moins deux canaux. - Rendements élevés (de 80 à 85%) provoquant une perte de rendement
A réserver au pompage de débits élevés (plus de 100m3/h) - Variation de vitesse possible car dans le temps.
roue équilibrée. - Eaux dégrillées uniquement
Canaux ouverts/ L’eau passe dans la roue qui a une forme hélicoïdale. Ces Hauteurs manométriques bien plus
Usure importante du fait du passage
hélicoïde/vis pompes sont spécialement conçues pour les effluents chargés fortes que pour une roue vortex
des effluents au travers la roue
centrifuge en matières fibreuses. classique, bon rendement.
Ce type de pompe convient bien en ne supporte pas les particules
Une roue en forme de S, comportant des arêtes tranchantes,
milieu agricole, ou parfois en eau minérales). peu conseillée en
Sécatrice tourne devant un couteau et découpe les éléments solides qui
usée provenant d'un réseau séparatif assainissement urbain (entretien,
se trouvent dans les effluents.
exclusivement . usure).
Permet de pomper de faibles débits avec Entretien et usure plus ou moins
peu de risque de colmatage dans une importants selon le type d'effluent. Ce
Roue de type multicanaux ouverte, munie en amont d'un conduite de faible section (assainissement genre de pompe crée des particules
plateau dilacérateur ou un couteau fixe. Convient en eau usée sous pression par ex.). Amplitude
broyées, difficilement traitables en
Dilacératrice pure ou parfois pour des effluents unitaires de temps sec. Le importante de hauteur manométrique à
débit sensiblement constant. station d’épuration. Sensible à
papier, les textiles et les particules solides contenues dans
Particulièrement indiquée pour l’abrasion.
l'effluent sont réduits en fines particules.
refoulement se raccordant sur un autre
refoulement
Roue de type hélice à flux axial, avec pales souvent réglables,
Dessin devant être adapté afin de la
afin d'obtenir le point de fonctionnement souhaité. Convient pompe à très fort débit et faible
Hélice rendre compatible avec des effluents
pour eaux claires ou légèrement chargées. Ces pompes sont hauteur
chargés.
utilisées exclusivement en tube (horizontal ou vertical).

RAPPORT DEFINITIF DE LA MISSION II : ELABORATION DES MANUELS

www.GenieCivilPDF.com
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
160

3.3 MOTEURS ELECTRIQUES


Les pommpes sont entraînées
e p des motteurs électrriques, qui sont
par s les pluus utilisés et
e qui se
prêtent le mieux à une
u commaande automaatique.
La puisssance, à foournir par le moteur, est
e déterminnée à partirr de la valeeur de la puissance
absorbéée par la pom
mpe pour lee point de foonctionnemeent considérré.
Spécificcations des moteurs éleectriques
Les moteurs sont, pour la pluupart, du typpe asynchro one avec rootor à cage d’écureuil. Ils sont
alimentéés en couraant alternatiif triphasé. Le rotor esst guidé parr des roulem
ments lubriifiés à la
graisse. Les moteurrs sont dimensionnés pourp assurerr l’entraînem
ment des poompes sur to
oute leur
plage dee fonctionneement.
Pour less pompes dee surface, l’indice de prrotection esst l’IP55 et pour
p les subbmersibles, l’IP68.
Pour less moteurs submersible
s s, de puissaance supérieeure ou égaale à 30 KW W, les enrouulements
et éventtuellement les
l paliers seront muniss de sondes de tempéraature.
Les motteurs doivennt pouvoir démarrer
d avvec une chutte de tensionn de 10%.
Les coonstructeurs des moteeurs devronnt spécifier clairement le nom
mbre maxim
mum de
démarraages par heuure acceptabbles par leurrs matérielss.
Les équuipements enn fonctionnnement ne dooivent pas voir
v leur maarche affectée par le déémarrage
d'un mooteur.
Types de
d moteurs
On distiingue les :
 M
Moteurs subbmersibles (les plus réppandus sur les pompes d’assainisssement) ;
 Moteurs
M de surface.

3.3.1 Moteurs submersibles


Ces moteurs
m sonnt conçus pour foncctionner to
otalement noyés
n en permanencce et/ou
partielleement ou coomplètemennt dénoyés.
Pour asssurer ces foonctions :
• les entréess de câble doivent
d être réalisées en
n usine, de façon à évitter toute inffiltration
ou remmontée capilllaire d’eauu dans le moteur.
m Les techniquees d’étanchhéité diffèreent d’un
construccteur à l’auutre. Certainns construccteurs propoosent des câbles débroochables av vec prise
étanche.
• la tempéérature du moteur peeut être su urveillée paar des captteurs intég grés, qui
contribuuent, par l’iintermédiairre d’automaatismes, à assurer
a la prrotection enn cas de surrchauffe.
Selon lees puissancees, ces capteeurs sont prroposés en option
o ou dee série.
Si la poompe à mooteur submeersible est installée
i ho
orizontalemeent, il faut s’assurer que
q cette
positionn est admisee par le fabrricant.
Dans lee cas de déébits supériieurs à 3000 m3/h par pompe il este conseilllé de soum
mettre les
conditioons de pose au fabricannt lors des éttudes détailllées.
La pluppart des motteurs submeersibles sonnt des moteuurs secs. Leeur technoloogie est sem
mblable à
celle dees moteurs de
d surface, mis
m à part qu’ils
q sont étanches
é (inndice IP68).. Lorsqu’ilss doivent
être insstallés en fosse
fo sèche,, ils peuvennt être équ
uipés d’une chemise fo formant unee double

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
161

envelopppe dans laqquelle on ferra circuler soit


s du liquiide pompé (circuit ouvvert), soit un
n liquide
de refrooidissementt propre (cirrcuit ferméé). Lorsque le refroidisssement se fait par im
mmersion
dans la bâche, il est
e conseilllé de réglerr le niveauu minimal au a point haaut des motteurs. Si
néanmooins on déccide de fairre descendrre le niveau u au-delà, ono respecteera toujourss la cote
minimale garantisssant l’absennce de vortexx de surfacee (indiquée sur les planns d’encom
mbrement
de la maachine).

Pompe submersiblle pour liquides chargéés avec moteeur à doublle enveloppee et refroidiissement
par circulation
c d’eau glycoolée en circuit fermé (ddocument Fl
Flygt).

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
163

m
moteur (sec)

b
boîte à huille

e usée
eau

Déttail des garnnitures méccaniques infférieure et supérieure sur


s une pom
mpe submerssible
d’aassainissem
ment (docum ment AES seaal).

Certainss constructeeurs propossent un monntage des garnitures


g e cartouchee, ce qui faacilite et
en
sécurisee grandemennt les démontages et reemontages lors des réviisions et rem
mises en étaat.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
171

NPSH :
Lors duu choix de laa pompe, il est impérattif de vérifieer que les coonditions dee NPSH soiient bien
respectéées :
NPSH Hdisponible 1,3
1 x NPSH Hrequis (selon ATV)

Le NPS SH constituue raremennt un facteeur éliminaatoire lors de la séleection des pompes


d’assainnissement ; ces pompess étant instaallées en ch
harge. Les conditions liiées aux NP
PSH sont
généraleement satissfaites et loorsque les machines
m sont immerggées dans lles bâches, c’est la
conditioon anti-vorttex qui est généraleme
g ent la plus contraignan
c te et qui im
mpose la haauteur de
recouvrrement miniimale.
Pour unne pompe im
mmergée en bâche :
NPSH dispoonible  Patm  H C  Tvap

Pour unne pompe enn cale sèchee installée enn charge :


NP
PSH disponible  Patm  H C  Tvap   H asp
Avec :
NPSH d
disponible
expriméé en m ;
Patm : pressionn atmosphérrique du lieu
u considéré en mCE (10,33mCE au
a
niveau de
d la mer) ;
HC : hauteur géométriquue de chargee en m ;
 H asp : perte dee charge de la
l ligne d’asspiration enn m.
Tvap : tension de vapeur du
d liquide en
nm

La conffiguration et
e le mode de refroidiissement du
u moteur
Dans le cas où la pompe est im
mmergée daans l’effluen
nt, le moteurr est refroiddi par le liqu
uide
environnnant.
Dans le cas d’une pompe
p submmersible, moontée en calle sèche, onn peut s’orieenter vers un
ne des
solutionns suivantess :
 M
Moteur sec avec doublle enveloppee et circuit ouvert
o avecc circulationn d’eau uséee ;
 M
Moteur sec avec doublle enveloppee et circuit fermé
f avec circulation de glycol ;
 M
Moteur à baain d’huile.
Un typee de roue particulier
p d fait des caractéristtiques de l’effluent à p
du pomper
Un effluuent chargéé en fibres longues peeut conduitte au choixx d’une rouue sécatrice fermée,
d’une rooue sécatricce semi-ouvverte, d’une roue hélico
oïdale ou d’uune roue moonocanal.
Un effluuent chargé en sables pourra
p conduuire au choiix d’une rouue vortex
Il faut savoir
s que lee couple déébit-HMT peeut, à lui seeul, réduire considérabllement l’éveentail de
choix paarmi les diffférentes tecchnologies de
d roues.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
172

Caractééristiques techniques
t particulièrres :
On peutt citer, parm
mi celles-ci :
 L moteurs à bain d’hhuile ;
Les
 L garnituree mécaniquue inférieuree en carburee/carbure ;
La
 L montagee en cartoucche des garnnitures mécaaniques ;
Le
 U revêtem
Un ment particullier sur la rooue (peinturre époxy, cééramique) ;
 U moteur à double ennveloppe avvec circuit de refroidissement ouveert ;
Un
 U moteur à double ennveloppe avvec circuit de refroidissement ferm
Un mé ;
 U câble éllectrique aveec prise débbrochable ;
Un
 Un câble éllectrique rem
U montant less six extrém
mités d’enrooulement à ll’armoire éllectrique
a de pouvvoir procédder à un dém
afin marrage étoiile-triangle ;
 Une métalluurgie renforrcée pour laa roue et laa volute (fonnte au chroome avec traaitement
U
t
thermique) dans les cas d’abrasionn sévère ;
 U versionn de construuction ATEX
Une X (pour atm
mosphères explosives)
e ;
 Une courbee Débit/HM
U MT à forte pente,
p afin de limiter l’incidence du marnag
ge sur le
d
débit.

COPYRIGHT OIEau
Courbe
o pompe
eplongeante
1

Cou
urbe pompeplate
p
VARIATION DEDEBIT RESULTANT DUMARNAGE- COURBES01 - source LD 76/8 LD27/11/2013

Courbe réseau
(avec ma
arnage)
Hgéomax

Hgéomin

Varriation de dé
ébit résultan
nt du marnag
ge
avec une co
ourbe plongeeante et avec
1 a une co ourbe plate 2

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
173

3.8 VALIDATION DU POINT DE FONCTIONNEMENT EFFECTIVEMENNTT OBTENU


Il faut s’assurer, lors de la déterminaation de la pompe, qu’en q aucunn cas, le point
p de
fonctionnnement ne sortira de la l plage auttorisée de laa courbe de pompe. Unn certain no ombre de
restrictions sont im
mposées pouur de nombreuses raison ns, telles quue la cavitation ou la su
urcharge.
Il faut porter
p son atttention sur les points suivants
s :
• Les pooints de fonnctionnemennt de chaquue pompe in ndividuellem
ment, dans le cas d’une station
comporrtant plusieuurs pompes refoulant en e parallèlee dans la même
m canaliisation. Ce contrôle
portera sur les poinnts de fonctionnementt lorsqu’unee seule pom mpe fonctionnne (point lel plus à
droite suur la courbee) et lorsquee toutes sonnt en marchee simultaném
ment (pointt le plus à gaauche).
• Les effets des vaariations duu niveau duu liquide su
ur le point de
d fonctionnnement. Cee niveau
varie auu cours dee la marchee de la pom mpe puisquue, pour laa plupart ddes débits d’arrivée
d
l’installation fonctiionne par bâchées
b et fait
fa passer lee plan d’eauu de départt du niveau « haut »
au niveaau « bas ».
On se préoccupera de deux prooblèmes potentiels :
 Le risque de
L d surchargee moteur daans le cas de d points très à droite sur la courrbe (bien
q
que, sur lees pompes submersiblles, le con nstructeur prévoie
p unee puissance moteur
c
compatible avec tous les points dee la courbe) ;
 Le risque d’apparition
L d n de la cavittation bien que le fait d’avoir dess pompes en
n charge
s un facteeur favorable.
soit
Il est paarticulièrem
ment importaant de vérifiier toutes less combinaissons de niveeaux possib
bles avec
les pommpes axiales, car elles ont
o des plagees de fonctionnement Q/H Q permisees très étroiites.
On s’inttéressera doonc aux connditions extrrêmes de fon
nctionnemeent susceptibbles d’être
rencontrrées :
 Hauteur géoométrique minimale
H m (nniveau de déémarrage daans la bâchee) combinéee à des
p
pertes de chharges calcuulées avec une
u rugositéé de 0,1mm,, ce qui corrrespond à un n tuyau
n
neuf (sauf béton).
b Celaa correspondd aux condiitions de fonnctionnemennt pouvant être
r
rencontréess à la mise en
e service.
 Hauteur géoométrique maximale
H m (nniveau d’arrrêt dans la bâche)
b combbinée à des pertes
d charges calculées avvec une ruggosité de 1m
de mm ce qui coorrespond à un tuyau dégradé.
d
C corresppond aux coonditions dee fonctionneement pouvvant être renncontrés aprrès
Cela
p
plusieurs annnées d’expploitation
Cette véérification préalable
p peermettra d’éviter d’éven
ntuelles mauuvaises surpprises par laa suite.
Point dee fonctionneement de la pompe (D), obtenu à l’intersectio
l on de la couurbe de la po
ompe et
de la coourbe de résseau de l’insstallation.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
174

Figure 35: D
Déétermination du point de fonctionnement d’une pompe
Cependdant, le poinnt de fonctioonnement rééel est toujoours légèrem ment différeent de celui calculé.
La raisoon en est l’imprécisio
l on des méthhodes de calcul des pertesp de chharges ainssi que la
tolérancce permisee sur les courbes de d perform mance des pompes. D’autre part, ces
caractérristiques voont évoluer dans le teemps à cau use de l’usure, de la corrosion et de la
sédimenntation, quii modifient la tuyauteerie et les pompes
p avec l’âge. L
La Figure, ci-après,
montre comment un débit peut p évolueer à l’intérrieur de cees tolérancees. Si le point
p de
fonctionnnement se trouve danss la partie des
d faibles débits
d de la courbe
c Q/HH et que la coourbe de
réseau est
e très réssistante, la plage de toolérance esst importantte, en propportion du pointp de
fonctionnnement souuhaité. Il fauut en tenir compte
c au moment
m du choix de la pompe.

Figure 36 Zone de toléraan


nce autour du point de fonctionnement

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
175

3.9 VIBRATIONS ET BRUITS


3.9.1 Origines des vibrations et bruits
 Les
L vibratioons
Les vibrrations, au niveau des pompes d’assainissem ment, sont causées par un déséquillibre des
parties mécaniquess en rotatioon, et par dees pulsation
ns du débitt, générées par les aubbes de la
roue moobile, et parr les forces hydrodynaamiques raddiales, produuites par la masse du fluide
f en
rotationn dans les roues monocanales. Lees roues vorrtex vibrentt beaucoup moins car elles ne
produiseent pas de pulsations
p à la pressionn.
Si le faabricant am
méliore la qualité
q de l’équilibragee, cela a une
u incidencce favorablle sur le
niveau de
d vibrationns de la pom
mpe.
Les rouues mobiles des pompees d’assainissement (saauf les rouees vortex) pproduisent bienb plus
de vibraations que les
l roues, coonçues pouur de l’eau claire,
c à cauuse du petitt nombre d’aubes et
de la seection de paassage importante. La méthode d’installation
d n des pomppes a également un
impact sur le niveaau de vibraations. Une pompe sub bmersible, posée
p à l’aidde d’un sysstème de
barres de
d guidage et e d’accoupplement autoomatique ett qui se maiintient en pplace par son n propre
poids, génère
g pluss de vibratioons qu’unee pompe fixxée à la tuyyauterie. Unne pompe disposée
d
verticaleement en foosse sèche a tendance à vibrer pluss qu’une pompe installée horizontalement,
à causee des systèm mes de suppport. La tuuyauterie d’aspiration
d peut elle aaussi ampliifier des
vibratioons.
Les rouues ne dispoosant que d’une
d seule aube sont susceptibles de créer dde fortes viibrations
lorsqu’eelles sont sooumises à l’’usure par abrasion
a (ussure de l’exttrémité de ll’aubage conduisant
à un forrt déséquilibbre).
Une riggidité insuffi
fisante des supports
s et raccordeme
r ents peut coonduire à unne amplificaation des
vibratioons générées par la poompe (phénnomène de résonnance). Ces vibrrations peuv vent très
fortemeent solliciterr les différennts composaants.
Afin d'ééviter les dééfauts et less dommagees, l'intensitté de la vibrration, en ccours de serrvice, ne
doit pass dépasser une
u valeur seuil, ce quui est obten nu par l'équiilibrage staatique et dyn namique
des piècces correspoondantes.
 Les
L bruits
Différennts facteurss ont une innfluence surr le niveau de bruit de la stationn de pompaage, dont
notammment :
- lles vibrationns de la pom
mpe ;
- l vibrationns de la cannalisation, transmises
les t par
p les pulssations de ppression ou d’autres
v
vibrations ;
- l débit, danns la tuyauterie ;
le
- L coudes,, vannes et tés
Les t causent des turbulen nces généraatrices de brruit ;
- l caractériistiques acooustiques dee la station ;
les
- l flux d’arrrivée dans la station ;
le
- l cavitationn de la pom
la mpe.
Le niveeau de bruuit d’une station
s se compose de d tous les élémentss ci-dessus,, et des
informaations sur lee seul niveau de bruitt de la pom mpe ne sontt pas très uutiles et diffficiles à
mesurerr sur site. Le
L bruit, ém
mis par la tuyyauterie, esst souvent lee plus impoortant, à cau
use de la
grande surface d’ém mission de vibrations. Une mesurre correcte du d niveau dde bruit de laa pompe

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
176

supposee qu’elle sooit faite danns un locall insonoriséé, avec les tuyauteriess de refoullement à
l’extérieeur. Il n’y a pas de sttandard de mesure dee bruit disponible conccernant les pompes
d’assainnissement. Un U protocoole de mesuure du niveaau de bruitt des pompees submersibles est
difficilee à mettre enn œuvre, duu fait de touttes les difficcultés pratiqques que cela entraine.
Le bruiit, dans les stations dee pompage,, n’est pas un problèm me fréquentt, notamment parce
qu’une grande majoorité de pom mpes sont im mmergées dansd le liquiide pompé.
Dans unn groupe électropomp pe, fonctionnnant norm
malement, laa pompe fait peu de brruit, sauf
dans less cas de caavitation, quui est un phhénomène à prohiber en e fonctionnnement norrmal. Le
moteur est principaalement à l’origine du bruit.
b Ces bruits sont :
- mécaniques
m s (roulemennts, accoupleements),
- magnétique
m es,
- aérodynami
a iques (ventiilation).
Dans lee cas de mooteurs ventillés (moteurs IP23 et IP P 55), c’estt toujours laa ventilation
n qui est
responsable des bruits less plus puuissants ett les pluus désagréaables. Less bruits
magnétiquess sont mieuxx maîtrisés avec la nou
électrom uvelle générration de grooupe de pom mpage.
Le bruitt s’accroît avec
a la puisssance du mooteur et aveec sa vitessee.
La norm d le niveaau de bruit ddes séries courantes
me C51119 définit, aveec une tolérrance de 3 dB,
de moteeurs électriqques. Il déppend de la puissance, de la vitessse et du moode de consstruction
(protégéés ou ferméés, ventilés extérieurem
ment …). Lee niveau dee bruit, en ddB(A), est mesuré
m à
1,00 m de la machiine.
Les grooupes électrrogènes, uttilisés commme alimentaation de seccours des stations de po ompage,
sont dess machines très bruyanntes. Le bruiit, généré paar le moteurr diesel, est de l’ordre de 100 à
110 dB(A). Il se transmet
t à l’extérieur
l e
essentiellemment par less entrées ett sorties d’aair, mais
aussi paar l’échappeement.
Les can nalisations et appareills hydrauliiques, pour des vitessees élevées, ppeuvent gén nérer des
bruits de
d turbulences dans les canalisationns, mais dont le niveauu sonore dem meure très inférieur
i
aux pertturbations acoustiques
a générées par
p les mach hines tournaantes. On peeut considérrer, qu’à
partir d’une vitessee d’écoulem ment de 1,5 m/s, on estt susceptiblee de faire aapparaître des bruits
hydrauliques, de manière
m siggnificative. La cavitatiion, dans lees vannes et autres ap ppareils,
constituue généralem ment la pluus importantte source de d bruit perm manent danns les canallisations.
De pluss, il faut siggnaler le cass du coup ded clapet ob bservé à l’aarrêt des grooupes, qui peut
p être
très bruyyant, si on a placé un réservoir
r antti-bélier à l’’aval imméddiat du clappet.

3.9.2 Seuils admissibles de bruits


L’entreppreneur doit respecter les
l normes régissant lee niveau du bruit ambiaant. Exemplle : Zone
résidenttielle 45 dB (A) – Zonee commerciale 55dB (AA).

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
177

3.9.3 Prévention des bruits aériens


Le tablleau ci-aprèès présente les actionns préventiv
ves à mettrre en œuvrre pour lim
miter les
nuisances sonores.

A
Action Descriptio
on

Choisir de
es moteurs, donc
d des pom
mpes, à vitessses lentes. Mais limites
d’encomb brement et de
e prix.
Dans les rares
r ntilés, après avis du consstructeur, réd
cas de moteurs ven duire la
ventilation
n (nombre ou u longueur de
es pales). Lee refroidissem
ment doit néaanmoins
rester efficcace.
Action
ns sur les
sourcees de bruit Limiter less bruits hydra
auliques en :
. éliminant les risques de cavitationn,
. réduisannt les turbulen
nces (vitessees suffisammment faibles, changementts
progressiffs de sectionns, rayons dee courbure asssez grands …),
. disposannt de zones de sation à l’aspiration des p
d tranquillis pompes,
. en élimin
nant les coup ps de clapet.

Si du perssonnel doit accéder au lo


ocal où se sittuent les grou
upes de pom
mpage.

Rédu uction du Agir sur le


es sources de bruit (cf. ci-dessus).
niveau u sonore, à es matériaux absorbants (légers, pore
Utiliser de eux, à texture
e fibreuse, sttriée ou
l’intérie
eur du local alvéolaire du type laines minérales s, caoutchou
uc, matières p
plastiques allvéolaires,
conttenant la lièges …) sur les paroois du local.
sourcce sonore
A contrario, les matériiaux lourds et
e compacts (béton,
( métallique, fibrociment
tôle m
…) ampliffient les nuisa
ances sonores.

Enterrer le
es stations de
d pompage en isolant sp
pécifiquemen
nt les ouvertu
ures et la
ventilation
n.
Rédu uction du Utiliser de
es parois ayaant un indice d’affaiblisse
ement phoniq
que importan
nt, à masse
niveau
u sonore, à volumique e faible, à pa
arois multiples.
l’extérie
eur du local
conttenant la Limiter less ponts sonoores (ventilatiion, ouverturres, fenêtres,, portes, orifices non
sourcce sonore calfeutréss …). Utiliser des matériaux absorban nts, des doub bles vitrages, des portes
doubles avec
a espace d’air, des joints souples, des seuils …
Installer des pièges à sons (silencieux) sur les entrées et ssorties d’air du
d local

4 DIMENSIONNEMENT DES VOLUMES UTILES DES BACHES


Le voluume de marrnage ou voolume utile a, comme justificatioon, la limitaation du nombre de
démarraages des moteurs.
m C’’est un vollume tampo on permetttant un fonnctionnement « par
bâchéess » avec dess temps d’arrrêt et de marche suffissants pour évacuer
é la chaleur des moteurs.
m
Un voluume utile troop grand faavorise l’acccumulation de boues et de dépôts dans la bâcche mais
surtout augmente le temps de séjour avecc risque de production d’H2S. Troop petit, il engendre
e
une fréqquence de marche/arrêt
m ts trop élevéée des pomp
pes. L’utilissation de poompes submmersibles
modernnes, capables de supporrter de fréquents démaarrages, perm met de dimminuer la taiille de la
station et
e augmentee son efficaccité.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
178

4.1 NOTION DE DEBIT CRITIQUE


Le débit critique esst le débit d’arrivée
d daans le poste pour lequell le nombree de démarrages des
pompess est maximuum. Ce débbit corresponnd à la moittié du débit d’une pomppe.

4.2 DETERMINATION DU VOLUME UTILE (VOLUME DE MARNAGE) DE LA STATTIION DE POMPAGE


MP
Le voluume utile dee rétention ou de marnnage VU déépend essenntiellement de la fréqu uence de
démarraages, que peeuvent assuurer les pommpes. En efffet, ce volum mpris entre le niveau
me est com
haut de démarragee et le niveaau bas d’arrrêt. La formmule recom mmandée, ppour le calcul de ce
volume,, est la suivvante dans le cas d’unne station de
d pompage équipée dee N pompes dont 1
secours et sur laqueelle on proccède à une permutation
p n automatiquue à chaquee démarrage :

0,9  Q p
Vu 
( N  1)  Z

Vu : v
volume utile de la bâchhe en m3
Z : n
nombre de démarrages
d s par heure autorisé
a parr moteur ;
Qp : d
débit de fonnctionnemennt d’une pom
mpe en l/s ;
N : n
nombre de pompes
p équuipant la staation de pom
mpage

Dans lee cas d’unee station ded pompagee équipée d’une


d seulee pompe oou en l’abssence de
permutaation, cette formule
f devvient :
0,9  Q p
Vu 
Z

4.3 NOMBRE DE DEMARRAGES DES GROUPES


Le nom mbre maximmal de démmarrages, paar heure, esst fonction de la puisssance des groupes
électroppompes. Il tient comppte de la chaleur acccumulée à chaque déémarrage. C’est
C le
construucteur qui indiquera
i l valeur à ne pas dépasser.
la
Au stadde de l’APS S et tant que
q le modèèle des pom mpes n’est pas encoree identifié, on peut
considérer les valeuurs suivantees, pour étabblir un pré dimensionn
d nement du volume utile :
Tableau 48: Nombre de démaarrrages, en fonncction de la puisssance moteur
Puiss
sance moteu ur Nombre de e démarrage es Maxi/heu
ure
Jusqu’à 30 KW incclus 15
De 30KWW à 75 KW in nclus 12
De 75KW
W à 150 KW inclus
i 8
Pluss de 150 KWW 6
N.B : ill s’agit des valeurs mooyennes obtenues par recoupement des exiggences de différents
d
construccteurs.
Les vaaleurs fournnies sont des « valeuurs guides », permetttant de prrocéder à un pré-
dimensiionnement. Le dimensiionnement final
f doit êttre effectué avec la valeur annoncéée par le
construccteur du moteur.
m Cettte valeur dépend
d de lal classe d’’isolation ddu moteur ete de sa
technoloogie (sec, bain d’huile)).

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
194

2.2.1 Le démarrage direct


C'est lee mode de démarragee le plus siimple. Le moteur dém marre sur sses caractéristiques
"naturellles". Au démarrage,
d le moteurr se compo orte comm me un transsformateur dont le
e presque en court-cirrcuit, d'où la pointe de courant au démarrage..
secondaaire (rotor) est
Ce typee de démarrrage est réseervé aux mooteurs de faaible puissaance devant celle du rééseau, ne
nécessittant pas unee mise en vitesse
v proggressive. Lee couple estt énergique,, l’appel dee courant
est impoortant (5 à 8 fois le couurant nominnal).

 Avantages
A e inconvén
et nients
Les prinncipaux avaantages de ce
c démarragge sont les su
uivants :
 S
Simplicité de
d l'appareilllage ;
 Démarrage
D rapide ;
 Coût
C faible..
Ce dém
marrage convvient dans lees cas ou :
 La puissancce du moteuur est faiblee par rapporrt à la puisssance du réseau (dimen
L nsion du
c
câble) ;
 L machine à entraînner ne néceessité pas de
La d mise enn rotation pprogressive et peut
a
accepter unne mise en rootation rapiide ;
 L couple de
Le d démarragge doit être élevé.
é
Ce dém
marrage ne coonvient pass si :
 Le réseau ne
L n peut pas accepter
a de chute de ten
nsion ;
 L machinee entraînée ne
La n peut pas accepter less à-coups mécaniques
m bbrutaux.

2.2.2 Démarrage étoile – triangle


Ce modde de démaarrage n'est utilisable si les deux x extrémitéss de chaquee enroulem ment sont
accessibbles. De pluus, il faut quue le moteurr soit compaatible avec un
u couplagee final triang
gle.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
195

Orddre de marchhe

1 KM2 K
KM1

Tem
mporisation

2 KM1

Ouvverture de K
KM2

3 KM1 KM3

Orddre d’arrêt

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
196

I
I C

C

IY
CY

N N

Lors duu couplage étoile, chaqque enrouleement est allimenté souus une tensiion racine de
d 3 fois
plus faibble, de ce faait, le couraant et le coupple sont div
visés par 3.
Lorsquee les caracctéristiques courant ouu couple sont
s admisssibles, on passe au couplage
c
triangle. Le passagge du couplaage étoile au
a couplage triangle n'éétant pas innstantané, lee courant
est couupé pendannt 30 à 50 5 ms envviron. Cettte coupuree du couraant provoq que une
démagnnétisation du
d circuit magnétique.
m Lors de la
l fermeturre du contaacteur triangle, une
pointe de
d courant réapparaît
r brrève mais immportante (magnétisatiion du moteeur).

2.2.3 Démarrage statorique


Ce typee de démarraage a des caaractéristiquues comparaables au dém
marrage étooile trianglee Il n’y a
pas de coupure
c de l’alimentati
l ion du moteeur entre les deux temps de démarrrage.

0
0
O
Ordre de maarche

1 KM1
0
T
Temporisati
ion

2 KM1 KM2
0
O
Ouverture dd’arrêt

Ce dernnier démarreeur peut être associé auu dispositif de démarraage étoile-trriangle. On démarre
en étoille, puis on passe en couplage
c trriangle avecc les résistaances, et ennfin on terrmine en
couplagge triangle direct.
d

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
197

Pour les moteurs de d grosse puissance,


p l résistan
les nces sont reemplacées ppar un dém marreur à
résistannces électrollytiques. Dees barres soont plongées progressivvement danns une cuve remplie
de liquide. Au fur ete à mesuree que les barrres plongennt, la résistaance diminuue progressiivement,
et en finn de démarrrage, on couurt-circuite les
l résistancces.

2.2.4 Tension réduite par auto-transformateur


Dans lee démarragee par autotraansformateuur, on effecttue le mêmme type que le démarrag
ge étoile
triangle (on a enn plus le choix
c du rapport
r dess tensions en choisisssant le rap
pport de
transforrmation) maais les phéénomènes trransitoires du démarraage étoile triangle (po ointe de
courant au passage triangle, nee vont plus exister car le
l courant n'est
n jamais coupé).
Dans unn premier teemps, on déémarre le moteur
m sur un
u autotransformateur ccouplé en éttoile. De
ce fait, le moteur est alimenté sous une tension réd duite réglabble. Avant dde passer en
e pleine
tension,, on ouvree le couplaage étoile ded l'autotraansformateuur, ce qui met en pllace des
inductannces sur chhaque ligne limitant unn peu la pointe et pressque aussitôôt, on courtt-circuite
ces induuctances pouur coupler le
l moteur diirectement au
a réseau.

0
0
Orrdre de marche

1 KM1 KM3
0
Teemporisationn 1

2 KM1
0
Teemporisationn 2

3 KM1 KM2
0
Orrdre d’arrêt
Id = 1,7 à 4 In
Cd = 0,55 à 0,85 Cn
Ce modde de démarrrage est suurtout utiliséé pour les fortes
f puissaances (> 1000 kW) et conduit
c à
coût de l’installatioon relativem
ment élevé, surtout
s pourr la concepttion de l'autotransformaateur.

2.2.5 Les démarreurs électroniques


Ils perm
mettent unn démarrage progressiif des motteurs, ils remplacent
r les démarrreurs à
technoloogie électroomagnétiquee cité dans les
l précéden
nts paragrapphes.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
198

 c
constitution
n:
Les dém
marreurs sonnt constitués d’un gradateur triphaasé à angle de
d phase.

  Principe dee fonctionneement :


‐  La tension
t duu réseau d’alimentattion est
appliquéée progressivement au stator du moteur.
m
- La varriation de laa tension staatorique est obtenue
par la variation
v conntinue de l’angle  de retard à
l’amorççage des thyyristors du gradateur.
g
- La consigne de démarrage
d p
permet de régler
r la
pente d’un
d signal en forme ded « rampe ». Cette
consignne est étalonnnée en secoondes.
- A la fin
f du démaarrage, le sttator du mooteur est
sous tennsion nomminale, les thhyristors soont alors
en pleinne conductioon.
- Le phéénomène innverse se prooduit lors d’’un arrêt
progressif contrôléé. La consiggne de décéélération
permet de faire évvoluer l’anggle  des thhyristors
de 0° à 180° donc Umoteur de Un à 0
- Pour une
u charge donnée, le réglage de la pente
permet de faire varrier la duréee de démarrrage, donc le temps de mise en vittesse progreessive de
l’association moteuur+charge.
3 MOYENS DE PROTECTION A LA SURCHARGE ET A
AUU COURT-CIRCUIT
Il s’agitt de disposittifs de proteection se troouvant dans l’armoire de
d commandde et on disttingue:

3.1 PROTECTION CONTRE LEESS COURTS-CIRCUITS


La prootection coontre les courts-circu
c uits est asssurée par des fusiblles, un dissjoncteur
magnétoothermique (un disjonccteur qui asssure la proteection contrre les court--circuits à trravers sa
partie magnétique
m et contre les surchargees thermiquees à travers sa partie thhermique) ouo par un
systèmee de protectiion électronnique. Il fauut dimension
nner les fusiibles ou le ddisjoncteur de façon
à ce quu’ils supporttent l’intenssité de démmarrage du moteur,
m maais leur valeeur ne doit pas être

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
199

supérieuure à celle admise par le câble d’’alimentatio on et le sectionneur. L


Lorsque des fusibles
sont utillisés, il fautt qu’ils soient du type accompagne
a ement Moteeur (aM).

3.2 PROTECTION CONTRE LEESS SURCHARRG


GE S
Une prootection coontre les suurcharges esst utilisée dansd les sittuations d’aaugmentatio on de la
charge, comme paar exemple lorsqu’il y a colmataage de la seection de ppassage sans que la
rotationn du rotor soit entraavée, ou loorsqu’il see produit une u chute de tension n. C’est
généraleement un reelais thermiqque, coupléé au contacteur de démaarrage du m moteur, qui assure
a la
protection contre lees surchargees. Il est composé d’un ne lame bim métallique quui réagit en n ouvrant
un conttact qui inteerrompt le circuit de commande
c du contacteeur lorsque le courant dépasse
une valeeur prédéterrminée. Less relais therm miques son nt efficaces contre
c les cchutes de ten
nsion ou
les ruptuures de phaase à l’alimeentation. Il faut régler le
l relais theermique en fonction du u courant
nominall du moteurr. Lorsque qu’un
q démaarrage étoilee – triangle est utilisé, lle courant qui
q passe
dans le relais therm
mique est rééduit du factteur 0,58 (1 1/ 3), valeuur qui doit êêtre prise enn compte
lors du réglage
r du relais.
r

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
207

FICHE P5 PROTECTION CONTRE LE H2S ET


LA CORROSION
1 PROBLEMATIQUE
L’H2S génère
g de multiples
m nuuisances : malodorant,
m , toxique, corrosif,
c nuiisible au traaitement
biologiqque.

2 ORIGINE DE H2S
Les rejeets d’eaux usées
u domesstiques et inndustrielles contiennennt des sulfurres et des co
omposés
soufrés.. La producction d’H2S se fait par p une réd duction des sulfates oou autres co omposés
soufrés par les bacttéries sulfatto-réductricees.

3 PARAMETRES INFLUENÇANT LA PRODUCTION DE L’H2S


Les prinncipaux paramètres, inffluençant laa production
n de H2S, soont les suivaants :
1) la
l concentraation de l’efffluent brut (DCO, ME
ES, DBO5, %MVS)
% ;
2) La
L concentrration en suulfate dans l’effluent brrut :
a. La présence
p dee sulfate est nécessaire pour la form
mation de ssulfures – bien qu’il
peutt y avoir d’aautres sourcces de sulfurres ;
b. Il ne
n semble pasp que la concentratiion en sulffate influe ssur la cinétique de
prodduction dess sulfures, sauf comm
me paramèètre limitannt pour dess faibles
conccentrations en sulfate.
3) L
Le temps dee séjour hyddraulique de l’effluent dans la connduite (les eeffluents dev
viennent
s
septiques paar action annaérobique) ;
4) Les
L vitessess instantanéées et moyennnes journaalières dans la conduite ;
5) Surface dess dépôts, qui influence directementt la formatioon de sulfurres ;
6) L
La tempéraature de l’efffluent : La formation
f de
d sulfure auugmente dee 7% par degré, ceci
j
jusqu’à 40°°C.
7) Les
L conditioons physicoo-chimiquess - O2 dissou
us, potentiel d’oxydo-rréduction, pH
a. Le rôle
r du pH git sur l’équuilibre : H2S/HS-/S2- et
H est double, car il ag e sur la
form
mation des sulfures
s ;
b. Du point
p de vuue de la form
mation, un pH
p inférieurr à 5,5 et suupérieur à 9,,5 inhibe
en grande
g partie la générattion bactérieenne sulfatooréductrice ;
c. Il y a lieu de prendre en comptee l’historiquue de l’efffluent et l’état
l de
« fraaîcheur » dee l’effluentt.
Le tableeau de Fayooux donne une
u idée de la probabillité de la prrésence d’hyydrogène su
ulfuré en
fonctionn des princippaux param
mètres :

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
208

FO
ORMATION DE H2S DAN
A S LES RESEAU
AX

COPYRIGHT OIEau
Tableau des risques
r d'a
après FAY
YOUX (Ly
yonnaise des
d Eaux))

EVALUATION DES RISQUES DEFORMATION D'HYDROGENESULFURE01 - source JLC63/1 JLC13/03/2000


Te
empérature
e 5° 10°
1 5°
15 20° >20°°
No
Note 0 2 4 0
10 20
Te
emps de sé
éjour moyen
n 1h 3h 6h 12 h 24 h
No
Note 0 1 4 6 15
Vitesse moye
Vi yenne du fluux 1 m/s 0,8
8 m/s 0,6 m/s 0,4 m/s
m 0,2 m/s
m
se inst. 0,6 m/s
.Vitess - - - 100 15
No .Vitess
Note se inst. 1,0 m/s 0 1 2 6 10
.Vitess
se inst. 1,5 m/s 0 0 0 2 6
Historique de
Hi e l'effluent
Po
otentiel Red
dox en mV + 200 + 100 0 - 10
00 - 200
0
No
Note 0 3 1
15 30
0 > 300
Si la som
mme des po
oints est :
0 à 5 : risque nul 10 à 20 : risqu
ue important
5 à 10 : risque faible 20 à 30 : risqu
ue certain

D’aprèss ce tableaau, le risquue de prodduction d’H


H2S est ceertain, pourr des temp
pératures
supérieuures à 20°C
C (note supérrieure à 20)).
Donc, le
l risque dee formationn d’H2S estt « certain » au Marocc, durant unne grande partie p de
l’année,, quelque sooit le temps de séjour et la vitesse dans la canaalisation dee refoulemen
nt.

4 IMPACT DE LA PRESENCE DE L’H2S


Les prinncipaux imppacts, de ce gaz, se résuument aux quatre
q pointts suivants :
 N
Nuisance ollfactives ;
 Risque de corrosion des
R d réseauxx (l’oxydatiion de H2S par voie biologique aérobie
e
entraine la formation
f d
d’acide sulfuurique) ;
 P
Perturbation
n du traitem
ment biologiique à la staation d’épurration ;
 Danger moortel pour le
D l personneel d’exploittation car ce
c gaz est inodore au
ux fortes
t
teneurs.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
209

5 AXES D’OPTIMISATION LORS DU DIMENSIONNEMENT LIMITANT LA


PROBABILITE D’APPARITION DE H2S.
Au niveeau des stattions de pom
mpage
En cas de problèm
me sérieux, on peut tennter d’appo
orter des corrections à l’aide des mesures
suivantees :
‐ Diminuer lee volume dee pompage utile,
D u de faççon à réduirre le temps de rétention
n dans la
s
station et laa formation des boues ;
‐ llimiter la hauteur
h d’eeau dans la
l bâche affin de faciiliter les écchanges et réduire
l
l’anaérobiose, sans poour autant auugmenter plus
p que néccessaire la section droite de la
b
bâche ;
‐ Si le tempps de stockkage de l’eeffluent dan
S ns la bâche risque d’être long (centres
t
touristiques
s saison estiivale, réseaau unitaire par
p temps sec, etc.) préévoir une minuterie
m
c
court-circuiitant le conntact de dém
marrage norrmal et assuurant un nommbre de déémarrage
h
horaires sufffisamment élevé ;
Au niveeau des con
nduites de reefoulementt
Pour unn effluent frrais urbain,, et si le tem
mps de séjou
ur est inférieeur à 2 heurres (1 heuree environ
dans less centres chhauds : temppérature d’eeffluent de 20
2 à 25°C) et si la viteesse est supéérieure à
0.8 m/s,, il ne doit pas
p y avoir de problèm me de H2S, par
p rapport à ces deux paramètress (vitesse
moyennne journalièrre et temps de séjour moyen
m journ
nalier). Ainssi, il est recoommandé de
d :
 Adopter
A un débit de poompage, tell que la viteesse en régim
me permaneent soit, si possible,
p
supérieuure à 0.8 m/s
m (1.2 à 1.5 m/s sont s des vaaleurs consseillées maiis qui sontt parfois
totalemeent incomppatibles avecc l’optimum
m économiq que, notamm ment pour les petits diamètres
d
pour lessquels 0,6 m/s
m est une vitesse
v généératrice de pertes
p de charges élevées) ;
 Diminuer
D laa longueur du refoulem
ment, afin que
q les deuxx conditionns, citées, cii-dessus,
soient reespectées ;
 Privilégier
P l matériauux plus résisstants à l’H2S (PVC, PE
les EHD, …) ;
 Conceptionn correcte du réseauu avec, en
C n particuliier, le resspect des vitesses
d
d’autocurag
ge.
D’autre part, il fauut préciser qu’il ne noous semble pas appropprié de propposer une longueur
l
maximaale de refouulement à nee pas dépassser pour év viter la prodduction d’H2S. Pour ceet aspect,
chaque cas doit êtree traité avecc le maximuum d’attentiion.

6 SOLUTIONS PREVENTIVES ET CURATIVES POUR LE TRAITEMENT DE H2S


ES
On peutt citer plusieurs solutioons pour le traitement de
d H2S danns une bâchee ou sur la conduite
c
de refouulement. Lees traitementts sont syntthétisés danss le tableau, ci après.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
210

Tableau 50: SOLUTIONS PREVENTIVES ET CURATIVES POUR LE TRAITEMENT DE H2S


Conditionnem
ment e pour le traitem
Dosage ment de
Réactif uitlisé Traitement
T 2- Remarques
commerciial 1 g de S
Contrainntes de bruit, po
oche
Air (*) Préventif d'air dans la canalisatio
on de
refoulemment
Pas de production de sous-
s
H2O2 Curatif Liquide 4-8 g de
d H2O2 à 35% produitss gênants (seuleement
O2 et H2O), produit corrrosif
3,4 g de
e FeCl3 pur ou 9 g de
FeCl3 commercial (40% % Producttion d’un précipité noir,
FeC
Cl3 Curatif Liquide
massiquue et une densiité de accroisssement des bou ues
1,44).

Cristallisation du produ
uit,
e FeSO4 pur ou 8,7 g
4,8 g de
FeS
SO4 Curatif Poudre coloratioon noire des ea
aux
FeSO4 commercial
usées

4 g de FeSO
F 4Cl pur ou
u 20-25 Producttion d’un précipité noir,
FeSO
O4Cl Curatif Liquide
g FeSOO4Cl commercial accroisssement des bou ues

Dénitrifiication des efflu


uents en
Ca(NO3)2 (*) Curatif Liquide
tête de station d'épurattion

(*) le dosage en fonction


n du niveau d'acctivité bactérienne de l'effluent

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
211

FICHE P6 CONDUITE DE REFOULEMENT


1 DIMENSIONNEMENT DES CONDUITES
La form
mule de dimmensionnemeent de la coonduite de refoulement
r t est donnéee ci-après (fformules
de Darccy et de Colebrook). Il s’agit d’unee formule do
ont la résoluution doit see faire par itération.
Toutefoois, ce dimeensionnemennt doit fairee l’objet d’u
un calcul d’optimisatioon, pour déterminer
le diamèètre économmique, qui minimise
m lee coût total actualisé
a duu projet (pompage + coonduite).
Il s'agitt donc de chercher
c le diamètre commercial, qui permeet de minim miser la som
mme des
coûts actualisés d''investissem
ment, de rennouvellemeent, d'entrettien et d'énnergie. Ce diamètre
d
économ mique est fonnction des paramètres
p s
suivants :
 C
Coûts d’invvestissementt, de renouvvellement ett d’entretienn de la condduite et de la station
d pompagee ;
de
 Frais
F d’énerrgie, qui sonnt fonction du débit et de la HMTT (et donc dees pertes dee charge)
a
ainsi que dees rendemennts ;)
 Vitesse
V moyenne d’écoulement, qui q doit se situer entree 0,6 et 2 m m/s (pour liimiter la
p
probabilité d’apparition de H2S, il est recomm mandé d’addopter une vvitesse miniimale de
0 m/s).
0,8
Il s'agitt donc de chercher
c le diamètre commercial, qui permeet de minim miser la som
mme des
coûts acctualisés d'innvestissemeent, de renoouvellementt, d'entretienn et d'énergiie.

1.1 CALCUL DES PERTES DE CHARGE


Les perrtes de charrge, dans les
l conduitees, sont callculées par les formulles de Darccy et de
Colebroook, dont less équations sont les suiivantes :

Avec :
: coefficientt de pertes de
d charge ;
J : pertes de charge
c linéaaire en (m/mm) ;
D : diamètre du
d tuyau en m ;
V : vitesse de l'eau en m/s ;
g : accélératioon de la pessanteur (9,81 m/s²) ;
K : Coefficiennt de rugositté en mm,
: viscosité cinématique
c e de l'eau enn m2/s = 1,31 x 10-6 (100°C).
Les perttes de chargge linéaires,, dans les coonduites, sont données par la form
mule suivantee :
 =L x J
H
Avec :
H = pertee de charge linéaire en m ;
L = Longueur de la conduite (m m) ;
j = Perte de chargee linéaire ( m/m).
m

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
212

Les perrtes de chargge singulièrres, dues auux modificaations brusqques dans l’’écoulementt (pièces
de racccordement, vannes, orrganes diveers…), peuv vent être évaluées
é dee façon gloobale en
considérant qu’ellees représenntent 5% à 10% des pertes p de charge
c totalles (10% pour
p une
conduitee de quelquues dizainees de mètrees de longu ueur, 5% poour une conduite de quelques
q
centainees de mètress). Pour un simple releevage, dont la tuyauteriie est limitée à une long gueur de
quelquees mètres, ill sera prudeent de chiffrrer les pertees de chargees singulières individueellement
par le caalcul.

1.2 COEFFICIENT DE RUGOSITE


Le coeffficient de rugosité
r tiennt compte de
d la nature de la conduuite et de l’’eau transitée (eaux
chargéees) et égalem
ment du vieeillissementt de la cond
duite et des pertes de ccharges singulières.
On le prrend égal à 0.5 mm, poour les condduites en PV
VC, en PEHHD, en PPL et en PRV et e de 1,0
mm pouur celles en béton arméé.

1.3 CONDITIONS DE VITESSE


La vitessse d’écouleement doit se
s situer enttre 0.6 et 2.0
0 m/s.

1.4 METHODOLOGIE DE CALCUL DU DIAMETRE ECONOMIQUE


PRINCIPES DE CALCUL ET DONNEES DE BASE
 L
Les coûts d’investissem
d ment et les frais
f d’énergie et d’enttretien seronnt actualiséss au taux
d 10 % ;
de
 Les
L calculs de dimensiionnement seront effecctués avec plusieurs
p diiamètres noormalisés
d conduitees, corresponndant à des vitesses alllant de 0,6 à 2 m/s ;
de
 Les
L prix d’éénergie corrrespondent :
- à la prim
me fixe, qui est de 250 DH/KVA/aan
- aux connsommationns d’énergie, au prix mo
oyen de Kw
wh de 1,00 D
DH
 lla prime fixxe sera détterminée suur la base de d la puisssance installlée, avec un
u cos
m
moyen = 0,84 ;
 les
l coûts d’investisse
d ement com mprennent ceuxc des conduites
c eet des stattions de
p
pompage ;
 les
l frais d’eentretien sonnt déterminéés sur les baases suivanttes :
- conduitees : 0,5 % de
d l’investissement par an ;
- génie ciivil des statiions de pom
mpage et de traitement : 0,5 % de ll’investissem
ment par
an ;
- équipemments des sttations de pompage
p ett de traitem
ment éventueellement : 3,0
3 % de
l’investiissement paar an ;
- ligne éleectrique : 1 % de l’inveestissement par an.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
213

 Les
L durées de vie des ouvrages
o sont fixées co
omme suit :
- conduitees : 40 anns
- génie ciivil des statiions de pom
mpage : 50 anns
- équipem
ments des stations de poompage : 13 anns
- lignes électriques : 20 anns

EXPRESSION DES FRAIISS D’ENERGIE DES STATIONS DE POMPAGE


Le calcuul des frais d’énergie des
d stations de pompagee se présentte de la mannière suivan
nte :
 L
La puissancce électriquue nécessaiire pour éleever d’une hauteur manométriqu
ue H, un
d
débit Q, estt :

P = xgxQxH
1000 x r

avec
( massse volumiqque de l’eau (kg/m3) ;
Q : Débit en m3/s ;
H : Hauteur manométriqu
m ue en m ;
r : rendementt du groupe électropom
mpe ;
g : 9,81 m/s².
L’énerggie annuelle corresponddante, en kw
wh, est donnnée par la foormule suivaante :
W
Wa = g x Va x H
r x 3 60
00
V le volumee annuel en m3.
Avec Va
Or, la hauteur manométriqu
m ue totale est égale à la sommee de la haauteur géom
métrique
d’élévattion et de laa hauteur rellative aux pertes
p de chaarge.
H = Hg + H
a) Frais d’énergiee annuels pour
p vaincree la hauteuur géométriqque (Fg)
Ils sont donnés parr la formule suivante :
F
Fg = Wa x e
D’où F
Fg = 9,81/360
00 x Hg Va e
r
e étant le
l prix du kwwh.
b) Frais d’énergiee pour vain
ncre la hautteur relativee aux pertess de chargee (FDH)
F
FDH = (g x Va x H) H xe
r x 3 600
Les perttes de chargge, dans la canalisation
c n, sont donnéées par la foormule suivvante :
H = Lxj

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
214

L = Longueur de la canalisationn ;
J = Perte de chargee unitaire mooyenne.
Les perttes de chargge dans les conduites
c soont calculéees par la forrmule Darcyy et Colebro
ook.
Soit Vnn le volume transité à l’année n ; cee volume co
orrespond à un débit m
moyen fictif continu
c
de :
Qn = Vn (m3/s)
8
86.400 x 3665
Le débiit véhiculé par la condduite n’est pas continu u et varie selon
s les m
mois et les jours
j de
l’année..
La puisssance moyyenne, pouur vaincre les
l pertes de charge, est donnéée par l’ex
xpression
suivantee :
P = 9,81 x Q x j
r
La dépeense d’énerggie annuellee FDH, pour vaincre
v les pertes
p de chharge, s’expprime par la relation
suivantee :
FDH = 9,81 x e x j x Va
3600 r

PRINCIPE
ESS DU CALCUL ECONOMIQUE SIMPLIFIE
Le diam
mètre économ
mique est celui qui corrrespond au coût total actualisé
a miinimum.
Le coûût total acttualisé intèggre l’invesstissement initial, l’enntretien et le fonction
nnement
(énergiee).
Co = l + Eo + Foo
lo
 Inveestissementt actualisé
l
lo = ap
l / (1 + a)
 Entretien actu
ualisé
Pour unn ouvrage doonné : Ei = e x l
e = tauux d’entretiien
i=n

E
Eo = E / (1 + a)i
Ei
i=p+1

 Fon
nctionnemeent actualisé
Seuls les frais d’’énergie, quui sont varriables en fonction des
d diamètrres, seront pris en
considération dans la comparaaison.
Les fraiis annuels d’énergie
d sonnt calculés selon la méthodologie exposée ci--dessus.
Leur acttualisation est
e effectuée selon la foormule :
i=n

F = ENo
Fo = Ei / (1 + a)i
i=p+1

Le diam
mètre économ
mique est celui qui donnne le coût total
t actualiisé minimum
m.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
222

Tableau 51: Prix d'ordre pour des collecteurs en PVC-pourcentage du rocher de 30%
Prix
P d'ordre
Dés
signation PVC
C PN 10 PVC PN 16
sans DRC avec DRCC sans DRRC avecc DRC
DN
N 50 mm 180 300 185 30
05
DN
N 63 mm 190 310 200 32
20
DN
N 75 mm 205 325 215 33
35
DN
N 90 mm 215 335 240 36
60
DN 110 mm 245 365 280 40
00
DN 125 mm 265 385 310 43
30
DN 140 mm 285 405 330 45
50
DN 160 mm 305 425 365 48
85
DN 200 mm 380 500 475 59
95
DN 225 mm 530 710 655 83
35
DN 250 mm 595 775 745 92
25
DN 315 mm 780 960 1 025 12 205
DN 400 mm 1 100 1 280 1 500 16 680
DN 500 mm 1 675 1 915 2 295 25 535
Tableau 52: Prix d'orddrre, pour des conduites en PEHD- pourcentage du rocher de 30%
Prix d'ordre
e
Désignation PEHD PN 10
P PEHD P
PN 16
sans DRRC avecc DRC sa
ans DRC avec DRC
DN 50 mm 185 315 195 325
DN 63 mm 200 33
30 215 345
DN 75 mm 210 34
40 230 360
DN 90 mm 225 36
60 255 385
DN 1110 mm 265 39
95 300 430
DN 1225 mm 285 415 335 470
DN 1440 mm 315 44
45 380 515
DN 1660 mm 360 49
95 450 580
DN 2000 mm 470 60
00 605 735
DN 2225 mm 655 85
55 835 1 030
DN 2550 mm 725 92
25 940 1 140
DN 3115 mm 975 1 175
1 1 300 1 495
DN 4000 mm 1 405 1 600
6 1 930 2 130
DN 5000 mm 1 845 2 080
0 1 880 2 120
DN 6330 mm 2 290 2 620
6 2 350 2 680
DN 7110 mm 2 555 2 920
9 2 665 3 030
DN 8000 mm 2 700 3 095
0 2 770 3 160
DN 9000 mm 3 185 3 600
6 3 305 3 730
DN 1000 mm 3 710 4 160
1 3 845 4 290
Tableau 53: Prix d'ordre, pour des conduites en BP- pourcentage du rocher de 30%
Prix d'ordre
Désignation
n PMS
S8 PMS 10
sa
ans DRC avec DRCC sanss DRC avec DRCC
DN 300 mmm 1 110 1 375 1 185 1 450
DN 400 mmm 1 430 1 695 1 540 1 805
DN 500 mmm 2 155 2 505 2 215 2 560
DN 600 mmm 2 410 2 785 2 520 2 895
DN 700 mmm 2 720 3 125 2 770 3 175
DN 800 mmm 3 085 3 520 3 200 3 635
DN 900 mmm 4 025 4 490 4 080 4 545
DN 1000 mm
m 4 525 5 020 4 635 5 130
DN 1100 mm
m 5 250 5 780 5 360 5 890
DN 1200 mm
m 5 985 6 545 6 040 6 600
DN 1400 mm
m 7 465 8 090 7 520 8 145
DN 1600 mm
m 8 750 9 440 8 805 9 495
DN 1800 mm
m 9 840 10 590 9 950 10 700
DN 2000 mm
m 1 895
10 11 710 11 005 11 820

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
223

Tableau 54: Prix d'ordre, pour des conduites en PRV- pourcentage du rocher de 30%
Prix d'o
ordre
Désignation PRV PN 10 PRV
V PN 16
sans DRC
D avec DRC sans DRC avec DR
RC
DN 300
0 mm 1 44
40 1 640 1 475 1 675
5
DN 400
0 mm 1 77
70 2 030 1 800 2 065
5
DN 5000 mm 2 02
25 2 285 2 065 2 330
0
DN 6000 mm 2 51
15 2 880 2 580 2 945
5
DN 7000 mm 2 81
10 3 210 2 930 3 330
0
DN 8000 mm 2 97
70 3 400 3 045 3 475
5
DN 9000 mm 3 50
00 3 960 3 635 4 100
0
DN 1000
0 mm 4 08
80 4 575 4 225 4 715
5
DN 1200
0 mm 5 26
65 5 820 5 450 6 005
5
DN 1400
0 mm 6 28
80 6 900 6 500 7 120
0
DN 1500
0 mm 7 17
70 7 820 7 435 8 085
5
DN 1600
0 mm 7 97
75 8 660 8 265 8 950
0
DN 1700
0 mm 8 69
90 9 405 9 005 9 720
0
DN 1800
0 mm 9 41
15 10
1 160 9 760 10 505
DN 1900
0 mm 9 72
20 10
1 500 10 070 10 845
DN 2000
0 mm 10 03
30 10
1 840 10 395 11 205

Terrrain moyen
nnement roccheux (50%
% du rocher)
r)
Tableau 55: Prix d'ordre pour des collecteurs en PVC-pourcentage du rocher de 50%
Prix
P d'ordre
Dés
signation PVC
C PN 10 PVC PN 16
sans DRC avec DRCC sans DRRC avecc DRC
DN
N 32 mm 190 310 195 315
DN
N 40 mm 200 320 200 32
20
DN
N 50 mm 205 325 210 33
30
DN
N 63 mm 220 340 225 34
45
DN
N 75 mm 230 350 245 36
65
DN
N 90 mm 245 365 265 38
85
DN 110 mm 275 395 305 42
25
DN 125 mm 295 415 340 46
60
DN 140 mm 310 430 360 48
80
DN 160 mm 330 450 390 510
DN 200 mm 405 525 500 62
20
DN 225 mm 575 755 695 87
75
DN 250 mm 640 820 790 97
70
DN 315 mm 825 1 005 1 070 12 250
DN 400 mm 1 150 1 330 1 550 17 730
DN 500 mm 1 745 1 985 2 365 26 605

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
224

Tableau 56: Prix d'orddrre, pour des conduites en PEHD- pourcentage du rocher de 50%
Prix d'ordre
e
Désignation PEHD PN 10
P PEHD P
PN 16
sans DRRC avecc DRC sa
ans DRC avec DRC
DN 32 mm 195 33
30 200 330
DN 40 mm 200 33
35 205 340
DN 50 mm 210 34
40 220 350
DN 63 mm 225 36
60 240 375
DN 75 mm 235 36
65 255 390
DN 90 mm 255 38
85 280 410
DN 1110 mm 290 42
20 325 455
DN 1225 mm 310 44
45 365 495
DN 1440 mm 340 47
75 410 540
DN 1660 mm 390 52
20 475 610
DN 2000 mm 495 63
30 635 765
DN 2225 mm 700 89
95 875 1 075
DN 2550 mm 770 97
70 985 1 185
DN 3115 mm 1 020 1 220
2 1 345 1 545
DN 4000 mm 1 455 1 650
6 1 980 2 180
DN 5000 mm 1 750 1 970
9 2 255 2 535
DN 6330 mm 2 285 2 600
6 2 835 3 220
DN 7110 mm 2 555 2 900
9 3 220 3 640
DN 8000 mm 2 835 3 225
2 3 355 3 810
DN 9000 mm 3 490 3 930
9 4 000 4 485
DN 1000 mm 3 875 4 325
3 4 640 5 160
Tableau 57: Prix d'ordre, pour des conduites en BP- pourcentage du rocher de 50%
Prix d'ordre
Désignation
n PMS
S8 PMS 10
sa
ans DRC avec DRCC sanss DRC avec DRCC
DN 300 mmm 1 175 1 440 1 250 1 515
DN 400 mmm 1 500 1 765 1 610 1 875
DN 500 mmm 2 255 2 600 2 310 2 660
DN 600 mmm 2 520 2 900 2 630 3 010
DN 700 mmm 2 850 3 255 2 900 3 305
DN 800 mmm 3 230 3 665 3 345 3 780
DN 900 mmm 4 190 4 655 4 245 4 710
DN 1000 mm
m 4 710 5 205 4 820 5 315
DN 1100 mm
m 5 455 5 985 5 565 6 095
DN 1200 mm
m 6 210 6 775 6 265 6 830
DN 1400 mm
m 7 740 8 365 7 795 8 420
DN 1600 mm
m 9 080 9 770 9 135 9 825
DN 1800 mm
m 1 225
10 10 975 10
0 335 11 085
DN 2000 mm
m 1 345
11 12 160 11 455 12 270

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
225

Tableau 58: Prix d'ordre, pour des conduites en PRV- pourcentage du rocher de 50%
Prix d'o
ordre
Désignation PRV PN 10 PRV
V PN 16
sans DRC
D avec DRC sans DRC avec DR
RC
DN 300
0 mm 1 49
90 1 690 1 525 1 720
0
DN 400
0 mm 1 83
35 2 100 1 870 2 135
5
DN 5000 mm 2 09
95 2 360 2 140 2 405
5
DN 6000 mm 2 62
25 2 990 2 690 3 055
5
DN 7000 mm 2 93
35 3 335 3 055 3 455
5
DN 8000 mm 3 11
15 3 545 3 185 3 615
5
DN 9000 mm 3 66
60 4 125 3 800 4 260
0
DN 1000
0 mm 4 26
60 4 755 4 405 4 900
0
DN 1200
0 mm 5 48
85 6 045 5 675 6 230
0
DN 1400
0 mm 6 55
50 7 170 6 770 7 390
0
DN 1500
0 mm 7 47
70 8 120 7 730 8 385
5
DN 1600
0 mm 8 30
00 8 985 8 590 9 275
5
DN 1700
0 mm 9 04
45 9 760 9 355 10 070
DN 1800
0 mm 9 79
95 10
1 540 10 140 10 885
DN 1900
0 mm 10 13
30 10
1 910 10 480 11 255
DN 2000
0 mm 10 47
75 11
1 285 10 835 11 645

Terrrain rocheu
ux (70% du rocher)
Tableau 59: Prix d'ordre pour des collecteurs en PVC-pourcentage du rocher de 70%
Prix
P d'ordre
Dés
signation PVC
C PN 10 PVC PN 16
sans DRC avec DRCC sans DRRC avecc DRC
DN
N 32 mm 220 340 220 34
40
DN
N 40 mm 225 345 230 35
50
DN
N 50 mm 230 350 235 35
55
DN
N 63 mm 245 365 250 37
70
DN
N 75 mm 255 375 270 39
90
DN
N 90 mm 270 390 295 415
DN 110 mm 300 420 330 45
50
DN 125 mm 320 440 365 48
85
DN 140 mm 340 460 385 50
05
DN 160 mm 360 480 420 54
40
DN 200 mm 435 555 530 65
50
DN 225 mm 615 795 740 92
20
DN 250 mm 685 865 835 10 015
DN 315 mm 875 1 055 1 120 13 300
DN 400 mm 1 200 1 380 1 595 17 775
DN 500 mm 1 810 2 050 2 435 26 675

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
226

Tableau 60: Prix d'orddrre, pour des conduites en PEHD- pourcentage du rocher de 70%
Prix d'ordre
e
Désignation PEHD PN 10
P PEHD P
PN 16
sans DRRC avecc DRC sa
ans DRC avec DRC
DN 32 mm 220 35
55 225 355
DN 40 mm 230 36
60 230 365
DN 50 mm 235 37
70 245 375
DN 63 mm 250 38
85 265 400
DN 75 mm 260 39
90 280 415
DN 90 mm 280 410 305 440
DN 1110 mm 315 45
50 350 485
DN 1225 mm 340 47
70 390 525
DN 1440 mm 370 50
00 435 565
DN 1660 mm 415 55
50 505 635
DN 2000 mm 525 66
60 660 795
DN 2225 mm 740 94
40 920 1 120
DN 2550 mm 815 1 015
0 1 030 1 230
DN 3115 mm 1 070 1 265
2 1 390 1 590
DN 4000 mm 1 500 1 700
7 2 030 2 230
DN 5000 mm 1 810 2 030
0 2 335 2 610
DN 6330 mm 2 275 2 580
5 2 945 3 335
DN 7110 mm 2 665 3 005
0 3 350 3 770
DN 8000 mm 2 835 3 205
2 3 510 3 960
DN 9000 mm 3 480 3 900
9 4 170 4 655
DN 1000 mm 4 045 4 490
4 4 830 5 350

Tableau 61: Prix d'ordre, pour des conduites en BP- pourcentage du rocher de 70%
Prix d'ordre
Désignation
n PMS
S8 PMS 10
sa
ans DRC avec DRCC sanss DRC avec DRCC
DN 300 mmm 1 240 1 505 1 320 1 580
DN 400 mmm 1 570 1 835 1 680 1 945
DN 500 mmm 2 355 2 700 2 410 2 760
DN 600 mmm 2 635 3 010 2 745 3 120
DN 700 mmm 2 975 3 380 3 030 3 435
DN 800 mmm 3 375 3 810 3 490 3 925
DN 900 mmm 4 350 4 820 4 405 4 875
DN 1000 mm
m 4 890 5 390 5 000 5 500
DN 1100 mm
m 5 665 6 195 5 775 6 305
DN 1200 mm
m 6 440 7 000 6 495 7 055
DN 1400 mm
m 8 015 8 640 8 070 8 695
DN 1600 mm
m 9 410 10 095 9 465 10 150
DN 1800 mm
m 1 610
10 11 365 10
0 720 11 475
DN 2000 mm
m 1 795
11 12 610 11 905 12 720

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
227

Tableau 62: Prix d'ordre, pour des conduites en PRV- pourcentage du rocher de 70%
Prix d'o
ordre
Désignation PRV PN 10 PRV
V PN 16
sans DRC
D avec DRC sans DRC avec DR
RC
DN 300
0 mm 1 54
40 1 735 1 570 1 770
0
DN 400
0 mm 1 90
05 2 170 1 940 2 200
0
DN 5000 mm 2 17
70 2 435 2 215 2 475
5
DN 6000 mm 2 73
30 3 095 2 795 3 165
5
DN 7000 mm 3 06
60 3 455 3 180 3 580
0
DN 8000 mm 3 25
55 3 685 3 330 3 760
0
DN 9000 mm 3 82
25 4 285 3 960 4 420
0
DN 1000
0 mm 4 44
45 4 935 4 585 5 080
0
DN 1200
0 mm 5 71
10 6 265 5 900 6 455
5
DN 1400
0 mm 6 82
25 7 445 7 045 7 665
5
DN 1500
0 mm 7 76
65 8 415 8 030 8 680
0
DN 1600
0 mm 8 62
25 9 305 8 915 9 600
0
DN 1700
0 mm 9 39
95 10
1 110 9 710 10 425
DN 1800
0 mm 10 17
75 10
1 920 10 520 11 265
DN 1900
0 mm 10 54
45 11
1 320 10 890 11 670
DN 2000
0 mm 10 915 11
1 725 11 280 12 090

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
228

MANUEL 3 : MANUEL DE CONCEPTION DES STTA


ATIONS D’EPURATION

Fiche E0: Rappeel des princiipales concllusions de laa mission I ;


Fiche E1: Prétraiitements ;
Fiche E2 : Décan
ntation prim
maire ;
Fiche E3: Lagun
nage naturell ;
Fiche E4: Lagun
nage aéré ;
Fiche E5: Lits bactériens
b ;
Fiche E6: Disqu
ues biologiqques ;
Fiche E7: Bouess activées ;
Fiche E8: Traiteements néceessaires, pou
ur la REUE en irrigatioon ;
Fiche E9: Produ
uction des boues ;
Fiche E10: Traittement des boues
b ;
Fiche E11: Déso
odorisation ;
Fiche E12: Choiix des filièrees épuratoirres.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
229

FICHE E0 : RAPPEL DES PRINCIPALES


CONC LUSI ONS DE LA M ISSI O N I
Ce mannuel, relatiff aux statioons d’épuraation, doit prendre
p en compte ceertaines spéécificités
du conttexte des ST
TEP, réalissées, au niveeau du Maroc, entre auutres :

- De plus foortes concenntrations dees eaux bru


D utes d’entrée, que cellles rencon
ntrées en
F
France et enn Allemagnne, ou dans d’autres paays européenns;
- U faible degré de maîîtrise du racccordement des effluennts industriells ;
Un
- D fortes saalinités de l’eau brute (selon
De ( les sittes) ;
- L présencee de sable enn quantité importante ;
La
- L objectiffs de rejet suur l’eau traiitée ;
Les
- D plus forttes tempéraatures.
De

Pour lee calcul dee la pollutiion, nous recommandoons l’utilisaation des vvaleurs de pollution
p
obtenuees, à partir des
d ratios dee l’ONEE-B
BE de 2011, selon la taiille des centtres.
Ce maanuel, danss sa partiee relative aux statio ons d’épuration, préccise les raatios de
dimensiionnement préconisés
p p
pour les préétraitementts.
En les transposant
t au contextte marocainn, nous reco
ommandons l’utilisationn des méth
hodes de
dimensionnementt allemandes et franççaises, pou ur les décaanteurs priimaires, lees boues
activéess et les lits bactériens.
b .
Pour lees lits bacctériens, la charge voolumique de d 0,5 kg DBOD 5/m3/j max, propo osée par
l’ONEE E, peut être retenue si l’objectif
l dee rejet pourr la [DBO5] est strictem
ment supériieur à 25
mg/l. Lees pratiquess actuelles françaises
f et l’ATV prééconisent unne charge vvolumique ded 0,4 kg
DBO5/m m3/j, pour unn objectif de
d rejet sur la [DBO5] 25 mg/l.
Le mannuel des stattions d’épurration va dééboucher suur certaines préconisations particulières de
concepttion, telles que les tauux de recircculation, less charges hydrauliques
h s superficieelles, les
hauteurs de matériiaux, les vittesses ascennsionnelles sur les claarificateurs, les producctions de
boues …
Concernnant les éttages primaaires en têête de lit bactérien,
b il peut exiister un risque de
surconsommation d’oxygène et d’odeurrs, au niveau du lit bactérien,
b à cause de lagunes
anaérobbie en étage primaire.. Il convienndra donc de maintennir ces disppositifs épu
uratoires
éloignéss des habitaations.
Pour lees boues acctivées, le choix
c d'une boue activvée, en moyyenne chargge, peut êtree discuté
par rappport au choix d'une staation d'épurration à faib ble charge. En effet, unne moyennee charge
ne perm
met pas de maîtriser
m l'éllimination de
d l'azote. Des
D risques de dénitrifiication accidentelle,
en décantation secoondaire, sonnt à craindree sans être inéluctables
i s. Toutefois, la filière moyenne
m
charge reste
r une fillière acceptaable dans lee cas de certtaines statioons.
Le mannuel des stattions d’épurration va dééboucher su
ur certaines préconisations particulières de
concepttion, telles que la conncentration en MES des boues activées, la tempéraature de
dimensiionnement à préciser, l’âge de bouues, le calcu
ul des besoinns en oxygèène …

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
230

Pour le lagunage aééré, les mannuels à établlir tiendrontt compte duu contexte m
marocain.
Nous conseillons
c d’appliqueer les métthodes de dimension nnement dde Mara, pour
p le
lagunagge anaérob nage aérobie facultatiif et le lagu
bie, le lagun unage de m
maturation (formule
(
de Maraais).
Pour lees technologies de traitement
t des boues, le mannuel des stations d’éépuration
présenteera le récappitulatif dees ratios dee dimension
nnement, coommunémeent recomm
mandés à
l’internaational.
A l’inteernational, l'emploi dee silo épaississeur, surr boues bioologiques, eest de plus en plus
abandonnné, contraairement à ce qui estt proposé dans d ces projets au M Maroc, à cause
c de
perform
mances très limitées, de retours enn tête très chargés et de surdimeensionnemeent et de
contrainntes d'exploitation de laa centrifugaation en aval.
En déshhydratation,, le choix de la centrrifugeuse esst intéressannt. La techhnologie du u filtre à
bandes presseuses
p p
pourrait êtree moins conntraignante en exploitaation et mainntenance.
Le mannuel des staations d’épuuration préssente les prrincipaux raatios de dim
mensionnem
ment des
files booues, afin de mieux orienter lees conceptiions des fuutures filières au Maaroc. En
particulier, les prodductions de boues y sonnt évaluées..

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
231

FI C H E E 1 : PR ET R A I T E M E N TS
L’objecctif des préttraitements est d’élimminer de l’eeffluent bruut les décheets volumin
neux, les
sables et
e les graissees, de façonn à protéger les ouvragees et équipeements en avval.

1 DEGRILLAGE

1.1 PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT


Les déggrilleurs connsistent à retenir
r les déchets
d les plus volum
mineux, par passage dee l’eau à
dégriller au traverrs d’une grrille s’oppoosant au paassage de ces c déchets. Les déch hets sont
évacuéss généralem ment mécaniqquement. Ills peuvent êtreê évacuéss manuellemment pour lees faibles
capacitéés de stationns d’épuration inférieurres à 2 000 EH.
Ils assuurent la prottection des équipementts électroméécaniques ene aval et rééduisent less risques
de colmmatage des conduites,
c m
mises en placce dans la station d’épuuration.
Les déggrilleurs sonnt un équipement indisspensable, quelque
q soiit la taille oou le type de
d filière
épuratoiire.
Une graande diversiité de grilless est disponnible sur le marché
m :
- à raclage manuel
m ou auutomatique,
- à raclage enn amont ou en aval,
- g
grille droitee, inclinée ou
o courbe.

1.2 DIMENSIONNEMENT
Les surffaces et larggeurs de grillles sont callculées com
mme suit.
Pour un
ne grille drroite verticaale

Qp
Sdégr. =
V xOxC
dégr.
Sdégr.
l =
t
Sdégr. m2) ;
: surface dee la grille (m
Qp : débit de pointe
p d'eauxx usées (m3/h) ;
C'est-à-dire le débit de pointee de temps sec dans lee cas d’un réseau sépaaratif et le max m des
débits de
d pointe de temps sec et e de temps de pluies (selon le tauux de dilutioon et les coeefficients
de pointte adoptés) pour un résseau unitairee ou pseudo
o séparatif.
Vdégr. : vitesse dee passage dee l'eau au traavers de la grille
g (m/s) ;
O : ratio entree l'espace libbre d'un dég
grilleur et laa largeur tottale de grille (sans unitté)
e
avec O = ;
e + e'
e : espace libbre entre barrreaux (m) ;
e’ : épaisseur des barreauux (m) ;
C : coefficiennt de colmattage de la grrille (sans unité)
u ;
l : largeur duu chenal de dégrillage (m)( ;

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
232

t : tirant d'eaau en amontt du canal de dégrillagee (m).

Les valeeurs, recom


mmandées poour ce dimeensionnemen
nt, sont envviron les suivvantes :

- Vdégr. 1,2 m/s ;

-C = 0,10 - 0,330 pour des grilles mannuelles ;


= 0,40 - 0,550 pour des grilles auto
omatiques ;

-t = 0,10 < 10000 EH ;


= 0,20 < 50000 EH ;
= 0,40 < 200000 EH ;
= 0,50 < 500000 EH ;
= 0,60 < 1000000 EH ;
> 0,60 > 1000000 EH.

Les performances d’un déggrilleur (maanuel ou autonettoyaa ant) se carractérisent par son
espacem ment entre barreaux.
b L’’écartementt des barreau ux de la griille est définni par le cho
oix de la
taille et de la naturre des objetts, qui peuvvent être accceptés par la
l station. O On cherche aussi un
compromis entre l’espacemennt des barreeaux et la quantité
q dess déchets à évacuer (nettoyage
fréquennt de la grillee, volume de
d déchets produits).
p
Les espacements, entre
e barreauux, se distinnguent selon
n les types de
d dégrillagge.
Tableau 63: Espacement entre les barreaux selon le type de dégrillage
Espacem ments entre barreaux
Type de e dégrillagee D
Domaine d’aapplication
(cm)
Prédégrillage en amont d’un dég grillage
Dégrillag
ge grossier 10 cm « normal » ou o sur les su urverses de déversoirs
d
d’o
orage ou surr les by-pass s
5 cm pour un dégrilleur
2,0 à 2,5
En entrée de station d’é épuration, quelque soit
mécanique e
Dégrillag
ge « normal » le processs (hors doma aine d’applicaation du
c pour un dégrilleur
3 à 4 cm
dégrillagge fin)
manuel
Protéger de es filières dee traitement des
d eaux
Dégrillag
ge fin 1 cm ou des boues
b spécifiques (lit bac
ctérien,
centrifugation, …)

ne grille coourbe ou un
Pour un ne grille incclinée
Les formmules précéédentes s’apppliquent également aux grilles courbesc et ggrilles inclin
nées. En
complém ment, il connvient seuleement de nooter que la longueur
l m
mouillée de lla grille est majorée
par rappport au tirannt d’eau, du fait de l’anngle d’inclin
naison de la grille.
Ainsi, en
e complém
ment des formmules précéédentes, nou
us prendrons égalementt en comptee :
t
Lo = ;
sin 
S dégr
l = ;
Lo
Lo : longueur mouillée dee la grille (mm) ;
t : tirant d'eaau dans le caanal de dégrrillage (m) ;

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
233

: angle d’innclinaison ded la grille (°) ;


l : largeur duu chenal de dégrillage (m)( ;
Sdégr. m2).
: surface dee la grille (m

Pour unne grille couurbe, l’anglee d’inclinaisson est assim


milé à un anngle Ø = 266,5 °.
Pour unne grille droite inclinée,, l’angle d’iinclinaison recommand
r dé est d’envviron 60°.
Producction de sou
us-produitss
Le ratioo du volumme des refuss du dégrillleur, généraalement connstaté, et quui est recom
mmandé
dans le cadre de la présente étuude, est de 6 dm3/EH/aan.
La quanntité de refuus de dégrillage peut êtrre évaluée par
p la formuule suivante.
15 à 20
Q rd = ( confirmeer dans le co
(à ontexte de l’’ONEE)
e
Q rd : quantité de
d refus de dégrillage
d (ll/an/EH)
e : espace libbre entre barrreaux (m)
Cette foormule est issue
i de l’eexpérience française.
f Ill conviendrra de la trannsposer au contexte
marocaiin.
Sur la base
b de ce ratio
r et du nombre
n d’éqquivalents habitants,
h onn calculera la quantité de refus
de dégrrillage, le volume des bennes nécessaires
n et leur noombre ainsii que la frréquence
d’évacuuation vers la
l décharge..

1.3 RECOMMANDATIONS DE CONCEPTION


Lorsquee l’énergie électrique est disponiible sur le site, il est recommanddé d’opter pour un
dégrillaage à nettoyage mécaniique automaatique et déés que la cappacité de laa station d’éépuration
dépassee les 2 000 EH.
E
Les déggrilleurs, paar raclage à l’aval, soont adaptés pour des effluents
e chhargés en déchets
d à
dégriller. Les dégrrilleurs, par raclage à l’amont,
l son
nt adaptés pour
p des efffluents peu
u chargés
en déchhets à dégrilller.
Les grillles courbees sont généralement utilisées
u po
our des fils d’eau hors sols, et pour
p des
capacitéés inférieurees à 50 000 EH.
Les grillles droites sont
s généraalement utiliisées pour des
d fils d’eaau, en dessoous du niveaau du sol
et quelqque soit la capacité de la
l station d’épuration.
Le fonnctionnemennt des déggrilleurs auutomatiques sera asseervi à unee minuteriee ou au
fonctionnnement des pompes de
d relèvemennt ou à une mesure de perte de chharge dans le
l chenal
de dégriillage.
L’accesssibilité auxx ouvrages et la facilité des op
pérations manuelles
m dd’exploitatio
on et de
maintennance sera particulièrem
p ment surveilllée.
Un poinnt d’eau seraa installé auu voisinage du dégrillag
ge pour faciiliter le netttoyage.
Les mattériaux de laa grille devrront résisterr à la corrossion ; l’acierr galvanisé est à proscrrire.
Pour faaire face à tout incideent, au niveeau du dég grilleur, il est
e souhaitaable de préévoir, en
secours, un dispositif de dégrrillage manuuel (entrefeer 40 à 50 mm)
m installlé dans un canal de
dérivation.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
234

Pour évviter l’accum mulation dee dépôts, à l’amont du u dégrillagee, et optimiser la rétenntion des
refus suur la grille,, le canal d’approche
d doit être légèrement
l pentu. De plus, la viitesse de
circulatiion de l’eauu, dans le chhenal, doit être
ê d’au mo oins 0,3 m/ss afin d’évitter la sédim
mentation
de matièère dans le chenal de dégrillage.
d
Il est néécessaire de prévoir un limiteur dee couple ain
nsi qu’un disspositif d’arrrêt de fin de
d course
pour le dégrillage.
Toute inntervention sur l’équipeement implique préalab
blement sa mise hors teension.
L’installlation d’unn bouton d’arrêt d’uurgence (ty
ype coup de poing par exem
mple) est
indispennsable.
La prévvention des accidentss, liés auxx pièces en n mouvemment, imposse l’installaation de
disposittifs de prootection (ggrilles facilement dém
montables, portillon avec coup pure de
l’alimenntation électtrique…).
Il est recommandé
r é que l’enssemble dess ouvrages de prétraittements soiient by-passsable et
vidangeeable (dégrillleur, dégraaisseur, desssableur, tam
misage).
Le tableeau, ci-aprèss, présente un
u comparaatif des typees de grilles et des systèèmes de racclage.
Tableau 64: Tableau comparatif des types de grilles et des systèmes de raclage
Types de grilles et
e de
Avantage es Inconvénients
raclage
Grande e surface dee dégrillage
Adapté à de faib bles hauteurs s d’eau de dé égrillage
et dees fils d’eau hors sol
Non adaptté aux
Addapté pour des dégrillage es hors sol en aval
stations de tailles
Grilles courbes s d’unn poste de reelevage
importantes ete à des
Sim
mplicité des équipements
é électroméca aniques
débits impoortants
Résservé aux sta ations de pettites tailles (<
<50 000
EH)
Adapté à de plus faibles débits
Adaapté à de forttes hauteurs d’eau de dé égrillage
Equipeme ents
Adaapté pour dess dégrillages sur fil d’eau enterré
Grrilles droites
s électroméca aniques
Adaapté à toutes tailles de sta ations, dont les forts
v
verticales plus complexes
déébits et grandes capacité é et forte hauuteurs
d’eau ene amont du dégrillage
Matériels quuelques
Racla
age par l’amont Adaptés auxa effluents s peu chargé és
fois plus bru
uyants
Equipeme ents
Adaaptés aux efffluents charg gés (cas de certains
c
Racllage par l’av
val électroméca aniques
eff
ffluents indusstriels)
plus complexes
Toute filière,
f perm
mettant unee meilleure prise en compte c du traitement et du dev venir des
déchets de dégrillage, doit êtree privilégiéee. Ainsi, la réduction du
d poids et ddu volume desd refus
de dégrrillage par compactage
c e pourra êtrre retenue pourp les staations d’épuuration de capacité
importaante.
Dans toous les cas,, un bac dee récupératiion adapté (égouttage et stockage) doit êtree mis en
place.
Les connditions de manutentioon ou de coonvoyage (v vis, tapis rouulant …) ddes refus à partir
p du
dégrilleur vers les bacs
b de stocckage des reefus seront surveillées.
s
Le stockkage des reffus de dégriillage sera effectué
e à l’abri des ronngeurs, oiseeaux et insecctes.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
235

Le stockkage des dééchets, à caaractère orgganique (ten


ndance à la fermentatioon), peut im
mpliquer
des dégagements d’odeurs et nécessiite alors des d précauutions partiiculières : bennes
hermétiques, locauux sous déprression, ...
Les refu
fus de dégrrillage, étannt assimiléss aux ordurres ménagèères, suivennt généralem
ment les
mêmes filières de collecte
c et de
d traitemennt que celless-ci.
L’accesssibilité, pouur l’évacuattion des décchets de préttraitements,, sera intégrrée à la concception.
Certainss fournisseuurs de dégriilleurs citennt une limitee haute de hauteur
h d’eaau de l’ordee de 3,30
m à resppecter sur lesl dégrilleuurs droits innclinés (70°° à 85° d’inclinaison) ppour un esppacement
entre baarreaux de 2,52 cm et dees équipemeents standarrds (hors coonception paarticulière). Pour ce
même type d’équippement, la différence
d m
maximale admissible
a d hauteur dd’eau entre l’amont
de
et l’avall de la grillee serait de 30
3 à 50 cm pour
p des équ uipements standards.
s
Les coûûts d’investtissement des ouvrages de prétraiitement claassiques sonnt négligeab bles, par
rapport au coût gloobal d’investissement de l’ensemb ble de la sttation d’épuuration, et sont
s déjà
inclus dans
d les ratioos proposéss pour les stations d’épu
uration.

2 DEGRAISSAGE-DESSABLAGE

2.1 PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT


Le dégrraisseur-dessableur est un ouvragee dans lequeel une grandde partie des particuless les plus
denses vont pouvooir se dépooser, sous réserve
r quee la vitessee de circulation de l’eau soit
inférieuure à 0,3 m/ss.
Il est enn effet souhhaitable de récupérer les sables en amont de d la stationn plutôt qu ue de les
laisser s’accumuleer en certaiins points (bassin d’aaération, diigesteurs annaérobies...) où ils
engendrrent des déésordres divvers (dépôtss, réduction n des tempss de séjourr, septicité …). Par
ailleurs,, la présencee de sables limite la duurée de vie des
d équipemments (effet abrasif, ...).
Dans cee même ouuvrage de dégraissage
d e et de desssablage, less graisses sseront reten
nues par
flottatioon accéléréee grâce à l’iinjection dee fines bullees d’air de diamètre
d < 1 mm (Aerroflot ou
insufflaation d’air).
Les tenneurs en graaisses sont appréciées analytiqueement par laa mesure ddes MEH (M
Matières
Extractiibles à l’Hexxane).
Ces mattières grasses doivent être
ê éliminéées en amon nt de la stattion, car ellees sont suscceptibles
de nuiree à la phasse biologiquue du traiteement (mouusses biologgiques stablles, perturbation du
transferrt d’oxygènee, flottants, colmatage, DCO réfracctaire ...).
La préssence de cet ouvrage este indispennsable quelq que soit le type de proocess épuraatoire en
aval, hoormis les caas où il est installé dees lagunes anaérobies
a d faibles ccapacités en
de n tête de
traitemeent.
Le pourrcentage d’éélimination des MEH par les dég
graisseurs- dessableurs
d aérés est d’environ
d
17 %.
L’efficaacité sur l’éllimination des
d sables est
e plus imp
portante : renndement 90 % des particules
de taillee supérieuree à 200 m.
L’intérêêt des desssableurs ett dégraisseeurs statiqu
ues non aérés
a est trrès limité car les
perform
mances sont généralemeent très faibles.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
236

2.2 DIMENSIONNEMENT
 Cas
C d’un deessableur dégraisseur
d aéré

Les surffaces et voluumes des deessableurs-ddégraisseurss sont calcuulés comme suit.


Qp
S dd = ;
Vasc
S dd : surface duu dessableur-dégraisseu ur (m2) ;
Qp : débit de pointe
p horairre d'eaux ussées (m3/h) ;
Vasc : vitesse ascensionnellle (m/h) ;
V dd = Qp x Ts ;
V dd : volume duu dessableuur-dégraisseur (m3) ;
Ts : temps de séjour
s (h).
Les valeeurs, recom
mmandées poour ce dimeensionnemen
nt, sont envviron les suivvantes :
- Vasc : 10 à 20 m/h
m ;
- Ts : 10 à 15 minutes.
m
En cas de fortes proportionss d’effluentts industrieels graisseuux (abattoirrs, …), les valeurs
suivantees pourront être prises en compte :
- Vasc : 10 m/h ;
- Ts : 15 à 20 minutes.
m
Pour l’aaération, less ratios suivaants peuvennt être pris en
e compte :
- 35 à 40 W/m3 d'ouvrage utilee (Aeroflot)) ;
N 3 d'air /hh. m3 d'ouvrage utile (innsufflation d’air
- 1 à 2 Nm d fines bulles).
b
Producction de sou
us-produitss (à confirm
mer dans le contexte
c de l’ONEE)
l :
- Quantité de graissses piégées = 1 kg MEH
H/hab/an (aavec un renddement maxxi de 20 %) ;
- Quantité de sables extraits du
d dessableuur = 4 à 8 l//hab/an.
Ces ratiios sont des valeurs isssues de l’exppérience fraançaise. Il conviendra
c dde les transposer au
contextee marocain..

 Cas
C d’un deessableur sttatique
La hauteur d’eau enn amont du canal dessaableur est do
onnée par laa formule suuivante
Q  1 , 7  s H 3 / 2  :

Avec :
3
 Q débit de pointe
p horaiire en (m /s)) ;
 S : largeur du
d rétrécisseement en m ;
 H : hauteur d’eau en am
mont en m.

Pour unne vitesse coonstante, laa section traansversale du


d fond du canal à la fforme d’unee courbe
sous forrme de paraabole, dont l’équation
l s’écrit :
B
2
 
 2  p  H

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
237

Avec :
 B : largeur maximale
m e (m) ;
en
 p : constantte caractérisstique de la parabole en
n (m) ;
 H : hauteur maximale en
e (m).
Pour unn rapport hauuteur maxim
male largeurr maximale de 1,5, la hauteur
h maxximale est donnée
d
par la foormule :
Q = 0,3 x H2
D’où la formule dee calcul de la section dee rétrécissem
ment :
S = 0,177 x H1/2

 L
Largeur maaximale (l) : l= Hm/1.5 ;
 Longueur
L ddu dessableuur (L): L =V
V1/V2*Hm.
Avec :
 H
Hm : Hauteeur maximalle ;
 V1
V : Vitessee dans le deessableur (dde l’ordre dee 0.3 m/s) ;
 V2
V : Vitessee de décantaation d'une particule (u une vitesse de
d 0.02 m/ss, pour une particule
p
d diamètree 0.15 mm).
de

Le rappport L/H est pris égal à 1,5.

2.3 RECOMMANDATIONS DE CONCEPTION


Lorsqu’’il s’agit d’uun ouvrage combiné (ddessableur-d
dégraisseur)), le dessabllage est réallisé dans
la partiee inférieure (conique) du
d bassin. La
L pente doit être au mooins égale à 45°.
Les sables seront réécupérés apprès détassage par un dispositif de type air lift
ft (insufflatio
on d’air)
ou par pompes.
p Si une reprisee des sabless par pompes est prévuue, les pom mpes choisiees seront
prévuess pour résistter à l’abrasion.
Un piquuage sur laa canalisation d’extracction des sables pourrra être prévvu afin de pouvoir
injecter de l’eau ouu de l’air souus pression,, pour faciliiter un détasssage ponctuuel.
Les boîîtiers de récception des flottants, situés en péériphérie d’oouvrage, auuront, au moins, les
dimensiions suivanttes : 400 x 200
2 mm.
Les moddalités de reemontée dess aérateurs fines
f bulless (maintenannce) doivennt être étudiéées.
Les raccleurs, en caoutchouc,
c , ne doivennt pas être cassés (troop écrasés)) au passag
ge de la
goulottee.
Dans toous les cas, il
i est indisppensable de pouvoir iso oler le dégraaisseur sanss entraîner l’arrêt de
la statioon d’épuration. A ce titrre, l’ensembble des préttraitements doit
d être byy passable.
L’accesssibilité auxx ouvrages et la facilité des op pérations manuelles
m dd’exploitatio
on et de
maintennance serontt particulièrrement survveillées.
Il est néécessaire dee prévoir unn point d’eauu sous fortee pression, à proximité des ouvrag
ges, pour
faciliterr leur entretiien.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
238

Le tableeau, ci-aprèss, présente un


u comparaatif des solu
utions de déggraissage-dessablage.
Tableau 65: comparatif des solutions de dégraissage-dessablage
Type
es de dégraiisseurs-
Avantages
s convénients
Inc s
dessableu
urs
Simplicité
Faible co
oûts d’investissement et
Dégrraisseur-des
ssableur
très faib
ble coût d’ex
xploitation Très ffaibles efficac
cités
statique
A réservver généralement à de
petitess stations d’é
épuration
Coûts d
d’investissemment et
Dégrais
sseur-dessa
ableur aéré Efficaciités plus sign
nificatives
d’explo
oitation plus élevés
é
Dégrais
sseur-dessa
ableur aéré Adaptés aux
a stations d’épuration Non adaptés aux sttations
cylindro-con
nique pettites et moye
ennes d’épuration importa
antes
Non adaptés aux sttations
Dégrais
sseur-dessaableur aéré Adaptés aux
a stations d’épuration
d’épu
uration petite
es et
rectangulaire importantes
s
moyennes
En tête de lagunaage anaérobbie, il peut être toléréé d’installerr uniquemeent des desssableurs
statiquees (non aéré et sans déggraisseur).
Les fossses à graissees et à sablee seront couuvertes.
Toute filière
fi permeettant une meilleure
m prrise en comp pte du traiteement et duu devenir dees sables
et des graisses doit
d être prrivilégiée. Ainsi, pou ur les statioons d’épurration de capacités
c
importaantes, pourroont être précconisées dees solutions :
- dd’essorage des sables par
p vis d’Arrchimède ou
u classificatteurs à râteaaux ;
- d lavage des
de d sables paar hydro-cyclonage ;
- d bio-digestion aérobiie des graisses.
de
Les coûûts d’investtissement des ouvrages de prétraiitement claassiques sonnt négligeab bles, par
rapport au coût gloobal d’investissement de l’ensemb ble de la sttation d’épuuration, et sont
s déjà
inclus dans
d les ratioos proposéss pour les stations d’épu
uration.

3 TAMISAGE

3.1 PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT


Les équuipements ded tamisage permettent de retenir les
l déchets et
e une partie des MES de taille
inférieuure à 1 cm.
Les maiilles de tamisage sont environ
e de 0,25
0 mm à 10
1 mm.
Ces maatières sont retenues par p passage de l’eau à tamiser sur des toilees métalliq
ques, des
treillis, des grilles ou
o des tôless perforées.
L’utilisaation de tam
mis peut s’avvérer nécessaire, dans les
l cas suivvants :
- pprétraitements d’efflueents industrriels sur lees sites induustriels, avant rejet au
u réseau
d
d’assainisse
ement urbaiin ;
- pprétraitements pousséss des effluennts urbains en tête d’ouuvrages épuuratoires à protéger,
p
t
tout particuulièrement des
d risques de
d colmatag ge (lit bactérrien par exeemple) ;

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
239

- rremplacemeent des déccanteurs priimaires, afin


n de gagneer en compaacité (en têête de lit
b
bactérien, d disques biologiques
de b par exemple).
Dans lee cas des eaux résiduaaires industtrielles, le tamisage
t peeut permetttre des abattements
importaants sur les pollutions
p p
particulaire et organiquue. À titre d’exemple, lles résultats obtenus
pour diffférents types d’effluennt et des maailles de tam
mis, compriises entre 0,,5 et 1 mm, sont les
suivantss :

Type d’effluent (tam


mis de maille 0,5 à 1 mm)) Rendement MES (%
%) Re
endement DC
CO (%)
A
Abattoir 50 25
Connserverie 15 0
Cavee vinicole 20 10
Éllevage 45 30
U
Urbain 12 6
Afin d’oobtenir une éliminationn significative des paraamètres épurratoire, il coonvient de retenir
r
une maiille maximaale de 1 mmm.

3.2 DIMENSIONNNEEMENT
Les prinncipes de diimensionnem
ment des tam
mis sont ideentiques à ceux
c du déggrilleur.
Générallement, les dimensionss et capacitéés des tamis sont précoonisées par les fournissseurs de
tamis ett dépendent :
- de d chaque type
t de tammis (tamis rotatifs,
r Aqu uagard, Stepscreen, grrille, grilles courbes
…),
- desd objectiffs de tamisaage,
- de d la formee des orificees (trous, fenntes …). Il est conseilllé de préconniser des orrifices en
f
forme de troous.
- du d pouvoir de coupure,
- et e de la natuure des effluuents à tamiiser.
Le choiix des tamiss se fait surr les catalogues des fo ournisseurs. Leurs dim mensions son nt issues
des expériences des fournisseuurs.
Les chaarges hydrauuliques adm
missibles, poour des tamiis de maille de 0,6 à 2 m
mm, sont d’environ
3 2
30 à 90 m /m de taamis/h.
À partirr des treizee sites étuddiés en Fraance (enviro
on 180 jouurs de mesuures), les quantités
q
moyennnes de matières sèchees, obtenuess en fonctiion de la maille,
m ont donné les valeurs
suivantees :
Mailles Quantité de
e MS/eH/an
> à 600 – 750 m 0,4
4
> à 1 – 1,5
1 mm 0,3
35
> à 200 mm 0,0
08

3.3 RECOMMANDATIONS DE CONCEPTION


Les typees de tamis,, préconiséss pour les efffluents urbaains, sont lees suivants :
- ttamis rotatifs,
- t
tamis type Aquagard
A o équivalennts,
ou
- t
tamis type Stepscreen
S o équivaleents.
ou

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
240

Quelquee soit le tam


mis préconiisé, sa concception devrra intégrer des
d principees d’auto-nettoyage
communns aux tamiis rotatifs ouu Aquagardd ou Stepscreen ou équiivalents.
Si un enngagement, sur l’élimination des paramètres
p MES, DCO O et DBO5 par le tamissage, est
pris en compte lors du dimennsionnementt de la filièrre épuratoirre, cette élim
mination deevra être
particulièrement véérifiée à la réception.
r
Le foncctionnementt des tamis sera asservvi au fonctio onnement des
d pompes de relèvem
ment ou à
une messure de pertte de chargee dans le cheenal de tam
misage.
L’accesssibilité auxx ouvrages et la facilité des op
pérations manuelles
m dd’exploitatio
on et de
maintennance sera particulièrem
p ment surveilllée.
Un poinnt d’eau seraa installé auu voisinage des tamis pour
p faciliterr le nettoyagge.
Les mattériaux devrront résisterr à la corrossion ; l’acierr galvanisé est à proscrrire.
Beaucouup de tam mis sont sennsibles au colmatagee par les graisses.
g Enn cas de présence
p
significaative de graaisses, un déégraisseur sera prévu en
n amont dess tamis.
Beaucouup de tamiss sont sensibbles à l’abrasion par lees sables. En cas de préésence sign
nificative
de sablees, un dessaableur sera prévu
p en am
mont des tam
mis.
Les tam
mis devront être
ê résistannts mécaniqquement.
Pour faiire face à toout incidentt au niveau du tamisag
ge, il est souuhaitable dee prévoir en
n secours
un canaal de dérivattion.
Toute inntervention sur l’équipeement implique préalab
blement sa mise hors teension.
L’installlation d’unn bouton d’arrêt d’uurgence (ty
ype coup de poing par exem
mple) est
indispennsable.
La prévvention des accidentss, liés auxx pièces en n mouvem ment, imposse l’installaation de
disposittifs de proteection (capootage, grillees facilemen
nt démontabbles, portilloon avec cou
upure de
l’alimenntation électtrique…).
Toute fiilière permeettant une meilleure
m priise en comp
pte du traitem
ment et du devenir dess déchets
de tamiisage doit être
ê priviléggiée. Ainsi, la réductiion du poidds et du voolume des refus de
tamisagge, par com mpactage, pourra
p être retenue po our les stations d’épuuration de capacité
importaante.
Les connditions de manutentioon ou de connvoyage (v vis, tapis rouulant …) dees refus, à partir
p du
tamis veers les bacs de stockagee des refus, seront surv
veillées.
Le stockkage des reffus de dégriillage sera effectué
e à l’abri des ronngeurs, oiseeaux et insecctes.
Le stockkage des dééchets, à caaractère orgganique (ten
ndance à la fermentatioon), peut im
mpliquer
des dégagements d’odeurs et nécessiite alors des d précauutions partiiculières : bennes
hermétiques, locauux sous déprression, ...

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
241

FI CH E E2 D E C A NT E UR PR I M A IR E
1 PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT
Le décaanteur primaaire tient sa dénominatiion du fait qu’il
q s’agit d’un décantteur placé en
e amont
du traiteement bioloogique seconndaire.
Son rôlee essentiel est
e d’abattree une partiee de la pollu
ution particuulaire par déécantation des
d MES
décantaables.

Figure 37: Schhééma de principe d’un décanteur primaire (source: OIEau)


Cette fiilière consiiste à alimeenter en eaau, préalabllement préttraitée (déggrillée, desssablée et
dégraisssée), un ouvvrage avec une
u vitesse de passage suffisammeent faible ett un temps de d séjour
suffisam
mment élevéé, autorisantt une décanntation des MES
M décanttables.
Le tableeau, ci aprèss, donne less avantages et les incon
nvénients dee cette filièrre.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
242

Tableau 66: Avantages et inconvénients du décanteur primaire


Avantages
A Inconvéniennts
L’implan
ntation d’un décanteur
d primaire, en ammont
Les
L raisons, pour
p lesquels les décanteurs
d’un traitement secoondaire biolo
ogique, se jusstifie
primaires ne son nt pas toujou
urs implantéss en tête
dans lees cas suivan
nts :
de filière boues activées
a à faible charge, sont les
‐ dans l’effluent bruut, part signifficative de MES suivantes :
ntanément décantables autorisant
spon a un
n
‐ production
n de boues feermentescibles
abattemment minima al de 40 % de es MES et 20 0%
conttraignantes à gérer en terrmes d’odeurs et de
de la DCCO et de la DBO5 ;
trraitements spécifiques d’’épaississem ment,
‐ obje
ectif de réducction du voluume de l’étag ge
dissociés
d de l’épaississement des bo oues
secondaire biologique ;
biologiquess ;
‐ obje
ectif de réduction de la co onsommation
‐ ouvrage suupplémentairre à construirre ;
énergé étique, sur l’é
étage second daire biologiq que
‐ production
p d’e
effluents sep
ptiques, en caas de
(en
n cas de bou ues activées,, et disques
temps de sé éjour trop pro
olongés dans s le
bioologiques) ;

écanteur primmaire ;
‐ réducttion des risqu ues de colma atage de l’éttage
‐ diminution de la part de ca arbone assim milable
secondaire biologiq que (en cas ded lit bactérie en) ;
disp ponible pour les bactéries hétérotrophes en
‐ producction de boue es primaires fermentescib bles,
tête de réaccteur biologiq
que dénitrifia
ant.
contribuant positivem ment à la digestion anaérrobie
des bo oues, et doncc à la producction de bioga az.

Les perfformances (%( d’éliminnation) des décanteurs primaires, pour


p les efffluents urbaains, sont
généraleement les suuivantes :
‐ M : 40 à 70 % ;
MES
‐ DBO5 et DC
D CO : 20 à 3 5% ;
‐ N
NGL < 10 % ;
‐ P < 10 %.
Pt
L’efficaacité est varriable selon la vitesse ascensionnellle appliquéée.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
243

2 DIMENSIONNEMENT
La surfaace de décanntation est calculée
c commme suit :
Qm
S déc. =
V asc.
S déc : Surface ded décantatioon (m2) ;
Qm : Débit moyyen horaire d'eaux uséees (m3/h) inncluant les rretours en têête ;
Vasc : Vitesse asscensionnellle (m/h).
La vitessse ascensioonnelle, prééconisée estt fonction des
d perform
mances attenndues ou an
nnoncées
sur les abattements
a s en MES ett DBO5.
Tableau 67: Vitesses ascensionnelles, au niveau du décanteur primaire, en fonction des performances sur les
abattements en MES et DBO5
Va (m3.m
m-2.h-1)  1,0  1,2  1,4  1,6
Taux d’élimination
d n des MES (%) ( 600 50 40 35
Taux x d’éliminatiion DBO5 (% %) 400 35 30 25

La hauteur cylindriique est d’ennviron de 3,00 m.


Il est souvent connseillé de liimiter les hauteurs
h cy
ylindriques, afin de lim miter les teemps de
séjours des boues et
e de l’eau, dans
d le but de limiter laa septicité de
d l’eau bruute vers les réacteurs
r
biologiqques seconddaires.
Les tem
mps de séjouur peuvent être
ê égalemeent vérifiés grâce à la formule
fo suivvante :
V = Q x Ts
Avec :
maire (m3) ;
V : voluume du décaanteur prim
3
Q : débiit (m /h),
Ts : tem
mps de séjouur (h).
Les orddres de granndeurs des teemps de séjjour précon
nisés sont ennviron de 1 à 1,5 heurees, sur le
débit dee pointe horraire.

3 RECOMMANDATIONS DE CONC
CEEPTION
Des déccanteurs prim
maires racléés seront recommandéss, par oppossition aux ddécanteurs primaires
p
non racllés.
Les mattériaux des décanteurs primaires seront résisstants à la corrosion
c : aaluminium ou inox.
L’acier galvanisé est
e à proscrirre.
La rétenntion des floottants seraa assurée paar une lame de sous-veerse périphéérique. L’immmersion
de cettee lame sera au
a moins éggale à 15 cm m. La distan
nce de cette lame, par rrapport à la goulotte
de déveersement dess eaux traitéées, sera au moins 20 cm.
-
c
Les flotttants serontt évacués par un racleuur de surfacce et une gooulotte d’évvacuation asssociée à
une fossse de stockaage des flotttants.
La pente conique en
e fond de décanteur
d prrimaire racllé sera d’auu moins 10-115 %.
Le racleeur devra racler
r le fonnd du décaanteur prim
maire en tout point dee façon à éviter les
stagnatiions des bouues et leur remontée
r à l’issue
l des fermentation
f ns anaérobiies.
Les roulettes positiionnées sur les racleurss de fond so
ont à éviter.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
244

La trém
mie d’évacuuation des mousses
m seera position
nnée par rappport aux vvents domiinants (à
l’opposéé de l’originne des ventss dominantss).
Pour lees racleurs à entraînem ment périphhérique, le chemin de roulementt fera l’objeet d’une
attentionn particulièère (horizonntalité, lissaage, ...). La roue d’entrraînement ddoit être faccilement
démontaable et il esst souhaitabble d’avoir uneu roue dee secours. En E zone géoographique froide,
f il
est pruddent d’implaanter une réésistance chauffante sou us le chemiin de roulem
ment, pour éviter
é les
problèmmes de gel et une petitte lame de protection inclinée à 45° vers l’’extérieur devant d la
roue.
La vitessse optimalee de raclagee est a priorii inférieure à 3cm/s.
L’ensem
mble pont raacleur doit être
ê muni d’’un bouton d’arrêt d’urrgence.
Le souttirage des boues
b devraa être rapidee, de façon à assurer un
u temps dee séjour de la boue
limité. En effet, les
l boues primaires
p éttant très feermentescibbles, un tem
mps de séjo our trop
importaant risque d’’entraîner des
d boues seeptiques ou de relargueer de la septticité dans l’effluent
primairee.
Un traiitement dess boues prrimaire parr stabilisatiion (digesttion anaéroobie) est fo
ortement
recomm
mandé.
A la coonception, des
d possibillités de vérification dees niveaux des lits de boues devrront être
prévuess. Celles-ci peuvent
p êtree potentielleement réalissées en explloitation parr :
- des meesures poncctuelles (à l’’aide d’un détecteur
d de voile de booue portablee par exemp
ple) ;
- des meesures autommatiques (àà l’aide d’unn détecteur de
d voile de boue fixe par exemple)).
Les extrractions de boues peuvvent être assservies aux mesures auutomatiques de la hauteeur du lit
de bouees ou à des cycles
c de tem
mps.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
245

FICHE E3 LAGUNAGE NATUREL


1 PRINCIPE GENERAL
Un laguunage natureel est constiitué d’une série
s de bassins de granndes dimensions, dans lesquels
les tempps de séjourr (de quelquues jours à quelques diizaines de joours) sont ccalculés en fonction
des cinéétiques proppres à l’épurration en miilieu naturel.
Un laguunage complet est consttitué des étaages suivants, comme le
l montre laa figure, ci après.
a
- Lagunes anaéroobies ;
- Lagunes facultaatives ;
- Lagunes de maaturation.

Figure 38: Schéma de principe d''u


un lagunage naturel
Les laguunes anaéroobies sont des
d bassins relativemen
r nt profonds (3 à 4 mètrres), qui agiissent en
priorité sur les chharges en MES
M et DB
BO5. Elles donnent liieu égalem
ment à l’élim mination
partiellee et parfoiis totale de
d la chargge parasitaiire (œufs d’helminthees,…), maiis n’ont
pratiqueement aucuune action sur la pollution
p bactérienne. Les tempps de séjo our sont
habituelllement de quelques
q jouurs.
Les laggunes facuultatives sonnt des basssins de profondeurs
p moyenness (1 à 2 mètres),
dimensiionnées en priorité pour l’abattem ment de la charge en DBO5. Ellees donnent lieu par
ailleurs à une sédiimentation totale des œufs d’helm minthe, et à une réduuction notab
ble de la
charge bactérienne
b (1 à 2 unitéés logarithm
miques).
Les laguunes de maaturation soont des basssins peu pro
ofonds (1 à 1,5 mètre), dimensionnnées en
priorité pour l’abaattement dee la chargee bactériennne. Elles donnent
d lieeu à une rééduction
complém mentaire dee la charge organique.
o
Avantaages et inconvénients du
d lagunagge naturel
Le tableeau, ci aprèss, récapitulee les princippaux avantages et inconnvénients duu lagunage naturel.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
253

La colleecte du bioggaz
La colleecte du bioggaz s’effectuuerait par des
d drains an
ncrés sur la paroi des bbassins ; unee pompe
soutirerrait ce gaz vers
v un lieu de stockagee.

Curage de la boue produite


Un curaage périodiqque pourraitt être réaliséé par replis de la membbrane, en plusieurs end
droits, et
le soutirage des booues par unne hydrocurreuse. Il peeut égalemeent être envvisageable lesl deux
solutionns suivantess :
 L
L’installatioon de conduuites permaanentes au fond
f du basssin, dotées d’une pom
mpe auto-
a
amorçant ;
 L’installatio
L on d’un systtème à air comprimé,
c pour
p le pom
mpage des booues.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
254

3.2. LAGUNAGE FACULTATIF


3.2.1. Généralités
Les laggunes faculttatives sontt des bassinns moyenneement profoonds, à tem mps de séjour élevé
(une dizzaine de jouurs), dans leesquels la colonne
c d’eau est schém matiquemennt stratifiéee en trois
zones : une zone suuperficielle toujours aéérobie, dans laquelle l’ooxygène disssous provieent, pour
une parrt, des échaanges air/eau, et pourr l’autre, ded l’activitéé photosyntthétique ; une
u zone
intermédiaire alternnativement aérobie (jouur) et anaérrobie (nuit) ; une zone profonde an naérobie
correspoondant à laa zone de sédimentattion des maatière décanntables de l’eau brutee et des
cellules mortes (allgues et baactéries aérobies) de la l zone supperficielle, et dans laq quelle la
matière est biodégrradée par dees bactéries anaérobies.
En laguunage facuultatif, l’épuuration conncerne égaalement l’A Azote : l’Azzote organiique est
d’abordd minéraliséé en azote ammoniacaal, puis oxy ydé en azote nitrique et enfin en e azote
gazeux. La minéraalisation de l’Azote orgganique est quasi-totale ; seule unne petite fraaction de
l’azote initial
i (moinns de 3%), non
n biodégrradable, resste sous form
me d’azote oorganique.
La dénittrification en
e lagune faacultatives n’est
n que paartielle.
En ce quui concernee le phosphoore, les renddements con
nstatés sont souvent trèès faibles.
Sur un plan
p bactériologique, les
l lagunes facultativess présententt une totalee efficacité vis-à-vis
v
des œuffs de parasittes (les tempps de séjourr, au niveau
u de ces basssins, sont suupérieurs au
ux temps
de séjouur nécessairres à la sédim
mentation des
d ces œufss).
Elles paarticipent éggalement à la réductioon de la chaarge en germ
mes témoinns de contam
mination
fécale, mais la profondeur desd bassins en limite généralemeent l’efficaccité à 1 à 2 unités
logarithhmiques.

3.2.2. Critères de dimensionnement


Les critères de dim
mensionnemeent des laguunes facultaatives sont lees suivants :
 C
Cs (charge surfacique)
s : entre 1000 et 300 kg/h ha/j durant la période hhivernale ett suivant
l situation géographiqu
la g ue (climat).. Elle peut être
ê approchhée par la foormule suivante :

CS = 350
3 *(1.107 0.002)TT 25

Avec T est la temp


pérature moyenne
m du mois le pllus froid dee l’année.
 Ts
T (temps de
d séjour) ;
 Profondeur
P des bassinss : de 1 à 2 m.
m

Le dimeensionnemeent des basssins facultattifs, qui est donné par la relation suivante, co
onsiste à
déterminer leur surrface.

Surface = Qjx [DBO55]sortie anaérobie*100


Cs
Avec :
Qj : Débit moyen
m en m33/j ;
[DBO5]sortie anaérobie : concentraation de DBO5, en sortiie des bassins anaérobiies, en mg/l ;
Cs : Charge surfacique, en Kg/ha/j..

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
255

Le tempps de séjourr, dans les bassins faculltatifs, est de


d :

Teemps de séjou
ur = Surfacee (m²) x profondeur (m)
Débit journalier (m3/j)
(

Si la vaaleur obtenuue du tempss de séjour est


e inférieurre à 5 jourss, il faut preendre la valleur de 5
jours et recalculer le
l volume et
e la surface nécessairess.
N.B : lees paramètrees de fonctiionnement des
d lagunes facultativees doivent être vérifiés pour les
périodes hivernaless et estivales et pour less différents horizons inntermédiairees du projet.

3.2.3. Performances en sortie des bassins


 Elimination
E n de la DBO
O5
Le renddement d’éllimination de
d la DBO5, au niveau
u des bassinns facultatiffs, peut êtree estimé
comme suit :

K (T) représente
r lee taux consstant nécesssaire pour l'éliminationn de la DBO
O5 dans less bassins
1
facultatiifs (j ) ; sa valeur dépeend de la teempérature de
d conception, calculéee comme suuit :
k (T) =0.1 1.05 T−−20
Ts est lee temps de séjour
s dans les bassins (en jour).

Ce renddement est appliqué


a surr des concenntrations en sortie des bassins
b anaéérobies.

 Elimination
E n de la MES
S et de la DCO
D
La conccentration en
e DCO, enn sortie duu bassin faccultatif, peuut être évalluée par la formule
suivantee :
DCO hom
mogénéisé = DBO5 ho
omogénéis
sé * 3,0 (*)
La conccentration enn MES, en sortie
s du baassin facultaatif, se situee entre 60 ett 100 mg/ (*
*).
(*) Souurce : Rappport de cappitalisation de l’expérrience de l’ONEE-Braanche Eau dans le
domainee d’épuratioon-cas de 5 STEPs.

3.3. LAGUNAGE DE MATURATION


3.3.1. Généralités
Les laguunes de matturation sonnt des lagunnes de faiblee profondeuur (inférieuree à 1.5 m), à temps
de séjouur moyen ett fonctionnaant en aérobbiose, sur tou
ute la colonnne d’eau.
Ces laggunes ont pour première fonctionn de réduiree la charge bactériennee et notamm ment les
germes témoins de contaminattion fécale. L’inactivattion de ces germes
g est due essentieellement
au rayonnnement solaire, plus précisément
p t au rayonneement UV.
Les laguunes de maaturation parrticipent également à un
u complém
ment d’épuraation vis-à-v
vis de la
matière organique et de la polllution azotéée.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
256

3.3.2. Critères de dimensionnement


Les critères de dim
mensionnemeent des laguunes de matturation sonnt les suivannts :
 L
Le temps dee séjour : 5 jours
j pour le
l premier bassin,
b 3 jouurs pour les bassins suiivants en
s
série.
Par aillleurs, il fauut vérifier que la chaarge surfaccique en DBO
D 5, au nniveau d’un
n bassin,
correspoonde à un maximum
m d 75% de la charge surfacique en DBO5 ddu bassin précédant
de
(facultaatif ou de maaturation).
 N/NN 0 = 1/(KKTs +1)n (looi de décroiissance bacttérienne pouur un mélannge parfait) ;
Avec :
N : nombre de germes (coliformess) en sortie du bassin « n » ;
N0 : nombree de germess en entrée des
d lagunes de maturatiion ;
K : coefficient de décrooissance ;
Les valeeurs de K (formule
( duu mélange parfait)
p vont de 1,5 pouur les temppératures infférieures
ou égalees à 10 °C à 2 pour les températures supérieurres à 20 °C..
Cette coonstante est donnée parr la formulee suivante :
K = 2,6 (1,19)T-20
T

La temppérature dee dimensionnnement estt celle moy


yenne du mois
m le pluss froid de la
l saison
d’irrigattion.
 Profondeur
P des bassinss : de 0,8 à 1,5
1 m.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
257

4 RECOMMANDATIONS DE CONC
CEEPTION
Les prinncipales recommandattions, à preendre en co onsidérationn, lors de la conceptiion d’un
projet de
d station d’épuration, type
t lagunagge naturel, sont
s les suivvantes :
Tableau 72: Recommandations ddee conception d'une STEP type lagunage naturel
Paramètres s Princiipales recom mmandation ns
Concentration en entrée e de Afin de faciliter laa présence d’algues
d favoorisant l’oxygénation des bassins
bassin aéroobie facultatiff aéroobies facultattifs, la concen ntration en DBO5,
D en enttrée de ces premiers
p
basssins, devra êttre inférieure e ou égale à 250 mg/l.
Superficie de
d chaque ba assin Restter autant que possible < 3 ha
Rapport lonngueur / large eur Ne doit
d pas être inférieur à 2. Il est recom mmandé de re etenir un rap
pport
longueur sur larg geur de 3.
Fréquence ded curage de es
boues
Bassinns anaérobess Touss les 1 à 2 an ns
Bassin ns facultatifs Touss les 10 ans
Bassinns de matura ation Touss les 10 ans
Pourr faciliter le curage,
c les ba
assins devro ont être facile
ement accessibles :
. pennte des berge es
. larg
geur des digu ues (> 4,00 m)m
. cheemin carrossable
. cannalisations reenforcées entre les lagun nes
. au moins 2 lagu unes anaérob bies en parallèle
. taillle des lagune es anaérobie es à limiter
Il estt souhaitablee de prévoir unu by-pass des d bassins p pouvant être curés pour
faciliter les opéraations de vida ange et de curage
c et de disposer d'un trop-plein
par bassin.
b
Les points d’évaccuation des bouesb (lits de
e séchage) sseront proches des
berges.
Hauteur de revanche
Superficie < 1 ha 0,5 m
superficie 1 à 3 ha 0,5 - 1,0 m.
Largeur dess digues Ne ja amais prévoiir de digues de d largeur en n tête inférie
eure à 3 m
Prévvoir une prote ection antibaatillage des digues
Pente talus En fo onction des recommanda
r ations de l’étude géotech hnique, mais pas
inférrieure à 2/1
Les digues
d devroont être végéétalisées le plus
p tôt possible après la constructionn
des digues
d en arrgile.
Disposition du sens Danss la diagonalle des bassin ns, dans le sens opposé à la direction n des vents
d’écoulement dominants (éviter une stratific cation dans lesl bassins e et pour minimmiser les
risquues de court--circuit hydra aulique dans les bassins)).
La so ortie du basssin est à l’opposé de l’enttrée du basssin.
Les angles
a mortss sont à éviteer.
Nombre min nimal de basssins Deuxx bassins en parallèle, po our chaque étage
é de traittement
Chaq que étape de e traitement devrait
d pouvvoir être by-p passée

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
258

Tableau 73:Recommandations de conception d'une STEP type lagunage naturel (suite)


Paramètres s Princiipales recom mmandation ns
Ouvrages d’entrée
d et de
e Disp position des ouvrages
o d’e
entrée et de sortie
s en diag
gonale ;
sortie Pourr les bassins plus importa onseillé de prévoir plusieurs points
ants, il est co
d’alimmentation, esspacés d’une e distance éq quivalente
Prévvoir des posssibilités de prrise d’échanttillon à l’entré
ée et à la sorrtie des
basssins ;
Introoduction de l’effluent dans s les basins à mi-hauteurr d’eau ;
Les ouvrages
o dee sortie doive
ent comprend dre une paroi plongeante e
(proffondeur 0,30 0 m pour les bassins
b anaé érobes et 0,6
60 m pour les s bassins
facultatifs et de maturation),
m suivie
s par unn déversoir
Etanchéifica ation des basssins Par couche
c d’arggile ou géomembrane (gé énéralement en PVC ou en PEHD),
ayan nt une épaissseur minimale de 1 mm.
L’objjectif de l’éta
anchéité est d’obtenir
d e perméabilité < 10-8
un coefficient de
m/s.
Un drainage
d des eaux et des s gaz sous les géomembrranes est forrtement
recommandé.
Il fau
ut effectuer raapidement laa mise en eau des ouvrag ges pour pérrenniser la
perm méabilité : emmpêcher le rissque de fissu ures et de dé
éveloppemen nt de la
végé étation dans le sol,
Protection des
d berges contre
c Enro ochement, mise en place de plaque en e béton
le batillage

5 ETABLISSEMENT DES PRIX D’ORDRE

Le tableeau, ci-aprèès, présente les prix d’ordre, par équivalent


é h
habitant, retenus dans le cadre
de la prrésenté étudde, selon la capacité de la station
n, en DH 20013 HT / eqqhab. Ces prix
p sont
obtenuss de l’explooitation de plusieurs
p m
marchés de travaux
t et des
d études détaillées, réalisées
r
pour le compte de l’ONEE-BE
l E.
Tableau 74: Prix d’ordre d’une STEP type lagunage naturel (*)

   ≤    
≤   ≤  
  ≤   ≤  
  ≤   ≤    
  ≤   ≤    
  ≤  
(*) : Pour des
d terrains nee dépassant paas 40 % de roccher.
Ces ratiios sont à ajuster selon la nature duu terrain.

Ces ratiios incluent les coûts liés à la filièrre de traitem


ment des bouues.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
259

FI C H E E 4 L A GU N A G E A E R E

1 PRINCIPE GENERAL
Le laguunage aéré este une techhnique d'éppuration bio
ologique parr culture libbre, avec un
n apport
artificieel d'oxygènee.

Fondam mentalementt, le lagunaage aéré see rapprochee d’un traittement par boues actiivées ne
comprennant pas dee recirculattion des booues, et dan ns lequel laa concentraation des boues est
fonctionn du taux dee charge orrganique apppliqué et du u temps de séjour des eaux dans le l bassin
aéré. Il se crée un équilibre enntre l’apporrt de pollution biodégraadable et laa masse de bactéries
b
qui se développe
d à partir de ceette pollutioon.

Pour ce procédé, lees eaux à éppurer, passennt par deux étages prinncipaux :

Dans lees étages d'aération,


d les eaux usées
u sont dégradées
d p des miccro-organism
par mes, qui
consommment et asssimilent les nutriments.. Le principe de base esst le même que celui des boues
activéess avec une faible densité de bactééries et l'abbsence de reecirculationn. L'oxygénaation est
assurée par des aérrateurs de suurface ou unne insufflatiion d'air.

Dans l'étage de décantation


d n, assurée généralemen
g nt par une ou deux siimples lagu unes, les
matièress en suspennsion (amass de micro organismes et de parrticules piéggées) s'aggllomèrent
lentemeent sous form me de bouees. Ces dernnières doiveent être réguulièrement eextraites. Le curage
est facillité grâce à au moins deeux bassins qu'il est po
ossible de byy-passer sépparément.

La figurre, ci après, récapitule le


l schéma de
d fonctionn
nement d’unn lagunage aaéré.

Figure 39: Schéma de principe de la filière « Lagunage aéréé »

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
267

4 ETABLISSEMENT DES PRIX D’ORDRE


Comptee tenu du noombre très limité des stations d’éépuration, type t lagunage aéré, réaalisés au
Maroc (ou( en courrs de réalisaation), il trèss difficile d’élaborer
d d prix d’orrdre, en fon
des nction de
la taille des centress, à partir dees marchés réels
r de réalisation dess STEPs.

Ces prix d’ordre devront


d êtree élaborés dans les prrochaines années
a sur lla base de données
statistiqques plus conséquentes en nombre des STEPs, type lagunnage aéré.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
268

FICH E E5 LIT BACTERIE N


1 PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT
Le lit bactérien
b estt un procéddé de traitem
ment biolog
gique aérobbie à culturee fixée. Les micro-
organism mes se dévveloppent sur
s un matéériau suppo ort régulièrrement irriggué par l'efffluent à
traiter.

COPYRIGHT OIEau

Figure 40: Schéma de principe de la filière type lit bactérien (source: OIEau)
Cette fiilière consiste à alimeenter en eauu, préalableement traitéée par laguunage anaérrobie ou
décantée ou tamissée, un ouvvrage conteenant une massem de matériau
m (rooche, plastiique …)
servant de supporrt aux micrro-organism mes épurateeurs, qui y forment uun film bio ologique,
responsable de l'asssimilation de
d la pollution.
En sortiie du lit bacctérien, est recueilli unn mélange d'eau
d traitéee et de bioffilm. Ce deernier est
piégé auu niveau d'uun décanteuur secondairee sous form
me de boues et l'eau traiitée rejoint le
l milieu
naturel.
La recirrculation duu mélange eau - boues en
e sortie du
u lit bactérieen en amontt du lit bacttérien est
essentieelle.
Les eauux usées sonnt réparties surs la partiee supérieuree du lit, danss la majoritéé des cas, au
u moyen
d'un disstributeur rootatif (sprinkkler).
La satisfaction des besoins en oxygène esst obtenue parp aération naturelle.
Du fait de cette aérration naturrelle, une chhute sensiblle des rendeements peutt apparaître dès que
la temppérature exxtérieure deescend en dessous
d dee 5°C. Pouur des temppératures négatives
n
prolonggées, la prisee en glace de
d la masse du lit bactérrien est à suurveiller.
L’épaisseur du bioffilm est maîîtrisée grâcee à la maîtriise de la chaarge hydrauulique appliquée sur
le lit bacctérien.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
269

Le tableeau, ci aprèss, donne less avantages et les incon


nvénients dee cette filièrre de traitem
ment.
Tableau 78: Avantages et inconvénients e la filière d'épuration type lit bactérien
Avantage es Inconvé énients
Consom mmation élecctrique faiblee
E
Exploitation s
simple Sensiibilité au froidd et au colma
atage
Bonne résistance au ux surcharge es Abattement lim mité de l'azotte
org
ganiques passsagères et du phosphore
Relative résistance aux surcharge es Source e de dévelop ppement d'insectes
hydrauliques passagères
Techno
ologie intensiive nécessitaant peu de su urface au sol

2 REACTEUR BIOLOGIQUE

2.1 DIMENSIONNNEEMENT
Le voluume de matéériaux est caalculé comm
me suit :
kg DBO5 / j
V
Cv
Avec :
V : voluume de matéériaux (m3) ;
kg DBOO5/j : kg de DBO5/j enttrant par jouur dans le rééacteur biologique (kg DBO5/j) ;
BO5/m3/j).
Cv : chaarge volumiique (kg DB

La surfaace horizonttale de matéériaux est obtenue par la


l formule suivante
s :
Qp
S
Ch
Avec :
S : surfaace de matéériaux (m2) ;
Qp : débbit du postee de relevagge en entréee de stationn d’épuratioon (m3/h) ouu à défaut, débit de
pointe horaire
h ;
Ch : chaarge hydrauulique verticcale appliquuée sur les matériaux
m (mm3/m2/h).

La form
mule suivantte permet dee déterminer la hauteurr de matériaaux :
V
H
S
Avec :
H : hautteur de matéériaux (m) ;
V : voluume de matéériaux (m3) ;
S : surfaace de matéériaux (m2).
Pour unn objectif dee [DBO5] eauu traitée 25 mg/l et unee surface spéécifique de matériaux de
d 100 à
120 m2/m/ 3, les valeeurs recomm
mandées dee Cv et Ch, pour ce dim mensionnem ment, sont d’environ
les suivantes :

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
270

- Cv = 0,4 kgg DBO5/m3/j


C / ;
3 2
- C = 0,8 à 1,2 m /m /hh.*
Ch

Pour unn objectif dee [DBO5] eauu traitée 25 mg/l,


m les vaaleurs recom
mmandées dde Cv et Ch,, pour ce
dimensiionnement, sont d’enviiron les suivvantes :
- Cv = 0,5 kgg DBO5/m3/j
C / ;
- C = 0,8 à 1,2 m3/m2/hh.*
Ch
* : cettee gamme dee valeur est large car elle permet d’ajuster
d la surface
s horiizontale de cuve
c par
rapport au volume obtenu de façon
f à pouvvoir tendre vers une haauteur de cuuve optimalee.
Pour unn objectif dee nitrificatioon [NH4+] eaau traitée 10 mg/l, la vaaleur recomm
mandée de Cv pour
ce dimeensionnemennt, est d’envviron la suivvante :
- C = 0,3 kgg DBO5/m3/j
Cv / pour un matériau
m plastique.
Les valeurs de dim mensionnem ment, ci-dessus, sont do onnées pouur une temppérature du réacteur
biologiqque du moois le plus froid de 12°C. 1 Par expérience,, pour obteenir des orrdres de
grandeuurs, pour des températtures du moois le plus froid
f nettem
ment supérieeures, le vo
olume de
matériauux peut êtree réduit (aveec prudencee) de 20 % au
a maximum m.

2.2 RECOMMANDATIONS DE CONCEPTION


Matériaaux :
Des mattériaux d’orrigine naturrel (roches …)
… ou plastiiques peuveent être utiliisés.
Dans les 2 cas, les matériaux doivent
d avoir les caracttéristiques générales
g suuivantes :
- masse volum
m mique faiblle (kg/m3) ;
- s
surface 2 m2/m3 pour
spéccifique élevvée (150 à 250 p les mattériaux plasttiques) ;
- r
résistant à la
l dégradatioon dans le temps.
t
Les hauuteurs minim
males de maatériaux sonnt les suivan
ntes :
- 22,50 m pour les matériaux rocheuxx ;
- 4
4,00 m pour les matériaux plastiquues.
Afin d’ééviter le collmatage du lit, lors du traitement des eaux riches en subbstrat carbon
né, il est
conseilléé d’utiliser dees matériauxx plastiques à surface spéécifiques élevvées (> 150 m
m²/m³).
Alimen
ntation du liit bactérien
n:
Nous déconseillon
d ns l’emploi de lagunee anaérobiee en tête de d lit bactérien en raiison des
nombreuses nuisannces que prrésentent cees ouvragess : odeurs, intégrationn environnem mentale,
contrainnte de curagge des boues, corrosionn des équipeements, surcconsommattion d’oxygèène dans
le lit baactérien, désstabilisationn du fonctioonnement du
u lit bactériien, hygiènee et sécuritéé pour le
personnnel, etc. ….
En amoont du lit bactérien,
b ill peut être conseillé l’emploi
l dee décanteurr primaire (cf
( fiche
décanteur primaire) ou de tam mis rotatif (cf fiche prétrraitements). La fosse Im
mhoff peut être une
alternatiive au déccanteur prim maire pourr des capaccités inférieures à 20000 EH. La L partie
décantaation de la foosse Imhofff est dimenssionnée sur les mêmes valeurs quee pour un décanteur
primairee traditionnel.
Une réépartition uniforme
u d l'effluennt à traiteer sera reccherchée. L
de Les chemiinements
préférenntiels devront être évitéés.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
271

Dans cee but, les aliimentations statiques (ggoulotte, rép


partiteur,…) sont déconnseillées.
Les sprinklers sont recommanndés, car ills permetten
nt une bonnne répartitioon hydraulique à la
surface du lit bactéérien.
L’alimeentation du lit
l bactérienn sera effecttuée par pom
mpage.
Générallement, la hauteur
h d’eaau, dans la cheminée centrale duu lit bactérieen alimentéé par des
sprinkleers, sera dee 50 à 80 cm. Par ailleurs, la rotation
r dee certains ssprinklers peut
p être
motorisée.
L’axe central de rootation du spprinkler seraa robuste.
Les embbouts des brras seront démontables
d s, pour le cu
urage du sprrinkler. Danns un prolonngement
d’un braas du sprinkkler, une feenêtre sera découpée
d dans la cuvee du lit bacttérien, pour pouvoir
u hérisson de plusieurs mètres de longueur.
passer un
Le sprinnkler devra résister à laa corrosion ; l’acier galvanisé est à proscrire.
on (S k) de 4 à 8 mm / tour / bras..
Le sprinnkler respecctera une vaaleur de forcce d’irrigatio
(q + r) x 1000
Sk=
N . b . 60

Avec :
S k : forrce d’irrigatiion (mm / toour / bras) ;
q : débiit d’alimenntation d’eaaux usées, rapporté à la surfacee horizontaale du lit bactérien
b
(m3/m2/h)/ ;
r : débitt recirculé, rapporté
r d lit bactériien (m3/m2/hh) ;
à laa surface hoorizontale du
N = viteesse de rotattion du spriinkler (tr/mnn) ;
b = nom mbre de brass (sans unitéé).
Des fileets de prottection devrront être innstallés en cas de prooximité imm
médiate d’arbres à
feuilles caduques.
Afin dee faciliter laa surveillannce, l’entretiien et la maintenance
m du systèmee d’alimenttation, le
sommett du lit bactéérien sera acccessible paar un escalieer.
Ventilaation basse :
L’aératiion du lit baactérien est naturelle.
La surfaace cumulée des ouverrtures de la ventilation
n basse seraa d’au moinns 5 % de laa surface
horizonntale du lit bactérien.
b
Les ouvvertures dee ventilatioon seront équipées
é dee grilles, pour
p prévennir la présence de
rongeurrs.
Fond du lit bactérrien :
L’espacce libre, entrre le planchher et le fondd du lit bacttérien, sera d’au moins 20 cm.
> 10 %), diirigée vers la sortie duu lit bactérien, pour
Le fondd du lit bactérien sera en pente (>
éviter laa stagnationn des eaux.
Implan
ntation :
A causee de certainss étages primmaires anaéérobies (lagunage anaérobie, UAS
SB …), en têête de lit
bactérieen, il peut exister
e un risque de surrconsommation d’oxyggène et de pproduction d’odeurs
d

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
272

au niveaau du lit bacctérien. Il conviendra donc


d de maiintenir ces dispositifs
d éépuratoires éloignés
des habitations.

3 DECANTATION SECONDAIRE

3.1 DIMENSIONNNEEMENT
La surfaace du décanteur seconndaire est caalculée comm
me suit :
Qp
S
Vasc.
Avec :
S : surfaace horizontale du décaanteur seconndaire (m2) ;
Qp : débbit du postee de relevagge en entréee de station n d’épuratioon (m3/h) ouu à défaut, débit de
pointe horaire
h ;
Vasc. : viitesse ascennsionnelle apppliquée suur le décanteeur secondaiire (m/h).
La valeeur recomm mandée de Vasc., pour ce dimenssionnement du décanteur second
daire, est
d’enviroon 0,8 à 1,00 m/h.
La valeuur recommaandée de la hauteur veerticale du décanteur
d seecondaire esst d’environ
n 2,00 m
de hauteeur au 2/3 du
d rayon, enn partant du centre.

3.2 RECOMMANDATIONS DE CONCEPTION


Le décaanteur seconndaire sera de
d type raclé.
Il comprendra un raaclage et unne évacuatioon des flottaants.
Les mattériaux métaalliques devvront résisteer à la corro
osion ; l’acieer galvaniséé est à prosccrire.
Une altternative inntéressante à la décanntation secondaire, enn aval d’unn lit bactérrien, est
l’utilisaation de Filtrres Plantés de Roseauxx.

4 RECIRCULATION

4.1 DIMENSIONNEMENT
Le recyclage a plussieurs objecctifs :
- diluerr les eaux brutes,
b donnt la concenntration estt trop élevéée pour asssurer un traaitement
secondaaire efficacee ;
- augmeenter le renddement par des passagees successiffs dans le massif filtrannt ;
- éviter la prolifération de mouuches ;
- éviter les périodess de non aliimentation du
d lit, lesqu
uelles entraînneraient sonn desséchem
ment.
Le ratioo de recirculation, à apppliquer, visse à obtenir une concenntration mooyenne à l’eentrée du
lit bactéérien, après dilution, d’environ 1500 mg/l.
Le taux de recirculation requiss est évalué par la form
mule suivantte :
[ DBO5 ] entrée step
R/Q  1
[DBO5 ] entrrée lit bactérien

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
273

[ DBO5 ] enttréestep
R/Q  1
150
Avec :
R/Q : taaux de recircculation jouurnalier (sanns unité) ;
R : voluume journalier recirculéé (m3/j) ;
Q : voluume journallier d’eaux usées u en enttrée de statiion d’épurattion (m3/j) ;
[DBO5] entrée step : cooncentrationn en DBO5 en e entrée dee station d’éépuration (m mg/l) ;
[DBO5] entrée lit bactérrien : concenntration en DBO
D 5 en en ntrée de lit bactérien,
b aaprès dilutio
on par la
recirculation (mg/l)).
Cette deernière form
mule corresppond à un taaux de recirculation mooyen à assurrer en explo
oitation.
En dimensionnemeent, le débiit maximal du poste de
d recirculattion sera prris égal au débit de
pointe de
d temps secc.

4.2 RECOMMANDATIONS DE CONCEPTION


Différennts modes de d recyclagee peuvent êttre proposéss en fonction du type dde matériau utilisé
u et
de la taiille de la staation d’épurration :
- recycclage du mélange
m eauu + boues, issu
i du lit bactérien, vers
v le pott du sprinkller (sans
décanntation préaalable, soluttion à réservver uniquemment pour lees matériauxx plastiquess),
- recycclage depuiis le fond du clarificcateur (eau + boues secondairess) vers l’am mont du
traiteement primaaire de décaantation (cass à réserver pour de pettites collecttivités),
- recycclage d’eauu clarifiée directement
d t dans le po
ot du sprinnkler (cas raarement pro
oposé et
utilissé).
Pour chhacun des casc de recirrculation, les dimensio onnements du décanteeur primaire, du lit
bactérieen et du clarrificateur seeront adaptéés et vérifiéés spécifiqueement aux ddébits transsitant sur
chacun des ouvragees.
Le fonctionnementt des pompees de recircuulation sera à vitesse vaariable.

5 PRIX D’ORDRE
Comptee tenu du nombre
n trèss limité dess stations d’épuration
d type lit baactérien, réaalisés au
Maroc (ou( en courrs de réalisaation), il trèss difficile d’élaborer
d d prix d’orrdre, en fon
des nction de
la taille des centress.
Dans le cadre de laa présente étude,
é nous recommand dons de reteenir un ratioo, qui est dee l’ordre
de 750 DHs/Eq
D habb, pour des capacités dee STEPs d’environ 1000 000 équivvalents habittants.
Ces orddres de granndeurs de cooûts devrontt être revus dans les prrochaines annnées sur laa base de
donnéess statistiquees plus consééquentes enn nombre dees STEPs, tyype lit bacttérien.
Ces ratiios incluent les coûts liés à la filièrre de traitem
ment des bouues.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
274

FI C H E E 6 D I SQ U ES B I OL OG I QUE S
1 PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT
Les disqques biologgiques sont un
u procédé de traitemeent biologiqque aérobie à culture fixée. Les
micro-oorganismes se développpent sur un matériau suupport, réguulièrement iirrigué par l'effluent
l
à traiterr.

Figure 41: Schéma de principe de llaa filière type disques biologiques (sourcee:: OIEau)
Cette fiilière consiste à alimeenter en eaau, préalabllement décaantée ou taamisée, un ouvrage
contenaant une masse de matérriaux plastiqques, mise en rotation sur un axee horizontal,, servant
de suppport aux miccro-organism mes épurateeurs, qui y forment
f un film
f biologiique respon
nsable de
l'assimillation de la pollution.
En sortie des disqques biologiiques, est recueilli
r un mélange d'eau
d traitéee et de bioffilm. Ce
dernier est piégé au
a niveau d'un
d décanteur secondaaire sous foorme de booues et l'eau u traitée
rejoint le
l milieu naaturel.
La satissfaction dess besoins enn oxygène este obtenuee par rotatioon horizontaale de la masse
m des
matériauux plastiquues, qui proovoque unee émersion temporairee et régulièère de la biomasse
b
épuratriice au contaact de l’oxyggène de l’aiir.
L’épaisseur du bioofilm est régulée grâcce à la maaîtrise de laa vitesse dee rotation de
d l’axe
horizonntal.
Le tableau, ci aprrès, récapituule les prinncipaux avaantages et inconvénieents de cettte filière
d’épuraation.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
282

Station non nitrifiante /


Forte chaarge dénitrifian
nte Station niitrifiante / dén
nitrifiante
massiqque Moyenne cha arge Faible charge masssique
massiquee
Cm
> 0,55 0,35 à 0,4
4 0,1 à 0,13 0,07
0 à 0,08
(kg DBO
O5/kg MVS/j)
[DBO5] eau traaitée [DBBO5] eau traitée
[DBO5] eau trraitée 30 mg/l 30 mg/l
Objecttifs de rejet > 50
30 mg/ll [NGL] eau traiitée [N
NGL] eau traitée
20 mg/l 10 mg/l
[MEES] a (g/l) 1à2 2,5 à 3 4
A (j) 2à4 7 à 8 (*) à 12° C (**) 14 (*) à 12° C (**) 18 (*) à 12° C (***)
( )
* : Valeeurs qui tiennent compte dee la masse de boues
b dans le clarificateur.
(
**) : Tem
mpérature moyyenne du réactteur biologiquue, pour le moois le plus froid de l’année
Le % MVS
M est d’ennviron :
- 665 % pour des
d réseauxx unitaires,
- 7 % pour des
70 d réseauxx strictementt séparatifs,,
- 80 % pour des
d effluentts strictemennt agroalim
mentaires.
La conccentration enn MVS est égale
é au prooduit du % MVS par laa [MES] dess boues actiivées.
Le calcuul de la prodduction de boues
b (PB) est
e abordé dans
d la fichee E9.
Le calcuul du volum
me du clarifiicateur (Vclaarif.) est aborrdé dans le paragraphe
p 6.
Les avaantages et inconvénien
i nts des techhnologies de moyenne charge maassique et de
d faible
charge massique
m soont indiquéss dans le tabbleau ci-après.
Tableau 80: Avantages et inconvénients des technologies de moyenne charge massique et de faible charge
massique
Type de bouees activées Avanttages Inconvénientts
Temps de d séjour plus court dans le bassin
Assure une m moyenne à bon nne éliminatioon
d'aération que pour les faibles
f chargees, ce qui
de la DBO5
nécessitte un plus petiit volume de bassin
b
N’assurre pas la nitriffication et
Boues moins concenntrées et, de cee fait,
d n (élimination de l’azote totaal)
dénitrification
décantant plus
p rapidemennt dans le clarrificateur,
Moindrre qualité d’eaau traitée
ce qui néceessite de plus petits
p clarificaateurs que
Boues produuites moins minéralisées,
m ett
M
Moyenne chargge massique pour la faibble charge
donc, plus ferrmentescibless que celles dees
Mooindre coût d’investissemen nt
faibles chargees
Dispossitif d'aérationn moins puissaant et
Bassin d'aaération moinss largement
consomm mation
dimensionnéé,
d'énergie moins
m importaante que pour la faible
résistant moin ns
charrge
aux àà-coups de polllutions
M
Moindre coût d’exploitation
d
Temps de séjjour plus long g dans le bassinn
d'aération quee pour les moy yennes chargees,
Assure une bonne à très bonne
b éliminaation de la
ce qui nécesssite un plus grrand volume de d
DBO O5
bassin
Assure unee bonne nitrificcation et dénittrification
Boues pluss concentrées et, e de ce fait,
(éélimination dee l’azote total)
décantant lenntement dans le l clarificateurr,
Meeilleure qualitté d’eau traitéee
ce qui nnécessite de pllus grands
Faible chargee massique Boues prroduites plus minéralisées
m et
e donc
clarificateurs que pour la moyenne
m chargge
moins fermmentescibles quue celles des moyennes
m
Coûts d’innvestissementt plus élevés
chargges
Dispositif d'aération pluus puissant et
Bassin d'aéération plus laargement dimeensionné,
consommatio on
résistant mieux
d'énergie plus importantee que pour la
a à-coups de
aux d pollutions
m
moyenne charrge
Coûts d’exploitation plus
p élevés

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
283

2.1.4 Calcul de la zone d’anoxie


Premières approcches :
Le voluume du basssin d'anoxiee peut être évalué,
é en première
p appproche, surr la base d’ordre de
grandeuur de temps de séjour ett de temps de
d contact dans
d cette zoone.
Vanox = Temps dee séjour x Qm
L’ordre de grandeuur du tempps de séjourr est d’enviiron 6 à 7 heures.
h Cett ordre de grandeur
g
devra êttre validé daans le conteexte marocaain et de chaaque cas parrticulier de station d’ép
puration.
Vanox = Temps de contact x (Q
Qm + QR + RL.M.)
L’ordre de grandeuur du temps de contacct est d’env viron 1 à 2 heures. Cett ordre de grandeur
g
devra êttre validé daans le conteexte marocaain et de chaaque cas parrticulier de station d’ép
puration.
La propportion du volume d'anoxie
d ment d’enviiron 20 à 25 % du réacteur
estt généralem
biologiqque total (baassin d’aéraation + zonee d’anoxie).
Calcul sur la basee des cinétiq
ques de dén
nitrification
n
Ce calcuul est envissageable si les
l cinétiquues de dénitrrification soont connuess et validéess dans le
contextee marocain et de chaquue cas particculier de staation d’épurration.
Par exem
mple :
C DN BA = 0,95 x e 0,0875 (T - 200)
C DN BA : vitesse dee dénitrification endogèène dans le bassin
b d'aérration
T : températuure moyennee de la bouee activée duu mois le pluus froid
N DN BA = C DN x % MVS x [M MES] a x V b.ab x T anoxie
N DN BA : flux d’azoote dénitrifié dans le baassin d’aéraation (kg N / j)
C DN BA : vitesse dee dénitrification endogèène dans le bassin
b d'aérration
% MVS S : % de matières volatilles sèches dansd les MEES (%)
[MES] a : concentraation en ME ES dans le bassin d’aéraation (g/l)
V b.a : volume duu bassin d’aaération (m3)
T anoxie : temps cum mulé d’anoxxie (h/j)
N DN Z.AA. = N DN BA ett ZA – N DN BA
B
N DN Z.AA. : flux d’azoote à dénitriifier dans laa zone d’anooxie (kg N / j)
N DN BA et ZA : flux d’azoote à dénitriifier dans lee bassin d’aéération et laa zone d’ano
oxie
(kg N / j)
N DN danns BA : flux d’azoote dénitrifié dans le baassin d’aéraation (kg N / j)
Sur ces bases, le voolume de la zone d’anooxie peut êtrre calculé avvec la formuule suivantee :
N DN ZA x1000
Vanox. =
Cd DNN ZA x 24 x % MVSx [M
MES]a
Vanox. : Volume de la zone d’anoxie (m m3)
N DN Z.AA. : Flux d’aazote à dénitrifier dans la zone d’aanoxie (kg N / j)
Cd DN ZAA : Cinétiquue de dénitrification daans la zone d’anoxie
d (g N-NO3-/kg
MVS/h)
% MVSS : % de maatières volattiles sèches dans les MES
M (%)
[MES] a : concentrration en MES
M dans le bassin d’aéération (g/l)

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
284

Plusieurrs formuless de vitessses de dénnitrification exogène (dans


( la zoone d’anox
xie) sont
proposéées ci-après :
Cd = 3
3,25 x 1,02(T
( - 20)
(formule connstructeur)
(T - 20)
Cd = 3
3,33 x 1,0477 (formule connstructeur)
Cd = f (NTK/DBO O5) (Cf. ci-aprèss)

NTK Cd
DBO 5
> 0,5 1,7
0,4 - 0,55 2,1
0,3 - 0,44 2,4
0,2 - 0,33 2,7
< 0,2 3

Ces forrmules devrront être coonnues et validées dan


ns le contexxte marocaiin et de chaaque cas
particulier de statioon d’épuratiion.
Recircu
ulation de la
l liqueur mixte
m :
Cette reecirculation est appeléee aussi recircculation dess nitrates.
En prem dre environ :
mière approcche, nous reecommandoons de prend

R L.M. =4xQm

RL.M. : Débit duu poste de recirculation m3/h) ;


n de la liqueeur mixte (m
Qm : Débit moyen
m horairre d'eaux ussées (m3/h).

2.2 RECOMMANDATIONS DE CONCEPTION


2.2.1 Bassin d’aération
Le bassin d’aératioon sera conççu pour limiiter les dépô
ôts et les zonnes mortes.
Si l'aéraation est efffectuée par un aérateurr de surfacee (turbine), la hauteur d'eau maximale est
préconisée par les fournisseurrs de turbinees (hauteur effective maximale
m dee 3,00 m à 4,00
4 m) ;
à défautt, des difficuultés de misses en suspeension des boues
b et d'oxygénation apparaissen
nt.
Si l'aéraation est efffectuée parr insufflatioon d'air, la hauteur miinimale est de 3 mètrees. Il est
préconisé 4 à 6 mèètres pour am méliorer le transfert d'oxygène et limiter les coûts énerg
gétiques.
Il ne fauut pas dépassser des proofondeurs dee plus de 8,0 00 m.
Les hauuteurs de revvanche seroont d’au moiins 1,00 m, afin d’éviteer les déborddements de boues.
La profo
fondeur des bassins seraa adaptée auux systèmess d’aérationn qui y seronnt installés.
ulées seront à un point opposées à la sortie
Les arriivées d’effluuents, à traiter, et de booues recircu
de la liqqueur mixte du bassin d’aération.
d
La diffférence dess plans d’eeau statiquues, entre celui c du bassin
b d’aération et celui
c du
clarificaateur, sera liimitée à envviron 80 cm
m maximum m.
Les risqques de chhute des perrsonnels d’’exploitationn sont partticulièremennt à surveilller à la
concepttion, eu égaard aux risquues importaants de noyaade lors de la marche des aérateu urs et des
brasseurrs. Des équuipements de
d sécurité seront
s prévu
us : garde-ccorps, bouéees, filin de sécurité,
boutonss d’arrêt d’uurgence ….

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
285

2.2.2 Zone d’anoxie


La zone d’anoxie seera installée uniquement
u pour les stattions d’épuraation de capacité importante et si
globalem
ment la conceentration en azote Kjeldaahl en entréee de réacteurr biologique est supérieu
ure à 40 –
50 mg/l.
Cette zoone sera by passable enn cas de chaarge hydraullique inférieeure à 70 %
%.
Cette zoone sera équuipée :
- de d systèmess de brassagge,
- de d capteurs de mesure du potentieel d’oxydo-rréduction.
L’entréee des efflueents, des boues recircculées et dee la liqueurr mixte seraa effectuée par des
canalisaations plonggeantes, aveec un té de mise
m à l’air, pour éviterr les siphonaages intemp
pestifs.
La survveillance des
d temps de séjour, en zone d’anoxie, sera facilittée par la mesure
systémaatique de l’eensemble dees débits enttrant en zon
ne d’anoxie.
Le débitt de recircuulation de la liqueur mixxte (recirculation des nitrates)
n seraa d’au moin
ns 400 %
du débitt moyen horraire de tem mps sec.
La liqueeur mixte recirculée
r n devra paas apporter d’oxygène en quantitéé excessivee dans la
ne
zone d’aanoxie.
Au moiins 2 pompes, dont unne en secouurs, seront prévues
p pouur la recircuulation des liqueurs
mixtes.

3 AERATION

3.1 DIMENSIONNEMENT
3.1.1 Démarche globale de dimensionnement
La démmarche globbale de dim
mensionnem
ment de l’aéération suit globalemeent la démaarche ci-
après :
1° Bilaan préliminnaire sur l’azote,
l daans le cas des statioons d’épuraation nitriffiantes /
dénitrifiiantes.
2° Calcuul des besoiins journalieers en oxyggène
3° Calcuul des besoiins horairess en oxygène :
- sur la base
b des tem
mps de marrche et d’arrrêt, pour les stations nittrifiantes / ddénitrifiantees
- sur la base des poointes horaiires de polllution, pourr les stations d’épuratioon non nitriifiantes /
dénitrifiiantes
4° Choiix des systèm
mes d’aérattion et prise en compte des Apportts Spécifiquues Bruts

5° Calcuul des puisssances à insttaller des syystèmes d’aaération


6° Le caas échéant, calcul des débits
d d’air pour les sysstèmes à baase d’insuffllation

3.1.2 Bilan préliminaire sur l’azote


L’objecctif de ce bilan préliminnaire, sur l’’azote, est de
d calculer les
l quantitéés d’azote à nitrifier
et à dénnitrifier danns les réacteeurs biologiiques. Ces quantités seeront prisess en comptee lors de
l’évaluaation des besoins journaaliers en oxxygène.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
286

Ce bilaan sur l’azoote doit êttre réalisé dans le caas de statioons d’épuraation nitrifiiantes et
dénitrifiiantes, c'estt-à-dire danns le cas dees stations d’épuration
d à très faibble ou faiblee charge
massiquue.
Ce bilann sur l’azoote n’a pas besoin d’êttre réalisé dans le cass des statioons d’épurattion non
nitrifianntes, c'est-à--dire dans lee cas des staations d’épu
uration à mooyenne charrge massiqu
ue.
Le bilann sur l’azotee est réalisé sur la base de la chain
ne de transfoormation dee l’azote suiv
vante :

N organnique NH4+ N 3-
NO N2

Amm
monificatioon Nitriification Dénitriffication
- Etat aérobie Etat annoxique

NK à nitrrifier = NK entrée
e – NK ass
a – NK rejetté
NK ass = 5 % x Flux de DBO
D 5 éliminé
La valeeur de 5 % est issue du d rapport C/N/P
C lié à l’assimilattion minimaale des nutrriments :
100/5/1.
[NK] rejeté = 50 % x [NK] objjectif de rejet
50 % coorrespond à un objectif de sécuritté permettan
nt, lors du dimensionn
d nement, de s’assurer
s
que les conditionss seront au mieux réuunies, pour respecter la l concentrration maxiimale de
l’objecttif de rejet en
e azote.
Par prinncipe, nous prendrons que l’azotee à dénitriffier est égall à l’azote à nitrifier (hors cas
spécifiqques de connception) daans la mesuure où il estt important de limiter, autant que faire se
peut, à la conceptiion la préseence de nittrates résiduuels dans lee clarificateeur, ce qui pourrait
provoquuer des remoontées acciddentelles dee boues par dénitrificatiion.
Nous coonseillons donc
d de prenndre :
NK à dénnitrifier = NK à nitrifier
Donc, laa formule préconisée pour
p établir ce bilan surr l’azote, estt la suivantee :
NK à nitrrifier = NK entrée
e – 5 % x Le – 50 % x Qj x [NK
K] objectif de reejet
= NK à dénitrifier

Avec :
NK à nitrrifier : Flux d’aazote Kjelddahl à nitrifier (kg N /j) ;
NK entréee : Flux d’aazote Kjelddahl entrant dans le réaccteur biologgique (kg N /j) ;
Le : Flux dee DBO5 élim miné (kg 02 /j)
/ ;
Qj : Débit joournalier d’eaux usées (m3/j) ;
[NK] objjectif de rejet : Concenntration maxximale en azote
a Kjelddahl autoriséée au rejet (mg N /
l) ;
NK à dénnitrifier : Flux d’aazote Kjelddahl à dénitrrifier (kg N /j).

3.1.3 Calcul des besoins journaliers en oxygène


Les besoins en O2 sont
s calculéés sur la basse de la form
mule suivannte.
B O2 jourrnalier = a' x Le + b' x Sv + 4,3 x N à nitrrifier - 2,85 x c' x N à déniitrifier
Avec Sv = % MVS a x [MES] a x V b.a.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
287

D’où :
B O2 jourrnalier = a'.Le + b'.% MVS a x [MES]a .V b.a. + 4,33.N à nitrifier - 2,85.c'.N à dénitrifier

Avec :
B O2 jourrnalier : besoins journalierss en O2 (kg O2 / j) ;
a' : coefficiient d'oxydaation de la DBO
D 5 (kg O2/kg DBO5 éliminée) ;
Le : flux de DBO5 élim miné (kg 02 /jj) ;
b' : coefficiient de respiiration endoogène (kg O2/kg MVS/j /j) ;
Sv : masse de MVS présente
p daans le réactteur biologique (kg) – bassin
d’aératioon + zone d’’anoxie ;
% MVS Sa : % de maatières volatiles sèchess dans le basssin d'aératiion (%) ;
[MES] a : concenttration en MES
M dans lee bassin d’aéération (g/l)) ;
V b.a. : volume du bassin d’aération
d (mm3) ;
N à nitrifieer : flux d’aazote Kjeldaahl à nitrifieer (kg N /j) ;
c' : taux de récupératioon de l'oxyg gène par dénnitrification ;
N à dénitriifier : flux d’aazote Kjeldaahl à dénitriifier (kg N /j).
/

Les ordrres de granddeurs des paaramètres, à prendre en


n compte, soont environ les suivants.

Faible à très faible ch


harge
Moyenne charge ma
assique
m
massique
a'
0,65 0,70
(kg O2/kg DBO5 éliminée)
é
b' (kg O2/kg MVS/j)
M 0,085 0,07
c’ (sans unitté) - 0,7

Le % MVS,
M pour des
d faibles charges
c masssiques, est d’environ
d :
- 665 % pour des
d réseauxx unitaires,
- 7 % pour des
70 d réseauxx strictementt séparatifs,,
- 80 % pour des
d effluentts strictemennt agroalim
mentaires.
Ces % peuvent êtrre légèremeent majoréss (de 1 à 5 %) dans les
l cas des moyennes charges
massiquues.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
288

3.1.4 Calcul des besoins horaires en oxygène

A/ Sur la base dess temps de marche


m et d’arrêt
d pou
ur les stationns nitrifianttes et dénitriifiantes

BO2 jouurnalier
BO2 horaaire =
Tc

Avec :
B O2 horraire : Besoins horairres en oxyggène (kg O2 / h) ;
B O2 jourrnalier : Besoins journaaliers en O2 (kg O2 / j) ;
Tc : Tem
mps cumuléé de marchee des aérateu urs (h / j).
Dans lee cas des baassins d’aérration perm mettant la niitrification et la dénitrrification, seelon des
cycles marche
m et arrrêt des aéraateurs, ce teemps cumuulé de marcche est génééralement de d 14 h /
j.
Dans lee cas des baassins d’aérration perm
mettant la nitrification
n et la dénitrrification avec
a une
zone d’anoxie en tête,
t ce tem
mps cumulé de marchee est généraalement de 18 h / j.
Pour unn calcul pluss précis (touut au moins si les cinéttiques de déénitrificationn sont connu
ues pour
chaque cas particuulier de staation d’épurration au Maroc),
M le temps
t cummulé de marrche des
aérateurrs peut être évalué commme suit :
Tc = 244 – TA
N à dénitriffier x 1 000
= 244 -
Cd x MV VSprésentes
N à dénitrifier x 1 000
= 244 -
C d x % MVS
M a x [ME ES] b a x Vb. a.
Avec :
Tc : temmps cumulé de marche des aérateu urs (h / j) ;
TA : temmps cumulé d’anoxie (hh / j) ;
N à dénitriifier : fluux d’azote Kjeldahl
K à déénitrifier (kg N /j) ;
Cd : cinnétique de dénitrificatio
d on (g N-NO O3/kg MVS/hh) ;
% MVS Sa : % de matièress volatiles sèèches dans le l bassin d'aaération (%) ;
[MES] a : conncentration en MES daans le bassin n d’aérationn (g/l) ;
V b.a. : vollume du basssin d’aératiion (m3).
B/ Surr la base des pointees horairess de pollu
ution pour les stationns d’épurattion non
nitrifianntes / dénitriifiantes
Ce typee d’approchhe se justifiee généralemment pour les
l stations d’épurationn non nitriffiantes /
non dénnitrifiantes, c'est-à-diree pour les stations d’’épuration urbaines
u à moyennes charges
massiquues.
Elle se base
b sur une évaluationn de l’à couup de chargee polluante, exprimé coomme suit : X % de
la chargge arrive en Y heures.
La form
mule des bessoins horairees en oxygèène est alorss la suivantee :

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
289

X 1
B O2 jourrnalier = . (aa' . Le) + . b' . % MV
VS a . [MES]a . V b.a.
Y 244

Avec :
B O2 jourrnalier : besoins journalierss en O2 (kg O2 / j) ;
X : % de laa charge poolluante arrivant en Y heures
h (poinnte de pollu
ution sur
la DBO5 ;
a' : coefficiient d'oxydaation de la DBO
D 5 (kg O2/kg DBO5 éliminée) ;
Le : flux de DBO5 élim miné (kg 02 /jj) ;
b' : coefficiient de respiiration endo
ogène (kg O2/kg MVS/j /j) ;
% MVS Sa : % de maatières volatiles sèchess dans le basssin d'aératiion (%) ;
[MES] a : concenttration en MES
M dans lee bassin d’aéération (g/l)) ;
V b.a. : volume du bassin d’aération
d m3).
(m

3.1.5 Choix des systèmes d’aération et prise en compte des Apports Spécifiques Bruts
Le choixx des systèm
mes d’aération se portee généralem
ment, soit surr :
- ddes aérateurrs de surfacce à axes verrticaux appeelés « turbinnes » ;
- d aérateurrs de surfacce à axes horizontaux ap
des ppelés « broosses » ;
- d systèm
des mes d’insuffflation d’airr à fines bulles,
b assoociant des ssurpresseurss et des
d
diffuseurs m
membranair res.
Le choiix de ces systèmes se fait selonn un certaiin nombre de critèress présentés dans le
paragrapphe 3.2.
Les ordrres de granddeurs des ASB
A et des FCG
F à prend
dre en comppte sont envviron les suiivants :
ASB F
FCG
Types d’aératteurs
T (kg O2/k
kWh absorbéé) (san
ns unité)
Turbines 1,5 0,7
Brosses 1,5 0,7
Diffu
useurs membrranaires 2,5 0,5

ASB : apport spécifique brut en eau u claire (kg O2/kWh abssorbé)


FCG : facteuur correctiff global po our passer les besoinns en oxyggène des
conditioons standardds vers les conditions
c en boues acttivées

3.1.6 Calcul des puissanceess à installer des systèmes d’aération

BO 2 (kg O 2 /hh)
P absorbéee =
ASB (kkgO 2 /kWh) x FCG
P
P installée = absorbéee

Avec :
P absorbéee : Puissannce théoriquue absorbéee cumulée des
d aérateurss (kW) ;
B O2 jourrnalier : Besoinss journalierss en O2 (kg O2 / j) ;
ASB : Apportt spécifiquee brut en eau
u claire (kg O2/kWh abbsorbé) ;
FCG : Facteuur correctiff global, pour passer les besoinns en oxyg gène des
conditioons standardds vers les conditions
c en boues acttivées ;

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
290

P installée : Puissan
nce
théoriquue installée cumulée dees aérateurs (kW) ;
: Rendem
ment moteuur (%).

3.1.7 Calcul des débits d’air pour les systèmes à base d’insufflation

BO 2 (kg O 2 /h) x 1 000


Débit d''air (Nm3/h)) =
Rdt x FCG x [O 2 ] x He
Avec :
B O2 jourrnalier : besoins journalierss en O2 (kg O2 / j)
Rdt : rendemment de disssolution dee l'oxygènee en eau cllaire, par mètre
m de
hauteur d'eau
d (% / m)
m
FCG : facteurr correctif global, po our passer les besoinns en oxyggène des
conditionns standardss vers les co
onditions enn boues activvées
[O2] : concenttration en oxxygène (g O2 / m3)
He : hauteurr d'eau effecctive au desssus des diffu
fuseurs (m)
Le renddement de dissolution
d de l'oxygènne en eau claire, par mètre
m de hauuteur d'eau,, est une
valeur caractéristiq
c que propre à chaque diffuseur, qui q doit êtrre indiquée par le fou urnisseur
potentieel de diffuseeurs d’air. Ce
C rendemeent peut se situer bien souvent enntre 3,8 et 6,8
6 % /m
de hauteeur d'eau.
La conccentration enn oxygène est g 3 d'air in
e de 280 g/m nsufflé.

3 .2 RECOMMANDATIONS DE CONCEPTION
3.2.1 En cas d’insufflation d’air avec diffuseurs membranaires

Dans le cas de l'utiilisation de diffuseurs, il est conseillé d'utiliseer des diffusseurs memb
branaires
fines buulles, car ilss permettennt des phasees de marchhe et d'arrêt (sans colm matage trop précoce)
p
autorisaant la nitriffication / dénitrificati
d on, mais aussi
a l'optim
misation dee la consom mmation
énergétiique.
L’insuffflation moyyennes bullees des bassinns d’aératio
on est à éviteer.
+ Avanttages de l’innsufflation :
-Meilleuure oxygénnation rappoortée à la consommation énergétiique (ASB : apport sp pécifique
brut kg O2/kW absorbé) en comparaison
c n avec les systèmes d'aération
d dee surface (tturbines,
brosses ...), ce qui a une influeence positivve sur le coû
ût d'exploitaation,
-Optimiisation du couple aératiion / brassage,
me adapté poour des basssins à fortess profondeurs (> ,00 m jusqu'à 8,00 m),
-Systèm
-Possibiilité d'avoir des rampess relevables,
- Retouurs d'expérieence positiffs (surtout dans
d les ann
nées 1990 à 2000), maais moins durant
d la
décenniie 2000 à 20010.
+ Prévooir au niveauu des locauxx de surpresssion :
- des veentilateurs pour
p refroidiir les locauxx,
- des filtres à pousssières à l’enntrée des loccaux et à l’aaspiration dees surpresseeurs,
- des loccaux insonoorisés avec pièges
p à sonns.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
291

+ Prévooir au niveauu des surpreesseurs :


- une aliimentation électrique stable
s et conntinue,
- le stocckage d’un surpresseur
s - ou à défauut de motorréducteur - de
d secours,
- des suurpresseurs à débits variiables par variation
v de vitesse,
- Vérifieer les condiitions d'accèès pour le déémontage des
d surpresseurs.
+ Prévoiir sur les cannalisations d’insufflation :
- des joinnts pouvant accepter
a des compressionns différenciées à cause des
d mouvements géotech hniques,
- des diaamètres de caanalisations sur
s des vitessses d’air d’en
nviron 10 à 14
1 m/s et striictement inféérieures à
25 m/s,
- En sorrtie des surppresseurs, disposer
d de mesures dee températuures et de prressions (in
ndication
du colm
matage de ceertaines lignnes),
- des maatériaux de canalisationns résistantss aux fortes températurres.
+ Au niveau des raampes d’insuufflation d’aair :
- La poossibilité d'aavoir des rampes
r relevables est un avantagge. Mais, auu bout de certaines
c
années, les calagess des canalissations pouvvant "bougeer", il peut s'avérer quee l'on ne réu ussit pas
toujourss à les rem mettre en pllace sans vidanger
v less bassins. Donc,
D le suurcoût à l'aachat du
systèmee relevable risque (risqque, mais paas certain ...) de ne pluus se justifier ... Ou alo ors cette
contrainnte peut dem mander l'inteervention de scaphandrriers.
Donc, s’il s’agitt d’un baassin d'aérration uniq que, prenddre des rrampes rellevables.
Par conntre, s’il y a plusieurs tranches
t de bassins d'aaération en parallèle
p (3 files par ex
xemple),
ce n'est pas indispeensable danns la mesuree où temporrairement on o pourrait ffonctionnerr sur une
seule traanche ; toutt particulièrrement si lees exigencess réglementtaires ne sonnt pas très fortes.
f Il
conviennt, lors dee la concepption initiale, de vériffier, s’il estt envisageaable de fon nctionner
temporaairement avec une file en e moins. SiS on souhaiite vidangerr un bassin, il faut aussii vérifier
si le baassin peut être
ê vidangé par rappoort au niveau de la naappe (risquue de flottaiison des
bassins)).
- Risquues de déggradations précoces
p (ssur pressio
ons, sur déébits, ruptuure de mem mbranes,
colmataage, effluentts industriells dégradantt les caoutch houcs : solvvants, sabless ...).
- De noombreux exploitants see sont plainnts de ces dégradationss au bout dee 4 à 5 ans (années
2000 à 2010) alorss qu'ils sontt garantis poour des duréées plus im mportantes ; d'autres exp ploitants
en sont satisfaits.
- Coût de remplaccement à terrme des difffuseurs ce qui a une influence nnégative surr le coût
d'exploiitation.
- Surveiller la quaalité de l'insstallation dees diffuseurrs, (tous dee même nivveau topographique,
répartitiion, absencee de fuites ...).
- Prévoiir des purgees d'air en pooint bas dess canalisatioons d'injectiion d'air (coondensats),
- Priviléégier l'INOX X, pour less canalisatioons d'injectiion d'air, mais
m problèm mes de coûtt. Bannir
les canaalisations enn acier galvaanisé (corroosion),
- Veiller à ce qu'il n'y ai pas ded pile de coorrosion (juuxtapositionn de plusieuurs matériau ux) sur le
réseau d'injection
d d
d'air.
- Disposser des vannnes (au moiins manuellees) sur des groupes
g de lignes de diiffusion.
- Vérifieer les condiitions d'accèès pour le reelevage des rampes et le l démontagge des surprresseurs
- Attenttion à l'air saalin en tout bord de meer (corrosion n).

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
292

3.2.2 En cas d’aération avec des turbines


En cas d’aération
d a
avec des turrbines, des turbines
t len
ntes sont à préconiser.
p L
Les turbiness rapides
sont à éviter pour l’aération dees bassins d’aération.
d
+ Avanttages :
- Rusticcité et simpllicité de la maintenance
m e de ce proccédé d’aérattion,
- Retourrs d'expérieence positifss.
Le rayoon de giratioon des turbinnes lentes est de 2 enviiron (rapporrt du rayon ssur la hauteeur
d’eau.
L’immeersion des tuurbines est de
d 1 à 10 cm
m à l’arrêt. Cette
C immeersion doit êêtre réglablee.
Il conviient de survveiller que la gerbe d’aaération n’esst pas entraavée par les poteaux dee soutien
de la paasserelle et par
p la passerrelle elle-m
même. La gerbe doit êtree symétriquue et stable.
La préssence de juupes permett de limiterr la proliféération des aérosols. P
Par contre, elles se
détériorrent rapidem
ment dans lee temps.
Les turbbines doivennt être acceessibles, pouur la vidang
ge des motooréducteurs et leurs mo
ontages /
démontaages éventuuels.
L’intenssité absorbéée doit être stable.
s
Les passserelles, suupportant lees turbines, doivent être
ê stables lors du ffonctionnem
ment des
turbiness.
La hautteur des revanches dees bassins doit
d être su
uffisante, poour éviter le débordem
ment du
bassin lors du fonctionnementt des turbinees.
Les turbbines ouverttes sont préférables auxx turbines fermées
fe (collmatage touj
ujours possib
ble).
Le démarrage à varriation de frréquences est recommaandé.
Des disspositifs anntigiratoires doivent être
ê mis en
n place danns les bassins circulaiires peu
profondds à une seule turbine centrale.
Les baloourds au nivveau de la rotation de la turbine so
ont à surveilller.

3.2.3 En cas d’aération avec des brosses


Les broosses sont à préconiiser pour des
d bassinss peu proffonds en fforme de chenaux
d’oxydaation.
Les risquues de dépôts potentiels sont importtants. Les coonditions de vitesse de ccirculation dee la boue
activée sont
s souvent difficilemennt optimiséess. Les conditiions de brasssage doivent être surveillées.
Les broosses doivennt être acceessibles, poour la vidan
nge des mootoréducteurr et leur montage
m /
démontaage éventueel.
Les axees de rotation et les mottoréducteurs doivent êttre en dehorrs du plan d’eau.
Un déflecteur en avval des brossses permet d’augmenteer le contacct air – eau.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
293

3.2.4 Asservissement de l’aération


Les systtèmes d’aérration peuveent être asseervis :
- à des horloges
h (peetites stationns et faibless variations)),
- à des tables
t de tem
mps (petitess stations avvec automattes et faible variation dde charge),
- à des oxymètres
o (
(stations de taille moyeenne et faiblle variation de charge ppolluante),
- à des mesures ded potentiel d’oxydo-réduction su
ur seuil hauuts et bas ((forte variaations de
charge polluante).
p
Les sonndes doiventt être accesssibles et installées :
- à des points
p repréésentatifs duu fonctionneement des aérateurs,
a
- à une distance
d de 3 à 5 m du dispositif d’aération,
d
- à une immersion
i de 0,5 à 1,55 m.
L’utilisaation de cappteurs doit comprendre
c e, au niveau de l’autom
mate, des alarrmes, assocciées à :
- des tem
mps minimuum de marcche et d’arrêêt avec alarm
me en cas de
d dépassem
ments,
- des tem
mps maxim
mum de marcche et d’arrêêt avec alarme en cas de
d dépassem
ments,
- des baasculementss automatiquues sur des asservissem
ments au tem
mps en cas de fonction
nnements
anormauux.

4 BRASSAGE

4.1 DIMENSIONNNEEMENT
La foncction de brrassage doiit être assuurée par dees équipem ments spéciffiques de brassage
b
(brasseuurs), avec unne dissociattion de la foonction d’aéération de ceelle du brasssage.
Les conditions dee brassage sont
s difficilement vériifiables parr des approoches simples. Leur
respect est avant tout
t maîtriséé par les foournisseurs d’équipemments de braassage. Il seera alors
conseilllé de se rappprocher de
d leurs prééconisationss, qui s’apppliquent auu cas, par cas c pour
chaque cas particuulier de statiion d’épuraation, selonn la configuuration, entrre autres, du
d bassin
d’aération, du systèème d’aérattion et du brrasseur.
La puisssance théoriique absorbbée du systèème de brasssage peut êttre évaluée comme suitt :

P abs. = V b.a. x Ps

Avec :
P abs. : Puiissance théoorique absorrbée du système de braassage (W),
V b.a. : Voolume du baassin d’aérattion (m3),
Ps : Puiissance spéccifique minnimale de brrassage (W/m3).
Certainss ordres de grandeurs de puissancce spécifiquue minimalee de l’équippement de brassage
b
peuventt être cités, mais ces derniers
d doiivent être pris
p avec beeaucoup de précaution n afin de
prendre en compte les remarquues ci-dessuus.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
294

Tableau 81:Ordres de grandeurs de puissance spécifique minimale de l’équipement de brassage


Puiissance spéciffique minimaale de brassag
ge (W /
Typee de brasseurrs
m3)
Brasseur à vittesse de rotatiion rapide >7
Brasseur à viitesse de rotattion lente >2

4.2 RECOMMANDATIONS DE CONCEPTION


La vitessse de brassage devra être
ê d’au mooins 0,35 cm
m/s en fond de bassin.
Les brassseurs seronnt placés à des
d endroitss suffisamm ment éloignéés des zoness d’aération,, afin de
favoriseer leur forcees de brassage et d’évitter leurs cav
vitations pottentielles.
Pour less brasseurs de
d capacitéss importantes, les systèèmes de fixaation de cess brasseurs seront
s
robustess, afin d’éviiter des rupttures intemppestives dess rampes dee fixation.

5 DEGAZAGE

5.1 DIMENSIONNEMENT
Le dégaazeur est unn ouvrage permettant le dégazag ge de l’excèès d’air de la boue acctivée en
amont du
d clarificatteur ; l’excèès d’air pouvvant perturb
ber la décanntation des bboues secon
ndaire.
Le dégaazeur perm
met aussi, paar la mêmee occasion, de récupérrer une parrtie des flotttants en
amont du
d clarificatteur.
Un temmps de séjouur minimall et une vittesse maxim
male de passsage sont nécessairess au bon
fonctionnnement du dégazeur.
Les caraactéristiques dimensionnnelles du dégazeur
d peu
uvent être calculées
c coomme suit :
V dégazeuur = Q P  QR  x Ts
Q P + QR
S dégazeurr =
V passsage
V dégazeuur : volumee du dégazeeur (m3)
Qp : débit de
d pointe hooraire d'eaux x usées (m3/h)
/
QR : débit de
d boues reccirculées (m m3/h)
Ts : temps de séjour daans le dégazzeur (h)
Vpassage : vitessee de passagee dans le dég
gazeur (m/hh)

Les orddres de graandeurs dess temps dee séjour et de vitesse de passagge sont env
viron les
suivantss :
- Ts > 3 mn,
T
- Vpassage < 90
9 m/h.
5.2 RECOMMANDATIONS DE CONCEPTION
Le dégaazeur autorisera de mannière fonctioonnelle le piégeage
p dess flottants ett leur évacu
uation
vers unee fosse à floottants.
Il n’est pas recommmandé de pllacer une clloison sipho
oïde à l’avall du bassin d’aération de
d façon
à pouvooir extraire les
l moussess (formées au
a niveau du u bassin d’aaération) à ppartir du dég
gazeur.

www.GenieCivilPDF.com
RAPPORT DEFFINITIF DE LA MISSIO
ON II : ELABORATION
N DES MANUEL
ELABORATION D’UN REFERENTIEL DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE COLLECTIF
295

6 DECANTATION SECONDAIRE

6.1 DIMENSIONNEMENT
6.1.1 Surface de décantation
Dans unne station d’’épuration, le décanteuur secondaire est l’ouvrrage fondam mental, qui assure
a la
séparatiion gravitairre de la bouue et de l’eauu épurée rejjetée dans lee milieu réccepteur.
Le bon fonctionnem ment de cet ouvrage im mplique le reespect des règles de connception, un ne
gestion rationnelle de la produuction de booue ainsi que la maîtrisee de sa décaantabilité.
La surfaace de décanntation est calculée